Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Introduction

Texte intégral

  • 1 Xén., Mémorables, 2.1.28. Voici le passage sur l'élevage : εἴτε ἀπὸ βοσκημάτων οἴει δεῖν πλουτίζεσ (...)
  • 2 Arist., Pol., 6.4.11 = 1319a, explique que l'activité agricole serait la meilleure que l'on pourra (...)
  • 3 Il semble en être allé de même chez, les Romains et l'Économie rurale, 1.2.12-21, de Varron commen (...)
  • 4 Xén., Écon., 5.3 : καὶ γὰρ ἡ προβατευτικὴ συνῆπται τῇ γεωργία.

1En racontant le célèbre apologue de Prodikos, dans les Mémorables, Xénophon saisit l'occasion de faire la leçon à tous ceux qui se lancent dans la vie : la vertu ne s'acquiert que par l'effort. Plusieurs moyens existent cependant pour parvenir honorablement à la fortune : travailler la terre, élever du bétail, faire la guerre1 On perçoit l’intérêt de ce passage qui fait de l’élevage une forme spécifique de ce que les Grecs appelaient la chrématistique, l'art de s'enrichir. Il serait facile de trouver d'autres textes allant dans le même sens, chez Aristote par exemple2, qui voit dans les activités pastorales un moyen indépendant de faire fructifier son patrimoine. Si ces textes supposent l'importance de l'élevage dans la vie économique, ils montrent aussi que les Grecs concevaient souvent comme séparées agriculture et vie pastorale3. Dans la réalité, nous verrons qu’il n'en était pas toujours ainsi, et d'autres sources le disent. Ainsi, dans l'Économique, le même Xénophon indique que l'entretien du petit bétail est lié à l'agriculture4. D'un autre côté, les Grecs ont souvent considéré l'élevage comme l'activité typique de l'homme encore sauvage, avant qu'il ne soit entré dans la civilisation de l'agriculture. Cette question cruciale des rapports entre bétail et agriculture ne devra pas être perdue de vue : elle est au cœur de notre réflexion et l'on verra que les inscriptions permettent d'y apporter une réponse nuancée.

  • 5 Keller 1909-1920, 218-259, pour le cheval, 296-309, pour la chèvre, 309-329, pour le mouton et 329 (...)
  • 6 Les deux ouvrages marquants dans ce domaine sont ceux de Hehn 1894 et de Hilzheimer 1926. La disse (...)
  • 7 Olck 1909a pour les ânes et les mules, E. Orth 1921b pour les porcins, E. Orth 1921a pour les ovin (...)
  • 8 L’ouvrage que ce même auteur a consacré à l'agriculture homérique comporte aussi d'excellentes pag (...)
  • 9 Hörnschemeyer 1929, Winkelstern 1933, Zeissig 1934, Brendel 1934 (la moins réussie de l'ensemble).

2Nous ne prétendrons pas défricher ici une terre nouvelle : les recherches sur la vie pastorale dans le monde grec ont commencé il y a longtemps. Il est nécessaire de rappeler les perspectives dans lesquelles elles se sont développées. Un premier essor date de la fin du xixe et du début du xxe siècle et fut principalement l'œuvre de savants germanophones. Les deux ouvrages d'O. Relier sur les animaux dans l'Antiquité classique, parus en 1887 et 1909, ont largement mis l'accent sur les animaux domestiques5 et subi l'influence des travaux menés alors sur l'évolution des races domestiques6. Relier a beaucoup utilisé l'iconographie : elle reste l'un des points forts de ses ouvrages. Les articles de la Realenzyklopadie sur divers animaux d'élevage comme le mouton, la chèvre, etc., ne commencèrent à paraître qu'après la première guerre mondiale, mais conservent la même perspective7. Ils ne sont pas tous de qualité égale : le dernier d'entre eux, celui que W. Richter a consacré aux chèvres en 1972, est certainement l'un des meilleurs8. Entre les deux guerres, de 1929 à 1934, la série de thèses de l'Université de Giessen (Allemagne) sur les différents types d'élevage pratiqués en Grèce ancienne s'inscrit dans la même tradition9.

  • 10 Sur les agronomes latins, voir Re. Martin 1971 et, sur leurs sources grecques, Hentz 1976.
  • 11 Voir Amouretti 1986, 228-238. Les Geoponica ont été en partie étudiés par Georgoudi 1990 (édition (...)
  • 12 Georgoudi 1990.

3Tous ces ouvrages ont d'autres points communs, comme le recours aux sources littéraires ou l'étude parallèle de l'économie pastorale dans les mondes grec et romain. Ce dernier domine souvent, parce que les œuvres de plusieurs agronomes latins ont survécu10, alors qu'à l'inverse la littérature agronomique grecque, qui fut pourtant abondante, est presque totalement perdue à l'exception des extraits conservés par les Geoponica11. Les inscriptions n’étaient pratiquement pas utilisées et, ce qui se comprend pour l'époque, l'archéologie n'était pas mise à contribution. Depuis la dernière guerre, l'élevage grec n'a plus fait l'objet que d'études ponctuelles publiées sous forme d'articles : les plus marquants furent ceux de St. Georgoudi, à qui l'on doit aussi le seul livre sur la question12. Un volume consacré aux économies pastorales dans l'Antiquité fut également publié à Oxford en 1988. Notre bibliographie thématique donnera une idée de ces travaux.

  • 13 Rostovtseff 1989 dont l'édition originale en anglais date de 1941 ; Michell 1957 dont la 1ère édit (...)
  • 14 Cette conception de l'histoire économique et sociale a été qualifiée de méthode “dites tout ce que (...)

4L'étude de l'élevage doit être replacée dans le contexte général des recherches sur les économies antiques. On sait qu'en ce domaine le xxe s. fut dominé par les discussions entre modernistes et primitivistes. Les histoires économiques de Rostovtseff, Michell et Heichelheim appartiennent à la première tradition13. Leurs auteurs accordent une place plus ou moins grande à l'élevage, en se contentant en général de dresser le catalogue des grandes régions et de leurs spécialités à partir des informations glanées dans les auteurs classiques et plus rarement dans les inscriptions. Dans l'ensemble, cette conception de l'histoire économique manque de dynamisme et ne permet pas de faire apparaître les modes de production et les relations entre production et marché14.

  • 15 Sur le refus de l'histoire économique opposé par les historiens de l'Antiquité face à “l'ignominie (...)
  • 16 L'article de Andreau et Étienne 1984 marqua ce tournant pour la recherche française.

5Très tôt, ce type de synthèse parut dépassé, d'autant plus que l'histoire économique d'autres périodes était alors en plein essor “cliométrique”. Devant leur incapacité à dresser des courbes et tableaux d'évolution des prix et des productions, comme le faisaient leurs collègues travaillant sur les époques moderne et contemporaine, les historiens de l’Antiquité finirent pas trouver les raisins trop verts et admirent que toute histoire économique leur était interdite : Μ. I. Finley fut certainement le grand promoteur de cette tendance primitiviste15. Il a fallu attendre les années 1980 pour que le blocage ainsi créé commence à être surmonté par des historiens que l'on qualifie de post-primitivistes, parce qu'ils conservent l'essentiel de l’apport de la pensée primitiviste, tout en en atténuant les aspects les plus doctrinaires16.

  • 17 Nous avons surtout utilisé les deux surveys qui ont fait l'objet d'une publication définitive : ce (...)
  • 18 Et ceci grâce en grande partie à Amouretti 1986. Pour une bibliographie des travaux sur l'agricult (...)
  • 19 Osborne 1987, Sallares 1991 et Isager & Skydsgaard 1992.

6A la même époque, le renouveau se fit aussi sentir en histoire agraire. Depuis, l'intérêt pour les campagnes grecques de l'Antiquité n'a cessé de croître, notamment sous l'impulsion des archéologues, et grâce à la mise en œuvre de prospections globales (surveys) dans certaines régions du monde grec17. Peu à peu, la cité retrouvait l'ensemble de son territoire (la chôra) avec ses zones de confins (les eschatiai). L'exploitation économique du territoire bénéficia de ce regain d'intérêt. De même, les circuits de production céréalière et oléicole sont aujourd'hui mieux connus18. Bientôt sans doute, il en sera de même de la production viticole. L'heure est même aux premiers bilans à l'usage des étudiants19.

  • 20 Robert 1949. 152-160 (chap. XVI : “Épitaphe d’un berger à Thasos”) et 161-170 (chap. XVII : “Les c (...)
  • 21 Georgoudi 1974.
  • 22 Whittaker 1988 ; les articles intéressant directement les historiens du monde grec sont ceux de Ho (...)
  • 23 L'identification des sites liés à la vie pastorale pose de sérieuses difficultés : cf. Forbes 1994 (...)
  • 24 Elles restent encore rares pour les époques historiques et n'ont véritablement débuté qu'avec la p (...)

7Les recherches sur l'économie pastorale ont longtemps été marquées, comme nous l'avons dit, par l'usage presque exclusif des sources littéraires. L. Robert, dans deux brillants articles des Hellenica VII, avait cependant montré en 1949 l'intérêt que peuvent présenter les inscriptions20. L'épigraphie fut également mise à contribution par St. Georgoudi dans un article consacré à la transhumance paru en 197421, et dans deux des études du volume sur les économies pastorales dirigé par C. R. Whittaker22. Il nous a donc paru utile de tenter un bilan de ce que les inscriptions peuvent apporter à la connaissance de cet aspect de l'économie grecque. Bientôt, en effet, l'archéologie fournira des données nouvelles, notamment grâce aux surveys23, grâce à la fouille de sites ruraux et aux études archéozoologiques24. Il sera alors sans doute profitable de disposer de synthèses sur la documentation écrite qui, seule, peut donner tout leur sens aux informations que le sol a déjà commencé à livrer. Voilà donc la tâche que nous nous sommes assignée. Les sources littéraires et archéologiques n'apparaîtront que lorsqu'elles éclairent les inscriptions.

8La définition du cadre chronologique et géographique découle du choix des inscriptions.

  • 25 Elles proviennent cependant presque toutes d'Asie Mineure centrale ; voir un bon exemple de stèle- (...)
  • 26 Voir par exemple ΜΑΜΑ, IV, 279, de Dionysopolis en Galatie. Petzl 1994 a donné un recueil partiel (...)
  • 27 Comme la dédicace d'un certain Philippikos ὑπὲρ τῶν κτηνῶν publiée par Herrmann & Varinlioglu 1984 (...)
  • 28 IG, VII, 2870 : voir Fossey 1981-1982.
  • 29 ΜΑΜΑ, IV, 297.

9Une fois écartées les lois crétoises de l'époque archaïque et du début de l'époque classique, dont nous abandonnons l'étude aux spécialistes, on peut constater que la plupart des documents s'échelonnent entre la fin du ve et celle du ier s. a.C., avec une très forte concentration aux ive et iiie s. a.C., deux siècles qui donnent l'impression d'avoir formé une période cohérente, par-delà la coupure traditionnelle entre époques classique et hellénistique. A l'époque impériale, la documentation change de nature : les stèles funéraires, avec les reliefs qui les illustrent, jouent désormais le premier rôle et permettent une meilleure approche des aspects sociaux de la vie pastorale25. En cela, elles sont relayées par les stèles de confession26 et les dédicaces en faveur d'animaux d'élevage27. Il subsiste bien quelques textes rappelant ceux des époques précédentes, comme la lettre d'Antonin le Pieux en 155 p.C. pour séparer les pâturages de Coronée et ceux de Thisbè28, ou encore le règlement d'Hiérapolis sur la protection des vignobles contre les troupeaux29 ; ils étaient cependant insuffisants pour justifier une extension sur trois autres siècles du champ de notre étude. Surtout, la mise en place de l'ordre impérial entraîna une modification complète des conditions politiques dans lesquelles l'élevage pouvait se développer.

  • 30 A l'exception toutefois, pour cette dernière région, des deux décrets de Morrylos (no 15 et 16).

10Le cadre géographique se définit également de lui-même : toutes les inscriptions utilisées ici proviennent d'une partie cohérente du monde grec. On y trouve d'abord la Grèce continentale, celle des cités et non celle des ethnè pour être précis ; les documents venant de Thessalie sont encore nombreux, mais l'Étolie, l'Acarnanie, l'Épire ou la Macédoine30 ne sont guère représentées. La Grèce insulaire, y compris la Crète, forme comme le cœur de notre documentation. En Asie Mineure, l’intérieur des terres est presque absent, alors que les régions côtières ont fourni de nombreux documents. Les Tables d'Héraclée de Lucanie seront la seule occasion de s'intéresser à l'Occident grec. Il s'agira d'essayer de comprendre si cette répartition de la documentation épigraphique est due au hasard, à des habitudes différentes en matière de gravure de textes, ou bien à des différences d'organisation sociale et économique.

  • 31 Quelques-unes ont été laissées de côté en apparence, comme les épitaphes de bergers dont L. Robert (...)
  • 32 Ce classement commence donc par l’Attique, le Péloponnèse, la Grèce continentale, passe ensuite au (...)
  • 33 Dans les traductions, les lacunes du texte original ont été indiquées par [...], alors que (...) s (...)

11Le volume comprend deux parties d'importance inégale. La première est formée par le corpus épigraphique où nous avons essayé de rassembler les inscriptions grecques qui concernent peu ou prou la vie agro-pastorale31. Le corpus est présenté dans l'ordre géographique qui est celui du Bulletin épigraphique de J. et L. Robert32. Les inscriptions ont été numérotées, et lorsque figure dans le texte ou en note un numéro en gras, il s'agit d'une référence à l'un des documents du corpus. La solution consistant à regrouper les inscriptions par thèmes a été repoussée, car nombre d'entre elles auraient pu figurer dans plusieurs sections en même temps. Le lecteur trouvera cependant en fin de volume une table suggérant des regroupements thématiques de textes. Pour chaque inscription, le lemme se contente d’indiquer les principales éditions présentées de façon génétique. Immédiatement après, introduite par cf., nous donnons une liste d'études où certains détails du texte ont été commentés de façon intéressante. Là encore, il ne faudra pas s'attendre à trouver une liste exhaustive des allusions faites au texte dans l'ensemble de la littérature scientifique. Même s'il était possible de tenir un tel registre sans jamais être pris en défaut, ce ne serait d'aucune utilité, puisque l'on y trouverait, sans hiérarchie, l'essentiel et l'accessoire. A de rares exceptions, nous ne prétendons pas fournir de nouvelles lectures. C'est pourquoi, il nous a semblé plus honnête et plus franc d'indiquer à la fin du lemme quelle est l'édition suivie. Son choix n'est cependant pas arbitraire, mais fondé sur une comparaison des textes à la disposition des historiens. Nous espérons que les lecteurs trouveront facilement dans la note critique matière à comprendre et à critiquer le choix que nous avons fait. Dans bien des cas, nous n’avons cité qu'une partie du document : la numérotation des lignes de l'inscription suffira à le montrer33, mais le commentaire permettra de se faire une idée de l'ensemble du texte. La note critique précède la traduction. Cette dernière est donnée de façon systématique, même pour des textes désespérés. Elle ne doit pas être prise pour le texte, puisqu'elle est fondée sur des interprétations et des restitutions subjectives. Au lecteur, encore une fois, de juger de la confiance qu'il peut lui accorder en se reportant au texte grec.

12La seconde partie, plus brève, est formée par la synthèse. Comme nous l'avons dit, la question essentielle est celle des rapports entre l'élevage et l'agriculture dans le système politique et social du monde grec : une telle problématique conduit à mettre l'accent sur les aspects économiques et particulièrement sur l'histoire agraire. Le lecteur constatera cependant que, comme toujours dans le monde grec, la politique n'est pas bien loin. Il s'agira d'abord de mettre en valeur la place du bétail dans l'exploitation des espaces (1er chapitre), puis d'examiner la fiscalité qui pesait sur l'élevage (2e chapitre) et les conséquences de la vie pastorale sur les relations internationales (3e chapitre), ce qui conduira à étudier l'octroi du droit de pâturage (4e chapitre). Enfin, nous reviendrons sur la question de la transhumance (5e chapitre) que la recherche a, de façon sans doute excessive, placée au cœur du débat.

Notes

1 Xén., Mémorables, 2.1.28. Voici le passage sur l'élevage : εἴτε ἀπὸ βοσκημάτων οἴει δεῖν πλουτίζεσθαι, τῶν βοσκημάτων ἐπιμελητέον.

2 Arist., Pol., 6.4.11 = 1319a, explique que l'activité agricole serait la meilleure que l'on pourrait recommander aux habitants de la cité idéale. Ceux qui vivent des troupeaux viennent immédiatement après (μετὰ δὲ τὸ γεωργικὸν πλῆθος βέλτιστος δῆμός ἐστιν ὅπον νομεῖς εἰσι καὶ ζῶσι ἀπὸ βοσκημάτων). Ils ont en effet l'habitude de se déplacer et, pour eux, venir aux assemblées n'est pas pénible.

3 Il semble en être allé de même chez, les Romains et l'Économie rurale, 1.2.12-21, de Varron commence par cette discussion : l'élevage doit-il être étudié dans un ouvrage sur l'agriculture ?

4 Xén., Écon., 5.3 : καὶ γὰρ ἡ προβατευτικὴ συνῆπται τῇ γεωργία.

5 Keller 1909-1920, 218-259, pour le cheval, 296-309, pour la chèvre, 309-329, pour le mouton et 329-372, pour les bovins. Cet ouvrage souffre cependant d'une absence de renvoi systématique aux sources.

6 Les deux ouvrages marquants dans ce domaine sont ceux de Hehn 1894 et de Hilzheimer 1926. La dissertation de Brendel 1934, sur l'élevage ovin, consacre environ la moitié des 120 pages de l'ouvrage à ce type de question.

7 Olck 1909a pour les ânes et les mules, E. Orth 1921b pour les porcins, E. Orth 1921a pour les ovins, E. Orth 1929 pour les bovins, Steier 1937 et Hoppe 1937 pour les chevaux et W. Richter 1972 pour les chèvres.

8 L’ouvrage que ce même auteur a consacré à l'agriculture homérique comporte aussi d'excellentes pages sur l'élevage : W. Richter 1968, 32-87.

9 Hörnschemeyer 1929, Winkelstern 1933, Zeissig 1934, Brendel 1934 (la moins réussie de l'ensemble).

10 Sur les agronomes latins, voir Re. Martin 1971 et, sur leurs sources grecques, Hentz 1976.

11 Voir Amouretti 1986, 228-238. Les Geoponica ont été en partie étudiés par Georgoudi 1990 (édition et commentaire des livres XVI et XVII sur les chevaux et les bovins). Les Geoponica s’intéressent surtout à la médecine vétérinaire, ce qui en limite l’intérêt pour l'histoire agraire.

12 Georgoudi 1990.

13 Rostovtseff 1989 dont l'édition originale en anglais date de 1941 ; Michell 1957 dont la 1ère édition date de 1940 ; Heichelheim 1958-1970, traduction de l’édition originale parue en allemand à Leyde en 1938 sous le titre Wirtschaftsgeschichte des Altertums.

14 Cette conception de l'histoire économique et sociale a été qualifiée de méthode “dites tout ce que vous savez” par Finley 1987, 80-81 et 119.

15 Sur le refus de l'histoire économique opposé par les historiens de l'Antiquité face à “l'ignominieuse vérité” de l'absence de sources statistiques, voir Finley 1982.

16 L'article de Andreau et Étienne 1984 marqua ce tournant pour la recherche française.

17 Nous avons surtout utilisé les deux surveys qui ont fait l'objet d'une publication définitive : celui du sud de l'Attique (Lohmann 1993) et celui d'Argolide (Jameson et al. 1994).

18 Et ceci grâce en grande partie à Amouretti 1986. Pour une bibliographie des travaux sur l'agriculture grecque entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990, Amouretti 1994.

19 Osborne 1987, Sallares 1991 et Isager & Skydsgaard 1992.

20 Robert 1949. 152-160 (chap. XVI : “Épitaphe d’un berger à Thasos”) et 161-170 (chap. XVII : “Les chèvres d'Héracleia”). Cet intérêt remonte au moins à 1938, voir Robert 1938, 223-226. Une partie des cours donnés en 1948-1949 au Collège de France avait également porté sur ce thème, voir Robert 1969-1990, 4. 107. D'autres passages, comme Robert 1948, 27-28, témoignent aussi de l'intérêt de L. Robert pour cet aspect de la civilisation grecque.

21 Georgoudi 1974.

22 Whittaker 1988 ; les articles intéressant directement les historiens du monde grec sont ceux de Hodkinson 1988, Skydsgaard 1988 et Jameson 1988 ; l'ouvrage de Isager & Skydsgaard 1992 utilise surtout la documentation littéraire.

23 L'identification des sites liés à la vie pastorale pose de sérieuses difficultés : cf. Forbes 1994 et 1995. Même constatation chez Lohmann 1993, 1. 194. Comme souvent, l'archéologie de l'Europe du nord-ouest est en avance : voir Vigne 1991.

24 Elles restent encore rares pour les époques historiques et n'ont véritablement débuté qu'avec la publication dans les années 1970 et 1980 d'os trouvés au sanctuaire des Cabires sur le territoire thébain ou à Didyntes et datant de l'époque impériale (Boessneck 1973, Boessneck & Driesch 1983, Boessneck & Schäffer 1986). L'archéologie orientale a suivi ici des méthodes mises au point pour l'Europe occidentale. On trouvera une bibliographie dans Reese 1994. Pour l'intérêt de cette discipline en ce qui concerne l'étude des sacrifices, Hägg 1998b. Les études sur la sculpture animalière antique apportent aussi des informations à mettre en parallèle avec les données issues de l'archéozoologie : voir la synthèse déjà ancienne de G. Richter 1930. La publication de Chamoux 1991 (à propos d'une statue de bronze de génisse provenant d'Herculanum) donne un bon exemple de ce que ces études peuvent apporter.

25 Elles proviennent cependant presque toutes d'Asie Mineure centrale ; voir un bon exemple de stèle-porte avec représentation du couple de bovins provenant de Phrygie, Cremer & Şahin 1983, 148-152 et pl. 8-b. Ces documents sont intéressants pour la sociologie, l'outillage de l'élevage et le travail de la laine. L'une d'elles, par exemple, comporte une représentation de forces à tondre : Robert 1937, 206 et pl. XVIII, ill. 3. On en trouve quelquefois lors de fouilles, ainsi à Abdère, dans un sarcophage d'époque classique ou hellénistique (Pariente 1990, 801, fig. 148). Sur cet instrument, White 1967, 119-120. Notons que l'usage des forces ne devait pas être limité à la tonte des moutons.

26 Voir par exemple ΜΑΜΑ, IV, 279, de Dionysopolis en Galatie. Petzl 1994 a donné un recueil partiel de ces textes. Son index permettra de retrouver commodément les textes où il est question du bétail (s.v. βοῦς, θρέμμα, κτῆνος, ὄνος, πρόβατον).

27 Comme la dédicace d'un certain Philippikos ὑπὲρ τῶν κτηνῶν publiée par Herrmann & Varinlioglu 1984, 9-10 et pl. 2-5 : sur la stèle, le texte est surmonté d'un relief représentant Philippikos avec son valet de ferme et son cheptel bovin formé de zébus. Ces documents sont largement employés dans l'étude de Bodson 1980. Voir maintenant aussi, sur la Phrygie impériale, les Phrygien Votive Steles de Drew-Bear et al. 1999.

28 IG, VII, 2870 : voir Fossey 1981-1982.

29 ΜΑΜΑ, IV, 297.

30 A l'exception toutefois, pour cette dernière région, des deux décrets de Morrylos (no 15 et 16).

31 Quelques-unes ont été laissées de côté en apparence, comme les épitaphes de bergers dont L. Robert a eu l’occasion de parler (Robert 1949, 152-154) et qui ne forment pas une série réellement étoffée. Le lecteur constatera toutefois qu’elles sont mentionnées dans les notes.

32 Ce classement commence donc par l’Attique, le Péloponnèse, la Grèce continentale, passe ensuite aux îles, se poursuit en Asie Mineure que l’on parcourt du nord au sud et s'achève dans l'Occident grec.

33 Dans les traductions, les lacunes du texte original ont été indiquées par [...], alors que (...) signale une partie non citée par nous.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search