Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Remerciements

Texte intégral

1Un célèbre historien a expliqué il y a peu qu'il fallait désormais faire de l'histoire “de la cave au grenier”. Beau projet ; ce n'est pourtant ni à la cave, ni au grenier que j'ai l'intention de conduire le lecteur, mais plutôt vers les bergeries et les étables, et aussi vers les montagnes, sur la trace des troupeaux et des bergers de l'Antiquité grecque. Espérons que ces excursions ne seront pas trop dépaysantes pour tous ceux qui sont habitués à des types d’études plus classiques.

2L'ouvrage présenté ici est issu d'une thèse de doctorat soutenue en novembre 1994 à l'Université de Paris IV devant un jury composé de Philippe Gauthier. André Laronde, Christian Le Roy et Olivier Picard. Les suggestions qu’ils m'ont faites lors de la soutenance, puis les discussions que j'ai eues avec eux m'ont permis de reprendre bien des aspects de mon travail. Qu'ils en soient ici tous remerciés. Ma charge d’enseignement à l'Université Paul-Valéry-Montpellier III m'a conduit à envisager de nouvelles problématiques. Aussi, lorsque Raymond Descat et Alain Bresson m'ont proposé de publier ce travail, ai-je souhaité le remanier en profondeur. J'espère qu'ils n’ont pas été déçus par ce qu'ils ont lu, tant le texte est différent de celui qu'ils ont eu en main initialement.

3Mes remerciements vont aussi spécifiquement à André Laronde qui a guidé mes premiers pas d'historien du monde grec. Il ne m’aurait pas non plus été possible de rédiger ce travail sans la connaissance des méthodes de l'épigraphie acquise au long des six années pendant lesquelles j'ai suivi les séminaires de Philippe Gauthier à l'École Pratique des Hautes Études.

4L'un des avantages de ce type d'histoire est aussi d’amener le chercheur à sortir du confort de son cabinet de travail et à quitter régulièrement les bibliothèques auxquelles il est habitué. La Grèce d'abord m'a attiré. J'ai pu y bénéficier de l'aide de nombreux services scientifiques, notamment au Musée National à Athènes et au Musée Épigraphique. Ces voyages ont aussi été facilités par l’École Française d'Athènes et par ses directeurs successifs, MM. Olivier Picard et Roland Étienne, qui, à de nombreuses reprises, ont bien voulu m'accueillir comme hôte.

5Je tiens également à remercier le Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD) qui m'a accordé deux bourses pour perfectionner ma connaissance de l'allemand au GoetheInstitut de Murnau et pour passer dix mois à Munich en 1990-1991. A cette occasion, la Kommission für alte Geschichte und Epigraphik des deutschen archaologischen Instituts et son directeur, Michael Wörrle, m'ont réservé un accueil que je ne saurais oublier : qu'ils trouvent ici l'expression de toute ma reconnaissance.

6Elle va aussi à tous ceux qui ont accepté la pénible charge de relire tout ou partie de ce travail, au premier rang desquels il faut citer plusieurs de mes collègues de Montpellier, et notamment Françoise Frazier, Claude Vial et Philippe Le Moigne. Leur attention sans faille et leur science m'ont évité bien des erreurs. Toutes celles qui restent ne doivent être imputées qu'à moi-même, comme le veut la formule.

7Les cartes ont été réalisées par Clément Reynès, du laboratoire d'Histoire de mon Université : qu'il soit lui aussi remercié ici.

8Athènes et Montpellier, novembre 2001

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search