Version classiqueVersion mobile

La cité marchande

 | 
Alain Bresson

Chapitre XII. Les cités grecques, le marché et les prix

Texte intégral

1Au cours du xxe s., de manière explicite ou implicite, la réflexion sur la spécificité et la place de l’économie dans les sociétés de l’Antiquité classique, et spécialement en Grèce ancienne, s’est développée en ultime ressort dans le cadre d’une interrogation plus vaste : celle de savoir en quoi a pu consister la spécificité de l’Occident. C’est en Occident, en effet, qu’est apparu un système économique dont le dynamisme a d’abord bouleversé l’équilibre social des sociétés européennes qui lui avaient donné naissance. Il s’est aujourd’hui étendu à toute la planète, en se subordonnant puis en transformant de manière apparemment irrésistible tous les autres systèmes sociaux préexistants.

2Il y a certes une distance considérable entre les grandes conceptualisations couvrant l’histoire de plusieurs continents sur deux ou trois millénaires et les recherches des spécialistes, qu’elles portent sur la Grèce ancienne ou l’Orient musulman, l’Inde précoloniale ou la Chine mandchoue. Pourtant, que leurs auteurs le veuillent ou non (parfois aussi à leur corps défendant), les études ponctuelles trouvent souvent leur source d’inspiration dans les grandes synthèses qui ont tenté de répondre au problème évoqué précédemment, celui de l’origine et des formes de développement de l’économie marchande moderne. Il n’est donc pas superflu de commencer par situer ces travaux sur la “cité marchande” dans la perspective de ce débat. Mais c’est ensuite la question du rapport entre l’État et l’échange marchand et, surtout, celle du marché et de la formation des prix qu’il faudra aborder.

polanyi ou weber ?

3Ce sont incontestablement les travaux de Karl Polanyi qui ont le plus inspiré l’histoire économique des dernières décennies. C’est en effet Polanyi qui a fourni le cadre conceptuel d'explication le plus couramment accepté de l’apparition du système économique désigné sous le nom de “capitalisme”, système que l’on pourrait brièvement définir comme celui où l’accumulation du capital s’opère par un processus cumulatif qui se nourrit de lui-même. Si le capitalisme est né en Occident à la fin de l’époque médiévale et à l’époque moderne, il peut donc paraître légitime de s’interroger pour savoir pourquoi cette genèse ne s’est pas produite ailleurs, en d’autres temps et en d’autres lieux, par exemple en Chine ou en Inde, ou encore tout aussi bien en Grèce ancienne. On ne pourra ici rappeler que trop brièvement l’explication synthétique donnée par Karl Polanyi.

  • 1 Nous résumons ci-après les thèses de Karl Polanyi dans La grande transformation [1983], 71-101. Ce (...)

4Selon ce dernier, on doit rejeter une vision évolutionniste de la genèse du capitalisme1. Le capitalisme n’est pas né d’une extension progressive des échanges provoquée par la division du travail, selon le modèle d’Adam Smith. On peut certes imaginer un modèle théorique unilinéaire qui voudrait que des groupes familiaux ou des villages aient procédé à des échanges réciproques, que ces échanges se soient progressivement développés jusqu’à prendre une envergure régionale puis interrégionale, pour finir, par extension, par devenir un réseau mondial. Mais ce schéma ne correspond nullement à ce que l’on peut observer empiriquement dans le développement historique. En fait, selon Polanyi, le propre des “sociétés précapitalistes” est que l’économie n’y existe pas en tant que sphère autonome. Ce sont de tout autres motivations que le gain qui ont gouverné leurs “systèmes économiques” (qui n’étaient donc pas de vrais systèmes économiques) : dans les sociétés primitives, il s’agissait essentiellement d’un système de réciprocité fondé sur le don-contre don ; dans les sociétés d’empire, comme celles de la Mésopotamie antique, de l’Égypte pharaonique, de la Perse, de la Chine, de l’Inde et de même pour celles de l’Amérique précolombienne, qui pourtant connaissaient déjà un degré élevé de division du travail, c’était la redistribution sous le contrôle de l’État qui prévalait. C’était donc la parenté (dans les sociétés primitives) ou l’État bureaucratique et ses représentations politiques et religieuses (dans les sociétés d’empire) qui gouvernait “l’économie” de ces sociétés, et non pas le marché. Dans ces sociétés, l’économie n’existait donc pas comme sphère autonome : elle était en fait “immergée” dans les institutions sociales ou politiques.

  • 2 Adda 1997, I, 10-1 1, d’après Polanyi [1983], 102-112.

5Pour Polanyi, l’échange marchand pouvait certes exister dans les sociétés précapitalistes, mais il n’y jouait qu’un rôle mineur, aux marges d’un système qui l’ignorait et même s’en défendait vigoureusement. L’un des principaux traits qui caractérisaient alors l’échange marchand était la séparation entre commerce local et commerce international. Tandis que le commerce local répondait aux besoins d’échange immédiat des individus, des familles ou autres regroupements de faible envergure, le commerce international répondait pour l’essentiel aux besoins des élites et était aux mains de marchands spécialisés. Les lieux de marchés étaient des points de rencontre aux frontières de deux communautés, des sortes de lieux neutres où les procédures d’échange, et en particulier l’établissement du prix des denrées, s’opérait selon des conventions traditionnelles et non en fonction de la loi de l’offre et de la demande. En réalité, tout en étant séparés l’un de l’autre, commerce international à longue distance et commerce local fonctionnaient selon le principe de complémentarité et non selon le principe de concurrence. Dans les sociétés précapitalistes, il n’existait donc pas de “marché autorégulateur, où toute chose tend à se transformer en une marchandise dont le prix résulte de la confrontation d’une offre et d’une demande, qui rétroagissent elles-mêmes aux variations des prix”2.

6Pour Polanyi, c’est seulement avec l’alliance des bourgeoisies marchandes et des monarchies centralisées, réalisée à l’époque moderne, que le système d’accumulation capitaliste put prendre son essor. Au cours du Moyen-Age, les marchands atteignirent un haut degré d’autonomie par rapport au pouvoir politique. L’exceptionnel essor des cités italiennes ne put toutefois déboucher sur un véritable capitalisme, sans doute du fait du caractère trop fragile et étroit de leur base politique. Mais, dans le Nord de l’Europe cette fois, l’alliance des bourgeoisies marchandes et des princes contrôlant de vastes espaces où ils faisaient effectivement régner un ordre légal, permit finalement la vraie apparition du capitalisme. Selon Polanyi, c’est donc par le haut, par le grand commerce, et non par le bas, par l’extension progressive des marchés locaux, que le capitalisme prit son essor. S’emparant finalement des processus de production eux-mêmes, alors que jusque là pour l’essentiel ils leur avaient échappé (dans la ville médiévale, la production artisanale était sous le contrôle des corporations, et la production agricole relevait de structures de type féodal), les processus d’accumulation capitaliste devenaient une force irrésistible, destinée à prendre le contrôle de toute la planète.

  • 3 Cf. Chapman [1975] et Arnold [1975ab]. Voir aussi supra chapitre I, et nos remarques 57, n. 170 po (...)

7Le schéma global défini par Karl Polanyi possède une grande puissance de suggestion. En outre, la méthode a aussi permis des analyses institutionnelles solides et bien argumentées, comme par exemple sur les marchés des sociétés précolombiennes ou de l’Afrique traditionnelle du xviiie siècle3. Mais, employée de manière rigide, elle présente cependant un risque indéniable. Étant donné l’objectif qui était le sien, lequel consistait dans un premier temps à essayer d’expliquer l’origine du système d’accumulation capitaliste, on comprend très bien que Karl Polanyi ait développé le concept de sociétés “précapitalistes”. Ces sociétés n’étaient donc pas analysées pour elles-mêmes, mais par rapport au système capitaliste, qui, avec son successeur annoncé le socialisme, jouait donc pour K. Polanyi le rôle de “fin de l’histoire”. En quelque sorte, la méthode consistait d’abord à utiliser une grille de lecture, à opérer une recherche des “manques” par rapport aux traits qui paraissaient pertinents pour expliquer l’essor de l’Occident. La question est de savoir si celte grille de circonstance peut avoir une valeur heuristique universelle. En fait, elle présente le risque de laisser passer l’essentiel de ce qui faisait la spécificité d’un système économique. Un filet aux mailles trop larges ne permet pas de ramener le commun des espèces qui font la richesse d’un fond marin : et l’on conclut que la mer est vide.

8Si l’on pose au départ que seul le “système capitaliste” tel qu’il s’est développé dans l’Europe moderne correspond à des mécanismes économiques authentiques, toute société qui l’a précédé ne pourra qu’être considérée comme un échec par rapport à l’idéal qu’il est censé avoir pu atteindre. Plus grave, le concept classificatoire de “société précapitaliste”, qui écrase la perspective temporelle, peut finir par devenir un gigantesque fourre-tout, dans lequel la spécificité de chaque société risque de disparaître. Le danger principal auquel, à notre sens, ont peu ou prou succombé nombre des disciples de Polanyi étudiant les sociétés du monde classique, est celui du primitivisme, inhérent au concept même de société “précapitaliste”. Trop souvent, par un processus circulaire, on doit constater que des spécialistes ont refusé d’admettre l’existence de structures, institutions ou comportements, parce qu’ils les jugeaient non conformes à la représentation d’une société “précapitaliste”, donc nécessairement “primitive”, qu’ils s’étaient forgée.

  • 4 Cf. Millett 1990, 169, avec réf. Il est vrai que Polanyi n’était pas spécialiste de l’Antiquité et (...)
  • 5 Hasebroek 1928 ; Finley 1973 (trad. fr. 1975) ; Hopkins 1983, XI, pour la désignation comme “Nouve (...)
  • 6 Cf. déjà Andreau & Étienne 1984 et Descat 1994, 1995a et 1997.
  • 7 Bruhns 1996 et 1998, avec une ample bibliographie. Nous avions nous-mêmes fait à tort ce raccourci (...)
  • 8 Bruhns 1998, 39-40. La contribution principale de Weber se trouve dans Les causes sociales du décl (...)

9On doit paradoxalement relever que K. Polanyi lui-même, très impressionné par les prix et la réflexion sur les prix en Grèce ancienne, faisait de la Grèce une semi-exception dans sa vision d’un monde précapitaliste ignorant le marché. Pour lui, c’est l’Athènes du ive s. qui aurait vu la naissance des prix de marché4. Mais dans le domaine de l’histoire économique de l’Antiquité, ce sont les travaux de Johannes Hasebroek et de Moses Finley qui ont bénéficié de la plus grande audience au cours des dernières décennies. Avec la pléiade d’études auxquelles ils ont donné naissance, ils sont devenus une sorte de “Nouvelle Orthodoxie”, selon le mot de K. Hopkins, lui-même ardent défenseur de ces positions5. Aussi bien Hasebroek que Finley (ce dernier se plaçant explicitement dans la filiation des travaux de Polanyi) ont pris des positions qu’il faut bien définir comme une forme de néoprimitivisme. L’historiographie du débat sur l’économie antique a été récemment exposée à plusieurs reprises et il est donc inutile d’y revenir6. En outre, la question (bien plus complexe qu’on ne l’a longtemps cru) de la filiation allant de Weber à Polanyi, et de Polanyi à Finley, a fait l’objet de remarques approfondies de H. Bruhns7. Ce dernier a souligné que M. Finley avait gardé pour l’essentiel l’aspect “type idéal” de la cité grecque, mais qu’il avait fini par donner une vision “incomplète et déformée” de la cité antique de Max Weber8. Au point de départ et au point d’arrivée de la chaîne de filiation, et sur une question aussi décisive que celle du marché dans le monde de la Grèce des cités, Weber et Finley ont en réalité défendu des points de vue diamétralement opposés.

  • 9 Finley [1975], 27.
  • 10 Économie et société, in Weber [1998], 328-329.
  • 11 Weber [1998], 101. Dans la synthèse de ses ultimes travaux (1919-1920), publiés post mortem en 192 (...)
  • 12 Cf. Bruhns 1998,58.

10En effet, quoi qu’en dît Finley9. Weber accordait au marché un rôle très important dans l’évolution du monde antique. En une thèse fort originale, ce dernier soulignait le rôle de l’échange marchand non pas comme développement tardif, mais bien aux origines de la civilisation antique, l’évolution ultérieure tendant au contraire à en réduire l’importance10. Tout en montrant les différences structurelles d’avec le système économique contemporain, il n’hésitait pas à admettre “le caractère largement ‘capitaliste’ d’époques entières de l’histoire antique (et précisément des plus grandes)”11. Au demeurant, cette définition n’avait rien à voir avec une quelconque attitude moderniste, car Max Weber s’efforçait de donner des définitions précises et techniques qui montraient que, dans son esprit, il n’y avait nulle assimilation du “capitalisme” antique au “capitalisme” de l’époque contemporaine. Au contraire, il polémiquait sans cesse contre les collages typiquement modernistes d’Eduard Meyer, qui, par exemple, croyait retrouver trait pour trait le xviiie s. européen dans la Grèce hellénistique et sa supposée “industrialisation”12.

  • 13 Finley [1975], 36-39 explicitement.
  • 14 Appréciation positive Finley 11975], principalement 27 - mais où il est prêté à tort une vision né (...)
  • 15 On a même parfois l'impression d’une polémique inavouée ou involontaire contre Weber lorsque M. Fi (...)

11En revanche, M. Finley considérait que l’échange marchand, quantitativement négligeable, ne jouait aucun rôle structurel dans l’Antiquité classique et niait catégoriquement l’existence d’une quelconque forme de structure de marché dans les mondes anciens13. Bien que les références à Weber dans L’économie antique soient élogieuses, le point important est le non-dit, l’appréciation radicalement différente du rôle du marché14. Sur ce point, Finley était donc aux antipodes de Weber15.

  • 16 Finley [1975], 15-39, et part. 39.
  • 17 Weber [1998], 61-83.

12Mais l’opposition tient aussi à la méthode. Pour ce qui est de la conception même de l’économie antique, M. Finley croyait possible de définir une économie antique - ou plutôt de trouver les traits distinctifs à cette période connue sous le nom d’Antiquité qui faisaient que l’économie y était gouvernée par des contraintes extra-économiques spécifiques16. Au contraire, dès son étude sur Les causes sociales du déclin de la civilisation antique de 189617, M. Weber traitait l’économie antique non pas comme une structure intemporelle mais comme un processus historique dynamique. Il se donnait pour objectif d'en définir la logique, les étapes, en montrant comment les processus qui, selon lui, avaient permis l’essor des cités grecques puis celui de Rome, avaient fini par se bloquer et à conduire la civilisation antique à sa perte. En terme de méthode, et malgré des convergences incontestables sur un certain nombre de points, on doit donc aussi souligner la différence entre l’approche de Max Weber et celle de Moses Finley.

  • 18 Cf. supra Introduction, 9 et n. 2.

13Le débat sur l’économie antique, et spécialement sur la question de l’échange marchand, ne doit cependant pas se ramener à un débat historiographique, combien salutaire certes, mais qui, si l’on s’en contentait, se trouverait en porte à faux par rapport aux réalités de la recherche historique en histoire ancienne, qui, dans tous les domaines (critique textuelle, épigraphie, papyrologie, archéologie, numismatique) a accompli d’énormes avancées au cours de ce siècle. H. Bruhns a eu raison d’insister sur la formule de Max Weber évoquée en introduction, qui aux généralisations abusives opposait la rigoureuse épreuve des faits18. C’est à la lumière de ces études factuelles qu’il est possible de poser de manière différente la question des rapports entre État-cité et échange marchand ou celle du marché.

L'état et l’échange marchand

  • 19 Pour les questions débattues dans ce paragraphe, voir chapitre VI.
  • 20 Finley [1975], 219-220.

14L'idée que les cités grecques, en tant qu’États, aient pu s’intéresser au commerce a rencontré une vive opposition19. Au plan méthodologique, en effet, il a longtemps été admis à la suite des travaux de Johannes Hasebroek et Moses Finley que la cité n’avait décidément rien à voir avec le commerce, qu’elle s’en désintéressait totalement. Tout au plus pouvait-elle avoir une politique d’importation visant à assurer la trophè, l’alimentation des citoyens. De manière plus générale, l’un des concepts clé de cette théorie était que la cité (et de même tout État antique) ne pouvait avoir aucune politique économique au sens moderne du terme. Ainsi, selon Finley, on chercherait en vain dans les cités grecques une politique visant à stimuler les exportations pour dégager des excédents ou au contraire à limiter les importations au moyen de droits de douane20.

  • 21 Voir aussi chapitre VI, 126-129 sur les interdictions d’importer.

15Relevons d’emblée qu’il y aurait en fait beaucoup à dire sur cette insistance mise sur les droits de douane et leur utilisation comme critère de définition d’une politique économique dans une société “capitaliste” développée. Il est clair aujourd’hui qu’il ne faut voir là qu’une phase transitoire dans l’histoire de la politique économique des sociétés européennes. L’utilisation des droits de douane comme instrument de guerre économique est certes une pratique qui n’a pas disparu. Mais la vision libérale héritée de l’Angleterre du xixe s., qui est aujourd’hui dominante (autre phase transitoire peut-être, mais là n’est pas la question), veut que les droits de douane soient une entrave au développement, un héritage au sein des sociétés contemporaines des pratiques des États de l’Europe moderne, et non pas un critère de l’existence d’une “politique économique au sens achevé du terme”, si tant est que ce concept ait un sens21.

  • 22 Cf. chapitre IX, 205 et n. 89.
  • 23 Pour Délos, voir Reger 1994, 49-82.
  • 24 Efthymiou-Hadzilacou 1988, 261.

16Un des points nodaux des thèses de la “Nouvelle Orthodoxie” relativement au commerce est que la cité avait seulement une politique d’importation visant à assurer au meilleur compte l’alimentation de ses citoyens. Indubitablement, une telle politique existait bel et bien. Vu l’importance de la dépendance envers l’extérieur des cités du monde égéen, il était en effet vital que les cités fissent tout pour éviter une rupture brutale de leurs approvisionnements, qui risquait d’avoir à très brefs délais les plus graves conséquences. C’est naturellement au premier chef Athènes qui était concernée par cette dépendance envers les marchés extérieurs22. Cependant, on sait aussi qu’Athènes n’était pas la seule dans ce cas et que les grandes cités maritimes développées du monde égéen étaient peu ou prou dans la même position, même si les petites avaient un horizon d’approvisionnement plus limité23. On serait bien en peine de fixer le taux de dépendance extérieure d’Éphèse. de Chios, ou de Mytilène. Mais, pour Rhodes, on relèvera seulement qu’au xviiie s., dans les conditions d’une occupation turque plus rude que dans les autres îles du Dodécanèse mais avec une charge de population moindre qu’à l’époque hellénistique et une agriculture beaucoup moins orientée vers l’exportation, l’île ne se nourrissait que huit mois sur douze24.

  • 25 Pol. 28.2.1-2. Sur les opérations militaires de la “sixième guerre de Syrie”, qui paraissent n’avo (...)
  • 26 Telle est aussi la conclusion de P. Garnsey (1988, 148-149) pour Athènes à travers toutes les vici (...)

17Dans l’Antiquité, on sait que Rhodes importait du grain de l’extérieur, sans doute principalement d'Égypte, même si cette source ne devait pas être unique : en 170, Rhodes demande à Rome une licence d’exportation de 100 000 médimnes de grain de Sicile, sans doute parce qu’à cette époque, l’Égypte était aux prises avec Antiochos IV et du fait de cette guerre ne pouvait plus ou ne voulait plus exporter25. En elle-même, cette dépendance à l’égard des approvisionnements extérieurs doit être relevée comme un fait majeur. Malgré les incertitudes pouvant toujours peser sur les lignes maritimes, le fait que pendant plusieurs siècles les populations des cités aient compté sur ces échanges extérieurs pour ce qui était la hase même de leur alimentation suppose ainsi une confiance raisonnable dans leur pérennité26. Dans l’histoire des sociétés humaines, c’est la première fois que l’on voit de grandes concentrations de population accepter comme un état normal et ordinaire de dépendre aussi directement, pour leur survie même, d’approvisionnements aussi lointains, reposant non pas sur des tributs imposés par une quelconque forme de domination politique, mais sur des échanges de type commercial, assurés par une multitude de décisions individuelles d’achat et de vente.

  • 27 Adda 1997, II, 32-34.

18Que les cités grecques aient pu mener une politique visant à assurer la permanence de ces achats n’a donc rien pour surprendre. Il ne s’agit même pas d’une spécificité des cités grecques antiques. Tout État se trouvant de manière analogue dans une grande dépendance à l’égard d’une source d’approvisionnement extérieure est amené à avoir une attitude similaire. A long terme, la dépendance de la plupart des sociétés développées à l’égard du pétrole importé est un fait incontournable27 : or, ils ont presque tous développé une politique de cet ordre. Dans l’Antiquité comme de nos jours, tout en comptant sur le marché, les états les plus puissants mènent officiellement ou officieusement une politique de contacts directs de nature politique pour s’assurer soit des parts de marché qui leur garantiront un minimum d’arrivages en toute circonstance, soit la sécurité des routes d’approvisionnement, éventuellement en occupant des points d’appui sur les routes maritimes pour faire face à toute éventualité en cas de crise.

  • 28 Voir chapitre VI.
  • 29 Sur ce point. M. Weber ([1998], 65) lui aussi tenait pour une vision purement négative d’une autar (...)

19Mais la seule politique d’importation ne saurait suffire à rendre compte de l’attitude des cités à l’égard du commerce extérieur. C’est ainsi qu’on doit mettre l’accent sur des accords internationaux, conclus entre cités pour s’assurer des avantages réciproques, dont il est vain de vouloir nier la nature commerciale28. La réflexion d’Aristote montre que l’autarcie n’était nullement une fermeture au commerce extérieur : il s’agissait en fait d’une pratique consistant à offrir à une autre cité, donc de préférence dans un rapport dual, le surplus d’une production qui se trouvait être excédentaire, la cité partenaire fournissant de son côté de la même manière le surplus d’une production différente qu’elle avait en excès, chacune important ce qui lui manquait29. Une cité ayant des excédents de blé et manquant de vin pouvait ainsi nouer un accord profitable avec une cité se trouvant dans le cas inverse. De la sorte, dans la conception d’Aristote, la cité pouvait éviter de tomber dans la “chrématistique”, dans l’attitude consistant à faire du commerce non pas pour satisfaire des besoins, mais pour la simple recherche de gain. En somme, ce qu’Aristote refusait était que le commerce et l’accumulation ne devinssent une fin en soi, hors de tout cadre civique et ne pussent au contraire menacer le cadre de la vie civique.

  • 30 Voir Bresson 1993, 201-204 et 217.

20L’intérêt de la cité pour le commerce extérieur ne se manifestait pas seulement, si cela paraissait utile, par la conclusion de traités d’importation et d’exportation, mais aussi par une politique de réglementation pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’importer un produit qui aurait été susceptible de faire concurrence aux produits du pays : c’est de cette manière que l’on peut expliquer les restrictions mises par la cité de Thasos, grande cité viticole, à l’importation de vin dans la zone commerciale qu’elle contrôlait30.

  • 31 Cf. chapitre I.
  • 32 Hdt. 2.178 et supra chapitre I, 46.
  • 33 Voir chapitre II. 82.

21Enfin, les cités qui comptaient en leur sein des communautés importantes de marins ou de commerçants pouvaient aussi être amenées à développer des structures institutionnelles leur permettant d’exercer leurs activités dans un cadre juridique favorable. Le cas de l’emporion de Naucratis, en Égypte, révèle que c’étaient bien neuf cités d’Asie Mineure, en tant que cités, et non de manière informelle des marchands originaires de ces cités, qui assuraient la gestion du sanctuaire de l’Hellénion31. On doit mesurer pleinement la signification de cette constatation. D’abord, Naucratis était sous la 26e dynastie le seul port égyptien ouvert aux commerçants grecs. En outre, dès avant le milieu du vie s. des cités grecques – celles qui étaient alors les plus avancées et les plus engagées dans les processus d’échanges – étaient suffisamment impliquées dans les échanges extérieurs pour nouer ensemble et avec le pharaon d'Égypte un accord international qui permettait de donner à leurs représentants sur place, en Égypte, un rôle de contrôle administratif sur les échanges du port, naturellement sous la haute main des autorités égyptiennes. Au delà du rôle global de régulation des échanges, la possession d’un siège dans l’Hellénion conférait du prestige mais assurait aussi certainement à la cité qui en était titulaire une position lui permettant d’accorder une aide particulière à ses propres commerçants. C’est la raison pour laquelle les cités qui n’étaient pas membres de l’Hellénion désiraient tant pouvoir aussi en faire partie, comme l’indique Hérodote32. L’inscription relative à l’emporion de Thrace intérieure révèle des mécanismes de nature identique33.

22Sans l’ombre d’un doute, on voit que les cités pouvaient développer des politiques d’importation, mais on voit aussi combien il serait réducteur de considérer que les cités grecques, en tant qu’États, ne manifestèrent jamais d’intérêt pour le commerce extérieur, sinon pour assurer l’alimentation de leur population.

  • 34 Voir en détail chapitre XI. On retrouve l’habituel placage “primitiviste” des catégories modernes (...)

23Cependant, la “Nouvelle Orthodoxie” dispose encore apparemment en dernier recours d’une carte maîtresse : l’analyse selon laquelle, dans les sociétés antiques, comme au reste dans toutes les sociétés préindustrielles, les faits économiques étaient “immergés dans le social” et n’avaient pas d’autonomie propre. En fait, cette conception repose sur une double dichotomie implicite : d’une part, sur l’opposition entre économie concrète et structures sociales ; d’autre part, sur la distinction qui est celle des économistes libéraux contemporains selon laquelle l’économie relève de la sphère de l’activité privée, tandis que l’État doit se borner à son rôle d’autorité régalienne. Or, dans l’Antiquité, le partage entre le public et le privé était fort différent de ce qu’il est aujourd’hui34. La distinction du système libéral contemporain entre le public. i.e. l’État, et le privé, i.e. l’économie, n’existait pas dans le monde de la cité grecque antique. C’est en fait la catégorie des prosodoi qui est décisive pour pouvoir analyser ces sociétés.

  • 35 Sur le rôle de la guerre comme moyen d’établir une domination, cf. Garlan [1999] et Finley [1999],

24L’État-polis n’était nullement “à l’écart de l’économie”. Il n’était pas seulement un État arbitre, cette fonction n’étant au demeurant apparue que peu à peu, en un long développement historique. Bien au contraire, au même titre qu’un particulier mais en utilisant des moyens qui lui étaient propres et qui ne devaient pas se confondre avec ceux du particulier, il se devait d'acquérir des prosodoi, des revenus. C’est naturellement la guerre comme moyen d’établir une domination sur les autres collectivités qui en était le vecteur principal35. La cité grecque, comme État, était donc sur ce point fort différente des États contemporains. La polis, qui était une sorte de club de citoyens, était un moyen d’enrichissement collectif, car c’était directement au bénéfice de ses membres que devaient fonctionner les institutions civiques. Le C. Callimaque d’Isocrate (§ 58-60) décrit la situation de découragement des triérarques athéniens après la bataille d’Aigos Potamoi, leur regret d’avoir tant investi pour rien et leur repli sur leurs activités privées. Même pour les riches, dépenser son argent pour la collectivité était en quelque sorte faire un investissement collectif dont ils savaient pouvoir à terme être les bénéficiaires du fait de la prospérité générale de la cité. C’est là, on le voit, un facteur d’altérité par rapport aux principes qui régissent les rapports entre la sphère du privé (l’économie) et du public (État) dans le monde contemporain.

25Certes, il serait tout à fait erroné de penser qu’il existait un modèle unique, non contradictoire, de la cité grecque. De même que les modalités par lesquelles l’État pouvait s’enrichir, l’utilisation de l’argent public faisait objet de débat. Fallait-il distribuer des misthoi, des rétributions pour les services rendus à la cité par les magistrats ou commissaires ? La démocratie athénienne le fit très largement, au grand dam des éléments conservateurs, qui considéraient que le service de la cité devait être assuré gratuitement, manière pour eux de réserver l’accès aux magistratures aux seuls membres de couches possédantes. De manière générale, les cités démocratiques avaient beaucoup plus de magistrats que les cités conservatrices. De même, si l’on compare les cités démocratiques de l’époque classique et les cités à tendance plus conservatrice de l’époque hellénistique (même si elles étaient officiellement des démocraties), on constate une réduction du nombre des magistratures. Cependant, par delà les différences très importantes qui pouvaient les séparer sur la manière de les acquérir et sur la manière de les utiliser, le point commun entre toutes les cités grecques était toujours le principe que la cité devait engranger des prosodoi. Mais la question de fond qui subsiste encore est celle de l’existence ou de l’absence de structures de marché dans la Grèce des cités.

le marché et la cité

26La “Nouvelle Orthodoxie” considère que le marché n’existait pas dans les sociétés anciennes. Or, non seulement le marché existait bel et bien, mais on peut même dire que, comme structure politique et sociale, il était un élément clé du dynamisme des sociétés civiques, et faisait toute leur spécificité par rapport aux sociétés orientales, qui. elles, fonctionnaient principalement sur le mode de la redistribution. On voit que, sur ce point, le désaccord ne saurait être plus net.

L’agora comme structure de marché

  • 36 Le paradoxe est que c’est au héraut de Sparte, la cité qui a la réputation d’être la moins tournée (...)
  • 37 Arist.. Pol., 7.12.3-7, s’appuyant sur l’exemple de la Thessalie.

27On connaît le mot de Cyrus qui. selon Hérodote (1.153). définissait les Grecs en disant que c’étaient des gens qui au milieu de leur ville avaient un endroit où ils pouvaient se tromper mutuellement par des serments, désignant ainsi l’agora où l’on pouvait acheter et vendre36. La formule était polémique, mais pas inexacte. Ce qui dans le monde grec fondait l’existence du marché était l’égalité juridique et politique entre des partenaires libres et formellement égaux, rapport dont l’agora était la matérialisation. Naturellement, le groupe des citoyens était plus ou moins large, et il suffirait de renvoyer ici aux concepts d’oligarchie ou au contraire de démocratie. De l’archaïsme à l’époque hellénistique, les communautés civiques ont toute une histoire, qu’il serait vain de vouloir évoquer en quelques mots et qui au demeurant est bien connue dans ses grandes lignes, parfois aussi dans le détail, du moins pour une cité comme Athènes. Ces communautés étaient plus ou moins ouvertes, les unes comme Sparte “archaïques”, restrictives et hiérarchisées, d’autres comme Athènes, nombreuses et égalitaires. Cependant, pour ce qui est de la circulation des biens, même si c’était à des degrés fort divers, elles partageaient toutes les mêmes caractéristiques de fond : d’où la tentation de séparer agora politique et agora marchande, puisque sur cette dernière le statut n’intervenait plus dans les rapports d’achat et de vente37. Pas de cité grecque, y compris Sparte, sans agora, sans espace défini et contrôlé par la cité, où pouvait s’effectuer l’échange des biens par achat et vente entre partenaires formellement égaux en droit dans le cadre de cette relation. On a défini (à juste titre) la cité grecque comme un club de guerriers. Mais on pourrait aussi la définir comme un club fermé d’acheteurs et de vendeurs.

  • 38 Sur l’économie tributaire de l’empire perse, voir ainsi Briant 1996, 434-487.
  • 39 Voir brièvement chapitre VII. part. 138-141. Nous reviendrons ailleurs sur la question des contrat (...)
  • 40 Sur les dikai emporikai, cf. Gauthier 1972, 198-201 et Velissaropoulos 1980, 235-267.

28Dans les sociétés du Proche-Orient asiatique, la Phénicie mise à part, c’était la redistribution qui réglait encore l’essentiel de la circulation des biens et des richesses, l’échange marchand ne jouant qu’un rôle structurellement secondaire38. En Grèce, depuis le temps des palais, la redistribution avait disparu. Dans le monde des cités, c’était l’achat et la vente qui réglaient la circulation des biens. Ce principe de marché était lié a la capacité pour tout homme libre de conclure une transaction ayant pleine valeur légale. De même, il était possible de passer librement un contrat qui aurait une valeur juridique absolue dans le cadre de la communauté où il avait été conclu et qui pouvait éventuellement aussi avoir une forme de reconnaissance juridique dans d’autres cités39. Au plan des échanges, le contrat (συμβολαῖον, συγγραφή, συνάλλαγμα ou συνθήκη) était un élément essentiel du fonctionnement social de la cité grecque. Certes, la notion de contrat n’est nullement spécifique à la Grèce : la Babylonie ou l’Égypte pharaonique ont elles aussi connu un système de contrat qui. dans la forme, n’était pas très éloigné de celui que connaissait la Grèce. Mais là n’est pas l’essentiel : la différence entre le monde grec et le monde des empires tient au fait qu’en Grèce tout homme libre était susceptible de passer un contrat ayant valeur juridique universelle, alors qu’en Babylonie ou en Égypte le fait du prince pouvait de droit annuler tout contrat passé par des particuliers. En outre, dans le monde des cités, un contrat avait valeur légale pleine et entière même s’il était passé avec un étranger, et le fait que le contractant soit grec ou non ne lui donnait même aucun caractère particulier. Le système des procès d’affaires (dikai emporikai), qui se met en place à Athènes au ive s., est le point d’achèvement d’une tendance de fond qui voulait que ce type de procès ne soit pas jugé en fonction de la personne mais en fonction de la nature de la cause40.

  • 41 Sur les colonies marchandes assyriennes du début du iie millénaire a.C. (xxe-xixe siècles), cf. Ku (...)

29Le rapport politique fondateur de la cité était donc aussi constitutif du marché. La spécificité de la société grecque par rapport aux sociétés orientales ne tenait pas à l’existence de lieux d’échange ou d’une catégorie de marchands : l’Assyrie par exemple avait été très en avance par rapport à la Grèce et. au premier millénaire, il existait en Mésopotamie des groupes de marchands actifs et dynamiques41. La richesse globale ne peut davantage être un critère déterminant. Si les Grecs disposaient d’un net avantage technologique dans certains domaines précis, ceux ci restaient limités – une question qu’on ne saurait traiter ici –, et ce n’étaient certes pas les richesses naturelles dont ils pouvaient disposer qui leur auraient donné une quelconque supériorité : au contraire, le potentiel agricole de l’Égypte ou de la Mésopotamie était très largement supérieur à celui de la Grèce. L’essentiel est ailleurs et réside dans la différence de rapport juridique entre la Grèce et les sociétés orientales.

  • 42 Les travaux de L. Migeotte ont traité de manière approfondie la question des distributions du grai (...)

30On voit qu’a été ici mise entre parenthèses la distinction entre le marché au sens de “lieu de marché” – concrètement, dans les cités grecques, il s’agissait de l’agora – et le principe abstrait de marché, où s’opère la formation des prix par le jeu de la loi de l’offre et de la demande. En fait, en Grèce ancienne, l’existence de l’agora était l’une des conditions de l’existence du marché. La fixation des prix de gros, s’effectuait à l’emporion, celle des prix de détail à l’agora selon des règles fixes et précises et sous le contrôle des magistrats de la cité. Or. fondamentalement, elle s’établissait selon la loi de l’offre et de la demande, c’est-à-dire selon le rapport entre les quantités effectivement disponibles et la demande solvable. La question clé demeure en effet celle du mode de formation de prix, aussi bien à l’échelle locale qu’à l’échelle internationale. On se concentrera ici sur la question des prix du grain, une denrée fondamentale dans les échanges en Grèce ancienne42.

31Au point de départ, le problème est double. Il s’agirait de connaître d’une part la proportion de la production qui, à l’intérieur d’une cité, était mise sur le marché local, d’autre part la proportion du grain exporté sur les marchés extérieurs (quels qu’ils soient) par rapport à l’ensemble de la production.

La part de l’autoconsommation

  • 43 Cf. Garnsey 1988, 56-57, et la liste pourrait être plus longue.
  • 44 Hés., Trav., 647 et plus généralement 618-694, sur la navigation et le commerce.
  • 45 Plut., Périclès, 16.4.
  • 46 Cf. l’ouvrage stimulant de D. W. Tandy (1997), même si nous ne pouvons le suivre dans toutes ses c (...)

32Certes, de l’époque archaïque au Bas-Empire, les exemples ne manquent pas de paysans vivant en autoconsommation43. Mais on pourrait objecter qu’Hésiode déjà donnait aussi le conseil de ne pas hésiter, “pour fuir les dettes et les tenaillements de la faim”, à prendre la mer pour vendre au dehors44. Les sources attestant l’existence de l’autoconsommation pourraient aisément être contrebalancées par d’autres, qui montrent au contraire l'importance de la vente. Pour ce qui est du marché intérieur, dès le ve s., un homme comme Périclès pouvait mettre toute la production de ses domaines sur le marché45. Il se peut que l’attitude de Périclès n’ait pas été un modèle fréquemment imité et que d’ordinaire les propriétaires se soient contentés de mettre sur le marché leurs surplus : mais ce comportement est néanmoins révélateur du rôle structurel que le marché intérieur pouvait jouer dès cette époque, et qui au reste n’était que l’aboutissement d’un processus déjà engagé à l’époque archaïque46. De toute façon, les quantités de grain (et de vin ou d’huile) que l’on voit circuler sont d’une telle ampleur qu’elles supposent des structures de mise sur le marché qui ne peuvent correspondre à quelques livraisons occasionnelles de la part d’une paysannerie vivant normalement en autoconsommation.

  • 47 C’est le point de vue de Garnsey 1988, loc. cit.

33L’idée d’une autoconsommation exclusive a comme présupposé l’existence omniprésente d’une classe de paysans propriétaires autosuffisants. En ce cas, l’échange serait pour l’essentiel un échange non-marchand, fondé sur la réciprocité au sein de la famille ou de réseaux de proximité47. Nul doute que le schéma a une grande part de réalité et que, partout ou presque, l’essentiel de la production, ou du moins une part importante, était consommé dans un cercle local. Mais le schéma est loin d’embrasser toute la réalité et le problème se pose précisément de manière cruciale pour la proportion de la production (quelle qu’en soit la nature) qui dépassait les capacités de consommation locale. Il resterait à prouver que les paysans propriétaires aient été autoconsommateurs de manière exclusive, et surtout que les exploitants aient toujours possédé les champs qu’ils cultivaient. Même pour la petite paysannerie, cette vision intemporelle et idyllique d’un univers de petits paysans propriétaires indépendants néglige la question clé de la rente : loyers en nature, que les maîtres du sol étaient à leur tour susceptibles de mettre sur le marché si leur volume dépassaient leurs propres besoins ; loyers en argent, que les locataires ne pouvaient verser qu’en mettant sur le marché au moins une part du produit de la terre. C’est aussi par le biais des dettes et des emprunts qu'ils avaient dû contracter que pouvait se former un produit exportable. Dans le cadre interne de la cité, la nécessité de se payer un armement d’hoplite et, surtout, chaque année, le paiement de taxes, obligeaient aussi les paysans à vendre au marché pour se procurer des liquidités.

34Si l’on prend en considération le niveau civique et si l’on songe non plus à Athènes mais à toutes les cités qui étaient ses tributaires, au ve s. et même plus tard au ive s., on voit qu’elles devaient exporter pour se procurer l’argent nécessaire au paiement du tribut. Or, en dehors même de l’empire athénien, nombre de cités connurent successivement des périodes de domination étrangère, que ce soit celle de Sparte, de la Perse pour les cités d’Asie Mineure, plus tard celle des rois à l’époque hellénistique. Il faudrait enfin ajouter les contributions plus ou moins forcées à diverses expéditions militaires, aux frais des multiples guerres menées dans le monde grec, que ce soit pour payer les soldats-citoyens, pour entretenir des mercenaires ou pour construire des fortifications. Tout cela est parfaitement contradictoire avec une économie de pure autoconsommation.

  • 48 Sources in Braudel 1979, I, 102.
  • 49 Charvet 1990, 61-62.

35Selon les lieux et les époques, la part de la production consommée par les producteurs ou mise sur le marché intérieur dut varier sensiblement sans que jamais l’autoconsommation ne cessât d’être un modèle dominant (ce qui ne veut pas dire un modèle exclusif). Mais même l’autoconsommation n’est pas contradictoire avec la mise sur le marché d’une proportion importante de la production. Il pourra être intéressant le moment venu, avec toute la prudence de rigueur, de tenter une estimation globalisante, mais la question méritera une étude spéciale. Du moins ne fait-il aucun doute qu'elle n'était pas négligeable, plus importante sans doute qu’à l’époque moderne. On a pu estimer que la production mise sur le marché international au xviiie s. ne dépassait pas 1 % des quantités produites48. Pour faire une telle comptabilité pour la Grèce ancienne, tout dépendra de la manière dont on l’établira : il conviendra en particulier de savoir si l’on doit y faire entrer des régions productrices comme l’Egypte, dont la Grèce bénéficiait des exportations, mais qui en fait représentait un monde totalement clos ; de même, on devra poser la question de savoir ce que l’on peut définir comme “exportation”, passage d’une région à l’autre, ou bien stricto sensu exportation d’une cité à l’autre, même s’il s’agit d’une cité voisine. En tout état de cause, si l’on adopte une définition stricte de la notion d’exportation, puisque chaque cité était en soi un État pouvant gérer ses importations et ses exportations, il semble probable que Ton aura alors des chiffres supérieurs à ceux de l’Europe du xviiie s. A titre de comparaison, de nos jours, 18 à 20 % de la production mondiale de blé sont mis sur le marché international, mais on remarquera que le chiffre ne dépasse pas 3 à 4 % pour le riz49.

  • 50 Sur ces différences de prix entre zones, voir déjà la discussion de notre article REA, 1987 (ici c (...)

36Pour ce qui est de l’existence d’un seul “grand marché méditerranéen unifié” qui aurait vu toutes les productions mesurées à la même aune et au même prix, il est clair qu’il n’a jamais rien existé de tel. La Méditerranée antique, celle du ve s. a.C. mais aussi celle de la fin de l’époque hellénistique et du début de l’empire, était encore pour l’essentiel un monde formé de zones homogènes qui communiquaient entre elles, et non pas à proprement parler un monde unifié50. C’est précisément sur ces différences que pouvaient jouer les commerçants internationaux qui passaient sans cesse d’une zone à l’autre, tâche dans laquelle excellèrent les emporoi grecs, particulièrement à l’époque archaïque et à l’époque classique, lorsque l’aire méditerranéenne leur était ouverte en totalité. Cependant, pour certaines denrées qui avaient un rapport valeur / poids élevé comme au premier chef les grains, mais aussi l’huile et le vin (on n’en dirait pas autant pour les briques ou les tuiles, qui ne pouvaient circuler que dans un horizon limité), la tendance était bien cependant à la constitution d’un vaste marché où les denrées allaient s’offrir là où les prix étaient potentiellement les plus élevés. Il convient aussi de distinguer l’approvisionnement des grandes cités par le marché international et celui des petites cités par des marchés régionaux, mais sans négliger l’articulation de ces deux niveaux.

Les grandes cités et le marché international

  • 51 J. K. Davies (1992, 296-297, avec litt.) ne s'engage pas sur un chiffre précis mais admet une fort (...)
  • 52 Sur les incertitudes sur l’effectif de la population citoyenne de l’Athènes du ive s., cf. Austin (...)
  • 53 Dém. C. Leptinès. 31-33. qui indique que les 400 000 médimnes importés du Bosphore représentaient (...)

37Soulignons donc d’abord que, dès la fin de l’archaïsme sans doute et plus encore naturellement à l’époque classique et à l’époque hellénistique, les importations de grain dans les grandes cités égéennes avaient un caractère massif. Au ve s., sans même évoquer les périodes ordinaires, on relèvera que la stratégie consistant à ramener toute la population de l’Attique derrière les murailles d’Athènes et du Pirée suppose que son promoteur, Périclès. tablait sur le fait que, quoi qu’il arrive, les importations de blé seraient suffisantes pour approvisionner la ville. Au ve s., Athènes comptait vraisemblablement un minimum de 40 000 citoyens mobilisables au début de la Guerre du Péloponnèse51. Cet effectif n’était plus que de 20 à 30 000 citoyens au ive s.52 Si l’on projette des effectifs correspondant à ceux des familles des citoyens et à celles des non-citoyens en proportion de ceux des citoyens, on peut se faire grossièrement une idée des importations nécessaires en période de guerre. Si Athènes importait au minimum 800 000 médimnes au ive s. en période ordinaire (et peut-être davantage) et que ces importations représentaient au minimum la moitié du grain consommé à Athènes53, elle dut importer pas moins de 1,6 à 2 millions de médimnes pendant les périodes les plus difficiles de la Guerre du Péloponnèse. Même compte tenu de nombre de circonstances particulières (comme le fait que les invasions péloponnésiennes, du moins pendant la guerre d’Archidamos, n’ont pas nécessairement empêché toute récolte en Attique, et que l’épidémie du début de la guerre avait creusé des pertes sérieuses dans la population), on voit que le montant des importations ne peut qu’avoir été largement supérieur à celui du ive s.

  • 54 Stroud 1998, 1. 10 sq.
  • 55 Cf. Pébarthe 2000 sur le contrôle exercé sur lu navigation en mer Égée.

38Le fait que ces importations aient eu lieu dans un contexte de guerre touchant le territoire même de l’Attique n’a au demeurant aucune incidence sur la constatation que l’on peut faire que la plus grande cité de la Grèce savait pouvoir compter sur les importations pour nourrir la totalité de sa population. Indépendamment du grain provenant des îles à clérouques, qui prenait obligatoirement le chemin d’Athènes – au demeurant lui aussi transporté par des commerçants privés, comme le montre, si besoin était, la nouvelle loi attique de 374/37354 – le reste provenait de cités où il était librement vendu aux commerçants venant approvisionner Athènes. Certes, Athènes tenant la mer et les Détroits, le grain ne pouvait guère prendre d’autres directions55. Mais de cela, dans les cités productrices, on ne devait guère avoir souci et l’on devait se contenter de constater les beaux bénéfices qu’on pouvait faire. On peut même considérer que la demande athénienne a dû avoir un effet dynamisant de première importance pour les régions productrices de blé, en particulier le royaume du Bosphore.

  • 56 Prix élevés du grain à Mégare au début de la guerre du Péloponnèse : Aristophane. Acharniens, 758- (...)
  • 57 Didymos, Connu, sur Dém., 11.1, col. 10-1 1 (Théopompe, FGrHist 1 15 F292 et Philochore, FGrHist 3 (...)
  • 58 Synèsios, Lettres, 52.1
  • 59 Finley [1975], 38.

39En tout état de cause, aussi longtemps qu’Athènes contrôla la mer, le grain importé à Athènes parvint en quantités suffisantes pour nourrir la population. C’étaient alors les Mégariens qui souffraient, non les Athéniens, et il fallut attendre le blocus péloponnésien consécutif à la défaite d’Aigos Potamoi pour que les Athéniens connaissent les affres de la famine56. Pour l’Athènes du ive s., ces importations représentaient régulièrement la moitié du grain consommé dans la cité, ne répondant en rien au schéma d’un commerce quantitativement négligeable, qui se serait ramené à quelques produits de luxe destinés à la clientèle limitée d’une élite aristocratique. Les 230 navires de commerce venant du Pont Euxin à destination de la mer Égée que Philippe II saisit en 340 a.C.57 transportaient nécessairement autre chose et plus que les quelques capes ou paires de chaussures que pouvait vendre à Cyrène un marchand venu d’Athènes vers 400 p.C.58 Ironiquement, M. Finley feignait de vouloir faire de ces quelques pantoufles un exemple de “vente courante” dans un soi-disant “marché mondial”. Il s’agissait en fait de sommer les tenants de l’existence du marché dans les sociétés anciennes d’abattre leurs cartes, ce qui après tout était une attitude recevable59. Le défi mérite d’être relevé.

40A Athènes, au moins la moitié du grain nécessaire à la cité était donc importée. De ce fait, il est clair que la valeur marginale du grain offert était déterminée non par l’approvisionnement local mais par le grain importé. Ce dernier pouvait avoir des sources variées et lointaines : Égypte, Cyrénaïque. Pont Euxin, Sicile. Cette situation montre que les approvisionnements provenant du bassin égéen, comme le grain provenant des îles à clérouques Imbros, Lemnos et Skyros ou de Chersonnèse, mais aussi sans aucun doute d’une série d’autres provenances proches, n’était pas suffisant, et de très loin, pour satisfaire les besoins de la consommation athénienne.

  • 60 Hdt. 7.147 (cf. 6.5 et 26 pour des allusions aux navires ioniens venant du Pont en 494/493, mais s (...)
  • 61 428 a.C., The. 3.2, approvisionnements en provenance du Pont, mais dans le contexte particulier de (...)
  • 62 Méthanè : Meiggs-Lewis, 65 ; IG, I3, 61 ; Aphytis : IG, I3, 62-63. Voir disc, in Garnsey 1988, 121 (...)
  • 63 Ps-Dém., C. Polyclès, 20-21 (362 a.C.).
  • 64 Ps-Dém., C. Phormion, 36 (années 320), cf. supra chapitre VII, 139 et 146-147.
  • 65 Cf. chapitre VI.
  • 66 Dans le débat sur le nombre de navires qui était nécessaire pour alimenter Athènes au ive s., c. 9 (...)

41On sait aussi que d’autres cités égéennes pouvaient faire venir leur blé de régions non égéennes. Ainsi, pour le Pont Euxin, le hasard des sources révèle qu’à l’époque archaïque Égine pouvait entre autres faire venir son grain du Pont, pour manifestement le réexporter vers d’autres consommateurs péloponnésiens, comme le montre la formulation d’Hérodote, qui signale que le grain allait “vers Égine et le Péloponnèse”60. Il en allait de même au ve s. pour Mytilène61, Méthônè de Macédoine (en Piéric) et Aphytis (sur la Péninsule de Pallène, en Chalcidique)62 et au ive s. de nouveau pour Mytilène, Maronée63 et Acanthos de Chalcidique64. Au ive s., le privilège de préemption au Bosphore des commerçants ayant Athènes pour destination ne se comprend que s’il y avait d’autres cités qu’Athènes qui faisaient venir leur grain des emporia de ce royaume65. La saisie des navires de commerce à Hiéron en 340 laisse supposer que, si une large majorité d’entre eux avait pour destination Athènes (ou les cités qui lui étaient alliées), 20 % d’entre eux avaient une autre destination66.

  • 67 Thc. 3.86.4.

42Quoi qu’il en soit, on voit que nombre d’autres cités importaient donc elles aussi du grain du Pont. Pour ce qui est des autres sources d’approvisionnement extérieures à l’Égée, un document exceptionnel, la stèle de Cyrène, dresse la liste des destinataires du grain exporté par cette cité à destination de la Grèce. Il s’agit certes d’une période de disette exceptionnelle et il pourra paraître légitime de supposer qu’un certain nombre de ces cités n’aient pas en temps ordinaire été importatrices de grain cyrénéen. Athènes ne représente alors que 12,5 % du total et l’on aperçoit une grande diversité parmi les destinataires. On sait aussi que, selon Thucydide, c’est en réalité entre autres pour couper l’approvisionnement en grain des Péloponnésiens en provenance de Sicile qu’Athènes lança en 427 une expédition au secours de la cité sicilienne de Leontinoi. bloquée par les Syracusains67.

43La consommation de grain non-égéen dans les grandes mais aussi dans les petites cités du monde égéen doit donc être considérée comme un fait assuré. Si l’on n’était pas dans une période de guerre et s’il n’y avait pas des accords privilégiant un seul partenaire, le grain circulant à l’échelle internationale pouvait ainsi passer d’une zone à l’autre (par exemple du Pont ou de Sicile vers la Grèce égéenne) et aller au plus offrant sur les grands marchés qui étaient régulièrement dépendants de l’extérieur pour leurs approvisionnements.

Marchés régionaux ou approvisionnements de proximité ?

  • 68 Reger 1994. 49-126. Le livre de G. Reger est fondamental pour l’évolution des prix à Délos.
  • 69 Reger 1994. 92-93.

44Il est vrai cependant que la part des importations de provenance lointaine n’était certainement pas partout la même et c’est dans cette perspective qu’il faut poser la question de la formation de marchés régionaux. Dans le cas de Délos et des Cyclades, dont on admettra ici qu’il constitue un exemple de situations qu’on aurait pu retrouver dans les autres régions du monde grec, G. Reger68 a eu raison d’en souligner l’importance. Ainsi, à Délos. il est probable que les approvisionnements en provenance des îles voisines, c’est-à-dire des Cyclades, jouaient un rôle essentiel. Dans une étude qui fait date, G. Reger a établi de remarquables comparaisons avec la situation de la Grèce moderne, où les paysans produisaient d’ordinaire plus que la consommation qui leur était nécessaire pour accumuler des réserves et pouvoir ainsi faire face en cas de difficulté les années suivantes69.

  • 70 Estimation de G. Reger (1994. 95-101).
  • 71 Reger 1994, 83-109.

45Les Cyclades n’ont pas la réputation d’être riches, mais, en s’appuyant sur des estimations de production et des parallèles modernes, G. Reger considère qu’elles devaient parvenir à l’autosuffisance alimentaire et ainsi pouvoir sans difficulté alimenter la petite agglomération de Délos indépendante. Dès avant l’augmentation en flèche de la population de la colonie athénienne après 166 (en fait surtout après 140), la population de Délos devait cependant compter sur les importations du fait de l’étroitesse de son territoire (en y incluant Rhénée et les domaines d’Apollon à Mykonos), qui ne devait guère pouvoir nourrir régulièrement plus de 50 % de la population70. Mais, selon G. Reger, Délos aurait à cet égard été exceptionnelle dans les Cyclades. Les autres îles auraient en revanche pu atteindre l’autosuffisance et même avoir des surplus71. En ce cas, la formation des prix du grain dans la zone insulaire n’aurait pas été liée aux importations depuis l’extérieur de la zone, mais à une situation purement régionale. Cette conclusion doit cependant être nuancée.

  • 72 Elle était susceptible de trouver leur approvisionnement en grain dans la terre royale de l’arrièr (...)
  • 73 Gauthier 1979 (cf. aussi Tréheux 1986).
  • 74 Brun 1996. 183-209 et 74-88 sur l’agriculture, part. 74-79 sur la production céréalière.

46Il est certes exact que le rôle de l’approvisionnement de proximité doit être réévalué. Ainsi, les cités côtières d’Asie Mineure devaient sans doute de la même manière chercher à s’approvisionner dans leur arrière-pays immédiat72. On voit de même l’île de Samothrace chercher son grain dans la Chersonnèse voisine73. Les exemples pourraient être multipliés. Dans le cas des Cyclades, il faut donc se méfier du topos sur la pauvreté du monde insulaire74. A juste titre. G. Reger a fait justice de l’idée que, grandes ou petites, les cités du monde égéen aient toutes été chroniquement dépendantes du grain importé d’un lointain outre-mer. Mais l’existence d’une circulation régionale interne aux Cyclades ne devrait cependant pas amener à nier les importations extra-cycladiques, qui. certaines années, devaient être importantes, même si les habitants des Cyclades faisaient tout pour les éviter. En effet, on ne voit pas comment les Cyclades auraient pu faire face aux mauvaises récoltes sans importer de l’extérieur.

  • 75 Pour les Cyclades, en se fondant sur des parallèles modernes, G. Reger estime que, par suite de sé (...)
  • 76 Reger 1994, 102-103, à propos de divers villages de la même île de Théra.
  • 77 Hdt. 4.131 : ce sont sept années de sécheresse consécutive qui poussent les Thércens à aller fonde (...)
  • 78 SEG, 9. 1938. 2 ; Tod2. 196 : Laronde 1987, 30-36 ; cf. Kingsley 1986 et Brun 1993.

47La disette est en effet une situation qui se reproduit périodiquement dans les conditions d'une agriculture traditionnelle75. En année creuse, il n’est pas évident que les réserves des années précédentes aient partout été suffisantes pour satisfaire les besoins des populations, cela d’autant plus que, d’une île à l’autre, voire d’un village à l’autre, les situations pouvaient être très changeantes76. En ce cas, les cités des Cyclades devaient donc importer de la zone extra-égéenne. Hérodote rapporte déjà comment une série d’années de famine avait poussé les habitants de Théra à partir fonder Cyrène77. La stèle de Cyrène de 325 confirme que les difficultés pouvaient être suffisamment grandes pour contraindre les cités insulaires à recourir à des importations extra-cycladiques78. Qu'en était-il dans les années ordinaires ? Les îles étaient-elles toutes autosuffisantes et leurs échanges réciproques suffisaient-ils à alimenter leurs populations ?

  • 79 Pour l’agriculture cycladique, on se reportera au bilan proposé par G. Reger (1994. 83-109), avec (...)
  • 80 Efthymiou-Hadzilacou 1988.261-268.
  • 81 Efthymiou-Hadzilacou 1988.268.
  • 82 Vallindas 1882, 21-22. cf. aussi infra 295-296.

48La réponse à cette question dépend de beaucoup d’estimations : de la charge de population des surfaces cultivées (même si l’on ne doit pas douter que la fin de l’époque classique et l’époque hellénistique fut une époque de mise en exploitation maximale), de la productivité, des rations effectivement consommées, de la valeur nutritive des céréales, etc., en ayant recours de manière systématique aux parallèles avec la Grèce moderne79. Mais le commerce du grain autour de Rhodes au xviiie s., tel qu’il a été reconstitué par M. Efthymiou-Hadzilacou peut aussi fournir un parallèle intéressant80. On observe tout d’abord la diversité, la complexité et la variabilité des situations. Certaines îles étaient manifestement excédentaires. Ainsi, Astypalée et Carpathos pouvaient exporter leur grain assez facilement. D’autres, comme Nisyros ou Chalkè, n’étaient pas autosuffisantes et dépendaient des réexportations en provenance de Rhodes, qui elle-même, on l’a vu. ne produisait pas assez pour nourrir sa population et faisait venir son grain de Caramanie, c’est-à-dire des régions du Sud de l’Asie Mineure allant du golfe Céramique à la Cilicie, mais aussi de Chypre et de Syrie. Cos, en général exportatrice, pouvait elle-même se trouver certaines années en position d’importer du grain. On constate le même phénomène pour Ténus, en général exportatrice, mais parfois contrainte de faire venir du grain de Caramanie81. En revanche, Kythnos exportait sans doute régulièrement le quart de son orge au xixe s.82

  • 83 Efthymiou-Hadzilacou 1988, 252-253 et 261-268 (mais qui p. 267-268 paraît avoir tort de ne pas adm (...)

49Cela ne signifie pas que ce tableau doive être projeté directement dans l’Antiquité, car, entre autres différences, la charge de population n’était pas la même. Ainsi, Carpathos antique, avec ses trois agglomérations de type urbain, était peut-être plus peuplée qu’à l’époque moderne. On tient là néanmoins une indication précieuse de la complexité des échanges, même pour le commerce du grain. A l’époque moderne, des quantités notables de blé (surtout) étaient exportées vers les marchés extérieurs, essentiellement vers la France. “L’Archipel” (par quoi il faut entendre aussi bien les îles proches de Rhodes que les Cyclades) était indubitablement exportateur, mais laissait la première place (dans une proportion de 2/3 - 1/3 peut-être) au grain venant de “Caramanie”83.

Fermeture des marchés et formes d’interdépendance

  • 84 Cf. chapitre IV, 95-99, avec le détail de l’argumentation proposée.

50Pour revenir à la situation de l’Antiquité et plus particulièrement à celle de la haute époque hellénistique, on observe incontestablement divers indices d’importation extracycladique. Certes, notre documentation ne nous permet guère ordinairement de savoir d’où venait le grain transporté par un commerçant. De là à conclure qu'il s’agissait nécessairement de grain venant d’une île voisine, il y a cependant un pas qu’il est plus difficile de franchir. L’activité des marchands rhodiens à Éphèse où ils importent du grain, leur rôle presque sans aucun doute analogue dans les Cyclades à Amorgos et à los84, a plus de chance de correspondre à du grain importé d’Égypte (avec laquelle Rhodes entretient alors des relations privilégiées) qu’à du grain qu’ils auraient transféré d’une île à l’autre.

  • 85 IG, XII.7. 11.
  • 86 Reger 1994, 102-103 sur la précarité des conditions prévalant à Théra.
  • 87 Théra importe 15 000 médimnes, représentant le tiers du grain reçu par les Cyclades (avec Astypalé (...)
  • 88 IG. XII.7, 8. Sur ce lot d’inscriptions, voir chapitre IV. 95-99.

51On relèvera aussi que le marchand de grain Épianaktidès de Théra honoré à Arkésinè d’Amorgos85 n’importait évidemment pas du grain depuis son île d’origine, toujours au bord du déficit alimentaire86. Théra se retrouve naturellement parmi les cités importatrices dans la stèle des céréales de Cyrène87. On a certes ainsi une fois de plus la preuve que l’ethnique ne garantit nullement l’origine de la cargaison du commerçant, mais, en renversant l’argument, on voit que ce commerçant originaire des Cyclades mais qui est honoré sur la même pierre que des Rhodiens peut aussi bien être allé s’approvisionner à Rhodes. En outre, c’est sur la même pierre que celle où étaient gravés les décrets pour Épianaktidès de Théra et Agathoklès de Rhodes, que fut inscrit un décret de proxénie pour trois Rhodiens, trois frères, dont le mérite était de se dévouer “pour les Arkésiniens qui se rendent à Rhodes”88. Nous avions supposé que ces Arkésiniens se rendant à Rhodes pouvaient entre autres être des sitônai. En ce cas, on voit combien il est encore plus difficile de considérer que les commerçants rhodiens ne faisaient que transporter du grain de provenance micro-régionale.

  • 89 Les mêmes remarques vaudraient pour Dionysios de Byzance, honoré à Délos pour la vente de 500 médi (...)

52Au reste, aurait-on vraiment pris des décrets pour remercier des commerçants rhodiens s’ils avaient simplement importé du grain d’une Cyclade voisine ? On se souviendra aussi de ce que les inscriptions ne sont nullement des archives et que ce sont les seuls marchands que l’on voulait honorer pour susciter l’émulation avec les autres qui apparaissent dans nos sources89. Les multiples transports de grain ou autres denrées allant d’une île à l’autre dans de petits caboteurs, dont pourtant implicitement la notion d’approvisionnement régional présuppose l’existence (au demeurant à juste titre), n’ont en revanche guère laissé de trace dans les sources épigraphiques. Le doute méthodologique sur l’origine du grain mentionné dans les inscriptions pourra certes toujours subsister, mais la probabilité joue de manière écrasante en faveur de grain de provenance lointaine. Le parallèle avec l’époque moderne et avec le rôle redistributeur de Rhodes pour les grains de Caramanie pousse fortement à adopter ce point de vue.

  • 90 Reger 1994, 109-123. 1) Allusion à un don de 20 000 médimnes de froment lagide à Athènes mesurés à (...)
  • 91 Sitônia des Histiéens : intervention du Rhodien Athènodôros, qui fait une avance de fonds sans int (...)
  • 92 Achat de blé des Insulaires : le banquier Timôn de Syracuse ne prend pas un agio de 5 % sur une op (...)

53Pour ce qui est enfin du rôle de Délos comme centre régional de transit et de redistribution de grain au iiie s. et au début du iie s., sur lequel on verra le dossier rassemblé par G. Reger90, rien ne prouve que ce grain ait nécessairement eu une provenance exclusivement insulaire. Il est probable encore une fois que la réalité est plus complexe. Délos se trouvait sur la route traversant l’Égée et son sanctuaire en faisait un point d’attraction pour toute la région. Ces facteurs peuvent largement suffire à considérer que des marchands en grain de tous horizons ont pu trouver commode d’y retrouver leurs clients potentiels. En tout cas, les hommes d’affaires qu’on voit à l’œuvre à Délos dans ces opérations de financement des achats de grain ne sont pas à proprement parler des gens du cru, mais d’une part un Rhodien91, d’autre part un banquier de Syracuse résidant à Délos92. Délos attirait donc des hommes d’affaires d’un horizon plus vaste que celui des Cyclades. De la même manière, il n’y a nul inconvénient à considérer que le grain négocié ait pu avoir tantôt une origine régionale, tantôt une origine plus lointaine : peu importait pourvu que tout le monde y trouvât son compte.

  • 93 Voir Reger 1993, 304-310, avec tableau p. 305, et les autres réf. citées chapitre IX, 196, n. 60.

54Enfin, le meilleur argument contre l’idée que Délos eût été un marché fermé au grain non cycladique se trouve dans les courbes de prix de cette denrée. Ainsi, en 282, on voit le prix du froment monter en flèche avant la soudure, de 4 dr. 3 ob. et 10 dr., pour finir par n’être même plus coté93. Une telle courbe de prix est la preuve d’une insuffisance d’approvisionnement, régional ou non. Mais en tout état de cause les prix déliens étaient suffisamment attractifs pour attirer des commerçants en grain de toute provenance, qui étaient susceptibles de faire sur ce marché des profits substantiels.

55On retiendra donc que, même si probablement elles n'étaient pas toutes autosuffisantes y compris en année ordinaire, les Cyclades assuraient sans aucun doute une part importante de leur alimentation. Elles devaient cependant aussi importer des régions extra-cycladiques, les unes peut-être assez régulièrement, d'autres seulement dans les années difficiles. Mais les contacts avec le monde extra-cycladique ne se limitaient pas aux importations : leurs exportations de denrées alimentaires (non pas seulement les grains, mais aussi le miel, le vin le fromage, etc.), qui sont bien attestées, mettaient les cités des Cyclades en liaison avec divers marchés extérieurs, proches ou lointains. A l’époque classique et au début de l’époque hellénistique, les Cyclades occidentales, en particulier Kéos ou Kythnos par exemple, si proches de l’Attique, regardaient certainement plutôt vers Athènes que vers Délos, de même que plus tard les Cyclades orientales étaient manifestement dans l’orbite de Rhodes, ce qui contribue aussi à remettre en cause le concept de marché régional clos.

  • 94 Osborne & Byrne 1996, 121-122. Les raisons qui motivaient la présence à Athènes de ces Kéiens étai (...)
  • 95 Papageorgiadou-Banis 1997,67-68.
  • 96 Papageorgiadou-Banis 1997, 19-52.
  • 97 Cherry et al. 1991,327-332 ; Mendoni 1994, avec diagrammes p. 159-161 ; Doukellis 1998,317-318.
  • 98 Cherry et al. 1991,462-471. Cf. Brun 1996, 156 pour les nuances à apporter à des modèles trop rigi (...)
  • 99 Voir chapitre V, 101-108.

56Pour Kéos, on doit ainsi relever que 25 noms de Kéiens apparaissent dans les inscriptions ou sources littéraires attiques des ve-iiie s. a.C.94 De même, pour ce qui est de la circulation des monnaies des cités de Kéos ou du koinon kéien, le contraste est frappant entre les 4 pièces provenant des Cyclades (2 à Ténos, 1 à Kionia. 1 à Délos), et les 18 pièces provenant d’Athènes95. C’est seulement de la fin de l’archaïsme au début du iiie s. (semble-til) que les cités de Kéos ont eu un monnayage d’argent96. L’attrait pour Athènes a donc dû être un facteur important dans l’orientation de la production et des échanges de ces îles. A long terme, le cas de Kéos est exemplaire en ce que manifestement le ive s. y fut celui d’une occupation maximale du terroir agricole, tandis que, dès le iiie s., on constate un recul qu’il faut certainement lier à celui d'Athènes97. L’île n’a apparemment pas connu dans l’Antiquité le passage à une agriculture spécialisée98. Il n’en est que plus remarquable que Kéos ait néanmoins vécu au rythme de la prospérité ou du déclin de sa grande voisine, ce qui est incompatible avec un modèle d’économie fermée et d’autoconsommation exclusive. L’évolution sur le long terme des cités de Lesbos amène à tirer les mêmes conclusions, puisque les cités ouvertes sur la mer et sur l’échange extérieur ont surclassé et même fait disparaître les cités enclavées de l’intérieur de l’île99

  • 100 Efthymiou-Hadzilacou 1988, 262-263.

57En outre, dans le monde insulaire de l’époque moderne, on observe des mécanismes complexes qui, si on les rapporte à l’Antiquité, doivent éviter de tomber dans le piège du choix dichotomique entre “fermeture” ou “ouverture sans contrôle”. Ainsi par exemple, au xviiie s., les autorités ottomanes de Rhodes se livraient à des manipulations spéculatives qui donnent à réfléchir : les marchands de blé plus ou moins complices des autorités mettaient la main sur le blé produit localement dans l'île, qui était de haute qualité et qui se vendait à prix élevé sur les marchés extérieurs, et vendaient en revanche à la population locale du grain de mauvaise qualité importé de la côte sud de l’Asie Mineure100 N’est-il pas légitime de penser que de même, dans l’Antiquité, mais cette fois à leur profit, il pouvait arriver que les paysans des îles ou d’ailleurs en manque de liquidité vendent à l’extérieur le froment qu’ils avaient produit pour se contenter eux-mêmes d’orge importé ?

Segmentation des marchés et spéculations

  • 101 Gauthier 1979, 85-86 ; Garnsey 1988, 74-79, qui insiste aussi sur les pratiques spéculatives des d (...)
  • 102 Meiggs-Lewis, 30, A 1. 6-11.

58En tout cas, c’est parce que certains, cédant à l’attrait pour les prix élevés des marchés extérieurs, étaient susceptibles d’y vendre du grain que nous possédons une série de documents émanant d’autorités civiques ou de satrapes interdisant de manière temporaire ou permanente l’exportation de grain101. C’est dans le même esprit que la loi de Téos prévoyait la peine de mort pour ceux qui auraient essayé d’empêcher les importations de grain dans la cité ou spéculé à la hausse sur le prix du grain importé102. L’interdiction d’exporter ressort bien évidemment de la volonté de conserver son grain pour soi. Mais ce point mérite cependant une justification complémentaire. En effet, en cas d’approvisionnement insuffisant du marché local, les prix y étaient nécessairement élevés, de sorte que producteurs et marchands de grain ne pouvaient que tirer largement bénéfice de la situation. Dès lors, pourquoi était-il de surcroît nécessaire d’interdire les exportations de grain ?

  • 103 Sur les monnaies des Cyclades, cf. Reger 1994, 42. Sur les problèmes de monnaies de poids réduit, (...)

59En fait, lorsque la disette régnait un peu partout, même si ce faisant ils nuisaient directement à l’approvisionnement de leurs concitoyens, ceux qui avaient des réserves encore disponibles étaient tentés d’aller les vendre sur de grands marchés extérieurs où le niveau des prix était plus élevé que sur le marché local et où en outre, éventuellement, les prix nominaux étaient payés en monnaie de valeur pleine103. Les interdictions d’exporter le grain se conçoivent donc par l’existence de prix inégaux sur les différents marchés, et il était tentant d’encaisser des profits exceptionnels sur ces différences. En nous obligeant à deviner les comportements des acteurs, les législations civiques nous donnent ainsi de précieux renseignements sur le jeu des marchés.

  • 104 Tel est le sens de l’argumentation de G. Reger (1994. 124-125) à propos des difficultés d’approvis (...)

60La formation des prix dans les petites cités qui n’étaient que temporairement dépendantes des importations dépendait de facteurs spécifiques. Le caractère très rural des petites villes des Cyclades et la préférence pour l’autoconsommation était certainement un élément clé. Posséder des liquidités en monnaies d’étalon attique, ou temporairement, d’étalon rhodien au iie s. jusqu’en 166, était de fait indispensable, pour pouvoir acheter sur le marché international. Pour ce qui est de l’argent disponible, les Insulaires en avaient comparativement peu. ce qui en temps ordinaire devait suffire à établir un niveau moyen des prix, même nominaux, inférieur à celui des grands centres égéens. Chacune de ces petites îles formait potentiellement un univers clos, comme un isolat. Il se peut que, dans les années ordinaires, une disette dans une région voisine n’ait pas eu d’incidence sur les prix d’une cité autosuffisante (on inscrira Délos dans cette catégorie, puisqu’elle se trouvait dans une situation privilégiée dans les Cyclades du fait de la puissance financière qu’elle représentait)104. Dans la mesure où une cité pouvait à sa guise bloquer les exportations, il n’y avait pas de raison que les prix connaissent une évolution à la hausse si le marché pouvait être normalement approvisionné.

  • 105 Cf. supra avec l’exemple de Kéos.

61Pour les années creuses en revanche, puisque l’approvisionnement dépendait alors de marchands faisant le grand commerce, qui n’avaient pas de raison de faire des cadeaux aux insulaires, le constat est évident. En cas de disette, un manque de liquidités devait tout simplement empêcher d’importer un volume suffisant de nourriture, avec toutes les conséquences que l’on connaît pour les populations traditionnelles (sous-alimentation de certaines catégories de populations, etc.), mais le prix des quantités effectivement disponibles n’en devait pas moins rester élevé. Du fait de leur possibilité de se fermer aux échanges extérieurs (en l’occurrence à l’exportation), les marchés régionaux n’étaient donc pas concernés par les fluctuations de prix si leurs approvisionnements internes étaient suffisants. En revanche, ils subissaient pleinement la loi du marché s’ils devaient avoir recours au grain circulant à l’échelle internationale. Il va de soi cependant que même ces marchés régionaux ne pouvaient être déconnectés des mouvements à long terme qui traversaient l’ensemble du monde grec. Ainsi, à l’époque hellénistique, le recul d’Athènes et son impact sur la population et l’activité du monde égéen en est un bon exemple105.

  • 106 Reger 1994, 79. reconnaît “l'indépendance ou la semi-indépendance des marchés locaux” dans le mond (...)
  • 107 Pace Finley [1975], 38-39.
  • 108 Charvet 1996. 79-91. insiste sur le rôle des états dans le commerce du blé et, cf. p. 88, montre q (...)
  • 109 Charvet 1985, 63-65. Sur le commerce des céréales de nos jours, cf. aussi Charvet 1988, 1990, 1996

62La formation des prix sur les différentes places égéennes ne peut donc s’être opérée de manière totalement indépendante d’une cité à l’autre, avec les nuances que l’on vient d’apporter selon qu’un marché soit dépendant de l’extérieur seulement de temps à autre, ou au contraire de manière chronique106. L’idée selon laquelle il faudrait qu’il n’y ait qu’un seul “prix mondial” pour qu’on puisse justifier de l’existence d’une structure de marché n’est pas acceptable107. L’établissement d’un prix uniforme (qui au reste n’exclut pas des modèles plus complexes108 est seulement liée aux conditions si particulières de la mondialisation contemporaine et ne concerne au demeurant qu’un nombre limité de biens. Un bref regard sur la situation actuelle suffira à éclairer les différences. De nos jours, dans le cas des céréales, on se trouve en présence d’une demande éclatée entre une multitude de consommateurs, face à une offre concentrée entre quatre ou cinq zones exportatrices, les échanges étant eux-mêmes aux mains d’un nombre très restreint de grandes sociétés spécialisées, dont les deux premières contrôlent plus de 50 % du blé mis en circulation sur la planète. De ce fait, la fixation des prix du blé s’effectue aisément sur un petit nombre de marchés à terme, en fait principalement le Chicago Board of Trade109. De la sorte, il existe effectivement un prix mondial de référence (qui varie fortement d’une année à l’autre) des diverses céréales.

63En Grèce, à l’époque classique et à la haute époque hellénistique, malgré l’existence d’une multitude de petits exportateurs régionaux, quelques grandes zones (Pont, Egypte, Cyrénaïque, Sicile) concentraient certes l’essentiel de la production mise sur le marché. Pour ce qui est de la demande, elle était également éclatée entre une multitude de cités, mais un marché, celui d’Athènes, écrasait cependant tous les autres par les approvisionnements qui lui étaient nécessaires. Mais pour ce qui est de l’échange, du fait de la très petite taille des entreprises en Grèce ancienne (pas seulement des entreprises commerciales), il était en revanche entre les mains d’une multitude d’acteurs opérant chacun pour son compte, ce qui était comparativement un facteur très favorable aux consommateurs. La spéculation organisée par Cléomène de Naucratis eut des effets particulièrement ravageurs précisément parce qu’elle tendait à concentrer l’offre effective en provenance d’Égypte en une seule main.

  • 110 Voir chapitre IX. 196, avec n. 62-66.

64Les conditions qui expliquent l’existence de “prix mondiaux” n’existaient donc pas dans l’Antiquité, même si les prix sur la place d’Athènes, nécessairement connus de tous les acteurs, devaient influencer fortement la tendance générale des prix. Dans les cités de Grèce égéenne dépendant des approvisionnements extérieurs, il n’existait donc pas un seul prix, mais des prix divers sur des marchés segmentés, qui étaient toutefois en interdépendance les uns avec les autres. Il est évidemment dommage que le manque de sources empêche de faire des comparaisons année par année d’une place à l’autre, mais le moins que l’on puisse dire est que les trop rares sources de la fin du ive s. et du iiie s. paraissent donner des indications de prix du grain plutôt convergentes que radicalement divergentes, ce qui aurait été le cas si les divers marchés n’avaient eu aucune interconnexion. On pourra trouver la comparaison périlleuse, mais, faute de mieux, on doit constater qu’à Athènes vers 329 les prix “raisonnables” tournent autour de 5-6 dr., et qu’à Ephèse autour de 300 ils sont à 6 dr. ou moins de 6 dr.110

  • 111 Supra 264. Voir aussi la définition un peu plus limitative de D. Schaps (1997. 92) : (market is) “ (...)
  • 112 Cicéron, Des Devoirs, 3.12 50, sans doute d'après Panaitios.
  • 113 Cf. supra chapitre IX, part. 187-188. Selon Finley [1975], 49, l’usage d’agents par Cléomène de Na (...)

65Au ive s., les mouvements spéculatifs sur le grain destiné aux cités égéennes dépendant de grain importé, au premier chef à Athènes, qui mettaient en jeu aussi bien l’Égypte ou Cyrène que le royaume du Bosphore ou la Sicile, sont donc la preuve de l’existence non d’un marché unique, mais d’un “marché global”, où, pour reprendre les définitions qui avaient été posées au départ, les niveaux de prix, certes divers, étaient pourtant in fine issus de la confrontation d’une offre et d’une demande rétroagissant elles-mêmes aux variations de prix sur une large zone111. Un topos de la littérature antique qu’on retrouve chez Cicéron était le cas de conscience du marchand qui, arrivant dans un cité où les prix des grains étaient très élevés par suite d’une disette, se demandait s’il devait révéler que d’autres navires chargés de grain étaient en route ou bien vendre le sien le plus cher possible112. Naturellement, la circulation de l’information sur les prix dans les différentes places et sur les flux d’approvisionnement se faisait donc par bien d’autres canaux que ceux d’une spéculation organisée comme celle grâce à laquelle, selon le plaideur du C. Dionysodoros, Cléomène de Naucratis entreprit de faire des profits spéculatifs éhontés113.

  • 114 Pace Reger 1994, 75-82, spécifiquement 79.
  • 115 Cf. brièvement chapitre VI, 126-127, sur le problème des origines de la Guerre du Péloponnèse et a (...)

66Il n’y a donc nulle raison de rejeter le témoignage apporté par ce plaidoyer ou d’en avoir une vision réductrice114. Le comportement d’anticipation des marchands qui dirigeaient leurs cargaisons sur les places où les prix étaient les plus élevés est la preuve d’un comportement de marché. Cette interdépendance des différentes places acheteuses est précisément une caractéristique de base de la structure des marchés en Grèce ancienne, qui coexiste avec la segmentation, potentielle ou réalisée, en marchés clos parce qu’autosuffisants. Au ve s., grâce à sa domination politique, Athènes avait temporairement réussi à constituer une vaste zone non seulement politique mais aussi économique sous sa direction, avec une seule législation et une seule autorité centrale, naturellement à son bénéfice, même si les cités de l’empire pouvaient aussi tirer avantage de l’existence de ce vaste marché ainsi constitué115. Seule l’issue catastrophique de la Guerre du Péloponnèse était venue remettre en cause cet extraordinaire réseau de nature tout autant économique que politique qu’Athènes était parvenue à établir. Au ive s., cette cité était seulement de facto le point nodal du marché international.

67Cependant, le fait que l’idéologie civique, dont Aristote est un des représentants éminents, mais dont le témoignage n’est pas unique, ait manifestement tenu pour le principe de complémentarité dans les échanges extérieurs vient encore d’une autre manière poser la question de l’existence du marché.

flux ou surplus ?

68Le principe de complémentarité, qui consiste à troquer ses surplus contre ceux du partenaire, si possible, selon Aristote, dans le cadre d’accords commerciaux officiels entre cités (vin contre blé, fer contre bois, etc.) était certes à la base d’une société où la production des principaux objets de commerce – produits agricoles, miniers ou autres produits du sous-sol, les marbres par exemple – dépendait étroitement des conditions naturelles. Pourtant, cela ne signifie nullement que l’économie grecque en soit restée à une sorte de troc plus ou moins primitif ou plus ou moins amélioré. Ce point mérite d’être examiné plus à fond.

Les Étrusques et Carthage : le commerce sans monnaie d’argent

69Certes, les conventions d’échanges bilatérales avaient la faveur d’Aristote car, selon lui, elles permettaient d’éviter que le commerce ne donnât lieu à un développement de type chrématistique, c’est-à-dire à des formes d’échanges qui n’avaient pas pour fin la satisfaction immédiate des partenaires mais bien le pur profit.

  • 116 Cf. supra chapitre VI, 121-122.
  • 117 Voir déjà chap. VI, 121 et n. 51.
  • 118 Pot. 6.43.1, cf. 6.51.1 où cette fois Polybe lui-même fait le parallèle entre Carthage, Rome et Sp (...)

70Mais on s’est à juste titre posé la question de savoir pourquoi Aristote avait choisi comme exemple le cas des accords bilatéraux entre Étrusques et Carthaginois. Le fait qu’il s’agisse de partenaires non-grecs a fait douter de l’exemplarité du cas proposé116. En réalité, pour les Grecs, Étrusques et Carthaginois, partenaires familiers d’échanges établis depuis des siècles, étaient des Barbares d’une nature particulière puisque leur organisation politique était celle de la cité117. Héritier d’une longue tradition, Polybe rapporte que c’était un lieu commun chez les historiens grecs de vanter l’excellence des constitutions des Lacédémoniens, des Mantinéens et des Carthaginois118. Le propos d’Aristote aurait été sans objet si le cas des cités étrusques et de Carthage n’avait pas été assimilé à celui des cités grecques. Mais outre le caractère exemplaire pour son propos du contenu de ces accords, il y avait une raison supplémentaire à l’intérêt d’Aristote : le fait que les échanges entre Carthage et les Étrusques avaient pu se développer sans qu’aucun des deux partenaires n’ait connu le monnayage d’argent.

  • 119 Crawford 1985, 1-3 et app. 1-2, 281-282 et Tripp 1986, avec biblio.
  • 120 Crawford 1985, 17-24.
  • 121 Crawford 1985, 28-29 et 30 sq.

71En effet, l’apparition du monnayage d’argent en Étrurie ou à Carthage fut tardive. Bien que depuis le viiie s. sa civilisation se soit développée en osmose avec la Grèce, ce n’est qu’au iiie s. que l’Étrurie, alors passée sous contrôle romain, entra véritablement dans le cycle d’une économie utilisant le monnayage d’argent119. Certes, Vulci émit quelques monnaies d’argent au ve s., des monnaies d’argent sont attestées sporadiquement au ive s. (ainsi à Populonia). Il est cependant clair que ces rares monnaies, de même que les quelques monnaies grecques qui pouvaient pénétrer en Étrurie, ne jouaient qu’un rôle marginal dans les échanges. Comme instrument d’évaluation, d’accumulation et de transfert de valeur, la société étrusque utilisait de manière préférentielle des lingots de cuivre ou d’alliage de cuivre. Pour ce qui est de Rome elle-même, selon la tradition depuis le roi Servius Tullius au milieu du vie s., l’unité de référence était un poids déterminé de bronze120. Ce ne fut que par le contact avec le monde plus évolué et composite de la Campanie et de la Grande Grèce que Rome, à partir de 310-300, émit son propre monnayage, et encore s’agissait-il d’émissions isolées. Et ce fut seulement à partir de la guerre contre Pyrrhus, dans les années 270, que les émissions (argent et bronze) commencèrent à devenir plus régulières121.

  • 122 Huss 1985, 489-495, cf. Garlan 1988, xiii-xiv, et la mise au point de Visonà 1998, 4-9.

72Pour ce qui est de Carthage, un monnayage d’argent émis à son nom mais en Sicile apparut lors des guerres contre Syracuse et son tyran Denys l’Ancien, qui mena la résistance à l’avancée punique122. Il s’agissait manifestement de solder des dépenses de guerre, et en particulier de payer des mercenaires habitués à recevoir une solde en argent. Les premiers tétradrachmes d’argent, sur étalon attique comme toutes les monnaies d’argent carthaginoises jusqu’aux guerres contre Rome, datent donc des années 409-390 environ. D’autres émissions d'argent eurent lieu dans les années 350-340 et 317-290, dans le contexte des guerres contre Timoléon, puis contre Agathoclès. Il fallut attendre la première moitié du ive s. pour que Carthage inaugure un monnayage propre, d’or puis d’électrum, frappé à Carthage ou en Sicile sur l’étalon du sicle, mais peu abondant (sauf à la fin du ive s.) et toujours lié à un contexte de guerre. En revanche, un monnayage de bronze circula de plus en plus largement au cours du ive s. dans l’ensemble du domaine punique.

  • 123 Ps-Platon, Eryxias, 399e-400a : αὐτίκα γὰρ οὗτοι Καρχηδόνιοι νομίσματι χρῶνται τοιῷδε · ἐν δερματί (...)
  • 124 Cf. ainsi la présence abondante de bucchero étrusque sur les sites phéniciens au vie s., et d’obje (...)

73Ainsi, tant à Rome et en Étrurie qu’à Carthage, non seulement les échanges locaux mais aussi le commerce international utilisèrent pendant des siècles d’autres modes de règlement que les monnaies d’argent. Or, la tradition grecque n’ignorait pas ces réalités. Ainsi, dans un exposé sur le caractère conventionnel de la valeur chez des peuples différents, le Ps-Platon signale l’adoption d’un système de monnaie fiduciaire de cuir à Carthage : “De même, les Carthaginois utilisent ce type de monnaie conventionnelle : dans un petit sac de cuir est cousu quelque chose de la taille d’un statère ; ce qui est cousu à l’intérieur, personne ne le sait, sauf ceux qui le font ; ensuite, une fois qu’il est scellé, ils lui donnent conventionnellement le rôle de monnaie, et celui qui en a acquis le plus passe pour avoir acquis le plus de biens et être le plus riche”123. En outre, l'archéologie a montré la réalité de ces échanges étrusco-carthaginois, attestée entre autres par des textes épigraphiques124

  • 125 Sur le premier traité, cf. en détail Huss 1985, 86-92 (qui considère que le traité date de la prem (...)
  • 126 Pol. 3.22.8-9 : τοῖς δὲ κατ’ἐμπορίαν παραγινομένοις μηδὲν ἔστω τέλος πλὴν ἐπὶ κήρυκι ἢ γραμματεῖ. (...)

74De fait, comme le montre le premier traité entre Rome et Carthage, celui de 508/507, l’échange entre les deux partenaires s’était développé en recourant à des procédures qui faisaient appel aux autorités de la cité, hérauts et secrétaires jouant le rôle de greffiers125. Ainsi, les commerçants romains qui se rendaient dans les zones où le commerce leur était autorisé devaient se soumettre à des règles précises de transaction : “Pour ceux qui viendront faire du commerce, que la transaction soit nulle si elle est faite hors la présence d’un héraut ou d’un secrétaire ; pour ce qui a été acheté en leur présence, que le règlement au vendeur bénéficie de la garantie de la cité, pour les ventes effectuées en Libye ou en Afrique”126.

  • 127 Sur ce point, cf. Walbank 1957, I, 343.
  • 128 Pour l’utilisation de l’écrit, on songera aux reconnaissances de dette sur lamelle de plomb de Cor (...)

75Il s’agissait donc d’assurer les commerçants romains de la garantie de la cité carthaginoise sur le paiement des ventes qu’ils pourraient effectuer127, cette garantie étant indispensable du fait que le vendeur ne pouvait sans doute recevoir immédiatement la contrepartie physique de ce qu’il avait vendu. Sans monnaie d’argent, il ne pouvait exister d'autre système de garantie de vente, un point qui, sauf erreur de notre part, n’a pas été perçu par la critique moderne. On voit aussi qu’il y avait sans aucun doute possible usage de documents écrits. A travers ses représentants, les hérauts et secrétaires qui jouaient le rôle de témoins et de garants dans les transactions, c’était la cité qui s’engageait à faire respecter la pistis, qui était donc la confiance dans les transactions, mais plus encore même ici un véritable crédit : la cité s’engageait ainsi à contraindre un acheteur à payer son dû128

  • 129 Ps-Platon, Eryxias, 400a.

76Dans ces opérations, on ne doit pas douter également qu’on faisait usage d’instruments d’évaluation de valeur, les prix des marchandises vendues et achetées étant très probablement exprimés en poids de bronze ou d’argent. L’échange se ramenait à une sorte de troc, mais un troc qui devait pouvoir être direct ou différé, impliquant deux partenaires seulement mais aussi peut-être plusieurs intermédiaires, rendant nécessaire le rôle de la cité comme garantie de crédit. La monnaie fiduciaire de cuir, dûment scellée, décrite par le Ps-Platon reposait nécessairement sur une garantie qui en dernier recours ne pouvait être offerte que par l’État : sans la contrepartie physique immédiate de l’argent monnayé, le rôle de la cité devenait essentiel pour contraindre les parties prenantes à respecter leurs engagements. Les échanges pouvant s’opérer sans que l’on fasse appel à des espèces monétaires, on comprend comment une grande cité commerçante comme Carthage put si longtemps se passer d’avoir un monnayage d’argent. Le système était loin d’être primitif. Cependant, aux yeux d’Aristote, c’était bien l’argent monnayé qui était cause du développement chrématistique, par la souplesse qu’il avait introduit, puisque, entre autres raisons, il était utilisable partout et par n’importe qui, ce qui induisait un possible échange à partenaires multiples échappant à tout contrôle de la cité. C’est cette différence que relevait le Ps-Platon, lorsqu’il remarquait qu’à Athènes la monnaie carthaginoise n’aurait pas eu plus de valeur que les cailloux de la montagne129.

  • 130 Pol. 6.56.2.
  • 131 Pline, HN, 7.56 199.
  • 132 Cf. Palmer 1997, 23.
  • 133 Diod. 13.81.4-5 (analysé chap. VI, 122) souligne les profits des Agrigentins, mais ceux des Cartha (...)
  • 134 Arist., Pol., 1.9.1-13, part. 1.9.7-10.

77Dans ce type de commerce, bien évidemment, le profit n’était pas exclu et l’on ne sache pas que les Carthaginois, pour ne citer qu’eux, aient pratiqué l’angélisme en matière commerciale. Selon Polybe, chez les Carthaginois tout était bon pour s’enrichir, quand, à Rome, on répugnait aux moyens jugés déshonorants130. Pour Pline, les Carthaginois avaient été les inventeurs de l’activité marchande131. Certes, il faut faire la part du topos chez ces auteurs bien postérieurs à l’époque de référence, mais il n’en reste pas moins que la des Carthaginois ne peut n’avoir correspondu à aucune réalité132. Les échanges si fructueux qu’ils pratiquaient avec les Agrigentins au ve s., vantés par Diodore qui les décrit explicitement comme des échanges réciproques, ne reposaient pas sur l’usage de la monnaie d’argent133. Mais ce n’était nullement le profit qui était le souci d’Aristote : s’il citait cet accord en exemple, c’est qu’il savait que traditionnellement l’inquiétante souplesse liée à l’usage de la monnaie d'argent (ou d’or) n’intervenait pas entre ces deux partenaires. Au contraire, le Stagirite liait de manière explicite et directe l’émergence de la chrématistique à l’apparition et à l’usage de la monnaie d’argent, qui permettait une accumulation indéfinie134.

  • 135 Voir à ce sujet le bilan lucide et nuancé d’Osborne (1996, 250-259, avec carte p. 253).

78Ce n’est pas le lieu d’évoquer cette question en détail mais, sans vouloir rouvrir ici le dossier de la question de l’origine du monnayage, il reste pour le moins piquant que ce soit à Égine, cité marchande par excellence, que, dans les années 520 sans doute, soient apparues les premières monnaies d’argent en Grèce d’Europe. La cartographie des cités égéennes ayant émis un monnayage avant 480 montre que, les cités thraco-macédoniennes mises à part (il s’agissait de la principale région productrice de métal), ce furent de manière écrasante les cités maritimes et tournées vers le commerce international qui émirent alors un monnayage d’argent. Certes, il est clair aussi que nombre d’émissions monétaires servirent d’abord à payer les dépenses de l’État, principalement les dépenses de guerre, non à solder les échanges extérieurs135. Mais ce serait un faux dilemme que d’opposer une “théorie marchande” à une “théorie étatique” de l’origine de la monnaie. Car c’est seulement dans les cités “marchandes”, où à la fois le métal argent affluait par le commerce et était reconnu par la société comme équivalent général en raison de rapports sociaux plus ou moins formellement égalitaires, qu'il était possible à la “cité politique” d’avoir un monnayage.

  • 136 Voir chapitre XI.

79Il fallait en effet que, dès l’émission destinée à solder les dépenses de l’État, l’argent monnayé puisse être immédiatement utilisé dans les transactions marchandes intérieures ou extérieures à la cité. L’argent monnayé procurait la nécessaire articulation du jeu des entrées et sorties (prosodoi et analômata) d’une part de l’État, d’autre part des particuliers. En d’autres termes, l’État et les particuliers utilisaient le même mode de règlement financier : c’est ce qui faisait le dynamisme du marché en Grèce ancienne, sans que jamais la différence faite entre gestion des revenus d’État et gestion des revenus privés soit abolie, selon le principe du parallélisme entre public et privé déjà évoqué136. Il est donc tout à fait logique que, en règle générale, l’État ait fixé le rythme des émissions en fonction de ses propres impératifs, et non en fonction de ceux des acteurs privés. On se trouve là au cœur de la différence entre le monde grec et les empires asiatiques, puisque chez ces derniers – sauf sur les marges occidentales où ils pouvaient se trouver en contact avec les Grecs – l’État continuait à opérer ses règlements en termes réels (rations, attributions de terres, etc.) et non en monnaies pouvant entrer à leur tour dans le système d’échange.

  • 137 Voir chapitre VI.

80La monnaie autorisait en effet les jeux entre des partenaires multiples, elle permettait d’échapper au caractère limitatif des échanges bilatéraux qui n’étaient que des processus de troc améliorés, elle constituait la richesse en capital abstrait, insaisissable, grâce auquel on échappait au cadre civique. Aristote redoutait cette abstraction opaque que finissait pas constituer le monde des affaires et des opérations d’échanges multiples, c’est-à-dire en définitive l’univers du marché où c’était le prix qui dictait sa loi, et non pas des relations directes relevant de la solidarité immédiate entre membres d’une communauté civique ou à l’échelle internationale, sur des relations reposant sur un cadre strictement défini avec une cité partenaire. C’est donc le modèle de développement d’Athènes et de son marché où l’on pouvait tout acheter et tout vendre qui se trouvait ipso facto condamné137.

  • 138 Arist., Pol., 1.4.3.

81La meilleure traduction que l’on pourrait donner de “chrématistique” serait peut-être “accumulation de capital”, pour éviter d’employer le mot inadapté de “capitalisme”, qui suggère que c’est l’ensemble d’une société qui vit au rythme du capital. La différence radicale d’avec le capitalisme contemporain est en effet que dans ce dernier type de rapport social les facteurs de production sont eux mêmes tendanciellement indépendants des conditions naturelles, alors que c’était l’inverse dans le cas de l’économie antique. Le marché réglait la circulation des biens, il influait sur la nature des productions, mais, malgré le savoir technique spécialisé et le travail humain qui pouvait être énorme pour défricher, amender le sol, etc., ce n’était pas en dernier ressort le capital mais bien la terre qui était le principal facteur de production, le principal créateur de valeur. De là découle à la fois le caractère décisif de la guerre comme mode d’appropriation des biens de production et aussi la réification des hommes comme facteur de production, c’est-à-dire l’esclavage. Aussi longtemps qu’il en fut ainsi, on ne peut parler de capitalisme. C'est l’extraordinaire intuition d’Aristote138 : si les navettes pouvaient hier toutes seules et agir de manière autonome comme les statues d’Héphaïstos, on n’aurait plus besoin d’esclaves.

  • 139 Ps-Dém., Sur l’Halonèsos, 11-13 : οὔτε γὰρ Ἀμύντας ὁ πατὴρ ὁ Φιλίππου oὔθ’oί ἄλλοι βασιλεῖς οὐδεπώ (...)
  • 140 Voir les excellentes remarques de Ampolo 1994, 33-34.
  • 141 Voir supra chapitre VII, 147.

82On voit ainsi l’intérêt mais aussi les limites de l’analyse aristotélicienne : il s’agit d’un point de vue normatif, tout à fait révélateur de l’idéologie civique et donc des tensions qui existaient entre l’univers de la cité et celui de l’échange, qui permet de comprendre comment pouvaient être conclus des accords commerciaux entre cités, mais qui est loin d’épuiser la réalité d’échanges marchands qui débordaient très largement de ce cadre institutionnalisé. Une cité se réservait certes le droit d’accorder des licences d’exportation ou d’importation (ἐξαγωγή et εἰσαγωγή). Mais le commerce entre cités ne se ramenait pas en totalité à ces échanges définis de manière très officielle entre deux cités ou deux états partenaires. Ce point de vue se trouve exprimé avec vigueur dans le discours Sur lHalonèsos du Ps-Démosthène. L’orateur s’oppose ainsi à la proposition de Philippe d’établir des traités avec Athènes, en affirmant que “ni Amyntas, le père de Philippe, ni les autres rois n’ont jamais conclu avec notre cité des traités de ce genre. Pourtant, nos rapports commerciaux étaient alors bien supérieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui, parce que la Macédoine était alors notre sujette et qu’elle nous payait tribut, et que nous fréquentions alors beaucoup plus qu’aujourd’hui nos places de commerce respectives, et il n’existait pas ces procès commerciaux (dikai emporikai), comme il y en a avec le terme rigoureux d’un mois, qui rendent superflu des accords formels entre contractants aussi distants”139. Ainsi, tout le commerce n’entrait pas dans le cadre d’accords internationaux. De l’époque archaïque à l’époque hellénistique, le commerce libre, “à l’aventure”, resta naturellement toujours une donnée fondamentale du commerce international140. En outre, même le commerce qui était effectué dans le cadre des traités et conventions entre cités était entièrement le fait de commerçants privés, à qui il pouvait arriver de ne pas en respecter les clauses141. Surtout, l’idée que la production mise sur le marché ait exclusivement correspondu à des surplus ne correspond manifestement pas à ce qu’était la pratique de la constitution de l’offre.

La constitution de l’offre

  • 142 La littérature relative au vin et à la production viticole de ces régions est considérable. Pour T (...)
  • 143 La spécialisation mégarienne dans le domaine textile (cf. Legon 1981, 231-232 et 279-281 sur l’agr (...)
  • 144 Prix des céramiques, et. Vickers 1990 ; Gill 1991 ; Gill & Vickers 1995 et litt. compl. citée par (...)

83A l’échelle internationale, ce fut dès l’époque archaïque et la haute époque classique que Chios, Thasos, Lesbos, plus tard Cos et Rhodes, se lancèrent dans une viticulture dont les productions étaient destinées au marché extérieur et faisaient la réputation et la fortune de ces îles142. On peut en outre relever que certaines cités allèrent même jusqu’à une spécialisation non dans le domaine agricole, mais dans celui de l’artisanat : ce fut le cas de Mégare pour le textile. d’Athènes (puis de Tarente et sa région à partir du ive s.) pour la céramique décorée143. L’artisanat spécialisé était sans doute d’abord un remède au chômage, mais il était aussi comme tel créateur de biens exportables, bien qu’en valeur ses productions ne puissent même de loin être comparées au produit de l’agriculture144. On ne faisait pas fortune en produisant céramiques ou textiles, mais, à condition de travailler de l’aube à la nuit et de jouer sur la quantité, on pouvait atteindre le minimum vital, parfois aussi une honnête aisance, et c’était déjà quelque chose.

  • 145 Les baux de terres sont à cet égard une source précieuse : cf. Osborne 1987, 40-44.
  • 146 Cf. Salviat 1993 et l’analyse des baux d’Amos (réédités maintenant Pérée, 49-51, avec trad., et IK (...)
  • 147 Xén., Écon., 20.22 et 29.

84Ainsi, même si partout prévalait l’agriculture produisant pour l’autoconsommation familiale ou pour le marché local, on doit constater qu’il existait aussi des formes de “division du travail” par la spécialisation des centres de production. C’est dire que le “déterminisme” naturel n’était en réalité qu’une détermination, qu’il était loisible ou non d’exploiter, en fonction des réseaux d’affaires dont on pouvait disposer et de la rétribution par le marché que l’on pouvait espérer. Car l’exploitation agricole coûtait cher par le capital qu’il fallait mobiliser pour la constituer (défrichement de terre, accompagné éventuellement de la construction de terrasses ou de travaux d’amendement des sols, construction de bâtiments agricoles, achat d’esclaves comme main d’œuvre, etc.)145. Il s’agissait donc de choix d’investissement qui supposaient une forme de rentabilité et un calcul économique : la chose est évidente lorsqu’il s’agissait d’agriculture spéculative146. Tel est le thème du dialogue entre Ischomaque et Socrate dans l’Économique du même Xénophon, qui montre comment l’agriculture n’était plus seulement conçue comme une activité “naturelle” puisque déjà le père d’Ischomaque pouvait acheter des terres en triche pour les revendre à un prix beaucoup plus élevé après les avoir mises en culture, tandis que d’autres faisaient de même avec les maisons, en faisant construire non pour les habiter mais pour les revendre147. Ce comportement novateur n’était évidemment pas une norme, mais il n’était possible qu’en raison des nouvelles conditions d’échange qui étaient offertes. C’était donc le prix du marché qui, par un effet en retour, déterminait l’offre et ses variations. Le raisonnement est valable dans le cadre de la cité tout autant qu’à l’échelle internationale.

  • 148 Xén., Paroi, 4.6 : καὶ γὰρ οὐδ’ὥσπερ ὅταν πολλοὶ χαλκοτύποι γένωνται, ἀξίων γενομένων τῶν χαλκευτι (...)

85Au ive s., Xénophon tenait comme une vérité d’évidence que le niveau des prix avait une incidence directe sur l’activité de production et que c’est en fonction du niveau des prix que l’on se tournait vers une activité artisanale ou vers une autre, ou, si l’on était agriculteur, qu’on décidait de développer telle production ou même de chercher une autre source de revenus en changeant d’activité : “Lorsque les bronziers sont en nombre trop élevé et que le prix de leurs productions est en baisse, ils abandonnent leur métier, et il en va de même pour les forgerons ; et si le grain et le vin sont en abondance et que le prix de ces productions est bas, leur culture ne s’en trouve plus rentable, si bien que nombreux sont ceux qui abandonnent le travail de la terre et se tournent vers le grand commerce, le commerce de détail et le prêt à intérêt”148.

  • 149 Ph. Gauthier (1976, 123-125 et 129-131) expose son point de vue de manière nuancée. Il souligne à (...)

86Le point qui est précisément le plus remarquable est que Xénophon fixe son attention sur les prix et non pas sur telle ou telle forme de contrainte “extra-économique”. L’analyse de Xénophon a pourtant paru étrange en ce qu’elle paraît ne pas prendre en compte les échanges extérieurs149. Si les prix sont trop bas, pourquoi ne pas exporter ? Si Xénophon n’y songe pas, ne tient-on pas la preuve du primitivisme soit de la pensée économique de l’auteur, soit de l’économie antique, ou plutôt même des deux ? En réalité, Xénophon raisonne déjà en termes abstraits et non pas en termes d’économie concrète ou de débrouillardise que tel ou tel pourra manifester pour faire face aux circonstances qu’il décrit. Le prix est ici conçu comme une résultante, le montant auquel le producteur vendra le fruit de son travail, que l’acheteur soit un grossiste alimentant le marché de la cité ou bien un exportateur : car peu importe au producteur pourvu qu’il puisse vivre de son travail. S’il ne le peut pas, c’est tout simplement que, compte tenu de ses frais, il n’y a pas pour lui un marché qui lui rapporte de manière suffisante.

  • 150 Plaute, Mercator, 64-79. Plaute s'est inspiré de l’Emporos de Philémon (361-262/261 a.C.). La pièc (...)

87A l’époque classique ou à l'époque hellénistique, un bronzier d’Athènes ou d’ailleurs, ou un paysan ayant du vin à écouler en quantité savait bien qu’il ne pouvait plus faire comme le paysan hésiodique qui, en cas de famine, pouvait prendre sa barque pour exporter les surplus dont il disposait encore. Les temps étaient changés : au moins dans les grandes cités, on était dans un autre monde, aux structures juridiques et politiques plus évoluées, qui connaissait déjà une grande spécialisation des tâches et était exigeant en capital. On pouvait certes vendre son bien familial pour tenter fortune sur mer, comme l’avait fait le père de Charinos dans la comédie de Plaute Le marchand150. Mais en ce cas on n’était plus bronzier ou paysan, mais commerçant maritime : tel est très exactement le sens du propos de Xénophon.

  • 151 Vallindas 1882, 21-22. P. Brun (1998a) a consacré une étude détaillée à l'économie de Kythnos où l (...)

88Le concept de sociétés vivant exclusivement en autoconsommation contribue à l’illusion que les productions antiques étaient immuables, en particulier que les campagnes étaient vouées à un parfait immobilisme, puisque les contraintes du marché n’y jouaient aucun rôle. On a vu déjà ce qu’il fallait penser de ces schémas en fonction de ce que l’on sait des spécialisations viticoles de certaines régions, en particulier de certaines îles de l’Égée. Il y a une multitude d’évolutions à plus petite échelle qui nous échappent mais qui faisaient de cet univers certes tendanciellement stable, car soumis à des déterminismes naturels, un monde qui n’en connaissait pas moins à sa manière les contraintes du marché. On s’autorisera ici à recourir brièvement à un rapprochement avec l’économie de l’île de Kythnos telle qu’elle est décrite par A. Vallindas à la fin du xix e s., antérieurement aux grandes transformations sociales et économiques qui ont bouleversé la Grèce au cours du siècle suivant151. Le parallèle avec ce que l'on peut savoir des situations antiques est très instructif.

  • 152 Vallindas 1882, 22 : ἀλλ’ἡ ἀπό τούτων πρόσοδος δὲν εἶναι τόσῳ ἐνθαρρυντική, ὥστε νὰ προκαλέσῃ ζῆλο (...)

89Kythnos était autosuffisante en orge – un orge de bonne qualité très apprécié pour la panification, selon l’auteur (originaire de l’île...) même meilleur qu’un froment ordinaire – et pouvait ainsi exporter le quart de sa production, ce qui lui rapportait 20 000 drachmes. En revanche, plus qu’aucune de ses voisines, l’île connaissait un déficit en huile d'olive, dont A. Vallindas chercha à rendre raison. Restes de pressoirs, toponymie et vieilles traditions conservées d’âge en âge lui montraient qu’autrefois l’île produisait beaucoup plus. Pour tenter d’expliquer ce déclin, A. Vallindas avançait l’idée que les oliviers avaient dû subir le “châtiment" de la hache après de mauvaises récoltes et être coupés lors d’invasions étrangères (des incursions de pirates sont effectivement attestées à Kythnos jusqu’au début du xixe s.). Il signalait aussi des tentatives d’installations de nouvelles oliveraies, “mais leur revenu n’est pas assez encourageant pour susciter une grande ardeur pour une culture de l'olivier à grande échelle, et à cause de ce déficit les Kythniens exportent chaque année plus de 20 000 drachmes en approvisionnement d’huile et d’olives [i.e. en importent pour 20 000 drachmes]”152.

  • 153 Brun 1996, 86 ; voir aussi Brun 1998a, 663-664.

90Même si les échanges extérieurs de l’île ne se limitaient pas à l’orge et à l’huile d’olive ou à l’olive, il est saisissant de constater que le volume financier des deux principaux postes à l’importation et à l’exportation était équivalent, l’un étant compensé par l’autre. La loi d’airain était que l’on ne pouvait pas importer plus que ce qu’on importait. Mais pour ce qui est de l’abandon de l’olivier, A. Vallindas donne un indice fort utile : le “châtiment” pour une productivité insuffisante, confirmé par le fait que même ceux qui se lançaient dans l’oléiculture au xixe s. n’atteignaient pas un revenu suffisant, i.e. qu’il n’était pas rentable de produire sur place une huile qu’on avait meilleur compte à acheter. Dans le cadre de son étude générale sur les productions insulaires, P. Brun a noté que “la concurrence d’îles vouées à la monoculture de l’olivier à partir du xviie siècle par la volonté des Italiens explique sans doute que celui-ci ait été chassé des régions où sa productivité était moindre”153. On voit que cette explication s’applique de manière idéale au cas de Kythnos.

  • 154 Les sources sont rassemblées in Brun 1998a, n. 3, p. 657 et 660 et n. 28.

91C’est de manière analogue que l’on doit penser les contraintes du marché dans l'Antiquité. Même pour le tout venant des cités où l’on ne s’était pas tourné vers une agriculture spéculative et où fondamentalement on continuait à pratiquer une agriculture d’autoconsommation, si l’on savait pouvoir compter régulièrement sur les revenus d’exportations négociables sur le marché, il devenait possible de pratiquer une agriculture spéculative “à la marge”. Le parallèle de Kythnos moderne a montré que si l’essentiel de l’orge était évidemment consommé sur place, un quart de la production pouvait être régulièrement exporté. On peut imaginer qu’il pouvait en aller de même dans l’Antiquité. En outre, cette autoconsommation prévalante était parfaitement compatible avec une certaine forme de spécialisation. Ainsi. Kythnos antique était célèbre pour ses fromages, qui avaient une valeur élevée. Cette réputation bien connue par les sources littéraires est corroborée par les sources papyrologiques, qui montrent que ces fromages étaient exportés jusqu’en Égypte154. Ces exportations apportaient les revenus monétaires susceptibles de procurer en retour les importations de produits dont on était déficitaire.

  • 155 Platon, Rép., 370d-371 a : Καὶ μὴν κενὸς ἂv ἴῃ ὁ διάκονος, μηδέν άγων ὧν εκείνοι δέονται παρ’ὧν ἂν (...)
  • 156 Cherry et al. 1991,459-460 et 470-471, à propos de la médiocrité de l’agriculteur isolé à Kéos dan (...)

92En fait, si l’on se place au niveau d’une cité, ce n’est que si l’on n’avait rien à offrir sur les marchés extérieurs que l’on pratiquait une autoconsommation exclusive. En ce cas, comme le résumait lapidairement Platon, “Et si l’intermédiaire part les mains vides, sans rien apporter de ce dont manquent ces cités où il va chercher ce dont ont besoin ses propres concitoyens, il reviendra les mains vides, n’est-ce pas ? — Il me semble. — Il faut donc non seulement produire des denrées en quantité appropriée au pays, mais encore, en nature et en quantité, celles dont manquent les partenaires ? — Il le faut, en effet”155. L’absence d’importation n’était alors que la traduction de l’incapacité à exporter : c’est faute de pouvoir importer que l’on était contraint de produire, selon le cas et si même les données naturelles le permettaient, céréales, vin ou huile de mauvaise qualité, au prix d’un surtravail considérable. L’établissement des prix à l’agora de la cité se faisait alors en fonction des seules denrées produites localement. On était condamné à la médiocrité et à la pauvreté, on sortait du devant de la scène pour l’abandonner à ces cités ouvertes à l’échange, urbanisées, monétarisées, qui menaient le cours de l’histoire. Ce qui vaut pour le paysan vivant en économie fermée sur une exploitation isolée156 vaut tout autant pour les cités.

93Ainsi, pour ce qui est de la composition de l’offre, on voit que la notion de flux se combine avec celle de surplus, que l’un ne peut être pensé en dehors de l’autre. Au delà d’une détermination liée pour la production agricole aux conditions naturelles, c’étaient des choix liés au marché qui conditionnaient la constitution du surplus marchand. La règle vaut pour les régions qui avaient fait le choix d’une agriculture spéculative, produisant une denrée bien au delà de toute nécessité locale, comme le grain pour le royaume du Bosphore ou le vin pour Rhodes hellénistique, mais aussi pour les cités ordinaires qui pratiquaient encore une agriculture orientée prioritairement vers l’autoconsommation.

les prix en grèce ancienne et dans la france moderne

  • 157 Grenier 1996.
  • 158 Grenier 1997, 386.

94En s’appuyant sur les analyses fournies par les antiquisants, J.-Y. Grenier, historien spécialiste de l’économie de l’époque moderne157, a récemment tenté un bilan comparatif entre la formation des prix du grain dans l’Antiquité gréco-romaine et dans la France d’Ancien Régime pour en présenter un tableau fort contrasté. Il considère que le prix du grain à l'époque moderne obéit pour l’essentiel à la loi de l’offre et de la demande et que même les interventions publiques se faisaient étroitement en liaison avec le prix du marché. La “police des grains” ne consistait pas à fixer arbitrairement des prix de manière autoritaire et administrative : “Elle intervient au contraire en amont du marché, de façon plus ou moins contraignante, pour en favoriser l’approvisionnement (contraintes de stockage pour les communautés ou les particuliers), soit directement sur le marché pour assurer la régularité des échanges et permettre la formation d’un prix... Cette réglementation imposait un ensemble de mesures considérables puisqu’il ne s’agissait pas de contrôler le seul marché – ce qu’une simple politique de contrôle et de fixation des prix aurait exigé – mais de suivre et de baliser le parcours du grain de la production jusqu’au stockage et au commerce”158.

  • 159 Voir infra 301.
  • 160 Pour la notion de circuit, voir en détail Grenier 1996, 304-305.

95Au delà de cette réglementation, qui sans doute avait finalement un rôle plus parasitaire que bénéfique159, et de manière beaucoup plus essentielle, J.-Y. Grenier considère que la formation du prix des grains dans la France moderne obéissait aux règles d’une économie de circuit. Ce principe veut que. en dehors de l’influence de facteurs exogènes pouvant venir peser sur l'offre, comme la météorologie ou autres, il est possible de déduire le prix courant à l’issue d’une période θ (“durée du circuit, délai nécessaire à la formation du revenu”) si l’on connaît le revenu disponible issu de la période précédente et le prix moyen au cours de cette même période, dans la mesure où pour l’essentiel le niveau de l’offre s’établit en fonction du prix moyen de la période précédente160.

  • 161 Grenier 1997, 387-389.

96La formation du prix du grain dans les cités grecques classiques et hellénistiques aurait obéi à des règles bien différentes. Selon J.-Y. Grenier, on devrait distinguer quatre, voire cinq types de formation ou fixation des prix161. Le premier correspondrait à l’échange intervenant sur l’agora entre les commerçants en grains athéniens, les sitopôlai, et les consommateurs. Lui seul serait un “prix du marché", malgré des dispositions réglementaires comme l’obligation faite aux importateurs de transporter un tiers de leurs cargaisons de grain à l’agora du Pirée, et les deux tiers à celle d’Athènes. Le second correspondrait au fruit d’une négociation entre les magistrats responsables des marchés, agoranomes et sitophylaques, et les marchands, emporoi ou sitopôlai. Un troisième type de prix serait celui qui était fixé lors des fêtes des panégyries ou autres circonstances particulières. Un quatrième type serait celui du grain acquis par la cité soit par l’intermédiaire de sitônai, soit livré par des bienfaiteurs, cités étrangères ou généreux donateurs. Une extension de ce type serait à trouver dans les ventes à prix réduit effectuées par des bienfaiteurs, personnes privées, marchands ou agoranomes eux-mêmes.

  • 162 Grenier 1997, 388.
  • 163 Grenier 1997, 386-387.

97J.-Y. Grenier appuie son raisonnement en particulier sur les prix rapportés dans le C. Phormion où “la différence sur laquelle [Chrysippos, le bienfaiteur] insiste entre le prix du courant du médimne de blé (16 drachmes) et celui auquel il a vendu aux citoyens d’Athènes les 10 000 médimnes qu’il a importés (5 drachmes) montre qu’il s’agissait d’un taux qui n’avait aucun rapport avec celui du marché, comme probablement celui des ventes de blé public”162. Même si ces prix ne pouvaient être totalement indépendants les uns des autres, il est clair que l'on (ne pourrait pas) “parler d’un système de prix au sens d’une interdépendance régulière reflétant, d’une façon ou d’une autre, la tension entre l’offre et la demande”163. Les interventions des magistrats sur les différentes catégories de marchands, que ce soit par la contrainte ou la persuasion, refléteraient plus un rapport de force entre les parties qu’un rapport normal entre acheteur et vendeur. Les prix publics sans rapport avec la situation du marché auraient eu pour effet de rendre la formation des prix encore plus chaotique. D’où la conclusion que “la discontinuité caractérise les paramètres de la formation des prix sur le marché libre". L’opposition serait donc totale entre une économie de circuit, étroitement liée au marché, et une économie de surplus, avec des approvisionnements rendus anarchiques et désorganisés par des interventions extérieures de nature non-économique.

  • 164 Braudel 1979, 101-103 sur le caractère marginal des exportations à longue distance dans l’Europe m (...)
  • 165 Grenier 1996, 373.
  • 166 Grenier 1997, 387.

98Pace J.-Y. Grenier, on doit brosser un tableau fort différent. Tout d’abord, on doit souligner un point d’une importance majeure, qui introduit une différence radicale entre l'approvisionnement des marchés de la France d’Ancien Régime et ceux de la Grèce ancienne. De manière écrasante, les marchés de la France d’Ancien Régime trouvaient leur approvisionnement dans un rayon local ou régional, en faisant venir éventuellement en cas de mauvaise récolte des blés d’autres provinces, le recours à du grain importé étant exceptionnel164. En France, depuis le xiiie s., les producteurs avaient obligation d’apporter leur grain au bourg ou à la ville proche165. De fait, le fermier était en principe obligé de vendre au marché local et la seule arme dont il disposait était la rétention de grain dans une perspective spéculative, mais au risque d’être arrêté166. Certes, il en allait de même sans aucun doute dans une grande majorité de cités grecques, dont les besoins étaient satisfaits en bonne part par la production locale. Mais la situation des grandes villes du bassin égéen était autre : quel que soit le niveau de production de leur territoire, ces dernières étaient contraintes à l’importation de manière régulière et pour des quantités importantes, le cas d’Athènes, vivant de grain importé dans une proportion d’au moins 50 %, n’étant que la forme extrême d’une situation qui peu ou prou se posait dans les mêmes termes à Éphèse, à Rhodes, à Mytilène ou à Chios.

99Or, cette séparation entre production et consommation trouvait sa solution dans le marché. Comme on l’a vu, le grain se dirigeait vers les places qui offraient le prix le plus intéressant pour les commerçants. C’était “la main invisible du marché” qui assurait les approvisionnements extérieurs et non des transferts autoritaires. La condition de la naissance de l’économie marchande en Grèce ancienne était précisément l’existence d’une multitude d’états formellement indépendants les uns des autres – plus de mille –, beaucoup d’entre eux ayant un débouché direct sur la mer. De la sorte pouvait se constituer un réseau d’échange marchand à la fois dense, multipolaire et extrêmement complexe. A priori, tout le monde pouvait communiquer avec tout le monde, éventuellement d’un bout à l’autre de la Méditerranée. Des marchands massaliotes ou carthaginois fréquentaient les ports du Pirée ou de Rhodes tout aussi bien que des commerçants venus du Pont Euxin ou de Chypre.

  • 167 Briant 1994.

100On voit la différence avec la situation de la France du xviiie s., où les intendants royaux pouvaient veiller à l’acheminement du grain depuis la production et opérer autoritairement des transferts d’une province à l’autre. On observera que, dans un cadre bien entendu fort différent, les rois, dynastes et satrapes de l’époque hellénistique, pouvaient opérer de manière autoritaire sur les cités sous leur contrôle en leur faisant acheter le grain dont ils disposaient eux-mêmes directement grâce au tribut en nature dont ils disposaient et en contrôlant leur politique d’approvisionnement167. En revanche, les cités grecques les plus importantes, donc les plus dépendantes des échanges extérieurs, n’avaient aucune autorité politique sur la production d’une part essentielle des quantités de grain qui leur étaient nécessaires.

  • 168 Ps-Dém., C. Lacritos, 50-51, avec une citation de la loi attique à ce propos. Cf. aussi C. Phormio (...)

101La seule pression qui pouvait s’exercer, raison pour laquelle on la voit jouer un rôle décisif dans les plaidoyers attiques, était celle du capital. Ainsi, à Athènes, pour le grain, on ne pouvait prêter pour une autre destination qu’Athènes elle-même, et réciproquement le preneur s’engageait donc par contrat à ne pas décharger ailleurs qu’au Pirée le grain qu’il achèterait sur une place étrangère168. Enfreindre cette loi, c’était risquer une sévère condamnation. Certes, le marchand pouvait alors ne pas prendre le risque de revenir à Athènes. Mais, ce faisant, il se privait ipso facto non seulement de l’accès au marché consommateur athénien, de très loin le plus important du monde grec, mais aussi des futurs emprunts qu’il aurait pu contracter sur cette place, c’est-à-dire de l’accès au capital. Or, à l’époque classique, Athènes jouait un rôle fondamental comme place financière (ce rôle étant repris par Rhodes à l’époque hellénistique). Ailleurs, on risquait fort de ne trouver que des taux d’emprunt moins avantageux, voire pas de capital à emprunter, ce qui pour le marchand revenait à la paralysie. Manifestement, certains pourtant n’hésitaient pas à courir le risque de la fraude si le profit escompté semblait réellement avantageux.

  • 169 Grenier 1997, 387.
  • 170 Cf. chapitre IX, 203.

102Il reste que l’approvisionnement des marchés dans la France d’Ancien Régime obéissait à des principes fort différents. Si l’alimentation du marché d’Ancien Régime pouvait en quelque sorte se faire de manière régulière, puisqu’elle relevait du même espace politique, et si, sauf en cas de récolte exécrable, le marché du bourg ou de la ville était assuré de recevoir des quantités plus ou moins suffisantes pour son alimentation, il n’en allait pas de même pour la Grèce ancienne, de sorte que l’organisation du marché ne pouvait pas être la même. Une ville française d’Ancien Régime pouvait se permettre de mettre en prison un fermier spéculateur169 : au pire moment d’une crise frumentaire, une cité grecque ne pouvait au contraire que songer à flatter les commerçants importateurs pour les attirer vers son emporion170. Des événements de toute nature, le plus souvent non économiques comme la guerre ou la piraterie, pouvaient venir perturber les circuits marchands et compromettre gravement les approvisionnements. Mais au delà, quelle que fut la nature des perturbations, le seul enjeu était les quantités effectivement disponibles sur le marché, qui in fine déterminaient le niveau des prix. De fait, conformément à l’effet de King, selon lequel les oscillations du prix du grain sont dans un rapport exponentiel aux quantités manquantes sur le marché, les oscillations des cours étaient souvent très fortes.

  • 171 Bernard & Colli, 1975, 823-824. Cf. aussi Fumey 1997, 197 : “Pour un déficit de production de 10 % (...)

103En analysant l’évolution des prix du blé, G. King, un généalogiste britannique du xviie s., fut le premier à établir ce principe dans un ouvrage paru en 1696. L’effet de King “peut être observé pour les matières premières qui font l’objet d’un marché international, et surtout, et plus généralement, dans le domaine agricole. Le phénomène est lié, en effet, à l’existence concomitante de plusieurs conditions, dont les principales sont l’existence d’un marché fermé, ou isolé (quelle que soit sa dimension, mondiale, nationale ou régionale) : la rigidité à court terme de l’offre (c’est-à-dire du volume de la production, soit que celui-ci dépende des conditions naturelles aléatoires, soit qu’il procède d’une utilisation non modulée de la capacité de production) ; une demande inélastique (produits agricoles) ou dont les fluctuations sont commandées par des motivations étrangères à la considération des prix (matières premières stratégiques).... L’effet King, d’abord relevé à propos du fonctionnement des marchés agricoles, semble bien traduire en fait un phénomène économique caractéristique des économies de marché suivant lequel les effets d’un facteur causal ne lui sont pas directement proportionnels”171. Les fortes variations que l’on rencontre pour le prix des grains dans la Grèce des cités sont donc caractéristiques de structures de marché et ne sont pas des variations erratiques. En Grèce ancienne, le marché intervenait donc déjà en amont de l’approvisionnement des marchés des grandes cités, alors que dans la France d’Ancien Régime le jeu du marché n’intervenait pour l’essentiel que dans la halle aux grains, où se faisait la confrontation de l’offre et de la demande finale.

104Il y a aussi à cet égard une autre différence essentielle entre la Grèce des cités et la France d’Ancien Régime. L’analyse du mécanisme des kathestèkuiai timai athéniens au ive et au iiie s. montre que ces “prix officiels” correspondaient en fait à des “prix de gros”. Ces “prix officiels” étaient le fruit d’une négociation permanente entre commerçants importateurs et magistrats de la cité. Même si les autres cités du monde égéen n’avaient pas un système institutionnel aussi fixe que celui d’Athènes, tout montre que le mécanisme devait en gros être le même ailleurs. Les marchands pouvaient ainsi savoir quel était le prix de gros en vigueur dans telle ou telle cité. Une des caractéristiques fondamentales du système du marché en Grèce ancienne était que, tant pour le commerce local que pour le commerce de gros, la cité s’efforçait de maintenir la concurrence dans un cadre étroitement défini.

  • 172 Cf. supra chapitre VIII, 174.
  • 173 C’est le souhait de Platon, Lois, 11 917b ; cf. aussi la loi délienne sur l’importation des bois e (...)
  • 174 Cf. chapitre VIII.

105A l’agora, de façon générale, il est manifeste que le marchandage était possible entre acheteur et vendeur172. Cependant, pour protéger le consommateur, des dispositions réglementaires pouvaient venir empêcher une concurrence incontrôlable entre détaillants, comme, éventuellement, celles qui pour certaines catégories de produits pouvaient interdire aux commerçants de modifier leurs prix dans la même journée173 : le but était manifestement d’éviter que les commerçants ne commencent leur journée en fixant des prix trop hauts. En certaines circonstances et pas seulement pendant les fêtes, les cités pouvaient même aller jusqu’à fixer le prix des produits, comme le montre l’inscription agoranomique du Pirée174.

  • 175 Xén., Écon., 20.27-28, trad. CUF modifiée : καὶ γὰρ oἱ ἔμποροι διὰ τὸ σφόδρα φιλεῖν τὸν σῖτον, ὅπο (...)

106Pour les prix de gros, le système était sensiblement différent. A l’emporion, du moins pour le grain, le système des prix officiels, du prix unique du grain en gros, rendait impossible le marchandage individuel entre vendeurs et acheteurs. Qu'on ne se trompe pas cependant : la concurrence existait bel et bien. Elle jouait dans la négociation entre les magistrats qui représentaient la cité et les marchands importateurs. En fait, la vraie concurrence mettait en présence d’une part les marchands, comme vendeurs, et d’autre part les différentes cités entre elles, comme acheteurs. C’est ce qui explique les comportements décrits dans le C. Dionysodoros : selon que le prix payé par le marché importateur était plus élevé ou plus faible, le grain avait tendance à aller vers lui ou à s’en détourner. Le Socrate mis en scène par Xénophon dans l’Économique tenait encore une fois cette attitude pour vérité d’évidence175 : “Ces marchands aiment tellement le grain que, s’ils apprennent qu’il abonde quelque part, ils prennent la mer pour aller le chercher au loin, en franchissant la mer Égée, la mer Noire et la mer de Sicile. Puis après s’en être procuré le plus qu’ils peuvent, ils le transportent à travers la mer, et cela en l’embarquant dans le bateau sur lequel ils naviguent eux-mêmes. Quand ils ont besoin d’argent, ils ne s’en défont pas au hasard dans le premier endroit venu, mais ils le transportent là où ils ont entendu dire que le grain atteint le plus haut prix et où les gens le paient le plus cher, et c’est à eux qu’ils l’apportent et le livrent”.

  • 176 Cf. Arnold [1975b],
  • 177 Stroud 1998, 1. 42-44, avec comm. 72-73 : pas de vente avant le mois d’Anthestèriôn (février-mars) (...)
  • 178 Grenier 386 ; cf. plus en détail Grenier 1996, 372-374.
  • 179 Grenier 1996, 374.

107Pour ce qui est des marchés, ils faisaient donc l'objet de contrôles attentifs des autorités civiques. En Grèce ancienne, du moins à partir de la fin de l’archaïsme, il n’y avait pas dichotomie entre commerce international et commerce local, entre deux circuits de circulation distincts qui auraient porté sur des denrées de nature différente et qui auraient été opérés par et pour des personnes de statut radicalement différent, comme on le trouve par exemple dans certaines sociétés africaines176. A l’agora confluaient le grain d’origine locale et le grain importé. C’est là que se faisait physiquement le contact entre les deux sources d’approvisionnement en grain. De manière générale, les cités réglaient approvisionnement du marché et vente au détail par une série de dispositions réglementaires. Ainsi, comme Athènes disposait de deux grosses agglomérations urbaines, elle faisait en sorte qu’un tiers du blé aille au Pirée, les deux tiers à la ville d'Athènes, ceci pour équilibrer l’offre. C’est ainsi également que les cités pouvaient fixer diverses règles pour empêcher ou tenter de limiter la spéculation, comme l’interdiction faite aux vendeurs sur l’agora de modifier leur prix en cours de journée, ou la constitution d’un fonds de réserve de blé qui ne serait pas vendu avant une certaine date, comme le montre pour Athènes la nouvelle loi attique de 374/373177. Tout cela évoque cette fois directement les mesures que pouvait prendre une ville d’Ancien Régime : “Délimitation précise du moment et du lieu du marché afin d'assurer une confrontation physique et visible de l’offre et de la demande, obligation faite aux marchands de laisser pour le marché suivant les grains non vendus le jour même afin de freiner les manœuvres spéculatives et favoriser les mouvements de baisse...”178 Selon J.-Y. Grenier, cependant, ces réglementations de l’Ancien Régime avaient en fait sans doute davantage un effet pervers qu’un effet positif : l’effet régulateur ne pouvait intervenir que lorsque les prix étaient dans une zone de stabilité, mais l’inflation se trouvait stimulée “car l’intérêt du marchand est de pouvoir vendre plus cher à terme, et de fixer un prix initial élevé pour ne pas risquer de vendre au-dessous de ce qu’autorise la tension du marché”179. Il est vraisemblable que des mesures du même ordre, même pour certaines totalement identiques, aient eu des conséquences analogues dans l’Antiquité.

  • 180 Stroud 1998, 1. 44-46, avec comm. 73-76, R. Stroud soulignant (p. 75) la contradiction dans laquel (...)
  • 181 IG, II2, 1672, cf. chapitre IX, 196, n. 64.

108En revanche, du moins à l’époque classique et à la haute époque hellénistique, une différence capitale d’avec la ville d’Ancien Régime était l’existence d’une catégorie de privilégiés, celle des citoyens. Cela ne signifie pourtant nullement que les prix du grain des diverses sources d’approvisionnement réservées aux citoyens aient été totalement déconnectés du marché, comme si les prix pratiqués en faveur des citoyens avaient introduit un paramètre chaotique : on a vu par exemple qu’il ne fallait en aucun cas considérer que, par exemple à Athènes en 330/329, on ait vendu du grain aux citoyens à 5 dr. le médimne tandis que “le cours du marché libre” aurait été de 16 dr. Bien au contraire, loin d’être déconnecté du prix du marché, le prix de 5 dr. le médimne n’était autre que le cours officiel à l’importation à Athènes, le privilège des citoyens étant à la fois de pouvoir disposer d’un droit de préemption par les distributions particulières (en l'occurrence en un lieu distinct de l’agora) qui était organisées pour eux et de pouvoir y avoir droit au prix de gros. Quant aux distributions faites par la cité elle-même, avec son propre grain, on voit que la nouvelle loi attique de 374/373 laisse l’assemblée libre de fixer son prix180. Cependant, en 329/328, la cité fixe les prix du froment et de l’orge auxquels les épistates d’Eleusis doivent vendre leurs surplus à respectivement 6 et 3 dr., ce qui pourrait à ce moment avoir correspondu (on ne saurait être plus affirmatif) à un prix du marché, ou à un prix proche de celui du marché181. Il est tentant de penser que, en règle générale, il en allait ainsi pour les distributions de grain public : plutôt vente au prix de gros que vente à un prix totalement déconnecté du marché.

  • 182 Cf. rapidement Garnsey 1988, 83.
  • 183 Migeotte 1989/90, 1990, 1991 et 1998.
  • 184 Voir les prix de l’année 282 à Délos, réf. supra chapitre IX, 196 et n. 60.

109En tout état de cause, il est vrai qu’en cas de grande disette des prix franchement en dessous des cours pouvaient être pratiqués, mais ils ne peuvent guère avoir joué un autre rôle que celui d’aider à apporter une ration de survie. L’évergétisme de la deuxième moitié de l’époque hellénistique ou de l’époque romaine relève déjà d’une autre structuration de la cité, au sein de laquelle les écarts sociaux s’étaient approfondis182. De façon générale, les ventes du grain public (ou les ventes dans les mois difficiles dont témoigne la loi de 374/373) portaient de toute façon sur des quantités limitées, comme l’a montré L. Migeotte183. Ces ventes contribuaient à stabiliser les prix sur l’agora, ou à limiter quelque peu les fluctuations dues aux aleas du marché, mais en aucun cas on ne peut dire qu’elles aient créé des fluctuations chaotiques ou bien des conditions où les prix auraient fluctué séparément, sans rapport les uns avec les autres, sur l’agora ou dans les ventes réservées aux citoyens. On remarquera enfin que l’évolution des prix du grain sur une année à Délos correspond au rythme saisonnier, comme dans les sociétés d’Ancien Régime, ce qui ne saurait être le cas si des interventions de toute nature étaient venues fixer des niveaux de prix totalement arbitraires184.

110Pour finir, on peut dire que le rôle perturbateur des variables exogènes pesant sur l’offre de grain, et sur l'offre en général, était beaucoup plus important en Grèce ancienne que dans la France d’Ancien Régime. Il est clair aussi que le système du surplus existait. Mais, en tant que telle, la notion de surplus à elle seule est insuffisante pour décrire la constitution de l’offre. D'une part, tant au niveau de la production que de l’échange, le poids des variables exogènes n'empêchait pas le développement tendanciel de conduites d'anticipation ayant pour but le profit et tenant compte de pures variables économiques, comme le montre entre autres le propos de Xénophon, tant dans les Poroi que dans l’Economique. D’autre part, on ne peut affirmer que la fixation du prix du grain et des autres denrées offertes ait échappé à toute logique de marché, ce qui serait le cas si l'offre avait correspondu à de simples surplus par définition aléatoires. Il y avait au contraire clairement une division du travail et les régions déficitaires comptaient régulièrement sur un approvisionnement extérieur. On soulignera aussi fortement l'interaction entre offre et demande par l’intermédiaire des prix, selon le propos de Xénophon dans les Poroi (voir supra) qui expliquait de la manière la plus explicite que le niveau des prix retentissait sur l'offre, et cela pas seulement pour le grain.

111L’économie de la Grèce ancienne n’était donc que partiellement une économie de surplus. Avait-elle donc aussi des traits d’une économie de circuit ? Avant de pouvoir donner une réponse à cette question, c’est une véritable théorie de la formation des prix en Grèce ancienne qu’il faudrait d’abord établir, mais aussi une théorie de la rente, de la valeur et de la monnaie : on voit que la tâche est vaste.

le marché, les marchés

  • 185 Grenier 1996, 10 et 141.
  • 186 Goody [1999], 107-206, et explicitement 130-131 et 141 pour le rejet des thèses de Polanyi.
  • 187 Lawall 1996, tentative dont le mérite doit néanmoins être reconnu.
  • 188 Cf. l'anecdote relative à Andocide, Sur son retour, 11, évoquée supra chapitre IX, 193.

112L’économie de la Grèce des cités relève donc pleinement de la catégorie des économies à marché, même s’il s’agissait d’un marché qui fonctionnait différemment du marché contemporain (c’est un truisme que de le dire). Une véritable histoire économique de la Grèce des cités n’est donc pas conceptuellement une chose absurde. La tentative de J.-Y. Grenier de mettre en valeur les structures spécifiques du marché d’Ancien Régime s’inscrit explicitement dans la même perspective de rupture avec les schémas polanyiens185. C’est de même tout l’intérêt des travaux récents de Jack Goody de tenter une réévaluation globale de la place de l’économie dans les sociétés orientales, particulièrement en Inde : circulation marchande et production pour le marché apparaissent sous un jour tout différent de celui qui avait été présenté dans la perspective de Polanyi186. Dès lors qu’on n’étudie plus les sociétés dans une perspective classificatoire, on découvre une complexité que leur prise en compte comme sociétés “précapitalistes” ne laissait pas prévoir, ou plutôt ne laissait pas apparaître. De la sorte également, il n’est pas nécessaire de vouloir opposer deux systèmes d’échange, dont l’un serait traditionnel ou “archaïque” (liens de réciprocité entre partenaires, etc.), l’autre, “moderne”, fondé sur la recherche du profit187. Le point important paraît être en tait de rechercher l’articulation entre deux phases d’un processus unique. Ainsi, des relations traditionnelles étaient susceptibles d’être utilisées pour obtenir la livraison d’une denrée, qu’ensuite on pouvait, ou non, mettre sur le marché188. Il n’y avait donc pas opposition de deux systèmes d’échange mais deux phases spécifiques de circulation des biens, la deuxième consistant éventuellement en la mise sur le marché (pour de faibles quantités, il pouvait y avoir seulement circuit court et autoconsommation dans l’oikos).

  • 189 S’agissant de l’économie de l'Égypte romaine, voir les stimulantes remarques de R. S. Bagnall (199 (...)
  • 190 Rathbone 1997.

113Pour la Grèce ancienne, à la différence de l’Europe moderne, il est vrai que les sources manquent cruellement pour asseoir les études statistiques qu’il serait souhaitable de pouvoir mener. La disparition de toutes les archives publiques et privées provenant de la Grèce des cités n’est pas un fait négligeable. Les papyrus égyptiens, qui pour la plus grande partie d’entre eux datent de l’époque romaine, font deviner ce “monde que nous avons Perdu”189. L'Égypte, on ne saurait l’oublier, n’était pas un monde de cités, et les documents dont on peut aujourd’hui disposer, si passionnants pour l’histoire économique, renvoient cependant à un univers passablement différent de celui de la Grèce classique et hellénistique. Pourtant, même en Égypte romaine, l’économie monétaire et le marché paraissent là aussi avoir été un facteur déterminant dans la formation des prix190.

  • 191 Pour le monde romain, J. Andreau (1997) conclut négativement et étend sa conclusion au monde grec.
  • 192 Sur les registres des sitophylaques, voir déjà remarques supra chapitre VII, 133. Pour les comptes (...)
  • 193 Cf. chapitre III.
  • 194 Cf. chapitres II, 81-82, et VII, 141-149, ainsi que Pébarthe 2000 pour le rôle de l’écrit dans l'e (...)

114Pour le reste du monde contrôlé par les Grecs, les inscriptions ne permettent que trop rarement de suppléer a la perte des masses d’archives publiques ou privées qui auraient permis d’écrire une histoire détaillée de l’économie de la Grèce antique (c’est là une raison de plus pour publier et analyser avec un soin particulier ces trop rares documents). Mais en aucun cas, naturellement, on ne doit considérer que le manque d’archives serait au fond imputable a la “nature des cités grecques. Certes, l’absence de “mercuriales” antiques qui auraient été analogues à celles du monde de la France d’Ancien Régime mérite d’être relevée191. Mais, à Athènes, l’existence de registres des sitophylaques est bien attestée et l’on doit donc être très prudent avant de considérer que sitophylaques ou agoranomes ne conservaient aucun document contenant des indications de prix, même s'ils étaient sans doute il est vrai organisés sur une tout autre base que celle des mercuriales192. On insistera en outre sur le rôle de l'écrit dans les comptabilités, dans les procédures de contrats, etc., qui est intervenu plus tôt et de manière différente de ce qu’on a imaginé jusqu’ici : vers 560 a.C., Arcésilas de Cyrène avait sans doute déjà à ses côtés son “comptable”193. A l’époque classique, a fortiori, l'écrit jouait un rôle central dans les procédures commerciales194. Cette piste devra être poursuivie et développée.

  • 195 Quel que soit l'intérêt que conservent pleinement certaines parties de son œuvre (voir supra 265), (...)

115Au plan méthodologique, on devrait enfin se débarrasser une fois pour toutes de l’habitude de juger des structures d'une société en termes de “manque” par rapport aux structures d’une société qui lui est postérieure de vingt-cinq siècles195. Pourtant, la question de savoir pourquoi les sociétés antiques n’ont pas connu la Révolution industrielle ou le “passage au capitalisme” hante encore la réflexion historique, comme si le fait que les cités grecques ou Rome “ne soient pas parvenues à ce stade” devait être porté à leur débit. Cette comptabilité négative et cette perspective finaliste ne sauraient être fructueuses. Les structures de marché segmenté de la Grèce des cités peuvent paraître “primitives” par rapport à celles du marché contemporain, mais elles étaient alors absolument révolutionnaires. Ce sont ces structures de marché consubstantiellement liées à la cité et au réseau que l’ensemble des cités formaient entre elles qui furent à la base du “miracle grec”. Ce sont elles encore qui donnèrent à la Grèce sa supériorité temporaire sur les autres sociétés du monde méditerranéen, alors même que, par la faiblesse relative de sa population, la Grèce ne paraissait nullement destinée à jouer ce rôle.

116Il faut donc replacer en leur temps les structures de marché de la Grèce des cités. Pour autant, on ne doit pas hésiter à observer les similitudes systémiques que l’on peut relever entre sociétés à marché. Des comparaisons transhistoriques peuvent alors légitimement être effectuées. Au reste, il ne s’agit pas de dresser une liste de curiosités, comme des amateurs peuvent constituer une collection de timbres ou de papillons, mais de permettre de déterminer ce que peuvent être les traits structurels des sociétés fondées sur le marché, par delà des différences qui peuvent être très importantes dans l’organisation de leur système de production et autres paramètres fondamentaux.

117On doit donc aujourd’hui dépasser définitivement l’alternative entre un modernisme comme celui d’Eduard Meyer, qui projetait dans l’économie de l’Antiquité des doctrines économiques de circonstance du monde industriel du début du xxe s., et un primitivisme ou un néo-primitivisme qui refusait toute réalité au marché. Johannes Hasebroek et Moses Finley avaient parfaitement raison de contredire Eduard Meyer ou Michael Rostovtzeff et leur modèle “d’industrialisation” du monde hellénistique. Mais ils avaient tort de rejeter le concept même d’économie antique. La théorie des “facteurs extraéconomiques” pesant sur l’économie grecque faisait de l’économie de la Grèce ancienne un non-être. En réalité, la Grèce ancienne a constitué la première économie à marché monétarisé qui ait existé de manière organisée et sur plusieurs siècles. Cela ne signifie nullement que l’on doive réduire l’économie de la Grèce des cités au marché. La question clé est précisément l’articulation du comportement prédateur de la cité grecque antique comme moyen collectif d'acquisition de revenus ou d’appropriation du moyen de production essentiel qu’était la terre, avec le rôle du marché comme instrument de circulation des biens. Si l’on ne retient que l’un ou l’autre des deux termes, on ne peut obtenir qu’un tableau déséquilibré, “moderniste” ou “primitiviste”.

118Au reste, les conditions mêmes d’existence du marché n’ont rien de “naturel”. L’existence de réglementations civiques n’est pas la preuve de l’absence de marché : au contraire, c’est la cité qui, par l’ordre qu’elle faisait régner, créait les conditions d’existence du marché. Si l’expérience de la Grèce ancienne est si passionnante, c’est que, après un essor fulgurant, ce qui fut la première économie à marché monétarisé de l’histoire finit aussi par se transformer profondément au sein du nouvel espace romain, puis par s’effondrer lorsqu’eurent disparu les conditions politiques et juridiques qui l’avaient fait naître – égalité formelle dans l’échange à l’intérieur de la cité, multiplicité des cités commerçant entre elles. C’est aussi en ce sens que l’analyse des économies à marché qui ont précédé l’économie de notre temps peut donner à réfléchir.

Notes

1 Nous résumons ci-après les thèses de Karl Polanyi dans La grande transformation [1983], 71-101. Ces thèses sont reprises par divers auteurs sur divers terrains d’application, dont Polanyi lui-même, dans Polanyi et al. [1975], Pour l’impact chez les économistes actuels, voir Adda 1997, I, 7-12.

2 Adda 1997, I, 10-1 1, d’après Polanyi [1983], 102-112.

3 Cf. Chapman [1975] et Arnold [1975ab]. Voir aussi supra chapitre I, et nos remarques 57, n. 170 pour le cas de Naucratis.

4 Cf. Millett 1990, 169, avec réf. Il est vrai que Polanyi n’était pas spécialiste de l’Antiquité et que ses analyses paraissent souvent trop schématiques ou mal informées. De toute façon, l’idée que le marché serait né soudain au ive s. n’a aucun fondement (cf. les remarques supra chap. XI. 258. à propos d’un supposé “disembedding” de l’économie athénienne au ive s., et déjà la critique de Polanyi par Finley [1984], 277, n. 45).

5 Hasebroek 1928 ; Finley 1973 (trad. fr. 1975) ; Hopkins 1983, XI, pour la désignation comme “Nouvelle Orthodoxie”, cf. déjà chapitre VI, 109 et n. 4.

6 Cf. déjà Andreau & Étienne 1984 et Descat 1994, 1995a et 1997.

7 Bruhns 1996 et 1998, avec une ample bibliographie. Nous avions nous-mêmes fait à tort ce raccourci de Weber à Finley, corrigé ici dans les chapitres VI et XI.

8 Bruhns 1998, 39-40. La contribution principale de Weber se trouve dans Les causes sociales du déclin de la civilisation antique, de 1896 (Weber [1998], 61-83), et dans Économie et société dans l'Antiquité, de 1909 (Weber [1998], 85-390.

9 Finley [1975], 27.

10 Économie et société, in Weber [1998], 328-329.

11 Weber [1998], 101. Dans la synthèse de ses ultimes travaux (1919-1920), publiés post mortem en 1923 sous le titre Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Max Weber pouvait affirmer qu’aucun “capitalisme” ou “aucun capitalisme moderne” (Weber [1981], 371 et 374) n’était apparu dans l’Antiquité, ce qui montre assez qu’il n’assimilait nullement le fonctionnement de l’économie antique à celui du capitalisme contemporain.

12 Cf. Bruhns 1998,58.

13 Finley [1975], 36-39 explicitement.

14 Appréciation positive Finley 11975], principalement 27 - mais où il est prêté à tort une vision négative du marché - et 186-187, sur la ville de consommation (mais voir le comm. de Bruhns 1998, 40).

15 On a même parfois l'impression d’une polémique inavouée ou involontaire contre Weber lorsque M. Finley ([1975]. 39) soutient par exemple (au demeurant partiellement à juste titre) que “la vague corrélation entre les grandes guerres et le prix des esclaves” ne suffit pas à “étayer le vaste édifice qu’on a bâti” sur la question. Weber n’était pas visé explicitement, mais il avait mis la fin des grandes guerres de conquête, donc de l’approvisionnement en esclaves, au cœur de son explication de la chute de l’empire romain. C'était la thèse principale de l'étude Les causes sociales du déclin de la civilisation antique (Weber [1998], part. 78-79), qui apparaît sous une forme plus nuancée dans Économie et société dans l'Antiquité (Weber [1998], 384-388).

16 Finley [1975], 15-39, et part. 39.

17 Weber [1998], 61-83.

18 Cf. supra Introduction, 9 et n. 2.

19 Pour les questions débattues dans ce paragraphe, voir chapitre VI.

20 Finley [1975], 219-220.

21 Voir aussi chapitre VI, 126-129 sur les interdictions d’importer.

22 Cf. chapitre IX, 205 et n. 89.

23 Pour Délos, voir Reger 1994, 49-82.

24 Efthymiou-Hadzilacou 1988, 261.

25 Pol. 28.2.1-2. Sur les opérations militaires de la “sixième guerre de Syrie”, qui paraissent n’avoir commencé qu’en 169, cf. Will 1982, II, 316-320.

26 Telle est aussi la conclusion de P. Garnsey (1988, 148-149) pour Athènes à travers toutes les vicissitudes du ive s., du moins jusqu’aux années 330.

27 Adda 1997, II, 32-34.

28 Voir chapitre VI.

29 Sur ce point. M. Weber ([1998], 65) lui aussi tenait pour une vision purement négative d’une autarcie ramenée à une entière autosuffisance.

30 Voir Bresson 1993, 201-204 et 217.

31 Cf. chapitre I.

32 Hdt. 2.178 et supra chapitre I, 46.

33 Voir chapitre II. 82.

34 Voir en détail chapitre XI. On retrouve l’habituel placage “primitiviste” des catégories modernes sur la situation antique dans l'étude de Salmon 1999, même si l’article n'est pas sans intérêt.

35 Sur le rôle de la guerre comme moyen d’établir une domination, cf. Garlan [1999] et Finley [1999],

36 Le paradoxe est que c’est au héraut de Sparte, la cité qui a la réputation d’être la moins tournée vers l’échange, que Cyrus est censé avoir adressé ces propos. Sur l’agora de Sparte, cf. aussi Xén., Hell., 3.3.5.

37 Arist.. Pol., 7.12.3-7, s’appuyant sur l’exemple de la Thessalie.

38 Sur l’économie tributaire de l’empire perse, voir ainsi Briant 1996, 434-487.

39 Voir brièvement chapitre VII. part. 138-141. Nous reviendrons ailleurs sur la question des contrats, dans une étude qui n’a pu trouver place dans cet ouvrage.

40 Sur les dikai emporikai, cf. Gauthier 1972, 198-201 et Velissaropoulos 1980, 235-267.

41 Sur les colonies marchandes assyriennes du début du iie millénaire a.C. (xxe-xixe siècles), cf. Kuhrt 1995, I. 90-95, et Kuhrt 1998 ; aussi Kuhrt 1995, II, 535-537, sur l'activité marchande au sein du Nouvel Empire assyrien du ier millénaire (jusqu’à 609).

42 Les travaux de L. Migeotte ont traité de manière approfondie la question des distributions du grain dans les cités. P. Garnsey (1988) a traité de l'approvisionnement d'Athènes (mais cf. aussi Whitby 1998). Pour le ive s., on trouvera une synthèse rapide chez. Austin 1994, 558-564 (“The Corn Supply of Greek States”). Néanmoins, une étude générale sur le commerce des grains en Grèce ancienne fait encore défaut. Le mode de formation des prix en dehors du marché, tel que le conçoit P. Milieu (1990), est notoirement contredit par les faits. Ainsi, pour les grains, son interprétation (ibid, 193) de la kathestèkuia timè comme “prix conventionnel” (donc en dehors des contraintes de l’offre et de la demande) doit maintenant être abandonnée (cf. chapitre IX).

43 Cf. Garnsey 1988, 56-57, et la liste pourrait être plus longue.

44 Hés., Trav., 647 et plus généralement 618-694, sur la navigation et le commerce.

45 Plut., Périclès, 16.4.

46 Cf. l’ouvrage stimulant de D. W. Tandy (1997), même si nous ne pouvons le suivre dans toutes ses conclusions. Pour ce qui est des aspects institutionnels, l’accent a été mis surtout sur la formation de la notion de bien commun utile à la cité, dont tout le monde peut profiter, cf. Descat 1994, 1995a et 1998.

47 C’est le point de vue de Garnsey 1988, loc. cit.

48 Sources in Braudel 1979, I, 102.

49 Charvet 1990, 61-62.

50 Sur ces différences de prix entre zones, voir déjà la discussion de notre article REA, 1987 (ici chapitre VI), p. 257 (non reprise dans ce volume), où se trouvent annoncés les thèmes développés ici.

51 J. K. Davies (1992, 296-297, avec litt.) ne s'engage pas sur un chiffre précis mais admet une forte augmentation depuis le chiffre de 30 000 citoyens de la fin du vie s. P. Brulé (1995, 1 1-16, avec litt.) va jusqu'au chiffre de 50 000 mobilisables, pour une population totale, tous statuts confondus, de 470 000 personnes.

52 Sur les incertitudes sur l’effectif de la population citoyenne de l’Athènes du ive s., cf. Austin 1994, 534-537 (avec litt.), et en dernier lieu Whitby 1998, 109-114, qui retient le chiffre d’environ 30 000 citoyens pour une population totale de 250 000 à 300 000 personnes.

53 Dém. C. Leptinès. 31-33. qui indique que les 400 000 médimnes importés du Bosphore représentaient la moitié des importations d’Athènes (sur ce chiffre, cf. infra 278, n. 66). Pour l’estimation selon laquelle le grain importé représentait la moitié de la consommation, cf. Garnsey 1988, 89-106.

54 Stroud 1998, 1. 10 sq.

55 Cf. Pébarthe 2000 sur le contrôle exercé sur lu navigation en mer Égée.

56 Prix élevés du grain à Mégare au début de la guerre du Péloponnèse : Aristophane. Acharniens, 758-759. Famine à Athènes après Aigos Potamoi : Isocrate, C. Callimaque, 59-61.

57 Didymos, Connu, sur Dém., 11.1, col. 10-1 1 (Théopompe, FGrHist 1 15 F292 et Philochore, FGrHist 328 F162). cf. chapitre VII. 132 et n. 4. Ces navires transportaient donc un total de 690 000 médimnes de grain.

58 Synèsios, Lettres, 52.1

59 Finley [1975], 38.

60 Hdt. 7.147 (cf. 6.5 et 26 pour des allusions aux navires ioniens venant du Pont en 494/493, mais sans précision de chargement). Pour le commerce du grain venant du Nord du Pont-Euxin, Noonan 1973 tend à nier son existence à l’époque archaïque, Bravo 198.3, 19-20, tient au contraire que ce commerce avait commencé à se développer dès le vie s. ; Tsetskhladze 1998, dans une perspective délibérément minimaliste, tend à limiter son importance même à l'époque classique, pour ne retenir des chiffres notables qu’au ive s. (et même alors les importations en provenance du Pont seraient surestimées). En fait, comme on l'a vu avec la discussion sur le nombre de navires saisis venant du Pont Euxin en 340, qui est tout à fait cohérent avec le montant des importations indiqué par Démosthène dans le C. Leptines, on n’a nulle raison de minimiser l’importance des importations en provenance du Pont. Le vrai problème est en fait plutôt de comprendre comment, dès la fin de l’archaïsme, la demande égéenne (pas seulement attique) a stimulé l’exploitation de la chôra des cités du Bosphore et de la mer Noire en général. Ce facteur fut décisif pour la croissance des cités pontiques depuis la fin de la fin de l'archaïsme et surtout au cours des ve et ive s., alors que leur développement resta plus que modeste, pour ne pas dire médiocre, jusqu’à une date avancée du vie s. Cette question devra être traitée en détail ailleurs. A l’inverse, A. Laronde (1996) lie la richesse agricole de la Cyrénaïque à sa capacité à fournir le monde grec en grain parvenu avant celui des autres sources d'approvisionnement.

61 428 a.C., The. 3.2, approvisionnements en provenance du Pont, mais dans le contexte particulier de la préparation d’une révolte. Au ive s. (Syll. 3, 212 ; Tod2, 163. cf. Velissaropoulos 1980, 212-213). atélie de Leukôn et de ses fils, 1/60 et 1/90 jusqu'à 100 000 médimnes, ce qui montre l’importance des importations de Mytilène.

62 Méthanè : Meiggs-Lewis, 65 ; IG, I3, 61 ; Aphytis : IG, I3, 62-63. Voir disc, in Garnsey 1988, 121-123 ; Lawall 1995, 143 ; Pébarthe 2000.

63 Ps-Dém., C. Polyclès, 20-21 (362 a.C.).

64 Ps-Dém., C. Phormion, 36 (années 320), cf. supra chapitre VII, 139 et 146-147.

65 Cf. chapitre VI.

66 Dans le débat sur le nombre de navires qui était nécessaire pour alimenter Athènes au ive s., c. 96-192 selon W. J. Gill (1991, 36), ou c. 600 selon S. Isager et Μ. H. Hansen (1975, 62), la première estimation est notoirement trop basse en fonction de ce que montre le chiffre des seuls navires provenant du Pont, la seconde sans doute trop haute. Une estimation intermédiaire paraît plus vraisemblable. En effet, il est logique de penser que, pour convaincre son auditoire, Démosthène a plutôt surestimé que sous-estimé la proportion de 50 % des importations représentées par les 400 000 médimnes de blé bosporan (Dém., C. Leptines, 31-33). Quoi qu’il en soit, 800 000 médimnes représenteraient 266 navires moyens d’un tonnage de 3 000 médimnes (pour la capacité moyenne des navires marchands, cf. Casson 1971, 183-184 ; Velissaropoulos 1980, 62-63), et si le chiffre réel des importations était plutôt de 1 million de médimnes, on aurait donc 333 navires. Un chiffre de c. 330-340 navires de tonnage moyen arrivant annuellement au Pirée a donc plus de chances de correspondre à la réalité. Si sur les 180 navires saisis en 340 (cf. chapitre VII), la grande majorité d'entre eux, c. 160-170, avaient pour destination Athènes, les autres se dirigeant vers les cités qui lui étaient encore alliées, et si la proportion de 50 % des importations revendiquée par Démosthène représentait non pas le seul blé bosporan mais tout le blé du Pont (sur ce point, cf. déjà Whitby 1998. 123-125), on retrouve le chiffre de c. 330-340 navires évoqué précédemment.

67 Thc. 3.86.4.

68 Reger 1994. 49-126. Le livre de G. Reger est fondamental pour l’évolution des prix à Délos.

69 Reger 1994. 92-93.

70 Estimation de G. Reger (1994. 95-101).

71 Reger 1994, 83-109.

72 Elle était susceptible de trouver leur approvisionnement en grain dans la terre royale de l’arrière-pays – s’il leur était ouvert, ce qui toutefois dépendait manifestement de la bonne volonté des satrapes, cf. Briant 1994.

73 Gauthier 1979 (cf. aussi Tréheux 1986).

74 Brun 1996. 183-209 et 74-88 sur l’agriculture, part. 74-79 sur la production céréalière.

75 Pour les Cyclades, en se fondant sur des parallèles modernes, G. Reger estime que, par suite de sécheresse, les récolte d'orge dans les Cyclades devaient être insuffisantes 3 années sur 10 (Reger 1994, 93, cf. aussi 102-103 pour les précipitations à Naxos ou à Théra).

76 Reger 1994, 102-103, à propos de divers villages de la même île de Théra.

77 Hdt. 4.131 : ce sont sept années de sécheresse consécutive qui poussent les Thércens à aller fonder une colonie en Libye ; voir aussi le serment des fondateurs Meiggs-Lewis, 5. avec sur ce point le comm. de Graham 1983,41.

78 SEG, 9. 1938. 2 ; Tod2. 196 : Laronde 1987, 30-36 ; cf. Kingsley 1986 et Brun 1993.

79 Pour l’agriculture cycladique, on se reportera au bilan proposé par G. Reger (1994. 83-109), avec cependant, en contrepoint, le scepticisme de M. Brunet (1999, 50. n. 109).

80 Efthymiou-Hadzilacou 1988.261-268.

81 Efthymiou-Hadzilacou 1988.268.

82 Vallindas 1882, 21-22. cf. aussi infra 295-296.

83 Efthymiou-Hadzilacou 1988, 252-253 et 261-268 (mais qui p. 267-268 paraît avoir tort de ne pas admettre que le grain exporté d’Astypalée et de Carpathos venait effectivement de ces îles).

84 Cf. chapitre IV, 95-99, avec le détail de l’argumentation proposée.

85 IG, XII.7. 11.

86 Reger 1994, 102-103 sur la précarité des conditions prévalant à Théra.

87 Théra importe 15 000 médimnes, représentant le tiers du grain reçu par les Cyclades (avec Astypalée), soit 15 000 au total pour Kéos, 10 000 pour Kythnos, et 5 000 pour Astypalée.

88 IG. XII.7, 8. Sur ce lot d’inscriptions, voir chapitre IV. 95-99.

89 Les mêmes remarques vaudraient pour Dionysios de Byzance, honoré à Délos pour la vente de 500 médimnes de froment (IG, XI.4, 627 = Choix Délos, 46) : a priori, son grain peut avoir n’importe quelle provenance, mais la vraisemblance est plutôt du côté du grain importé du Pont.

90 Reger 1994, 109-123. 1) Allusion à un don de 20 000 médimnes de froment lagide à Athènes mesurés à Délos (Shear 1978, 1. 50-55. peu après la libération de 287 ; cf. litt. citée par G. Reger, 116 et n. 94 et Habicht 1995, 132-133 et n. 17). 2) Sitônia d'un envoyé du roi de Macédoine Démétrios II, donc entre 239 et 229 a.C. (IG, XI.4, 666 ; Choix Délos, 48), dans un contexte de guerre selon G. Reger (1994, 119-121). 3) Sitônia de gens d’Histiée en Eubée. dans les annnées 230 ou 220 (IG. XI.4. 1055 ; Choix Délos, 50). 4) Achat de blé par le koinon des Insulaires au début du iie s. (IG, XII.5, 817 ; cf. Bogaert 1966, 176-178).

91 Sitônia des Histiéens : intervention du Rhodien Athènodôros, qui fait une avance de fonds sans intérêt.

92 Achat de blé des Insulaires : le banquier Timôn de Syracuse ne prend pas un agio de 5 % sur une opération mettant en jeu des “drachmes d’argent rhodien” (nous revenons ailleurs sur ce document).

93 Voir Reger 1993, 304-310, avec tableau p. 305, et les autres réf. citées chapitre IX, 196, n. 60.

94 Osborne & Byrne 1996, 121-122. Les raisons qui motivaient la présence à Athènes de ces Kéiens étaient certes variées. Ainsi. 11 de ces personnages proviennent du catalogue naval attique de 405 a.C. IG, P, 1032. Ces Kéiens s’étaient donc mis au service d’Athènes parce qu’ils en attendaient un misthos. L’attrait pour les revenus que l’on pouvait d’une manière ou d’une autre espérer tirer d’Athènes était donc multiforme. Après le iiie s., on perd la trace des Kéiens en Attique.

95 Papageorgiadou-Banis 1997,67-68.

96 Papageorgiadou-Banis 1997, 19-52.

97 Cherry et al. 1991,327-332 ; Mendoni 1994, avec diagrammes p. 159-161 ; Doukellis 1998,317-318.

98 Cherry et al. 1991,462-471. Cf. Brun 1996, 156 pour les nuances à apporter à des modèles trop rigides.

99 Voir chapitre V, 101-108.

100 Efthymiou-Hadzilacou 1988, 262-263.

101 Gauthier 1979, 85-86 ; Garnsey 1988, 74-79, qui insiste aussi sur les pratiques spéculatives des détenteurs de surplus. Il se peut aussi que l’exportation en période de disette, si elle demeurait clandestine, ait correspondu à la volonté d'échapper à la pression morale de l’univers civique : il était plus facile de vendre à un prix éhonté à des étrangers – on passait même pour un sauveur – qu'à ses propres concitoyens, qui vous traitaient d’affameur. Mais cette analyse n’est pas exclusive de l'explication par les prix.

102 Meiggs-Lewis, 30, A 1. 6-11.

103 Sur les monnaies des Cyclades, cf. Reger 1994, 42. Sur les problèmes de monnaies de poids réduit, cf. Migeotte 1977 et Picard 1996. Une étude récente sur le monnayage de Kéos a montré la modestie du monnayage des cités de Kéos ou de l’Etat fédéral kéien, composé pour l’essentiel de monnaies de bronze à l'époque hellénistique, même si semble-t-il on a encore des émissions d'argent au iiie s. (Papageorgiadou-Banis 1997, 19-52, qui souligne les difficultés de la chronologie). En tout état de cause, comme le montre la circulation limitée des monnaies de Kéos et la prédominance du bronze, ces monnaies étaient essentiellement destinées à une circulation interne à l’île (Papageorgiadou-Banis 1997, 67-69).

104 Tel est le sens de l’argumentation de G. Reger (1994. 124-125) à propos des difficultés d’approvisionnement en Eubée et en Grèce continentale vers 174-172, qui, semble-t-il, ne se traduisent pas par des hausses de prix à Délos (à vrai dire, il faudrait tout de même en savoir plus sur les prix déliens dans cette période et leurs variations éventuelles pour valider totalement cette analyse, qui reste néanmoins séduisante).

105 Cf. supra avec l’exemple de Kéos.

106 Reger 1994, 79. reconnaît “l'indépendance ou la semi-indépendance des marchés locaux” dans le monde cycladique, mais insiste plutôt sur le premier terme.

107 Pace Finley [1975], 38-39.

108 Charvet 1996. 79-91. insiste sur le rôle des états dans le commerce du blé et, cf. p. 88, montre que, par périodes, le prix unique du blé peut devenir purement théorique, la réalité étant beaucoup plus diversifiée.

109 Charvet 1985, 63-65. Sur le commerce des céréales de nos jours, cf. aussi Charvet 1988, 1990, 1996.

110 Voir chapitre IX. 196, avec n. 62-66.

111 Supra 264. Voir aussi la définition un peu plus limitative de D. Schaps (1997. 92) : (market is) “an interconnected System of supply and demand that determines prices over large areas”.

112 Cicéron, Des Devoirs, 3.12 50, sans doute d'après Panaitios.

113 Cf. supra chapitre IX, part. 187-188. Selon Finley [1975], 49, l’usage d’agents par Cléomène de Naucratis pour organiser une telle spéculation serait un fait nouveau de la fin du ive s. En tout cas, il ne pouvait naturellement en être de même pour la circulation ordinaire de l'information sur les prix entre les différentes places de commerce. Pour la circulation de l’information sur les prix entre les différents marchés dans la France moderne et l’influence qu’elle avait pour une homogénéisation des prix, à la hausse ou à la baisse, cf. Grenier 1996, 305.

114 Pace Reger 1994, 75-82, spécifiquement 79.

115 Cf. brièvement chapitre VI, 126-127, sur le problème des origines de la Guerre du Péloponnèse et aussi Pébarthe 2000.

116 Cf. supra chapitre VI, 121-122.

117 Voir déjà chap. VI, 121 et n. 51.

118 Pot. 6.43.1, cf. 6.51.1 où cette fois Polybe lui-même fait le parallèle entre Carthage, Rome et Sparte.

119 Crawford 1985, 1-3 et app. 1-2, 281-282 et Tripp 1986, avec biblio.

120 Crawford 1985, 17-24.

121 Crawford 1985, 28-29 et 30 sq.

122 Huss 1985, 489-495, cf. Garlan 1988, xiii-xiv, et la mise au point de Visonà 1998, 4-9.

123 Ps-Platon, Eryxias, 399e-400a : αὐτίκα γὰρ οὗτοι Καρχηδόνιοι νομίσματι χρῶνται τοιῷδε · ἐν δερματίῳ σμικρῷ ἀποδέδεται ὅσον γε στατῆρος τὸ μέγεθος μάλιστα, ὅτι δέ ἐστιν τὸ ἐναποδεδεμένον, οὐδεὶς γιγνώσκει, εἰ μὴ οἰ ποιοῦντες · εἶτα κατεσφραγισμένῳ τούτῳ νομίζουσιν, καὶ ὁ πλεῖστa τοιαῦτα κεκτημένος, oὗτος πλεῖστα δοκεῖ χρήματα κεκτῆσθαι καὶ πλουσιώτατος εἶναι. On retrouve l’écho de cette tradition chez Nicolas de Damas (FGrHist 90 F103z 7-9), selon qui les Lacédémoniens auraient eux aussi utilisé une monnaie de cuir.

124 Cf. ainsi la présence abondante de bucchero étrusque sur les sites phéniciens au vie s., et d’objets de luxe comme des plaquettes d’ivoire, retrouvées en Sardaigne, mais aussi à Carthage même, cette dernière portant une inscription étrusque. Le pendant, en quelque sorte, est constitué par les fameuses lamelles d’or inscrites en caractères étrusques mais aussi phéniciens, dédicace de fondation du roi de Caeré Thefarie Velianas du sanctuaire d’Uni-Astarté à Pyrgi (cf. Acquaro 1988b, part. 533-534 et Moscati 1988b, 55-57).

125 Sur le premier traité, cf. en détail Huss 1985, 86-92 (qui considère que le traité date de la première moitié du ve s.) ; Scardigli 1991,47-87, avec présentation et bibliographie claires et exhaustives, part. 74 ; Ameling 1993, 147-151, et plus généralement sur les relations commerciales entre Rome et Carthage, Palmer 1997, 21-24.

126 Pol. 3.22.8-9 : τοῖς δὲ κατ’ἐμπορίαν παραγινομένοις μηδὲν ἔστω τέλος πλὴν ἐπὶ κήρυκι ἢ γραμματεῖ. ὅσα δ’ἂν τούτων παρόντων πραθῇ, δημοσίᾳ πίστει ὀφειλέσθω τῷ ἀποδομένῳ), ὅσα ἂν ἢ ἐν Λιβύῃ ἢ ἐν Σαρδόνι πραθῇ.

127 Sur ce point, cf. Walbank 1957, I, 343.

128 Pour l’utilisation de l’écrit, on songera aux reconnaissances de dette sur lamelle de plomb de Corcyre, c. 500 (Calligas 1971). Le parallèle qu’on établit ordinairement (cf. entre autres Walbank 1957, I, 343 ; Scardigli 1991, n. 299 ; Ameling 1993, 149, n. 58) avec le Περὶ συμβολαίων de Théophraste (fr. 650 Fortenbaugh [1992, II, p. 493], d’après Stobée 4.2.20) n’est pas vraiment convaincant car. dans ce cas, le héraut intervient manifestement pour la vente d’un bien immeuble, terrain ou maison. Il se peut que Théophraste ait évoqué ailleurs, dans une partie perdue de ce traité, la question du rôle du héraut dans un contexte analogue à celui de Carthage, mais nous n'en n'avons pas connaissance. L’autre parallèle effectué avec Plutarque, Mor., Aetia Graeca, 297f, qui signale que les Épidamniens avaient désigné un de leurs concitoyens pour être l'unique “acheteur” (πωλήτης), c'est-à-dire le seul représentant commercial de ses concitoyens auprès des populations barbares voisines, ne constitue pas davantage un parallèle véritable avec la situation des Romains en territoire carthaginois, même si sous-jacent se trouve toutefois le problème de l’échange non-monétaire.

129 Ps-Platon, Eryxias, 400a.

130 Pol. 6.56.2.

131 Pline, HN, 7.56 199.

132 Cf. Palmer 1997, 23.

133 Diod. 13.81.4-5 (analysé chap. VI, 122) souligne les profits des Agrigentins, mais ceux des Carthaginois ne devaient pas être moindres.

134 Arist., Pol., 1.9.1-13, part. 1.9.7-10.

135 Voir à ce sujet le bilan lucide et nuancé d’Osborne (1996, 250-259, avec carte p. 253).

136 Voir chapitre XI.

137 Voir chapitre VI.

138 Arist., Pol., 1.4.3.

139 Ps-Dém., Sur l’Halonèsos, 11-13 : οὔτε γὰρ Ἀμύντας ὁ πατὴρ ὁ Φιλίππου oὔθ’oί ἄλλοι βασιλεῖς οὐδεπώποτε σύμβολα ἐποιήσαντο πρὸς τὴν πόλιν τὴν ἡμετέραν. καίτoι πλείους γε ἦσαν αἱ ἐπιμειξίαι τότε πρὸς ἀλλήλους ἢ νῦν εἱσίν · ὑφ'ἡμῖν γὰρ ἦν ἡ Μακεδονία καὶ φόρους ἡμῖν ἔφερον, καὶ τοῖς ἐμπορίοις τότε μᾶλλον ἢ νῦν ἡμεῖς τε τοῖς ἐκεῖ κἀκεῖνοι τοῖς παρ’ἡμῖν ἐχρῶντο, καὶ ἐμπυρικαὶ δίκαι οὐκ ἦσαν, ὥσπερ νῦν, ἀκριβείς, αἱ κατὰ μῆνα, ποιοῦσαι μηδὲν δεῖσθαι συμβόλων τοὺς τοσοῦτον ἀλλήλων ἀπέχοντας. Sur ce passage, voir le point de vue de Gauthier 1972, 176 et 204-205.

140 Voir les excellentes remarques de Ampolo 1994, 33-34.

141 Voir supra chapitre VII, 147.

142 La littérature relative au vin et à la production viticole de ces régions est considérable. Pour Thasos, voir ainsi la synthèse de Salviat 1986 (Thasos) et, pour Rhodes, Salviat 1993.

143 La spécialisation mégarienne dans le domaine textile (cf. Legon 1981, 231-232 et 279-281 sur l’agriculture vivrière et l'artisanat à Mégare) peut maintenant être mise en relation avec ce que l'on aperçoit de production textile en quantités très importantes dans l’Égypte romaine (Bagnall 1995, 80-81). Comme l’a montré J. Goody ([1999], 145-161) pour l'industrie textile indienne, l’existence d’une production massive pour le marché est parfaitement attestée dans le cadre de sociétés non-capitalistes ne connaissant pas le machinisme.

144 Prix des céramiques, et. Vickers 1990 ; Gill 1991 ; Gill & Vickers 1995 et litt. compl. citée par Tsetskhladze 1998, 61-62. Quelques caisses de céramiques représentant quelques dizaines ou centaines de drachmes devaient néanmoins constituer pour le commerçant des revenus d’appoint appréciés, parmi les postes mineurs des denrées que l’on pouvait charger à bord. Sur artisanat et marché au ve s., cf. aussi Descat 1995b, 328-330.

145 Les baux de terres sont à cet égard une source précieuse : cf. Osborne 1987, 40-44.

146 Cf. Salviat 1993 et l’analyse des baux d’Amos (réédités maintenant Pérée, 49-51, avec trad., et IK, 38-Rhodische Peraia, 352-354). Les baux prévoyaient une coltura promiscua, associant le grain, pour la consommation locale, à la vigne et aux cultures arbustives, dont les produits étaient destinés à la vente.

147 Xén., Écon., 20.22 et 29.

148 Xén., Paroi, 4.6 : καὶ γὰρ οὐδ’ὥσπερ ὅταν πολλοὶ χαλκοτύποι γένωνται, ἀξίων γενομένων τῶν χαλκευτικῶν ἔργων, καταλύονται οἱ χαλκοτύποι, καὶ οἱ σιδηρεῖς γε ὡσαύτως· καὶ ὅταν γε πολὺς σῖτος καὶ οἶνος γένηται, ἀξίων ὄντων τῶν καρπῶν, ἀλυσιτελεῖς αἱ γεωργίαι γίγνονται, ὥστε πολλοὶ ἀφέμενοι τοῦ τὴν γην ἐργάζεσθαι ἐπ’ἐμπορίας καὶ καπηλείας καὶ τοκισμοὺς τρέπονται.

149 Ph. Gauthier (1976, 123-125 et 129-131) expose son point de vue de manière nuancée. Il souligne à juste titre que naturellement il ne pouvait être question de trouver ou d’appliquer de nouvelles techniques pour gagner en productivité. Il est aussi amené à donner un contrepoint à l’attitude extrême de Μ. I. Finley (1984, 255 = “Technical Innovation and Economic Progress in the Ancient World”, Economic History Review, 2e sér., 18 ; 1965, 29-45, part. p. 41) selon lequel le témoignage de Xénophon serait seulement la preuve de ce que les exportations n’avaient qu'un rôle très limité puisque ce dernier n’y songe pas comme recours à une situation de crise.

150 Plaute, Mercator, 64-79. Plaute s'est inspiré de l’Emporos de Philémon (361-262/261 a.C.). La pièce est donc de la fin de l'époque classique ou plutôt du début de l’époque hellénistique, du fait du rôle de Rhodes comme place d’échange auquel il est fait allusion au v. 93.

151 Vallindas 1882, 21-22. P. Brun (1998a) a consacré une étude détaillée à l'économie de Kythnos où l’on trouvera l’ensemble de la documentation antique et moderne.

152 Vallindas 1882, 22 : ἀλλ’ἡ ἀπό τούτων πρόσοδος δὲν εἶναι τόσῳ ἐνθαρρυντική, ὥστε νὰ προκαλέσῃ ζῆλον μέγαν πρὸς γενικὴν καλλιέργειαν τῆς ἐλαίας, δι’ἧς τὴν ἔλλειψιν οἱ Κύθνιοι ἐξάγονσιν κατ’ἐνιαυτὸν ὑπὲρ τὰς δισμυρίας δραχ. πρὸς τὴν τοῦ ἐλαίου καὶ τῆς ἐλαίας προμήθειαν. Pour la manière dont A. Vallindas s’exprimait, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec Thucydide (6.31.5) évoquant “le si grand nombre de talents exportés de la cité" par les Athéniens lors de l’expédition de 415 (πολλὰ ἂν τάλαντα ηὑρέθη ἐκ τῆς πόλεως τὰ πάντα ἐξαγόμενα).

153 Brun 1996, 86 ; voir aussi Brun 1998a, 663-664.

154 Les sources sont rassemblées in Brun 1998a, n. 3, p. 657 et 660 et n. 28.

155 Platon, Rép., 370d-371 a : Καὶ μὴν κενὸς ἂv ἴῃ ὁ διάκονος, μηδέν άγων ὧν εκείνοι δέονται παρ’ὧν ἂν κομίζωνται ὧν ἂν αὐτoῖς χρεία, κενὸς ἄπεισιν. ἧ γάρ ; — Δοκεῖ μοι. — Δεῖ δὴ τὰ οἴκοι μη μόνον ἐαυτοῖς ποιεῖν ἱκανά, ἀλλὰ καὶ οἷα καὶ ὅσα ἐκείνοις ὧν ἂν δέωνται. — Δεῖ γάρ. Cf. Plut., Salon, 22.1, et déjà chapitre VI, 118. Sur Platon et l'économie, présentation rapide de Schofield 1993, part. 190-191 sur la division du travail.

156 Cherry et al. 1991,459-460 et 470-471, à propos de la médiocrité de l’agriculteur isolé à Kéos dans l’Antiquité et à l’époque moderne. Descat 1995b, 320-321, insiste sur le lien entre agriculture et marché au ve s.

157 Grenier 1996.

158 Grenier 1997, 386.

159 Voir infra 301.

160 Pour la notion de circuit, voir en détail Grenier 1996, 304-305.

161 Grenier 1997, 387-389.

162 Grenier 1997, 388.

163 Grenier 1997, 386-387.

164 Braudel 1979, 101-103 sur le caractère marginal des exportations à longue distance dans l’Europe moderne, cf. déjà supra 275 et n. 48.

165 Grenier 1996, 373.

166 Grenier 1997, 387.

167 Briant 1994.

168 Ps-Dém., C. Lacritos, 50-51, avec une citation de la loi attique à ce propos. Cf. aussi C. Phormion, 37 ; C. Théocrinès, 8-9 et 12 ; Lyc., C. Léocratès, 27. Voir Velissaropoulos 1980, 198, et Whitby 1998, 121-122.

169 Grenier 1997, 387.

170 Cf. chapitre IX, 203.

171 Bernard & Colli, 1975, 823-824. Cf. aussi Fumey 1997, 197 : “Pour un déficit de production de 10 % par rapport à la normale, le prix unitaire augmente de 15 % ; pour un déficit de production de 20 %, le prix augmente de 80 %. L’effet de King joue aussi lorsqu’il y a surproduction : le prix unitaire diminue 2 fois plus vite que les quantités en excédent par rapport à la situation d'équilibre du marché. Pour qu’une récolte supérieure de 10 % par rapport à la normale soit absorbée par les consommateurs, il faut que les prix baissent de 20 %. La rigidité de l'offre, la dispersion des producteurs, l'inélasticité de la demande expliquent toutes à la fois les très amples fluctuations de prix.” Dans le cadre de l’économie contemporaine, avec les augmentations de productivité, les consommateurs sont tendanciellement avantagés, mais des flambées de prix peuvent frapper durement les pays pauvres (Fumey 1997, ibid.).

172 Cf. supra chapitre VIII, 174.

173 C’est le souhait de Platon, Lois, 11 917b ; cf. aussi la loi délienne sur l’importation des bois et charbons, qui enjoint de ne pas vendre plus cher que ce qui a été déclaré aux pentécostologues à l’entrée de la marchandise (ID, 509, 1. 9-11, cf. Stanley 1976, 219-221, et Gauthier 1977). Il est vrai que, en règle générale, les prix sur l’agora n'étaient nullement fixés autoritairement par l'autorité publique, mais l’inscription agoranomique du Pirée est venue contredire l'affirmation selon laquelle la fixation des prix ne pouvait intervenir que de manière exceptionnelle, comme en période de guerre par exemple : en réalité, peut-être en cas d’abus ou autres circonstances qui nous échappent, le nomos agoranomikos d’Athènes réservait certainement la possibilité de fixer les prix, même en période ordinaire (pace P. Millett 1990, 192, n. 53).

174 Cf. chapitre VIII.

175 Xén., Écon., 20.27-28, trad. CUF modifiée : καὶ γὰρ oἱ ἔμποροι διὰ τὸ σφόδρα φιλεῖν τὸν σῖτον, ὅπου ἂν ἀκούσωσι πλεῖστον εἶναι, ἐκεῖσε πλέουσιν ἐπ’αὐτὸν καὶ Αἰγαῖον καὶ Εὔξεινον καὶ Σικελικὸν πόντον περῶντες· ἔπειτα δὲ λαβόντες ὁπόσον δύνανται πλεῖστον ἄγουσιν αὐτὸν διὰ τῆς θαλάττης, καὶ ταῦτα εἰς τὸ πλοῖον ἐνθέμενοι ἐν ᾡπερ αὐτοὶ πλέουσι. καὶ ὅταν δεηθῶσιν ἀργυρίου, οὐκ εἰκῇ αὐτὸν ὅπου ἂν τύχωσιν ἀπέβαλον, ἀλλ’ὅπου ἂν ἀκούσωσι τιμᾶσθαί τε μάλιστα τὸν σῖτον καὶ περὶ πλείστου αὐτὸν ποιῶνται οἱ ἄνθρωποι, τούτοις ἄγοντες παραδιδόασι.

176 Cf. Arnold [1975b],

177 Stroud 1998, 1. 42-44, avec comm. 72-73 : pas de vente avant le mois d’Anthestèriôn (février-mars), donc à l'époque où la tension sur le prix au marché au grain pouvait commencer à se faire sentir.

178 Grenier 386 ; cf. plus en détail Grenier 1996, 372-374.

179 Grenier 1996, 374.

180 Stroud 1998, 1. 44-46, avec comm. 73-76, R. Stroud soulignant (p. 75) la contradiction dans laquelle se trouvait la cité : privilégier l'intérêt individuel par un prix bas, ou l'intérêt collectif, par un prix élevé.

181 IG, II2, 1672, cf. chapitre IX, 196, n. 64.

182 Cf. rapidement Garnsey 1988, 83.

183 Migeotte 1989/90, 1990, 1991 et 1998.

184 Voir les prix de l’année 282 à Délos, réf. supra chapitre IX, 196 et n. 60.

185 Grenier 1996, 10 et 141.

186 Goody [1999], 107-206, et explicitement 130-131 et 141 pour le rejet des thèses de Polanyi.

187 Lawall 1996, tentative dont le mérite doit néanmoins être reconnu.

188 Cf. l'anecdote relative à Andocide, Sur son retour, 11, évoquée supra chapitre IX, 193.

189 S’agissant de l’économie de l'Égypte romaine, voir les stimulantes remarques de R. S. Bagnall (1995), et plus largement, sur commerce et marché dans le monde romain, de Paterson 1998.

190 Rathbone 1997.

191 Pour le monde romain, J. Andreau (1997) conclut négativement et étend sa conclusion au monde grec.

192 Sur les registres des sitophylaques, voir déjà remarques supra chapitre VII, 133. Pour les comptes des hiéropes déliens, G. Reger (1994, 7-10) souligne que, comme d’ordinaire dans ce type de document, leur publication sur pierre avait pour but d’attester que les responsables de l’administration avaient convenablement rempli leur charge. Cf. dans le même sens Linders 1992.

193 Cf. chapitre III.

194 Cf. chapitres II, 81-82, et VII, 141-149, ainsi que Pébarthe 2000 pour le rôle de l’écrit dans l'empire

195 Quel que soit l'intérêt que conservent pleinement certaines parties de son œuvre (voir supra 265), il est difficile de partager le point de vue de ceux qui défendent de manière globale la “modernité de Karl Polanyi” (voir Servet et al. 1998 : pour s’en tenir à l’économie de l’Antiquité, ce dernier ouvrage montre parfois malheureusement la distance vertigineuse entre les connaissances actuelles et les considérations développées par tel ou tel auteur, cf. par exemple p. 347-349, etc.), mais le dialogue doit néanmoins se poursuivre. Nous n’avons pu consulter le dernier ouvrage sur la pensée économique de Karl Polanyi (Stanfield 1999).

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search