Version classiqueVersion mobile

La cité marchande

 | 
Alain Bresson

Chapitre VII. L’attentat d’Hiéron et le commerce grec

[1994]

Texte intégral

  • 1 Sur les affaires de l’été 340, cf. Glotz 1936, 335-341, à qui nous empruntons l’expression “attent (...)

1A l’été 340, les heurts entre Philippe et les Athéniens, sans cesse plus violents au cours des années précédentes depuis la paix de 346, débouchent sur la guerre1. La chronologie exacte des événements laisse encore quelques zones d’ombre, qui ont donné matière à discussion. La reconstitution la plus vraisemblable est néanmoins la suivante. Philippe vient attaquer Périnthe au mois de juillet 340. Le siège se révèle beaucoup plus difficile que prévu, entre autres parce que la cité reçoit de l’aide de sa voisine Byzance. Après deux mois de siège infructueux, sans abandonner sa première proie. Philippe tente alors de s’emparer de Byzance elle-même, mais là aussi il enregistre un échec devant les murailles de la ville.

  • 2 Cf. Ps-Dém., C. Polyclès, 17. Le contrat du C. Lacritos, 10, fait aussi apparaître Hiéron comme l’ (...)

2Pourtant, peu après, le roi de Macédoine tente et réussit un heureux coup de main. A la mi-septembre, faute de pouvoir gagner Byzance, les navires chargés de blé en provenance du Pont se rassemblent à l’entrée nord du Bosphore, à Hiéron, sur la côte asiatique. Ce poste était le lieu traditionnel de concentration des flottes de commerce se dirigeant vers Athènes et de leur escorte2. La petite flotte de Philippe était bien suffisante pour arraisonner tout navire venant du Pont. Pour prévenir cette menace, Athènes avait dès l’année précédente dépêché Charès, à la tête d’une flotte assez importante pour pouvoir tenir tête à celle de Philippe. A l’automne 340, la mission de Charès était de protéger les navires marchands et de les escorter à travers la zone dangereuse que constituaient les Détroits. Si l’on tient compte de la configuration des lieux, c’était là une tâche fort difficile. Le sens tactique de Philippe lui permit d’apercevoir les possibilités qui s’offraient.

  • 3 Dém., Sur la couronne, 72 : καὶ μὴν τὴν εἰρήνην γ’ ἕκεῖνος ἔλυσε τὰ πλοῖα λαβών, οὐχ ἡ πόλις, Αἱσχ (...)
  • 4 Didymos, Comm. sur Dém., 11.1, col. 10-11 (Théopompe, FGrHist 115 F292 et Philochore, FGrHist 328 (...)

3Dans le discours Sur la couronne, dix ans après les faits, Démosthène ne nous renseigne que de manière très laconique sur l’événement, qui apparemment était trop connu des contemporains. Il se contente de signaler que Philippe s’est emparé des navires, et que ce fut là ce qui occasionna la rupture de la paix de 3463. Fort heureusement, le Commentaire de Démosthène de Didymos nous donne des précisions du plus haut intérêt. Didymos souligne que c’était pour couper la route du blé que Philippe s’en était pris aux cités des Détroits, puis il ajoute4 :

Ὅτε δὴ καὶ τὸ παρανομώτατον ἔργον διεπράξατο τὰ ἐφ’ Ἱερῶι πλοῖα τῶν έμπόρων καταγαγών, ὡς μὲν ὁ Φιλόχορυς λ’ πρὸς τοῖς διακοσίοις, ὡς δ’ ὁ Θεόπομπος ρπ’, ἀφ’ ὧν ἑπτακόσια τάλαντα ἤθροισε. ταῦτα δὴ [πέρ]υσι διαπέπραχεν ἐπὶ Θεοφράστου τοῦ μετὰ Νικομάχον ἄρχοντος, καθάπερ ἄλλοι τε καὶ Φιλόχορος οὑτωσὶ φησίν · "καὶ Χάρης μὲν ἀπῆρεν εἰς τὸν σύλλογọ[ν] τῶν βασιλικῶν στρατηγῶν, καταλιπὼν ἐφ’ Ἱερῶι ναῦς, ὅπως ἂν τὰ πλοῖα τὰ ἐκ τοῦ Πόντου συναγάγωσι. Φίλιππος δ’ αἰσθόμενος οὐ παρόντα τὸν Χάρητα τὸ μὲν πρῶτον ἐπειρᾶτο πέμψαι τὰς ναῦς τὰ πλοῖα καταγαγεῖν · οὐ δυνάμενος δὲ βιάσασθαι στρατιώτας διεβίβασεν εἰς τὸ πέραν ἐφ’ Ἱερὸν καὶ τῶν πλοίων ἐκυρίευσεν. ἦν δ’ oὐκ ἐλάττω τὰ πάντα διακοσίων καὶ τριάκοντα. καὶ ἐπικρίνων τὰ πολέμια διέλυε καὶ τοῖς ξύλοις ἐχρῆτο πρὸς τὰ μηχανώματα, καὶ σίτου καὶ βύρσων καὶ χρημάτων πολλών ἐγκρατὴς ἐγένετο".

“C’est alors qu’il accomplit son action la plus contraire aux lois en s’emparant à Hiéron des navires de commerçants, 230 selon Philochore, 180 selon Théopompe, dont il tira sept cents talents. Il avait accompli cela l’année précédente, sous l’archontat de Théophrastos, successeur de Nikomachos, affaire sur laquelle Philochore en particulier s’exprime ainsi : ‘Charès partit pour une réunion avec les généraux du roi, laissant des vaisseaux à Hiéron, pour qu’ils rassemblent les navires venant du Pont. Informé de ce que Charès était absent, il essaya d’abord d’envoyer ses vaisseaux arraisonner les navires. Comme il n’y parvint pas, il lit passer en force ses soldats sur l’autre rive et il se rendit maître des navires. En tout, il n’y en avait pas moins de deux cent trente. Et mettant à part les navires ennemis, il se servit de leur bois pour ses machines et disposa du blé, des peaux et d’importantes sommes d’argent’”.

  • 5 F. Jacoby, FGrHist, comm. ad 115 F292, IIB p. 303 et ad 328 F162, IIIb Suppl p. 538, qui élimine a (...)

4L’interprétation du passage est assez claire. Philippe parvient par surprise à s’emparer du convoi rassemblé à Hiéron. Comme l’a souligné F. Jacoby, la différence entre l’effectif rapporté par Théopompe et celui donné par Philochore s’explique manifestement par le nombre de navires que Philippe ne saisit pas. En effet, la formule ἐπικρίνων τὰ πολέμια, “mettant à part les navires ennemis”, laisse clairement entendre que, des navires saisis, Philippe n’a considéré de bonne prise qu’une partie d’entre eux. A la suite de Diels, la mise au point de F. Jacoby a admis que ces navires ne pouvaient qu’être des navires athéniens et, de même, Hammond présume que les navires relâchés étaient ceux qui étaient possédés par des non-Athéniens5. Dans cette flotte venant du Pont, les navires athéniens auraient été au nombre de 180, les non-Athéniens de 50.

  • 6 Ce point a été vu par Cawkwell 1978, 138, pour qui les navires saisis sont “the ships bound for At (...)

5Dès qu’on s’y arrête un instant, cette vision des choses n’est pourtant pas satisfaisante. Certes, ce furent bien 180 navires sur 230 qui furent saisis. Mais peut-on considérer que les 180 navires saisis étaient “athéniens” ? Il faudrait supposer que les commerçants athéniens aient eu une part écrasante dans le commerce avec le Pont : si l’information était exacte, elle serait de la plus haute importance pour notre connaissance des échanges commerciaux athéniens au IVe s. Mais le moins qu’on puisse dire est que cette proportion ne correspond pas à ce que l’on sait par ailleurs de la part des étrangers dans le commerce athénien. En outre, si c’étaient seulement les commerçants athéniens qui avaient fait l’objet de saisie, on doit admettre qu’après le contrôle, les navigateurs d’autres nationalités pouvaient tout aussi bien gagner Athènes et ravitailler l’ennemi. Or, comme le rappelle Didymos, l’objectif déclaré de Philippe en attaquant les cités des Détroits était de couper la principale artère du ravitaillement athénien. Le raisonnement n’est donc pas le bon. Certes, il est tout à fait admissible que près de 80 % des navires venant du Pont aient eu pour destination Athènes, le plus grand centre de consommation du monde égéen en cette deuxième moitié du ive s., et c’est là cette fois une information intéressante. Mais rien n’indique que tous ces navires aient été athéniens. Ce sont en fait les navires à destination d’Athènes qui furent saisis6. Dès qu’on a énoncé cette proposition, on doit se demander comment un tel contrôle était possible, ce qui pose le problème du contrôle des provenances et des destinations des cargaisons dans le commerce grec.

La provenance des importations

  • 7 Dém., C. Leptines, 33.
  • 8 Gernet 1909, 300. Selon Austin & Vidal-Naquet 1972, 317, n. 2, qui renvoient à L. Gernet, ad loc.,(...)
  • 9 Sur les fonctions des sitophylaques, voir Arist., Ath. pol., 51.3 ; cf. Gauthier 1981 et Couilloud (...)

6Lorsqu’il évoque les importations en provenance du Bosphore, Démosthène signale que ce sont 400 000 médimnes qui en sont importés, “comme on peut le vérifier dans les registres des sitophylaques”7. L’idée d’une telle vérification a autrefois été rejetée par L. Gernet : Démosthène aurait été l’auteur d’une double inexactitude, tout d’abord en sous-estimant la proportion que représentait le chiffre de 400 000 médimnes de blé bosporan, ensuite en renvoyant aux registres des sitophylaques, dont selon lui la tâche ne pouvait être de noter les provenances du blé importé : “Il y avait certainement des registres des sitophylaques. Mais le citoyen qui fût allé consulter avec la prudence qui convenait ces documents officiels y eût perdu la tête avant de trouver sa référence. A quoi devait naturellement renvoyer Démosthène ? Aux registres de ces magistrats qui avaient, c’est vrai, la haute surveillance du commerce des blés mais à l’intérieur ; qui devaient veiller à ce que les négociants et les marchands vendissent honnêtement sur l’agora, mais sans avoir à rechercher – et sans le pouvoir-, si le blé venait de Sicile, d’Égypte ou du Pont ? Pas du tout : Démosthène devait renvoyer aux registres des pentécostologues, des receveurs de la taxe du cinquantième à la douane qui, eux savaient ce qui entrait et sortait et en gardaient l’indication détaillée, par commerçants, par cargaisons”8. En fait, les fonctions des sitophylaques n’étaient pas celles que l’on imaginait au moment où L. Gernet écrivait ces lignes et il apparaît que les sitophylaques, en liaison avec les pentécostologues, ont fort bien pu conserver des registres mentionnant des provenances de cargaisons9.

  • 10 Kyparissia : Syll. 3, 952 (cf. Vélissaropoulos 1980, 208-210) ; Délos : Syll 3, 975 (cf. Vélissaro (...)
  • 11 Porten & Yardeni 1993, C3.7, 82-193 [voir aussi maintenant supra chapitre II, 67-73].
  • 12 PCairoZen, 59012.
  • 13 Ibid., 1. 123-126.
  • 14 Cf. l’interprétation de Thür 1987 (ed. princeps Harrauer & Sijpestein 1985).

7Si l’on se tourne vers d’autres cités, on voit qu’à Kyparissia comme à Délos les importateurs (et aussi explicitement à Kyparissia les exportateurs) devaient faire une déclaration écrite10. Le contenu exact des déclarations devait évidemment varier d’une cité à l’autre. Mais l’identité du commerçant et la nature de sa cargaison étaient des éléments que l’on devait retrouver partout, avec bien souvent aussi la provenance des denrées importées. On ne possède pas pour une cité grecque de registres de douanes et sur ce point on doit se contenter des affirmations de Démosthène dans le C. Leptinès. Cependant, la documentation égyptienne nous aide à imaginer leur contenu. Pour le ve s., l’exceptionnel document araméen de 475 publié par B. Porten et A. Yardeni permet de distinguer les navigateurs grecs, qui apportent des produits de leur pays, amphores de vin et d’huile, or, argent, des navigateurs égyptiens, qui quant à eux rapportent de Phénicie vin, bois de cèdre, fer, laine et étain11. A l’époque lagide cette fois, la douane de Péluse nous montre d’ordinaire l’origine des productions importées (vin de Chios ou de Thasos, miel de Théangéla, de Rhodes, d’Attique ou de Lycie, etc.)12. Le même document signale aussi “l’estimation que nous avons reçue de Boubalos des denrées importées de Syrie à Péluse pour Apollônios” (τίμησις ἣν ἐλάβομεν παρὰ Βουβάλου τῶν εἰσαχθέντων Ἀπολλωνίωι ἐξ Συρίας εἰς Πηλούσιον)13. La provenance des denrées devait être indiquée car elle correspondait à des produits de qualité différente, qui étaient frappés d’une taxe à un taux différent. On doit enfin signaler une déclaration de douane (car, telle est bien la nature du document en question comme l’a montré G. Thür) qui se trouve au dos d’un contrat négocié à Alexandrie et qui porte le détail des denrées importées depuis Mouziris en Inde (milieu du iie s. p.C.)14.

  • 15 Arist., Rhétorique, 1.4 1359b [cf. chapitre VI, 119-120].

8Ainsi, en tout état de cause, on ne doit pas douter qu’une vérification des provenances des denrées importées ait d’ordinaire été possible. Pourtant, le détail de l’argumentation qui avait été présenté par L. Gernet mérite encore attention. Il se peut en effet que la vérification des provenances n’ait pas été aisée. A fortiori, on ne doit pas supposer que toutes les cités aient pu disposer de bilans rigoureux pour leurs échanges extérieurs. Dans le détail, nous ne savons pas si à Athènes des bilans récapitulatifs annuels par provenance étaient régulièrement rédigés, mais on doit relever que la formulation du C. Leptinès paraît bien le laisser entendre pour les sitophylaques. Et c’est sans doute à des documents de cette nature que songeait Aristote lorsque, dans un développement consacré aux importations et exportations, il signalait que, du moins dans l’idéal, les magistrats devaient connaître “le montant et la nature de la dépense qui convenait à la cité”, pour pouvoir conclure les conventions d’exportation et d’importation qui lui étaient indispensables15.

La destination des exportations

  • 16 Laronde 1987, 30-34, avec révision de l’inscription, commentaire détaillé et carte avec représenta (...)
  • 17 Les lois sacrées, de peu antérieures selon A. Laronde, sont gravées sur deux faces contiguës, le t (...)
  • 18 Laronde 1987, 210.
  • 19 Pour cet axe et l’importance des Cyclades, cf. Brun 1993.

9Si l’on se tourne maintenant vers les exportations, on touche a priori à un domaine plus épineux. On a vu cependant que le règlement de Kyparissia imposait une déclaration des cargaisons exportées comme de celles des denrées importées. En outre, surtout, la grande “inscription des céréales” de Cyrène apporte à cet égard un complément décisif16. Rappelons tout d’abord que le texte paraît avoir eu une importance toute particulière aux yeux des Cyrénéens eux-mêmes. En effet, elle est gravée sur la troisième face d’un grand pilier quadrangulaire avec les lois sacrées de la cité de Cyrène gravées à la même époque17, ce qu’A. Laronde appelle “l’éclatante affirmation des envois de blés de Cyrène sur un cippe qui portait aussi le texte vénérable des lois sacrées”18. Les Cyrénéens attachaient donc une importance particulière à ce document qui énumérait les bénéficiaires des largesses des Cyrénéens sous la forme d’envois de blé : les deux reines Olympias et Cléopâtre, la mère et la sœur d’Alexandre, toutes deux résidant en Épire, où Cléopâtre exerçait la régence sur le pays depuis la mort de son époux Alexandre le Molosse en 331-330 et où Olympias était venue la rejoindre, et en outre 43 cités situées sur un axe allant de Rhodes à la Thessalie19. Certains chiffres des livraisons effectuées ont disparu. On voit néanmoins qu’elles se montaient au moins à 805 000 médimnes. On peut hésiter sur la nature de ces médimnes :

  • Selon G. Oliverio, suivi par A. Laronde, il s’agissait de médimnes laconiens à 52, 5261, l’équivalent de 422 826 hl, soit 32 560 t sur la base d’1 hl de blé à un poids théorique de 77 kg20. Cette quantité aurait représenté la nourriture de plus 162 000 personnes pendant un an21.
  • Selon P. Garnsey, il s’agissait de médimnes éginétiques à 77,83 1, l’équivalent de 1 207 500 médimnes attiques, donc 625 698 hl à 51,84 1 le médimne attique, soit encore 48 200 t. Cette quantité aurait représenté la nourriture de près de 250 000 personnes pendant un an.
  • 22 Cf. Stroud 1998, 55, d’après le texte de la loi de 374/373, 1. 21-25. En ce cas, on aurait donc po (...)

10Cependant, on sait maintenant que cette estimation du poids du médimne de blé était trop élevée : sur la base du chiffre indiqué par la loi attique de 374/373, on doit prendre en compte un médimne attique de grain à c. 31 kg (soit 71 kg l’hl)22. On doit donc maintenant tenir compte des chiffres corrigés suivant :

  • S’il s’agissait de médimnes laconiens, on aurait donc 422 826 hl à 71 kg l’hl, soit 30 000 t, représentant la nourriture de 150 000 personnes pendant un an.
  • S’il s’agissait de médimnes éginétiques, on aurait 625 698 hl à 71 kg l’hl, soit c. 45 000 t, représentant la nourriture de 225 000 personnes pendant un an.
  • 23 Cf. Laronde 1987, 33.
  • 24 Pour la chronologie et cette interprétation, nous suivons donc les arguments d’A. Laronde.

11Quoi qu’il en soit, il s’agissait là d’un montant exceptionnellement élevé, qui représentait autant ou plus que le total de la production de la Cyrénaïque avant la colonisation italienne23, ce qui amène à penser que ces livraisons se sont en fait effectuées sur plusieurs années, entre 330 et 325, et que l’inscription des céréales en est le récapitulatif24.

  • 25 On comparera a contrario avec la donation de 20 000 médimnes de blé entreposé à Délos dont Kallias (...)
  • 26 C’est l’interprétation communément admise : voir en détail Laronde 1987, loc. cit.
  • 27 Sur les licences d’importation et d’exportation voir chapitre VI.
  • 28 Nous sommes sur ce point en parfait accord avec Brun 1993, 195.
  • 29 Cf également chapitre VI.
  • 30 Pol. 28.2.1-2.
  • 31 Dém., C. Leptinès, 31, et notre analyse chapitre VI, 122.
  • 32 Cf. Théophraste, Caractères, 23.5 (De la vantardise) : à cette occasion, le vantard assure qu’il a (...)
  • 33 Théophraste, Caractères, 23.4 : καὶ διδομένης αὐτῷ ἐξαγωγῆς ξύλων ἀτελοῦς ὅτι ἀπείρηται, ὅπως μηδ’ (...)

12Comme l’indique explicitement le texte, on a affaire à un contexte de famine, donc à une situation exceptionnelle. La mention de la 1. 2, σῖτον ἔδωκε ἁ πόλις, doit-elle s’entendre comme la liste des personnages ou des cités auxquelles Cyrène a fait des dons ? La chose paraît peu probable, à moins d’imaginer que la cité de Cyrène n’ait elle-même acheté le blé aux producteurs cyrénéens pour en faire don aux différentes cités. Au reste, le verbe δίδωμι seul, sans ἐν δωρεᾷ ou δωρεάν, n’a pas directement le sens de “faire don de”25. Même si l’hypothèse du don ne peut être radicalement exclue (ce qui au demeurant serait sans conséquence dans la perspective qui est ici la nôtre, celle des modalités de contrôle des navigateurs), il vaut mieux considérer ici que Cyrène a dressé la liste des personnages et cités auxquelles elle a “remis du blé”26, c’est-à-dire de ceux et de celles à qui ont été accordées des licences d’exportation, le privilège d’ἐξαγωγή27. Pour notre propos, l’enjeu n’est donc pas de savoir si les Cyrénéens ont fait ces livraisons à titre gratuit. L’exception n’est pas davantage dans la liste elle-même : on peut penser que soit les Cyrénéens dressaient chaque année des listes analogues, soit ils disposaient au moins des documents de base pour le faire, bref de registres analogues à ceux des sitophylaques à Athènes. Le vrai problème est seulement de connaître la raison pour laquelle les Cyrénéens ont tenu exceptionnellement à en faire l’inscription sur pierre. Par cet acte, les Cyrénéens montraient certes leur fidélité à Alexandre. Certaines absences, en premier lieu celle de Sparte, sont significatives : cela signifie que ces cités n’avaient pas eu de licence d’exportation. C’est peut-être sur l’injonction d’Alexandre, en tout cas pour lui complaire, que les Cyrénéens ont accordé ces expéditions de blé, selon des limites géographiques qui, selon nous, leur ont été imposées par le roi et ses agents. Si le Nord de l’Égée n’est pas concerné, c’est sans doute parce que le roi n’avait pas autorisé l’exportation vers ces régions28. Nous avons eu l’occasion de montrer que les licences d’importation ou d’exportation étaient un concept clé dans l’organisation du commerce29. Mais on reste surtout sur l’impression que Cyrène tire gloire de sa générosité, ce qui ne pourrait être le cas s’il s’agissait d’une exportation ordinaire. Il se peut que la longueur de la liste des licences d’exportation, pour des montants très importants, ait en soi été considérée comme un bienfait à l’égard des cités qui souffraient de la famine. Ainsi, en 169, Rome accorde aux Rhodiens d’exporter 100 000 médimnes de blé sicilien, ce qui, en raison des perturbations que connaissait alors le marché du fait de l’invasion de l’Égypte par Antiochos IV, constituait une faveur particulière30. Toutefois, la générosité de la cité se comprendrait mieux si ces licences d’exportation s’étaient accompagnées d’atélie, comme l’avaient voulu les rois du Bosphore pour Athènes31. Outre la licence d’exportation elle-même, la générosité cyrénéenne pourrait donc avoir consisté en outre en l’exemption temporaire des taxes habituelles payées par les exportateurs de blé, pour le montant indiqué. Le contexte de la disette, de la σιτοδεία, appelait en effet la générosité financière, pour les particuliers comme pour les cités32. Il se pourrait donc que la licence d’exportation accordée ait été une ἐξαγωγὴ ὰτελής, comme la licence d’exportation de bois que le personnage du vantard de Théophraste se flatte d’avoir refusé d’Antipater, sous le fallacieux prétexte que cela aurait pu lui valoir les attaques d’un sycophante33.

  • 34 Cf. Couilloud-Le Dinahet 1988.
  • 35 Le parallèle avec le blé sicilien accordé à Rhodes par les Romains (et sans doute avec les privilè (...)

13On l’a vu, la liste de Cyrène n’est probablement pas exceptionnelle : ce n’est que la gravure sur pierre qui l’est effectivement. Dans les cités exportatrices, les archives des magistrats chargés du contrôle du trafic du blé (quel que soit leur nom et leurs attributions précises34) devaient renfermer de nombreuses listes de cette nature. Cependant, on ne doit pas esquiver une question clé : comment la cité de Cyrène pouvait-elle savoir que les commerçants de diverses provenances qui venaient s’approvisionner chez elle retourneraient bien dans la cité à qui avait été accordée la licence d’exportation ? En outre naturellement, on doit garder en mémoire l’idée que dans la plupart des cas, ce n’étaient pas des commerçants originaires d’une cité donnée qui transportaient effectivement le blé qui leur était destiné, mais qu’ils avaient recours à des commerçants habitués aux itinéraires internationaux, qui pouvaient être de n’importe quelle nationalité. On est ainsi amené à considérer que les magistrats de Cyrène pouvaient identifier les navigateurs qui venaient dans leur cité et qu’avec un degré raisonnable de confiance ils pouvaient penser que, quelle que soit la nationalité du commerçant, le blé serait bien livré dans la cité à qui il était destiné, et dans la quantité prévue35.

  • 36 Pol. 1.83.

14On relèvera encore le cas de Rome qui, au lendemain de la Ière Guerre Punique et après une période où ses marchands ont ravitaillé les mercenaires insurgés, passe un accord avec Carthage dans lequel elle autorise ses marchands à exporter vers cette cité les marchandises dont elle avait un besoin urgent et interdit en revanche de ravitailler ses ennemis36. Il s’agit certes d’un contexte de guerre, mais il n’en reste pas moins qu’on se trouve explicitement dans un contexte où la cité entend bien exercer un contrôle sur la destination de ses exportations.

  • 37 Voir chapitre VI.
  • 38 Voir les discussions dans Erxleben 1973, part. 473 et 482, qui insiste sur la différence, au ive s (...)

15On n’insistera pas ici sur le cas des exportations de blé bosporan à destination d’Athènes, avec les privilèges de préemption et les privilèges fiscaux relatifs à ces exportations37. On soulignera cependant son importance, puisqu’au plan quantitatif, avec l’Égypte, il s’agit d’un des principaux marchés de blé du monde grec. On relèvera aussi que les commerçants n’étaient pas nécessairement des Athéniens, et même que, majoritairement, ils ne l’étaient pas38.

Eléments de droit international

  • 39 Notre traduction diffère sensiblement de celle de la CUF : “Les Rhodiens le crurent si bien qu’ils (...)

16Tout d’abord, on doit souligner que la procédure utilisée par Philippe en 340 trouve aisément des parallèles. Ainsi, en 338, comme le montre le C. Léocratès, 18, de Lycurgue, on voit que les Rhodiens arrêtent les navires qui avaient pour destination Athènes39 :

Οὕτω δὲ σφόδρα ταῦτ’ ἐπίστευσαν οἱ Ῥόδιοι, ὥστε τριήρεις πληρώσαντες τὰ πλοῖα κατῆγον, καὶ τῶν ἐμπόρων καὶ τῶν ναυκλήρων οἱ παρεσκευασμένοι δεῦρο πλεῖν αὐτοῦ τὸν σῖτον ἐξείλοντο καὶ τἆλλα χρήματα διὰ τοῦτον
“Les Rhodiens le crurent si bien qu’ils armèrent des trières pour conduire dans leur port les navires de passage, et que ceux des marchands et armateurs qui se disposaient à venir ici durent pour cette raison débarquer leur blé et leur cargaison”.

  • 40 Syll 3, 304, Ic, 1. 40-41 : καὶ τὸ λοιπὸν μηδέν’ ἀδικεῖν τῶν Ἀθήναζε πλεόντων ; cf. Ic, 1. 36-37, (...)

17S’agissant de nouveau des Athéniens, on voit qu’en 339-329 ils décident d’intervenir auprès du tyran Dionysios d’Héraclée du Pont, dont la flotte a arraisonné en haute mer le navire marchand d’Hérakleidès de Salamine. A cette fin, ils décident d’envoyer sur place un ambassadeur “pour demander à Dionysios de rendre les voiles d’Hérakleidès et, à l’avenir, de ne pas nuire à ceux qui naviguent vers Athènes”40. Deux remarques s’imposent à ce sujet. D’une part, Hérakleidès n’est pas athénien. D’autre part, les Athéniens ne font pas la police des mers et ne demandent pas à Dionysios de ne pas s’en prendre à tous les navires de commerce naviguant dans le Pont (même s’il est vrai qu’il constituent sans doute une majorité des navires se dirigeant vers les Détroits, comme le montre l’affaire de l’attentat d’Hiéron) : c’est aux navires à destination d’Athènes que les Athéniens s’intéressent et c’est pour eux qu’ils demandent une garantie de Dionysios d’Héraclée.

  • 41 Ps-Dém., C. Lacritos, 13.
  • 42 Böckh 1818, I, 153 (= I2, Berlin, 1851, p. 194-195), cité par Bravo 1980, 740.
  • 43 L. Gernet, in C. Lacritos, éd. CUF, n. p. 262-263.
  • 44 Bravo 1980, part. 740-741.
  • 45 Voir le compte-rendu de Gauthier 1982a. Même si elle laisse encore nombre de zones d’ombres comme (...)

18Quant à l’“identité” du navire, l’exemple du C. Lacritos du Ps-Démosthène montre à quel point elle aurait été difficile à établir en fonction de l’origine ethnique des parties impliquées. Les preneurs, deux Phasélitains, vont acheter en Chaleidique, à Mendè ou Skionè, une cargaison de vin qui leur servira d’instrument d’échange au Borysthène, dans le Pont, où ils doivent charger du blé à destination d’Athènes. Les prêteurs sont un Athénien et un Eubéen de Carystos, les propriétaires du navire et l’équipage sont d’Halicarnasse. Ainsi, le navire n’est pas athénien, les marchands-convoyeurs ne le sont pas, les denrées qu’ils convoient ne le sont pas non plus. Mais le contrat précise cependant qu’en aucun cas les commerçants ne doivent débarquer leurs marchandises, ἐξελόμενοι ὅπου μὴ σῦλαι ὦσιν Ἀθηναίοις, “là où il y a, pour les Athéniens, un état de saisie” (trad. B. Bravo)41. Le passage a suscité plusieurs commentaires. A. Böckh considérait qu’on attendrait plutôt κατ’ Ἀθηναίων et proposait de voir là un droit de représailles réciproques42. L. Gernet traduisait “[les commerçants] débarqueront leurs marchandises en lieu où il n’y a pas de représailles à exercer pour les Athéniens”, mais ajoutait en note qu’on aurait plutôt attendu παρ’ ou κατ’ Ἀθηναίων43. Enfin, B. Bravo a fait le rapprochement avec des expressions comme ἔγκλημά ἐστί τινι πρός τινα, “il y a pour quelqu’un état de grief dans ses rapports avec quelqu’un d’autre”, qui peut être employée aussi bien pour dire qu’il y a un grief de X sur Y que de Y sur X, seul le contexte permettant de trancher – d’où la traduction proposée, que nous reprenons à notre compte44. Naturellement, il faut ici comprendre que les commerçants ne pourront débarquer leurs marchandises là où elles pourront être saisies à titre de représailles exercées sur les Athéniens. Notons au passage que le texte ne peut se comprendre que si l’on considère que le droit de représailles pouvait s’exercer dans le cadre d’une responsabilité collective de la cité des “offenseurs”, s’étendant à tous leurs biens alors même qu’ils n’étaient pas transportés par des citoyens de cette dernière cité, ce qui, avec une série d’autres éléments, ruine la théorie de B. Bravo selon laquelle seuls les responsables du grief pouvaient faire l’objet d’une saisie : dans le cadre de la théorie de ce dernier savant, le passage du C. Lacritos devient en effet totalement incompréhensible45. En tout cas, on voit bien ici que des représailles peuvent être exercées sur les Athéniens sans que les commerçants ou les produits transportés soient athéniens, comme dans l’affaire de l’attentat d’Hiéron.

  • 46 Ps-Dém., C. Phormion, 42 et C. Zénothémis, 1 (cf. Gernet 1955, part. 186-189).
  • 47 Dém., C. Zénothémis, trad. CUF.
  • 48 C’est ce que l’on peut soupçonner de l’attitude du tribunal de Rhodes d’après le C. Dionysodôros. (...)

19A cet égard, les contrats de prêts maritime, en particulier ceux qui prévoyaient des voyages aller et retour sur une place donnée, jouaient un rôle très important : c’est ce que montrent aussi bien par exemple le C. Zénothémis (cf. infra) et le C. Phormion (6) que le C. Lacritos (3 et 6) ou le C. Dionysodôros (6) du corpus démosthénien. Le droit attique relatif aux symbolaia, aux contrats d’affaires, était précisément fondé sur cette notion de destination, puisqu’il accordait des actions commerciales sur des contrats conclus à destination et au départ d’Athènes46. Mieux même, ces contrats de prêt pouvaient avoir une valeur internationale devant des tribunaux de tierces cités. Il suffit de penser au rôle du tribunal de Céphallénie, qui reconnaît la validité des contrats passés à Athènes : “Sa manœuvre échoua encore : les magistrats de Céphallénie décidèrent que le navire devait retourner à Athènes d’où il était parti (§ 9)... Ainsi, le navire revint ici, quand les magistrats de Céphallénie eurent décidé, malgré les manœuvres de Zénothémis, qu’il devait rentrer au port d’où il était parti. Les créanciers [des Athéniens sans doute] qui avaient prêté de l’argent sur le bâtiment à son départ le saisirent immédiatement... (§ 14)”47. En règle générale, du moins si une cité n’avait pas un motif puissant à ne pas respecter les règles du “droit international” qui était en train de se constituer, on doit considérer qu’un tribunal d’une tierce cité non seulement pouvait connaître la destination d’un navire d’après le contrat de prêt qui avait été conclu pour financer le voyage, mais en outre rendre un arrêt enjoignant de respecter la destination prévue48.

  • 49 Pour le droit commercial, cf. Paoli 1930, 16, cité par L. Gernet, C. Zénothémis, éd. CUF, p. 121, (...)
  • 50 Pour cette restitution dans l’inscription IG, II2, 1629 (Tod2, 200, 1. 229-230), voir Bresson 1993 (...)
  • 51 Dém., Sur les affaires de Chersonnèse, 24-25, cf. Vélissaropoulos 1980, 135-136 (mais avec des pro (...)
  • 52 Segre, Cos, ED 178, 120-123, fin iiie s. a.C.

20On a souligné depuis longtemps ces éléments de supranationalité dans le droit grec49. On doit maintenant souligner que c’est sa destination finale, prévue par le contrat de prêt maritime pour un voyage aller-retour sur une place donnée, Athènes en l’occurrence, qui définit l’“identité” du navire dans le droit international grec (on serait presque tenté de dire la “nationalité” du navire si précisément le terme n’était par trop impropre par ses connotations modernes). C’est ce contrat maritime qui fondait les droits éventuels du commerçant à tel ou tel privilège ou avantage, en particulier les privilèges d’importation ou exportation, avec les exemptions fiscales qui pouvaient leur être liées, les garanties de sécurité sur mer, comme c’est le cas pour les garanties négociées par les Athéniens auprès de Dionysios d’Héraclée, ou même peut-être la protection contre les pirates, comme celle qui est garantie par les Athéniens aux navires venant de l’Adriatique et assurant la sitopompia vers l’emporion des Athéniens50. Cette clause et d’autres de cette nature laissent clairement entendre que les Athéniens se désintéressaient de la “police des mers” en général et n avaient d’autre but que d’assurer la sécurité des seuls navires ayant le Pirée pour destination. C’est ainsi que se trouvent justifiées les pressions financières exercées par les stratèges athéniens au ive s. : selon Démosthène, Chios, Érythrées et autres cités d’Asie achètent ainsi en fait aux Athéniens la sécurité de leurs routes maritimes et y trouvent donc avantage puisque la flotte athénienne assure dès lors à leur bénéfice la sécurité sur mer51. On notera aussi que le même concept de place de départ des navires et des commerçants apparaît dans une inscription de Cos relative au double sanctuaire d’Aphrodite Pandamos et d’Aphrodite Pontia. Dans la première partie du document, relative au culte d’Aphrodite Pandamos, on prévoit la participation au culte des femmes mariées (c’est l’aspect féminin du culte d’Aphrodite), non seulement des citoyennes mais aussi des nothoi et des paroikoi, mais on ajoute aussi52 :

[1. 21-24] ... ὁμοίως δὲ καὶ ὰκολούθως τοῖς
προκεκυρωμένοις συντελῶντι τὰς θυσίας τοί{ς} τε
ἔμποροι{ς} καὶ τοὶ{ς} ναύκλαροι{ς} τοὶ{ς} ὁρμώμενοι{ς}ἐκ τᾶς π-
όλιος κτλ.

“De même et conformément aux dispositions précédentes, que les emporoi et les nauklaroi qui ont notre cité comme point de départ contribuent aux sacrifices”.

21C’est cette fois l’aspect marin d’Aphrodite qui est en jeu. Ceux qui sont invités à participer au culte ne sont pas seulement les emporoi et nauklèroi citoyens de Cos, mais bien tous ceux, Coéens et étrangers, qui ont Cos comme port d’attache. Cette catégorie est peut-être plus vaste que celle des gens ayant à proprement parler un contrat pour un voyage aller, retour, ou aller-retour sur Cos mais elle est du moins significative de ce que les commerçants et hommes d’affaires d’une cité se définissaient dans un cercle plus large que celui des nationaux proprement dits.

22A l’inverse, c’est cette “identité” pourtant toute provisoire et définie par le contrat commercial prévoyant un voyage aller-retour sur une place donnée qui pouvait être à la source des plus graves ennuis, comme la saisie de la cargaison dans les ports où il pouvait être question de saisie sur les citoyens de la cité où avait été négocié le contrat, ou même la saisie du navire et sa destruction (donc sans récupération possible) comme dans le cas de l’attentat d’Hiéron. Dans la pratique, cela signifie que si l’on imagine par exemple deux emporoi phasélitains, l’un ayant conclu un contrat à Athènes et ayant acheté du blé au Bosphore pour importer du blé dans cette cité, et l’autre ayant conclu un contrat sur une quelconque place considérée comme neutre par la Macédoine, le premier était voué à voir sa cargaison saisie, et avec elle le navire qui la transportait, tandis que le second restait libre de continuer son voyage.

Moyens de contrôle

23Mais de quels documents pouvait-on effectivement disposer pour procéder à un tri de la nature de celui qui est effectué par par les hommes de Philippe à Hiéron en 340 ou par les Rhodiens en 338, ou plus prosaïquement, dans un port quelconque, pour connaître le point de départ et la destination d’un commerçant ?

  • 53 Cf., dans un parallèle avec les médecins sans expérience, la critique de Polybe (12,25d 6) contre (...)

24Pour ce qui est des escales du navire, la cargaison offrait bien des moyens de les connaître : ainsi des amphores vinaires, dont bien souvent la forme indiquait l’origine. Mais pour qui voulait faire l’inspection d’un navire, comme dans le cas de l’attentat d’Hiéron ou de l’arraisonnement en haute mer par les Rhodiens des navires à destination d’Athènes, l’examen des “papiers de bord” ne pouvait manquer de trahir la provenance et la destination. Il devrait en effet être clair que les capitaines de navires et les commerçants avaient sur eux une série de documents qui permettaient de les connaître. Tout indique en effet que les marchands pouvaient emporter avec eux, outre documents de route cl portulans53, nombre d’autres écrits, sur des supports divers : feuilles de plomb, ostraka, tablettes de bois ou papyrus.

  • 54 Sur les lettres, voir van Berchem 1991, 138-139, avec bibliographie. Voir aussi les prêts qui appa (...)

25— Pour ce qui est des feuilles de plomb, les lettres de Bérézan, d’Ampurias et de Pech Maho ainsi que celles trouvées à Corcyre, toutes de la lin du vie s. ou du début du ve s., attestent de l’emploi courant de ce support à cette époque dans la correspondance commerciale et dans les documents d’affaire54.

26— Les ostraka ont certainement à toute époque été utilisés comme document témoin ou comme support de correspondance commerciale (ainsi en est-il encore a Rhodes a l’époque hellénistique, comme le montrent plusieurs lettres commerciales encore inédites sur des ostnika).

  • 55 Sur les tablettes d’Ulu Burun, voir Payton 1991, Warnock & Pendleton 1991 et Symington 1991.
  • 56 Pour le monde mycénien, cf. la mise au point de Symington 1991, 112.
  • 57 Od., 8.163. Même si le témoignage est tardif, on rapprochera de Philostrate, Vie d’Apollonios de T (...)
  • 58 Le seul témoignage, indirect, sur la pratique de l’écriture est celui de l’épave de Porticello, où (...)
  • 59 Isocrate, Trapézitique, 20.
  • 60 Vial 1988, 58.
  • 61 Plaute, Trinummus, 770-819 (voir aussi en parallèle Térence, Pharmion, 149-150). Il est pas inutil (...)

27— Les tablettes de bois, ou grammateia, remontent sans doute à un passé lointain. Déjà, à la fin du xive ou au début du xiiie s., le navire qui a sombré au large d’Ulu Burun, transportait des tablettes de bois : la nature de leur contenu (lettre, document d’enregistrement de transactions, document d’identification d’une cargaison, etc.) reste indéterminée, car, dans l’état où elles se trouvent aujourd’hui, on ne peut voir de traces de lettres à leur surface55. On relèvera cependant que dans l’usage commercial du monde hittite du iie millénaire, les tablettes de bois servaient couramment à noter le contenu d’une caisse. L’usage prolongé, tout à fait banal, des tablettes de bois et des sceaux dans le monde oriental du Ier millénaire (Babylone, Assyrie) peut laisser penser que l’emploi de ce support, si familier aux Grecs de l’époque classique et hellénistique, remontait chez eux au moins aux Ages sombres et au haut archaïsme56. Le φόρτου μνήμων de l’Odyssée, où l’on ne doit pas voir autre chose qu’un scribe de bord, devait écrire sur un support de cette nature57. Pour le moment du moins, on n’a pas retrouvé de tablette de bois sur des navires grecs, quand on sait pourtant, du moins pour les périodes récentes, qu’on en emportait effectivement dans les voyages maritimes. Mais les fouilles sous-marines d’épaves de cette époque restent cependant encore en nombre limité58. A l’époque classique et hellénistique, les grammateia paraissent avoir été d’un emploi très fréquent comme support des contrats. Parmi bien d’autres exemples possibles, c’est ce que montre le Trapézitique d’Isocrate où le fils de Sôpaios homme de confiance de Satyros Ier du Bosphore confie à un Thessalien, un homme d’affaires sans doute, une tablette portant un contrat qu’il emportera au Bosphore, si nécessaire59. A Délos à l’époque hellénistique, c’est encore sur ce genre de tablettes qu’on peut inscrire les contrats60. Le Trinummus de Plaute montre de même qu’il était courant d’utiliser des tablettes pour la correspondance lointaine (dans ce cas elles étaient d’ordinaire scellées, mais la douane avait le droit de briser le sceau et de les ouvrir)61.

  • 62 Xén., Anabase, 7.5.14.

28— Enfin, on ne saurait évidemment négliger le papyrus, dont on faisait un usage de plus en plus important. A cet égard, un document revêt une importance toute particulière. Dans l’Anabase, Xénophon rapporte que, lorsque l’armée qu’il commandait s’était mise au service du Thrace Seuthès, il eut l’occasion de parcourir la côte du Pont Euxin dans le secteur de Salmydessos. Il signale alors que sur cette côte très dangereuse nombreux étaient les navires qui venaient faire naufrage. Il précise alors62 :

Ἐνταῦθα ηὑρίσκοντο πολλαὶ μὲν κλῖναι. πολλὰ δὲ κιβώτια, πολλαὶ δὲ βίβλοι γεγραμμέναι, καὶ τἆλλα πολλὰ ὅσα ἐν ξυλίνοις τεύχεσι ναύκληροι ἄγουσιν.
“Là, on trouvait une grande quantité de lits, de coffres, de papiers couverts d’écriture, et de toutes les variétés de choses que les négociants emportent avec eux dans des caisses”.

  • 63 Cf. le commentaire de P. Masqueray in Anabase, CUF, n. ad p. 152, 188-189.
  • 64 Nous devons la remarque sur l’interprétation du passage à la sagacité et à l’amitié de Chr. Pébart (...)
  • 65 Cf. IG, XII.Suppl., 347 III, 2.
  • 66 Sur les passagers des navires grecs dès l’époque archaïque, cf. Wallinga 1993, part. 7-8 ; sur les (...)
  • 67 Cf. Barker 1992 : no 565, Ladispoli (Toscane), 1-15 p.C., boîte de bois contenant deux petits sacs (...)

29On a considéré que le passage faisait allusion à un commerce du livre, d’ouvrages destiné aux cités grecques du Pont63. Qu’un tel commerce ait dû exister, on ne devrait pas en douter. Mais ce n’est pas ce à quoi fait allusion Xénophon, puisqu’il n’emploie pas le terme qui désigne proprement le livre, soit βυβλίον, mais exactement le terme βύβλος, qui désigne directement le rouleau de papyrus64. Cependant, ce n’est pas non plus d’un commerce de papyrus vierge qu’il s’agit, comme le montre la précision βίβλοι γεγραμμέναι. C’est donc bien en fait à des “papiers” divers, comme on en trouve ordinairement sur les bateaux, auquel il est ici fait référence. Une loi de Thasos d’époque romaine montre encore de manière indubitable que βύβλοι désigne des documents écrits (en l’occurrence des documents d’archives publiques qui doivent être mis à la disposition des citoyens) et non pas des livres65. L’ensemble de la description de Xénophon laisse assez apparaître que les objets de bois dont il est question et qui parce qu’ils flottent ont été rejetés sur la grève font partie de l’équipement ou du chargement ordinaire d’un navire, puisque c’est ce que l’on pouvait s’attendre à trouver à l’occasion du naufrage de n’importe quel navire grec. Les κλῖναι sont manifestement les châlits et couchettes sommaires de l’équipage et des éventuels passagers, et non pas des éléments de la cargaison66. Pour ce qui est des caisses de bois servant d’emballages d’une partie de la cargaison, les restes trouvés sur certaines épaves d’époque romaine nous donnent une idée de leur aspect67. Enfin, les κιβώτια, les coffres, sont entre autres ce qui servait à transporter des choses plus précieuses ou plus simplement des papiers comme les documents pouvant servir à la navigation ou des documents de bord. Ces βίβλοι γεγραμμέναι ne peuvent donc être que des “papiers” ou des “documents de bord”, ceux du patron du navire, ou ceux des divers emporoi et nauklèroi qui avaient emprunté le bâtiment.

  • 68 Aristophane, Nuées, 18-24 ; pour la comptabilité dans les archives de Zénon, voir Orrieux 1985, 58 (...)
  • 69 Ps-Dém., C. Polyc lès, 30 : λογίσασθαι δ’ ἤθελον αὐτῷ καθ’ ἕκαστον, ἕως µoι μάρτυρες παρῆσαν τῶν ἀ (...)

30Au reste, comment peut-on imaginer que des commerçants aient pu se déplacer sans leurs livres de compte, quand dans l’activité privée “terrestre”, depuis le Strepsiade d’Aristophane penché sur ses registres de compte jusqu’aux “archives” de Zénon, tout montre le soin que des particuliers pouvaient mettre dans leurs documents comptables68 ? Pour ce qui est de la marine de guerre, on sait, par exemple d’après le C. Polyclès du corpus démosthénien, le soin que mettaient les triérarques à tenir une comptabilité à jour. Pour montrer sa bonne foi, un triérarque pouvait ainsi s’exclamer : “J’offrais de lui fournir un compte détaillé, pendant que j’avais auprès de moi, comme témoins des dépenses, les matelots, les soldats et les rameurs, pour faire la preuve immédiatement en cas de contestation de sa part. Car mes livres étaient tenus avec une telle exactitude que non seulement le chiffre des dépenses y figurait, mais leur destination et leur emploi, le prix des objets, la monnaie avec le cours du change : tout cela pour avoir un contrôle assuré, si mon successeur croyait tel article mensonger” (trad. CUF)69. Le parallèle suggère que les commercants privés devaient eux aussi tenir une comptabilité très précise. On se souviendra en particulier que nombre d’emporoi n’étaient que les agents de bailleurs de fonds et pouvaient même être des esclaves (cf. infra le cas de Lampis du C. Phormion). Ils devaient donc nécessairement justifier jusque dans le détail l’emploi des sommes qui leur avaient été confiées. Cela seul, sans parler de l’intérêt évident de savoir si tel voyage était ou non bénéficiaire, suffirait à expliquer pourquoi les marchands devaient nécessairement tenir une comptabilité de leurs gains et dépenses et des mouvements de leur cargaison.

  • 70 Voir encore les lettres d’affaires transportées par le négociant Phormion d’Athènes au Bosphore, P (...)
  • 71 C’est bien la notion de document écrit qu’il faut ici évoquer dans le cas de commerçants a priori (...)

31On doit donc considérer qu’il était tout à fait banal pour emporoi et naukleroi de transporter avec eux des documents écrits de toute nature qui pouvaient leur être utiles pour leur affaires70. Mais on doit encore aller plus loin dans l’enquête. Pour tenter de reconstituer de manière concrète le fonctionnement du système des privilèges consentis aux commerçants sur une place étrangère, on doit en effet tenter de savoir comment ceux qui étaient susceptibles d’y prétendre pouvaient faire reconnaître leurs droits. Quel document pouvait faire foi à l’étranger, qu’il s’agisse, circonstance favorable, de bénéficier d’un privilège pour le ravitaillement d’une place donnée (privilèges des commerçants de toutes origines faisant le commerce du Bosphore pour le compte d’Athènes ou allant à Cyrène pour ravitailler les diverses cités auxquelles les Cyrénéens avaient accordé des privilèges particuliers au début des années 320), ou au contraire, circonstance défavorable, de se voir saisi par une autorité hostile (cas de l’attentat d’Hiéron)71 ?

32Un épisode du C. Zénothémis, 16, montre que les emporoi pouvaient emporter avec eux le contrat écrit (συγγραφή) ou au moins l’un de ses exemplaires, puisque, selon les dires du plaignant, le capitaine du navire, Hègestratos, et le commerçant Zénothémis remettent ce contrat à l’un des passagers avant d’essayer de couler le navire. L’affaire est obscure, le plaignant n’est peut-être pas de bonne foi, mais peu importe ici : le C. Zénothémis montre de manière indubitable un emporos emportant avec lui dans son voyage l’un au moins des exemplaires du ou des contrats maritimes qu’il avait conclus pour l’effectuer. Le C. Zénothémis prouve donc d’une part que l’on pouvait emporter le contrat définissant un voyage sur une place donnée, d’autre part, comme on l’a vu précédemment, que ce contrat pouvait avoir une valeur en droit international. Dès lors et par extension, peut-on penser de la même façon que le contrat privé qui engageait à effectuer un voyage en direction d’une place donnée était suffisant pour profiter des privilèges accordés à une cité, puisque, on l’a vu, le contrat pouvait avoir valeur contraignante, y compris devant le tribunal d’une tierce cité ?

  • 72 Arist., Pol., 6.8.7, cf. brièvement 6.8.21.
  • 73 Sur les “notaires” (privés) de Délos, cf. Vial 1988 et Boussac 1992 (sceaux de la période de la do (...)
  • 74 Sur l’enregistrement dans les archives publiques, cf. Christophilopoulos 1979 et Lambrinoudakis & (...)
  • 75 Dion Chr. 31.51. Nous reviendrons ailleurs sur la question de la législation civique relative aux (...)

33Il peut paraître tentant de répondre par l’affirmative. Cependant, on voit bien quelles pouvaient être les limites d’une trop grande confiance accordée à un contrat privé conclu à l’étranger : n’était-il pas bien facile de faire un faux contrat pour bénéficier indûment des privilèges accordés par un État à autre ? Certes, pour ce qui est des contrats privés, Aristote considérait déjà comme de règle dans une cité bien administrée qu’ils soient enregistrés par la cité où ils étaient conclus72. Manifestement, une cité comme Athènes, qui au ive s. encore n’enregistrait pas ses contrats, était plutôt en retard, mais elle n’était pas la seule de son espèce73. L’enregistrement paraît néanmoins avoir été général à la basse époque hellénistique et à l’époque romaine74. Cependant, comme l’indique explicitement Dion Chrysostome, qui dégage comme la philosophie de la procédure, cet enregistrement était à usage interne et rien n’indique qu’il ait pu avoir une valeur internationale75.

  • 76 ID, 509 (Syll. 3, 975), 1. 32 sq.
  • 77 Syll. 3, 185. Symbola dans l’usage ordinaire : cf. l’affaire du Spartiate Glaukos, Hdt. 6.86, mais (...)
  • 78 TC, 105, 1. 9-14 :---[Κυ]/ραναῖοι γράμμα[τα ἥκοντ]/ι φέροντες παρὰ [τᾶς πόλι]/ος τᾶς Κυραναίω[ν ὅτ (...)
  • 79 Bousquet & Gauthier 1994, I, p. 321-322,1. 17-18 et 34-37.
  • 80 Les très nombreux sceaux de cités et de royaumes trouvés à Callipolis d’Épire paraissent correspon (...)

34Pourtant, le problème de la reconnaissance des privilèges consentis se posait bel et bien. On sait par une inscription de Délos que les ateleis formaient une catégorie bien à part, dont le cas était explicitement prévu76. Pour des privilèges consentis à titre individuel, on peut admettre que la connaissance directe et éventuellement le témoignage des proxènes pouvait suffire. En revanche, le problème se pose pour la reconnaissance de privilèges d’étrangers a priori anonymes. Certes, on possède des documents qui montrent comment on pouvait identifier des étrangers. Un décret attique du milieu du ive s. prévoit par exemple la confection de symbola (ici au sens matériel de “jeton” de forme particulière et unique) qui permettront de prouver l’identité du messager envoyé par le roi de Sidon77. Mais il s’agit en l’occurrence d’envoyés officiels et il n’y a pas apparence que le même système ait été employé pour des personnes ordinaires, commerçants et armateurs par exemple. Une inscription qui jusqu’ici n’a pas été utilisée dans la perspective de la reconnaissance de l’identité montre que pour se faire reconnaître une dette contractée par la communauté de Camiros auprès d’un de leurs ascendants, deux Cyrénéens présentent aux Camiréens des lettres officielles de leur cité d’origine (haute époque hellénistique)78. Dans la convention d’isopolitie entre Xanthos et Myra de la deuxième moitié du iie s. a.C., il est prévu que les citoyens de chacune des deux cités peuvent se faire reconnaître le droit à l’isopolitie en apportant une lettre rédigée par les magistrats de leur cité d’origine et destinée aux magistrats de la cité partenaire79. Il serait particulièrement intéressant de savoir si une telle procédure était fréquente, voire banale, pour des étrangers qui n’étaient pas déjà connus, ou si elle était seulement rare ou exceptionnelle. De façon générale, l’envoi de lettres scellées émanant d’un État, royaume ou cité, a été d’usage courant à l’époque hellénistique80.

  • 81 Énée le Tacticien 10.8.
  • 82 Gauthier 1972, 75.
  • 83 Aristophane, Oiseaux, 1212-1215.
  • 84 On remarquera que le contexte du passage évoqué montre clairement l’usage de procédures écrites po (...)
  • 85 Liv. 23.34.1-7, cf. 23.33.4-12 sur le début de l’ambassade et 23.39.1-2 sur la conclusion de l’aff (...)

35En période de guerre, selon Énée le Tacticien, aucun citoyen ou métèque ne doit quitter le port sans son symbolon81. Ph. Gauthier considère que ce symbolon était une marque matérielle82. Il reste que le parallèle que cet auteur établit avec une scène des Oiseaux présentant une situation analogue de ville assiégée paraît mettre en équivalence, dans un passage il est vrai un peu obscur, le cachet (σφραγίς) des gardes et la marque (σύμβολον) du chef de poste83. Il n’est donc pas impossible (nous ne serons pas plus affirmatif) que le symbolon d’Énée qu’en période de guerre les commerçants doivent posséder à leur sortie du port pour pouvoir être identifiés à leur retour ait été un document écrit portant le sceau de la cité (au moins tel dut être le cas dans la pratique de l’époque hellénistique)84. Un épisode de la lutte entre Carthage et Rome permet également de comprendre de manière très concrète comment pouvait se faire la fouille d’un navire et l’interrogatoire de son équipage ou de ses passagers, avec des méthodes policières qui n’ont rien à envier à celles de périodes plus récentes de l’histoire. L’affaire se situe en 216/215, au moment des périlleuses négociations entre Philippe et Carthage en vue de la conclusion d’une alliance. Après être parvenu, non sans difficulté, à rejoindre Hannibal, l’ambassadeur macédonien Xénophanès retourne auprès de Philippe avec trois ambassadeurs Carthaginois. Mais le navire macédonien qui transporte les envoyés est contrôlé en mer par la flotte romaine au large des côtes de Calabre. Leur aspect physique, leurs vêtements et leur manière médiocre de parler le grec trahissent les Carthaginois ; des pressions sur le reste de l’équipage et en outre la fouille du navire, qui permet de découvrir les lettres d’Hannibal à Philippe, permettent de confondre les Macédoniens, malgré leurs mensonges habiles, ainsi que les envoyés carthaginois85. On voit que, bien qu’il s’agisse d’un contexte diplomatique et non pas du contrôle d’un navire marchand, la scène évoque directement l’affaire de “l’attentat d’Hiéron”.

36En période de paix et dans un cadre commercial ordinaire, les commerçants étrangers détenteurs d’un privilège sur une place donnée devaient-ils donc être porteurs de lettres officielles, comme les Cyrénéens à Camiros ? Il reste à prouver que de tels documents aient pu être systématiquement réclamés à des commerçants bénéficiant d’un privilège, même si une solution de cet ordre nous paraît néanmoins vraisemblable.

  • 86 Ps-Dém., C. Phormion, 36. Statut servile de Lampis, ibid., 5 et 10.

37Dans un cas, qui nous est rapporté dans le C. Phormion, on voit un personnage qui est un esclave, Lampis, profiter d’un privilège d’exportation vers Athènes86 :

Κήρυγμα γὰρ ποιησαμένου Παιρισάδου ἐν Βοσπόρῳ, ἐάν τις βούληται Ἀθήναζε εἱς τὸ Ἀττικὸν ἐμπόριον σιτηγεῖν, ἀτελῆ τὸν σῖτον ἐξάγειν, ἐπιδημῶν ἐν τῷ Βοσπόρῳ ὁ Λάμπις ἔλαβε τὴν ἐξαγωγὴν τοῦ σίτου καὶ τὴν ἀτέλειαν ἐπὶ τῷ τῆς πόλεως ὀνόματι, γεμίσας δὲ ναῦν μεγάλην σίτου ἐκόμισεν εἱς Ἄκανθον κἀκεῖ διέθετο.
“Pairisadès, au Bosphore, fit proclamer par héraut que quiconque voudrait charger du blé vers Athènes à destination de l’emporion attique ferait l’exportation en franchise. Lampis, qui y résidait, bénéficia du privilège d’exportation et de l’exemption de taxe au nom de la cité [Athènes]. Il chargea un grand navire et transporta le blé à Acanthos, où il le vendit”.

  • 87 Sa femme et ses enfants résident à Athènes. Comme tel, il tombe sous le coup de la loi attique sur (...)

38Lampis n’est pas citoyen athénien mais esclave, même s’il jouit d’une grande liberté de fait87. On ne sait même pas s’il était esclave d’un Athénien. Lampis bénéficie néanmoins des privilèges consentis pour l’exportation vers Athènes. Il est regrettable qu’on ne puisse savoir exactement comment il avait pu se voir reconnaître ce privilège. Il se peut cependant qu’il lui ait suffi d’être déjà bien connu au Bosphore, comme le montrent les divers épisodes du C. Phormion. On voit cependant aussi les limites du pouvoir des autorités du port d’embarquement comme de celles de la destination supposée : car c’est à Acanthos que Lampis va vendre son blé, trompant ainsi aussi bien les magistrats du Bosphore que ceux d’Athènes.

  • 88 Même s’il est vrai que la cité grecque n’était pas “bureaucratique”, et que bien évidemment le rôl (...)
  • 89 L’existence de tels journaux de route ne nous paraît pas invraisemblable, même s’il n’y avait null (...)
  • 90 Question que nous n’avons pas soulevée jusqu’ici mais qui peut néanmoins s’être posée. Le PRevLaws (...)

39Ainsi, dans la mesure où les pratiques des commerçants, et cela depuis les origines du monde des cités, s’appuyaient sans cesse davantage sur l’écrit, on voit qu’il était aisé pour une autorité civique ou royale de procéder au contrôle d’un navire88. Outre les éléments même de la cargaison, les écrits transportés à bord, éléments de comptabilité, éventuellement journal de route89, correspondance privée ou lettres officielles pouvant identifier l’équipage du navire ou ses passagers y compris naturellement les emporoi, contrats conclus sur une place donnée mentionnant la destination finale, lettres officielles d’une cité certifiant la destination du navire, voire lettres d’autorisation d’exporter accordées sur une place donnée par une autorité souveraine et mentionnant la destination officielle de la cargaison90, il y avait toute une gamme de documents qui en cas de perquisition ne pouvaient manquer de trahir la destination d’un navire, quelle qu’ait été l’origine réelle d’un commerçant. A fortiori, on peut imaginer que c’est sans grande difficulté que, à Hiéron, les hommes de Philippe II purent faire le tri entre le bon grain et l’ivraie, déterminer (ἐπικρίνειν) les navires qui n’avaient pas Athènes pour destination et ceux qui se rendaient dans la cité ennemie. Quant aux nauklèroi ou emporoi qui dans des cas semblables pouvaient détruire tous leurs documents compromettants mais qui étaient incapables de rien présenter en lieu et place, on peut imaginer assez aisément que la suspicion pesant sur eux leur valait aussi d’être saisis. Les vérifications et contrôles effectués par les autorités portuaires dans un cadre juridique ordinaire, c’est-à-dire en période de paix, ont dû être du même ordre. On a vu ainsi que le Trinummus de Plaute montrait que la douane ne se privait pas d’ouvrir même les lettres privées sous scellés. Lorsqu’il s’agissait de bénéficier d’un privilège, il est en outre vraisemblable que les commerçants prévoyant de ravitailler une place donnée aient dû présenter un document officiel de la cité concernée en donnant attestation.

  • 91 Hérondas 2.55-59.

40Le monde des commerçants est un monde fluide, fluctuant, un monde interlope, un monde d’oiseaux migrateurs, un jour ici, le lendemain à cent lieues, comme le marchand du mime d’Hérondas, hier à Abdère, aujourd’hui à Brikindara de Rhodes, demain à Phasélis pourvu qu’il trouve une cargaison91. La liberté des commerçants, avec leur volonté d’obtenir des profits aussi élevés que possible, s’opposait à la réglementation des cités. Pourtant, que l’on n’imagine pas l’univers du commerce comme une sorte de jungle, un espace sans règle. Certes, toutes les ruses, au besoin tous les mensonges pouvaient être utilisés, pour maximiser le profit ou pour échapper à un contrôle : le cas de Lampis du C. Phormion est exemplaire a cet égard. Mais, dès l’époque classique, les procédures commerciales, économiques (contrats de prêts) et administratives (les déclarations faites auprès des autorités portuaires), qui reposaient déjà pour l’essentiel sur des procédures écrites, permettaient aussi aux états de contrôler voire de permettre d’orienter les flux commerciaux. C’est dans ce cadre administratif que l’on peut comprendre comment cités et royaumes ont pu mettre en place les procédures d’exagôgè et d’eisugôgê, de licences d’exportation et d’importation, mais aussi que l’on peut rendre compte de manière concrète du déroulement de certains épisodes de la “grande histoire”, comme le fameux attentat d’Hiéron.

Notes

1 Sur les affaires de l’été 340, cf. Glotz 1936, 335-341, à qui nous empruntons l’expression “attentat d’Hiéron” ; Hammond & Griffith 1979, 506-581, et Cawkwell 1978, 135-140.

2 Cf. Ps-Dém., C. Polyclès, 17. Le contrat du C. Lacritos, 10, fait aussi apparaître Hiéron comme l’escale obligée sur la route du Pont à Athènes. Voir aussi Hammond & Griffith 1976, 576, n. 1. Plus tard, vers 220, au moment de la guerre entre Byzance et Rhodes, alliée du roi de Bithynie Prusias, pour la liberté de circulation dans le Détroit, Hiéron joue de nouveau un rôle stratégique décisif (pour sa localisation, Pol. 4.39.6, 4.43.1). Elle était alors depuis peu possession des Byzantins, qui y voyaient la clé de la navigation dans le Pont (Pol. 4.50.2-4). Lorsque Prusias parvint à s’en emparer, le coup fut manifestement très rude pour les Byzantins (Pol. ibid.). Dans le traité de paix entre les belligérants, on peut deviner que Hiéron, qui est expressément mentionné, était au premier rang des territoires que les Byzantins voulaient se voir restituer. Autres attestations : R. Merkelbach, IK, 20-Kalchedon, p. 98.

3 Dém., Sur la couronne, 72 : καὶ μὴν τὴν εἰρήνην γ’ ἕκεῖνος ἔλυσε τὰ πλοῖα λαβών, οὐχ ἡ πόλις, Αἱσχίνη ; 139 : ἀλλ’ ἐπειδὴ φανερῶς ἤδη τὰ πλοῖ’ ἐσεσύλητο. Pour Hammond & Griffith 1979, loc. cit., la guerre est la conséquence de l’attentat d’Hiéron, tandis que pour Cawkwell 1978, loc. cit., elle suit la déclaration de guerre. Mais le texte de Démosthène paraît tout à fait explicite à cet égard.

4 Didymos, Comm. sur Dém., 11.1, col. 10-11 (Théopompe, FGrHist 115 F292 et Philochore, FGrHist 328 F162) ; cf. Justin 9.1.1-6 et Frontin, Strat., 1.4.13.

5 F. Jacoby, FGrHist, comm. ad 115 F292, IIB p. 303 et ad 328 F162, IIIb Suppl p. 538, qui élimine ajuste titre l’hypothèse de “navires de contrebande”. Hammond & Griffith 1979, 576 : “The haul amounted to 230 vessels, fifty of which Philip released (those who were owned by non-Athenians presumably)”.

6 Ce point a été vu par Cawkwell 1978, 138, pour qui les navires saisis sont “the ships bound for Athens” (mais sans commentaire particulier).

7 Dém., C. Leptines, 33.

8 Gernet 1909, 300. Selon Austin & Vidal-Naquet 1972, 317, n. 2, qui renvoient à L. Gernet, ad loc., ce chiffre était probablement exagéré. Mais ce que voulait démontrer L. Gernet était que la proportion de la moitié des importations attribuée par Démosthène au blé bosporan était trop faible, les chiffres exacts étant de toute façon invérifiables d’après les registres des sitophylaques.

9 Sur les fonctions des sitophylaques, voir Arist., Ath. pol., 51.3 ; cf. Gauthier 1981 et Couilloud-Le Dinahet 1988, part. 324-326 pour les sitophylaques à Athènes et dans les autres cités.

10 Kyparissia : Syll. 3, 952 (cf. Vélissaropoulos 1980, 208-210) ; Délos : Syll 3, 975 (cf. Vélissaropoulos 1980, 201-203).

11 Porten & Yardeni 1993, C3.7, 82-193 [voir aussi maintenant supra chapitre II, 67-73].

12 PCairoZen, 59012.

13 Ibid., 1. 123-126.

14 Cf. l’interprétation de Thür 1987 (ed. princeps Harrauer & Sijpestein 1985).

15 Arist., Rhétorique, 1.4 1359b [cf. chapitre VI, 119-120].

16 Laronde 1987, 30-34, avec révision de l’inscription, commentaire détaillé et carte avec représentation proportionnelle des livraisons ainsi que Marasco 1992, part. 12-37 (datation en 330/329), avec photographies d’un moulage de la pierre. Cf. aussi Kingsley 1986, 165-177, mais avec une chronologie haute, antérieure à 330, qui est difficile à accepter ; Pezzano 1985, datation basse entre 322 et 317) ; Garnsey 1988, 159-160 (carte p. 160). Précisions sur la liste des cités (pas de mention de Lesbos ni de Ténos) Brun 1993.

17 Les lois sacrées, de peu antérieures selon A. Laronde, sont gravées sur deux faces contiguës, le texte relatif aux céréales sur la troisième face, la face arrière étant restée brute (cf. Laronde 1987, 30).

18 Laronde 1987, 210.

19 Pour cet axe et l’importance des Cyclades, cf. Brun 1993.

20 Oliverio 1935, 32, cf. Laronde 1987, 33 et n. 66 p. 38.

21 La base du rapport est l’estimation effectuée pour Athènes par Garnsey 1988, 159 : 100 000 médimnes éginétiques = 150 000 médimnes attiques = 6 000 t. soit la nourriture de 30 000 personnes pendant un an.

22 Cf. Stroud 1998, 55, d’après le texte de la loi de 374/373, 1. 21-25. En ce cas, on aurait donc pour Athènes une importation en provenance de Cyrène de 4 650 t, représentant la nourriture de c. 23 000 personnes pendant un an.

23 Cf. Laronde 1987, 33.

24 Pour la chronologie et cette interprétation, nous suivons donc les arguments d’A. Laronde.

25 On comparera a contrario avec la donation de 20 000 médimnes de blé entreposé à Délos dont Kallias de Sphettos avait obtenu de Ptolémée II, à Chypre, qu’il en soit fait don aux Athéniens :... πυρών δὲ δισμυρίους μεδίμνους δωρεὰν οἳ παρεμετρήθησαν ἐγ Δήλου τοῖς ἀποσταλεῖσιν ὑπὸ τ[ο]ῦ δήμου (Shear 1978, 1. 53-55).

26 C’est l’interprétation communément admise : voir en détail Laronde 1987, loc. cit.

27 Sur les licences d’importation et d’exportation voir chapitre VI.

28 Nous sommes sur ce point en parfait accord avec Brun 1993, 195.

29 Cf également chapitre VI.

30 Pol. 28.2.1-2.

31 Dém., C. Leptinès, 31, et notre analyse chapitre VI, 122.

32 Cf. Théophraste, Caractères, 23.5 (De la vantardise) : à cette occasion, le vantard assure qu’il a dépensé cinq talents pour les indigents. Nous utilisons le même traité de Théophraste ci-après.

33 Théophraste, Caractères, 23.4 : καὶ διδομένης αὐτῷ ἐξαγωγῆς ξύλων ἀτελοῦς ὅτι ἀπείρηται, ὅπως μηδ’ ὑφ’ ἑνὸς συκοφαντηθῇ περαιτέρω φίλος εἶναι ἢ προσῆκε Μακεδόσι (pour des cas semblables de privilèges accordés à titre individuel, cf. Herman 1987, 82-88). On soulignera la coïncidence dans la chronologie et dans les situations avec l’inscription de Cyrène : le privilège d’exportation n’est pas neutre. Cf. aussi Dém., C. Leptinès, 36.

34 Cf. Couilloud-Le Dinahet 1988.

35 Le parallèle avec le blé sicilien accordé à Rhodes par les Romains (et sans doute avec les privilèges accordés par le royaume du Bosphore aux Mytiléniens pour une quantité allant jusqu’à 100 000 médimnes, cf. Tod2, 163) suffit à montrer que des licences d’exportation pouvaient être accordées sur une quantité donnée.

36 Pol. 1.83.

37 Voir chapitre VI.

38 Voir les discussions dans Erxleben 1973, part. 473 et 482, qui insiste sur la différence, au ive s., entre le prêt maritime, où les Athéniens jouent le rôle essentiel, et l’activité concrète d’emporos, où ils n’ont qu’un rôle secondaire.

39 Notre traduction diffère sensiblement de celle de la CUF : “Les Rhodiens le crurent si bien qu’ils armèrent des trières pour mettre l’embargo sur nos navires marchands ; beaucoup de négociants et de patrons qui appareillaient pour venir ici durent débarquer leur blé et leur cargaison”.

40 Syll 3, 304, Ic, 1. 40-41 : καὶ τὸ λοιπὸν μηδέν’ ἀδικεῖν τῶν Ἀθήναζε πλεόντων ; cf. Ic, 1. 36-37, allusion à Hérakleidès, saisi πλέων Ἀθήναζε, ainsi que Ib, 1. 55-56 et IIa, 1. 67-68, pour l’intérêt des Athéniens à l’égard de ceux qui naviguent vers Athènes et y apportent du blé (voir aussi infra et n. 50)

41 Ps-Dém., C. Lacritos, 13.

42 Böckh 1818, I, 153 (= I2, Berlin, 1851, p. 194-195), cité par Bravo 1980, 740.

43 L. Gernet, in C. Lacritos, éd. CUF, n. p. 262-263.

44 Bravo 1980, part. 740-741.

45 Voir le compte-rendu de Gauthier 1982a. Même si elle laisse encore nombre de zones d’ombres comme l’a bien montré B. Bravo lui-même, la vieille théorie de R. Dareste sur la solidarité des membres d’une cité, ne peut être rejetée sans autre forme de procès.

46 Ps-Dém., C. Phormion, 42 et C. Zénothémis, 1 (cf. Gernet 1955, part. 186-189).

47 Dém., C. Zénothémis, trad. CUF.

48 C’est ce que l’on peut soupçonner de l’attitude du tribunal de Rhodes d’après le C. Dionysodôros. Le négociant Dionysodôros et son associé sont accusés à Athènes par un prêteur métèque d’avoir enfreint les règles d’un contrat. Ce dernier prévoyait un prêt à Dionysodôros pour taire le voyage d’Athènes en Égypte et retour avec une cargaison de blé. Mais le négociant, arguant d’une avarie, s’est arrêté à Rhodes où il a vendu sa cargaison. C’est alors que le plaideur s’exclame : “A vrai dire. Athéniens, si nous plaidions au tribunal des Rhodiens, peut-être auraient-ils gain de cause parce qu’ils les ont ravitaillés en blé et qu’ils ont amené le vaisseau dans le port ; mais nous sommes devant un tribunal athénien et nous avons passé un contrat à destination de votre place : nous estimons que nous ne devons pas succomber devant des adversaires qui vous ont fait tort autant qu’à nous.” (C. Dionysodôros, 47, trad. CUF).

49 Pour le droit commercial, cf. Paoli 1930, 16, cité par L. Gernet, C. Zénothémis, éd. CUF, p. 121, n. 1 et en détail Cohen 1973, 59-74. Cf. également de manière plus générale Sheets 1994.

50 Pour cette restitution dans l’inscription IG, II2, 1629 (Tod2, 200, 1. 229-230), voir Bresson 1993 part. 171-177.

51 Dém., Sur les affaires de Chersonnèse, 24-25, cf. Vélissaropoulos 1980, 135-136 (mais avec des problèmes de références).

52 Segre, Cos, ED 178, 120-123, fin iiie s. a.C.

53 Cf., dans un parallèle avec les médecins sans expérience, la critique de Polybe (12,25d 6) contre les pilotes qui gouvernent leur navire uniquement d’après un livre.

54 Sur les lettres, voir van Berchem 1991, 138-139, avec bibliographie. Voir aussi les prêts qui apparaissent sur les inscriptions sur plomb de Corcyre, c. 500, cf. Calligas 1971.

55 Sur les tablettes d’Ulu Burun, voir Payton 1991, Warnock & Pendleton 1991 et Symington 1991.

56 Pour le monde mycénien, cf. la mise au point de Symington 1991, 112.

57 Od., 8.163. Même si le témoignage est tardif, on rapprochera de Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane. 4.32, où il est fait reproche à un jeune Spartiate de s’adonner au commerce, φόρτου μνήμονα καὶ ναυτικῆς ἀκριβολογίας, “n’ayant en mémoire que sa cargaison et l’exactitude de sa comptabilité d’emprunts maritimes”.

58 Le seul témoignage, indirect, sur la pratique de l’écriture est celui de l’épave de Porticello, où l’on a trouvé huit encriers faisant manifestement partie de la cargaison, cf. Eiseman & Sismondo Ridgway 1987, 60-62.

59 Isocrate, Trapézitique, 20.

60 Vial 1988, 58.

61 Plaute, Trinummus, 770-819 (voir aussi en parallèle Térence, Pharmion, 149-150). Il est pas inutile de souligner que les pièces de Plaute et Térence sont des adaptations directes du théâtre grec, qu’elles sont donc un reflet des réalités grecques.

62 Xén., Anabase, 7.5.14.

63 Cf. le commentaire de P. Masqueray in Anabase, CUF, n. ad p. 152, 188-189.

64 Nous devons la remarque sur l’interprétation du passage à la sagacité et à l’amitié de Chr. Pébarthe : qu’il trouve ici l’expression de notre gratitude toute particulière.

65 Cf. IG, XII.Suppl., 347 III, 2.

66 Sur les passagers des navires grecs dès l’époque archaïque, cf. Wallinga 1993, part. 7-8 ; sur les époques plus tardives, voir les témoignages rassemblés par Casson 1971, 179-181, et André & Baslez 1993, 423-424. Le témoignage de Xénophon, qui a été négligé, montre que les passagers ne se contentaient pas seulement de nattes.

67 Cf. Barker 1992 : no 565, Ladispoli (Toscane), 1-15 p.C., boîte de bois contenant deux petits sacs d’épices ; no 616, Madrague de Giens, 70-50 a.C., céramique dans des boîtes au dessus des amphores ; no 898, Pozzino (Toscane), 120-80 a.C., 136 cylindres de bois contenant des épices, placés par trois dans des containers de bois. La déclaration de douane déjà mentionnée (Thür 1987) mentionne aussi entre autres 60 caisses (κίστης) de narde du Gange (II, 1 et 2).

68 Aristophane, Nuées, 18-24 ; pour la comptabilité dans les archives de Zénon, voir Orrieux 1985, 58-70.

69 Ps-Dém., C. Polyc lès, 30 : λογίσασθαι δ’ ἤθελον αὐτῷ καθ’ ἕκαστον, ἕως µoι μάρτυρες παρῆσαν τῶν ἀνηλωμένων οἵ τε ναῦται καὶ οἵ ἐπιβάται καὶ ἡ ὑπηρεσία, ἵν’ εἵ τι ἀντιλέγοι εὐθὺς ἐξελέγχοιμι. oὕτω γάρ μοι ἀκριβῶς ἐγέγραπτο, ὥστ’ οὐ μόνον αὐτά μοι τἀναλώματα ἐγέγραπτο, ἀλλὰ καὶ ὅποι ἀνηλώθη καὶ ὅ τι ποιούντων, καὶ ἡ τιμὴ τίς ἦν καὶ νόμισμα ποδαπόν, καὶ ὁπόσου ἡ καταλλαγὴ ἦν τῷ ἀργυρίῳ, ἵν’ εἴη ἀκριβῶς ἐξελέγξαι με τῷ διαδόχῳ, εἴ τι ἡγοῖτο ψεῦδος αὑτῷ λογίζεσθαι τὰ ἀνηλωμένα. Cf. aussi ibid., 25 et 64-65. Nous devons cette référence à l’amitié de V. Gabrielsen ; pour les questions financières en question dans le passage, cf. Gabrielsen 1994, 176 et 261 n. 7 et voir aussi déjà Ziebarth 1929, 83-84 (contre le primitivisme de Hasebroek 1928, 10 et 94), qui insistait précisément sur l’importance des taux de change pour les marchands.

70 Voir encore les lettres d’affaires transportées par le négociant Phormion d’Athènes au Bosphore, Ps-Dém., C. Phormion, 8 et 29.

71 C’est bien la notion de document écrit qu’il faut ici évoquer dans le cas de commerçants a priori anonymes. Pour la place de l’écrit dans les procédures juridiques internes à la cité grecque de l’époque classique et le retard relatif (sauf pour les contrats commerciaux) du droit sur la pratique (valeur probatoire de la preuve écrite intervenant assez tardivement), voir Maffi 1988.

72 Arist., Pol., 6.8.7, cf. brièvement 6.8.21.

73 Sur les “notaires” (privés) de Délos, cf. Vial 1988 et Boussac 1992 (sceaux de la période de la domination athénienne, privés pour l’essentiel, conservés dans une maison privée ; pour les quelques sceaux publics, cf. p. 11-18).

74 Sur l’enregistrement dans les archives publiques, cf. Christophilopoulos 1979 et Lambrinoudakis & Wörrle 1983 (Paros). Pour l’Égypte, voir les travaux de Burkhalter 1990 et l’étude dans ce même volume. Pour l’Asie Mineure romaine, cf. Wörrle 1975 (avec la bibliographie relative aux autres cités d’Asie Mineure).

75 Dion Chr. 31.51. Nous reviendrons ailleurs sur la question de la législation civique relative aux symbolaia.

76 ID, 509 (Syll. 3, 975), 1. 32 sq.

77 Syll. 3, 185. Symbola dans l’usage ordinaire : cf. l’affaire du Spartiate Glaukos, Hdt. 6.86, mais qui correspond à un rapport privé et à une situation duale qui ne peut servir d’exemple pour l’identification des étrangers par une cité. Sur les symbola en général et leur usage, cf. la documentation rassemblée par Gauthier 1972, 65-89, que nous n’avons pas à reprendre en détail (voir cependant particulièrement p. 76-85 sur le problème de la manière dont on pouvait prouver son identité et p. 87 sur l’évolution de la notion de symbolon, qui à l’époque hellénistique au moins est en réalité fréquemment un papyrus et a le sens d’attestation ou de reçu, avec aussi Vélissaropoulos 1980, 282-301) ainsi que les analyses sur la valeur du symbolon dans Herman 1986, 62-69, avec illustrations.

78 TC, 105, 1. 9-14 :---[Κυ]/ραναῖοι γράμμα[τα ἥκοντ]/ι φέροντες παρὰ [τᾶς πόλι]/ος τᾶς Κυραναίω[ν ὅτι ἔντ]/ι τῶν Θευδώρου ἐ[κγόνων π]/ρεσβύτατοι κτλ. C’est la nécessité de se voir reconnaître des privilèges consentis à des ascendants qui explique également la renouvellement des dits-privilèges, surtout dans les périodes troublées (cf. ainsi le renouvellement des privilèges d’exemption consentis aux descendants du Coéen Diôn, fils de Diodoros, par la cité de Pladasa (cf. Labraunda,, III 2, 42 : privilèges consentis sous Pixôdaros, renouvelés sous Eupolémos, gravés au début du iiie s.). Pour les sceaux et leur usage, cf. aussi van Berchem 1991, part. 135-136, avec bibliographie complémentaire, et le riche volume de Boussac & Invernizzi 1996.

79 Bousquet & Gauthier 1994, I, p. 321-322,1. 17-18 et 34-37.

80 Les très nombreux sceaux de cités et de royaumes trouvés à Callipolis d’Épire paraissent correspondre à la conservation d’archives par une puissante famille locale : cf. Pantos 1985, 427-491 pour l’interprétation de la découverte. De telles archives dans un petite cité illustrent assez bien ce que pouvaient être les pratiques de la correspondance internationale à l’époque hellénistique.

81 Énée le Tacticien 10.8.

82 Gauthier 1972, 75.

83 Aristophane, Oiseaux, 1212-1215.

84 On remarquera que le contexte du passage évoqué montre clairement l’usage de procédures écrites pour le contrôle des entrées et sorties. On comprend donc la traduction “passeport” de la CUF.

85 Liv. 23.34.1-7, cf. 23.33.4-12 sur le début de l’ambassade et 23.39.1-2 sur la conclusion de l’affaire, Sur l’ensemble de l’épisode et certaines difficultés du texte de Tite Live (la question se pose de savoir combien de navires les Romains avaient été saisis par les Romains, un ou cinq), cf. Coppola 1993, 176-181.

86 Ps-Dém., C. Phormion, 36. Statut servile de Lampis, ibid., 5 et 10.

87 Sa femme et ses enfants résident à Athènes. Comme tel, il tombe sous le coup de la loi attique sur l’obligation de ne charger du blé qu’à destination d’Athènes (C. Phormion, 37).

88 Même s’il est vrai que la cité grecque n’était pas “bureaucratique”, et que bien évidemment le rôle de l’écriture était tout différent en Grèce de celui des sociétés palatiales orientales, on ne doit pas réduire a rien (ou presque rien) le rôle de l’écrit dans le fonctionnement de la cité et de la vie civique, comme le fait Thomas 1992, ex. gr. 128-157.

89 L’existence de tels journaux de route ne nous paraît pas invraisemblable, même s’il n’y avait nulle obligation pour un capitaine de navire de tenir un véritable “journal de bord”. Pour des raisons pratiques, on imagine assez par exemple qu’un armateur dont un des agents, libre ou esclave, entamait un voyage au long cours ait souhaité connaître au retour du navire le détail des opérations effectuées. En tout cas, plus largement, c’est sur un tel journal de route, ou sur la compilation de plusieurs journaux similaires, que nous paraît reposer le Périple de la mer Érythrée (cf. édition Casson 1989) ; voir aussi déjà la remarque Polybe (12.25d 6), déjà mentionnée supra.

90 Question que nous n’avons pas soulevée jusqu’ici mais qui peut néanmoins s’être posée. Le PRevLaws, 52, montre en effet qu’en Égypte, à la douane de Péluse ou à celle d’Alexandrie, on recevait un symbalon, au sens de “reçu”, pour témoigner du paiement de la taxe d’importation d’huile à usage personnel (cf. Gauthier 1972, 87). Un système de “reçus” analogue a pu fonctionner de la même manière dans le cas des privilèges d’exportation pour une quantité donnée (cas de Cyrène ou du Bosphore précédemment évoqués).

91 Hérondas 2.55-59.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search