Version classiqueVersion mobile

La cité marchande

 | 
Alain Bresson

Chapitre VI. Aristote et le commerce extérieur

[1987]

Texte intégral

  • 1 A ce sujet, un bilan dont l'ampleur dépasse en fait le cadre français qu'il se propose a été donné (...)
  • 2 Finley 1973 et [1975]. C'est la traduction française (Paris 1975) que nous citerons ici.
  • 3 Austin & Vidal-Naquet 1972 (date de la première édition).

1L'enjeu n'est pas mince : c'est la nature même de l'économie antique qui divise le monde savant depuis près d’un siècle. Par “nature de l'économie antique”, il faut entendre en fait aussi bien le type et le volume des opérations économiques concrètes que la manière dont la vie économique s'articulait avec la vie sociale et politique. Au reste, parler de “controverses et de divisions du monde savant” est presque abusif dans l'état actuel des choses. En effet, sauf quelques voix isolées, une doctrine règne aujourd'hui sans partage dans le champ des études d'économie antique1 : celle qui a trouvé sa forme la plus élaborée dans The Ancient Economy (traduit en français sous le titre L'économie antique) de Μ. I. Finley2 et dans Économies et sociétés en Grèce ancienne3 de M. Austin et P. Vidal-Naquet. Nous ne retracerons pas ici – ce qui a été fait maintes fois, il est vrai toujours du même point de vue – les longues controverses entre primitivistes et modernistes, qui auraient enfin trouvé leur vraie solution dans les théories de Karl Polanyi, comme on le sait appliquées de manière effective à l'économie antique par Μ. I. Finley et le courant qui se réclame de lui.

  • 4 Hopkins 1983, xi. W. E. Thompson, l'une des voix isolées auxquelles nous faisions allusion précéde (...)

2De fait, il n'est pourtant pas aisé de se situer face à cette “Nouvelle Orthodoxie”, selon le qualificatif donné à cette doctrine par K. Hopkins4, qui en est lui-même un des principaux représentants. On doit en effet la plus haute reconnaissance à Μ. I. Finley d'avoir fait justice de conceptions modernistes les plus plates qui sans autre forme de procès assimilaient le fonctionnement de l'économie antique à celui de l'économie contemporaine. Ainsi, par exemple, qui oserait aujourd'hui affirmer que les sociétés antiques vivaient de la production et de la vente d'objets manufacturés, à l'instar de nos sociétés modernes ? De même, l'accent mis sur la terre comme facteur de production primordial ne saurait plus maintenant être remis en question de quelque manière que ce soit – notons cependant d’emblée que cette vision des choses n'est pas réellement neuve : en adoptant ce point de vue, on ne fait en réalité que revenir à ce qui était une évidence pour les savants du xixe siècle, peut-être parce qu'ils vivaient dans un monde encore très proche de celui des sociétés préindustrielles, mais sans doute aussi parce que mieux que leurs successeurs immédiats ils avaient su ne pas refuser l'image donnée par toutes les sources antiques d'une économie où l'agriculture jouait un rôle clé comme facteur de production. Cette remarque suffit à montrer qu'admettre sur certains points des convergences avec les thèses de la “Nouvelle Orthodoxie” ne constitue pas a priori un acte d'allégeance à l'égard de cette doctrine, mais peut plus simplement ressortir de la même commune constatation d'évidence, même si cette évidence a longtemps été mise sous le boisseau. De ce fait, il est donc clair aussi qu'une éventuelle remise en cause des thèses de la “Nouvelle Orthodoxie” en d'autres matières n'implique nullement un retour aux vieilles lunes du modernisme.

3Ce n’est certes pas le lieu de présenter ici une “théorie générale de l'économie”, qui prétendrait remplacer la “Nouvelle Orthodoxie”. Il y a au reste à cela une raison fort simple. Une telle théorie générale, si théorie générale il doit y avoir, ne saurait être assénée en quelques lignes, à coups de concepts a priori et de formules à l’emporte-pièce, qui peuvent certes frapper les imaginations et entraîner des adhésions momentanées, mais qui ne recouvrent en fait rien de solide. Il n’est rien de plus dangereux que de présenter trop vite de vastes “théories” qui ne sont que des généralisations de conclusions partielles, lesquelles souvent se révèlent en outre franchement discutables, si ce n'est totalement infondées, quelques années plus tard. Un bilan théorique serein en matière d'économie antique ne saurait intervenir qu’après une série d'analyses où seraient examinés les principaux points dont on doit du moins savoir gré à la “Nouvelle Orthodoxie” de les avoir mis en discussion, à une époque où le modernisme et son allié de fait le positivisme régnaient en maître.

  • 5 Curieusement, le résumé des thèmes de la “Nouvelle Orthodoxie” donné par K. Hopkins (ibid., p. xxi (...)

4Parmi ces thèmes5, il en est un qui constitue l'un des fondements de la doctrine de la “Nouvelle Orthodoxie” : l'inexistence d'une quelconque forme d'action ou de réflexion politique à l'égard du commerce extérieur de la part des cités-États du monde grec ancien, si ce n'est à la rigueur que ces dernières pouvaient avoir une politique d'importation pour satisfaire les besoins alimentaires de la population. Au reste, l'attitude de l'État n'aurait été que le reflet d'un désintérêt universel à l'égard de l'économie et du commerce extérieur en général, et des exportations tout particulièrement.

  • 6 Finley [1975], 216.
  • 7 Finley [1975], 220.

5Sur ce sujet, les développements les plus significatifs sont ceux de Μ. I. Finley dans le chapitre de L'économie antique intitulé “L'État et l'économie” : “La documentation existante, dont il faut bien admettre qu'elle est mince, est marquée par l'absence complète de ce que nous pouvons reconnaître pour des clauses, ou des références, commerciales. Cela ne veut pas dire qu'il n'y eut jamais d'accords commerciaux. Aristote (Rhétorique, 1.4 1360a 12-13) fait figurer l'approvisionnement en nourriture (τροφή) – le choix du mot vaut d’être remarqué – parmi les sujets qui doivent être connus de tout dirigeant politique de façon à pouvoir négocier des accords entre cités6”. L'absence d'intérêt pour l'économie se manifesterait en particulier dans l'absence d'une quelconque protection des productions locales : “Considérez seulement les implications d'une taxe portuaire universelle, qui frappait d'un même taux toutes les importations et toutes les exportations. On ne songeait nullement à protéger sa propre production, ou à encourager les importations essentielles, ou à veiller sur la balance commerciale7”.

  • 8 Austin & Vidal-Naquet 1972, 131.

6C'est une tonalité absolument identique qu'on retrouve dans Économies et sociétés en Grèce ancienne : “Lorsqu'on dit que les États grecs ont une politique économique, il s’agit toujours d'une politique d'importation visant à assurer l'approvisionnement de l'État et des citoyens en un certain nombre de denrées essentielles pour leur existence, jamais d'une politique d'exportation cherchant à écouler à des conditions avantageuses, voire à imposer à l'étranger la production nationale en concurrence avec les États rivaux. Si l'État tient compte des intérêts économiques de ses membres, c'est uniquement en tant que consommateurs, pas en tant que producteurs. On ne peut donc parler de “politique commerciale" de la part des États grecs que dans un sens délibérément restreint : ils pratiquent uniquement une politique d'importation et non d'exportation8”.

7Voici fixé nettement le cadre du débat. Comme Aristote est invoqué à titre de principal témoin par les plus distingués des représentants de la “Nouvelle Orthodoxie”, c'est Aristote qu'il convient donc d'interroger en priorité.

La théorie

  • 9 Sur la Rhétorique, voir infra les analyses de notre deuxième partie.

8C’est principalement dans la Politique qu'Aristote développe ses conceptions théoriques sur le commerce extérieur, le sujet étant repris sous l'angle de la pratique dans la Rhétorique9.

  • 10 Pol., 3.9.12-14 ; 7.5.1 ; Éthique, 1.7.6 1097b.

9Dans la Politique, on le sait, le point de départ d'Aristote est que la cité, comme toute communauté, est constituée en vue d'un certain bien (1.1.1). Formée naturellement par coalescence d'unités inférieures (villages...), la communauté atteint ainsi “pour ainsi dire le niveau de l'autarcie complète (αὐτάρκεια). Un fois formée, la cité existe pour le “bien vivre”, τὸ εὖ ζῆν (1.2.8). La “fin” et le “meilleur” pour la cité n'est autre que l'autarcie (ἡ δ’αὐτάρκεια καὶ τέλος καὶ βέλτιστον, 1.2.9). Alors que, pour un homme seul, l'autarcie est par définition impossible – si par hasard elle était réalisée elle ferait de lui une bête sauvage ou un dieu (1.2.14), en tout cas un être la-politique – l'autarcie est à la fois le but et l'idéal pour la cité. Divers autres passages de la Politique et de l'Éthique à Nicomaque montrent que l'autarcie doit s’entendre à la fois dans un sens matériel (disposition de tous les biens nécessaires à une vie digne) et spirituel (climat permettant l'heureux épanouissement des membres de la communauté)10.

  • 11 Platon, Lois, 12 949e-953e.

10Si l'autarcie, entendue dans un sens matériel, est un idéal, il faudrait donc apparemment conclure pour Aristote, même s'il ne le fait pas lui-même, que la cité parfaite devrait être totalement dépourvue de commerce extérieur. Au reste, cette idée concorderait parfaitement avec la méfiance affichée à l'égard des étrangers en général et des marchands en particulier, nettement affirmée dans la Politique, pour ainsi dire dans le droit fil de la tradition des Lois où Platon décrivait dans le détail la manière dont on ferait en sorte que la cité demeure aussi fermée que possible11. Si l'on songe à toutes les variétés de fermeture de la vie sociale ou du corps civique que l'on rencontre aux ve et ive s. sous les formes les plus différentes dans un éventail de cités allant de Sparte à Athènes (pour reprendre en matière de cités des types à la fois classiques et parfaitement opposés), il est bien clair que la volonté de fermeture, de repli sur soi, était omniprésente en Grèce ancienne.

  • 12 Arist., Pol., 7.5.1.
  • 13 Ibid., 7.5.2.

11Pourtant, on l'a vu, Aristote ne va nulle part jusqu'à affirmer explicitement qu'une cité sans commerce extérieur serait un idéal. Discutant des aspects matériels de l'autarcie procurée par la chôra d'un cité, il signale certes, ce qui n’est après tout qu'un truisme, qu’il faut souhaiter disposer du maximum de ressources sur son territoire : “Les remarques sur le territoire (χώρα) sont à peu près du même genre. En ce qui concerne ses caractères particuliers, tout le monde évidemment fera l'éloge du territoire le plus autarcique (et telle est nécessairement la terre fertile en tout, car avoir tout à sa disposition et ne manquer de rien, c'est cela lautarcie)12”. Le Stagirite continue en annonçant une discussion sur ce point – “Cette norme, avons-nous raison ou tort de la poser, voilà un point à examiner avec plus de précision13” –, mais celle-ci est malheureusement perdue. En fait, non seulement il n'envisage jamais l’absence de commerce extérieur mais il expose nettement la philosophie qui était la sienne sur les échanges d'une cité.

  • 14 Ibid., 1.8.8 : ὅσοι γε αὐτόφυτον ἔχουσιν τὴν ἐργασίαν... Ces formes primitives sont décrites dans P (...)
  • 15 Ibid., 1.9. 6-7 : Αὐτὰ γὰρ τὰ χρήσιμα πρὸς αὐτὰ καταλλάτονται ἐπὶ πλέον δ’οὐθέν οἷον οἶνον προς σῖ (...)
  • 16 Cf. précédemment Arist., Pol., 1.9.1.

12Dans la pratique en effet, on ne peut jamais se passer de l'échange. Vivre sur soi était encore possible dans les formes les plus “primitives” de la vie sociale où les hommes avaient une activité “directement productrice”14. En revanche, dès que la communauté prend une certaine extension, il devient impossible de se passer de l'échange. C'est alors qu'Aristote introduit des précisions qui commencent à dessiner nettement sa conception du commerce extérieur : “(Tout d'abord) des objets utiles s'échangent contre d'autres objets utiles, mais rien de plus : par exemple, on donne ou l'on reçoit du vin en échange de blé, et ainsi pour chacun des autres produits similaires. Ce genre d'échange n'est pas contraire à la nature et n'est pas non plus une forme de l'art d'acquisition, puisqu'il ne servait qu'à compléter l'autarcie naturelle ; et pourtant c'est de lui qu'est sorti logiquement cet art (i.e. la chrématistique, cf. infra). Quand l’aide étrangère devint plus importante par l'importation de ce dont on manquait et l'exportation de ce qu'on avait en surplus, l'usage de la monnaie s'introduisit comme une nécessité15”. Ces propositions prennent place dans un développement général sur l'art d'acquisition (ἡ κτητική)16. C'est donc de la philosophie de l'acquisition sous sa forme naturelle qu'il s'agit ici, non d'une réflexion sur une pratique étatique. Mais il est aussi tout à fait clair que les exemples choisis (l'échange du vin contre du blé – on retrouvera cet exemple dans l'Éthique) le vocabulaire employé (“l'aide étrangère”, les importations et exportations) et la référence explicite à l'autarcie dont on a vu plus haut qu'elle était la “fin et l'idéal” de la cité, tout cela montre que c’est en prenant pour objet les échanges extérieurs de la cité qu'Aristote élabore son raisonnement théorique.

  • 17 Sur cette question, voir maintenant Picard 1980.

13Laissons de côté le problème de la monnaie, qui n'entre pas ici dans notre perspective17. Du propos d'Aristote, on peut retenir quatre points :

  1. Tout d'abord, il va de soi pour Aristote qu'une cité ne peut se passer d'échanges extérieurs. Même si, comme on a vu précédemment, on doit souhaiter d'avoir une chôra qui permette d'être aussi autarcique que possible, le philosophe ne perd pas son temps à bâtir un modèle de cité imaginaire disposant de tous les biens existant en ce monde : il va de soi pour lui qu’aucune cité ne pourra jamais disposer de tout ce qui lui est nécessaire, qu'il s'agisse de denrées alimentaires, de bois, de métal, etc.
  2. Les échanges extérieurs sont donc une évidente et absolue nécessité. Par échange extérieur, on doit entendre importations et exportations, qui sont pour lui indissolublement liées, on y reviendra.
  3. Des échanges extérieurs qui se limiteraient à “compléter l’autarcie naturelle” font partie de l'art naturel d'acquisition” : ils ont donc la faveur du philosophe, qui insiste par ailleurs sur le caractère néfaste de la “chrématistique”, sur lequel il disserte longuement. La chrématistique, c'est la forme d'acquisition qui se prend elle-même pour lin, dont le but n'est pas la satisfaction d'un besoin mais la “soif inextinguible de l'or”. Parfaitement “artificielle”, la chrématistique est on le sait sévèrement condamnée par le philosophe.
  4. Dans le même temps où il affirme le caractère “naturel” d'échanges extérieurs qui se limiteraient à la satisfaction des besoins, Aristote constate, comme avec mélancolie, que la chrématistique, la mauvaise forme d'acquisition, est indissolublement liée à l'échange, qu'elle est sortie logiquement, κατὰ λόγον, de la forme naturelle d'acquisition, de même que l'usage de la monnaie s'est introduit par nécessité, ἐξ ἀνάγκης.
  • 18 Arist., Pol., 6.8.
  • 19 Ibid., 7.5.4.
  • 20 Ibid., 7.6.1.

14Ainsi, les échanges extérieurs sont pleinement présents dans la réflexion d'Aristote, avec les limites qui lui paraissent souhaitables pour cette activité. On peut à cet égard établir un parallèle entre les conditions qui prévalent pour l'échange entre les particuliers, pour les échanges internes à la communauté, et pour le commerce extérieur. Il est en effet indispensable que les particuliers puissent échanger, car c’est là en fait “le moyen le plus à la portée de réaliser la pleine indépendance18”. De même, il est souhaitable que la ville soit située convenablement dans le territoire de telle sorte qu’il y ait toute facilité pour drainer vers elle denrées alimentaires, bois et autres produits indispensables19. De même enfin, pour des raisons qui ne tiennent pas seulement à l'échange mais où les motifs commerciaux sont néanmoins aussi au premier rang, est-il indispensable que la cité ait un accès facile à la mer. malgré le risque social et politique que peuvent représenter les commerçants étrangers20. Il est également parfaitement logique que, s'agissant non plus de réflexion théorique mais des conditions pratiques de “l'art d'acquisition”, Aristote signale qu'on doit connaître les trois composantes fondamentales qui sont, dans l'ordre :

  • Les soins à la production naturelle (agricole) ;
  • L'échange, avec le commerce (dans ses aspects de frêtement, transport et vente), le prêt à intérêt et le louage de travail ;
  • L'exploitation des bois et l'extraction des minerais (activité considérée comme “intermédiaire” entre les deux premières composantes)21.
  • 22 Ibid., 7.6.4.
  • 23 Μ. I. Finley doit admettre à la suite d'Aristote la possibilité d'accords commerciaux entre cités, (...)

15Pour ce qui est des échanges extérieurs, Aristote prend en considération les besoins de la communauté : cette idée, que l'on a déjà rencontrée, est encore réaffirmée nettement dans le livre VII : “C'est pour elle-même qu'une cité doit faire du commerce22 ”. C'est d'abord pour satisfaire à la trophè, à l'alimentation, dans les postes où elle est déficitaire, mais aussi nécessairement pour les autres produits de base indispensables (bois, métaux...). Mais, quoi qu’en disent Μ. I. Finley23, M. Austin et P. Vidal-Naquet, cette politique d'importation est toujours liée chez Aristote à une politique d'exportation, et ce concept est indissolublement lié à un autre, très voisin : la cité doit veiller à combler les déficits et à écouler les surplus. Aristote revient à quatre reprises sur la question :

  1. Politique, 1.9.5, dans un développement théorique sur l'art d'acquisition (c'est le passage que nous avons discuté plus haut).
  2. Politique, 7.6.4 : “L'importation de tous les produits que l'on ne trouve pas dans le pays et l'exportation du surplus de la production font partie des conditions indispensables24”.
  3. Cette idée force, on la retrouve encore dans la Rhétorique, 1.4 1360a : le dirigeant politique doit savoir ce que produit sa cité et ce qui lui manque, et avec qui on doit conclure des accords d'importation et d'exportation (ce texte a été mal compris ; nous le discutons en détail infra).
  4. Elle est encore présente dans l'Éthique, 5.5.13 1133 b. Aristote indique : ὅτι δ’ἡ χρεία συνέχει ὥσπερ ἔν τι ὄν, δηλοῖ ὅτι ὅταν μὴ ἐν χρεία ὥσιν ἀλλήλων ἣ ἀμφότεροι ἣ ἅτερος οὐκ ἀλλάτονται, ὥσπερ ὅταν οὗ ἔχει αὐτὸς δέηται τις οἷον οἴνου, διδόντες σίτου ἐξαγωγήν. Δεῖ ἄρα τοῦτο ἰσασθῆναι.
  • 25 Gauthier & Jolif 1970, II, 384.
  • 26 The Nicomachean Ethics, Coll. Loeb, 2° éd., 1934, n. a, p. 286.

16Le texte a paru difficile, du fait du membre de phrase ώσπερ ὅταν... ἐξαγωγήν. Jusque là, le sens était clair. Nous traduisons : “Que ce soit le besoin qui maintient la cohésion des parties en fournissant une unité commune, en voici la preuve : s’il n'existe pas de besoin réciproque entre deux parties, soit de la part des deux à la fois, soit d'une seule, elles n'échangent pas.” La suite a paru incompréhensible. Les uns, à la suite de Münscher, optent pour l'insertion d'un oὐ avant ἔχει et, comme par exemple R. A. Gauthier et J. Y. Jolif, comprennent : “Tel est le cas si quelqu'un a besoin de ce que l’on ne possède pas soi-même25”. D'autres, comme H. Rackham26, considèrent que ces clauses “make neither grammar nor sense” et qu’il s'agit là d'une interpolation ; l'éditeur britannique repousse de toute façon la suggestion de Münscher “(as) there seems to be no question here of foreign commerce.”

  • 27 Arist., Rhétorique, 2.7 1385a : Τίσιν δὲ χάριν ἔχουσι, καὶ ἐπὶ τίσιν, καὶ πῶς αὐτοὶ ἔχοντες ὁρισαμ (...)
  • 28 Éthique, 5.5.14 : “Pour l'échange à venir, en admettant que pour l'instant on n'ait besoin de rien (...)
  • 29 Austin & Vidal-Naquet 1972, 253, n. 15.

17Remarquons tout d'abord que, quel que soit son sens exact, la phrase en question s'inscrit trop bien dans un développement sur le besoin comme lien social pour qu'on puisse la rejeter sans autre forme de procès. Avec la correction de Münscher, on a un sens sinon conforme au texte du moins apparemment acceptable (on a déjà vu plus haut, dans la Politique, comment un exemple emprunté au commerce extérieur pouvait servir de matière à un raisonnement théorique). Mais en réalité on n'a même pas besoin de la correction de Münscher. La prose d'Aristote, a la fois technique et abstraite, au service d'une pensée qui multiplie les reprises de mêmes termes pour marquer les étapes du raisonnement, est aussi par voie de conséquence une langue qui utilise fréquemment le sous-entendu pour éviter les répétitions abusives. Ainsi, par exemple, l’article employé seul renvoie souvent à un substantif implicite ou déjà mentionné. On trouve un bon exemple de έχω accompagné d'un complément sous-entendu dans Rhétorique, 2.7 1385a (sur l'obligeance) : pour éviter des répétitions trop fréquentes, χάριν n'est pas répété à chaque fois27. Dans le passage considéré de l'Éthique, le mot χρεία a déjà été utilisé deux fois dans la phrase et la χρεία est l'objet du raisonnement : aussi comprend-on qu'Aristote sous-entende ici χρείαν dans la formule parfaitement banale χρείαν ἔχειν. Le sens véritable est donc : “Comme lorsque l'autre manque (δέηται τις) de ce dont on a besoin soi-même (οὗ ἔχει – s.e. χρείαν – αὐτός), par exemple de blé, et que les deux partenaires offrent une licence d'exportation de vin.” Dans ce cas. naturellement, dans la mesure où les deux parties ont besoin d'importer la même denrée et qu'ils proposent le même produit d'exportation il n'y a pas entre eux d'échange possible – c'est pourquoi Aristote conclut : δεῖ ἄρα τοῦτο ἱσασθῆναι, “il faut donc égaliser cette relation. La manière dont, dans des cas semblables, l'égalisation des besoins peut se faire par le biais de l'argent fait l'objet de la suite du développement, avec l'étude de l'échange différé. Il n'est nulle part dit explicitement chez Aristote que les exportations servent à financer les importations (dans sa perspective des “surplus” et des “manques” d’origine “naturelle” ce ne pouvait guère être le cas), mais le lien sans cesse établi entre importation et exportation va néanmoins dans ce sens. Au reste, l’idée affleure presque précisément lorsqu'il traite de l'échange différé28. Rien de mystérieux en tout cas, rien qui justifie le “traduction conjecturale d'un texte conjectural” (n'est-ce pas parce qu'il y est question d'exportation ?) du commentaire de M. Austin et P. Vidal-Naquet à la version qu'ils donnent de ce texte29.

18Or, si l'on fait une enquête chez d'autres auteurs, on découvre que le propos d'Aristote n'est nullement isolé :

  • Thucydide prête aux envoyés corinthiens au congrès de Sparte, à la veille de la Guerre du Péloponnèse, les propos suivants : “Quant aux autres, qui sont établis vers l'intérieur, en dehors des voies maritimes, ils ont à savoir que, s'ils ne défendent pas les gens des bas pays, ils auront plus de mal à écouler leurs produits saisonniers et, inversement, à se procurer en échange ce que la mer fournit au continent (τὴν κατακομίδην τῶν ὡραίων καὶ πάλιν ἀντίληψιν ὧν ἡ θάλασσα τῇ ἠπείρῳ δίδωσι)30”.
  • Isocrate a une conception des manques et des surplus qui s'apparente à celle d'Aristote, mais avec une vision plus nette de l'inévitable morcellement des sources de richesse entre les diverses cités : “En outre, chaque peuple n’a pas un terroir qui se suffise a lui-même, mais tantôt manque d'une chose, tantôt produit d'autre chose plus que le nécessaire31”.
  • Chez le Platon doctrinaire des Lois, si rigoureux dans son exclusion des étrangers, exportations et importations (les deux activités étant mentionnées ensemble il faut le souligner, et cela à trois reprises) sont sévèrement limitées au strict minimum (les produits stratégiques et assimilés), cela sous contrôle strict de la cité32.
  • Chez Xénophon historien, on trouve une intéressante allusion au commerce extérieur dans un discours de Jason de Phères33 où ce dernier, met en parallèle sa puissance naissante et celle des Athéniens : “C'est qu'avec la possession de la Macédoine, d'où précisément les Athéniens font venir leurs bois34, nous serons en mesure de construire beaucoup plus de vaisseaux qu'eux.” Les Pénestes fournissant les marins, “pour la nourriture de ces matelots, est-ce nous qui devons être mieux en mesure d'y pourvoir, nous chez qui l'abondance de blé est telle que nous en exportons, ou les Athéniens qui n'en ont pas leur suffisance s'ils n'en achètent point ?” Ainsi, Jason se propose d’utiliser les “surplus ordinaires” que permettent les exportations de blé thessalien pour nourrir les matelots de sa flotte.
  • Selon Polybe. l'idéal pour une cité est de pouvoir importer et exporter dans les meilleures conditions. Tel est le cas pour Byzance : “Ce sont donc peut-être les Byzantins qui sont le plus avantagés [par l'existence de la route commerciale avec le Pont dont traite Polybe dans ce passage] en raison des particularités de leur situation ; en effet, ils peuvent exporter la totalité de l'excédent de leur production (ἅπαν γὰρ τὸ περιττεῦον παρ’ αὐτοις) et, pour ce qui leur manque, ils peuvent l’importer directement et avantageusement, sans difficulté et sans risque35”.
  • 36 Leduc 1976.
  • 37 Ps.-Xén., Const. d'Athènes, 2.11-13.

19On voit que les conceptions d'Aristote (importation des manques, exportation des surplus) ne sont nullement isolées non seulement de son temps mais aussi dans l'ensemble de la pensée grecque classique et hellénistique puisqu'on les retrouve sous des formes identiques chez Polybe. Au reste, plutôt que d'être le produit spécifique d'une école dont les enseignements se seraient transmis jusqu'à Polybe, on a manifestement là le reflet d'une communis opinio sur la question des échanges extérieurs. En fait, et de manière paradoxale eu égard à la chronologie, l'un des points de vue les plus intéressants sur cette question est celui qui nous est donné par le Vieil Oligarque. Ce dernier souligne en effet le caractère vital des exportations pour de nombreuses cités. Nous empruntons la traduction de Cl. Leduc36 : “Quant à la richesse, les Athéniens sont les seuls parmi les Grecs et les Barbares à même de la posséder ; car si une cité est riche (πλουτεῖ) en bois propre à la construction de navires de guerre, où pourra-t-elle le vendre si elle ne s'entend pas avec ceux qui ont la maîtrise de la mer ? D'un autre côté, si une cité est riche en fer, en cuivre ou en lin, où pourra-t-elle les vendre si elle ne s'entend pas avec ceux qui ont la maîtrise de la mer ? Or, c'est avec ces matériaux, précisément, que je construis, bien entendu, mes navires de guerre : ce pays me fournit en bois, celui-ci en fer. celui-ci en cuivre, celui-là en lin, celui-là en cire. De plus, nos ennemis quels qu'il soient n'auront plus la possibilité d'exporter ou (s'ils le font) ils ne pourront pas utiliser la voie maritime. Et moi, sans me donner aucune peine, je me procure tous les produits de la terre grâce à la mer ; mais il n'y a pas une seule cité au monde qui en procure deux à la fois : le bois et le lin ne sont pas fournis par la même cité, mais au contraire, là où le lin abonde, la contrée est plate et dépourvue de bois ; le cuivre et le fer ne sont pas fournis par la même cité, pas plus que ne sont fournis par la même cité deux ou trois des autres produits ; au contraire, l'un est fourni ici, l'autre là37

20Le ton est différent de celui d'Aristote. Les exemples sont plus nombreux et plus concrets (le Stagirite ne s'écartait pas de la trophè). Surtout, il n'est pas question de surplus (cf. πλεονάζω, Pol., 7.6.4) mais bien de “richesse” (emploi de πλουτέω) en telle ou telle denrée. Le caractère hautement novateur et pénétrant de l'essai du Vieil Oligarque se manifeste donc dans le domaine économique tout autant que dans le domaine politique. Alors que pour Aristote les échanges extérieurs, comme du reste tous les aspects de la vie de la cité, sont considérés à travers le prisme de l'image à laquelle ils devraient répondre, on a ici une vision qui ne s'encombre pas du carcan idéologique d'une vision normative et qui de ce fait est plus proche de l'action, du jeu réel des intérêts mis en œuvre par les échanges extérieurs, quelle qu'ait été l'idéologie (par essence très variée) des acteurs eux-mêmes.

  • 38 Platon, République, 2.11 369b-370e. La notion de chreia, chez Aristote cette fois, est analysée en (...)

21Mais c'est peut-être là où on l'attendrait le moins, chez Platon, qu’on trouve en fait le point de vue le plus original. Dans la République, Socrate est amené à examiner la nature de la cité. Il expose ainsi sa genèse, fondée sur l'association de partenaires que lient le besoin (χρεία) qu'ils ont les uns des autres. La division du travail à l'intérieur de la cité permet d'économiser le temps de tout le monde, tout en assurant la fabrication d'objets de meilleure qualité38. C'est alors que se pose un autre problème, celui des échanges extérieurs :

  • 39 Ibid., 370e-371a.

“– Mais, dis-je, il serait presque impossible de fonder cette cité en un endroit où elle n'aurait besoin de rien importer. – C’est impossible en effet. – Elle aura donc encore besoin d'autres personnes pour lui apporter d'une autre cité ce qui lui manque. – Elle en aura besoin. – Et si l’intermédiaire part les mains vides, sans rien apporter de ce dont manquent ces cités où il va chercher ce dont ont besoin ses propres concitoyens, il reviendra les mains vides, n'est-ce pas ? — Il me semble. — Il faut donc non seulement produire des denrées en quantité appropriée au pays, mais encore, en nature et en quantité, celles dont manquent les partenaires ? — Il le faut, en effet – Il faut donc augmenter dans notre cité le nombre des laboureurs et des artisans. – En effet, il faut l'augmenter39”.

22Ainsi, pour le Socrate de Platon, il est clair fondamentalement d'une part que l'État ne peut se passer d'échanges extérieurs (c'est là pour lui une évidence première), d'autre part que le financement des importations suppose des exportations qui soient d'un montant équivalent. Si l’on examine les choses plus en détail, on s'aperçoit en outre que Platon admet comme tout à fait naturelle l'idée qu'une partie de la production soit spécifiquement adaptée, en nature et qualité et en volume, à la demande particulière des pays qui sont ses partenaires commerciaux. Enfin, il est clair pour lui qu'une partie des travailleurs de la cité est occupée à financer par son travail les exportations, cette idée étant le corollaire naturel des précédentes. On a vu que l'idée d'un financement des importations par les exportations était implicite chez Aristote. En revanche, l'idée d'une adaptation d'une fraction de la production intérieure pour les besoins des exportations ne se retrouve pas chez le disciple, du moins dans les parties conservées de son œuvre, et ce n'est sans doute pas là un hasard (la vision normative “antichrématistique” est en fait encore plus affirmée chez le Stagirite que chez son maître). Platon passe pour avoir été un idéaliste peu soucieux des réalités, ce qui n'est en fait que très partiellement vrai. Mais en outre, en l'occurrence, il avance son propos comme une vérité d'évidence, ce qui incite à penser que sa réflexion s'inspirait de ce qu'il pouvait observer tous les jours dans les cités les plus avancées du monde égéen.

23Certes, sur le plan théorique, c’est bien la vision des manques et des surplus qui est dominante, quand la vision du Vieil Oligarque (les cités tirent leur richesse des potentialités naturelles, nécessairement différentes, de leur territoire) ou celle de Platon (qui va jusqu'à affirmer la nécessité d'adapter une fraction de la production intérieure pour répondre aux demandes spécifiques des partenaires importateurs) paraissent plus isolées. Mais ces différences de degré dans l'approfondissement du problème posé par les échanges extérieurs n’entraînent aucune discordance fondamentale. En tout état de cause, le point de départ de la réflexion des divers auteurs que nous avons cités est toujours le même : il s’agit de compenser par les importations les manques inévitables. La conception autarcique de la vie de la cité n’exclut donc en aucune façon une réflexion sur les échanges extérieurs – de fait, bien au contraire, la théorie de l'autarcie inclut par définition une réflexion sur les importations et exportations, puisque tous les auteurs anciens savaient bien qu'aucune cité ne pouvait se suffire à elle-même. De même qu'un homme vivant tout seul n'est pour Aristote qu’un sauvage, à l'instar des Cyclopes de l'Odyssée qui vivent séparément, hors de toute vie sociale, de même une cité ne peut vivre seule mais doit communiquer avec ses pareilles et échanger pour obtenir ce qui lui manque. Pour l'individu comme pour la cité, c'est le besoin, la χρεία, qui fonde la relation avec les autres.

La pratique

24Par ces analyses du rapport entre théorie et pratique, nous avons déjà abordé le second volet, celui des modalités concrètes d'organisation du commerce extérieur d'une cité.

25C’est cette fois la Rhétorique qui va nous servir de fil conducteur. Pour Aristote, cinq sujets méritent d'être pris en considération par les dirigeants d'une cité :

  • Moyens de revenus (πόροι40)
  • Guerre et paix
  • Protection du territoire
  • Importation et exportation (τὰ εἰσαγομένα καὶ έξαγoμένα)
  • Législation41.

26D'emblée, on peut remarquer que le problème des échanges extérieurs, sous la forme de l'importation et de l'exportation, est posé comme l'un des plus importants qui soient pour une cité – hasard peut-être, cette question est même placée avant la législation, sujet dont on connaît pourtant l'importance aux yeux des Grecs de l'Antiquité. Le passage mérite une discussion approfondie :

  • 42 Ibid., 1.4 1360a.

’Έτι δὲ περὶ τροφῆς, πόση δαπάνη ἱκανὴ τῇ πόλει, καὶ ποία, ἡ αὑτοῦ τε γιγνομένη καὶ εἰσαγώγιμος, καὶ τίνων τ’ ἐξαγωγῆς δέονται καὶ τίνων εἰσαγωγῆς, ἵνα πρòς τούτους καὶ συνθῆκαι καὶ συμβολαὶ γίνωνται· πρòς δύο γὰρ διαφυλάττειν ἀναγκαῖον ἀνέγκλήτους τοὺς πολίτας, πρòς τε τοὺς κρείττους καὶ πρòς τοὺς εἰς ταῦτα χρησίμους42.

  • 43 Gauthier 1972, 90. n. 70.

27Pour ce qui est du début, le sens est clair et nous reprenons ici la traduction de la CUF : “Puis, au sujet de l’alimentation, il faut savoir le montant et la nature de la dépense qui convient à la cité, les produits de son sol et ceux qui sont importés.” On retrouve là la conception explicitée plus haut, celle d'un commerce extérieur dont la fonction est de compléter les manques de la production par des importations compensées (le raisonnement est implicite) par l'exportation des excédents. Nous avons traduit trophè par “alimentation”, ce qui est le sens normal, mais dans la mesure où Aristote ne pouvait pas ignorer que les objets du commerce extérieur consistaient aussi en d'autres denrées (bois, métaux...), on peut se demander si le terme ne pourrait pas être traduit ici par “subsistances”, au sens qu’avait ce terme en français classique, “ensemble des vivres et des objets qui permettent de subsister”, selon la définition du Robert. Mais l'important est dans la suite du texte, dans le membre de phrase allant de καὶ τίνων à γίνωνται. Le passage est traduit ainsi par M. Dufour dans la CUF : “Ceux [i.e. les produits] qu'il faut exporter et ceux qu'il faut importer, afin de conclure avec les peuples pouvant les recevoir ou les fournir pactes et conventions.” Commentant ce texte et reprenant finalement la traduction de la CUF, Ph. Gauthier signale : “Après bien des hésitations, j'ai reproduit la traduction de M. Dufour (CUF), qui est la traduction habituelle. Elle présente deux inconvénients : d'abord, elle répète la même idée (cf. “les produits qui sont importés”... “ceux qu'il faut importer”) ; ensuite, τούτους est un démonstratif “en l'air”, qui oblige à une glose. On pourrait se demander si les deux τίνων ne sont pas des masculins (annonçant τούτους), désignant les communautés dont la cité ne saurait se passer soit pour l'exportation soit pour l'importation ; mais la construction serait malaisée43”.

  • 44 Les dictionnaires en donnent de bons exemples. Hérodote (3.157) rapporte en détail l'histoire de Z (...)
  • 45 Le pluriel δέονται s'applique naturellement à la cité dont il est question (cf. dans la phrase pré (...)

28Ainsi, Ph. Gauthier a bien vu les difficultés de la traduction de M. Dufour, et sur ce point il n'y a rien à ajouter, sinon qu'il faut évidemment rejeter cette traduction puisqu'elle est inacceptable. Quant à la construction de la phrase, elle ne pose pas en fait de réel problème, à condition qu'on accepte le sens manifeste du propos d'Aristote. Le verbe δέομαι a deux significations, très proches l'une de l'autre : manquer de quelque chose (construit avec l'accusatif ou le génitif de l'objet) ; demander quelque chose à quelqu'un, et en ce cas il se construit soit avec le génitif de la personne et l'accusatif de l'objet, soit avec le génitif de la personne et le génitif de l'objet44. C'est évidemment ce second sens, avec une construction employant le double génitif, qui est ici le bon. On doit comprendre : “(Et il faut connaître) les États à qui demander une licence d'exportation, et ceux à qui demander une licence d'importation, afin de conclure avec eux συνθῆκαι et συμβολαί45”. Qu'une cité puisse être concernée par le commerce extérieur – et rappelons-le c'est là selon Aristote un des cinq sujets capitaux sur lesquels doit s'exercer la délibération des hommes d'État – au point d'être demanderesse en licences d'exportation et d'importation d'autres cités, voilà qui ne cadre guère avec les conceptions de la “Nouvelle Orthodoxie”.

  • 46 Gauthier 1972.91-92.
  • 47 Arist.. Pol., 3.9.6.
  • 48 C'est là un trait fort intéressant sur la manière dont ces deux peuples étaient considérés par les (...)
  • 49 On connaît par Polybe (3.22-24) les accords passés entre Carthage et Rome, l'une des cités qu’Aris (...)
  • 50 Voir principalement Pol., 2.11-16.
  • 51 Ces accords ont la plus grande importance pour la mise en évidence des pratiques commerciales du m (...)
  • 52 Diod. 13.81.4-5. Le concept décisif, ici, est celui d'échange réciproque. Des verbes comme ἀντιφορ (...)

29Il est donc indubitable qu'il existait des συνθῆκαι et des συμβολαί relatives aux exportations et importations. La volonté de Ph. Gauthier de réduire les συνθῆκαι dont il est question à des clauses plus ou moins vagues (“conditions d'accès au port, aux marchés, exemptions de taxes ?”), mais en tout cas renvoyant moins au “commerce des produits qu'à la possibilité pour des individus d’exercer leurs activités sans crainte d'injustice46” ne nous paraît pas recevable, du moins dans l'esprit de l'analyse qui est celle de Ph. Gauthier. Tout d'abord, et de la manière la plus naturelle puisque l'un ne va pas sans l'autre, la possibilité d'exporter ou d'importer une production vers ou en provenance d'une autre cité a comme présupposé la sécurité des commerçants qui s'y rendent. Il ne paraît pas utile d'épiloguer sur ce point. S'agissant de la formule d'Aristote de συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων existant entre Tyrrhéniens et Carthaginois47. Ph. Gauthier considère d'abord que de telles clauses ne peuvent que renvoyer à une réalité non grecque, puisqu'on ne trouverait pas de parallèle dans le monde hellénique. Mais si, sur ce point. Étrusques et Carthaginois d'une part, Grecs de l'autre, différaient de manière radicale, l'argumentation d'Aristote dans tout le passage (des accords comme des συνθῆκαι, συμβολαί et γραφαὶ περὶ συμμαχίας ne suffisent pas à faire de deux partenaires une seule cité) deviendrait parfaitement sans objet. Bien au contraire, c'est parce que la réalité étrusque et carthaginoise en matière de vie en κοινωνία et en matière de relations extérieures était perçue par les Grecs comme tout à fait semblable à la leur que l'exemple a un sens dans le développement d'Aristote48. S'il choisit celui-là, plutôt qu'un autre exemple emprunté aux relations réciproques de deux cités grecques, c'est d'abord pour bien montrer que de tels accords ne peuvent faire de deux κοινωνίαν une seule et même cité, la différence ethnique et l'éloignement géographique existant entre Étrusques et Carthaginois les séparant de manière totale. On peut ajouter aussi que l'ancienneté et l’importance des accords entre Carthage et les Étrusques49, encore renouvelés peut-être peu de temps avant qu'il n'écrivît la Politique, avaient pu inciter à prendre cet exemple connu de tous : aucun Grec cultivé du ive siècle ne pouvait en effet ignorer l'accord séculaire qui liait Etrusques et Carthaginois. Mais que Carthage, en tant qu'État, soit assimilée dans le raisonnement d'Aristote à une cité grecque, c'est ce qui ressort de la série de passages où sa constitution est décrite, et souvent donnée en exemple : à aucun moment elle n'est rejetée dans la “barbarie”, au point qu'un lecteur non prévenu50 pourrait croire qu'il est question avec Carthage d'une cité grecque parmi d’autres. Il est vrai que si pour se faire une idée du contenu des accords entre Carthage et le monde étrusque on prend en considération les accords entre Rome et la cité punique (encore qu'il serait abusif de considérer qu'Aristote pensait précisément à Rome, qui n'avait pas alors un rang exceptionnel), on voit certes d'une part que les préoccupations commerciales sont mises sur le même pied que les préoccupations strictement politiques, mais aussi d'autre part qu'il n'est pas question explicitement du commerce de tel ou tel produit, mais de réglementation des transactions51. On verra cependant plus loin, avec l’analyse du parallèle qu'on peut mener entre Byzance et Corcyre, comment les préoccupations relatives aux commerçants sont directement liées à celles qui concernent les produits. Notons seulement pour le moment que ce que l'on peut savoir des échanges commerciaux de Carthage au ve s. correspond parfaitement à la notion de complémentarité des échanges telle qu'elle défi nie par Aristote. A la suite de Timée sans aucun doute, Diodore attribue la prospérité d'Agrigente au ve s. à ses exportations d'olives et de vin vers Carthage, la Libye n’étant alors pas encore (οὔπω) plantée en arbres fruitiers. De la sorte, “les habitants du territoire d'Agrigente acquirent en pratiquant l'échange avec la Libye des richesses d'un montant incroyable” (oἱ τὴν ’Aκραγαντίνην νεμόμενοι τον ἐκ τῆς Λιβυής ἀντκφορτιζόμενοι πλοῦτον οὐσίας ἀπίστους τοῖς μεγέθεσιν ἐπέκτηντο)52.

  • 53 Gauthier 1972, 91-92.
  • 54 Nous ne pouvons donc pas davantage suivre les conclusions de Vélissaropoulos 1980. 180-181, sur le (...)

30Quant aux συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων, il n’y a évidemment aucune difficulté à considérer qu'elles pouvaient être incluses dans des traités ou conventions d'alliance. Dans une longue argumentation, Ph. Gauthier voudrait définir de manière stricte les συνθῆκαι comme des traités formels53. Il pense apparemment aboutir ainsi à mettre Aristote en contradiction avec lui-même puisque ce dernier parle d'abord de συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων (donc idée d'accords spécifiques sur des produits) et un peu plus loin de συνθῆκαι qui ont pour conséquence de préserver réciproquement de toute injustice les citoyens de la cité partenaire : συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων ne serait donc qu'une formule maladroite qui recouvrirait en fait des accords sur les personnes. En fait, loin d'être sans intérêt comme le voudrait Ph. Gauthier, l'emploi du mot συνθῆκαι par Démosthène dans le C. Leptinès, 37, pour désigner les avantages réciproques concédés et reçus par les Athéniens et le roi du Bosphore permet en réalité de comprendre ce qu'entendait Aristote par συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων : ces “conventions”, ces “contrats”, étaient en fait des “engagements” pas nécessairement bilatéraux dans la forme54. Concrètement, ces συνθῆκαι pouvaient prendre les formes les plus diverses : clauses de traités certes, mais aussi concessions unilatérales, comme celles des décrets de cités ou des rescrits royaux accordant telle ou telle dôrea.

31Il est vrai cependant que la plupart des accords ou conventions pouvant être mis en relation avec le commerce extérieur concernent le droit des personnes et non les produits. Est-ce à dire pourtant que lorsque deux États concluaient des accords sur le droit des personnes les conséquences que ces accords pouvaient avoir sur l'échange de leurs produits respectifs étaient involontaires – un effet secondaire en quelque sorte ? Ou bien au contraire les conventions relatives aux personnes pouvaient-elles n'être conclues que dans le but de faciliter l'échange des produits, dans le cadre d'une véritable stratégie d'importations et exportations ? La mise en parallèle de deux documents relatifs l'un à Corcyre, l'autre à Byzance, va permettre d'en juger.

  • 55 Nous avons déjà expliqué cette traduction de τò εὐπρεπἐς ἄσπονδον dans notre étude Bresson 1980 = (...)
  • 56 The. 1.37.3-4 : Kaὶ ἡ πόλις αύτῶν ἄμα αυτάρκη θέσιν κειμένη παρέχει αύτοὺς δικαστὰς ὦν βλάπτουσί τ (...)
  • 57 Propriétés viticoles des oligarques à Corcyre : The. 3.70 (sans doute exploitées, comme celles ten (...)

32Selon Thucydide, un peu avant les premiers engagements qui allaient mettre aux prises Athènes et Corinthe en 433, des envoyés corinthiens s'en prennent à Corcyre devant l'assemblée d'Athènes, pour dissuader les Athéniens de porter secours aux Corcyréens. En particulier, ils accusent ces derniers de ne pas respecter le bon usage de la vie internationale des cités grecques : “Avec cela, la situation de leur cité leur assure l'autarcie et, plutôt que de se lier par des conventions, ils se font juges des torts qu'ils causent à autrui : en effet, ils n'ont pas à prendre la mer pour se rendre chez leurs voisins mais accueillent très volontiers les navires étrangers qui, par nécessité, doivent y faire relâche. Et, dans ces conditions, la belle neutralité55 qu'ils affichent n'est point due à la crainte de se voir associés aux injustices des autres, mais à la volonté de commettre les leurs tout seuls, d'agir par la violence quand ils sont les plus forts, de prendre leur avantage à l'insu des autres et de ne pas se gêner à s'assurer un profit si l'occasion se présente56”. Éliminons tout d'abord un contresens qui pourrait éventuellement surgir à la lecture de ce texte. Thucydide voudrait-il dire que les Corcyréens ne font qu’importer, puisque les commerçants étrangers viennent fréquenter leurs ports alors que les commerçants corcyréens ne fréquentent guère les ports étrangers ? En aucune façon : le discours de l'envoyé de Corinthe veut au contraire montrer l’astuce des Corcyréens. Ce sont les commerçants étrangers qui, forcés de venir dans leurs ports, assurent importation et exportation de leurs productions, sans qu'ils aient eux-mêmes à envoyer des commerçants dans d'autres cités, donc sans être liés par des conventions. On sait en particulier que Corcyre possédait de grands vignobles et que les amphores de Corinthe étaient exportées57.

  • 58 Pol. 4.38.8-9, cf. supra et n. 35.
  • 59 Arist., Pol.. 3.9.6. cf. supra et n. 47. S’agissant d'ἀδικία, il est tout à fait frappant que l'un (...)

33Ainsi, l'αὐτάρκεια des Corcyréens correspond manifestement à la définition d'Aristote : c'est la possibilité d'importer les denrées dont on manque, compensée par l’exportation des produits de son propre territoire dont il est possible de disposer. Le rapprochement avec Byzance, cité à propos de laquelle nous avons déjà mentionné le commentaire de Polybe58, illustre merveilleusement cette proposition, A trois siècles de distance en effet, le commentaire de Polybe est le contrepoint le plus parfait de celui de Thucydide. Comme Corcyre en effet, Byzance est située en un point de passage obligé de tous les navigateurs, sur une route commerciale très fréquentée. Or, nous dit Polybe, les Byzantins peuvent exporter leurs surplus et importer les denrées qui leur manquent dans les meilleures conditions, sans aucune peine et sans aucun risque : ce sont en effet les commerçants étrangers qui viennent chez eux, tout comme pour les Corcyréens. On retrouve là la description de l'αὐτάρκεια d'Aristote. Mais le propos de Polybe, tout comme celui de Thucydide, montre aussi le caractère exceptionnel de l'autarcie de Corcyre et de Byzance. Si les Corcyréens se font eux-mêmes juges des conflits judiciaires avec les étrangers survenant dans leurs ports, sans être liés d'aucune façon par des conventions (συνθῆκαι) d'aucune sorte, ce n'est qu'à leur situation exceptionnelle qu'ils le doivent. S’il en est ainsi, c'est donc que d'ordinaire, pour assurer leurs importations et leurs exportations, les cités doivent au contraire se lier par des συνθῆκαι réglant entre autres le droit des personnes. Or c'est exactement ce que nous dit Aristote dans le passage en cause de la Rhétorique : συνθῆκαι ετ συμβολαί, qu'on conclut avec ceux avec qui cela paraît utile, sont destinés à assurer exportation et importation, par des accords d'ἐξαγωγή et d'εἰσαγωγή, les uns et les autres négociés entre cités qui doivent y trouver réciproquement leur avantage, en évitant les “préjudices” dont seraient victimes leurs commerçants. Le rapprochement s’impose donc encore entre Thucydide et le propos d'Aristote dans la Politique59, déjà mentionné, à propos de l'accord entre Étrusques et Carthaginois, avec les συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων καὶ σύμβολα περὶ τοῦ μὴ ἀδικεῖν καὶ γραφαὶ περὶ συμμαχίας, et le commentaire d’Aristote selon lequel le seul but de ces conventions est “qu'ils ne puissent se porter préjudice les uns aux autres” : c’est précisément l'ἀδικία envers les étrangers qui est reprochée aux Corcyréens par l'envoyé de Corinthe, car les Corcyréens n’ont pas conclu de συνθῆκαι avec d’autres cités dans la mesure où ils peuvent importer et exporter sans difficulté. On comprend donc aussi qu'Aristote emploie tout naturellement une formule faisant allusion à l'échange des produits (συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων) lorsqu'il traite des rapports entre Carthage et les Étrusques, quel qu'ait été le détail de la rédaction du texte de ces conventions (mention explicite de telle ou telle catégorie de produits ou seulement réglementation des échanges).

  • 60 Tod2, 111.
  • 61 Cette ξυμμαχίη renvoie naturellement aussi aux γραφαὶ περὶ συμμαχίας que nous venons de mentionner (...)

34Notons enfin que le rapprochement avec Thucydide et l'absence de συνθῆκαι liant les Corcyréens à d’autres cités ne permet plus d'accepter la proposition de Ph. Gauthier de distinguer dans le passage en cause de la Rhétorique entre des συνθῆκαι qui seraient négociées avec des États plus puissants (aspect politique) et des συμβολαί qui le seraient dans un but de profit (aspect judiciaire et commercial). Au reste, le traité entre Amyntas et la Ligue chalcidienne60, désigné sous le terme de “conventions” (συνθῆκαι) ne comporte-t-il pas précisément des clauses relatives à l'exportation (ἐξαγωγή), l'ensemble étant qualifié de ξυμμαχίη61 ? La distinction entre συνθῆκαι et συμβολαί n'a ici pas lieu d'être.

35Il reste cependant encore deux points à expliciter, dont nous traiterons de manière conjointe : d'une part, savoir si pour de bon, parallèlement avec les σύμβολα et συμβολαί garantissant le droit des personnes, existaient effectivement des accords concernant spécifiquement les produits, des συνθῆκαι ayant valeur d'engagement à long terme et portant sur des objets de commerce ; d'autre part, mettre si possible en évidence l'existence de sources montrant la recherche de partenaires commerciaux non seulement à l'importation, mais aussi à l'exportation.

  • 62 Cf. supra, n. 60.
  • 63 Meiggs-Lewis, 91 [IG, I3, 117].

36Pour ce qui est du premier point, notons d'emblée que l'existence d'accords mentionnant des objets de commerce est démontrée par des documents comme le traité entre Amyntas III et la Chalcidique62 déjà mentionné, avec les clauses spéciales relatives au bois qui, on doit le souligner, s'inscrivent dans un accord plus large sur les exportations et importations mutuelles. Mais c'est déjà de bois (selon toute vraisemblance) et d’avirons qu'il était question dans le décret en faveur d'Archélaos de Macédoine, en 407-40663 :

[30-31] [χσύλ]α καὶ κοπέας καὶ
[ἄλλα hóσv ἐδέοντο παρ’] αὐτõ ἀγαθά

  • 64 Cf. Gernet 1909, part. 314-326. Sur les rapports d'Athènes avec les Spartokides, on pourra consult (...)
  • 65 IG, XII.2, 3 (Tod2, 168) ; cf. Gajdukevitch 1971, 99-100.

37Naturellement, le dossier – de quelle importance, puisqu’il s'agit de la moitié des importations de blé d'Athènes, le plus gros centre de consommation du monde de l'époque – des relations entre Athènes et le royaume du Bosphore entre parfaitement dans la catégorie des συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων64. On sait que des privilèges semblables, mais moins avantageux pour eux, avaient été accordés aux Mytiléniens65.

38Mais, dira-t-on, dans le cas du bois de Macédoine et du blé du Bosphore, il s'agit d'accords d'importation pour “compléter l'autarcie” d'une cité. Ce serait oublier naturellement que pour qu'il y ait importation il faut aussi qu'il y ait exportation : les royaumes de Macédoine et du Bosphore en tiraient de gros bénéfices. On pourrait cependant encore objecter qu'en matière de blé, denrée vitale pour l'alimentation de la population, ou de bois, matériau stratégique par excellence, c'étaient les Athéniens qui étaient demandeurs, et non leurs partenaires.

  • 66 En dehors du “Black Sea Hoard” (cf. Kraay & Moorey 1981), où l’apparition de pièces athéniennes s’ (...)

39S'agissant de la Macédoine pendant une très longue période, et à plus forte raison encore du royaume du Bosphore, avec l'atélie et le privilège de priorité à l'embarquement dont jouissaient les Athéniens, on peut aussi se demander quel pouvait être éventuellement l'avantage du vendeur en accordant ces privilèges : il ne s'agissait sans doute pas là seulement d'un pur cadeau désintéressé. Pour ce qui est du ve siècle, il ne faut pas oublier que de toute façon Athènes, puissance impériale, maîtresse des mers, était le partenaire obligé de la Macédoine, et même du Bosphore d'une certaine façon, si ces royaumes voulaient vendre toute leur production (il suffit de songer au propos du Vieil Oligarque évoqué plus haut). Au ive siècle, les conditions avaient changé et les rapports se posaient davantage en termes ordinaires de commerce. Mais les Athéniens n'étaient-ils pas le partenaire commercial idéal, avec leurs achats massifs et leurs paiements réguliers (en nature le plus souvent sans doute66 ?) Privilège de l'acheteur en gros : il peut acheter au meilleur prix, et on lui assure les quantités qu'il souhaite. Même au ive siècle donc, accorder de tels privilèges d'exportation à une cité comme Athènes ne relevait que de l'intérêt bien compris du vendeur, qui était ainsi assuré de vendre régulièrement toute sa production sans souci d'aucune sorte, assuré donc aussi de rentrées d'argent régulières. On comprend qu'en contrepartie les rois du Bosphore se soient contentés d'avantages qui nous paraissent moins importants.

  • 67 Il est connu principalement par Thc. 1.42 ; 67 ; 139 ; 140 : 144. Sur Mégare, on consultera mainte (...)
  • 68 Cf. Isocrate, Sur la Paix, 117 et Legon 1981, 231-232 et 279-281.
  • 69 Cf. supra n. 67.
  • 70 Cf. De Sainte Croix 1972, 252-253.
  • 71 Sur la thèse de G. E. M. De Sainte-Croix, voir Sealey 1975, 89-109 ; Wick 1977, 74-99 et surtout l (...)

40Pour ce qui est cette fois de recherche effective d'un marché d’exportation, on peut d'abord évoquer le fameux décret de Mégare67, qui illustre parfaitement le propos du Vieil Oligarque. Exemple limite même, car les Mégariens n'avaient qu'une terre peu fertile, pas de revenus portuaires et pas de mines d'argent, ainsi que le signale Isocrate68. Ils vivaient de leur rôle d'intermédiaires pour les cités du Péloponnèse et de l'exportation des produits de leur agriculture vivrière et de leur artisanat69. Sans doute, le cas de cités vivant ainsi prioritairement des produits d'une petite agriculture vivrière et de l'artisanat n’était-il pas la norme. De ce point de vue, Mégare n'était pas comparable aux grandes cités du monde grec, même si en fait, dans nombre de petites cités de mer Égée encore plus pauvres qu’elle, on n’avait guère à exporter que la force de ses bras. G. E. M. De Sainte-Croix a cependant voulu démontrer que lorsque Thucydide signalait que le décret de Périclès interdisait l’accès des Mégariens à l'agora attique, il s'agissait de l'agora entendue au sens politique70. Le décret n'aurait donc eu aucune portée économique. Mais cette thèse extrême a été rapidement réfutée71. Cependant, pour ce qui nous intéresse, et même s'ils sont erronés, les arguments de l'historien britannique donnent à réfléchir.

41Pour lui en effet, croire que l'interdiction faite aux citoyens de Mégare d'avoir accès à l'agora attique et aux ports de l'empire pouvait gêner économiquement les Mégariens repose sur l'idée que seuls les Mégariens faisaient le commerce de leurs propres produits : rien n’aurait empêché les Mégariens de confier leurs produits à des intermédiaires quelconques pour tourner le blocus athénien. Selon G. E. M. De Sainte-Croix, l'interdit lancé par Athènes aurait été si facile à tourner qu’il serait impossible que le décret de Périclès ait eu la signification qu'on lui prête habituellement. Une prohibition, en temps de paix, portant sur des importations et des exportations lui paraît étrangère à la mentalité des Grecs de l'Antiquité.

42En fait, au contraire, on a vu que les développements de Platon et plus encore ceux d'Aristote, ainsi que de nombreux décrets accordant à telle communauté ou à tel particulier le privilège d'εἰσαγωγή et d'ἐξαγωγή, montrent clairement que le contrôle des échanges extérieurs était consubstantiel à la souveraineté de la cité. Ce n'était pas la “liberté de commerce” qui était la règle en la matière, mais, au moins potentiellement, le contrôle des échanges, comme le montrent les décrets donnant en matière commerciale des privilèges analogues à ceux des citoyens.

  • 72 Cf. Aristophane, Acharniens, 500 sq.
  • 73 Voir chapitre VII.

43Mais, surtout, plusieurs passages des Acharniens montrent de manière irréfutable qu'un contrôle pouvait s'exercer sur les produits importés en fonction de leur provenance. C’est bien leur origine mégarienne que les sycophantes dénoncent dans des produits aussi divers que petits manteaux de laine (la spécialité de Mégare), concombres, levraut, cochon de lait, gousse d'ail et grain de sel72. Entrés en contrebande, ces produits étaient aussitôt saisis et vendus aux enchères. Naturellement, Aristophane s'en donne à cœur joie : un concombre de Mégare diffère-t-il d'un concombre attique ? Comment faire la différence ? L'humour a la part belle. Pourtant, il existait bel et bien des modalités pratiques de contrôle de provenance sur les produits importés73. Naturellement, à la date où furent représentés les Acharniens (425), ce sont tous les produits des pays ennemis qui sont interdits en Attique, les anguilles béotiennes tout autant que le porcs mégariens. Mais le rappel explicite par Aristophane du décret de Périclès excluant les Mégariens et ses conséquences (les Mégariens sont très vite affamés) montre bien que l'exclusion des Mégariens impliquait ipso facto celle des produits mégariens.

44En filigrane de la mesure d'exclusion qui dans la formule de Thucydide frappe les personnes (et n'oublions pas que nous ne possédons pas le texte même du décret), il faut donc voir une mesure de prohibition frappant les produits, les objets de commerce. On rejoint très exactement le propos du Vieil Oligarque et avec le cas des Mégariens on a un cas irréfutable de recherche – désespérée – d'un marché d'exportation par une cité de second rang, ne pouvant aspirer à aucun grand rôle de domination politique et vivant sa vie quotidienne au rythme des productions qu'elle pouvait exporter.

  • 74 Herrmann 1965, 71-90, no 1 (NChoix, 7). Nous citons la traduction du Nouveau choix en la modifiant (...)

45Un document milésien, d'époque hellénistique cette fois, donne un exemple des modalités de recherche d'un marché d'exportation et illustre le propos d'Aristote qui, rappelons-le, faisait référence aux requêtes auprès d'autres États que devait effectuer une cité pour s'ouvrir un marché d'exportation. Il s'agit d'un décret de la cité de Milet pour un citoyen bienfaiteur, Eirénias, fils d'Eirénias74 :

[II] Ἀντιόχου καὶ παραστησάμενος αὐτὴν εἰς τὸ λαβεῖν παρὰ τοῦ ἀδελφοῦ
βασιλέοις Ἀντιόχου ἀτέλειαν τῶι δήμου πάντων τῶν ἐκ τῆς Μιλησίας εἰσ-
αγομένων γενημάτων εἰς τὴν βασιλείαν, ὥστε διὰ τῆς γεγενημένης
συνχωρήσεως ἔνδοξον μὲν τὴν δωρεὰν εἰς ἅπαντα τὸν χρόνον γεγονέναι
[5] πρὸς ἐπαύξησιν δὲ ἀνήκουσαν τῶν τε τῆς πόλεως καὶ τῶν ἐκάστου τῶν
ἰδιωτῶν προσόδων ....

“(... du roi) Antiochos et qu'il l'a amenée à obtenir du roi Antiochos son frère, en faveur de notre peuple, une exemption de taxes dans son royaume pour toutes les productions du territoire de Milet exportées dans son royaume, de manière que, grâce à cette concession, le cadeau soit illustre pour toujours et qu'il serve à l'accroissement des revenus de la cité comme aussi de chaque particulier...”

  • 75 C'est pourquoi nous avons modifié la traduction proposée dans NChoix : “... les productions export (...)
  • 76 Milet, 1.3 (Delphinion), 147, 1. 6-7 (τὰς τε κοινὰς καὶ τὰς ἰδίας ἑκάστου προσόδους).

46Le décret date d'environ 167-160 a.C. L'époque de la concession est à coup sûr celle d'Antiochos IV, qui règne de 175 à 164. Or, à ce moment, depuis la paix d'Apamée, le royaume séleucide a été rejeté au-delà du Taurus : les exportations milésiennes à destination du royaume séleucide sont donc des exportations à grande distance, par voie maritime, et non des transferts vers un territoire voisin. Ce sont les Milésiens qui ont pris l'initiative de la démarche faite auprès d'Antiochos. Il est remarquable que l’atélie concerne explicitement les produits de la chôra milésienne et non les personnes75. On doit noter aussi le lien établi de la manière la plus explicite entre la prospérité de la cité et celle de ses citoyens, de même que, vers 205-204, à la suite des ravages subis par leur chôra pendant de longues années du fait des guerres, les Milésiens avaient déploré la baisse concomitante des revenus publics et privés76.

47Recherche de produits à importer pour la trophè et tout ce qui s'y rattache, recherche donc aussi de marchés pour les cités qui vivaient de telle ou telle production. Mais il manque encore deux éléments pour compléter le programme défini par Aristote, négativement cette fois : le contrôle des importations et celui des exportations (les dirigeants doivent connaître les marchandises qu'il faut importer et exporter, mais ils doivent aussi connaître celles dont ils faut prohiber l'importation ou l'exportation en fonction de “la dépense convenable” (δαπάνη ἰκανή).

  • 77 IG, XII.Suppl., 347, II 8-12. Le texte est reproduit, traduit et commenté par Salviat 1986, 147-15 (...)
  • 78 Salviat 1986. 183-184.
  • 79 Cf. un fragment du comique Alexis, 276 Edmonds (Athénée 1 28e-f), traduit et brièvement commenté p (...)

48On a toujours répété que l'absence de souci des Grecs pour le commerce extérieur se manifestait en particulier par leur désinvolture à l'égard de leurs “productions nationales” (concept qui, en soi. mériterait d'être sérieusement revu s'agissant d'une cité grecque), incapables qu'ils étaient de prévoir par exemple des mesures fiscales à l'égard des produits étrangers qui pouvaient menacer leur chôra. Mais on peut se demander s'il n'y a pas là un contresens total. Les remarques que nous avons faites précédemment sur la souveraineté de la cité en matière d'échanges s'appliquent naturellement pleinement aussi au contrôle des importations : la cité se réservait le droit de les interdire puisqu'elle pouvait délivrer des licences d'importation (privilège d'εἰσαγωγή). Sans doute, d'ordinaire, dans des cités qui en réalité avaient un besoin vital d’importations de toutes sortes (on ne trouve par exemple ni fer, ni cuivre, ni lin, ni bois dans les cités des Cyclades, sans parler du blé en quantité insuffisante), on ne devait guère faire la fine bouche sur les denrées importées. Mais qu'un produit devienne gênant et son importation était aussitôt interdite. Thasos, cité productrice de vin, proscrivait l'importation par des navires thasiens de vin étranger sur son territoire (la loi est malheureusement mutilée et nombre de prescriptions nous échappent)77. F. Salviat signale opportunément une loi en vigueur à Marseille du xiiie au xviie siècle qui de même proscrivait l'importation de vin dans la ville car cette production constituait une source de revenus essentielle pour ses habitants78. Interdire purement et simplement l'importation d'un produit étranger (pour des raisons politiques ou économiques), c'était naturellement frapper beaucoup plus fort qu'avoir recours à des mesures fiscales, alors que de telles mesures fiscales sont envisagées, peu importe que ce soit de manière plaisante, pour inciter à l'importation à Athènes de vin de Lesbos79.

  • 80 De telles prohibitions, en particulier pour le blé, sont attestées dans plusieurs cités. Pour Athè (...)

49Quant au contrôle des exportations, il est largement attesté et encore une fois si une exportation (ou une réexportation) apparaissait nuisible, on la prohibait purement et simplement. Le cas est bien attesté à Athènes et dans une série d'autres cités et il est inutile de s'y étendre longuement80.

  • 81 Platon, Lois, 8 847d.

50On peut maintenant mieux comprendre le sens de la clause finale du passage des Lois évoqué précédemment. Nous la traduirions ainsi : “Quant aux armes et à tous les instruments de guerre, s'il est besoin d'importer à cet usage une technique, une plante, un métal, un cordage, ou un animal, que les hipparques et les stratèges décident de l'importation et de l'exportation (εἰσαγωγῆς τε καὶ ἐξαγωγῆς), que la cité accorde ou reçoive ce droit (διδούσης τε ἄμα καὶ δεχομένης τῆς πόλεως), et les nomophylaques porteront à cet égard les lois appropriées et adaptées”81. Ainsi se retrouvent les quatre aspects que nous avons développés précédemment :

  1. Droit ou privilège accordé par la cité :
    • Importation : c’est l'autorisation accordée aux commerçants d'importer un produit : il peut y avoir prohibition totale (cas de la loi de Thasos sur le vin), ou au contraire incitation à l'importation (proposition, du moins sur la scène du théâtre, d'instaurer un traitement fiscal de faveur à l'importation du vin de Lesbos).
    • Exportation : autorisation accordée (cf. la Macédoine pour le bois, le Bosphore pour le blé) ou refusée d'exporter telle ou telle denrée (cf. les interdictions frappant les exportations de blé).
  2. Droit ou privilège reçu par la cité :
    • Exportation : autorisation obtenue d'un État étranger, avec éventuellement traitement de faveur, pour importer des denrées de ce pays (cas des Athéniens recevant l'autorisation d'importer du bois de Macédoine ou du blé du Bosphore).
    • Importation : autorisation obtenue d'un État étranger, avec éventuellement traitement de faveur, d'importer sur son territoire des denrées produites par la cité (cas des cités de mer Égée cherchant à avoir accès au marché athénien au Ve siècle ; cas des Milésiens obtenant pour leurs produits l'atélie dans le royaume séleucide au iie siècle).

51Dès lors, comment peut-on nier que les cités – ou du moins nombre d'entre elles, qui regardaient vers la mer et étaient ouvertes aux échanges – s'intéressaient très directement, en tant qu'États, au commerce extérieur, et pas seulement pour l'importation de denrées alimentaires ? La trophè était certes un souci essentiel mais ce sujet ne pouvait pas à lui seul tenir lieu de politique de la cité en matière d'échanges extérieurs. En effet, pour pouvoir importer, il fallait aussi exporter et s'en donner les moyens. Aussi les cités devaient-elles rechercher des partenaires commerciaux susceptibles soit de fournir les denrées dont on avait besoin, soit de recevoir celles qu'on pouvait fournir : c'était là une évidence pour Aristote. Certes, une telle constatation pose à son tour une série de problèmes, en particulier quant à l'articulation entre les mesures étatiques et l’activité concrète des commerçants. Il suffira ici de constater du moins que, en tant qu'États, les cités ne pouvaient se désintéresser du commerce extérieur.

Notes

1 A ce sujet, un bilan dont l'ampleur dépasse en fait le cadre français qu'il se propose a été donné par Andreau & Étienne 1984, 55-83. Les abondantes notes bibliographiques qu'on trouvera dans cet article nous éviteront toute référence au développement d'un débat désormais supposé connu.

2 Finley 1973 et [1975]. C'est la traduction française (Paris 1975) que nous citerons ici.

3 Austin & Vidal-Naquet 1972 (date de la première édition).

4 Hopkins 1983, xi. W. E. Thompson, l'une des voix isolées auxquelles nous faisions allusion précédemment, propose d'appeler “minimalisme” les théories développées par Μ. I. Finley – à lui seul le titre de son étude. “The Athenian Entrepreneur” (1982), est déjà tout un programme.

5 Curieusement, le résumé des thèmes de la “Nouvelle Orthodoxie” donné par K. Hopkins (ibid., p. xxiv (le sommaire en est commodément donné par Andreau & Étienne 1984, 63) omet plusieurs autres thèses très importantes de la théorie de Μ. I. Finley, comme par exemple celle qui concerne l'attitude de l'État à l'égard de l'économie. Μ. I. Finley expose ses conceptions sur l'analyse économique chez Aristote dans “Aristote et l'analyse économique”, in Finley [1984], 263-290 et compl. biblio. 291-292 (mais le problème spécifique du commerce extérieur n'y est pas abordé). Pour les questions monétaires, voir Picard 1980, 267-276.

6 Finley [1975], 216.

7 Finley [1975], 220.

8 Austin & Vidal-Naquet 1972, 131.

9 Sur la Rhétorique, voir infra les analyses de notre deuxième partie.

10 Pol., 3.9.12-14 ; 7.5.1 ; Éthique, 1.7.6 1097b.

11 Platon, Lois, 12 949e-953e.

12 Arist., Pol., 7.5.1.

13 Ibid., 7.5.2.

14 Ibid., 1.8.8 : ὅσοι γε αὐτόφυτον ἔχουσιν τὴν ἐργασίαν... Ces formes primitives sont décrites dans Pol., 1.84-8.

15 Ibid., 1.9. 6-7 : Αὐτὰ γὰρ τὰ χρήσιμα πρὸς αὐτὰ καταλλάτονται ἐπὶ πλέον δ’οὐθέν οἷον οἶνον προς σῖτον διδόντες καὶ λαμβάνοντες καὶ τῶν ἄλλων τῶν τοιουτῶν ἕκαστον. Ἡ μὲν οὔν τοιαύτη μεταβλητικὴ, οὔτε παρὰ φύσιν, οὔτε χρηματιστικῆς ἐστιν εἶδος οὐδέν εἱς ἀναπλήρωσιν γὰρ τῆς κατὰ φύσιν αὐταρκείας ἦν μἕντοι ταύτης ἐγένετ’ ἐκείνη κατὰ λόγον. Ξενικωτέρας γὰρ γινoμένης τῆς βοηθείας, τᾠ εἰσάγεσθαι ὧν ἐνδεεῖς καὶ ἐκπέμπειν ὧν ἐπλεόναζον, ἐξ ἀνάγκης ἡ τοῦ νομίσματος χρῆσις.

16 Cf. précédemment Arist., Pol., 1.9.1.

17 Sur cette question, voir maintenant Picard 1980.

18 Arist., Pol., 6.8.

19 Ibid., 7.5.4.

20 Ibid., 7.6.1.

21 Ibid., 1.11.1-4.

22 Ibid., 7.6.4.

23 Μ. I. Finley doit admettre à la suite d'Aristote la possibilité d'accords commerciaux entre cités, mais il doute que de tels accords aient réellement existé (cf. L'économie antique, p. 216 : “Bien que les commerçants en fussent bénéficiaires [i.e. des symbole ou accords bilatéraux entre cités], ils ne furent pas les seuls à l'être. La documentation existante, dont il faut bien admettre qu'elle est mince, est marquée par l'absence complète de tout ce que nous pouvons reconnaître pour des clauses, ou des références, commerciales... il est difficile des trouver des exemples concrets dans les sources”). Selon Μ. I. Finley, Aristote appelle ces accords commerciaux des “accords sur les importations” (référence à Pol., 2.9.7 : συνθῆκαι περὶ τῶν εἰσαγωγίμων : en fait, dans la mesure où Aristote envisage les accords commerciaux non sous l'angle d'un seul partenaire (comme c'était le cas dans les autres occurrences) mais des deux à la fois, on comprend que dans la mesure où les exportations de l'un sont nécessairement les importations de l'autre il ait par souci de simplification employé le terme de “conventions d'importation”, d'autant que comme on l'a vu le commerce extérieur a selon lui pour but d'aider à l'autarcie, donc d’abord de combler les manques. Mais naturellement, cela n'implique nullement, bien au contraire, qu'on ne doive pas se soucier des exportations, puisqu'il ne peut y avoir importation sans exportation (sur ce point, cf. infra l'analyse de l'Éthique, 5.5.13 1133b).

24 Ὅσα τ’ ἄν μὴ τυγχάνῃ παρ’ αὐτοῖς ὄντα δέξασθαι ταῦτα καὶ τὰ πλεονάζοντα τῶν γιγνομἐνων ἐκπέμψασθαι τῶν ἀναγκαίων ἐστιν.

25 Gauthier & Jolif 1970, II, 384.

26 The Nicomachean Ethics, Coll. Loeb, 2° éd., 1934, n. a, p. 286.

27 Arist., Rhétorique, 2.7 1385a : Τίσιν δὲ χάριν ἔχουσι, καὶ ἐπὶ τίσιν, καὶ πῶς αὐτοὶ ἔχοντες ὁρισαμένοις τὴν χάριν δῆλον ἔσται “A l'égard de quelles personnes, en quelles occasions et dans quels habitus l'on est obligeant, c'est ce qui sera évident quand nous aurons défini cette passion.”

28 Éthique, 5.5.14 : “Pour l'échange à venir, en admettant que pour l'instant on n'ait besoin de rien, la monnaie nous servira en quelque sorte de garant si l'on manque de quelque chose. Il faut donc que celui qui apporte de la monnaie puisse emporter ce dont il a besoin.” Ce raisonnement théorique qui peut s'appliquer aussi bien aux échanges individuels qu'aux échanges entre cités (Aristote passe sans difficulté d'une catégorie à l’autre comme le prouvent ses exemples) montre comment on peut sortir de l'aporie précédente en vendant à un premier partenaire pour se procurer de l'argent et ainsi en ayant ensuite la possibilité d'acheter ce qu'on désire à un autre partenaire. Une anecdote rapportée par le Ps-Arist., Économique, 2.2.16a 1348b, montre comment dans la pratique on savait financer des importations par des exportations : “Les gens de Clazomènes manquaient d'argent dans une période de disette : ils décrétèrent que le particuliers qui possédaient de l'huile la prêteraient à l'État moyennant un intérêt (leur pays en effet produit des olives en abondance). Après la conclusion de cet emprunt, ils affrétèrent des navires et les envoyèrent dans les ports de commerce où il se procurèrent du blé pour la valeur de leur dépôt d'huile.” On a affaire en l'occurrence à une situation assez particulière puisque l'État intervient directement dans les importations et exportations.

29 Austin & Vidal-Naquet 1972, 253, n. 15.

30 Thc. 1.120.2 (trad. J. de Romilly, CUF). Nous rapprocherons ce passage de Thucydide avec les Poroi, 1.4, où Xénophon montre l'importance des produits saisonniers pour les exportations de l'Attique (sur ces produits saisonniers, cf. Gauthier 1976, 47-48). Il n'est pas inintéressant que ce soient précisément des Corinthiens qui s'expriment sur ce sujet : Corinthe était l’emporion du Péloponnèse, et la dimension commerciale du problème posé par la thalassocratie athénienne ne pouvait leur échapper.

31 Isocrate, Panégyrique, 42.

32 Platon. Lois, 8 847b-d (nous discutons infra, 129, la fin de ce passage à propos des licences d’importation et d'exportation).

33 Xén., Hell., 6.1.11.

34 Pour le bois de Macédoine à Athènes, cf. aussi infra le passage cité du Vieil Oligarque.

35 Pol. 4.38.8-9 (voir aussi infra les conclusions tirées de ce passage). On pourrait encore mentionner la République de Cicéron, évidemment dans la tradition grecque, en un passage qui fait écho à Arist., Pol., 7.6.4 : l'avantage d'une situation côtière, c'est que “les productions de toute origine peuvent venir jusqu'à la ville même que l’on habite, et, en retour, on peut transporter et expédier dans toutes les régions que l’on veut les productions de son propre sol” (République, 2.4 9). Sur l'inspiration géographique de Cicéron dans ce passage, cf. Lettres à Atticus, 6.2.3, où l'orateur signale qu'il traduit presque mot pour mot Dicéarque.

36 Leduc 1976.

37 Ps.-Xén., Const. d'Athènes, 2.11-13.

38 Platon, République, 2.11 369b-370e. La notion de chreia, chez Aristote cette fois, est analysée en détail par Picard 1980, 272-273 : la chreia n'est pas seulement le “manque” le besoin” ; le mot désigne aussi “le service rendu par le prestataire.”

39 Ibid., 370e-371a.

40 Nous empruntons la définition donnée par Gauthier 1976, 7-19.

41 Arist..Rhétorique, 1.4 1359b-1360a.

42 Ibid., 1.4 1360a.

43 Gauthier 1972, 90. n. 70.

44 Les dictionnaires en donnent de bons exemples. Hérodote (3.157) rapporte en détail l'histoire de Zôpyros, qui, pour tromper les Babyloniens se présente à eux comme une victime des Perses, nez et oreilles coupées et marqué de coups de fouet : dans ces conditions, ils furent disposés à lui confier ce qu'il leur demandait (ἕτοιμοι ἦσαν τῶν ἐδέετο σφέων). Il leur demanda un corps de troupes (ἐδέετο δὲ στρατίης). Chez Sophocle, Œdipe à Colone, 1170, on trouve aussi la réplique suivante : - O. “Ne me demande pas...” (Μή μου δεηθῆ) - Th. “Quoi donc ? Parle” (Πράγματος ποιου ; λέγε).

45 Le pluriel δέονται s'applique naturellement à la cité dont il est question (cf. dans la phrase précédente τῆρωσι).

46 Gauthier 1972.91-92.

47 Arist.. Pol., 3.9.6.

48 C'est là un trait fort intéressant sur la manière dont ces deux peuples étaient considérés par les Grecs, c'est-à-dire sur un pied d'égalité.

49 On connaît par Polybe (3.22-24) les accords passés entre Carthage et Rome, l'une des cités qu’Aristote pouvait considérer comme faisant partie du monde étrusque. Les deux premiers traités remontent respectivement à 508 et 348.

50 Voir principalement Pol., 2.11-16.

51 Ces accords ont la plus grande importance pour la mise en évidence des pratiques commerciales du monde antique. Le choix de l'exemple des relations Carthage-Étrurie s'inscrit en fait parfaitement dans la logique de la pensée aristotélicienne [cf. brièvement infra chapitre XII. 288-291].

52 Diod. 13.81.4-5. Le concept décisif, ici, est celui d'échange réciproque. Des verbes comme ἀντιφορτιζέσθαι ou ἀντεξάγειν renvoient précisément à cette notion d'échange réciproque (ici encore, nous ne pouvons nous étendre sur cette question).

53 Gauthier 1972, 91-92.

54 Nous ne pouvons donc pas davantage suivre les conclusions de Vélissaropoulos 1980. 180-181, sur le caractère nécessairement bilatéral des συνθῆκαι. mais nous rejoignons totalement Picard 1980, 273-274, dans son analyse du sens que peut prendre συνθήκη chez Aristote : non pas seulement “traité formel entre deux cités”, mais plus généralement “acte de droit public” émanant d'une puissance souveraine.

55 Nous avons déjà expliqué cette traduction de τò εὐπρεπἐς ἄσπονδον dans notre étude Bresson 1980 = Chapitre I, 29, n. 66.

56 The. 1.37.3-4 : Kaὶ ἡ πόλις αύτῶν ἄμα αυτάρκη θέσιν κειμένη παρέχει αύτοὺς δικαστὰς ὦν βλάπτουσί τινα μᾶλλον ἢ κατὰ ξυνθήκας γίγνεσθαι, διὰ τὸ ἤκιστα ἐπὶ τοὐς πέλας ἐκπλέοντας μάλιστα τοὺς ἄλλους ἀνάνκῃ καταίρυντας δέχεσθαι. Κἀν τούτῳ τò εὐπρεπὲς ἄσπονδον οὐχ ἵνα μὴ ξυναδικῶσιν ἑτέροις προβέβληνται, ἀλλ’ ὃπως κατὰ μόνας ἀδικῶσι καὶ ὅπως ἐν ᾦ μὲν ἂν κρατῶσι βιάζωνται, οὗ δ’ ἄν λάθωσι πλέον ἔχωσιν, ἢν δέ πού τι προσλάβωσιν ἀναισχυντῶσιν.

57 Propriétés viticoles des oligarques à Corcyre : The. 3.70 (sans doute exploitées, comme celles tenues par les démocrates, par une main d'œuvre esclave, cf. The. 3.73) ; dépôt de marchandises dans le quartier de l'agora et du port, habité essentiellement par des oligarques : The. 3.74. Les amphores de Corcyre sont actuellement étudiées par nos collègues grecs. Une carte de diffusion de ces amphores sera tout particulièrement bienvenue.

58 Pol. 4.38.8-9, cf. supra et n. 35.

59 Arist., Pol.. 3.9.6. cf. supra et n. 47. S’agissant d'ἀδικία, il est tout à fait frappant que l'un des rares documents de correspondance commerciale que l'on possède, la lettre sur plomb de Bérézan (Vinogradov 1971, 74-100. cf. Vélissaropoulos 1980, 38, n. 52. pour l'abondante littérature à laquelle ce texte a donné lieu), commence ainsi (après l'adresse au destinataire), 1. 1-2 : ἀδικεται ὑπò Ματάσυος... Ceci montre bien qu’Aristote ou Thucydide n'écrivent pas en une langue “intellectuelle”, coupée des réalités, mais une langue en prise directe avec le vocabulaire des commerçants eux-mêmes.

60 Tod2, 111.

61 Cette ξυμμαχίη renvoie naturellement aussi aux γραφαὶ περὶ συμμαχίας que nous venons de mentionner chez Aristote.

62 Cf. supra, n. 60.

63 Meiggs-Lewis, 91 [IG, I3, 117].

64 Cf. Gernet 1909, part. 314-326. Sur les rapports d'Athènes avec les Spartokides, on pourra consulter la mise au point de J. Vélissaropoulos (1980, 179-183 – mais on soulignera néanmoins le caractère formel des δωρεαί des souverains du Bosphore).

65 IG, XII.2, 3 (Tod2, 168) ; cf. Gajdukevitch 1971, 99-100.

66 En dehors du “Black Sea Hoard” (cf. Kraay & Moorey 1981), où l’apparition de pièces athéniennes s’explique apparemment par des raisons politiques, la monnaie attique est absente du Pont Euxin : cf. Schönert-Geiss 1971. 105 sq., même article, VDI, 116, 1971, p. 25-35, en russe (nous remercions R. Descat et F. Thomas pour ces références). La notion d'échange réciproque (cf. supra n. 52) est capitale pour analyser les échanges d'Athènes avec le Bosphore.

67 Il est connu principalement par Thc. 1.42 ; 67 ; 139 ; 140 : 144. Sur Mégare, on consultera maintenant l'excellente synthèse de Legon 1981, 200-227. Legon montre avec d’excellents arguments que Mégare avait probablement remplacé Égine, sous le contrôle d’Athènes depuis 456, dans le rôle d'intermédiaire entre le monde égéen, la Propontide et le Pont d'une part, et le Péloponnèse d'autre part. Corinthe, quant à elle, regardait vers l'ouest et le monde occidental. C'est en particulier pour bloquer l'accès que les Mégariens auraient eu aux bois du nord, nécessaire pour la construction des flottes péloponnésiennes (en particulier celle de Corinthe) que les Athéniens auraient par le fameux décret exclu les Mégariens de l'agora attique et des ports de leur empire. Dans ce cas, notons qu'on comprend mieux que les Péloponnésiens aient fait du décret de Mégare un casus belli. Leur intervention pour faire lever le décret frappant cette cité ne relevait donc pas du simple prétexte, comme on l’a affirmé, ou d’une simple manifestation de solidarité avec une cité dorienne de la Ligue péloponnésienne, mais d’une réaction de défense de leurs propres intérêts. Naturellement, une telle analyse des faits n'a pour autant rien à voir avec une volonté d'expliquer la Guerre du Péloponnèse par une “cause économique”. En revanche, ainsi qu'il est nécessaire de le faire, elle situe bien, l'enjeu que pouvaient représenter les échanges extérieurs dans la lutte entre puissances. Pour en revenir à Mégare, Legon montre que les Mégariens eux-mêmes vivaient à la fois de leur rôle d'intermédiaires pour le Péloponnèse et de l'exportation de leurs productions, en particulier vers le marché attique. Là où le raisonnement de Legon achoppe (cf. 222 et n. 74), c'est encore une fois sur le fait que, selon Thucydide, le décret frappait les personnes, quand les Mégariens vivaient de l'exportation de leurs produits. Mais on doit noter d'une part qu’on ne possède pas le texte du décret lui-même, d'autre part surtout que, ainsi qu'on l’a vu plus haut, les clauses concernant les personnes impliquaient en elles-mêmes des conséquences pour les produits.

68 Cf. Isocrate, Sur la Paix, 117 et Legon 1981, 231-232 et 279-281.

69 Cf. supra n. 67.

70 Cf. De Sainte Croix 1972, 252-253.

71 Sur la thèse de G. E. M. De Sainte-Croix, voir Sealey 1975, 89-109 ; Wick 1977, 74-99 et surtout les remarques de Gauthier 1975, 498-503 avec l'excellent argument que ces marchands qui sont toujours “étrangers” doivent bien être citoyens quelque part.

72 Cf. Aristophane, Acharniens, 500 sq.

73 Voir chapitre VII.

74 Herrmann 1965, 71-90, no 1 (NChoix, 7). Nous citons la traduction du Nouveau choix en la modifiant sur un point (cf. note suivante).

75 C'est pourquoi nous avons modifié la traduction proposée dans NChoix : “... les productions exportées par le territoire de Milet dans son royaume”, qui peut être ambiguë. Le commentaire, ibid., p. 59, précise bien qu'il s'agit des “produits de Milet exportés dans le royaume séleucide.” Le problème de traduction demeure : s'agit-il d’une exportation depuis le territoire de Milet vers le territoire séleucide (opposition entre ἐκ et εἰς) ou d’une exportation des produits du territoire de Milet (pas d'opposition) ? Nous avons opté pour cette dernière solution, qui nous paraît plus logique, sans être assuré qu'elle soit la bonne. Mais, en tout état de cause, le sens général reste absolument le même : les privilèges concernent les produits milésiens.

76 Milet, 1.3 (Delphinion), 147, 1. 6-7 (τὰς τε κοινὰς καὶ τὰς ἰδίας ἑκάστου προσόδους).

77 IG, XII.Suppl., 347, II 8-12. Le texte est reproduit, traduit et commenté par Salviat 1986, 147-150 et 181 sq. La zone interdite était plus vaste que le territoire thasien lui-même. Il s'agit de la zone allant du promontoire de l'Athos au cap Pachèiè : il paraît donc certain (sur ce point, malgré F. Salviat) que ce n'est pas seulement dans le territoire continental mais également dans le territoire insulaire qu'il était interdit à un patron de navire thasien d’importer du vin étranger, comme le montre excellemment la carte de Salviat lui-même 1986, 184. L’interprétation réductrice de J. Vélissaropoulos (Vélissaropoulos 1980, 191-194 : la loi manifesterait la simple volonté de réserver les navires thasiens aux exportations de vin thasien) ne tient pas face à celle de F. Salviat.

78 Salviat 1986. 183-184.

79 Cf. un fragment du comique Alexis, 276 Edmonds (Athénée 1 28e-f), traduit et brièvement commenté par Salviat 1986, 184-185, que nous nous permettrons de citer in extenso : “Ce Bromios est bon. Il fait que l'on exemptera de taxe sur le Lesbos ceux qui importent le vin chez nous, mais qui sera pris à en expédier dans une autre cité, ne fût-ce qu'un cyathe, j'inscris ses biens au compte des dieux”, sur quoi F. Salviat ajoute ce commentaire avec lequel nous sommes on ne peut plus d'accord : “Le passage n'est plaisant que si la situation normale était la taxation, et il tient pour naturelle la contrainte d'État.”

80 De telles prohibitions, en particulier pour le blé, sont attestées dans plusieurs cités. Pour Athènes, par exemple, il suffira de renvoyer ici à l'étude fondamentale de Gauthier 1981, 5-28. Le même auteur (1979) montre comment un stratège de la Chersonnèse (tenue par les Lagides) peut ou non autoriser l'exportation de blé de la zone qui est sous son contrôle et donne quelques autres exemples de procédures analogues.

81 Platon, Lois, 8 847d.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search