Version classiqueVersion mobile

La cité marchande

 | 
Alain Bresson

Chapitre V. La dynamique des cités de Lesbos

[1983]

Texte intégral

1L’étude du développement des cités de l’île de Lesbos depuis le plus haut archaïsme jusqu’à l’époque hellénistique ne laisse pas d’étonner eu égard aux idées dominantes sur les facteurs de développement d’une cité grecque. On sait que chez les historiens de l’Antiquité grecque prévaut encore largement le schéma selon lequel, dans la mesure où la terre était “l’élément essentiel de l’activité économique” (nous employons à dessein cette formulation trop vague) la possession d’un vaste terroir agricole suffisait ordinairement à assurer la grandeur d’une cité. Certes, on ne peut qu’être d’accord avec la première proposition, du moins en précisant que la terre était, et de fait de très loin, le principal facteur de production. En revanche, il est légitime de s’interroger sur le point de savoir si on a le droit d’affirmer ipso facto que la richesse et l’étendue des terres dont pouvait disposer une cité était le principal vecteur de sa puissance et de son rayonnement. L’analyse du cas des cités de Lesbos présentée ici peut être considérée comme une sorte de test de la validité de ce modèle. Comme pour tout test, les conclusions de celui que nous allons construire ne peuvent naturellement être que limitées. Néanmoins elles permettront peut-être d’apporter une contribution significative au débat précédemment évoqué. Par la même occasion, l’enquête amènera à formuler quelques remarques critiques sur certaines théories relatives aux modes d’occupation de l’espace.

  • 1 La bibliographie sur Lesbos est considérable. L’essentiel est rassemblé dans l’ouvrage de Buchholz (...)

2L’île de Lesbos a en gros la forme d’un triangle rectangle, qu’on aurait placé non loin des rivages septentrionaux de la façade égéenne de l’Asie Mineure1. Mais ce triangle présente sur son grand côté (regardant vers le sud), deux profondes indentations, qui donnent à l’île un caractère très original : il s’agit, à l’ouest, du vaste golfe de Kalloni, à l’est du golfe de Hiéra, qui paraît être comme une réplique du premier nommé, mais à une échelle légèrement plus petite. Si l’on examine la situation prévalant au plus haut archaïsme, les cités paraissent distribuées de manière régulière et uniforme sur le territoire lesbien. Il n’y a pas à cet égard de vide à l’est ou à l’ouest, au centre ou à la périphérie. Ces cités, ou ces agglomérations potentiellement appelées à devenir des centres civiques, étaient originellement au nombre de sept : Érésos et Antissa étaient toutes deux situées dans la partie occidentale de l’île, la première sur la côte sud, la deuxième sur la côte nord ; Méthymna était elle aussi située sur la côte nord, mais, à l’est d’Antissa, Arisbè était dans l’intérieur de l’île, au nord du golfe de Kalloni ; le site de Pyrrha se trouvait sur le rivage est du golfe de Kalloni et celui de Hiéra près des rivages ouest du golfe du même nom ; Mytilène enfin était située dans la portion méridionale de la côte est.

  • 2 Koldewey 1890, pl. 31.

3Dans son Histoire Naturelle (5.39 139), Pline insiste sur la fertilité de Lesbos, comme l’avait fait avant lui Cicéron (De lege agraria, 2.16 40), et indique que ce trait la différencie d’îles voisines comme Lemnos et Chios. Mais il faut naturellement essayer de déterminer la richesse relative des terroirs des cités de l’île. Pour ce faire, on pourra recourir à la carte d’occupation du sol du xixe s. établie à l’occupation de deux séries de relevés par R. Koldewey2 (1885-1886) et H. Kiepert (1841, 1886 et 1888). On n’a certes plus le droit d’affirmer que la tableau de la vie agricole de Lesbos antique était le même que celui qu’on peut apercevoir au xixe s. Des différences très significatives apparaissent dans la nature des productions ou même, dans certains cas, dans la répartition des surfaces cultivées. Il n’en est pas moins frappant de constater que, sauf dans le sud de l’île, les principaux terroirs agricoles de Lesbos au xixe s. correspondent manifestement à ceux des cités de l’Antiquité, puisqu’une agglomération urbaine antique se retrouve toujours au centre du terroir agricole moderne (voir carte). Or, le tableau d’occupation du sol de l’île au xixe s. fait apparaître de nettes disparités.

  • A Érésos, le terroir agricole n’apparaît pas très étendu. Les orientations de la production sont diversifiées : céréales et coton, vignobles, olives, chênes à vallonnées.

  • Pour Antissa, on peut faire globalement les mêmes remarques, mais en proportion les céréales et les chênes semblent l’emporter légèrement.

  • A Méthymna, on constate que le terroir agricole est particulièrement peu étendu relativement à d’autres. Les chênes sont absents et les vignobles l’emportent sur les autres cultures.

  • A Arisbè, céréales, vignobles et surtout oliveraies se partagent un terroir qui est beaucoup plus vaste que précédemment.

  • Sur l’ancien secteur de Pyrrha, on a un terroir moins vaste que celui d’Arisbè, mais qui reste nettement plus vaste que celui de Méthymna. La céréaliculture l’emporte.

  • Les deux terroirs de Hiéra et de Mytilène ont sensiblement la même surface, un peu inférieure à celle de celui d’Arisbè, et la production oléicole est l’activité dominante.

  • 3 Plômarion est aujourd’hui la troisième agglomération de Lesbos par ordre d’importance.

4Par rapport à l’Antiquité, il y a certainement des différences marquées sur certains aspects. Ainsi, le Sud de l’île semble avoir connu une occupation humaine plus dense à l’époque moderne et contemporaine que dans l’Antiquité, et donc des zones d’occupation agricole certainement plus étendues. La ville même de Plômarion ne paraît pas correspondre à un centre antique3. En outre, la vocation principale de l’agriculture mytilénienne antique paraît bien avoir été la production viticole, tandis que, comme on l’a vu, c’était la production d’olives qui dominait au xixe s. Cela suffit à montrer qu’il ne saurait y avoir de déterminisme étroit en matière d’occupation du sol et d’activité agricole, comme si par exemple l’existence d’un vaste territoire à usage agricole potentiel déterminait de son fait même la mise en valeur effective de ce terroir. Des facteurs d’ordre économique, politique (ou autre) interviennent toujours, naturellement. Ainsi, c’est certainement le changement de la nature de la demande à l’exportation, du fait de conditions socio-économiques d’ensemble très dissemblables, qui explique la différence entre les orientations de l’agriculture mytilénienne, orientée dans l’Antiquité vers la production de vin pour des grands centres urbains ou des marchés lointains où la demande était toujours très forte, vers la production d’olives à l’époque moderne dans le cadre d’une économie plus contractée et de rayon d’action moindre. Mais l’on doit alors signaler que la remarque vaut dans l’autre sens : si par exemple une zone de plaine à forte potentialité agricole se trouvait effectivement employée au xixe s. alors qu’elle ne l’avait pas été dans l’Antiquité, le fait mériterait en soi une explication.

Croquis schématique des terroirs de Lesbos (d’après Koldewey, Baureste, pl. 31).

  • 4 La préférence pour les champs plats sur des terroirs homogènes se retrouve encore naturellement che (...)

5Si donc l’on veut bien admettre par hypothèse que des contraintes naturelles inchangées ont, dans des conditions techniques peu différentes, déterminé des zones d’occupation agricole au moins potentiellement identiques entre l’Antiquité et le xixe s., on aperçoit alors une nette différenciation entre les terroirs des anciennes cités lesbiennes. On pourrait établir le classement suivant, par ordre d’importance décroissante : Arisbè (1), Hiéra et Mytilène (2-3), Pyrrha, Antissa et Érésos (4-5-6), et enfin Méthymna (7). Si l’on admettait comme critère de la puissance d’une cité l’importance de son terroir agricole potentiel, on devrait donc placer en tête Arisbè, suivie des autres cités de la liste que nous venons d’indiquer. Ce choix serait d’autant plus justifié si l’on analysait les choses plus en détail et si l’on différenciait les zones de plaine, plus faciles à travailler, demandant moins d’investissement en travail, des autres portions du terroir : en ce cas Arisbè l’emporterait encore plus nettement4. L’extension effective du terroir agricole de Mytilène sur des zones a priori moins favorables s’explique manifestement d’abord par des facteurs d’ordre économique, comme on le verra bientôt.

6Or, confronté à la réalité du schéma d’évolution historique des cités de Lesbos, il est clair que la hiérarchie construite a priori se révèle tout à fait inadéquate. Tout autre en effet fut l’évolution réelle des cités de Lesbos.

7A l’âge du Bronze, même s’il n’est pas certain que l’île ait été la Lazbaz des sources hittites (l’hypothèse apparaît cependant comme de plus en plus probable), la population de Lesbos apparaît déjà comme étant relativement dense. Les sites occupés paraissent déjà en grande partie être ceux qui le seront au premier millénaire (sauf pour Érésos et Arisbè). A une exception près, les implantations sont toujours côtières ou proches de la côte, mais les rivages des golfes intérieurs de l’île ne sont pas négligés. Le littoral sud du golfe de Kalloni paraît même avoir eu une occupation très dense. Le site de Thermi, sur la côte est, semble avoir eu une importance particulière, manifestement plus grande qu’au premier millénaire.

  • 5 Voir Jeffery 1976, 237.

8Dès l’époque archaïque, le sens de l’évolution du poids respectif des différentes cités se dessine avec clarté et une nette différenciation apparaît, certaines entités l’emportant sur d’autres, en prenant même le contrôle par la force. Or, l’explication de ce processus et de ces antagonismes ne saurait être recherchée dans une quelconque diversité ethnique héritée de l’époque mycénienne ou des Ages sombres. L’île passait en effet pour avoir une population éolienne homogène, comme on peut l’inférer de la tradition mythologique – et à cet égard la croyance est plus importante que la réalité des faits. Le clan royal des Penthilides se référait en effet à un ancêtre commun du nom de Penthilos, qui avait, disait-on, conduit l’essentiel de la migration éolienne à travers l’Égée5. Du reste, malgré les antagonismes existant entre elles, on voit à diverses époques fonctionner des formes d’associations entre cités lesbiennes.

  • 6 Robert 1925, 29-43.
  • 7 Cf. Babelon 1910, 339 sq. ; Head, HN, 558.

9A l’époque hellénistique, une inscription de Délos (republiée dans IG, XII.Suppl., 136) donne le texte d’une synthèka liant les cités de Mytilène, Antissa, Érésos et Méthymna, convention à laquelle font certainement référence les décrets relatifs à l’arbitrage entre des gens de Méthymna et d’Érésos par des juges de Milet, Samos et Aigai (IG, XII.Suppl.. 139). Or, la convention entre les quatre cités, selon le texte affiché à Délos, avait été conclue ἐμ Μέσσω (1. 5, 32 et 45) et c’est là qu’avaient siégé les juges étrangers mentionnés dans les décrets de Méthymna et Érésos (décret d’Érésos, 139 C, 1.70). C’est au lieu-dit Μέσσον qu’était situé le sanctuaire fédéral des Lesbiens. Après U. von Wilamowitz, L. Robert a montré que ce sanctuaire n’était autre que celui décrit au xixe s. par R. Koldewey au lieu-dit τὰ Μέσσα, que son nom suffit à identifier avec le site antique de Μέσσον6. Mais l’existence de ces structures communes n’est pas attestée seulement pour les époques tardives, puisque, de la fin du vie s. au milieu du ve s. semble-t-il, les Lesbiens émirent un monnayage à légende ΛΕΣ, pour ΛΕΣ(ΒΙΟΝ)7. Dès l’archaïsme les cités de Lesbos eurent donc sous une forme ou sous une autre une organisation commune.

10N’est-il donc pas légitime a fortiori de supposer que les cités de Lesbos auraient pu connaître une évolution parallèle et harmonieuse, leur plus ou moins grande richesse étant seulement fonction de celle de leur terroir agricole ? L’existence de structures communes ne les prédisposaient pas à se fondre en un état unitaire dont la capitale aurait pu être située au centre de l’île, ἐμ Μέσσω, autour du sanctuaire fédéral de Μέσσον s’il existait déjà à la haute époque ?

  • 8 Sur la théorie des places centrales de Christaller et Lösch, voir les présentations de Hagget [1973 (...)
  • 9 Goutletquer 1978.
  • 10 Il n’en irait peut-être pas de même pour des zones géographiques autres que l’île de Lesbos, ni vra (...)

11La théorie du développement privilégié des “places centrales”, élaborée par les savants allemands Christaller et Lösch trouverait alors ici une excellente illustration8. Selon une variante de cette théorie mise au point par P. L. Goutletquer à propos de l’évolution d’une hiérarchie de sites de Basse-Bretagne du Moyen Age à nos jours amènerait précisément à conclure que la place centrale avait dû se constituer autour d’un point de centrage virtuel, non occupé au départ (l’auteur appelle “évolution centripète” cette tendance à la création d’une place centrale autour d’un point virtuel)9. Ces théories ne sont certes pas sans intérêt pour nous : à Lesbos, ce centre virtuel de l’île est bien matérialisé dans le sanctuaire fédéral de Messon. Mais, quant au reste, on ne peut que constater que l’évolution s’est faite tout autrement de ce qu’on aurait pu supposer en prenant comme critère d’évolution à la fois la richesse relative des terroirs et une théorie de l’organisation spatiale qui a comme présupposé l’existence d’une hiérarchie des services eux-mêmes fournis par une hiérarchie de villes. Du moins à l’échelle de l’ensemble de l’île, ces théories ne peuvent absolument pas fournir de modèle explicatif10.

  • 11 Sur Hiéra, cf. Bürchner, RE, s. v. Hiéra 7 ; Buchholz 1975, 203, n. 625.

12Que constate-t-on en effet ? Trois de ces cités paraissent avoir très vite décliné en tant que pôle autonome. Ce fut certainement d’abord le cas pour Hiéra, qui nous apparaît de la manière la plus fantomatique, et qui fut sans doute très tôt absorbée par sa voisine Mytilène11.

  • 12 Sur Pyrrha, voir Koldewey 1890, 27-29.
  • 13 Sur Arisbè, voir aussi Koldewey 1890, 29-30.
  • 14 Selon Pline, HN, 5.139, Arisbè aurait été détruite par un tremblement de terre. En soi, cette affir (...)

13De Pyrrha, on sait qu’elle existait encore au ive s. a.C. On en avait gardé le souvenir au iie s. p.C., puisque Ptolémée la mentionne dans sa Géographie (5.2.19). Pline (5.39 139) signale qu’elle avait été détruite par la mer et Strabon (13.2.4) indique qu’elle est en ruine et que seul un faubourg est occupé12. D’Arisbè13, Hérodote (1.151) précise qu’elle fut “réduite en esclavage par Méthymna, bien qu’elle fût sa parente”14.

  • 15 Pour Érésos, Antissa, Méthymna et Lesbos, la bibliographie est plus facile d’accès et pour ne pas a (...)

14Deux autres cités eurent un sort plus heureux sans connaître pourtant un grand développement : ce sont les deux cités occidentales d’Érésos et d’Antissa15. C’est en punition pour avoir choisi le camp de Persée qu’Antissa fut détruite par les Romains en 167 a.C. Son territoire fut donné aux Méthymniens, fidèles amis de Rome. Avant cet événement, Antissa et Érésos avaient connu une évolution similaire de cités de second ordre, Érésos par exemple n’émettant pas de monnayage avant 200 a.C., avec des émissions réduites et une diffusion limitée.

  • 16 Cf. chapitre XII, 278, n. 61.
  • 17 Buchholz 1975, 47.

15Deux cités en revanche se détachent et jouent un rôle de premier plan, à l’échelle de l’île et même à l’échelle internationale : Méthymna et Mytilène. La première nommée, Méthymna, était connue pour la qualité de son vin (qui était donc exporté). Elle avait absorbé Arisbè (Hdt. 1.151, cf. Strab. 9.4.5), et même Antissa après 167 a.C. (Liv. 45.31.13) Son monnayage est continu et abondant depuis la fin de l’époque archaïque (avec en particulier les nombreuses émissions du type de la tête casquée). Ses rivalités avec Mytilène, à l’époque de la Première Confédération athénienne comme à l’époque des guerres mithridatiques forment la trame de l’histoire des relations entre cités de Lesbos. Quant a Mytilène, on la voit jouer les plus grands rôles dès l’époque archaïque. C’est ainsi qu’à la fin du viie s. elle avait disputé aux Athéniens la route des Détroits et qu’un peu plus tard, dans les années 560, elle fut la seule cité éolienne membre de l’Hellénion de Naucratis (Hdt. 2.178), ce qui suffit à mesurer l’ampleur de son réseau commercial. Au ive s., on la voit liée par traité aux rois du Bosphore16. Ses vins étaient célèbres. Son monnayage était abondant et assez largement diffusé. Sa vie intellectuelle était renommée. Le chiffre de sa population devait être très nettement plus élevé que celui des autres cités de l’île. On peut en trouver une indication dans l’étendue de la superficie entourée par ses murailles, 140 ha, soit cinq fois plus que pour Méthymna, huit fois plus que pour Antissa, et trente fois plus que pour Érésos17. Certes, il n’y a pas de lien mécanique à établir entre population d’une cité et superficie d’une ville, d’autant que les vides dans les zones intra muros pouvaient être importants et sont en tout cas bien difficiles à estimer. On a néanmoins ici un ordre d’idée, même très grossier, de l’importance relative des diverses cités de l’île. Et si l’on admet, sur la base du renseignement donné par le décret d’Érésos IG, XII.2, 526 (883 votants lors de la condamnation à mort du tyran Agonippos en 332 a.C.) que la population citoyenne mâle adulte de cette cité tournait autour de 1 000 individus, et que de la même façon les citoyens adultes de Méthymna étaient peut-être 4 000 (si l’on prend au pied de la lettre la référence à quatre chiliastyes dans le corps civique), on voit que s’agissant du moins de Méthymna et d’Érésos l’estimation donnée par la surface urbaine n’est pas un paramètre à rejeter.

16Ainsi, deux cités, et l’une d’entre elles surtout, ont joué un rôle majeur : Mytilène en premier lieu, Méthymna ensuite. Deux autres ont joué les seconds rôles : Antissa et Érésos. Trois enfin ont rapidement disparu et n’ont joué qu’un rôle marginal : Hiéra, Arisbè et Pyrrha. Il apparaît nettement alors qu’une première partition peut être faite entre les cités “intérieures” (même si elles sont près d’un rivage), celles qui ont rapidement quitté la scène – Hiéra, Arisbè et Pyrrha – et les autres, les quatre cités ouvertes sur la mer libre. A l’intérieur de ce groupe, cependant, une deuxième partition doit séparer Antissa et Érésos, situées à l’ouest de l’île et donnant sur le grand large, de Méthymna et Mytilène dans la partie occidentale, face à l’Asie Mineure.

17On doit naturellement s’interroger sur le ou les facteurs qui ont amené cette répartition. La possession d’un terroir riche, tant pour Hiéra, Pyrrha qu’Arisbè, n’a pas suffi à susciter le dynamisme de ces trois cités. Dans le cas particulier d’Arisbè, on pourrait se demander si l’aspect marécageux d’une partie du secteur littoral n’avait pas pu jouer un rôle répulsif, mais on peut immédiatement objecter que toute la plaine intérieure, et en particulier la haute plaine de Napè, où un site néolithique a été découvert, restait disponible. Si l’on ajoute que les eaux poissonneuses des deux vastes mers intérieures (de nos jours les sardines du golfe de Kalloni sont célèbres) procuraient un complément de denrées alimentaires et que les golfes bien protégés des vents pouvaient offrir un abri sûr aux navigateurs, la marginalisation des sites intérieurs pourra paraître encore plus incompréhensible.

  • 18 L’étude de Bravo 1983 remet les choses à leur vraie place quant au commerce des céréales.
  • 19 Voir Rougé 1963, 253-268 et Susini 1963/64, 228 (croquis des routes de navigation dans la zone rhod (...)

18En fait, l’explication est à chercher d’abord dans la situation relativement aux grands axes commerciaux. Si les cités côtières extérieures se sont développées, c’est parce qu’elles étaient présentes sur les grandes voies commerciales qui irriguaient le monde grec, et cela dès l’époque archaïque. Car même si à cette époque le volume brut des quantités transportées était moins important qu’aux époques ultérieures, l’incidence relative de l’échange sur la vie économique et sociale comme vecteur de développement n’était pas nécessairement moindre18. Un indice supplémentaire est fourni par la différenciation même entre les cités côtières extérieures, Antissa et Érésos d’une part, Méthymna et Mytilène de l’autre. Il faut pour comprendre ce phénomène se reporter aux conditions de navigation à voile en mer Égée. Les vents y sont souvent violents, en particulier les vents étésiens, aussi les navigateurs recherchaient-ils les secteurs relativement abrités des vents. Les routes protégées étaient toujours préférées aux routes ouvertes19. Aussi les navigateurs empruntaient-ils le chenal longeant la cote d’Asie, où les vents étaient arrêtés par la succession des caps et des îles proches du littoral asiatique, de préférence aux routes passant à l’ouest des îles. Le véritable axe de circulation nord-sud entre les Détroits et, si l’on veut, l’Orient méditerranéen, était donc le chenal longeant la côte d’Asie, dont le point d’entrée se situait précisément au niveau de Méthymna. Quant à Mytilène, avec ses deux ports bien équipés, elle était l’étape naturelle pour la navigation remontant vers le nord ou descendant vers le sud.

19A long terme, ce fut donc l’échange, la vie de relations, qui fut le facteur décisif de l’évolution des cités de Lesbos.

Note complémentaire

20Sur Pyrrha, on ajoutera l’étude de Paraskevaidis 1963. Depuis le début des années 1980, plusieurs travaux sont venus enrichir notre connaissance sur les territoires des cités de l’île de Lesbos. H. Plommer (1981) revient sur la question du sanctuaire de Messon. G. P. Schaus et N. Spencer (1994) discutent de la chôra d’Érésos antique (nombreuses traces d’agriculture en terrasses, certainement vouées à la viticulture, cf. aussi Schaus 1996). N. Spencer (1995) fournit un gazetteer des sites de Lesbos et entreprend de montrer (1996) que la région de la forêt de Pyrrha était plus densément exploitée dans l’antiquité que de nos jours. La synthèse de G. Labarre (1996, part. 191-219, chap. “Villes et territoires”) permet un ample tour d’horizon sur le cadre territorial des cités de l’île. Enfin, P. Brun (1998b) suggère de reconnaître la cité de Pyrrha derrière les Ἀστραιούσιοι mentionnés dans le décret de fondation de la iie Confédération athénienne (IG, II2, 43 = Pouilloux, Choix, 27, 1. 118), qui apparaissent immédiatement après les Ἀντισσαῖοι et les Ἐρέσιοι et qui n’avaient pas jusque là reçu de localisation.

Notes

1 La bibliographie sur Lesbos est considérable. L’essentiel est rassemblé dans l’ouvrage de Buchholz 1975, 248-263. On pourra consulter aussi la thèse doctorale de Levang 1972, qui traite surtout de la période romaine.

2 Koldewey 1890, pl. 31.

3 Plômarion est aujourd’hui la troisième agglomération de Lesbos par ordre d’importance.

4 La préférence pour les champs plats sur des terroirs homogènes se retrouve encore naturellement chez les paysans grecs d’aujourd’hui.

5 Voir Jeffery 1976, 237.

6 Robert 1925, 29-43.

7 Cf. Babelon 1910, 339 sq. ; Head, HN, 558.

8 Sur la théorie des places centrales de Christaller et Lösch, voir les présentations de Hagget [1973], 130 sq. et Hodder, in Clarke 1977, 225 sq.

9 Goutletquer 1978.

10 Il n’en irait peut-être pas de même pour des zones géographiques autres que l’île de Lesbos, ni vraisemblablement pour des analyses spatiales internes à chaque cité, y compris les cités lesbiennes.

11 Sur Hiéra, cf. Bürchner, RE, s. v. Hiéra 7 ; Buchholz 1975, 203, n. 625.

12 Sur Pyrrha, voir Koldewey 1890, 27-29.

13 Sur Arisbè, voir aussi Koldewey 1890, 29-30.

14 Selon Pline, HN, 5.139, Arisbè aurait été détruite par un tremblement de terre. En soi, cette affirmation n’est pas en contradiction avec celle d’Hérodote : la ville d’Arisba a fort bien pu continuer à exister, avec un développement limité, comme possession de Méthymna. On remarque qu’Hérodote ne mentionne même pas Hiéra.

15 Pour Érésos, Antissa, Méthymna et Lesbos, la bibliographie est plus facile d’accès et pour ne pas alourdir notre texte nous ne donnerons pas ici de références précises sur des faits bien connus.

16 Cf. chapitre XII, 278, n. 61.

17 Buchholz 1975, 47.

18 L’étude de Bravo 1983 remet les choses à leur vraie place quant au commerce des céréales.

19 Voir Rougé 1963, 253-268 et Susini 1963/64, 228 (croquis des routes de navigation dans la zone rhodienne).

Table des illustrations

Légende Croquis schématique des terroirs de Lesbos (d’après Koldewey, Baureste, pl. 31).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search