Version classiqueVersion mobile

La cité marchande

 | 
Alain Bresson

Chapitre IV. Une famille camiréenne de commerçants en blé

[1980]

Texte intégral

1Des documents du iiie s. a.C. provenant du Sud de la mer Égée permettent de montrer qu’un certain nombre de commerçants rhodiens opérant dans cette zone avaient la même origine géographique à l’intérieur de l’État rhodien et appartenaient, semble-t-il, à la même famille, ou du moins au même groupe familial.

  • 1 IG, XII.Suppl., 348 (Pleket, Epigraphica, 1,9) ; cf. Casson 1971, 171, n. 23, et 183-184, tableau c (...)
  • 2 Glotz 1913, 16-29, et 19-20 sur les cours du blé [cf. maintenant aussi infra 196 et 282].

2On prendra comme point de départ de cette enquête le décret d’Éphèse Syll. 3, 354 [IK, 15.5-Ephesos, 1455], daté ordinairement de 300 a.C. environ, qui accorde la citoyenneté pleine et entière au Rhodien Agathoklès, fils d’Hagèmôn. Ce dernier, “alors qu’il importait dans notre cité quatorze mille hektès de froment et trouvait le blé vendu à l’agora plus de six drachmes, s’est laissé convaincre par l’agoranome de rendre service à notre peuple en vendant son blé en totalité à un prix meilleur marché que celui qui était vendu à l’agora” (1. 2-5.). Ces 14 000 hektès, soit 2 333 médimnes (c. 72 t, sur la hase de 31 kg le médimne, cf. infra 192, n. 42) représentent à peu de chose près la cargaison d’un navire de tonnage moyen à l’époque. Un règlement du port de Thasos montre en effet qu’on considérait comme de tonnage moyen les navires pouvant transporter entre 3 000 talents (80 t) et 5 000 talents (130 t) de fret1. Il est donc vraisemblable que c’est toute la cargaison d’un navire chargé exclusivement de blé qu’Agathoklès acceptait de vendre aux Éphésiens à un prix modéré. On pourra comparer le prix de référence de 6 drachmes le médimne (manifestement) aux prix déliens, étudiés par G. Glotz. Ces derniers pouvaient connaître des variations importantes au cours d’une même année. Citons l’année 282 : prix minimum 4 dr. 3 ob., prix maximum 10 dr., prix moyen 7 dr. 3 ob.2 En tout cas, il ne fait aucun doute qu’Agathoklès, qui importe (eisagagôn, 1. 2) ce froment à Éphèse, était bien un commerçant, venu lui-même vendre ses denrées.

  • 3 L’identification a été faite depuis longtemps, cf. déjà entre autres van Gelder 1900, 454, n. 87 e (...)
  • 4 Cf. déjà Ziebarth, ibid.

3Le même Agathoklès reçoit par décret à Arkésinè d’Amorgos le litre de proxène et d’évergète (IG, XII.7, 9)3. Là aussi, il est vraisemblable que c’est en tant que négociant en blé qu’il reçoit ces honneurs4. En effet, la même pierre que celle du décret pour Agathoklès porte, au dessus de ce dernier, un décret de proxénie en l’honneur de trois Rhodiens (IG, XII.7, 8), mais aussi, outre un décret pour un Parien qui ne nous intéresse pas ici (IG, XII.7, 10), un quatrième décret, en faveur du marchand de blé Épianaktidès de Théra (IG, XII.7, 11). L’hypothèse selon laquelle c’était pour ses activités de commerçant en blé qu’Agathoklès avait été honoré à Arkésinè n’a donc rien de bien hardi.

4Or, on retrouve des parents de cet Agathoklès à Camiros. On sait que l’État rhodien était divisé en trois tribus, qui correspondaient aux trois anciennes cités de Ialysos, Lindos et Camiros. Lindos et Camiros au moins continuaient à exister en tant qu’agglomérations importantes et centres de la vie sociale de leur territoire “tribal”. Deux listes de prêtres camiréens font apparaître deux personnages qui sont probablement les fils, ou du moins les descendants d’Agathoklès. Il s’agit de Chairèmôn, fils d’Agathoklès, hiérope des cultes publics camiréens vers 267 (TC, 18, 1. 14) et Hagèmôn, fils d’Agathoklès, hiérope vers 249 (TC, 30. I 1. 4). La parenté dans la formation des noms (Chairèmôn, Hagèmôn) et la récurrence des noms Hagèmôn et Agathoklès paraissent conduire logiquement à cette conclusion. Vu qu’on exerçait ordinairement la charge de hiérope dans les premières années de l’âge adulte, on voit que si Agathoklès est actif à Éphèse vers 300 environ, il est normal que Chairèmôn puisse être hiérope à Camiros vers 267, une trentaine d’années plus tard. Si Chairèmôn et Hagèmôn sont frères, Chairèmôn est l’aîné, Hagèmôn le cadet – chose assez étonnante, car on attendrait plutôt que ce soit l’aîné qui porte le nom du grand-père. S’agirait-il d’un fils tardif auquel on aurait donné le nom d’un aîné disparu auparavant ? Ou bien y a-t-il un chaînon qui nous manque dans cette famille ? En ce cas, plusieurs hypothèses sont possibles : par exemple, on peut penser aussi que l’Hagèmôn de TC, 30 est le fils d’un Agathoklès qui serait le frère du Chairèmôn de TC, 18, et le fils de l’Agathoklès d’Éphèse et Amorgos, puisqu’il arrive assez fréquemment qu’un fils reçoive le même nom que son père. Nous retiendrons cependant, avec les réserves exprimées précédemment, la première solution comme la plus probable. Du moins, il est assuré que l’Agathoklès honoré à Éphèse était originaire de Camiros.

  • 5 Ziebarth 1932, 916 et n. 2.
  • 6 [Hellanikos : voir LGPN, I, s.v., no 5-17, mais avec 6 mentions d’ép. imp., dont 5 dans la même fa (...)
  • 7 Voir TC, index nominum s.v. Dumonikos, Epinikos (époque impériale), Kleonikos (ou Kleunikos), Sôsi (...)
  • 8 Ainsi, les deux noms apparaissent à Lindos dans une même famille, Lindos, 190, 1. 11, c. 170 a.C., (...)

5A Arkésinè donc, sur la même pierre que le décret qui accorde la proxénie à Agathoklès, est gravé un décret (IG, XII.7, 8) qui, lui aussi, accorde le titre de proxène et d’évergète, plus une série d’autres honneurs, à trois frères, Agathostratos, Philiôn et Hègèmôn (Hagèmôn en dialecte dorien), fils d’Elpinikos, des Rhodiens eux aussi. Le motif en est que ces derniers “ne cessent d’être bienveillants à l’égard du peuple d’Arkésinè et de lui procurer tous les avantages qu’ils peuvent et se dévouent pour les Arkésiniens qui se rendent à Rhodes” (1. 4-7). En somme, avant d’en recevoir officiellement le titre, les trois frères avaient déjà la fonction de proxène. E. Ziebarth a considéré que ces derniers étaient eux aussi des marchands de blé, ce qui nous paraît également fort probable, et que l’Hagèmôn de cette inscription était probablement un parent de l’Agathoklès d’Éphèse et d’Arkésinè, sinon son père5. Si l’on ne trouve pas dans l’épigraphie camiréenne de sources susceptibles de confirmer sans aucun doute possible que les trois frères était bien eux aussi originaires de Camiros et qu’ils étaient des parents d’Agathoklès, il y a néanmoins plusieurs éléments qui vont dans ce sens. On peut ainsi mettre en rapport ces personnages avec un Hagèmôn camiréen, fils d’Hellanikos, lui-même fils de Geraistis, hiérope vers 241 (TC, 33, 1. 14), ainsi qu’avec le fils de ce dernier, Hellanikos, fils d’Hagèmôn, hiérope vers 210 (TC, 41, 1. 12). Elpinikos et Hellanikos sont tous deux des composés en -nikos, et les deux noms apparaissent liés à celui d’Hagèmôn. En outre, le nom Hellanikos est assez peu fréquent à Rhodes et cela est encore plus vrai pour Elpinikos6. D’autres noms en -nikos sont attestés à Camiros, pas en grand nombre, mais aucun en liaison avec Hagèmôn7. Pour ce qui est de la parenté entre les trois frères de la pierre d’Arkésinè et Agathoklès, on peut remarquer aussi les deux noms composés en Agatho-(Agathoklès et Agathostratos)8, les trois noms à suffixe -ôn (Chairèmôn, Hagèmôn et Philiôn). Tout cela va donc dans le sens de l’hypothèse évoquée précédemment. Quant à l’activité des Arkésiniens à Rhodes, il n’est effectivement pas très aventuré de supposer qu’il s’agit de sitônai venant sur cette grande place commerciale qu’était Rhodes acheter le ravitaillement nécessaire à leur cité. Il serait alors bien naturel de songer que les trois frères avaient des intérêts dans le commerce du blé, comme Agathoklès, qui était probablement leur proche parent, sans qu’on puisse préciser davantage, à notre avis, le degré exact de parenté qui les unissait.

6Dans une inscription provenant de la petite île d’Ios, voisine d’Amorgos, le Rhodien Antisthénès, fils d’Aristonikos, et par adoption de Charmoklès, est couronné “pour sa valeur et son dévouement envers le peuple d’Ios”. Le décret continue ainsi : “Que celui qui a acheté le blé public, Arétéas, verse l’argent pour la couronne sur les sommes qu’il doit rendre à l’agoranome, Mégaklès” (IG, XII.5, 1010, 1. 3-6).

  • 9 Voir déjà Graindor 1904, 323 sur ce point, et Bogaert 1968, 198 et 199. Pour P. Graindor, suivi pa (...)
  • 10 Poma 1972, 177 sq. et 206.
  • 11 Poma 1972, 262, n. 411.
  • 12 Graindor 1904, 324 : “C’est à cette époque (fin iiie - début iie s.) que se rattachent nombre de t (...)

7On conclura logiquement que si c’est un sitônès – puisque telle est manifestement la fonction d’Arétéas – qui est chargé de donner l’argent pour la couronne, c’est donc qu’Antisthénès est lui aussi un marchand de blé9. L’inscription est datée par les éditeurs du iiie s. Or, on trouve à Camiros un Philtatos, fils d’Aristonikos, et par adoption d’Antisthénès, hiérope vers 203 (TC, 44,1. 11). L’adoption au sein d’une même famille étant un phénomène fréquent, la récurrence des noms Antisthénès et Aristonikos montre que Philtatos est un parent de l’Antisthénès couronné par les gens d’Ios10. G. Poma veut en taire son frère11. Cette hypothèse nous paraît néanmoins peu probable, car l’inscription d’Ios, d’après l’écriture (cf. par exemple la forme des sigma), ne date apparemment pas des dernières années du iiie s. (fin iiie début iie s. pour le premier éditeur P. Graindor, mais avec des arguments peu probants)12 Plutôt que son frère, il faut peut-être voir en Philtatos un neveu d’Antisthénès, qui serait aussi son père adoptif (il serait alors le fils d’un Aristonikos fils d’Aristonikos et frère d’Antisthénès ; voir tableau généalogique). Quoi qu’il en soit, encore une fois, il est donc certain qu’Antisthénès, qui était lui aussi manifestement un commerçant de blé, était originaire de Camiros. Une lointaine parenté avec le groupe familial évoqué précédemment n’est peut-être pas à exclure (cf. de nouveau la récurrence d’un nom en-nikos).

  • 13 La zone d’influence économique correspond manifestement à la zone d’influence politique, et récipr (...)
  • 14 Miller 1974, 151-152 : l’activité marchande de cette famille, très probable évidemment, n’est cepe (...)
  • 15 Voir aussi IG, XII.1, 367, la stèle funéraire de Pythodôros, fils d’Hermokréôn, découverte au même

8Deux conclusions s’imposent. La première est que des Rhodiens originaires de Camiros (du moins du territoire tribal camiréen) faisaient preuve d’une particulière activité dans cette zone du Sud de la mer Égée où Rhodes jouait manifestement un rôle de redistribution pour le commerce du blé13. A Rhodes, on est conduit a imaginer l’existence de maisons de commerce dont les directions devaient être organisées sur un mode familial, comme tendent à le montrer les documents relatifs à ces Camiréens. Ces derniers devaient en outre être plus ou moins spécialisés dans une zone géographique. On comparera avec l’activité des membres d’une même famille d’Halicarnasse en Grèce centrale et du nord-ouest, étudiée par S. G. Miller14. A priori, cependant, on se gardera de généraliser cette spécialisation géographique à tous les commerçants Rhodiens. De même, il ne faut vraisemblablement imaginer rien de strict ou de figé dans cette spécialisation, ni a fortiori de “monopole” des Rhodiens de telle origine (Camiréens, Ialysiens ou Lindiens) sur telle zone géographique. Ainsi, la cité de Minoa d’Amorgos nomme proxène le Rhodien Hermokréôn, fils d’Aristonymos (IG, XII.7, 221, 1. 33-34). L’inscription date vraisemblablement du règne d’Antigone Dôsôn (229-221). Ce personnage est soit identique à, soit plutôt un ascendant de l’homonyme qui portait le démotique Brykountios (l’un des trois dèmes de l’île de Carpathos, rattachée à Lindos au sein de l’État rhodien) et dont on connaît la stèle funéraire (IG, XII. 1, 222a), découverte, ainsi que celle de son fils, entre Koskinou et Sgourou, non loin de la ville même de Rhodes15. Ces gens originaires de Carpathos devaient donc résider à Rhodes, où ils avaient probablement leurs affaires. C’est bien entendu aussi dans la ville de Rhodes que devaient se rendre les sitônai des cités de l’Égée, par exemple ceux auxquels il est probablement fait référence dans le décret d’Arkésinè. De même, c’est à Rhodes (ville) que les marchands de blé camiréens devaient exercer leurs activités commerciales. Cela ne les empêchait pas de garder leurs attaches locales, puisqu’on voit leurs fils ou leurs parents exercer des fonctions à Camiros.

  • 16 Cf. Mossé 1975, 171, à propos du centre commercial qu’était Rhodes : “Encore faudrait-il pouvoir p (...)
  • 17 Voir Ziebarth 1932 et Casson 1954, 168-187.

9La seconde conclusion touche à la place des commerçants rhodiens dans la vie de la cité, problème sur lequel on s’est encore récemment interrogé16. Comme le montrent aussi les sources littéraires17, des Rhodiens pratiquaient donc eux-mêmes des activités commerciales. On voit certains de leurs enfants ou parents (sinon eux-mêmes, mais selon toute vraisemblance, cela tient seulement aux lacunes de nos sources) occuper des charges, comme celle de hiérope, qui sont manifestement réservées à l’élite dominante (mais on se gardera, pour l’instant, de tirer des conclusions sur le fait qu’on ne voit pas d’individus de ce groupe familial exercer des prêtrises importantes ou des magistratures supérieures). D’autres analyses permettront de préciser ces résultats.

Notes

1 IG, XII.Suppl., 348 (Pleket, Epigraphica, 1,9) ; cf. Casson 1971, 171, n. 23, et 183-184, tableau comparé de cargaisons de grain et tonnages de navires.

2 Glotz 1913, 16-29, et 19-20 sur les cours du blé [cf. maintenant aussi infra 196 et 282].

3 L’identification a été faite depuis longtemps, cf. déjà entre autres van Gelder 1900, 454, n. 87 et Ziebarth 1932, 916.

4 Cf. déjà Ziebarth, ibid.

5 Ziebarth 1932, 916 et n. 2.

6 [Hellanikos : voir LGPN, I, s.v., no 5-17, mais avec 6 mentions d’ép. imp., dont 5 dans la même famille à Lindos. A Lindos précisément, une occurrence au iiie s. a.C. (Lindos, 103, 1. 12), et de père en fils dans une famille de l’époque impériale (ibid. 470). On notera cependant un décret d’Olbia en l’honneur d’un Rhodien du nom d’Hellan[ikos] – le patronyme a malheureusement disparu – losPE 2, I 30 (iiie ou iie s. a.C. semble-t-il, LGPN, I, no 5). Elpinikos : 2 mentions au total, la seconde dans le dème camiréen de la Pérée des Kasareis, LGPN, I, no 21)].

7 Voir TC, index nominum s.v. Dumonikos, Epinikos (époque impériale), Kleonikos (ou Kleunikos), Sôsinikos. Voir cependant infra pour le nom Aristonikos.

8 Ainsi, les deux noms apparaissent à Lindos dans une même famille, Lindos, 190, 1. 11, c. 170 a.C., où l’on trouve un Agathoklès, fils d’Agathostratos, et ibid., 252, 1. 222, c. 115 a.C, Agathostratos, fils d’Agathoklès. Cette famille n’a évidemment rien à voir avec les groupes familiaux camiréens.

9 Voir déjà Graindor 1904, 323 sur ce point, et Bogaert 1968, 198 et 199. Pour P. Graindor, suivi par R. Bogaert, Antisthénès a dû rendre aux gens d’Ios le même service qu’Agathoklès aux Éphésiens (vente de blé à bon prix).

10 Poma 1972, 177 sq. et 206.

11 Poma 1972, 262, n. 411.

12 Graindor 1904, 324 : “C’est à cette époque (fin iiie - début iie s.) que se rattachent nombre de textes attestant l’influence exercée par les Rhodiens dans la plupart des Cyclades, a Syros, a Amorgos, a Ténos, à Kéos. En fait, cf. ex. gr. le cas d’Amorgos, l’influence rhodienne dans les Cyclades, avec des modalités diverses, est bien antérieure à cette période.

13 La zone d’influence économique correspond manifestement à la zone d’influence politique, et réciproquement (cela pour les Cyclades seulement, bien entendu). Rien ne le montre mieux que par exemple le décret d’Ios IG, XII.5, 8 + 1009, qui remercie les Rhodiens d’assurer la liberté de la cité. L’inscription est strictement contemporaine du décret IG, XII.5, 1010, cf. déjà la remarque sur l’écriture de P. Graindor (1904, 324). Nous n’insistons pas ici sur ce problème qui n’est pas notre objet.

14 Miller 1974, 151-152 : l’activité marchande de cette famille, très probable évidemment, n’est cependant pas absolument certaine, à la différence de ce que l’on trouve pour le groupe familial camiréen présenté ici.

15 Voir aussi IG, XII.1, 367, la stèle funéraire de Pythodôros, fils d’Hermokréôn, découverte au même

16 Cf. Mossé 1975, 171, à propos du centre commercial qu’était Rhodes : “Encore faudrait-il pouvoir préciser la place de ce commerce dans la vie de la communauté civique”.

17 Voir Ziebarth 1932 et Casson 1954, 168-187.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search