Version classiqueVersion mobile

La cité marchande

 | 
Alain Bresson

Chapitre II. Retour à Naucratis

Texte intégral

1La question du commerce avec l’Égypte, avec au centre le rôle de l’emporion de Naucratis, a continué à faire l’objet de débat dans la littérature scientifique la plus récente. Le moment paraît venu de tenter d’en dresser un bilan et, du même coup, de tester la validité des hypothèses émises dans notre première étude, mais aussi de faire de nouvelles propositions en fonction des données nouvelles qui ont été récemment publiées.

naucratis : un bilan

  • 1 Voir Coulson & Leonard 1981 et surtout Coulson 1996, avec bibliographie des publications prélimina (...)
  • 2 2 tessons de céramique chiote archaïque contre 1895 des époques ultérieures (Coulson 1996, 19). qu (...)
  • 3 Coulson et al. 1982, 73-76.

2Du point de vue archéologique, le fait nouveau a été la reprise des fouilles sur le site de Naucratis par une équipe américaine. La tentative valait d’être faite mais, malgré des efforts méritoires, les conditions des fouilles – la plus grande partie du site antique est maintenant occupée par un lac – ne semblent pas avoir permis d’aboutir à des résultats nouveaux et décisifs sur l’histoire de la ville, de ses sanctuaires ou de sa vie commerciale à l’époque archaïque et classique1. Les céramiques d’époque archaïque et du ve s. se ramènent à peu de choses, et, pour les mêmes périodes, les restes d’amphores témoignent des importations bien connues en provenance du bassin égéen2. Même pour les éléments de base du plan de la ville, on reste encore largement tributaire des données de Petrie et Gardner. La critique du caractère égyptien de la partie sud de la ville, entreprise par W. D. E. Coulson, A. Leonard et N. Wilkie3, devra être examinée dans la publication définitive.

  • 4 Sullivan in Coulson 1996, 177-195.
  • 5 Voir notre analyse d’Étienne de Byzance, s.v. Γυναικόσπολις, cf. Aristagoras “de Milet”, FGrHist, (...)
  • 6 Il faut cependant adjoindre à la documentation ancienne sur laquelle s’appuie R. D. Sullivan la st (...)
  • 7 R. D. Sullivan in Coulson 1996, 177-195. Sur la date de la fondation, voir remarques chap. I, n. 1 (...)
  • 8 Kinch 1914, 5-6.
  • 9 Morris 1993, 174-199.

3Dans la lignée de ces travaux, mais sans pouvoir s’appuyer sur une documentation nouvelle, R. D. Sullivan a considéré que Naucratis aurait été d’abord une fondation militaire4. La chose est en réalité douteuse. Nous dirions plutôt qu’en ces hautes époques la séparation entre commerce à l’aventure et guerre piratique n’était sans doute pas aussi nette qu’elle le sera plus tard. C’est la raison pour laquelle aussi, même si on ne peut le prouver formellement, il semble toujours raisonnable d’admettre que les Naucratites avaient pu jouer un rôle militaire au moment de la “révolution nationaliste” et des combats entre Apriès et Amasis5. La dimension militaire de la présence grecque en Égypte du viie au vie s. reste en tout cas une réalité incontournable6. R. D. Sullivan considère aussi qu’il faudrait faire remonter la première présence grecque à Naucratis à la première moitié du règne de Psammétique Ier plutôt qu’à la fin de son règne, s’appuyant en particulier sur la synchronie avec la céramique du site de Vroulia, à l’extrémité sud de l’île de Rhodes7. Vroulia paraît avoir joué le rôle d’un petit port de relais sur la route de l’Orient et de l’Égypte. Pour K. F. Kinch, le fouilleur du site, Vroulia aurait été fondée vers 700 a.C. et abandonnée dans la première moitié du vie s.8 Cependant, I. Morris a récemment proposé pour Vroulia des dates plus basses et plus resserrées, entre 625 et 5759. On voit que, même en se fondant sur les témoignages archéologiques vrouliens, il reste difficile de faire remonter la présence grecque à Naucratis au-delà des dernières décennies du viie s.

  • 10 Yoyotte 1993/4, 685-686.
  • 11 Yoyotte 1991/2, 640-642. L’hypothèse (qui remonte à H. De Meulenaere en 1951, cf. ibid., 638 pour (...)
  • 12 Yoyotte 1991/2, 642-644 et 1993/4, 684 pour la dédicace de Ptolémée II.
  • 13 Yoyotte 1993/4, 684.
  • 14 Yoyotte 1991/2. 643-644, dont nous résumons les éléments principaux.
  • 15 J. Yoyotte, sur le conseil d’O. Masson, était tenté de voir un patronyme grec dans la définition “ (...)

4Du côté de la recherche égyptologique, on insiste aujourd’hui plus que jamais, au contraire des travaux de l’équipe américaine, sur la présence égyptienne à Naucratis. Certains petits objets trouvés à Naucratis sont indubitablement antérieurs à la 26e dynastie et remontent à la période xe-viiie s.10 Selon J. Yoyotte, le nom de la ville de Naucratis serait même une transposition en grec du nom égyptien Nokradj, cl non l’inverse11. Quoi qu’il en soit effectivement, on sera d’accord avec J. Yoyotte sur l’intérêt particulier de trois petites stèles à décor et inscrites provenant très probablement de Naucratis ou d’une zone proche de Naucratis. La première (Berlin 7780) date du règne d’Apriès (an 2 ou an 12, ce pharaon régnant entre 589 et 570), où Amon-Rê-Baded figure dans le décor avec Mont dame d’Isherou : or, Amon-Rê-Baded a fait l’objet d’une dédicace de Ptolémée Ier ou Ptolémée II sur un tronçon d’obélisque provenant de Naucratis qui nomme le lieu saint appartenant au dieu “le Beau Château”, tandis qu’un manche de sistre (Louvre E 6268) porte deux inscriptions, l’une en l’honneur d’Amon-Rê “qui préside au Beau Château”, l’autre pour Mout, ce qui, ajouté au parallèle des formulaires avec les deux autres dédicaces, conforte l’hypothèse d’une provenance naucratite12. La seconde (Le Caire 14/2/25/2) est une stèle de l’an 3 d’Amasis (soit 567), qui honore Amon-Rê, “seigneur du Beau Château”, et a donc toute chance de provenir de Naucratis13. La troisième (Ermitage 8499), de l’an 16 d’Amasis (soit 554 a.C.), qui représente Horus, Isis et un pharaon coiffant la couronne d’Osiris, est l’œuvre d’un “homme de Nokradj”, la dédicace étant faite dans le village “Le Mur-de Pekher(y), sur le territoire de Sais”, certainement tout près de Naucratis14. Comment ne pas faire un parallèle entre cet “homme de Nokradj”15 et “l’Égyptien de Naucratis” de la stèle Lindos, 16, de la fin du Ves. ? La convergence entre les deux sources, l’une égyptienne, l’autre grecque, est tout à fait instructive. L’existence d’une communauté égyptienne à Naucratis est hors de doute. De même, on doit supposer avec J. Yoyotte qu’il est possible qu’un temple d’Amon-Rê-Baded ait prospéré à Naucratis dès la 26e dynastie.

  • 16 Malgré Figueira 1988, 543-551, sur lequel voir en détail nos arguments in Bresson 1991, on ne peut (...)
  • 17 Bagnall 1995, 20 et 49, avec réf.
  • 18 Tod2, 139. Il y a ici un jeu sur le signifiant, Stratôn pouvant rappeler Abd’Aštart.
  • 19 Cf. les no 56 et 57 du catalogue de Bäbler 1998, 243-245, avec comm. détaillé. En ce cas, il y a j (...)

5On relèvera, si nécessaire, qu’il n’est pas étonnant de voir un Égyptien porter en même temps un nom grec. La mention, à l’accusatif, de [---]αν Πυθέω Αἰγ[ύπτιον τ]ὸν ἐγ Ναυκράτ[ιος] (Lindos, 16, 1. 2-5) où nous avons montré qu’il fallait voir un Égyptien de Naucratis, et non un Éginète16, trouve aisément des parallèles. Le phénomène du double nom est bien attesté dans l’Égypte ptolémaïque17. On pourrait cependant objecter que le contexte est trop tardif. Mais on rencontre ce phénomène à Athènes au IVe s. avec le fameux décret pour le roi Abd Aštart de Sidon, qui, dans le décret attique en sa faveur, porte le nom de Stratôn18. En outre, de manière plus banale et encore plus significative, on le rencontre par exemple aussi dans des bilingues d’Athènes ou du Pirée, où des Phéniciens de Kition portent dans l’inscription en grec le nom de Νουμήνιος, “Nouvelle Lune”, et dans l’inscription phénicienne correspondante, le nom de Benhodes, “Fils de la Nouvelle Lune” (IG, II2, 9034) ou de Mahdas, “Nouvelle Lune” (IG, II2, 9035)19.

  • 20 Porten & Yardeni 1993 ; Briant & Descat 1998, avec bibliographie la plus récente.
  • 21 Porten & Yardeni 1993, XX, 23 et 292 ; cf. aussi Yardeni 1994.
  • 22 Briant & Descat 1998, 60-62 sur la chronologie du document.

6Enfin, même s’il n’y est pas directement question de Naucratis, on soulignera l’importance de la publication d’un registre douanier de la satrapie d’Égypte, publié par B. Porten et A. Yardeni, et qui a fait l’objet d’un commentaire historique détaillé de la part de P. Briant et R. Descat20. Le texte est daté de la 11e année de règne d’un pharaon perse et diverses raisons de formulaire et de paléographie incitent à le dater de la première moitié du ves. Cependant, entre la 11e année de règne de Xerxès (475) et la 11e année de règne d’Artaxerxès Ier (454), un certain doute subsiste encore dans l’esprit des commentateurs. Les premiers éditeurs ont préféré la date haute, entre autres raisons parce que les années 450, celles de l’expédition athénienne en Égypte, leur ont paru trop troublées pour le contexte apparemment tout à fait pacifique du registre de douane21. Tout en insistant sur l’incertitude qui leur semble subsister, P. Briant et R. Descat considèrent en revanche que rien ne permettrait d’exclure une date sous Artaxerxès Ier et concluent que la question devrait rester ouverte22.

  • 23 Briant & Descat 1998, 63-64.
  • 24 Les premiers éditeurs avaient naturellement identifié les Yawan. i.e. les “Ioniens”, appellation t (...)

7On reviendra sur la question de la chronologie, mais auparavant, il faut analyser brièvement le contenu même du document. Le registre répertorie pour chaque entrée le nom du capitaine suivi de ce qui est manifestement son ethnique. Un récapitulatif donne respectivement 36 navires ywny psldrsy et 6 navires kzdry. Ces derniers sont très probablement des Phéniciens ou des gens d’une cité de la côte de Palestine, mais que l’on ne peut identifier clairement23. C’est ici qu’il convient de souligner l’intérêt majeur de l’identification d’ethnique effectuée par P. Briant et R. Descat, qui ont reconnu sous ywny psldrsy des “Ioniens” de Phasélis24. Il convient de suivre et d’exploiter cette piste qui constitue en fait une clé essentielle pour l’analyse du document.

  • 25 Cf. Str. 14.3.9 et Liv. 37.23.1 pour cette définition.
  • 26 Sur Phasélis, voir déjà notre commentaire chap. I, 42 et n. 114. Pour une présentation générale de (...)
  • 27 Heipp-Tamer 1993, 31-35.
  • 28 Voir Heipp-Tamer 1993, 33-34 pour la chronologie de trésors trésors égyptiens et des trésors du Le (...)
  • 29 Heipp-Tamer 1993, 32.

8Phasélis était cette cité située du sud de l’Asie Mineure, aux confins de la Lycie et de la Pamphylie25, qui jouait pour le monde grec un rôle de plaque tournante dans le commerce avec l’Égypte et l’Orient. On a vu qu’elle faisait partie de l’Hellénion de Naucratis (Hdt. 2.178), ce qui montre l’importance de son commerce dès les années 560 au moins26. Dans une monographie consacrée au monnayage phasélitain allant de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Chr. Heipp-Tamer a dressé la liste des trésors où apparaissent des monnaies de Phasélis de la fin de l’archaïsme et du début de l’époque classique27. Elle a ainsi pu insister sur le fait que sur les sept trésors en question, quatre sont des trésors égyptiens : Demanhur, daté c. 500 a.C. (IGCH, 1637) ; Benha El Asl, c. 485 a.C. (IGCH, 1640) ; Asyut, c. 475-460 a.C. (IGCH, 1644) et Zagazig, date d’enfouissement discutée entre c. 470 et après 450 (IGCH, 1645)28. Chr. Heipp-Tamer a aussi relevé que Demanhur, Benha El Asl et Zagazig sont des trésors du Delta, les deux premiers sites étant respectivement à c. 20 et 10 km de Naucratis, Zagazig étant en revanche dans l’Est du Delta. Elle a en outre souligné que le quart des exemplaires connus du groupe archaïque 3.1 de Phasélis provient d’Égypte29.

  • 30 Meiggs-Lewis, 31 ; IG, I3, 10.

9Un épisode fameux de la Vie de Cimon de Plutarque (12.3-4) rapporte comment cette cité, qui jusqu’à la campagne de l’Eurymédon était restée fidèle à la Perse, dut subir un siège de la part des forces d’Athènes et de ses alliés. Plutarque rapporte ainsi comment les Phasélitains communiquèrent avec leurs amis chiotes, qui faisaient partie de l’armée de Cimon puisque Chios était la principale cité alliée d’Athènes en mer Égée : finalement, les Phasélitains furent ainsi convaincus d’abandonner la cause perse et de se ranger au côté des alliés. C’est un peu plus tard que les Phasélitains reçurent d’Athènes des privilèges judiciaires qui intéressaient directement leurs commerçants, puisque la convention qu’ils conclurent avec Athènes mentionne les conflits d’affaires qui devaient être réglés dans les mêmes termes que selon les conventions entre Athènes et Chios30.

  • 31 Voir en dernier lieu Robinson 1999, qui revient sur l’historiographie de la campagne.

10C’est dans ce cadre, semble-t-il, que l’on peut mieux comprendre le sens du registre douanier d’Égypte. Ce n’est certainement pas un hasard si les commerçants “ioniens” fréquentant l’Égypte qui apparaissent dans l’année 11 sont exclusivement des Phasélitains. Il faut une date où Phasélis soit la seule cité grecque dont les commerçants puissent gagner l’Égypte, et l’on voit immédiatement que cette date est 475. A ce moment, en effet, non seulement Phasélis n’était pas en guerre avec l’empire perse mais elle en était sujette. En revanche, les ressortissants des autres cités grecques étaient nécessairement exclus des ports de l’empire, ceux des grandes cités de Grèce d’Europe depuis la révolte de l’Ionie (499) et ceux de la côte ouest de l’Asie Mineure depuis 479 et la deuxième révolte contre la Perse. Plus tard, en 455, Phasélis était passée du côté d’Athènes et, à leur tour, ses ressortissants ne pouvaient donc qu’être considérés commme ennemis. A fortiori, le contexte de guerre acharnée dans le Delta entre 459 et 454 exclut encore davantage que le registre douanier puisse dater de 455 : car même si, peut-être, les pertes finales des forces d’Athènes et de ses alliés ont été un peu moins importantes qu’on ne l’a pensé jusqu’ici (“seulement” 70 ou 100 trières peut-être, soit le chiffre tout de même considérable de 14 000 à 20 000 hommes31,) l’ampleur et la continuité des opérations ne font aucun doute.

11Seule cité grecque d’Asie Mineure ou de Grèce d’Europe à commercer avec l’Égypte entre 479 et la bataille de l’Eurymédon, donc en situation de monopole de fait, Phasélis dut trouver bien des avantages dans sa situation, même si elle résultait d’enchaînements de circonstances qu’elle n’avait ni voulues ni maîtrisées. On comprend donc que les Phasélitains n’aient pas été trop pressés de passer dans le camp athénien : leurs intérêts commerciaux étaient prioritairement dans les trafics avec Chypre et l’Orient sous contrôle achéménide et ils avaient beaucoup à perdre à changer de camp. Il n’est même pas aventuré de penser que la convention judiciaire que leur accordèrent un peu plus tard les Athéniens, avec sur ce point le statut d’allié privilégié au même rang que les Chiotes, ait été conçue par les Athéniens comme une compensation pour les pertes qu’ils avaient subies dans leur commerce avec l’Orient : après leur passage dans l’alliance athénienne, les Phasélitains avaient nécessairement dû réorienter leur activité vers le commerce d’intermédiaires sur les marchés égéens, à l’instar du rôle qu’on leur voit jouer plus tard au ive s.

  • 32 Cf. Briant & Descat 1998, 62.
  • 33 Ps-Dém., C. Lacritos, 13.
  • 34 Supra chapitre I, 29 et n. 66. Xénophon (Anab., 4.1.34) souligne que même les hôtes (xenoi) pouvai (...)
  • 35 Cf. infra chapitre VI, 126-127, ainsi que Pébarthe 2000, et aussi supra chapitre I, 29, n. 66, ave (...)

12C’est ici le lieu d’ouvrir une parenthèse pour justifier cette vision des choses. On peut être tenté de penser que la guerre n’interrompait pas les échanges commerciaux32. En réalité, on ne doit pas douter qu’en cas de conflit, aussi bien pour le monde des cités que pour l’empire perse, la règle officielle était bien en principe la fermeture à l’adversaire. On doit cependant faire une distinction entre les commerçants et les objets de commerce. Dans le cadre de la Grèce des cités, l’état de guerre impliquait ipso facto l’arrestation de tous les ressortissants considérés comme ennemis. Dans les contrats commerciaux du ive s., on prévoit une clause indiquant de ne pas faire escale dans les ports où l’on peut exercer un droit de saisie contre la cité où a été conclu le contrat33 : a fortiori va-t-il de soi qu’en cas de guerre il était impossible de fréquenter les ports du territoire ennemi. Nous avions souligné que les clauses d’inviolabilité et de neutralité (ἀσυλεὶ καὶ ἀσπυνδεί) concernaient les cités alliées de cités en conflit, mais pas les cités en conflit elle-mêmes34. Pour ce qui est des produits provenant du pays adverse, on voit que les cités pouvaient aussi prohiber les denrées venant de pays considérés comme hostiles, ou, en cas de guerre, déclarés ennemis. Le cas le plus net est évidemment celui de l’empire athénien, qui, du fait de sa structure, ses intérêts et ses méthodes de guerre et de gouvernement, fut capable de mener de véritables guerres commerciales contre les cités récalcitrantes à son autorité, au premier chef Mégare, épisode qui fut le casus belli de la Guerre du Péloponnèse35.

  • 36 Nous ne remettons pas en cause l’existence de la Paix de Callias. Sur ce problème très discuté, cf (...)
  • 37 Hdt. 7.146-147 : ces espions se font prendre et torturer mais Hérodote veut que Xerxès les ait mal (...)
  • 38 Xén., Hell., 3.4.1. S. Lewis (1996, 1-2 et 31-32, avec litt.) ne considère pas Herodas comme un ma (...)

13Pour ce qui est des relations entre la Perse et les cités grecques, au moins s’agissant des hommes, il ne doit faire aucun doute que le principe de base était le même. Les commerçants grecs originaires de cités qui étaient en guerre avec la Perse y étaient donc sans aucun doute traités en ennemis. Jusqu’à la paix de Callias (449)36, il va de soi que, sauf arrangement obtenu localement par quelque pot de vin à un représentant de l’autorité, tout commerçant venant d’Athènes ou d’une cité alliée d’Athènes qui se serait risqué dans un port tenu par l’empire achéménide aurait été immédiatement arrêté comme ennemi. Les marchands étaient naturellement considérés comme des espions potentiels et cela seul aurait pu suffire à justifier leur arrestation. En 491, pour connaître l’état des forces adverses, les Grecs coalisés durent envoyer des espions dans le camp perse, ce qui montre que les autres sources d’informations n’étaient pas disponibles37. Dans les situations de conflit, seuls les neutres pouvaient fournir des renseignements sur l’adversaire. Ainsi, en 397/396, alors qu’ils étaient en guerre avec la Perse, c’est par l’intermédiaire d’un Syracusain du nom d’Herodas, qui se trouvait en Phénicie avec un armateur, que les Lacédémoniens apprirent que le roi et Tissapherne étaient en train de préparer une grande expédition navale38.

14Contre cette manière de voir, on pourra cependant invoquer une anecdote rapportée par Hérodote (7.147). L’affaire se situe en 480, au moment où Xerxès faisait passer son armée en Europe. Alors qu’il se trouvait à Abydos, le roi vit des navires chargés de grain passer l’Hellespont, en route pour gagner Égine et le Péloponnèse. Or, selon Hérodote, au lieu de les faire saisir, il les laissa passer, au motif qu’ils se rendaient où ils allaient eux-mêmes, et en considérant que son armée aurait elle-même besoin de grain lorsqu’elle serait dans ces régions. En fait, le propos de Xerxès fait écho au dialogue entre le roi et son oncle Artabane, qui lui avait montré les dangers de pénurie de grain pour une armée aussi nombreuse, à quoi Xerxès avait répondu que son armée trouverait sur place la nourriture dont elle aurait besoin, car la Grèce n’était nullement un pays de nomades mais un pays de producteurs de blé (Hdt. 7.49-50).

  • 39 Techniquement, trois ouvertures avaient été ménagées dans le pont permettant aux “navires de petit (...)
  • 40 Hdt. 7.147 : Οἱ μὲν δὴ πάρεδροι αὐτοῦ ὡς ἐπύθοντο πολέμια εἶναι τὰ πλοῖα, ἕτοιμοι ἦσαν αἱρέειν αὐτ (...)

15Quelle qu’ait été l’attitude effective de Xerxès, il paraît clair qu’on à ici affaire à un logos sur l’hybris, la démesure de Xerxès, qui se voyait déjà maître de la Grèce d’Europe avant même d’avoir livré bataille. L’anecdote doit être mise au rang de celle qui veut que Xerxès ait fait frapper de verge l’Hellespont (voire l’avoir marqué au fer rouge) parce qu’une tempête avait détruit son premier pont de bateaux (Hdt. 7.56) ou refusé de tenir compte des prodiges inquiétants qui s’étaient manifestés lorsque l’armée était passée en Europe (Hdt.7.57). Il faut plutôt admettre que les Perses n’avaient pas coupé la route du blé venant du Pont Euxin parce qu’ils comptaient bien ainsi contribuer au ravitaillement de leur armée en marche vers le Sud de la Grèce, avec il est vrai le risque qu’une partie des navires, une fois passé l’Hellespont, ne gagnent pas le port qu’on leur avait signifié de rejoindre mais éventuellement leur destination initialement prévue, c’est-à-dire les cités tenues par les Grecs coalisés39. Au demeurant, on relèvera que la première réaction des conseillers de Xerxès en voyant arriver des navires susceptibles d’aller ravitailler Égine et le Péloponnèse avait été de les tenir pour “ennemis” et de se tenir prêts à les saisir40 : il ne leur manquait plus que l’ordre du roi, ce qui montre assez ce qu’était la pratique ordinaire. C’est le contrordre de Xerxès, dont on a vu qu’à notre sens il fait partie du logos d’Hérodote sur l’hybris de Xerxès, qui, par son caractère exceptionnel, méritait selon Hérodote de retenir l’attention. En matière d’attitude observée à l’égard de commerçants originaires de pays ennemis, on ne devra donc nullement opposer à une attitude rigoureuse des Grecs un supposé “libéralisme” perse : tout indique que, pour les Grecs comme pour les Perses, commerçant ou pas, tout ressortissant du pays avec lequel on était en guerre était traité en ennemi.

  • 41 Perreault 1986, part. tableau p. 154 et conclusions p. 170-171.

16Il est vrai que, apparemment, la documentation archéologique n’incite pas à penser que les choses étaient aussi tranchées. En réalité, avec des modalités pratiques qui méritent une justification particulière, la guerre nuisait directement aux échanges commerciaux. Les échanges entre le monde grec et le monde oriental à la fin de l’archaïsme et au début de l’époque classique ont à cet égard une valeur exemplaire. Si, en valeur, la céramique ne représentait qu’un élément marginal du commerce international, elle constitue néanmoins un marqueur précieux de l’intensité des échanges. Or, avec des rythmes divers, des céramiques attiques n’ont pas cessé d’être importées au Proche Orient et en Égypte, même à l’époque des Guerres Médiques41. Cette constatation paraît être en contradiction avec le principe posé précédemment. En effet, une telle continuité laisse supposer que les échanges entre Athènes et le monde tenu par les Perses n’étaient pas interrompus. Mais ces échanges n’impliquent aucun contact direct entre des commerçants athéniens et les ports de l’Orient achéménide. A cette époque, les commerçants ioniens jouaient un rôle décisif dans les échanges. De 545 à 479, sauf pendant la douloureuse parenthèse de cinq années de la Révolte de l’Ionie (entre 499 et 494), les cités ioniennes n’ont pas cessé de faire partie de l’empire perse. On ne doit pas douter que c’est par leur intermédiaire que purent se poursuivre les trafics entre le monde égéen, Athènes incluse, et les ports sous contrôle achéménide.

  • 42 Perreault 1986, ibid. Pour ce qui est de la baisse des importations de figure noire attique en Égy (...)
  • 43 Cf. supra 68 et n. 28 la chronologie des trésors d’Égypte et du Levant à cette période.
  • 44 Pace Descat in Briant & Lévêque 1995, 351-352.
  • 45 L’inscription Meiggs-Lewis, 34, témoigne de l’engagement des Samiens dans l’expédition d’Égypte.

17En revanche, dans le deuxième quart du ve s., entre c. 475 et 450, on constate une chute brutale des importations céramiques en Syro-Phénicie et à Chypre, un peu moins marquée seulement en Égypte42. Au même moment, l’arrivée d’argent grec se tarit43. Cette chute brutale des importations de céramiques et d’argent ne doit pas étonner44. Avant la reprise marquée après 450, elle correspond trop bien à la conjoncture politique de ces années pour qu’on puisse douter que la sortie de l’empire de l’ensemble de la Grèce d’Asie et la poursuite de la guerre aient eu pour conséquence l’interruption presque totale des échanges entre le monde grec égéen et le monde oriental tenu par la Perse. C’est tout simplement le contexte de guerre qui rendait impossibles les contacts directs ou indirects entre les cités de l’alliance athénienne et les ports de l’empire achéménide, faisant chuter de manière très importante l’arrivée des produits venant du monde égéen, dont la diminution des arrivages de céramique attique n’est que l’élément révélateur, et, de même, les taxes en argent versées par les commerçants. L’affaiblissement des cités d’Ionie dans cette période est certes d’abord lié aux suites de l’échec de leur révolte de 499-494, mais aussi aux conséquences de leur choix politique de 479 de quitter le camp perse : ce faisant, dans un contexte de guerre prolongée, elles s’étaient tout simplement privées elles-mêmes de leurs partenaires orientaux naturels qui, quant à eux, devaient par force rester encore dans l’empire. Les tentatives pour libérer Chypre ou pour provoquer la sécession de l’Egypte étaient donc aussi de l’intérêt direct des cités grecques d’Asie Mineure, qui auraient pu ainsi retrouver leurs partenaires naturels et on comprend qu’elles se soient fortement engagées dans ces opérations45. Après la déroute de 454 en Égypte et malgré les ultimes succès à Chypre en 449, l’échec de cette politique était patent. La Paix de Callias fut donc sans doute accueillie avec soulagement par les cités commerçantes d’Asie Mineure, mais entre temps Athènes était devenue une énorme puissance avec laquelle il n’était plus question de pouvoir se comparer. La guerre avait donc des effets directs sur le commerce et sur la prospérité des cités, comme le montre aussi la chronologie des exportations d’amphores de Chios au ve s. (Lawall 1998).

18Le rôle de Phasélis apparaît maintenant en pleine lumière. Depuis 479 et jusqu’à la période 469-466, soit une douzaine d’années après la deuxième Révolte de l’Ionie, seule Phasélis continua à faire partie de l’empire. Il n’est pas très difficile d’imaginer comment des commerçants de cités grecques appartenant à l’alliance athénienne purent encore faire passer en contrebande à leurs vieux amis et partenaires phasélitains quelques produits qu’ils pouvaient souhaiter se procurer – mais évidemment les quantités ne pouvaient qu’être minimes. Certes, du côté perse, rien ne prouve qu’on ait à proprement parler banni tous les produits venus de l’autre côté de la mer, argent, métal ou bois par exemple, qui pouvaient même au contraire être utilisés dans la guerre comme matériaux stratégiques. Il se peut que l’empire perse ait eu sur ce point une attitude plus souple que l’empire athénien, où la pression commerciale était une véritable arme de guerre. L’origine des produits importés n’est pas indiquée dans le registre de douane de 475, ce qui peut laisser supposer qu’elle n’intéressait pas les contrôleurs de douane. Mais l’absence de la quasi totalité des intermédiaires grecs dans les ports orientaux eut manifestement les plus sérieuses conséquences sur les volumes échangés, qui, pendant le deuxième quart du ve s., tombèrent à un niveau dérisoire.

  • 46 Gill 1986 montre cependant que les deux dédicaces de Naucratis au nom d’un Hérodote sont l’une tro (...)

19De la sorte, on peut aussi se faire une tout autre image de ce que fut le commerce égyptien et le rôle de Naucratis dans la longue période de guerre du début du ve s. Le fonctionnement de l’Hellénion fut à coup sûr paralysé à l’époque de la révolte de l’Ionie, entre 499 et 494 (et même 493, pour la (in ultime de la révolte). Il fut certainement de nouveau entravé entre 479 et 469-466, et même paralysé entre 469-466 et 449, avec la réserve qu’entre 459 et 454 il est fort probable que la communauté grecque de Naucratis ne dut pas manquer de nouer des contacts avec les forces d’Athènes et de ses alliées, qui représentaient une aubaine commerciale de premier ordre. Pour le commerce égyptien et oriental, Phasélis assura seule une activité mininum à Naucratis jusqu’à ce que, entre 469 et 466, la cité passât à son tour dans le camp athénien. Lorsqu’Hérodote put visiter l’Égypte après la paix de Callias46, le fonctionnement de l’Hellénion avait donc été réactivé selon les bases institutionnelles qu’Amasis avait autrefois fixées (toutefois naturellement sans la concentration du commerce grec à Naucratis depuis la conquête de Cambyse), mais après trente années qui avaient presque paralysé les contacts entre le monde grec “libre” et l’Égypte sous contrôle achéménide.

  • 47 Briant & Descat 1998, 69-73.
  • 48 Briant & Descat 1998, 77-78.

20Enfin, le document douanier d’Égypte illustre de manière concrète les importations venant d’outre-mer, les principales importations étant les métaux (fer, bronze, étain), le bois (entre autres sous forme de planches et de rames), le vin, l’huile parfumée et la laine, et même peut-être des vases vernissés vides47 (de la céramique attique ?). Surtout, on voit les prélèvements fiscaux en or et en argent exigés des commerçants grecs par le fisc royal, qui explique sans doute pour une bonne part l’introduction d’argent grec, souvent monnayé, en Égypte48, et sans doute aussi dans d’autres régions de l’empire, comme on serait tenté de le penser d’après les trésors de Syro-Palestine contenant des monnaies grecques.

le statut de naucratis

  • 49 Hansen 1997c, part. 91-94 sur Naucratis (cf. déjà brièvement Hansen 1996b, 40-41).
  • 50 Voir chap. I, 13-63.
  • 51 Bresson 1993.

21Dans une étude qui s’insère dans un vaste ensemble de travaux relatifs à la polis grecque archaïque et classique, Μ. H. Hansen s’est intéressé aux rapports entre les notions d’emporion et de polis, et s’est attaché plus particulièrement au cas de Naucratis49. Plusieurs des conclusions de notre article sur Naucratis50 et de notre synthèse sur la notion d’emporion51 y sont discutées. C’est ce débat engagé de la manière la plus courtoise par Μ. H. Hansen que nous voudrions ici poursuivre, tout d’abord en faisant le point sur la question de Naucratis près de vingt ans après la publication originelle, puis en replaçant le débat dans la perspective plus vaste de la définition et de la date d’apparition des emporia grecs.

22Les conclusions de notre première étude portaient principalement sur trois points. Le premier était la distinction à établir entre résidents et passagers. Cette distinction est fondamentale et tout à fait évidente chez Hérodote 2.178-179, mais notre apport était de montrer que cette différenciation permettait d’expliquer deux documents du ve s. a.C., un décret de Lindos datant des années 440 ou 430 (Lindos, app. au no 16) et un décret de la confédération rhodienne datant vraisemblablement de la période 412/411 - 408/407 (Lindos, 16), qui définissent le statut juridique des habitants de Naucratis, Grecs et Égyptiens. Le second était le fait que la gestion de l’Hellénion, le sanctuaire principal de la ville, était aux mains de neuf cités, et que c’étaient ces dernières, en tant qu’États, et non de manière informelle leurs représentants sur place, qui envoyaient périodiquement des délégués, les prostatai de l’emporion. On retrouvait donc là un fonctionnement de type amphictionique, bien connu en particulier pour l’amphictionie pyléo-delphique et sa gestion du sanctuaire de Delphes. Le troisième point était que Naucratis n’avait manifestement pas été une cité au moins jusqu’à la fin du ve s., la situation du ive s. étant plus incertaine.

  • 52 Accord : Bowden 1996, Hansen 1997c, 93. Une seule voix discordante mais sans argument exprimé, ce (...)

23Sur le premier point, si l’on s’accorde toujours à admettre comme essentielle la différence entre résidents et passagers, il est clair que l’importance des documents rhodiens pour la détermination du statut juridique de Naucratis jusqu’à la fin du ve s. n’a toujours pas été reconnue et c’est un point sur lequel il va falloir revenir. Pour ce qui est ensuite de la gestion du sanctuaire de l’Hellénion par des représentants des cités, et non par les marins et commerçants de passage à Naucratis originaires de ces cités, il semble que cette vision des choses soit maintenant acceptée52. C’est en fait surtout la question du statut de Naucratis et la question de savoir si cet établissement était ou non une cité qui semble avoir retenu l’attention. A nos yeux, cette question n’était pas centrale, ou plutôt la solution du problème découlait logiquement des analyses sur le statut juridique des résidents et des passagers.

24Pour Μ. H. Hansen, Naucratis était une cité au moins dès l’époque d’Hérodote. En laveur de ce point de vue sont avancés quatre arguments principaux, mais dont aucun ne peut emporter la conviction.

25— Le premier est fondé sur l’analyse des inscriptions et des monnaies de bronze. Tout le monde admet que Naucratis devint une cité au plus tard avec Alexandre. Le problème est donc de savoir si le passage au système civique précéda Alexandre.

  • 53 Sur le personnage honoré, Ἡλιόδωρος Δωρίωνος, Peremans & Van’t Dack, Pros. Ptol., s.v. no II.4974 (...)

26Μ. H. Hansen évoque tout d’abord le “décret honorifique” de la fin du ive s. OGIS, 120, qui commence par ἡ πόλις ἡ Ναυκρατιτ[ῶν]. En réalité, même avec cette datation, l’inscription ne serait d’aucun secours car le problème demeurerait de savoir si l’inscription était ou non antérieure à Alexandre. Mais il y a plus grave : ce document, qui n’est pas un décret mais une dédicace en faveur d’un συγγραφοφύλαξ, date indubitablement de la période hellénistique, plus précisément de la période 181-146 a.C. selon W. Dittenberger53. Comment pourrait-il avoir le moindre intérêt pour le problème considéré ?

  • 54 Chapitre I, 53-54.
  • 55 Le Rider 1997, 91-93, avec bibliographie.

27Est ensuite avancé l’argument des monnaies de bronze à légende NAY trouvées à Naucratis ou dans le voisinage de la ville. Pour Μ. H. Hansen, citant B. V. Head “they are undated, but ‘the style is that of the fourth century’” (avec citation de Head dans Hist. Num.2, 845). Dans notre première étude avait été rappelée l’existence de ces monnaies, portant la légende ΑΛΕ, qui nécessairement dataient de l’époque d’Alexandre54. Leur examen a été repris ex novo par G. Le Rider55 : ces monnaies portaient (sans doute) au droit une tête d’Alexandre avec légende ΑΛΕ et au revers une tête féminine avec légende NAY. Elles montrent donc que Naucratis avait un monnayage à usage local à l’époque d’Alexandre mais ne sont évidemment en rien une preuve de l’existence d’une cité avant cette date.

  • 56 Newell 1938, 61-62 et pl. IV B.
  • 57 C’est l’hypothèse de Buttrey 1982 (voir aussi Buttrey 1981).
  • 58 Mørkholm et Shore 1974 ; Nicolet-Pierre 1979.

28On relèvera en revanche que, à la suite de E. T. Newell56, G. Le Rider signale l’existence d’une obole d’argent aux types d’Athènes (avec une Athéna à l’œil de profil) et à la légende NAY, au lieu de ΑΘΕ. G. Le Rider suggère que cette émission pourrait également avoir été effectuée à l’époque de Cléomène, en même temps que les bronzes. On conçoit au reste aisément comment Cléomène maître de la satrapie d’Égypte aurait pu favoriser sa petite patrie et l’encourager à frapper monnaie. Cependant, G. Le Rider insiste aussi sur l’importance des émissions de tétradrachmes aux types d’Athènes, très vraisemblablement émis par les pharaons indépendants après 40457, puis, à coup sûr cette fois, par Artaxerxès III et par les satrapes perses dans l’Égypte reconquise après 34358. On suggérera donc avec la prudence de rigueur que, du fait de la similitude des types, l’obole naucratite pourrait aussi avoir été émise à la même époque que les monnayages originaires d’Égypte imitant les monnaies d’Athènes. Si tel était le cas, on aurait éventuellement un argument positif en faveur de l’existence d’une communauté civique en Égypte au ive s. avant Alexandre. On voit combien l’argument est encore ténu, mais qu’en tout état de cause ce ne sont pas les bronzes qui l’apportent.

  • 59 Voir Hansen 1996b et en dernier lieu Hansen 1997d, part. 19.

29— Μ. H. Hansen insiste aussi sur le fait qu’Hérodote 2.178 fait usage du terme polis lorsqu’il mentionne Naucratis. Or, selon lui, même si en l’occurrence manifestement c’est le sens de “ville” qui est le bon, Hérodote n’aurait pas employé ce mot si cette ville n’avait pas aussi été une cité, agissant en cela, toujours selon M. Hansen, comme les autres auteurs d’époque classique : telle est la lex Hafniensis qui est avancée pour justifier cette proposition59. Plusieurs arguments peuvent être opposés à ce point de vue.

  • 60 Cf. Powell 1938, 312, s.v. πόλις, avec liste complète des occurrences. Hansen 1996b, 39-41, analys (...)
  • 61 Μέμφις πόλις : Hdt. 2.10.
  • 62 Ἐλεφαντίνη πόλις : Hdt. 2.17, 18, 29 (bis), 30, 69, 175 (bis), cf. aussi 3.19.
  • 63 Ricl & Jonnes 1997,1. 9-11.

30Tout d’abord, on doit relever que l’idée que l’emploi du mot polis chez les auteurs classiques aurait répondu à des critères aussi rigoureux paraît plus que douteuse. Il suffira ici d’examiner ce qu’il en est avec Hérodote, chez qui le mot renvoie couramment à des villes barbares. La chose est évidente dans le livre II à propos de l’Égypte où une multitude de villes du pays sont désignées comme poleis60. Le livre II, consacré en totalité à l’Égypte, contient proportionnellement le plus grand nombre de mentions du mot polis, 100 sur les 469 mentions dans la totalité de l’œuvre. A 53 reprises le mot est employé seul, à 47 reprises en apposition pour désigner spécifiquement une ville, par exemple Memphis (Μέμφις πόλις61) ou Éléphantine (Ἐλεφαντίνη πόλις62.) Ces villes n’étaient évidemment pas des états-cités de type grec, et Hérodote n’avait pourtant aucun scrupule à les désigner comme poleis. Au reste, Hérodote n’est pas le seul auteur d’époque classique à propos duquel on puisse faire la même observation. On relèvera ainsi l’emploi du mot polis chez Xénophon (Anab., 1.2.14-18) lors de la description de l’itinéraire de Cyrus pour Tyriaon, en Lycaonie (entre la future Antioche de Pisidie et Iconium). Or, si besoin était, une inscription récemment publiée montre de la manière la plus claire que la ville ne devient une polis grecque (avec ses tribus, ses lois, etc.) qu’à l’époque d’Eumène II (197-159), au IIe s. a.C. : en effet, la ville reçoit alors πολιτείαν ǀ τε καὶ νόμους ἰδίους καὶ γυμνάσιον καὶ ὅσα τούτοις ἔστι ǀ ἀκόλουθα63. L’idée que l’emploi du mot polis à l’époque classique suggère toujours l’existence d’une cité est en réalité intenable. La mention de Naucratis Ναύκρατις πόλις (Hdt. 2.178) entre dans une série d’où l’on ne peut tirer aucun argument sur le supposé statut de cité de cette ville.

  • 64 Şahin 1987 et Masson & Yoyotte 1988 (avec quelques modifications au texte et un riche commentaire  (...)

31Au reste, ce jugement est conforté par une inscription de l’époque de Psammétique Ier, dans la deuxième moitié du viie s où l’on trouve le mot employé pour désigner une ville donnée en récompense à un Grec de Priène, sans doute un mercenaire qui s’était distingué au service de pharaon, et qui au retour dans son pays fit une dédicace d’une statuette à l’égyptienne rappelant les bienfaits du roi : Πηδῶμ μ’ ἀνέθηκεǀν ὡμφίννεω : ἐξ Αἰγǀύπτὠγαγὼν : ὦι βαǀσιλεὺς ἔδωo’ὡιγύπǀτιος : Ψαμμήτιχοǀς : ἀριστήιια ψίλιοǀν τε χρύσεον καὶ ǀ πόλιν ἀρετῆς ἕǀνεκα. Il est frappant de constater que précisément le roi ait “donné une ville”, par quoi il faut donc certainement entendre autre chose qu’un simple village, c’est-à-dire sans doute la charge de gouverner cette ville64. On ne peut qu’être frappé de l’étroit parallèle formulaire entre Hérodote et le texte de l’inscription. Bien évidemment, cette polis n’était pas une cité-État. Il est regrettable que Μ. H. Hansen n’ait pas connu ce texte qui aurait pu l’amener à des conclusions différentes de celles qu’il a prononcées.

32— En troisième lieu. Μ. H. Hansen s’appuie sur les ethniques pour montrer que, dès le ve s., et a fortiori au ive s., on employait l’ethnique de Naucratis comme un ethnique civique. Il s’appuie pour cela sur une série d’inscriptions portant l’ethnique Ναυκρατίτης, selon lui du ve et du ive s. Il présente alors une critique de nos analyses en considérant que le lieu de provenance des inscriptions n’y avait pas été pris en compte : pour Μ. H. Hansen, les ethniques Μεμφίτης et Δαφναΐτης, attestés en Égypte, ne sauraient être mis sur le même pied que les occurrences de Ναυκρατῖται attestées en Grèce propre, cela non seulement dans des documents privés mais aussi dans des documents officiels, comme les listes de donateurs du sanctuaire de Delphes CID, II, 4, de 360 a.C. (col. 1, 1. 37 ; 3, 1. 21 et 24) et a fortiori le décret de proxénie attique IG, II2, 206, de 349/348.

  • 65 “Saec. quinto assignare vult Koe(hler)” écrivait Kirchner. Cf. aussi Osborne & Byrne 1996, 244 :(...)
  • 66 Cf. déjà rapidement Bresson 1991, 39-40, mais où nous n’explicitions pas notre point de vue.
  • 67 Wilamowitz 1893, 170 ; Whitehead 1977, 30-34.
  • 68 Whitehead 1977, 72-74.
  • 69 Pour Délos, voir en détail Basiez 1976, et part. 349 sur la valeur juridique à accorder à la formu (...)

33En fait, on peut aisément montrer que le problème ne se pose pas dans les termes indiqués par Μ. H. Hansen. Relevons tout d’abord que l’inscription funéraire de Διονύσιος Πορμένοντο225ς241 IG, II2, 9984, traditionnellement datée de la fin du ve s., est en réalité certainement une inscription du ive s. En effet, ce n’est qu’avec de sérieux doutes que J. Kirchner (IG, II2) l’attribuait au ve s.65 L’inscription n’est pas reprise dans IG, I3 : ce texte doit en fait dater de la première moitié du ive s. Surtout, on doit observer que M. H. Hansen n’a pas tenu compte du statut des οἱ ἐν Αἰγύπτῳ οἰκοῦντες Ἕλληνες, de l’apparition de cette formule aussi bien sous la plume d’Hérodote que dans le décret de proxénie lindien Lindos, 16 app., c’est-à-dire dans un document officiel. Ainsi, Μ. H. Hansen n’évoque pas ce qui était le point central de notre analyse, si bien qu’un lecteur non prévenu en est malheureusement laissé dans l’ignorance. Dans notre étude de 1991, nous étions revenu sur cette question, en montrant que la formule n’était pas banale, mais tendait à montrer que les Grecs d’Égypte dans leur ensemble – selon nous, y compris les Naucratites, qui formaient l’élément majeur de cette communauté –, étaient considérés comme les “métèques de l’Égypte”66. On doit en effet accorder une signification bien précise à la formule οἱ ἐν Αἰγύπτῳ οἰκοῦντες Ἕλληνες qui apparaît tant dans le décret lindien Lindos, 16 app., que chez Hérodote 2.180. En fait, la formule “ethnique + οἰκῶν ἐν + nom de dème” est la manière ordinaire de désigner les métèques à Athènes, qui doivent s’inscrire dans le dème de leur résidence67. Dans le cas d’Athènes, certes, ces formulaires ont manifestement une signification limitée au cadre athénien, et pas à proprement parler une valeur juridique internationale68. En revanche, à l’époque hellénistique, à Délos ou à Delphes en particulier, on trouve des catégories d’étrangers qui sont désignés comme οἰκῶν ἐν Δήλωι ou ἐν Δελφοῖς et cette fois la formule ne peut avoir seulement une valeur interne mais a clairement une signification juridique à caractère international69. Telle était déjà manifestement aussi la valeur de la désignation ἐν Αὶγύπτῳ οἰκῶν d’Hérodote et, surtout, du décret lindien. Si l’on ne prend pas en compte cet aspect des choses, on manque un point décisif pour la compréhension du statut de Naucratis.

34Nous avions donc posé la question de savoir si ce qui était à nos yeux un changement de désignation – de ἐν Αἰγύπτῳ οἰκῶν à Ναυκρατίτης – avait ou non une signification pour le statut de la communauté grecque de Naucratis. Nous soulignions aussi l’existence de cette curieuse précision Ναυκρατίτης ἐξ Αἰγύπτου, non seulement dans une inscription de Delphes mais aussi dans une inscription d’Ios qui avait été publiée par Fr. Lenormant (IG, XII.5, l9) et dont l’authenticité avait été mise en doute du fait des manquements à la déontologie dont ce savant s’était rendu responsable.

35— Reste enfin le cas d’un passage d’Athénée (4 149d) où se trouve cité un texte relatif aux fêtes de Naucratis, œuvre d’un auteur nommé Hermeias. A Naucratis, on faisait un banquet au prytanée lors des fêtes anniversaires d’Hestia Prytanitis et aux Dionysies, ainsi que lors de la fête d’Apollon Kômaios, tout le monde revêtant alors une robe blanche, que dit-il “jusqu’à aujourd’hui on appelle vêtements prytaniques”. Athénée décrit ensuite les rites et pratiques alimentaires liées à ces fêles, puis fait diverses allusions à l’usage du prytanée pendant le reste de l’année (on peut y banqueter quand on le souhaite et son accès est interdit aux femmes).

  • 70 Hansen 1997, 92 et 105 n. add. Μ. H. Hansen n’a apparemment pas connu l’étude de L. Robert 1934 (=(...)
  • 71 Cf. respectivement Ath. 10 438c, 13 563de et 13 606c.

36Pour ce qui est de cet Hermeias anonyme, Μ. H. Hansen considère qu’il s’agit d’un auteur du ive s., Hermeias de Méthymna70. Athénée connaît plusieurs Hermeias : l’un de Méthymna, un historien du ive s. a.C., l’autre de Kourion, un poète iambique du iiie s. a.C., un troisième de Samos, auteur d’un erôtikos logos qui vécut c. 200 a.C.71 Pour Μ. H. Hansen, l’historien est un meilleur candidat que le poète et le rhéteur et le lien doit être avec Hermeias de Méthymna, car le sanctuaire d’Apollon Gryneios, en Éolide, n’était pas très éloigné de Méthymna, en Éolide aussi. Les allusions au prytanée montreraient qu’à cette époque, et depuis longtemps (cf. μέχρι καὶ νῦν), les Naucratites disposaient d’un prytanée – donc qu’ils constituaient bien une cité depuis l’époque archaïque.

  • 72 Diod. 15.37.3. Voir FGrHist 558.
  • 73 Parke 1985, 171-176 et notes (part. n. 3 p. 252 sur Hermeias), qui considère que les témoignages c (...)
  • 74 Beau 1954, 85 (SEG, 14, 1957, 655 ; Guarducci 1967-1978. IV, 92-94), et Parke 1985, 252, n. 6.

37Hermeias de Méthymna est l’auteur d’une histoire de Sicile en 10 ou 12 livres72. Il est effectivement bien possible qu’il ait vécu au ive s. On notera cependant avec Μ. H. Hansen lui-même que F. Jacoby n’incluait pas le fragment en question dans ses FGrHist. Remarquons cependant que cet Hermeias connaissait fort bien Naucratis, pour en décrire aussi bien les rites et usages. C’est cela qui a retenu l’attention d’Athénée, lui aussi originaire de Naucratis. Le sanctuaire d’Apollon Gryneios était assez célèbre et son importance régionale ne saurait être niée73. Un oracle du dieu apparaît dans une inscription de Caunos du ier s. a.C.74 Bien qu’on ne puisse exclure totalement qu’il ait existé depuis des époques anciennes, cet oracle ne paraît avoir connu une certaine vogue qu’à l’époque hellénistique et à la haute époque impériale. L’Hermeias qu’Athénée peut citer sans mentionner son ethnique, qui tout en écrivant un traité sur Apollon Gryneios connaît si bien Naucratis, est-il donc vraiment Hermeias de Méthymna, comme le voudrait Μ. H. Hansen ? Ne pourrait-il être le poète de Samos ? Ou bien encore – on tiendrait là la raison pour laquelle son ethnique n’aurait pas été donné par son compatriote – un auteur qui serait resté inconnu mais qui, comme Athénée, aurait été lui aussi un Naucratite ? En tout cas, le style d’antiquaire et le μέχρι καὶ νῦν, par référence au lointain passé de la cité, paraissent devoir mieux convenir à quelque écrivain de la basse époque hellénistique ou du haut empire qu’à un auteur d’époque classique. On se gardera donc d’y voir la preuve de l’existence d’un prytanée civique au ive s. (même si cela n’interdit pas de penser qu’il ait pu y en avoir un à cette date), mais surtout de conclure qu’un prytanée aurait existé dès l’époque archaïque, donc que la communauté grecque de la ville aurait été une cité dès l’époque archaïque.

  • 75 CID, II, 4, col. I, 1. 3-4 et 14.
  • 76 Sur les poleis dépendantes, voir en dernier lieu Hansen 1997b, avec litt. antérieure.

38Faute de ce que nous considérions pouvoir être une preuve définitive, et tout en penchant pour l’idée que le changement de statut ne s’était effectué qu’avec l’arrivée d’Alexandre, nous avions laissé la question ouverte, car l’existence de l’ethnique nous paraissait être une condition nécessaire mais pas suffisante, pour conclure de manière certaine à l’existence d’une cité au ive s. du fait des particularités du cas de Naucratis. L’obole dont il a été suggéré plus haut qu’elle pourrait être antérieure à Alexandre constitue précisément l’élément qui fait pencher la balance du côté de l’existence de la cité. Comme on voit en outre dans le document de Delphes que les Naucratites apparaissent dans une série des poleis qui sont cette fois indubitablement des cités75, nous opterions maintenant pour la transformation du statut de Naucratis au cours du ive s., mais qui était alors une polis dépendante au sens de la définition de Μ. H. Hansen76, d’où peut-être la formulation Ναυκρατίτης ἐξ Αἰγυπτου. Nous maintenons donc l’essentiel de nos positions, tout en les précisant pour ce qui est de la date de la transformation de Naucratis en cité (nous revenons ailleurs sur ce point dans une autre étude).

les emporia archaïques et classiques : questions de méthode

  • 77 Bresson 1993.
  • 78 Hansen 1997c.
  • 79 Bresson 1993, 222-223. Le regretté Édouard Will (1993) aurait souhaité que nous parvenions à une d (...)

39Nous avons eu récemment l’occasion d’évoquer en détail notre point de vue sur la notion d’emporion77. ‘Il est inutile de reprendre ici les résultats de notre mémoire, mais il est en revanche nécessaire de faire une mise au point méthodologique. Μ. H. Hansen a consacré une élude détaillée à la question du rapport entre emporion et polis78. Bien que le point de départ de nos deux études soit différent, leurs conclusions se rejoignent très largement, en particulier sur la nécessité de ne pas être dupe des sources anciennes. Si un site est décrit dans une source comme un emporion, cela ne veut nullement dire qu’il n’avait pas de statut civique. Sur ce point, notre accord est total. Au reste, comme on y a déjà insisté, c’est la volonté de donner une définition simple et univoque de la notion d’emporion qui est irréaliste79. Tout notre effort a consisté non pas à dresser une “typologie” des sites, mais à construire l’espace de signification de l’emporion par le jeu des oppositions sémantiques sur ce que nous avons appelé l’axe de la vie commerciale et l’axe de la vie politique. C’est seulement par rapport à ces deux axes de signification que nous avons été amenés à proposer ponctuellement une typologie, mais sans jamais affirmer l’existence d’une “essence” de l’emporion qu’il suffirait de “définir” une fois pour toutes, pour pouvoir ensuite “identifier à coup sûr” tel ou tel établissement soit comme emporion, soit comme polis. Bien au contraire – en cela encore une fois nous sommes en plein accord avec Μ. H. Hansen-, nous avons souligné que la plupart des sites qui apparaissent dans une source comme des emporia parce qu’ils sont pris en compte sous l’angle de la vie économique ou (aspect non moins important) de la dépendance financière sont ailleurs désignés comme des poleis parce qu’ils sont envisagés dans leur dimension politique. En d’autres termes, notre démarche a consisté à utiliser une sémantique fondée non pas sur la recherche de l’unité signifiante (ce que d’aucuns ont appelé des sèmes), mais sur les jeux d’opposition, le sens apparaissant par contraste avec d’autres termes situés sur le ou les même(s) axe(s) de signification.

  • 80 Hansen 1997c, 102-105.

40Au delà du cas de Naucratis, M. H. Hansen pose la question de l’existence de l’emporion – le mot et la chose-, à l’époque archaïque80. Selon lui, le mot n’apparaîtrait qu’avec Hérodote. Partant de là, Μ. H. Hansen considère que le concept d’emporion au sens de “place de commerce” ne serait qu’un sens dérivé du sens premier de “port de commerce”, institution qui ne serait elle-même apparue qu’avec la différenciation au sein des cités entre commerce de détail, concentré à l’agora, et commerce de gros, concentré dans l’emporion - port de commerce, dont Le Pirée constitue l’exemple le mieux connu. De fait, l’emporion pure “place de commerce” distincte d’une polis ne serait qu’une création des historiens contemporains et n’aurait pas correspondu à une réalité antique. La règle serait donc : pas d’emporion sans cité, et cela dès les origines. Comme le concept d’emporion ne serait apparu qu’à l’extrême fin de l’archaïsme ou au début du ve s., Hérodote aurait commis un véritable anachronisme en utilisant le mot pour désigner Naucratis – et de toute façon Naucratis aurait été une cité dès l’époque d’Amasis au moins.

  • 81 En revanche, il n’y a rien à tirer de Wilson 1997, dont la conclusion est que l’emporion avait une (...)
  • 82 C’est la raison pour laquelle, même si nous comprenons le regret d’Ehrhardt 1997, 7, c’est tout à (...)

41Cette thèse originale mérite d’être examinée en détail81. Au plan méthodologique, on ne peut que souscrire à une tentative de renouveler une problématique de manière radicale, en reprenant la question de l’emporion sur des bases nouvelles. En outre, on ne peut qu’approuver le principe d’essayer de donner un contenu précis à un concept, en le replaçant dans son développement historique. Il est clair par exemple qu’à l’époque romaine la notion d’emporion ne recouvre plus celle de l’époque classique et hellénistique82. Cependant, même si l’intention est a priori intéressante, c’est encore une fois le détail de la démonstration avec lequel on ne peut être d’accord.

  • 83 Hansen 1995a, 39-45, recense 849 emplois du mot polis chez Thucydide. Le Lexicon Thucydideum de Bé (...)
  • 84 Hansen 1997a.
  • 85 Hansen 1997a, 18.
  • 86 Thc. 1.98.1 ; 4.50.1 ; 4.104.5 ; 4.106.3 et 4 ; 4.107.1 et 2 ; 4.108.1 ; 5.6.1 et 2 ; 5.103.8 et 1 (...)

42Comme le montre Μ. H. Hansen lui-même à propos de Thucydide (mais la même remarque vaudrait pour Hérodote, Xénophon ou Strabon), l’emploi du mot emporion est statistiquement ultra-minoritaire chez ces auteurs par rapport à l’emploi du mot polis83. Vu le très faible nombre de textes en prose que l’on possède avant Hérodote (textes épigraphiques essentiellement), les chances d’apparition du mot avant le ve s. sont donc minimes. En outre, on ne peut même être sûr que le texte d’Hécatée, donc antérieurement à Hérodote, ne faisait aucun mention d’un emporion. On doit en effet compter avec le filtre d’Étienne de Byzance. Μ. H. Hansen a considéré qu’Étienne n’avait pas fait subir de distorsion notable à Hécatée84. Cependant, il relève lui-même à propos du site d’Eion un trait qui pourrait avoir plus d’importance qu’il n’y paraît85. En effet, Eion, certes mentionnée comme polis par Hérodote (7.1 13.1), est mentionnée 14 fois par Thucydide, une fois comme emporion (4.102.3), 13 sans désignation particulière86. Or, citant explicitement Thucydide, Étienne indique s.v. Ἡιών· πόλις ἐν χερρονήσῳ, ὡς Θουκυδίδης. On a donc la preuve qu’Étienne pouvait bel et bien transformer sa source, et cela précisément à propos du mot emporion : quelle meilleure preuve peut-on espérer trouver ? Or, si Hécatée avait lui aussi employé le terme emporion, on peut présumer que par rapport à polis cet emploi était minoritaire chez lui comme chez ses successeurs. De ce fait, on ne peut en aucun cas affirmer que le mot emporion était inconnu d’Hécatée. Au reste, à titre de remarque méthodologique générale, il faut bien constater qu’avant Hérodote la prose grecque n’est représentée que par un nombre de textes qui est quantitativement dérisoire par rapport a celui des époques suivantes. La plus grande partie du lexique grec n’est attestée dans nos sources qu’à partir de la deuxième moitié du ve s. et au delà, cela ne veut pas dire que les mots qui ne sont pas attestés avant cette date n’existaient pas auparavant : en l’occurrence, l’argumentum e silentio est argument de bon sens. On doit doit donc être prudent avant d’affirmer que tel mot n’existait pas avant qu’il n’apparaisse chez Hérodote sous peine de risquer de tomber dans des simplifications excessives.

  • 87 Hansen 1997c, 94.
  • 88 Hansen 1997b, ibid., se fondant sur Hind 1972.
  • 89 Sanmarti & Santiago 1987, 1. 2, mention des Ἐμπυρῖται, cf. Sanmarti & Santiago 1988a et b. Salviat (...)
  • 90 Lejeune & Pouilloux 1988 et Lejeune et al. 1988 ; cf. Pébarthe & Delrieux 1999 (avec bibliographie (...)
  • 91 Slings 1994.
  • 92 Lejeune & Pouilloux 1988 et Lejeune et al. 1988.
  • 93 Vinogradov 1998, 166-167. Sur ces lettres, cf. aussi Wilson 1997/98.

43Mais les faits contredisent aussi l’idée d’une apparition tardive du mot et du concept d’emporion. Considérant donc que le mot n’est attesté qu’avec Hérodote, Μ. H. Hansen repousse ainsi l’idée que la ville d’Emporion, en Ibérie, ait pu porter ce nom avant une époque assez avancée et en tout cas considère que ce nom n’est pas attesté avant le ive s. a.C., avec référence au Ps-Skylax et aux monnaies à légende ΕΜΠ87. La désignation Emporion ne serait qu’une métonomasie tardive de la fondation de Pyrènè, qui serait le nom originel de la colonie88. Mais, si besoin en était, deux inscriptions publiées ces dernières années, largement discutées dans la communauté scientifique, ont permis de montrer que, bien avant le ive s., Emporion était bien désignée sous ce nom. Il s’agit de lettres sur plomb, l’une provenant d’Emporion89, l’autre de Pech Maho90, sur la côte languedocienne française. La date de ces inscriptions est discutée : la lettre d’Emporion a été datée de 530-500 a.C par ses premiers éditeurs, la date étant abaissée à la fin du ve s. par S. R. Slings91 ; pour le plomb de Pech Maho, deuxième tiers du ve s. selon les premiers éditeurs92, mais premier tiers selon Yu. Vinogradov93. En tout état de cause, ces inscriptions sont donc largement antérieures au ive s. et pourraient éventuellement remonter à la fin de l’archaïsme, même si en ce domaine aucune certitude ne peut être atteinte. Si la fondation d’Emporion remonte à c. 590-580 a.C., il n’y a nulle raison de douter que ce qui était fondamentalement un comptoir commercial ait dès l’origine porté le nom d’Emporion. L’hypothèse de la métonomasie, qui au demeurant n’avait déjà aucun élément positif en sa faveur, doit donc être définitivement repoussée.

  • 94 Sur l’inscription de Vetren, voir Velkov & Domaradzka 1994. Fouilles : Bouzek et al. 1996 ; Domara (...)
  • 95 Voir Rouillard 1991, 244-281, avec étude détaillée des sources archéologiques et des sources écrit (...)
  • 96 Nous renvoyons ici aux brèves remarques dans Bresson 1993, 221-223. Les travaux en cours sur le si (...)
  • 97 Cf. aussi Strabon 3.4.8-9. Ces textes sont analysés en détail dans l’ouvrage de P. Rouillard (1991 (...)

44Or, le parallèle de l’emporion de Thrace intérieure, près de Vetren, montre de la manière la plus claire comment fonctionnait un établissement de type commercial vivant en symbiose avec le monde barbare, avec des résidents et des marchands de passage sous la protection de cités tutélaires94. Toutes proportions gardées, cet emporion était en quelque sorte la Naucratis de la Thrace intérieure, les ἐμπορῖται correspondant aux οἰκοῦντες Ἕλληνες de Naucratis. et les trois cités de Maronée (avec un rôle déterminant), Thasos et Apollonia y jouant en quelque sorte le rôle dévolu en Égypte aux neuf cités de l’Hellénion. Le parallèle est trop net pour qu’on puisse ne pas être frappé par le parallèle structurel. Or, la leçon de l’emporion de Thrace est double : les résidents se désignent eux-mêmes comme des ἐμπορῖται, ils ne forment évidemment pas une cité puisqu’ils vivent au contact immédiat et sous le contrôle direct du roi thrace. On sait qu’à Emporion d’Ibérie, les indigènes étaient présents sur le site certainement dès avant l’arrivée des Grecs. Les travaux de synthèse de P. Rouillard ont montré qu’à ses origines (vers 590-580) Emporion était un établissement plus que modeste95 : seulement quelques installations sur l’îlot de la Palaiapolis. Même lorsque l’installation se fit sur le continent (vers 580-570), la Neapolis n’eut jamais une surface de plus de deux hectares. En outre, la cohabitation entre Grecs et indigènes – comme dans l’emporion de Thrace, et comme à Emporion-Tanaïs96 – fut un trait permanent de la ville jusqu’à une époque avancée. Un texte fameux de Tite Live (34.9) insiste à la fois sur le caractère de ville double de l’Emporion d’Ibérie et sur le souci permanent des habitants d’Emporion de se défendre contre une possible attaque de la part des indigènes97. De même, il faut encore une fois souligner que Naucratis n’était pas une ville purement grecque mais une ville double, à la fois grecque et égyptienne, et cela loin à l’intérieur des terres.

  • 98 Gauthier 1987/89, part. 192-195.
  • 99 Platon, Rép., 369d.
  • 100 Ἐμορίδαι et ἐμπορίδαι · μέτοικοι cod., qui n’a aucun sens, mais cf. ibid. ἐμπόριος · μέτοικος.
  • 101 Hansen 1998, 56-57, 72-73 et 116-117, qui insiste tout à fait à juste titre sur le caractère de la(...)

45Μ. H. Hansen veut faire de l’emporion de Thrace un cas à part, isolé, alors que l’inscription montre au contraire de manière concrète comment s’organisait une collectivité de commerçants grecs au contact du monde barbare, et en particulier quelles garanties juridiques elle exigeait pour sa survie et la poursuite de ses activités s’il y avait sur place une autorité de type étatique avec laquelle il fallait composer. Le parallèle entre les ἐμπορῖται – qui deviennent des Ἐμπορῖται puisque le nom commun devient nom propre – de Péninsule Ibérique, de Thrace et du Tanaïs est trop clair pour qu’il soit nécessaire d’y insister. On relèvera au passage que les ἐμπορῖται de l’emporion de Thrace ne se considéraient pas eux-mêmes comme une cité : il leur aurait fallu l’autarkeia à laquelle aspirait tout communauté grecque, mais qui passait d’abord par la capacité à assurer sa propre défense98. C’est en ce sens que la démarche de Μ. H. Hansen est intéressante, car elle met l’accent sur ce trait fondamental de la société grecque : la recherche d’institutions politiquement autonomes, la volonté, si cela était possible, de devenir un État-cité. Platon disait par boutade qu’il suffisait en théorie de quatre ou cinq hommes pour faire une cité99, En fait, il fallait que l’établissement atteigne une certaine masse critique et aussi que les conditions politiques s’y prêtent, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas eu localement une population indigène majoritaire et un pouvoir politique fort interdisant, ou bloquant provisoirement, le développement du processus. Dans l’emporion de Thrace de Kotys comme à Naucratis jusqu’à la fin du ve s., il ne pouvait être question qu’une telle communauté politiquement autonome puisse voir le jour. Les Grecs de Naucratis, jusqu’à la lin du ve s., étaient donc définis juridiquement comme les “métèques de l’Égypte”. On se souviendra alors de la définition d’Hesychius, s.v. ἐμπορῖται· μέτοικοι100. Résider dans un emporion (dans le cas où la désignation s’oppose implicitement à polis), c’était donc être membre d’une communauté qui n’avait pas de statut civique. Si comme l’indique Hérodote tous les Grecs venant en Égypte pouvaient s’installer à Naucratis, selon la définition de Μ. H. Hansen101 lui-même on trouve là la preuve que la communauté en question n’était pas une cité, puisqu’elle n’était pas maîtresse des règles d’appartenance au groupe, qu’elle ne pouvait elle-même définir qui en serait membre et qui ne le serait pas. Plus tard seulement, avec des modalités différentes dans chacun des cas, on assiste au passage à une communauté plus autonome qui devient une cité en fonction de son développement et des circonstances politiques, le critère décisif étant naturellement l’existence d’un véritable corps civique et non plus une simple communauté ouverte où tout un chacun pouvait s’agréger à sa guise.

  • 102 Descat 1993, mais que nous ne pouvons suivre sur l’interprétation à donner à l’interdiction d’expo (...)
  • 103 Pour la définition complexe de la notion d’emporion, on renverra seulement une fois encore a la co (...)

46On voit que la thèse de M. H. Hansen sur l’apparition tardive du concept d’emporion est intenable : si l’Emporion d’Ibérie portait ce nom dès l’époque archaïque et manifestement pour les mêmes raisons que dans l’emporion de Thrace, si Naucratis, désignée comme emporion par Hérodote, avait des structures de fonctionnement identique à l’emporion de Thrace, bref si et le mot et la chose existaient dès l’époque archaïque, on voit que c’est le fond de la thèse de Μ. H. Hansen qui ne peut être accepté. Le concept d’emporion n’est pas une création du ve s. mais bien de l’époque archaïque. D’une part, le terme désignait sans doute déjà le port marchand dans le cadre d’une cité ou d’un État. S’il fallait dessiner une histoire du concept d’emporion comme lieu où les échanges se faisaient sous le contrôle d’une autorité légale, ce n’est pas à la cité classique qu’il faudrait attribuer cette innovation, mais déjà au monde de la Grèce archaïque. Dès l’époque de Solon, donc dès le début du vie s., Athènes avait connu une structuration de ses échanges extérieurs qui avait donné à la cité un rôle décisif de contrôle102. D’autre part, de manière plus lâche, on pouvait désigner comme emporion tout établissement dont la vocation principale était le commerce, en particulier cette poussière de petites installations parfois de quelques dizaines de familles qui cultivaient quelques terres tout en traitant de denrées avec les indigènes, qu’ils revendaient aux commerçants de passage, des Ioniens surtout à cette époque. Ce n’est nullement un hasard ou un anachronisme si les sources (Hérodote pour Naucratis, Tite Live pour Emporion, l’inscription mentionnant les privilèges de l’établissement et les témoignages archéologiques pour l’emporion de Thrace) font usage du mot emporion. Hérodote n’a nullement projeté dans le passé un concept de son temps : il y a plus simplement continuité entre le vie s. et le ve s. Les historiens de notre temps se trouvent donc eux aussi légitimés à évoquer les emporia de la Grèce archaïque103.

  • 104 D’une manière différente, nous rejoignons la critique de S. Goldhill (1996) sur la nécessité de te (...)

47La controverse sur Naucratis et sur la notion d’emporion fait surtout apparaître la différence de méthode entre une approche philologique globalisante et une méthode historique qui s’attache aux définitions juridiques104. S’il suffit qu’un site, même non-grec, même en Égypte ou au cœur de l’Asie Mineure et au vie ou au ve s. a.C., soit dénommé polis (clairement au sens de ville) pour qu’il soit défini comme “city-state”, il est clair qu’il y a là une approche dont l’historien pourra difficilement se satisfaire. L’École de Copenhague rend un immense service en rassemblant une masse d’informations d’une richesse exceptionnelle sur les poleis grecques ou assimilées. Espérons donc que les définitions qu’elle a élaborées prendront une forme plus nuancée, plus soucieuse à la fois des réalités de terrain et des définitions juridiques, sans toujours vouloir faire entrer de force des réalités éminemment diverses dans un moule conceptuel forgé sur des modèles philologiques. Il y a suffisamment d’occurrences où, compte tenu du contexte, le mot polis renvoie à la notion de cité-État pour qu’on puisse se passer d’une règle qui affirme qu’il en est ainsi dans tous les cas.

Notes

1 Voir Coulson & Leonard 1981 et surtout Coulson 1996, avec bibliographie des publications préliminaires qu’il est donc inutile de reprendre ici (sauf pour Coulson et al. 1982). Les nouvelles fouilles de Naucratis ont en revanche apporté une riche moisson de matériel hellénistique et romain.

2 2 tessons de céramique chiote archaïque contre 1895 des époques ultérieures (Coulson 1996, 19). quelques tessons de céramique à décor pouvant remonter au ve s. (selon les éditeurs, cf. ibid., 29) quelques fragments d’amphores de Chios, Samos, Corinthe, Athènes et Mendè (ibid., tableaux 1-2) ; pas de monnaie archaïque ou classique. Sur la céramique chiote à Naucratis, cf. Boardman 1986, qui émet l’hypothèse (audacieuse) qu’il s’agissait de céramique produite localement à Naucratis avec de la terre importée de Chios. La publication de Venit 1988 fait le tour des tour des vases à décor trouvés sur le site de Naucratis dans les musées égyptiens ; nous ne connaissons cette publication qu’à travers le c.r. de Boardman 1990, qui signale deux tessons appartenant au groupe III de Coldstream, 650-615 a.C., ce qui ne contredit pas non plus une fondation dans le dernier quart du siècle.

3 Coulson et al. 1982, 73-76.

4 Sullivan in Coulson 1996, 177-195.

5 Voir notre analyse d’Étienne de Byzance, s.v. Γυναικόσπολις, cf. Aristagoras “de Milet”, FGrHist, 608 F8, cf. chap. I, 19 et n. 24. Ch. Fornara, FGrHist, IIIC, fasc. 1 (1994), 36-37, rejette l’argument militaire sans autre forme de procès, en projetant sur la Grèce archaïque un schéma de séparation totale entre activité du marchand et activité du guerrier qui n’est valable que pour les époques ultérieures.

6 Il faut cependant adjoindre à la documentation ancienne sur laquelle s’appuie R. D. Sullivan la statuette inscrite datant du règne de Psammétique Ier, sur laquelle cf. infra.

7 R. D. Sullivan in Coulson 1996, 177-195. Sur la date de la fondation, voir remarques chap. I, n. 19. L’idée que Naucratis aurait été une fondation milésienne, selon le point de vue de Strabon 17.1.18, critiquée chap. I. 51, est une nouvelle fois combattue par Drijvers 1999, avec des arguments qui, faute d’être nouveaux, sont du moins correctement présentés (mais la bibliographie est sérieusement lacunaire).

8 Kinch 1914, 5-6.

9 Morris 1993, 174-199.

10 Yoyotte 1993/4, 685-686.

11 Yoyotte 1991/2, 640-642. L’hypothèse (qui remonte à H. De Meulenaere en 1951, cf. ibid., 638 pour réf.) est séduisante, mais on devra rester prudent aussi longtemps que le nom n’aura pas été attesté pour une période antérieure à toute présence grecque. Voir aussi Lloyd 1988, 221-231

12 Yoyotte 1991/2, 642-644 et 1993/4, 684 pour la dédicace de Ptolémée II.

13 Yoyotte 1993/4, 684.

14 Yoyotte 1991/2. 643-644, dont nous résumons les éléments principaux.

15 J. Yoyotte, sur le conseil d’O. Masson, était tenté de voir un patronyme grec dans la définition “homme de GRVS” que la stèle donne du personnage, qui en revanche porte lui-même un nom théophore de la déesse Neith, Neferiprê-sa-Net.

16 Malgré Figueira 1988, 543-551, sur lequel voir en détail nos arguments in Bresson 1991, on ne peut envisager qu on ait ici allaite à un Αἰγǀινάταςǀ ἐγ Ναυκράτιος. Trois arguments principaux montrent que la restitution Αἰγǀύπτιοςǀ ἐγ Ναυκράτιος est hors de doute : le parallèle de formulaire dans l’inscription d’Athènes de 225241ρμαῖος Αἰγύπǀτιος ἐχ Θηβῶν (IG, I3, 1341 bis) ; la mention (typiquement égyptienne) de la profession dans ces deux textes, interprète dans le cas de l’inscription de Naucratis, tisserand en laine dans l’inscription d’Athènes ; enfin l’indication d’Hérodote (2.154) selon laquelle Psammétique Ier avait confié aux Grecs résidant en Égypte de jeunes Égyptiens pour qu’ils deviennent des interprètes. En cherchant malgré tout un parallèle éventuel pour la solution Αἰγǀινάταςǀ. nous n’avons trouvé qu’un seul cas qui puisse, de loin, évoquer le formulaire espéré. Il s’agit de l’inscription tardo-hellénistique de Cnide IK. 41-Knidos, 444, de Διoνυσᾶς Διονυσᾶδος. Κνίδιος ἀπὸ Ῥόδου, inscription a propos de laquelle P. M. Fraser (1977) a émis l’hypothèse très vraisemblable qu’il pourrait s’agir d’un Cniden établi à Rhodes dont les restes auraient été rapportés dans son pays natal. En tout état de cause, on voit qu’on ne saurait trouver là un parallèle pour un “Éginète de Naucratis”, quand l’autre restitution, “Égyptien de Naucratis” a pour elle des parallèles contemporains probants et tous les arguments de vraisemblance

17 Bagnall 1995, 20 et 49, avec réf.

18 Tod2, 139. Il y a ici un jeu sur le signifiant, Stratôn pouvant rappeler Abd’Aštart.

19 Cf. les no 56 et 57 du catalogue de Bäbler 1998, 243-245, avec comm. détaillé. En ce cas, il y a jeu sur le signifié “Nouvelle Lune”.

20 Porten & Yardeni 1993 ; Briant & Descat 1998, avec bibliographie la plus récente.

21 Porten & Yardeni 1993, XX, 23 et 292 ; cf. aussi Yardeni 1994.

22 Briant & Descat 1998, 60-62 sur la chronologie du document.

23 Briant & Descat 1998, 63-64.

24 Les premiers éditeurs avaient naturellement identifié les Yawan. i.e. les “Ioniens”, appellation traditionnelle des Grecs dans le monde oriental, mais pas l’origine phasélitaine.

25 Cf. Str. 14.3.9 et Liv. 37.23.1 pour cette définition.

26 Sur Phasélis, voir déjà notre commentaire chap. I, 42 et n. 114. Pour une présentation générale de la cité et de son commerce, cf. Ruge 1938, D. J. Blackman in Schäfer 1981,31-33 et Heipp-Tamer 1993, 15-20.

27 Heipp-Tamer 1993, 31-35.

28 Voir Heipp-Tamer 1993, 33-34 pour la chronologie de trésors trésors égyptiens et des trésors du Levant. Les trois autres (pour reprendre les appellations maintenant traditionnelles) sont Antilibanon (CH, 6, 1981, 5-6, cl. Hurter & Pásztory 1984) c. 480 a.C., Jordan (IGCH, 1482) c. 445 a.C. et Rhodos (IGCH, 1 185), c. 500 a.C.

29 Heipp-Tamer 1993, 32.

30 Meiggs-Lewis, 31 ; IG, I3, 10.

31 Voir en dernier lieu Robinson 1999, qui revient sur l’historiographie de la campagne.

32 Cf. Briant & Descat 1998, 62.

33 Ps-Dém., C. Lacritos, 13.

34 Supra chapitre I, 29 et n. 66. Xénophon (Anab., 4.1.34) souligne que même les hôtes (xenoi) pouvaient être amenés à se tuer mutuellement en cas de conflit.

35 Cf. infra chapitre VI, 126-127, ainsi que Pébarthe 2000, et aussi supra chapitre I, 29, n. 66, avec l’analyse de la saisie des produits naucratites au moment des hostilités contre l’Égypte indépendante au ive s.

36 Nous ne remettons pas en cause l’existence de la Paix de Callias. Sur ce problème très discuté, cf. en dernier lieu la mise au point de P. Briant, in Briant & Lévêque. 1995, 65-68.

37 Hdt. 7.146-147 : ces espions se font prendre et torturer mais Hérodote veut que Xerxès les ait malgré tout fait renvoyer chez eux après avoir vu tout ce qu’ils voulaient voir pour mieux frapper de terreur ses adversaires.
Il n’est guère possible de savoir si la chose est vraie ou purement inventée. On doit cependant noter qu’elle entre parfaitement dans le logos de l’hybris du Roi développé par Hérodote, cf. infra sur ce point.

38 Xén., Hell., 3.4.1. S. Lewis (1996, 1-2 et 31-32, avec litt.) ne considère pas Herodas comme un marchand ni comme un agent en mission d’espionnage, mais comme un étranger assez en vue à Sparte, qui, se trouvant en Phénicie, aurait pris seul l’initiative de prévenir ses amis lacédémoniens.

39 Techniquement, trois ouvertures avaient été ménagées dans le pont permettant aux “navires de petite taille” (πλοῖα λεπτά) de franchir l’Hellespont dans un sens ou dans un autre (Hdt. 7.136). Le contrôle des navires pouvait donc s’effectuer sans difficulté.

40 Hdt. 7.147 : Οἱ μὲν δὴ πάρεδροι αὐτοῦ ὡς ἐπύθοντο πολέμια εἶναι τὰ πλοῖα, ἕτοιμοι ἦσαν αἱρέειν αὐτά, ἐσβλέποντες ἐς τὸν βασιλέα ὁκότε παραγγελέει. Rien ne dit que des citoyens des cités en guerre avec le roi se soient même risqués à franchir l’Hellespont. Les navigateurs venant du Pont pouvaient être de toutes origines, en particulier des Grecs d’Asie Mineure, donc de cités sujettes du Roi, mais qui naturellement étaient susceptibles de ravitailler l’ennemi. Si leur destination prévue était originellement Athènes ou le Péloponnèse, cela suffisait à les faire considérer comme des navires ennemis, πολέμια πλοία. En ajoutant foi au témoignage d’Hérodote, on pourrait aussi prêter à Xerxès l’idée d’avoir voulu faire quelque concession pour semer ainsi le doute et la discorde chez l’ennemi (on remarquera qu’il n’est pas question de navires allant ravitailler l’irréductible ennemi qu’était Athènes). Il semble cependant que l’hypothèse du logos de l’hybris de Xerxès a plus de chance de correspondre à la réalité.

41 Perreault 1986, part. tableau p. 154 et conclusions p. 170-171.

42 Perreault 1986, ibid. Pour ce qui est de la baisse des importations de figure noire attique en Égypte, et singulièrement à Naucratis, J.-Y. Perreault (p. 165) exclut une explication politique (par la mainmise de Cambyse sur l’Égypte) et préfère une justification purement technique, puisque qu’on constate au même moment une augmentation des importations céramiques attique au Levant, lui aussi désormais entre les mains des Perses.

43 Cf. supra 68 et n. 28 la chronologie des trésors d’Égypte et du Levant à cette période.

44 Pace Descat in Briant & Lévêque 1995, 351-352.

45 L’inscription Meiggs-Lewis, 34, témoigne de l’engagement des Samiens dans l’expédition d’Égypte.

46 Gill 1986 montre cependant que les deux dédicaces de Naucratis au nom d’un Hérodote sont l’une trop précoce et l’autre trop tardive pour avoir été faites par l’’historien d’Halicarnasse.

47 Briant & Descat 1998, 69-73.

48 Briant & Descat 1998, 77-78.

49 Hansen 1997c, part. 91-94 sur Naucratis (cf. déjà brièvement Hansen 1996b, 40-41).

50 Voir chap. I, 13-63.

51 Bresson 1993.

52 Accord : Bowden 1996, Hansen 1997c, 93. Une seule voix discordante mais sans argument exprimé, ce qui réduit la portée de la critique, Salles 1994, 291.

53 Sur le personnage honoré, Ἡλιόδωρος Δωρίωνος, Peremans & Van’t Dack, Pros. Ptol., s.v. no II.4974 et III.6355.

54 Chapitre I, 53-54.

55 Le Rider 1997, 91-93, avec bibliographie.

56 Newell 1938, 61-62 et pl. IV B.

57 C’est l’hypothèse de Buttrey 1982 (voir aussi Buttrey 1981).

58 Mørkholm et Shore 1974 ; Nicolet-Pierre 1979.

59 Voir Hansen 1996b et en dernier lieu Hansen 1997d, part. 19.

60 Cf. Powell 1938, 312, s.v. πόλις, avec liste complète des occurrences. Hansen 1996b, 39-41, analyse les occurrences du mot πόλις chez Hérodote, mais néglige le fait capital de l’emploi du mot pour désigner des villes barbares.

61 Μέμφις πόλις : Hdt. 2.10.

62 Ἐλεφαντίνη πόλις : Hdt. 2.17, 18, 29 (bis), 30, 69, 175 (bis), cf. aussi 3.19.

63 Ricl & Jonnes 1997,1. 9-11.

64 Şahin 1987 et Masson & Yoyotte 1988 (avec quelques modifications au texte et un riche commentaire ; repris dans SEG, 37, 1987, 994). Cf. déjà Bresson 1991,39, étude dont Μ. H. Hansen n’a pas eu connaissance.

65 “Saec. quinto assignare vult Koe(hler)” écrivait Kirchner. Cf. aussi Osborne & Byrne 1996, 244 : “v/iv B.C.”).

66 Cf. déjà rapidement Bresson 1991, 39-40, mais où nous n’explicitions pas notre point de vue.

67 Wilamowitz 1893, 170 ; Whitehead 1977, 30-34.

68 Whitehead 1977, 72-74.

69 Pour Délos, voir en détail Basiez 1976, et part. 349 sur la valeur juridique à accorder à la formule. Pour Delphes, Flacelière 1937, 337.

70 Hansen 1997, 92 et 105 n. add. Μ. H. Hansen n’a apparemment pas connu l’étude de L. Robert 1934 (= OMS, II, 972-976), que nous avions pourtant citée dans notre étude de 1980, où ce dernier, 26 (= OMS, 972), n. 1, repoussait déjà par avance l’argument qu’il développe.

71 Cf. respectivement Ath. 10 438c, 13 563de et 13 606c.

72 Diod. 15.37.3. Voir FGrHist 558.

73 Parke 1985, 171-176 et notes (part. n. 3 p. 252 sur Hermeias), qui considère que les témoignages concernant l’oracle d’Apollon ne sont pas antérieurs au iiie s. a.C. et que l’Hermeias inconnu d’Athénée doit avoir été un auteur d’époque hellénistique. Sur l’Apollon du Gryneion, voir aussi Ragone 1990, qui, 39-40, à la suite de Millier, FHG, II, 80-81, admettait l’’identification avec l’auteur des Sikèlika.

74 Beau 1954, 85 (SEG, 14, 1957, 655 ; Guarducci 1967-1978. IV, 92-94), et Parke 1985, 252, n. 6.

75 CID, II, 4, col. I, 1. 3-4 et 14.

76 Sur les poleis dépendantes, voir en dernier lieu Hansen 1997b, avec litt. antérieure.

77 Bresson 1993.

78 Hansen 1997c.

79 Bresson 1993, 222-223. Le regretté Édouard Will (1993) aurait souhaité que nous parvenions à une définition unique et valable en toute occasion du mot emporion. Ce vœu nous paraît toujours impossible à satisfaire, pour les raisons qui avaient été exposées dans notre étude de 1993 et qu’on ne reprendra donc pas ici.

80 Hansen 1997c, 102-105.

81 En revanche, il n’y a rien à tirer de Wilson 1997, dont la conclusion est que l’emporion avait une vocation économique, ce qui n’aurait dû être que le point de départ d’une réflexion sur cette notion.

82 C’est la raison pour laquelle, même si nous comprenons le regret d’Ehrhardt 1997, 7, c’est tout à fait volontairement que les travaux sur l’emporion dans Bresson & Rouillard 1993 ne prenaient pas en compte les emporia de l’époque impériale, qui entrent dans un autre cadre institutionnel (Bresson 1993, 225).

83 Hansen 1995a, 39-45, recense 849 emplois du mot polis chez Thucydide. Le Lexicon Thucydideum de Bétant (1843), s.v., indique seulement cinq emplois du mot emporion.

84 Hansen 1997a.

85 Hansen 1997a, 18.

86 Thc. 1.98.1 ; 4.50.1 ; 4.104.5 ; 4.106.3 et 4 ; 4.107.1 et 2 ; 4.108.1 ; 5.6.1 et 2 ; 5.103.8 et 10 (ces références d’après Hansen 1997a, 18, n. 4).

87 Hansen 1997c, 94.

88 Hansen 1997b, ibid., se fondant sur Hind 1972.

89 Sanmarti & Santiago 1987, 1. 2, mention des Ἐμπυρῖται, cf. Sanmarti & Santiago 1988a et b. Salviat 1988 et Santiago 1990.

90 Lejeune & Pouilloux 1988 et Lejeune et al. 1988 ; cf. Pébarthe & Delrieux 1999 (avec bibliographie complète et nouvelle restitution). A la 1. 2, les Ἐμπορῖται sont mentionnés en tant que partenaires commerciaux : il s’agit donc bien ici d’un ethnique.

91 Slings 1994.

92 Lejeune & Pouilloux 1988 et Lejeune et al. 1988.

93 Vinogradov 1998, 166-167. Sur ces lettres, cf. aussi Wilson 1997/98.

94 Sur l’inscription de Vetren, voir Velkov & Domaradzka 1994. Fouilles : Bouzek et al. 1996 ; Domaradzki 1996 ; Domaradzki & Tačeva 1998 ; Avram 1997/8, qui apporte des mises au point utiles. Il reste néanmoins encore plusieurs points de ce document qui mériteront un nouvel examen.

95 Voir Rouillard 1991, 244-281, avec étude détaillée des sources archéologiques et des sources écrites, carte p. 278-279, et bibliographie. Il est dommage que ce travail fondamental soit resté ignoré de Μ. H. Hansen.

96 Nous renvoyons ici aux brèves remarques dans Bresson 1993, 221-223. Les travaux en cours sur le site de Tanaïs vont permettre de présenter une vision profondément renouvelée de l’histoire de la ville, mais qui. semble-t-il, ne feront encore qu’accentuer le caractère gréco-indigène de l’établissement (le premier volume de la nouvelle série de publications, Böttger & Šelov 1998, est consacré aux dipinti sur amphores tardives).

97 Cf. aussi Strabon 3.4.8-9. Ces textes sont analysés en détail dans l’ouvrage de P. Rouillard (1991), loc. cit. Voir aussi les réflexions du même auteur, Rouillard 1995, 103-108.

98 Gauthier 1987/89, part. 192-195.

99 Platon, Rép., 369d.

100 Ἐμορίδαι et ἐμπορίδαι · μέτοικοι cod., qui n’a aucun sens, mais cf. ibid. ἐμπόριος · μέτοικος.

101 Hansen 1998, 56-57, 72-73 et 116-117, qui insiste tout à fait à juste titre sur le caractère de la polis grecque comme collectivité vivante, et non comme État abstrait.

102 Descat 1993, mais que nous ne pouvons suivre sur l’interprétation à donner à l’interdiction d’exporter les γινόμενα (sauf l’huile), qui aurait rigoureusement concerné tous les produits de l’Attique, y compris les produits artisanaux. En fait, il s’agissait de conserver à Athènes les produits alimentaires de base (céréales, figues), en gardant comme “monnaie d’échange” l’huile et les produits artisanaux (sur ce point, cl. explicitement Plut.. Solon, 22.1-3), qui étaient donc exportés (sur la notion semblable de γενήματα, manifestement produits du sol mais aussi produits artisanaux, cf. Herrmann 1965, 85). Le changement de signification du mot sycophante montre assez que, plus tard, la loi se limitera à l’interdiction d’exporter les céréales. C’est donc en lait dès l’époque de Solon que commence à se mettre en place le modèle d’importation-exportation qui prévaudra plus tard à travers toute l’époque classique. On doit considérer que l’objet de la loi de Solon n’était pas d’interdire les exportations qui n’auraient pas obtenu de licence d’exportation : en fait, elle visait explicitement une certaine liste de produits dont l’exportation était prohibée. La documentation plus tardive fournit une série de lois de ce type, cf. brièvement infra, chapitre XII, 384.

103 Pour la définition complexe de la notion d’emporion, on renverra seulement une fois encore a la conclusion de Bresson 1993, 223-225, et à la réflexion approfondie de P. Rouillard (1995).

104 D’une manière différente, nous rejoignons la critique de S. Goldhill (1996) sur la nécessité de tenir compte de la représentation de soi (“self-representation”), même si nous donnons quant à nous ici un sens juridique à cette notion.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search