Version classiqueVersion mobile

La cité marchande

 | 
Alain Bresson

Chapitre I. Rhodes, l’Hellénion et le statut de Naucratis (vie-ive siècle a.C.)

[1980]

Texte intégral

  • 1 Les résultats des fouilles britanniques ont été publiés par Petrie 1886 ; Gardner 1888 ; Hogarth et (...)

1A Naucratis, les fouilles britanniques de la fin du siècle dernier ont permis de mettre au jour plusieurs sanctuaires et des quantités importantes de céramique grecque de fabrications très diverses1. Mais, au vu des controverses à ce sujet, il ne semble pas que l’étude du matériel archéologique et des sources écrites ail permis jusqu'à présent de déterminer nettement le statut de cet établissement grec en pays égyptien. Or. il nous a paru qu'il était possible de présenter une nouvelle vision des choses, en procédant à une étude plus précise des sources littéraires elles-mêmes, et à un rapprochement, jusqu'ici jamais effectué dans cette perspective, entre, d'une part, les sources littéraires et archéologiques et, d'autre part, un certain nombre de documents épigraphiques – nous entendons par là non seulement les inscriptions provenant du site de Naucratis, mais aussi, voire surtout, les inscriptions de diverses régions du monde grec où il est question de cette ville. Parmi ces dernières, deux décrets de proxénie rhodiens sont plus particulièrement importants pour notre recherche. Ils font donc l’objet d'une étude spéciale. Comme l’analyse de la place de Rhodes au sein de l’Hellénion conduit aussi à donner une nouvelle présentation du fonctionnement et du rôle de ce sanctuaire, il se trouve donc que, globalement, l’étude des rapports entre Rhodes et Naucratis retient particulièrement l'attention. Enfin, à la lumière des résultats acquis, il est possible de proposer une réflexion plus générale sur le statut et le rôle de Naucratis, par comparaison avec les établissements de ce type.

1. Résidents et passagers

  • 2 Voir Sourdille 1910, 38-41, et Lloyd 1975, chap. 2, 61-76, “Herodotus’ travels in Egypt”.

21.1 Si l’on veut bien, pour le moment, faire abstraction des sources tardives, le texte fondamental pour la connaissance du statut de Naucratis reste Hérodote 2.178–179. On sait que l’historien s’était lui-même rendu en Égypte, et qu’il y avait recueilli des informations de première main2. Sur Naucratis, il donne le commentaire suivant :

[178] Φιλέλλην δὲ γενόμενος ὁ Ἄμασις ἄλλα τε ἐς Ἑλλήνων μετεξετέρους ἀπεδέξατο καὶ δὴ καὶ τοῖσι ἀπικνεομένοισι ἐς Αἴγυπτον ἔδωκε Ναύκρατιν πόλιν ἐνοικῆσαι· τοῖσι δὲ μὴ βoυλομένοισι αὐτῶν ἐνοικέειν, αὐτόσε δὲ ναυτιλλομένοισι ἔδωκε χώρους ἐνιδρύσασθαι βωμοὺς καὶ τεμένεα θεοῖσι. Τὸ μέν νυν μέγιστον αὐτῶν τέμενος καὶ ὀνομαστότατον ἐὸν καὶ χρησιμώτατον, καλεόμενον δὲ Ἑλλήνιον, αἵδε πόλιές εἰσι αἱ ἱδρυμένοι κοινῇ· Ἰώνων μὲν Χίος καὶ Τέως καὶ Φώκαια καὶ Κλαζομεναί, Δωριέων δὲ Ῥόδος καὶ Κνίδος καὶ Ἁλικαρνησσὸς καὶ Φάσηλις, Αἰολέων δὲ ἡ Μυτιληναίων μούνη. Τουτέων μέν ἐστι τοῦτο τὸ τέμενος, καὶ προστάτας τοῦ ἐμπορίου αὗται αἱ πόλιές εἰσι αἱ παρέχουσαι· ὅσαι δὲ ἄλλαι πόλιες μεταποιεῦνται, οὐδέν σφι μετεὸν μεταποιεῦνται. Χωρὶς δὲ Αἰγινῆται ἐπί ἑωυτῶν ἱδρύσαντο τέμενος Διός, καὶ ἄλλο Σάμιυι Ἥρης, καὶ Μιλήσιοι Ἀπόλλωνος. 179 Ἦν δὲ τὸ παλαιόν μούνη Ναύκρατις ἐμπόριον καὶ ἄλλο οὐδὲν Αἰγύπτου· εἰ δέ τις ἐς τῶν τι ἄλλο στομάτων τοῦ Νείλου ἀπίκοιτο. χρῆν ὀμόσαι μὴ μὲν ἑκόντα έλθεῖν, ἀπομόσαντα δὲ τῇ νηὶ αὐτῇ πλέειν ἐς τὸ Κανωβικόν · ἢ εἰ μή γε οἷά τε εἴη πρὸς ἀνέμους ἀντίους πλέειν, τὰ φορτία ἔδεε περιάγειν ἐν βάρισι περὶ τὸ Δέλτα, μέχρις οὗ ἀπίκοιτο ἐς Ναύκρατιν. Οὕτω μὲν δὴ Ναύκρατις ἐτετίμητο.

“[178] Devenu ami des Grecs, Amasis le montra entre autres en faisant bon accueil à certains d’entre eux ; notamment, à ceux qui venaient en Égypte, il concéda (à ceux d'entre eux qui voulaient résider) la ville de Naucratis pour y résider ; à ceux d’entre eux qui ne voulaient pas résider, mais qui venaient là en navigateurs, il concéda des terrains pour y fonder des autels et des sanctuaires à leurs dieux. Le plus grand de ces sanctuaires, le plus célèbre et le plus fréquenté, appelé Hellénion, a été fondé en commun par les cités suivantes : pour les Ioniens, Chios, Téos, Phocée et Clazomènes ; pour les Doriens, Rhodes, Cnide, Halicarnasse et Phasélis ; pour les Éoliens, la seule Mylilène. C'est à elles qu’appartient le sanctuaire, et ce sont ces cités qui fournissent les présidents du port. Toutes les cités qui prétendent y avoir part le font sans y avoir aucun droit. Séparément les Éginètes ont fondé pour leur propre compte un sanctuaire de Zeus, les Samiens un autre d’Héra, et les Milésiens un pour Apollon. 179 Autrefois, seule Naucratis était un port de commerce, et l’Égypte n’en avait point d’autre. Si quelqu’un arrivait à une autre bouche du Nil, il devait jurer qu'il n'y était pas venu volontairement, et, après avoir prêté serment, il devait faire voile avec son navire vers la branche canopique ; ou bien, si toutefois il n'était pas possible de faire voile du fait de vents contraires, il devait faire faire à sa cargaison le tour du Delta dans des barges, jusqu’à ce qu'il arrivât à Naucratis. Telles étaient les prérogatives dont jouissait Naucratis.”

  • 3 Roebuck 1951, 211-220, et 215-217 en part. Cf. contra Austin 1970, 30 et n. 7. La remarque générale (...)
  • 4 Sur le lien entre nautiliè et emporié, voir Mele 1979, 12-17, et part. n. 2, p. 12. Toutefois il y (...)

3Il paraît tout à fait clair, malgré C. Roebuck, qu'il faut distinguer à Naucratis deux catégories de gens : les résidents, et les passagers. Cette différence essentielle a été de nouveau soulignée par M. Austin3. Précisons seulement que les deux propositions construites avec ἔδωκε établissent un parallèle entre ceux des Grecs venant en Égypte qui veulent y résider (il faut suppléer cette précision d’après lu phrase suivante : “à ceux qui ne voulaient pas résider”, ce qui suppose que l’autre catégorie était formée de gens qui avait une intention inverse), et qui, précisément, reçoivent la ville de Naucratis “pour y résider”, et ceux qui ne font que passer, les navigateurs, qui sont manifestement des commerçants, et qui, eux reçoivent des terrains “pour y élever des autels et des sanctuaires”4. Un des problèmes essentiels est évidemment de savoir si les résidents constituaient une véritable cité, et cette fois le problème est beaucoup plus discuté.

  • 5 Gwinn 1918, 106 ; Boardman 1964, 147-148 ; Graham 1964, 5, qui trouve cependant très bonne la descr (...)
  • 6 Lehmann-Hartleben 1923, 37-38 ; Roebuck 1959 ; Bernand 1970, 769 ; Austin 1970, 30-31 ; Austin & Vi (...)

41.2. Pour A. Gwynn, J. Boardman, A. J. Graham et G. E. M. De Ste Croix, il ne saurait en être question5, tandis que pour K. Lehmann-Hartleben, C. Roebuck (avec la réserve que ce dernier tend à confondre résidents et passagers), A. Bernand, M. Austin et P. Vidal-Naquet (avec plus d’hésitation dans l'ouvrage commun à ces deux derniers auteurs), et en dernier lieu P. Faure, Naucratis avait effectivement le caractère d’une cité grecque plus ou moins normale6. On doit remarquer que les tenants du premier point de vue n’ont jamais vraiment développé leurs arguments, ce qui n’a pas été le cas pour les seconds, dont il semble que les thèses se soient imposées dans la littérature la plus récente. Pourtant, à elle seule, l’analyse de la séparation entre résidents et passagers, telle qu'elle est exposée chez Hérodote, aurait dû conduire à la bonne solution : elle n’autorise pas à conclure que Naucratis ait pu constituer une cité au vie ou au ve s., bien au contraire.

  • 7 Roebuck 1959, 212 sq. ; Austin 1970, 29 sq. ; Austin & Vidal-Naquet 1972, 258.
  • 8 Polis au sens de ville : pour s'en tenir à des exemples concernant l'Égypte, voir Homère, Od., 14.2 (...)
  • 9 Cf. infra, n. 11.
  • 10 En 2.27, Thucydide précise que les Lacédémoniens donnent aux Éginètes expulsés Thyréa et son territ (...)
  • 11 Austin 1970. 27, a bien vu ces aspects, mais finit quand même, alors que la conclusion logique est (...)

5On doit d'abord éviter de considérer que polis désigne obligatoirement une cité7. Dans les inscriptions, chez les auteurs anciens, et chez Hérodote en particulier, le sens de ville est parfaitement attesté : ainsi, tout au long du livre II, polis désigne des villes égyptiennes8. Toutefois, dans un contexte où il s’agit de Grecs, ne s’agit-il pas là de “la cité”, au sens hellénique du terme, comme le pense M. Austin9 ? En fait, δίδοναι πόλιν ne peut avoir le sens de “donner une cité”. Supposer l’existence d'un “donateur”, c’est supposer que la cité est une réalité en soi, existant en dehors de ceux qui en sont les membres, de ses citoyens. Une cité ne se “donne” pas. Elle se constitue sur la hase d'un contrat, d'un acte volontaire qui engage ceux qui en deviennent les citoyens, même si un souverain peut en être le fondateur (et non le “donateur”), comme c'est le cas fréquemment à l’époque hellénistique, mais dans un contexte très différent. Au reste, Hérodote précise ἔδωκε πόλιν ἐνοικῆσαι “pour y résider”, ce qui montre que polis a bien un sens local, celui de “ville”. Tous les parallèles qu'on peut invoquer montrent un sens local analogue. Ce sont tout d’abord les terrains (χώρους) qui sont donnés, à Naucratis même, par Amasis aux navigateurs “pour y fonder des autels et des sanctuaires”. Chez Hérodote encore (2.154), aux Ioniens et aux Cariens qui l'ont aidé, Psammétique donne des terrains pour y résider (ὁ Ψαμμήτιχoς διδoῖ χώρους ἐνοικῆσαι, et, de même (9.106), les Péloponnésiens proposent qu'on attribue aux Ioniens d'Asie Mineure, pour y résider, le territoire des peuples médisants (δοῦναι την χώρην Ἴωσι ὲνοικῆσαι). Chez Thucydide (4.56), les Lacédémoniens donnent Thyréa aux Éginètes expulsés par les Athéniens pour qu'ils y résident (αὐτὴν ἔδοσαν... Αἰγινήταις... ἐνοικεῖν)10. On retrouve donc un sens local11.

  • 12 Ou plutôt une partie de cette ville, cf. infra, n. 19. On remarque qu'il n'est jamais question de c (...)
  • 13 Cf. infra, n. 19.
  • 14 Les mercenaires de Daphné (sur le rôle de cette place, cf. Hdt. 2.30 ; 107 ; voir Austin 1970, 20 e (...)
  • 15 Règne de Nectanébo : cf. Kienitz 1953, 89-96. Stèle de Nectanébo. cf. Gunn 1943, 55-59. A Neith est (...)
  • 16 Posener 1947. Sous la 26e dynastie, on trouve à Éléphantine un “préposé à la porte des pays étrange (...)
  • 17 Cf. Kienitz 1953, 92.
  • 18 Cl. déjà Mallet 1893, 147, et Cook 1937, 227-237. Voir aussi Posener 1947, 131. τὸ παλαιόν s’oppose (...)

6Les Grecs qui résident dans cette ville de Naucratis qui leur est officiellement attribuée12 y forment-ils une cité, c’est-à-dire, sous une forme ou sous une autre, un État, même vassal du royaume égyptien ? Pour répondre à cette question, il faut d'abord revenir sur les parallèles évoqués plus haut. Les Ioniens d'Asie, dans l'esprit des Péloponnésiens, vont pouvoir reconstituer leurs cités sur les territoires qui leur seront attribués. De même, les Éginètes vont pouvoir, provisoirement et tant bien que mal, faire revivre la leur sur le territoire de Thyréa. Dans les deux cas, Ioniens d’Asie et Éginètes, il y a donc une organisation civique préexistante, qui va seulement trouver un nouveau cadre territorial. Rien de tel évidemment pour les mercenaires de Stratopéda (cf. supra. Hdt. 2.154) : pour eux, la concession de territoire ne signifie nullement se constituer en cité. S'agissant de Naucratis cette fois, rien ne permet donc a priori de conclure à l'existence d'une cité, qui n'est pas en soi liée à la concession d'un territoire. Tout indique, au contraire, que le souverain n’avait pas abandonné ses droits sur la ville, ou plutôt, sur le quartier de la ville réservé aux Grecs13. Le parallèle avec les terrains concédés aux Grecs de Stratopéda, pour lesquels on a relevé chez Hérodote une formule analogue à celle de la concession de Naucratis est à cet égard tout à fait instructif : Hérodote signale (ibid.) que plus tard Amasis “leur fit quitter ce lieu pour les établir à Memphis”14. Ce roi montrait ainsi le grand cas qu’il faisait des mercenaires grecs, puisque c'était pour en faire ses gardes du corps qu'il les amenait dans cette ville, mais on doit retenir, et c’est là l’essentiel, que de toute façon la concession de terrains et l’octroi d’un statut particulier étaient essentiellement précaires et dépendaient de la volonté du souverain. Au ive s. encore, la stèle de Nectanébo Ier (qui règne de 380 à 362)15 montre que les productions de Naucratis étaient rattachées au domaine royal et que le pharaon pouvait à sa guise faire ériger dans la ville une stèle édictant un règlement fiscal. L'édit attribuait également le produit des douanes (taxe ad valorem de 10 %) de la branche canopique, celle par laquelle les Grecs devaient passer, à la déesse Neith de Sais. Or, il est certain qu’une législation semblable existait déjà sous la 26e dynastie, et avant même le règne d'Amasis. puisque, au début du règne de ce dernier. Nekhthoreb, le haut fonctionnaire chargé de percevoir ces droits, se flatte d’avoir rétabli les offrandes aux dieux, et à la déesse Neith en particulier16. Le fait que le règne de Nectanébo Ier, tout comme celui d’Amasis, est une période de remise en ordre n’est probablement pas étranger au fait que les documents ayant trait aux droits de douane que nous possédons émanent de ces pharaons17. En tout cas, sans qu'il soit possible d’apporter pour le moment une solution définitive sur ce point, les documents égyptiens et le τὸ παλαιόν d’Hérodote, “autrefois” (formule très générale donc, qui n'implique pas nécessairement que le système ait été introduit par Amasis), s’agissant de la concentration du commerce grec vers la branche canopique, réservent au moins la possibilité que ce système soit antérieur à Amasis18. S'il en était ainsi, on voit mal comment on pourrait envisager l'existence d'une quelconque souveraineté des Grecs de Naucratis dans leur ville.

  • 19 Cook 1937, 227-231, donne la date de 615-610, d'après les trouvailles céramiques, soit à la fin du (...)
  • 20 Voir Daressy 1900, 1-9. Sur ces événements, voir Jelinkova-Reymond 1957, part. 263-266, sur les rév (...)
  • 21 Cf. Posener 1947, 129 et n. 2, pour les modifications apportées à la datation de G. Daressy.
  • 22 Voir Posener 1947, 131, n. 1, et auparavant Breasted 1904, § 996-1007, et n. a, p. 509 où sont soul (...)
  • 23 Daressy 1900, 7-8.

7Quelle fut donc la signification des mesures d’Amasis ? Les témoignages archéologiques montrent que l'établissement grec existait en tant que place commerciale avant ce pharaon. Il est établi que, dans la moitié nord de la ville, le quartier grec, la partie sud fut la première zone d’établissement, cela à la fin du viie s. selon toute vraisemblance. Là, Grecs et Égyptiens vivaient côte à côte. Les Hellènes reçurent même le droit d’élever un sanctuaire à Aphrodite, qui semble bien avoir été le premier des sanctuaires grecs de Naucratis19. Du reste, une allusion de la grande stèle historique d'Amasis semble faire référence à cet établissement20. Les événements rapportés par le texte se situent d’abord en l'an I du règne d’Amasis21. Apriès s’emploie à susciter des troubles pour reprendre le pouvoir : “(1. 2)... Sa majesté (=Amasis) était au conseil, à s'occuper des destinées de la terre entière ; on vint dire à sa majesté : “Apriès (1. 3) est (parti), il (guide) les vaisseaux qui (ont passé). Des Grecs dont on ne sait le nombre parcourent le Nord, c’est comme s’il n’y avait pas de maître pour gouverner ; il les a appelés, eux l’ont (accueilli). Le roi leur avait assigné une résidence (1. 4) dans le Pehu An : ils infestent l’Égypte en son étendue, ils atteignent Sekhet Mafek, tout ce qui est en ton eau s’enfuit d’eux.” Ce texte comporte cependant un certain nombre de difficultés d’établissement qui ne relèvent pas de notre compétence22. Néanmoins, on peut signaler que, pour le premier éditeur G. Daressy, qui soulignait déjà les difficultés de lecture de l’inscription, la résidence des Grecs devait être dans le Pehu An, “c’est-à-dire le bas pays du troisième nome de la Basse Égypte, celui de l’Occident, dont la capitale était Andropolis ; il est, dès lors, fort probable qu’on veut parler de Naucratis, qui est à vingt kilomètres de Kherbeta (Andropolis)”23. Si cela est exact, le roi qui a assigné aux Grecs cette résidence dans le Pehu An a fort peu de chance d’être Antasis : on est dans la première année de son règne. Il s'agit vraisemblablement d’une allusion à l’un de ses prédécesseurs. La concentration des Grecs signalée par la stèle dans ce qui était donc probablement la ville de Naucratis tend également à confirmer que la concentration du commerce grec y était antérieure à Amasis (cf. supra et n. 18). Ce texte est évidemment très utile en ce qu’il montre qu'Apriès trouva appui auprès des Grecs même après la bataille de Momemphis, ce qui éclaire bien le texte d’Hérodote 2.169. Les Hellènes, les commerçants du moins, étaient, en période normale, concentrés à Naucratis : à la faveur des circonstances, aventuriers et mercenaires grecs parcouraient tout le Delta. Dans ce contexte, la participation aux troubles des Grecs installés à Naucratis paraît assez probable.

  • 24 Étienne de Byzance, s.v. Γυναικόσπυλις, cf. FGrHist 608 F8. [Nous ne suivons pas le commentaire de (...)
  • 25 Voir la discussion dans Bernaud 1970, 551-573. cf. 515 sq.
  • 26 von Gutschmid 1855, 636-700, et 696 sur ce point.
  • 27 Mallet 1922, 140-142.
  • 28 De plus, pour D. Mallet (1922, 142, n. 1), “le texte même du récit semble indiquer qu'il se rapport (...)

8Elle semble confirmée par un fragment d'Aristagoras de Milet, auteur du ive s. a.C., un peu plus jeune que Platon24. Pour justifier l'origine du nom de la ville égyptienne de Gynaicopolis, ville du Delta proche de Naucratis, et qui n'est pas loin d’Andropolis, si elle ne lui est pas identique25, Aristagoras avance trois explications. Les deux premières ne nous intéressent pas ici, mais la troisième fait intervenir Naucratis : τῶν Ναυκρατιτῶν ἀναπλεόντων κατὰ τὸν ποταμὸν καὶ κωλυoμένων ὑπὸ τῶν λοιπών Αιγυπτίων ἀποβαίνειν, οὗτοι καταπλαγέντες ὑπὸ ἀνανδρίας οὐ διεκώλυσαν “Alors que les Naucratites remontaient le fleuve en bateau et que les autres Égyptiens les empêchaient de débarquer, ils [les Gynaicopolites] furent frappés de crainte en raison de leur lâcheté et ne purent les en empêcher.” Cet épisode pourrait bien se rapporter à la période de trouble rapportée par la stèle d’Amasis, avec ses différentes allusions aux combats contre les Grecs (cf. également 1. 11-17), et en particulier à l'ordre d’Amasis, 1. 15-16 : “qu’on ne fasse pas un jour que soit opposition à leurs barques”. L'hypothèse que le texte d'Aristagoras devait être rapproché de ces événements avait déjà été émise en 1855, avant la publication de la stèle d’Amasis, par A. von Gutschmid26. Elle a ensuite été repoussée par D. Mallet en 1922, qui considérait qu'aucune source n’était susceptible d'étayer ce point de vue (mais il ignorait apparemment la stèle d'Amasis), et qui trouvait invraisemblable que les Naucratites, supposés occupés exclusivement de leur commerce, aient pu jouer un rôle quelconque dans cette période27. Dans ce contexte si particulier des troubles suscités par l’ancien souverain, il ne nous paraît au contraire nullement impossible que les Grecs établis à Naucratis aient pu se joindre aux bandes d'aventuriers grecs qui soutenaient Apriès, alors que la région, sinon la ville de Naucratis elle-même, semble avoir été le foyer initial du soulèvement. Certes, commerce et activités guerrières devaient bien être distincts en temps ordinaires. Mais on aurait probablement tort de penser que des gens dont l'activité essentielle était le commerce ne pouvaient à l'occasion se comporter en aventuriers (que l'on songe seulement à l'esprit d’aventure nécessaire pour faire la traversée de Grèce en Égypte et pour s’y installer28).

  • 29 Pour von Bissing 1951,49, cette “conversion” eut lieu “later then 569, probably a good deal later”. (...)
  • 30 Cf. par exemple Austin & Vidal-Naquet 1972, 258 : “singulièrement il donna comme résidence à ceux q (...)
  • 31 Sur ce point, cf. Austin 1970, 30, n. 2.

9Après la période de trouble qui précède et qui suit l’avènement d’Amasis, une fois l'ordre établi, il fallut donc veiller à percevoir de nouveau les droits de douane sur la branche canopique : ce lut la tâche de Nekhthoreb, comme on l'a vu précédemment. Quelques années plus tard encore, après qu'Amasis fut devenu philhellène29, il prit les mesures dont nous parle Hérodote. L'historien indique d'abord quels étaient ces Grecs auxquels le pharaon accordait des avantages particuliers : c’étaient “ceux qui venaient en Égypte”. Cette formule implique donc que, pour Hérodote, les échanges entre la Grèce et l'Égypte ne dataient pas d'Amasis et que les Grecs étaient déjà bien connus dans le pays, ce qui est parfaitement confirmé par toutes les sources. Cependant, l’historien ne donne pas davantage de précisions sur les Grecs qui “venaient en Égypte”. En fait, dans sa formulation, cette phrase a une double fonction. D'une part, comme on vient de le voir, elle indique que les Grecs avaient déjà l’habitude de fréquenter l'Égypte. D'autre part, elle vaut pour le futur : tous les Grecs qui le désireraient pourraient venir habiter Naucratis. Pour ce qui est du premier aspect, la traduction qu'on a souvent donné de la formule ἔδωκε πόλιν ἐνοικῆσαι “il donna comme résidence la ville de Naucratis”, avait paru exclure l'idée que des Grecs aient pu habiter la ville avant Amasis. Il fallait, semblait-il, comprendre qu'Hérodote faisait d'Amasis le fondateur de l’établissement, le premier pharaon ayant autorisé des Grecs à s’y installer, ce qui est en contradiction avec les sources archéologiques. D'où l'idée qu’Hérodote avait par erreur attribué à Amasis l’œuvre de l'un de ses prédécesseurs30. Au reste, il est vrai, on s'était interrogé sur le sens de la formule ἔδωκε πόλιν, qui suppose en elle-même que Naucratis existait déjà comme ville au moment du don d'Amasis, mais on avait alors envisagé l'existence d'une ville égyptienne antérieure à l'arrivée des Grecs – existence tout à fait possible au reste31 –, qui ne paraissait pas poser de question sur le bien-fondé de cette correction.

  • 32 Cook 1937, 222. R. M. Cook souligne le parallèle entre les deux propositions construites avec ἔδωκε (...)
  • 33 Cf. infra, § 1.3 et n. 52.

10Mais cette traduction et cette “correction” d’Hérodote ne sont pas acceptables. Remarquons tout d'abord que, si le fait que l’établissement apparaisse d'emblée chez Hérodote sous le nom de Naucratis n’implique pas nécessairement qu'il y avait là une ville grecque qui portait déjà ce nom (on pourrait penser qu’il s'agit là d'un raccourci de langage), du moins la formule autorise cette hypothèse. Or, à l’inverse de ce qu’écrit R. M. Cook, c’est en traduisant ἔδωκε πόλιν ἐνοικῆσαι de la manière indiquée ci-dessus qu’on rompt le parallèle clairement indiqué par Hérodote entre les passagers, qui reçoivent des terrains (ἔδωκε χώρους) pour y élever autels et sanctuaires, et les résidents, qui reçoivent une ville (ἔδωκε πόλιν) pour y résider32. C’est un prédécesseur d'Amasis qui avait fixé les Grecs à Naucratis, comme l’indiquent les découvertes archéologiques et, avec les réserves signalées plus haut du fait des difficultés de lecture du document, la stèle d’Amasis. Parmi les Grecs qui “venaient en Égypte” avant Amasis signalés par Hérodote, ceux qui voulaient résider dans le pays s’étaient vu assigner Naucratis comme résidence. Mais, quant à Amasis, son philhellénisme se manifeste à l’égard des résidents en ce qu'ils reçoivent la concession de la ville de Naucratis : tel est bien le sens de la formule d’Hérodote. La contradiction entre le texte d’Hérodote et les sources archéologiques, qui attestent la présence des Grecs dès la fin du viie s., n’était donc qu’apparente. La chronologie des sanctuaires mentionnés par Hérodote semble également confirmer la véracité de son témoignage33. On peut maintenant rendre compte avec précision du sens des mesures d’Amasis à l’égard des résidents.

  • 34 Cf. infra, n. 47.
  • 35 Les noms de résidents à Naucratis qui nous sont connus sont presque tous purement grecs (cf. infra. (...)
  • 36 Cf. Wilcken 1912, 1.2, no 27. La ville d’Antinooupolis utilise les lois de Naucratis (cf. 1. 22-23) (...)
  • 37 Sur l'endogamie dans la communauté juive d’Éléphantine, voir Porten 1968, iiie partie, passim ; sur (...)

11Auparavant, certes, les Grecs étaient acceptés, et le sanctuaire d’Aphrodite montre qu'ils avaient obtenu cette forme essentielle de reconnaissance qu'était la possession d'un sanctuaire, mais ils devaient vivre aux côtés des Égyptiens, sans privilège particulier, tout comme par exemple à Tell Soukas, sur la côte phénicienne, d'autres de leurs compatriotes vivaient aux côtés des Phéniciens34. Grâce aux mesures d’Amasis, dans cette ville qui leur était maintenant réservée (ou plus exactement une partie de la ville, toute la zone nord, comme le montre la large prédominance des tessons grecs dans ce secteur), les résidents grecs pouvaient vivre en communauté séparée, à l’exclusion des indigènes sans doute. Ils devaient ainsi pouvoir disposer librement des terrains, sans que les Égyptiens de souche puissent y faire valoir leurs droits. Vraisemblablement le droit d'avoir des formes d’organisation interne à la communauté leur fut-il reconnu. De fait, les Grecs pouvaient ainsi préserver leur langue et leurs coutumes. Manifestement, la population grecque de Naucratis ne s’égyptianise pas35. Ce trait doit-il être mis en relation avec la loi de la cité des époques ultérieures, telle qu'elle nous est connue par un papyrus traitant des institutions d’Antinooupolis, et qui proscrit l'epigamia, l’intermariage avec la population égyptienne36 ? Il n'est sans doute pas nécessaire d'imaginer l'interdiction légale de l'intermariage (et de quelle autorité aurait-elle émané ?). La comparaison avec les Juifs d'Éléphantine, qui eux aussi préservent rigoureusement leur identité culturelle, montre que ces derniers pratiquaient l’endogamie, sans que l'intermariage soit proscrit – mais les enfants des couples mixtes prenaient des noms juifs, et, donc, une identité culturelle juive37. A Naucratis, l’hypothèse la plus vraisemblable est que la loi proscrivant l'epigamia apparaît en même temps que se met en place un système civique, c'est-à-dire, semble-t-il, au moment de l’arrivée d’Alexandre en Égypte (sur ce point, cf. infra § 3.1), dans le nouveau contexte de la domination des Gréco-macédoniens sur l’Égypte conquise.

  • 38 La participation au soulèvement contre Amasis signalée précédemment ne signifie nullement, en effet (...)
  • 39 Sur les Phéniciens de Memphis, cf. Hdt. 2.1 12, supra, n. 35, et infra, n. 165. Lettres des soldats (...)

12Pour autant, en effet, rien n’autorise à affirmer que les Grecs aient pu former une cité, un État, même vassal, disposant par exemple de forces armées et de finances propres38. Étrange État qui n’aurait même pas les moyens de décider de ceux qui relèveraient de sa souveraineté, puisque la législation d’Amasis autorisait tous les Grecs qui le voulaient à venir s’installer à Naucratis, sans restriction d’aucune sorte. Pas plus que les Grecs de Daphné ou de Stratopéda, les Phéniciens de Memphis ou les Juifs d’Éléphantine, les Grecs résidents de Naucratis n'étaient indépendants de l’autorité royale. A Memphis, les Phéniciens occupaient le quartier dit du “Camp des Tyriens”, et ils y avaient leurs sanctuaires. Quant aux Juifs d’Éléphantine, sur lesquels nous sommes renseignés de manière très vivante grâce aux “archives d’Éléphantine”, ils connaissaient eux aussi des formes d’organisation interne à leur communauté, comme le montrent en particulier les lettres adressées aux chefs de la communauté par des soldats juifs39. Faut-il pour autant parler d'un État des Phéniciens de Memphis ou des Juifs d’Éléphantine (pour ne parler que de ces deux communautés : il y en avait d’autres appartenant à ces deux peuples ailleurs en Égypte, et il y avait d’autres communautés étrangères que celle des Juifs, des Phéniciens ou des Grecs) ? Évidemment non, comme on peut s’en convaincre à la lecture des “archives d’Éléphantine”, qui montrent une totale soumission au pouvoir exerçant la souveraineté sur l'Égypte, les Perses pour la plus grande partie de ces textes. C'est l’illusion d’une perspective hellénocentrique qui a amené à considérer que les Grecs de Naucratis formaient nécessairement une cité, un État. Toutes ces communautés étrangères doivent être restituées dans leur cadre égyptien (sur leur fonction, cf. infra, § 3.3).

  • 40 Sur ce point, nous reprenons Bernand 1970, 836.

13Deux conclusions se dégagent donc : la première, essentielle pour notre propos, est que tout indique que les Grecs de Naucratis ne formaient pas une cité ; la seconde que, contrairement à ce qu'on pense généralement, Hérodote ne présente pas Amasis comme le fondateur de l'établissement grec de Naucratis : ce pharaon a seulement réorganisé cette place de commerce, fixant le statut des résidents et des passagers. Aucune correction n’est à apporter au texte d’Hérodote, même dans le détail. Ainsi, si, dans la liste des sanctuaires élevés sur les terrains concédés aux Grecs de passage, l'Historien ne fait pas mention du sanctuaire d'Aphrodite, c'est qu'il existait déjà avant Amasis, et que ce n’est pas ce pharaon qui avait autorisé son érection. Certes, l'omission de tel ou tel sanctuaire pourrait s’expliquer d’abord par le fait qu’Hérodote n'en donne pas une liste exhaustive, mais se contente probablement d'indiquer les plus importants dans la catégorie qu’il a définie (sanctuaires des navigateurs)40. Mais, s’agissant du sanctuaire d'Aphrodite tout particulièrement, création antérieure à Amasis et ayant sans doute un statut différent de celui des sanctuaires mentionnés par l’historien (voir infra, § 2.4), il n’avait pas à le nommer de toute façon. Cela nous amène directement au problème des passagers.

  • 41 Sur la fonction et sur le statut de ce sanctuaire, cf. infra, § 2.3 et 3.3.
  • 42 La précision d'Hérodote, “autels et sanctuaires”, doit être mise en rapport avec les sources archéo (...)
  • 43 C’est la substance de l'ouvrage de Detienne & Vernant 1979, en part. 9 sq. Les Grecs avaient une cl (...)
  • 44 Il y en a nombre d'exemples dans tout le monde grec. On se référera, pour mémoire, à la Chronique d (...)
  • 45 Voir Detienne & Vernant 1979, 11 et 186, où l'on trouvera les références nécessaires.
  • 46 Tod2, 182. Cf. IG, II2, 4636, dédicace d'une femme de Kition à Aphrodite Ourania, qui est certainem (...)
  • 47 A Tell Soukas, la construction d'un sanctuaire grec (dans la période 675-388) a lieu assez longtemp (...)
  • 48 Lehmann-Hartleben 1923, 31-32, et p. 38 sur Naucratis ; Torelli 1977, 446. Voir également Van Berch (...)

141.3. Parlant des Grecs qui n’étaient que de passage à Naucratis et qui y venaient pour commercer, Hérodote mentionne quatre sanctuaires, élevés sur des terrains spécialement concédés à cet effet par Amasis. Or, la présence de tels sanctuaires ne va pas de soi. Certes, il existait déjà sans aucun doute un sanctuaire voué au culte d’Aphrodite41. Mais il n’en demeure pas moins fort instructif de voir Amasis autoriser des Grecs à élever autels et sanctuaires42. En effet, d’ordinaire, lorsque des Grecs se rendent dans une autre cité du monde hellénistique, ils n’ont nul besoin d’y élever des sanctuaires à leurs dieux : ces divinités sont communes aux Hellènes, à quelque cité qu'ils appartiennent, même si elles prennent localement un investissement particulier ; sont communes aussi, fondamentalement, les pratiques cultuelles, dont l’acte essentiel est le sacrifice43. L’accès aux sanctuaires n’était pas réservé aux seuls nationaux. Les étrangers, grecs ou non, pouvaient y faire des dédicaces44, et, s’agissant de Grecs cette fois, ils pouvaient, s’ils le désiraient, accomplir des sacrifices, sous réserve de passer par la médiation d’un citoyen, responsable devant les dieux et la communauté locale45. En revanche, le problème du sanctuaire se pose, dans le monde hellénique, pour les étrangers non grecs, qui peuvent, certes, faire la dédicace de quelque ex-voto à telle divinité locale, mais qui ne peuvent retrouver leurs dieux dans les divinités du panthéon hellénique. On sait par un décret athénien du ive s. que des non Grecs pouvaient alors recevoir de la cité l’autorisation d’acheter un terrain pour y bâtir un sanctuaire. C’est le cas pour les marchands de la phénicienne Kition, cité chypriote, qui obtiennent ce privilège pour bâtir un sanctuaire d'Aphrodite, une Astarté phénicienne sans aucun doute, de même que les Égyptiens ont obtenu ce droit pour un sanctuaire d’Isis46. Réciproquement, à Tell Soukas, sur la côte syrienne, ou à Gravisca, près de la cité étrusque de Tarquinia, des Grecs ont pu recevoir, à l’époque archaïque, l'autorisation d’élever des sanctuaires à leurs divinités47. A ce sujet, à la suite de K. Lehmann-Hartleben, M. Torelli insiste sur le fait que, dans un monde où en règle générale l'étranger est celui qui n'a aucun droit, l’autorisation d’élever un sanctuaire aux divinités de son pays d'origine constitue pour ce dernier une véritable garantie juridique, un élément de sûreté personnelle48. En effet, pour l'hôte, cela signifie prendre un engagement envers une puissance qui, même étrangère, transcende les pouvoirs de l’homme. Rompre ce contrat était donc gros de risques. Concrètement, le sanctuaire pouvait sans doute servir également de lieu de réunion, de dépôt d'archives, bref être un lieu de retrouvailles pour les commerçants étrangers.

  • 49 Cf. infra. § 2.3 et 3.3.
  • 50 Voir Austin 1970, 25, n. 1.
  • 51 Voir Austin 1970, loc. cit., et p. 31.
  • 52 Gjerstad 1959, 147-165 (cf. déjà Gjerstad 1934, 67 sq.). Cette étude demeure l’effort le plus cohér (...)

15Une conclusion s’impose : si, à Naucratis, le souverain égyptien avait autorisé la construction de sanctuaires pour les navigateurs grecs de passage, c’est d'abord, tout simplement, parce qu'il n'y avait pas là de cité grecque. En outre, si Naucratis avait été une cité, ce n’est pas évidemment Amasis, mais la cité elle-même qui aurait fait le don du terrain aux étrangers pour y bâtir leurs sanctuaires – il est vrai que, s’agissant de Grecs, elle n'aurait même pas eu à le faire. En revanche, dans la mesure où le pharaon n'avait nullement abandonné sa souveraineté sur la ville de Naucratis, comme le montre, au ive s. encore, la stèle de Nectanébo, on comprend que ce soit lui qui fasse la concession des terrains aux étrangers de passage. Pour ce qui est des résidents, on peut se poser la question de savoir s’ils disposaient de sanctuaires propres. La chose n’est nullement invraisemblable. Certes, Hérodote ne mentionne pas de sanctuaires particuliers à leur usage, mais, de fait, celui d'Aphrodite n’avait probablement pas le même statut que les autres49. Quant aux sanctuaires destinés aux étrangers de passage et ayant telle ou telle origine précise (sanctuaire d'Apollon fondé par les Milésiens, d’Héra par les Samiens...), ils étaient fréquentés par des gens originaires d'autres cités que celle qui en était la fondatrice, comme le montre la diversité des dédicaces trouvées dans ces sanctuaires50 : cela n’a rien de surprenant, comme on l’a vu précédemment, et cela n'implique absolument pas que la propriété des sanctuaires ait échappé à leurs fondateurs, mais ils l'étaient aussi probablement par les résidents51. On peut remarquer aussi que la chronologie du sanctuaire d'Apollon établie par E. Gjerstad, avec un premier temple remontant aux années 570-565 (on retiendra la décennie 570-560 pour fixer les idées), et celle de l'Hellénion s’accordent bien également avec l'exposé d’Hérodote, et n’obligent nullement à refuser à Amasis la paternité du système de séparation entre résidents et passagers qu’il nous décrit52.

  • 53 Lehmann-Hartleben 1923, 28, citant Isocrate, Evagoras, 47.
  • 54 Cf. Lehmann-Hartleben 1923, 39 et Velissaropoulos 1977, 61-63.
  • 55 Supra, n. 6, pour l'affirmation de Lehmann-Hartleben (1923, 39) selon laquelle Naucratis était une (...)
  • 56 Hasebroek 1928, 66 : “Diese handeltreibenden Griechen stehen ausserhalb der eigentlichen Polis Nauk (...)
  • 57 Sur ces questions, voir aussi la discussion du § 3.3.

16Enfin, si, à la suite d’Isocrate, on admet avec K. Lehmann-Hartleben que l'emporion était un élément constitutif de la cité, il serait étonnant de le voir ici fonctionner sous juridiction étrangère53. Ce que nous savons de la législation sur l'emporion à des époques ultérieures (à partir du ive s. en fait) montre que, comme on pouvait s'y attendre, il est sous la juridiction des magistrats de la cité54. K. Lehmann-Hartleben, qui, rappelons-le, croit à l'existence d'une véritable cité à Naucratis, conclut qu'il y a eu affaiblissement de l'idée d’exterritorialité de l'emporion par rapport à la cité à l’époque classique et hellénistique55. Encore faudrait-il que Naucratis ait elle-même été une cité, ce qui n’est pas le cas. On trouve une erreur analogue chez J. Hasebroek, qui met en rapport la distinction faite par Hérodote dans sa description de Naucratis avec son schéma de la séparation entre la vie civique et les activités marchandes, nécessairement aux mains des étrangers56. Quoi qu'il en soit de la valeur de ce schéma, il est évident que, s’agissant de Naucratis, il est parfaitement inadéquat de toute façon : tant avec K. Lehmann-Hartleben qu'avec J. Hasebroek, on a affaire à de faux problèmes57.

17On voit donc que, globalement, l’analyse du statut fait aux étrangers de passage oblige à conclure que l’établissement de Naucratis n'avait aucun caractère civique, pas plus au moment de sa fondation qu’après la réorganisation opérée par Amasis. L’étude des décrets rhodiens et celle de la place de Rhodes au sein de l’Hellénion vont permettre de confirmer et de préciser cette analyse.

2. Rhodes et Naucratis : la structure de l’Hellénion

  • 58 Sur la céramique vroulienne, voir Bernand 1970, 798-799. Pour les céramiques de style rhodien et po (...)
  • 59 Objets égyptiens ou pseudo-égyptiens à Rhodes : références dans Austin 1970, 13, n.2.et 14, n. 1. O (...)
  • 60 Monnaies d'argent des cités rhodiennes dans les trésors égyptiens :
    Ialysos : Damanhur, no 114 ; Sak (...)
  • 61 Sur la date du synœcisme de Rhodes voir l'article de Kinch 1905, 34-48.
  • 62 Cf. infra pour la datation de Lindos, 16.
  • 63 LGPN, I, s.v.
  • 64 Cf. Bernand & Masson 1957, no 2 et 4 (591 a.C., sous Psammétique II).
  • 65 Cf. Diod. 16.42-45, sur les victoires puis la trahison de Mentôr. Voir Mallet 1922, 156-162, ainsi (...)

182.1. Les fouilles de Naucratis ont livré des quantités importantes de céramique rhodienne, du vie s. surtout. Certes, l’attribution des céramiques de Grèce de l’Est à telle ou telle cité n’est pas chose aisée, c’est le moins qu’on puisse dire. Du moins certaines séries particulières, comme les vases de type vroulien, peuvent sans contexte être attribuées à Rhodes58. Réciproquement, dans l’île, on a découvert un grand nombre d’objets égyptiens59, ou de type égyptien, dont un certain nombre sont d’ailleurs antérieurs à l’installation des Grecs à Naucratis. En outre, on a trouvé dans les trésors égyptiens des pièces provenant de chacune des trois cités que compte l’île avant le synœcisme, et, à Naucratis, deux pièces rhodiennes du ive s.60 Il est vrai que, s’agissant de céramiques ou de monnaies, on ne peut jamais affirmer qu’il y a eu transport par des marchands de la cité d’origine. Il reste que ces découvertes fournissent tout de même en l’occurrence un contrepoint utile aux sources écrites. On ne connaît guère, à Naucratis, qu’une seule dédicace sur céramique d’un Rhodien, celle de Telesôn, Rhodios à Aphrodite (cf. Bernaud 1970, 707, no 659 et photo pl. 27). L’ethnique Rhodios nous oriente a priori plutôt vers une date postérieure au synœcisme de l’île, réalisé en 40761. Nous n’hésiterons pas à dire que la forme des lettres est identique à celle qu’on trouve dans l’inscription étudiée infra, Lindos, 16. Ainsi, les epsilon ont la barre centrale légèrement plus courte ; le sigma, assez ouvert, a les deux barres centrales plus courtes ; le nu a la haste droite plus courte et ne touchant pas la ligne ; l'omega, plus petit que les autres lettres, a une forme resserrée et monte dans la ligne. Cette dédicace remonte donc à la dernière décennie du Ve s. ou au début du vie s.62. Inscriptions et timbres amphoriques (prêtre éponyme d’Halios) de Rhodes montrent que le nom Télésôn était assez fréquent dans l'île63. On ne pourra donc probablement jamais savoir si Télésôn était un simple marchand ou bien un magistrat de l'Hellénion. Antérieurs de près de deux siècles, les graffites d'Abou Simbel des deux mercenaires ialysiens Anaxanôr et Tèléphos64 témoignent également de la diversité des relations entre Rhodes et l'Égypte. En se mettant au service de Nectanébo II (pour finalement le trahir, il est vrai), le mercenaire rhodien Mentor, chargé en 346 du commandement de l’armée envoyée en Phénicie par le pharaon, ne faisait sans doute que suivre l’exemple de ce qu’avaient dû faire nombre de ses compatriotes depuis le viie s.65

192.2. Les décrets rhodiens concernant Naucratis sont au nombre de deux. Nous les reproduisons ici en suivant, sauf indication du contraire, l’édition de Chr. Blinkenberg, en ajoutant accentuation et ponctuation.

20A. Stèle de basalte, achetée au Caire, provenant sans doute de Naucratis.
Dimensions (en cm) : (pierre) h = 50 ; (inscription) h = 32,5 ; l = 23,6.Stoichedon 15 carrés, 1, 6 x 1,6 deux lettres dans un même carré, 1. 4 et 9.

21Éd. Μ. E. Pridik, “Inscriptions grecques de la Collection de V. S. Golenistchev”, Journal du Ministère de l'Instruction Publique (en russe), n. s. 13, 1908, p. 19, no 12, avec phot. (Syll3, 110, n. 4) ; S. Accame, ClRh, 9, 1938, p. 221, avec phot. ; Chr. Blinkenberg, Lindos, app. au no 16, avec phot. d’estampage (SEG, 32, 1982, 1586, sans changement).

ἔδοξε τᾶι βωλᾶι κα-
ὶ τῶι δάμωι · Δέσπων
ἐγραμμάτευε, Ἀρχε-
[4] άναξς εἶπε · Δαμόξεν-
ον Ἕρμωνος ἐν Αἰγύ-
πτωι οἰκέοντα ἀγγ-
ράψαι πρόξενον Λι-
[8] νδίων καὶ εὐεργέτ-
ανν τιαρι τς Ἀ-
θαναίας καὶ ἀτέλε-
ιαν ἤμεν καὶ αὐτῶι
[12] καὶ ἐκγόνοις καὶ ἐ-
σαγωγὰν καὶ ἐξαγω-
γὰν καὶ ἐμ πολέμωι
καὶ ἐν ἰρήναι· ἀγγρ-
[16] άψαι δὲ καὶ ἐν Αἰγύ-
πτωι ἐν τῶ[ι] Ἑλλανί-
ωι Π[ο]λυ[κλ]έα Ἁλιπό-
λιọς· τὸ [δ]ὲ ψάφισμα
[20] ἀγγρά[ψ]αι ἐστάλαι
λιθίναν. vac.

22L. 20-21, ἐστάλαι λιθίναν. confusion entre ἐστάλαι λιθίναι et ἐστάλαν λιθίναν.

23Traduction : “Il a plu au conseil et au peuple ; Despôn était secrétaire, Archéanax a fait la proposition : qu'on inscrive Damoxénos, fils d'Hermôn, résident en Égypte, comme proxène et bienfaiteur des Lindiens dans le sanctuaire d’Athanaia et qu’il soit exempt de taxe, lui et ses descendants, à l’importation et à l’exportation, en temps de guerre et en temps de paix ; que Polyklès, fils d'Halipolis, le fasse inscrire aussi en Égypte, dans l’Hellénion ; qu'on inscrive ce décret sur une stèle de pierre.”

24B, Lindos, fouilles de l’acropole. Stèle de marbre blanc, en deux fragments, brisée en haut et en bas à gauche.
Dimensions : 33,5 x 30 x 8,5 ; h. lettres. 0,6 à 1,2. Stoichedon 18 carrés.

25Éd. IG, XII.l, 760 (petit fragment de gauche) et K. F. Kinch, Exploration archéologique de Rhodes, IIIe Rapport, p. 34-48, avec phot., les deux fragments réunis (Nachmanson, Hist. griech. Inschr., 1913, I, 25 ; Syll.3, 110) ; S. Accame, CIRh, 9, 1938, p. 219 sq., phot. ; Chr. Blinkenberg, Lindos, 16, avec phot.
Cf. C. Roebuck, CPh, 46, 1951, p. 216 et n. 26 et M. Austin (1970), p. 26, 29, 31 et n. 3.

[ἔδοξε τᾶι β]ολᾶι· ἐπὶ π[ρ]-
[υτανίων τ]ῶν ἀμφί Δει[ν]-
[ίαν]αν Πυθέω Αἰγ-
[4] [ύπτιον τ]ὸν ἐγ Ναυκράτ-
[ιος], ἑρμ[α]νέα, πρόξενον
[ἤμ]εν Ῥο[δ]ίων πάντων κα-
ὶ αὐτὸν καὶ ἐκγόνους, κ-
[8] αὶ ἤμεν αὐτῶι καὶ ἔσπλ-
[ο]ṿ καὶ ἔκπλον καὶ αὐτῶ-
[ι κα]ὶ ἐκγόνοις ἀσυλὶ κ-
[αὶ ἀσ]πονδὶ καὶ πολέμο
[12] [καὶ εἰρ]ήνης. vac.

26L. 3-4, Αἰγǀ[ινάταν], Kinch, Syll3, 110 (texte), Blinkenberg, Austin ; Αἰγǀ[ύπτιον] Syll.3, 110 (index s.v., avec ?), Roebuck, Bresson.

  • 66 Nous traduisons ἀσυλὶ καὶ ἀσπovδί par “privilège d'inviolabilité et de neutralité”, ce qui diffère (...)

27Traduction : “Il a plu au conseil ; était en fonction le collège des prytanes de Deinias : que (—)as, fils de Pythéas, Égyptien de Naucratis, interprète, soit proxène de tous les Rhodiens, lui et ses descendants, et qu'il ait le droit d'entrée et de sortie du port, lui et ses descendants, avec privilège d'inviolabilité et de neutralité, en temps de guerre et en temps de paix”66.

  • 67 Voir Thc. 8.44, et Kinch 1905, 41.
  • 68 Pour tous les problèmes relatifs à l'édition de ce texte, voir Blinkenberg, Lindos, 16 app. Pour la (...)
  • 69 Voir la démonstration de Kinch 1905, 34-48.
  • 70 Voir supra, apparat critique, loc. cit.
  • 71 Austin 1970, 31, n. 3.
  • 72 Austin 1970, 29, n. 3.

28Le premier de ces décrets émane de la cité de Lindos. Il est donc nécessairement antérieur au synœcisme. De plus, à l’époque du décret, comme suffit à le montrer le formulaire du décret, Lindos avait un régime démocratique. Il est donc antérieur à 411, date de l'intervention lacédémonienne dans l''île et du changement de régime67. D'après l'écriture, il semblerait que ce décret date des années 440-42068. Le second, selon K. F. Kinch et Chr. Blinkenberg, serait à situer dans la période de transition 411-407, pendant laquelle l’État rhodien unifié serait en voie de formation69. Quoi qu’il en soit de cette datation et de cette analyse, sur laquelle nous nous réservons de revenir ailleurs, ce décret est révélateur des rapports entre Rhodes et Naucratis à la fin du ve s. ou au début du ive s. En tout cas, ces deux textes n’ont guère retenu l’attention des auteurs qui ont traité des problèmes relatifs à Naucratis. Ce n'est que chez C. Roebuck et M. Austin qu'on trouve un effort d’analyse à ce sujet, mais là encore de manière très succincte70. L’interprétation de M. Austin est la suivante : s’agissant du proxène des Lindiens, on a affaire à un résident non citoyen ; dans le second décret, le proxène est un Éginète (la restitution Αἰγ[ινάταν τ]ὸν..., 1. 3-4, est effectivement possible, cf. supra), non citoyen, mais résident lui aussi à Naucratis et y exerçant un métier. Comme la proxénie s’entend comme aide aux étrangers de passage, M. Austin admet implicitement l’existence de trois catégories juridiques à Naucratis : les citoyens, les étrangers résidents et les étrangers de passage, schéma conforme à celui d’une cité grecque ordinaire. Il reconnaît cependant qu’il s'agit là d’un “cas difficile”71 et critique C. Roebuck lorsque ce dernier considère que ces textes prouvent l’existence d’une catégorie de citoyens à Naucratis72 : on a le sentiment que M. Austin a lui-même bien senti la difficulté de son interprétation.

  • 73 Austin 1970, loc. cit., “It is in fact impossible to know how rigid the distinction between residen (...)
  • 74 Cf. le to palaion de 2.179, et la référence explicite à des commerçants grecs installés ici et là e (...)
  • 75 Voir aussi Hdt. 2.180 : référence aux Grecs résidents en Égypte au temps d’Amasis (oἱ δὲ ἐν Αἰγύπτῳ (...)

29En effet, cette analyse est intenable. On doit remarquer dès l’abord qu’elle suppose l'existence de trois catégories juridiques, là où Hérodote affirme explicitement qu’il n’y en avait que deux, et alors qu’il laisse entendre que le système d’Amasis est toujours en vigueur lorsqu'il fait allusion à des cités qui, de son temps, prétendent avoir part à l'Hellénion. Ce faisant, en effet, l'historien admet implicitement que ce droit était toujours réservé aux neuf cités qui avait obtenu d’Amasis ce privilège. Par conséquent, le système mis en place par Amasis avait encore force de loi. qu’il s’agisse du droit à la gestion de l’Hellénion, ou de la séparation entre résidents et passagers, qui en est le présupposé73. Une étude précise montre justement que les décrets rhodiens s’accordent parfaitement avec Hérodote. Dans le premier décret. Damoxénos, fils d’Hermôn – un nom et un patronyme qui conviennent parfaitement à un proxène ! – est dit. 1. 4-5, ἐν Αἰγύπτωι οἰκέοντα. En fait, ce “résident en Égypte” habitait très probablement Naucratis. C'est ce qu’on peut supposer d’après l’allusion à l’Égypte des 1. 16-18 : le double de la stèle doit être placé ἐν Αἰγύπτωι ἐν τῶ[ι] Ἑλλανίωι “en Égypte, dans l'Hellénion”, l'Hellénion de Naucratis bien sûr. Certes, depuis la conquête perse, comme les limitations apportées par les pharaons à leur commerce avaient été levées, les Grecs pouvaient s’établir comme marchands partout en Égypte, et Hérodote précise qu’ils usaient effectivement de ce droit74. La formule “résident en Égypte” pourrait donc s’appliquer à un personnage habitant ailleurs qu'à Naucratis. Mais le fait que le double de la stèle portant le décret lindien doive être placé dans l'Hellénion confirme bien l’hypothèse fondée sur la similitude du formulaire (“résident en Égypte”, “en Égypte dans l'Hellénion”. i.e. à Naucratis) qu’il s'agit bien ici d'un résident à Naucratis. Il est en effet fréquent de voir le double d’un décret gravé sur pierre être érigé dans la cité ou la ville du bénéficiaire, pour porter à la connaissance de ses concitoyens la marque d’honneur qui lui était accordée. Ici, pour que la double inscription ait un sens, il faut probablement que Damoxénos habite Naucratis, et non quelque ville ou bourgade de l’Est du Delta ou du Sud du pays. Ce point réglé, on doit remarquer la grande similitude existant entre la formulation d’Hérodote pour désigner, parmi les Grecs qui venaient en Égypte (ἐς Αἴγυπτον), ceux qui avaient vocation à y résider (ἐνοικῆσαι), et celle du décret lindien pour décrire le statut du proxène (ἐν Αἰγύπτωι οἰκέοντα). La formule “résident en Égypte” correspondait donc manifestement à un statut juridique précis, qui avait été mis en place par Amasis et qui n’avait pas été modifié jusqu’au temps où Hérodote rédigeait ses Histoires et où les Lindiens prenaient ce décret de proxénie (on ne doit pas oublier que les deux textes sont contemporains)75. On doit remarquer aussi, ce qui nous paraît une conclusion inévitable, que la formulation d’Hérodote est un simple démarquage de l’exact formulaire juridique qui sert à désigner le statut des résidents grecs de Naucratis. A l’évidence, Damoxénos entre donc parfaitement dans la première des deux catégories décrites par Hérodote, celle des résidents.

  • 76 Cf. supra.
  • 77 Gauthier 1972, 24.

30Cependant, le décret des Rhodiens peut paraître aller contre cette vision des choses. En effet, si l’on restitue Αἰγ[ινάταν] on est ramené à l’hypothèse de M. Austin76. Mais cette restitution est impossible. En effet, si on l'admet, il faut se demander comment il se fait que l’ethnique soit absent du décret des Lindiens : en fait, c'est la périphrase “résident en Égypte” qui en tient lieu, comme on vient de le voir. Mais peut-être après tout pourrait-on imaginer que Damoxénos soit un Lindien : la forme dorienne du nom (encore qu’évidemment il ait pu y avoir dorisation d’un nom ionien, la transformation d'un nom pour le mettre en conformité avec son propre dialecte étant un phénomène tout à fait fréquent) et sa présence dans l’onomastique de la cité ne contredirait pas une telle hypothèse. L’absence d’ethnique serait alors toute naturelle. Mais, contre cette hypothèse, on doit dire tout de suite que la nomination comme proxène de Lindos d'un Lindien serait un fait unique, à vrai dire impensable, surtout dans les termes de ce décret, où on précise que tous ces privilèges seront valables pour lui et ses descendants (s’il s’agissait d’un Lindien faisant retour à Lindos, ce serait évidemment absurde), ainsi qu’en temps de paix et en temps de guerre (formule tout aussi absurde si le proxène était lindien : pourquoi les Lindiens se seraient-ils saisis d’un de leurs compatriotes rentrant dans sa cité ?). De plus, dans la quasitotalité des occurrences (et l’on possède sans doute plusieurs milliers de décrets de proxénie), le proxène est choisi parmi les citoyens ou les nationaux de l’endroit où il est appelé à exercer sa mission. Ph. Gauthier a paru fondé à écrire qu’“il est légitime de parler d’“hôtes publics” à propos des proxènes : ils reçoivent chez eux les étrangers de passage, ils les secourent matériellement (selon leurs possibilités), ils les protègent en fait et en droit grâce à leur position dans la cité, et tout d'abord grâce à leur qualité de citoyen : mais, fautil ajouter, seulement grâce à cela”77. Ainsi, autant la solution de C. Roebuck consistant à faire des proxènes des Lindiens et Rhodiens des membres d’une communauté civique qu’il suppose exister à Naucratis pouvait paraître a priori logique (mais, comme on l’a vu, le texte des décrets ne saurait autoriser cette interprétation), autant celle de M. Austin paraît difficile : il est beaucoup plus simple d’admettre que c’est en tant que relevant de la souveraineté égyptienne, et non en tant qu’étrangers dans une hypothétique cité de Naucratis, que ces proxènes pouvaient exercer leurs activités.

  • 78 Gauthier 1972, 24-25.
  • 79 Voir Fraser 1972, 67-68, avec les références.

31Cependant, si dans le très grand nombre de décrets de proxénie que nous possédons le bénéficiaire est bien toujours un citoyen du pays concerné, il y a, à notre connaissance au moins une exception, dont il faut tout de même rendre compte. Il s'agit du décret de proxénie délien IG, XI.4, 588, en faveur de Φίλιππος Θεοπόμπου Νάξιος κατοικῶ[ν] ǀ ἐν Ἀλεξάνδρείαι τῆς Αἰγύπτου (1. 3-4), qui date du début du iiie s. a.C. Comme il a rendu des services à des Déliens, la cité le nomme proxène et évergète du sanctuaire, et lui attribue une série d’autres honneurs. En ce cas au moins, on a affaire à un proxène non citoyen dans la cité où il réside. Dans la définition même de Ph. Gauthier, cette situation n’était pas impensable, puisque cet auteur a bien souligné que le proxène n’était en aucune façon un personnage officiel dans la cité où il exerçait sa fonction78. Peut-on donc trouver, dans ce décret délien du iiie s. un parallèle avec l’inscription des Rhodiens restituée Αἰγ[ινάταν] ? Ce n’est pas le cas. On doit en premier lieu se demander comment il se fait que les Déliens aient eu recours à un Naxien, et non à un Alexandrin, pour jouer le rôle de proxène. On vient de voir que rien ne s'opposait juridiquement à ce qu'il en soit ainsi, même s’il s'agissait manifestement d’une situation tout à fait exceptionnelle. Délos était une petite cité. Il n’y avait sans doute pas à Alexandrie de Délien résident susceptible d’aider spontanément ses compatriotes. Quand à Naxos, île voisine de Délos, elle était depuis des siècles très liée à la vie de l’île d’Apollon et de son sanctuaire. Des liens d’amitié avaient donc pu se nouer entre ce Naxien et les Déliens, peut-être bien avant même qu’il parte résider à Alexandrie, et, sur place, il était naturel que ces liens continuent à se manifester, avant d’être officialisés par le titre de proxène. On trouve de bons parallèles à cette situation dans les liens entre les citoyens de différentes cités cariennes et le Caunien établi en Égypte Zénon, en particulier avec les gens de Calynda, petite cité voisine de Caunos aux confins de la Lycie, où Zénon avait des parents79.

  • 80 Fraser 1972, 52.
  • 81 Fraser 1972, 65-66.
  • 82 Au reste, on remarque que. dans le décret délien. 1. 10, c'est seulement en tant que Naxios que Phi (...)

32Or, on ne voit pas qu'il ait existé de liens particuliers entre Rhodes et Égine à l’époque archaïque et au vie s. Il serait pour le moins étrange que les Rhodiens aient justement choisi comme proxène un Éginète, c’est-à-dire un non résident (de passage à Naucratis, tout comme les Rhodiens). N’y avait-il donc pas à Naucratis de Rhodien susceptible d’aider ses compatriotes ? A vrai dire, on doit aussi se demander si cette situation consistant pour un Grec à venir résider pour une longue période à Naucratis était concevable sans qu’il devienne ipso facto un “résident en Égypte”, relevant comme tel de la souveraineté égyptienne (même si plus tard, tel individu, une fois fortune faite par exemple, pouvait éventuellement rentrer dans sa cité d’origine). La situation était toute autre pour le Naxien résidant à Alexandrie, qui demeurait étranger au corps civique – ailleurs, il aurait été métèque, mais ce statut ne paraît pas attesté dans cette cité80 – même si, sans doute, il n’était pas très difficile à un Grec de se faire attribuer la citoyenneté vu la situation particulière de la ville en pays égyptien81. Pour ce qui est du formulaire employé, on doit souligner qu’il diffère profondément dans le décret délien et dans le décret rhodien : dans le premier cas, Philippos est Νάξιος κατοικῶ[v] ἐν Ἀλεξανδρείαι τῆς Αἰγύπτου, dans le second, la formule Αἰγ[...... τ]ὸν ἐγ Ναυκράτ[ιος] signifie, comme l'indique l’emploi de ἐκ que l’on a affaire à un rapport d’ordre logique entre contenant et contenu, ce qui n’est évidemment pas le cas si l’on accepte la restitution Αἰγ[ινάταν] : il n’y a aucun lien d’inclusion entre Égine et Naucratis82. En revanche, comme on le verra, on trouve mention, au ive s., de la formule Ναυκρατίτης ἐξ Αἰγύπτου. Le fils de Pythéas (le nom est écrit avec un génitif ionien, et non dorien comme on l’attendrait éventuellement pour un Éginète, même s’il y a un autre ionisme dans le texte, cf. 1. 12, [εἰρ]ήνης, qui est un interprète, et qui réside donc dans le pays depuis longtemps – il est bien plus vraisemblable qu'il y soit né – a ainsi toute chance de ne pas être un Éginète.

  • 83 Roussel 1976, 30.
  • 84 Cf. infra, § 3.1. Signalons tout de suite, néanmoins, que la mention Naukratitès ne suppose pas néc (...)
  • 85 Cf. par exemple supra n. 36 sur le problème de l’epigamia.
  • 86 Voir Hdt. 2.30 : les Perses distribuent leurs garnisons comme au temps de Psammétique Ier. Pour ce (...)

33On ne saurait non plus imaginer que les résidents à Naucratis, même installés depuis longtemps gardaient leur ethnique d'origine, Éginète en l'occurrence. C’est d’une certaine façon l'hypothèse émise par D. Roussel. Selon ce dernier, il serait possible, bien qu’on n’en ait pas la preuve formelle, que les gens de Naucratis originaires des cités de l'Hellénion et disposant de ce sanctuaire commun soient répartis en phylai “ethniques” pour assurer ensemble ou à tour de rôle l’administration de la communauté, celle notamment de l'emporion, dont ces phylai auraient désigné chacune un des “préfets” ou “prostatai”83. Évidemment, on retombe là dans la confusion entre résidents et passagers, pourtant bien distingués par Hérodote. Mais, de plus, sans parler de l’obstacle que représenterait de nouveau “l’absence d’ethnique” dans le décret lindien, il faudrait justifier le fait que, dès le ive s. en tout cas, on trouve la mention Naukratitès pour désigner des gens originaires de Naucratis84. En fait, tout indique que la communauté des résidents grecs de Naucratis était, vers la fin du ve s. au moins, et sans doute bien avant, culturellement unifiée. Les Grecs d’origines diverses qui étaient venus s’y agréger s’étaient, l’endogamie aidant, fondus dans le “melting pot” que formaient les résidents plus anciens. Juridiquement, ils relevaient de la souveraineté égyptienne. A l’époque archaïque et classique, quel que soit le rôle qu'ils pouvaient déjà jouer dans le pays, les Grecs n’étaient pas encore en Égypte la caste dominante qu'ils formeront plus tard, après la conquête d'Alexandre85. A lui seul, le strict contrôle administratit et fiscal auquel les commerçants grecs étaient soumis au temps des dynasties indigènes suffit à illustrer, au contraire, la volonté des souverains égyptiens d'exercer la plénitude de leur souveraineté, sans que les Grecs (les résidents au moins) puissent s'y soustraire. On doit donc admettre que, mis en parallèle avec le texte d’Hérodote, le décret lindien livre bien la clé de l’énigme du statut des résident grecs de Naucratis. Pour ce dernier, dont le double devait être placé dans l’Hellénion (voir 1. 15-18) et dont les autorités du pays pouvaient ainsi, d'une façon ou d'une autre, facilement prendre connaissance, il ne pouvait être question d’attribuer au proxène un statut autre que celui qui définissait exactement la position juridique des Grecs de Naucratis. Rejoignant les enseignements que nous avons tirés du texte d'Hérodote, on est ainsi amené à conclure que les résidents grecs de Naucratis relevaient de la souveraineté des maîtres de l'Égypte, pharaons de la 26e dynastie, souverains perses, et de nouveau, probablement, pharaons des dynasties indigènes, à partir de 404 au moins – manifestement, en effet, en ce domaine comme en d’autres, les Perses avaient repris à leur compte le système pharaonique86. En outre, le témoignage mentionné plus haut (p. 19) d'Aristagoras de Milet, qui parle des Naucratites “et autres Égyptiens”, montre peut-être que les résidents grecs de Naucratis, même s’ils jouissaient d’un statut spécial, pouvaient être totalement assimilés aux Égyptiens.

  • 87 Dans l'inscription d'Abou Simbel Bernand & Masson 1957, no 1, 1. 4, il est question d'une part des (...)
  • 88 Roebuck 1951, 216 et Austin 1970, 31.
  • 89 Cf. pour mémoire le décret athénien accordant la proxénie à Stratôn, roi de Sidon (Tod2, 139) etc V (...)

34Revenant au décret des Rhodiens, il est clair que si la restitution Αἰγ[ινάταν] doit être abandonnée, il reste à envisager l’autre solution possible : Αἰγ[ύπτιον] Repoussée par K. F. Kinch et Chr. Blinkenberg. cette restitution avait pourtant déjà refait une timide apparition (avec un point d'interrogation) dans l'index (et non dans le texte) de Syll.3, et elle a eu, sans qu’il explique pourquoi, la faveur de C. Roebuck. Néanmoins, ce dernier n’en a pas tiré les conclusions qui s'imposaient, bien au contraire, puisqu’il voit là, on ne sait comment, une preuve de l’existence d’une cité à Naucratis. Faut-il voir en Αἰγ[ύπτιον τ]ὸν ἐγ Ναυκράτ[ιος] un simple équivalent de la formule ἐν Αἰγύπτωι οἰκέοντα du décret lindien ? C’est apparemment la solution la plus naturelle. Sans exclure tout à fait cette hypothèse, il nous paraît préférable de proposer une autre solution. On doit remarquer que le formulaire utilisé dans le décret rhodien ne diffère pas de celui qu’on peut trouver dans une inscription funéraire attique contemporaine. Dans ce texte (IG, II2, 7967, cl. Meritt 1934, 87, no 105, avec reprod. des lettres de l’inscription) apparaît un (Ἑ)ρμαῖος Αἰγύπǀτιος ἐχ Θηβῶν ǀ γναφαλλουφάνǀτης, un tisserand en laine selon Meritt. D'après la forme des lettres, l'inscription nous paraît dater de la fin du ve s., plutôt que du début du ive s. (selon IG, II2 [maintenant IG, I3, 1341 bis, “c. a. 425-400 ?”, qui confirme donc notre suggestion]). S’agit-il d’un Égyptien de souche résident à Athènes et ayant adopté un nom grec ? Ou de Grecs originaires de ces villes et revenus s’installer en Grèce ? La première solution est sans doute la bonne. En tout cas, on retrouve là une formule identique à celle du décret des Rhodiens. C’est cette inscription qui fournit le véritable parallèle : ainsi, Hermaios est un “Égyptien de Thèbes”, comme le fils de Pythéas est un “Égyptien de Naucratis” – Égyptien de souche lui aussi87. On sait que la nomination d’un proxène n'exige pas que le bénéficiaire soit un Grec, ou qu'il soit citoyen d'une cité grecque, et on ne peut donc en aucune façon tirer argument, comme le font C. Roebuck et M. Austin, de la nomination de proxènes à Naucratis pour conclure, comme si cela allait de soit, qu'il y avait là une cité88. Le titre de proxène pouvait par exemple être accordé à un prince ou à un roi barbare, qui était d'autant mieux placé pour aider les ressortissants de la cité qui lui avait confié cette dignité qu’il était lui même l'autorité suprême dans son pays89. Quand aux proxènes choisis parmi les résidents grecs de Naucratis, même s’ils jouissaient avec ces derniers de certains privilèges particuliers, c’est en tant que relevant de la souveraineté s’exerçant sur le pays qu’ils pouvaient agir, auprès des résidents grecs de Naucratis naturellement, mais aussi auprès des indigènes vraisemblablement.

  • 90 Austin 1970, 31.
  • 91 Denys : Tod2, 133, 368 a.C., 1. 19-20, et déjà ibid., 108, 1. 6-7, 393 a.C., où la restitution ne f (...)
  • 92 NChoix, 10, 1. 4, 86 a.C. Cet exemple est plus tardif, mais le problème grammatical est strictement (...)
  • 93 On doit remarquer que, dans sa note 26, p. 219-220, C. Roebuck avait réuni plusieurs éléments susce (...)

35Mais ce qui peut légitimement paraître étonnant, c’est de voir un Égyptien de souche, même de “Naucratis”, porter – et en Égypte même cette fois – un nom grec. Ce point nécessite une explication particulière. Pour cela, il convient d’abord de justifier la manière dont nous construisons les 1. 3-5 du décret. K. F. Kinch, de son côté, a construit : Αἰγ[ινάταν τ]ὸν ἐγ Ναυκράτ[ιος| ἑρμ[α]νέα, πρόξενον. Il considérait le fils de Pythéas comme un ἑρμηνεὺς τῶν Ναυκρατιτῶν, ou τῶν ἐν Ναυκράτει Αἰγινατῶν, donc comme l’interprète officiel de telle ou telle catégorie d’habitants de Naucratis, d’où l’article défini, τόν, c'est-à-dire “l'interprète bien connu...” Mais ce n'est pas ce qu’indique le texte qui, traduit en suivant la coupe de Kinch, voudrait dire : “l'interprète originaire de Naucratis”. On voit qu'il y aurait alors contradiction entre l’aspect défini (“l’interprète”, supposé bien déterminé) et l’aspect indéfini (“originaire de Naucratis”). On n’admettra pas non plus la traduction de M. Austin, “Aeginetan (?), an interpreter from Naucratis”90. En fait, on sait que dans des décrets athéniens, par exemple, on honore en Denys “l’archonte de la Sicile”, τὸν Σικελίας ἄρχοντα, ou en Hébryzelmis “le roi des Odryses”, τὸν βασιλέα τὸν Ὀδρυσῶν : l’article défini se justifie par le caractère même de la fonction exercée91. En revanche, dans un texte comme le décret delphique pour une harpiste et son cousin, où il s’agit seulement d’indiquer une profession, un état, on trouve la formulation suivante : Πολυγνώτα Σ(ω)κράτους Θηβαία χοροψάλτρια,...” Polygnôta, fille de Sôkratès, de Thèbes, harpiste accompagnant le chœur... ”92. De même, on a dans le décret des Rhodiens la construction suivante : “(Un tel, fils de Pythéas), Αἰγ[ύπτιον τ]ὸν ἐγ Ναυκράτ[ιος], ἑρμ[α]νέα, πρόξενον κτλ. On comparera pour mémoire avec Arrien (Anabase, 3.5.4), où il est question de “Cléomène de Naucratis”, Κλεομένης ὁ ἐκ Ναυκράτιος. La profession est indiquée par un nom en apposition (ἑρμανέα), sans article93.

36C'est cette profession d'interprète qui est précisément la clé de l’énigme évoquée précédemment, et c’est Hérodote, encore une fois, qui permet de trouver la bonne solution. C’est par le truchement d’interprètes que l'historien pouvait s’entretenir avec les Égyptiens, les prêtres en particulier, qui sont ses informateurs privilégiés. Dans sa description des Pyramides, il précise que c’est à un interprète qu'il doit la traduction d'une inscription (2.125). Il signale en outre (2.154) – c’est là le point capital (négligé par Kinch, induit en erreur par sa construction des 1. 3-5 de toute façon) – que Psammétique Ier avait confié aux soldat grecs établis dans le pays de jeunes Égyptiens pour que ces derniers puissent apprendre la langue grecque, et que les interprètes de son époque en étaient les descendants. Il ajoute encore (2.164) que les interprètes formaient l’une des sept castes de l’Égypte, ce qui signifie sans aucun doute qu’ils jouissaient d’un statut propre, même si évidemment, pour ce qui est du nombre de ses membres, leur caste ne pouvait être comparée à celle des prêtres ou des guerriers. En tout cas, il paraît tout naturel de supposer que les jeunes indigènes confiés aux Grecs par Psammétique avaient pris des noms grecs (en plus des noms indigènes qu'ils conservaient sans doute par ailleurs), et que leurs descendants avaient fait de même. Que, plus tard, nombre de ces derniers aient habité Naucratis paraît d'autant plus naturel aussi que c’est là plus qu’en aucune autre ville d’Égypte qu’on pouvait avoir besoin de leurs services. La nomination comme proxène par les Rhodiens d’un interprète se passe d'un long commentaire : on peut facilement imaginer tous les avantages de cette situation pour remplir les obligations d’un hôte public en pays “barbare”. Mais cela montre aussi qu'en fait (puisque tel n’était pas le cas en droit), à Naucratis, des indigènes hellénisés comme les interprètes ne devaient plus guère se distinguer des Grecs de souche, même si la fierté de caste de ces derniers n’avait pas disparu, comme en témoigne, dans le décret des Rhodiens, l’indication de l’état d’interprète du fils de Pythéas.

  • 94 Prinz 1908, 115 et How & Wells 1912, s.v. prostatas définissent les prostatai comme des “consuls co (...)

37Telle est la justification du système des proxènes à Naucratis, qui n’implique donc absolument pas que les résidents grecs aient formé une cité. Cette fonction spécifique d’hôtes publics relevant de la souveraineté locale, remplie en l’occurrence par des résidents grecs ou par des indigènes hellénisés, par définition, en tant qu’étrangers, même chargés de la gestion du port, les représentants que Lindos ou Rhodes pouvaient avoir dans l’Hellénion ne pouvaient pas la remplir. Les prostatai de l'emporion et les proxènes ne faisaient donc pas double emploi, quoi qu’on en ait dit. Aux premiers revenait vraisemblablement, avec un titre plus prestigieux, un rôle analogue à celui des “épimélètes du port” bien connus dans plusieurs cités, aux seconds, en tant que relevant de la souveraineté s’exerçant sur l'Égypte, le rôle ordinaire des proxènes94. Au reste, il convient maintenant de préciser le fonctionnement de l’Hellénion et la manière dont étaient nommés les prostatai.

  • 95 Sur lu date exacte du synœcisme, cf. Kinch 1905, 46-48. On corrigera cependant, ibid., un point de (...)
  • 96 Cf. Roebuck 1951, 200, n. 26.
  • 97 Cf. How & Wells 1912, s.v. “Rhodos” ; Legrand 1948, 192 ; Austin & Vidal-Naquet 1972, 259, n. 2 (Au (...)
  • 98 Prinz 1908, 5-6 “dix cités” ; idem, Austin & Vidal-Naquet 1977 (éd. fr. et angl.) ; Salmon 1965, 15 (...)

382.3. A propos de l’Hellénion, Hérodote signale : “Le plus grand de ces sanctuaires, le plus célèbre et le plus fréquenté, appelé Hellénion, a été fondé en commun par les cités suivantes : pour les Ioniens, Chios, Téos, Phocée et Clazomènes ; pour les Doriens, Rhodes, Cnide, Halicarnasse et Phasélis ; pour les Éoliens, la seule Mytilène.” La liste des “cités doriennes” a de quoi surprendre on ne s’attend pas à trouver, pour une période qui remonte aux environs du milieu du vie s., une référence à Rhodes comme polis, alors qu’il est bien connu que le synœcisme de l'île n’intervient qu'en 40795, soit postérieurement à l’époque où Hérodote lui même rédige ses Histoires. Même si la difficulté a été relevée par certains auteurs96, on a ordinairement compris “les trois cités de Ialysos, Camiros et Lindos”, en corrigeant Hérodote97. Ce faisant, on est arrivé a considérer que les cités de l’Hellénion n’étaient pas au nombre de neuf, ce que nous dit Hérodote, mais, logiquement, de onze. A vrai dire, cette difficulté a elle-même provoqué, s’agissant justement du nombre des cités de l’Hellénion, un certain nombre d’erreurs, qui s'expliquent probablement par le sentiment d’une difficulté qu’on n’arrivait pas à expliciter98. Or, si l'on modifie le chiffre d’Hérodote (neuf “cités”), on perd totalement la clé du fonctionnement de l'Hellénion, comme on va le voir.

  • 99 Cordano 1974, 179-182. On ajoutera aussi la mention des Rhodioi aux côtés des gens de Cos et des Cn (...)
  • 100 Pour ce qui est de la fondation de Géla, Antiphèmos et ses hommes sont des “Lindiens de Rhodes” (ἐκ (...)
  • 101 Cf. Polybe, loc. cit., mais voir aussi van Gelder 1900, 68.
  • 102 Cf. l’offrande d'Amasis, Hdt. 2.182 et 3.47, et la longue liste des hommages rapportés dans la Chro (...)
  • 103 Sur les liens entre les trois cités rhodiennes, voir Bresson 1979, 30-31 et 156-157.

39Auparavant, il est vrai, il convient de répondre à la question de savoir si, à une date haute, avant le synœcisme, Rhodes pouvait être considérée comme une polis, ce qui apparemment contredit formellement ce que nous pouvons savoir de l'histoire de l'île jusqu’à la fin du ve s. Avec pour point de départ ce même problème de la mention de Rhodes comme polis dans le texte d’Hérodote, 2.178, F. Cordano a rassemblé un certain nombre d’éléments qui tendent à montrer les éléments d’unité qui existaient entre les trois cités de l'île, cela avant même le synœcisme : référence à des “Rhodiens” comme fondateurs de colonies, aspect panrhodien des cultes de Zeus Atabyrios et d’Athana Lindia99. Cependant, les arguments tirés des récits de colonisation, où il est question de “Rhodiens”, ne nous semblent pas devoir être retenus : le terme possède alors un sens local, géographique, et, de même par exemple que la mention de “Crétois”, il n’implique pas logiquement l’existence d'une quelconque structure qui aurait réuni les cités de l’îlel100. En revanche, effectivement, la référence chez Polybe (9.27) à un culte de Zeus Atabyrios à Agrigente, colonie de Géla elle-même fondée par des “Lindiens de Rhodes” selon Hérodote (7.153), est un argument de plus grande valeur. Précisons en effet que le culte de Zeus Atabyrios (dont le sanctuaire était installé sur le Mont Atabyros, le plus haut sommet de Rhodes, au centre de l'île, aux confins du territoire camiréen, non loin du territoire lindien) était commun aux trois cités de l'île, ce qui nous est attesté par des sources postérieures au synœcisme, mais aussi par la viie Olympique de Pindare (v. 87), c’est-à-dire par une source qui lui est antérieure, puisque cette ode date de 464. Rappelons que l'œuvre était dédiée à l’aristocrate ialysien Diagoras. Or, la fondation d’Agrigente, à laquelle il est fort possible qu’ait participé une nouvelle vague rhodienne venant directement de l'île, si l’on suit Polybe (loc. cit.) à la lettre, date de 581101. Le culte de Zeus Atabyrios à Agrigente remontant selon toute vraisemblance à la fondation de la cité, on a donc là la preuve qu’il existait un culte panrhodien dès avant 568 (et bien avant sans doute), date la plus haute qu’on puisse retenir pour la fondation de l'Hellénion, puisqu'il s'agit de celle de l'avènement d’Amasis. Par ailleurs, d'autres cultes avaient une vocation panrhodienne : celui d’Hélios, divinité également célébrée par Pindare, qui deviendra le culte suprême de l'État rhodien unifié, celui d'Athéna Lindia dans une certaine mesure, mais celui-ci d'une autre manière, par sa vocation internationale, car il semble avoir été le plus célèbre des sanctuaires rhodiens à l’extérieur de l'île102. Le sentiment de solidarité existant entre les cités de Ialysos, Camiros et Lindos, affirmé déjà par Homère, se traduisait donc par l’existence de cultes communs103.

  • 104 Babelon 1910, 1005-1012 et pl. CXLVI (p. 1012 pour le texte cité). Il faudrait bien sûr maintenant (...)
  • 105 Bresson 1981.

40Au reste, la documentation numismatique montre elle aussi des liens étroits entre les cités rhodiennes, bien mis en évidence par E. Babelon pour le ve s. : “Les monnaies au type de la protomé de cheval sont importantes à signaler, en ce sens qu’elles nous révèlent une alliance monétaire entre les trois villes rhodiennes de Camiros, Ialysos et Lindos, avant la fondation de la ville de Rhodes en 407... Certaines pièces même, identiques pour le droit (type de cheval) et pour le revers (type de la rose ou de la tête de lion) ne se distinguent que par la légende. On est autorisé, par là, à conclure qu'avant d’être absorbées dans une nouvelle ville, – Rhodes, qui devait à elle seule, désormais, avoir un atelier monétaire, – les trois villes précitées étaient étroitement unies au point de vue politique, commercial et monétaire”104. L’étude du monnayage de la fin de l'archaïsme et du début de l'époque classique permet de tirer des conclusions analogues105.

  • 106 Au reste, il existe peut-être une autre source antérieure au synœcisme où Rhodes est qualifiée de p (...)
  • 107 Cf. par exemple les chiffres des navires fournis à la flotte de Xerxès pour son expédition contre l (...)
  • 108 Voir infra la comparaison avec les amphictionies.

41S'agissant du terme polis pour désigner Rhodes chez Hérodote 2.178, on est amené à conclure que, de même qu'il existait entre les trois cités de l’île des liens étroits, culturels et monétaires en particulier, de même, pour la gestion de l'Hellénion, ces dernières agissaient de concert, parlaient d'une seule voix106. La gestion de l’Hellénion était donc aux mains de quatre cités ioniennes, quatre doriennes, et une éolienne. Il nous paraît que cela montre une volonté d'équilibre entre les deux groupes culturels les plus importants, les Doriens et les Ioniens. En effet, chacun de ces groupes comprenant quatre cités (nous emploierons désormais ce terme, avec la réserve ou la précision donnée plus haut pour le cas de Rhodes), il ne pouvait y avoir domination de l'un sur l’autre, et on est conduit à postuler l’existence d'un conseil de gestion où, du fait de leur nombre, les Ioniens ne pouvaient pas avoir le pas sur les Doriens, et réciproquement. On perd évidemment cet aspect des choses si l'on considère que chacune des trois cités rhodiennes participait sur un plan d'égalité avec les autres cités à la gestion de l'Hellénion, puisqu’alors les Doriens auraient été représentés par six cités, les Ioniens seulement par quatre. A vrai dire, cela seul aurait dû susciter l’étonnement, car, pour ce qui est des groupes culturels de Grèce de l’Est, on aurait plutôt attendu une domination des Ioniens, plus nombreux et à l'évidence plus puissants, globalement, que les Doriens107. Il faut d’ailleurs admettre que les Doriens avaient bien su manœuvrer pour se faire reconnaître la parité dans l'Hellénion. Le système adopté préservait en tout cas les droits des uns et des autres. Quand aux Éoliens, qu’Hérodote décrit comme relativement moins puissants, un rôle non moins important leur était réservé, même si une seule de leurs cités faisait partie de l'Hellénion, au reste de loin la plus grande. Mytilène. En effet, la neuvième voix pouvait faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre, pour le cas où Doriens et Ioniens auraient des intérêts et des points de vue divergents – et on verra l'importance des votes dans des organismes internationaux du type de l'Hellénion108. Cette structure de l’Hellénion suppose manifestement une volonté d’équilibre et de représentation des trois composantes culturelles de l'hellénisme. Vraisemblablement y avait-il eu de subtiles négociations, entre les Grecs eux-mêmes d'une part, et entre les Grecs et Amassis d’autre part, avant que de parvenir à mettre au point ces dispositions et cette distribution. Comme son nom l’indique, il semble bien que l’Hellénion ait eu vocation à être le sanctuaire de tous les Grecs, et c’était donc aux mains des “Grecs” qu’Amasis remettait la gestion du port de Naucratis, en particulier. Mais, comme la Grèce n’était pas une entité politique unifiée, et comme il ne pouvait être question, car le système aurait été beaucoup trop lourd, de donner part à la gestion à toutes les cités intéressées, même s’il s’agissait en fait, pour l'essentiel, de celles de la Grèce de l'Est, il avait fallu faire un choix : pour éviter les conflits, représentation équilibrée des groupes culturels, et sélection d’un certain nombre de cités au sein de chacun d'eux. Quant au processus de choix des cités – pourquoi Chios et pas Samos ? pourquoi Clazomènes et pas Milet ? – Hérodote n’en dit rien. Cependant, il est possible de formuler plusieurs remarques à ce sujet.

  • 109 Voir Austin 1970, 25-27, et Jeffery 1976 pour une étude par cité. Pour Phocée, voir en outre Morel (...)
  • 110 Cf. Hdt. 1.145. Voir aussi infra, n. 126.
  • 111 Hdt. 1.142.
  • 112 Samos et Milet combattent dans des camps opposés lors de la Guerre Lélantine (fin viiie-viie s. san (...)
  • 113 Sur l’Hexapole dorienne, voir Hdt. 1.144. Absence de dynamisme de Cos à cette époque, voir Sherwin- (...)
  • 114 Phasélis colonie des Lindiens, cf. Lindos, 2 = Chronique du Temple de Lindos, XXIV, avec le comment (...)

42Tout d’abord, on a affaire en l'occurrence à des cités dont la puissance est bien attestée par les sources littéraires, ce dont témoignent aussi leur monnayage ou leurs exportations de céramiques, même s’il s’agit là d’un critère qui ne peut être utilisé n’importe comment109. A vrai dire, le problème du choix se posa surtout pour les Ioniens. En principe, toutes les cités ioniennes sont membres de la Dodécapole, organisation regroupant les douze cités ioniennes autour de leur sanctuaire du Panionion, sur le Mont Mycale110. Mais Hérodote distingue quatre zones dialectales chez les Ioniens111 : on constate ainsi qu’aucune des trois cités du groupe carien (Milet, Priène, Myonte) n’est représentée dans l’Hellénion, non plus que Samos, qui à elle seule forme un groupe dialectal particulier ; dans le groupe lydien, les trois cités les plus méridionales, Éphèse, Lébédos et Colophon, en sont absentes, tandis que, plus au nord, les cités voisines de Téos, Clazomènes et Phocée y ont part ; dans le quatrième groupe, Chios en est membre, ce qui n’est pas le cas pour Érythrées. Deux conclusions s’imposent. La première n'est guère surprenante : les villes situées un tant soit peu à l’intérieur des terres et qui n’ont pas vocation au grand commerce maritime (telles Colophon, Priène et Myonte) se trouvent normalement exclues. La seconde conclusion est que ce sont globalement les cités ioniennes du nord, voisines les unes des autres, qui ont la prérogative de faire partie de l'Hellénion. Très probablement, ces cités avaient réussi à se réserver les places, et cela au détriment des autres. En effet, la participation à la gestion de l’Hellénion et donc à la nomination des prostatai devait être source d’avantages, puisqu’Hérodote nous dit (2.178) qu’à son époque certaines cités qui normalement ne possédaient pas ce droit essayaient d’y avoir part. L’hostilité traditionnelle entre Samos et Milet avait sans doute empêché ces deux cités de constituer un groupe de pression aussi solide que celui des cités du nord112. C’est peut-être bien parce qu’elles se trouvaient exclues de l’Hellénion que des cités aussi puissantes et aussi intéressées par le commerce avec l'Égypte que Samos, Milet et Égine avaient pu obtenir leur sanctuaire propre, à litre de compensation en quelque sorte : cela justifierait bien, en tout cas, le fait qu’Amasis leur fasse don à chacune de terrains pour élever leur sanctuaire propre, au moment même où se met en place le système de l'Hellénion. S’agissant des Doriens cette fois, toutes les cités de l’Hexapole (ou Pentapole, plus Halicarnasse) sont de fait représentées (les trois cités rhodiennes comptant pour une seule polis), sauf Cos, dont le dynamisme commercial et politique paraît plus faible à l’époque113. En revanche, la riche cité de Phasélis, étape nécessaire sur la route maritime vers l’Orient et l'Égypte, via Chypre, et ancienne colonie rhodienne, y avait parfaitement sa place114.

  • 115 Voir Jeffery 1961, 353, ou on trouvera les références.
  • 116 Hdt. 1.144.
  • 117 Il ne s’agit donc pas, bien entendu, de prendre pour argent comptant tout ce que contiennent les ne (...)
  • 118 Hiller von Gaertringen 1931, col. 757.
  • 119 C'est la raison pour laquelle il ne nous paraît pas démontré (seulement possible) que l’exclusion d (...)

43Le cas d’Halicarnasse, qu’Hérodote présente comme l'une des quatre cités doriennes de l’Hellénion, peut néanmoins paraître faire difficulté. On sait en effet que, même dans les inscriptions les plus anciennes, celles qui proviennent de cette cité ou celles qui concernent des gens d’Halicarnasse à l’étranger, c'est le dialecte ionien qu’on trouve employé115. On sait aussi que selon Hérodote lui-même, la cité avait été exclue de l'Hexapole dorienne, devenue de fait Pentapole. Mais l'historien explique cette exclusion par le fait qu’un citoyen d’Halicarnasse aurait emporté chez lui un trépied gagné aux concours du Triopion, alors que l'usage était pour le vainqueur de consacrer son prix à Apollon116. Les historiens modernes ont considéré, ce qui est effectivement assez probable, que le véritable motif de l’exclusion était “l’impureté” ethno-culturelle d'Halicarnasse, envahie par des éléments ioniens (mais aussi cariens et perses, ces derniers après que la ville fut entrée dans l'empire de Cyrus)117. Arguant de ce fait, un historien comme F. Hiller von Gaertringen considère que cette éviction a nécessairement eu lieu après la création de l'Hellénion, puisque, à cette date, Halicarnasse aurait encore été considérée comme dorienne118. En réalité, les choses ne sont peut-être pas aussi simples. Hérodote lui-même, au ve s., qui, comme ses concitoyens, parle et écrit en ionien, ne cesse de revendiquer le caractère dorien d’Halicarnasse. Il affiche même, comme on sait, de nets préjugés anti-ioniens, d'autant plus vifs sans doute que pesait sur Halicarnasse, pour ce qui est de son caractère dorien, le reproche d'impureté. L'aspect linguistique ne suffisait donc pas, du moins pour les gens d'Halicarnasse, à définir l’appartenance ethno-culturelle119. Et c’est cela qui est important pour la compréhension de la structure de l’Hellénion, que l’exclusion de l’Hexapole soit antérieure ou postérieure à la fondation de ce sanctuaire : les milieux dirigeants d’Halicarnasse, dont on peut considérer que, sur ce point, Hérodote ne fait que refléter les idées, se considéraient comme des Doriens, et la “solidarité dorienne” pouvait éventuellement jouer entre les quatre cités mentionnées par Hérodote.

  • 120 Hasebroek 1928, 66-67 : “Herodot sagt, die betreffenden Städte hätten die heiligen Stätten und Altä (...)

442.4. Dans ce développement, nous avons suivi fidèlement Hérodote, à la différence de plusieurs auteurs contemporains, qui corrigent “les cités” en “les navigateurs et marchands qui venaient à Naucratis”. C'est déjà le cas chez J. Hasebroek, et on retrouve la même idée chez J. Boardman et M. Austin120. Ainsi, ce dernier considère que les cités de l’Hellénion, fort distantes les unes des autres, sans cesse en querelle, et cela même en présence d'un ennemi qui les menaçait toutes, la Perse en particulier, étaient incapables d'agir en commun, incapables donc de nommer tous les ans en leur sein des magistrats chargés de diriger la gestion d'un lointain port égyptien. En outre, cette procédure lui paraît sans parallèle et compliquée. Il considère donc qu’Hérodote “must be writing loosely” et que l’historien a confondu les membres de chacune des cités avec leur polis d’origine. Ce seraient les marchands présents à Naucratis, bien que ne résidant pas là en permanence, qui auraient procédé à la nomination des magistrats de l'emporion. Evidemment, ce schéma s’inscrit parfaitement dans une certaine perspective théorique, qui refuse d’admettre que, en tant que telles, les cités à l’époque archaïque en l’occurrence, aient pu avoir quelque préoccupation mercantile que ce soit.

  • 121 Od., 14.257 ; Str. 10.4.5.
  • 122 Diod. 3.34.7 ; Appien, Guerre Civile, 2.89. Pour tous ces problèmes, voir en détail Casson 1971, 28 (...)
  • 123 Ps-Dém, C. Dionysodôros. loc. cit.
  • 124 Il s’agit d'Hyblèsios (Gravisca : Torelli 1977, 407 ; Naucratis : Bernand 1970, 693, no 502) et de (...)

45Malheureusement, ce schéma ne correspond pas à la réalité. Tout d’abord, on doit poser la question de savoir s’il est effectivement concevable que ce soient les navigateurs et marchands de passage (rappelons-le) qui se soient eux-mêmes chargés de la gestion de l'Hellénion. Naucratis n'était après tout, pour eux, qu’une escale plus ou moins brève, limitée, pour les marchands, au temps nécessaire pour vendre leurs marchandises et en acquérir d'autres pour le retour : un séjour de quelques jours à quelques semaines, quelques mois au plus. Comme le montre par exemple le C. Dionysodôros (§ 30) – et il n'y a pas de raison qu’il en ait été fondamentalement autrement aux époques précédentes – ces commerçants avaient en effet intérêt à rentabiliser au maximum les fonds que, le plus souvent, ils avaient obtenus par emprunt, pour une durée limitée donc. Les rotations pouvaient être relativement rapides. L'Odyssée signale que, de Crète en Égypte, il ne fallait que cinq jours, par beau temps, et Strabon donne, sur le même trajet, une durée sensiblement équivalente, trois ou quatre jours121. Pour la traversée de Rhodes en Égypte (Alexandrie), par temps favorable toujours, Diodore signale une durée de trois jours et demi, Appien fait de meme122. Ces chiffres sont donc cohérents les uns avec les autres, malgré les différences d’époque, puisque les techniques de navigation n’avaient pas subi de modifications importantes. Évidemment, suivant la saison, les conditions atmosphériques, le trajet (aller ou retour) et l’itinéraire choisi (traversée directe ou escale à Chypre, etc.), la durée du voyage pouvait sans aucun doute varier très sensiblement. Néanmoins, on peut croire à la véracité des propos du C. Dionysodôros du Ps-Démosthène, qui signale que, rien que pendant la mauvaise saison, il était possible de faire deux ou trois rotations, entre Rhodes et l’Égypte du moins123. Ainsi, ces navigateurs et marchands étaient toujours entre deux voyages. En outre, ils n’étaient pas nécessairement spécialisés sur une seule route commerciale. Le fait que, parmi les quelques noms (une quinzaine environ) signalés dans les premières publications relatives à Gravisca, deux au moins soient attestés à Naucratis donne à réfléchir124. Comment cette “communauté” de migrateurs éparpillés à tous les vents aurait-elle pu assurer une continuité dans la gestion de l’Hellénion ? Si cette gestion par les navigateurs eux-mêmes n'est pas à la limite strictement impensable, elle pose néanmoins des problèmes que les auteurs précités n'ont pas envisagés et qui amène à se poser des questions sur le bienfondé de la “correction” apportée au texte d’Hérodote.

  • 125 Action commune des Ioniens (Milet mise à part), unis aux Éoliens, après la prise de Sardes (546), v (...)
  • 126 Les guerres entre cités appartenant aux peuples membres de l’amphictionie pyléo-delphique, que cett (...)
  • 127 Nomination des hiéromnémons, mais aussi des pylagores (ou agoratres) ou des naopes (en nombre varia (...)
  • 128 Voir aussi infra. § 2.4, sur la nomination des prostatai rhodiens.
  • 129 Cf. Roux 1979, 24-26, sur la durée variable, selon les cités, des mandats donnés aux hiéromnémons, (...)
  • 130 A comparer avec les conditions de séjour des magistrats amphictioniques à Delphes, cf. Roux 1979, 3 (...)

46De plus, il n'est pas exact que les Grecs d’Asie aient été incapables d'agir en commun. A deux reprises au moins à l’époque archaïque, et face à la menace perse justement, les Ioniens et les Éoliens sont dans un premier temps capables de s’unir pour défendre leurs intérêts. Ce n’est guère qu’un rapport de forces par trop défavorable (car par deux fois ils ont été abandonnés par les Grecs d’Europe) qui les précipite dans un sauve-qui-peut individuel125. En outre, Ioniens et Doriens parvenaient fort bien, les uns et les autres à gérer, malgré leurs divergences intestines, leur organisation religieuse commune, qui pouvait éventuellement jouer un rôle directement politique126. On ne saurait non plus manquer d’évoquer les deux grandes amphictionies des Pyles et de Delphes d’une part, de Délos d’autre part. L’appréciation sur la trop grande sophistication du système tombe du même coup, d'autant que M. Austin semble croire qu’il exigeait pour fonctionner une sorte de renégociation annuelle. Certes, initialement, et on a vu pourquoi, les négociations avaient peut-être été difficiles avant le compromis final. Mais ensuite, comme l’indique Hérodote, le système était conçu pour fonctionner de manière extrêmement simple. On doit vraisemblablement envisager la nomination de magistrats chargés de la gestion du sanctuaire, qu’on peut imaginer réunis en un conseil analogue à celui qui réunissait les vingt-quatre hiéromnémons nommés par les douze “peuples” qui avaient part à l’amphictionie pyléo-delphique127. C'étaient les cités qui devaient les nommer, de même qu’elles nommaient les prostatai : la comparaison avec l’amphictionie de Delphes montre qu’il s’agissait d’une procédure habituelle128. Admettons que les prostatai aient été neuf, ou un nombre multiple de neuf : chacune des poleis nommait elle-même son ou ses prostatas(-ai), qui tous se retrouvaient à Naucratis pour accomplir leur fonction. Où est la complexité ? Le système paraît au contraire autrement plus simple, commode et logique que celui qu’envisagent J. Hasebroek, J. Boardman et M. Austin, et, encore une fois, il ne s'agit là de rien d’autre que de ce qu'Hérodote lui-même nous dit. Sur place, tout en assurant collectivement la gestion du port, les prostatai favorisaient sans doute d’une manière ou d’une autre leurs nationaux : d’où l’intérêt, pour une cité, d'avoir part à l’Hellénion, d’où aussi, comme Hérodote le signale, les manœuvres des cités exclues pour y entrer (2.179 : si l’on voulait corriger Hérodote, il faudrait, notons-le, le faire à trois reprises – étrange persévérance dans “l’erreur” !). Evidemment, le prostatas habitait Naucratis pendant la durée du mandat qui lui avait été confié par sa cité d’origine. Cette durée, qui ne nous est pas connue, n’était pas nécessairement d'un an129. Il n'en devenait pas pour autant un “résident”, puisque, par définition, son séjour était limité dans le temps. Au contraire, il devait peut-être lui aussi recourir au proxène de sa cité pour divers services (pour trouver à se loger, ou, dans ses fonctions, pour dénouer telle affaire compliquée, etc.), tout comme les autres étrangers de passage130. Deux problèmes restent cependant à élucider : d’une part celui de la nomination d’un proxène par Lindos, et non par Rhodes, dans le décret Lindos, 16 app., et d’autre part celui du statut exact des sanctuaires des Milésiens, Samiens et Éginètes.

  • 131 Dans la première des trois propositions (toutes trois construites avec le verbe ἀγγράψαι, 1. 6-7 ; (...)
  • 132 Cf. la dédicace des “descendants de Thallis et d’Halipolis”, Lindos, 582 (fin du ve s.), au Boukopi (...)

47Comment se fait-il que l’on voie Lindos, et non Rhodes, nommer un proxène à Naucratis avant le synœcisme, alors que c’est Rhodes, en tant que polis, qui est mentionnée par Hérodote comme faisant partie de l’Hellénion ? On vient de relever la différence fondamentale entre le statut et le rôle du prostatas, gérant du port nommé par une cité et agissant en représentant de la mère patrie, et celui du proxène, résidant en Égypte, relevant de la souveraineté égyptienne et jouant le rôle d’intermédiaire auprès de ses “compatriotes” et des autorités locales. Que la “polis” rhodienne ait procédé à la nomination des prostatai, au reste selon des modalités qu’il faudra essayer de préciser, n’est donc pas exclusif du fait que chacune des trois cités de l'île, qui préservait son indépendance malgré les liens qui l’unissaient aux autres, ait pu avoir soin de ses intérêts propres et ait nommé ses proxènes, de même qu’elle légiférait de manière indépendante dans d’autres domaines. Cela nous amène d'ailleurs à préciser le rôle de Polyklès, fils d’Halipolis, dont il est fait mention 1. 18-19. Après que, 1. 4-15, a été acquis le principe de l'inscription comme proxène de Damoxénos, fils d’Hermôn (et qu'on a signalé au passage que le texte du décret devait être inscrit dans le sanctuaire d'Athanaia à Lindos), on passe à diverses précisions, la première étant, 1. 15-19, qu'une stèle portant le décret devait également être placée en Égypte dans l'Hellénion, la seconde, 1. 19-21. que la stèle devait être une stèle de pierre. Dans la phrase des 1. 15-19, Π[ο]λυ[κλ]έα Ἁλιπόλιọς est le sujet du verbe ἀγγράψαι131. Comme il est courant dans les décrets, on précise à la fin qu'un citoyen sera chargé de l'application de telle clause : en l’occurrence, l’inscription de la stèle dans l'Hellénion, en Égypte, “pays d’origine” du proxène. Il ne fait aucun doute que Polyklès lui-même est un Lindien. La dédicace lindienne des “descendants d'Halipolis” laisse penser que son père était déjà lui-même quelque notable de Lindos, et Polyklès héritait probablement d'un capital de confiance : d’où la tâche à lui confiée132. Il est fort possible aussi que, pour ses affaires, il ait été en relation fréquente avec l’Egypte, ce qui lui donnait la possibilité d’accomplir sa tâche dans les meilleurs délais. Cependant, rien ne permet d’affirmer qu’il exerçait à ce moment là une magistrature officielle. Si tel avait été le cas, on peut penser que cette dernière aurait été précisée. A moins évidemment (hypothèse nettement moins vraisemblable) qu'il n’entrât dans les attributions de tel des magistrats ordinaires de l'Hellénion de faire l'inscription des stèles, le décret lindien se contentant alors de citer le nom du titulaire de la charge – un Lindien en l’occurrence – sans rappeler la fonction elle-même.

  • 133 Cf. supra, n. 127.
  • 134 Voir Morricone 1949-1951, 351-380.
  • 135 D’une certaine façon, la désignation de Delphes comme ethnos au sein de l’amphictionie pyléodelphiq (...)

48En revanche, même si Polyklès, comme il est probable, n’exerçait pas de charge officielle dans l'administration de l'Hellénion, la procédure de décret par laquelle on lui attribue une tâche précise (l’inscription de la stèle) ne devait guère différer de celle employée pour nommer les représentants rhodiens au sein de l'Hellénion. On peut en effet penser que c’étaient les trois cités, en tant que telles, qui désignaient les représentants de la polis de Rhodes, de même que, au sein de chacun des “peuples” de l'amphictionie de Delphes, c’étaient bien des cités qui. à tour de rôle, désignaient les représentants de l'ethnos133. Peut-être y avait-il entre les trois cités rhodiennes un système d’alternance, de même que plus tard, après 407, existait une rotation triennale pour l’exercice de la prêtrise poliade d’Halios134. Quoi qu’il en ait été effectivement, l'essentiel est de souligner que, dans l’état actuel de nos connaissances, les hypothèses qu’on peut faire sur le mode de représentation des poleis n’obligent nullement à corriger Hérodote et à voir six cités doriennes siégeant dans l’Hellénion, là où il n'en mentionne que quatre135. Enfin, le fait que l’État lindien puisse lui-même décider que le texte d’un décret devra être placé dans l'Hellénion montre que, en tant que Rhodiens, les Lindiens continuaient d’exercer leur co-souveraineté sur le sanctuaire, ce qui une fois encore vient confirmer Hérodote.

  • 136 Voir Bernand 1970, 829-837, sur le sanctuaire d'Aphrodite, et 824-827 sur celui des Dioscures. Anec (...)
  • 137 On ne saurait attribuer aux Chypriotes, en tant que tels, la fondation de ce sanctuaire (cf. la not (...)

49Quant au statut des autres sanctuaires mentionnés par Hérodote, le problème se pose, comme pour l’Hellénion, de savoir s'ils avaient été fondés puis gérés par des navigateurs de passage, ou bien par des cités en tant que telles. On a vu que, s’il n’avait pas signalé le sanctuaire d’Aphrodite, c’est très vraisemblablement parce que ce dernier était une création antérieure à Amasis. Il s’agissait d’un sanctuaire de navigateurs, tout comme celui, plus tardif, des Dioscures, comme le montre l’anecdote, rapportée par Polycharme de Naucratis, mettant en scène un marchand originaire de Naucratis, Hérostratos, qui faisait le voyage de Chypre en Égypte : pris dans une tempête, il promet, s’il arrive à bon port, de faire la dédicace dans le sanctuaire d’Aphrodite d’une statuette de la déesse qu'il a achetée dans l'île avant son départ136. Ce sanctuaire, situé dans la partie la plus ancienne de la ville, avait probablement été fondé par les Grecs d’origines diverses qui fréquentaient ou habitaient déjà Naucratis avant qu’Amasis ne sépare juridiquement résidents et passagers137. Après cette séparation, on peut penser que la gestion de ce sanctuaire resta aux mains des Grecs établis à Naucratis, ce qui le différenciait des nouveaux sanctuaires autorisés par le pharaon.

  • 138 Zeus à Égine : Schwabl, s.v. “Zeus”, col 1080 ; voir Pindare, VIe Péan, 123-126 : “Tu règnes sur la (...)
  • 139 Le trésor sert à entreposer et exposer les offrandes d’une cité, qui en garde l'usage exclusif. Pou (...)

50S’agissant maintenant du statut exact des sanctuaires des Milésiens, Samiens et Éginètes, on doit remarquer tout d’abord que la formule Aiginètai ou Samioi ne signifie pas nécessairement qu’il se soit agi de groupements de particuliers, éginètes ou samiens : en effet, on sait bien que. très souvent, on ne désigne pas une cité autrement que par un pluriel collectif. En second lieu, chacune des divinités auxquelles est élevé un sanctuaire a un aspect poliade et se trouve être la plus grande divinité de la cité : Zeus pour les Éginètes, Héra poulies Samiens, Apollon pour les Milésiens138. En troisième lieu, on doit prendre en considération les sanctuaires accordés aux Grecs de l’extérieur en parallèle avec les offrandes faites par Amasis, et aussi par ses prédécesseurs, aux grands sanctuaires du monde grec. Lorsque Néchao fait une offrande à l’Apollon de Didymes (Hdt. 2.159), qu’Amasis finance la reconstruction du temple de Delphes, ou envoie des offrandes à l'Athéna de Cyrène, à l’Athéna de Lindos, à l'Héra de Samos (Hdt. 2.180-182), ou encore aux Lacédémoniens (Hdt. 3.47 et justement l'historien ne précise pas à quelle divinité revenait ce qui était manifestement une dédicace, puisqu’il s'agit d'un corselet analogue à celui qui fut consacré à l'Athéna de Lindos), il s'agit en fait de relation d'État à État, sous la forme d'une dédicace à une divinité. Au reste, Hérodote l’indique lui-même explicitement pour le don fait à l’Héra samienne : ce sont ses liens d'hospitalité avec Polycrate qui amènent Amasis à faire cette offrande. De la même façon, il paraît très vraisemblable (pas absolument certain il est vrai, puisqu’Hérodote ne précise pas explicitement : poleis, comme pour l’Hellénion), que ce ne sont pas à des groupes privés, mais bien à des cités en tant que telles que sont concédés des terrains pour y bâtir autels et sanctuaires, sans que cela leur donne des droits analogues à ceux que possédaient les cités de l'Hellénion. On comparera une dernière fois avec Delphes, où, en dehors même des peuples amphictioniques, des cités comme Cnide ou Marseille, etc., avaient pu recevoir elles aussi le droit d'élever un trésor (toutes proportions gardées évidemment : un trésor n’est pas un sanctuaire)139. Ce qui est propre à Naucratis, c'est qu'il est bien possible, comme on l'a vu plus haut, que ces sanctuaires aient été accordés à ces trois cités en compensation de leur exclusion de l’Hellénion.

  • 140 Austin 1970, 25. Sa liste des commerçants fréquentant Naucratis, p. 25-27, se limite aux seuls ress (...)
  • 141 Liste des ethniques dans Bernand 1970, 773. Aigyptios : ibid., 680, no 392 ; 722, no 803 ( ?) ; 723 (...)
  • 142 Cf. Bernand 1970, index s.v.
  • 143 Autres ethniques, dans les inscriptions lapidaires, dédicace à Aphrodite d'un Mytilénien, Bernand 1 (...)
  • 144 Dédicace du Syracusain, Bernand 1970, 694, no 511 = Gardner 1888, 68, no 874 et pl. 22. Selon Gardn (...)
  • 145 Voir Head 1886, n. 48. Ainsi, le “Silversmith's Hoard” comprenait, outre des morceaux d'argent brut (...)

51Cependant, et on ne pourra être d'accord avec M. Austin à ce sujet, le droit de commercer à Naucratis n’était en aucune façon réservé aux seuls citoyens des cités qui étaient membres de l'Hellénion ou qui possédaient là un sanctuaire particulier140. Hérodote ne dit rien de tel, et la documentation épigraphique n’autorise pas davantage une telle conclusion. Les inscriptions dédicatoires sur céramique sont peu nombreuses par rapport à l’effectif total de cette catégorie d’inscription. A. Bernand en a dressé la liste, mais on doit à notre sens en retrancher les quatre “Égyptiens” et le “Chalcidien” : Aigyptios et Chalkideus sont bien attestés aussi comme anthroponymes. Les inscriptions où apparaît Aigyptios sont trop fragmentaires pour qu’on puisse savoir s'il s’agit du nom ou de l’ethnique. Dans la dédicace Χαλκιδ[εὺς ἀνέ]θηκεν [Ἀφρο]δίτῃ. il s’agit nécessairement d'un anthroponyme141. Restent donc un Clazoménien, trois Mytiléniens, un Rhodien, quatre Téiens, deux Phocéens, huit Chiotes et un Syracusain, soit un effectif de vingt ethniques. Tous, sauf celui du Syracusain, correspondent à des cités membres de l'Hellénion. On se gardera certes de toute projection “statistique” systématique (sauf dans le cas des Chiotes peut-être, qui paraissent sensiblement plus nombreux). On noiera aussi que trois cités de l’Hellénion (Halicarnasse, Cnide et Phasélis) ainsi que Milet, Samos et Égine n’apparaissent pas dans cette liste – même si, pour Milet, on possède de nombreuses dédicaces à “l'Apollon de Milet”, et une à “l’Apollon de Didymes142. Les ethniques qu’on trouve dans des inscriptions sur pierre n’enrichissent guère ce dossier143. Très probablement, donc, les marchands originaires des douze cités mentionnées par Hérodote se taillaient la part du lion dans le commerce de Naucratis. Mais la seule dédicace du Syracusain suffit à prouver que le trafic ne leur était pas réservé, et que, entre autres, des Grecs d’Occident pouvaient eux aussi venir commercer sur les rives du Nil144. C’est ce que nous paraît confirmer la plus grande diversité des monnaies d’époques diverses (ve fin ive s.) trouvées à Naucratis, sans parler des monnaies de provenances variées des trésors égyptiens, qui comme on sait, posent des problèmes spécifiques145. On a ainsi mis au jour une monnaie de Syracuse (à rapprocher de la dédicace mentionnée précédemment), deux de Cyrène, des monnaies de cités ou peuples du Sud de l’Asie Mineure (Mallos, Sidè, Lycie), ainsi que de Chios, Samos, Égine et Athènes, toutes en argent, auxquelles on peut ajouter des bronzes d’Erythrées, Cnide, Rhodes, Phasélis et Chypre de la lin du ive s. Même si l'on ne pourra évidemment jamais prouver que telle monnaie a été effectivement apportée par des marchands originaires de la cité d’émission, cette diversité des monnayages paraît globalement correspondre à la diversité d'origine des marchands qui fréquentaient Naucratis. A l’évidence, pour les cités de l’Hellénion, la gestion de l'emporion s’entendait comme un privilège par rapport aux commerçants originaires des autres cités (et pas seulement Milet, Samos et Égine), et non comme “l’autogestion” d’un club fermé. Telle était aussi l’originalité de Naucratis.

3. Bilan et perspectives

  • 146 Str. 17.1.18.
  • 147 Sur teichos, voir Mello 1967, 407 sq., où sont rassemblées toutes les occurrences de teichos dans S (...)
  • 148 Il n'en est pas de même évidemment pour le Pont Euxin, cf. pour mémoire Jeffery 1976, 210-211.
  • 149 Cf. Gauthier 1972, 361.
  • 150 Voir en détail von Bissing 1951, 40 sq. sur l’exagération du rôle des Milésiens à Naucratis, ainsi (...)
  • 151 Voir Greco 1979, 219-239.

523.1. Tout ce qui vient d'être exposé suppose le rejet des traditions tardives relatives à l'antique fondation d'une “cité” de Naucratis par les Milésiens. Peut-être ces derniers fondèrent-ils effectivement un teichos sur la bouche bolbitine du Nil, comme le veut Strabon146 Mais un teichos n'est pas une cité147. Les traditions qui remontent à l’époque hellénistique et qui présentent Milet comme la métropole de nombreuses cités du Pont Euxin, d’Egypte et d’ailleurs sont plus douteuses s’agissant de l’Égypte148. A une époque où Milet développe une politique systématique d’isopolitie avec différentes cités du monde grec, il pouvait être commode de faire de certaines d’entre elles d’anciennes colonies149 Pour Naucratis, le récit de Strabon est manifestement contraire à ce que dit Hérodote et à ce que montre l’archéologie150. On doit au reste remarquer que la fondation de Poseidonia, en Italie, est décrite par Strabon sous la même forme que celle de Naucratis, mais, sur ce site, les fouilles ont montré que les choses se sont effectivement passées de cette manière : d’abord un simple teichos, un point d'appui (crée par des Sybarites probablement), en un site facilement défendable, un promontoire rocheux s’avançant dans la mer ; la création de la polis s’est opérée ensuite, par un déplacement vers le nord et l’occupation d'une chôra151. Revenant à Naucratis, on a le sentiment que Strabon plaque sur l'histoire de cette ville un schéma tout fait – sans doute valable ailleurs, mais en l’occurrence déplacé.

  • 152 Décret en faveur de Théogénès, IG, II2, 206 ; fragment de décret en l’honneur de X, fils de Diodoro (...)
  • 153 1) Lôryma (à l'extrémité de la Chersonèse de Bybassos, en face de Rhodes) : Pérée, 175 = IK, 38-Rho (...)
  • 154 1) Délos : décret de proxénie pour Dionysios Potamônos IG, XI.4, 561 ; début du iiie s. ; sur le pe (...)
  • 155 Austin 1970, 29.

53Reste donc le problème de savoir à quel moment Naucratis devint effectivement une cité. Est-ce dès avant l’arrivée d'Alexandre, ou après, à la faveur de la domination gréco-macédonienne sur l’Égypte ? Pour le ive s. on possède un certain nombre de documents, dont au moins un décret de proxénie athénien, daté de 349/348, en faveur d’un certain Théogénès, fils de Xénoklès, Naukratitès, ainsi qu’un fragment de ce qui est probablement un décret honorifique, antérieur à 353/352, en l’honneur d'un “fils de Diodoros” (le nom est manquant), Naukra[titès]152. D’autre part, un certain nombre de documents du ive s. (stèles funéraires, signature d'artiste, listes d’offrandes, et aussi un fragment de décret honorifique delphien) venant de différentes parties du monde grec font eux aussi connaître des Naukratitai153. On constate ainsi que le formulaire ordinaire ne semble pas différent de celui qu'on rencontre dans les documents concernant des Naukratitai et datant eux de l’époque hellénistique154. Cela est-il suffisant pour affirmer, comme le fait M. Austin, que Naucratis était nécessairement une véritable cité dès avant la conquête d'Alexandre155 ? Nous ne le pensons pas. Il est clair, comme on l’a vu, que la nomination d'un proxène n’implique pas en soi l’existence d’une cité. Mais l’appellation Naukratitès elle-même ne suffit pas non plus pour que l’on puisse tirer cette conclusion.

  • 156 Perdrizet & Lefebvre 1919, no 614 et 536 respectivement.
  • 157 Inscription déjà citée supra, n. 153. Le don de 350 drachmes est le fait des Naukratitai ex Aigypto (...)
  • 158 Lenormant 1867, 295, no 295, 1. 1. La restitution de Lenormant correspond parfaitement au nombre de (...)
  • 159 On doit noter aussi que Platon, Phèdre, 274c, parle de Naukratis tès Aigyptou, mais il s'agit là pe (...)
  • 160 Cf. contra Austin 1970, 29, qui cite pourtant Head, in Petrie 1886, 65-67 (cf. Head 1886, 10-11, et (...)

54D’une part, en effet, deux graffiti remontant au ve s. sans doute et provenant du Memnonion d'Abydos font connaître l’un un certain Τίμαρχος ὁ Δαφναΐτης, l’autre un Χαρίανδρος ὁ Στράτωνος Μεμφίτης156. Il s’agit de Grecs établis en Égypte, et pour eux “l’ethnique” indique seulement la ville où ils résident, Daphné, la ville des mercenaires grecs, ou Memphis. Bien évidemment, on n’en conclura pas que Daphné ou Memphis étaient des cités grecques en pays égyptien. L’existence d’un “ethnique” est donc une condition nécessaire, mais pas en soi suffisante pour qu’on puisse conclure à l’existence d’une cité. D’autre part, un détail mérite d’être relevé. Dans deux inscriptions du ive s., on précise en effet : Ναυκρατίτης ἐξ Αίγυπτου “Naucratite d’Égypte”. C’est le cas dans la dédicace delphique FD, III.5, no 3, où l’expression apparaît parallèlement à l’ethnique simple Naukratitès157. C’est le cas également dans un décret de proxénie d’Ios public par F. Lenormant, célèbre faussaire, et rangé en conséquence, dans IG, XII.5, dans la catégorie des inscriptions “douteuses et incertaines”, no 19158 Mais, 1. 1, la restitution de Lenormant, Ναυ[κρατίτ]ην ἐξ Αἰ[γύπτου] ? et l'authenticité de ce texte, nous paraissent corroborées par l’inscription de Delphes, dont on doit noter qu’elle a été découverte en 1896 seulement, soit près de trente ans après la publication de Lenormant (1867) – sauf parallèle antérieur nous ayant échappé. Cela nous incite donc a considérer ce texte comme authentique. S’agit-il seulement, par cette formule, de préciser la localisation de Naucratis ? Tout le monde devait pourtant savoir où se trouvait cette ville, et l’on ne voit pas qu'on ait donné une précision de cet ordre s’agissant de cités grecques, même établies dans des contrées lointaines. L’expression aurait-elle une valeur juridique précise “Naucratis qui fait partie de l’Égypte”159 Il est difficile de trancher. Du moins doit-on noter que la précision “Naucratite d’Égypte” laisse ouverte la possibilité d’un maintien, sous une forme identique ou légèrement modifiée, de l’ancien système mis en place par Amasis. En tout cas les plus anciennes monnaies de Naucratis que nous possédons portent au droit la légende ΑΛΕ(ΞΑΝΔΡΟΣ), ce qui ne permet donc pas d’affirmer l’existence d’une cité antérieurement à la conquête d’Alexandre160.

  • 161 Bernand 1970, 755-756, no 20, et pl. 39, n 1-2 : Κλεαίνετος Ἀριστοθέμιος, | Μαιάνδριος Στρατονιδέω (...)
  • 162 Sur la situation intérieure de l'Égypte au ive s. (conflits entre princes rivaux, changements de dy (...)

55Comment conclure ? Il est sûr que, pour les Grecs résidents installés là depuis des générations, communauté endogamique et “ethniquement” unifiée de plusieurs milliers d’individus, qui préservait ses coutumes propres et sa culture hellénique, avec très vraisemblablement ses formes d’organisation interne, ses hiérarchies sociales et ses notables aussi, la tendance naturelle devait être la constitution d'un État-cité, d’autant plus qu’ils étaient par définition en relations constantes avec la Grèce. On voit, au ive s., deux Naucratites faire la dédicace d’une palestre, ce qui témoigne bien de la vitalité de la culture hellénique161. Cependant, aussi longtemps qu’une forte autorité étatique s’exerçait sur l’Égypte, il ne pouvait en être question. Le rôle sans cesse plus grand joué par les Grecs dans le bassin oriental de la Méditerranée et les difficultés internes de l’État égyptien sous les dynasties indigènes au ive s. ont-ils abouti à une modification de l’ancien système dès avant l’époque hellénistique162 ? Un document comme la stèle de Nectanébo Ier et les références aux “Naucratites d’Égypte”, ainsi que, en sens inverse, l’absence de tout document qui puisse permettre de prouver l’existence d’une cité incitent à penser que ce ne fut pas le cas. On doit cependant reconnaître que le dossier est encore incertain, et on s’abstiendra pour le moment d’une conclusion trop tranchée.

  • 163 Pour Al Mina, nous renvoyons seulement à la synthèse de Boardman 1967, 62 sq. (bibliographie p. 125 (...)
  • 164 Voir Torelli 1971, n. 34, et Torelli 1978b, 214, où Fauteur esquisse un rapprochement entre les pla (...)

563.2. Si la “colonisation milésienne” est une fable, l’installation de Grecs à Naucratis, qui date, comme on l’a vu, de la deuxième moitié du viie s. et sans doute plutôt des deux dernières décennies, doit être replacée dans le cadre du grand mouvement d’expansion que connaît la Grèce de l’Est dans cette période, et qui amène ses marins sur presque tous les rivages de la Méditerranée et du Pont Euxin. En dehors des nouvelles cités coloniales, des établissements comme Al Mina, Ras El Bassit ou Tell Soukas sur la côte syrienne, ou Gravisca en Italie posent des problèmes juridiques du même type que ceux qui se posent pour Naucratis163 Gravisca offre sans doute le parallèle le plus frappant. Les Grecs s’y installent au même moment qu’à Naucratis, à la fin du viie s. ou au début du vie s. On y retrouve des commerçants de la Grèce de l’Est et d’Égine, ceux-là même qu’on a vu jouer un rôle prédominant à Naucratis. A Gravisca, les Grecs, artisans spécialisés ou commerçants, reçoivent l’autorisation d’élever des sanctuaires et d’exercer leurs activités. Dans les deux cas, à Naucratis comme à Gravisca, le premier sanctuaire est voué à Aphrodite, avec cette différence qu’à Gravisca la déesse apparaît non sous son aspect de protectrice des navigateurs, mais plutôt sous celui de patronne du “monde des femmes”164. Mais, pas plus sur la côte toscane qu’en Égypte, les Grecs ne trouvent un vide politique. Là, à la différence de ce qui pouvait se passer sur les rivages du Pont Euxin ou du pays ligure, il pouvait être question non de s’approprier une portion de territoire, fût-elle de petites dimensions, mais seulement d'établir un point de contact commercial avec un État étranger jaloux de ses prérogatives. A Gravisca, les Grecs apparaissent comme des hôtes provisoires, maintenus en marge de la communauté étrusque tarquinienne. Alliée au caractère mixte de la population (Grecs au nord. Égyptiens au sud), la position géographique de Naucratis, sur la branche canopique du Nil, mais loin à l'intérieur des terres, près de Sais, la capitale, permettait de même un contrôle étroit de la communauté grecque. La concentration dans cette ville du commerce grec témoigne de la même volonté, en même temps que la proximité de Saïs rendait les échanges commodes et fructueux, tout en maintenant les Grecs à distance de la capitale. Bien entendu, pas plus à Naucratis qu’à Gravisca il ne pouvait être question de créer une cité. Il y a tout de même deux différences importantes entre les deux établissements.

  • 165 Sanctuaire des Juifs d’Éléphantine, antérieur à la conquête perse, cf. Grelot 1972 supra n. 39, no  (...)
  • 166 Voir Kienitz 1953, 50. Sources égyptiennes : stèles de Piankhi - ce roi refuse d’admettre dans sa m (...)
  • 167 Hostilités contre les Grecs à la fin du règne d'Apriès, voir Hdt. 2.163 et 169. Sac du temple d’Élé (...)
  • 168 Hdt. 1.167.
  • 169 Voir la comparaison esquissée dans notre Mythe et contradiction, p. 100-102.
  • 170 Sur le “port of trade”, voir Polanyi et al. [1975], avec la contribution de R. E. Revere ([1975], p (...)

57A Gravisca, le milieu ambiant était très réceptif à la culture hellénique : l’aristocratie étrusque, en particulier, connaissait une très forte hellénisation. A long terme, les coutumes, les idées des Grecs transformèrent profondément les mentalités de l’Étrurie dans son ensemble. Il n’en était pas de même en Égypte. A cet égard, il faut souligner les deux aspects de l'attitude égyptienne. D'une part, à toutes les époques on constate une grande capacité d’accueil des diverses communautés étrangères. La tolérance dont on fait preuve à leur égard se manifeste entre autres par le droit qui leur est accordé d'élever des sanctuaires à leurs dieux165 D’autre part, le milieu égyptien reste profondément attaché à ses propres traditions culturelles et rejette totalement les mœurs étrangères : toutes nos sources, tant grecques que juives et égyptiennes, concordent à ce sujet166. La tolérance, qui n’est peut-être en réalité qu'indifférence méprisante, cohabite donc avec le rejet radical de l'altérité, d'où aussi, de loin en loin, de violentes explosions de xénophobie, contre les Grecs (à la fin du règne d’Apriès par exemple) ou contre les Juifs (sac du temple d’Éléphantine en 410, dans un contexte particulier de réaction nationaliste et de soulèvement contre la domination perse)167. Elles doivent être distinguées de manifestations qui n’ont que l'apparence de l'analogie, comme le massacre des Phocéens par les Agylléens après la bataille d'Alalia, qui se produit dans un contexte de guerre et n’est en aucune façon significatif d’un rejet de la culture hellénique168. La raison profonde de ce contraste, c’est qu’il n’y a pas hétérogénéité absolue entre une cité étrusque comme Tarquinia et une polis grecque, tandis que, entre la Grèce des cités, où est en train de s’instaurer un système fondé sur la réciprocité et l’échange entre les citoyens, et la monarchie bureaucratique égyptienne, il y a un monde169. En ce sens, Naucratis répond, dans sa formulation la plus générale, au concept de “port of trade” défini par K. Polanyi et ses disciples comme point de contact entre deux économies de type différent170. Nous définirons Naucratis comme un point de rencontre entre une zone où l'échange marchand règle la circulation des produits, et une zone où il est presque absent et où règne le système du tribut aux sanctuaires, aux dignitaires et au roi.

58La deuxième spécificité de Naucratis – pour autant qu’on puisse en juger, car nous disposons là de sources fournies par la tradition littéraire, ce qui n'est pas le cas pour Gravisca par exemple – et la marque du philhellénisme d’Amasis, c’est bien entendu le double statut accordé aux Grecs, résidents d’une part, auxquels toute une partie de la ville était réservée, passagers de l’autre, avec ce privilège fondamental qui consistait pour les cités de l’Hellénion en la gestion directe des affaires du port au nom de la Grèce toute entière, et, pour d’autres cités, en la représentation sur place au moyen d’un sanctuaire leur appartenant. En cela, la Naucratis réorganisée par Amasis était sans doute tout à fait exceptionnelle, tandis que jusque là elle était juridiquement plus proche d’établissements comme Gravisca ou Tell Soukas. Bien entendu, Naucratis devait aussi sa spécificité à la concentration dans cette ville des résidents grecs non mercenaires sous la 26e dynastie, qui donnait à la communauté hellénique une importance, d’abord sur le plan numérique et également par le volume des affaires qui s’y traitaient, puisque c’était le seul point de contact commercial entre l’Égypte et le monde grec, que ne pouvaient avoir les multiples places de commerce égayées sur la côte syrienne, par exemple. Le fait que cette importance se soit globalement maintenue même après que les Perses eurent supprimé la concentration du commerce grec dans cette ville explique que Naucratis, à l’arrivée d’Alexandre en Égypte semble-t-il, ait pu tout naturellement se transformer en une cité.

  • 171 Austin 1970, 31 et n. 2-3, admet quelques activités artisanales, et, pour le ive s., à cause de Dém (...)
  • 172 Cf. infra sur ce point.
  • 173 Il ne semble pas que la Syro-Phénicie soit restée sous le contrôle de l’Égypte après le règne d’Apr (...)
  • 174 Nous utilisons la traduction de Lefebvre 1949, 204-220. Selon G. Lefebvre, si le manuscrit date de (...)
  • 175 Cf. déjà les liens entre Psammétique Ier et Gygès, selon Radet 1893, 177-180. Alliance entre Amasis (...)
  • 176 Voir la stèle de Nectanébo (citée supra, n. 18), § 10.

593.3. Cela amène à réfléchir plus en profondeur au rôle de Naucratis, et plus particulièrement à celui du double statut édicté par Amasis. On doit également s’interroger sur les occupations des résidents grecs de Naucratis. S’abstenaient-ils de toute activité commerciale, comme on a bien voulu le dire171 ? Pour ce qui est de la création de l'Hellénion et de la gestion du port, laissée entre les mains de ses neuf cités fondatrices, il s’agit là manifestement, de la part d'Amasis, d’un gage de sa volonté d’entretenir les meilleures relations avec les principales cités dont les ressortissants commerçaient avec l’Égypte. Mais ce n’était pas par pure bonté d’âme que ce pharaon faisait des concessions aussi importantes. L’Égypte – c’est-à-dire l’État égyptien pour les produits stratégiques, et un certain nombre de princes et notables locaux pour le reste - avait un besoin vital du commerce extérieur pour un certain nombre de produits aussi importants que le bois et le fer, auxquels s’ajoutaient les métaux précieux, l'argent surtout, mais également l’or semble-t-il (cf. la stèle de Nectanébo citée supra, n. 18), et de produits de consommation de luxe comme le vin. Or, les Grecs étaient à même de répondre à cette demande. Certes, les Phéniciens devaient prendre en charge une part importante de ce commerce172, mais peut-être n’étaient-ils pas à même de répondre à tous les besoins de l’Égypte. De plus, ils étaient trop obligés de tenir compte de la volonté des empires dominant l’Asie antérieure pour ne pas être amenés à prendre le parti des adversaires traditionnels de l'Égypte en cas de conflit173. Les Mésaventures d'Ounamon, qui remontent certes au tout début du xie s. a.C., mais qui montrent au fond une situation globalement identique à celle qui prévaudra quelques siècles plus tard, avec en outre les avantages d’un récit très riche et vivant, témoignent bien du parti que les cités phéniciennes savaient tirer des ressources naturelles de leur pays : contre le bois qu’il vend à Ounamon, comme antérieurement à d’autres émissaires égyptiens, le prince de Byblos exige un paiement très élevé en métaux précieux et en produits divers. Avant que l’accord ne se fasse entre les parties, les négociations sont longues et difficiles174. Ce n’est donc pas “moderniser” que d’imaginer une volonté des souverains de la 26e dynastie de ne pas se trouver à la merci d’une source d’approvisionnements extérieurs exclusivement phénicienne. Or, à cette époque, les Grecs de l'Est faisaient preuve d’un extraordinaire dynamisme commercial, et, jusqu'à la conquête de Cyrus, ils étaient plus ou moins dans la mouvance lydienne, puissance traditionnellement alliée de l'Égypte175. Les bonnes relations entretenues avec Samos jusqu’à la veille de la conquête de Cambyse montrent la continuité de cette politique. Même si les Grecs n’avaient donc pas l’exclusivité du commerce extérieur de l’Égypte, ils en faisaient néanmoins une part très importante. L’empressement avec lequel semble avoir été rétabli l'ordre dans la perception des droits de douane par le “préposé à la porte des pays étrangers de la Grande Verte” (la zone ouest du Delta, celle du commerce grec) au début du règne d’Amasis suppose que les revenus de ces taxes étaient élevés, donc que le commerce était très actif176.

  • 177 Pour les produits exportés d'Égypte, voir Salmon 1965, 28-35. On comparera avec les produits qui se (...)
  • 178 Cf. déjà Andreades 1929, 15 sur ce point, à la suite de B. A. Van Groningen. Sur les manœuvres de C (...)
  • 179 Trouvailles de scarabées de Naucratis dans le monde grec (ils étaient donc destinés à être vendus à (...)

60Cependant, il faut encore aller plus loin, et expliquer aussi comment il se fait que l’Egypte, et cela antérieurement à Amasis, ait admis l’établissement d’un nombre important de résidents grecs. S’agissant de mercenaires, il est clair que c’est le besoin d'avoir sous la main en permanence de bons guerriers qui amène les pharaons, depuis Psammétique Ier, à faire appel aux Grecs. A quelle nécessité pouvait répondre l’acceptation de l'installation de Grecs autres que des mercenaires ? Comme on l’a rappelé, la différence entre le système économique et social de la Grèce et celui de l'Égypte était radicale. Naucratis, avec ses Grecs de l’extérieur et ses Grecs résidents sujets de l'Égypte, était ainsi un milieu osmotique, où les échanges entre les deux mondes se trouvaient largement facilités, puisque c’étaient avec des Grecs que les commerçants venus d’au-delà des mers pouvaient traiter. Les occupations des Grecs résidents de Naucratis ne nous paraissent donc nullement mystérieuses ! Un certain nombre d’entre eux étaient sans doute des commerçants en gros qui jouaient le rôle d’intermédiaires entre les Grecs de l’extérieur et les Égyptiens, susceptibles par exemple d’acheter rapidement sa cargaison à un commerçant rhodien ou chypriote, pour la revendre ensuite aux indigènes de la caste des commerçants ou à tel riche client amateur d’armes ou de vins grecs, et vice versa pour les produits égyptiens (blé, textiles, papyrus sans doute surtout)177. Les très nombreux décrets de proxénie que nous possédons montrent bien le besoin que les commerçants pouvaient avoir de trouver des correspondants dans les villes ou cités qu'ils fréquentaient. Ainsi, le décret athénien en faveur de Théogénès (IG, II2, 206, cf. supra) rappelle explicitement qu'il a rendu des services à Athènes, et que ses ancêtres et lui-même ont pris soin des Athéniens venant à Naucratis (1. 1 1-13). Dans un certain nombre d’occurrences, il semble bien que les proxènes n’aient été autres que les commerçants de la ville ou cité avec lesquels on entretenait des relations privilégiées. Comme on le verra, c’est sans doute le cas pour les proxènes naucratites que nous connaissons. C’est aussi probablement à sa bonne connaissance de ces activités d'intermédiaire (et des profits importants qu’elle permettait de dégager) que Cléomène de Naucratis, nommé gouverneur d’Égypte par Alexandre, dut de pouvoir monter sa fructueuse spéculation sur le commerce des grains178. Les activités artisanales, dont témoignent les petits objets de faïence fabriqués à Naucratis (si, toutefois, ils n’étaient pas produits par une main d’œuvre indigène), ainsi que les restes d’ateliers métallurgiques, laissent penser qu’un certain nombre d’autres résidents grecs étaient tout bonnement artisans179. Ne peut-on pas supposer aussi qu'il y avait dans la ville une importante activité de construction et de réparation navale ? Cela nous paraît assez logique, puisque Naucratis importait du bois de charpente pour les besoins de l’Égypte.

  • 180 Il est sûr que l'Égypte possédait une flotte de guerre. Elle est attestée sous Néchao (Hdt. 2.159). (...)
  • 181 Tod2, 189, 1. 42-45. Cf. supra, § 2.2, à Athènes, la stèle funéraire du tisserand Hermaios, IG, II2(...)
  • 182 Athénée 15 675f sq. Sur cette anecdote, cf. déjà supra, n. 19, n. 52, § 2.4 et n. 136.
  • 183 Sur Polycharme (FGrHist 640), Jacoby, FGrHist, IIIC, p. 187 : “Hellenist. Zed ?”
  • 184 Cf. supra, n. 19 et 52.
  • 185 [Pour la traduction de εἰς αὔριον, Nenci 1979, 7-10, comprenait “jusqu’au lendemain”, solution cont (...)
  • 186 Xén., Poroi, 2.1-7, et 3.3-4, avec en dernier lieu le commentaire de Gauthier 1976, chap. II et III (...)
  • 187 Ios : IG, XII.5, 1010, décret pour le Rhodien Antisthènès, un commerçant en blé très probablement [ (...)
  • 188 Sur les raisons de cette saisie, voir déjà supra, n. 66, in fine. C'est l'interprétation de Glotz 1 (...)

61Mais de plus – et cela a été presque totalement négligé – les Naucratites pratiquaient eux-mêmes le grand commerce. On est habitué à considérer le commerce entre le monde grec et l’Égypte dans la perspective d'un aller-retour, avec les cités grecques comme point de départ et des Grecs (entendons “de l'extérieur”) comme opérateurs. Mais cette vision des choses, même si elle est fondamentalement juste évidemment, est tout de même incomplète. Ce ne sont pourtant pas les Égyptiens qui, par eux-mêmes, pratiquaient le grand commerce. Bien que le pays possédât des gens de mer, comme le montrent certains témoignages relatifs à la marine de guerre égyptienne, il ne semble pas que les emporoi égyptiens – s’il en existait – aient été nombreux tant à l’époque archaïque que classique180. Hérodote n’en parle pas. Le décret athénien qui accorde à des marchands chypro-phéniciens de Kition l’autorisation de bâtir un sanctuaire à Aphrodite (333 a.C.) lait bien allusion à des Égyptiens qui ont antérieurement obtenu le droit d’établir un sanctuaire d Isis. Mais il est vraisemblable que, pour l’essentiel, ces derniers étaient seulement des artisans ou commerçants de détail installés à Athènes181. En revanche, plusieurs témoignages montrent l’existence d’un commerce effectué par les résidents grecs de Naucratis. Ainsi en est-il de l'anecdote de Polycharme de Naucratis déjà mentionnée : κατὰ δὲ τὴν τρίτην πρòς ταῖς εἴκοσιν’Ολυμπιάδα ὁ ‘Hρόστρατος, πολίτης ἡμέτερος ἐμπορίᾳ χρώμενος καὶ χώραν πολλὴν περιπλέων, προσοχῶν ποτε καὶ Πάφῳ τῆς Κύπρου κτλ. “Durant la 23e Olympiade, Hérostratos, notre concitoyen, faisant du commerce et naviguant beaucoup, fit un jour relâche à Paphos, à Chypre”, avant de se rendre en Égypte, à Naucratis182. L'expression politès sous la plume de Polycharme (dont on ne sait pas à quelle époque il vivait) est bien entendu toute naturelle dans cette acception183. Si la date de l’anecdote est manifestement fausse, la dédicace d’une de ces statuettes chypriotes comme on en ajustement trouvé dans les fouilles de Naucratis nous paraît prouver à la fois l’authenticité et l’ancienneté de l’épisode, ou du moins de la situation qu’il décrit184. On a là la preuve de l’existence d’un commerce effectué par des Naucratites, à une date qui se situe vraisemblablement au vie s. Au reste, le décret Lindos, 16 app., qui, rappelons-le, date des années 440-420, accorde à Damoxénos, outre le titre de proxène et d’évergète, l’exemption de taxes à Lindos à l’importation et à l’exportation, en temps de paix et en temps de guerre. Le décret Lindos, 16, donne sûreté et neutralité à l'entrée et à la sortie des ports rhodiens. On pourra avancer l’objection qu’il peut s’agir là de formules purement honorifiques – c'est effectivement possible pour l'interprète de Lindos, 16, mais cela a toute chance de ne pas être le cas pour Damoxénos (cf. la clause prévoyant l’exemption de taxes à l'importation et à l'exportation), même si on ne peut avoir de certitude absolue. En tout cas, le fait qu’on puisse accorder de tels privilèges aux “résidents en Égypte” montre bien, au minimum, qu’on pouvait envisager de les voir utilisés par ces derniers. Dans le décret de proxénie athénien en faveur de Théogénès évoqué précédemment, la proposition visant à l'introduire devant l’assemblée (1. 14-16) et celle qui l’invite au prytanée (1. 35-36) supposent que Théogénès soit sur place à Athènes185. Il n’est pas très aventuré de supposer que c’est pour affaires. Le privilège d’enktèsis pour une maison qui lui est accordé (1. 23) s’accorderait bien avec l'idée exprimée dans les Poroi de Xénophon selon laquelle on doit attirer les marchands par toutes sortes de privilèges, réels et honorifiques186. Si Théogénès était bien un marchand, Athènes l’aidait dans ses affaires en lui permettant d’acheter un local, comme lui même et ses ancêtres avaient aidé les Athéniens – pour la plupart sans doute des marchands venus en Égypte pour acheter le blé dont la cité avait un si grand besoin. Dans le décret d’Ios dont nous avons admis l’authenticité, il n’est pas impossible que le personnage honoré soit un marchand (on ne saurait être plus affirmatif). En effet, la petite île d’Ios était, comme les autres Cyclades, fortement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en blé et accordait des honneurs divers à ceux qui le lui facilitaient. C’est ce que montrent plusieurs inscriptions du début de l’époque hellénistique187. Un dernier témoignage s’offre à nous. Il s'agit d’un passage du Contre Timocratès de Démosthène, § 1 1-12. Le point de départ du litige est une saisie en mer Égée effectuée par une trière athénienne en route pour Halicarnasse, à une date qui doit être 335 ou 334188. Il semblerait que les chrèmata naukratitika dont il est question désignent à la fois le navire et sa cargaison (et non la cargaison seule). En ce cas, armateurs et marchands seraient tous des Naucratites. Ce témoignage confirme donc que, parmi les Grecs résidant à Naucratis, certains, dans une proportion qu’il est évidemment impossible de chiffrer, mais qui n’était pas nécessairement faible vu les possibilités offertes, pratiquaient le grand commerce. En résumé, l’essentiel de l’activité des résidents grecs de Naucratis devait être le commerce (ils jouaient ainsi le rôle d’intermédiaires avec les indigènes, ou ils étaient eux-mêmes grands commerçants, au reste sans que les deux occupations soient obligatoirement exclusives l’une de l’autre) et l'artisanat, auxquels devaient s’ajouter naturellement tous les “services” qu’on peut s’attendre à trouver offerts dans un port (hôtellerie, prostitution, etc.).

  • 189 Cf. Basch 1977, 3 et 9-10 en part. sur le rôle de ces artisans et marchands phéniciens, depuis le N (...)

62Au delà des bénéfices tirés des diverses taxes frappant le commerce et l’artisanat de Naucratis, les divers besoins des pharaons et de l'État égyptien auxquels pouvait répondre la communauté grecque de la ville justifient pleinement l’autorisation de son implantation : l'Égypte disposait ainsi de “ses” propres marchands et artisans en la personne des Grecs résidents de Naucratis, qui remplissaient donc le même rôle que les Phéniciens de Memphis, par exemple189. Établis dans le pays et y ayant fait souche, ils n’avaient évidemment rien à refuser au pharaon, alors que ce dernier, en cas de crise, pouvait avoir un besoin vital de certains produits stratégiques. C'est la raison pour laquelle il était important de ne pas dépendre de marchands et d’artisans véritablement étrangers au pays. En temps ordinaire, ces marchands installés en Égypte contribuaient aussi au maintien des relations avec le monde extérieur : ainsi en était-il, du temps d'Amasis, pour les relations avec Chypre soumise (si le tribut était perçu en nature, comme on peut le penser, il se posait un problème de transport, etc.).

  • 190 On ne peut suivre l’interprétation de Théodoridès 1975, 87-140, et p. 104 sur ce point. L’auteur ci (...)
  • 191 Cf. Lefebvre 1949, 213, n. 34.

63On nous permettra de revenir aux Mésaventures d’Ounamon pour illustrer notre propos. Ounamon avait été envoyé par le Premier prophète d’Amon, Hérihor, qui tenait le pouvoir à Thèbes, pour acheter le bois nécessaire à la réparation de la barque du dieu. En cette période de division de l’Égypte, il doit d’abord obtenir à Tanis l’agrément de Smendès et Tentamon, les régents de Basse Égypte. Il y parvient sans difficultés et s’embarque sur un navire phénicien que les régents ont mis à sa disposition (I. 1 sq.). Ses mésaventures avec l'équipage phénicien (1. 10-30), qui le vole et qu’il vole, ne sont d’ailleurs pas sans rappeler celles du “Cretois” de l’Odyssée, 14.287-298, que le capitaine du navire phénicien qui l’a emmené d'Égypte en Phénicie veut ensuite vendre comme esclave, en saisissant ses richesses. Arrivé à Byblos, Ounamon obtient après une longue attente une entrevue avec le prince de la ville. Mais ce dernier se méfie de lui et lui lance (I, 55 sq.) : “Et où est-il le navire en bois de sapin que t’a donné Smendès ? Où est son équipage de Syriens ? Ne t'a-t-il pas remis à ce capitaine étranger dans l’intention qu’il te tue et qu’on te jette à la mer ?...” La réponse d'Ounamon met bien en lumière la manière dont l’Égypte considérait ceux qu’elle prenait à son service : “Mais n’est-ce pas un navire égyptien ? Ils forment bien un équipage égyptien ceux qui rament pour le compte de Smendès. Il n'a pas d’équipage syrien”. Pour Ounamon, l’équipage est donc juridiquement égyptien dans la mesure où le navire voyage pour le compte de Smendès190. Cet argument ne convainc guère le prince de Byblos, mais ce qui importe pour nous est de comprendre que ce sont des raisons au fond identiques qui font que, quelques siècles plus tard, les résidents grecs de Naucratis relevaient de la souveraineté égyptienne. Quant au Phénicien Ouerkatel auquel le papyrus fait allusion peu après (2, 1), et qui était manifestement un commerçant installé à Tanis avec le rôle d’intermédiaire pour les marchands sidoniens191, il évoque irrésistiblement lui aussi la situation des Naucratites. Faute de pouvoir trouver en elle-même, du fait d’une structure économique et sociale totalement rigide, les moyens de pouvoir à certains besoins spécifiques, comme, de plus en plus, la guerre et le commerce extérieur, l’Égypte “importait” pour répondre à ces exigences des communautés étrangères de mercenaires, commerçants et artisans. Ces derniers, tout en relevant juridiquement de la souveraineté égyptienne, vivaient en surimposition dans un milieu indigène qui, de son côté, restait pour l’essentiel semblable à lui-même à travers les siècles. Ce qui était déjà valable, dans une certaine mesure, sous le Nouvel Empire, l’était bien davantage quelques siècles plus tard, aux époques archaïque et classique de notre chronologie du monde hellénique.

Notes

1 Les résultats des fouilles britanniques ont été publiés par Petrie 1886 ; Gardner 1888 ; Hogarth et al. 1898/9, 26-97 ; Hogarth et al. 1905, 105-136. On trouvera dans la thèse d’A. Bernand (1970, II, 575-636), une bibliographie détaillée et un historique complet des fouilles et recherches sur Naucratis jusqu’à la date de publication. Avec celui, d'un genre différent, de M. Austin (1970), cet ouvrage nous évitera bien des mises au point. Dans un certain nombre des cas, nous nous contenterons d’y renvoyer. Les critiques que nous aurons à faire à l’ouvrage d'Austin, sur des points cruciaux il est vrai, n’enlèvent rien au mérite de l’auteur qui a tenté une vaste synthèse sur un problème difficile. Notre objectif est ici beaucoup plus modeste.

2 Voir Sourdille 1910, 38-41, et Lloyd 1975, chap. 2, 61-76, “Herodotus’ travels in Egypt”.

3 Roebuck 1951, 211-220, et 215-217 en part. Cf. contra Austin 1970, 30 et n. 7. La remarque générale de Roebuck 1951, 213 (= 1979, 45), selon laquelle ce n’est pas Naucratis per se qui intéresse Hérodote, mais en tant qu’exemple du philhellénisme d’Amasis, reste valable. Il ne s'agit pas toutefois d'une simple incidente, comme l’affirme cet auteur, car le développement sur Naucratis permet évidemment à Hérodote de préciser son tableau général de l’Egypte du livre II.

4 Sur le lien entre nautiliè et emporié, voir Mele 1979, 12-17, et part. n. 2, p. 12. Toutefois il y a plutôt lien nécessaire qu'interchangeabilité entre les deux termes : la “navigation de commerce” ne se comprend pas sans le “commerce maritime”, bien évidemment, mais l'accent est mis sur le déplacement dans le premier cas, sur le commerce dans le second. Néanmoins, Hérodote (2.178-179) confirme bien le lien entre les deux termes, puisque les “navigateurs” (ναυτιλλόμενυι) fréquentent l’emporion de Naucratis.

5 Gwinn 1918, 106 ; Boardman 1964, 147-148 ; Graham 1964, 5, qui trouve cependant très bonne la description de Naucratis faite par Roebuck 1959, 135, alors que ce tableau ne diffère pas de celui de Roebuck 1951 ; De Ste Croix 1967, 179, lequel annonce une étude détaillée sur Naucratis, qui, à notre connaissance, n'a pas paru.

6 Lehmann-Hartleben 1923, 37-38 ; Roebuck 1959 ; Bernand 1970, 769 ; Austin 1970, 30-31 ; Austin & Vidal-Naquet 1972, 85 et 258 (Austin & Vidal-Naquet 1977, 235) ; Faure 1978, 159-160. Bien entendu, nous ne citons ici que les principales prises de positions, sans avoir la prétention d'être exhaustif.

7 Roebuck 1959, 212 sq. ; Austin 1970, 29 sq. ; Austin & Vidal-Naquet 1972, 258.

8 Polis au sens de ville : pour s'en tenir à des exemples concernant l'Égypte, voir Homère, Od., 14.265 ; dans le livre II d'Hérodote, voir les très nombreuses références rassemblées par Powell 1938, 312, à propos d’Éléphantine, Memphis, Bubastis, etc. On ne peut certes pas tirer argument du fait qu’ailleurs dans le livre II polis désigne des villes pour conclure qu'ici le terme a le même sens. On doit seulement retenir, dans un premier temps, que ce sens est parfaitement admissible. Mais, de la même façon, on ne peut tirer argument du fait qu'au § 178 il est question de poleis “cités” pour conclure que, s'agissant de Naucratis, le terme a un sens identique. On pourrait citer des foules d’exemples de polysémies au sein d'un même texte. Pour polis, on se contentera de citer Meiggs-Lewis, 90 [IG, I3, 1 10], décret athénien en l’honneur d’Oiniadès : 1. 8, polis a bien le sens de cité, et 1. 23-24 celui d'acropole.

9 Cf. infra, n. 11.

10 En 2.27, Thucydide précise que les Lacédémoniens donnent aux Éginètes expulsés Thyréa et son territoire à habiter et exploiter. Evidemment, les Lacédémoniens ne leur donnent pas la “cité de Thyréa”, ce qui n'aurait aucun sens.

11 Austin 1970. 27, a bien vu ces aspects, mais finit quand même, alors que la conclusion logique est inverse, par considérer que polis désigne ici une cité, en un glissement de sens qui mérite d'être relevé. Commentant ce même passage d'Hérodote, il écrit (p. 30) : “In other words Herodotus is making here a fundamental distinction between the residents in the polis of Naukratis (sens de ville, donc) and thosc who only came for trade but did not settle permanently in Naukratis – the lutter being presumably excluded from the polis of Naukratis (sens de cité cette fois, ce qui justifie la suite)... It seems rather that we are dealing with, so to speak, a double Naukratis, the first composed of citizens resident on the spot, the second of foreigners not included in the civic organisation...” De même, traduction de polis par “cité” dans Austin & Vidal-Naquet 1972, 258.

12 Ou plutôt une partie de cette ville, cf. infra, n. 19. On remarque qu'il n'est jamais question de chôra pour Naucratis. En soi, cependant, il ne nous paraît pas que ce soit un élément suffisant pour conclure à l’absence de cité.

13 Cf. infra, n. 19.

14 Les mercenaires de Daphné (sur le rôle de cette place, cf. Hdt. 2.30 ; 107 ; voir Austin 1970, 20 et 36-37, sur les fouilles de Tell Defenneh), furent maintenus à cet endroit par Amasis. Si les céramiques grecques disparaissent sur le site vers 525 on connaît néanmoins un Daphnaïtès au ve s. (cf. infra, § 3.1). Le transfert à Memphis des mercenaires de Stratopéda doit être mis en rapport avec les sources égyptiennes : la cour royale est d'abord installée à Sais ; plus tard, en l’an 15 du règne, il semble qu'elle soit installée à Memphis, cf. Posener 1947. 117-131, 124, n. 4 sur ce point.

15 Règne de Nectanébo : cf. Kienitz 1953, 89-96. Stèle de Nectanébo. cf. Gunn 1943, 55-59. A Neith est attribuée une double source de revenus (nous citons dans la traduction anglaise de Gunn, § 9 et 10 : “(a) the tithe of the gold and of the silver, of the timber and of the worked wood, and of everything which contes front the Greek Sea, and of all goods ( ?) which are reckoned to the King's Domain in the city called Henwe (ville située à l'embouchure de la branche canopique, probablement) ; (b) the tithe of the gold and of the silver and of all things which are produced in Pi-emroye, called (Nau)kratis, on the bank of the’Anu, and which are reckoned to the King's Domain...” Naucratis, qui possède donc aussi un nom égyptien, est mise sur le même pied que la ville, totalement égyptienne celle-là, de Henwe. Plus loin, le texte prévoit l’érection de la stèle à Naucratis.

16 Posener 1947. Sous la 26e dynastie, on trouve à Éléphantine un “préposé à la porte des pays étrangers méridionaux”, et dans la zone est du Delta un “préposé à la porte des pays septentrionaux” (pour le contrôle des Phéniciens, qui entraient en Égypte par la bouche pélusiaque. des Syriens, etc.). Pour des mesures comparables à la frontière méridionale pour des époques antérieures, cf. Smither & Gunn 1945, 3-10, et Posener 1947, 117, n. 4.

17 Cf. Kienitz 1953, 92.

18 Cl. déjà Mallet 1893, 147, et Cook 1937, 227-237. Voir aussi Posener 1947, 131. τὸ παλαιόν s’oppose à un vῦv sous-entendu, et ne relie pas spécifiquement ces restrictions au cadeau d'Amasis (Naucratis), ni même lotit bonnement à ce pharaon. On reste dans l’indéfini. La formule n'implique pas qu'avant Amasis le commerce était libre. Cf. contra Austin 1970, 27, n. 5, et Austin & Vidal-Naquet 1972, 258.

19 Cook 1937, 227-231, donne la date de 615-610, d'après les trouvailles céramiques, soit à la fin du règne de Psammétique Ier (663-609). Elle est acceptée par Austin 1970, 23, n. 8, où l'on trouvera la discussion relative à ce problème. Une telle précision nous paraissant un peu excessive, nous retiendrons seulement que Naucratis a dû voir arriver les premiers Grecs au cours des deux dernières décennies du viie s. Sur la chronologie de l’occupation du site, et sur la différence, dans les quartiers où l'on a exhumé beaucoup de tessons grecs, entre la zone sud et la zone nord, voir Hogarth 1898/9, en part. 42-48 ; Hogarth 1905, 106-108 ; von Bissing 1951,48-49 en part., où l'on trouve un exposé très clair ; plan sommaire mais commode de la moitié nord de Naucratis (la zone grecque) dans Boardman 1964, 136 ; reproduction de plans d’ensemble des fouilles de Naucratis dans Bernand 1970, 829-837, avec les références. Mais chez Bernand 1970, 836-837, le respect de la datation fournie par le texte d’Athénée 15 675f-676a, qui signale l’existence d'un sanctuaire d'Aphrodite dans la 23e Olympiade, nous paraît étrange. Ce dernier aurait donc été fondé au début du viie, voire à la fin du viiie s. : a priori, il n'y aurait rien là de choquant (cf. le rôle des Grecs à Al Mina dès la deuxième moitié du ixe s. peut-être et au viiie s. en tout cas, Boardman 1964, 62 sq., et sa bibliographie, p. 125), mais cela contredit formellement les données archéologiques. Il semble que le premier temple d'Aphrodite remonte à la fin du viie ou au début du vies, cf. Gardner 1888, en part. 33-34 et 37.

20 Voir Daressy 1900, 1-9. Sur ces événements, voir Jelinkova-Reymond 1957, part. 263-266, sur les révoltes qui suivent immédiatement l'accession au trône d’Amasis. Les partisans de l'ancien souverain. Apriès, spécialement dans la zone du Delta, étaient peut-être plus nombreux qu'on ne pouvait le penser.

21 Cf. Posener 1947, 129 et n. 2, pour les modifications apportées à la datation de G. Daressy.

22 Voir Posener 1947, 131, n. 1, et auparavant Breasted 1904, § 996-1007, et n. a, p. 509 où sont soulignées les difficultés de lecture du texte.

23 Daressy 1900, 7-8.

24 Étienne de Byzance, s.v. Γυναικόσπυλις, cf. FGrHist 608 F8. [Nous ne suivons pas le commentaire de Ch. Fornara, FGrHist, IIIC, fasc. 1 (1994), sur lequel voir chapitre II, 66, n. 5.]

25 Voir la discussion dans Bernaud 1970, 551-573. cf. 515 sq.

26 von Gutschmid 1855, 636-700, et 696 sur ce point.

27 Mallet 1922, 140-142.

28 De plus, pour D. Mallet (1922, 142, n. 1), “le texte même du récit semble indiquer qu'il se rapporte à un passé plus lointain, à une époque où Naucratis était une ville tout égyptienne. Si les Naucratites avaient été des Grecs, l’auteur n’aurait pas paru, sans doute, les assimiler au reste des Égyptiens (loipoi Aigyptioi).” D'où l'idée qu'il s'agit là d'une allusion à une guerre civile entre Égyptiens, avant l'arrivée des Grecs à Naucratis. Cette vision des choses appelle deux remarques. D'une part. Étienne de Byzance semble résumer Aristagoras. plutôt que le citer expressément. D'autre part, au iie s. p.C., Philostrate (Traité sur la gymnastique, Teubner, éd. J. Jüthner, 1909, p. 24) signale que Naucratis lut victorieuse “quand la victoire fut remportée par l'Égyptien Phaidimos”. C'est dire que commençait à s'estomper la distinction de l'époque hellénistique entre les Grecs et les Égyptiens indigènes (Aigyptioi), à supposer même qu'elle est été aussi nette qu'on veut bien le dire (elle n'est en tout cas pas facile à établir, et. Fraser 1972, chap. 2, n. 138 avec les références indiquées et p. 54). Au ve s. p.C., il n'y avait donc rien de choquant pour Étienne de Byzance à présenter les Naucratites comme des Égyptiens. Cela n'interdit pas de penser que l'expression apparaissait peut-être déjà chez Aristagoras pour désigner l'ancien statut de Naucratis, avant l’époque hellénistique (sur ce point, cf. infra. § 22), formule qui aurait semblé toute naturelle à Étienne de Byzance, mais pour d'autres raisons.

29 Pour von Bissing 1951,49, cette “conversion” eut lieu “later then 569, probably a good deal later”. Cela ne nous paraît pas évident. L'action de Nekhthoreb, qui se place, semble-t-il, dans les premières années du règne (voir Posener 1947, 130), montre déjà un grand intérêt pour le commerce grec. Peut-être le changement d’attitude, au fond très intéressé, eut-il lieu rapidement, dans les années 560, dès qu'Amasis eut le sentiment d'avoir le pays bien en main.

30 Cf. par exemple Austin & Vidal-Naquet 1972, 258 : “singulièrement il donna comme résidence à ceux qui venaient en Égypte la cité de Naukratis”. Correction d'Hérodote dans Austin 1970, 22, 24 et n. 3, à la suite de Cook 1937.

31 Sur ce point, cf. Austin 1970, 30, n. 2.

32 Cook 1937, 222. R. M. Cook souligne le parallèle entre les deux propositions construites avec ἔδωκε, mais n’en tire pas une conclusion logique. A vrai dire, ce sont les arguments archéologiques qui l’incitent à corriger Hérodote. Pour lui, les sanctuaires de Naucratis sont antérieurs à Amasis : d’où l'idée que les deux edôke ont une valeur de fondation, mais qu’Hérodote s'est trompé sur l’identité du pharaon fondateur. En réalité, les sanctuaires mentionnés par Hérodote semblent bien être contemporains d'Amasis (voir note 52).

33 Cf. infra, § 1.3 et n. 52.

34 Cf. infra, n. 47.

35 Les noms de résidents à Naucratis qui nous sont connus sont presque tous purement grecs (cf. infra. § 3.1). En revanche, à Memphis, les Hellènomemphitai (qui, peut-être, pour un certain nombre d'entre eux au moins, descendent de Grecs installés en Égypte depuis longtemps) portent au iiie s. des noms indigènes, ce qui montre une fusion de races. Les autres communautés étrangères de Memphis (Karomemphitai et Phoinikaigyptioi) avaient connu un processus analogue ; voir Wilcken 1912, I. l, 18-19 et 49-50 ; Wilcken 1923, 537-539, cf. Swiderek 1961, 55-63 et Peremans 1961, 129 ; sur les fusions de races à l'époque hellénistique voir Vatin 1970, 132-144.

36 Cf. Wilcken 1912, 1.2, no 27. La ville d’Antinooupolis utilise les lois de Naucratis (cf. 1. 22-23), sauf en ce qui concerne l'épigamie προς Αἰγυπ[τί]ου[ς] que les Naucratites n'ont pas (οὐκ ἔχουσι Ναυκρατεῖται 1. 21-22). Hermeias (Athénée 4 150b) dans son allusion au gamikos nomos de Naucratis, ne donne de renseignements que sur des interdits alimentaires lors de la cérémonie de mariage. De toute façon, on ne peut tirer argument, comme le fait Austin 1970, 28, n. 2, de l'absence supposée d’epigamia avec les indigènes pour expliquer le succès de la prostitution à Naucratis (bien attestée par Hdt. 2.134-135 et Athénée 13 596b-d). Faut-il supposer que. de génération en génération, les résidents grecs de Naucratis étaient tous des enfants de prostituées ? Voilà qui paraît bien peu probable. Il y avait évidemment pratique normale du mariage, avec endogamie. Il faut supposer que des femmes grecques étaient venues en Égypte, et aussi que, peut-être, les nouveaux arrivants pouvaient prendre femme dans la communauté indigène, étant entendu qu’ensuite la règle d'endogamie s'appliquait à la descendance (on comparera par exemple la situation dans l'Orient hellénistique, décrite par Vatin 1970, 136-137). Quant à la prostitution, elle était également très florissante dans un contexte grec “ordinaire”. Sa fortune toute particulière à Naucratis s'explique plus simplement par le passage incessant de marins et de commerçants, cela d’autant plus qu'ils devaient être plus ou moins cantonnés dans cette ville par la législation égyptienne. Sur tous ces points, nous rejoignons donc Lloyd 1975, 17-20.

37 Sur l'endogamie dans la communauté juive d’Éléphantine, voir Porten 1968, iiie partie, passim ; sur les cas d’intermariage cf. 248-252.

38 La participation au soulèvement contre Amasis signalée précédemment ne signifie nullement, en effet, que les Naucratites aient disposé de forces armées en temps ordinaire, quand l’autorité du roi s'étendait sur tout le pays. Par ailleurs, comme on l'a vu, les documents fiscaux égyptiens n'incitent guère à penser que les résidents grecs de Naucratis aient pu former un État.

39 Sur les Phéniciens de Memphis, cf. Hdt. 2.1 12, supra, n. 35, et infra, n. 165. Lettres des soldats juifs aux chefs de la communauté, voir Grelot 1972, 386-398, no 97-100. Voir aussi ibid., no 89, avec le commentaire de P. Grelot, sur l'organisation en “centuries” de la communauté juive. Le fait qu'à Naucratis on ait affaire à des commerçants et non à des soldats, ne change rien au fond du problème. Au contraire, on peut penser a priori qu’il aurait été plus facile à des soldats qu’à des marchands de constituer un État. Le nom du quartier phénicien de Memphis, Stratopédon, ne signifie au reste pas nécessairement que ses habitants, du moins la totalité d'entre eux, aient été des soldats.

40 Sur ce point, nous reprenons Bernand 1970, 836.

41 Sur la fonction et sur le statut de ce sanctuaire, cf. infra, § 2.3 et 3.3.

42 La précision d'Hérodote, “autels et sanctuaires”, doit être mise en rapport avec les sources archéologiques. Devant la façade est du sanctuaire d'Aphrodite a été retrouvé un autel monumental, à trois degrés, qui dans son premier état était long de 3,60 m (plus tard, de 4,20 m), large de 1,35 m, et haut de 2 m (cf. Bernand 1970, 833-834). Il existait peut-être des constructions analogues près des autres sanctuaires. Des autels de ce type ne pouvaient donc échapper à l'attention d’Hérodote.

43 C’est la substance de l'ouvrage de Detienne & Vernant 1979, en part. 9 sq. Les Grecs avaient une claire conscience de la spécificité de leurs coutumes, par opposition avec l’Égypte en particulier. C'est ce que montre aussi un fragment de la comédie Les Cités, d’Anaxandride (Athénée 7 299f-300a = frgt. 39 Edmonds), qui daterait de 361 environ, moment où, il est vrai, Athènes cherche des justifications pour motiver son refus d'aider l'Égypte dans sa lutte contre la Perse (sur ce point, cf. Mallet 1922, 111). Nous empruntons la traduction de Carrière 1979, 278-279, no 20 : “Je ne saurais faire alliance avec vous : ni nos mœurs ni nos coutumes ne concordent, elles sont très éloignées au contraire. Tu adores le bœuf, moi je le sacrifie aux dieux. Tu crois que l’anguille est la plus grande divinité, nous que c’est de beaucoup la plus grande friandise...” (et d’énumérer encore une série de différences fondamentales entre la religion grecque et la religion égyptienne).

44 Il y en a nombre d'exemples dans tout le monde grec. On se référera, pour mémoire, à la Chronique du Temple de Lindos (Lindos, 2).

45 Voir Detienne & Vernant 1979, 11 et 186, où l'on trouvera les références nécessaires.

46 Tod2, 182. Cf. IG, II2, 4636, dédicace d'une femme de Kition à Aphrodite Ourania, qui est certainement la déesse des marchands de la même ville (voir Velissaropoulos 1977, 83, n. 123). Aphrodite Ourania était par excellence une divinité sémite, cf. Hdt. 1.131.

47 A Tell Soukas, la construction d'un sanctuaire grec (dans la période 675-388) a lieu assez longtemps après l'arrivée des premiers résidents (850-675). L’établissement ne fut jamais purement grec. Les Hellènes s'installèrent dans un milieu phénicien qui les acceptait, cf. Riis 1970, 126-129. D'où, par exemple, la difficulté de distinguer tombes phéniciennes et tombes grecques, cf. Riis 1979, 9-32, qui admet que Grecs et Phéniciens étaient probablement enterrés côte à côte. Un autre sanctuaire grec a été découvert à Tell Soukas. Plus tardif, il date vraisemblablement de la période 625-588 (voir Ibid., 33 sq., et, 64-65, datation et plan schématique). Sur Gravisca, voir Torelli 1977 et 1978a, où l'on trouvera la bibliographie antérieure. Le premier des sanctuaires grecs de Gravisca, voué à Aphrodite, fut érigé au début du vie s. Sur la situation des Grecs à Gravisca, voir aussi infra, § 3.2.

48 Lehmann-Hartleben 1923, 31-32, et p. 38 sur Naucratis ; Torelli 1977, 446. Voir également Van Berchem 1960, 21-33 (mais qui, sur Naucratis, p. 26-29, soutient des positions intenables).

49 Cf. infra. § 2.3 et 3.3.

50 Voir Austin 1970, 25, n. 1.

51 Voir Austin 1970, loc. cit., et p. 31.

52 Gjerstad 1959, 147-165 (cf. déjà Gjerstad 1934, 67 sq.). Cette étude demeure l’effort le plus cohérent pour préciser la chronologie des temples d'Apollon successifs. L'auteur a utilisé dans sa reconstruction la stratigraphie de Petrie. Il s'appuie sur la chronologie des céramiques, bien entendu, mais aussi celle des sculptures chypriotes découvertes au cours des fouilles (voir p. 161 et 164, et les planches très évocatrices des p. 162-163). Les quelques “intrusions” de sculptures de style protochypriote (580-560), qui peuvent être légèrement antérieures à la fondation du sanctuaire, ne sont nullement problématiques. L'argument de E. Gjerstad (p. 156) à propos de la céramique, qui, si elle est de qualité, a pu rester en usage longtemps avant d'être détruite, vaut aussi pour la statuaire bien entendu. L'anecdote de Polycharme de Naucratis (FGrHist 640 F1, apud Athénée 15 675f-676c) qui montre un marchand de Naucratis, Hérostratos, achetant à Chypre pour la ramener à Naucratis une statuette représentant Aphrodite qualifiée d’ἀρχαῖον τῇ τέχνῃ, “de style ancien”, confirme bien ce point de vue. L’épisode, qui remonte nécessairement à une époque où l’on pouvait effectivement acheter des statuettes de ce type à Chypre, montre bien pour quelles raisons, dans une couche stratigraphique, tel objet (statuette chypriote en l'occurrence) peut être plus ancien que le reste du matériel (sur l'anecdote de Polycharme, cf. déjà supra, n. 19, et infra, § 2.4 et 3.3). Dans ce sens, même si sa chronologie des statuettes chypriotes est trop basse (cf. Walter & Vierneisel 1959, 33 en part., et Boardman 1967, 193, n. 1), on verra l'argument de Gjerstad 1948, n. 2 (datation d'une couche par les objets les plus récents). Le sanctuaire d'Héra est plus difficile à dater encore, mais semble postérieur au sanctuaire d'Apollon (Bernaud 1970, 827-829). Le sanctuaire de Zeus des Éginètes n'a pas été retrouvé. Celui des Dioscures est certainement plus tardif que le premier temple d’Apollon, et date, peut-être, du ve s. seulement (Bernand 1970, 824-827). L’Hellénion (cf. Bernand 1970, 838-849) semble bien être postérieur à l'accession au trône d’Amasis (Austin 1970, 24 et n. 1). Il ne fait donc de doute que, pour ce qui concerne l’Hellénion au moins. Hérodote était dans le vrai. S'il est certain que le matériel archéologique comporte encore bon nombre d’incertitudes, il nous paraît que. dans l'état où elles sont, les sources archéologiques semblent plutôt confirmer qu'infirmer le témoignage d'Hérodote, à condition de ne pas lui faire dire ce qu'il ne dit pas (on ne sera pas non plus d’accord avec Gjerstad lorsque ce dernier veut faire d'Amasis le fondateur de l’établissement de Naucratis).

53 Lehmann-Hartleben 1923, 28, citant Isocrate, Evagoras, 47.

54 Cf. Lehmann-Hartleben 1923, 39 et Velissaropoulos 1977, 61-63.

55 Supra, n. 6, pour l'affirmation de Lehmann-Hartleben (1923, 39) selon laquelle Naucratis était une cité et sur “l'affaiblissement de la notion d'exterritorialité”.

56 Hasebroek 1928, 66 : “Diese handeltreibenden Griechen stehen ausserhalb der eigentlichen Polis Naukratis, und sind scharf von den Naukratischen Bürgern geschieden : Neben dem ansässigen Vollbürgertum das vorübergehend anwesende Fremdenelement als Träger des Handelslebens auch hier”.

57 Sur ces questions, voir aussi la discussion du § 3.3.

58 Sur la céramique vroulienne, voir Bernand 1970, 798-799. Pour les céramiques de style rhodien et pour le Fikellura, voir respectivement ibid., 785-787 et 790-792. Il est probable tout de même qu’une partie au moins de ce matériel est d'origine proprement rhodienne. Céramique rhodienne sur les autres sites égyptiens : voir références dans Austin 1970, 22, n. 2-3, et 33, n. 2-3.

59 Objets égyptiens ou pseudo-égyptiens à Rhodes : références dans Austin 1970, 13, n.2.et 14, n. 1. On y ajoutera Salzmann 1875, pl. IV et V, Webb 1978 (qui traite essentiellement des faïences rhodiennes) et Trolle 1978 (paru en 1979), 139-150, qui montre bien que diverses découvertes archéologiques, à Camiros et à Lindos, peuvent laisser penser que des liens existaient entre Rhodes et l'Égypte avant la fin du viie s.

60 Monnaies d'argent des cités rhodiennes dans les trésors égyptiens :
Ialysos : Damanhur, no 114 ; Sakha, no 39 ; Asyut, no 703 à 706
Camiros : Sakha, no 38 ; Asyut, no 694 à 702 ; Zagazig, no 243.
Lindos : Asyut, no 707-711.
Les numéros sont ceux des publications : Dressel 1900, 231-258 (Sakha) ; Dressel & Regling 1927, 1-138 ; Price & Waggoner 1975. Pour d'autres pièces venant certainement de Rhodes dans le trésor d'Asyut (“monnaies à palmette’’, no 712-713, cf. Bresson 1981). Austin 1970, 40, considérait à tort qu’il n’y avait pas de pièces rhodiennes en Égypte (mais voir déjà le compte-rendu de son ouvrage par Price 1971, 351-352). Ces monnaies datent toutes de la lin du vie s. ou du début du ve s., et sont donc à inscrire dans le flux très important de monnaies grecques d'origines diverses qui parviennent alors en Égypte. Il n’y a pas. dans les trésors égyptiens, de monnaies d'argent des cités rhodiennes qui soient postérieures à 480, au plus tard, ce qui n’est pas tellement surprenant après une interruption due aux Guerres Médiques et à leurs suites, on trouve essentiellement des pièces athéniennes dans les trésors. A Naucratis même, on a cependant trouvé au cours des fouilles deux monnaies rhodiennes de bronze de la tin du ive s., cf. Head 1886, 1-18. On sait que les monnaies de bronze sont surtout significatives du déplacement des personnes (cf. Robert 1966, 113-114).

61 Sur la date du synœcisme de Rhodes voir l'article de Kinch 1905, 34-48.

62 Cf. infra pour la datation de Lindos, 16.

63 LGPN, I, s.v.

64 Cf. Bernand & Masson 1957, no 2 et 4 (591 a.C., sous Psammétique II).

65 Cf. Diod. 16.42-45, sur les victoires puis la trahison de Mentôr. Voir Mallet 1922, 156-162, ainsi que Kienitz 1953, 102-104.

66 Nous traduisons ἀσυλὶ καὶ ἀσπovδί par “privilège d'inviolabilité et de neutralité”, ce qui diffère du sens proposé précédemment pour cette formule. Gauthier 1972, 221, a souligné le parallèle existant dans les décrets entre ἀσυλεί et ειρήνη d'une part, ἀσπονδεί et πόλεμος d’autre part : ἀσυλεί vaut pour les périodes de paix, comme aspondei pour les périodes de guerre. Toutefois, le sens qu'il donne à άσπονδεί (pour l’étranger privilégié, l’accès à la cité sera possible “même en dehors des périodes de trêve”) ne nous satisfait pas plus que celui de Pouilloux, Choix, 21, “sans avoir besoin de conventions”). En effet, on perd alors le parallèle évoqué précédemment, puisque ἀσπονδεί viendrait seulement donner une précision sur une telle période de la guerre, alors qu’ἀσυλεί donne le sens même du privilège accordé, c'est-à-dire l'inviolabilité en période de paix. En fait, la formule ἀσπονδεί des décrets doit être mis en rapport avec Thc. 1.37.3-4. Dans “l'acte d’accusation qu'ils dressent contre les Corcyréens, les Corinthiens leur reprochent de rester à l'écart des traités internationaux. Selon ces derniers, la “belle neutralité” (τὸ εὐπρεπὲς ἄσπονδον) mise en avant par les Corcyréens avait pour but de dissimuler leur volonté d'agir seulement dans le sens de leurs intérêts, au détriment des étrangers (la traduction de J. de Romilly, “ce beau mépris des pactes”, Thucydide, I. CUF, Paris 1958, ne nous paraît pas rendre le sens de la phrase). C'est un sens identique qui apparaît dans les décrets. On garantit l’inviolabilité en période de paix, la neutralité en période de guerre. Le parallèle signalé par Ph. Gauthier se trouve ainsi pleinement justifié. Nous nous permettrons maintenant d'avancer une hypothèse : le privilège d’être ἀσπονδεί signifie-t-il vraiment qu'on garantit l'accès de la cité à cet étranger même en cas de guerre avec l'État dont il est le ressortissant ? Il nous paraît plus vraisemblable que le privilège de neutralité (le fait d'être ni d’un côté ni de l’autre d'être “hors alliance”) avait seulement pour objet de permettre à son bénéficiaire de se trouver à l'abri des actions entreprises, en cas de guerre, de manière si extensible effectivement, par une cité contre les adversaires de ses alliés ou contre les alliés de ses adversaires, sans qu’il y ait pourtant directement état de guerre entre cette cité et les États en question. L’exemple cité par Gauthier 1972, 221), la saisie, en 355 ou 354, d'un navire de Naucratis, considéré comme ennemi du Grand Roi, auquel, pour l'heure, les Athéniens n’osent rien refuser (voir Dém. C. Timocratès, 11-12, cf. infra, § 3.2), nous paraît entrer pleinement dans cette catégorie : si, individuellement, les Naucratites avaient eu le privilège de neutralité, ils n'auraient pas été saisis. [Nous dirions maintenant plutôt que le fait que l’on ait affaire à la saisie de χρήματα Ναυκρατιτικά (pour la valeur notable de 9 talents et demi), n’implique pas. malgré la traduction de la CUF (“un vaisseau de Naucratis”, puis, pour τὸ πλοῖον, “un navire de Naucratis”), que le navire ait été naucratite, cf. sur ce point chapitres VI, 126-127, avec la question des produits mégariens, et chapitre VII. C’est l’origine de la marchandise qui suffisait à provoquer la saisie, que le navire ait ou non été naucratite.]

67 Voir Thc. 8.44, et Kinch 1905, 41.

68 Pour tous les problèmes relatifs à l'édition de ce texte, voir Blinkenberg, Lindos, 16 app. Pour la démocratie lindienne, voir aussi Accame 1938, 211-229.

69 Voir la démonstration de Kinch 1905, 34-48.

70 Voir supra, apparat critique, loc. cit.

71 Austin 1970, 31, n. 3.

72 Austin 1970, 29, n. 3.

73 Austin 1970, loc. cit., “It is in fact impossible to know how rigid the distinction between residents and traders remained in later times”.

74 Cf. le to palaion de 2.179, et la référence explicite à des commerçants grecs installés ici et là en Égypte,

75 Voir aussi Hdt. 2.180 : référence aux Grecs résidents en Égypte au temps d’Amasis (oἱ δὲ ἐν Αἰγύπτῳ οἰκέοντες Ἕλληνες), qui font un don de vingt mines (d’argent vraisemblablement), somme bien modeste, pour la reconstruction du temple de Delphes. L'œuvre d'Hérodote fut publiée entre 430 et 424, semble-t-il, cf. Evans 1979, 145-149.

76 Cf. supra.

77 Gauthier 1972, 24.

78 Gauthier 1972, 24-25.

79 Voir Fraser 1972, 67-68, avec les références.

80 Fraser 1972, 52.

81 Fraser 1972, 65-66.

82 Au reste, on remarque que. dans le décret délien. 1. 10, c'est seulement en tant que Naxios que Philippos reçoit le titre de proxène. S'il rentre un jour à Naxos, il aura toujours le titre et la fonction, mais cette fois dans sa cité, ce qui est la situation normale.

83 Roussel 1976, 30.

84 Cf. infra, § 3.1. Signalons tout de suite, néanmoins, que la mention Naukratitès ne suppose pas nécessairement l'existence d'une cité.

85 Cf. par exemple supra n. 36 sur le problème de l’epigamia.

86 Voir Hdt. 2.30 : les Perses distribuent leurs garnisons comme au temps de Psammétique Ier. Pour ce qui est de la fin de la domination perse à la fin du ve s., il est probable que l'Égypte entre en rébellion dès 414, du moins dans certaines zones, et la plus grande partie du pays, sauf le sud paradoxalement, se trouve libérée en 404. Voir Salmon 1965, 235 sq., et Grelot 1972, 399 et 419-420. Naucratis s'est-elle trouvée plus ou moins rapidement dans une région tenue par les “nationalistes” égyptiens ? A l’époque du décret des Rhodiens, l'autorité perse s'exerçait-elle encore à Naucratis ? Pour le moment, il ne paraît pas possible de répondre à ces questions.

87 Dans l'inscription d'Abou Simbel Bernand & Masson 1957, no 1, 1. 4, il est question d'une part des al(l)oglôs(s)oi (cf. Hdt. 2.154), en l’occurrence des Grecs, en partie ou en totalité (on ne sait pas s'il y avait d'autres contingents étrangers dans l'expédition), dont le chef était Potasimto, et d'autre part des Aigyptioi dont le chef était Amasis. La séparation en corps différents pour des raisons de facilité de commandement et d’efficacité se comprend d’elle-même. Mais parmi les Grecs de l’expédition les uns étaient probablement des résidents grecs en Égypte, cf. au moins le Psammétique (un nom égyptien donc), fils de Théoklès (no 1, 1.2), sans ethnique, probablement “commandant du corps expéditionnaire navigant” (Bernand & Masson 1957, 14), poste important du tait des difficultés de navigation sur le fleuve entre Éléphantine et Abou Simbel (cf. aussi ibid., 6), qui suppose une bonne connaissance du pays ; d'autres, cf. les deux Ialysiens, no 2 et 4, le Téien, no 3 et le Colophonien, no 6bis, sont des mercenaires de passage en Égypte, qui tiennent donc à signaler leur ethnique propre. On voit qu'il faudra reprendre, sur ces points et sur d’autres, les développements d'Austin (cf. 18 en part.), sur les mercenaires grecs en Égypte (pour lui, ces derniers sont tous arrivés en une seule vague au temps de Psammétique I, établis dans le pays à titre définitif et pourvus d'une terre).

88 Roebuck 1951, 216 et Austin 1970, 31.

89 Cf. pour mémoire le décret athénien accordant la proxénie à Stratôn, roi de Sidon (Tod2, 139) etc Voir Gauthier 1972, 25.

90 Austin 1970, 31.

91 Denys : Tod2, 133, 368 a.C., 1. 19-20, et déjà ibid., 108, 1. 6-7, 393 a.C., où la restitution ne fait pas de doute ; Hébryzelmis : Tod2, 117, 1. 5-6, 386-385 a.C.

92 NChoix, 10, 1. 4, 86 a.C. Cet exemple est plus tardif, mais le problème grammatical est strictement identique.

93 On doit remarquer que, dans sa note 26, p. 219-220, C. Roebuck avait réuni plusieurs éléments susceptibles d'éclaircir le problème du statut de Naucratis, mais il ne les a pas exploités.

94 Prinz 1908, 115 et How & Wells 1912, s.v. prostatas définissent les prostatai comme des “consuls commerciaux”. Pour Boardman 1967, 148, les prostatai cumuleraient leur rôle de magistrats du port avec celui de “consuls” pour leur cité. Mais cette notion de “consul” est trop vague ou fausse. Sur les épimélètes du port, voir en dernier lieu Velissaropoulos 1977, 63. Le fonctionnement que nous venons de décrire a échappé à Roebuck 1951, 216 : l’existence de proxènes rhodiens n'implique pas qu'Hérodote se soit trompé sur la nomination des prostatai par Rhodes et les autres cités de l'Hellénion. De plus, ibid, 215-216, cet auteur considère que si, en 2.179, emporion désigne l’établissement de Naucratis dans son ensemble, en 2.178, le mot a nécessairement le même sens : les prostatai seraient donc les chefs de la communauté grecque de Naucratis. C’est là le point de départ d'une théorie selon laquelle l'Hellénion aurait été le noyau initial de la “cité” de Naucratis. On a vu plus haut, a propos de polis (n. 8), ce qu'il fallait penser de l'idée selon laquelle, dans un même texte, un mot aurait toujours la même acception. Outre les raisons plus générales, qu'il est maintenant inutile de rappeler, qui militent contre ce point de vue, c’est là un argument supplémentaire pour rejeter la théorie de Roebuck.

95 Sur lu date exacte du synœcisme, cf. Kinch 1905, 46-48. On corrigera cependant, ibid., un point de détail : “... La constitution aristocratique... continue à fonctionner jusqu’en 395, époque où se produit le grand revirement politique et où Rhodes abandonne de nouveau le parti des Spartiates pour se ranger à celui de Conon, et d’Athènes. C'est alors que l'on introduit une constitution démocratique”. En fait, c’est en 396 que se produit la défection de Rhodes : à ce moment, à la recherche d’une troisième voie – oligarchique, mais anti-spartiate-, les Diagorides se rangent au côté de la Perse, au service de laquelle se trouve l’Athénien exilé Conon. Cf. en dernier lieu Bruce 1961, 166-170, qui n’apporte guère de nouveauté sur ce point, et Bresson 1979, 154-155 : la défection des Diagorides et, conséquence immédiate, la mise à mort de Dorieus par les Lacédémoniens sont peut-être bien aussi la conséquence d’une ancienne politique athénienne visant à détacher Rhodes de Sparte, dans les dernières années de la guerre du Péloponnèse. Conon, au service de la Perse mais Athénien d’origine, était sans doute bien placé pour en recueillir les fruits. Au reste, le soutien qu’il apporte en sous-main à la révolution démocratique montre bien qu’il n'avait pas perdu ses habitudes athéniennes.

96 Cf. Roebuck 1951, 200, n. 26.

97 Cf. How & Wells 1912, s.v. “Rhodos” ; Legrand 1948, 192 ; Austin & Vidal-Naquet 1972, 259, n. 2 (Austin & Vidal-Naquet 1977, éd. angl., Economic and Social History of Ancient Greece, 235) ; Faure 1978, 159.

98 Prinz 1908, 5-6 “dix cités” ; idem, Austin & Vidal-Naquet 1977 (éd. fr. et angl.) ; Salmon 1965, 15, parvient logiquement au chiffre de 14 cités fondatrices du “comptoir” de Naucratis (formule bien trop vague évidemment). Citons encore Jeffery 1976, 53, pour qui Naucratis n'était pas une colonie, mais “a joint establishment formed by twelve Greek trading states : Miletos, Samos, Chios, Teos, Phokaia, Klazomenai (Ionic) ; Rhodes. Aigina, Knidos, Halicarnassos, Phaselis (Doric) ; and Mytilene (Aiolic)”.

99 Cordano 1974, 179-182. On ajoutera aussi la mention des Rhodioi aux côtés des gens de Cos et des Cnidiens dans IG, XII. 1,977, 1. 30 [= IG, I3, 1454], qui date des années 440-420, et non du début du ive s.

100 Pour ce qui est de la fondation de Géla, Antiphèmos et ses hommes sont des “Lindiens de Rhodes” (ἐκ Ῥόδου), Hdt. 7.133, de même que l'autre oïciste, Entimos, est “de Crète” (ἐκ Κρήτης), Thc. 6.4.

101 Cf. Polybe, loc. cit., mais voir aussi van Gelder 1900, 68.

102 Cf. l’offrande d'Amasis, Hdt. 2.182 et 3.47, et la longue liste des hommages rapportés dans la Chronique du Temple de Lindos, Lindos, 2. Voir aussi infra, n. 106.

103 Sur les liens entre les trois cités rhodiennes, voir Bresson 1979, 30-31 et 156-157.

104 Babelon 1910, 1005-1012 et pl. CXLVI (p. 1012 pour le texte cité). Il faudrait bien sûr maintenant préciser la chronologie des émissions des cités rhodiennes du ve s., qui sont néanmoins nécessairement antérieures aux années 420, époque probable à laquelle les Athéniens interdirent le monnayage d'argent dans les cités de l'empire. [Mais voir maintenant Figucira 1998, cf. infra 229, n. 95]

105 Bresson 1981.

106 Au reste, il existe peut-être une autre source antérieure au synœcisme où Rhodes est qualifiée de polis : il s’agit de la viie Ol. de Pindare, 94. Dans cette ode délibérément panrhodienne, dont probablement Diagoras fit la dédicace au sanctuaire d'Athéna à Lindos, puisque le texte s'y trouvait gravé en lettres d’or (selon l'historien rhodien Gorgôn, schol. Pindare 01. VII, intro. ; l'hypothèse de l’inscription par Diagoras et les siens a été émise par van Gelder 1900, 317), il se peut que polis désigne Rhodes dans son ensemble. C’est elle, “la fille marine d’Aphrodite, l'épouse d'Hélios” (v. 14), que Pindare est venu chanter. Même s'ils sont divisés en trois cités (cf. τρίπολιν νᾶσον, v. 18), tous les Rhodiens ont sujet à se réjouir de la victoire de Diagoras.

107 Cf. par exemple les chiffres des navires fournis à la flotte de Xerxès pour son expédition contre la Grèce : trente pour les Doriens, cent pour les Ioniens (Hdt. 7.93-94).

108 Voir infra la comparaison avec les amphictionies.

109 Voir Austin 1970, 25-27, et Jeffery 1976 pour une étude par cité. Pour Phocée, voir en outre Morel 1975, 853-896.

110 Cf. Hdt. 1.145. Voir aussi infra, n. 126.

111 Hdt. 1.142.

112 Samos et Milet combattent dans des camps opposés lors de la Guerre Lélantine (fin viiie-viie s. sans doute, cf. Jeffery 1976, 64-67), voir Hdt. 5.99 ; hostilités entre les deux cités à l'époque de Polycrate, ibid., 3.39 ; conflit au sujet de Priène en 441, Thc. 1.115. Voir par ailleurs Jeffery 1976, 213 et 217 sur les très mauvaises relations entre Samos et Égine. En revanche, il semble qu'il ait existé de meilleures relations entre les cités du groupe nord-ionien. En 412 encore, lors de la révolte des Grecs d’Asie contre Athènes, ce sont en premier lieu Chios et Érythrées, puis Clazomènes et Téos qui entrent en dissidence (Thc. 8.14-16), Phocée prenant la même option (ibid., 8.31.3). On connaît enfin, pour le début du ive s., un accord monétaire entre Phocée et Mytilène (sur lequel voir en dernier lieu Burelli 1978, 43-51). Il est vrai cependant que les relations entre Chios et Érythrées semblent avoir été conflictuelles par moment à la haute époque archaïque (cf. Jeffery 1976, 229), mais justement Érythrées ne faisait pas partie de l’Hellénion.

113 Sur l’Hexapole dorienne, voir Hdt. 1.144. Absence de dynamisme de Cos à cette époque, voir Sherwin-White 1978, 31.

114 Phasélis colonie des Lindiens, cf. Lindos, 2 = Chronique du Temple de Lindos, XXIV, avec le commentaire et les références de Chr. Blinkenberg. Richesse de Phasélis : pour le ve s., voir la contribution forcée à l'entrée dans la Ligue de Délos, avant la bataille de l’Eurymédon, d'un montant de dix talents (Plut., Cimon, 12.3-4), puis le phoros ordinaire d'un montant de 6 talents (454/453 à 451/450), puis 3 (450/449 à 440/439), et de nouveau 6 talents (à partir de 433/432), voir ATL, I, p. 434-435. Voir également la convention Athènes-Phasélis, Meiggs-Lewis, 31 [= IG, I3, 10] (qui daterait de la période 469-450 environ), et le commentaire des éditeurs sur le rôle de Phasélis. Il est possible que l'origine (ou le renforcement) de l'amitié entre Chios et Phasélis, bien attestée par Plutarque (loc. cit. : elle amène les Chiotes à servir d'intermédiaires entre Athéniens et Phasélitains lors du siège de la ville par Cimon) et cette dernière inscription (en cas de conflit d’affaire, les Phasélitains ont accès, à Athènes, au tribunal du polémarque, comme les Chiotes, cf. sur ce point Gauthier 1972, 158-161) soit à chercher dans la participation de ces deux cités à la gestion de l'Hellénion. De plus, Phasélis était proche de Chypre, dont on ne doit pas oublier qu’elle devint tributaire d'Amasis (Hdt. 2.182), Après des premiers combats sous Apriès (Diod. 1.68). Selon Gjerstad 1948, 472, la domination égyptienne ne dura guère que jusqu'à 545 (cf. Xén., Cyropédie, 7.4.2 et 8.6.8 ; voir cependant la discrète réserve de Hill 1940, 111, n. 2, qui. de même, suit Xénophon, “if he is to be trusted at all in such matters”). L’influence égyptienne se retrouve néanmoins dans la sculpture, avec le style “chypro-égyptien” (sur la domination égyptienne à Chypre et sur les Chypriotes en Égypte, voir Masson 1971,28-46). Le bois qu'on pouvait trouver dans l'île (cf. Faure 1978, 127-128, et Salmon 1965, 23-24 sur les importations de bois de façon générale) n'était sans doute pas étranger à la volonté d’Amasis de contrôler le pays, qui évidemment, avait aussi une valeur stratégique de premier ordre. Le fait qu'aucune cité chypriote ne soit représentée dans l'Hellénion s’explique peut-être d'abord par le fait que les Grecs de Chypre n'étaient plus véritablement des “étrangers” au moment de sa fondation, puisqu’ils payaient tribut au pharaon. De Chypre, l'influence égyptienne pouvait atteindre le littoral méridional de l'Asie Mineure. Au reste, à une date qui se situe entre 529 et 526, période dans laquelle il faut situer l'épisode de la fuite du chef mercenaire Phanès d’Halicarnasse, on voit encore Amasis faire poursuivre ce dernier jusqu’en Lycie, et cela avec succès. Fait prisonnier, Phanès ne doit son salut qu'à une ruse : il enivre ses gardiens et parvient à s’échapper (Hdt. 3.4). Cela montre l'influence de l'Égypte dans cette zone, pourtant en principe soumise à la Perse depuis Cyrus, à la veille de l’expédition de Cambyse. En tout cas, les commerçants grecs du Sud de l’Asie Mineure devaient sans doute eux aussi apporter en Egypte, comme ce sera le cas à l’époque hellénistique, le bois et les produits de construction navale qu'on trouvait en abondance dans l'arrière pays (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1970, 653). Pour l'importance des importations de bois en Égypte au ive s., voir la stèle de Nectanébo, citée supra, n. 15. Sur le problème du bois en Égypte (qui se posait nécessairement en termes analogues aux époques antérieures), cf. pour l'époque hellénistique Préaux 1947, 27-29.

115 Voir Jeffery 1961, 353, ou on trouvera les références.

116 Hdt. 1.144.

117 Il ne s’agit donc pas, bien entendu, de prendre pour argent comptant tout ce que contiennent les neuf livres d'Hérodote : en ce cas, on peut rendre compte de manière plausible des raisons qui ont pu amener l’historien à présenter de la manière dont il l'a tait l'exclusion d’Halicarnasse de l'Hexapole. En revanche, s’agissant de Naucratis et de l'Hellénion. les “erreurs” qui lui sont attribuées relèvent en réalité d'un malentendu sur le sens de ses propos et les “corrections” apportées sont sans justification. On doit donc juger cas par cas de la validité des affirmations d'Hérodote, et non pas, a priori, tout accepter ou tout rejeter.

118 Hiller von Gaertringen 1931, col. 757.

119 C'est la raison pour laquelle il ne nous paraît pas démontré (seulement possible) que l’exclusion d’Halicarnasse de l'Hexapole soit nécessairement postérieure à la fondation de l'Hellénion. Après tout, rien n'interdit de penser que les éléments ioniens et cariens avaient pu très tôt s’introduire dans le peuplement (s’ils n'avaient pas été présents dès l’origine). Par ailleurs, sur le plan artistique (céramique, sculpture), on sait que l'Ionie et la Doride formaient une véritable koinè, et qu'il n'y avait en aucune façon de “barrière ethnique” dans les échanges de tous ordres entre les deux groupes, ce qui ne veut pas dire que chacun d'eux n’était pas jaloux de sa spécificité. On pourra comparer le cas d’Halicarnasse avec celui de Smyrne, cité éolienne ultérieurement absorbée par les Ioniens (Hdt. 1.149-150) ; mais, en l’occurrence, comme le confirme la demande de participation à la Dodécapole ionienne (ibid., 1.143), il s'agit d'un changement de population et de groupe ethno-culturel, total et voulu comme tel, ce qui. on l'a vu, n'est pas le cas pour Halicarnasse.

120 Hasebroek 1928, 66-67 : “Herodot sagt, die betreffenden Städte hätten die heiligen Stätten und Altäre gegründet. Das will nicht mehr besagen, als dass die einzelnen Landsmannschaften ihren Kult in der Fremde tinter Sanktion der Heimatstadt cinrichten. genau wie bei der griechischen Kolonie es die Mutterstadt als sanktionierende Potenz ist, welche der Tochterstadt in der Fremde den heimischen Kult gibt, diesen Kult in der Kolonie also gründet”, et à propos des prostatai : “Dieses vom ägyptischen Könige den genannten Städte den andern Griechen gegenüber Privileg kann nur bedeuten, dass die Landsmannschaften dieser Städte das Recht erhalten, mit ihren Landsleuten das genannte Amt zu besetzen” (c’est nous qui soulignons). Tout cela contredit formellement Hérodote qui écrivait : “C'est à elles (= les cités fondatrices précédemment nommées) qu'appartient le sanctuaire, et ce sont ces cités-là qui fournissent les présidents du ports” ; Boardman 1967, 148 ; Austin 1970, 31-32.

121 Od., 14.257 ; Str. 10.4.5.

122 Diod. 3.34.7 ; Appien, Guerre Civile, 2.89. Pour tous ces problèmes, voir en détail Casson 1971, 287 sq.

123 Ps-Dém, C. Dionysodôros. loc. cit.

124 Il s’agit d'Hyblèsios (Gravisca : Torelli 1977, 407 ; Naucratis : Bernand 1970, 693, no 502) et de Zôïlos (Torelli 1978b ; Bernand, p. 689, no 473 ; 728, no 882 et 883 ; 708, no 660 ; 731, no 909 ; 729, no 894 ; 736, no 965). Le Sôstratos éginète de Gravisca (Torelli 1971,56 sq.) n'a guère de chance d’être identique à l’auteur de la belle dédicace à Aphrodite, du vie s. elle aussi, provenant de Naucratis (Bernand 1970, 676, no 355) : cette dernière est en dialecte ionien. Pour les deux premiers noms, il faudrait pouvoir procéder à une comparaison de la date des supports céramiques, ainsi que de la forme des lettres (naturellement on atteindrait ainsi éventuellement plutôt une probabilité d'identité du personnage qu'une certitude absolue). Le nom Alexandros apparaît également sur les deux sites, mais dans un cas (Naucratis : Bernand 1970, 733, no 942 ; cf. Beazley & Payne 1929, 261, no 29 et pl. XVI, no 16) il s’agit d'une inscription incisée en écriture ionienne, sur amphore à col attique à figures noires datée par Payne et Beazley du deuxième quart du vie s., qui désigne plutôt vraisemblablement le personnage héroïque du même nom que l’auteur d’une dédicace, dans l’autre (Gravisca : Torelli 1977, 406, fig. 5) d'une dédicace, en écriture ionienne mais plus tardive, sur un pied de kylix des petits maîtres [cf. aussi maintenant Ehrhardt 1985].

125 Action commune des Ioniens (Milet mise à part), unis aux Éoliens, après la prise de Sardes (546), voir Hdt. 1.141 et 152 ; appel à Sparte et rejet de cette demande, ibid., 1.152-153. Au début de la révolte de l’Ionie (499), toutes les cités entrent dans l’action (Hdt. 5.35-38). Le refus des Spartiates d’aider les révoltés (5.50-51), la faible importance du contingent athénien et érétrien, vite retiré (ibid., 5.99-103) expliquent le rapport de forces défavorable aux Grecs d’Asie, et le sauve-qui-peut, particulièrement au moment de la bataille de Ladè, en 494 (ibid., 6.11-14).

126 Les guerres entre cités appartenant aux peuples membres de l’amphictionie pyléo-delphique, que cette dernière essayait d’ailleurs de prévenir ou au moins d'humaniser, n’empêchaient pas cet organisme de fonctionner (cf. Roux 1979, 53). Au reste, il faudrait encore prouver l’existence de conflits ou de guerres entre les cités de l'Hellénion, qui, sauf erreur de notre part, ne paraît pas attestée à l’époque archaïque et jusqu'à l’époque de la Guerre du Péloponnèse. A vrai dire, si la Dodécapole ionienne avait certes les caractéristiques d’une amphictionie, elle était aussi autre chose, une ligue politico-militaire, pouvant fonctionner entre autres contre une menace extérieure. C’est ce qui fait son originalité (Roebuck 1955, 26-40, n’en a pas pris conscience ; la meilleure étude reste celle de Caspari 1915, 173-188, on pourra consulter aussi Huxley 1966, 47-48, 146 et 153). La ligue existait déjà apparemment au moment de la guerre entreprise contre Méliè (v. 700 a.C. peut-être), cf. Vitruve, De l'architecture, 4.1.4-5 ; IPriene, 37, 1. 53-59 (cf. Welles, RC, 7). L’opinion de Roebuck 1955, 32-33, sur la Guerre Méliaque, selon laquelle on ne connaît pas d’arbitrage par des ligues avant la Ligue Hellénique de Philippe de Macédoine se heurte à Tod2, 113 (cf. infra) qui concerne justement la Ligue ionienne. Rôle de la Ligue dans la résistance à Cyrus : Hdt. 1.141 (les Ioniens, Milet mise à part, tiennent conférence au Panionion) ; dans la révolte de l’Ionie, cf. en part. ibid., 5.108-109, référence à des délibérations communes engageant la Ligue des Ioniens, τὸ κοινὸν τῶν Ἰώνων. La traduction de Legrand (CUF), “le conseil commun des Ioniens” est inexacte : la formule réapparaît dans les inscriptions hellénistiques et désigne bien la Ligue des Ioniens, cf. ex. gr. Syll.3, 368, I, 1. 1, etc. (289/288 a.C.) ou encore IPriene, 55, 1. 7 et 9 (128/127 a.C). Cependant, l’existence d’une boulè fédérale à l’époque de la révolte de l’Ionie au moins reste problématique : cf. Hdt. 5.108, et 6.7, envoi, à titre exceptionnel sans doute, de probouloi des cités ioniennes au Panionion à la veille de la bataille de Ladè (voir Caspari 1915, 181 et Ruzé 1974, 449), sans que, à notre sens, cela exclue nécessairement l’existence d’un conseil commun en temps ordinaire (la première attestation de ce conseil se trouve dans IPriene, 139. décret de la boulè des Ioniens antérieur à 355). Sur le Panionion (et son bouleutérion), voir l’étude de Kleiner et al. 1967 (l’inscription publiée ibid., 45, a été reprise par Sokolowski 1970, 109-112, mais voir Robert 1971, no 582). Sur la Ligue au début du ive s., voir Tod2, 113 : à une date qui se situe entre 391 et 388, la Ligue reçoit du satrape d’Ionie la charge de régler le différend territorial qui oppose Milet à Myonte. Les cités de la Ligue, dix vraisemblablement (il y a en fait une lacune dans l’inscription), puisque Milet et Myonte ne sauraient évidemment avoir part au jugement, nomment chacun cinq juges, leur verdict devant être ratifié par le satrape. Globalement, si, de fait, la Ligue ne semble pas avoir un grand rôle politique aux époques tardives, il n’en était vraisemblablement pas de même, aux époques anciennes (c'est-à-dire jusqu’à la révolte de l’Ionie), quels qu'aient pu être les antagonismes entre cités.

127 Nomination des hiéromnémons, mais aussi des pylagores (ou agoratres) ou des naopes (en nombre variable pour ces deux derniers collèges) par les cités des peuples amphictioniques (voir en détail Roux 1979, 12 sq., 20 sq., 102 sq.). Vu leur importance et la nature même de leur charge, les prostatai de l'emporion, à Naucratis, devaient sans doute former un collège dont le nombre des membres était lixe, avec répartition proportionnelle entre les cités, comme ce devait être le cas vraisemblablement aussi pour le conseil de gestion du sanctuaire. Voir Roux 1979, 34-35 en particulier, sur l’importance décisive des votes au sein du conseil amphictionique. A Delphes, le système institutionnel est manifestement très ancien, cf. Roux 1979, 29-30 en part.

128 Voir aussi infra. § 2.4, sur la nomination des prostatai rhodiens.

129 Cf. Roux 1979, 24-26, sur la durée variable, selon les cités, des mandats donnés aux hiéromnémons, qui, en outre, n'entraient pas en charge au même moment, du fait de la diversité des calendriers.

130 A comparer avec les conditions de séjour des magistrats amphictioniques à Delphes, cf. Roux 1979, 35. Au reste, quel que soit le parallèle qu'on puisse faire avec d'autres organisations amphictioniques, et avec l'amphictionie pyléo-delphique en particulier, il ne saurait être question d'en conclure, avec ce dernier exemple, que, dans la mesure où Delphes était une cité, tel devait être aussi le cas pour Naucratis. Au reste la cité de Delphes restait propriétaire du sanctuaire d’Apollon, tout en partageant sa gestion avec l’amphictionie, dont elle constituait elle-même l’un des douze “peuples”. On ne signale rien de semblable pour les Grecs résidents de Naucratis.

131 Dans la première des trois propositions (toutes trois construites avec le verbe ἀγγράψαι, 1. 6-7 ; 1. 15-16 ; 1. 20), Δαμόξενον Ἕρμωνος est le complément d'objet, placé en tête ; dans la seconde, le sujet est après le verbe, l’objet (l’inscription de Damoxénos comme proxène) étant sous-entendu, puisqu'il s'agit simplement d'inscrire le double de la stèle lindienne, pour le placer dans l'Hellénion de Naucratis. Si Π[ο]λυ[κλ]έα Ἁλιπόλιος était complément d’objet, la phrase n’aurait aucun sens, car on voit mal quels seraient les honneurs accordés à Polyklès (en principe toujours accordés de manière spécifique à un individu précis), et on ne comprendrait pas pourquoi, dans son cas, la stèle serait dressé seulement à Naucratis. Comme il est fréquent pour la proposition précisant les conditions de publication d’un décret, le sujet est ici placé après le verbe.

132 Cf. la dédicace des “descendants de Thallis et d’Halipolis”, Lindos, 582 (fin du ve s.), au Boukopion de Lindos. Le nom Halipolis n'est pas autrement attesté à Lindos ou à Rhodes.

133 Cf. supra, n. 127.

134 Voir Morricone 1949-1951, 351-380.

135 D’une certaine façon, la désignation de Delphes comme ethnos au sein de l’amphictionie pyléodelphique (cf. Roux 1979, 18) a comme correspondant, mais inversé, celle de Rhodes comme polis dans l'Hellénion, avec la réserve que les liens étroits unissant les trois cités rhodiennes rendaient cette dernière encore plus justifiable.

136 Voir Bernand 1970, 829-837, sur le sanctuaire d'Aphrodite, et 824-827 sur celui des Dioscures. Anecdote de Polycharme sur laquelle voir déjà supra n. 52. Sur Aphrodite protectrice des navigateurs, voir Séchan & Lévêque 1966, 371-372 (et ibid., 316 sur le même aspect des Dioscures) ainsi que, en dernier lieu Velissaropoulos 1977, 71-72.

137 On ne saurait attribuer aux Chypriotes, en tant que tels, la fondation de ce sanctuaire (cf. la note d'Austin 1970, 24, n. 1, que nous suivons sur ce point), même si Aphrodite était par excellence une Chypriote.

138 Zeus à Égine : Schwabl, s.v. “Zeus”, col 1080 ; voir Pindare, VIe Péan, 123-126 : “Tu règnes sur la mer dorienne, île au nom fameux, astre étincelant de Zeus Hellénios” (trad. A. Puech, CUF), et VIIIe Py., 98-100. VIIIe Ném., 6-7, VIIIe Isthm., 16-18. Héra à Samos : Haug, RE, s.v. “Hera”, col. 378-379 (cf. aussi Barron 1966, 1-7, sur la signification des deux principaux types monétaires samiens archaïque, la peau de lion et la protomé de bovidé, qui, sans aucun doute possible pour le premier, et très probablement pour le second, sont à mettre en rapport avec Héra). Apollon à Milet : Wernicke, RE, s.v. “Apollon”, col. 82, avec renvoi aux col. 49-50 (s.v. Didymeus) et 48 (s.v. Delphinios).

139 Le trésor sert à entreposer et exposer les offrandes d’une cité, qui en garde l'usage exclusif. Pour ce qui est des sanctuaires de Naucratis, la comparaison avec les trésors vaut bien entendu pour le point de vue grec ; pour le point de vue égyptien, le cas de l’Hellénion, propriété des neufs cités membres, suffit pour admettre la possibilité que les autres sanctuaires aient de même proprement appartenu, à des cités.

140 Austin 1970, 25. Sa liste des commerçants fréquentant Naucratis, p. 25-27, se limite aux seuls ressortissants des cités mentionnées par Hérodote, ce qui est abusif.

141 Liste des ethniques dans Bernand 1970, 773. Aigyptios : ibid., 680, no 392 ; 722, no 803 ( ?) ; 723, no 827 ( ?) ; 730, no 900. Chalkideus, 699, no 570. Sur le nom Aigyptios, voir en dernier lieu Austin 1970, 12, n. 2, et Froidefond 1971,22 sq. Pour Chalkideus, voir ex. gr. Thc. 8.6 ; 8, etc. (navarque lacédémonien).

142 Cf. Bernand 1970, index s.v.

143 Autres ethniques, dans les inscriptions lapidaires, dédicace à Aphrodite d'un Mytilénien, Bernand 1970, 746, no 7 (“époque classique” ; signature d'artiste d’un Kyp(rios), ibid., 747, no 10 (ive s.) ; stèle funéraire d'un Milésien, 762-763, no 33 (ive s.). Voir aussi, s'il provient bien de Naucratis, l'autel ( ?) d’Artémis de Pergè, ibid., 746, no 8, avec les références de A. Bernand. L'attribution à Naucratis de cette pierre d'origine inconnue remonte à Milne 1901, 285, no 8 (elle est admise par Robert 1934, 26-30, part. n. 5, p. 27-28 = OMS, II, 973-974 n. 5, et Hellenica, V, 65). L’inscription date du ive s. (cf. Milne 1901 et sa reproduction de l'inscription). Mais on ne saurait accepter l'affirmation de J. G. Milne selon laquelle on aurait affaire à un culte local transporté en Égypte par des “colons” pamphyliens, pour qui il jouerait le même rôle que Zeus pour les Éginètes, Apollon pour les Milésiens et Héra pour les Samiens. En effet, le culte est connu en plusieurs régions du monde grec (cf. W. Ruge, RE, s.v. “Perge”, col. 700. pour une liste des endroits où était honorée Artémis de Pergè, à laquelle on pourra ajouter au moins Dakaris 1965, 347 et pl. 415, cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1968, no 315, dédicace d’Ambracie de la haute époque hellénistique). Ainsi, on connaît en territoire rhodien trois mentions d’une prêtresse d'Artémis de Pergè, l'une remplie par une “Égyptienne” (cf. infra, n. 153), l'autre par des Rhodiennes de plein droit (Rhodes. IG, XII. 1, 66, fin iie s. a. C. probablement ; Lindos, Lindos, 384e, fin Ier s. a.C ; voir aussi les dédicaces ASAA, 2, 1916, p. 137, no 4, ive-iiie s. a.C., plutôt que iiie-iie s. selon A. Maiuri ; IG, XII. 1, 784, provenant de Lindos ; IG, XII. 1, 104c, 1. 6, restitutions première moitié du iie s. a.C. ; Morelli 1959, 30-31 et notice p. 115, est trop bref et incomplet sur ce point). Manifestement, l’existence de ce culte d'Artémis de Pergé suppose des liens commerciaux et culturels entre la Pamphylie et l'Égypte, mais cela ne signifie pas que le sanctuaire où la déesse recevait les hommages de ses fidèles ait eu un quelconque statut d’exterritorialité, ou que le culte de cette divinité ait été nécessairement, du moins de manière exclusive, entre les mains de gens originaires de Pamphylie. On notera de même la dédicace à Zeus Thébain trouvée à Naucratis, qui est probablement l’œuvre non d’un Thébain, mais tout simplement d’un Naucratite ; cf. Bernand 1970, 748, no 12, qui pense que l’inscription se rapporte au règne de Ptolémée II Évergète (285-247 a.C.). Mais la photographie de la pierre pl. 35, no 3, ne laisse aucun doute : l’inscription remonte bien au ive s. (nu très ouverts, epsilon à barre centrale à peine plus courte que les deux autres, sigma très ouverts, aux barres centrales presque de la même longueur que les barres extérieures, etc). C’était déjà l’opinion du premier éditeur. F. H. Marshall, cité par A. Bernand. La différence avec la stèle de Ptolémée II trouvée à Naucratis (Bernand 1970, 748, no 11,. pl. 35, no 1) est éloquente à ce sujet.

144 Dédicace du Syracusain, Bernand 1970, 694, no 511 = Gardner 1888, 68, no 874 et pl. 22. Selon Gardner, le support est un vase tardif, “with a ribbed surface, and stamped ornaments inside”, qu'il attribue à l'époque ptolémaïque. En fait, la reproduction de l’inscription, qui montre en particulier des sigma très ouverts, aux barres presque d’égale longueur, et la présence de signes de séparation suggère que cette attribution est hautement suspecte. Selon Gardner, “it indicates that punctuation such as that used here is not necessarily a proof of early date”, mais c’est bien, entre autres, ce qui fait problème. Il faudrait naturellement pouvoir revoir le vase, mais l’inscription nous paraît avoir toute chance d’être du ve s. Cf. infra pour une monnaie syracusaine à Naucratis. Nous reviendrons ailleurs sur le problème des rapports entre l'occident grec et l'Égypte. Notons cependant la présence à Naucratis de bucchero étrusque, cf. Johnston 1978, no 22, avec en particulier une oinochoé pour laquelle A. Johnston signale “indented groove on outside below edge” (non publié). On notera aussi la présence de bucchero étrusque à Ras El Bassit, cf. Courbin 1973, 27 et 32, fig. 7. Rien ne prouve, évidemment, que ces céramiques avaient été transportées en Orient par des Occidentaux. Cela montre néanmoins qu'il n'y avait pas une coupure totale entre les deux bassins de la Méditerranée, et corrobore les découvertes de monnaies, ainsi que la dédicace du Syracusain.

145 Voir Head 1886, n. 48. Ainsi, le “Silversmith's Hoard” comprenait, outre des morceaux d'argent brut, quinze pièces qui datent toutes de la fin de l’archaïsme et du début de l’époque classique (520-430 environ), soit : Mallos (l'exemplaire), dynaste lycien (1), Chios (1), Samos (3), Égine (1), Athènes (6), Cyrène (1), Syracuse (1). On doit remarquer que les pièces publiées par Head sont celles qu'il a réussi à lire et à classer ; elles ne représentent qu’une faible partie des pièces retrouvées (cf. en part. ibid., p. 3, 520-350, “Greek autonomous silver”. environ 97 pièces ; 350-300, “Greek autonomous bronze”, environ 90 pièces). Nous avons fait également allusion à des bronzes de la période 330-300, car il ne nous paraît pas que se manifeste un quelconque changement dans les provenances et les arrivages dans les années qui suivent immédiatement la venue d’Alexandre en Égypte. Encore une fois, il ne s'agit pas d’envisager une correspondance stricte entre nationalité des commerçants et cités d'émission des monnayages. Les nombreuses pièces thraco-macédoniennes trouvées dans le trésors égyptiens (cf. encore récemment Price & Waggoner 1975, n. 60) n’ont évidemment pas été apportées dans le pays par des gens originaires de ces régions. Le problème est partiellement le même pour Athènes sans doute. Mais, s'agissant de cités commerçantes et dont les émissions ne sont pas exceptionnellement abondantes (dans la mesure où elles ne possèdent pas de sources de métal précieux), le problème est tout différent, et il paraît logique d’admettre que les pièces ont pu, en partie au moins, être apportées par des nationaux. Cf. déjà L. Robert (1934, 26-30, part. 27-28 n. 5 = OMS, II, 973-974 n. 5) : “Les trouvailles de monnaies faites à Naucratis (cf. Head) permettent de confirmer et de préciser parfois le tableau des relations économiques de Naukratis dressé par H. Prinz d’après les textes, les inscriptions et les trouvailles céramiques ; il est dommage qu'il n’ait pas utilisé cette sorte de documents”.

146 Str. 17.1.18.

147 Sur teichos, voir Mello 1967, 407 sq., où sont rassemblées toutes les occurrences de teichos dans Strabon.

148 Il n'en est pas de même évidemment pour le Pont Euxin, cf. pour mémoire Jeffery 1976, 210-211.

149 Cf. Gauthier 1972, 361.

150 Voir en détail von Bissing 1951, 40 sq. sur l’exagération du rôle des Milésiens à Naucratis, ainsi qu’Austin 1970, 22 n. 5 et 27, n. 3 sur la critique de la version de Strabon. Il est donc inutile d’insister sur le problème.

151 Voir Greco 1979, 219-239.

152 Décret en faveur de Théogénès, IG, II2, 206 ; fragment de décret en l’honneur de X, fils de Diodoros, Ibid., 163.

153 1) Lôryma (à l'extrémité de la Chersonèse de Bybassos, en face de Rhodes) : Pérée, 175 = IK, 38-Rhodische Peraia, 13, signature de l’architecte Διονύσιος Ναυκρατ[ί]τας (1. 3) ; d’après la copie en majuscules, une date dans la première moitié du ive s. parait assurée. On remarquera aussi à Lôryma, dans la Pérée rhodienne, Pérée, 174 = IK, 38, 21), le cippe funéraire d'Εὐρώπα Αἰγυπτία | ἱέρηα Ἀρτάμιτος | Περγαίας, γυνὰ δὲ | Μαρσύα Ἀσπενδίου, | μακαρία, qui provient lui aussi de Lôryma. Malheureusement, le texte est peu lisible, et la datation problématique (ive s. ou haute époque hellénistique). On connaît plusieurs autres mentions du culte d’Artémis de Pergè sur le territoire rhodien, mais le culte de la déesse est attesté ailleurs qu’à Rhodes (cf. supra, n. 143). Cette Égyptienne exerçait probablement une prêtrise viagère (puisqu’elle est mentionnée dans une inscription funéraire) d'une divinité dont on a vu qu'elle était honorée aussi chez les résidents grecs d'Égypte. Elle était elle-même l’épouse d’un Aspendien, et portait un nom grec (l’hypothèse de l’emprunt d’un nom grec par une indigène égyptienne paraît probable). Le fait que son époux d’Aspendos ait pris une femme égyptienne est lui aussi significatif des liens qui s’établissaient entre la côte sud de l’Asie Mineure et l’Égypte, comme il y en avait aussi dans la même direction avec Chypre (cf. ex. gr. Lindos, 78, c. 275 a. C., dédicace d'une femme originaire de Salamine de Chypre pour son époux Aspendios). 2) Athènes : outre les deux décrets mentionnés supra, n. 152, stèles funéraires de Dionysios Parmenontos, Naukratitès (IG, II2, 9984 [début ive s, cf. infra chap. II, 77]) ; d'Olympos Sanniônos, Naukratitès (ibid., 9985, 340-317) ; de Phaidimos, Naukratitès (ibid., 9986, début ive s.) ; celle d'un esclave enfin (pais Naukratitès, ibid., 9987, milieu ive s. ; pas de nom en grec ; inscr. bilingue, texte peut-être phénicien au dessus du texte grec). 3) Delphes, liste de donateurs, FD, III.5, 2,1. 1-6 (370/369) : (Da)môn, (Am)asis et (...)as(s)is sont tous trois qualifiés de Naukratitai ; ibid., no 3 [CID, II, 4], c. I, 1. 37-39, don de 350 dr. des Naucratites, apporté par Pythagoras ; ibid., loc. cit., c. III, 1. 21-26, dons de deux Naukratitai, Eutélès et Tyris (363) ; fragment de décret delphien conférant la proxénie et divers honneurs à des Naucratites, FD, III. 1, 419, lettres du ive s. (les noms sont perdus). 4) Décret d’Ios (voir infra l’analyse des problèmes posés par ce texte). Les Naucratites portaient donc des noms grecs, pour le plus grand nombre d’entre eux, même s'ils pouvaient aussi porter des noms égyptiens (cf. Amasis, mais, à Naucratis tout particulièrement, il n'est pas étonnant de voir ce nom porté, selon toute vraisemblance, par un Grec ; cf. déjà le potier du même nom à Athènes dont l’activité paraît se situer entre 555 et 525, sur lequel voir la discussion et les références de Salmon 1965, 70, n. 1).

154 1) Délos : décret de proxénie pour Dionysios Potamônos IG, XI.4, 561 ; début du iiie s. ; sur le personnage, voir aussi OGIS, 724). 2) Didymes : liste d'offrandes, dont une due à deux Naucratites, Anaxithemis Anaxithem(ios) et ( ?An)drotelous (Didyma, II. 452, 1. 9-13, avec le commentaire de Rehm), et idem, mention de Naucratites (ibid., 457, 1. 10 ; les noms sont perdus). 3) Delphes : mention du flûtiste Klytios Mendaiou, Naukratitès (catalogue des Sôtéria, Syll.3, 424, 1. 65, a. 268) ; décret honorifique pour le Naucratite Philoxenos Men(d ?)iônos (FD, III.1, 114, a. 254). Pour ce qui est de cette prosopographie des Naucratites à l’étranger, il s’agit plutôt d’un sondage un peu approfondi que d’une enquête systématique. Il élargit tout de même sensiblement les listes précédentes. Les documents du début de l’époque hellénistique montrent en tout cas que Naucratis, à cette époque, n’est pas encore totalement éclipsée par Alexandrie dans le monde grec. Néanmoins, il semble que, de plus en plus, la ville joue seulement un rôle de relais pour le commerce fluvial intérieur à l'Égypte (aux témoignages papyrologiques rassemblés par Bernand 1970, 604-609, ajouter aussi maintenant Pestman 1980, no 76).

155 Austin 1970, 29.

156 Perdrizet & Lefebvre 1919, no 614 et 536 respectivement.

157 Inscription déjà citée supra, n. 153. Le don de 350 drachmes est le fait des Naukratitai ex Aigyptou (c. I, 1. 37).

158 Lenormant 1867, 295, no 295, 1. 1. La restitution de Lenormant correspond parfaitement au nombre de lettres manquantes, tant en milieu qu’en fin de ligne (même remarque sur ce dernier point pour le reste du décret). Au vu de la copie majuscule, il est plus que probable qu’il s'agit d’une inscription du ive s. (cf. la forme des sigma en particulier).

159 On doit noter aussi que Platon, Phèdre, 274c, parle de Naukratis tès Aigyptou, mais il s'agit là peut-être seulement d'une précision destinée à bien situer en Égypte le mythe de Teuth, car ce n’est pas de Naucratis qu'il est question à proprement parler. Il se peut aussi néanmoins que cette formulation vienne tout naturellement sous la plume de Platon, parce que la dénomination ordinaire de Naucratis appelait cette précision. On verra les remarques de Fraser 1972, 107 sq., sur les différents formulaires utilisés pour désigner Alexandrie à l'époque hellénistique, et la difficulté de savoir si cela correspond à un changement de statut de la cité.

160 Cf. contra Austin 1970, 29, qui cite pourtant Head, in Petrie 1886, 65-67 (cf. Head 1886, 10-11, et Head 1911, 845 : deux ou trois exemplaires de ce monnayage de bronze ont été trouvées au cours des fouilles ; datation : c. 323-305 pour Head).

161 Bernand 1970, 755-756, no 20, et pl. 39, n 1-2 : Κλεαίνετος Ἀριστοθέμιος, | Μαιάνδριος Στρατονιδέω | τὴμ παλαίστρην ἀνέθηκαν | Ἀπόλλωνι. La forme des lettres est identique à celle de la dédicace d'Ampeliôn Sôsikratous à Zeus Thébain (Bernand 1970, 748, n. 12, cf. déjà supra, n. 143), au point que l'inscription paraît avoir été gravée par la même main (voir la forme des rhô en particulier). Elle date donc elle aussi du ive s. Le dialecte ionien employé dans les inscriptions du ive s. émanant des Grecs de Naucratis et la koinè dans celles d’époque hellénistique de la cité de Naucratis laissent penser que c’est l’élément ionien qui l’avait emporté dans le “melting pot” culturel formé par la communauté grecque de la ville. On pourra comparer avec une fondation coloniale comme Himère (The. 6.5), où se mêlent des Chalcidiens (donc Ioniens) majoritaires, et des Syracusains (Doriens) : la langue devient un mélange de chalcidien et de dorien, mais, sur le plan institutionnel, c’est l’élément chalcidien qui l'emporte. A Naucratis, il est vraisemblable que, numériquement, l'élément ionien l'emportait sur l’élément dorien, d'où, sur le plan linguistique, la domination du dialecte ionien. Sur le rôle de la palestre dans la culture hellénique, voir Delorme 1960, 459-480, et sur Naucratis, 90 et 339, n. 13, en particulier. On notera aussi l'aspect ionien d'un culte comme celui d’Apollon Kômaios (Athénée 4 149d, sur lequel précisément voir Robert 1934, 28-29 = OMS. 11. 974-975). C’est le même aspect ionien qu'on retrouve dans l'institution des timouques, qui apparaît dans le passage d'Athénée traitant de certains cultes naucratites (4 149d-f). Sur ce point, voir l’ouvrage de Gottlieb 1967, et part. 28-30 sur Naucratis (et le compte-rendu de Robert 1971, 38-41). Tout le problème est de savoir si les cultes et institutions mentionnés par Athénée remontent bien aux premiers temps de la ville grecque de Naucratis, ou s'ils sont une création plus tardive. Les cultes d'Hestia protectrice du prytanée, d'Apollon Pythien (cf. supra n. 153 et 154 sur les Naucratites à Delphes, et déjà auparavant Hdt. 2.180. sur la contribution des Grecs d’Égypte à la reconstruction du temple de Delphes au vie s.), Dionysos, celui d’Apollon Kômaios aussi, de même que la mention de prêtre de ces divinités, d'un héraut sacré (hiérokèrux) et de hiéropes, évoquent le paysage culturel d'une cité ordinaire. Il en est de même de la mention de timouques (un collège de magistrats ici manifestement) et d'un prytanée (voir aussi Bernand 1970, 773 sq. sur les institutions de Naucratis). Mais tout cela existait-il vraiment aux origines de la ville ? G. Gottlieb l'admet (1967, 29), mais sa vision de Naucratis archaïque et classique, inspirée de C. Roebuck, est erronée, et confond en particulier résidents et passagers. Certes, il nous parait hautement probable que la communauté des résidents grecs de Naucratis possédait ses formes d’organisation interne, tant administratives que culturelles, dès avant l’époque hellénistique. Peut-être une institution comme celle des timouques est-elle effectivement ancienne : mais, comme le montre le parallèle avec les Grecs de Memphis, qui eux aussi possédaient leurs timouques à l’époque hellénistique (voir Gottlieb 1967, 30-31, n. 65), il ne saurait être question, pour Naucratis, de tirer de l'existence de cette institution celle d'un État-cité avant l'époque hellénistique. C'est vraisemblablement avec l’arrivée d’Alexandre et la disparition, à cette date de toute façon, de l'ancienne différenciation entre résidents et passagers, qu’à dû se mettre en place, en partie en réutilisant des éléments de l’ancienne organisation interne de la communauté, le nouveau système calqué sur celui d’une cité grecque ordinaire (voir aussi supra, § 1.2, sur la mise en place probable, à cette date, de la loi interdisant l'epigamia). Le paradoxe, apparent du moins, c'est que c'est justement au moment où Naucratis perd son rôle international qu'elle devient juridiquement une cité, même si cette souveraineté devait être bien limitée sans doute au fond. On ne doit au reste pas considérer que la mention d'un prostatès dans une dédicace à la nourrice de Ptolémée XII Néos Dionysos Aulète (Bernand 1970, 753, no 18, 58 a.C.) révèle une quelconque survivance des prostatai du système d’Amasis. Notons d'abord qu’il n’est pas sûr que la pierre provienne bien de Naucratis. A. Bernand admet cette provenance, mais pense qu'il s'agit là sans doute d'une dédicace faite par une association présidée par un prostates. De toute façon, on trouve aussi mention d'un prostatès dans des inscriptions de Crocodilopolis et du Fayoum, d'Alexandrie et de Memphis (voir Breccia 1911, index s. v.). Il n'y a donc là rien de spécifique à Naucratis.

162 Sur la situation intérieure de l'Égypte au ive s. (conflits entre princes rivaux, changements de dynasties et rôle des Grecs), cf. Kienitz 1953. 76 sq. Une affirmation de G. Glotz nous a plongé dans la perplexité et obligé à de longues recherches. Il signale en effet qu'Aristote avait composé une constitution de Naucratis, “synthèse des principes doriens et ioniens” (Glotz 1925, 206, sans référence). Ce témoignage aurait eu évidemment une très grande valeur pour notre recherche. Mais G. Glotz s’inspirait sans aucun doute possible de Mallet 1893, 357, qui écrivait en fait : “Il est probable que, si un heureux hasard nous rendait le traité d’Aristote sur la constitution de Naucratis, on y reconnaîtrait une sorte de compromis entre les institutions des Ioniens et celles des Doriens.” Nous n'avons pu retrouver nulle part un témoignage attestant qu'Aristote avait écrit une constitution de Naucratis, et aucun autre auteur moderne ne fait davantage mention de ce fait ce qui n'interdit pas qu'Aristote ait pu s'intéresser au statut des Grecs d'Égypte, mais on est là dans le domaine de la pure supposition.

163 Pour Al Mina, nous renvoyons seulement à la synthèse de Boardman 1967, 62 sq. (bibliographie p. 125) ; voir ibid., 70 sq. le rôle de plus en plus grand des Grecs de l'Est à partir du viie s. [mais cf. aussi maintenant Perreault 1993], Sur Ras El Bassit. outre les différents rapports publiés dans les Annales archéologiques arabes syriennes par P. Courbin, voir Courbin 1974, 174-178, et Courbin 1978,48-62. Par opposition à Tell Soukas, l'absence de sanctuaire à Ras El Bassit paraît correspondre à l’absence de témoignages prouvant que les Grecs aient pu résider durablement (cf. supra § 1.3 sur le rôle des sanctuaires ; pour Tell Soukas, voir déjà supra n. 34, et Gravisca, ibid., et n. 106). On verra également les diverses contributions (y compris sur Ras El Bassit et Gravisca) du riche volume déjà cité (Centre Jean Bérard 1978), avec l’introduction de G. Vallet. La fin du viie et le début du vie s. semblent avoir été une période de dynamisme tout particulier pour les Grecs de l'Est. C'est par exemple l’époque de la fondation de Marseille, de celle de l’établissement de Gravisca, de celle d’Histria et Bérézan en mer Noire (cf. Alexandrescu 1978), et, bien entendu, c'est aussi l'époque de l'arrivée des Grecs à Naucratis.

164 Voir Torelli 1971, n. 34, et Torelli 1978b, 214, où Fauteur esquisse un rapprochement entre les plans des sanctuaires d'Aphrodite de Gravisca et de Naucratis.

165 Sanctuaire des Juifs d’Éléphantine, antérieur à la conquête perse, cf. Grelot 1972 supra n. 39, no 102, p. 409, dans la supplique au gouverneur de Judée après le sac du temple : “Or (c'est) depuis les jours des rois d'Egypte (que) nos pères avaient construit ce sanctuaire à Éléphantine-la forteresse : et lorsque Cambyse entra en Égypte, il trouva ce sanctuaire construit” (les italiques correspondent à des restitutions ; la suite du texte montre bien que le sens ne peut être différent). A Memphis, sanctuaire d'Aphrodite Étrangère (= Aštart. notre Astarté), dans le quartier phénicien dit “camp des Tyriens” Hdt. 2.1 12. A Syène, sanctuaires des divinités syro-phéniciennes Banit, Nabû, Bêt el et la Reine du Ciel (‘Anat plutôt qu'’ Aštrat, selon Grelot, n. c., p. 145-146), cf. Grelot 1972, 148-167 et 334-336, et Horn 1969, 37-42. Ils sont eux aussi manifestement antérieurs à la domination perse (cf. Jérémie, 44. 15-19). S. H. Horn souligne la tolérance manifestée par l’Égypte pour l’installation de sanctuaires étrangers, et cela depuis le Nouvel Empire.

166 Voir Kienitz 1953, 50. Sources égyptiennes : stèles de Piankhi - ce roi refuse d’admettre dans sa maison des princes libyens, car ils sont impurs et mangent du poisson. Sources juives : Genèse, 43.32 - les Égyptiens ne peuvent pas manger avec les Hébreux, ce serait pour eux une abomination. Sources grecques : Hérodote principalement (2.39 : les Égyptiens donnent aux marchands grecs, s’il s'en trouve dans la région, la tête préalablement chargée de malédictions des victimes sacrificielles ; 2.41 : refus des ustensiles grecs ; 2.91 : refus des coutumes grecques et des coutumes étrangères en général).

167 Hostilités contre les Grecs à la fin du règne d'Apriès, voir Hdt. 2.163 et 169. Sac du temple d’Éléphantine, voir Grelot 1972, 398-406.

168 Hdt. 1.167.

169 Voir la comparaison esquissée dans notre Mythe et contradiction, p. 100-102.

170 Sur le “port of trade”, voir Polanyi et al. [1975], avec la contribution de R. E. Revere ([1975], part. 82-85) et Polanyi 1963, 30-45 (cf. brièvement Austin & Vidal-Naquct 1972, 85). Cela ne veut pas dire que nous adhérions à l'idée polanyienne selon laquelle, dans le “port of trade”, les considérations “administratives” prévalent sur les conditions “économiques”, car elle a comme présupposé l'absence de logique économique en dehors du système du marché. A titre de comparaison, on verra, pour un milieu très différent de l'Égypte, la discussion relative au statut d'Emporion dans Lepore 1970, 35-36 sur ce point, et avec un point de vue autre, Clavel-Lévêque 1977, 83 et n. 48.

171 Austin 1970, 31 et n. 2-3, admet quelques activités artisanales, et, pour le ive s., à cause de Démosthène, C. Timocratès, 11. une activité commerciale, mais considère que les occupations des “citoyens” restent inconnues. Dans Austin & Vidal-Naquet 1972, 85 et 258. cette réserve fait place à une certitude : les “citoyens” de Naucratis s’abstenaient de toute activité commerciale.

172 Cf. infra sur ce point.

173 Il ne semble pas que la Syro-Phénicie soit restée sous le contrôle de l’Égypte après le règne d’Apriès (cf. l’intervention de Nabuchodonosor en Égypte en 568), voir Mallet 1893, 118 sq.. et 126. Sur le rôle d’intermédiaires des Phéniciens avec l'arrière-pays syro-babylonien, voir l’étude de Oppenheim 1967. 236-254. Deux documents d'Uruk, datés précisément de 551 et 550 a.C., montrent, entre autres, l’importation en Babylonie de quantités importantes de cuivre et de fer de “Yamana” (le cuivre vient peut-être de Chypre ou, comme le fer, de beaucoup plus loin, transporté jusqu’en Phénicie par des marchands ioniens). Nabuchodonosor Il avait donc toutes les raisons de mettre la main sur Tyr en 574. On note aussi l'importation d’alun égyptien (cf. ibid., p. 243, pour une série d'autres références à l’alun égyptien dans des textes néo-babyloniens) : on songera bien sûr à Hérodote (2.180), et au cadeau fait par Antasis de mille talents d’alun pour la reconstruction du temple de Delphes. Sans parler du don d’Amasis, il est vraisemblable que l’alun faisait aussi l'objet d'un commerce d’exportation vers la Grèce. Sur le commerce avec la Babylonie, voir aussi Garelli & Nikiprowetzki 1974, 283 sq.

174 Nous utilisons la traduction de Lefebvre 1949, 204-220. Selon G. Lefebvre, si le manuscrit date de 950 a.C. environ, le récit “semble être la copie d'un original composé soit du vivant même d'Ounamon, soit peu de temps après sa mort, et inspiré directement d'un rapport officiel qu’Ounamon avait pu rédiger au retour de son voyage au Liban” (p. 204). Pour les négociations avec le prince de Byblos, voir 1, 1. 35 - 2.1. 40 env.

175 Cf. déjà les liens entre Psammétique Ier et Gygès, selon Radet 1893, 177-180. Alliance entre Amasis et Crésus, Hdt. 1.77.

176 Voir la stèle de Nectanébo (citée supra, n. 18), § 10.

177 Pour les produits exportés d'Égypte, voir Salmon 1965, 28-35. On comparera avec les produits qui servent à payer le bois du Liban dans les Mésaventures d'Ounamon (2, 1. 40 sq.) : “Smendès et Tentamon envoyèrent : quatre cruches et un vase-kakment en or, cinq cruches en argent, dix pièces d’étoffe en lin royal, dix paquets de bon lin de Haute Egypte, cinq cents (rouleaux de) papyrus de qualité supérieure, cinq cents peaux de bœufs, cinq cents cables, vingt sacs de lentilles, trente couffes de poisson. Et elle (Tentamon) m’envoya (en outre) : cinq pièces en bon lin de Haute Egypte, cinq paquets de bon lin de Haute Égypte, un sac de lentilles, cinq couffes de poisson”.

178 Cf. déjà Andreades 1929, 15 sur ce point, à la suite de B. A. Van Groningen. Sur les manœuvres de Cléomène, voir Van Groningen 1933, 183 sq. Bibliographie récente sur Cléomène dans Goukowski 1978, 261, n. 84 [voir maintenant Le Rider 1997].

179 Trouvailles de scarabées de Naucratis dans le monde grec (ils étaient donc destinés à être vendus à l'extérieur) : von Bissing 1949, 1-2, Forschungen zur Geschichte und Kulturellen Bedeutrung der griechischen Kolonie Naukratis in Aegypten. Autres références dans Austin 1970, 31, n. 2. Si l'on en juge par l’intérêt porté aux productions de Naucratis par la stèle de Nectanébo, l'artisanat ne devait pas y être négligeable. Pour les scarabées égyptiens, dont une partie sans doute provient de Naucratis, trouvés dans la péninsule ibérique, cf. Gamer-Wallert 1978, 232-236.

180 Il est sûr que l'Égypte possédait une flotte de guerre. Elle est attestée sous Néchao (Hdt. 2.159). Sous Apriès, la flotte égyptienne livre bataille aux Tyriens (Hdt. 2.161), et aux Chypriotes (Diod. 1.68), qu'Amasis parvient à soumettre (Hdt. 2.182). Mais les navires, fabriqués nécessairement avec du bois importé, devaient être de construction phénicienne ou grecque : les trières de Néchao étaient exclusivement phéniciennes pour Basch 1977, 1-10, cf. en part, l’utilisation par Néchao de marins phéniciens pour le périple de l'Afrique. Hdt. 4.42 ; l'auteur a raison de repousser l'idée de l'importation de trières de Corinthe (ou de Samos), mais pourquoi ces navires n’auraient-ils pas été aussi fabriqués par des Grecs en Égypte même ? – cf. les cales de navires dans le camp mercenaire grec de Stratopéda, Hdt. 2.154. De même devaient être phéniciens et grecs la plus grande partie des équipages, mais peut-être pas la totalité (cf. la mixité des forces terrestres où se côtoient mercenaires et Égyptiens). Alors que l’Égypte est soumise aux Perses, elle fournit à la flotte de Xerxès deux cents navires, avec des équipages (ou du moins des soldats embarqués) indigènes, selon Hdt. 7.89. Sur la flotte égyptienne, voir également, pour des époques plus anciennes, Casson 1971, 16-22 et 35-37.

181 Tod2, 189, 1. 42-45. Cf. supra, § 2.2, à Athènes, la stèle funéraire du tisserand Hermaios, IG, II2, 7967. Dans le C. Athénogénès d'Hypéride, § 3, l’adversaire du parfumeur Athénogénès (la parfumerie était déjà l'activité de son père et de son grand-père, § 19) lui reproche son origine égyptienne, réelle ou supposée : le but était d'impressionner défavorablement le tribunal. Sur la mauvaise réputation des Égyptiens, voir Knorringa 1926. 56.

182 Athénée 15 675f sq. Sur cette anecdote, cf. déjà supra, n. 19, n. 52, § 2.4 et n. 136.

183 Sur Polycharme (FGrHist 640), Jacoby, FGrHist, IIIC, p. 187 : “Hellenist. Zed ?”

184 Cf. supra, n. 19 et 52.

185 [Pour la traduction de εἰς αὔριον, Nenci 1979, 7-10, comprenait “jusqu’au lendemain”, solution contestée par Lejeune 1991, 328-329, qui comprend “le lendemain”. Sur les invitations au prytanée, cf. en dernier lieu Spitzer 1994].

186 Xén., Poroi, 2.1-7, et 3.3-4, avec en dernier lieu le commentaire de Gauthier 1976, chap. II et III. Sur IG, II2, 206, on verra déjà la remarque de Pečirka 1966, 46 : l'enklèsis seulement pour une maison (“for his own use, or for visits and business negotiations ?”) laisse supposer que le bénéficiaire n'entendait pas s'installer définitivement à Athènes.

187 Ios : IG, XII.5, 1010, décret pour le Rhodien Antisthènès, un commerçant en blé très probablement [cf. chapitre IV]. Ibid., 1011, décret pour un agoranome qui s'est dévoué personnellement pour assurer l’approvisionnement en blé de la cité.

188 Sur les raisons de cette saisie, voir déjà supra, n. 66, in fine. C'est l'interprétation de Glotz 1936, 253-254, reprise par Gauthier 1972, 221, n. 38 : c'est en effet parce que Naucratis est égyptienne, possession de Tachôs, donc ennemie du Grand Roi, auquel, à cette date, les Athéniens veulent plaire, que ce navire est saisi.

189 Cf. Basch 1977, 3 et 9-10 en part. sur le rôle de ces artisans et marchands phéniciens, depuis le Nouvel Empire jusqu'à la 26e dynastie.

190 On ne peut suivre l’interprétation de Théodoridès 1975, 87-140, et p. 104 sur ce point. L’auteur cite un fragment des Mésaventures d’Ounamon, 1, 1. 17-20, où l’on voit Ounamon se plaindre au prince de Dor (sur la situation de cette ville, voir la discussion de Lefebvre 1949, 208, n. 7 ; il est très vraisemblable cependant qu'il s'agit là de la future Dora des auteurs grecs et latins au sud du Mont Carmel, cf. M. Avi-Yonah, Encyclopaedia Judaica, s.v. “Dor”) – et non de Byblos, comme l’affirme A. Théodoridès. Il a été volé par des membres de l’équipage de son navire et souhaite obtenir justice. Le prince de Dor lui répond que cela n’aurait été possible que si le voleur avait été quelqu’un du pays, “mais le voleur qui t’a volé, il est à toi, il appartient à ton bateau”. A. Théodoridès en conclut que “comme le bateau bat pavillon syrien, il s’ensuit que les matelots sont eux aussi syriens.” Sur le fond, en fait, peu importe la nationalité du navire et de son équipage, pourvu que le voleur ne soit pas de Dor. Mais, en l’occurrence, il faut comprendre que puisque Ounamon est égyptien, les matelots, quelle que soit leur origine, dépendent de la souveraineté égyptienne.

191 Cf. Lefebvre 1949, 213, n. 34.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search