Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrare

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Ségolène Demougin

Les migrations des Africani en péninsule ibérique : quelle vérité ?

Sabine Lefebvre

Texte intégral

  • 1 Cf. en particulier un œuf d’autruche capsien décoré datant de 8000/5000 a.C.
  • 2 Des colons africains ont été installés par les Carthaginois ; cf. par exemple Aubet Semmler 1992 ; (...)
  • 3 García y Bellido 1959, 144 ; García y Bellido 1964, 9-16.
  • 4 On peut signaler par exemple, des estampilles sur amphores (I. Ilici, 33 : Ex prou(incia) [Maur(eta (...)
  • 5 Cf. le dévelopement des sépultures à cupules ; cf. Julia 1965. 48 sq. (les découvertes proviennent (...)
  • 6 En particulier en ce qui concerne le culte de Dea Caelestis ; cf. ci-dessous, p. 129.
  • 7 Dans le cadre de cette étude, les Africani sont les provinciaux issus de l’Afrique proconsulaire et (...)
  • 8 Castillo 1991, 89 indique que, selon des travaux récents, “son escasos los africanos que están regi (...)
  • 9 Haley 1986, 162-170 ; Haley 1991, 44 : il dénombre 17 Africains connus avec sûreté, 48 si on consid (...)
  • 10 Gozalbez Cravioto 1993, 269 ; 270 ; 272.
  • 11 Cf. Burian 1961.
  • 12 Néanmoins, j’ai choisi de ne pas garder les chrétiens, comme Optata honorant l’évêque Isidore (CIL, (...)
  • 13 Balil 1961, 145 ; il faut prendre en compte les documents où “aquellas personas cuya residencia en (...)

1Les liens entre l’Afrique et de la péninsule ibérique sont anciens, même si dans les premiers temps ils étaient sporadiques, comme le prouve la présence, dans le sud de l’Espagne, d'objets fabriqués ou décorés par les populations du sud de la Tunisie et conservés au Musée archéologique de Séville1. L’installation, brève, des Carthaginois2, puis la présence romaine ont renforcé ces liens, souvent militaires à l’époque républicaine3 et, la paix rétablie, les liens économiques4 se sont considérablement développés, les contacts artistiques5, culturels et religieux6, renforcés. Or, un aspect de ces relations multiformes n’a pas souvent été envisagé dans son ensemble ; il s’agit de l’émigration des Africani7 vers les provinces péninsulaires. Souvent limitée8 dans le cadre des études récentes9, cette présence africaine est néanmoins réelle, et sans doute précoce10. Il convient donc, en rassemblant des indices variés, de mettre en lumière ces migrants, dont on retrouve des traces à tous les niveaux de la société, et dans toutes les parties de l’Empire11. Cette émigration a débouché sur une installation souvent définitive des Africani, installation que nous pouvons appréhender par le biais des mariages, de la participation à la vie politique et religieuse locale12, ou encore des sépultures13.

  • 14 C’est d’ailleurs l’un des critères retenus par Albertini 1912, 310, mais pas toujours par ses succe (...)
  • 15 Comme M. Se[l]lius L. f. Arn. Honoratus, domo Choba ex prouincia Maur[e]tania Caes(ariensi), pra[e] (...)
  • 16 Pour les soldats, je ne retiens pas ceux, pour qui une inscription funéraire hispanique ne fournit (...)
  • 17 Roldan Hervás 1974, 246 ; Palao Vicente 1998, 145-166.
  • 18 Il faut en particulier mentionner l’ala II Flauia Hispanorum ciuium Romanorum, qui, créée par Vespa (...)
  • 19 Dans ce cas, Albertini 1912, 311 est plus restrictif ; pour lui, “les épitaphes de soldats ou de vé (...)

2Cette immigration des Africani en péninsule ibérique ne concerne donc pas les agents du prince14, ou les officiers15 et soldats16, qui, d’origine africaine17, ont été en poste sur le sol ibérique18, même s’ils sont décédés au cours de leur mission. Seuls, les vétérans19 s’étant installés dans la péninsule retiendront mon attention, en particulier quand des indices témoignent de leur intégration réelle à la société hispanique.

3Il faut donc dans ce cadre, déterminer qui sont les Africani. Plusieurs indices sont à prendre en compte dans les inscriptions ; ces dernières sont peu nombreuses, peu bavardes, et les renseignements, les hypothèses que nous pouvons proposer reposent souvent sur un corpus de documents très étroit. Seuls quelques rares cas sont surs, la grande majorité des personnages mentionnés ci-dessous n’étant intégré parmi les Africani qu’à titre d’hypothèse.

REPÉRER LES AFRICANI

La mention de l’origo

  • 20 Comme le résume García Martίnez 1997, 323 : “en general, cuando un individuo menciona en su epitafi (...)

4Il existe plusieurs façons de repérer ces immigrants sur le sol hispanique ; bien entendu, la mention d’une origo, qu’elle soit provinciale ou civique, nous fournit des renseignements d’une grande précision pour la première génération – cette mention possède une double signification20, comme le montre le tableau suivant :

  • 21 Haley 1991, 44.
  • 22 La cité d’origine de ce Maurétanien n’est pas indiquée ; García y Bellido 1959, 145 propose néanmoi (...)
  • 23 Tous les tableaux sont constitués à partir du catalogue fourni en annexe ; les numéros figurant dan (...)

Note 2121
Note 2222
Tableau 1. L’origine géographique des immigrés africains23.

  • 24 J’ai choisi de ne pas retenir Afer comme origo pour le no 368. Mais les avis sont très partagés : G (...)
  • 25 Sur ce thème, cf. Thomas 1996, 61-68.
  • 26 Cf. la carte de Haley 1986, 171.

5Quatorze, et sans doute quinze Africains24 indiquent leur origo25, provinciale ou locale, par des termes d’usage classique (domo, oriundus, ex..., adjectifs géographiques). Nous pouvons ainsi mettre en évidence les grandes zones d’émigration représentées en péninsule ibérique26 :

Province de départ

Cité

Total

Africa

1

Carthage

1

Utique

2, peut-être 3 ?

Nabeul

1

Leptis Minor

1

Madaure

1

Sicca Veneria

1

dont Numidia

Cirta

2

Mauretania Caesariensis

1

Mauretania Tingitana

1

Lixus

1

Mauretania sans précision

1

Tableau 2. Les zones d’émigration.

  • 27 Lassère 1977, 630-632 indique que la Proconsulaire et la Numidie fournissent davantage d’émigrants (...)
  • 28 García y Bellido 1959, 147.
  • 29 Str. 3.1.8 : (Bélo) Ἐντεῦθεν oἱ διάπλοι μάλιστά εἰς Τίγγιν τῆς Μαυρουσίας. Cf. en particulier Galst (...)

6La place prise par l’Africa, première province organisée est majeure27, surtout si on ajoute la Numidie, qui ne devient province à part entière que sous Septime Sévère. La part des Maurétaniens est moins importante28 qu’on aurait pu le penser : en effet, il semble que depuis l’époque augustéenne et les premières fondations coloniales en Maurétanies Césarienne et Tingitane par Auguste, des liens se soient tissés de chaque côté du détroit de Gibraltar29, ce qui aurait pu conduire certains à s’établir de l’autre côté du détroit afin de consolider les liens économiques.

  • 30 No 9 ; Castillo 1991, 88-90 ; Mίrón Pérez 1996, 332, no 45 ; Delgado Delgado 1998, 216, no 172.
  • 31 Le Roux 2001, 239-248.
  • 32 Id. 2001, 242-243.
  • 33 Son cognomen n’apparaît pas ni dans Kajanto 1982, ni dans Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983 ; Mόcsy (...)
  • 34 Il s’agit de la conclusion de l’auteur des CILA, mais sans argument.
  • 35 L’onomastique du père indiquerait plutôt cette province.
  • 36 Le Roux 2001, 246-248.

7La mention d’une de ces origines est originale : Vibia Modesta se dit ori[unda] Mauretania30, ce qui a été interprété comme “étant originaire d’une des provinces de Maurétanie”. P. Le Roux31 rappelle que cet adjectif “met l’accent sur l’ascendance et n’implique pas nécessairement une coïncidence entre l’origine et le lieu de naissance”32, et il conclut, comme d’autres avant lui, que le père de Vibia Modesta, C. Vibius Libo33 serait un incola venu de Maurétanie. Se pose alors le problème de savoir si Mauretania désigne une des deux provinces, Tingitana34 ou Caesariensis35, ou le territoire des Mauri, selon la proposition de P. Le Roux36.

  • 37 Haley 1991, 50.
  • 38 Je n’ai pas gardé pour cette étude une inscription qui pose d’énormes difficultés d’interprétation  (...)
  • 39 Sur cette ville, on peut consulter Aounallah 2001.
  • 40 Sur l’histoire de cette cité, cf. Lixus, Coll. EFR 166, Rome, 1992.
  • 41 No 170.
  • 42 Cf. ci-dessus, p. 103.
  • 43 No 404
  • 44 Cf. Carte 2. L’origine géographique des Africani.
  • 45 No 358
  • 46 No 203.
  • 47 No 367.
  • 48 No 205.

8Ce sont surtout les villes de départ qui retiennent l’attention ; en effet, plusieurs sont des ports37, comme Carthage, Utique38, Leptis Minus, Neapolis39, Lixus40. Il est compréhensible que des négociants qui en sont originaires, émigrent dans d’autres régions du monde afin de développer leur commerce. Ainsi L. Firmidius Peregrinus41, originaire d’Utique, est allé s’installer à Myrtillis42, zone économique importante de Lusitanie. Quant à Q. Cornelius Secundus43, de Carthage, il a fait prospérer sa famille à Barcino, autre port méditérranéen. Cette influence portuaire est bien visible lorsqu’on cartographie le phénomène44. Seules trois villes de l’intérieur sont des lieux d’émigration, Sicca Veneria, Madauros et Cirta en Numidie. Pour C. Caecilius Quartus45, de Sicca Veneria, le départ est lié à son engagement dans l’armée, tout comme pour Licinius Setianus, de Cirta46, ce qui met ces deux personnages à part ; il est plus difficile de savoir pourquoi Aufidia Prima47 quitte Cirta, même si on peut mettre l’installation en Hispania sur le compte d’un mariage, ainsi que la raison du départ d’Antonius Saturninus48.

  • 49 No 170 ; García y Bellido 1959, 146-147 ; Stanley 1990, 74 ; Haley 1991, 24 ; 44 ; d’Encarnaçaõ 200 (...)
  • 50 Albertini 1912, 303, no 34 ; Lassère 1977, 628.
  • 51 IRCP, 105 Myrtillis.
  • 52 No 172 ; Haley 1991, 44.

9Quelques remarques complémentaires peuvent être faites : provenant d’Utique, L. Firmidius Peregrinus49 porte un cognomen que l’on peut rattacher à l’Afrique50. On connaît la cupa funéraire de sa fille Cogitata, morte à 5 ans51, et l’épitaphe de sa femme Caecilia Mustia52 à Serpa. Cette dernière est également originaire d’Utique, et la double localisation des sépultures tendrait à montrer que ces deux immigrés ne se sont unis qu’après leur installation respective en Lusitanie. La communauté “africaine” aurait ici joué son rôle en mettant en contact deux Vticenses.

  • 53 No 203 ; García y Bellido 1959, 147 ; Blázquez 1969, 481 ; Lassère 1977, 628. Selon Haley 1991, 44, (...)
  • 54 No 367 ; Albertini 1912, 303, no 38 ; Balil 1954b, 268 ; García y Bellido 1959, 145 ; Blázquez 1969 (...)
  • 55 No 358 ; Balil 1954b, 269 ; García y Bellido 1959, 144-145 ; Blázquez 1969, 480 ; Roldán Hervás 197 (...)
  • 56 Le Roux 1982, 204, no 116.
  • 57 Cependant, il faut rester prudent quant à l’origine de ce cognomen, car plusieurs membres de l’ordr (...)

10Licinius Setianus53, père de Licinius Lupidi[...] et de [Li]cinia Settiana est un soldat originaire de Cirta, en Numidie, mais devenu vétéran, il s’est installé à Augusta Emerita. Son enrôlement pourrait avoir eu lieu lors du séjour de la legio VIIa Gemina en Numidie au iie siècle. Une autre Cirtéenne, Aufidia Prima54 a choisi de s’installer à Tarraco, avec Florentinus, sans doute son conjoint. L’enrôlement lors de la campagne de la legio VIIa Gemina en Afrique peut également concerner C. Caecilius Quartus, oriundus Siccae Veneriae55, quoique la date de l’inscription permet de proposer un recrutement plus précoce56 ; la gens Sempronia dont est issue son épouse est sans doute originaire de Tarraco, mais Sempronia Fabiana porterait peut-être un surnom d’origine africaine57.

L’étude onomastique

  • 58 Kajanto 1982, 205-208.
  • 59 Par “origine”, j'entends que le possesseur d’une telle onomastique n’est pas forcément né dans les (...)
  • 60 Kajanto 1982, 18 donne une liste de surnoms “particularly frequent in some geographical area... dif (...)

11Mais l’origine géographique des immigrants peut être également connue par un cognomen58, rappelant la province ou la zone géographique d’origine59, comme Afer, Maurus ou Numida et leurs dérivés. J’ai sélectionné un certain nombre de cognomina dont on suppose l’origine africaine, ou qui semblent être particulièrement apprécié par les Africani60. Néanmoins, comme toute étude onomastique, les résultats sont à prendre en considération avec une très grande prudence, comme nous le montrent un certain nombre d’exemples ; en effet, les données onomastiques sont trop souvent incertaines, imprécises et il faut de façon constante les remettre en cause. Il ne faut pas oublier d’autre part, que l’attribution des noms a connu, comme aujourd’hui, des phénomènes de mode, dont nous ignorons toute l’ampleur. Malgré toutes ces précautions, il a paru néanmoins utile de d’étudier quelques cognomina.

Les dérivés d’ethniques

Afer et ses dérivés

  • 61 Kajanto 1982, 205 ; Mόcsy 1983, 8 : 15 en Hispania ; en Tunisie : Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983 (...)
  • 62 Guichard & Lefebvre 1992, 169-173, carte 174 ; Aguilar Sáenz et al. 1994, 127-128 ; Abascal Palazón (...)
  • 63 No 2 ; 7 ; 26 ; 32 ; 48 ; 58 ; 62 ; 83 ; 93 ; 148 ; 163.
  • 64 No 177 ; 183 ; 190 ; 201 ; 234 ; 237 ; 238 ; 256. Je n’ai pas retenu un document lusitanien dont la (...)
  • 65 No 262 ; 263 ; 299 ; 308 ; 313 ; 368 ; 374 ; 389.

12Les attestations de Afer/Afra61 sont fort nombreuses dans l’Empire – ce qui est sans nul doute un indice pour sa faible relation avec l’Africa, ainsi que dans les trois provinces hispaniques62 :
11 en B étique63
8 en Lusitanie64
8 en Tarraconaise65.

  • 66 No 26 ; PIR2, M, 523. Cf. Castillo 1965, 129-130, no 244 ; Castillo 1982, 510, no 76. Les Messii Ru (...)
  • 67 No 48 ; Castillo 1982, 516.
  • 68 No 62 ; Lomas Salmonte & Sáez Fernández 1981 ; Raepsaet-Charlier 1987, 302-303, no 344.
  • 69 Q. Valerius Vegetus, comme son père, épouse un membre de l'aristocratie de Bétique, Etrilia Afra, o (...)
  • 70 No 7 ; Castillo 1982, 488-489, no 4.
  • 71 No 58.
  • 72 No 148 ; 201. Il pourrait s’agir du même personnage. Cf. Étienne 1958, 201 ; 203 ; Castillo 1965, 3 (...)
  • 73 No 93 ; Mangas Manjarrés 1971, 179.
  • 74 No 32.
  • 75 Parmi les polyonymes portés par les Messii Rustici figurent Aemilius Afer ; cf. PIR2, M, 523. Acili (...)
  • 76 No 368 ; García y Bellido 1959, 145 ; Blázquez 1969, 481 ; Lassère 1977, 629 ; Haley 1991, 47. On r (...)
  • 77 Cf. ci-dessous.
  • 78 No 83.
  • 79 No 308.
  • 80 No 313.

13Tous les milieux sociaux sont concernés, puisque l’on trouve des membres de famille sénatoriale, comme [M. Messius Rusticus Aemilius Afer Cutius Romulus Pri]scianus [Arrius] Proculus66, [Xuir s]tlitibus [iu]dicandis ou Etrilius Afer67 et sa fille Etrilia Afra68, épouse du consul Q. Valerius Vegetus69, ou encore Aelius Hadrianus Afer70, père de l’empereur Hadrien. On peut également mentionner le groupe des notables municipaux représentés par exemple par Cn. Pompeius Afer71, aedilis puis IIuir, P. Attenius Afer72, flamen Augusti et patronus d’Epora, peut-être d’ascendance africaine, Lucretia Afra73, propriétaire de Dorus, et surtout M. Aemilius Afer Acilianus74, qui est allié par son père aux Messii Rustici75. Mais on trouve également des affranchis comme Claudius Felicissimus Afer76, co-affranchi de Claudius Saturninus77, ou des proches de ce milieu comme Afra78, honorée par l’affranchi Turpio, ou encore Afra79, mentionnée dans l’inscription, très lacunaire, de Phoenix. Afra80 de Santo Tomé pourrait être placée dans ce groupe selon J. González Fernández.

  • 81 Kajanto 1982, 205 : CIL, I2, 1914 = IX, 5253 Asculum Picenum, par exemple.
  • 82 On constate, qu’en Hispanie, Afer se trouve généralement employé dans le milieu des élites ; cf. Gu (...)
  • 83 C. Passerius Afer à Vienne dans la première moitié du ier siècle p.C. (CIL, XII, 1872 ; 2566) ; Sec (...)
  • 84 Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 23 et 75 : 1 attestation.
  • 85 J. Gonzalez Fernandez (CILA, I, p. 101) estime que “indica procedencia geográfica”, tout en indican (...)
  • 86 No 7 ; cf. note 67.
  • 87 No 177.
  • 88 IRCP, p. 475.
  • 89 No 183.
  • 90 No 237.
  • 91 Blázquez 1962, 84.

14Mais ce surnom est à manier avec précaution ; en effet, présent dès l’époque républicaine81 dans les milieux sénatoriaux82, on le trouve principalement utilisé en Hispanie et dans les Gaules et Germanies83 – il apparaît en effet fort peu dans les provinces africaines84 Il indique sans doute assez rarement une origine géographique85, d’autant plus qu’avec le temps, les cognomina de type géographique perdent leur lien avec le rappel de la patria. Ainsi, quelques cas montrent qu’il est utilisé en dehors de tout contexte africain : le sénateur Aelius Hadrianus Afer86 vient d’une famille originaire d’Italie – plus précisément d’Hadria, installée à l’époque républicaine à Italica, et Iulia Afra87 pourrait être une indigène romanisée88, tout comme Afra89, épouse de Vetio. L’origine locale de la famille d’Afer Turolus90, fils d’Albinus et adorateur du dieu Reuueanabaraecus91 ne fait elle aucun doute.

  • 92 No 262 et 263 sur des uascula ; 299 sur céramique ; 389 sur un vase.
  • 93 No 262 ; 263.
  • 94 No 299.

15De plus, Afer apparaît à plusieurs reprises dans un contexte artisanal, comme marque de potier92. Il est alors difficile de savoir si l’atelier de fabrication est local, ou si l’objet est une importation. Si une présence double à Citania93 pourrait nous conduire à penser qu’Afer est un fabricant local, la présence de la même marque à Madrid94 remet en cause cette hypothèse. Quant à savoir s’il est d’origine africaine, cela est beaucoup plus hypothétique.

  • 95 Cf. Carte 3. Localisation de Afer/Africanus.
  • 96 Guichard & Lefebvre 1992, 172 et carte no 2 ; Aguilar Sáenz et al. 1994, 127-128 et fig. 8

16La répartition de ce surnom ne permet pas d’interprétation particulière ; en effet, les principales localisations95 se trouvent au sud du Guadalquivir et entre le Guadiana et le Tage96 et ne peuvent être mises en relation avec des phénomènes migratoires comme un port, un fleuve... En Tarraconaise, la dispersion importante de ce cognomen ne permet pas de mettre en évidence une localisation privilégiée ; seule Tarraco, avec trois attestations, son rôle de capitale et sa situation portuaire, pourrait attirer l’attention.

  • 97 N’a pas été retenu Lucilius Africanus, proconsul de Bétique (AE, 1984, 511 = HEp, 4, 1994 = CILA, I (...)
  • 98 Kajanto 1982, 49 ; 205 : 54 sur 121 attestations sont africaines (on peut noter que Ben Abdallah & (...)
  • 99 No 10 ; 11 ; 27 ; 150.
  • 100 No 190a ; 230.
  • 101 No 274 et 275 pour le même personnage ; 277 ; 311 ; 326 ; 338 ?.

17Africanas/a97 est le second surnom que l’on peut étudier ; on comprend aisément pourquoi il est rattaché à l’Afrique, d’autant plus qu’une grande partie des attestations provient de ces provinces98. Moins présent que Afer, il est néanmoins recensé dans 11 témoignages :
4 en Bétique99
2 en Lusitanie100
5 en Tarraconaise101.

  • 102 No 10.
  • 103 ERIT, p. 265-272 tenant compte des éléments africanisants des reliefs de l’autel et du cognomen de (...)
  • 104 No 230 ; Saquete 1997, 146 ; 174, no 28.
  • 105 No 274 et 275.
  • 106 PME. II S, p. 765-766.
  • 107 No 311.
  • 108 No 190a.
  • 109 No 277.
  • 110 No 11. Le gentilice de ce personnage a été lu de diverses manières : S[ent]ius ou S[uil]lius pour l (...)
  • 111 No 150 ; cf. García Martίnez 1997, 330. Cornelius Africanus offre avec Cornelius Restitutus, sans d (...)
  • 112 No 326.
  • 113 Haley 1991, 48 : Statilius serait africain.
  • 114 Broughton 1952, 380 ; 396 ; 403 ; 622. Il n’est en aucun cas à rattacher aux provinces africaines, (...)

18Là encore les milieux sociaux où l’on trouve cette appellation sont variés. Iunia Africana102 est l’épouse d’un évergète d’Italica, M. Cocceius Iulianus ; le décor, très riche, de l’autel offert par le couple comporte de nombreuses connotations africaines103. L. A[...] Afric[anus]104 est augustalis. C. Sulpicius Africanus105 est un citoyen romain du Nord-ouest de la péninsule entré en relation avec un officier peut-être équestre, C. Sulpicius Vrsulus106, tout comme C. Granius Africanus107. Africanus108 est lui un pérégrin époux d’une pérégrine, Saturnia. L’onomastique de Caerrius Africanus109, père d’Annius Atreus ne nous permet que d’imaginer que ce dernier est un enfant naturel Si d’autres indices renforcent l’idée d’une origine africaine pour certains Africani, comme G. Se[l]lius Africanus110 ou encore Cornelius Africanus111, flamen, qui honorent Dea Calestis, il faut là encore être prudent avec les indices purement onomastiques : P. Statilius Africanus112 serait africain car Statilius aurait cette origine113 ; mais T. Statilius Taurus114, consul en 37 a.C., et acclamé imperator en 36, puis en 34 et en 26, fut légat de l’Hispania citerior entre 30 et 29. Il devint d’ailleurs patron d’Ilici, et c’est sans doute lors de ces divers contacts avec la péninsule ibérique que son nomen a été diffusé.

  • 115 Kajanto 1982, 205.
  • 116 No 230.
  • 117 Parmi les huit Augustales recensés par Saquete 1997, 145-146 et les VIuiri (Saquete 1997, 173-174), (...)
  • 118 Blázquez 1962, 214.
  • 119 No 277.
  • 120 Blázquez 1962, 67 ; 375.
  • 121 Pour I. Palencia, le dédicant est de “procedencia africana”.

19En effet, titre de victoire de généraux de l’époque républicaine, comme P. Cornelius Scipio Africanus, Africanus115 est principalement attesté en Afrique. Mais certains précisent leur origo, comme L. A[] Afric[anus]116, Emeritensis ; cette précision pourrait-elle être l’indice d’une intégration civique récente pour un personnage d’origine africaine fier de sa nouvelle patrie ? Rien ne nous permet de le confirmer117. Enfin, il faut signaler que G. Sulpicius Africanus honore un dieu local, Nimmedus Seddiagus118, ce qui pourrait être une indication quant à son origine locale. Cependant, le fils de Caerrus Africanus119 rend un culte aux Duillae, qui sont des déesses indigènes de la végétation120 ; il est courant que leurs dédicants soient des particuliers, des étrangers121. Il faut donc être très prudent avec les hypothèses formulées autour des pratiquants de tel ou tel culte local.

  • 122 Cf. Carte 3. Localisation de Afer/Africanus.
  • 123 No 277.

20La répartition du surnom Africanus/a est intéressante122, en particulier en Bétique, où les quatre attestations se trouvent sur les rives du Guadalquivir. Sans faire de déterminisme géographique, il est tentant de mettre en rapport cette voie d’accès à la province et l’installation de familles africaines qui dépend de la capacité d’attraction du lieu d’arrivée, d’autant plus que cette situation se reproduit en Lusitanie, sur les rives du Guadiana, et sur la côte, à Olisipo. En Tarraconaise, si on trouve également la présence d'Africanus dans la frange côtière, la présence d’une attestation à Palancia nous incite à rester prudent quant à l’origine de Caerrius Africanus123.

  • 124 No 37.
  • 125 No 287.

21On peut également mentionner Afrinus, qui n’apparaît qu’une seule fois en Bétique124, ou encore Afranus125, portés par des citoyens romains.

Maurus et ses dérivés

  • 126 Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 183 : 30 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 361.
  • 127 Benabou 1976, 309-330.
  • 128 Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 36 et 82 : 2 attestations.
  • 129 No 18 ; 23 ; 34 ; 40 ; 42 ; 53 ; 67 ; 69 ; 79 ; 85 ; 86 ; 87 ; 90 ? ; 92 ; 94 ; 99 ; 118 ? ; 138 (a (...)
  • 130 No 174 ; 180 ; 206 (avec deux personnages mentionnés) ; 209 (avec deux personnages mentionnés) ; 21 (...)
  • 131 No 307 ; 314 ; 316 ; 320 ; 324 ; 331 ; 336 ; 346 ; 373 ? ; 401.

22Indiquant une région géographique plus précise, Maurus/a126 peut être mis en relation avec les Dii Mauri127, nom collectif de divinités honorées aussi bien en Maurétanie césarienne qu’en Africa et Numidie ; néanmoins ce nom semble peu présent dans cette région128. La répartition provinciale hispanique est intéressante, avec 58 attestations, réparties comme suit :
24 en Bétique129
24 en Lusitanie130
10 en Tarraconaise131.

  • 132 No 99 (Mangas Manjarrés 1971, 174 lit le nom de deux esclaves, Maurus et Alldistus ; Haley 1991, 45 (...)
  • 133 No 53 ; 166 ; 206 ; 219 (selon ERM, la défunte est une affranchie d’origine peut-être africaine) ; (...)
  • 134 Kajanto 1982, 206 : cinq attestations dans le milieu servile.
  • 135 No 226.
  • 136 Sur le sujet, voir Crespo Ortiz de Zárate 1998 et 1999.

23Maurus est particulièrement fréquent dans les milieux serviles132 et d’affranchis133, son usage n’étant pas bien défini134. On peut en particulier mentionner Publicia Maura135, dont le père a sans doute été un esclave public136.

  • 137 Des citoyens romains sont également présents, comme no 321 ; 324 ; 331 ; 346.
  • 138 No 18 ; 40 ; 92 ; 142 ; 235 ; 245.
  • 139 Mόcsy 1983, 183 : 30 Mauri en Hispania.
  • 140 Albertos Firmat 1966, 152 : Maurus pourrait être basé sur la racine indo-européenne *mau-ro- (faibl (...)
  • 141 Albertos Fimat 1966, 152. Cf. Haley 1991, 46 pense que tous les Mauri ne sont pas d’origine africai (...)
  • 142 No 162.
  • 143 No 53.
  • 144 IRCP, p. 542.
  • 145 No 209 ; leur origine africaine, proposé par E. Hübner, est reprise par Haley 1991, 44 ; Lassère 19 (...)
  • 146 No 144.
  • 147 Elle est sûrement une émigrée ; le nom de son époux P. Cornelius Maurus laisse penser qu’il s’agit (...)

24Mais une très grande partie137 de la documentation mentionne des pérégrins à nom unique138 ; on peut se demander si l’origine africaine doit être alors évoquée. Il faut plutôt considérer que Maurus/a, utilisé comme surnom en Hispania139, indique le caractère indigène140 de la population ; sa fréquence laisse supposer qu’il peut s’agir d’un nom indigène latinisé141. D’ailleurs, certains Mauri indiquent leur origo, comme M. Seruilius Maurus142, Mellariensis, ou Maurus143, Igabrensis. Nous avons donc ici la preuve que Maurus/a ne concerne pas systématiquement des personnages originaires d’Afrique, même si selon J. d’Encarnação, la majorité des attestations de Maurus renvoient à une origine africaine, même si quelques attestations sont connues dans le milieu indigène144. On peut rattacher sans doute à ce groupe Ammonikus Maurus145 et sa fille Ammonika Maura. Certains font aussi de P. Cornelius Maurus146, sans doute époux de Lictoria Gallica147, un émigré.

  • 148 No 67 ; Mangas Manjarrés 1971, 298 ; 446 ; Delgado Delgado 1998, 134 ; 209, no 100.
  • 149 No 69
  • 150 No 401.
  • 151 L’origo du notable est soit l’oppidum d’Acuca, en Apulie, soit Aquincum (Budapest), soit Aquae Sext (...)

25On trouve néanmoins des notables parmi les porteurs de ce surnom ; ainsi L. Iunius Maurus148 est magister larum Aug., et la famille de Porcia Maura149 offre lors de son décès des jeux. De même, Antonia Maura150 est mentionnée dans l'hommage rendu à C. Domitius Maternus, ob honorent decurionatus ; ce dernier est Acucensis151.

  • 152 Kajanto 1982, 206 : 68 % des attestations recensées se trouvent en Afrique et en Hispanie ; cette d (...)
  • 153 Kajanto 1982, 206 ; il pourrait également s’agir d’un nom indigène latinisé, comme le pense Alberto (...)
  • 154 No 45 ; 113.
  • 155 No 378. mais HAEp lit Marula.

26On retrouve cette ambiance servile avec Maurulus/a152, un dérivé moins présent que Maurus – il est en effet assez rare en péninsule ibérique, seule région où il est attesté153, il apparaît néanmoins trois fois :
2 en Bétique154
1 en Tarraconaise155.

  • 156 No 45
  • 157 No 378.

27Ainsi Maurula156 est une serua, et Fabia Maurula157 est la mère de Fabia Maria, de Fabius Parilis et l’épouse de Lupus : l’onomastique familiale reflète l’origine servile des parents. La mère a été affranchie par un Fabius, qui donne ainsi son gentilice aux descendants du couple, enfants naturels qui suivent le statut de leur mère et prennent donc son gentilice.

  • 158 Mangas Manjarrés 1971, 56 le place parmi les noms occidentaux ; Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 183 (...)
  • 159 Kajanto 1982, 206 ; pour une affranchie et trois attestations chrétiennes.
  • 160 No 196 (ses parents sont affranchis ; cf. Mangas Manjarrés 1971, 331 ; 457) ; 224a (elle est l’affr (...)
  • 161 No 19 ; 61 ; 149.
  • 162 No 196 ; 224a ; 246 ; 247.
  • 163 No 280 sous la forme Maurile ; 309.

28Maurillus/a158 est attesté de façon un peu plus fréquente159 – huit fois, et serait un dérivé affectif de Maurus ; il relève également du monde des affranchis160. Sa répartition provinciale est la suivante :
3 en Bétique161
4 en Lusitanie162
1 en Tarraconaise163.

  • 164 Mauritius est attesté : Kajanto 1982, 206.
  • 165 No 280.

29La forme Maurile dérive de Maurilus164 et est utilisée pour la mère de Mauricina165.

  • 166 Un exemple à Rome, CIL, VI, 32014 ; cf. Kajanto 1966, 206 pour un document chrétien ; Solin & Salom (...)
  • 167 No 20 ; Delgado Delgado 1998, 213, no 144.

30Maurianus est un cognomen dérivé de Maurus, extrèmement rare166 : il n’est mentionné qu’une fois en Bétique, avec M. Sentius Maurianus167. Cette rareté dans l’empire même fournit un indice de l’absence de liens directs des porteurs de ce cognomen avec les provinces africaines. En effet, M. Sentius Maurianus est en fait un Hispanus, comme il l'indique dans sa dénomination : tribu Sergia, Italicensis. Il a d’ailleurs rempli de nombreuses fonctions politiques dans cette cité.

  • 168 Kajanto 1966, 206 ; Mόcsy 1983, 183 : 3 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 360.
  • 169 No 67 ; cf. note 145.
  • 170 No 189.
  • 171 No 279.

31Autre dérivé, Maurinus/a168 apparaît trois fois en péninsule ibérique :
1 en Bétique169
1 en Lusitanie170
1 en Tarraconaise171.

  • 172 No 279.

32Ce surnom ne semble pas pouvoir être mis une relation avec une origine africaine ; ainsi Pompeia Maurina172 descend de L. Pompeius Primus, Interamnicus, Interamnium étant situé dans le conuentus Bracarensis.

  • 173 No 213 ; Solin & Salomies 1988, 360 ne donne que cette référence, Mocsy 1983, 183 également.
  • 174 García y Bellido 1959, 147.

33Mauriolus/a n’est attesté qu’une seule fois dans l’empire, en Lusitanie173. Ce surnom est suffisamment rare pour que l’on puisse penser à une origine maurétanienne174 de Quinta Caecilia Mauriola, sans doute affranchie, décédée à Augusta Emérita.

  • 175 Kajanto 1982, 206 : 10 sur 18 attestations sont africaines ; Môcsy 1983, 183 : 2 en Hispania ; Soli (...)
  • 176 No 178.
  • 177 No 310.

34Enfin, Mauricus/a dont la majorité des attestations proviennent d’Afrique175 est la dernière forme rencontrée, pour deux personnages seulement :
1 en Lusitanie176
1 en Tarraconaise177.

  • 178 No 178 ; Étienne 1982, 521, n. 1 ; 525.
  • 179 Ce qui n’est pas le cas de Iunius Mauricus (PIR2, I, 771), originaire de Cisalpine (Étienne 1982, 5 (...)
  • 180 Étienne 1982, 523.
  • 181 No 310.

35Ces quelques cas montrent que les Maurici mentionnés en péninsule ibérique n’ont que peu de chances de venir des provinces africaines. Ainsi, Mauricus est un nom connu dans l’aristocratie sénatoriale ; Q. Iulius Cordus Iunius Mauricus178, sans doute adopté par le sénateur Iunius Mauricus, originaire de Lusitanie179, possède un grand domaine à São Brissos180. Quant à C. Sempronius Mauricus181, il est sans doute le co-affranchi de ses collègues sévirs augustaux avec lesquels il rend hommage à la Victoria Augusta. Son surnom évoque-t-il le lieu d’origine de cet ancien esclave ?

  • 182 Kajanto 1982, 206.
  • 183 No 280.

36Dérivant de Mauritius182 la forme Mauricina est également attestée en Tarraconaise183 : il s’agit de la fille de Maurile.

  • 184 Cf. Carte 4. Localisation de Maurus et de ses dérivés.

37On trouve les porteurs de Maurus et de ses dérivés le long des grands axes fluviaux184 – Guadalquivir, Guadiana et Tage, et sur la côte sud et orientale de la péninsule. Ces régions sont souvent développées économiquement, il n’est donc pas étonnant d’y trouver une forte concentration de population, allant parfois jusqu’à quatorze individus à Augusta Emerita.

— Numida

  • 185 Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 204 : 2 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 370.
  • 186 Kajanto 1982, 206 : 8 cas sur 20 répertoriés ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 84 : 1 attestatio (...)
  • 187 Valerius [...] Numida (no 110) est daté du ier siècle ; cf. García Martίnez 1997, 339 ; elle n’est (...)
  • 188 No 110.
  • 189 No 340 et 341 pour le même personnage ; 349.

38La zone géographique désignée par Numida185 est encore plus restreinte. Utilisé dès l’époque républicaine, dans l’onomastique sénatoriale, Numida est attesté en Afriqu186e. Le nombre des attestations en péninsule ibérique est faible – trois personnages, mais relativement précoce187 :
1 en Bétique188
2 en Tarraconaise189.

  • 190 No 349.
  • 191 Lassère 1977, 630.
  • 192 No 340 et 341 ; pour Haley 1991, 46, il n’est pas d’origine africaine
  • 193 CIL, II, 3841 ; 3842 ; 3843 ; 3844 ; 3345 ; 3846 ; 3847 ; 3848 ; 3849 ; 3850.

39Il apparaît dans le milieu affranchi, avec M. Sergius Numida190, sans doute affranchi de M. Sergius Paternus ; dans ce cas, Numida pourrait renvoyer à l’origine géographique de l’esclave191. Quant à L. Antonius Numida192, il apparaît dans un document provenant d’un temple sur les murs duquel ont été retrouvées dix inscriptions mentionnant des personnages liés par des liens de famille ou de patronage193, appartenant aux gentes Sergia et Antonia ; aussi, son origine africaine n’est pas assurée bien qu’il paraisse extérieur à la famille.

  • 194 Cf. Carte 5. Localisation de Numida, Gaetulus et Lybicus.

40Les documents ont été retrouvés aussi bien en Bétique qu’en Tarraconaise, dans des villes côtière, Saguntum et Gades194. Ces localisations, à proximité de l’Afrique, pourraient nous faire penser à des immigrants.

Gaetulus/a et ses dérivés

  • 195 Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 132 : au total, 7 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 336.
  • 196 Kajanto 1982, 206 : 35 sur 41 cas connus ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 32-33 et 80 : 8 cas c (...)
  • 197 Rodrίguez Oliva 1982/83, 245 : le cognomen Gaetulus “permite sospechar muy vehementemente que se tr (...)
  • 198 No 46. 141. 156 ; 161.
  • 199 No 185.
  • 200 No 325 ; 335 ; 352 ; 390 ?

41Les attestations de Gaetulus195 sont peu nombreuses dans l’empire, mais proviennent en très grande majorité d’Afrique196, mettant ainsi en lumière la Gétulie, sise entre la Maurétanie et la Numidie. Aussi, le petit nombre de documents espagnols tendent à prouver une origine africaine de leur porteur197 :
4 en Bétique198
1 en Lusitanie199
4 en Tarraconaise200.

  • 201 Cf. Carte 5. Localisation de Numida, Gaetulus, Lybicus.
  • 202 J’ai choisi de ne pas retenir C. Iulius Tiro Gaetulicus, honoré à Ebusus (CIL, II, 3661 = CIB, 178) (...)
  • 203 No 161.
  • 204 No 46

42La répartition201 de Gaetulus/tulicus202 peut être dans certains cas significative ; en effet, Malaca et Corduba apparaissent comme des cités où une famille immigrante peut choisir de s’installer, soit parce qu’il s’agit du port d’arrivée, soit parce la capitale provinciale exerce une forte attraction. La présence de Vibia Gaetula203 à Solia pourrait s’expliquer par un mariage. Elle pourrait ne pas être originaire de cette cité ; la situation pourrait être similaire pour Gaetula204. En dehors de la Bétique, les localisations sont toutes côtières, en particulier en Tarraconaise ; il pourrait s’agir, comme à Tarraco, à Valentía ou à Dianium, des ports d’arrivés des émigrants africains.

— Lybicus

  • 205 Mangas Manjarrés 1971, 301 ; 445 ; Mόcsy 1983, 170 avec une seule attestation ; Abascal Palazón 199 (...)
  • 206 Libya désigne souvent les rivages africains ; cf. Appien, Guerres civiles, 24.
  • 207 No 61 ; Ciccotti 1891, 73 ; Étienne 1958, 253 ; Pérez Almoguera, Prieto Arciniega 1979, 247 ; 249 ; (...)
  • 208 Cf. Carte 5. Localisation de Numida, Gaetulus, Lybicus.

43Ce surnom n’apparaît qu’une seule fois dans notre corpus, en Bétique et serait d’origine grecque205, donc ne semble pas évoquer les rivages de Tripolitaine206 ; M. Fuficius Lybicus207, installé à Astigi, au coeur du conuentus208, appartient au milieu servile.

Les noms d’“origine” africaine : quelques exemples

  • 209 Pour ne pas trop alourdir cette étude, et surtout le catalogue, j’ai choisi de ne pas prendre en co (...)
  • 210 García y Bellido 1959, 150, note 2 évoque Rufinas, Martialis, Ianuarius, Victor ou Felix, “muy abun (...)

44Mais l’indication d’une origine géographique ou ethnique n’est pas le seul élément que puisse nous fournir l’onomastique. Ainsi, un certain nombre de surnoms sont connus pour être “africains”. J’en ai choisi quelques uns209, rares ou fréquents, dans les listes fournies210, afin de voir si leur présence en péninsule ibérique pouvait être synonyme de la présence d’Africani.

— Satuminus/a

  • 211 Kajanto 1982, 18 (“a few of the names are attributable to the native substrata” comme Saturninus) ; (...)
  • 212 Kajanto 1982, 55 : 1163 cas en Afrique sur 2507 attestations ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 4 (...)
  • 213 Cf. par exemple Thouvenot 1954 ; Le Glay 1961 et 1966.
  • 214 García y Bellido 1959, 150, n. 2 ; Kajanto 1982, 76.
  • 215 Ainsi, Palao Vicente 1998, 147 rappelle qu’il est bien réparti partout ; cf. également Le Bohec 198 (...)
  • 216 No 8 ; 17 ; 29 ; 35 ; 36bis ; 38 ; 47 ; 50 ; 54 ; 66 et 68 pour le même personnage ; 78 (avec la mè (...)
  • 217 No 175 ; 176 ; 181 ; 188 ; 192 ; 193 ; 194 ; 198 ; 200 ; 204 ; 205 ; 208 ; 211 ; 212 ; 217 ; 221 ; (...)
  • 218 No 258 ; 259 ; 260 ; 264 ; 265 ; 266 ; 268 ; 270 ; 272 ; 273 ; 278 ; 280 ; 281 ; 283 ; 284 ; 285 ; (...)

45Souvent attribué aux Africains211 – car fréquemment attesté dans cette zone géographique212, théophorique dérivant du nom de Saturne, dieu particulièrement honoré dans les provinces africaines213, et équivalent latin d’un nom punique214, ce surnom d’origine latine doit néanmoins être traité avec prudence, car il est utilisé avec régularité (plus de 2500 attestations215.) Ainsi en Hispania, on le trouve en 116 exemplaires, répartis de la façon suivante :
34 en Bétique216
23 en Lusitanie217
59 en Tarraconaise218.

  • 219 No 175.
  • 220 García y Bellido 1959, 146 ; Stanley 1990, 74 : d’Encarnaçaõ 2000, 1291.
  • 221 Afer doit-il ici être considéré comme un surnom qui serait placé après la mention de la tribu et de(...)
  • 222 Albertini 1912, 303, no 35 ; Burian 1961, 233-238, en particulier p. 237, note 6 ; Lassère 1977, 62 (...)
  • 223 No 205 ; Albertini 1912, 304, no 42 ; Blázquez 1969, 481 ; Lassère 1977, 628.
  • 224 Albertini 1912, 304, no 42 ; García y Bellido 1959, 146 ; cf. Almagro Basch 1976, 136-137.
  • 225 No 370 ; Albertini 1912, 304, no 43 ; Balil 1954b, 267-268 ; García y Bellido 1959, 145 ; Blázquez (...)
  • 226 No 268 ; la bibliographie concernant cet affranchi impérial est abondante ; cf. note 411.
  • 227 Le Roux 1977, 89 ; 90 ; I. Lugo, p. 48, note 18.
  • 228 No 368 ; cf. note 23 ; 68. Balil 1954b, 267 présente Claudius Saturninus comme un Africain, mais ne (...)
  • 229 Cf. ci-dessus p. 108.
  • 230 No 159.
  • 231 CIL, VIII, 3921.
  • 232 No 381.
  • 233 Cf. ci-dessous p. 126.
  • 234 No 406.
  • 235 Selon IRC, IV, 59 comme Quarta (cf. Kajanto 1982, 74 ; 75 ; 77 ; 293 : rien sur l’Afrique) et Quart (...)
  • 236 Cf. ci-dessus. On a retrouvé des cupae à Malaca, Carmo, Baelo Claudia, Italica, Augusta Emerita, Ba (...)
  • 237 Il pourrait s’agir de L. Roscius Aelianus Paculus Saluius Iulianus ; cf. Saquete 1997, 95, n. 330 e (...)
  • 238 Saquete 1997, 100.

46S’il est accompagné d’autres indices, on peut considérer qu'il est la marque de liens avec les provinces africaines. Ainsi, G. Blossius Saturninus219 est originaire d’Africa220 – il est d’ailleurs Afer221, précisément de Nabeul, cité inscrite dans la tribu Arnensis ; son gentilice y est attesté quatre fois. Il est également incola de Balsa et serait citoyen de Pax Iulia222. Saturninus223, Madaurensis224, est bien sûr Africain, de même que Mummius Saturninus225, originaire de Maurétanie Césarienne. Saturninus226, affranchi impérial honore Africa Caelestis et Frugifer, qui est un autre nom pour Saturne : pour P. Le Roux, son origine africaine ne fait pas de doute227. C’est également le cas de Claudius Saturninus228, co-affranchi de Claudius Felicissimus Afer229. On peut également signaler Saturninus230, lié à Conseruata, dont le nom est attestée en Afrique231. Quant à Fannius Saturninus232, il est l’adfinis de Valerius Rogatus233. Enfin, Caelia Saturnina234 est la mère de Caelia Quartula, dont le surnom est souvent lié aux régions africaines235 et dont l’époux est enterré dans une cupa236. Les relations d’amicitia existantes entre T. Aemilius Saturninus et un sénateur237 proconsul d’Afrique, pourraient nous laisser penser que la rencontre des deux hommes a eu lieu en Afrique ; mais la mention de la tribu Papiria, qui est celle d’Augusta Emerita et l’éventuelle origine lusitanienne du dédicataire238 sont en contradiction avec cette hypothèse.

  • 239 No 29.
  • 240 No 66.
  • 241 No 68.
  • 242 No 193.
  • 243 No 252.
  • 244 No 151 ; Delgado Delgado 1998, 51.
  • 245 No 152 ; Delgado Delgado 1998, 42 ; 48 ; 202, no 40.
  • 246 No 303.
  • 247 No 366.
  • 248 No 411.
  • 249 No 361.
  • 250 Blázquez 1962, 152.
  • 251 No 181.
  • 252 Blázquez 1962, 122.
  • 253 No 260.
  • 254 No 78 ; 133 ? ; 159 ; 252 ; 258 ; 260 ; 265 ; 270 ; 280 ; 289 ; 291 ; 300 ; 315 ; 330 ; 379.
  • 255 No 36bis ; 127 ; 194 ; 236 (sur le dieu Juppiter Solutorius, cf. Blázquez 1962, 110-111) ; 251 ; 25 (...)

47D’autres indices nous montrent que ces cas hypothétiques sont rares : ainsi L. Marcius Saturninus239 se dit fils, petit-fils, arrière-petit-fils et arrière-arrière-petit-fils de Lucius, ce qui témoigne d’un enracinement local depuis au moins quatre générations ; il est d’ailleurs honoré fastueusement lors de son décès, à l’âge de 18 ans. De la même façon, M. Cornelius Saturninus240 est le fils de M. Cornelius Primigenius, Singiliensis, et se dit lui même Singiliensis241, et, [... Sajturninus242 est le fils de [...]us Siluanus, Olisiponensis ; quant à Saturninus243, il est, semble-t-il, le père de Valerius, Cauriensis. M. Valerius Saturninus244, mentionné comme flamen prouinciae dans une inscription de Corbuba, est quant à lui, Lacipponensis, tout comme Clodius Saturninus245 est originaire de Corduba, où il a été Huir, et flamen prouinciae. Attius Saturninus246 est Valeriensis, Saturninus247 est ex Bracara et L. Fuluius Saturninus248 est le père de L. Fuluius Celtiber, ce qui pourrait être l’indication d’une origine locale. Quant à Domitia Saturnina249, elle est l’adfinis d’un vétéran de la legio VIIa gemina, L. Fuficius Priscus originaire de Meuania en Ombrie ; il ne peut donc s’agir d’une famille africaine. On peut ajouter les cas où des dieux indigènes sont honorés, comme Endouellicus250 par M. Pompeius Saturninus251 ou dominus deus Nemeoecus252 par Seuerus, fils de Saturninus253, des pérégrins. De plus, Saturninus apparaît parfois comme nom unique254, marque d’un début de romanisation linguistique sans doute ; on peut en effet mentionner des pérégrins255 portant ce nom.

  • 256 No 321.
  • 257 Pour les affranchis : no 8 (Mangas Manjarrés 1971, 293) ; 54 (Delgado Delgado 1998, 204, no 55. Il (...)
  • 258 No 35 ; 272 ; 343 (Mangas Manjarrés 1971, 361 (mais avec une erreur) ; 414) ; 371 (Mangas Manjarrés (...)
  • 259 No 268 ; cf. note 220.
  • 260 No 140 ; Delgado Delgado 1998, 13 ; 21 ; 211, no 132.
  • 261 No 232.
  • 262 No 294.
  • 263 No 409.
  • 264 No 362.
  • 265 No 357.

48Le milieu servile256 et affranchi est bien représenté257. Pour certains, les liens avec ce groupe social sont plus lointains258. Une place à part doit être réservée à Saturninus259, affranchi d’Auguste. Les notables sûrement ingénus sont plus rares ; certes, on peut mentionner L. Porcius Saturninus260, pontifex et évergète, mais il n’indique pas sa filiation, ou encore Q. Licinius Saturninus261, IIuir de Metellinum. L’inscription de C. Licinius Saturninus262 nous fournit davantage de renseignements : il est aedilis, Iluir et flamen, tout comme M. Cornelius Saturninus Paternus263 et comme L. Antonius Saturninus264 qui atteint le flaminat provincial. Enfin, certains sortent du monde municipal comme Antonius Saturninus265, également ex b(ene)fliciario) c(o)ns(ularis).

  • 266 Cf. Carte 6. Localisation de Saturninus/a.
  • 267 No 167.

49La localisation266 des attestations est là encore significative : en Bétique, la grande majorité des personnages se trouvent au sud du Guadalquivir ou sur sa rive droite (Italica, Corduba). Seule une attestation est au nord, à Regina267. Si quelques sites attractifs (côtes sud ou orientale, vallée du Guadiana, capitales provinciales) sont fort logiquement présents, on constate néanmoins en Lusitanie et en Tarraconaise, une très grande dispersion des attestations, particulièrement présentes dans le nord-ouest de la péninsule ibérique. Cette répartition confirme la popularité du surnom, porté aussi bien par des Africani que par des Hispani.

— Nouatus/a et Nouellus/a

  • 268 Kajanto 1982, 353 : sur 21 attestations, 8 en Afrique ; Syme 1978, 588 ; 589 ; 8 en Afrique et 8 en (...)
  • 269 No 3 ; 4 ; 30 ; 52 ? ; 91 ; 130 ; 139 ; 145 ; 146.
  • 270 No 179.
  • 271 No 292 ; 365 ; 407.

50Parfois considéré comme un surnom plus particulièrement porté par des Africani, Nouatus apparaît comme un nom plus particulièrement représenté en Occident268, dont en péninsule ibérique avec 13 attestations :
9 en Bétique269
1 en Lusitanie270
3 en Tarraconaise271.

  • 272 No 52 (Delgado Delgado 1998, 41 ; 47 ; 52 ; 204, no 52) ; 139 ; 145 (Delgado Delgado 1998, 55 ; 57  (...)
  • 273 No 91.
  • 274 Sur les Publicii, cf. Crespo Ortiz de Zarate 1998, 152, no 56 ; Id. 1999, 82 ; 95.
  • 275 No 179 ; Blázquez 1962, 149 ; 161 (le dédicant aurait un nom courant).

51Plusieurs personnages relèvent d’un milieu social élevé272, ayant été Huir, flamen municipal ou provincial, pontifex... Mais tous n’appartiennent pas aux élites ; ainsi Publicia Nouata273 porte un gentilice qui laisse pense que ses ascendants paternels sont d’origine servile274. L’origine locale pourrait être indiquée par le culte rendu aux dieux locaux, comme Endouellicus, honoré par C. Iulius Nouatus275.

  • 276 Cf. Carte 7. Localisation de Nouatus et de Nouellus.

52En Bétique, la localisation276 est concentrée au sud du Guadalquivir, et, en Lusitanie la vallée du Guadiana concentre les attestations. En Tarraconaise, les rares attestations n’apportent aucune confirmation quant à une origine africaine.

  • 277 Ce surnom est fréquemment porté par des Africains ; cf. Kajanto 1982, 289 : 65 africains sur 101 at (...)
  • 278 Les auteurs de I. Belo comptabilisent 4 cas.
  • 279 No 124.
  • 280 No 214 ; 218.
  • 281 No 306 ; 400 ; 402.

53Porté fréquemment par des Africains277, Nouellus/a est peu attesté en péninsule ibérique278 :
1 en Bétique279
2 en Lusitanie280
3 en Tarraconaise281.

  • 282 No 402.
  • 283 Cf. ci-dessus.

54Valeria Nouella est sans doute l’épouse d’un magistrat qui a été aedilis, IIuir puis flamen : il est difficile de la rattacher au continent africain. Baebia Nouella282, une affranchie, est, elle, l’épouse d’un Lixitanus283 : elle pourrait être également originaire de Maurétanie Tingitane.

  • 284 Cf. Carte 7. Localisation de Nouatus et de Nouellus.

55La répartition géographique284 des rares attestations pourrait correspondre à une immigration d’Africains ; en effet, la côte, comme à Baelo Claudia, Barcino ou Tarraco, mais aussi les capitales – Augusta Emerita et Tarraco – sont les lieux privilégiés où l’on trouve Nouellus.

— Honoratus/a

  • 285 Kajanto 1982, 18 ; Syme 1978, 589 ; 596 : 495 attestations sont africaines sur 666 ; Ben Abdallah (...)
  • 286 Vigil 1961, 104-106, no 1.
  • 287 Kajanto 1982, 73 ; 279.
  • 288 No 6 ; 41 ; 125 ; 129 ; 135 et 137 pour le même personnage ; 136. Ce surnom est peu attesté en Béti (...)
  • 289 No 239.
  • 290 No 333.

56Particulièrement fréquent dans les provinces africaines285 – il est d’ailleurs considéré comme “característico del Norte de Africa286, ” Honoratus287 traduisant le punique Kabdat, l’est beaucoup moins en péninsule ibérique, où on comptabilise 8 attestations.
6 en Bétique288
1 en Lusitanie289
1 en Tarraconaise290.

  • 291 Kajanto 1982. 72 ; 133 ; 279 : sept dans le milieu servile et affranchi.
  • 292 Nous n’avons ainsi pas retenu dans notre catalogue le prêtre Honoratus (CILA, II, 606), daté entre (...)
  • 293 No 41 ; Delgado Delgado 1998, 78 ; 82 ; 211-212, no 133.
  • 294 On trouve à Barbesula deux autres Honorati (no 135 et 137 ; 136).
  • 295 No 135.
  • 296 No 137 ; Delgado Delgado 1998, 205, no 68.
  • 297 No 136.
  • 298 No 333.

57Ce surnom est bien attesté dans les milieux modestes291, et également dans les milieux chrétiens292. Néanmoins, il faut signaler Postumia Honorata293, Barbesulana294, sacerdos diuarum Augustarum, liée à Postumius Optatus et honorée dans la cité de son époux ; tous deux portent des surnoms très marqués par l’Afrique, ce qui pourraient être un indice d’une origine familiale africaine. Appartenant également aux notables, Fuluia Honorata295 est la fille d’un flamen, Sex. Fuluius Lepidus, et l’épouse296 d’un IIuir, flamen perpetuus, L. Fabius Caesianus. Dans la même cité de Barbesula, Ceruius Honoratus Ostorianus Rufus297 est le père d’un IIuir. Quant à M. B(adius ? uel-aebius) Honoratus298, il co-finance la construction d’un temple à Magna Mater et à Atthinus.

  • 299 Cf. Carte 8. Localisation d’Honoratus et de Rogatus.
  • 300 No 41.
  • 301 CPILC, 732.
  • 302 No 239.

58Ce petit nombre d’attestations est réparti299 en Bétique de façon significative : Baelo Claudia et Barbesula sont des ports ouverts sur l’Afrique, proches de détroit, et, si on trouve une attestation à Ocurrí, Postumia Honorata300 est originaire de Barbesula. Seul le cas d’Ugultunia est géographiquement marginal. La présence en Lusitanie est unique ; Honoratus est d’ailleurs indiqué comme “nouveau dans la province de Caceres 301” lors de la publication d’un document302. Ailleurs, la localisation ne signifie pas grand chose, même si Mago, port des Baléares, pourrait attirer un commerçant.

— Optatus/a

  • 303 Mangas Manjarrés 1971, 56.
  • 304 Kajanto 1982, 75 ; 77 ; 296 ; Mόcsy 1983, 209 : 63 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 372 ; rien (...)
  • 305 Benabou 1976, 502 ; Lassère 1977, 630 ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 39 et 84 : près de 20 ca (...)
  • 306 Syme 1978, 589 : 80 sur 770 en Afrique ; 597 : 55 en péninsule ibérique. Palao Vicente 1998, 147 nu (...)
  • 307 No 1 ; 5 ; 24 ; 25 ; 31 ; 36 ; 39 ; 41 ; 43 (avec deux personnages) ; 44 ; 49 ; 51 ; 55 (avec le pè (...)
  • 308 No 168 ; 169 ; 173 ; 182 ; 184 ; 186 (avec la variante Optatinus) ; 191 (avec deux personnages) ; 1 (...)
  • 309 No 267 ; 276 ; 282 ; 295 ; 296 ? ; 298 ; 304 ; 312 ; 342 ; 344 ; 345 ; 347 ; 350 ; 341 ? ; 380 ; 38 (...)
  • 310 No 413.

59Fréquent dans les provinces occidentales de l’empire303, Optatus/a304 est souvent considéré comme un nom africain305, même si certains apportent des nuances à cette affirmation306. La répartition de ce nom, ainsi que le contexte dans le quel il est utilisé sont des éléments nous permettant de vérifier cette affirmation :
47 en Bétique307
19 en Lusitanie308
23 en Tarraconaise309
1 origine inconnue310.

  • 311 No 1 (Mangas Manjarrés 1971, 297) ; 25 ; 76 et 77 : son fils a obtenu la citoyenneté romaine ; 80 ( (...)
  • 312 No 304.
  • 313 No 173.
  • 314 No 134
  • 315 No 248.
  • 316 No 43 ; cf. Thevenot 1952.
  • 317 No 51.
  • 318 No 89 ; Pérez Almoguera & Prieto Arciniega 1979, 246 ; 251 : il est originaire de Carula, en Bétiqu (...)
  • 319 No 164.
  • 320 No 248.
  • 321 No 24.

60Une partie des porteurs de ce nom semble relever du milieu pérégrin local311 comme Optatus312, fils de [-] Mesicum ? Cantabri filius, dont l’onomastique des frère et soeur – Festus et Quieta, témoigne de la romanisation culturelle de cette famille. Cette appartenance est encore plus visible avec Optatus313, fils de Saelgus, associé comme héritier à [...]da, fils d’Arco et Iulina, fille de Saelfus ; or l’onomastique – Arco, Saelgus – est indigène. De plus, dans certains cas, l’origine semble bien plus locale – ou italienne – qu’africaine, comme en témoigne d’une part la précocité de certaines attestations : L. Catinius Optatus314 est le signataire d’une table de patronat en 31 a.C., et M. Baebius M. f. Gal. Optatus315, Lac(imurgensis) est à placer à la fin de la République ou au début de l’Empire. Il faut également mentionner, une famille connue plus tardivement en Bétique, les Aelii Optati316, ainsi qu’à Autun, plus tardivement. D’autre part, la mention de Vorigo est également à prendre en compte : ainsi Sex. Caecilius Optatus317 est Ilurconensis, L. Lucanius Optatus, Carulensis318, L. Attius Optatus319, Arsensis, M. Baebius Optatus320, Lacimurgensis ; (Atennia) Optata321 est la fille de C. Atennius Acutus, dont rien dans l’onomastique ne peut évoquer une origine africaine.

  • 322 No 59 ; 60 ; 64 ; 70 ; 74 ; 168 ; 396.
  • 323 No 49 (Mangas Manjarrés 1971, 309 ; 448 ; Delgado Delgado 1998, 131 ; 133 ; 214, no 161) ; 169 ; 18 (...)
  • 324 No 31 ; Clodia Optata, honore usa, remet la dépense de l’hommage voté par l’ordo et le peuple à sa (...)
  • 325 No 408.
  • 326 No 39
  • 327 No 73.
  • 328 No 312.
  • 329 L’inscription a disparu et semble être très endommagée.
  • 330 No 395.
  • 331 No 322 ; 323.
  • 332 No 337.
  • 333 Cette marque se trouve dans plusieurs sites de la côte méditerranéenne occidentale, ainsi qu’à Rome
  • 334 No 388 ; 392 ; 393.
  • 335 No 397.
  • 336 No 398.
  • 337 No 405.

61Certains appartiennent au milieu des élites322, ayant remplis des fonctions locales323 ou ayant fait acte d’évergétisme324. L. Marcius Optatus325, décédé en Phrygie, a été magistrat à Tarraco et à lluro où il est honoré ; il semble donc difficile de lui attribuer une origine africaine. Aristius Optatus326 est patronus rei publicae Hispalensis, ce qui nous conduit à penser qu’il ne peut être un immigrant de la première génération. [..]nius Optatus327 s’est engagé dans la cohors VBaetica, recrutée en Bétique, et qui intervient sans doute lors des invasions maures du iie siècle. Le cas de Titia Optata328 pose davantage de problème. En effet, l’origine de son époux Q. Cornelius Valerianus, ayant rempli les milices équestres, est inconnue. Il n’est pas sûr qu’il soit originaire de Castulo329 ; de plus l’hommage est rendu par la colonia Patricia, qui désigne Cordoue. Doit-on en déduire que Titia Optata est originaire de cette cité, qui lui rend hommage dans la cité de son époux ? Le cas de L. Caecilius Optatus330 est particulièrement intéressant : ce centurion une fois libéré de son service, a été allectus inter immunes à Barcino, où il a néanmoins rempli les honores. Malheureusement, il ne donne pas son origo : il est donc difficile d’affirmer qu’il est originaire des provinces africaines. Enfin, une place particulière doit être faite à la famille des Herennii Optati de Barcino : l’un des membres, L. Herennius Optatus est mentionné sur des marques à Lucentum331, à Valentia332, mais aussi hors de la péninsule ibérique333. On peut sans doute ajouter à ces références, d’autres attestations ne donnant pas l’intégralité des tria nomina334. A ce personnage, il faut adjoindre Herennia Optata335, fille de M. Herennius Seuerus, magistrat de Barcino, un ascendant sans doute. Ce dernier est également le tuteur et le beau-père de M. Aemilius Optatus336 ; [C. Here]nnius Optatus337 fait également partie de cette famille.

  • 338 No 72 (Mangas Manjarrés 1971, 181) ; 276.
  • 339 No 55 (Mangas Manjarrés 1971, 302 ; 448) ; 56 ; 157 (Mangas Manjarrés 1971, 288 ; 448) ; 195 ; 225  (...)
  • 340 No 344 ; Mangas Manjarrés 1971, 363 ; 405.
  • 341 No 120.
  • 342 No 147.
  • 343 No 202 ; Mangas Manjarrés 1971, 314 ; 467.
  • 344 No 227.
  • 345 Le gentilice Matius est porté par un ami de César et d’Auguste (PIR2, M, 369) et par un sénateur de (...)

62D’autres enfin relèvent du milieu servile338 et affranchi339 : Cn. Marcius Optatus340, devient citoyen romain après son affranchissement. On peut sans doute ajouter à ce groupe Albanius Optatus341, VI uir a[ugustalis ?], Optata342, liée à M. Septumius et à Agele, serna. La situation de Iulia Optata343 la place aux marges supérieures de ce groupe, son époux P. Aelius Alexander étant Angustí libertas et tabellarius prouinciae Lusitaniae. Un groupe présente un intérêt particulier : il s’agit des affranchis de C. Matius, entre autres C. Matius Optatus344, et de Matia Optata. En effet, en plus du cognomen qui peut évoquer une origine africaine, le nomem du patron, Matius, apparaît rarement, en particulier en péninsule ibérique, alors qu’il est connu en Afrique345.

  • 346 Cf. Carte 9. Localisation d’Optatus/a.
  • 347 No 154 ; 157.
  • 348 No 1
  • 349 No 164

63Les porteurs de ce surnom sont principalement localisés346, en Bétique, au sud du Guadalquivir, ou sur ses rives, comme à Corduba347. Une inscription a été découverte à Huelva348, port ouvert sur l’Afrique, sans que l’on puisse affirmer une origine africaine pour Optata. Enfin, l’inscription funéraire de L. Attius Optatus349 a été découverte à lulipa, bien loin des ports ou voies fluviales, bien qu’il n’en soit pas originaire. En Lusitanie, la vallée du Guadiana est particulièrement bien représentée, avec le pôle d’Augusta Emerita (sept personnages). En Tarraconaise, si la côte orientale, autour de Tarraco (quatre personnages) et de Barcino (trois attestations), est particulièrement bien représentée, la dispersion des témoignages à l’intérieur de la province ne nous permet de mettre en rapport cette présence avec une immigration africaine.

— Rogatus/a

  • 350 Kajanto 1982, 18 : bien attesté dans la zone africaine ; 75 ; 76 ; 93 ; 297 : 650 cas africains sur (...)
  • 351 Kajanto 1982, 293 : 650 Africains sur 754 attestations, dont seulement 8 esclaves ou affranchis ; B (...)
  • 352 Syme 1978, 589 : 650 attestations africaines sur 714 ; Palao Vicente 1998, 147 nuance les propos de (...)
  • 353 No 95 ; 96 ; 101 ; 104 ; 109 ; 115 ? ; 132.
  • 354 No 328 ; 359 ; 381 ; 383 ; 404.

64Rogatus350 serait un nom africain351 et l’équivalent de Muttunbaal, étant ainsi lié au sacrifice de substitution ; certains auteurs se montrent plus prudents352. Mais il semble que la faible présence de ce surnom – 11 attestations – soit la marque de son origine :
7 en Bétique353
5 en Tarraconaise354.

  • 355 No 95.
  • 356 No 359 ; Le Roux 1982, 212, no 146.
  • 357 No 109.
  • 358 No 381.
  • 359 Cf. ci-dessus.
  • 360 No 383.
  • 361 No 404.
  • 362 Cf. ci-dessus.

65Parmi les Rogati se trouvent des notables comme Q. Antonius Rogatus355, decurio et augustalis à Gadès. On peut sans doute associer à ce groupe Herennius Rogatus356, ami de Iulius Flauinus, commentariensis legionis VII Geminae felicis. Certains semblent être des pérégrins comme Rogatus357, qui porte un nom unique. Dans de rares cas, on pourrait penser à des liens avec les provinces africaines ; ainsi Valerius Rogatus358 est l’adfinis de Fannius Saturninus359. Il est sans doute aussi le fils de Valeria Flauina360. L. Maeuius Rogatus361 est le cousin d’un couple ayant quitté Carthage362 pour Barcelone et qu’il a sans doute suivi ; son origine fait donc peu de doute.

  • 363 Cf. Carte 8. Localisation d’Honorants et de Rogatus.
  • 364 Six personnages.
  • 365 Trois personnages.

66La répartition des Rogati est très localisée363 : un centre prédomine en Bétique avec Gadès364, l’autre cité étant Baelo Claudia. On peut noter que toutes deux sont directement en relation avec les provinces maurétaniennes, et que nous disposons ici sans doute d’une trace de l’influence onomastique, sans que l’on puisse affirmer que tous les Rogati sont originaires d’Afrique. Il est également remarquable que les témoignages tarraconais soient également localisés sur la côte, à Dianium, Tarraco365, et Barcino. Il est alors tentant de mettre cette répartition en relation étroite avec un phénomène migratoire.

— Donatus/a

  • 366 García y Bellido 1959, 150, n. 2 ; Kajanto 1982, 18 ; 20 ; 75 ; 93 ; 298 ; Mocsy 1983, 106 : 12 en (...)
  • 367 Kajanto 1982, 76 ; 298 : 368 cas africains sur 832 ; Benabou 1976, 502 ; Lassère 1977, 630 ; Syme 1 (...)
  • 368 IRCP, p. 179 : Donatus “cognomen característico da Africa, documento-se na Península”.
  • 369 No 28 ; 63 ? ; 112 ; 160.
  • 370 No 171 ; 216 ; 228 ; 233.
  • 371 No 288 avec 2 personnages ; 317 ; 319 ; 332 ; 360 ; 373 ; 375 ; 386 ; 387.

67Traduisant entre autres, le punique Muttun, Donatus366 est un surnom latin qui est généralement porté par des Africains367 ; pour certains, il est même typiquement issu de cette région368. Il est également présent en péninsule ibérique, et les 18 attestations se répartissent de la façon suivante :
4 en Bétique369
4 en Lusitanie370
10 en Tarraconaise371.

  • 372 No 228 ; Haley 1991, 46 pense qu’ils sont d’origine africaine, contre les inventeurs de l’inscripti (...)
  • 373 Les gentilices Septimius et Aurelius présents dans cette famille font bien évidemment penser à la f (...)
  • 374 Julià 1965, 47, no 2 ; Stanley 1990, 73 ; Haley 1991, 24 ; 46.
  • 375 No 288.
  • 376 No 319.
  • 377 No 332.

68L’origine africaine peut parfois être confirmée par d’autres indices. Ainsi Septimia Vult[?] fil. Enna372, est honorée par Aurelius Donatus et Aurelia Sotira en tant que filia amantissima373 ; d’autre part, Tullius Donatus Faustinus374 est enterré dans une cupa. Mais la présence de nom unique, même s’il semble transmis aux enfants, indiquerait plutôt un statut pérégrin et donc une origine locale. Ainsi Donatus375 est le père de Donatianus et est lié à Donata, sa fille ou son épouse. Pour ce nom également, la part des personnages issus du milieu servile est notable : ainsi Sicceia Donata376 est l’affranchie de P. Sicceius. Il apparaît également dans les milieux christianisés ; ainsi la formule employée pour Q. Agileius Donatus377 est hic q(u)iescit.

  • 378 Cf. Carte 10. Localisation de Donatus/a.

69La répartition de Donatus/a378 privilégie des lieux que nous avons déjà rencontrés, plaines côtières et ports, vallées fluviales, capitales provinciales. Seuls trois sites ne possèdent aucune de ces qualités : Florentia Iliberi, Turgalium, ville qui semble posséder une petite communauté africanisante, Poza de la Sal.

— Quelques autres exemples

  • 379 No 131.
  • 380 D’autres restitutions sont possibles : Smarbal ou Amorbal.
  • 381 Sal., Bell. Iug., 5.7 : Is Adherbalem et Hiempsalem ex sese genuit, lugurthamque, filium Mastanabal (...)

70Certains noms, très rares ont également retenu notre attention, en particulier lorsque’ils se trouvaient dans une cité où l’influence africaine est manifeste. Ainsi, [...]ius [Adhe]rbal379 de Baelo Claudia possède un surnom qui renvoit aux territoires africains : Adherbal380 est le nom porté par le petit-fils de Massinissa381, et appartient donc au registre phénico-punique.

  • 382 No 410.

71On peut également évoquer le nom Carthago rencontré pour une période tardive – ive/ve siècles – à Iesso382 : ce nom existe pour des Africaines chrétiennes, et pourrait indiquer l’origine de la défunte.

  • 383 Par exemple : CIL, II, 36 (ILER, 4031) = IRCP ; 192 Salacia : D(is) M(anibus) s(acrum). / Iulia Lae (...)
  • 384 Par exemple : IRCP, 264 Pax Iulia : [D(is)] m(anibus) s(acrum). / [Iul(lius)] Agatopus, / [ann(is)] (...)
  • 385 Par exemple : IRCP, 351 Pax Iulia : Hispallus / Bocchi ser(uus), / annor(um) III, h(ic) s(itus) e(s (...)
  • 386 Kajanto 1982, 18 ; 76.
  • 387 Kajanto 1982, 18 ; 76.

72Certes, cette étude rapide ne porte que sur quelques cognomina. On aurait pu également prendre en compte Laeonicus/a383, Agatopus384 ou encore Bocchus385, Datus386 ou Impetratus387, mais les résultats auraient été assez proches, et surtout aucun élément vraiment déterminant ne serait venu au jour.

  • 388 C’est donc avec prudence qu’il faut accueillir certains travaux dont les conclusions hypothétiques, (...)
  • 389 No 7.

73L’étude onomastique présente des limites, comme nous avons pu le constater. Porter un surnom lié à l’Afrique n’implique pas, loin de là, une immigration du personnage388 : ainsi, il est bien mentionné, pour la famille d’Hadrien, dont le père est surnommé Afer, que la famille vient d’Italie389. Ce fait peut parfois être la marque de liens plus anciens remontant à une ou deux générations, en particulier quand d’autres surnoms “africanisants” sont portés dans la famille. Mais d’autres indices, en particulier liés aux pratiques religieuses peuvent fournir des informations.

La religion : le culte de Dea Caelestis

  • 390 García y Bellido 1967, 140 sq. ; Lassère 1977, 632, η. 143 ; Halsberghe 1984 ; Bendala Galán 1986 e (...)
  • 391 García y Bellido 1957, en particulier p. 24 sq.
  • 392 García y Bellido 1967, 140 ; l’auteur s’appuyait également sur des documents archéologiques, pour l (...)
  • 393 I. Lugo, p. 29.
  • 394 Cf. la carte de García y Bellido 1967, 141.
  • 395 Par exemple, est présentée au musée archéologique de Séville (salle XVI), une boucle d’oreille grav (...)
  • 396 Hornum 1993, en particulier 274-282.
  • 397 No 353 ; Bendala Galán 1986, 370, no 7b.
  • 398 Sur l’association des deux déesses à Carthage, cf. par exemple Benabou 1976, 362-369. Voir aussi po (...)
  • 399 J’ai par contre retenu certaines inscriptions dédiées à Nemesis, souvent associée à Caelestis (Mari (...)

74Le culte de Dea Caelestis390, s’il n’est pas très attesté en tant que tel dans l’épigraphie de la péninsule ibérique391, devait “être infiniment plus répandu que ne le laisse supposer les rares témoignages épigraphiques recueillis jusqu’à présent392, ” en particulier dans les régions côtières du sud de la péninsule393, directement en contact avec les provinces africaines394. En effet, si l’influence carthaginoise précoce avait déjà introduit Tanit395 en Hispania, la conquête romaine a entraîné le syncrétisme de trois déesses – Junon, Caelestis et Tanit – et son association à Nemesis396, et il est plus fréquent de trouver des attestations d’un culte rendu à Junon397 qu’à Dea Caelestis398. Mais, il ne paraît pas raisonnable, dans le cadre de cette étude, de dresser un inventaire des inscriptions mentionnant la déesse capitoline, car son association à Dea Caelestis ne saurait être systématique399 :

  • 400 Bendala Galán 1986, 370, no 1.
  • 401 García y Bellido 1957, 25, no 2 ; García y Bellido 1967, 142, no 2 ; Bendala Galán 1986, 370, no 2  (...)
  • 402 Deux paires de pieds en relief figurent entre les lignes 2 et 3 de l’inscription ; García y Bellido (...)
  • 403 Bendala Galán 1986, 370, no 6 ; 403, no 10.
  • 404 Une paire de pieds décore la pierre ; García y Bellido 1957, 27-28, no 5 ; García y Bellido 1967, 1 (...)
  • 405 Bendala Galán 1986, 370, no 4.

No du cat.

Mention de Dea Caelestis

Nom

Cité

Date

11400

Caelestis pia Augusta

G. Se[l]lius Africanus

Italica

iie/iiie

14401

Domina Caelestis Vrania

Lucanus Fedeles

Italica

-

199402

Dea Inuicta Caelestis Nemesis

M(arcus) Aurelius Felif..], Roma

Augusta Emerita

21403

Domina Regina

P. B(adius ? uel-aebius) Fortunatus

Italica

iie

57

Dea Caelestis

-

Torrepadones

ier a.C.

268

Africa Caelestis Frugifer

Saturninus Augusti libertus

Lucus Augusti

170/200

269404

Caelestis Augusta

Paternus qui et Constantius

Lucus Augusti

318

Domina Caelestis

[?]

Ilici

20 a.C./20 p.C.

372405

sacerdos Caelestis

G. Auidius Primulus G. Auidius Vitalis,

Tarraco

Tableau 3. Les attestations épigraphiques de Caelestis.

  • 406 No 11 ; 14 ; 16 ; 21 (Delgado Delgado 1998, 23 ; 26 ; 162, no 27).
  • 407 Marίn Ceballos 1993, 844.
  • 408 Pour la bibliographie concernant ce sanctuaire, cf. Marin Ceballos 1993, 826.
  • 409 Sur les monnaies augustéennes d’Ilici, on trouve au revers un temple tétrastyle avec la légende IVN (...)
  • 410 Marin Ceballos 1993, 844.
  • 411 Cf. ci-dessus.
  • 412 No 150 ; Étienne 1958, 201 ; 203 ; García y Bellido 1960, 134-135, no 1 ; Castillo 1965, 55, no 101 (...)
  • 413 Ce document serait le seul dédié à Caelestis à Italica, d’après le recensement de J. González Ferná (...)
  • 414 García y Bellido 1957, 26-27, no 4 ; Id. 1967, 143, no 4 ; Marin Ceballos 1993, 844.
  • 415 L’origine africaine du personnage ne semble pas poser de problème ; cf. Le Roux 1977, 86-90 ; Canto (...)

75A plusieurs reprises le nom de la déesse est associé à des paires de pieds gravées sur la pierre406. Si deux attestations du culte sont précoces, la plus ancienne à Torreparedones, qui est sans doute à rattacher à une influence, voir une origine punique du dédicant407 – l'inscription est gravée sur une tête féminine sculptée provenant de ce sanctuaire ibérique408 ; elle aurait été déposée par un personnage d’origine punique, mais romanisé, et la mention d'Ilici409, le reste des documents se place plutôt aux iie et iiie siècles410. L’onomastique des personnages mentionnés est assez significative : trois portent un surnom directement lié à l’Afrique411. Certes, Cornelius Africanus412 a sans doute été flamine de Cordoue, ce qui pourrait signifier que lui-même est né dans cette ville ; mais son origine africaine peut remonter à une, voire deux générations. Quant à G. Se[l]lius Africanus413, son origine ne semble pas faire de doute, en raison du décor figurant sur la plaque : des baxeae égyptiennes gravées sur la pierre414. Deux personnages portent le surnom Saturninus ; ce dernier cognomen, dont on a montré que s’il ne peut être spécifiquement africain, en étant associé au culte de Dea Caelestis, permet de quasi confirmer l’origine africaine des dévots, comme dans le cas de l’affranchi Saturninus415.

  • 416 García y Bellido 1957, 24-25, no 1 ; Id. 1967, 142, no 1 ; Marín Ceballos 1993, 842-843.
  • 417 Marín Ceballos 1993, 843.
  • 418 Cf. ci-dessous.
  • 419 Actuellement, les imams sont généralement recrutés et formés dans les pays musulmans, puis présenté (...)

76L’origine de G. Auidius Primulus est bien moins évidente à préciser ; il pourrait être d’origine africaine, proposent certains416, mais sans avancer d’arguments. Certes, il est le seul prêtre connu de la déesse417 en péninsule ibérique – G. Auidius Vitalis exalte d’ailleurs les relations de son père avec Caelestis (“incomparabilis religio dus”), et dans ce cadre-là, il a dû encadrer l’importante communauté africaine de Tarraco418. On doit donc se demander, si comme cela est souvent le cas de nos jours, le guide spirituel de la congrégation n’a pas été recruté dans la région d’origine des fidèles419. Mais ceci n’est qu’une hypothèse.

  • 420 García y Bellido 1957, 29, no 6 ; García y Bellido 1967, 90-91, 10 ; Marίn Ceballos 1993, 840-842, (...)
  • 421 Cf. ci-dessus, l’origine “africaine” de Felix. Syme 1998, 589 ; néanmoins Palao Vicente 1998, 147 a (...)

77Enfin, un document nous permet de montrer les dangers de l’amalgame entre différentes données. M. Aurelius Feli[...]420 honore à Augusta Emerita les déesses Nemesis et Caelestis ; son surnom, qui pourrait être Felix ou Felicianus nous conduirait à le rattacher à une origine africaine421. Mais son origo est donnée, il vient de Rome.

  • 422 Cf Carte 11. Localisation des attestations du culte de Dea Caelestis.
  • 423 Cf. note 388.
  • 424 Marin Ceballos 1993, 844.
  • 425 Cf. ci-dessous les études locales, p. 133 sq.

78Quant à la diffusion du culte, il ne nous surprend pas422 ; A. García y Bellido en avait dressé une carte, avec les attestations tant épigraphiques qu’archéologiques423. La côte sud et les grandes villes, en particulier les capitales, Tarraco, Corduba et Augusta Emerita sont concernées. Quant aux autres villes, ce sont des centres bien romanisés424, de par la présence militaire et/ou administrative – Lucus Augusti est capitale de conuentus – ou de par celle des élites locales (Italica). Cette distribution s’explique par la présence dans chacune de ces cités, d’une communauté africaine, souvent significative425. Seule Ilici semble à part, tant par son isolement que par la date proposée du document, très précoce.

  • 426 Pour Albertini 1912, 315, si le cognomen ethnique est unique, il n’indiqua alors pas la patrie d'or (...)
  • 427 Bendala Galán 1981, 290 : c’est en fait l’ensemble Tanit – Dea Caelestis – Magna Mater – Junon qu’i (...)
  • 428 Étienne & Fabre 1979, 100.

79Comme nous l’avons vu, il faut rester extrêmement prudent avec les éléments onomastiques, qui ne sont pas toujours significatifs. En effet, dans un certain nombre de cas, la mention d’un ethnique n’implique pas une origine africaine426 ; de même, rendre un culte à Dea Caelestis427 n’implique pas qu’on soit africain428. Ce n’est que lorsque plusieurs indices concordent pour un même personnage que son origine africaine peut être au mieux mentionnée, au moins évoquée.

La vie des africani en Hispania

Les lieux d’installation

Le cadre général

  • 429 Cf. la carte proposée par Haley 1986, 172.

80Le lieu d’arrivée a également son importance429 ; les villes choisies pour l’installation des immigrants africains sont mieux connues que celles de départ, car c’est en leur sein que les inscriptions ont été découvertes : les immigrants y ont exercé un métier, y ont éventuellement rempli des fonctions, y ont eu une vie familiale et y sont enterrés.

  • 430 Lassère 1977, 632.
  • 431 Balil 1954b, 252.
  • 432 Balil 1954b, 258.
  • 433 García y Bellido 1959, 120.
  • 434 García y Bellido 1959, 120.
  • 435 Haley 1991, 49-50.
  • 436 Je m’oppose là à García y Bellido 1959, 120 : “Y son :.... Y la zona del NO, ocupada por la legio V (...)
  • 437 Sachant que les soldats en exercice n’ont pas été retenus ; or ils sont relativement nombreux dans (...)
  • 438 García y Bellido 1959, 120.

81Il est certain que les villes ouvertes sur l’extérieur de par leur localisation côtière430 sont des lieux privilégiés d’installation des immigrés africains. Que ce soit sur la côte méridionale ou dans le Levant, les contacts sont anciens431. La présence de ports actifs n’a pu manquer d’attirer des négociants432, venant aussi bien de l’intérieur de l’Hispania que de régions voisines comme l’Afrique, mais également des artisans, dont les compétences pouvaient être utiles dans les capitales provinciales en particulier. Aussi, les axes de pénétration routiers ou fluviaux ont joué un rôle essentiel ; la localisation des Africani est remarquable dans les vallées de l’Anas et du Baetis433. Dans la vallée de l’Ebre, les installations sont sans doute à mettre en relation avec la voie de communication vers Legio434. Il ne faut en effet pas négliger la présence des militaires435 dans le Nord-Ouest de la péninsule, qui après leur engagement, peuvent rester en Hispania et fonder une famille. Cependant, il faut noter que la région militarisée autour du cantonnement de la legio VIIa Gemina436 ne semble pas être une zone très attractive pour les Africani437. Ce sont plutôt les aspects économiques qui ont dû fixer la population dans cette zone minière. En effet, les régions minières sont également un lieu recherché dans le Nord-Ouest de la péninsule438, ou autour de Castulo par exemple.

  • 439 Ibid.

82Mais ce sont généralement les centres urbains qui attirent les immigrants, en particulier les capitales provinciales, Tarraco, Corduba et Augusta Emerita439. D’autres villes, néanmoins, sont des pôles d’importance.

Les grands centres440

— Les capitales provinciales

  • 441 Albertini 1912, 312 comptabilisait déjà 5 Africains dans cette cité ; García y Bellido 1959, 146 : (...)
  • 442 Étienne & Fabre 1979, 96.
  • 443 García y Bellido 1959, 146.

83Tarraco arrive sans nul doute en tête441, attirant principalement des Occidentaux venant de régions proches442 ; la côte africaine orientale est ainsi directement en relation avec le premier port hispanique, qui est le lieu de débarquement des soldats de la legio VIIa Gemina443. Le tableau suivant présente un bilan des attestations :

  • 444 La cité de l’Africa n’est pas mentionnée (Albertini 1912, 303, no 37 ; García y Bellido 1959, 144 ; (...)
  • 445 Publicius Ziogas est originaire de Leptis Minor. Son installation à Tarraco est définitive. Cf. Alb (...)

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine attestée

Oriundas Siccae Veneriae ;
ex prouinciae Africa
 ;
domo Ciria
 ;
uerna Leptitanus
 ; Mauretania Caesariensis

5

No 358 ;
364
444 ;
367 ;
369
445 ;
370

Origine africaine hypothétique

Culte à Dea Caelestis

Le fidèle est sûrement africain

Le fidèle est peut-être africain ?

4

No 353 ; 354 ; 355 ; 372

Onomastique

Afer

3

No 368 ; 374 ; 389

Maurus et dérivés

2

No 373 ; 378

Gaetulus ?

1

No 390

Saturninus

16

No 356 ; 357 ; 361 ; 362 ; 363 ; 366 ; 368 ; 370 ; 371 ; 376 ; 377 ; 379 ; 381 ; 384 ; 385 ; 391

Rogatus

3

No 359 ; 381 ; 383

Donatus

5

No 360 ; 373 ; 375 ; 386 ; 387

Nouatus et dérivés

2

No 365 (2 fois)

Optatus

4

No 380 ; 388 ; 392 ; 393

Tableau 4. Les Africani attestés et hypothétiques de Tarraco

  • 446 RIT, 235.
  • 447 Blázquez 1969, 481 : “era seguramente africana” ; Lassère 1977, 630 ; Haley 1991, 47. Mais Bennius (...)
  • 448 CIL, II, 4078 = RIT, 32.

84De plus, si on regarde attentivement l’onomastique de l’ensemble de la population tarraconaise, on constate la présence d’autres indices : ainsi le gentilice Bennius, représentée par Bennia Venustina446 serait africain pour certains, alors qu’il semble commun en Italie à l’époque julio-claudienne447. Mais on peut également évoquer Afrania Tertullina448 dont le surnom pourrait venir d’Afrique.

  • 449 Pérez Almoguera & Prieto Arciniega 1979, 241-244.
  • 450 García Martίnez 1997, 329.

85Corduba reçoit elle aussi un grand nombre de migrants449, dont 40 % d’extrapéninsulaires450, parmi lequels beaucoup d’esclaves. Capitale politique, elle est un centre d’attraction très important.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Afer/Africanus

1

No 150

Gaetulus

1

No 156

Saturninus

6

No 151 ; 152 ; 153 ; 155 ; 158 ; 159

Optatus

2

No 154 ; 157

Donatus

1

No 160

Culte à Dea Caelestis/Nemesis

Le fidèle est peut-être africain

1

No 150

Tableau 5. Les Africani hypothétiques de Corduba

  • 451 No 151.
  • 452 No 153.
  • 453 No 157.

86Néanmoins, parmi ces divers témoignages, il faut en éliminer certains ; ainsi, M. Valerius Saturninus451 est Lacipponensis et Clodius Saturninus, inscrit dans la tribu Sergia, est Patriciensis. Seuls des affranchis comme Claudia Saturnina452, [-] Optata453 ou L. Numisius Gaetulus, au nom rare en péninsule ibérique peuvent être mis en relation avec les terres africaines.

87Malgré son éloignement de la côte, Augusta Emerita a été un pôle d’accueil important pour les Africani qui trouvaient dans cette capitale une communauté conséquente.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine attestée

Cirtensis ;
Madaurensis
 ;
Tingitana

3

No 203 ;
205 ;
207

Origine africaine hypothétique

Culte à Dea Caelestis

Le fidèle n’est pas africain

1

No 199

Onomastique

Afer/Africanus

2

No 201 ; 230

Maurus et dérivés

14

No 206 (2 fois) ; 209 (2 fois) ; 210 ; 213 ; 219 ; 220 ; 222 ; 223 ; 224a ; 224b ; 226 ; 231

Nouellus

2

No 214 ; 218 ;

Donatus

2

No 216 ; 228

Saturninus

9

No 198 ; 200 ; 204 ; 205 ; 208 ; 211 ; 212 ; 217 ; 221

Optatus

8

No 202 ; 215 ; 224f (2 fois) ; 225 ; 227 (2 fois) ; 229

Tableau 6. Les Africani attestés et hypothétiques d’Augusta Emerita

  • 454 199 : Roma ; 206 : Emeritensis ; 230 : Emeritensis.
  • 455 No 200 ; cf. Forni 1976 ; Sanchez Abal & Redondo Rodríguez 1985.
  • 456 No 201.

88En effet, sur 36 documents répertoriés, trois personnages indiquent clairement leur origine africaine ; certes, trois signalent une origine clairement non-africaine454. La mention de la tribu Papiria455 est également un indice à prendre en compte, ainsi que les fonctions remplies à Augusta Emeérita456. Mais le grand nombre de personnages liés au milieu servile peut indiquer la présence d’une communauté d’origine africaine importante.

— Les grands ports

  • 457 Carthago Nova est dès sa fondation marquée par les liens qui l’unissent à l’Afrique, et, au tournan (...)
  • 458 Il ne faut pas oublier que très vite, dix ans après sa fondation, la ville devient romaine et capit (...)
  • 459 No 326.
  • 460 No 324.
  • 461 No 325.
  • 462 No 327 ; 329 ; 330.
  • 463 No 328.

89Situées sur la côte ibérique orientale ou occidentale, les villes portuaires sont bien évidemment l’un des sites où l’on s’attend à trouver des attestations relativement nombreuses ou significatives de la présence d’une communauté africaine. Or cela est relativement rare. Ainsi, il est intéressant de noter que Carthago Nova457, ville côtière fondée par les Carthaginois n’apparaît pas dans notre catalogue, ce qui peut sembler surprenant458, alors que, située plus au nord, la ville portuaire de Dianium semble accueillir une petite communauté d'Africani (sept personnages dont les surnoms sont Africanas459, Maurus460, Gaetulicus461, Saturninus462 et Rogatus463.) Certains ports attirent néanmoins davantage, sans doute à cause de leur potentiel économique, des relations martitimes privilégiées, ou d’un réseau migratoire organisé.

  • 464 IRC, IV, p. 52.
  • 465 Balil 1961, 144-148.

90Ainsi, une place particulière doit être faite à Barcino464, qui attire les Africains, même lointains465.

  • 466 P. Antonius Pudens (Albertini 1912, 303-304, no 41 ; Balil 1954b, 268 ; García y Bellido 1959, 147  (...)
  • 467 Bel exemple d’intégration réussie. Voir les liens de cette famille avec L. Cornelius G. f. Gal. Sec (...)

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine

attestée

Lixitanus ;
domo colonia Carthagine Magna

2

No 402466 ;
404
467

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Maurus

1

No 401

Optatus

5

No 395 ; 396 ; 397 ; 398 ; 405

Saturninus

3

No 399 ; 403 ; 406

Nouellus

2

No 400 ; 402

Rogatus

1

No 404

Tableau 7. Les Africani attestés et hypothétiques de Barcino

91Dans cette ville, deux Africani au moins indiquent leur origine géographique, ce qui montre bien que si Barcino attire les Carthaginois, ce qui apparaît comme logique du point de vue des relations maritimes, elle attire également un habitant de Lixus, dont la destination privilégiée était plutôt les côtes de Bétique ou de Lusitanie.

92Sur cette côte lusitanienne, Olisipo est le port le plus important, qui a ce titre possède une population plus cosmopolite que les villes de l’intérieur, population en partie constituée d’Africains.

  • 468 L’anonyme honoré pourrait être originaire d’Utique. Mais la lecture étant très difficile, on ne peu (...)

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine attestée

Vticensis ?468

1

No 187

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Afer/Africanus

3

No 183 ; 190 ; 190a

Maurinus

1

No 189

Gaetulicus

1

No 185

Optatus/tatinus

3

No182 ; 184 ; 186

Saturninus

1

No 188

Tableau 8. Les Africani attestés et hypothétiques d’Olisipo

  • 469 No 183 par exemple.

93Malheureusement, ces dix témoignages, qu’il faut décomposer en un sûr et neuf hypothétiques, ne nous permettent pas de mettre en évidence une réelle communauté africaine ; certains sont visiblement des pérégrins, et il semble logique de croire à une origine locale469. Néanmoins, la présence éventuelle d'un Vticensis, et les cinq attestations d’onomastique utilisant des adjectifs géographiques nous conduisent à penser que cette présence africaine était réelle, et sans doute importante à Olisipo.

  • 470 Cf. sur l’histoire de la ville et le rôle du port, par exemple : Seston 1968 = 1980 ; Rodríguez Nei (...)

94Situé plus au sud sur la côte de Bétique, Gades est un port maritime de grande importance470, né d’une fondation phénicienne ; ces deux éléments expliquent la présence d’une communauté africanisante importante.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Numida

1

No 110

Rogatus

6

No 95 ; 96 ; 101 ; 104 ; 109 ; 115

Saturninus

9

No 97 ; 107 ; 108 ; 111 ; 114 ; 116 ; 119 ; 121 ; 123

Maurus et dérivés

3

No 99 ; 113 ; 118

Optatus

9

No 98 ; 100 ; 102 ; 103 ; 105 ; 106 ; 117 ; 120 ; 122

Donatus

1

No 112

Tableau 9. Les Africani hypothétiques de Gades

95Même si ces personnages ne sont pas tous africains, l’influence de cette région, tout au moins sur un plan onomastique, semble être conséquente. On peut penser que Valerius [...] Numida est l’un des représentants de la communauté africaine, sans que cela soit prouvé.

  • 471 Str. 3.4.2 : Μάλακα... ἐμπορεῖον δ’ ἐστ τοῖς ἐν τῇ περαίᾳ Νομασί ; Plin., Nat., 5.19 : Siga oppidu (...)
  • 472 Gozalbes Cravioto 1993, 19 ; il propose en particulier de voir dans Mellila, le port le plus présen (...)

96Cité “voisine” fondée par les Phéniciens471, Malaca a entretenu très tôt des relations économiques avec la côte nord-africaine472, qui se maintiennent à l’époque républicaine et impériale.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Gaetulus

1

No 141

Tableau 10. Les Africani hypothétiques de Malaca

  • 473 Rodríguez Oliva 1982-1983, 246.
  • 474 No 141.
  • 475 Thouvenot 1940, 271, n. 6 ; Santero Santurino 1978, 72-73 ; 153, no 26 ; Rodríguez Oliva 1987, 197- (...)
  • 476 La pierre funéraire d’Aurelius Iulianus, nationem Afram, jeune chrétien mort à 7 ans à la fin du iv(...)
  • 477 Str. 3.4.2 : Μάλακα... φοινικικὴν τῷ σχήματι sur Malaca ; Plin., Nat., 5.19.
  • 478 Cf. par exemple Rodríguez Oliva 1987, 195 : “Ese carácter comercial... y la importancia de su puert (...)

97Selon P. Rodríguez Oliva473, une communauté d’Africains aurait pu se structurer dans cette cité. Elle pourrait être évoquée dans l’inscription gravée sur l’autel funéraire offert à Porcius Gaetulus474, par le terme collegium475, association funéraire, et serait la marque de la vigueur des relations, qui ont perdurées au Bas-Empire476. Néanmoins, l’origine géographique de ce personnage est controversée. Cependant, la situation géographique de Malaca477 ne peut que générer des relations étroites avec le continent africain. Il est alors surprenant de ne pas trouver à Malaca davantage d’attestations liées au monde africain, alors que les traces d’un commerce actif entre les deux côtes est bien attesté478.

  • 479 Str. 3.1.8 : Ἐντεῦθεν oἱ διάπλοι μάλιστά εἰσιν εἰς Τίγγιν τῇς Μαυρουσίας ; Plin., Nat., 5.2 : Abest (...)
  • 480 Sur le plan économique, cf. Bourgeois & Mayet 1991. Sur le plan social : présence d’un auxiliaire e (...)

98Le cas de Baelo Claudia est tout aussi significatif : dans ce petit port de jonction entre la Maurétanie Tingitane et la Bétique479, les attestations des relations entre ces deux entités géographiques sont nombreuses480.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Rogatus

1

No 132

Nouellus/ouatus

2

No 124 ; 130

Honoratus

2

No 125 ; 129

Optatus

1

No 126

Saturninus

3

No 127 ; 128 ; 133

Adherbal

1

No 131

Tableau 11. Les Africani hypothétiques de Baelo Claudia

  • 481 No 129 ; 130 ; On peut remarquer qu’un autre membre de la famille, Siscinia Q. f. Nouata, dont l’ép (...)
  • 482 Cf. ci-dessus.
  • 483 No 131.
  • 484 Cf. n. 401.

99L’influence onomastique est là encore importante, surtout si l’on songe au petit nombre d’inscriptions connues pour la cité portuaire. Mais on ne peut la nier : ainsi la gens Siscinia, attestée à plusieurs reprises, voit deux de ses membres481 porter des surnoms liés à l’Afrique, en particulier Nouata482. Mais c’est surtout la présence d’Adherbal, surnom attesté une seule fois483 en péninsule ibérique, mais bien connu en terre africaine484, qui nous incite à parler de la présence d’une immigration africaine à Baelo Claudia.

— Les capitales de conuentus

  • 485 Cinq inscriptions : no 23 ; 24 ; 25 ; 26 ; 27.
  • 486 No 26.
  • 487 Cinq attestations : no 87 ; 88 ; 89 ; 90 ; 91. Parmi ces cinq attestations, l’une d'entre elles ne (...)

100La situation administrative qui fait de ces cités un pôle urbain important, relais économique et politique, pourrait constituer un attrait pour les populations immigrantes, en particulier africaines. Mais cela ne semble pas être toujours le cas, comme à Hispalis, port fluvial485, où il est impossible de rattacher en particulier le jeune sénateur appartenant à la famille des Messii Rustid486 au monde africain. Astigi présente un profil identique487 et on ne peut donc parler de véritable communauté africaine dans son cas.

101Le cas de Lucus Augusti, capitale du conuentus le plus éloigné de l'Afrique est d’autant plus remarquable, même si on y a trouvé qu’un nombre très limité de documents.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Saturninus

1

No 268

Culte à Dea Caelestis

Le fidèle est sûrement africain

1

No 268

Le fidèle est peut-être africain

1

No 269

Tableau 12. Les Africani hypothétiques de Lucus Augusti

  • 488 Cf. ci-dessus.

102Néanmoins, la communauté africaine, constituée en grande partie de soldats, et non d’émigrés, a trouvé dans la ville le moyen de rendre un culte à une divinité africaine. Dea Caelestis488.

  • 489 No 175 ; Bonneville 1982. 20.

103Pax Iulia, elle aussi capitale de conuentus, a attiré quelques Africani, parmi lesquels un individu en particulier qui s’est totalement investi dans la province lusitanienne, étant incola de Balsa489, où on peut supposer qu’il gérait des affaires, et sans doute citoyen de Pax Iulia.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine attestée

Napolitanus, Afer

1

No 175

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Saturninus

2

No175 ; 176

Tableau 13. Les Africani attestés et hypothétiques de Pax Iulia

— Centres économiques

104Attirants parce que les ressources locales sont importantes, les centres économiques peuvent attirer des spécialistes, dont les compétences trouvent à s’exercer localement.

  • 490 D’Encarnaçaõ, IRC P. p. 163, rappelle que Myrtillis est un important port fluvial, débouché d’une z (...)

105Myrtillis, important port fluvial490 située de plus dans une zone minière, ne peut qu’attirer des populations émigrants pour raisons économiques.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine attestée

Vticensis

1

No 170

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Optatus

1

No 169

Donatus

1

No 171

Tableau 14. Les Africani attestés et hypothétiques de Myrtillis

  • 491 No 172 : sa femme. Sa fille est également connue.
  • 492 No 172. On trouve également dans cette cité un Optatus (no 173), mais ce dernier semble être un pér (...)

106La présence d’une communauté africaine est confirmée par la présence de L. Firmidius Peregrinus et de sa famille491, tous enterrés en Lusitanie. Cette famille d’Utique a visiblement investi de gros moyens dans la province, car elle est attestée dans deux cités, Myrtillis et Serpa492 située un peu plus au Nord.

— Autres cas de figure

107Quelques autres villes, dont l’importance géographique ou économique n’apparaît pas au premier abord possèdent néanmoins une population “africaine” qui semble conséquente.

  • 493 Castillo 1991, 79-99.
  • 494 Je remercie A. Caballos Rufino (Université de Séville) de m’avoir fourni cette information chronolo (...)

108C’est ainsi qu’Italica ne doit pas être négligée ; il semble en effet qu’“un ambiente de amistad y simpatía493 ” existe entre cette cité et les Maurétanies, cela surtout à partir de la seconde moitié du iie siècle, à une époque où la cité connaît des difficultés démographiques494.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine attestée

Mauretania

1

No 9

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Afer/Africanus

3

No7 ; 10 ; 11

Saturninus

2

17

No8

Maurus et dérivés

3

No 18 ; 19 ; 20

Libo

1

No 9

Culte à Dea Caelestis

le fidèle est sûrement africain

1

No 11

le fidèle est peut-être africain

1

No 14 ; 21

mention de Nemesis

4

No 12 ; 13 ; 15 ; 16

Tableau 15. Les Africani attestés et hypothétiques d’Italica

109Il semble en effet, que si les Africains attestés soient peu nombreux, un certain nombres d’éléments nous incitent à penser qu’une communauté africaine devait exister à Italica.

110Situé au centre de la péninsule ibérique, en Lusitanie, Turgalium n’est qu’un petit centre local ; néanmoins, le corpus de documents est important avec quinze inscriptions.

Nature des attestations

Indications

Total

Références au catalogue

Origine africaine hypothétique

Onomastique

Afer

3

No 234 ; 237 : 238

Maurus et dérivés

6

No 235 ; 240 ; 241 ; 245 ; 246 ; 247

Donatus

1

No 233

Saturninus

4

No 236 ; 242 ; 243 ; 244

Honoratus

1

No 239

Tableau 16. Les Africani hypothétiques de Turgalium

  • 495 No 235 ; 237 par exemple.

111Mais cet ensemble nous renvoie principalement à une onomastique locale495. Seuls quelques esclaves et affranchis pourraient être originaires d’Afrique, mais cela ne suffit pas à structurer une communauté africaine. Turgalium est sans doute l’exemple type de la cité dont l’onomastique aurait pu nous induire en erreur.

L’intégration des Africani

  • 496 Castillo 1991, 89 parle de “personas oscuras”.
  • 497 Bien entendu, les témoignages dont nous disposons ont été produits par les familles les plus riches (...)

112Enfin, un dernier aspect ne doit pas être négligé, la place des immigrés dans la société péninsulaire et leur intégration. Doit tout d’abord être envisagée la réussite de leur migration. Elle est évidente lorsque l’on constate la présence de monuments funéraires, mis en place par des Africani ou leurs descendants, en particulier lorsque les défunts sont des enfants. La vision qu’ont certains auteurs de la place occupée par les Africani est souvent réductrice496 ; certes, tous n’arrivent pas au sommet de l’élite, mais ils sont présents à tous les niveaux de la société497.

Le milieu militaire

113Certains des supposés Africani relèvent du milieu militaire ; soldats incorporés principalement à la legio VII, ils se sont ensuite installés dans les principales villes de la péninsule ibérique. C’est dans ce contexte que les vétérans africains et certains officiers peuvent être étudiés :

Tableau 17. Les militaires

  • 498 No 203.
  • 499 No 358 ; cf. note 41.
  • 500 Roldán Hervás 1974, 247.
  • 501 Ibid., 300-301
  • 502 No 408.

114Ainsi, Licinius Setianus a fondé une famille dans la capitale de la Lusitanie498, tout comme C. Caecilius Quartus, ueteranus legionis VII Geminae felicis, oriundas Siccae Veneriae499. Ce dernier est sans doute entré dans la legio VII dans le cadre des troubles ayant conduit le passage de cette légion en Afrique sous Antonin le Pieux500. En effet, on connaît plusieurs autres soldats incorporés à cette occasion, également dans les troupes auxiliaires501. Son corps de troupe retournant à son camp de base, le nouvel incorporé a suivi, et d'africain est devenu hispanique. Certains de ces personnages ne peuvent cependant pas être inclus dans le groupe des Africani ; il semble ainsi certain que L. Marcius Optatus soit originaire d’Iluro502.

  • 503 C’est en tout cas ce que constante Balil 1954b, 273 pour le Levant.

115Néanmoins, dans la majorité des cas, il s’agit d’une émigration civile503, qui permet une intégration sans doute plus facile à la population locale ; c’est alors en tant que notables que l’on peut repérer les Africani.

Les notables

  • 504 Haley 1991, 49 décompte deux affranchis et un esclave parmi les 48 Africani qu’il dénombre ; on doi (...)

116En effet, c’est bien entendu leur intégration aux élites locales, réussie ou pas, qui est la plus significative. Nous ne pouvons que difficilement imaginer ce que les Africani ont laissé derrière eux504. Mais nous pouvons constater la place nouvelle qu’eux et leurs descendants directs occupent.

117Certains ont ainsi réussi, après une adlectio inter ciues trop rarement mentionnée, à faire partie des élites politiques de la cité, occupant des charges municipales, ou faisant acte d’évergétisme, comme le montre le tableau suivant :

  • 505 Le surnom Nouatus est celui du frère de Sénèque, qui a épousé une Heluia ; cf. Dardaine 1983, 10.

No du cat.

Nom

Place dans la société

Date

Ville

9

Vibia Modesta C. Vibii Libonis f.

Iterato honore bis flaminica sacerdos CAAI

180/230

Italica

20

M. Sentius M. f. Serg. Maurianus, Italicensis

Aedilis, Iluir, augurperpetuus coloniae

80/130

Italica

21

P. B(adius ? uel-aebius) Fortunatus

Sacerdos CAAItal.

iie s.

Italica

29

L. Marcius L. f. L. n. L. pron. G. abn. Quirina Saturninus

Ornamenta decurionatus (post mortem ?)

Salpensa

39

Aristius Optatus

Patronus rei p. Hispalensis

Conobaria

41

Postumia C. f. Honorata, Barbesulana

Sacerdos diuarum August.

Ocurrí

52

M. Cornelius A. f. Nouatus Baebius Balbus

Flamen prouinc. Baeticae

ier/iie s.

Igabrum

58

Cn. Pompeius Cn. F. Gal. Afer

Aed., IIuir

Époque aug.

Torrepadones

59

L. Aelius Optatus

Curator ?

222/235

Ulia Fidentia

60

Idem

idem

Idem

Idem

67

L. Iunius Maurus

Larum Augg. magister

iie s.

Singilia Barba

95

Q. Antonius C. f. Gal. Rogatus

Decurio ; augustalis

Gades

135

Fuluia Sex. Fil. Honorata ?

Ob honorem flamoni (de son époux ?)

Début iie s.

Barbesula

136

C. Ceruius Quintianus Quir.

IIuir

Début iie s.

Barbesula

137

L. Fabius Gal. Caesianus

IIuir, flamen perpetuus

Barbesula

139

L. Munius Quir. Nouatus

Per honorem Iiuiratus

83/96

lluro

140

L. Porcius Quir. Saturninus

Pontifex

Cartima

145

M. Heluius M. f. Gal. Nouatus505

Huir, aed. ?, pontifex diui Aug.

Milieu ier s.

Urgavo

148

P. Attenius C. f. Gal. Afer

Flamen Augusti

ier s.

Epora

150

Cornelius Africanus

Flamen

iie s.

Corduba

151

M. Valerius Saturninus, Lacipponensis

Flamen

Corduba

152

Clodius G. f. Serg. Saturninus, Patriciensis

IIuir, flamen Diuorum Augg. prouinc. Baeticae

iier/iiie s.

Corduba

169

C. Marius Optatus

IIuir

164

Myrtillis

201

P. Attenius C. f. Gal. Afer

Flamen Aug.

Augusta Emerita

230

L. A[...] Africanus, Emeritensis

Augustalis

Augusta Emerita

294

C. Licinius C. f. Gal. Saturninus

Aed. IIuir, flamen

Ilerda

305

T. Octauius Saturninus

Sodalis Claudianus

Cabeza del Griego

310

C. Sempronius Mauricus

VIuir augustalis

Fin ier/début iie s.

Baesucci

347

L. Valerius L. f. Gal. Optatus

Aed., flamen, IIuir Saliorum magister

iie s.

Saguntum

362

L. Antonius L. f. Gal. Saturninus

Aed., IIuir, flamen prou. H. c.

Tarraco

364

L. Caecilius Porcianus

Decurio adlectus in col. Tarraconensis, itemq. aed., IIuir ?

ier/iie s.

Tarraco

372

G. Auidius Primulus

Sacerdos Caelestis

Seconde moitié iie/ début iiie s.

Tarraco

394

Q. Granius Q. f. Gal. Optatus

IIuir

Aquae Calidae

395

L. Caecilius L. f. Pap. Optatus

Atlectus a Barc. inter immunes, consecutus in honores aedilieios. IIuir III, flamen Romae diuorum et Augustorum

Tarraco

396

C. Aemilius C. f. Gal. Antoninianus

Aed., IIuir, flamen

Tarraco

397

M. Herennius Gal. Seuerus

Aedilis, IIuir, flamen Aug.

Début iie s.

Tarraco

398

M. Aemilius L. fil. Gal. Optatus

Ordo aedilicios et IIuirales gratuitos honores (decreuit)

Début iie s.

Tarraco

408

L. Marcius Q. f. Gal. Optatus

Aedilis Tarracone, IIuir Ilurone, IIuir quinquennalis primus

lluro

409

M. Cornelius M. fil. Gal. Saturninus Paternus

Aed., IIuir, flamen

Emporiae

Tableau 18. Les Africani parmi les élites politiques et religieuses municipales

  • 506 No 9.
  • 507 Cf. ci-dessus.
  • 508 Cf. ci-dessus.
  • 509 Castillo 1991, 88 souligne la “holgada posición económica” de la famille.
  • 510 Cf. García Martinez 1997, 330.
  • 511 S’il a eu des responsabilités locales, elles ne sont pas indiquées.
  • 512 Elle pourrait être liée aux liens crées entre la Bétique et les Maurétanies, à la suite des invasio (...)
  • 513 On connaît le cas similaire d’un riche affranchi dont le fils adoptif a été particulièrement distin (...)

118L’un des plus beaux exemples d’implantation réussie est celui de Vibia Modesta506 ; d’origine maurétanienne, comme l’atteste le nom de son père, C. Vibius Libo507, mais aussi la mention de son origo508, elle est installée à Italica. Aucun autre membre de sa famille n’est connu, on ne peut donc que proposer que deux hypothèses : soit elle a épousé un Italicensis appartenant aux élites locales, soit son père, C. Vibius Libo, s’est installé à Italica, pour des motifs économiques509. Cette seconde hypothèse est à retenir ; en effet, plusieurs indices laissent penser que ce Maurétanien est bien connu à Italica510. Son nom est indiqué en entier dans la dénomination de Vibia Modesta, ce qui permet à cette dernière de bien se situer dans la société locale, mais sans que le père ait rempli de fonction511. L’accès de Vibia Modesta à de hautes responsabilités sacerdotales – le flaminat, exercé deux fois-, est sans doute une façon de remercier C. Vibius Libo, et de marquer leur présence dans la cité : pour des raisons diverses – une installation récente par exemple512-, C. Vibius Libo n’a pu remplir de charges locales513 ; aussi sa fille est particulièrement distinguée par la cité, ce qui permet, dans l’inscription évoquant ses actes d’évergétisme, de faire figurer le nom du père.

  • 514 No 10.
  • 515 Castillo 1991, 89.

119L’évergétisme est en effet un bon moyen pour les immigrants de s’insérer dans la société locale ; ainsi, Iunia Africana514 et son époux M. Cocceius Iulianus offrent à la cité deux colonnes et un epistylium515.

  • 516 No 358 ; cf. note 41.

120Mais la meilleure intégration se traduit souvent par des mariages mixtes, entre un émigré et une famille locale ; ainsi, C. Caecilius Quartus516, de Sicca Veneria a épousé Sempronia Fabiana, dont la famille semble originaire de Tarraco, même si le cognomen de cette dernière pourrait être relié à l’Afrique.

Le milieu servile

121Mais les émigrants ne sont pas tous volontaires, nés libres et appartenant à des milieux sociaux suffisament haut placés dans la hiérarchie. Certains subissent la migration de façon autoritaire, quand ils sont vendus comme esclaves.

  • 517 On peut remarquer le couple formé par M. Fuficius Μ. 1. Lybicus et Fuficia Μ. l. Maurilla à Monturq (...)
  • 518 On ne peut ici retenir [Mu]mmius Saturnin[us], [Majuret(ania) Caesariens(i), dont l’inscription ava (...)
  • 519 Mangas Manjarrés 1971, 52 : le critère onomastique est à utiliser avec réserve, car le maître peut (...)
  • 520 Cf. la bibliographie ci-dessus.

122Quelle que soit la dénomination, de type géographique (Afer...) ou particulièrement attesté en Afrique (Saturninus...), la présence servile est importante517 dans notre catalogue518. Venant d’Afrique, et libérés par des maîtres hispaniques, ils finissent leur vie dans la cité qui les a vu naître à la liberté. Le nom qu’ils portent peut alors rappeler leur origine, sans que cela soit un critère totalement fiable519. On peut supposer que certains de ces esclaves ont été capturés lors des invasions maures du iie siècle520 ; leur nom d’esclave pourrait alors rappeler leur origine sous les formes de Maurus/a et dérivés, bien attestées en Bétique (31 attestations) et en Lusitanie (31 également).

123Affranchis, certains accèdent à des fonctions importantes dans la cité, comme le montre le tableau ci-dessous :

No du cat.

Nom

Fonction

Date

Ville

8

L. Caelius Saturninus

Ob honorem IIIIIIuiratus

Première moitié iie s.

Italica

49

Q. Valerius Optatus

Augustalis perp.

iie s.

Sosontigi

54

Cornelius Fidi lib. Saturninus

Augustalis [...] Iponobensis

Milieu iie s.

Iponoba

61

M. Fuficius M. l. Lybicus

Augustalis col Aug. Fir.

Seconde moitié du iie s.

Monturque

120

Albanius Optatus

VIuir augustalis ?

iie s.

Gades

182

C. Arrius Optatus

Augustalis

Olisipo

399

L. Aemilius Saturninus

Ob honorem IIIIIIuiratus

Barcino

Tableau 19. Les Africani affranchis insérés dans la vie religieuse de leur cité

  • 521 A Italica, Gades, Olisipo, Barcino par exemple.

124On le constate, certains affranchis ont réussi à se faire une place dans la société locale, assumant principalement les fonctions de sévirs augustaux. Néanmoins, hormis dans le cas de M. Fufilius Lybicus, dont l’origine ne laisse que peu de doutes, il est impossible de penser que ces affranchis sont à coup sur des Africani. S’ils sont originaires de cette province, leur origine n’a certainement joué aucun rôle dans leur ascension sociale, sauf peut être dans quelques villes où la communauté africaine semble bien présente521.

Le nom des enfants

  • 522 On voit mal un émigré changer de nom en arrivant en péninsule ibérique, alors que dans son pays, se (...)
  • 523 L. Iunius Maurus, le père de Iunia Maurina (no 67 ; cf. note 142) ; Ceruia Maura, la mère de C. Cre (...)
  • 524 L. Fabius Maurus est le fils de Cornelia Optata (no 94) ; Saturninus, époux de Maurile et père de M (...)

125Mais c’est bien entendu l’onomastique des enfants des Africani qui retient notre attention. En effet, s’il faut supposer que les enfants de ces immigrants négligent de rappeler leur origine, surtout quand leurs parents se sont intégrés à la cité, à la suite d’une adlectio inter ciues, il paraît néanmoins séduisant de supposer que l’onomastique des membres de la seconde génération évoque cette origine, par l’utilisation d’un ethnique plus ou moins déformé, comme Afer ou Maurus, ou l’emploi d’un cognomen associé à l’Afrique et donc déjà porté par des membres de la famille. Il me semble en effet plus logique de croire, si ces cognomina répertoriés ont un lien avec les provinces africaines et l’origine des émigrés, que les immigrants les ont utilisés pour leurs enfants522, afin de rappeler leur origine ; il est difficile de croire que les émigrés africains auraient porté en grand nombre des surnoms évoquant leur origine. C’est ainsi que dans quelques cas, on peut se rendre compte que des familles transmettent le même surnom523 de parents à enfants, manière normale de transmettre le nom, mais qui pourrait signifier ici une volonté de rester attaché à cet élément culturel. D’autres vivent dans une ambiance onomastique “africaine”, plusieurs membres de la famille possédant des cognomina ayant un lien avec les provinces africaines524.

126Il faut néanmoins rester extrêmement prudent, surtout lorsqu’aucun autre indice ne vient corroborer cette hypothèse.

  • 525 Des Maures auraient été installés au sud de la province d’Ultérieure, dans une nouvelle cité, appel (...)
  • 526 Alonso Villalobos 1987.
  • 527 Étienne & Fabre 1979, 98.

127En dépit d’un épisode très précoce, lié à la période du protectorat augustéen sur la Maurétanie525, puis des conctacts évidents à l’époque de Claude526, les Africains arrivent relativement tard dans la péninsule ibérique, sans doute pas avant la fin du ier siècle527 ; les provinces africaines, en particulier les plus occidentales, sont en effet plus tardivement intégrées à l’empire, et, il a fallu un peu de temps pour que les élites locales aient la volonté de quitter la patria pour se lancer à la conquête du vaste monde, de l’autre côté de la mer. Si on observe la répartition chronologique des documents datés de notre étude figurant dans le tableau ci-après, quelques remarques peuvent être faites :

  • 528 5 sont en Bétique, 2 en Lusitanie, 1 en Tarraconaise.
  • 529 No 410 ; sa présence n’est pas significative, l’inscription ayant été retenue comme exemple pour un (...)

Note 528528
Note 529529

  • 530 Haley 1991, 50-51.
  • 531 On peut se reporter au Tableau 1. L’origine géographqiue des immigrés africains, p. 103.

128Il apparaît que la grande période, non d’immigration mais de présence de surnoms liés à l’Afrique se situe au tournant du iie siècle, ce qui, si nous acceptons l’hypothèse de la mention de surnoms “africanisants” dans la dénomination de la seconde génération, placerait l’apogée des migrations à la fin du ier siècle, sous les Flaviens530, et au début du iie. On peut alors se demander si leur politique de promotion générale aux provinces hispaniques n’a pas été un des motifs des migrations des Africains, qui pensaient peut-être trouver en Hispania une société encore ouverte, dans laquelle ils pourraient gravir les échelons assez rapidement, à un moment où les cités africaines n’étaient pas toutes privilégiées. En parallèle, on constate que les Africani dont l’origine est sûre se placent principalement entre 50 et 230 environ531, la majorité se plaçant entre 150 et 230. Le déclin des arrivées au iiie siècle peut sans doute être mis en relation avec l’endormissement de la péninsule ibérique à cette époque, alors que les provinces africaines font preuve d’un réel dynamisme économique et culturel.

  • 532 Pour une datation plus précise, on peut supposer que L. Cornelius Saturninus, enterré à Arva (no 38 (...)
  • 533 No 318 à Ilici ; no 57 à Torrepadones. Également à Torrepadones, Cn. Pompeius Cn. f. Gal. Afer est (...)
  • 534 No 58 (Afer).
  • 535 No 161 : Vibia Gaetula.
  • 536 Barbaba T. f. ou 1. Optata (no 225), si elle est affranchie, pourrait être à l’origine une esclave (...)

129La présence de huit documents de l’époque républicaine ou/et augustéenne est donc d’autant plus remarquable. Si certains semblent n’avoir avec le monde africain que des relations très lointaines532, d’autres témoignages peuvent être mis plus directement en relation avec le phénomène migratoire, comme les attestations du culte de Dea Caelestis533, la présence d’un surnom ethnique534 rare535, un statut social particulier536.

  • 537 Balil 1954b, 251.
  • 538 Balil 1954b, 272 ; García y Bellido 1959, 120 ; 144.
  • 539 Cf. ci-dessus.
  • 540 Stanley 1990, 75 : sur les étrangers identifiables en Lusitanie, on compte 3 Italiens et 3 Africain (...)
  • 541 Entre les émigrés volontaires, intégrés socialement et politiquement à leur communauté d’adoption, (...)
  • 542 Le mariage entre Africani par exemple.
  • 543 Comme les cupae ; cf. p. 119, n. 236

130Ce groupe d’émigrants africains n’est pas toujours simple à cerner, comme nous l'avons montré ; comme le signalait A. Balil537, “nunca conoceremos exactamente la intensidad y la importancia de estos grupos”, mais il a sans doute constitué l’une des influences extra-provinciales les plus importantes538 en péninsule ibérique, les apports n’ayant pas été qu’humains539. Les Africani constituent une communauté presque aussi importante que celle des Italiens540, communauté que nous avons essayé de cerner, sans pouvoir toutefois la saisir dans son intégralité et sa complexité sociale541. Nous avons pu néanmoins constater, dans certaines familles, par des pratiques onomastique, cultuelles ou familiales542, le maintien d’une tradition africanisante. Comment étaient structurées ces petites communautés dans les villes les plus importantes ? Y avait-il des associations professionnelles géographiques de marchands, d’artisans ? Pouvait-on trouver des quartiers d’émigrés dans les villes ? Ce n’est évidemement pas par le biais d’une telle étude que nous pouvons répondre à ces questions, notre documentation étant bien trop lacunaire sur ces aspects. Néanmoins, essayer de comprendre comment les Africani ont été acceptés par les Hispani permettrait de comprendre ce qu’a signifié pour la pénisule ibérique un tel apport, qualitatif et quantitatif, même si ce dernier aspect est à mesurer avec une grande prudence. Ces arrivées ont-elles initié des modifications comportementales, politiques, sociales, culturelles ? Ce n’est souvent malheureusement que par le biais des réalisations artistiques, comme les sépultures543, que nous pouvons avoir une idée de ces apports et de leur enracinement.

  • 544 Rodrίguez Fernández 1987, 227-230.
  • 545 IAM, 469 Volubilis : Mamiliae C. f. Lucil[lae], ex Baetica municipio Conobaria.

131Les liens ne sont cependant pas à sens unique ; il suffit pour cela de constater que de nombreux Hispani sont installés en Afrique ; l’influence du recrutement militaire y est sans doute pour beaucoup. Ainsi, des Astures vont être enrôlés dans les troupes romaines, dès la pacification du Nord-Ouest de la péninsule, et ces auxiliaires envoyés dans le Nord de l’Afrique, en particulier dans les Maurétanies544. Des femmes de Bétique épousent des Africains545. Les liens de voisinage étaient donc fort, entre deux régions proches géographiquement et qui ont bénéficié du même calme relatif au cours du iiie siècle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abascal Palazón, J. M. (1994): Los nombres personales en las inscripciones latinas de Híspania, Murcie.

Adam, J.-P. (1984) : La construction romaine. Matériaux et techniques, Paris.

Aguilar Sáenz A., Guichard, M. et S. Lefebvre (1994) : “La ciudad antigua de Lacimurga y su entorno rural”, in : Gorges & Salinas de Frias 1994, 109-130.

Albertini, E. (1912) : “Les étrangers résidant en Espagne à l’époque romaine”, Mélanges Cagnat, Paris, 297-318.

Albertos, M. L. (1966): La onomástica personal primitiva en Hispania Tarraconensis y Bética, Salamanque.

Alföldy, G. (1984): “Drei städtische Eliten im römischen Hispanien”, Gerión, 2, 193-238.

Almagro Basch, M. (1976): “Antigüedades de Mérida en el Museo Arqueológico Nacional”, Augusta Emerita, Actas del Simposio Internacional conmemorativo del Bimilenario de Mérida. 16-20 noviembre 1975, Madrid, 127-139.

Alonso Villalobos, C. (1987): “Aproximación al estudio de las relaciones entre la Bética y Mauritania Tingitana durante el reinado de Claudio”, España y el norte de África. Bases históricas de una relación fundamental, I, Actas del I Congreso Hispano-Africano de las culturas mediterráneas “Fernando de los Rios Urruti”, España y el norte de Africa. Bases históricas de una relación fundamental, juin 1984, Grenade, 207-213

Álvarez Martínez, J. Μ. (1997): “La influencia africana en el mosaico hispanorromano: algunas consideraciones”, Anas, 10, 39-50.

Amador de los Rios, J. (1873): “Monumentos funerarios sarcófagos paganos custodiados en las Museos de Porto y Lisboa”, Museo Español de antigüedades, 2, 235-254.

Aounallah, S. (2001) : Le Cap Bon, jardin de Carthage. Recherches d’épigraphie et d’histoire romano-africaines (146 a. C.-235 p. C.), Ausonius Scripta Antiqua, 4, Bordeaux.

Aubet Semmler, Μ. E. (1992) : “Nuevos datos arqueológicos sobre las colonias fenicias de la bahía de Málaga”, Lixus, Coll. EFR 166, Rome, 71-78.

Azevedo, P. A. de (1898): “Noticias antigas sobre archeologia”, AP, 4, 277-280.

Balil, A. (1954a) : “Tres aspectos de las relaciones hispano-africanas en época romana”, CAME, I, Tetouan juin 1953, Tetouan, 388-404.

–––– (1954b) : “La economía y los habitantes no hispánicos del Levante español durante el Imperio romano”, Archivo de Prehistoria levantina, 5, 251-273.

–––– (1961) : “Miscellanea Barcinonensia (I)”, Cuadernos de Arqueología e Historia de la ciudad, 2, 141-152.

–––– (1964) : Colonia Iulia Augusta Paterna Faventia Barcino, Madrid.

Ben Abdallah, Z. et L. Ennabli (1998) : “Caelestis et Carthage”, Antiquités Africaines, 34, Hommages à G. Souville, 2, 175-183.

Ben Abdallah, Z. et L. Ladjimi Sebai (1983) : Index onomastique des inscriptions latines de Tunisie, Paris.

Benabou, M. (1976) : La résistance africaine à la romanisation, Paris.

Bendala Galán, M. (1981): “Las religiones mistéricas en la España romana”, La religiόn romana en Hispania, Madrid, 283-299.

–––– (1986) : “Die orientalischen Religionen Hispaniens in vorrömischer und römischer Zeit”, ANRW, II, 18-1, 345-408.

Blázquez, J. M. (1962) : Religiones primitivas de Hispania. Fuentes literarias y epigráficas, Madrid.

–––– (1967) : “Posible origen africano del cristianismo español”, ARArq, 40, 115/116, 30-50.

–––– (1969) : “Relaciones entre Hispania y África desde los tiempos de Alejandro Magno hasta la llegada de los Arabes”, Die Áraber in den alten Welt, 5, 2, Berlin, 470-498.

Bonneville, J.-N (1982) : “Remarques sur l'indication de l'origo par la tribu et le toponyme après des tria nomina sans filiation”, MCV, 18/1, 5-32.

Bourgeois, A. et F. Mayet (1991) : Belo VI, Les sigillées, Fouilles de Belo, CCV 34, Madrid.

Broughton, T. R. S. (1952): The Magistrates of the Roman Republic, II, New York.

Burian J. (1961): “Die Afrikaner im römischen Reich in der Zeit des Prinzipats”, Das Altertum, 7, 4, 233-238.

Callegarin, L. (1999) : Gadir/Gades et le “Circuit du Détroit” : de la genèse à l’époque augustéenne, Thèse dactylographiée soutenue à Toulouse 2.

Caballos Rufino, A. (1994) : “Varia funeraria italicense”, Habis, 25, 227-248.

Canto, A. M. (1977) : “Saturninus, Augusti libertus”, Gallaecia, 3-4, 301-306.

–––– (1980) : “Saturninus Augusti libertus”, ZPE, 38, 141-145.

Carvalho, H. P. A. de (1993-94) : “Contribuiçao para o estudo da esculturas funeraria de época romana encontrada em Portugal”, Cadernos de arqueología, Série II, 10-11, 65-90.

Castillo, C. (1965) : Prosopographia Baetica, Pampelune.

–––– (1982): “Los senadores héticos”, EOS, 2, Tituli, 5, 456-519.

–––– (1991): “Relaciones entre Hispania y África en época alto-imperial: documentación epigráfica”, L’Africa romana, 8, 79-99.

Chic García, G. (1983) : “Portus Gaditanus”, Cades, 11, 105-134.

Christol, M. (1992) : “Les ambitions d'un affranchi à Nîmes sous le Haut-Empire : l'argent et la famille”. Cahiers du Centre Glotz, 3, 241-258.

Christol, M. et S. Demougin (1990) : “De Lugo à Pergame : la carrière de l'affranchi Saturninus dans l'administration impériale”, MEFRA, 102, 1, 159-211.

Ciccotti, E. (1891) : “I sacerdozi municipali e provinciali della Spagna”, RFIC, 19, 1-84.

Crespo Ortiz de Zárate, S. (1998) : “Los Publicii de Hispania Romana : las fuentes epigráficas”, HAnt, 22, 139-155.

–––– (1999): “El rechazo de un gentilicio esclavista: el caso de los Publicii de Hispania romana”, Conimbriga, 38, 75-104.

–––– (1999a): “Corpus epigráfico para el estudio de los vernae/vernaculi hispanorromanos”, HAnt., 23, 143-166.

Dardaine, S. (1983) : “La gens Argentaria en Hispania (la femme de Lucain avait-elle une origine hispanique ?)”, MCV, 19/1, 5-15.

Delgado Delgado, J. A. (1998) : Elites y organización de la religión en las provincias romanas de la Bética y las Mauretanias : sacerdotes y sacerdocios, BAR International Series 724, Oxford.

Dondin-Payre, M. et M.-Th. Raepsaet-Charlier (2001) : Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, Bruxelles.

Encarnaçaõ, J. d’(2000) : “L’Africa et la Lusitania : trois notes épigraphiques”, L’Africa romana, 13, 1291-1298.

Ervedosa, C. (1985): “Ara votiva a Júpiter encontrada em Sabrosa”, TAE, 25, 165-170.

Etienne, R. (1958) : Le culte impérial dans la Péninsule ibérique d'Auguste à Dioclétien, Paris.

–––– (1982) : “Sénateurs originaires de Lusitanie”, EOS, 2, Tituli, 5, 521-529.

Étienne, R. et G. Fabre (1979) : “Immigration à Tarragone, capitale d’une province romaine d’Occident”, RUM, 18, 118, 95-115.

Étienne, R. et Fr. Mayet (1971) : “Briques de Bélo, relations entre la Maurétanie Tingitane et la Bétique au Bas-Empire”, MCV, 7, 59-69.

Fabre, G. (1973) : “Un affranchi impérial à Conimbriga : P. Aelius Ianuarius”, REA, 75, 111-125.

Forni, G. (1953) : Il reclutamento delle legioni da Augusto a Diocleziano, Rome.

–––– (1976) : “La tribu Papiria di Augusta Emerita”, Augusta Emerita. Actas del simposio internacional conmerorativo del bimilenario de Merida, novembre 1975, 33-42.

Galsterer, H. (1971) : Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel, Madrider Forschungen, 8, Berlin.

García, J. M. (1991) : Religiões antigas de Portugal, Lisbonne.

García y Bellido, A. (1957) : El culto a Dea Caelestis en la Penisula iberica, Madrid.

–––– (1957a): “El culto a Dea Caelestis en la Peninsula iberica”, BRAH, 140, 451-485.

–––– (1959): “El elemento forastero en la Hispania romana”, BRAH, 144, 119-154.

–––– (1960): “Culte de Nemesis”, BRAH, 147, 119-147.

–––– (1964): “Mercenarios y auxilia africanos en España en la Antigüedad”, Numisma, 14, 71, 9-16.

–––– (1964a): “El mellephebos en bronce de Antequera”, AEspA, 38, 22-32 = (1969): “Die Bronze Mellephebos von Antequera”, Antike Plastik, 9, 73-78.

–––– (1967) : Les religions orientales dans l’Espagne romaine, Leyde.

García Martínez, M. R. (1997): “Hispania Baetica: ámbito de atracción de inmigrantes en época romana”, Historia Antigua, 21, 321-340.

Gascou, J. (1974) : “Note sur l'évolution du statut juridique de Tanger entre 38 av. J.-C. et le règne de Claude”, AntAf 8, 67-71.

–––– (1981) : “Tendances de la politique de Claude en Maurétanie”, Ktéma, 6, 227-238.

–––– (1982) : “La politique municipale de Rome en Afrique du Nord. I : de la mort d’Auguste au début du iiie s.”, ANRW, II. 10-2, 136-229.

Gaudemet, J. (1965) : “L’étranger dans le monde romain”, Studi Callici, 7, 37-47.

Gorges, J. G. et M. Salinas de Frias, éd (1994) : Les campagnes de Lusitanie romaine, Madrid-Salamanque.

González-Conde Puente, Ma P. (2000): “Cocceia Severa y los Cocceii Hispanos”, HAnt, 24, 165-173.

González Fernández, J. et A. Caballos Rufino (1983) : “Die Messii Rustici. Eine senatorische familie aus der Baetica”, ZPE, 52, 157-171.

Gozalbes Cravioto, E. (1977) : “Málaga y la Costa Norteafricana”, Jabega, 19, 19-22,

–––– (1993) : “Establecimiento de Mauritanos en el campo de Gibraltar en época de Augusto”, Almoraima, 9, 269-276.

Guichard, P. et S. Lefebvre (1992) : “Un nouveau vicus en Hispanie d'après une inscription inédite d'Estrémadure”, MCV, 28/1, 165-179.

Haley, E. W. (1986) : Foreigners in Roman Imperial Spain : Investigations of Geographical Mobility in the Spanish Provinces of the Roman Empire 30 b. C.-a. d. 284, Université de Colombia, UMI.

–––– (1991) : Migration and Economy in Roman Imperial Spain, Barcelone.

Halsberghe, G. H. (1984): “Le culte de Dea Caelestis”, ANRW, II. 17-4, 2203-2223.

Hopkins, H. (1965) : “Elite Mobility in Roman Empire”, Past and Présent, 32, 12-26.

Hornum, Μ. B. (1993) : Nemesis, the Roman State and the games, EPRO, Leyde.

Juliá, D. (1965) : “Les monuments funéraires en forme de demi-cylindre dans la province de Tarraconaise”, MCV, I, 19-74

Kajanto, I. (1982) : The Latin Cognomina2, 1965, Helsinki.

Lassère, J. M. (1977) : Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C.-235 p. C.), Paris.

Le Bohec, Y. (1989) : La IIIe légion Auguste, Paris.

Le Glay, M. (1961) : Saturne africain. Monuments, I, Afrique proconsulaire, Paris et (1966) : Saturne africain. Monuments, II, Numidie-Maurétanies, Paris.

–––– (1989) : “L’épigraphie juridique d’Afrique romaine”, Epigrafía Jurídica Romana, Actas del colloquio international AIEGL, Pampelune, 179-212.

Le Roux, P. (1977) : “Lucus Augusti, capitale administrative au Haut-Empire”, Actas del Coloquio internacional sobre el Bimilenario de Lugo, Lugo, 83-106.

–––– (1982) : L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris.

–––– (1985) : “Procurateur affranchi in Hispania : Saturninus et l'activité minière”, MM, 26, 218-233.

–––– (2001) : “Oriunda Mauretania”, Ubique amici, Mél. Lassère, Montpellier, 239-248.

Lomas Salmonte, Fr. J. et P. Sáez Fernández (1981) : “El kalendarium Vegetianum, la annona y el commercio del aceite”, MCV, 17, p. 55-84.

López Pardo, F. (2002) : “Traslados de población entre el Norte de África y el sur de la Península Ibérica en los contextos coloniales fenicio y púnico”, Gerión, 20, 1, 113-152.

López Vilar, J. (1999-2000): “Considérations sobre les cupae i altres estructuraes funeràries afins”, BulletίArqueològic, 21-22, 65-73.

Mangas Manjarrés, J. (1971) : Esclavos y libertos en la España romana, Salamanque.

Marín Ceballos, M. C. (1993): “Dea Caelestis en la épigrafía hispana”, II Congresso peninsular de Historia antiga, Coimbra, oct. 1990, Coimbra, 825-845.

Márquez Villora, J. C. (1999): El comercio romano en el Portus Ilicitanus: el abastecimiento exterior de productos alimentarios (siglos I a. C.-V d. C), Alicante, Publicaciones de la Universidad de Alicante.

Mirón Pérez, Ma D. (1996) : Mujeres, religión y poder : el culto imperial en el Occidente mediterráneo, Grenade.

Mócsy, A. et alii (1983) : Nomenclator provinciarum Europae Latinarum et Galliae Cisalpinae, Budapest.

Nieto Navarro, M. (1987) : “Las incursiones de los Mauri en la Bética durante el reinado de Marco Aurelio. Nuevo estado de la cuestion”, España y el norte de Africa. Bases históricas de una relación fundamental, I, Actas del I congreso Hispano-Africano de las culturas mediterráneas “Fernando de los Rios Urruti”, juin 1984, Grenade, 217-225.

Ordóñez Agulla, S. (1988): Colonia Augusta Firma Astigi, Écija.

Palao Vicente, J. J. (1998): “La participación de Africani en la legio VII Gemina”, Iberia, 1, 145-166.

Pérez Almoguera, A. et A. Prieto Arciniega (1979): “Aspectos de los movimientos de población en la provincia romana de la Bética”, Memorias de Historia Antigua, 3, 239-258.

Pflaum, H.-G. (1956) : “Remarques sur l’onomastique de Castellum Celtianum”, Carnuntina, III, 126-151 = (1978) : L’Afrique romaine. Scripta Varia I, Paris, 87-1 12.

Ponsich, Μ. (1982) : “Tanger antique”, ANRW, II.10-2, 787-816.

Raepsaet-Charlier, M.-T. (1987) : Prosopographie des femmes de l'ordre sénatorial (I-IIe), Louvain.

Rémy, B. (2001) : “La dénomination des Viennois à l’époque impériale”, in : Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 2001, 55-174.

Rodríguez Colmenero, A. (1997) : Aquae Flauiae I. Fontes epigráficas de Gallaecia meridional interior, Chaves.

Rodríguez Fernández, P. (1987) : “Marruecos y Asturias. Puntos de contacto a lo largo de su historia”, España y el norte de África. Bases históricas de una relación fundamental, I, Actas del I congreso Hispano-Africano de las culturas mediterráneas “Fernando de los Rios Urruti”, juin 1984, Grenade, 227-239.

Rodríguez Neila, J. F. (1980) ; El municipio romano de Gades, Cadix.

Rodríguez Neila, J. F. et F. Chaves Tristán (1973) : “Un monumento funerario procedente de Emerita”, Habis, 4, 295-310.

Rodríguez Oliva, P. (1979) : “Esculturas del conventus de Gades. III : las matronas sedentes de Cártama (Málaga)”, Baetica, 2, 131-146.

–––– (1987) : “Contactos entre las tierras malacitanas y el norte de África en epoca clásica”, España y el norte de África. Bases históricas de una relación fundamental, I, Actas del I congreso Hispano-Africano de las culturas mediterráneas “Fernando de los Rios Urruti”, juin 1984, Grenade, 195-206.

Roldán Hervás, J. M. (1974) : Hispania y el ejercito romano. Contribución a la historia social de la España antigua, Salamanque.

Sagredo San Eustaquio, L. et S. Crespo Ortiz de Zarate (1975) : “La enseãnza en La Hispania romana”, Hispania antiqua, 5, 121-134.

–––– (1976) : “Los profesiones en la sociedad de Hispania Romana”, Hispania antiqua, 6, 53-78.

Sánchez Abal, J. L. et J. A. Redondo Rodríguez (1985) : “La tribu Papiria : testimonio de la Colonia Emerita Augusta en la alta Extremadura”, BMAN, 3, 61-68.

Santero Santurino, J. M. (1978) : Asociaciones populares en Hispania romana, Séville.

Saquete, J. C. (1997) : Las elites sociales de Augusta Emerita, Cuadernos emeritenses, 13, Mérida.

Seston, W. (1968) : “Gadès et l’empire romain”, Cuadernos de Historia, 2, 1-13 = (1980) : “Gadès et l’empire romain”, Scripta varia, Rome, 1980, 397-409.

Silva Fernandes L. de (2000) : “Q. Iulius Maximus Nepos, um orator em Olisipo”, Mthesis, 9, 197-200.

Solin, H. et O. Salomies (1988) : Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum, Hildesheim.

Stanley, F. H. (1990) : “Foreigners in roman Lusitania”, AArchHung, 42, 73-75.

–––– (1991) : “Roman education : observations on the iberian experience”, REA, 93, 299-320.

Syme, R. (1978) : “‘Donatus’and the like”, Historia, 27, 588-603 = (1984) : Roman Papers III, Oxford, 1105-1119.

Thevenot, E. (1952) : “Una familia de negociantes en aceite, establecida en la Baetica en el siglo II : los Aelii Optati”, AEspA, 25, 225-231.

Thomas, Y. (1996) : “Origine” et “commune patrie”. Étude de Droit public romain (89 av. J.-C.-212 ap. J.-C.), Coll. EFR 221, Rome.

Thouvenot, R. (1940) : Essai sur la province romaine de Bétique, BEFAR 149, Paris.

–––– (1954) : “Le culte de Saturne en Maurétanie Tingitane”, REA, 56, 150-153.

Tovar, A. (1974) : Iberische Landeskunde. Die Völker und die Städte des antiken Hispanien. I, Baetica, Baden-Baden.

Ventura Villanueva, A. et B. Nieto González (1995) : “Nuevo epígrafe de Ronda (Málaga) referente a un ciudadano de Africa proconsular”, II Congreso internacional El Estrecho de Gibraltar (Ceuta, novembre 1990), 2, Madrid, 267-272.

Vierra da Silva, A. (1944) : Epigrafía de Olisipo, Lisbonne.

Vigil, M. (1961) : “Ala II Flauia Hispanorum ciuium Romanorum”, AEspA, 34, 104-113.

Annexes

Catalogue546

Ce catalogue rassemble les inscriptions utilisées dans la synthèse. Il est organisé de façon géographique, par province, par conventus, puis par cité antique. Dans la mesure du possible, ces dernières sont mentionnées sous leur nom romain, mais lorsqu’il est inconnu, c’est le site moderne qui est indiqué en italique. Chaque localisation possède un numéro, indiqué entre parenthèse, qui renvoie aux cartes jointes à ce travail. Chaque document est numéroté, et sont indiqués le nom du ou des personnages étudiés, la ou les références épigraphiques ou littéraires, et quand cela est possible, une date. L’ordre des inscriptions ici présentées est celui qui est utilisé dans les tableaux de la synthèse.

Bétique

Conventus Hispalensis

Huelva (1)

1

Optata, patronne de Thetis

CIL, II, 953 (ILER, 2829) = C/LA, I, 69

Río Tinto (2)

2

[Calpjurnia ? [-] Afra

CILA, I, 45a (HEp, 3, 225)

Ceret ? (3)

3

L(ucius) Heluius M(arci) f(ilius) Nouatus

CIL, II, 999 = ERBC, 71 (HEp, 7, 55)

4

L(ucius) Heluius Nouatus

EE, IX, 147 = ERBC, 70 (HEp, 7, 54)

Segida Restituta (4)

5

L(ucius) C(ornelius ?) Optatus, trib(unus) m(ilitum)

CIL, II, 5357 (ILER, 3910) = ERBC, 68

Ugultunia (5)

6

Atilia M(arci) f(ilia) Honorata

ERBC, 119 (AE, 1997, 816 ; HEp, 7, 102)

ier s.

Italica (6)

7

Aelius Hadrianus cognomento Afer

HA, Vita Hadriani, I, 1-2

ier s.

8

L(ucius) Caelius Saturninus L(uci) Caeli Parthenopaei lib(ertus)

CIL, II, 1108 (ILER, 211) = ERIT, 2 = CILA, II, 345

Première moitié du iie s.

9

Vib(ia) Modesta C(aii) V(ibii) Libonis fil(ia), or[iunda547] Mauretania

AE, 1982, 521 = ERIT, 22ter (HEp, 4, 724) = CILA, II, 358

180/230548

10

Iunia Africana

CILA, II. 392

190/230

11

G(aius) Se[l]lius Africanus

AE, 1944, 69 = HAE, 356 = ILER, 323 = ERIT, 5 (AE, 1984, 501) = CILA, II, 348.

iie/iiie s.

12

Π(ού)βλικος Ἰταλικήνσιουμ Λύκιος / Ἀυγούσταε Νέμεσι Ζώσιμος
Nemesi Augustae Zosimos Lycios p(atronus ?) Italicensium549

AE, 1941, 92 = HAE, 354 = ERIT, 6 (AE, 1984, 502)

13

[...] / [...]s[...] / Nem[esi...] / Vlpia Ca[...] / [... Italice]ns[is ?...] / […]

HAEp, 1881 = ERIT, 8 = CILA, II, 357

Fin iie/début iiie s.

14

Lucanus / Fedeles / M[...]ae / Domi(na)e C(aelesti) Vrani(ae)550

AE, 1908, 151 = HAE, 347 = AE, 1955, 251 = ILER, 957 = ERIT, 11 (AE, 1984, 505)

15

Vicinia uo/tum demisit / Augustae / Nemesi

HAE, 355 = AE, 1955, 253 = ILER, 402 = ERIT, 16 = CILA, II, 356

16

Aurelius Politicus551 / Nemesi praesenti

HAE, 357 = AE, 1955, 254 = ILER, 406 = ERIT, 1 (AE, 1984, 503) = CILA, II, 349

17

[C]orn[el]ius Saturn[inus]

CILA, II, 434

Milieu du iie s.

18

Maurus

CILA, II, 470

19

Licinia Maurilla

CILA, II, 461

80/120

20

M(arcus) Sentius M(arci) f(ilius) Serg(ia tribu) Maurianus, Italic(ensis), aedil(is), IIuir, augur perpetuus

CILA, II, 342

80/130

21

Dominae Regi(n)ae, / P(ublius) B(adius ? uel - aebius) Fortunatus, / sac(erdos) c(oloniae) A(eliae) Aug(ustae) Ital(icensium)

AE, 1908, 150 = HAE, 383 = AE, 1952, 121 = ILER, 372 = ERIT, 10 (AE, 1984, 504) = CILA, II, 351

iie s.

Hispalis (7)

23

Aelia Maura

CIL, II, 1205 (ILER, 4271) = CILA, II, 44

24

Optata

CIL, II, 1213 (ILER, 4798) = CILA, II, 103

25

Optatus, patron ? père ? époux de Tatia

CIL, II, 1243 (ILER, 6265) = CILA, II, 84

26552

[M(arcus) Messius M(arci) f(ilius) Gal(eria tribu)] Rusticus Aemilius Afer Cutius Romulus Pri]scianus [Arrius] Proculus, [XVuir s]tlitibus [iu]dicandis

AE 1988, 719 = HEp, 2, 650 = CILA, II, 18

Première moitié du iie s.

27

Naeuius Africanus

CIL, II, 5396 (ILER, 3391) = CILA, II, 1018 (Valencina de la Concepcion)

70/130 ou iiie s.553

28

Aemil(ius) Donatus

EE, VIII, 273 = CILA, II, 99

Salpensa (8)

29

L(ucius) Marcius L(uci) f(ilius) L(uci) n(epos) L(uci) pron(epos) G(ai) abn(epos) Quirin(a tribu) Saturninus

CIL, II, 1286 et p. 842 (ILER, 1741) = CILA, II, 968

30

Annius Nouatus

CIL, II, 1293 (ILER, 5801)

Laelia (Cerro de la cabeza) (9)

31

Clodia C(ai) f(ilia) Optata

CIL, II, 1364 (ILER, 1508) = IRPC, 512

iie s.

Callenses ? (10)

32

M(arcus) Aemilius Afer Acilianus

EE, VIII, 306 (ILS, 6920 ; ILER, 6016) = CILA, II, 1220

ier/iie s.

Lucurgentum (11)

33

Q(uintus) Lollius Optatus

CILA, II, 1212 (HEp, 7, 872)

iie s.

Carmo (12)

34

Fabia Q(uinti) f(iliae) Maura

CIL, II, 5417 (ILER, 2319) = CILA, II, 851

ier s.

35

Antonia L(uci) f(ilia) Saturnina

CIL, II. 1381 (ILER, 3704 ; 6464) = CILA, II, 853

ier s.

Marchena (13)

36

T(itus) Domitius T(iti) f(ilius) Pap(iria tribu) Optatus

CIL, II, 1396 (ILER, 2872)

Arva (14)

36 bis

Saturninus Rufi f(ilius)

CIL, II, 1071 (ILER, 2041)

Nabrissa Veneria (15)

37

L(ucius) Calpur[nius...] Afrinu[s

HAE, 2262 = ILER, 6281 = CILA, II, 997 = HEp, 7, 862

Fin du iie/ début du iiie s.

38

L(ucius) Cornelius Saturninus

CIL, II, 1295 et p. 843 (ILER, 2638) = CILA, II, 998

Fin époque rép./début empire

Conobaria (16)

39

Aristius Opta[tus...], patronus rei p(ublicae) Hisp[alensis]

CILA, II, 992 (HEp, 7, 780)

Asido (17)

40

Mauras

CIL, II, 1328 (ILER, 3125) = IRPC, 17

Ocurri (18)

41

Postumia C(ai) f(ilia) Honorata Barbesulana, sacerdos diuarum Augus(tarum)
Postumius Optatus

CIL, II, 1338 (ILER, 1667) = IRPC, 531

Acinipo (19)

42

Fabia Ma[ura]

CIL, II. 1350 (ILER, 1769)

Celti (Peñaflor) (20)

43

Q(uintus) Aelius Q(uinti) f(ilius) Optatus
Aelia Q(uinti) f(ilia) Optata

CIL, II, 2329 (ILER, 5119 ; AE, 1953, 19) = CILA, II, 168

iie s.

44

Quintus Marius Optatus

CIL, II, 2335 (ILER, 5794) = CILA, II, 186

45

Maurula, ser(ua)

HAE, 1863 = ILER, 3047 = CILA, II, 188

Fin du iie/début du iiie s.

Conventus Astigitanus

Aurgi (21)

46

Gaetula

CIL, II2/5, 56d

iie/iiie s.

Batora (22)

47

[...Semp ?]ronia M(arci) f(ilia) Satur[ina ?...]

HAE, 2298 = ILER, 6759 = CILA, III, 72 = CIL, II2/5, 58

ier/début du iie s.

Tucci (23)

48

Etril(ius) Afer

CIL, II, 1674 (ILER 1423) = CILA, III, 434 = CIL, II2/5, 96

Seconde moitié du ier s.

Sosontigi (24)

49

Q(uintus) Valerius Optatus, augustalis perp(etuus)

CIL, II, 1721 (ILS, 5492 ; ILER, 1711) = CILA, III, 403 = CIL, II2/5, 232

iie s.

50

L(ucius) Cincius Saturninus

CIL, II, 5468 = CILA, III, 412 = CIL, II2/5, 243 (Bobadilla)

ier/iie s.

Iliturgicola (25)

51

Sextus Caecilius Optatus, Ilurcone(n)sis

ILPG, 134 (HEp, 1, 289) = CIL, II2/5, 269

iie/iiie s.

Igabrum (26)

52

M(arcus) Cornelius A(uli) f(ilius) Noua[tus ?] Baebius
Balbus,
praefectus fabr(um), trib(unus) mil(itum) leg(ionis) VI Victricis [pi]ae [fidejlis, flamen prouinc(iae) Baeticae

CIL, II, 1614 (ILER, 2048 ; 6075) = CIL, II2/5, 316

ier/iie s.

Monte Horquera (27)

53

Maurus Crocini lib(ertus), Igabrens(is)

CIL, II2/5, 361

Iponoba (28)

54

[... Co]rnelius Fidi lib(ertus) Saturninus, augustalis, [....] Iponobensis

AE, 1904, 81 = CIL, II2/5, 368

Milieu du iie s.

Castro del Rίo (29)

55

Optatus Reburri l(ibertus)
Optatus, son fils

CIL, II, 1569 (ILER, 1066) = CIL, II2/5, 394

Janvier 45/janvier 46

56

Annia L(uci) l(iberta) Optata

CIL, II2/5, 396

ier s.

Torreparedones (30)

57

Dea Caele<s>tis ius(sit)

CIL, II2/5, 406

ier s. a.C.

58

Cn(aeus) Pompeius Cn(aei) f(ilius) Gal(eria tribu) Afer, aed(ilis), IIuir.

CIL. II, 1596 = CIL, II2/5, 420

Époque augus.

Vlia Fidentia (31)

59

L(ucius) Aelius Optatus

CIL, II, 1533 (ILER, 1171 ; AE 1986. 375 ; HEp 3, 1993, 168-3) = CIL, II2/5, 493

Entre mars/décembre 222 et 235

60

L(ucius) Aelius Optatus

AE, 1986, 376 = HEp, 3, 168-4 = CIL, IP/5, 494

Entre mars/décembre 222 et 235

Monturque (32)

61

M(arcus) Fuficius M(arci) l(ibertus) Lybicus Fuficia M(arci) l(iberta) Maurilla

CIL, II, 1630 (ILER, 3595) = CIL, IP/5, 617

Seconde moitié du ier s.

Florentia Iliberri (33)

62

Etri[lia] [Etrilii f(ilia) ?] Afra

CIL. II, 2077 et p. 705 (ILER. 1300 ; AE, 1962, 301) = ILPG, 40 = CIL, IP/5, 625

112

63

Annia Do[na]ta554

CIL, II2/5, 641 (AE, 1997, 837 ; HEp, 7, 341)

Fin du iie/début du iiie s.

Aratispi (34)

64

L(ucius) Fabius Optatus

CIL, II, 2056 (ILER, 1447) = CIL, II2/5, 733

Milieu iie s.

Anticaria (35)

65

M(arcus) Cornelius Optatus

CIL, II, 2036 (ILER, 998) = CIL, II2/5, 746

Milieu iie s.

Singilia Barba (36)

66

M(arcus) Cornelius Saturninus

CIL, II, 5063 (ILS, 6912 ; ILER, 1776) = CIL, II2/5, 772

iie s.

67

L(ucius) Iunius Mauras, larum Aug(ustorum) magister
Iunia Maurina

CIL, II, 2013 et p. 704 (ILER, 230) = CIL, II2/5, 773

iie s.

68

M(arcus) Cornelius M(arci) f(ilius) Saturninus, Singiliensis

CIL, II2/5, 797

iie s.

Nescania (37)

69

Porcia Maura

CIL, II, 5490 (ILER, 6021) = I. Almería, 44

iie s.

70

Aelia Optata

CIL, II, 5492 (ILER, 1750) = CIL, II2/5, 849

iiie s.

Sabora (38)

71

Num[e]ria Optata

CIL, II2/5, 884

ier/iie s.

72

Opt[a]tus C(aii) M[e]mmi Gall[i s]eruus

CIL, II, 5046 (ILER, 5097) = CIL, II2/5, 893

ier/iie s.

Ilipula Minor (39)

73

[...]nius Quir(ina tribu) Optatus

AE, 1994, 913 = CIL, II2/5, 895 = CILA, II, 1196 (HEp, 6, 868)

Milieu iie s.

74

C(aius) Cordius C(aii) f(ilius) Quir(ina tribu) Optatus

CIL, II, 1469 (ILER, 1496) = CIL, II2/5, 896 = CILA, II, 1198

Milieu iie s.

El Tejar (40)

75

C(aius) Mussidius Optatfus...]

CIL, II2/5, 901

iier/iie s.

Urgapa ? (Alameda) (41)

76

[Q(uintus)] Memmius Optati f(ilius) Quirina (tribu) Niger

CIL, II, 1459 (ILS, 5493 ; ILER, 1731 = 1738 = 1754) = CIL, II2/5, 913 et 914 = CILA, II, 1130 et 1131 (HEp, 7, 408)555

Fin ier/iie s.

77

C(aius) Memmius Optati f(ilius) Quirina (tribu) Seuerus

CIL, II, 1460 (ILS, 5493a ; ILER, 1738) = CIL, II2/5, 915 = CILA, II, 1132

Fin ier/iie s.

Ostippo (42)

78

Mettia Saturnina

CIL, II, 1461 (ILER, 4047) = CILA, II, 1144 = CIL, II2/5, 974

iie s.

79

L(ucius) Mummius Maurus

CIL, II, 1462 (ILER, 3048) = CILA, II, 766 = CIL, II2/5, 981

iie s.

Urso (43)

80

Optatus Calpurn(iae)556 Vernae filius

CIL, II, 1416 (ILER, 3414) = CILA, II, 638 = CIL, II2/5 1065

iie/iiie s.

81

Valeria L(uci) f(ilia) Optata

CILA, II, 658 = CIL, II2/5, 1075/76

iiie s.

82

M(arcus) Sempronius Optatus

CIL. II, 1421 (ILER, 3927) = CILA, II, 1207

83

Afra

AE, 1982, 530 = CILA, II, 679 = CIL, II2/5, 1126 (La Lantejuela)

Fin ier/début iie s.

Cerro de las Cabezas del cortijo de Alcalá, El Rubio (44)

84

M(arcus) Aemilius Optjatus ?]

AE, 1974, 380 = CIL, II2/5, 1141 = CILA, II, 675 (HEp, 7, 896)

iie s.

Carruca ? (Cortijo de Los Cosmes) (45)

85

Lucius (H)eren(n)ius Maurus

CILA, II, 747 = CIL, II2/5, 1148

Fin ier/début iie s.

86

Munatius Maurus

HAE, 843 = CILA, II, 767 = CIL, II2/5, 1149

Seconde moitié du iie s.

Astigi (46)

87

M(arcus) Aemilius L(uci) f(ilius) Maurus Pudentis nepos

CIL, II, 1487 et p. 869 (ILER, 3802) = CILA, II, 710 = CIL, II2/5, 1190

Fin du ier s.

88

L(ucius) Fabius Saturninus

CIL, II, 1494 (ILER, 2256) = CILA, II, 737 = CIL, II2/5, 1211

iie s.

89

L(ucius) Lucanius Optatus. Carulensis

CIL, II, 5459 (ILER, 5276) = CILA, II, 753 = CIL, II2/5, 1187

iie/iiie s.

90

C(aius) Mancin[ius... f(ilius)] Gal(eria tribu) Maur[us...]557

CILA, II, 762 = CIL, II2/5, 1231 (HEp, 7, 799)

ier/début iie s.

91

Publicia Nouata

AE, 1982, 528 = CILA, II, 775 = CIL, II2/5, 1238 (HEp, 7, 821)

ier/iie s.

Segida Augurina (47)

92

Maurus Vol(usii ?) Vmbri f(ilius)

HEp, 3, 337 = CILA, II, 765 = CIL, II2/5, 1315

Fin du ier s.

Obulcula (48)

93

Dorus Lucretiae Afrae ser(uus)

EE, IX, 223 = I. Monsalud, 108 = ILER, 2819 = CILA, II, 756 = CIL, II2/5, 1326

Oducia (49)

94

L(ucius) Fabius Maurus, filius
Cornelia Optata

CILA, II, 216 = CIL, II2/5, 1333

iie s.

Conventus Gaditanus

Gades (50)

95

Q(uintus) Antonius C(aii) f(ilius) Gal(eria tribu) Rogatus, decurio, aug(ustanus) Gadiv.

CIL, II, 1729 (ILER, 3544) = IRPC, 125

96

Aelia Q(uinti) f(ilia) Rogata

CIL. II, 1747 (ILER, 2456) = IRPC, 143

97

[A]em(ilius) Saturninus

CIL, II. 1751 (ILER. 3175) = IRPC, 147

98

M(arcus) Aemilius M(arci) f(ilius) Optatus Longus

CIL, II, 1753 (ILER, 3846) = IRPC, 149

99

Alldistus ? Maurus558, puer ?

CIL, II, 1755 (ILER, 3149 = 6278) = IRPC, 151

70/130

100

P(ublius) Baebius Optatus

CIL, II, 1779 (ILER, 2547) = IRPC, 175

101

Canius Ro[g]a[t]us

CIL, II, 1784 (ILER, 2934) = IRPC, 180

102

M(arcus) Fabius Optatus

CIL, II, 1807 (ILER, 2645) = IRPC, 203

103

M(arcus) Licinius Optatus

CIL, II, 1843 (ILER, 2965) = IRPC. 239

104

Marcia Rogata

CIL, II, 1850 (ILER, 2785) = IRPC, 246

105

Optatus

CIL, II, 1858 (ILER, 2990) = IRPC, 254

106

Flauia Optata, Optati (filia) uxor Victoris

CIL, II, 1874 (ILER, 2959) = IRPC, 270

107

Valeria Saturnina

CIL, II, 1898 (ILER, 2789) = IRPC, 294

108

Q(uintus) Valerius Saturninus

CIL, II, 1908 (ILER, 2940 ; 2984) = IRPC, 304

109

Rogatus

CIL, II, 5478 (ILER, 5806) = IRPC, 322

110

[...] Valer[ius]... Numid[a...]

CIL, II, 6285 d = IRPC, 331

ier s.

111

M(arcus) Valerius Saturninus

ILER, 2978 = IRPC, 347

112

Gauia Donata

IRPC, 361a

113

Antonius Maurullus

ILER, 2979 = IRPC, 362

114

[L(ucius)] Gaui[us] Satu[rninus]

IRPC, 394

115

Q(uintus) Caes[ius] Roga[tus ?]

IRPC, 407 (HEp, 6, 527)

116

Q(uintus) Iunius Saturninus

IRPC, 500

117

Optata Erennia

ILER, 2791 = IRPC, 424

118

P(uppa ou Publia) Pompeia [Cla-ou Mau]ra559

AE, 1995, 788 = HEp, 6, 277b

iiie s.

119

[... S]atu[rninus...]

I. Cádiz, 54 (HEp, 6, 304)

120

[Al]ban[ius] Opta[tus], [VI]uir a[ugustalis ?]

I. Cádiz, 142 (AE, 1995, 799 ; HEp, 6, 391)

iie s.

121

[V]aler[ia] Satu[rnina]

I. Cádiz, 161 (HEp, 6, 410)

122

M(arcus) Valerius Optate (sic)

I. Cádiz, 181 (AE, 1995, 812 ; HEp, 6, 430)

123

[. I]ulius [...] Satur[ninus..|560

I. Cádiz, 217 (AE, 1995, 818 ; HEp, 6, 466)

Baelo Claudia (51)

124

L(ucius) Fabius Nouellus561

IRPC, 69 (AE, 1982, 555) = I. Belo, 23

Fin du ier/début du IIe s.

125

C(aius) Calpurnius Honoratus

ILER, 3334 = IRPC, 53 = I. Belo, 21

Première moitié du iie s.

126

Aemilia Optata

ILER, 4290 = IRPC, 54 = I. Belo, 22

127

Flauius Saturninus lib(ertus)

ILER, 4961 = IRPC, 50 = I. Beto, 24

Fin iie/début iiie s.

128

M(arcus) Sempronius Saturninus

ILER, 3340 = IRPC, 44 = I. Belo, 26

Fin du iie s.

129

L(ucius) Siscinius Honora[tus]

ILER, 2807 = IRPC, 48 = I. Belo, 27

Début du iie s.

130

Siscinia Q(uinti) f(ilia) Nouata

ILER, 2806 = IRPC, 47 = I. Belo, 28

131

[...]ius [Adhe]rbal

I. Belo, 34

Fin ier/début iie s.

132

[...] Rogata

IRPC, 66 = I. Belo, 35

133

Sat(urninus)

I. Belo, 121

Seconde moitié du ier s.

Iptuci (52)

134

Table de patronat en bronze ; l’un des signataires est : L. Catinius Opt[atus]

HAE, 547 = IRPC, 503

31 a.C., entre le ier octobre et le 31 décembre.

Barbesula (53)

135

Fuluia Sex(ti) [fil(ia) Honorata ?]

CIL, II. 1939 (ILER, 1000) = IRPC, 75

Époque de Trajan

136

Cer(uius) Honorat(us) Ost(orianus) Ruf(us)

CIL, II, 1940 (ILER, 1739) = IRPC, 76

Époque de Trajan

137

Fuluia Sex(ti) fil(ia) Honorata

CIL, II, 1941 (ILER, 1556) = IRPC, 77

138

C(aius) Cretius Mau[rus], filius Ceruia Mau[ra]

CIL, II, 1942 (ILER, 1506) = IRPC, 78

lluro (54)

139

L(ucius) Munius Quir(ina tribu) Nouatus, IIuir

CIL, II, 1945 et p. 704 (ILS, 1982 ; ILER, 1090)

83/96

Cartima (55)

140

L(ucius) Porcius Qur(ina tribu) Saturninus, pontif (ex)

CIL, II, 1957 (ILER, 1441)

Malaca (56)

141

Porcius Gaetulus

CIL, II, 1976 (ILER, 3093 ; AE, 1986, 337) = I. Hispánica, 265

iiie s

Abdera (57)

142

Maur[us...] Pereg[rini f(ilius)]

CIL, II, 1991 (ILER, 3304 = 6559) = I. Almería, 14

143

Mummia Saturnina Q(uinti) uxor

CIL, II, 1992 (ILER, 2667) = I. Almería, 15

Conventus Cordubensis

Ossigi (58)

144

P(ublius) Corn(elius) Maurus

CIL, II2/7, 25a (AE, 1995, 847 = HEp, 6, 610)

Deuxième moitié du iie s.

Urgavo (59)

145

M(arcus) H[el]uius M(arci) f(ilius) Gal(eria tribu) [N]ouatus, IIuir[aedilis ?], pont(ifex) diui Aug(usti)

CIL, II, 2115 et p. 885 (ILER, 1444 ; AE, 1977, 438) = CIL, II2/7, 76

Milieu du ier s.

146

[... N]ouatus [...]

CIL, II, 2120 = CIL, II2/7, 86

Obulco (60)

147

Optata

AE, 1965, 88 = HAE, 2296 = ILER, 3599a = HEp, 1, 364 = CIL, II2/7, 128

ier s.

Epora (61)

148

P(ublius) Attenius C(ai) f(ilius) Gal(eria tribu) Afer, flamen August[i], patronus

CIL, II, 2159 (ILER, 1553) = ILMM, 44 = CIL, II2/7, 144562

ier s.

149

Roscia Cn(aei) f(ilia) Maurilla

CIL, II, 2177 (ILER, 4649) = CIL, II2/7, 160

Corduba (62)

150

Nemesi, Cornelii Res[ti] tutus et African [us], exacto flamonio / uotum reddiderun[t]

CIL, II, 2195 (ILER, 405) = CIL, II2/7, 237

iie s.

151

M(arcus) Val(erius) Saturninus Lacipponensis, flamen

CIL, II2/7, 259

152

[. C]lodius G(ai) f(ilius) S[erg(ia tribu)] [Sa]turninus Patr[ic(iensis)], [IIu]ir flamen Diuo[r(um)] [Au]gg(ustorum) prouinc(iae) Bae[tic(ae)]

HEp, 4, 282 = CIL, II2/7, 292

iie/iiie s.

153

Claudia Saturnina Tib(eri) lib(erta)

AE, 1978, 420 = CIL, II2/7, 325

Première moitié du iie s.

154

[O]ptata

CIL, II2/7, 383

Fin du ier s.

155

L(ucius) Antonius Saturninus

CIL, II, 2257 (ILER, 4695) = CIL, II2/7, 411

iie s.

156

L(ucius) Numisius Gaetulus

CIL, II, 2298 (ILER, 3042) = CIL, II2/7, 503

Fin du iie/ début du iiie s.

157

[...] L(uci) (mulieris) l(iberta) Optata

CIL, II, 2299 (ILER, 3444) = CIL, II2/7, 506

ier s.

158

Pacía Saturnina

CIL, II2/7, 508

iie/début iiie s.

159

Saturninus

HAE, 1857 = ILER, 2826 = CIL, II2/7, 530

Fin ier/ début iie s.

160

Sempronius Donatus

AE, 1978, 421 = CIL, II2/7, 531

iie/iiie s.

Solia (63)

161

Vibia Q(uinti) f(ilia) Gaetula

CIL, II2/7, 762a

Début du ier s.

Baedro (64)

162

M(arcus) Seruilius Maurus Mellariens(is)

AE, 1987, 518 = HEp, 2, 304 = CIL, II2/7, 824

ier/iie s.

Mirobriga (65)

163

L(ucius) Iulius L(uci) f(ilius) Afer

AE, 1986, 322 ; HEp, 1, 111 ; 3, 97 ;AE, 1991, 955 ; 1992, 983 ; HEp, 4, 113 = CIL, II2/7, 864 (Talarrubias)

Fin du ier/ début du iie s.563

lulipa (66)

164

L(ucius) Attius L(uci) f(ilius) Gal(eria tribu) Optatus, Arsensis

HAE, 2085 = ILER, 6845 = CIL, II2/7, 905

ier/iie s.

165

Maura Q(uinti) Valer[i] serua

CIL, II, 2356 (ILER, 2755) = CIL, II2/7, 915

Campanario (67)

166

Valerla Maura Macri l(iberta)

CIL, II2/7, 973

iie s.

Regina (68)

167

L(ucius) Calpurnius Saturninus

CIL, II2/7, 989

ier/iie s.

Lusitanie

Conventus Pacensis

Ossonoba (69)

168

L(ucius) Ael[ius] Optatus

CIL, II, 5141 (ILER 1514) = IRCP, 8

Myrtillis (70)

169

C(aius) Marcius Optatus, IIuir

CIL, II, 15 (HAE, 170 et 8-11, p. 30 ILER, 1515) = IRCP, 96

164

170

D(is) m(anibus) s(acrum), L(ucius) Firmidius Peregrinus, Vticensis, uixit ann(is) LX, h(ic) s(itus) e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(euis)

CIL, II, 17 (ILER, 5422) = IRCP, 99

Première ou seconde moitié du iie s.

171

Tullius Donatus Faus<t>inus

EE, IX, 5 = IRCP, 115

iie/iiie s.

Serpa (71)

172

D(is) m(anibus) s(acrum), /Caecil(ia) Mustia, /Vticens(is), uix(it) ann(is)/XXVIII, /L(ucius) [Firm]idius Pe/regrinus, uxori/[pientissimae f(aciendum) c(urauit)]

HEp, 7, 1154

Première ou seconde moitié du iie s.

173

Optatus Saelgi f(ilius)

AE, 1971, 160 = ERBC, 214

Mirobriga (72)

174

Aper Acceicum Mauri f(ilius)

CIL, II, 865 (HAE, 1261 ; ILER, 5458) = I. Salamanca, 46 = I. p. Salamanca, 44

iie/iiie s.

Pax Iulia (73)

175

[...]/ [...]/ann(is) XXXIII, /G(aius) Blossius Saturninus Galeria/N(e)apolitanus Afe/r, Areniensis, inco/la Balsensis, fili/ae pientissimae, /h(ic) s(ita) e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(euis)

CIL, II, 105 (ILS, 6902 ; HAE, 157 ; 973 ; AE, 1967, 129 ; ILER, 5447) = IRCP, 294

iie s. (c. 150) ou iiie s.564

176

D(ecimus) Iulius D(ecimi) f(ilius) Gal(eria tribu) Saturninus

ILER, 6094 = IRCP, 306

Carmo (74)

177

Iulia Afra

CIL, II, 5098 (ILER, 3328) = IRCP, 396

Seconde moitié du ier s.

178

Q(uintus) Iulius D(ecimi) f(ilius) Gal(eria tribu)
Cordus Iunius Ma<u>[?]ricus, III[uir monetalis uel capitalis]

AE, 1969-70, 215 ; 1972, 238 = IRCP, 414

Fin du ier/ début du iie s.

Villaviçosa (75)

179

C(aius) Iulius Nouatus

CIL, II, 134 (ILER, 832) = IRCP, 508

180

Iulia Maura

IRCP, 460

181

M(arcus) Pompeius Saturninus

CIL, II, 6268 (ILER, 845) = IRCP, 521

Conventos Scallabitanus

Olisipo (76)

182

C(aius) Arrius Optatus, augustal

CIL, II 182 = Silva 1944, 74 (ILER, 1033)

183

Afra

CIL, II, 201 = Silva 1944, 67 (ILER, 4465)

184

Anicius Optatus

CIL, II, 269 (ILER, 3623)

185

C(aius) Caecilius C(ai) f(ilius) Gal(eria tribu) Gaetulicus

CIL, II, 280 (ILER, 6339)

186

Caecilius Optatinus

CIL, II, 5219 (ILER, 4794)

187

[-- - - - /- - - - - - -]/[----] Vtic(ensis) V[----] / [----- Lu]cretius C ou G ou O[----] / [----]aceus [-----] / [-----]

FE, 49, 1995, 223 =AE, 1995, 728 = HEp, 6, 1058

188

C(aius) Terentius C(ai) f(ilius) Gal(eria tribu) Saturninus

HAE, 2637 (ILER, 2417)

189

Maurinus

ILER, 6185 = 6204 Sintra

190

C(aius) Licinius Afer

HAE, 1215 = ILER, 3339 = I. Odrinhas, 8 Odrinhas

190ª

Africanus

AE, 1985, 511 San Pedro de Cadeira

Milieu du iie s.

Scallabis (77)

191

Clemens Optati f(ilius)
Optatus Turrionis

CIL, II, 336 (ILER, 2520)

Collipo (78)

192

Saturninus

CIL, II, 338 = 5230 (ILER, 975)

Conimbriga (79)

193

[Sa]turninus

CIL, II, 5240

Vila Maior (80)

194

Saturninus Arreni f(ilius)

HAE, 2646

Conventus Emeritensis

Barcarrota (81)

195

Iulia G(ai) f(ilia) Optata

EE, IX, 155 = I. Monsalud, 20 (ILER, 5154)

iiie s.

Ammaia (82)

196

Optata Aeli Scapulae Clu(niensis) lib(erta)

CIL, II, 163 (ILER, 5291) = IRCP, 629

Civitas Igaeditanorum (83)

197

Cassia Chresumi f(ilia) Maurilla

ILER, 4852 = I. Vasconcelos, 22

Début du iie s.

Augusta Emerita (84)

198

I(ulius ?) Saturninu[s]

CIL, II, 469 = ERM, 7

199

Deae inuictae Caelestîi Nemesi, M(arcus) Aurelius Feli[..] Roma u(otum) s(oluit) a(nimo) l(ibens) sacra u(ota) s(oluit) ?

HAE, 1499 = AE, 1961, 48 = 1964, 241 = ERM, 18 (HEp, 6, 127)

200

T(itus) Aemilius T(iti) f(ilius) Pap(iria tribu) Saturninus

AE, 1952, 115 = ERM, 99

Postérieur à 223

201

P(ublius) Atten[ius C(ai) f(ilius) Gal(eria tribu)] Afer, [flamen]/Augu[sti]

ERM, 114565

202

Iulia Optata

CIL, II, 486 (ILS, 1492 ; ILER, 4493) = ERM, 117

203

D(is) m(anibus) s(acrum), /Licinio Setiano, ueteran(o), Quirina (tribu), /Cirtensi, ann(orum) LX[-]III, /[Li]cinia Settiana, /[e]t Licinius L(uci) fiilius) Lupidi[...¡, /patri piissimo faci/[u]ndum curauerunt, /h(ic) s(itus) e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(euis)

EE, VIII, 366 = ERM, 136

170/220

204

Corn(elius) Saturninus

CIL, 11, 5267 = ERM, 146

Fin iie/ début iiie s.

205

[D(is)] M(anibus) S(acrum). /Vlpia Iuniana et Antonius Saturninus / Madaurensis, ann(orum) LXXI, me uiuo flaciundum) c(urauit). Si quid e meis/super eos annos anserit, post obitum meum tanquam566

EE, VIII, 30 et p. 517 (ILER, 3744 ; 5451) = ERM, 159

150/250

206

Messia T(iti) lib(erta) Maura, Emer(itensis) T(itus) Mes(sius) Maurio

ERM, 176

207

D(is) M(anibus) s(acrum). Seruilia G(ai) f(ilia) Secunda, Ting(itana), ann(orum) LXVII, h(ic) s(itus) e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(euis) ; Heluia Rusticilla d(edit ?), flaciendum) c(urauit)

ERM, 196

iie s.

208

Aelius Saturninus

CIL, II, 524 (ILER. 4112) = ERM, 200

209

Ammonik(a) Maura
Ammonicus Maurus

CIL, II, 514 (ILER, 4189) = ERM, 220

210

Alfia Maura

ERM, 252

211

G(aius) Erenniuu[s] Saturninus

I. Monsalud, 216 (HAE, 670 ; ILER, 5689a) = ERM, 268

212

Iulia Saturni[na]

CIL, II, 497 (ILER, 4368 ; 5734) = ERM, 293

213

Quinta Caecilia (mulieris) l(iberta) Mauriola

HAE, 1635 = ILER, 5018 = ERM, 299

214

C(aius) Iulius Nouell[us...]

CIL, II, 567 (ILER, 2749) = ERM, 300

Époque antonine

215

Iulius Optatus

CIL, TT. 564 = I. Monsalud, 203 (ILER, 4569 ; HAE, 664) = ERM, 302

216

[Co]r(nelia) uel [A]ur(elia) Donata

EE, VIII, 49 = ILER, 3999 = ERM, 322

217

Monteia Saturnina

EE, IX, 74 = I. Monsalud, 49 (ILER, 4374 ; 6202) = ERM, 331

ier s.

218

Ter(entius) Nouellus

ILER, 4791 = ERM, 394

219

Aequania Q(uinti) l(iberta) Maura

ERM, 400

220

[...M ?]aurus

ERM, 432

221

Saturni[...]a Vitali[s...]

ERM, 463

222

Gn(aeus) Co[...] Maur[us ?...]

CIL, II, 546 = ERM, 481

223

[M ?]aurus

ERM, 488

224

a) [C]ornelia M(arci) l(iberta) Maurilla uxor
e) Iulia Maura
f) Naeuidia Opltata C(ai) Naeuidi Optati f(ilia)

AE, 1994, 859 = HEp, 6, 102

Époque flavienne

225

Barbatia T(iti) f(ilia) ou l(iberta) Optata

HEp, 6, 107

Époque august.

226

Publicia M(arci) f(ilia) Maura

HEp, 6, 108

Première moitié du ier s.

227

G(aius) Matius G(aii) l(ibertus) Optatus
Matia Optata

AE, 1996, 863 = HEp, 7, 131

Fin Ier/ début iie s.

228

Aurelius Donatu[s]

AE, 1972, 237

150/250

229

L(ucius) Atanius O[pta ?]tus

AE, 1994, 844 = HEp, 6, 87

Fin ier/ début iie s.

230

L(ucius) A[…] Afric[anus], Emerit[ensis], Augustali[s]

HEp, 7, 126

231

Iulia Maura

I. Cádiz, 252567

Fin du ier s.

Metellinum (85)

232

Q(uintus) Licinius Saturninus, IIuir

CIL, II, 610 (ILER, 1262)

Turgalium (86)

233

Vettia Donat[a]

CIL, II, 636 = CPILC, 542

234

Vegeta S(emproni) Afri filia

CIL, II, 658 (ILER, 2742 ; 2767) = CPILC, 408

Moitié ier s.

235

Maura Mailonis (filia ? uxor ?)

CIL, II, 660 (ILER, 6272) = CPILC, 249

236

Saturnina Pelli f(ilia)

CIL, II, 675 = CPILC, 455

237

Afer Albini f(ilius) Turolus

CIL, II, 685 (ILER, 916) = IRG, IV, 95 = CPILC, 422

238

Tertinia Afra568

CIL, II, 5283 = CPILC, 561

239

Phoebillus L(ucii) At(ii) Ho(norati) ser(uus)

CPILC. 732

240

[Ma]urus Tancini l(ibertus)

CPILC, 572

iiie s.

241

Norbana Maura

ILER, 6181 = HAE, 2675 = CPILC, 499 Torre de Santa Maria

242

Saturninus Tonci (seruus ? lib. ?)

CPILC, 329 Madroñera

243

Norba(nus) Saturninus

HAE, 337 = 942 = ILER, 4000 = CPILC, 441 Salvatierra de Santiago

Fin du iie s.

244

Q(uintus) N(?) Saturnin(us)

ILER, 693 Salvatierra de Santiago

245

Celerius Mauri f(ilius)

HAE, 750 (ILER, 4710) = CPILC, 782 Villamesias

246

Norbana C(ai) f(ilia) Maurila

ILER, 2777 = CPILC, 278 Ibahernando

247

Mussania M(arci) f(ilia) Maurilla

ILER, 3620 = CPILC, 328 Madrigalejo

iie s.

Lacimurga (87)

248

M(arcus) Baebius M(arci) f(ilius) Gal(eria tribu) Optatus, Lac(imurgensis)

EE, IX, 140 = CILA, I, 16

Fin de la Républ./début de l’Empire

Norba (88)

249

Iulia C(ai) f(ilia) Maura

CIL, II, 720 (ILER, 3631) = CPILC, 107

250

Maurus ?569

CIL, II, 731 (ILER, 918)

Caurium (89)

251

Saturninus Cili f(ilius)

CIL, II, 771 = CPILC, 223

252

Val(erius) Saturnini f(ilius) Quir(ina tribu) Aquilus, Cauri(ensis)

HAE, 1398 = ILER, 5476 = 6287 Holgueta

Capera (90)

253

Romana Mauri Flauii uxor

IILER, 4408

Cabeza del Griego (91)

254

Mauau[...]570

CIL, II, 3092

Caesarobriga (92)

255

Maura

CIL, II, 915 = 5317 (ILER, 3625)

256

Val(eria) Afra

CIL, II, 934 (ILER, 4582) = CPILC, 477

Santiago del Campo (93)

257

Maurus Douilonis lib(ertus)

HAE, 2443 = ILER, 651

Tarraconaise

Conventus Bracaraugustanus

Concelho de maia (94)

258

Saturninus Caturonis f(ilius)

CIL, II, 6338f (ILER 543)

Outeiro Jusão (freguesia de Samaiões) Chaves entre Braga et Bragança (95)

259

Cornelia Saturnina

ILER, 857 = HAE, 2809 = I. Chaves, 1

Freguesia santo Tirso, concelho Penafiel, district de Porto (96)

260

Seueru(s) [S]atumini f(ilius)

CIL, II, 5552 = HAE, 514 = ILER, 896 = HEp, 6, 1070

Concelho de Resende, Freguesia de Cárquere (prov. de Viseu) (97)

261

La ligne 4 a été également lue :
Vei(acus ?) Li(bo ou-cco ?) Q(uinti) f(ilius)

HEp, 2, 908 =AE, 1996, 851 = HEp, 7, 1281

iie s.

Citania (98)

262

OF Afri

CIL, II, 62576

263

Afri / […]o

CIL, II, 62578

Brandomil (prov. de Galice) (99)

264

Fabricius Saturninus

HAE, 1709 = ILER, 3235b = 3451 = IRG2, I, 42

Santa Comba (prov. de Galice) (100)

265

Saturnina

IRG2, I, 56

Vilaboa (Allariz) San Esteban de fora (prov. de Orense) (101)

266

M(arcus) Domitius Saturninus

HAE, 288= IRG, IV, 117 (ILER, 6114)

Grava, Silleda (102)

267

Publius Optatus

IRG, III, 24 (ILER, 587)

Conventus Lucensis

Lucus Augusti (103)

268

[Ioui Optimo max(imo) ?] / [numi]nib(us) [Aug]ustor(um) / [Iunoni R]e[gi]nae / Veneri Victrici, /Africae Caelesti, / Frugifero, /Augustae Emeritae / et larib(us) Callaeciar(um), [S]aturninus Aug(usti) lib(ertus)

AE, 1973, 294 =/. Lugo, 23

Fin du iie s.

269

Caelesti / Aug(ustae), / Paterni / qui et Constantii / uu(ota) ss(oluerunt)

CIL, IL 2570 = IRG, II, 68 (ILER, 322) = I. Lugo, 1

Monte Louredo sur le rio Miño près de Freixendo (104)

270

Fa(bius) Saturninus

HAE, 280 = ILER, 798 = 5958 = IRG, IV, 71

Conventus Asturum

Asturica Augusta (105)

271

[... Do]mitius [...]us, eq(ues) alae Fl[aui]ae II c(iuium) R(omanorum), d[om]o Tabalaca571

CIL, II, 5690 = I. Astorga, 41 = I. Astorga sup, 6a (AE, 1928, 164 ; 1961, 338 ; HAE, 972) = I. León, 81 (ILER, 5506) = Fuentes León, 147 = I. Petavonium, 65 = I. León rev, 152

Deuxième tiers du ier s.

272

Lyd(a) Q(uinti) Lysii Satumini (liberta ?)

CIL, II, 2656 = I. Astorga, 31 (ILER, 4520) = Fuentes León, 151 = I. León rev, 200

iie s.

Legio VII Gemina (106)

273

Fuccsus [...]onilus Saturninus

CIL, II, 5703 (ILER, 6126) = Fuentes León, 31= I. León rev, 186

Ujo (107)

274

G(aius) Sulpicius Africanus

AE, 1935, 11 (HAE, 1660) = ERA, 9 (ILER, 900 ; 5676) = I. Asturias, 9

Première moitié du iie s.

275

G(aius) Sulp(icius) Afr(icanus)

AE, 1935, 12 (HAEp, 1666) = ERA, 22 = I. Asturias, 22

Première moitié du iie s.

Conventus Cluniensis

Flores, Gallegos del Rio (108)

276

Optata [Ae]l(iae) Sabinae ser(ua)

I. Zamora, 37 (HEp, 7, 1073)

iie/iiie s.

Palantia et sa province (109)

277

Annius Atreus Caerri Africani f(ilius) Duillis

EE, IX, 295 (ILER, 804) = I. Patencia, 2

Fin du ier s.

278

Attia Sa[t]urn(ina)

CIL, II, 5764 (ILER, 5270) = I. Palencia, 103

iie s.

279

Pompeia Mau[r]ina

CIL, II, 5765 (ILER, 5335) = I. Palencia, 104

iie s.

280

Saturninus
Maurile
Mauricine
572

I. Cantabra, 5 = I. Palencia, 95 = I. Burgos, 7

iiie s.

Clunia (110)

281

[Ga(ius Va]lerius G(aii) f(ilius) [Satu]rninus

I. Clunia, 98 (AE, 1988, 804 ; HEp, 2, 152 ; AE, 1994, 818, 8) = I. Burgos, 71

ier s.

282

Publia Canin[i]a Optata Publi Canini liberta

I. Clunia, 102 (AE, 1988, 806 ; HEp, 2, 155 ; AE, 1994, 1015 ; HEp, 6, 179) = I. Burgos, 555

ier/iie s.

283

[...]NE Sat[u]rnine

I. Clunia, G-22

Numantia (111)

284

Cor(nelius) Saturninus

CIL, II 2841 (ILER, 4146)

Lara de los Infantes (112)

285

[.] Calpurn[ius] [S]aturnin[us] [S]imilis f(ilius)

EE, VIII, 151 = I. Lara de los Infantes, 73 = I. Burgos, 413

iie/iiie s.

286

V[a]lerius) Saturninus

I. Burgos, 456

iie/iiie s.

Mercerreyes (prov. Burgos) (113)

287

C(aius) Aernius Afrani f(ilius)

AE, 1995, 877 = HEp, 6, 173 = I. Burgos, 490

Seconde moitié du iie s.

Poza de la Sal (114)

288

[D]onatus
Donat[t]ianus
Donata

I. Burgos, 528

Tardajos (115)

289

Saturninu[s]

HEp. 4. 202 = I. Burgos, 577

ier/iie s.

Vivar del Cid (116)

290

L(ucius) Pompeius Q(uirina) Saturninus

HAE, 2035 = ILER. 2382 = I. Burgos. 605

ier s.

Garray (prov. de Soria) (117)

291

Saturninus

I. Castille, 105, no N-247 (HEp, 7, 946)

Conventus Caesaraugustanus

Libia (118)

[...]AN Nouatus, affranchi ?

|ERR, 45

Camero nuevo (prov. de la Rioja) (119)

293

Val(eria) Saturnina

ERR. 54

Ilerda (120)

294

C(aius) Licinius C(ai) f(ilius) Gal(eria tribu) Saturninus, aed(ilis), IIui(r), flam(en)

CIL, II, 3010 (ILER, 5529)

Celsa (121)

295

Optata

CIL, II, 3016 (ILER, 3659) = ERZ, 56

ier s.

Alcañiz (prov. de Teruel) (122)

296

Opta[..]

AE, 1982, 592 = E.R.Ter., 7 (HEp, 6, 909)

Conventus Carthaginiensis

Madrid (123)

297

Saturninus

CIL. II, 3068 (ILER, 1007) = I. Central, 197

Fin ier/ début iie s.

298

C(aius) Iulius Optatus

CIL, II, 5872

299

Afer

HEp, 7, 405a

Quijorna (prov. de Madrid) (124)

300

Saturninus

CIL, II, 6310 = I. Central. 219 (AE, 1990, 583 ; HEp, 4, 451) = I. Hispánica, 261 Perales de Milla

iie s.

Complutum (125)

301

Corelli(us ?) Saturninus

CIL, II, 3034 (ILER, 4678) = I. Central, 139

iie/iiie s.

Toletum (126)

302

Satur[ninus ?]

CIL, II, 5873

Cabeza del Griego (127)

303

Attius Saturninus, Valeriensis

CIL, II, 3123 (ILER, 5441)

304

Optatus

CIL, II, 3135 (ILER, 5122)

305

T(itus) Octauius Saturninus

CIL, II, 3114 (ILER, 4821)

Valeria (128)

306

[Pont]iena [N]ouel[l]a [D]omiti nutrix

CIL, II, 3190

307

Grattius M<a>urus

CIL, II, 5891 (ILER, 3715) = I. Edeta, 149

ier s.

Pozuelo de Calatrava (129)

308

Afra

AE, 1987, 693 = HEp, 2, 289

Baesucci (130)

309

Licinia Maurilla

CIL, II, 3257 (ILER. 4378) = CILA. III, 67

Milieu du ier s.

310

C(aius) S[em]pr[oni]u[s] Maur[icus], VIiuir augustalis

CIL, II, 3249 (ILER, 511) = CILA, III, 45

Fin ier/ début iie s.573

Chinchila (prov. de Albacete) (131)

311

C(aius) Granius L(uci) f(ilius) Africanus

I. Albacete, 12

Castulo (132)

312

[Titia] L(uci) f(iliae) Optata

CIL, II, 3272 (ILER. 1743) = CILA, III, 93

Santo Tomé (133)

313

Afra

AE. 1982, 625 = CILA, III, 379

Fin iie/ début iiie s.

Tugia (134)

314

Maura

CHA, III, 548

Fin ier/ début iie s.

Mentesa Bastitanorum (135)

315

Saturninus

CIL, II, 3383a (ILER, 6604a ; HEp, 5 452) = CIL, II2/5, 17

Acci (136)

316

Corneli[a Aui]ta lib(erta) M[aura]

CIL, II, 3403 = I. Almería, 29

Ilici (137)

317

Donatus

CIL, II, 625615

318

[...]/iussu/Dom(inae) Caeles(tis), /aram l(ibens) p(osuit)

AE, 1993, 1067 = HEp, 5, 29 = I. Ilici, 1

Fin du ier a.C./début du ier p.C.

Lucentum (138)

319

Sicceia P(ublii) l(iberta) Donata574

CIL, II, 3566 (ILER, 3508) = I. Ilici, 73.

320

Lucretia Maura

CIL, II, 3559 (ILER, 3450) = I. Ilici, 71

ier s.

321

Saturninus L(uci) Fur[...] Domi(tiani ?) ser(uus)

AE, 1986, 436 = HEp, 1, 66 = HEp, 4, 48 = I. Ilici, 60

ier s.

322

L(ucius) Her(ennius) O[pt(atus)]

I. Ilici, 89

Seconde moitié du iie s.

323

L(ucius) Her(ennius) O[pt(atus)]

AE, 1993, 1065 = I. Ilici, 90

Seconde moitié du iie s.

Dianium (139)

324

Q(uintus) Sempron(ius) Q(uinti) f(ilius) Gal(eria tribu)(M|aurus

CIL, II, 3592

325

[.. Me ?]mmius [....] Gaetulieus

CIL, II, 5966 = I. Ilici, 148

Fin ier/ début iie s.

326

P(ublius) Statilius African[us..]

CIL, II, 5969 (ILER, 4074) = I. Ilici, 142

iie s.

327

Cor(nelius) Sa[turn(inus) ?]575

AE, 1997. 956 = HEp, 7, 4.

328

Rogata

CIL, II. 5963 (ILER, 5412) = I. Ilici, 144.

ier/iie s.

329

Ap(pia) Saturnina

CIL, II. 3601 (ILER, 4250)= I. Sabor, 32 (HEp, 5, 799) = I. Ilici, 216 (Gandía)

Seconde moitié du iie s.

330

Saturninus

I. Ilici, 168 ier/iie s.

Saetabis (140)

331

Iulia Maura

CIL, II, 3633 (ILER, 3887) = I. Saetabis, 25.

iie s.

Iles

Palma (141)

332

Q(uintus) Agileius Donatus

CIL. II. 3670 (ILER. 3443)

Mago (142)

333

M(arcus) Badius Honor[atus]

CIL, II, 3706 (ILER, 2070)

Conventus Tarraconensis

Valentía et agri Valentini (143)

334

Q(uintus) Aelius Saturninus

AE, 1987, 713 = HEp, 1, 631 = HEp, 3, 338 = CIL, II2/14, 113 = I. Edeta, 81

Seconde moitié du iie s.

335

Iulia Getula

CIL. II, 3780 et p. 965 (ILER. 4419) = CIL, II2/14, 117 = I. Valencia, 139

iie/début du iiie s.

336

Maura lib(erta)

CIL, II, 3781 et p. 508 ; 965 (ILER. 4982) = CIL, II2/14, 95 = I. Valencia, 133

iie s.

337

L(ucius) H(erennius) Opt(atus)

I. Valencia, 115

Seconde moitié du iie s.

Liria (144)

338

[... Afr]ican[us]576

CIL, II2/14, 173 = I. Edeta, 53 (HEp, 7, 1009a)

Milieu du iie s.

Oppidum inter Saguntum et Dertosam (Jérica) (145)

Auf(idius) Saturninus

CIL, II, 3993 = I. Alto Palencia, 2 = CIL, II2/14, 241

ier s.

Saguntum (146)

340

L(ucius) Antonius L(uci) [f(ilius) G]al(eria tribu) Numida, pra[efect]us fabrum, tr[ibunus milit(um)] leg(ionis) primale Italicae]

CIL, II, 3845 (ILER, 1696) = CIL, II2/14, 341

341

L(ucius) Antonius L(uci) f(ilius) Gal(eria tribu) Numida, praefect(us) fabrum, tribunus milit(um) leg(ionis) primae Italicae

CIL, II. 3850 (ILER, 1688) = CIL, II2/14, 346

342

L(ucius) Baebius Optatus

CIL, II, 3885 (ILER, 4650) = CIL, II2/14, 410

Fin ier/iie s.

343

[.. S]aturnina

CIL, II, 3888 (ILER, 5031) = CIL, II2/14, 424

Début iie s.

344

Cn(aeus) Marcius Cn(aei) l(ibertus) Optatus

CIL, II, 6041 (ILER, 5055) = CIL, II2/14, 497

345

M(arcus) Popilius Opta[tus]

CIL, II2/14, 535

Fin ie/iie s.

346

M(arcus) Corn(elius) Maurus

CIL, II, 3896 (ILER, 2159) = CIL, II2/14, 644

347

[L(ucius)] Valerius L(uci) fil(ius) Gal(eria tribu) O[pta]tus

CIL, II, 6055 (ILER, 6022) = CIL, II2/14, 690

iie s.

348

Cn(aeus) Cornel[ius] Saturninu[s]

CIL, II, 4031 (ILER, 6483 ; AE, 1987, 704a ; HEp, 1, 226) = CIL, II2/14, 736

ier s.

349

M(arcus) Serg(ius) [N]umida lib(ertus)

CIL, II, 4033 (ILER, 4985) = CIL, II2/14, 738

iie s.

350

[...iu]s Optatus[...]

HAE, 1580 = CIL, II2/14, 501

351

[...] Opt(atus)

HAE, 1572

Dertosa (147)

352

Q(uintus) Iul(ius) Gaetulicus

CIL, II, 4066 (ILER, 4934) = CIL, II2/14, 801.

ier/iie s.

Tarraco (148)

353

Iunoni Aug(ustae)/sacrum in h(onorem et) me(moriam), /Caeciliae/Ianuariae, Luc(ius)/Caecil(ius) Epityncha/nus, uxori op/timae s(ua) p(ecunia) f(ecit)

CIL, II, 4081 = RIT, 36

354

[N]um(ini) s(anctae) / Nemesi, / Cornelius / Senecia[n]u[s] / et Valeria Po/mpeia pro sa/lute Numm(ii) / Didymi / u(oto) p(osuerunt)577

HAE, 861 = AE, 1956, 24 = 1965, 52 = RIT, 45

355

N(umini) sanc(tae)/Augu/stae (sic) Neme/si ex uot(o)/[.]ess[...]578

HAE, 870 = AE, 1961, 335 = 1962, 61 = 1965, 53 = RIT, 46

356

Saturninus, libertus

AE, 1930, 151 = 1938, 20 = RIT, 183

357

Antonius Saturninus

CIL, II, 4149 (ILER, 4598) = RIT, 186

iie/iiie s.

358

C(aio) Caecilio Quarto, / uet(erano) leg(ionis) VII Gem(inae) f(elicis), / b(ene)f(iciario) co(n)s(ularis), oriundo / Siccae Veneriae, Sempronia Fabiana / uxor, marito indulgentissim(o) / et praestantiss(imo), / b(ene) d(e) s(e) m(erito)

AE, 1928, 196 = HAE, 812 = 975 =AE, 1961, 332 = RIT, 189

Seconde moitié du iie s.

359

Heren[n]ius Rogatus

CIL, II, 4156 (ILS, 2383 = ILER, 5637) = RIT, 200

Seconde moitié du iie s.

360

Donatus

RIT, 209

iiie s.

361

Domitia Saturnina

HAE, 868 = AE, 1957, 3b = 1961, 334 = RIT, 218

Fin ier/ début iie s.

362

L(ucius) Antonius L(uci) f(ilius) Gal(eria tribu) Saturninus, aed(ilis), IIuir, flam(en) p(rouinciae) H(ispaniae) c(iterioris)

CIL, II 4194 et p. 972 (ILER, 1635) = RIT, 257

363

L(ucius) Aemilius Saturninus

CIL, II, 4219 (HAE, 560 ; ILER, 1623) = RIT, 281

iie s.

364

L(ucius) Caec(ilius) Porc[ia]/[nus] ex prou[inc(iae)]/Africa, decuri[o ad]/lec[t(us)] in colonia), Ta[rrac(onensi)], /itemq(ue) aed(ilis), [IIuir ?], /loc(o) d(ato) ex [d(ecreto) d(ecurionum)]

CIL, II, 4263 = RIT, 339

ier/iie s.

365

Munnia L(uci) f(ilia) Seuera Nouati (uxor) Nouatiani (mater)

ILER. 5526 = RIT, 347

Première moitié du iie s.

366

Saturninus, ex Bracara

CIL, II, 4324 (ILER, 3553) = RIT, 382

367

D(is) m(anibus), /Aufidia Prima, /domo Cirta, hic/sita sum ann(orum) XXXIV/posuit, Florentin/us eius

CIL, II, 4320 = RIT, 395

iie s.

368

D(is) m(anibus), / [Cl(audio] Sa[t]urn[i]/no, Cl(audius) Feli/cissimus Afer / saxo fab(ricauit ?uel-er) / m(onumentum) b(ene) m(erenti), f(ecit)

CIL, II, 4518 = 6075 (ILER, 5693 ; 5712) = RIT, 396

Première moitié du iiie s.

369

D(is) m(anibus) s(acrum), / Publicio Zio/cas, u(ernae) Lepti/tan(o), u(ixit) a(nnis) XCII ; / p(osuit) filia Publici/a Florina, pa/tri pientissimo

CIL, II, 6116 = RIT, 402

iiie s.

370

D(is) M(anibus), /[Valejriae Meleti[nae], / [Mu]mmius Saturnin[us], / [Ma]uret(ania) Caesariens(i), uxor(i) piissim[ae]. / H(oc) m(onumentum) h(eredem) n(on) [s(equetur)]579

HAE, 811 = 974 = RIT, 405

Première moitié du iie s.

371

Fabia Saturnina

CIL, II, 4294 (ILER, 4424) = RIT, 414

Première moitié du iie s.

372

D(is) m(anibus) / G(aio) Auidio Primulo, sacerdoti Caelestis, / incomparabili / religionis eius, / G(aius) Auidius Vitalis, / patri b(ene) m(erenti)

CIL, II, 4310 et p. 973 (ILS, 4436 ; ILER, 5516) = RIT, 438

Seconde moitié du iie/début du iiie s.

373

Silicius Donatus

CIL, II, 6109 (ILER, 6432) = RIT, 448

iiie s.

374

[...] Afra

RIT, 502

iie s.

375

Aem(ilius) Donatus

CIL, II, 4333 et p. 973 (ILER, 4475) = RIT, 508

Fin du iie/début du iiie s.

376

Cl(audia) Saturnina

CIL, II, 4353 (ILER, 4502) = RIT, 540

Première moitié iiie s.

377

Cincia L(uci) lib(erta) Saturnina

ILER, 4974 = RIT, 543

ier s.

378

Fab(ia) Maurula

CIL, II, 4362 (ILER, 4922) = RIT, 567

iiie s.

379

Saturnina

ILER, 3808 = RIT, 639

Fin iie/ débutiiie s.

380

Luceia Optata, liberta

ILER, 3871 = RIT, 668

iie/iiie s.

381

Val(erius) Rogatus
Fann(ius) Saturninus

ILER, 3533 = RIT, 680

iie s.

383

Val(erius) Rogatus

CIL, II, 4410 = RIT, 682

iie s.

384

Val(eria) Satu[rnina..]

ILER, 4492 = RIT, 685

iiie s.

385

Varia Saturnina

CIL, II, 4413 = RIT, 686

iie/iiie s.

386

Donati Vrciolus (sic)

RIT, 927ª

387

Iul(ia) Donata

CIL, II, 6125

388

Opta[ti]

CIL, II, 4970355 (Musée de Tarragone)

389

Sex(ti)/Afri

CIL, II, 4970487 (Musée de Tarragone)

390

RGAE580

CIL, II, 49719 (Musée de Tarragone)

391

M(anu ?) Cimon(is) / Saturnini

CIL, II, 497232

392

Optat(i)

CIL, II, 497430

393

Optat(i)

CIL, II, 497453

Aquae Calidae (149)

394

Q(uintus) Granius Q(uinti) fil(ius) Gal(eria tribu) Optatus, Iiuir

CIL, II, 4495 (ILER, 1690)

Barcino (150)

395

L(ucius) Caecilius L(uci) f(ilius) Pap(iria tribu) Optatus, (centurio) leg(ionis), atlectus a Barc(inonensibus) inter immunes, consecutus in honores aedilicios, IIuir III, flame(en) Romae diuorum et Augustorum

CIL, II, 4514 (ILS, 6957 ; ILER, 5838) = IRB, 35 = IRC, IV, 45

396

Aemilia C(aii) f(ilia) Optata

CIL, II, 4521 (ILER, 5556) = IRB, 46 = IRG, IV, 51

397

Herennia Optata

CIL, II, 4525 et p. 982 (ILER, 3955 ; 5558 ; 6027) = IRB, 54 = IRG, IV, 61

Début du iie s.

398

M(arcus) Aemili(us) L(uci) fil(ius) Gal(eria tribu) Optatus

AE, 1957, 36b = HAE, 565 = IRB, 47 = IRG, IV, 52

Début du iie s.

399

L(ucius) Aemilius Saturninus, ob honor(em) IIIIIIuir(atus)

HAEp, 565 = ILER. 343 = IRB, 11 = IRC, IV, 10

400

Valeria Nouella

CIL, II, 6151 et p. 984 (ILER, 5559) = IRB. 56 = IRC, IV, 65

401

[... Ant ?]onia Mau[r]a

CIL, II, 6153 (HAE, 2238 ; ILER. 1375) = IRB, 53 = IRC, IV, 60 (HEp, 7, 209)

Première moitié du iie s.

402

P(ublius) Antonius P(ubli) f(ilius) Pudens, Lixita/nus, sibi et / Baebia T(iti) l(iberta) Nouella, uxori, Baebiae Placidae f(iliae) /et Corneliae Phaenusae, uxori, /h(oc) m(onumentum) h(eredem uel-eredes) n(on) s(equetur) n(ec) l(ocum) s(epulturae)

CIL, II, 6157 (ILER. 3710) = IRB, 120 = IRC, IV, 137

50/100581

403

L(ucius) Pompeius Saturninus

CIL, II, 6174 (ILER, 3712) = IRB, 194 = IRC, IV, 200

404

[Q(uintus) Co]rnelius Sp(urii) f(ilius) Sec[undus], / [do]mo colonia Ca[rtha]/gine Magna, sibi et Corne[liae] / Quartae matri, Gem<i>niae Q[uar]/tae uxori, Corneliae Tertull[ae]f(iliae), Q(uinto) Corn(elio) Seran(o) f(ilio), aed(ili), II ui[ro], / Corn(eliae) Quartill(ae) fi(liae), Cor(neliae) Dubit[atae] / f(iliae), Cor(neliae) Sp(urii) f(iliae) Tertull(ae) sorori, L(ucio) Mae[uio L(uci)f(ilio)] / Rogato sobrino

HAE, 1949 (AE, 1966, 207 ; ILER, 5498) = IRB, 121 et p. 259 = IRC, IV, 59 (HEp, 7, 208)

Seconde moitié du ier s.

405

[C(aius) Here]nnius Optatus

CIL, II, 4545 (ILER, 1340) = IRB, 94 = IRC, IV, 97

406

Caelia Saturnina

CIL. II, 6178 (ILER. 3526) = IRB, 215 = IRC, IV, 219

Fin du iie/ début du iiie s.

Baetulo (151)

407

C(aius) Picarius C(aii) f(ilius) Pub(licia tribu) Nouatus

CIL, II, 4611 (ILER, 6326)

Iluro (152)

408

L(ucius) Marcius Q(uinti) f(ilius) Gal(eria tribu) Optatus, aedil(is) Tarracone, IIuir Ilurone et IIuir quinquennalis primus praefectus Asturiae, tribun(us) milit(um) legionis

CIL, II, 4616 (ILER, 3436)

Emporiae (153)

409

M(arcus) Cornelius M(arci) fil(ius) Gal(eria tribu) Saturninus Pat(ernus), aed(ilis), IIuir, flam(en)

ILER, 1566

Iesso (154)

410

Cart<h>ago

IRC, II, 82

ive-début ve s.

Isona, Aeso (155)

411

L(ucius) Fuluius L(uci) f(ilius) Quir(ina tribu) Saturninus

CIL, II 4472 (ILER, 3556)

412

Antonia Saturnina Lucí Antoni Siluani liberta

CIL, II, 4470 (ILER, 4996)

Provenance inconnue

413

[...us C(aii) f(ilius) Optat[us...]

I. Hispánica, 494h

Liste des sites

Bétique

Conventus Hispalensis

1. Huelva

2. Rio Tinto

3. Ceret ?

4. Segida Restituta

5. Ugultunia

6. Italica

7. Hispalis

8. Salpensa 9. Laelia (Cerro de la cabeza)

10. Callenses ?

11. Lucurgentum

12. Carmo

13. Marchena

14. Arva

15. Nabrissa Veneria

16. Conobaria

17. Asido

18. Ocurrí

19. Acinipo

20. Celti (Peñaflor)

Conventus Astigitanus

21. Aurgi

22. Batora

23. Tucci

24. Sosontigi

25. Iliturgicola

26. Igabrum

27. Monte Horquera

28. Iponoba

29. Castro del Rίo

30. Torreparedones

31. Vlia Fidentia

32. Monturque

33. Florentia Iliberri

34. Aratispi

35. Anticaria

36. Singilia Barba

37. Nescania

38. Sabora

39. Ilipula Minor

40. El Tejar

41. Urgapa ? (Alameda)

42. Ostippo

43. Urso

44. Cerro de las Cabezas del cortijo de Alcalá, El Rubio

45. Carruca ? (Cortijo de Los Cosmes)

46. Astigi

47. Segida Augurina

48. Obulcula

49. Oducia

Conventus Gaditanus

50. Gades

51. Baelo Claudia

52. Iptuci

53. Barbesula

54. Iluro

55. Cartima

56. Malaca

57. Abdera

Conventus Cordubensis

58. Ossigi

59. Urgavo

60. Obulco

61. Epora

62. Corduba

63. Solia

64. Baedro

65. Mirobriga

66. lulipa

67. Campanario

68. Regina

Lusitanie

Conventus Pacensis

69. Ossonoba

70. Myrtillis

71. Serpa

72. Mirobriga

73. Pax Iulia

74. Carmo

75. Villaviçosa

Conventus Scallabitanus

76. Olisipo

77. Scallabis

78. Collipo

79. Conimbriga

80. Vila Maior

Conventus Emeritensis

81. Barc arrota

82. Ammaia

83. Ciivitas Igaeditanorum

84. Augusta Emerita

85. Metellinum

86. Turgalium

87. Lacimurga

88. Norba

89. Caurium

90. Capera

91. Cabeza del Griego

92. Caesarobriga

93. Santiago del Campo

Tarraconaise

Conventus Bracaraugustanus

94. Concelho de Maia

95. Outeiro Jusão (freguesia de Samaiões) Chaves

96. Freguesia santo tirso concelho Penafiel, district de Porto

97. Concelho de Resende, Freguesia de Cárquere (prov. de Viseu)

98. Citania

99. Brandomil (prov. de Galice)

100. Santa Comba (prov. de Galice)

101. Vilaboa (Allariz) San Esteban de fora (prov. de Orense)

102. Grava, Silleda

Conventus Lucensis

103. Lucus Augusti

104. Monte Louredo sur le rio Miño près de Freixendo

Conventus Asturum

105. Asturica Augusta

106. Legio VII Gemina

107. Ujo

Conventus Cluniensis

108. Flores, Gallegos del Rio

109. Palantia et sa province

110. Clunia

111. Numantia

112. Lara de los Infantes

113. Mercerreyes (prov. de Burgos)

114. Poza de la Sal

115. Tardajos

1 16. Vivar del Cid

117. Garray (prov. de Soria)

Conventus Caesaraugustanus

118. Libia

119. Camero nuevo (prov. de la Rioja)

120. Ilerda

121. Celsa

122. Alcañiz (prov. de Teruel)

Conventus Carthaginiensis

123. Madrid

124. Quijorna (prov. de Madrid)

125. Complutum

126. Toletum

127. Cabeza del Griego

128. Valeria

129. Pozuelo de Calatrava

130. Baesucci

131. Chinchila (prov. de Albacete)

132. Castulo

133. Santo Tome

134. Tugia

135. Mentesa Bastitanorum

136. Acci

137. Ilici

138. Lucentum

139. Dianium

140. Saetabis

Iles

141. Palma

142. Mago

Conventus Tarraconensis

143. Valentía et agri Valentini

144. Liria

145. Oppidum inter Saguntum et Dertosam (Jérica)

146. Saguntum

147. Dertosa

148. Tarraco

149. Aquae Calidae

150. Barcino

151. Baetulo

152. lluro

153. Emporiae

154. Iesso

155. Isona, Aeso

Carte 1 : Les ports de contacts et routes de navigation et de commerce dans la zone du Détroit à l’époque républicaine. Carte issu de Callegarin 1999.

Carte 2 : L’origine géographique des Africani.

Carte 3 : Localisation d’Afer, Africanus et Afrinus.

Carte 4 : Localisation de Maurus et de ses dérivés.

Carte 5 : Localisation de Gaetulus, Numida et Lybicus.

Carte 6 : Localisation de saturninus.

Carte 7 : Localisation de Novatus et Novellus.

Carte 8 : Localisation d’Honoratus et de Rogatus.

Carte 9 : Localisation d’Opotatus

Carte 10 : Localisation de Donatus

Carte 11 : Localisation des attestations en relation avec le culte de Dea Caelestis, d’après la carte de García y Bellido 1957, 33, fig. 15.

Notes

1 Cf. en particulier un œuf d’autruche capsien décoré datant de 8000/5000 a.C.

2 Des colons africains ont été installés par les Carthaginois ; cf. par exemple Aubet Semmler 1992 ; López Pardo 2002.

3 García y Bellido 1959, 144 ; García y Bellido 1964, 9-16.

4 On peut signaler par exemple, des estampilles sur amphores (I. Ilici, 33 : Ex prou(incia) [Maur(etania) Cae]s(ariensi)/Tubus(uctu) ; 1. Ilici, 163 : Maur(etania) Caes(ariensis) / Tubus(uctu)). Cf pour illustrer cet aspect, Márquez Villora 1999, et, pour l’ancienneté des relations, Callegarin 1999. Je remercie L. Callegarin pour m’avoir permis d’utiliser ses travaux. Cf. Carte 1. Les ports de contact et route de navigation et de commerce dans la zone du détroit à l’époque républicaine.

5 Cf. le dévelopement des sépultures à cupules ; cf. Julia 1965. 48 sq. (les découvertes proviennent en très grande majorité du littoral, “dans des régions susceptibles de subir l’influence du rivage sud de la Méditerranée” (p. 52) ; Blázquez 1967, 35 ; Fabre 1973, 114 ; Lassère 1977, 632, note 143 ; López Vilar 1999-2000. On peut également évoquer les influences africaines dans le domaine de la mosaïque (cf. par exemple Alvarez Martίnez 1997) ou encore de la sculpture (cf. par exemple Rodríguez Oliva 1979, 140 : “a Ceres, y podría catalogarse como obra de un taller africano” ; García y Bellido 1964a).

6 En particulier en ce qui concerne le culte de Dea Caelestis ; cf. ci-dessous, p. 129.

7 Dans le cadre de cette étude, les Africani sont les provinciaux issus de l’Afrique proconsulaire et de ses divisions postérieures, Numidie, puis Tripolitaine, Byzacène, de la Maurétanie Césarienne et de la Maurétanie Tingitane. Ces provinces, de langue latine, constituent un ensemble auquel il me semble difficile de rattacher l’Égypte, ce qui a pourtant été fait dans plusieurs études anciennes ; cf. Balil 1954b, 269 ; García y Bellido 1959, 145.

8 Castillo 1991, 89 indique que, selon des travaux récents, “son escasos los africanos que están registrados en Hispania”.

9 Haley 1986, 162-170 ; Haley 1991, 44 : il dénombre 17 Africains connus avec sûreté, 48 si on considère les probables ; cf. également Lassère 1977, 627-632.

10 Gozalbez Cravioto 1993, 269 ; 270 ; 272.

11 Cf. Burian 1961.

12 Néanmoins, j’ai choisi de ne pas garder les chrétiens, comme Optata honorant l’évêque Isidore (CIL, II2/5, 907 (HEp, 7, 295) Puente Genil, prov. de Cordoue), Novatus (CIL, II2/5, 908), ou encore [Hono]ratus du vie siècle (AE, 1986, 438 ; HEp, 7, 3 Alicante), Maura (HAEp, 2419 Pax Iulia), comme Saturninus, presbiter, famulus Dei (CILA, II, 151 Hispalis), attesté en 657 ; [Honojratus (AE, 1986, 438 =/. Ilici, 101), en dépit des liens qui peuvent exister entre Afrique et péninsule ibérique dans la diffusion de cette religion (cf. par exemple Balil 1954b, 273, n. 49 ; Blázquez 1967).

13 Balil 1961, 145 ; il faut prendre en compte les documents où “aquellas personas cuya residencia en Barcino queda bien documentada”, c’est-à-dire les inscriptions funéraires plus que les honorifiques.

14 C’est d’ailleurs l’un des critères retenus par Albertini 1912, 310, mais pas toujours par ses successeurs ; cf. par exemple García y Bellido 1959, 147-148 pour Q. Tullius Maximus, légat d’Auguste de la legio VIIa Gemina (CIL, II, 2660). Les sénateurs et procurateurs africains ou supposés, en poste dans les provinces hispaniques ne font pas partie de cette étude (cf. à ce propos Castillo 1991, 90-98). J’exclus donc par exemple Tadia Honorata, fille de L. Tadius Simplex, legatus Augusti prouinciae Hispaniae Citerioris (CIL, II, 4166 et p. 560 et p. 1116 = RIT, 147), Lucilius Africanus, proconsul de Bétique en 159 (AE, 1984, 511) ou encore Bombius Rusticus (AE, 1930, 148 = RIT, 156 Tarraco ; PIR2, B, 143 ; CP, p. 1047 ; Pflaum 1956, 130 = 1978, 90) que Lassère 1977, 628 place parmi les Africains en péninsule ibérique.

15 Comme M. Se[l]lius L. f. Arn. Honoratus, domo Choba ex prouincia Maur[e]tania Caes(ariensi), pra[e]f(ectus) eq(uitum) a(lae) II F(lauiae) H(ispanorum) c(iuium) R(omanorum) (HAEp, 1866 ; AE, 1963, 16 ; ILER, 194 ; 2069) = I. Zamora, 139 = I. Petauonium, 52 Petavonium) ne peut donc être retenu, même si Haley 1991, 45 le garde dans sa liste. Rien n’indique en effet dans le texte une quelconque intégration à la population locale, pouvant traduire un projet d’installation ; L. Castricius Honoratus (CIL, II, 1183 (ILER, 6445 ; 6494) = CILA, II, 26 Hispalis), dont l’origine est inconnue, mais qui peut être africain, est un officier subalterne, chargé d'aider le procurateur Sex. Iulius Possessor (CIL, II, 1180 [ILS, 1403, ILER, 1294 : AE, 1965, 237 : AE, 1971, 171] = CILA, II, 23 Hispalis) ; en effet son primipilat ne fait maintenant plus de doute, après qu'ait été proposé à tort, comme développement de P. P., p(atronus) p(ientissimus). Un certain nombre des officiers de la legio VII Gemina sont d’origine africaine ; cf. Palao Vicente 1998, 146.

16 Pour les soldats, je ne retiens pas ceux, pour qui une inscription funéraire hispanique ne fournit pas d’éléments prouvant une installation définitive, et donc une immigration ; cf. par exemple C. Valerius C. f. Vol. Donatus (AE, 1976, 98 = IRR, 20 Varea). Pour le recrutement des soldats, cf. par exemple Forni 1953, 215 sq.

17 Roldan Hervás 1974, 246 ; Palao Vicente 1998, 145-166.

18 Il faut en particulier mentionner l’ala II Flauia Hispanorum ciuium Romanorum, qui, créée par Vespasien et dépendante de la legio VII Gemina, fut envoyée en Afrique, à Lambèse entre 145 et 152 afin de lutter contre les Maures. Elle retourna ensuite à Petavonium, avec plusieurs soldats africains nouvellement enrôlés (I. Petauonium, p. 114-115).

19 Dans ce cas, Albertini 1912, 311 est plus restrictif ; pour lui, “les épitaphes de soldats ou de vétérans ne sont pas beaucoup plus significatives”, car l’installation n’entraîne pas de relations suivies entre la cité d’origine et le lieu d’installation. Mon propos n’étant pas de mettre en évidence de telles relations, je prendrai en considération les vétérans.

20 Comme le résume García Martίnez 1997, 323 : “en general, cuando un individuo menciona en su epitafio la origo suele ser con la finalidad de destacar que ha fallecido lejos de su lugar de origen y quiere dejar constancia de ello. No obstante, en ocasiones, el hecho de indicar la origo puede responder a un cierto orgullo, cívico como una identificación frente a los incolae y extranjeros”.

21 Haley 1991, 44.

22 La cité d’origine de ce Maurétanien n’est pas indiquée ; García y Bellido 1959, 145 propose néanmoins de fixer sa cité d’origine à Iol Caesarea. Il s’est définitivement installé en Hispania où il honore sa défunte épouse.

23 Tous les tableaux sont constitués à partir du catalogue fourni en annexe ; les numéros figurant dans la première colonne y renvoient, et l’ordre suivi dans les divers tableaux est celui du catalogue.

24 J’ai choisi de ne pas retenir Afer comme origo pour le no 368. Mais les avis sont très partagés : Garcίa y Bellido 1959, 145 pense qu’Afer est bien lié à l’origine et en fait un esclave venant de l’Africa ; Blázquez 1969, 481 pense qu’il est originaire d’Afrique proconsulaire ; Étienne & Fabre 1979, 97, n. 26 l’excluent car pour eux Afer n’est pas une preuve décisive ; Haley 1991, 49 en fait plutôt une origine tout comme Lassère 1977, 629.

25 Sur ce thème, cf. Thomas 1996, 61-68.

26 Cf. la carte de Haley 1986, 171.

27 Lassère 1977, 630-632 indique que la Proconsulaire et la Numidie fournissent davantage d’émigrants que les Maurétanies.

28 García y Bellido 1959, 147.

29 Str. 3.1.8 : (Bélo) Ἐντεῦθεν oἱ διάπλοι μάλιστά εἰς Τίγγιν τῆς Μαυρουσίας. Cf. en particulier Galsterer 1971 ; Gascou 1974 ; Tovar 1974 ; Lassere 1977, 626, n. 135 ; Gascou 1981 ; Gascou 1982 ; Ponsich 1982 ; Haley 1986 ; plusieurs articles dans le Congreso internacional El Estrecho de Gibraltar (Ceuta, novembre 1987), tome 1, Madrid, 1988 ; Le Glay 1989, 183-184 ; Haley 1991 ; plusieurs articles dans le II Congreso internacional El Estrecho de Gibraltar (Ceuta, novembre 1990), tome 2, Madrid, 1995.

30 No 9 ; Castillo 1991, 88-90 ; Mίrón Pérez 1996, 332, no 45 ; Delgado Delgado 1998, 216, no 172.

31 Le Roux 2001, 239-248.

32 Id. 2001, 242-243.

33 Son cognomen n’apparaît pas ni dans Kajanto 1982, ni dans Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983 ; Mόcsy 1983, 163 ; Solin & Salomies 1988, 351 avec ses formes dérivées ; Abascal Palazón 1994, 399-400 avec trois attestations dont celle d’Italica.

34 Il s’agit de la conclusion de l’auteur des CILA, mais sans argument.

35 L’onomastique du père indiquerait plutôt cette province.

36 Le Roux 2001, 246-248.

37 Haley 1991, 50.

38 Je n’ai pas gardé pour cette étude une inscription qui pose d’énormes difficultés d’interprétation : il s’agit d’un petit autel de granit découvert dans la freguesia Sabrosa (concelho Sabrosa, District de Vila Real) : Ervedosa 1985 (AE, 1985, 571 mais propose une autre lecture car elle trouve la lecture de l’éditeur peu probable : IOVI / O(ptimo) M(aximo) C(onseruatori) / COLO/TICEN(us) // OF(ficina) LOCVSIS ? ; HEp, 1, 691) : IOVI // O(pimorum) F(eretrio) / O(ptimo) M(aximo) C//LO(dius) / COLO(nus) // C(oloniae) V/TICENSIS ; Garcίa 1991, 404-405, no 343a : IOVI / O(ptimo) M(aximo) C(oneruatori) / COLOTICEN // OF / LO/CVSIS ; Rodrίguez Colmenero 1997, 52-54, no 7 : a) OF(ficina) / L(ucreci ?) Q(uadrati ?) et b) IOVI / O(ptimo) M(aximo) C(onseruatori) / COLO(ni) C(oloniae) V/TICENSIS uel CV/TICENSIS. Aucune restitution n’est totalement satisfaisante.

39 Sur cette ville, on peut consulter Aounallah 2001.

40 Sur l’histoire de cette cité, cf. Lixus, Coll. EFR 166, Rome, 1992.

41 No 170.

42 Cf. ci-dessus, p. 103.

43 No 404

44 Cf. Carte 2. L’origine géographique des Africani.

45 No 358

46 No 203.

47 No 367.

48 No 205.

49 No 170 ; García y Bellido 1959, 146-147 ; Stanley 1990, 74 ; Haley 1991, 24 ; 44 ; d’Encarnaçaõ 2000, 1293-1294.

50 Albertini 1912, 303, no 34 ; Lassère 1977, 628.

51 IRCP, 105 Myrtillis.

52 No 172 ; Haley 1991, 44.

53 No 203 ; García y Bellido 1959, 147 ; Blázquez 1969, 481 ; Lassère 1977, 628. Selon Haley 1991, 44, il aurait pu appartenir à la legio VIIa Gemina ; cf. Le Roux 1982, 213, no 148 ; Forni 1953, 207, η. 1 ; García y Bellido 1959, 147 ; Mangas Manjarrés 1971, 322 ; 480 ; Roldan Hervás 1974, 246 ; 456, no 588 ; Le Roux 1982, 213, no 148 ; Palao Vicente 1998, 165, no 16.

54 No 367 ; Albertini 1912, 303, no 38 ; Balil 1954b, 268 ; García y Bellido 1959, 145 ; Blázquez 1969, 480 ; Lassère 1977, 628.

55 No 358 ; Balil 1954b, 269 ; García y Bellido 1959, 144-145 ; Blázquez 1969, 480 ; Roldán Hervás 1974, 246 ; 247 ; 312, no 643 ; 462, no 643 ; Lassère 1977, 628 ; Étienne & Fabre 1979, 99 ; Haley 1991, 45 ; Palao Vicente 1998, 163, no 9.

56 Le Roux 1982, 204, no 116.

57 Cependant, il faut rester prudent quant à l’origine de ce cognomen, car plusieurs membres de l’ordre sénatorial le portent (cf. PIR 2, F, p. 94-95).

58 Kajanto 1982, 205-208.

59 Par “origine”, j'entends que le possesseur d’une telle onomastique n’est pas forcément né dans les provinces africaines, mais que ses parents ou grands-parents sont africains. En effet, il semble peu logique, sauf dans le cas des esclaves (cf. ci-dessous, p. 149), qu’un Africain migrant en péninsule ibérique change de surnom pour rappeler son origine (cf. ci-dessous, p. 147).

60 Kajanto 1982, 18 donne une liste de surnoms “particularly frequent in some geographical area... difficult to interpret”.

61 Kajanto 1982, 205 ; Mόcsy 1983, 8 : 15 en Hispania ; en Tunisie : Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 23 (une attestation) et 75 (aucune attestation) ; Solin & Salomies 1988, 289.

62 Guichard & Lefebvre 1992, 169-173, carte 174 ; Aguilar Sáenz et al. 1994, 127-128 ; Abascal Palazón 1994, 261.

63 No 2 ; 7 ; 26 ; 32 ; 48 ; 58 ; 62 ; 83 ; 93 ; 148 ; 163.

64 No 177 ; 183 ; 190 ; 201 ; 234 ; 237 ; 238 ; 256. Je n’ai pas retenu un document lusitanien dont la lecture évolue avec l’apparition de Afer dans la dénomination du personnage sans que cela soit bien attesté : Amador de los Ríos 1873, 252 : D(is) M(anibus) / Q. Iulio Maximo / Gaio Nepotiano / oratori ; / Q. Iulius Maximus / [pa]ter filio piissimo / f(aciendum) c(urauit) ; Azevedo 1898, 278 : Q. Iulio Maximo/Cai nepoti Afr[..] / oratori ; CIL, II, 354 Collippo : Q. Iulio Maximo / Gal(eria) Nepotiano / oratori ; Vierra da Silva 1944 : Q. Iulio Maximo / Gal. Nepotia[no] / oratori ; Sagredo San Eustaquio, Crespo Ortiz de Zarate 1975, 126-127, no 10 et Sagredo San Eustaquio, Crespo Ortiz de Zarate 1976, 73, no 11 : Q. Iulio Maximo / Ga. Nepotian[.] / oratori. Stanley 1991, 309 : Q. Iulio Maximo / Ga. Nepotian[o] / oratori. Elle a été relue : cf. Silva Fernandes 2000 (AE, 2000, 679) Olisipo (et non plus Collippo) :...Q. Iulio Maximo / Gal(eria) Nepoti Afr[o] / oratori... L'AE propose une nouvelle lecture du nom – Q. Iulius Maximus Gal. Nepos Afer – et refuse de croire en une origine africaine du personnage.

65 No 262 ; 263 ; 299 ; 308 ; 313 ; 368 ; 374 ; 389.

66 No 26 ; PIR2, M, 523. Cf. Castillo 1965, 129-130, no 244 ; Castillo 1982, 510, no 76. Les Messii Rustici forment une grande famille sénatoriale de Bétique ; cf. González Fernández & Caballos Rufino 1983.

67 No 48 ; Castillo 1982, 516.

68 No 62 ; Lomas Salmonte & Sáez Fernández 1981 ; Raepsaet-Charlier 1987, 302-303, no 344.

69 Q. Valerius Vegetus, comme son père, épouse un membre de l'aristocratie de Bétique, Etrilia Afra, originaire de Tucci. Son consulat, en 112 p.C., est souvent mentionné dans les hommages concernant les membres de sa famille (cf. Castillo 1982, 515-516, 96).

70 No 7 ; Castillo 1982, 488-489, no 4.

71 No 58.

72 No 148 ; 201. Il pourrait s’agir du même personnage. Cf. Étienne 1958, 201 ; 203 ; Castillo 1965, 35, no 62 (elle pense plutôt à Epora comme lieu d’origine) ; Delgado Delgado 1998, 63 ; 65 ; 200, no 18.

73 No 93 ; Mangas Manjarrés 1971, 179.

74 No 32.

75 Parmi les polyonymes portés par les Messii Rustici figurent Aemilius Afer ; cf. PIR2, M, 523. Acilianus est formé sur le nom de sa mère.

76 No 368 ; García y Bellido 1959, 145 ; Blázquez 1969, 481 ; Lassère 1977, 629 ; Haley 1991, 47. On remarque ici que les deux co-affranchis ont tous deux des surnoms relevant de l’“africanité”. Cf. note 23.

77 Cf. ci-dessous.

78 No 83.

79 No 308.

80 No 313.

81 Kajanto 1982, 205 : CIL, I2, 1914 = IX, 5253 Asculum Picenum, par exemple.

82 On constate, qu’en Hispanie, Afer se trouve généralement employé dans le milieu des élites ; cf. Guichard & Lefebvre 1992, 172-173. De plus, il est considéré comme un surnom “italien” ; cf. Rémy 2001, 117.

83 C. Passerius Afer à Vienne dans la première moitié du ier siècle p.C. (CIL, XII, 1872 ; 2566) ; Secundinia Afra chez les Trévires dans le seconde moitié du iie s. (CIL, XIII, 4190).

84 Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 23 et 75 : 1 attestation.

85 J. Gonzalez Fernandez (CILA, I, p. 101) estime que “indica procedencia geográfica”, tout en indicant que “está documentado en Hispania”. On peut noter que Afer/Afra désigne dans la littérature les Noirs africains ; cf. Térence, Moretum, II, 31, 35 : Erat unica cusios, / Afra genus, tota patriam testane figura.

86 No 7 ; cf. note 67.

87 No 177.

88 IRCP, p. 475.

89 No 183.

90 No 237.

91 Blázquez 1962, 84.

92 No 262 et 263 sur des uascula ; 299 sur céramique ; 389 sur un vase.

93 No 262 ; 263.

94 No 299.

95 Cf. Carte 3. Localisation de Afer/Africanus.

96 Guichard & Lefebvre 1992, 172 et carte no 2 ; Aguilar Sáenz et al. 1994, 127-128 et fig. 8

97 N’a pas été retenu Lucilius Africanus, proconsul de Bétique (AE, 1984, 511 = HEp, 4, 1994 = CILA, II, 835 Obulcula).

98 Kajanto 1982, 49 ; 205 : 54 sur 121 attestations sont africaines (on peut noter que Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 23 et 75 ne relèvent que 5 attestations) ; Mόcsy 1983, 8 : 7 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 289 ; Abascal Palazón 1994, 261 : 11 attestations sûres, peut-être 12.

99 No 10 ; 11 ; 27 ; 150.

100 No 190a ; 230.

101 No 274 et 275 pour le même personnage ; 277 ; 311 ; 326 ; 338 ?.

102 No 10.

103 ERIT, p. 265-272 tenant compte des éléments africanisants des reliefs de l’autel et du cognomen de Iunia Africana, pense que la famille est originaire des provinces africaines, et que le don a été fait à l’occasion d’une adlectio inter dues. A. Ma Canto est suivie par Castillo 1991, 89. Néanmoins, J. Gonzalez Fernandez (CILA, II, p. 64) rappelle que la gens Cocceia est bien attestée en Lusitanie, avec pour l’un des membres un surnom qui pourrait être Ita[licensis]. Bien entendu, on peut tout à fait penser que les deux époux n’ont pas la même origine géographique. Haley 1991, 46 la comptabilise parmi les Africains, alors que García Martίnez 1997, 331 n’est pas totalement affirmatif. Cf. González-Conde Puente 2000, 170, carte 169.

104 No 230 ; Saquete 1997, 146 ; 174, no 28.

105 No 274 et 275.

106 PME. II S, p. 765-766.

107 No 311.

108 No 190a.

109 No 277.

110 No 11. Le gentilice de ce personnage a été lu de diverses manières : S[ent]ius ou S[uil]lius pour les ILER, qui proposent également S[al]ius, ou encore Se[rui]lius : Haley 1991, 46 : il restitue Se[l]lius cf. note 212 ; Marίn Ceballos 1993, 827-835, no 2 ; García Martίnez 1997, 330.

111 No 150 ; cf. García Martίnez 1997, 330. Cornelius Africanus offre avec Cornelius Restitutus, sans doute son frère, un hommage à Nemesis, que l’on peut assimiler à Dea Caelestis ; ils ont sans doute été tous deux flamines de la colonie. Aussi il est difficile de voir en eux des affranchis. Pour le culte rendu à Dea Calestis, cf. ci-dessous.

112 No 326.

113 Haley 1991, 48 : Statilius serait africain.

114 Broughton 1952, 380 ; 396 ; 403 ; 622. Il n’est en aucun cas à rattacher aux provinces africaines, Statilius étant un nom italien.

115 Kajanto 1982, 205.

116 No 230.

117 Parmi les huit Augustales recensés par Saquete 1997, 145-146 et les VIuiri (Saquete 1997, 173-174), un seul mentionne son origine Emeritensis (Saquete 1997, 174, no 31) et un son origine Norbensis (Saquete 1997, 174, no 32).

118 Blázquez 1962, 214.

119 No 277.

120 Blázquez 1962, 67 ; 375.

121 Pour I. Palencia, le dédicant est de “procedencia africana”.

122 Cf. Carte 3. Localisation de Afer/Africanus.

123 No 277.

124 No 37.

125 No 287.

126 Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 183 : 30 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 361.

127 Benabou 1976, 309-330.

128 Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 36 et 82 : 2 attestations.

129 No 18 ; 23 ; 34 ; 40 ; 42 ; 53 ; 67 ; 69 ; 79 ; 85 ; 86 ; 87 ; 90 ? ; 92 ; 94 ; 99 ; 118 ? ; 138 (avec deux personnages) ; 142 ; 144 ; 162 ; 165 ; 166.

130 No 174 ; 180 ; 206 (avec deux personnages mentionnés) ; 209 (avec deux personnages mentionnés) ; 210 ; 219 ; 220 ? ; 222 ? ; 223 ? ; 224b ; 226 ; 231 ; 235 ; 240 ; 241 ; 245 ; 249 ; 250 ? ; 253 ; 254 ? ; 255 ; 257. Ce nombre est significatif, car les données épigraphqiues lusitaniennes sont moins nombreuses que celles des autres provinces hispaniques.

131 No 307 ; 314 ; 316 ; 320 ; 324 ; 331 ; 336 ; 346 ; 373 ? ; 401.

132 No 99 (Mangas Manjarrés 1971, 174 lit le nom de deux esclaves, Maurus et Alldistus ; Haley 1991, 45) ; 165 (cf. Mangas Manjarrés 1971, 181 ; 213 ; 314 ; pour J. González Fernandez, il s’agirait d’une esclave).

133 No 53 ; 166 ; 206 ; 219 (selon ERM, la défunte est une affranchie d’origine peut-être africaine) ; 240 ; 257 ; 316 (Mangas Manjarrés 1971, 311 ; 414) ; 336.

134 Kajanto 1982, 206 : cinq attestations dans le milieu servile.

135 No 226.

136 Sur le sujet, voir Crespo Ortiz de Zárate 1998 et 1999.

137 Des citoyens romains sont également présents, comme no 321 ; 324 ; 331 ; 346.

138 No 18 ; 40 ; 92 ; 142 ; 235 ; 245.

139 Mόcsy 1983, 183 : 30 Mauri en Hispania.

140 Albertos Firmat 1966, 152 : Maurus pourrait être basé sur la racine indo-européenne *mau-ro- (faible, obscur) ; Mangas Manjarrés 1971, 55.

141 Albertos Fimat 1966, 152. Cf. Haley 1991, 46 pense que tous les Mauri ne sont pas d’origine africaine, et il cite Maurus (no 174) pour sa démonstration.

142 No 162.

143 No 53.

144 IRCP, p. 542.

145 No 209 ; leur origine africaine, proposé par E. Hübner, est reprise par Haley 1991, 44 ; Lassère 1977, 630 est quant à lui hésitant.

146 No 144.

147 Elle est sûrement une émigrée ; le nom de son époux P. Cornelius Maurus laisse penser qu’il s’agit également d’un émigré (HEp, 6, 610).

148 No 67 ; Mangas Manjarrés 1971, 298 ; 446 ; Delgado Delgado 1998, 134 ; 209, no 100.

149 No 69

150 No 401.

151 L’origo du notable est soit l’oppidum d’Acuca, en Apulie, soit Aquincum (Budapest), soit Aquae Sextiae ; cf. IRC, IV, p. 135.

152 Kajanto 1982, 206 : 68 % des attestations recensées se trouvent en Afrique et en Hispanie ; cette dénomination est encore utilisée au viie siècle : Mauru[sus, famu]lus Del sancte (CILA, II, 334 Ilipa Ilia (Alcala del Rio)) ; Solin & Salomies 1988, 360.

153 Kajanto 1982, 206 ; il pourrait également s’agir d’un nom indigène latinisé, comme le pense Albertos Firmat 1966, 151 : Mocsy 1983, 183 : 1 attestation en Hispania.

154 No 45 ; 113.

155 No 378. mais HAEp lit Marula.

156 No 45

157 No 378.

158 Mangas Manjarrés 1971, 56 le place parmi les noms occidentaux ; Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 183 : 6 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 360.

159 Kajanto 1982, 206 ; pour une affranchie et trois attestations chrétiennes.

160 No 196 (ses parents sont affranchis ; cf. Mangas Manjarrés 1971, 331 ; 457) ; 224a (elle est l’affranchie de son époux, et le couple est mentionné avec son propre affranchi).

161 No 19 ; 61 ; 149.

162 No 196 ; 224a ; 246 ; 247.

163 No 280 sous la forme Maurile ; 309.

164 Mauritius est attesté : Kajanto 1982, 206.

165 No 280.

166 Un exemple à Rome, CIL, VI, 32014 ; cf. Kajanto 1966, 206 pour un document chrétien ; Solin & Salomies 1988, 360.

167 No 20 ; Delgado Delgado 1998, 213, no 144.

168 Kajanto 1966, 206 ; Mόcsy 1983, 183 : 3 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 360.

169 No 67 ; cf. note 145.

170 No 189.

171 No 279.

172 No 279.

173 No 213 ; Solin & Salomies 1988, 360 ne donne que cette référence, Mocsy 1983, 183 également.

174 García y Bellido 1959, 147.

175 Kajanto 1982, 206 : 10 sur 18 attestations sont africaines ; Môcsy 1983, 183 : 2 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 360.

176 No 178.

177 No 310.

178 No 178 ; Étienne 1982, 521, n. 1 ; 525.

179 Ce qui n’est pas le cas de Iunius Mauricus (PIR2, I, 771), originaire de Cisalpine (Étienne 1982, 526, n. 13).

180 Étienne 1982, 523.

181 No 310.

182 Kajanto 1982, 206.

183 No 280.

184 Cf. Carte 4. Localisation de Maurus et de ses dérivés.

185 Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 204 : 2 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 370.

186 Kajanto 1982, 206 : 8 cas sur 20 répertoriés ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 84 : 1 attestation sous la forme Numidianus.

187 Valerius [...] Numida (no 110) est daté du ier siècle ; cf. García Martίnez 1997, 339 ; elle n’est pas totalement sûre de son origine africaine.

188 No 110.

189 No 340 et 341 pour le même personnage ; 349.

190 No 349.

191 Lassère 1977, 630.

192 No 340 et 341 ; pour Haley 1991, 46, il n’est pas d’origine africaine

193 CIL, II, 3841 ; 3842 ; 3843 ; 3844 ; 3345 ; 3846 ; 3847 ; 3848 ; 3849 ; 3850.

194 Cf. Carte 5. Localisation de Numida, Gaetulus et Lybicus.

195 Kajanto 1982, 206 ; Mόcsy 1983, 132 : au total, 7 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 336.

196 Kajanto 1982, 206 : 35 sur 41 cas connus ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 32-33 et 80 : 8 cas connus.

197 Rodrίguez Oliva 1982/83, 245 : le cognomen Gaetulus “permite sospechar muy vehementemente que se trata de un personaje de ascendencia norte africana”.

198 No 46. 141. 156 ; 161.

199 No 185.

200 No 325 ; 335 ; 352 ; 390 ?

201 Cf. Carte 5. Localisation de Numida, Gaetulus, Lybicus.

202 J’ai choisi de ne pas retenir C. Iulius Tiro Gaetulicus, honoré à Ebusus (CIL, II, 3661 = CIB, 178), magistrat romain. Cf. García y Bellido 1959, 153-154 : “el segundo cognomen de este último Gaetulicus no es claro haya sido un cognomen patriae”.

203 No 161.

204 No 46

205 Mangas Manjarrés 1971, 301 ; 445 ; Mόcsy 1983, 170 avec une seule attestation ; Abascal Palazón 1994, 406.

206 Libya désigne souvent les rivages africains ; cf. Appien, Guerres civiles, 24.

207 No 61 ; Ciccotti 1891, 73 ; Étienne 1958, 253 ; Pérez Almoguera, Prieto Arciniega 1979, 247 ; 249 ; Ordóñez Aguila 1988, 127-128 ; Delgado Delgado 1998, 206, no 78 et no 79 pour M. Fuficius Quietus.

208 Cf. Carte 5. Localisation de Numida, Gaetulus, Lybicus.

209 Pour ne pas trop alourdir cette étude, et surtout le catalogue, j’ai choisi de ne pas prendre en compte, par exemple, le cognomen Tertullus/a et ses dérivés, dont on sait qu’il est d’un usage très fréquent en Afrique (Kajanto 1982, 128 : 292. : une trentaine d’attestations au total) ; cf. les arguments de Julia 1965, 53, pour qui Fabia Tertulia (p. 35-36, no 17 ; AE, 1966, 197), ainsi que T. Tertullus et L. Tertiola (p. 37, no 22), et les deux Cornelia Tertullina homonymes, forment à Barcelone un noyau “africain” qui aurait pu apporter son mode de sépulture. Haley 1991, 48 évoque également cette origine africaine. Pedania Tertullina et Tertiola, Faustus (IRB, 155) seraient eux aussi africains selon Julia 1965, et Haley 1991, 48. De même, je n’ai pas pris en compte certaines affirmations qui proposent une origine africaine à des personnages, de façon assez hypothétique ; ainsi [...]fus Verobli f. (CIL, II, 2585) est considéré comme un Africain de Cercinna par Lassère 1977, 627, alors que Haley 1991, 46 ne le retient pas. De même, Sosius Alcimedis (CIB, 9 Palma) serait africain en raison du grand nombre d’attestations du gentilice Sosius en Afrique, selon Haley 1991, 47.

210 García y Bellido 1959, 150, note 2 évoque Rufinas, Martialis, Ianuarius, Victor ou Felix, “muy abundantes en la Península”, et Fautus, Fortunatas, Vrbanus, Donatus, Honoratus, Potitus dont il donne la traduction punique ; il ajoute Ampliatus, Concessus, Extricatus, Priuatus qui sont plus rares en péninsule, alors qu’ils sont bien attestés dans leur lieu d’origine. Il pense que “estos cognomina... tiene por ello muchas mas probabilidades de haber pertecido a africanos de origen que los otros”.

211 Kajanto 1982, 18 (“a few of the names are attributable to the native substrata” comme Saturninus) ; 20 ; 30 ; 54 ; 58 ; 113 ; 213 ; Benabou 1976, 502 ; Lassère 1977, 630 ; Syme 1978, 589 ; Mócsy 1983, 255 : 100 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 398.

212 Kajanto 1982, 55 : 1163 cas en Afrique sur 2507 attestations ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 43 et 87 : plus de 100 cas répertoriés.

213 Cf. par exemple Thouvenot 1954 ; Le Glay 1961 et 1966.

214 García y Bellido 1959, 150, n. 2 ; Kajanto 1982, 76.

215 Ainsi, Palao Vicente 1998, 147 rappelle qu’il est bien réparti partout ; cf. également Le Bohec 1989, 517. C’est un nom occidental pour Mangas Manjarrés 1971, 56. Pour Le Roux 1977, 87, c’est un cognomen banal.

216 No 8 ; 17 ; 29 ; 35 ; 36bis ; 38 ; 47 ; 50 ; 54 ; 66 et 68 pour le même personnage ; 78 (avec la mère et le fils) ; 88 ; 97 ; 107 ; 108 ; 111 ; 114 ; 116 ; 119 ? ; 121 ; 123 ? ; 127 ; 128 ; 133 ; 140 ; 143 ; 151 ; 152 ; 153 ; 155 ; 158 ; 167.

217 No 175 ; 176 ; 181 ; 188 ; 192 ; 193 ; 194 ; 198 ; 200 ; 204 ; 205 ; 208 ; 211 ; 212 ; 217 ; 221 ; 232 ; 236 ; 242 ; 243 ; 244 ; 251 ; 252.

218 No 258 ; 259 ; 260 ; 264 ; 265 ; 266 ; 268 ; 270 ; 272 ; 273 ; 278 ; 280 ; 281 ; 283 ; 284 ; 285 ; 286 ; 289 ; 290 ; 291 ; 293 ; 294 ; 297 ; 300 ; 301 ; 302 ; 303 ; 305 ; 315 ; 321 ; 327 ? ; 329 ; 330 ; 334 ; 339 ; 343 ; 348 ; 356 ; 357 ; 361 ; 362 ; 363 ; 366 ; 368 ; 370 ; 371 ; 376 ; 378 ; 379 ; 381 ; 384 ; 385 ; 391 ; 399 ; 403 ; 406 ; 409 ; 411 ; 412.

219 No 175.

220 García y Bellido 1959, 146 ; Stanley 1990, 74 : d’Encarnaçaõ 2000, 1291.

221 Afer doit-il ici être considéré comme un surnom qui serait placé après la mention de la tribu et de l’origo N(e)apolitanus, ou bien comme l’indication de la zone géographique d’origine ? J’ai priviligié cette dernière proposition.

222 Albertini 1912, 303, no 35 ; Burian 1961, 233-238, en particulier p. 237, note 6 ; Lassère 1977, 627 ; selon Haley 1991, 44 il aurait été inscrit dans la tribu Arnensis à Neapolis (Africa), puis aurait été adlectus comme ciuis à Pax Iulia, et sa tribu serait devenue la Galeria, tout en étant un incola à Balsa. D’Encarnaçaô 2000, 1291 ; 1292, fig. 1 propose une reconstitution de son trajet.

223 No 205 ; Albertini 1912, 304, no 42 ; Blázquez 1969, 481 ; Lassère 1977, 628.

224 Albertini 1912, 304, no 42 ; García y Bellido 1959, 146 ; cf. Almagro Basch 1976, 136-137.

225 No 370 ; Albertini 1912, 304, no 43 ; Balil 1954b, 267-268 ; García y Bellido 1959, 145 ; Blázquez 1969, 480 ; Lassère 1977, 628 ; Étienne & Fabre 1979, 100, en particulier note 47 ; Haley 1991, 45.

226 No 268 ; la bibliographie concernant cet affranchi impérial est abondante ; cf. note 411.

227 Le Roux 1977, 89 ; 90 ; I. Lugo, p. 48, note 18.

228 No 368 ; cf. note 23 ; 68. Balil 1954b, 267 présente Claudius Saturninus comme un Africain, mais ne parle pas de son co-affranchi ; Haley 1991, 47.

229 Cf. ci-dessus p. 108.

230 No 159.

231 CIL, VIII, 3921.

232 No 381.

233 Cf. ci-dessous p. 126.

234 No 406.

235 Selon IRC, IV, 59 comme Quarta (cf. Kajanto 1982, 74 ; 75 ; 77 ; 293 : rien sur l’Afrique) et Quartilla (Kajanto 1982, 293 : rien sur l’Afrique).

236 Cf. ci-dessus. On a retrouvé des cupae à Malaca, Carmo, Baelo Claudia, Italica, Augusta Emerita, Barcino... Cf. par exemple Caballos Rufino 1994.

237 Il pourrait s’agir de L. Roscius Aelianus Paculus Saluius Iulianus ; cf. Saquete 1997, 95, n. 330 et 331 ; 97-98 ; 99, n. 355 ; 100. La PIR2, R, 92 n’est pas d’accord, et propose un autre personnage (PIR2, R, 208).

238 Saquete 1997, 100.

239 No 29.

240 No 66.

241 No 68.

242 No 193.

243 No 252.

244 No 151 ; Delgado Delgado 1998, 51.

245 No 152 ; Delgado Delgado 1998, 42 ; 48 ; 202, no 40.

246 No 303.

247 No 366.

248 No 411.

249 No 361.

250 Blázquez 1962, 152.

251 No 181.

252 Blázquez 1962, 122.

253 No 260.

254 No 78 ; 133 ? ; 159 ; 252 ; 258 ; 260 ; 265 ; 270 ; 280 ; 289 ; 291 ; 300 ; 315 ; 330 ; 379.

255 No 36bis ; 127 ; 194 ; 236 (sur le dieu Juppiter Solutorius, cf. Blázquez 1962, 110-111) ; 251 ; 258.

256 No 321.

257 Pour les affranchis : no 8 (Mangas Manjarrés 1971, 293) ; 54 (Delgado Delgado 1998, 204, no 55. Il est difficile de savoir à quoi se réfère le terme Iponobensis qui figure dans le texte) ; 127 ; 153 (Delgado Delgado 1998, 210, no 120) ; 356 ; 377 ; 399.

258 No 35 ; 272 ; 343 (Mangas Manjarrés 1971, 361 (mais avec une erreur) ; 414) ; 371 (Mangas Manjarrés 1971, 367 ; 416) ; 377.

259 No 268 ; cf. note 220.

260 No 140 ; Delgado Delgado 1998, 13 ; 21 ; 211, no 132.

261 No 232.

262 No 294.

263 No 409.

264 No 362.

265 No 357.

266 Cf. Carte 6. Localisation de Saturninus/a.

267 No 167.

268 Kajanto 1982, 353 : sur 21 attestations, 8 en Afrique ; Syme 1978, 588 ; 589 ; 8 en Afrique et 8 en péninsule ibérique sur 21 attestations ; Mόcsy 1983, 203 : 9 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 370.

269 No 3 ; 4 ; 30 ; 52 ? ; 91 ; 130 ; 139 ; 145 ; 146.

270 No 179.

271 No 292 ; 365 ; 407.

272 No 52 (Delgado Delgado 1998, 41 ; 47 ; 52 ; 204, no 52) ; 139 ; 145 (Delgado Delgado 1998, 55 ; 57 ; 58 ; 207-208, no 88) ; 365 ; 407.

273 No 91.

274 Sur les Publicii, cf. Crespo Ortiz de Zarate 1998, 152, no 56 ; Id. 1999, 82 ; 95.

275 No 179 ; Blázquez 1962, 149 ; 161 (le dédicant aurait un nom courant).

276 Cf. Carte 7. Localisation de Nouatus et de Nouellus.

277 Ce surnom est fréquemment porté par des Africains ; cf. Kajanto 1982, 289 : 65 africains sur 101 attestations, et 2 esclaves ou affranchis (mais Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 38 et 84 ne relèvent que 2 cas) ; Mόcsy 1983, 203 : 6 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 370.

278 Les auteurs de I. Belo comptabilisent 4 cas.

279 No 124.

280 No 214 ; 218.

281 No 306 ; 400 ; 402.

282 No 402.

283 Cf. ci-dessus.

284 Cf. Carte 7. Localisation de Nouatus et de Nouellus.

285 Kajanto 1982, 18 ; Syme 1978, 589 ; 596 : 495 attestations sont africaines sur 666 ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 34 et 81 : près de 60 cas répertoriés ; Mόcsy 1983, 145 : 6 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 343.

286 Vigil 1961, 104-106, no 1.

287 Kajanto 1982, 73 ; 279.

288 No 6 ; 41 ; 125 ; 129 ; 135 et 137 pour le même personnage ; 136. Ce surnom est peu attesté en Bétique (quatre fois lors du dépouillement des auteurs de I. Belo). mais bien plus fréquent en Afrique (Kajanto 1982, 279 : 495 sur 666 attestations), ce qui pourrait faire de C. Calpurnius Honoratus (no 125) un Africain d’origine, pour I. Belo.

289 No 239.

290 No 333.

291 Kajanto 1982. 72 ; 133 ; 279 : sept dans le milieu servile et affranchi.

292 Nous n’avons ainsi pas retenu dans notre catalogue le prêtre Honoratus (CILA, II, 606), daté entre 636 et 641.

293 No 41 ; Delgado Delgado 1998, 78 ; 82 ; 211-212, no 133.

294 On trouve à Barbesula deux autres Honorati (no 135 et 137 ; 136).

295 No 135.

296 No 137 ; Delgado Delgado 1998, 205, no 68.

297 No 136.

298 No 333.

299 Cf. Carte 8. Localisation d’Honoratus et de Rogatus.

300 No 41.

301 CPILC, 732.

302 No 239.

303 Mangas Manjarrés 1971, 56.

304 Kajanto 1982, 75 ; 77 ; 296 ; Mόcsy 1983, 209 : 63 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 372 ; rien sur l’Afrique.

305 Benabou 1976, 502 ; Lassère 1977, 630 ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 39 et 84 : près de 20 cas ; I. Belo, p. 130.

306 Syme 1978, 589 : 80 sur 770 en Afrique ; 597 : 55 en péninsule ibérique. Palao Vicente 1998, 147 nuance les propos de Syme.

307 No 1 ; 5 ; 24 ; 25 ; 31 ; 36 ; 39 ; 41 ; 43 (avec deux personnages) ; 44 ; 49 ; 51 ; 55 (avec le père et le fils) ; 56 ; 59 et 60 pour le même personnage ; 64 ; 65 ; 70 ; 71 ; 72 ; 73 ; 74 ; 75 ; 76 et 77 pour le même personnage ; 80 ; 81 ; 82 ; 84 ; 89 ; 94 ; 98 ; 100 ; 102 ; 103 ; 105 ; 106 (avec le père te la fille) ; 117 ; 120 ; 122 ; 126 ; 135 ; 147 ; 154 ; 157 ; 164.

308 No 168 ; 169 ; 173 ; 182 ; 184 ; 186 (avec la variante Optatinus) ; 191 (avec deux personnages) ; 195 ; 197 ; 202 ; 215 ; 224f (deux personnages) ; 225 ; 227 (avec deux personnages) ; 229 (restitution hypothétique) ; 248.

309 No 267 ; 276 ; 282 ; 295 ; 296 ? ; 298 ; 304 ; 312 ; 342 ; 344 ; 345 ; 347 ; 350 ; 341 ? ; 380 ; 388, 392 et 393 pour la même marque ; 394 ; 395 ; 396 ; 398 ; 408 et L. Herennius Optatus (no 322 ; 323 ; 337), Herennia Optata (No 397) et C. Herennius Optatus (No 405).

310 No 413.

311 No 1 (Mangas Manjarrés 1971, 297) ; 25 ; 76 et 77 : son fils a obtenu la citoyenneté romaine ; 80 (Crespo Ortiz de Zárate 1999a, 146, no 11 pour Verna) ; 105 ; 191 (3 générations sont connues).

312 No 304.

313 No 173.

314 No 134

315 No 248.

316 No 43 ; cf. Thevenot 1952.

317 No 51.

318 No 89 ; Pérez Almoguera & Prieto Arciniega 1979, 246 ; 251 : il est originaire de Carula, en Bétique.

319 No 164.

320 No 248.

321 No 24.

322 No 59 ; 60 ; 64 ; 70 ; 74 ; 168 ; 396.

323 No 49 (Mangas Manjarrés 1971, 309 ; 448 ; Delgado Delgado 1998, 131 ; 133 ; 214, no 161) ; 169 ; 182 (Mangas Manjarrés 1971, 314 ; 467) ; 347 ; 394.

324 No 31 ; Clodia Optata, honore usa, remet la dépense de l’hommage voté par l’ordo et le peuple à sa fille.

325 No 408.

326 No 39

327 No 73.

328 No 312.

329 L’inscription a disparu et semble être très endommagée.

330 No 395.

331 No 322 ; 323.

332 No 337.

333 Cette marque se trouve dans plusieurs sites de la côte méditerranéenne occidentale, ainsi qu’à Rome.

334 No 388 ; 392 ; 393.

335 No 397.

336 No 398.

337 No 405.

338 No 72 (Mangas Manjarrés 1971, 181) ; 276.

339 No 55 (Mangas Manjarrés 1971, 302 ; 448) ; 56 ; 157 (Mangas Manjarrés 1971, 288 ; 448) ; 195 ; 225 ? ; 282 ; 295 ? (Crespo Ortiz de Zarate 1999a, 159, no 61) ; 380.

340 No 344 ; Mangas Manjarrés 1971, 363 ; 405.

341 No 120.

342 No 147.

343 No 202 ; Mangas Manjarrés 1971, 314 ; 467.

344 No 227.

345 Le gentilice Matius est porté par un ami de César et d’Auguste (PIR2, M, 369) et par un sénateur de la fin du iie siècle (PIR2, M, 370).

346 Cf. Carte 9. Localisation d’Optatus/a.

347 No 154 ; 157.

348 No 1

349 No 164

350 Kajanto 1982, 18 : bien attesté dans la zone africaine ; 75 ; 76 ; 93 ; 297 : 650 cas africains sur 714 attestations ; Mόcsy 1983, 244 : 8 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 392.

351 Kajanto 1982, 293 : 650 Africains sur 754 attestations, dont seulement 8 esclaves ou affranchis ; Benabou 1976, 502 ; Lassère 1977, 454 ; Syme 1978, 589 : 650 attestations sur 714 en Afrique ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 42 et 86 : près de 60 attestations.

352 Syme 1978, 589 : 650 attestations africaines sur 714 ; Palao Vicente 1998, 147 nuance les propos de Syme.

353 No 95 ; 96 ; 101 ; 104 ; 109 ; 115 ? ; 132.

354 No 328 ; 359 ; 381 ; 383 ; 404.

355 No 95.

356 No 359 ; Le Roux 1982, 212, no 146.

357 No 109.

358 No 381.

359 Cf. ci-dessus.

360 No 383.

361 No 404.

362 Cf. ci-dessus.

363 Cf. Carte 8. Localisation d’Honorants et de Rogatus.

364 Six personnages.

365 Trois personnages.

366 García y Bellido 1959, 150, n. 2 ; Kajanto 1982, 18 ; 20 ; 75 ; 93 ; 298 ; Mocsy 1983, 106 : 12 en Hispania ; Solin & Salomies 1988, 325. On doit éliminer de la liste Magnius Donatus, procurateur en Bétique, dont l’origine est africaine (AE, 1978, 415 Astigi = 1984, 515 ; CILA, II, 694) ; cf. PIR2, M, 95.

367 Kajanto 1982, 76 ; 298 : 368 cas africains sur 832 ; Benabou 1976, 502 ; Lassère 1977, 630 ; Syme 1978, 589 : 368 attestations africaines sur 832 ; Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983, 29 et 78 : près de 50 attestations ; Stanley 1990, 73 ; Palao Vicente 1998, 147 en nuançant les propos de Syme. Il s’agit d’un nom occidental pour Mangas Manjarrés 1971, 56.

368 IRCP, p. 179 : Donatus “cognomen característico da Africa, documento-se na Península”.

369 No 28 ; 63 ? ; 112 ; 160.

370 No 171 ; 216 ; 228 ; 233.

371 No 288 avec 2 personnages ; 317 ; 319 ; 332 ; 360 ; 373 ; 375 ; 386 ; 387.

372 No 228 ; Haley 1991, 46 pense qu’ils sont d’origine africaine, contre les inventeurs de l’inscription, Rodríguez Neila, J. E, Chaves Tristán F. 1974, 298 ; 308-309, qui, bien qu’ils rappellent que Enna est un “cognomen desconocido en la onomástica hispana”, en signalent la fréquence en Italie du Nord et “dentro de la órbita iliria” ; ils prônent donc une origine illyrienne pour cette famille qu’ils pensent être de commerçants. Enna ne figure pas dans Kajanto 1982, ni dans Ben Abdallah & Ladjimi Sebai 1983 ; c’est un surnom rare dont la formation a été mise en relation avec le nom ibère Ena-, apparenté à des noms que l’on trouve en Gaule et en Pannonie (Albertos Firmat 1966, 114 : pour elle, Enna n’a aucun lien avec l’Afrique ; cf. Mocsy 1983, 114 : 3 en Pannonie).

373 Les gentilices Septimius et Aurelius présents dans cette famille font bien évidemment penser à la familia impériale sévérienne.

374 Julià 1965, 47, no 2 ; Stanley 1990, 73 ; Haley 1991, 24 ; 46.

375 No 288.

376 No 319.

377 No 332.

378 Cf. Carte 10. Localisation de Donatus/a.

379 No 131.

380 D’autres restitutions sont possibles : Smarbal ou Amorbal.

381 Sal., Bell. Iug., 5.7 : Is Adherbalem et Hiempsalem ex sese genuit, lugurthamque, filium Mastanabalis fratris...

382 No 410.

383 Par exemple : CIL, II, 36 (ILER, 4031) = IRCP ; 192 Salacia : D(is) M(anibus) s(acrum). / Iulia Laeo/nica, annor(um) / XXXXI, Q(uintus) Iuli/us Marcia/nus, matri, / piissimae fa/cien[dum curauit]. Pour J. d’Encarnaçaõ, le surnom Laeonica est lié à l’Africa ; cf. Kajanto 1982, 111 ; 112 ; 327.

384 Par exemple : IRCP, 264 Pax Iulia : [D(is)] m(anibus) s(acrum). / [Iul(lius)] Agatopus, / [ann(is)] LV, / [h(ic) s(itus) e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(euis). Agatopus serait Namphano en punique (Benabou 1976, 551. Namphano traduirait également Felix ; cf. García y Bellido 1959, 148), mais J. d’Encarnaçaô en parle aussi comme étant un cognomen d’origine grecque (IRCP, p. 337), connu sous la forme Agathopus ; cf. Solin 1982, 9-12 ; il existe à Rome sous la forme Agatopus (par exemple CIL, VI, 11079 : L. Aemilius Agatopus ; 11246 : Agatopus ; 11247 : Agatopus ; 13581 : C. Bicirius Agatopus et Bicirius Agatopus ver. ; 13843 : Q. Caeciluus Agatopus l.).

385 Par exemple : IRCP, 351 Pax Iulia : Hispallus / Bocchi ser(uus), / annor(um) III, h(ic) s(itus) e(st), s(it) t(ibi) t(erra) l(euis). / Euhodus f(ecit). Selon J. d’Encarnaçaô, Bocchus serait punique (IRCP, p. 775), même s’il faut mettre ce nom en relation avec les Cornelii Bocchi connus en Lusitanie (cf. CIL, II, 35 (ILS, 2920 ; AE, 1967, 195 ; ILER, 1562) = IRCP, 185 (PIR2, C, no 1333 ; PME, IV, C, 229 et p. 1525 ; CJC, 423-426, no512 et 513).

386 Kajanto 1982, 18 ; 76.

387 Kajanto 1982, 18 ; 76.

388 C’est donc avec prudence qu’il faut accueillir certains travaux dont les conclusions hypothétiques, transformées en titre de l’article, peuvent induire en erreur. Cf. Ventura Villanueva Nieto González 1995 ; le texte publié est le suivant : D. M. S. / [An]niolena Tmphim/e Q. Annioleni Lu/sii liberta dom/o Roma anno CII / pia in suis / h. s. e. s. t. t. [l.]. Les auteurs se fondent sur la présence majoritaire du gentilice Anniolenus en Afrique (6 attestations, dont l’une concernnat un vétéran, contre 3 à Rome et 3 en Italie) pour conclure que “el origen de esta familia debe situarse en el Africa proconsular, y de ahí provendrían los individuos documentados en Acinippo”.

389 No 7.

390 García y Bellido 1967, 140 sq. ; Lassère 1977, 632, η. 143 ; Halsberghe 1984 ; Bendala Galán 1986 en particulier pour Tanit 357-361 ; pour Dea Caelestis, considérée comme une déesse orientale, 369-371 ; pour Nemesis, 402-404 ; Marín Ceballos 1993, 825-845.

391 García y Bellido 1957, en particulier p. 24 sq.

392 García y Bellido 1967, 140 ; l’auteur s’appuyait également sur des documents archéologiques, pour lesquels la relation avec le culte de Caelestis a été parfois mise en doute (cf. Marin Ceballos 1993, 825, n. 2).

393 I. Lugo, p. 29.

394 Cf. la carte de García y Bellido 1967, 141.

395 Par exemple, est présentée au musée archéologique de Séville (salle XVI), une boucle d’oreille gravée du signe de la déesse Tanit, provenant d’une tombe romaine d’Orippo (Dos Hermanas), mais datée de l’époque turdétane (no ROD 9.518) ; cf. le catalogue d’exposition Tesoros de la Antigüedad en el valle del Guadalquivir, Cordoba Mars 1997, Sevilla avril 1997, Séville, 1997, p. 135, no 100.

396 Hornum 1993, en particulier 274-282.

397 No 353 ; Bendala Galán 1986, 370, no 7b.

398 Sur l’association des deux déesses à Carthage, cf. par exemple Benabou 1976, 362-369. Voir aussi pour une étude récente du culte de Dea Calestis à Carthage, Ben Abdallah & Ennabli 1998.

399 J’ai par contre retenu certaines inscriptions dédiées à Nemesis, souvent associée à Caelestis (Marin Ceballos 1993, 832-835).

400 Bendala Galán 1986, 370, no 1.

401 García y Bellido 1957, 25, no 2 ; García y Bellido 1967, 142, no 2 ; Bendala Galán 1986, 370, no 2 ; Marin Ceballos 1993, 835.

402 Deux paires de pieds en relief figurent entre les lignes 2 et 3 de l’inscription ; García y Bellido 1957, 25-26, no 3 ; García y Bellido 1967, 142-142, no 3 ; Bendala Galán 1986, 370, no 3 ; Marin Ceballos 1993, 830-831 ; Hornum 1993, 277, no 221.

403 Bendala Galán 1986, 370, no 6 ; 403, no 10.

404 Une paire de pieds décore la pierre ; García y Bellido 1957, 27-28, no 5 ; García y Bellido 1967, 143-145, no 5 ; Bendala Galán 1986, 370, no 5 ; Marín Ceballos 1993, 829 ; Hornum 1993, 277-278, no 222.

405 Bendala Galán 1986, 370, no 4.

406 No 11 ; 14 ; 16 ; 21 (Delgado Delgado 1998, 23 ; 26 ; 162, no 27).

407 Marίn Ceballos 1993, 844.

408 Pour la bibliographie concernant ce sanctuaire, cf. Marin Ceballos 1993, 826.

409 Sur les monnaies augustéennes d’Ilici, on trouve au revers un temple tétrastyle avec la légende IVNONI.

410 Marin Ceballos 1993, 844.

411 Cf. ci-dessus.

412 No 150 ; Étienne 1958, 201 ; 203 ; García y Bellido 1960, 134-135, no 1 ; Castillo 1965, 55, no 101 ; García y Bellido 1967, 85, no 1 ; Bendala Galán 1986, 402, no 1 ; Haley 1991, 46-47 ; Delgado Delgado 1998, 63 ; 70 : donation après voeu et une fois que flaminat fini ; 203, no