Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Ausonius Éditions Études Migrare L’émigration italique dans la Lus...

Migrare

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Ségolène Demougin

L’émigration italique dans la Lusitanie côtière : une approche onomastique1

Milagros Navarro Caballero

Texte intégral

  • 1 Cet article doit beaucoup à mes conversations avec F. Mayet qui m’a guidé par les complexes itinér (...)
  • 2 La seule méthode d’étude fiable semble être, selon les géographes et sociologues, la comparaison e (...)
  • 3 Il reste les chiffres des citoyens transmis notamment par Tite Live. Sur ces questions, voir, entr (...)

1Toute réflexion sur les déplacements de populations, comme c’est le but de cette étude, obligerait à emprunter des méthodes démographiques dont la base est le recensement des personnes2. Néanmoins, le projet d’appliquer ces pratiques démographiques aux périodes les plus anciennes de l’histoire, en particulier à la civilisation romaine, se heurte à une difficulté insurmontable : malgré leur importance politique, malgré leurs techniques détaillées d’enregistrement de la population et des biens, surtout à partir de l’époque augustéenne, nous avons perdu presque toutes les données des recensements romains3. Notre approche des migrations à l’époque romaine, surtout celles qui concernent la péninsule ibérique, doit utiliser d’autres éléments historiques qui, sans pouvoir se fonder sur la totalité des individus concernés, pourront donner des tendances géographiques, chronologiques ou encore sociologiques. Mais, mis à part certaines indications des textes littéraires, ces indices se trouvent généralement dans les inscriptions, seule approche nominale directe de la population romaine et donc notre source essentielle.

2Par conséquent, l’onomastique apparaît, malgré ses imperfections, comme une technique incontournable pour l’obtention de données démographiques. L’idée de départ était la suivante : se nommer est se définir socialement, juridiquement et, parfois, géographiquement. Dans une dénomination personnelle, outre l’origo qui est rarement exprimée, cet aspect spatial peut se déduire de l’origine rare, ancienne et lointaine d’un nom (comme, par exemple, le gentilice Staius) ou encore de sa signification topographique (comme, par exemple, le cognomen Tuscus).

3Le cadre de mon enquête onomastique a été déterminé par des recherches précédentes que j’ai entreprises, axées, autour du “Grupo Mérida”, sur la publication d’un Atlas Antroponímico de la Lusitania romana. Ce travail a mis en évidence que cette province est une zone particulièrement propice à l’étude des relations liant fond indigène et apports romains. En règle générale, plus tardivement conquise que les autres régions hispaniques, la partie de l’Ulterior qui deviendra ensuite la Lusitanie, moins urbanisée que les autres provinces, notamment dans le Nord, a mieux préservé ses particularités jusqu’à la fin de la République, c’est-à-dire, au moment où notre source, l’épigraphie, devient petit à petit essentielle. Les textes épigraphiques, surtout ceux de cette époque et du début de l’Empire, montrent un contraste important entre individus d’origine locale et allogènes, et de même entre peregrini et dues Romani. Et cette situation sociale permet d’envisager avec succès la recherche onomastique de personnes venues d’ailleurs.

  • 4 Il s’agit de la méthode utilisée par Dyson 1980-1981.
  • 5 Pour obtenir ces donnés, j’ai utilisé fondamentalement, Schulze 1904 et Solin & Salomies 1988 pour (...)
  • 6 Haley 1986, 137-145.

4Ensuite, et encore grâce aux données de l’atlas anthroponymique, mon attention a été attirée par les Italiens émigrés en Lusitanie à travers plusieurs réminiscences onomastiques, notamment certains surnoms géographiques mais, surtout, un type de gentilices. En effet, l’étude des nomina recensés dans cette province montre l’existence de trois groupes principaux : les gentilices très répandus, associés aux relations de clientèle envers les généraux ou associés au prestige du nom de l’empereur (Iulius, Caecilius, Cornelius, Norbanus ou Claudius)4 ; les gentilices patronymiques, créés à partir des noms uniques pérégrins au moment de la naturalisation (latins, comme Frontonius ou Modestius, indigènes, comme Louesius ou Talatius) ; et enfin, une série de gentilices, qualifiés de résiduels ou fossilisés par certains auteurs par leur rareté numérique, tant dans la province qu’ailleurs. Ce sont précisément ces deux attributs qui rendaient intéressants ces noms car ils deviennent ainsi les résidus et la preuve onomastique fossile d’un passé à déchiffrer. Ces “fossiles onomastiques”, comme nous les avons appelés, ont en commun une origine latine assurée, avec une présence très réduite dans d’autres régions en dehors de la Lusitanie5, ce qui ramènerait leurs porteurs ou leurs ascendants directement à la péninsule italienne. Ils deviennent une porte d’accès à la population d’origine italienne en Lusitanie qui, autrement serait réduite aux simples indications des origines, donc à quinze individus environ6.

  • 7 Navarro 2000. Voir aussi Navarro et al. 2003.
  • 8 L’étude globale de la totalité des nomina et de leurs porteurs dans la province de Lusitanie fera (...)
  • 9 La récente publication d’un colloque sur les Italiens dans le monde grec donne de nombreux élément (...)

5J’ai présenté ainsi la liste de ces nomina dans un travail précédent7, avec quelques clefs méthodologiques et quelques résultats8. Néanmoins, dans le cadre de cette monographie sur les déplacements des populations autour de la péninsule ibérique, il m’a semblé utile d’analyser la documentation onomastique typiquement italienne concernant les villes côtières lusitaniennes, notamment Olisipo, et ceci pour deux raisons : d’une part, parce qu’il est évident qu’une simple liste de noms n’apporte rien en soit et que l’analyse onomastique doit être parallèle à une étude sociale générale qui prenne en compte des conditions historiques et géographiques spécifiques, justifiant et expliquant les déplacements de certains individus. Dans ce contexte, les caractéristiques socio-économiques de ces cités, intimement liées à la mer, pouvaient attirer un certain type d’immigration et les commerçants italiens y avaient une place considérable ; d’autre part, parce que la venue italienne dans ces ports pouvait être comparée et mise en relation avec celle d’autres ports romains9.

  • 10 Mantas 1990.
  • 11 Mantas 1995.

6Mon intérêt pour les cités côtières de la Lusitanie part de l’individualisation géographique, économique et sociologique que faisait V. Gil Mantas quelques années plus tôt dans un article intitulé : “As cidades marítimas da Lusitânia”10 qu’il compléta par un travail paru en 1995 et intitulée “Comércio marítimo e sociedade nos portos romanos do Tejo e do Sado”11. Comme lui, je prendrai en compte notamment le cas d’Olisipo, de Salacia avec ses avant-ports de Caetobriga et Troia dont le nom à l’époque romaine reste inconnu et Balsa. On laissera de côté Ossonoba, faute de données onomastiques nécessaires significatives pour le propos méthodologique qui est le mien.

  • 12 Le Roux 1995.

7Les bases chronologiques de ma recherche dépendent en grande partie des conclusions publiées par P. Le Roux dans un article sur l’émigration italique en Citérieure et en Lusitanie12, qu’il est possible d’adapter à la côte orientale de la péninsule ibérique. Dès la fin des guerres lusitaniennes, c’est une émigration fondamentalement économique, peu abondante, souvent associée à quelques installations de soldats à l’intérieur des cités sans statut colonial, peut-être Olisipo et Salacia ; ensuite, entre la période des guerres civiles et l’époque augustéenne, à côte de la création des cinq colonies des vétérans (Metellinum, Norba Caesarina, Scallabis Praesidium Iulium, Pax Iulia et Emerita Augusta), on soupçonne l’existence d’une émigration économique généralement spontanée (sauf dans le cas de publicani), quantitativement difficile à évaluer mais sans doute plus abondante que lors de la période antérieure, à côté d’une possible émigration politique qui fuit les troubles dans la péninsule italienne. Il ne faut jamais oublier qu’à cette époque, l’espace lusitanien fait encore partie de la province d’Hispanie Ulterior et donc que l’émigration officielle lui est rattachée ; à partir de la fin du ier siècle a.C., une fois la Lusitanie créée, et jusqu’au iiie siècle p.C., l’émigration italienne fut comme partout, fondamentalement spontanée, économique et plus ou moins inchiffrable.

Le dossier onomastique

Olisipo

  • 13 Amaro & Matos 1996, 215-244.
  • 14 Str. 3.3.1.
  • 15 Mantas 1990, 160.

8Mon propos n’est pas de réécrire l’histoire d’Olisipo, dont beaucoup d’éléments restent encore dans l’ombre. Néanmoins, un bref rappel concernant l’époque républicaine et le Haut Empire sera utile pour analyser la documentation onomastique. Comme l’actuelle Lisbonne, son héritière dans le temps, Olisipo occupait un excellent port naturel sur l’estuaire du Tage, déjà exploité par les Phéniciens et les habitants indigènes13 avant l’arrivée des Romains. La cité entre dans l’histoire en 138 a.C. quand, selon Strabon, D. Junius Brutus la fortifie14 après ses campagnes victorieuses sur les Lusitaniens et Galiciens. Cela montre que dans la deuxième moitié du iie s. a.C., Olisipo était donc déjà une ville de taille et d’importance considérables. Ses vestiges pré-et protohistoriques ont été mis au jour dans le promontoire du Castelo de S. Jorge qui domine la plaine environnante et le port15.

  • 16 Plin., Nat., 4.117. Son nom officiel est également présent dans deux textes épigraphiques : CIL, I (...)
  • 17 Silva 1944, 44 et 88.
  • 18 La ville est ainsi citée par Pline et ses habitants sont inscrits dans la tribu Galeria.
  • 19 Mantas 1990, 163.
  • 20 Hauschild 1990 ; Diogo 1993.
  • 21 Almeida 1968, 179-189 ; Quintela, Cardoso & Mascarenhas 1986, 121-125 ; Matos 1994.

9On doit à Pline la deuxième référence littéraire qui daterait de l’époque augustéenne : le nom complet de la ville était Felicitas Iulia Olisipo16 et possédait le statut de municipium ciuium Romanorum17, deux éléments suggérant un passé pro-césarien. Faute d’autres données écrites, il faut s’appuyer sur les données archéologiques pour ébaucher une reconstruction du passé d’Olisipo à l’époque républicaine. La population de la ville indigène a dû croître avec l’arrivée des nouveaux habitants italiens et romains dès la fin du iie siècle mais surtout tout au long Ier siècle a.C. : anciens soldats installés dans cette nouvelle terre, commerçants, publicani... En effet, l’extension de l’urbanisme, mise en évidence par l’archéologie, corrobore ces faits. Dès la conquête romaine et surtout à partir de la seconde moitié du ier siècle, Olisipo sort de son noyau primitif pour s’étendre sur toute la colline et la plaine environnante. Comme on l’a dit auparavant, la population soutint la cause de César. Sa position politique, accompagnée par une romanisation importante, appuyée par un pourcentage relativement important d’Italiens, lui valurent un statut juridique privilégié, c’est-à-dire la citoyenneté romaine pour tous les habitants et, très probablement, le statut politique de municipe dès le début de l’époque augustéenne18. A ce moment, et pendant les trois premiers quarts du ier siècle, la ville va connaître un renouveau urbanistique : les bâtiments publics sont érigés selon les modèles romains (forum19, théâtre20) et beaucoup d’éléments d’infrastructure nécessaires au confort des habitants sont construits21.

  • 22 Str. 3.3.1.
  • 23 Edmondson 1990, 130.
  • 24 Sur la transformation des campagnes, Edmondson 1994.

10Olisipo avait une position géographique privilégiée, base de sa richesse et de son développement. Son excellent port, bien emménagé, permettait d’une part, de recevoir et de réexpédier des marchandises vers le Nord de l’Atlantique, dans les ports d’Hispanie et de Gaule, et même de Bretagne, mais surtout vers le Sud, comme les Phéniciens le faisaient déjà, en arrivant en Bétique, et une fois passé les colonnes d’Hercule, commerçant avec d’autres ports de l’Océan Atlantique et vers l’intérieur des terres par voie fluviale22. L’expédition des produits importés pouvait se faire aussi par les nombreuses voies qui partaient d’Olisipo : trois vers Emerita, vers le Nord, le Sud et encore des routes secondaires aux différents endroits de la province. A la fonction de comptoir d’échanges des marchandises, il faut ajouter celle d’un centre producteur de garum dès la fin du ier siècle a.C.23, mais aussi celle d’une ville agricole car, en effet, Olisipo possédait un territoire vaste et fertile, exploité déjà au ier siècle a.C.24

11Le dossier onomastique retenu pour Olisipo comporte deux volets. Le premier concerne les gentilices italiques fossilisés connus, mis en relation avec leur présence dans le reste de la Lusitanie et de la péninsule ibérique en général. La deuxième abordera les cognomina géographiques issus des peuples et toponymes italiques dont la présence à Olisipo est importante.

Les fossiles onomastiques

  • 25 Alverca (Vila Franca de Xira, LI), Camacho et al. 1996, 185.

12Alfius : [A]lfia L. f. Amoena est décédée dans le territoire d’Olisipo25.

  • 26 Schulze 1904, 424 ; Alföldy 1969, 90 ; Lejeune 1976, 141 ; une nouvelle inscriptions dans AE, 1997 (...)
  • 27 Un sénateur à Vérone, CIL, V, 3590 ; Alfoldy 1982, 343.
  • 28 CIL, II, 528.
  • 29 Les autres exemples sont les suivants : L. Alfius [---] (Roso de Luna 1905, 61) ; Alfia Maura (AE,(...)
  • 30 IRCP, 407 (= AE, 1980, 545). Il avait une relation familiale difficile à comprendre avec les Tulli (...)

13Ce gentilice originaire du centre de l’Italie, répandu par le Sud26, mais avec des exemples remarquables dans le Nord27, est attesté plusieurs fois à Emerita, notamment dans un de ses plus anciens documents épigraphiques, l’épitaphe de P. Alfius T. f. Pap.28, due à son frère T. Alfius T. f. et à son affranchie, probablement sa compagne, Alfia Iucunda29. Toujours en Lusitanie, plus exactement à Ebora, on trouve Q. Alfius Modestus30 décédé dans la première moitié du ier siècle p.C.

  • 31 Il est attesté dans deux textes étrusques de Clusium, CIE, 2945 et 2947 ; Schulze 1904, 149.
  • 32 CIL, VI, 14853-14854.
  • 33 Chelotti et al. 1990, 35 (aedilicius au iie siècle) ; 111 ; 141.

14Clatius : ce nom d’origine étrusque31 semble avoir fait souche en Apulie. En effet, une lecture des indices des corpora italiens montre qu’il est absent partout, sauf à Rome32, et surtout à Canusium où l’on trouve plusieurs exemples33.

  • 34 CIL, X, 7059.
  • 35 CIL, II, 5014. Le texte a été trouvé à Colares (Sintra, LI).

15Dans les provinces, on peut citer les exemples de Catina en Sicile34 et celui de Clatia M. f. Marcella35 mentionnée par un manuscrit dans une épitaphe disparue, qui la localise à Olisipo.

  • 36 AE, 1983, 293 ; 296.
  • 37 Deux de cinq attestations n’ont pas de cognomina. Signalons le cas de L. Coranius Tuscus à Arva, p (...)
  • 38 CIL, II, 5000 = ILER, 5195 = Silva 1944, no 122 = D’Encarnaçâo 1994, no 8.
  • 39 IRCP, 306.

16Coranius : il s’agit d’un gentilice peu fréquent dont l’origine semble être dans la région de Norria36. On en trouve plusieurs exemples dans la péninsule ibérique, très anciens pour la plupart37. En Lusitanie, l’exemple d’Olisipo date de la première moitié du ier siècle p.C. : L. Coranius L. f. Gal. Bubbus38. On en note un autre à Pax Iulia : Corania39.

  • 40 Données des indices des CIL et AE. Voir aussi les commentaires de Cl. Nicolet sur cette gens (Nico (...)
  • 41 L. Cossutius C. f. Sabula, ca. 72, MRR, p. 438 ; L. Cossutius Maridianus, triumuir monetalis en 44 (...)

17Cossutius : ce nom, que Schulze considère d’origine étrusque, est attesté de façon très limitée en Italie du Centre et du Sud, notamment en Campanie40. Deux magistrats monétaires romains portent ce nom au ier siècle a.C.41

  • 42 Sanctissimum uirum atque honestissimum, Cic., Ver., 3.185.
  • 43 Dans les régions hellénophones, ce gentilice est attesté, entre autres, à Athènes sous la Républiq (...)
  • 44 Lörincz 1999, 80, plus sept en Afrique.
  • 45 CIL, II, 174.

18En province, le plus connu est le chevalier sicilien M. Cossutius42, cité par Cicéron à côté de Q. Rubrius et M. Castricius en raison des décorations reçues de Verrès. Cossutius connaît en Cisalpine et en Narbonnaise un taux de présence un peu plus important que dans d’autres provinces, les autres exemples se répartissent de façon égale, un seul, dans plusieurs provinces occidentales43 et parmi ceux-ci se trouve notre exemple lusitanien44 : M. Cossutius Macrinus dédia un autel à Aesculapius Angusti45.

  • 46 Schulze 1904, 355.
  • 47 MRR. Il, 1968, 558. Pour l’époque impériale, PIR 2, C, 1603 ; 1604.
  • 48 Un peu plus au Sammium, Conway 1897, 204.
  • 49 Trois exemples dans la regio II, à Luceria et Allifae. Le centre de l’Italie : deux en Cisalpine e (...)
  • 50 Tataki 1996, 109.

19Curiatius : ce gentilice, vraisemblablement d’origine étrusque46, porté par cinq sénateurs républicains47, est peu fréquent, même en Italie48, sauf en Dalmatie, où il est représenté à Iader et Salone49 et dans la cité macédonienne d’Edessa50.

  • 51 Freiria, S. Domingos de Rana (Cascais, LI), AE, 1985, 514, d’Encarnaçâo 1994, no 2.
  • 52 D’Encarnaçâo 2003.
  • 53 On trouve des parallèles à ce fait religieux dans le texte épigraphique IRCP, 287, de Pax Iulia.

20Le seul exemple hispanique est lusitanien. Au ier siècle p.C., un Italien ou descendant d’émigrés italiens, car son surnom pourrait avoir une connotation locale, T. Curiatius Rufinus51 érigea un autel à une divinité indigène, Triborunnis, dans le territoire d’Olisipo. Je partage l’avis de J. d’Encarnaçâo qui pense qu’il s’agirait d’un essai de la part de Rufinus de s’attirer les bienfaits d’un dieu protecteur local52 : le nouveau venu se place ainsi sous sa protection53.

  • 54 Schulze 1904, 355.
  • 55 Lörincz 1999, 88, plus quelques attestations en Afrique.

21Curius : en rapport étymologique avec l’exemple précédent, Curius serait un nom étrusque54 peu répandu en Italie, à l’exception de la Cisalpine55.

  • 56 Ibid. ; Abascal 1994,
  • 57 CIL. II, 212 = Silva 1944, no 30.
  • 58 HAE, 1213.
  • 59 C. Curius Auitus (AE, 1919, 87) ; Curius Priuatus (AE, 1996, 845).
  • 60 Curia Prímula (AE, 1967, 165) ; Curia Vitalis (CIL, II, 442 ; Almeida 1956, 76) ; Curia Chr[e]sum[ (...)

22Il n’est pas rare en Occident, notamment en Lusitanie56. En effet, tous les exemples hispaniques appartient à cette province. Le dossier commence avec les exemples d’Olisipo : Curia Sex. f. Fundana, épouse de Trebonius Tuscus, décédée au ier siècle p.C.57 Elle appartiendrait à la même famille que [S]ex. Curius Siluanus et Sex. Curius S. f. [---]58, peut-être son père et son frère respectivement. Pour des raisons non élucidées, dont les similitudes avec l’onomastique indigène sont à retenir, ce gentilice s’implante en Lusitanie59, notamment dans la cité d’Igaedis60.

  • 61 Indices du CIL et AE, Lorincz 1999, 162. Il est très abondant en Afrique.
  • 62 Zoumbaki 1996, 205.
  • 63 Abascal 1994, 146 : exactement à Tarraco, Dertosa et Saguntum.
  • 64 On connaît l’épitaphe de Gellia Patricia Emerit(ensis), décédée au iie siècle CIL, II, 5270 = 5458
  • 65 AE, 1962, 327, Granja dos Serrões, Montelavar (Sintra, LI).
  • 66 Il érigea avec son collègue, L. Iulius Auitus, une statue honorifique à l’empereur Hadrien (CIL, I (...)
  • 67 CIL, II, 197 = 5218 ; Silva 1944, no 83.

23Gellius : il s’agit d’un nomen, peut-être sammite, assez fréquent en Italie et dans les provinces occidentales61. Il est présent à Corinthe et Eleia62. Dans la péninsule ibérique, on trouve trois exemples dans trois cités côtières de l’Hispanie Citerieure63 et en Lusitanie64, notamment à Olisipo où vécut Gellia Grata65. Mais le personnage le plus important fut M. Gellius Rutilianus, IIuir sous Hadrien66 dont le surnom suggère une appartenance à la famille des Rutilii par la mère. Son épouse occupa le sacerdoce de flaminique67. Le couple appartenait donc à l’élite de la cité.

  • 68 Voir infra.
  • 69 Navarro 2000, 287-290.

24Les Gellii et les Rutilii, leurs parents68, devaient avoir des intérêts commerciaux qui concernaient le trafic maritime du port. A la fin du ier siècle p.C., une branche69 des deux familles s’installa dans la cité portuaire de Balsa pour élargir ses opérations économiques.

  • 70 Schulze 1904, 251. En effet, on conserve une attestation à Fanum Fortunae, CIL, XI, 6233.
  • 71 Camodeca 1982, 105 et 121.
  • 72 Camodeca 1982, 121.
  • 73 2 à Rome, 3 en Cisalpine, 3 en Italie Centrale, 2 en Italie centro-méridionale. Signalons un docum (...)

25Heius : ce nom, que Schulze considère comme originaire du Latium70, est attesté à Cumes dès le iiie siècle a.C. avec une riche famille commerçante dont fait partie plus tard le sénateur Cn. Heius71 et le préfet du prétoire M. Heius72. Sauf en Campanie, les attestations italiennes conservées sont peu nombreuses73.

  • 74 Cic., Ver., 4.1-3. Ajoutons le sénateur Cn. Heius, Cic., Cluent., 107.
  • 75 Lörincz 1999, 175.
  • 76 Müller & Hasenohr 2002.
  • 77 Spawforth 1996, 178-179 avec tous les exemples de la partie orientale de l’Empire.

26En dehors de l’Italie, il faut citer tout d’abord les C. Heii de Messine, vraisemblablement des Mamertins originaires de Campanie, privés de leurs biens par la rapacité de Verrès74. Ajoutons pour l’Occident un exemple en Narbonnaise et un second en Pannonie qui peuvent être mis en relation avec les nombreux cas hispaniques75. En revanche, les parallèles existants dans les cités hellénophones sont assez nombreux et hautement significatifs. Le dossier commence avec les Heii déliens76 que, comme d’habitude, on retrouvera dans la seconde moitié du ier siècle a.C et sous l’Empire sur le continent, notamment à Corinthe où des affranchis qui font souche dans la cité, et en Béotie77.

  • 78 Hauschild 1990.
  • 79 CIL, II, 196 = Silva 1944, no 71.

27Mais revenons à la péninsule ibérique. Mis à part un Huir du municipe inconnu d’Archena (Murcie), les Heii hispaniques sont lusitaniens. D’ailleurs, tous les exemples appartiennent à la même familia : il s’agit d’une branche affranchie qui réalisa la dédicace à son patronus. Celui-ci, C. Heius C. 1. Primus, un riche libertus, fêta son poste d’Augustalis avec l’érection du podium du théâtre sous Néron78. Ses affranchis et les enfants de ceux-ci lui ont dédicacé une statue sur piédestal, loco publico79 : C. Heius Primi lib. Nothus et Heia Primi 1[ib.] Elpis, sa co-affranchie et probablement son épouse. On lit ensuite les noms de leurs enfants, C. Heius Nothi f. Gal. Primus Cato, Heia Nothi f. Chelido et [C. H]eiu[s] Nothi f. Gal. Glaphyrus. L’identité de Heia Notha Sec[u]nda est moins sûre, peut-être la sœur de Nothus.

  • 80 Campanile 1992.
  • 81 Pour cette dernière cité, pensons au sénateur Hirrius Fronto Neratius Pansa, PIR2, N, 56.
  • 82 Lörincz 1999, 183.
  • 83 Il s’agit d’une femme ingénue, morte à Cordoue au ier siècle.
  • 84 CIL, II, 217 = Silva 1944, no 4.

28Hirrius : on a affaire à un gentilice d’origine osque dont le berceau semble être la Lucanie80, avec plusieurs attestations significatives à Bénévent et à Saepinum (dans ces cités, les Hirrii font partie de l’élite81 ·) Très rare donc en Italie, il n’est attesté qu’en Afrique et dans deux provinces hispaniques82, notamment en Bétique83 et en Lusitanie : Q. Hirrius M. f. Gal. Mat[e]rnus84 mourut à Olisipo au plus tard dans la première moitié du ier siècle p.C.

  • 85 CIL, X, 937-8, IIuiri de Pompei à l’époque républicaine.
  • 86 Mόscy 1983, 166 ; Lörincz 2000, 32.

29Loreius : ce gentilice semble être d’origine campanienne85, avec des déplacements dans la vallée du Pô et en Gaule Narbonnaise86.

  • 87 CIL, II, 5022 ; ILER, 4348 ; d’Encarnação 1994, no 17.
  • 88 CIL, II, 309.
  • 89 Le premier à Caparide, S. Domingos de Rana (Cascais, LI) et le deuxième à Faião, Terrugem (Sintra, (...)
  • 90 Voir infra, les commentaires aux cognomina géographiques.

30On trouve deux attestations dans le territoire d’Olisipo : M. Loreius M. f. Gal. Maternus87, décédé à la fin du ier siècle p.C. et L. Loreius L. f. Gal. Maximus88, enterré au début du iie siècle p.C.89. Le deuxième est le fils de Caesia Auita, membre de la famille de Q. Caesius Q. f. Gal. Fundanus, porteur d’un cognomen toponymique italien90.

  • 91 IRC, III, 70.
  • 92 ILER, 2202.

31Mis à part un exemple à Emporiae qui semble être d’origine italienne91, il faut signaler dans la péninsule ibérique le cas de Loreia M. f. Laeta92, morte à Metellinum entre la fin du ier a.C. et la première moitié du ier siècle p.C., qui semble être la fille de l’un des premiers colons.

  • 93 Schulze 1904, 359 ; 532.
  • 94 Données issues des indices des CIL et de MAE.

32Lucceius : il s’agit d’un gentilice du centre de l’Italie93, moyennement attesté en Italie, avec une certaine fréquence dans la partie centro-méridionale94.

  • 95 Ferrary et al. 2002, 200.
  • 96 Lôrincz 2000, 34.
  • 97 Lucceia Herennia ; Lucceia Laudice, AE, 1983, 493 ; Lucceius Dorion, EE, VIII, 50 ; ILER, 4607 ; L (...)
  • 98 Lu[cceius ?] Max[imus ?], Étienne et al. 1976, 17 (= AE, 1975, 479) ; Q. Lucceius Rufinus, CIL, II (...)

33Il fait partie de la liste de noms italiens attestés à Délos entre la fin du IIe et le début du ier siècle a.C.95 En Occident, les exemples de ce nomen sont rares, à l’exception de la Narbonnaise, de l’Afrique et, surtout, de la péninsule ibérique96, où il est fréquent surtout en trois cités de Lusitanie : Olisipo, Emérita97 et Conimbriga98.

  • 99 CIL, II, 216 = Silva 1944, no 37.
  • 100 CIL, II, 232 = Silva 1944, no 47.
  • 101 CIL, II, 195b = Silva 1944, no 36b.
  • 102 CIL, II, 195a = Silva 1944, no 36a.
  • 103 Lefebvre 2000, 219.

34A Olisipo, on connaît des documents anciens (fin ier siècle a.C., début ier siècle p.C.) les concernant. Ils sont esclaves ou affranchis : Graptus, l’esclave de Lucceia Cinnamis99 décéda très jeune à Olisipo. G. Lucceius Philogenes, quant à lui, arriva à l’âge de 40 ans dans la même ville à la même époque100. Le dossier comprend une attestation plus tardive et très prestigieuse car il s’agit de Lucceia Q. f. Albina Terentiani (uxor)101 qui semblerait être la fille du flamen provincial Q. Lucceius Albinus et de son épouse, la flaminique Seruilia L. f. Albini (uxor)102. Si cette intéressante interprétation de S. Lefebvre est exacte103, la famille du flamen aurait une origine indigène car le grand-père d’Albina était Albuius, un pérégrin. Le choix de leur nom aurait pu dépendre de leur relation avec les Lucceii établis depuis longtemps dans cette cité portuaire.

  • 104 Schulze 1904, 469-470 ; Lejeune 1976, 122.
  • 105 Lörincz 2000, 48.
  • 106 Abascal 1994, 178.
  • 107 CIL, II, 235 = Silva 1944, no 64.

35Maius : de ce nom d’origine osque104, modérément cité dans l’ensemble de la péninsule Italique, les exemples ne sont pas non plus très nombreux dans les provinces occidentales105. Dans la péninsule ibérique, les attestations sont au nombre de trois : deux en Bétique et une en Lusitanie106, Maia Fel[i]cula107, décédée à Olisipo au iie siècle p.C.

  • 108 Lörincz 2000, 62, en Cisalpine et au Norique, un exemple en Afrique.
  • 109 Voir commentaires de sa distribution dans ILA Pétrucores, 89.
  • 110 Schulze 1904, 307
  • 111 Voir l’article Mascellius / Masxellius de Grupo Mérida 2003, 232.
  • 112 AE, 1982, 469.
  • 113 Areias, S. João das Lampas (Sintra. LI), Capeans 1935, 271-274.

36Mascellius / Masxellius : il s’agit d’un gentilice presque inconnu108, issu de Mascellio, surnom celtique109 attesté faisant fonction de nomen en Cisalpine110. Les exemples lusitaniens, parfois douteux, appartiennent à Emerita111, Masxellius (H)ermes, et à Olisipo, Mascellius Macer112 et [M]ascelli[a Ma]trona113.

  • 114 CIL, VI, 22685-22692.
  • 115 Ferrary et al. 2002, 203.
  • 116 Salomies 1996, 125.
  • 117 Trouvé à Bucelas (Loures, LI) et publié par Ferreira & Almeida, 1958, 132-140, no I.
  • 118 Lörincz 2000, 90.
  • 119 CIL, II, 1620.

37Mundicias : c’est un gentilice latin rare. En effet, il n’est répertorié que dans la ville de Rome114 et dans le port d’Ostie. Cependant, des individus ainsi nommés, provenant donc de la capitale, sont recensés à Délos à la fin du Ier siècle a.C.115 Ils quittent l’île pour s’installer en Macédoine puis en Asie116. L’exemple lusitanien d’Olisipo, [. M|undici[us M. f.] Gal. Se[uerus ?]117, est le deuxième trouvé en Occident118, après un premier exemple en Bétique119.

  • 120 Schulze 1904, 364, cinq exemples en Italie centrale. Il semble être un nomen d’origine sabellique (...)
  • 121 Lörincz 2000, 116, avec quelques exemples africains.
  • 122 Ferrary et al. 2002, 206-207.
  • 123 Follet 2002, 82 et 84.
  • 124 Hasenohr & Müller 2002, 16.

38Orbius : ce nom, qui semblerait être d’origine étrusque120, est peu répandu sauf en Italie : sa répartition y est relativement éparse121. Signalons la présence à Délos au début du ier siècle a.C. de cinq Orbii122, famille que l’on retrouve plus tard sur le continent, notamment à Athènes123 et en Béotie124.

  • 125 Janas, S. Martinho (Sintra, LI), C/L, II, 311 = HEp, 2, 1990, 820 + Grupo Mérida 2003, 254.
  • 126 Ramírez 1994-1995, no 9.
  • 127 Étienne et al. 1976, 408.

39Dans la péninsule ibérique, tous les exemples sont lusitaniens : une femme de ce nom a vécu à Olisipo au ier siècle. Orbia C. f. Anus125, et deux autres à Emerita au milieu du même siècle, P. Orbius Rusticus, et de sa soeur, Orbia Restituta126. Rusticus fut enterré sous une stèle en granit avec un sommet arrondi typique des premiers colons. Un peson découvert à Conimbriga avec la marque Orbi127 pourrait être mis en relation avec cette famille.

  • 128 On y trouve les seuls exemples italiens, CIL, VI, 23843-23845.
  • 129 Lörincz 2000, 126.
  • 130 Abascal 1994, 165.
  • 131 Almeida & Ferreira 1965, 107-109 (AE, 1965,269).

40Passerius : on a affaire avec un nomen rarissime, dont l’origine semble être la ville de Rome128. En province, seul le cas de la Narbonnaise est digne d’intérêt avec 5 exemples129. L’épitaphe de Passeria L. f. Romula, l’unique exemple hispanique130, est inscrit sur une plaque de marbre sans consécration aux Dieux Mânes mais avec des lettres actuaires aux traits cursifs, ce qui a suggéré aux éditeurs une datation tardive131.

  • 132 PIR 2, p, 56.
  • 133 Syme 1986, 15 (= RP, VI, 216).
  • 134 Déjà R. Syme considérait cette solution plausible : “The notion is not idle that her father govern (...)

41A déjà été signalée la similitude onomastique de cette femme avec le sénateur L. Passerius Romulus132, légat propréteur du proconsul d’Asie en entre 100 et 102 p.C. dont Syme faisait un Narbonnais133, sans qu’aucune explication plausible ne soit émise jusqu’à présent. Il est vrai que les premiers éditeurs du texte épigraphique d’Olisipo lui attribuent une datation tardive mais si l’on regarde de près la plaque, on peut s’apercevoir que cette chronologie est fondée sur des critères esthétiques, car le texte n’a pas de consécration aux Dieux Mânes, ce qui ferait supposer une date relativement ancienne. En plus, le type de lettre utilisé, avec des traits actuaires, n’est pas forcément tardif : il est utilisé en Lusitanie dès le début du iie siècle. Si l’on considère les dates de 85 ou 129 pour le poste de légat occupé par Passerius Romulus, il n’est pas impossible qu’il soit le père d’une fillette décédée dans la première moitié du iie siècle p.C. Si, avec R. Syme, on maintient que Passerius L. f. Romulus était originaire de Narbonne, on pourrait lui supposer un séjour en Lusitanie où il a perdu son enfant134.

  • 135 Données issues des indices du CIL, V, VI, IX, X, XIV.
  • 136 Lörincz 2000, 134.

42Peticius : il semblerait que ce gentilice soit originaire de la région des Péligniens où il est relativement fréquent, surtout entre Sulmone et Corfinium, avec des déplacements au Sud, vers Canusium. On trouve en nombre limité des exemples dans le reste de l’Italie135 sauf en Cisalpine, où il arrive à 18 cas136.

  • 137 Mόscy 220 ; Abascal 1994, 196-197.
  • 138 CIL, II, 192 = Silva 1944, no 33 + CIL, II, 240 = Silva 1944, no 53.
  • 139 CIL, II, 66 = IRCP, 271.
  • 140 Ramírez & Gijón, 1994, no 22 (AE, 1994, 559d).

43Il est pratiquement absent de l’épigraphie provinciale occidentale en dehors de la Lusitanie137. Peticia P. f. Tusca, mariée avec un édile, fut une femme importante à Olisipo138. Ce nomen est également attesté à Pax Iulia, au ier siècle p.C., pour Q. Peticius Rufus139, ainsi qu’à Emerita au iie siècle p.C. : l’épitaphe de L. Peticius Felix était inscrite dans une frise d’un monument funéraire collectif avec Iulia Apana, probablement au iie siècle140.

  • 141 Gianfrotta 1989, 177-183. César, Ciu., 3.96 ; Plut., Pomp., 73.3.6.
  • 142 Tchernia 1992, 293-301.

44Les exemples des Peticii sont suffisamment rares pour que l’on ne passe pas sous silence la possible relation des Lusitaniens avec les habitants de la cité de Sulmone, commerçants dans tout le bassin méditerranéen à la fin de la République et au début de l’Empire. En effet, nous devons aux recherches de R A. Gianfrotta l’identification d’un notable de la cité de Sulmone avec un négociant en blé de l’époque césarienne141. A partir de là, A. Tchernia arrive à identifier d’autres membres de cette famille, éparpillés en Afrique, en Égypte et en Orient pour des raisons commerciales142.

  • 143 Schulze 1904, 221.
  • 144 Nicolet 1974, no 304.
  • 145 Licordari 1982, 25 et 34.
  • 146 Lörincz 2000, 32, plus quelques exemples africains.
  • 147 Q. Rubrius, chevalier cité par Cic., Ver., 3.185 ; cf. Nicolet 1974, no 303.
  • 148 L. Rubrius, Cic., Ver, 2.132 ; cf. Nicolet 1974, 1006.

45Rubrius : nomen vraisemblablement d’origine étrusque143, bien attesté dans le Latium à l’époque républicaine, notamment à Casinum, avec des chevaliers144 et sénateurs145. Il n’est pas rare dans les provinces occidentales146, notamment en Sicile, où il est connu dès l’époque républicaine parmi les membres de l’élite147 et les gens du commerce148.

  • 149 Voir infra.
  • 150 CIL, II, 249 = Silva 1944, no 77. Il est possible qu’elle soit la même personne attestée à Scallab (...)

46Il est attesté à Salacia au début du ier siècle p.C.149 et apparaît dans un cas à Olisipo dans un document disparu : Rubria Q. f. Sabina150.

  • 151 Navarro 2000, 287-290 : j’ai poursuivi l’enquête commencée par Alves Dias 1988-1989, 241-262.
  • 152 PIR2, R, 238-261.
  • 153 Abascal 1994, 212.v g.
  • 154 Ferrary et al. 2002, 212.
  • 155 Styberra en Macedoine, Tataki 1996, 106-107 et à Athènes, Follet 2002, 81.

47Rutilius : les données sur les Rutillii, dont on a parlé dans un travail précédent151, sont plus abondantes que celles des autres gentilices. Ce nomen, vraisemblablement originaire du Latium, est porté par de nombreux sénateurs et chevaliers152. Il est assez répandu dans la partie côtière sud méridionale de l’Italie et dans la vallée du Pô, mais peu dans le reste de l’Occident, à l’exception de l’Afrique et l’Hispanie153. En revanche, on trouve des Rutilii dès l’époque républicaine, notamment à Délos154 et ensuite dans d’autres cités orientales155.

  • 156 Un chevalier dénommé Q. R(utilius ?) Fl. Cornelian(us) posséda un atelier de Dressel 20 (Chic 2001 (...)
  • 157 CIL, II, 3105 = 5005 = Silva 1944, no 124 = d’Encarnação 1994, no 19.

48Cette famille, dont l’opulence est parfois attestée156, est répertoriée en Bétique, et l’on peut penser qu’elle en a migré pour s’installer à Olisipo. En effet, L. Rutilius L. f. Gal. Seuerus157 mourut dans le territoire de cette cité au milieu du ier siècle p.C. ; sa mère Rutilia fit graver son épitaphe.

  • 158 Voir supra l’article Gellii.

49Les Rutilii ont établi des liens familiaux avec une autre famille vraisemblablement d’origine italienne, les Gellii, et ont occupé des postes de responsabilité dans le gouvernement de la cité : M. Gellius Rutilianus, un Rutilius par sa mère, fut Huir sous Trajan158.

  • 159 S. Romão, Lourel, Sta. Maria e S. Miguel (Sintra, LI), AE, 1987, 478d = HEp, 2, 1990, 816.
  • 160 Lejeune 1976, 143 ; AE, 1981, 240.
  • 161 CIL, IX, 3080.
  • 162 Une analyse des indices des volumes des CIL italiens montre une prédominance des attestations apul (...)
  • 163 Ferrary et al. 2002, 215-216.
  • 164 Lörincz 2002, 92 ; CIL, XII, 5145, un affranchi et sa femme ? Aux alentours : AE, 1945, 72 et 1959 (...)

50Staius : P. Staius G. f. Gal. Exoratus, un citoyen d’Olisipo, membre de l’élite, car il occupa le sacerdoce de flamen diui Vespasiani, mourut sous le règne de Domitien159. Mais son nom invite à penser qu’il n’est en aucun cas un personnage banal : Staius est un gentilice latin rare. En effet, il s’agit d’un nom osque160, dont Capoue conserva de nombreux exemples, qui s’est répandu sur la façade adriatique, dans le Samnium, notamment dans les cités de Sulmone (pensons à L. Staius L. f. Murcus161) et Bovianum, ainsi qu’en Apulie162. On ne le retrouve pas ailleurs, sauf à Délos au début du ier siècle a.C.163 et ensuite à Narbonne164 et d’Olisipo. Il est donc possible de suggérer qu’il s’agit d’une puissante famille commerçante, avec des ramifications dans des ports importants. Il semble séduisant de proposer que leurs représentants à Délos ont quitté l’île après l’invasion de Mithridate en 88 a.C., pour s’installer dans d’autres ports plus sûrs vers l’Occident, comme ceux d’Olisipo ou de Narbo.

  • 165 IRCP, 485.

51En Lusitanie, la famille a poursuivi ses activités commerçantes et y a pris racine en devenant membre du corps civique du nouveau municipe de citoyens romains. Le temps et l’honorabilité ont diversifié ses intérêts économiques : on trouve un affranchi de P. Staius dans la première moitié du ier siècle p.C. à Ebora, cité dont le territoire était spécialement propice à l’agriculture. Nous pensons qu’il s’occupait des intérêts agricoles de la famille. Son surnom, Meridianus, ne révèlerait pas une origine africaine comme d’autres chercheurs l’ont pensé165, mais une vocation méridionale par rapport au noyau central de la famille.

  • 166 CIL, II, 252 = Silva 1944, no 20.
  • 167 Schulze 1904, 95.
  • 168 CIL, VI, 27115.
  • 169 Schulze 1904, 95 le relie à Tarcius. Abascal 1994, 227 ; Lörincz 2002, 108.

52Tarquius : M. Tarquius M. f. Gal. Maxumus166 mourut à Olisipo dans la première moitié du ier siècle p.C. environ. Du gentilice, vraisemblablement d’origine étrusque167, les exemples sont très rares. On trouve quelques cas isolés à Rome168, avec notre seul exemple hispanique169.

  • 170 CIL, II, 199 = Silva 1944, no 60.
  • 171 Schulze 1904, 373.
  • 172 CIL, III, 10907.
  • 173 Lörincz 2002, 112.
  • 174 Un exemple récent a été trouvé en Norique. P. Tenatius Essimo, domicilié dans la cité de Trente et (...)

53Tenatius : C. Tenatius C. f. Gal. Iustus170 fut honoré d’une dédicace lacunaire et disparue. Son gentilice, rare en Italie, sauf peut-être à Rome, semble avoir pour berceau la Cisalpine, notamment Vérone171. En effet, c’est dans cette zone que les attestations de ce nom à consonance celtique172 sont les plus nombreuses173. On ignore tout de ce personnage, entre autres les raisons de sa présence à Olisipo174.

  • 175 Schulze 1904, 375.
  • 176 Lörincz 2002, 129.
  • 177 Abascal 1994, 230-231.
  • 178 CIL, II, 212 = Silva 1994, no 30.

54Trebonius : il s’agit d’un nomen peut-être d’origine étrusque175, avec une représentation éparse en Italie sauf en Cisalpine, où il est assez abondant. Il est par ailleurs recensé dans d’autres régions, comme en Narbonnaise, en Panonie et au Norique176 ainsi qu’en Macédoine. Sa présence, relativement importante, fait de lui un gentilice moins représentatif pour mon propos, bien que, dans l’exemple d’Olisipo, il soit accompagné du surnom Tuscus, dont on parlera plus tard. Dans la péninsule ibérique, la plupart des attestations ont été trouvées en Bétique177. Trebonius Tuscus178 était l’époux de Curia Sex. f. Fundana, décédée à Olisipo dans la première moitié du ier siècle p.C.

  • 179 Lörincz 2002, 146 présente un exemple en Narbonnaise et en autre en Dalmatie, auquel on peut ajout (...)
  • 180 PIR y, 169. Dans la variation Valgius, on trouve deux attestations parmi les chevaliers en Afrique (...)

55Valcius : il s’agirait d’une variante du nomen Valgius, gentilice latin rare, attesté à Rome, dans la région II et en Cisalpine, avec quatre exemples supplémentaires dans les provinces occidentales179. Cependant, le nom Valcius trouve un représentant de marque dans la personne de C. Valgius Rufus, orateur et consul en 12 a.C.180

  • 181 D’Encarnaçâo 1994, no 20. Trouvée à Caparide, S. Domingos de Rana (Cascais, LI).
  • 182 ILER, 5304 = Almeida 1956, 143 = Étienne et ai no 29. Signalons le cas de Valgius Marci f. un péré (...)

56Les exemples hispaniques, dans ces deux versions, sont lusitaniens. Au ier siècle, les cendres de Valcia L. [f.] Sabina ont été déposées dans une cupa, monument fréquent dans le territoire d’Olisipo181. Le deuxième cas se trouve à Igaedis, à la fin du ier siècle p.C., où le Conimbrigensis M. Allacarius Celer Paullianus, dédia l’épitaphe de Valgia C. f. Flaccilla182.

  • 183 Schulze 1904, 261.
  • 184 Schulze 1904, 261 ; Lörincz 2002, 187.
  • 185 CIL, V, 7451 à Vardagate.
  • 186 Abascal 1994, 251.
  • 187 AE, 1965, 267.
  • 188 AE, 1969-1970, 244.
  • 189 Voir article Ar(r)enus, -a / Ar(r)einus (carte 38, avec Arenierus ; Ar(r)e(i)nius) dans Grupo Méri (...)
  • 190 CIL, II, 256 = Silva 1994, no 62.
  • 191 Vrsia Ar[e]thusa (MNAR, no reg. 12134, inédite) ; Vrsia [S]erena (ou [V]erana) (HAE, 1480) ; Vrsia (...)

57Vrsius : de ce gentilice d’origine étrusque d’après Schulze183, les exemples ne sont pas très abondants. On en trouve quelques-uns en Italie centrale, plusieurs à Rome et six en Cisalpine184, dont l’un, Boetus de son surnom, spécifie sa condition de natus in Asia185. Du reste, Vrsius semble être un nomen typiquement hispanique, voire lusitanien186. Les exemples les plus anciens appartiennent à Olisipo. En effet, c’est là, sous une stèle en marbre à sommet arrondi, que fut enterré C. Vrsius P. f. Gal. Clemens187. Dans la même nécropole, située sous la Praça da Figueira, a été inhumée Vrsia Fundana, épouse de P. Vrsius Niceros, qui l’a par la suite rejointe comme leur fils Vrsius Arrenus188 (dont le surnom est d’origine indigène189.) Il est cependant difficile de savoir où a été trouvé le texte citant P. Vrsius P. f. Gal. Priscus et son père P. Vrsius Demetrius190. De nouveaux documents montrent la présence de porteurs de ce gentilice à Emerita au iie siècle, ce qui élève le nombre d’Vrsii lusitaniens à un total de onze individus191.

Les cognomina géographiques

  • 192 Kajanto 1965, 43.
  • 193 J’ai laissé de côté Sabinus car son usage semble montrer une pratique particulière : il a été spéc (...)
  • 194 Voir articles Fundanus et Tuscus dans Grupo Mérida 2003, 179-180 et 329.

58A côté des fossiles onomastiques, le dossier anthroponymique des Italiens et de leurs descendants à Olisipo doit tenir compte d’un autre type de matériel : les cognomina géographiques qui font allusion à la péninsule italienne. Sans vouloir affirmer avec fermeté que ce type de surnoms comporte très souvent une indication d’origine individuelle, comme l’a fait I. Kajanto192, il nous a semblé nécessaire de les examiner sous l’angle des conditions sociales de leurs porteurs, surtout après la remarque suivante : deux cognomina géographiques italiens, Fundanus/-a et, surtout, Tuscus/a, semblent être typiquement Olisiponenses193. En Lusitanie, des vingt attestations lusitaniennes du premier et des trente du second, la moitié appartiendrait à Olisipo et à son territoire194. Rappelons que le premier fait allusion à la cité de Fundi et le deuxième signifie “étrusque”.

  • 195 Lörincz 1999, 155.
  • 196 Lörincz 2002, 135.
  • 197 Il faut ajouter ces dérivés qui présentent le même constat (Lôrincz 2002, 135) : un seul exemple d (...)
  • 198 Abascal 1994, 374 ; Article Fundanus, /-a de Grupo Mérida 2003, 179-180.
  • 199 Untermann 1965, mapa no 79 ; Marcos Pous 1976 ; Kajanto 1965, 51.

59Il est encore plus curieux de constater que ces deux cognomina latins aient un usage typiquement hispanique car, si l’on regarde les indices onomastiques provinciaux, on s’aperçoit qu’ils ne sont fréquents que dans la péninsule ibérique. En effet, pour Fundanus,-a, on ne trouve qu’une attestation en Narbonnaise et une autre en Dalmatie, à côté de dix-sept exemples hispaniques195. Les différences sont encore plus importantes dans le cas de Tuscus et de ses dérivés : B. Lörincz196 présente trente-cinq attestations en Hispanie, deux en Cisalpine, une en Dalmatie et une en Pannonie197. Une analyse détaillée des exemples hispaniques permet d’affiner l’analyse, car Fundanus/-a semble être typiquement lusitanien. Plus exactement, il n’est présent que dans la partie méridionale de cette province et c’est à Olisipo qu’il est le plus communément rencontré198. Pour Tuscus, certains auteurs ont déjà remarqué qu’il est représenté dans une grande partie sud-ouest de la péninsule ibérique, correspondant à la province Vlterior républicaine199.

  • 200 Navarro 2000, 290-292.

60Certaines raisons socio-culturelles ont fait que ces noms aux consonances géographiques italiennes sont plus particulièrement attribués dans ces zones de la péninsule ibérique. L’usage s’est créé dans des régions où l’émigration italienne, tant individuelle que collective, a été importante dès l’époque républicaine. Il semble donc légitime de penser que, dans la plupart des cas, les personnes concernées par ces noms avaient des ancêtres italiens. Ces raisons culturelles locales, qui font que l’on dénomme volontiers les gens en fonction de leur origine géographique, se sont conjuguées dans l’usage onomastique, avec une métonymie : des adjectifs qui qualifient une partie de l’Italie sont devenus ceux qui définissaient une origine italienne en général. Tuscus ou Fundanus seraient donc des substituts d’Italicus200 (ce dernier est d’ailleurs utilisé de façon prestigieuse à Emerita lors de la troisième génération). On constate un phénomène analogue en Argentine, de nos jours, avec la dénomination de Gallegos, utilisée pour désigner des Espagnols. Mais, à la différence de cet exemple moderne, Fundanus et Tuscas semblent avoir une connotation prestigieuse, car ils sont portés souvent par les membres de l’élite locale.

61L’analyse des données d’Olisipo, la cité qui est l’épicentre d’un tel phénomène onomastique, apporte, d’une part, des éléments supplémentaires sur l’attribution de ces deux cognomina, et d’autre part, des données sur les Italiens et leurs descendants à Olisipo.

Fundanus,-a :

Personnage

Lieu de découverte

Référence

Q. Atilius M. f. Fundanus

Colares (Sintra, LI),

CIL, II, 274 = ILER, 2392

Q. Caesius Q. f. Gal. Fundanus

S. Domingos de Rana (Cascais, LI)

CIL, II, 4997 = Silva 1944, no 109

C. Cassius Fundanus

Lisbonne (Lisboa, LI),

CIL, II, 5099 = Silva 1944, no 127

[. C]om[inius] M. f. Gal. Funda[nus]

Casais de Cabrela, Terrugem (Sintra, LI)

CIL, II, 285 = HAE, 1225

Curia Sex. f. Fundana

Lisbonne (Lisboa, LI)

CIL, II, 212 = Silva 1944, no 30

Iulia G. f. Fun[da]na

Alcabideche (Cascais, LI)

AE, 1985, 513

[I]ulia Q. f. Fu[ndana ?]

Lisbonne (Lisboa, LI)

CIL, II, 290 = Silva 1944, no 88

[Iu]nia [. f. Fu]ndana

Caparide, S. Domingos de Rana (Cascais, LI)

AE, 1981,492

Vrsia Fundana

Lisbonne (Lisboa, LI)

AE, 1969-70, 244

Tuscus,-a

Personnage

Lieu de découverte

Référence

[A]lbanius C. f. Gal. [T|u[sc]us

Almorquim, Terrugem (Sintra, LI)

HAE, 1224

G. Fabius Tuscus

Montelavar (Sintra, LI)

CIL, II, 5008

M. Fuluius Tuscus

Lisbonne (Lisboa, LI)

CIL, II, 187 = Silva 1944, no 23

Iulia Tusca

Lisbonne (Lisboa, LI)

CIL, II, 222a = Silva 1944, no 133

Iulia C. f. Tusca Postumia

Lisbonne (Lisboa, LI)

CIL, II, 222b = Silva 1944, no 134

[Iu]nia L. f. Tusca

Lisbonne (Lisboa, LI)

L. Lauius L. f. Aemilia tri. Tuscus Felici<ta>tis Iul(iae)

Vila Nova de Gaia (Vila Nova de Gaia, PT)

HAE, 465 = AE, 1953, 268

Licinia L. f. Tusca

Almorquim, Terrugem (Sintra, LI)

HAE, 1224

Peticia P. f. Tusca

Lisbonne (Lisboa, LI)

CIL, II, 192 = Silva 1944. no 33 et CIL, II, 240 = Silva 1944, no 53

Terentia M. f. Tusca

Alenquer (Alenquer, LI)

CIL, II, 275 = ILER, 3693

M. Terentius Tuscus

Alenquer (Alenquer, LI)

CIL, II, 275 = ILER, 3693.

Trebonius Tuscus

Lisbonne (Lisboa, LI),

CIL, II, 212 = Silva 1944, no 30

Voluscia G. f. Tusca

Lisbonne (Lisboa, LI)

Silva 1944, no 14

[---]licia M. f. Tusca

Lisbonne (Lisboa, LI)

Silva 1944, no 115 =AE, 1953, 257

Tusca Tusci f.

Matacães (Torres Vedras, LI)

AE, 1982, 468

Tuscus

Matacães (Torres Vedras, LI)

AE, 1982, 468

Tuscilla

Personnage

Lieu de découverte

Référence

|lu ?]lia Tuscilla

Lisbonne (Lisboa, LI)

CIL, II, 236 = Silva 1944, no 50

Tuscillianus

Personnage

Lieu de découverte

Référence

T. Rutilius Gal. Tuscillianus

Luz (Tavira, FA). Sa tribu et les parallèles onomastiques font de lui un citoyen d’Olisipo

CIL, II, 4989 = 5161 = IRCP, 80

  • 201 IRCP, 387.
  • 202 IRCP, 156.
  • 203 IRCP, 385.

62Il faut d’abord signaler la chronologie ancienne de la plupart des documents. Sauf exception, ils datent de la première moitié du Ier siècle. La comparaison de ces données onomastiques avec celles du reste de la Lusitanie, notamment dans le cas de Fundanus, met en évidence une pratique qui commence à Olisipo pour s’étendre ensuite au reste de la province. En effet, les attestations de Pax Iulia201, Mirobriga202 et encore d’Evora203 sont plus récentes.

  • 204 CIL, II, 192 = Silva 1944, no 33 + CIL, II, 240 = Silva 1944, no 53.
  • 205 CIL, II, 285 = HAE, 1225.
  • 206 AE, 196970, 244.
  • 207 CIL, II, 4989 =5161 = IRCP, 80.
  • 208 Voir supra, p. 7677.

63Le fait que ces cognomina soient souvent unis aux gentilices fossilisés confirme l’hypothèse italienne de leur origine : Curia Sex. f. Fundana, épouse de Trebonius Tuscus, Peticia P. f. Tusca204, f. C]om[inius] M. f. Gal. Funda[nus]205, Vrsia Fundana206. Rappelons aussi le cas de T. Rutilius Gal. Tuscilianus207 Olisiponensis, installé à Balsa ou de Q. Caesius Q. f. Gal. Fundanus, qui appartenait au cercle familial des Loreii208.

  • 209 Voir l’article Tuscus, -a dans Grupo Mérida 2003, 329.

64Il faut signaler également que ces surnoms, qui entretiendraient le souvenir de l’origine familiale, sont souvent portés par les femmes. Enfin, un phénomène particulier est tout à fait remarquable : l’adoption de ce nom par des pérégrins voisins des uillae appartenant à la population d’origine italienne. On parle de Tusca Tusci f., citée auparavant, qui ne constitue d’ailleurs pas le seul exemple dans la province209.

Salacia

65Salacia s’érigea sur un promontoire dominant le début de l’estuaire du Sado (Callipus), occupé aujourd’hui par la ville portugaise d’Alcácer do Sal. Elle avait une position stratégique : située à l’intérieur des terres, elle possédait un important port fluvial qui la reliait directement avec l’océan et qui était la base de son économie. En plus, les ports maritimes du uicus de Tróia et de la cité de Caetobriga surveillaient l’entrée des bateaux sur l’estuaire et lui servaient d’avant-poste.

  • 210 Silva et al. 1980-1981, 129-168.
  • 211 Mayet & Tavares da Silva 2000.
  • 212 Mantas 1990, 179.

66A la différence d’autres cités de la région, elle a fait l’objet d’opérations archéologiques qui ont permis de déceler, d’une part, l’ancienneté de son occupation et, d’autre part, l’endroit exact de l’emplacement de l’oppidum210. En effet, les vestiges mis au jour remontent à la fin de l’Age du Bronze. Ensuite, de nombreux éléments permettent de suggérer la présence d’un entrepôt indigène a fait du commerce avec les Phéniciens établis à Abul211 et a subi leur influence. On connaît également l’existence d’un important site indigène pré-romain, très actif comme port d’entrée des marchandises provenant d’Italie à l’époque républicaine212. Cet établissement indigène et la ville romaine qui lui succéda sont situés tous deux sur l’actuelle colline du château et se sont étendus secondairement vers le fleuve avec son port fluvial, centre économique de la cité.

  • 213 Mantas 1990, 174.
  • 214 Plin,. Nat,. 4. 116.
  • 215 Silva et al. 1980-1981, 164-168  ; Faria 1998.
  • 216 Ferreira 1959, 168-195.
  • 217 Étienne et al. 1994.

67A l’époque républicaine, Salacia a frappé monnaie avec des légendes en caractères ibériques, sans que les spécialistes soient d’accord sur son toponyme exact : Evion, Ketovion, Ketivion ou Keition. Plus tard, elle émit un numéraire avec la légende Imp(eratoria) Sal(acia) o Salac(ia), peut-être pendant le conflit qui opposa César aux enfants de Pompée. Il est possible, comme nos collègues portugais le pensent213, que Salacia se soit ralliée au parti pompéien car elle ne posséda pas l’épithète de Iulia. En effet, les monnaies et le témoignage de Pline suggèrent que le nom complet de la cité romaine était : Salacia Urbs Imperatoria214. Quoi qu’il en soit, elle possédait le droit latin ancien à l’époque d’Auguste : le nombre de citoyens romains résidant dans son oppidum et dans son territoire était suffisamment important pour qu’y soit nécessaire le ius Latii qui gérait leur cohabitation avec les indigènes pérégrins. Probablement sous Auguste, la cité a reçu le statut municipal. L’urbanisme de la ville romaine est encore inconnu : seuls quelques vestiges du forum ont été mis au jour autour de l’église de Santa Maria do Castelo215. On connaît mieux son territoire où plusieurs uillae et une partie de l’aqueduc ont été trouvées216. Ce port florissant dès le iie siècle a.C., trouve dans le sel, les minerais ainsi que dans les salaisons d’origine locale ses principaux produits d’exportation tout au long de l’Empire. En effet, les minerais extraits des mines de Vipasca étaient exportés par la mer à partir de Salacia, de même que le sel obtenu aux alentours. Ensuite, nombreuses sont les usines à garum et dérivés situées entre l’embouchure du fleuve et l’oppidum de la cité, étant les plus connues celle de son uicus de Tόrià217.

  • 218 Schulze 1904 355, pense à un usage étrusque. Un exemple à Puteoli, CIL, X, 2863, deux attestations (...)
  • 219 L. Duronius (MRR, I, 388) et M. Duronius (MRR, II, 7).
  • 220 Lörincz 1999, 111.
  • 221 IRCP, 186.

68Malgré son importance à l’époque républicaine et sous le Haut Empire, Salacia n’offre qu’un dossier onomastique à consonances italiques quantitativement peu importante et peu instructif : Duronius : il s’agit d’un gentilice rarissime, issu de la ville samnite de Duronia, et presque absent de l’épigraphie italienne218. On connaît cependant l’existence de deux sénateurs républicains porteurs de ce nom219. Il est recensé en petit nombre dans certaines provinces celtiques, peut-être par assonance linguistique220. L’attestation lusitanienne est le seul exemple hispanique : Duroniu[s.] f. Gal. Modestus221 érigea une statue sur piédestal à un notable de la cité de Salacia qui, étant donné le nom de la tribu, devait être aussi la ciuitas du défunt.

  • 222 CIL, II, 37 = IRCP, 196.

69Rubrius : de ce nomen, déjà mentionné à Olisipo, on connaît une attestation du début du ier siècle à Salacia. Il s’agit de L. Rubrius Priscinus, décédé à l’âge de 26 ans222.

Balsa

  • 223 Pomp. Mela 3.1.7. ; Ptol. 2.5.2.

70Le site de ce chef-lieu de cité s’est érigé dans un espace, aujourd’hui inhabité, qui correspond à la Quinta da Torre de Ares, appartenant à la ville moderne de Luz de Tavira. La ville occupait un petit plateau, qui dominait la plaine agricole et le bassin intérieur, protégé de l’Atlantique par l’île de Tavira. Ce port était situé sur le promontorium Cuneus223, près du Delta du Guadalquivir, au voisinage de la frontière de Lusitanie et de Bétique, face aux terres africaines.

  • 224 Plin., Nat., 4.117-118.
  • 225 CIL, II, 4990.

71Faute de données archéologiques suffisantes, la reconstruction de son histoire doit être établie à partir de données numismatiques : son atelier frappa asses, semisses et quadrantes probablement vers 47-44 a.C., ce qui la fait figurer comme une ville indigène à l’importance relative. Selon Pline, il s’agissait d’un des oppida du promontorium Cuneus, dont le statut était celui d’une cité stipendiaire224. Balsa était donc dépourvue des privilèges politiques au début du règne d’Auguste, peut-être à cause d’un mauvais choix au moment de la guerre civile. Son évolution politique est parallèle à celle du reste de la péninsule ibérique : elle reçoit entre 73 et 74 le droit latin et, très probablement, la condition municipale un peu plus tard. En effet, à partir de cette date, ses citoyens romains seront inscrits dans la tribu Quirina225, qui est celle des cités privilégiées sous les Flaviens.

  • 226 Carta Arqueológica de Portugal. Concelhos de   : Faro, Olhão, Tavira, Vita Real de Sto. Antonio, C (...)
  • 227 IRCP, 76-77.

72Rappelons que Balsa n’a jamais fait l’objet de fouilles archéologiques systématiques. Cependant, de l’épigraphie et des vestiges archéologiques récupérés en surface,226 on peut déduire qu’elle connut une situation riche au iie siècle. Elle posséda même un cirque, érigé en grande partie grâce à la générosité des notables227. Cette situation, fondée sur une économie florissante, ne semble pas changer au IIIe siècle et même au début du ive, période de production des amphores Almagro 50 et 51, qui transportaient le garum produit dans la région. L’essor de la cité à l’époque tardive est confirmé par les trouvailles des monnaies et par les restes de la nécropole de Pedras d’El Rei, en service au ive siècle. Les données archéologiques semblent disparaître au milieu du Ve, peut-être aux alentours de la grande invasion des Suèves.

73Le dossier onomastique que nous avons retenu est bref mais assez significatif. En effet, il met en valeur les liens sociaux établis entre Balsa et Olisipo.

  • 228 Voir supra.
  • 229 Voir infra, sur les Rutilii.
  • 230 CIL, II, 4989 = 5161= IRCP, 80.
  • 231 Sur les Gellii et les Rutilii à Olisipo et Balsa voir Navarro 2000, 287-290.

74Gellius : à la fin du ier siècle, plusieurs membres de cette famille originaire d’Olisipo228, peut-être des affranchis, se sont installés dans cette cité méridionale, vraisemblablement pour élargir et diversifier leurs intérêts commerciaux. Dans cette aventure, ils étaient accompagnés par des Rutilii, leurs associés et parents229 : L. Gell(ius) Tutus230 fait partie des dédicants qui au milieu du iie siècle financent la réalisation d’une statue à T. Rutilius Gal. Tuscilianus231.

  • 232 CIL, II, 4989 = 5161 = IRCP, 80.
  • 233 Voir infra.
  • 234 Schulze 1904, 152.
  • 235 Lörincz 2000, 72.

75Meclonius : T. Meclon(ius) Cassius232 participa avec L. Gell(ius) Tutus à l’hommage rendu à T. Rutilius Gal. Tuscilianus233. Son gentilice, d’origine étrusque234, est très rare : Cicéron mentionne à T. Mec(u)lonius comme propriétaire à Rome, mais les seuls parallèles épigraphiques se trouvent dans le centre et centre-sud de l’Italie (surtout en Ombrie et Campanie), trois en Cisalpine et deux en Narbonnaise235. Il s’agissait très probablement d’un commerçant associé aux autres dédicants. Son surnom témoigne d’un souci d’archaïsme de la part de ses géniteurs.

  • 236 Voir supra.
  • 237 On conserve la base de la statue que lui a érigé sa soeur, Manlia Faustina. Son titre de IIuir y e (...)

76Rutilius : T. Rutilius Gal. Tuscilianus, citoyen d’Olisipo par sa tribu, porteur d’un surnom typique dans sa cité qui rappellerait son passé italien236, vécut à Balsa au iie siècle. Vers 150 p.C. Tuscilianus reçut une dédicace honorifique qui est une mine de renseignements. D’abord, de sa nomenclature, il faut remarquer sa tribu, la Galería qui manifestait sa condition d’Olisiponensis et sa filiation qui remontait à son grand-père maternel. Celui-ci, T. Manlius Quir. Martialis, avait été Huir de Balsa237 : il s’agissait de montrer ses liens locaux.

77Par conséquent, les branches des Rutilii et des Gellii déplacées à Balsa ont fait souche et ont assuré leur position avec des mariages dans des familles nobles, comme les Manlii. Le nombre ainsi que l’onomastique des dédicants dans l’hommage à Tuscilianus permettent d’affirmer qu’il s’agissait de commerçants, voire un collège des commerçants. Ils sont huit, leurs surnoms orientaux exprimeraient leur condition d’affranchis ; leurs gentilices sont également très significatifs car on y trouve un membre de la famille Gellia, un affranchi des Rutilii, P. Rutilius Antigonus, deux affranchis des Manlii, mais aussi T. Meclon(ius) Cassius, cité auparavant.

Réflexions sur un dossier onomastique

Les limites de la documentation

78La lecture du dossier épigraphique invite à la prudence : on a tenté d’évaluer la population d’origine italienne de façon indirecte et parfois hypothétique, à partir de critères onomastiques dont la validité doit être sans cesse remise en cause en fonction des progrès de l’épigraphie. De plus, cette approche est partielle, car elle est fondée sur certains indices anthroponymiques, comme sont les gentilices fossilisés ou les surnoms géographiques ; il y a donc certainement un groupe beaucoup plus nombreux d’individus d’origine italienne qui échappe à cette analyse. Ajoutons à cela la fragmentation du dossier : les références épigraphiques sont souvent isolées, ce qui empêche de suivre l’évolution des groupes de parentés.

  • 238 CIL, II, 217 = Silva 1944, no 4.
  • 239 CIL, II, 216 = Silva 1944, no 37.
  • 240 CIL, II, 232 = Silva 1944, no 47.
  • 241 CIL, II, 3105 = 5005 = Silva 1944, no 124 = d’Encarnação 1994, no 19.
  • 242 Janas, S. Martinho (Sintra, LI), CIL, II, 311 = HEp, 2, 1990, 820 + Grupo Mérida 2003, 254.

79Les données chronologiques s’étendent sur deux siècles et demi. Cette amplitude chronologique est en rapport, d’une part, avec l’évolution sociale des familles et, d’autre part, avec le contexte des migrations : leurs phases, leurs causes et les types d’immigrés ont varié dans le temps, rendant ainsi difficile la reconstruction historique. Il faut cependant signaler que les textes les plus nombreux mettent en valeur des situations datant de la première moitié du ier siècle p.C., ce qui fait penser à une immigration plus importante à la fin de la République et au début de l’Empire. C’est le cas de Q. Hirrius M. f. Gal. Mat[e]rnus238, Lucceia Cinnamis239 G. Lucceius Philogenes240, L. Rutilius L. f. Gal Seuerus241, Orbia C. f. Anus242, Valcia L. [f.] Sabina et de la plupart des attestations des cognomina géographiques.

80Signalons enfin les différences géographiques : parmi les cités côtières de la Lusitanie, seule Olisipo présente un dossier onomastique étoffé et nos conclusions concerneront donc en majorité cette ville. Pour comprendre ces différences, il faut savoir que son corpus épigraphique est plus abondant que celui des autres ciuitates, mais le hasard ne peut pas tout expliquer. En effet, les gentilices fossiles et les surnoms Tuscus, -a et Fundanus semblent indiquer que la composante allogène de la population d’Olisipo, notamment italienne, était plus importante que celle des autres ports de l’Atlantique lusitanien : les réminiscences onomastiques d’origine italienne sont très abondantes à Olisipo et très rares dans les autres villes côtières, à l’exception de Balsa où, d’ailleurs, les éléments anthroponymiques recensés ont un passé “Olisiponensis”. La composante sociale des cités a dû provoquer des répercussions dans leur vie économique et même dans leur condition juridique.

La vie des Italiens et de leurs descendants en Lusitanie

  • 243 CIL, II, 217 = Silva 1944, no 4.
  • 244 Lisboa (Lisboa, LI), CIL, II, 252 = Silva 1944, no 20.
  • 245 CIL, II, 31005 = 5005 = Silva 1944, no 124 = d’Encarnaçâo 1994, no 19.
  • 246 Ferreira & Almeida 1958, 132-140, no I.
  • 247 CIL, II, 199 = Silva 1944, no 60.
  • 248 S. Romão, Lourel, Sta. Maria e S. Miguel (Sintra, LI), AE, 1987, 478d = HEp, 2, 1990, 816.
  • 249 CIL, II, 192 = Silva 1994, no 33 + CIL, II, 240 = Silva 1944, no 53.
  • 250 CIL, II, 196 = Silva 1944, no 71.

81Néanmoins, le dossier sur les noms à réminiscences italiennes, éparpillé en apparence, permet en fait de répondre à un certain nombre d’autres questions. Les plus évidentes sont celles qui concernent l’intégration des Italiens et de leurs descendants. A partir du ier siècle p.C., période à laquelle nos sources commencent à apparaître à Olisipo, tous les témoignages convergent : les individus dont l’onomastique manifeste une origine italienne ne sont pas de passage. Ils font partie du corps civique, participent activement à la vie publique et occupent souvent des postes de responsabilité. Citoyens d’Olisipo, ils sont inscrits dans la tribu de la cité, la Galería, comme Q. Hirrius M. f. Gal. Mat[e]rnus243 et M. Tarquius M. f. Gal. Maxumus244, décédés au plus tard dans la première moitié du ier siècle p.C., ou L. Rutilius L. f. Gal. Seuerus245, enterré au milieu du ier siècle p.C., ou encore [. M]undici[us M. f.] Gal. Se[uerus ?]246 et C. Tenatius C. f. Gal. Iustus247 dont la chronologie est plus tardive. Parmi les notables de la cité, on trouve P. Status G. f. Gal. Exoratus,flamen diui Vespasiani248, ou Peticia P. f. Tusca, épouse d’un édile249, ainsi que C. Heius C. I. Primus, riche Augustalis et généreux évergète sous Néron250. Du côté de Balsa, on arrive au même constat avec quelques différences : d’une part, les individus recensés sont originaires d’Olisipo, dont ils conservent la citoyenneté, comme T. Rutilius Tuscillianus ; et, d’autre part, leur intégration à la vie publique est plus tardive et contemporaine de l’accession à la condition municipale de Balsa.

  • 251 Freiria, S. Domingos de Rana (Cascais, LI), AE, 1985, 514, cf. d’Encarnação 1994, no 2.

82Si l’on revient à la cité la plus significative dans notre recherche, Olisipo, on remarque que les témoignages retenus ont été souvent trouvés dans la campagne, où ces familles possédaient donc une uilla et exploitaient des terres. Dans ces contextes ruraux, l’épigraphie montre l’existence d’une certaine mixité avec la population d’origine locale et même la tentation de s’attirer la bienveillance des divinités indigènes. Rappelons la dédicace de T. Curiatius Rufinus à Triburonnis251. Au-delà du fait religieux, ce don est une manifestation profonde de l’installation permanente des Italici en Lusitanie et une preuve de la symbiose opérée entre romanité et coutumes indigènes.

83Par conséquent, la partie de la population d’origine italienne que les “fossiles onomastiques” permettent de connaître ne semble pas se comporter comme une minorité repliée sur elle-même, bien que la nomenclature personnelle de ses membres, notamment le surnom Tuscus, montre qu’elle a conscience de la différence de son origine.

  • 252 Le Roux 1995, 91 ; d’Encarnação 1994, 71-72.

84Il n’est pas vain de rappeler qu’Olisipo était un municipe de citoyens romains dès l’époque d’Auguste. A cette époque, la plupart des habitants libres de la cité au passé pro-césarien, ce qui lui vaudra les épithètes de Felicitas Iulia, étaient des citoyens romains, entre autres de nombreux descendants de colons installés sur son territoire, comme le suggèrent certains auteurs252. En effet, à partir des données onomastiques, les textes épigraphiques, bien que relativement tardifs par rapport à ce phénomène et trop laconiques, montrent la présence de gens venus d’Italie au moins dès la fin du premier siècle a.C. Peut-être issus de l’armée, ils habitent à la campagne et travaillent la terre selon des modes d’exploitation dont les études sur l’occupation du sol permettent de déceler l’origine romaine. Il est possible que l’usage des cognomina Tuscus, -a et de leurs dérivés et de Fundanus, -a, révèle de façon onomastique l’existence d’un substrat italien ancien, dont le point de départ était le centre de la péninsule italienne. Du souvenir des premiers colons reste le prestige des deux cognomina. Cependant, l’analyse des gentilices fossilisés montre la présence d’un autre type d’émigrés Italiens, les commerçants, dont nous parlerons en détail ci-dessous.

85Selon Pline, Salacia, l’autre grand port lusitanien, n’avait que le droit latin ancien, et Turobriga et Balsa n’étaient que des ciuitates stipendiaires. Le comportement des cités au cours des Guerres Civiles a en effet été déterminant pour l’obtention de ces situations juridiques. Il en va de même de leur composante sociale, telle que la suggère la documentation onomastique retenue : il semblerait que l’émigration des Italiens fut plus importante à Olisipo, ville de droit romain, que dans les autres cités.

86Un autre aspect de la vie des Italiens et de leurs descendants en Lusitanie est celui des déplacements intra-provinciaux. Le cas des Rutilii et des Gellii Olisiponenses, établis plus tard à Balsa pour développer leurs affaires, est un exemple révélateur. De même, une branche affranchie des Staii de la même Olisipo gérait les intérêts de la famille dans la campagne d’Evora. Les Valgii hispaniques ne sont présents qu’à Olisipo et, ensuite, à Igaedis. Le même constat peut être établi pour les Vrsii, habitants d’Olisipo dès le début du Ier siècle p.C. et que l’on trouve au iie siècle p.C. à Emerita. Les déplacements de ces individus dépendaient d’un réseau économique à échelle de la province, car, dans la péninsule ibérique, ces gentilices sont absents en dehors de la Lusitanie.

  • 253 Étienne 1992.
  • 254 Voir références supra.

87L’interprétation des données se heurte à une difficulté. En effet, il est peu aisé de connaître avec certitude les directions des flux migratoires entre la côte, surtout Olisipo, et les cinq colonies lusitaniennes, notamment la capitale, Emerita Augusta. Certains individus porteurs des fossiles onomastiques peuvent n’être en fait que des colons ou leurs descendants, déplacés pour des raisons socio-économiques vers la mer. En effet, l’inscription de Q. Tallius Sex. L, originaire d’Emerita Augusta, trouvée à Igaedis et datée de 16 a.C.253, montre que, très tôt, les coloni d’Emerita Augusta, grâce à leur situation aisée, avaient acquis des intérêts dans d’autres cités. La question se pose aussi pour les Alfii (colons d’Emerita, avec des parallèles onomastiques à Olisipo), comme pour les Coranii (une femme appelée Corania serait l’un des premiers habitants recensés épigraphiquement à Pax Iulia) et pour les Loreii, (une femme avec ce gentilice était la fille d’un des premiers colons à Metellinum). Si l’ancienneté chronologique privilégie les colonies comme origine dans ces exemples, elle semble parfois favoriser la piste inverse : Olisipo est le point de départ des Peticii et des Vrsii, qui sont présents plus tardivement à Emerita. Leurs épitaphes étaient exposées sur des structures architecturales collectives, qui appartenaient probablement à des associations d’étrangers à la cité254.

  • 255 Sur le rayonnement d’Olisipo dans son conuentus et dans la province, voir Martineau & Tranoy 2000.

88Tous les éléments du dossier semblent donc s’accorder pour permettre de dire que les Italiens installés à Olisipo, membres à part entière de son corps civique, se tournent ensuite vers l’intérieur de la province, même si une part de leurs revenus est issue de la mer255.

Origines et motifs de l’émigration italienne

89Venons-en à l’épineux problème de l’origine, en général, des Italiens installés sur les côtes lusitaniennes. Nous employons cet adjectif au terme d’une enquête onomastique serrée en Italie et dans le reste de l’Empire qui confirme que, étant donné les déplacements des populations, notamment vers le Nord et la côte de la péninsule italienne, l’étymologie se révèle totalement insuffisante comme méthode de recherche et toute affirmation basée sur un pourcentage d’attestations doit être traitée avec une extrême prudence.

  • 256 d’Encarnaçao & Ribeiro. Il est vrai que, parmi les étrangers recensés en Lusitanie, les Africains (...)

90Compte tenu de ces limites, l’analyse des origines des Italiens déplacés vers les cités côtières de la Lusitanie ne montre pas beaucoup d’éléments convergents : les endroits d’où probablement pourraient provenir les individus recensés sont très divers, surtout l’Apulie, mais aussi la Campanie, le Samnium et même la Cisalpine, si l’on tient compte des déplacements au sein de l’Italie. Le manque d’homogénéité, malgré une certaine prédominance de l’Italie méridionale, semble refléter la réalité d’un municipe de citoyens romains, comme Olisipo, qui n’a pas été l’objet d’une colonisation officielle et organisée. Les intérêts économiques et sociaux ont lancé sur les routes de l’émigration des individus d’horizons géographiques italiens divers, à des moments différents, sans que la Lusitanie soit pour autant, leur première terre d’accueil. En effet, les caractéristiques de nos sources privilégient par sa rareté l’origine italienne - là réside notre objectif, mais presque tous les anthroponymes retenus ont quelques minces attestations ailleurs, notamment en Orient et en Afrique. En effet, plusieurs chercheurs ont signalé avant nous les relations fluides qui semblait exister entre la Lusitanie et l’Afrique, reflet que Ton retrouve dans l’onomastique256.

91Mais les motifs des déplacements sont en étroite liaison avec l’origine et les conditions des flux migratoires. Malgré la prudence qui doit entourer la méthode onomastique, on peut considérer comme très probable que les Staii aient débarqué dans le port d’Olisipo pour des raisons commerciales. En effet, tous les témoignages sur cette famille dans l’Empire semblent mettre en valeur leur sens des affaires. Il s’agit d’une gens originaire de Capoue, où l’on a conservé les noms de ses affranchis dans des collèges professionnels de la fin du iie siècle a.C. Au ier siècle a.C., plusieurs de ses membres se sont déplacés vers l’est de la péninsule italienne, car on les retrouve à Sulmone, mais surtout en Apulie, autour de Canusium et Bénévent, régions voisines de la mer et favorables au commerce maritime à l’époque républicaine. Une branche faisait partie des Italiens installés à Délos déjà à la fin du iie siècle, bien que les données sur leurs transactions commerciales ou financières soient malheureusement inexistantes. Comme d’autres familles italiennes de l’île, on les retrouve après les événements de 88 a.C. en Grèce continentale et en Asie. Leur diaspora, depuis l’Italie et très probablement depuis la Grèce, les ont amené à s’établir dans certains ports, afin d’y installer leurs affaires et le dossier onomastique montre que Narbo et Olisipo ont été ces ports en Occident.

92Le dossier des Peticii, plus complexe par sa densité, irait dans le même sens. On connaît des individus avec ce gentilice à Délos et en Orient. On connaît des grands négociants de cette famille, dont le noyau le plus important se rencontre dans la cité de Sulmone où, précisément, on trouve également des attestations des Staii, ce qui n’est peut-être pas le fruit du hasard. Il semble donc possible que les Peticii, peut-être avec les Staii, aient pu s’installer à Olisipo vers la deuxième moitié du ier siècle a.C. On pourrait appliquer des arguments similaires aux Heii, dont un représentant affranchi fut un grand évergète de la cité, et aux Orbii, dont la fonction commerciale en Lusitanie est confirmée par le peson avec la marque Orbi trouvé à Conimbriga.

  • 257 Sur le commerce des produits hispaniques en Méditerranée orientale : Bernai Casasola 2000.

93D’ailleurs, on est troublé de constater que les fossiles onomastiques sont présents également à Délos pour plus de la moitié au IIe et au début du ier siècle a.C. et, plus tard, sur le continent, que ce soit en Grèce ou en Asie, où les personnes ainsi nommées exerçaient des fonctions commerciales : à côté des Staii, Peticii, Orbii, Heii, il faut citer également les Rutilii, Luccei, Mundicii... A l’exception de Rutilius, ces noms sont assez rares pour que ces rapprochements et convergences ne laissent pas indifférent. Il semble possible de suggérer l’arrivée à Olisipo au ier siècle a.C., peut-être après le désastre de 88 a.C., des membres de ces familles à la recherche de comptoirs de substitution à Délos, devenu un endroit peu sûr, ou, tout simplement, à la recherche de nouveaux ports où établir un bureau commercial ou bancaire257.

94Il n’est évidemment pas dans notre intention d’affirmer que tous les Italiens d’Olisipo étaient des commerçants venus d’Orient. Comme on pouvait l’imaginer dès le départ, notre source d’information principale, les gentilices latins fossilisés, ne présente qu’une partie particulière de la population d’origine italienne. A Olisipo, cette partie semble montrer une certaine spécialisation dans les milieux d’affaires. En effet, il faut se réjouir que les caractéristiques des fossiles onomastiques permettent d’isoler un phénomène social, qui est celui de l’installation à Olisipo des familles italiennes commerçantes recensées auparavant à Délos et sur le continent grec et asiatique. Leurs transactions ont favorisé l’importation de marchandises, mais elles ont également promu le développement des productions locales, notamment celle des salaisons, qui ont très bien pu être acheminées par leurs propres réseaux commerciaux vers les points de consommation dans toute la Méditerranée. On peut penser que les bureaux d’Olisipo ont souvent été sous la responsabilité d’affranchis, dont la plupart ont fait souche en Lusitanie.

  • 258 Mavrojannis 2002, 179 pense également à Délos comme un port frontière au iie siècle a.C.

95C’est ainsi qu’un dossier onomastique apporte des éléments de réflexion sur l’histoire économique. La venue à Olisipo de ces grandes familles commerçantes oblige à effectuer un retour sur la fonction économique de cette cité portuaire : port de frontière dans l’Atlantique du ier siècle a.C.258 et, ensuite, sans être un grand port d’échanges (rappelons qu’Olisipo est absent de la liste d’emporia recensés par Strabon), port d’exportation des produits lusitaniens, notamment des salaisons mais, surtout, port d’importation de produits redistribués dans toute la province par le Tage, trafics où l’influence de commerçants étrangers a pu être déterminante. Les confins du monde occidental étaient ainsi reliés à d’autres comptoirs, grâce aux différents bureaux des mêmes familles. En revanche, le port de Salacia semble avoir des spécificités commerciales plus locales, fondées plus sur l’exportation du sel et des salaisons de son littoral ainsi que du minerai de l’intérieur.

  • 259 Sur ces questions voir Étienne & Mayet 1993-1994 et 1998.
  • 260 Brun 1997.
  • 261 Mayet 1990 ; Mayet et al. 1996 ; Mayet & Tavares da Silva 1998 et 2002.

96Étant donné la documentation actuelle, il est cependant impossible de connaître le rôle de ces familles dans les échanges : propriétaires, négociants, banquiers259 ? De surcroît, leurs transactions étaient basées sur des produits dont on ignore la nature. Rappelons que la documentation épigraphique lusitanienne concernant l’instrumentum domesticum n’est pas très prolixe. La production d’huile et de vin de la province semble avoir toujours trouvé un débouché local260, ce qui ne rendait pas nécessaire la fabrication d’amphores pour une commercialisation par voie maritime. En revanche, les salaisons de poissons produites sur tout le littoral méridional, notamment dans les cités que nous étudions, ont été consommées dans toute la Méditerranée occidentale, notamment à Rome. Cependant, leurs conteneurs amphoriques de fabrique locale, les Dressel 14b identifiés par F. Mayet261, sont très pauvres en renseignements onomastiques et ils ne sont donc d’aucun secours pour nos propos. On retiendra simplement la très probable fonction commerciale des Staii, Heii, Peticii, Orbii etc. dans un milieu des affaires maritimes que les sources littéraires ont ignoré.

97Pour conclure, notre principal constat est d’ordre méthodologique : à l’époque romaine, se nommer pouvait comporter une attestation géographique soit directe, par l’origo, soit indirecte, par l’onomastique. Les résultats obtenus montrent la validité de la méthode anthroponymique, lorsque l’origo fait défaut. En effet, elle permet de détecter une fraction de l’émigration italienne qui, autrement, serait restée dans l’anonymat. Mais, étant donné le caractère partiel de cette approche méthodologique, la documentation n’est pas en mesure d’expliquer tous les aspects de l’émigration italique en Lusitanie. Elle a des limites et force est de le reconnaître. Mais ce sont précisément ces caractéristiques spécifiques qui la rendent nécessaire, puisqu’elles isolent des phénomènes de société. Notre étude a mis en relief deux aspects : tout d’abord, l’intégration des Italiens et de leurs descendants dans la vie publique et économique des cités portuaires de Lusitanie ; ensuite, l’arrivée à Olisipo des familles commerçantes qui ont eu préalablement des intérêts dans le bassin méditerranéen, peut-être en Sicile et en Afrique mais, surtout, en Orient avec tout ce que cela représente d’intérêt pour la place du commerce maritime lusitanien dans le monde romain.

98A côté de ces résultats, d’autres aspects de la problématique retenue restent en suspens : l’origine des flux migratoires, leur densité, le rôle concret de l’armée, le possible retour en Italie, les conditions sociales des premiers immigrés sur ces nouvelles terres qui furent à une époque la fin du monde connu..., questions auxquelles d’autres sources devront répondre.

99Le deuxième thème de réflexion concerne le cadre géographique de l’étude. Nous avons retenu les cités côtières de la Lusitanie, car la mer leur donne une unité spatiale et une possible similitude socio-économique. L’état actuel de notre documentation onomastique suggère des variations dans leurs composantes sociales, qui auraient des incidences dans leur spécificité économique et juridique. Olisipo apparaît comme une destination privilégiée de l’immigration italienne, dès la fin de la République et jusqu’au milieu du ier siècle, avec l’établissement de colons, rappelés par les surnoms Fundarais, -a et Tuscus, -a, mais aussi une émigration commerciale, manifestée dans certains gentilices fossilisés. Les données onomastiques pour les autres cités portuaires sont, ou inexistantes, ou plus tardives, comme c’est le cas à Balsa.

100Toutes ces remarques doivent s’inscrire dans le cadre global de la mutation socio-culturelle des territoires hispaniques les plus occidentaux vers la nouvelle identité lusitanienne romaine, qui s’est produite vers la première moitié du ier siècle p.C. Les immigrants italiens ont y joué un rôle important comme porteurs de modèles culturels, mais aussi comme stimulateurs de la demande économique de nouveaux produits. On retrouve leurs traces diluées dans la population mélangée d’une cité romaine portuaire d’époque impériale telle qu’Olisipo.

Bibliographie

Bibliographie

Abascal Palazón, J. M. (1994) : Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Anejos de Antigüedad y Cristianismo, II, Murcie.

Alarcão, J. de (1988) : O dominio romano em Portugal, Sintra.

Alarcão, J. de et F. Mayet, éd. (1990) : Les amphores lusitaniennes. Typologie, Production, Commerce (Conimbriga, 1988), Paris.

Alfoldy, G. (1969) : Die Personennamen in der römischen Provinz Dalmatia, Heidelberg.

–––– (1982) : “Senatoren aus Norditalien regiones IX, X und XI”, EOS, 2, 309-368.

Almeida, F. de (1956) : Egitânia. Historia e arqueología,Lisbonne.

–––– (1968) : “Sobre a barragem romana de Ofisipo”, AP, 3 série, III, 179-189.

Almeida, J. Mendes et F Bandeira Ferreira (1965) : “Varia epigraphica (Nova série)”, RGuimarães, 75, 82-109.

Alves Dias, Μ. M. (1988-1989) : “A propósito de duas inscrições romanas de Torres d’Ares (Luz, Tavira)”, AP, IV, 6-7, 241-262.

Amaro, C. et T. L. de Matos (1996) : “Trabalhos arqueológicos no claustro da Sé de Lisboa. Noticia preliminar”, Ocupação romana dos estuários do Tejo e do Sado, Lisbonne, 215-224.

Beltrán Lloris, F, éd. (1995) : Roma y el nacimiento de la cultura epigráfica en Occidente (Zaragoza, 1992), Saragosse.

Bernal Casasola, D. (2000) : “Las ánforas héticas en los confines del Imperio. Primera aproximación a las exportaciones a la pars orientalis”, Congreso Internacional ex Baetica amphorae. Conserva, aceite y vino de la Bética en el Imperio Romano (Sevilla-Écija, 1998), Écija, 935-988.

Balsdon, J. P. V. D. (1979) : Romans and Aliens, Londres.

Bresson, A. (2002) : “Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos”, in : Millier & Hasenohr 2002, 147-162.

Boak, A. E. R. (1916) : “The magistri of Campania and Delos”, Class. Phil., 11, 25-30.

Brun, J.-P. (1997) : “Production de l’huile et du vin en Lusitanie Romaine”, Conimbriga, 36, 45-72.

Bugalhão, J. (2001) : A industria romana de transformação e conserva de peixe em Olisipo. Núcleo Arqueológico da Rua dos Correeiros, Lisbonne.

Caballos Rufino, A. (1999) : “Los caballeros romanos originarios de las provincias de Hispania. Un avance”, in : Demougin et al. 1999, 463-512.

Camacho, C., C. Calais et G. Nunes (1996) : “A presença romana no concelho de Vila Franca de Xira : investigar, divulgar e animar”, Ocupaçâo Romana dos Estuários do Tejo e do Sado, Lisbonne, 179-188.

Camodecca, G. (1982) : “Ascesa al senato e rapporti con i territori d’origine Italia : regio I (Campania, esclusa la zona di Capua e Cales), II (Apulia e Calabria), III (Lucania e Brutia)”, Epigrafía e ordine senatorio, II, Tituli, 5, 101-163.

Campanile, E. (1992) : AION (filol), 14, 207-221.

Capeans, R. (1935) : “Urna novidade no onomástico greco-latino”, Etnos, 1, 271-274.

Cassolà, F (1970-1971) : “Romani e Italici in Oriente”, Dialoghi di Archeologia, IV-V, 306-307.

Cébeillac Gervasoni, M., éd. (1983) : Les “bourgeoisies” municipales italiennes aux iie et iiie siècles (Naples, 1981), Paris-Naples.

Chelotti, Μ., V. Morizio et M. Silvestrini (1990) : Le epigrafi romane di Canosa, I-II, Bari.

Chic García, G. (2001) : Datos para un estudio socioeconómico de la Bética. Marcas de alfar sobre ánforas olearias, Écija.

Coarelli, F, D. Musti et H. Solin, éd. (1982) : Delo e Vitalia. Opuscula Instituti Romani Finlandiae, 2, Rome.

Conway, R. S. (1897) : The Italic dialects Hildesheim (édition de 1967).

Demougin, S., H. Devijver et M.-Th. Rapsaet-Charlier, éd. (1999) : L’ordre équestre : Histoire d’une aristocratie (iie s. av. J.-C.- iiie s. ap. J.-C), Coll. EFR 257, Rome.

Diogo, A. M. Dias (1993) : “O teatro romano de Lisboa. Noticia sobre as actuais escavações”, in : Ramallo & Santiuste 1993, 217-224.

Dyson, S. L. (1980-1981) : “The distribution of Roman republican family names in the Iberian peninsula”, Anc. Soc., 11-12, 257-299.

Edmondson, J. (1990) : “Le garum en Lusitanie urbaine et rurale”, Les villes de Lusitanie romaine. Table ronde internationale du CNRS (Talence, 1988), Paris, 123-147.

–––– (1994) : “Creating a Provincial Landscape : Roman Imperialisme and Rural Change in Lusitania”, in : Gorges & Salinas 1990, 13-30.

Encarnação, J. d’ (1994) : Roteiro epigrafico romano de Cascais, Cascais.

–––– (2003) : “Onomástica y religión” in : Grupo Mérida 2003, 425-427.

Étienne, R. (1992) : “L’horloge de la ciuitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie”, REA, 94, 3, 355-362.

Étienne, R. et F. Mayet (1988) : “Les mercatores de saumure hispanique”, MEFRA, 110, 1998, 147-165.

–––– (1993/1994) : “La Lusitanie et le commerce méditerranéen”, Conimbriga, 32-33, 201-218.

–––– (2000) : Le vin hispanique, Paris.

–––– (2002) : Salaisons et sauces de poisson hispaniques, Paris.

Étienne, R., Y. Makaroun et F. Mayet (1994) : Un grand complexe industriel à Tróia (Portugal), Paris.

Étienne, R., G. Fabre, P. Levêque et M. Levêque (1976) : Fouilles de Conimbriga, II, Epigraphie et sculpture, Paris.

Fabião, C. (1993-1994) : “O azeite da Baetica na Lusitania”, Conimbriga, 32-33, 219-245.

Faria, J. C. (1998) : “Algumas notas acerca do provável forum de Salacia Imperatoria (Alcácer do Sal)”, Conimbriga, 37, 185-199.

Ferrary, J.-L., Cl. Hasenohr et M.-Th. Le Dinahet (2002) : “Liste des Italiens de Délos”, in : Müller & Hasenohr 2002, 183-239.

Ferreira, F. Bandeira et J. Mendes de Almeida (1958) : “Varia Epigraphica”, Rev.Fac.Let.Lisboa, 2, 132-171.

Follet, S. (2002) : “Les Italiens à Athènes (iie siècle av. J.-C. - ier siècle ap. J.-C.)”, in : Müller & Hasenohr 2002, 79-88.

Gianfrotta, P. A. (1989) : “Eracle, Peticio e il commmercio marittimo”, Dalla villa di Ovidio al santuario di Ercole, Sulmone, 177-183.

Gorges, J.-G. et T. Nogales Basarrate, éd. (2000) : Sociedad y cultura en Lusitania romana. TV Mesa Redonda Internacional, (Mérida, 2000), Serie Estudios Portugueses, 13, Mérida.

Gorges, J.-G et M. Salinas de Frías, éd. (1994) : Les campagnes de Lusitanie romaine. Occupation du sol et habitats. Table Ronde Internationale (Salamanque, 1993), Madrid-Salamanque.

Grupo Mérida (2003) : Atlas antroponίmico de Lusitania romana, Mérida-Bordeaux.

Haley, E. W. (1986) : Foreigners in Roman Spain. Investigation of Geographical Mobility in the Spanish Provinces of the Roman Empire, 30 B.C.-A.D. 284, Columbia Univesity.

Hatzfeld, J. (1912) : “Les Italiens résidants à Délos mentionnés dans les inscriptions de l’île”, BCH, 36, 10-101.

–––– (1919) : Les trafiquants italiens dans l’Orient grec, Paris.

Hasenohr C. et Ch. Millier (2002) : “Gentilices et circulation des Italiens”, in : Müller & Hasenohr 2002, 11-20.

Hauschild, Th. (1990) : “Das römische Theater von Lissabon”, MDAI(M), 31, 348-392.

Helly, B. (1983) : “Les Italiens en Thessalie au iie et au ier siècles av. J.-C.”, in : Cébeillac-Gervasoni 1983,355-380.

Jongelling, K. (1994) : North African Names front Latin Sources, Leyde.

Kajanto, I. (1965) : The Latin Cognomina, Helsinki.

Lefebvre, S. (1999) : “Donner et recevoir : Les chevaliers dans les hommages publics d’Afrique”, in : Demougin et al. 1999, 513-578.

Lejeune, M. (1976) : L’Anthroponymie osque, Paris.

Le Roux, P. (1995) : “L’émigration Italique en Citérieure et Lusitanie jusqu’à la mort de Néron”, in : Beltrán 1995, 85-95.

Letta, C. et S. d’Amato (1975) : Epigrafía della regione dei Marsi, Milan.

Licordari, A. (1982) : “Italia : Regio I (Latium)”, EOS, 2, 9-57.

Lörincz, B. et F. Redõ (1994) : Onomasticon provinciarum Europae latinarum. Vol. I : ABA - BYSANVS, Budapest.

Lörincz, B. (1999) : Onomasticon provinciarum Europae latinarum. II : CABALICIVS - IXVS,Vienne.

–––– (2000) : Onomasticon provinciarum Europae latinarum. III : LABAREVS - PYTHEA,Vienne.

–––– (2002) : Onomasticon provinciarum Europae latinarum. IV : QVADRATIA - ZVRES, Vienne.

Mantas, V. Gil (1990) : “As cidades marítimas da Lusitânia”, Les villes de Lusitanie romaine. Table ronde internationale du CNRS (Talence, 1988), Paris. 149-205.

–––– (1995) : “Comércio marítimo e sociedade nos potos romanos do Tejo e do Sado”, Ocupação romana dos estuários do Tejo e do Sado, Lisbonne, 343-369.

Marcos Pous, A. (1976) : “La estela de M. Perpernas Tuscinus, sus antropónimos y la relación con la colonización itálica de la Ulterior”, Corduba, 1, 49-141.

Matos, J. L. de (1994) : “Romanização de Lisboa : trabalhos arqueológicos na Sé de Lisboa”, V Jornadas Arqueológicas de l’Associação dos arqueólos portugueses (Lisboa, 1993), Lisbonne.

Martineau B. et A. Tranoy (2000) : “Migrations et courants migratoires dans le conventus Scallabitanus”, in : Gorges & Nogales 2000, 229-239.

Mayet, F. (1990) : “Typologie et chronologie des amphores lusitaniennes”, in : Alarcão & Mayet 1990, 29-34.

Mayet, E, A. Schmitt et C. Tavares da Silva (1996) : Les amphores du Sado, Portugal. Prospection des fours et analyse du matériel, Paris.

Mayet, F. et C. Tavares da Silva (1998) : L’atelier d’amphores de Pinheiro, Portugal, Paris.

–––– (2002) : L’atelier d’amphores d’Abul. Portugal, Paris.

Mavrojannis, Th. (2002) : “Italiens et Orientaux à Délos : considérations sur ‘l’absence’ des negotiatores romains dans la Méditerranée orientale”, in : Müller & Hasenohr 2002, 163-180.

Mócsy, A. et al. (1983) : Nomenclator provinciarum Europae Latinarum et Galliae Cisalpinae, Budapest.

Navarro Caballero, Μ. (2000) : “Notas sobre algunos gentilicios romanos de Lusitania : una propuesta metodológica acerca de la emigración itálica”, in : Gorges & Nogales 2000, 281-297.

Navarro Caballero, Μ., M. Oria Segura et J. L. Ramírez Sádaba (2003) : “La onomástica greco-latina”, in : Grupo Mérida 2003, 407-412.

Navarro Caballero, M. et J.-P. Bost (2003) : “Estatuto social y onomástica”, in : Grupo Mérida 2003, 413-424.

Nicolet, Cl. (1974) : L’ordre équestre à l’époque republicaine (312-43 aν. J.-C.), II, Prosopographie des chevaliers romains, BEFAR, 207, Paris.

Pieri, G. (1968) : L’Histoire du cens jusqu’à la fin de la République romaine, Paris.

Quíntela, A., J. Cardoso et J. Mascarenhas (1986) : Aproveitamentos hidráulicos romanos a sul do Tejo, Lisbonne.

Ramallo Asensio, S. F. et F. Santiueste de Pablos, éd. (1992) : Teatros romanos de Hispania, Cuadernos de Arquitectura romana, 2, Murcie.

Ramírez Sádaba, J. L. et E. Gijón Gabriel (1994) : “Las inscripciones de la Necrópolis del Albarregas (Mérida) y su contexto arqueológico”, Veleta, 11, 117-168.

Ramírez Sádaba, J. L. (1994-1995) : “Estelas de granito inéditas en el M.N.A.R. de Mérida”, Anas, 7-8, 257-268.

Rizakis A. D., éd. (1996) : Roman Onomastics in the Greek East Social and PoliticalAspects.
Proceedings of the International Colloquium ou Roman Onomastics (Athens, 1993), MEAETHMATA, 21, Athènes.

–––– (2002) : “L’émigration romaine en Macédoine et la communauté marchande de Thessalonique : perspectives économiques et sociales”, in : Müller & Hasenohr 2002, 109-132.

Roso de Luna, M. (1905) : “Nuevas inscripciones romanas de la región norbense”, BRAH, 47, 60-71.

Salomies, O. (1996) : “Contacts between Italy, Macedonia and Asia Minor during the Principate”, in : Rizakis 1996, 111-127.

Saquete Chamizo, J. C. et J. Marquez Pérez (1993) : “Nuevas inscripciones romanas de Augusta Emerita : la necrópolis del Disco”, Anas, 6, 51-74.

Silva, V. da A. (1944) : Epigrafía de Olisipo, Lisbonne.

Silva, C. Tavares de, J. Soares, C. Mello Beirão et al. (1980-1981) : “Escavações arqueológicas no Castelo de Alcácer de Sal”, Setúbal Arqueológica, 6-7, 129-168.

Smit Nolen, J. U. (1994) : Cerâmicas e Vidros de Torre de Ares. Balsa, Lisbonne.

Solin, H. et O. Salomies (1988) : Repertorium nominum gentilicium et cognominum Latinorum, Hildesheim-Zurich-New York (édition de 1994).

Spawforth, A. J. S. (1996) : “Roman Corinth : the formation of a colonial elite”, in : Rizakis 1996, 170-182.

Schulze, W. (1904) : Geschichte Lateinischer Eigennamen, Leipzig.

Syme, R. (1986) : “More Narbonensian Senators”, ZPE, 65, 1-24 (= RP, VI, 209-231).

Tataki, A. B. (1996) : “The nomina of Macedonia” in : Rizakis 1996, 105-109.

Tchernia, A. (1992) : “Le dromadaire des Peticii et le commerce oriental”, MEFRA, 104, 293-301.

Untermann, J. (1965) : Elementos de un atlas antroponímico de la Hispania Antigua, Bibliotheca Praehistorica Hispana, 7, Madrid.

Van Berchem, D. (1962) : “Les Italiens d’Argos et le declin de Délos”, BCH. 86, 305-313.

–––– (1963) : “Les Italiens d’Argos. Un post-scriptum”, BCH, 87, 322-324.

Wilson, A. J. N. (1966) : Emigration from Italy in the Republican Age of Rome, Manchester-New York.

Zoumbaki, S. (1996) : “Rómische namen in Eleia”, in : Rizakis 1996, 191-206.

Notes

1 Cet article doit beaucoup à mes conversations avec F. Mayet qui m’a guidé par les complexes itinéraires lusitaniens. Qu’elle soit remerciée pour son aide précieuse, de même que P. Aupert pour sa relecture du manuscrit.

2 La seule méthode d’étude fiable semble être, selon les géographes et sociologues, la comparaison entre deux recensements, qui met en valeur l’absence de certaines personnes dans un endroit et sa présence dans autre, ce qui permet de recréer les flux migratoires. On peut donc parler de déplacement ou migration, même si le caractère de celui-ci reste à déterminer au fur et à mesure que se déroule l’existence de la personne concernée.

3 Il reste les chiffres des citoyens transmis notamment par Tite Live. Sur ces questions, voir, entre autres, Pieri 1968, 173-182.

4 Il s’agit de la méthode utilisée par Dyson 1980-1981.

5 Pour obtenir ces donnés, j’ai utilisé fondamentalement, Schulze 1904 et Solin & Salomies 1988 pour l’Italie, Mόcsy 1983, complété par les nouveaux Lôrincz & Redõ 1994, Lörincz 1999, 2000, 2002 pour les provinces occidentales, Abascal 1994 pour la péninsule ibérique, ainsi que les indices du CIL et de VAE.

6 Haley 1986, 137-145.

7 Navarro 2000. Voir aussi Navarro et al. 2003.

8 L’étude globale de la totalité des nomina et de leurs porteurs dans la province de Lusitanie fera l’objet d’un livre ultérieur.

9 La récente publication d’un colloque sur les Italiens dans le monde grec donne de nombreux éléments de réflexion, Muller & Hasenohr 2002. La recherche des Italiens en Orient a une tradition ancienne. A l’époque républicaine, leur nomenclature personnelle était facilement identifiable. Sur le sujet, citons les classiques Hatzfeld 1912 et 1919, Cassola 1970-71, Van Berchem 1962 et 1963, Helly 1983, Bresson, 2002, Follet 2002, Rizakis 2002, Hasenohr & Müller 2002. En Occident, la question est plus complexe, étant donné la date plus tardive et un plus grand nombre de similitudes onomastiques.

10 Mantas 1990.

11 Mantas 1995.

12 Le Roux 1995.

13 Amaro & Matos 1996, 215-244.

14 Str. 3.3.1.

15 Mantas 1990, 160.

16 Plin., Nat., 4.117. Son nom officiel est également présent dans deux textes épigraphiques : CIL, II, 186 ; 4992.

17 Silva 1944, 44 et 88.

18 La ville est ainsi citée par Pline et ses habitants sont inscrits dans la tribu Galeria.

19 Mantas 1990, 163.

20 Hauschild 1990 ; Diogo 1993.

21 Almeida 1968, 179-189 ; Quintela, Cardoso & Mascarenhas 1986, 121-125 ; Matos 1994.

22 Str. 3.3.1.

23 Edmondson 1990, 130.

24 Sur la transformation des campagnes, Edmondson 1994.

25 Alverca (Vila Franca de Xira, LI), Camacho et al. 1996, 185.

26 Schulze 1904, 424 ; Alföldy 1969, 90 ; Lejeune 1976, 141 ; une nouvelle inscriptions dans AE, 1997, 316.

27 Un sénateur à Vérone, CIL, V, 3590 ; Alfoldy 1982, 343.

28 CIL, II, 528.

29 Les autres exemples sont les suivants : L. Alfius [---] (Roso de Luna 1905, 61) ; Alfia Maura (AE, 1983, 492) et Alfius Veto (CIL, II, 529, document perdu).

30 IRCP, 407 (= AE, 1980, 545). Il avait une relation familiale difficile à comprendre avec les Tullii. Deuxième mari de leur mère ?

31 Il est attesté dans deux textes étrusques de Clusium, CIE, 2945 et 2947 ; Schulze 1904, 149.

32 CIL, VI, 14853-14854.

33 Chelotti et al. 1990, 35 (aedilicius au iie siècle) ; 111 ; 141.

34 CIL, X, 7059.

35 CIL, II, 5014. Le texte a été trouvé à Colares (Sintra, LI).

36 AE, 1983, 293 ; 296.

37 Deux de cinq attestations n’ont pas de cognomina. Signalons le cas de L. Coranius Tuscus à Arva, porteur d’un surnom très repandu à Olisipo (voir infra). Les exemples dans Abascal 1994, 116.

38 CIL, II, 5000 = ILER, 5195 = Silva 1944, no 122 = D’Encarnaçâo 1994, no 8.

39 IRCP, 306.

40 Données des indices des CIL et AE. Voir aussi les commentaires de Cl. Nicolet sur cette gens (Nicolet 1974, 857-858). Signalons la présence d’un aedilis à Carsioli.

41 L. Cossutius C. f. Sabula, ca. 72, MRR, p. 438 ; L. Cossutius Maridianus, triumuir monetalis en 44, MRR, p. 437.

42 Sanctissimum uirum atque honestissimum, Cic., Ver., 3.185.

43 Dans les régions hellénophones, ce gentilice est attesté, entre autres, à Athènes sous la République. Il s’agit de marbriers (Follet 2002, 85). On les retrouve plus tard à Thespies (AE, 1971, 447). Il existe également quelques exemples en Afrique.

44 Lörincz 1999, 80, plus sept en Afrique.

45 CIL, II, 174.

46 Schulze 1904, 355.

47 MRR. Il, 1968, 558. Pour l’époque impériale, PIR 2, C, 1603 ; 1604.

48 Un peu plus au Sammium, Conway 1897, 204.

49 Trois exemples dans la regio II, à Luceria et Allifae. Le centre de l’Italie : deux en Cisalpine et 4 exemples de plus répandus pour quatre provinces différentes ; Lörincz 1999, 88. Quelques exemples isolées en Afrique.

50 Tataki 1996, 109.

51 Freiria, S. Domingos de Rana (Cascais, LI), AE, 1985, 514, d’Encarnaçâo 1994, no 2.

52 D’Encarnaçâo 2003.

53 On trouve des parallèles à ce fait religieux dans le texte épigraphique IRCP, 287, de Pax Iulia.

54 Schulze 1904, 355.

55 Lörincz 1999, 88, plus quelques attestations en Afrique.

56 Ibid. ; Abascal 1994,

57 CIL. II, 212 = Silva 1944, no 30.

58 HAE, 1213.

59 C. Curius Auitus (AE, 1919, 87) ; Curius Priuatus (AE, 1996, 845).

60 Curia Prímula (AE, 1967, 165) ; Curia Vitalis (CIL, II, 442 ; Almeida 1956, 76) ; Curia Chr[e]sum[i] f. Vitalis (AE, 1967, 159) ; C. Curius C. f. Igeditanus (CIL, II, 61* ; Almeida 1956, 74) ; C. Curius C. f. Q(uir.) Clementinus (ILER, 5125 ; Almeida 1956, 69) ; C. Curius Pulli f. Quir. Firmanus (CIL, II, 442 ; Almeida 1956, 76) ; M. Curius Quintio (AE, 1967, 165).

61 Indices du CIL et AE, Lorincz 1999, 162. Il est très abondant en Afrique.

62 Zoumbaki 1996, 205.

63 Abascal 1994, 146 : exactement à Tarraco, Dertosa et Saguntum.

64 On connaît l’épitaphe de Gellia Patricia Emerit(ensis), décédée au iie siècle CIL, II, 5270 = 5458.

65 AE, 1962, 327, Granja dos Serrões, Montelavar (Sintra, LI).

66 Il érigea avec son collègue, L. Iulius Auitus, une statue honorifique à l’empereur Hadrien (CIL, II, 186 = Silva 1944, no 91) et à son épouse Sabine (CIL, II, 4992 = 5221 = Silva 1944, no 72).

67 CIL, II, 197 = 5218 ; Silva 1944, no 83.

68 Voir infra.

69 Navarro 2000, 287-290.

70 Schulze 1904, 251. En effet, on conserve une attestation à Fanum Fortunae, CIL, XI, 6233.

71 Camodeca 1982, 105 et 121.

72 Camodeca 1982, 121.

73 2 à Rome, 3 en Cisalpine, 3 en Italie Centrale, 2 en Italie centro-méridionale. Signalons un document ancien trouvé à Venusta en Apulie.

74 Cic., Ver., 4.1-3. Ajoutons le sénateur Cn. Heius, Cic., Cluent., 107.

75 Lörincz 1999, 175.

76 Müller & Hasenohr 2002.

77 Spawforth 1996, 178-179 avec tous les exemples de la partie orientale de l’Empire.

78 Hauschild 1990.

79 CIL, II, 196 = Silva 1944, no 71.

80 Campanile 1992.

81 Pour cette dernière cité, pensons au sénateur Hirrius Fronto Neratius Pansa, PIR2, N, 56.

82 Lörincz 1999, 183.

83 Il s’agit d’une femme ingénue, morte à Cordoue au ier siècle.

84 CIL, II, 217 = Silva 1944, no 4.

85 CIL, X, 937-8, IIuiri de Pompei à l’époque républicaine.

86 Mόscy 1983, 166 ; Lörincz 2000, 32.

87 CIL, II, 5022 ; ILER, 4348 ; d’Encarnação 1994, no 17.

88 CIL, II, 309.

89 Le premier à Caparide, S. Domingos de Rana (Cascais, LI) et le deuxième à Faião, Terrugem (Sintra, LI).

90 Voir infra, les commentaires aux cognomina géographiques.

91 IRC, III, 70.

92 ILER, 2202.

93 Schulze 1904, 359 ; 532.

94 Données issues des indices des CIL et de MAE.

95 Ferrary et al. 2002, 200.

96 Lôrincz 2000, 34.

97 Lucceia Herennia ; Lucceia Laudice, AE, 1983, 493 ; Lucceius Dorion, EE, VIII, 50 ; ILER, 4607 ; L. Lucceius Restitutus. Voir l’article Lucceius dans Grupo Mérida 2003, 217, carte 174.

98 Lu[cceius ?] Max[imus ?], Étienne et al. 1976, 17 (= AE, 1975, 479) ; Q. Lucceius Rufinus, CIL, II, 383 ; Étienne et al. 1976, 57 ; Lucceius Seueri(nus), CIL, II, 383 ; Étienne et al. 1976, 57.

99 CIL, II, 216 = Silva 1944, no 37.

100 CIL, II, 232 = Silva 1944, no 47.

101 CIL, II, 195b = Silva 1944, no 36b.

102 CIL, II, 195a = Silva 1944, no 36a.

103 Lefebvre 2000, 219.

104 Schulze 1904, 469-470 ; Lejeune 1976, 122.

105 Lörincz 2000, 48.

106 Abascal 1994, 178.

107 CIL, II, 235 = Silva 1944, no 64.

108 Lörincz 2000, 62, en Cisalpine et au Norique, un exemple en Afrique.

109 Voir commentaires de sa distribution dans ILA Pétrucores, 89.

110 Schulze 1904, 307

111 Voir l’article Mascellius / Masxellius de Grupo Mérida 2003, 232.

112 AE, 1982, 469.

113 Areias, S. João das Lampas (Sintra. LI), Capeans 1935, 271-274.

114 CIL, VI, 22685-22692.

115 Ferrary et al. 2002, 203.

116 Salomies 1996, 125.

117 Trouvé à Bucelas (Loures, LI) et publié par Ferreira & Almeida, 1958, 132-140, no I.

118 Lörincz 2000, 90.

119 CIL, II, 1620.

120 Schulze 1904, 364, cinq exemples en Italie centrale. Il semble être un nomen d’origine sabellique répandu notamment dans le Sud par les bergers qui pratiquaient la transhumance, Letta & D’Amato 1975, 159.

121 Lörincz 2000, 116, avec quelques exemples africains.

122 Ferrary et al. 2002, 206-207.

123 Follet 2002, 82 et 84.

124 Hasenohr & Müller 2002, 16.

125 Janas, S. Martinho (Sintra, LI), C/L, II, 311 = HEp, 2, 1990, 820 + Grupo Mérida 2003, 254.

126 Ramírez 1994-1995, no 9.

127 Étienne et al. 1976, 408.

128 On y trouve les seuls exemples italiens, CIL, VI, 23843-23845.

129 Lörincz 2000, 126.

130 Abascal 1994, 165.

131 Almeida & Ferreira 1965, 107-109 (AE, 1965,269).

132 PIR 2, p, 56.

133 Syme 1986, 15 (= RP, VI, 216).

134 Déjà R. Syme considérait cette solution plausible : “The notion is not idle that her father governed Lusitania”, Syme 1986, 15 (= RP, VI, 216).

135 Données issues des indices du CIL, V, VI, IX, X, XIV.

136 Lörincz 2000, 134.

137 Mόscy 220 ; Abascal 1994, 196-197.

138 CIL, II, 192 = Silva 1944, no 33 + CIL, II, 240 = Silva 1944, no 53.

139 CIL, II, 66 = IRCP, 271.

140 Ramírez & Gijón, 1994, no 22 (AE, 1994, 559d).

141 Gianfrotta 1989, 177-183. César, Ciu., 3.96 ; Plut., Pomp., 73.3.6.

142 Tchernia 1992, 293-301.

143 Schulze 1904, 221.

144 Nicolet 1974, no 304.

145 Licordari 1982, 25 et 34.

146 Lörincz 2000, 32, plus quelques exemples africains.

147 Q. Rubrius, chevalier cité par Cic., Ver., 3.185 ; cf. Nicolet 1974, no 303.

148 L. Rubrius, Cic., Ver, 2.132 ; cf. Nicolet 1974, 1006.

149 Voir infra.

150 CIL, II, 249 = Silva 1944, no 77. Il est possible qu’elle soit la même personne attestée à Scallabis, CIL, II, 325 = Silva 1944, no 119. Un parallèle aussi à Emerita avec C. Rubrius Proculus Pap. (AE, 1982, 483).

151 Navarro 2000, 287-290 : j’ai poursuivi l’enquête commencée par Alves Dias 1988-1989, 241-262.

152 PIR2, R, 238-261.

153 Abascal 1994, 212.v g.

154 Ferrary et al. 2002, 212.

155 Styberra en Macedoine, Tataki 1996, 106-107 et à Athènes, Follet 2002, 81.

156 Un chevalier dénommé Q. R(utilius ?) Fl. Cornelian(us) posséda un atelier de Dressel 20 (Chic 2001, 331 et 413). Mais il est difficile de supposer une quelconque relation avec les Rutilii Lusitaniens.

157 CIL, II, 3105 = 5005 = Silva 1944, no 124 = d’Encarnação 1994, no 19.

158 Voir supra l’article Gellii.

159 S. Romão, Lourel, Sta. Maria e S. Miguel (Sintra, LI), AE, 1987, 478d = HEp, 2, 1990, 816.

160 Lejeune 1976, 143 ; AE, 1981, 240.

161 CIL, IX, 3080.

162 Une analyse des indices des volumes des CIL italiens montre une prédominance des attestations apuliennes, 15 environ, avec des ramifications vers le Nord, comme celle du lieutenant de César, L. Staius Sex. f. Murcus, originaire de Sulmone (CIL, IX, 3080 ; MRR, 622) contre un seul cas dans l’Italie centrale et 7 dans le Nord. A mon sens, les parallèles italiens ne permettent pas de justifier la correction proposée par Hatzfeld 1912, 80 qui fait des Teii de Cumes, des Staii donc, de Cumes.

163 Ferrary et al. 2002, 215-216.

164 Lörincz 2002, 92 ; CIL, XII, 5145, un affranchi et sa femme ? Aux alentours : AE, 1945, 72 et 1959, 140.

165 IRCP, 485.

166 CIL, II, 252 = Silva 1944, no 20.

167 Schulze 1904, 95.

168 CIL, VI, 27115.

169 Schulze 1904, 95 le relie à Tarcius. Abascal 1994, 227 ; Lörincz 2002, 108.

170 CIL, II, 199 = Silva 1944, no 60.

171 Schulze 1904, 373.

172 CIL, III, 10907.

173 Lörincz 2002, 112.

174 Un exemple récent a été trouvé en Norique. P. Tenatius Essimo, domicilié dans la cité de Trente et dont la famille ne semble pas être d’origine locale, définit son métier : negotians uinarius, AE, 1984, 707.

175 Schulze 1904, 375.

176 Lörincz 2002, 129.

177 Abascal 1994, 230-231.

178 CIL, II, 212 = Silva 1994, no 30.

179 Lörincz 2002, 146 présente un exemple en Narbonnaise et en autre en Dalmatie, auquel on peut ajouter quelques exemples africains.

180 PIR y, 169. Dans la variation Valgius, on trouve deux attestations parmi les chevaliers en Afrique, Lefebvre 1999, 561.

181 D’Encarnaçâo 1994, no 20. Trouvée à Caparide, S. Domingos de Rana (Cascais, LI).

182 ILER, 5304 = Almeida 1956, 143 = Étienne et ai no 29. Signalons le cas de Valgius Marci f. un pérégrin, attesté à Sta. Eulália (Elvas, PT), Maciel, Maciel, Encarnaçâo, FE, 46, 1994, no 207.

183 Schulze 1904, 261.

184 Schulze 1904, 261 ; Lörincz 2002, 187.

185 CIL, V, 7451 à Vardagate.

186 Abascal 1994, 251.

187 AE, 1965, 267.

188 AE, 1969-1970, 244.

189 Voir article Ar(r)enus, -a / Ar(r)einus (carte 38, avec Arenierus ; Ar(r)e(i)nius) dans Grupo Mérida 2003, 99.

190 CIL, II, 256 = Silva 1994, no 62.

191 Vrsia Ar[e]thusa (MNAR, no reg. 12134, inédite) ; Vrsia [S]erena (ou [V]erana) (HAE, 1480) ; Vrsia Verana et Q. Vrsius Paederos, Saquete & Marquez 1993, no 3 (AE, 1993, 905 = HEp, 5, 1995, 90).

192 Kajanto 1965, 43.

193 J’ai laissé de côté Sabinus car son usage semble montrer une pratique particulière : il a été spécialement apprécié dans les milieux pérégrins, voir article et carte Sabinus dans Grupo Mérida 2003, 291.

194 Voir articles Fundanus et Tuscus dans Grupo Mérida 2003, 179-180 et 329.

195 Lörincz 1999, 155.

196 Lörincz 2002, 135.

197 Il faut ajouter ces dérivés qui présentent le même constat (Lôrincz 2002, 135) : un seul exemple de Tuscillianus en Hispanie ; de Tuscillus on trouve un cas en Cisalpine et sept en Hispanie ; seul deux exemples de Tuscinus se trouvent en Hispanie.

198 Abascal 1994, 374 ; Article Fundanus, /-a de Grupo Mérida 2003, 179-180.

199 Untermann 1965, mapa no 79 ; Marcos Pous 1976 ; Kajanto 1965, 51.

200 Navarro 2000, 290-292.

201 IRCP, 387.

202 IRCP, 156.

203 IRCP, 385.

204 CIL, II, 192 = Silva 1944, no 33 + CIL, II, 240 = Silva 1944, no 53.

205 CIL, II, 285 = HAE, 1225.

206 AE, 196970, 244.

207 CIL, II, 4989 =5161 = IRCP, 80.

208 Voir supra, p. 7677.

209 Voir l’article Tuscus, -a dans Grupo Mérida 2003, 329.

210 Silva et al. 1980-1981, 129-168.

211 Mayet & Tavares da Silva 2000.

212 Mantas 1990, 179.

213 Mantas 1990, 174.

214 Plin,. Nat,. 4. 116.

215 Silva et al. 1980-1981, 164-168  ; Faria 1998.

216 Ferreira 1959, 168-195.

217 Étienne et al. 1994.

218 Schulze 1904 355, pense à un usage étrusque. Un exemple à Puteoli, CIL, X, 2863, deux attestations à Aquilée : CIL, V, 1885 et 8377.

219 L. Duronius (MRR, I, 388) et M. Duronius (MRR, II, 7).

220 Lörincz 1999, 111.

221 IRCP, 186.

222 CIL, II, 37 = IRCP, 196.

223 Pomp. Mela 3.1.7. ; Ptol. 2.5.2.

224 Plin., Nat., 4.117-118.

225 CIL, II, 4990.

226 Carta Arqueológica de Portugal. Concelhos de   : Faro, Olhão, Tavira, Vita Real de Sto. Antonio, Castro Marim e Alcoutim, Lisbonne 1995, 109-161. Voir aussi les pages des synthèses dans Smit Nolen 1994.

227 IRCP, 76-77.

228 Voir supra.

229 Voir infra, sur les Rutilii.

230 CIL, II, 4989 = 5161= IRCP, 80.

231 Sur les Gellii et les Rutilii à Olisipo et Balsa voir Navarro 2000, 287-290.

232 CIL, II, 4989 = 5161 = IRCP, 80.

233 Voir infra.

234 Schulze 1904, 152.

235 Lörincz 2000, 72.

236 Voir supra.

237 On conserve la base de la statue que lui a érigé sa soeur, Manlia Faustina. Son titre de IIuir y est bien spécifié : CIL, II, 499 et 5162 = IRCP, 79.

238 CIL, II, 217 = Silva 1944, no 4.

239 CIL, II, 216 = Silva 1944, no 37.

240 CIL, II, 232 = Silva 1944, no 47.

241 CIL, II, 3105 = 5005 = Silva 1944, no 124 = d’Encarnação 1994, no 19.

242 Janas, S. Martinho (Sintra, LI), CIL, II, 311 = HEp, 2, 1990, 820 + Grupo Mérida 2003, 254.

243 CIL, II, 217 = Silva 1944, no 4.

244 Lisboa (Lisboa, LI), CIL, II, 252 = Silva 1944, no 20.

245 CIL, II, 31005 = 5005 = Silva 1944, no 124 = d’Encarnaçâo 1994, no 19.

246 Ferreira & Almeida 1958, 132-140, no I.

247 CIL, II, 199 = Silva 1944, no 60.

248 S. Romão, Lourel, Sta. Maria e S. Miguel (Sintra, LI), AE, 1987, 478d = HEp, 2, 1990, 816.

249 CIL, II, 192 = Silva 1994, no 33 + CIL, II, 240 = Silva 1944, no 53.

250 CIL, II, 196 = Silva 1944, no 71.

251 Freiria, S. Domingos de Rana (Cascais, LI), AE, 1985, 514, cf. d’Encarnação 1994, no 2.

252 Le Roux 1995, 91 ; d’Encarnação 1994, 71-72.

253 Étienne 1992.

254 Voir références supra.

255 Sur le rayonnement d’Olisipo dans son conuentus et dans la province, voir Martineau & Tranoy 2000.

256 d’Encarnaçao & Ribeiro. Il est vrai que, parmi les étrangers recensés en Lusitanie, les Africains sont les plus nombreux. Voir, à cet égard, Grupo Mérida 2003 et l’article de S. Lefebvre, dans ce volume.

257 Sur le commerce des produits hispaniques en Méditerranée orientale : Bernai Casasola 2000.

258 Mavrojannis 2002, 179 pense également à Délos comme un port frontière au iie siècle a.C.

259 Sur ces questions voir Étienne & Mayet 1993-1994 et 1998.

260 Brun 1997.

261 Mayet 1990 ; Mayet et al. 1996 ; Mayet & Tavares da Silva 1998 et 2002.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search