Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Ausonius Éditions Études Migrare Des affaires et des hommes : entr...

Migrare

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Ségolène Demougin

Des affaires et des hommes : entre l’emporion de Narbonne et la Péninsule Ibérique (ier siècle a.C. - ier siècle p.C.)

Maria Luisa Bonsangue

Texte intégral

  • 1 Wilson 1966 ; Brunt 1971 ; Pavis d’Escurac 1988, 57-68 ; Frézouls 1989, 123-138 ; Haley 1991 ; Sord (...)

1Mobilité, déplacements et migrations dans l’Antiquité ont donné lieu, depuis quelques décennies, à une abondante production scientifique1. Nos recherches sur les relations entre Narbonne et la péninsule ibérique s’inscrivent dans la continuité de ces interrogations autour de la circulation des personnes dans le monde romain.

  • 2 C’est l’approche qui a marqué les travaux de Wilson 1966 et Brunt 1971 amenant à des conclusions di (...)
  • 3 C’est notamment dans cette perspective que se sont placés les travaux de Pavis d’Escurac 1998, Sord (...)
  • 4 Nous illustrerons ce dernier problème avec les remarques contenues dans Nony 1978, 667 : “Les condi (...)

2Trois questions principales se sont posées sur ce sujet : l’une, portant sur les motivations des différents transferts ; l’autre, sur les modalités selon lesquelles ils s’effectuèrent et la dernière, sur les périodes ainsi que les contextes géographiques de cette émigration. Concernant le premier point, il fallait essayer d’appréhender les raisons profondes qui avaient pu provoquer tout transfert possible. En effet, dans certains cas, il aurait pu s’agir de raisons économiques (exploitation de nouvelles régions), dans d’autres, de logiques de type militaire (déplacements de troupes, établissement de garnisons, etc.) et très souvent de décisions politiques (fondations coloniales). Or, en général, il a été difficile d’évaluer le poids décisif de chacune de ces causes, car si, parfois, l’une prévalait sur les autres, très fréquemment toutes les trois pouvaient intervenir de façon concomitante. C’est pourquoi la réflexion des historiens s’est plutôt axée sur la problématique suivante : la circulation dans le monde romain se faisait-elle de façon spontanée ou était-elle organisée par une autorité supérieure, pour des finalités politiques et/ou stratégiques ? Le but principal de cette démarche a été, en fin de compte, l’appréciation du rapport entre émigration et romanisation, pour arriver à comprendre quelle catégorie d’hommes, civils ou militaires, eut le plus d’influence sur la diffusion de la romanité2. Sur le second point, les modalités de l’émigration, les spécialistes ont cherché à établir si celle-ci pouvait être favorisée ou freinée par la facilité ou la difficulté des déplacements, et être éventuellement soumise à une infrastructure juridique destinée à la délimiter et à la contrôler3. Quant au troisième point, les chercheurs se sont interrogés sur les temps et les contextes géographiques intéressés par la mobilité des personnes, dans l’intention de préciser quelles étaient les époques et les régions les plus touchées par ces phénomènes. Ici s’est posé le problème de la nature du fait migratoire, car, en fonction des périodes et des milieux, il pouvait prendre la forme soit d’installations temporaires d’individus soit, au contraire, d’établissements permanents et définitifs de groupes4.

  • 5 Par commodité, nous utiliserons ce terme comme synonyme de péninsule ibérique, dans son sens géogra (...)
  • 6 Pavis d’Escurac 1988, 57.

3Dans cet article, nous nous proposons d’étudier le double phénomène migratoire entre l’Hispanie romaine5 et la cité de Narbonne, en privilégiant les transferts de civils. Nous laisserons de côté, pour l’instant, ce qui touche aux déplacements de militaires. En effet, notre enquête a pour objectif essentiel de mettre en évidence les liens, surtout économiques, entre l’emporion de Narbonne et la péninsule ibérique, depuis le début du ier siècle a.C. jusqu’à la fin du ier siècle p.C., à travers l’analyse prosopographique des personnages qui ont connu les deux pôles géographiques. Notre approche se fonde sur la constatation de départ que, dans l’Antiquité, un lien étroit existait entre circulation et intérêts économiques. En effet, comme l’observait H. Pavis d’Escurac “la mobilité est l’essence même du métier de marchand”6. Cela dit, nous sommes consciente du fait que tous ceux qui se déplaçaient à l’époque ancienne n’étaient pas nécessairement des négociants. C’est pourquoi, nous avons essayé de voir s’il était possible de repérer ces derniers parmi les individus qui migrèrent de l’une à l’autre de ces deux parties du monde romain. En outre, notre attention portera sur la première phase du fait migratoire, celle du transfert des hommes, et sur les questionnements qu’elle suscite : dans quelles conditions s’est-elle effectuée, à quelle époque, dans quelles régions et dans quel intérêt économique, s’il y en avait un ? Nous négligerons la seconde phase de ce phénomène qui soulève les problèmes de l’intégration sociale, juridique et culturelle des immigrés dans leur nouvel endroit de résidence, à l’issue de ce transfert.

  • 7 Str. 4.1.6 (trad. F. Lasserre, CUF, Paris, 1966) : “Narbonne est située en arrière de l’embouchure (...)
  • 8 Étienne 1993, 30-33 ; Rouillard 1993, 35-40.
  • 9 Str. 4.1.12 : “La plus grande partie du territoire situé de l’autre côté du fleuve est occupée par (...)

4En ce qui concerne la cité de Narbonne, nous savons, par un extrait de Strabon qui remonte à Posidonius, qu’elle était l’emporion le plus important de la région depuis au moins le début du ier siècle a.C.7 Le terme emporion, dans son acception traditionnelle, désignait un lieu voué à l’activité commerciale, impliqué dans un processus de rassemblement et de redistribution de produits provenant des endroits les plus divers et les plus éloignés. Par sa fonction principale et par sa situation maritime, ce lieu accueillait donc des gens de toute provenance8. En effet, comme Strabon le signale un peu plus loin, Narbonne semblait dépasser à l’époque augustéenne la cité de Nîmes, par sa population étrangère, alors que cette dernière l’emportait désormais sur elle sur le plan politique9. Par conséquent, Narbonne se présente presque comme un lieu propre, par définition, à recevoir des éléments extérieurs et, si l’on regroupe les deux informations que Strabon nous fournit, la population étrangère est liée à l’existence de l’emporion. De ce point de vue, il nous semble légitime d’étudier ce dernier en relation avec la péninsule ibérique qui, de son côté, constituait un territoire proche pouvant avoir recours à son activité.

  • 10 L’ibère a été défini de “langue du commerce interrégional en Languedoc occidental protohistorique”, (...)
  • 11 Pour les aspects linguistiques de l’“ibérisation” de la région, Bats 1988, 124-148 ; pour les aspec (...)

5En effet, cette contiguïté géographique est un facteur à ne pas négliger. Depuis l’époque protohistorique, le Narbonnais et la région correspondant à l’actuel Languedoc-Roussillon furent influencés par la civilisation ibérique. Les peuples celtiques qui habitaient ce secteur depuis au moins le iiie siècle a.C. subirent une progressive “ibérisation”, perceptible, entre autres, par l’adoption de l’écriture ibère pour tout ce qui tenait aux actes commerciaux, signe évident d’un lien étroit entre les deux zones10. Il faudrait donc parler d’une sorte de proximité culturelle entre les populations indigènes du Languedoc - Roussillon et celles du nord-est de la péninsule voisine11.

  • 12 Voir par exemple Goudineau 1978, 679-699.
  • 13 Depuis 197 a.C. les territoires assujettis par les Romains avaient été organisés en deux provinces,(...)

6En outre, une étude en parallèle des deux territoires nous paraît justifiée, si l’on tient compte du fait qu’ils avaient constitué des provinces conquises de longue date par les Romains. Selon l’interprétation de la majorité des historiens, une des raisons pour lesquelles Rome s’empara de la Transalpine, était justement de pouvoir accéder sans obstacles à l’Espagne12. Preuve en est que la conquête d’une bonne partie de la péninsule ibérique peut être considérée comme quasiment achevée en 133 a.C.13, alors que les campagnes les plus décisives de la pénétration romaine en Transalpine (sinon la conquête effective de la province) datent de 125-121 a.C., et la fondation de Narbonne de 118 a.C. Par conséquent, les destins de ces deux zones se retrouvèrent étroitement mêlés, depuis le début de leur entrée dans la sphère d’influence romaine. Mises à part ces considérations générales, l’élément qui, plus que tout, nous permet d’appréhender les relations entre les deux aires géographiques est l’abondante documentation dont nous disposons.

  • 14 Voir par exemple, Caes., Ciu., 1.37 et Cic., Phil, 2.76.

7Celle-ci est constituée majoritairement d’un corpus épigraphique assez riche attestant la présence d’individus issus de la péninsule ibérique à Narbonne et de Narbonnais dans les provinces hispaniques. Dans une moindre mesure, nous pouvons compter sur un ensemble cohérent d’inscriptions sur instrumentum, dont les informations, combinées aux données de l’épigraphie lapidaire, des textes et de l’archéologie, peuvent nous aider à reconstituer le profil des personnages qui se sont déplacés entre ces deux parties du monde romain. En revanche, les sources littéraires ne nous sont pas d’un grand secours et restent muettes sur d’éventuels transferts de personnes concernant Narbonne et l’Hispanie. Elles ne nous donnent que quelques indications générales sur le rôle de lieu de passage et de rassemblement joué par la capitale de la Transalpine, lors des opérations militaires menées par les généraux romains dans la péninsule ibérique, à l’époque des guerres civiles14.

  • 15 C’est en effet à cette époque-ci que se situe la naissance du fait épigraphique en Occident, en His (...)
  • 16 Pour les enquêtes onomastiques, nous avons tenu compte des remarques méthodologiques contenues dans (...)

8Malgré cette base documentaire assez importante, toute tentative pour repérer des individus qui ont voyagé entre Narbonne et la péninsule voisine se heurte à la nature même de cette documentation, plutôt avare en informations. Les inscriptions, pour la plupart funéraires, sont extrêmement concises et, même quand elles mentionnent ouvertement l’origo du personnage, elles ne nous renseignent que très rarement sur les raisons qui l’ont amené à quitter sa patrie d’origine pour s’établir ailleurs. De même, elles ne nous disent rien sur le type d’installation (définitive ou provisoire) de ce dernier. De surcroît, cette documentation fait référence à un intervalle chronologique bien défini et limité entre l’époque augustéenne et la fin du ier siècle p.C., sans rien laisser transparaître de la situation concernant la période précédente15. Quant à l’instrumentum, si l’association du nom du personnage avec un support précis (amphores, lingots, tuiles, etc.) nous permet de déduire l’activité de celui-ci et les motivations de son voyage, elle ne nous laisse pas, en revanche, envisager l’origine exacte de ce dernier. Dans ce cas, il faut avoir recours à l’étude du gentilice de l’individu mentionné, en évitant des rapprochements trop audacieux, en recherchant une éventuelle identité des prénoms et en prenant en considération les zones de diffusion du nomen et la datation des différentes attestations16. Quoi qu’il en soit, l’utilisation de ce dernier type de source, encore sous-exploitée, peut se révéler très utile pour notre sujet, surtout parce qu’elle se réfère aux époques les plus anciennes (en particulier le ier siècle a.C.). En somme, cet ensemble de témoignages nous donne une image approximative mais suffisante pour reconstituer la nature des contacts économiques existant entre les deux territoires. A ce stade de notre réflexion, nous nous limiterons à présenter les documents et à ébaucher une première analyse, en réservant à des travaux ultérieurs l’étude plus nuancée des mécanismes liant l’emporion à chacune des provinces hispaniques, avec toutes les différenciations qui en découlent.

9Par conséquent, en tenant compte des nombreuses facettes du phénomène migratoire dans l’Antiquité, des liens protohistoriques entre Narbonne et la péninsule ibérique et des limites de la documentation disponible, nous essayerons de voir s’il est possible, à travers l’étude des personnages qui ont circulé entre les deux secteurs, de suivre l’histoire de leurs fréquentations économiques pour la période allant du ier siècle a.C. au ier siècle p.C. Pouvons-nous déceler des phases différentes, ou une évolution dans les relations entre ces deux mondes ? Quelles sont les aires géographiques les plus concernées selon les époques ? Qui sont les acteurs impliqués dans ce phénomène et quel rôle ont-ils joué dans la transformation progressive de ces rapports ?

10Pour essayer de clarifier cette situation, il nous faudra tout d’abord mettre en évidence, à l’aide d’une documentation autre que les inscriptions d’époque augustéenne, l’existence de contacts remontant déjà à la première moitié du ier siècle a.C. Ensuite, il conviendra de présenter les indices d’un changement dans la condition des personnages qui assurent les liaisons entre les deux zones à partir de la seconde moitié du ier siècle avant notre ère, en fonction des mutations économiques du monde romain. Enfin, il sera nécessaire d’étudier, au cas par cas, tous les individus attestés par les sources épigraphiques, entre l’époque augustéenne et la fin du ier siècle p.C., pour distinguer les hommes issus des provinces hispaniques connus à Narbonne et les Narbonnais présents dans la péninsule ibérique, les différences qualitatives ou les évolutions dans la nature de ces relations par rapport aux époques précédentes pouvant alors être déterminées.

Les débuts des relations avec la péninsule ibérique : le cas des planii italiens, une famille de Negotiatores entre Carthagène (Citerior) et Narbonne (première moitié du ier siècle a.C.)

  • 17 Sur les relations économiques entre Híspanle et Gaule à l’époque républicaine, Blázquez 1978b, 81.

11Quand on veut étudier les liens économiques entre l’emporion de Narbonne et l’Hispanie romaine, en partant de cas précis de personnages qui ont voyagé de l’une à l’autre, il ne faut pas limiter l’analyse à l’époque la mieux documentée par l’épigraphie. Comprise entre la fin du ier siècle a.C. et la fin du ier siècle p.C., elle fut caractérisée par un phénomène important de mobilité interprovinciale. Il est vrai que ce n’est qu’à partir de cette époque que nous disposons d’exemples sûrs d’individus partis de Narbonne vers la péninsule ibérique et vice versa. Néanmoins, pour le ier siècle a.C., il est possible de trouver des personnages impliqués dans les deux secteurs, même s’il ne s’agit pas, à proprement parler, de véritables Narbonnais ou de provinciaux hispaniques. Le recours à des sources autres que l’épigraphie lapidaire nous permet alors d’esquisser un tableau, certes incomplet, mais assez significatif pour cette période17.

  • 18 Voir Wilson 1966, 28-29 ; Marín Díaz 1988, 54-55 et 79-81.

12La situation historique dans laquelle s’insèrent les premiers contacts entre les deux mondes coïncide avec la phase de pacification de la majeure partie de l’Hispania, en 133 a.C., et la fondation de la colonie de Narbonne en 118 a.C. Mais faute d’une documentation abondante, les années entre 120 et 80 restent pour nous encore obscures. En ce qui concerne la péninsule ibérique, nous savons que le demi-siècle qui s’écoule de la prise de Numance jusqu’à l’arrivée de Sertorius (82 a.C.), fut caractérisé par des opérations visant à améliorer les relations entre les provinces hispaniques et l’Italie (campagnes en Transalpine et dans les Baléares). En outre, à l’exception de quelques épisodes saillants comme l’invasion des Cimbres et la révolte des Celtibères, cette période fut marquée par l’installation sur place d’anciens légionnaires se refusant à rentrer en Italie et par l’arrivée de nombreux spéculateurs romains et italiens dans les territoires autour de Carthagène et de Tarragone18.

  • 19 Jullian 1909, 19-21.
  • 20 Badian 1966, 901-919.
  • 21 Hermon 1993, 43-58 ; 55-139 ; Soricelli 1995, 51-62.
  • 22 Ebel 1976, 96-102. Cette reconstitution est reprise aussi dans Goudineau 1978, 679-699.
  • 23 Nous ne connaissons pas l’emplacement exact des terres exploitées par la société de Quinctius et de (...)
  • 24 La bibliographie sur le sujet est très vaste, nous nous limiterons à citer Marín Díaz 1988, 55 ains (...)

13Par ailleurs, des doutes persistent sur l’organisation administrative que la région de Narbonne dut connaître à cette époque. Nous ne savons pas si le Languedoc occidental fut annexé ou non à la Transalpine, après les campagnes de 125-121 a.C., ou s’il avait été, déjà depuis quelque temps, rattaché à la prouincia d’Espagne Citérieure. Les historiens ne sont pas encore d’accord sur la date de constitution de la province de Transalpine, en entendant par ce terme tout le territoire qui allait des Alpes aux Pyrénées. Les opinions se divisent entre ceux qui datent cet événement entre 125 et 118 a.C. à la suite de l’intervention de Gn. Domitius Ahenobarbus dans la région et ceux qui proposent des dates postérieures19. Parmi ces derniers, E. Badian suggérait les années suivantes 100 a.C.20 ; G. Soricelli et E. Hermon pensaient à l’époque de Marius21. En revanche C. Ebel tendait à rabaisser davantage la chronologie, élaborant une explication plus complexe et plus articulée. D’après cet auteur, le Languedoc occidental et le Roussillon avaient été associés depuis le milieu du iie siècle a.C. à la Citérieure, tandis que les territoires à l’est du Rhône étaient administrés à partir de Marseille : la province unique, constituant la Transalpine de l’époque républicaine, n’aurait été créée que par Pompée à l’époque des guerres sertoriennes22. Il est inutile de reprendre la question dans le détail, car toutes ces reconstitutions présentent des éléments d’incertitude. En revanche, nous pouvons affirmer, à propos de l’évolution de Narbonne dans les premières décennies du ier siècle a.C., qu’elle connut l’arrivée massive d’exploitants d’origine italienne, comme le suggère le Pro Quinctio de Cicéron23. Par ailleurs, le même phénomène est aussi attesté en péninsule ibérique, notamment autour du territoire de Carthagène24. Par conséquent, si nous suivons la thèse de C. Ebel sur le rattachement du Languedoc occidental à l’Hispania Citerior, il y aurait des chances pour que les déplacements de negotiatores romains et italiens entre les deux régions, dont nous allons reparler, aient été facilités par l’appartenance de ces dernières à une même province.

  • 25 Domergue 1990, 229-277 ; Blázquez 1978b, 18-42.
  • 26 Domergue 1990, 254-266.

14Pour l’instant, quelle que soit l’organisation administrative autour de Narbonne, il convient d’attirer l’attention sur cette vague d’immigration d’Italiens qui toucha à la fois l’emporion narbonnais et la péninsule ibérique, avec pour but l’exploitation des ressources des nouveaux territoires passés dans la sphère d’influence de Rome. Pour l’Hispanie romaine, le cas de Carthagène est le mieux connu : autour de la ville, de tradition punique, dont le statut administratif au début du ier siècle a.C. reste encore incertain, existaient des sites miniers exploités par les Romains depuis le iie siècle a.C. Il s’agissait de mines de plomb et d’argent qui produisaient les métaux nécessaires aux exigences du gouvernement central. L’administration et la gestion de ces mines ont été bien étudiées par Cl. Domergue qui a montré comment, à l’époque républicaine, elles appartenaient majoritairement à l’État qui les laissait exploiter selon le système de l’affermage par des sociétés de publicains, par des sociétés ordinaires (composées de deux personnes ou plus) ou par des entrepreneurs individuels25. Disposant des indications des sources littéraires, des résultats des fouilles archéologiques et de la documentation précieuse constituée par des lingots de plomb estampillés, l’auteur a proposé une liste des negotiatores romains et italiens qui se lancèrent dans l’exploitation des mines autour de Carthagène et dans la commercialisation des métaux extraits dans toute la Méditerranée au cours des deux derniers siècles avant notre ère26.

  • 27 Id., 269.
  • 28 Domergue 1965, 9-29.

15L’activité de ces negotiatores pouvait donc se manifester sous la forme d’entreprises individuelles, de sociétés réunissant plusieurs individus ou de sociétés de publicains, même si les mines de Carthagène relèvent plutôt des deux premiers systèmes d’exploitation27. L’entreprise individuelle la mieux documentée au dernier siècle de la République est sans doute celle gérée par les différents membres de la gens Plania28. Ces personnages, issus d’une famille d’origine vraisemblablement campanienne, mirent en place une activité d’extraction et de commercialisation du plomb qui se poursuivit sur quelques décennies, en se transmettant de père en fils. L’exercice de leur activité est bien attesté pour les années 89-80 a.C., comme le suggèrent les lingots de plomb trouvés dans des épaves coulées à cette période et disséminées dans toute la Méditerranée (Afrique du Nord, Sicile, Sardaigne, côte adriatique, etc.). Ces lingots nous donnent la dénomination complète des plus anciens membres de ce groupe : L. Planius L. f. L. Planius L. f. Russinus et M. Planius L. f. Russinus.

  • 29 En Italie, le nom Planius est connu à Rome (12 attestations) ; à Frégelle (CIL, X, 5623) ; à Formie (...)
  • 30 Cic., Fam., 9.13.2-4 ; RE, 20, 2, 1950, s.v. Planius, c. 2186, Münzer ; Nicolet 1974, 283, no 274 ; (...)

16Partant de la considération que le gentilice Planius est très peu diffusé dans le monde romain29, Cl. Domergue mettait en relation les Planii, attestés dans ces lingots, avec une famille connue à l’époque césarienne par un chevalier originaire probablement de Calès, M. Planius Heres, impliqué dans les luttes en Espagne pendant les guerres civiles30. Ce faisant, il retrouvait une continuité d’intérêts de ce groupe familial pour les territoires hispaniques, depuis au moins le début du ier siècle a.C. jusqu’à la seconde moitié du ier siècle a.C.

  • 31 Situé entre l’Étang de Thau et Béziers.
  • 32 Laubenheimer-Leenhardt 1973, 134-135, no 21 : ce lingot datait de 90-80 a.C.

17L’un de ces lingots de plomb a retenu notre attention. Il a été trouvé au large du port d’Agde (Hérault)31, le long de la côte languedocienne et porte la marque de L. Planius L. f. Russinus32. Cette donnée intéressante, ajoutée à d’autres témoignages, a permis à F. Laubenheimer, dans son étude consacrée aux lingots de plomb et de cuivre trouvés en Transalpine, d’identifier un nouvel itinéraire dans le commerce des produits miniers hispaniques vers l’Italie. Comme l’auteur l’observe :

  • 33 Id., 189-190.

Cl. Domergue avait fait déjà connaître deux itinéraires partant de Carthagène : le premier au Sud passait par la Maurétanie et la Sicile pour atteindre Rome ; l’autre, celui du Nord, gagnait l’Italie par les Baléares et le détroit de Bonifacio. Il convient maintenant d’en définir un troisième, qui longeait les côtes espagnole, languedocienne et provençale. Le lingot d’Agde fut donc embarqué à Carthagène vers les années 90-80, sur un navire qui se dirigeait vers l’Italie, tout en faisant du cabotage. Le naufrage a eu lieu près de la côte, dans cette zone dangereuse de l’embouchure de l’Hérault où les épaves abondent33.

  • 34 Avant la fondation de la colonie de Béziers en 36-35 a.C., le territoire de la cité de Narbonne s’é (...)
  • 35 Il s’agit de la présence des formules de uiuus/uiuit et du theta nigrum caractéristiques de l’époqu (...)

18La découverte du lingot de plomb hispanique dans une région appartenant à cette époque au territoire de Narbonne34 nous invite à réfléchir non seulement sur l’itinéraire alternatif emprunté par les navires à chargement de métaux en direction de Rome, mais encore sur une éventuelle présence du gentilice Planius en Transalpine. Une enquête onomastique approfondie montre que ce nomen est bien représenté dans l’épigraphie de la cité de Narbonne, alors qu’il est totalement inconnu dans le reste de la province et rare dans le monde romain. Les Planii narbonnais sont mentionnés dans cinq inscriptions, datées toutes de l’époque augustéenne par leurs formules funéraires35, que nous présentons dans le tableau suivant :

Dénomination

Liens

Date

Référence

M. Pla[nius ?]

époque augustéenne

CIL, XII, 6007

M. Planius [—]

époque augustéenne

CIL, XII, 5056

L. Planius Gratus

Membre du même groupe de parenté que M. Planius Myro et Plania Chiteris 1.

époque augustéenne

CIL, XII, 5058

M. Planius M. 1. Maxumus

époque augustéenne

CIL, XII, 5057 + ILGN, 598

M. Planius Myro

Membre du même groupe de parenté que L. Planius Gratus et le personnage suivant

époque augustéenne

CIL, XII, 5058

Plania Chiteris 1.

Membre du même groupe de parenté que L. Planius Gratus et le personnage précédent

époque augustéenne

CIL, XII, 5058

Planta M. f. Secunda

Soeur de la suivante

époque augustéenne

CIL, XII, 4506

Plania M. f. Tertia

Soeur de la précédente

époque augustéenne

CIL, XII, 4506

  • 36 Viu(it). /P(ublius) Albius (mulieris) l(ibertus)/ [? Hy]ginus, propola/[..]al(?), sibi et/[P]laniae (...)

19Nous ne manquerons pas de souligner que les huit personnages ici attestés, qu’ils soient affranchis ou ingénus, portent dans leur dénomination les prénoms Lucius et Marcus. Or, ce sont ceux des Planii impliqués dans le commerce du plomb espagnol à l’époque républicaine. Nous voudrions attirer plus particulièrement l’attention sur l’inscription qui mentionne deux soeurs, Plania Secunda et Plania Tertia, qui se disent filles de Marcus36. Si ce texte, comme les autres, doit être daté de l’époque augustéenne, ce M. Planius, père des deux femmes, vécut vraisemblablement autour de la moitié du ier siècle a.C., ce qui chronologiquement nous rapproche des Planii mentionnés sur les lingots de Carthagène, attestés depuis les années 90-80 a.C. jusqu’à l’époque césarienne. De même, la présence à Narbonne, à l’époque augustéenne, d’un L. Planius Gratus, certainement affranchi, nous renvoie à un maître, L. Planius, qui dut être actif dans la ville à peu près à la même époque que le M. Planius, père des deux femmes mentionnées ci-dessus. En outre, les plaques funéraires élégamment sculptées de ces personnages témoignent d’un haut niveau de richesse. Nous pensons donc que ces deux individus (M. Planius et L. Planius), qui vécurent autour du milieu du ier siècle a.C., étaient des descendants des anciens Planii arrivés, quant à eux, à Narbonne, vraisemblablement pour exercer le commerce de plomb espagnol au début du ier siècle a.C.

  • 37 L’année 118 a.C. marque la fondation de la colonie due à Cn. Domitius Ahenobarbus et L. Licinius Cr (...)

20Narbonne étant une colonie de citoyens romains, les Planii mentionnés pourraient être des descendants de colons arrivés dans la ville lors d’une des deux vagues coloniales de 118 ou de 45 a.C.37 Cependant, s’ils appartenaient au groupe des premiers colons, il faudrait supposer qu’en l’espace d’une trentaine d’années, ces petits paysans, dotés d’un modeste lot de terre, aient pu diversifier leurs activités et se consacrer ainsi au grand commerce méditerranéen de produits hispaniques, ce qui nous paraît peu probable. Il y a peu de chances également qu’ils soient des vétérans de César. Le lingot trouvé à Agde, portant leur nom et datant des années 90-80 a.C., prouve que l’itinéraire transalpin était exploité à cette époque et que les Planii devaient être déjà installés à Narbonne.

21Cet ensemble d’indices, la diffusion limitée du nom Planius, la proximité chronologique entre les Planii de Narbonne et ceux de Carthagène, la présence du lingot sur les côtes languedociennes, ajoutés au témoignage de Cicéron sur l’arrivée massive d’exploitants romains et italiens en Transalpine dès le début du ier siècle a.C., sont des éléments qui nous amènent à mettre en relation les deux groupes de personnages. Par conséquent, les Planii narbonnais seraient des descendants de negotiatores arrivés d’Italie au début du ier siècle a.C. - et non des colons, appartenant probablement à la même famille campanienne qui s’était lancée dans l’exploitation des mines de Carthagène à la même époque.

  • 38 Gayraud 1981, 91-92 et 479.

22Par ailleurs il faut tenir compte de la présence autour de Narbonne de plusieurs sites miniers (vers le Nord, dans le Minervois et dans la Montagne Noire et au Sud de la ville, dans les Corbières), qui produisaient de l’or, du plomb argentifère, du fer et du cuivre38. Ces sites étaient déjà exploités au cours du ier siècle a.C., comme les résultats de la recherche archéologique l’ont bien mis en évidence. L’existence de cette région minière dans l’arrière-pays narbonnais accroît les facteurs de similitude entre les Planii de Narbonne et ceux de Carthagène.

  • 39 Clavel 1970, 454.
  • 40 Gayraud 1981, 188-189.

23Cette dernière considération avait amené M. Clavel à formuler les hypothèses suivantes : “Ne peut-on supposer, vue la rareté de ces noms, qu’il s’agit des mêmes gentes qui se seraient implantées non seulement en Espagne mais aussi dans la Narbonnaise languedocienne, où les auraient attirées soit le district minier, soit la nécessité d’avoir des correspondants dans les ports où relâchaient les bateaux chargés de lingots qui faisaient voile d’Espagne en Italie par une navigation de cabotage ?”39. Si la seconde explication proposée nous paraît tout à fait vraisemblable, la première hypothèse semble plus difficile à démontrer car, comme l’a noté M. Gayraud, aucune trouvaille de lingots ne prouve, pour l’instant, l’exportation des métaux extraits dans les sites miniers du Narbonnais40.

  • 41 Voir Domergue 1985, 197-217 et Domergue 1991, 324-326.
  • 42 Cf. supra, p. 000, n. 39.
  • 43 Voir AE, 1986, 470 publiée dans Christol & Bellan 1986, 33-44 et les tessères inscrites avec la men (...)
  • 44 Christol & Bellan 1986, 33-44.

24Pour résumer, il faudrait donc supposer que les Planii, partis d’Italie au début du ier siècle a.C., s’étaient dirigés dans un premier temps vers Carthagène où ils se seraient installés de façon définitive ou temporaire. Ce dernier point reste problématique : nous n’avons pas la certitude que des membres de la gens Plania firent souche dans la ville hispanique car les inscriptions locales n’ont pas laissé d’autres traces de ce gentilice. Néanmoins, deux phénomènes généraux ont été mis en évidence dans le cas de Carthago Noua : d’un côté, l’absence, dans l’épigraphie républicaine de la cité, d’attestations des exploitants italiens de condition ingénue connus par les lingots ; de l’autre, la présence d’affranchis portant leurs gentilices qui, s’enracinant dans la province et s’émancipant progressivement, réussirent à gravir l’échelle sociale et, pour certains d’entre eux, à entrer dans l’élite citadine par le biais de leur descendance, au cours de l’époque augustéenne41. Cela semble indiquer que les negotiatores romains et italiens ne s’établissaient pas sur place de façon définitive, mais y laissaient parfois des liberti pour gérer leurs propres intérêts, tout en rentrant, quant à eux, dans leurs régions d’origine. Quoi qu’il en soit, après être arrivés à Carthagène et avoir mis en route leur activité de production et de commercialisation de métaux, il est probable que quelques-uns des Planii italiens se soient déplacés vers Narbonne, au cours des années 90-80 a.C., comme vers un relais commercial pour les autres membres de la famille (ce que prouverait le lingot trouvé à Agde). Or, il est vraisemblable que ces derniers avaient dû s’installer dans la colonie pour développer ce commerce, un peu avant cette date. Par conséquent, le Marcus Planius, attesté dans l’épigraphie locale vers le milieu du ier siècle a.C., était un descendant des premiers Planii. En tout cas, il est assez légitime de se demander pourquoi le commerce de métaux avait emprunté ce parcours indirect, passant par Narbonne, au lieu de celui que l’on empruntait habituellement pour aller à Rome et qui traversait les Baléares et les Bouches de Bonifacio. Deux explications peuvent être avancées : ou bien il fallait trouver un itinéraire plus sûr, longeant le littoral, au cas où les autres seraient impraticables dans la mauvaise saison, ou bien – et c’était l’idée de M. Clavel42 – les Planii ont pu être attirés par l’exploitation des sites miniers du Narbonnais, même si nous n’avons pas la preuve d’une exportation des minéraux ici extraits. Depuis l’étude de M. Clavel, de nouvelles découvertes ont montré que, dans un secteur assez éloigné de Narbonne, dans la haute vallée de l’Orb (au Nord de Béziers), d’autres sites miniers, jusque-là sans aucun rapport évident avec la capitale provinciale, firent l’objet d’une exploitation de la part de negotiatores italiens, soit sous la forme d’entreprises individuelles, soit dans le cadre de compagnies de publicains autour de la moitié du ier siècle a.C.43 Or, il paraît certain que, malgré les distances, une partie au moins de cette exploitation était engagée à partir de Narbonne, par des immigrants installés dans la colonie44. Cependant, même pour ce secteur minier, aucun indice n’atteste pour le moment l’exportation des produits métallifères locaux. Donc, si quelques incertitudes persistent sur le rôle exact des Planii à Narbonne, rien n’infirme leur existence dans la cité et leur engagement dans le commerce du plomb hispanique.

  • 45 Keay 1990, 120-150, 138.
  • 46 Pour Narbonne, cf. supra n. 7 et 9 ; pour Carthagène, Str. 3.4.6. Pour la bibliographie à ce propos (...)

25En fin de compte, ce raisonnement nous permet d’envisager l’hypothèse qu’il s’agissait des mêmes familles d’Italiens qui allaient profiter au début du ier siècle a.C. du mouvement commercial des deux grands ports d’Occident, Narbonne et Carthagène. Ces deux cités, bien que de statut juridique différent, n’avaient pas seulement en commun d’être les deux seuls grands ports de la façade occidentale de la Méditerranée (à part peut-être Ampurias mais qui commençait lentement à revêtir une importance uniquement régionale)45, mais aussi d’être deux emporia, selon la définition que Strabon en donne46. Ils étaient à la tête d’un vaste arrière-pays produisant des ressources dirigées ensuite vers leur débouché portuaire et redistribuées par la mer. Il n’est donc pas invraisemblable de penser que les mêmes familles d’Italiens pouvaient être attirées par les richesses et le dynamisme de l’un ou de l’autre emporion, en fonction de la nature de leurs intérêts économiques. Si nous suivons l’hypothèse de C. Ebel sur le rattachement du Languedoc-Roussillon à la Citérieure, dès le milieu du iie siècle a.C. jusqu’aux années 70 a.C., il est aussi possible que l’appartenance des deux emporia à la même provincia ait pu faciliter les déplacements. Certes, nous n’avons ici présenté qu’un seul cas qui illustre cette identité de groupes familiaux impliqués dans les deux régions ; néanmoins, nous possédons d’autres indices qui nous confortent dans cette idée, même s’ils sont moins clairs et moins abondamment documentés.

  • 47 Christol 1995, 164-181.

26Quand nous regardons l’onomastique de la cité de Narbonne, nous nous apercevons qu’une grande partie des textes d’époque augustéenne mentionnent des affranchis portant des gentilices italiens. Ceux-ci, renvoyant aux anciens maîtres de ces personnages, parfois aussi affranchis d’affranchis, sont souvent très inhabituels dans le monde romain et absent dans le reste de la province. Comme l’a bien mis en évidence M. Christol, Narbonne apparaît ainsi comme un véritable réceptacle et conservatoire de noms italiens très rares47. Or, notre enquête sur l’onomastique de la ville a permis de montrer que les gentilices, quand ils sont bien attestés dans l’épigraphie locale, font généralement référence à des colons installés sur place au cours des deux déductions coloniales. Quand, en revanche, ils ne sont représentés que par très peu d’occurrences, ils nous semblent plutôt remonter à l’arrivée d’immigrants italiens de l’époque républicaine, même s’il n’est pas toujours facile de trancher. En effet, les minces attestations de certains nomina pourraient être expliquées par l’extinction des familles coloniales à la seconde ou à la troisième génération. Néanmoins, lorsque la rareté d’attestations à Narbonne s’ajoute à celle plus générale du gentilice, dans l’ensemble de l’onomastique romaine, il nous paraît alors plus vraisemblable d’en attribuer l’appartenance à des immigrés plutôt qu’à des colons. Par ailleurs, lorsque d’autres indices font soupçonner que ces noms avaient été introduits dans la ville par des immigrés italiens, nous sommes parfois dans l’impossibilité de connaître leur provenance géographique exacte. Le problème est que, dans la plupart des cas, leurs gentilices sont presque absents en Italie ou diffusés de façon très éparpillée dans la péninsule. Cependant, des noyaux de concentration sont quelquefois facilement repérables. Ceux-ci concernent le plus souvent les régions centrales et méridionales de la péninsule. En tout cas, ce qui nous intéresse le plus ici est de voir que certains de ces gentilices très rares, repérés à Narbonne et provenant d’Italie, se trouvent attestés aussi à Carthagène à très haute époque (début ier siècle a.C.). Parfois, il est frappant de constater qu’il y a une identité de prénoms entre les individus connus dans la colonie et les personnages établis dans la cité hispanique.

  • 48 Les autres Ceruii de Narbonne nous sont connus à l’époque augustéenne par CIL, XII, 4467 (L. Ceruiu (...)
  • 49 CIL, XII, 5109 : C. Safinio C. f. Labeo[ni—], / u(iua), Ceruia L. f. Tertia [---] / am[i]c[o] et Cn (...)
  • 50 CIL, IX, 1633 (Bénévent) ; un P. Ceruius, fut légat de Verrès en Sicile en 73 a.C. (Cic., Verr., 2. (...)
  • 51 Quelques Ceruii se retrouvent aussi en Campanie. Sur ce nomen, Gayraud 1981, 429.
  • 52 CIL, II, 3433 (CIL, I2, 2270 et ILLRP, 777) : Heiesce m/agistris / coira[r]unt : / C(aius) Poplici( (...)
  • 53 Sur les magistri de Carthagène et leur relation avec le monde des negotiatores italiens émigrés dan (...)
  • 54 Sur le rôle de ces magistri comme éventuels substituts des magistrats locaux dans des villes dépour (...)
  • 55 D’autres analogies onomastiques pourraient être avancées pour des autres personnages tels que les O (...)

27C’est, par exemple, le cas du nom Ceruius. A Narbonne, de nombreux affranchis d’époque augustéenne, portant tous le nomen Ceruius et le prénom Lucius48, pourraient avoir été les anciens esclaves d’un L. Ceruius dont la fille est attestée par une inscription de la même époque49. Une enquête systématique a révélé que ce nom est connu en Italie au moins depuis le iiie siècle a.C.50 A partir de l’époque augustéenne, il est bien représenté dans la partie centrale de la péninsule, dans le Latium et la région sabello-pélignienne51. C’est à cet endroit qu’il plongeait probablement ses origines lointaines. Mais curieusement, aucun des Ceruii repérés en Italie ne porte le prénom Lucius. Celui-ci est en revanche présent à Carthagène, au début du ier siècle a.C., dans une inscription concernant des magistri qui, regroupés en collège, s’occupèrent de la construction d’un édifice de nature inconnue52. Il est très probable que le L. Ceruius L. f., connu parmi les magistri de Carthago Nova, ait été l’un de ces negotiatores italiens qui, après leur arrivée dans le port hispanique53, firent acte de pratiques évergétiques au sein de prestigieux collèges locaux, à une époque où la ville ne jouissait pas encore du statut municipal54. Certes, nous pourrions être face à une simple coïncidence onomastique entre le L. Ceruius de Narbonne et celui de Carthagène. De même, nous ne pouvons pas exclure a priori que les Ceruii narbonnais aient été des descendants de colons de 118 ou 45 a.C. Cependant, le cas semblable des Planii nous amène plutôt à envisager pour ces derniers la condition d’immigrés italiens. A la lumière de cette situation, si notre reconstitution est valable (si les Lucii Ceruii narbonnais étaient des immigrés italiens d’époque républicaine et s’ils avaient des liens de parenté avec le L. Ceruius attesté à Carthagène au début du ier siècle a.C.), nous pouvons reformuler l’hypothèse selon laquelle on retrouve à Narbonne et à Carthagène les membres des mêmes familles italiennes qui étaient parties à la conquête des marchés provinciaux d’Occident, au cours de la première moitié du ier siècle a.C.55

28A travers les cas que nous avons présentés, il est possible de mettre en valeur le fait qu’au cours de la première moitié du ier siècle a.C., des contacts existaient entre Narbonne et la péninsule ibérique. Plus précisément, ils concernaient la ville de Carthagène en Hispania Citerior, et ils étaient en rapport avec l’exploitation minière de cette région entraînant l’arrivée de negotiatores romains et italiens. Ces relations entre les deux mondes apparaissent donc, au début, comme indirectes, gérées par des éléments italiens, issus des mêmes familles. Ce sont, en fait, les activités spéculatives des membres des mêmes gentes issues d’Italie qui permettent de relier Narbonne aux territoires hispaniques. Pour l’époque suivante, la seconde moitié du ier siècle a.C., nous allons voir comment ces contacts deviennent plus directs, même si le rôle des Italiens, qui se sont désormais installés dans les provinces, reste encore important.

Le changement des circuits commerciaux dans la seconde moitié du ier siècle a.C. : de nouveaux negotiatores entre Narbonne et la Catalogne (Hispania Citerior)

  • 56 Cic., Font., 7.16 ; Sal., Hist., 3.46 ; Liv., Per., 93.
  • 57 Les sources sont d’époque plus tardive et les gentilices romains ne permettent pas de trancher.
  • 58 Marín Díaz 1988, 191-213.
  • 59 Sur la question, Étienne & Mayet 2000, 84 et 112.

29Quelle qu’ait été la situation administrative de la Transalpine entre 120 et 80 a.C., il est sûr qu’au plus tard après le passage de Pompée dans la région (77 a.C.), l’organisation de la province était déjà achevée. Narbonne avait accepté que les armées pompéiennes passent T hiver dans son territoire et les provinces hispaniques avaient assisté à la défaite de Sertorius, après plusieurs années de luttes et d’agitation56. C’est au cours des guerres civiles que les apports humains venus d’Italie deviennent plus importants dans toute la péninsule ibérique. Mais c’est, sans doute, à l’époque césarienne que ce phénomène dut connaître un changement qualitatif. Un transfert de civils, dont l’importance pour cette époque reste difficile à évaluer57, dut se mêler à l’installation de colons césariens surtout en Hispania Ulterior et dans une moindre mesure en Citerior (Tarragone et peut-être Ampurias), ainsi qu’à l’enracinement de vétérans dans la péninsule, peu désireux de rentrer en Italie après plusieurs années passées à l’étranger58. Le résultat de tout ce processus fut une plus profonde pénétration de l’élément romain dans les provinces hispaniques, avec une accélération conséquente de la romanisation. Des transformations considérables se produisent sur plusieurs plans. Du point de vue économique, si, jusque-là, la péninsule avait été tributaire des importations de produits italiens (vin, huile, céramique etc.), c’est à partir de cette période qu’elle développe ses propres productions locales. Dans cette perspective, il nous semble intéressant de mettre en valeur la naissance d’un vignoble hispanique aussi bien en Citérieure qu’en Ultérieure débutant au milieu ier siècle a.C. pour se poursuivre jusqu’à la fin de l’Antiquité59.

  • 60 Pour des synthèses sur la production de vin en Citérieure voir, El vi a l’Antiguitat 1987 ; Revilla (...)
  • 61 Étienne & Mayet 2000, 112 et 122.
  • 62 Id, 127.
  • 63 Le contenu de ces amphores demeure encore incertain, même si l’hypothèse la plus accréditée veut qu (...)

30C’est de l’époque de César que sont datées les plus précoces productions de vin en Citérieure, concentrées de façon prioritaire le long de la côte catalane60. Ce fut un essor extraordinaire qui intéressa toute la région de l’Ampurdan à Barcelone et à Tarragone. Les vestiges nombreux d’ateliers d’amphores, qui jalonnent toute la côte nord-orientale de la péninsule ibérique, nous donnent une idée précise de l’ampleur qu’a pu atteindre cette production. Elle débute vers les années 55-40 a.C., dates auxquelles sont produits les premiers exemplaires contemporains d’amphores de type Pascual 1 et Léétanienne 161. Quelques décennies plus tard, au changement d’ère, aux deux types précédemment mentionnés, s’ajoutent les Dressel 2-4 de Tarraconnaise qu’on retrouve jusqu’au iie siècle p.C.62 et peut-être aussi les amphores dites “Oberaden 74”63.

  • 64 Id., 206

31Malheureusement, beaucoup de doutes subsistent quant à l’organisation et à la gestion de ces ateliers par rapport aux domaines qui produisaient le vin. Le problème réside dans le fait que, jusqu’à présent, très peu d’ateliers de la région ont fait l’objet de fouilles systématiques : dans la plupart des cas, nous disposons uniquement de résultats de campagnes de prospection et de sondages64. Il en découle l’impossibilité de reconstituer un cadre général de fonctionnement de ces fabriques en relation avec l’espace qui les entourait.

  • 65 Id., 197-210.

32Aujourd’hui, on a donc tendance à renoncer à trouver un modèle unique d’organisation pour toutes les unités productives. Dans certains cas, il semble que les ateliers soient étroitement liés à un fundus et dépendent donc d’une villa ou d’un habitat rural situé à proximité. Cela impliquerait qu’à l’intérieur de chaque propriété foncière on ait produit les emballages nécessaires au transport du vin produit. Dans d’autres cas, leur emplacement bien séparé de l’habitat fait penser à des secteurs artisanaux constitués parfois de plusieurs fours, gérés de façon indépendante par rapport aux domaines voisins, de telle sorte que ces centres de fabrication desservent en amphores plusieurs propriétés viticoles différentes. Parfois, pour les mêmes ateliers, une évolution chronologique d’un modèle à l’autre est envisageable65.

  • 66 Pour un résumé des différentes positions, id., 210.

33La reconstruction d’un panorama aussi varié se fonde, outre les données archéologiques, sur une autre source importante : les timbres présents sur les amphores produites dans ces ateliers. Mais cette documentation pose aussi plusieurs problèmes, notamment celui de savoir si elles font référence à la phase de production ou de commercialisation de l’amphore. Depuis quelque temps, les chercheurs se sont mis d’accord sur ce point essentiel : l’estampille sur amphore, imprimée dans la pâte avant cuisson, évoquant souvent des noms de personnages, en entier ou abrégés, ou des lettres isolées, est attribuée au moment de la fabrication de l’emballage ; en revanche, les inscriptions peintes, dessinées à l’aide d’un pinceau sur ces amphores, mentionnant des noms de personnes, le nom du vin ou d’autres indications variées, seraient en rapport avec la commercialisation du produit66.

  • 67 Le premier personnage serait un sénateur (Gianfrotta 1982, 475-479) ; le second, probablement aussi (...)
  • 68 Corsi Sciallano & Liou, 1985, 164-165.
  • 69 Étienne & Mayet 2000, 137.

34Un deuxième problème que ces sources posent, lié à la question de l’organisation des ateliers d’amphores, concerne l’interprétation du rôle que chaque personnage, attesté par les timbres avant cuisson, joue dans la chaîne de fabrication. Le corpus des marques présente des dénominations constituées par des duo nomina, des tria nomina abrégés et des noms individuels, sous la forme de cognomina. Quand celles-ci attestent des personnages de condition élevée ou ingénue avec duo ou tria nomina, nous pouvons penser qu’il s’agissait du propriétaire de la fabrique, qui aurait pu être aussi le propriétaire du fundus auquel l’atelier était éventuellement rattaché. C’est le cas de marques comme (Cnaei) LENTVL(i) AVGVRIS sur Pascual 1, L. VENULEI sur Léétanienne I, L. VOLTEILI sur Pascual 1, Léétanienne 1 et Dressel 2-467. Quand apparaissent des dénominations d’affranchis avec duo et tria nomina ou des cognomina seuls, dont beaucoup seraient d’origine servile, nous pourrions être en présence de potiers ou de chefs de production. C’est par exemple le cas de IVLI THEOPHILI sur Pascual 1, RVGAE sur Pascual 1 et HILARI sur Dressel 2-4. Parfois, des marques assez nombreuses contenant ces cognomina sont trouvées au sein du même atelier, ce qui laisserait penser que des artisans indépendants s’étaient associés de façon plus ou moins durable pour la production68. Dans ce contexte, les recherches récentes de R. Étienne et F. Mayet sur le vin hispanique ont permis d’avancer un schéma interprétatif pour expliquer le phénomène. L’idée est qu’une évolution aurait pu se produire en fonction des époques en passant, par exemple, des marques sur Pascual 1 plutôt caractérisées par les noms de personnages de rang élevé ou ingénu, aux marques de Dressel 2-4 plus tardives, constituées majoritairement par des cognomina dont certains sont d’origine servile. Selon ces auteurs, cela aurait correspondu à la transformation d’une : “production ‘familiale’d’amphores vinaires (Léétaniennes 1 et Pascual 1) sur lesquelles les marques identifient en général le propriétaire du sol, à une production ‘industrielle’aux mains d’officines où travaillaient des équipes spécialisées, en liaison ou non avec des propriétaires du vin”69. Cela dit, la variété des dénominations sur les mêmes types amphoriques montre que la réalité devait être bien plus complexe.

  • 70 Roman 1983, 240-244 ; Tchernia 1986, 142-145 ; Miró 1987, 249-268.
  • 71 Liou 1987b, 271-284 ; Nieto & Raurich 1998, 113-137.
  • 72 Roman 1983, 228-229 ; Tchernia 1986, 125-195.

35Indépendamment de l’organisation de ces ateliers, nous voulons mettre en évidence que ces amphores catalanes, dont la commercialisation fut très large, se retrouvent aussi en grandes quantités près de Narbonne et le long de l’axe Aude-Garonne70. Cela signifie, sans doute, que le commerce du vin hispanique produit en Catalogne passait par Narbonne pour atteindre ensuite les marchés aquitains et tout le Sud-Ouest de la Gaule. Autrement dit, les amphores suivaient un itinéraire Catalogne-Narbonne-Garonne comprenant, d’abord, une première phase de navigation maritime par cabotage tout au long des côtes catalanes et languedociennes, puis une deuxième phase qui permettait d’acheminer les produits par voie fluviale à l’intérieur du continent71. En définitive, le vin tarraconais parcourait la voie empruntée depuis déjà longtemps par le commerce des produits italiens, notamment le vin contenu dans les Dressel 172.

  • 73 Pour une synthèse des différentes interprétations, Tchernia 1987, 327-336 ; Tchernia 1989, 529-536.

36Or, pourquoi, à un moment donné, le vin espagnol remplace-t-il le vin italien ? Les chercheurs proposent différents modèles d’interprétation pour tenter de répondre à cette question sur lesquels il n’y a pas lieu de s’attarder ici73. En tout cas, quelles qu’aient été les raisons de la naissance d’un vignoble provincial en Catalogne, se substituant à la suprématie du vin italien sur le marché aquitain, il ne fait pas de doute que l’existence d’un circuit commercial bien établi depuis longtemps, dut jouer une part importante dans cet essor, en facilitant la superposition des circuits de diffusion.

  • 74 Pena & Barreda 1997, 66-73 ; Pena 1998, 305-318 ; Pena 2000, 8-14.

37Le développement de ce commerce entre la péninsule ibérique et le marché constitué par la Gaule du Sud-Ouest, filtré par Narbonne, marque une étape fondamentale dans l’évolution des relations entre cette ville et les provinces hispaniques. Dans ce contexte, l’abondante documentation amphorique constitue la source essentielle pour reconstituer ce phénomène. En effet, une étude détaillée des marques présentes sur ces amphores, notamment les Pascual 1 et les Léétaniennes 1, permet de se faire une idée plus précise du fonctionnement de ce commerce et de repérer les personnages qui ont profité de cette nouvelle inflexion des circuits économiques du monde romain occidental. Les travaux consacrés à l’analyse onomastique et prosopographique de cette documentation ont montré ces dernières années comment, à côté de personnages importants appartenant à l’élite sénatoriale (Cn. Lentulus Augur et L. Venuleius), issus d’Italie et ne résidant pas en Hispanie, nous retrouvons sur les mêmes types amphoriques (Pascual 1 et Léétanienne 1) la mention de personnages de statut inférieur, des ingénus, qui pourraient en revanche être originaires de Narbonne74.

  • 75 Christol & Plana-Mallart 1997, 75-95 ; Christol & Plana-Mallart 1998, 273-302.
  • 76 AE, 1998, 932 (= CIL, XII, 4426) : [P(ublio)] Usuleno Veientofnisf(ilio)---] / (duo)uir(o), q(uaest (...)
  • 77 Sur les vastes domaines fonciers d’Usulenus Veiento et de sa famille, localisés dans l’extrême part (...)
  • 78 Christol & Plana-Mallart 1998, 299 dataient l’inscription du notable narbonnais, fils de Veiento, d (...)
  • 79 Sur la bibliographie à ce sujet, cf. supra, n. 75.
  • 80 L’origine italienne de ce personnage est fondée, d’une part, sur le nom Usulenus, qui comme d’autre (...)
  • 81 Pena 1997, 71 propose de considérer ce personnage comme un colon césarien. Mais les vétérans de Cés (...)
  • 82 Christol & Plana-Mallart 1998, 278-279.
  • 83 Le gentilice Usulenus qui devient avec le temps Usulenius est très peu attesté en Espagne. Les seul (...)

38Récemment, M. Christol et R. Plana-Mallart ont expliqué que la marque sur Pascual 1, VSVL VEIEN et celle sur tuile P. VSVL, provenant de l’atelier de Llafranc dans l’Ampurdan (Catalogne septentrionale) et datées entre les années 40-30 a.C. et 20-30 p.C., renvoient en réalité à un personnage d’origine narbonnaise75. Reprenons brièvement les conclusions de cette étude : le gentilice Usulenus est bien attesté à Narbonne par un dossier épigraphique assez important. Le personnage qui semble à l’origine de la diffusion de ce nom dans la ville est, sans doute, P. Usulenus Veiento, père d’un notable municipal de la fin du ier siècle a.C.76 et gros propriétaire foncier dans la campagne narbonnaise77. Le floruit de Veiento, que nous remonterons un peu par rapport à l’évaluation des premiers auteurs, sur la base d’une nouvelle datation de l’inscription mentionnant son fils (le notable narbonnais)78, devrait être placé autour des années 40 a.C. Cet élément chronologique permet de rapprocher l’activité de ce personnage avec les années de production de l’atelier de Llafranc. La richesse de Veiento, due à de multiples intérêts économiques ainsi qu’à ses vastes domaines fonciers, situés en dehors du territoire de la colonie79, en font plus un riche immigré d’origine italienne80, qu’un colon de la première ou de la seconde déduction81. Nous serions donc en présence d’un Italien ayant fait souche à Narbonne, qui aurait mis en place dans la Catalogne voisine une entreprise de fabrication d’amphores pour contenir le vin hispanique. De plus, il paraît assez probable que Veiento ait été le propriétaire de cet atelier, comme semblerait le suggérer le fait qu’il avait timbré aussi des tuiles produites dans le même four et qu’aucune autre marque n’est attestée dans la fabrique. En revanche, on ne sait pas s’il était également le propriétaire du vignoble fournissant le vin destiné à être transporté dans les emballages, ou s’il l’achetait à d’autres producteurs. En effet, dans l’état actuel de nos connaissances, les résultats des fouilles font penser que l’atelier de Llafranc était, dès le début, un complexe artisanal autonome et que, tout autour, des petites unités agricoles avaient dû assurer la production viticole82. S’il n’y a donc pas de traces d’éventuelles propriétés foncières aux mains de Veiento autour de Llafranc, il faut croire que ce personnage ne s’était pas établi en Catalogne83. En effet, c’était à partir de Narbonne qu’il devait se rendre périodiquement dans ses officines amphoriques, en faisant donc de sa nouvelle patrie le siège définitif de ses affaires (il ne faut pas oublier que l’atelier de Llafranc se trouve à quelques encablures de Narbonne, juste au sud d’Ampurias). Même si nous ne connaissons pas l’ampleur exacte de ses activités, il est possible de reconstituer le profil de ce personnage, sans doute un negotiator d’origine italienne, mais désormais installé dans une cité provinciale, qui avait mis en place une entreprise artisanale à partir de la capitale de la Transalpine dans la Catalogne voisine. Or, selon les auteurs de cette étude, Veiento s’occupait aussi de la commercialisation de ses produits le long de l’axe Aude-Garonne et son activité était plus liée au grand commerce qu’à l’exploitation agricole. Les découvertes de Pascual 1 dans ces régions ont clairement montré que le volume des échanges de vin hispanique entre 40 a.C. et 20-30 p.C. avait atteint des dimensions très importantes. La voie empruntée pour la commercialisation de ces amphores était notamment le couloir aquitain entre Narbonne et Bordeaux. Il ne fait donc pas de doute que les amphores de Veiento devaient suivre le même itinéraire que les autres Pascual 1, même si, jusqu’à présent, aucune amphore estampillée à son nom n’a été retrouvée dans ce secteur. En revanche, moins sûre est la façon dont il s’occupait de ce commerce. Le faisait-il personnellement ou se servait-il de ses affranchis ? Après avoir acheté le vin aux producteurs, transportait-il ses amphores sur ses propres bateaux ou les affrétait-il à des tiers ? A ces questions nous sommes malheureusement dans l’impossibilité de répondre : les sources dont nous disposons se révèlent insuffisantes. C’est pourquoi des incertitudes persistent quant à l’organisation de la vente de sa production.

  • 84 Étienne & Mayet 2000, 120.
  • 85 Un premier dépouillement de l’épigraphie amphorique rassemblée sur les sites les plus importants du (...)
  • 86 A cette époque existait déjà au moins la colonie de Tarragone.

39D’autres spécialistes, d’ailleurs, critiquent ce dernier point de la reconstitution proposée par M. Christol et R. Plana Mallart84. En effet, si l’activité artisanale de Veiento en Catalogne est bien admise, en revanche son rôle dans le commerce de ses produits est sujet à discussion. Nous avons vu que les marques sur amphores avant cuisson concernent prioritairement la phase de fabrication des emballages et non la phase de commercialisation, exprimée, en général, par les inscriptions peintes. Or, si Veiento était aussi le commerçant de ces amphores, son nom aurait dû apparaître également sur les inscriptions peintes. Mais il faut tenir compte de deux facteurs. D’une part, seule une quantité modeste d’amphores (par rapport au volume général des découvertes) porte des inscriptions peintes avec les noms des personnages qui les commercialisent, et encore moins celles du type Pascual 1, qui n’en fournissent presque pas jusqu’à présent85. D’autre part, il est difficile de comprendre pour quelle raison Veiento tout en résidant à Narbonne aurait débuté une production d’amphores en Híspania si ce n’était pour profiter de l’itinéraire commercial qui passait par cette ville. S’il n’avait pas eu cette intention en se contentant seulement de l’activité de fabrication, il aurait pu établir sa demeure plus près de ses ateliers, en Catalogne même86, en coupant les liens avec la colonie. Mais aucune trace de son installation définitive dans la région n’a été trouvée.

  • 87 Gianfrotta 1982, 475-479.
  • 88 Sur cette marque, Barreda 1998, 332-340.
  • 89 C’est en somme le cas d’Usulenus Veiento.

40Pour conclure cette argumentation, une dernière observation mérite d’être formulée. Nous avons déjà observé que l’interprétation des estampilles peut être différente selon le type d’amphore, et que des différences devaient exister aussi à l’intérieur des mêmes types. Par exemple la marque sur Pascual 1 qui mentionne Cn. Lentulus Augur renvoie inévitablement à une organisation économique distincte de celle que peut suggérer le timbre IVLI THEOPHILI. En effet, dans le premier cas, elle désigne sans doute le propriétaire de la fabrique qui était aussi le propriétaire du domaine producteur de vin, car ce sénateur avait reçu des terres provinciales de la part d’Auguste87. Au contraire, dans le second cas, il est plus difficile d’envisager que la marque renvoie au propriétaire du sol, vu qu’elle rapporte le nom d’un affranchi, qui pourrait être aussi un affranchi impérial. Nous serions plutôt en présence d’un chef de production opérant sous les ordres du propriétaire du sol ou plus simplement d’un ouvrier. Des différences existaient alors probablement entre des estampilles comme celle de Cn. Lentulus Augur et celle de P. Usulenus Veiento, qui apparaissent pourtant sur les mêmes types. En somme, nous pensons que dans les cas où ce sont des propriétaires fonciers de statut élevé que les marques évoquent, ayant des domaines et des ateliers en Catalogne mais ne résidant pas sur place (par exemple, Cn. Lentulus Augur et peut-être C. Mussidius Nepos88,) la commercialisation de leurs produits devait être exercée par des mercatores extérieurs, achetant vin et emballages à ces riches propriétaires viticoles ou à leurs représentants sur place. En revanche, des personnages comme Usulenus Veiento (et d’autres individus dont les noms marquent ces amphores : C. Consius, Mevius, L. Volteilius, etc.), qui ne faisaient pas partie des élites impériales et auxquels on ne peut pas attribuer de possessions foncières dans la région, auraient pu s’occuper directement, ou par le biais d’affranchis, du commerce de leur production amphorique. En outre, si pour certains membres de cette dernière catégorie, l’entreprise artisanale pouvait se suffire à elle-même, pour d’autres, et notamment pour ceux qui avaient des liens avec les lieux de tri et de diffusion des amphores fabriquées (comme Narbonne)89, la commercialisation des produits devait constituer l’objectif ultime de l’activité économique, et leur engagement dans les affaires pouvait aller jusqu’à ce point.

41Il est donc difficile de connaître avec précision l’articulation des affaires d’Usulenus Veiento, car les sources sont assez lacunaires et ambiguës. Cependant, il reste tout de même certain que ce personnage avait mis en place une activité artisanale loin de son lieu de résidence. En effet, il est important de noter que nous avons l’exemple d’un immigré italien qui est venu s’installer dans l’emporion de Narbonne, pour se lancer, à partir de cette ville, dans des affaires économiques en péninsule ibérique. De plus, il faut tenir compte du fait qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé, car nous connaissons d’autres personnages, impliqués dans la production amphorique en Catalogne, qui sont à mettre en relation avec Narbonne.

  • 90 Pena & Barreda 1997, 51-73 ; Pena 1998, 305-318 ; Ead. 2000, 8-14.
  • 91 La marque L. VOLTEILI sur amphores Pascual 1, Léétanienne 1 et Dressel 2-4, datée entre 30 a.C. et (...)
  • 92 Revilla Calvo 1995, 149-155 et Miró 1988, 243-363.
  • 93 Pas de trace de leurs gentilices en Catalogne et aucun indice qui puisse faire penser qu’ils étaien (...)

42Les rapprochements possibles entre quelques individus attestés à la fois par les timbres d’amphores catalanes et l’épigraphie lapidaire narbonnaise ne se limitent pas au cas d’Usulenus Veiento. S’ils sont moins incontestables, ils laissent néanmoins apparaître des relations intéressantes. Les travaux de M. J. Pena et A. Barreda ont bien montré comment certains gentilices présents sur les timbres des Léétaniennes 1 et des Pascual 1, datant des années comprises entre 40-30 a.C. et 20-30 p.C., font de toute évidence référence à des personnages d’origine italienne90. Il s’agit le plus souvent de noms très rares, Volteilius, Mevius, Loreius, qui seraient issus de milieux campaniens ou d’Italie centrale. Or, il est curieux de remarquer que les nomina en question ne sont presque pas attestés dans la péninsule ibérique, alors qu’ils sont bien présents dans l’épigraphie de la Narbonne tardo-républicaine ou augustéenne. Parfois, comme dans le cas de L. Volteilius, les prénoms aussi coïncident91. En outre, il apparaît clairement que toutes les occurrences de ces gentilices trouvées à Narbonne se réfèrent à des personnages de statut affranchi. Face à cette situation, l’interprétation proposée par les deux auteurs peut être résumée de la façon suivante. Des individus issus d’Italie centrale ou de Campanie, autour du milieu du ier siècle a.C., auraient quitté la péninsule pour se lancer dans les affaires dans les provinces occidentales en mettant en place des unités de production amphorique en Catalogne. Comme les sources littéraires, épigraphiques et numismatiques concernant cette région ne donnent pas d’indications sur eux, il faut penser qu’ils ne s’y étaient pas établis de façon permanente. Par conséquent, on ne peut y voir des vétérans installés dans le secteur par César, comme certains chercheurs tendent à le croire92. En effet, nous n’avons pas de trace de propriétés foncières aux mains de ces personnes autour des ateliers de fabrication d’amphores. En tout cas, il est sûr que ces immigrés avaient mis en place des activités artisanales dans la région, qui connaît alors un essor viticole important. Cependant, s’ils ne se sont pas fixés dans le secteur93, le fait de retrouver leurs gentilices à Narbonne, portés par des affranchis, signifie que ces personnages s’étaient dirigés dans un premier temps vers cette ville où ils avaient laissé leurs anciens esclaves pour contrôler leurs intérêts. Ces derniers concernaient probablement la commercialisation des amphores qu’ils devaient produire dans les ateliers catalans et qui, remplies de vin hispanique, transitaient par Narbonne pour atteindre le marché aquitain. Or, il est possible que certains de ces “hommes de marques”, comme Usulenus Veiento, se soient installés définitivement dans l’emporion à partir duquel ils exerçaient leurs activités artisanales en péninsule ibérique, même si l’épigraphie narbonnaise n’a pas laissé de trace d’ingénus portant leurs gentilices. En revanche, d’autres parmi ces negotiatores d’origine italienne, tout en ayant laissé des affranchis à Narbonne, ne s’étaient peut-être pas établis de façon permanente dans la ville, mais l’avaient ensuite quittée pour retourner en Italie. Cette inflexion a dû se produire à partir du moment où un changement des circuits commerciaux, prouvé par l’apparition des amphores Dressel 2-4, en majorité destinées à l’Italie, détermina un affaiblissement du commerce de vin catalan le long du couloir aquitain. Ce phénomène dut commencer dans les premières décennies de notre ère, probablement simultanément à la naissance d’un vignoble gaulois.

43En conclusion, les intérêts économiques des personnages qui, à partir de Narbonne, s’engagèrent dans la production et peut-être la commercialisation du vin de Catalogne, nous permettent de retracer les contacts entre cette ville et l’Hispanie romaine pendant la République et le début de l’Empire. Nous avons vu qu’à cette époque les relations entre les deux pôles deviennent plus directes, même si elles sont encore, d’une certaine manière, entretenues par des personnages issus d’Italie. Durant cette phase, le rôle joué par l’élément italien reste toujours important, bien que le développement économique progressif des provinces occidentales ait créé un contexte plus autonome par rapport aux circuits provenant d’Italie et plus favorable à des liaisons inter provinciales immédiates.

Les relations entre narbonne et la péninsule ibérique au ier siècle p.C. : une diversification des aires géographiques intéressées et des acteurs concernés

  • 94 Sur ce changement, voir par exemple Tchernia 19S6, 125-135.
  • 95 Il s’agit de C/L, XII, 4414 ; HGL, XV, 123 : [.] Qu[a]dr[o]ni[o] / Fide[li], VIuir(o) A[ug(ustali)] (...)
  • 96 En ce qui concerne les militaires espagnols attestés à Narbonne, voir CIL, XII, 4365 (Le Roux 1983, (...)

44Les nouvelles conditions qui se créent avec la réorganisation des territoires voulue par Auguste ne font qu’accélérer le processus amorcé pendant l’époque césarienne. Le développement économique du monde provincial connaît, vers la fin du ier siècle a.C. et au cours du ier siècle p.C., son complet achèvement. Désormais, ce ne sont plus les produits italiens qui dominent les marchés occidentaux (vin, huile, sigillée italique) : déjà à l’époque augustéenne, la production des provinces vient remplacer progressivement les importations italiennes en Occident, pour s’imposer définitivement, au cours du ier siècle p.C., et conquérir aussi le marché italien. Les marchandises produites dans les provinces seront alors exportées vers l’Italie, Rome et le reste de l’Empire (vin de Tarraconaise, huile et sauces de Bétique, vin gaulois, sigillée sud-gauloise et hispanique)94. C’est de cette époque que date une riche documentation épigraphique témoignant d’une vague de migrations de personnages issus des provinces hispaniques vers Narbonne, avec quelques allusions aussi à des mouvements dans le sens opposé, Narbonne-péninsule ibérique. La première vague de déplacements l’emporte sur la seconde ; cela nous confirme la capacité d’attraction de l’emporion narbonnais, qui se perpétue encore au cours du ier siècle p.C. En effet, la grande majorité des textes que nous avons rassemblés, jalonnent le ier siècle de notre ère et seulement quelques-uns se placent au iie siècle p.C. Pour essayer de respecter les limites chronologiques, déterminées au début de notre enquête, les inscriptions concernant le iie siècle ne seront pas prises en considération95. Nous laisserons également de côté les textes qui mentionnent des militaires, car notre intérêt s’est porté uniquement sur la circulation de civils, les seuls qui pourraient nous donner des renseignements sur les relations économiques existant entre les deux territoires96.

45Par souci de clarté, nous avons partagé cette documentation en deux groupes comprenant, l’un, les Hispaniques présents à Narbonne, et l’autre, les Narbonnais attestés en Hispania. A l’intérieur du premier groupe, nous avons distingué trois catégories différentes. La première rassemble les inscriptions qui indiquent ouvertement l’activité exercée à Narbonne par l’individu originaire de la péninsule ibérique. La suivante concerne les textes mentionnant clairement l’origine géographique du personnage sans faire référence à l’activité exercée. La dernière catégorie recueille tous les documents qui pourraient renvoyer à des personnages issus de la péninsule, même si aucune indication explicite de leur provenance, ni de leurs métier, n’apparaît nettement.

46Nous allons commencer par les personnages originaires des provinces hispaniques exerçant des activités économiques à Narbonne. Un premier document nous fait pénétrer dans le milieu commerçant de la cité.

ILGN, 586 : M(arco) Fabio/(trium) M(arcorum) l(iberto) Gi[---], / mercator[i] / [Co]rdubensi.

  • 97 Arangio Ruiz 1947, 226, 231, 486 ; Gaudemet 2000, 15-16.
  • 98 Christol & Demougin 1990, 162-165. Nous rappellerons qu’il existe à Narbonne un autre personnage ex (...)

47Nous sommes ici en présence d’une inscription funéraire, datable vraisemblablement du ier siècle p.C., peut-être même de la première moitié de ce siècle, en raison d’un formulaire assez succinct. Le personnage en question est un affranchi, ancien esclave de trois Marci Fabii. Il s’agissait d’un ancien seruus communis de ces personnages. Ces derniers, appartenant de toute évidence à la même famille, avaient constitué une societas entre eux, qui les liait par un consortium héréditaire (communauté de biens établie par héritage)97. Leur rapport avec le milieu commerçant de Narbonne est indiqué par l’expression mercator Cordubensis. Cette formule montre la profession du personnage et renvoie certainement à son origine géographique, non pas au sens de lieu de naissance, mais au sens de lieu à partir duquel il exerçait son négoce. En effet, d’un point de vue général, il y a de fortes chances pour que ce genre d’indications (qualificatifs géographiques accompagnant la mention d’un métier lié au commerce) fasse référence au lieu d’attache de l’individu, ou au pays à partir duquel le métier s’exerçait et non à la patrie véritable du personnage ni au produit commercialisé98.

  • 99 Sur le vin de Bétique, Étienne & Mayet 2000, 73-97 ; sur le commerce des sauces de poissons d’origi (...)
  • 100 Blázquez 1978b, 167.
  • 101 Sanchez 2002, 121.
  • 102 Id., ibid.

48Si donc M. Fabius Gi[---] gérait une activité commerciale avec Narbonne à partir de la cité de Cordoue, capitale de la Bétique, il est alors légitime de se demander quelles marchandises il vendait, pour quelles raisons il se trouvait à Narbonne et s’il y résidait de façon permanente. Malheureusement le texte est extrêmement concis et n’apporte pas de réponses certaines à ces interrogations. Nous pouvons néanmoins observer que, si le personnage ne s’était pas installé de façon permanente dans la ville, il est sûr qu’il devait y résider de temps en temps pour exercer son activité, puisque c’est là qu’il meurt et c’est là qu’il laisse son épitaphe. Par ailleurs, nous savons que la cité de Cordoue, à l’époque où le texte fut rédigé, exportait déjà vers la Gaule une série de produits tirés de la terre et de la mer : huile, vin, saumure99. J. M. Blázquez proposait de mettre ce personnage en relation avec le commerce de l’huile de Bétique, le produit hispanique qui, transporté dans des amphores de type Dressel 20, connut une énorme expansion dans tout le monde méditerranéen à l’époque impériale100. La chronologie n’infirmerait pas cette hypothèse car nous savons que des amphores Dressel 20 précoces ont été trouvées dans les niveaux augustéens des fouilles effectuées dans des quartiers de la périphérie de Narbonne101. Néanmoins, il ne faut pas exclure que notre affranchi se soit consacré au transport des saumures de l’Hispanie méridionale dont les emballages, les amphores Dressel 7-11, furent introduits dans la ville dès la fin du ier siècle a.C.102

  • 103 Sur la possibilité pour les affranchis d’émigrer indépendamment ou de façon autonome par rapport à (...)

49Son statut d’affranchi nous amène à la question suivante : faut-il envisager qu’il se déplaçait d’une cité à l’autre de façon autonome, pour s’occuper de ses affaires personnelles103, ou bien faut-il penser qu’il représentait les intérêts de ses maîtres ? L’inscription ne permet pas de répondre à cette question. Toutefois l’appartenance de ce personnage à une societas familiale pourrait faire pencher pour la seconde hypothèse et laisser envisager que, derrière le libertus, se cachaient les intérêts d’une firme importante.

  • 104 Badian 1958, 314, pour la liste des magistrats. Voir aussi le texte d’A. Padilla Monge dans ce même (...)
  • 105 Badian 1958, 263.
  • 106 Sur les Fabii de Cordoue, Knapp 1983, 83 et Abascal Palazón 1994, 132-136.

50La dénomination du personnage mérite une considération particulière en raison du gentilice Fabius qu’elle comporte. La présence de ce nom en Bétique, très ancienne, pourrait remonter à l’intervention de magistrats romains de la gens Fabia dans l’administration de la province d’Ulterior, au cours du iie siècle a.C.104 Il ne serait pas faux de penser que les Marci Fabii, patrons du mercator, descendaient d’indigènes hispaniques qui avaient obtenu le droit de cité par l’un de ces magistrats, ou qui étaient rentrés dans la clientèle de ces derniers s’appropriant leur nom105. Par ailleurs, il serait possible de rattacher les maîtres de notre affranchi aux Fabii de Cordoue, mais les rares attestations du prénom Marcus, pour ces derniers, nous interdisent tout rapprochement intéressant106.

51En tout cas, la présence d’un mercator exerçant entre la capitale de la Bétique et Narbonne ne fait que confirmer l’importance des liens économiques de cette ville avec la péninsule ibérique, ainsi que sa capacité d’attirer des étrangers grâce à la prospérité de son milieu d’affaires. Il est aussi important de remarquer que, pour la première fois, nous voyons apparaître, parmi les personnages impliqués dans les deux secteurs, des noms qui semblent renvoyer à des indigènes romanisés et non plus à l’élément italien, comme aux époques précédentes.

52Nous avons aussi un autre cas d’affranchi intégré au monde des boutiquiers de Narbonne, et certainement originaire d’une province hispanique. Il s’agit de L. Afranius Eros qui nous est attesté par l’inscription suivante :

CIL, XII, 4377 ; HCL, XV, 106 (ILS, 7476) : L(ucius) Afranius Cerialis l(ibertus) / Eros, seuir Aug(ustalis), domo Ta/racone, <h>ospitalis a Gallo / gallinacio ; Afrania Ceria/lis l(iberta) Procilla, uxor ; Afrania / L(uci) l(iberta) Uranie, f(ilia), annorumXI, hic sita est.

  • 107 Fabre 1981, 134-135.
  • 108 Voir la liste présentée dans Bang 1910, 225-244 et Christol & Demougin 1990, 162-164.
  • 109 Cet usage, fréquent en Narbonnaise (Pflaum 1981, 223-226), est assez rare à Tarragone : nous avons (...)

53Malgré son statut de libertus, le personnage en question indique ouvertement son origo, qui correspond sans doute à celle de son maître107. Ce n’est pas un cas unique : nous connaissons d’autres individus, esclaves ou affranchis, qui font mention de l’origo de leur patron, peut-être à l’imitation de la dénomination des ingénus108. En outre, L. Afranius Eros se dit affranchi de Cerialis, en employant le cognomen de son patron dans la formule d’affranchissement. C’est une coutume que l’on retrouve très fréquemment dans l’épigraphie de Narbonne, ce qui montre que, probablement, le personnage s’était déjà bien imprégné des habitudes épigraphiques de la ville109. La même formulation est utilisée, avec une certaine insistance, pour désigner la manumission de son épouse Afrania Procilla, tandis que sa fille, Afrania Uranie est mentionnée tout simplement comme L(uci) l(iberta). Ce dernier point pourrait indiquer que la jeune défunte était née avant la libération de ses parents et avait été rachetée puis affranchie par son père. En tout cas, ce type d’épitaphe montre clairement qu’Afranius Eros était installé depuis un certain temps à Narbonne, car c’est là qu’il choisit d’établir une sépulture pour lui et sa famille.

  • 110 RIT, 579 : texte daté de la fin de la République ou du début de l’Empire pour des raisons onomastiq (...)

54Quoi qu’il en soit, nous pouvons dater ce texte du ier siècle p.C. et de préférence de la première moitié du siècle, car certains éléments nous orientent vers une chronologie plutôt haute : l’emploi du génitif annorum pour indiquer l’âge de la fille défunte et la formule funéraire hic sita est. En effet, celle-ci précède, aussi bien à Narbonne qu’à Tarragone, l’utilisation de l’invocation aux dieux Mânes et se retrouve même dans des textes tardo-républicains110.

  • 111 Sur les seuiri augustales, voir Duthoy 1978, 1254-1309 et Abramenko 1993, 13-82.
  • 112 C’est le cas de CIL, XII, 4414 où Quadronius Fidelis se définit de (sévir) Aug(ustalis) C(olonia) I (...)

55C’est donc dans la première moitié du ier siècle de notre ère que L. Afranius Eros, gérant de l’auberge “Au Coq Gaulois”, avait fait ériger son tombeau familial à Narbonne. Ce devait être un personnage assez important dans le milieu affranchi car il avait réussi à entrer dans l’élite des seuiri Augustales, qu’il ne manque pas d’indiquer, en premier lieu, sur l’inscription funéraire111. Toutefois, la question qui se pose est de savoir s’il fut seuir Augustalis à Narbonne, ou déjà à Tarragone avant de la quitter, ou encore dans les deux villes successivement. Pour de multiples raisons, il nous paraît plus probable que l’exercice de son sévirai avait eu lieu uniquement à Narbonne. En effet, l’épigraphie narbonnaise nous apprend que lorsqu’un personnage a été sévir augustal dans deux cités différentes, il n’hésite pas à le mentionner ouvertement dans son épitaphe112.

  • 113 Fabre 1981, 134-135.
  • 114 Christol & Demougin 1990, 162-164.

56Étant donné que la réussite sociale de l’aubergiste se situe à Narbonne, il semble nécessaire de comprendre pour quelles raisons et dans quelles conditions il avait quitté Tarragone, mentionnée comme sa cité d’origine. Rappelons tout de même que, dans l’Antiquité, les affranchis n’avaient pas de patrie civique et étaient rattachés à Yorigo de leur maître113. Avec la formule domo Tarraco(ne), Eros voulait peut-être indiquer le lieu d’origine de son patron, qui ne correspondait pas alors à l’endroit dans lequel il était né et où il avait été fait esclave114. Seul Afranius Cerialis serait donc réellement originaire de la cité hispanique. Par conséquent, si l’origo exprimée par Eros correspondait en réalité à la patrie de son maître, nous pourrions penser que ce dernier était resté à Tarragone tandis que le libertas avait émigré à Narbonne, de son initiative ou pour gérer les affaires de son patron. Bien que cette hypothèse soit vraisemblable, nous estimons que, dans les faits, ce fut le maître Cerialis qui se déplaça le premier de la Citérieure en Narbonnaise accompagné par Éros, et cela pour plusieurs raisons.

  • 115 Sur les huit attestations de ce cognomen dans la péninsule ibérique, sept au moins font référence à (...)

57Tout d’abord, sur l’épitaphe de l’aubergiste, la formule de l’affranchissement est indiquée par l’emploi du surnom du patron. Nous savons que cet usage était courant à Narbonne quand il s’agissait de distinguer des affranchis d’affranchis, ou lorsqu’on voulait mettre en évidence la dénomination entière d’un patron important. Or, même si nous n’avons pas de preuves irréfutables sur la condition juridique d’Afranius Cerialis, nous savons que son surnom était plutôt diffusé parmi les ingénus au sein des provinces hispaniques115. Donc, si celui-ci n’était pas à son tour un affranchi, il faut supposer qu’il devait être quelqu’un d’important ou de connu à Narbonne. En effet, Eros le cite deux fois sur l’inscription par son cognomen. Cette insistance avec laquelle l’affranchi rappelle la dénomination entière de son maître nous fait penser que Cerialis était déjà installé et connu dans la ville. Vraisemblablement les liens entre patron et libertas devaient être assez étroits. Il y a alors des possibilités que Cerialis soit à l’origine de l’émigration de Tarragone à Narbonne.

  • 116 Selon l’analyse présentée dans Haley 1991, 102-103 les affranchis pouvaient aller d’un endroit à l’ (...)
  • 117 Lemonnier 1887, 120-127 ; Harris 1981, 339-352.
  • 118 Christol & Demougin 1988, 19.

58Ensuite, en ce qui concerne une éventuelle migration de l’affranchi, il est difficilement envisageable qu’à cette époque un libertas ait pu se transférer dans une autre cité, indépendamment de la volonté de son maître116. Normalement, après leur libération ils étaient, en effet, obligés de fournir des operae à leur patronus117. Même en supposant qu’Éros se soit déplacé vers Narbonne à la mort de Cerialis, donc après avoir été acquitté des liens de dépendance envers celui-ci, nous ne comprenons pas pourquoi le nom de ce dernier apparaît avec insistance sur l’inscription funéraire, si Cerialis n’était pas déjà renommé dans cette ville. De la même manière, il nous semble peu probable qu’Eros ait été laissé volontairement à Narbonne par son maître pour s’occuper de ses intérêts, car on imagine difficilement que l’exercice du métier d’aubergiste ait pu rapporter à Cerialis des bénéfices à distance. En outre, l’existence bien établie de ce dernier dans la ville pourrait expliquer la brillante ascension sociale de l’affranchi. Nous savons que dans le milieu des seuiri augustales, l’aisance économique donnée par l’exercice d’un métier pouvait être un facteur important de réussite sociale. Néanmoins, le rôle d’un patron influent était souvent l’élément déterminant118. Par ailleurs, le fait qu’Afranius Eros rappelle sur son épitaphe Vorigo de son maître n’était-ce pas une manière supplémentaire de se faire reconnaître comme un affranchi de L. Afranius Cerialis, le “Tarraconnais” ?

  • 119 Andreau 1987, 410.

59Si, comme nous le pensons, ce fut Cerialis, individu de naissance libre, qui quitta Tarragone pour s’établir à Narbonne avec son libertus Eros, à l’époque augustéenne, il convient de s’interroger sur les motivations de son déplacement. D’après le métier d’Eros, sachant que dans le milieu des boutiquiers la profession se transmettait du patron à l’affranchi119, il serait facile de penser que Cerialis avait quitté Tarragone pour ouvrir une auberge à Narbonne, reprise et gérée ensuite par son affranchi, probablement après la mort du patron. L’hypothèse nous paraît vraisemblable, même si nous n’avons pas de certitudes.

60En dernière analyse, nous avons l’impression que l’installation de L. Afranius Eros dans la capitale de la Narbonnaise fut définitive, puisque c’est là qu’il fit ériger un tombeau pour lui-même et sa famille. Il géra, à cet endroit, une auberge qui portait le nom de “Coq Gaulois”, allusion probable, fondée sur un jeu de mots calqué sur le terme latin Gallo gallinaceo (le coq), à la nouvelle patrie gauloise. Ce métier avait dû lui valoir un certain enrichissement et, vraisemblablement aussi, son statut de sévir augustal. Cependant, il ne faut pas exclure que la réussite économique et sociale d’Éros ait pu être favorisée par son patron Cerialis, qui devait être déjà connu dans la colonie. En effet, Eros fait apparaître son nom à plusieurs reprises sur l’inscription funéraire et il s’approprie Vorigo hispanique de celui-ci, peut-être pour se faire davantage reconnaître en tant qu’affranchi de ce maître. Néanmoins, des doutes subsistent quant aux raisons du transfert de Cerialis à Narbonne : avait-il été motivé par des raisons économiques ou par d’autres causes ? L’auberge “Au Coq Gaulois” avait-elle été mise en place par Eros, ou l’avait-il héritée de son maître qui s’était installé le premier dans la ville pour engager une activité de ce type ? En tout cas, il n’est pas improbable que la réalisation de cette entreprise ait pu être la raison qui avait poussé Cerialis à quitter Tarragone pour faire souche dans une cité comme Narbonne se prêtant bien à l’exercice de professions de ce genre. En effet, le dynamisme économique et commercial de la cité ainsi que l’afflux important de gens de passage, pouvaient constituer un attrait considérable pour faire fortune dans ce secteur.

  • 120 RE, 1, 1894, s.v. Afranius, 6, c. 710-712, Klebs ; MRR, II, 183 ; Nicolet 1974, 767-768, no 13.
  • 121 MRR, Suppl., 12-13.
  • 122 MRR, II, 266.
  • 123 A propos de L. Afranius, nous savons qu’il avait participé à la bataille du Sucro (Plut., Sert., 19 (...)
  • 124 RIT, 397 (Afranius Dioscurides, ier siècle p.C.) ; CIL, II, 4078 = RIT, 32 (Afrania Tertullina, iii(...)

61A la lumière de la situation, il est nécessaire d’identifier le groupe de la population de l’Hispanie romaine auquel pouvait appartenir L. Afranius Cerialis. Son gentilice est sans aucun doute originaire de la péninsule italienne. Sa présence sur le sol hispanique pourrait remonter à l’action de L. Afranius A. f., le célèbre consul de 60 a.C., tant méprisé par Cicéron120. Ce dernier avait été légat de Pompée autour de 70 a.C. à l’époque de la bataille du Sucro et peut-être propréteur en Citérieure entre 71 et 67 a.C., lorsqu’il avait assumé le commandement des opérations militaires après le retour à Rome de Pompée, et mené à bon terme le siège de Calagurris121. Il avait aussi guidé les armées pompéiennes contre César à l’époque de la bataille d’Ilerda en 49 a.C.122 A ce propos, nous soulignerons l’identité de prénom entre le légat romain et les Lucii Afranii de l’inscription de Narbonne. Plus exactement, il serait possible d’envisager que le patron de notre aubergiste, L. Afranius Cerialis, qui dut naître à Tarragone à l’époque augustéenne, ait été le descendant d’un indigène romanisé ou d’un client local du sénateur romain homonyme. L’ancêtre de Cerealis aurait vraisemblablement obtenu son gentilice par le légat de Pompée, dont l’activité militaire se serait déployée le long de la côte orientale espagnole (Sucro) et autour de Calagurris, dans les années 70 et près d’Ilerda à l’époque césarienne123. Même si l’écart chronologique entre le maître d’Afranius Eros et les interventions en Hispania de L. Afranius A. f. demeure assez important, il faut tenir compte du fait que ce gentilice n’est pas très répandu dans la péninsule ibérique, et que la plupart des rares attestations dont nous disposons se concentrent près de Tarragone124.

  • 125 Nous employons ce terme par opposition à celui d’Hispaniensis qui désigne un individu natif de l’Hi (...)

62Si nos hypothèses sont recevables, nous disposerions ici du cas d’un personnage, Afranius Eros, qui était l’affranchi d’Afranius Cerialis. Ce dernier descendait d’un indigène romanisé à l’époque républicaine, c’est-à-dire d’un hispanus, en faisant référence par ce terme aux personnages nés en Hispanie et appartenant au substrat indigène local125. Cet exemple, ajouté à celui de M. Fabius, nous laisse entrevoir l’amorce d’un phénomène nouveau : le renversement des initiatives économiques, de l’élément italo-romain à l’élément provincial. Nous avons vu précédemment, qu’au cours du ier siècle a.C., les Italiens étaient prédominants dans le domaine des déplacements et des transferts dictés par des intérêts économiques. Or nous constatons, d’après ces deux cas de figure, les débuts d’un changement progressif : l’entrée en scène d’indigènes romanisés. C’est un indice de la mise en œuvre d’un processus de romanisation profond, touchant aussi la sphère du dynamisme économique.

63Enfin, un troisième personnage, qui a des attaches moins évidentes avec la péninsule ibérique, est connu à Narbonne dans le milieu des artisans et des petits commerçants. Il s’agit d’A. Sempronius Callaeci l. Laetus que nous connaissons grâce à deux inscriptions presque identiques datant du début du ier siècle p.C.

CIL, XII, 4507 ; HGL, XV, 215 : A(ulo) Sempronio/Callaeci l(iberto) Laeto, / purpurarlo, / et Semproniae Modestae, / uxsori.

CIL, XII, 4508 ; HGL, XV, 216 : Viu(us) ; / A(ulus) Sempron[ius] / Callaeci l(ibertus) / Laetuspurp(urarius) / sibi et Sempro[niae] / Modestae.

  • 126 Sur ce cognomen, Kajanto 1965, 52 et 198 et Abascal Palazón 1994, 311 qui recense en péninsule ibér (...)

64La provenance géographique de notre affranchi, A. Sempronius Laetus, n’est pas certaine. Néanmoins, deux éléments nous font penser à un contexte hispanique : le cognomen et le gentilice de son maître. D’abord, le surnom rare de Callaecus, désignant l’ethnie des Callaeci, pourrait suggérer l’origine galicienne du patron de Laetus et donc son émigration à Narbonne depuis cette région de la péninsule ibérique126. Mais cet indice, pris de façon isolée, reste peu déterminant. En effet, il pourrait aussi renvoyer à un personnage d’ascendance galicienne par ces ancêtres, né dans la cité de Narbonne et ayant reçu seulement par héritage le surnom de Callaecus. Il pourrait également évoquer un affranchi, ou un descendant d’affranchis qui, tout en provenant de la région des Callaeci, n’était pas spécialement arrivé à Narbonne de sa volonté, mais aurait pu y parvenir selon le hasard de la circulation des esclaves.

  • 127 Sur l’intervention des Sempronii en Espagne et sur la diffusion de ce gentilice dans la province vo (...)
  • 128 Sur les vingt attestations recensées en Narbonnaise, dix au moins se trouvent à Narbonne.
  • 129 Tranoy 1981, 363 compte 14 attestations du gentilice Sempronius en Galice au cours du Haut-Empire.
  • 130 Elle correspondait au conventus Lucensis et Bracaraugustanus, plus le Nord du Portugal. Du point de (...)

65En revanche, son gentilice Sempronius semble constituer une indication plus probante pour envisager l’origine hispanique du patron de Laetus. En effet, ce nom est extrêmement fréquent dans l’épigraphie de la péninsule ibérique et semble remonter à l’époque de l’intervention de la gens Sempronia en Citérieure et à leur œuvre d’acquisition des clientèles indigènes au cours du iie siècle a.C.127 Or, bien qu’il ne soit pas attesté exclusivement dans l’onomastique hispanique car il est aussi présent en Narbonnaise, il faut néanmoins souligner que, dans l’ensemble de cette province, nous le retrouvons de façon majoritaire à Narbonne, une des cités les plus proches de la péninsule128. Certes, les territoires de la Galice romaine n’avaient pas été encore pacifiés à l’époque de l’action des Sempronii en péninsule ibérique. Cela dit, ce gentilice se trouve bien représenté dans le secteur129, où il a été peut-être introduit par une émigration interne de civils ou de militaires depuis les régions de l’Hispanie Septentrionale les plus concernées par l’empreinte des Sempronii romains (Calagurris etc.), à une époque postérieure à l’activité de ces derniers. C’est pourquoi, la combinaison de deux éléments nous amène à considérer ce personnage comme vraisemblablement originaire des territoires entourant la Galice romaine et la partie septentrionale de la péninsule130.

  • 131 Treggiari 1969, 87-160 et Andreau 1987, 410.
  • 132 Gregori 1994, 739-743 ; Mord 1987, 127-155.
  • 133 C’est le cas des Haii et Plotii purpurarii connus entre Capoue, Pouzzoles et Rome. Sur la question, (...)
  • 134 Vicari 2002, 5.
  • 135 Plin., Nat., 9.41.141 ; 16.12.32 et 22.3.2 ; Blázquez 1978b, 120.
  • 136 Tranoy 1981, 234-257 notamment à propos du conventus Bracaraugustanus. Sur la question, Blázquez 19 (...)
  • 137 Tranoy 1981, 246-254.
  • 138 RIT, 384. En tout cas, il paraît qu’une vague migratoire importante existait entre le conventus Bra (...)

66Un autre indice d’une éventuelle origine hispanique de Sempronius Callaecus est donné par le métier de son affranchi Laetus, celui de purpurarius. Nous savons que, dans le milieu des boutiquiers et dans celui des petits commerçants, la profession se transmettait du patron à l’esclave. Celui-ci, formé dans la boutique du maître, obtenait souvent la liberté, à la mort de ce dernier, et reprenait la gestion de l’entreprise131. Il est donc assez probable que, dans le cas qui nous intéresse, le maître et l’affranchi aient exercé le même métier. Il s’agissait de la teinture des tissus, qui était réalisée avec des colorants naturels, parfois dérivés de la pourpre, parfois aussi de substances végétales et minérales. Toutefois, le terme purpurarias pouvait définir le teinturier, l’artisan, comme le commerçant de colorants ou de tissus déjà peints. Nous savons qu’à Rome, à l’époque républicaine, existaient des purpurarii qui avaient leurs boutiques sur le Forum132. Il arrivait parfois que les mêmes familles de purpurarii voyagent d’une ville à l’autre pour faire circuler les colorants et les tissus peints qui étaient considérés comme des produits de luxe133. Il ne serait donc pas étonnant que le terme purpurarius fasse référence aussi bien à la phase de production tinctoriale qu’à celle de commercialisation des tissus et des colorants134. Or, nous sommes informés par Pline l’Ancien d’une riche activité de production de racines tinctoriales en territoire galicien, dont la qualité dépassait celle d’autres régions de l’Empire, et qui, selon l’auteur, pouvait permettre aux plus pauvres d’Espagne de faire face au payement de la moitié de leur tribut135. Si nous mettons ce métier en rapport avec la commercialisation de colorants, il est possible d’envisager qu’il y ait eu un transfert de ces produits depuis la Galice, où ils abondaient, jusqu’à Narbonne. Dans cette cité, la population connaissait déjà les techniques concernant la coloration ; mais il ne faut pas exclure qu’aux producteurs locaux de modeste ampleur, se soient ajoutés, peut-être, des fournisseurs ou des artisans déjà bien expérimentés venant de régions renommées dans ce domaine. Par ailleurs, le trajet Galice-Narbonne ne doit pas surprendre : le territoire des Callaeci ne fut jamais un univers à part, mais une région ayant de forts contacts avec le reste du monde romain136. Nous savons que les déplacements de personnes et de biens à partir de ce secteur et vers le reste de la péninsule ibérique se faisaient majoritairement en direction de Tarragone, la capitale provinciale137. Il ne serait pas absurde de croire qu’une éventuelle migration de A. Sempronius Callaecus vers Narbonne, se soit faite en passant par Tarragone, où la présence d’un autre Callaecus est attestée par ailleurs138.

  • 139 Wierschowski 2001, 219, no 285 n’a pas de doute sur l’origine espagnole de ce personnage.

67Ce dernier exemple est, sans doute, moins prégnant que ceux que nous avons présentés, parce que les individus mentionnés sur l’inscription n’expriment pas explicitement leur origine hispanique139. Nous la déduisons du cognomen Callaecus porté par le patron du purpurarius et de son nomen Sempronius. Cela étant, nous sommes consciente que, si ce dernier personnage était à son tour un affranchi, le surnom indiquerait seulement sa provenance géographique, mais il ne pourrait pas nous suggérer un transfert volontaire dans la ville. Dans ce cas, il aurait pu être un esclave acheté en Galice, conduit puis affranchi par son maître à Narbonne. Néanmoins, s’il s’avérait que notre Sempronius Laetus, purpurarius, était affranchi d’un ingénu dont le cognomen Callaecus porte les traces d’une origine galicienne et que ce dernier était peut-être à son tour impliqué dans la commercialisation de colorants, attiré à Narbonne pour faire des affaires, il faudrait de nouveau souligner, qu’au courant du ier siècle p.C., l’émigration vers la colonie est le fait d’affranchis ou de descendants d’indigènes hispaniques romanisés.

68Un second groupe d’inscriptions concerne les textes qui citent des individus issus de la péninsule ibérique, sans donner d’autres informations sur l’activité exercée à Narbonne, ni sur les éventuelles raisons qui auraient pu motiver leur migration.

69Ainsi un premier personnage indique clairement sa provenance de l’Hispania Citerior :

CIL XII, 4536 ; HGL, XV, 598 : C(aius) Iulius C(ai) flilius) / Gal(eria) Italus, / eques Romanas, / ex Hispania / Citeriore, / Segobrigens(is).

  • 140 Il s’agit du site de Cabeza del Griego, située près de Saelices. Pour l’identification du site, voi (...)
  • 141 Wiegels 1985, 134-135.

70Plus exactement, l’individu en question se dit Segobrigens(is), ce qui renvoie à la cité de Segobriga, située dans les territoires sud-orientaux de la Citérieure140. La mention de la tribu Galería est en accord avec ce que nous connaissons de cette cité, parce qu’effectivement ses citoyens étaient inscrits dans cette tribu141.

  • 142 O. Hirschfeld observait : cippus litteris saeculi primi incipientis.

71Il ne fait pas de doute que nous sommes en présence d’une inscription funéraire : d’une part, O. Hirschfeld, dans la section du volume XII du CIL consacrée à Narbonne, parlait d’un cippe, d’autre part, aucun indice ne renvoie à un hommage rendu au personnage mentionné. En effet, le destinataire de l’inscription en est aussi le dédicataire et son nom est indiqué au nominatif. Ce dernier élément, ainsi que d’autres considérations, nous permettent de dater l’élévation de la pierre tombale du ier siècle p.C., plus précisément de l’époque julio-claudienne. En effet, les éléments paléographiques142, la dénomination du personnage et la concision du formulaire nous font pencher pour cette fourchette chronologique assez haute.

  • 143 C’est-à-dire un personnage d’origine romaine ou italienne mais installé dans la péninsule ibérique, (...)
  • 144 Kajanto 1965, 180. Cela dit le nom Italus n’est pas attesté en péninsule ibérique, Abascal Palazón (...)

72Or, ce qui retient le plus notre attention est l’appartenance de cet Hispanique à l’ordre équestre. Malheureusement, bien qu’il s’agisse d’un personnage de rang élevé, nous n’en savons pas plus à son sujet : il n’est pas attesté par d’autres sources et il ne donne pas d’autres indications sur son éventuelle carrière. Tout ce que nous pouvons dire, c’est qu’il venait de Segobriga, cité habitée par les Celtibères, qu’il avait probablement vécu à l’époque augustéenne et qu’il était mort à Narbonne. En revanche, son cognomen Italus pourrait faire penser à un personnage d’origine italienne, un Hispaniensis143. Mais l’étude de I. Kajanto sur ce genre de cognomina ethniques, souligne que, s’ils sont trop répandus – et c’est le cas d’Italus, ils ne peuvent pas être utilisés comme preuves d’une origine géographique exacte144. En outre, il faut tenir compte de son gentilice qui est celui des empereurs julio-claudiens. Ne serait-il pas alors un descendant d’un indigène qui avait reçu le droit de cité de la part d’un membre de la famille impériale ?

  • 145 CIL, II, 5881 : G(aius) Iulius G(ai)f(ilius) Gal(eria) Celtiber, / h(ic) s(epultus) e(st).
  • 146 Voir par exemple le cas de C. Valerius Caburus, un Helvien ayant obtenu le droit de cité par C. Val (...)
  • 147 Almagro Gorbea 1992, 277-279.
  • 148 Alföldy 1987, 74-85 et Almagro Gorbea 1992, 279.
  • 149 Almagro Gorbea 1992, 277-279.

73Malgré cette ambiguïté, nous pencherons pour cette dernière solution, selon laquelle ce personnage serait un descendant d’un indigène romanisé, le fils ou le petit-fils d’un Hispanas qui avait été intégré dans la ciuitas romaine par Auguste, ou peut-être même par César. En effet, nous sommes guidée dans cette idée par la présence, parmi les inscriptions de la cité de Segobriga, d’un document, daté du début de l’époque impériale, mentionnant un G. Iulius G. f. Gal. Celtiber. La chronologie correspondante et la dénomination semblable nous laissent envisager que ce dernier personnage aurait pu être l’ancêtre de notre Italus145. Dans cette perspective, le futur chevalier aurait obtenu un surnom qui devait faire pendant à celui de son aïeul, Celtiber, et qui aurait fait allusion à une volonté patente d’intégration dans le monde des conquérants146. Naturellement, si l’on suit cette théorie, il serait aussi nécessaire de supposer que le père ou l’ancêtre d’Italus étaient des figures très importantes, peut-être des membres de l’aristocratie locale, pour que leur descendant ait pu être admis dans l’ordre équestre. Cependant, l’inscription mentionnant G. Iulius Celtiber, sur laquelle nous nous appuyons, ne dit rien à ce propos. Par ailleurs, il est probable qu’à l’époque des guerres civiles les élites indigènes furent pro-césariennes, si l’on en juge par l’abondante répartition du gentilice Iulius dans l’épigraphie locale147. Ce dernier élément pourrait nous faire pencher pour une attribution du droit de cité à la famille de notre chevalier par César. Il est aussi possible que l’octroi de la ciuitas date de la fin de l’époque augustéenne, quand Segobriga reçut selon toute vraisemblance le statut de municipium inscrit dans la tribu Galería148. En tout cas, il est certain que le site celtibérique de Segobriga, entre l’époque césarienne et celle d’Auguste, jouissait d’une certaine prospérité et que les notables locaux affirmaient avec force leur pouvoir au travers d’importantes dépenses évergétiques, ainsi que le matériel archéologique le confirme149. Au delà de ces considérations, nous sommes consciente que notre rapprochement demeure hypothétique.

  • 150 CIL, XII, 4357 : L(ucio) Aufidio L(uci) f(ilio) Aem(ilia) / Viniciano Epagathino/praef(ecto) fabr(u (...)
  • 151 Plin., Nat., 36.160-163.
  • 152 Blázquez 1978a ; Curchin 1981, 138 ;Alfoldy 1987, 84 ; Haley 1991, 115,n. 382.

74Il importe désormais de se demander pour quelle raison ce notable était parti de la Citérieure en direction de Narbonne. Aucune référence à des fonctions de l’administration impériale ne permet de supposer qu’il se trouvait sur place pour des raisons officielles. Par ailleurs, il y a de fortes chances pour que ce chevalier ait été tout simplement de passage dans la colonie, puisque que le texte de son épitaphe ne rappelle aucun élément qui pourrait faire penser à un transfert définitif dans la ville (profession, famille etc.). L’autre cas connu par l’épigraphie locale d’un chevalier romain d’origine allogène montre, a contrario, l’exemple de quelqu’un qui s’était bien enraciné à Narbonne, où il avait épousé une affranchie de ce lieu150. Il n’est pas simple de se faire une idée sur les motivations qui auraient pu pousser Italus à passer par Narbonne. Était-ce un voyage banal au cours duquel le personnage aurait trouvé la mort ? Ou faudrait-il plutôt le mettre en relation avec le commerce de lapis specularis dont Segobriga était une des plus importantes productrices dans le monde romain151, comme d’autres historiens l’ont remarqué152 ? Bien que ce dernier rapprochement soit envisageable, il faut tout de même rester prudent. En effet, jusqu’à présent, nous ne possédons pas de preuves de l’existence à Narbonne de cette pierre particulière qui était employée à Rome pour la décoration d’édifices somptueux. En outre, il est difficile d’imaginer que le chevalier Iulius Italus se soit rendu dans la ville pour s’occuper directement du commerce de ce produit, tout au plus, nous pouvons penser qu’il avait des intérêts dans cette activité, qu’il exerçait par le biais d’intermédiaires. En tout cas, ces hypothèses vraisemblables demanderaient des confirmations ultérieures.

  • 153 Almagro Gorbea 1992, 275.
  • 154 Voir le recensement effectué dans Ricci 1999, 103-143.
  • 155 CIL, II, 4222 ; RIT, 286. Je dois ce rapprochement à l’amabilité d’A. Caballos Rufino, qui m’a comm (...)

75Ce qui est sûr, c’est que la cité de Segobriga, à l’époque augustéenne, jouissait d’une certaine prospérité économique en concomitance avec une considérable expansion monumentale. En outre, elle était correctement reliée avec les plus importantes cités de la péninsule, par la voie qui partait de Carthago Nova pour arriver à Complutum et de là jusqu’à Caesaraugusta153. L’exploitation de lapis specularis, dont la région autour de Segobriga regorgeait, avait débuté dès l’époque augustéenne, comme la recherche archéologique l’a bien mis en évidence. Cette activité avait été la source de grandes richesses pour les élites locales. Par conséquent, l’hypothèse selon laquelle la présence d’un chevalier romain de Segobriga à Narbonne pourrait être expliquée par les intérêts de ce dernier dans l’exportation d’un produit local vers l’emporion a été mise en avant par certains historiens. D’ailleurs, l’importance des revenus tirés de cette activité nous aiderait peut-être à comprendre l’abondante répartition des Segobrigenses dans tout le monde ancien, surtout à Rome154, mais aussi à Tarragone. C’est en effet dans cette ville qu’entre la fin du ier et la fin du iie siècle p.C. (entre 70 et 180 p.C.), un personnage qui pourrait être un descendant de notre chevalier, C. Iulius C. f. Gal. Pila, est attesté parmi les flamines provinciaux155.

  • 156 Sanchez 2002, 120-121.

76Il est évident que nous n’avons pas de preuves suffisantes pour mettre en relation Italus avec le commerce de lapis specularis ; l’existence de ce personnage à Narbonne aurait pu être déterminée, de surcroît, par des raisons plus simples et anodines (halte lors d’un voyage vers Rome, par exemple...). Néanmoins, ce possible rapprochement entre zone de production en contexte hispanique et marché de diffusion à Narbonne méritait d’être mis en valeur, surtout si l’on tient compte de l’activité incessante d’assemblage et de redistribution de nombreux produits hispaniques de l’emporion narbonnais156.

  • 157 Burnand 1989, 21-28 ; Id. 1961, 291-313.

77Un autre personnage connu dans la colonie est, lui aussi, vraisemblablement originaire de la péninsule ibérique. Il nous est attesté par l’inscription suivante qui date vraisemblablement du début du ier siècle p.C., en raison de l’emploi du nominatif et de la formule hic sepultus est, éléments typiques de l’épigraphie funéraire de Narbonnaise de haute époque157.

CIL, XII, 4529 ; HGL, XV, 752 : T(itus) Vipongius / Homullus, / Bergusitanus, / hic sepultus est.

  • 158 Ptolémée 2.6.67.
  • 159 Rico 1997, 88-89 ; 134.
  • 160 Polybe 3.35.2-4.
  • 161 Liv. 34.16.8-9 et 21.1-6.

78Selon O. Hirschfeld, le terme Bergusitanus fait référence à l’oppidum de Bergousia, qui se trouverait, d’après un passage de Ptolémée158, chez les Ilergètes, peuple occupant la région correspondant grosso modo à l’actuelle province de Lérida (llerda). En fait, la question n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, car il est difficile de situer précisément ce toponyme sur une carte moderne. Nous essayerons ici de le faire en reprenant les hypothèses que Chr. Rico avance dans son étude sur les Pyrénées anciennes159. L’auteur distingue la Bergousia de Ptolémée des Bargusioi, peuplades ibériques évoquées par Polybe160. Il identifie ces derniers, pour des raisons de ressemblance linguistique, avec les Bergistani, mentionnés par Tite-Live en tant qu’habitants de la région autour du castrum Bergium161. Ce dernier site correspondrait à la ville actuelle de Berga, dans la haute vallée du Llobregat, au nord-est d’Ilerda. Par conséquent, pour Chr. Rico, le témoignage de Ptolémée n’aurait pas de valeur, du fait que l’oppidum de Bergousia, près des centres ilergètes, ne peut être complètement assimilé à aucun site actuel. Le mot Bergusitanus cité sur notre inscription serait alors probablement à relier aux Bergistani connus par Tite-Live et situés autour de la moderne Berga.

  • 162 HGL, XV, 752 : il s’agissait des manuscrits de G. Lafont et C. Viguier, alors que la majorité des a (...)
  • 163 Solin & Salomies 1994, 146.
  • 164 Rico 1997, 168.

79Quoi qu’il en soit, le personnage mentionné dans le texte provenait certainement de la péninsule ibérique et vraisemblablement de cette région du piémont pyrénéen. Malheureusement, il nous est impossible de proposer d’éventuels rapprochements épigraphiques entre cet individu et d’autres, parce que son gentilice Vipongius constitue un unicum dans l’onomastique romaine. De plus, l’inscription ayant été perdue, nous ne pouvons pas en vérifier la lecture. La tradition manuscrite concernant l’épigraphie narbonnaise, rassemblée dans le recueil d’inscriptions d’A. Lébègue, proposait la variante M. Pongius pour la dénomination du défunt162. Mais cette solution n’élimine pas le problème, car le gentilice Pongius / Pondus est aussi peu répandu dans le monde romain et les auteurs des répertoires onomastiques qui l’ont recensé doutent de sa nature de nomen ou de cognomen163. En tout cas, il y a de fortes chances pour que notre personnage appartienne au monde des indigènes ibériques de la région, ensuite romanisé, surtout s’il rappelle encore sa dérivation d’une ancienne peuplade, les Bergistani, disparue au cours de l’époque augustéenne, au moment de la réorganisation administrative du pourtour pyrénéen164. En revanche, le surnom Homullus, bien attesté par les sources, renvoie à un cognomen plutôt diffusé parmi des personnages de statut élevé : c’est pourquoi nous pensons qu’il s’agissait d’un individu de condition ingénue.

  • 165 A la suite de l’hypothèse de Chr. Rico, cf. supra, p. 49.
  • 166 Voir supra p. 29-34.

80En fin de compte, T. Vipongius Homullus, un indigène romanisé qui meurt à Narbonne probablement au début du ier siècle p.C., avait quitté la région pyrénéenne pour s’installer définitivement dans la capitale de la Narbonnaise. Ce que furent les raisons et les objectifs de son émigration, le texte ne nous permet pas de le déduire. Une seule hypothèse, fragile, peut être avancée, si nous considérons la région d’où Vipongius était originaire, comme située dans la vallée du Llobregat165. Dans ce secteur, plusieurs ateliers d’amphores Pascual 1 et Dressel 2-4 existaient de l’époque augustéenne au milieu du ier siècle p.C. et nous savons que certains Narbonnais s’étaient installés dans ce territoire pour profiter de la conjoncture favorable166. La présence de Vipongius à Narbonne aurait-elle alors un rapport avec cette situation ? Le doute subsiste.

  • 167 Nous avons inclus dans cette catégorie seulement les inscriptions dans lesquelles l’origine hispani (...)

81Une troisième catégorie comprend tous les personnages attestés à Narbonne dont l’origine exacte est incertaine : ils pourraient être issus de la péninsule ibérique sur la base de quelques indices, mais aucune référence claire de leur provenance n’apparaît sur l’inscription167.

82Un premier cas se rapporte à un individu qui se nomme M. Abillius M. lib. Gal. Siluanus.

C/L, XII, 4541 ; HGL, XV, 241 : Viu(it) ; / M(arcus) Abillius / M(arci) lib(ertus) Gal(eria) / Siluanus, / sibi et suis. / In [--- p(edes)] XXV.

  • 168 Les autres exemples concernent CIL, XII, 4365 (Antistius [-] f. Gal. Paternus, soldat de la legio I (...)
  • 169 Christol 1995, 173-181.
  • 170 CIL, II, 3182 (Valeria) : L. Abilius Sabinus. Voir Abascal Palazón 1994, 41, 63 et 92.
  • 171 AE, 1983, 538 (Nueva Carteya) ; CIL, II, 335 (Ferreira do Zezere) ; AE, 1983, 498 (Ardea de Trujill (...)
  • 172 Cf. index du CIL, XII, p. 867.
  • 173 Elle est attestée à Abella et Abellinum (Regio I) ; à Compsa et à Vibinum (Regio II) ; à Luna et Pi (...)
  • 174 Fabre 1981, 134-135.

83C’est la présence de la tribu Galería, attestée à Narbonne uniquement en relation avec des personnages originaires des provinces hispaniques, qui avait amené M. Gayraud à considérer cet individu comme un immigré hispanique et qui nous conduit à l’insérer dans notre troisième catégorie168. L’inscription date du début du ier siècle p.C. car elle contient des formules funéraires très courantes dans l’épigraphie narbonnaise de l’époque169. Le texte nous apprend que l’individu en question avait fait ériger de son vivant un tombeau pour lui-même et sa famille, et que les dimensions de la sépulture familiale devaient correspondre à vingt cinq pieds de profondeur ou de largeur. Mais la provenance géographique de ce personnage est bien loin d’être acquise. En effet, le nom Abillius, qu’il porte, est attesté une seule fois dans la péninsule ibérique, sous la forme Abilius170. Il est vrai qu’il pourrait s’agir aussi d’une variante “hispanisée” du gentilice Avillius qui, en revanche, est bien représenté dans toute la péninsule171. Cependant, bon nombre d’occurrences de ce dernier nomen en Narbonnaise (7 exemples)172, nous interdisent de le considérer comme une spécificité de l’onomastique de l’Hispanie romaine. Par ailleurs la tribu Galería, loin d’être exclusivement caractéristique des cités hispaniques d’époque impériale est aussi bien répandue en Italie173. C’est pourquoi, finalement, aucun élément sûr ne nous permet de considérer ce personnage comme issu de la péninsule ibérique. Par ailleurs, un tout dernier point mérite d’être souligné. Nous avons ici un des rares cas où un affranchi porte la mention de la tribu dans sa dénomination : il s’agissait très probablement de la tribu de son maître174.

84Un autre texte peut rentrer dans cette catégorie, bien qu’il soit encore plus problématique que le précédent.

CIL, XII, 5213 ; HGL, XV, 882 : C(aius) Vatinius P(ubli) f(ilius) Qui(rina), / C(aius) Vatinius C(ai)f(ilius), / Vatinia C(ai) f(ilia) Tertia.

  • 175 C’était l’idée de Wierschowski 2001, 242, no 323.
  • 176 Plin., Nat., 3.30 ; Ross Taylor 1960, 109, n. 21 ; Le Roux 1982, 141 ; Wiegels 1985, 1-9.
  • 177 Forni 1953, 60-61.
  • 178 Nony 1968,58.
  • 179 Il n’est pas répertorié dans Abascal Palazón 1994.
  • 180 Gayraud 1981, 423.
  • 181 C/L, XII, 575 (Aix) ; 3088 ; 3447 ; 3660 (Nîmes).
  • 182 Caes., Gal., 8.46 ; voir aussi MRR, II, 245 qui reconnaît ce personnage comme le consul de 47 a.C.
  • 183 Voir Kubitschek 1889, 272 : en Italie la Quirina est la tribu d’Antium (Regio I), Amiternum, Nursia (...)

85La présence de la tribu Quirina pourrait faire pencher pour une origine hispanique du personnage175. Nous savons qu’elle fut introduite à l’époque des Flaviens, au moment de la concession du ius Latii à un certain nombre de cités de la péninsule176. Cependant, les deux hommes ici mentionnés ne portent pas de cognomen, ce qui nous renvoie indubitablement à la période qui précède Claude et la généralisation des tria nomina177. Néanmoins, il est avéré que la Quirina fut aussi la tribu de Claude. Par conséquent, si l’on veut maintenir l’idée de l’origine hispanique de ces personnages, il faudrait supposer qu’ils étaient des indigènes ayant reçu le droit de cité uiritim par ce dernier empereur, au tout début de son règne. Toutefois, il a été démontré que l’appartenance à la Quirina ne peut pas être considérée comme un signe incontestable de l’octroi de la cité romaine par Claude en Espagne178. En somme, cette hypothèse nous paraît un peu fragile, d’autant plus qu’elle laisse inexpliquée la présence du gentilice Vatinius qui est complètement absent dans l’épigraphie des provinces hispaniques179. Il nous semble donc nécessaire de renoncer à l’idée de départ. De son côté, M. Gayraud180, observant que ce nom était aussi connu à Nîmes et à Aix181, mettait en relation sa diffusion en Narbonnaise avec l’action de P. Vatinius, légat de César en Gaule probablement en 58 et en 51 a.C.182 Dans ce contexte, il faudrait penser que les individus mentionnés ci-dessus étaient des indigènes gaulois intégrés dans la ciuitas romana à l’époque césarienne. Pourtant, deux difficultés apparaissent. D’une part, nous n’avons pas la certitude que le légat de César ait servi en Narbonnaise plutôt qu’en Gaule du Nord ; d’autre part, s’il s’agit véritablement d’indigènes romanisés, nous ne comprenons pas pourquoi ils furent inscrits dans la tribu Quirina qui ne correspond à aucune cité de Narbonnaise. A notre avis, la solution la plus simple est celle de voir les Vatinii de Narbonne comme des immigrés italiens, arrivés dans la colonie entre la fin du ier siècle a.C. et la première moitié du ier siècle p.C. En tant qu’inscrits dans la Quirina, ils étaient peut-être originaires du Latium ou du Samnium, où cette tribu est bien attestée183.

86Un dernier cas mérite quelques réflexions.

CIL, XII, 5011 ; HGL, XV, 692 : M(arcus) Norbanus / M(arci) l(ibertus) Rufio, / Dellia L(uci) l(iberta) / Helena,/h(ic) s(iti) s(unt).

  • 184 Un seul autre cas se trouve à Nîmes au iie siècle p.C. dans CIL, XII, 3765 qui mentionne un T. Norb (...)
  • 185 Wierschowski 2001, 236, no 312.
  • 186 AE, 1977, 396 (Trujillo) et HEp 2, 769 (Idanha). Voir Abascal Palazón 1994, 189-191.
  • 187 Christol 1990, 195, n. 23.
  • 188 Il s’agit de CIL, II, 2852 qui mentionne C. Dellius M. f. Pom(ptina) Flauinus, vétéran de la legio (...)
  • 189 Les attestations recensées concernent Capoue (CIL, I2, 947 et CIL, X, 4108) ; Pouzzoles (CIL, X, 23 (...)

87Face à l’extrême rareté du nom Norbanus dans toute la Narbonnaise184, il est légitime d’en postuler une origine allogène. A première vue, l’on serait conduit vers la péninsule ibérique, comme d’autres auteurs l’ont suggéré185. Il est vrai que dans l’Hispanie romaine, il y a beaucoup d’attestations de ce gentilice, dérivant peut-être de la cité de Norba Caesarina (Cáceres, Lusitanie), fondation de C. Norbanus Flaccus à l’époque triumvirale. Cela dit, nous n’en avons repéré que deux seules du prénom Marcus associées à ce nom186. En tout cas, la provenance hispanique n’est pas la seule solution possible, car cet anthroponyme pourrait aussi dériver de la cité de Norba dans le Latium, où il est bien représenté187. Quant au nom de la femme mentionnée dans le texte, Dellius, nous remarquerons qu’il est attesté seulement deux fois dans la péninsule ibérique à Lara de Los Infantes (prov. de Burgos), en relation avec une inscription datant du début du iie siècle p.C.188 En revanche, en Italie, il est bien connu en Campanie, d’où il est peut-être originaire, car c’est ici que nous en trouvons les occurrences les plus anciennes189. Cette répartition nous incite à conclure que nous avons peut-être plus d’éléments pour considérer les personnages cités sur cette inscription comme issus d’Italie, plutôt que de la péninsule ibérique, sans que l’on puisse en être complètement sûr.

88Quant aux personnages narbonnais de souche mais émigrés dans les territoires hispaniques, nous pouvons compter sur quelques textes d’interprétation complexe. Exceptées les inscriptions qui concernent des militaires enrôlés dans l’armée d’Espagne au cours du Ier siècle p.C., les éléments à notre disposition pour évaluer un éventuel flux migratoire de la colonie vers la péninsule voisine sont vraiment très faibles.

89Un premier indice est constitué par une inscription de Sagonte.

CIL, II, 3876 (ILS, 6962) = ELSag., 267 : L(ucius) Valerius Muntanus, / Tarbellus IIIIsignanus, / domu (sic !) Narb[one---] / [---].

  • 190 Kajanto 1965, 81, 309.

90Le nominatif employé dans cette inscription, qui est selon toute vraisemblance funéraire, nous permet de proposer une datation approximative au ier siècle p.C. Cependant, la pierre est cassée et le texte lacunaire a soulevé beaucoup de débats. La difficulté naît du fait que ce personnage, apparemment un ingénu en raison de son cognomen190, indique successivement sa patrie, la ciuitas Tarbellorum, située dans la province d’Aquitaine, puis un domicile (Narbonne), distinct de la patrie, dans une province différente.

  • 191 Voir apparat critique au CIL, II, 3876 : “Hominem hunc Tarbellum Narbone domicilium habuisse non es (...)
  • 192 Dans l’apparat critique au CIL, II, 3876, Th. Mommsen note : “Si quidem vere deprehenditur hoc loco (...)
  • 193 Beltrán Lloris 1980, 215, no 267.
  • 194 Dans ce cas, le terme d’incola, pouvant recouvrir plusieurs réalités, exprimerait l’étranger durabl (...)
  • 195 Gayraud 1981, 412.
  • 196 Wierschowski 2001, 207, no 270.

91E. Hübner, jugeant invraisemblable qu’un individu indiquant ouvertement sa patrie puisse résider dans une cité appartenant à une autre province, proposait de considérer Narb[--] comme un village de l’Aquitaine, inconnu par ailleurs191. En revanche, Th. Mommsen supposait que le territorium des Quattuorsignani avait été à un moment donné attribué à la colonie de Narbonne192. Cependant, aucune autre source disponible ne vient supporter cette hypothèse. Enfin, selon F. Beltrán Lloris, rien n’empêcherait qu’un personnage appartenant à une certaine ciuitas puisse être domicilié dans une autre cité, même en dehors de la province d’origine193. Il voyait alors tout simplement ce Tarbellus comme un émigrant étranger qui avait fixé sa résidence à Narbonne (incola) : en effet, le personnage se garde bien de se définir comme ciuis de la capitale de Narbonnaise194. En somme, Valerius Muntanus aurait son origo, au sens de terre qui l’a vu naître, dans la ciuitas Tarbellorum, alors que Narbonne serait pour lui la ville dans laquelle il a établi sa demeure, sans pour autant en posséder la citoyenneté. L’ambiguïté ici découlerait du fait que, pour exprimer son lieu d’habitation, le personnage emploie une expression qui est souvent utilisée pour indiquer la patrie, l’origo (domu Narbone)195. Cet exemple témoignerait clairement que le lieu de naissance d’une personne et son lieu de résidence peuvent totalement diverger196.

  • 197 La pierre a été perdue et l’édition d’E. Hübner dans CIL, II, 3876 se fonde sur une copie manuscrit (...)
  • 198 Le Roux 1982, 191.
  • 199 Des trois militaires attestés à Sagonte au ier siècle, deux sont sûrement des hispaniques (ELSag, 6 (...)

92En adoptant ce dernier point de vue, il nous importe de comprendre la raison qui a pu engendrer le double changement de place de notre personnage : de l’Aquitaine à Narbonne et de cette cité à Sagonte, en Tarraconaise, où il a vraisemblablement terminé ses jours, si nous interprétons son inscription comme une épitaphe197. Une hypothèse possible serait celle d’envisager notre individu comme un militaire, originaire de Gaule et enrôlé dans l’armée d’Espagne, de passage à Sagonte. Cependant, l’absence de troupes stationnées à Sagonte au ier siècle p.C.198 et le nombre limité de soldats dans la ville, qui sont en plus tous des hispaniques 199, rende cette supposition peu probable. C’est pourquoi, il faut explorer une deuxième piste et, en voyant cet individu comme un civil, essayer de déceler l’objectif de ses voyages.

  • 200 Rico 1997, 118 et 145.
  • 201 Tib. 1.7.2-10.
  • 202 Strab. 4.2.1.
  • 203 Voir Rico 1997, 268-271.
  • 204 Ce port avait été en mesure d’attirer d’autres étrangers, dont certains pour des raisons commercial (...)
  • 205 Cf. supra, n. 201.

93Tout d’abord, il faut rappeler que les Tarbelli étaient des peuples qui habitaient les régions nord occidentales des Pyrénées. Du fait qu’ils étaient constitués en une fédération de quatre grandes peuplades, ils prenaient le nom de Quattuorsignani. Ils contrôlaient un territoire assez vaste et leur capitale était Aquae Tarbellicae (Dax)200. Ce secteur fut définitivement conquis en 29-28 a.C., lors d’une série de campagnes militaires guidées par M. Valerius Messalla Coruinus201. A l’époque de la réorganisation augustéenne du piémont pyrénéen, la cité des Tarbelli couvrait près de la moitié occidentale de l’Aquitaine méridionale. Nous savons que cette région, qui correspond aux actuels départements des Pyrénées Atlantiques, des Landes et des Hautes-Pyrénées, n’était pas caractérisée par des productions particulières dans l’Antiquité romaine. A la culture du blé à petite échelle, s’ajoutait une exploitation mal connue de gisements d’or, évoqués par Strabon202, dont de faibles traces ont été peut-être repérées aujourd’hui autour de Bayonne. En revanche, la cité voisine des Convenae, occupant la partie centrale du pourtour pyrénéen, était plus renommée en raison de l’existence de carrières de marbre, dont la production faisait l’objet d’un commerce d’une discrète ampleur avec les régions limitrophes203. Pouvons-nous alors associer les pérégrinations de Valerius Muntanus avec l’exportation d’un des produits mentionnés vers Narbonne et l’Hispanie ? Bien que cela soit envisageable, malheureusement, rien ne nous permet de l’affirmer. En tout cas, il est important de souligner le fait que notre personnage originaire d’Aquitaine avait fixé son domicile dans la colonie (domo Narbone). De là il était ensuite parti vers Sagonte, même si l’inscription lacunaire nous empêche de comprendre s’il avait l’intention de s’y établir définitivement ou pas. Nous soupçonnons que l’emporion narbonnais était la base de ses opérations, que nous imaginons de nature commerciale, du fait que la seconde étape de son voyage concernait un autre port très actif de la Méditerranée Occidentale204. Cependant, la motivation de son premier transfert de la ciuitas Tarbellorum à Narbonne demeure obscure. Était-il un personnage de modeste condition se rendant dans la capitale de la province voisine pour faire fortune ou était-il un riche producteur qui s’occupait de la commercialisation de ses biens ? Les données à notre disposition nous interdisent toute réponse à ces questions. Néanmoins, un autre élément mérite d’être mis en évidence : indépendamment des véritables causes qui purent provoquer les voyages de L. Valerius Muntanus, celui-ci fit preuve d’un certain esprit d’initiative et de la connaissance des routes trans-provinciales. Dans ce cas, une signification toute particulière réside dans la constatation que cet individu était un descendant d’un indigène romanisé, ayant peut-être reçu le droit de cité à l’époque de la pacification du secteur pyrénéen par M. Valerius Messalla Corvinus, à la fin de la République205.

  • 206 RIT, 401 et ILER, 6324.
  • 207 Étienne 1977, 291-299.

94Quoiqu’il en soit, l’exemple de Valerius Muntanus ne doit pas être considéré comme unique. Nous connaissons d’autres personnages provenant d’Aquae Tarbellicae qui avaient émigré dans la péninsule ibérique (à Tarraco et à Astigi)206. Selon R. Étienne207, l’un des itinéraires que ces Aquitains pouvaient emprunter depuis Dax en direction de la côte orientale espagnole, était celui qui passait par Eauze, Auch, Toulouse et enfin Narbonne. D’ici, l’on pouvait suivre la via Domitia, puis la via Augusta en direction de Barcelone, pour gagner ainsi Tarragone et éventuellement le reste de l’Hispanie méridionale. Si le double changement de place de Valerius Muntanus, depuis la ciuitas Tarbellorum, vers Narbonne et ensuite Sagonte ne suscite plus de surprise, du fait que nous avons mis en valeur la réalité de transferts de personne de l’Aquitaine en Hispanie, en revanche, les raisons qui auraient pu engendrer cette émigration complexe restent incertaines.

95Un deuxième texte nous apporte quelques éléments sur d’éventuelles migrations de Narbonne vers la péninsule ibérique. C’est une inscription provenant d’Ampurias et datée du ier siècle p.C. Elle mentionne un personnage portant un surnom qui pourrait renvoyer à notre cité.

CIL, II, 4627 = IRC, III, 68 : P(ublio) Fabrinio Primo / et Corneliae Atacinae, / P(ublius) Fabrinius Modestas l(ibertus) / ----------- /patrono et sibi. / H(oc) m(omumentum) h(eredem) n(on) s(equitur).

  • 208 Mel. 2.5.75 ; Gayraud 1981, 155-158.
  • 209 CIL, II, p. 615 : Cornelia Atacina cognomine saltem originem Gallicam aliqua ratione videtur indica (...)
  • 210 Pour une synthèse intéressante des liens économiques existant entre Narbonne, la Catalogne et Tarra (...)
  • 211 Ptolémée 2.6.58. Ce site, de difficile identification, pourrait se trouver non loin de Carthago Nov (...)
  • 212 Blázquez 1975, 39-42.

96Le cognomen de la femme citée dans ce texte constitue un hapax dans l’onomastique hispanique. Il semble formé sur le nom Atax, qui est celui du fleuve qui baignait Narbonne. D’ailleurs, nous savons que les premiers habitants de la ville, installés en 118 a.C., étaient appelés Atacini, par opposition aux Decumani, les vétérans césariens déduits en 45 a.C.208 Ces considérations avaient poussé E. Hübner209 à avancer l’hypothèse d’une origine narbonnaise pour cette femme, Cornelia Atacina, attestée à Ampurias au cours du ier siècle p.C. Si cette idée semble tout à fait vraisemblable, compte tenu des relations qui liaient Narbonne à Ampurias et à la Catalogne210, trois obstacles s’opposent à ce qu’on l’accepte entièrement. Tout d’abord, le terme Atacinus pourrait aussi faire référence à l’oppidum celtibère d’Attacon, mentionné par Ptolémée211. Ensuite, nous savons qu’il existait une déesse Ataecina dans la péninsule ibérique, précisément en Lusitanie, qui aurait pu produire un nom théophore212. Enfin, le gentilice du dédicataire de l’inscription, probablement l’époux d’Atacina, P. Fabrinius Primus, s’il n’est pas connu en Hispanie, est aussi complètement absent de l’onomastique de Narbonne et de sa province. L’idée que Cornelia Atacina soit une femme originaire de la capitale de la Narbonnaise, ne se fonde donc que sur son surnom et doit être considérée avec prudence.

  • 213 Étienne 1958, 150.
  • 214 Sur ces relations, Mayer & Rodà 1994, 318-328.
  • 215 Devijver 1972, 165-191 et surtout 187-188.
  • 216 La même opinion est aussi exprimée dans Alfoldy, RIT, 301.

97Un dernier document mérite quelques observations, même s’il ne nous donne pas non plus d’informations certaines sur la présence de citoyens narbonnais dans les provinces hispaniques. C’est le cas de l’inscription CIL, II. 4239 ; RIT, 301 mentionnant un flamine de Tarraconaise au nom de M. Porcius M. fil. Gal. Narbonensis. R. Étienne, dans son ouvrage sur le culte impérial en péninsule ibérique, considérait ce prêtre comme originaire de Narbonne213. Il trouvait la chose tout à fait compréhensible, compte tenu des relations commerciales et culturelles qui existaient entre Tarragone et Narbonne214. Néanmoins, datant l’inscription de l’époque flavienne, il constatait que les talents de ce Narbonnais avaient dû être éclatants, puisqu’il avait été choisi, dès le premier siècle p.C., comme prêtre de la province de Citérieure. Plus récemment, H. Devijver a confirmé la datation de l’inscription vers 70 p.C., tout en admettant que la carrière du personnage ait pu débuter à l’époque de Claude. Mais, il a mis en évidence que, si le cognomen de Narbonensis pouvait avoir une signification géographique, il aurait pu aussi tout simplement indiquer l’existence d’autres types de relations entre M. Porcius, ou ses ancêtres, et la cité de Narbo Martius. D’ailleurs, il ne faut pas négliger le fait que ce personnage, inscrit dans la tribu Galeria, devait certainement être citoyen de Tarragone215. C’est pourquoi nous croyons, nous aussi, que le surnom Narbonensis était le cognomen de M. Porcius, plutôt que son origo216.

98Parmi tous les exemples que nous avons recensés, les plus assurés sont, au final, ceux qui concernent les personnages mentionnant ouvertement leur provenance hispanique et narbonnaise par un adjectif géographique ou par le terme domo suivi du nom d’une cité (Bergusitanus ; Cordubensis ; Segobrigensis ; domo Tarracone ; domo Narb(one)), bien qu’il faille parfois être prudent sur la valeur de ces désignations (M. Porcius Narbonensis). En revanche, en l’absence de ces qualificatifs, les soupçons d’une origine allogène deviennent plausibles quand nous disposons de plusieurs indices s’appuyant mutuellement (A. Sempronius Callaecus). Néanmoins, lorsque l’on se fonde uniquement sur la mention de la tribu (Galeria et Quirina) ou sur l’onomastique (Norbanus, Atacina) pour suggérer une migration depuis la péninsule ibérique vers Narbonne et vice versa, l’impression initiale ne résiste pas à une analyse plus profonde et les doutes prennent le dessus.

99De même, dans les cas où nous sommes certainement en présence d’immigrés, les motivations économiques de leur déplacement nous semblent fortement vraisemblables, seulement lorsque leur activité est clairement indiquée (mercator, hospitalis, purpurarius). Dans les autres cas, il est difficile de deviner les raisons de la migration, mais des éléments différents (zone renommée pour certaines productions comme Segobriga ; dynamisme commercial d’un port comme Sagonte, par exemple) nous amènent à penser qu’un intérêt économique pouvait exister.

  • 217 C’est le sens qu’il faut donner à l’activité des naviculaires narbonnais dans le commerce de l’huil (...)

100Quoiqu’il en soit, les données à notre disposition nous permettent de mettre en évidence quelques faits. Au cours du ier siècle p.C., Narbonne apparaît comme un lieu en mesure d’attirer une émigration interprovinciale assez importante. Elle représente plutôt une ville d’accueil que de départ des hommes, car, comme nous l’avons vu, la documentation rassemblée laisse entrevoir un faible flux migratoire de la capitale narbonnaise vers la péninsule ibérique. En revanche, les localités hispaniques concernées par l’émigration de leurs ressortissants en direction de Narbonne sont nombreuses et se trouvent dans tout le territoire de la péninsule. A cette époque, des contacts intenses avec la province de Citérieure sont attestés : évidemment, la région la plus impliquée est la côte orientale (Tarragone, Sagonte), qui constitue un secteur très romanisé et très riche du point de vue économique, avec lequel l’emporion narbonnais pouvait entretenir des liens maritimes privilégiés. D’autres zones sont aussi représentées, comme la Galice, le piémont pyrénéen et la cité de Ségobriga, zones un peu plus en marge de la grande expansion économique et commerciale de l’Hispanie du Haut-Empire, néanmoins relativement réputées pour l’ampleur de certaines activités. En ce qui concerne la Bétique, nous avons pour cette période la preuve de l’existence de relations commerciales uniquement avec la cité de Cordoue, alors que celles-ci vont s’intensifier au cours du iie siècle p.C. avec d’autres centres exportateurs d’huile de cette province217. Aucun indice clair n’atteste de liens avec la Lusitanie, au moins pour cette période. Ce furent donc des activités économiques qui purent engendrer chez certains hispaniques l’exigence de partir pour Narbonne, qui, au ier siècle p.C. était encore un grand centre économique et commercial de la Méditerranée romaine. Cependant, il ne faut pas exclure que, dans quelques cas, des motivations autres que commerciales aient pu déterminer ces déplacements.

  • 218 Voir aussi le tableau récapitulatif à la fin de cette étude.

101Un second élément qui mérite quelques réflexions est l’apparition, pour les cas vraisemblables d’immigrés partis de l’Hispanie vers Narbonne et vice versa, de noms d’indigènes romanisés (Fabius, Afranius, Sempronius, Iulius, Valerius, et peut-être Vipongius)218. Même si nous n’avons affaire que très rarement à des individus de condition ingénue ou à des Hispani romanisés de fraîche date, car nos sources concernent surtout des affranchis ou des descendants d’indigènes, il est tout de même possible d’apprécier l’ampleur de ce phénomène. Cette remarque prend tout son sens à partir du moment où les raisons de la circulation des différents personnages sont très clairement de type économique. En effet, cela nous permet de mettre en valeur une évolution dans la maîtrise des activités économiques des provinces occidentales du monde romain.

Conclusion

102Au cours de cette étude, nous avons donc essayé de présenter les relations économiques entre Narbonne et la péninsule ibérique, à la lumière du phénomène de l’émigration. Nous avons constaté qu’au début, les contacts entre les deux mondes étaient plutôt indirects et gérés par les Italiens. En effet, durant l’époque républicaine, alors que les nouvelles provinces faisaient l’objet de l’exploitation économique de la part du pouvoir central, le seul lien possible entre celles-ci reposait sur l’intervention d’éléments originaires d’Italie. L’exemple des Planii et des Cervii nous a permis d’illustrer clairement cette situation. Il résulte aussi que ces personnages assurèrent les relations uniquement entre Narbonne et la cité de Carthagène, alors capitale de la Citerior, mais aussi grand emporion de la façade occidentale méditerranéenne, actif pour le commerce des métaux. C’est le moment où les nouveaux territoires conquis constituèrent des points d’aboutissement pour les negotiatores et les produits italiens. Narbonne joua alors un rôle clef dans la réception et la redistribution d’hommes et de biens dans les régions proches (en territoire gaulois et le long du littoral méditerranéen). Dans une seconde phase, les transformations engendrées dans les provinces avec l’arrivée des armées, des colons, des negotiatores, et de tout le bagage culturel et technique que ceux-ci véhiculaient, ouvrirent la voie à un développement autonome des initiatives économiques. C’est pourquoi nous voyons apparaître des figures d’immigrés italiens qui, désormais installés en Narbonnaise ou dans les provinces hispaniques, s’adonnèrent à l’exploitation des richesses et des marchés de l’Occident méditerranéen. Les contacts entre Narbonne et la péninsule ibérique devinrent alors directs, en ce sens que des personnages installés dans la colonie se lancèrent dans des activités spéculatives en se déplaçant vers l’Hispanie. Mais il importe de remarquer qu’à cette époque (seconde moitié du ier siècle a.C.), qui coïncide avec l’apogée de la prospérité de l’emporion narbonnais, le rôle majeur dans ces fréquentations fut joué par les Italiens désormais enracinés dans la ville : c’est le cas d’Usulenus et de Volteilius. Le secteur privilégié fut la Catalogne voisine qui connut alors un essor important dans la production de vin et dans sa commercialisation vers le Sud-Ouest de la Gaule. Dans une troisième étape, qui correspond à la période de pacification amorcée sous Auguste, nous assistons à une remontée des énergies des provinciaux, qui, après des décennies de contacts avec les conquérants, eurent enfin acquis les instruments techniques et la maîtrise des marchés nécessaires pour faire fortune de façon autonome. C’est ainsi qu’une grande circulation de personnes vint à caractériser les liens économiques entre Narbonne et la péninsule ibérique. Cette mobilité, qui est d’ailleurs contemporaine de la diffusion de la culture épigraphique à partir de l’époque augustéenne et au cours du ier siècle p.C., est aussi mieux documentée par rapport aux époques antérieures par des exemples plus nombreux. Ceux-ci nous montrent les grandes capacités d’attraction de l’emporion narbonnais et une tendance plus marquée à recevoir des hommes plutôt qu’à en laisser partir. En outre, ils révèlent une diversification d’intérêts économiques et une multiplication des secteurs géographiques touchés, concernant de façon prioritaire plusieurs régions de la Citérieure et en moindre mesure de l’Ultérieure. Les sources à notre disposition nous permettent aussi d’apprécier un saut qualitatif qui distingue cette phase de la précédente, à savoir la prédominance presque absolue de noms d’individus appartenant à des familles d’indigènes romanisés. L’intervention des Italiens apparaît plus marginale, au moins pour ce que nous avons analysé. Ce sont les effets de la romanisation des provinciaux qui deviennent évidents : les déplacements ayant des buts économiques et commerciaux se font désormais entièrement à leur avantage. Naturellement, ce schéma ne s’applique pas à tous les contextes géographiques et économiques, et il est peut-être moins rigoureux que nous le présentons. Cependant, le cas des relations entre Narbonne et l’Hispanie romaine, suivi à travers les aventures personnelles d’individus impliqués dans certains types d’activités, nous montre bien cette progressive transformation.

  • 219 Gayraud 1981, 532-533.
  • 220 Voir la contribution de G. Chic Garcia dans ce même volume.

103Vers la fin du ier siècle p.C., Narbonne perdit son rôle majeur de pôle d’attraction et de redistribution des marchandises provenant d’Italie et d’Hispanie en direction de la Gaule : une réorientation des circuits commerciaux s’effectua, allant impliquer le port d’Arles et la vallée du Rhône pour assurer l’approvisionnement des armées romaines sur les frontières germaniques. Néanmoins, les contacts avec la péninsule ibérique se poursuivirent au cours de iie siècle p.C. D’autres régions furent intéressées par ces relations, notamment la province de Bétique, pour le transport et le commerce de son huile vers Rome219. A cette époque, l’évolution “onomastique”, mise en valeur pour les périodes précédentes, se manifesta de façon plus marquée, lorsque ce secteur important de l’économie de Narbonne vint à être désormais géré par de grandes familles locales. Parmi celles-ci, à côté des héritiers des anciens groupes italiens, comme les Fadii et les Aponii, nous retrouvons des descendants de riches indigènes anciennement romanisés, comme les Valerii220, ainsi que de nouvelles gentes d’origine celtique, les Segolatii.

Cas vraisemblables d’individus ayant migré pour des raisons économiques de Narbonne en Hispanie et vice versa

Bibliographie

Bibliographie

Abascal Palazón, J. M. (1994) : Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania, Murcie.

Abascal Palazón, J. M. et S. F. Ramallo Asensio (1997) : La ciudad de Carthago Nova : la documentación epigráfica, Murcie.

Abramenko, A. (1993) : Die munizipale Mittelschicht im kaiserzeitlichen Italien. Zu einem neuen Verstandnis von Sevirat und Augustalitat, Francfort.

Alföldy, G. (1987) : “Segobriga”, Römisches Städtewesen auf der neukastilischen Hochebene. Ein Testfall für die Romanisierung, Heidelberg, 74-85.

Almagro Basch, M. (1983) : Segobriga (ciudad celtiberica y romana) I, Madrid.

–––– (1984) : Segobriga II, Madrid.

Almagro-Gorbea, M. (1992) : “La romanización de Segobriga”, DArch, 10, 277-279.

Andreau, J. (1987) : La vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d’argent (IVe siècle a.C. - IIIe siècle p.C.), Rome.

Arangio Ruiz, V. (1947) : Istituzioni di diritto romano, Naples.

Badian, E. (1958) : Foreign Clientelae, Oxford.

–––– (1966) : “Notes on Provincia Gallia in the late Republic”, Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, II, Paris, 901-919.

Bang, M. (1910) : “Die Herkunft der rómischen Sklaven”, MDAI (R), 25, 223-251.

Barreda, A. (1998) : “La gens Mussidia en las ánforas Pascual 1”, El vi a l’Antiguitat. Economía producció y comerç al Mediterrani Occidental, Actes II Colloqui Internacional d’Arqueologia Romana (Badalona, 6-9 de Maig de 1998), Monografies Badalonines, 14, Badalone, 332-340.

Barruol, G. et R. Gourdiole (1982) : “Les mines antiques de la haute vallée de l’Orb (Hérault)”, Mines et fonderies antiques de la Gaule, Table ronde du CNRS (Toulouse 21-22 novembre, 1980), Paris, 79-93.

Bats, M. (1988) : “La logique de l’écriture d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique”, RAN, 21, 124-148.

Bergé, A. (1990) : “Les marques sur amphores Pascual 1 de Port-la-Nautique”, Cahiers d’Archéologie Subaquatique, 9, 131-201.

Beltrán Lloris, F., éd. (1995) : Roma y el nacimiento de la cultura epigráfica en Occidente, Saragosse.

Blagg, T. et M. Millet (1990) : The Early Roman Empire in the West, Oxford.

Blázquez, J. M. (1975) : Diccionario de la religiones prerromanas de Hispania, Madrid.

–––– (1978a) : Economía de la Hispania Romana, Bilbao.

–––– (1978b) : Historia económica de la Hispania romana, Madrid.

Bresson, A. et P. Rouillard éd. (1993) : L’emporion, Bordeaux.

Broughton, T. R. S. (1952) : The Magistrates of the Roman Republic, New York.

Burnand, Y. (1961) : “Chronologie des épitaphes romaines de Vienne (Isère)”, REA, 63, 291-311.

–––– (1989) : “La datation des épitaphes en Narbonnaise d’après le formulaire funéraire : possibilités et limites”, Les inscriptions latines de Gaule Narbonnaise (Actes de la table ronde de Nîmes, 25-26 mai, 1987), Nîmes, 21-28.

Brunt, PA. (1971) : Italian Manpower, 225 B.C.-A.D. 14, Oxford.

Camodeca, G. (1993) : “La società e le attività produttive”, in : Zevi 1993, 31-50.

Castrén, P. (1983) : Ordo populusque Pompeianus. Policy and Society in Roman Pompeii, Rome.

Chastagnol, A. (1995) : “Coloni et incolae. Notes sur les différenciations sociales à l’intérieur des colonies romaines de peuplement dans les provinces de l’Occident (ier siècle a.C.- ier siècle p.C.)”, La Gaule romaine et le droit latin, Lyon, 131-141.

Chic García, G. (2000) : Ex Baetica amphorae. Conservas, aceite y vino de la Bética en el imperio romano (Sevilla - Écija, 17-20 dec. 1998), I-IV, Écija.

Christol, M. (1990) : “Les découvertes épigraphiques”, Archéologie à Nîmes. Bilan de 40 ans de recherches, Nîmes.

–––– (1995) : “De l’Italie à la Gaule Méridionale, un transfert : l’épigraphie latine”, CCG, 6, 164-181.

–––– (2000) : “Un pagus dans l’arrière-pays de Narbonne (CIL, XII, 5390)”, in : Paci 2000, 247- 273.

–––– (2002a) : “Narbonne : un autre emporion à la tin de l’époque républicaine et à l’époque augustéenne”, in : Millier & Hasenohr 2002, 41-54.

–––– (2002b) : “Marchands gaulois et grand commerce de l’huile de Bétique dans l’Occident romain ; quelques données provenant des amphores”, Vivre produire et échanger : Mélanges offerts à B. Liou, Montagnac, 325-334.

Christol, M. et G. Bellan (1986) : “Une inscription romaine à Villemagne-l’Argentière : le site de St. Martin-le-Vieux”, Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, 9, 33-44.

Christol, M. et S. Demougin (1988) : “Le choix d’une prosopographie provinciale. L’exemple de la Narbonnaise”, MEFRM, 100, 11-21.

–––– (1990) : “De Lugo à Pergame : la carrière de l’affranchi Saturninus dans l’administration impériale”, MEFRA, 102, 1, 159-211.

Christol, M. et G. Fedière (1999) : “La présence italienne dans l’arrière-pays de Narbonne : les dossier des Usulenii. Epigraphie de l’instrumentum domesticum et épigraphie lapidaire”, DHA, 25, 81-99.

Christol, M. et R. Plana-Mallart (1997) : “Els negotiatores de Narbona i el vi català”, Faventia, 19, 2, 75-95.

–––– (1998) : “De la Catalogne à Narbonne : épigraphie amphorique et épigraphie lapidaire. Les affaires de Veiento”, in : Paci 1998, 273-302.

Clavel, M. (1970) : Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris.

Corsi Sciallano, M. et B. Liou (1985) : Les épaves de Tarraconaise à chargement d’amphores Dr. 2-4, Archaeonautica, 5.

Curchin, L. A. (1981) : The Création of a Romanised Elite in Spain, Ottawa.

De Chazelles, Cl.-A. (2002) : “La protohistoire du Narbonnais”, in : Dellong 2002, 72-78.

Dellong, E. (2002) : Carte Archéologique de la Gaule romaine, Narbonne et le Narbonnais 11/1, Paris.

Desbat, A., R. Lequement et B. Liou (1987) : “Inscriptions peintes sur amphores : Lyon et Saint-Romain-en-Gal”, Archaeonautica, 7, 141-166.

Demougin, S. (1992) : Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Coll. EFR 153, Rome.

Deniaux, E. (1993) : Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron, Coll. EFR 182, Rome.

Devijver, H. (1972) : “The career of M. Porcius Narbonensis (CIL, II, 4239). New Evidence for the Reorganization of the militae equestres by Emperor Claudius ?”, AncSoc, 3, 165-191 (= The Equestrian Officers in the Roman Imperial Army, Coll. Mavors 6, Amsterdam, 1989, 29-55).

Domergue, Cl. (1965) : “Les Planii et leurs activités industrielles en Espagne sous la République”, MCV, 1, 9-29.

–––– (1985) : “L’exploitation des mines d’argent de Carthago Nova : son impact sur la structure sociale de la cité et sur les dépenses locales à la fin de la république et au début du haut-empire”, in : Leveau 1985, 197-217.

–––– (1990) : Les mines de la péninsule ibérique dans l’Antiquité romaine, Coll. EFR 127, Rome.

Duthoy, R. (1978) : “Les Augustales”, ANRW, II. 16.2, 1254-1309.

Ebel, Chr. (1976) : Transalpine Gaule. The Emergence of a Roman Province, Leyde.

Etienne, R. (1958) : Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien,Paris.

–––– (1977) : “Deux ‘Dacquois’ en péninsule ibérique”, Bulletin de la société de Borda, 102, 291-299.

–––– (1993) : L’emporion chez Strabon”, in : Bresson & Rouillard 1993, 23-34.

Étienne, R. et F. Mayet (2000) : Le vin hispanique, Trois clés de l’économie de l’Espagne romaine,Paris.

–––– (2002) : Salaisons, sauces et garum, Trois clés de l’économie de l’Espagne romaine, Paris.

Fabre, G. (1981) : Libertas. Recherches sur les rapports patron-affranchi à la fin de la République romaine, Coll. EFR 50, Rome.

Flambard, J.-M. (1983) : “Les collèges et les élites locales à l’époque républicaine d’après l’exemple de Capoue”, Les “Bourgeoisies” municipales italiennes au iie et ier siècles av. J.-C. (Actes du Colloque de Naples, 7-10 déc. 1981), Paris-Naples, 75-89.

Forni, G. (1953) : Il reclutamento delle legioni d’Augusto a Diocleziano, Milan-Rome.

Frézouls, Ed. (1989) : “Déplacements à l’intérieur des provinces occidentales sous le Haut-Empire : quelques exemples”, Ktèma, 14, 123-138.

Garnsey, P. (1981) : “Independent Freedmen and the Economy of Roman Italy under the Principate”, Klio, 63,2, 359-371.

Gaudemet, J. (2000) : Droit privé romain, 2e éd., Paris.

Gayraud, M. (1981) : Narbonne Antique des origines à la fin du iiie siècle p.C., RAN Suppl. 8, Paris.

Gianfrotta, P. A. (1982) : “Cn. Lentulo Augure e le anfore laietane”, EOS, 1, 475-479.

Gonzales, M.C. et J. Santos (1999) : “Los cognomina de origo en el noroeste hispanico”, Hispania Antiqua, 23, 79-99.

Goudineau, Chr. (1978) : “La Gaule Transalpine”, in : Nicolet 1978, 679-699.

Gourdiole R. et Chr. Landes (1998) : “Une Transalpine minière : des Monts d’Orb au bassin de Lodève”, in : Schneider & Garcia 1998, 53-66.

Gregori G. L. (1994) : Purpurarii”, Epigrafía della produzione e della distribuzione. Actes de la VIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Rome, 739-743.

Haley, E. W. (1990) : “The Fish Sauce Trader L. Iunius Puteolanus”, ZPE, 80, 72-78. (1991) : Migration and Economy in the Roman Imperial Spain, Aurea Saecula, 5, Barcelone.

Harris, W. V. (1981) : “The Imperial Rescript from Vadargate”, Athenaeum, 59, 339-352.

Hermon, E. (1993) : Rome et la Gaule Transalpine avant César, Naples.

Jullian, C. (1909) : Histoire de la Gaule, III, Paris.

Kajanto. I. (1965) : The Latin cognomina, Helsinki.

Keay, S. (1990) : “Processes in the Development of the Coastal Communities of Hispania Citerior in the Republican Period”, in : Blagg & Millet 1990, 120-150.

Knapp, R. C. (1978) : “The Origins of the Provincial Prosopography in the West”, AncSoc, 9, 187-222.

–––– (1983) : Roman Cordoba, Berkley.

Kubitschek, J. W. (1889) : Imperium Romanum tributim discriptum, Prague.

Laubenheimer-Leenhardt, F. (1973) : Recherches sur les lingots de cuivre et de plomb d’époque romaine dans les régions de Languedoc-Roussillon et de Province-Corse, RAN Suppl. 3, Paris.

Lemonnier, H. (1887) : Étude historique sur la condition privée des affranchis aux trois premiers siècles de l’Empire romain, Paris.

Le Roux, P. (1982) : L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris.

–––– (1995) : “L’émigration italique en Citérieure et Lusitanie jusqu’à la mort de Néron”, in : Beltrán Lloris 1995, 135-200.

Leveau, Ph., éd. (1985) : L’origine des richesses dépensées dans la ville antique, Aix-en-Provence.

Liou, B. et R. Marichal (1978) : “Les inscriptions peintes sur amphores de l’anse Saint-Gervais à Fos-sur-Mer”, Archaeonautica, 2, 109-181.

Liou, B. (1987a) : “Inscriptions peintes sur amphores : Fos (suite), Marseille, Toulon, Arles, Port-la Nautique, Saint-Biaise, Saint-Martin-de-Crau, Macon, Calvi”, Archaeonautica, 7, 55-139.

–––– (1987b) : “L’exportation du vin de Tarraconaise d’après les épaves”, El vi a l’Antiguitat. Economía, producció i comerç al Mediterrani occidental. Actes I Col.loqui Internacional d’Arqueologia Romana (Badalona, 28-30 de novembre i 1 de desembre de 1985), Monografies Badalonines, 9, Badalone, 271-284.

–––– (1993) : “Inscriptions peintes sur amphores de Narbonne (Port-la-Nautique)”, Archaeonautica, 11, 132-148.

Marín Díaz, A. (1988) : Emigración, colonización y municipalización en la Hispania Republicana, Grenade.

Mayer, M. et I. Rodà, (1994) : “Contactos entre la epigrafía de Emporiae y la zona sur de la Narbonense”, L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Coll. Latomus 226, Bruxelles, 318-328.

Mayet, Fr. (1984) : Les céramiques sigillées hispaniques, Paris.

Miró, J. (1987) : “Vi català a França (segles I a.C. -I d.C.), una sintesi preliminar”, El vi a l’Antiguitat. Economía, producció i comerç al Mediterrani occidental. Actes I Col.loqui Internacional d Arqueologia Romana (Badalona, 28-30 de novembre i 1 de desembre de 1985), Monografies Badalonines, 9, Badalone. 249-268.

–––– (1988) : “Les estampilles sobra anfores catalanes. Una aportacion al coneixement del comerç del vi del Conventus Tarraconensis a finals de la Republica i principis de l’Imperi”, Fonaments, 7, 243-263.

Moatti, Cl. (2000) : “Le contrôle de la mobilité des personnes dans l’Empire romain”, MEFRA, 112, 2, 925-958.

Morel, J.-P. (1987) : “La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique”, L’Urbs, espace urbain et histoire, ier siècle a.C.- ier siècle p.C. (Actes du Colloque de Rome 1985), Coll. EFR 98, Rome, 127-155.

Müller, C. et C. Hasenohr, éd. (2002) : Les Italiens dans le monde grec (iie siècle a.C. - ier siècle p.C.). Circulation, activités, intégration, BCH Suppl. 41, Paris.

Nicolet, Cl. (1974) : L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 a.C.). Prosopographie des chevaliers Romains, II, Paris.

–––– éd.(1978) : Rome et la conquête du monde méditerranéen, II, Paris.

Nieto, X. et X. Raurich (1998) : “El transport naval de vi de la Tarraconense”, El vi a l’Antiguitat. Economía producció y comerç al Mediterrani Occidental, Actes II Col.loqui Internacional d’Arqueologia Romana (Badalona, 6-9 de Maig de 1998), Monografies Badalonines, 14, Badalone, 113-137.

Nony, D. (1968) : “Claude et les Espagnols : sur un passage de l’Apocoloquintose”, MCV, 4, 51-71.

–––– (1978) : “La péninsule ibérique”, in : Nicolet 1978, 657-678.

Pací, G., éd. (1998) : Epigrafia Romana in area Adriatica. Actes de la IXe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain (Macerata 10-11 novembre 1995), Macerata.

–––– (2000) : ΕΠΙΓΡΑΦΑI. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Rome.

Pascual Guash, R. (1977) : “Las anforas de Layetania”, Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores (Actes du Colloque de Rome 27-29 mai 1974), Rome, 45-96.

Pavis d’Escurac, H. (1988) :“Origo et résidence dans le monde du commerce sur le Haut-Empire”, Ktèma, 13,57-68.

Pena, M. J. (1989) : “Ampurias. Les débuts de l’implantation romaine”, DHA, 219-248.

–––– (1998) : “Productores y comerciantes de vino layetano”, El vi a l’Antiguitat. Economia producció y comerç al Mediterrani Occidental, Actes II Col.loqui Internacional d’Arqueologia Romana (Badalona, 6-9 de Maig de 1998), Monografies Badalonines, 14, Badalone, 305-318.

–––– (2000) : “Inscriptions lapidaires et marques sur amphores”, RAN, 33, 8-14.

Pena, M. J. et A. Barreda (1997) : “Productores de vino del nordeste de la Tarraconense”, Faventia, 19, 2, 51-73.

Pflaum, H.-G. (1981) : “Sur une inscription de Gonfaron (Var)”, ZPE, 42, 223-226.

Py, M. (1982) : “Civilisation indigène et urbanisation durant la Protohistoire en Languedoc-Roussillon”, Ktèma, 7, 101-119.

Revilla Calvo, V. (1995) : Producción cerámica, viticultura y propiedad rural en Hispania Tarraconensis (siglos I a. C. -III d. C.), Barcelone.

Ricci, C. (1999) : “Hispani a Roma”, Gerión, 10, 103-143.

Rico, Chr. (1997) : Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière (IIIe siècle a.C.- IVe siècle p.C.), Madrid.

Roman, Y. (1983) : De Narbonne à Bordeaux : un axe économique au Ier siècle a.C., Lyon.

Ross Taylor, L. (1960) : The Voting Districts of the Roman Republic, Rome.

Rouillard, P. (1993) : “Les emporia straboniens : jonctions et activités”, in : Bresson & Rouillard 1993, 35-46.

Sanchez, C. (2002) : “Au carrefour des influences méditerranéennes et continentales. Le rôle de Narbonne dans le commerce antique”, in : Dellong 2002, 117-123.

Schneider, L. et D. Garcia, éd. (1998) : Carte archéologique de la Gaule, Le Lodevois, Paris.

Solin, H. et O. Salomies (1994) : Repertorium nominum gentilium et cognominum latinorum, Olms-Weidmann, 2e édition.

Sordi, M., éd. (1994) : Emigrazione e immigrazione nel mondo antico, Contributo dell’Istituto di Storia Antica, 21, Milan.

–––– (1995) : Coercizione e mobilità umana nel mondo antico, Contributo dell’Istituto di Storia Antica, 26, Milan.

Soricelli, G. (1995) : La Gallia Transalpina tra la conquista e l’età cesariana, Côme.

Tchernia, A. (1986) : Le vin de l’Italie romaine, BEFAR 261, Rome.

–––– (1987) : “Modèles économiques et commerce du vin à la fin de la République et au début de l’Empire”, El vi a l’Antiguitat. Economia, producció i comerç al Mediterrani occidental. Actes I Col.loqui Internacional d’Arqueologia Romana (Badalona, 28-30 de novembre i 1 de desembre de 1985), Monografies Badalonines, 9, Badalone, 327-336.

–––– (1989) : “Encore sur les modèles économiques et les amphores”, Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherches (Actes du colloque de Sienne, 22-24 mai 1986), Rome, 529-536.

Tranoy, A. (1981) : Galice Romaine : recherches sur le nord-ouest de la péninsule ibérique dans l’Antiquité, Paris.

Treggiari, S. (1969) : Roman Freedmen during the Late Republic, Oxford.

Untermann, J. (1992) : “Quelle langue parle-t-on dans l’Hérault pendant l’Antiquité ?”, RAN, 25, 19-27.

Vicari, F. (2001) : Produzione e commercio dei tessuti nell’Occidente romano, Bar International Series 916, Oxford.

Wiegels, R. (1985) : Die Tribusinschriften des romischen Hispanien : ein Katalog, Berlin.

Wierschowski, L. (2001) : Fremde in Gallien, “Gallier” in der Fremde, Historia, 159, Stuttgart.

Wilson, A. J. N. (1966) : Emigration from Italy in the Republican Age of Rome, Manchester.

Zevi, F., éd. (1993) : Puteoli, Naples.

Notes

1 Wilson 1966 ; Brunt 1971 ; Pavis d’Escurac 1988, 57-68 ; Frézouls 1989, 123-138 ; Haley 1991 ; Sordi 1994 ; Le Roux 1995, 85-95 ; Sordi 1995 ; Moatti 2000, 925-958 ; Müller & Hasenohr 2002 ; Wierschowski 2001.

2 C’est l’approche qui a marqué les travaux de Wilson 1966 et Brunt 1971 amenant à des conclusions différentes.

3 C’est notamment dans cette perspective que se sont placés les travaux de Pavis d’Escurac 1998, Sordi 1995 et Moatti 2000.

4 Nous illustrerons ce dernier problème avec les remarques contenues dans Nony 1978, 667 : “Les conditions d’installation et de durée ne pouvaient être les mêmes dans une région minière faisant appel à des investissements importants et à une main d’œuvre servile et dans les régions à vocation agricole attirant des hommes libres qui cherchaient à s’enraciner”.

5 Par commodité, nous utiliserons ce terme comme synonyme de péninsule ibérique, dans son sens géographique.

6 Pavis d’Escurac 1988, 57.

7 Str. 4.1.6 (trad. F. Lasserre, CUF, Paris, 1966) : “Narbonne est située en arrière de l’embouchure de l’Atax et de l’étang dit Narbonnais : c’est la plus grande place de commerce de la région”.

8 Étienne 1993, 30-33 ; Rouillard 1993, 35-40.

9 Str. 4.1.12 : “La plus grande partie du territoire situé de l’autre côté du fleuve est occupée par les Volques dits Arécomiques. Leur port est Narbonne, dont il serait, d’ailleurs, plus juste de dire qu’il est le port de la Celtique entière, tant il surpasse les autres par le nombre des entreprises auxquelles il sert de place de commerce. [...] La capitale des Arécomiques est Nemausus. Elle est bien inférieure à Narbonne sous le rapport de sa population étrangère et de son mouvement commercial, mais elle l’emporte sur l’autre sur le plan politique”.

10 L’ibère a été défini de “langue du commerce interrégional en Languedoc occidental protohistorique”, Untermann 1992, 19-27. A ce propos, Gayraud 1981, 108.

11 Pour les aspects linguistiques de l’“ibérisation” de la région, Bats 1988, 124-148 ; pour les aspects archéologiques, Py 1982, 101-119. Une synthèse récente sur ces questions se trouve dans De Chazelles 2002 72-78.

12 Voir par exemple Goudineau 1978, 679-699.

13 Depuis 197 a.C. les territoires assujettis par les Romains avaient été organisés en deux provinces, Hispania Citerior et Hispania Ulterior, destinées à s’agrandir progressivement, au fur et mesure que la conquête de la péninsule avançait.

14 Voir par exemple, Caes., Ciu., 1.37 et Cic., Phil, 2.76.

15 C’est en effet à cette époque-ci que se situe la naissance du fait épigraphique en Occident, en Hispanie comme en Transalpine. Les rares exemples précoces d’inscriptions non officielles se concentrent seulement à Carthagène et à Tarragone et ils ne remontent pas au delà de la première moitié du ier siècle a.C. Sur la question voir, Beltrán Lloris 1995.

16 Pour les enquêtes onomastiques, nous avons tenu compte des remarques méthodologiques contenues dans Müller & Hasenohr 2002.

17 Sur les relations économiques entre Híspanle et Gaule à l’époque républicaine, Blázquez 1978b, 81.

18 Voir Wilson 1966, 28-29 ; Marín Díaz 1988, 54-55 et 79-81.

19 Jullian 1909, 19-21.

20 Badian 1966, 901-919.

21 Hermon 1993, 43-58 ; 55-139 ; Soricelli 1995, 51-62.

22 Ebel 1976, 96-102. Cette reconstitution est reprise aussi dans Goudineau 1978, 679-699.

23 Nous ne connaissons pas l’emplacement exact des terres exploitées par la société de Quinctius et de Naeuius en Transalpine. Néanmoins, quelle qu’ait été leur localisation, il est assez probable que des exploitations de ce type devaient exister aussi autour de Narbonne, le chef lieu administratif et financier de la région. Pour un état de la question, Christol 2002a, 41-54.

24 La bibliographie sur le sujet est très vaste, nous nous limiterons à citer Marín Díaz 1988, 55 ainsi que Domergue 1990, 321-330.

25 Domergue 1990, 229-277 ; Blázquez 1978b, 18-42.

26 Domergue 1990, 254-266.

27 Id., 269.

28 Domergue 1965, 9-29.

29 En Italie, le nom Planius est connu à Rome (12 attestations) ; à Frégelle (CIL, X, 5623) ; à Formies (CIL, X, 6145) ; à Capoue (CIL, X, 4289) ; à Minturnes (AE, 1935, 25) ; à Calès (EE, VIII, 139, no 551) ; à Pitinum Pisaurense (AE, 1959, 94) et à Ravenne (AE, 1977, 265b), mais ces deux derniers cas sont assez tardifs, datant d’entre la fin du IIe et le début du iiie siècle p.C.

30 Cic., Fam., 9.13.2-4 ; RE, 20, 2, 1950, s.v. Planius, c. 2186, Münzer ; Nicolet 1974, 283, no 274 ; Deniaux 1993, 339.

31 Situé entre l’Étang de Thau et Béziers.

32 Laubenheimer-Leenhardt 1973, 134-135, no 21 : ce lingot datait de 90-80 a.C.

33 Id., 189-190.

34 Avant la fondation de la colonie de Béziers en 36-35 a.C., le territoire de la cité de Narbonne s’étendait au moins jusqu’au débouché de l’Orb, donc non loin du port d’Agde. Sur ce point, Gayraud 1982, 322.

35 Il s’agit de la présence des formules de uiuus/uiuit et du theta nigrum caractéristiques de l’époque augustéenne : Christol 1995, 164-181.

36 Viu(it). /P(ublius) Albius (mulieris) l(ibertus)/ [? Hy]ginus, propola/[..]al(?), sibi et/[P]laniae M(arci) f(iliae) Tertiae,/(obitae), Planiae M(arci) f(iliae)/Secundae. /[In] agro ped(es) XV

37 L’année 118 a.C. marque la fondation de la colonie due à Cn. Domitius Ahenobarbus et L. Licinius Crassus, alors qu’en 45 a.C. la cité fut l’objet d’une seconde déduction caractérisée par l’installation de vétérans césariens de la dixième légion. Voir Gayraud 1981, 119-149 et 175-181.

38 Gayraud 1981, 91-92 et 479.

39 Clavel 1970, 454.

40 Gayraud 1981, 188-189.

41 Voir Domergue 1985, 197-217 et Domergue 1991, 324-326.

42 Cf. supra, p. 000, n. 39.

43 Voir AE, 1986, 470 publiée dans Christol & Bellan 1986, 33-44 et les tessères inscrites avec la mention de la soc(ietas) Rut(enorum), publiées dans Barruol & Gourdiole 1982,79-93. Pour un état de la question, Gourdiole & Landes 1998, 53-66.

44 Christol & Bellan 1986, 33-44.

45 Keay 1990, 120-150, 138.

46 Pour Narbonne, cf. supra n. 7 et 9 ; pour Carthagène, Str. 3.4.6. Pour la bibliographie à ce propos, voir supra n.8.

47 Christol 1995, 164-181.

48 Les autres Ceruii de Narbonne nous sont connus à l’époque augustéenne par CIL, XII, 4467 (L. Ceruius L. 1. Zetus) ; 4514 (Ceruia Fusca) ; 4695 (L. Ceruius (mulieris) 1. [L ?]iuo et L. Ceruius [...Jaeius) et 4696 (L. Ceruius Fasti 1. Turpio et Ceruia Fasti I. Auge). Ce gentilice n’est pas attesté ailleurs en Narbonnaise.

49 CIL, XII, 5109 : C. Safinio C. f. Labeo[ni—], / u(iua), Ceruia L. f. Tertia [---] / am[i]c[o] et Cn. Fa[bio ?---]. Les autres Ceruii de Narbonne nous sont connus par CIL, XII, 4467 ; 4514 ; 4695 (deux fois) et 4696 (deux fois). Ce gentilice n’est pas attesté ailleurs en Narbonnaise.

50 CIL, IX, 1633 (Bénévent) ; un P. Ceruius, fut légat de Verrès en Sicile en 73 a.C. (Cic., Verr., 2.5.114 ; RE, 3, 1899, s.v. Ceruius, 1, c. 1994, Müzer), tandis qu’un Ceruius est cité par Horace comme propriétaire foncier en Sabine (Satires, 2.6.77 ; 2.1.47 ; RE, 3. 1899, s.v. Ceruius, 2, c. 1994, Wissowa ; PIR2, C. 682).

51 Quelques Ceruii se retrouvent aussi en Campanie. Sur ce nomen, Gayraud 1981, 429.

52 CIL, II, 3433 (CIL, I2, 2270 et ILLRP, 777) : Heiesce m/agistris / coira[r]unt : / C(aius) Poplici(us) C(ai) f(ilius), / L(ucius) Cerui(us) L(uci)f(ilius), / M(arcus) Caeici(us) N[---] C(aii) l(ibertus), / L(ucius) Talepi(us) A(uli) l(ibertus) [---], / Cn(aeus) Tongili(us) Pu(bli) l(ibertus), / L(ucius) Paqui(us) Noni l(ibertus) Sil(o), / Q(uinctio) Verati C(ai) s(eruus), / P(h)il(emo) Pontili(enorum) M(arci) (et) C(ai) s(eruus), / Q(uinctio) Claudi/Pos(tumi ?) C(ai) s(eruus). A propos de ce texte, nous avons suivi les restitutions, la datation et le commentaire proposés dans Abascal Palazón & Ramallo Asensio 1997, 460-465, 217.

53 Sur les magistri de Carthagène et leur relation avec le monde des negotiatores italiens émigrés dans la ville, Marín Díaz 1988, 55. En ce qui concerne le reste de la péninsule ibérique, nous connaissons seulement trois Ceruii à Guadiaro en Bétique, à l’époque de Trajan (CIL, II, 1940-42) ; un T. Ceruius à Saragosse (RPC, I, 306-307) et un Ceruius à Jίodar (CIL, II, 3356 = 5922).

54 Sur le rôle de ces magistri comme éventuels substituts des magistrats locaux dans des villes dépourvues de statut municipal, voir Flambard 1983, 75-89.

55 D’autres analogies onomastiques pourraient être avancées pour des autres personnages tels que les Offellii, les Oppii et les Paquii.

56 Cic., Font., 7.16 ; Sal., Hist., 3.46 ; Liv., Per., 93.

57 Les sources sont d’époque plus tardive et les gentilices romains ne permettent pas de trancher.

58 Marín Díaz 1988, 191-213.

59 Sur la question, Étienne & Mayet 2000, 84 et 112.

60 Pour des synthèses sur la production de vin en Citérieure voir, El vi a l’Antiguitat 1987 ; Revilla Calvo 1995 ; El vi a l’Antiguitat 1998 ; Étienne & Mayet 2000.

61 Étienne & Mayet 2000, 112 et 122.

62 Id, 127.

63 Le contenu de ces amphores demeure encore incertain, même si l’hypothèse la plus accréditée veut qu’elles aient transporté du vin. Étienne & Mayet 2000, 131-135.

64 Id., 206

65 Id., 197-210.

66 Pour un résumé des différentes positions, id., 210.

67 Le premier personnage serait un sénateur (Gianfrotta 1982, 475-479) ; le second, probablement aussi (Pena & Barreda 1997, 51-66) ; le troisième porte une dénomination d’ingénu et son identification est plus délicate (Pena & Barreda 1997, 66-73 et Christol & Plana-Mallart 1997, 93-95).

68 Corsi Sciallano & Liou, 1985, 164-165.

69 Étienne & Mayet 2000, 137.

70 Roman 1983, 240-244 ; Tchernia 1986, 142-145 ; Miró 1987, 249-268.

71 Liou 1987b, 271-284 ; Nieto & Raurich 1998, 113-137.

72 Roman 1983, 228-229 ; Tchernia 1986, 125-195.

73 Pour une synthèse des différentes interprétations, Tchernia 1987, 327-336 ; Tchernia 1989, 529-536.

74 Pena & Barreda 1997, 66-73 ; Pena 1998, 305-318 ; Pena 2000, 8-14.

75 Christol & Plana-Mallart 1997, 75-95 ; Christol & Plana-Mallart 1998, 273-302.

76 AE, 1998, 932 (= CIL, XII, 4426) : [P(ublio)] Usuleno Veientofnisf(ilio)---] / (duo)uir(o), q(uaestori), flamini primum [---] / Plocamus l[ib. posuit].

77 Sur les vastes domaines fonciers d’Usulenus Veiento et de sa famille, localisés dans l’extrême partie occidentale de la campagne narbonnaise, autour du village de Moux (Aude), voir Christol & Fedière 1999, 81-99 et Christol 2000, 247-273.

78 Christol & Plana-Mallart 1998, 299 dataient l’inscription du notable narbonnais, fils de Veiento, du début du ier siècle p.C. Le floruit de ce dernier aurait dû être placé alors dans la dernière décennie du ier siècle a.C. L’interprétation du flaminat exercé par le fils de Veiento, proposée par J. Gascou dans AE, 1999, 302, permet d’associer cet honneur au début de la diffusion du culte impérial en Narbonnaise. Cela amène à dater l’inscription du fils de Veiento de 20 a.C. environ, et à remonter le floruit du père aux années 40 a.C.

79 Sur la bibliographie à ce sujet, cf. supra, n. 75.

80 L’origine italienne de ce personnage est fondée, d’une part, sur le nom Usulenus, qui comme d’autres gentilices se terminant en -enus, provient d’Italie et, d’autre part, sur le surnom Veiento qui renvoierait à la cité de Veies (Veii) en Étrurie. Pour ces appellations d’origine, Kajanto 1965, 119 et 189.

81 Pena 1997, 71 propose de considérer ce personnage comme un colon césarien. Mais les vétérans de César, installés à Narbonne en 45 a.C., bien que dotés de leur lot de terre, étaient moins intégrés dans la vie commerciale et artisanale de la cité que d’autres catégories de la population. Pour considérer Veiento comme un vétéran césarien, il faudrait supposer qu’il ait été un centurion, vu ses possessions importantes dans l’arrière-pays de la colonie, et qu’il se soit bien vite lancé dans l’activité commerciale, ce qui nous parait très improbable.

82 Christol & Plana-Mallart 1998, 278-279.

83 Le gentilice Usulenus qui devient avec le temps Usulenius est très peu attesté en Espagne. Les seules références se trouvent à Barcelone, mais au iie siècle p.C. (CIL, II, 4594 et 6161).

84 Étienne & Mayet 2000, 120.

85 Un premier dépouillement de l’épigraphie amphorique rassemblée sur les sites les plus importants du commerce de produits hispaniques en Gaule (Liou & Marichal 1978, 109-181 ; Liou 1987a, 55-139 et Debat 1987, 141-166) a montré que les timbres apparaissent en grand nombre sur les amphores Pascual 1 alors que celles-ci ne présentent que très rarement des inscriptions peintes. Ces inscriptions sont, en revanche, courantes sur le type Dressel 2-4. En outre, la liste des tituli picti, attestés sur les amphores trouvées à Port-la-Nautique (le site portuaire de Narbonne) et proposée dans Liou 1993, 132-148, recense une seule inscription peinte sur Pascual 1 ne comportant pas de lettres mais constituée par trois bâtons (un chiffre ?). Ce site a pourtant produit une quantité considérable d’amphores Pascual 1 estampillées avant cuisson. Sur ce dernier point, se référer à Bergé 1990, 131-201.

86 A cette époque existait déjà au moins la colonie de Tarragone.

87 Gianfrotta 1982, 475-479.

88 Sur cette marque, Barreda 1998, 332-340.

89 C’est en somme le cas d’Usulenus Veiento.

90 Pena & Barreda 1997, 51-73 ; Pena 1998, 305-318 ; Ead. 2000, 8-14.

91 La marque L. VOLTEILI sur amphores Pascual 1, Léétanienne 1 et Dressel 2-4, datée entre 30 a.C. et 20 p.C., fait référence à un personnage dont les affranchis peuvent être identifiés sur plusieurs inscriptions de Narbonne : CIL, XII, 4504 ; 4516 ; 4597 ; 5253 ; 5254 ; 5255 ; 5257 et surtout CIL, XII, 5256 où le prénom Lucius est attesté deux fois. Il faut aussi remarquer que ce gentilice n’a pas d’autre exemple en Narbonnaise et qu’en Espagne, il n’est mentionné qu’une seule fois à Cordoue au iie siècle p.C. (Voltilia Nice, AE, 1971, 182). L’atelier de fabrication des amphores estampillées à son nom a été identifié avec le four de Sot del Camp, près de San Vincent de Montait (Matarὸ), où l’on a trouvé plus de 30 exemplaires (Pascual Guasch 1977, 45-96).

92 Revilla Calvo 1995, 149-155 et Miró 1988, 243-363.

93 Pas de trace de leurs gentilices en Catalogne et aucun indice qui puisse faire penser qu’ils étaient propriétaires fonciers dans la région et qu’ils produisaient directement du vin local.

94 Sur ce changement, voir par exemple Tchernia 19S6, 125-135.

95 Il s’agit de C/L, XII, 4414 ; HGL, XV, 123 : [.] Qu[a]dr[o]ni[o] / Fide[li], VIuir(o) A[ug(ustali)], / C(olonia) I(ulia) P(aterna) C(laudia) N(arbone) M(artio) e[t] / C(olonia) I(ulia) Aq[uis] Sex[tis], / Chrysogonus / [l(ibertus)] fecit. In a(gro) p(edes) XV. Bien que l’inscription puisse être datée de la seconde moitié du ier siècle p.C., sa connexion avec le monde hispanique se situe au cours du iie siècle p.C. Suivant le raisonnement de Wierschowski 2001, 212-214, il est possible, en raison de la rareté du gentilice Quadronius, de considérer le seuir de Narbonne comme l’affranchi d’une famille, originaire d’Aix en Provence, qui fut aussi vraisemblablement la famille d’adoption de deux sénateurs du début du iie siècle p.C. L’un était originaire de Barcelone, L. Minicius L. f. Natalis Quadronius Verus (CIL, II, 4510 et 4511), où il était né et avait des propriétés ; l’autre, T. Iulius Sex. f. Volt. Maximus Ma[---] Brocchus Seruilianus Aulus Quadronius Lucius Seruilius Vatia Cassius Cam[---], venait de Nîmes, même s’il entretenait des liens avec l’Espagne (CIL, XII, 3167). Le père adoptif de ces deux personnages, Quadronius, qui vécut au début du iie siècle p.C., était peut-être installé aussi à Barcelone et devait être très riche pour avoir adopté deux membres de l’ordre sénatorial. On ne connaît rien sur cet individu sinon le fait que sa famille, originaire d’Aix, s’était installé entre Narbonne et Nîmes pour s’implanter définitivement en Espagne, où elle avait probablement fait fortune, en rentrant par sa descendance dans l’amplissimus ordo.

96 En ce qui concerne les militaires espagnols attestés à Narbonne, voir CIL, XII, 4365 (Le Roux 1983, 188, n° 64) ; CIL, XII, 4366 (Le Roux 1983, 175, n° 9). Pour les Narbonnais enrôlés dans l’armée d’Espagne, voir CMLéon, 7, Asturica (Le Roux 1983, 178, no 21) ; AE, 1897, 132, Catane (Le Roux 1983, 200, no 103) ; AE, 1973, 290, Lucus Augusti (Le Roux 1983, 183, no 44) ; CIL, II, 4161 Tarragone (Le Roux 1983, 206, no 123) ; CIL, XIII, 6863 Mayence.

97 Arangio Ruiz 1947, 226, 231, 486 ; Gaudemet 2000, 15-16.

98 Christol & Demougin 1990, 162-165. Nous rappellerons qu’il existe à Narbonne un autre personnage exprimant son origo par un adjectif semblable : L. Carisius Iucundus, Lugdunensis (CIL, XII, 4538).

99 Sur le vin de Bétique, Étienne & Mayet 2000, 73-97 ; sur le commerce des sauces de poissons d’origine hispanique, Étienne & Mayet 2002, 183-202 ; sur la production et le commerce de l’huile hispanique, nous nous limitons à l’ouvrage le plus récent qui fournit la bibliographie précédente : Chic Garcίa 2000.

100 Blázquez 1978b, 167.

101 Sanchez 2002, 121.

102 Id., ibid.

103 Sur la possibilité pour les affranchis d’émigrer indépendamment ou de façon autonome par rapport à leurs maîtres, voir Haley 1990, 72-78 et infra, n. 116.

104 Badian 1958, 314, pour la liste des magistrats. Voir aussi le texte d’A. Padilla Monge dans ce même volume.

105 Badian 1958, 263.

106 Sur les Fabii de Cordoue, Knapp 1983, 83 et Abascal Palazón 1994, 132-136.

107 Fabre 1981, 134-135.

108 Voir la liste présentée dans Bang 1910, 225-244 et Christol & Demougin 1990, 162-164.

109 Cet usage, fréquent en Narbonnaise (Pflaum 1981, 223-226), est assez rare à Tarragone : nous avons repéré seulement trois cas, RIT, 379 (Grania Sabin(i) lib. Vitalis) ; RIT, 617 (L. Mamilius Mamiliae Priscae lib. Fortunatas) ; RIT, 622 (Maria Urban[i 1.] Aucta).

110 RIT, 579 : texte daté de la fin de la République ou du début de l’Empire pour des raisons onomastiques, qui contient la formule h(ic) s(itus) e(st) et l’âge du défunt au génitif annorum ; puis RIT, 7, sans aucun doute républicaine.

111 Sur les seuiri augustales, voir Duthoy 1978, 1254-1309 et Abramenko 1993, 13-82.

112 C’est le cas de CIL, XII, 4414 où Quadronius Fidelis se définit de (sévir) Aug(ustalis) C(olonia) I(ulia) P(aterna) C(laudia) N(arbone) M(artio) et C(olonia) I(ulia) Aquis Sextis ; ou de CIL, XII, 4424, où L. Vercius Priscus fut (seuir) Aug(ustalis) C(olonia) I(ulia) P(aterna) C(laudia) N(arbone) M(artio) et Aquis Sextis.

113 Fabre 1981, 134-135.

114 Christol & Demougin 1990, 162-164.

115 Sur les huit attestations de ce cognomen dans la péninsule ibérique, sept au moins font référence à des personnages de naissance libre (Abascal Palazόn 1994, 324-325). En général, dans l’ensemble du monde romain, ce surnom assez fréquent est proportionnellement mieux attesté parmi les ingénus que chez les affranchis. Selon l’opinion exprimée dans Kajanto 1965, 55, 211 et 221, ce nom semble être un théophore, mais pourrait aussi être dérivé des festivités du calendrier romain ; il est porté par 11 sénateurs, 170 hommes dont 13 esclaves ou affranchis et 12 femmes.

116 Selon l’analyse présentée dans Haley 1991, 102-103 les affranchis pouvaient aller d’un endroit à l’autre du monde romain sans suivre nécessairement leur maître. Cela se produisait souvent dans les cas d’affranchissement par testament. De plus, en se fondant sur un passage du Digeste très discuté (Dig., 50.1.22.2. Paul), cet auteur affirmait que même la loi romaine reconnaissait au libertus la capacité d’engager une libre migration. D’ailleurs, à son avis, la mobilité géographique devrait être le troisième critère à additionner à ceux établis par Garnsey 1981, 359-371 (la richesse et une position de responsabilité dans le cadre d’une entreprise), pour identifier un Independent freedmen. Néanmoins, en ce qui concerne l’épigraphie hispanique, on peut reconnaître facilement des affranchis émigrés de façon autonome lorsqu’ils se désignent de dues adlecti ou d’incolae dans une cité donnée. Pour les autres cas, les seuiri augustales exerçant leur charge dans une cité autre que celle d’origine par exemple, nous ne pouvons pas avoir la certitude qu’ils soient partis vers une autre ville sans l’accord de leur maître. Le seul exemple certain proposé par E. W. Haley d’une free migration pour un libertus, pour des raisons économiques, date de la fin du ier siècle p.C. Sur ce dernier point voir, Haley 1990, 72-78, à propos de L. Iunius Puteolanus. Mais il faut souligner que ce personnage était un affranchi d’un citoyen romain résidant dans une ville comme Pouzzoles, dont le dynamisme économique du milieu affranchi est bien connu à l’époque flavienne. Par conséquent, tout en admettant que la reconstitution de E. W. Haley puisse être valable, nous imaginons mal qu’à l’époque où se situe notre texte, un affranchi d’un indigène hispanique romanisé puisse avoir acquis autant d’autonomie pour se lancer tout seul dans une migration vers une autre province à des fins spéculatives.

117 Lemonnier 1887, 120-127 ; Harris 1981, 339-352.

118 Christol & Demougin 1988, 19.

119 Andreau 1987, 410.

120 RE, 1, 1894, s.v. Afranius, 6, c. 710-712, Klebs ; MRR, II, 183 ; Nicolet 1974, 767-768, no 13.

121 MRR, Suppl., 12-13.

122 MRR, II, 266.

123 A propos de L. Afranius, nous savons qu’il avait participé à la bataille du Sucro (Plut., Sert., 19.3) et qu’il avait probablement été le fondateur de la colonie de Valentia (CIL, I2, 752, Cupra Marittima). Sur ce dernier point, voir aussi Wilson 1966, 40-42.

124 RIT, 397 (Afranius Dioscurides, ier siècle p.C.) ; CIL, II, 4078 = RIT, 32 (Afrania Tertullina, iiie siècle p.C.). Les autres Afranii connus dans la péninsule ibérique se trouvent à Ilerda (CIL, II, 3011, Afrania L. 1. Chrocale, ier siècle p.C.), près d’Ilerda, à Belianes (AE, 1972, 317 et 318 au début du ier siècle p.C. : Afrania L. 1. Galliora et L. Afranius Galliorae 1. Ipocrates) et à Uxama (CIL, II, 2821, Afrania). Deux cas aussi en Lusitanie à Mérida (HAE, 1480) et Olisipo (CIL, II, 175, M. Afranius Euporius). Voir Abascal Palazόn 1994, 73.

125 Nous employons ce terme par opposition à celui d’Hispaniensis qui désigne un individu natif de l’Hispanie romaine mais de parents romains ou italiens. A ce propos, Velleius Paterculus 2.51.3.

126 Sur ce cognomen, Kajanto 1965, 52 et 198 et Abascal Palazón 1994, 311 qui recense en péninsule ibérique trois autres attestations de ce surnom. Sur la valeur de Callaecus comme adjectif renvoyant plus à une réalité géographique qu’à une appartenance ethnique, Gonzales & Santos 1999, 82.

127 Sur l’intervention des Sempronii en Espagne et sur la diffusion de ce gentilice dans la province voir Badian 1958, et Knapp 1978, 194. L’abondance d’attestations en territoire hispanique en fait un gentilice typique de la péninsule Ibérique : Abascal Palazón 1994, 214-218.

128 Sur les vingt attestations recensées en Narbonnaise, dix au moins se trouvent à Narbonne.

129 Tranoy 1981, 363 compte 14 attestations du gentilice Sempronius en Galice au cours du Haut-Empire.

130 Elle correspondait au conventus Lucensis et Bracaraugustanus, plus le Nord du Portugal. Du point de vue administratif, pour l’époque qui nous intéresse (ier siècle p.C.), ces régions faisaient partie de l’Hispania Citerior (Tranoy 1981, 146).

131 Treggiari 1969, 87-160 et Andreau 1987, 410.

132 Gregori 1994, 739-743 ; Mord 1987, 127-155.

133 C’est le cas des Haii et Plotii purpurarii connus entre Capoue, Pouzzoles et Rome. Sur la question, voir Camodeca 1993, 34.

134 Vicari 2002, 5.

135 Plin., Nat., 9.41.141 ; 16.12.32 et 22.3.2 ; Blázquez 1978b, 120.

136 Tranoy 1981, 234-257 notamment à propos du conventus Bracaraugustanus. Sur la question, Blázquez 1978b, 191-194 et Haley 1991, 107.

137 Tranoy 1981, 246-254.

138 RIT, 384. En tout cas, il paraît qu’une vague migratoire importante existait entre le conventus Bracaragustanus et Tarragone, Tranoy 1981, 246-254.

139 Wierschowski 2001, 219, no 285 n’a pas de doute sur l’origine espagnole de ce personnage.

140 Il s’agit du site de Cabeza del Griego, située près de Saelices. Pour l’identification du site, voir Almagro Basch 1983.

141 Wiegels 1985, 134-135.

142 O. Hirschfeld observait : cippus litteris saeculi primi incipientis.

143 C’est-à-dire un personnage d’origine romaine ou italienne mais installé dans la péninsule ibérique, opposé à l’Hispanus, l’indigène natif du lieu.

144 Kajanto 1965, 180. Cela dit le nom Italus n’est pas attesté en péninsule ibérique, Abascal Palazón 1994.

145 CIL, II, 5881 : G(aius) Iulius G(ai)f(ilius) Gal(eria) Celtiber, / h(ic) s(epultus) e(st).

146 Voir par exemple le cas de C. Valerius Caburus, un Helvien ayant obtenu le droit de cité par C. Valerius Flaccus autour de 80 a.C., qui avait donné à l’un de ses fils le cognomen latin de Procillus. Caes., Gal., 1.47.

147 Almagro Gorbea 1992, 277-279.

148 Alföldy 1987, 74-85 et Almagro Gorbea 1992, 279.

149 Almagro Gorbea 1992, 277-279.

150 CIL, XII, 4357 : L(ucio) Aufidio L(uci) f(ilio) Aem(ilia) / Viniciano Epagathino/praef(ecto) fabr(um), trib(uno) mil(itum), aed(ili) bis, quinq(uennali) bis Fundís / et Oliae L(uci) l(ibertae) Nice, uxsori. Voir aussi Demougin 1992, 303 ; 629.

151 Plin., Nat., 36.160-163.

152 Blázquez 1978a ; Curchin 1981, 138 ;Alfoldy 1987, 84 ; Haley 1991, 115,n. 382.

153 Almagro Gorbea 1992, 275.

154 Voir le recensement effectué dans Ricci 1999, 103-143.

155 CIL, II, 4222 ; RIT, 286. Je dois ce rapprochement à l’amabilité d’A. Caballos Rufino, qui m’a communiqué une notice de son ouvrage, Los caballeros romanos originarios de las provincias hispanas, Séville, à paraître.

156 Sanchez 2002, 120-121.

157 Burnand 1989, 21-28 ; Id. 1961, 291-313.

158 Ptolémée 2.6.67.

159 Rico 1997, 88-89 ; 134.

160 Polybe 3.35.2-4.

161 Liv. 34.16.8-9 et 21.1-6.

162 HGL, XV, 752 : il s’agissait des manuscrits de G. Lafont et C. Viguier, alors que la majorité des autres transcriptions présentaient la version T. VIPONGIUS.

163 Solin & Salomies 1994, 146.

164 Rico 1997, 168.

165 A la suite de l’hypothèse de Chr. Rico, cf. supra, p. 49.

166 Voir supra p. 29-34.

167 Nous avons inclus dans cette catégorie seulement les inscriptions dans lesquelles l’origine hispanique du personnage est possible mais non certaine ; en revanche, nous avons éliminé les textes qui posent trop de problèmes, même si d’autres auteurs ont pu, bien que prudemment, les mettre en relation avec l’Hispanie romaine (cf. Wierschowski 2001, 229 ; 204 ; 212). Il s’agit de CIL, XII, 4539 : T. Vicorlius, / T. Sex. Manlio / Lusitano où le texte corrompu nous rapporte uniquement la mention du terme Lusitanus à la dernière ligne ; CIL, XII, 4320 ; HGL, XV, 102 : [---] seuir [---] / C(aius) Salius Ste[---] / laribus magnis et uiator(iis) / de suo restitu[it] qui est associé à un contexte hispanique en raison de la mention de ces divinités, les lares viales, qui sont bien attestés dans la péninsule ibérique : mais l’argument nous paraît faible et l’inscription est très lacunaire ; CIL, XII, 4423 ; HGL, XV, 94 : [---] Veiatius P. [f(ilius)] / [Se]rg(ia) aedilis / [---] : la mention de la tribu Sergia semblerait renvoyer aux cités de l’Hispanie républicaine, mais le texte est incomplet et la restitution de la ligne 3 n’est pas sûre : il pourrait y avoir ici l’indication du cognomen du personnage. En outre, le gentilice Veiatius constitue un hapax dans l’onomastique latine, ce qui nous empêche d’en retrouver l’origine, à moins qu’il ne s’agisse d’un nom formé sur une localité géographique d’Italie (Veies).

168 Les autres exemples concernent CIL, XII, 4365 (Antistius [-] f. Gal. Paternus, soldat de la legio IV Macedonica) et CIL, XII, 4536 (C. Iulius C. f. Gal. Italus, Segobrigensis).

169 Christol 1995, 173-181.

170 CIL, II, 3182 (Valeria) : L. Abilius Sabinus. Voir Abascal Palazón 1994, 41, 63 et 92.

171 AE, 1983, 538 (Nueva Carteya) ; CIL, II, 335 (Ferreira do Zezere) ; AE, 1983, 498 (Ardea de Trujillo) ; AE, 1992, 1106 (Tarragone) ; CIL, II, 1215 (Séville) ; ERSoria, 85 (Osma) ; AE, 1934, 25 (Cordoue). Voir Abascal Palazón 1994, 92.

172 Cf. index du CIL, XII, p. 867.

173 Elle est attestée à Abella et Abellinum (Regio I) ; à Compsa et à Vibinum (Regio II) ; à Luna et Pisa (Regio VII) ; à Veleia (Regio VIII) et à Genua (Regio IX) ; voir Kubitschek 1889, 270.

174 Fabre 1981, 134-135.

175 C’était l’idée de Wierschowski 2001, 242, no 323.

176 Plin., Nat., 3.30 ; Ross Taylor 1960, 109, n. 21 ; Le Roux 1982, 141 ; Wiegels 1985, 1-9.

177 Forni 1953, 60-61.

178 Nony 1968,58.

179 Il n’est pas répertorié dans Abascal Palazón 1994.

180 Gayraud 1981, 423.

181 C/L, XII, 575 (Aix) ; 3088 ; 3447 ; 3660 (Nîmes).

182 Caes., Gal., 8.46 ; voir aussi MRR, II, 245 qui reconnaît ce personnage comme le consul de 47 a.C.

183 Voir Kubitschek 1889, 272 : en Italie la Quirina est la tribu d’Antium (Regio I), Amiternum, Nursia, Reate chez les Sabins, Pinna, chez les Vestins (Regio IV), Forum Clodi (Regio VII) et Camunni (Regio X), sinon est attestée dans beaucoup d’autres provinces de l’Empire.

184 Un seul autre cas se trouve à Nîmes au iie siècle p.C. dans CIL, XII, 3765 qui mentionne un T. Norbanus Niualis.

185 Wierschowski 2001, 236, no 312.

186 AE, 1977, 396 (Trujillo) et HEp 2, 769 (Idanha). Voir Abascal Palazón 1994, 189-191.

187 Christol 1990, 195, n. 23.

188 Il s’agit de CIL, II, 2852 qui mentionne C. Dellius M. f. Pom(ptina) Flauinus, vétéran de la legio VII Gemina et son fils Flauus. La référence à la tribu Pomptina, circonscrite à l’Italie, semble suggérer une origine italienne du personnage, bien que son cognomen typiquement indigène fasse pencher pour une naissance hispanique. Mais comme cette tribu appartient aussi à deux familles d’immigrés italiens enracinées respectivement à Lucus Augusti et à Iuliobriga, Dellius Flauinus pourrait être issu d’une de ces deux villes. Pour la question, Le Roux 1982, 199 et 324.

189 Les attestations recensées concernent Capoue (CIL, I2, 947 et CIL, X, 4108) ; Pouzzoles (CIL, X, 2308) et Pompéi (CIL, X, 8058, 30 et NS, 1894, 15). Sur une probable origine campanienne de ce gentilice, voir aussi Castrén 1983, 163.

190 Kajanto 1965, 81, 309.

191 Voir apparat critique au CIL, II, 3876 : “Hominem hunc Tarbellum Narbone domicilium habuisse non est quod miremur, sed latet fartasse in Narb... oppidum Aquitaniae mihi certe ignotum”.

192 Dans l’apparat critique au CIL, II, 3876, Th. Mommsen note : “Si quidem vere deprehenditur hoc loco domus Narbo, inde colligitur Tarbellos Quattuorsignanos ei coloniae attributos fuisse”.

193 Beltrán Lloris 1980, 215, no 267.

194 Dans ce cas, le terme d’incola, pouvant recouvrir plusieurs réalités, exprimerait l’étranger durablement fixé dans une ville à côté des natifs de celle-ci, les municipes. Pour ces questions, voir Pavis d’Escurac 1988. 57-68. Voir aussi Chastagnol 1995, 131-141.

195 Gayraud 1981, 412.

196 Wierschowski 2001, 207, no 270.

197 La pierre a été perdue et l’édition d’E. Hübner dans CIL, II, 3876 se fonde sur une copie manuscrite : le support de l’inscription n’est donc pas connu et le texte lacunaire nous empêche d’établir avec certitude s’il s’agissait d’une funéraire ou d’un autre genre d’inscription.

198 Le Roux 1982, 191.

199 Des trois militaires attestés à Sagonte au ier siècle, deux sont sûrement des hispaniques (ELSag, 65 ; ELSag, 42-43) et un troisième est très probablement d’origine locale (ELSag, 46), comme leur onomastique le laisse supposer.

200 Rico 1997, 118 et 145.

201 Tib. 1.7.2-10.

202 Strab. 4.2.1.

203 Voir Rico 1997, 268-271.

204 Ce port avait été en mesure d’attirer d’autres étrangers, dont certains pour des raisons commerciales (ELSag., 41 ; 55 ; 215 ; 282). Ce dernier exemple qui mentionne un personnage provenant de Tritium Magallum a été mis en relation avec le commerce de sigillée hispanique. Pour la question, Haley 1991, 108.

205 Cf. supra, n. 201.

206 RIT, 401 et ILER, 6324.

207 Étienne 1977, 291-299.

208 Mel. 2.5.75 ; Gayraud 1981, 155-158.

209 CIL, II, p. 615 : Cornelia Atacina cognomine saltem originem Gallicam aliqua ratione videtur indicare.

210 Pour une synthèse intéressante des liens économiques existant entre Narbonne, la Catalogne et Tarragone, avec une attention particulière au commerce de marbre, voir Mayer & Rodà 1994, 318-328.

211 Ptolémée 2.6.58. Ce site, de difficile identification, pourrait se trouver non loin de Carthago Nova, comme semblerait le suggérer CIL, II, 4189 qui mentionne un personnage ex conuen[tu] Carthag(iniensi) Attacc(ensis).

212 Blázquez 1975, 39-42.

213 Étienne 1958, 150.

214 Sur ces relations, Mayer & Rodà 1994, 318-328.

215 Devijver 1972, 165-191 et surtout 187-188.

216 La même opinion est aussi exprimée dans Alfoldy, RIT, 301.

217 C’est le sens qu’il faut donner à l’activité des naviculaires narbonnais dans le commerce de l’huile de Bétique vers Rome et leur implication certaine avec d’autres lieux de production et de vente de la précieuse marchandise. Sur la question, Christol 2002b, 325-334 et Gayraud 1981, 532.

218 Voir aussi le tableau récapitulatif à la fin de cette étude.

219 Gayraud 1981, 532-533.

220 Voir la contribution de G. Chic Garcia dans ce même volume.

Table des illustrations

Légende Cas vraisemblables d’individus ayant migré pour des raisons économiques de Narbonne en Hispanie et vice versa
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search