Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

Quis furor, o cives ?

Le furor et la Furie comme code poétique de la guerre civile à Rome

Sylvie Franchet d’Espèrey

Texte intégral

1Dire la crise n'est généralement pas le fait de ceux qui la vivent, tant il est vrai qu’il faut un certain recul pour analyser et identifier un événement. Mais ce n’est pas non plus le privilège des historiens qui se penchent, pour le disséquer, sur un événement passé. Les poètes sont parfois amenés à prendre la parole pour dire avec leurs mots et leurs images ce que chacun ressent à propos d’une crise vécue ou relue. Le cas de la guerre civile à Rome est exemplaire. Il s’agit en effet d’une crise de l’ensemble du corps social, qui concerne chacun des citoyens et qui a marqué profondément les consciences. Le traumatisme a été tel que, pour en rendre compte, il était nécessaire de faire appel à l’imaginaire autant qu’à l’analyse. Je me propose donc de suivre à travers l’histoire littéraire une image symbolique, celle du furor et de la Furie comme mode d’expression de la guerre civile à Rome. Le but de l’enquête sera de rechercher comment cette image s’est imposée dans l’imaginaire collectif, en prenant à témoin la littérature de l’époque impériale.

2Pour commencer je rappellerai brièvement d’où vient cette notion de furor, qui est une notion bien connue, mais complexe. Elle apparaît en effet au carrefour de différentes traditions et participe à la fois de l’anthropologie, de la médecine, de la philosophie, du droit et, enfin, de la littérature, notamment de la tragédie.

  • 1 Paris 1942 (6e éd.)
  • 2 Ce dernier point fait qu’il est condamné par la discipline militaire romaine (Manlius Torquatus).
  • 3 C’est ce qui arrive à Horace.
  • 4 Dumézil pense que le furor bellicus s’obtient aussi par des rites, notamment par un premier combat (...)

3Pour l’anthropologie, je ne peux que renvoyer à Dumézil, en particulier à son petit livre Horace et les Curiaces1, où le furor bellicus romain est mis en relation avec ses équivalents germaniques (Wut), Scandinaves (Ferg) et celtes (légende irlandaise de Cûchulainn), mais aussi avec le menos homérique. Dans tous les cas il s’agit d’un état proche de la colère, mais une colère propre au guerrier qui le transfigure, qui lui donne une énergie et un courage dépassant la mesure humaine et qui le pousse à un exploit individuel, en marge des règles collectives de la guerre2. Cet état, proche de la folie, est naturellement dangereux en-dehors du contexte guerrier, et il est nécessaire que le héros s’en dépouille par des rites purificatoires avant de retourner dans la société civile3. Si cela n’est pas fait, si ce dépouillement n’est pas accompli, on imagine les ravages causés dans le corps social par le furor, surtout si – comme c’est le cas lors d’une guerre civile – il s’est emparé de tous les citoyens, les dressant les uns contre les autres4.

  • 5 Pigeaud 1981, 100 sq. et 245 sq.

4Pour la tradition médico-philosophique, l’exposé pourrait être très long. Je me référerai simplement aux conclusions de J. Pigeaud5, selon lesquelles furor est un équivalent tantôt de mania tantôt de melancholia, avec l’idée qu’il s’agit d’une maladie de l’âme ayant des incidences sur le corps et d’une maladie qui se manifeste le plus souvent par crises. La conception stoïcienne du furor est particulièrement importante pour notre propos, puisque, par l'intermédiaire de Sénèque, elle a marqué tous les poètes de l’époque néronienne et flavienne. Le furor est le type même de la passion, c’est-à-dire un processus qui, si on ne l’a pas arrêté tout au début, aliène l’esprit en le soustrayant à la raison. La crise se poursuit alors jusqu'à son climax et provoque en général un drame. 11 convient ici de se reporter principalement aux Tusculanes et au De ira de Sénèque.

5Dans le domaine juridique, le furor et le furiosus étaient définis avec précision par la loi des XII tables, comme le montre le texte de Tusc., 3.5.11. Il oppose insanus et furiosus, le premier terme désignant “un état d’esprit dépourvu d’équilibre, c’est-à-dire de santé, mais cependant à la hauteur des devoirs moyens et des fonctions ordinaires de la vie courante”, le second (furiosus) étant “un aveuglement de l’esprit qui s’étend à toutes choses”. Aussi la loi interdit-elle la disposition de ses biens seulement au furiosus.

  • 6 Ainsi que l’a rappelé M. Ferrary lors de la discussion, la loi des XII tables n’envisage pas la res (...)

6De tout cela nous retiendrons que le furor est un état de crise, qui fait perdre l’usage normal de la raison et qui ôte à celui qui est sous son emprise la responsabilité de ses actes. La première caractéristique convient bien dans le cas de la guerre civile, qui est une crise non seulement du pouvoir, mais aussi de l’ensemble des citoyens, victimes collectivement d’une perte de la raison ; la deuxième caractéristique, la perte de la responsabilité, n’est guère pertinente s’agissant d’un phénomène collectif6.

  • 7 Tel est, de façon exemplaire, le cas d’Oreste.
  • 8 C’est particulièrement net dans Les sept contre Thèbes, mais la plupart des éléments se retrouvent (...)
  • 9 Jal 1963, 402 sq.

7J’en viens à la tragédie et c’est là qu’apparaît l’Érinye. Dans la tragédie grecque, l’Érinye est avant tout celle qui venge la victime d’un crime entre parents, en rendant fou le meurtrier7. Elle se trouve tout naturellement rattachée au thème de la malédiction, dont elle est à la fois le prolongement et l’incarnation. Un cas intéressant pour notre propos est celui d’Étéocle et Polynice, maudits par Œdipe, car ce mythe présente une lutte fratricide, qui constitue en quelque sorte le schéma de base de la guerre civile. Or on y trouve un enchaînement des faits qui va de la malédiction à l’Érinye, de l’Érinye à la folie, de la folie à la discorde et de la discorde au meurtre8. Dans les tragédies romaines, les choses sont encore plus exemplaires, puisque les deux mots de Furia et de furor sont formés sur la même racine. Ce thème est central dans les tragédies de Sénèque, les seules que nous ayons conservées, mais il apparaissait très probablement dans les tragédies perdues. Paul Jal a bien montré comment il y avait une corrélation entre les thèmes des légendes grecques, illustrés par les tragédies d Accius et d Ennius (La Thébaïde, Atrée et Thyeste), et les guerres civiles, qui mettent également aux prises des membres d’une même famille9.

  • 10 Ibid. 421 sq.

8Je ne dirai que peu de choses de l’époque républicaine, l’essentiel ayant déjà été développé par Paul Jal. Celui-ci cite de nombreux textes de Cicéron et de Salluste où le furor est présenté comme caractéristique de la guerre civile. Pour Cicéron ce sont essentiellement les discours contre Catilina et contre Antoine, mais aussi des traités théoriques comme le De natura deorum ouïe De officiis10. J’ai retenu aujourd’hui une phrase qu’il ne cite pas, tirée de la correspondance, d’une lettre datée du 27 janvier 49 (Fam., 16.12) : Sed mirus inuaserat furor non solum improbis, sed etiam iis qui boni habentur, ut pugnare cuperent, me clamante nihil esse bello ciudi miserius. Elle montre bien – au-delà du rôle “prophétique” que s’attribue Cicéron – que le furor est ressenti comme une agression extérieure (inuaserat), qui transforme tous les hommes, y compris les “boni”, les poussant à se battre contre leurs concitoyens. Le verbe inuadere est souvent employé avec un sujet de type pestis pour exprimer l’idée de la contagion. On reste donc proche des conceptions médicales.

9C’est à l’époque augustéenne que l’image de la Furie des guerres civiles se met véritablement en place, c’est-à-dire à un moment où l’on porte sur ces guerres civiles un regard rétrospectif. Je commencerai par Horace en retenant deux textes des Odes :

O quisquis uolet impias
Caedis et rabiem tollere ciuicam...
(Carm., 3.24.25-26)

“Oh ! celui quel qu’il soit qui voudra mettre un terme à des meurtres impies, à la rage entre citoyens...”

Custode rerum Caesare non furor
ciuilis aut uis exiget otium...
(Carm., 4.15.17-20)

“Tant que César est gardien de l’État, on ne verra point le calme banni par la fureur civile ou par la violence...”

  • 11 Furorne caecus an rapit uis acrior an culpa? responsum date (Epod., 7.13-14).

10L’expression furor ciuilis (Carm., 4.15) est nouvelle. Elle dit, dans une sorte de raccourci métonymique, que lorsqu’il s’agit de la guerre civile, furor égale bellum. Rabies cinica, qu’on trouve dans l’autre ode, a le même sens. Le poète tourne autour de cette idée, qu’on retrouve dans l’épode 7, avec l’interrogation furorne caecus... ?11 Ce poème se présente tout entier comme une apostrophe aux soldats des guerres civiles, à un moment où elles ne sont pas encore conjurées : Quo, quo, scelesti, ruitis ? Cette apostrophe a une riche postérité, dans laquelle s’inscrit en particulier le vers 8 de la Pharsale, Quis furor, o ciues ?

11Mais auparavant il y a Virgile, chez qui les malheurs des guerres civiles ainsi que la paix retrouvée sont un thème récurrent dès les Bucoliques. Dans l’Énéide, où le furor est très présent et a été largement étudié, je retiendrai deux éléments. Le premier est l’allégorisation du Furor impius dans le discours de Jupiter à Vénus, qui symbolise les guerres civiles auxquelles Auguste a mis un terme définitif :

... Furor impius intus
saeua sedens super arma et centum uinctus aenis
post tergum nodis fremet horridus ore cruento
. (Aen., 1.294-296)

“Au-dedans l’esprit de Fureur, l’impie, assis sur les armes cruelles et lié derrière le dos par cent nœuds d’airain, frémira hérissé et la gueule sanglante.”

  • 12 Cf. Plin., Nat., 35.36. On a une image proche de celle-ci chez Calpurnius Siculus, où c’est Bellone (...)

12Le Furor, enfermé, tel un lion en cage, derrière les portes closes du temple de Janus, c’est la guerre. Il y avait justement, sur le forum d’Auguste, un tableau d’Apelle, représentant la guerre enchaînée, que Virgile a probablement en tête12. Mais il y a en outre 1 adjectif impius, qui désigne cette guerre comme la guerre civile, et ceci pour deux raisons. La guerre étrangère, si elle est déclarée selon les règles, est un pium et iustum hélium ; la guerre civile, elle, ne saurait être déclarée en aucune manière et elle est nécessairement impie. Par ailleurs, l’impiété caractérise une lutte où le frère combat contre le frère, le fils contre le père, contrevenant ainsi aux exigences de la pietas erga parentes. L’opposition furor / pietas est du reste classique. Pour Virgile donc, allégoriser la guerre civile, c’est allégoriser le furor auquel elle s’identifie et inversement allégoriser la fin des guerres civiles et la paix augustéenne, c’est montrer le furor impius lié et neutralisé.

  • 13 Ennius, Ann., fr. 266. Cf. Norden 1966, 32-33 et Heinze 1976, 183-184. Voir aussi Hübner 1970 34 sq
  • 14 Aen., 7.349, 377, 406, 460.

13L’autre passage concerne le déclenchement de la guerre par Junon et Allecto au chant 7. On a montré depuis longtemps que Virgile associait ici deux schémas, l’un tiré de la tragédie, qui mène de l’Érinye au conflit en passant par le furor, l’autre tiré des Annales d’Ennius, où c’est Discordia qui ouvre les hostilités13. De fait la Furie, qui déchaîne le furor dans le cœur de Turnus et dans celui d'Amata14, se trouve définie à la fois par le narrateur et par Junon comme porteuse de conflit et tout particulièrement de conflit entre frères :

Luctificam Allecto dirarum ab sede dearum
infernisque ciet tenebris.
cui tristia bella
iraeaue insidiaeque et crimina noxiacordi...
(...) [Junon à Allecto :]
Tu potes unanimos armare in proelia fratres
atque odiis uersare domos, tu uerbera tectis
funereasque inferre faces, tibi nomina mille,
mille nocendi artes. Fecundum concute pectus,
disice compositam pacem, sere crimina belli ;
arma uelit poscatque simul rapiatque iuuentus.
(.Aen., 7.324-325 et 335-340)

“Du séjour des sinistres déesses, des ténèbres infernales elle fait monter Allecto, ouvrière de deuil, celle qui n’a cœur qu’aux sombres guerres, colères, surprises traîtresses, calomnies meurtrières...
Mais toi, tu sais armer l’un contre l’autre des frères qui n’avaient qu’une âme, renverser des maisons dans les convulsions de la haine, porter dans les demeures les coups, les torches funèbres, tu as mille déguisements, mille ressources pour nuire. Mets en branle ton fécond génie, brise la paix qu’ils ont concertée, sème les causes de la guerre ; qu’au même instant la jeunesse veuille des armes, les exige et les arrache !”

  • 15 C’est ce que montre, par exemple, l’apostrophe désespérée du poète à Jupiter vers la fin des combat (...)

14Or la guerre entre Latins et Troyens est bien perçue rétrospectivement comme une guerre entre futurs concitoyens, c’est-à-dire comme une guerre civile15. On peut dire que Virgile a fait de la Furie une sorte de Bellone spécialisée dans la guerre civile. Avec tous ces éléments, le début du chant 7 de l’Enéide constitue un archétype qui sera réutilisé dans les épopées postérieures pour exprimer le déchaînement de la guerre civile.

  • 16 Cf. Opelt 1972, 92-127 ; Bäumer 1982 ; Dupont 1995.

15A l’époque néronienne on pense surtout à Lucain, mais aussi au fragment d’épopée qui se trouve dans le Satiricon. Cependant il faut d'abord mentionner Sénèque, non seulement pour le De ira. où l’on trouve sa théorie des passions qui s’applique au premier chef au furor, mais surtout pour ses tragédies. Dans ses tragédies Sénèque réactive les schémas de la tragédie grecque en les amplifiant et en les romanisant. Les Furies sont présentes dans la plupart des pièces, avec une relation très étroite au furor dont les effets sont longuement mis en scène. Le fait que la Furie produise le furor crée une quasi-équivalence entre les deux : Furia = furor Mais l’aboutissement du furor n’est pas seulement le conflit ; il est, au-delà du conflit, le crime, le nefas16. Le couple furor-nefas constitue, avec son contraire, pietas, le vocabulaire moral de base que reprendront après Sénèque tous les poètes épiques. On peut prendre comme illustration le Thyeste, qui représente le comble de la haine entre frères. Au début de la pièce, la Furie envoie l’ombre de Tantale répandre le furor dans le palais, afin de pousser au crime ses descendants :

... Perge, detestabilis
umbra, et
Penates impios Furiis age.
Certetur omni scelere et alterna uice
stringatur ensis ; ne sit irarum modus
pudorue,
mentis caecus instiget furor,
rabies parentum duret et
longum nefas
eat in nepotes
(...)
Hune, hune furorem diuide in totam domum.
Sic, sic ferantur
et suum infensi inuicem
sitiant cruorem. (Thy., 23-29 et 101-103)

“Avance, ombre exécrable, et agite de tes fureurs ces pénates impies. Qu’on y rivalise de toute espèce de crimes ; que l’on s’entretue réciproquement à coups d’épée ; qu’il n’y ait à ces haines ni limite ni remords ; que les esprits soient aiguillonnés par une aveugle rage ; que la furie des parents se perpétue et que leurs forfaits passent en une longue suite à leurs petits enfants.
Cette fureur, oui, cette fureur, distribue-la dans toute la demeure. Qu’ils soient saisis des mêmes transports et que, dans leur haine réciproque, ils soient altérés d’un sang qui est le leur !”

16Puis c’est Atrée qui s’écrie :

Excédé, Pietas, si modo in nostra domo
unquam fuisti. Dira Furiarum cohors
discorsque Erinys ueniat et geminas faces
Megaera...
(Thy., 249-252)

“Va-t’en, Piété, si jamais tu as été dans notre demeure ! Qu’elles accourent la troupe hideuse des Furies et l’Erinye qui sème la discorde et Mégère qui agite ses deux torches : mon cœur ne brûle pas encore d’une assez grande fureur ; il lui plaît de s’emplir de sentiments plus monstrueux.”

17marquant clairement l’opposition Pietas / furor-Erinys.

  • 17 En part. Glaesser 1984 ; Hershkowitz 1998.

18Or c’est ce vocabulaire que va utiliser Lucain pour parler de la guerre civile. Dès le prologue, on trouve les mots de nefas, au vers 6 et de furor, au vers 8, dans la fameuse apostrophe Quis furor, o dues ? Ce n’est pas le lieu de développer le thème du furor de la guerre civile dans la Pharsale, car cela a déjà été fait par plusieurs critiques17. Je vais plutôt m’attacher à l’image de la Furie comme agent et symbole de la guerre civile.

19Renonçant à l’appareil divin, Lucain ne reprend pas tel quel l’archétype du chant 7 de l’Énéide. Il place les choses sur le plan symbolique en intégrant la figure de l’Érinye à la série des présages qui annoncent la guerre :

... Ingens urbem cingebat Erinys
excutiens pronam flagranti uertice pinum
stridentisque comas, Thebanam qualis Agauen
impulit aut saeui contorsit tela Lycurgi
Eumenis, aut qualem iussu Iunonis iniquae
horruit Alcides, uiso iam Dite, Megaeram.
(Luc., 1.572-577)

“Gigantesque, l’Erinys entourait la ville : elle incline et secoue un pin au faîte enflammé, agitant ses cheveux sifflants ; telle l’Euménide poussa la thébaine Agavé et fit tourner les traits du cruel Lycurgue ; telle, sur l’ordre de la marâtre Junon, Mégère apparut aux yeux épouvantés d’Hercule qui avait déjà vu Pluton.”

20Il s’agit donc d'un phénomène perçu comme réel, mais de nature symbolique. Du reste l’Eiinys n’est pas ici anthropomorphique, puisqu’elle est qualifiée d’ingens, adjectif qui indique souvent un caractère surhumain, et qu’elle entoure la ville (urbem cingebat). On pense à la Fama virgilienne qui marche sur la terre tout en touchant le ciel. Mais en même temps elle garde ses attributs traditionnels, la chevelure de serpents et la torche enflammée : c’est donc qu’elle a une tête et des mains ! On est à la limite entre la figure mythologique et une sorte de métonymie symbolique. La triple comparaison qui suit n’est pas moins étrange, puisque l’Érinye est comparée... à elle-même, sous les noms d’Euménide et de Mégère. Cela veut dire que le terme d’Erinys est ressenti ici comme autre chose que la Furie du mythe, à laquelle on éprouve le besoin de la comparer. Et cette “autre chose” serait propre au contexte politique. En tout cas l’Érinye de la guerre civile agit de la même manière que celle du mythe, puisque les trois cas qui servent de comparant sont des meurtres d’enfants par leur père ou leur mère : Agavé tue Penthée, Lycurgue son fils Dryas et Hercule ses enfants. En fait les deux premiers sont des cas de délire bachique, où la Furie ne fait guère qu’exprimer allégoriquement la folie ; pour ce qui concerne Hercule, les choses sont plus claires, puisque Sénèque dans sa tragédie, que Lucain a sans doute en tête, a remplacé la Lyssa d’Euripide précisément par Mégère. Autrement dit, la Furie exprime toujours le délire, le furor qui mène au crime ; dans le cas de la guerre civile, l’image de l’Érinye entourant la ville ajoute l’idée que ce furor se répand à l'intérieur du périmètre de la ville ; il s'agit en effet d’un furor spécifique aux guerres civiles, un furor collectif, qui doit toucher tous les citoyens.

21Venons-en à la deuxième occurrence et à l’expression ciuilis Erinys, qui est à ma connaissance une création de Lucain :

(...) Iamiam ciuilis Erinys
concidet et Caesar generum priuatus amabit.
(Luc., 4.185-188)

“Bientôt Erinys, qui trouble la cité, s’effondrera et César, rendu à la vie privée, aimera son gendre.”

22Cette création s’inscrit dans la suite du furor ciuilis d’Horace, avec une équivalence Furia = furor, rendue familière par les tragédies de Sénèque.

23Je voudrais m’interroger sur le statut de l’adjectif ciuilis, pour essayer de comprendre comment les Romains lisaient une telle expression. Ciuilis est un adjectif déterminatif, équivalent d’un génitif ciuium : “des citoyens, qui concerne les citoyens”. Mais il a en soi une valeur de réciprocité, puisque ciuis correspond à la fois à citoyen et à concitoyen, comme le mot “frère”, le mot “citoyen” désigne un statut qui n’existe qu’en relation avec d’autres, qui ont le même statut. Dans bellum ciuile ou discordia ciuilis cette réciprocité s’accorde bien avec celle qu’implique le nom : une guerre ou une discorde supposent deux adversaires et l’on aboutit au sens de “guerre ou discorde entre citoyens”. Dans furor ciuilis cette valeur de réciprocité n’est plus présente dans le nom, mais elle subsiste dans l’adjectif, pour la raison que l’on a dite et parce qu’il est l’équivalent à la fois d’un génitif subjectif (“fureur éprouvée par les citoyens”) et d’un génitif objectif (“fureur à 1 égard des citoyens”) ; et l’on aboutit au même sens : “fureur entre citoyens” ; dans ciuilis Erinys le lien entre l’Érinye et les citoyens est plus incertain, car on s’éloigne davantage encore de l’idée de réciprocité ; mais, en raison de l’existence des deux expressions précédentes dans la mémoire collective, les Romains lisaient cette expression en gardant le sens qu’ils trouvaient dans bellum ciuile et ils aboutissaient à quelque chose comme “l’Érinye qui pousse les citoyens les uns contre les autres”. En fait, pour eux, dire bellum ciuile, discordici ciuilis, furor ciuilis, ciuilis Erinys, c’était pareil. Et c’était pareil, parce que, dans leur inconscient, la présence de l’adjectif ciuilis suffisait à donner à tous ces noms le sens de ‘guerre”. On a affaire à une sorte de lecture globale, où le sens est le même et où la variante, qui porte sur le nom, ne fait changer que le color.

24Est-ce à dire que l’Érinye n’est plus dès lors perçue comme une figure mythologique et qu’elle est un simple équivalent de belluini Pas tout à fait. Dans ce passage du livre IV, où c’est le poète qui s’adresse aux soldats d’Afranius et de Pétréius, leur laissant envisager la fin de la guerre civile, l’expression est sujet du verbe concidet. Or ce verbe qui signifie s’écrouler, s’effondrer, au sens figuré “perdre sa force”, n’a pas à ma connaissance de sujet du type bellum ; en revanche le sujet peut être un nom de personne ou une abstraction. Ici, c’est un peu les deux : ciuilis Erinys concidet, cela veut dire à la fois que la figure de l’Érinye pâlit, faiblit et que le furor qui anime les citoyens de la guerre civile perd en intensité.

  • 18 Cf. v. 199-201: excisis cum tu solacia templis / impiger et multum facibus uelocior ipsis / concini (...)
  • 19 Sur ce poème, cf. Delarue 2000, 23-27.

25Or l’expression ciuilis Erinys est reprise par Stace dans l’une des Silves (5.3). L'ensemble du poème est un chant funèbre en l'honneur de son père, Papinius, mort vers 80. Dans le passage qui nous intéresse, Stace évoque, en quelques vers qui apparaissent comme un résumé, un poème écrit par son père18 sur le bellum Capitolinum de 69, c’est-à-dire le siège du Capitole, alors aux mains des Flaviens, par les Vitelliens19. C’est dans le court récit de cet événement qu’apparaît l’Érinye, ciuilis Erinys.

Talia dum celebras, subitam ciuilis Erinys
Tarpeio de monte facem Phlegraeaque mouit
proelia. Sacrilegis lucent Capitolia taedis
et Senonum furias Latiae sumpsere cohortes.
(Silv., 5.3.195-198)

“Tandis que tu étais tout entier à ces occupations, soudain l’Erinye de la guerre civile agita sa torche du haut du mont tarpéien et provoqua des combats dignes des champs de Phlégra. Des torches sacrilèges éclairent le capitole et les fureurs des Sénons passèrent dans les cohortes latines.”

26On peut légitimement penser que cette expression était employée par Papinius dans son poème et qu’il a pu la reprendre à Lucain, mort en 65 et déjà publié. Ici, il s’agit bien de la figure classique et anthropomorphique de la Furie, qui s’élance du Capitole avec sa torche et provoque un combat assimilé à la Gigantomachie. Assurément, le poète étant du côté des Flaviens, ce sont les Flaviens qui correspondent aux Olympiens et les Vitelliens aux Géants. Assurément aussi, les Senonum furiae qui s’emparent des citoyens concernent plus les Vitelliens que leurs adversaires.

  • 20 Tac., Hist., 1.2.1, 2.47.2.
  • 21 Cf. Jal 1963, 492 sq.
  • 22 Delarue 2000 souligne la réussite poétique de l’évocation : “torche réelle que celle de l’Érinye, t (...)

27Mais ce qui nous intéresse ici, c’est que l’expression ciuilis Erinys sert à désigner un épisode de la crise de 69. On n’a pas de texte contemporain de ces événements, permettant de comprendre comment les Romains les avaient alors perçus, les témoignages étant postérieurs. Tacite parle bien de bellum ciuile20, mais sur le moment, comment étaient perçues ces luttes entre généraux et légions qui venaient du fond des provinces et qui n’avaient eu jusqu’alors aucun rôle à Rome ? On peut se le demander21. Or si, comme je le crois, ce passage est fondé sur le poème de Papinius, qui est contemporain, lui, de ce qu'il chante, on aurait un indice : il s’agissait bien pour lui, et donc vraisemblablement pour ses lecteurs, d’une guerre civile22.

28Je passe tout de suite à Valérius Flaccus, dont les Argonautiques ont été achevées au plus tard en 85. Or on y trouve, pour désigner la guerre qui, en Colchide, met aux prises les deux frères Eétès et Persès l’expression fraterna Erinys, qui ne peut être comprise qu’à partir de ciuilis Erinys :

Sic demum rapidi uenies ad Phasidis amnem.
Castra ibi iam Scythiae fraternaque surgit Erinys. (V. Fl. 4.617)

“Alors enfin tu parviendras à l’embouchure du Phase aux eaux torrentueuses. La Scythie a déjà établi ses quartiers là et une guerre fratricide sourd.”

  • 23 Le verbe surgit a normalement un sujet animé, ce qui va dans le sens d’une personnification ; mais (...)

29S’il n’y avait pas tout l’arrière-plan et toute l’évolution que nous venons d’étudier, l’expression ne pourrait être employée dans ce sens. Fraterna Erinys, me semble-t-il, ne pourrait signifier qu’une chose : “l’Erinys du frère”, c’est-à-dire celle qui, dans un conflit entre frères, représente l’âme du frère tué et poursuit le frère meurtrier. Mais, à cause de l’existence dans la mémoire collective de ciuilis Erinys, l’adjectif fraternus reprend la valeur de réciprocité qu’il a dans fraternum bellum. En somme fraterna Erinys est à fraternum bellum ce que ciuilis Erinys est à ciuile bellum23.

  • 24 Petr. 119-124. Sur les rapports entre Lucain et Pétrone, cf. Grimai 1977.
  • 25 On a, au vers 120, une mention de Tisiphone qui se réjouit, comme déesse infernale, du grand nombre (...)

30J’ai laissé de côté Pétrone, moins novateur que Lucain dans son fragment d’épopée sur la guerre civile24. Mais on y trouve à la fois un Furor allégorisé et une autre allégorie, celle de Discordia, qui ressemble à s’y méprendre à une Furie. Or c’est elle qui lance les hostilités entre César et Pompée, exactement selon le modèle de l’Allecto virgilienne. L’imaginaire de la guerre civile tourne donc bien autour de cette figure25.

  • 26 V. Fl. 3.214 (Il y a aussi Bellone au vers 60).
  • 27 V. Fl. 2.106, 196 (Vénus se transforme en une sorte de Furie), 228, 281, 294. Stat., Theb., 5.29-33 (...)

31Quant aux épopées de l’époque flavienne, les Argonautiques de Valérius Flaccus, la Thébaïde de Stace, les Puniques de Silius Italicus, elles font toutes une large part à la Furie, chaque fois qu’il y a conflit. C’est le cas, on l’a vu, dans les Argonautiques pour la guerre entre les deux frères de Colchide, mais aussi pour la bataille entre les Argonautes et le roi Cyzique, qui est tout à fait comparable à une guerre civile : ceux qui s’affrontent, à la suite d’une terrible méprise voulue par les dieux, sont les hôtes et les amis de la veille26. C’est le cas aussi pour l’épisode des Lemniennes, traité à la fois par Valérius et par Stace, et où les Furies alimentent, directement ou indirectement, la haine des femmes contre leurs époux27.

  • 28 I media in fratres, generis consortia ferro
    dissiciant. Da, Tartarei regina barathri,
    quod cupiam uid
    (...)
  • 29 Stat., Theb., 11.457-496. Cf. S. Franchet d’Espèrey 1999, 235 sq.
  • 30 Le rapprochement a été fait maintes fois. Cf. Snijder 1970, 19 ; Williams 1979, 13 ; Ahl 1986, 2814

32C’est le cas dans toute la Thébaïde, qui n’est rien d’autre que l’histoire d’un conflit fraternel, entraînant une guerre, et où le poète donne à la Furie Tisiphone un rôle central : c’est elle qui, parallèlement à Jupiter, assure la causalité de l’histoire. On pourra retenir, au début de l’épopée, l’appel d’Œdipe à Tisiphone, où son rôle est défini comme celui d'une porteuse de conflit et de nefas28 ; mais on pourrait citer des pages entières, en particulier au chant XI, le chant du duel, où Tisiphone se fait seconder par Mégère, chacune des deux Furies excitant l’un des deux frères, et où l’on voit cette chose étrange : un affrontement direct entre Tisiphone et Pietas29. Comme il s’agit du mythe d’Étéocle et de Polynice, parmi les influences subies la part de la tragédie, tant grecque que latine, est sans doute prépondérante. Le vocabulaire moral est celui des tragédies de Sénèque et les échos sont très nombreux. Toutefois raconter un mythe n’est pas refuser l’histoire et le fait de choisir comme sujet d’épopée la lutte fratricide des fils d’Œdipe n’est pas neutre. C’est aussi un moyen de parler de ce qui a été vécu, et en particulier des luttes civiles de l’année 6930.

  • 31 Sil. 2.532-533.
  • 32 Sil. 2.475-707.

33Dans les Puniques, enfin, la Furie Tisiphone joue un rôle actif dans l’épisode de Sagonte. Face à Fides, qui veut pousser les Sagontins à une résistance héroïque à Hannibal, Tisiphone intervient, à la demande de Junon. Mais, au lieu d’inciter les Sagontins à se rendre, c’est-à-dire à trahir la fides, elle pervertit leur héroïsme en les précipitant dans un suicide collectif, c’est-à-dire dans une lutte où parents et amis s’entretuent. C’est ce qu’exprime l’ordre de Junon : populum ferocem / dextris sterne suis31. Tout le texte est d’une violence inouïe, qui, même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’une guerre civile, rappelle de très près Lucain32.

34Je voudrais terminer par une comparaison des Argonautiques qui me paraît illustrer particulièrement bien notre thème. Voici le contexte : pendant la bataille qui oppose les troupes de Persès à celles d'Eétès, Ariasmène a lancé dans la mêlée ses chars à faux ; mais Pallas survient avec son Égide et la figure de Méduse a pour effet de précipiter les chars les uns contre les autres dans un entremêlement meurtrier. Le comparant est – chose assez rare – un comparant historique : les guerres civiles à Rome ; et celle qui, comme Pallas en Colchide, précipite les armées les unes contre les autres, c’est Tisiphone, saeuissima Tisiphone. Ses attributs ne sont pas détaillés, il suffit de dire saeuissima :

Romanas ueluti saeuissima cum legiones
Tisiphone regesque mouet, quorum agmina pilis
isdem aquilisque utrimque micant, eademque [parentes
rura colunt, idem lectos ex omnibus agris
miserai infelix non haec ad proelia Thybris :
sic modo concordes externaque fata petentes
Palladii rapuere metus, sic in sua uersi
funera concurrunt dominis reuocantibus axes.
(V. Fl. 6.400-409)

“Comme lorsque la très cruelle Tisiphone met en branle les légions et les princes, dont les bataillons brillent de l’éclat des mêmes pilums et des mêmes aigles ; leurs parents habitent les mêmes campagnes, le même Tibre, hélas ! les avait choisis pour les envoyer de tous les champs de l’Italie vers des combats qui n’étaient pas ceux-ci ; ainsi la crainte inspirée par Pallas s’empare de ceux qui un instant plus tôt marchaient ensemble pour tuer l’ennemi, ainsi les chars, se retournant, courent à leur perte réciproque, malgré les efforts de leurs guides pour les rappeler.

35Le scandale de la guerre civile est souligné par l’anaphore du pronom-adjectif idem. : ceux qui s’affrontent sont en tous points semblables et l’on retiendra surtout l’évocation du Tibre et des campagnes d’Italie, qui rappelle les Géorgiques. L’expression non haec ad proelia laisse entrevoir en creux l’opposition entre guerre civile et guerre étrangère (présente dans le comparé avec externaque fata petentes). Une comparaison sert à éclairer un élément par un autre, le comparé par le comparant. Cela implique que le comparant soit bien connu, qu’il ne pose pas lui-même de problème d’interprétation. Nous avons donc la preuve que la conscience des guerres civiles dans la Rome de l’époque flavienne était associée à 1 image de la Furie, déchaînant les citoyens les uns contre les autres. L’image est devenue un code.

36Il n’est pas inintéressant de mettre cette comparaison en parallèle avec la comparaison célèbre du début de l’Énéide, où Neptune apaisant la tempête est assimilé à un homme capable par sa seule parole de calmer une révolte.

Ac ueluti magno in populo cum saepe coorta est
seditio saeuitque animis ignobile uolgus,
iamque faces et saxa uolant, furor arma ministrat,
tum, pietate grauem ac meritis si forte uirum quem
conspexere, silent arrectisque auribus astant,
ille regit dictis animos et pectora mulcet :
sic cunctus pelagi cecidit fragor, aequora postquam
prospiciens genitor caeloque inuectus aperto
flectit equos curruque uolans dat lora secundo.
(Aen., 1.148-156)

“Souvent dans un grand peuple, quand une sédition a pris corps, quand une foule sans visage s’emporte en ses délires, que déjà les torches, les pierres volent, que la fureur se donne des armes, alors, s’ils ont vu un homme que sa piété, ses œuvres rendent vénérable, ils font silence, s’immobilisent, l'oreille dressée ; il parle et sa parole gouverne les cœurs, calme les passions ; ainsi...

37Le contexte est républicain, la crise est une seditio. La comparaison met 1 accent sur la fin de cette sédition (qui correspond à la fin de la tempête dans le récit), ce qui la tend fondamentalement optimiste. A l’inverse la comparaison de Valérius Flaccus met l’accent sur le déchaînement de la guerre civile, sur son caractère scandaleux. Nulle allusion à un prince pacificateur chez ce poète, qui a su pourtant, dans le prologue, faire l’éloge de Vespasien et de ses fils. C'est l’horreur de la guerre civile qui est ici retenue, et c’est Tisiphone qui en est le symbole. Les poètes flaviens sont plus sensibles à la crise qu’a la restauration.

38Au terme de ce parcours dans la poésie impériale, nous avons pu mettre en évidence comment les poètes créent des images et en même temps subissent l'influence de I imaginaire collectif : il y a, à l’évidence, interaction entre les deux. La conscience collective dit que la guerre civile est un drame, un scandale et une horreur : c’est que les hommes ont perdu alors ce qui fait la nature humaine, la raison et la pietas. On appelle cela le furor. Les poètes mettent en relation l’histoire et le mythe pour dire à leurs lecteurs : cela a toujours été, les haines entre citoyens ne font que reproduire les haines familiales. Avec Virgile, la Furie passe de la tragédie dans l’épopée, comme agent d’un conflit qui devient collectif. c’est un tournant capital. Avec Lucain, elle symbolise à elle seule la guerre civile. L’imaginaire collectif intègre cette représentation et désormais nul poète ne pensera la guerre civile sans que l’image de la Furie ne s’impose à lui. S’il est vrai que la guerre civile est l’un des deux démons de l’histoire romaine – l’autre étant la tyrannie –, ce démon a pris un visage approprié, un visage infernal, celui de la Furie.

Bibliographie

Bibliographie

Ahi, F. (1986): Statius’Thebaid: a Reconsideration, ANRW II.32.5, 2803-2913.

Bäumer, Ä. (1982): Die Bestie-Mensch. Senecas Agressionstheorie, ihre philosophischen Vorstufen und ihre literarische Auswirkungen, Francfort-Berne-New York-Paris.

Delarue, F. (2000) : Stace, poète épique. Originalité et cohérence, Louvain-Paris.

Dumézil, G. (1942) : Horace et les Curiaces, Paris.

Dupont, F. (1995) : Les monstres de Sénèque, Paris.

Franchet d’Espèrey, S. (1999) : Conflit, violence et non-violence dans la Thébaïde de Stace, Paris.

Glaesser, R. (1984): Verbrechen und Verblendung. Untersuchungen zum Furorbegriff bei Lucan, mit Berücksichtigung der Tragödien Senecas, Francfort-Berne-New York-Paris.

Grimal, P. (1977) : La Guerre civile de Pétrone dans ses rapports avec la Pharsale, Paris.

Heinze, R. (1976): Virgils epische Technik, Darmstadt (1ère éd. Berlin-Leipzig 1915).

Hershkowitz, D. (1998): The Madness of Epie. Reading Insanity from Homer to Statius, Oxford.

Hübner, W. (1970): Dirae im römischen Epos. Über das Verhältnis von Vögeldämonen und Prodigien, Spudasmata XXI, Hildesheim-New York.

Jal, P. (1963) : La guerre civile à Rome, Paris.

Norden, E. (1966) : Ennius und Vergilius. Kriegsbilder aus Roms grosser Zeit, Stuttgart (1ère éd. Berlin-Leipzig 1915).

Opelt, I. (1972): “Senecas Konzeption des Tragischen”, in: Senecas Tragödien, Wege der Forschung, Darmstadt.

Pigeaud, J. (1981) : La maladie de l’âme, Étude de la relation de l'âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique, Paris.

Snijder, H. (1970): Thebaid. A Commentary on Book 111, with Text and Introduction, Amsterdam.

Williams, R. D. (1979) : P. Papini Stati Thebaidos liber X (Introduction, texte et commentaire), Leyde.

Notes

1 Paris 1942 (6e éd.)

2 Ce dernier point fait qu’il est condamné par la discipline militaire romaine (Manlius Torquatus).

3 C’est ce qui arrive à Horace.

4 Dumézil pense que le furor bellicus s’obtient aussi par des rites, notamment par un premier combat de type initiatique, ce qui le différencierait du furor tragique, inspiré par la Furie ou éventuellement une autre divinité ; mais, à vrai dire, Dumézil manque de preuves pour étayer son hypothèse.

5 Pigeaud 1981, 100 sq. et 245 sq.

6 Ainsi que l’a rappelé M. Ferrary lors de la discussion, la loi des XII tables n’envisage pas la responsabilité morale, mais l’incapacité.

7 Tel est, de façon exemplaire, le cas d’Oreste.

8 C’est particulièrement net dans Les sept contre Thèbes, mais la plupart des éléments se retrouvent dans Les Phéniciennes.

9 Jal 1963, 402 sq.

10 Ibid. 421 sq.

11 Furorne caecus an rapit uis acrior an culpa? responsum date (Epod., 7.13-14).

12 Cf. Plin., Nat., 35.36. On a une image proche de celle-ci chez Calpurnius Siculus, où c’est Bellone qui est enchaînée (Ecl., 1.46).

13 Ennius, Ann., fr. 266. Cf. Norden 1966, 32-33 et Heinze 1976, 183-184. Voir aussi Hübner 1970 34 sq

14 Aen., 7.349, 377, 406, 460.

15 C’est ce que montre, par exemple, l’apostrophe désespérée du poète à Jupiter vers la fin des combats : “A-t-il fallu, Jupiter, que marchent l’un sur l’autre avec tant de feu des peuples destinés à vivre en une paix éternelle ?” (Aen., 12.506).

16 Cf. Opelt 1972, 92-127 ; Bäumer 1982 ; Dupont 1995.

17 En part. Glaesser 1984 ; Hershkowitz 1998.

18 Cf. v. 199-201: excisis cum tu solacia templis / impiger et multum facibus uelocior ipsis / concinis ore pio captiuaque fulmina defles.

19 Sur ce poème, cf. Delarue 2000, 23-27.

20 Tac., Hist., 1.2.1, 2.47.2.

21 Cf. Jal 1963, 492 sq.

22 Delarue 2000 souligne la réussite poétique de l’évocation : “torche réelle que celle de l’Érinye, torche symbolique celle des incendiaires” (p. 26.)

23 Le verbe surgit a normalement un sujet animé, ce qui va dans le sens d’une personnification ; mais on peut aussi trouver, au sens figuré des sujets comme pugna.

24 Petr. 119-124. Sur les rapports entre Lucain et Pétrone, cf. Grimai 1977.

25 On a, au vers 120, une mention de Tisiphone qui se réjouit, comme déesse infernale, du grand nombre des victimes.

26 V. Fl. 3.214 (Il y a aussi Bellone au vers 60).

27 V. Fl. 2.106, 196 (Vénus se transforme en une sorte de Furie), 228, 281, 294. Stat., Theb., 5.29-33, 66, 74,202, 302 etc...

28 I media in fratres, generis consortia ferro
dissiciant. Da, Tartarei regina barathri,
quod cupiam uidisse nefas.
(Stat., Theb., 1.84-86).

29 Stat., Theb., 11.457-496. Cf. S. Franchet d’Espèrey 1999, 235 sq.

30 Le rapprochement a été fait maintes fois. Cf. Snijder 1970, 19 ; Williams 1979, 13 ; Ahl 1986, 2814

31 Sil. 2.532-533.

32 Sil. 2.475-707.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540