Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

La métamorphose : d’Octavien à Auguste1

Jean-Michel Roddaz

Texto completo

  • 1 La forme correcte du nom de l’héritier de César jusqu’au mois de janvier 27 est C. Iulius Caesar O (...)
  • 2 Parmi les ouvrages qui ont marqué la réflexion, la “Révolution Romaine” de Syme occupe sans contes (...)

1Le passage de la République au Principat a suscité depuis Mommsen de larges débats et d’âpres controverses ; la discussion n’est d’ailleurs pas close et est réouverte à période régulière par la publication d’un nouveau document ou la présentation d’une nouvelle théorie. Il est vrai que si notre corpus de sources – essentiellement témoignages littéraires ou épigraphiques – est pratiquement achevé, toute découverte, redécouverte ou réinterprétation est susceptible de remettre en cause les constructions les mieux élaborées. Le champ de réflexion est, certainement, immense2 ; il concerne aussi bien la nature des régimes – république finissante, triumvirat, principat – qui se sont succédé que celle des pouvoirs supposés, dissimulés ou réels des maîtres du moment et d’Octavien/Auguste, en particulier. Ainsi, les Modernes ont fait des efforts considérables pour chercher les fondements juridiques du nouvel ordre instauré en 27 ; la question demeure cependant toujours de savoir s'il en possédait en propre, dans quelle mesure Auguste ne s’est pas contenté de vider de leur contenu les institutions républicaines, après les avoir récupérées comme une sorte d’héritage. Deux éléments en apparence contradictoires constituaient l’essence même du nouveau régime ; d’une part, la restitutio formelle de la Res Publica au Sénat et au Peuple, d’autre part, l’affirmation d’un incontestable pouvoir monarchique à travers le titre de Princeps, l’octroi d’un imperium sur les provinces et les armées que l’on peut qualifier d’extraordinaire, au moins par l’étendue de ses compétences, et une domination sans partage de la vie politique romaine. Sur des sujets aussi difficiles, les progrès de la recherche sont incontestables grâce à la confrontation systématique des sources ; ils sont souvent scandés par le rythme de découverte fortuite ou par une nouvelle intuition. Ils laissent cependant à jamais ouvertes les réponses aux questions fondamentales : comment est-on passé des institutions de la République à la situation quasi monarchique du Principat ? En quoi l’ère triumvirale a t-elle permis le passage et quelle fut l’ampleur du changement ou la part de la continuité ? Quels sont enfin les facteurs qui ont permis la métamorphose ?

  • 3 Déjà Grenade 1961, 24 sq. avait mis en évidence l’importance des mesures prises cette année là dan (...)
  • 4 Millar 1973.
  • 5 Bleicken 1990.
  • 6 Laffi 1993.
  • 7 Girardet 1987, 1990, 1991, 1992, 1995, 2001. Je voudrais profiter de cette note pour renouveler to (...)
  • 8 La Révolution Romaine après Ronald Syme, Fondation Hardt, Genève, 2000, à l’initiative de F. Milla (...)
  • 9 Ferrary 2001, Huriet 2001. A paraître dans CCGG 2001. Je remercie les deux auteurs d’avoir bien vo (...)
  • 10 Freyburger & Roddaz 1991, 38-46 ; Histoire Romaine, Le Passage, 2000, 913-921.

2Il n'est pas question de prétendre apporter ici des solutions toute faites et définitives, mais une réunion scientifique sur les crises du pouvoir constituait une bonne occasion de présenter la synthèse d’une réflexion engagée depuis quelque temps sur le sujet. J’avais, en effet, déjà à l’occasion de ma thèse, montré toute l’importance des décisions de l’année 28 dans la carrière de M. Agrippa, mais aussi dans l’histoire de la transition vers le Principat3. Les nombreux travaux sur l’époque triumvirale et notamment, à la suite de F. Millar4, ceux de J. Bleicken5 et d’U. Laffi6 sur la nature du régime et ses composantes institutionnelles, les importantes et stimulantes études de K. Girardet sur les difficiles problèmes de l’imperium7, la récente tenue d’une table-ronde à propos de l’ouvrage sur la Révolution Romaine de Syme8, les publications annoncées de J.-L. Ferrary et de F. Hurlet sur les pouvoirs d’Auguste9 m’ont incité à revenir sur des questions que j’avais abordées de manière plus allusive dans l’introduction de la publication des livres 50-51 de Dion Cassius et avec F. Hinard, dans la conclusion de notre ouvrage sur la République romaine10.

  • 11 RGDA, 34.1 :“Pendant mes sixième et septième consulats, après avoir éteint la guerre civile en ver (...)
  • 12 Tac., Ann., 3.28.1-2 :“Puis succédèrent vingt années de discordes ininterrompues : plus de traditi (...)
  • 13 D.C. 53.2.5 : “Parce qu'il avait pris de nombreuses mesures illégales et injustes pendant les guer (...)
  • 14 D.C. 51.20.1.
  • 15 Nous renvoyons à la démonstration convaincante de Rich & Williams 1999, 88 sq.
  • 16 Rich & Williams 1999, 69.
  • 17 Rich & Williams 1999, 187.
  • 18 Sutherland 1984, no 476, pl. 8 = Sutherland 1970, no 1-72 ; Millar2000,5-6 ; Rich &Williams 1999,1 (...)
  • 19 Cela valut notamment à Octavien le vote par le Sénat, le 13 septembre 30, de la plus haute décorat (...)
  • 20 Voir les remarques de J. Scheid à propos de la communication de Millar 2000, 37-38. La période 31- (...)
  • 21 Histoire Romaine, Le Passage 2000, 913.
  • 22 RGDA, 15.1 ; D.C. 51.22.4 ; 53.1.5.
  • 23 D.C. 51.22.1-2.
  • 24 RGDA, 20.4.
  • 25 Nep., Att., 20.3-4.
  • 26 L’année suivante, en 27, Auguste fit fondre 80 statues qui lui avaient été consacrées, pour faire (...)
  • 27 Sur la multiplication des triomphes pendant ces années 28-27, voir infra.
  • 28 Huriet 2001 ; voir aussi Scheid 2000, 43-45.
  • 29 Remo cum fratre Quirinus iura dabunt.
  • 30 Serv., Ad Aen., 1.292 qui voit aussi dans cette assimilation un tour poétique : ut autem pro Agrip (...)
  • 31 Roddaz 1984, 202-209.
  • 32 CIL, IX, 422.
  • 33 Suet., Aug., 27.5 ; D.C. 53.1.3.
  • 34 RGDA, 8.2 ; Suet., Aug., 27.5 ; 35.1 ; D.C. 52.42.1-4.
  • 35 D.C. 53.1.2 : “Et il lui accorda toutes les fois qu’ils faisaient campagne d’avoir une tente sembl (...)

3Le point de départ de ma réflexion est l’acte de restitution des pouvoirs d’Octavien en 28. Le plus simple est encore de partir des textes et tout d’abord du témoignage du principal intéressé : in consulatu sexto et septimo, po(stquam b)ella (civil)ia exstinteram, per consensum universorum (potitus reru)m om(n)ium, rem publicam ex mea potestate in senat(uspopulique Rom)ani (a)rbitrium transtuli11.Ce témoignage, sans doute l’un des plus commentés de la littérature latine reçoit un écho dans un passage très important de Tacite qui insiste sur le fait que l’initiative d’Octavien marqua la fin d’une période de vingt ans pendant laquelle il n’y eut plus ni respect des traditions, ni droit : exim continua per viginti annos discordia, non mos non ius ; deterrima quaeque impune ac multa honesta exitio fuere, sexto demuni consulatu Caesar Augustus, potentiae securus, quae triumviratu iusserat abolevit deditque iura quis pace et principe uteremur12. Selon Dion Cassius enfin, Octavien admet lui-même le caractère violent, illégal et arbitraire du pouvoir pendant le Triumvirat en abolissant tout ce qui avait été fait d’injuste et de contraire à la loi13, bien que, selon le même historien, le Sénat ait déjà ratifié, l’année précédente, c’est-à-dire en 29, tous ses actes14. Mais tandis que l’historien de l’époque sévérienne, en plaçant cet édit d’abrogation à la fin de l’année 28, rassemble la totalité de la procédure de restitution et d’octroi des nouveaux pouvoirs au début de l’année suivante, lors des fameuses séances du Sénat de janvier 27, Tacite et surtout l’Empereur lui-même laissent peu de doute sur le caractère progressif du processus de restitutio rei publicae qui se déroula effectivement sur les deux années 28 et 2715. La confirmation de cette restitution des pouvoirs nous est apportée par les monnaies, et notamment par la très récente publication d’un aureus du British Museum datant de l’année 28. Cette monnaie présente à l’avers la tête laurée d’Octavien avec la légende IMP(erator) C(aesar), DIVI (filius) CO(n)S(ul) VI et, au revers, le même, en toge, assis sur une chaise curule, tenant un rouleau avec, derrière lui, par terre, un scrinium ; on peut toujours lire la légende LEGES ET IURA P(opulo) R(omano) RESTITUIT16. Selon les auteurs, la formulation de l'aureus pourrait dériver de celle d’un décret du Sénat passé en 28, reproduisant les propres mots d’Octavien dans l’édit d’annulation17. Elle complète et éclaire surtout la légende d'autres monnaies, les fameux cistophores d'argent frappés, sans doute à Éphèse, pendant la même année 28 pour commémorer la victoire sur Cléopâtre, ainsi que le rappelle la mention de la Paix sur le revers et surtout, sur l’avers, la légende LIBERTATIS P(opuli) R(omani) VINDEX pour qualifier l’IMP CAESAR DIVI F. COS VI18. Ces émissions célébraient la défense du peuple romain contre la menace ennemie19, mais aussi le restaurateur de la liberté. Octavien était ainsi proclamé (ou plutôt se proclamait lui-même) vindex de la libertas du peuple romain et le restitutor de ses leges et iura. Cette association étroite du droit, de la loi et de la liberté rappelait ce qui avait un temps disparu et répondait à la formule de Tacite caractérisant la période précédente non mos, non ius. Cette volonté de restauration de l’État dans ses formes traditionnelles se manifesta dans tous les domaines et tout particulièrement au plan religieux où se mettait déjà en place la révolution conservatrice d’Auguste20. Au début de l’année 29, Octavien, de retour d’Égypte, était à Samos où il revêtit son cinquième consulat. Le 11 de ce mois, on ferma solennellement les portes du temple de Janus, au Forum, rituel que l’on accompagna de la cérémonie de l’Augurium Salutis, ce qui signifiait que la paix était enfin revenue. Octavien ne retourna à Rome qu’au mois d'août pour célébrer entre le 13 et le 15 de ce mois un triple triomphe pour ses victoires en Dalmatie, à Actium et en Égypte ; le spectacle fut inoubliable, à l’image de ceux de Paul-Émile, Pompée ou César21. On donna des jeux de gladiateurs, on distribua de l’argent au peuple et l’on récompensa avec un congiaire les troupes qui avaient su attendre22. Quelques jours plus tard, le 18 août, on fit la dédicace de deux structures qui, aux deux extrémités du Forum Romanum, proclamaient la gloire de la gens Iulia, le temple du Divin Jules et la nouvelle curie, la Curia Iulia, construite par Octavien en l’honneur de son père et dans laquelle il fit installer la statue de la Victoire, prise chez les Tarentins ; les deux édifices reçurent une grande partie du butin d’Égypte23. Mais ce sont surtout les temples qui reçurent l’attention du restaurateur de l’État ; il proclama dans les Res Gestae24 en avoir réparé quatre-vingt deux dès l’année 29, dont celui de Jupiter Feretrius sur le Capitole25. L’entreprise se poursuivit l’année suivante, avec notamment la dédicace du temple d’Apollon sur le Palatin dont la construction avait été engagée dès 3626, et l’on ne saurait comprendre l’entreprise de restauration si on ne la lie pas à la figure du dieu sous le patronage duquel Octavien avait vaincu à Actium, mais qui devint alors le dieu de réconciliation et de la paix, garant de l’âge d’or augustéen. Cette entreprise de restauration s’inscrivait dans le contexte de toute une œuvre édilitaire entreprise dès alors avec le tombeau du Champ de Mars et les constructions d’Agrippa au même endroit, mais aussi avec les réalisations des viri triumphales qui furent particulièrement actifs pendant ces années-là27. Dans ce contexte s’inscrit la réapparition du mythe de Romulus ; on connaît les hésitations d’Octavien/Auguste à fondre son image dans celle du fondateur de Rome. La refondation de la cité par le nouveau maître devait pourtant être placée sous le signe de la continuité ; cela se fit par l’appropriation du lieu et de l’instrument de l’auspication originelle28. Dans le contexte de la restauration des années 28-27, il y a aussi cette interprétation que nous donne Servius du vers 292 de l’Énéide de Virgile29, Vera tamen hoc habet ratio, Quirinum Augustum esse, Remum vero pro Agrippa positum, sans doute anachronique par la précision qui suit, qui filiam Augusti uxorem et cum eo pariter tractavit30, mais qui prend toute sa signification en fonction de la date de la composition de l’œuvre, et renvoie à l’association d’Octavien et d’Agrippa dans leur double consulat, en 28-2731. Dès 29, M. Agrippa a été associé à une autre entreprise de restauration de l’ancien ordre, en recevant la censoria protestas qui devait lui permettre d’effectuer avec Octavien les opérations de cens et la révision de l’album sénatorial, ce qui ne s’était plus produit depuis 70 a.C. Les Fasti Venusini32 indiquent, en effet, IMP(erator) CAESAR VI, M.AGRIPPA II (Cos)- IDEM CENSORIA POTEST(ate) LUSTRUM FECER(unt), ce qui implique que l’entreprise fut engagée Tannée précédente. Pour rendre au Sénat sa dignité, les deux collègues invitèrent les membres indignes à se retirer. Cinquante des sénateurs “d’outre-tombe” s’exécutèrent alors. Jugeant le nombre insuffisant, Octavien et Agrippa contraignirent quarante autres à les imiter. Par ailleurs, par le recensement auquel une lustratio solennelle devait mettre fin, en juillet 28, plus de quatre millions de Romains furent dénombrés33, et Auguste mentionne dans les Res Gestae34 la part prise par Agrippa dans cette opération : Et in consulatu sexto censum populi conlega M.Agrippa egi. Octavien avait surtout associé Agrippa au consulat depuis le 1er janvier ; à la différence de ce qui s’était passé jusqu’alors, les pouvoirs furent rigoureusement partagés entre les deux consuls ; Octavien tenait à renouer avec la tradition républicaine en partageant avec Agrippa les faisceaux, égalité qui se traduisit aussi, comme l’indique Dion Cassius35, par l’égalité des prétoires et l’alternance des mots d'ordre.

  • 36 Grenade 1961, 338.
  • 37 D.C. 53.1.3.
  • 38 D.C. 53.1.1.
  • 39 Voir sur ce point, Rich & Williams 1999, 200-201.

4En 28, Agrippa devint effectivement un collega pari potestate d’Octavien, même si, comme le soulignait déjà P. Grenade36, l’égalité des pouvoirs ne signifiait pas l’égalité de puissance, puisque cette égalité ne s’exerçait que dans l’exercice de cette charge de consul qui se trouvait ainsi revalorisée. C’est d’ailleurs Agrippa qui, cette année là, assura seul la présidence des Jeux quadriennaux organisés pour commémorer la victoire d’Actium37. A la fin de Tannée, Octavien, conformément aux anciens usages, prit grand soin de prêter serment qu’il n’avait rien fait de contraire aux lois38 et Agrippa fut reconduit dans sa charge de consul avec son collègue, peut-être à l’issue d’un décret sénatorial, mais qui aurait pris appui sur une “forte volonté populaire” de permettre aux deux magistrats de conduire le processus de réforme jusqu’à son terme39. Quoi qu'il en soit, il est significatif qu’en 28 et en 27, Octavien, mettant en exergue son abdication des pouvoirs extraordinaires, donna à la magistrature républicaine par excellence une valeur toute particulière en prenant comme collègue dans cette charge son homme de confiance ; la magistrature consulaire retrouvait, au moins temporairement, sa place au sommet de l’État, d’autant que ses principes fondamentaux étaient réaffirmés : d’abord la collégialité, mais aussi le maintien en charge des deux titulaires sans qu’il soit fait appel à des consuls suffects.

  • 40 Simpson 1994, 299-301.
  • 41 Les calendriers des Fastes eux-mêmes divergent sur la date précise des décisions ; ainsi l’octroi (...)
  • 42 Liv., Per., 134.
  • 43 Tac., Ann., 1.2. Cette remarque est éclaircie, en ce qui concerne la chronologie, par Tacite, Ann. (...)
  • 44 Suet., Aug., 7.2
  • 45 Noé 1991, 67-75 ; Rich & Williams 1999, 193-199 ; Swan 1997, 2524-2557.
  • 46 Voir encore, d’une manière générale, Andersen 1938, 50 sq. ; Manuwald 1979, 77-100.
  • 47 Vell., 2.89.3-4 : “Les guerres civiles furent terminées au bout de vingt ans, les guerres extérieu (...)

5La séance du Sénat du mois de janvier 27 paraît avoir marqué l’étape finale du processus de restitutio. Le vers d’Ovide reddita est omnis populo provincia nostro (Fast., 1.589), allusion à la question délicate de la remise, puis du nouveau partage des provinces, se rapporte aux événements d’alors40 ; il complète le témoignage de Tacite et la formule de l’aureus, tout en s’insérant dans l’enchaînement des faits présenté dans la formule plus générale des Res Gestae. Comme il est difficile de reconstituer le détail des séances du 13 au 17 janvier41, on peut simplement supposer que la restitution des provinces au peuple, dernière phase de la procédure, a été immédiatement suivie de la nouvelle attribution. Mais les sources, et en premier lieu les Res Gestae, se sont surtout intéressées aux honneurs multiples conférés au princeps dans un contexte et une ambiance où il nous est difficile de faire la part de la manœuvre, de l’intrigue et de la sincérité. Elles sont, en particulier, muettes, sinon sur la nature, au moins sur l’origine des pouvoirs qui venaient d’être abandonnés. Ainsi, le texte de Tite-Live est laconique42 : “Quand Caius César eut rétabli l’ordre et organisé toutes les provinces d’une manière définitive, il reçut le nom d’Auguste”. Tacite, au début des Annales, ne s’attarde pas sur un sujet qui ne le concerne pas et se contente de rappeler des titres qu’il présente comme des clichés censés marquer des étapes : “Celui-ci abdiqua le nom de triumvir, s’annonçant comme simple consul, et content, disait-il, pour protéger le peuple, de la puissance tribunicienne”43. Suétone estompe l’acte de restitution et mentionne à un autre endroit la division des provinces44. En fait, seul Dion Cassius nous a livré un récit détaillé de ces événements, mais son témoignage est avant tout et seulement une introduction au régime d’Auguste et d’une manière générale à l’histoire de l’Empire. Dion s’intéresse peu à ce qui se passe avant la fameuse séance du Sénat de janvier 27, résume les événements des années précédentes et, pour les besoins de la composition de son récit, estompe l’ordonnance des faits. Il traite le règlement de 28/27 comme un ensemble, sans chercher à décomposer ni à comprendre le processus de restitutio, ce qui le conduit parfois à une distorsion des faits45 et explique qu’il n’ait pas, en définitive, une conception très claire du début chronologique du Principat46. Quant à l’apologiste du nouvel ordre, Velleius Paterculus, s’il a le mérite de mettre en évidence que la Res Publica Restituta fut, non pas la restauration de la République, mais plutôt celle de l’État et plus particulièrement celle de l’ordre47, il ne nous dit rien, lui non plus, des pouvoirs qu’Octavien remit alors au Sénat et au Peuple.

  • 48 Nous nous contenterons de citer les études les plus marquantes auxquelles nous renvoyons pour une (...)
  • 49 Novum genus, selon Suet., Aug., 28.1.
  • 50 Roddaz 1996.

6Le triumvirat a été officiellement fondé pour une période de cinq ans par la lex Titia, plébiscite proposé par le tribun de la Plèbe, P. Titius, et voté immédiatement après la rogatio, sans qu’ait été observé le trinundinum d’usage, le 27 novembre 43. Un certain nombre d’études récentes lui ont été consacrées48 qui ont su mettre en évidence la nature de cette magistrature d’un nouveau genre49 définir ses rapports avec les institutions de la République ou encore les relations des triumvirs avec les gouverneurs de province, même si toutes les questions ne sont pas réglées sur ce point50.

  • 51 App. 4.6
  • 52 D.C., 46.55.3. Laffi 1993, 40: “L’imperium dei triumviri non incontrava limiti costituzionali nei (...)
  • 53 Bringmann 1988, 29; Bleicken 1990, 38 sq.; Laffi 1993, 42 sq.
  • 54 App. 4.27; D.C. 46.55.3-4.
  • 55 Voir notamment Girardet 1990, 96-97.
  • 56 D.C. 47.19.4; 48.35.1-3; Laffi 1993, 45-47; Bringmann 1983, 30.
  • 57 App. 5.21-22 ; voir Bleicken 1990, 41 sq.
  • 58 C’est une des raisons essentielles de l’opposition entre le consul Lucius Antonius et le triumvir
  • 59 Sur l’attitude de César à l’égard du consulat, voir Cic., Fam., 7.30

7La titulature du triumvirat – Triumviri rei publicae constituendae – implique non pas une réforme de l’État, mais sa réorganisation51 ; il s’agit de restaurer l’ordre, la loi, et créer des circonstances légales pour combattre les assassins de César et leurs partisans. L’institution est d’abord un pacte militaire entre trois hommes – et le caractère personnel de leurs relations joua un rôle déterminant dans son fonctionnement – qui, sous le couvert d’une formule après tout conservatrice, ont pris en charge la guerre civile pour anéantir es tyrannicides. Dans ces conditions, il est bien évident que le triumvirat ne tenait que tant que le pacte existait. De même, la nature des relations établies entre les triumvirs entraîna l’éclatement des cadres traditionnels et les nouveaux modes de décision consistèrent essentiellement en des accords personnels non nécessairement sanctionnés par des lois correspondantes. Les triumvirs avaient le pouvoir de gouverner l’État sans le concours du Sénat et du Peuple52, mais dans la pratique, ils firent appel à l’un et à l’autre pour sanctionner a posteriori leurs actes et consentirent à ce que les institutions traditionnelles jouent un rôle politique53, tant que cela ne présentait aucun risque pour eux. En réalité, le triumvirat n’a pas créé un nouvel ordre constitutionnel – tel n’était pas d’ailleurs l’objectif proclamé dans la titulature – mais s’est surimposé aux institutions républicaines sans toutefois les faire disparaître. Appien nous présente une magistrature d’un type nouveau : καινὴ ἀρχή54, dont le pouvoir était construit comme équivalent à celui des consuls ; on en a déduit55 avec raison, que les triumvirs disposaient d’un imperium consulaire avec ses composantes domi et militae. Il est, en effet, difficile de concevoir, à cette époque, un commandement dans le domaine provincial autre qu’un proconsulat avec un imperium militiae consulare, et l’imperium triumviral en dehors de l’Italie était l’imperium militiae des consuls qu’ils exerçaient pro consule. Mais les triumvirs disposaient d’une supériorité sur les magistrats traditionnels ; ils possédaient d’abord, comme César, du droit de commendatio, ce qui permettait de les nommer5656, figuraient avant eux sur les fastes et pouvaient s’asseoir sur une chaise curule entre les consuls. Donc, formellement, le nouveau pouvoir ne reposait pas sur le consulat ; il se tenait à côté de lui. Les compétences domi de l’imperium consulaire ne concernaient pas le but central de la charge, mais devaient simplement contenir le traditionnel apparat de l’État ; elles étaient d’ailleurs complétées par un certain nombre de prérogatives et notamment la possibilité de disposer de cohortes prétoriennes à Rome57. En fin de compte, et c’est un reproche qui est constamment fait à institution triumvirale, le consulat, relégué au second rang58, privé de ses faisceaux, fut rapidement dévalué, et avec lui, discréditées les institutions de l’ancien ordre républicain59

  • 60 Voir notamment Bleicken 1990. 30 sq.
  • 61 Sur les documents d’Aphrodisias, voir Millar 1973, 54-58 ; Orth, 61-81 ; Bleicken 1990, 47-54. 62
  • 62 Pour ces derniers, on peut supposer que les triumvies leur choix par le sénat : voir infra
  • 63 Voir Laffi 1993, 47 sq. ; Bleicken 1990, 49 sq., voir aussi Bringmann 1983.
  • 64 Le Sénat demeure ainsi le centre Institutionnel sous le Triumvirat ; les événements de 32 le démon (...)

8Mais l’essentiel n’était pas là ; le triumvirat concrétisait d’abord le rôle de l’armée et consacrait l’évolution d’un pouvoir désormais appuyé essentiellement sur l’Empire60. La nature de l’imperium des triumvirs était fondé principalement sur les compétences militiae ; il était, à cet égard, l’aboutissement logique de l’extraordinaire développement donné aux commandements provinciaux depuis le début du ier siècle. A Aphrodisias, les trois hommes sont d’ailleurs définis comme τῶν τριῶν ἄνδρων τῶν τῆς δημοσίων πραγμάτων διατάξεως61, c’est-à-dire comme gouvernants pro magistratu et, dans les provinces, les triumvirs exerçaient leurs pouvoirs indépendamment les uns des autres et sans consulter le Sénat auquel ils demandaient de ratifier seulement leurs actes. Ainsi, ils modifiaient la répartition des provinces sans consulter l’assemblée, nommaient les légats et autres proconsuls62. L’essentiel de leur charge concernait donc l’Empire et non la ville de Rome et cet imperium se situait dans la ligne des imperia extraordinaires de la fin de la République Si ces compétences étaient renforcées par l’imperium domi, elles étaient protégées de abandon du consulat, comme l’atteste l’attitude d’Octavien et d'Antoine en 34 et 33, cette magistrature pouvant toutefois conforter leur position s’ils demeuraient dans la capitale, comme ce fut le cas pour Lépide, en 42. On comprend dans ces conditions que pendant le triumvirat, les institutions de la république aient persisté, que les magistrats aient continué à exercer leur charge, le Sénat et le peuple à voter les lois63. Le triumvirat était une institution créée par une loi qui se superposait aux institutions de la Res Publica, mais ne les remplaçait pas. Parce qu’elle n’était ni une dictature, ni une magistrature d’état d’urgence, l’institution triumvirale n’abolit pas la Res Publica ; elle la mit seulement en sommeil64. Ce n’est pas l’habillage juridique qui pousse à considérer les triumvirs comme un groupe de tyrans ou de despotes qui se sont partagé l’empire, ont considéré l’Italie comme leur proie et massacré leurs concitoyens, mais simplement les faits, le non respect de la vie de leurs compatriotes et la dévaluation de certaines magistratures, comme le consulat, distribué comme une récompense.

  • 65 App. 5.538 : voir, sur ce point, Palmer 1978, 315-328 ; voir Freyburger & Roddaz 1994, 188, n. 333
  • 66 RGDA, 7.1 : “J’ai été pendant dix années consécutives triumvir chargé d’organiser la République”.
  • 67 Suet..Aug., 27.1.
  • 68 Voir la synthèse du débat dans Reinhold 1988, 224-225. Girardet 1990, RhM, 324, n. 2,4 et 325, n. (...)
  • 69 Voir la mise au point définitive de Girardet 1995. Selon Lewis 1991, 59, en renonçant à porter le (...)
  • 70 Sur les Fasti consulares Capitolini de l’année 37, ils figurent en tête de liste avant les consuls
  • 71 D.C. 48.54.1 ; 49.23.1 ; Plut., Ant., 35.1-5 ; surtout App. 5.398. Voir Gabba 1970, 157-158.

9Les triumvirs devaient remettre leur charge quand ils auraient la preuve que la guerre civile était achevée et inversement, la guerre civile serait terminée quand ils remettraient leur charge ; il ne faut donc pas se laisser abuser par ce que nous disent les sources sur leurs velléités d’abandonner leurs prérogatives, et, à ce titre, la déclaration d’Octavien en 36, après sa victoire contre Sextus Pompée ne fut qu’un coup de propagande65. Auguste est très explicite sur la durée du triumvirat : (tri)umv(i)rum rei pu(blicae c)on(s)ti(tuendae fui per continuos an)nos (decem),66 et Suétone confirme ce témoignage : triumviratum reipublicae constituendae per decerti annos administravit67. La science moderne, après quelques débats68, s’accorde à reconnaître que le triumvirat prit fin le 31 décembre 33 et qu’Octavien ne se considéra plus comme tel au-delà de cette date69. On s’accorde donc aussi à reconnaître que les triumvirs ont antidaté leur seconde période de charge au premier janvier 3770, puisque leur accord n’a été renouvelé qu’à Tarente, à la fin de l’été de cette même année71 ; il était, en effet, nécessaire pour eux de montrer la continuité de leur pouvoir exceptionnel et de faire valider, ensuite, leurs actes de cette année là. Mais qu’est-ce qui a pris fin alors ? La charge et le titre de triumvir ? Certainement. Mais qu’en est-il des pouvoirs ?

  • 72 Cette thèse est notamment défendue par Girardet 1990, Entmachlung, 100-104 ; RhM., 324 sq. ; 1992, (...)
  • 73 Roddaz 1992.
  • 74 Voir aussi Gray 1975 ; Pelling, CAH, X, 2, 67-68.
  • 75 RGDA, 34.1.
  • 76 RGDA, 25.2.
  • 77 Girardet 1990a, 345, considère que la position d’Octavien est celle d’un dux belli, mais cela n’es (...)
  • 78 Lewis 1991, 60-62 ; Girardet 1992, 217.
  • 79 D.C. 50.3.4 ; Suet., Aug., 17.1.
  • 80 D.C. 50.2.4.
  • 81 Voir Gray 1975, 17-19.
  • 82 D.C. 53.1-2.
  • 83 Il est, en outre, très difficile de dire quelle serait alors au juste la provincia d’Octavien, si (...)
  • 84 Sur l’action de Mécène à Rome, voir Pline, Nat., 37.10 ; D.C. 51.3.5-6 ; sur la conspiration du fi (...)
  • 85 Cela fait partie des compétences particulières des triumvirs : supra, n. 55. Girardet 1990, admet (...)
  • 86 DC. 51.3.5.
  • 87 Voir sur ce point particulier, Gray 1975, 18-19, et en particulier sa juste interprétation de Liv. (...)
  • 88 D.C. 49.41.6. Dion Cassius est très explicite sur le sens de la manœuvre. “Son intention était nat (...)
  • 89 Liv., Per., 123.
  • 90 Voir supra note 87.
  • 91 D.C. 50.7.1-2 ; voir aussi Crawford, RRC, 539 sq., no 544,1 ; 545,1-2.
  • 92 D.C. 50.4.3.
  • 93 Freyburger & Roddaz 1994, 46, n. 36. Chez Dion Cassius, le terme ἐξουσίαν ne signifie jamais magis (...)
  • 94 AE, 1959, n° 57.
  • 95 Voir sur ce point les hésitations d’App. 5.398 et Illyr., 28.80.
  • 96 D.C. 51.21.6. Octavien dispose d’un pouvoir suprême τῇ αὐτοκράτορι αὐτοῦ ἀρχῇ qui lui permet d’avo (...)
  • 97 Rich 1996, 85-127.
  • 98 Sextus Appuleius a dû, conformément au nouvel ordre instauré en 27 et à la nouvelle répartition de (...)
  • 99 Schumacher 1985, 212-213.
  • 100 On peut d’ailleurs se demander dans l’hypothèse d’une province consulaire d’Octavien en 28, quelle (...)
  • 101 Voir la remarque de Girardet concernant Lépide 1992, 26.
  • 102 Voir Millar 1964, 44 ; Andersen 1938, 52 sq. ; Manuwald 1979, 79 sq. ; Reinhold 1988, 118-119 et 2 (...)
  • 103 RGDA, 34.3 ; voir aussi V.P., II.89.3 qui parle de la réduction de l’imperium des magistrats a ses (...)
  • 104 Voir, en dernier lieu, Millar 2000.
  • 105 Suet., Caes., 72.2.
  • 106 Suet., Aug., 25.1.

10La thèse habituellement retenue est que, à partir de cette date, le pouvoir d Octavien continua à reposer sur l’imperium consulaire, pro magistratu en 32, puis, à partir de 31, c’est en tant que consul, donc magistratus ordinaire qu’il exerça son autorité sur sa provincia, qui comporta outre les provinces occidentales, la fin de la guerre contre Cléopâtre et l’Égypte72. J’avais déjà émis des réserves à l’égard de cette théorie73 ; je voudrais les préciser. D’abord se pose la question des pouvoirs d’Octavien pendant l’année 32. Malgré les nombreuses propositions de solution74, celle-ci ne me paraît toujours pas réglée. Auguste, dans les Res Gestae, affirme qu’il possédait le pouvoir suprême en vertu du consensus universorum75, qui prend en partie appui sur le serment que lui aurait prêté toute l’Italie, mais aussi les provinces occidentales quand elles l’avaient pris comme chef dans la guerre contre Cléopâtre76. Une telle notion ne saurait cependant recouvrir une réalité juridique, fondement d'un quelconque pouvoir77 : surtout, Octavien n’occupe cette position qu’à la fin de l’année. D’autre part, si l’on admet que pour les premiers mois de l’année 32, Octavien dispose d’un imperium consiliare pro magistratu, héritage de ses pouvoirs triumviraux, il faut admettre qu’il ne franchit pas le pomerium, et les défenseurs de cette thèse l’ont bien compris qui s’attachent à montrer que tous les épisodes rappelés par nos sources et dans lesquels il joue un rôle se sont déroulés en dehors de Rome : débat avec les consuls au début de l’année, déclaration de guerre à Cléopâtre en respectant le rite du fécial dans le temple de Bellona etc. Mais même si l’on peut faire abstraction du fait que l’argument ex silentio ne constitue pas une preuve, même si l’on peut expliquer que c’est son imperium pro magistratu qui l’autorise encore à prendre place entre les consuls sur une chaise curule, au cours du séance du Sénat qui se serait tenue en dehors de Rome78, même si l’on peut mettre en doute le rôle direct d’Octavien dans l’affaire du testament d’Antoine79, on ne peut pas ne pas tenir compte d'un autre passage de Dion dans lequel l’historien indique : “Il n’alla dès lors plus au Sénat et ne résida plus du tout à Rome, mais sous quelque prétexte, se tint éloigné, à la fois pour cette raison (c’est-à-dire l’hostilité des consuls) et pour délibérer en lui-même à loisir en fonction des nouvelles qu'il recevait”80. Si Octavien quitte Rome à un certain moment, c’est qu’il était auparavant dans la cité, et l’épisode mentionné se situe au début de l’année, plus précisément au mois de février81. La thèse proposée s’en trouve donc affaiblie. Mais d'autres arguments vont, à notre avis, à son encontre, et tout particulièrement l’idée de faire reposer le pouvoir d’Octavien, notamment son commandement de la guerre contre Antoine et Cléopâtre, sur le consulat, à partir de 31. On peut d’abord penser que si Octavien avait mené cette guerre contre l’ennemie de Rome en tant que consul, il n’aurait pas manqué d’utiliser cet argument dans sa propagande ; or, les Res Gestae ne nous disent rien de tel. La restauration de la dignité de la principale magistrature républicaine ne date pas de 31, mais de 28. Les derniers consuls à exercer l’imperium militiae avaient été César en 48 et Dolabella en 44 ; ce n’était pas de bons souvenirs. D’autre part, le rythme de renouvellement annuel du consulat n’était pas l’idéal pour conduire une campagne loin de Rome, ne serait-ce que parce qu’on en ignorait la durée. On peut donc être sceptique sur l’idée que la provincia consularis d’Octavien aurait été la guerre contre Cléopâtre et qu’il aurait obtenu la victoire d’Actium comme Consul III ! D’autre part, on explique mal comment au moment où Octavien rétablit l’égalité entre les deux consuls, en 28, au moment où Agrippa devint collega pari potestate, l’héritier de César aurait dévalorisé la position de son collègue82 en ne lui permettant pas d’exercer pleinement son imperium consulaire, c’est-à-dire militiae et domi, alors que lui-même, dans cette même charge, aurait disposé d’une provincia83. Par ailleurs, comment expliquer qu’Octavien ait célébré en 29, un triple triomphe pour ses victoires d’Actium et d’Alexandrie, ce qui a priori ne pose pas de problème, mais aussi sur la Dalmatie, c’est-à-dire pour une campagne menée en 35-34, au titre d’un commandement qui aurait été déposé trois ans auparavant ? Comment enfin expliquer par l’exercice du seul consulat, le fait que pendant la campagne d'Égypte, Octavien ait pu déléguer ses pouvoirs à Rome à Agrippa et à Mécène, avec le commandement d’une garde prétorienne qui permit sans doute à ce dernier de réprimer la conjuration du fils de Lépide84 et de maintenir l’ordre, alors que, précisément, le fait de pouvoir nommer des mandataires ou des délégués et de posséder une force armée dans Rome était un privilège accordé aux triumvirs, ce qui, entre autres, les distinguait des consuls85 ? En vertu de quelles prérogatives, peut-il, si l’on en croit Dion Cassius86, conférer à Mécène et à Agrippa un pouvoir si grand qu'il leur permet d’intervenir dans tous les domaines auprès du Sénat ? Il faut bien admettre que les pouvoirs conférés par la lex Titia en 43 ne se sont pas éteints avec le pacte entre les trois hommes. Les sources ne vont pas à l’encontre de cette interprétation ; elles la confortent même par toute une séries de preuves. Il y a tout d’abord l’attitude d’Antoine87. Selon Dion Cassius88, à la fin de l’année 33, Antoine écrivit au Sénat qu’il voulait renoncer à sa charge et remettre toutes les affaires de l’État à lui et au peuple ; il s’agissait, de toute évidence, d’une manœuvre visant à mettre en difficulté son collègue, plus exposé que lui parce qu’il était alors à Rome et qu’il se serait trouvé sans aucune potestas pour l’année suivante avec deux consuls, partisans de son rival. Et précisément, c’est très probablement l’abandon de ces pouvoirs que les consuls, et tout particulièrement Sosius, voulurent exiger d’Octavien au début de l’année 32, avec les conséquences et le succès que l’on sait. Le témoignage de Tite-Live89 est plus tendancieux parce que bref : “En raison de sa passion pour Cléopâtre, Antoine ne voulait pas venir à Rome, et après l’expiration du Triumvirat (finito triumviratu tempore) souhaitait déposer son imperium ; au lieu de cela, il préparait la guerre’. Mais Tite-Live distingue bien dans le temps deux choses, la fin du triumvirat et le dépôt de l’imperium, et situe clairement l’éventualité de ce dernier acte pendant Tannée 3290. Enfin, à nouveau, selon Dion Cassius91, à la veille de la bataille d’Actium, Antoine promit à ses soldats d’abandonner le commandement dans les deux mois après la victoire et de restituer tout son pouvoir au Sénat et au Peuple. Ce n’est apparemment pas sans difficulté que certains le persuadèrent de faire cela au bout de cinq mois seulement, afin qu’il eût le temps de rétablir les affaires de l’État. Si les auteurs anciens n’excluent pas la proposition d’Antoine de déposer ses pouvoirs en 32, voire en 31, c’est bien la preuve qu’il en disposait encore après le1er janvier 32. Et lorsque Dion Cassius92 indique aussi qu’avant de déclarer la guerre à Cléopâtre, on retira à Antoine le consulat pour lequel il avait été désigné, c’est-à-dire pour l’année 31, et tout le reste de ses attributions, τὴν ἄλλην ἐξουσίαν, on ne peut interpréter cette dernière formule que comme l’expression de ses pouvoirs extraordinaires93. Un rapprochement s’impose avec ce qui s’était passé en 37 a.C. ; pendant cette année-là, avant que le triumvirat ne soit renouvelé lors des accords de Tarente, les trois compères ont continué à disposer de leurs pouvoirs spéciaux, Antoine en Orient et en Grèce, Lépide en Afrique et Octavien en Italie, mais ils ne se proclamèrent triumvir iterum qu’après le renouvellement de leur pacte, y compris Lépide, comme l’atteste une inscription d’Afrique de l’année 3694. On peut se demander si les triumvirs prirent la peine d’attendre la ratification par le peuple de ce renouvellement95, mais tout laisse croire que si pour une raison ou une autre, cette alliance n’avait pas été reconduite, Auguste, un demi-siècle plus tard, aurait écrit dans son testament qu’il n’avait été triumvir que cinq années consécutives, tout en ayant disposé de ses pouvoirs exceptionnels pendant une année supplémentaire. Un autre argument nous paraît déterminant ; il concerne les relations d’Octavien et des gouverneurs de province entre 31 et 27 : tout paraît indiquer qu’elles furent les mêmes que celles entretenues par les triumvirs avec leurs lieutenants après 43. Octavien continua à nommer les gouverneurs, sollicitant ou non l’approbation du Sénat. Certes, les provinces turent confiées à des proconsuls qui combattirent sous leurs propres auspices, comme Carrinas ou Messala en Gaule, Taurus ou Calvisius en Espagne, mais ils ne purent triompher sans l’accord d’Octavien. De toutes évidences, ce n’est pas sa position de consul qui permet d’expliquer le droit qu’il s’arrogea de participer au triomphe de Carrinas sur les Morins et les Suève s96 et sa revendication à partager celui de L. Licinius Crassus97. Les années 28-27 constituèrent comme une phase de liquidation de cette situation particulière et Rome put assister, après le triple triomphe du divi filius en 29, à pas moins de six triomphes au cours de ces années là, sur un rythme effréné, en mai, juillet, août 28 pour C. Calvisius, C. Carrinas, L. Autronius Paetus, en juillet et septembre 27 pour L. Licinius Crassus et Messala Corvinus, au tout début de l’année 26 pour Sextus Appuleius98. Octavien, à l’instar des triumvirs, a donc continué à disposer, sans avoir le monopole des auspicia99, d’une potestas maior qui lui permettait de décider de l’attribution du triomphe100. Le consulat qu’il exerça à partir de 31 ne se substitua donc pas à ses pouvoirs extraordinaires ; il venait les renforcer parce que, pour des raisons d’opportunité politique, Octavien avait besoin, pour son image, de revêtir cette magistrature. Sa position était un peu comparable à celle de Lépide en 42 qui avait été consul, tout en possédant la puissance triumvirale, parce qu’il avait besoin de conforter sa position à Rome et de mieux contrôler l’activité du Sénat. Il n y a pas pour autant de cumul d’imperia. De 31 à 27, Octavien possède un imperium militiae et domi du fait de la continuation de ses pouvoirs extraordinaires et de sa charge de consul101. Lorsqu’il proclame que pendant son sixième et son septième consulat, il a rendu au peuple ses lois et son droit et qu’il lui a restitué les provinces, il indique qu’il met un terme aux pouvoirs exceptionnels qui lui avaient été confiés quinze ans plus tôt par la lex Titia. Ces pouvoirs ne se sont pas éteints avec le triumvirat, le 31 décembre 33. Celui-ci était un pacte entre trois hommes et il ne pouvait se poursuivre, d'abord parce qu’ils n’étaient déjà plus que deux qui, de surcroît, s’apprêtaient à se faire la guerre, et ensuite parce que, de ce fait, il ne fut jamais renouvelé. Mais les pouvoirs qui avaient été attribués aux trois hommes perduraient tant qu’ils ne seraient pas déposés ou remplacés par d’autres et aucune source ne nous dit qu’ils le furent avant 28-27. Le témoignage d’Auguste dans les Res Gestae ne va pas à l’encontre de cette reconstitution des faits, bien au contraire. Le consulat qu’Octavien revêtit régulièrement et en continuité à partir de 31 ne saurait se substituer à ces pouvoirs. Il vint surtout renforcer la légitimité de celui qui s’apprêtait à affronter son rival et la reine d’Égypte, mais assit surtout sa position à Rome et en Italie au moment où il s’apprêtait à quitter la péninsule pour une période dont il ignorait la durée. Il lui permettait aussi de tenir en respect le Sénat dont une partie des membres, et il le savait bien, n’avait adhéré à sa cause qu’avec tiédeur. Dès son retour, d’ailleurs, l’une de ses premières mesures, fut d’en réviser la composition. Comme le serment prêté par l’Italie et l’Occident, la charge de consul faisait partie de l’arsenal des compétences qui, dans la propagande du champion de l’Occident, tendait à lui conférer l’image de défenseur de la cause de Rome. Ses véritables pouvoirs reposaient sur d’autres réalités qu’il n’était point besoin de rappeler. Dion Cassius, notre source essentielle, se préoccupe davantage de la réduction du peuple en esclavage après la bataille d’Actium et la prise d’Alexandrie102, conséquence de l’accaparement de la totalité du pouvoir par un seul, que de l’évolution des pouvoirs pendant cette période, et Auguste lui-même n’a certainement pas vu l’intérêt de s’attarder sur les arcanes de cette époque troublée : le seul titre qu’il peut effectivement revendiquer est bien celui de consul ; personne d’ailleurs n’y trouva à redire, car, pour la majorité de la population de Rome et de l’Empire, l’essentiel était que la guerre civile s’achevât et que la paix revînt. Et c’est sur cette même magistrature consulaire que le vainqueur prit appui pour proclamer le retour à l’ordre normal des choses. En 28-27, l’adhésion au principe de la collégialité doit être considérée à partir du transfert de ses pouvoirs extraordinaires et Auguste put plus tard déclarer dans les Res Gestae103 qu’après cette date, il n’eut pas plus de pouvoir que ses collègues dans chaque magistrature. S’il y a donc eu tentative de restauration de l’autorité consulaire et retour à la normalité républicaine, elle se produisit en 28/27 au moment du transfert de la Res Publica à l’arbitrium du Sénat et du Peuple, et le partage rigoureux des pouvoirs entre les deux consuls était le meilleur symbole de la normalité retrouvée. La résorption dans la collégialité consulaire des pouvoirs extraordinaires détenus par les triumvirs mettait en évidence l’importance de la magistrature symbole du retour à l’ordre normal des choses. L’image d’imperator Caesar installé sur une chaise curule restaurant leges et iura présente cependant quelque ambivalence et ambiguïté. Ni les anciens ni les modernes104 ne s’y sont d’ailleurs trompés. Si le discours que Dion Cassius place dans les bouches d Agrippa et de Mécène au début de son livre 52, sont fictifs dans leur contenu, ils ne sont pas déplacés dans le contexte du moment. Il est certain que dans l’entourage du Prince, on s’interrogea alors sur ce qu’il fallait faire ensuite, non pas sur la nature du nouvel ordre, mais sur la manière de l’instaurer. Auguste et ses partisans déclarèrent qu’ils avaient restauré la Res Publica, mais ce n’était pas le régime républicain que César avait déjà enterré105. Le Divi filius avait rétabli l’État et ramené la stabilité et l’ordre, ce que le peuple romain lui avait demandé. Suétone dit d’ailleurs clairement qu’Auguste songea à deux reprises à la possibilité de rendre la République de reddenda republica bis cogitavit106, mais qu’il ne le fit pas. Dans ce contexte, la restauration de la magistrature consulaire ne constitue pas le début d’une nouvelle ère, mais la fin d’une période. Il fallait clore l’épisode des guerres civiles pour en ouvrir un autre et rendre les pouvoirs pour en reprendre d’autres ; en ce qui concerne le gouvernement des provinces, l’opération fut simultanée, parce que c’était l’essentiel. Le double consulat de 28-27 s’inscrit dans cette procédure de restitutio qui devait permettre au vainqueur de refonder l’État. Mais quel État ?

  • 107 Millar 2000 ; Bleicken 1998.
  • 108 Nep., Att., 20.5.
  • 109 Vitr. 5.7.
  • 110 Ov., Fast., 1.531-532 ; 2.138-142 ; voir aussi Gel. 15.7.3.

11Le nouveau régime institué en 27 combinait deux éléments en apparence contradictoires, d’une part, la restitutio formelle de la Res Publica au Sénat et au Peuple, d’autre part, l’instauration d’un pouvoir à connotation monarchique à travers un titre et un surnom, l’octroi d’un imperium extraordinaire sur les provinces et les armées dans la ligne de celui des imperatores à la fin de la République et une domination sans partage sur la vie politique romaine107. Le Principat s’inscrivait dans le prolongement des institutions traditionnelles, mais il rompait, dans son essence, avec l’ancien ordre républicain. Les auteurs contemporains ne se sont fait aucune illusion sur le régime fondé par Auguste et aussi bien Cornelius Nepos108, Vitruve109 que les poètes du temps110 témoignent du contrôle de l’État par un seul homme. Et la question pertinente n’est pas tant de mesurer à quel point Octavien/Auguste restaura la République, mais bien de savoir si les Romains et les Italiens étaient persuadés qu’il l’avait fait.

  • 111 Voir aussi, sur ce point, la démonstration de Castritius 1982 ; Eder, BRE, 71-122.
  • 112 Pollini, BRE, 334-357 ; voir aussi Millar 2000, 169.

12Il serait cependant réducteur de définir le nouveau régime comme une monarchie simplement tempérée par quelques survivances républicaines111. Auguste a toujours eu le souci – et les Res Gestae en témoignent – de concilier un pouvoir de plus en plus monarchique avec la constitution républicaine qu’il n’a cessé de prétendre respecter. Dans ces conditions, ce qui prédomine dans la mise en place du nouveau régime, c’est le réalisme, et le projet politique d’Octavien ne mit sans doute pas moins d’une décennie pour se préciser112 ; il est donc vain de chercher à tout prix une date de fondation du Principat et c’est en terme d'évolution qu’il faut donc définir le nouveau régime.

  • 113 Voir Salinas 1998, 158.
  • 114 Brunt 1977, 96-97 ; voir aussi ZPE, 1974, 165 sq.
  • 115 Notamment celle de Giovannini 1999, et de Girardet ; pour tout cet aspect historiographique, nous (...)
  • 116 Voir Ferrary 2001.
  • 117 D.C. 53.12-15.
  • 118 Pour Gelzer, Kl.Schriften //, p. 188 sq., cet imperium consulaire (militiae et domi) constitue le (...)
  • 119 Voir Premerstein 1937, 225 sq. ; Kolbe 1931, 56 ; Timpe 1962, 5 ; voir aussi Béranger 1980 90
  • 120 Kienast 1982, 87 ; Castritius 1982, 38-40 ; Bleicken 1998, 328.
  • 121 Il en est de même pour la répartition des légions. Dion Cassius indique que toutes les armées sont (...)
  • 122 Voir Costabile & Licandro 1999, 177-205 ; El edicto del Bierzo 2000.
  • 123 V.Max. 6.9.7 ; voir aussi Tac., Ann., 1.14.3 à propos de Germanicus : voir Roddaz 1992 204-205 Ces (...)
  • 124 Girardet 1990,115. On ne saurait, par ailleurs, surestimer l’ampleur de l’opposition au nouvel ord (...)
  • 125 La tentative de Lacey 1996, 77 sq., d’imaginer qu’Agrippa aurait alors reçu comme province une pra (...)
  • 126 D.C. 52.20.4.
  • 127 Syme, CR de l’ouvrage de Siber 1946, 153.
  • 128 Il demeure le cas douteux de L. Licinius Crassus.
  • 129 Girardet 1990, 118-125 la situe en 19.
  • 130 Voir aussi Ferrary 2001.
  • 131 Le pouvoir exorbitant du Prince ne réside pas dans le soi-disant cumul d’imperia, mais dans le fai (...)
  • 132 D.C. 53.32.5.
  • 133 D.C. 54.1 sq.

13Si un aspect des pouvoirs d’Auguste – sans doute, au départ au moins le plus important – nous permet d’illustrer ce pragmatisme et cet empirisme, c’est bien la question de ses pouvoirs militaires et de son imperium, d’abord parce qu’Octavien avait affirmé sa puissance en jouant sur l’exploitation de l’héritage césarien, mais aussi parce que le Prince, dès sa campagne contre les Cantabres, voulut se placer dans la tradition des imperatores de la République113. Un des pouvoirs et des privilèges qui lui fut confié en 27 résida dans un commandement militaire, protégé de l’abandon du consulat. Sur la nature de l’imperium qui lui fut conféré alors, les spécialistes modernes divergent, tant il est vrai que les textes ne permettent pas de trancher définitivement le débat. La thèse majoritairement retenue aujourd’hui a été présentée il y a longtemps dans les travaux de Kromayer, de Pelham et de Gelzer ; elle a été reprise et complétée par Brunt114, mais aussi par des études plus récentes115. Selon cette théorie qui rejette celle du double imperium proposée par Mommsen, Auguste n’aurait pas eu besoin d’un imperium proconsulaire, parce qu’il disposait du consulat et donc déjà d’un imperium. Il aurait reçu sa ou plutôt ses provinces dans sa fonction de consul pour la septième fois et aurait exercé son commandement en vertu de son imperium consulaire militiae. Une loi, lex de provinciis, votée par le peuple, aurait confirmé le senatus consulte et lui aurait attribué les provinces dans lesquelles il était prêt à exercer cet imperium ; cette lex citait les provinces et fixait les limites de son commandement dans le temps. Son caractère extraordinaire, semblable à ceux qui avaient été octroyés à la fin de la République, justifiait la ratification comitiale116. Cette présentation des choses n’est pas infirmée par le témoignage de Dion Cassius sur lequel d’ailleurs elle peut prendre appui117. Les provinces auraient ainsi - à la manière républicaine - été soumises à son imperium de magistrat ; Auguste pouvait exercer cet imperium pro consule pendant dix ans, jusqu’en 18, même si depuis 23, il n’était plus consul ; à partir de cette date, il aurait exercé un imperium militiae pro consule118. Cette interprétation des faits ne fait cependant pas l’unanimité. Plusieurs savants, notamment allemands119, avaient rejeté les théories de Gelzer, et encore aujourd’hui, la thèse de l’existence d’une lex de Imperio conférant à Auguste un imperium proconsulaire conserve des partisans120. Dans la ligne de ce que j’ai dit précédemment de la nature des pouvoirs d’Octavien entre 32 et 28, je suis incité à suivre cette dernière position. Le témoignage de Dion Cassius, tout d’abord, n’est pas suffisamment explicite et ne peut constituer une preuve définitive d’autant que la terminologie institutionnelle de l’historien est imprécise du fait de son recul par rapport aux faits121. Par ailleurs, Dion conçoit le pouvoir impérial comme une unité indissoluble et non comme un ensemble de prérogatives qu’il faut distinguer. Si l’on ne peut effectivement considérer le rappel dans la titulature d’Auguste du titre de proconsul dans l’édit pris à Narbonne en 15 a.C. et transmis par une table de bronze trouvée en Espagne122 comme la preuve de l’existence, alors, d’un imperium proconsulaire ou de la transformation de l’imperium consulaire en imperium proconsulaire, on ne peut pas non plus déduire de la mention tardive de la formule imperium proconsulaire dans l’œuvre de Valère Maxime ou de Tacite la preuve qu’il n’ait pas existé auparavant123. A défaut de prendre appui sur des textes irréfutables, on doit se résoudre à s’en tenir au contexte et à invoquer les vraisemblances. On peut toujours alléguer qu’instaurer un imperium proconsulaire en 27 au moment où l’on prétendait restaurer le prestige des institutions et des magistratures républicaines aurait été particulièrement maladroit124, mais nul doute qu’établir cette même année, une différence dans les compétences des consuls dont on proclamait l’égalité des pouvoirs, l’un, Auguste, jouissant de la compétence militiae par le gouvernement de ses provinces, l’autre, Agrippa, demeurant simple togatus et ne pouvant l’exercer, l’aurait été tout autant125. Le règlement de 27 comporta des mesures qui concernaient l’administration des provinces du Prince, mais aussi celle des provinces publiques et c’est sans doute à ce moment-là que l’on rétablit l’une des clauses de la lex Pompeia de 52 prescrivant un intervalle de cinq ans entre l’exercice d’une magistrature et le gouvernement d’une province. Mais l’objectif, cette fois, était différent ; il s’agissait de bien marquer la distinction entre ce qui relevait des affaires de l’Empire et ce qui concernait Rome et l’Italie. Dans le discours que lui prête Dion Cassius au moment du grand débat sur la nature du nouveau régime, Mécène préconise d’enlever aux magistrats le commandement des armées, sans que l’on porte préjudice au prestige de leur charge126. On peut raisonnablement penser qu’il n’y eut pas de dépréciation du consulat qui conserva de droit toutes ses compétences, militiae et domi, ; il avait perdu, de fait, les premières depuis bien longtemps. En 27, si l’on suit notre interprétation sur la nature des pouvoirs d’Octavien dans la phase précédente, cela faisait presque vingt ans qu’un consul en charge n'avait pas conduit d’armée en tant que tel, c’est-à-dire, selon la formule de Syme127 as consul, et un tout petit peu moins que Pollion avait été sans doute128 le dernier magistrat qui, à sa sortie de charge, avait pu exercer son imperium militiae ‘pro consule’. L’usage s’était peu à peu imposé, mais les Romains rechignaient toujours à légiférer pour faire disparaître. Il est donc vain, à notre avis, de chercher une quelconque loi privant le consulat de ses compétences militaires129. L’extinction se fit par l’usage130. Le contexte explique parfaitement cet état de fait. La fin de la guerre civile signifiait d’abord pour les Romains le renvoi des armées aux frontières et leur souhait le plus ardent était que le Prince, tout en perpétuant la tradition des imperatores victorieux, dans leur quête de la soumission de l’Oikoumène, assure aussi la paix et le bien-être de Rome et de l’Italie. Il s’agissait de deux fonctions bien distinctes. Auguste était proconsul dans ses provinces et consul à Rome131. Il est significatif que lorsqu’il abdiqua le consulat en 23, il voulut compenser la perte de ses compétences par l’octroi de la puissance tribunicienne qui, d’ailleurs, n’y suffit pas. Aucun texte ne met cela en corrélation avec ses pouvoirs militaires, et la déposition de la magistrature n’eut aucune incidence sur son commandement, si ce n’est la question du franchissement du pomerium qui fut réglée par une mesure technique132. Lorsqu’Auguste se fit confier la puissance consulaire en 19, c’est uniquement dans la perspective de s’occuper d’affaires civiles et, en particulier, de procéder à une nouvelle lectio senatus. Quand il revêtit à nouveau le consulat, en 5, puis en 2 a.C., ce fut pour marquer de manière solennelle un événement important de la vie politique de Rome et introniser ses fils dans cette même magistrature ; enfin, lorsque les malheurs de toutes sortes s’accumulèrent sur la Ville dans les années 22-19 a.C.133, le peuple attribua toutes ces catastrophes au fait qu’Auguste n’avait pas été consul, ce qui est tout à fait caractéristique du rôle dévolu au consulat.

  • 134 On ne voit pas pourquoi l’octroi d’un imperium proconsulaire impliquant un cumul d’imperia serait (...)
  • 135 En 27, contrairement à ce que dit Dion Cassius, toutes les légions ne sont pas placées sous le com (...)

14Le principe du consulat annuel en tant que base juridique de l’administration provinciale était inadapté aux réalités et demeure un schéma constitutionnel moderne. A Rome, on préférait ajouter que supprimer et, en 27, furent confiées au pouvoir militaire d’Auguste, pour une durée de 10 ans, les régions soumises, mais non encore pacifiées de Gaule, des Espagnes et de la Syrie. Le décret du Sénat ratifié par une loi conférait au Prince un imperium proconsulaire, avec, sans doute, la possibilité de lever des troupes à Rome et en Italie134. Les pouvoirs militaires et civils étaient bien séparés – ce n’est après tout que ce que préconisait Mécène – l’imperium d’une part, les pouvoirs civils d’autre part contenus dans l’exercice du consulat, bientôt remplacé par la puissance tribunicienne. Auguste, en fin de compte, n’avait pas plus d’attributions que chacun de ses collègues dans chacune de ses prérogatives, bien que sa province ait été plus étendue135 et qu’il demeurât le seul consul à exercer sa charge toute l’année.

  • 136 Voir, sur ce point, les études de Girardet 2000 et de Ferrary 2001.
  • 137 Voir Huriet 1997, 25 sq.
  • 138 RGDA, 34.3
  • 139 Roddaz 1984, 559-560.
  • 140 Sion-Jenkis 2000, 128-131.
  • 141 Voir Yavetz 1983, 128-130.
  • 142 Roddaz 1984, 118.
  • 143 D.C. 54.29.6.
  • 144 D.C. 54.29.4 ; Roddaz 1980, 947-951.
  • 145 Fraschetti 1980, 959.
  • 146 D.C. 53.31.4.
  • 147 Contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas l’homme de guerre qui est exalté sous la figure d’ (...)

15Ce pragmatisme qui ne portait pas fondamentalement atteinte aux usages républicains se retrouve dans la mise en place d’autres dispositions que l’on doit considérer également comme techniques et qui visent à régler des situations ponctuelles ; au rang de celles-ci, on doit certainement ranger les notions d'imperium œquum et d’imperium majus que les modernes ont parfois eu tort de considérer comme des prescriptions juridiques. Il s’agissait tout simplement, à un moment donné, de préciser la position du détenteur d’un imperium par rapport à un autre, et ce serait une erreur de hiérarchiser le pouvoir proconsulaire en réduisant le processus historique à un principe juridique136. L’instauration de la co-régence illustre ce pragmatisme et cette capacité du nouvel ordre à s’adapter aux circonstances du moment. Il n’est pas utile de revenir ici sur son contenu, son histoire ou son évolution137, mais de noter comment cette institution s’intègre dans la lente transformation qu’Auguste a entreprise à partir de 27, le plus souvent au gré des circonstances. Le collega est un exemple de la continuité de la pratique républicaine et la collégialité illustre le principe hautement proclamé dans les Res Gestae138 de la préservation des préceptes de l’ancien ordre. Mais c’est aussi une réalité dotée peu à peu de fondements juridiques que le nouveau régime a veillé à placer sous le signe de la continuité dynastique. On a tendance à analyser le régime augustéen en termes d'ambiguïté, mais cette ambiguïté n’est que le résultat de cette perpétuelle adaptation aux circonstances et de notre conception moderne des choses. La figure du premier co-régent s’inscrit dans cette contradiction apparente ; Agrippa fut, avec le Prince, le principal responsable de l’instauration du nouvel ordre et on ne peut nier qu’il ait fortement contribué à infléchir le régime dans le sens dynastique139. Dion utilise son personnage à contre-emploi dans le discours qu’il lui attribue dans la défense de la cause de la démocratie, mais les choses s’éclairent un peu si l’on considère que la democratia n’est pas seulement une forme de constitution, mais le caractère non despotique d’une forme d’état et que l’idée d’une monarchie démocratique est courante à l’époque de l’Empire140. Surtout, la position d’Agrippa dans le nouvel ordre est tout à fait significative de la manière dont le régime augustéen établit ses relations avec la plèbe141. Sous la République, tout homme politique se dressant contre les décisions du Sénat ou s’opposant à la domination de la nobilitas était rapidement idolâtré par la plèbe, quels que soient les efforts déployés par ses adversaires pour le noircir ; les turbatores plebis du dernier siècle, dont le destin avait été souvent funeste, avaient longtemps conservé cette popularité. Il n’était pas question pour Auguste de se priver de cette arme, mais il sut parfaitement détourner de sa personne l’animosité de l’aristocratie, parce qu’Agrippa joua en quelque sorte le rôle de catalyseur du soutien populaire au régime. Les nobles (oi protoi) qui, de son vivant, avaient détesté Agrippa et l’avaient méprisé à cause de la bassesse de ses origines142, répugnèrent même à assister aux jeux donnés par Auguste en l’honneur du défunt143. Agrippa était devenu de son vivant même démotikotatos grâce à ses évergésies144 ; ce statut fut encore amplifié à sa mort lorsqu’il légua au peuple ses thermes et ses jardins, mais son ‘populisme’ et la réaction qu’il provoqua chez les nobles accentua la rupture entre le peuple et les protoi145. Auguste sut parfaitement jouer sur ce registre, lui qui, selon Dion Cassius146, aurait voulu, alors qu’il se croyait mourant, en 23 a.C., que le peuple recouvrât sa liberté ou bien encore qu’Agrippa reçût du peuple le pouvoir, car il savait parfaitement qu’il en était fort aimé. On peut trouver quelque nouvelle malice dans cette manière du Prince d’utiliser l’image de son gendre, en le présentant non point comme le véritable auteur de ses succès militaires, mais comme le membre de la dynastie qui ralliait les sympathies populaires147. Il n’y a point d’ambiguïté dans tout cela, mais seulement un réel pragmatisme et une claire conscience du rôle et de la place des hommes dans le nouvel ordre des choses.

Conclusion

16Tout cela montre qu’il est vain de se demander si la restauration augustéenne fut ou non une restauration républicaine ; il s’agit là d’une querelle de modernes qui n’a sans doute jamais préoccupé les Anciens, parce qu’ils savaient à quoi s’en tenir.

  • 148 Voir notamment, Suet., Aug., 27-28.
  • 149 Suet., Aug., 99.1.
  • 150 Tac., Ann., 1.1.
  • 151 Suet., Aug., 28.4.

17Dans sa biographie du Prince, Suétone prend bien soin de distinguer deux personnages, le triumvir Octavien, lâche, ambitieux et cruel, capable de toutes les perfidies et de tous les crimes, et l’empereur Auguste, sage, juste et pondéré, prêt à toutes les largesses et à tous les pardons148. Il le représente aussi, au soir de son existence, jetant un regard quelque peu cynique sur le bilan de son œuvre et de son existence en demandant à ses amis s’il avait bien joué la comédie de sa vie149. Nul doute qu’en ces circonstances, il ait pu mesurer à quel point il avait su réaliser la transformation de son image et de son personnage, mais quand on rapproche ce témoignage de celui de Tacite qui, avec son froid réalisme politique et sa concision lapidaire, résume cinquante années de lutte pour le pouvoir et de gouvernement de l’Empire ‘Auguste qui reçut sous son obéissance le monde fatigué de discordes, resta maître sous le nom de Prince’150, on ne peut exclure qu’il ait aussi songé à ce régime dont il avait entrepris, achevé et réussi la métamorphose : “Fasse le ciel que l’État se maintienne en pleine prospérité et qu’en retour, je recueille la récompense à laquelle j’espère, d’être désigné comme le fondateur du régime le plus heureux et d’emporter en mourant l’espérance que les fondements de l’État demeureront inébranlables, tels que je les aurais jetés”151.

Bibliografía

Bibliographie

Andersen, H. (1938): Cassius Dio und die Begründung des Prinzipats, Berlin.

Badian, E. (1982): ‘“Crisis Theories’ and the Beginning of the Principate”, Romanitas-Christianitas, J. Straub zum 70 Geburstag, (ed. G.Wirth), Berlin, 18-41.

Benario, H. W. (1975): “Octavian’s status in 32 B.C.”, Chiron, 5, 301-309.

Béranger, J. (1980) : Recherches sur l’aspect idéologique du Principal, Bâle.

Bleicken, J. (1990): Zwischen Republik und Prinzipat. Zum Charakter des Zweiten Triumvirats, Göttingen.
— (1998): Augustus. Eine Biographie, Berlin.

BRE (1990): Between Republic and Empire, Interpretations of Augustus and his Principate (ed. K. A. Raaflaub et M. Toher), Berkeley.

Bringmann, K. (1983): “Edikt der Triumvirn oder Senatsbeschluss?, Zu einem Neufund aus Ephesos”, EA, 2, 49-74.
— (1988): “Das Zweite Triumvirat. Bemerkungen zu Mommsens Lehre von der Ausserordentlischen konstituierenden Gewalt”, Alte Geschichte und Wissenschaftsgeschichte. Festrschriftf. K.Christ zum 65 Geburstag, Darmstadt, 22-38.

Brunt, P. A. (1977): “Le.x de Imperio Vespasiani”, JRS, 67, 95-116.

Castritius, H. (1982): Der römische Prinzipat als Republik, Historische Studien, Husum.

Costabile, F. et O. Licando (2000): Tessera Paemeiobrigensis. Un nuovo editto di Augusto dalla transduriana e l’imperium proconsulare delprinceps, Minima epigr. et papyr., 3, 147-235.

Eder, W. (1990): “Augustus and the Power of Tradition: The Augustan Principate as Binding Link between Republic and Empire”, BRE, 71-122.

El edicto del Bierzo (ed. F. J. Sanchez Palencia, J. Mangas), Leon, 2000.

Fadinger, V. (1969): Die Begründung des Prinzipats. Quellenkritische und staatsrechtliche Untersuchungen zu Cassius Dio und die Parallellüberlieferung, Berlin.

Ferrary, J.-L. (2001) : “A propos des pouvoirs d'Auguste”, CCGG, 12, 102-154.

Fraschetti, A. (1980) : “La mort d'Agrippa et l'autel du Belvédère : un certain type d'hommages”, MEFRA, 92, 957-976.

Gabba, E. (1970): Appiani bellorum Civilium, liber Quintus, Florence.

Giovannini, A. (1999) : “Les pouvoirs d'Auguste de 27 à 23 a.C. Une relecture de l’ordonnance de Kymé de l'an 27”, ZPE, 124, 95-105.

Girardet, K. M. (1987): “Die Lex Mia de provinciis”, RhM, 291-329.
— (1990a): “Der Rechtstatus Oktavians im Jahre 32 v. Chr.”, RhM, 133, 322-350.
— (1990b): “Die Entmachtung des Konsulates im Übergang von der Republik zur Monarchie und die Rechtsgrundlagen des Augusteischen Prinzipats, Pratum Saraviense, Festgabe für P. Steinmetz, Stuttgart.
— (1991): “Der Triumph des Pompeius im Jahre 61 v. Chr. - ex Asia?”, ZPE, 89, 201-215.
— (1992): “Zur Diskussion um das Imperium consulare militiae im l.Jh.v.Ch., CCGG, 3, 213-220.
— (1995): “Per continuos annos decem (Res Gestae divi Augusti 7,1). Zur Frage nach dem Endtermin des Triumvirats”, Chiron, 25, 147-161.
— (2000) : “Imperium maius, politische und verfassungsrechtliche Aspekte. Versuch einer Klärung”. La Révolution Romaine après Ronald Syme : bilans et perspectives, Entretiens De la Fondation Hardt, Vandoeuvres, 167-236.

Gray, E.W. (1975): “The crisis in Rome at the beginning of 32 B.C.”, PACA, 19, 15-29.

Grenade, P. (1961) : Essai sur les origines du Principal BEFAR 197, Paris.

Histoire Romaine I, sous la direction de F. Hinard, le Passage (2000), 913-921.

Hurlet, F. (1997) : Les Collègues du Prince sous Auguste et Tibère, Rome.
— (2001) : “Les auspices d'Octavien-Auguste”, CCGG, 155-180.
— (2002) : “Le consensus et la concordia en Occident (ier-iiie siècle). Réflexions sur la diffusion de l’idéologie impériale”, Les idéologies et les valeurs civiques dans le monde romain, Paris, 153-168.

Jenkis-Sion, K. (2000): Von der Republik zum Prinzipat, Stuttgart.

Kolbe, W. (1931) : Von der Republik zur Monarchie, dans Aus Rom Zeitwende, Berlin.

Kromayer, J. (1888): Die rechtliche Begründung des Principats, Marburg.

Lacey, W. K. (1996): Augustus and the Principate, Leeds.

Laffi, U. (1993): “Potere triumvirali e organi repubblicani”. Il triumvirato costituente alla fine della repubblicana romana. Scritti in onore di M.A.Levi, Côme, 37-64.

Lewis, L. C., (1996): “Rechtsfrage II: Octaviaris powers in 32 B.C.”, LCM, 16,4, 57-62.

Magie, D. (1905): De Romanorum iuris publici sacrique vocabulis sollemnibus in Graecum sermonem conversis, Leipzig.

Manuwald, B. (1979): Cassius Dio und Augustus, Wiesbaden.

Mason, H. J. (1974): Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis, Toronto.

Millar, F. (1964): A Study of Cassius Dio.
(1973): “Triumvirale and Principate”, JRS, 63, 50-67.
— (2000) : “The First Revolution : Imperator Caesar, 36-28 B.C.”, La Revolution Romaine après Ronald Syme, Genève, 1-38 et 323-331.

Noé, E. (1994): Commento storico a Cassio Dione LIII, Come.

Orth, W. (1984): “Der Triumvir Octavian, Bemerkungen zu Inschriften aus Aphrodisias”, Epigraphica anatolica, 61-81.

Palmer, R. E. A. (1978): “Octavian’s First Attempt to Restore the Constitution (36 B.C.)”, Athenaeum, 56,315-328.

Pelham, H. F. (1888): “The Imperium of Augustus and his Successors”, AJPh, 17, 27-52.

Pollini, J. (1990): “Man or God: divine assimilation and Imitation in the late Republic and early Principate”, BRE, 334-357.

Premerstein, A. von (1937): Vom Wesen und Werden des Prinzipats, Munich.

Raaflaub, K. A. et J. Samons (1990): “Opposition to Augustus”, BRE, 417-454.

Reinhold, M. (1988): From Republic to Principate. An Historical Commentary on Cassius' Dio Roman History: books 49-52 (36-29 B.C.), Atlanta.

Rich, J. W. (1990): Cassius Dio, The Augustan Settlement, Roman History, 53-55.
— (1996): Chiron, 85-127.

Rich, J. W., et J. H. C. Williams (1999) : “Leges et iura p.R. Restituit. A New Aureus of Octavian and the settlement of 28-27 B.C.”, NC, 159, 169-213.

Rubincam, C. (1992): “The Nomenclature of Iulius Caesar and the Later Augustus in the Triumviral Period”, Historia, 41, 88-103.

Roddaz, J.-M. (1980) : “Un thème de la propagande augustéenne : l'image populaire d'Agrippa” MEFRA, 92, 947-956.
— (1984) : Marcus Agrippa, Rome.
— (1988): “Lucius Antonius”, Historia, 37, 317-346.
— (1992) : “Imperium : nature et compétences à la fin de la République et au début de l'Empire” CCGG, 3, 189-211.
— (1996) : “Les Triumvirs et les provinces”, Pouvoir et ‘imperium’, Diaphora, 6, 77-96.

Salinas de Friás, M. (1998): “La guerra de los Cantabros y Astures. La etnografia de Espana y la propaganda de Augusto”, “Romanización” y “reconquista” en la peninsula Iberica: nuevas perspectivas, Salamanque, 155-160.

Sattler, P. (1960): Augustus und der Senat, Untersuchungen zur römischer Innenpolitik 30-17 v. Chr, Götingen.

Scheid, J. (2000) : La Révolution romaine après Ronald Syme : bilans et perspectives, Entretiens sur l’antiquité classique, 46, Fondation Hardt, Vandoeuvres-Genève, 39-40.

Schumacher, L. (1985): “Die imperatorischen Akklamationen der Triumviro und die Auspicia des Augustus”, Historia, 34, 191-222.

Simpson, C. J. (1994): Reddito omnis provincia, Studies in Latin Literature and Roman History (éd. C. Deroux), Bruxelles, 297-309.
— (1998): “Imperator Caesar divi Filius”, Athenaeum, 86, 419-435.

Swan, P.M. (1997): “How Cassius Dio Composed his Augustan books: Four Studies” ANRW, II 34 3, 2524-2557.

Sutherland, C. H. V. (1970): The Cistophori of Augustus, Londres.
— (1984): Roman imperial coinage, I: From 31 BC to AD 69, Londres.

Timpe, D. (1962): Untersuchungen zur Kontinuität des frühen Prinzipats, Wiesbaden.

Wallmann, P. (1989): Triumviri Rei Publicae Constituendae. Untersuchungen zur Politischen Propaganda im Zweiten Triumvirat (44-30 v. Chr.), Francfort.

Yavetz, Z. (1983) : La plèbe et le Prince, Oxford, 1969, Paris.

Notas

1 La forme correcte du nom de l’héritier de César jusqu’au mois de janvier 27 est C. Iulius Caesar Octavianus ; cf. Rubincam 1992, 88-103 ; voir aussi D.C. 46.47.5. Mais nous n’avons aucune preuve que le nom fut utilisé dans sa totalité : l’usage du cognomen adoptif n’était pas une obligation et tout tend à montrer que le jeune César ne se priva pas de déroger à la règle. L’utilisation d’Octavianus est rare pendant la période triumvirale ; on la trouve dans la correspondance de Cicéron, ce qui est paradoxal, puisque l’adoption du jeune Octave ne fut confirmée par une lex curiata qu’à l’automne 43. D’une manière générale, le jeune César évita de reprendre le gentilice Iulius et donc le cognomen adoptif Octavianus : voir Simpson 1998, 419-435. Son nom officiel avant 27 est Imperator Caesar Divi filius qui devient à cette date Imperator Caesar divi filius Augustus.

2 Parmi les ouvrages qui ont marqué la réflexion, la “Révolution Romaine” de Syme occupe sans conteste une place privilégiée.

3 Déjà Grenade 1961, 24 sq. avait mis en évidence l’importance des mesures prises cette année là dans la genèse du Principat, mais il l’avait fait pour de mauvaises raisons ; il prenait la date de 28 comme une référence, parce qu’il cherchait à expliquer la durée de 10 ans de l’imperium d’Auguste.

4 Millar 1973.

5 Bleicken 1990.

6 Laffi 1993.

7 Girardet 1987, 1990, 1991, 1992, 1995, 2001. Je voudrais profiter de cette note pour renouveler toute ma gratitude à l’auteur qui m’a très souvent communiqué ses textes avant leur publication et dire combien ma réflexion doit à ses recherches, même si je ne suis pas toujours d’accord avec sa démarche et ses conclusions.

8 La Révolution Romaine après Ronald Syme, Fondation Hardt, Genève, 2000, à l’initiative de F. Millar. Voir les contributions de Millar 2000, et de Girardet 2000.

9 Ferrary 2001, Huriet 2001. A paraître dans CCGG 2001. Je remercie les deux auteurs d’avoir bien voulu me transmettre leur manuscrit avant la publication.

10 Freyburger & Roddaz 1991, 38-46 ; Histoire Romaine, Le Passage, 2000, 913-921.

11 RGDA, 34.1 :“Pendant mes sixième et septième consulats, après avoir éteint la guerre civile en vertu des pouvoirs absolus que m’avait conférés le consentement universel, j’ai fait passer la république de mon pouvoir dans celui du Sénat”.

12 Tac., Ann., 3.28.1-2 :“Puis succédèrent vingt années de discordes ininterrompues : plus de tradition, plus de justice : le crime le plus atroce restait impuni, et souvent la mort était le prix de la vertu. Enfin, consul pour la sixième fois, César Auguste, sûr de sa puissance, abolit les actes de son triumvirat et fonda une constitution qui nous donnait la paîx et la justice”.

13 D.C. 53.2.5 : “Parce qu'il avait pris de nombreuses mesures illégales et injustes pendant les guerres civiles et étrangères, en particulier pendant la période de son gouvernement avec Antoine et Lépide, il les annula alors par un simple édit, fixant son sixième consulat comme limite”.

14 D.C. 51.20.1.

15 Nous renvoyons à la démonstration convaincante de Rich & Williams 1999, 88 sq.

16 Rich & Williams 1999, 69.

17 Rich & Williams 1999, 187.

18 Sutherland 1984, no 476, pl. 8 = Sutherland 1970, no 1-72 ; Millar2000,5-6 ; Rich &Williams 1999,173-176.

19 Cela valut notamment à Octavien le vote par le Sénat, le 13 septembre 30, de la plus haute décoration militaire, la corona obsidionalis : Plin., Nat., 22.13 ; D.C. 51.19.5 ; voir aussi Insc. It., 13.2 rem publicam tristissimo periculo liberavit.

20 Voir les remarques de J. Scheid à propos de la communication de Millar 2000, 37-38. La période 31-27 annonce, au point de vue religieux, la restauration augustéenne, avec la célébration du rite du fécial (32), la prise de l’augurium salutis (29), la fermeture du temple de Janus (29).

21 Histoire Romaine, Le Passage 2000, 913.

22 RGDA, 15.1 ; D.C. 51.22.4 ; 53.1.5.

23 D.C. 51.22.1-2.

24 RGDA, 20.4.

25 Nep., Att., 20.3-4.

26 L’année suivante, en 27, Auguste fit fondre 80 statues qui lui avaient été consacrées, pour faire des offrandes au temple d'Apollon : RGDA, 24.2 ; Suet., Aug., 52 ; D.C. 53.22.3 ; Zanker. 86-89.

27 Sur la multiplication des triomphes pendant ces années 28-27, voir infra.

28 Huriet 2001 ; voir aussi Scheid 2000, 43-45.

29 Remo cum fratre Quirinus iura dabunt.

30 Serv., Ad Aen., 1.292 qui voit aussi dans cette assimilation un tour poétique : ut autem pro Agrippa Remum poneret, poetico usus more.

31 Roddaz 1984, 202-209.

32 CIL, IX, 422.

33 Suet., Aug., 27.5 ; D.C. 53.1.3.

34 RGDA, 8.2 ; Suet., Aug., 27.5 ; 35.1 ; D.C. 52.42.1-4.

35 D.C. 53.1.2 : “Et il lui accorda toutes les fois qu’ils faisaient campagne d’avoir une tente semblable à la sienne ; de plus, le mot d’ordre était donné par tous les deux”. Il est significatif que Dion Cassius, pour souligner l’importance de cette décision, commence son livre 53 par ce rappel ; voir Noé 1994, 60-61.

36 Grenade 1961, 338.

37 D.C. 53.1.3.

38 D.C. 53.1.1.

39 Voir sur ce point, Rich & Williams 1999, 200-201.

40 Simpson 1994, 299-301.

41 Les calendriers des Fastes eux-mêmes divergent sur la date précise des décisions ; ainsi l’octroi du nom d’Auguste est placé, selon les cas, le 13 (Fasti d’Ovide), le 15 (Feriale de Cumes), le 16 (Fasti de Préneste) et même le 17 (Censorinus, De Die Natali, 21.8).

42 Liv., Per., 134.

43 Tac., Ann., 1.2. Cette remarque est éclaircie, en ce qui concerne la chronologie, par Tacite, Ann., III 28 et RGDA, 34.

44 Suet., Aug., 7.2

45 Noé 1991, 67-75 ; Rich & Williams 1999, 193-199 ; Swan 1997, 2524-2557.

46 Voir encore, d’une manière générale, Andersen 1938, 50 sq. ; Manuwald 1979, 77-100.

47 Vell., 2.89.3-4 : “Les guerres civiles furent terminées au bout de vingt ans, les guerres extérieures s’éteignirent, la paix fut rétablie, la fureur des armes partout s’apaisa ; on rendit aux lois leur force, aux tribunaux leur autorité, au Sénat sa majesté, les pouvoirs des magistrats retrouvèrent leurs limites originelles”.

48 Nous nous contenterons de citer les études les plus marquantes auxquelles nous renvoyons pour une bibliographie plus complète : Millar 1973 ; Bringmann 1988 ; Wallmann 1989 ; Bleicken 1990 ; Laffi 1993.

49 Novum genus, selon Suet., Aug., 28.1.

50 Roddaz 1996.

51 App. 4.6

52 D.C., 46.55.3. Laffi 1993, 40: “L’imperium dei triumviri non incontrava limiti costituzionali nei poteri del senato e dei comizi”.

53 Bringmann 1988, 29; Bleicken 1990, 38 sq.; Laffi 1993, 42 sq.

54 App. 4.27; D.C. 46.55.3-4.

55 Voir notamment Girardet 1990, 96-97.

56 D.C. 47.19.4; 48.35.1-3; Laffi 1993, 45-47; Bringmann 1983, 30.

57 App. 5.21-22 ; voir Bleicken 1990, 41 sq.

58 C’est une des raisons essentielles de l’opposition entre le consul Lucius Antonius et le triumvir

59 Sur l’attitude de César à l’égard du consulat, voir Cic., Fam., 7.30

60 Voir notamment Bleicken 1990. 30 sq.

61 Sur les documents d’Aphrodisias, voir Millar 1973, 54-58 ; Orth, 61-81 ; Bleicken 1990, 47-54. 62

62 Pour ces derniers, on peut supposer que les triumvies leur choix par le sénat : voir infra

63 Voir Laffi 1993, 47 sq. ; Bleicken 1990, 49 sq., voir aussi Bringmann 1983.

64 Le Sénat demeure ainsi le centre Institutionnel sous le Triumvirat ; les événements de 32 le démontrent bien.

65 App. 5.538 : voir, sur ce point, Palmer 1978, 315-328 ; voir Freyburger & Roddaz 1994, 188, n. 333.

66 RGDA, 7.1 : “J’ai été pendant dix années consécutives triumvir chargé d’organiser la République”.

67 Suet..Aug., 27.1.

68 Voir la synthèse du débat dans Reinhold 1988, 224-225. Girardet 1990, RhM, 324, n. 2,4 et 325, n. 6 ; Freyburger & Roddaz 1994, 37 sq.

69 Voir la mise au point définitive de Girardet 1995. Selon Lewis 1991, 59, en renonçant à porter le titre de triumvir, Octavien fait une critique implicite d’Antoine qui aurait continué à l’utiliser.

70 Sur les Fasti consulares Capitolini de l’année 37, ils figurent en tête de liste avant les consuls.

71 D.C. 48.54.1 ; 49.23.1 ; Plut., Ant., 35.1-5 ; surtout App. 5.398. Voir Gabba 1970, 157-158.

72 Cette thèse est notamment défendue par Girardet 1990, Entmachlung, 100-104 ; RhM., 324 sq. ; 1992, 217 ; voir aussi Benario 1975, 301-309 ; Lewis 1991, 59.

73 Roddaz 1992.

74 Voir aussi Gray 1975 ; Pelling, CAH, X, 2, 67-68.

75 RGDA, 34.1.

76 RGDA, 25.2.

77 Girardet 1990a, 345, considère que la position d’Octavien est celle d’un dux belli, mais cela n’est pas une position constitutionnelle. L’expression consensus universorum se retrouve dans la Laudatio Agrippae : voir Koenen 1970, 217-283 ; voir en dernier lieu, Hurlet 2002.

78 Lewis 1991, 60-62 ; Girardet 1992, 217.

79 D.C. 50.3.4 ; Suet., Aug., 17.1.

80 D.C. 50.2.4.

81 Voir Gray 1975, 17-19.

82 D.C. 53.1-2.

83 Il est, en outre, très difficile de dire quelle serait alors au juste la provincia d’Octavien, si l’on tient compte de tous les triomphes célébrés cette année-là.

84 Sur l’action de Mécène à Rome, voir Pline, Nat., 37.10 ; D.C. 51.3.5-6 ; sur la conspiration du fils de Lépide, V.P., II.88 ; D.C. 54.15 ; App. 4.50 ; Suet., Aug., 17.3 et 19 ; Liv., Per., 130 ; sur l’action d Agrippa, voir Roddaz 1984, 184, n. 242.

85 Cela fait partie des compétences particulières des triumvirs : supra, n. 55. Girardet 1990, admet que certains des pouvoirs spéciaux des triumvirs ont perduré après 31 au nom de l’état de nécessité ‘Staatsnotstandes’, qui prit fin en 28-27. Mais quels sont ces pouvoirs spéciaux ? C’est notamment en vertu de cet état de nécessite qu’Octavien aurait été le seul consul à exercer sa charge dans la plénitude de ses compétences et aurait eu le monopole de l’exercice de l’imperium militiae. Comme César, Octavien disposait de mandataires qui ne portaient pas le titre de praefectus Urbis, mais dont le rôle consistait à le suppléer. Le commandement des 4000 hommes des cohortes urbaines est un privilège spécial conféré aux triumvirs.

86 DC. 51.3.5.

87 Voir sur ce point particulier, Gray 1975, 18-19, et en particulier sa juste interprétation de Liv., Per., 122 finito triumviratus tempore, et le rétablissement de la chronologie des faits.

88 D.C. 49.41.6. Dion Cassius est très explicite sur le sens de la manœuvre. “Son intention était naturellement de n’en rien faire, mais il voulait que grâce aux espérances suscitées, soit ils forcent César, puisqu’il était sur place, à déposer le premier les armes, soit ils éprouvent du ressentiment à son égard s’il refusait de le faire”.

89 Liv., Per., 123.

90 Voir supra note 87.

91 D.C. 50.7.1-2 ; voir aussi Crawford, RRC, 539 sq., no 544,1 ; 545,1-2.

92 D.C. 50.4.3.

93 Freyburger & Roddaz 1994, 46, n. 36. Chez Dion Cassius, le terme ἐξουσίαν ne signifie jamais magistrature, mais imperium ou potestas ; cf. Magie 1905, 76-78 ; Mason 1974 132-134

94 AE, 1959, n° 57.

95 Voir sur ce point les hésitations d’App. 5.398 et Illyr., 28.80.

96 D.C. 51.21.6. Octavien dispose d’un pouvoir suprême τῇ αὐτοκράτορι αὐτοῦ ἀρχῇ qui lui permet d’avoir une sorte de créance sur la victoire de Carrinas.

97 Rich 1996, 85-127.

98 Sextus Appuleius a dû, conformément au nouvel ordre instauré en 27 et à la nouvelle répartition des provinces, attendre l’arrivée d’Auguste et préparer l’offensive que celui-ci devait conduire à partir de cette date ; il n’est donc rentré à Rome qu’à la fin de 27.

99 Schumacher 1985, 212-213.

100 On peut d’ailleurs se demander dans l’hypothèse d’une province consulaire d’Octavien en 28, quelle aurait pu bien être cette provincia dans la mesure où toutes les provinces occidentales étaient gouvernées par des privati disposant d’un imperium militiae (pro) consule.

101 Voir la remarque de Girardet concernant Lépide 1992, 26.

102 Voir Millar 1964, 44 ; Andersen 1938, 52 sq. ; Manuwald 1979, 79 sq. ; Reinhold 1988, 118-119 et 225-226

103 RGDA, 34.3 ; voir aussi V.P., II.89.3 qui parle de la réduction de l’imperium des magistrats a ses limites antérieures.

104 Voir, en dernier lieu, Millar 2000.

105 Suet., Caes., 72.2.

106 Suet., Aug., 25.1.

107 Millar 2000 ; Bleicken 1998.

108 Nep., Att., 20.5.

109 Vitr. 5.7.

110 Ov., Fast., 1.531-532 ; 2.138-142 ; voir aussi Gel. 15.7.3.

111 Voir aussi, sur ce point, la démonstration de Castritius 1982 ; Eder, BRE, 71-122.

112 Pollini, BRE, 334-357 ; voir aussi Millar 2000, 169.

113 Voir Salinas 1998, 158.

114 Brunt 1977, 96-97 ; voir aussi ZPE, 1974, 165 sq.

115 Notamment celle de Giovannini 1999, et de Girardet ; pour tout cet aspect historiographique, nous renvoyons à l’article de Ferrary 2001 auquel il n’y a rien à ajouter et qui adopte avec quelques nuances cette position.

116 Voir Ferrary 2001.

117 D.C. 53.12-15.

118 Pour Gelzer, Kl.Schriften //, p. 188 sq., cet imperium consulaire (militiae et domi) constitue le fondement juridique des pouvoirs d’Auguste sur les provinces qui lui furent confiées de 27 à 23 a.C. ; à partir de 23 s’y serait ajouté un imperium proconsulaire maius.

119 Voir Premerstein 1937, 225 sq. ; Kolbe 1931, 56 ; Timpe 1962, 5 ; voir aussi Béranger 1980 90

120 Kienast 1982, 87 ; Castritius 1982, 38-40 ; Bleicken 1998, 328.

121 Il en est de même pour la répartition des légions. Dion Cassius indique que toutes les armées sont dans les provinces impériales, mais, en fait, en 27, 5 à 8 d’entre elles sont stationnées dans les provinces publiques.

122 Voir Costabile & Licandro 1999, 177-205 ; El edicto del Bierzo 2000.

123 V.Max. 6.9.7 ; voir aussi Tac., Ann., 1.14.3 à propos de Germanicus : voir Roddaz 1992 204-205 Ces exemples sont d’ailleurs peu opportuns, car Tacite n’avait aucune raison d’en parler puisque son récit commence avec l’évocation du règne de Tibère et que Valère Maxime n’est en rien spécialiste de ce genre de choses.

124 Girardet 1990,115. On ne saurait, par ailleurs, surestimer l’ampleur de l’opposition au nouvel ordre ; voir, sur ce point, Crook, CAH X, 73 et surtout 417 sq. en réponse aux arguments de Sattler ; Raaflaub, BRE, 117 sq.

125 La tentative de Lacey 1996, 77 sq., d’imaginer qu’Agrippa aurait alors reçu comme province une praefectura classis et orae maritimae ne repose sur aucun élément tangible ; voir Hurlet 1998 453-454

126 D.C. 52.20.4.

127 Syme, CR de l’ouvrage de Siber 1946, 153.

128 Il demeure le cas douteux de L. Licinius Crassus.

129 Girardet 1990, 118-125 la situe en 19.

130 Voir aussi Ferrary 2001.

131 Le pouvoir exorbitant du Prince ne réside pas dans le soi-disant cumul d’imperia, mais dans le fait qu’il soit dispensé de la règle des cinq ans. Mais Pompée lui-même, en 52, s’était fait exempter de sa propre loi : Ferrary 2001.

132 D.C. 53.32.5.

133 D.C. 54.1 sq.

134 On ne voit pas pourquoi l’octroi d’un imperium proconsulaire impliquant un cumul d’imperia serait un non sens constitutionnel en 27, et ne le serait plus par la suite, en 23 par exemple, si l’on suit Rich 1990, 169-170.

135 En 27, contrairement à ce que dit Dion Cassius, toutes les légions ne sont pas placées sous le commandement du Prince ; voir supra, n. 122.

136 Voir, sur ce point, les études de Girardet 2000 et de Ferrary 2001.

137 Voir Huriet 1997, 25 sq.

138 RGDA, 34.3

139 Roddaz 1984, 559-560.

140 Sion-Jenkis 2000, 128-131.

141 Voir Yavetz 1983, 128-130.

142 Roddaz 1984, 118.

143 D.C. 54.29.6.

144 D.C. 54.29.4 ; Roddaz 1980, 947-951.

145 Fraschetti 1980, 959.

146 D.C. 53.31.4.

147 Contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas l’homme de guerre qui est exalté sous la figure d’Agrippa, et cela condamne totalement la vision d’un double principat, associant les deux figures d’un Prince de la paix et d’un prince de la guerre (Komemann, Doppelprinzipat), mais celle du gendre du Prince, évergète et proche des aspirations populaires.

148 Voir notamment, Suet., Aug., 27-28.

149 Suet., Aug., 99.1.

150 Tac., Ann., 1.1.

151 Suet., Aug., 28.4.

© Ausonius Éditions, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540