Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

La Peste noire dans l’Occident chrétien et musulman 1346/1347 – 1352/1353

Stéphane Barry et Nobert Gualde

Texte intégral

  • 1 Terme surtout employé par les anglo-saxons.
  • 2 Le médecin de Grenade Ibn al-Kathib, témoin de la Peste noire, écrit un traité intitulé Muqni’at as (...)
  • 3 Cette appellation de “mort noire” ou de “Peste noire”, tardive, ne fait pas référence à la couleur (...)
  • 4 Sur l’histoire de la Peste noire dans les quelques terres de la Péninsule Ibérique encore sous domi (...)
  • 5 de Venette 1340-1368, 210. Cité par Carpentier & Arrignon 1993, 9-10.
  • 6 Enselme 1969.
  • 7 Sur ce médecin voir Melhaoui 2005.

1La réapparition de la Peste en Occident au xive siècle revêt un caractère nouveau et exceptionnel, car jamais auparavant un tel cataclysme ne s’est manifesté sur une si longue durée, ni sur une si vaste échelle géographique. La violence et la soudaineté du mal, sa progression inexorable, tant à travers l’Europe occidentale, que centrale et orientale, l’inefficacité des soins et le nombre élevé des victimes traumatisent pour longtemps les contemporains. La “Peste noire”, expression qui, comme celle de “mort noire1”, désigne les cinq terribles années du début de la seconde pandémie occidentale de 1347-1352/1353, entraîne une formidable dépression démographique et modifie, parfois en profondeur, les comportements sociaux. Cette “pestilence”, “mortalité” ou encore “maladie effrayante”2, le terme de “Peste noire” n’apparaît que tardivement3, représente un des événements catastrophiques majeurs de l’Europe médiévale, qu’elle soit chrétienne ou musulmane4. C’est ce que nous laisse entendre de nombreux témoignages contemporains, à l’image de ceux de Jean de Venette5, Guy de Chauliac6 ou le médecin Andalou Ibn Hatimah7.

  • 8 Castex 1995 ; Signoli 1998.
  • 9 Audoin-Rouzeau 2003.
  • 10 Sur ce thème précis quelques références incontournables que nous utilisons au cours de cet article  (...)
  • 11 La bibliographie sur cette épidémie remplirait plusieurs volumes. Jean-Noël Biraben recense dans so (...)

2Abondamment étudiées depuis des décennies, les grandes pestes médiévales ont suscité, ces dernières années, un vif intérêt qui doit beaucoup aux préoccupations actuelles touchant la santé publique. Au carrefour de plusieurs disciplines telles que l’histoire, la médecine, la démographie ou la sociologie de la santé, l’étude de cette maladie bénéficie de nouvelles sources d’informations, notamment en archéologie funéraire8, archéozoologie9 ou paléobiologie10. Compléments indispensables à la recherche en archives, ces sciences s’avèrent désormais incontournables et apportent des éclairages tout à fait nouveaux et stimulants nous permettant de mieux comprendre les pestes historiques et, notamment, la plus célèbre d’entre elles : la “Peste noire”11.

  • 12 Il est incontestable, si l’on se réfère aux descriptions de l’historien byzantin Procope de Césarée (...)
  • 13 Sur la vingtaine de grandes poussées identifiées par Jean-Noël Biraben entre 541 et 767, onze d’ent (...)

3Bien qu’elle soit une maladie très ancienne, nous ignorons presque tout des pestes antiques, car les sources restent trop vagues pour que sa symptomatologie soit évidente et que le diagnostic soit sérieusement posé. En revanche, il est clairement établi que la peste12 touche, par poussées successives, le bassin méditerranéen et une partie de l’Occident13 au cours du Haut Moyen Âge entre le vie siècle et le viiie siècle. Cette pandémie est connue sous le nom de “peste justinienne”, car elle apparaît sous le règne de l’empereur byzantin Justinien (527-565). Puis elle disparaît, pour réapparaître avec fracas dans l’histoire occidentale en 1347.

Les caractères épidémiologiques et cliniques de la peste

4Infection hautement contagieuse, la peste revêt un ensemble de caractéristiques épidémiologiques et cliniques dont un minimum de connaissances semble indispensable afin de comprendre le déroulement de cette effroyable épidémie, ainsi que les réactions des contemporains.

  • 14 Quelques travaux sur Alexandre Yersin : Baden & Mollaret 2006 ; Mollaret & Brossollet 1985 ; Jacoto (...)
  • 15 Chastel & Cenac 1998, 168.

5Il faut attendre 1894 et la troisième pandémie, apparue en Chine au milieu du xixe siècle, pour que le pasteurien Alexandre Yersin identifie, à Hong Kong, le germe responsable qui porte désormais son nom, Yersinia pestis, et le rôle des rats dans la propagation de la peste14. Quatre ans plus tard, un autre pasteurien, Paul-Louis Simond, découvre l’importance des puces comme vecteurs de transmission de la maladie, tant entre les rongeurs, que des rongeurs à l’homme. En quatre ans, ces deux découvertes majeures “détruisent un mythe”15. Les hommes sont enfin susceptibles d’apporter une réponse à cette maladie millénaire.

  • 16 À l’origine, appelée Pasteurella pestis la peste ne prend que plus tard son nom actuel de Yersinia (...)
  • 17 Achtman et al. 1999, 140-147 ; Le Minor & Veron 1989, 455-458. Les chercheurs ont constaté d’après (...)
  • 18 Yersnia pestis et Yersinia pseudotuberculosis sont deux espèces “génomiquement” pratiquement identi (...)
  • 19 Comme par exemple le rat noir, Rattus rattus, qui est abondamment présent en Occident au Moyen Âge (...)
  • 20 Sur l’épidémisation de la peste, on peut consulter : Audoin-Rouzeau 2003 ainsi que les travaux de B (...)
  • 21 Sur le thème de la coévolution entre les microbes et les hommes. Gualde 2006.

6Appartenant primitivement au genre Pasteurella16, Yersinia pestis, est, selon les bactériologistes experts de l’évolution, une bactérie apparue probablement en Asie centrale, il y a environ 20 000 ans17, à partir d’un clone de Yersinia pseudotuberculosis18. L’épidémiologie de la peste est complexe. Maladie tellurique se manifestant de manière endémo épidémique et parfois pandémique, elle est, d’abord, une maladie épizootique extrêmement virulente qui frappe sélectivement et primitivement les rongeurs sauvages. Elle n’appartient en propre qu’à ces derniers et n’atteint qu’accidentellement l’homme par l’intermédiaire des rongeurs commensaux19 puis de leurs puces hématophages pestigènes, c’est-à-dire susceptibles d’être infectées par la maladie et surtout de la transmettre20. Une épidémie de peste fait donc intervenir plusieurs facteurs qui sont respectivement : une bactérie, des rongeurs, des puces et les hommes. Par bien des côtés, nous connaissons mal les opérateurs de cette nouvelle pandémie car, en six siècles, le germe, le rat, la puce et l’homme ont biologiquement évolué. N’oublions jamais que le vivant change en permanence, particulièrement dans le cas des interactions conflictuelles entre les agents pathogènes et l’homme21.

  • 22 Longtemps il a été pensé que Yersinia pestis antiqua était à l’origine des épidémies de l’Antiquité (...)
  • 23 Il s’agit de Michel Drancourt, Didier Raoult et leur équipe de l’unité des Rickettsies à Marseille (...)
  • 24 Charniers datés respectivement du vie et du xive siècle.
  • 25 Tissu conjonctif situé dans la dent. “La pulpe dentaire correspond à un matériel ancien particulièr (...)
  • 26 L’article annonçant cette découverte est publié dans Emerging infectious diseases, Septembre 2004. (...)
  • 27 De 1987 à 2001, 24 pays ont déclaré des cas de peste se répartissant pour l’essentiel sur le contin (...)
  • 28 Une arme biologique est “une arme qui, délivre un micro-organisme susceptible de provoquer une mala (...)

7On connaît trois souches du germe Yersinia pestis. La forme antiqua, installée autour des grands lacs africains, la medievalis localisée en Asie centrale et l’orientalis, actuellement la plus répandue se situant en Orient et en Amérique. Il a longtemps été considéré que chacune de ces souches était responsable d’une des trois pandémies de peste s’étant manifestée jusqu’à ce jour22, mais récemment une découverte déterminante dans l’épidémiologie de la maladie a été faite. Des équipes pluridisciplinaires regroupant archéologues, anthropologues, médecins et historiens23 ont découvert, à partir des fouilles de charniers de pestiférés en France24 et d’analyses paléo microbiologiques, notamment à partir de la pulpe dentaire25, que “seule la souche orientalis semble posséder un potentiel de dissémination suffisant pour créer une pandémie”26. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont développé une nouvelle méthode d’amplification et de caractérisation génétique applicable à l’ADN ancien. Cette technique, appelée MST, se fonde sur le décryptage de certaines zones non codantes du génome et réclame une très petite quantité d’ADN. Ces résultats apparaissent particulièrement importants à un moment où l’on note une recrudescence de la peste en différents points du globe27. Il ne faut oublier que la peste constitue une véritable question d’avenir car elle est une des maladies les plus étudiées en tant qu’arme bactériologique28.

8Sous sa forme bubonique, la plus répandue, la peste est, comme nous l’avons évoqué, principalement transmissible à l’homme par l’intermédiaire de certaines espèces de puces. Sans entrer dans les détails, rappelons qu’il existe un débat ancien, mais régulièrement entretenu, à propos de la responsabilité de telle ou telle puce dans l’épidémisation de la peste bubonique.

  • 29 Dans les faits d’autres puces peuvent jouer un rôle dans l’épidémisation de la peste notamment dans (...)
  • 30 Dans ce cas précis, le rat gris, Rattus norvegicus. Alors qu’en Occident au Moyen Âge, le rat le mi (...)
  • 31 Yvinec et al. 2000.
  • 32 Ibid.
  • 33 Beaucournu 1999.

9Généralement chaque espèce de puce est “inféodée” à une espèce particulière. Classiquement on met en cause dans l’épidémisation de la peste Xenopsilla cheopis, Nosopsyllus fasciatus et Pulex irritans29. La première, adaptée aux climats chauds, parasite essentiellement le rat, tout comme la seconde cependant plus adaptée aux climats tempérés. La troisième, elle aussi vivant dans des milieux plus tempérés, est la puce de l’homme. Il existe quelques exceptions, comme la Xenopsylla cheopis qui, tout en parasitant le rat30, ne néglige nullement l’humain. Schématiquement, car la question est complexe, suite aux observations réalisées dès la fin du xixe siècle, Xenopsylla cheopis est généralement considérée comme la puce vectrice à l’homme de la peste en Occident. Or, comme le souligne Jean-Claude Beaucournu, son implication semble très improbable, car “sur le plan écologique [cette puce] est liée aux climats chauds ou tempérés chauds et ne peut donc s’acclimater chez nous”31. Entre les xive et xviiie siècles, l’habitat humain subit entre l’été et l’hiver des variations thermiques importantes et Xenopsylla cheopis ne peut y survivre. En outre, les données archéologiques “établissent clairement que tout au long des périodes historiques Pulex irritans est extrêmement abondante sur l’homme. Aucune découverte fossile de Xenopsylla cheopis n’a été relevée en Europe, et cette espèce est actuellement absente de notre pays”32. Toujours pour Jean-Claude Beaucournu, si Nosopsyllus fasciatus, “[…] peut transmettre la peste de rat à rat, pique l’homme “seulement à contre cœur”. Pulex irritans est, par contre, le vecteur idéal par sa très grande abondance sur l’homme et dans ses habitations”33.

10Quelles sont, dans ce cas, les puces responsables des épidémies occidentales ? Certains scientifiques avancent qu’“un ensemble d’arguments écologiques et épidémiologiques ainsi que la spécificité et l’abondance sur l’Homme de Pulex irritans désigne cette espèce comme vecteur potentiel”. D’autres considèrent maintenant, que le rôle de la puce de l’homme doit être minoré au bénéfice à nouveau de Nosopsyllus fasciatus, la puce du rat noir au xive siècle. Jusque dans les années trente, cette dernière est considérée comme un des principaux vecteurs de la peste. Mais, au cours de cette même décennie, ces acquis sont remis en question avec la théorie de la propagation de la peste bubonique par les puces de l’homme et non du rat. Cette hypothèse relègue alors le rat et ses puces à un rôle limité dans la chaîne épidémique, au profit des puces de l’homme. Reconnue et admise par un grand nombre de scientifiques et d’historiens, jusque dans un passé récent, cette théorie est toujours abondamment discutée.

  • 34 Le concept de pathocénose, soit l’ensemble des états pathologiques présents dans une population don (...)

11Il semble donc évident de ne pouvoir aborder l’histoire de la peste sans souligner les relations morbides unissant le plus fameux des ectoparasites de l’imagerie humaine et deux de ses hôtes de prédilection : le rat et l’homme. Mais il s’agit toujours d’interactions entre espèces vivantes en évolution et, rigoureusement parlant, il est difficile de savoir quelle est au xive siècle, la puce “la plus confortable” à la survie de Yersinia pestis durant son transport par l’insecte. La modification d’un seul gène peut “améliorer” la survie de la bactérie chez son vecteur. Qu’en est-il alors des interactions biologiques précises entre le bacille de la peste et la ou les puce(s) de l’époque ? Nous ne pouvons que le constater, par bien des côtés, nous connaissons mal les opérateurs de la Peste noire car, en six siècles, tous les acteurs de cette nouvelle pathocénose, dans laquelle la peste tient, à partir du xive siècle, la place principale34, ont biologiquement évolué.

  • 35 “[…] aux hommes comme aux femmes, venaient d’abord à l’aine ou sous les aisselles certaines enflure (...)

12Chez l’homme, la peste se manifeste principalement sous trois formes cliniques primaires se différenciant par les voies de pénétration du bacille et la gravité des symptômes développés. La peste bubonique, forme classique de la maladie chez l’homme, est provoquée essentiellement, comme nous l’avons vu, par la piqûre de certaines espèces de puces infectées ou le contact direct entre une lésion cutanée ouverte et un objet souillé par le bacille. Elle est celle dont la létalité est la moins élevée, environ soixante quinze pour cent de décès. C’est certainement la forme la plus fréquente aux xvie-xviie siècles. Sans que cela soit un signe absolument constant, une plaque noirâtre, appelée charbon pesteux, apparaît au point d’inoculation. Puis, au bout de deux ou trois jours, apparaissent, généralement un ou plusieurs ganglions durs, douloureux et gros. C’est le célèbre bubon que recherchent systématiquement les médecins dès le xive siècle. Il se situe en principe suivant le territoire de drainage des lymphatiques concerné vers le ganglion lymphatique le plus proche du point de piqûre. Ainsi, une piqûre du pied induit un bubon de l’aine et une piqûre de la main un bubon au creux de l’aisselle du même côté. Les bacilles se multiplient dans le ganglion. Lorsque les capacités de filtration du ganglion sont dépassées, les bacilles peuvent essaimer dans la circulation sanguine, atteignant principalement la rate, le foie et les poumons. Ces organes sont le siège d’une multiplication bactérienne très rapide à l’origine, par exemple, de lésions hémorragiques remarquées par les témoins des épidémies. Notons que le bubon n’est pas systématiquement décelable, puisqu’il peut être localisé dans des régions plus profondes du corps. Parfois volumineux, il peut aller de la taille d’une noix à celle d’un œuf de poule, Boccace parle même de la taille d’une “pomme ordinaire”35.

13La forme pulmonaire est particulièrement grave et systématiquement mortelle. Elle peut se développer de deux façons : une complication pulmonaire liée à une peste bubonique, ou une contamination directe entre un individu sain et un malade ayant développé une atteinte pulmonaire. Une véritable épidémie de peste pulmonaire se manifeste généralement en hiver.

14Conséquence possible d’une évolution gravissime des deux formes évoquées ci-dessus, la peste septicémique s’accompagne de la présence d’emblée de bactéries dans le sang. Attaque généralisée, elle est toujours mortelle et peut être foudroyante en quelques heures. D’autres formes cliniques de la maladie existent, telles que la peste pharyngée ou encore méningée. Ces manifestations secondaires ne sont, néanmoins, jamais identifiées par les populations, étant donné que la nature du mal est alors méconnue.

L’apparition de la peste et sa diffusion en Occident, 1347-1352

  • 36 Ibn Kathima, Tahsil garad al-quasid fi tafsil al-marad al-wafid, (xive siècle), ms 1785, Bibliothèq (...)

15Comme pour la peste justinienne, l’origine de l’épidémie de la Peste noire est incertaine. Selon les chroniqueurs, elle viendrait de l’Inde ou plus probablement de la Chine. Très bien renseigné, le médecin d’Almeria et témoin de l’épidémie, Ibn Khatima, écrit à ce propos : “Il y a eu divergence sur le commencement de cet événement et le lieu de son apparition. Des gens de confiance m’ont raconté que, d’après des commerçants chrétiens arrivant chez nous à Almeria, son origine était le pays d’al-Khita en langue persane c’est la Chine comme je l’ai appris de quelques autres arrivants originaires de Samarqand, des gens de confiance et de sincérité. Le pays de la Chine c’est l’extrémité de la terre du coté de l’Orient, et c’est ainsi qu’elle continua [la peste] à se propager de Bilad al-Khita et ses environs. Et là, elle s’étendit vers l’Irak persan et les terres turques”36.

  • 37 Naphy 2003, 23.
  • 38 Ce nom vient de Nestorius (~381-451) qui fut élu patriarche de Constantinople en 428. Il ne tient q (...)
  • 39 Dans l’actuel état du Kirghizstan.
  • 40 Biraben 1975, 51.

16Que savons-nous actuellement ? Les recherches menées à ce propos au cours du xxe siècle, ont mis en évidence la propagation de la peste en Chine dès 1331. On estime qu’un tiers de sa population est décimé entre 1331 et 1393. Elle passe alors d’environ 125 millions à, approximativement, 90 millions d’habitants37. De Chine, la peste poursuit sa marche dévastatrice. Vers 1338, elle est attestée sur les plateaux d’Asie centrale. Des fouilles, conduites sur un cimetière de chrétiens nestoriens38 dans la région de l’Issyk-Koul au sud du lac Balkhach39, ont permis de constater un taux de mortalité élevé pour les années 1338-1340. Trois pierres tombales, datées de 1338 et 1339, indiquent expressément la peste comme cause du décès40. De cette région, la maladie se propage, par les voies traditionnelles du grand commerce entre l’Orient et l’Occident, d’est en ouest vers la Méditerranée et l’Europe, se diffusant au rythme des déplacements humains, frappant des cités comme Samarkand, ou Saraï, capitale de la Horde d’Or ; la peste atteint les rives de la mer Noire vers 1346.

  • 41 Actuellement Féodossia ou Féodosie en Ukraine.
  • 42 “Cette histoire a été rapportée initialement par G. de Mursis, un chroniqueur italien qui avait obt (...)

17C’est à Caffa41 petit comptoir génois fondé vers 1266 sur les bords de la mer Noire, que va se jouer le futur drame pour l’Occident. Assiégée en 1343, à la suite semble-t-il de contentieux commerciaux entre les génois et les mongols, Caffa l’est une nouvelle fois en 1345-1346 par le Khan de la Horde d’Or Djanisberg. Échouant à nouveau, son armée affaiblie par la peste, Djanisberg décide de projeter par-dessus l’enceinte de la ville des cadavres pestiférés42. Si certains historiens s’interrogent sur la véracité de cet évènement, il est certain qu’une terrible épidémie, due à Yersinia pestis, éclate parmi la population de Caffa. Au même moment, quelques navires génois quittent le port emportant le redoutable fléau vers une Europe qui, en cette fin de première moitié du xive siècle, est prête pour “l’accueillir”.

  • 43 Duby 1977, 178. Emmanuel Le Roy Ladurie, dans une récente synthèse sur l’histoire du climat, apport (...)
  • 44 Le Roy Ladurie 1983, 17-18.
  • 45 Carpentier 1962, 1062-1091.
  • 46 Vovelle 1983, 90.

18La dégradation du climat au cours de la décennie 1310, avec des excès de pluviosité autour des années 1315, a eu des répercussions dramatiques sur la production céréalière entraînant de graves difficultés frumentaires. Un des points culminants de ces crises reste les famines des années 1314-1316. Pour exemple, Georges Duby écrit que de “mai à août 1316, un habitant sur dix mourut de faim dans la ville d’Ypres”43. Toutefois, il est généralement admis que de nombreuses variations locales existent, tant pour les récoltes que pour la géographie et la chronologie des disettes44. Dès lors, la mesure précise des liens de causalité entre la détérioration climatique, ses répercussions sur les hommes et la Peste noire, reste une question ouverte dans laquelle la relation exacte entre famine et maladie occupe une place capitale45. Dans tous les cas, l’autonomie du phénomène épidémique par rapport aux disettes et famines, n’est plus à prouver, bien que “l’importance de celui-ci reste conditionnée par le contexte dans lequel il s’insère”46.

  • 47 Demurger 1990, 17.

19Comme si un malheur ne suffisait pas, la peste apparaît alors que de nombreux pays sont confrontés à un contexte économique, politique et social particulièrement dégradé. Les royaumes de France et d’Angleterre sont en guerre depuis 1337, la couronne d’Aragon, plongée dans une âpre guerre civile, ou la péninsule italienne connaissent de nombreux troubles politiques et militaires entraînant la misère, la famine et le brigandage liés, notamment, au déplacement des troupes. Toutes ces crises, plus ou moins graves, et surtout répétées, ont naturellement des répercussions sur une courbe démographique, jusque là ascendante, qui stagne à partir des années 1310-1320. La Peste noire, par conséquent, n’arrive pas dans un “ciel démographique serein”, mais dans une conjoncture “déjà profondément dégradée”47. Pour de nombreuses contrées, elle ne va être que le paroxysme d’une série de calamités.

  • 48 Congourdeau 1999, 377-390 ; Congourdeau 1998.
  • 49 Seul un très grand nombre d’études monographiques poussées pourrait sans doute répondre partielleme (...)

20C’est dans ce contexte, que les galères, fuyant Caffa ravagée par la maladie, font une première escale à Péra, autre comptoir génois qui jouxte Constantinople48. La peste y culmine au cours des mois de novembre et décembre 1347. Schématiquement, car retracer l’itinéraire et la chronologie exacte de l’épidémie est délicat49, de Constantinople la peste se propage sur les côtes de la mer Noire, dans les îles de la mer Égée, en Grèce, en Crête, à Chypre ou encore à Alexandrie, d’où, suivant la vallée du Nil, elle se diffuse en Égypte. Parallèlement, elle gagne la Palestine, le Liban, la Syrie. Chaque port, chaque lieu touchés deviennent un foyer à partir duquel se propage la maladie.

  • 50 Livi Bacci 1999, 116.
  • 51 Biraben 1983.
  • 52 Biraben 1997. Sur la rapidité de propagation de la peste, les historiens ont pu créditer pour l’épi (...)
  • 53 En Espagne, la peste se manifeste par exemple à Barcelone en mai, à Valence en juin, etc. Un mois p (...)
  • 54 Aimes 1962.
  • 55 Schwartz 2000, 21.
  • 56 Sequuntur legata facta charitati Agenni Perpetuuus anno XLVIII tempore mortalitatis pestifere que d (...)
  • 57 Jurades de la Ville d’Agen, 1345-1355, Item habeatur compotus a R. de Galapiano de questis per ipsu (...)
  • 58 Biraben 1997.

21En cette fin d’année 1347, les galères génoises poursuivent leur macabre périple. Après avoir accosté en Sicile, d’où la peste gagne ensuite la péninsule par Reggio de Calabre50, les galères sont refoulées de Gênes, mais atteignent Marseille qui leur ouvre son port le 1er novembre 1347. La maladie ravage la ville avec une violence inouïe, à tel point qu’une des rues, où tous les habitants meurent en quelques semaines, prend le nom de rue “Rifle-Rafle”51. Véhiculée le long des voies commerciales terrestres, fluviales et maritimes52, la peste atteint l’Espagne, sans doute par les ports du Languedoc53. En même temps, la Corse et la Provence sont touchées avant la fin de l’année. Elle apparaît en Avignon au mois de mars. Le chapelain et médecin du pape Clément VI, Guy de Chauliac54, apporte un témoignage essentiel sur la venue de la peste dans cette cité qu’il a étudiée en homme de l’Art, mais aussi en tant que victime de la maladie à laquelle il a eu la chance de survivre. Dans son oeuvre majeure la Grande chirurgie, rédigée en 1363, il dépeint ainsi le mal qui afflige la cité : “En Avignon, elle fut de deux sortes : la première dura deux mois avec fièvres continues et crachement de sang, et on en mourait dans trois jours. La seconde fut, tout le reste du temps, aussi avec des fièvres continues, et apostèmes et carboncles et parties internes principalement aux aisselles et aines, et on mourait dans cinq jours. Elle occupa tout le monde ou peu s’en fallut, car elle commença en Orient, et ainsi jetant ses flèches contre le monde, passa par notre région vers l’Occident et fut si grande qu’à peine elle laissa la quatrième partie [25 %] des gens”55. Malheureusement aussi fines qu’elles soient, ces descriptions de la maladie, ne permettent ni sa guérison et encore moins sa progression. D’Avignon, carrefour de l’Occident où siège un pape depuis 1309, la peste se diffuse de toutes parts. Entre février et mai, ce sont Narbonne, Montpellier, Carcassonne qui sont touchées, alors qu’en Italie, Rome et Florence, par exemple, sont ravagées par le mal. Conformément aux préceptes médicaux du temps, les populations, pensant trouver leur salut dans la fuite, ne font que répandre la peste en abandonnant les lieux sinistrés. La rapidité de propagation du fléau est telle qu’il se manifeste à Toulouse en avril 1348 et à Agen moins d’un mois plus tard56. Le livre des Jurades de la ville évoque alors une terrible épidémie qu’on nomme la “mortalitat”57. Entre juin et août, ce sont aussi Bordeaux, Lyon et Paris qui sont atteintes, puis la Bourgogne, la Normandie, etc. La peste franchit les Alpes, frappe la Suisse et progresse vers l’Est. Au même moment, en Europe du Nord la maladie traverse la Manche et frappe Melcombe Regis, actuelle Weymouth, dans le Dorset au sud-ouest de l’Angleterre58. En 1349, elle touche l’Irlande, l’Écosse, l’Allemagne et les Pays-Bas. En 1350 la Scandinavie est atteinte à son tour puis tout l’espace hanséatique. En 1352, elle frappe Moscou, emportant dans son sillage le grand duc de Moscovie et le patriarche de l’Église russe. Puis elle s’étend dans le sud, semble-t-il, jusqu’à Kiev.

  • 59 Werveke 1950. Dans une étude maintenant ancienne Gérard Sivery précise toutefois que “La Peste noir (...)
  • 60 Les études sur ces résurgences ou nouvelles épidémies sont nombreuses citons parmi quelques travaux (...)

22Paradoxalement, alors que l’Occident s’embrase, certaines régions échappent temporairement à l’épidémie. Si l’isolement des vallées montagnardes, comme les Pyrénées, peut expliquer ce phénomène, il n’en est pas de même pour une partie de la Hongrie et à fortiori le Brabant, le Hainaut59, le Limbourg, contrées situées au cœur des réseaux marchands de l’époque ou encore Saint Jacques de Compostelle, le célèbre sanctuaire, qui attire des pèlerins de toute l’Europe. Selon certains historiens, ceci peut s’expliquer par la prépondérance parmi la population de groupes sanguins bénéficiant d’une certaine immunité. Plus simplement, nous pouvons imaginer que la propagation de la maladie, au cours de ces premières années d’épidémie, s’arrête naturellement aux frontières de ces régions. Cependant, elles ne vivent là qu’un court répit, puisqu’elles seront frappées par la seconde flambée de peste des années 1360– 1363 et ultérieurement, lors des nombreuses résurgences de la maladie60.

  • 61 Les traces documentées à propos de la peste apparaissent au milieu du xive siècle, entre 1349 et 13 (...)
  • 62 Plusieurs travaux récents ou en cours renouvellent notre vision des épidémies de peste médiévales. (...)
  • 63 Le débat est trop vaste pour être abordé dans ce court article. Signalons quelques travaux abordant (...)

23En cette fin de première moitié du xive siècle, en l’espace de quelques années, la peste, après avoir ravagé l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, le Danemark61, la Norvège, l’Europe centrale et de l’est, les villes allemandes, la Pologne, la Lituanie la Hongrie, la Bohême, la Suisse, etc.62, laisse un monde désemparé et diminué. Progressant généralement suivant un rythme saisonnier, dû très certainement à l’activité biologique des puces, elle-même influencée par le climat dont les interactions précises avec la Peste noire sont encore sujettes à discussions63 ; régressant au cours de l’hiver, si elle ne prend pas une forme pulmonaire, plus vive au printemps et en été, la peste à partir de 1347 s’installe pour plusieurs siècles en Occident : c’est la naissance de la seconde pandémie.

Les réactions collectives et individuelles pour faire face au fléau : quelques conséquences immédiates et à plus long terme de l’épidémie

  • 64 Alors que la peste ravage le sud du royaume de France, le roi Pierre IV le Cérémonieux “a déjà reçu (...)
  • 65 Venette 1340-1368, 210. Cité par Dupaquier 1988, 317 ; Carpentier & Arrignon 1993, 10.

24Comment les populations et gouvernements réagissent-ils à l’approche d’un fléau qui souvent est annoncé de ville en ville, par courrier et surtout oralement64. Dès l’approche de l’épidémie, le roi de France Philippe VI interroge l’Université de Paris qui donne, dans son célèbre Compendium de Epidemia, l’état des connaissances sur le sujet. La peste est due, pense-t-on, à la corruption de l’air, elle-même provoquée par une mauvaise conjonction des planètes. Dans ce monde, où l’essentiel des connaissances médicales provient des oeuvres d’Hippocrate et de Galien, sans oublier les savoirs d’une médecine arabe somme toute plus performante, la théorie aériste est à la base de tous les conseils préventifs. S’enfuir vers des régions plus saines, s’enfermer chez soi à l’abri des vents mauvais, respirer des parfums, faire des fumigations ainsi que de grands feux purificateurs, sont parmi les conseils les plus fréquemment formulés. En même temps, le bon sens populaire a tôt fait de se rendre à une autre évidence, celle de la contagion : “Et ladite mort et maladie venait par contacts et contagion”65. C’est de ces constatations que découlent les premières mesures prophylactiques d’isolement et de quarantaine. La population perçoit, sans en comprendre pour autant les raisons biologiques, que le mal se transmet après un contact avec des malades, leurs maisons, leurs vêtements ou des cadavres.

25Face à ce fléau, tous les traitements recommandés par les médecins se révèlent inopérants. Les hommes de l’Art ne peuvent que constater leur impuissance. Ils tentent, pourtant, de trouver des explications au mal qui les frappe. Partout, que les terres soient musulmanes ou chrétiennes, de nombreux traités de peste sont écrits à partir de 1348 par de célèbres médecins ou profanes. Malheureusement, et cela est aussi commun à tous, les moyens curatifs proposés sont totalement inefficaces, souvent inaccessibles aux plus pauvres, extrêmement douloureux et fréquemment dangereux, comme l’incision des bubons, technique alors couramment pratiquée. Les seules chances de salut résident en fait dans la préservation.

  • 66 Ce terme que nous employons ici par commodité est toutefois un anachronisme pour le xive siècle. Su (...)
  • 67 Déjà à Bordeaux en 1337, mais cela n’est pas une exception, le maire et les jurats font publier les (...)
  • 68 Nohl 1986, 122.
  • 69 Actuellement Dubrovnik en Croatie. Grmek 1959 et 1977.
  • 70 Bourdelais 2003, 30.
  • 71 Comme l’écrit Pierre-Louis Laget, “le terme lazaret vient du mot italien lazzaretto qui serait lui- (...)
  • 72 Albini 1982. Cité par Bourdelais 2003, 30. De même qu’en 1488 un lazaret dont on peut encore voir l (...)
  • 73 Melhaoui 2005, 118.

26En même temps, bien que désemparées, les autorités réagissent et instaurent, avec plus ou moins de rapidité et de réussite, des mesures préventives et souvent coercitives, visant à empêcher la venue de la peste ou à la circonscrire lorsqu’elle se manifeste. Des mesures d’“hygiène publique”66 sont immédiatement prises ou réactivées67, un peu partout, et même le roi de France tente de réagir en promulguant en 1352, une ordonnance établissant, pour le royaume, des règles sanitaires à suivre afin d’éviter les risques de surmortalité, après la triste expérience de la Peste noire. Malheureusement, la réalité politique, financière, mais aussi la méconnaissance des règles d’hygiène les plus élémentaires, feront de ces tentatives des échecs constants. Enfin, gardons toujours à l’esprit, que toutes ces mesures sont prises non pas pour combattre un péril microbien, d’ailleurs méconnu et conséquence de l’insalubrité, mais pour éviter, conformément aux croyances médicales du temps, la “corruption” de l’air, donc un risque de contagion provenant des mauvaises odeurs exhalées par tous les détritus. Parallèlement, les corps de ville de quelques grandes cités, dans un premier temps surtout italiennes, se montrent particulièrement réactifs face à la menace que représente ce nouveau fléau. Dès 1348, Venise établit, pour la première fois en Occident, un conseil sanitaire, constitué par trois nobles68, puis des règlements sanitaires, visant à préserver la santé des populations, sont créés ou étoffés. En 1377, Raguse69 “décrète un isolement d’un mois bientôt porté à quarante jours à Venise, en accord avec la doctrine Hippocratique qui considère que le quarantième jour est le dernier jour possible pour les maladies aiguës comme la peste”70. C’est encore à Venise qu’en 1423, des voyageurs, venant de zones infectées sont refoulés et isolés dans un hôpital, le lazaret71, construit sur l’île de Sainte Marie de Nazareth dans la lagune. Il s’agit du premier établissement en Europe destiné à mettre en quarantaine les pestiférés. Autre conséquence directe de la Peste noire, dans le duché de Milan à la fin du xive siècle, les premières désinfections publiques de marchandises sont pratiquées72. Il est en revanche surprenant de constater que dans les principautés musulmanes de la Péninsule Ibérique, il n’existe pas, semble-t-il, de mesures similaires à ce qui est alors mis en place à Venise ou Raguse, bien que le phénomène de contagion soit parfaitement identifié. Comme le souligne M. Melhaoui et jusqu’à la découverte de nouvelles archives : “Le problème de l’instauration éventuelle d’établissements d’accueil des pestiférés en Occident musulman reste entier”73.

27Si les quarantaines, les hôpitaux de peste et les mesures de désinfection sont promis à un bel avenir, pour beaucoup, se protéger de l’épidémie et de la panique régnante est synonyme tout simplement de fuite. Nombreux sont ceux qui, conformément aux préceptes médicaux, quittent leur cité sinistrée pour se réfugier en des lieux qu’ils espèrent plus cléments. Malheureusement, cela ne fait que contribuer à la propagation de la maladie. Quant à l’isolement, s’il limite réellement la contamination interhumaine, il reste sans doute relativement inefficace, car les rats et puces sont partout présents et leur rôle dans les épidémies est complètement ignoré par les contemporains.

  • 74 Brossollet 1984.
  • 75 Hildesheimer 1990, 56-57.
  • 76 Hildesheimer 1990, 57.
  • 77 Notons que la prière et les actes de piété sont considérés comme indispensables dans toutes les con (...)
  • 78 Institué par le pape Boniface VIII en 1300, il s’agit d’une indulgence plénière accordée gratuiteme (...)
  • 79 Santamaria Arandez 1969. Cité par Nirenberg 2001, 295.
  • 80 Tuchman 1978, 92.
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid.

28Les hommes tentent alors de trouver d’autres explications et remèdes. Dans cette société chrétienne profondément croyante et superstitieuse, l’origine de ce fléau ne peut donc être que surnaturelle74. Au demeurant, cette interprétation religieuse des causes de la peste “relève en fait d’une conception d’ensemble de l’ordre du monde”75, car, comme le souligne Françoise Hildesheimer, “le discours de l’église intervient pour donner à un phénomène inexplicable une signification d’ordre supérieur et fournir des armes spirituelles pour lutter contre lui”76. Ainsi, et logiquement, le peuple cherche des intercesseurs et se tourne vers des figures protectrices comme saint Sébastien, la Vierge, saint Louis et au xve siècle, saint Roch. Prières, supplications et processions se multiplient à travers les villes et campagnes d’Occident77. Mais, là encore, le mal est dans le remède, car ces actes de piété peuvent favoriser la propagation de la maladie. C’est pour cette raison que rapidement les rassemblements processionnels sont déconseillés et le pape dispense, par exemple, les pèlerins anglais et irlandais du jubilé de 135078. On multiplie, en même temps, les signes afin d’apaiser la colère divine : à Rouen on décide d’interdire les jeux, la boisson, les jurons79, etc. ; dans les territoires relevant de la couronne d’Aragon, les officiers royaux tentent de prévenir un retour de la peste en interdisant, là encore, le jeu, les jurons, le travail du dimanche, la pêche pour un gain financier les jours fériés et les vêtements ostentatoires80. Ces réactions répondent à l’idée très répandue, souvent rappelée dans les textes du temps, que ce fléau universel est un châtiment divin punissant les hommes de leurs péchés. Le pape le reconnaît dans une bulle de septembre 1348, en évoquant “la pestilence dont Dieu afflige le peuple chrétien”81. Pour l’empereur byzantin, Jean Cantacuzène, il est évident qu’une maladie accompagnée de souffrances et de puanteurs aussi horribles et surtout d’un désespoir aussi profond avant la mort n’est pas “naturelle” et ne peut être qu’un “châtiment du ciel”82.

Le “choc” démographique

  • 83 Le modèle est emprunté au roman Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll, où une Reine Rouge co (...)
  • 84 La Recherche, no 348, décembre 2001, p. 73. Le 05/10/2001 - Julian Parkhill et son équipe de l’Inst (...)

29Rappelons-le, les agents pathogènes et leurs hôtes co-évoluent de façon permanente, ce phénomène est d’ailleurs bien représenté par le modèle de la reine rouge que propose Leigh Van Valen en 197383. Cette co-évolution est particulièrement claire pour une bactérie telle que Yersinia pestis dont le génome, maintenant connu84, est extrêmement “souple” et encore malléable. Par conséquent, il est fort probable que l’agent de la Peste noire a, dans son intimité génétique, des capacités de virulence différentes de celles des Yersiniae rencontrées aujourd’hui. De ce fait, il y a de bonnes raisons de penser que, face à l’agression d’une bactérie à la virulence nouvelle et exacerbée, les Européens, jusque-là non immunisés, se sont trouvés dans une situation semblable à celle des Amérindiens lors de l’invasion des conquistadors apportant la variole. Ceci peut expliquer, en partie, l’extraordinaire coût démographique de l’épidémie.

30Les villes sont particulièrement touchées, car l’entassement de la population, l’extrême insalubrité et les fréquentes difficultés d’approvisionnement favorisent la contagion. Cette impression de catastrophe démographique urbaine (malheureusement et généralement réelle), est d’autant plus renforcée à nos yeux, que les sources sur la Peste noire encore existantes sont très souvent des “archives urbaines” produites par les corps de ville, officiers royaux, corps ecclésiastiques, etc. Gardons par conséquent à l’esprit que c’est une vision fragmentaire de l’épidémie, car elle se répand en fait partout dans un monde – l’Occident – où quatre vingt dix pour cent de la population est rurale.

  • 85 Renouard 1948. À certains, ces données semblent excessives. Ainsi, K.-J. Beloch estime que la cité (...)
  • 86 Ibid.
  • 87 Carpentier 1962.
  • 88 Nirenberg 2001, 290.
  • 89 Foyers fiscaux. Selon Jean-Louis Biget 70 % ne Normandie les 70 % de mortalité s’échelonnent entre (...)
  • 90 Hildesheimer 1993, 143. R. Dachez avance le chiffre certainement très exagéré de 60 000 victimes, d (...)
  • 91 Sur la région lyonnaise : Lorcin 1974.
  • 92 Ces quelques estimations sont extraites de Lucenet s.d.
  • 93 Ibid.
  • 94 Sur le nombre des habitants les chiffres varient parfois considérablement. Jean-Noël Biraben propos (...)
  • 95 Vovelle 1983, 93. Georges Duby et Robert Mandrou donnent des chiffres assez différents “[…] la moit (...)
  • 96 Ces quelques estimations sont extraites de Lucenet s.d.
  • 97 Ibid.
  • 98 Les taux de mortalité varient entre 50 % et 60 % pour les notaires et hommes de loi, entre 57,5 % e (...)
  • 99 Boutruche 1963, 200.
  • 100 Fourquin 1969, 324 ; Delumeau 1978, 135 ; Vovelle 1983, 93.
  • 101 Naphy & Spicer 2003, 29. Tuchman 1978, 87. En Angleterre selon Yves Renouard la peste emporte 50 % (...)
  • 102 Glénisson & Day 1970.

31Frappant indistinctement hommes, femmes, enfants, bien portants et malades, indigents, riches et productifs, la Peste noire et ses résurgences, quelquefois très violentes, peuvent dépeupler de manière significative des régions entières portant, par la même, des coups souvent catastrophiques à l’économie ou à la cohésion sociale, ébranlant tous les “piliers” d’une société. La saignée démographique est brutale. En Italie, Florence passe probablement de 110 000 habitants en 1338 à 50 000 en 135185. À Hambourg86 ou Brême87 entre cinquante et soixante dix pour cent de la population décède, dans la Péninsule Ibérique, Barcelone perd en quelques mois, 36 % de sa population, soit environ 15 000 personnes sur les 42 000 habitants de la cité88. En Provence, Dauphiné ou Normandie, on constate une diminution de soixante pour cent des feux89. Certaines régions voient disparaître jusqu’aux deux tiers de leur population. On estime qu’Avignon a peut-être compté 30 000 victimes90, Lyon 45 00091. À Narbonne, le nombre de “feux” passa de 6029 en 1336 à 2500 en 1361, ce qui représente une diminution de plus de la moitié du nombre d’habitants92. En Dauphiné, quatre moulins sur cinq et un four sur deux fermèrent à la suite de l’épidémie93. En Bourgogne, dans le petit bourg de Givry, qui compte alors 310 feux, soit entre 1 500 et 2 000 habitants94, dans un des plus anciens registres paroissiaux que l’on possède, le curé, qui notait entre 25 et 30 inhumations par an en moyenne, enregistra 615 décès, soit 38 à 43 % de la population, entre le 5 août et le 19 novembre95. À la paroisse Saint-Nizier de Lyon on nota 900 décès, soit le quart ou le tiers des paroissiens96. À Saint-Germain l’Auxerrois, paroisse la plus importante de Paris, on enregistra 3116 morts du 25 avril 1349 au 20 juin 135097. La ville de Perpignan perd sans doute 50 % de sa population en quelques mois98. Toujours dans le royaume de France, alors en guerre, sans que l’unique cause en soit la peste mais plutôt la misère, de nombreux villages sont abandonnés. À Bordeaux, la mort décime la banlieue rurale et les paroisses voisines de la cité99. L’Angleterre passe d’environ trois millions sept cents mille habitants en 1348 à deux millions deux cents mille habitants en 1377/1380, en y incluant, il est vrai, les pestes de 1360 et 1369100. L’évêque de Bath et Wells écrit en janvier 1349 : “La présente pestilence, dont la contagion se répand en tous lieux, a laissé beaucoup de paroisses vides de prêtres. Comme on n’en trouve plus […], de nombreux malades décèdent sans les derniers sacrements. Annoncez à tous que, s’ils sont sur le point de mourir ils peuvent se confesser les uns aux autres, et même à une femme si aucun homme est présent”101. Froissart, contemporain de l’épidémie, évalue pour sa part les victimes au tiers de la population : “En ce temps, une maladie, que l’on nommoit épidémie, couroit, dont bien la tierce partie du monde mourut”102. Nous n’insisterons jamais assez sur ce point : personne ne connaît véritablement le nombre des victimes, les documents contemporains de l’épidémie donnant des impressions horrifiées et non pas, sauf à de très rares exceptions, des comptes relativement précis. Les estimations actuelles établissent la mortalité dans une fourchette allant de 25 % à la moitié de la population européenne. Mais en fait, quel que soit le chiffre, la venue de la peste est un désastre.

  • 103 Biraben 1978.
  • 104 Gasquet 1908, 42 ; Tuchman 1978, 89.
  • 105 Vovelle 1983, 93.

32Tous sont touchés et c’est ce qui fait de la peste, pour partie, un “drame” unique. Elle n’est pas un évènement annuel abattant exclusivement les éléments faibles de la société. Si Alphonse XI de Castille est le seul monarque mort de la peste, le roi Pierre d’Aragon perd sa femme, sa fille et une nièce en l’espace de six mois. L’empereur de Byzance voit mourir son fils. Dans le royaume de France, en 1349, la reine Jeanne de Navarre, fille du roi Louis X le Hutin et de Marguerite de Bourgogne, ainsi que Bonne de Luxembourg, épouse du dauphin Jean (le futur roi de France Jean II le Bon) sont emportées par la peste. Cependant, comme cela a été très tôt remarqué, ce sont les pauvres et indigents qui payent le plus lourd tribut à l’épidémie, car, comme le souligne Jean-Noël Biraben, “la peste trouvait chez les pauvres un magnifique terrain d’accueil travaillé en profondeur par une séquence prolongée de disettes”103. À Montpellier, Simon de Covino attribue fort justement ce phénomène à la misère et aux privations qui rendent les pauvres plus fragiles104. Mais ce n’est qu’une partie de la vérité, car il faut prendre en compte l’entassement dans les logis, pour les plus démunis et l’extrême insalubrité qui règne partout. Guy de Chauliac ou Jean de Venette évoquent une mortalité sélective selon l’âge et la condition sociale. En fait, si la mortalité semble avoir été relativement faible dans quelques corps de dignitaires, elle fut élevée voire très élevée dans de nombreux conseils de ville, chez les notaires, dans les couvents et même chez les évêques qui perdent 37 % des leurs dans la Péninsule Ibérique, ou encore 32 % en Scandinavie105.

  • 106 Carpentier 1993, 12.
  • 107 Barry 2006.
  • 108 On ne voit plus d’épidémies majeures en Angleterre après celle de Londres en 1665, à Malmo en Scand (...)

33Enfin, les conséquences démographiques de la peste sont accrues par les nombreux retours de la maladie, comme l’épidémie de 1360-1362, caractérisée par une surmortalité des jeunes106, ou encore celles de 1366-1369, 1374-1375, 1400, 1407, etc. Nos propres recherches nous ont permis d’ailleurs d’identifier 61 années de peste pour la seule ville de Bordeaux entre 1500 et 1656107. En Occident, la maladie ne disparaît donc que très progressivement au cours du xviie siècle, des flambées, parfois majeures, se manifestant encore aux xviiie siècle, voire xixe siècle108.

Le “ corps social” à l’épreuve de la Peste noire

  • 109 Sur les conséquences démographiques, sociale, etc. Par exemple : Y. Renouard, pour qui, “seule la P (...)
  • 110 Naphy & Spicer 2003, 39.
  • 111 Biraben 1975, 70.
  • 112 Lucenet 1985.
  • 113 Ibid.
  • 114 Biraben 1975, 70.
  • 115 Lucenet s.d.

34Par ses ravages démographiques, la Peste noire a des conséquences sociales et mentales gigantesques109. La méconnaissance d’un mal dont la cause première est “l’ire de Dieu”, la peur panique qu’il suscite, etc., entraîne la réapparition de mouvements d’hystérie collective comme les flagellants. Cette secte utilisant comme pénitence la flagellation en public, renaît en Italie où elle s’était déjà manifestée au xiiie siècle. Le Chronicon Henrici de Hervordia rapporte comment ils se mutilaient : “Chaque fouet se composait d’un bâton avec, à son extrémité, trois lanières comportant des nœuds. Chaque nœud était transpercé en son centre par deux pointes métalliques, tranchantes comme des rasoirs, qui dépassaient de chaque coté en formant une croix de la longueur d’un grain de blé à peu près. C’est avec ce fouet qu’ils cinglaient leurs corps nus jusqu’à ce qu’ils ne forment plus qu’une masse de chairs gonflées, lacérées, dégoulinantes de sang qui éclaboussait les murs. Il m’est arrivé de voir pendant les flagellations les pointes de métal entrer si profondément dans la chair qu’il fallait s’y reprendre à deux ou trois fois pour les en faire sortir”110. Représentant, comme l’écrit Jean-Noël Biraben, une “expression du sentiment mystique des populations angoissées devant un fléau naturel”111, les flagellants se répandent en Europe centrale alors que la France est assez peu touchée. Mais leurs manifestations ostentatoires, le caractère d’association secrète qui lie les anciens pénitents et leurs participations aux persécutions des juifs, décident rapidement le pape, ainsi que les autorités laïques, à les condamner, car “les flagellants sous prétexte de piété ont fait couler le sang des juifs que la charité chrétienne doit préserver et protéger”112. Le successeur de saint Pierre rajoute “on peut craindre que par leur hardiesse et impudence, un grave degré de perversion ne soit atteint si des mesures sévères ne sont pas prises immédiatement pour les supprimer”113. Pour toutes ces raisons, l’empereur Charles IV les bannit d’Allemagne114, alors qu’en France, le Roi Philippe VI ordonne, le 13 février 1350 “que cette secte damnée et réprouvée par l’Église cesse”115.

  • 116 Nirenberg 2001, 286.
  • 117 Beriac 1990. Quelques pages concernent les rumeurs d’empoisonnement dont sont accusés parfois les l (...)
  • 118 Nous renvoyons le lecteur à la très fine analyse ainsi qu’à l’importante bibliographie que propose (...)
  • 119 Id., 288.

35La violence de l’épidémie, les difficultés à en donner des causes qui seraient déjà des débuts de réponses et peut-être de solutions, poussent aussi à rechercher des coupables, des exutoires à l’angoisse commune. Dans une étude assez récente sur la violence au Moyen Âge, l’historien américain David Nirenberg souligne la fracture engendrée par la Peste noire. Sa rapidité à tuer, l’impossibilité de trouver un remède efficace, la terreur qu’elle suscite déclenchent “des attaques contre des groupes aussi divers que les juifs, les clercs, les étrangers, les mendiants, les pèlerins et les musulmans”116 auxquels nous pouvons rajouter les lépreux117. Quels que soient les moteurs et les racines profondes dans lesquels ces actes de violence de rejet, se nourrissent118, il en résulte que ces groupes sont fréquemment accusés de disséminer la peste, d’introduire le mal dans une communauté en souillant les portes du pus des pestiférés, en empoisonnant les puits, en entretenant des rapports avec le Mal, etc. De nombreux échanges épistolaires, toujours cités par David Nirenberg, entre quelques communes des royaumes de France et d’Aragon, nous éclairent parfaitement sur l’impuissance des autorités à expliquer la propagation de la peste, si ce n’est par des actes délétères, commis par des individus marginaux ou considérés comme tels. D’ailleurs, le viguier de Narbonne, André Benoît, n’écrit-il pas aux jurés de Gérone, que dans les environs de Narbonne “un quart de la population est morte et que de nombreux empoisonneurs, dont beaucoup sont des mendiants et des pauvres, ont été capturé avec leur poudre empoisonnée”119.

  • 120 Id., 293.
  • 121 À l’origine de cette enquête, il faut mentionner une lettre adressée à la municipalité de Strasbour (...)
  • 122 Charles IV de Luxembourg (14 mai 1316-29 novembre 1378) est roi des Romains (1368-1378), empereur d (...)
  • 123 Combet 1853, 110. Il n’est pas certain souligne Jean-Noël Biraben que cette expulsion se soit faite (...)

36Les exactions contre les juifs sont maintenant assez bien connues. Elles sont particulièrement brutales dans la Péninsule Ibérique, à Lérida par exemple trois cents juifs sont tués120 ainsi que dans l’Empire où ils vivent nombreux. En Provence, quarante d’entre eux sont brûlés à Toulon dans la nuit du 13 au 14 avril 1348. Bien que le pape Clément VI cherche à les protéger en menaçant d’excommunication, les 4 juillet et 26 septembre 1348, ceux qui assassinent et pillent les juifs, quelques semaines plus tard à Strasbourg, alors même que la peste ne s’est pas encore manifestée, près de 900 Juifs sont brûlés. Les nouvelles et rumeurs sur la progression de la maladie, l’angoisse collective régnante, les horreurs de l’épidémie sans doute dépeintes par quelques survivants, parviennent de tous côtés à la population strasbourgeoise créant un climat de panique. On accuse les Juifs d’avoir empoisonné les puits121, et le peuple exige leur expulsion ou leur extermination. La municipalité ouvre une enquête et demande des précisions à diverses villes alsaciennes et suisses, au sujet des “aveux” qu’auraient fait, (certainement sous l’effet de la torture), quelques Juifs emprisonnés. Le 8 février 1349, une réunion se tient à Benfeld, pour décider du sort des Juifs de la Basse Alsace. À Strasbourg, le samedi 14 février 1349, jour de la Saint-Valentin, on cerne le quartier juif. Ses habitants sont traînés par la foule au cimetière de la communauté où on les entasse sur un immense bûcher. Seuls quelques-uns en réchappent en abjurant leur foi. Les biens des suppliciés sont partagés, les créances détruites et certains gages rendus à leurs propriétaires. Charles IV122, après avoir menacé la ville de représailles, lui accorde, quelques mois plus tard, son pardon. Évidemment, ce massacre de la “saint Valentin” n’empêche nullement la peste d’emporter plusieurs milliers de strasbourgeois. Excepté les juifs, les pauvres et les pestiférés eux-mêmes, qui souvent sont les plus défavorisés de par leurs conditions de vie, sont fréquemment désignés comme responsables du fléau. Dès lors, mendiants et pauvres étrangers sont parfois chassés dès le début de l’épidémie. À Uzerche, en 1348, on décide tout simplement d’expulser les malades123. Peu à peu, le corps social assimile dans un même mal pauvres et peste. Avec la Peste noire un changement de perception du pauvre s’amorce, basculement qui ne cessera de s’accentuer.

Les impacts socio-culturels de la peste

  • 124 Ziegler 1969, 125 ; Tuchman 1978, 87 ; cf. supra p. 212.
  • 125 Schevill 1909, 211 ; Tuchman 1978, 87.
  • 126 Ziegler 1969, 58 ; Tuchman 1978, 88.

37Dans cette société profondément chrétienne, la mort la plus redoutée est la mort subite, imprévue et non préparée. Le nombre des décès, leur caractère parfois foudroyant et la désorganisation sociale entraînée par l’épidémie, favorisent la hantise de mourir sans sacrement. Ceci rend encore plus terrifiant les derniers moments des malades. Pour répondre à ces angoisses, Clément VI juge nécessaire d’accorder le pardon de leurs pêchés aux nombreuses victimes de la peste mourant sans prêtre. En Angleterre, un évêque donne l’autorisation aux laïques de se confesser entre eux comme au temps des apôtres124. La mort est partout, comme le souligne le chroniqueur siennois Agnolo di Tura : “Aucune [cloches] ne sonnait, et personne ne pleurait parce que presque tous s’attendait à mourir […] des gens disaient et croyaient : ‘c’est la fin du monde […]’125. Et de rajouter ‘Le père abandonnait son enfant, la femme, son mari, un frère, l’autre frère. Et moi, Agnolo di Tura dit le Gros, j’ai enterré mes cinq enfants de mes mains et bien d’autres ont fait comme moi’”126.

  • 127 Berruyer-Pichon 1976.
  • 128 Duby 1984.
  • 129 Brossollet 1971.
  • 130 Chaucer 1929 ; Brossollet & Mollaret 1994, 75.

38La disparition des populations par mort ou fuite, la peur que suscite la maladie, mais aussi la baisse des revenus ont également de nombreuses répercussions dans le domaine artistique et intellectuel127. De grands artistes meurent. Les maîtres peintres siennois Ambroise et Pierre Lorenzetti, dont les noms n’apparaissent plus après 1348, sont probablement morts de la peste, tout comme le sculpteur et architecte florentin Andréa Pisano, ou encore le grand théologien anglais Guillaume d’Ockham dont le nom disparaît après 1349. Selon Georges Duby, on peut voir dans cette épidémie une des raisons “de la brusque stérilité des ateliers anglais d’enluminure”128. En même temps, la peste permet l’éclosion d’œuvres marquées par une présence obsédante de la mort, telles les célèbres danses macabres129, dans lesquelles sont retranscrites l’égalité des hommes devant la mort ainsi que les angoisses de cette société profondément choquée et désemparée. À ces évocations morbides s’ajoute une attirance pour le réalisme funèbre. L’image idéalisée de la mort est remplacée par un sinistre réalisme dans la représentation des cadavres. Ces derniers apparaissent livrés à une précoce décomposition dans la charrette qui les emmène vers un charnier improvisé. La pensée de la mort s’introduit partout, de nombreuses décorations d’édifices civils, religieux et mêmes privés l’évoquent. La peste a eu aussi des conséquences néfastes sur la vie intellectuelle : tandis que Boccace reproche la prééminence, après 1352, d’une classe de gens ignorants et médiocres, de nouveaux riches incultes, Chaucer130, de son côté, explique par cette peste l’extinction outre-Manche du français : les moines qui l’enseignaient étant morts, le peuple anglais impose ensuite la langue vernaculaire, ne doutons pas, également, que le conflit opposant les royaumes de France et d’Angleterre a contribué aussi à sa disparition.

  • 131 Sur les conséquences économiques de la Peste noire, les études sont nombreuses et nous renvoyons un (...)
  • 132 Duby 1995, 87.

39Par la mortalité qu’elle cause, l’épidémie bouleverse l’économie et entraîne de nombreuses perturbations maintenant bien connues comme la hausse du prix des produits agricoles131. À cause de la crise dont les composantes sont la peste, mais aussi la guerre, les disettes (en Aquitaine, 1373-1375), les déprédations des routiers, la surmortalité d’un grand nombre de contribuables, l’interruption des échanges commerciaux, etc. Les nobles, les commerçants, mais aussi les finances municipales connaissent parfois une baisse significative de leurs revenus. En revanche, les survivants bénéficient de la carence de main-d’œuvre et, par contre coup, d’une hausse des salaires urbains, pouvant entraîner un exode rural. Les richesses sont aussi redistribuées et parfois concentrées à la suite d’héritages quelquefois inespérés et multiples. Au final, comme le souligne Georges Duby, “l’épidémie a déterminé une hausse générale du niveau de vie”132.

  • 133 Duby & Mandrou 1993, 248.
  • 134 Brossollet & Mollaret 1994, 76.

40La conséquence la plus insidieuse concerne le dépeuplement des abbayes et des monastères. De célèbres exemples illustrent les ravages occasionnés par le fléau dans certaines communautés. À Marseille tous les franciscains meurent. De même, tous les franciscains d’un couvent de Montpellier sont emportés alors que seuls sept dominicains sur cent quarante survivent à la peste133. Après la saignée du xive siècle, les ordres religieux se trouvent face à une alternative : soit regrouper dans une maison les quelques survivants ; soit les garder toutes ouvertes, cette seconde solution est le plus souvent retenue, aucun ordre ne voulant sembler perdre du terrain. Aux moines érudits furent substitués des ignorants souvent incroyants et cupides. Cette politique de recrutement contribue à discréditer l’Église et à alimenter, à long terme, les accusations formulées par la Réforme134.

La Peste noire était-elle la peste ?

  • 135 Duncan & Scott 2005, mais aussi les travaux de l’historien Herlihy D., op. cit., de l’épidémiologis (...)

41S’il est évident qu’au xive siècle, de nombreuses maladies affligent les populations en même temps que la Peste noire, celle-ci, pour les contemporains, se distingue alors de toutes les autres maladies par sa nouveauté, son extrême virulence et son caractère quasi “universel”. Au regard du cataclysme qu’elle représente, de sa rapidité de propagation et de ses répercussions, quelques chercheurs ont voulu y voir autre chose que la maladie due à Yersinia pestis. La nature véritable des grandes épidémies médiévales reste, selon eux, à établir et certains vont jusqu’à proposer, à la place de la peste, le charbon ou encore une maladie de type fièvre hémorragique virale135. Pour étayer leur théorie, ils se fondent, notamment, sur l’absence de témoignages à propos d’une quelconque épizootie murine précédant l’épidémie humaine, sur les saignements des malades relevés par les témoins, sur la présence non systématique des bubons, ou encore sur la diffusion extrêmement rapide de la maladie.

  • 136 Biraben 1975, 335. Cité par Audoin-Rouzeau 2003, 255.
  • 137 Audoin-Rouzeau 2003, 254.

42Il est vrai qu’ordinairement, une épizootie précède une épidémie de peste. Ce phénomène, depuis longtemps repéré en Orient, comme manifestation annonciatrice d’un fléau, a été clairement établie à la fin du xixe siècle. Pourtant, ce signe n’est que très rarement relevé lors des épidémies historiques en Occident et jamais dans le cadre de la Peste noire. Il est intéressant de remarquer que les rats, qui pourtant pullulent dans les villes et campagnes, ne sont que très rarement évoqués et suspectés. En fait, au Moyen Âge et à l’époque moderne, aucun rapprochement n’est fait entre le rat et la peste. Ce quasi silence des sources est peut-être à rechercher dans le comportement du rat noir en Occident. Dans son ouvrage sur la peste Jean-Noël Biraben écrivait en 1975 “Si les hommes de cette époque n’ont pas remarqué de mortalité anormale chez les rats, c’est peut-être parce que ceux-ci, qui étaient des rats noirs vivant dans les greniers, vont à l’inverse des rats gris qui sortent de leurs caches pour mourir loin des hommes dans des endroits hauts et inaccessibles, c’est du moins une hypothèse que nous pouvons faire”136. C’est aussi ce que pense l’archéozoologue Frédérique Audoin-Rouzeau : “En Europe, il est [le rat noir] un animal d’intérieur, un strict commensal de l’homme : il est donc bien difficilement visible” et l’auteur ajoute : “Mais le rat est pourtant bien là, dans les greniers, dans les entrepôts où il s’abrite. On peut donc estimer que l’épizootie murine, si elle ne pouvait être observée sur des rats titubant dans les rues […] aurait dû être aisément constatée au sein des habitats. Mais dans ces bâtiments qu’il colonise, le rat noir se dissimule également : sa vie est essentiellement nocturne, ses nids sont identifiés dans les hauteurs, hors de la vue et de la portée des hommes. C’est un excellent grimpeur et un non moins bon foreur ; il loge dans les greniers et les combles aménageant les nids dans les hauts de charpentes, dans les croisées des poutres, entre les tuiles, derrières les cloisons, dans les anfractuosités des murs de terre ou de pierres […] aussi peut-on concevoir qu’il soit difficile d’assister à la mort massive des rats, se dissimulant […]”137.

  • 138 Ibn al-Kathib, Muqni’at as-sa il’an al-marad al-ha’il, ms 1785, Bibliothèque royale de l’Escorial, (...)
  • 139 Ibn al-Kathib, Muqni’at as-sa il’an al-marad al-ha’il, ms 1785, Bibliothèque royale de l’Escorial, (...)
  • 140 Venette 1340-1368, 210. Cité par Dupaquier 1988, 317 ; Carpentier & Arrignon 1993, 9-15.
  • 141 Carpentier & Arrignon 1993, 11.
  • 142 Audoin-Rouzeau 2003, 200-201.
  • 143 Biraben 1975, 33.
  • 144 Audoin-Rouzeau 2003, 12.
  • 145 La maladie ravage alors tant l’Orient que l’Occident. Cf. Procope de Césarée, cité n. 12. Lucenet s (...)
  • 146 Biraben 1975, 25-48.

43Aux autres arguments retenus tels que les hémorragies ou l’absence de bubons, rappelons simplement que les formes bubonique et pulmonaire de la peste peuvent entraîner des saignements expliquant parfaitement les hémorragies relevées par les contemporains. De nombreuses chroniques, dès le xive siècle, évoquent la présence du bubon sur les malades. Dans la Péninsule Ibérique, les deux formes majeures de la peste sont bien décrites par les médecins musulmans tel Ibn al Khatib qui en donne les descriptions suivantes. De la bubonique, il écrit : “Les tissus glandulaires qui se trouvent dans les aines disposés à recevoir les rejets sont souvent le foyer d’abcès dans cette maladie, et en rapport avec le cœur, nous rétorquons que la relation avec le cœur s’explique par le rapport que cela a avec le pneuma d’abord, ensuite par le fait que le mal se généralise pour toucher tous les organes principaux, et peut être même que le cœur relance les matières jusqu’au dessous des aisselles tant que la matière n’est pas la même […]”138. Et de rajouter à propos cette fois-ci de la forme pulmonaire : “Si on demande pourquoi celui-ci qui crache du sang est plus exposé à la contamination que les autres, nous répondons : parce que son cas est plus violent. Il rejette la guérison en raison de la correspondance d’une haleine à une autre haleine dans le contexte de la prédisposition, en en raison de l’adéquation du poumon malade au poumon prédisposé, ce qui est comparable à la parole qui n’a rien à voir avec ce sujet, selon la citation : la parole si elle est sortie du cœur, elle va droit au cœur : ce qui caractérise les poumon c’est l’acceptation de contagion comme la phtisie, etc.”139. On ne peut être que saisi par la justesse de son analyse, toute l’idée de contagion inter humaine et d’infection pulmonaire sont dans ces quelques lignes. À Paris, le Carme Jean de Venette, témoin de l’épidémie écrit : “Il leur venait soudain des bosses [....] de la mort”140. Si l’absence de bubons est malgré tout relevée, elle ne remet pas systématiquement en question la nature du mal, car la peste en Occident, au cours du premier hiver au moins, se propage aussi sous sa forme pulmonaire. Dans ce cas précis, le seul vecteur de transmission est l’homme. Jean de Venette nous le laisse entendre lorsqu’il évoque la rapidité des décès : “ils n’étaient malades que 2 ou 3 jours”141. La rapidité avec laquelle la peste tue sous cette forme explique la rareté des cas buboniques au cours d’une même épidémie. Henri Mollaret écrit à ce propos : “La peste pulmonaire évolue à une rapidité foudroyante. Dans ces conditions, quand bien même des membres de l’entourage seraient piqués par des puces infectées, et quelles que soient ces puces, la vitesse de l’atteinte pulmonaire ne permettrait pas d’observer le développement d’une peste bubonique contractée parallèlement. Le temps d’incubation de la peste pulmonaire est court et de toute façon plus réduit que celui de la peste bubonique. L’apparition du bubon, au 2e ou 3e jour de la maladie n’aurait pas le temps d’être détectée, le malade étant déjà décédé de l’atteinte pulmonaire”142. En Europe, Yersinia pestis a été identifiée à plusieurs reprises sur des victimes de la peste justinienne, de la Peste noire et des épidémies postérieures. À propos des pestes du Haut Moyen Âge, il a longtemps été admis que le fléau s’était propagé en Gaule jusqu’à Clermont-Ferrand, Reims, Trèves143, Bourges, Dijon144. À partir de rares sources, il était considéré comme fort probable, mais non incontestable, que cette pandémie soit le fait de Yersinia pestis145. Désormais, de récentes fouilles archéologiques appuyées sur des analyses ADN de squelettes provenant de sépultures de crises du Haut Moyen Âge, prouvent que cette maladie a eu en Gaule une diffusion plus large que celle envisagée par Jean-Noël Biraben146. L’étude d’un gisement funéraire à Sens, daté des ve-vie siècles, a permis de confirmer la présence du bacille souche orientalis, révélant ainsi pour la première fois la présence du bacille de la peste au vie siècle.

  • 147 Sur ces résultats de fouilles : Castex & Drancourt 2005. Les auteurs, respectivement anthropologue (...)
  • 148 Nuorala 2001, cité p. 82 dans les résumés des communications.

44Les épidémies postérieures ont également bénéficié de ces techniques qui ont permis de diagnostiquer Yersinia pestis sur des restes humains issus de sépultures multiples datées du xive siècle (donc contemporaines de la Peste noire) et provenant du cimetière de Saint Côme et Damien à Montpellier. De même, à Dreux, un gisement funéraire daté encore du xive siècle a permis de mettre en présence Yersinia pestis, corroborant, par là même, les résultats obtenus pour le site de Montpellier147. Citons aussi les résultats de chercheurs suédois qui ont mis en évidence la présence du bacille dans un charnier du xive siècle contenant une vingtaine d’individus148. Incontestablement, la nature du mal qui s’abat sur l’Occident à partir de 1347 est sans équivoque et ne peut que mettre fin à une controverse quant à l’étiologie de cette épidémie pour laquelle d’autres agents pathogènes avaient été incriminés.

  • 149 Delumeau 1978, 145.
  • 150 Pour le problème de l’immunité des populations, voir Gualde 2003.

45Au terme de cette synthèse, il nous paraît indiscutable, même si évidemment d’autres maladies se manifestent, que la Peste noire est due à Yersinia pestis. Installée pour de longs siècles, la peste va désormais frapper plus ou moins régulièrement villes et campagnes. Elle est un incommensurable choc psychologique et, pour reprendre les mots de Jean Delumeau, “une rupture inhumaine”149. Pourtant les hommes comprenant parfaitement le danger qu’elle représente vont progressivement s’organiser. Ainsi, naîtront des hôpitaux de la santé et lazarets, des billets et patentes maritimes, des règlements “pour le temps de peste”, des législations sanitaires de plus en plus étoffées qui, pour certaines, perdureront et façonneront nos codes de santé actuels. Si ces mesures prophylactiques et de police sanitaire contribuent à la disparition de la maladie, il est aussi envisageable que les survivants des épidémies aient acquis progressivement des capacités immunitaires leur permettant de se colleter avec plus de succès aux agressions répétées de la peste. De plus ayant guéri et étant donc “vaccinés” ils deviennent des protagonistes efficaces de l’immunité de la population150.

46Au final, la peste, si ce n’est ponctuellement et localement, n’entravera plus sur le long terme les progrès démographiques, économiques et culturels de l’Occident. Elle reste un passionnant sujet d’étude car de nombreuses interrogations subsistent à propos, notamment, de la gestion funéraire en temps d’épidémie ou son impact démographique. Le renouvellement de la question doit passer par une multiplication des études monographiques qui nous permettront de mieux appréhender la diffusion réelle de l’épidémie. Un intérêt croissant doit être donné à de nouvelles méthodes d’investigation passant par exemple par une prise en compte des “archives biologiques”. Il sera alors possible que de nouvelles découvertes parviennent à résoudre, partiellement du moins, les questions posées.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Achtman A, K. Zurth, G. Morelli, G. Torrea, A. Guiyoule et E. Carniel (1999) : Yersinia Pestis, the Cause of Plague, is a Recently Emerged Clone of Yersinia Pseudotuberculosis, PNAS.

Aimes, A. (1962) : “Un illustre maître montpelliérain, Guy de Chauliac, le père de la chirurgie moderne”, Monspeliensis Hippocrates, no 18, 5-14.

Albini, G. (1982) : Guerra, fame, peste. Crisi di mortalità e sistema sanitario della Lombardia tardomedioevale, Cappelli.

Alibek, K. (2000) : La guerre des germes, Paris.

Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, Du Moyen Âge à nos jours, no 21/3, mai-juin 1968.

Artieres, E.(1985) : La peste à Perpignan du xive au xviie siècles, thèse de doctorat en médecine, Montpellier.

Audoin-Rouzeau, F. (2003) : Les chemins de la peste, le rat, la puce et l’homme, Rennes.

Baden, E. et H. H. Mollaret (à paraître) : “Alexandre Yersin : une autre facette de son génie”, in : Peste : entre Épidémies et Sociétés, Colloque International, juillet 2001, Marseille.

Balard, M. (2002) : “Les semeurs de peste”, L’Histoire, no 262, 18-19.

Barry, S. (à paraître) : Préservations et réactions face à la peste en Bordelais et moyenne Garonne aux xvie et xviie siècles, thèse d’histoire, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, soutenance septembre 2006.

Barry, S. et N. Gualde (2006) : “La plus grande épidémie de l’histoire”, L’Histoire, no 262, 18-19.

Barry, S, J.-P. Goubert et N. Gualde, dir. (2005) : “Épidémies et sociétés dans le monde occidental, xive-xxie siècles”, Revue sociologie santé, no 22 (Actes du colloque tenu le 16 juin 2005 à l’EHESS), Paris.

Beaucournu, J.-C (1995) : “À propos du vecteur de la peste en Europe occidentale au cours de la deuxième pandémie”, Bulletin de la Société Française de Parasitologie, 13, 233-252.
— (1999) : “Diversité des puces vectrices en fonction des foyers pesteux”, Ms no 1963/PLS14 Journée IP en hommage à Paul-Louis Simon, Paris.
— (2001) : “Essai d’histoire de la peste, de la bactérie tellurique à la puce et à l’homme : enchaînement d’adaptations et/ou d’évolution”, Colloque Évolution des parasites et des relations hôtes parasites, Muséum d’histoire national d’histoire naturelle, 2-4 mai 2001, Paris.

Bercé, Y.-M. (1998) : “Rumeurs et épidémies : les semeurs de peste”, L’Histoire, no 218, 78-82.

Bériac, F. (1990) : Des lépreux aux cagots, Bordeaux.

Berruyer-Pichon, G. (1976) : La représentation de la peste dans la littérature et l’iconographie, Paris.

Berthe, M. (1984) : Famine et épidémies dans les campagnes Navarraises à la fin du Moyen Âge, I, Paris.

Biget, J.-L. (2006) : “Tout a changé en Occident”, L’Histoire, no 310, 51.

Binder, P. et O. Lepick (2001) : Les armes biologiques, Paris.

Biraben, J.-N. (1971) : “Les pauvres et la peste”, Médecine et maladies infectieuses, 1, 7-8, 316.
— (1975) : Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, I, La peste dans l’histoire, Paris/La Haye - Mouton.
— (1976) : Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, II, Les hommes face à la peste, Paris/La Haye - Mouton.
— (1978) : “D’une épreuve à l’autre : entre la Peste noire et les troubles de la fin du xive siècle”, in : Mollat 1978, Paris.
— (1979) : “La Peste noire en terre d’Islam”, L’Histoire, no 11, 30-40.
— (1983) : “La maladie”, in : Favier 1983, 82.
— (1997) : “Les routes maritimes des grandes épidémies au Moyen Âge”, in : Buchet 1997, 23-37.

Biraben, J.-N. et J. Le Goff (1969) : “La peste dans le Haut Moyen Âge”, Annales ESC, no 6, 1484-1510.

Boccace, G. (1994) : Décaméron, Paris.

Bois, G. (2000) : La grande dépression médiévale, xive et xve siècles. Les précédents d’une crise systématique, Paris.

Bourdelais, P. (2003) : Les épidémies terrassées. Une histoire de pays riches, Paris.

Boutruche, R. (1963) : La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la Guerre de Cent Ans, Paris.

Brossollet, J. (1971) : “Les danses macabres en temps de peste”, Annuaire du Musée des Beaux-Arts, Anvers, 29-72.
— (1984) : “Quelques aspects religieux de la grande peste du xive siècle”, Revue d’Histoire et de Philosophie religieuse, 64, 1, 53-66.

Brossolet, J. et H. Mollaret (1994) : Pourquoi la peste ? Le rat, la puce et le bubon, Paris.

Buchet, C., dir. (1997) : L’homme la santé et la mer, Paris.

Carniel, E. (1994) : “Le bacille de la peste, une bactérie ancienne toujours prête aux changements”, Bulletin de la Société Française de Microbiologie, no 9, 269.

Carpentier, E. (1962) : “Autours de la Peste noire : Famines et épidémies dans l’histoire du xive siècle”, Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, no 2, 1062-1091.

Carpentier E. et J.-P. Arrignon (1993) : La France et les français aux xive et xve siècles. Société et population, Paris.

Castex D. (1995) : “Sépultures multiples : sépultures de catastrophes ?”, Dossiers d’Archéologie, “Les hommes au Moyen Âge”, no 208, 44-47.

Castex, D. et M. Drancourt (2005) : “D’un gisement funéraire à la détection d’une crise épidémique, identité biologique et patrimoine génétique”, Revue sociologie santé, no 22, 191-205.

Chabriat, G. (2004) : “La peste au fil des siècles”, Journal du CNRS, no 179, 10.

Chastel, Cl. et A. Cenac (1998) : Histoire de la médecine, introduction à l’epistémologie, Paris.

Chaucer, G. (1929) : The Canterbury Tales, New York.

Collectif (à paraître) : “Peste : entre Épidémies et Sociétés”, Congrès international, Marseille, 23-26 juillet 2001.

Combet, M. (1990) : Histoire de la ville et du canton d’Uzerche, Tulle (1ère éd. 1853).

Congourdeau, M.-H. (1998) : “Pour une étude de la Peste noire à Byzance”, in : Eupsychia, Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Byzantina Sorbonensia 16, Paris, 149-163.
— (1999) : “La peste noire à Constantinople de 1348 à 1466”, Medicina nei secoli 11/2, 377-390.

Couyba, L. (1905) : La peste en Agenais au xviie siècle, Villeneuve-sur-Lot.

Dachez, R. (2004) : Histoire de la médecine de l’Antiquité au xxe siècle, Paris.

Delort, R. (1985) : “La peste soit du rat !”, L’Histoire, no 74, 50-55.

Delumeau, J. (1978) : La peur en occident, xive-xviiie siècles, une cité assiégée, Paris.

Demurger, A. (1990) : Temps de crises, temps d’espoirs, xive-xve siècle, Paris.

Drancourt, M. (1999) : “L’ADN de la pulpe dentaire : un outil pour l’analyse en paléomicrobiologie”, Médecine/sciences, no 15, 107.

Drancourt M., V. Roux, D. La-Vu, L. Tran-Hung, D. Castex, V. Chenal-Francisque, H. Ogata, P.-E. Fournier, E. Crubezy et D. Raoult (2004) : “Genotyping, Orientalis-like Yersinia Pestis, and Plague Pandemics”, Emerging Infectious Desease, X, no 9, 1585-1592.

Duby, G. (1977) : L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval (France, Angleterre, Empire, ixe-xive siècles), II, Paris.
— (1984) : L’Europe au Moyen Âge. Art roman, art gothique, Paris.
— (1995) : An 1000 An 2000. Sur les traces des nos peurs, Paris.

Duby, G. et A. Wallon, dir. (1975) : Histoire de la France rurale, II, De 1340 à 1789, Paris.

Duby, G. et T. Mandrou (1993) : Histoire de la civilisation française, I, Le Moyen Âge-xvie siècle, Paris.

Duncan, C. et S. Scott (2005) : Biology of Plagues : Evidences from historic Populations, Cambridge.

Dupaquier, J., dir. (1988) : Histoire de la population française, I, Paris.

Eche, G. (1974) : “La population à Agen au xiiie et au xive siècles”, Revue de l’Agenais, 101, no 1, 93-108.

Enselme, J. (1969) : “Biographie de Gui de Chauliac”, Revue lyonnaise de Médecine, 17, 697-710.

Fabre, G. (1998) : Épidémies et contagions : l’imaginaire du mal en Occident, Paris.

Favier, J., dir. (1983) : La France médiévale, Paris.

Fourquin, G. (1969) : Histoire économique de l’Occident médiéval, Paris.

Galimand, M., A. Guiyoule, G. Gerbaud, L. Rahalison, C. Chanteau, P. Courvalin et E. Carniel (à paraître) : “L’émergence d’une résistance médiée par des plasmids dans Yersinia pestis”, in : Peste : entre épidémies et sociétés, Colloque international, Marseille, 23-26 juillet 2001.

Galimand, M., A. Guiyoule, G. Gerbaud, B. Rasoamanana, S. Chanteau, E. Carniel et P. Courvalin (1997) :“Multiple antibiotic resistance in Yersinia pestis by self-transferable plasmide”, New England Journal of Medecine, no 10, 677-680.

Gasquet, F. (1908) : The Black Death of 1348 and 1349, 2e éd., Londres.

Gilbert, M. T. P., J. Cuccu, W. White, N. Lynnerup, R. W. Titball, A. Cooper et M. B. Prentice (2004) : “Absence of Yersinia pestis-specific DNA in Human Teeth from Five European Excavations of Putative Plague Victims”, Microbiology, 150, 341-354.

Glenisson, J. (1971) : “La seconde peste : l’épidémie de 1360-1362 en France et en Europe”, Annuaire-Bulletin de la Société d’Histoire de France, 27-38.

Glénisson, J. et J. Day (1970) : Textes et documents d’histoire du moyen âge xive-xve siècles, I, Perspectives d’ensemble : les “crises” et leur cadre, Paris.

Grigorieva, E.-I., M. Signoli et A. I. Buzhilova (à paraître) : “La peste à Moscou en 1771”, in : Peste : entre Épidémies et Sociétés, Colloque International, Marseille, juillet 2001.

Grmek, M. (1959) : “Quarantaine à Dubrovnik”, Symposium Ciba, 7, 1, 30-33.
— (1977) : “Les débuts de la quarantaine maritime”, in : Buchet 1977, 39-56.
— (1983) : Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris (2e éd. 1994).
— (1995) : Histoire de la pensée médicale en Occident, I, Antiquité et Moyen Âge, Paris.
— (2001) : La guerre comme maladie sociale et autres textes politiques, Paris.

Gualde, N. (2003) : Les microbes ont aussi une histoire, Paris.
— (2006) : Comprendre les épidémies. La coévolution des microbes et des hommes, Paris.

Guillere, Ch. (1995) : “Nouvelle recherches sur les épidémies à la fin du xive siècle. L’exemple de Vic Catalogne. La mortalité de 1372 à 1407”, in : Guyotjeannin 1995, 111-117 et 119-142.

Guyotjeannin, O., dir. (1995) : Population et démographie au Moyen Âge, Paris.

Hamon, F. (1981) : “Les hôpitaux maritimes de Bretagne”, Monuments historiques, no 114, 16-19.

Hecker, J. (1832) : Der schwarze Tod im vierzehnten Jahrhundert, Berlin.

Hilsdesheimer, F. (1981) : “Les lazarets sous l’Ancien Régime”, Monuments historiques, no 114, 20-24.
— (1990) : La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Paris.
— (1993) : Fléaux et sociétés de la Grande Peste au choléra, xive-xixe siècle, Paris.

Jacotot, H. (1944) : “Le docteur Alexandre Yersin. Esquisse de ce qu’il fut et de ce qu’il fit”, Bulletin de la Société des Études Indochinoises, Saigon.

Laget, P.-L. (2002) : “Les lazarets et l’émergence de nouvelles maladies pestilentielles au xixe et au début du xxe siècle”, manuscrit en ligne : www.culture.gouv.fr, page 1.

Le Minor, L. et M. Veron (1989) : Bactériologie médicale, Paris.

Le Roy Ladurie, E. (1983) :Histoire du climat depuis l’an mil, I, Paris.
— (2004) : Histoire humaine et comparé du climat. Canicules et glaciers, xiiie-xviiie siècles, Paris.

Leguay, B. (1999) : La pollution au Moyen Âge, Paris.

Lepick, O. (2002) : “L’arme biologique, bombe atomique du pauvre”, La Recherche, La science et la guerre, hors série no 7, 64-66.
— (2003) : “Des armes biologiques au bioterrorisme”, Encyclopedia Universalis, 242-245.
— (2005) : “La menace biologique”, in : Épidémies et sociétés dans le monde occidental, xive-xxie siècles, Colloque EHESS, Paris, juin 2005, Revue sociologie santé, no 23, 177-187.

Livi Bacci, M. (1999) : La population dans l’histoire de l’Europe, Paris.

Lorcin, M. Th. (1974) : Les campagnes lyonnaises, Lyon.

Lucenet, M. (1985) : Les grandes pestes en France, Paris.
— (s.d.) : “La peste, fléau majeur”, www.bium.univ-paris5.fr

Mac Neill, W. (1978) : Le temps de la peste. Essai sur les épidémies dans l’histoire, Paris.

Melhaoui, M. (2005) : Peste, contagion et martyre. Histoire du fléau en Occident musulman médiéval, Paris.

Mollaret, H.-H. (2002) : L’arme biologique. Bactéries, virus et terrorisme, Paris.

Mollaret H.-H. et J. Brossollet (1985) : Alexandre Yersin ou le vainqueur de la peste, Paris.

Mollat, M., dir. (1978) : Les pauvres au Moyen Âge, Paris.

Mornet, T. (1988) : La peste en Aquitaine au quatorzième et au début du quinzième siècle, thèse pour le Doctorat de médecine, Université Victor Segalen-Bordeaux 2.

Moulin, A.-M. (2006) : “La peste reste une menace sérieuse”, L’Histoire, no 310, 54-57.

Naphy, W. et A. Spicer (2003) : La Peste noire. Grandes peurs et épidémies 1345-1730, Paris.

Nirenberg, D. (2001) : Violence et minorité au Moyen Âge, Paris.

Nohl, J. (1986) : La mort noire, Paris.

Nuorala, E. (à paraître) : “Évidences moléculaires de la Peste Noire en Scandinavie”, in : Peste : entre Épidémies et Sociétés, Colloque International, Marseille 23-26 juillet 2001.

Panzac, D. (1986) : Quarantaines et lazarets. L’Europe et la peste d’Orient, Aix-en-Provence.

Pettenati-Soubayroux, I., M. Signoli et O. Dutour (à paraître) : “Exemple d’anomalies de structure de l’organe dentaire : charnier de l’observance, Grande Peste de Marseille (1720-1722)”, in : Peste : entre Épidémies et Sociétés, Colloque International, Marseille, juillet 2001.

Proust, A.-A. (1897) : La défense de l’Europe contre la peste et la Conférence de Venise de 1897, Paris.

Raoult, D., G. Aboudharam, E. Crubézy, G. Larrouy, B. Ludes et M. Drancourt (2000) : “Molecular Identification by ‘Suicide PCR’ of Yersinia pestis as the Agent of Medieval Black Death”, Proceedings of National Academy of Science, 97, no 23, 12800-12803.

Ratsfifasoamana, L., D. Rabeson, B. Rasoamanana, J. Randriambelosoa, J.-F. Roux et S. Chanteau (1998) : “La peste : maladie réémergente à Madagascar”, Archives Institut Pasteur Madagascar, no 64, 12-14.

Renouard, Y. (1948) : “Les conséquences et intérêts démographiques de la Peste noire de 1348”, Population, 3, 459-466.
— (1953) : “La notion de génération en histoire”, Revue historique, 209, 21.

Richard, M. et W. Emery (1967) : “The black death of 1348 in Perpignan”, Speculum. A journal of medieval studies, 42, no 4, 611-623.

Saluzzo, J.-F. (2004) : Des hommes et des germes, Paris.

Samama, E. (2001) : “Thucydide et Procope : Le regard des historiens sur les épidémies”, Air, miasmes et contagion. Les épidémies dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Langres, 55-74.

Samoïlowitz, D. (1773) : Mémoire sur la peste qui en 1771 ravagea l’Empire de Russie, surtout Moscou, la Capitale, Paris.

Santamaria Arandez, A. (1969) : “La Peste negra en Mallorca”, VIII Congreso de Historia de la Corona de Aragon, Valence, 114.

Schevill, F. (1909) : Siena : The Story of a Medieval Commune, New York.

Schwartz, J. (2000) : Réflexions sur l’histoire de la médecine, Strasbourg.

Signoli, M. (1998) : Étude anthropologique de crises démographiques en contexte épidémique. Aspects paléo et biodémographiques de la peste en Provence, thèse d’Anthropologie biologique, Université de la Méditérranée-Aix-Marseille II.

Sivery, G. (1965) : “Le Hainaut et la Peste noire”, Mémoire et Publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, XIX.

Tuchman, B.-W. (1978) : Un lointain miroir. Le xve siècle de calamités, Paris.

Twigg, G. (1984) : The Black Death : A Biological Reappraisal, Londres.

Venette, J. de (1340-1368) : Continuateur de Guillaume de Nangis, Chronique, II, Société de l’Histoire de France.

Vovelle, M. (1983) : La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris.

Werveke, Van M.-H. (1950) : “De Zwarte Dood in de Zuidelijke Nederland 1349-1351”, Medelingen van de Kominjlijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schome Kunsten van Belgiè, Klasse der Letteren, Jaargang XII, no 3, Bruxelles.

Wiet, T G. (1962) : “La grande Peste noire en Syrie et en Égypte”, Études documentaires dédiées à la mémoire de Levi-Provencal, I, Paris.

Williams, P. et D. Wallace (1990) : La guerre biologique, Les secrets des expérimentations japonaises, Paris.

Yvinec, J.-H., P. Ponel et J.-Cl. Beaucournu (2000) : “Premiers apports archéentologiques de l’étude des puces : aspects historiques et anthropologiques (Siphonaptera)”, Bulletin de la Société entomologique de France, 105, 4, 424.

Ziegler, P. (1969) : The Black Death, New York.

Notes

1 Terme surtout employé par les anglo-saxons.

2 Le médecin de Grenade Ibn al-Kathib, témoin de la Peste noire, écrit un traité intitulé Muqni’at as-sa il’an al-marad al-ha’il, ce qui signifie suivant la transcription donnée par M. Melhaoui Convaincre le demandeur au sujet de la maladie effrayante, Manuscrit 1785, Bibliothèque royale de l’Escorial, Madrid, fol. 57b ; cité par Melhaoui 2005, 77.

3 Cette appellation de “mort noire” ou de “Peste noire”, tardive, ne fait pas référence à la couleur des cadavres des pestiférés qui n’étaient pas noirs comme on l’a trop souvent imaginé aux xixe et xxe siècle. L’expression se rapporte au sens figuré de l’adjectif dans l’acception de lugubre, d’effroyable. L’expression de “mort noire” fut, selon Jacqueline Brossollet et Henri Mollaret, employée en 1832 par un médecin allemand, “en cette époque romantique, les auteurs l’expliquaient par la couleur noire du cadavre des pestiférés”. Le médecin allemand est J. Hecker (Hecker 1832). Jacqueline Brossollet et Henri Mollaret nous expliquent dans leur ouvrage (Brossolet & Mollaret 1994, 132-133) comment cette expression de peste fut adoptée puis critiquée. Mais sur une question aussi importante il est étonnant de constater que tous les historiens ne sont pas d’accord sur l’origine de l’expression. Selon David Herlhihy, “La formule – Peste noire –, n’est pas attestée au Moyen Âge. Ce sont apparemment des chroniqueurs danois et suédois du xvie siècle qui l’ont inventée. L’adjectif ‘noir’ ne se réfère pas à un symptôme ou à une couleur, mais a le sens de ‘terrible’, ‘effroyable’. La formule fut longue à s’imposer dans les autres langues de l’Europe du Nord, l’allemand et l’anglais” (Herlhihy 1999, 29). Simpson 1989, 303, col. 2-3.

4 Sur l’histoire de la Peste noire dans les quelques terres de la Péninsule Ibérique encore sous domination musulmane au xive siècle ainsi qu’au Maghreb : Melhaoui 2005. Plus ancien est un peu plus général est : Biraben 1975 et 1976. Du même auteur Biraben 1979.

5 de Venette 1340-1368, 210. Cité par Carpentier & Arrignon 1993, 9-10.

6 Enselme 1969.

7 Sur ce médecin voir Melhaoui 2005.

8 Castex 1995 ; Signoli 1998.

9 Audoin-Rouzeau 2003.

10 Sur ce thème précis quelques références incontournables que nous utilisons au cours de cet article : Drancourt 1999 ; Drancourt et al. 2004 ; Raoult et al. 2000 ; Gilbert et al. 2004. DOI 10.1099/mic.0.26594-0. Pettenati-Soubayroux et al. 2006.

11 La bibliographie sur cette épidémie remplirait plusieurs volumes. Jean-Noël Biraben recense dans son étude 3045 travaux publiés jusqu’en 1976 (Biraben 1976, 186-413). De même nous citons dans notre bibliographie un certain nombre d’études publiées depuis cette date. Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à la bibliographie, à partir de 1976, que nous donnons dans notre thèse, ainsi qu’à un tout récent article de synthèse sur la Peste noire : Barry & Gualde 2006.

12 Il est incontestable, si l’on se réfère aux descriptions de l’historien byzantin Procope de Césarée, de Paul Diacre ou encore de Grégoire de Tours, que nous sommes alors confrontés à la maladie due à Yersinia pestis. Les symptômes décrits laissent entendre le caractère pesteux de la maladie tels que les bubons à l’aine ou à l’aisselle, le délire dû à une forte fièvre suivie d’une mort rapide. Procope écrit : “Ceux dont le bubon prenait le plus d’accroissement et mûrissait en suppurant, réchappèrent pour la plupart sans doute parce que la propriété maligne du venin, déjà bien affaiblie, avait été annihilée. L’expérience avait prouvé que ce phénomène était un présage presque assuré du retour à la santé. Mais l’issue était fatale pour ceux chez qui le bubon conservait sa dureté”. En Gaule, Grégoire de Tours écrit “un vaisseau d’Espagne arrivé des ports pour y commercer comme d’usage apporta le germe pernicieux de cette maladie [...]. On disait Marseille également dévastée [...]. Les cercueils et les planches étant venus à manquer, on enterrait dix corps et même plus dans la même fosse... un certain dimanche, dans la basilique Saint-Pierre, on compta jusqu’à 300 cadavres. Or la mort était subite. Il naissait à l’aine ou à l’aisselle une plaie semblable à celle que produit la morsure d’un serpent et le venin agissait de telle manière sur les malades que le deuxième ou le troisième jour, ils rendaient l’âme... la maladie qu’on nomme inguinale”. Il précise aussi que “la mort était subite. Il naissant à l’aine ou à l’aisselle une plaie semblable à celle que produit la morsure d’un serpent, et le venin agissait de telle sorte sur les malades que le second ou le troisième jour ils rendaient l’âme”. Lucenet s.d. ; Samama 2001.

13 Sur la vingtaine de grandes poussées identifiées par Jean-Noël Biraben entre 541 et 767, onze d’entre elles frappent partiellement l’Occident. Frédérique Audoin-Rouzeau mentionne, quant à elle, 15 poussées entre 543 et 767. La peste touche alors l’Europe à 10 reprises. Audoin-Rouzeau 2003, 12. La géographie de ces poussées montre une répartition liée aux axes commerciaux et tout particulièrement aux voies du commerce oriental. En Europe, la peste pénètre donc par les ports méridionaux trafiquant avec l’Orient. Par le cabotage, la maladie reste localisée dans les régions méditerranéennes et suivant les fleuves autour de l’axe Rhône-Saône-Loire ainsi que l’Ebre.

14 Quelques travaux sur Alexandre Yersin : Baden & Mollaret 2006 ; Mollaret & Brossollet 1985 ; Jacotot 1944.

15 Chastel & Cenac 1998, 168.

16 À l’origine, appelée Pasteurella pestis la peste ne prend que plus tard son nom actuel de Yersinia pestis en hommage à Yersin.

17 Achtman et al. 1999, 140-147 ; Le Minor & Veron 1989, 455-458. Les chercheurs ont constaté d’après la structure de la bactérie que celle-ci a évolué à partir d’un microbe intestinal bénin, Yersinia pseudotuberculosis. Yersinia pestis a survécu dans le sang et non plus dans l’intestin, en s’emparant de gènes de virus et de bactéries semblables.

18 Yersnia pestis et Yersinia pseudotuberculosis sont deux espèces “génomiquement” pratiquement identiques. Toutefois, il est probable que certains gènes ou groupes de gènes acquis par Yersinia pestis, lui ont conféré son pouvoir pathogène exceptionnel.

19 Comme par exemple le rat noir, Rattus rattus, qui est abondamment présent en Occident au Moyen Âge et qui est particulièrement sensible à la peste.

20 Sur l’épidémisation de la peste, on peut consulter : Audoin-Rouzeau 2003 ainsi que les travaux de Beaucournu 1995 ; “Diversité des puces vectrices en fonction des foyers pesteux”, Ms no 1963/PLS14 Journée IP en hommage à Paul-Louis Simon ; Beaucournu 2001.

21 Sur le thème de la coévolution entre les microbes et les hommes. Gualde 2006.

22 Longtemps il a été pensé que Yersinia pestis antiqua était à l’origine des épidémies de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge ; Yersinia pestis medievalis était responsable de la seconde pandémie qui débute en Occident avec la grande Peste noire au xive siècle. Enfin que Yersinia pestis orientalis était la souche responsable de la dernière pandémie partie de Chine au xixe siècle. Carniel 1994.

23 Il s’agit de Michel Drancourt, Didier Raoult et leur équipe de l’unité des Rickettsies à Marseille ainsi que le Laboratoire d’anthropologie des populations du passés (Université de Bordeaux 1), de l’unité des Yersinia de l’Institut Pasteur (Paris), Information génomique et structurale (Marseille), et le Centre d’anthropologie (CNRS, EHESS, Universités de Toulouse 2 et 3).

24 Charniers datés respectivement du vie et du xive siècle.

25 Tissu conjonctif situé dans la dent. “La pulpe dentaire correspond à un matériel ancien particulièrement intéressant, particulièrement résistant, préservé du milieu extérieur tant du point de vue de la contamination par la flore tellurique que du point de vue du lavage, autorisant l’application de protocole d’extraction sans décalcification. Ces particularités de la pulpe dentaire sont des avantages lorsqu’on les compare au matériel osseux, actuellement le plus souvent utilisé dans les travaux de paléomicrobiologie”. Drancourt 1999.

26 L’article annonçant cette découverte est publié dans Emerging infectious diseases, Septembre 2004. Chabriat 2004. Cité par Castex & Drancourt 2005.

27 De 1987 à 2001, 24 pays ont déclaré des cas de peste se répartissant pour l’essentiel sur le continent africain avec 80 % de ces cas et 84 % des décès notifiés. Par conséquent, le nombre de cas de peste déclaré à l’OMS n’a cessé d’augmenter (total 36 876 cas dont 2847 mortels), et ce malgré l’existence d’un traitement efficace et peu coûteux. De plus, les chiffres publiés sont à prendre avec prudence car ils recouvrent des réalités différentes en fonction des pays et des années, la nomenclature n’étant pas toujours respectée (cas confirmés et cas suspects indifférenciés parfois) avec souvent une sous déclaration des cas en raison de la faiblesse des systèmes nationaux de surveillance. Ces imprécisions sont liées au manque de laboratoires et de personnel qualifié sur le terrain. Enfin, quand on analyse sur l’ensemble de la période, la répartition des cas de peste par continent, Madagascar et la Tanzanie totalisent 60 % du total des cas en Afrique ; le Pérou 87 % dans les Amériques ; et le Vietnam 60 % en Asie. À Madagascar, par exemple, où la peste est une maladie réémergente, en 1995, des équipes de l’Institut Pasteur isolent pour la première fois, une souche de Yersinia pestis à partir d’un malade résidant à Ambalavao. Le patient âgé de 16 ans n’a été sauvé, après l’administration de huit antibiotiques couramment utilisés ou utilisables contre la peste, que par un traitement à la triméthropine, antibiotique beaucoup plus puissant. Puis une seconde souche résistante à la streptomycine chez des patients malgaches atteint de peste bubonique a été découverte. Les scientifiques ont montré que ces deux souches avaient acquis des gènes de résistance venant d’autres bactéries non apparentées. Ces premières observations indiquent qu’un tel évènement peut à nouveau se produire dans n’importe quel foyer de peste dans le monde. Ratsfifasoamana et al. 1998 ; Galimand et al. 1997 ; Galimand et al. à paraître ; Signoli 1998, 12.

28 Une arme biologique est “une arme qui, délivre un micro-organisme susceptible de provoquer une maladie chez l’homme ou les animaux, ou de produire une détérioration des matériaux”, United States Department of Defense, US Department of Defense Dictionary of Military Terms, Arco, New York, 1988. Cité par Lepick 2005. Du même auteur, spécialiste de la question : Lepick 2003 ; Lepick 2002 ; Binder & Lepick 2001 ; Mollaret 2002. Passionnant et inquiétant est aussi le récit du transfuge Ken Alibek qui pendant de nombreuses années a été un des hauts responsables du programme militaire biologique de l’ex URSS. Alibek 2000 : “L’histoire livre d’autres exemples de telles attaques biologiques. En 1422 le château de Karlestein, en Bohême, tenu par les hussites est assiégé par les troupes de l’empereur d’Allemagne Sigismond. Les attaquants font jeter dans la ville des cadavres de soldats et des excréments d’animaux. Ces soldats sont supposés morts de peste, mais sans certitude […]. En 1710, à Reval en Estonie, durant leur guerre avec les suédois, les russes expédièrent les corps de leurs compagnons pestiférés dans la ville”. Il est aussi probable qu’en 1785, la tribu tunisienne des Nadis, touchée par la peste tandis que les chrétiens ne le sont pas encore, jetèrent des lambeaux de tissus et de vêtements infectés sur leurs ennemis. En 1942, les Japonais utilisèrent la peste comme arme biologique en Chine. Ils avaient envoyé un engin contenant de grosses puces prélevées sur des rats à qui ils avaient inoculé la peste dans le “laboratoire 731”. Il y eut 500 décès. Audoin-Rouzeau 2003, 12, note 6 ; Biraben 1975, 409 ; Proust 1897 ; Williams & Wallace 1990.

29 Dans les faits d’autres puces peuvent jouer un rôle dans l’épidémisation de la peste notamment dans les zones chaudes de la planète.

30 Dans ce cas précis, le rat gris, Rattus norvegicus. Alors qu’en Occident au Moyen Âge, le rat le mieux implanté était le rat noir, Rattus rattus.

31 Yvinec et al. 2000.

32 Ibid.

33 Beaucournu 1999.

34 Le concept de pathocénose, soit l’ensemble des états pathologiques présents dans une population donnée à un moment précis est dû à Mirko Grmek (Gmerk 1983 et 2001, 29-33).

35 “[…] aux hommes comme aux femmes, venaient d’abord à l’aine ou sous les aisselles certaines enflures, dont les unes devenaient grosse comme une pomme ordinaire, d’autres comme un œuf, d’autres un peu plus ou un peu moins, que le vulgaire nommait bubon”. Boccace 1994, 38.

36 Ibn Kathima, Tahsil garad al-quasid fi tafsil al-marad al-wafid, (xive siècle), ms 1785, Bibliothèque royale de l’Escorial, Madrid, fol. 57 b. Cité par Melhaoui 2005, 61-62.

37 Naphy 2003, 23.

38 Ce nom vient de Nestorius (~381-451) qui fut élu patriarche de Constantinople en 428. Il ne tient que trois ans sur ce siège. On appelle nestoriens les chrétiens adeptes du nestorianisme, une des formes historiquement les plus influentes du christianisme dans le monde durant toute la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge à partir de ses bases à l’ouest de l’empire perse. Les Chrétiens nestoriens se séparèrent de l’organisation de l’Église au ve siècle, se donnant comme chef un patriarche, appelé patriarche de Séleucie et de Ctésiphon ou katholikos. http://fr.wikipedia.org

39 Dans l’actuel état du Kirghizstan.

40 Biraben 1975, 51.

41 Actuellement Féodossia ou Féodosie en Ukraine.

42 “Cette histoire a été rapportée initialement par G. de Mursis, un chroniqueur italien qui avait obtenu ces informations de marchands, sans preuves directes. La contamination des rongeurs à l’intérieur de la ville fortifiée paraît beaucoup plus vraisemblable”. Saluzzo 2004, 53.

43 Duby 1977, 178. Emmanuel Le Roy Ladurie, dans une récente synthèse sur l’histoire du climat, apporte quelques compléments et précise que pour cette même période de mai à octobre cela représente “un minimum de 2 794 morts. Le détail chronologique suggère une mortalité d’abord très forte de mai à août 1316, à raison de 160 morts par semaine très exactement, puis cela se calme en septembre ; on tombe à la quarantaine, ensuite à la trentaine et à la quinzaine de morts hebdomadaire”. Le Roy Ladurie 2004, 42.

44 Le Roy Ladurie 1983, 17-18.

45 Carpentier 1962, 1062-1091.

46 Vovelle 1983, 90.

47 Demurger 1990, 17.

48 Congourdeau 1999, 377-390 ; Congourdeau 1998.

49 Seul un très grand nombre d’études monographiques poussées pourrait sans doute répondre partiellement à ces problèmes d’identification d’itinéraire précis et de chronologie.

50 Livi Bacci 1999, 116.

51 Biraben 1983.

52 Biraben 1997. Sur la rapidité de propagation de la peste, les historiens ont pu créditer pour l’épidémie de Peste noire, une vitesse moyenne de diffusion d’environ 75 kilomètres par jour. La maladie a par exemple parcouru les 226 kilomètres qui séparent Lyon d’Avignon en 115 jours, et seulement 25 jours ont suffi pour qu’elle atteigne Perpignan à partir de Narbonne. Hildesheimer 1993, 10.

53 En Espagne, la peste se manifeste par exemple à Barcelone en mai, à Valence en juin, etc. Un mois plus tard, la Navarre est probablement touchée, sans que l’on connaisse précisément la voie de pénétration de la maladie. Est-ce par Barcelone, ou par les chemins de Saint-Jacques traversant la Gascogne ? M. Berthe souligne cette difficulté à laquelle est confronté l’historien pour connaître précisément l’itinéraire et la chronologie de la Peste noire. L’auteur écrit à propos de la diffusion de la maladie dans les régions nord de la Péninsule Ibérique “les sources navarraises demeurent muettes autant sur l’arrivée de l’épidémie que sur sa propagation. Pas d’avantage d’indication sur la date d’apparition du fléau”. Berthe 1984, 304, 307 sq. Sur la Peste noire dans la Péninsule Ibérique, excepté les travaux de Biraben 1975, 198-219, nous renvoyons à l’abondante bibliographie donnée par l’historien David Nirenberg (Nirenberg 2001, 287, notes 1 et 2).

54 Aimes 1962.

55 Schwartz 2000, 21.

56 Sequuntur legata facta charitati Agenni Perpetuuus anno XLVIII tempore mortalitatis pestifere que duravit dicto ab introitu mensis Madii ad festum Natalis Domine Vel Urca, ce qui signifie “rentes perpétuelles léguées aux charités de la ville d’Agen en 1348, pendant la période de la peste qui règne cette année du commencement de mai aux environs de Noël”. Couyba 1905 ; Eche 1974 ; Mornet 1988, 29.

57 Jurades de la Ville d’Agen, 1345-1355, Item habeatur compotus a R. de Galapiano de questis per ipsum receptis de avito tempore ante mortalitatem. Couyba 1905, 10, note 1.

58 Biraben 1997.

59 Werveke 1950. Dans une étude maintenant ancienne Gérard Sivery précise toutefois que “La Peste noire a donc touché le Hainaut beaucoup plus profondément que ne le laisserait croire les études d’ensemble. L’épidémie a frappé surtout le Hainaut méridional et le Hainaut central tout au moins la région de Bavay-Mons. Le Hainaut septentrional a été relativement épargné”. Sivery 1965 ; Annales, Économies, Sociétés, Civilisations 1968, 646. Voir aussi sur la diffusion de la Peste noire : Biraben 1975 et 1976.

60 Les études sur ces résurgences ou nouvelles épidémies sont nombreuses citons parmi quelques travaux : Glenisson 1971, 27-38 ; Guillere 1995.

61 Les traces documentées à propos de la peste apparaissent au milieu du xive siècle, entre 1349 et 1352. Malheureusement les chercheurs danois ne disposent actuellement que de très peu de données concernant la Peste noire.

62 Plusieurs travaux récents ou en cours renouvellent notre vision des épidémies de peste médiévales. Ces résultats seront disponibles prochainement lors de la parution des actes du colloque international Peste : entre Épidémies et Sociétés, Marseille, juillet 2001 (à paraître en septembre 2006).

63 Le débat est trop vaste pour être abordé dans ce court article. Signalons quelques travaux abordant cette question : Biraben 1975, 134-139 ; Le Roy Ladurie 2004, 59-64. Dans ces quelques pages, l’auteur renvoie à des travaux souvent érudits sur lesquels il fonde son étude.

64 Alors que la peste ravage le sud du royaume de France, le roi Pierre IV le Cérémonieux “a déjà reçu une lettre datée du 10 avril, envoyée par le gouverneur du Roussillon et de la Cerdagne, qui a été informé par le sénéchal de Carcassonne et le viguier de Narbonne de la pestilence qui fait rage en ces lieux”. Nirenberg 2001, 287.

65 Venette 1340-1368, 210. Cité par Dupaquier 1988, 317 ; Carpentier & Arrignon 1993, 10.

66 Ce terme que nous employons ici par commodité est toutefois un anachronisme pour le xive siècle. Sur l’hygiène parmi les nombreux travaux existant : Leguay 1999.

67 Déjà à Bordeaux en 1337, mais cela n’est pas une exception, le maire et les jurats font publier les Règlements de la ville, dans lesquels nous pouvons lire entre autres articles “qu’il est interdit à tous habitants sous peine de soixante-cinq sous d’amende, de jeter aucune espèce d’immondice dans les grands fôssés de la ville, près des portes, dans l’estey du Pont Saint-Jean et dans la rivière. De rien laver dans les fontaines publiques, d y jeter aucune ordure. Il y à peine d’amende pour quiconque jettera par la fenêtre de l’eau ou des immondices dans la rue”.

68 Nohl 1986, 122.

69 Actuellement Dubrovnik en Croatie. Grmek 1959 et 1977.

70 Bourdelais 2003, 30.

71 Comme l’écrit Pierre-Louis Laget, “le terme lazaret vient du mot italien lazzaretto qui serait lui-même une déformation de Nazareth. En effet, ce fut sur un îlot de la lagune de Venise, dénommé Santa Maria di Nazareth, que fut fondé en 1423 le premier établissement destiné en Europe à mettre en quarantaine les pestiférés. Dans les textes des xvie et xviie siècles un tel établissement est désigné parfois sous le nom de sanitat, qui est emprunté lui aussi à l’italien Sanità, institution mise en place en 1486 par la république de Venise pour administrer ses lazarets, qui étaient, depuis 1471, au nombre de deux : le lazzaretto vecchio et le lazzaretto nuovo ce dernier destiné à l’hébergement des convalescents. Lazaret n’a donc pas grand-chose à voir avec saint Lazare par ailleurs patron des lépreux et non des pestiférés, mais résulte néanmoins très vraisemblablement d’une contamination linguistique avec le nom de Lazare Nazaretto / Lazzaretto”. Laget 2002. Sur cette question on peut consulter : Hilsdesheimer 1981 ; Panzac 1986 ; Hamon 1981.

72 Albini 1982. Cité par Bourdelais 2003, 30. De même qu’en 1488 un lazaret dont on peut encore voir les traces, est fondé dans cette ville. Laget 2002.

73 Melhaoui 2005, 118.

74 Brossollet 1984.

75 Hildesheimer 1990, 56-57.

76 Hildesheimer 1990, 57.

77 Notons que la prière et les actes de piété sont considérés comme indispensables dans toutes les contrées où se manifeste la peste. Ainsi au Caire, dans le courant de l’année 1348, “ordre est donné de s’assembler dans les mosquées pour réciter des prières en commun. Le vendredi, 6 ramadan, le peuple fut invité à se grouper derrière les bannières califiennes et des porteurs du Coran, près de la Qubbat al-Nasr, […]”. Biraben 1979 ; Wiet 1962.

78 Institué par le pape Boniface VIII en 1300, il s’agit d’une indulgence plénière accordée gratuitement à tous les pêcheurs repentant qui se sont confessés […] et ont fait le voyage de Rome. Tuchman 1978, 195-196.

79 Santamaria Arandez 1969. Cité par Nirenberg 2001, 295.

80 Tuchman 1978, 92.

81 Ibid.

82 Ibid.

83 Le modèle est emprunté au roman Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll, où une Reine Rouge court pour rester à la même place. Si elle s’arrête, le paysage défile et elle recule. Cette image illustre le besoin qu’ont les êtres vivants à rester continuellement adapté à leur milieu. Ils doivent ainsi continuellement évoluer pour répondre aux variations du milieu, sous peine de ne plus y être adapté.

84 La Recherche, no 348, décembre 2001, p. 73. Le 05/10/2001 - Julian Parkhill et son équipe de l’Institut Sanger à Cambridge, au Royaume-Uni, ont décodé l’intégralité des gènes de la bactérie responsable de la peste, Yersinia pestis. Ils ont publié leurs travaux dans la revue Nature du 4 octobre.

85 Renouard 1948. À certains, ces données semblent excessives. Ainsi, K.-J. Beloch estime que la cité comptait 55 000 habitants en 1347 et 40 000 quatre ans plus tard : soit tout de même une ponction proche de 30 %. Delumeau 1978, 135.

86 Ibid.

87 Carpentier 1962.

88 Nirenberg 2001, 290.

89 Foyers fiscaux. Selon Jean-Louis Biget 70 % ne Normandie les 70 % de mortalité s’échelonnent entre 1340 et 1460. Biget 2006.

90 Hildesheimer 1993, 143. R. Dachez avance le chiffre certainement très exagéré de 60 000 victimes, d’ailleurs il propose aussi 100 000 morts pour la seule ville de Florence, soit, très probablement, la quasi-totalité de sa population. Nous voyons donc les toutes les difficultés pour appréhender l’impact démographique réel de la Peste noire. Dachez 2004, 332-333.

91 Sur la région lyonnaise : Lorcin 1974.

92 Ces quelques estimations sont extraites de Lucenet s.d.

93 Ibid.

94 Sur le nombre des habitants les chiffres varient parfois considérablement. Jean-Noël Biraben propose un peu moins de 2 000 habitants : Biraben 1983. D’autres avancent une population d’environ 1200/1500 habitants en 1348. Duby & Mandrou 1993, 248. Michel Vovelle, lui, retient la fourchette de 1500 à 1700 habitants. Vovelle 1983, 93.

95 Vovelle 1983, 93. Georges Duby et Robert Mandrou donnent des chiffres assez différents “[…] la moitié de la population périt cette année là (680 décès en août, septembre octobre, alors que la moyenne normale était de cinq, […]”. Duby & Mandrou 1993, 248.

96 Ces quelques estimations sont extraites de Lucenet s.d.

97 Ibid.

98 Les taux de mortalité varient entre 50 % et 60 % pour les notaires et hommes de loi, entre 57,5 % et 64, 25 % pour les prêtres de la paroisse Saint-Jean, il oscille entre 36,6 % et 75 % pour les divers ordres du clergé régulier et, sur huit médecins, deux seulement survivront à l’épidémie. Mais il est vrai que ce sont là des catégories qui sont particulièrement exposées. Richard & Emery 1967 ; Artieres 1985.

99 Boutruche 1963, 200.

100 Fourquin 1969, 324 ; Delumeau 1978, 135 ; Vovelle 1983, 93.

101 Naphy & Spicer 2003, 29. Tuchman 1978, 87. En Angleterre selon Yves Renouard la peste emporte 50 % du clergé et atteint 70 % des décès dans les villages. Renouard 1948.

102 Glénisson & Day 1970.

103 Biraben 1978.

104 Gasquet 1908, 42 ; Tuchman 1978, 89.

105 Vovelle 1983, 93.

106 Carpentier 1993, 12.

107 Barry 2006.

108 On ne voit plus d’épidémies majeures en Angleterre après celle de Londres en 1665, à Malmo en Scandinavie après 1712, en Autriche après 1716 et en France après 1720 et la célèbre peste de Marseille. Toutefois, le mal persiste en Europe centrale et surtout en Orient peut réapparaître à tout moment : Moscou est frappée en 1771, Marseille en fait la cruelle expérience en 1786. La peste frappe ponctuellement l’Europe occidentale au cours des premières décennies du xixe siècle. Jean-Noël Biraben a relevé entre autres Malte en 1813, 1814, Noja, dans la province de Bari en 1815-1816, mais ces épidémies limitées et importées sont sans grandes conséquences. En revanche, l’Empire russe, dans sa partie orientale, est plus souvent touché, tout comme les Balkans et l’Asie Mineure où la maladie reste endémique. Biraben 1975, 374-449. Plus spécifiquement sur l’Orient, on peut consulter Panzac 1986. Collectif, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, tome VIII, première partie “Géographie”, Paris, Asselin et Cie /G. Masson 1882, 169-170 ; Samoïlowitz 1773 ; Grigorieva et al. à paraître.

109 Sur les conséquences démographiques, sociale, etc. Par exemple : Y. Renouard, pour qui, “seule la Peste noire de 1348-1351, parce qu’elle survint en tête d’une longue série et affecta presque tout l’Occident en trois ans, pourrait départager deux générations”, Renouard 1953.

110 Naphy & Spicer 2003, 39.

111 Biraben 1975, 70.

112 Lucenet 1985.

113 Ibid.

114 Biraben 1975, 70.

115 Lucenet s.d.

116 Nirenberg 2001, 286.

117 Beriac 1990. Quelques pages concernent les rumeurs d’empoisonnement dont sont accusés parfois les lépreux.

118 Nous renvoyons le lecteur à la très fine analyse ainsi qu’à l’importante bibliographie que propose David Nirenberg sur cette question. Nirenberg 2001, 286-303.

119 Id., 288.

120 Id., 293.

121 À l’origine de cette enquête, il faut mentionner une lettre adressée à la municipalité de Strasbourg, par la Ville de Cologne, le 12 janvier 1349. Les édiles de Cologne prient ceux de Strasbourg de prendre sous leur protection des Juifs, contre lesquels on n’a pu trouver aucune preuve certaine de l’empoisonnement des puits. Cité par Koenigshoffen dans sa chronique, p. 1023. Grand Rabbin Max Warschawski, Histoire des juifs de Strasbourg http://judaisme.sdv.fr/histoire/villes/strasbrg/hist/index.htm.

122 Charles IV de Luxembourg (14 mai 1316-29 novembre 1378) est roi des Romains (1368-1378), empereur du Saint Empire (1355-1378), roi de Bohème (1346-1378), comte de Luxembourg (1346-1353) et margrave de Brandembourg (1373-1378). http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_IV_du_Saint-Empire.

123 Combet 1853, 110. Il n’est pas certain souligne Jean-Noël Biraben que cette expulsion se soit faite dès 1348. Biraben 1971, 316, note 2.

124 Ziegler 1969, 125 ; Tuchman 1978, 87 ; cf. supra p. 212.

125 Schevill 1909, 211 ; Tuchman 1978, 87.

126 Ziegler 1969, 58 ; Tuchman 1978, 88.

127 Berruyer-Pichon 1976.

128 Duby 1984.

129 Brossollet 1971.

130 Chaucer 1929 ; Brossollet & Mollaret 1994, 75.

131 Sur les conséquences économiques de la Peste noire, les études sont nombreuses et nous renvoyons une nouvelle fois à la vaste bibliographie donnée par Jean-Noël Biraben. Après 1976, on peut consulter entre autre ouvrage, Bois 2000, 80-102 ; Duby & Wallon 1975, 31-73.

132 Duby 1995, 87.

133 Duby & Mandrou 1993, 248.

134 Brossollet & Mollaret 1994, 76.

135 Duncan & Scott 2005, mais aussi les travaux de l’historien Herlihy D., op. cit., de l’épidémiologiste Twigg 1984, ou encore récemment de Naphy & Spicer 2003.

136 Biraben 1975, 335. Cité par Audoin-Rouzeau 2003, 255.

137 Audoin-Rouzeau 2003, 254.

138 Ibn al-Kathib, Muqni’at as-sa il’an al-marad al-ha’il, ms 1785, Bibliothèque royale de l’Escorial, Madrid, fol. 44b-45a. Cité par Melhaoui 2005, 76-77.

139 Ibn al-Kathib, Muqni’at as-sa il’an al-marad al-ha’il, ms 1785, Bibliothèque royale de l’Escorial, Madrid, fol. 45a. Cité par Melhaoui 2005, 77.

140 Venette 1340-1368, 210. Cité par Dupaquier 1988, 317 ; Carpentier & Arrignon 1993, 9-15.

141 Carpentier & Arrignon 1993, 11.

142 Audoin-Rouzeau 2003, 200-201.

143 Biraben 1975, 33.

144 Audoin-Rouzeau 2003, 12.

145 La maladie ravage alors tant l’Orient que l’Occident. Cf. Procope de Césarée, cité n. 12. Lucenet s. d. ; Samama 2001.

146 Biraben 1975, 25-48.

147 Sur ces résultats de fouilles : Castex & Drancourt 2005. Les auteurs, respectivement anthropologue et médecin, donnent dans leur article une bibliographie plus étoffée et spécialisée sur la question.

148 Nuorala 2001, cité p. 82 dans les résumés des communications.

149 Delumeau 1978, 145.

150 Pour le problème de l’immunité des populations, voir Gualde 2003.

Auteurs

CAHMC, Université de Bordeaux 3

Laboratoire d’immunologie, UMR 5540, Université de Bordeaux 2

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540