Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

Valère Maxime : crise ou continuité, de César à Tibère ?

Isabelle Cogitore

Texte intégral

  • 1 Voir la préface du livre I : seriem felici superiorum stilo conditam. Il n'est bien sûr pas possib (...)
  • 2 La datation de cet événement est par ailleurs problématique, par comparaison avec les passages d'G (...)

1Rechercher dans un recueil d'exempla, matière inerte par définition, les traces d'une crise entre République et Principat peut sembler une gageure. Cependant, les Facta et dicta memorabilia se prêtent fort bien à cette recherche, puisque le passé est l'élément sur lequel se fonde le recueil et qu'il met en scène. La nature même du recueil implique la référence au passé, puisque, d'une part, c'est dans le passé que Valère Maxime puise ses exemples et que, d'autre part, son choix repose sur celui déjà opéré par ses prédécesseurs1. Or si on veut déterminer la nature précise de ce passé, on se trouve assez vite face à une aporie : il n'est pas daté et a précisément pour seule caractéristique d'être passé. Comment Valère Maxime désigne-t-il ce passé ? A la fois simplement et vaguement par les adjectifs prisci comme dans prisci oratores (1.1, praef) ; priscis institutis (2, praef.) ; ou encore antiqui dans des expressions comme apud antiquos, ou par l'adjectif substantivé maiores (par exemple en 2.2.4). Le livre 2 est particulièrement important pour comprendre cette place du passé, puisqu'il porte spécialement sur les institutions du passé, de institutis antiquis. Or, tout le début du livre est flou, dépourvu de date qui nous permette de situer ce passé ; il faut attendre 2.1.4 pour trouver une précision : repudium inter uxorem et uirum a condita urbe usque ad uicesimum et quingentesimum annum nullum intercessit, soit la date de 231 a.C.2 Mais même une fois cette date signalée, Valère Maxime reste flou et enchaîne les exempla du 2.1 sans autres précisions de date, et même sans noms propres. On peut donc constater là un refus évident de dater le passé qui sert de référence quelque peu nostalgique à ce tableau des institutions. Le passé est une abstraction commode dans laquelle Valère Maxime puise ses exemples et qu'il façonne par la même occasion.

  • 3 Certes, Valère Maxime n'est pas un historien, mais il partage avec eux un intérêt pour le passé et (...)
  • 4 On peut noter d'autres emplois du possessif, comme dans urbs nostra, ciuitas nostra, pour donner à (...)
  • 5 Je me réfère ici à la typologie de l'exemplum telle que l'a définie Guerrini 1981, 13-23, qui disc (...)
  • 6 Voir, pour le passage concernant Séjan, Lehman 1998, 25 et Wardle 1998, 1-5.
  • 7 Il faut signaler aussi, au-delà de cette valeur subjective du présent, une autre valeur, gnomique (...)

2Or, si on essaie de prendre la question par l'autre versant et de considérer le présent, on ne se trouve guère mieux loti. En effet, le moins qu'on puisse dire est que le présent se fait discret chez Valère Maxime. Chacun sait que l'auteur ne livre aucun détail biographique exploitable. En outre, le présent ne se trouve désigné que par des marqueurs discrets : les démonstratifs de première personne hic, haec, comme dans la préface du livre 2 : huiusce uitae (elementa), ou l'adverbe nunc, comme en 2.1.1, et 3.2.19. Et dans ce cas, leur seul sens premier, ainsi que l'opposition à un mot désignant le passé dans la même phrase, suffit à camper ce présent. On le voit, le présent est tout aussi flou, à première vue, que le passé auquel Valère Maxime le compare. Mais ce présent a une caractéristique : il est heureux : 2. praef : opus est enim cognosci huiusce uitae, quam sub optimo principe felicem agimus, quaenam fuerint elementa, ut eorum quoque respectus aliquid praesentibus moribus prosit. La caractéristique est importante car elle va à l'encontre de l'habituelle conviction, remarquée chez plusieurs historiens romains, que le monde suit une pente qui le mène à sa perte3. Il y a là un élément qui sort de la simple comparaison présent-passé et qui introduit un jugement de valeur, et même un jugement politique, sur lequel nous reviendrons. Le présent dans lequel se situe Valère Maxime est désigné par l'expression aetas nostra, l'adjectif possessif nostra étant ici le signe de la participation physique de l'auteur à l'époque dont il parle et marquant aussi, pourrait-on dire, une participation affective ; cet aspect se devine dans le passage 2.1.2 : “notre époque perpétue le respect de la rigueur, davantage au Capitole que dans le privé” (Quod genus seueritatis aetas nostra diligentius in Capitolio quam in suis domibus conseruat). L'affection est plus nette, même si elle est presque de rigueur et sans réelle signification, lorsque Valère Maxime désigne Tibère par les termes salutaris princeps noster, “notre sauveur et empereur” (2.9.6 ; 9.4 ext. 11 : princeps parensque noster)4. L'usage de verbes au présent contribue aussi, dans une certaine mesure, à définir le temps que vit Valère Maxime ; en effet, même si on excepte les verbes au présent qui se trouvent au début ou à la fin d'un exemplum, et qui font donc partie de ce qu’on pourrait appeler son apparat5, il reste quelques occurrences de verbes marquant le temps présent, en regard du passé. Le cas le plus net se rencontre en 9.11 ext. 4, c'est-à-dire dans le passage qui concerne très probablement Séjan6 : les verbes au présent au début du paragraphe, consector, immoror, cernam, rapior font partie de l'apparat introductif ; vient ensuite le rappel des actes de Séjan, au parfait : tu...potuisti ; uoluisti. Puis vient la conclusion au présent, mais cette fois, il me semble que ces verbes au présent n'ont pas – ou pas seulement – la valeur d'apparat conclusif qu'on a rencontrée dans d'autres passages. Itaque stat pax, ualent leges, sincerus priuati ac publici officii tenor seruatur : ces phrases sont des conclusions, mais en quelque sorte internes à l'exemplum, marquant une réelle participation de Valère Maxime à ces affirmations ; le présent des verbes employés est aussi son présent, une description du temps dans lequel il vit. C'est peut-être plus clair encore en 2.8.7, dans la section de iure triumphandi : Valère Maxime fait d'abord la liste des triomphes marquants (2.8.1-6), puis aborde la délicate question des guerres civiles et de leur rapport avec le triomphe ; il énumère les épisodes de guerres civiles qui n'ont pas donné lieu à des triomphes, tout cela avec des verbes au parfait. Puis il termine le paragraphe avec des verbes au présent : ceterum ad quercum pronae manus porriguntur, ubi ob ciues seruatos corona danda est. Qua postes Augustae domus sempiterna gloria triumphant : “les mains se tendent, avides, vers la couronne de chêne quand la préservation des citoyens la fait accorder. Et grâce à elle, les portes de la maison impériale triomphent d'une gloire sans fin”. Il est net ici que le présent, renforcé par l’adjectif sempiterna, désigne l’époque que connaît Valère Maxime. La connotation de ce présent est également nette : Valère Maxime affirme aimer et apprécier son temps7.

  • 8 Cf. Malaskov 1984, 449.

3La lecture des Facta et Dicta memorabilia suppose que l'on ait perçu ces valeurs respectives du passé et du présent, en sachant que le passé, entité presque abstraite, est placé en regard d’un présent à peine plus concret, dont la seule marque distinctive est l’affection que Valère Maxime semble lui porter, dans un sentiment de révérence presque religieux8.

  • 9 Il s'agit donc de faits définis comme interna pour l'essentiel, sauf exception comme 9.11 ext. 4, (...)

4Cependant on ne peut se contenter de cette lecture, et il faut tenter de situer le moment où le passé et le présent se dissocient, celui où commence le présent. Pour ce faire, j’ai examiné l’ensemble des neuf livres, en cherchant, au sein de chaque section, quel était l’événement le plus tardif chronologiquement9. Il est clair que, proportionnellement au nombre d’années, la période 44-31 a.C. est très représentée dans le recueil, avec, à l’intérieur de ce laps de temps, des nuances sur lesquelles je reviendrai plus loin. Les moments les plus marquants sont sans conteste ceux qui concernent Caton d’Utique, les Ides de Mars, la bataille de Philippes et les proscriptions triumvirales. On peut se demander si l’un ou l’autre de ces éléments représente, pour Valère Maxime, la crise d’où est né le Principat.

  • 10 Voir une mise au point rapide chez Natali 1910.
  • 11 Seuls les Scipions, Caecilius Metellus Macedonicus, ou encore César peuvent rivaliser avec Caton p (...)
  • 12 Voir Freyburger 1998. 113-114 ; Bloomer 1992, 188 ; voir par exemple V. Max. 3.1.2, sur l'enfance (...)
  • 13 Cf. Bloomer 1992, 189. David 1998b, 10 souligne l'importance de l'antonomase de Caton pour sévérit (...)

5La figure de Caton d'Utique domine la période qui va jusqu’à la mort de César et l'importance particulière qui lui est accordée m’a amenée à me demander dans quelle mesure la mort de ce personnage marquait, pour Valère Maxime, la fin de la République. Il serait trop long et en bonne part inutile de faire ici la biographie de Caton ou de revenir sur ses rapports avec le stoïcisme10. En revanche, il est intéressant d'examiner le portrait éclaté que Valére Maxime donne de lui. Plus d’une quinzaine de passages renvoient à Caton, dessinant ainsi un des portraits morcelés les plus riches de l’œuvre11. Le ton est toujours celui de l’éloge, plus ou moins appuyé, exprimé selon les topoi de la littérature épidictique (famille, naissance, éducation, etc)12. De ce fait, la figure de Caton apparaît vite au lecteur comme un fil directeur, un signal dont la mention situe immédiatement un épisode dans une ambiance de grauitas morale (comme en 2.10.8, où Caton doit se retirer pour laisser des mimes nues faire leur numéro). Mieux encore, par l'association constante du nom de Caton avec des valeurs morales, Valère Maxime en arrive à faire de Caton une abstraction. Le passage le plus clair est sans doute en 2.10.8 : omnibus numeris perfecta uirtus... effecit ut quisquis sanctum et egregium ciuem significare uelit, sub nomine Catonis definiat. Le mot uirtus finit par être celui qui résume l'essence de Caton, et par un retournement logique, le nom de Caton est identifié à la uirtus, qualité romaine par excellence13.

  • 14 Cf. Natali 1910, 69-72 sur les proverbes concernant Caton.
  • 15 Ainsi en V. Max. 4.1.14, mode ratio ; 4.3.12., 8.15.10, etc.
  • 16 On peut penser aux utilisations du thème de la Libertas, par exemple autour de Thrasea Paetus sous (...)
  • 17 Le récit est dédoublé entre les passages 3.2.14 et 5.1.10 ; le premier, de fortitudine, est vu du (...)
  • 18 De plus, la présence éparpillée de références à Caton, dans des sections au titre lui-même signifi (...)

6De fait, plusieurs passages comportent des maximes, marquées du sceau de la rhétorique, qui, par les jeux formels qu’elles contiennent, ainsi que par leur portée morale, contribuent à figer Caton dans son image14. Dans chacune de ces maximes, une vertu différente est associée au personnage de Caton, qui lui prête ses traits avec d'autant plus de facilité que son portrait s'en trouve complété, touche par touche, aucune vertu n'excluant les autres. A la uirtus générale signalée plus haut, Caton unit la continentia : ex eodem naturae utero et continentia nata est et Cato (“de la même matrice sont nés la retenue et Caton”, 4.3.2). Et ce refus du luxe est exprimé à plusieurs reprises dans l'œuvre15, constituant un des traits majeurs du personnage. Des sententiae plus fortes encore signalent les étapes importantes de sa carrière : 7.5.6, pour sa candidature à la préture (55 a.C.) : si uere aestimare uolumus, non Catoni tunc praetura sed praeturae Cato negatus est. (“si nous voulons reconnaître la vérité, ce n'est pas Caton qui fut privé de la préture, mais la préture qui fut privée de Caton"). Ici, le chiasme renforce l'idée maîtresse : Caton enrichit Rome par sa simple présence, par son essence même. Mieux encore, Caton est assimilé à la Libertas : Quid ergo ? Libertas sine Catone ? Non magis quam Cato sine libertate (“Mais quoi ? Parler de la liberté sans parler de Caton ? Pas plus que parler de Caton sans parler de la liberté”, 6.2.5). Ici, tous les éléments sont réunis pour créer un grand slogan politique, aux échos philosophiques16. Enfin, lors d'un récit de la mort de Caton17, en 3.2.14, on retrouve une structure de phrase caractéristique de la littérature épidictique, avec l'usage du comparatif et le chiasme : documentum dedisti quanto potior esse debeat probis dignitas sine uita quam uita sine dignitate (“tu as montré combien doit être préférable, pour des sénateurs, la dignité en perdant la vie à la vie en perdant la dignité”)18.

  • 19 Bloomer 1992, 211-218.
  • 20 C'est l'avis de Kempf, 10 ; Duff (1960 pourtant), 60.
  • 21 Bloomer 1992, 224-227 ; Combès 1995, 11-18 et passim dans les notes.
  • 22 Cela est souligné par Bloomer 1992, 217, et est particulièrement intéressant parce que ce consul n (...)
  • 23 Il faut aussi remarquer que le titre de la section est de maiestate et que le passage 2.10.7 montr (...)
  • 24 Il y a ici un autre récit dédoublé, car 4.6.5 présente le passage à l'acte, le réel suicide. Cf. D (...)
  • 25 J'emploie à dessein ici un mot du lexique théâtral, car il s'agit ici d'une saynète complète, mise (...)

7Il n’y a donc rien d'étonnant à ce que Caton incarne, à travers ces différentes vertus, l'essence même de la République romaine, telle que le recueil la dessine. Cependant, l’idée que la mort de Caton serait la mort de la République et donc la crise politique fondatrice de l'Empire n'est exprimée nulle part dans le recueil. Caton incarne la République et meurt sans être sauvé par César ; Valère Maxime ne va pas plus loin, ne pousse pas le syllogisme jusqu'au bout, qui l'amènerait à déclarer que César a tué la République. On peut deviner là une trace de la prudence de l'auteur, qui, grâce à la nature même du recueil d'exempla, peut, quand il le souhaite, éviter les conclusions imprudentes. Il convient ici de revenir sur une idée de Bloomer19, qui discerne, à travers l’éloge de Caton, une critique voilée de César. La bibliographie la plus ancienne voyait en Valère Maxime à la fois un amoureux du passé républicain et un sectateur des Julio-Claudiens, qu'il adulerait ouvertement20 ; le jugement porté sur Valère Maxime a subi une évolution, à dire vrai concomitante avec de récents travaux sur lui, et on envisage maintenant de lui reconnaître quelque indépendance d'esprit, mâtinée de beaucoup de prudence21. Ainsi, un passage, 2.10.7, campe un Caton qui s'oppose à César, dans un épisode où le consul agit illégalement22 et se trouve isolé face au Sénat. Si Valére Maxime désigne César par les termes, habituels chez lui, de diuinus animus, il ne le présente pas ici sous son meilleur jour, et c'est Caton qui est mis en lumière, comme l'annonçait d'ailleurs le début du passage23 : Marcum quoque Porcium Catonem admiratio fortis ac sincerae uitae adeo uenerabilem senatui fecit. Un autre épisode m'a semblé important dans cette optique, et montre que le personnage de Caton offrait à Valère Maxime l'occasion d'exprimer quelque réticence devant les Julio-Claudiens ; c'est le passage du livre 3.2.15 qui concerne Porcia, fille de Caton et femme de Brutus24. En effet, ce passage fait immédiatement suite à celui qui est centré sur la mort de Caton, et lui est étroitement lié, par un relatif de liaison : cuius filia minime muliebris animi (“or sa fille avait une énergie très peu courante pour une femme”). Vient ensuite la répétition25 du suicide par Porcia, au cas où Brutus échouerait dans son projet de tuer César. Porcia fait, par sa personne, le lien entre Caton et Brutus, et, bien que la mention de l'assassinat de César entraîne un jugement de valeur négatif par Valére Maxime, taeterrimum factum, la mention de Caton, la proximité du récit de la mort de ce dernier et le titre de fortitudine sous lequel sont rangés ces épisodes, tout cela fait que la condamnation des Ides de Mars n'est ici que façade.

  • 26 On trouve 9 références, dont 5 concluent une section et mettent donc fin chronologiquement à l'énu (...)
  • 27 Signalée par Combès 1995, 13 et 292, note 10.
  • 28 Et aussi V. Max. 1.6.13 : erupit... parricidium ; 1.8.8 : Cassius, numquam sine praefatione public (...)
  • 29 V. Max. 4.5.6 : compluribus enim parricidarum uiolatus mucronibus ; 6.4.5 : Brutus patriae parenti (...)
  • 30 Dans le même ordre d'idées, César est nefarie raptus (V. Max. 9.9.1).

8Il convient d'examiner maintenant les passages qui renvoient directement aux Ides de Mars26, pour voir dans quelle mesure Valére Maxime considère cet événement comme crucial. Une constante saute aux yeux27 : l'assassinat est la plupart du temps désigné comme un parricide : admisso parricidio28 (1.5.7), et les assassins sont autant de parricides : ei parricidarum manus adlatae surit29 (1.7.2). On peut en outre noter une redondance, accompagnée d'une allitération, lorsque le mot parricidium est complété de patriae parentis (comme aussi en 6.8.4). Il est évident que ce mot porte en lui-même une forte charge morale et implique la condamnation de l'acte ; c'est si évident que, lorsque Valère Maxime n'emploie pas les termes parricidium ou parricida, il recourt à une expression dont la connotation négative doit également entraîner la condamnation du meurtre, comme taeterrimum factum (3.2.15)30.

  • 31 Illud tempus quo diuinus spiritus mortali discernebatur a corpore.... In hunc modum non homines ex (...)
  • 32 V. Max. 1.7.1 et 2.

9La notion de parricide renvoie fondamentalement à la religion, et c'est ce lien constant des ides de Mars avec la religion qui a attiré mon attention. Certes il ne faut pas oublier que César était grand pontife et que le lien avec la religion est donc pour ainsi dire essentiel. Mais il faut souligner le fait que le livre 1, consacré à la religion, comporte 4 passages renvoyant au meurtre de César. Le plus significatif est 1.7.2, dans lequel Valère Maxime rappelle le songe de Calpurnia. Juste après avoir signalé le crime, il passe à la divinisation de César, dans le cadre d'une comparaison entre Auguste et César. La comparaison est faite tout en étant niée, par prétérition, non est inter patrem et filium ullius rei comparationem fieri ; mais le plus important est la fin de la phrase : praesertim diuinitatis fastigio iunctos. Dans une phrase quelque peu alambiquée, Valère Maxime affirme la divinité de César comme celle d'Auguste, mais en trouvant le moyen de marquer ensuite une hiérarchie entre les deux, puisque les dieux ont protégé Auguste à Philippes. Tout se passe donc comme si Valère Maxime voulait marquer avec les Ides de Mars le début d'une ère où les dieux viennent protéger des êtres d'exception. César et Octave. En affirmant cette idée, Valère Maxime se conforme au courant du culte impérial : une lignée divine s'est mise en place, à la suite du dieu César, appelé fausta proles d'Énée en 1.8.8. L'introduction du livre 1 posait les bases de cette affirmation : reliquos deos accepimus, Caesares dedimus. C'est précisément dans cette introduction que nous trouvons les éléments pour dater la naissance de cette lignée divine : Tibère jouit d'une divinité qui semble égale aux astres que sont son père et son aïeul, c'est-à-dire Auguste et César : tua (diuinitas) praesenti fide paterno auitoque sideri par uidetur. C'est donc l'apothéose de César qui marque la rupture, du point de vue religieux. Et en effet, le passage qui raconte véritablement le meurtre est clair : “au moment où son souffle divin quittait son corps mortel’', il était devenu un dieu : “ce n'est pas ainsi que les hommes expirent, mais c'est ainsi que les dieux immortels regagnent leur demeure”31. Le passage à la divinité est encore exprimé ailleurs, en 3.2.19, où Valère Maxime met en regard la position de César vivant, puis devenu dieu : armorum et togae superius, nanc etiam siderum clarum decus. Il est le chaînon qui a ouvert la voie du ciel aux Julio-Claudiens. C'est pour cette raison qu'Auguste était promis à la divinité32. C'est aussi pour cela que Tibère, descendant de César (que Valère Maxime appelle son auus, livre 1, praef) peut être invoqué à la place de Jupiter : Nam si prisci oratores ab Ioue Optimo Maximo bene orsi sunt...., mea paruitas eo iustius ad fauorem tuum decucurrerit quo...diuinitas...tua praesenti fide paterno auitoque sideri par uidetur. Enfin, César devenu dieu continuera à influer sur l'histoire car c'est lui qui châtie son meurtrier Cassius (6.8.4) : tu profecto tunc, diue Iuti, caelestibus tuis uulneribus debitam exegisti uindictam. Ainsi, par son intervention dans le monde des humains, César divinisé apparaît un peu comme une double entité, participant à la fois du monde des hommes et de celui des dieux : diuus quoque Iulius, quam caelestis numinis tam etiam Immani ingenii perfectissimum columen (8.8.3). En même temps, cette dualité, projetée par prolepse sur la personne de César dès avant sa mort, réduit l'assassinat à la seule disparition de son corps mortel : Non occideras tu quidem, Cassi, Caesarem, neque enim ulla extingui diuinitas potest, sed mortali adhuc corpore utentem molando meruisti ut tam infestum haberes deum (1.8.8).

10Pour résumer ce point, il me semble que Valère Maxime présente les Ides de Mars comme une crise du seul point de vue religieux, dans la mesure où l'accès des cieux s'est ouvert à un nouveau dieu, César, et, par lui, à ses descendants. Si un changement brutal s'est produit, il faut le situer aux Ides de Mars, mais Valère Maxime insiste pour ne lui donner qu'une interprétation religieuse.

  • 33 Et plus de la moitié de ces passages terminent des sections, leur donnant ainsi un sens.

11Le point de repère chronologique suivant, dans le recueil, est la bataille de Philippes. En effet, une dizaine de passages renvoient à cette bataille et à ses suites, c'est-à-dire précisément aux morts de Brutus et Cassius, les assassins de César33. Est-ce là qu'il faut situer la crise politique fondatrice de l'Empire ?

  • 34 Ainsi V. Max. 1.5.7 : un vers d'Homère et en 6.4.5 une parole ominale ; un présage concernant Cass (...)
  • 35 V. Max. 1.7.1.
  • 36 V. Max. 4.6.5.
  • 37 V. Max. 6.8.4.
  • 38 Ce passage se situe d’ailleurs au livre I, consacré à la religion.
  • 39 On peut peut-être le mettre en rapport avec V. Max. 1.5.8, qui relate un signe de la Fortuna à Cas (...)

12A l'examen, on s'aperçoit d'une particularité : la plupart des passages se situent avant ou après la bataille et non pendant. Il s'agit de présages funestes pour Brutus et Cassius, avant la bataille34, ou d'un songe qui sauve Octave35, ou, pour les suites de la bataille, des morts de Porcia36, de Volumnius, ami de Marcus Lucullus, ou de Cassius37. Seuls deux passages prennent place vraiment au cours de la bataille. Le premier relate l’apparition à Cassius, en plein combat, du fantôme de César. La description est complète, quoique rapide : uidit humano habitu augustiorem, purpureo paludamento amictum, minaci uultu et concitato equo in se impetum facientem (1.8.8). Se mêlent deux éléments, l'élément militaire, cum acie Philippensi ardentissimo animo perstaret, et concitato equo in se impetum facientem et d’autre part tout l’aspect religieux, bien plus accentué : César est désigné au début du passage par l'expression diuus Iulius, et c'est bien sur lui qu'est centré le passage (se nobis offert) et non sur Cassius ; se rapporte à lui l'adjectif augustiorem dont le sens religieux ne peut que se colorer de connotations politiques, chez un auteur qui écrit après Auguste ; enfin on trouve la réflexion finale sur les rapports du divin et de l'humain en César. Les deux éléments militaires et religieux sont mêlés dans la description de l'apparition, en tenue de parade militaire, le paludamentum, ainsi que dans la phrase qui décrit la réaction de Cassius devant l'apparition du fantôme de César : quo aspectu perterritus tergum hosti dedit ; cependant, ici, hostis est ambigu car il semble également désigner César, qui lui est opposé, infestum deum. Il me semble donc que dans ce passage sur la bataille de Philippes, comme dans ceux qui concernent les Ides de Mars, la religion est l'élément dominant38. Le seul passage véritablement concret se rapportant à la bataille de Philippes se trouve au livre 9.9.2 : des précisions stratégiques sont données, le nombre d’armées en présence est signalé et cet ensemble de précisions rend plus tragique encore l'erreur de Cassius qui provoque sa mort. De fait, l'intervention de la Fortuna se devine derrière cet épisode39, comme le suggère l'expression uarium ipsisque ducibus ignotum euentum (“le dénouement incertain et inconnu des chefs eux-mêmes”) ; de plus, le ton est résolument religieux dans la fin du passage où le suicide du centurion qui, par son retard, avait causé la mort de Cassius, est relaté comme un sacrifice : permixto utriusque sanguine duplex uictima iacuit, pietatis haec, erroris illa. De nouveau, donc, comme pour les Ides de Mars, il me semble que Valère Maxime évite de donner des événements une vision politique et préfère s'en tenir à une interprétation essentiellement religieuse ; la bataille de Philippes ne marque pas non plus, pour lui, la crise politique d'où sort le principat.

13Reste maintenant à examiner les passages, assez nombreux, qui concernent la période triumvirale dans son ensemble, et qui sont, pour la plupart, centrés sur les proscriptions. La collation des passages épars qui font référence à la période triumvirale fait apparaître une constante que leur dissémination empêche de voir nettement : Valère Maxime manque rarement de glisser dans ces passages des éléments dramatiques, dont la visée n'est pas seulement artistique, mais semble bien avoir une valeur de condamnation. En effet, il décrit, rapidement mais efficacement, la cruauté de la période, touches par touches : en 5.3.4 le meurtre de Cicéron donne lieu à une description animée de la course du meurtrier vers sa victime : gaudio exultans Caietam cucurrit. L’action est rapide, soulignée par protinus, alacer. Enfin, Valère Maxime émaillé le passage de condamnations morales : impetratis detestabilis ministerii partibus, et plus loin : scelestum onus. Enfin le meurtrier est désigné par le terme monstrum. La condamnation est nette aussi lorsque Valère Maxime place, en tête du passage sur la superbia d'Antoine, l'adjectif taetrum pour désigner le banquet au cours duquel est apportée la tête d'un proscrit.

  • 40 Sauf en V. Max. 5.1.11 où Antoine fait preuve de considération envers le cadavre de Brutus ; mais (...)
  • 41 V. Max. 4.7.6: ad se interficiendum ab Antonio missos equites ; 9.13.3.
  • 42 Cf. Bloomer 1992, 192. Précisons que, quand Valère Maxime veut s'attacher à Octave dans le cadre d (...)
  • 43 V. Max. 1.1.19 : c'est Octave qui fait tuer Turullius, mais on retrouve ici un climat religieux, a (...)

14La condamnation est encore plus évidente quand on regarde les passages qui se rapportent à Antoine. Dans presque tous ces passages40, Antoine est présenté comme un meurtrier : c'est lui qui ordonne le meurtre de Cicéron (5.3.4), celui de M. Lucullus (4.7.4) et celui de D. Brutus41. Or les triumvirs sont très rarement individualisés dans l'œuvre ; en général, ils ne sont désignés que par le terme triumuiri42 Ainsi Antoine porte l'essentiel de la responsabilité des proscriptions43.

  • 44 Syme 1967. 170-171.
  • 45 Sur la rhétorique, cf. Skidmore 1996 et Loutsch 1998, 26-41.

15D'autre part, bon nombre de passages, pour lesquels la période triumvirale sert simplement de cadre, laissent transparaître une sympathie de Valère Maxime pour les victimes des proscriptions. Ainsi la mise aux enchères des funérailles d'Hirtius et Pansa amène-t-elle la précision quia hi pro re publica dimicantes occiderant (5.2.10). Les deux consuls de 43, dont la mort n'a pas eu lieu dans des circonstances très claires44, cèdent la place, en mourant, à autre chose que la res publica. Plus clair encore, le passage 6.2.12, sous le titre libere dicta aut facta, exalte l’indépendance d'esprit du juriste Cascellius face aux triumvirs ; l'expression liberius loqui n'est pas sans éveiller en nous les échos de Tacite à propos du règne de Tibère et des excès de la loi de majesté. Mais surtout, ce sont les quatre passages du livre 6, regroupés sous les titres de fide uxorum (6.7), de fide seruorum (6.8), qui expriment l'essentiel de la sympathie de Valère Maxime. Ces quatre exemples mettent en valeur le dévouement d'épouses et d’esclaves envers les victimes des proscriptions ; de ce fait, ils exaltent, pour leur portée morale, les comportements de ceux dont les triumvirs ont voulu la mort. Un passage, plus net que les autres, comporte une description travaillée, recourant à des artifices rhétoriques, comme l'hypotypose, destinés à renforcer le pathétique de la scène : si quis ante oculos ponete uelit ; la description comporte des indications de mouvement, de bruit, de lumière, toutes destinées à provoquer la pitié des auditeurs45. Au-delà de l'aspect proprement rhétorique, il me semble qu’on peut deviner là la trace d'une réelle sympathie de Valère Maxime pour les victimes des proscriptions, l'artifice rhétorique servant ici de paravent prudent à une conviction politique qu'il ne faisait pas bon affirmer.

  • 46 Voici les titres des sections qui prennent fin avec des épisodes triumviraux : V. Max. 3.8 : de co (...)

16De plus, si on regarde la place, au sein des sections, des passages qui concernent la période triumvirale, on s'aperçoit que la plupart d'entre eux sont les derniers exempta, chronologiquement parlant, choisis par Valère Maxime. Il me semble donc évident qu'il a voulu terminer certaines de ses sections par le rappel de cette période46, ce qui est d'autant plus important que sa sympathie ne va pas aux triumvirs mais à leurs victimes. Il y a donc bien là, à mon avis, la trace d'une réflexion politique effectuée par Valère Maxime sur la période qui précède le pouvoir d'Auguste, mais, prudemment, il ne l'exprime qu'indirectement.

  • 47 Une étude des éventuels rapports avec la Consolatio ad Liuiam pourrait être fructueuse.
  • 48 Et précède celui qui est consacré à la mort de Porcia ; le rapprochement n'est pas anodin.

17Si donc on situe à la période triumvirale la crise politique d'où serait né le principat, il convient de voir quelle image du principat Valère Maxime donne dans ce recueil. Le présent, on l'a vu au début de cette étude, semble presque aussi abstrait et désincarné que le passé. Pourtant, quelques passages laissent deviner un intérêt pour la politique et plus précisément les questions dynastiques. En effet, il est à deux reprises question de Drusus, frère de Tibère. Au livre 4.3.3, associé à sa femme Antonia, Drusus est présenté comme l'idéal, le sommet (summam) ; le vocabulaire est particulièrement fort : Drusum ...eximiam Claudiae familiae gloriam patriaeque rarum ornamentum, et, quod super omnia est, operum suorum pro habitu aetatis magnitudine uitrico pariter ac fratri Augustis, duobus rei publicae diuinis oculis, mirifice respondentem. Certes, l'éloge est adressé à Auguste et Tibère, mais l'insistance sur la famille de Drusus, la gens Claudia, me paraît importante. De même, le livre 5.5.3 est bien plus favorable à Drusus qu'à Tibère ; le passage insiste sur les efforts de Tibère pour venir auprès de son frère mourant, mais c'est Drusus qui termine le passage, cédant à son frère. On peut donc peut-être voir là l'esquisse d'une réflexion politique de Valère Maxime, qui affirme son allégeance à Tibère, parce qu'il est bon de le faire, mais qui avait envisagé une alternative à son règne, en la personne de Drusus, paré de tant de qualités47. La réflexion sur la famille impériale semble avoir aussi porté sur les femmes, Antonia dont il est question au livre 4.3.3 pour sa chasteté fidèle à son époux, mais aussi Julie fille de César, ou Octavie, sœur d'Auguste. A propos de Julie, Valère Maxime signale, en 4.6.4, l'avortement spontané dont elle fut victime à cause de troubles politiques mettant en cause son mari Pompée ; l'épisode peut être situé en 55. L'épisode est rangé sous le titre de amore coniugali48. A cette occasion, Valère Maxime se laisse aller à une réflexion générale dont le ton est celui du regret : magno quidem cum totius terrarum orbis detrimento, cuius tranquillitas tot ciuilium bellorum truculentissimo furore perturbata non esset, si Caesaris et Pompei concordia communis sanguis uinculo constricta mansisset. Ce passage me paraît capital pour comprendre la pensée politique de Valère Maxime. Il est trop facile de considérer qu’il a commis ici une erreur et confondu cet avortement avec l'accouchement qui fut fatal à Julie en 54, sans donner naissance à un enfant vivant : l'important est qu'il s'interroge sur le destin politique qu'aurait eu un fils de Pompée, petit-fils de César. C'est précisément parce qu'il n’a pas vu le jour, parce qu'il n'y a pas eu ce communis sanguis, que les guerres civiles sont apparues, qui ont opposé Pompée et César, puis provoqué la tourmente générale. Je crois véritablement que pour Valère Maxime, Julie était un personnage capital dans l'histoire politique de la période, par l’intermédiaire de l'enfant auquel elle aurait pu donner naissance.

18La même idée apparaît lorsque Valère Maxime signale un imposteur qui se fit passer pour le fils d'Octavie, sœur d'Auguste (9.15.2). En effet, c'est Auguste lui-même qui est inquiété par l'épisode, car le texte insiste sur l'exercice de son pouvoir : ne diui quidem Augusti etiam nunc terras regentis excellentissimum numen intemptatum. Là encore on voit revenir la question du sang, ueri sanguinis memoria, qui est capitale : il semble bien que, pour Valère Maxime, il existe une légitimité par le sang, qui peut passer par les femmes, comme Julie et Octavie. La question qui est liée à celle-ci est celle de la légitimité de Tibère : Valère Maxime a esquivé la difficulté en mettant d'emblée Tibère au rang des dieux, dès l'invocation du premier livre.

  • 49 On voit en V. Max. 2.7.1 qu'il n'y a pas de rupture dans la disciplina militaris non plus.
  • 50 Même démarche en V. Max. 3.2.19, où César est présenté dans une série d'exemples de courage à la g (...)

19Évitant de parler d'adoption, de mariage à propos de Tibère, Valère Maxime choisit d'accentuer de manière générale l'idée d'une continuité des Caesares. Ainsi, le livre 2, consacré aux institutions passées, fait attendre une réflexion sur l'évolution des institutions, des origines de Rome à l'époque de Valère Maxime. C'est ce qu'on peut espérer à la lecture des mots quaenam fuerint elemento uitae quam sub optimo principe agimus. Il n'en est rien. Dès le paragraphe 2.1.10, la section intitulée de institutis antiquis prend fin avec l'énumération des grands noms républicains, suivis des Caesares qui en sont la suite pour ainsi dire logique, voire le résumé : Inde oriebantur Camilli, Scipiones, Fabricii, Marcelli, Fabii ac, ne singula imperii nostri lumina simul percurrendo sim longior, inde, inquam, caeli clarissima pars, diui fulserunt Caesares. Dans cette formulation, pas de rupture, pas de crises politiques : les Caesares assurent la continuité des egregia opera de Rome et de sa grandeur49. La continuité est même affirmée ouvertement, sans détours, en 9.8.6 : Valère Maxime commence par signaler les relations difficiles entre Claudius Nero et Livius Salinator, au temps de la deuxième guerre punique ; puis il s'exclame : Quibus uiris si quis caelestium significasset futurum ut eorum sanguis, illustrium imaginum serie deductus, in ortum salutaris principis nostri conflueret, depositis inimicitiis, artissimo se amicitiae foedere iunxissent, seruatam ab ipsis patriam communi stirpi seruandam relicturi (“si quelque divinité avait montré à ces hommes que leur sang, après être passé par une suite de héros illustres, s'unirait pour donner naissance à notre prince, notre sauveur, ils auraient renoncé à leurs disputes, et se seraient liés par le si solide lien de l'amitié, pour laisser à leur descendance commune la patrie qu'ils avaient sauvée eux-mêmes, afin qu’il la sauvât à son tour”). Sautant pour ainsi dire à pieds joints par dessus les guerres civiles, Valère Maxime présente Tibère comme l'héritier direct des héros républicains, dans une glorieuse continuité50.

  • 51 Comme il l'explique en V. Max. 3.3.2 : ne plura huiusce generis exempla domi scrutando saepius ad (...)

20En somme, on trouve dans le recueil des traces d'une réflexion sur la dynastie julio-claudienne, qui, sans parler du passage qui fait probablement allusion à Séjan, sont disséminées et soigneusement atténuées par l'affirmation aussi bien du respect religieux envers les empereurs, que d'une continuité sans rupture depuis le glorieux passé de Rome. Valère Maxime ne met en lumière aucune crise politique qui expliquerait la naissance du principat ; esquivant souvent la question des guerres civiles51, il trace le portrait d'un Caton dé-réalisé, abstrait, et préfère ne présenter les Ides de Mars que comme une crise religieuse, qui voit la naissance d’un dieu nouveau. Les proscriptions ne sont que le cadre d’actions honorables, menées par les victimes des triumvirs. La religion est donc pour lui un efficace paravent, ce qui explique d'ailleurs que le premier livre lui soit consacré et que tant de présages parsèment l'œuvre. Elle lui offre aussi l'occasion d'affirmer haut et fort son allégeance à l'Empereur, attitude fort prudente sous Tibère... Mais on ne peut qu'être surpris par les manques qui apparaissent à la lecture : un chapitre sur la clémence qui esquive toute référence à Auguste, l'absence de renvois aux vertus impériales ainsi que d’autres éléments de ce genre sont la marque d'une élaboration politique du recueil.

Bibliographie

Bibliographie

Bloomer, W. M. (1992): Valerius Maximus and the Rhetoric of the New Nobility, Londres.

Combès, R. (1995) : Valère Maxime, Faits et dits mémorables, livres 1-3, CUF, Paris.
— (1997) : Valère Maxime, Faits et dits mémorables, livres 4-6, CUF, Paris.

David, J. M., éd. (1998a) : Valeurs et mémoire à Rome ; Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris.
— (1998b) : “Les enjeux de l'exemplarité à la fin de la République et au début du Principat”, in : David 1998a, 9-17.

Duff, J. W. (1960): A Literary History of Rome in the Silver Age, Londres2.

Faranda, R. (1971): Valerio Massimo, Detti e fatti memorabili, Turin.

Freyburger, M. L. (1998) : “Valère Maxime et les guerres civiles”, in : David 1998a, 111-117.

Guerrini, R. (1981): Studi su Valerio Massimo, Pise.

Helm, R. (1955): Valerius Maximus, RE, 8.A, 15, 239, 90-116.

Humm, M. (1998) : “L’image de la censure chez Valère Maxime : formation et évolution d’un paradigme”, in : David 1998a, 73-93.

Janson, T. (1964): Latin Prose Prefaces ; Studies in Literary Conventions, Stockholm.

Lehmann, Y. (1998) : “Les revendications morales et politiques de Valère Maxime”, in : David 1998a, 19-26.

Loutsch, C. (1998) : “Procédés rhétoriques de la légitimation des exemples chez Valère Maxime”, in : David 1998a, 26-41.

Malaskov, G. (1984): “Valerius Maximus and Roman Historiography, A Study of the Exempla Tradition”, ANRW, II, 32.1, 437-496.

Natali, G. (1910): Catone Uticense e lo stoicismo romano, Pise.

Skidmore, C. (1996): Practical Ethics far Roman Gentlemen, the Work of Valerius Maximus, Exeter.

Syme, R. (1967) : La révolution romaine, tr. fr. par R. Stuveras, Paris.
— (1978): “Mendacity in Velleius”, AJP, 99, 1978, 45-63 = RP, III, Oxford, 1984, 1090-1104.

Wardle, D. (1998): Valerius Maximus, Memorable Deeds and Sayings, Book I, transl, and comm., Oxford.

Notes

1 Voir la préface du livre I : seriem felici superiorum stilo conditam. Il n'est bien sûr pas possible de traiter ici la question des sources de Valère Maxime ; sur ce point, voir Helm 1955, 90-116 ; Guerrini 1981,30-43 ; Wardle 1998, 15.

2 La datation de cet événement est par ailleurs problématique, par comparaison avec les passages d'Gel., 4.3.1 et.Dion. H., Ant. Rom., 2.25.7 ; d'ailleurs Valère Maxime hésite lui-même sur cette date, un peu plus loin, en 2.9.2. Voir la note 6 de Combès 1995, 300.

3 Certes, Valère Maxime n'est pas un historien, mais il partage avec eux un intérêt pour le passé et ses valeurs morales qui rend d’autant plus surprenante cette différence d'attitude. Toute son œuvre s'articule entre une impression de déclin moral et un attachement au présent, voire une confiance dans le futur, qui me semble dépasser le cadre du topos. Sur sa confiance, cf. Malaskov 1984, 449.

4 On peut noter d'autres emplois du possessif, comme dans urbs nostra, ciuitas nostra, pour donner à une expression une valeur englobante et créer une unité romaine par delà le temps. C'est par l'usage de ce genre de termes, possessifs, démonstratifs et autres, que se crée une mythologie politique dans laquelle le citoyen, le lecteur peut se reconnaître.

5 Je me réfère ici à la typologie de l'exemplum telle que l'a définie Guerrini 1981, 13-23, qui discerne, pour chaque exemplum, un exorde, le récit et une réflexion conclusive, l'élément central n'étant que la matière historique, transformée en exemplum par la présence des deux éléments qui l'encadrent.

6 Voir, pour le passage concernant Séjan, Lehman 1998, 25 et Wardle 1998, 1-5.

7 Il faut signaler aussi, au-delà de cette valeur subjective du présent, une autre valeur, gnomique cette fois, qui fait que les phrases au présent ont un ton solennel et presque religieux, comme dans la préface du livre 6, dans l’invocation à la Pudeur : tu...incolis, tu...incubas, tu celebras etc.

8 Cf. Malaskov 1984, 449.

9 Il s'agit donc de faits définis comme interna pour l'essentiel, sauf exception comme 9.11 ext. 4, sur Séjan. Sur le total d'environ 90 sections concernant des événements proprement romains (avec une incertitude sur le chiffre en raison de la présence ou non de titres), 18 ne comportent pas de références à des événements postérieurs au II e siècle a.C. ; dans 36 sections, la date la plus tardive se situe au ier siècle a.C. avant les Ides de Mars 44 ; 24 sections font référence à des événements situés entre les Ides de Mars 44 et Actium, tandis que 11 autres renvoient à l'époque d'Auguste et de Tibère.

10 Voir une mise au point rapide chez Natali 1910.

11 Seuls les Scipions, Caecilius Metellus Macedonicus, ou encore César peuvent rivaliser avec Caton pour la fréquence de leurs apparitions dans l'œuvre. Je remercie chaleureusement le professeur R. Combès qui m’a confortée dans cette analyse.

12 Voir Freyburger 1998. 113-114 ; Bloomer 1992, 188 ; voir par exemple V. Max. 3.1.2, sur l'enfance de Caton et son caractère ; 8.7.2, sur sa passion pour la lecture, signe de son industria.

13 Cf. Bloomer 1992, 189. David 1998b, 10 souligne l'importance de l'antonomase de Caton pour sévérité, valable aussi bien pour Cato Maior que pour Caton d’Utique. Sur Cato Maior, Humm 1998, 84.

14 Cf. Natali 1910, 69-72 sur les proverbes concernant Caton.

15 Ainsi en V. Max. 4.1.14, mode ratio ; 4.3.12., 8.15.10, etc.

16 On peut penser aux utilisations du thème de la Libertas, par exemple autour de Thrasea Paetus sous Néron.

17 Le récit est dédoublé entre les passages 3.2.14 et 5.1.10 ; le premier, de fortitudine, est vu du point de vue de Caton ; le deuxième, de humanitate et clementia, présente une distorsion, puisque l'accent est mis sur la clémence dont César aurait pu faire preuve envers Caton.

18 De plus, la présence éparpillée de références à Caton, dans des sections au titre lui-même significatif, de moderatione, de continentia, libere dicta aut facta, donne au puzzle des vertus romaines une unité.

19 Bloomer 1992, 211-218.

20 C'est l'avis de Kempf, 10 ; Duff (1960 pourtant), 60.

21 Bloomer 1992, 224-227 ; Combès 1995, 11-18 et passim dans les notes.

22 Cela est souligné par Bloomer 1992, 217, et est particulièrement intéressant parce que ce consul n'est autre que César.

23 Il faut aussi remarquer que le titre de la section est de maiestate et que le passage 2.10.7 montre clairement qu'il est question de la maiestas de Caton et non du consul César.

24 Il y a ici un autre récit dédoublé, car 4.6.5 présente le passage à l'acte, le réel suicide. Cf. D.C. 44.13 et Plut., Brut., 15.

25 J'emploie à dessein ici un mot du lexique théâtral, car il s'agit ici d'une saynète complète, mise en scène selon les règles de la rhétorique.

26 On trouve 9 références, dont 5 concluent une section et mettent donc fin chronologiquement à l'énumération.

27 Signalée par Combès 1995, 13 et 292, note 10.

28 Et aussi V. Max. 1.6.13 : erupit... parricidium ; 1.8.8 : Cassius, numquam sine praefatione publici parricidii nominandus ; 3.1.3 : publicum parricidium ; 6.8.4.

29 V. Max. 4.5.6 : compluribus enim parricidarum uiolatus mucronibus ; 6.4.5 : Brutus patriae parentis parricida.

30 Dans le même ordre d'idées, César est nefarie raptus (V. Max. 9.9.1).

31 Illud tempus quo diuinus spiritus mortali discernebatur a corpore.... In hunc modum non homines expirant, sed dii immortales sedes suas repetunt.

32 V. Max. 1.7.1 et 2.

33 Et plus de la moitié de ces passages terminent des sections, leur donnant ainsi un sens.

34 Ainsi V. Max. 1.5.7 : un vers d'Homère et en 6.4.5 une parole ominale ; un présage concernant Cassius en 1.5.8.

35 V. Max. 1.7.1.

36 V. Max. 4.6.5.

37 V. Max. 6.8.4.

38 Ce passage se situe d’ailleurs au livre I, consacré à la religion.

39 On peut peut-être le mettre en rapport avec V. Max. 1.5.8, qui relate un signe de la Fortuna à Cassius.

40 Sauf en V. Max. 5.1.11 où Antoine fait preuve de considération envers le cadavre de Brutus ; mais il me semble que l’éloge, si éloge il y a, s'adresse ici plus à Brutus, qu'à Antoine.

41 V. Max. 4.7.6: ad se interficiendum ab Antonio missos equites ; 9.13.3.

42 Cf. Bloomer 1992, 192. Précisons que, quand Valère Maxime veut s'attacher à Octave dans le cadre de cette période, il le désigne par le nom de César, cf. 1.1.19.

43 V. Max. 1.1.19 : c'est Octave qui fait tuer Turullius, mais on retrouve ici un climat religieux, avec l'assimilation d'Octave à Apollon ; la mort semble ainsi punir davantage le sacrilège que la participation au meurtre de César, cf. Syme 1978, 51-52.

44 Syme 1967. 170-171.

45 Sur la rhétorique, cf. Skidmore 1996 et Loutsch 1998, 26-41.

46 Voici les titres des sections qui prennent fin avec des épisodes triumviraux : V. Max. 3.8 : de constantia, 5.2 : de gratis, 5.7 de parentum aduersus suspectas liberos moderatione, 6.2 : libere dicta aut facta, 6.7 : de fide uxorum erga uiros, 6.8 : de fide seruorum, 8.3 : quae mulieres apud magistratum pro se aut pro aliis causas egerunt, 9.5 : de superbia et impotentia, 9.11 : dicta improba aut facta scelerata, 9.13 : de cupiditate uitae.

47 Une étude des éventuels rapports avec la Consolatio ad Liuiam pourrait être fructueuse.

48 Et précède celui qui est consacré à la mort de Porcia ; le rapprochement n'est pas anodin.

49 On voit en V. Max. 2.7.1 qu'il n'y a pas de rupture dans la disciplina militaris non plus.

50 Même démarche en V. Max. 3.2.19, où César est présenté dans une série d'exemples de courage à la guerre, entre Marius et des soldats romains face à Hannibal. Voir aussi Malaskov 1984, 446.

51 Comme il l'explique en V. Max. 3.3.2 : ne plura huiusce generis exempla domi scrutando saepius ad ciuium bellorum detestandam memoriam progredi cogar.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540