Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

Récit d’une crise : la fin du premier cycle historique de Rome, au livre V de l'Ab Vrbe Condita de Tite-Live

Bernard Mineo

Texte intégral

  • 1 Liv. 5.2 ; 5.3-6.
  • 2 Liv. 5.51 sq....

1Le récit que présente le livre V de l'Ab Vrbe Condita de Tite-Live des années allant de 403 à la prise de Rome par les Gaulois présente une unité dramatique correspondant à l'histoire d'une crise, dont les limites dans le temps sont circonscrites par les discours que prononcent les protagonistes de cette période tragique. L'auteur donne ainsi la parole, en ouverture, aux tribuns de la plèbe, puis à Appius Claudius, le fils du trop célèbre décemvir1. D’emblée, le ton est donné, laissant deviner la violence des affrontements qui vont suivre. A l'autre extrémité du récit, la longue profession de foi que prononce Camille en faveur du site originel de Rome ferme le livre, en même temps que disparaît le risque de voir l'unité romaine voler définitivement en éclats2. Entre les deux termes, les Romains s'affrontent sur l'éternel problème de la redistribution des terres, avec en toile de fond le projet d'installer une partie du sénat et de la plèbe romaine à Véies, récemment conquise par Camille. Cette crise est aussi judiciaire, avec la multiplication des procès politiques, religieuse, avec l'impiété croissante des Romains ; militaire enfin, avec l’affaiblissement de la discipline au sein même de l'armée et la prise de Rome par les Gaulois.

2Cette représentation du monde romain en crise est cependant loin d'être neutre et objective. Nous verrons qu'elle est avant tout l'illustration d'une théorie, l'expression d'une philosophie de l'histoire que servent tout à la fois la dispositio des éléments narratifs et la mise en œuvre des concepts philosophiques et moraux que Tite-Live emprunte à Cicéron.

3Il restera ensuite à comprendre les raisons qui ont pu pousser l'historien à recourir à cette modélisation. A cet égard il semble bien que la situation des événements à l'intérieur du schéma historique livien apporte des éléments de réponse déterminants et suggère le parti pris d'une présentation analogique de cette période.

  • 3 Liv. 5.3.10: Quae si perpetua concordia sit, quis non spondere ausit maximum hoc imperium inter fi (...)

4La finalité démonstrative du récit livien au livre V transparaît tout d'abord à travers quelques sententiae mettant en exergue l'importance que revêt la concordia ordinum pour la grandeur impériale de Rome3.

  • 4 Dutoit 1942, 98 sq.

5Mais c'est surtout l'ensemble du dispositif narratif qui permet d'illustrer la théorie livienne de la crise. Ainsi le récit focalise-t-il continûment l'attention du lecteur sur la prédominance ou non de la concorde dans la cité, en mettant en évidence le lien de cause à effet entre cette dernière et le succès des opérations militaires. Cette relation logique a du reste déjà été mise en évidence par E. Dutoit4 pour l'ensemble de l'Ab Vrbe Condita. L’analyse montre, en tout cas, qu'il s'agit là du fil conducteur du livre V, d'une grille de lecture systématique, révélatrice de la finalité démonstrative de la disposino de cet ensemble. L'énumération abrupte des faits suffit à le montrer :

  • En 403 : crise politique à l'occasion de l'institution du stipendium : indiscipline à l'armée et échec devant Véies. Retour de la concordia ordinum : rétablissement militaire.
  • En 402 : simultas entre les tribuns militaires à pouvoir consulaire : échec face aux Capénates et aux Falisques.
  • En 401 : climat de discorde (problème du stipendium, projet de loi agraire, procès politique inspiré par l'inuidia plebis ; la condamnation injuste des tribuns militaires inaugure, par ailleurs, le mouvement dramatique conduisant au procès et à l'exil de Camille) : désordre à l'armée ; la perspective d'une victoire à Véies s'éloigne.
  • En 400 : élection de Licinius, un homme de consensus : la crise politique et militaire se calme.
  • En 399-397 : reprise des troubles politiques (les patriciens craignent de perdre le monopole du pouvoir) : échec des opérations devant Véies.
  • L'élection de Publius Licinius comme tribun militaire à pouvoir consulaire pour 396 permet de placer l’année sous le signe de la concorde ; Camille dictateur : rétablissement de la disciplina, prise de Véies et triomphe.
  • Développement de la discorde jusqu'en 391 : problème du paiement de la dîme à Apollon, du projet de transfert d'une partie de la population à Véies ; procès politiques ; luttes électorales : opposition systématique entre Camille et la plèbe. En raison de l'intensité de l'inuidia plebis à son encontre, Camille est condamné et prend le chemin de l’exil. Ainsi la discorde est-elle directement rendue responsable du départ du dux fatalis, le seul homme, indique le texte, qui eût été capable d'empêcher les Gaulois de l'emporter sur les bords de l'Allia. La conséquence immédiate en est la prise de Rome5.
  • Rappel de Camille. Union nationale autour de Camille nommé dictateur : libération de Rome grâce à Camille, qui remporte alors une victoire sur les Gaulois dont les effets effacent ceux de la bataille de l'Allia.
  • 6 Diod. 14.117.5-7.

6Le caractère systématique de cette relation de cause à effet entre discorde et échecs militaires confirme donc l'intégration des événements à l'intérieur d'une grille interprétative toute théorique. Au reste, l'étude des sources laisse apparaître que la dispositio des faits résulte probablement de “petits arrangements liviens”. Ainsi Tite-Live est-il sans doute responsable de la situation narrative du procès et de l'exil de Camille, qu'il situe avant la prise de la ville et non pas après, comme le fait par exemple Diodore de Sicile6. Le choix ainsi opéré permettait d'illustrer une fois de plus la relation entre le diptyque concorde/discorde et le sort de la guerre.

  • 7 Les valeurs politiques que Tite-Live affirme dans l'ensemble de l'Ab Vrbe Condita s'inspirent de p (...)

7On devine également la dimension théorique du récit à travers l'identification proposée des facteurs moraux de la crise ; de fait, on retrouve, au cœur de la construction narrative du livre V, l'ensemble des valeurs toutes cicéroniennes7 que Tite-Live a faites siennes et sur lesquelles repose la communication entre dirigeants et dirigés dans l'Ab Vrbe Condita, quelle que soit l'époque concernée.

  • 8 Succès plébéiens à la questure (Liv. 4.6.8), élection d'un plébéien au tribunat militaire (Liv. 5. (...)
  • 9 Liv. 5.12.12.
  • 10 Liv. 5. 29.6-7.
  • 11 Liv. 5.32. En 4.2.9, mise en abîme du mécanisme historique qui fait que tout succès de la plèbe ne (...)

8Ainsi la crise politique tient-elle, tout d'abord, à ce que la plèbe semble avoir oublié toute modestia devant la puissance du sénat, des patriciens, des lois. Tirant profit de tous ses succès politiques8, enivrée par ses victoires et sa haine des grands, elle n'hésite pas à tramer à plusieurs reprises ses adversaires devant les tribunaux et à obtenir leur condamnation en toute injustice : tout d'abord les tribuns militaires de 4099 ; puis les tribuns de la plèbe coupables d’avoir rallié le point de vue du sénat dans le débat sur le transfert de la population à Véies10 ; Camille, enfin, dont le seul tort est de s’être opposé à la déraison de ses concitoyens11.

  • 12 Il s'agit d'une évolution continue : Liv. 4.2.1 ; 4.5 ; 4.51.5 ; 4.53.10-13 ; 5.2.13-14,5.14.

9Les patriciens ne sont pas en reste, qui, oublieux, quant à eux, de cette moderano caractéristique de tout bon gouvernement, se raidissent orgueilleusement contre la plèbe à proportion de la licentia croissante de cette dernière12.

10Les conséquences morales de ces dérèglements du comportement politique transparaissent dans le fléchissement des valeurs qui fondent, dans le récit livien, l'identité romaine.

  • 13 Liv. 5.36.6-7: Ibi, iam urgentibus Romanam urbem fatis, legati, contra ius gentium, arma capiunt.. (...)

11L'esprit de justice semble ainsi avoir cessé d'inspirer les habitants de l'Vrbs. Le récit multiplie, on l'a vu, les condamnations de citoyens innocents. Mais cet oubli du ius concerne aussi les relations avec les autres peuples. C'est ainsi que la participation des ambassadeurs Romains à la bataille que leurs alliés de Clusium livrent aux Gaulois, et la violence meurtrière dont ils se rendirent coupables à cette occasion constituent une violation du ius gentium13.

  • 14 Liv. 5.36.8-12.
  • 15 Insistance sur la modération de la démarche des Gaulois, qui envoient une délégation demander paci (...)

12Dans le récit de l'ambassade gauloise dépêchée à Rome pour réclamer réparation, l'historien continue d'accabler les Romains et oppose la démarche modérée des Gaulois à la démission morale du sénat. Celui-ci, au lieu de donner satisfaction aux plaignants, a, en effet, choisi de s'en remettre au peuple, qui, loin de faire justice, nomme tribuns militaires les trois Fabii responsables du tort subi par les Gaulois à Clusium14. Selon cette logique narrative inversée, c'est donc du côté de ces derniers que Tite-Live situe le ius et le dignum, le droit et l’honneur, deux catégories morales pourtant habituellement associées à l'identité romaine15.

  • 16 Liv 5.29.6-7.

13La fides, pourtant si emblématique de Rome, n'est pas davantage respectée. Ainsi le sénat ne parvient-il pas à faire valoir pleinement son auctoritas pour obtenir l'acquittement de ces tribuns de la plèbe qui lui avaient pourtant naguère apporté leur concours contre Sicinius16. Quant aux clients de Camille, eux aussi aveuglés par le climat de discorde, ils acceptent de payer l'amende de leur patron, mais refusent de l'appuyer pour obtenir son juste acquittement.

14La discorde, qui s'est insinuée au cœur même de l'armée, compromet aussi d'autres éléments fondamentaux de l’éthique romaine : la discipline militaire, la rationalité appliquée à la stratégie (mens) et la uirtus romana. L'ensemble du récit livien multiplie les indices allant dans ce sens, mais c'est assurément lors de la bataille de l'Allia que cette réalité apparaît le plus clairement :

  • 17 Liv. 5.38.1.

“C'est alors que les tribuns militaires, sans avoir choisi d'emplacement pour y établir un camp, sans avoir prévu quelque retranchement fortifié où l'on pût se replier, sans penser même aux dieux, à défaut de penser aux hommes, sans avoir pris les auspices, sans avoir obtenu de bons présages, mettent l'armée en ordre de bataille...”17

  • 18 Liv. 5.37.3-4.
  • 19 Mineo 1998, 113-128.
  • 20 Liv. 5.38.3.

15Les tribuns militaires semblent, de fait, avoir transporté sur le front l'impiété qui prévaut à l’intérieur de la ville ; la confusion mentale caractérise également leurs dispositions militaires : après avoir effectué la levée avec légèreté, commente l'auteur18, ils négligent imprudemment de prendre les dispositions pour protéger leurs arrières. Les ingrédients de la défaite sont là ; on les retrouvera d’ailleurs pour toutes les défaites majeures, celles de Trasimène ou de Cannes, par exemple19. Le récit de la bataille est du reste complètement escamoté, et occupe à peine plus d'une ligne20 Tant il est vrai qu'il s'agit ici pour Tite-Live bien plus de donner le résultat d'une équation dont il vient d'éclairer toutes les inconnues que de dépeindre une vraie bataille. Au demeurant, seuls les Gaulois sont à la manœuvre, les Romains n'opposant pas de véritable résistance. Un commentaire de l’auteur souligne, du reste, l'étrangeté de la situation :

  • 21 Liv. 5.38.5.

“Tant il est vrai que ce n'était pas seulement la fortune qui était alors du côté des barbares, mais aussi la raison ! Dans l'autre armée, rien ne ressemblait aux Romains, que ce fût chez les généraux ou chez les soldats.21

  • 22 Liv. 5.38.9.

16Le processus de délitement de la conscience nationale est ainsi arrivé à son terme. Rome n'est plus dans Rome. Au point que les troupes vaincues oublient même d'aller chercher refuge dans leur patrie et gagnent les murs de leur ancienne ennemie, Véies, pourtant plus difficile à atteindre. Réunies dans la cité étrusque, il ne leur vient pas même à l'esprit de faire parvenir à Rome la nouvelle de leur défaite22.

17Mais, parmi toutes les valeurs en crise, c'est certainement à la piété que Tite-Live accorde le plus d'attention, au point d’avoir fait de l'affaiblissement de cette dernière le thème central du livre V.

18L’impiété romaine se trouve tout d’abord mise en exergue dans la réponse faite par l'oracle d'Apollon à la délégation envoyée à Delphes :

  • 23 Liv. 5.16.11: Bello perfecto, donum amplum uictor ad mea templa portato, sacraque patria, quorum o (...)

“La guerre finie, porte, vainqueur, une belle offrande à mes temples, et les cérémonies religieuses de tes pères, dont on ne se soucie plus, restaure-les, et, suivant l'usage, accomplis-les23”.

  • 24 Liv. 5.17

19L'injonction de restaurer les rites nationaux, sans doute absente du texte ayant servi de source à Tite-Live, n'a été introduite ici que pour éclairer la négligence dont la cité se rend trop souvent coupable à l'égard des dieux. Au reste, comme pour confirmer cette culpabilité romaine, le récit livien pour 397 s'achève sur l'indication narrative de la découverte de la faute constituant l'αἴτιον de toutes les catastrophes s'étant abattues sur Rome : les magistrats ont été irrégulièrement nommés et, de surcroît, n'ont pas annoncé les féries latines sur le Mont Albain en suivant les formules rituelles24.

  • 25 Liv. 5.32.7.
  • 26 Liv. 5.14.1-4.

20Des rites qui ne semblent pas davantage suivis, ainsi qu'on l'a vu plus haut, par les tribuns militaires qui marchent au-devant de l'armée gauloise, pas plus que n'a été écouté l'avertissement des dieux que M. Caedicius a vainement porté à la connaissance des magistrats25. Tite-Live laisse entendre, au demeurant, que les dirigeants romains, aveuglés par la lutte qu'ils mènent contre la plèbe, ont pris l'habitude d’utiliser l'appareil religieux à des fins politiques, électoralistes, sans plus se soucier de l'intérêt général26.

  • 27 Liv. 5.25.4-6.
  • 28 Liv. 5.25.7. Ce n'est qu'après la prise de Falères que cette assemblée, édifiée par l'exemple de C (...)

21L'impiété dont les Romains se seraient alors rendus coupables est encore illustrée, dans le récit livien, par les épisodes mettant en valeur les réticences de la plèbe, sommée27 par Camille de s'acquitter de la dîme qu'il avait promise à Apollon avant la prise de Véies. Le sénat n’est pas non plus à l'abri de tout reproche et tarde à envoyer l'offrande à Delphes28.

  • 29 Liv. 5.30.3.

22Le débat sur le transfert d'une partie des institutions et de la population à Véies, puis le projet d'abandonner le site romuléen pour lui préférer les murs de l'ancienne rivale étrusque, éclairent également d'un jour particulièrement cru l'impiété croissante des Romains, oublieux des divinités tutélaires de la Ville29.

23Deux autres aspects de la narration accusent encore la finalité démonstrative de cette dernière : le fait que Camille serve de repère axiologique, et la nature des remèdes préconisés pour sortir de la crise.

24Du déclin moral dont les Romains sont les victimes Camille apparaît, en effet, comme le faire-valoir mécanique, dans la mesure où sa conduite s'inscrit systématiquement en faux par rapport à celle de ses concitoyens. Offensif au sujet du paiement de la dîme promise à Apollon, et du projet sacrilège d'émigration à Véies, c'est à lui qu'il revient de contrer les tribuns de la plèbe et c’est sur lui que se concentre cette inuidia qui le conduira à l'exil ; l'épisode de Falères lui vaut aussi d'apparaître, dans le récit livien, comme le champion de la iustitia et de la fides, accaparant un mérite que les récits précédents avaient attribué à l'ensemble du peuple romain. Enfin, alors que la bravoure et la discipline militaires romaines sont souvent défaillantes, il faut l'intervention de Camille pour rétablir ces dernières, ne serait-ce que provisoirement. Ce schéma opposant systématiquement les qualités de Camille (uirtus, fides, iustitia, clementia, pietas) à celles de ses concitoyens, du moins dans la période où prédomine la discorde, indique assez, outre le caractère artificiel du rôle du dux fatalis, son utilité avant tout narrative.

  • 30 Voir en particulier l'unanimité qui se fait autour de la nomination de Camille comme dictateur au (...)

25Quant au remède suprême proposé, il apparaît, encore une fois, tout chargé de l'idéologie de notre auteur, puisqu'il s'agit du retour à la concorde. Cette dernière présente deux aspects : l'union nationale autour de l'imperium de celui qui va incarner le centre du pouvoir au moment de la libération de la ville30 ; le reflux du conflit entre les ordres dont les effets se font immédiatement sentir à travers le succès que remporte le dictateur sur les Gaulois.

  • 31 Liv. 5.39.9-11.
  • 32 Liv. 5.46.6.
  • 33 Dans la tradition prélivienne que reflètent les récits de Diodore (14.116) et de Denys d Halicarna (...)

26Cette réconciliation n'a été toutefois possible qu’à la faveur du rétablissement de l'ordre moral : ce dernier est déjà perceptible alors que l’on est au cœur même de la tragédie, lorsque la vieille Rome s'apprête à disparaître dans le meurtre et l'incendie, et que les Romains, soudainement redevenus pieux, n'ont plus à l'esprit que l'urgence de mettre leurs sacra à l'abri31. Animés par ces sentiments, les défenseurs de l'Vrbs retrouvent alors le sens de leur mission : la discipline militaire réapparaît, le respect de l'auctoritas patrum redevient la règle : à Véies, les soldats, unanimes, répondent favorablement à la proposition du centurion Caedicius de rappeler Camille et de le placer à leur tête comme dictateur32 ; ils jugent aussi nécessaire d'obtenir l'assentiment du sénat, alors assiégé sur le Capitole : le récit de l'exploit de Cominius, qui parvient à escalader la colline malgré le blocus gaulois à seule fin d'obtenir l'auctoritas patrum, est du reste l'objet d'une réécriture livienne destinée à mettre ainsi en valeur la modestia retrouvée des dirigés33. Après quoi l'anéantissement des forces de Brennus par un Camille déchaîné peut consacrer la renaissance de la uirtus Romana, que seule la discorde civile avait pu mettre à mal.

27Ainsi donc, l'histoire livienne des événements rapportés au livre V procède tout d'abord de la volonté de décrire les mécanismes dialectiques liant de façon indissoluble déclin moral et affaiblissement physique de la cité, et de faire ainsi la démonstration de l'importance des valeurs cardinales que Tite-Live a inscrites au cœur de sa dialectique historique.

28Le recours à cette grille interprétative faisant intervenir l'ensemble des valeurs de sa philosophie de l’histoire indique assez l’importance des enjeux idéologiques que devait revêtir le récit de cette crise pour l'historien. C'est donc sur les raisons qui fondent l'intérêt particulier de notre auteur qu'il importe maintenant de porter notre attention.

29Il semble bien, en réalité, que la crise évoquée au livre V doit beaucoup de l'importance qui lui est accordée à sa situation dans le schéma temporel dans lequel s'inscrit le développement de la Ville, dont il a défini les caractéristiques dans sa préface.

  • 34 Liv., Praef., 9.

“Ce qu'il me plairait que l'on s'emploie, chacun pour sa part, à étudier attentivement, c’est la vie et les mœurs d'autrefois, ce sont les grands hommes et les politiques qui permirent, dans la paix comme dans la guerre, d'établir notre empire et de l'étendre ; que l'on s'attache, ensuite, à suivre par l'esprit d'abord une sorte de fléchissement moral, accompagnant un relâchement de la discipline, puis un affaiblissement de plus en plus marqué, et finalement le début d'un mouvement d'effondrement précipité, jusqu'à nos jours, où il ne nous est pas plus possible d'endurer nos vices que leurs remèdes34”.

30Cette conception organiciste n'est pas neuve : au moment où écrit Tite-Live, Polybe, Caton, Cicéron et Salluste ont déjà largement contribué à l'introduire dans le genre historiographique romain, s'inspirant en cela de l'exemple de la Grèce. Mais, à défaut d’être original, ce cadre n'en est pas moins décisif pour interpréter à la fois la structure globale de l’Ab Vrbe Condita, les mécanismes de l'histoire et la signification véritable des événements de 390.

31Appliquant à la lettre le programme de la préface, Tite-Live s'était attaché à montrer au livre I comment la première tendance historique de la cité avait d'abord suivi une logique ascendante, de Romulus à Servius Tullius. Les lecteurs avaient ainsi été invités à suivre les progrès de la concorde qu'autorisait le développement des valeurs cardinales romaines. Une nouvelle tendance, descendante cette fois-ci, devait ensuite conduire inéluctablement, crise après crise, à la prise de Rome par les Gaulois.

32Pour signaler ce processus de déclin en cours, Tite-Live devait recourir à une large palette de procédés rhétoriques.

33On remarquera, tout d'abord que les différents épisodes historiques ont été reliés entre eux de façon à constituer une trame temporelle continue, grâce à une focalisation constante de l'auteur sur le degré de discorde, année après année ; les crises sont, par ailleurs, de plus en plus dramatisées, celle aboutissant à la prise de la ville occupant l'ensemble du livre V ; d’autres procédés permettent encore à l'auteur de rendre perceptible l'évolution historique : ses nombreux commentaires relatifs à l'importance de la concorde ; un rythme narratif opposant crises et résolutions provisoires de tension, lesquelles sont de plus en plus rares ; le renforcement progressif du pouvoir de nuisance des tribuns de la plèbe ; la multiplication spectaculaire des conflits civils aux livres IV et V ; enfin et surtout, la structuration du temps autour des duces futaies romains (Romulus, Servius Tullius, Camille, pour les deux premières tendances historiques ; Camille, Scipion l'Africain, Auguste pour les deux suivantes).

  • 35 Sur l'analyse de l'élaboration rhétorique des cycles liviens de l'histoire, voir Mineo 1994, ch. 1 (...)

34L’analyse minutieuse du texte qui correspond à la tendance aboutissant à la crise qui nous intéresse révèle de fait la complexité et le grand nombre des procédés littéraires auxquels Tite-Live a eu recours pour faire apparaître les progrès du déclin. Mais, faute de pouvoir proposer dans le cadre de cet exposé l'explication du vaste ensemble de passages permettant d'illustrer le mouvement de l'histoire dans les cinq premiers livres de son œuvre, on se contentera ici d’énumérer les différentes articulations logiques marquant les progrès d’un déclin dont le point de départ semble avoir été le règne de Servius Tullius35.

35Ce règne marque, de fait, grâce à la parfaite moderatio du roi, à l'excellence de ses réformes, l'apogée du premier cycle d'histoire de Rome. Mais il est aussi le point de départ d'une nouvelle tendance historique, caractérisée par les progrès sensibles de la discorde, qu'encourage l'appétit de pouvoir et de richesses éveillé par le développement de la puissance de l'Vrbs.

  • 36 Dans le récit qui précède l’arrivée de Lucumon à Rome (Liv. 1.34.4-7), le futur Tarquin l'Ancien e (...)
  • 37 Le triomphe de la superbia est marqué, en particulier, par le comportement des fils d'Ancus Marciu (...)

36L'introduction des germes de cette évolution intervient de fait dès le règne d’Ancus Marcius : l'arrivée de Tarquin l’Ancien et de Tanaquil signale en effet l'implantation dans la cité (par contamination) de ce goût pour le pouvoir et pour les biens matériels36 qui, après s'être développé de façon souterraine, devait s'affirmer brutalement avec l'assassinat de Servius Tullius37.

  • 38 Il s'agit en particulier de l'absence de moderatio, de l'impiété et de l'injustice, de la cruauté (...)

37Dans le récit du règne de Tarquin le Superbe, déterminé en grande partie par toute une tradition annalistique, l'auteur s'employait à souligner la prédominance de toutes les anti-valeurs cicéroniennes de la communication politique (superbia, auaritia, saeuitia, libido), celles-là mêmes qui allaient de plus en plus marquer l'évolution historique conduisant inéluctablement la cité, victime de la discorde civile, à la tragédie gauloise38.

38Mais c'est seulement avec l'instauration de la République et le développement de la liberté inauguré par la lex Valeria de prouocatione puis l'institution en 494 du tribunat de la plèbe, que le récit livien avait pu faire fonctionner l'opposition dialectique entre l'orgueil aristocratique, qu'accompagne son cortège de vices, et les excès de la plèbe, dont la licentia était encouragée par les victoires politiques de cette dernière. Dès lors Rome allait offrir au lecteur l'image d'une cité malade d'une liberté quelle était incapable de dominer. Cette maladie devait s'aggraver progressivement, au fil des crises. La mise en forme dramatique de ces dernières ainsi que la prégnance, dans le récit, des concepts propres à la philosophie livienne de l’histoire, permettaient à l'auteur de signaler les différentes étapes de développement du mal.

  • 39 C'est notamment le cas de cet Ap. Claudius, fils du décemvir, qui, élevé dans la haine de la plèbe (...)
  • 40 Liv. 5.2.2 ; 5.4.5-6 ; 5.5.12 ; 5.9.4.
  • 41 Liv. 4.60.3-5 ; 5.2.2-12.

39Dans cette gigantesque architecture, le livre V correspondait donc, croyons-nous, à la crise ultime marquant le terme d'une tendance au déclin. La fin du livre précédent soulignait du reste le redoublement de la virulence et de la fréquence des troubles politiques. Un phénomène s'expliquant en partie organiquement par l'arrivée au pouvoir d'une nouvelle génération de dirigeants, plus orgueilleux que jamais39. Politiquement, les tribuns de la plèbe étaient forts, quant à eux, de toutes les victoires remportées dans le passé, et des toutes dernières en particulier : l'élection de questeurs plébéiens, l'institution du tribunat militaire à pouvoir consulaire, qui leur était ouvert. Tite-Live pouvait alors nous expliquer que leur licentia était devenue telle que désormais tout leur était devenu prétexte pour semer des troubles40 : projets de lois agraires, accès aux magistratures, élection des tribuns militaires, assignations en justice, et finalement établissement d'une solde par le sénat, interprété comme une machine de guerre conçue pour éloigner plus longtemps la plèbe de Rome41.

  • 42 Liv., Praef. 9.

40La fréquence des troubles était encore plus accentuée au livre V, où les rémissions ou résolutions de tension devenaient extrêmement rares. Tite-Live traduisait ainsi dans son rythme narratif les principes dialectiques qu'il avait posés dans sa préface pour définir les mécanismes du déclin : après un affaiblissement progressif de la discipline et une décadence morale de plus en plus avérée, intervenait brutalement l'effondrement final42 : c'est à ce stade ultime de l'évolution de la maladie de la cité que correspond par conséquent la situation de crise que traverse Rome en 390. Un nadir historique donc, mais aussi un point de départ, puisque l'histoire de la Ville devait connaître un nouveau commencement, grâce à l'intervention providentielle de Camille.

41La construction savante qui permettait à l'auteur de situer ainsi dans sa dialectique historique la crise dépeinte au Livre V n'était cependant pas gratuite. Elle permettait, au contraire, de dessiner une configuration analogue pour les années de crise conduisant à la catastrophe de 390 et celles aboutissant à l'établissement du principat.

42Tout d'abord, un même mouvement d'effondrement rapide accompagnant des luttes intestines qui finissent par engendrer le péril extérieur : d'un côté les Gaulois, de l'autre les forces orientales autour d'Antoine et de Cléopâtre. Puis l'intervention providentielle d'un dux fatalis parvenant à écraser un ennemi mortel et à refonder la cité autour du consensus s'opérant autour lui. Finalement, l'inauguration d'une nouvelle phase de l'histoire de Rome, sous la conduite du grand homme.

43La stature exceptionnelle attribuée à Camille dans le récit livien, celle d'un chef chargé des destins de la ville, ne prend, de fait, tout son sens qu'à l'intérieur de cette construction analogique. Initialement présenté par la tradition annalistique comme celui dont l'intervention s'est avérée décisive pour la conquête de Véies, Camille est devenu, dans la dispositio même du récit livien, l'acteur essentiel du devenir de Rome : son exil, conséquence du délitement de la conscience nationale, ouvre la porte de la ville aux Gaulois. Son retour, illustration du rétablissement progressif de la concorde, permet la libération de la ville, et empêche le paiement de la rançon.

  • 43 Voir la reconstitution de Paul Zanker (1983, 194) du programme sculptural du forum d'Auguste metta (...)

44C'est encore Camille qui intervient de façon déterminante pour faire échec aux tentatives tribuniciennes visant à installer les Pénates du peuple romain sur le site de Véies. Or ce rôle de dux fatalis, construit au prix d'une certain nombre de libertés prises par rapport aux sources du récit, ne pouvait pas manquer d'évoquer, aux yeux des contemporains de Tite-Live, la posture adoptée par Auguste43.

45Cette analogie entre le personnage de Camille et celui du princeps, Tite-Live s'est aussi employé à la rendre apparente en multipliant les allusions précises à des situations historiques et à des faits encore très proches de la conscience de ses lecteurs.

  • 44 Liv. 23.3-7.

46Ainsi, l'indication relative aux manifestations de joie de tous les ordres de la cité autour de Camille à l'occasion de son triomphe véien (omnibus ordinibus effusis) n’est-elle pas sans évoquer la politique cicéronienne de concordia omnium ordinum adoptée par Octave44.

  • 45 D.C. 51.19.2 : “... Les Romains ordonnèrent que lorsqu'il ferait son entrée dans la cité, les vier (...)

47Il est aussi possible que l'enthousiasme populaire que décrit Tite-Live à cette même occasion ait été de nature à rappeler celui qui accompagna le triomphe d'Octave sur l'Égypte en 2945.

  • 46 Liv. 5.50.8-9 ; sur la mise en scène de 27, cf. D.C. 53.11.4.

48La similitude est grande aussi entre l’attitude du sénat qui prie Camille de ne pas abdiquer sa dictature après son succès sur les Gaulois, en raison de la faiblesse où se trouve encore l'État, et celle des sénateurs qui refusent, en janvier 27, l'offre d'Octave de leur remettre les prérogatives du pouvoir46.

49Les qualités dont le récit livien pare le vainqueur de Véies ne contribuent pas moins efficacement à constituer ce réseau d'analogies. Ainsi, sa uirtus, son sens de la iustitia dans l'épisode de Falères, sa clémence, que l'on devine à sa façon de pardonner si facilement les torts de la plèbe à son endroit pour voler au secours de Rome, sa pietas surtout, ne le rendraient pas indigne du clipeus uirtutis que le sénat avait décerné à Auguste.

  • 47 Liv. 5.19.6.
  • 48 Liv. 5.50: Omnium primum, ut erat diligentissimus religionum cultor, quae ad deos immortales perti (...)
  • 49 D.C. 51.20.4 ; 22. Il affirme qu'Auguste s'employa alors à la dédicace du temple de Minerve, appel (...)

50Mais par-dessus tout, c'est la figure du pius Camillus qui se prête le mieux au jeu des analogies. La consécration promise d'un temple à Mater Matuta47, les efforts déployés par le personnage pour obtenir, malgré le peu d’empressement de ses concitoyens, l'envoi de la dîme à Apollon, l'accomplissement scrupuleux des rites, la purification de la ville ou la restauration des cultes lui valent d’être qualifié de diligentissimus religionum cultor48 : une posture qui est précisément celle d’Octave, d'abord pieux vengeur de son illustre père adoptif, puis pieux défenseur de la religion romaine, et qui peut du reste se vanter, dans ses Res Gestae, d'avoir fait restaurer 82 temples pour la seule année 28 a.C.49

  • 50 D.C. 50.25.3-4.
  • 51 D.C. 53.2.4. On remarquera aussi que l'urgence historique de la piété était également soulignée pa (...)

51En outre, le nationalisme religieux de Camille, dont le souci premier, après la catastrophe gauloise, est de restaurer le culte des divinités étroitement liées à l'identité romaine, correspond bien à la politique d’Octave Auguste au début du principat. Le lecteur de Tite-Live devait se rappeler ici les attaques récentes d'Octave contre Antoine, suppôt de divinités orientales et oublieux des dieux de sa patrie50, ainsi que les mesures récemment prises pour interdire la célébration des rites égyptiens à l'intérieur du Pomerium51.

52Mais c'est assurément la piété apollinienne qui constitue le point de rencontre le plus évident entre Camille et Auguste. L'attachement du vainqueur de Véies à Apollon est souligné à maintes reprises dans le récit : avant d'attaquer Véies, Camille avait explicitement placé son action sous les auspices du dieu ; ce fait était signalé par un tuo ductu, Pythice Apollo, rejeté en tête de phrase comme pour mieux attirer l'attention du lecteur sur ce patronage divin. On a déjà évoqué, en outre, la façon dont le personnage dut veiller de façon ombrageuse au paiement de la dîme promise à Apollon. Or c’est à cette même divinité, qui lui avait apporté la victoire d'Actium, qu'Octave, en octobre 28, venait de consacrer le temple palatin.

  • 52 D.C. 50.3-4 ; sur la rumeur relative au tranfert de capitale, cf. Sattler 1960, 75 ; Scott 1933, 4 (...)

53Enfin, la piété que manifeste Camille en se montrant fidèle au site choisi par Romulus et en s'opposant à la proposition de Sicinius, pouvait difficilement ne pas évoquer l'accusation qu'Octave avait lancée contre son rival de vouloir transférer le centre du pouvoir à Alexandrie52.

54En réponse à cette prétendue menace, le futur princeps avait affiché sa piété à l'endroit du site de Rome et de ses divinités tutélaires, en indiquant son intention de faire élever son mausolée dans Rome. Le gros œuvre de ces travaux semble avoir été terminé entre 28 et 23, de sorte que les lecteurs du livre V devaient en avoir encore l'image sous les yeux.

  • 53 Comparer Liv. 5.54.4 et Cic., Rep., 2.3-5.

55C'est précisément à sa fidélité au site premier de Rome, et à son adhésion aux raisons toutes cicéroniennes du choix du premier fondateur53 que Camille doit d'apparaître comme un nouveau Romulus.

  • 54 Liv. 5.49.7
  • 55 Liv. 5.24.11.

56Cette identification n'est officialisée, dans le récit, qu'après la libération de Rome, au moment où les Romains décernent à leur sauveur les titres de Romulus ac parens patriae, conditorque alter urbis54. La formule fait du reste écho à la périphrase dont avaient usé les patriciens, lors du premier combat contre le projet de Sicinius, pour désigner Romulus : deo Romulo, dei filio, parente et auctore urbis Romae55.

57Or l'équivalence ainsi posée entre Camille et Romulus en autorisait une autre, cette fois-ci entre Camille et Auguste.

  • 56 Suet., Aug., 7.4:...quibusdam consentibus Romulum appellari oportere quasi et ipsum conditorem urb (...)
  • 57 Hor., Carm., 1.2.50: hic ames dici pater atque princeps.

58On sait en effet qu'avant de retenir le cognomen d'Auguste, Octave avait caressé l'espoir de se faire appeler Romulus, et qu'à défaut d'en avoir gardé le nom, il en avait conservé le rôle de refondateur56. Le titre de pater patriae devait lui être décerné en 2 a.C., mais il était déjà dans les esprits en 23 a.C., puisqu'une ode d'Horace pouvait alors le lui décerner symboliquement57. Enfin les expressions de dei filio et d'auctore urbis Romae, que l'on retrouve dans la titulature officielle et officieuse d'Auguste, pouvaient difficilement passer inaperçues des lecteurs de Tite-Live.

59Ainsi, grâce à ce système d'analogies, en tous points semblable à celui dont use Virgile pour superposer les figures d'Énée, d’Évandre et d'Auguste, Tite-Live était-il parvenu, quant à lui, à poser l'équivalence historique entre Romulus, Camille et Auguste, les héros dont l’action avait permis que s'ouvrît un nouveau cycle d'histoire. Le fait est qu'aux yeux de l'historien, Camille partageait encore avec le princeps une dernière fonction propre aux duces fatales liviens, celle qui permettait précisément de fermer une ère et d'en inaugurer une autre.

60C'est en effet à cette ambition-là qu'il faut rapporter, dans le long discours de Camille clôturant le livre V, l'indication de l'âge de la ville :

  • 58 Liv. 5.54.5-6

“Nous en sommes à la trois cent soixante cinquième année de l'existence de Rome ; cela fait bien longtemps que vous guerroyez au milieu de peuples si anciens, et dans tout ce temps-là, – pour ne pas citer les villes une par une – ni l'union des Volsques et des Eques, qui représentent des places si nombreuses et si fortes, ni l'Étrurie entière, également puissante sur terre et sur mer et occupant toute la largeur de l’Italie, n’ont pu vous égaler à la guerre. Puisqu'il en est ainsi, pour quelle raison diantre iriez-vous tenter une expérience ailleurs, quand celle que vous avez faite ici est heureuse, et que d'autre part, à supposer que votre valeur puisse s'exercer ailleurs, la fortune de ce lieu, elle, ne saurait être transférée ?58

  • 59 Hubaux 1958, 343 sq.
  • 60 Liv. 5.39.8-40.1.
  • 61 Denys explique, en effet, qu'à l'exception du Capitole, tout le reste de la ville fut abandonné de (...)

61C’est à J. Hubaux que revient le mérite d'avoir identifié la signification symbolique de ce chiffre qui indique l'achèvement du premier cycle d'existence de l'Vrbs59. Le bilan historique qui suit souligne du reste la réalité de la fin de cette première Rome, à la fois légendaire et historique. Cette mort a aussi été symbolisée dans le récit de la prise de la ville par l'épisode qui met en scène ces vieux patriciens faisant escorte à la jeunesse romaine en route pour le Capitole pour assurer la continuité des destins de la Ville ; après quoi, ces représentants du passé romain devaient s'en retourner vers la ville basse, pour trouver la mort dans le brasier qui allait détruire ce qui restait de la vieille Rome, véritable ἐκπύρωσις dans laquelle disparaissait l'ancien monde60. Une mise en scène que l'on ne retrouve du reste nulle part avant Tite-Live, pas même chez Denys d’Halicarnasse qui semble pourtant suivre une source commune61.

  • 62 Pol. 1.3 ; cf. Pédech 1964. 443.

62Le point de départ choisi par Tite-Live pour marquer les commencements d'un nouveau cycle historique ne saurait du reste surprendre. La gravité de l'événement, le recul territorial de Rome réduit au seul Capitole ne pouvaient que donner l'impression d'un retour au point de départ. C'est ainsi que Polybe avait choisi de faire lui aussi de cette date l'ἀρχή de la croissance continue de l'Vrbs62. Et il n’était peut-être pas le premier à le faire non plus. Mais en construisant de façon analogique la figure de Camille, la crise traversée par son monde, en faisant, par ailleurs, résonner le chiffre symbolique de 365, Tite-Live orientait quant à lui le sens de l'histoire de façon plus précise. Ses contemporains, bien informés de l'ambition augustéenne d'ouvrir une ère nouvelle, ne devaient pas avoir grand mal à comprendre le message.

  • 63 Ce chiffre est très proche de celui que propose Cassius Hémina pour qui la prise de Rome serait in (...)
  • 64 Il en va de même pour les 360 ans de Rome évoqués par les vieux patriciens (Liv. 5.40.1). Ce derni (...)

63D'un point de vue narratif, on remarquera que le propos de rendre la valeur symbolique de ce chiffre se traduit par un certain démarquage par rapport à la logique chronologique. L'Ab Vrbe condita comprend, en effet, le récit continu de 362 années entre la fondation et la prise de Rome63. Dès lors les 365 années constituent un arrondi suspect. Il paraît donc probable que le chiffre de 365 ait revêtu une valeur symbolique facile à comprendre pour un contemporain de Tite-Live, déjà habitué à vivre dans le cadre de l'année julienne de 365 jours64. Compte tenu, par ailleurs, de tous les efforts déployés par Tite-Live pour suggérer à la fois la mort et la résurrection de Rome, ce chiffre résonne étrangement, et tombe trop bien pour n'être qu'une seule coïncidence, le reflet d'une simple coquetterie stylistique.

64Pareille construction ne peut être, en réalité, que livienne, ou, tout au moins contemporaine de Tite-Live. Cette insistance sur un cycle qui se ferme ne se comprend, en effet, que par sa valeur analogique avec le deuxième cycle. Ce dernier, d'une durée exactement semblable à celle du précédent (362 ans), constitué, lui aussi, de deux tendances historiques opposées, l'une ascendante, l'autre descendante, devait donc s'achever en 28 a.C., laissant la place à l'ère nouvelle inaugurée sous les auspices apolliniens d'Auguste. Comme chez Virgile, dont la production est contemporaine, les temps se télescopent et les figures se confondent : à la refondation de Rome par Camille, correspond donc celle du princeps. Camille est à la fois le reflet d'un passé romuléen et la préfiguration de l'avenir augustéen.

65La crise aboutissant aux événements de 390 dans le récit livien laisse donc clairement apparaître l'application d'une grille idéologique, d'inspiration cicéronienne, mais réinvestie par les idéologues du principat. Elle s'inscrit à l'intérieur d'une représentation cyclique du temps, construite sur des principes analogiques permettant de jeter un pont temporel reliant l'action des grands duces fatales, initiateurs des cycles de développement de la cité. Dans cette perspective, la version livienne de la crise que traverse la Rome de Camille est le miroir de celle qu'avait connue la Rome d'Auguste. Comme cela avait déjà été le cas dans ce lointain passé, l'Vrbs s'était alors effondrée sous les effets pernicieux de la discorde ; mais elle avait pu trouver un nouvel élan grâce au consensus réalisé autour de la figure du prince, dont la pieuse fidélité aux valeurs fondatrices de l'identité romaine avait permis au phénix de renaître de ses cendres. La coïncidence entre les débuts de l'écriture et le moment historique constituant le point de référence ultime de la trame temporelle qui structure l'ensemble de l'Ab Vrbe Condita, constitue assurément une ultime confirmation de cette hypothèse.

Bibliographie

Bibliographie

Adams, J. (1975): The Republic of Plato, Books 6-10, Cambridge.

Dutoit, E. (1942) : “Quelques généralisations de portée psychologique et morale”, REL, 20, 98-105.

Hubaux, J. (1958) : Rome et Véies, Recherches sur la chronologie légendaire du monde romain, Paris.

— (1958) : “La crise de la trois cent soixante cinquième année”, in : Hubaux 1958, 36-88.

Kraft, K. (1967): “Der Sinn des Mausoleums des Augustus”, Historia, 16, 189-206.

Mineo, B. (1994) : La communication entre dirigeants et dirigés, Thèse de doctorat, Université de Lille III.

— (1998) : “L’interprétation livienne de l’histoire : le récit des défaites romaines de la Trébie à Cannes”, REL, 75, 113-128.

Pédech, P. (1964) : La Méthode historique de Polybe, Paris.

Richard, J.-Cl. (1970) : “‘Mausoleum’ : d’Halicamasse à Rome, puis à Alexandrie”, Latomus, 29, 370-388.

Sattler, P. (1960): Augustus und der Senat, Göttingen.

Scott, K. (1933): “The political propaganda of 44-30 B.C.”, MAAR, 11, 7-49.

Zanker, P. (1983): The Power of Image in the Age of August, Ann Arbor.

Notes

1 Liv. 5.2 ; 5.3-6.

2 Liv. 5.51 sq....

3 Liv. 5.3.10: Quae si perpetua concordia sit, quis non spondere ausit maximum hoc imperium inter finitimos breui futurum esse?; Liv. 5.7.10:... beatam urbem Romanam, et inuictam, et aeternam illa concordia dicere...

4 Dutoit 1942, 98 sq.

5 Liv. 5.33.1: Expulso due quo manente, si quicquam humanorum certi est, capi Roma non potuerat, aduentante fatali urbi clade, legati a Clusinis ueniunt, auxilium aduersus Gallos petentes

6 Diod. 14.117.5-7.

7 Les valeurs politiques que Tite-Live affirme dans l'ensemble de l'Ab Vrbe Condita s'inspirent de près de l'humanisme cicéronien tel qu'il s'exprime dans le De RePublica et surtout le De Officiis, un traité d'inspiration panétienne et posidonienne. Cf. Mineo 1994, 280-286...

8 Succès plébéiens à la questure (Liv. 4.6.8), élection d'un plébéien au tribunat militaire (Liv. 5.12.12).

9 Liv. 5.12.12.

10 Liv. 5. 29.6-7.

11 Liv. 5.32. En 4.2.9, mise en abîme du mécanisme historique qui fait que tout succès de la plèbe ne fait qu’encourager la licentia de cette dernière ; les tribuns paraissent avides de s’emparer de tout prétexte pour relancer les conflits (4.2.2) ; 4.9.4 ; les procès intentés injustement contre les grands sont nombreux pour cette période. Liv. 4.41.10 ; 4.44.10 ; 5.12.12 ; 5.29.6-7 ; 5.32.

12 Il s'agit d'une évolution continue : Liv. 4.2.1 ; 4.5 ; 4.51.5 ; 4.53.10-13 ; 5.2.13-14,5.14.

13 Liv. 5.36.6-7: Ibi, iam urgentibus Romanam urbem fatis, legati, contra ius gentium, arma capiunt... Quin etiam Q. Fabius, euectus extra aciem equo, ducem Gallorum, ferociter in ipsa signa Etruscorum incursantem, per latus transfixum hasta occidit...

14 Liv. 5.36.8-12.

15 Insistance sur la modération de la démarche des Gaulois, qui envoient une délégation demander pacifiquement réparation (Liv. 5.36.8) ; insistance également sur la violation du ius par les Romains (Liv 5 37 4)

16 Liv 5.29.6-7.

17 Liv. 5.38.1.

18 Liv. 5.37.3-4.

19 Mineo 1998, 113-128.

20 Liv. 5.38.3.

21 Liv. 5.38.5.

22 Liv. 5.38.9.

23 Liv. 5.16.11: Bello perfecto, donum amplum uictor ad mea templa portato, sacraque patria, quorum omissa cura est, instaurata, ut adsolet, facito.

24 Liv. 5.17

25 Liv. 5.32.7.

26 Liv. 5.14.1-4.

27 Liv. 5.25.4-6.

28 Liv. 5.25.7. Ce n'est qu'après la prise de Falères que cette assemblée, édifiée par l'exemple de Camille, se résoudra enfin à prendre les dispositions requises pour que la cité puisse enfin s'acquitter de ses engagements religieux (Liv. 5.28.1).

29 Liv. 5.30.3.

30 Voir en particulier l'unanimité qui se fait autour de la nomination de Camille comme dictateur au moment de la crise gauloise, ainsi que le refus du sénat d'accepter l'abdication de Camille après la libération de la ville, compte tenu de la faiblesse où se trouve encore la ville.

31 Liv. 5.39.9-11.

32 Liv. 5.46.6.

33 Dans la tradition prélivienne que reflètent les récits de Diodore (14.116) et de Denys d Halicarnasse (13.9.2), il n'est nulle part question de Camille lors de la mission de Cominius sur le Capitole.

34 Liv., Praef., 9.

35 Sur l'analyse de l'élaboration rhétorique des cycles liviens de l'histoire, voir Mineo 1994, ch. 11 et 12.

36 Dans le récit qui précède l’arrivée de Lucumon à Rome (Liv. 1.34.4-7), le futur Tarquin l'Ancien est caractérisé par une référence à l'orgueil que lui inspire sa richesse. Tanaquil est, quant à elle, surtout remarquable pour son appétit démesuré pour les honneurs et le pouvoir.

37 Le triomphe de la superbia est marqué, en particulier, par le comportement des fils d'Ancus Marcius élevés dans la pourpre, et vouant un parfait mépris à l'encontre de cet homme aux origines ambiguës qu'est Servius Tullius. C'est cet état d'esprit et l'appétit pour le pouvoir de Tullia qui conduisent à l'asassinat du roi, et ce en dépit des sages dispositions que ce dernier avait prises pour prévenir une évolution prévisible : Nec rupit tamen fati necessitatem humanis consiliis quin invidia regni etiam inter domesticos infida omnia atque infesta faceret (Liv.1.40.3).

38 Il s'agit en particulier de l'absence de moderatio, de l'impiété et de l'injustice, de la cruauté et de la cupidité, des passions charnelles.

39 C'est notamment le cas de cet Ap. Claudius, fils du décemvir, qui, élevé dans la haine de la plèbe et de ses tribuns, devenait tribun militaire à pouvoir consulaire en 424 :...et iam inde ab incunabulis imbutum odio tribunorum plebisque... (Liv. 4.5).

40 Liv. 5.2.2 ; 5.4.5-6 ; 5.5.12 ; 5.9.4.

41 Liv. 4.60.3-5 ; 5.2.2-12.

42 Liv., Praef. 9.

43 Voir la reconstitution de Paul Zanker (1983, 194) du programme sculptural du forum d'Auguste mettant en valeur les summi uiri de Rome.

44 Liv. 23.3-7.

45 D.C. 51.19.2 : “... Les Romains ordonnèrent que lorsqu'il ferait son entrée dans la cité, les vierges vestales, le sénat et le peuple avec femmes et enfants iraient à sa rencontre...”.

46 Liv. 5.50.8-9 ; sur la mise en scène de 27, cf. D.C. 53.11.4.

47 Liv. 5.19.6.

48 Liv. 5.50: Omnium primum, ut erat diligentissimus religionum cultor, quae ad deos immortales pertinebant rettulit et senatus consultum facit...

49 D.C. 51.20.4 ; 22. Il affirme qu'Auguste s'employa alors à la dédicace du temple de Minerve, appelé Chalcidicum, à l'élévation d'une statue en l'honneur de Victoire, à la consécration du temple de Julius. Ce sera aussi la fermeture du temple de Janus, et la prise de l'augurium salutis. Cette activité religieuse redouble en 28, lors de son sixième consulat, avec la réalisation du recensement, la dédicace du temple d'Apollon, le festival en l'honneur de sa victoire à Actium. Quant à Auguste lui-même, il rappelle dans ses Res Gestae (RGDG, 19-20) qu'il avait fait restaurer quatre-vingt-deux temples en 27.

50 D.C. 50.25.3-4.

51 D.C. 53.2.4. On remarquera aussi que l'urgence historique de la piété était également soulignée par Camille dans un discours prononcé après la libération de Rome : “Alors que vous pouvez voir à quel point le respect et la négligence des dieux sont déterminants dans les choses humaines, ne comprenez-vous donc pas la gravité du sacrilège que nous nous disposons à commettre, alors que nous émergeons à peine d'un naufrage, conséquence de nos fautes précédentes et de notre défaite ?”. Or cette argumentation reflète précisément l'idée communément répandue par les chantres de la restauration augustéenne : les malheurs survenus avant 27 étaient ainsi supposés sanctionner une impiété éhontée avec laquelle il s'agissait de rompre pour retrouver les voies de la grandeur.

52 D.C. 50.3-4 ; sur la rumeur relative au tranfert de capitale, cf. Sattler 1960, 75 ; Scott 1933, 43 sq. Kraft (1967, 200 sq.) a démontré que la construction du Mausolée peut-être projetée dès 32 devait d'abord être interprété comme un acte de propagande destiné à rendre patente la ferme détermination d'Octave de rester lié à la ville jusqu'à sa mort. Selon Richard (1970, 370 et sq.), il aurait été commencé en 28, et n'aurait pas encore été achevé en 23.

53 Comparer Liv. 5.54.4 et Cic., Rep., 2.3-5.

54 Liv. 5.49.7

55 Liv. 5.24.11.

56 Suet., Aug., 7.4:...quibusdam consentibus Romulum appellari oportere quasi et ipsum conditorem urbis, praeualuisset...

57 Hor., Carm., 1.2.50: hic ames dici pater atque princeps.

58 Liv. 5.54.5-6

59 Hubaux 1958, 343 sq.

60 Liv. 5.39.8-40.1.

61 Denys explique, en effet, qu'à l'exception du Capitole, tout le reste de la ville fut abandonné de ses habitants (Dion. H. 13.6.1).

62 Pol. 1.3 ; cf. Pédech 1964. 443.

63 Ce chiffre est très proche de celui que propose Cassius Hémina pour qui la prise de Rome serait intervenue en l'an 362 de Rome, puisqu'il date de 363 les tribuns militaires de l'année suivante : “La raison de la dénomination de ces lendemains de fête est donnée par Gellius au livre 15 de ses Annales et par Cassius Hémina au livre 2 de ses histoires. En l’an 363 de la fondation de la Ville, les tribuns militaires Virginius, Manlius, Aemilius, Postumius et leurs collègues ont soulevé au sénat la question de savoir pourquoi, en si peu d'années, la République avait subi tant de désastres" (Macr. 1.16.21-24).

64 Il en va de même pour les 360 ans de Rome évoqués par les vieux patriciens (Liv. 5.40.1). Ce dernier chiffre est, en effet, susceptible d'être interprété comme une subdivision de la grande année platonicienne, d'une durée de 36 000 ans. A ce titre sa connotation était sans doute plus philosophique que les 365 années de Camille. Cf. Adams 1975, 297-303 : dans cet ouvrage, l'auteur, s'appuyant sur un passage du Politique (268e-274e), pense que pour Platon la grande année aurait été de 36 000 ans, lesquels se subdiviseraient en une ὅδος ἄνω et une ὅδος κάτω de 18 000 ans chacune.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540