Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

Le vocabulaire de la crise du pouvoir chez Dion Cassius

Marie-Laure Freyburger

Texte intégral

1La crise de l’empire romain au iiie s., ce qu’on appelle l’“anarchie militaire”, commence en 235, à la mort de Sévère Alexandre, alors que l’historien Dion Cassius s’est retiré dans sa Bithynie natale et a, semble-t-il, mis le point final à son Histoire Romaine au moins depuis la fin de son second consulat en 229.

2Or la carrière politique et administrative de notre auteur, né vers 160, débute sous le règne de Commode et se déroule entre de longs séjours à Rome à la cour impériale et des gouvernements, légations et curatelles en province. Il est mêlé de près, même si l’Histoire Auguste ne mentionne jamais son nom, à tous les événements qui agitent l’empire entre 191 et 229 et revendique clairement sa mission de témoin oculaire.

  • 1 D.C. 72.18.4.

3“Il est sûr que je décrirai avec plus de finesse et exposerai avec plus de minutie les événements contemporains que ceux d’une époque antérieure parce que j'y ai assisté et que je ne connais personne d’autre parmi ceux qui sont capables d’écrire un récit digne de ce nom qui en ait une connaissance aussi précise que moi”, écrit-il en relatant les Jeux organisés par Commode en 1921.

4Il se trouve que ces presque quarante années sont fertiles en “crises du pouvoir” et l’observateur avisé qu'est Dion ne manque pas d’en rapporter les péripéties et les conséquences. D’après son propre témoignage d’ailleurs, il semble avoir d'abord rédigé une histoire des guerres civiles de 193 à 197 :

Πόλεμοι δὲ μετὰ τοῦτο καὶ στάσεις μέγισται συνέβησαν, συνέθηκα δ’ ἐγὼ τούτων τὴν συγγραφήν...

  • 2 D.C. 72.23.1.

“Après cela se produisirent des conflits et des guerres civiles très violents et j’entrepris d’en faire le récit...2

  • 3 D.C. 72.23.1-4.

5C’est le succès remporté à la cour par cet ouvrage qui a encouragé ensuite Dion à l’insérer dans une histoire romaine complète des origines jusqu’à son époque3.

6Nous essaierons rapidement de voir comment Dion, nourri de la παιδεία grecque traditionnelle, élève des sophistes mais parfaitement intégré dans l’Empire romain, juge cette période contemporaine troublée avant de nous tourner avec lui vers le passé romain et d’étudier son appréciation d’un certain nombre de crises qui ont agité Rome au cours de son histoire.

1. Dion témoin des στασεiσ μεγισται de son temps

7Cette période occupe la dernière décade de l’Histoire Romaine, composée de 80 livres, malheureusement très mutilée et fragmentaire.

8La prise du pouvoir par Septime Sévère occupe, quant à elle, près de deux livres dont nous possédons le résumé de Xiphilin et d'importants fragments.

9A la mort de Pertinax, assassiné par les prétoriens, deux candidats au pouvoir suprême s’affrontent à Rome, Didius Julianus et Flavius Sulpicianus, et Dion constate avec amertume que l’empire tout entier est mis aux enchères :

Ὅτε δὴ καὶ πρᾶγμα αἴχιστον τε καὶ ἀνάξιον τῆς Ῥώμης ἐγένετο-ὥσπερ γὰρ ἐν ἀγορᾷ καὶ ἐν πωλητηρίῳ τινὶ καὶ αὐτὴ ἡ ἀρχὴ αὐτῆς πᾶσα ἀπεκηρύχθη. Καὶ αὐτὰς ἐπίπρασκον μὲν οἱ τὸν αὐτοκράτορά σφων ἀπεκτονότες, ὠνητίων δὲ ὅ τε Σουλχικιανὸς καὶ ὁ Ἰουλιανὸς ὑπερβάλλοντες ἀλλήλους, ὁ μὲν ἔνδοθεν ὁ δὲ ἔξωθεν.

  • 4 D.C. 73.11.3.

“C’est alors que se produisit une affaire des plus honteuses et indigne de Rome : comme dans un marché ou une salle des ventes, à la fois Rome et son empire tout entier furent vendus aux enchères. Les vendeurs étaient les assassins de leur empereur et les acheteurs, Sulpicianus et Julianus qui enchérissaient l’un contre l’autre, l’un à l’intérieur du camp des prétoriens, l’autre à l’extérieur4.”

Finalement, c’est Didius Julianus qui l’emporte, du moins à Rome.
Tandis qu’en province ce sont trois généraux qui rivalisent pour le pouvoir suprême :

Ἐν μὲν δὴ τῇ Ῥώμῃ τάῦτα ἐγένετο, περὶ δὲ τῶν ἔξω ταύτης γενομένων καὶ νεωτερισθέντων ἤδη ἐρῶ. Τρεῖς γὰρ δὴ τότε ἄνδρες, τριῶν ἕκαστος πολιτικῶν στρατοπέδων καὶ ἄλλων ξενικῶν συχνῶν ἄρχοντες, ἀντελάβοντο τῶν πραγμάτων, ὅ τε Σεουῆρος καὶ ὁ Νίγρος καὶ ὁ Ἀλβῖνος…

  • 5 D.C. 73.14.3.

“Voici ce qui se passa à Rome. Je vais maintenant parler de ce qui s’est passé à l’extérieur et des rébellions qui se produisirent. Trois hommes, chacun à la tête de trois légions de citoyens et de nombreuses légions étrangères, tentèrent de s’emparer du pouvoir, Sévère, Niger et Albinus5.”

  • 6 D.C. 75.4.1.
  • 7 D.C. 75.4.2.

10Après avoir éliminé Niger à la bataille d’Issos, en 194, Sévère s’oppose à son César, Albinus, dans une guerre civile (πόλεμος... ἔμφύλιος6) qui ébranle le monde entier (συγκινουμένης διὰ ταῦτα τῆς οἰκουμένης7). Si les sénateurs, prudents, gardent d’abord leur calme, le peuple manifeste bruyamment à l’occasion d’une course de chars et l’inquiétude gagne alors aussi le sénat (ταῦτά τε οὖν καὶ μᾶλλον ἡμᾶς ἐτάραττε). La bataille de Lyon donne à Sévère le pouvoir impérial sans partage, mais l’attitude cruelle du vainqueur ne laisse pas d’indisposer et le sénat et le peuple :

ἐφ ’οἷς δῆλος γενόμενος ὡς οὐδὲν εἴη οἱ αὐτοκράτορος ἀγαθοῦ, ἔτι μᾶλλον ἡμᾶς τε καὶ τὸν δῆμον... ἐξεψόβησεν.

  • 8 D.C. 75.7.4.

“Comme il devint clair à cette occasion qu’il n’avait rien d’un bon empereur, il augmenta aussi bien notre crainte que celle du peuple8”.

11Cette remarque renvoie implicitement aux promesses faites auparavant par Septime Sévère lorsqu’il était entré dans Rome en 193 :

Ἐσελθὼν δὲ οὕτως ἐνεανιεύσατο μὲν οἷα καὶ οἱ πρῴην ἀγαθοὶ αὐτοκράτορες πρὸς ἡμᾶς, ὡς οὐδένα τῶν βουλευτῶν ἀποκτενεῖ...,

  • 9 D.C. 75.2.1.

“Étant entré de la sorte, il nous tint des propos enthousiastes comme en faisaient les bons empereurs de naguère, promettant de ne tuer aucun sénateur...9

12En tout cas, son discours au sénat choque notre historien qui en rapporte un résumé émaillé de citations directes :

... τὴν μὲν Σύλλου καὶ Μαρίου καὶ Αὐγούστου αὐστηρίαν τε καὶ ὠμότητα ὡς ἀσφαλεστέραν ἐπαινῶν, τὴν δὲ Πομπηίου καὶ Καίσαρος ἐπιείκειαν ὡς ὀλεθρίαν αὐτοῖς ἐκείνοις γεγενημένην κακίζων,

  • 10 D.C. 75.8.1.

“louant la sévérité et la cruauté de Sylla, de Marius et d’Auguste comme l’attitude la plus sûre, et blâmant la douceur de Pompée et de César qui leur avait été fatale10”.

13Cet étrange rappel des guerres civiles de la fin de la République s’inscrit dans le désir de Sévère de marquer la continuité avec le passé romain en général et la dynastie précédente, celle des Antonins, en particulier.

14On notera que ces passages peu flatteurs pour l’empereur en place n’ont sans doute pas fait partie de l’ouvrage primitif que Dion avait consacré aux guerres civiles de 193-197, mais ont pu être ajoutés ensuite, après la mort de Septime Sévère, dans son Histoire Romaine définitive.

15Nous remarquerons les termes comme νεωτερίζειν pour désigner les tentatives de coups d’État, πόλεμος... ἔμφύλιος, pour désigner la guerre civile, tandis que les réactions des populations et particulièrement du sénat, inquiétude, trouble, crainte sont exprimées par des mots comme συγκινουμένης, ἐτάραττε, ἐξεφόβησεν.

16En fait, selon Dion, il y a crise du pouvoir lorsque les soldats – particulièrement les prétoriens – font et défont les empereurs, les assassinant et les acclamant, mettant devant le fait accompli le peuple et le sénat. Ce dernier ne joue plus guère de rôle politique, devenu une simple chambre d’enregistrement des nominations et assistant en spectateur impuissant aux intrigues des prétendants au pouvoir suprême.

2. Dion et les crises du passé

2.1. La “crise” du ive s.

17Mais qu’en est-il des crises les plus anciennes ? Plus que les événements eux-mêmes, nous allons essayer de suivre les réflexions de notre auteur (souvent par le truchement de son abréviateur Zonaras) concernant les débuts de la République.

18Dans l'Histoire Romaine, nous trouvons une réflexion personnelle de notre auteur après son récit de la chute de Tarquin en 509 :

Πᾶσαι μὲν γὰρ μετίχβολαὶ σφαλίρώταταί εἰσι, μάλιστα δὲ αἱ ἐν ταῖς πυλιτείαις πλε ῖστα δὴ καὶ μέγιστα καὶ ἰδιώτας καὶ πόλεις βλάπτουσι. Διὸ οἱ νοῦν ἔχοντες ἐν τοῖς α ὐτοῖ ς ἀεί, κἄν βέλτιστα ᾖ, ἀξιοῦσιν ἐμμένειν ἤ μεταλαμβάνοντες ἄλλοτε ἄλλα ἀεὶ πλανᾶσθηι,

  • 11 D.C., frag. 12.3a.

“Tous les changements sont très dangereux, et particulièrement ceux affectant les systèmes de gouvernement qui nuisent grandement tant aux particuliers qu’aux cités. C’est pourquoi les hommes sensés préfèrent rester toujours dans le même gouvernement, même si ce n’est pas le meilleur, plutôt que d’être perpétuellement déstabilisés en en changeant toujours11.”

19Ce fragment, attribué à Dion Cassius par Angelo Mai (éditeur du De Sententiis), a été placé par Boissevain au moment de la chute de Tarquin et serait un commentaire de l'historien sur le passage de la royauté à la république, reflétant sa conception traditionaliste de la politique et son souci de l'ordre public.

20En fait, les désordres ne tardent pas, le peuple se révolte et ses diverses rébellions et sécessions sont rapportées dans quelques fragments et par l'abréviateur Zonaras. Nous relevons notamment la première attestation de στάσις de l'Histoire Romaine dans un fragment des Excerpta Valesiana (De virtutibus et vitiis) :

Πρὸς στάσεις ἐτράποντ. Α ἴτιον δ ’ὅτι οἵ τε ἰσχύοντες τοῖς χρήμασιν ἐν πᾶσι τῶν καταδεεστέρων ὡς καὶ βασιλεύοντες σφων κροέχειν ἐβούλοντο, καὶ οἱ ἀσθενέστεροι οὐδὲν αὐτοῖς οὐδὲ σμικρὸν ὡς καὶ ἰσονομούμενοι πειθαρχεῖν ἤθελον... ὥστ ’ἀὐτοὺς ἐπὶ πλεῖστον ἀνθρώπων... διχυστατῆσαι...Συχνυοὶ τῶν πρώτων καὶ ἐξεπίτηδες σφας πολλάκις παρεσκτύασαν. Καὶ ἐκεῖθεν ἀρξάμενοι πολὺ πλείω κακὰ πρὸς ἀλλήλων ἤ τῶν ἀλλοφύλων ἔπαθον. Καί µoι καὶ καταμαντεύσασθαι ἐξ αὐτῶν ἐπέρχεται ὅτι οὐκ ἔστιν ὅπως ἄλλως εἴτ ’οὖν τῆς δυνάμεως εἴτ οὖν τῆς ἀρχῆς στερηθεῖεν, εἰ μὴ δι’ ἀλλήλων σφαλεῖεν.

  • 12 D.C., frag. 17.1.

“Ils se mirent à se révolter pour la raison suivante : ceux dont la richesse faisait la force voulaient l’emporter sur leurs inférieurs comme s’ils régnaient sur eux et les plus faibles ne voulaient pour rien au monde leur obéir en quoi que ce fût, persuadés de jouir des mêmes droits... de sorte que leurs dissensions étaient extrêmes. Beaucoup parmi les hommes de premier rang les provoquèrent souvent volontairement. Et, à partir de là, les Romains subirent de bien plus grands maux les uns des autres que de la part d’étrangers... C’est pourquoi j’en viens à conjecturer qu’il est impossible de priver les puissants de leur puissance et de leur pouvoir, à moins qu’ils ne s’abattent mutuellement12”.

21Zonaras, de son côté, précise :

Πλείστων γοῦν δεινῶν τοῖς Ῥωμαίοις αἰτία ἡ τότε τῶν δυνατωτέρων πρὸς τοὺς ὐποδεεστέρους ἀκρίβεία γέγονεν,

  • 13 Zonar. 7.14.4.

“C’est l’intransigeance des riches à l’égard des pauvres qui fut la cause des maux très nombreux qui s’abattirent sur les Romains13”.

22La remarque de Dion, qui annonce les combats des chefs de la lin de la République, montre bien les enjeux des première crises entre les patriciens et les plébéiens, qui aboutissent, devant le danger extérieur, à la création de la dictature telle que la rapporte Zonaras, magistrature qui donne à un seul homme les pouvoirs d’un roi pour six mois :

Τὴν μὲν γὰρ τοῦ βασιλέως ἐπωνυμίαν διὰ ταὺς Ταρκυνίους ἐμίσησαν, τὴν δ ’ἐΚ
τῆς μοναρχίας ὠφέλειαν θέλοντες, ὡς, πολὺ ἰσχυούσης ἐς τὰς τῶν πολέμων καὶ
τῶν στάσεων περιστάσεις, ἐν ἄλλῳ ταύτην ὀνόματι εἵλοντο...

  • 14 Zonar. 7.13.12.

“Ils détestaient le titre de roi à cause des Tarquins, mais, voulant bénéficier des avantages de la monarchie dans les cas de guerres ou de crises, ils la choisirent sous un autre nom14.”

23Mais, dès après la dictature de Valérius,

ὁ δῆμος χαλεπώτατα ἐστασίασεν, ὥστε καὶ τὴν πολιτείαν νεοχμῶσαι,

  • 15 D.C., frag. 17.6.

“Le peuple se révolta très violemment au point même de provoquer des changements dans la constitution15”.

  • 16 Zonar. 7.15.

24Il s’agit de la première sécession de la plèbe et ces ‘changements’ désignent la création des tribuns de la plèbe, largement décrite par Zonaras16 et qui calme les esprits :

Ἡ μὲν οὖν στάσις ἡ πρώτη οὕτω τοῖς Ῥωμαίοις κατέπαυσεν,

  • 17 Zonar. 7.16.1.

“C’est ainsi que prit fin la première sécession des Romains17”.

25Mais pour peu de temps, puisque, très tôt, le tribunat fut brigué par des patriciens conscients du rôle d’agitateurs qu’ils pouvaient ainsi jouer et dont la perversion, selon Dion, était en quelque sorte inscrite dans la définition même de cette fonction.

26Pour remédier à cette situation de crise permanente, on décide d’établir une constitution plus juste (τὴν πολιτείαν ἰσωτέραν ποιήσασθαι ἐψηφίσαντο) et on abolit toutes les magistratures pour les remplacer par celle des decemviri chargés de codifier le droit romain (les fameuses Douze Tables) sur le modèle du droit grec et investis de pouvoirs extraordinaires qui les amènent à une oligarchie révolutionnaire :

...ἕτεροι δ ’αὖθις αἱρεθέντες δέκα ὥσπερ ἐπὶ καταλύσει τῆς πολιτείας χειροτονηθέντες...ἀφ ’ ὧν οὐχ ὁμόνοια ἀλλὰ καὶ διαφοραὶ μείζους Ῥωμαίοις γενήσεσθαι ἔμελλον... Πάντα μέντοι ἁπλῶς καὶ τὰ ἐν τῷ ἄστει καὶ τὰ ἐν τοῖς στρατοπέδοις τετάρακτο, κἀντεῦθεν στάσις αὖθις συνηνέχθη...

  • 18 Zonar. 7.18.6.

“Dix autres furent à nouveau élus, écrit Zonaras, comme pour la dissolution du système de gouvernement. En conséquence, ce n’est pas la concorde mais des dissensions encore plus grandes que les Romains connurent.... Toutes les affaires tant militaires que civiles en furent bouleversées et, de ce fait, une nouvelle crise éclata18”.

27Nous avons un fragment de Dion qui présente la situation en termes presque identiques – ce qui montre bien que Zonaras suit de très près son modèle :

Καὶ τὰ ἐν τοῖς στρατοπέδυις καὶ τὰ ἐν τῷ ἄστει ἐταράχθη...κἀκ τούτου στάσις οὐ σμικρά σφων συνηνέχθη,

  • 19 D.C., frag. 23.3.

“Tant les affaires militaires que civiles furent bouleversées et, de ce fait, une crise éclata entre eux19”.

28La création des tribuns militaires, en lieu et place des consuls, n’apporte en fait qu’un répit provisoire à la crise à la fin du ve s.

29Plus loin, un commentaire de Dion montre cependant que le relatif apaisement des querelles intestines a permis l’expansion romaine :

Ἀεὶ γάρ τι τοῦ τῆς πολιτείας κόσμου στασιάζοντας παρέλυον, ὥσθ’ ὑπὲρ ὧν τοὺς πολέμους πρὶν τοὺς μεγίστους ἀνηροῦντο, ταῦτ ’ἐν τῷ χρόνῳ σύμπαντα ὡς εἰπεῖν οὐκ ἀστασιάστως μὲν, οὐ μέντοι καὶ χαλεπῶς κατακτάσασθαι.

  • 20 D.C., frag. 29.4.

“Leurs constantes querelles intestines affaiblissaient l'ordre de leur système politique de sorte qu’ils ne conquirent qu’avec le temps, non sans dissensions mais sans difficulté, tous les avantages pour lesquels ils avaient auparavant entrepris les plus grandes guerres20”.

  • 21 Zonar. 7.14.1.

30En fait, comme le remarque Zonaras, ce sont les guerres étrangères qui nécessitèrent l’entente civique et apaisèrent momentanément les conflits sociaux. Ainsi, la révolte du peuple (ὁ δῆμος αὖθις ἐστασίαζε) est calmée par l’annonce de l’arrivée des Volsques et les promesses de remise de dettes. Elle reprend de plus belle ensuite contre le sénat et les préteurs (κατὰ τῆς βουλῆς καὶ τῶν στρατηγῶν ἐστασίζον21.) Plus tard encore, alors que l’annulation des dettes demandée par les tribuns de la plèbe n’avait pas été obtenue, en 287,

Ἐστάσιασε τὸ πλῆθος... καὶ οὐ πρότερον τὰ τῆς στάσεως κατηυνάσθη ἕως πολέμιοι τῇ πόλει ἐπήλθοσαν,

  • 22 Zonar. 8.2.1.

“La plèbe fit sécession et l’état de crise ne s’apaisa que lorsque les ennemis attaquèrent la Ville”22.

  • 23 Hdt. 4.201.2 ; 5.19.2 ; Thc. 1.16 (seule occurrence et accompagné de στάσεις).
  • 24 D.C. 41.12.1 ; 42.24.2 ; 44. 34.6 ; 44.51.4 ; 46.20.4 ; 47.23.2 ; 47.26.5 ; 50.2.3 ; 50.11.5 ; 52. (...)

31Dans tous ces passages, nous noterons les emplois fréquents de στάσις et des mots de sa famille (στασιάζειν, διχοστατῆσαι, ἀστασιάστως) ainsi que ceux de la famille de ταραχή (ἐταράχθη, τετάρακτο) dans un contexte où apparaissent la notion de πολιτείαν (κατάλυσις τῆς πολιτείας ou ὁ τῆς πολιτείας κόσμος, τήν πολιτείαν νεοχμῶσαι), c’est-à-dire de système politique, de constitution, de gouvernement, menacés par la crise. Le terme νεοχμοῦν, “innover, se révolter, préparer une révolution” est assez fréquent en grec classique23 au sens politique et notre auteur l’emploie pour des cas de crises suscitées par des individus ou des groupes24. C’est un dérivé de νεός, comme νεωτερίζειν que nous avons déjà vu.

2.2. Les “crises” du ier s. a.C.

32Pour les crises de la fin de la République, nous avons le témoignage continu de Dion à partir de 69 a.C., c’est-à-dire à partir la prise de pouvoir par Pompée.

33En revanche, nous n’avons que de très brefs fragments consacrés aux Gracques, tirés du De virtutibus et vitiis, et faisant le portrait moral des deux frères.

34Tibérius Graccchus, “bien qu’appartenant à l’une des plus grandes familles de Rome”, ἐτάραξε τὰ τῶν Ῥωμαίων, “bouleversa l’État romain” par son ambition (φιλοτιμία) et préféra le soutien de la plèbe à celui du sénat.

Κἀκ τούτου οὔτ ’ ἄλλο τι τῶν εἰθισμένων ἐν κόσμῳ συνέβαινεν οὔθ’ αἱ ἀρχαὶ τὰ νενομισμένα ἔπρασσον, τà δὲ δικαστήρια ἐπέπαυτο καὶ συμβόλαιον οὐδὲν ἐγίγνετο, ἄλλη τε ταραχὴ καὶ ἀκρισία πανταχοῦ πολλὴ ἦν.

  • 25 D.C., frag. 83.6. Cf. Millar 1964, 76.

“A la suite de cela, aucune activité traditionnelle n’avait lieu comme il convient, les magistrats ne remplissaient pas leurs fonctions, les tribunaux ne siégeaient plus et aucun contrat n’était signé. C’était partout le désordre et la confusion25.

35On notera la référence à l’ordre (κόσμος) et à la tradition (εἰθισμένα, νενομισμένα) et les termes quasi synonymes de ταράχη et ἀκρισία. Le premier, dérivé de ταράσσειν (dont nous avons la forme ἐτάραξε dans le passage précédent), est attesté dès Hérodote au sens de “trouble politique”, tandis que le deuxième s’apparente curieusement au français “crise”, mais est un composé négatif *ἀ—κρισ—ια de l'adjectif verbal de κρίνειν, au sens de “séparer, distinguer”. Ἀκρισία signifie donc “absence de distinction”, d’où “confusion”. Le mot sera d’ailleurs repris à propos de la situation à Rome en 44 (τἆλλα τὰ ἐν τῇ πόλει πάντα ἐν ἀκρισίᾳ πολλῇ) ἦν).

  • 26 D.C.frag. 85.1.
  • 27 Dion. H. 6.70.

36Quant à Caius Gracchus, il est décrit de façon encore plus négative : Οὗτος δὲ ταραχώδης τε φύσει ἦν καὶ ἑκὼν ἐπονηρεύετο, “ce dernier était ‘turbulent’ de nature et commettait le mal volontairement”26. Le terme ταραχώδης mérite qu’on s’y arrête. Il est employé pour la première fois par Denys d’Halicarnasse27 pour désigner les agitateurs politiques et c’est bien le sens de “qui sème le désordre”, “fauteur de troubles” qu’il faut lui donner.

  • 28 D.C., frag. 85.3.

37Τοιοῦτος οὖν δή τις ὤν τῇ πολιτείᾳ ἐπέθετο, “tel est l’homme qui s’attaqua à l’État”, poursuit Dion dans le même fragment28.

38C’est au tour de Marius d’être catalogué dans la même série des “fauteurs de troubles” :

Ἦν μὲν Υὰρ καὶ τήν ἄλλως καὶ στασιώδης καὶ ταραχώδης, καὶ πάντος μὲν τοῦ συρφετώδους, ἀρ ’οὗπερ καὶ ἐκεφύκει φίλος, πάντυς δὲ τοῦ γενναίου καθαιρέτης.

  • 29 D.C., frag. 89.2.

“Il était d’une manière générale porté à créer des dissensions et à semer le trouble et était en particulier ami de la racaille, dont il se trouvait d’ailleurs issu, et adversaire acharné de la noblesse29”.

  • 30 D.C. 36.4 3.5.

39On notera le balancement rhétorique de cette phrase lapidaire qui démolit le personnage en trois adjectifs dérivés en -ώδης, à forte connotation péjorative. Outre ταραχώδης que nous avons déjà vu, on rencontre στασιώδης, dérivé de στάσις, au sens de “porté à la sédition, factieux” et συρφετωόης qui est formé à partir δε συρφετός, “immondices, ramassis, lie, tourbe” et signifie “composé d’un ramassis de populace”. On le rencontre ailleurs, substantivé comme ici, chez Dion avec ce sens, notamment pour stigmatiser les inconstances politiques de Cicéron30 qui, après avoir choisi le parti des optimates, πρὸς τοὺς συρφετώδεις μετέστη, “passa à la racaille”.

  • 31 Cf. Chantraine 1968, 1044; 1933, 429 et Freyburger-Galland 1997, 70.

40Στασιώδης31 se retrouve dans l’Histoire Romaine, toujours dans un contexte de crise, pour désigner une année troublée de Rome (53 a.C.) où il fallut attendre sept mois pour que des consuls pussent être élus (ἄλλα τε ἐν τῇ πόλει ητασιώδη πολλὰ...). Un dernier emploi intéressant se trouve au livre 53, lorsque Dion rapporte la réaction des sénateurs après le discours d'Octavien-Auguste au sénat en 27 a.C. :

Tó τε γὰρ δημοκρατικὸν ἤδη τινὲς ὡς καὶ στασιῶδες ἐμίσουν, καὶ τῇ μεταστάσε τῆς πολιτείας ἠρέσκοντο, τῷτε Καίσαρι ἔχαιρον.

  • 32 D.C. 53.11.2.

“Certains détestaient déjà le gouvernement républicain comme ‘porteur de troubles’, approuvaient un changement de gouvernement et appréciaient Octavien32.”

  • 33 D.C. 44.1.2.
  • 34 Mot-à-mot : ‘gouvernement de la populace’, terme employé pour la première fois par Polybe (6.4.6). (...)
  • 35 D.C. 44.2.3.

41Ce jugement très réservé sur la ‘démocratie’ se trouve déjà au début du livre 44 lorsque Dion nous livre ses méditations sur l’assassinat de César et stigmatise la “folie funeste” (οἶστρος ἀλιτηριώδης, mot à mot, “le taon qui rend criminel”) de ses meurtriers qui ont entraîné Rome dans de nouvelles dissensions et de nouvelles guerres civiles (στάσεις τε αὖθις ἐξ ὁμονοίας καὶ πολέμους ἐμφυλίους) et “jetèrent la Ville qui avait enfin un gouvernement stable dans les dissensions”33 (τὴν πόλιν ὀρθῶς ἤδη πολιτευομένην ἐστιάσασαν). C’est là qu’il stigmatise l’‘ochlocratie’34, forme dévoyée de la démocratie, qui entraîne ἤ ὕβρεις σφίσιν ἐξ εὐπραγίας ἢ φθόνους ἐκ φιλοτιμίας, “des actes d’insolence dus au succès ou de haine dus à l’ambition”35.

42Dion approuve complètement Octavien-Auguste pour qui ce régime ne peut que provoquer des désordres et donc susciter une crise du pouvoir. C’est ce que le princeps affirme dans le même discours au sénat de 27 :

Μὴ μέντοι μηδ’ ὑποπτεύση ὅτι πρόισθαι τε ὑμᾶς καὶ πονηροῖς τισιν ἀνδράσιν ἐπιτρέψαι, ἤ καὶ ὀχλοκρατία τινί, ἐξ ἡς οὐ μόνον οὐδὲν χρηστὸν ἀλλὰ καὶ πάντα τὰ δεινότατα ἀεὶ πᾶσιν ἀνθρώποις γίγνεται, ἐκδοῦναι βούλομαι.

  • 36 D.C. 53.8.4.

“Qu’on ne me soupçonne pas de vouloir vous trahir en vous confiant à des scélérats ou en vous livrant à une ‘ochlocratie’ dont il ne vient rien de bon, mais toujours les pires maux pour tous36”.

  • 37 Cf. Freyburger-Galland 1997, 129-131 et 1996, 23-27.
  • 38 Cf. D.C. 36.30.3 ; 37.23.3 ; 44.28.1.
  • 39 Cf. D.C. 45.17.5 ; 46.55.2.
  • 40 D.C. 44.35.1.

43Dans la pensée politique de Dion, les crises de la fin de la République proviennent à la fois du désordre de l'‘ochlocratie’ et de la prise de pouvoir illégale par un individu ou un groupe d’individus, ce qu’il appelle δυναστεία, comme nous l’avons montré ailleurs37, forme dépravée de l’oligarchie. C’est ce terme qu’il utilise aussi bien pour les factions des guerres civiles38 que pour les dictatures, les triumvirats39, et même la prise de pouvoir en marge de la légalité par César40 voire par Octavien. A propos de ce dernier, le jugement de Dion est sévère mais lucide :

Ἐπεχείρησε μὲν δημαρχῆσαι πρός τε τὴν τῆς δημαγωγίας ἀφορμήν καὶ πρὸς τὴν ὑποδοχὴν τῆς ἐξ αὐτῆς δυναστείας,

  • 41 D.C. 45.6.2.

“Il brigua le tribunat de la plèbe comme tremplin pour mener le peuple et comme solution d’attente du pouvoir absolu qui en résulterait41”.

44De fait, nombreux sont les exemples de désordres et de comportements en marge de la légalité stigmatisés par Dion pour la fin de la République.

45Ainsi, alors qu’il s’agit de distributions de blé à la plèbe à l’occasion du triomphe de César en 46, il signale qu’il le fit :

οὐ κατὰ τὴν δίκην ἀλλ’ ὥς που ἐν ταῖς στάσεσιν εἴωθε γίγνεσθαι,

  • 42 D.C. 43.21.4.

“non conformément au droit, mais comme cela a coutume de se faire en cas de guerres civiles42”.

Les accords de Brindes de 40 provoquent cette remarque acerbe de Dion :

Τοσοῦτος μὲν δὴ καὶ τῶν στάσεων καὶ τῶν πολέμων παράλογός ἐστι, δίκῃ μὲν οὐδέν τῶν τὰ πράγματα ἐχόντων νομιζόντων, πρὸς δε δὴ τάς τε ἀεὶ χρείας καὶ τὰ συμφέροντά σφων τό τε φίλιον καὶ τὸ πολέμιον ἐξεταζόντοων...

  • 43 D.C. 48.29.3.

“Tant est imprévu le tour que prennent les conflits civils et les guerres que ceux qui sont aux affaires ne se conforment en rien à la justice et évaluent l’amitié et l’inimitié en fonction de leurs besoins du moment et de leurs intérêts...43

46Ce n’est que lorsqu’Octavien-Auguste jettera les bases d’un régime stable que le jugement de Dion Cassius devient nettement positif à son sujet et que, par la bouche de Mécène, il en vante les mérites.

  • 44 D.C. 54.6.1.

47Comme il le remarque à propos de dissenssions (ὁ δῆμος ἐστασίασεν) soulevées en 22 a.C. à propos des élections, ἀδύνατον ἦν δημοκρατουμένους σφᾶς σωθῆναι, “il était impossible aux Romains d’être sauvés sous un régime démocratique”44.

  • 45 D.C. 56.43.4. Voir aussi D.C. 52.13.6 (dissensions minimisées par Agrippa).

48C’est donc en quelque sorte, selon notre historien, pour sauver les Romains de la crise permanente qu’Auguste a établi le principat, τὴν μοναρχίαν τῇ δημοκρατίᾳ μίξας, “en mélangeant la monarchie et la démocratie”, régime qui τὸ κόσμιον τó τε ἀσφαλὲς προσπαρασκεύασεν, “ménage en outre l’ordre et la sécurité”, et permet aux Romains δημοκρατουμένους ἄνευ διχοστασίας, “d’avoir un régime démocratique sans dissension”45.

49Et Tibère, dans son oraison funèbre d’Auguste, félicite les Romains d’avoir empêché Auguste de se retirer et d’avoir “refusé de retourner à ce qu’on appelle ‘indépendance’mais qui n’est que désordres”,

  • 46 D.C. 56.39.5.

οὔτε λόγῳ μὲν ἐς τὴν αὐτονομίαν ἔργῳ δὲ ἐς τοὺς στασιάσμους ἡθελήσατε46.

50Ces bases semblent avoir été efficaces puisque, pour autant que nous puissions en juger, les occurrences des mots de la famille de στάσις et de ταράχη sont inexistantes dans les livres 57 à 60 dans les résumés de la sixième décade, pour revenir ensuite dans la septième.

51Dans la conception politique de Dion, il est clair que les crises du pouvoir, qu’elles soient suscitées par les revendications de la plèbe ou les ambitions d’individus, sont néfastes pour l’ordre public et n’apportent généralement aucune amélioration durable.

52On peut noter que pour lui un régime ‘monarchique’ fort est le seul qui puisse apporter la stabilité requise. Sa remarque sur le caractère néfaste des changements de régime inspirée par la chute des rois est significative. La stabilité, dans un régime moins bon, vaut mieux que des changements perpétuels.

  • 47 D.C. 52.14.4.
  • 48 D.C. 44.2.4.
  • 49 D.C. 47.39.5.

53Selon la réflexion politique de Dion, nourrie de la philosophie d’Aristote et de son expérience personnelle, le régime idéal serait sans doute une vraie démocratie (τὴν δημοκρατίαν τὴν ἀληθῆ47) mais, “il est impossible d’exercer avec modération un gouvernement démocratique”, ἀδύνατον ἐν δημοκρατίᾳ σωφρονῆσαι48 ou encore où γὰρ ἔ στιν ὅπως δημοκρατία ἄκρατος σωφρονῆσαι δύναται, “il est impossible qu’une démocratie absolue soit modérée”49. Cette idée, qui ressortit aux conceptions stoïciennes, revient plusieurs fois chez notre historien. Ce sont les excès de l’‘ochlocratie’ qui ont perdu la République romaine, elle qui au temps de sa splendeur était en fait une oligarchie modérée, celle du sénat, organe central et modérateur de ce régime.

54Il y a eu ‘crise’ lorsque les institutions n’ont plus été respectées et ce, comme nous l’avons vu, dès l’instauration du tribunat de la plèbe, puis dès la création de la dictature et même du triumvirat, c'est-à-dire lorsque le pouvoir a échappé au sénat et aux magistrats élus en son sein.

  • 50 Cf. supra p. 329.
  • 51 D.C. 36.34.1-3.

55Notons encore à propos de la dictature qu’elle apparaît bien à Dion comme une royauté à peine déguisée, sans doute nécessaire en cas de crise, comme nous l’avons vu50, lorsqu’elle ne dépasse pas six mois, mais qu’elle a selon lui été faussée en devenant annuelle, renouvelable et même permanente. Il ne manque pas de le souligner à propos de la dictature de Sylla51.

56Sous l’Empire, la stabilité du régime est demeurée tant que les apparences républicaines ont été sauves, c’est-à-dire tant que les empereurs ont respecté le sénat et, pour Dion, les “bons” empereurs sont ceux qui ont maintenu ces apparences.

  • 52 Cf. Millar 1964, 97.
  • 53 D.C. 53.11.4

57Contrairement à Tacite, Dion n’est pas un nostalgique de la République. Il n’est pas non plus un inconditionnel du Principat. C’est avec beaucoup de lucidité et une pointe d’ironie qu’il insiste sur ces ‘apparences républicaines’52et sur les efforts d’Auguste pour faire passer un régime ‘monarchique’. C’est d’ailleurs en jouant habilement sur la différence entre “roi” et “monarque”, entre βασιλεία et μνοαρχία, que Dion fait passer dans les termes grecs à la fois la réticence des Romains à l’égard de la royauté et la nécessité d’un pouvoir personnel fort53 pour échapper aux crises.

Bibliographie

Bibliographie

Chantraine, P. (1933) : Formation des noms en grec ancien, Paris.

— (1968-1980) : Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris.

Freyburger-Galland, M.-L. (1996) : “Δυναστεία chez Dion Cassius”, Ktèma, 21, 23-27, Strasbourg.

— (1997) : Aspect du vocabulaire politique et institutionnel de Dion Cassius, Paris.

Millar, F. (1964): A Study of Cassius Dio, Oxford.

Notes

1 D.C. 72.18.4.

2 D.C. 72.23.1.

3 D.C. 72.23.1-4.

4 D.C. 73.11.3.

5 D.C. 73.14.3.

6 D.C. 75.4.1.

7 D.C. 75.4.2.

8 D.C. 75.7.4.

9 D.C. 75.2.1.

10 D.C. 75.8.1.

11 D.C., frag. 12.3a.

12 D.C., frag. 17.1.

13 Zonar. 7.14.4.

14 Zonar. 7.13.12.

15 D.C., frag. 17.6.

16 Zonar. 7.15.

17 Zonar. 7.16.1.

18 Zonar. 7.18.6.

19 D.C., frag. 23.3.

20 D.C., frag. 29.4.

21 Zonar. 7.14.1.

22 Zonar. 8.2.1.

23 Hdt. 4.201.2 ; 5.19.2 ; Thc. 1.16 (seule occurrence et accompagné de στάσεις).

24 D.C. 41.12.1 ; 42.24.2 ; 44. 34.6 ; 44.51.4 ; 46.20.4 ; 47.23.2 ; 47.26.5 ; 50.2.3 ; 50.11.5 ; 52.26.7 ; 52.42.8.

25 D.C., frag. 83.6. Cf. Millar 1964, 76.

26 D.C.frag. 85.1.

27 Dion. H. 6.70.

28 D.C., frag. 85.3.

29 D.C., frag. 89.2.

30 D.C. 36.4 3.5.

31 Cf. Chantraine 1968, 1044; 1933, 429 et Freyburger-Galland 1997, 70.

32 D.C. 53.11.2.

33 D.C. 44.1.2.

34 Mot-à-mot : ‘gouvernement de la populace’, terme employé pour la première fois par Polybe (6.4.6). Cf. Freyburger-Galland 1997, 121.

35 D.C. 44.2.3.

36 D.C. 53.8.4.

37 Cf. Freyburger-Galland 1997, 129-131 et 1996, 23-27.

38 Cf. D.C. 36.30.3 ; 37.23.3 ; 44.28.1.

39 Cf. D.C. 45.17.5 ; 46.55.2.

40 D.C. 44.35.1.

41 D.C. 45.6.2.

42 D.C. 43.21.4.

43 D.C. 48.29.3.

44 D.C. 54.6.1.

45 D.C. 56.43.4. Voir aussi D.C. 52.13.6 (dissensions minimisées par Agrippa).

46 D.C. 56.39.5.

47 D.C. 52.14.4.

48 D.C. 44.2.4.

49 D.C. 47.39.5.

50 Cf. supra p. 329.

51 D.C. 36.34.1-3.

52 Cf. Millar 1964, 97.

53 D.C. 53.11.4

Auteur

Université de Haute Alsace.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540