Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

Appien et la logique interne de la crise

François Hinard

Testo integrale

1Je ne surprendrai personne en disant que je souhaite m'intéresser à la vision qu'Appien se propose de donner de la crise qui, des Gracques à Auguste, a entraîné un changement de régime. Sauf, peut-être, ceux qui considèrent que tout a été dit sur le sujet.

2Il m'a semblé, en effet, qu'on ne rendait pas justice à l'historien en n'examinant pas attentivement la composition de ses Ἐμφύλια. On ne peut se contenter de gloser sur le fait qu'il a modifié, en cours de rédaction, le plan d’ensemble de cette dernière partie de son Histoire de Rome, puisque les cinq livres des Guerres Civiles s'achèvent en 35 et non en 31, comme prévu initialement ; et, à première vue, il semble que le contenu ait évolué, lui aussi, puisque dans sa Préface (14.59) il avait écrit que chacun des présents livres recevrait le nom des protagonistes (1 : Marius vs Sylla, 2 : Pompée v.s César, 3 & 4 Antoine & Octave vs les tyrannicides, 5 : Antoine vs Octave). Or ce premier livre des Guerres Civiles, qui m'intéresse ici, nous présente un récit chronologique des troubles sociaux et politiques à Rome et en Italie (notamment la Guerre Sociale) dans lequel les péripéties de la rivalité entre Marius et Sylla n'occupent que la moitié. Est-ce à dire que l'historien s'est laissé entraîner par son sujet et qu'il a perdu toute cohérence ?

3Je ne crois pas. Si le contenu de ce premier livre ne correspond pas au projet qu'il avait originellement élaboré, c'est tout simplement parce qu'en se mettant à l'ouvrage, il s'est donné un objectif plus précis que, faute de l'avoir explicité, il laisse à son lecteur le soin de découvrir. Et il n'est pas bien difficile audit lecteur un peu attentif aux mots de constater que le récit ne se veut pas un tableau de la situation politique et sociale de Rome entre deux dates traditionnellement acceptées comme des termes, mais qu'il est un constat objectif de la montée progressive (δἰ ὀλίγου 1.2.5) de la crise : ce qui est mis devant ses yeux, c'est le processus de développement de la στάσις.

  • 1 Sauf indication contraire je cite toujours le texte renouvelé et la traduction que Paul Goukowsky (...)

4Appien l'écrit lui-même à propos des troubles de l'année 881 (1.60.269) : “Ce fut ainsi que progressèrent les discordes civiles (αἱ στάσεις) : des contestations et des querelles, on passa aux meurtres, et des meurtres à la guerre intégrale”. Et l'on n'a sans doute pas assez remarqué que, dans certaines de ces discordes civiles, ce processus de montée de la violence était clairement décrit. C'est le cas dans la progression interne de la tension, dans les heures qui ont précédé la mort de Tiberius Gracchus (1.15.63-66 – FH) : “Le soir, dans un concert de gémissements, tous [les pauvres] lui firent escorte jusqu'à sa demeure, en l’invitant à reprendre courage pour le lendemain. Gracchus retrouva confiance : alors qu'il faisait encore nuit, il réunit ses partisans et, après leur avoir indiqué en secret un signal pour le cas où il faudrait se battre, il occupa le temple du Capitole où l’on devait procéder à l’élection et la partie centrale du lieu d'assemblée. Réduit à l'impuissance par les tribuns et par les riches, qui refusaient que l’on votât sur sa candidature, il éleva le signal convenu. Soudain une clameur jaillit, poussée par ses complices ; on en vint immédiatement aux mains et, tandis que certains partisans Gracchiens assuraient sa protection, comme une sorte de garde du corps, les autres, après avoir noué solidement les pans de leur toge autour de leurs reins, saisissant les verges et les bâtons que les appariteurs avaient à la main, les brisaient <pour s'en faire des armes> et chassaient les riches du lieu de l’assemblée...” Au début, Ti. Gracchus n'est entouré que de gens qui partagent son point de vue (τοὺς στασιώτας) dans le différend qui les oppose aux riches, mais ces gens, en possession d'un mot de passe, deviennent les complices d'une conspiration (τῶν συνειδότων) puis, devant l'obstacle, se muent en une troupe armée (οἷα τίνες δορύφoρoι) qui tire son nom de celui du chef (τῶν Γραχείων) et qui est prête à tout.

5Ce schéma évolutif appliqué à une στάσις particulière est transposable à chacune d'entre elles avec un certain nombre de variantes mineures et, surtout, il est pertinent pour l'ensemble des livres composés de l'accumulation de ces στάσεις : c'est ce que démontre une rapide analyse du préambule du livre I, dans lequel, en 1.1.1, ἐστασίασαν renvoie aux conflits entre plèbe et Sénat à un moment où, souligne Appien, ils étaient toujours exempts de violences et sont donc assimilés par lui à des διαφοραί et des ἔριδες ; au début de 1.2.4, l'action de Coriolan est bien qualifiée comme la seule entreprise armée au cours d'une στάσις dans les temps anciens, mais sans grande signification dans la mesure où Coriolan était un déserteur (... ὑπ’αὐτομόλου...) ; et voici maintenant que le même mot στάσις est employé pour désigner la mobilisation meurtrière d'une partie de la population, épisode au cours duquel périt Tiberius Gracchus. A partir de là, στάσεις désigne les troubles civils, tous désormais empreints de violence, tels que la République finissante devait en donner le spectacle de façon continue, le stade ultime étant celui des ἐπαναστάσεις (1.2.6) menées par des στασίαρχοι μοναρχικοί (1.2.7) qui, sous le prétexte de s'en prendre à des adversaires, ἐπὶ τοὺς ἀντιστασιώτας (1.2.8), traitèrent leur patrie en ennemie κολεμίαν (1.2.8). Du désaccord politique à la guerre, les principales étapes sont évoquées. Il est d'ailleurs remarquable que le processus a connu deux pauses : la dictature de Sylla, d'abord, dont ‘Ta tyrannie avait, pouvait-on penser, servi l'intérêt public” (1.3.11) ; puis la dictature de César, vainqueur de l'ἀντιστασιώτης μέγιστος (on est donc dans un registre extrême de la violence), avant que ne se renouvellent et, surtout, s'internationalisent les dissensions civiles. La conquête de l'Égypte paraît constituer, dans cette construction, le terme et la légitimation du pouvoir monarchique qui s'établit sur Rome 1.5.21-22).

  • 2 Pour les tribuns tués, on citera Saturninus, en 100 (1.32.145), Furius dépecé par la foule pour s' (...)

6On n'a d'ailleurs pas suffisamment prêté attention à la rigueur de la composition de ce livre : lorsqu'en 1.2.5 il affirme que les Romains, après la mort de Tiberius Gracchus “portaient souvent des poignards et, de temps en temps, quelque magistrat était assassiné, dans un sanctuaire, au Comitium ou sur le Forum : il s’agissait de tribuns, de préteurs, de consuls, ou de candidats à ces fonctions, ou de personnes simplement au-dessus du commun”, ce n'est pas une simple variation rhétorique sur les maux de la guerre civile puisqu'on peut relier à ces évocations de meurtres des épisodes précis répartis dans le premier livre2.

7Il faut donc prendre ce texte pour ce qu'il est, c'est-à-dire la description objective de la montée d'une violence extrême accompagnée d'une comptabilité assez précise des morts célèbres. Et cette montée s'opère par une accumulation de στάσεις particulières qui ne connaissent pas d’issue parce qu'on n'a pas su les traiter en de leur temps, à la différence de ce qui se passait dans le passé. Appien l'affirme sans ambiguïté à propos de la prise de Rome par les armes, en 88 : “la négligence que l’on avait apportée dans le traitement des discordes civiles avait fait progresser le mal jusqu’à ce degré catastrophique !” (1.58.259) Mais les choses sont aussi suggérées dans la plupart des cas de violence mortelle qui scandent la vie politique de cette époque. Ainsi, lorsque Scipion Émilien fut assassiné, Appien rapporte les bruits divers qui coururent sur les causes de sa mort et conclut (1.20.85 – FH) : “Voilà donc Scipion mort et, quoiqu’il eût rendu de très grands services à l’État, on ne le jugea pas digne de funérailles nationales. Ce fut ainsi que la fureur du moment prévalut sur la faveur de naguère. Et un événement de cette importance se trouva réduit à la proportion d’un fait divers consécutif à la conspiration de Gracchus”. Même laconisme à propos de l'assassinat de Drusus (1.36-37.164-165) : “Drusus avait conscience de ces menaces et ne sortait que rarement ; il donnait toujours audience chez lui, à l’abri d’un portique faiblement éclairé, et, un soir qu’il congédiait la nombreuse assistance, il s’écria soudain qu’on l’avait frappé : il parlait encore quand il s’effondra. On découvrit un tranchet de cordonnier planté dans sa cuisse. Ainsi fut assassiné Drusus, dans l'exercice de ses fonctions de tribun”. Et les manœuvres politiques reprennent. Il est même un cas dans lequel le processus s'aggrave, puisque ce sont apparemment les meurtriers eux-mêmes qui sont assez puissants pour empêcher toute enquête. Il s'agit de l'assassinat du préteur Sempronius Asellio (1.54.238-9) : “C’est ainsi qu’Asellio fut assassiné vers la deuxième heure, en plein Forum, à proximité des sanctuaires, alors qu’il exerçait la préture, qu’il procédait à une libation et qu’il portait des habits sacrés brodés d’or, comme c’est l’usage dans un sacrifice. Le Sénat fit annoncer par le héraut une récompense pour quiconque fournirait, à propos du meurtre d’Asellio, une preuve décisive : c’était de l’argent, si le dénonciateur était un homme libre, la liberté, dans le cas d’un esclave, l’impunité, dans celui d’un complice. Mais on n’enregistra aucune dénonciation, car les usuriers jetèrent un voile sur cette affaire”.

8Pour ce qui concerne le développement de chacune des crises, il est marqué de deux caractéristiques essentielles : l'aveuglement et la perte de mémoire. Il ne fait aucun doute, à lire le texte, que le propre des acteurs principaux de ces événements c'est la cécité dont ils semblent être frappés. Tiberius Gracchus lui-même en fournit un exemple tragique (1.11.43 – FH) : “Selon Gracchus, la loi visait, dans son esprit, non pas l’aisance des particuliers, mais le redressement démographique, et, exalté par l'utilité de son projet (à son avis il ne pouvait rien arriver de plus grandiose ni de plus magnifique à l’Italie), il ne réfléchissait pas aux difficultés qu'elle faisait naître”. Et cet aveuglement l'amène à commettre de grossières erreurs d'appréciation de la situation politique (1.12.50-51 – FH) : “Voyant que les tribuns échangeaient des injures et que le peuple était sérieusement agité, les puissants demandèrent aux tribuns de confier au Sénat l’objet de leur dispute. Gracchus, qui pensait sans doute que la loi plairait à tous les gens sensés, saisit la balle au bond et se précipita jusqu’à la curie. Mais il y fut outragé comme rarement par les riches et se dépêcha d’en ressortir pour regagner l'assemblée où il déclara qu’à la prochaine réunion il ferait voter sur son projet de loi et sur la magistrature d’Octavius, la question se posant de savoir si un tribun agissant contrairement aux intérêts du peuple devait conserver celle-ci”. Le vote de sa loi agraire ne marque pas une reprise de conscience, bien au contraire : Γράκχος δὲ μεγαλαυχούμενος ἐπὶ τῷ νόμῳ (1.13.56).

9Or cette façon de mettre en évidence l'égarement du tribun est d'autant plus intéressante qu'elle ne correspond pas à une condamnation puisqu'au total le jugement d'Appien sur Ti. Gracchus n’est pas négatif (1.17.71 – FH) : “Ce fut ainsi que Gracchus, fils du Gracchus qui avait été deux fois consul et de Cornélie, fille du Scipion qui avait dépouillé Carthage de sa puissance, fut tué au Capitole alors qu’il était encore tribun de la plèbe, à cause d'une excellente loi qu’il était venu défendre par la violence”.

  • 3 On songera aussi au degré d'égarement dans lequel se trouvait C. Gracchus au Capitole, au moment o (...)

10On pourrait multiplier les exemples de cette cécité qui frappe tous les acteurs de cette histoire, qu'il s'agisse d'autres protagonistes comme C. Gracchus et Fulvius lorsqu'on annonça les présages néfastes concernant la colonie de Carthage (1.24.106 : “Gracchus et Fulvius, qui échouaient encore dans cette entreprise, répétaient, semblables à des déments [μεμηνόσιν ἐοικότες], ‘que le Sénat avait menti à propos des loups’ ; et les plus audacieux des plébéiens prenaient fait et cause pour eux, montant avec des poignards au Capitole, où devaient se réunir les comices pour délibérer sur la colonie”3) ou du peuple tout entier dont les différentes composantes n'ont plus d'autre perspective que leurs propres intérêts (1.17.72 : “Après le meurtre de Gracchus, la ville fut partagée entre le chagrin et la satisfaction. Les uns déploraient leur propre sort et celui de Gracchus, ainsi que le présent état de choses, car ils pensaient qu’il n’y aurait plus de constitution mais que ce serait le règne des gros-bras et de la violence ; les autres s’imaginaient avoir réalisé intégralement tous leurs désirs”).

11Le seul contrepoint à ce thème de l'aveuglement général est donné par le récit de l'exil de Metellus, apparemment le seul Romain à avoir conservé tous ses esprits (1.31.140) : “Terrible était l’indignation des gens de la ville qui, armés de poignards, escortaient en permanence Metellus. Celui-ci leur réserva certes un accueil chaleureux et loua leur conduite, mais il dit qu’il ne permettrait pas que la Patrie fût, à cause de lui, menacée du moindre danger. Et, sur ces mots, il quitta discrètement la Ville”. Et, pour l'occasion, Appien émet un jugement sur le personnage qu'il qualifie d'ἀνὴρ εὐδυκιμώτατος (1.31.141).

12L'aveuglement généralisé a eu, selon notre historien, des répercussions sur l'extension même de la violence. Obnubilés qu'ils étaient par leurs intérêts, les Romains n'ont pas vu ce qui se passait autour d'eux et n'ont pas décelé à temps les signes du grave mécontentement des Italiens, prélude à la Guerre Sociale (1.38.170) : “En secret, ils s'envoyaient d’une ville à l’autre des ambassadeurs pour discuter de ces questions, cherchant à conclure un pacte, et ils échangeaient des otages en gage de bonne foi. Absorbés par les procès et les sursauts d’agitation politique que la Ville traversait, les Romains ignorèrent pendant longtemps ces menées”.

  • 4 Sur cette question on verra Nicolet 1964, 212-230.

13Complémentaire de l'aveuglement est la perte de mémoire qui affecte tous les acteurs de cette tragédie (1.16.67) : “Ce qui me frappe d'étonnement, c'est que pour des gens qui souvent, dans des moments de panique comme celui-là, avaient été tirés d’affaire grâce au pouvoir dictatorial, ils ne songèrent même pas alors à désigner un dictateur, et que ce dont les gens de l’ancien temps avaient reconnu la très grande utilité ne revint sans doute même pas à la mémoire du peuple, ni à ce moment-là, ni par la suite”. Appien écrit cela juste avant de raconter la dernière assemblée populaire, celle à l'issue de laquelle Ti. Gracchus fut massacré. On a de bonnes raisons de penser que ce n'est pas exact et que beaucoup, à Rome, pensaient à confier à Scipion une dictature dont l'intitulé a probablement inspiré celle de Sylla4, mais, dans le cours de la démonstration d'Appien, l'oubli de ses propres institutions par le peuple Romain était le signe de sa profonde corruption et le caractère personnel de la remarque témoigne de l'importance que cette composante de la στάσις devait avoir pour l'historien.

  • 5 Cf. 1.99.462 : “Même dans les temps anciens, la dictature était despotique, mais limitée à une brè (...)
  • 6 Badian 1970, 3-14. Et j'ai cru pouvoir compléter cette démonstration en montrant, avec l'aide de D (...)

14Cette volonté démonstrative d’Appien se décèle à tous les moments de son écriture. Je n'en donnerai que deux exemples complémentaires. Le premier concerne la dictature de Sylla pour laquelle il prend bien soin de la lier à celle de César et à la forme monarchique du pouvoir des empereurs, comme si le personnage était censé jeter les premiers fondements d'un pouvoir nouveau que les circonstances historiques et son tempérament personnel devaient l'empêcher de mener à terme. Il fait de Sylla un dictateur à vie (1.3.10 : ἐς αἰεὶ δικτάτωρ γενόμενος)5 et présente ses prétendues innovations constitutionnelles comme l'exemple suivi par les détenteurs de l'empire (1.103.478-479) : “L’année suivante [se. a. 80], bien qu’il fût toujours dictateur, pour faire semblant néanmoins de conserver les formes du gouvernement démocratique, Sylla consentit à exercer une nouvelle fois le consulat avec Metellus Pius. C’est peut-être en se fondant sur ce précédent que, de nos jours encore, les empereurs romains, quand ils font connaître à leur patrie les noms des consuls, se désignent parfois eux-mêmes, considérant comme un honneur d’exercer le consulat en même temps que le pouvoir suprême”. Or on sait bien, depuis qu'E. Badian en a administré la démonstration, que Sylla avait abdiqué la dictature avant la fin de l'année 816. Par conséquent, la volonté d'Appien de mettre en valeur la mécanique impitoyable de la décomposition, précédant la reconstitution, l'a entraîné à une distorsion des faits.

15Du même ordre me paraît l'erreur qu'il commet en parlant des Triumvirs dans son introduction au présent livre I (1.5.19 – FH) : “C’étaient Antoine, Lépide, et celui qui s'appelait auparavant Octavius mais qui, apparenté à César et adopté par lui dans son testament, était désormais appelé César”. Or il reproduit lui-même, au livre IV, l'ordre protocolaire qui place Lépide en tête, lorsqu'il donne le contenu de l'édit de proscription (4.3.8 : Μᾶρκος Λέπιδος, Μᾶρκος Ἀντώνιος, Ὀκτάουιος Καῖσαρ). Comment ne pas voir que, dans sa présentation générale des événements, il s'appuie sur une tradition augustéenne qui charge Antoine de tous les maux du Triumvirat parce que cela conforte sa démonstration ?

16Tout cela a eu des conséquences très importantes à la fois sur le plan formel et sur celui des “choix” qu'Appien a opérés dans ses sources. Au plan de la forme, parce qu'il veut donner une description quasi-scientifique du phénomène de la στάσις, non résolue et accumulée, il s'interdit tout détail pittoresque et refuse la dramatisation. Ce parti pris donne à son livre une distance qui a pu passer pour de la sécheresse, mais qui révèle souvent une cruelle ironie. Son récit de la mort de Ti. Gracchus est très ramassé par rapport à celui de Plutarque (TG, 19.6-10) : il ne s'intéresse guère aux circonstances précises dans lesquelles le tribun trouva la mort, ni au nom de celui qui lui porta le premier coup, ni au nombre de victimes de cette rixe. En revanche il retient un détail topographique qui a une forte valeur symbolique, puisqu'il dit que Ti. Gracchus tomba près de la porte qui donnait accès à l'area Capitolina, à un endroit où devaient effectivement se trouver (mais parmi d'autres) les statues de sept rois (avec Titus Tatius, mais sans Tarquin le Superbe, et celle de Brutus : Ti. Gracchus est mort aux pieds de ceux qui avaient fait Rome, mais aussi, comme le signale Plutarque (TG, 20.1) de façon plus explicite, “On dit que cette sédition fut à Rome, depuis l'abolition de la royauté, la première qui s'achevât dans le sang et par le meurtre de citoyens...” Ce n'est donc pas un hasard si ces quelques lignes, d'où est banni le pathétique qu'on trouve dans d'autres sources (Rhet. Her., 4.68), témoignent de deux emprunts au vocabulaire épique (κυδοιμός et εἱλέω). Même sobriété pour la suite des événements : rien, par exemple, sur l'édile de la plèbe, Q. Lucretius, qui fit tramer au croc les cadavres pour les jeter dans les flots du Tibre et à qui cet acte valut le surnom de Vespillo (le croque-mort – Ill., 64.8) ; rien non plus sur la répression qui s'ensuivit (Plut., TG, 20.4-7).

17Même lorsqu'il s’agit de l'exil de Metellus le ton reste neutre. Après avoir indiqué que celui-ci avait préféré l'exil à la guerre civile, il se contente de noter laconiquement (1.31.140) : Καὶ τὸ ψήφισμα ὁ Ἀπουλήιος ἐκύρου, καὶ τὰ ἐν τῷ ψηφίσματι Μάριος ἐπεκήρυσσεν.

18Et comment ne pas voir une cruelle ironie dans la réconciliation entre Crassus et Pompée qui termine ce premier livre ? (1.121.565 – FH) : “Et c'est ainsi que ce qui paraissait devoir être une grave dissension civile s'apaisa sans heurt...” Ce n'était pas un apaisement des guerres civiles, comme le démontrent les premières lignes du livre suivant, c'est la constatation d’un fonctionnement institutionnel qui a totalement échappé au peuple Romain qui, désormais, n'était plus que le témoin de sa propre impuissance.

19Mais ce parti pris a aussi des conséquences sur les choix historiques qu'il a faits. Je n'en prendrai que quelques exemples qui me paraissent démonstratifs du gauchissement de son récit. Ainsi, lorsqu'au 1.15.66 il se fait l'écho des rumeurs qui circulaient sur les intentions de Ti. Gracchus, il évite de parler du thème, pourtant bien présent chez Plutarque (TG, 14.2-4 & 19.3), de l'adfectatio regni. L'explication en est sans doute qu'il est trop tôt pour en parler : Appien, qui décrit un processus évolutif veut montrer que le tribunat de Ti. Gracchus n'est que la première étape d'un développement graduel et que ce n'est que plus tard qu'on en arrivera à déceler des aspirations monarchiques.

  • 7 Alors qu'il explique la place importante qu'il a réservée à la Guerre Sociale par son imbrication (...)

20D'une façon plus générale, on constate que tous les événements mineurs sont gommés (il n'y a rien sur le sort d'Octavius après sa destitution, comme s'il avait été définitivement broyé par la mécanique de la στάσις), mais aussi que ce qui a tant préoccupé les historiens modernes, l'histoire du triumvirat agraire, est expédié en quelques mots au 1.17.73 de même qu'une seule ligne est consacrée (1.21.89) au premier tribunat de C. Gracchus. Pour ne rien dire du silence sur les événements compris entre la mort du deuxième des Gracques et Saturninus7 : il ne peut s'expliquer que par le schéma démonstratif que s'était fixé Appien et le lui reprocher témoigne simplement du fait qu'on ignore son propos.

21Je ne crois d'ailleurs pas du tout qu'Appien ait eu l'intention d'expliquer les causes de la στάσις. Bien sûr il semble avoir voulu se situer dans une tradition historique illustrée par Polybe. Il s'adresse, en effet, à ceux qui veulent connaître (τοῖς ἐθέλουσιν ἰδεῖν, cf praef 13.49) comme Polybe aux esprits curieux (τοῖς φιλομαθοῦσι) et, comme lui, il lie extension de l'empire et perfection de la constitution, à ceci près que si, pour son prédécesseur, la domination de Rome s'expliquait par l'excellence de sa constitution, pour lui c'est la domination sur le monde (et en particulier la conquête de l'Égypte) qui a permis à Rome de trouver, au sortir de l'ochlocratie dont il va décrire les étapes, une constitution qui assure à elle comme à son empire la concorde (ὁμόνοια ; il parle, en IV, 61 d'εὐταξία).

22Pour lui, il s'agit bien du seul régime qui permette de brider “l’ambition illimitée des individus, leur effrayant appétit de pouvoir, leur infatigable endurance” (17.24) et les horreurs qui en sont la conséquence quand l'organisation politique leur permet d'y donner libre cours.

  • 8 Comme l'a suggéré Gabba 1956, 4.

23Mais il se garde bien de chercher des causes à la dégénérescence des institutions républicaines comme aussi d'entrer dans une mise en système. Il n'emploie donc pas les termes consacrés (celui d'ochlocratie, en particulier) : il désigne ici le régime impérial sous le vocable μοναρχία (cf praef. 14.60, et 6.22 μóναρχον pour qualifier César) alors qu'on aurait attendu βασιλεία ; et il avait précisé, dans sa Préface, que les Romains appellent leurs rois αὐτοκράτορας et non βασιλέας pour être fidèles au très ancien serment de ne jamais rétablir la royauté, mais que εἰσὶ δὲ ἔργῳ τὰ πάντα βασιλεῖς (6.23). Son propos n'est évidemment pas de reconstruire un schéma évolutif des constitutions, ni, encore moins, d'augurer quelle pourrait être la forme dégénérée de celle sous laquelle il vit ; il est, à l'évidence de chanter les louanges d'un système qui a garanti deux cents ans de paix et de prospérité au monde (praef. 7.24), ce qui, sans aucun doute, va dans le sens de la propagande antonine8.

  • 9 Qui, à partir de fragments, a donné une brillante leçon sur les qualités d'historien d'Appien : Go (...)

24En relisant attentivement son œuvre, il apparaît que le sort fait à Appien est injuste. Et je m'inscris donc résolument, derrière R Goukowsky9, dans une entreprise de réévaluation de son œuvre : ne demandons pas à son texte ce qu’il n’avait pas l'intention de lui faire dire et apprenons à l'utiliser en fonction de ce que nous savons ou comprenons de son projet.

Bibliografia

Bibliographie

Badian, E. (1970): “Additional Notes on Roman Magistrates”, Athenaeum, 48, 3-14.

Gabba, E. (1956): Appiano e la storia delle guerre civili, Florence.

Goukowsky, P. (2001) : “Un ‘compilateur’ témoin de son temps : Appien d'Alexandrie et la révolte juive de 117 ap. J.-C.”, in : Leclant & Chamoux 2001.

Hinard, Fr. (1999): “Dion Cassius et l'abdication de Sylla”, REA, 101, 3-4, 427-432.

Leclant, J. et Fr. Chamoux, éd. (2001) : Histoire et historiographie dans l’Antiquité, Paris.

Nicolet, Cl. (1964) : “Le De Republica (VI, 12) et la dictature de Scipion”, REL, 42, 212-230.

Note

1 Sauf indication contraire je cite toujours le texte renouvelé et la traduction que Paul Goukowsky donnera pour la “Collection des Universités de France” (lorsque j'en aurai fini avec les notes que je dois lui proposer). Si je m'en écarte, je le signale par mes initiales entre parenthèses.

2 Pour les tribuns tués, on citera Saturninus, en 100 (1.32.145), Furius dépecé par la foule pour s'être opposé au retour de Metellus (1.33.148 où le lynchage en question est qualifié de μύσος comme le meurtre de Ti. Gracchus) et évidemment Livius Drusus (1.36-37.164-165) ; quant aux préteurs, il s'agit de Glaucia, lapidé en 100 (1.32.145), et du préteur A. Sempronius Asellio (1.54.235-239). Un proconsul, en la personne de Q. Servilius, fut assassiné par les gens d'Asculum en 90, mais surtout le consul Octavius, fut décapité par Censorinus et sa tête fut exposée au Forum (1.17.71 ; 1.75.328). Les candidats agressés sont ce Nonius candidat au tribunat et massacré par les satellites de Glaucia (1.28.128-129) et C. Memmius, candidat au consulat en 100, assommé par les partisans de Glaucia au cours même du vote (1.32.142). Enfin, s'agissant des personnes au-dessus du commun, on peut penser à cet Antullius qui sacrifiait au Capitole lorsqu'il fut assassiné par un partisan de C. Gracchus, (1.7.24 ; 1.25.109), au questeur Saufeius massacré avec Saturninus et Glaucia (1.32.145), au légat de Servilius massacré à Asculum (1.38.173 : Fonteius) ou à Pompeius Rufus le fils, (gendre de Sylla) assassiné par les στασιῶται de Sulpicius, (1.56.247). Et puis à Q. Ancharius (1.73.337) qui escomptait sa grâce de Marius en 87, qui devait être préteur, mais ce qu'Appien ne sait (ou ne précise) pas. On n'oubliera pas le Pontifex Maximus Mucius Scaevola égorgé par les soins de Damasippus (1.88.403).

3 On songera aussi au degré d'égarement dans lequel se trouvait C. Gracchus au Capitole, au moment où devait être examinée la question de la colonie de Carthage. Cet égarement est présenté par Appien comme la cause du meurtre d'Antyllus (1.25.107-110).

4 Sur cette question on verra Nicolet 1964, 212-230.

5 Cf. 1.99.462 : “Même dans les temps anciens, la dictature était despotique, mais limitée à une brève période. Ce fut alors que, pour la première fois, parce qu’elle était accordée pour une durée indéterminée, elle devint une tyrannie intégrale”.

6 Badian 1970, 3-14. Et j'ai cru pouvoir compléter cette démonstration en montrant, avec l'aide de Dion Cassius, que cette abdication avait eu lieu le 30 juin 81: Hinard 1999, 427-432.

7 Alors qu'il explique la place importante qu'il a réservée à la Guerre Sociale par son imbrication dans les troubles civils de Rome (1.34.154 : “D’ailleurs cette guerre aussi, dans sa phase finale, favorisa l’éclosion d’autres séditions et de chefs de parti plus puissants qui n’avaient plus recours, dans les luttes qui les opposaient, à des propositions de loi ou à des actions démagogiques, mais à des armées rangées en bataille. Et c’est pourquoi j’ai rassemblé dans le présent écrit les faits relatifs à cette guerre, qui tira son origine de l’agitation survenue à Rome et finit par aboutir à une nouvelle agitation, bien plus désastreuse”).

8 Comme l'a suggéré Gabba 1956, 4.

9 Qui, à partir de fragments, a donné une brillante leçon sur les qualités d'historien d'Appien : Goukowsky 2001.

© Ausonius Éditions, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540