Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

Les causes des guerres civiles selon Appien

Philippe Torrens

Texte intégral

  • 1 App., BC, 1.7.
  • 2 Gabba 1956, 82 n. 1.
  • 3 App., BC, 1.1-6.
  • 4 Kundera 1986, 192.

1Appien ouvre son récit des guerres civiles romaines1 par une remarquable analyse socio-économique de la crise des campagnes italiennes au milieu du second siècle a.C. E. Gabba affirmait en 1956 que ces chapitres étaient une simple adaptation par Appien d'une source latine chronologiquement proche des événements, et qu’il supposait être Asinius Pollion : il excluait qu'un notable grec de l'Empire romain à l’époque des Antonins pût manifester un intérêt particulier pour les problèmes agraires et la question des “alliés” italiens de Rome, et il en voyait la preuve dans le fait que cet intérêt “est limité à un secteur de son œuvre et est en contraste patent avec les intérêts qu'il manifeste dans d'autres parties de son histoire qu’on peut lui attribuer avec certitude”2. Il semble nécessaire de revenir sur ce jugement et, en dehors de toute problématique de Quellenforschung, d’examiner la place du problème agraire dans l’ensemble des Guerres civiles. Une continuité saute d'emblée aux yeux entre l'impossibilité, exposée dans le livre I, de procéder à une redistribution des terres en Italie, et le récit, dans le livre V, de leur redistribution violente et massive au profit des armées triumvirales. La relation des violences civiles et des campagnes militaires a souvent relégué à l’arrière-plan le problème agraire dans les livres centraux, mais il y demeure présent, et en rapport étroit avec ce qui a été exposé au départ. L’analyse privilégiera le récit même des événements au détriment de la Préface générale de l’Histoire romaine et du “prologue” aux Guerres civiles3, car je pense que le récit d’Appien propose des vues plus profondes que ses rares exposés théoriques. Milan Kundera a expliqué que les romanciers, quand ils écrivent “écoutent une autre voix que celle de leur conviction morale” qui leur permet de dépasser ces convictions et fait que “les grands romans sont toujours un peu plus intelligents que leurs auteurs”4. Ce principe peut s’appliquer aux historiens antiques et en particulier à Appien. qui commente peu son récit et suggère souvent plus qu’il n explicite.

1. Importance décisive et permanence du problème agraire

1.1. Nécessité et impossibilité de la réforme agraire à la fin du IIe siècle

  • 5 App., BC, 1.7-8.

2Appien commence son récit des guerres civiles5 en exposant comment le problème agraire s'est développé jusqu'à revêtir au milieu du second siècle un caractère particulièrement explosif. Son analyse montre qu'il ne s'agit pas d'un simple facteur déclencheur d'une crise dont les raisons profondes seraient à chercher ailleurs, mais de la cause essentielle.

  • 6 Id., 1.7.26 : Ῥωμαῖοι τὴν Ίταλίαν πολέμῳ κατὰ μέρη χειρούμενοι γῆς μέρος ἐλάμβανον καὶ πόλεις ἐνῴκ (...)
  • 7 Id., 1.10.39-40.
  • 8 1.11.45 : ὅτι πλείστης γῆς ἐκ πολέμου βίᾳ κατέχοντες καὶ τὴν λοιπὴν τῆς οἰκουμένης χώοαν ἐν ἐλπίδι (...)

3Tout d'abord, il fait remonter le phénomène loin dans le temps, à l'extension progressive de l'ager publicus lors de la conquête de l’Italie6. Il décrit l'accaparement graduel de ces terres par la frange la plus riche du peuple romain et des alliés italiens, l'extension des propriétés, leur exploitation grâce à des esclaves plutôt que grâce à des hommes libres soumis aux obligations militaires. Ce processus lent, et que personne n'a ni voulu ni contrôlé, aboutit à un imbroglio inextricable où les possesseurs abusifs et les dépossédés peuvent les uns comme les autres se prévaloir de bonnes raisons et donc camper sur des positions violemment antagonistes7. Il apparaît désormais très difficile de faire évoluer la situation sans provoquer des réactions très vives. L'urgence d'y remédier est comprise par Tiberius Gracchus lorsqu'il constate que la ruine de la petite paysannerie romaine compromet la puissance militaire de Rome et par là sa puissance, voire son existence dans l'avenirs8.

  • 9 Id., 1.11.44 : διήρωτα δ’ ἐπ’ ἐκείνοις εἰ δίκαιον τὰ κοινὰ κοινῇ διανέμεσθα καὶ εἰ γνησιώτερος αἰε (...)
  • 10 Id., 1.7.30-31 ; 10.40.
  • 11 Id., 1.15.63 : οἴκτου δὲ πολλοῦ σὺν λογισμῷ τοὺς πένητας ἐπιλαμβάνοντος ὑπέρ τε σφῶν αὐτῶν, ὡς οὐκ (...)
  • 12 Id., 1.8.32 ; 9.36 ; 10.40 ; 11.44.
  • 13 Id., 1.116-120
  • 14 Id., 1.17.71 : Γράγχος (...) ἀρίστου βουλεύματος ἕνεκα, βιαίως αὐτῷ προσιών, ἀνῄρητο. “Gracchus, à (...)
  • 15 Id., 1.17.72 : καὶ πρῶτον ἐν ἐκκλησίᾳ τόδε μύσος γενόμενον οὐ διέλιπεν, αἰεί τινος ὁμοίου γιγνομένο (...)

4En second lieu, Appien montre que la ruine de la paysannerie romaine déséquilibre en profondeur la société romaine tout entière : le fossé qui se creuse entre les paysans ruinés et la caste dirigeante enrichie ne constitue pas aux yeux d'Appien (ou du Ti. Gracchus qu'il fait parler) une fracture sociale moralement scandaleuse, mais une sorte de rupture du contrat communautaire9 : la plèbe romaine et italienne, artisan essentiel des grandes victoires, au lieu d'en retirer sa part et d'être payée pour les sacrifices qu'elle a consentis, se retrouve chassée de ses terres et remplacée sur celles des riches par des esclaves10. Son manque de ressources l'amène à ne plus procréer – ce qui entraîne des conséquences militaires et politiques graves : la plèbe devient, pour sa survie, dépendante des citoyens riches et perd sa liberté politique11. D'autre part la masse des esclaves constitue un nouveau danger : soumis par force, ils ne sont liés à leurs maîtres par aucun intérêt commun, et sont prêts à les trahir ou à se rebeller contre eux dès que l'occasion se présente12, ce dont la difficile guerre contre Spartacus fournira l'illustration13. Après avoir exposé ces données dans son récit, Appien les replace dans la bouche de Ti. Gracchus, et il porte un jugement très favorable sur les projets de réforme des Gracques : il ne leur reproche que les moyens parfois violents qu’ils ont employés pour les mettre en œuvre14 La violence inexpiable, la “souillure abominable” qui ouvre la voie à des violences civiles de plus en plus graves, est commise par leurs assassins15.

  • 16 Id., 1.27.121 : νόμος τε οὐ πολὺ ὕστερον ἐκυρώθη τὴν γῆν, ὑπὲρ ἧς διεφέροντο, ἐξεΐναι πιπράσκειν το (...)
  • 17 Id., 1.27.122 : Σπούριος θόριος δημαρχῶν εἰσηγήσατο νόμον, τὴν μὲν γῆν μηκέτι διανέμειν, ἀλλ εἶναι (...)
  • 18 Id., 1.27.123 : τοὺς φόρους οὐ πολὺ ὕστερον διέλυσε δήμαρχος ἕτερος, καὶ ὁ δῆμος ἀθρόως ἁπάντων ἐξε (...)
  • 19 Id., 1.29.130.
  • 20 Id., 1.29.132.
  • 21 Id., 1.32.145.
  • 22 Id., 1.35.
  • 23 Id.,1. 35.156 : ὅ δὲ τὸν δῆμον ἐς τοῦτο προθεραπύεων ὑπήγετο ἀκοικίαις κολλαῖς ἔς τε τὴν Ἰταλίαν κ (...)
  • 24 Id., 1.36.162: μόνος ὁ δῆμος ἔχαιρε ταῖς ἀποικίαις.
  • 25 Id., 136.162 : οἱ Ἰταλιῶται (...) καὶ οἵδε περὶ τῷ νόμῳ τῆς ἀποικίας ἐδεδοίκεσαν, ὡς τῆς δημοσίας (...)
  • 26 Id., 1.38.169.

5Après avoir ainsi présenté la question agraire comme l'élément essentiel qui provoque les guerres civiles, Appien montre clairement dans la suite de son récit que ce problème continue régulièrement à s’imposer à l'attention. Il relate d'abord comment la caste dirigeante annule par étapes successives les mesures prises par les Gracques : on commence par autoriser la vente des lots assignés, ce qui permet aux riches propriétaires de les récupérer16; puis les distributions de terres sont remplacées par une compensation pécuniaire17 qui disparaît elle-même peu après, si bien que “le peuple perdit absolument tout18. Apuleius tente ensuite de promouvoir une politique agraire plus acceptable pour les possédants romains et italiens en proposant d’installer des colons sur les terres gauloises récemment conquises par Marius19 : il s aliène alors la plèbe de Rome qui voit dans ces mesures une victoire des possédants italiens20, et la tentative se termine également dans le sang de ses promoteurs21. C'est ensuite le tribun Livius Drusus22 qui reprend, mais au service du Sénat, l'assignation de colonies en Italie et en Sicile, “votée depuis longtemps, mais pas encore mise en œuvre”23. “Mais seule la plèbe, écrit Appien, trouvait un sujet de satisfaction dans l'établissement des colonies”24, et la mesure se heurte à l'hostilité des alliés italiens25. L'échec des compromis imaginés par Livius Drusus, qui cherchait à échanger l'établissement de la plèbe romaine sur des terres italiennes contre la citoyenneté romaine pour les alliés italiens, débouche sur la Guerre Sociale26.

1.2. La militarisation du problème agraire

  • 27 Id., 1.96-448 : ταῖς δὲ πλείυσι τοὺς ἐαυτῷ στρατευσαμένους ἐπῴκιζεν ὡς ἕξων φρούρκχ κατὰ τῆς Ἰταλί (...)
  • 28 Id., 1.100.470 : τέλεσι τοῖς ὑπὲρ ἑαυτοῦ στρατευσαμένοις τρισὶ καὶ εἴκοσι ἐπένειμεν (...) πολλὴν ἐ (...)
  • 29 Id., 1.96.449....ὃ καὶ μάλιστα αὐτοὺς εὔνους αὐτῷ καὶ τελευτήσαντι ἐποίησεν. ὠς γὰρ οὐχ ἕξοντες αὐ (...)

6Les violences de la guerre Sociale, puis le conflit entre Marius et Sylla éclipsent le problème agraire, qui réapparaît lorsque Sylla vainqueur installe ses vétérans comme colons dans la plupart des cités d'Italie27. Il recourt à des prélèvements sur l'ager publicus, mais aussi à un grand nombre de confiscations pures et simples28. Pour la première fois, une action de guerre civile lie étroitement les colons à un général vainqueur : “Ils considéraient que leurs possessions ne seraient pas maintenues si toute l’œuvre de Sylla ne l’était pas29. Ce thème sera récurrent dans les livres III et V.

  • 30 Id„ 2.10.35 :... νόμους ὐπὲρ τῶν πενήτων ἐς τὸ βουλευτήριον ἐσέφερε καὶ γῆν αὐτοΐς διένεμε, καὶ τὴ (...)
  • 31 Id., 2.94.95 : δώσω δὲ καὶ γῆν ἅπασιν ἐκτελεσθέντων τῶν πολέμων, οὐ καθάπερ Σύλλας, ἀφαιρούμενος ἑ (...)
  • 32 Id., 2.120.507.
  • 33 Id., 2.133.557.
  • 34 Id., 2.135.565.
  • 35 Id., 2.139-141.
  • 36 Id., 3.2.5 : τὰ κληρουχήματα συγχωροῦντες αὐτοῖς πιπράσκειν, τοῦ νόμου κωλύοντος ἐντὸς εἴκοσι ἐτῶν (...)
  • 37 Id., 1.27.121.
  • 38 Id., 3.12. 41 ; 17.61 ; 20.76 ; 22.80 et 85 ; 28.109 ; 32.125 ; 42.173 ; 87.358.
  • 39 Id., 4.3.10 : ἐπελπίσαι δὲ ἤδη τὸν στρατὸν ἐς τὰ νικητήρια τοῦ πολέμου ἄλλαις τε δωρεαῖς καὶ ἐς κα (...)
  • 40 Id., 4.86.362.
  • 41 Id., 5.12.48-52.
  • 42 Id., 5.14.54-59 ; 43-182. Cf. Roddaz 1988, 335-345.
  • 43 Id., 4.53.219: ἐξώτρυνε ὐτοὺς κληρούχους ἐπὶ τὸν Ἀντώνιον ὡς κατάγοντα μετὰ τῶν γεωργῶν Πομπήιον ὧ (...)
  • 44 Id., 5.74.316.
  • 45 Id., 5.128.532: ὑπεφώνησε χιλίαρχος Ὀφίλλιος στεφάνους μὲν καὶ πορφύραν εἶναι παισὶν αθύρματα, στρ (...)

7La question agraire resurgit avec la loi de Jules César au début de son consulat de 59 : Appien en évoque le contenu brièvement, mais précisément30. Elle constitue, dans son récit, la dernière loi agraire qui ne soit pas liée exclusivement à l'établissement de vétérans, ce qui deviendra ensuite la règle. César promet, par exemple, en 47 à ses légions mutinées de “donner des terres à tous” après la victoire en Afrique, en procédant par des méthodes beaucoup plus douces que Sylla31. Juste après le meurtre de César, Appien, décrivant la population qui se trouvait alors à Rome, montre les soldats démobilisés attendant d'être envoyés dans des colonies32, et Antoine, dans son discours aux sénateurs mentionne de nouveau leur présence menaçante33. Après les sénatus-consultes amnistiant les meurtriers de César et validant ses actes, deux autres confirment aux vétérans les colonies qui leur ont été assignées34. Peu après, Brutus, cherchant à rassurer et à séduire les vétérans, leur confirme les promesses de César et leur garantit une procédure légale et sans violences qui leur assurera la possession de leurs terres mieux que les méthodes de Sylla et de César35. Puis Brutus et Cassius recherchent encore la faveur des vétérans “en les autorisant à vendre leurs lots, alors que la loi interdisait leur cession pendant vingt ans”36. Appien est le seul à rapporter une telle proposition, qui reprend la tactique employée par les optimates à la fin du second siècle37. La suite du livre III comporte de nombreuses allusions aux espérances et aux craintes des vétérans concernant les colonies38, et Antoine comme Octave tentent de les exploiter à leur profit. Le livre IV, dont près de la moitié est consacrée à la proscription, est celui qui laisse le moins de place aux problèmes agraires : il signale néanmoins les dix-huit cités italiennes, “ce qu'il y avait de mieux en Italie”, que les triumvirs promettent de distribuer, territoire et maisons comprises, aux soldats39, c'est-à-dire à la manière de Sylla. Beaucoup plus loin dans le livre, cette information trouve un écho dans le soutien que les villes désignées recherchent auprès de Sextus Pompée, puis dans les garanties qu'Octave doit fournir à deux d'entre elles, Rhegium et Hippo40. La distribution de ces terres et les conflits qu'elle provoque occupent une grande partie du livre V. Un long passage expose les doléances des Italiens dépossédés et les exactions des soldats, qu'Octave ne contrôle pas et qu'il ne peut réprimer sérieusement vu qu'il a besoin de leur soutien41. Puis Appien raconte comment Lucius Antonius, le frère de Marc Antoine, instrumentalise le mécontentement des Italiens d'une part, les craintes des légionnaires d’Antoine d'être mal servis par Octave de l'autre, pour s'opposer au triumvirat et tenter une restauration républicaine42. Après la défaite de Lucius, quand Antoine lui-même s'approche de l’Italie, Octave “excite les colons contre Antoine en prétendant qu'il allait ramener Pompée avec les propriétaires dont ils occupaient les terres”43, et après les accords intervenus entre les triumvirs et Sextus Pompée à Pouzzoles, les colons, toujours animés des mêmes craintes, sont les seuls mécontents44. Chaque victoire dans la guerre civile entraîne de nouvelles exigences des troupes, et Octave en fait l'expérience quand, après sa victoire sur Sextus, il se heurte à une mutinerie : un meneur, le tribun Ofilius “cria que des couronnes et de la pourpre, c'étaient des amusements pour des enfants et que des récompenses pour des soldats, c'étaient des terres et de l'argent”45.

8Tous ces passages montrent que le problème posé au départ n'est nullement oublié ensuite par Appien, qu'il passe seulement à l'arrière-plan lorsque les conflits civils et militaires qu'il a provoqués concentrent l'attention. Le livre V montre la satisfaction par la contrainte triumvirale et la pression militaire des exigences de la situation telle qu'elle avait été exposée au livre I.

  • 46 Il ne fait qu'une très brève allusion en 5.137.570, à la colonisation de Lampsaque en Asie mineure

9Cette vision se heurte toutefois à une objection : si Appien a une conscience aussi aiguë et permanente du problème agraire, pourquoi laisse-t-il passer plusieurs occasions importantes de l'évoquer ? Il ne dit rien du refus obstiné auquel se heurte Pompée lorsque, revenant d’Orient vainqueur en 61, il désirerait voir assigner des terres à ses vétérans. Il ne mentionne pas les fondations de colonies outre-mer par César46, ni la loi d'Antoine et Dolabella distribuant des terres de Campanie aux vétérans en avril 44, ni le séjour d'Antoine en Campanie pour installer les colons, ni la loi agraire d'Antoine en juin 44. Dans les discours qu'Appien prête à Cassius, à Antoine et à Brutus avant les batailles de Philippes, aucune trace non plus des problèmes agraires.

  • 47 D.C. 37.49.2 et 50.1 ; 38.1.2 et 3 ; 5.1 ; 7.3. Cf. aussi Plut., Lyc., 42.6 ; Cat. Mi., 31.1.
  • 48 Cic., Att., 1.18.6 ; 1.19.4 ; 2.1.6 ; 2.3.3 ; 2.6.2 ; 2.7.3 ; 2.15.1 ; 2.16.1-2 ; 2.17.1 ; 2.18.2.
  • 49 Ooteghem 1954, 289-298 ; Gelzer 1949, 126-129 ; Carcopino 1935, 189 et 207-208 ; Gruen 1974, 393, (...)

10En ce qui concerne le lotissement des vétérans de Pompée, il faut considérer que, de toutes nos sources, seul Dion Cassius mentionne avec quelque insistance le problème47. Ni les discours de Cicéron après le De lege agraria de 63, ni sa correspondance48 ne témoignent qu'à l'époque le problème eût été considéré comme essentiel. Appien, à l'unisson des autres sources, insiste plus sur le refus du sénat de ratifier les décisions prises en Orient par Pompée. Lorsque César, en 59, profite de son consulat pour satisfaire les vétérans de Pompée, c'est dans le cadre d'une loi agraire beaucoup plus large et qui cherche à pourvoir la plèbe romaine plus que les vétérans de Pompée49. Ces derniers sont par ailleurs revenus d'Orient avec de riches parts de butin et ils n'ont pas réclamé ces terres que le Sénat était si réticent à leur attribuer.

  • 50 Brunt 1971, 101 et 255; Vittinghof 1951, 148; Yavetz 1990, 163-169.
  • 51 Suet., Jul, 42, 1: Octoginta autem ciuium milibus in transmarinas colonias distributis, ut exhaust (...)

11Les colonisations opérées par César, quant à elles, ne font l'objet d'aucune mention systématique de la part des historiens anciens, et ce sont les historiens modernes qui, opérant la synthèse d'allusions dispersées et de documents épigraphiques, mettent en lumière l'importance de l'action entreprise par César dans ce domaine, en particulier outre-mer50. Ni Dion Cassius, ni Velleius, ni Florus, ni Plutarque n'en parlent. Suétone fournit une indication précise attestant l'ampleur des opérations, mais il énonce le chiffre énorme de quatre-vingt mille citoyens envoyés dans les colonies outre-mer sans insister particulièrement ni énumérer de colonies51. Le corpus cicéronien ne complète pas non plus notre information sur ce point. Il n’est donc pas étonnant qu’Appien ait négligé des faits qui n'ont pas retenu non plus l'attention des autres écrivains.

  • 52 Cic., Phil., 5.7-10 et 20 ; 6.13-14 ; 7.17 ; 11.13 ; 13.37. Allusion dans la correspondance : Att. (...)
  • 53 D.C. 44.51.4: ἐν δὲ τῷ τότε παρόντι τούς τε κληρούχους τοὺς ὑπὸ Καίσαρος προκεχειρισμένους ἐς τὰς (...)
  • 54 Cic., Att., 14.17.2; 20.2; 21.2; 15.1.2; Phil., 2.101-105.

12Les mesures agraires de 44 nous sont surtout connues par Cicéron52, qui les exploite dans les Philippiques, mais ne s'en indigne pas dans ses lettres du début de l'été. Dion Cassius se contente de mentionner l'installation de colons, sans insister53. Quant au séjour d'Antoine en Campanie en avril-mai 44, seul Cicéron permet de le connaître54. Il semble donc que les récits historiques en général n'aient guère retenu ces données, et Appien, en opérant la synthèse de récits antérieurs, n'a que reproduit cette lacune.

  • 55 Luc., Hist.Conscr., 58.

13La disparition de toute allusion aux promesses de terres dans les discours tenus avant Philippes est plus gênante : les discours constituent pour l'historien antique un espace d'invention rhétorique55, et Appien exploite ces occasions pour offrir à son lecteur une synthèse des éléments dispersés dans le récit qui précède. Il aurait donc été logique que le thème des terres à distribuer après la victoire fût abordé par les deux camps. Son absence s'explique par les enjeux de la bataille : Cassius met l’accent sur la liberté, la restauration d'un régime de droit après l'arbitraire du triumvirat ; Antoine, lui, développe une argumentation surtout tactique, pour conforter le moral de ses troupes et leur donner un solide espoir de victoire alors qu'elles sont moins nombreuses et en moins bonne position que leurs adversaires. Brutus, haranguant ses troupes avant la deuxième bataille de Philippes, doit prioritairement les convaincre que, même Cassius disparu, la victoire est encore possible. Appien a trouvé plus vraisemblable de privilégier ces circonstances particulières.

14Malgré les difficultés que nous venons de signaler, le récit d'Appien manifeste une grande continuité dans le traitement du problème agraire, qui déclenche toute la suite des conflits et revient régulièrement sur le devant de la scène politique romaine.

2. L'interférence du problème agraire avec d'autres problèmes

2.1. Le problème italien

  • 56 App., BC, 1.34.151: καὶ αὐτὸν διὰ τάδε συνήγαγον ἐς τήνδε τὴν συγγραφὴν ἔκ τε τῆς ἐν Ῥώμῃ στάσεως (...)
  • 57 Id., 1.8.35: περὶ τοῦ ἰταλικοῦ γένους ὡς εὐπολεμωτάτου τε καὶ συγγενοῦς, φθειρομένοῦ δὲ κατ ὀλίγον (...)
  • 58 Le point a été souligné par Gabba 1956, 43-45.
  • 59 Id., 1.10-41.
  • 60 Id., 1.13-56.
  • 61 Id., 1.21.86: καί τινες εἰσηγοῦντο τοὺς συμμάχους ἃπαντας οἵ δὴ περὶ τῆς γῆς μάλιστα ἀντέλεγον, εἰ (...)
  • 62 Id„ 1.23.99.
  • 63 Id„ 1.36.163.
  • 64 Id., 1.37.165; 38.169.

15Appien présente explicitement les conflits dus au problème agraire comme étroitement liés au déclenchement de la guerre entre Rome et ses alliés Italiens : “J'ai intégré cette guerre au présent récit, parce qu'elle a tiré son origine des conflits à Rome et qu’elle a débouché sur un conflit plus important encore56 D'emblée, Ti. Gracchus lie les deux problèmes : le premier discours qu'Appien lui attribue alarme les Romains sur la situation de “la population italienne, selon lui particulièrement apte à la guerre et du même sang qu'eux, mais réduite peu à peu à la misère et à la pénurie d'hommes”57 (App., BC, 1.8-35). Les mesures que Tiberius prévoit contre les latifundia concernent, semble-t-il, tous les occupants de l'Italie, pas seulement les citoyens romains, et les assignations de terres seraient aussi destinées aux Italiens pauvres et pas seulement à la plèbe romaine58. Mais le projet provoque de violentes réactions des propriétaires tant romains qu'italiens. Dans un premier temps l’opposition s'exacerbe entre riches et pauvres de toute l'Italie, et non entre Romains et alliés italiens, ce que montre l'afflux à Rome de tous les intéressés pour soutenir chacun des camps opposés59. Après le vote de la loi, le peuple regarde Tiberius “comme le père de tous les peuples de l'Italie”60. C'est dans la période qui suit son meurtre que le problème italien commence à interférer gravement avec la question agraire : les possédants italiens, mécontents de voir la commission triumvirale examiner les titres de propriété et redistribuer les terres, se tournent vers Scipion Émilien, qui met son prestige à leur service et provoque l'irritation de la plèbe ; il est peu après trouvé mort dans des circonstances mal élucidées. Pour sortir de l'impasse, “certains proposèrent d'accorder la citoyenneté romaine à tous les alliés, puisque c'étaient eux qui, concernant les terres, exprimaient la plus vive opposition. pour que, devant cet avantage plus considérable, ils fissent taire leur désaccord concernant les terres”61. L'idée est reprise par Fulvius Flaccus, puis par C. Gracchus62, mais se heurte à l'opposition résolue du sénat. Puis Livius Drusus revient à la charge, mais il mécontente les alliés par des projets de colonies, et il finit assassiné : Appien impute clairement ce meurtre aux alliés63, mais un peu plus tard, quand les chevaliers imposent par la force une loi interdisant de “favoriser soit manifestement soit clandestinement, l'ambition qu'avaient les alliés d'obtenir le droit de cité”, ils considèrent Livius Drusus comme un homme “maltraité pour avoir montré de l'intérêt pour leur cause”64. Ce meurtre et la loi précitée sont les causes immédiates de la guerre Sociale.

2.2. La transformation de l'armée

  • 65 Id., 1.8.35; 11.43.
  • 66 Id., 1.27.124.
  • 67 Id., 2. 120.506.
  • 68 Id., 1.96.448: 100.470.
  • 69 Id., 5.17.70-71.

16Le problème agraire est d'autre part lié étroitement dans le récit d'Appien à la transformation de l'armée. Si Ti. Gracchus tient tant à réinstaller des paysans dans les campagnes italiennes, c'est par crainte de voir se tarir la source où l'armée romaine recrutait ses meilleurs combattants65. Appien ne revient ensuite que passagèrement sur ce thème66, et il ne fournit guère de commentaires explicites sur les transformations qui se produisent dans l'armée. Son récit néanmoins fournit régulièrement des données qui permettent au lecteur de reconstituer cette évolution : la paupérisation des campagnes rassemble à Rome des quantités d'hommes libres67 qui espèrent retrouver des terres et accordent leur soutien aux tribuns qui proposent des lois agraires. Ces hommes perdent espoir devant l'échec des réformes successives et forment peu à peu une masse facilement mobilisable pour des guerres offrant la perspective de butin immédiat et de terres à la fin du service. L'exemple de la colonisation syllanienne68 constitue un précédent pour les guerres civiles du milieu du premier siècle : Appien montre ces troupes devenues des armées de “mercenaires” (μισθωτοί) – il emploie le terme à maintes reprises – sensibles aux gratifications et osant se mutiner pour les exiger, susceptibles aussi de passer d'un chef à un autre sans avoir l’impression de trahir, puisque tous les chefs d'armée sont romains et prétendent combattre dans l'intérêt de la patrie69. L’ampleur des distributions de terres à effectuer après Philippes, et les problèmes qu'elles posent dans toute l'Italie, montrent que désormais l'engagement dans une armée de guerre civile est l'unique moyen pour un citoyen romain pauvre d'obtenir ce que les lois agraires n'ont accordé que trop parcimonieusement en temps de paix. En se militarisant, le problème agraire a aussi provoqué une mutation profonde des armées romaines.

2.3. Les interférences politiques et sociales

  • 70 Id., 1.22; 35.157-161; 37.
  • 71 Id., 2.120.
  • 72 Id., 1.17.71; 30.133.
  • 73 Id., 1.2.5-8; 60.270; 71.331.

17Le récit d'Appien souligne les résonances du conflit agraire sur les équilibres sociaux et politiques traditionnels : pour sortir de l'impasse où l'immobilisme sénatorial place l'État romain face à la question agraire, les Gracques, puis Livius Drusus, sont amenés à renforcer le rôle des chevaliers par rapport à celui des sénateurs en leur confiant les tribunaux, puis en leur ouvrant plus largement les portes du sénat70. Le rôle des tribuns eux-mêmes devient prépondérant, et ils apparaissent à la fois comme une force de proposition novatrice et comme un facteur de déstabilisation de tout le système. Pendant toute la période qui va des Gracques à Sylla, il est beaucoup plus souvent question d'eux que des consuls. La plèbe romaine, dont Appien présente un tableau peu flatteur, ne constitue plus qu'une masse misérable, assistée et qui se vend au plus offrant71. La tentation devient alors forte pour les audacieux de profiter de cette nouvelle donne : le conflit des ambitions se déchaîne graduellement et Appien montre, dans un crescendo savamment organisé, comment, partant de l'“abomination” initiale, le meurtre de Ti. Gracchus, les Romains en arrivent à des meurtres politiques de plus en plus fréquents, puis à des violences collectives de plus en plus graves72, à des massacres de plus grande ampleur, puis à des affrontements d'armées entières de citoyens romains73. La première souillure a ouvert dans la morale politique romaine une brèche qui ne cessera de s'élargir.

Conclusion

  • 74 Id., 1.11.47: τούς τε πένητας καὶ ὅσοι ἄλλοι λογισμῷ μᾶλλον ἤ πόθῳ κτήσεως ἐχρῶντο ἐρεθίσας...

18Appien présente, dans son récit des guerres civiles, une vision de leur naissance et de leur développement qui est très cohérente et montre qu'il a exploité avec sagacité les sources – pour nous irrémédiablement perdues – qu’il a consultées. Peut-être a-t-il emprunté son analyse de la question agraire à un bon historien latin antérieur, mais il ne l'a pas ensuite oubliée et l'évolution du problème, à travers la militarisation qu’il subit, constitue un fil conducteur important reliant les deux extrémités de son récit. Cette vision est à la fois celle d'un politique et d'un moraliste. Le penseur politique relate comment des phénomènes que personne n'a commandés ni même d'abord remarqués créent une situation nouvelle exigeant une réponse politique adéquate qui, selon lui, est imaginée par les Gracques, mais vite repoussée. La réalité alors se venge : les terres d'Italie seront bien redistribuées, mais après cent ans de guerres civiles. La caste dirigeante se montre de même incapable d'accorder à temps aux Italiens la citoyenneté romaine et de faire ainsi l'économie d’une guerre longue et meurtrière. La leçon politique est claire : un État ne peut impunément se dérober aux exigences de l’intérêt collectif et de la raison qu'Appien fait invoquer à Ti. Gracchus cherchant à “susciter l'adhésion des pauvres et de tous ceux des autres citoyens qui étaient plus sensibles à la raison qu'au désir de posséder”74. Une communauté ne peut non plus rompre sans risque le contrat social tacite qui lie ses membres, et sur ce point le politique rejoint le moraliste : les mesures que la raison dictait pour l'intérêt collectif se sont heurtées à l'égoïsme à courte vue de la caste supérieure. Cette faute morale constitue en même temps pour elle une faute politique grave qui provoque à long terme la chute du régime où elle s'épanouissait, la mort violente d'un grand nombre de ses membres et la perte de la libertas, bien soulignée – et non sans quelque nostalgie – par Appien dans les livres IV et V quand il donne la parole à Cassius et à Lucius Antonius.

19Appien combine le point de vue d'un politique expérimenté et sans illusions avec celui d'un moraliste pessimiste qui souligne la facilité avec laquelle une société entière se laisse glisser sur la pente du mal quand les circonstances lui en offrent l'occasion.

Bibliographie

Bibliographie

Brunt. P. A. (1971): Italian Manpower, Oxford.

Carcopino, J. (1935; 6e éd. 1990): César, Paris.

Gabba, E. (1956): Appiano e la storia delle guerre civili, Florence.

Gelzer, M. (1949): Pompeius, Munich.

Gruen, E. S. (1974): The Last Generation of the Roman Republic, Berkeley-Londres.

Keppie, L. (1983): Colonisation and Veteran Settlement in Italy, Londres.

Kundera, M. (1986) : L'art du roman, Paris.

Ooteghem, J. van (1954) : Pompée le Grand bâtisseur d'empire, Bruxelles.

Roddaz, J.-M. (1988): “Lucius Antonius”, Historia, 37, 321-345.

Vittinghof, F. (1951): Römische Kolonisation und Bürgerrechtspolitik, Mayence.

Yavetz, Z. (1990) : César et son image, Paris.

Notes

1 App., BC, 1.7.

2 Gabba 1956, 82 n. 1.

3 App., BC, 1.1-6.

4 Kundera 1986, 192.

5 App., BC, 1.7-8.

6 Id., 1.7.26 : Ῥωμαῖοι τὴν Ίταλίαν πολέμῳ κατὰ μέρη χειρούμενοι γῆς μέρος ἐλάμβανον καὶ πόλεις ἐνῴκιζον... “En subjuguant, région après région, l'Italie par la guerre, les Romains s'emparèrent d'une partie des terres et fondèrent des colonies...” La suite de ce rappel historique ne fait aucune allusion aux victoires sur Carthage et sur l'Orient grec.

7 Id., 1.10.39-40.

8 1.11.45 : ὅτι πλείστης γῆς ἐκ πολέμου βίᾳ κατέχοντες καὶ τὴν λοιπὴν τῆς οἰκουμένης χώοαν ἐν ἐλπίδι ἔχοντες κινδυνεύουσιν ἐν τῷδε περὶ ἁπάντων, ἤ κτήσασθαι καὶ τὰ λοιπά δι’ εὐανδρίαν ἤ καὶ τάδε δι’ ἀσθένειαν καὶ φθόνον ὑπ’ ἐχθρῶν ἀφαιρεθῆναι. “... alors que grâce à la guerre ils occupaient la plus grande partie de la terre et qu'ils pouvaient espérer conquérir le reste du monde habité, ils jouaient présentement le tout pour le tout : ou ils conquerraient également le reste du monde s'ils avaient des hommes en abondance, ou ils seraient privés de leurs possessions présentes à cause de leur faiblesse et de la rancoeur de leurs ennemis.”

9 Id., 1.11.44 : διήρωτα δ’ ἐπ’ ἐκείνοις εἰ δίκαιον τὰ κοινὰ κοινῇ διανέμεσθα καὶ εἰ γνησιώτερος αἰεὶ θεράποντος ὁ πολίτης καὶ χρησιμώτερος ὁ στρατιώτης ἀπολέμου καὶ τοςῖ δημοσίοις εὐνούστερος ὁ κοινωνός. “Il demandait ensuite s'il n'était pas juste que les biens communs soit partagés en commun, si le citoyen n’est pas toujours plus digne de confiance qu'un esclave, le soldat plus utile qu’un non-combattant et si celui qui a part aux biens communs n'est pas mieux disposé pour les intérêts de l'État.” L'insistante répétition du mot κοινός et de ses dérivés suggère l'importance pour Ti. Gracchus du fait que les Romains continuent à former une “communauté” tant d'intérêts que de défense. Son discours sur ce point reprend les pensées qu'Appien, BC, 1.10.40, attribuait aux “pauvres” : στρατείας τε ὅσας στρατεύσαιντο τὴν γῆν τήδε περιποιούμενοι, κατέλεγον καὶ ἠγανάκτουν εἰ τῶν κοινῶν ἀποστερήσονται... “... Ils énuméraient toutes les campagnes qu'ils avaient menées pour s'emparer de ces terres et s'indignaient d'être frustrés des biens communs...”

10 Id., 1.7.30-31 ; 10.40.

11 Id., 1.15.63 : οἴκτου δὲ πολλοῦ σὺν λογισμῷ τοὺς πένητας ἐπιλαμβάνοντος ὑπέρ τε σφῶν αὐτῶν, ὡς οὐκ ἐν ἰσυνόμῳ πολιτευσόντων ἔτι, ἀλλὰ δουλευσόντων κατὰ κράτος τοῖς κλουσίοις... “Les pauvres se sentirent accablés devant leur situation, à la pensée qu'ils n'allaient plus être des citoyens égaux aux autres dans la vie politique, mais être asservis aux riches de vive force...”

12 Id., 1.8.32 ; 9.36 ; 10.40 ; 11.44.

13 Id., 1.116-120

14 Id., 1.17.71 : Γράγχος (...) ἀρίστου βουλεύματος ἕνεκα, βιαίως αὐτῷ προσιών, ἀνῄρητο. “Gracchus, à cause d'une initiative excellente, mais imposée par la violence, fut mis à mort.” 27.123 : τοῦ Γραγχείου νόμου (...) ἀρίστου καὶ ὠφελιμωτάτου, εἰ ἐδύνατο πραχθῆναι, γενομένου..., “la loi de Gracchus, excellente et très utile si elle avait pu être appliquée...”

15 Id., 1.17.72 : καὶ πρῶτον ἐν ἐκκλησίᾳ τόδε μύσος γενόμενον οὐ διέλιπεν, αἰεί τινος ὁμοίου γιγνομένου παρὰ μέρος. “Et cette souillure, commise pour la première fois en pleine assemblée, ne s'effaça pas, des actes semblables se succédant continuellement.” Cf. aussi 1.2.5.

16 Id., 1.27.121 : νόμος τε οὐ πολὺ ὕστερον ἐκυρώθη τὴν γῆν, ὑπὲρ ἧς διεφέροντο, ἐξεΐναι πιπράσκειν τοῖς ἔχουσιν ἀπείρητο γὰρ ἐκ Γράγκου τοῦ προτέρου καὶ τόδε. Καὶ. εὐθυς οἱ πλούσιοι παρὰ τῶν πενήτων ἐωνοῦντο, ἤ ταῖσδε ταῖς προφάσεσιν ἐβιάζοντο. “Une loi fut ratifiée un peu plus tard permettant aux assignataires de vendre les terres objet des contestations : ceci était en effet interdit depuis le premier des Gracques. Et immédiatement les riches les achetèrent aux pauvres ou prirent prétexte de ces dispositions pour les forcer à vendre.”

17 Id., 1.27.122 : Σπούριος θόριος δημαρχῶν εἰσηγήσατο νόμον, τὴν μὲν γῆν μηκέτι διανέμειν, ἀλλ εἶναι τῶν ἐχόντων, καὶ φόρους ὑπὲρ αὐτῆς τῷ δήμω κατατίθεσθαι καὶ τάδε τὰ χρήματα χωρεῖν ἐς διανομάς, “Le tribun Spurius Thorius fit adopter une loi selon laquelle les terres ne seraient plus distribuées, mais resteraient à leurs occupants ; des impôts étaient levés sur elles au profit de la plèbe et cet argent irait à des distributions.”

18 Id., 1.27.123 : τοὺς φόρους οὐ πολὺ ὕστερον διέλυσε δήμαρχος ἕτερος, καὶ ὁ δῆμος ἀθρόως ἁπάντων ἐξεπεπτώκει. “Un peu plus tard, un autre tribun abolit ces impôts et le peuple perdit absolument tout.”

19 Id., 1.29.130.

20 Id., 1.29.132.

21 Id., 1.32.145.

22 Id., 1.35.

23 Id.,1. 35.156 : ὅ δὲ τὸν δῆμον ἐς τοῦτο προθεραπύεων ὑπήγετο ἀκοικίαις κολλαῖς ἔς τε τὴν Ἰταλίαν καὶ Σικελίαν ἐψηφισμέναις μὲν ἐκ πολλοῦ, γεγονύιαις δὲ οὔπω. “Il s'efforçait, dans cette perspective, d'amadouer par avance la plèbe en l'établissant dans des colonies en Italie et en Sicile, dont l'assignation était votée depuis longtemps, mais pas encore mise en œuvre.”

24 Id., 1.36.162: μόνος ὁ δῆμος ἔχαιρε ταῖς ἀποικίαις.

25 Id., 136.162 : οἱ Ἰταλιῶται (...) καὶ οἵδε περὶ τῷ νόμῳ τῆς ἀποικίας ἐδεδοίκεσαν, ὡς τῆς δημοσίας Ῥωμαίων γῆς, ἣν ἀνέμητον οὖσαν ἔτι οἱ μὲν ἐκ βίας, οἱ δὲ λανθάνοντες ἐγεώργουν, αὐατίκα σφῶν ἀφαιρεθησομένης καὶ πολλὰ καὶ περὶ τῆς ἰδίας ἐνοχλησόμενοι. “Les Italiens (...) éprouvaient eux aussi des craintes à propos de la loi de colonisation : ils redoutaient de se voir sous peu retirer l'ager publicus romain qui n'avait pas encore été partagé, et que les uns exploitaient, après avoir usé de violence, les autres, de façon clandestine ; ils craignaient aussi des ennuis pour les terres qu'ils possédaient en propre”

26 Id., 1.38.169.

27 Id., 1.96-448 : ταῖς δὲ πλείυσι τοὺς ἐαυτῷ στρατευσαμένους ἐπῴκιζεν ὡς ἕξων φρούρκχ κατὰ τῆς Ἰταλίας, τήν τε γῆν αὐτῶν καὶ τὰ οἰκήματα ἐς τούσδε μεταφέρων διεμέριζεν. “Il installa dans la plupart [des villes] les soldats de ses armées, pour avoir des garnisons dans toute l'Italie, et il fit passer en leur possession les terres et les maisons de ces villes, après répartition.”

28 Id., 1.100.470 : τέλεσι τοῖς ὑπὲρ ἑαυτοῦ στρατευσαμένοις τρισὶ καὶ εἴκοσι ἐπένειμεν (...) πολλὴν ἐν ταῖς πόλεσι γῆν, γῆν μὲν ἔτι οὖσαν ἀνέμητον, τὴν δὲ τὰς πόλεις ἀφαιρούμενος ἐπὶ ζημίᾳ. “Aux légions qui avaient combattu pour sa cause, au nombre de vingt-trois, il distribua beaucoup de terres relevant des cités, terres dont les un n'avaient pas encore été assignées, et les autres furent confisquées aux cités pour les punir.” Cf. aussi Id., 1.100.470.

29 Id., 1.96.449....ὃ καὶ μάλιστα αὐτοὺς εὔνους αὐτῷ καὶ τελευτήσαντι ἐποίησεν. ὠς γὰρ οὐχ ἕξοντες αὐτὰ βεβαίως, εἰ μὴ πάντ’ εἴη τà Σύλλα βέβαια, ὑπερηγονίζοντο αὐτοῦ καὶ μεταστάντο. “...ce qui renforça leur attachement à sa personne, même après sa mort : ils considéraient en effet que leurs possessions ne seraient pas maintenues si toute l'oeuvre de Sylla ne l'était pas, et c'est pourquoi ils le soutenaient même après sa disparition.”

30 Id„ 2.10.35 :... νόμους ὐπὲρ τῶν πενήτων ἐς τὸ βουλευτήριον ἐσέφερε καὶ γῆν αὐτοΐς διένεμε, καὶ τὴν ἀριστεύουσαν αὐτῆς μάλιστα περὶ Καπύην, <ἣ> ἐς τὰ κοινὰ διεμισθοῦτο, τοῖς οὖσι πατράσιν παίδων τριῶν... “Il présenta au Sénat des lois en faveur des pauvres auxquels il distribua des terres, et les meilleures de celles-ci, autour de Capoue, qui étaient affermées pour le profit de l'État, il les assigna à ceux qui se trouvaient pères de trois enfants...”

31 Id., 2.94.95 : δώσω δὲ καὶ γῆν ἅπασιν ἐκτελεσθέντων τῶν πολέμων, οὐ καθάπερ Σύλλας, ἀφαιρούμενος ἑτέρων ἣν ἔχουσι καὶ τοῖς ἀφαιρεθεῖσι τοὺς λαβόντας συνοικίζων καὶ ποιῶν ἀλλήλοις ἐς ἀεὶ πολεμίους, ἀλλὰ τὴν τοῦ δήμου γῆν ἐπινέμων καὶ τὴν ἐμαυτοῦ καὶ τὰ δέοντα προσίονούμενος. “Je donnerai aussi des terres à tous sans exception une fois les guerres terminées, mais pas à la manière de Sylla qui les confisquait à leurs propriétaires puis établissait les assignataires à côté des victimes de la confiscation et faisait d'eux d'éternels ennemis : je partagerai les terres publiques et celles qui m'appartiennent, et j'en achèterai d'autres si nécessaire.”

32 Id., 2.120.507.

33 Id., 2.133.557.

34 Id., 2.135.565.

35 Id., 2.139-141.

36 Id., 3.2.5 : τὰ κληρουχήματα συγχωροῦντες αὐτοῖς πιπράσκειν, τοῦ νόμου κωλύοντος ἐντὸς εἴκοσι ἐτῶν ἀποδίδοσθαι. Cf. aussi Id., 3.7.24.

37 Id., 1.27.121.

38 Id., 3.12. 41 ; 17.61 ; 20.76 ; 22.80 et 85 ; 28.109 ; 32.125 ; 42.173 ; 87.358.

39 Id., 4.3.10 : ἐπελπίσαι δὲ ἤδη τὸν στρατὸν ἐς τὰ νικητήρια τοῦ πολέμου ἄλλαις τε δωρεαῖς καὶ ἐς κατοικίαν δόσεσι τῶν ἰταλικῶν πόλεων ὀκτωκαίδεκα, αἵ καὶ περουσίᾳ καὶ ἐδάφεσι καὶ οἴκοις εἰς κάλλος διαφέρουσαι ἔμελλον αὐτοῖς ἐδάφεσι καὶ οἴκοις αὐτῷ διανεμήσεσθαι. “Et les soldats attendaient désormais comme prix de la victoire, entre autres gratifications, qu'on leur donnât, pour s'y installer comme colons, dix-huit cités italiennes qui, exceptionnelles tant par leur richesse que par leurs terres et leurs maisons, devaient être réparties entre eux, avec leurs terres et leurs maisons.”

40 Id., 4.86.362.

41 Id., 5.12.48-52.

42 Id., 5.14.54-59 ; 43-182. Cf. Roddaz 1988, 335-345.

43 Id., 4.53.219: ἐξώτρυνε ὐτοὺς κληρούχους ἐπὶ τὸν Ἀντώνιον ὡς κατάγοντα μετὰ τῶν γεωργῶν Πομπήιον ὧν αὐτοὶ τὰ χωρία ἔχουσιν.

44 Id., 5.74.316.

45 Id., 5.128.532: ὑπεφώνησε χιλίαρχος Ὀφίλλιος στεφάνους μὲν καὶ πορφύραν εἶναι παισὶν αθύρματα, στρατοῦ δὲ γέρα χωρία καὶ χρήματα.

46 Il ne fait qu'une très brève allusion en 5.137.570, à la colonisation de Lampsaque en Asie mineure.

47 D.C. 37.49.2 et 50.1 ; 38.1.2 et 3 ; 5.1 ; 7.3. Cf. aussi Plut., Lyc., 42.6 ; Cat. Mi., 31.1.

48 Cic., Att., 1.18.6 ; 1.19.4 ; 2.1.6 ; 2.3.3 ; 2.6.2 ; 2.7.3 ; 2.15.1 ; 2.16.1-2 ; 2.17.1 ; 2.18.2.

49 Ooteghem 1954, 289-298 ; Gelzer 1949, 126-129 ; Carcopino 1935, 189 et 207-208 ; Gruen 1974, 393, 399 et 402.

50 Brunt 1971, 101 et 255; Vittinghof 1951, 148; Yavetz 1990, 163-169.

51 Suet., Jul, 42, 1: Octoginta autem ciuium milibus in transmarinas colonias distributis, ut exhaustae quoque urbis frequentia suppeteret, sanxit...

52 Cic., Phil., 5.7-10 et 20 ; 6.13-14 ; 7.17 ; 11.13 ; 13.37. Allusion dans la correspondance : Att., 15.20.2.

53 D.C. 44.51.4: ἐν δὲ τῷ τότε παρόντι τούς τε κληρούχους τοὺς ὑπὸ Καίσαρος προκεχειρισμένους ἐς τὰς ἀποικίας εὐθύς, μὴ νεοχμῶσί τι... 45.9.1; Ὁρῶν οὖν Ὁ Αντώνιος τὸν Καίσαρα αὐξανόμενον, ἐπεχείρησε δελεάσαι τὸ πλῆθος (...) καὶ χώραν ἄλλην τε πολλὴν καὶ τὴν ἐν τοῖς ἕλεσι τοῖς ΙΙομπτίνοις (...) κληρουχηθῆναι διὰ Λουκίου Ἀντωνίου ἀδελφοῦ δημαρχοῦντος ἐσηγήσατο.

54 Cic., Att., 14.17.2; 20.2; 21.2; 15.1.2; Phil., 2.101-105.

55 Luc., Hist.Conscr., 58.

56 App., BC, 1.34.151: καὶ αὐτὸν διὰ τάδε συνήγαγον ἐς τήνδε τὴν συγγραφὴν ἔκ τε τῆς ἐν Ῥώμῃ στάσεως ἀρξάμενον καὶ ἐς πολὺ χείρονα στάσιν ἑτέραν ἐκπεσόντα.

57 Id., 1.8.35: περὶ τοῦ ἰταλικοῦ γένους ὡς εὐπολεμωτάτου τε καὶ συγγενοῦς, φθειρομένοῦ δὲ κατ ὀλίγον εἰς ἀπορίαν καὶ ὀλιγανδρίαν…

58 Le point a été souligné par Gabba 1956, 43-45.

59 Id., 1.10-41.

60 Id., 1.13-56.

61 Id., 1.21.86: καί τινες εἰσηγοῦντο τοὺς συμμάχους ἃπαντας οἵ δὴ περὶ τῆς γῆς μάλιστα ἀντέλεγον, εἰς τὴν Ῥωμαίων πολιτείαν ἀναγράψαι, ὡς μείζονι χάριτι περὶ τῆς γῆς οὐ διυισυμένυυς.

62 Id„ 1.23.99.

63 Id„ 1.36.163.

64 Id., 1.37.165; 38.169.

65 Id., 1.8.35; 11.43.

66 Id., 1.27.124.

67 Id., 2. 120.506.

68 Id., 1.96.448: 100.470.

69 Id., 5.17.70-71.

70 Id., 1.22; 35.157-161; 37.

71 Id., 2.120.

72 Id., 1.17.71; 30.133.

73 Id., 1.2.5-8; 60.270; 71.331.

74 Id., 1.11.47: τούς τε πένητας καὶ ὅσοι ἄλλοι λογισμῷ μᾶλλον ἤ πόθῳ κτήσεως ἐχρῶντο ἐρεθίσας...

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540