Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

III. Crises du pouvoir en Grèce et à Rome

Pouvoir politique et crise de société chez Polybe

Marie-Rose Guelfucci

Testo integrale

1L’un des extraits les plus connus des Histoires de Polybe est, en 31.23-30 et selon la propre définition de l’historien, une παρέκβασις, “une digression” (31.30.4) : Polybe y met en scène Scipion Émilien, timide jeune homme de dix-huit ans, très inquiet de la piètre opinion que les Romains et Polybe lui-même semblent avoir de lui quand son plus grand désir serait de se montrer digne de ce que l’on attend, à Rome, du fils de Paul-Émile et du petit-fils adoptif du grand Scipion. Polybe le rassure et, tout en se refusant à intervenir dans une instruction que peuvent lui donner tant de professeurs venus de Grèce, lui propose de l’aider, en revanche, à devenir celui qu’il veut et qu’il doit être. Dans une cité oublieuse de ses valeurs et tentée par toutes les dérives grecques, Scipion Émilien se forme alors avec ardeur (ὁρμή) à trois vertus qui, aux yeux de tous, le distinguent des jeunes Romains de son âge : la tempérance – σωφροσύνη –, la générosité désintéressée – μεγαλοψχία –, le courage – ἀνδρεία –, en agissant, précise Polybe, tandis que les autres, occupés dans les tribunaux et au forum, se contentent de paroles.

2Le texte est célèbre. Pourtant, tout en étant ponctuellement justes, les lectures qui en ont été faites ont parfois le tort de mettre trop particulièrement l’accent sur tel ou tel point, la crise morale romaine ou la formation de Scipion par exemple, alors que les deux thèmes ne sont pas seulement en rapport d’opposition, le premier faisant valoir le second selon la conclusion la plus répandue. Car au-delà d’une valeur documentaire, avec le constat (d’ailleurs devenu banal) d’un relâchement des mœurs à Rome après les victoires et après Pydna en particulier, au-delà d’une valeur simplement anecdotique aussi, avec un témoignage sur le rôle de Polybe – qui voudrait justifier sa position auprès de Scipion (31.24.11) – ou sur la personnalité du jeune homme, le texte rend compte, si on le met en relation avec d’autres passages, d’une pensée politique et historique à l’unité très forte. En ce sens, sa nature même - digression qui se greffe sur l’éloge de Paul-Émile, homme intègre en général et dans la conquête en particulier - n’est pas indifférente. C’est donc cette lecture complémentaire que nous voudrions proposer en reprenant sous cet angle politique les trois thèmes essentiels du texte comme les étonnements qu’ils ont suscités : l’évolution inquiétante des mœurs des citoyens romains, la longue éducation de Scipion pour devenir un homme de valeur (il ne lui faut pas moins de cinq années d’un véritable entraînement pour que la σωφροσύνη lui devienne une habitude et qu’il acquière une réputation de tempérance (31.25.8) et ce n’est qu’en 151 qu’il fait la preuve de son courage à l’occasion de la guerre contre les Celtibères), l’importance si paradoxale enfin accordée à la δόξα. Car avant d’être en quête des trois vertus, Scipion, on l’a souligné et nous y reviendrons, semble d’abord et surtout en quête d’une triple réputation d’homme tempérant, désintéressé, courageux : c’est ainsi que δόξα ou un terme équivalent introduisent le récit et concluent chacun des trois moments (31.25.2 et 8, 31.29.9 et 11, φιλοδοξεῖν en 31.28.10) ; δόξα est en outre relayé par φήμη (31.26.10, 31.28.7 et 11) dans le deuxième épisode ; ajoutons même que c’est précisément sur un renversement d’opinion que s’articule tout le passage (31.23.11 et 29.12).

  • 1 La digression vient interrompre le récit des événements de l’année 160, quand meurt Paul-Émile, ma (...)
  • 2 Pour les mises en garde de Caton, cf. Liv. 34.4 : “Vous m’avez souvent entendu dire que la républi (...)
  • 3 Sur le parallèle entre le texte de Polybe et le Trinummus (Plaut., Trin., 642 sq.), Earl 1970, 25- (...)
  • 4 Cf. encore Lucill. 13.1 : “Ajoute, venant de Syracuse, des semelles, une bourse... du cuir tin” et (...)
  • 5 Astin 1967, 42 sq.

3En 167/166 a.C., date où la décrit le texte, la crise romaine n’est pas encore une crise sociale, mais plutôt une crise des valeurs1 : la description de Polybe sur “la corruption générale des mœurs” avec la pédérastie et l’amour des courtisanes (31.25.3-4), la mode des “plaisirs coûteux” : festins en musique et beuveries, signes de l’abandon des vainqueurs aux débauches grecques, rejoint les inquiétudes de Caton – que l’historien cite explicitement et approuve – quand il s’indigne des prix comparés d’un jeune et bel esclave et d’un champ, d’une jarre de salaisons et d’un conducteur de bœufs, voyant là la décadence de la cité – τὴν ἐπὶ τὸ χεῖρον προκοπὴν τῆς πολιτείας (31.25.5). Elle vient chronologiquement s’inscrire dans une évolution déjà ancienne, à la suite des lois somptuaires, des mises en garde de Caton contre les deux vices contraires de la société romaine (l’avarice et la tentation du luxe)2, de la confrontation de deux éducations (l’une traditionnelle et romaine, l’autre grecque) que l'on trouve dans les dernières pièces de Plaute3. Elle trouve aussi, à la même époque, de nombreux échos dans les satires de Lucilius qui dénoncent les excès en tous genres : “Vivez bâfreurs, goinfres, vivez ventres ! – Vivile lurcones, comedones, vivite ventres !” (2.8), par exemple4. Sans véritable originalité sur le fond, la critique polybienne du relâchement des mœurs romaines semble aussi devoir être plus nuancée dans sa forme, l’opposition très marquée du texte entre progression vers la vertu (ὁρμὴ καὶ ζῆλος τῶν καλῶν) et pente du vice (διὰ τὴν ἑπὶ τὸ χεῖρον ὁρμήν paraissant comporter une part d’exagération possible pour mieux faire ressortir les efforts et la personnalité de Scipion. Le même procédé de mise en valeur sur un fond en contraste total apparaît d’ailleurs plus loin, dans un texte complémentaire sur le courage en 35.4, et a appelé les mêmes nuances : au moment de la guerre contre les Celtibères une quinzaine d’années plus tard, en 152-151, Rome a du mal à lever des troupes ; Scipion, désormais connu pour sa probité et sa tempérance et voulant faire reconnaître son courage, propose, à l’inverse d’une jeunesse romaine qui se dérobe, de partir – même comme tribun ou légat – en Espagne ; or selon A. E. Astin, l'engagement de Scipion, bien que révélateur de sa personnalité, semble relativement mineur en comparaison des difficultés de la situation5.

  • 6 Pour les craintes de Caton, cf. ses arguments pour ne pas abroger la loi Oppia qui limite le luxe (...)
  • 7 Voir, par exemple, les mises en garde que prête Xénophon à Cyrus, Cyr., 7.5.74-84.

4Si le thème traité n’est donc pas nouveau, le texte vaut néanmoins par l’analyse que fait l’historien, en 31.25.6, des causes du changement qu'il constate : c’est la nouvelle situation politique et matérielle de Rome qui a “comme fait surgir le brillant mode de vie actuel” (τὴν παροῦσαν αἵρεσιν οἷον ἐκλάμψαι), le démembrement du royaume de Macédoine dotant les Romains d’un "pouvoir incontesté” – ἀδήριτον... τὴν περὶ τῶν ὅλων ἐξουσίαν – et le transfert à Rome des richesses de Macédoine de nombreux signes extérieurs et manifestes de l’opulence – διὰ τὸ πολλὴν ἐπίφασιν γενέσθαι τῆς εὐδαιμονίας – “dans la vie privée comme dans la vie publique”. De fait, Polybe rappelle, dans le texte qui précède notre extrait, comment Paul-Émile a enrichi Rome de l’or d’Espagne et Plutarque, dans la Vie de Paul-Émile, donne un aperçu des richesses venues de Macédoine, le trésor romain étant désormais si pourvu qu’on peut ne plus imposer les citoyens (38.1). Mais, si l’on y regarde de plus près, l'intérêt particulier de l’explication que donne Polybe est de préciser jusque dans les termes la constitution du risque politique. Car ce sont sans doute les dangers inhérents à toute victoire qu’il met en évidence (l’apparition d’un luxe qui entraînerait, comme le craint Caton, l’oubli des valeurs romaines6 et ferait courir au conquérant le risque de se perdre dans les délices de la victoire, thème devenu banal7), mais surtout celui, très littéralement indiqué, d’une victoire génératrice d’un luxe qui s’affiche aux yeux du monde en même temps qu’elle contamine les mœurs privées comme l’esprit public : l’on remarque, en effet, le recours au verbe ἐκλάμψαι. mis en relief par une atténuation explicite de l’image, et le choix du terme ἐπίφασιν, non classique, mais à l’emploi très défini dans les Histoires où il ne désigne que l’apparence extérieure et que nous avons donc traduit par “signes extérieurs et manifestes”. Ce sont alors sa cohésion politique, à l’intérieur, et, au dehors, sa crédibilité que risque de perdre l’État romain.

  • 8 Sur le sens restreint de σωφροσύνη, cf. North 1966, 243. Pour la définition du terme comme un trai (...)
  • 9 Scipion payant aux deux sœurs de son père adoptif la totalité de la somme qui leur revient au lieu (...)
  • 10 Sur la leçon καθαρότητι, Walbank 1979, 502. En 39.6.3, peut-on ajouter, Polybe loue Mummius pour s (...)
  • 11 Plat., R., 429a-432b, Lg., 633c sq, 635b-636a, Arist., Pol., 7.15.

5En se fondant sur le thème unificateur du texte, la mise en valeur du risque corrupteur de l’argent, on retrouve donc, sous-tendant le récit, traduite dans les reprises voulues des termes, la réflexion de Polybe sur la nature de l’État et de sa relation politique aux autres États, sur les dangers, mais aussi les moyens de sauvegarder un pouvoir national ou hégémonique. L'éducation de Scipion s’inscrit dans ces préoccupations : car au faux éclat des mœurs de la cité en 31.25.6 (τὴν παροῦσαν αἵρεσιν οἷον ἐκλάμψαι), conséquence et signe inquiétant du nouveau pouvoir de Rome, Polybe, en introduisant son récit – avec le même verbe – pour montrer "pourquoi et comment la réputation de Scipion s’est mise à briller à Rome” – διὰ τί καὶ πῶς... ἐξέλαμψεν ἡ τοῦ Σκιπίωνος ἐν τῇ Ῥώμῃ δόξα –, oppose par anticipation, en 31.23.2, l’éclat plus authentique d’une réputation qui se mérite et caractérise le vrai dirigeant. Car chacune des vertus morales auxquelles se forme Scipion est en même temps une vertu politique : ainsi, même restreinte au sens qu’elle prend à époque hellénistique (qui reprend d’ailleurs, si l’on s’en réfère à Platon, une définition ancienne et populaire du terme, mais aussi une acception classique8), celui de “maîtrise de soi-même et des plaisirs”, de frugalité des mœurs, la σωφροσύνη – tempérance – prépare les qualités du soldat et du stratège et, génératrice de modération en toutes choses, devient une discipline de vie ; c’est ainsi que σωφροσύνη reçoit comme équivalent εὐταξία, en 31.25.8, signe de la conduite d’un homme constamment égal à lui-même et en accord avec lui-même. La mention de ce trait particulier à Scipion (corroboré en 31.28.12-13 par sa vigueur physique tout au long de sa vie) rejoint en fait une des préoccupations constantes de Polybe sur les qualités nécessaires aux stratèges. Celles-ci viennent certes s’incarner dans des modèles : le vainqueur de Zama par exemple qui, même absent, apparaît (on l'a beaucoup remarqué) comme une référence dans notre texte, Scipion ensuite, mais elles ont surtout, à chaque fois, une portée très générale et sont des exemples pour le destinataire des Histoires : aux livres 3, 9 et 10, par exemple, Polybe dénonce l’inefficacité et l’intempérance des mauvais généraux, marquée en particulier par l'aliénation – ἀλλοιώσεως – d’une ivresse qui trahit leurs moindres projets (3.81) ou donne en exemple, au contraire, la contenance du vrai chef d’armée, que l’on voit parfaitement maître de lui-même, tendu vers un seul but, muet sur ses projets et surveillant jusqu’à sa physionomie (9.13.4-5, 10.9.1), capable, par conséquent, de contrôler sa colère pour rester digne de lui-même comme de sa patrie (15.4.9-12). De manière analogue, la μεγαλοψυχία de Scipion est une prodigalité tellement différente de l’attitude romaine (comme le marque l'anecdote avec les gendres du grand Scipion9) qu’elle ne semble pas a priori devoir mettre un terme à la défiance de ses concitoyens à son égard. Il peut même sembler paradoxal qu’un jeune homme, conscient d’une singularité qui lui attire la défiance, cultive ainsi la différence pendant de très longues années pour se faire une réputation d’homme de bien. Mais tout en étant une générosité admirable à l'égard de sa mère (31.26), des hiles de Scipion (31.27), de son propre frère et de ses sœurs (31.28), cette μεγαλοψυχία prépare Scipion, comme tout dirigeant qui répond à l'idéal de Polybe, au désintéressement et donc au refus de la vénalité (δωροδοκία) et à l’intégrité de l'homme d’État – μεγαλοψυχίᾳ καὶ καθαρότητι en 31.25.910 – comme, plus largement, à la magnanimité en politique, la μεγαλοψυχία accompagnant alors la πρᾳότης. Il est à noter que, dans notre extrait, la tempérance et le courage encadrent le texte, mais sont plus rapidement traitées que la générosité, particulièrement développée (31.25.9-28.13 pour celle-ci, 31.25-2-8 et 29.1-11 pour les premiers) : peut-être peut-on risquer l’hypothèse que ce sont là, de manière traditionnelle11, les vertus fondamentales de l’État, indispensables donc à tout citoyen, alors que la μεγαλοψυχία, avant d'être une vertu de la cité tout entière (particulièrement difficile à acquérir à Rome de surcroît), est d'abord une qualité de l’homme ou de l’État qui gouvernent. Il n’est ainsi pas anodin que, dans la suite logique des Histoires, Polybe associe la formation de Scipion à l’éloge des qualités de son père, exactement comme en 18.35, et dessine en outre des impératifs de politique extérieure à long terme, en mettant en particulier l’accent sur la façon d’exercer avec χάρις la μεγαλοψυχία (31.28.11).

  • 12 Friedländer 1945, 337-351.
  • 13 Sur la formation de Scipion qui, à côté de principes d’éducation romaine, reçoit néanmoins une édu (...)

6Ainsi, même si l’on ne peut souscrire au rapprochement de Paul Friedländer12 ou suivre Diodore dans son interprétation erronée, mais révélatrice (Scipion devenant, en Bibliothèque historique, 31.26.5-6, le disciple d’un Polybe philosophe), ce sont bien, au-delà d’une éducation conçue en accord avec les idées de Paul-Émile et sur la base de valeurs aristocratiques qui leur sont communes comme à d’autres dirigeants philhellènes romains13, des principes de vie et de philosophie politique que Polybe lui-même, en se désignant, en 31.24.8, comme le συναγωνιστής et le συνεργός du jeune homme, donne à Scipion ; peut-être se fonde-t-il sur la conviction, affirmée dans sa critique de l’éducation philosophique de son temps, qu’il faut renouer les liens entre morale et action (12.26c.4) pour former un gouvernant qui puisse affronter les risques du pouvoir. Ainsi, si l’on voit dans l’éducation de Scipion à la tempérance et au courage, à la générosité désintéressée, une éducation à des valeurs politiques qui fondent et légitiment le pouvoir autant qu’à des valeurs morales, certaines difficultés d’interprétation du passage disparaissent.

  • 14 Sur ce processus, cf. Guelfucci 1998, 160-162.
  • 15 Sur cette définition essentielle du terme, Weil 1977, 15.

7Car au livre VI, Polybe définit clairement les fondements politiques de l’État : le courage qui garantit la sécurité et la tempérance qui assure la concorde (6.48.4) ; de même, pour juger de la qualité d’un État et permettre d’imiter ou d’éviter, au contraire, sa façon d’être, il donne comme critères les mœurs et les lois (6.47.1-4), montrant comment l'absence de tempérance entraîne nécessairement les défauts corollaires : l’oubli de l’intérêt commun et la volonté d’avoir plus, la πλεονεξία qui, dans chaque régime comme à terme dans la constitution mixte, est la cause qui perd le pouvoir en place et finit par substituer l’anarchie au pouvoir politique14. La stabilité politique repose donc sur une πολιτεία, mais au double sens du terme grec15, une constitution qui équilibre les différents pouvoirs certes, mais aussi la société et son genre de vie, les mœurs privées informant l'esprit public (6.47.1-4 et 48.4). Or ce sont précisément la tempérance et le courage que tendent à oublier les citoyens romains.

  • 16 Walbank 1979, 501.
  • 17 L’on peut remarquer, même en 6.56, une certaine lucidité : tous les citoyens, jusqu’aux magistrats (...)
  • 18 Sur cette discussion, Walbank 1979, 500.
  • 19 Casevitz 2001.

8Serait-ce à dire qu’en opposant Scipion à la jeunesse de Rome, Polybe mettrait l'accent sur le début de la dégénérescence romaine ? Certains critiques ont fait valoir l’analogie certaine entre ce texte et la description théorique du déclin institutionnel, en 6.57 (57.5 en particulier), où l’apparition du luxe quand le pouvoir est incontesté marque précisément le début de la décadence de l'État. Cela n’autorise pourtant pas à dater très exactement de ce moment le début d’une dégénérescence qui, comme l'a depuis longtemps établi F. W. Walbank, se situe encore dans l’avenir16. De plus, Polybe montre nettement, en 6.18.5-8, les mécanismes de défense de la constitution contre la dégénérescence possible : Rome, comme les puissances antérieures que sont Sparte et Carthage, dotées de la même constitution mixte, est protégée – même temporairement – par le jeu de contrepoids de sa constitution. Pourtant, alors qu’il a déjà donné, tout au long de l’œuvre et dès le premier livre, les indications d’un affaiblissement des qualités qui ont permis l’hégémonie romaine et qu’il constate lui-même après 168 – la disparition du dévouement entier des Romains de la première guerre punique à l’intérêt commun (1.59 et 1.64), le fait que le serment lui-même ne soit plus garant qu’en droit de l’honnêteté des magistrats (6.56.6-15 et 18.35.1-2)17 – Polybe force ici tout particulièrement le trait. Certes, ὁρμή, clairement mis en relief par la construction en chiasme (ὁρμὴ καὶ ζῆλος τῶν καλῶν et διὰ τὴν ἐπὶ τò χεῖρον ὁρμήν), mais aussi par la reprise du verbe ὁρμᾶν, appliqué à Scipion à chacune des nouvelles étapes de sa formation (31.25.8 et 9), souligne nettement le contraste moral entre la jeunesse romaine et Scipion, les Romains même honnêtes (comme les gendres du premier Africain, en 31.27.9-10) et Scipion ; mais Polybe met surtout nettement en valeur, de manière plus générale, deux ὁρμαί, deux forces intérieures et contraires, l’une allant vers l'idéal – τῶν καλῶν en 31.25.2 –, l’autre vers le pire – ἐπὶ τὸ χεῖρον, en 31.25.4 et 5, qui sont à l'œuvre dans la société romaine ; il accentue même volontairement son propre constat du relâchement des mœurs romaines (31.25.2) en citant à l’appui les termes mêmes de Caton (31.25.5). Il faut donc bien, nous semble-t-il, mettre ce texte en rapport avec la dégénérescence décrite en 6.57, non que Polybe marque ici le début de celle-ci18, mais parce qu’il fait clairement apparaître un indice, réel et à prendre en compte, d’une possible évolution dégénérative interne. Mais cette mise en garde est surtout, pour l'historien qui explique et cherche à amender, un rappel discret des deux pôles entre lesquels évolue pour lui tout pouvoir, fût-il mixte et romain : le pouvoir véritablement politique, juste, tempérant et dévoué à l’intérêt commun, idéalement celui du roi (6.7.4-5), et l’anarchie du pouvoir des masses, l’ochlocratie ou χειροκρατία (6.9.9 et surtout 6.57.9), pouvoir des coups de main ou, plus significativement, selon l’étude de M. Casevitz19, “pouvoir des pires”. Cela étant, dans ce texte du livre XXXI comme en 6.57, Polybe, s’il donne l'évolution comme inéluctable, laisse la possibilité de se situer par rapport à elle et donc de la retarder (6.4.11-13) : son action auprès de Scipion, sa volonté d’aider à former un dirigeant qui puisse infléchir le processus et, à travers ce modèle, la jeunesse en général et la jeunesse romaine en particulier (31.30), le résultat obtenu dix ans plus tard avec l’exemple même de Scipion et ses effets sur la jeunesse romaine (35.4.13-14), son entreprise d’historien, de manière plus générale, montrent que le processus peut être provisoirement réversible.

  • 20 D’une double manière, par les relations politiques entre Rome et les autres peuples, par le jugeme (...)

9Après 168 toutefois, Rome n’en est plus seulement à assurer sa sécurité et sa cohésion intérieures ; à un moment où les tentations se font plus grandes parce que son pouvoir est incontesté, l’esprit public induit par les mœurs privées (l’amour du luxe, par exemple, et du luxe affiché) peut infléchir l’exercice de l'hégémonie et est confronté au jugement des peuples20. C’est donc aussi dans le domaine international que le risque, déjà présent là encore, se fait plus grand. Or les fondements politiques de l’hégémonie, eux aussi définis au livre 6 à propos de Sparte, sont, comme les fondements de l’État, objectifs et moraux : un projet de gouvernement ou d’hégémonie commun à toute la cité (6.48.7), servi certes par les ressources économiques nécessaires à une expansion du pouvoir (6.49.7-10 et 50.5-6), mais garanti là encore, s’il doit réussir et se transformer en hégémonie durable, par les trois vertus qui, dans notre passage, font l'éducation du Politique.

  • 21 Sur le rapprochement à faire avec Plat., R., 8 548c où Platon montre le caractère dominant de la t (...)
  • 22 C’est J.-L. Ferrary qui, à la fin de la communication, a rappelé ce dernier point. Cf. d’ailleurs (...)

10Car le risque de dégénérescence du pouvoir hégémonique est, comme dans un régime national, la prédominance de l’intérêt du puissant sur l’intérêt collectif : l’apparition de la πλεονεξία marque alors le passage du gouvernement politique à la manifestation et aux excès de l’ὕβρις, comme dans le cas de Sparte (l’autre pouvoir, avec Carthage, analogue au régime romain), poussée par une soif de conquêtes : si les citoyens de Sparte sont courageux et tempérants (6.48.2-5), l’esprit de la cité, à l’extérieur, n’est pas le même (6.48.7 et 50.3) ; au contraire, Lacédémone exerce une politique d'oppression, marquée, en 6.48.8, par φιλοτιμοτάτους, φιλίχρχυτάτους et πλεονεκτικωτάτους et, en 6.49.1, 2 et 3, par διὰ πλεονεξίαν, φιλονικίαν, φιλαρχίαν. Mais en se distinguant ainsi dans la manière dont il présente Sparte21, Polybe a peut-être aussi en tête, de manière plus générale, l’attitude nocive des Grecs vis-à-vis de la conquête et du pouvoir, telle qu’elle apparaît par exemple dans le discours d’Agélaos de Naupacte, en 5.104 et 106.4-5 plus particulièrement ; par ailleurs, tout en excluant Athènes de la comparaison des constitutions (6.44.1-9), Polybe a probablement à l’esprit la φιλαρχία athénienne qui, dans le commentaire où les Grecs discutent de la conduite de Rome envers Carthage et de sa manière de conduire l’hégémonie (36.9.5), est étroitement associée à la volonté de puissance de Sparte. Car même s’il n’examine que les régimes mixtes, il ne semble pas ignorer le risque qu’encourt toute hégémonie – et qu’il donne ailleurs comme inévitable (24.13.2) – de se laisser prendre au jeu de sa puissance. Comme Sparte, Carthage opprime aussi ceux qu’elle gouverne et fait même deux fois la même erreur, en Afrique (1.72) comme en Espagne (10.36), s’interdisant ainsi un pouvoir durable, celui que définit Polybe a contrario en 6.48.8-50. Le risque pour la nouvelle puissance hégémonique peut donc être plus immédiatement politique et c’est l’attitude de Rome dans la conquête, puis dans l’hégémonie, qui, en absence de μεγαλοψυχία, au double sens de la “magnanimité”, bienveillance envers le vaincu, mais aussi désintéressement, peut présenter un risque. Alors que les détournements liés à la conquête vont en s’accentuant jusqu’à rendre nécessaire, en 149 a.C., la création de tribunaux spéciaux, l’historien donne au contraire en exemple l’intégrité reconnue de Paul-Émile, mis en présence des trésors de Macédoine, comme celle de son fils, Scipion, confronté à l’opulence de Carthage (18.35), preuve de la force de l’exemple paternel (31.25.9-10) et de l’éducation reçue. Ce ne sont pourtant pas seulement les responsables romains qui doivent se montrer désintéressés, mais l’État lui-même. Le texte sur les dépouilles de Syracuse, en 9.10 (les objets publics venant parer les lieux publics, les objets particuliers ornant les propriétés personnelles, selon le paragraphe 14) est une véritable leçon de politique étrangère, même si, au paragraphe 3, l’indication temporelle (qui fait du transfert des richesses de la cité à Rome, en 211, une erreur encore actuelle au moment du récit) trahit le regard du captif. Car l’homme politique qu'est Polybe comprend parfaitement que le vainqueur s’assure, avec l’argent des vaincus, les moyens d’une puissance plus grande (9.10.5, reprise de la remarque exprimée en 6.50.6) ; mais l’Achaien devenu otage commente le risque qu’il y a pour un État à dépouiller les peuples soumis de leurs objets et œuvres d’art (9.10.11), au risque de perdre leur identité et surtout, par absence de μεγαλοψυχία (paragraphe 12), de miner le rapport politique en suscitant chez le vaincu la jalousie (φθονεῖ, φθόνος, paragraphes 7 et 10), la colère, voire la haine (ὀργή et μῖσος, paragraphe 10). Scipion, même si ce n’est pas la seule raison, tire là aussi la leçon de son éducation et, après la prise de Carthage, fait restituer aux cités siciliennes les œuvres dérobées par les Carthaginois22.

  • 23 Sur les circonstances qui sont causes de cet éloge du roi de Macédoine, cf. Guelfucci 1998, 116-11 (...)
  • 24 Foucault 1972, 351.
  • 25 Chantraine 1968, 269 et 291.

11Mais un tel passage rappelle surtout que tout pouvoir est avant tout fondé sur une relation et demande à être reconnu, par la contrainte ou, condition indispensable d’une hégémonie qui survive à la conquête, parce qu’il est respecté. Or, dans les exemples idéalisés de la Confédération achaienne (2.38-42) ou de Philippe V au début de son règne (7.11, 7.11.9 en particulier23) ou, plus encore, au moment où il montre la constitution du pouvoir politique initial, un gouvernement fondé sur la raison se substituant au droit du plus fort (6.6.9-12), Polybe décrit un processus identique, traduit, en 6.6.10-11, par un rapprochement établi là encore jusque dans les termes. Car ce n’est que parce qu’il donne l’impression (ὅταν... δόξῃ) “de rendre à chacun selon son mérite” que le roi, “doté de la plus grande puissance”, est accepté : τῇ δὲ γνώμῃ τὸ πλεῖον εὐδοκοῦντες, ὑποτάττονται..., “c’est plutôt par une pleine adhésion à son jugement qu’on lui obéit...”. J. A. de Foucault signale simplement le sens non classique d’εὐδοκεῖν : “donner son approbation à”24, mais la parenté entre δέχεσθαι et δόξα est attestée par P. Chantraine qui revient à un sens général “d’adaptation, d’adéquation, de conformité à ce qui convient’’25. Politiquement, la δόξα apparaît donc comme l’image que le pouvoir donne de lui-même, certes, mais corollairement, comme la représentation que les gouvernés se font du gouvernant et cette opinion entraîne – ou non – leur assentiment.

  • 26 Cf. un état de la question dans Walbank 1979, 499 et 502, et Ferrary 1988, 541-543.
  • 27 Cette étude, dont seules les grandes lignes sont données ici, fait l’objet d’un article en cours d (...)

12L’on peut dès lors conclure en s’interrogeant à nouveau sur l’importance, très paradoxale à première vue, qu’accordent Polybe et Scipion à la δόξα. Elle est d’abord, pour l’historien, une preuve de ce qu’il avance (31.30). Elle donne aussi une précision exacte sur les mœurs romaines avec la quête, naturelle pour Scipion, de la gloria et, dans un texte qui s’adresse tout particulièrement à la jeunesse romaine à qui Polybe donne Scipion en exemple, cette δόξα peut aussi être, comme l’εὐκλεία des illustres ancêtres en 6.54.2-3, un moyen d’émulation. Il reste toutefois une apparente contradiction à comprendre : sous l’influence de Polybe et parce qu’il veut se former au mieux, le jeune homme se montre par deux fois étranger aux pratiques romaines, en matière d’argent (31.27) et, au risque de fortement déplaire, en s’entraînant à la chasse pour se préparer à la guerre au lieu d’intervenir dans les tribunaux et de se plier à la salutatio (31.29). Le même Polybe conseillerait pourtant au jeune homme, si l’on en croit une anecdote de Plutarque, de ne jamais quitter le forum sans s’être fait un ami. Plusieurs justes hypothèses ont été faites26 ; mais l’on peut aussi voir là, comme en d’autres passages des Histoires, la conscience d’un impératif politique qui est celui de se faire reconnaître, la meilleure manière étant de devenir un homme de bien et de se faire connaître comme tel. Car il y a dans les Histoires toute une réflexion sur la nécessaire représentation de l’autorité (l’image qu’un homme ou un État donnent d’eux-mêmes, l’idée que se font d’eux leurs administrés) ; la nature de cette représentation politique, variant dans les faits, marque toute une gradation de risques pour la stabilité de l’État, très précisément traduits dans les termes selon que le pouvoir est et est perçu comme authentique (καλός), respectueux des formes (εὐσχήμων), générateur d’illusions ou pur spectacle, depuis la vaine ostentation jusqu’à la parodie de pouvoir des “rois de tragédie” (38.8.6)27. Dans notre extrait, l’attitude de Scipion, aspirant à un idéal moral aux conséquences politiques (τῶν καλῶν, en 31.25.2), authentique à la manière de Paul-Émile qui, précise Polybe en 31.22.1-2, fut très exactement ce qu'il paraissait être, représente pour l’avenir l’autorité et la relation politiques les plus sûres.

  • 28 Sur l’idéal du roi hellénistique, cf. Préaux 1978, I 181-294.

13En décrivant la formation de Scipion Émilien aux trois vertus qui doivent faire de lui un homme politique digne de l’être, en montrant par le jeu des mises en parallèle que Rome a besoin, pour bien gouverner, de s’amender en réformant ses mœurs, Polybe n’esquisse pas un portrait de Scipion que son affection pour le jeune homme rendrait partial, mais bien l’image de ce qu’est pour lui le véritable pouvoir politique, fondé sur la force militaire certes, mais aussi sur le sens des responsabilités, le mérite et la raison. Car dans la conception hellénistique du pouvoir qui marque les Histoires28, les qualités qu’acquiert Scipion sont les vertus royales et politiques de maîtrise de soi et de courage, d’absence de cupidité et de magnanimité, indispensables à quiconque, homme ou État, veut exercer durablement l’autorité.

Bibliografia

Bibliographie

Astin, A. E. (1967) : Scipio Aemilianus, Oxford.

Casevitz, M. (2001) : “Hommes de mains, ou, pires, hommes de moins”, RPh, 75, 23-26.

Charpin, F. (1978) : Lucilius, Satires, Paris, CUF.

Earl, D. (1970) : The Moral and Politicai tradition of Rome, Londres-Southampton.

Ferrary, J.-L. (1988) : Philhellénisme et impérialisme, Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, BEFAR, 271, Rome.

Foucault, J. A. de (1972) : Recherches sur la langue et le style de Polybe, Paris, CUF.

Friedländer, P. (1945) : “Socrates Enters Rome”, AJPh, 66, 337-351.

Galy, J.-M. et A. Thivel, éd. (1998) : Les origines de l'homme d’après les Anciens, Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice, 46, Nice.

Guelfucci, M.-R. (1998) : “Les origines de la société politique d’après un historien : Polybe”, in : Galy & Thivel 1998, 153-169.
— (1998) : “Polybe et Montesquieu : aspects d’une réflexion sur le pouvoir”, in : Rieu 1998 103-131.

North, H. (1966) : Sophrosynè, Ithaca-New York.

Pédech, P. (1964) : La méthode historique de Polybe, Paris.

Préaux, Cl. (1978) : Le monde hellénistique, I-II, Paris.

Rieu, J., éd. (1998) : Antiquité et Nouveaux mondes. Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice, 52, Nice.

Walbank, F. W. (1979) : A Historical Commentary on Polybius III, Oxford.

Weil, R. (1977) : Polybe, Histoires VI, Paris, CUF.

Note

1 La digression vient interrompre le récit des événements de l’année 160, quand meurt Paul-Émile, mais c’est en 167, au début de la captivité de Polybe, que Scipion, né en 185, a dix-huit ans. C’est donc un état de faits installé depuis quelques années que décrit Polybe (avec l’intéressante ambiguïté du participe présent dans le texte grec) : συνέβη τὴν παροῦσαν αἵρεσιν οἷον ἐκλάμψαι, en 31.25.6.

2 Pour les mises en garde de Caton, cf. Liv. 34.4 : “Vous m’avez souvent entendu dire que la république était travaillée de deux vices opposés, l’avarice et le luxe, fléaux qui ont causé le renversement de tous les grands empires” (discours pour le maintien de la loi Oppia en 195 a.C.).

3 Sur le parallèle entre le texte de Polybe et le Trinummus (Plaut., Trin., 642 sq.), Earl 1970, 25-27.

4 Cf. encore Lucill. 13.1 : “Ajoute, venant de Syracuse, des semelles, une bourse... du cuir tin” et 13.4, 13.6, 28.36 ou, contre les dépenses excessives faites pour les banquets, 13.2, 13.3, 13.5 : “Qu’on commence par supprimer totalement les banquets solennels et les ripailles...”. “C’est la même chose dans un banquet : tu offriras des huîtres achetées plusieurs milliers de sesterces.” “La nourriture du repas ressemblait aux mets de Jupiter tout puissant.” Les traductions sont celles de Charpin 1978, dans la CUF.

5 Astin 1967, 42 sq.

6 Pour les craintes de Caton, cf. ses arguments pour ne pas abroger la loi Oppia qui limite le luxe des femmes (195 a.C.) et sa mise en garde contre les richesses rapportées de l’étranger, Liv. 34.2-4 et 4 en particulier : “déjà nous avons passé en Grèce et en Asie, dans ces opulentes contrées, remplies de tout ce qui peut servir d’amorces aux passions ; déjà même nous tenons dans nos mains les trésors des rois. Et je crains d’autant plus que, bientôt, de ravisseurs de ces richesses, nous n’en devenions les esclaves.”

7 Voir, par exemple, les mises en garde que prête Xénophon à Cyrus, Cyr., 7.5.74-84.

8 Sur le sens restreint de σωφροσύνη, cf. North 1966, 243. Pour la définition du terme comme un trait de la morale populaire, cf. Plat., R., 430e, qui la donne comme “une sorte d’ordre et d’empire sur les plaisirs et les passions, s'il faut en croire l’expression populaire assez étrange, ma foi : “être maître de soi”, ou encore Phd. 68c. Dans les Lois, la σωφροσύνη définie au livre I est l’acquisition de la tempérance, juste mesure et domination des plaisirs et des peines (636d), “bataille livrée contre ses propres plaisirs” (647c). Elle est définie de même comme la modération qui s’applique aux plaisirs du corps par Aristote (EN, 3 1118a 23 sq.). Chez Xénophon, l’intempérance est abandon à l’ivresse et aux amours, ruine ceux qui n’y prennent garde et les entraîne à leur perte (Xen Mem 1.2.22).

9 Scipion payant aux deux sœurs de son père adoptif la totalité de la somme qui leur revient au lieu de ne leur en donner d'abord que le tiers (puisque la loi l’autorise à échelonner sur trois ans les paiements), les maris de celles-ci croient à une erreur : Leur réaction était normale, car, à Rome, personne n’aurait l’idée de payer cinquante talents trois ans à l’avance, ni même un seul, avant le jour exact de l’échéance, tant on se montre strict dans toutes les maisons romaines sur les questions d’intérêt et tant on y est désireux de profiter du moindre instant pour faire fructifier l’argent” (31.27. 9-11).

10 Sur la leçon καθαρότητι, Walbank 1979, 502. En 39.6.3, peut-on ajouter, Polybe loue Mummius pour s’être conduit ἐγκρατῶς καὶ καθαρῶς dans la conquête.

11 Plat., R., 429a-432b, Lg., 633c sq, 635b-636a, Arist., Pol., 7.15.

12 Friedländer 1945, 337-351.

13 Sur la formation de Scipion qui, à côté de principes d’éducation romaine, reçoit néanmoins une éducation morale d’inspiration grecque, encouragé aussi par l'exemple même de son père, cf. Ferrary 1988, 539-545 et, plus particulièrement, p. 541 et la note 57.

14 Sur ce processus, cf. Guelfucci 1998, 160-162.

15 Sur cette définition essentielle du terme, Weil 1977, 15.

16 Walbank 1979, 501.

17 L’on peut remarquer, même en 6.56, une certaine lucidité : tous les citoyens, jusqu’aux magistrats (6.57.14), sont concernés par la crainte des dieux qui empêche toute violation du serment, parce qu’aucune cité – fût-ce la cité romaine – n’est une cité de sages (6.57.10-11).

18 Sur cette discussion, Walbank 1979, 500.

19 Casevitz 2001.

20 D’une double manière, par les relations politiques entre Rome et les autres peuples, par le jugement de l’histoire, Polybe ajoutant dix livres à son projet initial (la conquête par Rome de l’hégémonie entre 220 et 168) pour permettre de se faire une opinion sur l’exercice de l’hégémonie entre 168 et 146 (3.1-4).

21 Sur le rapprochement à faire avec Plat., R., 8 548c où Platon montre le caractère dominant de la timocratie, le θυυός, “l’ambition et l’amour des honneurs”, Walbank 1957, 734. Sur la singularité du jugement de Polybe, au contraire de la tradition, Strabon ou Plutarque, qui montre la modération de Sparte, voir Pédech 1964, 328-329.

22 C’est J.-L. Ferrary qui, à la fin de la communication, a rappelé ce dernier point. Cf. d’ailleurs l’analyse très précise de ces restitutions dans Ferrary 1988, 578-588.

23 Sur les circonstances qui sont causes de cet éloge du roi de Macédoine, cf. Guelfucci 1998, 116-118 et la note 22.

24 Foucault 1972, 351.

25 Chantraine 1968, 269 et 291.

26 Cf. un état de la question dans Walbank 1979, 499 et 502, et Ferrary 1988, 541-543.

27 Cette étude, dont seules les grandes lignes sont données ici, fait l’objet d’un article en cours d’achèvement sur “La représentation du pouvoir dans les Histoires de Polybe”.

28 Sur l’idéal du roi hellénistique, cf. Préaux 1978, I 181-294.

Autore

Université de Nice Sophia-Antipolis

© Ausonius Éditions, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540