Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

II. Le pouvoir dans la tragédie grecque

Le roi et le serment dans les pièces thébaines de Sophocle

Marie-Anne Sabiani

Testo integrale

1Les pièces thébaines ont entre autres points communs celui d'être les seules tragédies de Sophocle à se dérouler dans une cité, et à mettre au premier plan son roi dans l'exercice de ses prérogatives royales.

  • 1 Pour J. McGlew, tyrannos est un mot neutre dans la tragédie mais il reconnaît l’ambiguïté de son e (...)

2Le roi dans la tragédie est nommé de différentes façons : anax, basileus et tyrannos sont les termes les plus fréquents. Bien qu’il soit établi que le mot tyrannos est utilisé dans un sens neutre par les Tragiques, dans les pièces thébaines de Sophocle le terme présente une ambiguïté1. Car si le tyrannos peut être identifié au basileus, il peut aussi s'y opposer, comme le roi investi du pouvoir royal s'oppose au roi qui a hérité le royaume de son père ; enfin, tyrannos désigne aussi le tyran, celui qui abuse de son pouvoir.

3Antigone, Œdipe-Roi et Œdipe à Colone présentent donc trois rois, Créon, Œdipe et Thésée, Créon et Œdipe, dans Antigone et Œdipe-Roi, sont nommés tyrannoi, et au cours de ces tragédies, ils se trouvent adopter des comportements que l'on peut qualifier de tyranniques, au sens moderne du terme. A l'inverse, la tentation de la tyrannie n’effleure pas le pouvoir de Thésée dans Œdipe à Colone. Créon et Œdipe sont tous deux au centre respectivement d'Antigone et Œdipe-Roi, et leur pouvoir est un enjeu de la tragédie, face à eux, Thésée fait figure de contrepoint car son autorité royale n'est à aucun moment remise en cause, et il demeure en retrait face au héros tragique dans Œdipe à Colone.

  • 2 On trouve aussi Soph., Ant., 388 et 394 : le Garde revient annoncer à Créon qu’il a capturé le cou (...)
  • 3 ὅρκος apparaît chez Sophocle neuf fois (Aj., 649.1113 ; Ant., 394 ; Tr., 255 ; OR, 647.653, El., 4 (...)

4Ces rois sont confrontés à différents personnages soumis à leur autorité. A l'occasion des échanges entre Créon et le Garde, dans Antigone, Œdipe et Créon, dans Œdipe-Roi, Thésée et Œdipe, dans Œdipe à Colone, apparaissent des serments2. Les serments sont peu nombreux, d’une manière générale, dans Sophocle, et leur intervention n'en acquiert que plus de poids dans la tragédie3.

5Notre propos est d'examiner, grâce à une comparaison entre ces trois tragédies, comment l'utilisation du serment, prêté ou reçu par le monarque, est associée à la nature de son pouvoir. Nous verrons les traits particuliers que les serments offrent lors des confrontations du roi avec un subalterne dans Antigone, avec un prince dans Œdipe-Roi, et avec l'ancien roi devenu mendiant au destin à la fois tragique et héroïque, dans Œdipe à Coione.

6Œdipe et Créon, les tyrannoi, ont un point commun supplémentaire, qu'ils ne partagent pas avec Thésée : tous deux exercent la fonction de juge ; à ce titre ils reçoivent des serments, dans Antigone et Œdipe-Roi. C'est ce que nous examinerons dans un premier temps, avant d'étudier comment les serments que prête le roi dans Antigone et Œdipe à Colone sont des indices de la nature tyrannique, ou au contraire profondément juste, du pouvoir des rois.

Les serments au roi-j uge

7Les rois-juges, Créon d’Antigone, Œdipe d'Œdipe-Roi, estiment leur pouvoir menacé, Créon parce que le cadavre de Polynice a été enseveli malgré sa défense, Œdipe parce qu'il a été accusé par Tirésias du meurtre de Laïos. La colère de Créon menace le Garde qui avait été chargé de surveiller le cadavre, Œdipe s'en prend violemment à son beau-frère, soupçonné d'avoir ourdi un complot pour lui ravir son trône. Le roi se fait accusateur et juge, et c’est à ce double titre qu'il est le destinataire de serments qui, dans les deux cas, présentent des modalités particulières.

1. Antigone : le serment non prêté

8Le Garde d'Antigone a failli à sa mission. Il en rend compte au roi, en prenant soin de clamer son innocence ainsi que celle de ses compagnons. Il se prémunit en avançant qu'ils auraient pu jurer leur innocence :

  • 4 Soph., Ant., 264-267.

ἦμεν δ’ έτοῖμοι καὶ μύδρους αἴρειν χεροῖν,
καὶ πῦρ διέρπειν, καὶ θεοὺς ὁρκωμοτεῖν
τὸ μήτε δρᾶσαι μήτε τῳ ξυνειδέναι
τὸ πρᾶγμα βουλεύσαντι μήτ’ εἰργασμένῳ.4

“Et nous étions prêts à prendre en main des fers rouges, à marcher à travers la flamme, à jurer les dieux que nous n'avions rien fait, que nous n'étions complices ni de celui qui a décidé l'acte ni de celui qui l'a fait”.

  • 5 Cf. Bollack 1999, 32.
  • 6 Cf. Glotz 1904, 109.

9Avant d'envoyer l'un d'eux devant Créon, les gardes avaient eux-mêmes constitué un tribunal, commençant à rechercher le coupable5. Pour que ces investigations acquièrent du poids aux yeux de Créon, le Garde les leste d'épreuves qui n’ont pas eu lieu ἦμεν ἑτοῖμοι. Ces épreuves imaginaires, qui évoquent la pratique de 1 ordalie6, ont une utilité dans les circonstances dramatiques présentes : le Garde prend la peine de narrer précisément à Créon ce que ses camarades et lui étaient sur le point de faire parce que la précaution est nécessaire face au monarque soupçonneux.

10Ce serment est donc avancé comme preuve d'innocence, tout en n’ayant pas été prononcé. Il existe dans le discours du Garde mais n'a pas de réalité par lui-même. Sa valeur est toute entière contenue dans l'effet qu'il doit produire : convaincre le roi-juge de son innocence. Le serment fait préventivement office de frein à l'emportement de Créon. De fait, Créon menace de le punir pour sa négligence, non pour sa complicité avec le malfaiteur : il semble convaincu de l’innocence des gardes.

11Après l'arrestation d'Antigone, Créon croit découvrir son complice, Ismène. Il la fait comparaître et s'attend à ce que, coupable, elle proteste de son innocence en s'abritant derrière un serment :

  • 7 Soph., Ant., 534-535.

Φέρ’, εἰπὲ δή μοι, καὶ σὺ τοῦδε τοῦ τάφου
φήσεις μετασχεῖν, ἢ ’ξομῇ τὸ μὴ εἰδέναι ;7

“Allons, dis-moi donc, avoueras-tu toi aussi avoir pris part à cet ensevelissement, ou bien vas-tu te dérober en jurant que tu ne savais rien ?”

12Telle est la stratégie habituelle de l'accusé : il jure pour emporter la conviction de son juge. Créon n’accorde pas de crédit à la simple parole de ses interlocuteurs : il faut qu'elle soit soutenue par un serment – ce qu'avait établi la première scène avec le Garde puisque celui-ci proposait d'emblée un serment à son roi. Ismène, en réagissant de manière inattendue – innocente, elle revendique sa participation au crime – affirme une indépendance vis-à-vis du rôle que le roi lui assigne, et d'autre part souligne les erreurs d’appréciation qu'il commet dans l'exercice de ses fonctions. La nécessité du recours au serment devant Créon rejoint la question de savoir s'il est un bon roi.

  • 8 Cf. Dem. 19.247.

13Créon, avant la scène avec le Garde, qui, la première, met le roi en présence d'un personnage, n'est pas présenté comme un tyran. Il a été salué par le Chœur du titre de basileus, terme habituel pour désigner le roi (v. 155-156). Antigone elle-même, dans le prologue, le nommait oστρατηγός (v. 8), chef militaire de la cité en armes ; elle reconnaissait ainsi l'autorité de Créon sur la cité, bien qu'elle s'insurgeât contre son édit. Dans le “discours du trône” (v. 175-191), Créon témoigne de son souci de préserver son pays8. En identifiant son pouvoir à celui de Laïos, il souligne sa propre légitimité – ses κράτη καὶ θρόνους (v. 173) rappellent les θρόνων κράτη de Laïos et Œdipe du v. 166. Il insiste également sur les liens de parenté qui font de lui le successeur naturel des fils d'Œdipe, ses neveux (v. 174).

  • 9 Πλούτει τε γὰρ κατ’ οἶκον, εἰ βούλει. μέγα / καὶ ζῆ τύραννον οχῆμ’ ἔχων· “Enrichis-toi dans ta mai (...)

14Ismène, dans le prologue, avait refusé de braver la “décision ou le pouvoir du roi” ψῆφον τυράννων ἢ κράτη (v. 60). Tyrannos est ici utilisé comme un synonyme de basileus – de même au v. 1169, prononcé par le messager9. Ismène ne dit rien qui permette d'assigner une valeur péjorative au terme tyrannos. Créon est donc à la fois basileus et tyrannos : la nature de son pouvoir est ambiguë.

  • 10 Le duel est intervenu à la fin de la nuit qui précède l'aube du jour tragique : “l'armée des Argie (...)
  • 11 Cf. Saïd 1985, 285, l'association entre pouvoir jeune et tyrannie à propos de Zeus dans Prométhée (...)
  • 12 Cf. Lanza 1977, 59 et 61.

15Créon n'est roi que depuis quelques heures10. Il doit rétablir l'ordre dans une cité qui sort d'une guerre, et affermir un pouvoir jeune, donc fragile11. Créon a pris seul sa première décision de roi ; elle n'est pas l'expression de la volonté de la cité. Il convoque le Chœur pour prévenir une éventuelle rébellion (v. 218). Or la méfiance est naturelle aux tyrans qui savent leur pouvoir menacé12.

  • 13 “Dans chaque représentation du tyran, en lien étroit avec la définition de son pouvoir, de sa libe (...)
  • 14 Cf. Carlier 1984, 236.

16Antigone avait mentionné la τυραννίς qui peut faire et dire ce qu'elle veut (v. 506-507), et elle a affirmé que le peuple thébain n'osait l'approuver à haute voix par crainte du roi (v. 505)13. Bien que tyrannis soit le terme habituel pour désigner la monarchie14, dans cet échange son sens est nettement péjoratif. Créon lui-même l'admet, puisqu'il s'irrite de ce qu'Antigone n'imite pas ces Thébains qui le blâment en silence (v. 510). Tyrannis désigne donc un pouvoir sinon installé, du moins maintenu par la terreur ; au cours de cet entretien avec Antigone, Créon assume ce qui fait de lui un tyran.

  • 15 Cf. Lévy 1971, 63, Kirkwood 1958, 124, Meier 1991, 241.
  • 16 Cf. Lanza 1977, 65.
  • 17 Trad. Mazon.

17L'entrevue entre Hémon et Créon met en lumière les traits tyranniques de ce dernier, qui n'étaient qu'esquissés jusque-là : il n'Œuvre plus pour le bien de la cité, conformément au contenu du “discours du trône”, mais considère celle-ci comme la propriété de son roi (v. 736-739)15, il se comporte comme s'il gouvernait une cité vide (v. 739). Ses déclarations précédentes de bon roi ne se retrouvent pas dans son attitude vis-à-vis de la cité. Quand Tirésias, insulté et accusé de vénalité (v. 1037, 1055)16, évoque τὸ δ’ ἐκ τυράννων (v. 1056), la “race des tyrans”17, à propos de Créon, la signification du terme est incontestablement péjorative. D'absolu, le pouvoir de Créon est devenu tyrannique. La scène avec le Garde, le premier épisode, en était un indice, renforcé par l'échange avec Ismène ; par la suite, les traits tyranniques de Créon ne cessent de s'accentuer.

  • 18 Cf. Giorgini 1993, 198.

18Créon ne peut être simplement désigné par le terme “tyran”18, car il a été légitimement conduit au trône, et se montre, en paroles, soucieux de la cité, mais il se comporte comme un tyran. Sa situation est à la fois semblable et opposée à celle du héros d'Œdipe-Roi.

2. Œdipe-Roi : le serment-malédiction

  • 19 Cf. Soph., OR, 350-462.

19Dans Œdipe-Roi, Œdipe, induit en erreur par les propos obscurs de Tirésias le désignant comme le criminel recherché19, accuse Créon de chercher à le renverser. Après avoir protesté de son innocence, à bout d’arguments, et en présence de Jocaste attirée par le bruit de la dispute, Créon profère une malédiction contre lui-même s'il ment :

  • 20 Soph., OR, 644-645.

Μὴ νῦν ὀναίμην, ἀλλ’ ἀραῖος, εἴ σέ τι
δέδρακ’, ὀλοίμην, ὧν ἐπαιτιᾷ με δρᾶν.20

“Que j'aie maintenant fini de jouir de la vie, mais que je périsse, maudit, si j'ai commis une des actions que tu m'accuses d'avoir commises !

20Jocaste intervient immédiatement :

  • 21 Ibid. 646-647.

Ὦ πρὸς θεῶν πίστευσον, Οἰδίπους, τάδε,
μάλιστα μὲν τόνδ’ ὅρκον αἰδεσθεὶς θεῶν (...).21

“Par les dieux, Œdipe, crois ces paroles ; surtout, respecte ce serment garanti par les dieux.”

21Le Chœur renchérit :

  • 22 Ibid. 652-653.

Τὸν οὔτε πρὶν νήπιον νῦν τ’ἐν ὅρ—
κῳ μέγαν καταίδεσαι.22

“Respecte cet homme : avant il n'était pas faible, maintenant il est fort en vertu de son serment.”

  • 23 Cf. Callaway 1993, 20. Aubriot 1992, 374. D. Aubriot donne une double définition du serment : “La (...)
  • 24 Soph., OR, 671-672 : τὸ γὰρ σόν, οὐ τὸ τοῦδ’, έποικτίρω στόμα / ἐλεινόν. οὗτοϛ ; δ’ ἔνθ’ ἂν ᾖ στυγ (...)

22La formulation du serment comprend fréquemment une imprécation contre soi-même en cas de parjure ; ici le serment est implicite dans la malédiction23. Jocaste et le Chœur entendent, sous la malédiction, ce serment garantissant l'innocence de Créon, et il fonde leur intercession en sa faveur. Œdipe, quant à lui, reste sourd à cet argument définitif, et s'il renonce à punir Créon, c'est pour l'amour de Jocaste et par égard pour le Chœur, car il demeure convaincu de sa culpabilité24 ; cependant, le serment constitue bien une protection pour l'accusé puisque la vie de Créon est épargnée.

  • 25 “La précipitation et le manque de contrôle de soi sont les traits psychologiques les plus évidents (...)

23Dans cette scène, Œdipe n'est plus le roi sage vers lequel se tournait le Prêtre de Zeus dans le prologue. Œdipe profère accusations et insultes contre son beau-frère (v. 534, 535, 540, 546) ; ses certitudes sur sa culpabilité ne reposant sur rien, il le condamne à mort arbitrairement (v. 623) ; or l'emportement et la hâte à condamner sont deux traits de la tyrannie25.

24L'inquiétude d'Œdipe est un trait du tyran qui caractérisait le Créon d'Antigone. Il s'inquiète de ce que Créon tarde à revenir de Delphes (v. 73-74). Il redoute immédiatement le complot politique, après avoir appris que Laïos avait succombé à un assassinat (v. 139-140). Enfin les révélations de Tirésias font instantanément naître en lui la conviction qu’il est victime d’une machination de Créon (v. 378 et 380-382).

  • 26 L’ambiguïté du τυραννεῖϛ (408 : εἰ καὶ τυραννεῖς, ἐξισωτέυν τὸ γοῦν ἴσ’ άντιλέξαι), lancé par Tiré (...)
  • 27 L'affirmation de P. Carlier selon laquelle “le mot τύραννος apparaît quand un personnage veut soul (...)

25Œdipe avait été présenté comme un roi aimé et respecté de ses sujets (v. 33, 40). D'après Créon lui-même, il fait partage de son pouvoir à son épouse et à son beau-frère (v. 579, 581). Le mot τυραννίς appliqué à Œdipe ne peut avoir qu'un sens neutre (v. 380, 535)26 : il désigne le pouvoir royal, par opposition au pouvoir dont jouit le prince Créon dans la cité, ἀρχή (v. 586, 588)27. Œdipe ne distingue pas entre la prospérité de Thèbes, celle des Thébains et la sienne : en témoigne sa prière à Tirésias : “sauve-toi toi-même, sauve la cité, et sauve moi” (v. 312).

  • 28 Créon l'appelle ἡγεμών (v. 103-104), ce que Knox interprète comme un désir d'éviter de comparer le (...)

26Comme le Créon d'Antigone, Œdipe met en relief l’identité de son pouvoir avec celui de son prédécesseur : Laïos est nommé τύραννος (v. 799, 1043), et βασιλεύς (v. 257)28, comme Œdipe lui-même (v. 380, 1202) – et aussi άρχηγέτηϛ (v. 751).

  • 29 “Il n’est pas le successeur héréditaire du trône de Thèbes, mais un xenos, qui, n'appartenant pas (...)
  • 30 Cf. Giorgini 1993, 201.

27Le mot tyrannos, ambigu par essence, et dont l'ambiguïté pèse sur l'ensemble de la tragédie, ne comporte pas de connotation péjorative quand il est appliqué à Œdipe, mais peut faire référence à la prétendue naissance corinthienne d'Œdipe (v. 222, 397-398)29. Or, face au prince thébain qui aurait pu prétendre au trône après la mort de Laïos, Œdipe est confronté à la fragilité de son propre règne, dû à la Fortune – sans pour cela être illégitime30. Créon le précise : “j’ai des droits sur Thèbes moi aussi, tu n'es pas le seul” (κἀμοὶ πόλεως μέτεστιν, οὐχὶ σοὶ μόνῳ, ν. 630).

  • 31 Soph., OR, 873 : Ὕβρις φυτεύει τύραννον.

28La seule fois où τύραννος est prononcé dans la tragédie dans un sens indubitablement péjoratif, c'est après les affrontements d'Œdipe avec Tirésias et Créon : “l’hybris engendre le tyran”, chante le Chœur31. Depuis peu, Œdipe, grâce aux précisions de Jocaste sur le lieu de la mort de Laïos (v. 715-716), envisage d'être lui-même l'assassin qu’il recherche : si tel était le cas, Œdipe aurait, quoiqu’involontairement, pris le pouvoir à Thèbes par la violence, en tuant le roi et en s’y substituant. Par la condamnation arbitraire dont il voudrait frapper Créon, il se maintiendrait au pouvoir par la violence, comme un tyran.

29Œdipe et Créon se laissent aller à des comportements tyranniques, dans Œdipe-Roi et Antigone, quand ils se croient en présence d'ennemis. L'infléchissement de leur pouvoir vers la tyrannie, dû en partie au caractère mal assuré de ce pouvoir, est signalé dans le texte par l’existence de serments qui leur sont adressés. Le seul moyen dont disposent les accusés, quels qu'ils soient, face à un monarque absolu aveuglé par la colère, est de se retrancher derrière un serment – comme le font le Garde d'Antigone et Créon dans Œdipe-Roi, et comme Ismène, dans Antigone, aurait dû le faire.

30Thésée, le roi d'Athènes d'Œdipe à Colone, diffère de ces deux souverains : jamais il n’est soupçonnable de tyrannie, jamais on ne lui prête serment. En revanche, Thésée lui-même prête serment comme le fait Créon dans Antigone. La comparaison entre ces situations dans lesquelles les deux souverains prêtent serment permet d'accentuer encore les différences entre le bon roi et le roi tenté par la tyrannie.

Les serments de Créon dans Antigone

1. Créon et les serments aux dieux

31Dans l’Ode à l'homme (v. 332-375), le Chœur chante les victoires que l'homme a su remporter sur la nature et sur lui-même, et ajoute qu'il lui faut faire la part des dieux :

  • 32 Soph., Ant., 367-369.

νόμους παρείρων χθονὸς
θεῶν τ’ ἔνορκον δίκαν
ὑψίπολις.32

“S'il insère dans sa vie les lois de son pays et la justice des dieux, en se liant à elle par serment, il montera très haut dans la cité.”

  • 33 II place son décret sous la protection de “Zeus qui voit toujours tout” (v. 184) et vénère le roi (...)

32Le rapport est clairement établi entre le pouvoir du roi et les serments : un individu doit jurer de respecter les lois humaines et divines, s'il veut parvenir au rang suprême. Le serment de respecter la loi des dieux est garant du bon fonctionnement des institutions de la polis. Créon est ὑψίπολις, il est roi, il a donc dû contracter ces engagements. Il respecte les dieux, du moins il le croit, dans son souci de faire régner l'ordre dans la cité33. Il ne s'insurge jamais contre leurs lois ; il les méconnaît, en les interprétant mal. Le Chœur évoque ainsi ce qui est au centre de la tragédie, la compréhension et l’application de ce qu’exige la loi des dieux.

33La parole horkia est un moyen pour Créon d'affirmer l'union de son autorité royale avec l'autorité divine, car elle rappelle ce serment aux dieux qui est présenté par le Chœur comme une condition de l'accession au trône.

2. Créon horkios

34En effet, après le rapport du Garde, Créon est déterminé à châtier les coupables, auteurs ou complices de l'acte interdit :

  • 34 Soph., Ant., 304-305.

’Αλλ’, εἴπερ ἴσχει Ζεὺς ἔτ’ ἐξ ἐμοῦ σέβας,
εὖ τοῦτ’ ἐπίστασ’, ὅρκιος δέ σοι λέγω, (...).34

“Mais, s'il est vrai que Zeus est encore l'objet de mon respect, sache-le bien, je te le dis sous la foi du serment...”

35Sous la foi du serment il promet que l'ordre sera maintenu dans la cité, et que le Garde sera le premier condamné s'il ne retrouve pas le coupable. C'est un serment destiné à donner une réalité plus grande à la menace : le serment étant une chaîne que l'on ne peut délier, le monarque ne pourra se dédire. Nouveau monarque, Créon doit asseoir son autorité, et le serment témoigne de sa volonté d'utiliser tous les moyens à sa disposition. La tyrannie prend sa source à cette volonté extrême.

36Créon parle horkios pour affermir son pouvoir, et c'est l'inverse qui se produit. La nécessité d'affermir le pouvoir traduit une faiblesse et une fragilité de celui-ci. L'usage que Thésée, le bon roi, fait des serments, permet, par comparaison, d'apprécier les différences entre les deux pouvoirs.

Les serments de Thésée

1. Des serments entre absence et présence

a. Le refus du serment

37La première mention d'un serment dans Œdipe à Colone est faite par Œdipe, après que Thésée s'est engagé à garantir sa sécurité :

  • 35 Soph., OC, 650-651.

ΟΙ. Οὔτοι σ’ ὑφ’ ὅρκου γ’ ώς κακὸν πιστώσομαι.
ΘΗ.Οὔκουν πέρα γ’ ἂν οὐδὲν ἢ λόγῳ φέροις.35

“— Assurément je ne te lierai pas, comme un vilain, par un serment.
— Tu n’en obtiendrais assurément rien de plus que de ma parole.”

  • 36 Cf. Bushnell 1988, 95.

38Proclamer que l'on ne réclame pas de serment, et n'en pas évoquer la possibilité aboutit au même résultat : le dieu Horkos n'est pas sollicité pour lier les deux parties. Le fait de mentionner l'éventualité d'un serment est cependant un pas vers lui. Cette formulation du serment s'apparente à la figure de la prétérition : on attire l'attention sur lui en paraissant le repousser. Le lien est créé dans l'énoncé du refus du lien. Dans le cas d'Œdipe et Thésée, son logos suffit à engager le roi36.

39Thésée n’a pas besoin d’ajouter un serment au poids de sa parole comme cela semblait nécessaire au Créon d'Antigone : quand Thésée menace Créon de représailles, parce que celui-ci a tenté d’arracher les suppliants à leur asile, il use de la seule γλῶττα :

  • 37 Soph., OC, 935-936.

καὶ ταῦτά σοι
τῷ νῷ θ’ ὁμοίως κἀπὸ τῆς γλώσσης λέγω.37

“Et ceci je te le dis du fond de mon cœur autant que de la langue.”

40L'autorité sûre d'elle-même se passe d'un garant divin. Le logos de Thésée a valeur d'horkos car son pouvoir, de même que la noblesse de son cœur, est indéfectible.

  • 38 Etéocle est tyrannos (v. 1338), de même que Créon (v. 851), et les deux frères sont mus par le dés (...)

41La tyrannis est inconnue dans l'Athènes d'Œdipe à Colone : c'est la dénomination du pouvoir à Thèbes (419), qui, en soi, n’est pas péjorative38. Que Thésée ne soit jamais appelé tyrannos souligne la différence entre le pouvoir à Thèbes et à Athènes. Thésée est βασιλεύς (67), κύριος (288). ἡγεμών (289). ἄναξ (ailleurs qu'à l'apostrophe, synonyme de βασιλεύς, aux v. 1476, 1630, 1650), κοίανοϛ (1287, 1759). On ne sait rien de son arrivée au pouvoir, il semble faire corps avec sa ville. La cité entière prend Œdipe sous sa protection, par l'intermédiaire de son roi (v. 720, 727, 772-773. 842, 1006). Avant d'avertir Thésée, le paysan coloniate qui, le premier, a croisé Œdipe, voulait en référer à la ville (v. 47). Œdipe lui-même associe étroitement le roi et Athènes (v. 1003-1004). La ville n'appartient pas, ici, à son roi ; il veille sur elle et ses habitants en harmonie avec eux.

42Thésée n'est pas exempt de la méfiance qui caractérisait Œdipe et Créon : en effet, il suspecte des complices de Créon parmi ses sujets (v. 1031), ce qui rappelle la vivacité avec laquelle Œdipe associait Tirésias à Créon dans un complot tramé pour le renverser, dans Œdipe-Roi. Thésée est prompt à se méfier, seulement il ne porte pas d'accusations contre un individu, il se promet de veiller au bon ordre (v. 1032). Là gît la différence entre un monarque méfiant parce qu'il craint pour son trône, et le roi soucieux de ne rien laisser entamer de son autorité et de la cohésion d'une cité heureuse.

43Thésée, après avoir affirmé, et prouvé, l'excellence de sa parole seule, modifie son attitude vis-à-vis des serments.

b. Des serments imaginés ?

  • 39 Soph., OC. 1143-1144.

44Une fois Créon expulsé et ses filles revenues auprès d'Œdipe, Thésée dit à nouveau sa volonté de protéger les suppliants, “par des actes” non par des mots39 :

  • 40 Ibid. 1145-1146.

Δείκνυμι δʹ · ὧν γὰρ ὤμοσ’ οὐκ έψευσάμην
οὐδέν σε, πρέσβυ ·40

“Et je le prouve : des serments que je t'ai faits, je n’en ai trahi aucun, vieillard.”

  • 41 Cf supra p. 155, Thésée a assuré Œdipe de son dévouement, sans serment : v. 565-566 : ὥστε ξένον γ (...)

45Cette déclaration semble en contradiction avec l'assertion précédente, selon laquelle il ne prêtait pas de serment41 ; en réalité, elle prouve que ses protestations de fidélité envers Œdipe sont autant d’engagements sacrés. Thésée, depuis leur rencontre, est lié au vieillard, par les devoirs de l’hospitalité et par l’autorité qui peu à peu émane de lui. C'est ce qu'il signifie en évoquant des serments qui n'ont été entendus de personne, mais qui unissent cependant les deux personnages. La noblesse, la loyauté, forment une chaîne aussi infrangible que celle constituée par le serment.

46Les serments étaient dans un premier temps écartés au profit du simple logos de Thésée. Il apparaît maintenant que le serment a jailli de ce logos pour s'imposer comme une évidence entre Thésée et Œdipe. Or c'est Œdipe qui, le premier, a mentionné le serment sous la forme d’une prétérition ; les serments qui lient désormais le roi Thésée à l'aveugle Œdipe sont nés de la volonté de ce dernier. La figure d'Œdipe gagne continûment en puissance jusqu’à son départ pour un séjour divin, accompagné par de véritables serments de Thésée.

2. Les serments véritables

a. Une parole horkia

  • 42 Soph., OC, 1633-1634 : καταίνεσον / μήποτε προδώσειν τάσδ’ ἑκών. Œdipe avait déjà demandé à Thésée (...)

47Le messager rapporte qu'Œdipe, avant de disparaître, a demandé à Thésée de ne pas abandonner ses filles42, et la réponse que lui fit alors le souverain inclut un serment :

  • 43 Ibid. 1636-1637.

‘O δ’, ὡς ἀνὴρ γενναῖος, οὐκ οἴκτου μέτα
κατῄνεσεν τάδ’ ὅρκιος δράσειν ξένῳ.43

“Et lui, en noble prince, sans aucune lamentation, promit à son hôte, sous la foi du serment, de le faire.”

48Thésée jure solennellement de veiller sur Ismène et Antigone, sans que le serment ait été réclamé par Œdipe. Le serment est intégré à la cérémonie des adieux. Des cadeaux sont traditionnellement offerts à l'homme qui s'en va après avoir honoré de sa présence l'oikos de ses hôtes. Au moment où Œdipe quitte Athènes, Thésée lui offre un serment. Œdipe n'aura pas l'occasion de recevoir à son tour Thésée en tant que xenos ; en retour, il lui donne la bénédiction et la protection attachées à son corps.

49La promesse horkia fait suite aux serments implicites : Thésée matérialise dans son discours ce qu'il avait auparavant admis s'y trouver sans qu'il y en ait de trace dans ses propos. Il y a eu progression depuis le moment où le serment a été refusé. Thésée prononce ensuite un second serment véritable, qui marque encore une progression par rapport au premier.

b. Le dieu Horkos

  • 44 Ibid. 1760-1765.

50Thésée, revenu du lieu de la disparition d’Œdipe, poursuit le récit du messager : il s'est engagé à ne pas révéler le secret de sa disparition44.

  • 45 Ibid. 1766-1767.

Ταῦτ’ οὖν ἔκλυεν δαίμων ἡμῶν
χὠ πάντ’ ἀΐων Διὸς Ὅρκος.45

“Le dieu a donc écouté ma promesse ainsi que Serment, fils de Zeus, qui entend tout.”

  • 46 C'est la seule fois, dans le théâtre conservé de Sophocle, où la divinité assiste elle-même à l'en (...)

51A la parole horkia succède le dieu Horkos lui-même46. Les dieux appellent Œdipe, ils l'attendent, et ils sont présents, invisibles, autour des deux hommes. La convocation du dieu lui-même pour garantir l'engagement solennel de Thésée témoigne d’une gradation entre les deux serments véritables,

52Thésée, sans jurer, était digne de confiance, il l'a prouvé ; ce n'est donc pas en priorité pour donner plus de poids à ses paroles que Horkos est introduit dans le texte, mais pour illuminer d'un éclat divin la séparation d'Œdipe d'avec la vie humaine. De plus, est ainsi mis fin à l'évolution des rapports entre Œdipe et Thésée, amorcée au moment du serment par prétérition, qui marquait le commencement de la conquête, par Œdipe, d’une autorité sur le roi. De protecteur du suppliant, Thésée est devenu son interlocuteur privilégié, le dépositaire du secret de la fin d'un héros : Horkos accompagne cette transformation du mendiant en divinité bienfaisante.

53Thésée est le paradigme du bon roi : rien ne peut menacer son pouvoir. Qu'il revienne sur sa décision de ne pas prêter serment ne peut affaiblir son autorité. Dans Antigone, l'obstination de Créon à ne pas admettre les avis humains et les signes divins qui contredisaient sa décision, signait sa perte. Dans Œdipe à Colone, la fermeté royale s'accompagne du respect des décisions divines, pour parachever la figure du bon roi.

54Les serments aux roi-juges font ressortir la violence, latente ou exprimée, du pouvoir de Créon et Œdipe ; tels qu'ils figurent dans le texte des deux tragédies, ils sont un indicateur d'un dysfonctionnement du pouvoir royal dans Antigone et Œdipe-Roi. Ces serments se présentent sous une forme inhabituelle, par rapport aux serments attendus dans un cadre judiciaire : puisque celui du Garde d'Antigone n'est pas réellement prononcé, qu'Ismène se refuse à en prêter, et que l'intervention de Jocaste est nécessaire pour que celui de Créon soit entendu d'Œdipe dans Œdipe-Roi. Ces caractères insolites du serment font ressortir les troubles qui affectent le pouvoir de Créon dans Antigone et Œdipe dans Œdipe-Roi.

55Les serments que les rois exigent, explicitement ou implicitement, sont associés à la fragilité de leur pouvoir et à son infléchissement vers la tyrannie. Ces serments des accusés mettent en lumière la fragilité de la position des rois qui ne se fient plus à leur seule autorité, à leur seul jugement, pour exercer le pouvoir et la justice, et auxquels leurs sujets ne se fient pas davantage. L'emportement tyrannique des monarques rend apparente une faille dans leur pouvoir, destinée à s'élargir jusqu'à son effondrement.

56Dans Antigone, la parole horkia de Créon témoigne du manque de vigueur de sa parole seule. Au contraire dans Œdipe à Colone, le roi qui dédaigne d'abord le serment, affirme ainsi la fermeté propre à son pouvoir ; si Thésée prête serment, plus tard dans la tragédie, c'est que devant son trône s'est élevé un héros sous ses habits de mendiant, dont l'autorité se manifeste en s'égalant à la sienne. Cette autorité, conférée à Œdipe par les desseins des dieux, s'impose à Thésée sans violence, comme doivent s'accorder pouvoir humain et pouvoir divin, de façon que les deux se soutiennent. Œdipe a conduit insensiblement Thésée à la prestation de serment, comme il se fait ἡγεμών à son tour (v. 1542) de ceux qui l'avaient guidé dans sa détresse. Œdipe incarne lui aussi une figure du pouvoir, au moment de sa disparition, et cela a été rendu possible par l'excellence du roi athénien.

Bibliografia

Bibliographie

Adams, S. (1957): Sophocles the Playwright, Toronto.

Aubriot, D. (1992) : Prière et conceptions religieuses en Grèce ancienne, Lyon.

Bollack, J. (1999) : La mort d'Antigone, Paris.

Bowra, C. M. (1944): Sophoclean Tragedy, Oxford.

Bushnell, R-(1988): Prophesying Tragedy, Ithaca.

Callaway, C. (1993): “Perjury and the Unsworn Oath”, TAPhA, 123, 15-25.

Carlier, P. (1984) : La royauté en Grèce avant Alexandre, Strasbourg.

Corlu, A. (1966) : Recherches sur les mots relatifs à l'idée de prière, Paris.

Giorgini, G. (1993): La città e il tiranno, Milan.

Glotz, G. (1904) : L'ordalie dans la Grèce primitive, Paris.

Kirkwood, G. M. (1958): A Study of Sophoclean Drama, Ithaca.

Kitto, H. D. F. (1939): Greek Tragedy, Londres.
— (1956): Form and Meaning in Drama, Londres.

Knox, B. (1957): Œdipus at Thebes,Yale.
— (1964): The Heroic Temper, Berkeley.

Lanza, D. (1977) : Le tyran et son public, Turin (trad. J. Routier-Pucci, Paris, 1997).

Lévy, Ed. (1971) : “Le problème du pouvoir dans le théâtre de Sophocle”, BAGB, 59-66.

McGlew, J. F. (1993): Tyranny and Political Culture in Ancient Greece, Ithaca.

Meier, Ch. (1988) : De la tragédie grecque comme art politique, Munich.

Rudhardt, J. (1958) : Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte en Grèce classique, Genève.

Saïd, S. (1985) : Sophiste et tyran ou le problème du Prométhée enchaîné, Paris.

Whitman, C. H. (1966): Sophocles. A Study of Heroic Humanism, Cambridge (Massachusetts).

Note

1 Pour J. McGlew, tyrannos est un mot neutre dans la tragédie mais il reconnaît l’ambiguïté de son emploi dans l’Orestie d’Eschyle et les pièces thébaines de Sophocle (McGlew 1993, 204). P. Carlier affirme que basileus et tyrannos ne sont pas synonymes dans la tragédie, et que l'alternance des termes est toujours significative (Carlier 1984, 236) ; cf. Philochorus, FGrHist 328F100.

2 On trouve aussi Soph., Ant., 388 et 394 : le Garde revient annoncer à Créon qu’il a capturé le coupable, en précisant qu'il avait juré ne jamais reparaître devant le roi ; dans Soph., OC, 1302, Polynice raconte s'être lié par serment à six chefs pour entreprendre l'expédition contre Thèbes.

3 ὅρκος apparaît chez Sophocle neuf fois (Aj., 649.1113 ; Ant., 394 ; Tr., 255 ; OR, 647.653, El., 47, OC, 650. 1767), ἔνορκος trois fois (Ant., 368 ; Ph., 72, 811), ὅρκιος quatre fois (Ant., 305 ; Tr., 1223 ; Ph., 1324 ; OC, 1637), ὁρκωμοτεῖν une fois (Ant., 265). On relève six occurrences de ὄμνυμι (Tr., 1185, 1188 ; Ph., 357, 623, 941 ; OC, 1145), trois de διόμνυμι (Aj., 1233 ; Tr„ 255, 378), une de ἐξόμνυμι (Ant., 535), de ἀπόμνυμι (Ph., 1289) et de συνόμνυμι (Ph., 1367) ; parmi les dérivés composés de ὄμνυμι, ἐπώμοτος se trouve trois fois (Aj., 1113, Tr., 427, 1188), ἀπώμοτος deux fois (Ant., 388, 394), διώμοτος une seule fois (Ph., 593), ainsi que συνωμότης (OC, 1302).

4 Soph., Ant., 264-267.

5 Cf. Bollack 1999, 32.

6 Cf. Glotz 1904, 109.

7 Soph., Ant., 534-535.

8 Cf. Dem. 19.247.

9 Πλούτει τε γὰρ κατ’ οἶκον, εἰ βούλει. μέγα / καὶ ζῆ τύραννον οχῆμ’ ἔχων· “Enrichis-toi dans ta maison, si tu le souhaites, beaucoup, et vis dans la peau d'un roi”. (Ant., 1168-1169). G. Giorgini analyse ce τύραννοϛ comme un terme négatif, confirmant que la conception du pouvoir de Créon est celle d’un tyran (Giorgini 1993, 197) mais cela semble inutile.

10 Le duel est intervenu à la fin de la nuit qui précède l'aube du jour tragique : “l'armée des Argiens vient de se retirer cette nuit” (v. 15-16). Le Chœur, en le saluant du titre de βασιλεύς, a souligné l'extrême jeunesse de son pouvoir royal – sans en faire une faiblesse : “Créon, le fils de Ménécée, le chef nouveau (ταγὸς νευχμός) dû aux nouvelles épreuves voulues par les dieux” (v. 156-157).

11 Cf. Saïd 1985, 285, l'association entre pouvoir jeune et tyrannie à propos de Zeus dans Prométhée enchaîné.

12 Cf. Lanza 1977, 59 et 61.

13 “Dans chaque représentation du tyran, en lien étroit avec la définition de son pouvoir, de sa liberté inconditionnelle de faire ce qu'il veut, se manifeste la peur qui accompagne toujours le pouvoir. En particulier la peur que ses sujets ont de lui” (Lanza 1977, 59).

14 Cf. Carlier 1984, 236.

15 Cf. Lévy 1971, 63, Kirkwood 1958, 124, Meier 1991, 241.

16 Cf. Lanza 1977, 65.

17 Trad. Mazon.

18 Cf. Giorgini 1993, 198.

19 Cf. Soph., OR, 350-462.

20 Soph., OR, 644-645.

21 Ibid. 646-647.

22 Ibid. 652-653.

23 Cf. Callaway 1993, 20. Aubriot 1992, 374. D. Aubriot donne une double définition du serment : “La formulation d'un serment peut s'effectuer selon deux modalités différentes : l'une consiste en un souhait, formulé comme il est naturel à l'optatif, sans rapport nécessaire avec une divinité, mais constituant une imprécation contre soi-même en cas de dol ; l'autre consiste à prononcer par devant une divinité une promesse solennelle (qui peut porter sur le passé, le présent, l’avenir) exprimée à l'indicatif. (...) Ces deux modes de formulation sont loin de s'exclure réciproquement”. (ibid., 374-375).

24 Soph., OR, 671-672 : τὸ γὰρ σόν, οὐ τὸ τοῦδ’, έποικτίρω στόμα / ἐλεινόν. οὗτοϛ ; δ’ ἔνθ’ ἂν ᾖ στυγήσεται. “C’est de ton langage, non du sien, que j'ai pitié, car il excite la pitié ; mais cet homme, où qu'il soit, sera l'objet de ma haine”.

25 “La précipitation et le manque de contrôle de soi sont les traits psychologiques les plus évidents de la figure du tyran” (Lanza 1977, 62).

26 L’ambiguïté du τυραννεῖϛ (408 : εἰ καὶ τυραννεῖς, ἐξισωτέυν τὸ γοῦν ἴσ’ άντιλέξαι), lancé par Tirésias au cours de leur dispute, semble difficile à lever. G. Giorgini y voit une confirmation du pouvoir tyrannique d’Œdipe, celui-ci s'opposant au droit de libre parole dans une cité bien gouvernée : “l'antitesi della tirannide (...) è il potere rispondere su un piano di parità proprio dei cittadini” (Giorgini 1993, 207). En prenant effectivement la parole, Tirésias démontre que τυραννεῖς ne brime pas sa parole – en même temps, il semble présenter cette audace comme liée à sa charge de devin, donc comme exceptionnelle dans la cité.

27 L'affirmation de P. Carlier selon laquelle “le mot τύραννος apparaît quand un personnage veut souligner la puissance d'un souverain ou dénoncer ses abus de pouvoir” (Carlier 1984, 236) n’est pas systématiquement valable. Par ailleurs, comme pour le Créon d'Antigone, le pouvoir d'Œdipe est nommé ἀρχή, κράτη (v. 49, 54, 237, 383, 737), en plus de τυραννίς.

28 Créon l'appelle ἡγεμών (v. 103-104), ce que Knox interprète comme un désir d'éviter de comparer le pouvoir du roi légitime à celui du ξένος qu'est Œdipe (Knox 1957, 54-55). Quelle qu'en soit la raison, Créon, la première fois qu'il mentionne Laïos, utilise bien un terme différent de ceux dont est couramment désigné Œdipe.

29 “Il n’est pas le successeur héréditaire du trône de Thèbes, mais un xenos, qui, n'appartenant pas à la lignée royale, ni même natif de Thèbes, est parvenu au pouvoir suprême. C'est une des différences fondamentales entre le tyrannos historique et le roi, basileus (Thc. 1.13). (...) Ce sens du mot tyrannos est exact et approprié à Œdipe” (Knox 1957, 54).

30 Cf. Giorgini 1993, 201.

31 Soph., OR, 873 : Ὕβρις φυτεύει τύραννον.

32 Soph., Ant., 367-369.

33 II place son décret sous la protection de “Zeus qui voit toujours tout” (v. 184) et vénère le roi des dieux (v. 304). Il s'indigne que l'on envisage que les dieux portent intérêt au traître, ennemi tout à la fois de Thèbes et des lois divines (v. 288). Cf. Knox 1957, 91.

34 Soph., Ant., 304-305.

35 Soph., OC, 650-651.

36 Cf. Bushnell 1988, 95.

37 Soph., OC, 935-936.

38 Etéocle est tyrannos (v. 1338), de même que Créon (v. 851), et les deux frères sont mus par le désir du kratos tyrannikon (v. 373, cf. aussi τυραννεύειν, v. 449). Le fait que Créon et Etéocle portent le même titre indiquerait que le pouvoir est partagé, ce qui est à l’opposé de la tyrannie. Créon, en se présentant aux Athéniens, prend soin de ne se considérer que comme le porte-parole de la cité tout entière (v. 737-738, 741-742, 837).

39 Soph., OC. 1143-1144.

40 Ibid. 1145-1146.

41 Cf supra p. 155, Thésée a assuré Œdipe de son dévouement, sans serment : v. 565-566 : ὥστε ξένον γ’ ἂν οὐδέν’ ὄνθ’, ὥσπερ σὺ νῦν, / ὑπεκτραποίμην μὴ οὐ συνεκσῴζειν.“Je ne saurais me détourner d’aucun étranger, comme tu l’es toi maintenant, ni refuser de lui porter secours” ; cette offre avait aussitôt été investie de la puissance d'une promesse : τὸ σὸν πιστὸν φυλάσσων (ν. 625-626) lui recommande Œdipe peu après.

42 Soph., OC, 1633-1634 : καταίνεσον / μήποτε προδώσειν τάσδ’ ἑκών. Œdipe avait déjà demandé à Thésée χερὸς σῆς πίστιν ἀρχαίαν (ν. 1631-2), la “vieille foi de [sa] main droite”, avant de formuler sa requête. Dans certains cas, comme ce passage d'OC, la πίστιϛ, “foi, confiance”, qui doit résulter du serment prêté et reçu, le précède. Le serment est introduit par le biais de l'effet qu'il est censé produire.

43 Ibid. 1636-1637.

44 Ibid. 1760-1765.

45 Ibid. 1766-1767.

46 C'est la seule fois, dans le théâtre conservé de Sophocle, où la divinité assiste elle-même à l'engagement sacré d'un personnage.

Autore

Université Paris IV - Sorbonne

© Ausonius Éditions, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540