Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Les sépultures multiples du “35, rue de Sarrebourg” à Bourges (18) : discussion du contexte et interprétations envisagées

Patrice Georges et Philippe Blanchard

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il s’agissait en effet d’un immeuble résidentiel en façade sur la rue de Sarrebourg et, séparés par (...)
  • 2 Il était à ce moment là archéo-anthropologue à Orléans (Loiret).

1C’est un projet immobilier d’envergure, un de ceux qui suppriment les charmantes maisons du centre-ville pour des ensembles anonymes et laids1, qui est à l’origine d’une opération d’archéologie préventive au “35 rue de Sarrebourg”, à Bourges (Cher), à proximité de la place des Marronniers (fig. 1). Elle a été menée du 1er mars au 28 mai 2004 par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap), sous la direction de Philippe Blanchard (Inrap CIF ; Tours), titulaire de l’autorisation de fouille. Patrice Georges (Inrap GSO ; Toulouse)2, prévu dès la composition de l’équipe, n’est cependant intervenu que sur la zone cimetériale. Cette partie d’un cimetière médiéval, connu entre autres sous le nom de “Grand Cimetière” (cf. infra) avait déjà fait l’objet de plusieurs interventions archéologiques partielles. Il n’était connu jusqu’alors essentiellement que par les sources archivistiques, en particulier du point de vue chronologique. Par ailleurs, un aspect n’avait pas été mis en évidence par la diversité et la richesse des sources manuscrites, c’est celui de la découverte de sépultures multiples qui font l’objet de cette contribution.

  • 3 L’AFAN (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales) a été remplacée par l’Inrap, établ (...)
  • 4 C’est l’occasion ici de remercier Alexis Luberne pour nous avoir indiqué ce projet susceptible de n (...)
  • 5 Aucun rapport de fouille n’est disponible pour cette opération, hormis celui du diagnostic (Luberne (...)
  • 6 Luberne 2003, 14.
  • 7 Le diagnostic archéologique de notre parcelle a été réalisé le 8 et le 17 janvier 2003. Les sondage (...)

2Lors de l’hiver 1996-1997, une opération archéologique a été menée par l’AFAN3 sur la parcelle mitoyenne (à l’est) située à l’intersection de la rue de Sarrebourg (au niveau des numéros 39/41) et de la ruelle de Nevers4 (fig. 1). Alexis Luberne (Inrap CIF ; Bourges), qui en a eu la charge, a mis au jour un certain nombre de sépultures, dont 6 multiples regroupant de 2 à 6 individus d’âge et de sexe différents (fig. 2). À peine étudiées5, elles suggéraient une possible relation avec un phénomène dit de catastrophe, une crise de surmortalité6. C’est lui encore qui fut chargé de mener le diagnostic archéologique sur la parcelle du “35, rue de Sarrebourg”7. Le sondage no 3 a permis d’identifier la présence d’un espace funéraire et de son mur nord. Le rapport est bien évidemment fait – comment pourrait-il en être autrement ? – avec la parcelle d’à côté. De fait, et au regard du manque de place, aucun sondage profond et/ou approfondi n’a alors été mené. Des sépultures multiples sont certes envisagées… mais pas repérées, ni comptabilisées. Leur présence était-elle certaine ? Beaucoup doutaient, vraisemblablement pour ne pas être confrontés à ce type de problématique, qui demande du temps et des moyens. C’est en tout cas ce qui nous a poussé à nous investir bien en amont malgré les problèmes que nous allions rencontrer. Le jeu archéo-anthropologique en valait, selon nous, la chandelle… Et de fait, le terrain a répondu à nos attentes : plusieurs sépultures doubles et une triple ont été découvertes. Mais encore faut-il maintenant les interpréter et juger de leur importance relative. Autrement dit, cette découverte est-elle aussi importante que nous l’envisagions compte tenu du contexte archéologique ? Dans ce cas, et même dans le cas contraire, comment pouvons-nous alors l’interpréter ? C’est la raison même de cet article.

Fig. 1. Plan de situation de la fouille par rapport à la ville de Bourges et des différentes opérations aux environs de la place des Marronniers (DAO : A. Luberne et V. Chollet / Inrap).

Fig. 2. Photographie d’une sépulture multiple de 6 individus fouillée en 1997 (Cl. A. Luberne / Inrap).

3Cette contribution fait suite à une communication donnée dans le cadre des séminaires de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) organisées par D. Castex et I. Cartron ; elle a eu lieu le 2 juin 2005 devant une assemblée composées de chercheurs professionnels ou étudiants dans diverses disciplines. Cette petite précision nous paraît nécessaire dans la mesure où cette intervention a permis d’engager un débat et des questions qui nous ont indubitablement influencés depuis lors. Ils nous ont ainsi engagés à explorer certaines voies de recherche. Ce que nous faisons encore au moment où nous rédigeons ces lignes. Cet article ne sera donc qu’un reflet partiel de notre réflexion, ou du moins un état de nos recherches en cours. Mais nous tenons surtout à insister sur la richesse de ces échanges. Forts de nos certitudes, certaines d’entre elles sont devenues des hypothèses fortement probables… tout du moins pour nous. En revanche, les critiques, que nous avons considérées d’emblée comme constructives, nous ont en fait renforcé dans l’idée que nous nous faisions de ces découvertes et qu’il fallait les communiquer le plus largement possible. Elles peuvent toutefois être discutées ; certains l’ont fait. Nous allons le faire aussi, mais pas dans la même direction. Les lignes qui suivent tenteront de se faire l’écho de cette discussion, même si, inévitablement, l’interprétation générale sera fortement influencée par nos idées, notre point de vue. Sauf à faire rédiger cet article par les auditeurs, il était difficile de faire autrement. Le lecteur sera néanmoins seul juge de la qualité de nos propos et de la justesse des arguments présentés.

4Nous avions essayé à l’oral, en quelque sorte, de faire vivre cette fouille archéologique de l’intérieur, pour faire comprendre l’évolution des choix et les doutes sur ces derniers au moment même où ils étaient appliqués. Le public était varié et souvent les communications archéologiques n’en font pas part, ce qui fausse un peu la nature réelle de la découverte et sa portée. On ne mentionne en effet que trop rarement la part accidentelle, mais aussi dans quelle mesure les choix de terrain influencent les résultats. Nous avons donc décidé, selon le même objectif, d’en faire part. Les données techniques sont donc là uniquement pour comprendre les moyens engagés, qui ne sont souvent pas proportionnels à l’importance du site et encore moins aux résultats, et pour quelles raisons les choix sont faits. La compréhension globale de la démarche qui a été la nôtre sur le terrain est à ce prix, quitte à rendre des passages plus fastidieux que d’autres à lire.

Contraintes et moyens : quelle influence sur les choix ?

De la surface à fouiller… à la surface fouillée

  • 8 Les raisons techniques sont multiples, mais essentiellement liée à la parcelle exiguë (80 m par 11) (...)

5Le dossier était simple, manifestement plus sur le papier que sur le terrain. Cette précision est d’importance quand on se rappelle que c’est sur ce dernier que l’on travaille d’abord. Ainsi, le dossier nous faisait part d’une surface de parcelle de 1050 m2 dont les prescriptions de fouille, élaborées par le Service Régional de l’Archéologie d’Orléans (DRAC, Région Centre) portaient sur deux espaces distincts, l’un (150 + 210 m2) en front de rue à l’emplacement des zones de fouilles 2 et 3 et l’autre (325 m2) en fond de parcelle à la place de la zone 1. Pour la zone 2, celle où se concentraient les sépultures, la surface de fouille fut plus de trois fois moindre que celle qui était initialement envisagée selon les prescriptions du SRA. En effet, dès la première venue sur place, une réduction de surface (de 150 à 50 m2 environ) s’est imposée essentiellement pour des raisons d’ordre techniques8. Par la suite, cette restriction fut augmentée (de 50 à 20 m2) compte tenu du peu de temps restant, du nombre insuffisant de personnel et de la densité des inhumations ainsi que de l’importance de la stratification sous les niveaux médiévaux.

6La zone disponible pour la fouille (fig. 3) est donc délimitée au nord par un mur médiéval et post-médiéval (cf. infra) et au sud par un mur établi à la fin du xixe siècle ou au début du xxe siècle. Ce dernier marque la séparation de la parcelle avec l’espace public (trottoir et chaussée de l’actuelle rue de Sarrebourg). À l’est, une coupe nord-sud a été pratiquée au droit d’une dalle en béton correspondant à l’emplacement d’un ancien garage (xxe siècle). À l’ouest, une seconde coupe nord-sud a été ménagée 4 à 5 m avant la limite de parcelle afin de laisser une voie d’accès pour le déblaiement des terres par les engins mécaniques.

  • 9 Cette démarche était nécessaire en raison du manque d’informations préalables à la fouille. Ni le r (...)
  • 10 Si nous évoquons ici uniquement les sépultures, il faut garder à l’esprit qu’il fallait également f (...)

7Pendant les premières semaines de la fouille, et pendant une période qu’il n’était pas véritablement possible de prévoir, une seule personne a travaillé sur cette zone. Après un nettoyage poussé et la fouille de quelques sépultures9, il est apparu une quantité d’ossements laissant présager une densité relativement importante de sépultures. Mais l’absence de limites de fosses visibles rendait l’appréciation du nombre réel de sépultures aléatoire. Les os épars étaient perceptibles, sans toutefois qu’il soit possible d’en quantifier la part. Au regard du nombre de personnes qui allaient pouvoir être affectées sur cette zone et de la surface à fouiller10, il est rapidement apparu aux yeux de tous qu’un tel travail était une gageure. Nous ne pouvions espérer la fouille de la totalité dans le temps imparti. Nous avons donc décidé de nous concentrer sur une surface encore nettement plus réduite, à savoir 20 m2, et de ne prendre en compte que les inhumations issues de cette nouvelle surface.

Fig. 3. Plan de localisation des sépultures (P. Georges et V. Chollet / Inrap).

8Cette réduction drastique de la surface à fouiller n’a pas mis en péril la portée scientifique de cette opération en raison de la problématique préalablement définie. Mais il serait malhonnête de faire croire que nous avons pu pallier le manque de moyens et que la surface très réduite a permis tout de même de tout comprendre. L’absence de relation physique avec la parcelle mitoyenne en est la meilleure preuve. Nous aurions aimé en effet voir si cet espace que nous n’avons pas exploré était vierge de sépultures multiples… ou non. Cela aura son importance dans la discussion et pour les interprétations de nos découvertes (cf. infra).

Résolution des problèmes ou élaboration d’une problématique ?

9Dès notre arrivée sur le terrain, et même avant dans une certaine mesure, nous avons été dans l’obligation de résoudre des problèmes matériels. Ces derniers, nous l’avons vu, ont eu des conséquences sur les choix opérés, voire sur la nature des résultats. Nous ne devons pas l’oublier. Mais c’est l’élaboration d’une problématique bien définie, avant même que nous rencontrions toutes ces difficultés, qui nous a permis d’élaborer une stratégie de fouille.

  • 11 UMR 6173 CITERES. Boissavit-Camus et al. 1996.
  • 12 UMR 5199 du CNRS ; PACEA, Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé.
  • 13 Il est cependant très difficile à déterminer à partir des os ; ce peut être le résultat d’une étude (...)

10C’est sans doute un lieu commun de rappeler que l’archéologie est affaire de choix. Ceux-là découlent des objectifs fixés au préalable. En ce qui concerne la fouille des sépultures, il s’agissait en premier lieu de mettre en évidence tout ce qu’une fouille archéologique peut apporter en terme de chronologie (relative et absolue). En effet, il nous importait d’approcher la date de leur mise en place, leur rattachement éventuel au “Grand Cimetière” mentionné dans les textes et leur abandon définitif. Jusqu’alors, nous n’avions en effet que les dates des sources manuscrites. Mais cette opération d’archéologie préventive sur un cimetière du bas Moyen Âge était également l’occasion de continuer le travail sur la chrono-typologie des pratiques funéraires mené depuis des années en région Centre. Ce type d’approche, a été initié par l’équipe du laboratoire Archéologie et Territoire11. Malgré toutes les observations réalisées sur plusieurs chantiers de sauvetage sur les six départements de cette grande région, aucune synthèse ne permet actuellement de connaître l’évolution des modes funéraires au cours du temps. Pire, les ensembles dits tardifs, souvent parce qu’ils concernent les périodes historiques, sont trop souvent délaissés. Cette intervention sur un cimetière urbain était donc le moyen de compléter le corpus à notre disposition. D’autant plus que cette voie n’a pas vraiment été privilégiée sur les grands ensembles du même type. Il convenait donc enfin, de vérifier la présence éventuelle de nouvelles sépultures multiples et en cas de découvertes de mieux définir la nature de la (ou des) crise(s) de surmortalité (épidémie, faits de guerre, accidents, cataclysme naturel…). Aussi, selon la voie de recherche lancée par D. Castex12, il devenait intéressant de mettre en évidence des pratiques funéraires éventuellement spécifiques. Cette démarche visait à mieux comprendre les phénomènes de surmortalité brutale en tentant d’en définir l’origine, et de caractériser les gestes et mesures élaborés face à de tels événements. Elle devait permettre également d’identifier le type de population touchée (âge, sexe, voire milieu social13) et de voir si un mécanisme de sélection particulier avait été opéré sur les individus.

  • 14 Blanchard et al. 2003 ; Blanchard et al. à paraître.

11La découverte de sépultures multiples aurait relancé la recherche initiée sur l’opération d’Issoudun (Indre) où 14 sépultures multiples contenant les restes de 201 individus avaient été mises au jour en 200214.

Résultats : observations de terrain et analyses de laboratoire

  • 15 Les inhumations S201 à S222 proviennent de l’espace fouillé en zone 2 et la S301 a été trouvée en z (...)
  • 16 Cette inhumation est réalisée en dehors de l’aire funéraire du “Grand Cimetière”, à environ 0,50 m (...)
  • 17 Duday 1990 ; Duday et al. 1990 ; Duday & Sellier 1990 ; Duday 1995 etc. Cette discipline est mainte (...)

12L’intervention archéologique de 2004 a permis de mettre au jour 23 sépultures dont 22 peuvent être mises en relation avec le “Grand Cimetière”15 (fig. 3). Une sépulture découverte en zone 3 n’a pas été fouillée (S301) ; les os ont seulement été prélevés pour établir une datation radiocarbone (cf. infra) et comprendre ainsi la raison d’une telle localisation (sépulture du haut Moyen Âge ou contemporaine du “grand Cimetière ?)16. Pour la zone 2, celle dont les sépultures ont été fouillées, enregistrées et prélevées selon les principes de l’anthropologie dite de terrain17, les inhumations découvertes se répartissent en 17 sépultures individuelles primaires (soit 77,3 %) et 5 sépultures multiples primaires : S201, S216, S218, S220 et S221. Elles représentent 22,7 % de l’ensemble (fouillé). La densité d’inhumation au sein du cimetière est d’un peu plus d’une sépulture par mètre carré (1,1 exactement).

Éléments de datation

13L’espace cimetérial est délimité au nord par un mur multiséculaire ayant eu la double fonction de mur de cimetière et de mur de terrasse. Il a été vraisemblablement construit dès l’installation de ce cimetière (cf. infra) et était utilisé également pour contenir un épais niveau de terre apporté volontairement pour servir de sédiment encaissant aux inhumations. Ce mur, ainsi que l’espace funéraire ont été détruits au xvie siècle.

  • 18 Notons que cela limite considérablement les possibilités d’étude des anomalies démographiques : les (...)

14L’enregistrement stratigraphique (fig. 4) a permis de mettre en évidence les recoupements entre les sépultures et de déterminer des phases, corroborées par des datations radiocarbones (fig. 5). Ainsi, les sépultures doubles et triple découvertes en 2004 ne sont pas toutes contemporaines. La chronologie relative établie à partir des recoupements assure ainsi qu’au moins 3 crises se sont succédées18. Les différentes études ne nous ont pas permis d’apporter des précisions chronologiques. C’est pourquoi nous avons eu recours à la radiochronologie (C14).

  • 19 Musée du Berry ; Bourges.
  • 20 Inrap CIF ; Orléans.
  • 21 Les analyses ont été réalisées par le Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR 5138 du CNRS, Uni (...)
  • 22 Code laboratoire : Ly-12856.
  • 23 Code laboratoire : Ly 12855.

15L’étude numismatique réalisée par Jean-Louis Roche19 a porté sur une monnaie issue du comblement de la sépulture S202 : elle est datée entre 1203 et 1233 et se trouve en cohérence avec les autres éléments chronologiques. L’analyse céramologique établie par Sébastien Jesset20 sur le matériel issu du comblement des sépultures (individuelles et multiples) montre une assez forte proportion de tessons résiduels du haut Moyen Âge. Parfois, la détermination “médiévale” est avancée et ne permet pas d’être plus précis. Mais globalement les résultats de cette étude ne sont pas en contradiction avec l’étude de la documentation et des sources d’archives. Les résultats des datations radiocarbones21, et plus particulièrement ceux concernant la sépulture S221 établissent que cette aire funéraire est créée au plus tard entre 904 et 1032, mais plus probablement à la fin du xe siècle ou au tout début du xie siècle (fortes probabilités entre 1003 et 1016)22. Les analyses réalisées sur les sépultures multiples S220 et S221 montrent clairement que ces inhumations ne sont pas contemporaines, l’une relevant plutôt des origines du cimetière (S221) et l’autre (S220) de sa fin (entre 1407 et 1448)23. Si les sources archivistiques donnaient une première mention au début du xiiie siècle et une condamnation dans le courant du xvie siècle, il semble que la création de ce cimetière, tout du moins à l’endroit que nous avons exploré, date en fait du xe ou du tout début du xie siècle. Mais, plus le fait d’avoir reculé de près de deux siècles l’installation de ce cimetière, qui demeure cependant un des résultats importants de cette fouille, c’est la chronologie des sépultures multiples qui nous importe. Ces dernières ne sont pas contemporaines ; elles relèvent donc d’évènements différents. Nous y reviendrons.

Fig. 4. Diagramme stratigraphique des sépultures fouillées (Ph. Blanchard, P. Georges et V. Chollet / Inrap).

* par ordre de probabilité décroissante.
Fig. 5. Tableau de résultats des datations radiocarbones (Ph. Blanchard / Inrap).

Taphonomie et apports chrono-typologiques

16L’intégralité des inhumations fouillées présentait la même disposition. Tous les individus ont été déposés allongés sur le dos avec la tête disposée à l’ouest et les membres inférieurs en extension. D’une manière générale, la position des membres supérieurs est haute (mains anatomiquement au-dessus de l’abdomen) ou moyenne (mains situées dans la région abdominale). Cependant, quelques rares cas (S220, individus 2110 et 2111) présentent des défunts avec des mains en position basse, c’està-dire disposées anatomiquement en avant et/ou sous le bassin.

17Avant d’aborder les résultats taphonomiques, il convient de revenir sur un aspect du terrain qui a limité la portée des observations in situ. La particularité de ce terrain au niveau de l’espace sépulcral réside dans la nature du sédiment qui n’a pas permis de distinguer les limites des fosses d’inhumation. En d’autres termes, le sédiment encaissant ne se différenciait pas du remplissage des sépultures. De ce fait, nombre d’observations d’ordre ostéo-archéologique, comme les constrictions, ne peuvent être véritablement interprétées. Rappelons en effet que la forme d’une fosse (très) étroite peut avoir la même image squelettique qu’un linceul (contraignant). Mais dans le cadre d’une opération archéologique concernant une période historique, l’enregistrement taphonomique doit tenir compte des observations archéologiques de base et du contexte historique local. Ainsi, la conservation des volumes corporels qui ne peut, en soi, constituer un argument décisif pour une sépulture en pleine terre va tout de même dans ce sens quand les altitudes prises à la base des ossements tendent à révéler un creusement en forme de cuvette. Au regard des comparaisons typo-chronologiques, il semble en effet possible d’exclure un coffrage de bois à fond non construit.

  • 24 Il s’agit des sépultures S201, S202, S203, S204, S205, S207, S210 ( ?), S211, S213 ( ?), S216, S217 (...)
  • 25 Ce pourrait être en effet le cas d’au moins 5 individus (S201 : US 2054, 202, 205, 211 et 218). Bla (...)

18Beaucoup de squelettes étaient mal représentés en raison d’une zone utilisée intensément, des siècles durant. Mais, au terme de cette étude, 68,18 % des sépultures étudiées ont été déterminés du point de vue taphonomique24. Le point remarquable est sans conteste qu’il semble s’agir de sépultures en espace colmaté (colmatage différé), c’est-à-dire des sépultures “en pleine terre”, les corps ayant été déposés sans contenant. Certaines observations tendent toutefois à indiquer qu’une enveloppe semi-rigide (matière périssable) pouvait protéger certains défunts, mais de façon non contraignante et selon un dispositif que nous ne pouvons pas véritablement préciser25.

19Les corps rendent donc plus ou moins bien de la façon dont ils ont été déposés. En effet, à part quelques mouvements dus aux affres du corps au cours de la putréfaction (espaces vides néo-formés, liquides entraînant des pièces osseuses dans le volume du corps…), les corps se présentent tels qu’ils ont été déposés. Ce qui nous a permis de faire, dans de rares cas il est vrai, des observations sur la nature des fosses, même en l’absence des limites. Ainsi, pour la sépulture 201, la reconnaissance d’un effet de délimitation linéaire, d’une contrainte voire d’un effet de paroi rend en quelque sorte compte de la façon dont les corps reposaient dans cette fosse, l’occupant pleinement. Par ailleurs, les altitudes prises à la base des ossements permettent de déterminer que le fond des fosses étudiées était le plus souvent en forme de cuvette, certes plus ou moins accentuée.

  • 26 Contra Boissavit-camus et al. 1996, 259.
  • 27 Encore trop souvent, les arguments ostéo-archéologiques ne sont pas présents pour pouvoir affirmer (...)

20Les sépultures dont les preuves ostéo-archéologiques permettent d’appréhender une décomposition en espace colmaté sont plutôt rares, en particulier en ce qui concerne les cimetières historiques. En effet, malgré les idées répandues, y compris dans la communauté scientifique26, les sépultures (véritablement) en pleine terre ne sont pas présentes partout, à toutes les périodes27. Sans que cela puisse constituer une preuve statistique, en 4 ans d’exercice de l’anthropologie de terrain dans le cadre de l’archéologie préventive en région Centre, nous n’avons rencontré que quelques cas spécifiques, et en tout cas jamais dans des cimetières, dans des ensembles dits communautaires. Cette découverte peut peut-être alors avoir un rapport avec la dénomination de ce cimetière, également connu sous le nom de “Cimetière des Pauvres”.

Les sépultures multiples

21Les sépultures multiples identifiées et fouillées lors de l’intervention archéologique de 2004 sont au nombre de 5. Parmi celles-ci, 4 inhumations comportent 2 individus (S201, S216, S220 et S221) et la dernière (S218), a livré 3 individus (fig. 6). Les observations et descriptions taphonomiques permettent d’approcher de quelle façon ces corps ont été inhumés et ont ainsi pu mettre en évidence qu’il s’agissait bien de sépultures multiples. En effet, il a été défini que les individus regroupés au sein de ces fosses ont été déposés simultanément ou dans un laps de temps très court, la fosse a ensuite été comblée définitivement.

  • 28 Ces analyses ont été réalisées par Aurore Schmitt (Inrap CIF ; Orléans).

22Le mode de gestion des dépôts est simple ; les individus sont déposés côte à côte dans la fosse et sur un seul niveau (même niveau d’inhumation). La localisation des fosses multiples mérite d’être mentionnée, car sur les 5 mises au jour, 4 se répartissent le long de M202, à une faible distance de ce dernier. Deux sépultures (S201 et S221) comprennent chacune deux adultes. Tous les individus n’ont pas été identifiés d’un point de vue paléobiologique (fig. 7)28. Deux autres comportent deux individus immatures âgés de 9-10 ans et 15-19 ans pour la sépulture S216 et de 3-8 ans et 12-16 ans pour la sépulture S220. La sépulture triple S218 accueillait un adulte de sexe indéterminé de plus de 50 ans, accompagné de deux individus immatures âgés de 0-1 an et de 16-19 ans.

Fig. 6. Photographie des sépultures doubles 216, 221, 218 et 220 (P. Georges / Inrap).

  • 29 CNRS ; Unité des Rickettsies, Université d’Aix-Marseille 2.
  • 30 Cette recherche est intégrée au programme initié par Dominique Castex.

23L’observation des ossements permet d’ores et déjà d’écarter un fait direct de guerre ou assimilé, de type bataille ou massacre. Les squelettes ne présentent en effet aucune modification de surface osseuse d’origine anthropique qui serait la conséquence d’un coup violent. L’hypothèse d’une ou plusieurs crises épidémiques est donc suspectée et des analyses en paléobiochimie moléculaire sont en cours de réalisation par Michel Drancourt29 pour déterminer la nature de (des) l’épidémie(s)30.

Sépultures

US

Âge

Sexe

201

2014

plus de 50 ans

homme

2054

indét. (adulte)

indét.

216

2093

9-10 ans

-

2094

15-19 ans

-

2104

plus de 50 ans

indét.

218

2103

16- 19 ans

-

2115

-

0-1 an

220

2110

12-16 ans

-

2111

3,8-7,6 ans

-

221

2098

20-39 ans

femme

2099

indét. (adulte)

indét.

Fig. 7. Tableau synoptique des données paléobiologiques des sépultures multiples (Inrap / A. Schmitt).

L’apport des sources manuscrites ?

24Cette intervention archéologique a révélé le potentiel archéologique prodigieux de ce quartier et qui avait déjà été souligné lors des nombreuses opérations proches. En effet, on retrouve dans ce quartier, la superposition de 25 siècles d’Histoire et l’on perçoit l’évolution de la ville de Bourges et de ses faubourgs. Il serait trop long ici de présenter ces résultats, mais surtout cela n’aurait que trop peu de rapport avec nos propos. Nous nous contenterons de présenter la période médiévale et le cimetière dont nous avons fouillé quelques-unes des sépultures. Notons toutefois qu’au haut Moyen Âge, le secteur ne connaît pas d’occupation autre que celle funéraire. En effet, à cette époque des inhumations sont pratiquées le long d’un axe de circulation d’origine antique qui semble toujours entretenu et utilisé au haut Moyen Âge. Ce secteur connaît par la suite une évolution différente comme en témoignent les sources archivistiques qui nous apportent des éléments non négligeables pour la compréhension de l’évolution du quartier.

Le “Grand Cimetière”

  • 31 Goldman 1992, 5 ; A. D. Cher, 13 G 241.

25Au Moyen Âge, le quartier de la place des marronniers est situé dans la partie occidentale de la paroisse de Saint-Outrille-du-Château qui plus tard deviendra le faubourg du Château. Cette paroisse, qui occupait une zone rurale très vaste et bornée par des remparts, est citée pour la première fois dans un document de 1229 et apparaîtrait même peut être dès la fin du xiie siècle31. Au regard des documents que nous avons consultés, le terrain du “35, rue de Sarrebourg” se situe très certainement à cheval sur la limite de paroisse entre Saint-Outrille-du-Château et Saint-Symporien. Ainsi, la partie nord du site relèverait de cette dernière alors que la partie sud, en bordure de l’actuelle rue de Sarrebourg, là où nous avons retrouvé les sépultures, serait rattachée à Saint-Outrille.

  • 32 Fonds du château, paroisse de la Fourchault, sac 114. L’hôtel-Dieu était situé à cette période vers (...)
  • 33 Bernon 1989, 61.
  • 34 Bernon 1989, 11.

26Il semble que “le Grand cimetière de la Ville, public et général” ait été décrit parfois entre les xiie et xive siècles sous le nom de “Cimetière de Saint-Martin-des-Champs ou cimetière des Pauvres” parce que “les pauvres qui décédoient audict Hotêl-Dieu y étoient inhumés”32. Toutefois, la mention de “Grand cimetière” apparaît pour la première fois en 1229 lors d’une transaction réalisée entre Simon de Sully, archevêque de Bourges et le chapitre du château précisant que ce dernier en possède les droits de propriété. L’aire funéraire se trouve en effet dans la paroisse du Château et, de plus, dans le fonds et la censive du chapitre du Château33. Les défunts inhumés dans le “Grand Cimetière” proviennent donc à la fois de l’Hôtel-Dieu, mais aussi de la paroisse. En effet, le cimetière paroissial accolé au sud de l’église (à l’angle des actuelles rues Jean Baffier et Carolus) ne sera créé qu’au début du xvie siècle34. Il est également possible que des inhumations en provenance d’autres paroisses que celle du Château soient réalisées dans cet espace funéraire.

27Si la provenance des défunts est parfois imprécise lors des inhumations, le droit de propriété sur ces terrains est lui, clairement établi, car il sera constamment réaffirmé par les chanoines du chapitre jusqu’au xviiie siècle. Ainsi, en 1587, il est rappelé que “ledit. Grand Cimetière ou place appartient entièrement au chapitre, pourquoi il ne peut être édifié ni être fait aucune plantation sans sa permission”. De même, l’acte capitulaire du 31 août 1598 autorise les Capucins (qui succéderont au grand cimetière) à planter une croix dans le cimetière et que “cette plantation ne préjudiciera en rien aux droits de propriété du chapitre sur le cimetière”. Enfin, en 1723 ce droit sera à nouveau réaffirmé lors d’une querelle qui oppose le chapitre à la ville lors de la vente des ormes de la place des Capucins.

  • 35 Boisratier 1867, 114-207.

28Le nom de “Grand Cimetière” sera toujours évoqué jusqu’au xviiie siècle alors que celui-ci a disparu depuis longtemps. Le déclin du cimetière intervient en effet au début du xvie siècle, car les paroisses sont autorisées à créer leur propre cimetière et l’Hôtel-Dieu fut transféré du chevet de la cathédrale au quartier Saint-Sulpice. Les pauvres qui y décédaient furent alors inhumés derrière la rue des fagots, entre l’Yévrette et le rempart. Les terrains du cimetière seront alors désaffectés, mais quelques inhumations se poursuivent encore aux alentours de la chapelle, c’est-à-dire sous l’actuelle place des marronniers. Cette désaffection du cimetière conduira à son interdiction en 1560 (A. D. Cher 13 G 258). Deux ans plus tard les Protestants ravagent le quartier en détruisant les chapelles du cimetière et en incendiant les bâtiments alentours. Il semble même que l’emplacement de l’ancien cimetière ait été utilisé par l’armée pour tendre ses tentes et faire son logis35. En 1598 quelques tombes subsistent sur la place des marronniers.

29Le cimetière occupait les terrains limités par l’actuelle rue de Sarrebourg, la rue Émile Martin et l’impasse Saint-Martin (fig. 8) (1989, 62). Le “grand cimetière” dont la superficie sera réduite au xiiie siècle semble clôt de murs à la fin du xve siècle car un appointement daté du 4 mars 1471 ordonnait au Maître de l’Hôtel-Dieu de rétablir, avec sa serrure et clefs, “la barrière de la porte du Grand Cymetière, laquelle il avoit coppée” (A.D. Cher J694). Un plan de 1567 livre une vue du cimetière délimité par des murs (fig. 9).

La question de l’établissement hospitalier

30Ce cimetière était parfois dénommé aussi “cimetière des Pauvres”, en raison d’inhumations de l’hôtel-Dieu qui y étaient pratiquées. Ce point a été celui qui a été le plus discuté après notre intervention. Il semble en effet qu’une partie de l’auditoire a reconsidéré la portée de ces découvertes du fait que des individus décédés dans cet établissement y étaient enterrés. Nous avons été sensible aux remarques présentés à ce sujet, mais l’hôtel-Dieu de doit pas être l’édifice qui cache le cimetière… et ses particularités. D’autant plus que manifestement, les morts de l’hôtel-Dieu n’étaient pas les seuls à y être déposés.

  • 36 Nous sommes par contre conscients que tous les résidents de l’hôtel-Dieu ne sont pas obligatoiremen (...)
  • 37 Le cas du cimetière de la peste de Lambesc est éloquent (Bizot et al. 2005).

31Le fait que près des deux tiers des sépultures étaient en pleine terre peut être mis en rapport avec l’hôtel-Dieu. Ce mode d’inhumation, peu courant, entraîne en tout cas des réflexions sur le statut des défunts. Cela indique-t-il un statut social peu élevé de ces derniers ?36 C’est effectivement possible… à moins que ce type d’inhumation ait un rapport avec l’urgence, y compris pour des sépultures primaires individuelles37.

Fig. 8. Plan de localisation approximatif du “Grand Cimetière” par rapport à la place des Marronniers et aux rues avoisinantes (Bernon 1989 et V. Chollet / Inrap).

Fig. 9. Vue de Bourges en 1567 par Nicolas de Nicolaï.

32Les sépultures doubles et triple relèveraient alors de crises qui se sont produites à différents moments. Les morts pouvaient également provenir de l’hôtel-Dieu, la population s’y trouvant n’étant ni plus ni moins préservée. Mais c’est vraisemblablement le phénomène de crise, quels que soient son intensité et l’endroit où elle se produit, qui induit le regroupement de ces individus dans les fosses. La présence de jeunes individus dans les sépultures multiples, en particulier un nourrisson de 0-1 an, n’est-elle pas une indication ? Il serait sans doute abusif de croire que le statut social (présumé) permet des regroupements d’individus morts peu ou prou au même moment au sein d’une même sépulture. Cela ne relève-t-il pas d’une image d’Épinal, y compris pour les sépultures doubles ? Elles ne sont en effet pas très fréquentes dans les cimetières urbains du Moyen Âge. Par ailleurs, les fosses les plus importantes nous indiquent un nombre de morts concomitants plus élevé, au moins à certains moments (jusqu’à 6 corps dans les fosses découvertes en 1997).

33De plus, en France, aucun espace funéraire en relation avec un établissement hospitalier n’a, à notre connaissance, mis en évidence une gestion quotidienne de la mortalité par un recours à des sépultures multiples. Dans l’état actuel des connaissances, la concentration de celles-ci, relèvent en général de phénomène de crise.

Discussion et interprétations

34Les inhumations multiples mises au jour en 2004 sont à rapprocher de celles exhumées sur la parcelle fouillée en 1997 par Alexis Luberne. Au total, ces deux opérations d’archéologie préventive à Bourges, ont donc permis de mettre au jour 11 sépultures multiples qui contenaient les restes de 2 à 6 squelettes, rassemblant des adultes des deux sexes et des individus immatures (nouveau-né, enfants et adolescents). Encore que tout peut (et doit) être discuté, les sépultures multiples les plus importantes sont selon nous le signe de crises intervenues à différents moments (données chronologiques). Mais qu’en est-il des sépultures doubles ?

Des sépultures doubles : des sépultures d’urgence ?

  • 38 Bizot et al. 2005.

35Il est vrai qu’associer les sépultures doubles aux autres, et par conséquent en faire des sépultures de crise(s), peut paraître surprenant. Le verbe n’est pas neutre ; les qualifier de sépultures d’urgence peut jeter le trouble. Même en cas d’urgence, n’est-il pas possible de faire deux fois une fosse plutôt qu’une fosse pour deux individus ? Ce type de réflexion correspond à un schéma de pensée que l’on rencontre souvent au sujet des problématiques funéraires : certains voient une logique pragmatique implacable à tous les gestes funéraires. Il faudrait donc que toutes les observations aient une explication, sinon rationnelle, tout du moins un sens logique et pratique. Mais n’est-ce pas là un contresens fondamental. L’étude des pratiques funéraires n’en est-elle pas la preuve la plus absolue. Et c’est encore plus vrai quand à la mort s’ajoute la maladie ou une autre crise. De fait, ces sépultures doubles peuvent être liées à des crises… mais peut être pas à l’urgence. Un cas, certes beaucoup plus récent, montre que les évènements peuvent être très bien gérés et dans ce cas, alors que la crise est présente et forte, l’urgence n’apparaît pas. C’est la raison pour laquelle au cimetière de peste de Lambesc (en 1590), l’extrême majorité des sépultures est individuelle38. Mais les structures de la société, qui ont permis une telle gestion de crise, sont différentes de celles du Moyen Âge. En revanche, il se peut que l’on soit au début ou à la fin d’une crise et que le regroupement des individus dans une sépulture soit le fait de critères sociaux ; le plus évident nous paraît être celui de la cellule familiale. Les recherches en cours tenteront de le déterminer. La nature de la crise, selon qu’elle se révèle brutale ou non, qu’il s’agisse d’un agent qui se transmet facilement au sein du groupe, sera une indication à prendre en compte.

Des crises. Quelles crises ?

36Une attention particulière, dès la phase de terrain, aux questions de chronologie a permis de mettre en évidence des phases chronologiques différentes au sein d’un arbre stratigraphique relativement complexe. Ce cimetière, créé au moins dès le xie siècle, a fonctionné durant des siècles durant, jusqu’au xvie siècle. Les analyses C14 ont montré que les sépultures multiples se répartissaient dans le temps… et que nous avons donc affaire à différentes crises. En l’attente des résultats des analyses en biochimie moléculaire, il serait hasardeux de tenter une explication, ni même une hypothèse quant à ces crises de surmortalité. La liste serait trop longue et ne reposerait que sur trop peu de faits concrets. Nous avons déjà écarté des actes violents. Toutefois, l’identification paléobiologique des individus pourrait cependant être une piste de recherche à poursuivre. Bien évidemment, le nombre de sépultures et les données chronologiques réduisent notablement les considérations paléodémographiques.

Une zone spécifique ?

37Si l’on prend en compte les résultats des deux interventions archéologiques sur ce cimetière médiéval, ce sont 39 inhumations qui ont été découvertes. Elles se répartissent en 28 sépultures individuelles (11 en 1997 et 17 en 2004) et 11 sépultures multiples (6 en 1997 et 5 en 2004). La proportion des sépultures multiples (près de 40 %) et leur regroupement dans un même secteur amènent de nombreuses réflexions. Cependant, ce constat est à nuancer car il convient de souligner que les surfaces ouvertes et fouillées dans cet espace cimetérial sont extrêmement faibles au regard de la superficie totale qui s’étend probablement bien au-delà de la place des marronniers. De plus, les deux surfaces d’observations ouvertes sont localisées le long du mur nord et aucune autre intervention sur cette aire funéraire ne permet de savoir si la concentration de sépultures multiples le long de la rue de Sarrebourg est représentative de l’ensemble. On peut toutefois remarquer que les autres opérations archéologiques qui ont mis au jour des sépultures dans ce secteur n’ont pas révélé de sépultures multiples.

38Même en l’absence d’une vision générale de ce site funéraire, des sépultures de crise(s) ont été regroupées au même endroit, le long du mur de clôture nord. Cela nous amène alors à nous interroger sur les sépultures individuelles environnantes. Font-elles partie du même phénomène ?

Conclusions

39Les observations archéologiques réalisées en 1997 et 2004 ont permis de mettre en évidence une portion d’un cimetière multiséculaire et sa limite nord, créés semble-t-il dès le xe siècle. Il résulte en premier lieu de ces fouilles archéologiques que le mode d’inhumation en pleine terre est systématique ou presque pour tous les individus fouillés. Cela en fait donc un site important, voire exceptionnel, pour l’étude de la typochronologie des pratiques funéraires de la région Centre, voire au-delà. Cet ensemble funéraire devient également un site de référence en raison de la présence d’un nombre important de sépultures multiples recelant entre 2 et 6 individus, révélant au moins 3 phases distinctes. Elles révèlent un phénomène, sinon d’urgence, tout du moins de crise(s), que nous sommes tentés de mettre en relation avec la gestion d’une structure hospitalière, tout proche, et/ou de crises de surmortalité brutale, mais qui pourraient toutefois être limitées dans le temps ou à quelques individus.

  • 39 Fonds du château, paroisse de la Fourchault, sac 114.

40L’association de ces deux informations (pleine terre/sépulture multiple), primordiales de cet ensemble et pour l’étude de la gestion des crises de surmortalité, nous conduit a priori à émettre l’hypothèse d’un statut social peu élevé pour les individus inhumés, à mettre bien évidemment en rapport avec la mention de “Cimetière des Pauvres”39. Mais nous devons garder à l’esprit que les établissements hospitaliers ne comprenaient pas que des pauvres et que les paramètres d’un phénomène de crise (urgence, moyens…) pourrait prendre le pas sur des pratiques funéraires élaborées.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Archéologie du cimetière chrétien (1996) : Actes du colloque A.R.C.H.E.A d’Orléans du 29 septembre au 1er octobre 1994, FERAC., Tours.

Bernon, A. (1989) : “Topographie historique : contribution à l’étude du Faubourg du Château-lès-Bourges”, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, 97.

Bizot, B., D. Castex, P. Reynaud et M. Signoli (2005) : La saison d’une peste (avril-septembre 1590), le cimetière des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône), Paris.

Blanchard, Ph., D. Castex, I. Souquet-Leroy et P. Poulle (2003) : “Issoudun, centre de l’image et du multimédia”, Archéopages, 9, 40-41.

Blanchard, Ph., D. Castex, I. Souquet-Leroy et P. Poulle (à paraître) : Les sépultures multiples d’Issoudun (Indre), Document Final de Synthèse.

Blanchard Ph. et P. Georges (2004) : “La nécropole mérovingienne du ‘Poteau’ à Richelieu (Indre-et-Loire) : apports chrono-typologiques”, Revue Archéologique du Centre de la France, 43, 149-169.

Blanchard, Ph., P. Georges et V. Chollet (2006) : Perception de l’évolution d’un quartier périphérique de Bourges à travers la fouille de la parcelle du “35 rue de Sarrebourg”, Rapport Final d’Opération, Inrap CIF, I-II.

Boisratier, G. (1867) : “Les hommes d’état du Berry”, Mémoire de la Société des Antiquaires du Centre, I, 114-207.

Boissavit-Camus, B., H. Galinié, E. Lorans, D. Prigent et E. Zadora-Rio (1996) : “Chrono-typologie des tombes en Anjou-Poitou-Touraine”, in : Archéologie du cimetière chrétien, Actes du colloque A.R.C.H.E.A d’Orléans du 29 septembre au 1er octobre 1994, Tours, 257-269.

Duday, H. (1990) : “Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépulture colmatée ou espace vide ?”, Revue Archéologique du Centre de la France, 19, 193-196.
— (1995) : “Anthropologie de ‘ terrain’, Archéologie de la mort”, in : La mort, Passé, Présent, Conditionnel, Colloque de La Roche-sur-Yon, 18-24 juin 1994, La Roche-sur-Yon, 33-58.

Duday, H., P. Courtaud, E. Crubezy, P. Sellier et A.-M. Tillier (1990) : “L’anthropologie ‘de terrain’ : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires”, Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, II, 3-4, 29-50.

Duday, H. et P. Sellier (1990) : “L’archéologie des gestes funéraires et la taphonomie”, Les Nouvelles de l’Archéologie, 40, : 12-14.

Goldman, Ph. (1992) : “Note sur l’origine des paroisses de Bourges”, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, 109, 3-17.

Luberne, A. (1996) : Ruelle de Nevers/39-41 rue de Sarrebourg, rapport de diagnostic archéologique, AFAN/SRA Centre.
— (2003) : Bourges, 35 rue de Sarrebourg, rapport d’opération préventive de fouille d’évaluation archéologique, Inrap/SRA Centre.

Maçon, Ph. (2003) : Les vestiges funéraires de la ville de Bourges (Cher) au haut et bas Moyen Âge : Tentative de synthèse archéologique, anthropologique et topographique. Mémoire de D.E.A, Paris I, Laboratoire d’Archéologie Classique.

Notes

1 Il s’agissait en effet d’un immeuble résidentiel en façade sur la rue de Sarrebourg et, séparés par un parking, de deux petits pavillons mitoyens avec jardins privatifs en fond de parcelle… manifestement abandonnés depuis.

2 Il était à ce moment là archéo-anthropologue à Orléans (Loiret).

3 L’AFAN (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales) a été remplacée par l’Inrap, établissement public créé en janvier 2002.

4 C’est l’occasion ici de remercier Alexis Luberne pour nous avoir indiqué ce projet susceptible de nous intéresser et pour son aide de tous les instants.

5 Aucun rapport de fouille n’est disponible pour cette opération, hormis celui du diagnostic (Luberne 1996). Un travail universitaire a en partie intégré les données, mais pas de façon satisfaisante pour qui s’intéresse aux détails (Maçon 2003). Le rapport du “35, rue de Sarrebourg” s’est en outre efforcé de prendre en compte et d’intégrer les nombreuses informations livrées par Alexis Luberne.

6 Luberne 2003, 14.

7 Le diagnostic archéologique de notre parcelle a été réalisé le 8 et le 17 janvier 2003. Les sondages archéologiques ont été implantés en fonction de l’espace disponible, de la nécessité de stockage des terres et surtout des contraintes d’accès de la parcelle. Trois sondages ont été réalisés.

8 Les raisons techniques sont multiples, mais essentiellement liée à la parcelle exiguë (80 m par 11) :
-cantonnement de chantier à déposer en front de rue (et donc sur l’emprise du cimetière !),
-rampe d’accès pour engins de chantier (qui passe sur l’emprise du cimetière !),
-stockage des terres,
-mise en sécurité des espaces de travail…

9 Cette démarche était nécessaire en raison du manque d’informations préalables à la fouille. Ni le rapport de diagnostic, ni le rapport de fouille de la parcelle mitoyenne n’apportaient d’information à ce sujet.

10 Si nous évoquons ici uniquement les sépultures, il faut garder à l’esprit qu’il fallait également fouiller les mètres de stratigraphie dessous.

11 UMR 6173 CITERES. Boissavit-Camus et al. 1996.

12 UMR 5199 du CNRS ; PACEA, Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé.

13 Il est cependant très difficile à déterminer à partir des os ; ce peut être le résultat d’une étude pluridisciplinaire.

14 Blanchard et al. 2003 ; Blanchard et al. à paraître.

15 Les inhumations S201 à S222 proviennent de l’espace fouillé en zone 2 et la S301 a été trouvée en zone 3 (S301) (fig. 3). Mais la sépulture S222 se rattache à une période précédente (haut Moyen Âge) ; elle n’a pas de rapport avec le “Grand Cimetière”.

16 Cette inhumation est réalisée en dehors de l’aire funéraire du “Grand Cimetière”, à environ 0,50 m au nord du mur limitant le cimetière (M202), et en contrebas de ce dernier (effet de terrasse). La situation insolite de S301 à proximité du mur de cimetière, mais en dehors de celui-ci et à une altitude proche de S222 (attribuée au haut Moyen Âge) a amené de nombreuses interrogations. En effet, lors de la phase terrain, nous envisagions que celle-ci relevait plutôt du haut Moyen Âge comme nous le supposions pour S222 et dont l’étude radiocarbone a apporté la confirmation. Les résultats de l’analyse C14 ont infirmé notre théorie en révélant que cet individu avait été inhumé entre 1300 et 1423 p. C. Ce nouvel élément permet donc d’établir avec certitude que certaines inhumations n’ont pas été réalisées au sein de l’espace funéraire alors que celui-ci est encore en utilisation. Cette remarque amène de nouvelles interrogations sur le choix du lieu.

17 Duday 1990 ; Duday et al. 1990 ; Duday & Sellier 1990 ; Duday 1995 etc. Cette discipline est maintenant dénommée archéo-anthropologie en archéologie préventive.

18 Notons que cela limite considérablement les possibilités d’étude des anomalies démographiques : les individus au sein de chaque ensemble sont trop peu nombreux pour établir des profils spécifiques à chaque fosse.

19 Musée du Berry ; Bourges.

20 Inrap CIF ; Orléans.

21 Les analyses ont été réalisées par le Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR 5138 du CNRS, Université Claude Bernard, Lyon I, 40 boulevard Niels Bohr 69622 Villeurbanne cedex.

22 Code laboratoire : Ly-12856.

23 Code laboratoire : Ly 12855.

24 Il s’agit des sépultures S201, S202, S203, S204, S205, S207, S210 ( ?), S211, S213 ( ?), S216, S217 ( ?), S218, S219, S220 et S221 ( ?).

25 Ce pourrait être en effet le cas d’au moins 5 individus (S201 : US 2054, 202, 205, 211 et 218). Blanchard et al. 2006.

26 Contra Boissavit-camus et al. 1996, 259.

27 Encore trop souvent, les arguments ostéo-archéologiques ne sont pas présents pour pouvoir affirmer qu’un corps s’est décomposé en espace colmaté (sépulture en pleine terre). Ainsi, l’absence de preuves pour une décomposition en espace vide n’implique pas nécessairement une décomposition en espace colmaté… Par ailleurs, il est important de noter que la sépulture en pleine terre est la seule qui peut être mis en évidence uniquement par l’anthropologie dite de terrain. On sait, particulièrement pour le Moyen Âge, qu’un profil de fosse en cuvette n’est pas un argument prépondérant (Blanchard & Georges 2004 : 163).

28 Ces analyses ont été réalisées par Aurore Schmitt (Inrap CIF ; Orléans).

29 CNRS ; Unité des Rickettsies, Université d’Aix-Marseille 2.

30 Cette recherche est intégrée au programme initié par Dominique Castex.

31 Goldman 1992, 5 ; A. D. Cher, 13 G 241.

32 Fonds du château, paroisse de la Fourchault, sac 114. L’hôtel-Dieu était situé à cette période vers le chevet de la cathédrale. Bernon 1989, 61.

33 Bernon 1989, 61.

34 Bernon 1989, 11.

35 Boisratier 1867, 114-207.

36 Nous sommes par contre conscients que tous les résidents de l’hôtel-Dieu ne sont pas obligatoirement des “pauvres”, mais il est possible que ces derniers aient été inhumés en pleine terre, dans un secteur particulier du cimetière, à la différence de personnes plus aisées ou d’un statut plus élevé, qui ont fait l’objet d’attentions particulières tant dans le choix de repos définitif du corps que dans celui du mode d’inhumation (cercueil par exemple).

37 Le cas du cimetière de la peste de Lambesc est éloquent (Bizot et al. 2005).

38 Bizot et al. 2005.

39 Fonds du château, paroisse de la Fourchault, sac 114.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation de la fouille par rapport à la ville de Bourges et des différentes opérations aux environs de la place des Marronniers (DAO : A. Luberne et V. Chollet / Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 2. Photographie d’une sépulture multiple de 6 individus fouillée en 1997 (Cl. A. Luberne / Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 3. Plan de localisation des sépultures (P. Georges et V. Chollet / Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4. Diagramme stratigraphique des sépultures fouillées (Ph. Blanchard, P. Georges et V. Chollet / Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende * par ordre de probabilité décroissante.Fig. 5. Tableau de résultats des datations radiocarbones (Ph. Blanchard / Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 6. Photographie des sépultures doubles 216, 221, 218 et 220 (P. Georges / Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 8. Plan de localisation approximatif du “Grand Cimetière” par rapport à la place des Marronniers et aux rues avoisinantes (Bernon 1989 et V. Chollet / Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 9. Vue de Bourges en 1567 par Nicolas de Nicolaï.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/738/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540