Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

I. Fondements du pouvoir : aspects philosophiques et anthropologiques

Fondements et crises de la royauté à Rome : les règnes de Servius Tullius et de Tarquin le Superbe chez Tite-Live et Denys d'Halicarnasse

Valérie Fromentin

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation générale de ce livre VI de Polybe, on se reportera à la Notice de l'édition d (...)
  • 2 Pol. 6.11.1.
  • 3 Sur l'origine de cette notion de “constitution mixte", que Polybe a probablement empruntée à plusie (...)
  • 4 Voir Fritz 1954 et Weil 1977, 19-20 et 51-54.
  • 5 Pol. 6.4.6-10 et 7.4-9.10.
  • 6 Le livre VI est fragmentaire et il manque précisément la partie dans laquelle Polybe proposait de l (...)

1Au livre VI de ses Histoires, le Grec Polybe décrit et analyse la “constitution” romaine, c'est-à-dire l'ensemble des institutions politiques mais aussi sociales, militaires et religieuses qui caractérisent la Rome de son temps, celle des années 150 a.C.1 Cette politeia représente à ses yeux une sorte de perfection2, car elle n'est pas simple mais “mixte”, c'est-à-dire qu'elle résulte du mélange équilibré des qualités propres à chacune des trois constitutions positives que sont la royauté, l'aristocratie et la démocratie3. Pourtant, Polybe est conscient que Rome n'a pas toujours connu une telle stabilité, mais qu'elle a subi au contraire de multiples crises et mutations institutionnelles depuis sa fondation. Pour en rendre compte, il a recours à la théorie dite du “cycle des régimes”. Cette théorie, qu'on ne peut rapporter précisément ni au platonisme ni à l'aristotélisme4, se fonde sur le postulat, lui maintes fois énoncé par Platon et Aristote, selon lequel aucun des trois régimes positifs énumérés plus haut ne peut se maintenir, mais évolue inévitablement vers sa forme pervertie et dégradée : la royauté devient tyrannie, l'aristocratie oligarchie et la démocratie démagogie (ou “ochlocratie”, pour reprendre la terminologie polybienne). La théorie du cycle des régimes suppose en outre – et c'est d'ailleurs pourquoi l'on parle de “cycle” – que ces six régimes (trois positifs, trois négatifs) ne forment pas seulement des couples antithétiques mais sont tous liés les uns aux autres dans la mesure où ils naissent les uns des autres, selon un processus sans cesse recommencé : la royauté dégénère en tyrannie, laquelle engendre un régime aristocratique, qui se pervertit en oligarchie ; de l'oligarchie sort la démocratie qui finit par tomber inévitablement dans la démagogie, jusqu'à ce qu'on institue à nouveau le pouvoir d'un seul5. Selon Polybe, Rome aurait d'abord été, pendant les premiers siècles de son histoire, soumise au cycle des régimes : elle aurait connu la royauté, de Romulus jusqu'à Servius Tullius, ensuite la tyrannie sous le règne du septième roi, Tarquin le Superbe, puis un régime aristocratique (c'est-à-dire dominé par le sénat) avec l'instauration de ce que nous appelons la République, en 507, régime qui aurait dégénéré en oligarchie lors du deuxième décemvirat de 450/449 ; cependant, les mesures d'inspiration démocratique prises à Rome après la chute des décemvirs auraient eu pour effet d'interrompre miraculeusement le mouvement cyclique des régimes : en introduisant dans la constitution l'élément démocratique qui lui faisait jusque-là défaut, elles lui auraient permis d'évoluer vers la forme mixte et stable évoquée plus haut6.

  • 7 Pour Cicéron (Rep., 1.36.42-37.43), comme pour Polybe (6.3.5 et 4.6), il existe six types de régime (...)
  • 8 Voir par ex. Dion. H., A.R., 2.3.7 ; 2.57 : 4.72-73.1. Ces passages sont probablement imités de la (...)
  • 9 Discours du sénateur “démocrate" Manius Valérius (Dion. H.. A.R., 7.55.3-4) : “Chacune de ces const (...)
  • 10 Voir Dion. H., A.R., 7.55.2-56 où Manius Valerius appelle de ses vœux devant le sénat l'avènement d (...)
  • 11 Par exemple, il présente le régime instauré après la chute de Tarquin le Superbe (chez lui en 509, (...)

2Cette reconstitution étonnante de l'histoire romaine, structurée en profondeur par les catégories conceptuelles de la philosophie politique grecque, n’a pas eu, en milieu romain, la postérité qu'on aurait pu attendre. Seul Cicéron, parmi les auteurs de langue latine, s'en fait partiellement l'écho dans son De Republica7. En revanche, il semble qu'elle ait influencé certains historiens grecs de Rome, et en particulier Denys d'Halicarnasse. On trouve en effet, dans les Antiquités Romaines, des discussions sur les mérites respectifs des différents régimes8, sur la dégradation attendue propre à chacun d'eux9, ainsi qu'une référence explicite à la “constitution mixte" de Rome10. Et l'on peut raisonnablement supposer, d'après ce que nous avons conservé des vingt livres que comptait originellement son œuvre, que Denys, comme Polybe, appliquait à l'histoire royale et républicaine de Rome la théorie du cycle des régimes11.

  • 12 Le règne de Servius Tullius couvre les c. 1 à 40 du livre IV des Antiquités Romaines et le règne de (...)
  • 13 Liv. 1.39-48 pour Servius et 1.49-60 pour Tarquin.

3De cette interprétation “à la grecque” de l’histoire politique de Rome je ne donnerai ici qu'un exemple simple, qui concerne les deux dernières figures royales, Servius Tullius et Tarquin le Superbe. Je voudrais mettre en évidence, par une comparaison systématique du récit de Denys12 avec celui de son contemporain Tite-Live13, l'écart interprétatif qui sépare les deux historiens, c’est-à-dire montrer comment, à partir des mêmes données fournies par la tradition annalistique, chacun s'est livré à un travail d'élaboration qui lui est propre. Chez Tite-Live en effet, les deux derniers règnes sont confondus dans une même vision que j'appellerais “tragique”, qui ménage une grande place au divin dans la succession des événements historiques ; chez Denys au contraire, les deux règnes sont nettement et, je crois, délibérément individualisés, pensés en termes strictement politiques et conçus comme l'antithèse l'un de l'autre, Servius incarnant le bon monarque et Tarquin le tyran tel que la philosophie grecque, et en particulier Aristote, l'a dépeint et même caricaturé ; j'examinerai dans cette démonstration trois points successivement : le problème de la légitimité de Servius Tullius, l'assassinat de ce roi par Tarquin, et enfin la figure de Tarquin le Superbe.

La légitimité du roi Servius Tullius

  • 14 Sur ce roi on se reportera à l'importante synthèse de Thomsen 1980.
  • 15 Voir Ridley 1975.

4Le roi Servius Tullius est sans doute la plus riche, la plus complexe14 et la plus énigmatique15 de toutes les figures royales dont l'historiographie antique nous conservé le souvenir. Étranger, d'extraction servile, Servius fut élevé contre toute attente au pouvoir suprême à la suite de l'assassinat de Tarquin l'Ancien par les fils d'Ancus Marcius ; il eut le temps d'accomplir une importante œuvre réformatrice (création notamment du système centuriate et d'une armée régulière), avant d'être brutalement écarté par Lucius Tarquin, le futur Superbus, qui le fit assassiner avec la complicité de sa femme Tullia, qui n'était autre que la propre fille de Servius.

5En raison précisément de son caractère exceptionnel et tragique, le destin du sixième roi de Rome comporte plusieurs zones d'ombre, et les sources littéraires posent notamment de façon insistante le problème de la légitimité de son règne. Or, à cette question cruciale, Tite-Live et Denys d'Halicarnasse fournissent deux réponses opposées, qui constituent déjà à mes yeux un premier indice de la place et de la signification qu’ils accordent respectivement au règne de Servius dans l'histoire romaine.

  • 16 Martin 1982, 7 sq.
  • 17 Liv. 1.3.6-10 ; Dion. H., A.R., 1.71 ; Ov., Fast., 4.35 sq.
  • 18 Voir l'éloge qu'en fait Cic., Rep., 2.12.24.
  • 19 Cette procédure, qui aurait été mise en place après la mort de Romulus (Dion. H., A.R., 2.57-58 ; L (...)

6Pour bien comprendre les positions de Tite-Live et de Denys, il faut d'abord tenir compte du fait que deux conceptions différentes de la royauté apparaissent concurremment dans la tradition historiographique romaine16. La première est celle d'une royauté héréditaire, se transmettant de père en fils : c'est ainsi que, dans la dynastie royale albaine dont sont issus Rémus et Romulus, le fils succède automatiquement au père17. La seconde conception est celle d'une royauté élective18 ; c'est elle qui, d'après nos sources, s'est imposée à Rome où les rois, après Romulus, sont élus selon une procédure immuable19 : quand un roi meurt, le sénat désigne des interrois ; ces derniers choisissent l'homme censé être “le meilleur” parmi les citoyens ou parmi les étrangers ; mais pour que cet homme reçoive le pouvoir royal, trois conditions doivent être impérativement remplies : il faut que le sénat approuve le choix des interrois, que le peuple entérine ce choix par un vote et que les augures sanctionnent la décision.

7D'après nos sources littéraires, cette procédure élective fonctionna sans accroc de Numa jusqu'à Tarquin l'Ancien. Mais avec l'avènement de Servius Tullius les choses changèrent. Car pour Tite-Live (1.41-48), le cas de Servius Tullius constitue une double anomalie, c'est-à-dire en fait une double usurpation.

  • 20 C'est précisément au nom de cette règle de transmission familiale du pouvoir que Tarquin revendique (...)
  • 21 Liv. 1.41.6.
  • 22 Ibid.
  • 23 On soulignera en particulier l'emploi des verbes firmare (Liv. 1.41.6) et munire (Liv. 1.42.1).
  • 24 Liv. 1.42.1.
  • 25 Liv. 1.42.2-3.
  • 26 Liv. 1.42.3.
  • 27 Liv. 1.42.4-45.
  • 28 Liv. 1.46.1.
  • 29 Liv. 1.46.1.

8Eu égard tout d'abord à la conception héréditaire et naturelle de la royauté, Servius est coupable, puisque, prenant le pouvoir après l'assassinat de Tarquin l'Ancien, il dépossède de leur “héritage” les fils du roi et en particulier l'aîné, Lucius Tarquin, qui a l'âge de régner20. Mais du point de vue de la procédure élective aussi, Servius est, selon Tite-Live, en pleine illégalité. De fait, après la mort de Tarquin l'Ancien, Servius se saisit de la réalité du pouvoir : il arbore les insignes du roi (trabée, licteurs, trône) et en exerce les fonctions21. Les sénateurs lui manifestent leur soutien et le peuple laisse faire, sans exprimer d'opposition (injussu populi, voluntate patrum22.) Servius consolide23 ensuite progressivement sa position, notamment en mariant ses deux filles aux fils de Tarquin (afin d'empêcher les “héritiers naturels” du trône de se retourner contre lui24,) et en menant des guerres victorieuses contre les Étrusques25, au point de voir finalement sa royauté incontestée (haud dubius rex26). Il peut alors entreprendre réformes et grands travaux27. Mais bientôt il doit essuyer les attaques de Lucius Tarquin, qui l'accuse de régner sans que le peuple l'ait légalement élu (injussu populi regnare28) : Servius est alors contraint d'en référer au peuple, pour faire légitimer son pouvoir. Il est élu à une écrasante majorité, mais Tarquin le fait assassiner peu après. Ainsi, chez Tite-Live, Servius est roi de fait pendant la presque totalité de son règne, “détenteur par l'usage de la royauté”29 et n'a d'autre légitimité que celle que lui donne l'exercice même de son pouvoir ; il ne devient roi de droit (par le recours à la procédure normale, celle de l'élection populaire par les comices, qui vient confirmer tardivement le choix initial du sénat) qu'à l'extrême fin de son règne, et uniquement dans le but de désamorcer les attaques de Lucius Tarquin. Son illégitimité est donc manifeste, quelle que soit la conception (héréditaire ou élective) de la royauté que l'on adopte.

  • 30 Dion. H., A.R., 4.1-27.

9Or, il en va tout autrement chez Denys d'Halicarnasse30. Il me semble que la version adoptée par l'historien grec a pour conséquence – et sans doute pour but – de supprimer, le plus possible, les irrégularités que comporte la situation de Servius Tullius telle que la décrit Tite-Live. Pour ce faire, Denys introduit deux variantes importantes dans le récit par rapport à Tite-Live.

  • 31 Dion. H., A.R., 4.6-7.
  • 32 La généalogie des Tarquins suivie par Tite-Live remonte à Fabius Pictor alors que Denys, en faisant (...)
  • 33 Dion. H.. A.R.. 4.5.2 ; 8.1 ; 9.1 ; 32.2.

10Tout d'abord, il présente les enfants dont Servius assure la tutelle à la mort de Tarquin l'Ancien non comme les fils de ce dernier – ce qui est le cas chez Tite-Live – mais comme ses petits-fils31. Or si l'on se place dans la logique de la conception héréditaire de la royauté, cette modification généalogique32, qui fait de Lucius et Arruns Tarquin des nourrissons à la mort de leur grand-père, permet de disculper Servius de l'accusation d'usurpation, ces "héritiers naturels” étant manifestement trop jeunes pour régner. Qui plus est, en devenant, dans un premier temps, le régent et le tuteur des enfants royaux33, Servius se voit conférer un statut parfaitement légal, quoique sans précédent dans l'histoire de Rome.

  • 34 Dion. H., A.R., 4.12.

11D'autre part, Denys place l'élection populaire de Servius, par les comices, non pas en fin de règne, comme Tite-Live, mais très peu de temps après la mort de Tarquin l'Ancien34. Dans la perspective de la royauté élective, cette innovation modifie radicalement la physionomie du règne : toute l'œuvre réformatrice du sixième roi, qui n'est accomplie qu'après cette élection (et non avant comme chez Tite-Live), s'en trouve du même coup légitimée.

12Toutefois, cette double normalisation de la royauté de Servius (par la régence et par l'élection) ne suffit pas à légaliser totalement son pouvoir. D'un côté en effet, il est un régent qui s'est maintenu sur le trône bien après que les héritiers naturels eurent atteint leur majorité ; et de l'autre son élection populaire ne constitue qu'une légitimation partielle de son pouvoir car il n'y a pas eu de ratification sénatoriale. Ce qui, soit dit en passant, constitue le cas de figure inverse de celui qu'on trouve chez Tite-Live.

  • 35 Dion. H., A.R., 4.31-36.
  • 36 Dion. H., A.R., 4.31.2-3.
  • 37 Dion. H., A.R., 4.34.4.
  • 38 Voir Nicolet 1976, 290.

13Or, Denys a voulu laver Servius de cette culpabilité pour ainsi dire résiduelle en imaginant la scène, sans équivalent chez Tite-Live, où Tarquin et Servius s'affrontent dans un grand duel oratoire devant le sénat35. A Tarquin, qui lui adresse précisément le double reproche d'avoir prolongé abusivement sa régence et de n'avoir pas fait reconnaître sa royauté par les Patres36, Servius ne fait qu'une seule et même réponse : à Rome, la royauté ne se transmet pas par héritage, elle appartient à ceux qui la confèrent, c'est-à-dire au peuple romain37. Dans ces conditions, les petits-fils de Tarquin l'Ancien n'ont aucun droit naturel au trône et l'idée même d'une régence est absurde : Servius n'a fait qu'exercer, à titre privé, la tutelle des petits-fils de celui qui avait été son bienfaiteur. Quant à la manière dont Servius a été élu, le principe de la souveraineté populaire qui vient d'être énoncé lui confère une parfaite légalité. Certes, ce recours à la notion de souveraineté populaire est évidemment anachronique s'agissant de la période royale38, puisqu'il assimile abusivement l'élection du roi par les comices curiates aux élections des magistrats d'époque républicaine par les différentes assemblées populaires (comices centuriates ou tributes, concilia plebis). Mais l'argument, aussi spécieux soit-il, présente le grand avantage, dans la logique de Denys, de minimiser, en le reléguant au second plan, le rôle joué par le sénat dans la désignation des rois : en se passant de l'avis et de l'accord des Patres, Servius n'a pas agi contre l’esprit de la loi, même s'il n'a pas suivi cette dernière à la lettre, puisqu'en définitive les comices sont les véritables détenteurs de la souveraineté populaire et les seuls capables de la déléguer.

14Ainsi se trouvent justifiées et légitimées, sinon effacées, toutes les anomalies juridiques du sixième règne. Contrairement à Tite-Live, et seul parmi toutes nos sources, Denys s'est attaché à laver Servius de l’accusation d'usurpation qui entache traditionnellement son image. Nous allons voir maintenant que cette métamorphose de Servius Tullius en roi légitime n'est qu'un des aspects d'un travail plus vaste de réélaboration de la tradition, qui englobe aussi le règne de Tarquin le Superbe.

L'assassinat de Servius Tullius

15En effet, l'écart que nous venons de constater entre Denys et Tite-Live se creuse davantage encore si l'on considère un des épisodes du règne de Servius qui, plus que les autres, a concentré sur lui l'attention des historiographes antiques. Il s'agit de la mort de Servius, c'est-à-dire de son assassinat par Lucius Tarquin, qui lui succéda sous le nom de Tarquin le Superbe.

  • 39 Liv. 1.46-48.
  • 40 Liv. 1.46.3.
  • 41 A l'exception (notable) d'Ogilvie 1963, 186.
  • 42 Voir notamment Wright 1910, Mastrocinque 1988, 13-30 et Bellandi 1976 ; mais Mitchels 1951 pense qu (...)
  • 43 Voir Dangel 1995, 237 sq. et 372 sq.

16Chez Tite-Live39, le récit de l'assassinat de Servius par son gendre Lucius Tarquin, le fils de Tarquin l'Ancien, et sa fille Tullia, a ceci de remarquable qu'il est tout entier placé sous le signe du tragique : tulit enim et Romana regia sceleris tragici exemplum (“le palais royal romain aussi fournit l'exemple d'un crime tragique”40) ; l'historien établit d'emblée un parallèle entre cet épisode de l'histoire romaine et les drames qui ont ensanglanté les maisons royales de Thèbes (Laïos, Œdipe) et de Mycènes (les Atrides), tels que les ont mis en scène les Tragiques grecs. Cette dimension tragique a paru aux modernes si frappante que la plupart pensent41 que Tite-Live aurait été influencé par une ou plusieurs tragédies latines, elle(s)-même(s) inspirée(s) de tragédies grecques, et l'on avance généralement le nom du poète latin Accius, qui composa vers 138 a.C un Brutus, aujourd'hui perdu42 : cette pièce, qui racontait la chute de Tarquin le Superbe, constituait probablement la troisième partie d'une trilogie consacrée aux deux règnes de Servius et du Superbe, pour laquelle Accius se serait inspiré du mythe des Atrides43. Quoi qu'il en soit, le récit de la mort de Servius chez Tite-Live comporte incontestablement plusieurs des éléments constitutifs d'une tragédie, et d'une tragédie grecque :

    • 44 Liv. 1.42.1-2.

    L'existence, au sein de la famille des Tarquins, d'une fatalité sanglante (necessitas fati)44, qui pousse de manière répétitive les jeunes princes (les fils d'Ancus Marcius, un des fils de Tarquin l'Ancien) à mettre à mort celui (Tarquin l'Ancien, Servius Tullius) qui, selon eux, a usurpé le pouvoir royal dont ils se considéraient comme les héritiers légitimes.

    • 45 Liv. 1.46.2.

    La mise en œuvre par Servius Tullius, pour tenter d’empêcher l'accomplissement de ce. fatum, d'une “précaution inutile”45 : le mariage de ses deux filles avec les deux fils de Tarquin l'Ancien, Lucius et Arruns.

    • 46 Liv. 1.46.5.

    L'intervention d'une divinité, protectrice des Romains (et de Servius), la Fortuna populi Romani, qui parvient à retarder pendant quelque temps l'accomplissement du fatum familial, permettant à Servius de réaliser son œuvre réformatrice46.

    • 47 La tradition latine ne donne pas de nom à cette autre fille de Servius, réservant celui de “Tullia” (...)
    • 48 Par des émissaires de Lucius Tarquin et à l'instigation de sa seconde femme, Tullia (Liv. 1.48.4-5)
    • 49 Par Tullia seule (Liv. 1.48.6-7).

    L'exécution, dans le cercle le plus proche de Servius Tullius, d'une série de crimes familiaux dont la gravité va croissant et qui sont tous perpétrés de la main ou sur les ordres de sa propre fille Tullia, avec ou non la complicité de son second mari Lucius Tarquin : meurtre d'Arruns Tarquin, frère de Lucius et premier mari de Tullia ; meurtre de la sœur de Tullia47, qui est aussi la première épouse de Lucius ; assassinat de Servius Tullius48 ; écrasement du corps de Servius49.

    • 50 Lucius Tarquin est “poussé par les Furies de sa femme” (his muliebribus instinctus Furiis, Liv. 1.4 (...)
    • 51 Liv. 1.48.5 et 59.13.
    • 52 Liv. 1.48.7.

    Le recours, pour expliquer les crimes de Tullia, à une conception religieuse archaïque de la faute et de la culpabilité. Après avoir tué sa propre sœur et son premier mari, Tullia est en proie aux Furies (Furiae, l'équivalent latin des Erinyes grecques) de ses deux victimes : ce sont elles qui la poussent d'abord à chasser Servius du trône50, par l'intermédiaire de Tarquin, et à ordonner son assassinat51, puis dans un second temps à faire passer sur son cadavre les roues de son chariot. Or, en écrasant le corps de son père, Tullia se souille de son sang et suscite contre elle-même la colère implacable des dieux Pénates, qui précipiteront quelques années plus tard sa perte et celle de son mari52.

  • 53 Liv. 1.46.6 ; 47.6.

17Le lecteur est donc incité – par Tite-Live lui-même – à lire le récit de la mort de Servius Tullius comme une tragédie. De cette tragédie le héros n'est ni Servius Tullius ni son gendre et meurtrier, Lucius Tarquin. le futur Superbe, mais Tullia minor, la plus jeune des deux filles de Servius et l'épouse, en secondes noces, de Lucius Tarquin : par sa personnalité inquiète et violente53, par son rôle moteur dans l'action, elle éclipse tous les autres acteurs du drame.

  • 54 Dion. H.. A.R., 4.29-39.

18Chez Denys, au contraire, le récit de la mort de Servius Tullius54 ne comporte aucune allusion à une quelconque fatalité tragique ni à une malédiction divine. Tout se passe comme si l'historien grec avait cherché à se démarquer de Tite-Live lui-même, ou des modèles suivis par Tite-Live, en présentant une version laïcisée, humanisée, rationalisée et purement politique de l'assassinat de Servius.

  • 55 Même si c'est Tullia (minor) qui prend l'initiative d’un entretien avec Lucius Tarquin (Dion. H., A (...)
  • 56 τολμηρῷ καὶ αὐθάδει καὶ τυραννικῷ τὴν φύσιν ὄντι (Dion. H., A.R., 4.28.2).

19Certes, chez lui, comme chez Tite-Live, les acteurs de l'épisode restent les deux filles de Servius et leurs époux respectifs, Lucius et Arruns Tarquin. Mais sa présentation, contrairement à celle de Tite-Live, ne place pas au premier plan l'abominable Tullia minor ; on constate au contraire un net effacement de Tullia55, avec pour corrélât une inflation pour ainsi dire proportionnelle du rôle joué par son second mari et complice, Lucius Tarquin : déjà bien avant de recontrer Tullia, nous dit Denys, Lucius avait “une nature tyrannique et audacieuse”56 et désirait chasser Servius du pouvoir. Ainsi, dans les Antiquités romaines, c'est à sa propre physis tyrannikè que Tarquin est entièrement soumis et non à l'influence de sa seconde femme. Ce déterminisme purement humain contraste avec la vision livienne, qui suppose à l'origine des actes de Tullius et de Lucius Tarquin une fatalité divine, aggravée à chaque génération.

  • 57 Dion. H., A.R., 4.31-32 et 4.33-36.
  • 58 Dion. H., A.R., 4.30.6.
  • 59 Dion. H., A.R., 4.39.1.

20Ce relatif effacement de Tullia a aussi pour contrepartie une présence plus grande de Servius, ce qui constitue une autre différence importante avec Tite-Live. En effet, alors que chez Tite-Live, Servius et Tarquin ne s'adressent pour ainsi dire pas la parole avant la violente scène finale à la curie et semblent même s'éviter, Denys les fait s'affronter en deux longs discours57 devant le sénat et concentre par là même sur eux l'attention et l'intérêt du lecteur. Par ailleurs, le personnage de Servius prend une épaisseur qu'il n'a pas chez Tite-Live car Denys s'attache à décrire et à expliquer ses réactions, les justifiant et les louant à la fois. Il montre notamment comment, après les premières attaques de Tarquin contre lui, Servius tenta de temporiser et de conserver avec sa fille et son gendre des relations normales car, dit-il, “cet homme était par nature indulgent (φύσει εὐδιάλλακτον ὄντα) et ne désirait pas faire à sa fille et à son gendre une guerre implacable”58. Il insiste à l'inverse sur la duplicité de Tarquin qui, après le grand affrontement verbal au sénat, feignit de vouloir la réconciliation “afin que Servius, se fiant à lui comme à un ami, se gardât moins de lui”59.

21Il me semble donc que l'ambition de Denys, en relatant la mort de Servius, était non de susciter chez son lecteur les sentiments qu'inspire généralement un événement dramatique ou tragique, mais de démontrer, froidement et méthodiquement, le caractère radicalement antithétique des deux dernières figures royales, Servius incarnant, pour la dernière fois dans l'histoire romaine, une royauté positive, alors que Tarquin représente la forme pervertie et dégradée de ce régime.

La figure de Tarquin le Superbe

  • 60 Cic., Rep., 2.24.44-25.46.

22L'écart interprétatif que nous avons relevé jusqu'à présent entre Denys et Tite-Live devient encore plus patent et prend tout son sens si l'on considère la suite du règne de Tarquin et la vision globale que chacun des deux auteurs en donne. Pour s'en rendre compte, il faut non seulement comparer leurs deux récits mais aussi faire intervenir le témoignage d’une troisième source, Cicéron60.

  • 61 Cic., Rep., 2.25.45.
  • 62 Ibid.
  • 63 Liv. 1.56.4.
  • 64 Liv. 1.59.10.

23Chez Tite-Live, l'interprétation du règne de Tarquin le Superbe s'inscrit dans la continuité de la lecture tragique que cet auteur a donnée du règne de Servius. Mais, dans la mesure où les éléments de ce tragique ont déjà été mis en évidence par lui à propos de la mort de Servius, Tite-Live se contente ici d'allusions plus brèves. C'est vers Cicéron, et vers le livre II de son De Republica, qu'il faut se tourner pour trouver la formulation la plus explicite de cette interprétation tragique du règne de Tarquin. Cicéron affirme en effet que Tarquin n'avait pas toute sa raison et que ce dérèglement de l'esprit trouvait son origine dans la souillure dont l'avait marqué le crime qu'il avait perpétré contre Servius : “souillé par le meurtre d'un monarque excellent, il n'avait plus toute sa présence d'esprit” (optimi regis caede maculatus integra mente non erat)61. Cicéron le dépeint comme un homme qui, “parce qu'il vivait dans la crainte du châtiment, voulait se faire craindre” (cum metueret ipse poenam sceleris sui summum, metui se volebat), “qui avait des transports d'orgueil” (exultabat insolentia) et “ne parvenait pas à régler sa conduite ni à maîtriser les passions de ses proches” (neque suos mores regere poterai neque suorum libidines)62. Cicéron présente la chute de Tarquin non comme la conséquence du viol de Lucrèce par son fils Sextus, mais comme le châtiment d'un crime plus ancien, pour ainsi dire originel, et jusque-là resté impuni, l'assassinat de Servius Tullius ; et il explique toute la conduite du roi par une folie, un aveuglement, directement provoqués par cette souillure initiale ; ce qui suppose, comme dans le cas d'Oreste, rendu fou par les Érinyes de sa mère, l'intervention de quelque divinité vengeresse, acharnée à faire payer au coupable le prix du sang versé. Or, si, chez Cicéron, la présence et l'action divines sont seulement suggérées, chez Tite-Live en revanche elles sont explicitement évoquées : des signes divins, terrifiants, annoncent à Tarquin sa chute63 ; Brutus, l'instigateur du coup d'État contre Tarquin, rappelle, au moment d'agir, “l'indigne assassinat du roi Servius Tullius, le cadavre d'un père écrasé par le char impie de sa fille” ; et en invoquant “les dieux vengeurs des pères” (invocati ultores parenutm di)64, il se fait l'instrument d'un châtiment qui n'est plus seulement humain mais aussi divin.

24Pourtant cette image tragique de Tarquin n'est pas la seule que nous renvoient nos textes. On trouve, d'abord chez Cicéron, puis sous une forme plus aboutie chez Denys, une autre interprétation de cette figure royale qui, dans une perspective résolument politique, l'assimile à celle du tyran, au sens où la philosophie politique grecque a défini ce terme.

25Dans le passage du De Republica cité plus haut, Cicéron commence par évoquer le règne de Tarquin sous les couleurs tragiques que nous avons tenté de mettre en évidence plus haut ; puis, dans un second temps, il suggère à son lecteur de recourir à une autre grille de lecture :

  • 65 Cic., Rep., 2.26.47.

“Comprenez-vous maintenant comment le roi est devenu un maître et comment, par la faute d'un seul homme, une forme d'Etat qui était bonne s'est transformée en la pire de toutes ? Cet homme, le maître du peuple, les Grecs le nomment un tyran, car à leur avis le roi est celui qui prend soin de son peuple comme un père et maintient ses sujets dans les meilleures conditions possibles d'existence ; c'est là, certes, comme je l'ai dit, une bonne constitution politique, mais elle penche cependant et tend, pour ainsi dire, à glisser vers la constitution le plus funeste. En effet, dès que le roi s'oriente vers une domination trop injuste, il devient aussitôt un tyran, de tous les êtres vivants le plus monstrueux, le plus laid et le plus haï des dieux et des hommes qu'on puisse imaginer”65.

26Ce texte montre d'abord que l'assimilation de la figure tragique de Tarquin, telle que la véhiculait la tradition romaine, avec celle du tyran grec n'était pas aux yeux des lecteurs de Cicéron aussi naturelle et évidente qu'elle peut l'être pour nous : en l'introduisant, Cicéron se flatte de proposer une interpretatio graeca d'un épisode de l'histoire romaine, qui suppose une sorte de révolution mentale et l'immersion dans des problématiques chères à la pensée politique grecque, telles que l'affirmation selon laquelle de bons régimes (royauté, aristocratie, démocratie) ne peuvent se maintenir et “glissent” inévitablement vers une forme mauvaise, ou telles que la définition de la tyrannie comme formes pervertie de la royauté.

  • 66 Dion. H., A.R., 4.41-44.

27Quoi qu'il en soit, c’est chez Denys d'Halicarnasse qu'on trouve, sous la forme la plus aboutie, cette réélaboration “à la grecque” de la figure de Tarquin. Le portrait qu'il brosse du tyran66 doit sa force et ses traits nettement dessinés à l'utilisation conjointe de deux procédés.

  • 67 Comme le prouve notamment l'emploi récurrent de la tournure οὐκ... ἀλλὰ pour décrire son action pol (...)
  • 68 Dion. H., A.R., 4.41.2 : πάντα τὸν ἐπιχώριον, ἐν τὴν πόλιν ἐκόμησαν οἱ πρότεροι βασιλεῖϛ, συγχέαϛ(...)
  • 69 Dion. H., A.R., 4.42.4.
  • 70 Dion. H., A.R., 4.42.4-5 (ces nouveaux sénateurs sont nommés par Tarquin et entièrement à ses ordre (...)
  • 71 “Il abrogea toutes les lois qui avaient été rédigées par Servius et grâce auxquelles les plébéiens (...)

28Tout d'abord, Denys présente Tarquin comme le double négatif des bons rois qui l'ont précédé. Il est un anti-Romulus et un anti-Servius67 qui procède à la destruction systématique de l'oeuvre de ces deux fondateurs68 : c'est ainsi par exemple qu'il fait disparaître le sénat créé par Romulus69 et le remplace par un autre qui en est la caricature70, et qu'il abolit les réformes “démocratiques” de Servius71 qui avaient eu pour effet d'instaurer un équilibre entre un patriciat supportant l'essentiel de l'impôt mais souverain en politique et une plèbe déchargée du poids des contributions mais politiquement faible.

  • 72 Dion. H., A.R., 4.42.1-2.
  • 73 Dion. H., A.R., 4.43.3.
  • 74 Dion. H., A.R.. 4.43.1 ; 44.3.
  • 75 Tite-Live raconte que Tarquin fit mettre à mort les principaux Pères sans les remplacer, ce qui eut (...)
  • 76 L'exposé de Denys est du reste subdivisé en deux parties, la première (c. 42) étant consacrée aux e (...)
  • 77 Pour Aristote, “la royauté se fonde sur le mérite (ἀξία) – valeur personnelle’ou ancestrale – ou su (...)

29Ensuite, et c'est là le deuxième procédé, Denys parsème son récit de détails qu'on ne trouve dans aucune des autres sources parallèles. Par exemple, il raconte que Tarquin a recours à des sycophantes72 et à des espions73 ; qu’il exploite à son profit l'opposition entre plèbe et patriciat, aucun des deux ordres ne cherchant à défendre l'autre contre les attaques du roi mais se réjouissant au contraire de son affaiblissement74 : alors que chez Tite-Live Tarquin est principalement l'ennemi du sénat75, chez Denys il s'attaque avec la même violence à la plèbe et au patriciat76. Ces précisions supplémentaires ainsi que ces divergences avec le récit livien m’ont amenée à supposer que Denys s'était inspiré ici des portraits-types de tyrans machiavéliques élaborés en particuliers par Aristote. Car on constate des similitudes troublantes entre ce passage du livre TV des A.R. et le chapitre 11 du livre V de la Politique d'Aristote, où le philosophe, après avoir présenté la tyrannie comme une forme mauvaise et pervertie de royauté77, qui peut avoir des origines diverses, énumère les moyens utilisés par le tyran pour se maintenir au pouvoir :

    • 78 Arist, Pol. 5.11 1313a.
    • 79 Dion. H., A.R., 4.42.1.
    • 80 Dion. H., A.R., 4.42.1.
    • 81 Dion. H., A.R., 4.42.3.

    “Abattre, décimer les personnalités éminentes” (τοὺϛ ὑπερέχονταϛ κολούειν) et faire disparaître les âmes nobles (τοὺϛ φρονηματίαϛ ἀναιρεῖν)78 : Tarquin fit intenter des procès “à un grand nombre d'hommes en vue” (πολλοὺϛ τῶν ἐπιφανῶν)79 et à “ceux qui avaient une grande fortune”80 ; il fit disparaître “des hommes dignes d'être mentionnés”81.

    • 82 Arist, Pol, 5.11 1313a.
    • 83 Dion. H., A.R., 4.43.2.

    “Interdire les réunions publiques, les repas en commune, “employer tous les moyens pour rendre le plus possible inconnus entre eux les citoyens, car une connaissance mutuelle accroît la confiance réciproque”82 : Tarquin interdit qu'eussent lieu à l'avenir “toutes les réunions qui auparavant rassemblaient les villageois ou les membres des curies ou les voisins, en vue de cérémonies et de sacrifices communs, afin d'éviter que, en se réunissant au même endroit, beaucoup ne conspirent en vue de renverser le pouvoir”83.

    • 84 κατò μὴ λανθάνειν πειρᾶσθαι ὅσα τυγχάνει τις λέγων πράττων τν άρχομένων, . ἀλλ' εἶναι κατασκόπ (...)
    • 85 ἦσαν δʹ αὐτῷ πολλαχῇ διεσπρμένοι κατόπται τινὲϛ καδιερευνητατν λεγομένων τε καπραττομένων (D (...)

    “S'efforcer de ne rien ignorer de ce que chacun de ses sujets peut dire ou faire et avoir des espions”84 : Tarquin “avait des espions disséminés un peu partout et des hommes qui enquêtaient sur ce qui se disait et se faisait”85. Dans cet exemple tout particulièrement, l'emploi des mêmes mots (λέγειν και πράττειν) chez Aristote et chez Denys est frappant.

    • 86 Arist., Pol, 5.11 1313b.
    • 87 Dion. H., A.R., 4.43.2.

    Appauvrir ses sujets86 : Tarquin abolit les contributions basées sur l'estimation des fortunes ; “chaque fois qu'il avait besoin d'argent, le plus pauvre versait la même somme que le plus riche ; cette mesure ruina une grande partie de la plèbe qui fut contrainte dès le versement de la première contribution de payer dix drachmes par tête”87.

    • 88 Arist., Pol, 5.11 1313b.
    • 89 Dion. H., A.R.. 4.44.1.

    “Employer ses sujets à de grands travaux afin de leur ôter tout loisir pour conspirer”88 : Tarquin “obligea la plèbe à travailler sur les chantiers de la cité, parce qu'il pensait que c'était un très grand danger pour les monarques quand les citoyens les plus mauvais et les plus indigents se trouvent dans l'oisiveté”89.

  • 90 Arist., Pol, 5.10 1310b.

30Il y a donc une coïncidence étonnante entre les traits typiques du tyran aristotélicien et ceux que Denys prête au Superbe. Cette convergence est d'autant plus remarquable qu elle n'est vraie que pour la description faite par Denys : aucun des aspects que je viens de relever ne figure chez Tite-Live, à l'exception de l'hostilité de Tarquin à l'égard des sénateurs. La comparaison peut même être poussée plus loin encore. Pour Aristote, non seulement la tyrannie est l'antithèse de la royauté, mais elle cumule les défauts de ces deux régimes pervertis que sont la démocratie et l'oligarchie : “De l'oligarchie, elle tire sa fin (la richesse) et sa méfiance totale vis-à-vis de la masse : les vexations à l'égard de la masse populaire, son expulsion hors de la cité et sa dispersion dans le pays sont une tactique commune à l'oligarchie et à la tyrannie. De la démocratie viennent l'hostilité à l'égard des notables, leur élimination secrète ou au grand jour, et leur bannissement à titre de rivaux ou d'obstacles pour le pouvoir ; c'est dans leurs rangs que naissent, de fait, les complots, certains notables voulant le pouvoir pour eux-mêmes et les autres refusant la servitude”90.

  • 91 Ύπεριδὼν μὲν τοῦ δημοτικοῦ πλήθουϛ, ὑπεριδὼν δὲ τῶν πατρικίων (Dion. H., A.R., 4.41.2).

31Il me semble que cette définition aristotélicienne de la tyrannie, comme un régime associant les vices de l'oligarchie et de la démocratie, c’est-à-dire affichant une même méfiance et une même hostilité à l'égard du peuple et des notables, permet de rendre compte de la caractéristique principale du Tarquin de Denys, par laquelle il se différencie du Tarquin livien, à savoir sa double hostilité envers le patriciat et la plèbe91, alors que le Tarquin livien n'est l'ennemi que du sénat.

  • 92 Voir par ex. Pol. 1.1.5, 6.2.3 et 6.2.9-10.

32Je ne prétends pas pour autant que Denys se soit directement inspiré de ces pages de la Politique d'Aristote pour composer la figure de son Tarquin : entre le texte aristotélicien et ce que j'ai tendance à considérer comme son avatar dionysien, bien des intermédiaires, malheureusement difficilement identifiables, se sont sans doute glissés ; il est probable aussi que Denys puise à une sorte de vulgate philosophique “syncrétique” plutôt qu'à des sources de première main. Mais il me paraît évident que l'historien grec a cherché à débarrasser la figure romaine de Tarquin des oripeaux tragiques qui sont les siens chez Cicéron et chez Tite-Live notamment, et l'a chargée, voire surchargée, des traits typiques du tyran grec défini par les philosophes, s'inscrivant de ce fait dans la perspective, strictement politique et institutionnelle, qu'avait inaugurée son prédécesseur Polybe. J'y vois la preuve que la grille de lecture proposée par ce dernier et qui consistait à expliquer le devenir de Rome par sa “constitution”, à faire de cette politeia et de ses mutations les causes de la grandeur et de la décadence de l'Urbs92, s'est imposée comme un modèle interprétatif majeur à l'un au moins de ses successeurs, Denys d'Halicarnasse.

Bibliographie

Bibliographie

Bayet, J. et G. Baillet (1940) : Tite-Live, Histoire romaine, tome I, livre I, Paris, Belles Lettres (CUF).

Bellandi, F. (1976): “Scelus Tulliae. Storiografia e tipologia tragica in Dionigi, Livio Ovidio” PP 31, 148-168.

Bréguet, E. (1980) : Cicéron, La République, tome II (livres II-VI), Paris, Belles lettres (CUF).

Cazanove, O. de (1988) : “La chronologie des Bacchiades et celle des rois de Rome” MEFRA 100, 615-688.

Dangel, J. (1995) : Accius, Œuvres (fragments), Paris, Belles Lettres (CUF).

Fritz, K. v. (1954): The Theory of the Mixed Constitution in Antiquity, New-York.

Jacoby, C. (1888): Dionysius Halicarnaseus, Antiquitates Romanae, vol. II (libri 4-6), Leipzig (réimp. Stuttgart, 1967).

Martin, P. M. (1982) : L’idée de royauté à Rome, Tome I, De la Rome royale au consensus républicain, ADOSA, Clermont-Ferrand.

Mastrocinque, A. (1988) : Luicio Giunio Bruto, Trente.

Mitchels, A. K. (1951): “The Drama of the Tarquins”, Latomus, 10, 13-24.

Nicolet, C. (1976) : Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris.

Ogilvie, R. M. A. (1963): A Commentary on Livy (Books 1-5), Oxford.

Ridley, R. T. (1975): “The Aenigma of Servius Tullius”, Klio, 57, 147-177.

Thomsen, R. (1980): King Servius Tullius, Gyldendal.

Walbank, F. W. (1957): A Historical Commentary on Polybius I, Oxford.

Weil, R. (1977) : Polybe, Histoires livre VI, Paris, Belles Lettres (CUF).

Wright, H. B. (1910): The Recovery of a lost Roman Tragedy, New Haven.

Notes

1 Pour une présentation générale de ce livre VI de Polybe, on se reportera à la Notice de l'édition de R.Weil dans la CUF (édition citée désormais sous Weil 1977), et pour des analyses plus détaillées à Walbank 1957, 635 sq.

2 Pol. 6.11.1.

3 Sur l'origine de cette notion de “constitution mixte", que Polybe a probablement empruntée à plusieurs sources hétérogènes, voir la mise au point de Weil 1977, 23-24 et 51-54.

4 Voir Fritz 1954 et Weil 1977, 19-20 et 51-54.

5 Pol. 6.4.6-10 et 7.4-9.10.

6 Le livre VI est fragmentaire et il manque précisément la partie dans laquelle Polybe proposait de l'histoire ancienne de Rome (du premier roi jusqu'aux décemvirs au moins) une esquisse chronologique dont les différentes étapes correspondaient aux différents moments théoriques du cycle des régimes. Pour avoir une idée, sans doute imparfaite, de ce qu'était chez Polybe cette “archéologie de Rome", on s'appuie généralement sur le passage "parallèle" de Cicéron (Rep., 2.1-37), pour lequel admet que ce dernier s'est inspiré de Polybe dans la mesure où il le cite nommément en 2.14.27.

7 Pour Cicéron (Rep., 1.36.42-37.43), comme pour Polybe (6.3.5 et 4.6), il existe six types de régimes, trois positifs (royauté, aristocratie, démocratie) et trois négatifs (tyrannie, oligarchie, “ochlocratie” chez Polybe, “anarchie” chez Cicéron) qui naissent de la perversion des trois premiers ; ces six régimes sont liés les uns aux autres et forment un cycle. Le seul moyen de sortir de ce cycle est d'établir une constitution mixte, qui combine les qualités propres à chacun des trois régimes positifs simples (Rep., 1.29.45). Toutefois, si le modèle polybien est dominant dans l'exposé de Cicéron, il n'est pas le seul utilisé. Par ex. chez Polybe le régime qui succède à l'ochlocratie est la royauté, alors que, chez Cicéron (Rep.. 1.44.68), ce régime de liberté sans frein (infinita licentia) débouche sur une tyrannie ; chez ce dernier donc le cycle n'est pas parfait ; d'autre part, pour Cicéron, l'évolution cyclique “polybienne” n'est pas la seule possible ; en fait, il peut sortir n'importe quel régime de n'importe quel autre (Rep.. 1.44.68), comme le pensait Aristote (Pol, 3.15 1286b 38 sq. ; 4.13 1297 sq.).

8 Voir par ex. Dion. H., A.R., 2.3.7 ; 2.57 : 4.72-73.1. Ces passages sont probablement imités de la célèbre discussion “sur la meilleure politeia" qu'Hérodote 3.80 sq. prête aux chefs perses après le massacre des Mages.

9 Discours du sénateur “démocrate" Manius Valérius (Dion. H.. A.R., 7.55.3-4) : “Chacune de ces constitutions (i.e. monarchie, oligarchie, démocratie), en elle-même et par elle-même, tombe facilement dans la violence et l'illégalité" (...) ; la monarchie, quand elle devient tyrannique, est renversée par quelques hommes de bien qui instituent une oligarchie ; mais quand cette dernière commence à être en proie aux troubles suscités par l'esprit partisan et l'appât du gain, elle est remplacée par une démocratie modérée (ὑπὸ δήμου φρονίμου) ; enfin quand dans cette démocratie s'installent le désordre et l'illégalité, un homme s’empare du pouvoir et fait régner le droit par la force." On remarquera toutefois que la terminologie de Denys n'est pas ici exactement celle de Polybe : notamment Denys utilise le mot ὀλιγαρχία à la place d'ἀριστοκρατία en lui donnant une valeur positive, alors que ce même mot désigne chez Polybe la forme dégradée du régime aristocratique.

10 Voir Dion. H., A.R., 7.55.2-56 où Manius Valerius appelle de ses vœux devant le sénat l'avènement d'une constitution “mixte” (μικτὴν κατάστασιν, 7.55.2) : il explique aux sénateurs que l'intérêt des Romains n'est pas d'avoir une constitution “une et non mêlée” (μίαν καὶ ἄκρατον), mais un mélange de monarchie, d'oligarchie (voir la note précédente) et de démocratie, car “chacune de ces constitutions, en elle-même et par elle-même, tombe facilement dans la violence et l'illégalité” (7.55.3-4). Au contraire quand les trois constitutions "simples” sont "mélangées toutes ensemble avec mesure, la partie qui cherche à bouger et à sortir de ses cadres habituels en est empêchée par celle qui est sage et se cantonne dans ses attributions propres” (7.55.3). Pour Manius Valérius, le régime romain de son temps est une “oligarchie composée des meilleurs” (en raison du rôle dominant du sénat), mais qui, pour ne pas dégénérer, a besoin d'un contre-pouvoir démocratique ; c'est pourquoi il propose d'accroître le pouvoir des tribuns de la plèbe en leur permettant de citer un patricien en justice (7.56).

11 Par exemple, il présente le régime instauré après la chute de Tarquin le Superbe (chez lui en 509, chez Tite-Live en 507, différence qui résulte du fait que les deux auteurs ne sont pas d'accord sur la date de la fondation de Rome) comme une aristocratie, succédant à une royauté devenue tyrannique (Dion. H., A.R., 5.1.1 : ἡ μὲν δῂ βασίλικὴ Ρωμαίων πολιτεία, διαμείνασα μετὰ τὸν οἰκισμὸν τῆϛ Ρώμηϛ ἐτῶν τεττάρων καὶ διακοσίων ἀριθμόν, ἐπὶ δὲ τοῦ τελευταίου βασιλέωϛ τυραννὶϛ γενομένη, διὰ ταύταϛ τὰϛ προφάσειϛ καὶ ὑπὸ τούτων κατελύθη τῶν ἀνδρῶν (...). Άριστοκρατίαϛ δὲ γενομένηϛ...). Ce régime aristocratique se maintint ensuite pendant plus d'un demi-siècle, jusqu'au moment où il se dégrada en une oligarchie, lors du deuxième décemvirat, qui succéda au premier illégalement (sur cette δεκαδαρχία aristocratique qui devint ὀλιγαρχία voir entre autres 11.1.5 ; 2.1 ; 3.1 ; 23.1). Les décemvirs furent finalement chassés du pouvoir (en 447 selon Dion. H., A.R., 11.1.1), mais nous ignorons comment Denys présentait le régime qui les remplaça (restauration pure et simple du régime aristocratique ou avènement d'une politeia mixte, comme chez Polybe ?) car se trouve presque entièrement perdue toute la partie de l'œuvre (livres XII à XX) qui couvrait la période allant de la chute du décemvirat jusqu'à la première guerre punique.

12 Le règne de Servius Tullius couvre les c. 1 à 40 du livre IV des Antiquités Romaines et le règne de Tarquin le Superbe les c. 41 à 85 de ce même livre.

13 Liv. 1.39-48 pour Servius et 1.49-60 pour Tarquin.

14 Sur ce roi on se reportera à l'importante synthèse de Thomsen 1980.

15 Voir Ridley 1975.

16 Martin 1982, 7 sq.

17 Liv. 1.3.6-10 ; Dion. H., A.R., 1.71 ; Ov., Fast., 4.35 sq.

18 Voir l'éloge qu'en fait Cic., Rep., 2.12.24.

19 Cette procédure, qui aurait été mise en place après la mort de Romulus (Dion. H., A.R., 2.57-58 ; Liv. 1.17), est décrite précisément par Denys en 4.40.2. Il l'évoque avec insistance à chaque changement de règne. Voir par ex. Dion. H., A.R., 2.58.2-60.3 (élection de Numa) ; 3.1.1 et 3 (Tullus Hostilius) : 3.35.1 (Ancus Marcius) ; 3.46.1 (Tarquin l'Ancien).

20 C'est précisément au nom de cette règle de transmission familiale du pouvoir que Tarquin revendiquera par la suite le trône et se l'appropriera par la force (Liv. 1.47.4 ; 48.2).

21 Liv. 1.41.6.

22 Ibid.

23 On soulignera en particulier l'emploi des verbes firmare (Liv. 1.41.6) et munire (Liv. 1.42.1).

24 Liv. 1.42.1.

25 Liv. 1.42.2-3.

26 Liv. 1.42.3.

27 Liv. 1.42.4-45.

28 Liv. 1.46.1.

29 Liv. 1.46.1.

30 Dion. H., A.R., 4.1-27.

31 Dion. H., A.R., 4.6-7.

32 La généalogie des Tarquins suivie par Tite-Live remonte à Fabius Pictor alors que Denys, en faisant de Lucius et Arruns Tarquin les petits-fils de Tarquin l'Ancien, dit suivre la version de Calpurnius Pison Frugi (Dion. H., A.R., 4.7.5) ; sur cette question voir Cazanove 1988.

33 Dion. H.. A.R.. 4.5.2 ; 8.1 ; 9.1 ; 32.2.

34 Dion. H., A.R., 4.12.

35 Dion. H., A.R., 4.31-36.

36 Dion. H., A.R., 4.31.2-3.

37 Dion. H., A.R., 4.34.4.

38 Voir Nicolet 1976, 290.

39 Liv. 1.46-48.

40 Liv. 1.46.3.

41 A l'exception (notable) d'Ogilvie 1963, 186.

42 Voir notamment Wright 1910, Mastrocinque 1988, 13-30 et Bellandi 1976 ; mais Mitchels 1951 pense que Tite-Live se serait plutôt inspiré de tragédies prétextes d'époque augustéenne, composées peut-être par Asinius Pollion.

43 Voir Dangel 1995, 237 sq. et 372 sq.

44 Liv. 1.42.1-2.

45 Liv. 1.46.2.

46 Liv. 1.46.5.

47 La tradition latine ne donne pas de nom à cette autre fille de Servius, réservant celui de “Tullia” à sa sœur criminelle ; chez Denys, la “bonne” fille est l'aînée et la “méchante” la cadette, si bien que les modernes les appellent habituellement Tullia maior et Tullia minor.

48 Par des émissaires de Lucius Tarquin et à l'instigation de sa seconde femme, Tullia (Liv. 1.48.4-5).

49 Par Tullia seule (Liv. 1.48.6-7).

50 Lucius Tarquin est “poussé par les Furies de sa femme” (his muliebribus instinctus Furiis, Liv. 1.47.7 ; cf. Liv. 1.48.7).

51 Liv. 1.48.5 et 59.13.

52 Liv. 1.48.7.

53 Liv. 1.46.6 ; 47.6.

54 Dion. H.. A.R., 4.29-39.

55 Même si c'est Tullia (minor) qui prend l'initiative d’un entretien avec Lucius Tarquin (Dion. H., A.R., 4.28.5), qui lui conseille explicitement de “délivrer sa propre épouse de la vie”, tandis qu'elle-même en fera autant avec son mari (4.29.7), même si c'est elle qui pousse Lucius à tuer Servius (4.39.2), sa présence dans le récit – évaluable au nombre et à l'importance de ses prises de parole – y est plus réduite que chez Tite-Live. Denys ne lui attribue qu'un seul discours (4.28-29), qui concentre le contenu des deux discours que lui prête l'historien latin (1.46.6 sq. et 1. 47.2 sq.).

56 τολμηρῷ καὶ αὐθάδει καὶ τυραννικῷ τὴν φύσιν ὄντι (Dion. H., A.R., 4.28.2).

57 Dion. H., A.R., 4.31-32 et 4.33-36.

58 Dion. H., A.R., 4.30.6.

59 Dion. H., A.R., 4.39.1.

60 Cic., Rep., 2.24.44-25.46.

61 Cic., Rep., 2.25.45.

62 Ibid.

63 Liv. 1.56.4.

64 Liv. 1.59.10.

65 Cic., Rep., 2.26.47.

66 Dion. H., A.R., 4.41-44.

67 Comme le prouve notamment l'emploi récurrent de la tournure οὐκ... ἀλλὰ pour décrire son action politique (par ex. τὰϛ ἐξόδουϛ οὔτε συνεχεῖϛ οὔτε τεταγμέναϛ, ἀλλὰ σπανίουϛ καὶ ἀπροσδοκήτουϛ ἐποιεῖτο Dion. H., A.R., 4.41.3 ; οὐδὲ τοῖϛ προσιοῦσι εὐμενὴϛ οὐδὲ πρᾇοϛ ἦν ἀλλὰ οἷα δὴ τύραννοϛ, βαρύϛ τε καὶ χαλεπὸϛ ὀργὴν καὶ φοβερὸϛ μᾶλλον ἢ φαιδρὸϛ ὀφθῆναι 4.41.4).

68 Dion. H., A.R., 4.41.2 : πάντα τὸν ἐπιχώριον, ἐν τὴν πόλιν ἐκόμησαν οἱ πρότεροι βασιλεῖϛ, συγχέαϛ καὶ διαφθείραϛ...

69 Dion. H., A.R., 4.42.4.

70 Dion. H., A.R., 4.42.4-5 (ces nouveaux sénateurs sont nommés par Tarquin et entièrement à ses ordres).

71 “Il abrogea toutes les lois qui avaient été rédigées par Servius et grâce auxquelles les plébéiens recevaient la justice à égalité avec les autres” (Dion. H., A.R., 4.43.1) ; “il abolit les contributions fondées sur l'estimation de fortunes et rétablit l'ancien mode d'imposition, selon lequel le plus pauvre devait payer autant que le plus riche” (4.43.2) ; il alla même jusqu'à faire détruire et disparaître du forum les tables sur lesquelles ces lois avaient été gravées (4.43.1) ; il interdit les réunions et les fêtes populaires instaurées par Servius (ibid.).

72 Dion. H., A.R., 4.42.1-2.

73 Dion. H., A.R., 4.43.3.

74 Dion. H., A.R.. 4.43.1 ; 44.3.

75 Tite-Live raconte que Tarquin fit mettre à mort les principaux Pères sans les remplacer, ce qui eut pour effet de discréditer ce corps du fait de sa faiblesse numérique (Liv. 1.49.2 et 49.6), mais il ne dit rien des rapports du roi avec la plèbe, si ce n'est qu'il astreignit la main d'œuvre populaire à des grands travaux (chantiers du Capitole et du Grand Cirque, cloaca maxima 1.56.1-2 ; 59.9).

76 L'exposé de Denys est du reste subdivisé en deux parties, la première (c. 42) étant consacrée aux exactions de Tarquin contre le patriciat, la seconde (c. 43-44) aux mesures qu’il prit contre les plébéiens.

77 Pour Aristote, “la royauté se fonde sur le mérite (ἀξία) – valeur personnelle’ou ancestrale – ou sur les services rendus ou sur ces titres divers joints à la capacité” (Pol. 5.10 1310b). Le roi veut par nature être un protecteur (φύλαξ), afin de mettre les détenteurs des richesses à l'abri de toute mesure injuste et d'éviter au peuple tout outrage. La tyrannie au contraire n'a jamais en vue le bien commun (κοινόν), si ce n'est pour son profit personnel (ἰδίαϛ ὠφελείαϛ χάριν). Le but du tyran, c'est le plaisir (ἡδύ) ; celui du roi, le bien (τò κοινόν).”

78 Arist, Pol. 5.11 1313a.

79 Dion. H., A.R., 4.42.1.

80 Dion. H., A.R., 4.42.1.

81 Dion. H., A.R., 4.42.3.

82 Arist, Pol, 5.11 1313a.

83 Dion. H., A.R., 4.43.2.

84 κατò μὴ λανθάνειν πειρᾶσθαι ὅσα τυγχάνει τις λέγων πράττων τν άρχομένων, . ἀλλ' εἶναι κατασκόπουϛ (Arist., Pol., 5.11 1313b).

85 ἦσαν δʹ αὐτῷ πολλαχῇ διεσπρμένοι κατόπται τινὲϛ καδιερευνητατν λεγομένων τε καπραττομένων (Dion. H., A.R.. 4.43.3).

86 Arist., Pol, 5.11 1313b.

87 Dion. H., A.R., 4.43.2.

88 Arist., Pol, 5.11 1313b.

89 Dion. H., A.R.. 4.44.1.

90 Arist., Pol, 5.10 1310b.

91 Ύπεριδὼν μὲν τοῦ δημοτικοῦ πλήθουϛ, ὑπεριδὼν δὲ τῶν πατρικίων (Dion. H., A.R., 4.41.2).

92 Voir par ex. Pol. 1.1.5, 6.2.3 et 6.2.9-10.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540