Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

I. Fondements du pouvoir : aspects philosophiques et anthropologiques

Atticus : un épicurien face au pouvoir

Yasmina Benferhat

Texte intégral

“Quand Galilée fit rouler ses sphères sur un plan incliné avec un degré d’accélération dû à la pesanteur déterminé selon sa volonté, quand Torricelli fit supporter à l’air un poids qu’il savait lui-même d’avance être égal à celui d’une colonne d’eau à lui connue, ou quand, plus tard, Stahl transforma les métaux en chaux et la chaux en métal, en leur ôtant ou en lui restituant quelque chose, ce fut une révélation lumineuse pour tous les physiciens.”

  • 1 Critique de la Raison Pure, Paris, P.U.F. “Quadrige”, 1944, 17.
  • 2 Dans Castner 1989, il est classé parmi les épicuriens sûrs. Pour Leslie 1950, Atticus était “a Rom (...)
  • 3 Cf. Nicolet 1966-1974.

1De cet extrait célèbre de la Préface à la seconde édition de la Critique de la Raison Pure1 on retiendra une démarche, la description d’une méthode faisant appel à l’expérience. Précisément, les liens entre épicurisme et monarchie, et plus généralement les poncifs sur l’attitude des épicuriens vis-à-vis de la politique, si souvent étudiée sur un plan théorique, ne pourraient-ils être vérifiés par une expérience ? Faisons le choix d'un épicurien qui vécut à la fin de la République et étudions ses alliances, ses idées politiques, ses activités : il s’agira de voir si la loi générale qui veut qu’un épicurien s’abstienne de faire de la politique est vérifiée, mais aussi de remettre en cause l’attrait pour la monarchie prêté aux épicuriens. La figure d’Atticus s’impose à nous pour trois raisons au moins. S’il ne reste rien des écrits d’Atticus, nous disposons avec la correspondance de Cicéron et à un moindre titre avec la biographie de Cornélius Népos d’un ensemble de sources exceptionnel. D’autre part, son adhésion à l’épicurisme n’est guère remise en cause2. Enfin Atticus, en tant que membre de l’ordre équestre peut également être considéré comme une figure emblématique de l’attitude des chevaliers à la fin de la République. Une idée largement répandue veut que les chevaliers aient accepté l’avènement du Principat, parfois même qu’ils y aient contribué, choisissant ainsi l’ordre et la paix au prix d’une liberté politique dont ils n’usaient guère auparavant. Il est difficile de connaître l’évolution des idées politiques de cet ordre à Rome : on a fait d’eux des victimes de Sylla, puis des partisans de Pompée, leur homme, avant que celui-ci ne s’allie avec le sénat. Ils favorisèrent, certes, Cicéron, qui était issu de leurs rangs, mais aussi ensuite César. En réalité, il est assez vain de vouloir séparer radicalement les chevaliers des sénateurs, comme l’a montré C. Nicolet3, parce qu’ils appartenaient en fait au même milieu, ce que nous verrons avec l’exemple d’Atticus. Mais il n’en demeure pas moins vrai que les chevaliers, en tant qu’hommes d’affaires, que publicains, que manieurs d’argent professionnels pour résumer leurs activités multiples, avaient besoin d’un monde pacifié, d’autant que leur fortune en faisait des victimes toutes désignées en cas de révolution. Il s’agira donc ici d’étudier l’attitude d’Atticus face au pouvoir : son intérêt pour la politique, puis ses idées sur le pouvoir et enfin ses relations avec les hommes au pouvoir.

  • 4 Att., 1.19.1.
  • 5 Att., 2.18.1 :'‘J’ai reçu un certain nombre de lettres de toi, et elles m’ont fait voir avec quell (...)
  • 6 Att., 5.14.3 : “Je t’en prie, toi qui sais bien que ma curiosité des choses de la politique n’est (...)
  • 7 Att., 1.19.2 et 5-6.
  • 8 Att., 1.20.2 et 7.
  • 9 Cf. ses questions sur le procès de Clodius, cf. Att., 1.16.1 ; sur les élections consulaires en 54 (...)

2Il ne fait pas de doute, lorsqu’on lit la correspondance de Cicéron, qu’Atticus s’intéressait à la vie politique : combien de fois avons-nous les échos des demandes d’Atticus ? Lui-même se tenait très au courant et se révélait une source précieuse d’informations pour son correspondant, grâce aux dîners mondains et aux liens d’amitié qui lui permettaient de connaître les idées de Pompée, ou de Clodius. Atticus est présenté comme un citoyen qui aime sa patrie4. Par ailleurs, on relèvera cet exemple de l’impatience d’Atticus à connaître l’évolution des affaires publiques : Accepi aliquot epistulas tuas, ex quibus intellexi quam suspenso animo et sollicito scire aueres quid esset noui.5 Les deux adjectifs suspensus et sollicitus sont à retenir, qui décrivent l’anxiété d’Atticus, parti en Épire au milieu de l’année 59 et se faisant probablement du souci non seulement du fait du “Triumvirat”, mais des agissements de Clodius à l’encontre de Cicéron. L’extrait suivant a le mérite de mettre en lumière cet intérêt d’Atticus pour la politique6 : Tu uelim, si me nihilo minus nosti curiosum in re publica quam te, scribas ad me omnia quae sint, quae futura sint. Cicéron est alors sur la route en direction de la Cilicie, et se prépare un réseau d’informateurs pour être au courant de la situation à Rome : il emploie l’adjectif curiosus. Il faut enfin souligner la structure même des lettres des années 60 et 59, avec deux parties bien marquées par la formule récapitulative présente dans la plupart d’entre elles, revenant comme un leitmotiv à la formulation légèrement changeante : ainsi la lettre du 15 mars 60 est scandée par les expressions atque in re p., puis haec sunt in re p., répétée à l’intérieur du même paragraphe, pour marquer une conclusion de la première partie, consacrée à la situation politique, avant que Cicéron n’aborde sa position personnelle, ego autem7. Même plan à peu de choses près dans une lettre8 de mai 60 : Quod ad me de re p. scribis marque le début d’un long développement sur la politique, suivi d’un Nunc ut ad rem meam redeam. Nous avons donc un souci constant de la situation politique qui est implicite mais se laisse deviner au travers de l’organisation des lettres et de la rémanence du terme res publica. La curiosité d’Atticus n’est pas ponctuelle9 à l’occasion de tel ou tel événement marquant, mais bien ancrée et globale.

  • 10 Att., 4.14.2 : “Si tu sais quelque chose de nouveau, surtout du côté de mon frère, et puis du côté (...)
  • 11 Léovant-Cirefice 1997, 204-205, note 436 en particulier sur les six occurrences de ce verbe.
  • 12 Att., 4.8a.4 : “Tâche donc de flairer quelque chose chez Fabius, si tu as quelque moyen de l’abord (...)
  • 13 Att., 2.4.4 : “De ton côté, fais-moi connaître tout ce que tu peux avoir découvert sur la situatio (...)
  • 14 Léovant-Cirefice 1997, 205. Cf. Att., 7.13a. 4; Id., 2.11.1; Id., 3.20.3.
  • 15 Att., 2.19.1 : “Tu me diras peut-être : “L’honneur ? Le temps en est passé, comme celui des glands (...)
  • 16 Att., 2.12.4 : “et Cicéron le philosophe salue Titus l’homme d’État.”
  • 17 Cf. Att, 1.16.13.
  • 18 Att., 4.6.1 : “Toi, du moins, quoique tu sois, par tempérament, un politique, tu n’as pas à subir (...)
  • 19 Id., 7.9.2.
  • 20 Id., 9.18.4 : “Écris-moi, je t’en prie, et une lettre politique”. A rapprocher d’une demande ident (...)
  • 21 Cf. Q. fr., 2.10 et 11.

3Non seulement Atticus était curiosus, mais bien plus, il avait du flair dans ce domaine et ses analyses de la situation politique à Rome faisaient l’admiration de Cicéron, comme le montre l’extrait suivant : Tu uelim, si quid noui forte habes, maxime a Q. fratre, deinde a.C. Caesare, et sui quid forte de comitiis, de re p. (soles enim tu haecfestiue odorari), scribas ad me10. V. Léovant-Cirefice11 a bien souligné l’emploi du verbe odorari pour Atticus, appartenant à un registre familier : le chien flaire le manteau de son maître ou de la nourriture. On le retrouve accompagné d’un autre verbe désignant une opération des sens, degustare qui s’emploie en effet pour les vins : Tu uelim ex Fabio, si quem habes aditum, odorere et istum conuiuam tuum degustes12. Autre métaphore appartenant au même registre, le verbe indagare est utilisé pour les chiens qui suivent un animal à la piste : Tu quicquid indagaris de re p. et maxime quos consules futuros putes facito ut sciam13. Ce flair, ce don pour l’analyse de la situation politique fait d’Atticus un véritable “oracle politique”, pour reprendre l’heureuse expression de V. Cirefice14. Ce don exceptionnel de devin s’explique de plusieurs façons, et l’on pourrait entre autres évoquer les liens d’Atticus avec nombre d’hommes politiques et leurs proches, mais il semble que Cicéron pense également à une certaine façon d’envisager la vie politique qui vient de l’école du Jardin : Dices fartasse : “Dignitatis ἅλιϛ, tamquam δρυόϛ ; saluti, si me amas, consule.” Me miserum ! cur non ades ? nihil te profecto praeteriret. Ego fortasse τυφλώττω et nimium τῷ καλῷ προσπέπονθα15. Ce passage extrait d’une lettre de l’été 59, alors que Clodius est de plus en plus menaçant, met en opposition, nous semble-t-il, le platonisme, dont se réclame Cicéron, et le pragmatisme d’Atticus : au souci du Beau correspond celui de la sécurité, approche épicurienne par excellence. Surtout, c’est l’emploi du grec πολιτικόϛ qui ne peut manquer de frapper le lecteur de la correspondance. La formule καὶ Κικέρων ὁ φιλόσοφοϛ τὸν πολιτικὸν Τιτον ἀσπάζεται16 conclut une lettre de l’année 59, au moment où Cicéron s’était retiré à Antium, et qu’Atticus à Rome fréquentait les arcanes du pouvoir : Cicéron, lorsqu'il veut exprimer son dégoût de la vie politique, emploie souvent le verbe grec φιλοσοφεῖν, que l’on retrouve ici sous la forme du substantif17. Mais on pourrait être tenté de la prendre à la légère, en n’y voyant qu’une plaisanterie reposant sur l’inversion de la situation, contrairement au deuxième exemple, cette remarque de Cicéron en juin 56, alors que les accords de Lucques ont supprimé toute liberté politique : Nam tu quidem, etsi es natura πολιτικόϛ, tamen nullam habes propriam seruitutem, communi seruis nomine18. L’ablatif natura équivalent du grec φύσει montre qu’Atticus est donc vu par son ami comme un politique, la différence entre les deux hommes résidant dans le fait qu’Atticus n’est pas un homme politique actif ayant exercé les magistratures du cursus honorum. C’est pourquoi, dans une lettre de 50, Cicéron lui pose une question de politique19. Dernier exemple de l’emploi de ce terme qui n’est utilisé dans la correspondance qu’à l’usage d’Atticus et constituait un hommage de Cicéron car il donne à son ami la dimension d’un homme politique, cette demande d’une analyse de la situation en 49 : amabo te, epistulam, et πολιτικήν.20 Au moment de la guerre civile, Cicéron désemparé ne cesse en effet de demander conseil à Atticus, qui apparaît comme son mentor en politique, supplantant définitivement l’influence qu’avait pu avoir Quintus21 en 54. Πολιτικόϛ est donc utilisé pour désigner l’intelligence politique d’Atticus, ainsi que ses conséquences pratiques : les conseils et analyses que Cicéron attend de son ami. Il est paradoxal de voir un épicurien, et un chevalier, qualifié de πολιτικόϛ. Atticus réintègre ainsi une sphère qu'il semblait vouloir fuir, mais sans doute ne refuse-t-il qu’une façon, la manière officielle, de faire de la politique. Il ne se veut pas acteur, mais observateur.

  • 22 Nep., Atticus, 6 : “Dans la vie politique, sa conduite consista à être toujours du parti des honnê (...)
  • 23 Éd. Loeb, 296 note 1 : “Optimarum partium is équivalent to optimatium partium, the self-applied de (...)
  • 24 Hellegouarc’h 1972, 495-505.
  • 25 Id., 505.
  • 26 Id., 505.
  • 27 Id., 496-497.
  • 28 Cic., Leg., 3.26 : “Et moi, par Hercule, je ne suis pas bien éloigné de partager l’opinion de Quin (...)
  • 29 Id., 37 : “Rien de ce qui est démocratique ne m’a jamais convenu, et je dis que la meilleure forme (...)
  • 30 Cf. Hellegouarc’h 1972, 500-504.

4Il faut cependant étudier ses idées politiques, pour savoir si Atticus était neutre. On ne trouve dans la biographie d’Atticus qu'une allusion à ses idées politiques22 : In re publica ita est uersatus, ut semper optimarum partium et esset et existimaretur. L’adjectif optimus ne laisse guère de doute sur les préférences d’Atticus, même s’il faut nuancer 1’affirmation de J. Rolfe23 lorsqu’il écrit que l’expression optimae partes est l’équivalent de optimatium partes, qui servait aux partisans du sénat à se désigner entre eux. En réalité, et nous suivons ici les analyses de J. Hellegouarc’h24, les Optimates étaient “des aristocrates, qui, constituant l'ordo senatorius, sont évidemment intéressés eux aussi au soutien du sénat ; mais ce qu'ils souhaitent surtout, c’est la consolidation et la conservation des privilèges d’une caste”25. Optimi désigne au départ les membres de cette même classe sociale, pour ensuite “évoluer vers un concept moral et politique qui en fait un équivalent un peu plus expressif de boni26. C’est probablement ce dernier sens que nous avons ici, Atticus apparaissant comme un des “partisans de la prééminence du sénat” : l’optimus est à la fois celui qui possède une certaine fortune, et celui qui est paré, ou se veut tel, de qualités morales27. Ce terme, à l’inverse de celui d’Optimates, ne désigne pas seulement les membres de la nobilitas mais aussi les chevaliers de premier rang. On voit que la définition correspond bien à Atticus. La confirmation de ces préférences se trouve au livre III du De legibus, dans lequel Cicéron aborde la question des charges et du partage de l’autorité politique à Rome. Atticus se montre alors un opposant aux tribuns de la plèbe et le défenseur d’une République tenue par les Optimates, ce à deux reprises : Nec mehercule ego sane a Quinto nostro dissentio.28 Cette remarque intervient à la suite d’une longue et violente intervention de Quintus s’opposant au pouvoir des tribuns de la plèbe et regrettant l’annulation par Pompée des mesures prises par Sylla. L’adverbe sane semble montrer davantage une opposition sur la forme – Cicéron fait un portrait de la fougue de son frère fidèle à ce que l’on peut connaître par ailleurs du personnage – que sur le fond. Atticus se démarque ici de la violence de Quintus, mais il est évident qu'il était hostile au pouvoir des tribuns. Mihi uero nihil umquam populare placuit, eamque optimum rem publicam esse dico, quam hic consul constituerai, quae sit in potestate optimorum.29 Cette intervention ponctue la fin d’une diatribe de Quintus contre les lois tabellaires. Elle est particulièrement intéressante pour nous, parce qu’on y retrouve les adjectifs désignant les deux grands groupes politiques à Rome, et en particulier celui que nous avions relevé chez Cornélius Népos : refus net de la politique des Populares, choix en faveur des optimi, c’est-à-dire d’une république administrée par les meilleurs, au sens moral, des nobiles et equités. Le terme d’Optimates apparaît en effet chez Cicéron le plus souvent de manière négative30. L’allusion au consulat de Cicéron – hic consul – laisse deviner en Atticus un partisan de la concordia ordinum défendue par son ami.

  • 31 Cf. Perlwitz 1992, 119-120, qui se laisse d’ailleurs prendre aux apparences.
  • 32 Nep., Atticus, 2.2.
  • 33 Id., 9.3-4.
  • 34 Id., 11.1-2.
  • 35 Id., 4.1-2.
  • 36 Id.. 20.4.
  • 37 Id., 20.1-3.
  • 38 Perlwitz 1992, 99 sq. : voir en particulier les tableaux, 100-105.
  • 39 Att., 1.2.2. Nous ne reparlerons pas ici de Lucullus, bien qu’il ait été lui aussi lié à Atticus, (...)

5Il reste à voir si les idées politiques des amis d’Atticus confirment cette préférence assez évidente pour les partisans du sénat. La biographie d’Atticus donne l’image d’un homme ami de tous, sans faire de distinction entre les idées politiques de chacun31 : ainsi, Atticus aida le jeune Marius à s’enfuir32, il protégea l’épouse d’Antoine33, Fulvia, les proscrits de 4334. Il charma tour à tour Sylla35, Antoine36, Auguste37, Agrippa. O. Perlwitz a ainsi recensé quatre-vingts noms de familiares d’Atticus, dans la correspondance et la biographie de Népos38. Mais comme il le relève, sur ces quatre-vingts personnes, il convient de distinguer tout d’abord entre ceux qui n’apparaissent que pour un temps bref, et les amitiés qui durèrent toute une vie. Plus révélateur, seuls onze appartenaient à l’ordre équestre et sept seulement ne firent pas carrière ; par contre, O. Perlwitz ne recense pas moins de quarante-sept magistrats, les noms de vingt-quatre consuls et de trente préteurs, ainsi que dix-huit tribuns de la plèbe. Ce grand nombre ne pouvant être le résultat du hasard, il vient corroborer ce qui a été dit plus haut sur l'intérêt d’Atticus pour la politique. Cependant, il est frappant de constater que les plus proches amis d’Atticus étaient tous des membres du parti des Optimates, Cicéron bien sûr, mais surtout les membres des grandes familles romaines. En effet, Cicéron, bien que partisan de la politique des Optimates, demeura un homme nouveau, tenu à l’écart et jalousé par les descendants de grandes familles : nous voudrions surtout mettre en valeur les liens d’Atticus avec les nobiles romains, que Cicéron appela tui familiare s nobiles39.

  • 40 Cf. RE, 8, 2 no 13, col. 2470-2481.
  • 41 MRR, 2,131.
  • 42 Brut., 228-230.
  • 43 MRR. 2,85.
  • 44 Cf. Att., 6.3.9. Césarien, il rallia le camp des Libérateurs et mourut sur le champ de bataille à (...)
  • 45 Cf. Plut., Cat., 25.
  • 46 Cf. Syme, RR, 34 et 506 (note 39) : sa maison sur le Palatin devint une partie du palais d’Auguste
  • 47 Nep., Atticus, 5 : “Il était également un ami très proche de Q. Hortensius qui occupait à cette ép (...)
  • 48 Att., 2.25.1 : cette lettre date de 59.
  • 49 Cf. Hellegouarc’h 1972, 68-71.
  • 50 Id., 69.
  • 51 Att., 6.6.2.

6Le premier nom qui s’impose est celui de Quintus Hortensius Hortalus40, le grand orateur rival de Cicéron, né en 114, soit quatre ans plus tôt qu’Atticus. Lié aux Metelli, il se chargea de la défense de Verrès. Il fut consul41 en 69. Cicéron le célébra dans le Brutus42, mais également dans un Hortensius perdu qui fut écrit en 45, cinq ans après la mort d’Hortensius. Il avait été le mari de Lutatia, fille de Q. Lutatius Catulus, le consul de 102, et sœur du consul43 de 78. Il en eut un fils, qui passa au début pour être indigne de son père44, et une fille qui épousa Q. Servilius Caepio, frère de Servilia ; il épousa Marcia à la fin de sa vie pour avoir des liens avec Caton, figure de proue à cette époque du parti des Optimates45. Il fut connu pour son talent oratoire, mais aussi pour sa fortune46. On trouve plusieurs passages dans la correspondance se rapportant à ses liens d’amitié, mais nous citerons en premier lieu Cornélius Népos : Utebatur autem intime Q. Hortensio, qui iis temporibus principatum eloquentiae tenebat, ut intellegi non posset uter eum plus diligeret, Cicero an Hortensius.47 L’adverbe intime et le fait qu’Hortensius soit cité tout de suite après Cicéron indiquent clairement que les deux hommes étaient très proches. Un autre terme est employé dans la correspondance : At hercule alter tuus familiaris Hortalus48. La familiaritas ne peut être confondue avec l'amicitia, même si souvent elle apparaît comme son synonyme49. Est familiaris celui qui a des relations fréquentes et intimes, l’accent étant mis sur le quantitatif50 : il suggère donc que les deux personnes se voient presque tous les jours, mais non qu’il règne entre elles une profonde affection, sauf si nous trouvons l’adjectif intimus. Que les relations d’Atticus et du grand orateur étaient fondées sur des sentiments réels, nous le voyons non seulement sous la plume de Cornélius Népos, mais aussi à l’occasion du décès d’Hortensius51.

  • 52 MRR, 2,182 et suppl., 37.
  • 53 Cf. RE, 3, 1 no 86, col. 1208-1210. Également Neudling 1955, 27-30.
  • 54 Cf. Alt., 2.1.5 : Cicéron évoque les mauvaises relations entre les deux époux.
  • 55 MRR, 2, 156.
  • 56 Id., p. 166.
  • 57 Id., p. 171.
  • 58 Cf. Van Ooteghem 1967, 258 sq.
  • 59 Cf. Cic., Cael, 59-60.
  • 60 Id., 34 : “Enfin, ne savais-tu pas que naguère encore tu étais mariée à Q. Metellus, un homme de p (...)
  • 61 Id., 59 : “A ce moment-là encore, pourtant, quoique moribond, alors que sur tout autre sujet son i (...)

7A côté de Hortensius, on trouve le consul52 de 60, Q. Metellus Celer53, qui avait épousé Clodia, sa cousine54. Ayant commencé sa carrière politique par une accusation contre M. Aemilianus Lepidus en 79, il avait accompagné en 66 Pompée en Asie, en qualité de lieutenant55 avec son frère Nepos : il était d’ailleurs à ce moment le beau-frère du général qui avait épousé Mucia. Préteur56 en 63, l’année où il devint également augure57, Metellus fut responsable de la fin du procès contre Rabirius : on s’est demandé à ce sujet s’il n’avait pas été de mèche avec César58. Cicéron lui confia son proconsulat en Gaule Cisalpine en 62. Il mourut peu après son consulat, ce qui entraîna des bruits hostiles à son épouse accusée de l’avoir empoisonné59. Q. Metellus était un des piliers du parti du sénat : Non denique modo te Q. Metelli matrimonium tenuisse sciebas, clarissimi atque fortissimi uiri patriaeque amantissimi, qui simul ac pedem limine extulerat, omnis prope ciuis uirtute, gloria, dignitate superabat ?60 Ce portrait très flatteur nous laisse deviner les choix politiques de Metellus : l’expression amans patriae désigne en effet les partisans du sénat. Mais il faut s’appuyer sur un autre extrait pour supprimer toute hésitation61 :

Quo quidem tempore ille moriens, cum iam ceteris ex partibus oppressa mens esset, extremum sensum ad memoriam rei publicae reseruabat, cum me intuens flentem significabat interruptis ac morientibus uocibus quanta impenderet procella mihi, quanta tempestas ciuitati, et cum parietem saepe feriens eum, qui cum Quinto Catulo fuerat ei communis, crebro Catulum, saepe me, saepissime rem publicam nominabat, ut non tam se emori quam spoliari suo praesidio cum patriam, tum etiam me doleret.

  • 62 MRR, suppl., 131.
  • 63 Fam., 5.1.1.
  • 64 Att., 1.18.5 et Id., 1.20.5.
  • 65 Att., 1.19.4.
  • 66 Att., 2.1.4.
  • 67 Cic., Cael, 60.
  • 68 Att.. 1.17.9.
  • 69 Att., 1.20.5. Lorsque Cicéron utilise le possessif tuus pour les amis d’Atticus, c’est en général (...)
  • 70 Att., 2.14.1 : “Quelle envie tu me donnes de connaître les propos de Bibulus, et ta conversation a (...)
  • 71 Att., 2.22.5.
  • 72 Att., 2.9.3.
  • 73 Cf. Hellegouarc’h 1972, 67 et 109-110.
  • 74 Att., 1.12.3.

8Laissons de côté le pathétique quelque peu grandiloquent de cette scène qui a pour but de charger la veuve indigne, et ne retenons que les références faites à la res publica et à Q. Lutatius Catulus62, l’un des chefs du parti des Optimates à la génération précédente et membre d’une famille patricienne lui aussi : il est clair que Metellus se classait dans le même camp politique. Ce beau souci de la res publica se retrouve dans une lettre de l’intéressé63. La correspondance se fait l’écho des qualités du consul : Metellus est consul egregius64, Metellus est consul sane bonus65, est consul φιλόπατριϛ et, ut semper iudicaui, natura bonus66. Ces compliments sont à prendre dans une acceptation particulière : ils signifient que Metellus applique une politique favorable au sénat et au parti des boni. Il menaça de tuer de ses propres mains Clodius, son cousin, si ce dernier était élu tribun de la plèbe67. Quelques ombres au tableau du citoyen idéal, selon Cicéron : il s’opposa avec Caton à la résiliation du contrat des publicains d'Asie en 61, au risque de créer une brouille entre le sénat et les chevaliers68. Ses liens avec Atticus sont clairement établis69. Peut-être était-ce aussi une des raisons qui expliquent les relations d’Atticus avec Clodia et son frère Publius, qui se traduisaient par des conversations et dîners70 : Quantam tu mihi moues expectationem de sermone Bibuli, quantam de colloquio βοώπιδοϛ, quantam etiam de illo delicato conuiuio ! Ce dîner intervint après la mort de Metellus, en avril 59. Il est à la fois révélateur des habitudes romaines – ces dîners mondains entre personnes influentes qui réunissaient la fleur de la bonne société, les hommes politiques mais également les poètes –, et des intérêts du moment : il s’agissait de sonder Clodia sur les intentions de Clodius envers Cicéron, comme ce dernier l’exprime sans fard ailleurs71. Mais il n’est pas sûr que les liens d’Atticus avec les Clodii n’aient pas eu une autre origine, comme nous l’avions envisagé plus haut : Clodius est surnommé par Cicéron tuus sodalis Publius72, peut-être par ironie, le sodalis étant le complice73. Au moment du scandale de la Bona Dea, Cicéron fait une allusion au chagrin d’Atticus74, sans que l’on puisse savoir clairement ce qui est censé causer ce chagrin.

  • 75 MRR, suppl., 112 et RE, 10, 1 Iunius no 53, col. 973-1020. Sur l’amitié qui liait Atticus et Brutu (...)
  • 76 Nep., Atticus, 8. Cf. Brut., 10.
  • 77 Att., 5.18.4 : “Je m’occupe des affaires de ton ami Brutus mieux qu’il ne le ferait lui-même.”
  • 78 Cf. RE, 2A, 2 no 101, col. 1817-1821.
  • 79 RE, X1, no 52 col. 972-73
  • 80 RE, X1, no 163 col. 1090-91.
  • 81 MRR, 2, 172.
  • 82 Cf. R. Syme 1986,198 : “Sundry political ladies emerging in the Late Republic were alert for actio (...)
  • 83 Cf. Suet., Caes., 50.3.
  • 84 Cf. RE, 8, 2 no 16, col. 2481-2482.
  • 85 Att., 5. 4.1.
  • 86 Cf. aussi Att., 6.1.10.
  • 87 Att., 13.22.4.
  • 88 Syme 1967,36.
  • 89 Att., 15.11.2 : “Moi, je répondis qu’il n’y avait pas lieu de revenir sur le passé ; non sans appr (...)

9Dernier exemple, le jeune Brutus75, qui fut élevé dans l’entourage de Caton. Cornélius Népos insiste sur les liens qui unissaient Atticus à ce jeune homme76. Ces liens sont attestés dans la correspondance, et Cicéron marque plus d’une fois ses réticences à l’égard de celui qui fut un ami d’Atticus avant tout, comme le souligne le possessif tuus77 : Ego tui Bruti rem sic ago ut suam ipse non ageret. Brutus était considéré comme le futur chef des Optimates : on peut donc interpréter l’intérêt que lui portait Atticus comme un attrait vers la nouvelle génération d’hommes politiques qui se profilait avant que les guerres civiles n’en fassent disparaître la plus grande partie. Mais Atticus était également très proche de Servilia78, la mère de Brutus, et la demi-soeur de Caton : elle avait été tout d’abord l’épouse de M. Iunius Brutus79, puis s’était remariée avec D. Iunius Silanus80, consul81 en 62 mais considéré comme manquant d’éclat82, et père des trois Iunia. Elle fut également célèbre pour avoir été la maîtresse préférée de César83. Son frère avait épousé Hortensia84, et sa soeur fut la deuxième épouse de Lucullus. On voit donc que Servilia appartenait à la plus haute aristocratie romaine. Ses liens avec Atticus nous sont attestés dès 51, à l’occasion des “grandes manoeuvres” en vue du remariage de Tullia85. Servilia appuyait la candidature du fils de S. Sulpicius Rufus86, le célèbre juriste et consul de 51. On sait que Dolabella l’emporta. Servilia réapparaît en 45 à l’occasion d’un autre mariage, celui de son fils Brutus avec Porcia, la fille de Caton, alors que les deux femmes ne s’entendaient pas87. Il s’agissait de toute évidence d'un remariage éminemment politique : Brutus devenait par cette union le chef de file du camp républicain, reprenant le flambeau de Caton. Il serait intéressant de connaître la raison de ce différend : inimitié seulement ou rivalité de deux femmes, l’une bien plus jeune que l’autre, pour devenir la “pasionaria” des partisans du sénat ? Servilia était, selon R. Syme, “une femme possédée de toute l’ambition avide de sa famille patricienne des Servilii et impitoyable dans sa volonté de rendre le pouvoir à sa maison”88. Il semble qu’elle ait tenté de faire de son fils un Césarien – il avait d’ailleurs été le fiancé de Julie avant que celle-ci n’épouse Pompée – et en tout cas elle ne voulait pas le voir partir sur les traces de Caton. Mais le pouvoir occulte et l’influence qu’elle exerçait sur son frère laisse place à l’action en pleine lumière après les Ides de mars : elle participe aux conseils des Libérateurs avec Cicéron et se fait fort de pouvoir intervenir auprès du sénat. L’extrait suivant est assez long, mais précieux à plus d’un égard89 :

Ego negabam oportere praeterita, adsentiebar tamen ; cumque ingressus essem dicere quid oportuisset – nec uero quicquam noui, sed ea quae cotidie omnes – nec tamen illum locum attingerem, quemquam praeterea oportuisse tangi, sed senatum uocare, populum ardentem studio uehementius incitare, totam suscipere rem publicam, exclamat tua familiaris : “hoc uero neminem umquam audiui !” Ego repressi. Sed et Cassius mihi uidebatur iturus (etenim Seruilia pollicebatur se curaturam ut illa frumenti curatio de senatus consulto tolleretur) et noster Brutus cito deiectus est de illo inani sermone.

  • 90 Cf. Att., 15.12.1 qui reprend les conclusions de la lettre précédente.
  • 91 Ad Brut., 1.18.1.
  • 92 Cf. RE, I2A, 2 no 53, col. 1788-1789.
  • 93 Hellegouarc’h 1972, 258, et plus largement 256 sq.
  • 94 Nep., Atticus.12. 4.

10D’une part, Servilia est appelée tua familiaris, l’adjectif possessif renforçant la valeur du terme que nous avons déjà rencontré à propos d’Hortensius ; d’autre part elle intervient contre Cicéron pour influencer la conduite de son fils et faire modifier la décision du sénat90. Changement de ton à peine en 43, lorsqu’elle demande conseil à Cicéron91 lors d’un véritable conseil de conjurés avec Casca92 et Labeo qui avaient pris part au complot des Ides de mars. Cette réunion montre le poids d’une Servilia dans la vie politique et sa façon d’agir : une invitation à venir la voir suffit. Les adjectifs choisis par Cicéron pour la décrire sont également révélateurs de sa dimension politique, prudens et diligens, dont le sens est renforcé par l’emploi du superlatif. Ces deux adjectifs forment presque une antithèse avec femina, car ils se rattachent à des qualités qui sont l’apanage des hommes politiques romains : la prudentia est la capacité de discernement, capacité due à l’expérience, mais également l’autorité qui en découle et s’exerce sur les autres, donc une domination. Selon J. Hellegouarc’h, elle exprime la notion de “capacité politique” et est le privilège d’hommes d’âge et d’expérience appartenant presque uniquement à la classe sénatoriale”93. D’autre part, la diligentia désigne l’activité politique, et dans un sens étroit l’activité du candidat qui cherche des appuis, sens que nous ne retiendrons évidemment pas. Par contre, nous pensons que nous avons ici les deux dimensions de l’activité politique en général : la capacité de la mener à bien et l’application mise à l’accomplir. Que Cicéron ait choisi le terme femina – un mot qui souligne le fossé entre genre féminin et genre masculin, quand mulier aurait été plus neutre – est révélateur, à nos yeux, de son opinion : Servilia est à ses yeux un animal politique, et c’est un fait exceptionnel chez une femme. Atticus aida Servilia après Philippes et la mort de son fils94.

  • 95 Id., 4.1.
  • 96 Att.. 1.17.5.

11Atticus était par conséquent l’ami des chefs du parti du sénat. On ne peut pas ignorer cette surreprésentation d’un groupe politique qui éclate au grand jour avec la correspondance, et comment ne pas en tirer de conclusions sur les idées politiques d’Atticus ? On objectera qu’il fut lié également à la camarilla pompéienne, puis aux Césariens : ce fut le cas de Cicéron aussi, et surtout affaire de circonstances, alors que les liens d'Atticus avec les “amateurs de viviers” et les nobiles, qui sont d’ailleurs les mêmes personnes ou presque, sont une constante bien établie et correspondent aux idées politiques exposées dans les traités de Cicéron. Atticus, aidé en ceci par les partis pris de Cornélius Népos, est difficile à cerner, mais il convient de remettre en cause le mythe de sa neutralité. Le deuxième élément de réflexion qui se dégage de ce portrait est la place de l'officium : Atticus ne refuse pas l'officium romain, mais il le renverse pour en faire un priuatum officium qui justifie sa neutralité. Premier exemple, sa rencontre avec Sylla95 : lorsque ce dernier l’invite à le suivre à Rome, Atticus décline cette offre au nom de l'officium. Il semble que ce soit au nom de ses liens privés qu’Atticus refuse de prendre part à l’action politique. Deuxième exemple, la fameuse lettre de Cicéron après le refus d’Atticus d’aller en Asie avec Quintus96 : là encore, Cicéron évoque l' officium pour justifier son ami. Atticus, s’il choisit de rester à l’écart du cursus honorum, n’en était pas moins politikos, un citoyen intéressé par la vie politique romaine et un citoyen attaché à la République oligarchique. Atticus fut jusqu’au bout un partisan de la République des boni, mettant en pratique ses idées exposées dans les dialogues de Cicéron. Non seulement sa neutralité est un mythe, soigneusement défendu il est vrai par son biographe, mais il demeura fidèle à la res publica dirigée par l’oligarchie sénatoriale. L’influence de ses choix philosophiques n’apparaît donc pas tant dans ses idées politiques, qui doivent bien plus à son origine et à son milieu, que dans la manière qu’il eut de rester dans l’ombre. Il ne semble pas, en ce qui concerne Atticus, qu’il y ait eu un programme politique ou un régime politique à Rome spécifiquement épicurien. Au contraire, la vie d’Atticus est la preuve qu’un épicurien vit aussi bien dans une République que sous une monarchie.

Bibliographie

Bibliographie

Andreau, J. (1987) : La vie financière dans le monde romain, BEFAR, 265.

Bailey, C. (1951) : c.r. de Leslie 1950, JRS, 61, 163-164.

Boes, J. (1990) : La philosophie et l'action dans la correspondance de Cicéron, Nancy.

Boissier, G. (1912) : Cicéron et ses amis. Étude sur la société romaine du temps de César, Paris.

Büchner, K. (1949): “Die Atticusuita des Cornélius Nepos’’, JRS. 56, 100-121.

Carcopino, J. (1947) : Les secrets de la correspondance de Cicéron, Paris.

Castner, C. (1989): A Prosopography of Roman Epicureans from the Second Century B.C. to the Second Century A.D., Francfort.

Dorey, T. A., éd. (1967): Latin Biography, Londres.

Feger, R. (1956): RE, suppl. 8, s.v. Atticus, col. 503-526.

Grimal, P. (1976) : Mémoires de T. Pomponius Atticus, Paris.

Hellegouarc’h, J. (1972) : Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris.

Jenkinson, E. (1967): “Nepos – An Introduction to Latin Biography”, in: Dorey 1967, 1-15.

Kredel, F. (1922): Titi Pomponii Attici epistularum fragmenta, Giessen.

Leovant-Cirefice, V. (1997) : Cicéron et Atticus : les dialogues de la conscience. Thèse, Paris.

Leslie, R. J. (1950) : The Epicureanism of Titus Pomponius Atticus, Thèse, Philadelphie.

Michel, A. (1965) : “La philosophie de Cicéron avant 54”, REA, 67, 324-341.

Millar, F. (1988): “Cornelius Nepos, Atticus’ and the Roman Revolution”, G&R, 35, 40-55.

Neudling, C. L. (1955): A Prosopography to Catullus, Oxford.

Nicolet, C. (1966-1974) : L'ordre équestre à l'époque républicaine (312-43), Paris.

Perlwitz, O. (1992): Titus Pomponius Atticus. Untersuchungen zur Persoti eines einflussreichen Ritters in der ausgehenden römischen Republik, Hermes Einzelschriften, 58.

Raubitschek, A. E. (1949): “Phaidros and his Roman Pupils”, Hesperia, 18, 96-103.

Rawson, E. (1985): The Intellectual Life in the Late Roman Republic, Baltimore.

Roddaz, J.-M. (1984): Marcus Agrippa, BEFAR, 253.

Shackleton Bailey, D. R. (1994) : “Recension de l’ouvrage de O. Perlwitz : Titus Pomponius Atticus”, AJPh, 115, 470-471.

Strasburger, H. (1938) : “Recension de l’ouvrage de H. Ziegler : Atticus als Politiker”, Gnomon, 14, 55-56.

Syme, R. (1967) : La révolution romaine (trad. R. Stuveras), Paris.
— (1986): The Augustean Aristocracy, Oxford.

Van Ooteghem, J. (1967) : Les Caecili Metelli de la République, Bruxelles.

Welch, K.E. (1996): “T. Pomponius Atticus: a Banker in Politics?”, Historia, 45, 450-471.

Ziegler, H. (1936) : Titus Pomponius Atticus als Politiker, Munich.

Notes

1 Critique de la Raison Pure, Paris, P.U.F. “Quadrige”, 1944, 17.

2 Dans Castner 1989, il est classé parmi les épicuriens sûrs. Pour Leslie 1950, Atticus était “a Roman Epicurean”. Dans Perlwitz 1992, Atticus est jugé ainsi : “kein dogmatischer Epikureer”. Au contraire, pour Rawson 1985, 100-101, son épicurisme n’était pas sérieux. Enfin, Ziegler 1936 préfère parler de la “Bequemlichkeit” d’Atticus, jugeant son adhésion peu sérieuse. Cf. Strasburger, 1938, 55-56, qui commence par un bref historique des études sur Atticus depuis le xviiie siècle, en relevant la tendance à émettre un jugement moral sur Atticus qui le condamne ou le loue de son attitude.

3 Cf. Nicolet 1966-1974.

4 Att., 1.19.1.

5 Att., 2.18.1 :'‘J’ai reçu un certain nombre de lettres de toi, et elles m’ont fait voir avec quelle impatience angoissée tu souhaitais avoir des nouvelles.”

6 Att., 5.14.3 : “Je t’en prie, toi qui sais bien que ma curiosité des choses de la politique n’est nullement inférieure à la tienne, écris-moi tout ce qui se passe, tout ce qui doit se passer.”

7 Att., 1.19.2 et 5-6.

8 Att., 1.20.2 et 7.

9 Cf. ses questions sur le procès de Clodius, cf. Att., 1.16.1 ; sur les élections consulaires en 54, cf. Att., 4.16.6.

10 Att., 4.14.2 : “Si tu sais quelque chose de nouveau, surtout du côté de mon frère, et puis du côté de César, et si tu sais quelque chose au sujet des comices, au sujet des affaires publiques (car tu as d’habitude un flair merveilleux sur ces choses-là), je t’en prie, écris-le moi’’.

11 Léovant-Cirefice 1997, 204-205, note 436 en particulier sur les six occurrences de ce verbe.

12 Att., 4.8a.4 : “Tâche donc de flairer quelque chose chez Fabius, si tu as quelque moyen de l’aborder, et tâte un peu ton convive”.

13 Att., 2.4.4 : “De ton côté, fais-moi connaître tout ce que tu peux avoir découvert sur la situation politique, et particulièrement quels seront, selon toi, les nouveaux consuls.”

14 Léovant-Cirefice 1997, 205. Cf. Att., 7.13a. 4; Id., 2.11.1; Id., 3.20.3.

15 Att., 2.19.1 : “Tu me diras peut-être : “L’honneur ? Le temps en est passé, comme celui des glands : pense, si tu m’aimes, à ta sûreté.” Hélas ! je suis bien à plaindre : pourquoi n’es-tu pas ici ? Toi, sûrement, rien ne t’échapperait : moi, je suis aveugle, sans doute, et j’aime trop vivre en beauté.” Cf. Michel 1965, 324-341.

16 Att., 2.12.4 : “et Cicéron le philosophe salue Titus l’homme d’État.”

17 Cf. Att, 1.16.13.

18 Att., 4.6.1 : “Toi, du moins, quoique tu sois, par tempérament, un politique, tu n’as pas à subir de servitude propre, tu n’es esclave que comme tout le monde”.

19 Id., 7.9.2.

20 Id., 9.18.4 : “Écris-moi, je t’en prie, et une lettre politique”. A rapprocher d’une demande identique en 51, cf. Id., 5.12.2.

21 Cf. Q. fr., 2.10 et 11.

22 Nep., Atticus, 6 : “Dans la vie politique, sa conduite consista à être toujours du parti des honnêtes gens au vu et au su de tous.”

23 Éd. Loeb, 296 note 1 : “Optimarum partium is équivalent to optimatium partium, the self-applied designation of the senatorial party”.

24 Hellegouarc’h 1972, 495-505.

25 Id., 505.

26 Id., 505.

27 Id., 496-497.

28 Cic., Leg., 3.26 : “Et moi, par Hercule, je ne suis pas bien éloigné de partager l’opinion de Quintus.”

29 Id., 37 : “Rien de ce qui est démocratique ne m’a jamais convenu, et je dis que la meilleure forme de République, c’est celle dont un consul ici présent avait dressé la constitution, soumise au pouvoir de l’aristocratie.”

30 Cf. Hellegouarc’h 1972, 500-504.

31 Cf. Perlwitz 1992, 119-120, qui se laisse d’ailleurs prendre aux apparences.

32 Nep., Atticus, 2.2.

33 Id., 9.3-4.

34 Id., 11.1-2.

35 Id., 4.1-2.

36 Id.. 20.4.

37 Id., 20.1-3.

38 Perlwitz 1992, 99 sq. : voir en particulier les tableaux, 100-105.

39 Att., 1.2.2. Nous ne reparlerons pas ici de Lucullus, bien qu’il ait été lui aussi lié à Atticus, semble-t-il, cf. Id., 1.19.10.

40 Cf. RE, 8, 2 no 13, col. 2470-2481.

41 MRR, 2,131.

42 Brut., 228-230.

43 MRR. 2,85.

44 Cf. Att., 6.3.9. Césarien, il rallia le camp des Libérateurs et mourut sur le champ de bataille à Philippes.

45 Cf. Plut., Cat., 25.

46 Cf. Syme, RR, 34 et 506 (note 39) : sa maison sur le Palatin devint une partie du palais d’Auguste.

47 Nep., Atticus, 5 : “Il était également un ami très proche de Q. Hortensius qui occupait à cette époque la première place pour l’éloquence, de sorte qu’il n’était pas possible de savoir lequel l’aimait le plus, Cicéron ou Hortensius.”

48 Att., 2.25.1 : cette lettre date de 59.

49 Cf. Hellegouarc’h 1972, 68-71.

50 Id., 69.

51 Att., 6.6.2.

52 MRR, 2,182 et suppl., 37.

53 Cf. RE, 3, 1 no 86, col. 1208-1210. Également Neudling 1955, 27-30.

54 Cf. Alt., 2.1.5 : Cicéron évoque les mauvaises relations entre les deux époux.

55 MRR, 2, 156.

56 Id., p. 166.

57 Id., p. 171.

58 Cf. Van Ooteghem 1967, 258 sq.

59 Cf. Cic., Cael, 59-60.

60 Id., 34 : “Enfin, ne savais-tu pas que naguère encore tu étais mariée à Q. Metellus, un homme de premier rang et de grand courage, un ardent patriote qui n’avait qu’à mettre le pied hors de chez lui pour surpasser presque tous ses concitoyens par sa valeur, sa gloire, son prestige ?”. Cf. Brut., 247 pour les talents d’orateur de Metellus Celer.

61 Id., 59 : “A ce moment-là encore, pourtant, quoique moribond, alors que sur tout autre sujet son intelligence était abolie, il réservait sa dernière pensée au souvenir de la chose publique, et comme je pleurais sous ses yeux, il me faisait comprendre, d’une voix entrecoupée et défaillante, quel orage me menaçait, quel ouragan menaçait l’État ; frappant à plusieurs reprises le mur qui avait été mitoyen entre Q. Catulus et lui, il prononçait fréquemment le nom de Catulus, souvent le mien, très souvent le mot “République, la patrie et moi-même.”

62 MRR, suppl., 131.

63 Fam., 5.1.1.

64 Att., 1.18.5 et Id., 1.20.5.

65 Att., 1.19.4.

66 Att., 2.1.4.

67 Cic., Cael, 60.

68 Att.. 1.17.9.

69 Att., 1.20.5. Lorsque Cicéron utilise le possessif tuus pour les amis d’Atticus, c’est en général qu’il a quelque chose à leur reprocher, ce qui est le cas ici pour Metellus et ses rêves de triomphe, plus loin de Servilia, cf. Att.,15.11.2.

70 Att., 2.14.1 : “Quelle envie tu me donnes de connaître les propos de Bibulus, et ta conversation avec la déesse aux grands yeux, et encore ce que fut ce dîner si fin !” Voir également Att., 2.12.2.

71 Att., 2.22.5.

72 Att., 2.9.3.

73 Cf. Hellegouarc’h 1972, 67 et 109-110.

74 Att., 1.12.3.

75 MRR, suppl., 112 et RE, 10, 1 Iunius no 53, col. 973-1020. Sur l’amitié qui liait Atticus et Brutus, voir Perlwitz 1992,113-114.

76 Nep., Atticus, 8. Cf. Brut., 10.

77 Att., 5.18.4 : “Je m’occupe des affaires de ton ami Brutus mieux qu’il ne le ferait lui-même.”

78 Cf. RE, 2A, 2 no 101, col. 1817-1821.

79 RE, X1, no 52 col. 972-73

80 RE, X1, no 163 col. 1090-91.

81 MRR, 2, 172.

82 Cf. R. Syme 1986,198 : “Sundry political ladies emerging in the Late Republic were alert for action as well as for intrigue, notably daughters of families that had missed the consulate. And, for some, such as Servilia, dullness in a husband furnished incentives.”

83 Cf. Suet., Caes., 50.3.

84 Cf. RE, 8, 2 no 16, col. 2481-2482.

85 Att., 5. 4.1.

86 Cf. aussi Att., 6.1.10.

87 Att., 13.22.4.

88 Syme 1967,36.

89 Att., 15.11.2 : “Moi, je répondis qu’il n’y avait pas lieu de revenir sur le passé ; non sans approuver néanmoins ; et j’avais entrepris de dire ce qu’il aurait fallu faire – rien de bien nouveau à la vérité, mais ce que tout le monde répète tous les jours, sauf que je n'effleurais pas le thème bien connu, selon lequel certain personnage n’aurait pas dû être épargné –, c’est-à-dire convoquer le sénat, entraîner avec plus de vigueur le peuple brûlant d’enthousiasme, prendre en charge le gouvernement de l’État dans sa totalité ; soudain ta chère amie s’écrie : “mais je n’ai jamais entendu personne dire une chose pareille !” Je retins ma langue. En réalité Cassius, d’une part, me donnait l’impression qu’il irait là-bas (car Servilia se faisait fort d’obtenir que la dite charge de l’approvisionnement en blé fût retirée du décret sénatorial), notre cher Brutus, d’autre part, fut bien vite détourné de ces belles paroles creuses”.

90 Cf. Att., 15.12.1 qui reprend les conclusions de la lettre précédente.

91 Ad Brut., 1.18.1.

92 Cf. RE, I2A, 2 no 53, col. 1788-1789.

93 Hellegouarc’h 1972, 258, et plus largement 256 sq.

94 Nep., Atticus.12. 4.

95 Id., 4.1.

96 Att.. 1.17.5.

Auteur

Université de Nancy II.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540