Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

I. Fondements du pouvoir : aspects philosophiques et anthropologiques

L’influence de l’histoire sur la philosophie : le cas de Denys l’Ancien de Syracuse

Jürgen von Ungern-Sternberg

Full text

Pour la traduction, je remercie Mme Franchet d’Espèrey (cette communication a été également présentée à l’Université de Mannheim).

1Que la pensée philosophique ait une influence sur la praxis politique, qu’elle s’y réalise, voilà une affirmation banale. Un exemple souvent cité est l’influence de la philosophie des Lumières du xviiie siècle sur la Révolution française. En fait il s’agit d’un processus dialectique : la pensée forge des concepts à partir de la réalité et ceux-ci agissent en retour sur la réalité.

2Ce schéma a souvent été appliqué à Denys l’Ancien de Syracuse : il aurait appris des sophistes la théorie du “droit du plus fort”, sur laquelle il aurait édifié sa tyrannie à Syracuse ; celle-ci serait alors en retour devenue le modèle des monarchies hellénistiques. Ainsi comprise, son action se présente comme une bonne illustration de la première partie de notre thème : “fondements du pouvoir”.

3Mais cette approche du “phénomène Denys” simplifie trop les choses. Dans les faits, loin d’être simple, il fut le produit d’une crise profonde. “Fondements” et “crises” sont entre eux également dans un rapport dialectique.

4Aussi, dans un premier temps, aurons-nous à examiner de plus près la situation de Denys à l’intérieur de l’histoire grecque et, par-là, la nature de la crise qui l’a porté au pouvoir. Ensuite il nous faudra considérer les théories auxquelles il pouvait se rattacher pour légitimer son pouvoir (et l’on verra qu’il ne s’agit en aucun cas du “droit du plus fort”). Puis, dans un troisième temps, nous rechercherons quelles sont les nouvelles méthodes auxquelles Denys a eu recours pour faire accepter de mieux en mieux sa tyrannie par ses concitoyens. Enfin, la conclusion devra réaliser la promesse du titre de notre communication : montrer l’influence de sa praxis sur la philosophie grecque du ive siècle.

  • 1 Meister 1967, 71-105 ; Pearson 1984, 1-20 ; Sordi 1992, 93-104 ; Zoepffel 1993, 39-56. Très problém (...)

5Tout d’abord, et à titre préliminaire, quelques remarques sur la situation des sources. Pour la prise du pouvoir et le début du règne de Denys nous ne possédons que le récit de Diodore (livres 13 et 14), certes très complet, mais qui date du ier s. a.C. Diodore se rattache, par l’intermédiaire de l’historien Timée, à Philistos, un homme de l’entourage direct du tyran et qui a écrit une œuvre historique consacrée à Denys1. Philistos était associé aux desseins de tyran et donc en situation de comprendre les affaires de Syracuse dans leur signification profonde et de les représenter ainsi dans son œuvre. Comme non seulement l’action de Denys, mais aussi sa représentation par Philistos ont chronologiquement la priorité sur les philosophes auxquels nous nous référons, il faut laisser ouverte la question de savoir dans quelle mesure ces philosophes ont réagi à la réalité historique et dans quelle mesure ils ont réagi à une réalité littéraire existante. De toute façon pour nous les deux se confondent, puisque nous ne pouvons pratiquement pas contrôler le récit de Diodore / Philistos par d’autres sources. Il constitue donc pour nous un point de départ, avec lequel nous confrontons les affirmations théoriques postérieures.

  • 2 Stahl 1987; Stein-Hölkeskamp 1989; Luraghi 1994; Libero 1996.

6L’évolution principale de l’histoire grecque du viiie au ve s. a été la formation de la polis, et en même temps l’apparition du concept de citoyen, c’est-à-dire de l’idée que tout citoyen adulte mâle est responsable du bien-être de la cité et à ce titre doit être associé à la vie politique. Ce processus ne s’est pas développé de façon linéaire, mais a été interrompu par des tyrannies (les Cypsélides à Corinthe, les Pisistratides à Athènes, les Deinoménides à Syracuse). La recherche récente considère ces tyrannies comme une variante extrême de la lutte entre les factions de la noblesse2. En monopolisant le pouvoir pour un temps donné, les tyrans affaiblissaient la suprématie traditionnelle de la noblesse dans son ensemble et favorisaient ainsi (involontairement) l’apparition d'un État fondé sur l’égalité des droits de tous les citoyens. D'une certaine manière la fonction de la tyrannie s’apparente à celle de l’absolutisme moderne. Le monarque, en s’élevant au-dessus des classes, s’identifiait à l’État et celui-ci pouvait, après son élimination, se constituer en une société de citoyens libres et égaux. C’est de la même manière que la tyrannie des viie et vie s. (en Sicile, avec un décalage chronologique caractéristique, aussi du début du ve) a contribué à un progrès politique et dans la mémoire des Grecs la tyrannie était loin d’avoir une connotation uniquement négative. C’est ainsi qu’un Périandre de Corinthe a pu être compté au nombre des “sept sages”.

  • 3 Vinogradov 1980, 63-100 (avec une bonne comparaison entre la titulature des Spartocides et celle de (...)
  • 4 Raaflaub 1985, 108-125, 258-261; Giorgini 1993; Mc Glew 1993, 183-212.

7Au ve s. la participation de tous les citoyens à la vie de la cité était, avec la démocratie, chose acquise aussi bien à Athènes qu’à Syracuse : liberté de parole, participation à l’assemblée du peuple et au conseil ainsi qu’aux tribunaux, éligibilité aux différentes magistratures. La tyrannie avait entièrement disparu (à l’exception marginale des Spartocides au Bosphore cimmérien)3. Thucydide l’envisageait rétrospectivement comme une époque close (1.18). Il n’y a que dans les tragédies que la figure du tyran (par ex. Créon) subsistait comme contre-modèle imaginaire de la liberté présente (Cf. Soph., Ant., 737 : πόλις γὰρ οὐκ ἔσθ' ἣτις ἁνδρός ἐσθ' ἑνός tout comme l’on a conçu à Rome le regnum comme le contre-modèle de la République)4. De même on pourrait faire un parallèle entre le culte des tyrannicides Harmodios et Aristogiton et la référence à la figure de Lucius Junius Brutus comme garants de la liberté.

  • 5 Reste fondamental : Stroheker 1958 ; Berve 1967, 221-260 ; voir aussi Caven 1990 ; Frolov 1996, 513 (...)

8Aussi la prise du pouvoir par Denys était-elle tout à fait inattendue et fut-elle ressentie par les contemporains comme un événement sensationnel5. Elle était en fait le résultat d’une situation d’exception. Démocrates et oligarques s’étaient déjà affrontés à Syracuse depuis un certain temps, mais leur lutte ne formait que l’arrière-plan de la panique dans laquelle fut plongée la cité face à la pression de Carthage, pression que rien ne semblait pouvoir arrêter. Toutes les structures de l’État se délitèrent pour aboutir à une situation politique extrêmement fragile et pour ainsi dire “malléable”. On en a l’illustration dans le récit, où Philistos raconte la première “entrée en scène” de Denys : comme le jeune Denys s’en prenait violemment aux stratèges dans une assemblée, il fut condamné par le président à une amende ; Philistos la paya et invita Denys à continuer à parler, ajoutant qu’il paierait toutes les amendes qui lui seraient infligées (Diod. 13.91). Le président de l’assemblée laissa faire, ce qui était une capitulation. Les autorités ne croyaient plus être à même d’affirmer leur compétence, le pouvoir était à la disposition du premier venu.

  • 6 Beloch 1922, 312.

9Denys s’en saisit, puis le consolida en jouant habilement les démocrates et les oligarques les uns contre les autres. Il a régné en tout presque quarante ans, a fait de Syracuse une grande ville et établi en Sicile, en Italie du Sud et jusqu’à l’Adriatique, un empire qui, d’après K. J. Beloch6, devait faire environ 25 000 km2. Et ceci à une époque où, en Grèce même, Athènes, Sparte, Corinthe et Thèbes s’affrontaient sans qu’aucune l’emportât durablement : on comprend que le règne de Denys soit apparu par opposition comme un modèle de stabilité.

  • 7 Mossé 1969, 99-120. La coupure historique est minimisée par Deininger 1993, 55-76 ; voir aussi la c (...)
  • 8 Niebuhr 1847, 328; Plass 1852.

10Mais de quoi parlons-nous quand nous parlons du “règne” de Denys ? Fondamentalement il s’agit toujours d’une tyrannie ; celle-ci a du reste été présentée, de par son importance exceptionnelle, comme “l’archétype” (Cl. Mossé) de la “tyrannie récente”7. Il convient de rappeler que cette expression de “tyrannie récente” remonte à B. G. Niebuhr et H. G. Plass8 ; les Grecs ne faisaient, eux, aucune différence entre les tyrans de l’époque archaïque et ceux du ive s. (même si Aristote, à l’occasion, a montré que les conditions de la prise du pouvoir étaient différentes dans les deux cas : Pol., 1305a 7 sq.) : pour eux il s’agissait toujours de la même mauvaise forme du pouvoir dans laquelle un homme régnait, contre les lois et pour son intérêt personnel, sur des personnes qui subissaient ce pouvoir contre leur volonté.

11Aussi était-il impossible pour Denys, exactement comme pour les anciens tyrans, d’acquérir une véritable légitimité. Son cas était même plus grave : si ceux-ci avaient usurpé le pouvoir dans une cité en formation, dans laquelle les citoyens ne participaient pas encore véritablement à la vie publique, Denys, lui, l’a fait dans une cité développée. Sa prise du pouvoir était donc réactionnaire avec tout ce que ce mot comporte : il voulait en somme faire remonter l’histoire en arrière.

  • 9 Voegelin 1949, 241-244.
  • 10 Meier 1980b, 225-287; Zanker 1990; v. Ungern-Sternberg 1998, 166-182.

12Certes on ne doit pas perdre de vue que pour prendre le pouvoir Denys n’a fait qu’exploiter une situation dont il a hérité. La scène racontée plus haut montre que la cité n’avait plus aucune confiance en elle et qu’elle avait par là même perdu toute possibilité de se maintenir. Dans une situation de chaos, tout homme qui établit une parcelle d’ordre se trouve ensuite justifié, légitimé et peut alors s’employer à fonder un pouvoir “post-constitutionnel”. Ce terme, forgé voilà 50 ans déjà par Éric Voegelin, est bien adapté pour saisir ces circonstances intriquées : lorsqu’une crise ne peut plus être résolue dans un cadre constitutionnel – c’est-à-dire avec des moyens constitutionnels – alors de deux choses l’une : soit c’est la décadence, soit apparaît un ordre nouveau qui abolit la participation de tous et devient par là même “post-constitutionnel”9. Un tel ordre n’est pas légitime, mais peut être reconnu comme nécessaire. Le meilleur exemple est le principat d’Auguste : sa domination mit fin à cent ans de guerres civiles, même si elle mit fin dans le même temps à la res publica : cum domino pax ista uenit (Lucain). Mais l’exemple d’Auguste montre aussi que rendre un tel régime acceptable pour les contemporains nécessitait de lourds investissements, depuis l’ancrage dans le mythe jusqu’à la façade quasi-républicaine en passant par le “pouvoir des images”10. Or Denys s’est trouvé confronté au même problème et, ce qui le rend remarquable, il en a été conscient dès le départ.

13D’après le jugement de Cicéron, Denys était un homme cultivé (homo praesertim doctus a puero et artibus ingenuis eruditus, Tusc., 5.63), qui connaissait évidemment son Homère, et donc, à coup sûr, les vers fameux du deuxième chant de l'Iliade : οὐκ ἀγαθòν πολυκορανίη εἷς κοίρανος ἕστω, εἷς βασιλεύς où à l’idée de la supériorité d’un seul est associée celle du droit divin, dans la mesure où c’est Zeus qui lui a remis le sceptre et les lois (θέµιστας, 2.204 sq.).

  • 11 Pind., P, 2.86-89 ; Aesch., Supp., 604, 698-699 ; voir Meier 1980a, 275-325.
  • 12 Manuwald 1999, 170-209.
  • 13 Apffel 1957; Lasserre 1976, 65-84; Thompson 1996, 55-78.

14Plus proche de Denys, au ve s., se situe le grand débat sur la meilleure forme de gouvernement, après qu’on eut appris à distinguer le pouvoir d’un seul, le pouvoir d’un petit nombre et le pouvoir de beaucoup11. Plusieurs positions pouvaient alors s’affirmer. Pour le sophiste Protagoras, dans son fameux mythe (Plat., Prt., 321a sq.), les composantes fondamentales de la πολιτικὴ ἀρετή sont αἰδώς et δίκη, qui désignent des aptitudes à former une société, et les vertus correspondantes δικαιοσύνη et σωφροσύνη12. Hérodote, quant à lui, fonde sa comparaison entre les différentes constitutions sur une série de critères, au premier rang desquels se trouve la stabilité. A l’image du tyran irresponsable qui se trouve dans le discours d’Otanès s’oppose l’éloge de la monarchie dans la bouche de Darius : c’est le pouvoir du meilleur qui est tout naturellement la meilleure constitution. Il lui reconnaît l’efficacité et l’attention portée au peuple, ainsi que la capacité à garder secrètes les choses qui doivent l’être ; à l’inverse démocratie et oligarchie conduisent toujours au chaos ; la “monarchie”, qui en est l’aboutissement, apparaît à la fois comme inévitable et comme porteuse de la stabilité désirée13.

  • 14 Stroheker 1953-1954, 381-412; 1958, 86-110.

15Denys connaissait ces spéculations et en a tenu compte, comme l’attestent les noms de ses filles : Dikaiosynè, Sophrosynè et Arétè, par lesquels il intègre à sa maison les vertus sociales mises à l'honneur par Protagoras, et en même temps se proclame lui-même le meilleur. Il a aussi formulé des sentences sur son statut dans ses propres tragédies. Le vers fameux ἡ γὰρ τυρρανὶς ἀδικίας µήτηρ ἔφυ ne signifie pas qu’il se présentait lui-même comme un tyran sans scrupule, mais qu’il se démarquait d’une forme de gouvernement erronée. Ailleurs il parle de l’œil de la Justice qui voit toujours tout14.

16Quelle qu’ait été la qualité de sa production littéraire (la victoire de sa tragédie Ἔκτορος λύτρα aux Lénéennes de 367 avait assurément des motifs diplomatiques), sa seule existence est significative : Denys fut le premier tyran à être capable de produire une œuvre littéraire. Il revendiquait par-là, loin de se contenter d’être l’objet du discours officiel, de participer lui-même à son élaboration. Mais dans le même temps il en légitimait à l’évidence la signification. Il a su se servir de la même manière de l’histoire. A l’occasion il a exploité le modèle de Gélon (Diod. 13.94) ou s’est octroyé une garde du corps personnelle, à l’instar de Pisistrate (Diod. 13.95). Son programme de construction ainsi que son désir de faire venir à sa cour des poètes le situaient dans la droite ligne des tyrans anciens. Pour ce dernier point il avait, il est vrai, le modèle contemporain du roi de Macédoine Archélaos, qui en 408 avait appelé Euripide auprès de lui, à Pella.

17Au point où nous en sommes, Denys n’apparaît guère que comme un homme qui a su donner une image positive à un pouvoir usurpé. Il n’y a là rien de bien original. Or il est allé plus loin en deux occasions, pour lesquelles nous avons encore le témoignage de Philistos, transmis par Diodore.

  • 15 Kirsten 1956; Drögemüller 1969.

18La première occasion est la construction des remparts autour du plateau d’Epipolai en 402 (Diod. 14.18). La décision en avait été prise par Denys lorsqu’il avait appris que c’était grâce à une attaque à partir de ce plateau que les Athéniens avaient bien failli s’emparer de Syracuse. Denys créa pour cela un nouveau type de forteresse (“Landschaftsfestung”) qui a par la suite été largement imité (par ex. à Messène) et qui a fait de Syracuse le bastion inexpugnable qu’elle est restée jusqu’à l’époque romaine15. Voilà qui est suffisamment remarquable, mais plus étonnante encore est la manière dont Denys a mis en scène son projet. Car il s’agit bien d’une mise en scène. Il fit venir 60 000 hommes dont il stimula le zèle par tous les moyens. Cela ne se fit pas par la contrainte, mais par un système de récompenses proposées respectivement aux architectes, aux artisans et aux simples ouvriers, mais aussi et surtout par l’engagement à la fois de l'entourage de Denys et de Denys lui-même, personnellement : il a participé à l’ouvrage en travaillant comme n’importe quel autre. Ainsi cette construction a-t-elle été une expérience qui a soudé dans une même communauté le “monarque” et ses sujets : 30 stades en 20 jours : tous pouvaient être fiers du record. En fait tant de hâte n’était pas en soi nécessaire, car seul Denys pensait à Carthage et il avait gardé ses plans bien secrets, comme le précise Diodore. Les Carthaginois étaient loin et pouvaient difficilement attaquer ; le cas étant donc très différent de celui d’Athènes que Thémistocle avait fait fortifier sous la menace spartiate (Thc. 1.90). Peut-être est-ce en s’inspirant de cet événement que Denys a provoqué de façon artificielle une situation qui motivait un effort communautaire et une émulation.

19Le tyran répéta ce procédé sur une plus grande échelle lors de la préparation de la guerre contre Carthage en 399 (Diod. 14.41-46). Cette fois-là il fit appel non seulement aux citoyens de Syracuse, mais à des corps de métiers venant de tout le bassin méditerranéen. Et encore une fois Denys sut admirablement stimuler tout le monde : les plus en vue des citoyens – autrement dit les anciens oligarques – en leur confiant la surveillance des opérations, les autres en promettant des récompenses pour les meilleurs ouvriers. Il ne ménagea pas non plus les marques de sa bienveillance en s’intéressant aux travaux et en invitant à sa table les plus travailleurs. Il s’ensuivit un concours entre tous, qui produisit beaucoup d’innovations (la construction de pentères et l’invention de la catapulte). Fort de cette popularité – qu’il entendit renforcer en faisant célébrer un double mariage fastueux avec force banquets – Denys pouvait désormais se montrer plus doux à l’égard de ses sujets et gouverner d’une manière moins autoritaire. Il cherchait aussi à gagner les bonnes grâces (εὕνοια) des autres cités par des bienfaits (par ex. Messine). Après avoir atteint un tel sommet dans l’accord entre monarque et sujets, il appela à la guerre contre l’ennemi héréditaire, Carthage, en commençant par un vrai pogrom contre la population carthaginoise de Syracuse.

  • 16 Premerstein 1937; Syme 1939; Herrmann 1968.

20Dans les deux cas l’action de Denys a été admirablement planifiée et calculée : il a saisi l’occasion que lui offrait la menace carthaginoise pour affirmer son pouvoir. En fait, s’il a su se débarrasser de ses adversaires démocrates et oligarques, face à Carthage, en revanche, il n’a rien fait de plus que de sauver la pure et simple existence de Syracuse. Cela n’avait évidemment pas contribué à faire mieux accepter la tyrannie à l’intérieur. Ensuite, cependant, Denys avait appris à rassembler les citoyens dans un engagement communautaire pour le bien public. Il détournait l’agressivité vers l’extérieur, en se mettant à la tête du mouvement et en consolidant de la sorte son pouvoir comme chef militaire, Iurauit in mea uerba tota Italia sponte sua et me belli, quo uici ad Actium, ducem depoposcit (RGDA, 25) : c’est ainsi que, plus tard, Auguste a présenté la mobilisation de masse, par laquelle il avait renforcé son pouvoir per consensum uniuersorum (RGDA, 34)16.

21Denys comme Auguste avaient compris ce qui est vital dans une situation “post-constitutionnelle”. Ils faisaient appel à la faculté d’enthousiasme des masses et à l’obéissance volontaire qui en découlait ; tout cela réduisait la réalité du droit et la constitution à l’état de vaine apparence. Que Denys ait été élu στρατηγòς αὐτοκράτωρ n’est pas même mentionné par la suite.

  • 17 Romilly 1958, 92-101, en part. p. 94.
  • 18 Luccioni 1947; Strauss 1948; Sordi 1980; Gray 1986, 115-123.

22Selon une jolie formule de Mme de Romilly, les œuvres de Xénophon ne sont d’une certaine manière rien d’autre que le portrait du bon chef, présenté comme un homme dont les ordres sont exécutés de bonne grâce17. Xénophon connaissait peut-être directement la tyrannie de Denys, en tout cas l’arrivée sur la scène politique du tyran l’a fortement impressionné. Le meilleur témoignage en est son livre intitulé Hiéron18.

23Xénophon y met en scène face à face le tyran Hiéron et le poète Simonide et il choisit comme lieu la ville de Syracuse, évidemment un siècle plus tôt. Dans une première partie, le poète amène le tyran, avec beaucoup d’élégance, à déplorer l’absurdité de sa position de pouvoir. Hiéron est malheureux car il lui manque l’affection et la reconnaissance nécessaires à tout homme (Hier., 1-7). Ainsi est créée la situation où Simonide peut lui délivrer son enseignement. La tyrannie – qui est clairement désignée comme telle (8.1) – n’est en aucune manière remise en question. Simonide prend la situation “post-constitutionnelle” comme donnée, mais cherche à l’améliorer par ses conseils. Ceux-ci visent dans l’ensemble à donner au tyran l’affection et la reconnaissance qui lui manquent si cruellement et, par-là, à susciter une obéissance volontaire (11.12), qui certes n’abolit pas l’absence de lois, mais qui élimine l’un des éléments caractéristiques de la tyrannie : le fait que le pouvoir s’exerce sur les sujets contre leur volonté

  • 19 Frolov 1974, 401-434; Romilly 1979, 127-144; Alexiou 1995, 98-131; Eder 1995, 153-173.
  • 20 Déjà, chez Hérodote, Xerxès promet un prix pour récompenser l’armée la mieux équipée (7.8) ; compar (...)

24Xénophon n’est pas isolé, lorsqu’il donne ce type de conseils : à peu près au même moment Isocrate écrivait ses discours pour les rois de Chypre Évagoras et Nicoclès19. Mais nous ne devons pas perdre de vue le fait que ces tentatives hardies pour rendre acceptable la plus mauvaise constitution avaient déjà été réalisée dans la pratique par Denys. Celui-ci n’avait donc pas besoin d’un “Fürstenspiegel” ; ses maximes furent reprises bien davantage par cette littérature qui émerge au ive s. Ainsi pouvons-nous situer les conseils donnés par Simonide dans la scène décrite à Syracuse autour de l’an 400. Cela commence par l’invitation à être δηµοτικός, c’est-à-dire à s’adresser aux gens avec affabilité, à les louer, les inviter, leur faire des cadeaux (8.3-7), car tout cela fait un bien plus grand plaisir venant d’un supérieur que venant de personnes privées. Simonide consacre un long développement à la distribution de prix et à l’émulation qu’elle suscite (9). Il ne peut se retenir d’énumérer des domaines d’application toujours nouveaux : les chœurs, l’armée, et pour finir la vie économique : “L’agriculture aussi pourrait faire de gros progrès, si l’on établissait des prix pour les campagnes et les villages qui, en chaque occasion, cultivent le mieux” (9.7) – déjà presque un concours de type stakanoviste20 ! Une chose importante est que par là on supprime le loisir qui donne aux hommes l’occasion de réfléchir sur leur situation (9.8). Dans l’ensemble de ce chapitre, toutefois, l’honneur est présenté comme le principe qui anime le régime monarchique, avec une insistance qui annonce Montesquieu.

25Enfin le tyran se voit recommandé de consacrer ses propres revenus au bien de sa cité, supprimant ainsi une caractéristique de la tyrannie : gouverner pour son propre intérêt (11). Dans ce cas, c’est la construction de monuments qui est mise en avant (murs, temples, portiques, marché et ports) (11.2). De cela on pourrait rapprocher les chapitres de Diodore sur des entreprises analogues de Denys (14.7 ; 15.13). Enfin, l’idée que les constructions confèrent au tyran un titre de gloire se trouve chez Cicéron, dans le De republica, mais pour être niée par lui : nihilo magis efficiebant, Dionysio tenente, ut esset illa res publica ; nihil enim populi, et unius erat populus ipse (3.43) ; que Cicéron, dans ce passage, se recommande de Timée n’est peut-être pas un hasard.

  • 21 Milobenski 1964; Walcot 1978.

26Xénophon n’aurait du reste sans doute pas refusé de souscrire à ce jugement. Dans tous les conseils qu’il donne le tyran reste le vis-à-vis, en fin de compte l’antagoniste de la polis dont il essaie d'obliger les citoyens par ses bienfaits, en faisant ainsi d’eux des sujets. Hiéron fait encore allusion par deux fois à la force armée qui lui est aussi nécessaire qu’elle le sera plus tard pour Auguste. Lorsque, pour finir, Simonide promet à Hiéron qu’il sera heureux sans être jalousé, cela ne peut être compris, quand on connaît la pensée des Grecs sur la jalousie, que de manière ironique : que l’on mette en regard la maxime d’Hérodote dans son “débat sur la meilleure constitution” : φθόνος δὲ ἀρχῆθεν ἐμφύεται ἀνθρώπῳ (3.80.3)21.

  • 22 Luccioni 1958, 73-104; Sordi 1979; Trampedach 1994, 105-107.

27Nous ne pouvons pas ici exposer en détail l’image complexe du tyran chez Platon, qui oscille en particulier entre une vision très dépréciative et la possibilité d'une amélioration du monarque, condition de la création d’un bon état. Platon a séjourné au temps de Denys l’Ancien à Syracuse. ; quant à savoir s’il le connaissait personnellement, la masse d’anecdotes à ce sujet ne fait que masquer la vérité22. Aussi n’est-il pas étonnant qu’au livre 8 de la République l’apparition du tyran, après l’anarchie qu’est la démocratie dans sa version extrême (décrite avec les traits de la démocratie athénienne), corresponde jusque dans le détail aux diverses étapes de la prise du pouvoir par Denys telle que la raconte Diodore (13.91 sq.). Particulièrement caractéristique est la façon dont le tyran se retourne d’abord contre les oligarques, puis contre les démocrates, provoquant deux crises graves, avant qu’il ne parvienne à s’imposer définitivement : le modèle platonicien concorde avec la réalité des faits à Syracuse. Platon s’intéresse naturellement peu, dans ce contexte, aux tentatives de Denys pour légitimer sa prise du pouvoir. Mais il ne les passe pas tout à fait sous silence : ce sont les mesures traditionnellement prises par le tyran, comme l’abolition des dettes, le partage des terres (565e), auxquels Denys n’a pas renoncé. La bienveillance du tyran devient chez Platon un jeu de masques au début de son régime (566d-e) ; quant à la guerre, elle peut certes le rendre indispensable comme chef des armées, mais ne saurait avoir l’effet mobilisateur que décrit Diodore.

28Bref, Platon dépouille le portrait proposé de ses couleurs et le réduit à un ensemble de techniques appliquées par un tyran qui est fondamentalement mauvais. Sa représentation se réfère globalement à l’exemple historique de Denys.

  • 23 Heuss (1970) 1995, 103-146; Meister 1977, 35-41; Kamp 1985, 17-34; Schütrumpf & Gehrke 1996, 575-59 (...)

29Aristote traite de la tyrannie d’une manière très originale, au cinquième livre de sa Politique, lorsqu’il étudie la décadence et le maintien des divers types de constitution. Alors que pour les autres constitutions il considère que le meilleur moyen de les préserver est d’appliquer leur principe de base avec modération, pour la tyrannie il présente deux options opposées : l’une est de conseiller ici aussi la modération ; l’autre prévoit au contraire une accentuation de la puissance du tyran, autrement dit une surenchère dans le principe de cette constitution erronée. Alfred Heuss, dans un article qui a fait date, fait d’Aristote le théoricien du totalitarisme ; quoi qu’il en soit il est certain que ce chapitre sur le tyran fonde ce que nous pourrions appeler un état autoritaire23. Dans notre perspective il est intéressant de constater que dans l’une et l’autre option, Aristote avait en tête l’exemple de Denys.

30La seconde option, celle d’une accentuation du pouvoir, Aristote l’appelle lui-même “traditionnelle” et il présente Périandre de Corinthe comme son prototype (5.2 1313a-1314a). Denys n’est cité qu’à côté d’autres tyrans, dans un rapport, du reste, problématique parce que peu intelligible sur le plan économique. Cependant les effets du pouvoir absolu, tels que les analyse Aristote, la rupture de la confiance entre les hommes et, par-là, la rupture du lien social aussi bien que de la confiance en soi, tout cela ne correspond en rien à la situation du vie s., mais bien à la situation “post-constitutionnelle”, à l’époque d’un Denys. Assurément Aristote met en lumière le revers de la médaille de la mobilisation déclenchée par Denys, en évaluant pour ainsi dire le coût. Il met l’accent sur la perte de temps libre et la dissolution de la solidarité sociale provoquées par des sollicitations perpétuelles pour des constructions comme pour des guerres. Lorsqu’il ajoute à ce tableau les couleurs de la démocratie athénienne (caricaturée), comme la liberté excessive des femmes et des esclaves, il suit le modèle platonicien. Mais ceci aussi nous renvoie au plus tôt à la fin du ve s., par conséquent à une époque que les deux philosophes considéraient comme celle d’une décomposition de l’ordre traditionnel et, qu’il s’agisse d’une “démocratie extrême” ou d’une tyrannie, de toute façon comme mauvaise.

31En ce qui concerne l’autre option, celle de la modération, Aristote se rapproche davantage des vues de Xénophon et, par-là, du genre littéraire du “Fürstenspiegel” (5.2 1314a-1315b). Il s’agit alors de laisser la tyrannie devenir plus “royale”, Aristote affirmant, du reste, d’emblée que le pouvoir doit être maintenu coûte que coûte. Selon ses propres paroles, il s’agit “d’imposer son autorité aux sujets, qu’ils le veuillent ou non”. Le tyran doit se conduire “comme un roi”, il doit “jouer le rôle d’un roi avec habileté”.

32Il est important que dans ce processus il ne perde pas de vue le bien-être public et que pour y contribuer il mette en jeu ses revenus personnels. Il ne doit pas, selon Aristote, régner “pour son propre avantage”. Comme chez Xénophon le tyran doit mettre à l’honneur certains de ses sujets en récompensant leurs efforts. Aristote s’attarde longuement sur cette idée de l’honneur comme compensation à la liberté perdue. Parmi les vertus, il attribue au tyran tout au plus le désir de se montrer valeureux à la guerre.

33On voit clairement à nouveau que le philosophe n’envisage sérieusement dans aucun de ses conseils une réelle amélioration du tyran. Il ne s’agit dans tous les cas que de l’apparence du bien, jamais du bien lui-même. Ainsi Aristote peut conclure en affirmant encore une fois qu’il s’agit de se présenter devant les sujets (φαίνεσθαι) non pas comme un tyran, mais comme un bon administrateur et un bon monarque, non pas en égoïste, mais en homme attentionné.

34Jetons donc un coup d’œil d’ensemble sur l’impression que l’apparition de Denys sur la scène de l’histoire a pu faire sur la pensée du ive s. Déjà la simple existence de Denys est importante en soi, car dans sa personne il incarne une forme de gouvernement, la tyrannie, que l’on croyait révolue. Elle est, d’après notre analyse, le signe d’un état de la cité – que la constitution ait été oligarchique ou démocratique – tel que celle-ci n’a plus la capacité de venir à bout d’une crise existentielle.

  • 24 Ungern-Sternberg 1988, 1123-1151.

35Mais de cela les philosophes du ive s. ne parlent jamais. Pour eux la tyrannie reste foncièrement mauvaise (Platon), tout au plus capable d’une amélioration superficielle (Aristote) ou comportant des réserves (Xénophon). Un bon indice de cela est qu’aucun de ces philosophes n’assigne au tyran un véritable but, qui aboutirait automatiquement à la formation d’un empire dépassant le cadre de la cité. Lorsqu’il est question de la guerre, ou bien elle sert de dérivatif ou, toute au plus, elle permet au tyran d’accroître sa gloire, mais elle n’a jamais un but concret. J’ai tenté de montrer ailleurs que les jugements sur le Denys historique au ive s. ne se différenciaient pas fondamentalement de cette conception24. On lui a accordé occasionnellement d’avoir sauvé Syracuse des Carthaginois ; mais sa domination sur la ville n’est jamais évaluée positivement ni même considérée comme montrant une voie pour l’avenir.

  • 25 Sanders 1994, 111-137.

36En revanche ses techniques d’exercice du pouvoir, sa tactique élaborée pour la prise du pouvoir, sa capacité à mobiliser les hommes à son service ont eu une influence plus durable. Sur ce point il est difficile, comme on l’a dit au début, de faire le départ entre ce que Denys a réellement fait et ce qui doit être attribué à la représentation de Philistos. Si l’on envisage l’effet produit sur la théorie, cela n’apporte qu’une nuance. On sait que le livre de Philistos était lu aussi avec une visée pratique, comme l’attestent le souhait d’Alexandre le Grand de se le faire adresser sur ses champs de bataille (Plut., Alex., 8) et le plaisir d’un Cicéron à l’évocation du “vieux renard” Denys, tel qu’il le trouvait présenté chez l’historien sicilien (Q. fr., 2.12.4)25.

Bibliography

Bibliographie

Alexiou, E. (1995): Ruhm und Ehre. Studien zu Begriffen, Werten und Motivierungen bei Isokrates, Heidelberg.

Apffel, H. (1957): Die Verfassungsdebatte bei Herodot (3. 80-82), Diss. Erlangen.

Beloch, K. J. (1922): Griechische Geschichte, III.12, Berlin-Leipzig.

Berve, H. (1967): Die Tyrannis bei den Griechen, Munich.

Caven, B. (1990): Dionysius I. War-Lord of Sicily, New Haven.

Consolo Langher, S. N. (1997): Un imperialismo tra democrazia e tirannide. Siracusa nei secoli v e iv a.C., Rome.

Deininger, J. (1993): “Krise der Polis? Betrachtungen zur Kontinuität der gesellschaftlichen Gruppen und der inneren Konflikte im Syrakus des 5. und 4. Jahrhunderts v. Chr.”, in: Dietz et al. 1993, 55-76.

Dietz, K., D. Hennig et H. Kaletsch, éd. (1993) : Klässisches Altertum, Spatantike und frühes Christentum, Festschrift A. Lippold, Würzburg.

Drögemüller, H. P. (1969): Syrakus. Zur Topographie und Geschichte einer griechischen Stadt, Heidelberg.

Eder, W. (1995): “Monarchie und Demokratie im 4. Jahrhundert v. Chr. Die Rolle des Fürstenspiegels in der athenischen Demokratie”, in: Eder, éd. 1995, 153-173.
—, éd. (1995):
Die athenische Demokratie im 4. Jahrhundert v. Chr., Stuttgart.

Eder, W. et K. J. Hölkeskamp, éd. (1997) : Volk und Verfassung im vorhellenistischen Griechenland. Symposium K.-W. Welwei, Stuttgart.

Frolov, E. (1974): “Das Problem der Monarchie und der Tyrannis in der politischen Publizistik des 4. Jahrhunderts v. u. Z.”, in: Welskopf 1974, 401-434.
— (1996): “Zum Vorhellenismus im griechischen Westen”, in: Funck 1996, 513-524.

Funck, B., éd. (1996): Hellenismus, Tübingen.

Giorgini, G. (1993): La città e il tiranno. Il concetto di tirannide nella Grecia del VII-IV secolo a.C., Milan.

Gray, V. J. (1986): “Xenophon’s Hiero and the Meeting of the Wise Man and Tyrant in Greek Literature”, CQ 36,115-123.

Heinrichs, J., éd. (1988): Zu Alexander d. Gr. Festschrift G. Wirth, Amsterdam, 1 123-1151.

Herrmann, P. (1968): Der römische Kaisereid, Göttingen.

Heuss, A. (1970): “Aristoteles als Theoretiker des Totalitarismus”, Gesammelte Schriften I, Stuttgart.

Kamp, A. (1985): “Die aristotelische Theorie der Tyrannis”, Philosophisches Jahrbuch, 92, 17-34.

Kirsten, E. (1956): Die griechische Polis als historisch-geographisches Problem des Mittelmeerraumes, Bonn.

Lasserre, F. (1976) : “Hérodote et Protagoras : le débat sur les constitutions”, MH, 33,65-84.

Libero, L. de (1996): Die archaische Tyrannis, Stuttgart.

Luccioni, J. (1947) : Les idées politiques et sociales de Xénophon, Paris.
— (1958) : La pensée politique de Platon, Paris.

Luraghi, N. (1994): Tirannidi arcaiche in Sicilia e Magna Grecia da Panezio di Leontini alla caduta dei Dinomenidi, Florence.

Mc Glew, J. F. (1993): Tyranny and Political Culture in Ancient Greece, Ithaca-N.Y.

Manuwald, B. (1999): Platon. Protagoras, Göttingen.

Meier, Chr. (1980a): Die Entstehung des Politischen bei den Griechen,Francfort.
— (1980b):
Die Ohnmacht des allmächtigen Dictators Caesar. Drei biographische Skizzen, Francfort.

Meister, A. (1977): “Das Tyrannenkapitel in der Politile des Aristoteles”, Chiron, 7, 35-41.

Meister, K. (1967): Die sizilische Geschichte bei Diodor von den Anfängen bis zum Tod des Agathokles. Quellenuntersuchungen zu Buch IV-XXI, Diss. Munich.

Milobenski, E. (1964): Der Neid in der griechischen Philosophie, Wiesbaden.

Mossé, C. (1969) : La tyrannie dans la Grèce antique, Paris.

Niebuhr, B. G. (1847): Vorträge über alte Geschichte I, Berlin.

Pearson L. (1984): “Ephorus and Timaeus in Diodorus. Laqueur’s Thesis Rejected”, Historia, 33, 1-20.

Plass, H. G. (1852): Die Tyrannis in ihren beiden Perioden bei den alten Griechen, Bremen.

Premerstein, A. v. (1937): Vom Werden und Wesen des Prinzipats, Munich.

Raaflaub, K. (1985): Die Entdeckung der Freiheit. Zur historischen Semantik und Gesellschaftsgeschichte eines politischen Grundbegriffs der Griechen, Munich.

Romilly, J. de (1958) : “Eunoia in Isocrates or the Political Importance of Creating Good Will”, JHS 78, 92-101.
— (1979) :
La douceur dans la pensée grecque, Paris.

Sanders, L. J. (1987): Dionysius I of Syracuse and Greek Tyranny,Londres.
— (1994): “From Dionysius to Augustus: Some Thoughts on the Nachleben of Dionysius I of Syracuse”,
Kokalos, 36/37, 111-137.

Schuller, W., éd. (1998): Politische Théorie und Praxis im Altertum, Darmstadt.

Schütrumpf, E et H. J. Gehrke (1996): Aristoteles. Politik Buch IV-VI, Berlin.

Sordi, M. (1979): “Dionigi 1 e Platone” (= Sordi 1992, 83-91).
— (1980): “Lo
lerone di Senofonte, Dionigi I e Filisto” (= Sordi 1992, 105-117).
— (1990): “Filisto e la propaganda dionisiana” (= Sordi 1992, 93-104).
— (1992):
La dynasteia in occidente, Studi su Dionigi I, Padoue.

Stahl, M. (1987): Aristokraten und Tyrannen im archaischen Athen, Stuttgart.

Stein-Hölkeskamp, E. (1989): Adelskultur und Polisgesellschaft. Studien zum griechischen Adel in archaischer und klassischer Zeit, Stuttgart.

Strauss, L. (1948): On Tyranny. An Interprétation of Xenophon’s Hiero, New York.

Stroheker, K. F. (1953/4): “Zu den Anfangen der monarchischen Théorie in der Sophistik”, Historia,2,381-412.
— (1958):
Dionysios I, Gestalt und Geschichte des Tyrannen von Syrakus, Wiesbaden.

Syme, R. (1939): The Roman Revolution, Oxford.

Thompson, N. (1996): Herodotus and the Origins of the Political Community, New Haven.

Trampedach, K. (1994): Platon, die Akademie und die zeitgenossische Politik, Stuttgart.

Ungern-Sternberg, J. v. (1988): “Zur Beurteilung Dionysios I. von Syrakus”, in: Will 1988, 1123-1151.
— (1998): “Die Romulusnachfolge des Augustus”, in: Schuller 1998, 166-182.

Vinogradov, J. G. (1980): “Die historische Entwicklung der Poleis des nördlichen Schwarzmeergebietes im 5. Jahrhundert v. Chr.”, Chiron, 10, 63-100.

Voegelin, E. (1949): “On Tyranny”, The Review of Politics, 11, 241-244.

Walcot, P. (1978): Envy and the Greeks. A Study of Human Behaviour, Warminster.

Welskopf, E. Ch., éd. (1974): Hellenische Poleis, I, Berlin.

Will, W. et J. Heinrichs, éd. (1988) : Zu Alexander d. Gr. Festschrift G. Wirth, Amsterdam.

Zahmt, M. (1997): “Der Demos von Syrakus im Zeitalter der Dionysioi”, in: Eder & Hölkeskamp 1997, 153-175.

Zanker, P. (1990): Augustus und die Macht der Bilder, Munich (2. Auflage).

Zoepffel, R. (1993): “Le fonti scritte su Dionigi I di Siracusa”, in: La monetazione dell‘età Dionigiana. Atti dell'VIII Convegno del Centro Intemazionale di Studi Numismatici, Rome, 39-56.

Notes

1 Meister 1967, 71-105 ; Pearson 1984, 1-20 ; Sordi 1992, 93-104 ; Zoepffel 1993, 39-56. Très problématique est la thèse de L. J. Sanders (1987) selon laquelle Diodore aurait directement utilisé Philistos.

2 Stahl 1987; Stein-Hölkeskamp 1989; Luraghi 1994; Libero 1996.

3 Vinogradov 1980, 63-100 (avec une bonne comparaison entre la titulature des Spartocides et celle de Denys Ier)

4 Raaflaub 1985, 108-125, 258-261; Giorgini 1993; Mc Glew 1993, 183-212.

5 Reste fondamental : Stroheker 1958 ; Berve 1967, 221-260 ; voir aussi Caven 1990 ; Frolov 1996, 513-524 ; Consolo Langher 1997, 109-138.

6 Beloch 1922, 312.

7 Mossé 1969, 99-120. La coupure historique est minimisée par Deininger 1993, 55-76 ; voir aussi la critique de Zahrnt 1997, 153-175.

8 Niebuhr 1847, 328; Plass 1852.

9 Voegelin 1949, 241-244.

10 Meier 1980b, 225-287; Zanker 1990; v. Ungern-Sternberg 1998, 166-182.

11 Pind., P, 2.86-89 ; Aesch., Supp., 604, 698-699 ; voir Meier 1980a, 275-325.

12 Manuwald 1999, 170-209.

13 Apffel 1957; Lasserre 1976, 65-84; Thompson 1996, 55-78.

14 Stroheker 1953-1954, 381-412; 1958, 86-110.

15 Kirsten 1956; Drögemüller 1969.

16 Premerstein 1937; Syme 1939; Herrmann 1968.

17 Romilly 1958, 92-101, en part. p. 94.

18 Luccioni 1947; Strauss 1948; Sordi 1980; Gray 1986, 115-123.

19 Frolov 1974, 401-434; Romilly 1979, 127-144; Alexiou 1995, 98-131; Eder 1995, 153-173.

20 Déjà, chez Hérodote, Xerxès promet un prix pour récompenser l’armée la mieux équipée (7.8) ; comparer Xen., HG, 6.4.29 (Jason de Phères).

21 Milobenski 1964; Walcot 1978.

22 Luccioni 1958, 73-104; Sordi 1979; Trampedach 1994, 105-107.

23 Heuss (1970) 1995, 103-146; Meister 1977, 35-41; Kamp 1985, 17-34; Schütrumpf & Gehrke 1996, 575-598.

24 Ungern-Sternberg 1988, 1123-1151.

25 Sanders 1994, 111-137.

© Ausonius Éditions, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540