Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondements et crises du pouvoir

 | 
Valérie Fromentin
, 
Jean-Michel Roddaz
, 
Sophie Gotteland
, 
et al.

Préface

Sylvie Franchet d’Espèrey, Valérie Fromentin, Sophie Gotteland et Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

1Le présent ouvrage réunit des communications présentées lors d'une série de journées d'étude qui se sont tenues au Centre Ausonius de l'Université de Bordeaux 3 entre mai 1999 et octobre 2001, autour du thème : “Fondements et crises du pouvoir en Grèce et à Rome”.

2La problématique retenue était celle de la perception et de la représentation du pouvoir dans les textes littéraires grecs et latins : existe-t-il des images, des modèles et des figures du pouvoir qui soient communs aux deux cultures et qui transcendent tout à la fois les différences entre les genres littéraires et les différences entre les époques ? Dans quelle mesure cet imaginaire du pouvoir est-il tributaire de la pensée philosophique ou d'autres savoirs réflexifs ? Quelles relations la théorie entretient-elle par ailleurs avec la réalité historique et la pratique politique ?

3Dans le cadre ainsi défini, il nous est apparu que deux notions étaient centrales et indissociables : celle de fondement et celle de crise. Nous les avons donc abordées successivement, dans l'ordre logique qui place le fondement avant la crise, même s'il s’est avéré bien vite que, dans la réflexion des anciens, les choses n'étaient pas aussi nettes : c'est bien souvent à partir d'une crise qu'on réfléchit sur les fondements.

4Une première partie est consacrée aux fondements philosophiques et anthropologiques du pouvoir. Certaines des communications envisagent les théories du pouvoir dans les grandes philosophies antiques (Platon, Aristote, épicurisme notamment) ; d'autres mettent l'accent sur l'articulation entre théorie et pratique du pouvoir, démontrant qu'il y a interaction entre les deux. Un ensemble de trois contributions enfin aborde les rapports entre conflit et pouvoir dans une perspective anthropologique ; c'est alors la question de la violence qui est au coeur de la réflexion.

5La deuxième partie est centrée sur la tragédie grecque. Il était intéressant en effet d'envisager la représentation du pouvoir et de l'autorité dans un genre littéraire qui est en prise avec la vie de la cité et qui fait écho aux grands débats contemporains autour du politique. Dans les tragédies de Sophocle notamment, le pouvoir est souvent représenté dans un moment de crise, où se trouve remise en cause la légitimité de celui qui l'exerce. Se pose dès lors la question du bon et du mauvais pouvoir et de leurs fondements respectifs.

6La troisième partie est consacrée à la notion de crise, qui a fait l’objet d’un colloque. On y aborde l'histoire proprement dite, avec les grandes crises du pouvoir, de l'Athènes classique à l'Empire romain. L’objectif n'était pas de proposer une nouvelle analyse moderne de ces crises, mais de présenter et d'étudier le point de vue des anciens eux-mêmes, tel qu'en témoignent non seulement les sources historiographiques, mais aussi, par exemple, l'éloquence et la poésie.

7Quels sont dans ces textes les mots et les images pour dire la crise ? Selon quels schémas conceptuels y est-elle analysée dans son déroulement (causes, manifestations, résolution) ? Faute de pouvoir envisager toutes les crises, il nous a fallu faire un choix : si l'ensemble des communications présentées va de la tyrannie des Trente à la crise de l'empire romain au iiie siècle, nous avons accordé une place privilégiée au passage de la République romaine au Principat, cas exemplaire où l'on voit que la résolution de la crise passe par une révision des fondements.

8Au moment où paraît ce livre, nous tenons à exprimer notre reconnaissance à tous ceux qui ont bien voulu participer à cette réflexion, comprendre qu'elle se ferait par étapes et accepter, le cas échéant, que leur texte soit publié avec quelque délai. Notre gratitude va tout particulièrement à Jean-Michel David, qui s'est chargé de la synthèse finale du dernier colloque. Nous remercions aussi le centre Ausonius et Raymond Descat, son directeur, ainsi qu'Alain Bresson, qui a accueilli ce volume dans la collection Études. Un grand merci enfin à Stéphanie Vincent, dont la patience et les compétences techniques nous ont été si précieuses.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540