Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Les anomalies démographiques : clefs d’interprétation des cimetières d’épidémies en archéologie

Dominique Castex

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Duday 2005 ; et sa contribution dans ce volume.

1Certains évènements particuliers du passé (guerre, massacre, désastre naturel, famine ou épidémie) ont généré un nombre de morts important et conduit dans certains cas à de véritables crises de mortalité. Régulièrement exploitée du point de vue historique cette thématique d’étude est relativement récente dans le domaine de l’archéologie et de l’anthropologie malgré un potentiel pourtant très riche. En effet, en réponse à des décès multiples va être mise en oeuvre une prise en charge particulière des cadavres qui abouti bien souvent à la constitution d’ensembles funéraires généralement différents de ce que l’on a l’habitude de rencontrer en période de décès plus “ordinaire” : plusieurs individus vont être réunis dans un contenant unique voire parfois dans plusieurs structures juxtaposées. Dès lors que les méthodes de l’archéologie nous permettent de prouver qu’il s’agit de véritables dépôts simultanés1 il est alors possible de suspecter un phénomène de mortalité anormale liée à un événement particulier que l’on peut tenter d’interpréter. Ainsi la sépulture et, à plus large échelle, le cimetière peuvent constituer des objets d’analyses privilégiés pour la connaissance des crises de mortalité du passé. D’une part parce que les tombes, précieux témoignages d’un investissement culturel, peuvent nous informer sur les réactions et les traitements spécifiques qui peuvent être occasionnellement mis en œuvre en période de crises, et, d’autre part, parce que les squelettes représentent une réalité biologique qui peut nous éclairer sur la nature des décès.

2Le développement de l’archéologie préventive dans les années 80 ainsi qu’une manière nouvelle de concevoir la fouille des ensembles sépulcraux ont favorisé la découverte pour des périodes chronologiques diverses de plusieurs gisements funéraires consécutifs à des crises de nature épidémique. Certains de ces gisements ont d’ores et déjà bénéficié de plusieurs analyses qui permettent maintenant de proposer des interprétations. Bien que des informations capitales, liées à l’archéologie funéraire, contribuent à la connaissance de ces ensembles sépulcraux particuliers, nous nous limiterons volontairement dans le cadre de cet article à un angle d’analyse plus spécifiquement anthropologique et tout particulièrement à l’exploitation des données démographiques obtenues à partir de l’étude des restes osseux et dentaires. Fondée sur une méthodologie et des outils précis, nous verrons que l’analyse du “recrutement” d’une population archéologique à partir des paramètres âge et sexe peut se révéler très pertinente dans l’interprétation de crises de mortalité brutale par épidémie.

Les cimetières de peste : des premières interprétations à lidentification des grandes pestes historiques

Analyse du “recrutement” : quelques rappels méthodologiques

  • 2 Ces estimations doivent être les plus fiables possibles et sur ce sujet nous ferons plus particuliè (...)
  • 3 Le taux de masculinité est le rapport de l’effectif des hommes sur l’effectif des hommes et celui d (...)
  • 4 Nous entendons par là une distribution de l’âge et du sexe la plus “classique” possible, c’est-à-di (...)
  • 5 Masset 1987 ; Sellier 1996 ; Blaizot & Castex 2005 ; Castex 2005.

3La toute première étape est l’acquisition des données biologiques individuelles, âge et sexe au décès, de tous les individus exhumés2. Ces paramètres vont être ensuite exploités afin de cerner au mieux la composition par âge et par sexe de la population, une seconde étape qui passe obligatoirement par l’établissement d’un profil de mortalité et le calcul d’un taux de masculinité3. Il est ensuite possible de vérifier si les distributions en fonction de l’âge et du sexe obtenues à partir des échantillons archéologiques dont on dispose sont proches de celles attendues dans le cas d’une démographie naturelle4 ou si au contraire elles révèlent des anomalies en rapport avec une spécialisation qu’il conviendra alors d’interpréter5.

  • 6 Pour une référence à une mortalité ordinaire, nous avons choisi d’utiliser les tables types de mort (...)
  • 7 Le quotient de mortalité est de la forme aQx, ou “x” désigne l’âge d’entrée dans la classe d’âge et (...)
  • 8 Les tables de Ledermann (1969) permettent le calcul d’un intervalle de confiance (à 95 %) des quoti (...)

4Afin de comparer nos données à celles classiquement attendues dans le cadre d’une mortalité ordinaire6, les âges au décès individuels sont répartis en classes quinquennales (sauf les deux premières classes respectivement de 1 an et 4 ans) et en âges révolus, conformément aux tables types de mortalité théoriques de Ledermann (1969). Afin d’établir le profil de mortalité des individus, un quotient de mortalité7 est calculé pour chaque classe d’âge et les quotients obtenus sont ensuite comparés à ceux de Ledermann (1969)8.

  • 9 Sellier 1996.
  • 10 Castex 2005.

5C’est sur la base d’acquis méthodologiques pleinement développés par ailleurs9 et récemment mis en œuvre dans une situation précise10 que nous proposons l’analyse du “recrutement” de plusieurs sites liés à des contextes épidémiques. Si l’intérêt de l’analyse des paramètres âge et sexe dans toute étude palébiologique n’est plus à démontrer, elle revêt une dimension toute particulière dans le cas de crises de mortalité brutale. En effet, toutes les crises n’affectent pas uniformément les différentes tranches d’âge d’une population et selon leurs natures elles vont inévitablement opérer une sélection en terme d’âge et de sexe ; de ce fait la détection d’éventuelles anomalies des paramètres démographiques au sein des séries archéologiques étudiées est susceptible d’être un bon indicateur de l’origine des décès.

Premières analyses et arguments pour une crise de mortalité par épidémie

Saint-Pierre à Dreux, Eure-et-Loir (xive s.)

6La fouille de la place Métezeau à Dreux a été menée dans le cadre d’un sauvetage urgent par une équipe d’archéologues de la région Centre (P. Dupont, responsable du chantier et U. Cabezuelo) et a pu bénéficier de l’intervention ponctuelle d’un anthropologue (P. Courtaud, UMR 5199). La toute première surprise fut de découvrir des tombes totalement atypiques par rapport à ce qui pouvait être attendu (fig. 1) ; la poursuite de la fouille a révélé une utilisation très particulière de l’espace funéraire avec la présence de nombreuses sépultures multiples contenant entre deux et vingt-deux sujets, individus adultes et immatures confondus (fig. 2). Une première datation du XIIe s., fondée sur les données stratigraphiques et sur des fragments de céramique contenus dans le remplissage des tombes, a été proposée pour l’utilisation de cette partie du cimetière ; une nouvelle datation effectué par C14 nous a permis de replacer plus précisément cet ensemble dans le courant du XIVe s. Tout l’intérêt de ce site résidait dans sa problématique tout à fait inhabituelle et la possibilité d’exploiter pour la première fois ce type de contexte tant d’un point de vue archéologique qu’anthropologique : la présence de plusieurs sépultures simultanées et leur contemporanéité suggéraient une crise de mortalité mais quelles observations pouvaient être mise en œuvre pour la justifier ? Quels outils anthropologiques étaient susceptibles de nous permettre une interprétation de cette crise ?

  • 11 Castex 1992, 1994, 1995 ; Cabezuelo & Castex 1994.
  • 12 Dans le cadre d’un schéma de mortalité archaïque, ce rapport évolue de 18 à 10 % pour des espérance (...)
  • 13 Le chi2 à 1 d. d. l. est de 4, la différence avec une distribution théorique de 50 % est significat (...)

7En tout vingt-deux sépultures ont été étudiées, soit 72 individus dont 35 adultes et 37 sujets immatures11. Nous avons étudié la structure par âge des inhumés afin de repérer de possible écarts par rapport à une démographie naturelle (fig. 3). La proportion des sujets immatures par rapport à la population totale est compatible avec celle d’une mortalité théorique (51,4 %). Toutefois, l’étude détaillée des classes d’âge non-adultes indique clairement une population “non naturelle” avec une absence totale des nouveau-nés, un faible effectif de la classe des 1-4 ans et par contraste une mortalité croissante pour les classes supérieures de 5 à 19 ans. La forte mortalité des classes d’adultes jeunes (20-29 ans) se différencie aussi nettement d’une distribution théorique obtenue à partir des tables types (le rapport des adultes jeunes sur la population adulte totale est de 22,9 %)12. Par ailleurs le taux de masculinité de72 %13nous a permis de conclure à une nette concentration de sujets masculins dans cette partie du cimetière.

Fig. 1. Une sépulture multiple du cimetière Saint-Pierre à Dreux (Eure-et-Loire) en cours de fouille. Cl. P. Dupont et U. Cabezuelo (SRA Région centre).

Fig. 2. Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière Saint-Pierre à Dreux (Eure-et-Loire). Réalisation M. Coquerelle d’après un relevé d’U. Cabezuelo (SRA Région Centre).

  • 14 Le diagnostic d’épidémie sur les ossements est impossible car la rapidité d’action des germes infec (...)

8Ainsi à la nature particulière des sépultures rencontrées dans le secteur de cimetière étudié, s’associe un “recrutement” spécialisé en fonction de l’âge et du sexe. L’absence de stigmates précis sur les squelettes nous a permis d’exclure les morts violentes et par conséquent un fait de guerre ou un massacre et nous a orienté vers l’hypothèse d’une épidémie14. Les seuls faits pathologiques remarquables sont, d’une part, l’abondance des dépôts de tartre sur les dents ce qui pourrait être mis en relation avec un type particulier d’alimentation et impliquerait un lien social entre les individus et, d’autre part, les signes d’anémie qui sont particulièrement fréquents et semblent indiquer que ce groupe humain fut soumis à de nombreuses contraintes du milieu (carences, malnutritions, etc.) qui auraient pu constituer un terrain favorable à une épidémie.

Le Clos des Cordeliers à Sens, Yonne (ve-vie s.)

  • 15 Cette intervention complétait celles déjà engagées en 1979 par J. Nicolle (archéologue bénévole Sén (...)
  • 16 Guignier 1996 et 1997.

9Une intervention archéologique de sauvetage réalisée en 1989 par D. Maranski (archéologue municipal de la ville de Sens) a permis de mettre au jour plusieurs structures d’habitat ainsi qu’une zone funéraire renfermant quatre tombes multiples15 (fig. 4). De mauvaises conditions de sauvetage n’ont malheureusement pas permis de reconnaître les limites exactes de ces tombes qui sont par ailleurs recoupées partiellement par des éléments de bâti modernes. Il s’agit de simples fosses creusées dans la terre sans éléments d’architectures spécifiques, excepté une couverture partielle de dalles d’hypocaustes dans un cas et de gros blocs calcaire dans un autre. Une première datation du IXe-XIe s. a été proposée à partir d’arguments stratigraphiques et par référence à la typologie d’une sépulture individuelle découverte dans le même secteur. Ces sépultures ont fait l’objet de deux mémoires de recherche16.

  • 17 Les seuls mouvements observés sont ceux directement liés à la décomposition synchrone des corps sup (...)

10L’étude taphonomique a révélée l’inhumation simultanée (ou quasi-simultané) des individus. La décomposition s’est effectué en espace colmaté, tous les sujets apparaissent en assez bonne connexion anatomique, les connexions dites labiles sont dans l’ensemble bien préservées17 ; l’enchevêtrement des sujets est visible à plusieurs niveaux (fig. 5). Une nouvelle datation par radiocarbone a permis de dater ces sépultures entre le IVe et le VIe s.

Fig. 3. Distribution des âges au décès pour les sites de Dreux (Saint-Pierre) et de Sens (Le Clos des Cordeliers). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969.

Fig. 4. Plan de la fouille du Clos des Cordeliers (Sens). Réalisation D. Maranski modifié par M. Coquerelle.

  • 18 La représentativité des adultes de moins de 30 ans sur l’ensemble de la population adulte est de 13 (...)

11Le nombre minimal d’individus extraits de ces tombes est de 73 dont 28 sujets immatures et 45 adultes. Si le rapport des sujets immatures sur la population totale apparaît nettement plus faible que celui observé à Dreux (38,4 %), la répartition des âges au décès en est, par bien des aspects, relativement proche (fig. 3). Excepté le quotient de mortalité entre 1 et 4 ans nettement plus faible dans le cas de Sens et celui de la classe 20-29 ans compatible avec une mortalité théorique18, la similitude entre les deux courbes de décès concerne les anomalies détectées pour les classes 5‑9, 10-14 et 15-19 ans, ces classes sont toutes en sur-effectif et forment une courbe presque plate. La différence la plus marquante entre les deux sites concerne le taux de masculinité puisqu’à Sens il s’est révélé très proche d’une démographie naturelle (45,2 %). Confortée par l’absence totale de lésions pathologiques, l’hypothèse d’une crise de mortalité de nature épidémique semblait ici encore, comme pour le site de Dreux, tout à fait plausible bien que sa nature nous soit inconnue.

Fig. 5. Une des quatre sépultures multiples du Clos des Cordeliers à Sens (Yonne). Cl. D. Maransky (Service Archéologique Muncipale de la ville de Sens)

Des arguments différents mais complémentaires pour des crises de mortalité par épidémie

  • 19 Cf. à ce sujet l’étude récente de Ph. Blanchard (Blanchard 2006).

12Pour le gisement funéraire de Dreux comme pour celui de Sens, les données de l’archéo-anthropologie funéraire et de la stratigraphie ont permis de traduire l’adaptation d’un groupe à un phénomène de mortalité brutale. Il est intéressant de remarquer que le dépôt des corps relève dans les deux cas d’une gestion relativement bien ordonnée et renvoie par conséquent une image bien différente de celle des charniers avec des dépôts de corps désordonnés que l’on pouvait imaginer en contexte de crise de mortalité19.

13Complémentaires des données archéologiques, les données biologiques jusqu’alors rarement exploitées dans ce type de contexte, nous ont fourni des arguments pour proposer l’hypothèse de sépultures multiples probablement liées à des crises de mortalité épidémiques, sans qu’il soit possible au moment où ces analyses ont été engagées d’en connaître la nature exacte. Ainsi malgré l’absence de toutes traces d’archives précises, nous avons pu mettre en évidence que les outils de l’anthropologie biologique pouvaient s’avérer performants dans une démarche interprétative, tout particulièrement par la détection d’anomalies démographiques, argument non négligeable pour une discussion sur l’origine des décès.

  • 20 Guinier 1997.

14Il nous paraît important d’insister sur le fait que pour ces périodes peu, voire pas documentées, il est fondamental de s’assurer une datation fiable. Le site de Sens en est un très bon exemple car la datation absolue acquise en cours d’analyse a revêtu une importance fondamentale dans la mesure où elle a permis une réorientation des recherches historiques et par conséquent la possibilité d’envisager une relation entre les sépultures multiples du Clos des Cordeliers et l’épidémie de peste qui a marqué la ville en 571 p. C.20

Un éclairage nouveau par les sources archéologiques et historiques

Un cas de peste attestée : Les Fédons à Lambesc, Bouches-du-Rhône (xvie s.)

  • 21 Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales devenue Inrap (Institut National de la Rech (...)
  • 22 Guignier 1996.
  • 23 Bouttevin et al. 1996 ; Reynaud et al. 1996.
  • 24 Bizot et al. 2005.
  • 25 Moreau et al. 2005 ; Reynaud & Bizot 2005.

15Une opération archéologique menée sur le site des Fédons à Lambesc (nord-ouest de Marseille) a permis la mise au jour de 101 sépultures à inhumations. La fouille de ce gisement menée par une équipe d’archéologues de l’AFAN21 (sous la direction de P. Reynaud) a porté sur la totalité du cimetière. Les sépultures rencontrées sont de deux types, d’une part, des sépultures individuelles au nombre de 75, et d’autre part, des sépultures multiples dont 21 doubles, 4 triples (fig. 6) et 1 quadruple. Parallèlement à la première analyse du site de Sens22, le gisement des Fédons a fait l’objet d’un bilan et d’un rapport archéologique23 ; il a récemment bénéficié d’une publication exhaustive24. Les observations ostéologiques réalisées sur le terrain ont révélé qu’à l’intérieur des sépultures renfermant plusieurs individus, tous les dépôts furent simultanés et les faits archéologiques témoignent d’un mode de gestion des cadavres ordonné et raisonné25.

Fig. 6. Une sépulture triple du site des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône). Cl. P. Reynaud (Inrap).

  • 26 Rigaud 2005.

16La grande originalité de ce site tient à la richesse des documents d’archives qui ont permis d’attester qu’il s’agissait d’un cimetière dépendant d’une infirmerie de peste qui fut active du mois de mai au mois d’août 159026. Une autre particularité de ce gisement par rapport à d’autres contextes funéraires connus en temps d’épidémie tient à la présence de sépultures individuelles qui alternent avec des sépultures doubles, triples et une quadruple ce qui tend à prouver qu’une crise de mortalité peut générer des sépultures individuelles qu’il sera fondamental de prendre en compte lors de l’étude globale d’un site.

Fig. 7. Distribution des âges au décès pour le site des Fédons (Lambesc, Bouchesdu-Rhône). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969.

  • 27 Castex 2005.
  • 28 Dans le cadre d’une mortalité ordinaire, c’est la tranche d’âge pour laquelle l’effectif des décès (...)

17Afin d’optimiser les données biologiques un effort fut porté dès la phase de terrain sur la consolidation systématique des ossements et tout particulièrement celle des os coxaux pour une estimation du sexe. Sur l’ensemble des inhumés, soit 133 individus, ont été dénombré 72 sujets immatures et 61 adultes et parmi ces derniers32 femmes pour 29 hommes. Le profil de répartition des âges au décès obtenus à partir du calcul des quotients de mortalité a permis de faire apparaître de nombreuses anomalies par comparaison à une mortalité théorique27 (fig. 7). Le quotient de mortalité infantile qui concerne la tranche des 0-1 an ainsi que celui de la classe 1-4 ans se sont révélés très faibles comparés à ce qu’ils devraient être dans le cadre d’une mortalité naturelle traduisant ainsi un biais pour les enfants de moins de 5 ans, déficit particulièrement marqué pour les moins de 1 an. À l’inverse, les calculs des quotients de mortalité des classes d’âge suivantes, 5-9, 10-14 et 15-19 ans ont fait apparaître un sur-effectif très net de ces classes et l’on ne retrouve pas la relation attendue avec un minimum situé dans la classe des 10-14 ans28. Une autre anomalie concerne la surreprésentation des adultes jeunes (20-29 ans) sur l’ensemble de la population adulte (soit 31,3 %) ; l’analyse de la distribution des décès en fonction du sexe montre que ce sur-effectif est spécifiquement lié à une forte mortalité féminine dans cette classe d’âge. La répartition des sexes pour l’ensemble des adultes s’est toutefois révélée équivalente à celle d’une démographie naturelle avec un effectif de sujets masculins sensiblement identique à celui des sujets féminins ; les données brutes ont fourni un taux de masculinité de 47,5 %, taux statistiquement conforme à un taux théorique de 50 %. Ainsi, mise à part la proportion des individus immatures sur la population totale (54,1 %) et la répartition des sexes, toutes deux compatibles avec celles d’une distribution théorique, la distribution des âges au décès des moins de 30 ans présente de nettes distorsions par rapport à une démographie naturelle. Afin d’apprécier si de telles particularités, propre au site des Fédons, pouvaient être considérées comme caractéristiques d’une épidémie de peste, nous nous sommes référée à certaines études de démographie historique en période de peste.

Exploitation des sources d’archives et autres données archéologiques

  • 29 Les données provenant des registres nous ont permis d’examiner la répartition des adultes que nous (...)
  • 30 Mallet 1835.
  • 31 Faron 1997.
  • 32 Castex 1996 et 2005. Des similitudes entre la courbe des décès et celle des survivants avaient déjà (...)
  • 33 Signoli et al. 2002 ; Signoli 2005.

18En ce qui concerne l’estimation du taux de mortalité par âge, les principaux documents utilisables nous ont été fournis par les travaux de Hollingsworth et Hollingsworth (1971) pour la peste de Londres en 1603 et ceux de Mallet (1835) pour la peste de Genève tout au long du xviie s. ; ces travaux ont par ailleurs été repris par Biraben (1975). À partir des effectifs bruts des décès fournis par les auteurs, nous avons calculé les quotients de mortalité pour chaque tranche d’âge29 (fig. 8). À Londres comme à Genève, la distribution des quotients de mortalité par tranche d’âge en temps de peste se révèle complètement perturbée par rapport à celle d’une mortalité normale : on observe un faible quotient de mortalité infantile avec à l’inverse une surmortalité nette des jeunes enfants, des adolescents et des adultes en temps d’épidémie. Une comparaison avec le choléra ayant frappé Paris en 183230 fait apparaître des différences importantes quant à l’impact démographique de ces deux fléaux : à l’inverse de la peste, le choléra, peu marqué dans l’enfance et l’adolescence, devient progressivement de plus en plus important à l’âge adulte tout particulièrement pour les classes les plus âgées, des résultats par ailleurs confirmés par d’autres analyses31. Ces études fournissent des profils similaires avec toujours les mêmes décalages entre une mortalité classique et une mortalité en temps de peste, un profil comparable à celui obtenu pour la série ostéologique des Fédons. De fait, le profil de mortalité par peste apparaît très proche de celui d’une population vivante témoignant ainsi de la non-sélectivité par rapport à l’âge des victimes de Yersinia pestis32. D’autres études de démographie historique développées sur la peste en Provence au xviiie s.33 confirment les différences observées entre le profil démographique d’une mortalité ordinaire et celui de la peste.

Fig. 8. Comparaison des quotients de mortalité pour différentes épidémies (d’après les données de Biraben 1975, Hollingsworth 1971, Mallet 1835) et comparaison avec un profil de mortalité naturelle (Ledermann 1969). Réalisation P. Sellier (UMR 5199) et D. Castex.

  • 34 Signoli 1998.
  • 35 Signoli 1998 et 2005.
  • 36 Hypothèse fondée sur la confrontation des caractéristiques démographiques de l’échantillon ostéolog (...)
  • 37 Margerison & Knüsel 2002.

19Nous nous sommes également référée à d’autres séries archéologiques issues de contexte épidémique connu, plus particulièrement aux deux charniers correspondants aux victimes de la grande épidémie de peste de 1720-1722 découverts en 1994, le charnier de l’Observance à Marseille et le charnier du Délos à Martigues34. Bien que fondées sur une méthodologie et des outils différents des nôtres il est apparu que les données obtenues pour ces deux sites présentaient de nombreux points communs avec celles des Fédons, tout particulièrement pour Martigues car pour l’Observance les biais observés se sont révélés nettement moins importants et mise à part le déficit des classes les plus jeunes, nous ne retrouvons pas la forte proportion des jeunes et grands adolescents observée aux Fédons. Pour tenter d’interpréter les différences obtenues entre le profil de mortalité de Marseille et celui de Martigues a été retenu une hypothèse épidémiologique35, le site de l’Observance ayant été constitué lors de la rechute épidémique de 172236, celui du Délos témoignant plutôt d’un contexte d’acmé épidémique. D’autres comparaisons intéressantes, effectuées sur la base de séries archéologiques entre décès ordinaires et décès liés à la peste, montrent des particularités démographiques, certes liées pour une bonne part à l’impact épidémique, mais également inhérentes à la constitution des échantillons archéologiques de départ37.

  • 38 Biraben 1975.
  • 39 Rigaud 2005.
  • 40 Signoli 2005.
  • 41 Lucenet 1985.
  • 42 Biraben 1975.

20Les rares documents dont nous disposons, tant archéologiques qu’historiques, révèlent des données communes dans le profil de mortalité par peste en fonction de l’âge mais apparaissent beaucoup plus contradictoires en fonction du sexe. Ces différences, difficilement compréhensibles d’un point de vue médical, pourraient être liées à l’exposition face à la maladie38. Ainsi la forte mortalité féminine chez les adultes jeunes observée aux Fédons pourrait être imputable à la présence d’un personnel féminin jeune plus important au sein de l’infirmerie des Fédons comme en témoigne les archives39. Si certaines études historiques corroborent ce sur-effectif féminin40, d’autres au contraire tendent à prouver une sur-masculinité de la population adulte, comme pour les paroisses de Paris pour la peste du xive s.41 et de Londres pour les pestes de 1603 et 162542.

  • 43 Drancourt et al. 1998 et 2005.

21À la suite de ces découvertes archéologiques des investigations originales dans le domaine de la paléobiochimie moléculaire ont rapidement vu le jour. Pour le site de l’Observance à Marseille et celui des Fédons à Lambec il a été possible de mettre en évidence des séquences d’ADN ancien du bacille Yersinia pestis, agent de la peste, à partir des résidus de pulpe dentaire43.

  • 44 Cette notion est particulièrement importante car dans bien des cas l’interprétation délicate de cer (...)

22Ainsi le site des Fédons apparaît comme un exemple funéraire tout à fait original dans le domaine de l’archéologie et de l’anthropologie biologique, il a pu bénéficier d’une fouille exhaustive44 et la population inhumée est parfaitement datée avec un nombre représentatif d’inhumations dont l’origine de la mort est connue (sources d’archives et paléobiochimie moléculaire). L’analyse de ce site, les références aux données historiques dont nous disposons ainsi que la confrontation de nos résultats à ceux obtenus pour d’autres études de cimetière liés à la peste ont apporté un éclairage tout à fait nouveau dans un contexte bien précis.

Identification de la peste noire et de la peste justinienne

  • 45 Castex & Friess 1998 ; Sellier & Castex 2001.

23Les résultats obtenus sur l’impact démographique de la peste nous ont inévitablement amené à nous interroger sur les ensembles funéraires préalablement étudiés, Saint-Pierre de Dreux et le Clos des Cordeliers à Sens (cf. supra), présentant une mortalité anormale et pour lesquels les sources historiques étaient absentes. Les quotients de mortalité obtenus à Dreux et Sens comparés à ceux des Fédons ont révélé d’étranges similitudes entre ces trois sites (fig. 3 et 7) ; les anomalies repérées entre une mortalité par peste et une mortalité naturelle étaient sensiblement identiques à celles que nous pouvions observer entre les deux séries anciennes et les données théoriques de Ledermann45. Bien qu’il ne fut pas possible dans un premier temps d’affirmer l’impact de la peste sur la base de cette seule analyse, nous avons considéré qu’il s’agissait d’un argument non négligeable pour un tel diagnostic dans ces séries anciennes, un argument qui demandait bien entendu a être validé par d’autres analyses.

  • 46 Drancourt et al. 2004.
  • 47 Raoult et al 2000.
  • 48 Scott & Duncan 2001.

24De nouvelles recherches en paléobiochimie moléculaire ont alors été engagées46 et ont permis de confirmer la présence du bacille Yersinia pestis sur ces deux séries archéologiques : Dreux pour la peste noire, corroborant par là même les résultats obtenus pour le site de Montpellier47 et Sens pour la peste dite “justinienne”, révélant ainsi pour la première fois la présence du bacille de la peste au vie s. Ces résultats ont permis d’éclaircir un problème historique majeur car seule la troisième pandémie de peste qui a débuté à la fin du xixe s. en Asie du sud-est avait une origine microbienne certaine clairement déterminée par Yersin en 1894 ; l’identification notamment de Yersinia pestis comme responsable des décès de la peste noire permet de mettre fin à une controverse quant à l’étiologie de cette épidémie pour laquelle d’autres agents pathogènes avaient été incriminés48.

  • 49 C’est dans le cadre du projet quadriennal 2003-2006 de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitain (...)

25Ainsi nous pouvons donc mesurer l’importance des résultats obtenus : les gisements dont les données d’archives attestent en effet qu’il s’agit bien d’un épisode de peste permettent de conforter un modèle épidémique, voire des modèles, et d’autres, sans données historiques disponibles, permettent de proposer l’hypothèse d’une telle crise démographique et d’orienter les études archéologiques vers de nouveaux indices et vers la recherche de nouvelles données (nouvelle datation d’un site considérée comme acquise, recherche en paléobiologie moléculaire, etc.). Ces différents résultats et le recul nécessaire à leur interprétation nous ont permis de développer une thématique d’étude plus précise tant sur le plan méthodologique qu’analytique, que ce soit en archéologique funéraire et en anthropologie, permettant d’aborder les futures découvertes et études de manière plus systématique et de mettre en place des collaborations interdisciplinaires fondamentales pour la compréhension de tels contextes49.

Cimetières de peste supposée” : impact épidémique et/ou sélection de départ

Saint-Benoît de Prague (fin xvie s.) : une population déjà sélectionnée ?

  • 50 Une important quantité de données archéologiques ont été mises à notre disposition. Elles sont le r (...)
  • 51 Cette étude avait pour objectif d’obtenir des informations biologiques générales sur la population (...)
  • 52 Castex et al. 2003 ; Castex et al. 2005.
  • 53 L’objectif à plus long terme étant d’étudier l’ensemble des sépultures afin de comparer pour une mê (...)

26Il s’agit d’un vaste cimetière fouillé en 1971 et renfermant plus de 800 tombes dont plusieurs inhumations multiples50. La plupart des squelettes issus de ces tombes avaient fait l’objet d’une première étude anthropologique en 198851. Le niveau archéologique sur lequel nous nous sommes focalisés concerne la dernière phase du cimetière, phase qui correspond à un grand nombre d’inhumations (environ 450, soit plus de la moitié des inhumations totales), inhumations qui d’après les premières études d’archives pourraient être liées à la peste de 1680, période au cours de laquelle le cimetière et les éléments de bâti découverts sur le site appartiennent à l’ordre des Prémontrés. De par ses caractéristiques, le cimetière de Saint-Benoît de Prague était susceptible de nous apporter de nouveaux éléments de réflexions dans le contexte particulier des crises aiguës de mortalité liées à la peste52. L’effectif des individus étant très important, nous nous sommes consacrés dans un premier temps à l’étude exclusive des sépultures multiples53.

  • 54 Nous avons fait le choix de présenter une sépulture triple, cas le plus fréquemment rencontré avec (...)

27Actuellement 20 sépultures multiples ont été étudiés renfermant au total 120 sujets (fig. 9)54. La courbe des quotients de mortalité comparée aux données des tables-types de Ledermann (1969) permet d’observer diverses anomalies flagrantes (fig. 10). La toute première concerne une sous-représentation très nette des enfants de moins de 5 ans (voire 10 ans) avec une absence totale de la première classe d’âge. De fait, la proportion des sujets immatures par rapport à la population totale est faible (seulement 27,4 %). Pour les autres classes d’âge nous avons observé une nette disproportion des classes d’âge 5-9, 10-14 et 15-19 ans entre elles avec une lente inflation des quotients de mortalité. Enfin nous signalerons un pic de mortalité dans les classes 15-19 et surtout 20-29 ans, la représentation des adultes jeunes par rapport à l’ensemble de la population adulte est de 47,8 %. Le taux de masculinité apparaît particulièrement élevé avec 83,6 %.

28Il semble donc que nous ayons un recrutement très sélectif sur des critères d’âge et de sexe ; la courbe des quotients de mortalité, très différente de celle observée dans le cadre d’une mortalité naturelle, se démarque également de celle attendue dans le cas d’une peste, et tout particulièrement au niveau de la relation entre les quotients des classes 5-9, 10-14 et 15-19 ans et le sur-effectif des 20-29 ans.

29Cette divergence de profils invite à divers commentaires. L’hypothèse d’une épidémie doit être retenue, hypothèse étayée par le fait archéologique, soudaineté des décès ayant entraîné la mise en place de sépultures multiples et par l’absence de lésions spécifiques sur les squelettes. S’il s’agit d’une peste, il semble bien qu’elle ne puisse pas à elle seule expliquer de telles anomalies dans la répartition des âges et des sexes au décès. Outre le facteur épidémique et sa virulence, il faut donc pouvoir invoquer d’autres mécanismes qui auraient pu peser dans cette répartition anormale des décès.

Fig. 9. Une sépulture multiple du cimetière de Saint-Benoît à Prague (République Tchèque). Cl. Martinec (Service Archéologique de la ville de Prague).

Fig. 10. Distribution des âges au décès pour les sites de Saint-Benoît à Prague (République Tchèque) et de Venosa (Lucanie, Italie). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969.

30Une explication doit alors être recherchée dans la constitution du groupe de départ ce qui va imposer un nécessaire recours aux données d’archives qui sont les seules à même de préciser le statut des lieux et par là même de comprendre si il peut exister une éventuelle relation entre le secteur des sépultures multiples et le fonctionnement du couvent des Prémontrés (groupe d’individus déjà sélectionnés sur des critères d’âge et de sexe avec une grande majorité d’hommes jeunes ?). Peut être s’agit d’une épidémie d’une toute autre nature, ce qui impose là encore un recours aux sources textuelles, l’identification d’un événement précis, peut être moins marquant que la peste, mais rapporté par les textes ?

Venosa, Lucanie, Italie du sud (viiie-xe s.) : la nature de la crise remise en cause

  • 55 Macchiarelli & Salvadei 1989.

31Le site de Venosa fouillé en 1986 et 1987 a permis la découverte de cinq tombes adjacentes datées du viiie-xe s. renfermant de sept à douze individus (soit 48 sujets au total) déposés côte à côte ou superposés. L’hypothèse d’une crise de mortalité avait été retenue grâce à la présence de plusieurs inhumations simultanées (fig. 11). Bien qu’aucune source documentaire ne l’atteste, la possibilité d’être en présence d’une épidémie de peste a été discutée par l’absence de lésions spécifiques sur les squelettes et par la structure par âge et par sexe de l’échantillon ostéologique sur la base comparative de modèles élaborés en démographie historique. Les décès des sujets avaient été préalablement regroupés en classes d’âge décennales (excepté la première de 0 à 4 ans, totalement vide). Le sur-effectif des classes 5-14 et 15-24 ans enregistré pour les tombes de Venosa renvoyait à un profil de mortalité très différent de celui d’une démographie naturelle et effectivement comparable dans ses grandes lignes à celui observé en temps de peste55. Ce dernier point était le seul qui permettait d’interpréter ce site comme un possible ensemble de peste, les deux autres arguments pouvant être appliqués à n’importe quelle épidémie qui aurait provoqué un nombre de décès plus ou moins important et dont la rapidité d’action n’aurait pas permis le développement de lésions osseuses. Le petit effectif de cet échantillon méritait toutefois que l’on s’attache davantage à une estimation de l’âge la plus précise possible pour les individus immatures et leur distribution en classes d’âges de manière à ne retenir que de véritables anomalies démographiques, seuls éléments susceptibles de pouvoir nous renseigner sur la nature de la crise ayant affecté ces individus. Le profil de mortalité obtenu à partir des données brutes des auteurs révèlent plusieurs anomalies qui apparaissent finalement très différentes de celles observées dans les cas de peste connus (fig. 10). La proportion des sujets immatures par rapport à la population totale est de 58,3 % ; certes importante, elle reste toutefois compatible avec celle d’une mortalité théorique pour une espérance de vie comprise entre 20 et 25 ans. Les quotients de mortalité des tranches 0-1 et 1-4 ans sont totalement biaisés avec une absence complète d’individus dans ces classes d’âge. Pour les tranches d’âge supérieures la courbe des décès montre un profil très régulièrement croissant avec des effectifs anormalement surélevés pour les classes 10-14, 15-19 et 20-29 ans. On a également noté une très nette sur-représentation des adultes jeunes par rapport à l’ensemble de la population adulte (45 %). Le rapport entre les différentes classes d’âge immatures ciblées de manière plus précise est donc très différent de celui généralement observé dans les cas de peste attestée : doit-on considérer ce profil de mortalité comme représentatif d’une peste ? Et dans ce cas mettre les anomalies observées sur le compte d’une population déjà sélectionnée sur des critères d’âge (peut être s’agit d’une sélection sur une partie du site seulement) ? Ou bien doit-on s’interroger comme pour St Benoît de Prague sur la validité du premier diagnostic et envisager une crise épidémique de nature différente ?

Fig. 11. Une sépulture multiple du site de Venosa (Lucanie, Italie). Cl. R. Macchiarelli,
L. Bondioli (Musée Pigorini, Rome).

Nouvelles orientations de recherche

32Ainsi pour les sites de Saint-Benoît et de Venosa, l’analyse du “recrutement” en fonction de l’âge et du sexe nous a permis de mettre en évidence certaines particularités quantitative et qualitative très différentes de celles généralement reconnues dans un contexte de peste. Ces nouvelles données nous incitent à remettre à cause des hypothèses historiques peut être trop vite acceptées mais aussi à prendre en compte l’existence de comportements humains souvent trop facilement occultés et pourtant susceptibles d’introduire de nombreux biais dans l’approche des populations archéologiques.

  • 56 Des engagements dans ce sens ont été pris avec Michel Drancourt, Unité des Rickettsies, CNRS UMR 60 (...)
  • 57 Cf. contribution de J. Seigne dans ce volume.

33Nous devons donc nous attacher à des études complémentaires sur ces deux sites. À la fois une nécessaire reprise des premières datations proposées mais également une plus large exploitation des sources historiques, particulièrement pour Saint-Benoît, site chronologiquement susceptible de nous livrer un plus grand nombre d’informations. Se profile aussi dans les deux cas, l’intérêt tout particulier des travaux en paléobiochimie moléculaire susceptibles de mettre en évidence un pathogène autre que celui de la peste56 et par là même de prouver que toutes les pestes du passé ne sont pas forcément liées à l’action de Yersinia Pestis. Dans un tel cadre de recherche sur la validité d’un diagnostic de peste, deux autres gisements funéraires peuvent d’ores et déjà être considérés comme fort prometteurs à long terme et sont susceptibles de venir enrichir le corpus de sites exploitables : la sépulture multiple de Gerasa en Jordanie, peut être liée à une peste du viie s.57 et le cimetière du couvent de Santa Clara à Palma de Majorque aux Iles Baléares, imputable d’après les sources historiques à la peste noire du xive s.

Autre cas de cimetières liés à des crises de mortalité épidémique

Issoudun, Indre (xviie-xviiie s.) : une épidémie couplée à une famine

  • 58 Grâce à I. Souquet-Leroy, anthropologue sur le terrain, responsable de la fouille et de l’étude des (...)
  • 59 Blanchard et al. 2003a et b.

34En contexte de fouille préventive menée par l’Inrap de mai à septembre 2002 quatorze sépultures multiples ont été découvertes dans une partie de l’ancien cimetière de la ville d’Issoudun (Indre). Ces sépultures datées de la fin du xviie au début du xviiie s. sont toutes regroupées dans une zone particulièrement dense en squelettes, résultat de l’utilisation intensive d’un espace funéraire ayant fonctionné sur une longue durée (xiiie-xviiie s.). La topographie funéraire montre que les tombes sont disposées en rangées relativement claires et présentent toutes, excepté deux, la même orientation (fig. 12). La particularité du contexte et la possibilité d’intervenir directement sur le terrain dès le début de la fouille58 (comme pour le site des Fédons à Lambesc, cf. supra) a permis de mettre en œuvre des enregistrements adaptés à une fouille de sauvetage tout en privilégiant le maximum d’informations généralement indispensables à une étude post-fouille et tout particulièrement pour ce type de site59.

Fig. 12. Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière d’Issoudun (Indre). Réalisation Inrap Centre.

  • 60 Leur alignement par rapport aux fosses multiples ainsi que le dépôt inhabituel des corps à l’intéri (...)

35Excepté une sépulture double, les tombes renfermaient entre 13 et 22 individus déposés simultanément, des adultes des deux sexes et des sujets immatures avec une proportion remarquable d’enfants ayant dépassé l’âge de un an (fig. 13). Toutes ces tombes ont révélé une organisation très rationnelle des dépôts selon des critères d’âge (fig. 14). Sur la base des mêmes arguments que ceux décrits précédemment l’hypothèse d’une épidémie a très vite été retenue sans qu’il soit possible immédiatement d’en préciser la nature. Le nombre minimal d’individus a été estimé à 203. L’effectif de l’échantillon archéologique victime de cette épidémie a été établi à partir de la totalité des individus issus des tombes multiples complètes et tronquées, mais également en tenant compte de quelques tombes individuelles suspectées d’être contemporaines des tombes multiples60. La courbe de mortalité a révélé des anomalies très marquées par rapport à une population naturelle (fig. 15). L’effectif des 0-1 an est faible alors que celui des 1-4 ans est important bien que compatible avec les valeurs théoriques les plus élevées de Ledermann (1969). Le biais le plus étonnant concerne l’effectif très nettement élevé des individus de la classe des 5-9 ans et dans une moindre mesure celui des 10-14 ans. Les quotients suivants font également état d’un sur-effectif. Le rapport des sujets immatures sur la population totale apparaît extrêmement élevé (76,4 %).

  • 61 Cf. contribution de P. Poulle dans ce volume.
  • 62 Elles ont pu être analysées finement en regroupant les décès des individus en classes d’âge compara (...)
  • 63 Aucune distinction n’a pu être faîte à partir des registres entre les adultes jeunes et les plus âg (...)
  • 64 Par exemple pour le mois de septembre 1709 il a été dénombré jusqu’à 22 décès dans la même journée.
  • 65 Rapport sur les travaux de paléomicrobiologie de L. V. Dang et M. Drancourt (UMR 6020, Faculté de M (...)

36Malgré diverses lacunes, certains documents d’archives nous permettent d’émettre quelques hypothèses quant à la nature de la crise qui a pu affecter ces individus61. Plusieurs dépouillements ont été effectués sur les années postérieures à 1650 où la mortalité a été particulièrement sévère (guerre, famines et nombreuses maladies) et pour chacune de ces années nous avons pu calculer différents paramètres démographiques (rapport des immatures sur la population totale, taux de masculinité, etc). Plusieurs comparaisons ont alors été effectuées entre les années de crise et les années hors crises, toutes ayant été ensuite confrontées à celles obtenues pour l’échantillon archéologique d’Issoudun. Initialement deux périodes de crises ont été ciblées62 : les années 1693-1994 (crises de nature diverse liées à la fin du règne de Louis IV) et l’année 1709 (bien connue des historiens, année de mauvaises récoltes suivies de famines et de nombreuses maladies). C’est finalement la crise de 1709 (fig. 15)63 qui a retenu toute notre attention en fournissant les rapports entre les classes d’âge les plus proches de ceux obtenus pour l’échantillon archéologique issu des tombes multiples. Un autre argument peut être aussi invoqué pour suspecter cette crise, il concerne le taux journalier des décès relevé dans les archives qui aurait pu engendrer les sépultures multiples découvertes64. Si tel devait être le cas, il reste toutefois difficile pour l’instant de préciser la nature de la crise qui a affecté les individus d’Issoudun. Les analyses de paléobiochimie moléculaire ne nous ont pas encore permis de trancher car les premiers pathogènes ciblés (variole, peste, rougeole) se sont pour l’instant révélés négatifs65. Malgré cela nous retiendrons l’hypothèse hautement probable que la crise ayant entraîné les multiples décès d’Issoudun soit liée à un pathogène humain non encore identifié et peut être en relation avec une famine comme pourrait en témoigner le lourd bilan des stress de croissance identifiés sur les dents et les ossements (haute fréquence des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire et nombreux cas d’hyperostose poreuse et de rachitismes).

Fig. 13. Une des quatorze sépultures multiples (S. 119) du cimetière d’Issoudun (Indre) contenant 22 individus déposés simultanément. Cl. F. Porcell (Inrap).

Fig. 14. Reconstitution de l’organisation des dépôts d’une sépulture multiple (S. 119) d’Issoudun (Indre). Dessin B. Ducourneau (Inrap).

Fig. 15. Distribution des âges au décès pour le site d’Issoudun (Indre). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969 et les données provenant des registres paroissiaux d’Issoudun pour les années 1693 et 1709. Documentation P. Poulle (Inrap).

Boulogne-sur-Mer, Pas-de-Calais (xviiie s.) : hypothèse d’une épidémie de variole ?

  • 66 Belot & Canut 1995.
  • 67 Réveillas 2005 ; Castex & Réveillas à paraître.

37La fouille préventive du site de l’Ilot Saint-Louis à Boulogne-sur-Mer a livré sept sépultures multiples, soit au total 39 individus. Ces tombes ont été datées du début du xviiie s.66 (fig. 16). La simultanéité des dépôts osseux associée à la contemporanéité des différentes structures et à la récurrence du phénomène nous ont permis d’interpréter ce site comme le résultat d’une crise brutale de mortalité67. Sur la base d’arguments historiques, archéologiques et anthropologiques nous avons pu éliminer l’hypothèse d’un épisode belliqueux ou d’une famine et privilégié celle d’une épidémie. L’étude du rapport des différentes classes d’âge immatures invite à certains commentaires. Excepté quelques petites particularités, le profil de mortalité apparaît globalement proche de celui d’une démographie dite “naturelle” (fig. 17). L’effectif des adultes est sensiblement identique à celui des sujets immatures mais nous avons une valeur faible du quotient de mortalité des enfants de moins de 1 an alors que les classes 15-19 et 20-29 ans présentent quant à elles des effectifs élevés comparés à ceux observés pour une population théorique. Conformément aux données de Ledermann (1969), la relation attendue entre les classes d’âge 5-9, 10-14 et 15-19 ans est respectée avec un minimum situé dans la classe des 10-14 ans. La proportion des jeunes adultes est importante, elle représente 21,05 % de la population adulte totale. Avec une valeur de 52,6 % le taux de masculinité est conforme à celui d’une mortalité naturelle.

  • 68 Darmon 1986, Leca 1982.
  • 69 Razell 1977.

38Ces spécificités discutées au regard de diverses sources historiques, médicales et démographiques68 nous permettent d’écarter certaines épidémies et notamment la peste. Nous avons confronté nos données à celles provenant d’un hôpital spécialisé dans le soin de la variole à Homerton en Grande-Bretagne69 (fig. 17). Bien que les quotients de mortalité observés à Homerton soient nettement plus élevés qu’à Boulogne, les similitudes enregistrées (valeur faible du quotient de mortalité des enfants de moins de 1 an et à l’inverse élevée pour les 1-4 ans, relation entre les trois classes d’âge suivantes) nous indique que la variole pourrait être une piste de recherche intéressante sans qu’il soit pour autant possible d’écarter totalement d’autres maladies mal documentées et pourtant récurrentes pour la période considérée (grippe, suette, paludisme). Une interprétation définitive ne pourra être proposée qu’à partir de recherches complémentaires, notamment par une étude plus complète des sources archivistiques de Boulogne et des enquêtes supplémentaires sur l’impact démographique de la variole ainsi que sur d’autres types d’épidémies mais également par des analyses en paléobiochimie moléculaire permettant l’identification de germes bien spécifiques.

Fig. 16. Vue générale de deux sépultures multiples de l’Ilot Saint-Louis à Boulogne-sur-Mer (Pasde-Calais). Cl. E. Belot (Service Archéologique Municipal de la ville de Boulogne-sur-Mer).

Fig. 17 : Profils de mortalité de la population de l’hôpital d’Homerton (Grande-Bretagne) et de la population archéologique de Boulogne-sur-Mer. Comparaison avec les données de Ledermann 1969.

Conclusions

39Dans le domaine de la paléobiologie, les paramètres âge et sexe des séries ostéologiques, loin d’être perçus comme des outils permettant d’accéder à la structure démographique des populations du passé, apparaissent plutôt comme des révélateurs d’éventuelles particularités dont l’analyse est indispensable à l’interprétation du fonctionnement des gisements funéraires. Dans le cas particulier des crises de mortalité, si l’on s’attache à la recherche d’anomalies des paramètres démographiques, il est alors possible de dégager un modèle global propre à certaines crises. Ainsi, même sans données historiques disponibles, on peut alors proposer pour certains sites l’hypothèse de telle ou telle crise démographique.

40À partir de l’exemple de la peste nous avons vu comment à partir des caractéristiques intrinsèques d’un site a pu être développée une stratégie de recherche ayant pour objectif une meilleure compréhension des crises de mortalité du passé. Cette recherche s’est bien évidemment nourri des efforts portés sur des sites récents et par conséquent bénéficiant de sources historiques. Toutefois, sauf cas exceptionnels, comme par exemple pour l’épidémie de peste ayant touché Marseille au début du xviiie, où il est possible de disposer à la fois d’une collection ostéologique relevant d’une peste attestée et de données de démographique historique relatives à cette épidémie (cf. supra), chercher systématiquement à faire coïncider des faits archéologiques et des évènements historiques est très discutable et les résultats obtenus ne peuvent en aucun cas constitué un “modèle” absolument applicable à des séries ostéologiques plus anciennes dont on ne connaît pas la constitution de départ. Pour ces dernières, la référence aux modèles théoriques proposées par les tables-types, en l’occurrence celles de Ledermann bien qu’ils en existent d’autres, sont pour l’instant la seule possibilité que nous ayons nous permettant d’identifier des anomalies par rapport à une distribution naturelle la plus large possible.

41Si actuellement nous avons obtenu plusieurs acquis concernant les épidémies de peste nous avons vu que, outre le facteur épidémique et sa virulence, d’autres mécanismes peuvent aussi peser dans la répartition anormale des décès et la distribution du sexe, ce qui impose, avec une indispensable analyse des faits archéologiques, une discussion sur la constitution de la population d’origine, quitte à remettre en cause dans certains cas la nature de la crise proposée par les sources historiques. Outre les épidémies de peste, d’autres types de crises peuvent être discutées, c’est ce que nous avons vu à partir de différents exemples pour lesquels le stade des hypothèses ne peut être actuellement dépassé.

42Afin de progresser dans cette thématique la nécessité d’opérer un indispensable va et vient entre acquis méthodologiques récents et séries anciennes s’impose et deux approches complémentaires doivent être menées. D’une part, les analyses des travaux en démographie historique doivent s’intensifier afin d’approcher de manière plus exacte l’impact de différents types de crise et proposer différents profils-types permettant l’interprétation des distributions âge et sexe et de leurs éventuelles anomalies. D’autre part, l’analyse d’échantillons ostéologiques constitués en temps d’épidémie doit s’appuyer sur un éventail de sites le plus large possible, tant du point de vue chronologique que géographique, afin d’élaborer, non pas un “modèle”, mais “des modèles” illustrant une mortalité par crise.

Remerciements

43Outre les différentes personnes mentionnées dans ce texte qui toutes, de près ou de loin, ont contribué à l’élaboration des données archéologiques indispensables aux études paléobiologiques qui en ont découlées, mes remerciements s’adressent tout particulièrement à Patrice Courtaud (IR, UMR 5199), Germaine Depierre (TR, Ministère de la culture, UMR 5594) et Bruno Bizot (Conservateur du patrimoine, SRA PACA) pour les sites respectivement de Dreux, Sens et les Fédons. De par leur connaissance du terrain et des problématiques archéo-anthropologiques, ils m’ont offert l’opportunité de m’engager, dès les années 90 avec le site de Dreux, dans la thématique des crises de mortalité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Belot, E. et V. Canut (1995) : Boulogne-sur-Mer. Ilot Saint-Louis. Opération archéologique préalable à l’aménagement du parking de l’Université du Littoral. Bilan des recherches, Boulogne-sur-Mer, Service Archéologique Municipal de Boulogne-sur-Mer.

Biraben, J. N. (1975) : Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, EHESS, Centre de Recherches Historiques, I-II, Paris.

Bizot, B., D. Castex, P. Reynaud et M. Signoli (2005) : La saison d’une peste (Avril-Septembre 1590). Le cimetière des Fédons à Lambesc, Paris.

Blaizot, F. et D. Castex (2005) : “Du bon usage des outils anthropologiques à l’étude des sociétés historiques”, in : Dutour et al. 2005, 259-279.

Blanchard, Ph. (2006) : La gestion des cadavres en temps de crise. Exemples archéologiques médiévaux et modernes en Europe de l’Ouest, Mémoire de Master 2 en Archéologie, Université François-Rabelais de Tours.

Blanchard, Ph., D. Castex, I. Souquet-Leroy et P. Poulle (2003a) : “Issoudun, centre de l’image et du multimédia”, Archéopages, 9, 40-41.

— (2003b) : “Les sépultures multiples d’Issoudun (Indre, xviie s.) : stratégie d’intervention et objectifs de recherche”, Réunion scientifique de la Société d’Anthropologie de Paris, 1828e séance, Paris, 16-18 Janvier 2003, 199-200.

Bouttevin, C., D. Castex, N. Moreau, P. Reynaud et P. Rigaud (1996) : Le cimetière moderne d’une infirmerie de peste des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône). Bilan Archéologique du Service Régional de l’Archéologie de Provence-Alpes-Côte d’Azur, 857-866.

Bruzek, J., A. Schmitt et P. Murail (2005) : “Identification biologique individuelle en paléoanthropologie. Détermination du sexe et estimation de l’âge au décès à partir du squelette”, in : Dutour et al. 2005, 217-246.

Cabezuelo, U. et D. Castex (1994) : “Le cimetière Saint-Pierre à Dreux (Eure-et-Loire)”, Dolmens, sarcophages et pierres tombales. Les Pratiques Funéraires en Eure-et-Loir de la Préhistoire à nos Jours, Maison de l’Archéologie, Chartres, 68-69.

Castex, D. (1992) : Étude anthropologique du cimetière paroissial Saint-Pierre, place Métezeau à Dreux (Eure-et-Loir). Rapport anthropologique, Service Régional de l’Archéologie de l’ Eure-et-Loire.

— (1994) : Mortalité, morbidité et gestion de l’espace funéraire au cours du Haut Moyen Âge. Thèse de l’Université de Bordeaux 1, Bordeaux, Inédit.

— (1995) : “Sépultures multiples : sépultures de “catastrophes”, Dossiers d’Archéologie. Les Hommes du Moyen Âge, n ° 208, 44-47.

— (1996) : “Étude paléodémographique du cimetière des Fédons”, in : Reynaud et al. 1996, 64-79.

— (2005) : “Le cimetière de peste des Fédons : des données anthropologiques aux interprétations. Des particularités démographiques propres au site des Fédons”, in : Bizot et al. 2005, 46-53.

Castex, D. et M. Drancourt (2005) : “D’un site funéraire à la détection d’une crise épidémique. Identités biologiques et patrimoine génétique. Actes du colloque Épidémies et Sociétés dans le Monde Occidental xie-xxie s.”, Revue Sociologie Santé, Coll. “Les Études Hospitalières”, n ° 22, 190-209.

Castex, D. et M. Friess (1998) : “Ein Pestsommer in der Provence, Demographische Anomalien im Kontext von Epidemien”, in : Henke & Kemkes-Grottenthaler 1998.

Castex, D. et H. Réveillas (à paraître) : “Investigation sur une crise de mortalité à Boulogne-sur-Mer (Pasde-Calais, xviiie s.). Hypothèses d’interprétation”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris.

Castex, D., P. Sellier, J. Bruzek, P. Veleminski, M. Bessou et M. Dobisikova (2005) : “Saint-Benoît de Prague (République Tchèque, xviie s.) : Nouvelles données démographiques pour l’interprétation d’un cimetière de peste”, Réunion scientifique de la Société d’Anthropologie de Paris, 1830e Séance, 19-21 Janvier 2005, 227.

Castex, D., P. Sellier, P. Veleminsky, M. Dobisikova et J. Bruzek (2003) : Paleodemography and Past Plague Epidemics : A Clue for Interpreting the 17th-Century Svaty Benedikt Cemetery in Prague, International Anthropological Congress Anthropology and Society. Memorial Congress to the 60th anniversary of death of Dr. Ales Hrdlicka, May 22-24 2003, Prague – Humpolec, Czech Republic.

Darmon, P. (1986) : La longue traque de la variole, Paris.

Drancourt, M., G. Aboudharam, M. Signoli, O. Dutour et D. Raoult (1998) : “Detection of 400 Yearold Yersinia pestis DNA in Human Dental Pulp : An Approach to the Diagnosis of Ancient Septicemia”, Proceedings of National Academy of Science, vol. 95, n ° 21, 12637-12640.

Drancourt, M., G. Aboudharam, M. Signoli, D. Raoult et O. Dutour (2005) : “Validation de la saisonnalité des décès et authenticité biologique de la nature de l’épidémie. L’apport de la biologie moléculaire”, in : Bizot et al. 2005, 65-67.

Drancourt, M., V. Roux, D. La-Vu, L. Tran-Hung, D. Castex, V. Chenal-Francisque, H. Ogata, P. E. Fournier, E. Crubezy et D. Raoult (2004) : “Genotyping, Orientalis-like Yersinia pestis, and Plague Pandemics”, Emerging Infectious Desease, vol. 10, n ° 9, 1585-1592.

Duday, H. (2005) : “L’archéothanatologie”, in : Dutour et al. 2005, 153-214.

Duday H. et C. Masset, éd. (1987) : Anthropologie physique et archéologie, Méthodes d’étude des sépultures, Paris.

Dutour, O., J. J. Hublin et B. Vandermeersch, éd. (2005) : Origine et Évolution Humaine, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris.

Faron, O. (1997) : “Le choléra à Milan en 1836, ‘ Épidémies et Populations’”, Annales de Démographie Historique, Paris, 89-114.

Guignier, M. (1996) : Les sépultures de “catastrophe” du ixe au xie s. à Sens (Yonne). Approches historique, anthropologique et biologique, Maîtrise en Archéologie Médiévale, Université de Bourgogne, Inédit.

Guignier, M. (1997) : Les sépultures multiples du Clos des Cordeliers à Sens(Yonne), ive-vie s. Approches historique, anthropologique et biologique, DEA en Anthropologie, Université de Bordeaux I, Inédit.

Hanakova, H. et M. Stloukal (1988) : Pohřebišttě Kolem Bývalého Kostela Svatého Benedikta V Praze. Národní Muzeum V Praze – Přirodovtědecké muzeum.

Henke, W. et A. Kemkes-Grottenthaler, éd. (1998) : Epidemiologie, Francfort.

Hollingsworth, M. F. et T. H. Hollingsworth (1971) : “Plague Mortality Rates by Age and Sex in the Parish of St. Botolph’s without Bishopsgate, London, 1603”, Population Studies XXV/1, 131-146.

Leca, A. P. (1982) : Et le choléra s’abattit sur Paris 1832, Paris.

Ledermann, S. (1969) : Nouvelles tables-types de mortalité, Paris (Travaux et documents, 53).

Lucenet, M. (1985) : Les grandes pestes en France, Paris.

Macchiarelli, R. et M. Salvadei (1989) : “Early mediaval human skeletons from the thermae of Venosa, Italy. Skeletal biology and life stresses in a group presumably inhumed following an epidemic”, Rivista di Antropologia (Roma), 67, 105-128.

Mallet, E. (1835) : “Notices sur les anciennes pestes de Genève”, Ann. d’Hyg. publique et de Méd. légale (Paris), XIV/2, 205-221.

Margerison, B. J. et C. J. Knüsel (2002) : “Paleodemographic Comparison of a Catastrophic and an Attritional Death Assemblage”, American Journal of Physical Anthropology, 119, 134-148.

Martinec, V. (1971) : Pohřebiště při Kostele svatého Benedikta, Nálezová zpráva.

Masset, C. (1975) : “La mortalité préhistorique”, Cahiers du Centre de recherches préhistoriques, Université de Paris I, 4, Paris, 63-90.

— (1987) : “Le ‘ recrutement’d’un ensemble funéraire”, in : Duday & Masset 1987, 111-134.

Moreau, N., H. Duday, D. Castex et P. Reynaud (2005) : “Le cimetière de peste des Fédons : des données anthropologiques aux interprétations, Les gestes funéraires”, in : Bizot et al. 2005, 37-44.

Piningre, J. F., éd. (1996) : Le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône) et le Ier Âge du Fer dans le bassin supérieur de la Saône, Paris.

Raoult, D., G. Aboudharam, E. Crubézy, G. Larrouy, B. Ludes et M. Drancourt (2000) : “Molecular identification by ‘ suicide PCR’of Yersinia pestis as the agent of Medieval Black Death”, Proceedings of National Academy of Science, vol. 97, n ° 23, 12800-12803.

Razell, P. (1977) : The conquest of smallpox : the impact of inoculation on smallpox mortality in Eighteenth Century Britain, Firle, Sussex, Caliban Books.

Réveillas, H. (2005) : Étude du recrutement et du fonctionnement des sépultures multiples de Boulogne-sur-Mer (xviiie s.), Master 2 en Anthropologie, Université de Bordeaux I, Inédit.

Reynaud, P. et B. Bizot (2005) : “Une épidémie de peste à Lambesc en 1590 : un faisceau d’arguments archéologiques et historiques. Les faits archéologiques”, in : Bizot et al. 2005, 11-19.

Reynaud, P., N. Moreau, C. Bouttevin, P. Rigaud, D. Castex, O. Dutour et M. Signoli (1996) : “Les Fédons” lambesc (Bouches-du-Rhône), TGV Ligne 5 - Secteur I : Avignon-Marseille, Document final de synthèse, AFAN SRA-PACA.

Rigaud, P. (2005) : “Une épidémie de peste à Lambesc en 1590 : un faisceau d’arguments archéologiques et historiques, L’infirmerie du quartier de Farriol/les Fédons dans les sources écrites”, in : Bizot et al. 2005, 19-35.

Schmitt, A. (2002) : “Estimation de l’âge au décès des sujets adultes à partir du squelette : des raisons d’espérer”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 14, n ° 1-2, 51-73.

Scott, S. et C. J. Duncan (2001) : Biology of Plagues. Evidence from Historical Populations, Cambridge.

Sellier, P. (1996) : “La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult”, in : Piningre 1996, 188-200.

Sellier, P. et D. Castex (2001) : “Demographic Patterns, Mortality by Cause and Probabilities of Death : is there any ‘ Anomalous Demographic Pattern’Distinctive of Plague Cemeteries in Archaeological Samples ?”, Peste : entre Epidémies et Sociétés, Session Poster Congrès International, Marseille, 23-26 juillet 2001, 79.

Signoli, M. (1998) : Étude anthropologique de crises démographiques en contexte épidémique. aspects paléo et biodémographiques de la peste en Provence, Thèse de doctorat en Anthropologie Biologique, Université de la Méditerranée.

— (2005) : “La peste : aspects épidémiologiques actuels et passé. Comparaison avec d’autres crises démographiques et d’autres sites d’inhumation de pestiférés”, in : Bizot et al. 2005, 72-78.

Signoli, M., I. Seguy, J. N. Biraben et O. Dutour (2002) : “Paléodémographie et démographie historique en contexte épidémique : La peste en provence au xviiie s.”, Population-F, 57(6), 821-848.

Notes

1 Cf. Duday 2005 ; et sa contribution dans ce volume.

2 Ces estimations doivent être les plus fiables possibles et sur ce sujet nous ferons plus particulièrement référence à l’article de Bruzek et al. 2005. Selon les gisements, les méthodes appliquées étaient variables car inévitablement dépendantes des avancées méthodologiques. Toutefois les séries les plus anciennement étudiées ont bénéficié de réajustements ce qui autorise actuellement des comparaisons sûres. Par ailleurs nous nous sommes volontairement limités à la représentativité des individus de moins de 30 ans, l’imperfection des méthodes d’estimation de l’âge pour les adultes ne nous permettant pas de dépasser ce seuil de discussion ; cependant des méthodes plus récentes mériteraient d’être tentées ultérieurement (Schmitt 2002).

3 Le taux de masculinité est le rapport de l’effectif des hommes sur l’effectif des hommes et celui des femmes ; le taux théorique est de 50 %.

4 Nous entendons par là une distribution de l’âge et du sexe la plus “classique” possible, c’est-à-dire la plus proche de ce que l’on peut attendre des populations traditionnelles relevant d’un schéma de mortalité archaïque ou pré-jennérienne avant la révolution industrielle (Masset 1975, Sellier 1996).

5 Masset 1987 ; Sellier 1996 ; Blaizot & Castex 2005 ; Castex 2005.

6 Pour une référence à une mortalité ordinaire, nous avons choisi d’utiliser les tables types de mortalité théorique de Ledermann 1969.

7 Le quotient de mortalité est de la forme aQx, ou “x” désigne l’âge d’entrée dans la classe d’âge et “a” la durée en années de cette classe. Il concerne le rapport des décès d’une classe d’âge sur l’effectif d’une population risquant de mourir à l’entrée de cette classe d’âge, c’est donc une probabilité de mourir dans une tranche d’âge précise. Il est très différent du taux des décès où l’on a une proportion de décès par rapport à une population moyenne et donc beaucoup plus pertinent pour une comparaison entre une mortalité théorique naturelle et le profil de mortalité obtenu à partir d’un échantillon archéologique.

8 Les tables de Ledermann (1969) permettent le calcul d’un intervalle de confiance (à 95 %) des quotients de mortalité, c’est ce qui est illustré par une plage de valeurs sur tous les graphiques présentés. Nous avons fait le choix de ne présenter que les références relatives à une espérance de vie à la naissance comprise entre 25 et 35 ans, sachant que ce paramètre se situe entre 20 et 40 ans pour les populations préjennériennes connues (Masset 1975, Sellier 1996). Les données de Ledermann seront l’élément essentiel de discussion pour une comparaison entre une mortalité théorique naturelle et les caractéristiques démographiques de nos populations archéologiques.

9 Sellier 1996.

10 Castex 2005.

11 Castex 1992, 1994, 1995 ; Cabezuelo & Castex 1994.

12 Dans le cadre d’un schéma de mortalité archaïque, ce rapport évolue de 18 à 10 % pour des espérances de vie à la naissance comprises respectivement entre 20 et 40 ans.

13 Le chi2 à 1 d. d. l. est de 4, la différence avec une distribution théorique de 50 % est significative à. 05.

14 Le diagnostic d’épidémie sur les ossements est impossible car la rapidité d’action des germes infectieux ne permet pas le développement de lésions osseuses sauf dans le cas de maladies épidémiques non mortelles à court terme comme la lèpre, la tuberculose, la syphilis par exemple,

15 Cette intervention complétait celles déjà engagées en 1979 par J. Nicolle (archéologue bénévole Sénonnais) et en 1985 par G. Depierre (TR Ministère de la Culture, UMR 5594).

16 Guignier 1996 et 1997.

17 Les seuls mouvements observés sont ceux directement liés à la décomposition synchrone des corps superposés (Duday 2005, 198).

18 La représentativité des adultes de moins de 30 ans sur l’ensemble de la population adulte est de 13,3 %.

19 Cf. à ce sujet l’étude récente de Ph. Blanchard (Blanchard 2006).

20 Guinier 1997.

21 Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales devenue Inrap (Institut National de la Recherche Archéologique Préventive) depuis février 2002.

22 Guignier 1996.

23 Bouttevin et al. 1996 ; Reynaud et al. 1996.

24 Bizot et al. 2005.

25 Moreau et al. 2005 ; Reynaud & Bizot 2005.

26 Rigaud 2005.

27 Castex 2005.

28 Dans le cadre d’une mortalité ordinaire, c’est la tranche d’âge pour laquelle l’effectif des décès est le plus faible.

29 Les données provenant des registres nous ont permis d’examiner la répartition des adultes que nous avons regroupé par classes décennales ce que nous pouvons difficilement réaliser actuellement au delà de 30 ans dans le cadre d’étude de séries archéologiques.

30 Mallet 1835.

31 Faron 1997.

32 Castex 1996 et 2005. Des similitudes entre la courbe des décès et celle des survivants avaient déjà été observées lors de l’étude de la série ostéologique de Saint-Pierre à Dreux (Castex 1994, 115, 117).

33 Signoli et al. 2002 ; Signoli 2005.

34 Signoli 1998.

35 Signoli 1998 et 2005.

36 Hypothèse fondée sur la confrontation des caractéristiques démographiques de l’échantillon ostéologique exhumé et les données d’archives du couvent de l’Observance en 1722.

37 Margerison & Knüsel 2002.

38 Biraben 1975.

39 Rigaud 2005.

40 Signoli 2005.

41 Lucenet 1985.

42 Biraben 1975.

43 Drancourt et al. 1998 et 2005.

44 Cette notion est particulièrement importante car dans bien des cas l’interprétation délicate de certaines anomalies démographiques peut être mise sur le compte, en partie au moins, d’une fouille non exhaustive des sites étudiés.

45 Castex & Friess 1998 ; Sellier & Castex 2001.

46 Drancourt et al. 2004.

47 Raoult et al 2000.

48 Scott & Duncan 2001.

49 C’est dans le cadre du projet quadriennal 2003-2006 de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et son volet spécifique sur les crises de mortalité que cette problématique a pu être développée (plusieurs nouveaux gisements liés à des épidémies ont été étudiés, d’autres sont en cours d’analyses).

50 Une important quantité de données archéologiques ont été mises à notre disposition. Elles sont le résultat du rapport effectué par Martinec, archéologue tchèque, responsable de la fouille (Martinec 1971). Hanakova & Stloukal 1988.

51 Cette étude avait pour objectif d’obtenir des informations biologiques générales sur la population de Prague du Moyen Âge jusqu’à une période récente et aucune distinction n’a été faite entre les inhumés des sépultures individuelles et ceux des sépultures multiples. Hanakova & Stloukal 1988.

52 Castex et al. 2003 ; Castex et al. 2005.

53 L’objectif à plus long terme étant d’étudier l’ensemble des sépultures afin de comparer pour une même phase chronologique la mortalité en fonction de l’âge et du sexe entre deux types de recrutement : un recrutement plus ou moins “naturel” et un recrutement lié à une crise de mortalité.

54 Nous avons fait le choix de présenter une sépulture triple, cas le plus fréquemment rencontré avec celui des doubles, bien que trois tombes au moins renferment les restes de plus de 9 sujets, une autre en contient jusqu’à 20 (les dépôts étaient organisés par couches successives dans des fosses très étroites et profondes).

55 Macchiarelli & Salvadei 1989.

56 Des engagements dans ce sens ont été pris avec Michel Drancourt, Unité des Rickettsies, CNRS UMR 6020, Faculté de Médecine, Marseille.

57 Cf. contribution de J. Seigne dans ce volume.

58 Grâce à I. Souquet-Leroy, anthropologue sur le terrain, responsable de la fouille et de l’étude des sépultures.

59 Blanchard et al. 2003a et b.

60 Leur alignement par rapport aux fosses multiples ainsi que le dépôt inhabituel des corps à l’intérieur de ces tombes, plusieurs individus étaient couchés sur le ventre, tendaient à prouver qu’elles relevaient également d’une situation de crise.

61 Cf. contribution de P. Poulle dans ce volume.

62 Elles ont pu être analysées finement en regroupant les décès des individus en classes d’âge comparables à celle de notre échantillon archéologique.

63 Aucune distinction n’a pu être faîte à partir des registres entre les adultes jeunes et les plus âgés ce qui nous prive bien d’entendu d’une comparaison pour la tranche des 20-29 ans.

64 Par exemple pour le mois de septembre 1709 il a été dénombré jusqu’à 22 décès dans la même journée.

65 Rapport sur les travaux de paléomicrobiologie de L. V. Dang et M. Drancourt (UMR 6020, Faculté de Médecine, Marseille) réalisé dans le cadre du Document final de synthèse du site d’Issoudun actuellement en cours de finition. L’absence des pathogènes ciblés n’excluent pas toutefois la possibilité qu’ils aient pu exister.

66 Belot & Canut 1995.

67 Réveillas 2005 ; Castex & Réveillas à paraître.

68 Darmon 1986, Leca 1982.

69 Razell 1977.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Une sépulture multiple du cimetière Saint-Pierre à Dreux (Eure-et-Loire) en cours de fouille. Cl. P. Dupont et U. Cabezuelo (SRA Région centre).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 2. Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière Saint-Pierre à Dreux (Eure-et-Loire). Réalisation M. Coquerelle d’après un relevé d’U. Cabezuelo (SRA Région Centre).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3. Distribution des âges au décès pour les sites de Dreux (Saint-Pierre) et de Sens (Le Clos des Cordeliers). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4. Plan de la fouille du Clos des Cordeliers (Sens). Réalisation D. Maranski modifié par M. Coquerelle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5. Une des quatre sépultures multiples du Clos des Cordeliers à Sens (Yonne). Cl. D. Maransky (Service Archéologique Muncipale de la ville de Sens)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 6. Une sépulture triple du site des Fédons à Lambesc (Bouches-du-Rhône). Cl. P. Reynaud (Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 7. Distribution des âges au décès pour le site des Fédons (Lambesc, Bouchesdu-Rhône). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 8. Comparaison des quotients de mortalité pour différentes épidémies (d’après les données de Biraben 1975, Hollingsworth 1971, Mallet 1835) et comparaison avec un profil de mortalité naturelle (Ledermann 1969). Réalisation P. Sellier (UMR 5199) et D. Castex.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 9. Une sépulture multiple du cimetière de Saint-Benoît à Prague (République Tchèque). Cl. Martinec (Service Archéologique de la ville de Prague).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 10. Distribution des âges au décès pour les sites de Saint-Benoît à Prague (République Tchèque) et de Venosa (Lucanie, Italie). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 11. Une sépulture multiple du site de Venosa (Lucanie, Italie). Cl. R. Macchiarelli,L. Bondioli (Musée Pigorini, Rome).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 12. Plan de répartition des sépultures multiples du cimetière d’Issoudun (Indre). Réalisation Inrap Centre.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 13. Une des quatorze sépultures multiples (S. 119) du cimetière d’Issoudun (Indre) contenant 22 individus déposés simultanément. Cl. F. Porcell (Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 14. Reconstitution de l’organisation des dépôts d’une sépulture multiple (S. 119) d’Issoudun (Indre). Dessin B. Ducourneau (Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 15. Distribution des âges au décès pour le site d’Issoudun (Indre). Comparaison avec les valeurs théoriques de Ledermann 1969 et les données provenant des registres paroissiaux d’Issoudun pour les années 1693 et 1709. Documentation P. Poulle (Inrap).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 16. Vue générale de deux sépultures multiples de l’Ilot Saint-Louis à Boulogne-sur-Mer (Pasde-Calais). Cl. E. Belot (Service Archéologique Municipal de la ville de Boulogne-sur-Mer).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 17 : Profils de mortalité de la population de l’hôpital d’Homerton (Grande-Bretagne) et de la population archéologique de Boulogne-sur-Mer. Comparaison avec les données de Ledermann 1969.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/729/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540