Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Les cités d'Asie Mineure au iie siècle : conclusion

Olivier Picard

Texte intégral

1Le premier devoir de celui qui est chargé de tirer les conclusions d un colloque est de féliciter les participants de la réussite de leur travail, en soulignant notamment l'intérêt et la nouveauté du sujet proposé par les organisateurs. Ma tâche sera facile aujourd'hui, tant les communications que nous avons entendues ont répondu à l'appel de ceux-ci. Dans l'état actuel de la question, les recherches sur le iie siècle se sont jusqu’à présent développées dans deux directions : soit des études de politique (en réalité surtout militaire) qui se situent dans une perspective géopolitique d'ensemble de l'évolution des États méditerranéens, et donc des royaumes et cités grecs, soit des études de structures particulières, plus institutionnelles qu’économiques, de la cité au iie siècle.

2Les premières, quand elles sont l’œuvre d’hellénistes, partent principalement des écrits historiques, l’œuvre de Polybe au premier chef, et considèrent que l’évolution du monde grec se caractérise alors par un déclin qui va en s accélérant sans cesse, jusqu’à la chute inéluctable dans le gouffre, l'intégration dans le monde romain. Celui-ci, à la fin de la période, se présente sous son visage le plus noir : les exactions des publicains et les iniquités des guerres civiles. Dans cette perspective, les héros malheureux qui tentent de s’opposer au conquérant se présentent comme “le dernier des Grecs”. Cette tendance est très sensible dans le livre magistral qui est le manuel sous-tendant nos recherches, l’Histoire politique du monde hellénistique du regretté Edouard Will.

3Les secondes utilisent moins des historiens anciens (qu'elles n'ignorent pas) que des inscriptions, pour découvrir dans les corpus une image toute autre : la cité du iie siècle fonctionne relativement bien, et elle fonctionne d'une manière qui n'est pas fondamentalement différente de ses pratiques antérieures, à la grande époque classique, plus exactement au ive siècle On constate même que, notamment en Asie Mineure, les cités sont en train de construire, par delà les aléas de la puissance des royaumes, ce qui sera bientôt le territoire le plus vivant, le plus actif, le plus créatif de l'hellénisme, occupant la place qui fut celle des grandes capitales royales, Alexandrie (et sans doute aussi, Antioche, moins bien connue), où l’hellénisme, sans décliner, connaît une phase de développement plus régionale.

4Or la réussite de notre colloque fut, à mon sens, de réunir ces deux mouvements de la recherche pour les éclairer et les féconder l’un par l’autre.

5Le iie siècle constitue bien une période nouvelle, avec l'irruption, en 190, de la puissance romaine et le triomphe que représente pour elle la destruction de tout rival prétendant peu ou prou à une domination universelle, dans les limites du monde antique. Le changement est considérable. Mustafa Sayar nous a présenté une fresque remarquablement illustrée (aussi bien par ses diapositives que par des documents nouveaux) de l’épopée du dernier conquérant grec, Antiochos le Grand, et de sa volonté de contrôler les cités. Or la disparition de cet ordre royal, de l’organisation à laquelle ses forces armées prétendaient soumettre le territoire, n’a troublé que très modérément la vie des cités. Le royaume attalide n’a remplacé qu’en partie l’empire séleucide. Les Attalides ont longtemps passé pour les “bons rois”, les rois bourgeois, amis des Grecs des cités, dont ils auraient été les protecteurs, par opposition aux rois conquérants. I. Savalli nous a montré combien cette image était à revoir et les documents nouveaux qu’elle a apportés font voir combien l’administration qu’ils mettent sur pied est serrée, rigoureuse, lourde pour les finances des cités. Aussi bien, celles-ci ne se sont pas mobilisées pour défendre la dynastie lors de la tentative désespérée d’Eumène III. Plusieurs communications (P. Briant – P. Brun – E. Varinlioglu et J.-L. Ferrary) ont souligné l’importance et la gravité du mouvement, qui agite les colonies macédoniennes ainsi que les Cariens, c’est-à-dire les bases militaires de la dynastie, mais guère les cités, dont la vie continue à s'inscrire dans leur tradition, tout en faisant preuve d'une vitalité remarquable.

6Cette continuité du fonctionnement de la cité est facilitée, et en même temps réorientée par l’action, subtilement mêlée de non-intervention, des Romains. J.-L. Ferrary a poursuivi aussi savamment qu'habilement sa défense du “conquérant” devant un aréopage tout acquis aux Grecs. Le thème de la liberté, garantie aux cités à la condition certes qu'elle ne serve pas de prétexte à une quelconque opposition au déploiement de la puissance romaine, n'est pas simplement un thème de propagande : les Séleucides éliminés, les affaires sont effectivement le plus souvent remises entre les mains des cités.

7Or cette autonomie renouvelée n’échoit pas à une société en déliquescence. Le fait le plus remarquable, au contraire, est la vitalité des cités, dans la continuité de leurs modes de fonctionnement. K. Sion-Jenkis, P. Baker nous ont montré combien même on observait une permanence des pratiques militaires, dans leur cadre institutionnel. Le recrutement de mercenaires se poursuit, certes sur une échelle plus restreinte. Le marché grec est certes désormais fermé aux Séleucides par le traité de Magnésie, mais les Attalides et les cités embauchent toujours. Et surtout, paix à ceux qui voient la cité renoncer à combattre au lendemain de Chéronée, les citoyens continuent à jouer un rôle militaire : les cités persistent à se faire la guerre, Milet contre les Magnètes, ou contre Héraclée, une guerre réelle qui fait des prisonniers, pille et tue. Les fortifications jouent un rôle de premier plan ; nous avons suivi les phrourarques de Milet montant vers Pidasa et P. Debord trouve chez Énée le Tacticien l'explication de certains éléments des fortifications de Stratonicée.

8Mais la période n est pas figée, des tendances nouvelles apparaissent. La plus importante, sans doute, même s'il est difficile d'en dater précisément les étapes, c'est le développement de très grandes villes. Parmi elles, évidemment Milet. Les communications en chants amébées de P. Herrmann, Ph. Gauthier et L. Migeotte nous ont montré comment le dossier de la cité était riche en documents et combien il y avait à attendre d'un progrès des analyses. Je voudrais y insister. Notre image du développement de la cité a été en quelque sorte faussée par un document, le plan que von Gerkan a dressé de la reconstruction de Milet après 478 : plan monumental, avec ses trois ports, ses grandes places, l'immense développement du rempart, même s’il était admis que la majeure partie de la surface urbaine restait inoccupée. Or ce plan, qui est reproduit partout, est très volontariste : il exprime peut-être les ambitions extrêmes des Milésiens, assurément celles de leurs fouilleurs, qui ont chaussé leurs bottes ; il représente peut-être l’extension maximum de la cité, telle qu'elle a pu être imaginée à un moment. Mais ce moment n'est sûrement pas 478. Il n’est pas douteux qu’après deux siècles difficiles, assez obscurs, le ve et le ive s., le renouveau de la future Milet ne commence vraiment qu'avec la conquête d'Alexandre, et même seulement à partir des donations de Séleucos I. Les études de nos trois auteurs montrent comment le iie siècle est une époque décisive dans ce mouvement d’extension, avec des phénomènes de croissance interne (incorporation de nouveaux citoyens) et d'expansion externe (conquêtes)

9La vitalité du iie siècle ne se limite pas aux grands centres. On la voit aussi à l’œuvre à Iasos. Analysant les listes de donations, parmi lesquels de nombreux métèques, afin de reconstituer l’histoire des relations de la cité, notamment, F. Delrieux constate un âge d'or au milieu du iie s., qui est marqué également par la reprise du monnayage, avant le recul de la fin de la deuxième moitié du siècle.

10Parmi les cités qui ont admirablement su tirer profit des circonstances pour assurer leur développement (d'autres auraient pu être évoquées ici, Pergame, Éphèse, Smyrne, pour ne pas parler de Cyzique ou Nicée), figure évidement Rhodes, qui apparaît à la fois dans le rôle de souveraine haïe des Cariens et des Lyciens et en tant que centre urbain en pleine expansion. P. Debord montre aussi le dynamisme de Stratonicée. A Xanthos, dont J. des Courtils a souligné le prodigieux développement architectural, c'est l'indépendance du koinon, qui permet des réalisations spectaculaires, aussi bien dans la cité qu’au Létôon. La cité antique de Rhodes, figée mais en même temps protégée sous les constructions aux fondations souvent légères de la ville moderne, a laissé un ensemble de restes pas toujours très spectaculaires, mais qui apporte une somme de renseignements d'une richesse comparable à celle des sites les plus prestigieux. Le fouilleur infatigable de Rhodes, I. Papachristodoulou, a étudié l’extension du réseau des relations nouées par Rhodes à travers toute l’Asie Mineure grâce aux noms étrangers recueillis dans les nécropoles et constaté que celui-ci témoignait d’un développement remarquable au iie siècle.

11Dans ce siècle d'or, pour reprendre la formule d'A. Bresson, le monnayage manifeste en plusieurs endroits un renouveau intéressant. A. Bresson nous a fait part de ses analyses sur le statut des monétaires, personnages nombreux, mais qui restent très mal connus. La richesse de la cité s'est nourrie de son commerce, notion souvent floue pour un historien de l'antiquité, faute de documents. G. Finkielsztejn a réussi à s'affranchir de cette faiblesse, grâce aux données d'une source à laquelle les hellénistes n'ont pas, pendant longtemps, accordé tout l'intérêt souhaitable : je veux dire les timbres amphoriques. Le matériel a été retrouvé avec suffisamment d'abondance pour permettre d'établir des calculs statistiques fiables, comme le montre la comparaison entre les données de différents sites. La comparaison des pics des diagrammes avec les données historiques apporte un éclairage souvent étonnant. En particulier, un point important paraît bien établi : la crise dans les relations avec Rome, lors de la IIIe Guerre de Macédoine, qui aurait entraîné la ruine des finances de Rhodes, ne se marque pas dans les exportations de vin, dont on constate une belle continuité, notamment vers Délos et la mer Noire. En revanche, l’observation de la distribution des amphores rhodiennes confirme une impression déjà relevée par d'autres intervenants : le début du iie siècle apparaît comme un point de rupture dans les échanges entre la Méditerranée orientale et le reste du monde méditerranéen. Peut-on rassembler toutes ces observations dans une analyse d'ensemble des échanges monétaires entre l'Asie Mineure et le royaume séleucide dans ses nouvelles limites ? G. Le Rider l'a tenté dans une synthèse magistrale.

12Du vin de Rhodes à celui de Bordeaux, la transition est aisée. Historiens et archéologues marquent, et cela est légitime, plus que de l'empathie, de la sympathie pour les héros qu’ils se sont choisis. Le développement de nos cités, qui se situe dans prolongement de leur tradition mais qui se nourrit aussi (voire surtout) de leur capacité à tirer parti des situations nouvelles, a d'autant plus excité notre intérêt que nos activités se sont déroulées dans une ambiance, dans un cadre, avec une philoxenia, dont je voudrais remercier, au nom de tous, nos organisateurs ausoniens.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search