Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Troisième partie. Nouveaux documents

Une inscription inédite de Carie et la guerre d'Aristonicos

Pierre Briant, Patrice Brun et Ender Varinglioğlu

Note de l’éditeur

Cette inscription a été découverte, non par les seuls éditeurs, mais par l'ensemble de l'équipe composée en outre d'Alain Bresson, Pierre Debord et Raymond Descat. Pour sa publication, elle a bénéficié des remarques faites lors du colloque et après celui-ci par Philippe Gauthier.

Texte intégral

1Le site antique de Çamlidere se trouve sur le territoire de deux villages, Dümen et Çamlidere, surplombant de quatre cents mètres environ la vallée de l'Ak Çay, l'antique fleuve Harpasos, affluent méridional du Menderes (Méandre). Ces villages sont situés dans la plaine et le site est aujourd'hui délaissé si l'on fait exception d'une ferme dont le jardin potager et les terres de pâture occupent le périmètre antique et ses abords. Il est situé à dix kilomètres au sud de la ville de Bozdogan et à trente kilomètres au sud du confluent de l'Ak Çay et du Menderes.

  • 1 Robert 1980, 368. Il appelle le site Haydere, du nom du village par lequel il l'aborda.

2En 1992 et 1993, deux prospections initiales ont permis de compléter les découvertes que Jeanne et Louis Robert avaient faites au cours de leur voyage de 1947. Nous avons pu identifier l'acropole, l'enceinte urbaine et les vestiges d’un théâtre d'époque hellénistique. Depuis 1994, les opérations de sondages puis les fouilles menées sur place par Pierre Debord ont précisé nos connaissances. Louis Robert1 avait déjà publié une inscription pour un gymnasiarque, et la découverte de plusieurs blocs d'architrave, épigraphes ou non, autorise à affirmer que nous sommes en présence d'une cité qui n'était pas de peu d'importance. Au nord de l'acropole, un petit temple a livré deux statues ainsi que quelques inscriptions en l'honneur d'un Zeus à l'épiclèse jusque là inconnue, Pigindènos, sur lequel nous aurons l'occasion de revenir. Mais c'est au sud du site, sur un muret proche du théâtre, que nous avons trouvé l'inscription ci-dessous :

3Bloc de marbre blanc découvert le 21 septembre 1992 à Çamlidere (province d'Aydin) et transporté au musée d'Aydin. Le bloc est complet, sauf en bas. La pierre a été polie pour accueillir ce texte, effaçant un précédent dont il demeure des traces. Dimensions du bloc : H. 36 cm. L. 53,5 cm. É. 30 cm. Hauteur des lettres, lignes 1-2 :2 cm. ; lignes 3-5 : 1,2 cm. ; lignes 6 sq. 0,9 cm. Forme des lettres : alpha à barre brisée ; la haste droite du pi ne touche pas la ligne ; sigma aux barres extérieures parallèles. L’iota peut être adscrit (1. 6, 9, 18) ou absent (1. 5, 8, 11). Date : peu après 129 a.C.

Ἀπολλωνίου τοῦ Ἀριστοκράτου
φυλῆς Πτολεμαΐδος.
ἐπì ἱερέως Διονυσικλείους τοῦ Ἐπαινέτου,
[4] κατὰ υἱοθεσίαν δὲ Ἀπολλωνίου τοῦ Σωπόλιος,
μηνòς Γορπιαίου ἑβδóμῃ, vac. ἔδοξε τῇ β vac. ουλῇ καὶ
τῶι δήμωι, ἀρχόντων γν[ώ]μηι· ἐπεὶ Ἀπ[ο]λλώνιος Ἀριστοκράτου
φυλῆς Πτολεμαΐδος, ἀνὴρ καλòς καὶ ἀγαθòς καὶ εὐεργέτης τῆς
[8] πατρίδος ὑπάρχων, τειμηθεὶς πρότερον ὑπò τοῦ δήμου ἐπὶ τῇ πρò[ς]
τὴν πόλιν καὶ πρòς τò πλῆθος εὐνοίαι, πάλιν καὶ μετὰ τὰς τειμὰς, νικImage 10000000000000070000000FB684F1BC.jpg[ν]
βουλόμενος ταῖς εὐεργεσίαις καὶ ὑφεσταμένος ὁλοσχέρως καὶ γνησί-
ως τòν βίον πρòς πατρίδος εὐεργεσίαν καὶ πολιτῶν, ἄλλο ἐφ’ ἐτέρῳ συν-
[12] τελούμενος εὐεργέτημα διατετέλεκεν Μανίου τε γὰρ Ἀκυλλίου ὑπάτọ[υ|
[σ]τρατηγοῦ Ῥωμαίων γράψαντος πρòς ἡμᾶς ἐπιστάθμους προσδέξασ[θ]αι
[κ]αὶ τοῦ δήμου θλιβομένου διά τε τὴν περίστασιν τῆς χώρας καὶ τῆς πόλε-
[ως καὶ] διὰ τò ἐγδεδαπανῆσθαι εἰς τὴν πρòς Ῥωμαίους εὔνοιαν καὶ ταραχῆ[ς)
[16] [καὶ προ]Image 10000000000000080000000FCD666341.jpgδοκίας μεγάλης οὔσης κατά τε τὴν [π]όλιν καὶ τὴν
[χώραν, ύπ]εριδών μὲν τὰ ιδίαι λυσιτελῆ ὄντα καὶ μείζονα vac.
[κίνδυνον τῶ]Image 10000000000000040000000FECA442FE.jpg ἀποδημοῦντι, πρεσβεύσας δὲ πρòς τòν ὕπατο[ν],
[ἐπήλθεν πρò]ς αὐτòν καὶ ἀγωνισάμενος ὐπὲρ τοῦ ἀνεπιστ[άθ]-
[20] [μευθον γ]Image 10000000000000060000000FFF852D1D.jpgνέσθαι τὴν πατρίδα, ἔπεισεν [μὴ] ἀποστεῖλα[ι]
[τοὺς στρατιώτας - - -]

Image 10000000000002DF000001FD65ACB224.jpg

4Apparat critique : L. 5 : le deuxième vacat est dû à un trou dans le bloc qui n’a pu être réduit malgré d'évidentes tentatives de polissage de la surface.

5L. 17 : après μείζουα, la pierre, intacte à cet endroit, ne porte pas de lettres. A partir de la 1. 6. la graphie s'espace nettement et le nombre de lettres par ligne, qui varie de la ligne 9 à la ligne 15 de 55 à 59, oscille entre 45 et 47.

6L. 20 : [μὴ] ἀποστεῖλα[ι τοὺς στρατιώτας vel sim. ---] Gauthier ; [δὴ] ἀποστεῖλα[ι ἐπιστολὴν ἵνα ἡ πόλις ἡ ἡμετέρα ἐλευθέρα ᾖ vel sim. edd.

7Traduction : (Décret en l'honneur) d'Apollônios, fils d'Aristocratès, de la tribu Ptolémaïs. Sous la prêtrise de Dionysiclès fils d'Epainétos et, par adoption, d'Apollônios fils de Sôpolis, le sept du mois de Gorpiaios, il a plu au conseil et au peuple, sur proposition des archontes : attendu qu'Apollônios fils d'Aristocratès, de la tribu Ptolémaïs, homme de bien et bienfaiteur de sa patrie, qui a été antérieurement honoré par le peuple pour son dévouement envers la cité et le peuple et qui à nouveau, après ces honneurs, voulant l'emporter par ses bienfaits et consacrant sa vie, entièrement et loyalement, à faire du bien à la patrie et aux citoyens, n'a cessé de réaliser bienfait sur bienfait ; et en effet, quand Manius Aquillius, consul des Romains, nous adressa l'ordre de loger des soldats, que le peuple était éprouvé par les difficultés que connaissaient le territoire et la ville et par les dépenses exigées par notre dévouement envers les Romains, que le désordre et une grande crainte s'étaient emparés de la ville et du territoire, alors, négligeant son propre intérêt et un péril plus grand pour celui qui séjourne loin de chez lui, envoyé en ambassade auprès du consul, il se présenta devant lui et, ayant lutté pour exempter sa patrie du cantonnement des troupes, il persuada de ne pas envoyer les soldats ( ?)…

8La pierre n'est visiblement pas complète : nous ne possédons ici que l'intitulé et une partie des considérants du décret. Pourtant, le bloc est d'une grande régularité et il est indispensable d'imaginer un bloc de nature identique – on soulignera qu'il ne s'agit pas d'une stèle au sens strict du mot – placé à côté de celui-ci. Aucune trace de piétement tendant à faire penser que nous sommes en présence d'une base de statue n'a été conservée.

La datation

  • 2 Voir les mêmes caractéristiques dans les décrets contemporains de Claros : L. et J. Robert, Claros,(...)

9L'indication d’une lettre du consul Manius Aquillius, qui demeura trois ans dans la province d’Asie, entre 129 et 127, permet de donner un terminus post quem à l'inscription. Pour être bref sur les caractères externes de datation, disons simplement que la forme des lettres est en harmonie avec cette datation. De la même façon, le iota peut être adscrit (1. 6, 9, 18) ou absent (1. 5, 8. 11) et on note l'existence du iotacisme (1. 8 τειμηθείς, 1. 9 τὰς τειμάς), toutes choses caractéristiques du dernier tiers du iie s.2

  • 3 Sur les problèmes chronologiques, voir également ci-dessous.

10Mais rien n'indique que cette inscription soit contemporaine des faits ici rapportés ni même immédiatement postérieure aux troubles qui affectent la région depuis la révolte d'Aristonicos jusqu'en 1273. La chronologie relative induite par le texte prouve qu'Apollônios, avant la grande affaire que fut pour lui l'ambassade auprès du consul, avait déjà rendu des services à sa cité (πρότερον, πάλιν) : on pourrait émettre comme hypothèse de base que ce décret fut rendu après les derniers soubresauts de la révolte (soit 126 a.C.), mais on doit rester prudent puisque notre pierre est partielle : le texte se termine par l'indication du succès de la mission d'Apollônios mais la liste des évergésies n'est pas complète et si donc, dans la partie manquante du texte, des actions postérieures étaient évoquées, le décret pourrait être très postérieur à 127. Par analogie, on soulignera que le décret pour Ménippos de Colophon publié par Louis et Jeanne Robert évoque dans sa dernière partie des événements de 120/19, que le décret de Priène pour Hérodès, qui remémore une ambassade auprès de Perperna, consul en 130, date de c. 120.

Le formulaire introductif

  • 4 L. et J. Robert, Claros, I, 63-66, II, col. III, 1. 21. Pol. 21.45.4 ; Liv. 38.39.8.
  • 5 L. et J. Robert, Claros, I, 57 ; Robert 1966b, 15 (pour un mois d'origine séleucide au ier s. a.C.)

11On remarque en priorité la survie d’une tribu Ptolémaïs à une époque où, de toute évidence, les Lagides ne sont plus en Carie, mais il n'y a pas lieu de s'en étonner beaucoup. Le décret de Claros pour Ménippos, texte de peu postérieur à 120/119, montre que le récipiendaire est de la tribu Séleukis, alors que l'on sait que la cité de Colophon fut libérée de l'emprise séleucide en 188, quand elle fut déclarée libre par les Romains4. Les noms de mois (on le voit ici avec le nom macédonien de Gorpiaios) ou de tribu survivent largement aux causes politiques qui les ont vu apparaître, comme l'a souligné Louis Robert en de multiples circonstances5.

  • 6 Ce décret sera prochainement publié par Alain Bresson et Raymond Descat.
  • 7 IK, 22-Stratonikeia, 1002 = L. et J. Robert, Claros, I, 449-464.
  • 8 Robert 1983, no 3-4.
  • 9 Labraunda, III.2, no 43 ; cf. III. 1, p. 34.
  • 10 Théocrite 17.89 ; OGIS, 54,1. 5-8. Sur la situation fort disputée de la Carie entre Séleucides et L (...)
  • 11 Robert 1949, 189-193. Une inscription pourrait la situer non loin d’Antioche du Méandre – c'est-à-d (...)
  • 12 Welles, RC, 38. Cf. Robert 1949, 189-193.

12Le nom de la tribu est ici l'héritage d'une ancienne domination lagide. Un décret encore inédit de Xystis, cité située à quelques kilomètres au sud-est, daté de la 11e /12e année de Philadelphe, honore un officier lagide6, et l'on a d'autres preuves de la présence lagide en Carie intérieure avec la mention, comme à Xystis, de l'année du règne de Ptolémée II : à Stratonicée en 2747, à Amyzon la même année8, à Mylasa en 2649. La Carie figure dans sa totalité dans la liste des possessions de Philadelphe transmise par Théocrite et par l'inscription d'Adoulis rappelant ce qu'Évergète tenait de son père Philadelphe10. Il a d'autre part existé, au moins temporairement, une cité de Carie du nom de Ptolémaïs, mais on ne sait pas où elle se trouvait11. On ignore également la durée de cette domination : en 203, la lettre d'Antiochos à Amyzon garantissant le maintien des privilèges concédés par les Lagides12 implique que la disparition de l'emprise égyptienne est toute récente. Comme on n'a aucun témoignage d’un retour des Ptolémées dans cette région au iiie s. et moins encore au iie s., on doit admettre que l'existence de la tribu Ptolémaïs remonte à la période de Philadelphe, qui est peut-être aussi celle de la mise en forme des institutions : il est aisé de noter la cohérence chronologique de toutes les attestations de la présence lagide dans cette région de la Carie. Pour simplifier la chronologie de la vallée de l'Harpasos, on donnera la séquence suivante (sans remonter jusqu'à Pleistarchos) : Lagides (c. 275 - c. 203), Séleucides (c. 203 - 188), Rhodiens (188-167), Attalides (167-133).

  • 13 Pol. 30.1.5.

13Le prêtre éponyme n'est pas celui de Rhodes, mais on connaît des prêtres éponymes dans nombre de cités de Carie (Caunos, Kidrama, Eriza…). On doit noter aussi une formulation du décret assez proche des habitudes rhodiennes, avec la mention de l'adoption, si fréquente dans les inscriptions de l'île et de la Pérée. Il est également intéressant de noter le génitif Σωπόλιος, forme dorienne commune à Rhodes. La région de l'Harpasos a d'ailleurs été sous la domination de Rhodes de 188 à 167 et le nombre relativement abondant de bronzes rhodiens découverts sur le site l'illustre avec clarté. Polybe indique que les Rhodiens, avant de prendre connaissance du senatus-consulte qui leur retirait la Lycie et la Carie, avaient, en 167, battu une coalition de Mylasiens et d'Alabandiens à Orthosia13, près de Çamlidere. Mais il est probable que notre cité a conservé le nom de l'éponyme pour des raisons similaires à celles qui font incitée à garder les tribus traditionnelles.

  • 14 IG, XII.5,482,1. 6-7 (Siphnos) : [ἔδοξεν τῆι βουλῆι καὶ τῶι δήμωι, (τοῦ δεῖνος)] καὶ σ[υ]ναρχόν[των (...)

14Le texte ne nous renseigne guère sur le système politique de la cité, qui ne semble pas faire preuve d'une grande originalité dans cette seconde moitié du iie s. A distinguer néanmoins un collège d'archontes, auteur de la proposition de décret. Avec des formulations un peu différentes, on trouve des parallèles à Siphnos, Anaphè et peut-être Paras14.

La carrière d'apollônios et la situation dans la région

Les premières lignes des attendus (1. 6-12) relatent de manière assez convenue les antécédents évergésiques d'Apollônios, mais ils le font avec une certaine élégance et une évidente recherche dans le vocabulaire. Ainsi, aux lignes 9-10, le récipiendaire “a voulu l'emporter par ses bienfaits” à l'égard de ses concitoyens, νικImage 10000000000000080000000F9928BDBD.jpg[ν] βουλόμενος ταῖς εὐεργεσίαις. De la même façon, des tournures de phrase assez sophistiquées comme ἄλλο ἐφ’ ἑτέρῳ συντελούμενος εὐεργέτημα διατετέλεκεν (1. 11-12), “il n’a cessé de réaliser bienfait sur bienfait”, montrent le souci du rédacteur d’élaborer un texte de qualité mais ampoulé.

L'affaire centrale de la vie d'Apollônios nous est relatée ensuite. Le consul romain Manius Aquillius avait en effet donné un ordre écrit de réquisition à la cité pour loger des troupes, Μανίου τε γὰρ Ἀκυλλίου ὑπάτọ[υ | σ]τρατηγοῦ Ῥωμαίων γράψαντος πρòς ἡμᾶς ἐπιστάθμους προσδέξασ[θ]αι. Nous reviendrons plus en détail sur les circonstances historiques générales dans lesquelles ce texte s'inscrit, mais il convient de s'arrêter ici sur les termes choisis par le rédacteur du décret pour décrire l'atmosphère extrêmement trouble qui prévalait : [κ]αὶ τοῦ δήμου θλιβομένου διά τε τὴν περίστασιν τῆς χώρας καὶ τῆς πόλε[ως καὶ] διὰ τò ἐγδεδαπανῆσθαι εἰς τὴν πρòς Ῥωμαίους εὔνοιαν καὶ ταραχῆ[ς] [καὶ προ|Image 10000000000000070000000F8824F53D.jpgδοκίας μεγάλης οὔσης κατά τε τὴν [π]όλιν κα τὴν [χώραν], “alors que le peuple était éprouvé par les difficultés que connaissaient le territoire et la ville et par les dépenses exigées par notre dévouement envers les Romains, que le désordre et une grande crainte s'étaient emparés de la cité et du territoire”. Ces expressions dénotent une période de crise très aiguë et il est évident que l’ordre de cantonnement des troupes est en relation avec ces turbulences.

  • 15 L. et J. Robert, Claros, I, 63-66, II, col. III. I. 34 ; cf. commentaire p. 103.
  • 16 IK, l-Erythrai, 28,1. 38.
  • 17 IG, XII.Suppl., 116, 1. 7-9.
  • 18 OGIS, 339, 1. 53-56.
  • 19 Drew-Bear 1972, 448-450.

15Le participe θλιβόμενος, “être éprouvé”, du verbe θλίβειν, est d'un emploi très fréquent : il désigne toujours une situation délicate, mais sans précision absolue et c'est le contexte qui donne les clés. Ainsi Colophon est-elle épuisée, θλιβυμένης τῆς πόλεως, mais ce sont les lignes suivantes qui nous précisent que la cité est à court d'argent15. Au moment de l'invasion galate, Érythrées connaît la disette, le blé est à très haut prix et la plupart des citoyens sont dans la gêne, πολλοὺς τῶν πολιτῶν θλιβομένους16. A Méthymna, dans un texte contemporain, comme notre décret, de la guerre d'Aristonicos, on note que “le peuple est accablé en raison de mauvaises récoltes successives de céréales et des impôts pour l'achat du blé”, τòν δῆμον διὰ τὰς συνεχεῖς ἀφορίας ἐν τοῖς σίτ|τοις καὶ τὰς εἰσφορὰς τῶν χρημάτων εἰς τὰς σιτωνία[ς] | θλειβόμενον17. Toujours ou presque, un arrière-plan de guerres, de pillages, d'incursions se profile : c'est clairement le cas à Sestos, alors que la cité est menacée par des offensives thraces18. De nombreux autres exemples de ce verbe, généralement employé à la forme participiale, ont ailleurs été rassemblés19.

  • 20 Syll.3, 685, 1. 135 (Itanos) ; 731,1. 5 (Tomis).
  • 21 L. et J. Robert, Claros, I, 11-17, I, col. III, 1. 27-28.
  • 22 IMagnesia, 105,1. 109.

16L'expression “circonstances difficiles”, la περίστασις dont parle le texte, est parfois employée de concert avec le participe θλιβόμενος20. C'est l’infortune, personnelle ou collective. A Colophon, Polémaios est honoré, entre autres évergésies, pour avoir eu une attitude bienveillante “envers beaucoup de gens qui se réfugient auprès du peuple à cause d'infortunes accidentelles”, πολλοῖς δὲ τῶν ἐπὶ τòν δῆμον καταφευγόντων διὰ τὰς τυχικὰς περιστάσεις21. Là encore, l'atmosphère de guerre transparaît et à Magnésie du Méandre, on évoque une πολεμικὴ περίστασις22.

  • 23 IG, XII.Suppl., 116,1.9-11 ; cf. Buchholz 1975, 154.

17Les sommes d'argent qu'il a fallu dépenser pour être fidèle à l'amitié romaine, τò ἐγδεδαπανῆσθαι εἰς τὴν πρòς Ῥωμαίους εὔνοιαν, sont souvent évoquées pour souligner l’effort financier qui fut celui de bien des cités d'Asie Mineure, obligées de contribuer à la guerre contre Aristonicos. C'est ainsi que les neoi de la cité de Méthymna soulignent que le peuple a déjà contribué financièrement à de multiples reprises pour la guerre en Asie – la référence à la guerre d'Aristonicos est ici claire – et ce “en raison de son dévouement et de son amitié envers les Romains et en raison de l'alliance conclue avec eux”, διὰ τὴν […] πρòς Ρωμαίους ἔνοιάν τε καὶ φιλίαν καὶ διὰ τὴν ὑπάρχουσαν πρòς αὐτοὺς συμμαχίαν23.

  • 24 Welles, RC, 53 (= IPergamon, 163), 1. 4.
  • 25 /G, XII.5, 653 (= Bielman 1994, no 52,1. 11-12).
  • 26 IG, XII.7, 221 ; cf. Le Bohec 1993, 352-353.

18Le vocabulaire choisi par le rédacteur du décret insiste sur l'état de désordre qui prévalait alors : tel est le sens du mot ταραχή, fréquent dans les textes qui rappellent une situation de cette sorte. Mais là encore, c'est dans le contexte qu'il faut découvrir ce que recouvre le mot. La lettre d'Eumène II aux technites de Dionysos, en dispute avec la cité de Téos, parle de ταραχή24. Dans un texte de Syros de la première moitié du ier s. a.C., on évoque une descente des pirates dans l'île et “une panique extrême qui s'était emparée de la cité”, ταραχῆς μείζονος γινομέ|νης κατὰ τὴν πόλιν25. Un roi Antigone, sans doute Dôsôn, adresse un ambassadeur à la cité de Minoa d'Amorgos pour l'inviter à faire cesser l'agitation existante, καὶ αὐτòς δὲ διελέγη παρακαλῶν τòν δῆμον ἀπολυθῆναι τῆς κατεστώσης ταραχῆς26. Tiraillements d’ordre administratif, razzias de pirates, atmosphère de guerre civile, les réalités sous-tendues par l'emploi du mot ταραχή sont extrêmement diverses mais supposent toujours des situations difficiles, que le bénéficiaire d'un décret honorifique a su arranger.

  • 27 losPE, IV, 68,1. 19-27.

19Au milieu de ces mots d'emploi fréquent, la προσδοκία est un mot beaucoup plus rare mais la restitution n'est pas douteuse. Elle désigne l'attente, dans un moment difficile, d'un événement qui peut être favorable, mais plus souvent défavorable : c'est la crainte que l'on exprime par ce substantif. Ainsi, un décret de Chersonèsos de Crimée nous apprend que le personnage honoré a su rendre courage à des habitants en proie à des difficultés militaires πολεμικῶν κινδύνων), à une forte agitation (ταραχή) et donc à une crainte générale (|προσ]δοκία)27. Et quand on voit que, selon cette inscription, le bienfaiteur a pris la responsabilité des finances et organisé l'approvisionnement en grains qui était bloqué, écarté un tyran, restauré les fortifications, conjuré une menace extérieure, on devine que l'emploi du mot προσδοκία n'est pas neutre et qu'une accumulation de ce type de mots et expressions n'est pas de pure forme. Dans le cas qui nous occupe, elle prouve au contraire que la situation était dramatique : guerres, pillages, lourdes taxations pour payer les contributions de guerre aux Romains. Et c'est dans ce cadre d'une cité appauvrie, apeurée, que l'action d'Apollônios s'est manifestée.

L'action d'apollônios

  • 28 Voir les exemples d'un verbe synonyme, περιοράω, rassemblés par Robert 1936, 1214 et L. et J. Rober (...)
  • 29 OGIS, 56, 1. 16.

20Il a négligé son propre intérêt, ce qui est une idée assez banale, mais qui s'exprime dans un style qui l'est beaucoup moins, [ὑπ]εριδὼν μὲν τὰ ἰδίσι λυσιτελῆ ὄντα. La restitution n'est pas douteuse : la parataxe μεν … δὲ (1. 17-18) impose en effet de voir un participe aoriste, sur le même plan que πρεσβεύσας δὲ. Le participe aoriste d'un verbe d'emploi assez rare, ὑπεροράω, “être indifférent”, “négliger”, “faire fi de”28, [ὑπ]εριδών, devient la seule construction possible. C'est ainsi que le décret de Canope en l'honneur de Ptolémée III et Bérénice de 238 a.C. remercie les souverains pour avoir, entre autres bienfaits “renoncé à une part non petite de leurs revenus” οὐκ ὀλίγα δὲ τῶν προσόδων ὑπεριδόντες29.

  • 30 Voir par exemple le décret pour Polémaios. L. et J. Robert. Claros, I, 11-17, 1. col. II, 1 19-20
  • 31 Pol. 15.24.2 ; Welles, RC, 30,1. 6-7. Cf. L. et J. Robert, Claros, I, 40.
  • 32 Welles, RC, 70 1. 13 = OGIS, 262.

La lacune du début de la ligne 18 doit bien entendu se comprendre en fonction de l'attitude d'Apollônios, qui vient d'être loué pour avoir négligé ses intérêts particuliers. Le texte précise qu'il a tait quelque chose de plus grand encore, comme l'indique ml μείζονα. C'est bien évidemment Apollônios qui est désigné par le participe datif [τῶ] Image 10000000000000050000000F3A36B178.jpg ἀποδημοῦντι, “à (ou pour) celui qui séjourne loin de chez lui”. La place disponible, sept-huit lettres, doit intégrer cet acte supplémentaire. On pourrait penser à [δαπάνην] puisque le fait de quitter sa patrie pour une ambassade amène en effet une gêne, peut-être une dépense plus grande. Mais cette restitution risquerait de faire redondance avec l’allusion, dans le membre de phrase précédent, aux intérêts particuliers d'Apollônios. Peut-être faut-il préférer une connotation plus générale, fréquente dans ce type de textes, d’une difficulté plus grande encore que la négligence des affaires personnelles du bienfaiteur, κίνδυνος. Et la réalité des ambassades, avec des voyages qui traversaient des régions troublées en des périodes qui ne l’étaient pas moins, correspond à ce danger supplémentaire que le texte veut mettre en exergue30. Le but de ce voyage était une ambassade auprès du consul, πρεσβεύσας δὲ πρός τòν ὕπατọ[ν], dont la cité et son porte-parole espéraient obtenir l'annulation de l'ordre de cantonnement des troupes. C'est qu'une telle réquisition, l'epistathmeia, était fort lourde : elle est moins la garnison elle-même que la charge, par la cité requise, d'avoir à héberger les soldats. Les Thasiens, en 202, veulent bien ouvrir leurs portes à l'armée de Philippe V mais à la condition que celui-ci n’impose ni garnison, ni tribut, ni soldats à loger. Une lettre de Ptolémée IV à un gouverneur le réprimande pour avoir laissé ses troupes occuper sans son ordre et sans ménagement la cité de Soloi, qui n'avait jamais été soumise à cette obligation, même du temps d'Alexandre le Grand, ἣν oὐδ’ ἐπ’ Ἀλεξάνδρου | τoῦ βασιλέως οὐδέποτε ἐπισταθμευθῆναι31. Apollônios est donc parti à la rencontre du consul, a obtenu de lui une audience, [ἐπῆλθεν πρò]Image 10000000000000070000000F91CC6C3A.jpg αὐτòν, “pour exempter sa patrie du casernement des troupes”, ὑπὲρ τoῦ ἀνεπιστ[άθ|μευθον γ]Image 10000000000000070000000F3E08C892.jpgνέσθαι τὴν πατρίδα. Cette restitution est certaine dans son esprit mais elle l'est moins dans ses termes exacts. En effet, le complément ἀνεπιστ[άθ|μευθον γ]Image 10000000000000080000000FB8FCF2AB.jpgνέσθαι semble un peu bref pour la lacune et l’on pourrait penser à l'adjectif ἀνεπίσταθμον, d'emploi cependant moins fréquent. Ainsi, un roi Antiochos accorde-t-il la dispense de loger des troupes à un village situé aux abords d'un sanctuaire de Zeus-Baal en καὶ εἷναι […] τὴν δὲ κώμην ἀνεπίσ(τ)α(θ)μον32. Il faudrait alors faire suivre ἀνεπίσταθμον d'un adverbe de temps, peut-être πάλιν.

  • 33 ID, 1498 1. 14-16 (= J. Pouilloux, Choix, 79).
  • 34 L. et J. Robert, Claros, I, 40.

21Apollônios – c'est d'ailleurs la raison d'être de cette inscription – est parvenu à ses fins au terme d’une véritable joute rhétorique : l'emploi du participe aoriste ἀγωνισάμενος illustre d'ailleurs cette notion de lutte que dut engager Apollônios. Un décret des clérouques athéniens de Délos honore l'un de leurs compatriotes pour avoir, au cours de plusieurs ambassades, souvent réussi à faire souvent prévaloir de haute lutte les intérêts des Athéniens de l'île, πρεσβεύσας τε πλεονάκις και άγωνισάμενος έκτενῶς πολλά τῶν χρησίμων Ἀθηναίοις τοῖς ἐν Δήλωι περιεποίησεν33. De même, le décret pour Ménippos découvert à Claros montre que l'influence, la persuasion, d'un citoyen pouvaient fléchir les maîtres du temps34. Cette idée est reprise par le verbe πείθω.

  • 35 Ainsi, une inscription mise au jour dans le sanctuaire de Zeus à Labraunda parle d'une lettre envoy (...)
  • 36 ISM, I, 15 (NChoix, 6), 1. 30-32 ; ibid., 1. 19-20 ἔπεισ[ε] τοὺς βαρβάρους … [μὴ βιά]|σασθαι τὴν πó (...)

22Le succès de la mission d'Apollônios ne fait aucun doute : il a réussi à persuader le consul, sans doute de ne pas envoyer l'armée en cantonnement dans la cité, d'où la restitution possible ἔπεισεν [μὴ] ἀποστεῖλα[ι τoὺς στρατιώτας]. Peut-être, si l'armée était déjà en place, pourrait-on envisager de lire quelque chose comme ἔπεισεν [δὴ] ἀποστεῖλα[ι ἐπιστολὴν ἵνα ἡ πόλις ἡ ἡμετέρα ἐλευθέρα ᾖ, “il le persuada donc d'envoyer une lettre afin de libérer notre cité”. La première hypothèse reste toutefois plus probable : en effet, le verbe ἀποστέλλω, “envoyer”, “faire partir”, s'emploie beaucoup plus volontiers en parlant d’hommes – juges, ambassadeurs, soldats – que de lettres, même si de tels exemples ne sont pas rares35. Dans un contexte historique certes différent, sans l'emploi du verbe ἀποστέλλω mais avec celui de la négation μὴ, la cité d'Istros, vers 200, honore un ambassadeur qui “a persuadé Zoltès et les Thraces, moyennant six cents chrysoi, de ne pas envahir le territoire”, ἔπεισ[ε] | Ζολτην καὶ τoὺς Θρᾶικας, [ἀ]πò χρυσῶν ἑξ[ακ]οσίων, μ[ὴ ἐμ|βα]λεῖν εἰς τὴν χώραν36.

  • 37 Cf. les conclusions de Gauthier 1985, 75.

23L'action d'Apollônios s'inscrit parfaitement dans le cadre de l'évergésie telle qu'elle se dessine à partir de la seconde moitié du iie s. : à aucun moment il n'est loué pour l'une ou l'autre magistrature qu'il aurait exercée37 et s’il fut désigné ambassadeur, ce fut d’abord en raison de sa position dominante dans la cité.

Le nom de la cité

  • 38 Ôlmez 1995, 165-166 : Ἀριστόδημος Ἀρτεμιδώρου ἱερεὺς | διὰ γένους Διòς Πιγινδηνοῦ ἀνέθηκεν | Ἤραι κ (...)

24Il s'agit là de la grande énigme posée par l'inscription puisque le nom de la cité n'est pas mentionné. Nous avons toutefois quelques moyens d'investigation, et en premier lieu la découverte d'autres inscriptions sur le site indiquant un culte de Zeus Pigindènos. L'une de ces inscriptions a été publiée récemment, succinctement et rapidement, par F. Ölmez qui, à partir de cette épiclèse et de la notice d'Étienne de Byzance affirmant que Piginda est un dèmos Karias, adopte l'équation Çamlidere = Piginda38.

  • 39 Connu seulement d'Étienne, il est considéré par Fraser 1972, 142, comme fort douteux.

25Mais quelle est la signification du mot dèmos chez Etienne ? A dire vrai, à cette entrée de ses Ethnika, il livre toutes les définitions de ce mot complexe : chez les Athéniens, nous dit-il, c'est le nom d'un village ; cela désigne aussi un lieu-dit, le peuple d'une cité dans son ensemble – mais aussi, de façon restrictive, par rapport aux aristocrates – une communauté de Grecs en dehors de leur terre d’origine, un ethnos dans sa globalité. Et les exemples de dèmos qu'il fournit sont fort révélateurs : l'immense majorité des occurrences est réservée aux dèmes athéniens. Les autres sont beaucoup plus rares – huit seulement. Letôeus est un dème d'Alexandrie39, Glaukou dèmos, Tèléphios dèmos, Eukarpeia, Hyllouala, des lieuxdits, Etis, un dèmos Lakônikès qu'Étienne prend soin de distinguer d'une polis de Crète. En réalité, seule la présence d'Euhippè sous la mention de dèmos pose un réel problème.

Image 100000000000030400000212CC03E490.jpg

Çamlidere et la Carie

  • 40 Pline, NH, 5.109 ; Robert 1952, 345-355 ; 361-363. Le lieu de trouvaille de l'inscription indique q (...)
  • 41 Laumonier 1958. 433-445 ; 445-446. Jones 1971.56.

26En effet, Euhippè est attestée, outre par la notice brève d'Étienne, par une mention de Pline dans sa description des villes du conventus d'Alabanda. De plus, des monnaies, en petit nombre certes, ont été identifiées et une inscription publiée par L. Robert prouve que, sous les Antonins, Euhippè était une cité avec ses propres institutions40. On pourrait donc en faire un hapax chez le Byzantin mais on doit noter, à la suite d'autres auteurs, que le champ lexical du nom d'Euhippè – une toponymie bien grecque – recouvre celui de la cité voisine d’Alabanda “victoire du cheval”, en langue indigène, s'il faut en croire l'étymologie donnée par le même Étienne. Il est alors tout à fait possible de suivre A. H. M. Jones lorsqu'il affirme qu'Euhippè n'est rien d'autre que la version grecque d'Alabanda41. Compte tenu de l'emploi fréquent du mot dèmos par Etienne pour désigner une fraction du corps civique, on peut penser qu'Euhippè fit longtemps partie de la cité d'Alabanda et que la source du lexicographe pour cette notice remonte à une période antérieure à la promotion d’Euhippè au rang de cité, qui ne se fit pas avant la basse époque hellénistique s'il faut en croire les monnaies répertoriées les plus anciennes.

  • 42 Sartre 1995, 292 ; Nollé & Eck 1996.

27Mais l'absence quasi totale de Piginda dans nos sources paraît être l'élément le plus important. Pline, Strabon, Ptolémée n'en disent rien, et aucune monnaie hellénistique ou impériale des Pigindènoi n’a jamais été publiée. Est-il possible d'imaginer que cette cité, dont les restes imposants (agora, murailles, gymnase) doivent bien entendu être ici rappelés, n’ait pas frappé des monnaies autonomes de bronze à l'époque impériale, ce que semblent avoir fait toutes les cités des environs ? Nous aurions plutôt tendance à penser que Piginda, à l'instar des autres emplois du mot chez Étienne de Byzance, est un village (kômè) ou une subdivision territoriale ou politique d'une cité portant un autre nom. D’ailleurs, dans les textes de l’époque impériale, où Étienne puise ses sources, le mot dèmos est couramment synonyme de village42. Le meilleur argument que l'on puisse finalement trouver vient d'Étienne lui-même : terminant sa notice, il précise οἱ δημόται Πιγινδίτῖς. Or, si δημότης peut désigner une personne du peuple par rapport à un aristocrate, son sens le plus fréquent est le citoyen du dème, portant un démotique se distinguant de l'ethnique, et le mot n'est jamais synonyme de πολίτης.

  • 43 Voir les réflexions de Robert 1946a. 65-66 ; Bull. ép., 1950, 42, 137. Whitehead 1994b réévalue sen (...)
  • 44 Pérée, 8.
  • 45 Voir par exemple Blinkenberg 1917. n. 2 p. 32.

28Comment comprendre alors la signification de l'adjectif Pigindènos dans les dédicaces susdites ? Ce n’est qu'une épiclèse de Zeus et l'ethnique donné par Étienne s'en écarte, puisqu'il indique Pigindeus. Mais c'est vrai que, sur ce point au moins, Étienne n'est jamais un guide très sûr43. A supposer donc que Pigindènos soit l'ethnique réel, on doit constater que, s’il existe des épiclèses tirées d'un ethnique civique comme, pour demeurer en pays carien, Apollon Kedrieus44, à l'inverse, pour le culte d’Athana Lindia, les dédicaces archaïques et celles du ve s., c'est-à-dire celles antérieures au synœcisme, ne parlent que d'Athana45. L'épiclèse Lindia n'apparaît qu'au ive s., c'est-à-dire au moment où la cité a disparu en tant qu'entité politique indépendante. On peut se demander si la même opération ne s'est pas passée de cette manière à Çamlidere, le culte de Zeus Pigindènos perpétuant un toponyme qui n’avait de toutes les façons pas disparu.

  • 46 Kubitschek & Reichel 1893, 96-97 1. 17-18.
  • 47 Ptolémée 5.2.15 ; Étienne Byz. s.v. Cf. ATL, I, p. 531 ; 559. Monnaies : Paton 1900, 60-61.
  • 48 Robert 1980, 355-375 ; 1952, 273 ; 336 n. 1. Robert 1962, 206 ; Laumonier 1958, 468-469.
  • 49 Les dernières trouvailles de monnaies faites sur le site de Çamlidere par P. Debord, ont permis à F (...)

29Dans cette région de la vallée de l'Harpasos, tous les grands sites connus de Ptolémée ou d'Étienne de Byzance, toutes les cités mentionnées par l'épigraphie, ont été reconnus, tous sauf un, Bargasa. Parmi ces textes, une inscription découverte non loin du site antique d’Antioche du Méandre, est fort éclairante : c'est une liste de peuples, où l'on retrouve les Bargasènoi juste avant les gens de Néapolis, dont la cité se trouve également dans la vallée de l'Harpasos, non loin de notre cité, sur l'autre rive du fleuve46. Les sources littéraires et la numismatique apportent aussi des éléments allant dans le même sens : Paton retrouva des monnaies tout près de notre site47 et Jeanne et Louis Robert, en raison de la présence de monnaies des Bargasènoi dans la vallée de l'Harpasos, y plaçaient déjà Bargasa48. Parmi les monnaies de bronze découvertes à Çamlidere depuis quelques années, aucune ne nous éclaire vraiment car, outre des bronzes rhodiens hellénistiques, les seules pièces lisibles ou simplement identifiables sont des monnaies autonomes d'Orthosia et d'Anineta, communautés proches bien entendu de notre site, puisque l'on sait bien que le bronze voyage peu. Dans l'état actuel de nos connaissances, la prudence s'impose, étant entendu toutefois que Piginda ne saurait correspondre à la totalité de l'espace civique dont l'habitat de Çamhdere est le centre : la modestie du temple dans lequel se trouvent les inscriptions mentionnant ce dieu ne milite pas en faveur d'une divinité poliade, surtout quand on mesure l'ampleur de la surface habitée et construite. Piginda est à coup sûr un toponyme mais doit être considéré comme un village, au sens large du terme, comme l’un des ensembles formant une cité dont le nom nous est encore inconnu, mais dont on a plus de raisons qu'auparavant de croire qu'il s'agit de Bargasa49.

Le nouveau document dans le dossier “Guerre d'Aristonicos”

30Quoi qu’il en soit, cette inscription vient s'ajouter à celles qui, connues parfois depuis longtemps, ont nourri et nourrissent le dossier de la révolte d'Aristonicos. En dehors de la célèbre inscription de Pergame (OGIS, 338), plusieurs textes épigraphiques retransmettent, parfois sous forme très assourdie, des échos des événements où, parmi d'autres chefs romains, s'illustra Manius Aquillius cité dans l'inscription de Çamhdere. Dès 1884, P. Foucart avait rassemblé les textes alors connus : le décret de Sestos en l'honneur de Ménas (p. 318-319), le décret de Pergame (p. 321-323), le décret de Cyzique en l'honneur de Machaon (p. 323-324), ainsi que l'inscription alors inédite de Bargylia copiée par Blondel (p. 327-330) ; celle-ci fut rééditée ultérieurement par M. Holleaux (1919), qui en offrit un nouveau commentaire historique ; en publiant les décrets de Claros pour Polémaios et pour Ménippos, L. et J. Robert ne manquèrent pas, à leur tour, de les intégrer dans ce que l'on sait de la guerre d'Aristonicos et de l’intervention des armées romaines (Claros, I, 29 sq.). Voici les principales pièces du dossier épigraphique :

311. Inscription de Sestos en l'honneur du gymnasiarque Ménas (Foucart 1884, 318-319 ; OGIS, 339 ; IK, 19-Sestos, 1). Dans cette longue inscription honorifique (103 lignes), seuls quelques passages intéressent notre propos (lignes 1-26 ; commentaires dans IK, 19Sestos, 1, 48-50). Le personnage a effectué plusieurs ambassades auprès des rois et il a été en contact avec Straton, stratège de Chersonèse et des territoires thraces avoisinants : “Dans le contexte de la guerre, il se montra pour le peuple un homme digne de ce nom”.

  • 50 IGRR, IV, 134 ; Foucart 1884, 323-324 ; L. et J. Robert, Claros, I, 33-34.

322. Inscription de Cyzique en l'honneur de Machaon50. Le décret rappelle que la cité “était encerclée” ; dans ces conditions, n'écoutant que son dévouement envers sa patrie, Machaon partit en ambassade auprès de Marius Cosconius, alors stratège en Macédoine. Plus tard, il alla près du Sénat plaider la cause de sa cité. Ultérieurement, après le passage des Romains en Asie, il mena à nouveau des ambassades et il combattit même auprès des Romains.

333. Décret voté par les neoi de Méthymna en l'honneur de deux gymnasiarques, que nous avons déjà évoqué (IG, XII.Suppl., 116). Ceux-ci sont loués pour leur dévouement envers le peuple en des circonstances difficiles : “Le peuple est accablé en raison de mauvaises récoltes successives de céréales et des impôts pour l'achat de blé et parce qu’il a contribué à plusieurs reprises pour des sommes élevées en raison de son dévouement et de son amitié envers les Romains et en raison de l'alliance conclue avec eux et de sa participation à la guerre en Asie…” (1. 7-11).

  • 51 Ce texte vient d'être réédité, traduit et commenté par B. le Guen (1997b).

344. Un décret d'Elaia rappelle que le peuple “[conserv]ant depuis le début sa bienveillance et son amitié à l'égard des Romains a donné n[ombre de preu]ves [importantes] de sa volonté politique dans les cir[constances] les plus [critiques, de même que dans la guerre contre Aristonicos, il a montré tout son zèle et affronté de grands dangers tant sur terre que sur mer…” (IGRR, IV, 1692 ; Syll.3, 694)51.

  • 52 Tout récemment publié avec de nouvelles lectures par Blümel 1994 (= AE, 1994, no 1706 ; SEG, 44, 19 (...)
  • 53 Robert 1937, p. 459-465.

355. On connaît également depuis longtemps les décrets de Bargylia en l'honneur de Poseidonios (Foucart 1884, 327-330 ; Holleaux 1968 ; IK, 28.2-Iasos, no 6 1 252). Le personnage a agi en faveur de sa cité lorsque Manius Aquillius a mené une expédition en Mysie Abbaïtide. Le second fragment se place lorsque Q. Cæpio commande la région de Bargylia : Poseidonios s'est entremis pour faire cesser réquisitions et levées de troupes, en rappelant une décision prise antérieurement par Manius Aquillius. Un autre décret commenté par L. Robert53 montre le même Poseidonios proposer un décret relatif au culte d'Artémis Kyndias : lors de la guerre, la cité fut sauvée par une épiphanie de la déesse. “Il s'agit alors, je pense, du début de la guerre d'Aristonicos, alors que le décret Blondel nous informait de la situation de Bargylia à la fin de cette guerre” (p. 465).

  • 54 Texte publié par P. Herrmann 1962, no 2 (TAM, V. 1,444) ; il est analysé dans le Bull. ép., 1963, n(...)

366. Une dédicace de Lydie orientale émane d'une garnison en l'honneur du commandant, dont le nom se rattache à une grande famille de Sardes. Ce commandant a été installé à son poste par un Romain qui n'est autre que Q. Cæpio du décret de Bargylia : le décret se place donc probablement au moment des opérations militaires menées contre la Mysie Abbaïtide54.

  • 55 Malay & Petzl 1984 ; SEG, 34, 1198.

377. Un décret plus récemment publié a été pris par “les Mysiens de l'Abbaïtide de Gordos”55. Le personnage honoré a joué un rôle éminent lors de “la guerre contre Aris[tonicos]”, en prenant part aux combats (en tant que stratège) et aux ambassades, faisant preuve de sa bienveillance envers les Romains.

  • 56 Voir également Ferrary 1991 (SEG, 41, 1991, 987).
  • 57 SEG, 39, 1989, 1244, II, 1. 7-18 ; L. et J. Robert, Claros, I, 91-92.

388. On doit citer enfin les décrets de Clams publiés par L. et J. Robert (Claros, I = SEG, 39, 1989, 1243-1244)56. Polémaios est loué pour son dévouement lors de multiples ambassades, obtenant audience auprès des chefs romains, et venant devant le Sénat déplorer pillages et dommages sur le territoire de la cité ; c'est dans ce contexte que le décret fait une allusion à une “Cité des esclaves (Doulôn Polis)” (IL 36-37). L'autre décret, pour Ménippos, loue la conduite de l'intéressé en temps de guerre, où il remplit la charge de stratège des hoplites : “Il recevait lui-même ceux des Romains qui venaient dans la ville, faisant ainsi que les maisons de ses concitoyens n'avaient pas à être réquisitionnées pour le logement”57.

  • 58 On renverra au récit de Vavrinek 1957 et aux pages d'Éd. Will (II, 1982, 419-424).

39Évalué à l'aune des misérables reliques littéraires disponibles sur ces événements58, le dossier épigraphique est d'une importance essentielle, et la découverte d’un nouveau document qui vient le compléter est sans aucun doute intellectuellement excitante. Mais, contrairement à ce que l’on pourrait espérer, il s'en faut de beaucoup que le dossier apporte des réponses à toutes les questions que l'on se pose sur les événements qui se déroulèrent en Asie Mineure après la mort d'Attale III. En publiant et en commentant l'inscription de Bargylia, il y a plus d'un siècle, R Foucart en faisait déjà le constat : “Le décret… fut voté en l'honneur d'un citoyen qui avait rendu de grands services à sa patrie, et il énumère ces services avec une prolixité minutieuse. Ce genre d’inscriptions est parfois fort instructif ; à côté de détails d'un intérêt purement local, se rencontre tout à coup la mention de grands événements auxquels l'individu a été mêlé ; le plus souvent, il n'y a pris qu’une part fort minime, mais, à ce propos, on rappelle des faits qui nous étaient inconnus et qui ont une valeur historique. C'est le cas pour le décret de Bargylia… [Tout compte fait], les lignes consacrées à rappeler ses services en cette occurrence nous en apprennent plus sur les événements concernant cette période que ne l'avaient fait les auteurs anciens parvenus jusqu'à nous” (1884, 328-329). De cette déclaration de P. Foucart l'on rapprochera ce qu'écrivait M. Holleaux en 1919 dans sa nouvelle publication de l'inscription de Bargylia : “Ce que nous apprend notre inscription sur la guerre d’Aristonicos se réduit, somme toute, à peu de choses” (1968, 193). On observe la même prudence chez L. et J. Robert dans leur publication du décret pour Polémaios : “Le décret ne raconte pas l'histoire et les développements de cette guerre [contre Aristonicos] ; il n'a pas été écrit pour notre curiosité érudite et omet de dire que Colophon fut un temps occupée par le prétendant” (Claros, I, 29).

  • 59 Voir également l'inscription de Kassopè d'Épire republiée par Merkelbach 1991, qui salue des hommes (...)
  • 60 Dans certains cas, l'attribution de telle ou telle inscription de contenu très général à la période (...)
  • 61 Voir le cas bien connu de la chronologie disputée (guerre d'Aristonicos ou guerre mithridatique) de (...)
  • 62 Voir par exemple Vavrinek 1975, Delplace 1978, Sanchez-León 1986-89.
  • 63 Cf. Ferrary 1991,559 : “Je n'exclurais pas, toutefois, que de tels phénomènes de brigandage aient p (...)

40Il s'agit en effet dans tous les cas, non pas de chroniques civiques, mais de décrets qui louent la conduite et l’action de citoyens éminents sur toute la durée de leur vie : l'éventuelle allusion à leurs activités pendant la guerre ne vient donc qu'en passant, elle ne constitue qu’un élément constitutif d'eulogies parfois forts longues. Il est au reste fort rare que le décret cite explicitement le nom d'Aristonicos (décrets d'Elaia et de Gordos59) : dans la plupart des cas, on parle de “la guerre”60, parfois en précisant qu'elle s'est déroulée “sur terre et sur mer”, le plus souvent en soulignant – à l'aide d'un vocabulaire convenu et codé – que le personnage honoré a tout fait pour alléger les charges pesant sur ses concitoyens (levées de soldats, contributions, obligation de logement) et pour soulager sa cité appauvrie par la guerre, les ravages et les pillages. La mention des Romains ne suffit pas toujours à assurer la datation61, sauf lorsque les noms des consuls sont cités (comme dans notre décret) ; et, même dans ce cas, la chronologie absolue est bien difficile à établir avec certitude. C'est ce qui explique aussi que la mention – exceptionnelle – de la Doulôn Polis dans le décret pour Polémaios puisse donner lieu à débat. L. et J. Robert (Claros, I, 37-38) ont logiquement été tentés de rapprocher ce toponyme de la célèbre mention de Strabon (14.1.38) relative aux Héliopolites, nom qu'Aristonicos aurait donné aux “pauvres et aux esclaves”, appelés à le rejoindre dans l'intérieur après sa défaite navale : s'il était confirmé, le rapprochement serait très important, dans la mesure où la mention strabonienne a donné naissance à des flots ininterrompus de commentaires souvent très ingénieux mais toujours très fragiles62. Mais, tout en estimant que l'interprétation des Robert “est sans aucun doute la plus vraisemblable dans l'état actuel de nos connaissances”, J.-L. Ferrary a justement marqué les incertitudes chronologiques et historiques d’un tel rapprochement63.

L'apport spécifique de l'inscription de Çamlidere

41Fondamentalement, notre décret présente les mêmes caractéristiques, et, au plan de l'histoire narrative, son apport ne peut pas être bouleversant. Néanmoins, par rapport aux textes déjà connus et rassemblés, le document nous emmène loin vers l'intérieur des terres, et c'est clairement la nouveauté majeure qu'il introduit dans la discussion. Pour l'évaluer avec précision et mesure, il convient de rappeler la problématique telle qu’elle est aujourd’hui généralement formulée.

  • 64 Sur le terme mesogeia (dans Strabon 15.3.21), voir les réflexions de Briant 1996, 417-419.
  • 65 Voir en particulier Robert 1962, 252-254, 375-376 (et 255-270 pour Apollonis et Stratonicée de Mysi (...)
  • 66 Sur les problèmes liés à la chronologie des émissions monétaires d'Aristonicos/Eumène III, voir en (...)
  • 67 Sur tous ces sites (y compris dans le contexte de la guerre d'Aristonicos), on se reportera égaleme (...)
  • 68 Robert 1962, 265.

42On partira du texte bien connu de Strabon, auquel on vient de faire brièvement allusion : “Aristonicos fut chassé de Smyrne, après avoir été vaincu dans une bataille navale par les Éphésiens. Il marcha alors en montant vers la mesogeia, c'est-à-dire vers le hautpays ; il rassembla en peu de temps une foule de pauvres et d'esclaves qu'il appela à la liberté et leur donna le nom d'Héliopolites. Il s'empara d'abord par surprise de Thyateira, puis il prit Apollonis, et il s'attaqua à d’autres phrouria… etc.” (14.1.38). A partir de ce résumé établi sur une trame chronologique que Strabon mène jusqu'à l’arrivée de Manius Aquillius en 127, on distingue traditionnellement deux phases, l'une où Aristonicos réussit à étendre son pouvoir sur la côte, grâce à sa marine : se rallient Phocée, Leukai ; d'autres sont prises par la force (Myndos près d’Halicarnasse, Samos, Colophon) ; d'autres résistent (Smyrne, Cyzique, Sestos, Bargylia), jusqu'au moment où Aristonicos est vaincu sur mer par les forces éphésiennes près de Kymè. Puis, selon Strabon, on l'a vu, il fait mouvement vers l'intérieur (mésogée). Le terme très vague de haut-pays64 a été expliqué grâce aux monnaies frappées par un certain Eumène qui ne peut être que notre Aristonicos, ainsi que l'avait vu Robinson, bientôt suivi et amplifié par Louis Robert65. Ces monnaies furent frappées à Apollonis (ans 3 et 4), à Thyateira (an 2), Stratonicée (an 4)66. Thyateira et Apollonis étaient déjà citées par Strabon comme des villes-fortes dont s'était emparé Aristonicos faisant retraite depuis la côte. Quant à Stratonicée, ce n’est pas la Stratonicée de Carie, mais la fondation attalide dans la haute vallée du Caïque, dont L. Robert a décrit le site dans l'une de ses pages fameuses de géographie historique67. Il insistait sur le fait qu'Aristonicos avait centré son pouvoir sur une région de colonisation militaire macédonienne, ce qui, jugeait-il, “explique sa force militaire et ses succès jusqu'à l'intervention massive des Romains” ; d'où aussi, notait L. Robert, les clauses du décret de Pergame qui donnent le droit de cité à tous les groupes militaires sur le territoire ainsi qu'à leurs femmes et leurs enfants… aux Macédoniens, aux Mysiens, aux Masdyniens”68. Les trois villes “forment un verrou entre le Nord [Mysie] et le Sud [Lydie]”. C'est dans cette région, à Stratonicée du Caïque (et non de Carie), qu'Aristonicos fut capturé par Marcus Perperna en 130. C'est contre ces régions qu'en 129 encore Aquillius mène campagne : εἰἰ ἄνω τóπoυς pour reprendre les termes du décret A de Bargylia (ligne 15).

  • 69 Au moment où notre manuscrit était prêt à être donné à l'éditeur, nous avons pu prendre connaissanc (...)
  • 70 Par exemple Dumont 1966, 195 n. 33 ; également Le Guen 1997b, 89 n. 67.
  • 71 Magie 1950, II, 1040.
  • 72 L. et J. Robert, Claros, I, 91-92.
  • 73 Voir en dernier lieu Cohen 1995, 237.

43Cette division commode entre deux phases, l'une littorale, l'autre intérieure, n'est pas parfaitement corroborée par la documentation existante69. D'une part et d'une manière générale, la chronologie du passage de Strabon a souvent été mise en doute. D’autre part, la date de la défaite infligée par Éphèse n'est pas connue avec précision : la date souvent proposée de 131 n'est qu'hypothétique. Nous ignorons également la date précise de l'inscription mentionnant la souscription lancée par Halicarnasse pour fournir un vaisseau à la flotte romaine. Même s'il y a eu déplacement du théâtre d'opérations privilégié d'Aristonicos vers l'intérieur des terres, on doit souligner, après d'autres70, que ce choix stratégique ne signifie pas que ses forces se sont repliées complètement dans l'intérieur en abandonnant les cités littorales. D'après Frontin (4.5.16), la capture de Crassus se produisit en effet lors d'une embuscade sur la route entre Smyrne (ou Myrina) et Elaia : ce qui veut dire que les troupes d'Aristonicos, à la fin de 131, continuaient de menacer la route montant de la mer vers Pergame71. Le décret pour Ménippos, de son côté, montre que les Romains exigeaient des cantonnements dans la ville de Colophon qui ne situe pas précisément dans la mésogée72 : Ménippos est honoré par la cité comme notre Apollônios l'est pour les mêmes raisons dans une cité qui, elle, est située loin à l'intérieur des terres. On peut ajouter qu'en 129 encore, après la capture d'Aristonicos, la cité côtière de Bargylia reste elle aussi sous la menace de dangers pressants, au point qu'en 129, lorsque Aquillius en prend le commandement, les forces romaines sont concentrées en Carie. M. Holleaux expliquait cette localisation – estimée par lui “très naturel[le]” – par l'hypothèse (alors admise de tous) selon laquelle “c'est à Stratonikée [de Carie] que s'est en dernier lieu retiré Aristonicos et qu'il vient d'être pris” (1968, 193). La localisation maintenant admise de la prise d'Aristonicos à Stratonicée du Calque change un peu la donne73. Nous devons en effet admettre que, lorsque Aquillius arrive en Asie Mineure au printemps 129, les forces romaines étaient déployées sur un vaste front qui allait, du nord au sud, au moins de la Mysie à la Carie. Si donc il y a alors des concentrations de forces romaines en Carie littorale, c'est tout simplement parce que le pays est menacé par des troubles durables et structurels.

  • 74 “Aquillius en finit avec les derniers restes de la guerre”.
  • 75 Holleaux 1968, 190 ; L. et J. Robert, Claros, I, 39.

44Les opérations romaines, à partir de 129, montrent en effet également que la capture d'Aristonicos ne signifia pas la fin des troubles. Nous sommes là-dessus mal renseignés par des allusions d'auteurs tardifs et par des bribes d’inscriptions honorifiques qui ne sont pas moins allusives pour les raisons déjà indiquées. Nous savons que Manius Aquillius arrive en 129 pour organiser la province, mais il doit aussi mener des opérations comme on le savait déjà par l'inscription de Bargylia et comme le confirme maintenant notre inscription : car certains événements mentionnés par les deux décrets sont chronologiquement très proches l'un de l'autre, nécessairement situés dans la fourchette du gouvernement d'Aquillius, soit 129-127. L'un et l'autre décrets prouvent que les opérations menées par Aquillius ont été d'une gravité plus pressante que ne l'indiquent les mots de Florus74. Il est vrai aussi que l'auteur fait référence à une tactique (empoisonnement de l'eau des puits) pour s'emparer des villes (urbes) qui refusaient de se rendre, soit une guerre inexpiable, “contraire au droit divin et aux coutumes de nos ancêtres”, selon Florus ; il est possible qu'en s’exprimant ainsi (urbes), l'auteur fasse référence aux ὀχυρώματα que dut emporter Aquillius lors de sa campagne en Mysie Abbaïtide d'après le décret A de Bargylia, c'est-à-dire les places-fortes qui avaient constitué le cœur de la puissance d'Aristonicos. Malheureusement, si l'on sait, par le décret de Bargylia, que des soldats de Bargylia avaient été requis et emmenés par Aquillius lors de sa campagne (le personnage honoré, Poseidonios, est remercié pour s'être entremis auprès du Romain pour qu'il renvoie ces soldats chez eux), nous ne savons rien d'aussi précis dans le cas de notre cité, mis à part le fait que toutes les cités ont été frappées d'ordres de réquisitions divers. Nous ne savons pas où Aquillius se trouvait lorsque son ordre de réquisitions de logements arriva (ligne 13) ni lorsque Apollônios vint plaider devant lui la cause de sa cité (lignes 17-19) ; à suivre les avis autorisés de M. Holleaux à propos de Poseidonios de Bargylia et de L. et J. Robert à propos de Polémaios de Colophon, “le verbe apodèmèsas montre que Poseidonios a dû faire un voyage de quelque durée pour parvenir jusqu'à Gn. Domitius”, car “apodèmèsas indique un voyage plus ou moins lointain”75. Mais un tel commentaire n’apporte pas d'élément déterminant à lui seul.

  • 76 Sur les réquisitions d’hommes, on renverra encore aux remarques des Robert Claros, I, 90-91, à prop (...)
  • 77 Sur ce point, les affirmations de Magie 1950, II, 1039, ne nous semblent pas bien fondées.

45Les fragments A et B de Bargylia pourraient apporter quelques lumières. Pendant qu'Aquillius mène campagne en Mysie Abbaïtide, son lieutenant Gn. Domitius demeure dans la région de Bargylia avec des troupes régulières et la plupart des auxiliaires (A, 16-17). M. Holleaux en concluait fort justement : “Il semble donc qu'on redoute quelque soulèvement”, tout en s'opposant à l'hypothèse selon laquelle Gn. Domitius n’a accompli aucune action de guerre. En réalité, nous n'en savons rien ; il n'est pas prouvé non plus, malgré Holleaux, que la campagne de Mysie n'ait duré que quelques mois et qu'elle soit achevée dans l'été 129 : le renvoi des contingents de Bargylia ne fonde pas une telle interprétation avec une sûreté absolue ; il peut s'agir d'une interruption momentanée des opérations (pendant l'hiver par exemple), ou bien le danger est si pressant autour de Bargylia que le consul a dû se résoudre à y renvoyer une partie de ses troupes (dont le contingent de Bargylia). Quoi qu'il en soit, en 128 probablement (mais la date n'est pas sûre non plus), la région est commandée par Q. Cæpio qui se trouve alors dans une situation très difficile, comme l'exprime très clairement le fragment B de Bargylia : la guerre se rallume, est-il écrit ([ἐνστάντος τε πάλιν τ]οῦ πολέμου – restitution Holleaux), d'où les réquisitions successives (epitagè) ordonnées par le Romain sur la cité, qui tombe dans une situation de détresse profonde et même d'aporie76 ; c’est alors que Poseidonios vient en ambassade auprès de Gn. Domitius, qui peut-être se trouve en train de mener campagne en Carie même. Le décret ne mentionnant pas de lieu fortifié que les Romains auraient dû reprendre, M. Holleaux en induisait (1968, 194), que, “malgré l'emploi (peut-être emphatique) fait du mot polemos, [ces opérations] peuvent n'avoir point été bien importantes”, et que Cæpio n'a pas eu le commandement d'une grande expédition. En réalité, nous n'en savons rien. M. Holleaux ajoute d'ailleurs : “Mais ces opérations se prolongèrent assez longtemps, comme en témoignent les envois de troupes et les enrôlements ordonnés coup sur coup par Q. Cæpio”. Si l'on rappelle la prise de Myndos par Aristonicos au début de la guerre et le premier décret pour Apollônios copié par Paton et publié par L. Robert qui le situait au début de la guerre (1937, 459-465), il paraît bien que la Carie a été du début à la fin l’un des points forts de la rébellion, des soulèvements et des troubles, avant et après la mort d'Aristonicos77.

  • 78 Plut., Flamininus, 21.10.
  • 79 Holleaux 1919, 194, n. 1.

46Les phrases trop courtes de notre décret s'intègrent évidemment bien dans cette atmosphère troublée en Carie. Le décret apporte surtout un élément d'information essentiel, on l'a dit en introduisant ce développement : c'est l'extension géographique de la révolte, puisque nous voilà transportés maintenant dans la haute vallée de l'Harpasos : nous sommes vraiment là dans le haut-pays, dans la “mésogée profonde” si l'on peut oser une telle expression. Et il ne s'agit pas seulement d'une référence elliptique, le texte exprimant avec clarté que des armées romaines mènent campagne dans la région, puisqu'Aquillius a envoyé un ordre de réquisitions de stathmos. C'est bel et bien toute la Carie qui est troublée par la guerre et les dangers dans les cités et dans les campagnes, toutes les cités ont reçu des ordres de réquisitions, levées d'argent et de soldats, obligation de loger les soldats etc. Au demeurant, non seulement la Carie, car bien d'autres foyers contemporains sont attestés en Asie Mineure : malgré son outrance rétrospective, on pourrait donc reprendre le mot de Plutarque, selon lequel c'est toute l'Asie (ἅπασαν τὴν Ἀσίαν) qui avait été touchée par les troubles causés par le soulèvement d'Aristonicos78. Parlant du fragment B de Bargylia, M. Holleaux commentait ainsi : “Peut-être faut-il voir dans ces hostilités tardives et traînantes l'épilogue de la guerre faite à Aristonicos”, mais il notait aussi, pour s'en désoler (1968, 194) : “Nous ne pouvons ici marquer aucune date. Nous ignorons tout à fait si les entreprises militaires de Q. Cæpio se doivent placer en 129 ou en 128”. L'incertitude demeure évidemment pour notre décret, à ceci près que nous savons que le citoyen honoré a été trouver Aquillius. Mais, où et à quelle date ? M. Holleaux tendait à penser qu’à l'issue de sa campagne de Mysie (qu’il restreignait au printemps-été 129), Aquillius s'était dégagé sur Gn. Domitius du commandement de l'armée79, et que c'est sous l'autorité suprême de Domitius que Cæpio aurait mené son expédition en Carie : d'où l'ambassade de Poseidonios auprès de Gnaius Domitius pour faire diminuer les réquisitions ordonnées par Cæpio, tout en rappelant les décisions prises antérieurement par Aquillius. Dans cette hypothèse, puisque Apollônios a été en ambassade auprès d'Aquillius, il faudrait dater les événements de 129. Mais, nous l’avons déjà dit, la durée de l'expédition d'Aquillius en Mysie ne nous est pas connue avec certitude, et nous ne pouvons pas affirmer non plus qu'il s'est déchargé de toutes les opérations militaires à partir de cette date. Dans ces conditions, la datation de l'ambassade menée par Apollônios doit rester flottante dans une fourchette située entre 129 et 127. Il ne fait donc guère de doute que les troubles et la panique doivent être liés aux opérations plus ou moins longues menées par les armées romaines après la capture d'Aristonicos. Nous sommes évidemment dans l'impossibilité d'identifier ceux qui s'opposent ainsi les armes à la main au nouvel ordre romain qu'Aquillius a été chargé d'imposer en Asie Mineure, mais c'est là, on le sait bien, le problème historique majeur qu'aucun document jusqu'ici publié n'a permis de résoudre : la lumière ne viendra pas non plus de l'inscription trouvée à Çamlidere !

Notes

1 Robert 1980, 368. Il appelle le site Haydere, du nom du village par lequel il l'aborda.

2 Voir les mêmes caractéristiques dans les décrets contemporains de Claros : L. et J. Robert, Claros, I, 9.

3 Sur les problèmes chronologiques, voir également ci-dessous.

4 L. et J. Robert, Claros, I, 63-66, II, col. III, 1. 21. Pol. 21.45.4 ; Liv. 38.39.8.

5 L. et J. Robert, Claros, I, 57 ; Robert 1966b, 15 (pour un mois d'origine séleucide au ier s. a.C.).

6 Ce décret sera prochainement publié par Alain Bresson et Raymond Descat.

7 IK, 22-Stratonikeia, 1002 = L. et J. Robert, Claros, I, 449-464.

8 Robert 1983, no 3-4.

9 Labraunda, III.2, no 43 ; cf. III. 1, p. 34.

10 Théocrite 17.89 ; OGIS, 54,1. 5-8. Sur la situation fort disputée de la Carie entre Séleucides et Lagides au milieu du iiie s., cf. Kobes 1994, 1-6.

11 Robert 1949, 189-193. Une inscription pourrait la situer non loin d’Antioche du Méandre – c'est-à-dire dans notre région – mais des monnaies d'une Ptolémaïs ont été découvertes près de Caunos.

12 Welles, RC, 38. Cf. Robert 1949, 189-193.

13 Pol. 30.1.5.

14 IG, XII.5,482,1. 6-7 (Siphnos) : [ἔδοξεν τῆι βουλῆι καὶ τῶι δήμωι, (τοῦ δεῖνος)] καὶ σ[υ]ναρχόν[των γνώμη κτλ. IG, XII.3, 248, 1. 4-5 (Anaphè) : ἔδοξε τᾶι βουλᾶι καὶ τῶι δάμωι, ἀρχόντων Ξενομνάσθου, Ἀριστομάχου, Σωσικλεῦς καὶ βουλᾶς γνώμα. IG, XII.5, 471,1. 15-18 (Paros), sans indication du magistrat.

15 L. et J. Robert, Claros, I, 63-66, II, col. III. I. 34 ; cf. commentaire p. 103.

16 IK, l-Erythrai, 28,1. 38.

17 IG, XII.Suppl., 116, 1. 7-9.

18 OGIS, 339, 1. 53-56.

19 Drew-Bear 1972, 448-450.

20 Syll.3, 685, 1. 135 (Itanos) ; 731,1. 5 (Tomis).

21 L. et J. Robert, Claros, I, 11-17, I, col. III, 1. 27-28.

22 IMagnesia, 105,1. 109.

23 IG, XII.Suppl., 116,1.9-11 ; cf. Buchholz 1975, 154.

24 Welles, RC, 53 (= IPergamon, 163), 1. 4.

25 /G, XII.5, 653 (= Bielman 1994, no 52,1. 11-12).

26 IG, XII.7, 221 ; cf. Le Bohec 1993, 352-353.

27 losPE, IV, 68,1. 19-27.

28 Voir les exemples d'un verbe synonyme, περιοράω, rassemblés par Robert 1936, 1214 et L. et J. Robert, Claros, I, 44 à partir de l'occurrence dans la col. III, 1. 51-52. Plus récemment, REG, 1988, 15. 1. 51-52.

29 OGIS, 56, 1. 16.

30 Voir par exemple le décret pour Polémaios. L. et J. Robert. Claros, I, 11-17, 1. col. II, 1 19-20

31 Pol. 15.24.2 ; Welles, RC, 30,1. 6-7. Cf. L. et J. Robert, Claros, I, 40.

32 Welles, RC, 70 1. 13 = OGIS, 262.

33 ID, 1498 1. 14-16 (= J. Pouilloux, Choix, 79).

34 L. et J. Robert, Claros, I, 40.

35 Ainsi, une inscription mise au jour dans le sanctuaire de Zeus à Labraunda parle d'une lettre envoyée par la cité de Mylasa à Philippe V (Labraunda, III. 1, 6A 1. 2). Une lettre de Dolabella, proconsul de Macédoine entre 80 et 78, aux Thasiens dit ceci : “j'ai envoyé aux Péparéthiens et aux Skiathiens une lettre pour les avertir qu'ils seraient vos sujets”, ΙΙεπαρηθίοις καὶ [Σκιαθίοις] γράμμ ατα ἀπέστειλα ἵvα ὑμῖν ὑπήκοοι ὦσιν, Sherk, RDGE, no 21, 1. 18. Le recueil de Sherk fournit plusieurs autres occurrences de l'expression γράμματα ἀποστέλλειv. Cf. encore Welles, RC. 60 (= OGIS, 315) 1. 2-3.

36 ISM, I, 15 (NChoix, 6), 1. 30-32 ; ibid., 1. 19-20 ἔπεισ[ε] τοὺς βαρβάρους … [μὴ βιά]|σασθαι τὴν πóλιν.

37 Cf. les conclusions de Gauthier 1985, 75.

38 Ôlmez 1995, 165-166 : Ἀριστόδημος Ἀρτεμιδώρου ἱερεὺς | διὰ γένους Διòς Πιγινδηνοῦ ἀνέθηκεν | Ἤραι καὶ Διὶ Πιγινδηνῶι καὶ τῶι δήμωι.

39 Connu seulement d'Étienne, il est considéré par Fraser 1972, 142, comme fort douteux.

40 Pline, NH, 5.109 ; Robert 1952, 345-355 ; 361-363. Le lieu de trouvaille de l'inscription indique qu'elle se trouvait sans doute sur la rive sud du Méandre, non loin d'Orthosia.

41 Laumonier 1958. 433-445 ; 445-446. Jones 1971.56.

42 Sartre 1995, 292 ; Nollé & Eck 1996.

43 Voir les réflexions de Robert 1946a. 65-66 ; Bull. ép., 1950, 42, 137. Whitehead 1994b réévalue sensiblement l'intérêt de son travail.

44 Pérée, 8.

45 Voir par exemple Blinkenberg 1917. n. 2 p. 32.

46 Kubitschek & Reichel 1893, 96-97 1. 17-18.

47 Ptolémée 5.2.15 ; Étienne Byz. s.v. Cf. ATL, I, p. 531 ; 559. Monnaies : Paton 1900, 60-61.

48 Robert 1980, 355-375 ; 1952, 273 ; 336 n. 1. Robert 1962, 206 ; Laumonier 1958, 468-469.

49 Les dernières trouvailles de monnaies faites sur le site de Çamlidere par P. Debord, ont permis à F. Delrieux d’identifier quatre exemplaires de bronzes de Bargasa. Inutile de préciser que cette découverte renforce notre sentiment sur l’équation Çamlidere = Bargasa.

50 IGRR, IV, 134 ; Foucart 1884, 323-324 ; L. et J. Robert, Claros, I, 33-34.

51 Ce texte vient d'être réédité, traduit et commenté par B. le Guen (1997b).

52 Tout récemment publié avec de nouvelles lectures par Blümel 1994 (= AE, 1994, no 1706 ; SEG, 44, 1994, no 867).

53 Robert 1937, p. 459-465.

54 Texte publié par P. Herrmann 1962, no 2 (TAM, V. 1,444) ; il est analysé dans le Bull. ép., 1963, no 220.

55 Malay & Petzl 1984 ; SEG, 34, 1198.

56 Voir également Ferrary 1991 (SEG, 41, 1991, 987).

57 SEG, 39, 1989, 1244, II, 1. 7-18 ; L. et J. Robert, Claros, I, 91-92.

58 On renverra au récit de Vavrinek 1957 et aux pages d'Éd. Will (II, 1982, 419-424).

59 Voir également l'inscription de Kassopè d'Épire republiée par Merkelbach 1991, qui salue des hommes qui ont pris part, sous le commandement de Perperna, “à l'expédition contre Aristonicos” (voir déjà SEG, 36, 1986, 555).

60 Dans certains cas, l'attribution de telle ou telle inscription de contenu très général à la période d'Aristonicos est uniquement fondée sur des critères paléographiques ou stylistiques : voir par exemple Bull. ép., 1984, no 85 (p. 488).

61 Voir le cas bien connu de la chronologie disputée (guerre d'Aristonicos ou guerre mithridatique) des inscriptions de Pergame en l'honneur de Diodoros Pasparos (Jones 1974, suivi par J. et L. Robert, Bull. ép., 1974, no 466, a montré qu'il s'agit de la guerre mithridatique ; voir en dernier lieu en ce sens Virgilio 1993, 24, 77-94.

62 Voir par exemple Vavrinek 1975, Delplace 1978, Sanchez-León 1986-89.

63 Cf. Ferrary 1991,559 : “Je n'exclurais pas, toutefois, que de tels phénomènes de brigandage aient pu se produire plus tard, alors que l'autorité romaine sur la province d'Asie était établie, mais que les gouverneurs n'y disposaient, pour faire régner l’ordre, que d'une force militaire restreinte”.

64 Sur le terme mesogeia (dans Strabon 15.3.21), voir les réflexions de Briant 1996, 417-419.

65 Voir en particulier Robert 1962, 252-254, 375-376 (et 255-270 pour Apollonis et Stratonicée de Mysie).

66 Sur les problèmes liés à la chronologie des émissions monétaires d'Aristonicos/Eumène III, voir en dernier lieu la discussion de Bussi 1997.

67 Sur tous ces sites (y compris dans le contexte de la guerre d'Aristonicos), on se reportera également à l'exposé très soigneux de Cohen 1995, 201-204 (Apollonis), 232-242 (Stratonicée, Thyateira).

68 Robert 1962, 265.

69 Au moment où notre manuscrit était prêt à être donné à l'éditeur, nous avons pu prendre connaissance de l'article de C. Mileta (199S), qui nourrit sa discussion des documents numismatiques (monnaies d'Eumène III) et épigraphiques (inscriptions de Claros) les plus récemment publiés (à sa discussion du monnayage, ajouter l'étude de Bussi 1997). Sans connaître évidemment notre document, l'auteur développe indépendamment une interprétation très proche de la nôtre ; en discutant également de la Doulôn Polis (p. 54-56), il réfute lui aussi en particulier la théorie des “deux phases” : du début à la fin, le prétendant a disposé d'appuis à la fois dans les cités de la côte et dans les populations de l'intérieur (intéressante analyse du passage de Strabon, p. 57 sq.).

70 Par exemple Dumont 1966, 195 n. 33 ; également Le Guen 1997b, 89 n. 67.

71 Magie 1950, II, 1040.

72 L. et J. Robert, Claros, I, 91-92.

73 Voir en dernier lieu Cohen 1995, 237.

74 “Aquillius en finit avec les derniers restes de la guerre”.

75 Holleaux 1968, 190 ; L. et J. Robert, Claros, I, 39.

76 Sur les réquisitions d’hommes, on renverra encore aux remarques des Robert Claros, I, 90-91, à propos du décret pour Ménippos.

77 Sur ce point, les affirmations de Magie 1950, II, 1039, ne nous semblent pas bien fondées.

78 Plut., Flamininus, 21.10.

79 Holleaux 1919, 194, n. 1.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.