Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Troisième partie. Nouveaux documents

Dédicace des Xanthiens à Antiochos III

Alain Bresson

Texte intégral

Nous remercions J. des Courtils de nous avoir confié la publication de ce texte. Les citations entre guillemets de l’introduction sont extraites de ses notes de fouille et il est l’auteur de la photographie publiée ici.

1Cette nouvelle dédicace en faveur des Xanthiens a été découverte en août 1999, “dans les éboulis de constructions tardives à 100 m environ au nord de la grande basilique paléochrétienne, dans un secteur où ne se voit aucun vestige gréco-romain”. Il s’agit d’un bloc parallélépipédique, inscrit sur un long côté, dont les deux angles supérieurs droits sont brisés. La face inscrite et les petits côtés sont polis. Le long côté arrière est une face de joint avec anathyrose. “Le bloc était relié à un autre de ce côté ; il y a une agrafe conservée à une extrémité du lit d’attente (il y en avait sans doute une seconde à l’autre extrémité, mais le bloc est cassé à cet angle)”. Il s’agit donc d’un bloc qui faisait partie d’une base ou d’un autel. La pierre est veinée de micro-fissures, qui n’empêchent pas une lecture aisée du texte.

2Dimensions (en cm) L : 81,7 ; H : 58,3 ; L : 53,5 en bas, 52,6 en haut (donc avec un léger fruit).

3Hauteur des lettres 2,6 cm mais les lettres rondes sont plus petites que la ligne (en particulier thêta et omicron, c. 1,7 cm). Apices bien marqués. Alpha à barre brisée, epsilon et sigma à barres longues par rapport à la hauteur de la lettre, xi sans haste centrale (graphie analogue à celle de la dédicace de la porte de la ville, cf. infra n. 7, fac. similé apud Benndorf 1903 et TAM, II, 266).

Βασιλέα Μέγαν Ἀντίοχον
ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὑνοίας
τῆς εἰς αὑτόν, Ξανθίων ὁ δῆμος.

4Apparat critique : Pour l’esprit sur αὑτόν et la structure de ce type de dédicaces, cf. nos remarques in HTC, no 10.

  • 1 Ma 1999, Appendix 4, Μέγας and βασιλεὺς μέγας, 272-276.
  • 2 Sur ce point, cf. aussi Ma 1999, 63-64. Les documents datés qui mentionnent le titre de Μέγας se s (...)

5Comme l’a montré J. Ma, dans une démonstration à laquelle il suffira ici de renvoyer1, la formule Βασιλεὺς Μέγας Ἀντίοχος. est un titre (nous écrivons donc avec des majuscules, comme on le ferait pour la titulature d’un empereur romain). Antiochos reçut certainement le titre de Μέγας après son anabase victorieuse sur les traces d’Alexandre dans la Haute Asie entre 212 et 204, par imitation de l’appellation accolée au nom de ce dernier dès le début de l’époque hellénistique sans doute2. En revanche, il ne prit le titre, disputé avec les Ptolémées, de Βασιλεὺς Μέγας, qu’après sa conquête de la Cœlé-Syrie en 200 : désormais maître de l’Asie tout entière, il pouvait donc assumer le titre qui avait été celui des rois achéménides. La présente inscription étant par définition postérieure à 200, il est normal qu’Antiochos y soit qualifié de “Grand Roi”.

Image

L’inscription en l’honneur d’Antiochos III.

Image

Croquis schématique du bloc.

  • 3 Cf. Ma 1999, 82-84.
  • 4 Gauthier 1996a. 1-27. I (SEG, 46, 1996. 1721 : Ma 1999, 325-327, no 24).
  • 5 J. et L. Robert, Amyzon, 154-176, no 15B (SEG, 33, 1983, 1184 ;Curty 1995, 192-193, no 76 [1. 1-15 (...)
  • 6 Sur le rôle duquel cf. Ma 1999, 26-28.
  • 7 Benndorf 1903 (OGIS, 746 ; TAM, II, 266 ; Rigsby, Asylia, 339-340, no 164 ; Ma 1999, 323-324, no 2 (...)

Antiochos III se rendit maître de la Lycie en 1973. La marque de la domination séleucide à Xanthos était déjà connue par trois inscriptions. Dans deux cas, il s’agit de décrets honorifiques, l’un d’août 196 pour le gymnasiarque Lysôn4, l’autre de septembre ou octobre de la même année pour le rhéteur Thémistoklès d’Ilion5, dont l’intitulé s’ouvre par la mention du souverain : βασιλευόντων Ἀντιόχου καὶ Ἀντιόχου τοῦ υἱοῦ. ςιρ’ (année 116), avec ensuite la mention du grand-prêtre Nikanôr6. Le troisième document est la consécration de la cité de Xanthos à la triade Lètô, Apollon et Artémis, en raison de la parenté liant entre eux les Xanthiens et Antiochos III, Apollon étant le dieu tutélaire des Séleucides : ΒImageσιλεὺς ImageImage | ἀφιέρωσεν τὴν πόλImageν | τῆι Λητῶι και τῶι Image |4 καImageImage ἈρτέImageδι διὰ τὴν | πρòς αὐτοὺς συνImageπτουσαν | συνγένειαImage7.

  • 8 Sur les rapports difficiles entre Rhodes et la Lycie à l’époque de la dôrea, cf. Bresson 1998,65-7 (...)

6Ce dernier document est le plus intéressant car il montre qu’Antiochos avait consenti à Xanthos une attention particulière. L’inscription avait été gravée en lettres bien visibles (1,8 cm de hauteur) sur le côté droit (en entrant dans la ville) de la porte principale, au sud de la ville : toute personne la franchissant pouvait donc la lire. C’est dire l’importance que les Xanthiens lui avaient accordée. Après la chute de la domination séleucide en 189, l’inscription fut érasée (sans toutefois qu’elle soit rendue illisible). Le plus probable est que ce furent les Rhodiens qui supprimèrent le privilège accordé aux Xanthiens8.

  • 9 Schmitt 1964, 287.
  • 10 Herrmann 1965a, 119-120.
  • 11 Cf. Schmitt 1964, ibid.

7En tout cas, le premier éditeur, O. Benndorf, avait considéré que cette consécration n’avait été qu’un simulacre : Antiochos III se serait heurté à la résistance des Xanthiens et, pressé de poursuivre sa conquête, il aurait passé un compromis avec ces derniers, dont témoignerait cette inscription. H. H. Schmitt9 et P. Herrmann10 ont fait justice de cette hypothèse : on n’a aucune raison de douter que le pouvoir séleucide ait été reconnu à Xanthos et les nouveaux décrets récemment publiés ont amplement confirmé cette vision des choses. On a donc considéré11 que rien ne permettait de fixer la date de l’inscription – 197 ou quelques années plus tard (mais voir cependant infra sur ce point).

  • 12 Sur les consécrations d’esclaves, cf. Darmezin 1999, avec l’étude de ce vocabulaire p. 180-182. Ce (...)
  • 13 Darmezin 1999, no 199, 1. 3, iie s. a.C., à Nanaia ; 200, I. 2 (142-141 a.C.) à Nanaia ; 201. 1. 5 (...)

8O. Benndorf avait souligné le parallèle possible avec la situation d’un maître faisant la consécration de son esclave à la divinité. Le vocabulaire des consécrations d’esclaves montre que ἀνατίθημι, ἀφίημι et ἀφιερόω fonctionnent ensemble12. Il est cependant piquant que, dans les consécrations d’esclaves, ἀφιερόω apparaisse semble-t-il exclusivement à Suse, donc en domaine séleucide ou de tradition séleucide (selon la date des documents)13.

  • 14 Rigsby, Asylia, 9.
  • 15 Nous citons le dossier d’après le recueil de K. J. Rigsby, Asylia, 132-161, en ne retenant que les (...)
  • 16 Pounder 1978, 49-57 (SEG, 28, 1978, 75 ; Rigsby, Asylia, 330-332, no 162), 1. 21-23

9L’étude des formulaires montre aussi que la reconnaissance de l’asylie ou de la consécration à la divinité tutélaire d’une cité sont quasi interchangeables, même si d’ordinaire on utilise le verbe καθιερόω ou le substantif καθιέρωσις, plutôt que ἀφιερόω ou ἀφιέρωσις14. C’est ce que montre la série des décrets des cités qui ont reconnu l’asylie de Téos vers 203/202, où le fait que la cité soit reconnue ἱερὰ καὶ ἄσυλος dans certains décrets trouve dans d’autres son correspondant dans l’admission de la καθιέρωσις τῶι Διονύσωι τῆς πόλεως (ou formule analogue)15. C’est le même formulaire de la consécration, cette fois à Zeus Chrysaoreus et Apollon Isotimos, que l’on rencontre dans un décret contemporain d’Athènes pour la reconnaissance de Tasylie d’Alabanda (Antioche des Chrysaoriens) : καὶ εἶνα[ι τ]ὴν πόλιν αὐτῶν καὶ τὴν χώραν καθιερωμένην | [τῶι Δ]ιὶ τῶι Χρυσ|αο|ρεῖ καὶ τῶι Ἀπόλλωνι τῶι Ἰσοτίμωι καὶ ἄσυλον δ[ι]|[αμέ]νειν εἰς τòν ἅπαντα χρόνον ὅσον ἔστιν ἐπ’Ἀθηναίοις16.

10Dans les documents précédents, la reconnaissance de la consécration (c’est-à-dire de Tasylie) a en fait deux significations différentes. Soit, comme dans le décret d’Athènes, elle pouvait avoir un aspect diplomatique (d’où la précision finale de ce décret, ”pour autant qu’il est au pouvoir des Athéniens”) : il s’agissait seulement d’obtenir la garantie de l’opinion publique grecque, ce qui il est vrai n’était tout de même pas rien. Soit, dans le cas des Etoliens ou des cités crétoises, il s’agissait d’un engagement effectif à ne pas entreprendre de razzias contre la cité.

  • 17 Boffo 1985, 319-325, part. 323.
  • 18 Rigsby, Asylia, 9.
  • 19 Analysé par Rigsby, Asylia, 172-178.

11Mais quel était le contenu d’une consécration effectuée par un pouvoir souverain d’une cité qu’il tenait en son pouvoir ? Pour le cas de Xanthos, L. Boffo admet l’idée d’une forme de compromis politique entre le roi et la cité17. Quant à K. J. Rigsby, il souligne que la consécration assurait la protection de tout ce qui était voué à la divinité, toute atteinte au bien ou au territoire consacré devenant une impiété18. En outre, évoquant le parallèle de Milet19 et surtout de Téos, il évoque les possibles privilèges fiscaux afférents à cet acte. Il est vrai qu’il conclut que les décrets xanthiens de 196 ne confortent ni ne contredisent l’idée de privilèges de nature fiscale ou autre à l’égard de la couronne.

  • 20 Rigsby, Asylia, 9.
  • 21 OGIS, 228 = FD, III.4, 153 = Rigsby, Asylia, 102-103, no 7, 1. 5, formule similaire dans le décret (...)
  • 22 Sur l’aspect fiscal de l’eleutheria, cf. nos remarques in HTC. no 48. Sur les privilèges fiscaux c (...)
  • 23 Herrmann 1965a, 34-35, no 1 (texte amélioré in P. Herrmann, SEG, 41, 1991, 1003, I.A/B ; Rigsby, A (...)

12Mais c’est à notre sens sans aucun doute possible de cela qu’il s’agit, comme le suggère K. J. Rigsby lui-même lorsqu’il traite du vocabulaire de la consécration20. Un décret delphien des années 240 fait allusion à une demande de Séleucos II de reconnaître le caractère sacré et inviolable (cf. ἱερὰν καὶ ἄσυλον) du sanctuaire d’Aphrodite Stratonikis et de la cité de Smyrne21. Le décret précise aussi, 1. 6-8, que la demande du roi mentionnait qu’il avait “concédé aux Smyrniens que leur ville et leur territoire soient libres et exempts de tribut” (ἐπικεχώρηκε δὲ τοῖς [Σμυρ]|ναίοις τάν τε πόλιν καὶ τὰν χώραν αὐτῶν ἐλευθέραν εἶμεν καὶ ἀφο[ρο]|λόγητον)22. De même, après avoir mis la main sur l’Ionie, Antiochos III reconnut à Téos le caractère de cité sacrée et inviolable, statut qui allait de pair avec l’exemption du tribut royal et autres taxes qui avaient été imposées par le régime attalide (ἀνῆκε τὴ[ν] πόλιν καὶ τὴγ χώραν ἡμῶν ἱερὰν καὶ ἄσυλον καὶ ἀφορολό|γητον κ|αὶ] τῶν ἄλλων ὧν ἐφέρομεν συντάξεων βασιλεῖ Ἀττά|λωι ὑπεδέξατο ἀπολυθήσεσθαι ημᾶς δι’αὑτοῦ)23.

13K. J. Rigsby a en outre relevé dans l’Anabase d’Alexandre d’Arrien ce qui constitue le meilleur parallèle à la situation de Xanthos. Lors de son expédition indienne, Alexandre rencontre sur sa route la ville de Nysa. Le premier personnage de la ville et trente ambassadeurs viennent lui demander de “remettre au dieu la cité" (δεησομένους Ἀλεξάνδρου ἀφεῖναι τῷ θεῷ τὴν πόλιν, 5.1.3-4). demande ensuite explicitée par le chef de la ville : “Les Nyséens te demandent de les laisser libres et autonomes par respect pour Dionysos” (δέονταί σου Νυσαῖοι ἐᾶσαι σφᾶς ἐλευθέρους τε καὶ αὐτονόμους αἰδοῖ τοῦ Διονύσου, 5.1.5), car depuis l’origine ils habitent la libre Nysa, qu’ils y sont autonomes et qu’ils s’administrent dans l’ordre” (ἐκ τούτου ἐλευθέραν τε οἰκοῦμεν τὴv Νῦσαν καὶ αὐτοὶ αὐτύνομοι καὶ ἐν κóσμῳ πολιτεύοντες, 5.1.6).

  • 24 Ibid., 1. 17-19.
  • 25 Amyzon, 161 et 164.
  • 26 Herrmann 1965a, 34-35, no 1 (cf. supra n. 23), 1. 22-24.
  • 27 Sur ce statut, cf. brièvement Bresson 1998, 70-71. A l’époque achéménide, la cité était soumise à (...)

14On ne doit pas douter que ce soit un statut similaire qui échut à Xanthos. De jure, Antiochos ne put faire la dédicace que de ce qui lui appartenait. Mais si elle fut conquise par le roi, la cité sut persuader ce dernier de lui accorder un statut privilégié. Le parallèle de la Nysa indienne d’Arrien ainsi que celui de Téos c. 204-202 – puisque c’est Antiochos III lui-même qui était venu à l’assemblée de Téos faire la proclamation du caractère sacré et inviolable et de l’exemption du tribut24 – incitent à penser que c’est dès l’entrée d’Antiochos à Xanthos en 197 que le privilège fut accordé, comme l’avaient déjà affirmé J. et L. Robert, à la suite de Benndorf. En outre, le parallèle de Nysa et la demande émanant de la cité vont dans le sens de ces deux savants, qui avaient souligné que la référence à la triade formée par Lètô, Apollon et Artémis portait la marque d’une volonté des Xanthiens eux-mêmes, qui avaient dû assurer l’inscription du document en s’inspirant de l’acte officiel de la chancellerie royale25. Le caractère sacré et inviolable n’implique peut-être pas nécessairement que la ville ait été exempte de garnison (à Téos, le roi était présent avec ses troupes26), mais c’est une hypothèse qu’il faut évoquer : en ce cas, les Xanthiens auraient gardé la maîtrise de leur acropole. Surtout, il paraît clair que la cité de Xanthos obtint un statut d’eleutheria kai autonomia, lui permettant de négocier directement avec le roi, échappant au statut de cité sujette, sous le contrôle d’un épistate27.

  • 28 Le privilège était certes affiché à la porte de la ville – ce qui pourrait paraître établir implic (...)
  • 29 IG, VII, 413 (Syll. 3, 747 ; Sherk, RDGE, 23) ; Rigsby, Asylia, 78-81, no 6 et Petrakos, IOropos, 3 (...)

15L’exemption du phoros royal (et peut-être d’autres taxes) devait en outre être la preuve tangible de ce statut privilégié28. S’agissant du phoros et autres revenus royaux, une inscription d’Orôpos postérieure d’un siècle montre cependant qu’une autre solution pourrait avoir eu la faveur du roi. Outre l’extension de l’asylie du domaine du dieu Amphiaraos à 1 000 pieds alentour du sanctuaire, Sylla concéda que tous les revenus de la cité, du territoire et des ports – entendons par là avec K. J. Rigsby les revenus dus à Rome, pas les revenus propres de la cité, qui sinon aurait été totalement ruinée – seraient désormais consacrés à la célébration des concours et sacrifices en l’honneur du dieu, en outre ensuite en l’honneur de la victoire et du pouvoir du peuple romain29. Cette consécration au service de la divinité des revenus dus à Rome était naturellement une faveur pour Ôrôpos, qui n’aurait plus à financer ces fêtes sur ses propres revenus. En d’autres termes, άφορολογησία ou affectation à la divinité des revenus de la puissance tutélaire étaient deux formes de cadeau qui revenaient au même pour la cité qui en bénéficiait, puisqu’elle administrait le sanctuaire auquel la consécration était faite.

  • 30 Cf. la dédicace IG, VII, 264 : ὁ δῆμος Ὠρωπίων Λεύκιον Κορνήλιον Λευκίου υἱòν | Σύλλαν Ἑπαφρόδιτον (...)

16Quelle fut la solution séleucide à Xanthos ? Le caractère laconique de l’inscription inscrite sur la porte de la cité ne permet pas de le savoir. On ne doit voir là que l’affichage résumé, effectué par les Xanthiens, de la décision d’Antiochos III. Il se peut qu’un jour quelque nouvelle découverte permette d’en préciser le contenu exact. Mais quoi qu’il en soit, le cadeau séleucide, particulièrement (à n’en pas douter) son volet fiscal, justifiait pleinement la dédicace des Xanthiens. Comme les Ôrôpiens un siècle plus tard, qui eux aussi allaient chaleureusement remercier Sylla dans des termes analogues30, les Xanthiens eurent toute raison de montrer leur reconnaissance à Antiochos III : c’est ce qui justifie la dédicace qu’ils firent à ce souverain, qui n’était donc nullement de pure forme.

  • 31 Cf. déjà dans ce sens Schmitt 1964, 287.
  • 32 Sur l’attitude des Lyciens pendant la guerre antiochique, Bresson 1999, 105-107.

17En favorisant Xanthos et le Lètôon, qui jouait le rôle de sanctuaire fédéral des Lyciens, Antiochos III souhaitait sans aucun doute s’attacher la fidélité de l’ensemble du koinon31. La fidélité maintenue des Lyciens pendant la guerre avec Rome montre qu’il y réussit pleinement32.

Notes

1 Ma 1999, Appendix 4, Μέγας and βασιλεὺς μέγας, 272-276.

2 Sur ce point, cf. aussi Ma 1999, 63-64. Les documents datés qui mentionnent le titre de Μέγας se situent chronologiquement entre 204 et 200.

3 Cf. Ma 1999, 82-84.

4 Gauthier 1996a. 1-27. I (SEG, 46, 1996. 1721 : Ma 1999, 325-327, no 24).

5 J. et L. Robert, Amyzon, 154-176, no 15B (SEG, 33, 1983, 1184 ;Curty 1995, 192-193, no 76 [1. 1-15] ; Ma 1999, 324-325, no 23).

6 Sur le rôle duquel cf. Ma 1999, 26-28.

7 Benndorf 1903 (OGIS, 746 ; TAM, II, 266 ; Rigsby, Asylia, 339-340, no 164 ; Ma 1999, 323-324, no 22).

8 Sur les rapports difficiles entre Rhodes et la Lycie à l’époque de la dôrea, cf. Bresson 1998,65-77, et 1999, 106-118. Sur la nature de ce privilège (fiscal selon nous), cf. infra.

9 Schmitt 1964, 287.

10 Herrmann 1965a, 119-120.

11 Cf. Schmitt 1964, ibid.

12 Sur les consécrations d’esclaves, cf. Darmezin 1999, avec l’étude de ce vocabulaire p. 180-182. Cependant, nous ne traduirions pas ἀνατίθημι par “consacrer” et ἀφιερόω par “dédier” : c’est la solution inverse qui est la bonne. La différence est bien marquée dans une dédicace de Délos de 97 a.C., où des Ἑρμαιασταί, Ἀχολλωνιασταί. Πυσειδωνιασταὶ … (1. 3-4) τòν Ἠρακλῆν ἀνέβηκαν | ἀφιερώσαντες Ἡρακλεῖ καὶ Ἰταλικοῖς : dédicace et consécration à la divinité sont donc deux opérations conjointes mais distinctes.

13 Darmezin 1999, no 199, 1. 3, iie s. a.C., à Nanaia ; 200, I. 2 (142-141 a.C.) à Nanaia ; 201. 1. 5-6 (131 a.C.) à Nanaia ? ; 204, 1. 3 (183 a.C.) à Apollon et Artémis Daittai.

14 Rigsby, Asylia, 9.

15 Nous citons le dossier d’après le recueil de K. J. Rigsby, Asylia, 132-161, en ne retenant que les documents où le dieu est explicitement mentionné : no 138 (1. 13) ; 139 (1. 9) ; 140 (8 et 19) ; 142 (1. 9 et 20) ; 144 (début restitué) ; 148(1. 9-10 et 27-28) ; 149(1. 8-9) ; 150(1. 10-11) ; 154(1. 11-12) ; 156 (1. 20-21) ; 161 (1. 19-20).

16 Pounder 1978, 49-57 (SEG, 28, 1978, 75 ; Rigsby, Asylia, 330-332, no 162), 1. 21-23

17 Boffo 1985, 319-325, part. 323.

18 Rigsby, Asylia, 9.

19 Analysé par Rigsby, Asylia, 172-178.

20 Rigsby, Asylia, 9.

21 OGIS, 228 = FD, III.4, 153 = Rigsby, Asylia, 102-103, no 7, 1. 5, formule similaire dans le décret smyrnien IK, 24.1-Smyrna, 573,1. 10-12 (cf. plus largement Rigsby, Asylia, 95-105, sur le cas de Smyrne).

22 Sur l’aspect fiscal de l’eleutheria, cf. nos remarques in HTC. no 48. Sur les privilèges fiscaux consentis à Xanthos, nous irions donc plus loin que J. Ma (1999, 157).

23 Herrmann 1965a, 34-35, no 1 (texte amélioré in P. Herrmann, SEG, 41, 1991, 1003, I.A/B ; Rigsby, Asylia, 281-282, extraits ; Ma 1999, 308-311, no 17), I. 18-20 : dans des termes similaires cf. ibid, 1. 47-49 et Herrmann 1965a, no 2 (SEG, 41, 1991, 1003, II.C/D ; Rigsby, Asylia, 283, extraits ; Ma 1999, 311-317, no 18), 1. 50-53.

24 Ibid., 1. 17-19.

25 Amyzon, 161 et 164.

26 Herrmann 1965a, 34-35, no 1 (cf. supra n. 23), 1. 22-24.

27 Sur ce statut, cf. brièvement Bresson 1998, 70-71. A l’époque achéménide, la cité était soumise à un gouverneur royal, cf. FdX, VI = Briant 1998, mention de l’épimélète Artémèlis texte grec 1. 4-5, texte lycien 1. 5. Sur la garnison et le phrourarque lagide à Xanthos sous la domination lagide, cf. le décret publié par J. et L. Robert Amyzon, 124-127 (SEG, 33, 1983, 1183), 1. 5-6.

28 Le privilège était certes affiché à la porte de la ville – ce qui pourrait paraître établir implicitement une différence entre ville et campagne. Mais comme le suggère K. J. Rigsby, Asylia, 340, on ne doit sans doute pas ici (donc à la différence du cas de Téos évoqué plus haut) pousser trop loin le parallèle (cf. justification de K. J. Rigsby d’après le parallèle de Cyzique, Asylia, 345, no 165, où il n’est question que de l’asylie de la polis, mais 349, no 168, de celle de la ville et du territoire). Le privilège accordé devait s’appliquer à la “cité”.

29 IG, VII, 413 (Syll. 3, 747 ; Sherk, RDGE, 23) ; Rigsby, Asylia, 78-81, no 6 et Petrakos, IOropos, 308, 1. 45-49 : ὡσαύτως τῶι θεῷ Ἀμφιαράωι | καθιερωκέναι τῆς πόλεως καὶ τῆς χώρας λιμένων τε τῶν Ὠρωπίων | τὰς προσόδους ἁπάσας εἰς τοὺς ἀγῶνας καὶ τὰς θυσίας, ἃς Ὠρώπιοι | συντελοῦσιν θεῷ Ἀμφιαράωι, ὁμοίως δὲ καὶ ἃς ἂν μετὰ ταῦτα ὑπὲρ τῆς | νίκης καὶ τῆς ἡγεμονίας τοῦ δήμου τοῦ Ῥωμαίων συντελέσουσιν. La donation date de 86 a.C. ; voir Rigsby, Asylia, 78, pour la chronologie des diverses parties du document.

30 Cf. la dédicace IG, VII, 264 : ὁ δῆμος Ὠρωπίων Λεύκιον Κορνήλιον Λευκίου υἱòν | Σύλλαν Ἑπαφρόδιτον, τòν ἑατοῦ σωτῆρα καὶ | εὐεργέτην, Ἀμφιαράωι.

31 Cf. déjà dans ce sens Schmitt 1964, 287.

32 Sur l’attitude des Lyciens pendant la guerre antiochique, Bresson 1999, 105-107.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search