Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Deuxième partie. Les cités

Monétaires rhodiens du iie siècle a.C. : onomastique et société

Alain Bresson

Texte intégral

Nos vifs remerciements vont à R. H. J. Ashton et à Nathan Badoud, qui nous ont fait une série de suggestions dont ce texte a beaucoup profité.

  • 1 Cette subdivision était déjà celle du BMC Caria, ciii-cxiii.
  • 2 Sur les plinthophores rhodiens, outre l’article central de Jenkins 1989, cf. Leschorn 1985, Arslan (...)

1On peut diviser l'essentiel du monnayage d'argent rhodien en trois grandes périodes : entre 408/407 et 188 a.C., le monnayage d'ancien style à l'Hélios de trois-quarts face à l’avers et à la rose de profil au revers ; entre c. 188 et 84 a.C., le monnayage plinthophore qui présente Hélios radié de profil à l'avers, une rose de profil dans un carré creux au revers ; enfin, à partir d'une date discutée au cours du ier siècle a.C., Hélios de face radié à l'avers et une rose épanouie dans un cercle de grènetis au revers1. Ainsi, pendant la plus grande partie du iie siècle, Rhodes émit des plinthophores2. Or, l'onomastique des monétaires apparaissant sur certains groupes des plinthophores présente des traits remarquables.

Les monétaires des séries rhodiennes

  • 3 Ashton 1988b, 79 ; SNG Keckman, ad no 487-510 ; Ashton 2001, 105 et 111.
  • 4 Pour les séries postplinthophores, cf. Ashton avec Weiss 1997 (et. Bresson 1997a), ainsi que Ashto (...)

2A Rhodes, le nom de ce qu'il est convenu d'appeler le “monétaire” n'apparaît qu'à partir du iie quart du iiie s.3 Désormais, et jusque sous l'empire, les monnaies d'argent, puis les grosses unités de bronze qui les remplacent dans la deuxième moitié du ier s. a.C., le font régulièrement apparaître4. A Rhodes, comme ailleurs souvent, la nature de la charge de “monétaire” reste encore incertaine.

  • 5 Gauthier 1975 ; Burnett et al, RPC, I, 3-5, pour la situation de la fin de l'époque hellénistique (...)
  • 6 Thompson 1961, 593-599 ; Robert 1973, 45-63.

3La question du statut des monétaires grecs a été évoquée par Ph. Gauthier et de nouveau récemment par les auteurs de Roman Provincial Coinage5. Il n’est pas inutile d’en rappeler sommairement les grandes lignes. Trois solutions principales se dégagent : magistrat éponyme, comme le γραμματεύς à Mylasa, qui n’aurait donc comme fonction que d’indiquer la date d'émission ; magistrat responsable de l’émission ; personne privée “bienfaitrice” se portant volontaire pour payer l’émission. On connaît aussi les positions opposées de M. Thompson et de L. Robert à ce sujet : quand la première mettait l’accent sur l’aspect évergétique en se fondant sur son analyse des monnaies athéniennes du Nouveau Style, le second y voyait avant tout l’action d’un magistrat6. En fait, la conclusion qui paraît inévitable est que les trois solutions présentées ne sont pas exclusives l’une de l’autre et que, selon les circonstances et les époques, elles furent toutes les trois utilisées.

  • 7 Pour une analyse détaillée des monétaires athéniens entre 150/149 et 54/53 (ou plus tard), cf. en (...)

4S’agissant des monnaies d’Athènes du nouveau style, qui, par la chronologie et l’ampleur du monnayage, fournissent le meilleur parallèle avec les plinthophores de Rhodes, on a pu établir que dans une proportion assez élevée (19 cas) leurs monétaires présentent entre eux des liens familiaux étroits (frères, père et fils, ou encore autre lien familial), et qu’en outre ils paraissent fréquemment avoir fait partie des meilleures familles de la cité, les plus actives au plan politique, les plus à Taise sans aucun doute au plan financier : bref, les monétaires athéniens étaient alors issus de la couche dominante7. C’est aussi la raison qui peut expliquer qu’en 88/87 le roi Mithridate n’ait pas trouvé indigne de son rang d’inscrire son nom parmi les monétaires de cette cité. Cela ne tranche pas véritablement la question du statut exact de ces monétaires, magistrats, évergètes – ou peut-être les deux à la fois. Du moins l’origine sociale élevée des monétaires athéniens n’est-elle pas douteuse.

  • 8 Ashton 1988b, 79 ; Ashton 2001, 111, dont la conclusion sur les ταμίαι est similaire à la nôtre.
  • 9 Jenkins 1980, 104.
  • 10 Ashton 1991b, part. p. 77-78 et n. 13 p. 83.

5A Rhodes, l’analyse des symboles annexes et des liaisons de coins a conduit R. Ashton à considérer que les émissions monétaires des iiie, iie et ier s. étaient le fait de magistrats agissant en collèges8. Manifestement, ces monétaires étaient en fonction pendant une période de plusieurs années. L’existence de collèges de monétaires paraît si bien expliquer les phénomènes que l’on peut observer qu’on doit la tenir pour certaine. Demeure néanmoins la question de l’identité de ces monétaires. G. K. Jenkins repousse à juste titre l'idée de Head qu'ils aient pu être des prytanes et paraît pencher pour l'hypothèse qu’il s'agissait de trésoriers, avant de conclure qu'il ne peut s'agir là que de pure spéculation9. Au ier s. p.C., une série de bronzes rhodiens, celle de Timostratos et de douze autres personnages, désigne en effet le monétaire comme ταμίας10. Il est donc légitime de se demander si les monétaires des époques précédentes n’étaient pas aussi des ταμίαι.

6Les ταμίαι. sont connus par plusieurs inscriptions rhodiennes :

  • SER, 1,1. 26, iiie s. a.C. (allusion à τοὶ ταμίαι)
  • IG, XII. 1, 49, c. 185 a.C. : six ταμίαι et leur secrétaire,
  • IG, XII. 1, 50 c. 115 a.C. : sept ταμίαι.
  • 11 Sur la date de début d’émission des plinthophores, Ashton 1994 et 2000, 109, ainsi que Ashton 2001 (...)

7Pour R. Ashton, les plinthophores ont commencé au lendemain de la Paix d’Apamée, et même un peu avant11. En ce cas, on devrait donc s’attendre à trouver une intersection entre la liste des monétaires et l’inscription de c. 185. Au cas où les plinthophores auraient commencé après 185, on devrait de toute façon avoir une intersection avec les trésoriers de l’inscription de c. 115. Or, même pour cette liste, il n’en est rien. En réalité, la chose n’est pas surprenante : en effet, les trésoriers sont des magistrats annuels alors que, comme on l'a vu, les monétaires constituent des collèges pluriannuels. Du moins pour cette période, il est donc peu probable que les monétaires rhodiens aient été des ταμίαι. Opérant en collèges mais comme des magistrats annuels, les ταμίαι-monétaires de l’époque impériale n’étaient donc certainement pas, du moins en tant que collèges, identiques aux monétaires des séries préplinthophores ou plinthophores. Si tel n’était pas le cas, qui étaient donc ces monétaires ? Étaient-ils des magistrats ? Ou bien n’étaient-ils pas plutôt chargés, pour une période plus ou moins longue, de l'ἐπιμέλέια de la frappe des monnaies, comme on le voit dans d’autres cités, sans qu'il s'agisse à proprement parler d'une magistrature ? C'est la solution qu'il est préférable de retenir pour le moment, avec les conséquences qui vont apparaître ensuite.

Les monétaires des plinthophores

  • 12 Cf. déjà en détail Bresson 1997a, 16-17.
  • 13 Cf. Kontorini & Migeotte 1995, 1. 4.

8La situation sociale des monétaires rhodiens était-elle donc analogue à celle de leurs homologues athéniens des monnaies du Nouveau Style ? Faisaient-ils partie de l'élite de la fortune et du pouvoir ? Avant de commencer à esquisser une réponse, il est nécessaire de souligner que, pour Rhodes comme pour la plupart des cités, l'absence de patronyme rend presque impossible toute identification des monétaires avec des personnages connus par d'autres sources. Comme on a déjà eu l’occasion de le signaler, à Rhodes, seuls deux monétaires peuvent faire l’objet d'une identification certaine ou hautement probable12. Du fait de la rareté du nom, il s‘agit d’abord d’’Aρίστακος, qui est l’un des monétaires des drachmes réduites émises à partir de c. 205 a.C. et au début du iie a.C. : or, un’Aρίστακος'Iέρωνος est hiérope à Camiros c. 215 a.C. (TC, 40, 1. 12), une charge que l’on occupe en début de carrière ; c’est à notre sens le même personnage qui dut être prêtre d’Hélios au début du iie s. (Nilsson, Timbres, p. 375-376 [171-172], no 75-76 ; Nessana, I, p. 115 sq., no 7). Le second personnage est Aἰνήτωρ, qui apparaît sur cinq séries différentes de la fin du iiie et du début du iie s. a.C., entre autres sur les plinthophores du groupe A, et qui a de bonnes chances d’être identique au responsable financier Aἰνήτωρ Mυτίωνος, connu pour être l’un des commissaires chargés de la λογεία τᾶς διδραχμίας de la fin du iiie s.13

  • 14 Stoddart 1850, 30-33.
  • 15 Hiller von Gärtringen 1931, col. 769.
  • 16 Leschorn 1985, 11-12.
  • 17 Leschorn 1986, 82-83.

9Pourtant, si les propositions d'identification ayant quelque chance d'avoir une réalité sont rares, l'onomastique des monétaires des plinthophores pose un problème particulier. Cette question a épisodiquement retenu l'attention. Déjà, au xixe s., J. L. Stoddart avait insisté sur les recoupements entre noms de “fabricants” et de magistrats14. Plus récemment, Fr. Hiller von Gärtringen et G. K. Jenkins ont consacré à la question de courtes notices. Le premier, Hiller notait sans autre commentaire que les monétaires présentaient “weitgehende Übereinstimmungen mit den Ergostasiarchen der Amphorenstempel”15. W. Leschorn a de son côté essayé d’identifier (sans y parvenir) les monétaires d’un trésor d’hémidrachmes plinthophores de Syrie du Nord16, puis, à juste titre, a conclu de l’analyse des monétaires du trésor d’Uşak 1966 (didrachmes rhodiens du iiie s.) que ces monétaires appartenaient aux familles dominantes de la cité, voire étaient pour la plupart des noms de prêtres d’Hélios, sans pour autant qu’on doive conclure que c’étaient les prêtres d’Hélios en tant que tels qui étaient responsables de ces émissions17.

  • 18 Jenkins 1989, 104 et n. 8 et 9.
  • 19 Jenkins 1989, ibid.

10De son côté, G. K. Jenkins a relevé que, sur 68 noms de monétaires qu’il avait identifiés, 31 seulement étaient ceux de prêtres d’Hélios connus comme tels par les timbres amphoriques et qu’en outre seul un petit nombre d’éponymes correspondait à la période où les monétaires étaient effectivement en fonction (ce qui allait donc dans le sens d’une séparation entre la fonction de prêtre d’Hélios et celle de monétaire, proposition tout à fait admissible car effectivement on ne voit pas pourquoi il y aurait nécessairement eu un lien entre la fonction de monétaire et la prêtrise éponyme d’Hélios)18. Surtout, il a repoussé le jugement de Hiller relatif aux “fabricants”, ces personnages au rôle encore mal éclairci dont le nom apparaît sur l’autre anse des amphores rhodiennes à l’époque hellénistique. Son jugement vaut d’être cité in extenso : “Out of the 68 names on the plinthophoric coins a mere 18 are the same as names of ‘Fabrikants’ in Pridik’s list (Klio 20). In any case, what reason is there to suppose that the ergasteriarchs in charge of amphor production would have the same names as those in charge (in whatever capacity) of coin production, except by the merest coincidence ?”19. A priori en effet, comment peut-on imaginer qu’il puisse y avoir un lien entre les “fabricants” apparaissant sur les timbres amphoriques, quel que soit leur statut, et les collèges de monétaires des plinthophores ?

11Pour autant, le dossier doit-il être refermé purement et simplement ? En réalité, l’onomastique des personnages peut être un excellent révélateur de statuts sociaux. Pour simplifier les références, on renverra ici systématiquement au LGPN, I, pour toutes les occurrences relatives aux citoyens et aux fabricants.

  • 20 Cf. la liste de ces monétaires in Ashton 2001, 105-111.

12Si l’on examine d’abord les monétaires des séries préplinthophores, on voit qu’ils correspondent tous à des noms portés par des citoyens qui apparaissent dans les inscriptions contemporaines. Le fait que dans un cas au moins, et peut-être deux, on puisse proposer des identifications avec des personnages qui ont exercé des fonctions civiques notables (Aristakos fut hiérope à Camiros et sans doute prêtre éponyme d’Hélios ; Ainètôr, s’il s'agit bien du même personnage, eut un rôle de commissaire financier) confirme que les monétaires faisaient partie des milieux sociaux aisés qui contrôlaient la cité de Rhodes20.

  • 21 Pour l’onomastique des monétaires des séries d’argent à la rose épanouie et leur caractère de nouv (...)

13Si l'on examine ensuite les monétaires des séries postplinthophores, on a aussi une onomastique homogène, qui correspond de nouveau à l'élite de la cité, et même peut-être éventuellement à une élite restreinte, car si aucune identification précise n'est possible, il n en reste pas moins qu'un nom comme Basileidès, porté par plusieurs notables de premier plan de la cité de Rhodes du ier siècle n'est sans doute pas par hasard porté par un monétaire des séries à la rose épanouie21.

  • 22 Pour les problèmes de chronologie, cf. déjà remarques supra et n. 12.

14Or, les séries plinthophores présentent un visage différent. G. K. Jenkins a pu diviser les séries plinthophores en cinq groupes, dont la chronologie exacte est encore mal fixée. Avec beaucoup de prudence, en se fondant sur les indications de G. K. Jenkins, il faudrait retenir la chronologie suivante22 :

  • Groupe A : c. 188 - “166” (si le groupe A a duré une vingtaine d'années).
  • Groupes B-C : “166 - c. 125” (date très approximative)
  • Groupe D : fin du iie s. et début du ier s. a.C. (avec frappes d'or en quantités non négligeables).
  • Groupe E : Les monnaies du groupe E ont été frappées avec peu de soin et on a considéré que cette émission répondait à une situation d'urgence, celle de la guerre mithridatique, entre 84 et 88 : “A date during Mithradates's invasion of 88-84 B.C. would satisfactorily explain, however, the last plinthophoroi's obviously hasty production, as shown in their debased style and careless striking, and their reduced weight standard”23.

15Malgré son imprécision, cette chronologie offre du moins une esquisse possible de la chronologie des groupes des plinthophores. Surtout, la répartition des monétaires en cinq groupes permet de tirer des conclusions nettes. On indique ici par ordre alphabétique les monétaires classés par G. K. Jenkins selon la séquence des coins.

Groupe A

Monétaires (26)

Onom. civ.
-> c. 100 a.C.

Fabricants (amphores)

Monétaires (/sér. précédentes)

Ἀγάθαχος

X

X

X

Ἀγέμαχος

X

-

X

Ἀγησίδαμος

X

X

X

Ἄδραστος

X

-

-

Ἀετίων

-

-

X

Ἀθανόδωρος

X

-

X

Aίνήτωρ

X

-

X

Ἀαξίδικος

X

-

X

Ἀναξίδοτος

X

-

X

Ἀντιγένης

X

-

X

Ἀριστόβουλος

X

X

X

Ἀριστόκριτος

X

-

-

Ἀριστομένης

X

-

-

Ἀρτέμων

-

X

-

Δαμάτριος

X

X

X

Δ εξαγορας

X

-

-

Δεξικράτης

X

-

-

Ευμένής

X

X

-

Λόβιος

-

-

-

Μηνόδωρος

X

X

-

Ξενοκράτης

X

-

X

Ξενόφαντος

X

-

-

Ὀνάσανδρος

X

-

X

Πεισίστρατος

X

-

-

Στασίων

X

-

X

Φιλοκράτης

X

X

X

  • 24 CI. LGPN, I, s.v. Dans ce tableau, on entendra par monétaires des séries précédentes ceux des séri (...)
  • 25 Cf. Bresson 1986, 83.

16Sur 26 noms de monétaires, 23 sont attestés par les inscriptions dans l'onomastique civique d’époque hellénistique jusqu’à c. 100 a.C.24 Comme les sources épigraphiques privilégient les membres de l’élite citoyenne (personnages ayant exercé une magistrature, une prêtrise ou autre fonction publique), il est clair que globalement les monétaires du groupe A se recrutaient toujours dans l’élite restreinte qui dirigeait la cité. Le fait que huit noms de monétaires connus dans l’onomastique civique soient également des noms de fabricants des anses d'amphores n'a rien de surprenant, si l'on sait que ces derniers étaient eux-mêmes aussi en bonne part des citoyens25. Trois noms appellent des remarques particulières, deux d'entre eux n’apparaissant pas dans les inscriptions pour des citoyens :

  • Ἀετίων : à Rhodes, le nom n'apparaît que sur les monnaies. Mais c’est un nom potentiellement noble, qui évoque l'aigle (ἀετός) En Égée, il apparaît dans l'onomastique civique de Samos (LGPN, I, s. v.).
  • Ἀρτέμων : Ce nom n'apparaît pas dans l'onomastique civique avant 68 a.C.26 Attesté comme nom de fabricant dès le iiie s. et de nouveau au iie s., il apparaît à Rhodes assez fréquemment porté par des étrangers. C'est le cas en particulier dans Lindos, 278,1. 16 (c. 100 a.C.) dans une liste de κά[τοικοι], cf. 1. 1 (cette restitution paraît inévitable, car à partir de la 1. 17, suit une liste de μέτο[ικοι]).
  • Λόβιος : Ce nom paraît totalement isolé à Rhodes mais n’est pas sans parallèle ailleurs27. Il a donc éventuellement pu faire partie de l’onomastique civique traditionnelle.

Groupe B

Monétaires (12)

Onom. civ.
->c. 100 a.C.

Fabricants (amphores)

Monétaires (/A)

Ἁγησίδαμος

X

X

X

Ἀθανόδωρος

X

-

X

Ἀναξίδοτος

X

-

X

Ἀρτέμων

-

X

X

Δαμάτροις

X

X

X

Δαμᾶς

-

X

-

Δεξαγόρας

X

-

X

Δεξικράτης

X

-

X

Διονύσιος

X

-

-

Θρασυμένης

-

-

-

Mνήμων

-

-

-

Ξενόφαντος

X

-

X

17Pour ce qui est des fabricants, Ἁγησίδ(αμος) est attesté dans la période 310-240 a.C., soit bien avant l’époque où furent émises les monnaies plinthophores.

18Sur les 12 monétaires de ce groupe, 8 noms appartiennent indubitablement à l'onomastique civique et n’appellent pas de remarque particulière, sinon pour noter tout de même que 7 d'entre ces 8 noms sont précisément ceux qui étaient déjà présents dans le groupe A, le dernier étant le théophore universel Διονύσιος. 4 noms méritent une attention plus particulière :

  • Ἀρτέμων : Ce monétaire apparaissait déjà dans le groupe A, y compris une fois avec le même attribut (couronne d’Isis). Il s'agit donc du même monétaire.
  • En dehors de Διονύσιος apparaissent 3 noms nouveaux, mais ceux-là avec une consonance particulière :
  • Δαμᾶς : Ce nom n'apparaît pas dans l'onomastique civique avant l'époque impériale. Le nom est porté par des citoyens à Cos à l'époque hellénistique et il est fréquemment attesté dans l'onomastique civique de l’Asie Mineure impériale. Dans une dédicace votive trouvée au sud-ouest de Mylasa et que l’éditeur date de la fin du iie s. a.C. (la date pourrait même sans difficulté être un peu antérieure) apparaissent 1. 1-6 deux noms avec patronymes, Διοκλῆς Διοσσκουρίδου καὶ Δα[μ]ᾶς Δυμητρίου, à l’évidence portés par des hommes libres28. A Rhodes, à l’époque hellénistique, il apparaît déjà porté par des étrangers. C’est le cas dans une épitaphe hellénistique (de Kasara, dans la Pérée intégrée) émanant de Δαμᾶ Λυκάονος | καὶ τᾶς γυναικòς | Ἀντιοχίδος Ἀντιοχίσσας | καὶ τοῦ υἱοῦ Δαμᾶ Kῴου, Pérée, 167 (Lykaôn comme patronyme, le personnage serait Coéen) et IK, 38- Peraia, 57 (Lykaôn comme ethnique) ; aussi dans une souscription d'étrangers Pugliese Carratelli 1942, 168, no 21, face B, col. I, 1. 6, pour un Antiochéen (Δάμας Pugliese Carratelli, mais sans doute Δαμᾶς)29. Mais ce nom, bien connu par ailleurs pour être un nom servile (voir notre étude citée infra n. 32), apparaît à Rhodes aussi pour des esclaves : dédicace d’un Δαμᾶς sans doute esclave (sans patronyme ni ethnique) à Zeus Atabyrios, NESM, 240, no 159 (on sait en effet que Zeus Atabyrios attirait les dévotions des esclaves30) ; un Δαμᾶς Λυδòς sur une épitaphe hellénistique (IG, XII. 1, 160). C'est aussi un nom de “fabricant” des iie-ier s. a.C.
  • Θρασυμένης : Ce nom n'est attesté que sur les monnaies. Il a néanmoins de bonnes chances d’avoir fait partie de l’onomastique civique, comme dans d’autres cités de l’Égée (cf. LGPN, I, s.v.)
  • Mνήμων : Le nom n’apparaît jamais dans les inscriptions pour des citoyens. Sa formation même est étonnante : à Rhodes, pour un citoyen, on attendrait la forme dorienne du radical, μναμ-, ce qui est le cas pour les nombreux noms rhodiens qui le font apparaître. Pour les noms à un seul radical, on a ainsi Mνᾶμις bien attesté à Rhodes même. Mνάμων à Nisyros, incorporée à l’État rhodien à la fin du iiie s. a.C. ; pour les noms à deux radicaux, Θεύμναστος, etc. (on pourrait multiplier les exemples, voir réf. LGPN, I, s.v.). Même s'il arrive que, sur les monnaies, certains noms prennent sur certains coins leur forme de la koinè, on a ici toujours la forme Mνήμων, jamais la forme dorienne Mνάμων. On notera en revanche qu’on a à Rhodes 2 étrangers d'Antioche du nom de Mνήμων (IG, XII. 1,402 et NS 155).

Groupe C

Monétaires (8)

Onom. civ.
-> c. 100 a.C.

Fabricants (amphores)

Monétaires (/A-B)

Ἀθανόδωρος

X

-

X

Ἀρτέμων

-

X

X

Δαμοκάτης

X

X

-

Δεξικράτης

X

-

X

Θρασυμένης

-

-

X

Mελάντας

X

-

-

Tιμόστρατος

X

-

-

Xαλῖνος

-

-

-

19Sur les 8 noms de monétaires de ce groupe, 6 sont attestés dans l’onomastique civique, 4 étant déjà attestés précédemment dont Ἀρτέμων (groupes A et B) et Θρασυμένης (groupe B). Parmi les 4 monétaires nouveaux, 3 sont bien attestés dans l’onomastique civique. Le dernier, Xαλῖνος, n’est attesté que sur les monnaies, mais le “mors”, qui évoque le cheval, peut signaler une onomastique aristocratique.

Groupe D

Monétaires (27 [-1])

Onom. civ.
->c. 100 a.C.

Fabricants (amphores)

Monétaires (/A-B-C)

Ἀγέξανδρος

X

X

-

Ἀνδρόνικος

X

X

-

Ἀνταῖος

-

-

-

Ἀντιγένης

X

-

X

Ἀντίπατρος

X

-

-

Ἀπολλώνος

X

X

-

Ἀρὶστóβουλος

X

-

X

Ἀρχῖνος

X

-

-

Ἀσκλαπιάδας

X

X

-

Ἄτταλος

-

X

-

Γοργίας

X

X

-

Δαμᾶς

-

X

X

Δᾶος

-

-

-

Διογένης

X

X

-

Διóγνητος

X

-

-

Δροπάτης (?)

?

?

?

Eὔνικος

-

-

-

Θευδóσιος

-

-

-

Ἱέραξ

-

X

-

Mάης

-

X

-

Mαρίων

-

-

-

Mελάντας

X

-

-

Mενεσθεύς

X

X

-

Nικηφóρος

-

-

-

Περίτας

-

-

-

Πολυάρατος

X

X

-

Tιμάσιπος

-

-

-

Tιμοκράτης

X

X

-

20Sur 27 noms de monétaires du groupe D, 15 peuvent avoir appartenu à l'onomastique civique traditionnelle. 12 autres appellent des commentaires particuliers (on laissera de côté Δροπάτης ( ?) : si la lecture est authentique, le nom est isolé à Rhodes).

21— Ἀνταῖος : A Rhodes, ce nom mythologique n'apparaît pas dans les inscriptions dans l'onomastique civique, même si c'est le cas dans d'autres cités. En revanche, il est porté par un étranger de Laodicée, sans doute Laodicée de Syrie car son épouse est d'Ascalon (NS, 175, épitaphe) et un Thrace qui a toute chance d'appartenir à un milieu servile car son épouse Kleainis est une engenès (cf. IG, XII. 1, 877 = SGDI, 4216).

22— Ἄτταλος : Le nom est rare dans l'onomastique civique de la période : une mention au ier s. a.C. (un Θεύδοτος Ἀτταλου Kαττάβιος mentionné dans une funéraire lindienne par deux de ses amis éphésiens, date LGPN, en tout cas pas avant c. 50 a.C., cf. haste droite du pi dans le mot Ἐπαφρóδιτος).). C’est en revanche le nom d’une série d’étrangers (Aphrodisias : NS, 164, 1. 1 ; pour l’époux, sans ethnique, d’une Magnète, NS, 182 ; Éphèse : IG, XII.1, 941, provenant du territoire de Lindos, qui n’est peut-être pas sans lien avec le numéro précédent mentionnant un Attalos citoyen ; Tralles : Lindos, 361a, 1. 8). Il apparaît aussi comme nom de fabricant de la période 175-150. Et c’est aussi le nom de plusieurs esclaves : Ἄτταλος ἐγγενής, NS, 244 et pour un autre ἐγγενής AD, 22, B, 538, no 1 ; à Nisyros, dans la iie moitié de l’époque hellénistique, donc à l’époque rhodienne, par l’époux sans ethnique d’une ἐγγενής, Peek 1967, 385, no 32. Il est porté sans doute par un esclave dans la liste de c. 100 a.C. Papachristodoulou 1989, 198-200, no 10 (SEG, 39, 1989, 722), 1. 12, c. 100 a.C.

23— Δαμᾶς : Voir groupe B.

24— Δᾶος : Ce nom n'apparaît que sur les monnaies, mais, même si dans d'autres cités il peut aussi être un nom de citoyen, on sait qu’il est aussi caractéristique de l'onomastique servile. Il est porté sans doute par un esclave dans la liste de c. 100 a.C. Papachristodoulou 1989, 198-200, no 10,1. 14.

25— Eὔνικος : Le nom apparaît dans l'onomastique civique de la fin du ier s. a.C. - début ier s. p.C. (NS, 368) et peut donc sans difficulté être rattaché à l’onomastique citoyenne.

26— Θευδóσιος : Le nom est isolé à Rhodes, mais il est porté vers 115 a.C. pour un étranger de Kios Lindos, 252, col. II, 1. 142, qui a participé à une souscription en faveur du sanctuaire d’Athana Lindia.

27— Ἱέραξ : Le nom est porté par un fabricant c. 175 a.C. (la restitution du nom comme patronyme civique IG, XII. 1, 336, est certainement erronée). De manière générale, le nom est aussi bien connu comme nom servile. Il apparaît dans la liste de c. 100 a.C. Papachristodoulou 1989, 198-200, no 10, col. II, 1. 26.

  • 31 Le nom Mάης peut toutefois apparaître dans l’onomastique citoyenne d’autres cités, cf. à Rhénée, l (...)

28Mάης : Porté par un fabricant des iie-ier s. a.C., c'est aussi un nom qui est aussi celui d'un katoikos, Lindos, 278, 1. 8, soit dans la même liste où apparaissait un Ἀρτέμων, cf. supra à propos de ce nom dans les monétaires du groupe A31.

29Mαρίων : A Rhodes, ce nom est porté par un Cnidien au ier s. a.C., NS, 37.

30Nικηφóρος : Le nom apparaît tardivement dans l'onomastique civique (une occurrence du ier s. a.C. - ier s. p.C., Maiuri 1916, 172, n. 145, cf. corr. du texte et date LGPN, I, s.v.). Mais il est aussi celui d'un Antiochéen (NS, 45, 1. 10) et d'un Caunien (IG, XII.1, 432). Une dédicace sans doute hellénistique (NESM, 240, 239, no 153) d’un Nikèphoros (sans patronyme ni ethnique) à Zeus Atabyrios émane probablement d’un esclave (cf. supra sur le culte servile de Zeus Atabyrios).

31— Περίτας : Le nom est isolé à Rhodes, mais apparaît ailleurs dans l'onomastique civique d’autres cités (ainsi à Naxos, LGPN, I, s.v).

32— Tιμάσιπος : Le nom n'est pas attesté par les inscriptions dans l'onomastique civique, mais il s'agit d'un composé tout à fait classique de l'onomastique rhodienne.

Groupe D1

Monétaires (2)

Onom. civ.
-> ier s. a.C.

Fabricants (amphores)

Monétaires (/A-B-C-D)

Nέων

X

-

-

Περίτας

X

-

X

33Nέων est bien attesté dans la période dans l’onomastique civique (3 occurrences du ier s. a.C.), mais il est porté aussi sans doute par un esclave c. 100 a.C. Papachristodoulou 1989, 198-200, no 10 (SEG, 39, 1989, 722), col. II, 1. 25.

Groupe E

Monétaires (12)

Onom. civ.
-> ier s. a.C.

Fabricants (amphores)

Monétaires (/A-B-C-D-D1)

Eὐφάνης

X

-

-

Zήνων

X

X

-

Ἠραγóρας

X

-

-

Θρασυμήδης

X

-

-

Kαλλίξεινος

X

-

-

Λυσίμαχος

X

X

-

Mάης

-

X

X

Mηνóδωρος

X

-

-

Nικαγóρας

X

-

-

Nικηφóρος

X

-

X

Φιλóστατος

X

X

-

Φίλων

X

X

-

34Ici, tous les noms sont nouveaux par rapport aux groupes D-D1, sauf Mάης et Nικηφóρος. Le nom Φίλων est largement attesté comme nom de citoyen ; il apparaît comme nom de fabricant aux iiie et iie s. a.C., mais aussi, dans Lindos, 278,1. 14, c. 100 a.C., comme nom d’un katoikos et, 1. 20, comme celui d’un métèque.

Onomastique et statut social

35Qu’on situe l’origine des plinthophores vers 190 ou seulement un peu plus tard (années 170), et quels que soient les aléas qu’ait pu connaître la cité à cette époque (avec les conséquences de la IIIe Guerre de Macédoine), l’onomastique des monétaires des plinthophores des groupes A-C reflète l’onomastique civique des milieux dominants traditionnels, et même dans le groupe A de manière écrasante. Trois noms qui ne sont pas attestés dans les inscriptions pour des citoyens, Ἀετίων (groupe A), Θρασυμένης (B), Xαλῖνος (C) peuvent néanmoins se rattacher sans difficulté à l'onomastique civique. Le nom Ἀρτέμων (A-B-C) apparaît tardivement dans l’onomastique civique, mais, si le cas était isolé, il y aurait un danger de surinterprétation à vouloir tirer des conclusions de cet état de chose. En revanche, Δαμᾶς (B et D) et Mνήμων (B) ne laissent pas déjà d'être surprenants, le premier par sa connotation servile potentielle, le second par l'usage de la forme de la koinè qui, à Rhodes, apparaît liée au milieu des étrangers. Au total, si quelques cas suscitent l'interrogation, on doit relever qu’ils sont peu nombreux par rapport aux 37 noms différents que comptent ces trois séries confondues. On pourrait dès lors conclure que nous sommes tout simplement aux limites de notre documentation, qui ne nous donnerait qu'un reflet partiel du monde des citoyens rhodiens proprement dit.

  • 32 Nous l’avons montré dans Bresson 1997b.

36En revanche, les monétaires du groupe D provoquent la surprise. On constate tout d’abord un renouvellement presque total de l'onomastique des monétaires. Il y avait jusqu’ici toujours un recoupement important avec les séries précédentes : pour le groupe A, 15 monétaires sur 26 (c. 57 %), étaient connus dans les séries précédentes ; pour le groupe B. la proportion est de 8 sur 12 (66 %), pour le groupe C, 4 sur 8 (50 %). En revanche, le recoupement n’est que de 1 sur 27 (c. 4 %) pour le groupe D, pour le nom Δαμᾶς qui n’apparaissait que dans le groupe B (pas dans le C), ce qui ne conduit pas à penser qu’il s’agit nécessairement du même personnage. Force est seulement de constater que ce renouvellement radical s’accompagne d’un renouvellement du stock onomastique. Sur les 12 noms qui n’apparaissent pas dans les inscriptions pour désigner des citoyens, on sait par d’autres sources que 7 d'entre eux sont dans la même période portés à Rhodes par des étrangers, des personnes de statut juridique inférieur ou des esclaves, dont le nom n’apparaît pas dans l’onomastique civique : Ἀνταῖος, Ἄτταλος, Δαμᾶς, Δᾶος, Ἱέραξ, Mάης, Mαρίων. Comme L. Robert et O. Masson y ont insisté, on sait qu’il n’existait pas à proprement parler d onomastique servile. Mais on sait aussi que certains noms étaient employés de manière préférentielle pour désigner des esclaves. A Rhodes, l'onomastique servile ne diffère pas de ce qu’on connaît ailleurs, en particulier à Athènes32, en sorte qu’il n’est pas illégitime de soupçonner une telle origine pour des personnages qui ont une onomastique “typique” (avec la réserve faite précédemment qu’il n’existe pas de règle absolue). En outre, on relèvera que 4 d’entre eux sont portés par des fabricants dont les noms peuvent laisser penser à une origine servile ou étrangère : Ἄτταλος, Δαμᾶς, Ἱέραξ, Mάης.

37Par comparaison avec les listes de monétaires, on évoquera ici deux inscriptions que, sur la base de la graphie, leurs éditeurs respectifs, Chr. Blinkenberg et I. Papachristodoulou, ont toutes deux datées de c. 100 a.C., et qui étaient donc en gros contemporaines du groupe D (même si, comme on l’a vu, la chronologie en est mal fixée). Il s’agit d’abord d’une liste de katoikoi et de métèques Lindos, 278, provenant de Lindos :

38κά[τοικοι] • | Ἀπολλώνιος [— — —] | Ἀπολλώνιος [— — —] | Σωσικράτης [— — —]|5
Tιμασίθεος [— — —] | Kαλλικλῆς [— — —] | Ἑλλανίων [— — —] | Mάης [— — —] |
Διοκλῆς [— — —] |10Eὐάγαθος [— — —] | Ἀκρίσιος [— — —] | Θεύφιλος [— — —] |
Δῖος [] | Φίλων [— — —] |15 Θευγένης [— — —] | Ἀρτέμων [— — —] |
μέτο[ικοι]. | Ἀπολλώνιος [— — —] | Nικóλαος [— — —] | 20 Φίλων [— — —] | Mέντωρ [— — —] | Λαοδικεύς | Eὔοδος [— — —]

39Il s’agit ensuite d’une souscription provenant d’Archangélos, sur le territoire d’Ialysos (Papachristodoulou 1989, 198-200, no 10 = SEG, 39, 1989, 722). Vu l’absence d’ethnique ou de patronyme des personnages, la nature des noms et la modestie des sommes offertes (ne dépassant pas 10 drachmes) laissent penser à une liste soit d’esclaves soit d’étrangers de statut inférieur, analogue aux katoikoi de l’inscription précédente :

  • 33 Col. 11. 6, Bἰων (IG, XII.1, 502 pour un Cilicien) ou Δίων ed. pr., statistiquement plus fréquent (...)

col. I— — —|15 []ιων ˫ ['] | Παπᾶς ˫ γ'| Περσεὺς καὶ | ἁ μάτηρ ˫ έ | Διογένης ˫ έ |10 Ἀσκλαπιάδας ˫ έ | Mένων ˫ γ'| Ἀτταλος, ˫ έ | Ἀρτέμίδωρος ˫ δ'| Δᾶος ˫ γ'|15 Θέων ˫ ε'| Nουμήνιος ˫ γ'| Ἀπολλοφάνης ˫ δ'| Ἀπολλóδωρος ˫ γ'
col. II [— — —] [˫] ε'|20 [— — —]Image ˫ γ'| [— —]τας ˫ ε'| Ἀγαθῖνος ˫ ι'| Ἀπολλóνιος (sic) ˫ ι'| Ἑρμóφαντος ˫ ι'|25 Nέων ˫ έ | Ἱέραξ ˫ έ | Kάρπος ˫ γ'| Kαύαρος ˫ β'| Mῆνις ˫ γ'|30 Kράτιππος ˫ γ'| vac.33

40Ces deux listes montrent une série de recoupements avec la liste des monétaires des plinthophores (ils sont signalés en italique), qui vont même au-delà de ce qu’on pouvait attendre, car on y retrouve des noms qu’on trouve également dans l’onomastique civique. C’est le moment de se souvenir que si l’onomastique servile recoupe l’onomastique réputée citoyenne, dans l’autre sens aussi un nom qu’on peut trouver fréquemment attesté dans l’onomastique civique peut aussi être un nom servile ou d’une personne de statut inférieur : c’est le phénomène qu’on aperçoit ici avec les noms Ἀπολλώνιος, Ἀσκλαπιάδας, Διογένης et Nέων (groupe D1), auxquels on ajoutera celui de Nικηφóρος (voir notice sous ce nom), mais qui vaudrait aussi pour des noms fréquents, comme Ἀγέξανδρος (fréquemment porté par des citoyens, des étrangers mais parfois aussi par des esclaves, cf. Ἀγέξανδρáοςñ | ἐγγενής, IG, XII. 1,483).

41On doit constater que la proportion de l’onomastique réputée servile, ou correspondant à des personnages de statut inférieur, est susceptible d’avoir atteint c. 25 % (7/27). Mais, si l’on retenait tous les noms dont on sait qu’ils ont effectivement été portés à Rhodes par des personnages qui, soit appartenaient à la population servile ou d’origine servile, soit étaient des étrangers libres, même si l’on sait qu’ils ont ont aussi été portés par des citoyens (ils sont au nombre de 6 : Ἀλέξανδρος, Ἀπολλώνιος, Ἀσκλαπιάδας, Διογένης, Θευδóσιος, Nικηφóρος), on atteindrait une proportion de près de 50 % (13/27), donc sensiblement supérieure.

Essais d'interprétation

42L’onomastique du groupe D des plinthophores possède en tout cas des traits tout à fait distinctifs et diffère fortement de ce que l’on sait de celle des monétaires des séries pré-et postplinthophores, dont il est clair qu’elle reflète l’élite de la cité, en particulier le milieu étroit où se recrutaient les prêtres d’Hélios. Les groupes A à C des plinthophores ne recelaient qu’une très faible minorité de noms qui détonnaient avec l’onomastique des milieux dirigeants rhodiens. Le renouvellement brutal de l’onomastique des monétaires du groupe D et l’intrusion massive de noms traditionnellement extérieurs à la communauté civique, voire pour une partie d’entre eux, à des noms serviles ou d’origine servile fait sérieusement question. L’interprétation de ce phénomène doit être menée avec circonspection.

43Cette transformation tient-elle à des raisons circonstancielles ? La chronologie du groupe (pour le renouvellement du nom des monétaires) a-t-elle joué un rôle ? Surtout, y a-t-il eu un changement dans le mode de recrutement des monétaires ? De la sorte, aurait-on affaire, dans certains cas, à des noms d’esclaves publics ? Ou bien encore aurait-on affaire ici à des “agents” agissant pour le compte d’un tiers, ce qui irait dans le sens que certains des noms pourraient être ceux d’esclaves ? Ce serait là une première piste d’explication : mais il faudrait alors admettre que la cité ne voyait aucun obstacle à ce que des noms d’esclaves figurent sur ses monnaies – pas plus qu’elle ne voyait d’obstacle à ce que ces noms apparaissent sur les timbres amphoriques, mais pour de simples “fabricants”.

  • 34 Cf. 1. 17-20 : ἄλλο(υ)ς χοραγο(ὺ)ς | ἐκ τῶν κατοικεύντων καὶ γεωργεύντων ἐν | Λιυδίᾳ πóλει ξένονς (...)

44Une seconde piste d’explication pourrait être que la cité faisait désormais appel à de riches métèques, qui pouvaient éventuellement être des affranchis – d’où l’onomastique servile dans certains cas –, pour l’aider à financer ses émissions monétaires, sous la forme d’une epimeleia-liturgie ouverte aux étrangers, alors qu’auparavant la chose aurait été rigoureusement proscrite. On pourrait éventuellement penser aussi à une charge affermée, à laquelle des étrangers auraient pu prétendre. On pourrait en ce cas trouver un parallèle dans le décret lindien IG, Xll.l, 762 (SGDI, 4155)34, certes de 23 p.C., mais qui illustre parfaitement les problèmes qui pouvaient se poser aux Rhodiens : le décret rappelle en effet que, à l’instigation de l'État rhodien, les Lindiens décidèrent de prendre leurs chorèges non plus seulement parmi les citoyens mais aussi parmi les étrangers.

45Une troisième piste serait que l’onomastique du groupe D des plinthophores reflète un renouvellement de l’onomastique civique, lui-même correspondant à l’incorporation dans le corps civique d’étrangers ou d’affranchis. Les noms de monétaires “étrangers”, voire “serviles”, seraient donc ceux de citoyens de plus ou moins fraîche date, et qui d’une façon ou d’une autre auraient été appelés à contribuer à la surveillance ou aux frais des émissions monétaires.

  • 35 Cf. brièvement Bresson 1997a.

46Chacune de ces trois pistes d’interprétation a pour elle des arguments mais soulève des objections. Ainsi, on voit que la première solution, celle d’un changement du mode de recrutement des monétaires, aurait pour elle l’avantage de la radicalité et justifierait le caractère si spécifique des monétaires du groupe D. Le problème est que certains noms “marginaux” apparaissent dès la série B (en particulier Δαμᾶς et Ἀρτέμων) et encore dans le groupe E, même si c'est en nombre très restreint. La seconde explication, qui ferait intervenir des métèques ou affranchis enrichis, ne pourrait apparemment pousser trop loin le parallèle avec le décret lindien IG, XII. 1, 762, car, après 166, Rhodes jouissait encore globalement d’une grande prospérité. La troisième explication n'est pas satisfaisante en ce qu'elle supposerait un renouvellement très brutal de l'onomastique rhodienne qu'on ne constate nullement dans les inscriptions. Certes, l'onomastique civique évolue, et ce renouvellement est particulièrement perceptible au ier s. a.C., mais ce dernier, qui trouve une correspondance directe dans les monétaires des séries de cette époque, ne se manifeste nullement par l’incorporation massive et brutale de gens d’origine servile, même si l'on sait aussi que des étrangers pouvaient effectivement s'agréger au corps civique rhodien, ce qui, avec d'indubitables phénomènes de mode, conduisit aussi à un renouvellement progressif de l'onomastique civique rhodienne35.

  • 36 Cf. sur ce sujet la communication de G. Finkielsztejn, supra 181-196.

47Toutes choses égales cependant, on doit retenir plutôt la seconde explication, celle de l’ouverture sociale temporaire, qui conduisit à introduire parmi les monétaires un certain nombre de personnes qui ne faisaient pas partie de l'élite rhodienne traditionnelle. Embryonnaire dès le groupe A des plinthophores, cette ouverture s'est épanouie largement avec le groupe D, pour être ensuite corrigée en un revirement brutal avec le groupe E, puis avec les séries postplinthophores. On doit bien admettre ce paradoxe que certains noms d'esclaves ou désormais plutôt d'affranchis, ou en tout cas d’étrangers métèques, apparaissaient sur les monnaies rhodiennes de ce groupe. Quant aux motifs de cette évolution, qui pour Rhodes est donc caractéristique du iie siècle a.C., puis à ceux qui conduisirent au revirement brutal que l'on constate ensuite, on ne peut pour l’instant en rendre raison en détail. On observera cependant que, sur un fond global de prospérité maintenue, Rhodes a connu des évolutions brutales après 166 : la crise qui a suivi la création du port franc de Délos, et plus encore la dépression de c. 120 a.C.36 autorise à supposer que, pour recruter ses monétaires, la cité de Rhodes aurait pu avoir recours à des “hommes nouveaux”. Le parallèle avec le décret rhodien de 23 p.C. retrouverait alors toute sa valeur. Une plus grande précision de la chronologie des groupes des plinthophores sera nécessaire pour affiner ces hypothèses. Mais quoi qu’il en soit, l’apparition de ces noms d’“hommes nouveaux” sur les monnaies rhodiennes ne peut être tenue pour un fait anodin.

Notes

1 Cette subdivision était déjà celle du BMC Caria, ciii-cxiii.

2 Sur les plinthophores rhodiens, outre l’article central de Jenkins 1989, cf. Leschorn 1985, Arslan 1991, Ashton 1991a. Sur les plinthophores d’or, cf. Hackens 1965.

3 Ashton 1988b, 79 ; SNG Keckman, ad no 487-510 ; Ashton 2001, 105 et 111.

4 Pour les séries postplinthophores, cf. Ashton avec Weiss 1997 (et. Bresson 1997a), ainsi que Ashton 1991b ; Ashton in : RPC, I, no 757 sq. pour le monnayage d’époque impériale.

5 Gauthier 1975 ; Burnett et al, RPC, I, 3-5, pour la situation de la fin de l'époque hellénistique et du début de l'empire.

6 Thompson 1961, 593-599 ; Robert 1973, 45-63.

7 Pour une analyse détaillée des monétaires athéniens entre 150/149 et 54/53 (ou plus tard), cf. en dernier lieu Habicht 1991b, 21-23.

8 Ashton 1988b, 79 ; Ashton 2001, 111, dont la conclusion sur les ταμίαι est similaire à la nôtre.

9 Jenkins 1980, 104.

10 Ashton 1991b, part. p. 77-78 et n. 13 p. 83.

11 Sur la date de début d’émission des plinthophores, Ashton 1994 et 2000, 109, ainsi que Ashton 2001, 89 (voir cependant nos réserves Bresson 1998, 84, sur lesquelles voir le comm. de R. Ashton, ibid, 89, n. 52).

12 Cf. déjà en détail Bresson 1997a, 16-17.

13 Cf. Kontorini & Migeotte 1995, 1. 4.

14 Stoddart 1850, 30-33.

15 Hiller von Gärtringen 1931, col. 769.

16 Leschorn 1985, 11-12.

17 Leschorn 1986, 82-83.

18 Jenkins 1989, 104 et n. 8 et 9.

19 Jenkins 1989, ibid.

20 Cf. la liste de ces monétaires in Ashton 2001, 105-111.

21 Pour l’onomastique des monétaires des séries d’argent à la rose épanouie et leur caractère de nouveau rhodien “traditionnel”, cf. nos premières remarques dans Bresson 1997a, 17-18.

22 Pour les problèmes de chronologie, cf. déjà remarques supra et n. 12.

23 Troxell 1982, 84.

24 CI. LGPN, I, s.v. Dans ce tableau, on entendra par monétaires des séries précédentes ceux des séries d’étalon rhodien de la fin du iiie s. et du début du iie s. (fondées sur la drachme rhodienne pleine ou sur la drachme réduite) et des alexandres, et par onomastique civique celle qui est attestée par les inscriptions et les sources littéraires.

25 Cf. Bresson 1986, 83.

26 IG. XII. 1, 46, 1. 11.

27 Le nom est attesté en Égypte (Breccia 1911 [Musée d’Alexandrie], 44a, II, 1. 37, pour un Λόβιος Λοβίου, inscription de la fin du iie s. a.C., et comme second nom à Stratonicée à l'époque impériale IK 22 1, 690 1, 7 et 691, 1.3).

28 Blümel 1995, 43-44.

29 On doit distinguer Δαμᾶς, gén. Δαμᾶ, de Δάμας (ce nom est attesté à Télos dans l’onomastique citoyenne au ive s. a.C., cf. la dédicace IDorInseln, no 45, de Δάμας | Δάμαντος).

30 La dédicace d’époque hellénistique IG, XII.1, 31, qui émane de l’association des esclaves publics sectateurs de Zeus Atabyrios montre que, s’il avait par essence une définition civique, ce culte attirait aussi les dévotions des esclaves et des étrangers ; le texte porte en effet [δόγματι τοῦ κοινοῦ | τῶν Διοσαταβυρι]| αστᾶν τῶν τᾶς πó|λ[ι]ος δούλων, Eὐλί|5Imageενος γραμματεὺς | [δα]μόσιος ἱερατεύ|[σας] Διòς Ἀταβυρίου | [ὑπὲρ] Imageῶν κυρἰων Ῥο|[δἰων ἀ] Imageέθηκε Διὶ Ἀ|10[ταβυρίῳ] τοὺ<ς> βοῦς | [χαριστήρ] ιον. Sur Zeus Atabyrios et les esclaves, cf. Morelli 1959, 138-141. Les boeufs en question sont des figurations en bronze, retrouvées en nombre dans le sanctuaire, cf. Jacopi 1928. On ne s’étonnera donc pas que, des dédicaces du sanctuaire du mont Atabyros (point culminant de l’île de Rhodes), la grande majorité émane très probablement d’esclaves (nom unique, sans ethnique) ou d’étrangers, cf. la publication de NESM, 236-255, no 144-217.

31 Le nom Mάης peut toutefois apparaître dans l’onomastique citoyenne d’autres cités, cf. à Rhénée, la stèle funéraire d’un Nicomédien de ce nom (Mάη Ἐρύμνου | Nικομηδεῦ χρη|στὲ χαῖρε, M.-Th. Couilloud, Les monuments funéraires de Rhénée, EAD 30, 1974, no 406).

32 Nous l’avons montré dans Bresson 1997b.

33 Col. 11. 6, Bἰων (IG, XII.1, 502 pour un Cilicien) ou Δίων ed. pr., statistiquement plus fréquent chez les non-citoyens à Rhodes, cf. entre autres la dédicace du mont Atabyros NESM, 239, no 155 (sans patronyme aussi, sans doute pour un esclave).

34 Cf. 1. 17-20 : ἄλλο(υ)ς χοραγο(ὺ)ς | ἐκ τῶν κατοικεύντων καὶ γεωργεύντων ἐν | Λιυδίᾳ πóλει ξένονς ἕξ, εἴ κα μ(ή) τινες ἐπαν|γέ(λλ)ωνται. Voir le commentaire de Chr. Blinkenberg ad Lindos, 419, pour le contexte du début de l’empire.

35 Cf. brièvement Bresson 1997a.

36 Cf. sur ce sujet la communication de G. Finkielsztejn, supra 181-196.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search