Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Deuxième partie. Les cités

Politique et commerce a Rhodes au iie s. a.C. : le témoignage des exportations d’amphores

Gérald Finkielsztejn

Texte intégral

1Durant la période hellénistique, les amphores de tous les principaux centres de production de vin ou d’huile de l’Égée et de mer Noire ont été estampillées. Les amphores de Rhodes présentent la particularité d’avoir reçu ce timbrage de façon systématique et sur leurs deux anses. L’un des timbres indique la date de fabrication du conteneur, sous la forme du nom de l’éponyme – le prêtre d’Hélios, divinité principale de l’île. L’autre timbre porte la signature du “fabricant”, c’est-à-dire le chef (et probablement le propriétaire) de l’atelier. En outre, le mois est précisé sur l’un des deux timbres, et ce, à partir du dernier tiers du iiie s. a.C. Un attribut d’atelier singularise généralement l’une ou les deux matrices, comme une sorte de marque de fabrique. Enfin, à partir du deuxième quart du iie s. a.C., l’ouvrierpotier applique un timbre personnel sous une des anses, dans certains ateliers gros producteurs. Rappelons, sans entrer ici dans les détails, que le timbrage des amphores est presque unanimement interprété comme une des composantes d’un contrôle fiscal de leur production, et non de celle du produit qu’elles contiennent. Les opinions divergent quant à la possibilité d’un contrôle concomitant de leur volume.

La chronologie des timbres amphoriques rhodiens

  • 1 Je renvoie le lecteur à l’oeuvre de cet auteur, en particulier Grace & Savvatianou-Pétropoulakou 1 (...)
  • 2 L’enquête a été menée à l’occasion d’une thèse de doctorat de l’université Paris I (Panthéon-Sorbo (...)

2L’intérêt de restaurer la séquence relative de ces estampilles et d’en déterminer la chronologie absolue a été compris dès le début du xxe s. Il serait trop long de rappeler ici les étapes de la recherche, qui a surtout été entreprise par la regrettée V. Grace1. Celle-ci a notamment divisé commodément la séquence en sept périodes chronologiques (cf. le tableau, ci-dessous). Malgré l’état avancé de ses résultats, V. Grace n’a jamais publié de tableau synthétique détaillé de la chronologie des éponymes datant les timbres amphoriques rhodiens. Ceci m’a conduit à réexaminer l’ensemble de la question afin d’étudier dans les meilleures conditions les timbres du Levant sud dont j’ai charge de publication2.

3La solidité des limites de la période V, entre 145 et 108, a pu être démontrée sur la base de termini procurés par divers conflits : les destructions de Carthage et Corinthe (146), ainsi que les diverses destructions et conquêtes hasmonéennes (jusqu’à la chute de Samarie, en 108). L’inadéquation entre la durée proposée pour la période IV (29 ans, de 174 à 146) et le nombre d’éponymes pouvant lui être attribués avec plus ou moins de certitude (14 noms assurés et 3 ou 4 incertains) a été constatée. Celle-ci semble bien confirmée par la typologie des timbres datés par les éponymes concernés. Un abaissement préliminaire d’environ onze années de la chronologie des quatre premières périodes a donc été suggéré, entraînant diverses conséquences. Il s’avère ainsi que la datation des “éponymes de Koroni” se situe durant la guerre chrémonidéenne, avec laquelle ce camp ptolémaïque a été mis en relation, et non plus une dizaine d’années plus tôt. On doit également réexaminer les datations proposées pour des événements moins bien situés dans l’histoire et qui ont servi de fondement à l’élaboration de la chronologie. Il s’agit principalement du “dépôt de Pergame” (qui passe de c. 210-175 à c. 198-163) et de la fondation de la “Middle Stoa” de l’Agora d’Athènes (c. 170 au lieu de c. 183). Le tableau qui suit indique les dates des périodes selon les chronologies haute de V. Grace (1985, 42) et basse, suggérée par moi-même (Finkielsztejn 1995, 281, fig. 1, simplifiée et remaniée) ; toutes les dates s’entendent circa :

  • 3 Pour une explication de la division de la période VII en deux sous-périodes, voir Finkielsztejn 20 (...)

Périodisation

V. Grace

G. Finkielsztejn

Période la

Fin ive s.-240

Fin ive s.-269

Période Ib-Id

268-235

Période II

240-205

234-199

Période III

205-175

198-163

Période IV

175-146

162-146

Période V

146-108

145-108

Période VI

108-88/86

107-88/86

Période VIIa

88/86-Auguste

88/86-40

Période VIIb

40-Auguste3

4Il apparaît évident que ces récipients – datés à l’année près, expédiés et déposés volontairement, puis brisés sur les sites d’importation – permettent d’évaluer la chronologie des fluctuations du niveau des relations commerciales (directes ou non) entre une cité donnée du monde hellénistique et Rhodes. Les timbres amphoriques nous renseignent également, de façon différente des monnaies, sur les périodes d’occupation et les activités des sites eux-mêmes. Ce sont ces avantages que nous allons examiner et exploiter dans le développement qui suit.

Élaboration des diagrammes de distribution chronologique des timbres amphoriques

  • 4 Cf. Casson 1984, 74, avec les notes 33 et 34 ; les considérations évoquées dans la note 33 sont la (...)

5Les amphores constituaient un élément primordial du trafic commercial de la Méditerranée dont une portion substantielle se faisait dans les cales de navires rhodiens4. En conséquence de la particularité du timbrage systématique des deux anses d’une amphore rhodienne, évoquée ci-dessus, les estampilles se retrouvent en quantités toujours significatives et souvent considérables sur les sites d’importations.

6Je désire présenter ici les éléments d’une recherche en cours sur l’étude des distributions chronologiques des timbres d’amphores rhodiennes à Rhodes et sur les lieux de consommation, durant la période hellénistique. A partir de celles-ci, il est possible de réfléchir sur les aspects factuels de la relation entre politique et commerce telle qu’elle peut nous apparaître (ou pas) à travers l’analyse des sources écrites.

  • 5 Cf. Finkielsztejn 1995, 285-288, pour une analyse sommaire des différents types de diagrammes.

7L’obtention des données consiste à compter, parmi ceux provenant d’un même site, les timbres datés par un éponyme donné – et, de façon moins précise, ceux endossés par chaque fabricant – et d’inscrire ces quantités sur un tableau dans lequel les noms se suivent dans l’ordre chronologique, établi selon les règles résumées ci-dessus. On peut ainsi construire des diagrammes de formes variables – histogrammes ou graphes – où les années figurent en abscisse et les quantités de timbres en ordonnée. Ces dernières peuvent être exprimées en nombres absolus (éventuellement corrigés pour tenir compte des quantités découvertes, très variables d’un site à l’autre), en pourcentage du total des timbres, ou en nombre moyen par années sur une période donnée5.

  • 6 Lund 1993 ; Finkielsztejn 1995.

8Dans un premier temps, les histogrammes de distribution dressés par J. Lund pour comprendre les relations entre Rhodes et Carthage ont été réexaminés à la lumière de la chronologie basse que je suggère, rapidement présentée ci-dessus6. De nouveaux histogrammes ont été élaborés pour tenter d’affiner les résultats. Il est apparu de façon nette que le pic d’exportation observé sur tous les diagrammes des sites analysés par Lund, parallèlement à Carthage, se situe dans les années qui suivent immédiatement la paix d’Apamée (188). Ce fait nous autorise à nous interroger plus avant sur la possibilité de mettre en lumière le lien entre d’autres événements de l’histoire de Rhodes et de tels diagrammes.

  • 7 Dans Finkielsztejn 1995, 282-284, à quoi on voudra bien se reporter.
  • 8 Reisner et al. 1924, 18-19, 310-316 ; Crowfoot 1957. Cf. aussi la n. 20, ci-dessous.

9Dans un second temps, ont été établis des diagrammes de distribution limités aux timbres datés par les éponymes, en se fondant sur leur chronologie détaillée, raffinée plus ou moins à quelques années – et parfois à l’année – près. Sur ces diagrammes, chaque division chronologique représente cinq années (au lieu des vingt ans de celles de Lund et des quinze ans environ du réexamen précédent). Pour bien comprendre les profils obtenus, il faut prendre en compte plusieurs éléments déjà énoncés précédemment7. Les conditions de la fouille, notamment, jouent un rôle important comme en témoignent, par exemple, les résultats des trouvailles faites par deux équipes différentes à Samarie. Les fouilles américaines du début du siècle ont produit un plus grand nombre de timbres datés dans la deuxième moitié du iiie s., alors que la première moitié du iie s’avère mieux représentée dans celles de l’expédition conjointe américano-britannique des années trente8. D’autre part, il faut distinguer ce qui ressort de l’histoire du site importateur analysé – notamment ce qui peut en être connu par d’autres sources –, de ce qui concerne celle de l’État exportateur (ici, Rhodes). Comme montré par Lund, l’analyse de plusieurs diagrammes contribue à mettre en lumière ce dernier aspect.

  • 9 Pour les périodes II à VI, le relevé des mois pour chaque éponyme permettrait, sans doute, de conc (...)
  • 10 Parmi les noms évoqués dans Finkielsztejn 1995, 293, n. 3, j’élimine aujourd’hui définitivement un (...)

10Il faut bien réaliser que la séquence des éponymes obtenue à ce jour n’a pas atteint la perfection. Cela tient à divers facteurs dus au fonctionnement du système de désignation des éponymes qui ne nous est pas connu dans le détail : pouvait-on réélire un même personnage à la prêtrise d’Hélios deux années successives ou non ? Y eut-il des éponymes qui n’achevèrent pas leur mandat, quelle qu’ait pu en être la raison ? Si oui, combien ? Cette dernière éventualité semble bien reflétée par les noms rarement représentés sur les timbres, dont certains ne sont connus que par une seule matrice9 ! L’étude stylistique des timbres de quelques ateliers suffit à restaurer l’essentiel de l’ensemble de la séquence. Cependant, des maillons qui devraient théoriquement exister peuvent manquer et certains noms n’apparaissent que sur des types inclassables10. Pour l’élaboration des diagrammes, au moins trois années “flottantes” doivent être prises en considération dans les périodes III à V, pour tenir compte de la cohérence des contextes cités ci-dessus. Elles ont été situées, de façon arbitraire – mais la moins “dommageable” – dans les années 160-156. Un autre artifice a consisté à attribuer à ce créneau un nombre d’éponymes représentant la moyenne entre ceux des créneaux qui l’encadrent (165-161 et 155-151). Cette solution a l’avantage de ne pas perturber la transition entre deux niveaux nettement différenciés – comme nous le verrons – sans faire apparaître une importante dépression, obligatoirement fausse, étant donné que les éponymes des trois années en question ne se trouvent pratiquement jamais sur la majorité des sites.

  • 11 Je tiens à remercier mon étudiant et collaborateur Y. Salmon pour avoir mis au point les graphes i (...)
  • 12 En revanche, les fouilles d’un site comme Tel Istabah-Scythopolis (Beit Shean) n’ont exploré que l (...)

11Pour permettre une meilleure lisibilité des diagrammes, une standardisation a été effectuée, qui fait abstraction des quantités absolues de timbres trouvés dans chaque cas11. Sur les graphes, le nombre de timbres découverts sur chaque site est indiqué entre parenthèses à la suite du nom. On constate que les quantités varient considérablement d’une ville à l’autre. Celles-ci dépendent de divers facteurs : importance du site mais aussi étendue des fouilles. Chaque nombre ne peut réellement refléter la quantité absolue d’amphores importées de Rhodes. Les fouilles considérées ici ont produit, pour l’essentiel, des anses éparpillées au hasard dans des remblais, à la suite de leur rejet lorsqu’elles sont devenues hors d’usage. Leur distribution chronologique peut donc être considérée comme représentative des fluctuations des importations sur le site lui-même12. En conséquence, pour chaque courbe, ce sont les variations de chacun des profils qui font apparaître les périodes d’importations ou de dépressions qu’il faut considérer. La valeur absolue ne doit pas être prise en compte pour comparer les sites représentés. Les chiffres apparaissant sur la ligne des ordonnées ne servent que de points de repère relatifs, pour évaluer l’intensité des fluctuations les unes par rapport aux autres sur un même profil.

Profil des graphes

  • 13 Nilsson 1909. Le catalogue des timbres de Camiros (Porro 1916) n’a pas été exploité et le sera à u (...)
  • 14 Empereur & Tuna 1989. L’atelier de Hiérotélès est représenté à Lindos.
  • 15 Cf. Bresson 1986, 84-86.
  • 16 Casson 1984, 79-80. Cf. Lund 1993, 366, et Finkielsztejn 1995, 289, au sujet d’Hannibal “le Rhodie (...)

12 Rhodes (fig. 1) Examinons d’abord le profil du diagramme de Lindos13, qui représente une circulation intérieure dans le domaine rhodien (Pérée comprise), soit pour l’alimentation de l’île, soit pour un acheminement depuis les ateliers (et les vignobles) vers les ports d’embarquement, points de départ des exportations. La situation des ateliers sur l’île même nous est globalement inconnue, faute de prospections spécifiques systématiques. En revanche, certains dépotoirs de production ont été repérés et explorés dans la Pérée, principalement dans la péninsule de Loryma14. En conséquence, la relation entre la situation des ateliers et les ports d’exportation, puis celle entre ces derniers et les pays destinataires demeurent pour nous un domaine inconnu15. Il faut aussi tenir compte de facteurs que nous n’appréhendons pas davantage : la proportion de navires non rhodiens participant, à l’évidence, à la distribution des amphores de vin et le fait qu’un chargement n’ira généralement pas d’une traite de Rhodes à un point d’exportation unique16. Quoi qu’il en soit, l’aboutissement des amphores à Lindos représente pour l’essentiel, la résultante de facteurs purement rhodiens et il peut être admis que ce graphe reflète le mieux, selon nos (mé)connaissances actuelles, les fluctuations de la production.

13L’aspect général du graphe se présente en dents de scie, espacées relativement régulièrement. Le profil montre des tendances principales sur toute la durée du timbrage qui nous apparaît le plus explicite actuellement : de la moitié du iiie jusqu’à la fin du iie s. Les phénomènes caractérisant le iie s., qui nous intéressent particulièrement ici, ne peuvent être totalement compris s’ils sont isolés de l’ensemble de l’histoire du timbrage. On distingue ainsi (toutes les dates s’entendent circa) :

  • De 268 à 235, le témoignage d’une production encore réduite ; mais il faut tenir compte de ce que toutes les amphores n’étaient pas timbrées systématiquement à cette époque17 ;
  • De 235 à 205, une augmentation nette de la production ;
  • De 205 à 190, une nouvelle poussée de production, suivie d’une légère récession ;
  • De 190 à 160, le plateau au maximum de toute la période de production ;
  • De 160 à 145, une récession relativement importante par rapport au maximum ;
  • De 145 à 130, une remontée pratiquement au niveau moyen du plateau du maximum, puis un maintien à un volume substantiel ;
  • De 130 à 120, une chute très importante de la production ;
  • De 120 à 105, une remontée au niveau du maximum, puis un maintien à un volume substantiel.

Fig. 1 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes).

14Les dents de scie sont-elles dues au hasard des trouvailles ou bien reflètent-elles des fluctuations réelles de la production ? A l’exception de la baisse importante vers 160-145 et la véritable dépression vers 130-120, on observe que les récessions sont relativement modestes en comparaison des tendances principales, c’est-à-dire l’augmentation progressive mais nette de 240 à 190, le plateau de 190 à 160 et le maintien d’une production substantielle jusqu’à la tin du iie s. au moins. On peut supposer que le profil reflète l’intensité d’une production programmée de plus en plus importante, ponctuée de récessions légères, à mettre probablement sur le compte des “mauvaises années” dues aux fluctuations naturelles – intempéries ou peut-être aussi maladies de la vigne.

  • 18 Fondé sur Dumont 1871, 76-124 ; Pridik 1896, 129-138, et 1897, 148-149 ; Grâce 1934, 220-240, 300, (...)

15 Athènes et Délos (fig. 2) Le graphe d’Athènes18 ne montre pas de véritables pics d’importations mais plusieurs périodes où celles-ci sont importantes. Ce dernier phénomène apparaît essentiellement entre 225 et 210. 200 et 170, 160 et 150, avec une reprise vers 140-135. Dans le dernier tiers du iie s., les importations sont insignifiantes. La quasi-inexistence des importations dans le deuxième tiers du iiie s. s’explique peut-être par les niveaux fouillés, mais ce n’est pas certain. Les dépressions les plus importantes se situent vers 205-200, 165-160 et 145-140.

Fig. 2 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Délos et Athènes.

  • 19 Le graphe est fondé sur Grâce 1952, 525-530, et Grace & Savvatianou-Pétropoulakou 1970, 302-317.
  • 20 Empereur 1982, 222-223.

16On observe un profil semblable pour Délos19, mais avec des différences significatives d’intensité. Ainsi les importations apparaissent intenses de 235 à 220, de 195 à 180 et de 165 à 125, avec un maintien relatif jusqu’à 115 environ. Le pic net des importations se situe autour de 155-150, au milieu d’une période intense d’environ vingt ans entre 165 et 145. Mais les volumes demeurent substantiels encore une vingtaine d’années. La faiblesse (et non l’absence) des importations dans le deuxième tiers du iiie s. s’explique probablement par les niveaux fouillés qui n’atteignent pas toutes les périodes concernées20. Les dépressions les plus importantes se situent vers 215-200 et 180-175.

  • 21 Alexandrie a produit des dizaines de milliers de timbres amphoriques, mais l’essentiel des trouvai (...)
  • 22 On notera que le profil des trouvailles des fouilles polonaises est comparable au résultat des sta (...)

17 Alexandrie et la mer Noire (fig. 3) Le graphe d’Alexandrie21 montre un flux régulier, en dents de scie marquées, de 268 à 155, significatif dès le début. La période la plus intense d’importation se situe entre 155 et 120, avec un pic net vers 145-140 et un maintien significatif dans les dernières années du iie s. Les niveaux fouillés sur ce site d’occupations intenses successives, depuis l’époque hellénistique jusqu’à nos jours, n’atteignent peut-être pas toutes les périodes concernées22. Notons que la succession des dents de scie est globalement parallèle à celle du graphe de Rhodes, jusqu’à environ 170 où l’on observe une dépression relativement intense mais de courte durée.

Fig. 3 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Alexandrie et de mer Noire.

  • 23 Seule la collection du musée de l’Ermitage à Saint Pétersbourg, dont le catalogue a été publié par (...)

18Les importations vers la mer Noire23 semblent “décoller” tardivement et ne deviennent significatives qu’à partir de 215 environ. Les importations atteignent un maximum vers 195 et se maintiennent en plateau pendant un demi-siècle, jusqu’en 145 environ. Le reste du iie s. se traduit par une dégradation lente des importations qui maintiennent pourtant un volume relativement substantiel.

Fig. 4 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Marissa et Samarie.

  • 24 Pour une meilleure clarté de l’illustration, j’ai séparé les graphes des quatre sites pris comme e (...)

19 Samarie et Marissa (fig. 4) Je consacre actuellement une étude approfondie aux sites du Levant sud. Ceux-ci ont produit (et produisent encore) des centaines de timbres amphoriques, essentiellement rhodiens, et leur analyse apparaît de premier ordre, tant pour la compréhension de l’histoire locale qu’internationale, compte tenu de l’enjeu stratégique politico-commercial que la région a représenté dans les relations Lagides-Séleucides24. Les graphes de Samarie et Marissa apparaissent très découpés et leurs profils suivent des lignes globalement parallèles, avec des intensités variables et quelques superpositions indiquant des proportions identiques d’importations. Celles-ci atteignent un niveau important à partir de 235. Les périodes d’intense activité se situent entre 215 et 190, avec une importance comparable pour les deux villes (mais un pic vers 200-195 pour Marissa), puis entre 165 et 130, avec des pics dans les deux premiers tiers de cette période pour Samarie, durant le derniers tiers pour Marissa.

20 Acco-Ptolémaïs et Jérusalem (fig. 5) A Jérusalem, le volume des importations ne devient significatif qu’à partir de 210-205 et n’augmente réellement que vers 180-175. Le pic net se situe vers 165-160, avec une base large jusqu’à 155-150. Les importations disparaissent quasiment complètement après 145.

Fig. 5 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Akko-Ptolémaïs et Jérusalem.

21A Acco, les importations commencent à être significatives vers 245 et, après une forte dépression vers 230-220, le graphe indique un pic exceptionnel (2,5 fois le volume moyen sur toute la période) autour de 210-205, dont la base apparaît substantielle entre 215 et 200. Les volumes se maintiennent ensuite (en dents de scie espacées) jusqu’à environ 120, puis deviennent très bas à la fin du iie s.

  • 25 Finkielsztejn 1995, 291.
  • 26 Cf. Will 1982, II, 109 (renforcement des effectifs égyptiens), 112-113 (réorganisation par Antioch (...)

22Ces deux diagrammes illustrent plus particulièrement des cas où les importations de vin de Rhodes jouent un rôle dans la mise en lumière de phénomènes socio-politiques locaux concernant les sites de consommation plutôt que l’île elle-même. Ce fait n’en demeure pas moins une conséquence de l’importance relative de l’activité commerciale rhodienne par rapport à celle des autres centres exportateurs de produits transportés en amphores, bien inférieure vers le Levant sud durant toute la période hellénistique. Pour Jérusalem, j’ai suggéré ailleurs que les lois de pureté juives concernant les récipients céramiques comme leur contenu pouvaient expliquer la lente augmentation des importations jusqu’au début du iie s.25 Quant au pic, il correspond à l’époque du renforcement de l’occupation séleucide de la ville (dans la nouvelle forteresse de l’Acra, construite vers 167) sous Antiochos IV. Pour Acco, on notera que l’augmentation, pour le moins exceptionnelle, des importations se situe entre les batailles de Raphia (217) et de Panias (200), mais surtout vers 210-205. On pourrait suggérer que nous observons là un témoignage d’une concentration de troupes, par Ptolémée IV, pour renforcer la région nord de la Cœlé-Syrie, depuis son débouché maritime le plus important. On constate que ce mouvement voit son intensité maximale durant l’anabase d’Antiochos III (212-205). Pourtant, les autres sources indiquent qu’une réorganisation administrative et militaire par ce roi et un renforcement des effectifs du côté égyptien n’ont été opérés qu’à partir de 205/204, c’est-à-dire après le décès de Ptolémée IV et l’achèvement de l’anabase26. Cependant, le pouvoir lagide aurait pu profiter de cette dernière pour se préparer à une nouvelle offensive fort prévisible. Ces deux exemples sembleraient donc illustrer le rôle de “nerf de la guerre” du vin rhodien, destiné aux garnisons et aux mercenaires.

Essai d’intérpretation concernant l’histoire de Rhodes et sa position dans le monde hellénistique

23Rhodes se situe au centre géographique des routes d’échanges de la Méditerranée orientale. Les sites examinés ici représentent les régions principales concernées par ces échanges : l’Égée et la Grèce, la mer Noire, l’Égypte et le Levant sud. En outre, Rhodes et ces régions ont joué un rôle politique dans l’histoire de l’époque hellénistique, notamment au iie s. qui nous concerne ici particulièrement. Comme nous l’avons vu ci-dessus, les amphores de Rhodes constituent également un marqueur spécifique des activités des cités importatrices pouvant contribuer à mettre en lumière ou à préciser certains faits historiques les concernant. Nous allons donc comparer les fluctuations mises en évidence par les profils des graphes avec ce qui peut être connu de l’histoire de Rhodes et des régions considérées.

  • 27 Il semble cependant que les tendances principales des profils ne doivent pas en être profondément (...)

24Le raffinement à cinq ans près accentue les fluctuations dues au hasard qui nous transmet soit le timbre du fabricant, soit celui de l’éponyme, à la suite de la destruction d’une amphore et de l’éparpillement de ses fragments. Il pourrait exposer au danger de forcer les données pour tenter d’attribuer à tel conflit ou à telle alliance, plus ou moins précisément connus par les sources écrites, une absence ou au contraire, une augmentation notable d’importation d’amphores. Danger d’autant plus grand que le vin peut être aussi bien considéré comme un traceur de relations commerciales en temps de paix, que comme un “nerf de la guerre” (surtout celui de Rhodes, réputé “ordinaire”, souvent destiné aux garnisons ; cf. ci-dessus, les commentaires sur les graphes de Jérusalem et d’Acco). Notons qu’un raffinement supplémentaire de ces graphes pourrait ultérieurement être obtenu en prenant en considération également les timbres de fabricants. Ceci demanderait une réflexion statistique puisqu’il s’avère difficile de dater ces timbres à l’année près (et ce ne sera jamais possible pour la majorité des matrices). Une telle entreprise oblige, par exemple, à se référer à ce qui peut être connu des associations “éponyme-fabricant”, du style des timbres utilisé par chaque atelier ou des contextes de trouvailles d’anses isolées27.

25Il faut donc se contenter de constater l’existence de fluctuations principales et tenter de les comprendre à la lumière des faits politiques particulièrement marquants. En ce qui concerne Rhodes, il est acquis que politique et commerce ont tous deux influencé son comportement dans le domaine des relations internationales. Les aspects dominants à prendre en compte sont la situation géographique de l’île et de sa Pérée, son statut de cité grecque majeure, ses activités portuaires (surtout l’aspect fiscal) et, pour partie seulement, le commerce de son vin et des amphores qui servaient à son transport.

26Le moment d’apparition de quantités appréciables d’anses timbrées correspond au début de la mention systématique du mois, fixé autour de 235 selon mes propres études. Ceci s’observe bien que le timbrage ne semble pas encore s’appliquer à toutes les amphores, et indiquerait donc une augmentation significative de la production. Faut-il voir dans l’issue de la troisième guerre de Syrie, qui aboutit à l’étendue maximale du territoire de la “thalassocratie” du royaume lagide, l’allié privilégié de Rhodes, une cause de cette prospérité, nouvelle ou consolidée ? Nous avons déjà rappelé que l’île se trouve au centre géographique de cette zone et il semble bien acquis que l’alliance en question reposait sur une stratégie politico-commerciale.

  • 28 Pol. 5.88-90.

27Notons qu’un impact du tremblement de terre aux environs de 227, ayant pu se traduire par une diminution de la production, n’apparaît pas sur le graphe de Rhodes ni sur aucun de ceux des sites importateurs. On n’en sera pas étonné car il n’est pas certain que les ateliers aient dû en souffrir. Ceci semble confirmer ce que nous savons sur l’aide internationale massive reçue par Rhodes, qui a pu permettre un redressement fulgurant de l’ensemble de ses activités28. Dès le tout début du iie s. – qui nous concerne plus particulièrement ici – la production d’amphores de Rhodes apparaît importante, de même que la quantité reçue par la majorité des sites d’importation. Mais le pic ou, du moins, l’ascension rapide qui s’observe systématiquement dans le créneau 190-186, puis le plateau au maximum qui suit jusqu’à 166, témoignent sans aucun doute de l’apogée de la puissance commerciale de Rhodes. Que celle-ci soit liée au statut privilégié que lui concède Rome après la défaite d’Antiochos III, semble difficilement contestable. Cette constatation confirme le lien étroit qui existait entre politique et commerce à Rhodes.

  • 29 Ibid. 30.31.
  • 30 C’est ce qui ressort de l’analyse de Bresson 1996, 75-76 en particulier, et des témoignages sur la (...)

28Le développement du dernier tiers du iie s. permet de relativiser, si ce n’est de détruire, le mythe de l’effondrement de l’économie rhodienne à la suite de Pydna (168). On se doutait bien de cela et il semble qu’on puisse confirmer et préciser les conditions de ce “bouleversement”. La décroissance d’un tiers du volume du niveau des importations, s’étalant sur dix ans environ à partir de l’établissement du port franc de Délos, en 166, témoigne de conséquences à moyen terme de cette concurrence. La plainte de l’ambassadeur rhodien, Astymèdès, devant le Sénat romain, en 165, porte essentiellement sur la perte de 85 % des revenus que l’île tirait des taxes portuaires. Il n’est rien dit de l’exportation du vin rhodien qui, finalement, ne devait pas procurer des revenus comparables29. D’autre part, le besoin en vin demeurait, et seules les règles du jeu des circulations de marchandises ont dû se trouver modifiées (voir mes suggestions, ci-dessous). Il n’est pas certain que le détournement des vaisseaux vers les Cyclades ait diminué de façon dramatique la possibilité pour Rhodes d’exporter ses amphores. D’autre part, il faudrait pouvoir évaluer l’impact des nouvelles données sur les activités financières de l’île, dont le volume devait revêtir une importance considérable dans l’économie de Rhodes30. A Lindos, on constate qu’au bout d’une vingtaine d’années, le niveau de la production est remonté à 90 % du maximum atteint avant 166. On ne peut parler d’un désastre à long (ni à moyen) terme. La promotion de Délos et également celle d’Athènes, à laquelle l’île d’Apollon est confiée, apparaissent sur les graphes de leurs importations d’amphores de Rhodes. Délos atteint un net maximum qui s’étale de 165 à 145 et ceci s’observe de même pour Athènes, qui retrouve pratiquement un maximum observé déjà auparavant. Ceci indique que bon nombre des amphores de Rhodes atteignaient ses deux rivales, soit pour leur alimentation, soit en transit. Rhodes demeurait donc bien dans le circuit commercial principal de la Méditerranée orientale, au moment de la dépression relative suivant 166. Sur le plan politique, rappelons qu’à la même période, Rhodes n’arrive pas à vaincre les pirates lors de la deuxième guerre crétoise (155-153). Tous ces témoignages confirment donc bien un affaiblissement de Rhodes, mais pas son effondrement. Notons que la mer Noire, qui reçoit un volume maximal d’amphores de Rhodes depuis le début du iie s., ne semble pas affectée par les événements d’Egée et maintient son niveau jusqu’en 145.

29Le redressement de Rhodes s’étale sur près de quinze ans, de 145 à 130 environ. Durant cette période, Délos et Athènes continuent à bénéficier du commerce rhodien à un degré appréciable. Cependant, les importations vers Athènes s’effondrent à partir de 140-135, pour ne plus se redresser durant le reste du siècle. De même, les importations vers la mer Noire décroissent lentement mais inexorablement à partir de 145-130, sans aboutir à un effondrement total. Il semble bien que les destinataires privilégiés de la reprise de la production d’amphores rhodiennes soient Alexandrie et le Levant sud. Au moment du redressement, Alexandrie atteint le pic de ses importations et maintiendra un niveau élevé jusqu’à 125 environ. Samarie, Marissa et Acco, les trois principaux sites païens du Levant sud, maintiennent des niveaux d’importations pratiquement au maximum de 155 à 130, c’est-à-dire de la fin de la dépression jusqu’à celle du redressement.

30Une importante baisse s’observe dans la production vers 125-120, qui se répercute sur Délos, mais pas du tout sur Alexandrie et peu sur les sites Levant sud. Si la tendance d’une orientation des exportations vers Alexandrie et le Levant, observée précédemment, s’avère ainsi confirmée, il reste à expliquer la cause de cette brusque dépression de la production, cependant limitée dans le temps.

31Un dernier pic atteignant presque le maximum de l’apogée s’observe vers 120-115, suivi d’une décroissance jusqu’à un niveau qui demeure élevé. Ce mouvement se répercute sur Délos, sur Alexandrie et modestement sur les sites du Levant sud, théâtre des luttes intestines Séleucides et de l’expansion des Hasmonéens de Judée.

  • 31 Empereur 1982, 219-233 (en particulier 222-225).
  • 32 Outre les publications utilisées ici (cf. n. 18, ci-dessus), voir les indications données à divers (...)
  • 33 Il sera intéressant de voir si le phénomène se trouve confirmé à Corinthe, pendant les vingt ans q (...)
  • 34 Cf., par exemple, Alba Fucens (Mertens 1955, complété par Diez 1980 : 36 timbres rhodiens, dont 2 (...)
  • 35 Grace 1934, 241, et 1985, 31,35.
  • 36 Notons déjà qu’il semble que cette division de fait se prolongera au moins jusqu’au troisième quar (...)
  • 37 Dans cette perspective, il semble important de noter que les amphores à huile de Brindes garnissen (...)

32La concomitance d’une baisse des importations à Athènes et Délos et d’une forte alimentation du Levant et d’Alexandrie dans le dernier quart du iie s. apparaît significative. J.-Y. Empereur a mis en lumière la baisse nette des importations d’amphores rhodiennes vers Délos à partir de la fin du iie s. et l’effondrement de celles-ci au ier s. a.C. A l’opposé, les importations d’amphores de Cnide vers l’île – qui n’ont commencé à être notables qu’autour du deuxième tiers du iie s. (peu après 166 ?) – augmentent de façon nette dans la deuxième moitié du même siècle, pour se transformer en une véritable inondation dans le premier quart du ier s. a.C.31 Un tableau semblable devrait pouvoir être dressé pour Athènes, sur la base des trouvailles issues des diverses fouilles, notamment à l’Agora et peut-être au Céramique32. Or, dans cette dernière cité, l’effondrement des importations d’amphores rhodiennes s’avère net dès le dernier quart du iie s. Il apparaît ainsi que l’Orient méditerranéen constitue le destinataire privilégié du vin rhodien dès la deuxième moitié du iie s. Quant à l’Occident, il semble lui devenir terre presque interdite33. L’Égée et la mer Noire semblent recevoir peu d’amphores rhodiennes, et si celles-ci parviennent tout de même en Italie et au sud-est de la Gaule, les quantités s’avèrent faibles34. On en retire l’impression d’une réorganisation des marchés consécutive à l’évolution politique de la région – antagonisme de Rome et aussi d’Athènes, maîtresse de Délos, vis-à-vis de Rhodes et poursuite des liens traditionnels de cette dernière avec Alexandrie et de son influence sur les cités de l’Égée – mais prenant en compte les réalités dues à la position géographique du cul-de-sac levantin et de l’Égypte, qui ne peuvent abstraire totalement Rhodes de leurs routes maritimes vers l’Égée et l’Occident. Ce partage des marchés résulta-t-il d’une volonté institutionnelle ? Ceci n’apparaît pas précisément dans la plainte d’Astymèdès, évoquée ci-dessus. Mais les deux andres – fort probablement des duoviri35 – mentionnés sur les timbres amphoriques cnidiens à partir de c. 108 étaient-ils particulièrement (ou également) chargés par Rome d’administrer la production et l’exportation du vin et des amphores de la péninsule principalement vers l’Occident égéen ? Il me semble remarquable que, dans son intervention ici même, G. Le Rider se demande – constatant (à la suite d’H. Seyrig) la rareté du numéraire athénien du “nouveau style” dans les trésors de Syrie – si “Athènes, après 168, disposant désormais de Délos, [n’aurait pas] été amenée à orienter son commerce dans des directions qui ne privilégiaient pas l’Orient séleucide”. Parallèlement, les mêmes trésors montrent que les tétradrachmes avec une couronne des cités de l’Asie mineure occidentale apparaissent comme “les envahisseurs du marché syrien” (selon une expression de Seyrig, encore). Or, Le Rider rappelle que ces cités – comme Rhodes – ont une “position géographique le long de la mer Égée [qui] leur donnait un rôle dans la diffusion des produits venant de l’Orient proche et lointain, produits que leurs commerçants allaient chercher eux-mêmes dans le royaume séleucide”. Encore une fois, il semble légitime de se demander s’il n’y a pas eu une réorganisation, initiée par Rome, des circulations en Méditerranée orientale, se traduisant par une division en deux zones est et ouest à activités spécifiques, visant à la fois à maintenir un flux commercial traditionnel et indispensable, tout en limitant certaines influences politiques, principalement celle de Rhodes sur la partie ouest de l’Égée36. Cette impression mérite que l’on y consacre une réflexion approfondie à partir d’autres témoignages, afin de comprendre l’influence et éventuellement la stratégie de Rome dans cette région et leurs conséquences sur l’évolution de la vie et du statut des cités grecques au cours de la transition entre la fin de l’époque hellénistique et le début de l’époque impériale, et ce, avant même les guerres mithridatiques37.

  • 38 Cf. Ashton 1991, Bresson 1997a et Finkielsztejn 2000.

33On constate donc que l’étude des fluctuations de la production (pour le moment indirectement appréciable) des amphores timbrées de Rhodes et leurs importations vers les sites de consommation constitue une donnée complémentaire éloquente pour préciser notre compréhension d’événements historico-commerciaux connus par ailleurs par les sources littéraires, épigraphiques et numismatiques. Elle a permis ici même d’accentuer l’éclairage sur l’évolution de la situation de Rhodes dans le monde hellénistique, de son apogée politique à la première crise profonde de son histoire au cours du iie s. et sur les conséquences réelles de cette dernière à moyen terme. On a pu constater qu’elle abordait le siècle suivant dans une position quelque peu remaniée, mais encore nettement “confortable”. Il apparaît donc souhaitable de tenter de poursuivre l’enquête pour préciser l’évolution qui mènera la principale démocratie grecque de l’époque hellénistique vers l’empire romain. On sait que cette recherche est déjà bien entendu amorcée, en ce qui concerne le domaine du timbrage amphorique – dans lequel il reste beaucoup à faire, notamment par l’étude complexe des timbres de la période VI – mais aussi ceux de l’épigraphie et de la numismatique38. Espérons que d’ici peu de temps les chercheurs des diverses disciplines pourront confronter de nouveau leurs résultats sur cette période, et pourquoi pas, de nouveau à Bordeaux.

Notes

1 Je renvoie le lecteur à l’oeuvre de cet auteur, en particulier Grace & Savvatianou-Pétropoulakou 1970, 289-302, Grace 1974 et 1985. Cf. aussi Empereur & Hesnard 1987, 10-23, et Empereur 1990. Toutes les dates mentionnées ici s’entendent “a.C.”.

2 L’enquête a été menée à l’occasion d’une thèse de doctorat de l’université Paris I (Panthéon-Sorbonne) : Finkielsztejn 1993. Une présentation préliminaire des résultats figure dans Finkielsztejn 1995. La démonstration détaillée, Finkielsztejn Chronologie, doit paraître prochainement. Le matériel en question provient des fouilles anciennes et surtout récentes des sites d’Israël.

3 Pour une explication de la division de la période VII en deux sous-périodes, voir Finkielsztejn 2000.

4 Cf. Casson 1984, 74, avec les notes 33 et 34 ; les considérations évoquées dans la note 33 sont largement dépassées, tant en ce qui concerne le nombre des timbres trouvés à Alexandrie (bien plus considérable aujourd’hui) que les interprétations de l’ampleur des importations (justement relativisée par Empereur 1982, 220-221,229-232).

5 Cf. Finkielsztejn 1995, 285-288, pour une analyse sommaire des différents types de diagrammes.

6 Lund 1993 ; Finkielsztejn 1995.

7 Dans Finkielsztejn 1995, 282-284, à quoi on voudra bien se reporter.

8 Reisner et al. 1924, 18-19, 310-316 ; Crowfoot 1957. Cf. aussi la n. 20, ci-dessous.

9 Pour les périodes II à VI, le relevé des mois pour chaque éponyme permettrait, sans doute, de conclure sur ce point dans la majorité des cas.

10 Parmi les noms évoqués dans Finkielsztejn 1995, 293, n. 3, j’élimine aujourd’hui définitivement un éventuel Damokratès et Archidas (dont le génitif Archida s’avère une abréviation d’Archidamos). Aristophanès et Eukratès demeurent toujours inclassables et il faut leur adjoindre un Eukleidas, fils de Charmés, et peut-être un Aristokratès II (Grâce 1953, 122-124, 125, no 81). Chr. Börker n’inclut pas Politès parmi les éponymes rhodiens du dépôt de Pergame (Börker 1998, 149, no 594), corrigeant ainsi Schuchhardt 1895, 475, no 1165, et Pridik 1917, 166, no 326. Le tableau devrait s’éclairer quelque peu à l’occasion de la publication du fichier rhodien de V. Grace, que j’ai été aimablement invité à effectuer, par C. Koehler et Ph. Matheson.

11 Je tiens à remercier mon étudiant et collaborateur Y. Salmon pour avoir mis au point les graphes illustrés ici. Cette standardisation n’est pas toujours indispensable, surtout si l’on souhaite faire apparaître des différences significatives entre les niveaux d’importation de deux sites – ou de deux “quartiers” d’une même ville, comme à Jérusalem, par exemple – à une période donnée.

12 En revanche, les fouilles d’un site comme Tel Istabah-Scythopolis (Beit Shean) n’ont exploré que la phase finale d’occupation hellénistique, qui s’est terminée par la destruction consécutive à la prise de la ville par Jean Hyrcan, en 108 (Finkielsztejn 1998). Les renseignements qui peuvent être obtenus à partir des amphores (souvent complètes) sur cet état “figé” s’avèrent d’ordres divers.

13 Nilsson 1909. Le catalogue des timbres de Camiros (Porro 1916) n’a pas été exploité et le sera à un stade ultérieur de mon étude.

14 Empereur & Tuna 1989. L’atelier de Hiérotélès est représenté à Lindos.

15 Cf. Bresson 1986, 84-86.

16 Casson 1984, 79-80. Cf. Lund 1993, 366, et Finkielsztejn 1995, 289, au sujet d’Hannibal “le Rhodien”.

17 Cf. Finkielsztejn 1995, 282-283.

18 Fondé sur Dumont 1871, 76-124 ; Pridik 1896, 129-138, et 1897, 148-149 ; Grâce 1934, 220-240, 300, 302, 306.

19 Le graphe est fondé sur Grâce 1952, 525-530, et Grace & Savvatianou-Pétropoulakou 1970, 302-317.

20 Empereur 1982, 222-223.

21 Alexandrie a produit des dizaines de milliers de timbres amphoriques, mais l’essentiel des trouvailles n’a pas été publié en détail (cf. Grace 1985, 42, dont les statistiques préliminaires n’incluent pas la période I). Pour cette raison, je ne me fonde ici que sur les catalogues publiés par Sztetytto 1975, 166-220, et 1990, 167-201. Il faudrait y ajouter la collection publiée par Neroutsos 1874, 226-245. Cf. la note suivante.

22 On notera que le profil des trouvailles des fouilles polonaises est comparable au résultat des statistiques du musée gréco-romain d’Alexandrie (cf. note précédente), dont le matériel provient essentiellement de chantiers de construction du xxe s., recueilli par L. Benaki (Grâce 1966). Il faut attendre la publication des fouilles intensives dirigées par J.-Y. Empereur pour dresser un tableau d’ensemble plus exact.

23 Seule la collection du musée de l’Ermitage à Saint Pétersbourg, dont le catalogue a été publié par Pridik 1917, est prise en compte ici. Il faudrait y ajouter les trouvailles des différents sites dont les catalogues ont déjà été publiés (par exemple Levi 1964, Šelov 1975 et les diverses publications d’auteurs roumains) ou sur le point de l’être (cf. Avram 1996, 9).

24 Pour une meilleure clarté de l’illustration, j’ai séparé les graphes des quatre sites pris comme exemples, entre, d’un côté, les deux villes païennes majeures de l’intérieur (Samarie et Marissa) et, de l’autre, le port païen le plus important de la côte (Acco-Ptolémaïs) et la ville sainte juive (Jérusalem). Les calculs reposent sur les données suivantes (en partie inédites) : pour Samarie, les catalogues des fouilles de Harvard (Reisner et al. 1924) et des années trente (Crowfoot 1957 ; Finkielsztejn 1990, vol. II), ces dernières trouvailles étant conservées en partie à Jérusalem (musée Rockfeller de la Direction des Antiquités d’Israël, Université Hébraïque et Institut américain Albright) ; pour Marissa, fouilles de Bliss et Macalister (Macalister 1901) et A. Kloner (Direction des Antiquités d’Israël ; catalogue sous ma responsabilité) ; pour Jérusalem, fouilles du début du siècle (Macalister & Duncan 1926, 203-212 ; Crowfoot & Fitzgerald 1929, 86-88) et celles de Y. Shiloh (Ariel 1990, 13-98).

25 Finkielsztejn 1995, 291.

26 Cf. Will 1982, II, 109 (renforcement des effectifs égyptiens), 112-113 (réorganisation par Antiochos III, peut-être au mieux, amorcée durant l’anabase : cf. p. 50).

27 Il semble cependant que les tendances principales des profils ne doivent pas en être profondément modifiées. Malgré mes mises en garde dans Finkielsztejn 1995, 284-285, on peut considérer que la démonstration de Lund 1993, 363, 365, fig. 3-5, s’avère valable, pour de grandes quantités d’exemplaires et lorsque la qualité de la fouille assure que les paires d’anses d’une même amphore ont été repérées. Ce cas heureux se présente le plus souvent (mais pas systématiquement !) pour les fouilles dont est issu le matériel qui m’a été confié. Notons, par exemple, que le pic extrême observé à Acco-Ptolémaïs pour les timbres d’éponymes, noté ci-dessus, se trouve largement confirmé par la répartition chronologique des timbres de fabricants trouvés dans les mêmes fouilles.

28 Pol. 5.88-90.

29 Ibid. 30.31.

30 C’est ce qui ressort de l’analyse de Bresson 1996, 75-76 en particulier, et des témoignages sur la participation financière de Rhodiens dans les tractations concernant le commerce du blé (cf. par exemple Casson 1984, 73-75, avec références, et n. 16, ci-dessus).

31 Empereur 1982, 219-233 (en particulier 222-225).

32 Outre les publications utilisées ici (cf. n. 18, ci-dessus), voir les indications données à diverses occasions sur les contextes des trouvailles de l’Agora, notamment dans Rotroff 1982, 96-106 et 1987. G. Jöhrens est chargé de la publication des timbres amphoriques du Céramique.

33 Il sera intéressant de voir si le phénomène se trouve confirmé à Corinthe, pendant les vingt ans qui séparent la déclaration de Délos en port franc (166) et la destruction de la ville (146 ; cf. Bald Romano 1994, 85, n. 28). Ce tableau se dégage de la publication des trouvailles d’Argos publiées par Lenger 1955 et 1957 : 14 timbres rhodiens y ont été trouvés, dont seulement 3 de la fin de la période V, contre 103 timbres cnidiens, dont 4 de la première moitié du iie s., 3 du milieu du iie s. et 96 de la deuxième moitié du iie s.-ier s. a.C. !

34 Cf., par exemple, Alba Fucens (Mertens 1955, complété par Diez 1980 : 36 timbres rhodiens, dont 2 du deuxième quart du iie s. et 34 de la fin du iie s.-début du ier s.), la côte Adriatique (Volpe 1988, 79 : 1 amphore rhodienne de c. 130 ; Mercando 1976, 163-165 : 3 amphores rhodiennes de c. 172, 144 et un peu plus tard en période V, et 1 amphore cnidienne de c. 188-167). Les trouvailles du sud-est de la France donnent des résultats similaires (j’ajoute que S. Lemaître m’a soumis un timbre issu de fouilles à Arles, datant de l’extrême fin du iie s.). L’analyse des timbres de Sicile reste à faire (par exemple Pellegrini 1887, Gentili 1958 et Brugnone 1986).

35 Grace 1934, 241, et 1985, 31,35.

36 Notons déjà qu’il semble que cette division de fait se prolongera au moins jusqu’au troisième quart du ier s. a.C. (Finkielsztejn 2000).

37 Dans cette perspective, il semble important de noter que les amphores à huile de Brindes garnissent systématiquement les réserves des maisons de l’opulente “capitale” de l’Idumée, Marissa (Tell Sandahannah), certainement dans le dernier quart du iie s. et probablement déjà depuis le dernier tiers de ce siècle. Ceci apparaît d’autant plus significatif que la ville produisait de l’huile en abondance à l’époque hellénistique, comme en témoignent la vingtaine de pressoirs mis au jour. La rédaction du catalogue des nombreuses amphores trouvées sur ce site, dont j’ai la responsabilité, est en cours d’achèvement. Il sera publié dans un volume du rapport final des fouilles dirigées, depuis 1989, par A. Kloner. N. Rauh a consacré une étude approfondie à la question du commerce en Méditerranée entre 166 et 87, présentée à Copenhague en 1994. Il se fonde sur l’analyse de ce qui peut être connu des distributions d’amphores grecques mais aussi italiennes. Les statistiques sur les timbres grecs qu’il utilise sont moins précises que ce qui est présenté ici pour ceux de Rhodes, mais suffisamment éloquentes et, surtout, non influencées par ma révision de la chronologie qui ne concerne pas les périodes V et VI. Il conclut également à un “partage” des marchés en Méditerranée orientale, sous forme d’une “dichotomie” entre Rome et Rhodes. Il aborde de façon approfondie l’aspect “romain” de la question, notamment les relations entre Rome et les cités qui, à l’opposé de Rhodes, ont coopéré avec les negotiatores et mercatores installés sur leur sol, comme Chios, Cos et Cnide. C’est donc dire que la réflexion se trouve fort avancée grâce à ce travail, dont j’ai pu prendre connaissance directement par le manuscrit que son auteur m’avait cordialement soumis peu après sa communication (maintenant Rauh 1999). J’ajouterai qu’à Marissa, comme d’ailleurs dans l’ensemble du Levant sud, je ne connais aucun témoignage de la présence d’Italiens, ayant éventuellement participé sur place aux importations d’huile de Brindes (et, dans une proportion comparativement négligeable d’après les trouvailles, de vins italiens).

38 Cf. Ashton 1991, Bresson 1997a et Finkielsztejn 2000.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 2 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Délos et Athènes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7239/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 3 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Alexandrie et de mer Noire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7239/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 4 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Marissa et Samarie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7239/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 5 : Distribution chronologique des timbres amphoriques rhodiens d’éponymes de Lindos (Rhodes), Akko-Ptolémaïs et Jérusalem.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7239/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

Auteur

Direction des Antiquités d’Israël et Université de Haïfa (Israël).

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search