Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Deuxième partie. Les cités

Noms géographiques et noms de personnes d’Asie Mineure dans les inscriptions rhodiennes de l’époque hellénistique avancée

Ioannis Papachristodoulou
Traduction de A. Bresson

Texte intégral

1Je voudrais tout d’abord remercier le comité d’organisation de ce séminaire qui a accepté ma communication, bien qu’à proprement parler elle déborde du cadre strict de la chronologie du iie s. a.C. Néanmoins, j’ai voulu donner une image résumée de ce qu’ont apporté les recherches qui se sont déroulées dans l’île pendant les vingt dernières années, et principalement dans la capitale, l’ancienne ἄστυ, à notre information sur la présence des gens d’Asie Mineure dans une ville au caractère aussi cosmopolite que celui de Rhodes, particulièrement aux deux derniers siècles avant notre ère.

2Les noms de personnes et les noms géographiques que je mentionnerai proviennent principalement des nécropoles de la ville, qui ont donné dans la période récente, en raison de l’extension de la ville contemporaine dans le secteur des nécropoles, un énorme matériel de toute nature, dont l’étude est en cours. En ce qui concerne les inscriptions, un nombre significatif d’inscriptions trouvées antérieurement à 1974 et postérieurement à la IIe Guerre Mondiale a déjà été publié. Les inscriptions qui ont été trouvées après 1974, celles du moins qui n’ont pas déjà été publiées, ont été en grande partie présentées avec les autres trouvailles des fouilles dans les Chroniques de l’Archaiologikon Deltion. Aujourd’hui, l’Éphorie des Antiquités Classiques du Dodécanèse prévoit leur publication systématique et complète. Plus particulièrement, les inscriptions des nécropoles seront publiées avec les groupements de tombes dont elles proviennent et en liaison avec les autres découvertes, de sorte que soit donnée une image aussi complète que possible de la vie et de situation sociale des habitants de Rhodes pendant la période en question, en fonction de la manière dont elle se révèle dans la “ville des morts”.

3Les noms qui seront présentés dans cette communication et qui proviennent de l’Asie Mineure au sens large du terme, mais principalement de la Pérée rhodienne et de l’Asie Mineure Occidentale, ont été sélectionnés parmi les trouvailles d’inscriptions du Musée de Rhodes parmi un nombre d’environ 3 900 fragments, qui représentent une proportion très importante des inscriptions trouvées à Rhodes après 1974. Outre la mention des noms, on fera ici une présentation d’un choix de sites d’où provient un nombre élevé d’étrangers en provenance de l’Asie Mineure et autres régions, la plupart du temps cependant mélangés à des citoyens rhodiens.

4Parmi l’élément étranger qui, comme on le sait, jouait un rôle très important dans la vie de la cité ainsi que de l’ensemble du domaine rhodien, au côté des Antiochéens et autres habitants de la Syrie ainsi que des Alexandrins, dominent les gens d’Asie Mineure, et en particulier des régions en relations étroites avec Rhodes. Les noms des îles autres que celles du Dodécanèse, du continent grec et de l’Occident sont relativement rares et cela montre dans quelles régions géographiques l’influence de Rhodes pouvait s’étendre à l’époque hellénistique. Les Athéniens, les Chiotes et les Samiens constituent une exception à cette règle. Ces conclusions, déjà présentées par D. Morelli dans son travail sur “Gli stranieri a Rodi” en se fondant sur les publications d’inscriptions découvertes avant la IIe Guerre Mondiale, ne cessent pour l’essentiel de se renforcer. G. Sacco a complété le travail de Morelli dans son étude “Su alcuni etnici di stranieri a Rodi”.

5Au iie s. a.C. et tout particulièrement dans la première moitié de ce siècle, Rhodes atteint son acmè et la fameuse ville hippodamienne, qui accueillait la plus grande partie des métèques installés sur le sol rhodien, avait désormais pris le visage qu’elle ne devait plus voir modifier avant plusieurs siècles.

6Après la fondation de la cité en 408/407, Rhodes prit son aspect définitif au lendemain du siège de Démétrios, lorsqu’elle fut dotée de remparts imposants qui constituèrent un objet d’admiration pour les générations successives dans le monde antique et principalement après le grand tremblement de terre de 227-226 a.C., lorsqu’avec l’aide des puissances de l’époque ils furent reconstruits de manière encore plus splendide. La ville possède alors cinq ports, elle est ornée de nombreux bâtiments publics et religieux, dont les uns sont situés sur l’acropole et les autres dans la ville basse. Parmi les constructions privées se distinguent désormais de grandes maisons pourvues d’une riche décoration, dont les catastrophes et l’activité de construction ultérieure n’ont permis qu’à quelques fragments épars de parvenir jusqu’à nous.

7Les vastes nécropoles qui ceinturent la ville et qui s’étendent jusqu’à une grande distance (j’en donne ci-dessous une description résumée) et qui intéressent davantage notre question ont sauvegardé une partie importante de la richesse de la ville et fournissent des renseignements de valeur sur ses occupants.

8Commençons notre parcours à travers les inscriptions que nous avons annoncées plus haut en énumérant d’abord les peuples du continent asiatique qu’on y rencontre. Il s’agit des peuples suivants :

  • Ciliciens : Une occurrence, qui évoque celle de Mῆνις Kίλιξ dans une inscription du bourg rhodien [moderne] d’Archangélos, site du dème ialysien des Pontôreis, IG, XII.1, 951.

  • Arméniens et Arméniennes : Nous incluons les représentants de l’Arménie voisine de l’Asie Mineure, dont la présence est attestée par un assez grand nombre de noms.

  • Cappadociens : pour un couple formé par un Cappadocien et une Arménienne apparaissent les noms de Δόναξ et de Στοδίς dans une inscription de la nécropole de Kizil Tepe (aujourd’hui Aghia Triada [Sainte Trinité] et Analipsi [Ascension]) – je reviendrai sur le cas d’un autre Cappadocien dans la dernière partie de ma communication. Un Zώπυρος Kαππάδοξ se rencontre sur un autel circulaire qui a été découvert dans le village d’Asclipio, au sud-ouest de Rhodes (au même endroit se trouve un autel similaire avec le nom Tίμων Λιδός).

  • Lycaoniens et Lycaoniennes : Dans une épitaphe déjà publiée apparaît un Eubios de Pergame, avec la Lycaonienne Isias. Un Nysios, Lycaonien, a été trouvé ultérieurement et un autre Lycaonien dont je parlerai ci-dessous.

  • Pisidiens et Pisidiennes : Ils se rencontrent souvent dans les inscriptions rhodiennes.

  • Lyciens et Lyciennes : De Lycie provient également une Kαβάλισ(σ)α, dont le nom, gravé sur une ostéothèque, provient d’un secteur de la nécropole où dominent les citoyens rhodiens

  • Cariens : Un Διονύσιος Kάρ est une nouvelle découverte provenant du sud de Rhodes.

  • Phrygiens et Phrygiennes, Galates (hommes et femmes), Lydiens et Lydiennes, tous de l’Ouest de l’Asie Mineure : Les noms féminins provenant de Lydie sont les suivants : Δαφνίς, Ἄρτεμις, Ἀρτεμισία et Σάρδιον. La plupart des noms précités doivent correspondre à des esclaves, même s’il y a un doute sur le point de savoir dans quelle proportion les personnages dont le nom était lié à un ethnique régional, au lieu d’un ethnique civique, étaient des esclaves ou des gens d’une condition sociale modeste.

9Les artistes d’Asie Mineure travaillant à Rhodes constituent une catégorie particulière. Un nombre assez élevé d’entre eux est déjà connu par la bibliographie ancienne. Récemment ont été publiés deux exemplaires de la signature du sculpteur Phylès d’Halicarnasse, dont l’activité, avec beaucoup d’œuvres connues, se situe un peu avant 200 a.C. Sa signature a été retrouvée sur une base, une dédicace dans un sanctuaire qui a été identifié dans la partie nord de la ville et tout récemment sur une base du secteur de l’acropole, qui contient un décret du peuple de Chios pour un certain Eὐκράτης Ἀρχία, et qui est accompagnée, outre le patronyme et l’ethnique, de l’épithète εὐεργέτας, titre que lui avaient attribué les Rhodiens et qui est accouplé à son nom à plusieurs reprises dans l’inscription en son honneur. La signature de Mένιππος Xρυσαορεύς, contemporain de Phylès, aparaît dans une inscription assez récemment publiée, sur la base cylindrique d’une statue d’un prêtre d’Hélios.

10Pour ce qui est des cités du continent asiatique, nous commencerons avec Phasélis et Soloi, vieilles fondations rhodiennes, dont la représentation dans les inscriptions anciennement publiées est importante et qui apparaissent également dans les inscriptions récemment publiées. Comme nous le verrons ci-dessous, viennent de la région du Pont un certain nombre de Sinopéens, ainsi que de la Colchide voisine un homme et une femme sur la même épitaphe. De Bithynie provient un homme de Nicomédie. Pour la Pisidie sont représentées les cités de Selgè et de Termessos, pour la Pamphylie Sidè et pour la Lycie, en dehors de Phasélis, Myra et Patara. L’ethnique Mαρμαρεύς est porté par un personnage au nom typiquement micrasiatique d’Ἀpτίμας. Cette ville fortifiée de Pamphylie, près des frontières de la Lycie, est connue par la résistance qu’elle a manifestée durant la marche d’Alexandre le Grand vers l’Orient. Pour la Carie apparaît Caunos, laquelle, comme on le sait, a été pendant de longues périodes possession rhodienne. Pour la Carie apparaît aussi la cité de Tabai (une ’Pόδα Tαβηνά est connue par une inscription provenant des nécropoles). A la Carie également appartiennent aussi un certain nombre d’autres cités que nous comptabiliserons ensemble plus bas avec les régions d’Asie Mineure Occidentale.

11Venons-en maintenant à ce secteur, en commençant par le nord avec Lampsaque, avec une inscription publiée au début des années 1960, raison pour laquelle cette cité est absente du catalogue de D. Morelli. Nous avons déjà évoqué plus haut Pergame. On rencontre aussi Smyrne, Téos (avec une Tηία) ou Milet : un Ἀρτεμίδωρος de Chios apparaît avec son épouse Στρατεία, milésienne, tandis que sur une autre inscription on trouve un Mένανδρος Ἀγαθονίκου Μιλήσιος ou Ephèse, avec une série d’exemples : un Μοσχίων’Eφέσιος se rencontre avec un Ἀγησάς de Myndos et une Μακαρία Θέωνος Ἀστυπαλαΐς certainement une Rhodienne du dème bien connu d’Ialysos. D’autres anthroponymes éphésiens sont ceux de Ἀθανοκλῆς Σαραπίων, avec le qualificatif de métèque, Σωκράτης et Εύκράτης Εύκρατίδου, ainsi que des noms de femmes : Ἀνθράκιον ’Eφεσία γυνά δε Ερμαίου, Εύπραξία, Σύνκρασις et ‘Ροδίνα.

12Pour le secteur de la Carie, on rencontre un personnage venant de Tralles (Νίκανδρος | Τραλλιανός) d’Alabanda (Ζώπυρος | Ἀλαβανδεύς) Iasos, Bargylia, Myndos, Halicarnasse et Cnide. Un trait caractéristique est, en dehors de la présence d’un Hagèsas de Myndos dans l’inscription mentionnée ci-dessus, le regroupement de deux femmes de Myndos sur une autre inscription, avec le fils de l’une d’entre elles et l’époux de l’autre. Il s’agit de Ἀρτεμισία | Μυνδία, métèque, avec son fils Ἐπιτυγχάνων et Σύνκρασις Mυνδία avec son époux Διονυσᾶς.

13Il s’agit de cités voisines, avec lesquelles Rhodes avait des liens étroits et il est naturel qu’en témoigne une présence importante de leur représentants. En ce qui concerne Cnide, un aspect intéressant est la conjonction sur un autel cylindrique d’un Mουσαῖος Kῷος μέτοικος et de τᾶς γυναικός αὐτοῦ’ Ἐπιτεύγματος Kνιδίας μετοίκου. Pour Bargylia, avec l’ethnique Bαργυλιήτης, il y a une épitaphe avec d’autres étrangers sur un groupe de tombes sur lequel je reviendrai plus loin, tandis que du secteur de Rhodini provient l’épitaphe Mενίππου τοῦ Διοσκουρίδα, avec l’ethnique Bαργυλιώτας,

14La dernière partie de cette exploration concernera la Pérée rhodienne, dont les habitants étaient eux aussi des Micrasiates, mais d’origine rhodienne pour la plus grande partie en ce qui concerne la Pérée Intégrée, dans la mesure où la zone de domination rhodienne n’était pas seulement insulaire mais aussi, dans une proportion importante, micrasiatique. Comme cela déjà est démontré par les épitaphes qui ont été trouvées dans le passé et également les dernières années, un nombre élevé de Rhodiens des dèmes de la Pérée vivaient et étaient enterrés dans la capitale, 1’ἄστυ où affluaient des gens venus de toutes les parties du domaine rhodien, comme cela est le cas aujourd’hui. Au reste, du point de vue géographique, la capitale était plus proche de la Pérée qu’aucune autre île et devait exercer une attraction particulière sur les habitants du continent en face, dont les rivages les plus proches sont visibles par beau temps depuis Rhodes, dans la mesure où elle jouait le rôle de centre de la vie politique et économique.

15Les noms qui sont mentionnés couvrent tous les dèmes de la Pérée qui sont attribués avec certitude à Camiros et deux qui sont attribués à la Pérée avec vraisemblance : les Amnistioi, qui sont situés à Söğüt, au sud de Kedreai, et les Loxidai, qui avaient été anciennement localisés sans succès dans la région de Selimiye - Losta. Pour ce qui est des dèmes d’Ialysos, celui des Kryasseis, dont la localisation exacte est inconnue, doit avec certitude être attribué à la Pérée. En outre, on n’est plus certain que le dème ialysien des Erinaeis, qui auparavant était localisé dans la Pérée, par référence au toponyme moderne d’Erine, doive lui être attribué. Dans nos inscriptions, en dehors des dèmes précités, se rencontrent en outre deux dèmes lindiens de la Pérée, celui des Physkioi et des Amioi. Parmi les dèmes dont on peut penser avec certitude qu’ils se trouvaient dans la Pérée mais que l’on ne peut attribuer à aucune des trois anciennes cités de Rhodes se rencontrent les Kedreatai et les Hygasseis. Il y a en outre le cas des Patyreis et des Nassioi. Pour ce qui est des premiers, les nouvelles découvertes épigraphiques des vingt dernières années montrent au-delà de tout doute qu’il s’agissait d’un dème rhodien qui, en fonction de son nom, doit vraisemblablement être attribué à un site indéterminé de la Pérée. La même remarque vaut pour les Nassioi, certainement un dème rhodien, mais pour lequel le point de vue traditionnel selon lequel il était situé dans la Pérée ne semble pas pouvoir trouver de fondement solide.

16Pour ce qui est des dèmes de la Pérée qui ne peuvent faire l’objet d’une attribution à l’une des trois anciennes cités, en y ajoutant le cas des dèmes des îles de Télos, Nisyros et Cassos, qui furent incorporées au territoire rhodien après c. 250 a.C., on avait pu soutenir l’idée que peut-être ils n’avaient pas été attribués aux trois anciennes cités, mais s’étaient intégrés à la cité d’une manière particulière, dont les détails nous échappent. Je pense que ce point de vue gardera une probabilité équivalente à celle du jugement consistant à admettre que les dèmes devaient avoir été attribués à l’une des trois anciennes cités, dans la mesure où ceux qui le soutiennent n’apportent pas de preuves fiables pour le défendre, et cela vaut particulièrement pour les trois îles mentionnées.

17La nécropole, qui constitue la source principale du matériel épigraphique qui nous intéresse ici, s’étend en gros au sud de la ville, dans un secteur délimité par deux cours d’eau, qui coulent dans les ravins de Makry Sténo et de Rhodini, et qui lui-même peut être divisé en trois zones :

  1. La zone occidentale, qui comprend le secteur de Makry Steno (aujourd’hui, rue Michel Petridis) jusqu’aux contreforts sud de l’acropole (Monte Smith), la hauteur de Kizil Tepe (aujourd’hui Aghia Triada et Analipsi), où ces dernières années a été découverte la majorité des monuments et installations funéraires, et le secteur de Rhodini, des deux côtés du cours d’eau homonyme et aussi au-delà de la route nationale Rhodes-Lindos.

  2. La zone centrale, le long de la route de Lindos, où se trouve la sortie principale de la ville, vers le sud, et où ont été trouvés les plus importants groupes de tombes.

  3. La nécropole sud-est dans le secteur de Karakonero et Phaneromeni.

18Au-delà de cette zone principale de la nécropole, un secteur beaucoup plus vaste, qui peut aussi être rapporté aux nécropoles de la ville, s’étend vers le sud jusqu’au faubourg d’Asgourou. La disposition et l’extension de la nécropole témoignent de la taille et de l’importance de la ville hellénistique.

19Dans le secteur qui se trouve du côté gauche du cours d’eau de Makry Steno, lorsqu’on remonte aujourd’hui ce qui est aujourd’hui la rue Pétridis vers le centre de la ville, se trouve la vieille rue Dokuz Sokak (aujourd’hui rue Parthenopis), qui constitue la prolongation de la rue antique qui conduisait hors les murs, le long de laquelle ont eu lieu périodiquement des découvertes étendues de groupes de tombes, avec des découvertes importantes.

20Je m’arrêterai ici à la fouille qui porte le nom du propriétaire du terrain, M. Panayotakis, pour traiter principalement de l’intéressant matériel épigraphique qu’elle a permis de mettre au jour.

21La découverte la plus importante est un sarcophage de pierre de Lartos (longueur 2.08 m) portant une inscription tardo-hellénistique :

Εύδάμου Πολυχάρμου
Δαματριέως καθ’ (ὑοθεσίαν δὲ)
Δαμοφείδευς Κασαρέως
[4] καὶ τᾶς γυναικός αὑτοῦ
Ἀγεμάχας Θρασυλόχου Κρυασσίδος.

22Dans cette inscription, un lien s’établit entre trois démotiques différents. Le premier correspond au dème des Damatrieis d’Ialysos, qui devait se trouver dans le secteur du village actuel de Damatria. Le démotique (au masculin) Δαματριεύς a été confirmé par le parallèle avec le féminin Δαματριάς, avec beaucoup de parallèles ces dernières années. Le deuxième correspond au dème très vraisemblablement camiréen des Kasareis de la Pérée, et le troisième également de la Pérée, avec le démotique (au féminin) Kryassis, qui correspond au dème d’Ialysos, tandis qu’une ostéothèque de pierre de Lartos portait le nom d’un Amios, Λαχάρης Λαπᾶς | καθ’(ὑοθεσίαν δὲ) Ἀρτεμιδώρου.

23Dans le secteur connu précédemment comme Kizil tepe, aujourd’hui Analipsi, non loin de Rhodini et de la fameuse tombe connue comme ‘tombe des Ptolémées’ (Ptolemaion) a été découverte dans le terrain Kountouris un grand ensemble de tombes, organisé autour d’une grande cour carrée. Il présente trois phases principales, qui se placent entre le iie s. a.C. et le ier s. p.C. Dans la première phase, il y avait des portiques sous colonnes autour de la cour, tandis que dans la phase finale les portiques furent supprimés et que furent construites des tombes à chambre voûtées dans la partie ouest. Entretemps, un peu après la construction de la cour à péristyle, fut construit du côté est un naïskos funéraire couronné d’un fronton. A la décoration sculptée du monument appartiennent un relief avec le type du héros cavalier, une tête de marbre et le tronc d’une statue féminine. Pour ce qui est du matériel épigraphique de cet ensemble, il est utile de mentionner, pour ce qui nous intéresse ici, quatre ostothèques portant le nom de deux Cnidiens, d’un Amien et d’un Kasaréen.

24L’ensemble funéraire Souganidis entre parmi les restes funéraires les plus importants qui aient été découverts récemment dans la nécropole centrale. Il avait une façade vers l’est et il était façonné dans le rocher brut, taillé perpendiculairement. Trait particulièrement remarquable, la présence de niches creusées dans le rocher brut, qui renfermaient des ostothèques inscrites et des vases funéraires, l’existence de petits autels maçonnés et la découverte d’un grand nombre de stèles funéraires. La présence des étrangers est frappante dans cet ensemble funéraire, avec un Ἑρμογένης Ἀπολλωνίδου, deux Sinopéens, une Solienne, deux Iasiennes, ainsi que des citoyens rhodiens, comme deux Rhodiens de la Pérée, une Kasaris et un Physkios.

25Je termine avec un rapport sur la nécropole sud-est, où, outre les tombes anciennement connues qui se trouvent dans le secteur de Karakonero, le long de la route Rhodes-Kallithéa, a été trouvé ces dernières années, particulièrement autour de la petite église de Phaneromeni, un ensemble impressionnant de tombes anciennes. Je m’occuperai ici d’un ensemble de terrains voisins qui ont été périodiquement explorés ces dernières années. Il s’agit, du sud vers le nord, des terrains Papanikolaou, Karamanoli-Poya, Hatzisavva, Katsara et le plus récemment fouillé (cet été), au sud-ouest des terrains précités, le terrain Karimali. Cette fouille est caractérisée par l’existence d’un enclos funéraire qui enserre les tombes, de même que, pour le dernier terrain au sud (terrain Katsara) l’existence d’un monument funéraire en forme de pi, avec un décor en gradin. Ici aussi, la présence de l’élément étranger est forte, avec comme personnage principal le prêtre d’Isis Chairèmôn, de Memphis d’Égypte. Du même endroit provient également un Κιθαιρών | Σκύθας. Du terrain Katsara provient une inscription mentionnant une Smyrnienne, un Phasélite et un Kédréate. Du terrain Hatzisavva un Καπίνδας | Καππάδοξ et deux Éginètes. Du dernier terrain de la série (Karimali), la découverte principale a été une tombe taillée [dans le roc ?] n° 36, qui contenait un grand nombre de sépultures, hydries (de terre cuite), ostothèques, certaines inscrites, et un autel cylindrique inscrit, des restes d’une couronne d’or et d’autres petits objets. Le riche matériel épigraphique comprend un Lycaonien, un Antiochéen, une Arménienne, deux Phrygiennes, une Pisidienne. De la lointaine Colchide provient aussi un Ἀφροδίσιος | Κόλχος καὶ |Ἐρωτίς Κολχίς, tandis que sur un autel cylindrique cohabitent un Galate et une Antiochéenne. Outre la présence écrasante d’étrangers, on rencontre aussi des citoyens rhodiens, comme un Πάγιος un démotique de Lindos.

26Avec ce bref tour d’horizon, nous nous sommes efforcés de donner une vision synoptique de l’information récente et du matériel récemment mis au jour dans les fouilles de Rhodes. Demeure toujours l’image d’une ouverture de Rhodes dans toutes les directions, mais particulièrement attachée au territoire continental voisin, l’Asie Mineure, Ἀσίας εὐρυχόρου πέλας ἐμβόλῳ, Rhodes, “proche du promontoire que projette l’immense Asie”, pour terminer avec Pindare et sa VIIe Olympique.

Auteur

Éphore des Antiquités du Dodécanèse.

A. Bresson (Traducteur)

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search