Version classiqueVersion mobile

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Le grand Cimetière d’Issoudun (Indre) et ses sépultures multiples (fin xviie–début xviiie s.). Premiers résultats de l’étude historique et démographique

Pascal Poulle

Texte intégral

1La construction d’un Centre de l’Image à Issoudun, à l’emplacement du Grand Cimetière de la ville a été précédée par une fouille archéologique de sauvetage. La direction de cette fouille, qui a eu lieu au printemps et pendant l’été 2002 a été confiée à Philippe Blanchard (Inrap Centre Île de France) qui était assisté par Isabelle Souquet-Leroy, anthropologue (Inrap). Les opérations ont montré que ce vaste cimetière aménagé hors de l’enceinte urbaine, fonctionnait depuis le Moyen Âge, avant même que Blanche de Castille ne fasse appel à des franciscains qui établirent leur couvent dans ce secteur. Au cours de cette fouille, on a découvert une série de sépultures multiples qui pouvaient contenir parfois jusqu’à plus de vingt squelettes (fig. 1). Pour fouiller de telles sépultures, l’Inrap, s’est adressé à Dominique Castex (CNRS) qui s’est joint à l’équipe. Certaines des fosses étaient creusées à l’emplacement où se sont effondrées les voûtes d’anciennes carrières d’extraction de calcaire. Elles étaient installées dans des couches de remblais apportés pour combler ces effondrements. Ces remblais, extrêmement cendreux, contenaient un important mobilier céramique datant de la seconde moitié du xviie siècle, des fragments de verre fondu et quelques monnaies dont la plus récente datait de 1649. Il s’agit probablement de remblais provenant de l’évacuation des décombres laissés par le grand incendie de la ville du 21 septembre 1651. Les recoupements entre les fosses et des orientations divergentes ont permis d’établir qu’à deux reprises la population d’Issoudun avait eu recours à des sépultures multiples qui sont postérieures à cet événement. Mais la fouille n’a pas permis d’apporter d’éléments qui ferment la fourchette chronologique. Seule certitude : ces fosses sont antérieures à l’abandon du cimetière à la fin du xviiie siècle.

  • 1 Philippe 2003.

2À la suite de cette fouille, l’Inrap, en plus du temps consacré à l’étude archéologique et anthropologique, a décidé d’affecter des moyens pour une approche historique des questions soulevée par ces sépultures. Une première étude menée par Michel Philippe s’est attachée à déterminer plus particulièrement comment s’organisait et fonctionnait le cimetière1. Une seconde étude visait à tenter de découvrir quels événements avaient entraîné une mortalité si violente qu’elle a conduit à deux reprises les habitants d’Issoudun à recourir à ce type d’inhumation. Ce sont les premiers résultats de ce travail que cet article se propose de présenter.

Fig. 1. Sépulture multiple d’Issoudun (Berry, France). Fouille Inrap, Blanchard et al. 2002, cl. F. Porcell.

  • 2 Dupâquier 1979.

3Essayer de répondre à cette question impliquait de se lancer dans une étude de la démographie d’Issoudun pendant la seconde moitié du xviie et au début du xviiie siècle. Le Berry a été étudié par J. Dupâquier dans son travail sur la population rurale du Bassin Parisien sous le règne de Louis xiv2. Il a utilisé pour la généralité de Bourges un échantillon de six communes rurales étudiées par l’INED sur une période qui s’étend de 1671 à 1720. Il existe aussi quelques monographies sur des paroisses du Berry au xviie et xviiie siècles comme pour Chârost et Mareuil, toutes deux proches d’Issoudun. Cependant ces travaux ne pouvaient nous donner qu’un cadre général pour la période concernée. Heureusement M. Jean Gerbier, historien du xviie siècle issoldunois, nous a ouvert sa documentation et transmis les dénombrements de décès qu’il a réalisés dans les registres paroissiaux. Ses travaux, qui ont porté sur les registres les plus anciens de la paroisse Saint-Cyr, ont mis en évidence la dernière épidémie de peste qui frappe la ville en 1636-1637, la mortalité liée à la Fronde, la violente épidémie de variole de 1658 et le début de la crise dite de l’avènement des années 1661-1662. Grâce à lui, nous avons pu nous attacher plus particulièrement à la fin du règne de Louis XIV et aux grands épisodes de mortalité des années 1693-1694 et 1709-1710.

  • 3 Chaumeau 1985, 254-256.
  • 4 Nicolay 1883, 217.

4Avant d’entrer dans l’analyse des résultats de l’étude démographique, et pour présenter Issoudun à l’époque moderne, il est possible de s’appuyer sur les descriptions qu’en donnent les auteurs de cette période. Les premières sont celles des historiens et géographes du Berry du xvie siècle : Jean Chaumeau, avocat au siège présidial de Bourges qui publie une Histoire du Berry en 15663 et Nicolas de Nicolay, géographe de Charles IX, auteur en 1567 d’une description de la province4. La plus vivante et la plus complète des deux est celle de l’avocat berruyer. Il commence par le château qui est joignant à la ville de telle sorte que l’on peut avoir l’impression que ce sont deux villes adhérentes l’une à l’autre. Ses murailles plus élevées et plus resserrées abritent les nobles, les bourgeois, les magistrats et les gens de robe. Elles renferment le logis du Roi, l’auditoire, l’abbaye bénédictine de Notre-Dame, la chapelle Saint-Étienne ainsi que des édifices plus éminents et apparents que dans d’autres parties de la ville. Cette dernière, plus spacieuse et ample, est abondante en maisons. La population plus nombreuse se compose de marchands, drapiers, merciers, tanneurs, corroyeurs, cardeurs, peigneurs, gantiers, tous excellents en leur manufacture. On y compte aussi des menuisiers, des cordonniers et toute autre matière d’artisans, trafiquants, négociants, riches et bien aise. Cela, aussi bien grâce à leurs trafics et à leurs négoces qu’aux nombres de jours établis pour le commerce. Chaque semaine ils ont des jours de marché. Et par an ce sont huit foires franches quittes de tout tribut qui se tiennent le premier jour de Mai, aux vigiles de saint Jean-Baptiste, à la veille de la saint Marc, le jour de la fête de saint Denis, à la sainte Catherine, à la saint Paul et le lundi d’après la mi-carême. De surcroît, il y a des halles propres au commerce des blés, des grains, et des herbages. Il y a aussi deux églises paroissiales, Saint-Cyr, la plus vénérable où siège un chapitre canonial et Saint-Jean. Un hôpital bien et commodément construit, dans la partie basse de la ville le long de la rivière, accueille les malades et les pauvres. Ses amples revenus ont été récemment augmentés par la libéralité des bourgeois et des marchands. Hors les murs, quatre faubourgs sont occupés de nombreux vignerons, des “gens rustiques étrangiers, qui illec se transportent” et d’un menu peuple qui s’emploie à travailler la terre, les champs et les jardins. Le faubourg nord s’appelle le faubourg de Rome. Il s’étend jusqu’à l’église paroissiale et collégiale de Saint-Denis. À l’est c’est le faubourg Saint-Jean, où se trouve un beau et grand cimetière près duquel se dresse le couvent des cordeliers. Dans ce même secteur se trouve l’hospice Saint-Ladre pour les lépreux, avec une chapelle dédiée à Sainte-Marie-Madeleine. Le faubourg sud est le plus grand et le plus vaste. À l’ouest enfin s’étend le faubourg Saint-Paterne plus riche que les autres par la multitude de marchands, d’hôteliers et de taverniers qui y sont établis. Il doit son nom à une ancienne église bénédictine dédiée à Saint-Paterne, détruite par les Anglais dont subsistent les ruines à côté desquelles une nouvelle église a été édifiée, siège d’une paroisse.

5La Théols, une rivière qui prend sa source à quatre lieues d’Issoudun, coule au pied de ses murs. Une branche de cette rivière a été détournée au moyen de levées et de turcies en amont de la ville qu’elle traverse. Elle fait tourner deux moulins dans la ville et permet d’évacuer les immondices que produisent les teinturiers, les tanneurs, les parcheminiers, les bouchers et autres artisans.

6Enfin, Chaumeau retient trois éléments qu’il considère comme recommandables : l’étendue de la juridiction d’Issoudun, qui est le plus important des cinq sièges particuliers du bailliage de Berry après celui de Bourges ; la grande abondance de troupeaux de brebis, d’agneaux et de moutons dans l’arrière pays d’Issoudun qui fait la richesse de la ville ; enfin la qualité du vin produit aux environs immédiats de l’agglomération et dont il recommande particulièrement quatre vignobles, ceux de Crèvecoeur, de Champhort, de Haute Roche et Piedrouau qui, à son avis, sont au moins aussi excellents que ceux d’Orléans.

  • 5 Thomas de la Thaumassière 1865, 137-167.
  • 6 Michaud 2001, 438.
  • 7 Michaud 2001, 216-217.
  • 8 Michaud 2001, 218.

7Au xviie siècle la description d’Issoudun que donne Thaumas de la Thaumassière dans son histoire du Berry publiée en 16895, n’apporte pas d’éléments nouveaux. En revanche, les intendants que le roi nomme dans la généralité de Bourges jettent un regard d’administrateurs sur la ville qui est plutôt bien notée. En 1664, Pomereux écrit : “La ville d’Issoudun après celle de Bourges est la meilleurs du Berry en ce que les habitans y sont riches et accommodez…”6. Il est beaucoup plus sévère pour le chef-lieu de la généralité : “… celle de Bourges quy est capitale, est fort gueuse et sans aucun commerces. J’ay faict mon possible pour porter les principaux habitants à restablir la manufacture de draps par une société entreux, mais comme ils sont la pluspart fort abonnez à l’oisiveté, on a pû encore rien conclure”. En 1698, Dey de Séraucourt est lui aussi élogieux pour la ville et ses habitants : “La ville d’Issoudun est la seconde du Berry et la première de cette élection ; elle est franche de taille. Elle est située sur la rivière Théol qui est très petite et peu connue hors province. Les habitants y sont laborieux et industrieux, et les artisans fort sobres”7. Il poursuit par un couplet sur l’inébranlable fidélité de la ville envers le roi, qui s’est manifestée lors de la Fronde, fidélité dont la ville avait déjà eu l’occasion de donner maintes preuves en 1488 pendant la guerre du Bien Public, en 1562 lors de la première guerre de religion, en 1589 contre la Ligue et encore pendant la Fronde. Puis il s’attache à décrire les différentes ressources et productions de l’élection et de la ville. S’il est sévère pour le vin produit dans la région “sans aucune réputation”, dont Chaumeau vantait pourtant la qualité, il constate que le territoire de l’élection est propice à l’élevage des gros bestiaux et de bêtes à laine qui est pratiqué avec plus de soins qu’ailleurs, et souligne que c’est leur commerce qui fait la richesse des familles qui ont du bien dans les villes de l’élection. Il note aussi qu’il y a des manufactures de draps, de serges, et de bas au tricot, dans lesquelles cependant on travaille moins que dans celles de Bourges. Il souligne surtout l’existence d’une manufacture de chapeaux qui fournit les armées du roi. Il ajoute enfin que plusieurs marchands d’Issoudun se sont fait une spécialité du commerce du bois et il est le premier à donner un chiffre pour la population d’Issoudun, 9600 habitants dont 27 ecclésiastiques, 13 gentilshommes, et 26 officiers8.

  • 9 AC Issoudun – 67 - 1701.

8Ces dernières données peuvent être croisées avec celles qu’apportent les rôles de la capitation conservés dans les archives communales pour l’année 1701 jusqu’à l’année 1709. Leur dépouillement permet tout d’abord de donner le nombre de feux que compte la ville. Le chiffre des 9 600 habitants en 1698 peut être ainsi rapporté aux 2 014 feux portés sur le rôle du 6 juillet 17019 soit environ 4,76 individus par feu. Huit années plus tard, en 1709, la population s’est accrue puisque ce sont 2 252 feux qui sont enregistrés. Cela représente une augmentation de 238 feux, soit une croissance de 11,8 %. Ce qui donnerait si l’on conserve le coefficient 4,76 individus par feu, environ 10 720 habitants à la veille de la grande crise de mortalité de 1709. Dans ces documents, les feux classés quartier par quartier, rue par rue, sont désignés par le nom du chef de famille dont l’activité économique est généralement mentionnée. Figure en face, la somme pour laquelle ils sont imposés. Ils apportent une masse de renseignements sur l’organisation de la ville et sur la répartition sociale et spatiale de sa population.

9Issoudun est divisée en quatre quartiers : Le Château, le Quartier Saint-Louis, le Quartier de Villattes et le Quartier Saint-Jean. Chacun d’entre eux recouvre une partie de la ville close ainsi que les faubourgs et les hameaux qui lui sont rattachés. Le Château où résidaient, d’après Chaumeau, les nobles, les bourgeois et les magistrats fournit bien la recette fiscale par feux la plus forte. De même le rendement de l’impôt est meilleur à l’intérieur des murs de la ville que dans les faubourgs, particulièrement dans certaines rues du quartier de Villatte comme les rues de la Narette et d’Aridans. Les classes les plus faiblement imposées représentent les foyers les plus nombreux. En premier lieu viennent les journaliers, au nombre de 596. La plupart d’entre eux ne sont imposés qu’à hauteur de 10 sols (91 feux), une livre (251 feux) ou une livre et 10 sols (99 feux), soit près de 26,5 % des 2 252 feux recensés. Le rôle de 1709 ne permet pas de déterminer s’ils sont spécialisés dans telle ou telle activité ou s’ils louent leurs bras en fonction de l’offre de travail. Vient ensuite l’ensemble de la domesticité, avec les valets (56), les domestiques (86) et les servantes (133) qui avec un total de 275 feux représente un peu plus de 12 % du total. Généralement tous imposés à hauteur d’une livre, ils travaillent comme employés de maison, valets de ferme ou dans les auberges et cabarets de la ville. Le secteur d’activité le plus important en terme de nombre de foyers est le secteur agricole avec 230 foyers soit un peu plus de 10 % du nombre de feux. Les fermiers, les laboureurs et les métayers sont fortement imposés mais peu nombreux. C’est la vigne qui emploie le plus de monde avec 183 feux de vigneron, soit plus de 8 % des feux. Les vignerons ne représentent pas une catégorie homogène. L’imposition peut varier de 1 (3 foyers à une livre) à 10 (3 foyers à dix livres) avec une moyenne de 3,4 livres.

10Le textile et l’habillement arrivent ensuite avec 174 foyers (7,7 %), suivis par le cuir avec 132 feux (5,8 %) où dominent les cordonniers au nombre de 63 feux, ce qui fait d’eux la corporation la plus importante après les vignerons. Le bâtiment arrive ensuite avec 83 feux. Moins nombreuses mais beaucoup plus fortement imposées, les classes dominantes qui composent l’élite urbaine apparaissent aussi : nobles, bourgeois, marchands, avocats et officiers. Elles résident le plus souvent dans le Château (nobles et officiers) où dans la ville (bourgeois et marchands). D’elles dépend une nombreuse domesticité.

11Issoudun est une ville assez opulente, dont l’économie est assise sur des secteurs d’activité diversifiés et qui tient bien son rang de deuxième ville de la généralité. Cependant, comme le reste du royaume, elle va connaître sous le règne de Louis XIV une série de crises démographiques violentes ainsi que l’indiquent, les résultats obtenus lors des dénombrements réalisés dans les registres paroissiaux.

12Il y a à cette époque quatre paroisses à Issoudun : Saint-Cyr, Saint-Jean, Saint-Paterne, et Saint-Denis, qui ne correspondent pas au découpage de la ville par quartier puisque Saint-Cyr à elle seule, dessert plus de 70 % de la population comme le montre le tableau suivant (tableau 1).

Tableau 1. Données provenant des différentes paroisses d’Issoudun.

13L’importance du poids démographique de Saint-Cyr apparaît aussi si l’on compare les dénombrements de décès survenus en 1708 et en 1709, puisque sur l’ensemble des paroisses de la ville, elle représente 78 % des sépultures (tableau 2).

Tableau 2. Dénombrement des décès sur l’ensemble des paroisses de la ville.

14Au xviie siècle, Saint-Paterne et Saint-Denis disposent de leur propre cimetière. Le Grand Cimetière est celui de Saint-Cyr. Saint-Jean qui a eu le sien, l’utilise aussi à partir de 1714, il semble que ce soit déjà le cas avant cette date. Des dépouillements et des dénombrements ont été réalisés sur les registres des quatre paroisses mais ne seront présentés ici que les résultats obtenus pour Saint-Cyr.

  • 10 AC Issooudun GG 23.

15Les registres les plus anciens remontent aux années 1630 avec des lacunes cependant. La qualité des informations est variable. Elle dépend de la manière dont les curés tiennent les registres et a tendance à s’améliorer avec le temps. Dans les années 1650-1660, pour Saint-Cyr, il existe un registre pour les naissances, un pour les mariages et un pour les décès. L’enregistrement de la mort des enfants et des adolescents est particulièrement imprécis. Le plus souvent le prêtre se contente de noter qu’un enfant est mort ; il donne le nom de son père et le lieu de sa demeure. On trouve alors des actes de ce type : “Le mercredi 4 septembre 1658 a été inhumé enfant de Balat, tailleur dans la Grande Ruë”, “Le même jour (mercredi 4 septembre 1658) a été enterré l’enfant de Jacques Benoist proche la Croix Rouge”10 (fig. 2).

16À partir des années 1680, le même registre sert aussi bien à inscrire les mariages que les naissances et les décès. Et la qualité des informations est incomparablement meilleure. Pour les enfants, le prénom, l’âge, le nom du père, sa profession et sa demeure, sont notés par le curé ou son vicaire. Et ce sont des enregistrements de ce type que l’on va trouver (fig. 3).

Baboüez tout payé

Le Seize d’aoust 1709 a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse Jeanne agée de cinq ans fille de Georges Baboüez laboureur dmt au Souchot en présence de Michel Gaudin et Jean Soulat qui ont dit ne savoir signer. Carlin vicaire.

Bondenat tout payé

Le seize d’aoust 1709 a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse Jeanne agée de trois semaines fille d’André Bondennat parcheminier dmt dans la rue du Bourreau en présence de Michel Gaudin et Jean Soulat qui ont dit ne savoir signer.

17Il arrive encore que le prêtre se contente d’enregistrer la mort d’un enfant, sans en donner le nom ou le sexe. Il s’agit alors généralement d’enfants mort-nés ou morts très peu de temps après leur naissance.

18Les comptages effectués nous ont permis d’obtenir pour les années étudiées une répartition mensuelle du nombre de naissances, de mariages et de décès. Pour les naissances, filles et garçons ont été séparés. Pour les décès, la méthode suivante a été employée : les adultes, hommes et femmes, sont distingués des immatures, filles, garçons et enfants, en fonction du critère d’âge que retiennent les anthropologues qui est de 20 ans (tableau 3).

Tableau 3. Données obtenues pour l’année 1698 (AC Issoudun GG 41).

Fig. 2. Photo Archive communale d’Issoudun GG 23.

Fig. 3. Photo Archive communale d’Issoudun GG 52 f 79.

  • 11 AC Issoudun GG 23
  • 12 AC Issoudun GG 31 à GG 63.

19Il n’a pas été possible de traiter l’ensemble des 70 années qui s’écoulent entre 1650 et 1720, date que nous nous sommes fixés comme limite. Pour le début de la période, nous disposions des décomptes de mortalité mensuels réalisés par M. Gerbier. De même que pour les années 1685, 1686 et 1687, pour lesquelles il a fait un dépouillement exhaustif des registres de Saint-Cyr afin d’estimer les répercussions de la révocation de l’édit de Nantes sur la ville d’Issoudun. Pour notre part, nous avons seulement repris le comptage selon les critères retenus du registre qui couvre les décès de 1655 à 166211, afin de couvrir l’épidémie de petite vérole de 1658 et la crise de mortalité du début des années 1660, dite crise de l’Avènement. Nous avons entrepris un dénombrement exhaustif des décès, des naissances et des mariages de 1687 à 172012. L’objectif était de percevoir les répercussions à Issoudun des crises de la fin du règne de Louis XIV, sur lesquelles M. Gerbier n’avait que des données très partielles. En cumulant les données on obtient les données suivantes (fig. 4a et 4b).

20Les manques sont dus à la fois à des lacunes dans la documentation comme pour la fin de l’année 1662 et à l’impossibilité matérielle de tout traiter. Pour les 35 années pour lesquelles nous avons des données complètes, on enregistre en moyenne 416,7 décès, 453,3 naissances et 82 mariages, qui se répartissent tout au long des 12 mois de l’année de la manière suivante.

21Ainsi la période la plus meurtrière se révèle être la fin de l’été et le début de l’automne avec les mois d’août, septembre et octobre, mois chauds puis humides. Les mariages quant à eux se font plus généralement en hiver, aux mois de janvier et février avant que ne s’ouvre le carême, ou vers la fin de l’automne, en novembre, avant l’avent. Les naissances quant à elles sont plus régulièrement réparties tout au long de l’année à raison de trente à quarante naissances par mois avec un léger creux au printemps.

22En tenant compte de ces données, nous avons cherché quelles étaient les années et les mois les plus meurtriers afin de déterminer quelles sont les périodes de crises qui pourraient avoir provoqué les recours à des sépultures de catastrophe telles que celles qui ont été fouillées.

23Si l’on classe, en fonction de l’importance des décès enregistrés à Saint-Cyr, les douze années et les douze mois les plus meurtriers, on obtient le tableau suivant (tableau 4).

Fig. 4a. Courbes Saint-Cyr 1650-1720.

Fig. 4b. Données de la paroisse de Saint-Cyr (1685-1720).

Tableau 4. Données de la paroisse de Saint-Cyr (1650-1720).

24Il apparaît que la ville d’Issoudun a connu au moins cinq épisodes de très forte mortalité. Les plus violents sont les deux grandes crises de la fin du règne de Louis XIV, 1693-1694 et 1709-1710 et celle que les historiens appellent la crise de l’Avènement en 1661 et 1662. Vient ensuite la Fronde qui a connu des développements particuliers en Berry et une épidémie de variole qui a emporté de nombreux jeunes enfants en 1658. Soit cinq phases qu’il convient maintenant d’examiner.

La Fronde

25La première crise de mortalité que nous enregistrons, dans le cadre chronologique que nous nous sommes fixés, correspond aux trois années de Fronde en Berry, 1650 1651 et 1652. La cause première de cette crise est la guerre. Le passage de troupes, sur un territoire fût-il en dehors d’une zone d’affrontement, a toujours été source de désordres. Violences, pillages et maladies progressent et se répandent avec les soldats.

26En 1650, le prince de Condé entre en conflit avec la cour et est arrêté. Dans les provinces, ses partisans se soulèvent. En Berry, dont il est gouverneur et où il détient des biens considérables, dont la formidable forteresse de Montrond, son lieutenant, le marquis de Persan, rassemble des troupes dans le plus grand désordre. Faute de moyens pour subvenir à leurs besoins, il les disperse dans les différents châteaux de la région. L’année suivante en octobre, une armée royale vient assiéger la forteresse qui ne capitulera qu’en septembre de l’année 1652.

  • 13 Marcelle 1994, 410.
  • 14 Marcelle 1994, 489.
  • 15 Duc & Dupré 1891, 41.

27Sans pouvoir les quantifier, c’est très certainement la région autour de Saint-Amand qui subit le plus de dégâts. Crognet, le curé de Lignières, rapporte : “En cette année (1652), la disette de blé a été grande, ayant valu jusqu’à 55 sous le boisseau de seigle. Les pauvres étaient fréquents en ce lieu. Il ne se pouvait voir autre chose de plus pitoyable, ils mangeaient les troncs de choux. Les fermiers du prieuré de Saint-Hilaire donnaient du pain jusqu’à 5 000 pauvres par jour et cependant il en mourrait beaucoup dans les rues. Il en a été ensépulturé jusqu’à 12 par jour à Saint-Hilaire. Et moi à Lignières j’en ai ensépulturé jusqu’à 5 par jour13”. Il poursuit : “Au mois de juin 1652, j’ai ensépulturé 59 corps, plusieurs ont été enterrés par les villageois au pied des croix, dans les chemins. Ils étaient atteints de maladie de tête, saignement de nez, fièvre chaude, pourpre et délire. En ce moi de juillet 1652, j’ai inhumé 71 corps, plusieurs ont été ensépulturés dans les chemins proches les croix par des villageois qui ne veulent pas prendre la peine de les ensevelir ni faire fosses dans les cimetières. Parmi les lieux circonvoisins, le peuple meurt plus fréquemment que dans ma paroisse14”. Gille Duc explique quant à lui qu’une partie des habitants de Saint-Amand qui ont fui leur ville et les combats, se sont réfugiés à Lignières où l’augmentation de la population va de pair avec celle des inhumations. Il écrit : “Il falloit qu’il y eût une grande quantité de pauvres habitants réfugiés en cette ville, puisque depuis, le 5 novembre 1651 jusqu’à la reddition de Montrond le 10 septembre 1652, on enterra dans l’église et dans le cimetière de Linières plus de 200 personnes sans maladies contagieuses” et il ajoute confirmant les dires de Crognet : “Outre la guerre, la famine étoient encore dans le pays : il mourut une quantité de personnes de côté et d’autre dans les villages des environs, qu’on enterra auprès des croix pour éviter la peine de les porter au cimetière15”.

  • 16 AC Issoudun GG 18.
  • 17 AD Indre H 592 p 47.

28Issoudun n’est pas épargnée. Fidèle au Roi, la ville ferme ses portes aux partisans du prince contrairement à Bourges qui adopte une position plus flottante. Mais, surtout elle est victime d’un terrible incendie : “Le 21 septembre 1651, entre six et sept heures du soir commença derrière le couvent des filles de Sainte-Marie le feu qui en deux heures embrasa les maisons de toutes les rues jusqu’à la rivière forcée. Celle du Sieur Guillot maître des eaux et forêts fut préservée miraculeusement par le Saint-Sacrement”, une description est portée en marge du registre paroissial de Saint-Cyr16. Léonard Fleury, frère du couvent des Minimes d’Issoudun, rapporte pour sa part qu’ :“En cette année le jour ou la nuit suivant la Saint-Mathieu le feu prit en la ville d’Yssoudun et brûla grand nombre de maisons paroisse Saint-Jean et delà courue et brûla presque toutes celles de la rue Vilatte où il s’étendu beaucoup en long et en large17”. L’incendie coûta la vie à une soixantaine de personnes. La première hypothèse de l’équipe de fouilles, lorsqu’elle a découvert les trois premières fosses à sépultures multiples, était que nous étions en présence des victimes de l’incendie. Cette hypothèse a été rapidement écartée en raison des données stratigraphiques.

29Avec la Fronde, nous sommes en face d’une crise majeure où guerre, disette, maladies et incendie, se conjuguent pour emporter en trois années plus de 2350 habitants de la paroisse Saint-Cyr d’Issoudun. En 1650 on enregistre les décès de 670 personnes. Il convient de noter qu’il manque les données du mois de novembre. En en tenant compte, on dépasserait les 700 décès sur l’année, ce qui placerait l’année 1651 dans les 6 plus mauvaises années recensées dans la période considérée. Le mois de septembre est particulièrement meurtrier, ce sont 164 personnes qui disparaissent, soit une moyenne quotidienne de 5,46. L’année suivante, celle du grand incendie, la mortalité est en très léger recul avec 657 décès. La répartition est en revanche un petit peu différente. La mortalité sur les 6 premiers mois de l’année avoisine ou dépasse les 40 morts mensuels et semble plus élevée que celle que l’on rencontre habituellement. Le pic se situe à l’automne comme il se doit, en septembre et en octobre avec 110 et 113 morts. Des chiffres en retrait par rapport à ceux de l’année précédente, et dans lesquels il faut tenir compte de la soixantaine de personnes qui ont péri de mort violente dans l’incendie du 21 septembre ou des suites de leurs blessures. Enfin pendant les deux derniers mois de l’année avec 65 et 60 morts, la mortalité, sans être exceptionnelle est assez élevée. Sans pouvoir établir de corrélation directe, cette fin d’année 1651 correspond au démarrage des opérations de siège autour de la forteresse de Montrond.

30L’année 1652 est encore plus dramatique, il meurt 1052 personnes à Saint-Cyr. Les neuf premiers mois de l’année sont occupés par les opérations militaires autour de Montrond. C’est pendant cette période que la présence militaire pèse le plus sur les populations berrichonnes. Les troupes royales qui bloquent la forteresse, arrivées dans le courant de l’automne 1651, se répandent et se nourrissent sur le pays pendant les longs mois que dure le siège. Le poids de leur présence sur les paroisses rurales, se répercute aussi sur une ville comme Issoudun. Pendant les 6 premiers mois de l’année, mars excepté, on enregistre une mortalité plus élevée que la moyenne avec 71 décès en janvier, 55 en février, 54 en avril, 66 en mai et 72 en juin ; seul mars avec 33 morts fait exception. Les cinq mois suivants, on assiste à l’habituelle dégradation saisonnière avec 99 morts en juillet, 120 en août, 164 en septembre, puis 116 et 117 en octobre et novembre. Et en décembre le chiffre reste assez élevé, bien que l’on n’enregistre que 60 décès.

31Cela dit, il ne semble cependant pas que ce soit à cet épisode qu’il faille attribuer les fosses découvertes lors de la fouille. D’un point de vue archéologique tout d’abord, si comme nous le pensons, les remblais des effondrements de carrières dans lesquels certaines des sépultures ont été creusées, sont formés par les résidus de l’incendie de 1651, des fosses ouvertes dans ces apports récents auraient présenté un aspect assez instable avec des désordres provoqués par les tassements du terrain, ce qui n’est pas le cas. Il apparaît par ailleurs, que l’on est en présence d’une crise longue où l’on enregistre des nombres de décès mensuels élevés sur l’ensemble de la période. Dans cette crise, les plus mauvais mois sont ceux de septembre 1650 et 1652 avec environ 160 morts ce qui nous donne une moyenne quotidienne de près de 5,3 décès. Ce chiffre ne nous semble pas suffisant pour justifier l’existence de fosses telles que celles qui ont été découvertes en 2002.

Lépidémie de variole de 1658

  • 18 Marcelle 1994, 237.
  • 19 AD Indre, H 592 p. 52

32L’épisode suivant survient en 1658. Lorsque M. Gerbier nous a transmis ses données, cette crise a immédiatement paru être l’une des pistes à retenir pour expliquer les fosses multiples découvertes sur le site. En effet, six années seulement après la fin de la Fronde et la terrible année 1652, on enregistre la mort de 703 personnes. Contrairement à la période précédente où l’on constatait une mortalité soutenue sur l’ensemble de l’année avec la classique accentuation en fin d’été, on assiste en 1658 à une véritable explosion du nombre de morts à la fin de l’été. L’épidémie éclate au mois d’août (113 morts), atteint son paroxysme en septembre (235 morts) continue de sévir en octobre (99 morts), pour commencer à refluer en novembre (41 morts). Cette épidémie est l’une des rares pour laquelle le vecteur soit clairement identifié. Il s’agit de la variole. Grognet, le curé de Lignières, note : “Il est à remarquer qu’en cette année 1658, la petite vérole a eu cours dans les villes de Bourges et d’Issoudun et autres lieux. On fait compte à Bourges de 700 à 800 morts ; le même nombre est à déplorer à Issoudun. En plus beaucoup de grandes personnes, plus ou moins avancées en âge sont aussi mortes de ce poison. Lignières a été garantie par la grâce de Dieu18”. Et Léonard Fleury, le frère du couvent des Minimes d’Issoudun, écrit dans son journal : “… La petite vérole a eu généralement cours parmy les petits enfants à Yssoudun cette année aussi bien qu’ailleurs elle y a imposé plus de [le chiffre est resté blanc]… Sur la fin de l’été et au commencement de l’automne les fièvres ont attaqué les grandes personnes si généralement qu’il ny a de maison en cette ville qui ny ait été exempté…”. Cette épidémie a peut être été favorisée par les conditions climatiques particulières dont il se fait l’écho : “… L’Yvers a été fort rude et long cette année là. Les neiges 4 ou 5 semaines sur les terres. Le printemps beaucoup pluvieux. L’été fort chaud et sec.”19. Cette épidémie emporte les immatures dans des proportions massives : 93 % en août, 91 % en septembre et encore 85 % en octobre.

33Un dépouillement journalier des décès pour les mois de crise a été entrepris afin de voir quelle était la répartition quotidienne de la mortalité. Elle atteint ou dépasse le nombre de 10 morts par jour à 11 reprises : le dernier jour d’août, neuf jours en septembre et le premier jour d’octobre (tableau 5 et fig. 5).

Tableau 5. Décompte des décès pour l’année 1658.

34De tels chiffres peuvent justifier le recours à des sépultures multiples particulièrement au mois de septembre où la moyenne quotidienne, avec 235 morts s’établit à 7,8. Cependant, en août, avec 113 morts, elle n’est que de 3,6 et elle tombe à 3,1 en octobre avec 99 morts. Ce qui paraît assez faible. Par ailleurs cette épidémie frappe comme le dit Léonard Fleury, les jeunes enfants, c’est-à-dire ceux qui sont nés après l’épisode de la Fronde qui n’ont guère plus de 3 ans. Ces deux éléments, l’intensité de la crise et l’âge présumé des victimes de l’épidémie, nous conduisent à penser que nous ne sommes pas en présence du cas de figure qui aurait provoqué les inhumations fouillées en 2002.

La crise de lavènement

  • 20 AD Indre H 592 p. 55-56.
  • 21 Michaud 2001, 437.

35Il meurt encore pendant l’année 1659, 571 personnes à Saint-Cyr dont 122 pour le seul mois d’août, alors que la décennie suivante s’ouvre sur une nouvelle crise, causée par des conditions climatiques désastreuses, ce dont rend bien compte le journal du frère Léonard Fleury20. Ces conditions climatiques exécrables pourrissent la récolte : “Les froments ont broüy cette année en ce païs et en Berry et ailleurs en sorte que ce qu’on a cueilly n’a pu servir qu’à semer, outre ce les sauterelles ont fait bien du dégast au petit bled en plusieurs endroits”, et comme si cela ne suffisait pas, il ajoute encore : “Le Mardi de la pentecoste de cette même année la gresle fut si impétueuse et si grosse qu’elle gasta tous les bleds les vignes et endommagea entièrement les vistres tant du couvent que de notre église”. Les années suivantes, les conditions climatiques ne s’améliorent pas. Auguste Robert de Pomereu qui est nommé intendant des Généralités de Bourges et de Moulin en 1664, et qui sillonne les provinces dont il a la charge, note : “En faisant mes visittes dans la généralité de Bourges, j’ay observé en général que les peuples de cette généralité là estoient fort pauvres, la gresle de 1662 a accablé le Berry, d’une manière qu’il n’a presque pu se relever depuis. Il est mort beaucoups de monde dans toutes les paroisses, et l’on doit attribuer à la rareté des hommes et des bestiaux la quantité des terres quy sont encore incultes. Il y a un an plus d’un quart des terres n’estoient point labourées. Il y a des cantons présentement où la culture se rétablit21”.

Fig 5. La crise de mortalité journalière.

36À Issoudun et à Saint-Cyr en particulier la mauvaise récolte de 1660 se répercute l’année suivante où on enregistre à partir d’août une importante mortalité avec 142 morts. Suivent pour la fin de l’année plusieurs mois très mauvais avec plus de cent morts à chaque fois, décembre excepté où meurent quand même 92 personnes. Avec ses 776 décès, 1661 est la 4e plus mauvaise année que nous enregistrons. Et l’année 1662 commence très mal puisque l’on compte déjà 415 décès en juin, mois à partir duquel il y une rupture dans la documentation jusqu’en 1664. Il paraît peu probable, compte tenu des données journalières de mortalité pendant les plus mauvais mois de 1661 que les fosses datent de cette période. Mis à part le 5 octobre où 13 personnes sont inhumées, on n’enregistre à aucun moment un nombre quotidien de sépultures supérieur à 9, ce dernier chiffre étant atteint à cinq reprises. En revanche on ne peut exclure une mortalité beaucoup plus intense pendant les six derniers mois de l’année 1662 qui nous échappent.

37Il ne semble pas qu’il y ait eu de crise majeure pendant la période qui va de 1664 à 1684 pour laquelle nous n’avons pas de données. En revanche à partir de 1685 et jusqu’en 1720 le travail de dénombrement et de dépouillement réalisé permet d’appréhender l’incroyable violence des deux crises démographiques de la fin du règne de Louis XIV.

38En 1693 et en 1709 ce sont à chaque fois plus de 1200 personnes qui meurent, respectivement 1232 et 1244. Si l’on cumule ces chiffres avec ceux des autres paroisses, on obtient 1450 morts en 1693 (il manque Saint-Jean pour laquelle nous n’avons pas de données) et 1601 personnes en 1709 où les données sont complètes, soit 16,67 % de la population estimée en 1698. Il s’agit des deux plus mauvaises années enregistrées sur l’ensemble de la période étudiée. Ce sont aussi des crises qui durent puisque, à chaque fois, la mortalité enregistrée dans l’année qui suit reste élevée avec 717 décès en 1694 et 589 en 1710.

La Crise de 1693-1694

39Les histogrammes suivants (fig. 6) permettent de suivre l’évolution de la mortalité mois par mois de 1692 à 1694, et de comparer ces données avec la mortalité mensuelle moyenne calculée entre 1685 et 1720.

40L’année 1692, marquée par des conditions climatiques désastreuses, ne présente pas de caractère particulier. La répartition mois par mois de la mortalité ne s’écarte pas beaucoup de celle que l’on enregistre pour une année moyenne. Les conséquences de la dégradation du climat sur le taux de mortalité ne se font sentir que l’année suivante, en 1693, avec une crise qui commence au début de l’automne. En effet la mortalité mensuelle pendant les huit premiers mois de l’année est proche des moyennes mensuelles. Elle augmente significativement en août pour exploser complètement en septembre et octobre où l’on dénombre le décès de 279 puis 343 personnes. Le nombre de morts recule ensuite pour les deux derniers mois de l’année, sans véritablement refluer puisque l’on compte encore 168 puis 160 morts, soit 950 pour les quatre derniers mois de l’année. La crise s’installe ensuite dans la durée puisque pendant les huit premiers mois de l’année 1694 les chiffres mensuels restent très élevés.

41Les résultats de ces dénombrements indiquent clairement que l’on est en présence d’une crise majeure. Les 622 morts dénombrés pendant les deux plus mauvais mois de septembre et octobre représentent une moyenne quotidienne de 10,2 individus. De fait, les dénombrements quotidiens réalisés sur les quatre derniers mois de l’année 1693 révèlent que le nombre de morts a atteint ou dépassé le chiffre de la dizaine à 34 reprises. Le paroxysme de la crise se situe à la fin du mois de septembre et pendant les quinze premiers jours d’octobre (tableau 6 et fig. 7).

42Pendant toute la durée de la crise les registres sont bien tenus. Il ne semble pas que le clergé de Saint-Cyr ait été à aucun moment débordé par l’ampleur de la tâche à laquelle il lui fallait faire face. Pour les mois de septembre et octobre, où les actes de décès ont été systématiquement dépouillés, la signature de deux vicaires apparaît : Babin et Ferret, ce dernier officiant pratiquement seul du 6 septembre au 1er novembre. Le fossoyeur, le cordonnier Michel Ledoux, titulaire de la ferme du cimetière, est systématiquement présent, associé soit à Jean Soulat, soit à Philippe Soulogne. Généralement ces derniers travaillent un ou deux jours de suite, même s’il arrive qu’ils se relaient un même jour. On peut légitimement penser que pendant ces semaines où ils devaient procéder chaque jour à l’inhumation de plus d’une dizaine de corps, ils ne creusaient pas une fosse pour chacun des individus mais plutôt une seule pour tous les corps.

Fig. 6. Évolution de la mortalité de 1692 à 1694.

Tableau 6. Enregistrement du nombre de décès du mois de septembre au mois de décembre 1693.

Fig 7. Mortalité quotidienne au paroxisme de la crise de 1693.

43Au début de la crise, ce sont en grande majorité les jeunes qui meurent, à plus de 71 % en septembre et à 66 % en octobre, mois les plus meurtriers. Les mois suivants, le rapport entre adultes et immatures tend vers un rééquilibrage avec 48 % d’adultes en novembre et 49 % en décembre. En comparant ces résultats avec ceux obtenus pour les précédentes crises, on constate une profonde différence avec l’épidémie de variole de 1658, et en revanche une certaine proximité avec celle de l’Avènement.

44Grâce à la meilleure qualité de l’enregistrement, par rapport aux années 1650 et 1660, le sexe et l’âge des immatures sont désormais connus (tableau 7). Sur les 622 personnes décédées en septembre et octobre 1693, l’âge et le sexe de 14 enfants seulement nous échappent. Il est ainsi possible de classer les 608 autres en fonction des critères d’âge que retiennent les anthropologues (cf. la contributin de D. Castex dans ce volume), afin de permettre une comparaison entre cette population et celle qui est inhumée dans les fosses.

Tableau 7. Données concernant la répartition par âge et par sexe pour la crise de 1693.

  • 22 Michaud 2001, 215-216.

45Dey de Séraucourt jugeait que les habitants de l’élection d’Issoudun étaient plus dynamiques que les autres berrichons : “les gens de ce canton en entendent mieux le commerce que les autres, et se relèvent avec plus de courage dans les mortalités et les pertes qui leur arrivent22”. Il est difficile, faute d’étude sur l’ensemble du Berry de comparer l’évolution de la démographie à Issoudun entre les deux crises de la fin du règne de Louis XIV. Mais les chiffres traduisent un dynamisme incontestable. Dès 1694 le nombre des mariages augmente ; il s’accroît dans les années immédiatement consécutives à la crise et reste élevé pendant presque toute la période. En 1695 les naissances sont plus nombreuses que les morts et leur nombre ne cesse de croître au cours des années qui suivent. Un accident survient en août et septembre 1699, où une épidémie fauche près de 200 enfants dont les plus âgés ont trois ans. C’est la seule année avant 1709 où le solde naissances décès soit déficitaire. Cette crise passée, la population d’Issoudun continue d’augmenter. Ainsi entre 1701 et 1709 le nombre de feux inscrits dans les rôles de la capitation passe de 2014 à 2252 à la veille de la crise démographique consécutive au Grand Hiver. Cette augmentation de 238 feux n’est certainement pas imputable à la seule croissance naturelle de la population. Une part d’elle est très certainement causée par l’installation à Issoudun de nouveaux foyers. Une étude plus fine des différents rôles conservés et de la nuptialité à cette époque permettrait de débusquer cette nouvelle population. Ces chiffres attestent de toute la vitalité de la ville pendant les quelques quinze années qui séparent les deux grandes crises.

La crise de 1709 à Issoudun

46Par son allure générale, l’histogramme de 1709 ressemble à celui de 1693 (fig. 8). Ce n’est pas pendant l’hiver, malgré le froid épouvantable, que l’on compte le plus de morts. Une nouvelle fois c’est à la fin de l’été et au début de l’automne que la crise de mortalité éclate. Elle est plus violente dans son démarrage que la précédente. En août ce sont 188 personnes qui trouvent la mort, puis 368 en septembre et 247 en octobre. Elle semble en revanche s’atténuer plus vite, puisque le nombre de décès tombe à 117 puis à 72 en novembre et décembre. Les chiffres de 1710, montrent que la mortalité a continué a être plus élevée que la moyenne tout au long de l’année (589 morts) mais on reste en deçà du nombre de morts enregistré en 1694.

47Pendant les trois mois où la crise bat son plein, août, septembre, et octobre on compte 38 jours où l’on enregistre au moins 10 morts (tableau 8). Le record est atteint le 13 octobre avec 23 inhumations, alors que le 10 septembre 20 décès avaient été enregistrés. Les registres n’indiquent pas directement l’existence de sépultures multiples. Parfois deux enfants appartenant à la même famille et inhumés le même jour font l’objet d’un seul acte : c’est le cas des filles du journalier Gilles Byé, Anne et Marie, de 4 et 11 ans, inhumées le 27 août 1709. C’est le cas aussi de ces trois enfants inconnus enterrés le 24 août 1709. Mais il est fort probable que les deux fossoyeurs, Michel Gaudin et Jean Soulat qui sont seuls pour faire face tout au long de la crise à tous les enterrements ne creusent pas une fosse pour chacun des individus apportés au cimetière pendant les dix derniers jours d’août et les quinze premiers de septembre où rarement moins de 10 personnes meurent par jour. Ils doivent en creuser une qu’ils remplissent avec les corps déposés au cimetière, puis en ouvrent une nouvelle. Ces fosses correspondent-elles exactement à un nombre de sépultures enregistrées en une journée ou arrive-t-il qu’elles restent ouvertes une nuit avant d’être complétées puis remblayées ?

Fig. 8. Données sur la mortalité mensuelle en 1709-1710.

Tableau 8. Enregistrement des décès entre le mois d’août et octobre 1709.

48Dans la population victime de cette mortalité, la répartition entre les adultes et immatures est assez différente de celle rencontrée pendant la précédente crise. Un dépouillement systématique des registres paroissiaux a été réalisé entre le 1er août et le 30 octobre, cette dernière période correspondant au moment le plus terrible de la crise. Pour les 801 personnes dont les noms ont été dépouillés entre le 2 août et le 30 octobre 1709, ont est en mesure de donner l’âge et le sexe de 774 d’entre elles qui se répartissent ainsi que le tableau suivant l’indique (tableau 9).

Tableau 9. Données concernant la répartition par âge et par sexe pour la crise de 1709.

49La comparaison avec les résultats obtenus en 1693 montre une différence entre les deux crises. Les pourcentages des quatre premières classes d’âges augmentent, ce qui correspond au nombre plus important d’immatures qui succombent.

50Après la grande crise de mortalité de 1693 et 1694, nous avions assisté à une belle reprise. Ce n’est pas le cas après celle-ci. L’année 1710 est une mauvaise année, avec 589 morts. Elle est suivie par une année de répit avec seulement 298 décès. Mais viennent immédiatement après deux années franchement mauvaises en 1712 et 1713, avec respectivement 534 et 717 morts, accompagnées par un nouvel effondrement du nombre des naissances. Ce n’est qu’à partir de 1714 que s’amorce la reprise. Mais cette dernière est perturbée. Notre étude se termine sur deux années négatives, où l’on reste cependant en deçà des 600 morts. Au cours de cette décennie, les mauvaises années sont marquées par une mortalité un peu plus élevée que la moyenne et étale sur l’ensemble de l’année. Le chiffre mensuel de 100 morts n’est atteint et dépassé qu’une seule fois, en août 1719 (160 décès enregistrés). Il paraît donc très peu probable que les sépultures multiples fouillées en 2002 dans le grand cimetière d’Issoudun, datent de l’une ou l’autre de ces années.

Conclusion

51En conclusion, il convient de revenir d’une part sur les limites de cette étude et d’autre part sur les perspectives qu’elle ouvre.

52Les limites tout d’abord : les données archéologiques obtenues lors de la fouille ont permis d’établir que les sépultures multiples étaient postérieures à 1650. Il n’a hélas pas été possible de donner une date qui ferme la fourchette chronologique. Le seul terminus certain est celui de la fermeture et de l’abandon du cimetière à la fin du xviiie siècle. Il n’était matériellement pas possible de traiter une période de quelques 150 années. Il a fallu faire des choix. Nous avons fixé de manière arbitraire la date de 1720 pour clore notre étude et sans les travaux de M. Gerbier, nous n’aurions pu prétendre couvrir les soixante et dix années qui vont de la Fronde à la fin du règne de Louis XIV. Et, encore en cumulant nos données et les siennes, nous nous retrouvons avec un trou d’une vingtaine d’années entre 1663 et 1684. Les comparaisons avec les autres paroisses de la ville ne semblent pas indiquer de crise majeure pendant ces vingt années. En revanche, la seule courbe que nous ayons qui couvre toute la période jusqu’à la Révolution, celle obtenue par Marcel Moreau pour la paroisse de Mareuil, indique que tout au long du xviiie siècle, des crises de mortalité surviennent avec une certaine régularité. Qu’en est-il à Issoudun ?

53Les sources historiques ne nous ont pas permis de trouver la cause des décès excepté dans le cas de l’épidémie de variole de 1658. Quel mal finit par avoir raison des populations affamées de 1661-1662, de 1693 et de 1709 ? Ni les chroniques des contemporains, ni les registres paroissiaux d’Issoudun n’apportent de réponse.

54Dans tous les cas il convient de garder à l’esprit qu’aussi spectaculaires qu’elles soient, les fosses à sépultures multiples fouillées ne contenaient que quelques deux cents individus alors qu’en trente cinq années, de 1685 à 1720, ce sont 15122 personnes qui ont été inhumées dans le Grand Cimetière pour la seule paroisse Saint-Cyr.

55Ces limites posées, les comptages réalisés ont permis de mettre en évidence cinq crises majeures qui se sont succédées pendant la période étudiée : la Fronde de 1650 à1652, l’épidémie de petite variole de 1658, la crise dite de l’Avènement en 1661-1662 qui nous échappe partiellement, la grande mortalité de 1693-1694 et le Grand Hiver de 1709. Pour chacune d’entre elles des dénombrements mensuels de décès ont été réalisés. À partir de l’épisode de variole et pour les suivants, nous sommes descendus à des dénombrements quotidiens pour les mois les plus meurtriers, tout en donnant une répartition du nombre de décès entre les adultes et les immatures. Enfin, pour les deux dernières crises un meilleur enregistrement des âges des immatures nous a permis de fournir une répartition des décès par classe d’âge. Nous avons aussi établi deux listes pour les personnes qui ont succombé au plus fort de ces deux crises : 639 noms du 31 août au 2 novembre 1693 et 801 noms du 2 septembre au 30 octobre 1709. En effectuant ce travail, nous poursuivions deux objectifs. Tout d’abord, trouver un épisode où le nombre quotidien de décès justifie le recours à des sépultures du type de celles qui ont été fouillées. Ensuite fournir aux anthropologues les moyens de comparer les personnes composant la population inhumée dans les fosses à celles dont les noms ont été couchés dans les registres paroissiaux par les curés de Saint-Cyr et leurs vicaires. Ces objectifs sont en partie atteints. La documentation réunie permet une première confrontation entre les données archéologiques et historiques, plus particulièrement pour les deux crises les plus violentes, celles de 1693 et de 1709. En fonction des questions qui naîtront de cette confrontation, il sera possible de revenir à la documentation pour approfondir tel ou tel point. De surcroît en poursuivant ces buts, nous avons réuni la matière pour l’une des premières études de démographie historique en Berry pendant le règne de Louis XIV sur une agglomération de l’importance d’Issoudun.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bluche, F. et J.-F. Solnon (1983) : La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France, le tarif de la première capitation, Genève.

Chaumeau, J. [1566] (1985) : Histoire de Berry, contenant l’origine, antiquité, geste, prouesses, privilèges des Berruyers : avec particulière description du dit païs, Argenton sur Creuse.

Chevalier, J. (1899) : Histoire Religieuse d’Issoudun depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Issoudun.

Deffens (1934) : Le journal de l’abbé de Deffens 1702-1721 par Jean de Goy, Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, 1931-1933, XLV, Bourges.

Dupâqier, J. (1979) : La population rurale du Bassin parisien à l’époque de Louis XIV, Paris.

— (1995) : Histoire de la population française, II, Paris.

Duc G. et J. B. Dupré (1890) : Mémoires Inédits pour servir à l’Histoire de la ville et des seigneurs de Linières en Berri, publiés avec une Introduction, des Notes et des Commentaires, par Lucien Jeny, Première Série, Mémoires de la Société Historique Littéraire et Scientifique du Cher, Bourges.

— (1891) : Mémoires Inédits pour servir à l’Histoire de la ville et des seigneurs de Linières-en-Berri, publiés avec une Introduction, des Notes et des Commentaires, par Lucien Jeny, Deuxième Série, Mémoires de la Société Historique Littéraire et Scientifique du Cher, Bourges.

Faucaunneau-Dufresne (1883) : “Aperçu Historique sur la ville d’Issoudun”, Revue du Centre, 5, Châteauroux.

Gassot de Priou, E. (1881) : Mémoires d’Étienne Gassot de Priou, 1691-1715, par M. le vicomte Alphonse de la Guère, Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, IX, Bourges.

Hubert, E. (1889) : Dictionnaire historique, géographique et statistique de l’Indre, Paris.

Jeny, L. (1902) : La peste et deux vœux à Notre-Dame de Liesse à Lignières-en-Berry, Mémoires de la Société Historique Littéraire et Scientifique du Cher, Bourges.

Jugand, J. (1881) : Histoire de l’Hôtel-Dieu et des établissements charitables d’Issoudun, depuis leur fondation, jusqu’à nos jours, Issoudun.

Hodeau, R. (1879) : Mémoire inédit de Me Robert Hodeau, ancien maire de Bourges, avec une introduction et une généalogie de sa Famille, par M. Paulin Riffé, Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, VIII, Bourges.

Hugoniot, J.-Y. (1987) : Guerre et démographie : le siège du château de Montrond (1650-1652), Une ville et son terroir : Saint-Amand-Montrond, colloque 28-29 septembre 1985, Saint-Amand-Montrond.

Lachiver, M. (1991) : Les années de misère, la famine au temps du Grand Roi, Paris.

Lebrun, F. (1971) : Les hommes et la mort en Anjou au xviie et xviiie siècle. Essais de démographie et de psychologie historique, Paris.

Le Prince (1902) : La faculté de Médecine de Bourges, 1464-1793, Mémoires de la Société Historique Littéraire et Scientifique du Cher, Bourges.

Marcelle, R. (1994) : L’encyclopédie historique et anecdotique de la province de Berry, Bourges.

Michaud, C. (2001) : L’intendance de Berry, édition critique des mémoires pour l’instruction du duc de Bourgogne, Paris.

Moreau, M. (1978) : La paroisse de Mareuil dans la seconde moitié xviiie, mémoire de maîtrise, Tours.

Muskieta, A. (1997-1998) : L’octroi à Bourges, mémoire de maîtrise d’Histoire Moderne, sous la direction de M. Boissière.

Néraud, J. (1922) : Les intendants de la généralité de Berry, Paris.

Nicolay, N. de (1883) : Description Générale du Païs et duché de Berry et diocèse de Bourges…, Paris.

Noblet, R. C. (2000) : État des paroisses de la généralité de Bourges par René-Charles Noblet, présentation et notes de Christian Poitou et Jean Pierre Surault, Châteauroux.

Péricard-Méa, D. (1987) : Charité et Hospitalité à Issoudun aux xve et xvie siècles, mémoire de maîtrise sous la direction de M. Bernard Guene, Université de Paris I - UER d’Histoire, Juin.

— (1990) : L’Hôtel-Dieu d’Issoudun au Moyen Âge, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, 104, Bourges.

Philippe, M. (2003) : Étude documentaire sur le Grand-Cimetière d’Issoudun, Inrap, Centre Ile de France, Pré-rapport.

Poulle, E. (2003) : Les registres paroissiaux de Saint-Outrille-le-Château et de Saint-Médard de Bourges 1668-1718, rapport de stage au Service Archéologique du Conseil Général du Cher.

Perrot, M. (1895) : Journal de Mathieu Perrot, chanoine prébendé de la Cathédrale de Bourges, 1662-1703, par Henry Ponroy, Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, 20, Bourges.

Poitou, C. (1997) : Paroisses et Communes de France, dictionnaire d’histoire administrative et démographique, Indre, Paris.

Raynal, L. (1882) : Ordonnance sur la Police de la Ville d’Issoudun en 1578, Mémoires de la Société des Antiquaire du Centre, 10, Bourges.

Risselin-Nin, C. et O. Ruffier (1990) : Le rempart médiéval d’Issoudun, Étude topographique, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, 101.

Rossilo, A. (1978) : Rapport de Sauvetage, au 62 rue Grand Saint-Paterne, autorisation 77/53 au 24.11.77, par Alfred Rossilo, manuscrit, SRA Centre.

Royet, E. (1857) : Notice sur l’abbaye de Notre-Dame d’Issoudun, Compte Rendu des Travaux de la Société du Berry à Paris, Paris.

Thomas de la Thaumassière, G. [1689] (1865) : Histoire de Berry, par Gaspard Thaumas de la Thaumassière, II, Bourges.

Werth, P. (1983) : Issoudun à la fin de l’ancien régime, Issoudun.

Notes

1 Philippe 2003.

2 Dupâquier 1979.

3 Chaumeau 1985, 254-256.

4 Nicolay 1883, 217.

5 Thomas de la Thaumassière 1865, 137-167.

6 Michaud 2001, 438.

7 Michaud 2001, 216-217.

8 Michaud 2001, 218.

9 AC Issoudun – 67 - 1701.

10 AC Issooudun GG 23.

11 AC Issoudun GG 23

12 AC Issoudun GG 31 à GG 63.

13 Marcelle 1994, 410.

14 Marcelle 1994, 489.

15 Duc & Dupré 1891, 41.

16 AC Issoudun GG 18.

17 AD Indre H 592 p 47.

18 Marcelle 1994, 237.

19 AD Indre, H 592 p. 52

20 AD Indre H 592 p. 55-56.

21 Michaud 2001, 437.

22 Michaud 2001, 215-216.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Sépulture multiple d’Issoudun (Berry, France). Fouille Inrap, Blanchard et al. 2002, cl. F. Porcell.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Tableau 1. Données provenant des différentes paroisses d’Issoudun.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Tableau 2. Dénombrement des décès sur l’ensemble des paroisses de la ville.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Tableau 3. Données obtenues pour l’année 1698 (AC Issoudun GG 41).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 2. Photo Archive communale d’Issoudun GG 23.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 3. Photo Archive communale d’Issoudun GG 52 f 79.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 4a. Courbes Saint-Cyr 1650-1720.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 4b. Données de la paroisse de Saint-Cyr (1685-1720).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Tableau 4. Données de la paroisse de Saint-Cyr (1650-1720).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Tableau 5. Décompte des décès pour l’année 1658.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig 5. La crise de mortalité journalière.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6. Évolution de la mortalité de 1692 à 1694.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Tableau 6. Enregistrement du nombre de décès du mois de septembre au mois de décembre 1693.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig 7. Mortalité quotidienne au paroxisme de la crise de 1693.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Tableau 7. Données concernant la répartition par âge et par sexe pour la crise de 1693.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 8. Données sur la mortalité mensuelle en 1709-1710.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Tableau 8. Enregistrement des décès entre le mois d’août et octobre 1709.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Tableau 9. Données concernant la répartition par âge et par sexe pour la crise de 1709.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/723/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Inrap CIF, Bourges

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search