Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Deuxième partie. Les cités

Questions stratonicéennes

Pierre Debord

Texte intégral

1. Encore les origines de Stratonicée

  • 1 Robert 1937, 304 à partir de IK, 21-Stratonikeia, 15, 1. 2 : τῆς αὐτόχθονος καὶ μητροπόλεως τῆς Κα (...)
  • 2 Debord 1994, 117 et déjà Şahin 1976, 33 sq.

1L’histoire d’une cité antique ne peut être envisagée que globalement : certains faits prennent toute leur signification éclairés par d’autres qui paraissent pourtant être forts éloignés dans le temps. Ainsi L. Robert1 dans un développement sur l’autochtonie des cités note sans commentaire : “Il est plus extraordinaire que le titre d’autochtone soit revendiqué par une ville comme Stratonicée de Carie”, mais ce trait s’explique justement par les origines de Stratonicée que le texte de Strabon, par son ambiguïté, a plutôt contribué à obscurcir2 et qu’il faut réinterpréter à la lumière des inscriptions de Sekköy. Cette “fondation macédonienne” est en réalité le produit du synoecisme de poleis cariennes avec une adjonction apparemment très minime de Macédoniens. Quelle en est la date ?

  • 3 Robert & Robert 1955, 553-568.
  • 4 IK, 22.1-Stratonikeia, 1030.
  • 5 Sachs & Hunger 1989, no 253 ; cf. Kuhrt & Sherwin-White 1991, 78 n. 29.
  • 6 Publiée aussi dans IK, 8-Magnesia am Sipylos, 1,11. 8-9 : διὰ τὸ τὸμ πατέρα αὐτού θεὸν Ἀντίοχον κα (...)

2En 1955, L. Robert3, éditant un document daté de la 9e année de Ptolémée, reprenait le dossier de la fondation de Stratonicée. Sa prise de position vigoureuse en faveur d’Antiochos Ier n’a pas été remise en cause. Pourtant la question mérite d’être réexaminée à la lumière d’informations nouvelles. Tout d’abord la publication d’une inscription datée du règne d’Antiochos et de son fils Antiochos, dans la 44e année de l’ère séleucide. Le libellé montre que la communauté de Koliorga (et aussi celle de Hiérakômè ?) est encore autonome, et par conséquent Stratonicée n’existe pas encore à ce moment4. Si l’on maintient comme fondateur Antiochos Ier, cela ne laisse ouverte qu’une période assez brève : de 268 à 261, pour laquelle on ne sait à peu près rien sinon que les deux dernières années furent particulièrement difficiles pour le Séleucide. Il ne faut donc pas écarter sans examen l’autre possibilité : le règne d’Antiochos II et plus particulièrement sa fin. On sait depuis peu que la reine Stratonice, éponyme de la cité, est morte à Sardes à la fin de 2545 (son fils Antiochos règne jusqu’en 246). Elle mérite alors pleinement le surnom de thea que lui attribue IK, 24.1-Smyrna, 5736, peut-être en “miroir” avec le surnom de theos de son fils. On observera aussi que 253 marque la fin des hostilités avec les Lagides et ouvre une période de paix propice à des réformes intérieures et donc à la sédentarisation de vétérans, et nous verrons plus loin que la fondation de Laodicée du Lycos est généralement attribuée à Antiochos II.

3Autre information indirecte à prendre en compte : que sait-on des différentes Stratonicée ? Comme souvent la notice d’Étienne de Byzance est confuse dans l’état où elle nous est parvenue :

4Στρατονίκεια· πόλις Μακεδονίας πλησίον Καρίας κέκληται δὲ ἀπὸ Στρατονίκης τς Ἀντιόχου γυναικός ό πολίτης Στρατονικεύς·ἐκτίσθη δὲ ὑπὸ Ἀδριανοῦ καὶ Ἀδριανούπολις ὠνομάσθη ἔστι καὶ ἔτερον πολίχνιον πρὸς τῷ Ταύρῳ.

  • 7 Robert 1962, 42-43 suggère que le début de la notice est le produit d’une mauvaise lecture par Éti (...)
  • 8 Cf. IK, 22.1-Stratonikeia, 508.
  • 9 Str. 14.2.25, définie là comme un polichnion πρὸς τῷ Ταύρῳ, information reprise à l’identique par (...)
  • 10 Jones 1971, 217-218. Fondation de Séleucos Ier si l’on combine les minces indications d’Appien, Sy (...)
  • 11 Robinson 1954, 1-7.
  • 12 C’est cette dernière qui prend ultérieurement le nom d’Hadrianopolis.
  • 13 Robert 1962, 255-257.

5Même si elle n’est pas mentionnée par Étienne7, il existe effectivement une Stratonicée de Macédoine8. Deux Stratonicée sont bien connues en Mysie et en Carie. Deux autres ne sont attestées que par de simples mentions : un polichnion proche du Taurus9 et celle de Mésopotamie10. Stratonicée de Mysie – ou du Calque – mérite une particulière attention puisque le problème de ses origines se pose aussi à son propos. L. Robert après avoir opté résolument pour une fondation par Antiochos Ier, revient en 1962 sur la question à la suite de la réattribution des monnaies de Stratonicée au nom d'Eumène à Eumène III (c’est-à-dire Aristonicos) et non à Eumène II11. Il laisse désormais ouvert le débat, Stratonicée du Caïque12 ayant pu être nommée d’après Stratonice, femme d’Eumène II, comme l’avaient supposé nombre de ses prédécesseurs aussi bien qu’en l’honneur de la femme d’Antiochos Ier13. Tout ce que l’on peut dire, c’est que cela laisse une latitude comparable concernant Stratonicée de Carie. En effet, dans le cas de Stratonicée du Caïque il était impossible d’attribuer la fondation à Antiochos II dans la mesure où l'on sait qu’en 263 la région avait échappé aux Séleucides au profit des Attalides. Il ne subsiste ainsi aucune attestation non équivoque en faveur du premier des Antiochos, qui aurait conduit à choisir, par contrecoup, comme le faisait L. Robert, la date haute pour la Stratonicée carienne.

2. L’urbanisme stratonicéen

  • 14 Le livre de Trémaux a été publié sans date. L. et J. Robert, Carie, II, 63 et n. 8, placent le voy (...)
  • 15 Tirpan 1998, plan 1.
  • 16 Str. 14.2.25 : ἐκοσμήθη δὲ καὶ αὕτη κατασκευαῖς πολυτελέσιν ὑπὸ τῶν βασιλέων
  • 17 Dédicace par un certain Minnion fils de Léon, petit-fils de Minnion d’une colonne et de l’architra (...)
  • 18 Robert 1937, 523.
  • 19 Photo dans Varinlioglu 1994, 189-191 et sa fig. 2 (prise dans la partie septentrionale du site).
  • 20 Robert & Robert 1955, 554.
  • 21 Deux d’entre elles sont connues depuis longtemps IK, 22.1-Stratonikeia, 1003 et 1004 avec le comme (...)

6En l’absence de fouilles menées avec suffisamment d’ampleur, l’urbanisme de Stratonicée est très mal connu et le premier plan de la ville que nous possédions remonte au milieu du xixe s. Il est dû à P. Trémaux14 et a le mérite de donner, outre l’emplacement des monuments repérables (au premier rang desquels le Sarapieion), une esquisse du tracé septentrional de la muraille (fig. 1). On le comparera au croquis produit par A. Tirpan (fig. 2)15. Les vestiges hellénistiques apparents sont peu abondants et pourtant Strabon, la définissant comme une fondation macédonienne, ajoutait qu’elle “avait été dotée par les rois d’une parure architecturale somptueuse”16. Un théâtre avait été construit dès le iie s. au moins17. L. Robert pense qu’il remonte aux débuts de la cité, au iiie s.18. C’est de cette époque que date une fortification non encore étudiée19. Voici ce qu’écrivent J. et L. Robert20 : “Au sud de la ville, la colline où est creusé le théâtre s’élève en pente raide ; au sommet, un rempart, avec une séries de tours, avec une porte, suit sur toute la longueur la crête de la colline”. Les tours de cet ensemble défensif sont mentionnées dans trois inscriptions courtes mais riches d’enseignements21.

  • 22 Ou semble-t-il une localisation : Varinlioglu faisait observer ajuste titre (loc. cit., 190) que l (...)

7Elles sont distinguées à la fois par des nombres ordinaux22 et par des épisèmes (ceux connus à ce jour : massue, Héraklès, trépied delphique) et associées à des quartiers qui se définissent à la fois par des rues et des édifices. Parmi les principales informations concernant l’urbanisme relevons :

  • 23 Robert 1937, 532.

8— Dans le no 1003 la rue qui va du tripylon (porte à trois arches) à une autre rue. L. Robert23 note que ce nom se rencontre aussi bien pour une porte de ville que par exemple pour la porte monumentale de l’agora. La deuxième solution paraît plus vraisemblable à la haute époque hellénistique. Dans cette même inscription le terme qui désigne la rue est plateia, ce vocable est banal à l’époque impériale pour mentionner une avenue. Il est intéressant de le voir employé ici pour caractériser l’urbanisme d'une cité hellénistique, fondation nouvelle de surcroît (mais cf. infra).

  • 24 Wilhelm 1909, 183-187 ; 1924, 116-117.
  • 25 IK, 24.1-Smyrna, 613a, b, c avec un commentaire p. 108 (en particulier sur le terme ἄμφοδον). Les (...)
  • 26 Philon de Byzance, édité et traduit par Garlan 1974, 310 (C 23) ; commentaire 382 ; cf. du même 19 (...)
  • 27 C 29 à rapprocher d’Énée le Tacticien, 3.4.6 (ῥυμάρχαι à la tête de chaque ῥύμη, “îlot”).
  • 28 Jouguet 1911, 282-291 ; Buck 1922, 111-118 ; Rink 1924, 14-15 (les amphodarques s’occupent du main (...)
  • 29 Robert 1980, 152-157.
  • 30 Robert 1980, 157.
  • 31 Robert 1980, 152.
  • 32 Robert 1939, 602 (réinterprétant SEG, 2, 1924, 839).

9— Le no 1004 atteste une organisation par quartiers, ἄμφοδα24. Par comparaison avec les inscriptions de Smyrne publiées ou commentées par Ad. Wilhelm et rééditées par G. Petzl25, il s’agit d’une organisation à caractère militaire, mais peut-être pas exclusivement. En effet le terme est employé par Philon de Byzance26 pour désigner une rue, mais on ne donnera pas un sens “linéaire” au terme, puisqu’il faut entendre la voie de circulation, éventuellement fermée par des portes, les maisons attenantes et aussi les ruelles adjacentes. Les habitants sont placés sous la responsabilité d’un amphodarque27. Ces termes sont bien attestés (en Égypte particulièrement28) et P. Jouguet démontre qu’il s’agit alors de circonscriptions administratives et fiscales dont il fait l’équivalent des kômai dans la campagne. L. Robert29 revient à nouveau sur le sujet en opposant les deux termes amphodon et plateia, pour lesquels il réitère, différant en ce point de Y. Garlan, les traductions respectives par “quartier” et “avenue”. En fonction des nuances qu’apporte chacun des deux auteurs on pourrait se demander s’il ne s’agit pas d’une simple querelle de mots, le vocable amphodon étant en définitive intraduisible sauf à expliquer la traduction par une large périphrase. En revanche il me semble que la vraie question qui est posée est celle de la structure même de ces fondations hellénistiques dont L. Robert propose une vision peut-être un peu trop moderniste : “Stratonicée a certainement été bâtie sur un plan régulier ; elle avait de larges avenues se coupant à angle droit”30. C’est donc l’idée d’ouverture, de libre circulation qui est privilégiée. Le texte de Philon suggère un autre angle d’analyse. Le point de vue est certes réducteur dans la mesure où il s’agit de contrer un éventuel raid ennemi sur la cité. Encore fallait-il que l’urbanisme réel permît l’application des mesures théoriques. L’idée forte paraît alors être plutôt le cloisonnement que l’ouverture pour se prémunir contre l’action inopinée de l’ennemi : il s’agit de constituer des “caissons étanches” – que l’on désigne par le terme de quartier ou de rue – susceptibles de freiner localement (avec une force “territoriale” supplétive) l’avance de ceux qui se seraient introduits par surprise au sein de la ville. Les parallèles allégués par L. Robert31 sont majoritairement d’époque impériale, il observe qu’à Damas32 l’inscription suivante : Ἀθῆνα ἀμφόδου Σαυαρηνῶ[ν] se trouve “sur la clef de voûte de l’arc donnant accès à un quartier”. Il me paraît évident qu’un relief accidenté comme celui de la partie méridionale de Stratonicée facilitait ce type de cloisonnement (sans que cela exclue pour autant l’établissement d’un plan régulier. On pensera par exemple à celui de Priène). Une étude approfondie de l’urbanisme stratonicéen reste à réaliser, mais des exemples similaires pourraient être proposés sur des sites comparables par leur disposition topographique. C’est ce que l’on peut montrer, me semblet-il, pour Orthosia.

  • 33 Cf. les exemples réunis par Robert 1939, 730 ou encore Robert 1980, 152 sq. citant Roussel 1942-19 (...)

10Les sanctuaires servent implicitement ou explicitement de moyen d’identification des ἄμφοδα. C’est là un trait commun à la plupart des cités pour lesquelles on possède une information33. Dans le cas de Stratonicée cela offre l’intérêt de nous indiquer quels sanctuaires existaient dès la période d’aménagement initial.

  • 34 IK, 22.1-Stratonikeia, 1101 (avec de multiples éditions ou études, cf. par ex. LSAM, no 69).
  • 35 Laumonier 1958, 285 ; cf. déjà 1934, 85-87.
  • 36 Dunand 1973, 3, 42-44.
  • 37 Robert & Robert 1955, 555-568.
  • 38 SNG von Aulock 8150 sq. : coiffure d’Isis accompagnant comme symbole secondaire l'aigle du revers (...)
  • 39 Debord 1994, 111 et 118-119.
  • 40 Nous reviendrons ailleurs sur cette question.
  • 41 IK, 24.1-Smyrna, 765 (datée par Petzl de là le moitié du iiie s.).

11La mention du Sarapieion dans l’inscription Varinlioğlu 1994 est particulièrement intéressante. On connaissait depuis fort longtemps l’existence d’un tel monument à Stratonicée, à la fois par les voyageurs (Trémaux) et aussi par une inscription34 qui prévoyait l’affichage d’un décret dans le pronaos du Sarapieion. La date de cette inscription était à l’évidence tardive et A. Laumonier35 pouvait écrire : “Le grand Sarapieion de la ville dont la place centrale et l’importance éclatent aux yeux, date du iiie s. [de notre ère] ; il sert d’archives à la cité”. Fr. Dunand36 apporte une nuance en observant que, si l’on ne peut remonter à l’époque de la présence lagide (attestée par l’inscription IK, 22.1-Stratonikeia, 1002)37, les monnaies démontrent la présence des dieux égyptiens dès le iie s.38 a.C. Puisque l’inscription Varinlioglu 1994 doit être datée de la fin du iiie s. a.C., les données paraissent différentes. Le Sarapieion est une des pièces importantes du système décrit ci-dessus. Il y a donc eu un premier établissement dès le iiie s. mais profondément remanié ou même reconstruit sous l’Empire. S’ouvrent alors deux hypothèses. Si l’on admet que Stratonicée (du moins son agglomération principale) succède à Hiérakômè39, on constate que les Lagides ont contrôlé la région avant les Séleucides et qu’ils pourraient même être les instigateurs de la ligue Chrysaorienne reprise ensuite à leur compte par les Séleucides40. Le site de Hiérakômè aurait ainsi commencé à être aménagé dès le règne de Ptolémée II. Si au contraire on privilégie l’idée que Stratonicée a été fondée du vivant de Stratonice, il faut mettre en avant une inscription de Smyrne41, dédicace à Anoubis par un collège de zélateurs du dieu qui se placent sous le haut patronage de la reine Stratonice. Cela semble indiquer que cette dernière vouait un culte particulier aux divinités égyptiennes.

  • 42 Wilhelm 1909, 183-187 suggère que le quartier était ainsi nommé à cause de l’origine d’une part au (...)
  • 43 Cole 1984, 22-24. La mention de théores stratonicéens à Samothrace (IG, XII, 8, 170 e, 1. 72-75 ; (...)
  • 44 Welles, RC, no 18.
  • 45 Samothrace, 2, 1, 11.

12La présence d’un Samothrakion42 n’est pas moins intéressante. Il serait évidemment primordial de savoir quelles connexions ont amené cette consécration, une de celles qui sont situées le plus à l’intérieur des terres pour une aussi haute époque. Cela paraît supposer qu’une volonté extérieure – royale – est intervenue dans cette affaire. On peut poser la question de façon un peu différente en essayant de retrouver quels liens avec le sanctuaire des Theoi Megaloi ont pu avoir les souverains susceptibles d’être associés au développement de Stratonicée43. Il est intéressant d’observer que les Séleucides ont peu marqué par leur présence le sanctuaire de Samothrace. La seule information indirecte que nous ayons concerne la décision d’Antiochos II44 de faire afficher le dossier concernant la vente d’un vaste domaine à son ex-femme Laodice dans cinq sanctuaires importants dont quatre sont sûrement dans la mouvance séleucide alors que cela est improbable pour le sanctuaire insulaire. Faut-il y voir une dévotion particulière du souverain ou simplement la reconnaissance du caractère “international” du sanctuaire ? A noter en revanche l’intérêt particulier porté par Ptolémée II aux Theoi Megaloi, avec la construction du Propylon oriental (du vivant de Ptolémée Ier)45.

  • 46 IK, 24.1-Smyrna, 770, 1. 3 ; 771,1. 5.
  • 47 IK, 24.1-Smyrna, 769,1. 1-2 ; 613 C 1. 3-4 ; sur la relation d’Héraklès avec les “éphèbes, les gue (...)
  • 48 IK, 2-Erythrai, 214.
  • 49 Bruneau 1970, 407 considère qu’Héraklès et les Dioscures ont en commun d’être des dieux du gymnase (...)
  • 50 L’assimilation est en tout cas effective à Délos, cf. Bruneau 1970, 395 avec la référence à un ἱερ (...)
  • 51 Cf. supra p. 3.

13Le fait que Stratonicée dispose d’un Herakleion peut paraître plus banal. Il est cependant notable que les mentions indirectes ou directes d’Héraklès figurent dans deux des trois documents concernant les tours. L’une d’entre elles a comme épisème Héraklès, l’autre la massue, enfin nous avons la mention de l’Herakleion et du poste de garde adjacent. Une fois encore s’impose la comparaison avec Smyrne, où nous trouvons des références à un Héraklès ‘Οπλοφύλαξ46 ; signalons, toujours à Smyrne, un Héraklès Καλλίνικος et, comme attendu, la dénomination d’une tour par le nom du dieu47 ou encore à Érythrées la dédicace faite par des stratèges à Héraklès48. La présence bien affirmée d’Héraklès49 dans sa fonction kourétique ou dactylique (celle aussi des Dieux de Samothrace, s’il peuvent être assimilés aux Dioscures50, présents dans les dénominations des tours à Smyrne) nous invite à revenir un instant sur l’organisation défensive de la cité tardo-classique telle que la conçoit Enée le Tacticien. La base du système est la ῥύμη (dont nous avons vu plus haut que le quasi équivalent à Stratonicée était l’ἄμφοδον). En 3.6, nous relevons ce conseil : “Et tirer à l’avance au sort à quel point de rassemblement se rendra chaque chef pour y prendre les hommes et les répartir sur les fortifications”. C’est probablement dans la prévision de telles situations d’urgence que les tours sont distinguées par des épisèmes simples et donc immédiatement identifiables51.

  • 52 Énée 6.1-7
  • 53 Énée 22.1-29
  • 54 Sur les gardes de nuit, Robert 1969, 261 n. 5 ; stratèges de nuit à Laodicée, Robert 1969 no 3 ; à (...)

14Empruntons au même Énée la définition de gardes de jour52 : ἡμεροσκόποι et de gardes de nuit53 : φυλάξαι ἐν τῇ νυκτί. C’est probablement à une fonction similaire que fait référence un document inédit datant de la période rhodienne où plusieurs inscriptions mentionnent des individus exerçant une garde de jour et de nuit54.

3. Géographie et politique

  • 55 Holleaux 1952, 205-210.

15Nous ne nous attarderons pas sur les événements du tout début du iie s., rappelons simplement que la période est particulièrement troublée pour la Carie, avec en particulier l’entrée en scène des rois antigonides (Dôsôn puis Philippe V). La présence de ce dernier et celle d’une garnison à Panamara (IK, 21-Stratonikeia, 3-4) ont été étudiées par M. Holleaux55 qui relève déjà le paradoxe apparent de l’intérêt porté par le roi à un sanctuaire situé dans une région aussi reculée.

  • 56 Fraser & Bean 1954, 102-105 ; encore Bean en 1970, Oxford Classical Dictionary 2  s.v. “Stratonice (...)
  • 57 La vraisemblance recommandait de rejeter ce point de vue, devenu impossible après la publication d (...)
  • 58 Paton 1927.
  • 59 Robert & Robert 1955, 565, note in fine.
  • 60 Aymard 1945, XIV.
  • 61 Liv. 33.18.22. En ce sens Schmitt 1964, 247 n. 7.

16En ce qui concerne la donation à Rhodes, le texte central est celui de Polybe 30.31.6. Malheureusement ce dernier ne va pas sans poser de graves questions. Il met en parallèle la situation de Caunos vendue par les stratèges de Ptolémée pour deux cents talents et celle de Stratonicée, donnée par Antiochos. D’après les envoyés rhodiens à Rome la perte de ces cités tributaires prive la grande cité insulaire d’un revenu annuel de cent vingt talents. La mention Στρατονίκειαν ἐλάβομεν… παρ’ Ἀντιόχου καί Σέλεύκου été fort diversement interprétée pour tenir compte des moments de conjonction possible entre un Antiochos et un Séleucos. Écartons d’emblée la solution proposée par P. M. Fraser et G. E. Bean56 qui pensent à Antiochos Ier et à un fils de ce dernier (éliminé en 268)57. W. R. Paton58 propose le texte suivant :’Aντιόχου τού Σέλεύκου (sans signaler l’émendation). Certes la correction est assez violente mais elle a le mérite de la simplicité. En effet je ne suis pas sûr que les autres solutions proposées soient plus satisfaisantes : J. et L. Robert59 retiennent une idée énoncée par A. Aymard60 pour lequel il y aurait eu deux donations séleucides successives citées ici dans un ordre régressif. Outre le fait qu’il faut quelque peu torturer le texte pour arriver au résultat, il faut en bonne méthode éviter les doublons, sauf en cas de preuve indiscutable. La date de 197 semble par ailleurs tout à fait vraisemblable pour une telle donation. A cette époque Antiochos III vient seulement de recouvrer la région61, il souhaite apaiser les inquiétudes des Rhodiens et au moins les inciter à retourner à leur traditionnelle neutralité. D’autre part il n’a pas de raison de traiter avec une particulière bienveillance une cité qui semble avoir accueilli favorablement Philippe V et avoir été le centre de son activité dans la région.

  • 62 IK, 21-Stratonikeia, 5 ; 6 ; 9.
  • 63 Dans un cas – no 6 – il octroie même le droit de cité (restitution vraisemblable mais loin d’être (...)
  • 64 IK, 22.1-Stratonikeia, 504.
  • 65 Nous reviendrons ailleurs sur cette question.
  • 66 IK, 22.1-Stratonikeia, 674 (époque impériale) τ](...)

17La période “rhodienne” s’ouvre donc selon toute vraisemblance en 197. Elle dure trente ans mais n’a guère laissé de traces dans l’épigraphie stratonicéenne. L’essentiel des inscriptions provient comme précédemment du sanctuaire de Zeus Karios. Les décrets du koinon des Panamaréens62 permettent d’entrevoir quelques données intéressantes. Le koinon est alors autonome, il est dirigé par un démarque. Il serait plus exact de dire qu’il ne dépend pas de Stratonicée. Un statut d’autonomie interne lui permet de prendre des décrets63, il est vrai en faveur de Rhodiens et de façon très significative dans un cas (no 9) pour l’épistate qui assure la garde du chorion. Ce dernier est loué aussi pour son action en matière judiciaire, confirmant ainsi le double rôle fréquent des épistates implantés par un pouvoir extérieur dans une communauté. Remarquons déjà l’intérêt que les Rhodiens accordent à ce site pourtant reculé mais manifestement considéré comme un endroit stratégique. Pour le reste nous ne disposons à Lagina64 que d’une brève inscription qui nous apprend qu’un certain Théophilos, prêtre d’Hécate (c’est la première mention datable de ce culte, évidemment beaucoup plus ancien) restauré par les bouleutes dans le sacerdoce d’Hélios et de Rhodes. On aimerait savoir pourquoi, à la suite de quels soubresauts politiques, une telle restauration (ἀποκατασταθείς) avait été rendue nécessaire. Les bouleutes sont ici ceux de Stratonicée. Faut-il supposer que des institutions oligarchiques lui avaient été imposées ? Nous n’avons pas d’indications sur la nature de la sujétion. Elle supposait comme nous l’avons vu plus haut le paiement d’un lourd tribut. Il existait en tout cas un parti favorable aux Rhodiens, qui bénéficiait de droits particuliers et avait même acquis la citoyenneté rhodienne. Nous démontrerons ce fait pour de nombreuses communautés de la Pérée sujette65, mais dans le cas de Stratonicée la preuve nous vient du groupe d’inscriptions inédites précitées (gardes de jour et de nuit) où la charge est exercée par des personnes issues des différentes composantes mais aussi par des Rhodiens qui ne peuvent être ici que des Stratonicéens d’origine. Cette tutelle a été ressentie comme insupportable, l’empressement des Stratonicéens à obtenir leur liberté fournit à Rome une excellente raison d’intervenir. On peut voir la marque de cette hargne dans l’érasure du nom de l’épistate rhodien du no 9 mais dont on trouve également témoignage dans une inscription bien postérieure66. Observons cependant qu’ici comme ailleurs la présence rhodienne a laissé des traces durables (calendrier, institutions) et que son influence s’est manifestée dans le monnayage – et ce n’est pas le moindre paradoxe – une fois le lien politique rompu.

  • 67 Pol. 30.31.3.

18Rome, une fois privée d’ennemis à sa taille, trouva, comme cela s’explique facilement, que ses alliés étaient encombrants et que leur comportement, suspect de menées factieuses, devait être redressé. C’est Rhodes qui fut la première visée. En 167 diverses mesures la touchèrent. Nous ne retiendrons ici que la résiliation du don territorial fait à la suite de la paix d’Apamée et bien sûr la libération de Stratonicée et de Caunos67 d’où elle est forcée de retirer ses garnisons. Les Stratonicéens apparaissent comme les premiers bénéficiaires des événements de 167 et sans aucun doute comme le recours naturel de ceux qui, une fois libérés, avaient le sentiment de n’être pas en mesure de se prémunir contre un retour offensif des Rhodiens. Il est logique de penser que les Stratonicéens ont cherché à organiser autour d’eux un ensemble qui puisse représenter une masse critique suffisante face à leur puissante voisine qui, même affaiblie, n’était pas réellement à terre (et tel n’était d’ailleurs pas l’intérêt bien compris de Rome). Il semble que ces principes généraux peuvent être retenus sans susciter de graves divergences. Il en va tout autrement pour les manifestations concrètes de cette situation générale, dans la mesure où les sources, aussi bien Polybe que Tite Live, sont quasi muettes sur le sujet. Tout au plus peut-on apercevoir qu’il y a de sérieuses turbulences à travers l’affrontement Caunos-Calynda dans lequel interviennent Cnide puis Rhodes. Les documents épigraphiques deviennent alors précieux, mais ils n’apportent pas toutes les lumières souhaitées parce qu’ils conservent une tournure volontairement elliptique et que n’étant pas écrits (sauf exception) à des fins historiques, ils omettent des données factuelles qui sont alors d’évidence pour tous.

  • 68 Ed. princeps Paton & Hicks 1890, 114 sq., no 1 ; Michel 1900, no 458 ; IK, 30-Keramos, 6.
  • 69 Robert 1962, 60 sq.

19Le premier texte à retenir est un décret de Kéramos68 qui loue les mérites d’un citoyen ayant oeuvré au mieux dans diverses circonstances et en premier lieu ἔν τε τῷ τῆς συμπολιτείας χρονῷ “l’époque de la sympolitie”. Puis les conditions changent (μετὰ ταῦτα) et de grands dangers se font jour. Les Kéramiètes se tournent alors vers la grande voisine du sud, Rhodes, et notre homme joue un rôle non négligeable dans ce renversement des alliances. L. Robert69 donne une analyse pertinente du contenu du texte et retient la fourchette chronologique déjà proposée par E. L. Hicks : entre 167 et 133. Ce sont là les données brutes, à partir de là les interprétations divergent. Selon Hicks, la sympolitie fait référence à la ligue chrysaorienne qui aurait été dissoute vers 167, ce serait là un effet de la libération des villes cariennes, et une période d’anarchie s’en serait suivie. Kéramos aurait fait appel à Rhodes pour mettre fin à cette situation.

  • 70 Senatus consulte de 81 a.C. : IK, 22.1-Stratonikeia, 505,1. 55 = Sherk, RDGE, 18), traduction Bert (...)
  • 71 Robert 1962, 61 n. 3 (cf. infra)

20L. Robert souligne à juste titre que nulle part le lien qui fédère les villes des Chrysaoriens n’est qualifié de sympoliteia. Il suggère une union bilatérale (pour laquelle il présente des parallèles) entre Stratonicée – non nommée dans le texte – et Kéramos, laquelle aurait tourné court. Bien des années plus tard, profitant à nouveau d’une situation troublée, Stratonicée réussit un temps à mettre la main sur Kéramos à l’époque de Sylla70. Robert allègue également la parenté étroite entre le monnayage de Stratonicée et celui de Kéramos71.

  • 72 Debord 1994, 115, à partir de IK, 21-Stratonikeia, 7.
  • 73 Şahin 1995, 83-84 (= SEG, 45, 1995, 1556-1557 ; HTC, 89 et 92).
  • 74 Et il n’a donc rien à voir avec Léon d’Alabanda (contra Oppermann 1924).
  • 75 Nous revenons ailleurs sur cette question.

21Pour tenter de saisir, au moins partiellement, ce qui se passe au-delà de 167, il convient de reprendre le dossier des inscriptions anciennes et nouvelles concernant Léon. J’avais dans une étude précédente72 évoqué le cas de ce personnage qui indique sa généalogie jusqu’à la quatrième génération, probablement pour affirmer qu’il descend d’un des premiers colons fondateurs de Stratonicée. L’inscription récemment publiée73 confirme que Léon est bien stratonicéen74 et qu’il exerce la prêtrise à Panamara (ἱερατεύσας ἐμ Παναμάροις). Dans la première inscription connue, il était honoré de la citoyenneté panamaréenne par le koinon. L’exercice de la prêtrise de Zeus Karios par un nonpanamaréen montre que ce sanctuaire dépassait alors le cadre politique du koinon, communauté de base du système géo-politique carien75. On se demandera donc si le sanctuaire de Panamara ne sert pas de support à une organisation plus vaste. En effet si le dieu qui y est adoré s’appellera plus tardivement Zeus de Panamara, il est d’abord exclusivement qualifié de Karios. Je montrerai ailleurs qu’il n’y a en fait qu’un seul sanctuaire important de Zeus Karios, celui de Panamara, lequel est donc le siège du koinon des Cariens. Dans IK, 21-Stratonikeia, 7, Léon est distingué pour son rôle d’historien du sanctuaire : il a rassemblé la documentation en particulier en ce qui concerne le droit d’asile dont jouissaient le dieu et la communauté. On éprouve donc à un certain moment la nécessité de “réactiver” en quelque sorte le culte de Zeus Karios, spécifiquement en son sanctuaire de Panamara.

  • 76 IK, 21-Stratonikeia, 5, 6, 9.

22A quelle date ? J’ai naguère proposé de retenir une date postérieure à 167, et il me semble aujourd'hui encore que c’est le meilleur moment possible : les Rhodiens avaient laissé fonctionner le sanctuaire de Zeus, mais ils n’avaient aucun intérêt à lui donner une audience particulière. Nous avons vu plus haut que les décrets de Panamara pris au cours de la période 197-167 concernaient des Rhodiens, les décisions étaient communiquées à Rhodes. Il y avait une garnison rhodienne à Panamara dont le but évident était de contrôler la grande voisine du nord. On imagine mal que les Rhodiens aient pu laisser le sanctuaire sous l'autorité d'un Stratonicéen. Dans le décret IK, 21-Stratonikeia, 7, Léon, dont nous avons vu plus haut qu’il est Stratonicéen, reçoit parmi divers honneurs la citoyenneté (politeia) de Panamara. Les décisions prises par le koinon seront communiquées aux instances du sympas dèmos. Quelle signification doit-on accorder à cet ensemble de données ? Rappelons qu’en 198 encore le koinon prend des décisions sans en référer à quiconque. De même, sous la domination rhodienne, les Panamaréens n’ont pas d’intermédiaire dans leur relation avec Rhodes où sont signifiés les décrets du koinon76.

  • 77 Malay & Petzl 1984, 157-165 avec le commentaire de J. et L. Robert, Bull, ép., 1984, 384, qui refu (...)
  • 78 Drew Bear 1981, 119 n. 109.
  • 79 Cf. les observations de J. et L. Robert, Bull, ép., 1984, 384-385 et Debord 1985, 349 (à propos de (...)
  • 80 IK, 21-Stratonikeia, 7, 1. 6-8.
  • 81 Si en dernière analyse on concluait que le sympas démos est celui de Stratonicée, il resterait mal (...)
  • 82 Deux Παναμαρεῖς : IK, 22.1-Stratonikeia, 615,1. 4 ; 846,1. 3. Une Παναμαρίς : IK, 22.1-Stratonikei (...)
  • 83 Robert 1937, 512.
  • 84 A titre de comparaison Pugliese Carratelli 1942, 147-200. On rappellera que la domination rhodienn (...)

23La Mysie Abbaïtide fournit un parallèle qui paraît tout à fait éclairant par la confrontation aussi de différents documents épigraphiques. Deux décrets de Gordos, émanant d’une partie des Mysiens de l'Abbaïtide ([ἔδοξε τοῖς ἐν] Γóρδῳ Mυσοῖς Ἀββαείταις), qualifient cette entité de δῆμος (1.11)77. Rappelons aussi l’inscription toujours inédite trouvée dans la région de Silandos78 qui débute comme suit : ἔδοξε Mυσῶν’Aβαιτῶν τῇ βουλῇ καὶ τῷ δήμωι. Il semble bien qu’il s’agit là des instances de l’entité que l’inscription précitée de Gordos désigne sous le vocable de Σύμπας δῆμος (κατασταθείς τε στρα[τηγòς] πλεονάκι τοῦ σύνπαντος δήμο[υ])79. Doit-on considérer comme une simple coïncidence la présence de tous ces corps constitués (boulé et dèmos, sympas dèmos auquel est transmise la décision du koinon des Panamaréens) ? Dans l’inscription IK, 7, Léon a oeuvré pour le plus grand renom du sanctuaire de Zeus Karios, il s’est rendu auprès du sympas dèmos, mais aussi auprès de certains dèmoi80 (rappelons que les Callipolitains se désignent ainsi) sans se soucier du danger, de la dépense, de la souffrance (1. 10-11). On comprendrait mal cette accumulation, même un peu exagérée, s’il s’agissait d’une “tournée” dans les dèmes qui composent Stratonicée. On doit cependant faire état d’un certain nombre d’objections : il n'est nulle part question du koinon dans les décrets de Callipolis et des Laodicéens. Dans le premier il est explicitement fait référence à l’ambassade envoyée à Stratonicée, en toute logique il est vrai puisque Léon est Stratonicéen81. Les inscriptions de Panamareis (comme démotique de Stratonicée) sont seulement au nombre de trois ce qui est évidemment fort loin des nombres d’occurences des cinq dèmes principaux82. Il s’agit d’inscriptions relativement tardives, l’une à coup sûr impériale. Il est assez probable que le changement significatif de l’épiclèse (Zeus Karios en Zeus Panamaros) est concomitant de l’absorption de Panamara par Stratonicée. L. Robert83 a publié une inscription d’Hyllarima où il est question d’une dédicace au nom de Zeus Panamaros. Il serait évidemment intéressant d’avoir d’autres critères de datation que paléographiques (L. Robert propose le iie s.) dans la mesure où comme il le souligne ce koinon d’éranistes fait penser à des associations similaires à Rhodes84, mais elles ont pu durer au delà de la période de la domination rhodienne, d’autant que le culte concerné n’avait rien à voir avec Rhodes mais était celui de Zeus de Panamara.

24En bref il semble bien qu’il y ait eu une organisation formelle ou non autour de Zeus Karios (que le terme sympolitie employé dans le cas de Kéramos s’applique à des accords bilatéraux ou plus larges) et il est plausible que Stratonicée soit apparue, au moins dans un premier temps, comme un recours face à Rhodes.

  • 85 Labraunda, III. 1, no 5 : τò [μὲν] ἱερòν οὔτε Xρυοαορεῦιν προσήκει[ν] οὔτε [τοῖς] λοιπῖς Kαρσὶν ἀλ (...)
  • 86 Considérons l’éventualité de restituer 1. 4 : σὺ[ν] Xρυοαορικ[ῶι ἔ]θ[νει.

25Une inscription de Labraunda nous confirme qu’il y avait à la fin du iiie s. deux entités rivales, en tout cas distinctes : les Chrysaoriens et les “autres Cariens” dont les Mylasiens rejettent par avance l’idée qu’ils puissent les uns ou les autres avoir quelque revendication sur le sanctuaire de Zeus Labraundeus85. Il n’a pas été question jusqu’ici des Chrysaoriens, peut-être considérés de prime abord comme trop liés à Antiochos III. Il faudrait cependant pouvoir mieux lire le début du décret des Callipolitains86 car on sait bien que la ligue a continué son existence encore au ier s. a.C.

  • 87 Pour Cl. Brixhe, Bull ép., 1997, 540, iiie-iie s., pour Gauthier, ibid, 2, iie s. “plus ou moins a (...)

26La nouvelle inscription donne le texte de deux décrets juxtaposés, pris par le démos des Callipolitains et le koinon des Laodicéens. Tout d’abord la forme des lettres ne s’oppose pas, me semble-t-il, à une date du iie s.87 Que disent les décrets ? Leur phraséologie est très proche, au point que l’un des motifs principaux de l’octroi des honneurs (rôle d’arbitre assuré par Léon dans les autres communautés) est formulé de façon identique dans les deux. Les Kallipolitains honorent certes Léon, mais on précise bien que l’ambassadeur doit se rendre auprès des Stratonicéens définis comme φίλοι καὶ συγγενεῖς, et qui sont ainsi associés aux louanges. Cela suppose qu’à ce moment les Callipolitains disposent d’une entière autonomie par rapport à Rhodes et souhaitent insister particulièrement sur leurs bonnes relations avec Stratonicée. Le fait que les deux décrets soient gravés sur la même stèle indique bien qu’ils ne peuvent être dissociés. L’éponyme du décret des Laodicéens est le prêtre Eudamos, prêtre de Panamara pour Th. Corsten, prêtre rhodien d’Hélios pour J. Ma. A première vue l’hypothèse de Ma peut sembler séduisante, mais elle suppose une ambiance pro-rhodienne qui paraît exclue. Nous montrerons ailleurs que les éponymes des koina peuvent porter des titres très différents.

  • 88 Descat 1994, 207-209.
  • 89 Bean & Cook 1957, 81-85.
  • 90 Robert 1937, 491-500.
  • 91 Descat 1994, 207-209.
  • 92 Je dois à l’obligeance de J. Bacqué-Grammont la traduction des toponymes autour du golfe Céramique
  • 93 Infra

27On doit situer Callipolis au sud-est du golfe Céramique88. La localisation ne fait pas problème dans la mesure où l’ancienne controverse entre L. Robert et G. E. Bean paraît être dépassée : la région de l’intérieur d’où provient une inscription (Bean89) et la région côtière où le toponyme Gelibolu pérennise le souvenir du nom antique90 appartiennent au même ensemble de Callipolis, probable produit d’un synoecisme réalisé sous la domination hécatomnide91. J’ajouterai simplement que le portulan de Piri Reiss (xvie s.)92 démontre si nécessaire qu’il n’y a pas eu un déplacement tardif du toponyme, mais que celui-ci désignait dans la période post-byzantine un établissement ayant un débouché sur la mer. Deuxième information, la formulation atteste l’existence d’une cité, ce qui suppose que Callipolis correspondait à la situation de cette partie de la Pérée qui avait perdu son autonomie par adjonction après la Paix d’Apamée et non de façon plus ancienne (comme cela devait être le cas pour certains territoires situés nettement plus au nord). La volonté de marquer son retour à la liberté est démontrée par l’existence du monnayage plinthophore de la cité93.

  • 94 Corsten 1995, 87-88.
  • 95 Fraser dans Ṣahin 1995, 85, qui est bien conscient de la contradiction qu’il y aurait à juxtaposer (...)
  • 96 Ma 1997,9-10.
  • 97 Bean & Cook 1957, 79, no 11 = IK, 38-Rhodische Peraia, 603, maintenant HTC, 73 ; 752 et 759 (L. et (...)
  • 98 L. et J. Robert, Carie, II, 92-95, no 2, reprise HTC, no 62 (avec un point de vue différent de cel (...)

28En ce qui concerne les Laodicéens, il me semble que les solutions énoncées à ce jour ne sont pas satisfaisantes. Th. Corsten94 postule l’existence d’une communauté de Laodicéens (du Lykos) implantée à Panamara sans pouvoir présenter de véritables parallèles. P. Fraser95, et après lui J. Ma96, ne peut envisager qu’il s’agisse ici de Laodicée du Lykos et suppose l’existence d’un koinon des Laodicéens inconnu (ou méconnu) jusque-là. P. Fraser propose de rendre à cette communauté modeste plusieurs ressortissants jusqu’alors attribués sans question à la grande Laodicée97. Notons d’emblée qu’il n’est jamais recommandable de créer un doublet sans absolue nécessité. Dans un contexte tout à fait similaire J. et L. Robert98 soutiennent avec beaucoup de vraisemblance qu’il y a une seule Tabai, qui a appartenu à un ensemble (koinon des Tarmianoi ?) de vastes dimensions.

  • 99 L. et J. Robert. Carie, II. 378 n. 4.
  • 100 L. et J. Robert, Carie, II, 92-95, no 2 = IK, 38-Rhodischen Peraia, 781.

29J. Ma fait un pas en avant tout à fait intéressant en alléguant Tite Live 33.18.2-3 où est décrite la campagne du Rhodien Pausistratos contre les positions de Philippe V en 197. La descriptions des auxiliaires recrutés a déjà fait couler beaucoup d’encre : Galli et Nisuetae et Pisuetae et Tamiani et Arei ex Africa et Laudiceni exAsia erant. Après examen, L. Robert99 propose d’émender comme suit : Galli et Pisuetae et Mniesutae100 et Tarmiani ex Peraia et Laudiceni ex Asia erant. Ce texte appelle quelques nouveaux commentaires :

  1. Il me paraît évident que tous ces peuples sont autant de koina appartenant à ce moment à la Pérée sujette101 (et pas seulement, comme le pense J. Ma, les Théréens). Telle était l’opinion de L. Robert102. En conséquence les Galli n’ont rien à voir avec les Galates mais on doit lire Galli (politae).
  2. Les Laodicéens sont distingués de tous les autres. Fondation séleucide, sont-ils seulement alliés de Rhodes, ou bien une acquisition récente ? L’état de notre document ne permet pas de trancher. Si l’on se réfère à la situation de Laodicée du Lykos, on rappellera qu’elle est une probable fondation d’Antiochos II (donc entre 361 et 253)103. Elle est une cité de plein exercice lorsqu’elle s’adresse à Zeuxis pour obtenir l’envoi de juges étrangers104. La montée en puissance des Séleucides en Asie Mineure occidentale a-t-elle entraîné le retour au giron des fondateurs, ce qui expliquerait une péjoration de son statut au moment de la Paix d’Apamée, les Laodicéens redevenant un koinon ? Une telle reconstruction peut paraître arbitraire, mais il existe des parallèles. Parmi d’autres, examinons la situation d’Hyllarima : cité à la fin du ive s. (époque de Pleistarchos)105, koinon dans la première moitié du iie s. (dans un décret d’Halicarnasse)106, à nouveau cité au Ier a.C.107. C’est le cas le plus net mais d’autres exemples pourraient être allégués de poleis des ive-iiie s. “rétrogradées” au rang de koinon au moment où elles tombent sous la tutelle rhodienne.
  • 108 L. et J. Robert, Carie, II,, 306.
  • 109 Pol. 21.46.8 ; Tite-Live 38.39.
  • 110 L. et J. Robert, Carie. II, 303-312. no 167.
  • 111 Dans Ṣahin 1995, 85.
  • 112 Mais cf. Cl. Brixhe, Bull, ép., 1997, 540.
  • 113 Magie 1950, 986 n. 24, suivi par Des Gagniers 1969, 3.
  • 114 Ma 1997, 10 n. 5.
  • 115 Robert 1969, 279 sq.
  • 116 Kg. IG, XIV. 1402.

30Sur quels arguments fonder la probable annexion à l’Etat rhodien ? Comme le notent J. et L. Robert108 la Carie au sud du Méandre fut attribuée aux Rhodiens109. Ce fut par exemple le sort des Apolloniates qui durent renégocier à Rhodes le contrôle des villages sacrés110. Nous sommes ici dans le voisinage immédiat de Laodicée, qui se trouve bien au sud du Méandre, tout comme Tabai, elle aussi sous contrôle rhodien. P. Fraser111 observe qu’il subsiste des “traces” rhodiennes dans ce décret : le génitif Φανία112, le mois Σμίνθιος, mais il conclut, à mon sens justement : “The use of Rhodian month names would naturally continue, in area adjacent to the ‘incorporated’ Peraea, after Rhodian rule had ceased”. Selon D. Magie113 elle aurait été rattachée au royaume de Pergame. Le seul argument présenté est le fait que la cité émet des cistophores dans le courant du iie s. Il faudrait connaître la date de cette frappe qui témoigne à coup sûr d’une influence économique, mais en aucune façon d’une annexion politique. J. Ma114 s’interroge enfin sur l’expression Laudiceni ex Asia et propose de renoncer à ce qualificatif. Considérons avec L. Robert115 le fait que dans plusieurs inscriptions nous avons une formule de type Λαοδικεὺς τῆς Ἀσίας116 pour distinguer ses ressortissants de ceux des villes homonymes de Syrie ou de Lycaonie. Il s’agit bien dans le passage de Tite Live de la Laodicée du Lykos étroitement associée aux bourgades de la Pérée et à l’activité militaire de Rhodes et la mise en relation de l’ensemble de la documentation implique nécessairement que c’est bien cette Laodicée qui prend un décret en l’honneur de Léon.

4. Monnaies plinthophores

31Ces soubresauts politiques ont naturellement une influence dans le domaine monétaire. Stratonicée émet au iie s. des monnaies dites plinthophores. C’est le nom donné dans les inventaires déliens à une émission rhodienne qui commence au tout début du iie s. (sans qu’on puisse préciser d'avantage, mais en tout cas bien avant 167) et qui sert de modèle, ou plutôt de référence, à plusieurs cités du sud du Méandre. Toutes ces émissions se caractérisent par le carré en creux du revers et l’usage (réel ou approximatif) de l’étalon rhodien.

  • 117 Aulock 1967, 7-15, Taf. 1.
  • 118 IGCH, 1257, daté là de 84 a.C., indication de provenance : Pisyè, mais le trésor viendrait de Marm (...)

32Concernant les monnaies de Stratonicée, le travail de base est celui de H. von Aulock117 qui publie le contenu, apparemment partiel, d’un trésor monétaire carien dispersé sur le marché d’Istanbul. Ce trésor était composé de drachmes et hémidrachmes de Stratonicée et Rhodes118

33Prenons tout d’abord en compte la plus grande partie des monnaies “stratonicéennes” qui, à l’exception de deux (no 1 et 2), présentent des thèmes similaires au droit comme au revers :

  • avers. Zeus lauré à droite (avec une grande variété dans le rendu),
  • revers, aigle aux ailes déployées de æ face (à droite ou à gauche) dans un carré en creux.

34Ces monnaies se distinguent :

  1. par des symboles secondaires variés placés devant l’aigle,
  2. par la légende, lorsqu’elle est bien lisible. Cette dernière se compose d’un nom le plus souvent au nominatif et en général au-dessous, de part et d’autre de l’aigle de l’ethnique ΣT, ΣTPA, CT. Deux cas font problème OYΛIAΔ – OY (no 25), ΨAIPHMΩN–AP119 ou APIΣ (no 31-33). H. von Aulock conclut que dans ces cas le second groupe de lettres est le début d’un anthroponyme, et plus précisément le patronyme du personnage, il cite à l’appui des monnaies avec la légende ΔHMHT-PI120. Il faut alors supposer une troisième possibilité avec le nom du même personnage sur deux lignes : Oὐλιάδης au génitif et le début de Δημήτριος. En bref, il paraît difficile de retrouver là d’autres lieux d’émission (au moins nominaux) pour ce monnayage.
  • 121 Cf. cependant Ashton, SNG Keckman 247-251 (à noter que le monétaire du no 249 s’appelle ΛEN) ; à s (...)
  • 122 Jenkins 1989.
  • 123 Robert 1962, 61 n. 3, à la suite de Head, BMC Caria XLV [voir p. 77 no 1, pl. XII, 8 (argent) et 2 (...)
  • 124 Imhoof-Blumer 1883, 307 no 29 (dessin) ; cf. aussi Id. 1901, 138, 1 (bronze).

35La fourchette chronologique proposée par H. von Aulock (vers 125-88) n’a pas été vraiment discutée121. Elle est peut-être valable pour le trésor IGCH 1257, encore que von Aulock paraisse se fonder essentiellement sur une chronologie exposée de façon systématique par G. K. Jenkins122 laquelle semble devoir être révisée en un certain nombre de points. Des arguments de vraisemblance suggèrent par exemple que ce monnayage n’a pas dû être mis en circulation longtemps après 167, dans la mesure où son existence même était la manifestation palpable de l’autonomie retrouvée. D’autant que la date proposée pour d’autres émissions similaires est généralement haute. On pensera en premier lieu aux monnaies de Kéramos qui présentent les mêmes types d’avers et de revers (Zeus/aigle) mais avec la légende KEPAMIH(TΩN)123 et divers noms de monétaires. Dans ce cas, les avatars des relations Stratonicée-Kéramos semblent plaider pour une date haute. On voit mal comment Kéramos aurait choisi les thèmes stratonicéens juste au moment où elle se rapprochait de Rhodes, dont les thèmes (Hélios/rose) sont bien connus. Je crois qu’il convient aussi de placer dans cette même perspective une monnaie de Callipolis publiée par Fr. Imhoof-Blumer124 :

  • à l’avers : tête d’Apollon lauré à droite.
  • au revers : carquois dans un carré en creux avec la légende KAΛΛIΠO-ΛITAN. Le traitement est très comparable à celui des monnaies de Stratonicée. On peut certes objecter que les thèmes sont différents ; mais, si nous revenons au monnayage de Stratonicée il est significatif d’y rencontrer une série (no 1-2 de H. von Aulock) : Hécate à droite à l’avers, Nikè à droite brandissant une couronne. Par conséquent on constate dans une même cité l’existence de choix thématiques variés.

36Malgré l’information relativement importante que l’on possède sur Stratonicée avec des sources diverses et complémentaires, et bien que des progrès importants aient été accomplis depuis une quarantaine d’années, il subsiste là comme ailleurs de sérieuses zones d’ombre. Je serais tenté de penser que certains dossiers ont été considérés prématurément comme clos : y a-t-il eu fondation, toujours possible, par Antiochos Ier ? Mais ne doit-on pas en bonne méthode laisser ouverte l'hypothèse d’une paternité d’Antiochos II ? L'urbanisme stratonicéen a-t-il été conçu e nihilo par la volonté de son fondateur, ce qui supposerait un site quasi vierge, ou bien a-t-il succédé au même emplacement à la polis de Hiérakômè, au développement de laquelle les Lagides ont pu contribuer. Sur ce dernier point au moins des fouilles judicieusement menées sur le site permettraient sans doute de trancher.

37Qu’en est-il de l’évolution territoriale de Stratonicée ? Il est probable qu’elle n’est pas encore arrivée à son terme à la fin du iie s. Le Senatus Consulte de 81 évoque des pertes puis des gains territoriaux, mais il n’est pas fait mention de Panamara, ce qui laisse ouverte une fourchette qui couvre en gros la deuxième moitié du iie s. pour sa disparition en tant qu’entité autonome. En effet le changement d’épiclèse du dieu : Zeus Panamaros remplaçant Zeus Karios (lequel ne disparaît pas complètement, dans les inscriptions les plus tardives il est toujours associé à Héra) semble correspondre à une intégration dans l’ensemble stratonicéen.

  • 125 Cf. le “miracle” de 39 a.C. au moment de l’invasion parthe et de Labienus : IK, 21-Stratonikeia, 1 (...)
  • 126 Senatus Consulte de 81 cité supra n. 69 et liste des 57 cités qui reconnaissent l’asylie du sanctu (...)

38Dernière idée forte : Stratonicée a bâti sa fortune sur ses sanctuaires : Zeus Chrysaoreus, Zeus Karios-Zeus Panamaros125 et Hécate de Lagina126. Comme dans le cas d’Aphrodisias, elle a dû son développement ultérieur à la sollicitude de Rome.

Notes

1 Robert 1937, 304 à partir de IK, 21-Stratonikeia, 15, 1. 2 : τῆς αὐτόχθονος καὶ μητροπόλεως τῆς Καρίας ; cf. aussi G. E. Bean, Oxford Classical Dictionary 2, s.v. “Stratoniceia” (1970) : “under the early Empire Stratoniceia surprisingly in view of her origin claimed the title of ‘autochtonus’”…

2 Debord 1994, 117 et déjà Şahin 1976, 33 sq.

3 Robert & Robert 1955, 553-568.

4 IK, 22.1-Stratonikeia, 1030.

5 Sachs & Hunger 1989, no 253 ; cf. Kuhrt & Sherwin-White 1991, 78 n. 29.

6 Publiée aussi dans IK, 8-Magnesia am Sipylos, 1,11. 8-9 : διὰ τὸ τὸμ πατέρα αὐτού θεὸν Ἀντίοχον καὶ τὴμ μητέρα τὴν τοῦ πατρὸς θεὰν Στρατονίκην (inscription datant du règne de Séleucos II).

7 Robert 1962, 42-43 suggère que le début de la notice est le produit d’une mauvaise lecture par Étienne de 14.2.24 de Strabon : Στρατονίκεια δ’έστὶ κατοικία Μακεδόνων.

8 Cf. IK, 22.1-Stratonikeia, 508.

9 Str. 14.2.25, définie là comme un polichnion πρὸς τῷ Ταύρῳ, information reprise à l’identique par Étienne de Byzance.

10 Jones 1971, 217-218. Fondation de Séleucos Ier si l’on combine les minces indications d’Appien, Syr., 57 et de Pline, HN, 6.118.

11 Robinson 1954, 1-7.

12 C’est cette dernière qui prend ultérieurement le nom d’Hadrianopolis.

13 Robert 1962, 255-257.

14 Le livre de Trémaux a été publié sans date. L. et J. Robert, Carie, II, 63 et n. 8, placent le voyage en Asie de cet architecte entre 1854 et 1856, en liaison avec la campagne de Crimée.

15 Tirpan 1998, plan 1.

16 Str. 14.2.25 : ἐκοσμήθη δὲ καὶ αὕτη κατασκευαῖς πολυτελέσιν ὑπὸ τῶν βασιλέων

17 Dédicace par un certain Minnion fils de Léon, petit-fils de Minnion d’une colonne et de l’architrave la surmontant dans le portique de la scène du théâtre : IK, 22.1-Stratonikeia, 1013 ; editio princeps : Robert 1937, 525.

18 Robert 1937, 523.

19 Photo dans Varinlioglu 1994, 189-191 et sa fig. 2 (prise dans la partie septentrionale du site).

20 Robert & Robert 1955, 554.

21 Deux d’entre elles sont connues depuis longtemps IK, 22.1-Stratonikeia, 1003 et 1004 avec le commentaire de Robert 1937, 529-536 ; une troisième est publiée par Varinlioglu 1994.

22 Ou semble-t-il une localisation : Varinlioglu faisait observer ajuste titre (loc. cit., 190) que l’inscription IK, 22.1-Stratonikeia, 1003 était conservée dans toute sa hauteur (contra Robert 1937, 531, mais cf. sa photo pl. 17.1). On devrait donc simplement avoir à la ligne 1 : Αὐχένο[ς πύργος], “tour de la poterne”.

23 Robert 1937, 532.

24 Wilhelm 1909, 183-187 ; 1924, 116-117.

25 IK, 24.1-Smyrna, 613a, b, c avec un commentaire p. 108 (en particulier sur le terme ἄμφοδον). Les inscriptions de Smyrne sont strictement contemporaines de celles de Stratonicée (fin iiie-début iie s.).

26 Philon de Byzance, édité et traduit par Garlan 1974, 310 (C 23) ; commentaire 382 ; cf. du même 1973, 21-22.

27 C 29 à rapprocher d’Énée le Tacticien, 3.4.6 (ῥυμάρχαι à la tête de chaque ῥύμη, “îlot”).

28 Jouguet 1911, 282-291 ; Buck 1922, 111-118 ; Rink 1924, 14-15 (les amphodarques s’occupent du maintien de l’ordre et de la fiscalité locale).

29 Robert 1980, 152-157.

30 Robert 1980, 157.

31 Robert 1980, 152.

32 Robert 1939, 602 (réinterprétant SEG, 2, 1924, 839).

33 Cf. les exemples réunis par Robert 1939, 730 ou encore Robert 1980, 152 sq. citant Roussel 1942-1943.

34 IK, 22.1-Stratonikeia, 1101 (avec de multiples éditions ou études, cf. par ex. LSAM, no 69).

35 Laumonier 1958, 285 ; cf. déjà 1934, 85-87.

36 Dunand 1973, 3, 42-44.

37 Robert & Robert 1955, 555-568.

38 SNG von Aulock 8150 sq. : coiffure d’Isis accompagnant comme symbole secondaire l'aigle du revers dans un carré creux ; date proposée, entre 125 et 85 avant notre ère (cf. Aulock 1967 no 27 sq.).

39 Debord 1994, 111 et 118-119.

40 Nous reviendrons ailleurs sur cette question.

41 IK, 24.1-Smyrna, 765 (datée par Petzl de là le moitié du iiie s.).

42 Wilhelm 1909, 183-187 suggère que le quartier était ainsi nommé à cause de l’origine d’une part au moins de ses habitants. Les parallèles stratonicéens et smyrniotes font pencher pour la localisation par rapport à un sanctuaire.

43 Cole 1984, 22-24. La mention de théores stratonicéens à Samothrace (IG, XII, 8, 170 e, 1. 72-75 ; Samothrace, 2, 1, 24 b 1. 12-14 iie s. a.C., telle que réinterprétée par Robert 1963b, 63-64) n’apporte rien au débat.

44 Welles, RC, no 18.

45 Samothrace, 2, 1, 11.

46 IK, 24.1-Smyrna, 770, 1. 3 ; 771,1. 5.

47 IK, 24.1-Smyrna, 769,1. 1-2 ; 613 C 1. 3-4 ; sur la relation d’Héraklès avec les “éphèbes, les guerriers, les athlètes”, cf. Verbanck-Piérard 1989, 50.

48 IK, 2-Erythrai, 214.

49 Bruneau 1970, 407 considère qu’Héraklès et les Dioscures ont en commun d’être des dieux du gymnase mais plus encore des défenseurs de la maison.

50 L’assimilation est en tout cas effective à Délos, cf. Bruneau 1970, 395 avec la référence à un ἱερεὺς Θεῶν Μεγάλων Σαμοθρᾴκων Διοσκούρων Καβείρων (ID, 1902). Sur l’association d’Héraklès et des Dieux de Samothrace, ef. Bruneau 1970, 379 : “Le groupement des Dioscures-Cabires et d’Héraklès dans un même chapitre se justifie doublement : d’abord d’une façon générale, ces fils de Zeus prennent une place grandissante dans le panthéon hellénistique et présentent une certaine similitude de caractère en tant que puissances bienfaisantes aux hommes ; ensuite, à Délos, les problèmes chronologiques relatifs aux Dioscures, Cabires et Dieux de Samothrace sont liés à ceux qui concernent Héraklès”. Si l’on se réfère à Smyrne et à Stratonicée la “vogue” d’Héraklès à Délos pourrait s’expliquer dans une perspective complètement gréco-romaine et amener à nuancer les conclusions de Bruneau p. 411. Sur le sujet en général cf. aussi Hemberg 1950, 290-292.

51 Cf. supra p. 3.

52 Énée 6.1-7

53 Énée 22.1-29

54 Sur les gardes de nuit, Robert 1969, 261 n. 5 ; stratèges de nuit à Laodicée, Robert 1969 no 3 ; à Tabai, L. et J. Robert, Carie, II, 42 et n. 5. Il est tentant de penser que le dénominateur commun a été la tutelle rhodienne.

55 Holleaux 1952, 205-210.

56 Fraser & Bean 1954, 102-105 ; encore Bean en 1970, Oxford Classical Dictionary 2  s.v. “Stratoniceia”.

57 La vraisemblance recommandait de rejeter ce point de vue, devenu impossible après la publication des inscriptions qui permettent d’abaisser la date de fondation (cf. déjà Robert & Robert 1955, 565 note).

58 Paton 1927.

59 Robert & Robert 1955, 565, note in fine.

60 Aymard 1945, XIV.

61 Liv. 33.18.22. En ce sens Schmitt 1964, 247 n. 7.

62 IK, 21-Stratonikeia, 5 ; 6 ; 9.

63 Dans un cas – no 6 – il octroie même le droit de cité (restitution vraisemblable mais loin d’être assurée, cf. le no 5 où la restitution des 1. 7-8 est incertaine).

64 IK, 22.1-Stratonikeia, 504.

65 Nous reviendrons ailleurs sur cette question.

66 IK, 22.1-Stratonikeia, 674 (époque impériale) τ]Imageς ἀμφισβη[τ]ήσ[εις] πρὸς ‛Ροδίους. Cf. Wilhelm 1933, 428 sq.

67 Pol. 30.31.3.

68 Ed. princeps Paton & Hicks 1890, 114 sq., no 1 ; Michel 1900, no 458 ; IK, 30-Keramos, 6.

69 Robert 1962, 60 sq.

70 Senatus consulte de 81 a.C. : IK, 22.1-Stratonikeia, 505,1. 55 = Sherk, RDGE, 18), traduction Bertrand 1992, 144.

71 Robert 1962, 61 n. 3 (cf. infra)

72 Debord 1994, 115, à partir de IK, 21-Stratonikeia, 7.

73 Şahin 1995, 83-84 (= SEG, 45, 1995, 1556-1557 ; HTC, 89 et 92).

74 Et il n’a donc rien à voir avec Léon d’Alabanda (contra Oppermann 1924).

75 Nous revenons ailleurs sur cette question.

76 IK, 21-Stratonikeia, 5, 6, 9.

77 Malay & Petzl 1984, 157-165 avec le commentaire de J. et L. Robert, Bull, ép., 1984, 384, qui refusent 1 équivalence dèmos-cité, globalement à juste titre ; mais rien n’empêche que certaines entités “mysiennes” aient déjà pu se considérer à la fin du iie s. comme des cités de modèle grec surtout dans la partie ouest (où se trouve Gordos).

78 Drew Bear 1981, 119 n. 109.

79 Cf. les observations de J. et L. Robert, Bull, ép., 1984, 384-385 et Debord 1985, 349 (à propos de Malay & Petzl 1984 et Malay 1983, 25-27).

80 IK, 21-Stratonikeia, 7, 1. 6-8.

81 Si en dernière analyse on concluait que le sympas démos est celui de Stratonicée, il resterait malgré tout bien difficile d’expliquer le sens de la politeia ainsi conférée et donc la structure même de l’État stratonicéen pour laquelle on ne pourrait alléguer de parallèle. En effet si l’on admet la possibilité d’existence d’une communauté bénéficiant de privilèges particuliers, d'une forme d’autonomie, celle-ci n'a pas laissé de traces dans l'épigraphie ultérieure.

82 Deux Παναμαρεῖς : IK, 22.1-Stratonikeia, 615,1. 4 ; 846,1. 3. Une Παναμαρίς : IK, 22.1-Stratonikeia, 227, I. 12.

83 Robert 1937, 512.

84 A titre de comparaison Pugliese Carratelli 1942, 147-200. On rappellera que la domination rhodienne est bien attestée à Hyllarima.

85 Labraunda, III. 1, no 5 : τò [μὲν] ἱερòν οὔτε Xρυοαορεῦιν προσήκει[ν] οὔτε [τοῖς] λοιπῖς Kαρσὶν ἀλλ’ ὑμέτερον εἶναι.

86 Considérons l’éventualité de restituer 1. 4 : σὺ[ν] Xρυοαορικ[ῶι ἔ]θ[νει.

87 Pour Cl. Brixhe, Bull ép., 1997, 540, iiie-iie s., pour Gauthier, ibid, 2, iie s. “plus ou moins avancé”.

88 Descat 1994, 207-209.

89 Bean & Cook 1957, 81-85.

90 Robert 1937, 491-500.

91 Descat 1994, 207-209.

92 Je dois à l’obligeance de J. Bacqué-Grammont la traduction des toponymes autour du golfe Céramique.

93 Infra

94 Corsten 1995, 87-88.

95 Fraser dans Ṣahin 1995, 85, qui est bien conscient de la contradiction qu’il y aurait à juxtaposer les deux termes : “It is, however, surprising that this koinon should have a Greek eponymus tittle and not a Carian tribal one”. Cf. Ph. Gauthier, Bull, ép., 1998, 398 : “Reste qu’il est difficile d’imaginer une fondation royale du IIIe s., une Laodicée, carienne promise à un destin médiocre”.

96 Ma 1997,9-10.

97 Bean & Cook 1957, 79, no 11 = IK, 38-Rhodische Peraia, 603, maintenant HTC, 73 ; 752 et 759 (L. et J. Robert, Carie, II, 378, n. 4), maintenant HTC, 9 et 32.

98 L. et J. Robert, Carie, II, 92-95, no 2, reprise HTC, no 62 (avec un point de vue différent de celui qui est soutenu ici).

99 L. et J. Robert. Carie, II. 378 n. 4.

100 L. et J. Robert, Carie, II, 92-95, no 2 = IK, 38-Rhodischen Peraia, 781.

101 La correction de Africa en Peraia est certes plausible mais il pourrait s’agir d’une stratégie (au nom inconnu) subdivisant l’État rhodien.

102 Exception faite pour les Galli, mais la nouvelle inscription me paraît résoudre le problème.

103 Étienne de Byzance s.v. Laodikeia ; une autre tradition l’attribue à Antiochos Ier : id. s.v. Antiocheia. Des Gagniers 1969 (2), et Robert (251) dans Des Gagniers et al., 1969.

104 IK. 49-Laodikeia am Lykos, 5.

105 Roos 1975,338-340

106 Robert 1936, 92 sq.

107 Dans un texte de Cos, NS, no 18,1. 4.

108 L. et J. Robert, Carie, II,, 306.

109 Pol. 21.46.8 ; Tite-Live 38.39.

110 L. et J. Robert, Carie. II, 303-312. no 167.

111 Dans Ṣahin 1995, 85.

112 Mais cf. Cl. Brixhe, Bull, ép., 1997, 540.

113 Magie 1950, 986 n. 24, suivi par Des Gagniers 1969, 3.

114 Ma 1997, 10 n. 5.

115 Robert 1969, 279 sq.

116 Kg. IG, XIV. 1402.

117 Aulock 1967, 7-15, Taf. 1.

118 IGCH, 1257, daté là de 84 a.C., indication de provenance : Pisyè, mais le trésor viendrait de Marmaris selon Jenkins, apud IGCH (ce ne pourrait être, si cette information est exacte, que le lieu de “redécouverte” du trésor), et au vu de sa composition la première localisation est plus vraisemblable.

119 Head 1911, 619 suggère qu’Harpasa pourrait être le lieu d’émission des monnaies semblables à celles de Stratonicée, mais le développement sur certains exemplaires en APIΣ semble exclure cette piste.

120 Acquises par le British Muséum (indication fournie par M. J. Price).

121 Cf. cependant Ashton, SNG Keckman 247-251 (à noter que le monétaire du no 249 s’appelle ΛEN) ; à son avis la datation de cet ensemble doit être remontée aux annéees 150-120 a.C. Comme on le voit, il serait facile d’harmoniser des points de vue dont l’argumentation repose sur des prémisses différentes.

122 Jenkins 1989.

123 Robert 1962, 61 n. 3, à la suite de Head, BMC Caria XLV [voir p. 77 no 1, pl. XII, 8 (argent) et 2, pl. XII, 9 (bronze)] souligne la grande parenté de ces séries qu’il lie à la sympolitie ou à défaut à des rapports commerciaux actifs avec divers noms de magistrats ; cf. aussi Imhoof-Blumer 1901, 138 no 1 (Taf. V/13).

124 Imhoof-Blumer 1883, 307 no 29 (dessin) ; cf. aussi Id. 1901, 138, 1 (bronze).

125 Cf. le “miracle” de 39 a.C. au moment de l’invasion parthe et de Labienus : IK, 21-Stratonikeia, 10.

126 Senatus Consulte de 81 cité supra n. 69 et liste des 57 cités qui reconnaissent l’asylie du sanctuaire – bien loin pour certaines de la Carie et même de l’Asie Mineure.

Auteur

Université de Bordeaux III - Ausonius.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540