Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Deuxième partie. Les cités

Les étrangers dans l'épigraphie iasienne du iie siècle a.C.

Fabrice Delrieux

Texte intégral

  • 1 Toutes les dates sont a.C.
  • 2 On ne retiendra pas les ambassadeurs, soldats, athlètes, pèlerins, artistes, juges, etc., dont les (...)

1Les inscriptions d'Iasos en Carie mentionnent souvent des étrangers dans la cité au iie s. a.C.1 En effet, 80 noms originaires de 40 endroits différents sont aujourd'hui connus et représentent la plus forte concentration du genre dans toute l'histoire de la ville. Ces chiffres sont d'autant plus importants et intéressants qu'ils concernent surtout des métèques et des étrangers (sans doute aussi des métèques pour beaucoup) ayant fait l'objet d'un décret honorifique. Or c’est justement sur ces gens que nous nous proposons ici de travailler2.

  • 3 Crowther 1990, 143-151, et Crowther 1995, 225-234 ; Migeotte 1993, 267-294. Cf. aussi Delrieux 199 (...)

2Ce choix est certes restrictif, mais l'abondance du matériel autorise la sélection de telles données. De même, les travaux de Ch. V. Crowther et L. Migeotte sur la datation des textes concernés permettent de suivre l'évolution de la communauté métèque d'Iasos tout au long du iie s.3 Pour cela, notre étude reposera également sur trois cartes situant dans le temps et dans l'espace les noms de tous les métèques (assurés ou probables) mentionnés à Iasos et réunis dans un tableau présenté en annexe.

1. Des débuts difficiles (c. 200-160)

3Comme le montre la carte no 1, les étrangers présents à lasos dans les années 200-160 viennent surtout du sud-ouest de l'Asie Mineure. La Carie est ici la région la mieux représentée avec cinq ressortissants d’Alabanda, Alinda, Mylasa, Myndos et Stratonicée. Peut-être y en a-t-il un sixième si l'Antioche d'où il est originaire est celle du Méandre. Mais d'autres régions sont également à prendre en considération. Ainsi certains étrangers appartiennent à des cités se trouvant sur une route allant vers les détroits et passant par Téos, Phocée et Lysimacheia. D'autres sont de l'est et ont suivi une route reliant Iasos à la Syrie via Phasélis, Selgè, Antioche près Daphné et peut-être Séleucie de Piérie. Enfin, une ouverture vers la Sicile est à relever avec Neaetum et Syracuse.

  • 4 L'ethnique des quatre autres étrangers n'est pas connu. Deux sont perdus et les autres n'ont jamai (...)

4Tous ces étrangers ne sont pas également répartis dans le temps. En effet, la datation des textes les mentionnant fait que cinq d'entre eux seulement (dont un Stratonicéen4) sont attestés dans les années 190. De plus, les noms restants figurent dans des documents situés au plus tôt vers le milieu de la décennie suivante.

  • 5 Labraunda, III.2, no 110,1. 4-5 (pour les Bargyliètes) ; Piejko 1990, 151, no 1, 1. 8 (pour le Rho (...)

5La rareté des étrangers à Iasos entre 200 et 185 environ n'est pas une particularité iasienne. Ces derniers sont également peu nombreux dans les villes et les sanctuaires environnants. Pour la fin du iiie et le début du iie s., on ne connaît ainsi que des Bargyliètes à Labraunda et un Rhodien à Mylasa5. Sans doute tout ceci est-il à mettre en relation avec les événements douloureux dont la région fut alors le théâtre : le tremblement de terre de 199/198 et le passage successif des armées de Macédoine, de Syrie et de Rome dans le secteur.

  • 6 Plut., Flamininus, 12.2 ; Pol. 16.24.1-2 ; 18.2.3 ; 18.8.8-9 ; 18.44.4 ; 18.48.2 ; Liv. 32.33.6-7  (...)
  • 7 Pol. 16.24.5-6.
  • 8 Pol. 16.24.1-2 ; Polyen, Strat., 4.18.2.
  • 9 Pol. 16.24.5-8.

6Entre 201 et 197, le pays fut d'abord sous la domination de Philippe V de Macédoine qui occupa plusieurs villes dont Eurômos, Bargylia, Iasos et Pédasa6. D'autres, telles Alabanda, Mylasa et Magnésie du Méandre, durent veiller au ravitaillement de son armée7. En 201/200, la flotte rhodo-pergaménienne prit au piège les troupes macédoniennes dans le port de Bargylia. S'ensuivit un siège que Philippe ne brisa que par la ruse8. Peu de temps auparavant, alors que la famine sévissait dans son armée, le roi avait entrepris de soumettre les cités qui hésitaient à fournir ce dont il avait besoin. Des raids furent ainsi lancés contre les villes de Mylasa et Alabanda. Si la première échappa finalement à la colère de Philippe, il n'en fut pas de même pour la seconde dont le territoire fut dévasté9.

  • 10 Liv. 37.17.3-7.

7En 197, les Macédoniens cédèrent la place aux Syriens qui installèrent une garnison à Iasos. Durant la guerre antiochique, celle-ci dut soutenir un siège difficile imposé par le prêteur Lucius AEmilius Regulus. En effet, les Romains ravagèrent alors les alentours et la ville aurait sans doute été conquise dans le sang si des exilés iasiens présents aux côtés des assiégeants n'étaient pas intervenus en faveur de leur patrie10.

  • 11 Le tremblement de terre de 199/198 figure dans Justin, Hist. phil., 30.4.1-3 (d'où est tiré le pas (...)
  • 12 Le désastre dont Iasos a été victime apparaît indirectement dans la lettre de la reine Laodice III (...)

8Outre ces difficultés, la Carie occidentale fut aussi victime d'un violent séisme qui ravagea le sud-ouest de l'Asie Mineure en 199/198. Les dégâts furent certainement très importants car le tremblement de terre “secoua Rhodes et plusieurs autres villes, où il causa de grands éboulements ; il en engloutit même quelques-unes entièrement”11. C'est sans doute de cette catastrophe qu'il faut rapprocher les réparations du bouleuterion et de l'archéion d'Iasos dans les années 190, les aménagements importants du théâtre dans là première moitié du siècle, et peut-être les travaux de réfection de l'agoranomion à la même époque12.

9Dans de telles conditions, on peut comprendre que les étrangers aient pu hésiter à se rendre chez les Iasiens. Certains l'ont pourtant fait, mais leur présence à Iasos se situe à un moment très particulier de l'histoire de la cité. En effet, Ch. V. Crowther date les inscriptions dans lesquelles ils apparaissent de la fin des années 190, c'est-à-dire à un moment où Iasos se trouvait sous l'influence séleucide.

  • 13 IK, 28-Iasos, no 93,1. 22-23.
  • 14 Mastrocinque 1995, 137. A. Mastrocinque songe aussi à Antiochos II, tandis que L. Robert pense à A (...)
  • 15 Sur les bienfaits d'Antiochos et de Laodice, cf. IK, 28-Iasos, no 4 (1. 1-32, 47-48, 51-59, 68-79) (...)

10On sait qu’Antiochos III tenait à ce que la “concorde” régnât dans la cité. Il fit preuve à son égard de la plus grande bienveillance et tira ses habitants “de l'esclavage” pour leur rendre la liberté et leurs lois. Il favorisa peut-être aussi l'envoi sur place de juges étrangers pour régler les conflits locaux. Les sources épigraphiques disent également que la “transmission des clefs” entre stratèges iasiens (apparemment conflictuelle jusque-là) fut réalisée désormais près d'un autel dédié au roi. Enfin, un décret d'époque indéterminée signale qu'un gymnase d'Iasos était appelé Antiocheion13. A. Mastrocinque pense que ce nom aurait pu être choisi en remerciement des bienfaits accordés par Antiochos III aux gymnases iasiens. Mais cet avis n'est pas partagé par tous14. Quoi qu'il en soit, la reine Laodice III fit aussi preuve de bonté en envoyant à Iasos 1 000 médimnes attiques de blé pour que le produit de leur vente servît à assurer une dot aux filles à marier des citoyens indigents15. De telles mesures permirent sans doute de rétablir l'ordre et le calme dans la cité. Les conditions semblaient donc réunies pour que celle-ci s'ouvrît à nouveau sur l'extérieur.

  • 16 Ch. V. Crowther (1995, 118) date après 190/189 les décrets iasiens honorant des juges de Clazomène (...)

11Or, le siège de 190 et les ravages dont le pays fut alors l'objet durent porter un coup sévère au rétablissement de ces relations. En effet, pendant les années qui suivirent, les Dionysies d'Iasos n'eurent pas lieu et les étrangers semblent avoir déserté la cité. De plus, il est possible que certains des juges mentionnés plus haut aient été envoyés en fait chez les Iasiens pour calmer les passions que le retour des exilés, chassés par Antiochos III, avait dû réveiller dans la région16. Aussi fallut-il attendre les environs de 185 pour voir le retour des Dionysies et celui des métèques.

  • 17 Un exemple de cette ouverture est l'ambassade envoyée à Iasos par Eumène II de Pergame pour invite (...)
  • 18 Les Italiens sont nombreux dans les inscriptions iasiennes du ier s. A. Mastrocinque pense que la (...)

12C'est au reste à partir de ce moment que la documentation mentionne pour la première fois des étrangers dont les lieux d'origine dépassent largement l'environnement immédiat d'Iasos. Les noms courent désormais en direction du Pont Euxin (jusqu'à Lysimacheia) et de la côte orientale de la Méditerranée (vers Antioche près Daphné et peut-être Séleucie de Piérie)17. L'ouverture sur l'Occident date aussi de cette époque mais, à la différence des deux autres, est moins importante et a l'existence la plus courte. Peut-être est-elle à rapprocher simplement des légions romaines arrivées là en 19018.

  • 19 NChoix, no 7, II, 1. 1-6 (traduction à comparer avec celle proposée dans Bresson 1987, 235-236 et (...)

13Quant aux étrangers venus d'Orient, leur présence à Iasos pourrait s’inscrire dans un mouvement dont on a des traces par ailleurs. En effet, on sait qu'à ce moment certaines cités de l'Asie Mineure tissèrent des liens vers l'est et que, pour les développer, elles conclurent des traités commerciaux avec les Séleucides. Tel est le cas de Milet qui, sous le règne d'Antiochos IV, obtint le droit d'exporter ses marchandises sur les terres du roi sans payer de taxes19. On ne sait pas si les Iasiens agirent de même avec les Séleucides. Cependant, la proximité de Milet représentait à elle seule un pôle d'attraction formidable pour les commerçants étrangers et Iasos aurait pu simplement profiter de cette occasion pour accueillir certains d'entre eux.

2. L'age d'or (c . 160-140)

  • 20 C'est aussi de cette époque que date un accord entre les Iasiens, les technites dionysiaques d’Ion (...)

14Si l'Histoire n'a pas encore rendu de témoignage précis sur la situation d'Iasos dans les années 160-140, cette période semble, en tout cas, avoir été remarquable quant aux relations de cette ville avec le reste du monde grec. C'est en effet à cette époque que le nombre des étrangers et celui de leurs lieux d'origine atteignent leur niveau le plus élevé20. De plus, les chiffres sont d'autant plus importants que nous travaillons ici sur vingt années seulement alors que les deux autres périodes du siècle en couvrent chacune quarante.

15La plupart des étrangers mentionnés ici sont connus pour avoir participé (comme dans les années 200-160) au financement des Dionysies annuelles d'Iasos. Mais quelques noms figurent aussi sur une pierre tombale dont la datation a été discutée.

  • 21 Bean & Cook 1957, 105-106.
  • 22 Robert 1983, 178, n. 127 ; IK, 28-Iasos, II, 93-94.

16En effet, G. E. Bean et J. M. Cook ont pensé que la liste qu'elle portait était celle de mercenaires ayant combattu pour les Iasiens vers 20021. J. et L. Robert proposaient plutôt d’y voir une association funéraire plus tardive composée de métèques réunis pour s'assurer un tombeau commun. W. Blümel s'est rangé à cet avis et a baissé la date du texte d'une cinquantaine d'années22. Or, à cette époque, une liste de contributions pour la célébration des Dionysies d'Iasos semble appuyer cette hypothèse.

  • 23 IK, 28-Iasos, no 201,1. 12.
  • 24 L. Migeotte le met en quarante-cinquième position. Sur la datation de Ch. V. Crowther, cf. Crowthe (...)

17Le texte en question mentionne, parmi les donateurs, l'Antiochéen Lysimachos fils d'Iasôn que l'on retrouve aussi 1.5 de l'inscription funéraire23. De plus, Ch. V. Crowther, dans son classement des contributions, place celle où figure Lysimachos en quarantième position et la date “pas plus tôt” que les années 149/14824.

18Une datation vers 200 se heurte aussi à des obstacles géographiques et politiques sérieux. En effet, on a vu que, le plus souvent, les étrangers présents à Iasos au début du iie s. ne venaient pas de très loin, leurs lieux d'origine se situant surtout dans la partie occidentale de l'Asie Mineure. En revanche, avec la pierre tombale, nous entrons dans une autre dimension. L'espace embrassé est ici beaucoup plus vaste, nombre des étrangers concernés venant aussi bien de Méditerranée orientale (Cilicie, Arados, Sidon) que des rives du Pont Euxin (Scythie, Tyras, Bizonè, Sinope). Or, la mention à Iasos de personnes venant d'aussi loin et en aussi grand nombre n'est assurée que vers le milieu du iie s. De plus, la situation des Iasiens vers 200 n'était pas de nature à favoriser la présence de tels métèques sur son sol. La carte no 2 tend à montrer qu'il en fut tout autrement vers 150.

19A ce moment, l'Ionie et la Carie, pour des raisons de proximité évidente, restent encore les endroits les mieux représentés à Iasos. Dans un cas, trois hommes sont de Kymè. Myrina et Magnésie du Méandre. Dans l'autre, trois personnes viennent d'Eurômos et Alinda.

  • 25 Les textes mentionnent également un Mède isolé par ailleurs.
  • 26 IK, 28-Iasos, no 408. Ce document compte cinq Antiochéens sur les sept connus à cette époque (cf. 1 (...)

20Mais cette domination est désormais concurrencée par la Méditerranée orientale. En effet, cinq hommes sont originaires de Cilicie, Mallos, Arados, Marathos et Sidon, et confirment ainsi l'ouverture des Iasiens sur la Syrie amorcée après le traité d'Apamée25. Si les sources ne mentionnent aucun étranger d'Antioche de l'Oronte et de Séleucie de Piérie, celles-ci signalent en revanche des personnes de villes appelées simplement Antioche et Séleucie. Or, la plupart des Antiochéens pourraient être des Syriens car l'inscription dans laquelle ils apparaissent dresse une liste de métèques venant dans leur très grande majorité de villes de Méditerranée orientale et du Pont Euxin26.

21Les détroits sont donc maintenant franchis et les Iasiens accueillent des gens du Pont méridional et du Pont gauche. On connaît ainsi deux Sinopéens et un Héracléote pour le sud, un Scythe, un Tyrasien, un Bizoniète et peut-être un Thrace pontique pour l'ouest.

  • 27 IK, 28-Iasos, no 408 (1. 11-13 et 15-17), no 186 (1. 8-9) et 187 (1. 9).

22Mais l'ampleur de ce phénomène doit être relativisée car les mentions de tous ces lieux sont concentrées dans un court laps de temps. Sur les sept personnes concernées, quatre apparaissent ensemble dans la même inscription et deux autres se suivent d'une année sur l'autre27. Ceci inviterait donc à croire que l'ouverture d'Iasos sur les cités du Pont Euxin n’a duré que peu de temps. Il faut dire que, malgré la prospérité de certaines cités dans la première moitié duIIe s., la situation générale des villes pontiques fut, alors, souvent délicate.

  • 28 NChoix, p. 53. Sur cette période, cf. les décrets d'Olbia et Istros votés, peut-être à la fin du i (...)
  • 29 Pippidi 1981, 258. Sur l'expansionnisme mésembrien, cf. Pippidi et Popescu 1959, 241-258, no 4, et(...)

23En effet, après l'effondrement du royaume de Tylis à la fin du iiie s., la région comprise entre Apollonia du Pont et les bouches du Danube sombra dans une période de troubles “qui mit souvent en péril l'existence même des cités grecques établies sur la côte”28. C'est ainsi que des barbares attaquèrent ces dernières et que des villes tentèrent de s'agrandir aux dépens de leurs voisines. Tel fut le cas de Mésembria qui s'empara du territoire d'Apollonia avant d'en être chassée par Istros29.

  • 30 Cf., à ce sujet, Eftimie 1959, 202 et n. 24 ; Robert 1961, no 419.
  • 31 Belin de Ballu 1972, 87-108 ; Wasowicz 1975, 87-108.

24Pourtant, ces désordres n'empêchèrent pas des habitants des villes concernées de continuer à faire du commerce et à s'enrichir30. A ce sujet, la première moitié du iie s. fut une époque d’intense activité pour au moins une partie des cités du Pont, et le cas d'Olbia est ici exemplaire. Entre la fin du ive et le milieu du iie s., cette ville atteint sa plus grande extension et s'enrichit de monuments nouveaux, tels ceux construits sur l'agora et dans le sanctuaire tout proche. De même, la chôra olbienne fut mise en valeur comme jamais auparavant et c'est vers le même temps que les tribus barbares des environs subirent le plus l'influence d’Olbia31.

  • 32 Cf. Vaulina 1959, 72-84 ; Belin de Ballu, 1972, 109-111 ; Vinogradov, 1987, 69 (pour les mentions (...)
  • 33 Belin de Ballu 1972, 111-116. Cf. aussi Knipovič 1949, 271-284. Par ailleurs, un décret mylasien, (...)

25La ville entretint aussi des relations suivies avec les autres cités du Pont et avec celles de la Méditerranée. Pour la Carie, on sait que les Coéens votèrent, aux iie-ier siècles, un décret en l’honneur de l'Olbiopolitain Posidéios et qu'un Borysthénite est mentionné à Rhodes. C'est aussi de c. 220-150 que datent la plupart des timbres d'amphores rhodiennes découverts à Olbia. Enfin, un vase, peut-être de Cnide, a été découvert dans une tombe olbienne du ier s.32. Mais les villes de l'Asie Mineure occidentale servaient aussi de relais dans des échanges de plus grande envergure, ainsi entre le Pont et l'Égypte comme en témoignent les vases sans doute alexandrins retrouvés dans la nécropole d'Olbia. Selon E. Belin de Ballu, “il y a tout lieu de croire que Rhodes et Milet servaient d'intermédiaires dans ce trafic”33.

  • 34 Lazarov 1986, 405.
  • 35 Sirbu 1983, 43-67 ; Buzoiana 1992, 165 ; Hatzopoulos 1987, 127 ; Sherwin-White 1978, 238. Sur les (...)

26Mais Olbia n'était pas la seule ville du Pont à entretenir de telles relations. Entre 220 et 180, les Rhodiens étaient aussi très présents à Sinope car, dans le commerce du vin, 34,5 % des timbres d'éponymes rhodiens découverts dans cette cité et 46,5 % des timbres de fabricants également rhodiens appartenaient à cette période34. Dans le même temps, Rhodes concurrençait les Sinopéens dans la livraison du vin à des villes du Pont gauche comme Tomis. Dans une moindre mesure, Cnide et Cos participaient aussi à ce commerce35.

  • 36 Pour les timbres, cf. Levi 1961-1962, 623, no 86-87.
  • 37 Alabe 1986, 382.

27Cette situation dut pousser d’autres cités cariennes à profiter de ces liens. Tel fut le cas d'Iasos dont la fouille a révélé la présence, au iie s., de métèques pontiques et de deux timbres d'amphores sinopéennes36. Ces trouvailles rappellent que les échanges se faisaient aussi du Pont vers la Méditerranée. Ainsi Sinope exporta du vin pour lequel R. Alabe a calculé que près de la moitié des timbres amphoriques sinopéens découverts sur l'agora d'Athènes dataient des environs de 180-13037. Or, c'est à cette époque (plutôt vers 180) que remonteraient les timbres de Sinope trouvés à Iasos.

  • 38 IK, 28-Iasos, no 152,1. 26-28.

28Ceci n’empêche pas que les Iasiens connurent, vers le milieu du siècle, des moments difficiles comme le suggère le contrat conclu vers 150 entre la cité et des technites dionysiaques. En effet, les seconds désignèrent des ambassadeurs “afin que les Iasiens prennent note du zèle de notre assemblée générale et de l’ardeur dont nous faisons preuve envers les amis dans les circonstances difficiles”38. Si nous ignorons la nature exacte de ces circonstances, on peut croire cependant qu’elles furent assez sérieuses pour empêcher la célébration des Dionysies l’année précédant celle au cours de laquelle le contrat fut conclu. Il est vrai que le texte ressemble fort à une restauration de contacts interrompus jusque-là.

  • 39 Cette crise rappelle qu’il ne faut pas toujours chercher à associer l’évolution du nombre des étra (...)

29Cette période délicate ne semble pas avoir eu, à Iasos, les mêmes conséquences sur le nombre des étrangers que les événements des années 200-190. En effet, des métèques d’horizons lointains réapparaissent très rapidement dans les listes de contributions et donnent ainsi l’impression de n’avoir pas déserté complètement la cité. Cela signifie peut-être que la crise fut de courte durée et (ou) qu’elle ne fut pas dramatique39.

3. Le temps du reflux ( c . 140-100)

30Comme le suggère la carte no 3, la période qui suit le milieu du iie s. marque un net recul du nombre des étrangers se trouvant alors à Iasos. Peut-être faut-il y voir, en partie, la conséquence des désordres que connurent alors la Carie et les régions d’où étaient originaires ces étrangers.

  • 40 Pour les étrangers mentionnés à partir des années 130-120, cf. IK, 28-Iasos, no 51 et 193-197.
  • 41 IK, 28-Iasos, no 215 ; Crowther 1990, 151.

31Seules une dizaine de personnes ont pu être prises en compte ici et les textes dans lesquels elles apparaissent sont très inégalement répartis dans le temps. Sur onze noms, neuf datent au plus tard du début des années 120 et un seul peut être situé dans les années 120-10040. Le onzième nom vient d’une inscription plus difficile à dater mais que Ch. V. Crowther place à la même époque que celles mentionnant des étrangers dans les années 130-12041.

  • 42 Le métèque de Jérusalem était peut-être juif (cf. LBW. no 294). Si tel était le cas, celui-ci sera (...)

32Les régions et les villes d’où viennent ces étrangers sont également moins nombreuses. Il est vrai que l’on trouve encore des noms de lieux très éloignés d’Iasos, ainsi Callatis dans le Pont et Jérusalem en Palestine, mais les horizons lointains échappent désormais au quotidien des Iasiens42. En effet, outre les ressortissants des deux villes susdites, on ne connaît plus qu’un Bythinien parmi les étrangers venant de loin. Or, ce repli n’a pas été compensé par une intensification des relations de proximité. Seuls peuvent être nommés ici un Myndien, un Coéen et un Trallien de Tralles de l’autre côté du Taurus. Pour ce qui est des gens d’Antioche, d’Apamée et de Laodicée, on ne sait pas à quelles villes précises ces noms correspondent. Si celles-ci étaient en Asie Mineure (Antioche du Méandre, Apamée de Phrygie et Laodicée du Lycos), cela amplifierait moins le recul d'Iasos sur la scène internationale. Si, au contraire, nous avions affaire à des villes de Syrie (Antioche près Daphné, Apamée de l'Oronte et Laodicée sur Mer), cela signifierait que les Iasiens sont restés encore un moment en contact avec les gens de cette région.

  • 43 Sur ces événements, cf. Ferrary 1978, 775-776 (avec une présentation des sources antiques et de la (...)

33L'histoire d’Iasos à cette époque n'étant pas connue, les raisons de ce recul ne se laissent pas reconnaître aisément. Cependant, l'arrivée des Romains en Asie Mineure a peut-être rendu parfois la région moins attractive que par le passé. On pensera ainsi à la guerre d'Aristonicos dont le déroulement, entre 133 et 130, n'épargna pas la côte carienne43.

  • 44 Sur la prise de Myndos, cf. Florus, Peuple rom., 1.35.
  • 45 IK, 28-Iasos, no 613,1. 2-5. Sur l'épiphanie d’Artémis en faveur des Bargyliètes, cf. des cas comp (...)
  • 46 Robert 1937, 465.
  • 47 IK, 28-Iasos, no 612.

34En effet, quand la flotte d'Aristonicos attaqua les ports égéens de l'Asie Mineure, elle s'empara de Myndos mais ne put s'assurer le contrôle de Bargylia44. Tel est ce que suggère une longue inscription bargyliète dans laquelle il est dit que, “alors que de nombreux et grands dangers menaçaient notre cité et (notre) territoire lors de la guerre, le peuple, grâce à l'intervention d'Artémis, a préservé l'autonomie héritée de ses pères et œuvré au rétablissement de l'ordre tel qu'il existait auparavant”45. L. Robert pense que les dangers auxquels il est fait allusion sont ceux que fit peser Aristonicos sur Bargylia46. Selon lui, le Poseidônios fils de Ménandros à l'origine du texte doit être le même que le Poseidônios (le patronyme est perdu) honoré par les Bargyliètes pour avoir obtenu des Romains le retour chez eux de soldats envoyés par la cité en 129 combattre les partisans d'Aristonicos47.

35Il est vrai que le calme n'est pas revenu en Carie avec la capture d'Aristonicos en 130. Peu après, le consul Manius Aquillius dut faire encore campagne pour venir à bout d'ennemis qui résistaient toujours. Or, la longue inscription de Bargylia donne à ce sujet des indications précieuses.

36Vers 129, le Poseidônios à qui est dédié le texte a permis à son peuple d'échapper aux obligations militaires auxquelles son alliance avec les Romains le contraignait. A l'époque où le consul Manius Aquillius combattait en Mysie Abbaïtide contre les partisans d'Aristonicos, les Bargyliètes, “en vertu de l'alliance”, lui avaient ainsi envoyé des soldats qui, la campagne terminée ou sur le point de l'être, furent, grâce à Poseidônios, démobilisés par celui qui les avait employés. Bargylia fut à nouveau sollicitée un peu plus tard par Quintus Servilius Caepio alors que la guerre se rallumait en Asie Mineure. Cette seconde levée de troupes représentait un effort trop important pour la ville qui “fut lourdement accablée du fait de l'ordre de Quintus Caepio”. et fit que “des privations suivirent de près”. Poseidônios, avec d’autres citoyens, se rendit alors auprès du proconsul Gnaeus Domitius Ahenobarbus qui accepta de délivrer les Bargyliètes de leurs engagements.

  • 48 Herrmann 1962, 5, no 2.
  • 49 Syll. 3, no 694 (pour Pergame) ; Str. 14.1.38 (pour Éphèse) ; Aelius Aristide, Lettres, 19.11 (pou (...)

37Ces derniers ne furent certainement pas les seuls auxquels Quintus Caepio demanda des soldats. En effet, le texte parle de contingents alliés placés, avec des troupes régulières, sous les ordres de Gnaeus Domitius Ahenobarbus avant que celui-ci ne confiât son commandement à Quintus Caepio. S'il n'est pas dit d'où ceux-ci venaient, une inscription de la région de Maionia en Lydie mentionne cependant un Héphaïstiôn de Sardes envoyé en forteresse par le légat Quintus Caepio, sans doute le même que celui du texte de Bargylia, pour commander une garnison comptant des contingents grecs d'Asie Mineure48. Bargylia aurait donc pu ne pas être la seule cité de sa région à avoir fourni des troupes aux Romains. D'autres villes firent et souffrirent peut-être de même. Parmi celles-ci pourraient se trouver certaines des cités que l'on sait avoir été dans l'alliance de Rome : Pergame, Éphèse, Smyrne, Byzance, Cyzique, Méthymna, Hypaipa, Tralles, Laodicée, Magnésie, Ilion, Halicarnasse, Milet, Sardes, sans doute Mylasa et peut-être Rhodes49.

  • 50 CIG, no 2501, pour Halicarnasse (le consul est appelé Publius Valerius Crassus) ; Aulu-Gelle, Nuits (...)

38Il est possible aussi que l’appel lancé par Quintus Caepio n’ait pas seulement visé à lever des troupes et certaines cités auraient pu s'acquitter de leur devoir en fournissant du matériel. C'est ce que firent des villes d'Asie quand le consul Publius Licinius Crassus combattait Aristonicos. Halicarnasse donna ainsi un bateau de guerre et Mylasa peut-être un madrier en guise de bélier50. Malgré cela, la guerre d'Aristonicos ne saurait expliquer à elle seule la raréfaction des étrangers à Iasos vers la fin du iie s.

  • 51 Sherk, RDGE, no 12 (pour Pergame) ; Str., 14.1.26 (pour Éphèse) ; OGIS, no 440 (pour Ilion) ; IPri (...)
  • 52 Cf. l'attitude compréhensive de Quintus Mucius Scaevola, gouverneur de la province d'Asie en 97/96 (...)
  • 53 Sartre 1995, 148. Dans le cas d'Olymos (Blümel 1989, 7-9, no 895-897), les travaux ont concerné au (...)

39Peut-être les publicains eurent-ils aussi une part de responsabilité. On sait que, très rapidement, ces hommes tentèrent de lever autant d’impôts qu’ils purent dans la nouvelle province romaine d'Asie. Tel fut le cas à Pergame, Éphèse, Ilion, Priène et Mytilène51. Cependant, des plaintes déposées par les cités devant les autorités romaines furent dans le même temps favorablement entendues52. De plus, M. Sartre rappelle que, dans le dernier tiers du iie s., des programmes de construction ou de réfection parfois très ambitieux furent lancés en Asie Mineure, ainsi à Priène (avec le temple d'Athéna Polias, le théâtre, le gymnase et trois portiques), Claros (avec l'autel d'Apollon), Milet (avec le Didymeion et les agorai), Alabanda (avec le temple d'Apollon), Lagina (avec le temple d'Hécate) et Olymos (avec le temple de Létô)53.

  • 54 Sartre 1995, 148. La situation des cités ne fit que s'aggraver après la première guerre de Mithrid (...)

40Pourtant, il ne faut pas minimiser les abus romains dans la province d'Asie. Ainsi M. Sartre, tout en évoquant le maintien d'une certaine prospérité dans la région après la guerre d’Aristonicos, rappelle que “la brutalité de l'explosion de 89-88 laisse peu de doute sur l'état réel de l'Asie Mineure au début du ier s. Quels que soient les efforts des cités et des évergètes, la haine des Romains se nourrit probablement d'un malaise économique et social”54.

  • 55 Bogaert 1968, 270. Sur des sanctuaires pillés par des pirates au ier s., cf. Appien, Mithr., 63, e (...)
  • 56 Debord 1982, 228.
  • 57 Cf. Robert 1930, 330, n. 1 ; Van Effenterre 1948, 208 ; Brulé 1978, 74-75. Tous les accords sont p (...)

41On a pensé également que la multiplication, par les sanctuaires, des actes d'achat et de location de terres à Mylasa, Olymos et Sinuri pouvaient avoir un rapport avec les difficultés que ceux-ci devaient connaître à cette époque. R. Bogaert a ainsi proposé de rapprocher ces transactions des raids, nombreux au ier s., des pirates de l'Asie Mineure méridionale. Selon lui, les temples plaçaient alors leur argent chez des particuliers car ces derniers étaient “moins suspects de cacher de riches trésors que les maisons des dieux”55. R Debord pense plutôt que si, dans le cas d'Olymos, l'argent sacré fut confié à des particuliers, c'est parce que le sanctuaire ne possédait pas les installations adéquates56. On remarquera aussi que, si la piraterie prit bien une grande ampleur dans les derniers temps de l'époque hellénistique, la menace que celle-ci représentait existait déjà dans la première moitié du iie s. On pense que c'est peut-être pour éviter d'être attaqués que les Mylasiens conclurent des accords avec les pirates Crétois57.

42Quoi qu'il en soit, alors que l'Asie Mineure commençait à sentir le poids de la domination romaine, des troubles éclatèrent aussi dans certaines des régions d'où étaient originaires les étrangers d'Iasos.

  • 58 Sur ces événements, cf. Wᾳgsowicz 1975, 109-110, et Belin de Ballu 1972, 120-131.
  • 59 Danov 1960, 80 ; Nawotka 1991,56-60.

43On notera d'abord que, dans le Pont, de nouvelles poussées barbares menacèrent la paix qui régnait jusqu'alors sur le territoire de plusieurs cités. Si l'on prend le cas d'Olbia, la ville fut incendiée vers le milieu du iie s., son artisanat, son art et son commerce entrèrent en déclin, et sa chôra commença à dépérir. C'est donc une cité très affaiblie que Mithridate VI conquit à la fin du iie s. et que les Gètes ravagèrent complètement en 4858. Ce sort fut aussi celui des autres villes grecques du littoral septentrional du Pont Euxin. Mais la situation ne semble pas avoir été meilleure au sud car, à la fin du iie s., les villes d'Istros et de Tomis luttèrent contre les attaques de plusieurs tribus barbares et, vers le milieu du siècle suivant, affrontèrent la terrible invasion gète de Byrébistas59.

  • 60 Sartre 1989. 42. Cf. aussi Will 1989, 229.

44La seconde moitié du iie s. fut aussi une époque difficile pour les Syriens. En effet, les querelles dynastiques qui opposèrent dès 162 les descendants, ou prétendus tels, de Séleucos IV à ceux d’Antiochos IV épuisèrent “les ressources des villes, troublant les échanges commerciaux et dévastant les campagnes”60.

  • 61 Justin, Hist. phil., 35.1.3-5.
  • 62 Fl. Josèphe, Ant. jud., 13.4.5-7 ; 1 Macc, 11.8-13.
  • 63 1 Macc., 11.47-48 ; Fl. Josèphe, Ant. jud., 13.5.3.
  • 64 Str. 16.2.10 ; Liv., Periochae, 52.
  • 65 1 Macc., 15.37-39 ; Fl. Josèphe, Ant. jud., 13.7.2 ; Str. 14.5.2.
  • 66 Sur la révolte d'Antioche, d'Apamée et d'autres villes, cf. Justin, Hist. phil., 39.1.3. Sur le co (...)

45Il est vrai que les premières, après 145, furent souvent mêlées aux guerres que se livrèrent les prétendants au trône. Ainsi Antioche de l'Oronte se souleva en 154 contre Démétrios ier61 En 147, Ptolémée VI, en conflit avec Démétrios II puis avec Alexandre Balas, traversa la Cœlé-Syrie et s'empara de cette ville62. En 145, Antioche fut également ravagée par les soldats de Jonathan Maccabée arrivés au secours de Démétrios II un temps menacé par son peuple63. La même année, Apamée fut conquise par les partisans du futur Antiochos VI, et Démétrios II abandonna Antioche pour se réfugier à Séleucie de l'Oronte64. En 138, Apamée, refuge de Diodotos Tryphon, fut cette fois investie par les troupes d'Antiochos VII et vit la mort de celui qu'elle avait abrité65. Plus tard, en 128, Démétrios II dut encore faire face à de nouveaux désordres en Syrie, notamment à Antioche et à Apamée, et, vaincu par Alexandre Zabinas, fut mis à mort à Tyr en 12566.

  • 67 Sur la guerre des Juifs contre les Séleucides, cf. Bouché-Leclercq 1963, 262-294 et 319-322 ; Will (...)
  • 68 Sartre 1989, 41.Il était difficile pour les Séleucides de réprimer ces désordres car, outre leurs (...)

46Vers le même temps, l'indépendance obtenue par les Juifs sur les Séleucides engendra, après 152, un mouvement qui précipita la dislocation du royaume syrien et remit en cause la sécurité des routes commerciales traversant la région67. C'est ainsi que des tribus arabes s'emparèrent de l'intérieur du Liban, d’une partie de la Syrie et de la vallée de l'Euphrate. Les communications entre Damas et la mer s'en trouvèrent menacées et les droits de passage excessifs prélevés par les tribus de l'Euphrate obligèrent les marchands à modifier leurs routes68.

  • 69 Rey-Coquais 1974, 159-160. Cf. aussi Seyrig 1964, 49-50.
  • 70 Bouché-Leclerq 1963, 400.

47Cependant, ces désordres ne désorganisèrent pas complètement la Syrie et les alentours. Une certaine activité réussit à se maintenir et plusieurs cités continuèrent à profiter des échanges auxquels on s'adonnait encore sur le territoire syrien. J.-P. Rey-Coquais pense que cela fut notamment le cas pour Arados dont les nombreux bronzes frappés entre 167-166 et 126-125 supposent une certaine prospérité. Il en est de même pour le monnayage d'argent aradien émis entre 174-173 et 110-109 et “certainement destiné au commerce international”69. En fait, les querelles entre les prétendants au trône des Séleucides et les menaces extérieures n'étaient pas permanentes. C’est pourquoi une suspension des hostilités était propre à ramener le calme et à rétablir les échanges. C’est ce qui s'est passé sous Antiochos VIII après sa victoire sur Alexandre Zabinas en 12370.

48Cet exemple montre combien il faut considérer avec prudence les raisons pour lesquelles le nombre des étrangers à Iasos a évolué au iie s. En effet, si ce n'est au début de la période, quand les difficultés locales gênèrent certainement l’accès des étrangers à la cité, il est en revanche plus difficile de dire pourquoi ces derniers furent plus nombreux au milieu du siècle et plus rares ensuite. Les explications avancées ici ne sont pas déterminantes et font plutôt apparaître une situation complexe tenant compte à la fois du contexte régional et des particularismes locaux. De plus, un étranger dans une cité donnée ne reste pas systématiquement en contact avec sa ville d'origine et ne se trouve pas toujours à la tête d'une ligne commerciale. Pour cela, il aurait fallu que le nombre des intéressés par lieu d'origine fût plus important qu'il n'est effectivement dans les inscriptions iasiennes (on ne dépasse jamais quatre noms par localité ou région). De ce fait, les investigations conduites ici sont à replacer dans le cadre d'une exploration aux entrées multiples. Enfin, il est certain que l'étude des étrangers présents à Iasos au iie s. doit tenir compte de ce que les inscriptions les mentionnant sont bien plus nombreuses dans la première moitié de ce siècle que dans la seconde. On pourrait en effet objecter que la rareté du matériel à ce moment ne signifie pas pour autant que les étrangers étaient alors moins nombreux dans la cité. Cependant, malgré la valeur d'une telle remarque, il n'en reste pas moins que le pic mis en valeur ici est un élément déjà intéressant à mettre en relation avec les phases de crise, de prospérité et à nouveau de crise que la région d’Iasos a manifestement connues au début, au milieu et à la fin du iie s.

Les sources de cette poque mentionnent galement douze personnes dont les ethiques sont aujourd'hui perdus ou n'ont jamais t donn s.
Carte 1 : Les étrangers à Iasos dans la première moitié du iie s. a.C.
Alinda : Lieu d’origine des étrangers
(1) Nombre d’étrangers par lieu d’origine

Les sources de cette époque mentionnent également quatre personnes dont les ethniques sont aujourd'hui perdus.
Carte 2 : Les étrangers à Iasos vers le milieu du iie s. a.C.
GALATIE/Myrina : Lieu d’origine des étrangers
(2) : Nombre d’étrangers par lieu d’origine

Les sources de cette époque mentionnent également quatre personnes dont les ethniques sont aujourd’hui perdus.
Carte 3 : Les étrangers à Iasos dans la seconde moitié du iie s. a.C.
BITHYNIE/Myrina : Lieu d’origine des étrangers
(2) : Nombre d’étrangers par lieu d’origine

Annexes

ANNEXE. LES ÉTRANGERS A IASOS AU IIe SIÈCLE a.C.

lieu d'origine1

datation2

nom

motif3

références4

Alabanda

200-160

Dionysios f. d'Antigonos

(1)

175, 1. 19-20

Alinda

Agathoboulos f. de Dionysios

(1)

173, 1. 14-16

160-140

Ménès f. de Papiadès

(1)

192, 1.7-8

Ménoitas f. de Prôteus

(1)

187, 1. 10

Théodôros f. de Théodôros

(1)

188, 1. 8-9

Antioche5

200-160

Prôtos f. de Dionysios

(1)

206, 1. 14-15

160-140

Dôriôn f. de Dôriôn

(2)

408, 1. 2

Epainétos f de Glaukias

(2)

408, 1. 4

Glaukias f. d'Épainétos

(2)

408, 1. 3

Lysimachos f. d'Iasôn

(1) et (2)

201, 1. 12-13 ; 408.1. 5

Nikanôr f. de Diophantos

(1)

199, 1. 11-12

Rhodôn f. d'Épainétos

(2)

408, 1. 6

Symmachos f. de Dèmarchos

(11)

188, 1. 8

140-100

Hé...phôn f. de Polytimos

(1)

194, 1. 6

Antioche de Syrie

200-160

Hermôn f. d'Agathoklès

(1)

172, 1. 20-24

Nous f. de Dèmètrios

(1)

184, 1. 8

Apamée6

140-100

Agathinos f. de Léon

(1)

193, 1. 8

Eucharès f. de Charès

(1)

196, 1. 7-8

Arados

160-140

Kerdôn f. d'Antipatros

(2)

408, 1. 18-19

... f. de...imos

(3)

58, 1.4

Bithynie

140-100

Pythès f. d'Aristeidès

(1)

197, 1. 6

Bizonè

160-140

Ktèsias f. d'Apollônios

(2)

408, 1. 11-12

Callatis

140-100

Diogénès f. de ...anybotos

(1)

197, 1. 7

Cilicie

160-140

Hybristès f. de Dionysios

(2)

408, 1. 14-15

Cos

120-100

Téleutias f. de Theudôros

(3)

51, 1. 3, 19, 20-21, 33, 35, 38

Eurômos

Mélas f. de Dèmètrios

(1)

198, 1. 8

Galatie

Agathoboulos f. d'Euphrôn

(2)

408, 1. 8

Euphrôn f. d'Orthias

(2)

408, 1. 7

Héraclée du Pont

Poseidônios f. de Bennétos

(1)

186, 1. 8-9

Hiérapolis

Dionysios f. de Nikanôr

(1)

185, 1. 8

Indéterminé7

200-160

Agathoklès f. d'Hiéroklès

(1)

165, 1. 17-18

Apollônios f. de Biôn

(1)

165, 1. 23-24

Apollônios f. de Phanokritos

(1)

164, 1. 15-16

Hermias f. de...

(1)

212, 1. 1 1-12

Iasôn f. d'Hékatônymos

(D

164, 1. 11-12

Thal...

(1)

202, 1. 6

...os f. d'Amphiklès

(1)

178, 1. 10-1 1

???

(1)

205, 1. 19

???

(1)

207, 1. 18

???

(1)

208, 1. 24

???

(1)

209, 1. 10

???

(1)

210, 1. 9-10

160-140

Dèmètrios f. de Zôtikos

(1)

216, 1. 13

Ménoitios f. de Dèmètrios

(1)

217, 1. 11-12

???

(1)

189, 1. 118

???

(1)

190, 1.6-79

140-100

???

(1)

195, 1. 21-26

Jérusalem

Nikètas f. d'Iasôn

(1)

193, 1. 8-9

Kymè

160-140

Piléos f. de Philistidès

(1)

191, 1. 13

Laodicée10

160-140

Ménékratès f. de Dèmètrios

(1)

199, 1. 10-11

140-100

Hèkataios f. de Mènogénès

(1)

196,1. 8

Lysimacheia

200-160

Épinikos f. d'Aristéas

(1)

184, 1. 8-9

Magnésie11

Eirènaios f. de Mandrogénès

(1)

176, 1. 15-16

Magnésie du Méandre

160-140

Hérakleitos f. de Kallisthénès

(1)

200, 1. 8-9

Mallos

Mènophilos f. de Dionysios

(1)

198, 1. 7-8

Marathos

Euènémos f. d'Apollônios

(1)

200, 1. 9-10

Médie

Sarapiôn f. de Dèmètrios

(2)

408, 1. 9-10

Mylasa

200-160

... f. de Dèmètrios

(1)

202, 1. 7

Myndos

Libanos f. d'Amphiklès

(1)

174, 1. 23-24

140-100

Hiéroklès f. d'Hiéroklès

(1)

215, 1. 10-11

Myrina

160-140

Damathéos f. d'Alexandridès

(1)

192, 1. 7

Neaetum

200-160

Droméas f. de Théodôros

(1)

174, 1. 20-22

Phasélis

Asklèpiadès f. d'Hipponikos

(1)

175, 1. 22-23

Phocée

Néon f. de Pythagoras

(1)

177, 1. 12-13

Scythie

160-140

Kerdôn f. d'Hermôn

(2)

408, 1. 15-16

Séleucie12

Sôsibios f. d'Apollônios

(1)

217, 1. 10-11

Séleucie de Syrie ( ?)13

200-160

Kasios f. d’Aristôn

(1)

176, 1. 17-18

Selgè

... f. de Philôn

(1)

210, 1. 10

Sidon

160-140

Hèrakleidès f. de Zénodotos

(2)

408, 1. 19-20

Sinope

Dioskouridès f. d'Apollônios

(1)

187, 1. 9

Hermias f. de Dèmètrios

(2)

408,1. 16-17

Stratonicée

200-160

Hèkataios f. d'Athènodôros

(1)

164, 1. 13-14

Syracuse

Nymphôn f. d'Archagathos

(1)

177, 1. 14-15

Tarse

200-100

Hellaniôn

(2)

388

Téos

220-180

Alexandros f. de Philiskos

(3)

RAL, 44, 1989, pp. 53-54, 3,1.
31, 42, 52

Thrace

160-140

Hèkataios f. de Zônios

(1)

191, 1. 12

Tralles de l'autre côté du Taurus14

160-140

Kinéas f. de Prôtoarchos

(1)

186, 1.7-8

???

(1)

216,1. 14-15

140-100

Sôsilos f. de Prôtoarchos

(1)

194, 1. 7

Tyras

160-140

Hermias f. de Dionysios

(2)

408, 1. 12-13

1 Les étrangers sont classés par ordre alphabétique des noms de lieux, puis par ordre chronologique, puis par ordre alphabétique de leurs prénoms.
2 Les dates 200-160 (= 200/199-161/160), 160-140 (= 160/159-141/140) et 140-101 (= 140/139-101/100) s'inspirent des travaux de Ch. V. Crowther sur les contributions financières pour la célébration annuelle des Dionysies d'Iasos (Crowther 1990, 143-151). Celui-ci a pris soin d'avertir que les dates qu'il propose ne sont qu'indicatives (Crowther 1995, 226). C’est pourquoi il a été choisi ici, tout en tenant compte du classement de Ch. V. Crowther, de n'écrire que des dates relatives.
3 Les codes figurés dans cette colonne signifient :
(1) = Mention du personnage comme métèque ayant contribué au financement des Dionysies d'Iasos.
(2) = Mention du personnage sur une pierre tombale.
(3) = Mention du personnage dans un décret rendu en son honneur.
4 Les inscriptions mentionnées dans cette colonne sont tirées pour la plupart de IK, 28-Iasos. Seul le texte mentionnant un Téien vient de Blümel 1989, 47-55.
5 Sur l’identité de cette cité, cf. LBW, no 284 (A. du Méandre) ; Hicks 1887, 101 (A. de Pisidie) ; Jost 1935, 49 et n. 432 (A. de Phrygie) ; Robert 1963a, 320 (A. de Syrie).
6 Sur l’identité de cette cité, cf. Hicks 1887, 102 (A. de Phrygie) ; Jost 1935, 49 et n. 431 (A. de Phrygie) ; IK, 28-Iasos, no 193 (A. de Syrie).
7 L'ethnique des métèques d'origine indéterminée mentionnés dans IK, 28-Iasos, no 164 (1. 11-12 et 15-16) et 165 (1. 17-18 et 23-24) n'a jamais figuré sur la pierre.
8 La présence d'au moins un métèque est attestée dans cette inscription très abîmée grâce à la mention, 1. 11, d'un don de 100 drachmes. Cette somme ne peut provenir que d'un étranger, les citoyens devant verser 200 drachmes (sur l'institutionalisation de ces versements, cf. Migeotte 1993, 278 et 280). Cf. aussi dans IK, 28-Iasos, no 205 (1. 19), no 207 (1. 18), no 208 (1. 24), no 209 (1. 10), no 212 (1. 11-12).
9 Comme l'indique ce qui subsiste de la ligne 11 (“cent drachmes chacun”), cette inscription devait contenir les noms de plusieurs métèques. Cf. aussi dans IK, 28-Iasos, no 195 (1. 21-26), no 210 (1. 9-10), no 216 (1. 16).
10 Sur l'identité de cette cité, cf. LBW, no 284 (L. du Lycos) ; Hicks 1887, 102 (L. du Lycos ?) ; IK, 28Iasos, no 199 (L. de Syrie).
11 Sur l'identité de cette cité, cf. Hicks 1887, 101, et Jost 1935, 49 (M. du Sipyle).
12 Sur l'identité de cette cité, cf. Hicks 1887, 102 (S. du Tigre).
13 W. H. Waddington note que le nom du métèque mentionné ici rappelle Zeus Kasios, dieu honoré à Séleucie de Piérie (LBW, no 265). G. Jost (1935, 49) et W. Blümel (IK, 28-Iasos, no 176) font la même remarque.
14 Sur l'emplacement de cette cité, cf. Waddington 1861, 105 ; LBW, no 287 ; Anderson 1898, 85-86 ; Ruge 1934, 47 et 1937, 2128 ; von Premerstein & Praechter 1914, 53 ; Jones 1937, 81 ; Zgusta 1984, 632.

Cas particuliers :

lieu d'origine

datation15

nom

motif

références

Apamée

200-150 ( ?)

Agathinos f. d'Iasôn

(2)

370, 1. 1-4

Cos

après 200 ( ?)

Zènas

(2)

406, 1. 1-2

15 Les datations qui suivent reposent sur la forme des lettres des documents concernés.

Notes

1 Toutes les dates sont a.C.

2 On ne retiendra pas les ambassadeurs, soldats, athlètes, pèlerins, artistes, juges, etc., dont les déplacements ne sont pas de la même nature que ceux des métèques. En revanche, les noms inscrits, sans plus de précision, sur des pierres tombales seront pris en compte car certains d'entre eux appartiennent sans doute à des métèques.

3 Crowther 1990, 143-151, et Crowther 1995, 225-234 ; Migeotte 1993, 267-294. Cf. aussi Delrieux 1996. 371-388.

4 L'ethnique des quatre autres étrangers n'est pas connu. Deux sont perdus et les autres n'ont jamais été écrits sur la pierre.

5 Labraunda, III.2, no 110,1. 4-5 (pour les Bargyliètes) ; Piejko 1990, 151, no 1, 1. 8 (pour le Rhodien). Comme à Iasos, ces étrangers ne viennent pas de loin.

6 Plut., Flamininus, 12.2 ; Pol. 16.24.1-2 ; 18.2.3 ; 18.8.8-9 ; 18.44.4 ; 18.48.2 ; Liv. 32.33.6-7 ; 33.18.18-19 ; 33.3.1-3 ; 34.32.5.

7 Pol. 16.24.5-6.

8 Pol. 16.24.1-2 ; Polyen, Strat., 4.18.2.

9 Pol. 16.24.5-8.

10 Liv. 37.17.3-7.

11 Le tremblement de terre de 199/198 figure dans Justin, Hist. phil., 30.4.1-3 (d'où est tiré le passage cité ici), Pline, HN, 2.202, Plut., Mon, Les oracles de Delphes, 399c, et Str. 1.3.16.

12 Le désastre dont Iasos a été victime apparaît indirectement dans la lettre de la reine Laodice III aux Iasiens vers 195 (IK, 28-Iasos, no 4,1. 6-8). On y apprend aussi que la cité comptait des citoyens indigents incapables d'assurer une dot à leurs filles sur le point de se marier (1. 23). Peut-être certains d'entre eux avaient-ils tout perdu dans le séisme. Sur les travaux concernant le bouleutèrion, l'archéion, le théâtre et l'agoranomion, cf. IK, 28-Iasos, no 22, 164, 179-180, 182-184, 249, 252.

13 IK, 28-Iasos, no 93,1. 22-23.

14 Mastrocinque 1995, 137. A. Mastrocinque songe aussi à Antiochos II, tandis que L. Robert pense à Antiochos Ier (Robert 1935, 452).

15 Sur les bienfaits d'Antiochos et de Laodice, cf. IK, 28-Iasos, no 4 (1. 1-32, 47-48, 51-59, 68-79) et no 5 (1. 8). Sur les juges étrangers à Iasos, cf. Pugliese Carratelli 1989,49-51, no 1 (juges de Myndos), IK, 28-Iasos, no 73 (juge de Priène), no 74 (juge de Priène), 75 (juges d'une cité dont le nom est perdu), et 77 (juges peut-être d’Halicarnasse). Les textes dans lesquels ces hommes apparaissent ont été redatés dans Crowther 1995, 118 (cf. 115-117 pour le rôle d'Antiochos III dans l'envoi de juges étrangers à Iasos). L'épigraphie ne dit pas que le rétablissement de l'ordre à Iasos profita de l'exil des adversaires du parti antiochique (Liv. 37.17.5).

16 Ch. V. Crowther (1995, 118) date après 190/189 les décrets iasiens honorant des juges de Clazomènes (Pugliese Carratelli 1989, 51-52, no 2,1. 1-32 ; 55, no 5), de Téos (ibid., 53-54, no 3,1. 15-58) et de Chios (ibid., 54-55, no 4,1. 15-42).

17 Un exemple de cette ouverture est l'ambassade envoyée à Iasos par Eumène II de Pergame pour inviter la cité aux Nikèphoria de 182/181 (IK, 28-Iasos, no 6). De même, des Pidasiens, propriétaires terriens dans l’Eurômide, apparaissent dans un décret de sympolitie conclue entre Milet et Pidasa, peut-être au début de 182 (Milet, III. 1, Delphinion, no 149,1. 39-40 et 44).

18 Les Italiens sont nombreux dans les inscriptions iasiennes du ier s. A. Mastrocinque pense que la plupart d’entre eux viennent de Rome et du Latium (Mastrocinque 1994, 236-252). W. Johannowsky songe plutôt à la Campanie (1969/70, 459).

19 NChoix, no 7, II, 1. 1-6 (traduction à comparer avec celle proposée dans Bresson 1987, 235-236 et n. 75).

20 C'est aussi de cette époque que date un accord entre les Iasiens, les technites dionysiaques d’Ionie et d'Hellespont, et ceux de Dionysos Kathègémôn (IK, 28-Iasos, no 152).

21 Bean & Cook 1957, 105-106.

22 Robert 1983, 178, n. 127 ; IK, 28-Iasos, II, 93-94.

23 IK, 28-Iasos, no 201,1. 12.

24 L. Migeotte le met en quarante-cinquième position. Sur la datation de Ch. V. Crowther, cf. Crowther 1990, 151.

25 Les textes mentionnent également un Mède isolé par ailleurs.

26 IK, 28-Iasos, no 408. Ce document compte cinq Antiochéens sur les sept connus à cette époque (cf. 1. 2-7).

27 IK, 28-Iasos, no 408 (1. 11-13 et 15-17), no 186 (1. 8-9) et 187 (1. 9).

28 NChoix, p. 53. Sur cette période, cf. les décrets d'Olbia et Istros votés, peut-être à la fin du iiie - début du iie s., en l'honneur de Protogénès fils de Hérosôn et d'Agathoklès fils d'Antiphilos. Sur le premier, cf. Michel, no 337, et sur le second NChoix, no 6. Sur la datation de ces documents, voir J. et L. Robert, Bull. ép., 1961, no 419, et Nawotka 1991, 45-46.

29 Pippidi 1981, 258. Sur l'expansionnisme mésembrien, cf. Pippidi et Popescu 1959, 241-258, no 4, et IGBulg, I, no 388bis.

30 Cf., à ce sujet, Eftimie 1959, 202 et n. 24 ; Robert 1961, no 419.

31 Belin de Ballu 1972, 87-108 ; Wasowicz 1975, 87-108.

32 Cf. Vaulina 1959, 72-84 ; Belin de Ballu, 1972, 109-111 ; Vinogradov, 1987, 69 (pour les mentions épigraphiques).

33 Belin de Ballu 1972, 111-116. Cf. aussi Knipovič 1949, 271-284. Par ailleurs, un décret mylasien, peutêtre de 220-180, rend hommage à [---]ôn fils d'Apollônios, d'Alexandrie (IK, 34-Mylasa, no 133, 1. 2). On trouve aussi un Mylasien à Alexandrie au IIe s. (Breccia 1911 [Musée d’Alexandrie], no 308). A Iasos, à une époque discutée, le néocore alexandrin Ménékratès fils de Ménékratès fait une dédicace à des dieux égyptiens (IK, 28-Iasos, no 242, 1. 15-17).

34 Lazarov 1986, 405.

35 Sirbu 1983, 43-67 ; Buzoiana 1992, 165 ; Hatzopoulos 1987, 127 ; Sherwin-White 1978, 238. Sur les relations de Cos avec le Pont Euxin, cf. Robert, 1979, 35-36.

36 Pour les timbres, cf. Levi 1961-1962, 623, no 86-87.

37 Alabe 1986, 382.

38 IK, 28-Iasos, no 152,1. 26-28.

39 Cette crise rappelle qu’il ne faut pas toujours chercher à associer l’évolution du nombre des étrangers dans une cité aux événements survenus dans celle-ci. En effet, l’activité économique que l’on peut mesurer à travers le nombre des métèques a des rythmes qui ne sont pas forcément ceux de la politique.

40 Pour les étrangers mentionnés à partir des années 130-120, cf. IK, 28-Iasos, no 51 et 193-197.

41 IK, 28-Iasos, no 215 ; Crowther 1990, 151.

42 Le métèque de Jérusalem était peut-être juif (cf. LBW. no 294). Si tel était le cas, celui-ci serait à rapprocher, à Iasos, d’Apollônios fils d’Isbaltos (IK, 28-Iasos, no 265, 1. 8), Ioudas fils d’Euodos (IK, 28-Iasos, no 284, 1. 4) et Marcus Aurelius Papias Eioudas (IK, 28-Iasos, no 377). Sur ces noms et leur relation avec le judaïsme, cf. Robert 1940, 28-29, Robert 1946b, 100-101, et Robert 1963a, 327.

43 Sur ces événements, cf. Ferrary 1978, 775-776 (avec une présentation des sources antiques et de la bibliographie moderne).

44 Sur la prise de Myndos, cf. Florus, Peuple rom., 1.35.

45 IK, 28-Iasos, no 613,1. 2-5. Sur l'épiphanie d’Artémis en faveur des Bargyliètes, cf. des cas comparables, à diverses époques, à Cnide avec Artémis Hyakinthotrophos Epiphanès, à Panamara avec Zeus Panamaros, à Cyzique avec Athéna d’Ilion, à Delphes avec Athéna Pronaia, ou à Lindos avec Athéna Lindia (Roussel 1931, 95-115 ; Robert 1937,460-461). Dans la seconde moitié du iis., Mylasa a peut-être émis des bronzes portant un cheval sur le droit et une bipenne décorée d’une couronne de laurier sur le revers (Akarca 1959, 74-75, no 69). Cette couronne pourrait être un témoignage de reconnaissance des Mylasiens à l’intention de Zeus Labraundos qui aurait pu intervenir en leur faveur contre les troupes d'Aristonicos.

46 Robert 1937, 465.

47 IK, 28-Iasos, no 612.

48 Herrmann 1962, 5, no 2.

49 Syll. 3, no 694 (pour Pergame) ; Str. 14.1.38 (pour Éphèse) ; Aelius Aristide, Lettres, 19.11 (pour Smyrne) ; Tacite, Ann., 12.62 (pour Byzance) ; Hansen 1971, 156 (pour Cyzique) ; Evangelidis 1920-1921, 100 sq., no 1 (pour Méthymna) ; Tacite, ibid., 4.55 (pour Hypaipa, Tralles, Laodicée, Magnésie, Ilion, Halicarnasse, Pergame, Éphèse, Milet, Sardes et Smyrne) ; Aulu-Gelle, Nuits attiques, 1.13.11 (pour Mylasa, cf. la lecture de R. Marache dans sa traduction d'Aulu-Gelle, CUF, Paris, 1967, 51, n. 1). Pour Rhodes, cf. Migeotte 1992, 250, n. 184.

50 CIG, no 2501, pour Halicarnasse (le consul est appelé Publius Valerius Crassus) ; Aulu-Gelle, Nuits attiques, 1.13.11-13, pour Mylasa.

51 Sherk, RDGE, no 12 (pour Pergame) ; Str., 14.1.26 (pour Éphèse) ; OGIS, no 440 (pour Ilion) ; IPriene, no 111 (pour Priène) ; Sherk, RDGE, no 25-26 (pour Mytilène).

52 Cf. l'attitude compréhensive de Quintus Mucius Scaevola, gouverneur de la province d'Asie en 97/96 ou 94/93 (sur ce personnage, cf. Badian 1956, 104-123). Cependant, M. Sartre remarque que “l'impression est trompeuse : il va de soi que les provinciaux n'avaient aucune raison de faire afficher les décisions qui leur étaient défavorables et nous ne conservons donc ainsi que la trace des procès gagnés” (Sartre 1995, 148, n. 53).

53 Sartre 1995, 148. Dans le cas d'Olymos (Blümel 1989, 7-9, no 895-897), les travaux ont concerné au moins le temple de la déesse et la remise en place de sa statue.

54 Sartre 1995, 148. La situation des cités ne fit que s'aggraver après la première guerre de Mithridate, quand Sylla infligea une amende de 20 000 talents à la province d'Asie (Plut.. Sylla, 25.4 ; Lucullus, 4.1, et 20.4). La région entra alors dans une spirale “qui la conduisit à une ruine à peu près complète à la veille d'Actium” (Sartre 1995, 149). Les villes de Carie n'échappèrent pas à ce déclin car une lettre de Cicéron, écrite en 51/50, signale que Mylasa, Bargylia, Alabanda, Héraclée et Caunos avaient emprunté de l'argent à Marcus Cluvius de Pouzzoles et qu'elles ne pouvaient pas le lui rembourser (Correspondance, lettre 234 - Fam., 13.56).

55 Bogaert 1968, 270. Sur des sanctuaires pillés par des pirates au ier s., cf. Appien, Mithr., 63, et Plut., Pompée, 24.

56 Debord 1982, 228.

57 Cf. Robert 1930, 330, n. 1 ; Van Effenterre 1948, 208 ; Brulé 1978, 74-75. Tous les accords sont publiés dans IK, 34-Mylasa, no 641-659 ; Blümel 1989, 5-6, no 660 ; Blümel 1992, 12-15, no 660-663.

58 Sur ces événements, cf. Wᾳgsowicz 1975, 109-110, et Belin de Ballu 1972, 120-131.

59 Danov 1960, 80 ; Nawotka 1991,56-60.

60 Sartre 1989. 42. Cf. aussi Will 1989, 229.

61 Justin, Hist. phil., 35.1.3-5.

62 Fl. Josèphe, Ant. jud., 13.4.5-7 ; 1 Macc, 11.8-13.

63 1 Macc., 11.47-48 ; Fl. Josèphe, Ant. jud., 13.5.3.

64 Str. 16.2.10 ; Liv., Periochae, 52.

65 1 Macc., 15.37-39 ; Fl. Josèphe, Ant. jud., 13.7.2 ; Str. 14.5.2.

66 Sur la révolte d'Antioche, d'Apamée et d'autres villes, cf. Justin, Hist. phil., 39.1.3. Sur le conflit opposant Démétrios II à Alexandre Zabinas, cf. Bouché-Leclercq 1963, 391-394.

67 Sur la guerre des Juifs contre les Séleucides, cf. Bouché-Leclercq 1963, 262-294 et 319-322 ; Will & Orrieux 1986, 113 sq.

68 Sartre 1989, 41.Il était difficile pour les Séleucides de réprimer ces désordres car, outre leurs querelles, ils durent affronter le danger parthe dès la fin des années 140 (conquête de la Babylonie en 141 ; défaite d'Antiochos VII en 129 ; prise de Doura-Eurôpos en 113). Sur l'expansion parthe au iie s., cf. Will 1982, 349-350, 400-403 et 407-408.

69 Rey-Coquais 1974, 159-160. Cf. aussi Seyrig 1964, 49-50.

70 Bouché-Leclerq 1963, 400.

Table des illustrations

Légende Les sources de cette poque mentionnent galement douze personnes dont les ethiques sont aujourd'hui perdus ou n'ont jamais t donn s.Carte 1 : Les étrangers à Iasos dans la première moitié du iie s. a.C.Alinda : Lieu d’origine des étrangers(1) Nombre d’étrangers par lieu d’origine
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Les sources de cette époque mentionnent également quatre personnes dont les ethniques sont aujourd'hui perdus.Carte 2 : Les étrangers à Iasos vers le milieu du iie s. a.C.GALATIE/Myrina : Lieu d’origine des étrangers(2) : Nombre d’étrangers par lieu d’origine
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Les sources de cette époque mentionnent également quatre personnes dont les ethniques sont aujourd’hui perdus.Carte 3 : Les étrangers à Iasos dans la seconde moitié du iie s. a.C.BITHYNIE/Myrina : Lieu d’origine des étrangers(2) : Nombre d’étrangers par lieu d’origine
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540