Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Deuxième partie. Les cités

Les Pidaséens entrent en sympolitie avec les Milésiens : la procédure et les modalités institutionnelles

Philippe Gauthier

Texte intégral

  • 1 Schmitt 1994, 35-44 : “Überlegungen zur Sympolitie”, avec une hypothèse originale au sujet de la c (...)
  • 2 Milet, I.3 (Delphinion), no 149.
  • 3 Une bonne photographie de la stèle, à présent, dans le volume publié par P. Herrmann, Milet, VI.1 (...)

1Dans une étude récente, Hatto H. Schmitt ajustement souligné la diversité de statuts et de situations que recouvrait, dans le monde grec antique, le vocable συμπολιτεία, “sympolitie”1. Trop souvent, en effet, les commentateurs précédents ont usé d'un critère unique et interprété les “unions de cités" en termes d'annexion, d'Anschluss imposé. Il leur suffisait de noter le déséquilibre des forces entre les deux parties contractantes pour conclure que la cité la plus puissante avait pris l'initiative et avait absorbé la cité la moins importante, plus ou moins contrainte ou résignée selon les cas. En fait, comme l'a rappelé H. Schmitt, les “unions de cités” ont dû revêtir des formes (institutionnelles) et s’accommoder de situations très diverses. Il y en eut plusieurs dans l'Asie Mineure du iie siècle a.C., singulièrement en Carie, et elles mériteraient une étude d'ensemble. Je me bornerai à l'analyse d’un exemple. Publiée en 1914 par A. Rehm2, une haute stèle de marbre clair, miraculeusement intacte, nous donne à lire un texte développé (66 lignes), qui montre comment la petite cité de Pidasa fut intégrée à la grande cité de Milet3.

  • 4 Dans son étude sur la chronologie des stéphanéphores, Rehm 1923, 11-20 (cf. Didyma, II, Chronologi (...)
  • 5 Wörrle 1988, 421-476, part. 445, n. 92 ; Errington 1989, part. 287-288.
  • 6 A. Rehm, à partir de sources contradictoires, localisait Pidasa au sud d’Eurômos, voire entre Myla (...)
  • 7 Cook 1961,91-96.
  • 8 Photographies du site apud Cook 1961 ainsi que dans l’étude de J. et L. Robert (1976. 193-195 avec (...)
  • 9 Radt 1973/4, 169-174 et pl. 77-78.

2Depuis 1914, on a utilement discuté de la date de l'inscription et de la localisation de Pidasa. Au sujet de la date, l'éditeur avait proposé d'abord, avec un point d'interrogation, 182, puis 176/1754. Après les études récentes de M. Wörrle et de R. M. Errington5, on admet que la convention Milet-Pidasa fut conclue peu après 188 (paix d'Apamée), peut-être dès 187/186. Quant à la localisation de Pidasa, longtemps flottante6, elle a été établie en 1961 par J. M. Cook7 : à quelque vingt-cinq kilomètres de la ville de Milet, dans la montagne du Grion, sur la crête de l'Ilbira Daǧ8, d'où l'on domine le lac de Bafa. Plus tard, W. Radt a visité et décrit le site, avec ses deux acropoles (restes d'enceintes et de tours) séparées par une ville basse9.

Milet et le sud de l’Ionie (carte O. Henry - Ausonius).

  • 10 Ainsi notamment J. et L. Robert, lorsqu'ils publiaient et commentaient l'inscription relative à l’ (...)

3On a peu progressé, en revanche, dans le commentaire de la convention elle-même, sinon à l'occasion de la publication d'autres documents10. J'essaierai ici d’analyser la procédure qui a abouti à la conclusion de la convention, de confirmer ainsi que l’initiative est venue des Pidaséens, pour des raisons que l'on peut apercevoir, de définir enfin, au moins approximativement, le statut des Pidaséens au sein de la cité de Milet.

  • 11 Milet, I.3 (Delphinion), p. 231 (j'omets un passage sur lequel je reviens plus loin).
  • 12 Rehm renvoie ici au commentaire du no 150 (traité Milet-Héraclée du Latmos), dans lequel il regrou (...)

41. Partons du commentaire d'A. Rehm, qui écrivait notamment ceci11 : “Essentiel pour l'interprétation (du texte inscrit) me semble être le fait que ce que nous avons sous les yeux ne représente qu’un document additionnel ; il ressort du § 11 (1. 47-51) qu'un décret du peuple était antérieur […] C'est ce décret du peuple qui doit avoir contenu toutes les mesures de précaution et les formalités, que nous apprenons à connaître, grâce aux découvertes du Delphinion, dans un nombre si important de documents milésiens12 ; seuls le serment (§ 12) et les clauses pénales en cas de rupture du traité (§ 13) ont été, contrairement à l'usage, réservés pour le second document. Ainsi, ce que contient le no 149, ce sont des additions à un décret antérieur et des clauses exécutoires ; par-là s'explique aussi le désordre dans lequel sont traités les points particuliers ; pour ma part, en tout cas, je ne puis découvrir aucun plan”.

  • 13 Cf. notamment Rostovtzeff 1941, 671-672 ; Herrmann 1965b, 95 n. 70 ; Müller 1976, 49 n. 86 (avec c (...)
  • 14 L. 47-51 : ύπάρχειν δ[ὲ] καὶ τἆλλα τὰ κατακεχωρισμένα ἐν τῶι ψηφίσματι τῶι γραφέντι περὶ τῶ[ν] ἀνη (...)

5L'interprétation d'A. Rehm a été généralement suivie13 ; il me semble pourtant qu'elle doit être amendée. Il est certes indéniable qu'un décret du peuple (de Milet) a précédé la rédaction puis l'adoption du texte que nous lisons. Je traduis les 1. 47-51 : “et que soient validées (κύρια) également les autres dispositions insérées dans le décret proposé sur les sujets concernant la sympolitie, et qu'elles soient exécutées conformément à ce qui a été accordé, du moment que les Pidaséens adjoignent leur ville, leur territoire et les revenus qu'ils en tirent (sc. à la cité de Milet)”14. Mais il n'est pas moins certain que le texte que nous lisons est la convention proprement dite – et non pas un “acte additionnel”. A mon avis, deux observations permettent d'établir ce point.

  • 15 L. 10-12 : εἶναι Πιδασεῖς Μιλησίων πολίτας καὶ τέκνα καὶ γυναῖκας, ὅσαι ἂν ὦσιν φύσειq Πιδασίδες ἢ (...)
  • 16 Thür & Taeuber 1994, no 9, 3-6 : τύς [‛E]λ|ισ]Fασίος Μαντινέας ἧναι Fίσος καὶ ὑμυίος, κ[ο]ινάζοντα (...)
  • 17 Syll. 3, 647 + Salviat & Vatin 1971, 77-80, 1. 6-12 : συ[νε]πολίτευσαν Στείριοι κα[ὶ] [Μ]εδεώνιοι… (...)
  • 18 Ainsi la première clause de l’accord de synoikia entre Orchomène et Euaimôn, Bengtson, Staatsvertr (...)

6a) Au début du texte, aussitôt après l'énumération des noms des négociateurs (et rédacteurs), la première clause institue la sympolitie : “Que les Pidaséens soient concitoyens des Milésiens ainsi que leurs enfants et leurs épouses – pour autant que celles-ci soient Pidaséennes de naissance ou citoyennes d’une cité hellénique”15. Rapprochons la convention de sympolitie conclue au ive s. entre Mantinée et Hélisson, dont la première clause est celle-ci : “Que les Heliswasioi soient Mantinéens, égaux et de même condition, ayant part à tout ce à quoi ont part les Mantinéens, du moment qu’ils (les Heliswasioi) apportent leur ville et leur territoire à Mantinée, (les introduisant) dans le domaine des lois des Mantinéens”16. Dans la convention entre Stiris et Médéon, qui date du iie s., la première clause se traduit ainsi : “Les Stiriens et les Médéoniens ont conclu la sympolitie… aux conditions suivantes : que tous les Médéoniens soient Stiriens, égaux et de même condition”, etc.17. D’autres exemples pourraient être cités18.

7Dans les trois cas évoqués ci-dessus, à Milet comme à Mantinée et à Stiris, la rédaction des documents est analogue. Dans les trois cas. il est proclamé d’entrée de jeu que les citoyens de la cité appelée à être absorbée dans la cité partenaire, plus importante, auront les mêmes droits et la même condition que les citoyens de celle-ci - du moment qu’ils demeurent eux-mêmes fidèles à leur engagement. Dans les trois cas, il s'agit bel et bien de la convention qui décide et qui établit la sympolitie.

8b) On lit à la 1. 2 : “Voici ce dont ont convenu et qu'ont conclu les Milésiens et les Pidaséens” (τάδε ὡμολόγησαν καὶ συνέθεντο Μιλήσιοι καὶ Πιδασεῖς) ; à quoi correspond, dans le texte du serment, 1. 54 : “je resterai fidèle aux clauses de l’accord” (ἐμμενῶ τοῖς ὡμολογημένοις) ; et encore 1.56 : “je ne permettrai à quiconque de transgresser la convention” (οὐδὲ ἄ[λλ]ωι παραβαίνοντι τὴν συνθήκην ἐπιτρέψω) ; et enfin, 1. 63-64 : "au cas où l’une ou l'autre (des deux parties traitantes) ne resterait pas fidèle aux dispositions incluses dans la présente convention”, etc. (ὁπότεροι δὲ ἂν μὴ) ἐμμ(ε)ίνωσιν τοῖς ἐν τῆιδε τῆι συνθήκηι κατακεχωρισμένοις). La “présente convention” est bien celle que nous lisons. Le serment sanctionne cette convention – et non le décret antérieur, que nous ne connaissons pas. Ce n'est donc pas “contrairement à l’usage” (A. Rehm) que le serment et les clauses pénales ont été “réservés pour le second document”, c'est-à-dire pour “un acte additionnel”. En fait, ils sont normalement placés à la fin de la convention qui institue la sympolitie.

  • 19 Milet, I.3 (Delphinion), 150. Sur la date probable (pas avant 185/184, sans doute entre 185 et 180 (...)
  • 20 Cf. Savalli 1985, 387-431 ; Bousquet & Gauthier, 1994, 332-339.

9Qu'en était-il alors du décret antérieur, mentionné 1. 48 ? Le traité passé par Milet avec Héraclée du Latmos, postérieur de quelques années, offre un parallèle, qui ne nous éclaire que partiellement19. Ce traité, rappelons-le, fut conclu peu de temps après une guerre qui avait opposé les deux cités. Il prévoyait le règlement de certains litiges restés en suspens. Mais surtout, et d'abord, il instituait l'isopolitie, c'est-à-dire l'octroi réciproque, valable pour tout citoyen “réel” de chacune des deux cités, du droit de cité potentiel dans l'autre cité20.

  • 21 Milet, I.3 (Delphinion), 150, I. 25, 65, 107, 110, 117, 121, 122.
  • 22 Les deux verbes ont seulement été inversés : τάδε συνέθεντο καὶ ὡμολόγησαν Μιλήσ[ιο]ι καὶ ‘Hρακλεῶ (...)
  • 23 L. 109 sq. : ἐμμενῶ τοῖς ὡμολογημένοις εἰς τὸν ἀεὶ χρόνον κτλ

10Comme la convention Milet-Pidasa, le traité avec Héraclée est qualifié de συνθήκη21. Comme elle, il s'ouvre par la formule “voici ce qu'ont conclu et dont ont convenu les Milésiens et les Héracléotes”22. Le texte du serment, dans le traité, est quasi identique à celui de la convention Milet-Pidasa23. Enfin, comme à propos de l'accord Milet-Pidasa, l'adoption du traité avec Héraclée a été précédée du vote d’un décret du peuple milésien (cf. 1. 106-107, μετὰ τὸ κυρωθῆναι τὸ ψήφισμα καὶ τὴν συνθήκην). Mais, à la différence de la convention Milet-Pidasa, les Milésiens ont fait graver sur la stèle concernant les Héracléotes d'abord le décret (1. 1-25), puis le traité (1.25-126), que clôt le texte du serment.

  • 24 L. 23-25 : τοὺς δὲ πρυτάνεις κτλ. ἐπευχομένους συνενεικεῖν τὰ δεδογμένα τῶι τε δήμωι τῶι Μιλησίων (...)

11Le décret nous apprend que les Héracléotes avaient pris l'initiative, en envoyant trois ambassadeurs à Milet, porteurs d'un texte d'après lequel il était demandé aux Milésiens de conclure l'isopolitie avec leur ennemi de la veille (ἠξίωσαν τὸν δῆμον συνθέσθαι κτλ. 1. 11-12). Introduits à Milet devant l'Assemblée, ces ambassadeurs “avaient exposé en détail les conditions auxquelles ils demandaient la conclusion de l'accord” (1. 14-15). Les ayant entendus, les Milésiens avaient décidé de s’en remettre à l'oracle de Didymes. La réponse du dieu ayant été favorable (1. 16-17, ἄμεινον ἡμῖν ἔσεσθαι συνθεμένοις πρὸς ‘Hρακλεώτας), le peuple avait élu dix commissaires (σύνεδροι), chargés (en collaboration avec les prytanes et les préposés à la phylakè) de rédiger le texte du traité, de concert avec les trois ambassadeurs héracléotes. En outre, le peuple avait décidé d'offrir des sacrifices : à Didymes, sous la responsabilité du prophète, à l’Apollon de Didymes, à Artémis, à Lètô, à Athéna et à Zeus Sôter ; dans la ville de Milet, sous la responsabilité du stéphanéphore, à Apollon Delphinios. Lors de ces sacrifices, les prytanes et les préposés à la phylakè devaient faire des vœux “pour que les décisions prises soient avantageuses pour le peuple des Milésiens et pour celui des Héracléotes”24.

12Si l’on revient maintenant à la convention Milet-Pidasa, il semble que l'on puisse relever – ou supposer avec vraisemblance – plusieurs analogies avec la procédure qui conduisit à la conclusion du traité avec Héraclée.

13a) Comme plus tard les Héracléotes, les Pidaséens avaient pris l'initiative. Ils avaient envoyé des ambassadeurs “munis des pleins pouvoirs”, αὐτοκράτορες (1.7-8), donc habilités à négocier et à conclure une convention.

14b) Ces ambassadeurs avaient annoncé aux Milésiens, réunis en Assemblée, que les Pidaséens proposaient d'“adjoindre (à la cité de Milet) leur ville, leur territoire et les revenus qu'ils en tirent”. Il est significatif, je crois, que cette proposition (devenue ensuite condition) soit rappelée, 1. 47-51, lors de l'évocation du décret antérieur à la convention.

  • 25 Cf. respectivement Milet, I.3 (Delphinion), 33g et 36a.

15c) Après avoir entendu ces propositions, les Milésiens durent décider de consulter l'oracle de Didymes. Ils l'avaient fait, au iiie s., au sujet de l'incorporation de deux importants groupes de Crétois25 ; ils l'ont vraisemblablement fait aussi, peu après 188, au sujet de l'incorporation des Pidaséens.

  • 26 De même lors de l'incorporation des Crétois, cf. Milet, I.3 (Delphinion), 36b et 37c.

16d) Après la réponse favorable du dieu, les Milésiens durent décider également d'organiser des processions et de célébrer des sacrifices, accompagnés de vœux publics26.

17Les quatre points résumés ci-dessus devaient figurer, à mon avis, dans le décret antérieur à la convention, soit dans les considérants (1 et 2), soit dans les décisions (3 et 4). Cependant, ce décret traitait aussi de l'octroi aux Pidaséens de concessions ou de privilèges (1. 49-50, καθότι συγκεχώρηται), sur lesquels je reviendrai plus loin.

  • 27 Sur les hésitations de Rehm à ce sujet, voir le passage cité plus loin (n. 29).
  • 28 Milet, I.3 (Delphinion), 33b et f ; cf. Launey 1950, 660-664.
  • 29 Les hésitations de Rehm me paraissent instructives. Il écrit d'abord (p. 231 ; je traduis) : “L'in (...)

182. Si les observations qui précèdent sont justes, il faut croire que dans cette affaire la demande de sympolitie vint des Pidaséens27, comme la demande de politeia était venue des Crétois au iiie s.28, et comme la demande d'isopolitie émane des Héracléotes vers 183/2. Sans doute, on ne saurait exclure qu'il y ait eu une première ambassade pidaséenne à Milet, puis (après la réponse favorable de l'oracle) une seconde ambassade, celle des dix personnages autokratores dont les noms sont énumérés aux 1. 8-10. Mais cela ne modifierait guère le point essentiel : ce furent, selon toute apparence, les Pidaséens qui sollicitèrent les Milésiens – et non les Milésiens qui contraignirent les Pidaséens à s'intégrer dans leur cité. Certes, la convention que nous lisons fait bien voir que Milet “absorbe” ou “annexe” Pidasa, comme l'écrivent tous les commentateurs. Cependant, ce ne fut pas par un coup de force des Milésiens, mais à la suite d'une demande des Pidaséens, ce qui change la perspective29.

  • 30 Voir le commentaire de L. Migeotte sur les clauses fiscales de la convention (infra p. 129-135).
  • 31 Cf. le passage cité plus haut (p. 119). Nonobstant l'observation qui suit, je ne prétends pas que (...)

19Il faut alors se demander pourquoi les Pidaséens résolurent, et précisément vers 188-186, d’envisager l’union avec Milet. Le texte de la convention apporte au moins deux éléments de réponse. En premier lieu, il suggère que la ville et le territoire de Pidasa ont été et restent menacés. Probablement même ont-ils fait l'objet d'attaques, de pillages ou de destructions, ce qui contribuerait à expliquer les exemptions de taxes consenties par les Milésiens : exemption des liturgies pour dix ans, des taxes sur les récoltes (pour les produits autres que l'huile) pour cinq ans, des taxes sur le bétail et sur les ruches pour trois ans30. En tout cas, les Pidaséens n'ont pas ou n'ont plus les moyens nécessaires pour assurer leur sécurité et c'est pour leur demander de l'aide qu'ils se tournent alors vers leurs voisins Milésiens. A. Rehm n'apercevait, dans la rédaction de la convention, que désordre et confusion31. Il me paraît pourtant significatif qu'à la 1ère clause, qui institue la sympolitie, succède celle qui traite de la défense :

  • 32 L. 15-18 : πέμπειν δὲ Μιλησίους εἰς Πίδασα τὸν λαχόντα τῶν πολιτῶν φρούραρχον καὶ φρουρούς, ὅσους (...)

20“Que les Milésiens envoient (régulièrement) à Pidasa celui des citoyens qui aura été désigné comme phrourarque, ainsi que des garnisaires en aussi grand nombre qu'il aura paru nécessaire, et qu'ils veillent à ce que les remparts soient restaurés et demeurent en l'état, et qu'ils prennent soin de la garde (sc. du service de garde) selon ce qu’ils auront jugé utile”32.

21Ainsi, en “annexant” Pidasa, les Milésiens prennent en charge l’entretien du fort et la défense du territoire (ce sont des citoyens milésiens, non des Pidaséens, qui sont réquisitionnés pour ces services). Les Pidaséens, vers 188-187, avaient donc grand besoin de protection. Contre qui ?

  • 33 L. 37-39 : ἐγδικῆσαι δὲ τὸν δῆμον τὸμ Μιλησίων καὶ περὶ τῆς χώρας τῆς ἀποκαθεσταμένης αὺτοῖς ὑπὸ τ (...)

22La clause des 1. 37-39 nous apprend que les Pidaséens avaient récemment récupéré un territoire, mais que l'attribution de ce territoire restait contestée par une autre cité : “le peuple des Milésiens sera l'avocat (des Pidaséens) au sujet du territoire qui leur a été rendu par les stratèges, au cas où il y aurait jugement contradictoire”33.

  • 34 A. Rehm (p. 231) : “Das Landgebiet… ist erst durch die milesischen Strategen den Pidaseern wieder (...)
  • 35 Holleaux 1918, notamment 38-49 ; Robert 1962, 62-63, n. 7 (très bref) ; 1978a, 515 (Doc. Asie Mine (...)
  • 36 Robert 1978a, 515 (Doc. Asie Mineure, 211).
  • 37 Wörrle 1988, 445 n. 92.

23A. Rehm, suivi par d'autres, croyait que les “stratèges” étaient ici des magistrats milésiens34. En réalité, comme l'ont montré M. Holleaux en général et L. Robert en particulier, le terme s'applique, ici comme ailleurs, aux magistrats romains, préteurs, consuls ou proconsuls35. Le contexte historique devient alors clair. Citons L. Robert : “Une pareille redistribution de territoires se place tout naturellement au moment du règlement des affaires de l'Asie Mineure antérieure lors de la paix d'Apamée qui excluait le Séleucide de cette région. C'est alors que les Romains ‘rendaient’ à des villes ce qu'elles disaient être leur patrios chôra […] C'est alors même ou un peu plus tard que Pidasa recouvra une chôra et que donc, ensuite, Milet se chargea de ne pas laisser modifier cette attribution”36. Plus récemment, publiant de nouvelles et importantes inscriptions d'Héraclée du Latmos, datant des dernières années (c. 196-193) de la domination séleucide, M. Wörrle a supposé judicieusement que cette rectification de frontières au profit de Pidasa était venue annuler une décision antérieure de Zeuxis au profit des Héracléotes37. Si cette hypothèse est juste, on serait porté à croire que les Pidaséens, vers 188-186, avaient besoin de l'aide des Milésiens, leurs voisins au nord-ouest, contre les Héracléotes, leurs voisins au nord-est.

  • 38 Pol. 21.45.5 (cf. Liv. 38.39.9 ; Walbank 1979, 169) : Μιλησίοις δὲ τὴν ἱερὰν χώραν ἀποκατέστησαν ( (...)
  • 39 Cf. Herrmann 1965b, 93-96 avec les notes (où il convient de modifier les dates admises pour les tr (...)
  • 40 Milet, I.3 (Delphinion), 150, 78-86 ; cf. Ager 1996, no 108.

24Or, les Milésiens, eux aussi, s'étaient vu restituer par les Romains, peu après la paix d’Apamée, un “territoire sacré”, ἱερὰ χώρα38. Sans doute s'agissait-il d'un territoire appartenant à Myonte39, petite communauté incorporée à Milet dès le iiie s., puis cédée par Philippe V à Magnésie du Méandre en 200, avant de redevenir milésienne quelques années plus tard. Ce qui est sûr, c'est qu'une partie au moins de cette hiera chôra était revendiquée aussi par les Héracléotes du Latinos, encore après 188 ; le litige ne sera réglé qu'après une guerre et à la suite du traité entre Milet et Héraclée du Latmos, vers 185-18340.

25En dépit des incertitudes qui subsistent, la trame de l'histoire des cités de cette région apparaît peu à peu et la résolution prise par les Pidaséens, peu après 188, devient compréhensible. Menacés, voire attaqués ou molestés par les Héracléotes, qui revendiquaient une partie de leur territoire, les Pidaséens se sont tournés vers les Milésiens, eux aussi en butte aux revendications territoriales des Héracléotes, et ils leur ont proposé de s'unir à eux en sympolitie. Conclu vers 188-186, l'accord précéda de peu la guerre, devenue inévitable, entre Milet et Héraclée du Latmos.

  • 41 Robert 1978a, 518 (Doc. Asie Mineure, 214), au terme d'un commentaire sur les types monétaires de (...)

26“On pourrait imaginer, écrivait L. Robert, que (Pidasa) a balancé à l'occasion entre ces deux voisins, Milet et Héraclée, et que ces villes ont eu, toutes les deux, un œil sur elle”41. Favorisé par le contexte régional des années 188 et suivantes, l'accord de sympolitie avec Milet mit fin à ces hésitations.

  • 42 L. 25-28 : δοῦναι δὲ τὸν δῆμον τὸν Μιλησίων Πιδασεῦσιν τοῖς κατωικηκόσιν καὶ ἐνμεμενηκόσιν μέχρι τ (...)
  • 43 Le chiffre peut correspondre au total des obligations imposées aux citadins secteur par secteur.
  • 44 Les listes, gravées au Delphinion, de nouveaux citoyens (dont certains étaient originaires de Pida (...)
  • 45 Cf. Milet, I.3 (Delphinion), 41, III, 3 ; 64, 9-11 ; 71,1, 81 ; 72, 3 ; 74 a, 4 ; 75, 2-5 ; 77, 5- (...)
  • 46 On ignore, au sujet de Milet, leur statut et leur condition. Sur les proschoroi de Didymes, dont R (...)
  • 47 Ainsi Radt 1973/4, 170 ; Hennig 1994, 342.

273. La convention conclue avec Milet implique-t-elle que les Pidaséens se fussent peu à peu fondus dans le corps civique des Milésiens et qu'ils aient ainsi disparu en tant que communauté ? Certaines clauses pourraient (ont pu) donner à le croire. Il s'agit en particulier des 1. 25-28 : “Le peuple des Milésiens mettra à la disposition des Pidaséens, à condition qu'ils aient résidé et qu'ils soient demeurés jusqu'à maintenant à Pidasa ou sur le territoire des Pidaséens, des logements jusqu'à concurrence de 390 lits”42. La convention prévoyait donc l'arrivée et l'accueil, dans la ville de Milet, d’au moins 390 personnes43, soit de 60 à 70 familles44. Les rédacteurs qui négocièrent cette clause songeaient-ils aux Pidaséens appauvris ou ruinés à cause des dommages qu'avait subis le territoire au cours des années précédentes (cf. supra) ? Ou bien, plus généralement, prévoyaient-ils un exode partiel de la population, attirée vers la grande ville commerçante ? Dès avant la conclusion de la sympolitie, au cours du iiie s., un certain nombre de Pidaséens avaient émigré à Milet. Les uns (les seuls que nous connaissions, par une dizaine d'exemples) y avaient obtenu la citoyenneté milésienne45 ; d'autres y avaient sans doute vécu mêlés aux autres étrangers résidents46. On devait s'attendre à ce que la conclusion de la sympolitie entraînât l'installation dans la ville de Milet d'un nombre non négligeable de Pidaséens. D'où l'hypothèse, présentée par certains commentateurs, selon laquelle le site de la ville de Pidasa aurait été rapidement abandonné et vidé de ses habitants, remplacés seulement par les garnisaires régulièrement envoyés de Milet47.

28Cette hypothèse est peut-être recevable au sujet de la ville fortifiée, perchée sur une crête et difficilement accessible ; elle ne l'est certainement pas au sujet de la population et du territoire de Pidasa en général. Il suffit pour s'en convaincre de relire la convention. Les Pidaséens qui exploitent les oliveraies (1. 19), élèvent et soignent le bétail (1. 21), récoltent dans la montagne le miel des ruches (1. 23), cultivent les domaines sacrés et publics (1. 28-30), sèment et récoltent le grain dans les “montagnes sacrées” (1. 33-34), possèdent des vignes dans l'Eurômis et vendent leur vin à Milet (1. 39-44) – tous ceux-là donc résident, pour la plupart, et continueront à résider dans les villages ou dans la ville, en tout cas sur le territoire de Pidasa. C'est pour eux et pour leur commerce avec Milet que la convention prévoit la construction d'une route praticable pour les attelages (les chariots) depuis le territoire de Pidasa jusqu'à Ioniapolis, sur le golfe Latmique (1. 44-45). C'est pour assurer leur sécurité et pour leur offrir un refuge, en cas de besoin, que les garnisaires milésiens doivent occuper en permanence, à compter de l'adoption de la convention, la hauteur fortifiée de Pidasa.

  • 48 OGIS, 229, 56-58 ; IK, 24/1-Smyrna, 573. Le commentaire de Th. Ihnken, IK, 8-Magnesia am Sipylos, (...)

29Ainsi, la convention deviendrait incompréhensible si l'on n'admettait pas que la majorité de la population pidaséenne, après comme avant la conclusion de l'accord, devait vivre sur son territoire et l'exploiter. Il y eut probablement – du moins s'y attendait-on – une émigration partielle à Milet, comme il y avait eu une émigration partielle des colons de Magnésie du Sipyle à Smyrne après la sympolitie conclue peu après le milieu du iiie s.48 Mais, pas plus dans le cas de Pidasa que dans celui de Magnésie du Sipyle, il n'y eut abandon du territoire par la population.

30Ce point ayant été précisé, il est possible d'aborder la question du statut des Pidaséens. C'est à ce propos que nous aimerions connaître “les autres dispositions insérées dans le décret proposé sur les sujets concernant la sympolitie” (1. 47-51 citées plus haut) et en particulier ce qui avait été alors “accordé” aux Pidaséens. Car ces dispositions se rapportaient vraisemblablement au statut nouveau des Pidaséens. Le texte de la convention nous livre toutefois quelques indications, qui n'ont guère été exploitées. Trois clauses me paraissent instructives.

  • 49 L. 28-35 : νέμεσθαι δὲ Πιδασεῖς τάς τε ὑπαρχούσας ἱερὰς κτήσεις καὶ δημοσίας καὶ ἄν τινες ἄλλαι πρ (...)
  • 50 Bien marqué par Rehm (p. 232) : “Durch § 6 wird den Pidaseern der Ertrag aus ihren heiligen und St (...)

31a) L. 28-35 : “les Pidaséens exploiteront les domaines sacrés et publics existants, et de même tels autres (domaines) qui viendraient en supplément au bénéfice des dieux ou du dèmos, en acquittant au titre des récoltes un chalque pendant cinq ans à compter du stéphanéphore Philidès ; mais, passé ce délai, ils acquitteront les mêmes taxes qu'acquittent les Milésiens ; quant au grain produit dans les montagnes sacrées ayant fait l'objet de délimitation, ils acquitteront, une fois écoulé le délai de cinq ans, l'impôt du centième”49. La mention conjointe des domaines sacrés ou publics et des “montagnes sacrées” persuade le lecteur qu’il est ici question de domaines situés sur le territoire de Pidasa et appartenant aux Pidaséens ou à leurs dieux50. Deux précisions sont alors à relever pour notre sujet : même après la conclusion de la sympolitie, les terres sacrées ou publiques des Pidaséens seront susceptibles de s'accroître ; et les Pidaséens sont (et seront) qualifiés de dèmos. Comment traduire ce terme ?

  • 51 Piérart 1983, 9-15 ; 1985a, 276-299 ; cf. aussi 1985b, 172-173.
  • 52 Piérart 1985a, 287.
  • 53 A moins de supposer que le dème des Pidaséens n'ait eu qu'une brève existence.

32M. Piérart a naguère rassemblé et exploité la documentation relative aux dèmes milésiens51. A l'époque hellénistique et sous l'Empire, il y en a cinq, et seulement cinq, formant des circonscriptions assez vastes. L'appartenance à un dème dépend du domicile (les dèmes ne sont pas des subdivisions des douze tribus, lesquelles sont vraisemblablement de nature gentilice). C'est pourquoi les nouveaux citoyens, à Milet, sont inscrits dans une tribu, mais non dans un dème. “Dans l'état actuel de nos connaissances, note M. Piérart, le rôle que (les dèmes) ont pu jouer dans le fonctionnement des institutions ne nous est perceptible qu'à propos de l'élection des prophètes d'Apollon à Didymes”52. Comme il n'y a aucune trace d'un dème des Pidaseis, il faut croire que dèmos, dans la convention MiletPidasa s'entend d'une manière générale du “peuple” ou de la “communauté” des Pidaséens53.

33b) L. 37-39 : “le peuple des Milésiens sera avocat public (ἐγδικῆσαι) également au sujet du territoire qui leur (sc. aux Pidaséens) a été restitué par les magistrats (romains), au cas où il y aurait jugement contradictoire (διάκρισις)”.

34Certes, la promesse des Milésiens paraît naturelle. Mais pourquoi la coucher par écrit ? Puisque les Milésiens intégraient les Pidaséens dans leur cité, ne devaient-ils pas, ipso facto, défendre les droits de leurs nouveaux concitoyens ? Il me semble, à la lecture de cette clause, que les Pidaséens font figure de communauté à la fois unie à Milet et distincte d'elle et que le territoire qui “leur a été restitué” continuera à leur appartenir.

35c) Après les prescriptions sur le serment que doivent prêter tous les Pidaséens présents dans leur cité, l'ultime clause du texte gravé est la suivante (1. 63-66) : “Au cas où l'une ou l'autre des deux parties (ὁπότεροι) ne resterait pas fidèle aux dispositions incluses dans la présente convention, elle sera coupable à l'égard des dieux par lesquels elle a juré ; et celle qui ne sera pas restée fidèle devra en amende trente talents à celle qui sera restée fidèle”.

  • 54 Milet, I.3 (Delphinion), 150, 122-124, où l'amende prévue est plus forte (cinquante talents).
  • 55 Cf. Charneux & Tréheux 1988, 364-365, avec les exemples cités dans les notes (à propos de la conve (...)
  • 56 Cf. supra n. 17. L'amende prévue est ici de dix talents.
  • 57 Loc. cit., 1. 76-82 : δόντων δὲ τοὶ Στίριοι τᾷ φατρίᾳ τῶν Μεδεωνίων ἐν ἐτέοις τεττάροις ἀργυρίου μ (...)

36On lit une clause quasi identique à la fin du traité conclu entre Milet et Héraclée du Latmos54. Il s'agit, on le sait, d’une clause classique dans les traités et conventions entre cités ou, plus généralement, entre communautés disposant d'un minimum d'autonomie55. Portant sur l'avenir et engageant la responsabilité des parties en présence, une telle clause pénale n'a de sens que si l'existence et la survie des deux partenaires – en tant que communautés – paraissent assurées ou du moins, les dieux aidant, prévisibles. Dans le cas qui nous occupe, il est clair que la communauté des Pidaséens, responsable vis-à-vis de la cité de Milet, n'était pas destinée, aux yeux des rédacteurs, à disparaître au lendemain de l’adoption de la convention. J’observe qu'une clause analogue figure dans une autre convention de sympolitie, conclue entre Stiris et Médéon, en Phocide, au iie s.56. Et précisément, s'il nous instruit de D'union” entre ces deux cités, dont la plus importante était Stiris, ce texte nous montre aussi que les Médéoniens devaient non pas se dissoudre dans la communauté des Stiriens, mais y former une entité distincte, “la phratrie des Médéoniens”57.

  • 58 Cf. 1. 63, “les dieux qui tiennent leur cité”, τοὺς κατέχοντας αὐτῶν τὴν πόλιν θεούς.
  • 59 Notamment le grain des “montagnes sacrées” (1. 33-35), dont seulement le centième sera acquitté à (...)
  • 60 En particulier l'ensemble des lois et règlements sacrés.
  • 61 A la différence de ce qui est prescrit pour les gens de Magnésie du Sipyle (qui étaient, eux, d'or (...)

37Tout en étant convergentes, les observations précédentes ne permettent que d'entrevoir le statut des Pidaséens, tel qu'il avait été défini d'abord par le décret milésien, puis par la convention. Ayant perdu sa souveraineté politique (le peuple de Milet défendra ses intérêts en cas d'arbitrage international), n'assurant plus elle-même la sécurité de son territoire (les garnisaires venus de Milet occuperont le fort de Pidasa), obligée de verser désormais l'essentiel des impôts à Milet (taxes sur les récoltes), la communauté des Pidaséens doit cependant garder, au sein de la grande cité milésienne, une certaine autonomie doublée d’une certaine originalité : ses dieux58, ses sanctuaires et ses fêtes, ses domaines publics et ses “montagnes sacrées”, donc certains revenus59, sans doute aussi certaines de ses lois60. Certes, les Pidaséens sont désormais “concitoyens des Milésiens”, avec tous les droits des citoyens de Milet (1. 10-15). Mais sont-ils aussitôt répartis et enregistrés dans les tribus milésiennes ? Cela n'est pas dit dans la convention61. Il semble qu'au moment où l’accord fut conclu les Pidaséens formaient plutôt l'équivalent d’une tribu, ou leur territoire l'équivalent d'un dème, et que cette situation se prolongea quelque temps, pour tous ceux d'entre eux, du moins, qui continuèrent à résider et à célébrer leurs fêtes sur place.

  • 62 Herrmann 1965b, 90-103 (la citation à la p. 102).

38De telles hypothèses conduisent à rapprocher l'exemple de Pidasa de celui de Myonte, autre petite cité incorporée à Milet dès le iiie s., puis de nouveau au iie s. En effet, deux inscriptions publiées et commentées par P. Herrmann ont montré “le maintien de Myonte en tant que “subdivision” de l'État milésien dans la première moitié du iie s. a.C.”, dotée d'une certaine autonomie62. Il pourrait en être allé de la sorte pour Pidasa, avant que les marques d’autonomie ne s'effacent peu à peu au cours des années ou des décennies qui suivirent la conclusion de la sympolitie.

Notes

1 Schmitt 1994, 35-44 : “Überlegungen zur Sympolitie”, avec une hypothèse originale au sujet de la convention Myania-Hypnia.

2 Milet, I.3 (Delphinion), no 149.

3 Une bonne photographie de la stèle, à présent, dans le volume publié par P. Herrmann, Milet, VI.1 (1997), planche 10 ; dans le même volume, p. 184-185, la traduction du texte et toutes les références bibliographiques utiles.

4 Dans son étude sur la chronologie des stéphanéphores, Rehm 1923, 11-20 (cf. Didyma, II, Chronologische Tubelle, 380 sq.).

5 Wörrle 1988, 421-476, part. 445, n. 92 ; Errington 1989, part. 287-288.

6 A. Rehm, à partir de sources contradictoires, localisait Pidasa au sud d’Eurômos, voire entre Mylasa et Halicarnasse ; résumé des étapes de la recherche apud L. Robert (1978a, 490-496 = Doc. Asie Mineure, 186-192), qui écrivait notamment (491) : “L'explication de l'éditeur du traité qui admet, sans en rendre un compte exact, que le territoire de Milet et celui de Pidasa étaient séparés l'un de l'autre par ceux de Mylasa (avec Labraunda) et d'Euromos est un monstre topographique”.

7 Cook 1961,91-96.

8 Photographies du site apud Cook 1961 ainsi que dans l’étude de J. et L. Robert (1976. 193-195 avec la n. 165 = OMS, VII, 337-339).

9 Radt 1973/4, 169-174 et pl. 77-78.

10 Ainsi notamment J. et L. Robert, lorsqu'ils publiaient et commentaient l'inscription relative à l’union de Téos et de Kyrbissos (supra n. 8) ; d'autres références dans le récent volume de P. Herrmann (supra n. 3).

11 Milet, I.3 (Delphinion), p. 231 (j'omets un passage sur lequel je reviens plus loin).

12 Rehm renvoie ici au commentaire du no 150 (traité Milet-Héraclée du Latmos), dans lequel il regroupe (p. 240-241) les prescriptions insérées dans les clauses d'isopolitie des documents milésiens. Mais il s’agit alors d'un sujet différent, à savoir de l'octroi du droit de cité effectif à tel ou tel étranger jouissant de l'isopolitie.

13 Cf. notamment Rostovtzeff 1941, 671-672 ; Herrmann 1965b, 95 n. 70 ; Müller 1976, 49 n. 86 (avec cependant des observations complémentaires qui précisent et modifient les affirmations de Rehm) ; Hennig 1994, 342.

14 L. 47-51 : ύπάρχειν δ[ὲ] καὶ τἆλλα τὰ κατακεχωρισμένα ἐν τῶι ψηφίσματι τῶι γραφέντι περὶ τῶ[ν] ἀνηκόντων εἰς τὴν συμπολιτείαν κύρια καὶ συντελεῖσθαι αὐτά. καθό[τι| συγκεχώρηται, προσφερομένων Πιδασέων πόλιν τε καὶ χώραν καὶ τὰ[ς] [ἐ]κ τούτων προσόδους. Je reviens plus loin sur cette clause.

15 L. 10-12 : εἶναι Πιδασεῖς Μιλησίων πολίτας καὶ τέκνα καὶ γυναῖκας, ὅσαι ἂν ὦσιν φύσειq Πιδασίδες ἢ πόλεως ‘Eλληνίδος πολίτιδες.

16 Thür & Taeuber 1994, no 9, 3-6 : τύς [‛E]λ|ισ]Fασίος Μαντινέας ἧναι Fίσος καὶ ὑμυίος, κ[ο]ινάζοντα[ς πάν]των ὅσων καὶ οἰ Μαντινῆς. φέρ[ο]ντας τὰν χώραν καὶ τὰν π|όλιν] ἰμ Μανχιν[έ]αν ἰν τὸς νόμυς τὸς Μαντινέων κτλ.

17 Syll. 3, 647 + Salviat & Vatin 1971, 77-80, 1. 6-12 : συ[νε]πολίτευσαν Στείριοι κα[ὶ] [Μ]εδεώνιοι… ἐπὶ τοῖσδε-εἶμεν [τ]οὺς Μεδεωνίους πάντας [Σ]τιρίους ἴσυυς καὶ ὁμοίους κτλ.

18 Ainsi la première clause de l’accord de synoikia entre Orchomène et Euaimôn, Bengtson, Staatsverträge, II, no 297 ; Thür & Taeuber 1994, no 15.

19 Milet, I.3 (Delphinion), 150. Sur la date probable (pas avant 185/184, sans doute entre 185 et 180), voir l'étude de R. M. Errington (1989), 287-288.

20 Cf. Savalli 1985, 387-431 ; Bousquet & Gauthier, 1994, 332-339.

21 Milet, I.3 (Delphinion), 150, I. 25, 65, 107, 110, 117, 121, 122.

22 Les deux verbes ont seulement été inversés : τάδε συνέθεντο καὶ ὡμολόγησαν Μιλήσ[ιο]ι καὶ ‘Hρακλεῶται.

23 L. 109 sq. : ἐμμενῶ τοῖς ὡμολογημένοις εἰς τὸν ἀεὶ χρόνον κτλ

24 L. 23-25 : τοὺς δὲ πρυτάνεις κτλ. ἐπευχομένους συνενεικεῖν τὰ δεδογμένα τῶι τε δήμωι τῶι Μιλησίων καὶ τῶι ‘Hρακλεωτῶν.

25 Cf. respectivement Milet, I.3 (Delphinion), 33g et 36a.

26 De même lors de l'incorporation des Crétois, cf. Milet, I.3 (Delphinion), 36b et 37c.

27 Sur les hésitations de Rehm à ce sujet, voir le passage cité plus loin (n. 29).

28 Milet, I.3 (Delphinion), 33b et f ; cf. Launey 1950, 660-664.

29 Les hésitations de Rehm me paraissent instructives. Il écrit d'abord (p. 231 ; je traduis) : “L'inscription elle-même ne nous dit rien sur la façon dont cette sympolitie s'effectua ; qui plus est, il n'est pas expressément indiqué dans le document que Pidasa est absorbée par Milet en tant que cité liée d'amitié, et non pas plutôt en tant que cité conquise” [n. 1 : “Il est à peine besoin de dire qu'une sympolitie obtenue de force par la cité la plus puissante des deux est tout à fait concevable, cf. W. Feldmann 1885, 7 sq.”, etc.]. Cependant, Rehm ajoute ensuite : “il ressort du § 11 qu'un décret du peuple des Milésiens était antérieur [sc. au document gravé] et qu'il avait été consécutif à la requête des Pidaséens (afin) qu'on les accueille avec tous leurs biens au sein de la communauté civique milésienne”. Le flottement, pour ne pas dire la contradiction, qu’on observe dans le commentaire de Rehm trahit son embarras. D'un côté, il incline naturellement à croire que, comme le gros dévore le petit, Milet annexe de force et absorbe Pidasa contre son gré. D'un autre côté, il est obligé de noter qu'il y eut une proposition d'union faite au peuple de Milet de la part des Pidaséens. Il juxtapose alors les deux commentaires, sans pousser plus loin l'analyse.

30 Voir le commentaire de L. Migeotte sur les clauses fiscales de la convention (infra p. 129-135).

31 Cf. le passage cité plus haut (p. 119). Nonobstant l'observation qui suit, je ne prétends pas que l'ordre dans lequel sont disposées les différentes clauses de la convention soit très rigoureux. Il correspond sans doute à l'ordre dans lequel les sujets furent abordés et traités par les négociateurs pidaséens.

32 L. 15-18 : πέμπειν δὲ Μιλησίους εἰς Πίδασα τὸν λαχόντα τῶν πολιτῶν φρούραρχον καὶ φρουρούς, ὅσους ἂν ἱκανοὺς εἶναι φαίνηται, καὶ προνοεῖν. ὅπως τὰ τείχη ἐπισκευάζηται καὶ κατὰ χώραν μένηι, καὶ τῆς φυλακῆς ἐπιμελεῖσθαι, καθότι ἂν κρίνωσι συμφέρειν.

33 L. 37-39 : ἐγδικῆσαι δὲ τὸν δῆμον τὸμ Μιλησίων καὶ περὶ τῆς χώρας τῆς ἀποκαθεσταμένης αὺτοῖς ὑπὸ τῶν στρατηγῶν, ἐάν τις γίν[η]ται διάκρισις.

34 A. Rehm (p. 231) : “Das Landgebiet… ist erst durch die milesischen Strategen den Pidaseern wieder zurückgegeben worden”. De même, apparemment, R. M. Errington (1989, 280), puisque celui-ci écrit qu'il n'y a dans cette convention aucune trace d'une quelconque intervention des Romains.

35 Holleaux 1918, notamment 38-49 ; Robert 1962, 62-63, n. 7 (très bref) ; 1978a, 515 (Doc. Asie Mineure, 211) ; cf. aussi le commentaire du décret d'Apollonia de la Salbakè (peu après 188 a.C.) en l’honneur d'un citoyen, Pamphilos, qui est intervenu auprès des Romains, L. et J. Robert, Carie, II, 303-312, no 167, 1. 1-3 : --- [τῶν δέκα πρεσβευτῶν ἀπὸ ‘Ρώ]μης μετὰ Γναί[ο]υ τοῦ στρατηγοῦ (Cn. Manlius Vulso, alors proconsul) τἆλ(λ)α δι[οι]κούντων ἐν Ἁπαμείαι (voir ibid. 305 n. 3) ; cf. encore le décret d’Amyzon, de la même époque, en l’honneur d’un citoyen, Dionysios, ὁμοίω[ς δὲ καὶ νῦν πρὸς τ]οὺς στρατηγοὺς πρεσβεύων, J. J. et L. Robert, Amyzon, 202-204, no 22, (voir 203 n. 2). Ces parallèles, contemporains de la convention Milet-Pidasa, confirment l’interprétation autrefois proposée par L. Robert. Cf. encore Robert L. et J. 1989, 29.

36 Robert 1978a, 515 (Doc. Asie Mineure, 211).

37 Wörrle 1988, 445 n. 92.

38 Pol. 21.45.5 (cf. Liv. 38.39.9 ; Walbank 1979, 169) : Μιλησίοις δὲ τὴν ἱερὰν χώραν ἀποκατέστησαν (les dix commissaires), ἧς διὰ τοὺς πολέμους πρότερον ἐξεχώρησαν.

39 Cf. Herrmann 1965b, 93-96 avec les notes (où il convient de modifier les dates admises pour les traités connus par les inscriptions du Delphinion).

40 Milet, I.3 (Delphinion), 150, 78-86 ; cf. Ager 1996, no 108.

41 Robert 1978a, 518 (Doc. Asie Mineure, 214), au terme d'un commentaire sur les types monétaires de Pidasa et d'Héraclée du Latmos.

42 L. 25-28 : δοῦναι δὲ τὸν δῆμον τὸν Μιλησίων Πιδασεῦσιν τοῖς κατωικηκόσιν καὶ ἐνμεμενηκόσιν μέχρι τοῦ νῦν χρόνου ἐμ Πιδάσοις ῆ τῆι χώραι τῆι Πιδασέων οἰκ(ή)σεις εἰς κλινῶν λόγον τριακοσίων καὶ ἐνενήκυντα.

43 Le chiffre peut correspondre au total des obligations imposées aux citadins secteur par secteur.

44 Les listes, gravées au Delphinion, de nouveaux citoyens (dont certains étaient originaires de Pidasa, cf. infra n. 45) enregistrent souvent, outre le chef de famille, son épouse et leurs enfants (deux, trois ou quatre).

45 Cf. Milet, I.3 (Delphinion), 41, III, 3 ; 64, 9-11 ; 71,1, 81 ; 72, 3 ; 74 a, 4 ; 75, 2-5 ; 77, 5-9 ; 79, 1-2 ; 86, 7-8. Ce sont ces anciens Pidaséens (ou leurs descendants), devenus Milésiens à titre individuel avant la conclusion de la sympolitie, qui sont évoqués aux 1. 45-47 de la convention : μετέχειν δὲ Πιδασέων καὶ τοὺς πεπολιτογραφημένους πρύτερον τῶν αυτῶν πᾶσ[ιν] Πιδασεῦσιν πλὴν τῆς ατέλείας τῶν λειτουργιῶν.

46 On ignore, au sujet de Milet, leur statut et leur condition. Sur les proschoroi de Didymes, dont Rehm faisait des “métèques”, cf. Piérart 1985, 284-5.

47 Ainsi Radt 1973/4, 170 ; Hennig 1994, 342.

48 OGIS, 229, 56-58 ; IK, 24/1-Smyrna, 573. Le commentaire de Th. Ihnken, IK, 8-Magnesia am Sipylos, ad loc., qui y verrait la transplantation forcée des adversaires politiques de l'accord intervenu, ne me paraît pas convaincant.

49 L. 28-35 : νέμεσθαι δὲ Πιδασεῖς τάς τε ὑπαρχούσας ἱερὰς κτήσεις καὶ δημοσίας καὶ ἄν τινες ἄλλαι προσγίνωνται τοῖς θεοῖς ἢ τῶι δήμωι πέντε μὲν ἔτη ἄρχοντος στεφανηφόρου Φιλίδου τελοῦντας τῶν ἐκφυρίων χαλκοῦ[ν], διελθόντος δὲ τοῦ προειρημένου χρόνου τὰ ἴσα τέλη, ἵσα καὶ Μιλήσ[ιοι] φέρουσιν τοῦ δὲ ἐν τοῖς ίεροῖς ὅρεσιν τοῖς περιωρισμένοις γινομένImage[υ] σίτου τελεῖν αὐτοὺς διελθόντων τῶν πέντε ἐτῶν ἑκατοστὴν εἰς τὸν ἀεὶ χρόνον.

50 Bien marqué par Rehm (p. 232) : “Durch § 6 wird den Pidaseern der Ertrag aus ihren heiligen und Staatsgütern gewährleistet”, etc. Sur les “montagnes sacrées”, cf. Robert 1960, 196-197.

51 Piérart 1983, 9-15 ; 1985a, 276-299 ; cf. aussi 1985b, 172-173.

52 Piérart 1985a, 287.

53 A moins de supposer que le dème des Pidaséens n'ait eu qu'une brève existence.

54 Milet, I.3 (Delphinion), 150, 122-124, où l'amende prévue est plus forte (cinquante talents).

55 Cf. Charneux & Tréheux 1988, 364-365, avec les exemples cités dans les notes (à propos de la convention entre Ambracie et Charadros).

56 Cf. supra n. 17. L'amende prévue est ici de dix talents.

57 Loc. cit., 1. 76-82 : δόντων δὲ τοὶ Στίριοι τᾷ φατρίᾳ τῶν Μεδεωνίων ἐν ἐτέοις τεττάροις ἀργυρίου μνᾶς πέντε κα[ὶ τ|όπον τὰν καλειμέναν [Δ]α[μα]τρείαν.

58 Cf. 1. 63, “les dieux qui tiennent leur cité”, τοὺς κατέχοντας αὐτῶν τὴν πόλιν θεούς.

59 Notamment le grain des “montagnes sacrées” (1. 33-35), dont seulement le centième sera acquitté à Milet.

60 En particulier l'ensemble des lois et règlements sacrés.

61 A la différence de ce qui est prescrit pour les gens de Magnésie du Sipyle (qui étaient, eux, d'origine diverse) incorporés au iiie s. dans la cité de Smyrne, OGIS, 229, 52-53.

62 Herrmann 1965b, 90-103 (la citation à la p. 102).

Table des illustrations

Légende Milet et le sud de l’Ionie (carte O. Henry - Ausonius).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search