Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Deuxième partie. Les cités

Milet au iie siècle a.C.

Peter Herrmann

Texte intégral

1Quel est l'intérêt d'insérer un rapport sur Milet dans le cadre général de notre sujet ? Je crois qu'on peut répondre à cette question par une série d'affirmations que je voudrais développer brièvement.

  • 1 Milet, I.3. Das Delphinion in Milet, Berlin, 1914. II Die Inschriften von A. Rehm (p. 162-442) ; U (...)

2S’agissant des sources, il existe, tout d'abord, une situation relativement favorable. Je pense, bien sûr, à l'apport considérable qui ressort des trouvailles épigraphiques faites sur place, et avant tout, de la documentation retrouvée au début de ce siècle (1903) lors du dégagement du Delphinion, centre d’exposition publique ou “archives lapidaires” de la ville. Il s'agit d'une vingtaine de stèles bien conservées (aujourd'hui placées dans les réserves du Pergamon-Museum de Berlin), ensemble qui illustre l'histoire locale surtout pour un espace s'étendant entre le ive et Ier siècle a.C. Parmi celles-ci, il y a particulièrement un groupe de textes très développés du début du iie siècle dont nous nous occuperons plus tard. On dispose, pour toute cette documentation, de la publication exemplaire présentée par Albert Rehm dans le volume sur le Delphinion, paru en 1914. Il convient de signaler aussi le compte-rendu détaillé qui en a été donné aussitôt par Wilamowitz dans les Anzeigen de Göttingen. Et qu'il me soit permis de mentionner enfin le volume tout récent des Inschriften von Milet, Teil 1, où j'ai essayé de procurer des addenda bibliographiques et des traductions allemandes de l’ensemble de ces textes1.

  • 2 Haussoullier 1902 ; Th. Wiegand (éd.), Didyma. II. Teil : Die Inschriften von A. Rehm, herausgegeb (...)

3Il faut ajouter que, naturellement, la moisson épigraphique qu'a livrée le sanctuaire de Didymes enrichit nos connaissances des affaires milésiennes de sa manière, publiée elle aussi par les soins du même A. Rehm, travail qui avait été précédé, on le sait bien, par les recherches pénétrantes de B. Haussoullier2. Enfin, des trouvailles faites depuis la reprise des fouilles à Milet, dans les quatre dernières décennies, sont venues accroître notre compréhension de ce iie siècle dont nous traitons.

  • 3 Il s’agit de la lacune entre la liste Milet, I.3 (Delphinion), no 124 qui finit avec l'année 190/1 (...)

4Si cette documentation épigraphique a enrichi considérablement une tradition littéraire assez maigre, subsistent néanmoins des problèmes d’ordre chronologique. Le hasard, la chance qui nous ont permis de disposer de toute une série de stèles contenant les listes des stéphanéphores éponymes, formant un repère chronologique de premier ordre, nous ont privés en même temps de ces données exactement pour l'époque allant de 190 à 89 a.C., c'est-à-dire le iie siècle presque tout entier3. On va voir que certains flottements dans les datations résultent de ce fait.

5C'est l'ensemble de toutes ces sources que je viens de mentionner qui, d’après moi, nous met en état de souligner une particularité propice à notre entreprise. Celle-ci consiste en une remarquable multiplicité et complexité de la situation de Milet, un croisement de facteurs très variés qui caractérisent ce siècle protéiforme, cette charnière entre les époques hellénistique et romaine. Milet nous offre, à mon avis, la possibilité d'étudier, à différents niveaux, les embarras et les avantages qu'une vieille cité grecque, située dans la zone côtière et au carrefour des intérêts les plus variés, pouvait éprouver dans le cours de ce siècle. En fait, j'estime qu'on devrait disjoindre différents niveaux dans les relations extérieures de Milet pendant le iie siècle : relations avec les grandes puissances en déclin à cette époque, relations avec les nouveaux états de taille moyenne surgis récemment (Rhodes, Pergame), relations dans le microcosme du voisinage immédiat de la ville, à savoir dans la région du Bas Méandre avec sa physiognomie géographique particulière, relations enfin avec la puissance nouvelle venue, Rome. Aux relations politiques proprement dites se mêlent, on le sait bien, des facteurs d'ordre économique, démographique, militaire, idéologique aussi, etc. Avec tout cela, on aimerait percevoir aussi des répercussions intérieures, touchant au fonctionnement des institutions civiques, à la constitution, au rôle des notables au sens le plus large. Ce sera mon propos d'analyser surtout les éléments politiques de cet ensemble, en m’appuyant sur des exemples qui me paraissent appropriés et significatifs. Mon fil conducteur sera la chronologie, dans ses grandes lignes.

  • 4 Attaque de Philippe V, Pol. 16.5.6 : ἔτι δὲ τοὺς Μιλησίους, καταπλαγέντας τò γεγονός (scil. la bat (...)
  • 5 Héraclée du Latmos : M. Segre, TCal, no XXIII avec l'interprétation de Wörrle 1988, 433-436 ; Euro (...)

6Je ne m'étendrai pas trop sur mon premier aspect, relations avec les grandes puissances, à savoir Ptolémées, Séleucides, Antigonides, car c'est plutôt le iiie siècle pour lequel nous possédons quelques données concernant Milet. Seule, au tournant du siècle, la mainmise de Philippe V sur la ville se détache dans nos sources, des fragments de Polybe dans ce cas : celui-ci mentionne, après le combat naval de Ladé en 201, l'attaque du roi, à laquelle les Milésiens terrifiés se sont pliés. Au demeurant, la domination éphémère du roi Antigonide s'exprime, pour nous du moins, dans une perte sensible pour Milet, l'attribution du territoire de Myonte à Magnésie du Méandre4. Cela dirige notre attention une première fois sur cet entrelacement d'intérêts territoriaux dans le bassin du Bas Méandre qui nous occupera encore. On sait, d’ailleurs, que l'épisode de l’invasion de la Carie par Philippe V est illustré par des trouvailles récentes dans le voisinage immédiat de Milet, à Héraclée du Latmos et à Euromos5.

  • 6 Les conquêtes ou plutôt acquisitions d'Antiochos, effectuées dans plusieurs cas par son vice-roi Z (...)
  • 7 Liv. 37.16.2 : Ciuitates quas prateruectus est (sc. le préteur de 191, C. Livius Salinator), Milet (...)
  • 8 Wörrle 1988, 437 : terminaison de la liste Milet, I.3 (Delphinion), no 124 “mit dem Ende der seleu (...)

7Il est assez paradoxal que, pour la grande invasion d’Antiochos III en 197/196 en Asie Mineure, qui succéda à la domination antigonide, nos sources restent muettes en ce qui concerne le sort de Milet. Tandis que, dans les dernières décennies, des trouvailles épigraphiques ont livré une mosaïque de plus en plus élaborée sur l'étendue et l’organisation de la domination séleucide dans les zones environnantes, Milet reste une tache blanche dans ce tableau. Est-ce que ce silence nous autorise à conclure que Milet a été épargnée, est restée “libre”6 ? On constate du moins que dans la Guerre Antiochique, en 190, les Milésiens étaient prêts à verser des subsides à la flotte romaine et furent énumérés parmi les socii7. En tout cas, les Milésiens ont regardé l'événement de 190, avec la défaite d'Antiochos à Magnésie, comme une coupure historique, puisqu'ils ont inauguré, avec cette date, une nouvelle liste des stéphanéphores éponymes, comme il a été prouvé récemment8.

  • 9 Pol. 21.46.5 Μιλησίοις δὲ τὴν ἱερὰν χώραν ἀποκατέστησεν. ἧς διὰ τοῦς πολέμους πρότερον ἐξεχώρησαν (...)
  • 10 Voir n. 4 et plus loin p. 113 ; Walbank 1979, 169 sq.

8Dans le traité de paix d'Apamée (188), pour autant que nous en connaissions les clauses, Milet apparaît parmi les privilégiés : Polybe nous informe que les Milésiens récupérèrent un “terrain sacré” dont ils avaient été dessaisis auparavant “à cause des guerres”9. On admet qu'il s'agit du territoire de Myonte, comme on l’a vu attribué aux Magnètes par Philippe V, et que le terrain sacré fait référence à Apollon Terbintheus, divinité principale de Myonte. Cette zone controversée continuera d’être en litige10.

  • 11 Pol. 21.46.8 μετὰ ταῦτὰ ‘Ροδίοις ἐχρημάτισαν. δίδóντες Λυκίαν καὶ Καρίας τὰ μέχρι Μαιάνδρου ποταμο (...)
  • 12 Milet, 1.3 (Delphinion), no 150 (Syll. 3, 633), 35, μηθὲν ὑπεναντίον πρασσόντων τῶν δήμων τῆι πρὸς (...)

9Le traitement favorable de la part des Romains laisse supposer qu'ils ont accordé à Milet le statut de “ville libre”, tout en attribuant aux Rhodiens la région qui s'étend jusqu'au Méandre11. En fait, pendant les deux décennies entre la paix d'Apamée et le début de la guerre contre Persée, on voit bien la politique de Milet se conformer plus ou moins à la volonté de Rhodes, relation qui est mise sous l'étiquette d'une alliance. En témoigne, par exemple, une clause dans le traité entre Milet et Héraclée du Latmos (peut-être de 185/184), où les contractants s’engagent “à ne rien entreprendre qui soit à l'encontre de la symmachia conclue avec les Rhodiens”12. Et plus tard, pour le traité de paix entre Milet et Magnésie du Méandre et leurs alliés respectifs, les Rhodiens paraissent avoir été les médiateurs décisifs. Cela est souligné par la directive qu'une copie scellée doit être délivrée aux ambassadeurs rhodiens (Milet, I.3, no 148, 92). Une coopération entre Milet et Rhodes ressort aussi d'un document trouvé en deux exemplaires en Grèce et datant, à ce qu’il semble, des premières décennies du iie siècle, à savoir l’arbitrage entre Hermionè et Épidaure où des juges milésiens sont associés à ceux des Rhodiens (Moretti, ISE, 43 ; SEG, 31, 1981, 328).

  • 13 Wörrle 1988, 428-439 ; Errington 1989, 279-288.

10D’autre part, dans cette même période de “surveillance” rhodienne se range une suite de documents qui donne la preuve d’une activité remarquable de Milet pour établir ou élargir son influence dans le voisinage immédiat, dans le microcosme du bassin du Bas Méandre, comme je l’ai dit plus haut. Si nous en apercevons maintenant mieux la logique, c’est grâce aux rectifications chronologiques apportées par les recherches de M. Wörrle et R. M. Errington13. On discerne par cela que c'est incontestablement le refoulement de la domination séleucide qui a fait naître, tout de suite après Apamée, des ambitions expansionnistes chez les Milésiens, faisant suite à des tendances qu'on saisit déjà auparavant. Je crois que, dans ce contexte, on peut distinguer plusieurs lignes de force dans la politique milésienne :

  1. On constate des efforts des Milésiens pour s'assurer la sécurité militaire. Je pense avant tout à l’engagement et à l'établissement de mercenaires crétois déjà au iiie s. (234/233 et 229/228), phénomène qui comprend aussi un aspect de colonisation et qui s'exerce sur le territoire contesté de Myonte. De plus, il me paraît significatif que les collèges des ᾑρημένοι ἐπὶ τῆι φυλακῆι et des τειχοποιοί sont les plus en vue à cette époque à Milet14.
  2. Une série de documents atteste l'extension de l'influence de Milet par des traités d'isopolitie, déjà vers la fin du iiie s. Ce ne sont pas des voisins immédiats, mais des voisins au second degré, pour ainsi dire : Séleucie/Tralles (218/7), Mylasa (215/4), peut-être Antioche du Méandre15.
  3. Le plus caractéristique est la tendance à élargir le territoire de la ville par des incorporations ou des conquêtes. C'est dans ce domaine que les conditions géo-politiques particulières de la vallée du Bas Méandre entrent en jeu. Dans un article pénétrant, où il étudia le territoire d’Héraclée du Latmos sous l’aspect de la géographie historique, L. Robert a caractérisé la situation complexe par des mots qui s'adaptent aussi bien à Milet : “On voit par là l'imbrication des intérêts de ces cités voisines, leurs accords et leurs conflits, comme aussi le caractère changeant de leur statut avec le système des sympolities…”, ou encore : “Tout ce chapelet de villes, depuis Héraclée et Milet jusqu'à Mylasa chacune dans sa plaine fertile, mais petite, cherchait à s'agrandir”16.
  • 17 Pour le sort de Myonte, cf. Herrmann 1965b, 93-96 et 101-103. Pour les mercenaires crétois voir n. (...)

11L'exemple le plus évocateur, dans ce sens, nous est présenté par Myonte, ancienne ville ionienne et voisine de Milet à travers le golfe Latmique. Son sort est connu à grands traits : physiquement, séparation progressive de la mer par un procès de transformation en marais, puis dessèchement, causé par les alluvions du Méandre, dépeuplement et transfert de la population à Milet attestés pour le temps de Pausanias au plus tard. ; politiquement, incorporation dans le territoire de Milet déjà au iiie siècle, survie, à ce qu’il paraît, sous un statut politique particulier, apparenté à celui d’un dème. Le territoire cultivable, qui était comme une peraia pour Milet et Magnésie du Méandre, devient objet en litige entre ces deux cités. En 201, je viens de le dire, il fut donné par Philippe aux Magnètes, puis revendiqué à plusieurs occasions par Milet. La situation est compliquée par l'établissement de mercenaires crétois effectué par Milet sur ce territoire17. On aura à y revenir ici même.

12Mais c'est exactement dans la suite des règlements d'Apamée qu'on observe des traits caractéristiques de la politique milésienne, grâce à un ensemble de trois documents successifs dont la connexité a été mise en évidence sur la base de la nouvelle chronologie (voir n. 13). Ils se répartissent comme suit :

  1. Traité de sympolitie avec Pidasa (Milet, I 3, n. 149 ; date : 188/7) ;
  2. Traité d’alliance avec Héraclée du Latmos (Milet, I 3, n. 150 = Syll. 3, 633 ; date : 185/184 ?) ;
  3. Traité de paix avec Magnésie du Méandre (Milet, I.3, n. 148 = Syll. 3 , 588 ; date : deuxième moitié des années 180).

13J'essaierai d'en dégager les aspects les plus significatifs.

  • 18 Le site de Pidasa a été identifié par Cook 1961, 91-95 (avec pl. 15a-d, 16a-c) et décrit plus tard (...)
  • 19 Une tour hellénistique située sur une des deux acropoles a été mise en relation avec la garnison m (...)
  • 20 Milet, I.3 (Delphinion), no 149, 39-45 (§ 9). Pour la localisation d’Ioniapolis voir Robert 1978a, (...)
  • 21 Ibid., 37-39 (§ 8), avec l’interprétation de L. Robert, loc. cit., 514 sq. qui admet que les στρατ (...)
  • 22 Voir les réflexions de Piérart 1985a, 293 sq, n. 77.

14a) La sympolitie avec Pidasa, petite cité située sur une hauteur en contrefort du Grion, en saillie au-dessus de la plaine d'Euromos18, marque une extension du territoire milésien vers le sud-est. Le traité prévoit l'établissement d'une garnison milésienne sur cette place forte19, alors qu’une partie de la population indigène se déplacera vers Milet. Abstraction faite de règlements détaillés concernant le statut politique (voir infra Ph. Gauthier p. 117- 127) et les conditions fiscales (voir L. Migeotte p. 129-135) on peut en déduire des conséquences qui relèvent de cette “imbrication des intérêts” dont parle Robert. Il est nécessaire d'introduire des dispositions concernant les Pidaséens possédant une propriété foncière dans l'Euromide : les Milésiens promettent la construction d’une route carrossable conduisant à Ioniapolis, port milésien situé sur la côte sud du golfe Latmique20, et ils soutiendront le droit des Pidaséens dans des procès éventuels concernant un territoire qui leur avait été rendu lors des règlements d'Apamée21. En somme, on a l'impression que Milet agit en position de force, en face d'une communauté plongée dans un certain embarras22.

  • 23 Milet, I.3 (Delphinion), no 150, 78-87 (§ 10). La guerre précédente est mentionnée dans la clause (...)
  • 24 Ibid., 72-77 (§ 9) et 99-105 (§ 12).

15b) Le traité conclu entre Milet et Héraclée du Latmos comprend des stipulations introduisant une alliance et l'isopolitie entre les deux cités. Mais il laisse entendre qu’il met fin à un conflit surgi de différends territoriaux ayant trait à la région de Myonte et d’Ioniapolis. Incapables de parvenir eux-mêmes à un accord, les deux contractants décident d’avoir recours à l’arbitrage “d’une cité libre et démocratique”23. Si la date proposée, 185/184, est exacte, on est à quelques années de distance de l'incorporation de Pidasa, et on constate que les zones disputées sont toujours les mêmes. Que l'enchevêtrement d'intérêts subsiste malgré la conclusion de la paix se laisse discerner par des clauses concernant le passage de bétail des Milésiens à travers le territoire des Héracléotes, ou l'utilisation du bac allant d'Ioniapolis à Milet par les Héracléotes24.

  • 25 Milet, I.3 (Delphinion), no 148. Le rapport avec le traité précédent Milet-Héraclée et, sur cette (...)
  • 26 Ibid., 27-38 (§ 3). Pour la localisation du fleuve Hybandos, voir Robert 1959, 15-24 (= OMS, III, (...)
  • 27 Wilamowitz 1914, 94 (= Kl. Schr., V.l, 449). Pour l'affaire des Crétois, voir la n. 14.

16c) Le traité de paix avec Magnésie du Méandre, négocié quelques années plus tard sur intervention d'ambassadeurs provenant de Rhodes, Athènes et plusieurs cités micrasiatiques et péloponnésiennes, mit fin à une véritable guerre de coalition : Milet et Héraclée contre Magnésie et Priène, où, au reste, la coalition anti-milésienne paraît avoir eu plus de succès25. Un détail important de ce document est constitué par la délimitation de la frontière entre Milet et Magnésie dans la χώρα περαία. Elle est fixée par le cours du fleuve Hybandos, qui était évidemment la petite rivière qui se jette actuellement dans le Méandre quelques kilomètres à l'est de Myonte, donc de nouveau dans la région disputée depuis longtemps26. Wilamowitz trouva ce long argumentaire de plus de 90 lignes “ergötzlich”, amusant, supposant que les frais de cet arbitrage surpassaient le rendement annuel du territoire controversé. Pourtant, du point de vue économique, ces querelles paraissent avoir eu de l'importance, si l'on pense aux questions de ravitaillement ou d’impôts ; au reste, elles concernèrent aussi la situation des colons crétois établis dans cette contrée27.

  • 28 Voir A. Rehm, Milet, I.3 (Delphinion). p. 348 qui suppose que les controverses se sont concentrées (...)

17Pour compléter cette mosaïque de conflits territoriaux dans la région du Bas Méandre, il faut ajouter que des inscriptions trouvées, cette fois, à Priène, nous ont transmis encore des traces attestant de démêlés de longue durée, à ce qu'il semble, entre Milet et Priène. Dans ce cas aussi, il doit s'agir des contestations regardant une peraia, c'est-à-dire quelque territoire situé “de l'autre côté” du golfe Latmique, puisque les deux cités n'étaient pas des voisines directes28.

  • 29 Pour l'ensemble voir Herrmann 1965b (SEG, 36, 1986, 1046-1081 ; Hopp 1977, 6-13 : Kleine 1986, 129 (...)
  • 30 Wilamowitz 1914, 97 (= Kl. Schr., V.l, 453) : “Er wird nun so gut wie als Landesherr geehrt”.
  • 31 Atélie : Herrmann 1965b, 73 blocs II et III 1-6 (SEG, 36, 1986, 1046 ; NChoix, 55 no 7) ; dédicace (...)

18La “surveillance” rhodienne dont j'ai parlé n'a pu s'exercer sur Milet que jusqu'à la guerre de Persée, épisode désastreux pour cet ancien allié des Romains qui s'était compromis, à leurs yeux, par une politique douteuse et équivoque. Avec le reflux de l'influence rhodienne sur le continent qui en résulta, ce fut la dynastie pergaménienne qui passa au premier plan dans la politique extérieure des Milésiens. Je me borne à résumer très brièvement des faits bien connus. Une série de divers documents découverts à Milet a fait ressortir le rôle déterminant du Milésien Eirénias comme ambassadeur fréquentant la cour attalide. A son engagement correspond, de l’autre côté, une activité ‘évergétique’ déployée par le roi Eumène II, en somme un rituel de réciprocité entre d’une part donations ou subventions accordées par le monarque, d’autre part une intensification des honneurs accordés par la cité allant jusqu'à des célébrations cultuelles (posthumes)29. Déjà Wilamowitz n’avait pas hésité à caractériser le rôle d'Eumène par l'expression “Landesherr” (souverain)30. Cependant, un décret en l'honneur du dit Eirénias a révélé qu'en même temps les Milésiens ont réussi à établir de bonnes relations avec le roi séleucide Antiochos IV aussi. Celui-ci leur accorda l'atélie pour les produits (γενήματα) milésiens importés dans son royaume. Déjà auparavant, la publication de la dédicace du bouleutérion milésien avait montré que l'édifice avait été dédié par deux courtisans bien connus ὑπὲρ βασιλέως’Aντιόχου’Επιφανῦς, ce qui souvent a été interprété comme un don émanant de la personne du roi31.

  • 32 Habicht 1991a ; Günther 199. Cf. Habicht 1995, 241 avec la n. 72 ; Günther 1998.

19En fin de compte, sur le plan des relations extérieures, des documents concernant des théores milésiens envoyés aux Panathénées d'Athènes ont fait connaître un nouvel attachement de la cité ionienne envers sa “métropole”, phénomène diplomatique et idéologique (qui d'ailleurs n’est pas isolé) qui caractérise aussi une tendance de ce siècle32.

  • 33 Liv. 43.6.4 Milesii nihil, (quod) praestitissent, memorantes, si quid imperare ad bellum senatus u (...)
  • 34 Arbitrage entre Messéniens et Lacédémoniens : IOlympia, 52 = Syll. 3, 680, c. 138 a.C. ; entre Lat (...)
  • 35 Milet, I.7 (Südmarkt), no 203 (Sokolowski, LSAM, 126, n. 49). Cf. Mellor 1975, 53 sq. ; Fayer 1976 (...)
  • 36 Milet n'apparaît pas dans les récits sur la guerre assez comprimés, à vrai dire. Dans Milet, VI. I (...)
  • 37 A. Rehm, Milet, I.7, p. 295 (liberté précaire) ; Bernhardt, 1971, 106, n. 95.
  • 38 Pour l'hypothèse d'une réforme oligarchique voir Wilamowitz 1914, 97 sq. (Kl. Schr., V.l, 453) ; R (...)

20Si j'arrive enfin au chapitre “Milet et Rome”, on retombe, pour le iie siècle, dans une ombre éclaircie seulement par de très rares lumières. Que les Milésiens, après Apamée, soient restés attachés à une loyauté fondamentale envers la nouvelle puissance mondiale se comprend facilement. Nous en avons trace dans une notice chez Tite Live où, dans la guerre contre Persée en 170, ils assurent le Sénat de leur bonne volonté à leur prêter assistance33. Plus tard, dans la deuxième moitié du siècle, on voit les Milésiens chargés par le Sénat d'agir en arbitrage – comme ils faisaient ailleurs : entre Messéniens et Lacédémoniens, où la décision a été confiée à 600 juges tirés au sort parmi le peuple entier ; plus tard entre Lato et Olonte en Crète, où une commission d’ὁροθέται milésiens fut engagée34. Mais le document le plus détaillé et illustratif quant aux rapports avec Rome est constitué par la loi prescrivant la vente de la prêtrise du Peuple Romain et de Rome, trouvée dans la région du Südmarkt en 190935. Cette loi fixe toute une gamme de sacrifices réguliers à offrir au Peuple Romain et à Rome personnifiée, règle en grand détail des concours appelés ‛Ρωμαῖα concentrés sur le gymnase et la participation des adolescents. Les prix consistant en armes de guerre devront être dédiés dans un sanctuaire de Rome en état de construction, le ‛Ρωμαῖον. Cette cérémonie marquait l’expression de la “reconnaissance envers les Romains” (τῇ πρὸς ‛Ρωμαίους εὐχαριστίᾳ). Rehm, interprétant ce document comme signe de “rattachement le plus étroit, sans réserve, à Rome”, l’a mis en rapport avec l’issue de la guerre d’Aristonicos et le ménagement dont Milet avait bénéficié. En vérité, le comportement de Milet pendant cet épisode nous reste inconnu36. Même si l’on est justifié à acorder à Milet le statut de “ville libre” dans le cadre de la province d'Asie établie en 12937, subsiste l'impression d’une dépendance assez stricte : le même document dont je viens de parler atteste l’existence d’un collège de 50 archontes à Milet, détail extraordinaire dans le cadre constitutionnel, qui a été considéré comme le signe d'une réforme oligarchique inspirée par les nouveaux maîtres38.

21Le sort de Milet dont on a suivi les vicissitudes au cours du iie siècle s'intégre certes assez bien dans le tableau général de cette époque. Mais il a peut-être l'avantage de nous rendre plus attentifs à la complexité des rapports mutuels dans cette région et à la multiplicité de facteurs politiques qui caractérisent ce siècle de transition en Asie Mineure occidentale.

Notes

1 Milet, I.3. Das Delphinion in Milet, Berlin, 1914. II Die Inschriften von A. Rehm (p. 162-442) ; U. von Wilamowitz-Moellendorff, c. r. Milet, Heft III, GGA, 1914, 65-109 (= Kl. Schriften, V 1, 1937, 417-466) ; Milet, VI.1. Inschriften von Milet, Berlin - New York 1997. B. Nachtrage und Übersetzungen zu den Inschriften no 1-406 (p. 155-217) par P. Herrmann.

2 Haussoullier 1902 ; Th. Wiegand (éd.), Didyma. II. Teil : Die Inschriften von A. Rehm, herausgegeben von R. Harder, Berlin 1958. Cf. le c.-r. de Chr. Habicht, GGA, 213, 1960, 145-166.

3 Il s’agit de la lacune entre la liste Milet, I.3 (Delphinion), no 124 qui finit avec l'année 190/189 (d'après les résultats de Wörrle 1988, 428-437) et la liste no 125 qui commence par l'année 89/88. A. Rehm a jadis essayé de restituer autant que possible la chronologie milésienne du IIe s. a.C. (Rehm 1923) ; mais voir les réserves formulées par Ch. Habicht 1960, 153 sq.

4 Attaque de Philippe V, Pol. 16.5.6 : ἔτι δὲ τοὺς Μιλησίους, καταπλαγέντας τò γεγονός (scil. la bataille de Ladé), οὑ μόνον τὸν Φίλιππον. ἀλλὰ καὶ τὸν ‘Ηρακλείδην (l'amiral de Philippe) στεφανῶσαι διὰ τὴν ἔφοδον, avec l'interprétation de A. Mauersberger, Polybios-Lexikon, I, 1064 concernant le sens de ἔφοδος : “aus Angst vor dem Angriff” (cf. Wörrle 1988, 442 ; pour l'ambiguïté de l'expression voir Holleaux 1952, IV, 222, n. 4). Territoire de Myonte : Pol. 16.24.9 Φίλιππος … ὄτε τὴν Ἁσἰαν κατέτρεχεν, ἀπορῶν τροφῶν τοῖς στρατιώταις παρὰ Μαγνήτων, ἐπεὶ σῖτον οὐκ εἶχον, σὺκα ἔλαβε, διὸ καὶ Μυοῦντος κυριεύσας τοῖς Μάγνησιν ἐχαρίσατο τὸ χωρίον ἀντὶ τῶν σύκων. Pour les vicissitudes concernant Myonte voir p. 113 et n. 17.

5 Héraclée du Latmos : M. Segre, TCal, no XXIII avec l'interprétation de Wörrle 1988, 433-436 ; Euromos : Errington 1986, no 1,1. 5 et 8 (SEG, 36, 1986, 973) où les habitants d'Euromos sont appelés Φιλιππεῖς. L'évacuation d'Euromos par Philippe, avec Pedasa (Pidasa), Bargylia, Iasos, est une des stipulations du traité de paix de 196 (Pol. 18.44.4 ; Liv. 33.30.3).

6 Les conquêtes ou plutôt acquisitions d'Antiochos, effectuées dans plusieurs cas par son vice-roi Zeuxis, concernent Iasos (W. Blümel, IK, 28-Iasos, no 4 ; cf. Crowther 1989 et 1995, 112-117), Euromos (Errington 1986 et 1993, 24 n. 5), Héraclée du Latmos (Wörrle 1988, 421-470), Priène (IPriene, 59, 3-4 et 82, 16-17 d’après Crowther 1993, 41-69 et Gauthier 1994, 178-195). Haussoullier 1902, 149 et Schmitt 1964, 281 supposent une mainmise d’Antiochos sur Milet. Que la ville n'est pas tombée dans les mains du Séleucide est admis, d'autre part, par Holleaux 1952, 330 ; Günther 1971, 92 sq. ; Wörrle 1988, 446, n. 97. Toutefois, l'argument mis en jeu pour prouver la ‘liberté’ de Milet, le traité entre Milet et Magnésie du Méandre (Milet, I.3 Delphinion, no 148, d'après Rehm de 196 a.C.), n’est plus valable avec la nouvelle datation introduite par Errington (voir infra p. 112).

7 Liv. 37.16.2 : Ciuitates quas prateruectus est (sc. le préteur de 191, C. Livius Salinator), Miletus, Myndus, Halicarnassus, Cnidus, Cous, imperata enixe fecerunt ; ibid., 17.3 (la flotte sous L. Aemilius Regillus) Miletum et ceteram oram sociorum praeteruecti in Bargylietico sinu escensionem ad lasum fecerunt. Les villes qui ont appuyé la flotte romaine sont regardées comme alliées de Rhodes par Wörrle 1988, 429.

8 Wörrle 1988, 437 : terminaison de la liste Milet, I.3 (Delphinion), no 124 “mit dem Ende der seleukidischen Herrschaft über Kleinasien”, début de la liste subséquente (perdue) “mit der neuen, rômischen Epoche”.

9 Pol. 21.46.5 Μιλησίοις δὲ τὴν ἱερὰν χώραν ἀποκατέστησεν. ἧς διὰ τοῦς πολέμους πρότερον ἐξεχώρησαν (cf. Liv. 38.39.9).

10 Voir n. 4 et plus loin p. 113 ; Walbank 1979, 169 sq.

11 Pol. 21.46.8 μετὰ ταῦτὰ ‘Ροδίοις ἐχρημάτισαν. δίδóντες Λυκίαν καὶ Καρίας τὰ μέχρι Μαιάνδρου ποταμοῦ πλὴν Τελμεσσοῦ (cf Liv. 38.39.13). Pour le statut de Milet voir e.g. Bikerman 1937, 238 (“reconnue libre”) ; Bernhardt 1971,58 sq. ; Mastrocinque 1979, 202.

12 Milet, 1.3 (Delphinion), no 150 (Syll. 3, 633), 35, μηθὲν ὑπεναντίον πρασσόντων τῶν δήμων τῆι πρὸς ‘Ροδίους συμμαχίαι. Cf. Schmitt 1957, 130 ; Berthold 1984, 67 ; Ager 1991, 28.

13 Wörrle 1988, 428-439 ; Errington 1989, 279-288.

14 Engagement et établissement de mercenaires crétois en 234/233 et 229/228 (d’après la chronologie de Wörrle) : Milet, I.3 (Delphinion), no 33 et 37 ; cf. 1.2 (Rathaus), no 12a (épigramme pour Lichas) et I.3, no 39 (décret pour un commandant de mercenaires crétois). Problèmes des Crétois établis sur le territoire de Myonte touchant plus tard les Magnètes : IC, I, VIII-Cmmas, 9, 22-32 et IV, 176, 29-41 (cf. Chaniotis 1996, 281-5 : 184 a.C.). Pour le rôle des ἡιρημένοι ἐπὶ τῆι φυλακῆι et des τειχοποιοί, voir Müller 1976, 39-57.

15 Traités d’isopolitie avec Séleucie/Tralles : Milet, I.3 (Delphinion), no 143 (de 218/7), Mylasa : ibid. no 146 (215/4) ; Antioche du Méandre ( ?) : ibid. no 144 (d’après une suggestion de J. et L. Robert, Bull. ép., 1970 no 502).

16 Robert 1978a, 517 et 515 (= Doc. Asie Mineure, 1987, 213 et 211). A part l’illustration par des photographies, L. Robert a enrichi sa démonstration par la reproduction des cartes de Kiepert, Philippson, Lyncker. La dernière, élaborée par K. Lyncker en 1908/1909 et publiée dans le fascicule Milet, III.5, “Das südliche Ionien” par A. Philippson en 1936 est la plus détaillée et la plus significative.

17 Pour le sort de Myonte, cf. Herrmann 1965b, 93-96 et 101-103. Pour les mercenaires crétois voir n. 14.

18 Le site de Pidasa a été identifié par Cook 1961, 91-95 (avec pl. 15a-d, 16a-c) et décrit plus tard par Radt 1973-74, 170-174 (avec pl. 77 et 78). Pour l’analyse des hypothèses antérieures et ses propres recherches voir Robert 1976, 193-194, n. 165 (= OMS, VII, 337) et 1978a, 491-500 (= Doc. Asie Mineure, 187-196). Cependant, l’affirmation de Robert (p. 494) selon laquelle l’endroit appelé Cert Osman Kale “est sûrement le point marqué 320 m” sur la carte de Lyncker (voir sa fig. 28) repose sur un malentendu : la cote 320 marque le col entre les vallons de Kurudere et Aydere. Or, Cert Osman Kale se trouve sur la crête, d’après Cook à une hauteur d’environ 500-600 m au sud de Danişment (c’est-à-dire à peu près à l'endroit de la dernière lettre “h” de la légende “Tamischmanli Dagh” sur la carte de Lyncker.

19 Une tour hellénistique située sur une des deux acropoles a été mise en relation avec la garnison milésienne par W. Radt (n. 18). Celle-ci est attestée aussi par une inscription trouvée sur place en 1964 : du texte très effacé on reconnaissait que c'était une dédicace à Ἀπόλλων Διδυμεὺς Σωτήρn, offerte par des στρατευσάμενοι.

20 Milet, I.3 (Delphinion), no 149, 39-45 (§ 9). Pour la localisation d’Ioniapolis voir Robert 1978a, 508-514 (= Doc. d’Asie Mineure, 204-210).

21 Ibid., 37-39 (§ 8), avec l’interprétation de L. Robert, loc. cit., 514 sq. qui admet que les στρατηγοί mentionnés sont les consuls et proconsuls romains.

22 Voir les réflexions de Piérart 1985a, 293 sq, n. 77.

23 Milet, I.3 (Delphinion), no 150, 78-87 (§ 10). La guerre précédente est mentionnée dans la clause concernant l'amnistie (36-39 ; § 5). Ager 1991, 28, considère que Rhodes n'était pas seulement la médiatrice de la paix, mais que cette cité était aussi considérée comme une arbitre pour la future décision.

24 Ibid., 72-77 (§ 9) et 99-105 (§ 12).

25 Milet, I.3 (Delphinion), no 148. Le rapport avec le traité précédent Milet-Héraclée et, sur cette base, la datation, ont été élucidés par Errington 1989, 279-288. La supériorité de la coalition anti-milésienne est déduite du fait que le chiffre des prisonniers de guerre milésiens dépasse celui des autres belligérants (64-72 ; § 10).

26 Ibid., 27-38 (§ 3). Pour la localisation du fleuve Hybandos, voir Robert 1959, 15-24 (= OMS, III, 1437-1446). Il correspond au Kargm Çay moderne, proposé par Th. Wiegand et reporté (pace Robert) sur la carte de Lyncker. Pour la délimitation cf. aussi Daverio Rocchi 1988, 126-129, n. 11.

27 Wilamowitz 1914, 94 (= Kl. Schr., V.l, 449). Pour l'affaire des Crétois, voir la n. 14.

28 Voir A. Rehm, Milet, I.3 (Delphinion). p. 348 qui suppose que les controverses se sont concentrées sur la région de Thèbes du Mycale. Une guerre entre les deux cités est mentionnée dans IPriene, 26, qui date du iiie s. (cf. Crowther 1996, 209), une délimitation de la frontière par Smyrne, faite sur l'impulsion d’un souverain (attalide ?), résulte de IPriene, 27 (Welles, RC, 46), datée du iie s. (Hiller v. Gaertringen : “bald nach 200 v.Chr.”), un traité détaillé se laisse reconnaître dans les fragments IPriene, 28, de la même époque. La continuation des querelles dans le ier siècle est attestée par IPriene, 111, 143 sq. et 120.

29 Pour l'ensemble voir Herrmann 1965b (SEG, 36, 1986, 1046-1081 ; Hopp 1977, 6-13 : Kleine 1986, 129-140 ; Ameling 1995, 346-357. Je suis maintenant convaincu que les honneurs cultuels accordés à Eumène II sont à reporter à la situation après sa mort en 158, comme l’avait déjà suggéré Chr. Habicht (voir le même, 1998).

30 Wilamowitz 1914, 97 (= Kl. Schr., V.l, 453) : “Er wird nun so gut wie als Landesherr geehrt”.

31 Atélie : Herrmann 1965b, 73 blocs II et III 1-6 (SEG, 36, 1986, 1046 ; NChoix, 55 no 7) ; dédicace du bouleutérion : Milet, I.2 (Rathaus), 1 et 2 (voir VI.1, p. 155 ; Schmidt-Dounas 1995, 514-515). Cf. Herrmann 1987, 171-175.

32 Habicht 1991a ; Günther 199. Cf. Habicht 1995, 241 avec la n. 72 ; Günther 1998.

33 Liv. 43.6.4 Milesii nihil, (quod) praestitissent, memorantes, si quid imperare ad bellum senatus uellet, praestare se paratos esse polliciti sunt.

34 Arbitrage entre Messéniens et Lacédémoniens : IOlympia, 52 = Syll. 3, 680, c. 138 a.C. ; entre Latô et Olonte : Chaniotis 1996, 330, testimonium b, 111/110 a.C. Comme ‘cité libre’, engagement de Milet pour arbitrer à Méthymna/Érésos (Milet, I.3 [Delphinion], no 152), Byzance (153), Érétrie (154), Thessalie (IG, IX.2, 508), Smyrne (IK, 24/1-Smyrna, 583), toujours dans le courant du iie siècle.

35 Milet, I.7 (Südmarkt), no 203 (Sokolowski, LSAM, 126, n. 49). Cf. Mellor 1975, 53 sq. ; Fayer 1976, 47-49.

36 Milet n'apparaît pas dans les récits sur la guerre assez comprimés, à vrai dire. Dans Milet, VI. I (1997), p. 211, je me suis demandé si le fragment Milet, I.9 (Thermen u. Palaestren), no 333, honorant un Cornélius Scipio, pouvait concerner le légat P. Cornélius Scipio Nasica Serapio, membre d'une ambassade romaine en 133/132 chargée de s'occuper de l'héritage attalide. Scipion est mort à Pergame.

37 A. Rehm, Milet, I.7, p. 295 (liberté précaire) ; Bernhardt, 1971, 106, n. 95.

38 Pour l'hypothèse d'une réforme oligarchique voir Wilamowitz 1914, 97 sq. (Kl. Schr., V.l, 453) ; Rehm, Milet, I.7, p. 295 ; Habicht 1960, 152 ; contra Müller 1976, 81, n. 63.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search