Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Première partie. Dynamiques et structures

Rome et les cités grecques d’Asie Mineure au iie siècle

Jean-Louis Ferrary

Texte intégral

  • 1 Cette formule est reprise de Badian 1964, 112-139.

1Rome apparaît brusquement sur la scène de l'Asie Mineure en 196, à l'occasion de la “guerre froide” qui l'oppose à Antiochos III1. Dès 188, le Séleucide vaincu doit renoncer totalement à l'Asie cistaurique : ç'avait été déjà le cas des Antigonides après la défaite de Philippe V par les mêmes Romains, et cela alors que les deux rois venaient eux-mêmes de profiter de l'affaiblissement des Lagides pour se partager ou se disputer leur zone d'influence. En une quinzaine d'années, les trois grandes monarchies héritières d’Alexandre avaient été chassées de l'Asie Mineure, et Rome pouvait en toute liberté partager leurs dépouilles entre ses alliés rhodien et pergaménien. Un siècle plus tard, Rome connut avec la guerre de Mithridate la crise la plus spectaculaire de son hégémonie dans l'Orient grec : en quelques mois, un ancien roi allié s'emparait de l'Asie Mineure presque tout entière, ne rencontrant d'opposition réelle que de la part des Lyciens et des Rhodiens ; il s'apprêtait à passer en Europe par voie de terre et de mer, et organisait dans les cités d’Asie le massacre de tous les résidents d’origine italienne. Même si les succès de Mithridate furent éphémères, si dès 85 il dut évacuer la province romaine d'Asie, Rome mit quelque temps à rétablir dans la totalité son pouvoir ébranlé, avant de l'étendre considérablement grâce aux victoires de Servilius Isauricus, de Lucullus et surtout de Pompée. A l'intérieur de la période ainsi définie, une coupure est incontestablement marquée par l'établissement de la province d’Asie, impliquant l'envoi régulier de magistrats ou de promagistrats pourvus de l'imperium et de la iurisdictio, ainsi que la mise en place d'une fiscalité romaine bientôt confiée à de puissantes sociétés de publicains.

  • 2 Gruen 1984.
  • 3 Kallet-Marx 1995.
  • 4 Bernhardt 1985.

2Des travaux récents ont relativisé, il est vrai, l'importance des étapes que je viens de rappeler, et ont mis l'accent sur les éléments de continuité que l'on constate avant et après 196/188, avant et après 133/126. E. S. Gruen a présenté un pouvoir romain beaucoup moins interventionniste qu'on l'avait souvent dit, et parfois contraint par les conséquences de sa propre inertie à de brusques réactions qu'il n'aurait pas vraiment souhaitées2. Dans le cas de l'Asie Mineure, où son étude s'arrête avec la création de la province d'Asie, il montre que, après 188 comme avant, rois et cités continuent à mener leur politique et à régler leurs conflits, généralement sans que Rome parvienne, ni même cherche, à imposer sa volonté. Cela est vrai, mais ne doit pas non plus dissimuler une très profonde transformation : au polycentrisme de l'époque des grandes monarchies hellénistiques a succédé un système politique nouveau, avec une seule superpuissance, Rome, qui hésite à s'engager militairement, mais dont il est toujours risqué de braver les ordres, parce qu'elle est en mesure, si elle le veut, de les imposer par la force. De son côté, R. Kallet-Marx pense qu’on a surévalué l'importance de la création des provinces, en Macédoine comme en Asie : l'envoi d'un magistrat cum imperio ne disposant que d'un petit groupe de collaborateurs et d'effectifs militaires restreints ne pouvait en aucun cas signifier le passage à une administration directe des territoires placés sous son autorité, territoires qui, dans le cas de l'Asie, étaient d'ailleurs sensiblement moins étendus que l'ancien royaume attalide, puisque certaines régions avaient été données en récompense aux rois qui avaient combattu Eumène III, et que les cités qui avaient résisté au prétendant avaient reçu la liberté. Ni la iurisdictio des magistrats, ni la fiscalité des publicains, enfin, n'avaient encore l'importance qu'on leur verra au ier siècle, et R. Kallet-Marx conclut que la période-charnière, l'étape véritablement décisive, n'est pas celle de la création des provinces, mais du rétablissement et du renforcement considérable du pouvoir romain après la crise mithridatique3. R. Bernhardt enfin, adoptant cette fois le point de vue des cités et non du pouvoir romain, met lui aussi l'accent sur les éléments de continuité, qui témoignent de l'existence d'une polis grecque intacte jusqu'à la fin de la république4. Ces trois ouvrages dénoncent à juste titre la tendance à établir des coupures trop fortement marquées : l'arrivée de Rome sur la scène égéenne ne marque pas la fin du monde hellénistique et de ses modes de fonctionnement ; la création de provinces ne signifie pas l'établissement d'une administration directe de territoires occupés ; la mise en place du pouvoir romain ne fait pas imploser la cité. Mais à trop insister sur les seuls éléments de continuité, on ne fait en définitive que déplacer les étapes d'une évolution que personne ne peut contester sur le long terme : de 200/188 à 149/129, de 149/129 à 88/63 etc. ; et on risque d'occulter ce qui, dans la période considérée, annonce ou même engage des changements repoussés vers une époque plus tardive que l'on n'étudie pas, ou peu. Ces travaux de qualité montrent à la fois l'importance et les limites de la périodisation. Éléments de continuité et de rupture peuvent en réalité parfaitement coexister, et il convient d'être attentif aux uns comme aux autres.

1. Du conflit entre Rome et Antiochos III à la fin du royaume attalide

1.1. Du principe de la liberté des Grecs d'Europe et d'Asie au réglement de 188

  • 5 Pol. 18.44.2.
  • 6 Pol. 18.47.2.
  • 7 Cf. Ferrary 1988, 142-143.
  • 8 Liv. 34.59.4-5 et Diod. 28.15.4, plus exacts qu’Appien, Syr., 6.24. Cf. Ferrary 1988, 144-146.
  • 9 Pol. 21.24.7-8 (Εὐμένει δοθῆναι ; ‘Ροδίων ὑπάρχειν ; φόρον τελείν) et 46.2-3 (διδόναι φόρον) ; Liv (...)
  • 10 Pol. 25.4.5 : εὕρηντοα Λύκιοι δεδομένοι ‘Ροδίοις οὑκ ἑν δωρεῦ, τὸ δὲ πλεῖον ὡς φίλοι καὶ σύμμαχοι (...)
  • 11 Cf. Sherwin-White 1984, 23-25.
  • 12 Cf. Pol. 22.5, et 25.4 avec les commentaires de Walbank 1979, 183 et 279-80.
  • 13 Crawford 1996, no 12. Cnide, III, I. 16-21.

3Le s.c. dont étaient porteurs les dix légats venus assister Flamininus après sa victoire sur Philippe V commençait par affirmer le droit de tous les Grecs, d'Asie et d'Europe, à vivre libres et régis par leurs propres lois5. C'était marquer la fin de toute présence des Antigonides en Asie, mais aussi, implicitement, adresser un avertissement à Antiochos III. De fait, à Corinthe puis à Lysimacheia, Antiochos fut invité à évacuer les cités qui avaient été sujettes de Philippe V, mais aussi de Ptolémée, à ne pas s'en prendre aux cités autonomes et à ne pas passer en Europe : “Aucun Grec ne devait désormais être attaqué par personne ni asservi à personne”6. Cette extension aux cités d'Asie de la propagande développée en Europe dans le courant de la guerre contre Philippe devait cependant rapidement trouver ses limites, d'autant que les Grecs eux-mêmes ne firent guère pression sur les Romains pour qu'ils y restent fidèles : les cités et confédérations d'Europe étaient trop préoccupées par leurs propres affaires ; Rhodes avait trouvé avec Antiochos un modus vivendi et attendit l'été 191 (après l'échec de son passage en Europe) pour se déclarer nettement contre lui ; nos sources, enfin, ne mentionnent que trois cités d'Asie qui décidèrent de résister à Antiochos en faisant appel à la protection des Romains7. Aussi n'est-il pas étonnant que dès 193 les Romains aient hiérarchisé leurs exigences et ne s'en soient probablement pas cachés : Antiochos était sommé de ne pas intervenir en Europe, sans quoi les Romains défendraient contre lui la liberté des Grecs, y compris en Asie8. La guerre devint inévitable lorsqu'Antiochos débarqua en Grèce, et le roi commit ensuite l'erreur de ne négocier qu'après le passage, puis la victoire, des Romains en Asie : le traité qui lui fut alors imposé lui interdisait d'intervenir, non seulement en Europe, mais en Egée et en Asie cistaurique. Restait à organiser les territoires ainsi concédés, dans des circonstances qui, depuis 196, avaient bien évolué. La politique de libération n'avait pas tenu ses promesses, ne garantissant ni la stabilité ni la reconnaissance de l'hégémonie romaine, et les Romains ne pouvaient attendre des cités d'Asie plus de gratitude qu'ils n'en avaient constaté chez les Grecs d'Europe. Alors que Philippe V avait été autorisé à rétablir son pouvoir sur Démétrias et la Magnésie à la faveur de la guerre contre les Etoliens, on ne saurait s'étonner qu'en Asie la liberté au sens plein du terme n'ait été accordée qu'aux cités qui avaient su maintenir leur indépendance ou qui s'étaient ralliées aux Romains avant la bataille décisive, quelques faveurs exceptionnelles pouvant être accordées à des cités qui possédaient des sanctuaires prestigieux, jouissant d'un privilège d'asylie internationalement reconnu. Les autres cités furent attribuées aux Rhodiens (en Carie et en Lycie) et surtout à Eumène, le principal bénéficiaire de la victoire en tant qu'allié le plus constant des Romains. Les textes disent tantôt qu'elles furent données, et tantôt qu'elles furent rendues tributaires9. Les décisions de 188 furent précisées en 177 par un s.c. concernant les Lyciens : les Romains n'avaient pas voulu que les peuples concernés fussent asservis, mais seulement qu'ils fussent traités comme eux-mêmes traitaient leurs propres alliés (-sujets)10. Il n'est pas nécessaire de voir là un changement de politique des Romains irrités contre Rhodes11, même s’il est évident qu'en 188 les légats avaient pour le moins laissé s'installer une ambiguïté qui se trouvait enfin levée12. Une clause de la loi sur les provinces prétoriennes de l'année 100 me paraît fournir un rapprochement intéressant, d'une part avec le s.c. de 177, et d'autre part avec les textes qui, se rapportant aux décisions de 188, ne parlent que de la condition tributaire des cités. Pour préciser que l'attribution de la Cilicie comme province d’un préteur n'entraînerait aucune atteinte aux droits des alliés sur des peuples sujets, la loi s'exprime en ces termes : οἵτινες δῆμοι ἅ τε ἔθνη ὅταν τοῦτον τὸν νόμον ό δῆμος κύρωσηι βασιλεῖ βασιλεῦσιν δήμοις τε πρὸς οὓς φιλία συμμαχία τῶι δήμωι ‘Ρωμαίων ἐστὶν φόρους προσόδους τε στρατιώτας τε (τελοῦσιν, ὧι ἔλασσον) τελῶσιν ἐν τούτωι τῶι νόμωι οὐκ ἠρώτηται13. Cette forme de dépendance exprimée par l’obligation de fournir un tribut ou des forces auxiliaires était bien celle que les Romains imposaient à leurs propres “alliés”, provinciaux ou italiens. Il ne serait pas impossible que les décisions de 188 aient comporté une formulation de ce genre, sans préciser la marge d’autonomie qui devait être consentie aux peuples tributaires.

  • 14 Pol. 21.19.10.
  • 15 Syll. 3, 588 et 633. Voir pour la chronologie Errington 1989, 279-88.
  • 16 Pol. 33.6.7.
  • 17 Les sources sont maintenant commodément rassemblées par Canali De Rossi 1997.
  • 18 Errington 1987, 99-102.

4Dans le discours que Polybe lui prête devant le Sénat en 189, Eumène met le Sénat en garde : ce sont les Rhodiens qui retireraient tout l'avantage d'une libération des cités qui “deviendront nominalement leurs alliées, mais en fait obéiront à tous les ordres qu'elles recevront d'eux parce qu'elles seront liées par le plus grand des bienfaits”14. Ce n'était pas pur argument rhétorique : une nouvelle datation dans les années 180 des traités entre Milet et Héraclée du Latmos, puis entre Milet et Héraclée d'une part, Magnésie du Méandre et Priène de l'autre, montre l'autorité dont jouit alors Rhodes auprès des cités libres d'Ionie15 ; et, en 155 encore, les Priéniens attaqués par Ariarathe de Cappadoce s'adressent aux Rhodiens en premier lieu, avant de demander, vainement d'ailleurs, l'assistance du Sénat16. Rome demeure après 188 une puissance relativement lointaine : entre 188 et 172 (c’est-à dire jusqu'à la veille de la troisième guerre de Macédoine) nous n'avons connaissance d'ambassades à Rome que de la part des Rhodiens, et des Lyciens alors en conflit avec eux17. De même ne connaissons-nous que trois cités d'Asie ayant institué un culte de Rome avant la guerre contre Persée : Smyrne, qui avait appelé les Romains à son aide lorsqu'Antiochos avait voulu l'assujettir ; Chios, qui avait été généreusement récompensée en 188 ; Alabanda, l'une des rares cités cariennes à avoir échappé à la domination rhodienne18. Nous sommes bien entendu tributaires des lacunes de notre information, mais ces deux observations n'en restent pas moins significatives. Le renforcement de l'hégémonie romaine va se faire progressivement, en commençant dès les années 160 pour les pays situés au sud du Méandre.

1.2. La libération des Cariens et des Lyciens et le réaménagement des territoires au sud du Méandre au lendemain de la troisième guerre de Macédoine

  • 19 Pol. 30.5.12 et Liv. 45.25.6 ; Pol. 30.21.3.
  • 20 Zimmermann 1993. Les Cariens durent accepter le joug rhodien, mais eux aussi célébrèrent leur libe (...)
  • 21 Ferrary 1988, 170-86. Cf. notamment Liv. 45.18.1 (s.c. de 167 réglant les principaux termes du sta (...)
  • 22 Pol. 30.3.3-7 ; Liv. 45.20.2 (en 167). Attale frère d’Eumène réclame pour lui-même Ainos et Maroné (...)
  • 23 Pol. 30.28 ; 30.30.6 (en 165).
  • 24 Pol. 31.6.1-5 (en 164).
  • 25 Pol. 31.6.6 cf. Welles, RC, no 52. Pour la crainte du danger galate, voir Pol. 21.41.2.

5Rhodes paya durement le crime impardonnable d'avoir songé à proposer sa médiation entre Rome et Persée, le dernier roi de Macédoine. Le traité qu'elle finit par obtenir, en l'obligeant à avoir mêmes ennemis que les Romains, excluait qu'elle prétendît désormais rester neutre ou s'entremettre en cas de conflit entre les Romains et une autre puissance. Avant qu'il lui fût accordé, elle avait perdu une partie de sa puissance, puisque le Sénat avait proclamé la liberté des Cariens et des Lyciens en 167, de Stratonicée et de Caunos en 16619. Stratonicée ayant été donnée aux Rhodiens par Antiochos II et Caunos achetée à des stratèges lagides, on ne peut prétendre que le fondement de ces proclamations serait le caractère prétendument précaire et révocable des récompenses accordées en 189. Il s'agissait d'abord de sanctions contre un allié jugé infidèle (à tort ou à raison, peu importe). Mais ces sanctions avaient été rendues possibles par l'impopularité du pouvoir rhodien : les Lyciens, en particulier, n'avaient jamais accepté une domination rhodienne qui, sur le terrain, fut sans doute seulement partielle20 ; le second s.c. était une réponse à une démarche d'exilés de Stratonicée et de Caunos, dont les révoltes venaient d'être brisées. Or le thème de la liberté avait retrouvé dans la propagande romaine une réelle importance pendant la troisième guerre de Macédoine et juste après21. Il est assez vain de dénoncer le cynisme ou l'hypocrisie des Romains : les grandes puissances, on le sait, aiment à se persuader de leur bon droit lorsqu'elles prennent des décisions conformes à leur intérêt. Eumène était lui aussi devenu suspect auprès du Sénat : on proclama la liberté des cités de la côte thrace que la monarchie attalide avait pu espérer se voir confier22 ; on empêcha Eumène de tirer profit de sa victoire sur les Galates en proclamant leur liberté23 ; un légat alla même, en pleine cité de Sardes, encourager le dépôt de plaintes qui seraient ensuite utilisées contre le roi24. Mais, renforcées dans leur loyauté par la protection qui leur avait été assurée contre le danger galate25, les cités ne saisirent pas l'occasion qu'on leur tendait, et le royaume de Pergame ne perdit pas ses acquisitions de 189/8.

  • 26 Pour tout ceci, l’étude fondamentale est Errington 1987.

6Punir les Rhodiens était une chose, mais encore fallait-il aussi que les pays situés au sud du Méandre ne sombrent pas dans le désordre. Les Lyciens étaient assez bien organisés au sein de leur confédération. En Carie, Rome dut intervenir, peut-être par l'intermédiaire de légats, en encourageant des synoecismes qui permettaient l'émergence de cités assez fortes, et en concluant des traités d'alliance. Le développement du culte de Rome en Carie et en Lycie témoigne de la gratitude des cités et peuples libérés de la tutelle rhodienne, mais il marque aussi une nouvelle étape dans la conscience et la reconnaissance du pouvoir romain26.

2. De l'établissement de la province d’Asie à la guerre entre Rome et Mithridate

2.1. Les cités face au testament d'Attale III et aux prétentions d'Eumène III (Aristonicos)

  • 27 SEG, 9, 1938, no 7.
  • 28 État de la question dans Gruen 1984, 592-596.
  • 29 Une telle hypothèse (Hopp 1977, 122-125) ne saurait en tout cas se fonder sur l’attribution des ci (...)
  • 30 Rigsby 1988, 123-127.
  • 31 Notre source la moins insatisfaisante est Str. 14.1.38, qui dut faire le récit de cette guerre dan (...)
  • 32 En particulier une phrase de Str. 14.1.38, et Diod. 34.2.26.
  • 33 Intéressant est le toponyme Doulôn Polis attesté dans le décret de Colophon en l’honneur de Poléma (...)
  • 34 Robinson 1954, 1-8. Eumène III a frappé à Thyatire dès la première année de son règne : Kampmann 1 (...)
  • 35 Robert 1962, 261-270.
  • 36 Collins 1980, 83-87.

7Lorsqu'Attale III mourut en 133, il laissa un testament par lequel il instituait le peuple romain comme son héritier. Nous ne connaissons pas les raisons de ce geste, mais nous savons qu'il y avait eu un précédent en 155, celui de Ptolémée Physcon, roi de Cyrène, alors en conflit avec son frère Ptolémée VI27. Ce testament n'avait valeur qu'en l'absence d'héritier direct, en sorte qu'il n'eut aucune conséquence en 116, à la mort de Physcon qui entre temps avait succédé à son frère sur le trône d'Alexandrie. Son but avait sans doute été de se mettre à l'abri contre toute tentative d'élimination physique. Il est permis de supposer qu'Attale III, de la même façon, avait agi dans un contexte de conflit dynastique28 : un demi-frère batard se proclama roi dès sa mort, frappant monnaie sous le nom d'Eumène (III), bien que nos sources littéraires l'appellent Aristonicos. Il n'est pas nécessaire de supposer une rébellion avant même la mort d'Attale29. Il suffit qu'il y ait eu dissensions graves au sein du cercle dirigeant, et qu'Attale se soit senti menacé : nos sources, en diabolisant aussi bien Attale III qu'Eumène III30, ne nous ont guère aidé à comprendre ce qui s’est exactement passé. Le testament d'Attale arriva à Rome en plein conflit entre Ti. Gracchus et le Sénat. Ce dernier, débarrassé du tribun, réagit avec prudence : une ambassade fut envoyée en 132, pour rendre compte de la situation plutôt que pour appliquer des décisions déjà prises, et c'est en 131 seulement qu’une armée partit pour l'Asie, sous la conduite d'un des consuls. Entre temps Eumène, après des premiers succès spectaculaires, avait vu sa flotte défaite par une coalition de cités conduite par Éphèse, et les rois voisins de Bithynie, de Cappadoce et du Pont étaient également entrés en campagne contre lui31. Les Romains débarqués en 131 subirent tout d'abord un grave échec, mais parvinrent dès 130 à capturer le prétendant, les dernières poches de résistance n'étant réduites qu'en 129. Les textes sur lesquels on s'était souvent fondé pour ranger la lutte d'Eumène III parmi les grandes révoltes serviles ont été sur interprétés32 : Eumène put enrôler des esclaves lorsque la situation devint pour lui difficile, mais cette pratique n'était nullement exceptionnelle dans les cas de nécessité, et rien ne permet de douter qu'il se soit conduit d'abord en souverain hellénistique, non en leader révolutionnaire33. En revanche, l'identification de son monnayage, frappé à Thyatire, Apollonis et Stratonicée du Calque où il fut fait prisonnier34, a permis de localiser le cœur de son éphémère royaume : on ajustement fait remarquer l'importance dans cette région de la colonisation militaire, des établissements de Macédoniens35, dont certains, d'ailleurs, n’étaient peut-être venus s'établir en Asie qu'après Pydna36. Il y avait là une population attachée au maintien d'un régime monarchique, et n'ayant aucune sympathie pour la domination romaine.

  • 37 Phocée : Justin 37.1.1. Myndos, Samos, Colophon : Florus 1.35.4. Éphèse : Str. 14.1.38. Smyrne : A (...)

8L'attitude des cités à l'égard d'Eumène III semble avoir été assez réservée, même si nous n'avons que des informations trop parcellaires pour parvenir à des conclusions vraiment sûres. Parmi celles qui ne faisaient pas partie du royaume attalide, Phocée se rallia à lui, mais c'est par la force qu'il contrôla quelque temps Myndos, Samos et Colophon, tandis que Smyrne lui résista avec succès, tout comme certaines anciennes cités du royaume : Pergame, Éphèse, Élaia37.

  • 38 Je doute que les possessions attalides aient sensiblement augmenté en Carie après que les Rhodiens (...)

9Pour les cités non attalides, il était normal qu'elles veuillent préserver leur indépendance, et l’attitude surprenante est celle de Phocée. Un autre cas d’interprétation difficile est celui de la Carie. Plusieurs inscriptions, et en dernier lieu celle que publient dans ce volume P. Briant et P. Brun, montrent que les Romains durent intervenir dans cette région, véritable second théâtre d’opérations confié à des légats pendant que le consul Aquillius réduisait les derniers troubles en Mysie (129-8). Ces textes ne nous permettent malheureusement pas de savoir contre qui, précisément, les légats d’Aquillius firent campagne. Les troubles en tout cas n'avaient pas cessé avec la capture du prétendant, dont la révolte, dans sa dernière phase, put fort bien exacerber des tensions de toutes sortes, sociales y compris, au-delà des frontières de l'ancien royaume attalide38. Mais rien ne permet d'affirmer que des cités cariennes libérées en 167 de la domination rhodienne se soient volontiers ralliées à Eumène III.

  • 39 Pergame : OGIS, 338. Éphèse : l’ère civique des cistophores, remontant à 134/133, ne peut que célé (...)
  • 40 Bernhardt 1985, 285-294 a du moins montré qu’il n’y avait pas dans nos sources d’argument décisif (...)
  • 41 Bernhardt 1971, 103-107.

10Pour les cités attalides, nous pouvons affirmer que le testament d'Attale III prévoyait la liberté de Pergame et d'Ephèse, ce qui suffit à expliquer que ces deux cités aient résisté à Eumène III et soient devenues cités libres lorsque les Romains réglèrent les affaires d'Asie39. Mais nous ne sommes pas en droit de généraliser, et d'affirmer que les autres cités reçurent le même bienfait et réagirent de la même façon40. Inversement, le petit nombre des anciennes cités attalides dont nous avons la preuve qu'elles furent libres entre 129 et 88 peut donner matière à deux interprétations différentes : ou bien Attale n'avait pas libéré la plupart des cités, ou bien un nombre important de cités ne résistèrent pas à Eumène et furent sanctionnées par les Romains ; mais on doit aussi se rappeler que le statut de bien des cités demeure tout simplement inconnu pour les années 129 à 88, et qu'il dut y avoir plus de cités libres que celles dont nous pouvons dresser la liste41. On se trouve donc réduit à quelques remarques prudentes : les cités qui n'étaient pas sujettes des Attalides ou celles qu'Attale avait proclamées libres dans son testament avaient tout intérêt à s'opposer à Eumène ; les autres purent se déterminer surtout en fonction de l'équilibre des forces militaires au moment où elles étaient sommées de choisir. Elles n'avaient aucune raison (à l'exception des colonies militaires macédoniennes) d'être par principe hostiles à une domination romaine dont elles n’avaient pas fait l'expérience ; quant à Eumène III, c'est moins par la menace d'une révolution sociale qu’il pouvait les inquiéter, que par son agressivité envers des cités restées ou devenues indépendantes en 188.

2.2. L'organisation de la province d'Asie

  • 42 C’est alors, au plus tôt (Badian 1980, 202 et 1986, 14-15), sinon en 129 (Magie 1950, 1033-1034 n. (...)
  • 43 Justin 37.1.2. Cf. Sherwin-White 1976, 3 n. 7.
  • 44 Marek 1988, part. 296-299 et 303-308 (dont les conclusions ne sont pas infirmées par Baronowski 19 (...)

11Même si le principe avait pu en être adopté dès 132, lorsque fut prise la décision d'envoyer une armée pour combattre Eumène III42, la province d'Asie ne fut organisée qu'en 129-126, par M’. Aquillius assisté d'une commission de dix légats. Elle ne couvrait pas la totalité de l'ancien royaume attalide puisque certaines parties furent accordées en récompense aux royaumes qui avaient combattu Eumène III : les fils d'Ariarathe V de Cappadoce reçurent la Lycaonie, Mithridate V du Pont, la Grande Phrygie, tandis que nous n’avons pas d'information sur le sort des possessions attalides en Pamphylie et Pisidie43. En dépit des troubles qui durent être réduits en Carie, il semble bien que la province ne s'est pas sensiblement étendue au sud du Méandre, et que les cités cariennes conservèrent la liberté recouvrée en 16744. Enfin, n'appartenaient pas non plus à la province, et constituaient autant d'enclaves, les cités qui en 188 étaient restées indépendantes du pouvoir attalide (sauf Phocée, qui échappa à la destruction mais perdit sa liberté), et celles qui en avaient fait partie mais reçurent alors la liberté, telles Pergame et Ephèse : ainsi que nous l’avons déjà dit, nous ne savons malheureusement pas combien elles étaient.

  • 45 On n’en cherchera pas la preuve dans le s.c. Sherk, RDGE, no 12, qui date de 101 plutôt que de 129 (...)
  • 46 Hypothèse de Nicolet 1966, 337 et 1979, 80-82.
  • 47 Diod. 34/35.25. Cf. Ferrary 1980a, 320-327.

12Les cités qui passèrent de la domination attalide à celle des Romains durent continuer à verser un tribut. C. Gracchus, en 123/122, n'introduisit certainement pas la fiscalité romaine dans la province d'Asie, mais se contenta d'en modifier l'organisation45. La principale nouveauté fut le principe d'une mise en adjudication quinquennale se faisant à Rome même, sous la responsabilité des censeurs, et confiant à une seule société la ferme de la dîme pour l'ensemble de la province (au lieu d'adjudications multiples faites chaque année sur place). Il n'est pas surprenant que l'auteur de la loi de repetundis ait dessaisi les gouverneurs d'Asie d'une tâche qui pouvait être fort lucrative aux dépens du trésor public, ou des provinciaux, ou des deux. La censoria locatio était le moyen le plus sûr pour que l'Etat romain dispose de rentrées fiscales importantes et régulières, et C. Gracchus était d'autant plus soucieux d'accroître ces revenus qu'ils devaient aider à financer son programme de réformes. La loi n'était pas non plus a priori défavorable aux provinciaux, même si elle eut finalement des effets pervers que C. Gracchus n'avait sans doute pas prévus. Un aussi gros marché que la dîme de toute la province d’Asie impliquait en effet des mises de fonds considérables, et il est possible que la loi Sempronia ait introduit certaines garanties nouvelles, prescrivant par exemple que les dirigeants des sociétés devraient être recrutés parmi les chevaliers romains46. En confiant aux chevaliers la quaestio de repetundis et en contribuant à renforcer le poids des publicains au sein de l'ordre équestre, les réformes gracchiennes risquaient de rendre les magistrats timorés envers les publicains, voire d'en faire leurs complices aux dépens des provinciaux. C'est la situation décrite par Diodore, mais en des termes exagérés, et en oubliant que ce phénomène n’apparut que progressivement47.

2.3. L'extension des provinces romaines en Asie : le sort de la Phrygie et de la Lycaonie et les débuts de la province de Cilicie

  • 48 C’est ce qu’a justement fait remarquer Kallet-Marx 1995, 234 n. 44. Mais on voit mal comment, même (...)
  • 49 Justin 38.5.3. Appien, Mithr, 11.34 ; 12.39 ; 13.45 ; 15.51 ; 56.228 ; 57.232. Periocha Liuiana 77
  • 50 Voir McGing 1980, 35-42 ; Coarelli 1982, 440-444 ; Kallet-Marx 1995, 240-242 et 249-250. Outre la (...)
  • 51 En ce sens, McGing 1980, 41.
  • 52 Cf. l’exception à l’interdiction faite aux gouverneurs de sortir des limites de leur province qui (...)

13Connue par deux traductions grecques gravées à Delphes et à Cnide, une loi romaine datable de 100 fournit deux informations particulièrement intéressantes, que seul le texte de Cnide a rendues intelligibles : l'un des préteurs recevrait la Cilicie comme province et serait chargé de lutter contre la piraterie (Cnide, III, 1. 35-7, Delphes, B, 1. 7) ; l'administration de la Lycaonie continuerait d'être confiée au gouverneur de la province d’Asie (Cnide, III, 1. 22-7, Delphes, B, 1. 4). Le fait que la Lycaonie était déjà placée sous l'autorité d’un magistrat romain au moment du vote de la loi n'est sans doute pas sans rapport avec les vicissitudes du royaume de Cappadoce, que les rois de Bithynie et du Pont se disputaient par prétendants interposés depuis la mort d'Ariarathe VI (à une date malheureusement incertaine)48. Mais on ne peut préciser davantage. Nos sources littéraires ne disent rien du sort de la Lycaonie depuis qu'elle avait été remise au roi de Cappadoce, en même temps que la Grande Phrygie l'avait été au roi du Pont. Elles nous apprennent en revanche que Mithridate VI (monté sur le trône vers 120) fut de son côté dépossédé de la Grande Phrygie49. Bien des points restent obscurs, quant à la chronologie et au statut de la Phrygie (proclamée libre ou placée sous l'autorité du gouverneur d'Asie ou l'un et l'autre successivement), et diverses reconstitutions des événements ont été échafaudées, en fonction du crédit accordé à Appien et de l'interprétation d'un s.c. connu par deux inscriptions très fragmentaires, sans qu'aucune de ces reconstitutions dépasse le stade de l'hypothèse50. Dans la loi de 100, la Lycaonie apparaît dans une clause du type quo minus…, eius hac lege nihilum rogatur, pour préciser que sur tel ou tel point la présente loi ne change rien : cela signifie, me semble-t-il, que, l'un des préteurs ayant reçu la Cilicie comme province, on pouvait se demander si la Lycaonie ne serait pas placée sous son contrôle, et qu'on tint à préciser qu'elle restait sous celui du gouverneur d'Asie. Il est très difficile de vouloir en tirer la moindre conclusion concernant le statut de la Phrygie. De ce qu'elle n'est pas mentionnée à côté de la Lycaonie, on ne saurait déduire qu'elle ne faisait pas partie de la province d'Asie : il put de toute façon sembler suffisant, pour prévenir tout conflit de compétence, de préciser que la Lycaonie restait rattachée à cette province. Inversement, de ce que le gouverneur d'Asie ne pouvait se rendre en Lycaonie sans traverser la Phrygie, on ne saurait déduire non plus que la Phrygie faisait nécessairement partie de sa province51 : les territoires des cités libres ou des rois alliés n'étaient pas interdits aux magistrats romains, même si, bien entendu, ils n'y pouvaient exercer les mêmes pouvoirs que dans leur province52.

  • 53 L’expression “maritime command” est reprise de R. Syme à propos de M. Antonius (1939, 301 = 1979, (...)
  • 54 En 102 déjà, M. Antonius, le premier qui ait reçu la Cilicie comme province, se rend directement à (...)
  • 55 La Cilicie fut en tout cas la province de Sylla, sans doute de 96 à 94 (voir en dernier lieu Brenn (...)

14Les incertitudes ne sont pas moins graves en ce qui concerne la Cilicie. Cette province apparaît en 102 pour la première fois, puis en 100 de nouveau : dans les deux cas elle est liée à la répression de la piraterie et nous n'avons aucune indication de territoire placé sous l'autorité du magistrat titulaire de cette province. Mais peut-être est-ce utiliser un peu rapidement l'argument e silentio que d'affirmer qu'il s'agissait uniquement d'un commandement naval, ou du moins qu'elle conserva ce caractère jusqu'aux conquêtes de Servilius Isauricus53 : les titulaires de la province de Cilicie semblent dès l'origine avoir été actifs en Pamphylie54. A partir de 102, en tout cas, nous voyons à plusieurs reprises deux magistrats envoyés en Asie Mineure, et telle était la situation en 88, lors de l'offensive de Mithridate55.

  • 56 Ferrary 1985, 443-444 ; Crawford 1996, no 19, p. 338.

15Quelles que soient les lacunes de nos informations quant à l'histoire de la Phrygie, de la Lycaonie et de la Pamphylie pendant cette période (et nous avons insisté sur le caractère nécessairement fragile des hypothèses diverses qui ont été proposées), il est au moins une certitude : c'est que s'est accru le nombre des cités appartenant à la province d’un magistrat romain, et des cités libres qui se sont trouvées en contact direct avec des magistrats romains. Un bon exemple est fourni par Termessos Maior de Pisidie. La loi Antonia qui (en 68 plutôt qu'en 72) lui accorde un certain nombre de privilèges se réfère à deux reprises à la situation qui avait été celle de 91, et l'on en doit déduire qu’un précédent document avait, cette année-là, reconnu la liberté de la cité, fixé le cadre juridique des rapports entre Termessiens et citoyens romains : c'est très probablement dans le contexte du renforcement du pouvoir romain en Pamphylie que le besoin s'était fait sentir de préciser le statut de cette cité libre au sein de l'empire romain56.

2.4. Les cités libres et la lutte pour le maintien de leurs privilèges

  • 57 L. et J. Robert, Claros, I ; Ferrary 1991.

16La mise en place du système provincial en Asie Mineure introduisit une distinction entre cités provinciales et cités libres. Cette distinction ne doit être exagérée ni dans un sens ni dans l'autre. D'un côté toutes les cités, y compris les cités libres, étaient dans l'orbite du pouvoir romain ; inversement, les cités provinciales n'étaient pas directement administrées par Rome et conservaient elles aussi leurs institutions : assemblée, conseil et magistrats. Les différences étaient essentiellement de deux ordres. D'une part, les cités libres jouissaient également de l'immunité, et échappaient donc en principe aux publicains et à leurs abus. D'autre part, ne faisant pas partie de la province, elles n'étaient pas sous l'autorité directe des gouverneurs d’Asie puis de Cilicie : elles pouvaient traiter directement avec le Sénat, et conservaient leur autonomie juridictionnelle sans que des règles leur soient imposées par l'édit d'un magistrat romain, et sans qu'elles se trouvent dessaisies dès que l'une des parties concernées était un citoyen romain. Pour certaines cités, nous l'avons vu, la liberté fut un privilège acquis à l'occasion de la disparition de la monarchie attalide. Pour les autres, il s'agissait en principe du maintien d'un statut que n'avait pas affecté le remplacement des Attalides par les Romains. Mais dans les faits, la liberté était aussi un combat, qui devait être mené avec constance contre les tentatives d'empiètement des proconsuls et des publicains, et les privilèges devaient être définis et précisés à l'occasion d'arbitrages rendus en dernière instance par le Sénat. C'est ce qu'ont bien révélé les deux décrets de Colophon en l’honneur de Ménippos et de Polémaios publiés par J. et L. Robert. J'ai déjà souligné ailleurs leur importance pour notre connaissance du statut des cités libres dans l'empire romain57, et je ne reprendrai pas ici les détails de cette analyse.

2.5. La désaffection des cités vis-à-vis de Rome à la lumière de leur attitude pendant la première guerre de Mithridate

  • 58 Bernhardt 1985, 33-64 ; Kallet-Marx 1995, 153-158.

17On considère généralement que les abus du gouvernement romain dans la province d'Asie, les exactions des magistrats, des publicains, des hommes d'affaires italiens expliquent dans une large mesure la facile victoire de Mithridate et le massacre des Rhômaioi, organisé par Mithridate mais exécuté par les cités. R. Bernhardt et R. KalletMarx, toutefois, ont récemment contesté cette opinion, et je voudrais finir par quelques remarques sur ce point important58. Il est exact qu'il n'y eut pas un lien mécanique entre l'expérience du pouvoir romain et la facilité avec laquelle les cités ouvrirent leurs portes à Mithridate : celles de la Bithynie, un royaume allié, se livrèrent immédiatement au vainqueur, alors que celles de la province de Macédoine ne le firent pas ; en Asie même, une cité sujette comme Magnésie du Sipyle résista vaillamment, alors qu'une bonne partie des cités libres se rallièrent sans combat. R. Berhardt en déduit que les cités réglèrent essentiellement leur conduite en fonction de la confiance qu'elles pouvaient avoir dans les capacités militaires des généraux romains et dans la détermination de leurs troupes, et c'est incontestablement un facteur dont il faut tenir compte.

  • 59 Diod. 36.3.
  • 60 L’attitude dont Ménippos obtint qu’elle fût désavouée par le Sénat, à la grande satisfaction de Co (...)
  • 61 Sherk, RDGE, no 47, en tenant compte des nouvelles restitutions de Rigsby 1988, 141-147 (la lettre (...)
  • 62 Ainsi, juste après le gouvernement de Scaevola, un éminent citoyen d’Ephèse est-il cité à comparaî (...)
  • 63 Ménippos, 1.39-40 : τῆς ἐπαρχείας ἀπὸ τῆς αὐτονομίας χωρισθείσης.
  • 64 On ne peut savoir, bien entendu, si les Valerii Flacci devinrent patrons de Colophon pendant leur (...)

18On doit toutefois se garder de croire que les abus des magistrats, et plus encore des publicains, n'avaient frappé que les cités stipendiâmes de la province d'Asie. Ainsi voyons-nous dès 104 Nicomède III de Bithynie se plaindre des excès des publicains dans son propre royaume59. Pour les cités libres, nous venons de rappeler que la liberté n'était pas un acquis obtenu une fois pour toutes, qu'elle devait être constamment défendue contre l'interventionnisme des autorités provinciales60 ou l'avidité des publicains, et que cela impliquait de coûteuses et longues ambassades auprès du Sénat. N'oublions pas non plus le caractère inévitablement sélectif de la documentation épigraphique : les ambassades infructueuses ne faisaient pas l'objet d'un décret honorifique, ou du moins se gardait-on d'indiquer expressément que le citoyen honoré avait échoué malgré tous ses efforts, et ne prenait-on soin de graver un s.c. que s'il était favorable à la cité. Il serait assurément téméraire de déduire des inscriptions qui nous sont parvenues que le Sénat trancha toujours en faveur des cités libres. On sait que le gouvernement de l'Asie par Q. Mucius Scaevola, en 98/97, fut exemplaire par son équité et par la sévérité avec laquelle il réprima les excès des publicains : les cités d'Asie prirent alors la décision exceptionnelle de célébrer en son honneur des concours pentétériques, les Sôteria kai Moukieia. Or il est remarquable qu'à cette décision semblent avoir participé non seulement les cités provinciales, mais aussi des cités libres comme Pergame, où a été retrouvé le début d'une lettre de Scaevola acceptant cet honneur61. Ces cités libres exprimaient ainsi leur reconnaissance envers un magistrat qui n'avait pas porté atteinte à leurs privilèges et avait sanctionné les publicains ; inversement, l'attitude différente d'autres magistrats ne pouvait que susciter la frustration des mêmes cités, particulièrement sensibles à toute décision d'un gouverneur ou du Sénat qui paraissait remettre en cause ou amoindrir le statut privilégié qu'elles avaient obtenu62. La stricte séparation entre le territoire de la cité libre régie par ses seules lois et celui de la province était un principe que Colophon avait tenu à rappeler et célébrer dans le décret en l'honneur de Ménippos, à l'occasion du succès d'une de ses ambassades à Rome63, mais on n'en voit pas moins la même cité de Colophon, dans les années 90 honorer comme ses patrons deux Valerii Flacci au moment même où ils exerçaient le proconsulat d'Asie64.

  • 65 Marek 1988 (en tenant compte des remarques de Campanile 1996, 166-171).

19Les cités situées au sud du Méandre, non enclavées dans la province d'Asie, étaient moins menacées par les ingérences des magistrats et des fermiers de l’impôt. Non seulement les Lyciens opposèrent à Mithridate une vive résistance, mais en Carie, si Caunos s'illustra lors du massacre et le paya de la perte de sa liberté, plusieurs autres cités au moins, Aphrodisias, Stratonicée, Tabai et Alabanda, assistèrent loyalement le proconsul de Cilicie tant qu'il tenta de résister à Mithridate, et gagnèrent le droit de conserver leur statut privilégié65. Attribuera-t-on à la plus ou moins grande détermination des proconsuls d'Asie et de Cilicie la différence que l'on constate dans la conduite des cités libres au nord et au sud du Méandre ? On peut tout aussi bien inverser l'analyse, et penser que le proconsul d'Asie ne sentit pas dans les cités la même disposition à rester fidèle à la cause romaine que son collègue de Cilicie.

  • 66 Errington 1988.
  • 67 Kallet-Marx 1995, 156.
  • 68 Ce point a été vu par Amiotti 1980, 136 ; on ne saurait en revanche réduire l’hostilité envers les (...)
  • 69 Appien, Mithr, 22.85-91.

20En ce qui concerne le massacre des Italiens, il est certain que Mithridate fut seul responsable de sa minutieuse organisation : il s'agissait avant tout de compromettre irrémédiablement les cités par un acte qui ne leur permettrait plus de se rapprocher des Romains. Les victimes n'étaient pas tous des hommes d'affaires rapaces ne s'établissant chez les Grecs d'Asie que pour les pressurer : les cités n'étaient pas encore dans la détresse financière que provoqueront les terribles exigences fiscales de Sylla lors du rétablissement du pouvoir romain, et nombre de ces Rhômaioi étaient plus acculturés, plus intégrés à la vie des cités qu'on ne le pense souvent66. R. Kallet-Marx a également observé que, si les Italiens avaient été l'objet d'une haine difficilement contenue, les massacres auraient commencé spontanément, dès l'effondrement du pouvoir romain, et sans attendre l'ordre du roi67. Mais cet argument e silentio est, une fois encore, moins solide qu’il ne paraît : s'il y eut déjà des actes de violence commis contre des Italiens dès que le pouvoir romain se fut effondré, il ne serait pas surprenant que nos sources n'en disent rien, tant ils auraient été relégués dans l'ombre par le grand massacre qui suivit. Même si les cités ne firent qu'obéir à Mithridate, elles le firent inexorablement, et on ne saurait rejeter sur les seules plèbes urbaines la responsabilité de cette conduite68. Les massacres tels qu'ils sont décrits par Appien supposent manifestement une prise de décision de la cité ou de ses magistrats ; ce sont d'ailleurs les cités que Mithridate invita à partager à égalité avec lui les biens des victimes, tandis que les récompenses promises aux individus qui dénonceraient un Italien ou le mettraient à mort restaient limitées : la liberté pour un esclave, la moitié des sommes dues pour un débiteur69.

  • 70 Appien, Mithr., 21.81.

21Le rôle essentiellement passif des cités ne saurait donc dissimuler une réelle évolution depuis la guerre contre Aristonicos. La désaffection vis-à-vis des Romains, y compris dans les cités libres enclavées dans la province, est difficilement contestable : en témoigne le renversement à Éphèse des statues élevées en l'honneur de Romains, qui ne fut pas l’application d'un ordre royal70 ; et cette désaffection, même si elle n'en fut pas la cause principale, joua son rôle dans l'effondrement du pouvoir romain en Asie.

Notes

1 Cette formule est reprise de Badian 1964, 112-139.

2 Gruen 1984.

3 Kallet-Marx 1995.

4 Bernhardt 1985.

5 Pol. 18.44.2.

6 Pol. 18.47.2.

7 Cf. Ferrary 1988, 142-143.

8 Liv. 34.59.4-5 et Diod. 28.15.4, plus exacts qu’Appien, Syr., 6.24. Cf. Ferrary 1988, 144-146.

9 Pol. 21.24.7-8 (Εὐμένει δοθῆναι ; ‘Ροδίων ὑπάρχειν ; φόρον τελείν) et 46.2-3 (διδόναι φόρον) ; Liv. 37.56 (regi Eumeni / Rhodiis dari).

10 Pol. 25.4.5 : εὕρηντοα Λύκιοι δεδομένοι ‘Ροδίοις οὑκ ἑν δωρεῦ, τὸ δὲ πλεῖον ὡς φίλοι καὶ σύμμαχοι et 5.1 ἐπὶ τῷ μὴ φάσκειν έν δωρεᾷ δεδόσθαι τοὺς Λυκίους αὐτοῖς άλλὰ κατὰ συμμαχίαν. Liv. 41.6.11-12 : senatus litteras Lyciis ad Rhodios dédit, nec Lycios Rhodiis nec ullos alii cuiquam qui nati liberi sint in seruitutem dari placere ; Lycios ita sub Rhodiorum simul imperio et tutela esse, ut in dicione populi Romani ciuitates sociae sint.

11 Cf. Sherwin-White 1984, 23-25.

12 Cf. Pol. 22.5, et 25.4 avec les commentaires de Walbank 1979, 183 et 279-80.

13 Crawford 1996, no 12. Cnide, III, I. 16-21.

14 Pol. 21.19.10.

15 Syll. 3, 588 et 633. Voir pour la chronologie Errington 1989, 279-88.

16 Pol. 33.6.7.

17 Les sources sont maintenant commodément rassemblées par Canali De Rossi 1997.

18 Errington 1987, 99-102.

19 Pol. 30.5.12 et Liv. 45.25.6 ; Pol. 30.21.3.

20 Zimmermann 1993. Les Cariens durent accepter le joug rhodien, mais eux aussi célébrèrent leur liberté retrouvée : la cité d’Amyzon commença une nouvelle liste de ses magistrats éponymes ἀφ’οὖ [Κ]ᾶρες ἠλευθί'ρώθησαν (J. et L. Robert, Amyzon, 244, no 51).

21 Ferrary 1988, 170-86. Cf. notamment Liv. 45.18.1 (s.c. de 167 réglant les principaux termes du statut de la Macédoine) : ut omnibus gentibus appareret arma populi Romani non liberis seruitutem, sed contra seruientibus libertatem adferre.

22 Pol. 30.3.3-7 ; Liv. 45.20.2 (en 167). Attale frère d’Eumène réclame pour lui-même Ainos et Maronée (voir le commentaire de Walbank 1979, 419). Eumène avait manifesté son intérêt pour ces cités après la guerre contre Antiochos : Pol. 22.6.1-2 et 7 ; 13.9.

23 Pol. 30.28 ; 30.30.6 (en 165).

24 Pol. 31.6.1-5 (en 164).

25 Pol. 31.6.6 cf. Welles, RC, no 52. Pour la crainte du danger galate, voir Pol. 21.41.2.

26 Pour tout ceci, l’étude fondamentale est Errington 1987.

27 SEG, 9, 1938, no 7.

28 État de la question dans Gruen 1984, 592-596.

29 Une telle hypothèse (Hopp 1977, 122-125) ne saurait en tout cas se fonder sur l’attribution des cistophores de Synnada (Phrygie) portant la légende BA ΣY AP à un Aristonicos déjà révolté mais n’ayant pas encore pris le nom d’Eumène : voir les objections de Kienast 1977, que ne suffisent pas à réfuter les arguments d’Adams 1980.

30 Rigsby 1988, 123-127.

31 Notre source la moins insatisfaisante est Str. 14.1.38, qui dut faire le récit de cette guerre dans sa Suite à Polybe. Mais le bref résumé qu’il en donne à propos de Leucae est moins exact, plus schématique qu’on le croit parfois. Je doute, par exemple, que le prétendant ne se soit emparé de Thyatire (où il frappa monnaie dès la première année de son règne : voir note 34) qu’après la défaite subie sur mer, elle-même postérieure aux succès qui lui avaient permis de s’emparer de Myndos, Samos et Colophon. Inversement, on peut douter que cette défaite l’ait obligé à se replier totalement à l’intérieur des terres : Licinius Crassus périt entre Myrina et Élaia.

32 En particulier une phrase de Str. 14.1.38, et Diod. 34.2.26.

33 Intéressant est le toponyme Doulôn Polis attesté dans le décret de Colophon en l’honneur de Polémaios publié par J. et L. Robert, Claros, I, col. Il, 1. 31-51, p. 36-38, car ce texte est probablement de peu postérieur à la guerre, et nous savons que Colophon tomba quelque temps aux mains d’Aristonicos. Mais le lien entre ce toponyme et un épisode de la guerre reste hypothétique (Ferrary 1991, 558-559), et il faut là encore éviter de céder à la surinterprétation : il n’est pas nécessaire de supposer qu’une partie du territoire de Colophon aurait été donnée par Eumène à des esclaves pour y fonder une cité ; il suffit que des esclaves aient été affranchis et enrôlés lorsque Colophon, qui avait été prise de force, était près de se révolter, et que la cité ait donné ce toponyme injurieux à un endroit où s’étaient quelque temps repliés les partisans d’Eumène, esclaves compris.

34 Robinson 1954, 1-8. Eumène III a frappé à Thyatire dès la première année de son règne : Kampmann 1978 et Sánchez León 1992.

35 Robert 1962, 261-270.

36 Collins 1980, 83-87.

37 Phocée : Justin 37.1.1. Myndos, Samos, Colophon : Florus 1.35.4. Éphèse : Str. 14.1.38. Smyrne : Aelius Aristide 19.11. Pergame : OGIS, 338 (l’attribution à Pergame, contestée par Rigsby 1988, 130-137, doit être maintenue : Ph. Gauthier, Bull. Ép., 1989, no 279). Élaia : Sytl. 3, 694, avec les remarques de Robert 1984, 489-496 (= 1987, 477-484) et de Le Guen 1997.

38 Je doute que les possessions attalides aient sensiblement augmenté en Carie après que les Rhodiens l’eurent évacuée, et qu’elles suffisent à expliquer les troubles réprimés par les légats d’Aquillius. Voir en ce sens Baronowski 1996, 242-5.

39 Pergame : OGIS, 338. Éphèse : l’ère civique des cistophores, remontant à 134/133, ne peut que célébrer la libération de la cité par Attale III (Rigsby 1979).

40 Bernhardt 1985, 285-294 a du moins montré qu’il n’y avait pas dans nos sources d’argument décisif en faveur de la thèse d’une libération de toutes les cités dans le testament d’Attale III.

41 Bernhardt 1971, 103-107.

42 C’est alors, au plus tôt (Badian 1980, 202 et 1986, 14-15), sinon en 129 (Magie 1950, 1033-1034 n. 1 ; Gruen 1984, 603-4) plutôt qu’en 127/6 (Kallet-Marx 1995, 353-355), que dut être adopté le s.c. Sherk, RDGE, no 11.

43 Justin 37.1.2. Cf. Sherwin-White 1976, 3 n. 7.

44 Marek 1988, part. 296-299 et 303-308 (dont les conclusions ne sont pas infirmées par Baronowski 1996).

45 On n’en cherchera pas la preuve dans le s.c. Sherk, RDGE, no 12, qui date de 101 plutôt que de 129 (De Martino 1983 ; Mattingly 1985, 119 ; Badian 1986, 15-6). Appien, BC, 5.4.17 fait dire à Marc-Antoine, dans un discours prononcé à Éphèse en 42/1, que les Romains auraient dans un premier temps aboli les taxes versées aux Attalides, avant qu’elles fussent rétablies par des démagogues. Gruen 1984, 606 et 608 en a déduit que la province aurait été exemptée de taxes jusqu’à la loi de C. Gracchus, et Kallet-Marx 1995, 112-113, qu’Aquillius aurait accordé l’immunité à toutes les cités de l’ancien royaume attalide mais que des partisans des Gracques, faisant casser les actes d’Aquillius, auraient limité ce privilège aux cités libres. Mais on a souvent, et très probablement à juste titre, conclu à une erreur d’Appien.

46 Hypothèse de Nicolet 1966, 337 et 1979, 80-82.

47 Diod. 34/35.25. Cf. Ferrary 1980a, 320-327.

48 C’est ce qu’a justement fait remarquer Kallet-Marx 1995, 234 n. 44. Mais on voit mal comment, même dans ces circonstances, “formai ‘resumption’ by Rome of the grant of Lycaonia should not be presumed from its mere assignment as a prouincia”.

49 Justin 38.5.3. Appien, Mithr, 11.34 ; 12.39 ; 13.45 ; 15.51 ; 56.228 ; 57.232. Periocha Liuiana 77.

50 Voir McGing 1980, 35-42 ; Coarelli 1982, 440-444 ; Kallet-Marx 1995, 240-242 et 249-250. Outre la valeur des informations transmises par Appien (notamment Mithr., 232), sont controversées la date et la signification d’un s.c. (Sherk, RDGE, no 13 ; Drew-Bear 1972, 75-87 et 1978. 1-8 ; Kallet-Marx 1995, 241 et n. 77). Du nom de l’auteur (ou des auteurs) de la relatio ne reste que l’indication Γ]άιος Λικίννιος Ποπλίου [υἱός. Mommsen restituait le nom des deux consuls de 116, Q. Fabius Maximus et C. Licinius Geta, tandis que Drew-Bear a suggéré que le même Licinius Geta ait agi en 119, en tant que préteur urbain. Mais nos fastes prétoriens sont trop fragmentaires pour que l’on puisse exclure l’hypothèse d’un autre Licinius préteur urbain, d’autant que nous n’avons aucune confirmation que le consul de 116 ait été P.f., ni qu’il ait tiré au sort la prouincia urbana lors de sa préture.

51 En ce sens, McGing 1980, 41.

52 Cf. l’exception à l’interdiction faite aux gouverneurs de sortir des limites de leur province qui avait été prévue dans la loi Porcia avant d’être reprise dans la loi sur les provinces prétoriennes de 100 (Crawford 1996, no 12, Cnide, III, 1. 13-14) : εί μή διαπορείας ἕνεκεν ἢ δημοσίων χάριν πραγμάτων.

53 L’expression “maritime command” est reprise de R. Syme à propos de M. Antonius (1939, 301 = 1979, 120), et je m’y suis rallié dans mon article sur la loi de 100 (Ferrary 1977, 627). Mais elle ne convient plus ni pour Oppius ni déjà pour Sylla, et telle était déjà l’opinion de Syme.

54 En 102 déjà, M. Antonius, le premier qui ait reçu la Cilicie comme province, se rend directement à Sidè après avoir traversé l’isthme de Corinthe et fait une brève halte à Athènes (ILLRP, 342). En 88, Q. Oppius, qui doit être proconsul de Cilicie, est qualifié par Posidonius de στρατηγὸς Παμφυλίας (FGrHist 87 F 36 [501. 51-52]). Le rétablissement d’Ariobarzane sur le trône de Cappadoce par Sulla proconsul de Cilicie dut se faire à partir de la Pamphylie et de la Lycaonie. On ne peut rien tirer des mots Παμφυλία καὶ Λυ [dans un fragment horriblement lacunaire de la loi de 100 (Crawford 1996, no 12, Delphes, A, 1. 6).

55 La Cilicie fut en tout cas la province de Sylla, sans doute de 96 à 94 (voir en dernier lieu Brennan 1992), et de Q. Oppius en 88. Je reviendrai sur les fastes des gouverneurs d’Asie et de Cilicie de 102 à 88 à l’occasion de ma publication des inscriptions de Claros en l’honneur de Romains.

56 Ferrary 1985, 443-444 ; Crawford 1996, no 19, p. 338.

57 L. et J. Robert, Claros, I ; Ferrary 1991.

58 Bernhardt 1985, 33-64 ; Kallet-Marx 1995, 153-158.

59 Diod. 36.3.

60 L’attitude dont Ménippos obtint qu’elle fût désavouée par le Sénat, à la grande satisfaction de Colophon (II, 1. 3-7) : προσγεγραμμένον ἔνεγκε τῆι ἀποκρίσει, διότι τῆς ἐπαρχείας ἐκτὸς οἔτε κρίνειν οὔτε πολυπραγμονεῖν τῶι στρατηγῶι κκθήκει. ίδιώτατον τῆι δημοκρατίαι καὶ κάλλιστον … άπόκριμα.

61 Sherk, RDGE, no 47, en tenant compte des nouvelles restitutions de Rigsby 1988, 141-147 (la lettre devait être envoyée à Pergame) ; OGIS, 439 ; Cic., II Verr., 2.51. On notera que le proconsul de 98/97 fut peut-être patron, entre autres, de la cité libre d’Ephèse : Eilers 1995, 80-81.

62 Ainsi, juste après le gouvernement de Scaevola, un éminent citoyen d’Ephèse est-il cité à comparaître à Rome pour avoir empêché un questeur de récupérer un esclave qui s’était placé sous la protection de l’asile de l’Artémision : Cic., II Verr., 1.84-5 ; cf. Ferrary 1991, 570-573.

63 Ménippos, 1.39-40 : τῆς ἐπαρχείας ἀπὸ τῆς αὐτονομίας χωρισθείσης.

64 On ne peut savoir, bien entendu, si les Valerii Flacci devinrent patrons de Colophon pendant leur gouvernement en Asie, ou s’ils l’étaient déjà avant de venir en Asie, la cité se contentant de leur élever des statues à cette occasion. Cf. Ferrary 1997, 210.

65 Marek 1988 (en tenant compte des remarques de Campanile 1996, 166-171).

66 Errington 1988.

67 Kallet-Marx 1995, 156.

68 Ce point a été vu par Amiotti 1980, 136 ; on ne saurait en revanche réduire l’hostilité envers les Romains et les Italiens à un antagonisme commercial (p. 137), ni accepter l’idée d’une appartenance des publicains et des negotiatores à un parti marianiste qui aurait été plus haï que le “parti sénatorial” (p. 139).

69 Appien, Mithr, 22.85-91.

70 Appien, Mithr., 21.81.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search