Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Première partie. Dynamiques et structures

Les Attalides et les cités grecques d’Asie Mineure au iie siècle a.C.

Ivana Savalli-Lestrade

Texte intégral

1. La réputation des Attalides

  • 1 Pol. 21.19.22 ; Liv. 37.54.
  • 2 Virgilio 1984, 31-32 ; Braund 1982, 354 sq.
  • 3 Plut., Mor, 792ab.
  • 4 Diod. 34.3 ; Justin 36.4.
  • 5 Holleaux 1902, 308 (= Études, II, 7).
  • 6 Allen 1983, 76.

1Les Attalides jouissent en général d'une réputation excellente autant dans l'historiographie ancienne que dans l'historiographie moderne. Chez les auteurs anciens, les traces d'hostilité sont très rares : la polémique rhodienne contre Eumène II1, quelques bribes d'une littérature anti-attalide (dont le distique impertinent du malheureux Daphidas de Telmessos2), une allusion malveillante à la paresse d'Attale II3, le portrait sinistre d'Attale III4. Chez les auteurs modernes, on raille parfois l'ambition de Philétairos, “cet aventurier de bas étage… travaillé du désir d'obtenir des Grecs d'Europe ses lettres de noblesse”5 ou on déclare que “les Attalides furent les plus grands opportunistes du monde hellénistique, et qu'aucun d'eux ne le fut plus qu'Eumène II”6. Cependant, les dynastes et rois de Pergame ont été unanimement appréciés :

  1. Pour leurs qualités d'habiles gestionnaires de leurs richesses et pour en avoir fait bénéficier les cités qui étaient en relations avec eux, qu'il s'agisse de cités sujettes, alliées ou indépendantes7 ;
  2. Pour leur rôle guerrier, depuis Philétairos8 jusqu'à Attale III9. Quelques inscriptions justement célèbres, en particulier le décret de Telmessos en l'honneur d'Eumène II, exaltant ses combats contre Prusias ier et contre les Galates d’Ortiagon, en 183 a.C., et lui décernant le titre de Σωτήρ10, et le décret de la Confédération des Ioniens confirmant au même roi, en 167 a.C., son soutien sans faille et lui attribuant le titre d'εὐεργέτης τῶν Ἑλλήνων pour les combats nombreux et décisifs soutenus contre les Barbares11, témoignent de façon éclatante de la popularité des rois de Pergame en Asie Mineure, et particulièrement d’Eumène II. Dans un article12 très intéressant sur les raisons qui ont conduit Polybe (entre 138 et 133 a.C. ?) à tisser l'éloge d’Attale Ier, H. Sonnabend a émis des doutes sur la possibilité d'utiliser les inscriptions pour évaluer le degré de faveur dont les Attalides jouissaient auprès des cités grecques : celles-ci ne pouvaient ignorer que les rois de Pergame étaient les instruments de l’impérialisme romain, ne se souciant pas de la liberté des Grecs, mais uniquement de défendre et d’agrandir leurs possessions. Pourtant, entre le texte polybien relatant les discours d'Eumène II et des Rhodiens en 18913 et le texte épigraphique qui conserve l'échange épistolaire entre Eumène II et les Ioniens en 167, c'est justement le second qui nous renseigne très exactement sur l'état d'esprit du roi et de certains Grecs à un moment crucial de l'histoire hellénistique, comme l'a montré M. Holleaux14.

2. Les Attalides et les cités d’Asie Mineure : le regard des modernes

  • 15 Cardinali 1906, 238 et n. 23 ; 301.
  • 16 Au temps d'Attale Ier : Mc Shane 1964, 58-91.
  • 17 Kertész 1992.
  • 18 Carsana 1996, 97-99 ; 177-179 ; 181 ; 190-194.

2Concernant les relations des rois de Pergame avec les cités grecques d'Asie Mineure, les historiens modernes se sont plus à souligner le caractère “libéral” de la politique attalide, à l'opposé du “despotisme” lagide15, allant parfois jusqu'à imaginer que la structure de ces relations ait pris la forme d'une confédération16. En suivant cette orientation, deux auteurs ont tenté récemment d'expliquer l'originalité des Attalides parmi les autres souverains hellénistiques, à l'aide de théories socio-économiques ou sociologiques : I. Kertész17 et Ch. Carsana18.

3En se démarquant d’H. Kreissig et de P. Briant, I. Kertész considère que la spécificité du royaume attalide est de ne pas appartenir, à la différence du royaume séleucide, au mode de production asiatique. La terre royale est administrée directement par le roi, et elle n'est jamais remise, sous forme de δωρεαί foncières, à des Amis ou à des parents du roi. La puissance des sanctuaires est fortement limitée (Artémision d'Éphèse). Les relations entre les Attalides et les cités grecques sont très étroites, avant comme après le traité d’Apamée (I. Kertész adhère aux thèses de R. B. Mc Shane). Ce troisième facteur est, selon I. Kertész, capital : plusieurs inscriptions attestent que les rois de Pergame ont employé à leur service des ressortissants de villes grecques du royaume, dès le règne d'Attale Ier (Pamphilos de Kymè) et ensuite (Mégôn d'Éphèse, Calas de Pergame, deux citoyens – dont les noms sont perdus – de Magnésie du Méandre et de Myrina, etc.). En conclusion : les Lagides se sont appuyés sur une élite de fonctionnaires, de prêtres et de militaires qui dépendaient de la générosité royale ; les Séleucides ont agi de même, mais ont favorisé également une élite gréco-macédonienne et une élite indigène ; les Attalides, en revanche, ont fondé leur pouvoir sur la bourgeoisie civique, ont défendu de manière prioritaire les intérêts de celle-ci et ont façonné leur État d'après le modèle d'une πόλις grecque. Premier corollaire : si la révolte d'esclaves d'Aristonicos a eu lieu dans le royaume de Pergame, c'est que le mode de production classique y était très largement répandu. Second corollaire : l'institution de la province d'Asie a été facilitée par le fait que le royaume de Pergame et Rome appartenaient au même mode de production.

  • 19 L'un et l'autre relevés sont incomplets : cf. mon compte-rendu de l'ouvrage de Ch. Carsana dans Sa (...)

4De son côté, Chiara Carsana a comparé son relevé prosopographique du personnel séleucide (143 personnages) avec celui du personnel attalide (32 personnages)19, et a observé que dans le second il y a un nombre significatif de ressortissants de cités du royaume (13 personnages). Comme les Grecs provenant de cités sujettes des Séleucides sont à peine 10, elle pense que les rois de Pergame, à la différence des Séleucides, ont choisi de faire appel aux forces vives des cités grecques soumises à leur pouvoir, et qu'il existait entre celles-ci et les Attalides une véritable entente, préfigurant celle qui se réalisa à une plus grande échelle entre Rome et les élites dirigeantes de l'Orient grec.

  • 20 SEG, 42, 1992, 1105.
  • 21 En dehors du monnayage de bronze : voir par exemple Sestos et Robert 1973 (= OMS, VI, 125-135) ; e (...)
  • 22 Cf. provisoirement Allen 1983, 150-157.
  • 23 Bull, ép., 1939, 400. Je n'examinerai pas le statut des cités déclarées libres ou sujettes des Att (...)

5Les analyses d’I. Kertész et de Ch. Carsana, contestables sur plusieurs points, partagent une même erreur (qui a été en partie dénoncée, concernant l'étude d'I. Kertész, par P. Herrmann20) : elles tiennent les agents royaux – et singulièrement les φίλοι – pour de véritables représentants des élites civiques. Or, cette prémisse ne peut être vérifiée qu'en de rares cas : il est donc imprudent de fonder sur elle – et uniquement sur elle – toute recherche visant à préciser la nature et la qualité des relations entre cités et rois (dans le royaume attalide comme dans d'autres royaumes hellénistiques). Le recrutement de φίλοι et plus généralement de fonctionnaires dans les villes du royaume attalide – notamment dans la capitale : j'ai relevé, de mon côté, entre 15 et 17 Pergaméniens sur un total de 41 φίλοι – indique, certes, des liens très forts et durables entre la dynastie attalide et les populations grecques de leur domaine. Mais, outre le fait que le caractère homogène et pour ainsi dire local de l'entourage royal est une conséquence de la petitesse de l'État attalide et du peu d’attrait que sa cour exerçait à l'étranger – pendant encore une grande partie du long règne d'Attale Ier – l'éventuelle intégration des élites civiques dans l'administration royale n’implique pas que les πόλεις attalides jouissaient d'une situation privilégiée, sans contrepartie. R. E. Allen a comparé le cas d’une cité sujette (Éphèse) et celui d'une cité indépendante mais amie (Milet) au iie s. a.C, et en a conclu que l'une comme l'autre profitaient des largesses des rois de Pergame, la seule différence étant, à ses yeux, qu’une cité sujette bénéficiait de leur protection pour ainsi dire ex officio. Ce réalisme désabusé finirait presque par faire oublier – tout comme l'optimisme sans faille d'I. Kertész et de Ch. Carsana – que les cités sujettes étaient tributaires, qu'elles n'avaient pas le droit de battre leur monnaie21, qu'elles devaient se soumettre, de près ou de loin, au contrôle des fonctionnaires royaux, qu'elles étaient astreintes à la célébration du culte royal (voir les nombreux décrets pour des gymnasiarques, à Pergame mais aussi à Andros et à Apamée de Phrygie ; autres témoignages – pas toujours en relation avec l'activité du gymnase – à Sestos, Hiérapolis, Téos, Ephèse22.) Ce sont des limitations importantes au principe de l'έλευθερία qui laissent subsister, bien entendu, l'autonomie municipale, mais modifient en profondeur la vie quotidienne de la communauté civique et jusqu'au comportement des citoyens : car ceux-ci étaient nécessairement dressés à être à la fois de bons patriotes et de loyaux courtisans (j'adapte ici l'heureuse formule employée par L. Robert à propos d'un notable d'Apamée de Phrygie, Képhisodôros, fils d'Aristôn23.)

3. Les Attalides et l’Asie Mineure après 188

  • 24 L'identification de la “Mysie” restituée à Eumène II est problématique. Chr. Habicht (1956, 90 sq. (...)
  • 25 Hopp 1977, 102-106.
  • 26 Pol. 21.33-40.2 ; Liv. 39.12-27.

6Avec le règlement d'Apamée (188 a.C.), Eumène II reçut : en Europe, la Chersonèse de Thrace et la rive européenne de la Propontide ; en Asie, la Phrygie hellespontique, une partie de la Mysie24, la Lydie, la Phrygie, la Lycaonie, la Pisidie et la Milyade, la Pamphylie (et sans doute une partie de la Cilicie Trachée, jusqu'au Kalykadnos)25. Les Rhodiens reçurent la Lycie et la Carie jusqu'au Méandre. La plupart des grandes cités grecques et des îles (Lesbos, Chios, Samos, Cos) furent déclarées libres (si elles n'avaient pas été sujettes d'Antiochos III ou si elles s'en étaient détachées avant la bataille de Magnésie). Firent exception quelques cités, parmi lesquelles Sardes, Ephèse, Tralles et Telmessos. Ces agrandissements territoriaux considérables – dont certains se révélèrent être des cadeaux empoisonnés : la Phrygie hellespontique et la Mysie Olympène, qu'il fallut reprendre de force à Prusias ; la Pisidie, région peu ou prou hellénisée, n'ayant jamais véritablement reconnu aucune souveraineté – et la persistance de la menace galate – car les 10 commissaires romains ne tranchèrent pas sur le statut de la Galatie, malgré la brillante campagne menée dans cette contrée en 189 par Cn. Manlius Vulso et les princes Attale et Athènaios26 - obligèrent les rois de Pergame à instituer, dans les régions fraîchement annexées, de nouvelles structures administratives. Un texte littéraire et plusieurs textes épigraphiques nous renseignent sur celles-ci.

  • 27 Diod. 24.3.
  • 28 Magie 1950,1, 30.
  • 29 Hopp, 1977, 118-119.
  • 30 Justin 36.4

7Diodore27 rapporte qu'à peine monté sur le trône, Attale III supprima beaucoup de fonctionnaires royaux (πολλοὺς τῶν ὑπὸ τὴν βασιλείαν τεταγμένων). Soupçonnant d'abord les plus puissants des Amis paternels (τῶν δὲ πατρῴων φίλων τοὺς δυνατωτάτους ὑποπτεύσας) de comploter contre lui, il les convoqua au Palais et les fit tuer aussitôt. Quant aux autres Amis, qui exerçaient des pouvoirs soit dans l'armée, soit dans les villes (τῶν δὲ ἄλλων φίλων τῶν ἐπ’ἐξουσίᾳ στρατιωτῶν ἢ πόλεων τεταγμένων), il les fit emprisonner et assassiner avec toute leur famille. Par sa cruauté, il s'attira la haine non seulement de ses sujets, mais aussi des populations voisines, et poussa tous ses subordonnés à la révolution (μισηθεὶς οὐ μόνον ὑπὸ τῶν αρχομένων, ἀλλὰ καὶ τῶν πλησιοχώρων, πάντας τοὺς ὑποτεταγμένους ἐποίησε μετεώρους πρὸς καινοτομίας). Pour D. Magie28, ce bain de sang eut lieu réellement vers 138 (ce fut une “révolution de palais”), pour J. Hopp29, qui utilise également un texte de Justin concernant la suppression d’amici et cognati par Attale III après les décès de sa mère Stratonice et de sa femme Bérénice30, il se produisit entre 135 et 133 a.C.

  • 31 Cf. les stratèges et l'έπὶ τῆς πόλεως : les uns étaient désignés ou agréés par les Attalides, déjà (...)

8Quoi qu'il en soit de la date exacte de ces événements (et de leur rapport avec l'usurpation d'Aristonicos - Eumène III), le texte de Diodore montre que sous Attale III il existait un réseau de fonctionnaires royaux, dont la plupart étaient en même temps des Amis (ce sont eux, en tout cas, les seuls visés par la cruauté du roi ; Justin parle, nous avons vu, d'Amis et de “parents”, que l'on peut entendre au sens de parents “réels” ou de parents “auliques” : συγγενεῖς ou ἀναγκαῖοι). Les uns résidaient à Pergame et remplissaient probablement des fonctions à la Cour et peut-être dans la capitale31, les autres étaient en poste dans le royaume, soit comme commandants de troupes, soit comme gouverneurs locaux.

  • 32 Cf. De Sanctis 1925. Il ne nous semble pas exclu que la guerre qui accabla la ville dont émane le (...)
  • 33 M. Holleaux, BCH 1924 (Études II, 73-125 ; cf. SEG, 2, 663).
  • 34 OGIS, 339, voté après 129 a.C.
  • 35 Bengtson 1944, II. 227-9.
  • 36 Knibbe 1972/5, 12-14, no 4. L'inscription a été reprise par Chr. Börker et G. Klaffenbach (IK, 12E (...)
  • 37 Une inscription trouvée au village d'Hamidiye (Méonie septentrionale) est datée de la quarantième (...)
  • 38 Kearsley 1996. L’inscription, découverte sur le site même d'Olbasa (aujourd'hui Belenli) dans les (...)

9Les textes épigraphiques permettent de préciser ces données. Certains sont connus depuis très longtemps, et je les évoquerai très rapidement : le décret d’Apollonia du Rhyndacos ( ?), voté sans doute peu de temps après 188 a.C.32, en l'honneur de Corragos, fils d'Aristomachos, Macédonien33, τεταγμένος στρατηγός τῶν καθ’ ‛Eλλήσποντον τόπων (1. 1-3) ; le décret de Sestos en l’honneur de Ménas34, mentionnant Stratôn, ὁ στρατηγὸς της Χερρονήσου καὶ τῶν κατὰ τὴν Θραΐκην τόπων (1. 11-12), qui résidait sans doute à Lysimacheia35. D’autres sont connus depuis moins longtemps, voire depuis très peu de temps. En 1975, D. Knibbe a publié une dédicace (incomplète) provenant d’Éphèse pour Dèmètrios, fils d'Apollônios, ancien préposé au sceau, ἐπὶ τῆς σφραγῖδος36, du roi Eumène II Sôtèr Théos (l'inscription est donc postérieure à 158 a.C., date supposée de la mort d'Eumène II37) et στρατη[γὸς ἐ]πί τε ’Εφέσου καὶ τῶν κατ’ ’Έφεσον τόπων καὶ Καΰστρου πε[δίον] καὶ τὸ Κιλβιανόν (1. 4-7). À la fin de l'année 1994, Rosalind A. Kearsley a publié une importante inscription provenant d'Olbasa, en Milyade, qui contient un décret de cette cité en l'honneur de Sôtas, fils de Patroklos et une lettre d’un roi Attale (Attale II sans aucun doute), nous renseignant sur le statut de Sôtas (il était ἐπὶ τῆς πόλεως) et nous informant, en outre, de l'existence d'un στρατηγός, qui s'appelait Aristarchos38.

  • 39 Malay 1996 (paru en décembre 1996). J. Kubinska (1997) vient de publier une étude sur les ὀστοθῆκα (...)

10En 1996, apparemment sans avoir eu connaissance de l’inscription d'Olbasa, H. Malay a publié deux inscriptions gravées sur une grande urne funéraire, ὀστοθήκη, découverte dans un village près d'Aydin, l'ancienne Tralles39. Ces textes nous apprennent que l'urne appartenait à trois couples : Dionysios, fils de Dionysios, petit-fils de Théophilos, στρατηγὸς τοῦ ὑπαίθρου καὶ ἐπὶ τῆς πόλεως et sa femme Hégéanassa, fille de Pyrrhos (col. A) ; Dionysios, fils de Théophilos, στρατηγὸς Καρίας καὶ Λυδίας τῶν κατ’’Έφεσον τόπων et sa femme Melitinè, fille de Gaudotos ; Athènomoiros, fils de Dèmarchos, ὁ ἐπὶ τῆς πόλεως et sa femme Tatis, fille de Mithradatès (col. B). Les nouvelles inscriptions de Tralles et d'Olbasa se complètent et s'éclairent mutuellement. Je voudrais proposer quelques remarques qui intègrent ou corrigent sur certains points le commentaire des éditeurs, en commençant par les textes de Tralles.

  • 40 Str. 14.1.42. Sur la route reliant Tralles et d'autres villes de la moyenne vallée du Méandre à Ep (...)
  • 41 Rayet 1877 ; voir la pl. I avec vue sur la chaîne de la Mésogide depuis l'acropole de Tralles ; cf (...)
  • 42 A la fin du xiiie s., les émirs turcs se taillèrent diverses principautés dans la vallée du Méandr (...)
  • 43 Rayet 1877, 33.
  • 44 Rayet 1877, extraits et résumés tirés des p. 34-45.
  • 45 Sur l'histoire de Tralles depuis les origines jusqu'à l'époque impériale, cf. l'exposé d'O. Rayet (...)
  • 46 Vitruve, De arch. 2.8.9 : Trallibus domum regibus Attalicis factam quae ad habitandum semper datur (...)
  • 47 Robert 1934 ; texte p. 279-280, 1. 10-12. Commentaire important sur l'épiclèse Σωτήρ attribuée rég (...)
  • 48 Robert 1962,1. 29-30.
  • 49 Robert 1934, 287-291.
  • 50 Drew-Bear & Le Rider 1991.
  • 51 Le relevé fourni par G. Le Rider (1991, 361) est le suivant. Pergame : 90 coins de droit pour les (...)
  • 52 Le cas particulier de Tralles et d'Éphèse a été mis en évidence par G. Le Rider (1989).
  • 53 Robert 1936, 94-97 (IK, 36-Tralleis u. Nysa, 33). M. Launey (1949/50) y voit tantôt des mercenaire (...)
  • 54 Par exemple Sardis, 4 (décret pour Timarchos, fils de Ménédèmos, ancien ῥισκοφύλαξ d’Eumène II, no (...)
  • 55 Par exemple OGIS, 290 (Nakrasos) : dédicace pour Mènogénès fils de Mènophantos, connu par ailleurs (...)
  • 56 IG, XI.4,765 et 766 (vers 175 a.C.)
  • 57 IG, IX.4, 512 A et Helly 1980, 299-301 (SEG, 31, 1981, 574) ; cf. Habicht 1987, 27, n. 27 (date du (...)
  • 58 OGIS. 313.
  • 59 Welles, RC, 51 ; cf. Segre 1935, 222-225 et Virgilio 1982, 136-140.
  • 60 Welles. RC, 51.1. 18-19 et 1. 22.

11Tout d'abord, il faut évoquer brièvement le site de Tralles. Strabon écrit : “Après Magnésie [en venant d'Éphèse], la route conduit à Tralles. A gauche est la Mésogide, à droite la plaine du Méandre, dans laquelle est tracée la route (…). La ville des Tralliens est bâtie sur un plateau, dont le point culminant est naturellement fort ; les bords mêmes du plateau sont de facile défense. Peu de villes en Asie comptent un aussi grand nombre de citoyens riches : si bien qu'il y a toujours des Tralliens parmi les Asiarques”40. O. Rayet41 en parlait en ces termes : “Aïdin signifie ‘splendeur’ ; et si l'on ne savait à quels événements historiques la vallée moyenne du Méandre a dû cette appellation42, on pourrait supposer qu'elle l'a reçue à cause de son magnifique aspect. Aucune contrée de l'Asie Mineure ne réunit en effet au même degré la richesse matérielle et la beauté pittoresque”43. Les montagnes sont couvertes, de haut en bas, de pins, de mélèzes, de chênes verts, puis de châtaigniers et de noyers, enfin d'oliviers et de figuiers. Aux abords de la ville, abondent toute sorte d'arbres fruitiers, la vigne et les figuiers (les trois-quarts des figues appelés en Europe figues de Smyrne viennent de la région d'Aïdin). Au milieu de la plaine du Méandre, s'étendent les champs d'orge et de blé. Tralles a non seulement l'avantage d'un territoire riche en bois et en cultures : elle est aussi une place forte. “Bâtie sur les dernières pentes du Kastaneh Dagh, sur un plateau de gravier et d'argile, de trois côtés inaccessible, si la main de l'homme n'avait travaillé dans la muraille naturelle qui l'entoure deux ou trois sentiers fort raides. Côté nord, reliée à la montagne par un isthme assez étroit, et à l'entrée de cet isthme, une petite colline, de quinze mètres de hauteur, s'élève comme pour barrer cet unique passage. La largeur de cette espèce de camp retranché naturel est à peu près de 1 500 à 2 000 m. (…) Une position aussi forte et aussi commode, située au centre d'un magnifique pays, et clef de deux routes commerciales aussi naturellement tracées que celles d'Aïdin à Tireh dans la vallée du Caystre par la gorge du Marsyas et celle qui suit le côté septentrional de la vallée du Méandre, plus fertile et praticable que le côté méridional, devait forcément (…) devenir le siège d'une grande ville”44. En effet, l'histoire de Tralles ancienne est profondément marquée par sa situation géographique, depuis les temps de l'empire achéménide jusqu'aux guerres mithridatiques : la ville a été à toute époque une place d'armes pour les rois qui l'ont successivement dominée, soumise aux restrictions habituelles pour une ville sujette mais bénéficiant aussi, en vertu de sa situation stratégique et de sa prospérité, de la faveur royale45. Pour ce qui est des Attalides, nous savions déjà par plusieurs documents que Tralles était étroitement liée à ces rois. Vitruve rapporte que les Attalides y avaient fait construire un palais royal, qui - après la fin de la dynastie – servait de demeure au prêtre de la cité46, sans doute le prêtre de Zeus Larasios. Un décret de Tralles pour un juge de Phocée ordonne que l'on fasse la proclamation de la couronne lors des concours musicaux que le peuple a institués en l'honneur du roi Eumène Sôtèr47 et qu’une copie de l'acte soit gravé sur une stèle devant être placée dans le sanctuaire de Zeus Larasios Euménès48. Cette épithète divine intrigue : rien n'est venu infirmer ni confirmer l'hypothèse avancée en 1934 par L. Robert, qui envisageait une rencontre non fortuite entre le nom du roi attalide et la qualification donnée à la principale divinité de Tralles49. Lorsque le monnayage cistophorique fut institué (entre 185 et 170 a. C.), il fut frappé en même temps à Pergame, à Éphèse, à Sardes, à Tralles et à Apamée de Phrygie50. Le monnayage cistophorique avec la marque de Tralles (TPAA) est de loin le plus abondant après celui de la capitale51, indice certain de la richesse de la ville carienne sous les Attalides. On doit noter également, me semble-t-il, que Sardes, Éphèse, Tralles et Apamée de Phrygie sont des villes militaires par excellence, et que la présence permanente ou occasionnelle de troupes a dû favoriser l'activité économique et aussi celle des ateliers monétaires. Faut-il lier à cette circonstance la frappe, contemporaine de celle des cistophores, de statères d'or à Tralles et de drachmes d'argent de poids attique à Éphèse52 ? Une liste mutilée de Tralles contenant 44 noms suivis du patronyme et de l'ethnique, datée vaguement du iiie s. a.C, pourrait se rapporter à des mercenaires attalides53. Les inscriptions publiées par H. Malay sont un témoignage certain de l'existence, sur le territoire de Tralles, de soldats attalides “campant à la belle étoile”. Y avait-t-il aussi des soldats logés dans des baraquements (ἐστεγνοποιημένοι) ? Si oui, ils ne dépendaient pas de l'autorité de Dionysios II. Arrêtons-nous maintenant sur l'identité des personnages nommés dans ces inscriptions et sur leurs fonctions. Ils ne portent pas d'ethnique, et la règle communément admise dans pareilles circonstances voudrait que nous les considérions comme des citoyens de la ville d'où provient l'inscription, d'autant plus qu'il s'agit d'une inscription funéraire : ils seraient donc des Tralliens. Mais lorsqu'il s'agit d'agents royaux, l'absence d'ethnique est souvent problématique : elle est fréquente dans les décrets de villes sujettes54 ou dans les dédicaces de particuliers ou de groupes de soldats55, par exemple, et je n'ose pas tirer de conclusions sûres. Notons que la dédicace trouvée à Éphèse pour Dèmètrios, fils d’Apollônios, mentionnée plus haut, omet d'indiquer l'ethnique : or, nous savons par deux décrets de Délos56 et par un décret de Larisa qu'il était Pergaménien57. Je n'ai pas de rapprochements prosopographiques à proposer, mais j'ai été intriguée par le patronyme d'Athènomoiros, dont on ignore s'il avait des relations de parenté avec Dionysios I et Dionysios II. En effet, Dèmarchos figure deux fois dans l'onomastique des agents attalides : comme père d'Euridikè, qui a consacré à Pergame une statue de la reine Stratonice, dont elle était prêtresse à vie58, et comme délégué d'un roi attalide (Eumène II ? Attale II ?) dans un document mutilé trouvé à Pergame que l'on a coutume de qualifier de “charte d'une colonie militaire attalide”59, mentionnant plusieurs catégories de soldats : des μήπω ἐστεγνοποιημένοι, des ἐστεγνοποιημένοι ἐν τῆι πόλει et des ἑστεγνοποιημένοι ἑν τῆι χώραι. Dèmarchos, dont le titre a disparu dans une lacune, avait vendu des vignobles et des terrains agricoles pour le compte du roi et s'était occupé d'attribuer des revenus fonciers ( ?) aux τεμένη des dieux60. Le site de la “colonie” n'est pas mentionné dans ce qui subsiste du document : s'agirait-il de Tralles ?

  • 61 Str. 13.4.13 : Τῷ φ δὴ Καϋστριανῷ πεδίῳ μεταξὺ πίπτοντι τῆς τε Μεσωγίδος καὶ τοὺ Τμώλου συνεχές ἐσ (...)
  • 62 Malay 1996, 85.
  • 63 Bull. ép., 1997, 526.
  • 64 Si la terminologie administrative attalide peut paraître vague, il faut rappeler que les frontière (...)
  • 65 Le titre de στρατηγὸς τῆς πόλεως pour un fonctionnaire royal est assez rare. Dans l'Asie hellénist (...)
  • 66 Hypothèse de Rigsby 1979.
  • 67 Str. 14.1.24.

12Venons maintenant à la question des fonctions. Dionysios I porte un titre analogue à celui de Dèmètrios, fils d'Apollônios. De celui-ci on nous dit qu'il était responsable d'Éphèse, des topoi autour d'Éphèse, de la plaine du Caÿstre et du territoire des Kilbianoi. Ce dernier comprenait l'extrémité orientale de la plaine du Caÿstre, habitée par les Cilbiani inferiores, et les sommets du Tmôlos où, près du lac de Torrhébia (Gölçük), se trouvaient l'établissement des Cilbiani superiores (ou plutôt les quartiers d'été de la population des Kilbianoi), et les sources du Caÿstre61. H. Malay pense que les régions relevant de l'autorité de Dionysios I et de Dèmètrios étaient les mêmes, peut-être avec quelques remaniements dans les circonscriptions des provinces, la version abrégée de la titulature de Dionysios I étant une conséquence du caractère indéterminée des topoi dans la terminologie administrative attalide62. Ph. Gauthier63 a suggéré que le lapicide de l'ostothèque a oublié de graver un καὶ avant τῶν κατ’ Ἔφεσον τόπων : l'on en déduit que, parmi les territoires placés sous leur direction, Dèmètrios et Dionysios I ont gouverné, à des époques diverses, ce secteur. Le découpage territorial, cependant, n'est pas le même. Car Dèmètrios était le stratège d'une unité régionale très cohérente, allant d'Ephèse jusqu’aux abords du Tmôlos, au nord de la Mésogide. En revanche, Dionysios I était stratège en premier lieu de la Carie et de la Lydie, c'est-à-dire d'une région assez vaste à l'intérieur des terres64, qui s'étendait de part et d'autre de la Mésogide (jusqu'au Méandre, au sud) et a pu inclure, dans sa partie lydienne, la plaine du Caÿstre et le district des Kilbianoi (ce qui expliquerait le rattachement, à l'ouest, des τόπον autour d'Ephèse). Mais la différence la plus importante réside, à mes yeux, dans le découpage des fonctions : Dèmètrios avait aussi autorité sur Éphèse – en était-il le “gouverneur” ?65 – tandis que Dionysios I était un stratège “territorial” – au sens où l'entendait Bengtson : ayant autorité civile et militaire sur l'ensemble d'une région –, supérieur hiérarchique du “gouverneur de la cité” (de Tralles). D'autre part, Dionysios II a soit occupé en même temps le poste de “général de l'armée campée à la belle étoile” et de “gouverneur de la cité” – ce qui ne serait pas surprenant dans le cas d'une ville comme Tralles – soit à deux moments distincts de sa carrière (il aura alors remplacé Athènomoiros au poste de gouverneur de la cité, à moins que l'inverse ne soit vrai). Si Dionysios I a exercé sa fonction après Dèmètrios, on pourrait penser qu'Éphèse avait été détachée de l'administration régionale et avait reçu un nouveau régime, plus favorable à son autonomie. Attale III aurait proclamé par testament la libération d'Éphèse66 : peut-être cet épilogue heureux avait-il était précédé et préparé par la concession d'autres avantages, sans doute sous Attale II (qui, on le sait, s’intéressa de près, quoique avec des résultats opposés à ses bonnes intentions, au développement du port d'Éphèse)67.

  • 68 Hall 1986.
  • 69 Cf. Kearsley 1996, 47.
  • 70 Pol. 14.1.3.
  • 71 Trogue Pompée, Prol., 34.
  • 72 Str. 12.7.3. Il doit s'agir des rois de Pergame, conformément à un emploi caractéristique de Strab (...)
  • 73 Arr., An., 1.28.1.
  • 74 Str. 14.4.1. Attale Il envoya aussi une colonie dans une petite ville proche d'Attaleia, Corycos, (...)
  • 75 TAM, III. 1, 9. Cf. Ameling 1995, KNr. 303 E et A, p. 377-378.
  • 76 Kearsley 1996, 55.
  • 77 Cf. L'excellente mise au point de J. Hopp (1977, 70-74).
  • 78 Kearsley 1996, 52 et n. 58.
  • 79 Ph. Gauthier a donné son avis au cours de son séminaire à l'EPHE, IVe section, puis dans le Bull, (...)
  • 80 Je considère qu'Attale II a commencé à régner en 158/157, c'est-à-dire lors d'une partie de la “qu (...)
  • 81 Cette guerre est connue par plusieurs textes littéraires et épigraphiques (cf. Allen 1983, 136-144 (...)
  • 82 Keil et al., no 75. Le site d'Algbadessos n'est pas localisé. Les sites d'Amlada et d'autres ville (...)
  • 83 Hopp 1977, n. 80, 70-73 (avec réfutation de l’interprétation de J. Keil, qui a essayé d'attribuer (...)

13L'inscription d'Olbasa, dont nous allons parler maintenant, confirme le rapport hiérarchique entre stratège territorial et gouverneur d'une ville, mais ne permet pas d'élucider complètement celui entre la dernière fonction et celle de général d'un corps militaire. Olbasa est située sur une hauteur de 1 800 m (village de Belenli), à l'est de la vallée du Lysis, dans la Milyade, région enclavée entre la Pisidie et la Pamphylie, qui s'étendait, à la basse époque hellénistique, du lac d'Askania (Burdur) au nord, à la plaine d'Elmah, au sud, et de la vallée du Lysis, à l'ouest, à la zone montagneuse en deçà du Kestros, à l'est, avec, du nord au sud, les cités pisidiennes de Sagalassos, Kremna, Ariassos et Termessos. Ses habitants étaient proches, d'un point de vue linguistique, des Pisidiens et des Lyciens68. La valeur stratégique d'Olbasa est démontrée par le fait même de sa refondation comme colonie militaire sous Auguste69. Pour Eumène II, la possession de la Milyade était d'importance vitale en vue de la jonction entre la Phrygie et la Pamphylie, mais il s'agissait d'une région à conquérir, où les conflits avec les Pisidiens risquaient d'être chroniques. Nos sources sont muettes concernant les relations entre les Attalides et les Pisidiens pendant la plupart du règne d'Eumène II. En 164/163 a.C., Attale et Athènaios se rendirent à Rome pour défendre leur frère des accusations portées par Prusias, “qui avait aussi incité les Galates, les Selgiens et d’autres peuples d'Asie à porter plainte contre lui”70. Après la mort d’Eumène II, “Attale II mena une guerre contre Selgè et contre le roi Prusias”71. Les Selgiens, qui habitaient une ville riche et très difficile à prendre, “étaient toujours en guerre contre les rois” nous dit Strabon72, et une vieille inimitié les opposait aux Termessiens73. La fondation d'Attaleia74 et le don d'une stoa à Termessos75 sont évidemment une réponse à ces hostilités et marquent sans doute la victoire (du moins temporaire) de Pergame sur certaines populations pisidiennes. La nouvelle inscription évoque précisément un Πισιδικὸς πόλεμος, une “guerre contre les Pisidiens”, qui affecta les citoyens d'Olbasa. L'inscription est gravée sur deux blocs appartenant à une stèle à fronton triangulaire, orné d'un aigle tourné à gauche : il s'agit, selon l'éditrice, d'un monument funéraire76. Sur la stèle, deux documents ont été gravés l'un à la suite de l'autre : un décret de la cité d'Olbasa en l'honneur de Sôtas, fils de Patroklos, et une lettre d'un roi Attale, avec une date problématique. Comme le bloc central de la stèle manque, nous ne pouvons plus lire ni la deuxième partie des considérants du décret, ni la formule de sanction, ni la plupart des décisions. Heureusement, la lettre royale, complète, nous éclaire sur le statut de Sôtas au moment où les Olbaséens décidèrent de l'honorer. Disons tout de suite un mot de la date. R. Kearsley pense que les lettres gravées à la fin du document royal signifient : année I, le 20 du mois de Dios, bien qu’il n'y ait pas d'exemple, dans la correspondance royale, de la postposition du chiffre du jour du mois à celui de l'année. Comme aucun engagement en Pisidie n'est connu sous le règne d'Attale III77, R. Kearsley considère que la date correspond à la première année d'Attale II, soit 15978. Cette interprétation est certainement fausse : Ph. Gauthier et H. Müller sont arrivés séparément à la conclusion que la date est celle de la 21e année du roi Attale II79, c'est-à-dire sa dernière année de règne, qu'il faut placer en 138/137 a. C.80. Par conséquent, il n'est plus nécessaire de croire que la guerre contre les Pisidiens qui est évoquée dans le décret d'Olbasa a été contemporaine de celle menée par Eumène II et Attalos contre les Galates en 16681. En revanche, il y a selon moi de bonnes chances pour que le Πισιδικὸς πόλεμος se soit déroulé dans les années 150-145 a. C. Une lettre fragmentaire adressée depuis la ville d'Algbadessos à Amlada par Attale II, mentionne en effet le futur Attale III, désigné par la formule habituelle “le fils de mon frère”82. Pour qu'Attale III ait pu être associé à son oncle dans une campagne militaire en Pisidie, il devait avoir au moins 17-18 ans : nous serions, en suivant le raisonnement de J. Hopp, en 143 a.C.83. Si cette date est exacte, il serait tentant de placer à la même époque le Πισιδικὸς πόλεμος mentionné par le décret d'Olbasa.

  • 84 Kearsley 1996, 1.4-12 : ἐπεὶ Σώτ(α)ς Πατρόκλου πρότερόν τε γειlτνιῶν τῆι πόλει ἐγένετο τοῖς πολίτα (...)
  • 85 Kearsley 1996. 1. 18-21 : ἐλέσθαι δὲ καὶ πρεσβεύτας πρὸς τὸν βαlσιλέα οἳτινες ἀφικόμενοι πρὸς αὺτὸ (...)
  • 86 Kearsley 1996, 1. 24-30 : Μῆνις καῖ Πίσδης οὕς ἀπεστάλκειlτε πρεσβεύτας άνεδωκάμ μοι δύο ψηφίσματα (...)
  • 87 Kearsley 1996, 54-55.
  • 88 Kertész 1992, 2.
  • 89 Bengtson 1944, 224-225.
  • 90 C'est l’hypothèse de St. V. Mitchell (dans Mitchell et al., 170), qui propose également d'attribue (...)
  • 91 Str. 12.7.3 ; 13.4.17 ; inscription d'Araxa (Pouilloux, Choix, no 4), qui date, selon A.N. Sherwin (...)

14Après cet aperçu d'histoire politique régionale, venons-en au contenu de l'inscription. Dans ce qui subsiste des considérants, les Olbaséens rappellent le rôle bénéfique de Sôtas, qui “auparavant, lorsqu'il était notre voisin, s'est montré utile envers nos concitoyens dans les circonstances critiques qui nous menaçaient lors de la guerre contre les Pisidiens, accueillant toujours ceux de nos citoyens qui cherchaient refuge en se sauvant des ennemis et faisant des distributions aux exilés et, se montrant dévoué aux intérêts du roi, a rendu manifeste 1'(attitude) qu'il avait, etc.”84. Après une lacune importante, la dernière des clauses conservées du décret prescrit de “désigner des ambassadeurs, qui, après s'être rendus auprès du roi, lui remettront le décret et lui demanderont de valider les décisions qui ont été votées”85. Dans sa lettre au conseil et au peuple d'Olbasa, Attale II écrit que les ambassadeurs lui ont remis les deux décrets votés en l'honneur d'Aristarchos, le stratège, et de Sôtas, le gouverneur, et présenté la demande d'autorisation. Jugeant de son côté que ces officiers sont dignes (de recevoir les honneurs), il autorise les Olbaséens à exécuter leurs décisions86. La lettre royale nous indique quelle est la fonction de Sôtas au moment où les Olbaséens votent le décret qui nous est partiellement parvenu, et nous informe de l'existence d'un stratège, Aristarchos – un stratège régional ? – qui a aussi été honoré par les Olbaséens et devait être le supérieur hiérarchique de ce dernier. Mais qui était celui-ci avant d'être nommé gouverneur d'Olbasa ? Selon R. Kearsley, Sôtas aurait été un φίλος qui possédait, près d'Olbasa, un domaine octroyé par les rois de Pergame87. Or, I. Kertész a justement remarqué qu'aucun texte ne nous renseigne sur la concession de δωρεαί foncières aux Amis de la part des Attalides88. Signalons cependant que selon H. Bengtson, puisque le stratège Corragos fournit à ses frais un bœuf pour le sacrifice, “il reçut évidemment, à l'instar de ses prédécesseurs perses et séleucides, un domaine personnel considérable dans la province dont on lui avait remis l'administration”89. Corragos avait probablement un domaine dans la stratégie de l'Hellespont, mais rien ne prouve que celui-ci lui avait été concédé par Eumène II. De même, pour qu'il ait pu accueillir les Olbaséens échappés aux ennemis et leur faire des distributions (de victuailles, de vêtements, voire d'argent ?), Sôtas devait être un homme fortuné, qui possédait peut-être un domaine quelque part près d'Olbasa. Mais rien ne permet d'affirmer que, avant d’être nommé gouverneur, il avait reçu une δωρεά à titre d'Ami attalide. Si tel a été le cas, il est étonnant que ni le décret, ni la lettre royale, ne rappellent la qualité ou le statut de φίλος du gouverneur. On peut envisager deux hypothèses sur le “passé” de Sôtas. La première est qu'au temps de la guerre contre les Pisidiens, celui-ci était déjà engagé au service de Pergame, comme général ou comme chef d'une garnison90. Mais pourquoi ne pas avoir rappelé la fonction de Sôtas et avoir décrit l'honoré en des termes si vagues, comme “voisin” ? Les Olbaséens qui s'étaient réfugiés auprès de lui devaient bien savoir qui il était. D'où une deuxième hypothèse. Il y a eu souvent des “tyrans” ou des “dynastes” locaux dans les contrées montagneuses et très compartimentées de la Kibyratide et de la Pisidie, encore au iie s. a.C91. Lors de la guerre contre les Pisidiens, Sôtas était un “dynaste” local : il a embrassé la cause attalide et, par la suite, il a été récompensé de son soutien en étant nommé gouverneur d'Olbasa. Les Olbaséens auraient choisi avec tact le terme neutre de “voisin” pour évoquer, sans froisser les sentiments de personne, la situation de Sôtas lorsqu'il était encore indépendant.

  • 92 OGIS, 329,1. 51-53. Cf. Savalli-Lestrade 1996, 154-158.

15Olbasa, ville indigène en voie d'hellénisation, à en juger par l'onomastique, était une cité sujette. Rien ne le montre mieux que sa demande d'autorisation au roi pour honorer deux officiers royaux. Cette pratique n'est pas attestée dans d'autres royaumes hellénistiques, mais elle était déjà connue pour le royaume attalide, grâce au décret d'Egine pour son gouverneur (ἐπιστάτης), Cléôn, fils de Stratagos, Pergaménien, appartenant au corps des sômatophylaques du roi Eumène II, honoré pendant le règne d'Attale II, entre 158 et 144 a.C.92 Cette démarche est apparemment nécessaire lorsque des officiers royaux sont honorés par des communautés dont ils ont la charge : les rois de Pergame surveillent attentivement la conduite de leurs agents.

  • 93 Depuis M. Holleaux (1933, 217 = Études, III, 253), on a souvent cité OGIS, 268, parmi les document (...)
  • 94 Règlement des astynomes : voir supra, n. 31.
  • 95 De même, Ikésios d'Éphèse, ὁ κατασταθεὶς ἐπ’Αἰγίνας (IG, II2, 992 et Add., 668) entre 192 et 174-1 (...)
  • 96 Cf. la mise au point de Peremans & Van't Dack 1968, part. 81-87.

16Dans le royaume attalide, la fonction d'ἐπὶ τῆς πόλεως ou d'ἐπιστάτης est attestée maintenant de manière sûre93 en quatre localités : à Pergame (à une date inconnue)94 ; à Égine, attalide depuis 210, au plus tôt en 174 a.C., au plus tard en 158 a.C. ; à Tralles, attalide après 188 a.C., sous Eumène II ou sous Attale II ; à Olbasa, dont on ignore quand elle devint attalide, vers 138 a.C. A Éphèse sa présence est plausible sous le règne d'Eumène II (si Démétrios cumulait les deux fonctions de stratège territorial et de gouverneur de la capitale du district)95. D'après les documents disponibles, cette fonction paraît avoir été instituée au lendemain du traité d'Apamée, probablement par Eumène II. Mais quelles étaient les compétences d’un ἐπὶ τῆς πόλεως ?96 Seul le décret d'Égine pour Cléôn nous renseigne là-dessus, indiquant que ce gouverneur avait excellé dans l'administration équitable de la justice. Mais nous ignorons si d'autres domaines étaient également de son ressort. Il semble toutefois que l'ἐπὶ τῆς πόλεως attalide n'interférait pas avec les institutions des villes placées sous son autorité : il ne figure pas dans l'intitulé des décrets civiques, et les cités n'ont pas besoin de lui pour gérer leurs relations avec le roi ou d'autres cités. Le stratège régional, en revanche, était l'intermédiaire entre les cités ou les autres communautés de son district et le roi, à en juger par le cas d'Apollonia du Rhyndacos, celui de Sestos et aussi, sans doute, du village des Cardaques et d'autres κῶμαι ou κατοικίαι près de Telmessos, en Lycie.

  • 97 Segre 1938, 182-208 ; meilleure édition du texte de l'inscription dans Maier, Mauerbauinschriftten (...)
  • 98 Wörrle 1979 et J. et L. Robert, Bull, ép., 1980, 484.
  • 99 J. et L. Robert, Bull, ép., ibid., fin de la note. Sur la question de Telmessos, des villages fort (...)

17Evoquons brièvement ce dernier dossier, avant de tirer quelques conclusions générales. En 181 a.C., la κατοικία des Cardaques, installés dans le territoire de Telmessos, demanda et obtint d'Eumène II une série d'allégements fiscaux, la remise de l'argent que le village devait verser à la suite de l'achat d'un terrain ayant appartenu à Ptolémée de Telmessos, et l'envoi d'un ouvrier qualifié, τεχνίτης, pour la réparation d’une tour défensive, πύργος. Le roi répondit aux requêtes des Cardaques par l'intermédiaire d'Artémidôros, qui avait reçu leur demande et l'avait transmise à Eumène II après avoir mené une enquête. H. Bengtson a fait l'hypothèse qu'Artémidôros était un stratège territorial97. Un autre document du début du iie s. a.C relate une série d'exemptions fiscales concernant un village situé également sur le territoire de Telmessos : il s'agit sans doute d'une lettre royale (attalide ?) envoyée à un fonctionnaire98. J. et L. Robert se sont demandé si “l'établissement des Cardaques et celui du nouveau document n'avaient pas quelque rapport avec les castra Telmessium mentionnés dans la version latine du règlement de la paix et qui furent donnés par Rome à Eumène II”99. Cette question demeure ouverte. Si l’on considère l'importance stratégique de Telmessos, la qualité de son port, l'étendue de son territoire, son passé de “dépendance extérieure” lagide et, pour couronner le tout, sa situation d'enclave au milieu de la Lycie attribuée aux Rhodiens, il n'y a pas à s'étonner que les Attalides y aient installé un stratège, flanqué ou non d'un ἐπὶ τῆς πόλεως.

4. Conclusion

  • 100 Pour les ἔθνη : cf. l’inscription d'Ioulia Gordos publiée par Malay & Petzl 1984, avec le commenta (...)
  • 101 Corragos : cf. Holleaux 1924 (= Études, II, 117) ; Démétrios : accompagna Eumène II lors de la cam (...)
  • 102 Voir OGIS, 290 ; TAM, V.l, 528, 543, 584, 486 b, 690 ; TAM, V.2, 1188, 1190 ; pour l'Ionie, voir l (...)
  • 103 Voir la contribution de J.-L. Ferrary à ce séminaire, II. 1 (93-106).
  • 104 Pour les cités, voir Holleaux 1924, 24-44 (= Études, II, 94-113) ; TAM, V.2, 1187 ; pour les villa (...)

18Cet aperçu très partiel de la condition de quelques villes sujettes des Attalides après 188 a.C. montre que les rois de Pergame ont introduit, sans doute de manière systématique, une organisation administrative fondée sur la répartition des territoires fraîchement annexés en plusieurs stratégies régionales, qui comprenaient des cités sujettes (éventuellement placées sous le contrôle d'un ἐπὶ τῆς πόλεως), des villages, des κατοικίαι d'origine militaire et des places fortes. Beaucoup d'inconnues subsistent, surtout concernant l'articulation entre les diverses composantes des districts régionaux, qui avaient chacune leur propre structure (civique, militaire, confédérale100). 1l faut rappeler que, d'après OGIS, 338, les habitants des κατοικίαι sur le territoire de Pergame restaient en dehors de la communauté civique et de la citoyenneté. Le caractère militaire de cette organisation paraît assez marqué : d'une part, lorsque nous pouvons le vérifier, les titulaires des stratégies ou des gouvernements locaux ont exerçé des fonctions dans l'armée (Corragos, Démétrios, Dionysios II, peut-être Cléôn101), d'autre part, les garnisons attalides sont très présentes, particulièrement en Lydie, en Carie, en Ionie102. Quantité d'inscriptions se rapportant au dernier épisode de l'histoire attalide, la révolte d'Eumène III-Aristonicos, montrent que celui-ci rencontra beaucoup d'oppositions et que les cités étaient préparées à soutenir les difficultés d'une guerre ou d'une guérilla103. Il faut sans doute mettre cela à l'actif de la politique menée par les rois de Pergame, qui, on le sait, allouaient des fonds pour l'administration (διοίκησις) des cités et, par des contributions ou des allégements fiscaux, ont favorisé le bien-être économique des villes ou des villages du royaume104. Il est difficile d'évaluer le degré d'attachement des cités du royaume attalide à leurs rois d'après des modèles économiques en grande partie abstraits ou des données prosopographiques fort indigentes. En revanche, on peut mesurer la popularité du système attalide à l'aune de la résistance opposée à l'usurpateur : les cités furent en général hostiles à Eumène III, les établissements macédoniens de la vallée du Caïque lui fournirent son dernier retranchement. Si Eumène III a voulu jouer la carte de l'attachement dynastique, le déroulement de la partie révèle que les seuls sujets disposés à le suivre jusqu'au bout étaient ceux qui vivaient en dehors des cités et qui devaient tout à la monarchie. Malgré la reconnaissance dont elles ont témoigné à l'égard des rois de Pergame et le maintien, même après la disparition de la dynastie, des cultes institués en leur honneur, les cités étaient prêtes à saisir la chance de la liberté.

Notes

1 Pol. 21.19.22 ; Liv. 37.54.

2 Virgilio 1984, 31-32 ; Braund 1982, 354 sq.

3 Plut., Mor, 792ab.

4 Diod. 34.3 ; Justin 36.4.

5 Holleaux 1902, 308 (= Études, II, 7).

6 Allen 1983, 76.

7 Pol.18.41.2-6 ; Liv.42.5.3 ; Robert 1937, 84-85.

8 IG, XI.4, 1105 et Chamoux 1988.

9 L. Robert (1984 et 1985 = Doc. Asie Mineure, 460-484 ; 522-535) ; bonne analyse de l’engagement militaire, surtout défensif, déployé par les Attalides, dans Hansen 1971 et Allen 1983, passim.

10 Segre 1932, 446-452 (Allen 1983, App. IV, no 7).

11 Welles, RC, 52.

12 Sonnabend 1992, 211-212.

13 Passage littéraire qui a suscité la méfiance d'E. Bikerman (1937, 232-234).

14 Holleaux 1934. M. Holleaux a notamment rappelé (Études, II, 170) l'épisode raconté par Polybe (31.5.1-6) : vers 164, le légat G. Sulpicius Gallus invita ceux des Grecs d'Asie qui avaient des plaintes contre Eumène II à se rendre à Sardes, où il siégea pendant dix jours dans le gymnase pour entendre les accusations ; mais, note Polybe, plus les Romains s'acharnaient contre le roi, plus les Grecs se rapprochaient de lui.

15 Cardinali 1906, 238 et n. 23 ; 301.

16 Au temps d'Attale Ier : Mc Shane 1964, 58-91.

17 Kertész 1992.

18 Carsana 1996, 97-99 ; 177-179 ; 181 ; 190-194.

19 L'un et l'autre relevés sont incomplets : cf. mon compte-rendu de l'ouvrage de Ch. Carsana dans Savalli-Lestrade 1998b.

20 SEG, 42, 1992, 1105.

21 En dehors du monnayage de bronze : voir par exemple Sestos et Robert 1973 (= OMS, VI, 125-135) ; exception : monnayage d'argent et peut-être d'or à Éphèse et à Tralles, discuté infra.

22 Cf. provisoirement Allen 1983, 150-157.

23 Bull, ép., 1939, 400. Je n'examinerai pas le statut des cités déclarées libres ou sujettes des Attalides après Apamée et les relations qu'elles eurent avec les rois de Pergame : voir le toujours excellent ouvrage de G. Cardinali (1906), l'article d'E. Bikerman (1937) et le livre de Allen (1983).

24 L'identification de la “Mysie” restituée à Eumène II est problématique. Chr. Habicht (1956, 90 sq.) considère, comme d'autres avant lui, qu’elle est identique à la Phrygie Épictète. E. Schwertheim (1988) a proposé l'interprétation suivante. La Mysie en question serait la Mysie Olympène, incluant notamment des forêts royales (regiae silvae). Polybe et Tite-Live ont suivi deux traditions différentes : d’après l’une, cette Mysie avait été dérobée par Antiochos III aux Attalides (i. e. à Attale Ier, après 216 a.C.) ; d’après l’autre, elle l’avait été par Prusias. La deuxième tradition est inspirée par les événements postérieurs à 188 a.C. (occupation, entre 188 et 183, de la Mysie et de la Phrygie hellespontique, plus tard appelée Épictète, par Prusias). Les territoires contestés avaient subi plusieurs changements de souveraineté avant 188, mais à cette date, ils étaient indiscutablement sous l’autorité d'Antiochos III.

25 Hopp 1977, 102-106.

26 Pol. 21.33-40.2 ; Liv. 39.12-27.

27 Diod. 24.3.

28 Magie 1950,1, 30.

29 Hopp, 1977, 118-119.

30 Justin 36.4

31 Cf. les stratèges et l'έπὶ τῆς πόλεως : les uns étaient désignés ou agréés par les Attalides, déjà sous Eumène Ier (OGIS, 266 [Welles, RC, 23]) ; l'autre est mentionné dans le règlement des astynomes (Klaffenbaeh 1953, 1. 55 sq., p. 24), mais on ne sait pas si cette fonction requérait, comme celle des stratèges, à la fois l'intervention de la cité et celle du roi ; les prêtres des cultes royaux, qui figurent parfois dans l'intitulé des décrets de Pergame, étaient à l'occasion ou toujours des Amis : l'un d'eux pourrait être identifié avec Athènaios, fils de Sôsandros (Jacobsthal 1908, 375, no 1), qui était le petit-fils d'Athènaios I, cousin d'Eumène II et d'Attale II (Welles, RC, 65, 1 et 66, 5) et le fils de Sôsandros, σύντροφος de ces mêmes rois (RC, 66, 2-5 et Pol. 32.15.10). Pour les gymnasiarques, on peut seulement soupçonner qu'ils étaient personae gratae des rois, à Pergame comme dans d'autres cités attalides.

32 Cf. De Sanctis 1925. Il ne nous semble pas exclu que la guerre qui accabla la ville dont émane le décret pour Corragos fut celle de Prusias contre Eumène II entre 188 et 183, plutôt que la guerre antiochique.

33 M. Holleaux, BCH 1924 (Études II, 73-125 ; cf. SEG, 2, 663).

34 OGIS, 339, voté après 129 a.C.

35 Bengtson 1944, II. 227-9.

36 Knibbe 1972/5, 12-14, no 4. L'inscription a été reprise par Chr. Börker et G. Klaffenbach (IK, 12Ephesos II, 201), qui n'ont pas retenu l'accusatif proposé par P. Herrmann, SEG, 26, 1976-1977, 1238, au début de la 1. 7, et maintiennent le génitif πεδίου.

37 Une inscription trouvée au village d'Hamidiye (Méonie septentrionale) est datée de la quarantième année d'Eumène II, qui serait l'an 158 si l'on considère que la première année de son règne a été 198/7 (P. Herrmann, TAM. V.1, 486 b, cf. Petzl 1978, 263, n. 12 et SEG, 26, 1976-1977, 902).

38 Kearsley 1996. L’inscription, découverte sur le site même d'Olbasa (aujourd'hui Belenli) dans les années 1970, a été transportée en 1978 au Musée de Burdur, où elle se trouve maintenant.

39 Malay 1996 (paru en décembre 1996). J. Kubinska (1997) vient de publier une étude sur les ὀστοθῆκαι.

40 Str. 14.1.42. Sur la route reliant Tralles et d'autres villes de la moyenne vallée du Méandre à Ephèse, cf. Str. 14.1.38 et 2.29.

41 Rayet 1877 ; voir la pl. I avec vue sur la chaîne de la Mésogide depuis l'acropole de Tralles ; cf. Robert 1937, 416-417 et pl. VI, 2.

42 A la fin du xiiie s., les émirs turcs se taillèrent diverses principautés dans la vallée du Méandre. Tralles fut un temps Aydin Güzel Hissar, la Belle Forteresse de l'émir Aydin, comme le rappelle O. Rayet (1877, 36).

43 Rayet 1877, 33.

44 Rayet 1877, extraits et résumés tirés des p. 34-45.

45 Sur l'histoire de Tralles depuis les origines jusqu'à l'époque impériale, cf. l'exposé d'O. Rayet (1877, 57-116) ; Ruge 1936. Sous les Byzantins, Tralles fut le siège d'un évêché important. Aux siècles suivants, Tralles a subi plusieurs dominations, et a parfois été, comme l'on pouvait s'y attendre, le domaine de seigneurs (émirs ou pachas) pratiquement indépendants du pouvoir central. En 1946, G. E. Bean (1971, 211) ne trouva presque plus rien des vestiges de plusieurs sanctuaires découverts par Dorpfeld en 1888 ; le plateau était occupé par les militaires et par la suite à continuer à être utilisé comme champ de manœuvre.

46 Vitruve, De arch. 2.8.9 : Trallibus domum regibus Attalicis factam quae ad habitandum semper datur ei qui ciuitatis gerit sacerdotium. Cf. Pline, HN, 35.49 : Domum Trallibus regiam Attali.

47 Robert 1934 ; texte p. 279-280, 1. 10-12. Commentaire important sur l'épiclèse Σωτήρ attribuée régulièrement à Eumène II dans les villes du royaume, à partir de c. 183 : ibid., n. 1, P-284-285 ; cf. Robert 1937, 73 et 1962, 260, n. 1. Ce décret a été reproduit dans les IK, 36-Tralleis u. Nysa, no 23.

48 Robert 1962,1. 29-30.

49 Robert 1934, 287-291.

50 Drew-Bear & Le Rider 1991.

51 Le relevé fourni par G. Le Rider (1991, 361) est le suivant. Pergame : 90 coins de droit pour les tétradrachmes, 4 pour les didrachmes ; Tralles : 77 coins de droit pour les tétradrachmes, 20 pour les didrachmes, 12 pour les drachmes) ; Éphèse : 56 coins de droits pour les tétradrachmes, 4 pour les didrachmes, 7 pour les drachmes ; Apamée de Phrygie : 48 coins de droit pour les tétradrachmes, 3 pour les didrachmes ; Sardes : 15 coins de droits pour les tétradrachmes et 2 pour les didrachmes.

52 Le cas particulier de Tralles et d'Éphèse a été mis en évidence par G. Le Rider (1989).

53 Robert 1936, 94-97 (IK, 36-Tralleis u. Nysa, 33). M. Launey (1949/50) y voit tantôt des mercenaires séleucides, tantôt des mercenaires attalides, mais semble pencher plutôt en faveur de la seconde hypothèse (voir en particulier I, 73-74, 379, 392, 652). La mention d'un Calymnien à la 1. 19 permettrait, selon L. Robert, de fixer un terminus ante quem (l'incorporation de Calymna par Cos, vers 201 a.C.), mais des mercenaires ou des exilés de Calymna ont pu porter l'ethnique d'origine même après le rétablissement de l'homopoliteia entre Calymna et Cos.

54 Par exemple Sardis, 4 (décret pour Timarchos, fils de Ménédèmos, ancien ῥισκοφύλαξ d’Eumène II, nommé νεωκόρος d'Artémis sous Attale II).

55 Par exemple OGIS, 290 (Nakrasos) : dédicace pour Mènogénès fils de Mènophantos, connu par ailleurs comme ἐπὶ τῶν πραγμάτων d'Eumène II et vraisemblablement Pergaménien ; TAM, V. 1, 690 (Ioulia Gordos) : dédicace pour Eumène II, ses frères et sa mère de la part de Kléôn, fils d'Attinas, ἡγεμὼν Μυσῶν ; SEG, 33, 1983, 942 (Éphèse, entre 188 et 184 ?) : consécration d’un autel pour Eumène II et Stratonice ( ?) de la part d’Eisidôros (dont le titre de fonction est perdu), des hegemones et d'autres militaires. Ce personnage pourrait avoir été le prédécesseur de Démétrios à la stratégie d'Éphèse.

56 IG, XI.4,765 et 766 (vers 175 a.C.)

57 IG, IX.4, 512 A et Helly 1980, 299-301 (SEG, 31, 1981, 574) ; cf. Habicht 1987, 27, n. 27 (date du décret : 170 a.C.).

58 OGIS. 313.

59 Welles, RC, 51 ; cf. Segre 1935, 222-225 et Virgilio 1982, 136-140.

60 Welles. RC, 51.1. 18-19 et 1. 22.

61 Str. 13.4.13 : Τῷ φ δὴ Καϋστριανῷ πεδίῳ μεταξὺ πίπτοντι τῆς τε Μεσωγίδος καὶ τοὺ Τμώλου συνεχές ἐστι πρὸς ἕω τὸ Κιλβιανὸν πεδίον πολύ τε καὶ συνοικούμενον εὖ καὶ χώραν ἕχον σπουδαίαν. Sur ces questions, on consultera (avec prudence) les articles de Bürchner dans RE, 11 (1921), s.v. Kilbianoi et Κίλβις, col. 383-388. L. Robert a évoqué la région idyllique du lac de Gölçük (1962, 314, n. 5 et 315, n. 1 ; Doc. d'Asie Mineure, 308-310, avec photo). Le témoignage de Nicandre de Colophon (Ther., 633-635) est particulièrement intéressant, car ce lettré, prêtre d'Apollon Clarios, vécut probablement sous les derniers Attalides (cf. Gow & Scholfield, 3-8).

62 Malay 1996, 85.

63 Bull. ép., 1997, 526.

64 Si la terminologie administrative attalide peut paraître vague, il faut rappeler que les frontières géographiques et ethniques n'étaient pas bien tranchées dans ces contrées. Strabon considérait que la Mésogide s'étendait de Kelainai à Mycalè, et qu'elle était habitée par des Phrygiens, des Mysiens, des Lydiens, des Cariens et des Ioniens (13.4.12) ; il notait aussi que la plaine du Méandre était habitée par des Lydiens, des Cariens, des Ioniens (Milésiens et Myésiens) et des Eoliens de Magnésie (14.1.42).

65 Le titre de στρατηγὸς τῆς πόλεως pour un fonctionnaire royal est assez rare. Dans l'Asie hellénistique, on pouvait alléguer jusqu'à présent quelques exemples tardifs, sous les Tarkondimotides en Cilicie (Bengtson 1944, 261), sous Agrippa I et Agrippas II en Palestine (Bengtson 1944, 269), sous les Parthes à Doura-Europos (en union avec le titre d'ἐπιστάτης : Bengtson 1944, 298-304 ; sur la provenance incertaine d'OGIS, 254. cf. Sherwin-White 1982, 65-6) : selon H. Bengtson, il s'agit très probablement d'un titre hérité des institutions de la monarchie séleucide. Depuis peu, un στρατηγὸς τῆς πόλεως, mandaté par Mithridate VI Eupator, est apparu à Istros (dans une inscription qui sera publiée par Alexandra Avram). Le matériel est trop disparate pour pouvoir déterminer s'il s'agissait d'un commandement exceptionnel ou régulier : les deux cas sont attestés, et il put y avoir évolution de l'un à l'autre.

66 Hypothèse de Rigsby 1979.

67 Str. 14.1.24.

68 Hall 1986.

69 Cf. Kearsley 1996, 47.

70 Pol. 14.1.3.

71 Trogue Pompée, Prol., 34.

72 Str. 12.7.3. Il doit s'agir des rois de Pergame, conformément à un emploi caractéristique de Strabon.

73 Arr., An., 1.28.1.

74 Str. 14.4.1. Attale Il envoya aussi une colonie dans une petite ville proche d'Attaleia, Corycos, qu’il fit entourer d'une enceinte défensive.

75 TAM, III. 1, 9. Cf. Ameling 1995, KNr. 303 E et A, p. 377-378.

76 Kearsley 1996, 55.

77 Cf. L'excellente mise au point de J. Hopp (1977, 70-74).

78 Kearsley 1996, 52 et n. 58.

79 Ph. Gauthier a donné son avis au cours de son séminaire à l'EPHE, IVe section, puis dans le Bull, ép., 1997, 563 ; H. Müller, qui prépare une étude sur l'inscription d'Olbasa et d'autres inscriptions concernant les Attalides, m'a communiqué son opinion lors d'une conversation privée et par lettre.

80 Je considère qu'Attale II a commencé à régner en 158/157, c'est-à-dire lors d'une partie de la “quarantième” et dernière année de règne d'Eumène II (selon la chronologie établie par G. Petzl : cf. supra, n. 37). La nouvelle date de l'archonte athénien Tychandros par St. V. Tracy (1992, 311-312), fixée à 196 et non plus à 160/159 a.C., amène à reconsidérer la question de la corégence d'Eumène II et d'Attale, qui s'appuyait sur IG, II2, 953 et sur Syll. 3, 672.

81 Cette guerre est connue par plusieurs textes littéraires et épigraphiques (cf. Allen 1983, 136-144), dont une lettre d'Attale à Amlada (dans la Pisidie nord-occidentale) vers 160 a.C (Welles, RC, 54) ; cette ville pisidienne avait profité du déferlement, dans le royaume de Pergame, des Galates – ils poussèrent au moins jusqu'à Synnada, en Phrygie méridionale – pour se rebeller contre les Attalides.

82 Keil et al., no 75. Le site d'Algbadessos n'est pas localisé. Les sites d'Amlada et d'autres villes nommées dans les inscriptions 74 I-II-75 (Misthia, Oasada) se trouvent à l'extrémité nord-ouest de la Pisidie, près de la Lycaonie.

83 Hopp 1977, n. 80, 70-73 (avec réfutation de l’interprétation de J. Keil, qui a essayé d'attribuer l'ensemble du dossier d'Amlada à Attale III).

84 Kearsley 1996, 1.4-12 : ἐπεὶ Σώτ(α)ς Πατρόκλου πρότερόν τε γειlτνιῶν τῆι πόλει ἐγένετο τοῖς πολίταις εὔχρηστος ἐν τοῖς περιστᾶσι καιροῖς κατὰ τοὺν Πισιδικὸν πόlλεμον, ἀποδεχόμενος ἀεἱ τοὺς καταφεύγονlτας τῶν ὰνασωζυμένων πολιτῶν ἑκ τῶν πολεμίων, ποιούμενος καὶ μεταlδόσεις τοῖς έκπεπτωκόσιν, τοῖς τε τυὺ βασιlλέως πράγμασιν εὕνους γενόμενος I φανερὰν ἐποίησεν ἣν εἶχε [αἳρεσιν?], κτλ

85 Kearsley 1996. 1. 18-21 : ἐλέσθαι δὲ καὶ πρεσβεύτας πρὸς τὸν βαlσιλέα οἳτινες ἀφικόμενοι πρὸς αὺτὸν τό τε I ψήφισμα ἀπυδώσουσιν καὶ παρακαλεσοῦl[σι]ν τὰ ἐψηφισμένα κυρῶσαι.

86 Kearsley 1996, 1. 24-30 : Μῆνις καῖ Πίσδης οὕς ἀπεστάλκειlτε πρεσβεύτας άνεδωκάμ μοι δύο ψηφίσματα I [ἐ]ν οἶς ἐγεγράφειτε βουλόμενοι τιμῆσαι Άρίσταρχόν τε I τὸν στρατηγὸν καὶ Σώταν τὸν ἐπὶ τῆς πόλεως I ὑμῶν καὶ ἠξιοῦτε συγχωρῆσαι ὑμἳν ἐπεὶ οὗν καὶ αὐτ[οὶ] I κρίνομεν εἶναι αὐτοὺς ἀξίους, συντελεῖτε τὰ δεlδογμένα καθ’ ἃ πρυλέ[γετέ μοι],

87 Kearsley 1996, 54-55.

88 Kertész 1992, 2.

89 Bengtson 1944, 224-225.

90 C'est l’hypothèse de St. V. Mitchell (dans Mitchell et al., 170), qui propose également d'attribuer aux Attalides la construction de la forteresse d'Ören Tepe, dans le territoire d'Ariassos (ibid., 163-170).

91 Str. 12.7.3 ; 13.4.17 ; inscription d'Araxa (Pouilloux, Choix, no 4), qui date, selon A.N. Sherwin-White (1984, 50-51), de 156-154 a.C ; J. et L. Robert, Bull. ép. 1950, 183.

92 OGIS, 329,1. 51-53. Cf. Savalli-Lestrade 1996, 154-158.

93 Depuis M. Holleaux (1933, 217 = Études, III, 253), on a souvent cité OGIS, 268, parmi les documents où le titre d’ἐπιστάτης est attesté. Cette inscription, trouvée à Bakir, provenant d'une ville attalide de la plaine du Haut-Caïque dont le nom est inconnu (Nakrason, Akrasa, voire Stratonicée) est un bref décret daté de la première année d'un roi Attale (l'un des trois rois de ce nom : cf. L. Robert (1962, 36, n. 6 et Allen 1983, 105, n. 120). Mais ce témoignage est douteux : voir Savalli-Lestrade 1996, 154, n. 19 et 1998b, 381, n. 337.

94 Règlement des astynomes : voir supra, n. 31.

95 De même, Ikésios d'Éphèse, ὁ κατασταθεὶς ἐπ’Αἰγίνας (IG, II2, 992 et Add., 668) entre 192 et 174-158 a.C., était peut-être un ἐπιστάτης ou un ἐπὶ τῆς πόλεως : cf. Bengtson 1944, 242.

96 Cf. la mise au point de Peremans & Van't Dack 1968, part. 81-87.

97 Segre 1938, 182-208 ; meilleure édition du texte de l'inscription dans Maier, Mauerbauinschriftten, no 76. Cf. Bengtson 1944, 224 ; Corsaro 1980, 1200-1201.

98 Wörrle 1979 et J. et L. Robert, Bull, ép., 1980, 484.

99 J. et L. Robert, Bull, ép., ibid., fin de la note. Sur la question de Telmessos, des villages fortifiés (castra) et du domaine (ager) ayant appartenu à Ptolémée de Telmessos (le petit-fils du dynaste connu surtout par TAM, II. 1, no 1, (OGIS, 55) après le règlement d'Apamée (Liv. 37.56), cf. Wörrle 1978, 222.

100 Pour les ἔθνη : cf. l’inscription d'Ioulia Gordos publiée par Malay & Petzl 1984, avec le commentaire du Bull. ép., 1984, 384.

101 Corragos : cf. Holleaux 1924 (= Études, II, 117) ; Démétrios : accompagna Eumène II lors de la campagne en Thessalie, pendant la IIIe Guerre de Macédoine (décret de Larisa, cité à la n. 57). Cléôn (OGIS, 329) appartenait au corps des sômatophylaques d'Eumène II : ce titre renvoie peut-être à une fonction réellement exercée par Cléôn pendant son séjour à Pergame. Une inscription d'une κατοικία (attalide ?) dans le territoire d'Apollonia du Rhyndacos, qui pourrait dater du iie s. a.C, honore Asklépiadès, le stratège, et Zénon, fils de Simylos, τῶν δορυφόρων (Tanriver & Kütük 1996, no 1, P-100-101).

102 Voir OGIS, 290 ; TAM, V.l, 528, 543, 584, 486 b, 690 ; TAM, V.2, 1188, 1190 ; pour l'Ionie, voir la dédicace d’Éphèse citée à la n. 55. Nous ne savons pas comment la levée de l’armée attalide était effectuée, mais il est clair que les habitants des katoikiai pouvaient être envoyés combattre loin de chez eux : cf. OGIS, 330 (avec Robert 1962, 76-78) ; TAM, V.1, 444, 486b.

103 Voir la contribution de J.-L. Ferrary à ce séminaire, II. 1 (93-106).

104 Pour les cités, voir Holleaux 1924, 24-44 (= Études, II, 94-113) ; TAM, V.2, 1187 ; pour les villages, Welles, RC, 47 et l’inscription des Cardaques (supra, n. 97). Cette politique de soutien aux communautés sujettes n’est d’ailleurs pas spécifiquement attalide (comme avait pu le supposer M. Holleaux, loc. cit., 95-96) ; les Séleucides aussi ont alloué aux cités des fonds ἐκ τοῦ βασιλικοῦ : cf. Wörrle 1988, 459-460.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search