Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Première partie. Dynamiques et structures

La vallée du Méandre au iie siècle : relations entre les cités et institutions militaires

Patrick Baker

Texte intégral

  • 1 Pour le contexte politique et les préludes de la guerre, l'article de E. Bickerman (1932), bien qu’ (...)
  • 2 Cf. Pol. 21.24 ; 40-44 (négociations) ; 46 (clauses territoriales) ; Liv. 37.55.4-6 ; 38.37-39 ; Di (...)

1L'histoire du premier quart du iie siècle en Asie Mineure est dominée par les événements entourant la campagne d'Antiochos III contre Rome qui y jouait un rôle progressivement plus important. Au tournant du siècle, la “Guerre Antiochique”1 commençait et ne dura pas moins d'une dizaine d'années jusqu'à ce qu'en 189, l'armée romaine, commandée par le consul Lucius Scipion assisté de son frère Publius Scipion (dit l'Africain), infligeât à Antiochos une cuisante défaite à Magnésie du Sipyle. Les pourparlers de paix, tenus à Rome principalement et sous l'égide du proconsul Cn. Manlius Vulso, menèrent à la conclusion de la Paix d'Apamée en 1882.

  • 3 On sait ainsi que dans les premières années de cette guerre, en 196 a.C., Antiochos assiégea en vai (...)
  • 4 Par exemple Magnésie du Méandre, Liv. 37.45.1 (toujours libre après 188 : Tacite, Annales, 3.62) et (...)
  • 5 Pol. 21.24.6-8 ; Liv. 37.56. Cf. Bikerman 1937, spécialement 235-239 : “La condition des villes d’A (...)
  • 6 Les Colophoniens habitant Notion furent dispensés du tribut qu’ils devaient payer à Antiochos, de m (...)
  • 7 Les Clazoméniens reçurent un îlot appelé Drymoussa, en plus de la dispense de tribut (ibid).
  • 8 Le Sénat restitua un territoire dit sacré, “perdu au cours des guerres” Μιλησίοις δὲ τὴν ίερἁν χώρα (...)
  • 9 Elles furent gratifiées de territoires et d’honneurs pour leur attitude au cours de la guerre : Pol (...)
  • 10 Pol. 33.6 et 13.8.
  • 11 Pol. 21.45.7 : Ἁπέδωκαν [Manlius Vulso] δὲ καì Φωκαιεῦσιν τὸ πάτριον πολίτευμα καì τὴν χώραν, ἣν κα (...)

2Les cités côtières, dont naturellement celles de l'Ionie, furent parmi les principaux points stratégiques visés par les manœuvres du Séleucide. Le détail des événements nous échappe le plus souvent, à l'exception de mentions sporadiques chez Polybe et Tite-Live3. Les clauses territoriales contenues dans le traité d'Apamée, telles que rapportées par Polybe (et Tite-Live), présentent avec quelque détail le sort des cités grecques. Certaines d'entre elles, tombées de gré ou de force sous la dépendance d'Antiochos, étaient parvenues à se livrer aux troupes de Scipion avant la victoire de Magnésie du Sipyle. Elles furent favorisées par Vulso4. Celles qui ne recouvrèrent pas leur liberté firent l'objet d'un partage entre Eumène de Pergame et Rhodes5. Les auteurs évoquent explicitement ce qu'il advint de Colophon6, de Clazomènes7, de Milet8, de Chios, Smyrne et d'Érythrées9. On sait par ailleurs que Priène et Héraclée du Latmos étaient libres après 18810, et que, malgré ses nombreux changements de camp, Phocée ne fut pas pénalisée, car son ancienne constitution fut restaurée et le territoire qu'elle possédait auparavant lui fut rendu11.

  • 12 Je ferai ailleurs l’étude détaillée de l’ensemble de ces événements qu’il n’est pas utile ni possib (...)

3Les cités ioniennes se trouvaient, sinon au cœur, du moins mêlées de près aux événements opposant le Sénat aux ambitions d'Antiochos III. Contraintes de voir leur territoire visité par quelque armée étrangère, de fournir logement, approvisionnement ou soutien militaire selon le contexte du moment et ce que les grandes forces en cause leur imposaient, elles traversèrent indéniablement une période difficile. Mais cette grande guerre ne retenait pas seule l'attention des cités de la côte, dont l'activité civique et politique se poursuivait bon an mal an. Les documents épigraphiques heureusement nombreux sont là qui le prouvent. Plusieurs querelles locales subsistaient entre les cités et retenaient largement l'attention des corps civiques. Ceci conduit tout naturellement à se poser des questions. Qu'en était-il des conflits de portée locale, des petits accrochages qui constituaient, Louis Robert l'a souvent écrit, l'ordinaire des cités grecques, de ces conflits dont la documentation épigraphique témoigne abondamment à l'époque hellénistique : arbitrages portant sur des litiges frontaliers, conflits armés aboutissant à des traités de paix, des alliances militaires, etc. ? De plus petite dimension et impliquant certainement moins de moyens, ils n'en demeuraient pas moins très graves à l'échelle des cités puisqu'ils touchaient directement à l'intégrité de leur espace civique. Une série de documents, dont certains sont étudiés ailleurs dans cet ouvrage, permet de suivre les relations entre les cités de la basse vallée du Méandre sur une période d'environ 75 ans, soit depuis le dernier tiers du iiie s. jusqu'à la première moitié du iie s. Témoignant de conflits frontaliers à répétition, de guerres, d'alliances, cette riche documentation épigraphique, qui relate le plus souvent des événements isolés, certes parfois difficiles à rapprocher les uns des autres, offre la possibilité de se pencher sur l'existence de magistratures civiques liées à des tâches militaires et sur leur fonctionnement. Un de ces textes sert de point de départ à l'étude qui suit12.

  • 13 Pour la chronologie des stéphanéphores milésiens, cf. Wörrle 1988, 428-448 (SEG, 37, 1987, 984) et (...)

4Le traité de paix conclu dans les années 184-180 a.C.13 entre les cités de Milet et de Magnésie du Méandre et leurs alliées respectives, Héraclée du Latmos et Priène, mettait fin à une guerre dont nous ne savons guère plus que ce qu’il est possible de déduire des clauses contenues dans le traité lui-même, dont l'essentiel consiste en un arbitrage au sujet d'un territoire en litige entre les deux cités. Le territoire, dit de la “Pérée”, était probablement en tout ou en partie ce que les cités de la basse vallée du Méandre revendiquaient depuis plusieurs décennies. En effet, un dénominateur commun lie la majorité des documents au traité de paix. La guerre entre Milet et Magnésie avait pour cause la revendication de terres arables situées à la limite des deux cités, en pleine vallée du Méandre. Pour ces terres, Priène et Magnésie avaient été en conflit. Priène et Milet, puis Milet et Héraclée-du-Latmos l'avaient été également. L'implantation de colons-soldats crétois par Milet dans le dernier tiers du iiie s. avait aussi causé des problèmes tant aux Milésiens qu'aux Crétois au moment où le territoire passait aux mains des Magnètes à la suite d'une intervention de Philippe V (201 a.C.). Dans le jeu complexe des relations entre les cités, les ennemis d'hier devenaient souvent des alliés avant qu'un nouveau différend ne les désunisse. Un des intérêts de ce texte est qu'il offre l'occasion de se pencher sur la question des institutions militaires dans les cités hellénistiques. Aborder le thème de la guerre conduit inévitablement à aborder celui de la capacité militaire des protagonistes. Cette capacité militaire s'entend ici du point de vue institutionnel, car il demeure difficile de mesurer les moyens matériels déployés par les cités à cette époque. On peut cependant se demander s'il existait toujours, à l'époque hellénistique, au nombre des institutions civiques, un domaine réservé aux affaires militaires, aux affaires de la guerre, τὰ πολεμικά comme l'écrivait Aristote au sujet d’Athènes à l'époque classique.

5A la suite de l'arbitrage frontalier, le traité compte sept clauses, les serments et, enfin, l'arrêté officiel de la date d'entrée en vigueur de la convention, conformément au calendrier civique de chacune des deux cités. L'ensemble de ces clauses marque nettement le souci des ambassadeurs et des délégués de chaque cité d'éviter l'explosion d'un nouveau conflit entre les deux cités ou, de manière plus limitée, entre des particuliers. Une des clauses du traité concerne toutes les personnes qui avaient pris part à la guerre en exerçant un commandement ou de toute autre façon. Elle prévoyait en effet l'immunité et l'amnistie d'abord pour les officiers qui avaient servi dans les armées des deux cités en guerre, et dans celles de leurs alliées, ainsi que pour d'autres catégories de combattants. Voici ce que dit le texte :

“Que tous ceux qui sont généraux ou ont été généraux ou qui ont exercé un commandement ou qui ont collaboré avec n'importe quelle cité parmi celles mentionnées ci-dessus, ou qui ont combattu de quelque manière que ce soit, aient tous l'immunité et l'amnistie pour ce qu'ils ont fait durant la guerre, et qu’ils ne subissent pas d'accusations publiques ni privées à propos d’aucun des événements qui se sont passés, jusqu'à l'entrée en vigueur du traité (1. 59-64)”.

Cinq expressions différentes sont employées pour désigner les personnes concernées : le substantif στρατηγ[έ] Image 10000000000000060000000F2C0DAB6D.jpgαι (verbe εἶναι sous-entendu) et le verbe στρατηγέω au parfait actif pour ceux qui “sont ou ont été généraux” ; également au parfait les verbes ἡγέομαι pour ceux qui “ont exercé un commandement”, συνεργέω pour “ceux qui ont collaboré avec les cités, ou assisté les cités” et, enfin, συμμαχέω, pour ceux qui ont combattu avec les cités, avec la suggestion que ce fût en vertu d'une alliance. L'observation qui vient en premier à l'esprit est que la clause traduit une volonté de précision de la part du rédacteur, et ce bien que les expressions soient suffisamment vagues pour que tous s'y reconnaissent. Devant la difficulté de nommer par leur titre tous les officiers supérieurs ou subalternes en service dans les deux cités adverses et leurs alliées, l'emploi du substantif, puis des verbes στρατηγέω et ἡγέομαι permettait une formulation en termes généraux qui rejoignît facilement le lecteur de l'une ou l'autre cité. Ainsi, ils ne correspondent pas aux titres de stratèges et d'hégémôn, par ailleurs attestés dans certaines cités ioniennes mais non dans les deux cités principalement concernées par le conflit. C'est dans leur sens le plus large que ces termes doivent être entendus : l'amnistie s'appliquait à tous les magistrats militaires qui avaient pris part au conflit, quel qu'en fût le titre ou le rang.

  • 14 La traduction de P. Herrmann (cf. lemme de l'inscription en appendice) ne présente pas exactement c (...)

6La seconde remarque concerne le premier terme de la clause. On s'étonnera en effet de la syntaxe employée ici ; au lieu de retrouver deux fois le verbe στρατηγέω, au présent puis au parfait (ἐστρατηγήκασιν), c'est d’abord un substantif apparenté puis un verbe. Naturellement, le verbe εἶναι est à sous-entendre à la suite de στρατηγέται de manière à respecter la construction de la proposition et à fournir le sens qui est clair : “que tous ceux qui (ὁπόσοι) sont généraux actuellement et tous ceux qui ont été généraux au cours de la guerre”. Le présent et le parfait s'expliquent d'eux-mêmes et apportent une précision complémentaire : la guerre dura assez longtemps pour que les citoyens en fonction fussent remplacés quelques fois, mais elle était terminée depuis peu de temps, puisque les magistrats en charge, à ce moment, avaient connu les derniers moments de la guerre14. Sans pouvoir en identifier le détail, on peut déduire de cette clause la présence, dans les cités de Milet, Héraclée-du-Latmos, Priène et Magnésie, de collèges de citoyens remplissant des fonctions militaires à des niveaux variables d'autorité. Les nombreux témoignages épigraphiques conservés renseignent sur la présence de tels collèges.

  • 15 H. Müller leur a consacré plusieurs pages dans son étude sur les décrets hellénistiques à Milet (19 (...)
  • 16 F. Schehls, ibid., donnait pour limite inférieure le traité entre Milet et Héraclée du Latmos, mais (...)
  • 17 Milet, I.3 (Delphinion), 143 et 146. F. Schehls, ibid., écrivait à propos du titre de ce collège : (...)
  • 18 Cf. Robert 1933, 517-539 (= OMS, I. 485-507). Le témoignage le plus tardif (Zolotas 1908,225, n° κθ (...)
  • 19 IPriene, 4.
  • 20 IPriene, 18, les trois sont inscrits sur la même stèle (Gauthier 1980).
  • 21 Au nombre des tâches évoquées, citons la proposition de décrets devant l'assemblée, l'annonce publi (...)

7A Milet, les stratèges, qui sont attestés jusque dans les dernières années du ive s., furent peut être remplacés dans leur fonction à la période hellénistique par les “préposés à la défense” (οἱ ἡιρημένοι ἐπὶ τῆι φυλακῆι). Ce collège constituait aux IIIe et IIe s. a.C. l'instance civique et politique suprême à Milet15. En fait, il n'est attesté qu'entre l'année 262/261 a.C. (traité entre Milet et Ptolémée II : Milet, I.3 (Delphinion), 139 ; Welles, RC, 14) et les années 180 a.C. (traité de paix entre Milet et Magnésie)16. On ne connaît des préposés à la défense que des fonctions administratives (proposition de décrets, etc.), mais le titre lui-même suggère qu'ils étaient en charge aussi des affaires militaires, tout au moins de celles qui concernaient la défense de la cité. Deux documents montrent qu'ils avaient la responsabilité de l’escorte d'ambassadeurs venus pour discuter des termes d'un accord avec le peuple de Milet : on peut en déduire qu'ils exerçaient une autorité sur les effectifs civiques disponibles17. Du côté de Magnésie, le collège des polémarques figure dans quelques textes de la fin du iiie s. jusqu'au milieu du iie s. a.C. Dans tous les cas, ils n'y remplissent pas de tâches explicitement liées aux affaires militaires, mais cela peut n'être imputable qu'à l'état lacunaire de la documentation magnète, du moins en ce qui concerne les institutions de la cité. Dans une autre cité ionienne, Chios, les polémarques occupaient la fonction de magistrats généraux ; c'est ce que Louis Robert a bien montré en réalisant l'étude des documents pertinents qui s'échelonnent de la fin du ive s. jusqu'à l'époque impériale18. Les stratèges priéniens sont présents dans un peu moins d'une quinzaine de textes des IPriene, depuis le iiie s. jusqu'au début du ier s. a.C., toujours constitués en collège. Les plus anciens témoignages datent du premier tiers du iiie s. Notons, entre autres, le décret pour Apellis19 qui avait rempli la fonction de secrétaire des stratèges pendant quatorze années avant d'exercer le commandement de la citadelle de Télôneia, et les trois décrets pour Larichos, où les stratèges sont responsables de la préparation et de l'érection de la statue honorifique de l'officier séleucide (décret A), et auteurs de la proposition du second (décret B)20. Mais c'est au second siècle qu'appartient la majorité des textes. Le collège des stratèges y accomplit des tâches exclusivement administratives, ce qui ne signifie pas qu'il n'avait aucune prérogative en matière militaire21.

  • 22 A Érythrées, ce sont trois collèges de neuf stratèges qui se succédaient au cours de la même année. (...)

8La lumière qu'apporte le matériel épigraphique des cités du Bas Méandre, comme des autres cités ioniennes22, ne suffit donc pas à éclairer le problème de l'identification spécifique des magistrats généraux dans le traité de paix Milet-Magnésie du Méandre. D’autres découvertes permettront peut-être, le moment venu, de donner de nouveaux éclairages sur les magistrats militaires de ces cités.

  • 23 IMagne sia, 14, 1. 10.
  • 24 IMagnesia, 98 (Syll.3, 589 ; Sokolowski, LSCG, p. 88-92, no 32), 1. 21-31.
  • 25 IK, 11/1-Ephesos, 8,1. 46 sq.
  • 26 M. Holleaux, Études, III, p. 3, n. 2.

9Vraisemblablement en nombre supérieur, les magistrats subalternes sont pour leur part moins bien connus et moins bien identifiés. La fonction proprement dite d'hégémôn est attestée à Magnésie par un seul document qui se présente comme une loi polémarchique dont la mauvaise conservation de la pierre interdit toute interprétation23. Pourtant, l'hégémôn est absent de la liste de magistrats dans le décret pour les célébrations en l'honneur de Zeus Sôsipolis voté à la fin de la guerre entre Milet et Magnésie ; ce décret énumère les principaux magistrats civils, militaires et religieux de Magnésie (aux environs des années 185-180 a.C.)24. Ailleurs en Ionie, une loi pour des mesures d'urgence votée à Éphèse à la basse époque hellénistique mentionnait des hègémônes25. Alors que la cité était en guerre contre Mithridate, ce sont eux qui étaient responsables du recrutement d'effectifs supplémentaires. Selon M. Holleaux, “l'ἡγεμών était un officier de troupe, de grade plus ou moins élevé, spécialement affecté, semble-t-il, au commandement de l'infanterie”26. Dans notre texte, le verbe ἡγέομαι vaut donc pour toutes les catégories d’officiers subalternes, c'est-à-dire toute personne qui avait exercé un commandement au cours de la guerre sous l'autorité supérieure d'un magistrat général. Là s'arrêtent les remarques au sujet de cette catégorie d'officiers, car si les documents épigraphiques permettent de connaître l'existence des magistrats responsables en matière militaire, ils restent le plus souvent muets au sujet des officiers subalternes qui existaient nécessairement. A Milet, par exemple, ils n’ont laissé aucune trace.

  • 27 Cf. le traité entre Rhodes et Hiérapytna, Syll.3, 581, 1. 51-55 : καὶ εἴ κα συνιστᾶται | λᾳστήρια ἐ (...)
  • 28 Cf. IPriene, 17 et Baker 1992, 30-35, no 2.
  • 29 Je reviendrai ailleurs sur l'ensemble du dossier concernant la possession des territoires situés da (...)
  • 30 Des métèques ne comptaient-ils pas parmi les effectifs athéniens au cours de la guerre du Péloponnè (...)

10Mais l'apport fondamental de la clause d'amnistie est qu'elle confirme que les personnes concernées, au moins les magistrats et une partie des combattants, étaient citoyennes de la cité pour laquelle elles avaient combattu. En effet, on en voit peu l'utilité si l'effectif des cités était uniquement composé de troupes mercenaires. La catégorie désignée par l'expression plutôt vague de “ceux qui ont collaboré” – le verbe συνεργέω – appelle, quant à elle, une interprétation particulière que les parallèles ne permettent guère de préciser27. On peut y voir soit les citoyens eux-mêmes, qui auraient donc combattu dans le rang, ce qui est le plus probable, ou seraient intervenus à titre individuel – pensons par exemple à l'action de Sôtas à Priène au moment de l'invasion galate ou à celle de Dioklès à Halasarna de Cos, lors de la première guerre crétoise –28, soit les autres habitants de la cité qui auraient participé aux combats, sans nécessairement faire partie de la milice civique, ou être investi d'un commandement. On peut y voir, enfin, des chefs de troupes mercenaires recrutées par l'une ou l'autre cité. Est-il besoin de rappeler que Milet disposait d'importants effectifs crétois installés sur le territoire de Myonte, en pleine vallée du Méandre, depuis plus d'une trentaine d'années au moment du conflit ? D'ailleurs, comme semblent l'indiquer les clauses territoriales du traité de paix, c'est peut-être le territoire occupé en partie par les Crétois qui était au cœur du conflit29. Il va de soi que la présence simultanée de citoyens, d'habitants non citoyens et de mercenaires dans les troupes de chaque cité était tout à fait possible30.

11Une autre clause du traité de paix fournit un renseignement supplémentaire sur la participation civique aux affaires militaires :

  • 31 Sur le terme αἰχμάλωτος, cf. Ducrey 1968, 16-20 : il désigne à l'origine le prisonnier puis, gradue (...)

“Pour tous les prisonniers31 de condition civique capturés pendant la guerre et qui sont en prison à Magnésie, à Milet, à Héraclée ou à Priène, que chaque cité en rende le même nombre par l'intermédiaire des ambassadeurs envoyés en vue de la conclusion de l'accord ; le peuple des Magnètes a gracieusement remis aux Rhodiens sans rançon les prisonniers milésiens en excédent ; et ceux qui sont prisonniers auprès de particuliers magnètes, priéniens, milésiens ou héracléotes, que les Magnètes les fassent libérer contre rançon si ce sont des Milésiens ou des Héracléotes à Magnésie ou à Priène, et que les Milésiens les fassent libérer contre rançon si ce sont des Magnètes ou des Priéniens à Milet ou à Héraclée… (1. 64-72)”.

  • 32 Bielman 1994, 295-296 et 301-302 pour la seconde catégorie de prisonniers.

12Au lendemain de la guerre, beaucoup de prisonniers étaient détenus dans chacune des cités. Leur sort n'était pas assuré ; il était donc impérieux, afin de préserver la paix conclue, de rapatrier chez eux les combattants tombés aux mains de l'ennemi et de faciliter le retour des autres captifs. Comme l’a expliqué A. Bielman, le texte distingue les prisonniers capturés “les armes à la main” et les civils détenus comme esclaves par des particuliers, sans doute à la suite d’une vente publique32. L'intercession des ambassadeurs dans le processus de remise en liberté ne paraît concerner que les prisonniers de guerre, c'est-à-dire les soldats. Naturellement, il ne s'agit ici que des soldats citoyens des cités traitantes. Bien que la clause ne permette pas d'évaluation quantitative, elle confirme que chaque cité devait disposer d'effectifs majoritairement civiques. Tout au plus sommes-nous renseignés sur le fait que les Magnètes détenaient un plus grand nombre de prisonniers, ce qui suggère évidemment que l'issue de la guerre leur avait été favorable.

  • 33 Robert J. et L. 1976, 153-235.

13Il faut puiser dans le reste de la documentation épigraphique disponible pour détecter d'autres magistratures militaires, car plusieurs documents confirment l'existence de magistratures militaires assumées par des citoyens tout comme la participation des citoyens à une milice civique. La connaissance de ces diverses charges civiques militaires est assez inégale : ici, seul le titre est connu, ailleurs, un texte permet de comprendre tout le fonctionnement de la magistrature. La charge de phrourarque, c'est-à-dire de commandant de fort, est par exemple mieux connue depuis la découverte et l'étude, par J. et L. Robert du décret concernant l'incorporation de Kyrbissos par la cité de Téos33.

  • 34 Milet, I.3 (Delphinion), 143,1. 29-31.
  • 35 Milet, I.3 (Delphinion), 146.1. 38-40.
  • 36 Milet, I.3 (Delphinion), 150 (Syll.3, 633), 1. 50-52.
  • 37 Milet, I.3 (Delphinion), 37d, 1. 65-67

14Précisément, l'exemple du phrourarque dans la cité de Milet illustre le caractère typique des institutions civiques grecques que possédait cette fonction. La charge de phrourarque et un service de garde effectué par les citoyens (phylakè) font l'objet d’une clause spéciale dans une série de traités conclus entre Milet et des voisines plus ou moins éloignées. Ces textes sont tous de la fin du iiie et du début du iie s. Il s'agit des traités d’isopolitie avec Séleucie-Tralles34, ville de la moyenne vallée du Méandre, avec Mylasa en Carie35 et, surtout, du traité d'alliance avec l’autre cité du golfe Latmique, Héraclée du Latmos36. La clause prescrit que les ressortissants de l'autre cité souhaitant devenir citoyens de Milet pouvaient le faire en suivant la procédure habituelle et qu'ils auraient accès à tout ce à quoi avaient accès les citoyens milésiens, c'est-à-dire aux privilèges et aux droits civiques, et à la participation aux charges. Une seule exception cependant : la charge de phrourarque et la participation au service de garde dans les forts n'étaient accessibles qu'après un délai de dix ans. La clause, bien qu'elle concernât des étrangers éventuels nouveaux citoyens, confirme d’une part l'existence d'un système de défense de la ville et du territoire organisé par le corps civique et, d'autre part, la participation du corps civique à ce système. En outre, le délai de dix ans, que l'on pourrait qualifier de délai probatoire, montre bien l'importance vitale de ces tâches aux yeux des Milésiens. La cité ne pouvait ni ne devait, en aucun cas, être défendue par des étrangers dont l'attachement à la cité n'était encore solidement garanti. A cet égard, il est intéressant de noter, d'autres l'ont fait avant moi, que le même délai imposé aux colons-soldats crétois implantés sur le territoire milésien au dernier tiers du iiie s. était de vingt ans, signe patent de la méfiance qu'avaient les Milésiens envers ces guerriers à la mauvaise réputation37.

  • 38 Ibid., 149.

15Un autre document de Milet, le traité de sympolitie avec Pidasa38, comportait quelques dispositions similaires à celles mises en œuvre par Téos lors de l'incorporation de Kyrbissos. Il confirme également la participation des citoyens à la défense et à l'occupation des forts :

πέμπειν δὲ Μιλησίους εὶς Πίδασα τὸν λαχόντα τῶν πολιτῶImage 10000000000000090000000F0A7F4065.jpg
[16] φρούραρχον καὶ φρουρούς, όσους ἂν ικανοὺς εἶναι φαίνηται, καἰ προνοεῖν, ὅπωImage 10000000000000070000000FF87D3612.jpg ὰ τείχη έπισκευάζηται καὶ κατά χώραν μένηι, καὶ τῆς φυλακῆς ἐπιμελεῖσθαι, καθότι ἂν κρίνωσι συμφέρειν κτλ.

“Que les Milésiens envoient à Pidasa le phrourarque désigné par le sort parmi les citoyens et des garnisaires aussi nombreux que nécessaire, et qu'ils prennent soin que les remparts soient restaurés et qu'ils restent en l'état, et qu'ils veillent à la garde, de la manière qu’ils jugent profitable.”

  • 39 Deux exemples d'époque tardive dans la Syll.3 : 974, 1.1-10 et 1109, 1.125 (cf. n. 62 de W. Dittenb (...)
  • 40 Cf. IG, II2, 659,1. 9-10 (Syll.3, 375) : oἱ ἀστυνόμοι οἱ ἀεὶ λανχ[ά]|νοντες ; etc.
  • 41 Cf. Syll.3, 158,1. 5-7 : τὸς πρυέδροlς oἳ ἂν λάχωσι προεδρεύειν εἰς τὴν πρώτην ἐκκλησίlαν. Dans les (...)
  • 42 Formule ἕλαχε φυλᾶς (ou φυλήν)..., χιλιαστύν, etc.

16Ceci conduit à une dernière remarque portant sur une caractéristique institutionnelle de la charge de phrourarque à Milet. Dans ce texte, comme dans les traités mentionnés ci haut, il est clair qu'une procédure par tirage au sort intervenait dans l'attribution de la charge de phrourarque et dans l'affectation des citoyens au service de garde. En effet, le sens des verbes συγκληρόω et λαγχάνωt ne fait pas de doute, bien que le premier apparaisse plus rarement dans sa forme composée39. Le second est presque banal lorsqu'il est question de magistrats tirés au sort, comme le phrourarque envoyé à Pidasa (ὁ λαχὼν τῶν πολιτῶν φρούραρχος)40, ou de membres d'un collège tirés au sort pour effectuer une tâche précise41 ou, enfin, dans les décrets honorifiques octroyant la citoyenneté, pour désigner les subdivisions civiques attribuées par le sort à la personne honorée42.

17Le cas mérite d'être noté car il est à ma connaissance le seul où une cité confiait le commandement de ses forts à des citoyens choisis par tirage, sans qu'il y ait eu apparemment de restrictions limitant le groupe de citoyens susceptibles d'être désignés par le sort. Mais était-ce la charge elle-même qui était attribuée ainsi ? Les Milésiens éligibles faisaient peut-être partie d'une catégorie prédéfinie de citoyens. Seulement, si tel était le cas, une clause plus précise serait attendue, surtout dans des traités d'isopolitie susceptibles d'attirer depuis les cités contractantes des gens dépourvus de ressources et convaincus que l'importance commerciale de Milet et l'affluence de son port seraient pour eux l'occasion d'améliorer leur sort. Mais la première partie de la clause, qui indique que les autres magistratures étaient “accessibles aux nouveaux citoyens comme à tous les autres citoyens”, invalide cette hypothèse : tous les citoyens étaient éligibles aux charges civiques. Il reste, dans le cas de la garde des forts, le délai de 10 ou 20 ans qui représentait la seule garantie de la fidélité des nouveaux citoyens.

  • 43 Milet, I.3 (Delphinion), 33a : γνώμηι συνέδρων τῶν αἱρεθέντων avec liste des noms ; ibid, 147, 149, (...)
  • 44 Ibid., 145 (fondation d'Eupolémos), 1. 12-13, τοὺς δὲ ταμίας ἀποδιδόναι παραχρῆμα τοῖς ἐπὶ τῆς δημο (...)
  • 45 Migeotte, Emprunt public, no 96, 1. 20-21, cf. p. 303-304 : dans ce cas précis, il n’était naturell (...)

18En réalité, l'utilisation du tirage au sort dans la procédure d’attribution intervenait certainement au moment de l'affectation à un fort en particulier des phrourarques désignés et des gardes constituées. Dans ce cas, de quelle manière étaient-ils choisis ? Il faudrait se pencher sur les modes de désignation des autres magistratures civiques, mais si l'on connaît l'existence d’un grand nombre d'entre elles, leurs caractéristiques et leur fonctionnement restent la plupart du temps peu ou mal connus. Certes quelques passages font penser que la désignation de certains magistrats se faisait autrement que par tirage au sort : le titre même des magistrats généraux, οἱ ἡιρημένοι ἐπὶ τὴν φυλακήν avec l'utilisation du verbe αἱρεῖσθαι en est le meilleur exemple, auquel s'ajoutent ceux de plusieurs propositions de décrets émanant de membres “choisis” du collège des synèdres43, des fonctionnaires responsables de la banque publique44 et, enfin, dans le décret en l'honneur de Cnide, la mention du choix à faire (ἑλέσθοαι) de 75 conseillers pour la rédaction des honneurs à rendre au peuple de Cnide, puis, à nouveau, du choix (ἑλέσθαι) de 75 citoyens “qui donneront leur caution et fourniront les garanties aux prêteurs (cnidiens) au nom du peuple”45.

  • 46 Un principe similaire d'impunité s'observe dans plusieurs processus de paix de notre époque, qu'ils (...)

19Le conflit, qui avait suscité de grandes haines entre Milet et Magnésie de même que l'implication de deux autres cités, avait duré longtemps et causé des torts considérables aux populations et aux établissements civils de part et d'autre ; les déplacements de troupes, la présence parfois indésirable de militaires alliés sur le territoire causèrent des soucis et des désagréments, en plus des vicissitudes d'une période de crise faite de revers plus que de succès pour les populations paysannes. Le traité de paix mettait officiellement un terme aux querelles entre les cités ennemies. Mais cette décision politique n'étouffait certainement pas les inimitiés que la guerre avait suscitées localement. Afin de préserver la paix, il était impératif de protéger par des mesures spéciales tous les citoyens qui avaient joué un rôle au cours de la guerre, que ce fût à titre individuel ou en tant que magistrat. Ainsi, la clause d'immunité et d'amnistie protégeait les officiers supérieurs ou subalternes de chaque cité, ou toute personne impliquée dans le conflit, qui risquaient d'être la cible de procédures judiciaires ou de règlements de comptes après être retournés à leurs occupations habituelles, ce qui présentait le risque d'entacher la paix conclue ou d'aboutir à un nouveau conflit. La volonté de restaurer un climat de paix et de confiance entre les cités naguère ennemies et d'asseoir leurs relations à venir sur une base saine apparaît clairement. Le traité de paix mettait fin à la guerre entre des Etats, mais par cette clause, ceux-ci acceptaient officiellement de fermer les yeux sur les actes de ceux de leurs ennemis qui avait participé concrètement à la guerre46.

20Il n'a pas été possible d'étudier ici en détail toutes les magistratures militaires de chacune des cités concernées par le traité de paix entre Milet et Magnésie. Le cas des magistrats généraux et l'exemple du commandant de fort milésien montrent cependant bien l'intérêt et l'importance de l'étude des magistratures militaires dans les cités hellénistiques pour une meilleure compréhension du fonctionnement de ces cités, à une époque où elles paraissent trop souvent laissées pour compte dans le jeu des grandes puissances. Comprendre l'organisation des magistratures militaires, réussir à en identifier éventuellement les limites, permet de mieux saisir la place des cités grecques dans le monde hellénistique en même temps que se fait une lumière nouvelle sur les relations qu'elles avaient entre elles. A plus grande échelle, l'étude de cet aspect de la vie institutionnelle permet de poser, voire de poser à nouveau ou en de nouveaux termes, la question de la vitalité politique et civique des cités hellénistiques, qui n'est certes plus à débattre, mais qui reste à explorer et à mieux connaître en plus d'un domaine.

Annexes

Appendice Épigraphique

Le traité de Paix entre Milet et Magnésie-du-Méandre (sept.-oct., entre 184 et 180 a.C.)

Long texte conservé sur quatre fragments dont trois jointifs. Mesures de la stèle reconstituée avec les trois premiers fragments : h. (jusqu’à la 1. 53) 137 cm ; 1. en haut ca. 54 cm, en bas (vers la 1. 48) 63 cm ; ép. 16 cm ; fragment du bas (légèrement décalé par rapport aux trois autres) h. 39 cm ; 1. 50 cm ; lettres en haut 1,1 cm, en bas 0,7 cm, titre 1,7 cm ; interl. 0,5 cm. (dessin de la stèle reconstituée : Milet, 1.3 (Delphinion), p. 341).

Éd. H. Mezger, Inscriptio Milesiaca de pace cum Magnetibus facta, Diss. Munich, 1913 ; A. Rehm, Milet, 1.3 (Delphinion), 148 avec photographie d'estampage (fig. 85,1. 23 à 32) et comm. (Syll.3, 588 ; G. Daverio-Rocchi, Frondera e confiai nella G recia Antica, 1988, 126-129, no 11, 1.28-38 avec trad. ital. ; S. Ager, Interstate Arbitrations in the Greek World, 1996, 292-296, no 109, texte grec seul).

Cf. U. v. Wilamowitz, GGA, 1914, 94 ; L. Robert, Anatolia, 4, 1959. 16-17, n. 52 (= OMS, III, 1438-1439) = SEG, 19, 1963, no 677 ; L. Robert, BCH, 108, 1984, 527, n. 167. — Pour la chronologie des stéphanéphores, M. Wörrle, Chiron, 18, 1988, 428-448 (cf. SEG, 37, 1987, 984) et pour la nouvelle datation, R. M. Errington, Chiron, 19, 1989, p. 279-288 (cf. SEG, 39, 1989, 1254 et Bull, ép., 1990, 281, p. 483). — Texte traduit in St. M. Burstein, The Hellenistic Age from the Battle of Ipsos to the Death of Kleopatra VII, Translated Documents of Greece and Rome, III, 1985, 48, no 37 ; P. Herrmann, Milet, VI.1, 182-184, traduction allemande et notes.

§1

Συνθῆκαι Ṃ[ιλ]ησίων καὶ ΜαImage 10000000000000080000000F23174111.jpg[νήτων]

Image 100000000000000B0000000F6D86F716.jpgγαθῆι τύχηι ἐπὶ τοῖσδε συ[νε]λύθησαν Μάγνὴτες καὶ ΜιλImage 10000000000000070000000F1DDC9A63.jpg[σιοι]
Image 100000000000000A0000000F008000A5.jpgυνλυσάντων αυτοὺς τῶν π[αρα]γεγενημένων πρεσβευτῶν Image 10000000000000110000000FE9AC6973.jpg[]

4

[κ]αταστησάντων εἰς τὴν έξ άImage 10000000000000100000000F43A9DD65.jpg[ῆς φι]λίαν ἀπό μὲν τῶν πόλεων Image 100000000000000A0000000FF99913C1.jpg[ο]-
[
δ]ίων Φιλοστράτου τοῦ Image 100000000000000B0000000FE15779DF.jpg[…]ω[…….]Image 100000000000000E0000000FEF19AE22.jpg τοῦ Σωσικράτους, καθὑοθεσί[αν δὲ]
[
Β]άτωνος, Νικοστράτου [τοῦ Τ]ειImage 10000000000000090000000F65768844.jpgύλου, [θ]ηναίων Ἀλεξίωνος τοῦ)
Σπευσίππου Ἀζην|ιέω]ς, Θεο[κ]Image 100000000000000C0000000F91B6870B.jpgίους [το] Δεξιθέου ΦImage 10000000000000160000000FC75462BC.jpgσίου, Θεοπό[μ]-

8

[π]Image 10000000000000080000000F06E8831F.jpgυ τοῦ Δημοκλείους Image 10000000000000070000000F3A10F05C.jpg [Κο]Image 10000000000000150000000FB61C7C21.jpg(έ)Image 10000000000000100000000F6C0C2CA0.jpg, Image 10000000000000130000000F93BC78EB.jpgδ[ίων Π]τολεμαίου τοῦ Image 10000000000000150000000FDAAC682F.jpg[….],
[
Ἀρ]χεστράτου το[ ]Image 10000000000000130000000F74E9BCE7.jpgδάImage 10000000000000070000000F9B978D1C.jpgου, [Μυ]νδίων [……12……]Image 10000000000000070000000F4386E9A1.jpgυς, ΉγImage 10000000000000060000000FBF4D3397.jpgμο[ν]ο[ς τοῦ… ]-
[
]Image 100000000000001D0000000FB4FB60D5.jpg, Σαμίων Θεομνήστου το[] Ἀλέξο[υ, — — un nom + patronyme — —,]
[
Σ]τησαγόρου τοῦ Θεσαλοῦ, Ἀλικαρνα[σσέων, — — un nom + patronyme — —,]

12

[Θ]εομνήστυυ τοῦ Ίεροκλείους, ΠαυImage 10000000000000120000000F53C150F6.jpg[νίου τοῦ — — patronyme — —, Καυ]-
[
ν]ίων Διονυσικλείους τοῦ Όλυμπίχο[υ, — — un nom + patronyme — —. Ία]-
[
σ]Image 10000000000000060000000FE7E91018.jpgων Ἀπολλώνίου τοῦ Νυσίου, Ίάσο[νος τοῦ Διονυσίου],
[
Ύ]Image 10000000000000080000000F681CC429.jpgσαλδώμου τοῦ Εἰρηναίου, Τηΐω[ν — — un nom + patronyme — —,]

16

[]ντιπάτρου τοῦ Νυμφοδώρου, Κυζι[κηνῶν — — un nom]
[
τ]οῦ Ἀντικράτου. Ἀχαιοῦ τοῦ Συννόμ[υ, — un nom + patronyme ou vacat,]
ἀπὸ δὲ τοῦ κοινοῦ τῶν Ἀχαιῶν Δα[μοξένου τοῦ — patronyme —,]
ἀπὸ Μεγάλης πόλεως Φρασιαρίδα το[ — patronyme —, άπ' ῦντιγο]-

20

[ν]είας Διοκλείου(ς τοῦ) Ἀγησιλόχου, ἀπό Πατ[ρῶν — nom — τοῦ]
Σελεύκου, Ἀριστείδου τοῦ [— — — — — — καὶ τῶν ἐπὶ τὴν]
[
σύ]νθεσιν ἀποσταλέντων παρά [μὲν Μαγνητών — — un nom —]
[
τ]οῦ Διοσκουρίδου, Έπικράτου τοῦ Δι[οκλείους, Πυθοδότ]ου τοῦ Χαρι¬

24

ου, Πυθοκλείους τοῦ ΉγηImage 10000000000000090000000F686F815C.jpg[ίππου, Δ]ημητρίου τοῦ Image 10000000000000070000000F9EAE3175.jpgύμήδου[ς],
|
παρὰ] δὲ Μιλησίον ΘεοImage 10000000000000080000000FD7717195.jpg[ένους] Image 10000000000000070000000FEDC17CD2.jpgοῦ Λεωδάμαντος, ἈλεξάνImage 10000000000000070000000F485518B4.jpg
[
ρου τοῦ Δημητρίου, Δαμ]Image 10000000000000080000000FCCC9B789.jpgσίου τοῦ Γλαυκίππου, Αντιγόνου το[]

§2

[Έκαταίο]υ, Ἀρτεμιδώρου τοῦΗροδότου εἶναι εἰς ἅπαντα τὸ[ν]

§3

28

[χρ]Image 10000000000000050000000F799E73CA.jpgνον είρήνην καὶ φιλίαν Μάγνησι καὶ Μιλησίοις·τῆς δὲ χώImage 10000000000000080000000FDE020FAA.jpg[ας]
[
τ]ῆς περαίας, ὑπὲρ ἧς διεφέρυντο Μάγνητες καὶ ΜιλήσιImage 10000000000000080000000FD6A0C2B7.jpg[ι, ]-
[
ρ]ον ὑπάρχειν αὐτοῖς τὸν Ὕβανδον ποταμὸν καὶ ἀπὸ τImage 10000000000000080000000FD6A0C2B7.jpg[]
[
πο]ταμοῦ τούτου τὴμ μὲν ὑπεράνω πᾶσαν εἶναι Μαγνήτων, τὴ[ν δ’]

32

[ἀπ]οκάτω πᾶσαν ἕως θαλάσσης εἶναι Μιλησίων καταπῆ[ξαι]
[
δὲ] πέτρους καὶ στῆσαι ἐπαὐτImage 10000000000000100000000F96F78734.jpg στήλας έκατέρους παρὰ [τὸ ῥεῖ]-
[
θρο]Image 10000000000000080000000F60ECCA6D.jpg τοῦ πόταμοῦ ἐν τοῖς αὑτῶν μέρεσιν. καθότι ἐπέγνωσαν [ἐπὶ]
[
το]ὺς τόπους παραγενόμενοι οἱ ἀπεσταλμένοι έπὶ τὰς συνλύ[σεις]

36

[πρ]εσβευταί, καὶ εἶναι αὺτοίς ὅρον διὰ παντὸς τό τε νῦν ὑπάρχ[ον]
[
ῥεῖ]θρον τοῦ ποταμοῦ τοῦ ΎImage 10000000000000080000000FA017DB15.jpgάνδου καὶ τοὺς παρατεθέντας π[έτ]-

§4

ους καὶ τάς ἐπαὐτῶν στήλας·ἳνα δὲ ὦσιν ἀσφαλεῖς αἱ σ[υνλύ]-
[
σει]ς καὶ διαμένηι εἰρήνη καὶ φιλία εἰς τὸν ἀεὶ χρόνον άμφοτέραImage 10000000000000070000000F3B10419C.jpg[ς]

40

[τ]αῖς πόλεσιν. μὴ εἶναι μήτε Μάγνησιν τὴν Μιλησίων χώραν Image 10000000000000090000000F6AFB365E.jpg[ή]-
[
τ]Image 10000000000000090000000F2842FC03.jpg τὴν περαίαν μήτε ἄλλην μηδεμίαν μηδὲ φρούριον, μήτε ΜιλησίImage 10000000000000090000000F46BFB44A.jpg[ις]
[
τὴ]ν Μαγνητών χώραν μήτε τὴν περαίαν μήτε Image 10000000000000070000000F5EC07D0F.jpgλλην μηδεμίαν μImage 100000000000000E0000000F5D5173C1.jpg[]
[
φρ]Image 10000000000000080000000FFFF9A043.jpgύριον παρὰ μηθενὸς Image 10000000000000080000000FD0B3CDC0.jpgαβεῖν μήτε διImage 10000000000000090000000FEF86DC83.jpgὑτῶν μήτε διἐτέρων μήτ(ε) ἐγ κImage 10000000000000070000000F920EBADC.jpg[ήσει]

44

[μή]τε ἐν δόσει μήτε ἐν άναθέσει μήτε (ἐν) καθιερώσει μήτε κατἄλλον τρόπ[ον μη]-
[
θέ]να μηδέ κατὰ παρεύρεσιν μηδεμίαν εἰ δὲ Image 10000000000000080000000FFE194C69.jpgή, Image 10000000000000080000000F6950D4D1.jpgκυρον είναι Image 10000000000000070000000F920EBADC.jpgήγ γενομέν[ην]
[
δ]Image 10000000000000060000000F9E0C5380.jpgσιν ἀνάθεσιν καθιέρωσιν κτήσιν ἐάν τις γένηται παρεύρεσι[ς ] τρό

§5

[πο]ς (ὀσ)τισποτεοῦν διαὐτImage 100000000000000E0000000F25F919C1.jpg διἑτέρων τοῖς δὲ ἒχουσιν σῦλImage 10000000000000100000000FBEAB675A.jpg κατὰ ΜαImage 10000000000000080000000FD7717195.jpg[νή]-

48

των κατά Μιλησίων μηδὲ έτέραImage 10000000000000070000000F9B978D1C.jpg πόλιν ορμητήρια παρέχειν μηδ' ὑπ[ο]-
[
δ]έχεσθαι μηθὲν τῶν λαμβανομένων τ[ρ]όπωὶ μηθενὶ μηδὲ παρευ[ρέ]-

§6

[σ]ει μηδεμιᾶι ἐὰν δImage 10000000000000060000000FBF4D3397.jpg τινα τῶ Image 10000000000000080000000FC8A09F9C.jpgπ[εσ] Image 100000000000000D0000000F3195EDEA.jpgυImage 10000000000000090000000FEF86DC83.jpgσμένων μεθεσταμένω[ν]
ἐν τῶι συνστάντι πυλέμωι βούλωνται μετάγειν Μάγνὴτες διὰ τῆς Μ[ι]-

52

ησίων χώρας Μιλήσιοι διὰ τῆς Μαγνήτων, εἶναι αὐτοὺς ἀτελεῖς, -
Image 10000000000000080000000F5101ADB8.jpgμ μετάγωσιν μετὰ μῆνας δύο ἀπὸ τοῦ χρόνου τοῦ τῆς συνθήκη[ς

§7

α δἂν κατὰ πόλεμον ἀποσκευάζωνται μεθιστάνωσιν Μάγνητ(ες]
εἰς τὴν Μιλησίων Μιλήσιοι εἰς τὴν Μαγνήτων οἱ κατοικοῦντες ὲν []-

56

κ]ατέ[ρ]Image 10000000000000090000000FEF86DC83.jpg(ι) τῶν πόλεων διάγωσImage 100000000000000C0000000F9A3E623E.jpg. [ἳν]Image 10000000000000090000000FEF86DC83.jpg ἀποκαθιστάνωσιν εἰς τὴν ἰδίαν, ε[]-
[
ν]Image 10000000000000090000000FEF86DC83.jpg[ι] ταῦτα ἀτελῆ καὶ προνοεῖν []πὲρ Image 10000000000000090000000FEF86DC83.jpgυτῶν τοὺς ἅρχοντας τοὺς ἐν ἑκα-

§8

[τέ]Image 10000000000000080000000FDAFAA9FD.jpgαι τῶν πόλεων εἶναι δὲ τὴν αὺImage 10000000000000070000000F920EBADC.jpgήν εἰρήνην καὶ Πριηνεῦσι τοῖς συνμα-

§9

[χή]σασι Μάγνησιν και ‘Hρακλεώταις τοῖς συνμαχήσασι Μιλησίοις ὁπό-

60

[σ]Image 10000000000000090000000F46BFB44A.jpgι δὲ στρατηγ[έ] αι έστρατηγήκασιν ήγηνται συνηργήκασιν ἡιτινιοImage 10000000000000080000000F1AF9CD6F.jpg[ν
π]Image 10000000000000060000000F73F358BC.jpgλει τῶν προγεγραμμένων συνμεμαχήκασιν Image 100000000000000E0000000F441DCF5D.jpgόπωι ὁτωιοῦν, ὑπάρχει[ν]
πImage 10000000000000070000000F13D1EF66.jpgσ[ι] τούτοις ἄδImage 10000000000000090000000F2842FC03.jpgκχν καὶ ἀμνηστίαν, ὧν πεπράχασιν ἐν τῶι πολέμωι, καὶ μὴ ὑπ[έ]-
[χ]Image 10000000000000090000000F2842FC03.jpgιν αὑτοὺς ἕγκλημα μήτε δημοσίαι μήτε ίδίαι περὶ μηθενὸς τῶν προγεγονImage 10000000000000060000000F73F358BC.jpg-]

§10

64

ων ἕως οῦ τῆς συνθήκης χρόνου·ὁπόσα Image 10000000000000080000000FD0B3CDC0.jpg αιχμάλωτα σώματα ποImage 10000000000000080000000FD0B3CDC0.jpg[ι]-
τικὰ εἰλημμένα ἐν τῶι πολέμωι ἐστὶν έμ Μαγνησίαι ἐμ Μιλήτωι
Image 100000000000000E0000000F882A5AC7.jpgν Image 100000000000000B0000000FEF58CBE5.jpgρακλέαι ἐν (Πριήνηι ἐν) δημοσίωι, ἀποδοῦναι ἑκάστημ πόλιν τὸν ἲσον [άρ]Image 10000000000000050000000F503ACF6D.jpgθμòν δι[]
Image 100000000000000F0000000FB6C66307.jpgν πρεσβειῶν τῶν ἀπεσταλμένων ἐπὶ τὰς σImage 100000000000000D0000000F0438D0CD.jpgλύσεις τοὺς δὲ ὑπεράγον-

68

ς αἰχμαλώτους τοὺς Μιλησίων χαριζόμενυς δῆμος ΜαImage 10000000000000080000000FD7717195.jpgνήτων ἕδωκεν []-
[
ν]Image 100000000000000E0000000FB8DBA05C.jpg λύτρουΡοδίοις-τοὺς δὲ ὄντας αἰχμαλώτους πImage 100000000000000F0000000FDA4EB4C4.jpg τοῖς ἰδιώταις ΜαImage 100000000000000D0000000F639BF771.jpg[ή]-
των Πριηνέων Μιλησίων Ήρακλεωτών έκλυτροῦσθαι Μάγνητας μImage 10000000000000060000000FE7E91018.jpg[ν],
[
]σοι ἂν ὦσιν Μιλησίων ‘Hρακλεωτῶν Image 10000000000000070000000F9B978D1C.jpg ΜImage 100000000000000F0000000F2DC86DAA.jpg[νη]σ[ί]Image 10000000000000080000000FCCC9B789.jpgι Πριήνῃ, Μιλησίους Image 10000000000000060000000F111BC111.jpg[έ],

72

[ὅσοι] Image 10000000000000090000000F1E711F6D.jpgν ώσιναγνητών ή Πριηνέων Image 100000000000000D0000000F3154B0D4.jpg Image 10000000000000160000000F32AA43B9.jpgήτωι Image 10000000000000130000000F735E3903.jpg ἐν Ήρακλέαι ἀναπέImage 10000000000000070000000F9B978D1C.jpg-
[
πειν δὲ…..ca11……Image 10000000000000060000000F0C44441C.jpgν πρ[…….12-13……] τοὺς ἄρχοντας τοὺς ἐν τ[αῖς]
[
πóλεσιν ἐκάσταις — — — — — — — — —] I […]υ[….]α κατὰ τωImage 10000000000000060000000FEDB653A7.jpg [..]
— — — —]
Image 100000000000000B0000000F41D7A842.jpg πρὸς τοὺ[ς— —]

Lacune de quelques lignes

[….
11…….εἰ]ς τὸ [ἰερὸν — — — — — — —]

§11

76

[κυρωθεισῶν δὲ] Image 10000000000000070000000FEDC17CD2.jpgῶν συνθηκῶν ọ [ μὲν παρὰ Μαγνὴτων ἀπεσταλμένοι πρεσβευταὶ]
[
παραγενόμεν]οι εἰς Μίλητον ὁρκισάImage 10000000000000070000000FEDC17CD2.jpg [ωσαν τὸν δῆμον τὸν Μιλησίων οἱ δὲ παρὰ]
[
Μιλησίων ἀπεσ]ταλμένοι ἐπὶ τὴν σύνθεσImage 100000000000000C0000000F01813961.jpg [παραγενόμενοι εἰς Μαγνησίαν ὁρκισά]-

80

[τωσαν τὸν δῆμο]ν τὸν Μαγνήτών ὅρκια δὲ πImage 10000000000000090000000FEF86DC83.jpg[ρεχέτωσαν Μάγνητες μὲν Μιλησί]-
[
οις, Μιλήσιοι δὲ] Ṃάγνησιν ὀμνύτιοσαν δὲ ἱερὰ κα[ίοντες τὸν ὅρκον τὸν ὑπογε]-
[
γραμμένον ὅρκο]ς Μαγνήτων ὀμνύω τὴν Ἄρτεμιν [τὴν Λευκοφρυηνὴν καὶ τοῦς]
[
ἄλλους θεοὺς πά]ντας καὶ πάσας διαφυλάξειν τὰς συ[θήκας καί ἐμμενεῖν τοῖς]

84

[δεδογμένοις καὶ] Image 10000000000000070000000F9B978D1C.jpg μνησικακήσειν περὶ μηθενὸς τῶν προ[γεγονότων εύορ]-
[
κοῦντι μὲν εὗ εἶνα]ι, έφιορκούντι δὲ τάναντία ὄρκος Μιλησίων ὀμ[ύω τὸν Ἁπόλλω]-
[
να τὸν Διδυμέα καὶ] τοὺς ἄλλοὺς θεοὺς πάντας καὶ πάσας διαφυλάξειν Image 100000000000000E0000000FFA7EA576.jpg[ς]
[
συνθήκας καὶ έμ]μενεῖν τοῖς δεδογμένοις καὶ μὴ μνησικακήσειν περὶ μηθε-

88

[νὸς τῶν προγεγο]ότων εὐορκοῦντι μὲν εὗ είναι, ἐφιορκοῦντι δὲ, τἀναντία

§12

[ἄρχειν δὲ τῆς συν]θήκης, ώς μέν Μιλήσιοι ἄγουσιν, στεφανηφόρον θεὸν τὸν με
[
τά — — — —κ]αὶ μῆνα Πυανοψιῶνα καὶ ἕκτην ἐπὶ δέκα, ὡς δὲ Μάγνητες
[
ἄγουσιν, στεφαν]Image 10000000000000070000000FEDE0CC3E.jpgφόρον Ἀριστέα καὶ μῆνα Ἀγνεῶνα καὶ πέμπτη(ν) ἐπὶ δέκα.

92

[δοῦναι δὲ τῶν συ]νθηκῶν ἀντίγραφον ἐσφραγισμένον τοῖς παρὰΡοδίων
[
πρεσβευταῖς, ὅπ]ως διατηρῆται καὶ ἐν τῆιΡοδίων πόλει ἕως τοῦ ἀντιγρα-
[
φῆναι εἰς τὰς στή]λας.

L. 13-14 : rest. L. Robert, 1984 ; [ΜυλαΙσ]Image 10000000000000060000000FE7E91018.jpgων Rehm.
L. 34 :
ἐπέγνωσαν [ἐπὶ] L. Robert, 1959.
L. 90 : j’adopte l'explication de R. M. Errington, 1989, p. 285-8 et laisse une lacune plutôt que de restituer le nom du stéphanéphore ; A. Rehm : [τ’ Ἀπολλώνιον κ]Image 10000000000000090000000FEF86DC83.jpgί : M. Wörrle, 1988, p. 431-432 : τὰ Μενάλκην κ]Image 10000000000000090000000FEF86DC83.jpgὶ.

“Convention des Milésiens et des Magnètes”

§ 1 “A la Bonne Fortune ; voici les conditions auxquelles se sont entendus les Magnètes et les Milésiens, les ayant réconciliés et ramenés à leur amitié ancestrale les ambassadeurs envoyés des cités suivantes : de Rhodes Philostratos fils d’(Un Tel), (Un Tel) fils de Sôsikratès et de Batôn par adoption, Nikostratos fils de Teisylos ; d'Athènes Alexiôn fils de Speusippos du dème d'Azénia, Théoklès fils de Dexithéos du dème de Phylè, Théopompos fils de Démoklès du dème de Kolônos ; de Cnide Ptolémaios fils de Cher…, Archestratos fils d'Archidamos, de Myndos (Un Tel fils d'Un Tel), Hégémôn fils de…archos ; de Samos Théomnestos fils d’Alexos, (Un Tel fils d’Un Tel), Stèsagoras fils de Thessalos ; d'Halicarnasse (Un Tel fils d'Un Tel), Théomnestos fils d'Hiéroklès, Pausanias fils d'(Un Tel) ; de [Caun ?]os, Dionysiklès fils d'OIympichos, (Un Tel fils d'Un Tel) ; de Mylasa (ou Iasos ?) Apollonios fils de Nysios, Iasôn fils de Dionysios, Hyssaldômos fils d'Eirènaios ; de Téos (Un Tel fils d'Un Tel), Antipatros fils de Nymphodôros ; de Cyzique (Un Tel) fils d'Antikratès, Achaios fils de Synnomos, (Un Tel fils d'Un Tel — ou vacat) ; du koinon des Achéens Damoxénos fils d'(Un Tel) ; de Mégalèpolis Phrasiaridas fils d'(Un Tel) ; d'Antigoneia Dioklès fils d'Agèsilochos ; de Patras (Un Tel) fils de Séleucos, Aristeidès fils d'(Un Tel) ; et ceux qui avaient été envoyés pour la convention de la part des Magnètes, (Un Tel) fils de Dioskouridès, Épikratès fils de Dioklès, Pythodotos fils de Charisios, Pythoklès fils d'Hégésippos, Démétrios fils d'Eumédès, et de la part des Milésiens, Théogénès fils de Léôdamas, Alexandros fils de Démétrios, Damasias fils de Glaukippos, Antigonos fils d'Hékataios, Artémidôros fils d'Hérodotos ;

§2 “Que régnent pour toujours la paix et l'amitié entre les Magnètes et les Milésiens ;

§3 “Que du territoire de la Pérée, au sujet duquel les Magnètes et les Milésiens étaient en différend, la frontière soit pour eux le fleuve Hybandos et qu'à partir de ce fleuve toute la partie supérieure soit aux Magnètes et toute la partie inférieure jusqu'à la mer soit aux Milésiens ; que les uns et les autres fixent en terre des pierres et érigent sur elles des stèles le long du cours du fleuve, chacun dans son domaine respectif, comme les ambassadeurs envoyés pour les conciliations en ont jugé, après être venus sur les lieux47, et qu'ils aient comme frontière pour toujours le cours actuel du fleuve Hybandos, les pierres placées le long et les stèles érigées sur les pierres ;

§4 “Afin que les conciliations soient sûres et que la paix et l’amitié demeurent pour toujours entre les deux cités, qu'il ne soit pas permis aux Magnètes de recevoir de quiconque ni de saisir d'eux-mêmes ou par l'entremise d'autres le territoire des Milésiens ni la Pérée ni une autre (partie de territoire) ni un fort, ni aux Milésiens le territoire des Magnètes ni la Pérée ni une autre (partie du territoire) ni un fort, par acquisition, don, offrande ou consécration ou par tout autre moyen ou sous quelque prétexte que ce soit ; sinon, que soient nuis le don, l'offrande, la consécration ou l'acquisition intervenus ou tout prétexte ou façon qui surviendrait, soit d'eux-mêmes soit par des intermédiaires ;

§5 “Qu'à ceux qui détiennent un droit de saisie soit contre des Magnètes soit contre des Milésiens, aucune des deux cités ne serve de base ni n'accueille aucun des biens saisis, d'aucune façon ni sous aucun prétexte ;

§6 “Si des Magnètes, en passant par le territoire des Milésiens, ou des Milésiens, en passant par le territoire des Magnètes, désirent transporter des biens emportés ou déplacés pendant la récente guerre, qu'ils soient exemptés de taxes s'ils les transportent pendant deux mois suivant l'entrée en vigueur du traité ;

§7 “Que tous les biens qu’ont emportés ou ont déplacés, du temps de la guerre, les Magnètes vers le territoire des Milésiens ou les Milésiens vers le territoire des Magnètes ou les habitants de l'une ou l'autre cité, ou les biens qu'ils font transiter en vue de les rapporter chez eux, soient exempts de taxes et que les magistrats de chacune des deux cités y veillent ;

§8 “Que la même paix s'applique aux Priéniens, alliés des Magnètes, et aux Héracléotes, alliés des Milésiens ;

§9 “Et que tous ceux qui sont généraux ou ont été généraux ou qui ont exercé un commandement ou qui ont collaboré avec n'importe quelle cité parmi celles mentionnées ci-dessus, ou qui ont combattu de quelque manière que ce soit, aient tous l'immunité et l'amnistie pour ce qu'ils ont fait durant la guerre, et qu’ils ne subissent pas d'accusations publiques ni privées à propos d'aucun des événements qui se sont passés, jusqu'à l'entrée en vigueur du traité ;

§10 “Pour tous les prisonniers de condition civique capturés pendant la guerre et qui sont en prison48 à Magnésie, à Milet, à Héraclée ou à Priène, que chaque cité en rende le même nombre par l'intermédiaire des ambassadeurs envoyés en vue de la conclusion de l'accord : le peuple des Magnètes a gracieusement remis aux Rhodiens sans rançon les prisonniers milésiens en excédent ; et ceux qui sont prisonniers auprès de particuliers magnètes, priéniens, milésiens ou héracléotes, que les Magnètes les fassent libérer contre rançon si ce sont des Milésiens ou des Héracléotes à Magnésie ou à Priène, et que les Milésiens les fassent libérer contre rançon si ce sont des Magnètes ou des Priéniens à Milet ou à Héraclée, que les magistrats (dans chacune des cités renvoient ?… lacune de plusieurs lignes) ;

§11 “Une fois la convention ratifiée, que les ambassadeurs envoyés de la part des Magnètes, arrivés à Milet, fassent prêter serment au peuple des Milésiens ; et que les ambassadeurs envoyés de la part des Milésiens pour la conciliation, arrivés à Magnésie, fassent prêter serment au peuple des Magnètes ; que les Magnètes fournissent les offrandes49 aux Milésiens, et les Milésiens aux Magnètes ; qu'en brûlant les victimes ils prêtent le serment inscrit ci-dessous ; serment des Magnètes : je jure par Artémis Leukophryénè et par tous les autres dieux et déesses de préserver les accords, de respecter les décisions, et de ne pas garder de ressentiment à propos d’aucun des événements antérieurs ; que tout soit bien pour moi si je respecte mon serment, et le contraire si je me parjure ; serment des Milésiens : je jure par Apollon Didyméen et par tous les autres dieux et déesses de préserver les accords, de respecter les décisions et de ne pas garder de ressentiment à propos d’aucun des événements antérieurs ; que tout soit bien pour moi si je respecte mon serment, et le contraire si je me parjure ;

§12 “Que la convention débute, selon le comput des Milésiens, sous la stéphanéphorie du dieu après celle de (…), le 16 du mois de Pyanopsiôn, et, selon le comput des Magnètes, sous la stéphanéphorie d’Aristeus, le 15 du mois d'Hagnéôn ; que l'on donne une copie scellée des accords aux ambassadeurs de Rhodes, pour qu'elle soit conservée dans la cité de Rhodes jusqu'à la gravure sur les stèles”.

Notes

1 Pour le contexte politique et les préludes de la guerre, l'article de E. Bickerman (1932), bien qu’un peu vieilli pour certains détails, reste à consulter ; Will 1982, 178-240.

2 Cf. Pol. 21.24 ; 40-44 (négociations) ; 46 (clauses territoriales) ; Liv. 37.55.4-6 ; 38.37-39 ; Diod. 29.11.1. Consul en 189, Vulso succéda à Scipion en Asie où il s'occupa d'abord des Gaulois (Pol. 21.24.9 ; Liv. 37.47.7 et 48.1). Nommé proconsul de l'Asie en 188 (Liv. 38.35.3 et 37.1), c'est à ce moment qu'il compléta, aidé de dix légats, les dispositions pour la paix avec Antiochos.

3 On sait ainsi que dans les premières années de cette guerre, en 196 a.C., Antiochos assiégea en vain Smyrne pour en effrayer la population et, par des ambassades, tenta de la convaincre de se plier aux conditions d’assujettissement qu'il imposait graduellement aux cités d'Asie (Liv. 33.38.1-7 ; de cet épisode, seul le fragment d'une réponse qui peut avoir été celle des gens de Smyrne [ou de Lampsaque ?] est conservé dans le récit de Pol. 18.49). Quelques années plus tard, en 192-191 a.C., Smyrne, Lampsaque et Alexandrie de Troade tenaient toujours tête au roi qui s'efforçait de soumettre ces cités de peur qu'elles ne donnassent l'exemple à d'autres cités d'Éolide et d'Ionie (Pol. 21.13-14 ; Liv. 35.42 ; cf aussi Pol. 5.77.7, où Achaios montre de la considération pour Smyrne qui lui avait toujours été loyale ; Diod. 29.7, les trois cités furent les premières à demander l'intervention de Rome). A la même époque, Priène était déjà tombée sous sa dépendance (Liv. 35.43.3). En 190, Phocée hésita entre le parti du roi ou celui de Rome, ouvrant d’abord ses portes à l'armée séleucide après avoir chassé le contingent romain cantonné chez elle, puis, cédant de nouveau à Rome, fut pillée par les troupes du préteur L. Aemilius (Pol. 21.6.1-6 ; Liv. 37.11.15 et 32.1-8). La même année, Antiochos assiégea Notion sans arriver à faire tomber la ville (37.26.8-9 ; 31.3) et Téos fut aux prises avec l'armée romaine de passage sur son territoire (37.27.9 ; 28.1-2).

4 Par exemple Magnésie du Méandre, Liv. 37.45.1 (toujours libre après 188 : Tacite, Annales, 3.62) et Héraclée du Latmos (Pol. 33.13.8). Sur la cause des cités grecques débattue au moment des négociations de paix (intérêts opposés d'Eumène et des Rhodiens), cf. Pol. 21.19.2-10 ; 22.7-15 ; 23 ; Liv. 37.53.3-4 ; 54.6.17 et 24-27.

5 Pol. 21.24.6-8 ; Liv. 37.56. Cf. Bikerman 1937, spécialement 235-239 : “La condition des villes d’Asie après 188” (pour plus de références, voir Magie 1950, II, 950 sq.). En dernier lieu, Baronowski 1991, 450-463.

6 Les Colophoniens habitant Notion furent dispensés du tribut qu’ils devaient payer à Antiochos, de même que toutes les autres cités à qui la liberté était accordée (Pol. 21.45.4 ; Liv. 38.39.8)

7 Les Clazoméniens reçurent un îlot appelé Drymoussa, en plus de la dispense de tribut (ibid).

8 Le Sénat restitua un territoire dit sacré, “perdu au cours des guerres” Μιλησίοις δὲ τὴν ίερἁν χώραν ἀποκατέστησαν, ἧς δια τοὺς πολέμους πρότερον έξεχώρησαν Pol. 21.45.5 ; Liv. 38.39.9.

9 Elles furent gratifiées de territoires et d’honneurs pour leur attitude au cours de la guerre : Pol. 21.45.6 : εὔνοια καὶ σπουδή, cf. Liv. 38.39.11 : singulari fide. Smyrne et Érythrées participèrent de manière active aux manœuvres navales romaines, Liv. 37.11.14 ; 16.1 et 8. Les Smyrnéens comblés d’éloge par le Sénat : Pol. 21.22.2-4 ; Liv. 37.54.2.

10 Pol. 33.6 et 13.8.

11 Pol. 21.45.7 : Ἁπέδωκαν [Manlius Vulso] δὲ καì Φωκαιεῦσιν τὸ πάτριον πολίτευμα καì τὴν χώραν, ἣν καὶ πρότερον εἶχον ; même formule chez Liv. 37.32.14 : urbem agrosque et suas leges iis restituit et 38.39.12. Cf. Ferrary 1988, 11, n. 23. Les Romains n’allaient cependant pas toujours faire preuve de mansuétude à l’égard des cités grecques indociles : un siècle plus tard, la Béode fut ravagée par Sylla parce qu’elle ne cessait de changer de camp : καὶ τὴν Βοιωτίαν συνεχῶς μετατιθεμένην διήρπαζε (Appien, Mithridate, 51).

12 Je ferai ailleurs l’étude détaillée de l’ensemble de ces événements qu’il n’est pas utile ni possible ici de résumer en quelques mots. Le texte grec et une traduction sont présentés en appendice de cet article.

13 Pour la chronologie des stéphanéphores milésiens, cf. Wörrle 1988, 428-448 (SEG, 37, 1987, 984) et pour la nouvelle datation, Errington 1989 (SEG, 39, 1989, 1254 et Bull, ép., 1990, 281, p. 483).

14 La traduction de P. Herrmann (cf. lemme de l'inscription en appendice) ne présente pas exactement cette nuance : “Für die Militärbefehlshaber, die für eine der oben genannten Städte als Strategen oder als Anführer oder als Helfer für welche auch immer der vorgenannten Städte tätig waren oder auf welche Weise auch immer mitgekämpft haben, uzw.” (p. 183).

15 H. Müller leur a consacré plusieurs pages dans son étude sur les décrets hellénistiques à Milet (1976, 39-57). Schehls 1951, 118-119, a le premier supposé qu'ils avaient remplacé les stratèges à la suite de la prise de la ville par Alexandre.

16 F. Schehls, ibid., donnait pour limite inférieure le traité entre Milet et Héraclée du Latmos, mais la nouvelle chronologie proposée par M. Wörrle le place avant plutôt qu’après le traité de paix (supra, n. 13).

17 Milet, I.3 (Delphinion), 143 et 146. F. Schehls, ibid., écrivait à propos du titre de ce collège : “[Their] very title proclaimed, in a world dominated by the warring great powers, the défensive character of Milesian policies”.

18 Cf. Robert 1933, 517-539 (= OMS, I. 485-507). Le témoignage le plus tardif (Zolotas 1908,225, n° κθ’, ier ou iie s. p.C.) donne un polémarque en charge du territoire (de la sécurité ?) : [πο]λεμαρχήσ[ας] | [ἐπὶ] τῆ(ι) χώρα(ι) Roman (restitutions de Forrest 1985, 103).

19 IPriene, 4.

20 IPriene, 18, les trois sont inscrits sur la même stèle (Gauthier 1980).

21 Au nombre des tâches évoquées, citons la proposition de décrets devant l'assemblée, l'annonce publique d'honneurs décernés par le peuple et la participation à la procession funèbre de certains évergètes honorés par la cité : IPriene, 44, 53, 54, 69, 83, 99, 104, 108 et 109. Dans le seul document du ier s. où ils figurent, ils sont associés aux honneurs funèbres accordés au grand évergète Zôsimos (IPriene, 113).

22 A Érythrées, ce sont trois collèges de neuf stratèges qui se succédaient au cours de la même année. Ils sont principalement attestés entre le premier quart et le milieu du iiie siècle : IK, 1/2-Erythrai, 24, 29, 32, 33, 214, (215 ?), et Engelmann 1987, 140-141. no 6 et 7, puis ils disparaissent progressivement des sources vers la fin du IIIe s. pour ne laisser que quelques traces dans des décrets datant du iie s.

23 IMagne sia, 14, 1. 10.

24 IMagnesia, 98 (Syll.3, 589 ; Sokolowski, LSCG, p. 88-92, no 32), 1. 21-31.

25 IK, 11/1-Ephesos, 8,1. 46 sq.

26 M. Holleaux, Études, III, p. 3, n. 2.

27 Cf. le traité entre Rhodes et Hiérapytna, Syll.3, 581, 1. 51-55 : καὶ εἴ κα συνιστᾶται | λᾳστήρια ἐν Κρήται καὶ άγωνίζιονται ‘Ρόδιοι κατὰ θάλασσαν | ποτὶ τοὺς λᾳστὰς ἢ τοὺς ὺποδεχομένους ἢ τοὺς συνεργoῦντας | αὐτοῖς, συναγωνιζέσθων καὶ ‘Iεραπύτνιοι κατὰ γᾶν καὶ κατὰ | θάλασσαν παντὶ σθένει κατὰ (τò) δυνατὸν τελέσμασι τοῖς αὐ|τῶν ; le décret d'Athènes pour Audoléon, roi des Paeones, pour avoir aidé la cité et contribué au maintien de sa liberté (don de céréales, fourniture de cinq cents soldats macédoniens pour la sécurité du port, etc.), Syll.3, 371,1. 15-17 : χρείας παρεχόμενος καὶ συνlεργῶν ἐς τὴν ἐλευθερίαν τῆι π|όλει et 1. 30-34.

28 Cf. IPriene, 17 et Baker 1992, 30-35, no 2.

29 Je reviendrai ailleurs sur l'ensemble du dossier concernant la possession des territoires situés dans la vallée du Méandre qui constituèrent une éternelle pomme de discorde entre Milet, Magnésie, Priène et Héraclée du Latmos. Errington 1989, 280, n. 11 (contra Mezger) doute que la cession de ce territoire aux Magnètes par Philippe V fût l'élément déclencheur du conflit.

30 Des métèques ne comptaient-ils pas parmi les effectifs athéniens au cours de la guerre du Péloponnèse (The. 2.13.7)7

31 Sur le terme αἰχμάλωτος, cf. Ducrey 1968, 16-20 : il désigne à l'origine le prisonnier puis, graduellement, employé au pluriel neutre, s'étendra au bétail et au butin en général ; cf. spécialement p. 19, sur l'expression αἰχμάλωτα σώματα (πολιτικά).

32 Bielman 1994, 295-296 et 301-302 pour la seconde catégorie de prisonniers.

33 Robert J. et L. 1976, 153-235.

34 Milet, I.3 (Delphinion), 143,1. 29-31.

35 Milet, I.3 (Delphinion), 146.1. 38-40.

36 Milet, I.3 (Delphinion), 150 (Syll.3, 633), 1. 50-52.

37 Milet, I.3 (Delphinion), 37d, 1. 65-67

38 Ibid., 149.

39 Deux exemples d'époque tardive dans la Syll.3 : 974, 1.1-10 et 1109, 1.125 (cf. n. 62 de W. Dittenberger : la formule τὰ δὲ ὀνόματα αὺτῶν συνκληρούσθων πᾶσι pouvait être rendue beaucoup plus simplement par κληρούσθων δὲ οὗτοι ἐκ πάντων). Le sens est le même que κληρόω, cf. dict. LS.J. s.v. συγκληροῦμαι “to be chosen by lot” et κληροῦμαι “to be appointed by lot” ; à Athènes au Ier s. a.C. τὰς κληρ[ω]τὰς ἀρχά[ς], Geagan 1971, 101-102, no 3,1. 10 et 20.

40 Cf. IG, II2, 659,1. 9-10 (Syll.3, 375) : oἱ ἀστυνόμοι οἱ ἀεὶ λανχ[ά]|νοντες ; etc.

41 Cf. Syll.3, 158,1. 5-7 : τὸς πρυέδροlς oἳ ἂν λάχωσι προεδρεύειν εἰς τὴν πρώτην ἐκκλησίlαν. Dans les deux cas, “to be chosen for, to obtain (an office) by lot”, cf. dict. LSJ, s.v. λαγχάνω.

42 Formule ἕλαχε φυλᾶς (ou φυλήν)..., χιλιαστύν, etc.

43 Milet, I.3 (Delphinion), 33a : γνώμηι συνέδρων τῶν αἱρεθέντων avec liste des noms ; ibid, 147, 149, 150, etc. : γνώμη... τῶν ἀποδειχθέντων συνέδρων.

44 Ibid., 145 (fondation d'Eupolémos), 1. 12-13, τοὺς δὲ ταμίας ἀποδιδόναι παραχρῆμα τοῖς ἐπὶ τῆς δημοσίlας τραπέζης αίρουμένοις.

45 Migeotte, Emprunt public, no 96, 1. 20-21, cf. p. 303-304 : dans ce cas précis, il n’était naturellement pas question de tirage au sort.

46 Un principe similaire d'impunité s'observe dans plusieurs processus de paix de notre époque, qu'ils concernent deux États en guerre depuis longtemps ou la fin d'un régime militaire dans un État (Cambodge, Chili). Ainsi, dans le processus de paix en Ulster, en juin 1998, le gouvernement britannique a consenti à libérer ceux des Irlandais catholiques soupçonnés d'actes terroristes, de complot ou de sympathiser avec la cause républicaine armée, qu'il détenait dans ses prisons.

47 “Après enquête sur place” : Robert 1959, 16-17 (= OMS, III, 1438-1439) avec traduction et correction à la n. 52.

48 Bielman 1994, 295, n. 161, traduit l'expression ἐν δημοσίοη par “dans les prisons d'État”.

49 Ou “les gages”.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search