Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Première partie. Dynamiques et structures

Sur un aspect du comportement monétaire des villes libres d’Asie Mineure occidentale au iie siècle

Leurs émissions de tétradrachmes de poids attique frappées entre 188 et c. 140

Georges Le Rider

Texte intégral

1Il convient tout d'abord d’expliquer pourquoi les dates de 188 et de c. 140 ont été choisies.

Explication des dates de 188 et de c . 140

2La première date, celle de 188, ne saurait surprendre. Le traité juré par Antiochos III à Apamée de Phrygie cette année-là, et les décisions prises par la commission sénatoriale des Dix et le proconsul Cn. Manlius Vulso eurent en effet de sérieuses répercussions sur la carte monétaire de la région.

31) Tout atelier monétaire séleucide disparaissait désormais de l'Asie Mineure cistaurique. Sardes y avait été, sous cette dynastie, le principal centre de production du numéraire royal, utilisant, comme les autres ateliers du royaume, l'étalon attique hérité d'Alexandre.

  • 1 Voir sur cette question mes exposés Le Rider 1986 et 1996/7.
  • 2 La date de l'institution du cistophore continue d’être discutée ; j'avais fait le point sur les da (...)
  • 3 Le Rider 1989, 179-89 ; les quelques tétradrachmes de poids attique que frappa Eumène au cours de (...)
  • 4 Voir le corpus de F. S. Kleiner et S. P. Noe (1977), et les suggestions que Th. Drew Bear et moi-m (...)

42) Le royaume d'Eumène II de Pergame reçut en 188 une extension considérable. En Asie Mineure, il comprenait désormais la Mysie, la Lydie, l'Ionie, les deux Phrygies, la Lycaonie et quelques autres territoires ; il occupait aussi une partie de la rive européenne des Détroits. Avant 188, Eumène II et ses prédécesseurs avaient émis, comme les Séleucides, des tétradrachmes royaux de poids attique, et une vaste zone monétaire d'étalon attique avait pris existence, depuis la Grèce jusqu'au Golfe Persique et à la Bactriane1. Après 188, Eumène II institua dans ses possessions une nouvelle monnaie, le cistophore2, qui, par son poids, se distinguait nettement des tétradrachmes d'étalon attique, et dont l'usage exclusif fut imposé sur tout le territoire pergaménien3. Des cistophores furent frappés à Pergame, à Éphèse, à Tralles, à Sardes, à Apamée et dans quelques autres ateliers épisodiques4. La possession d’un large et riche royaume, et la disparition de la présence séleucide en Asie Mineure, permirent à Eumène d'instaurer un système monétaire qu'on peut comparer à celui que Ptolémée I avait mis en place vers 300 en Égypte.

  • 5 Voir les remarques de R. H. J. Ashton (1986, 10, n. 10, et 1994) ; Ashton s'est demandé si le poid (...)

53) Les Rhodiens virent aussi leur pérée s'agrandir. Ils obtinrent la Carie et la Lycie, mais, ayant un peu plus tard mécontenté les Romains, ils perdirent ces deux régions en 167. Leur monnayage, de poids particulier, était toujours resté à l'écart de la zone d'étalon attique. A une date plus ou moins proche de 188, ils inaugurèrent leurs monnaies plinthophores, donnant à leur drachme un poids un peu plus lourd que par le passé5.

  • 6 Voir sur cette question l'étude bien connue de E. Bikerman (1937). L'examen des séries monétaires (...)

64) Les Romains déclarèrent liberae et immunes les cités qui, au moment de la bataille de Magnésie du Sipyle (début 189), jouissaient de la liberté, ayant su résister à Antiochos III ou se dégager à temps de sa domination6. Quelle que fût l'étendue exacte de cette liberté, l'autonomie interne des cités en question fut assez large pour qu'elles eussent la possibilité de frapper des tétradrachmes d'argent, ce que firent un bon nombre d'entre elles. L'étalon qu'elles utilisèrent fut, comme à l'époque précédente, l'étalon attique. Ces tétradrachmes d'étalon attique cessèrent pour la plupart d'être frappés vers 140, et c'est pourquoi j'ai adopté cette date comme l'autre limite chronologique de mon exposé. Au cours de cette période, les types choisis par les cités connurent une évolution intéressante : les villes d'Éolide et d'Ionie, par exemple, continuèrent d'abord à frapper des tétradrachmes au nom et aux types d'Alexandre, jusque dans la décennie 170-160, puis elles imprimèrent sur leurs pièces des types personnels et placèrent comme bordure au revers une épaisse couronne de feuillage. Toutes les villes, loin de là, ne suivirent pas cette évolution. Mais, quel qu'ait été leur monnayage, plusieurs questions se posent, que je voudrais examiner dans cette étude.

  • Pourquoi, après 188, les cités libres d'Asie Mineure qui frappèrent monnaie continuèrent-elles à se servir de l'étalon attique pour leurs tétradrachmes, alors que les deux grandes puissances régionales, le royaume de Pergame et l’État rhodien, utilisaient un autre système métrologique ? La décision d'Eumène II de renoncer au poids attique ne les influença pas, et cela pose un problème.
  • Pourquoi les types d'Alexandre (et de Lysimaque) furent-ils continués pendant un certain temps, puis abandonnés au cours des années 170-160 ?
  • Pourquoi la bordure du revers en forme de couronne eut-elle un si grand succès à un moment donné ?
  • Pourquoi les monnayages civiques de poids attique prirent-ils fin dans leur grande majorité vers 140 ?

Présentation des tétradrachmes de poids attique émis par les villes libres d'Asie Mineure entre 188 et c . 140

A) Bref rappel des émissions du iiie et du début du iie siècle

7Les tétradrachmes civiques, après 188, prennent la suite de ceux qui avaient été frappés dans la même région au iiie siècle et dans les premières années du iie. Pendant cette époque, en effet, les conflits incessants entre les Séleucides, les Ptolémées et les Attalides (auxquels il faut ajouter les difficultés internes des Séleucides, illustrées par les épisodes d'Antiochos Hiérax et d'Achaios) donnèrent l'occasion à certaines cités de conserver ou d'obtenir un statut d’autonomie interne et d'émettre des tétradrachmes de poids attique, selon l'étalon qui régnait alors en maître dans toute cette région, Rhodes et sa pérée mises à part. Ces tétradrachmes se présentent de la façon suivante.

  1. Les plus nombreux, de très loin, sont au nom et aux types d'Alexandre7 ; ils portent généralement au revers la marque de la cité émettrice ; les villes qui les ont frappés étaient pour la plupart situées en Éolide, en Ionie, en Carie et en Lycie-Pamphylie ; même le souverain de Pergame et les Rhodiens firent émettre des alexandres pendant un certain laps de temps.
  2. Un ensemble non négligeable de tétradrachmes porte le nom et les types de Lysimaque ; ces pièces ont été produites par des villes de la région des Détroits, où l'atelier le plus important était Byzance ; du côté asiatique, on peut citer Chalcédoine, Kios, Cyzique, Parion.
  3. Rares sont les tétradrachmes aux types personnels de cités. Mentionnons les exemplaires d'Artémis Pergaia (vers 250-240), de Sidè (qui inaugura ce monnayage peu avant 200), d’Antioche des Chrysaoriens-Alabanda (qui frappa quelques pièces peu avant 189).

B) Les tétradrachmes civiques entre 188 et c. 140

8Les tétradrachmes civiques de cette période se répartissent en deux groupes.

91) Jusque dans la décennie 170-160, les alexandres continuent de former le contingent le plus nombreux. On rencontre aussi, toujours dans la région des Détroits, des émissions de lysimaques. Les tétradrachmes aux types personnels de cités deviennent moins rares que par le passé.

102) Entre 170 et 160, la frappe des alexandres cesse complètement. Celle des lysimaques se raréfie. En revanche, les tétradrachmes des cités à types personnels augmentent en nombre : ils prennent, de 160 à 140 environ, une extension considérable.

11C'est l'arrêt de la frappe des alexandres qui détermine la coupure entre les deux groupes.

12Voici quelques précisions sur les deux groupes en question.

Groupe 1 : entre 188 et 170-160

  • 8 Cf. note précédente.

13a) Après 188, des alexandres ont été frappés par les cités suivantes (je donne la liste et les dates proposées par M. J. Price8 et je mets entre crochets les cités insulaires voisines de la côte asiatique) : Alexandrie de Troade, de c. 188 à c. 180 ; Assos, de c. 188 à c. 160 ; Kymè, Myrina, Temnos, de c. 188 à c. 170 ; [Méthymna, de c. 188 à c. 180 ; Mytilène, de c. 188 à c. 170] ; Clazomènes, c. 180 : Colophon, c. 180 ; Erythrées, Magnésie du Méandre, de c. 188 à c. 170 ; Milet, de c. 188 à c. 165 ; Téos, de c. 188 à c. 180 ; [Chios, de c. 188 à c. 165 ; Samos, de c. 188 à c. 170] ; Alabanda, de c. 188 à c. 167 ; Antioche de Carie, de c. 188 à c. 180 ; Eurômos ?, c. 185 ; Mylasa, de c. 185 à c. 170 ; [Cos, de c. 185 à c. 170] ; Sardes ? de c. 188 à c. 180 ; Phasélis, jusqu'en c. 186/5 ; Aspendos, jusqu'en c. 182/1.

14Ce relevé, qui reproduit les indications données par Price, appelle plusieurs remarques.

  • 9 Boehringer 1972,52-68.
  • 10 Voir Seyrig 1973, 54-55 ; Le Rider 1973/4, 256-57 ; Waggoner 1989.

15Tout d'abord, les dates sont approximatives, et Price a tenu à le souligner. Dans le cas des séries datées, celles de Phasélis et d'Aspendos, Chr. Boehringer (qui, le premier, a démontré que les ères des villes de Lycie-Pamphylie n’avaient pas le même point de départ9) place la dernière année des alexandres aspendiens en 180/79. Pour Alabanda, on peut estimer qu'une brève série de tétradrachmes à types personnels et au nom des Alabandiens (pl. I, 1), faisant suite à des pièces aux mêmes types et au nom des Antiochéens (des Chrysaoriens), date non pas de 190-188, comme le pense Price, mais peut-être des deux ou trois années suivantes : les alexandres alabandiens (pl. I, 2), en ce cas, commenceraient vers 18510.

  • 11 Seyrig 1963, “Sardes” 35-38 (= Scripta numism., 39-42). La série des alexandres est brève (deux ém (...)

16D’autre part, la présence d'Euromos et de Sardes dans cette liste suscite des interrogations. Price a clairement dit lui-même que l'attribution à Euromos était “far from proven”. Le nom de Sardes surprend aussi quelque peu : la ville passa sous l'autorité d'Eumène II en 188. Les alexandres sardiens (pl. I, 3) que Price place après cette date (ils sont rares) sont accompagnés d'une émission où le Zeus aétophore du revers est remplacé par Zeus Lydios debout, tandis que la légende Sardianôn est substituée à la légende Alexandrou. Price suppose que ces pièces ont été frappées avant l'introduction du cistophore (Sardes fut l'un des ateliers cistophoriques), mais il n'exclut pas qu'elles aient pu être produites parallèlement aux citophores. Ces hypothèses ne sont pas impossibles (voir ma n. 6), mais on peut aussi chercher, comme l'avait fait H. Seyrig11, une occasion qui aurait permis à la ville d'émettre avant 189 le monnayage en question.

  • 12 Bikerman 1937, 237. Magie 1950, II, 950, n. 60, considérait plutôt que Temnos avait été déclarée l (...)

17Quant à Temnos (pl. I, 4), sa présence indiscutable dans la liste et l'ampleur de son monnayage de tétradrachmes de poids attique laisseraient plutôt penser que cette cité, comme le suggère D. Magie, faisait partie des villes libres, ce dont avait douté E. Bickerman12.

18On remarque aussi que c'est vers 165-160 que Price situe la fin des émissions d'alexandres en Asie Mineure : Assos (pl. I, 5), Milet (pl. I, 6) [et Chios] auraient été les derniers ateliers à produire cette monnaie, tandis que Kymè (pl. I, 7), Myrina (pl. II, 8), Magnésie du Méandre (pl. II, 9) et quelques autres en auraient interrompu la frappe vers 170, date qu'il convient peut-être d'abaisser un peu dans certains cas, comme nous le verrons.

19Enfin, il est notable qu’on retrouve parmi les cités ayant émis des alexandres après 188 plusieurs de celles qui en avaient frappé avant 189. Les événements de 189-188 n'ont donc pas modifié dans le domaine monétaire le comportement de ces cités, qui, après cette date, ont maintenu encore pendant vingt ou trente ans leur fidélité au numéraire alexandrin.

  • 13 Sur ces monnayages, voir Le Rider 1971/2, 227-240.

20b) Des lysimaques13 ont été émis après 188 dans la région des Détroits, où la frappe de cette monnaie, nous l'avons vu, était bien établie : il existe pour cette époque des lysimaques de Chalcédoine (et de Byzance), peut-être aussi de Cyzique, de Lampsaque (pl. II, 10), d'Abydos (pl. II, 11), d'Ilion (et de Ténédos). Ces cités, Chalcédoine mise à part, auraient arrêté assez tôt ce monnayage, avant 175 ( ?).

  • 14 Leschhorn 1989, 26-31. Les tétradrachmes émis après 188 portent les signatures Kle-, Kleu- et Kleu (...)
  • 15 Pour H. Seyrig, G. Le Rider et N.M. Waggoner, voir ci-dessus, n. 10 ; l'étude de A. Davesne fait p (...)

21c) Après 188, les tétradrachmes de cités à types personnels et de poids attique deviennent plus nombreux. Nous avons mentionné avant cette date les émissions de Sidè et les pièces d'Antioche des Chrysaoriens (Alabanda). Les Sidétains (pl. II, 12) continuèrent leur monnayage jusqu’en 150 environ14. Les Alabandiens, je l'ai dit, semblent avoir poursuivi, pendant peu de temps, le monnayage commencé sous le nom d'Antioche ; puis ils auraient frappé des alexandres, avant d'émettre de nouveau vers 170 des tétradrachmes à leur nom et à leurs types (pl. II, 13) : telle est du moins la chronologie proposée par H. Seyrig, par moi-même et tout récemment par A. Davesne15, mais ce classement est contesté par N. M. Waggoner (cf. ma n. 10) : je n'entrerai pas ici dans le détail de la discussion.

  • 16 Abydos : de Callataÿ 1996 ; Ténédos : de Callataÿ 1998. La plus grande part de ces deux monnayages (...)

22Un certain nombre d'autres cités inaugurèrent un monnayage à types personnels entre 188 et 160. Il n'est pas possible, dans l'état actuel de notre documentation, de fixer des dates précises. Quelques-unes de ces cités avaient probablement commencé, après 188, par frapper des tétradrachmes au nom et aux types d’Alexandre ou de Lysimaque. Quoi qu'il en soit, on peut placer avant 160 l'apparition des tétradrachmes personnels de Cyzique (pl. II, 14), de Parion, de Lampsaque, d'Athéna Ilias, d'Alexandrie de Troade, d'Athéna Nikèphoros (pl. III, 15), de Smyrne (avec le nom de Zeus Sôter Épiphane). Ce groupe appartient presque tout entier à l'Asie Mineure du nord-ouest. On peut y associer Mytilène. Je ne mentionne pas les tétradrachmes d'Abydos (ni de Ténédos), dont la chronologie a été revue par Fr. de Callataÿ16 : ces deux monnayages sont bien plus tardifs qu'on ne l'avait parfois pensé.

  • 17 Pour Milet, voir Deppert-Lippitz 1984, 105-109 et 185-186 : ces tétradrachmes sont datés par l'aut (...)

23Dans l'Asie Mineure du sud-ouest, les tétradrachmes de Cnide et de Milet (ainsi que de Cos) appartiennent probablement à la fin de cette période. Plus à l’est, Phasélis procéda aussi avant 160, semble-t-il, à la frappe de quelques tétradrachmes personnels de poids attique17.

  • 18 Mattingly 1993, 80-81, no 467-469 ; le trésor contient de nombreuses monnaies d'Antiochos V (164-1 (...)

24Signalons que des tétradrachmes d'Athéna Nikèphoros, de Mytilène et de Cos sont présents dans le trésor de Ma’aret en-Nu’man, enfoui vers 161 ; un tétradrachme d'Athéna Ilias figure dans le trésor de Latakié 1759, contemporain du précédent ; des tétradrachmes de Cyzique, d'Athéna Ilias, d'Alexandrie de Troade, de Mytilène et de Cos font partie du trésor de Babylone 1900, qui a été enterré peut-être un peu avant 15018.

25Beaucoup de ces tétradrachmes n'ont pas de bordure au revers. Il en existe une à Cyzique et à Mytilène : c'est une couronne de chêne à Cyzique (pl. II, 14), de lierre à Mytilène. Il est intéressant de constater que le trésor de Ma’aret en-Nu’man renfermait probablement un tétradrachme au portrait d'Eumène II (no 178), pourvu au revers d'une couronne de laurier (pl. III, 16).

Groupe II : entre c. 160 et c. 140

  • 19 Sur les derniers tétradrachmes lysimachéens de Byzance, et les derniers statères d'or de Byzance, (...)

26La décennie 170-160 marqua probablement la fin des émissions d'alexandres en Asie Mineure occidentale. De même, la frappe des lysimaques s'arrêta, sauf peut-être à Chalcédoine, qui, pendant quelques années encore, aurait continué à produire cette monnaie (le monnayage lysimachéen de Byzance s'étant prolongé bien au-delà19).

  • 20 Le terme de stéphanéphore n'est attesté dans notre documentation que pour les monnaies d’Athènes d (...)

27Certains des monnayages à types personnels décrits dans le Groupe I ont continué après 160 ; mais ce qui caractérise les années c. 160-140, c'est qu'un groupe de villes d'Éolide, d'Ionie et de Carie, qui jusqu'alors étaient restées fidèles aux alexandres, optèrent pour un monnayage de tétradrachmes à types personnels qui présente la particularité de porter une couronne de feuillage (souvent une couronne de laurier, parfois une couronne de chêne) autour du type de revers. Une couronne comparable, comme on l'a vu, était apparue sur quelques émissions (civiques et royales) des années précédentes. Cet ornement eut un succès considérable. J'emploierai, selon le vœu de L. Robert, l'expression de monnaies “avec une couronne” pour désigner ces monnayages20.

28Voici la liste des villes d'Éolide, d'Ionie et de Carie qui frappèrent à cette époque des monnaies avec une couronne.

29En Éolide : Myrina (pl. III, 17), Aigai, Kymè (pl. III, 18).

30En Ionie : Smyrne (pl. III, 21), Lébédos, Colophon, Magnésie du Méandre (pl. III, 19), Héraclée du Latmos (pl. III, 20).

31En Carie : Myndos ; à Antioche, qui a probablement aussi frappé des tétradrachmes à types personnels entre 160 et 140, c'est un méandre, non une couronne, qui est placé autour du type de revers.

Observations sur la datation de ces tétradrachmes, sur le volume des monnayages, sur la circulation des monnaies

Groupe I : c. 188 - c. 170-160

  • 21 Une liste commode des trésors contenant des alexandres a été dressée, à la date de 1991, par M. J. (...)
  • 22 Ces deux trésors ont été enfouis en Phrygie ; celui de Mektépini a été publié par Seyrig & Olcay 1 (...)
  • 23 Pamphylie 1977 : cf. CH, 5, 1979), no 43, et 6, 1981, no 34 ; Price 1991 (cf. n. 7) en place l'enf (...)

32La datation des tétradrachmes du Groupe I est fondée sur l'évolution du style, le diamètre des flans, le développement des marques de cités et de monétaires inscrites dans le champ, et surtout sur le témoignage des trésors21. De grands dépôts comme ceux de Mektépini et d'Ayaz-In22, enfouis probablement dans les années d’instabilité qui précédèrent ou suivirent la bataille de Magnésie en 189, donnent un bon aperçu des émissions frappées avant cette date. D'autre part, des trésors comme ceux de Pamphylie 1977, de Latakié 1759, de Ma’aret en-Nu’man 1980, de Gaziantep 1994, de Babylone 1900, enterrés dans le deuxième quart du iie siècle23, contiennent des séries nouvelles d'alexandres, de lysimaques et de tétradrachmes à types personnels : ces séries nouvelles constituent notre Groupe I.

  • 24 Les 5 émissions enregistrées par Kinns 1980, sous les no 276-280, sont issues d'un seul coin de dr (...)
  • 25 Bauslaugh 1979, 29-33 (“Period 4”, c. 190-160).

33Le volume des monnayages qu’on peut placer entre 188 et 170-160 ne saurait être défini avec précision, car peu d’entre eux ont été classés par coins de droit et de revers. Les listes d'alexandres établies par Price donnent seulement une idée de l'importance relative de ces numéraires. Les alexandres de Milet que Price date des années c. 190-c. 165 se répartissent en 30 ou 40 émissions, ceux de Temnos en une vingtaine d'émissions, ceux d'Alabanda en 13 émissions environ. Ces chiffres, à vrai dire, peuvent être trompeurs, car, pour les 6 émissions d'Erythrées, seulement 1 ou peut-être 2 coins de droit ont été utilisés24. Pour Kymé, Price a noté 10 noms de monétaires différents, et à Myrina il a catalogué 4 émissions. Certains monnayages d'alexandres ont été restreints, à Clazomènes et à Téos par exemple. Signalons la production des cités insulaires de Mytilène (Price 1706-1739) et de Chios, où R. Bauslaugh a noté 33 coins de droit pour les années qui nous intéressent25.

  • 26 Bellinger 1961, 22-25 et 93-95. Sur le point de départ de l'ère d’Alexandrie de Troade, voir en de (...)
  • 27 Voir n. 17 et aussi Kinns 1986, 259. Voir également l'étude de Fr. de Callataÿ (1997b, 213-214).
  • 28 Dans une thèse de l'Université de Paris IV soutenue le 21 février 1998 et intitulée Le monnayage h (...)

34Le volume des lysimaques et des monnaies à types personnels du Groupe I est également impossible à évaluer exactement. Grâce aux relevés de A. R. Bellinger, nous sommes bien renseignés sur Ilion et Alexandrie de Troade. A Ilion, les lysimaques que j'ai suggéré de dater entre 188 et 175 ont été frappés avec 4 coins de droit ; ceux des tétradrachmes d'Athéna Ilias que Bellinger place avant 133, avec 20 coins. À Alexandrie de Troade, au cours de la même période, cet auteur a enregistré 6 coins de droit pour les alexandres et 5 pour les tétradrachmes personnels de la cité26. Pour Milet, B. Deppert-Lippitz a réparti les pièces entre 8 coins de droit, mais il est possible que ce chiffre soit à modifier au vu de la nouvelle documentation27. On reste dans le vague en ce qui concerne d'autres ateliers dont on aimerait connaître mieux l'importance de la production28 : à Sidè, par exemple, on a l'impression que les émissions aux types de la ville continuèrent d'être relativement abondantes après 188, mais on ne connaît pas le nombre des coins qui ont été utilisés.

35Bref, l'ensemble de ces monnayages de tétradrachmes semble loin d'être négligeable, mais son ampleur exacte par rapport aux monnayages de l'époque précédente et de l'époque suivante (notre Groupe II) est difficile à préciser.

  • 29 Price 1991,62-65 ; deux trésors de cette liste ne nous concernent pas : 1) le trésor d'Oréos, qui (...)
  • 30 Pour Phasélis, dont le monnayage alexandrin avait été lié à celui des villes pamphyliennes, voir c (...)

36Les lieux de trouvaille des monnaies en question se situent avant tout en territoire séleucide. Prenons par exemple dans l'Alexander de Price (publié en 1991) la liste des trésors qui contiennent des alexandres d'Asie Mineure occidentale frappés après 188. Sur quatorze trésors29, douze ont été trouvés dans le royaume séleucide, un sur les bords de la Propontide et un en Pamphylie (cf. n. 23). Pour le trésor de la Propontide, on pourrait imaginer un lieu de découverte en Bithynie, qui, comme les autres royaumes de la mer Noire (Paphlagonie, Pont) et comme la Cappadoce, était demeurée après 188 dans la zone d'étalon attique. Quant au trésor de Pamphylie, son enfouissement en terre pamphylienne ne surprend pas. Après 188, en effet, la Pamphylie était restée indépendante, au moins pour une bonne part. Les émissions de Sidè indiquent que du point de vue monétaire la cité avait continué d’appartenir à la zone d'étalon attique, et il en fut de même pour Aspendos, au moins aussi longtemps que la cité poursuivit son monnayage alexandrin30.

37De toute façon, c’est essentiellement le sol du royaume séleucide qui a fourni les trésors renfermant les alexandres qui nous intéressent et, peut-on ajouter, les autres tétradrachmes de poids attique d’Asie Mineure occidentale émis à la même époque.

Groupe II : entre c. 160 et c. 140

38La datation des monnayages d’Éolide et d’Ionie avec une couronne est fixée de façon assez précise par les trésors. Aucun spécimen n’est présent dans le trésor de Ma’aret en-Nu’man, dont nous avons déjà parlé, et qui contient tant de pièces d’Asie Mineure : ce trésor a été enfoui vers 161. Aucun tétradrachme d’Éolide et d’Ionie avec une couronne n’apparaît non plus dans les dépôts recensés par H. Seyrig et datés par lui des années 165-160 (Trésors du Levant, 1973 : Alep 1931, Khan Cheikhoun 1940, Tell Kotchek 1952). La même absence est notable dans le Münzschatz aus Babylon, enterré, on l'a vu, probablement un peu avant 150.

  • 31 Voir la liste donnée par Sacks 1985, 1-43, et en particulier 20-21, trésors no 1-9.
  • 32 Jones 1979.
  • 33 Oakley 1982.
  • 34 Voir en dernier lieu Price 1991, 64, qui déduit de la présence de l’exemplaire de Kymè que le trés (...)

39Ces tétradrachmes font leur apparition dans des trésors dont l'enfouissement se situe entre 150 et 14031. Aussi la date de c. 155 que propose K. S. Sacks pour les premières pièces de Myrina avec une couronne semble-t-elle acceptable. N. F. Jones avait suggéré la même date pour le début des émissions de Magnésie32. Une opinion un peu différente a été avancée par J. H. Oakley33 en ce qui concerne Kymè : selon lui, le monnayage avec une couronne de cette cité aurait commencé vers 165-160. Oakley se fondait sur le témoignage du trésor d'Urfa (IGCH, 1772), qui contenait un tétradrachme kyméen (et aucun autre d'Éolide ni d'Ionie) ; mais, comme l'a indiqué Oakley, la date d'enfouissement de ce trésor continue d'être discutée34. On hésite à placer le début du monnayage de Kymè avant 160, car ce monnayage paraît étroitement lié aux autres numéraires d'Eolide et d'Ionie avec une couronne, qui, eux, semblent avoir commencé un peu après cette date.

  • 35 Mattingly 1993, 85.

40Nous avons vu plus haut que M. J. Price situait vers 170 la fin des alexandres de Myrina, de Kymè et de Magnésie de notre Groupe I. Si les monnayages avec une couronne de ces trois villes avaient débuté vers 155, ou en tout cas vers 160-155, il y aurait eu dans la production des trois cités un arrêt d'une décennie environ. Cet intervalle est peut-être un peu trop long : H.B. Mattingly35 a fait remarquer que, à Myrina, les derniers alexandres ont comme symbole un omphalos sous le trône de Zeus (pl. II, 8), et que Apollon, sur les tétradrachmes avec une couronne, a toujours devant ses pieds un omphalos (pl. III, 17) ; Mattingly serait enclin à penser que les deux séries s'étaient succédé sans grande discontinuité : “The meeting-point of Alexanders and autonomous issues… must lie very near 160 bc”.

  • 36 Ce trésor a été signalé par Seyrig 1973, 82-83, “Trésor de Cilicie”, no 23, puis dans CH, 1, 1975, (...)

41Myrina, Kymè et Magnésie sont les trois ateliers qui ont frappé le plus de tétradrachmes avec une couronne. La datation qui est proposée pour leurs émissions de ce type a donc une particulière importance, car il est probable que la production des autres villes d’Éolide et d’Ionie s’est inscrite en gros dans les mêmes limites chronologiques. Un trésor aide à dater la fin de ces monnayages : il s'agit du vaste trésor de Kirikhan36, qui a été enfoui probablement vers 140. Or, ce dépôt contient presque toutes les émissions connues de Myrina, de Kymè et de Magnésie. Les trois auteurs qui ont étudié les tétradrachmes de ces cités estiment donc qu’il faut placer avant 140 leurs dernières monnaies à la couronne : pour Myrina et Magnésie, il a été suggéré que les émissions s'étendraient de c. 155 à c. 145. Au total, il paraît vraisemblable que l'ensemble des monnayages d'Éolide et d'Ionie de poids attique avec une couronne se situe entre 160 et 140.

  • 37 Amandry 1989.
  • 38 Kinns 1980 ; Kinns (1987, 107) a rassemblé un certain nombre de données sur ce point.
  • 39 de Callataÿ et al., 40 ; voir maintenant de Callataÿ 1997, 199-200 (Myrina), 198-199 (Kymè), 205-2 (...)

42Grâce aux études précises qui ont été faites de ces numéraires par K. J. Sacks pour Myrina, par J. H. Oakley pour Kymè, par N. F. Jones pour Magnésie du Méandre, par M. Amandry pour Lébédos37, par Ph. Kinns38 et Fr. de Callataÿ39, nous pouvons avoir une idée du volume de la production dans les différentes cités.

  • 40 Le catalogue de Sacks donne le chiffre de 98 coins ; mais l’un d'entre eux a été reconnu comme fau (...)
  • 41 Fr. de Callataÿ dans sa liste donne pour Héraclée le chiffre de 18 coins.
  • 42 Seuls les tétradrachmes de Smyrne ayant au revers la légende en deux lignes horizontales au-dessus (...)

43Myrina (pl. III, 17) arrive en tête avec 97 coins de droit recensés40 (±111 coins originels). Ensuite vient Kymè (pl. III, 18) : 78 coins de droit (± 84 coins originels) ; puis Magnésie (pl. III, 19) : 36 coins (±38 originels) ; Héraclée du Latmos (pl. III, 20) : environ 30 coins41 ; Smyrne (pl. III, 21)42 : 9 coins ; Lébédos : 8 coins ; Aigai : 4 coins ; Colophon : 1 coin.

44De même que la production des alexandres de l'époque précédente variait considérablement selon les cités, de même celle des tétradrachmes avec une couronne est très inégale d'une ville à l'autre.

  • 43 Les sept trésors cités par Jones pour Magnésie proviennent tous du territoire séleucide ; ces sept (...)
  • 44 Seyrig 1963, “Circulation du cistophore”, 26, n. 3 (= Scripta numism., 30), donne le résultat de s (...)

45L'aire de diffusion de ces tétradrachmes d’Éolide et d'Ionie coïncide avec celle des alexandres qui les avaient précédés. Ils apparaissent en effet à peu près exclusivement dans des trésors découverts sur le territoire séleucide, de la Cilicie à la Susiane. On se reportera aux listes établies par Sachs, Oakley et Jones43. Les observations faites par H. Seyrig apportent aussi sur cette question un témoignage intéressant44.

Comment a-t-on expliqué la frappe de ces tétradrachmes civiques de poids attique entre 188 et 140 ?

46Le rappel des explications proposées ne sera pas long, car un certain nombre d'entre elles, celles de M. Rostovtzeff, de Chr. Boehringer, de A. Giovannini, ont été déjà commentées et critiquées, notamment par H. Seyrig en ce qui concerne Rostovtzeff et par O. Mørkholm en ce qui concerne Boehringer et Giovannini.

  • 45 Rostovtzeff 1939.

47M. Rostovtzeff45 avait eu le mérite de présenter une vue d'ensemble de la circulation monétaire en Orient au iiie siècle et au iie siècle. Constatant l'afflux des tétradrachmes occidentaux dans le royaume séleucide, il considérait que celui-ci, qui, au début, disposait de mines d'argent en Asie Mineure et en Carmanie, avait “très rapidement” perdu la possession de celles d'Asie Mineure et probablement plus tard de celles de Carmanie. Les rois séleucides, privés des sources de métal précieux, auraient donc été amenés à favoriser l'entrée sur leur territoire des monnaies étrangères. Au iie siècle, après le désastre de Magnésie du Sipyle, ils auraient été encore plus tributaires qu'auparavant de l'argent étranger. Eumène II aurait alors conclu avec eux une “entente cordiale”. Le cistophore qu'il avait créé ne se prêtant pas à l'exportation, il aurait fourni du métal aux cités libres d'Asie Mineure, qui auraient frappé des tétradrachmes de poids attique pour alimenter en numéraire la Syrie et la Mésopotamie.

  • 46 Seyrig 1963, “Politique monétaire d'Eumène II”, 26-28 (= Scripta numism., 30-32). La théorie de Ro (...)

48H. Seyrig46 a parfaitement montré que l'argument central de Rostovtzeff, à savoir que le manque de mines aurait conduit les Séleucides à faire appel aux monnaies étrangères, était très faible. Beaucoup d'États de l'Antiquité, bien qu'ils fussent privés de mines d'argent, ont produit un numéraire abondant. Ils pouvaient en effet acheter du métal aux pays qui en possédaient. Ils pouvaient aussi fondre les pièces étrangères que leurs échanges commerciaux leur procuraient. Le fait que tant de tétradrachmes non séleucides aient circulé librement sur l'étendue du royaume de Séleueos I et de ses successeurs a donc une autre raison que celle qu'a supposée Rostovtzeff.

  • 47 Boehringer 1972, 31-39.
  • 48 Voir ci-dessus, n. 20.

49Chr. Boehringer et A. Giovannini se sont particulièrement intéressés aux tétradrachmes d'Asie Mineure avec une couronne, qui, d'une part, sont remarquables par leur présentation et, d'autre part, ont été frappés dans une période historiquement intéressante. Chr. Boehringer47 estimait que la couronne avait commencé à apparaître sur les tétradrachmes de cette région après 168 (victoire des Romains sur Persée à Pydna) : plus précisément après l'attribution, par les Romains, de Délos à Athènes en 166, et la transformation de Délos en port franc. Selon Boehringer, la couronne, plutôt qu'une simple mode décorative, serait le signe d'une sorte d'union monétaire et commerciale à laquelle auraient appartenu non seulement les villes d'Asie Mineure, mais aussi Athènes et les autres cités qui frappèrent à cette époque des monnaies avec une couronne (Chalcis, Érétrie, Syros) ; pour Boehringer, nous l'avons vu48, tous ces tétradrachmes (et pas seulement ceux d'Athènes) étaient appelés stéphanéphores.

  • 49 Voir ibid. L'essai de Giovannini (1978), qui comprend 129 pages, est d'une lecture passionnante, m (...)

50A. Giovannini49, lui aussi, considérait que les monnayages avec une couronne avaient été frappés après 165 environ, et qu'ils avaient tous porté le nom de stéphanéphores ; il était d'avis qu'ils avaient été produits à l'initiative des Romains pour montrer la loyauté envers Rome des cités émettrices ; il s'agissait donc, selon lui, d'un monnayage à caractère exclusivement politique, qui aurait remplacé la monnaie aux types d'Alexandre ; celle-ci aurait été interdite et décriée par les Romains désireux de supprimer toute référence à la monarchie macédonienne.

  • 50 Voir ci-dessus, n. 20.
  • 51 Mørkholm 1980, 145-158.
  • 52 Mørkholm (1984) a repris sa démonstration en ce qui concerne Athènes. Je reviendrai plus loin sur (...)

51Après la ferme mise en garde de L. Robert, qui avait souligné en 197750 que, dans notre documentation, le terme de stéphanéphore n'était attesté que pour les tétradrachmes d’Athènes, O. Mørkholm51, en 1980, a présenté une critique détaillée de la théorie de Giovannini. J’attire l’attention sur deux des points du développement de Mørkholm : d’une part il a indiqué avec raison que les monnayages avec une couronne ne formaient qu’une part (la part la plus importante, il est vrai) des monnayages civiques de cette époque et qu'il était difficile d'admettre que les cités aux monnayages sans couronne auraient marqué, par l’absence de cet ornement, leur refus d'être loyales envers les Romains ; d'autre part, il s'est efforcé d'établir que les monnayages avec une couronne n'avaient pas tous commencé en même temps et après 166 ; selon lui, plusieurs ateliers auraient utilisé cet ornement avant c. 170 ; il était convaincu notamment que les premiers tétradrachmes d'Athènes stéphanéphores (dits du'nouveau style') étaient antérieurs à 17552.

52Mørkholm, comme L. Robert, concluait que la couronne avait constitué une mode, qui aurait été lancée dans les années 185-170 et qui aurait eu un très vif succès en Éolide et en Ionie à partir de c. 160 : “All along it was a question of nothing but a fashion which the cities could and did accept or reject as they pleased. The attempt at reading an économie or political significance into the use of the wreaths must be, in spite of ail attractions, discarded”.

  • 53 Picard 1982 ; ce texte est une réponse à une communication de A. Giovannini.

53Une autre réfutation approfondie de l’opinion de Giovannini a été faite par O. Picard53, dont le jugement est net : “On le voit, de quelque côté qu’on la prenne, l’hypothèse d’un décri des alexandres suggéré ou imposé par les Romains n’est pas défendable”.

  • 54 Jones 1979, 90-100.
  • 55 Oakley 1982, 19-20 ; les remarques que fait Oakley sur la circulation des tétradrachmes d'Abydos s (...)
  • 56 Sacks 1985, 26-29 ; Amandry 1989, 7.

54Les savants qui ont dressé le corpus des monnayages avec une couronne de Magnésie, de Kymè, de Myrina et de Lébédos ont à leur tour donné leur avis sur le sujet. Je résume leurs explications, sans entreprendre de les commenter. N. F. Jones54 a estimé que l’institution du cistophore (monnaie à types très particuliers) dans le royaume de Pergame aurait incité les villes libres à abandonner les types de Lysimaque ou d’Alexandre et à choisir des types personnels, avec ou sans couronne ; d’autre part, le système fermé établi par Eumène aurait poussé les villes à chercher de nouveaux marchés, par exemple en relation avec Délos, ou à intensifier des échanges déjà existants, comme avec la Syrie. J. H. Oakley55 a souligné de son côté la continuité qu’on observe dans la circulation des séries que j’ai classées dans mon Groupe I et dans mon Groupe II. Il pense que les tétradrachmes avec une couronne n’ont pas tous commencé à la même date et qu’ils ont pu être frappés pour des raisons diverses et en vue de destinations différentes, si bien qu’il est impossible d’en donner une explication unique. K. S. Sacks et M. Amandry56 ont indiqué que la présence dans le royaume séleucide de ces monnaies était due à un mouvement commercial depuis longtemps attesté : les marchands occidentaux venaient acheter avec leur argent les produits de l’Orient proche et lointain. Sacks, et Oakley, acceptent l’idée que la gravure d’une couronne autour du type de revers a été l’expression d’une mode artistique.

  • 57 Kinns 1987. 107.

55En dernier lieu, Ph. Kinns57 a repris, dans une certaine mesure, l’hypothèse de Rostovtzeff : les tétradrachmes de mes Groupes I et II (188 - c. 140) auraient été produits sous le contrôle des Attalides, qui dans beaucoup de cas auraient fourni aux cités le métal précieux ; ces émissions représenteraient le numéraire utilisé par les rois de Pergame pour leurs transactions avec l’étranger, le cistophore étant exclu de ces transactions.

Réflexions sur les tétradrachmes de poids attique frappés en Asie Mineure entre 188 et c . 140

56Quelques observations de caractère général peuvent être présentées.

571) Comme plusieurs auteurs l’ont souligné, il ne faut pas séparer les tétradrachmes à la couronne des tétradrachmes frappés par les cités libres d’Asie Mineure à l’époque précédente et au iiie siècle. Toutes ces émissions sont caractérisées par l’emploi de l’étalon attique, qu’il s'agisse d'alexandres, de lysimaques ou de numéraires à types personnels. Cet étalon fut constamment utilisé par les villes, chaque fois que leur statut et leurs possibilités leur permirent de produire des tétradrachmes. Elles firent preuve d’une grande continuité dans le domaine métrologique, et, jusqu'en 160 environ, elles montrèrent une prédilection pour le nom et les types d’Alexandre.

582) Le volume des tétradrachmes émis par ces villes du début du iiie siècle jusqu'en 140 environ a varié selon les circonstances. Pendant une bonne part du iiie siècle, la présence énergique des rois ne laissa qu'à un petit nombre de cités la possibilité de produire un monnayage personnel, qui fut en général peu abondant : les tétradrachmes municipaux du trésor de Meydancikkale, enfoui vers 240-235, ne représentent qu’un très faible pourcentage des pièces que contenait ce dépôt. La situation se modifia dans les décennies suivantes, au cours desquelles les Séleucides connurent de graves difficultés : les monnayages civiques, dont beaucoup avaient cessé complètement, prirent alors un nouveau développement. Après 188, la stabilité politique garantie par les Romains donna aux villes qu’ils avaient déclarées libres toute latitude dans le domaine des émissions monétaires. Des comparaisons précises entres les diverses périodes ne sont pas possibles, car les corpus ne sont pas encore assez nombreux.

  • 58 Chios, qui avait frappé régulièrement des alexandres à l'époque précédente, n'avait utilisé que 1 (...)

59Entre 188 et c. 140, ce sont les dernières séries, c'est-à-dire les tétradrachmes avec une couronne, que nous connaissons le mieux, grâce aux études signalées plus haut. Supposons que ce monnayage ait duré une dizaine d'années, de c. 155 à c. 145. Le nombre de coins de droit gravés à Myrina et à Kymè pendant ce laps de temps ne manque pas de surprendre : 10 en moyenne par an à Myrina, 8 à Kymè58. Magnésie et Héraclée du Latmos ont eu aussi une production plus qu'honorable (respectivement 4 et 3 coins par an en moyenne). Les autres cités, Smyrne, Lébédos, Aegae et Colophon ont été plus modestes.

60Il semblerait que, proportionnellement, le monnayage avec une couronne ait été plus abondant que celui des alexandres. Mais ce n'est peut-être qu'une apparence. En fait, les alexandres ont été émis dans un plus grand nombre d'ateliers que les tétradrachmes avec une couronne, et il n’est pas exclu que la production globale des deux séries soit moins dissemblable qu'il ne paraît.

  • 59 Ce sont les no 178 et 457 du trésor (cf. ci-dessus, n. 18).
  • 60 Sur ces diverses questions, voir Le Rider 1989, 172-176 ; pour Éphèse, voir aussi Le Rider 1991, 1 (...)

613) La continuité du comportement monétaire des cités autonomes d'Asie Mineure semble indiquer qu'il est inutile de supposer que, après 188, leur monnayage aurait été suscité par le roi de Pergame, ou, après 168, par les Romains. Quelques villes ont probablement frappé des tétradrachmes assez régulièrement. D'autres, on peut le présumer, ont produit leurs tétradrachmes dans certaines occasions seulement, ce qui expliquerait le caractère épisodique de plusieurs des numéraires. En ce qui concerne le roi de Pergame, il me paraît peu vraisemblable qu’il ait été amené à recourir aux bons offices des cités libres pour les paiements qu'il avait à faire en monnaies de poids attique. Il semble bien, d'une part, qu'il ait frappé lui-même, parallèlement aux cistophores, quelques tétradrachmes de ce poids (des “philétaires”), auxquels il convient d'ajouter l'émission exceptionnelle au portrait et au nom d'Eumène II ayant au revers les Dioscures entourés d'une couronne de laurier (pl. III, 16) : cette émission doit être de peu antérieure à 161, si on en juge par l'excellent état de l'exemplaire qui appartenait vraisemblablement au trésor de Ma’aret en-Nu’man ; ce trésor contenait aussi un superbe spécimen, de même poids, au nom d'Athéna Nikèphoros59, frappé aussi selon toute probabilité à Pergame (pl. III, 15). Nous avons d'autre part de bonnes raisons de penser que l'atelier d'Éphèse, en plus des cistophores, produisait à cette époque des drachmes d'argent de poids attique et on a conjecturé que cet atelier avait émis, en outre, quelques statères d’or selon cet étalon60. Enfin, Eumène et ses successeurs pouvaient réserver à leurs transactions externes une part des tétradrachmes d'étalon attique qui arrivaient aux frontières de leur royaume et que les marchands étrangers étaient tenus d'échanger contre des cistophores pour leurs achats sur le territoire pergaménien.

624) Tous les commentateurs ont noté l'affluence des tétradrachmes des cités d'Asie Mineure occidentale dans les trésors du royaume séleucide. Cela est vrai aux différentes époques que nous avons examinées. Les pièces frappées au iiie siècle et au début du iie, aux types d'Alexandre, de Lysimaque et à types personnels, sont présentes au cœur du royaume. Les émissions des années 188-160 continuent d'arriver abondamment en Syrie, et on ne peut que constater le grand nombre des tétradrachmes avec une couronne dans les trésors syriens enfouis après 150. Nous avons noté en outre (p. 46) que presque tous les trésors dans lesquels ces monnaies sont présentes ont été mis au jour dans le royaume séleucide, en Cilicie, en Syrie et en Mésopotamie.

635) Ce royaume a donc exercé une attraction particulière sur les monnayages que nous étudions. Certes, il ne faut pas se laisser tromper par les apparences. Si nous possédons tant de témoignages sur la présence de ces tétradrachmes chez les Séleucides, c'est parce que ces derniers, on le sait, permettaient aux monnaies étrangères de pénétrer librement dans leurs possessions. Ce n'était pas le cas dans le royaume attalide après l'institution du cistophore ni à Rhodes (pérée comprise). Il serait donc abusif d'affirmer que les alexandres et les monnaies avec une couronne d'Asie Mineure des années 188-140 ont servi exclusivement aux échanges avec le royaume séleucide. Il est probable (comme je l'ai suggéré un peu plus haut) que certaines de ces pièces furent introduites par des négociants dans le territoire pergaménien et rhodien, où, selon la règle imposée, elles étaient échangées contre du numéraire local : ou bien elles étaient ensuite fondues pour être transformées en cistophores et en plinthophores, ou bien les autorités pergaméniennes et rhodiennes gardaient en réserve une partie d'entre elles pour leurs transactions avec l'extérieur, et notamment avec la Syrie.

64N'oublions pas non plus les trésors de la Propontide et de Pamphylie, qui fournissent, à l'époque des alexandres, deux lieux de trouvaille en dehors du territoire séleucide.

65Néanmoins, même si le numéraire de poids attique des cités d'Asie Mineure n'a pas été réservé totalement au royaume séleucide, je considère comme vraisemblable que ces cités, lorsqu'elles frappaient leurs tétradrachmes de cet étalon, avaient surtout en vue leurs relations avec ce royaume, et je propose d'expliquer dans cette perspective leur comportement monétaire.

Remarques sur le système monétaire séleucide

  • 61 Voir Le Rider 1986, 32-39, et surtout 1996/1997,811-828.

66J'ai tenté ailleurs61 d'exposer une interprétation du système monétaire des Séleucides, et je me contenterai ici de résumer les observations qui peuvent éclairer la présente enquête.

67Les Séleucides, à la différence des Ptolémées, conservèrent pour leurs monnaies en métal précieux l'étalon attique d'Alexandre. D’autres Etats voisins ayant opté aussi pour cet étalon, une vaste zone où étaient frappés des numéraires de même poids se trouva constituée. A l'intérieur de cette zone, le royaume séleucide tint au iiie siècle une place dominante, du fait de son immensité, de sa richesse et de sa puissance. Les espèces qui y circulaient nous sont connues grâce à de nombreux trésors monétaires. Ceux-ci comprennent, outre des monnaies royales séleucides, des monnaies au nom et aux types d'Alexandre et de Lysimaque, des monnaies des rois de Pergame et de Macédoine, des monnaies de cités à types personnels. Il apparaît que ces divers numéraires (de poids attique) entraient sans formalité dans le royaume et servaient aux transactions aussi bien publiques que privées.

68En outre, et ceci est plus surprenant, les monnaies royales séleucides sont très souvent minoritaires dans les trésors ; elles en sont parfois même absentes.

69Pendant longtemps, les tétradrachmes au nom et aux types d'Alexandre jouèrent un rôle prépondérant. Jusqu'au dernier quart du iiie siècle, les émissions appartenant à la fin du règne d'Alexandre et aux années qui suivirent immédiatement sa mort furent de loin les plus nombreuses au sein de cette circulation monétaire, car elles avaient été produites massivement ; il s'y ajouta des alexandres frappés dans la première moitié du iiie siècle par des cités autonomes, par le roi de Macédoine et par les Séleucides eux-mêmes. Plus tard, à la fin du iiie siècle, de nouveaux apports permirent à ce numéraire de conserver la suprématie : il faut signaler en particulier la production relativement abondante de Phasélis, de Pergè et d'Aspendos. Enfin, les émissions des années 188-160 que nous étudions contribuèrent à maintenir l'utilisation des alexandres.

70Quel était le statut de cette monnaie, et des autres monnaies étrangères, dans le royaume séleucide ? Le témoignage concordant des trésors atteste, nous l'avons vu, qu'elles y étaient acceptées dans les transactions, sans avoir besoin d'être échangées contre des monnaies de Séleucos ou d’Antiochos.

  • 62 Seyrig 1966, 7, et 1973, 87-88.

71Toutefois, selon H. Seyrig62, il ne faudrait pas en déduire que le numéraire allogène avait, à poids égal, la même valeur que la monnaie royale. Celle-ci bénéficiait, dit Seyrig, d'une plus-value, qui faisait que sa valeur nominale était supérieure à sa valeur métallique intrinsèque ; les monnaies étrangères, au contraire, n'auraient possédé sur le territoire séleucide que leur valeur métallique, “sans la prime qui s'attache toujours à la monnaie officielle du lieu”.

72Ces diverses observations et réflexions suscitent de ma part le commentaire suivant.

731) Le fait que les espèces étrangères échappaient à la nécessité du change constituait déjà pour les détenteurs de ces espèces un sérieux avantage. En effet, beaucoup d'autres Etats imposaient l'obligation d'utiliser dans les transactions internes uniquement le numéraire local : à l'entrée dans un pays, un marchand était tenu d'échanger contre des monnaies épichoriques les espèces étrangères qu'il apportait, et avait donc à payer une taxe au change. Cette taxe n'existait pas dans le royaume séleucide pour les monnaies de poids attique.

742) L'opinion de H. Seyrig, selon laquelle, dans le royaume, la monnaie du souverain jouissait d'une prime, me paraît extrêmement vraisemblable. Je nuancerais en revanche sa seconde proposition. Je crois en effet que certains numéraires, dans l'usage, étaient préférés à d'autres et acquéraient ainsi une cote plus élevée. Je suppose que c'était le cas des alexandres, qui impressionnaient par leur nombre et auxquels le nom et les types du grand conquérant conféraient du prestige. Je suggérerais que cette monnaie était acceptée à une valeur supérieure à sa valeur métallique, sans être toutefois aussi cotée que la monnaie royale.

75Pour tous les étrangers que leurs affaires appelaient dans le royaume séleucide, la possession d’alexandres était donc, selon mon point de vue, avantageuse. Je pense qu'il faut chercher dans le profit ainsi réalisé une des raisons (et peut-être la raison principale) qui déterminèrent des cités d'Asie Mineure à frapper leur numéraire sous la forme d’alexandres. Au lieu d'émettre des monnaies personnelles qui auraient été prises à leur poids de métal (ou à une valeur proche de ce poids), elles produisaient, en émettant des alexandres, des pièces qui jouissaient d’une cotation intéressante.

76Au iiie siècle, les villes en question étaient en contact permanent avec le royaume séleucide, qui s'étendait jusqu'à leurs frontières. Après 188, elles maintinrent leurs relations avec la Syrie. Leur position géographique le long de la mer Égée leur donnait un rôle dans la diffusion des marchandises venant de l'Orient proche et lointain, marchandises que leurs commerçants allaient chercher eux-mêmes dans le royaume séleucide.

77H. Seyrig, parlant des tétradrachmes de Phasélis, de Pergè et d'Aspendos, écrit que ces cités avaient pratiqué une “industrie de la monnaie”. Je comprends cette expression de la façon suivante : les villes en question se seraient efforcées de produire en vue du commerce avec le royaume séleucide autant d'alexandres qu'elles pouvaient, pour obtenir le profit monétaire qu'apportait la cotation favorable de ce numéraire. Cette motivation, à mon avis, non seulement aurait développé l’activité émettrice de ces ateliers, mais aussi, probablement, aurait orienté un plus grand nombre de commerçants vers le royaume séleucide.

78Quelques cités, dira-t-on, ont cependant à cette époque frappé des lysimaques ou des monnaies à leurs types personnels, telle Sidè à partir de la fin du iiie siècle. Comme on l'a vu, les ateliers producteurs de lysimaques étaient groupés autour des Détroits, et avaient des intérêts propres qui les amenaient à préférer cette monnaie, même si elle était moins bien cotée dans le royaume séleucide. Quant à Sidè, son cas est effectivement surprenant, car elle se trouvait dans un environnement où des alexandres étaient frappés en abondance. Les Sidétains ont peut-être privilégié des problèmes de fiscalité interne, mais j'hésiterais à me prononcer à ce sujet.

79Le fait que, entre 188 et 160, les cités libres d'Asie Mineure occidentale ont continué, pour la plupart, à frapper des alexandres me paraît indiquer que, malgré l'extension territoriale de Pergame et de Rhodes et l'amoindrissement du royaume séleucide, elles considéraient ce dernier, qui demeurait malgré tout plein de ressources, comme leur principal partenaire commercial.

80C'est la politique monétaire des Séleucides qui, à mon avis, explique le maintien des alexandres en Asie Mineure à une époque où ce numéraire ne jouissait plus d'aucune faveur chez les Attalides et avait peut-être perdu ses privilèges en Macédoine, dont les difficultés financières apparaissent clairement sous le règne de Persée. M. J. Price, au terme de son exposé sur les trésors d'alexandres, écrit que ce numéraire “played little part in the circulation of northern Greece under Philip V and Perseus” (Price 1991, 64).

81Comme les alexandres, les tétradrachmes avec une couronne des années 160-140 étaient faits avant tout pour la Syrie, ainsi que le montrent leur poids attique et leurs lieux de trouvaille. Mais pourquoi les cités d'Asie Mineure ont-elles abandonné la frappe des alexandres ? Et pourquoi ont-elles manifesté cette prédilection pour la couronne du revers ?

L'abandon de la frappe des alexandres en Asie Mineure vers 170-160

  • 63 Picard 1982, 249-50.

82Écartant la thèse de Giovannini selon laquelle les alexandres auraient été interdits par les Romains, O. Picard63 a cherché des raisons plus convaincantes à l'arrêt de leur frappe. Cette monnaie, dit-il, s'était imposée jusqu’alors pour payer la solde des mercenaires et, en outre, elle avait permis dans certains cas, grâce à ses types royaux, “de résoudre élégamment le problème politique des rapports entre un souverain et une cité de la symmachie qui avait besoin non seulement de monnaies à types locaux et à circulation locale, mais aussi de monnaies qui soient largement acceptées”. Or, observe O. Picard, la mainmise de Rome marqua la fin des guerres royales et donc du recrutement de mercenaires sur une large échelle. D’autre part, les cités n'eurent plus les mêmes rapports monétaires avec les rois subsistants. Les alexandres, dans ces conditions, n'avaient plus d'utilité.

83Ces considérations ne manquent certainement pas d'intérêt. Cependant, de même que j'ai suggéré que le royaume séleucide avait été pour une grande part responsable de la frappe des alexandres dans les cités d'Asie Mineure occidentale, – de même je suis tenté de penser que c'est surtout en fonction de ce royaume qu'il convient d'interpréter l'abandon de ce numéraire par ces cités vers 170-160. Je présenterai les réflexions suivantes.

841) Il est possible que certains événements concernant l'Asie Mineure aient provoqué des perturbations dans l'activité commerciale des cités : celles-ci auraient été amenées à suspendre pendant quelques années leurs relations avec la Syrie. Quand ces relations auraient repris, les villes d'Eolide et d'Ionie n'auraient pas choisi de nouveau les types d'Alexandre, mais des types personnels.

85Nous savons que la décennie 170-160 fut marquée par des événements qui purent avoir des répercussions sur l'activité des villes. Les troubles qui accompagnèrent l'insurrection des Galates (168-166) rendirent probablement périlleuse la route terrestre qui reliait la mer Egée à la Syrie, et il n'est pas exclu que les pirates de Cilicie Trachée aient profité des circonstances pour redoubler d'ardeur et régner sans retenue sur la voie maritime. De même, les mauvaises relations que les Romains entretinrent après Pydna (juin 168) avec Eumène II et les Rhodiens purent affecter dans une certaine mesure l'activité des villes libres.

  • 64 Voir Leschhorn 1989, 30-31 ; voir aussi Augé et al., 58-59.

86Admettons qu'il y ait eu une interruption de quelques années dans les émissions de tétradrachmes en Asie Mineure. Au moment où les cités auraient recommencé à frapper cette dénomination (vers 160-155), l'époque des monnayages aux types d'Alexandre et de Lysimaque pouvait paraître révolue. Plusieurs cités des Détroits avaient renoncé depuis déjà un certain temps aux lysimaques et les tétradrachmes à types personnels devenaient plus fréquents, comme nous l'avons vu. Phasélis, Pergè et Aspendos, qui s'étaient distinguées dans la frappe des alexandres, avaient cessé ce monnayage, Phasélis et Pergè vers 188, Aspendos vers 180. Sidè, pendant ce temps, poursuivait avec vigueur ses émissions à types personnels64.

87Nous avons vu toutefois que l'idée d’une interruption entre 170 et 160 dans le monnayage de tétradrachmes des villes d'Asie Mineure occidentale demeurait hypothétique : à Myrina, je l'ai indiqué, un élément du revers suggérerait une grande proximité entre la fin des alexandres et le début des tétradrachmes avec une couronne. Il convient donc d'être prudent. Peut-être faut-il considérer simplement qu'une désaffection s'était manifestée à l'égard des tétradrachmes aux types d'Alexandre (et de Lysimaque), qui avaient fini par sembler obsolètes et n'étaient plus au goût du jour.

882) J'ai supposé que, si les cités avaient persévéré à frapper des alexandres jusqu'en 170-160, c'était surtout à cause des avantages financiers qui étaient attachés à ce numéraire. On pourrait donc se demander si ces avantages n'avaient pas disparu (ou n'étaient pas en voie de disparition) dans le royaume séleucide vers cette date, ce qui aurait eu comme conséquence l'arrêt des émissions d'alexandres en Asie Mineure.

  • 65 Ci-dessus, n. 18.

89A première vue, une telle suggestion ne paraît pas fort convaincante. En effet, les trésors trouvés en territoire séleucide et datant des années 165-160 contiennent une très forte proportion d'alexandres et montrent que cette monnaie tenait toujours, à cette époque, une place considérable dans la circulation. Les dépôts décrits par H. Seyrig dans Trésors du Levant (Seyrig 1973, 49-72) sont clairs sur ce point, et leur témoignage est confirmé, si c'est nécessaire, par le contenu du trésor de Ma’aret en-Nu’man65, dont l'enfouissement peut être placé vers 161 : les 536 pièces répertoriées se répartissent en 263 alexandres (presque 50 % du total), 170 tétradrachmes royaux séleucides, 59 tétradrachmes de Sidè à types personnels, 24 lysimaques et des monnaies diverses.

  • 66 Metcalf 1994, 19-54 ; Metcalf a montré que le trésor d'Aintab (aujourd'hui Gaziantep), daté par H. (...)

90En outre, W. E. Metcalf66 a souligné récemment que des alexandres, en des quantités non négligeables, avaient continué à circuler dans le royaume séleucide dans la seconde moitié du iie siècle et il a cité plusieurs trésors qui attestent la permanence de ce numéraire.

  • 67 Certains trésors décrits par H. Seyrig, comme celui de Khan Cheikhoun et celui de Tell Kotchek, ne (...)
  • 68 Quelques émissions d'Alexandre furent frappées aussi à Arados après 188, mais en nombre limité : v (...)

91Pourtant, l'examen des trésors qui viennent d'être mentionnés donne à réfléchir. Dans le dépôt de Ma’aret en-Nu’man, dont la composition est, apparemment, plus significative que celles d'autres lots67, sur les 263 alexandres, 182 ont été frappés à Phasélis, Pergè et Aspendos, trois ateliers où l'émission de la monnaie alexandrine avait cessé depuis vingt à trente ans ; une vingtaine d'autres alexandres sont eux aussi relativement anciens ; une soixantaine seulement ont été émis après 188 et, parmi eux, 13 exemplaires de Mytilène et de Chios68. Il semblerait que vers 165-160 les alexandres fussent arrivés à un moment critique de leur existence, les émissions postérieures à 188 n'étant probablement pas assez abondantes pour assurer le renouvellement et la pérennité de ce type de numéraire. Ce qui avait fait sa force au iiie siècle, c'était la présence massive, dans la circulation, des pièces frappées par Alexandre et ses successeurs immédiats. Ces pièces avaient pratiquement disparu au iie siècle, du moins les tétradrachmes.

  • 69 Voir le tableau provisoire proposé par Houghton 1991, 80.

92Une autre observation laisserait penser que les alexandres commençaient vers 170-160 à perdre leur prééminence dans le royaume séleucide : on constate que la production des tétradrachmes royaux, qui était restée modeste encore sous Antiochos III (223-187) et Séleucos IV (187-175), au rythme de deux coins de droit par an en moyenne dans l'atelier d'Antioche, passa dans cet atelier à huit coins annuels en moyenne dans la dernière partie du règne d'Antiochos IV (c'est-à-dire de c. 169/168 à 164) et à plus de dix coins à partir de Démétrios I (161-150)69. De fait, les tétradrachmes d'Antiochos IV et d'Antiochos V (164-161) sont fort nombreux (no 44-170) dans le trésor de Ma’aret en-Nu’man.

93Il n'est donc pas impossible, me semble-t-il, que les privilèges jusqu'alors attachés au numéraire alexandrin aient diminué peu à peu dans le deuxième quart du iie siècle et que cette situation ait contribué à détourner les cités d'Asie Mineure de poursuivre leurs émissions aux types d'Alexandre.

Les tétradrachmes avec une couronne dans le royaume séleucide a partir de 160-155

  • 70 Seyrig 1973, 76.

94H. Seyrig disait de ces tétradrachmes d'Asie Mineure avec une couronne qu'ils étaient les “nouveaux envahisseurs du marché” syrien70. La présence de cette couronne est tellement frappante qu'on ne peut s'empêcher de penser qu'elle avait constitué une marque de reconnaissance, comme si, dans la circulation syrienne, à l'uniformité des types d'Alexandre avait succédé une autre uniformité, donnée par la couronne du revers. On peut supposer que ces monnaies à types variés furent considérées par les autorités syriennes comme un seul numéraire, placé sous le signe de la couronne, et il n'est pas exclu que ce numéraire ait obtenu lui aussi une certaine faveur et une cote avantageuse dans les transactions.

95Le motif de la couronne était certainement dans le style de l'époque. Cependant, avec Chr. Boehringer, je serais porté à conjecturer que les cités d'Éolide et d'Ionie ont adopté ce motif non seulement parce qu'il était à la mode, mais aussi parce qu'il fournissait à leur numéraire une marque commune, utile à leur commerce avec les Séleucides.

96Un problème digne d'attention est posé par le récent trésor de Gaziantep : les monnaies à la couronne d'Eolide et d'Ionie auraient-elles été précédées en Syrie par des tétradrachmes d'Athènes stéphanéphores ?

  • 71 Voir ci-dessus, n. 15.
  • 72 Metcalf 1994.

97Le trésor de Gaziantep71, trouvé en 1994, contenait 210 tétradrachmes. Une bonne part d'entre eux (139 exemplaires) ne suscitent aucun étonnement : ce sont des alexandres d’Asie Mineure occidentale (119) et des pièces de Sidè (20). La date d’enfouissement proposée pour ces alexandres par les trois auteurs de la publication est 165-160. Je crois que nous pouvons accepter cette date, si nous nous fondons sur le poids des alexandres de Phasélis, de Pergè et d'Aspendos. W. E. Metcalf72 a utilisé ce critère pour placer le trésor qu'il étudie, ainsi que le trésor d'Aintab, entre 140 et 120 : dans ces deux trésors la majorité des poids, pour les trois villes, vont de 16.10 g à 15.30 g ; dans le trésor de Gaziantep, ils vont de 16.70 g à 16.30 g, ce qui semble confirmer l’idée que l'enfouissement du trésor a eu lieu vers les années 165-160.

98Or, le trésor de Gaziantep renfermait aussi 71 tétradrachmes d’Athènes du nouveau style, qui y sont représentés jusqu'à la 22e émission du corpus de M. Thompson.

  • 73 Mørkholm 1984.

99Cette composition provoque une réelle surprise. Car la chronologie haute adoptée par M. Thompson est depuis longtemps abandonnée, et la chronologie moyenne suggérée par O. Mørkholm73 est généralement regardée avec scepticisme. Les spécialistes, pour la plupart, se sont prononcés en faveur de la chronologie basse, selon laquelle la première émission du nouveau style athénien est à placer en 166 ou 165 ; cette datation, il faut le reconnaître, est fondée sur de bons arguments.

  • 74 Voir les commentaires des auteurs de la publication du trésor, Augé et al. 1997, 61-63.

100Si on faisait confiance au trésor de Gaziantep74, le nouveau style semblerait avoir débuté vers 185, ce qui donnerait raison à Mørkholm pour la date initiale de ce monnayage. Mais, d'autre part, le fait que le témoignage du trésor conduirait à placer la 22e émission vers 165-160 compromettrait la reconstruction de Mørkholm, qui, tenant compte de la suite du monnayage, considérait que les premières émissions ne s'étaient pas succédé annuellement et que la 22e émission tombait peu avant 140 !

  • 75 Voir en dernier lieu Le Rider 1996, 61-62.

101Les partisans de la chronologie basse ne manqueront pas de critiquer le trésor de Gaziantep. On peut se demander d'abord si les alexandres, malgré leur poids, ont été réellement enterrés vers 160 et non pas vingt ans plus tard. On peut se demander ensuite si les monnaies de la trouvaille de Gaziantep appartiennent vraiment à un même trésor : ne s'agirait-il pas de deux lots distincts qui auraient été juxtaposés dans la même cachette ? Les auteurs de la publication écrivent que les monnaies n'étaient pas “véritablement groupées” : elles ont été “ramassées dans un espace de moins d'un mètre”. Enfin, à supposer que les alexandres aient été enfouis vers 160 et que toutes les monnaies décrites fassent partie d'un même ensemble, les tétradrachmes athéniens n'auraient-ils pas été ajoutés plus tard à un groupe de pièces thésaurisées depuis déjà une vingtaine d'années ? Une telle explication, je l'ai souligné75 ailleurs, ne doit être avancée qu'avec prudence : elle apparaît souvent comme un moyen commode d'écarter le témoignage d'un trésor qui s'oppose à la chronologie dont on est partisan.

102Les questions soulevées par le trésor de Gaziantep sont donc délicates et il vaut mieux, pour l'instant, ne pas se prononcer. Le problème de savoir si les monnaies à la couronne d'Eolide et d'Ionie auraient été précédées en Syrie par des tétradrachmes athéniens du nouveau style reste en suspens.

  • 76 Seyrig 1973, 85-86 ; le terme de “paradoxal” est utilisé par H. Seyrig dans son index de la p. 125 (...)
  • 77 Signalons que deux trésors, l'un trouvé au Liban vers 1985, l'autre contenant des monnaies avec un (...)

103H. Seyrig s'étonnait de “la rareté relative, et paradoxale,” de ce numéraire athénien dans les trésors de Syrie76. La découverte de Gaziantep, où les tétradrachmes du nouveau style sont nombreux, atténue un peu cette affirmation, mais ne l'invalide pas77. Une possibilité serait qu'Athènes, après 166, disposant désormais de Délos, ait été amenée à orienter son commerce dans des directions qui ne privilégiaient pas l'Orient séleucide. Mais nous ne pouvons que former des conjectures.

104L’émission des tétradrachmes de poids attique avec une couronne semble avoir pris fin en Eolide et en Ionie vers 140, donc avant les événements qui marquèrent le passage du royaume de Pergame entre les mains du Peuple Romain. Comment expliquer l'arrêt de ce monnayage avec une couronne ? Faut-il en chercher la cause dans les problèmes internes des cités ? Mais lesquels ? Ou faut-il supposer que l'insécurité croissante du trajet maritime entre l'Asie Mineure et la Syrie, du fait des pirates ciliciens, aurait sérieusement gêné les échanges commerciaux ? Ou, enfin, faut-il penser que l'anarchie qui régna en Syrie entre 147 et 139/8, depuis le débarquement de Démétrios II en Cilicie jusqu'à la prise du pouvoir par Antiochos VII, aurait découragé les marchands ? Ce qui apparaît comme à peu près certain, c'est que, après c. 140, les cités d'Asie Mineure n'émirent plus de tétradrachmes destinés au royaume séleucide. Les tétradrachmes avec une couronne d'Abydos (et de Ténédos), frappés plus tard, sont complètement absents de ce royaume (voir n. 44).

***

105Beaucoup d’auteurs se sont étonnés que certaines cités d’Asie Mineure aient pu frapper tant de tétradrachmes : l'extrême abondance des monnaies de Myrina et Kymè avec une couronne, par exemple, peut effectivement provoquer quelque surprise. C'est pourquoi on a parfois suggéré que le métal précieux avait été fourni aux villes par une grande puissance, en l'occurrence le royaume de Pergame ou même l'État romain.

106Il ne faut pas oublier cependant que les cités d'Asie Mineure occidentale avaient depuis lontemps une activité monétaire notable : songeons, pour le ive siècle, aux statères d'or de Lampsaque, aux monnaies d’électrum de Cyzique, aux tétradrachmes d’Éphèse. Leur situation de ports maritimes permettait à ces cités de développer les échanges commerciaux et d'acquérir ainsi une bonne partie du métal précieux nécessaire. Je suppose que, à certains moments, la possession d'un statut politique favorable et l'existence de conditions avantageuses faites à l'exportation de leur numéraire ont pu inciter plusieurs villes à consacrer une large part de leurs ressources à ce que Henri Seyrig a appelé “l'industrie de la monnaie”.

Notes

1 Voir sur cette question mes exposés Le Rider 1986 et 1996/7.

2 La date de l'institution du cistophore continue d’être discutée ; j'avais fait le point sur les datations proposées (Le Rider 1989, 164-169). Depuis lors, K. W. Harl (1991) a plaidé, comme l'avait fait R. E. Allen (1983, 112-13), en faveur du témoignage de Tite Live, qui mentionne des cistophores dans les triomphes de Manius Acilius Glabrio en 190, de L. Aemilius Regulus et de L. Cornelius Scipion en 189 et de Cn. Manlius Vulso en 187. Selon Harl (et Allen), l'emploi du terme de cistophore par Tite Live pour des événements ayant eu lieu en 190-187 n'est pas anachronique : le cistophore a été institué à Pergame par Eumène II avant 190. Harl a raison de souligner que les arguments présentés en faveur d'une date plus basse (après 188) ne sont pas contraignants. Ceux qu'il avance luimême en faveur d'une date avant 190 n'emportent pas davantage la conviction. En ce qui concerne Tite Live, j'approuve pleinement pour ma part les remarques de H. Seyrig (1963, 24, n. 1) sur le triomphe de Glabrio : Glabrio avait remporté ses succès en Grèce, sur les Étoliens et (aux Thermopyles) sur Antiochos III : or le cistophore ne circulait pas en Grèce et il est peu vraisemblable qu'Antiochos III ait eu avec lui ce genre de numéraire (Allen, ibid., est d'un avis contraire : selon lui, Antiochos pouvait posséder des quantités de cistophores, acquis par son fils Séleucos en 190 à l'occasion de son incursion dans les territoires attalides et de son attaque contre Pergame). Rappelons que Tite Live répartit les monnaies d'argent de Glabrio en deux catégories : tétradrachmes attiques (au nombre de 113 000) et cistophores (249 000). Dans le débat sur la date du cistophore il faut noter la très intéressante observation que R. H. J. Ashton (1994a et b) a faite sur la lettre d'Eumène II à Artémidoros, le gouverneur attalide de Telmessos : cette lettre date de 181 ; la taxe est exprimée en monnaie rhodienne plinthophore ; Ashton déduit du montant de cette taxe que le cistophore existait à ce moment-là.

3 Le Rider 1989, 179-89 ; les quelques tétradrachmes de poids attique que frappa Eumène au cours de cette période servirent à ses relations extérieures.

4 Voir le corpus de F. S. Kleiner et S. P. Noe (1977), et les suggestions que Th. Drew Bear et moi-même avons présentées (Le Rider 1990 ; Drew Bear & Le Rider, 1991).

5 Voir les remarques de R. H. J. Ashton (1986, 10, n. 10, et 1994) ; Ashton s'est demandé si le poids de la drachme plinthophore n'était pas le même que celui de la drachme du système cistophorique. Sur la date de l'institution du monnayage plinthophore, voir aussi Worrle 1988, 438-39, n. 52 et 61.

6 Voir sur cette question l'étude bien connue de E. Bikerman (1937). L'examen des séries monétaires émises en Asie Mineure après 188 a permis à H. Seyrig (1963, “Le traité d’Apamée et le monnayage des villes d’Asie”, 19-22 = Scripta numism., 23-26) d'ajouter quelques noms à la liste des villes libres. Pour telle cité, la prudence s'impose, car il ne faut pas exclure que son statut ait pu être modifié au cours de la période concernée. Il faut noter aussi qu'une ville appartenant au royaume attalide a parfois frappé des monnaies d'argent (et d'or) à ses propres types et selon l'étalon attique : ainsi Éphèse (qui a émis également des cistophores), cf. p. 50 et n. 60. Le cas d'Abydos, qui a été évoqué récemment par Ph. Gauthier (1996b), donne matière à réflexion.

7 La liste de ces émissions est donnée par M. J. Price (1991, chapitres intitulés “Western Asia Minor” et “Southern Asia Minor”, p. 207-380).

8 Cf. note précédente.

9 Boehringer 1972,52-68.

10 Voir Seyrig 1973, 54-55 ; Le Rider 1973/4, 256-57 ; Waggoner 1989.

11 Seyrig 1963, “Sardes” 35-38 (= Scripta numism., 39-42). La série des alexandres est brève (deux émissions, apparemment deux coins de droit) ; elle est à rapprocher d'un tétradrachme où la tête d'Héraclès figure au droit, mais où Zeus est représenté au revers, debout, tenant un sceptre et un aigle ; la légende de cette pièce est au nom des Sardiens ; H. Seyrig date ce groupe des années 228-223, entre la perte de Sardes par Antiochos Hiérax au profit d'Attale I et la reprise de la ville par Achaios agissant au nom d'Antiochos III.

12 Bikerman 1937, 237. Magie 1950, II, 950, n. 60, considérait plutôt que Temnos avait été déclarée libre en 188. H. Seyrig (1963, 20 = Scripta numism., 24) a classé Temnos parmi les villes devenues sujettes du roi de Pergame : il ne s'est pas expliqué sur ce point.

13 Sur ces monnayages, voir Le Rider 1971/2, 227-240.

14 Leschhorn 1989, 26-31. Les tétradrachmes émis après 188 portent les signatures Kle-, Kleu- et Kleuch- (Kleucharès) ; un dernier groupe avec le même nom est beaucoup plus tardif (milieu du ier siècle).

15 Pour H. Seyrig, G. Le Rider et N.M. Waggoner, voir ci-dessus, n. 10 ; l'étude de A. Davesne fait partie d'un article rédigé par Chr. Augé, A. Davesne et Rifat Ergeç (Augé et al. 1997, 56-57).

16 Abydos : de Callataÿ 1996 ; Ténédos : de Callataÿ 1998. La plus grande part de ces deux monnayages a été émise au Ier s. ; la date à laquelle ils ont été inaugurés demeure incertaine.

17 Pour Milet, voir Deppert-Lippitz 1984, 105-109 et 185-186 : ces tétradrachmes sont datés par l'auteur des années 175-160. Pour Phasélis, il s'agit du petit groupe (un seul coin de droit est connu) décrit par Heipp-Tamer 1993, 156, no 323-326.

18 Mattingly 1993, 80-81, no 467-469 ; le trésor contient de nombreuses monnaies d'Antiochos V (164-161) et aucune de Démétrios I. Le trésor de Latakié a été reconstitué par H. Seyrig (1973, 51, no 42) ; H. Seyrig place l'enfouissement du trésor vers 170, mais voir les remarques de Mattingly, l. c., 85-86, qui propose une date vers 160. Pour le trésor de Babylone, voir Regling 1928, 115, no 61 (Cyzique) ; 117, no 70 (Alexandrie) ; 118-19, no 71-75 (Athéna Ilias) ; 123, no 76 (Mytilène) ; 124, no 77 (Cos) ; ce trésor contient 12 tétradrachmes de Démétrios Ier (161-150), dont aucun ne porte le titre de Sôter.

19 Sur les derniers tétradrachmes lysimachéens de Byzance, et les derniers statères d'or de Byzance, d'Istros, de Callatis et de Tomis aux types de Lysimaque, voir de Callataÿ 1997a, 120-150.

20 Le terme de stéphanéphore n'est attesté dans notre documentation que pour les monnaies d’Athènes du iie siècle avec une couronne : ce point a été exposé par Robert 1951, 105-35. Chr. Boehringer 1972, 35-36, avait suggéré que cette appellation s'était étendue à tous les monnayages à la couronne de poids attique frappés au iie siècle. L. Robert (1977) a indiqué que cette opinion n'était pas fondée (au moins dans l'état actuel de nos connaissances) ; c'est à la p. 45 qu'il propose, pour les monnaies non athéniennes, l'expression de “monnaies avec une couronne”, de façon à éviter toute confusion. A. Giovannini (1978) a suivi et développé l'idée de Boehringer.

21 Une liste commode des trésors contenant des alexandres a été dressée, à la date de 1991, par M. J. Price (1991) avec les commentaires appropriés. Pour l'époque qui nous intéresse, on se reportera aux p. 62-65 de cet ouvrage.

22 Ces deux trésors ont été enfouis en Phrygie ; celui de Mektépini a été publié par Seyrig & Olcay 1965, qui ont recensé 752 tétradrachmes ; le trésor d’Ayaz-In fait partie du recueil de Seyrig 1973, p. 36-46 (170 tétradrachmes catalogués).

23 Pamphylie 1977 : cf. CH, 5, 1979), no 43, et 6, 1981, no 34 ; Price 1991 (cf. n. 7) en place l'enfouissement vers 180-175 ; Latakié 1759 : cf. ci-dessus, n. 18 ; Ma’aret en-Nu’man : cf. ci-dessus, n. 18 ; Gaziantep 1994 : cf. ci-dessus, n. 15 ; Babylone 1900 : cf. ci-dessus, n. 18.

24 Les 5 émissions enregistrées par Kinns 1980, sous les no 276-280, sont issues d'un seul coin de droit ; Price a ajouté une autre émission (ibid., no 1916), mais sans préciser s'il s'agit du même coin ou d'un autre.

25 Bauslaugh 1979, 29-33 (“Period 4”, c. 190-160).

26 Bellinger 1961, 22-25 et 93-95. Sur le point de départ de l'ère d’Alexandrie de Troade, voir en dernier lieu de Callataÿ 1997a, 157-58, qui opte, comme l'avait fait Bellinger, pour l'année 301/0 (ibid., 155-59, de Callataÿ étudie les derniers tétradrachmes d'Alexandrie, frappés entre 102/1 et 66/5).

27 Voir n. 17 et aussi Kinns 1986, 259. Voir également l'étude de Fr. de Callataÿ (1997b, 213-214).

28 Dans une thèse de l'Université de Paris IV soutenue le 21 février 1998 et intitulée Le monnayage hellénistique et impérial de Cyzique, d'Alexandre à Hadrien, F. Jodin a montré que les 39 tétradrachmes cyzicéniens à la couronne qu'il a répertoriés se répartissaient entre 28 coins de droit : il ne s'agit donc pas d'un monnayage insignifiant, mais on ne peut le commenter sur ce point de façon appropriée tant qu'il n'est pas plus exactement daté.

29 Price 1991,62-65 ; deux trésors de cette liste ne nous concernent pas : 1) le trésor d'Oréos, qui contient un seul alexandre, frappé probablement en Macédoine vers 180 (comme Price no 633-634) ; 2) le trésor de Larissa, qui contient 9 ou 10 alexandres de Macédoine et d’Asie Mineure antérieurs à 188 ; Price a omis de sa liste le trésor d'Akkar (Seyrig 1973, no 18), qu'il cite pourtant p. 242, sous le no 1681.

30 Pour Phasélis, dont le monnayage alexandrin avait été lié à celui des villes pamphyliennes, voir cidessus, n. 17 (brève émission de tétradrachmes de poids attique à types personnels).

31 Voir la liste donnée par Sacks 1985, 1-43, et en particulier 20-21, trésors no 1-9.

32 Jones 1979.

33 Oakley 1982.

34 Voir en dernier lieu Price 1991, 64, qui déduit de la présence de l’exemplaire de Kymè que le trésor n'a pas été enfoui avant le milieu du iie s. ; mais précisément tout le problème est de dater cet exemplaire.

35 Mattingly 1993, 85.

36 Ce trésor a été signalé par Seyrig 1973, 82-83, “Trésor de Cilicie”, no 23, puis dans CH, 1, 1975, no 87A ; il aurait contenu environ 5 000 pièces ; les tétradrachmes d’Antiochos VI et de Démétrios II qu'il renferme montrent qu'il a pu être enterré vers 140.

37 Amandry 1989.

38 Kinns 1980 ; Kinns (1987, 107) a rassemblé un certain nombre de données sur ce point.

39 de Callataÿ et al., 40 ; voir maintenant de Callataÿ 1997, 199-200 (Myrina), 198-199 (Kymè), 205-206 (Magnésie), 203-204 (Lébédos) ; Fr. de Callataÿ a fourni l’estimation du nombre de coins originel (en appliquant la méthode simplifiée de G. F. Carter) et l'estimation du pourcentage de la production connue par rapport à la production originelle (méthode de W. W. Esty).

40 Le catalogue de Sacks donne le chiffre de 98 coins ; mais l’un d'entre eux a été reconnu comme faux par Kinns 1985, 51, no 9 (cf. Sacks 1985, 34, n. 90). De même, un des coins catalogués à Kymè a été reconnu comme faux : Sacks, ibid., 24, n. 68.

41 Fr. de Callataÿ dans sa liste donne pour Héraclée le chiffre de 18 coins.

42 Seuls les tétradrachmes de Smyrne ayant au revers la légende en deux lignes horizontales au-dessus d'un monogramme sont comptés ici ; les exemplaires au lion pourraient être en effet postérieurs à 133, cf. Kinns 1987, p. 107. En ce cas, Smyrne offrirait l'exemple, apparemment très rare, d'un monnayage civique de poids attique avec une couronne frappé après 133.

43 Les sept trésors cités par Jones pour Magnésie proviennent tous du territoire séleucide ; ces sept mêmes trésors apparaissent dans la liste d’Oakley et dans celle de Sacks ; la liste de Sacks pour Myrina comporte cinq trésors supplémentaires : quatre proviennent certainement du territoire séleucide, le cinquième (IGCH, 1432) porte l'appellation de “Southern Asia Minor hoard” ; on le retrouve dans liste d’Oakley pour Kymè ; peut-être a-t-il été exhumé en Cilicie, et peut-être doit-il être compté aussi comme un trésor séleucide ; la liste d’Oakley est la seule qui comporte une exception certaine à la règle : deux tétradrachmes de Kymè appartenaient en effet au trésor d'Agrinion en Étolie (IGCH, 271) ; ce trésor contenait 1348 monnaies d'argent, essentiellement du Péloponnèse (838 trioboles de la Ligue achéenne) et de Grèce centrale ; il comprenait également 39 deniers romains ; la présence de ce lot des deux tétradrachmes de Kymè est visiblement accidentelle.

44 Seyrig 1963, “Circulation du cistophore”, 26, n. 3 (= Scripta numism., 30), donne le résultat de ses observations en Syrie et dans le bazar d'Istanbul ; il note que les monnaies d'Abydos et de Ténédos avec une couronne sont absentes de Syrie, et en déduit que ces pièces “ont dû être frappées pour d'autres marchés” ; la raison de cette absence est que ces monnaies ont été frappées à une date plus tardive que les tétradradrachmes à la couronne d'Éolide et d'Ionie, cf. ci-dessus, p. 42 et n. 16.

45 Rostovtzeff 1939.

46 Seyrig 1963, “Politique monétaire d'Eumène II”, 26-28 (= Scripta numism., 30-32). La théorie de Rostovtzeff a été critiquée par d'autres auteurs, ainsi par Éd. Will (1962, 99, n. 48 ; 1963, 154, n. 1 ; j'avais moimême, dans ce volume [Courbin 1963, cf. Le Rider 1963, 188-189] exposé le point de vue de Rostovtzeff, mais sans critiques) ; voir aussi Boehringer 1972, 49-50.

47 Boehringer 1972, 31-39.

48 Voir ci-dessus, n. 20.

49 Voir ibid. L'essai de Giovannini (1978), qui comprend 129 pages, est d'une lecture passionnante, même si on n'approuve pas un certain nombre de ses propositions : sur les monnaies “stéphanéphores”, voir en particulier p. 41-43 et 61-63 ; sur le décri qui aurait frappé les monnaies royales macédoniennes et les alexandres, voir p. 94-95 et 101-102.

50 Voir ci-dessus, n. 20.

51 Mørkholm 1980, 145-158.

52 Mørkholm (1984) a repris sa démonstration en ce qui concerne Athènes. Je reviendrai plus loin sur ce point.

53 Picard 1982 ; ce texte est une réponse à une communication de A. Giovannini.

54 Jones 1979, 90-100.

55 Oakley 1982, 19-20 ; les remarques que fait Oakley sur la circulation des tétradrachmes d'Abydos sont hors de propos, puisque ce monnayage appartient à une date plus tardive, cf. ci-dessus, p. 42 et n. 16.

56 Sacks 1985, 26-29 ; Amandry 1989, 7.

57 Kinns 1987. 107.

58 Chios, qui avait frappé régulièrement des alexandres à l'époque précédente, n'avait utilisé que 1 à 2 coins de droit par an en moyenne : cf. ci-dessus, p. 43 et n. 25.

59 Ce sont les no 178 et 457 du trésor (cf. ci-dessus, n. 18).

60 Sur ces diverses questions, voir Le Rider 1989, 172-176 ; pour Éphèse, voir aussi Le Rider 1991, 195-200 et 204-205.

61 Voir Le Rider 1986, 32-39, et surtout 1996/1997,811-828.

62 Seyrig 1966, 7, et 1973, 87-88.

63 Picard 1982, 249-50.

64 Voir Leschhorn 1989, 30-31 ; voir aussi Augé et al., 58-59.

65 Ci-dessus, n. 18.

66 Metcalf 1994, 19-54 ; Metcalf a montré que le trésor d'Aintab (aujourd'hui Gaziantep), daté par H. Seyrig (1973, 61), de 165-160, est probablement contemporain du lot qu'il publie lui-même et qu'il situe vers 140-120 (il fait observer que le frai des pièces est comparable dans les deux trésors). Voir maintenant Metcalf 1998.

67 Certains trésors décrits par H. Seyrig, comme celui de Khan Cheikhoun et celui de Tell Kotchek, ne contiennent que des alexandres et des exemplaires de Sidè. On peut se demander s'il ne s’agit pas de fragments détachés d'un plus vaste ensemble.

68 Quelques émissions d'Alexandre furent frappées aussi à Arados après 188, mais en nombre limité : voir le tableau donné par H. Seyrig (1953, 196), avec les précisions apportées 1964, 45, n. 5 (= Scripta numism., 115). Un seul alexandre aradien est présent dans le trésor de Ma’aret en-Nu’man : il est daté de 195/4.

69 Voir le tableau provisoire proposé par Houghton 1991, 80.

70 Seyrig 1973, 76.

71 Voir ci-dessus, n. 15.

72 Metcalf 1994.

73 Mørkholm 1984.

74 Voir les commentaires des auteurs de la publication du trésor, Augé et al. 1997, 61-63.

75 Voir en dernier lieu Le Rider 1996, 61-62.

76 Seyrig 1973, 85-86 ; le terme de “paradoxal” est utilisé par H. Seyrig dans son index de la p. 125 (voir : Athènes).

77 Signalons que deux trésors, l'un trouvé au Liban vers 1985, l'autre contenant des monnaies avec une couronne, renfermaient peut-être des tétradrachmes stéphanéphores d'Athènes : CH, 8, 1994, no 459 et 461 ; un autre trésor trouvé à Ordu (sur la côte de l'ancien royaume du Pont) et enfoui vers 150 comprenait 20 stéphanéphores athéniens, sur un total de 207 pièces : ibid., no 442 ; un trésor plus récent, enterré vers 120 et découvert à Tartous (Syrie) en 1987, renfermait aussi des tétradrachmes athéniens : ibid., no 471.

Auteur

Membre de l’Institut. Professeur au Collège de France.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search