Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Les crises de mortalité dans le sud-ouest aquitain de la fin du xviie au milieu du xixe siècle

Stéphane Minvielle

Texto completo

  • 1 Dupaquier 1989, 175.
  • 2 “De la famine, de la peste, de la guerre, délivre-nous, Seigneur”. Voir Beauvalet-Boutouyrie 1999, (...)
  • 3 Bely 1996, 375-376, article “crises démographiques” écrit par Jean-Pierre Poussou.

1Comme l’écrit fort justement Guy Cabourdin, “la mémoire populaire a gardé, fortement imprégné au tréfonds d’elle-même, le souvenir des crises qui creusèrent des coupes sombres dans la population, et des terreurs qu’elles provoquèrent jusqu’au xixe siècle1 ”. D’ailleurs, une ancienne prière rappelle bien cette peur très forte de la mort et des hausses régulières de la mortalité : A fame, a peste, a bello, libera nos, Domine2. Par crise, on entend une hausse anormale du nombre de décès constatée dans un lieu donné et pendant une période bien déterminée. En démographie historique, il ne faut pas confondre la crise de mortalité et la crise démographique3, cette dernière ayant un sens beaucoup plus précis puisqu’elle induit, au même moment, une hausse de la courbe des sépultures/décès et la baisse de celles des baptêmes/naissances et des mariages. Quelles que soient les sources et les méthodes d’observation choisies, on constate que les crises de mortalité sont nombreuses et récurrentes. Certaines touchent durement, et parfois de manière tardive, les populations. En outre, elles caractérisent un régime démographique dans lequel la mortalité est structurellement élevée. Pour bien comprendre et mesurer ces crises, il convient donc de savoir quand et comment la “mortalité ordinaire” devient une “mortalité extraordinaire”.

  • 4 Bourdelais 2003, 45.
  • 5 Le Roy Ladurie 1967, ou plus récemment Le Roy Ladurie 2004. Dans le cas bordelais, voir la synthès (...)
  • 6 Darmon 1986.
  • 7 Guillaume 1986, ou Bourdelais & Raulot 1987.

2Le choix d’une analyse fondée sur une période s’étendant de la fin du xviie siècle au milieu du xixe siècle ne répond pas au hasard car elle correspond à une phase bien déterminée dans l’histoire de la mortalité et des crises de mortalité. Pour reprendre les mots de Patrice Bourdelais, “à partir du milieu du xviie siècle, la peste régresse puis disparaît d’Europe occidentale après la dernière flambée de 1720 qui, violente et quasiment vécue comme un anachronisme tant elle paraît renvoyer à un passé révolu, se limite néanmoins à Marseille et à la Provence”4. Avec la crise de la succession d’Espagne qui commence en 1700, c’est la fin de l’époque des grandes guerres du règne de Louis xiv. Le territoire français, devenu un “sanctuaire” après plusieurs acquisitions territoriales récentes (Flandres, Artois, Franche-Comté, Alsace, Roussillon, etc.) et la construction de la ceinture de fer de Vauban, n’est presque plus exposé aux ravages des combats, si l’on excepte les troubles de la Révolution et de l’Empire. En outre, les guerres civiles qui ont marqué le xvie siècle (les Guerres de religion) et le xviie siècle (la Fronde) appartiennent également au passé. Cette période nouvelle se caractérise enfin par la fin du “petit âge glaciaire” qui se manifeste pour la dernière fois avec le Grand hiver de 1709. Au siècle des Lumières, un climat un peu plus clément permet d’avoir des récoltes plus abondantes et surtout plus régulières5. Entre la fin du xviie et le milieu du xixe siècles, on assiste donc à un premier recul des fléaux traditionnels face auxquels les populations du passé étaient vulnérables et démunies. Cela ne veut pas dire qu’ils ont totalement disparu car, par exemple, les guerres redeviennent très meurtrières à la fin du xviiie siècle. De plus, les années de mauvaises récoltes continuent à perturber l’approvisionnement en grains et certaines maladies, dont certaines sont épidémiques comme la variole6 ou le choléra7, peuvent encore se révéler très mortifères.

  • 8 Bardet & Dupaquier 1998, 308-311.

3Ainsi, il faut vraiment attendre la seconde moitié du xixe siècle pour voir la mortalité s’effondrer, ce qui permet de qualifier les deux siècles qui précèdent d’entredeux. Avant 1700, les crises sont souvent rapprochées et très meurtrières, avec un taux de mortalité qui avoisine les quarante pour mille pour l’ensemble de la population française. Entre 1700 et 1850, la mortalité commence à régresser lentement, puisqu’on se situe aux alentours de 35 pour mille vers 1780 et de 30 pour mille vers 1810. En revanche, à partir du second quart du xixe siècle, le recul devient rapide et massif, le taux de mortalité descendant aux alentours de 15 pour mille à la veille de la première guerre mondiale, surtout à cause des progrès de la médecine8.

  • 9 Poussou 1983, 40-61.
  • 10 Fresel Losey 1969.
  • 11 Population, numéro spécial de novembre 1975.
  • 12 Poussou 1983.
  • 13 Guillaume 1972.
  • 14 Il s’agit de travaux de maîtrise ou de thèses dirigés par Josette Pontet. On retiendra notamment B (...)

4Dans le cas du Sud-Ouest aquitain, que l’on circonscrira de manière commode aux cinq départements qui composent actuellement la région Aquitaine (Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques), il est difficile d’envisager une étude précise de la mortalité et des crises de mortalité antérieure au début du xviiie siècle car les registres paroissiaux, qui fournissent les informations quantitatives nécessaires pour mener à bien ce type de travail, ne sont pas vraiment utilisables avant les années 1730, sauf dans le cas des grandes villes comme Bordeaux9. C’est en partie pour cette raison que les comportements démographiques des populations aquitaines sont restés pendant longtemps assez mal connus, si l’on excepte la reconstitution des familles du village pyrénéen de Bilhères d’Ossau10 ou, dans les années 1970, les résultats de la grande enquête de l’INED11. Bordeaux est un cas à part puisque, pour cette ville, les informations sont plus nombreuses grâce aux travaux de Jean-Pierre Poussou sur le xviiie siècle12 et de Pierre Guillaume sur le xixe siècle13. Toutefois, le faible nombre de travaux universitaires sérieux laisse aujourd’hui la place à un foisonnement d’analyses ponctuelles plus ou moins approfondies : depuis le début des années 1990, des progrès significatifs ont été réalisés par le biais d’une dizaine de reconstitutions des familles dirigées par le professeur Josette Pontet14.

5Grâce à une masse statistique maintenant assez importante, il est possible de démontrer que les populations du Sud-Ouest aquitain sont restées vulnérables face aux retours récurrents des périodes de surmortalité jusqu’aux portes du xxe siècle. De la fin du xviie au milieu du xixe siècles, elles restent exposées à une mortalité encore élevée, même si cet espace se distingue probablement par des taux plus faibles que dans certaines régions françaises plus septentrionales. En outre, cette période coïncide avec le maintien des anciens fléaux, dont les effets ne provoquent pourtant plus des crises aussi graves que par le passé, avec toutefois de profondes inégalités en fonction du cadre de vie, de la condition sociale ou de l’âge des personnes touchées.

Une mortalité ordinaire encore très élevée

6Compte tenu de l’absence de recensements fiables de la population avant le xixe siècle, il est bien difficile de proposer des taux de mortalité convaincants pour le Sud-Ouest aquitain avant la fin de l’Ancien Régime. En revanche, les reconstitutions des familles permettent de calculer assez aisément des quotients de mortalité, des nombres de survivants à chaque âge ou des espérances de vie qui montrent que la mort continue à faire partie du quotidien. Avant de passer à l’étude des crises de mortalité à proprement parler, il n’est pas inutile d’utiliser ces indicateurs pour souligner l’importance d’une mortalité ordinaire qui reste élevée et touche de manière différente les enfants et les adultes.

Des enfants très vulnérables

  • 15 Formulation traditionnellement admise depuis les travaux de Pierre Goubert sur le Beauvaisis : Gou (...)
  • 16 Mortalité des enfants de moins d’un an.
  • 17 Dupaquier 1989, volume 3, 287.
  • 18 Bigault 2000.
  • 19 Doucet 1999.

7On a coutume de dire que, sous l’Ancien Régime et jusqu’aux premières années du xixe siècle, il fallait deux enfants pour faire un adulte15, soit une manière un peu cruelle pour exprimer qu’un nouveau-né sur deux n’atteignait pas son quinzième ou son vingtième anniversaire. De fait, au niveau national, la mortalité infantile16 se situe aux alentours de 270 pour mille entre 1740 et 1789 ; elle est encore de 198 pour mille en 1810-181917. Au début du xviiie siècle, environ 700 enfants sur mille célèbrent leur premier anniversaire ; ils sont un peu plus de 800 un siècle plus tard. Dans le Sud-Ouest aquitain, les taux calculés indiquent que la mortalité infantile est également très élevée, mais moins toutefois que dans le reste du pays. En effet, à Neuvic sur l’Isle, entre 1770 et 1789, elle atteint 189 pour mille18, soit un petit peu moins qu’à Bergerac où, entre 1775 et 1799, elle est de 217 pour mille (tableau 1)19.

Tableau 1. Quelques exemples de quotients corrigés de mortalité infantile (pour 1000) dans le Sud-Ouest aquitain aux xviiie et xixe siècles.

  • 20 Fine-Souriac 1978.
  • 21 Bardet 1983, 369, ou Rollet 1994, 14.
  • 22 Doucet 1999.
  • 23 Pontet & Minvielle 2006.

8Quoi qu’il en soit, à cette époque, il est assez rare de rencontrer des niveaux qui dépassent largement la barre symbolique des 200 pour mille mais cette sous-mortalité n’est pas propre au Sud-Ouest aquitain puisqu’on la retrouve, à quelques nuances près, dans le midi toulousain étudié par Agnès Fine-Souriac20. On a coutume d’expliquer ce particularisme par des facteurs climatiques ou par un moindre recours à la mise en nourrice des nouveau-nés, dont on sait combien elle peut avoir des effets catastrophiques sur le destin des enfants21. En réalité, dans le Sud-Ouest, ce sont les pratiques liées à l’allaitement maternel qui jouent probablement un rôle prépondérant car les plus jeunes seraient mieux protégés contre certaines maladies, notamment digestives, de la petite enfance grâce à un sevrage tardif. Ce comportement aurait en outre pour conséquence d’allonger les intervalles entre les naissances à cause de la prolactine, hormone secrétée par la mère qui empêcherait le retour des cycles menstruels réguliers durant la période de l’allaitement. Ainsi, à Bergerac, la durée moyenne de l’intervalle intergénésique est d’environ 33 mois dans la seconde moitié du xviiie et la première moitié du xixe siècles22. En règle générale, il n’est pas rare, surtout dans les campagnes, d’observer des niveaux qui sont plus proches de trois ans que de deux23.

  • 24 Bigault 2000.
  • 25 Doucet 1999.
  • 26 Dupaquier 1994.

9Toutefois, le taux de mortalité infantile subit des variations pendant la période étudiée et, même si les enfants semblent résister de mieux en mieux aux risques de la naissance et de la petite enfance, ils restent toujours très vulnérables : à Neuvic, on passe de 189 pour mille en 1770-1789 à 175 pour mille en 1810-182924, soit une évolution à peu près similaire à celle constatée à Bergerac (217 pour mille en 1775-1799, 169 pour mille en 1800-1849)25. Cette baisse n’est pas du tout une spécificité aquitaine dans la mesure où on la rencontre au niveau national, mais le temps n’est encore pas venu où les progrès de l’obstétrique et de la pédiatrie vont permettre de réduire ces taux de manière plus significative. Au milieu du xixe siècle, l’entrée dans la vie est toujours un moment d’extrême vulnérabilité pour l’enfant qui vient de naître et, dans le Sud-Ouest aquitain comme dans les autres régions du pays, ce sont surtout les premières heures et les premiers jours après l’accouchement qui sont les plus dangereux à cause d’un encadrement médical déficient et/ou peu performant26.

  • 27 Quotient de mortalité entre la naissance et le premier anniversaire.
  • 28 Quotient de mortalité entre la naissance et le cinquième anniversaire.
  • 29 Quotient de mortalité entre la naissance et le dixième anniversaire.
  • 30 Quotient de mortalité entre la naissance et le quinzième anniversaire.

Pour 1000

1 Q 027

4 Q 128

5 Q 529

5 Q1030

Saint Jean de Luz (1750-1849)

232

127

47

19

Bègles (1777-1809)

187

175

46

23

Saint Denis de Pile (1760-1789)

227

200

58

21

Tableau 2. Une mortalité qui touche tous les enfants et pas seulement les nouveau-nés.

  • 31 Perrenoud 2003.
  • 32 Darrigrand 2000.
  • 33 Servouze 1999.
  • 34 Henry 1972.

10Ceci dit, les nouveau-nés ne sont pas les seuls à être fragiles car la mortalité ordinaire se nourrit aussi du décès d’enfants qui, s’ils sont parvenus à célébrer leur premier anniversaire, ne sont absolument pas assurés d’atteindre l’âge adulte (tableau 2)31. À Saint Jean de Luz, entre 1750 et 1849, si le taux de mortalité infantile est de 232 pour mille, il est de 127 pour mille entre un et cinq ans, puis de 47 pour mille entre cinq et dix ans et de 19 pour mille entre dix et quinze ans32. À Bègles, pour la période 1777-1809, on obtient des valeurs qui se situent dans une fourchette assez proche : 187 pour mille entre 0 et 1 an, 175 pour mille entre un et cinq ans, 46 pour mille entre 5 et 10 ans, 23 pour mille entre 10 et 15 ans33. Dans ces deux cas, pour mille enfants nés, il n’y en a que 620 qui peuvent prétendre célébrer leur quinzième anniversaire, alors que 750 à 800 étaient encore en vie à l’âge d’un an. Pour les jeunes enfants, deux caps sont particulièrement difficiles et entraînent de nombreux décès. Il y a d’abord le sevrage, qui intervient entre le premier et le troisième anniversaire et se traduit par une légère surmortalité, mais ses effets sont atténués car les mères introduisent petit à petit de la nourriture solide dans le régime alimentaire de leurs enfants, ce qui les rend sans doute moins sensibles aux troubles digestifs causés par un abandon trop brutal du lait maternel. Ce sont alors les pathologies de la petite enfance qui sont les plus mortifères. La petite vérole fait des ravages dans la région au xviiie siècle, nous y reviendrons, mais ce sont surtout des maladies comme la rougeole ou la rubéole qui fauchent de très nombreuses vies, surtout quand elles affectent des organises mal ou sous nourris. Toutefois, comme lors de l’analyse de la mortalité infantile, on remarque que les taux aquitains sont assez nettement inférieurs à ceux obtenus dans le nord du pays. Dans le Sud-Ouest, ce n’est pas seulement la moitié des enfants qui atteint l’âge adulte, mais plutôt les deux tiers. Certains historiens démographes considèrent d’ailleurs que la survie d’un plus grand nombre d’enfants serait l’une des raisons de la fécondité plus faible des couples de cette région et du retard pris dans l’utilisation de la contraception pour réduire la taille des descendances34.

Des adultes qui, souvent, vivent vieux

11Une fois le quinzième anniversaire atteint, les quelque 60 % de nouveau-nés qui ont survécu aux risques de la naissance et de la petite enfance peuvent espérer vivre vieux. En effet, jusqu’aux alentours de 60 ans, les quotients de mortalité restent assez faibles, comme on le constate par exemple à Neuvic sur l’Isle entre 1770 et 1866 (tableau 3).

Pour mille

Hommes

Femmes

Ensemble

15-19 ans

81

46

51

20-24 ans

6

33

25

25-29 ans

23

38

32

30-34 ans

28

50

39

35-39 ans

23

59

41

40-44 ans

30

49

39

45-49 ans

39

53

45

50-54 ans

61

53

58

55-59 ans

81

80

81

60-64 ans

132

163

145

65-69 ans

178

142

163

70-74 ans

265

218

246

75-79 ans

448

416

436

80-84 ans

650

454

612

85 ans et +

857

1000

888

Tableau 3. Quotients de mortalité des adultes mariés à Neuvic sur l’Isle de 1770 à 1866 (Bigault 2000).

  • 35 Gelis 1984, 327-351.

12On observe d’abord que, en dehors de taux qui restent élevés à 15-19 ans (51 pour mille), les adultes encore jeunes sont finalement assez résistants, malgré une hausse progressive de la mortalité : on passe de 25 pour mille à 20-24 ans à 45 pour mille à 45-49 ans. Sur mille individus âgés de 15 ans, 783 hommes et 679 femmes sont encore en vie à leur cinquantième anniversaire. À ces âges, c’est surtout la différence entre le risque de mourir des hommes et des femmes qui caractérise le plus la mortalité des adultes. Alors que les quotients des premiers oscillent entre 23 et 39 pour mille entre 25 et 49 ans, ils sont environ deux fois supérieurs pour les secondes (33 pour mille à 25-29 ans, 59 pour mille à 35-39 ans). Cette surmortalité féminine s’explique avant tout par les risques liés à l’accouchement puisque, jusqu’au xixe siècle, de très nombreuses femmes continuent à mourir en donnant la vie, victimes du faible encadrement médical de la naissance et des progrès très lents de l’obstétrique35. En revanche, à partir de cinquante ans, un double mouvement se dessine. La surmortalité féminine laisse la place à une surmortalité masculine, en partie parce que les femmes maintenant ménopausées ne risquent plus de mourir en couches, mais on assiste surtout à une augmentation rapide des taux de mortalité. À ces âges, qui commencent à être élevés, la vie redevient fragile. Cette hausse ne devient néanmoins importante qu’à partir de 65 ans, avec un quotient de mortalité de 163 pour mille à 65-69 ans. En outre, on se rend compte que, au xviiie siècle, il y avait déjà dans le Sud-Ouest bon nombre d’octogénaires, voire des nonagénaires et même quelques centenaires.

  • 36 Pour les formules mathématiques utilisées pour passer des quotients de mortalité aux espérances de (...)
  • 37 Camus 2002 et Doucet 1999.
  • 38 Dupaquier 1989, 236.

13Si l’on traduit les taux en espérance de vie36, on comprend que, jusqu’au xixe siècle, on mourait jeune ou on mourait vieux. À Sauternes, entre 1765 et 1900, un homme ou une femme qui célébrait son vingtième anniversaire pouvait espérer vivre jusqu’à 63 ans, voire même jusqu’à 70 ans à Bergerac entre 1840 et 184937. Même à 60 ans, les Sauternais avaient encore quatorze ans devant eux quand les Bergeracois en avaient un peu plus de dix-sept. Comme pour les enfants, les adultes paraissent donc plus résistants dans le Sud-Ouest aquitain puisque, à la fin de l’Ancien Régime, l’espérance de vie n’aurait été que de 58 ans au vingt-cinquième anniversaire pour l’ensemble du royaume de France38 (tableau 4).

  • 39 Minvielle 1993.

Sauternes (1765-1900)

Orthez (1770-1834)39

Bergerac (1840-1849)

à 20 ans

43 ans

45 ans

50 ans

à 40 ans

28 ans

30 ans

33 ans

à 60 ans

14 ans

Tableau 4. Quelques espérances de vie dans le Sud-Ouest aquitain aux xviiie et xixe siècles.

  • 40 Merie Ygorra 2002.

14En outre, entre le début du xviiie et le milieu du xixe siècles, une baisse de la mortalité paraît certaine mais son ampleur est moindre que celle déjà décrite chez les plus petits. Si, pour les hommes, l’espérance de vie à la naissance est de 37 ans à Saint-Selve en 1750-1799, elle est de 55 ans en 1850-1899 et, à 25 ans, elle passe de 34 à 40 ans40 (tableau 5). Ainsi, même si l’amélioration de la lutte contre les maladies et la fin des disettes permettent ensuite des gains significatifs, les adultes mouraient déjà vieux dans le Sud-Ouest au xviiie siècle.

Tableau 5. Augmentation de l’espérance de vie à Saint-Selve entre 1750 et 1901.

Le retour fréquent des périodes de surmortalité

15Maintenant que la fragilité structurelle des populations du passé face à la mort a été clairement établie, surtout pour les enfants, on peut insister sur ce qui faisait toute l’originalité d’un régime démographique d’Ancien Régime qui s’est prolongé au moins jusqu’au milieu du xixe siècle, à savoir la récurrence d’accidents dus à des poussées subites et conjoncturelles de la mortalité. Parfois, la mortalité ordinaire devient extraordinaire.

Des périodes de crises bien circonscrites du point de vue chronologique

  • 41 Poussou 1983, 596 ; Pariset 1968, 330 : Étienne 1990, ou Figeac 2002, 327.

16L’accumulation de données sur les fluctuations du nombre de sépultures/décès, de baptêmes/naissances et de mariages fait que, aujourd’hui, les principales crises qui ont touché le Sud-Ouest aquitain au xviiie et au xixe siècles sont assez bien connues, comme on peut le voir au travers de l’exemple de Bordeaux41 (fig 1 et 2).

  • 42 Poussou 1980.

17Comme l’affirme Jean-Pierre Poussou, dans cette ville, aucune source médicale ou administrative n’existe pour décrire les crises du xviiie siècle, raison pour laquelle il faut se contenter des courbes issues des registres paroissiaux. Le premier pic de mortalité qui apparaît clairement est celui des années 1693-1694. Il commence à l’été 1693 puis atteint son paroxysme durant l’hiver suivant avant de disparaître en 1694 après la moisson. Il s’agit sans doute d’un problème lié aux subsistances mais Jean-Pierre Poussou insiste sur le fait que l’influence des prix des grains n’est pas nette42. La deuxième crise survient quant à elle de manière plus diffuse entre les années 1706 et 1713, le maximum intervenant au quatrième trimestre 1709, ce qui montre la forte influence des troubles consécutifs au grand hiver auxquels il faut ajouter, comme en 1693-1694, les effets de la guerre. Le principal point commun entre ces deux épisodes mortifères est que la crise est surtout concentrée sur la fin de l’année, avec une exacerbation des rythmes saisonniers, mais il n’y a pas de crise généralisée et durable. En outre, dans les deux cas, on assiste à une chute très nette du nombre de baptêmes et de mariages, ce qu’on ne retrouve plus ensuite. Les crises de 1693-1694 et de 1706-1713 n’ont donc pas été de simples surmortalités ; ce sont les dernières grandes crises démographiques d’Ancien Régime dans la capitale de la Guyenne.

Fig. 1. Mouvement annuel des naissances, mariages et décès à Bordeaux de 1687 à 1821.

Fig. 2. Mouvement annuel des naissances, mariages et des sépultures à Bordeaux de 1687 à 1715.

  • 43 Lebrun 1980 et Poussou 1983.

18En effet, à partir des problèmes survenus en 1747-1749, on semble entrer dans une phase nouvelle puisqu’il n’y a plus d’interactions systématiques entre les différentes courbes. On passe véritablement, pour reprendre les expressions de François Lebrun ou de Jean-Pierre Poussou, à des crises “larvées” ou “incomplètes”43. Les pointes de mortalité deviennent moins sévères qu’au xviie siècle ; les “clochers” très marqués disparaissent, sauf peut-être en 1795. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la crise de 1770-1773 peut être classée dans la même catégorie que la précédente. Encore une fois, on ne peut nier l’influence de la montée du prix des grains mais, comme toujours à Bordeaux qui est une ville portuaire pouvant être ravitaillée par la mer, cette explication n’est pas totalement pertinente car le paroxysme de la crise ne coïncide pas avec le moment où les prix sont les plus élevés. On retrouve alors, comme dans les cas précédents, des pointes de mortalité automnales qui reflètent des poussées épidémiques s’abattant sur des populations affaiblies par la cherté. À Bordeaux, cette situation est aggravée par la présence de marais à la périphérie de la ville, ce qui explique aussi comment un contexte de crise frumentaire n’est pas le seul élément déclenchant de la crise de mortalité à la fin des années 1780.

  • 44 Chaunu 1971.

19Au final, toutes ces poussées de mortalité ne sont pas seulement la conséquence de la faim. Les prix céréaliers ne commandent pas directement la courbe des décès. Le plus important, c’est l’épidémie qui frappe et provoque la mort quand elle prend le relais de la malnutrition. Au xviiie siècle, comme l’écrit Pierre Chaunu, “la mort n’est pas d’inanition pure, mais par le relais épidémique44”. À cette époque, il n’y a plus de vraie famine, tout au plus des disettes assez marquées qui ne tuent pas mais affaiblissent les corps. En revanche, durant les crises larvées, c’est l’épidémie qui fauche des vies, et sans doute davantage celle d’enfants que d’adultes, et aucune ne prend réellement la forme d’une catastrophe démographique de grande ampleur.

Peu de crises majeures

  • 45 Dupaquier 1989, 176-178. Cet indice est établi selon le mode de calcul suivant : I = (D-M)/S. D = (...)
  • 46 Minvielle 2002.

20Quel que soit le nombre des poussées de mortalité, la hausse des sépultures ne permet pas de mesurer convenablement l’intensité d’une crise car on connaît souvent mal le nombre d’individus soumis au risque de mourir, surtout dans les villes où les brassages de populations peuvent être très importants lorsqu’un problème survient. C’est pourquoi les historiens-démographes ont tenté de mettre au point des outils de mesure plus pertinents que la simple évolution des nombres d’actes contenus dans les registres paroissiaux. L’un d’entre eux, sans doute le plus utilisé encore aujourd’hui, est l’indice de crise proposé par Jacques Dupâquier45 et que nous avons appliqué à la population du village béarnais de Sallespisse entre 1750 et la fin du xixe siècle46 (fig. 3).

Fig. 3. Indices de crise de mortalité à Sallespisse de 1750 à 1899.

21Si l’indice 1 est le niveau à partir duquel une année est considérée comme ayant connu une surmortalité, on constate que cette situation est fréquente, pour ne pas dire récurrente, presque habituelle : environ une année sur cinq répond à cette définition. La crainte du retour d’une période de surmortalité peu de temps après la précédente semble être parfaitement justifiée et explique pourquoi les populations du passé vivaient avec la peur de la mort chevillée au corps. À Sallespisse, au xviiie siècle, on retrouve quelques pointes de mortalité communes avec les courbes bordelaises, notamment celle des années 1770 et celle des années 1780 et 1790, avec sans doute les mêmes causes et à peu près les mêmes conséquences. En outre, soulignons que les crises ne disparaissent pas au xixe siècle ; les grands traits d’un Ancien Régime démographique ne s’estompent que très lentement avec le retour de périodes difficiles vers 1810, à la fin des années 1830 et au début des années 1870. Toutefois, la plupart de ces crises n’a pas une intensité très grande : 11 années sur 150 ont un indice supérieur à 2 et une seule dépasse les 4. Comme dans le Bordeaux du xviiie siècle, les crises ne touchent pas les populations aussi durement que par le passé.

  • 47 Dupaquier 1979.

22Plus généralement, dans le Sud-Ouest aquitain, quatre années sur cinq ont un indice de crise inférieur à 1 (fig. 4). Les grandes catastrophes ont presque totalement disparu et seules subsistent des crises mineures ou moyennes, soit une situation qui n’est pas très différente de celle du Bassin parisien entre 1681 et 1720 où 77,6 % des années restent sans crise, 10,7 % connaissent une crise mineure, 8,6 % une crise moyenne, 2,6 % une crise forte, 0,5 % une crise majeure et 0,03 % une super-crise47.

Fig. 4. Années de crise dans les populations du Sud-Ouest aquitain du milieu du xviiie siècle à la fin du xixe siècle.

Des surmortalités qui sont aussi saisonnières

  • 48 Dupaquier 1989, 240.

23Si la mort varie d’intensité entre des années ordinaires et d’autres où la disette et la maladie sévissent, il existe également ce que l’on pourrait appeler des crises saisonnières où la courbe des sépultures augmente approximativement dans les mêmes proportions chaque année aux mêmes époques. Dans le Sud-Ouest aquitain comme au niveau national48, les mois de mars à juillet sont ceux au cours desquels la mortalité est structurellement la plus faible ; les mois où les températures sont les plus élevées sont donc assez logiquement les moins mortifères (fig. 5). En revanche, deux moments paraissent plus sensibles. Le premier se situe à la fin de l’été et au début de l’automne. C’est en effet presque toujours en août, septembre et octobre que l’on observe les indices les plus élevés. La surmortalité est alors provoquée par des maladies digestives comme des dysenteries dues à la consommation d’une eau de mauvaise qualité. De leur côté, les mois d’hiver, aux températures plus froides, sont l’époque d’un second pic de mortalité, certes moins prononcé que le précédent et qui s’explique principalement par la vigueur de certaines affections épidémiques d’origine pulmonaire. Celles-ci affectent davantage les adultes que les enfants qui paient quant à eux un plus lourd tribut lors des surmortalités d’automne.

Fig. 5. Mouvement annuel des décès aux xviiie et xixe siècles.

La diversité des crises de mortalité

24Si les crises de mortalité ne disparaissent pas jusqu’au milieu du xixe siècle, elles affectent de manière très diverse les populations. Il existe une inégalité manifeste devant la mort “extraordinaire”.

La diversité des facteurs de crise

25Pendant longtemps, à cause des combats qui détruisaient les récoltes, du logement des gens de guerre et des déplacements de soldats qui favorisaient la propagation des épidémies, la guerre est l’un des principaux facteurs de crise. Au-delà des pertes militaires, qui étaient parfois importantes, ce sont surtout les effets dévastateurs sur les civils qui marquent les conflits de l’Ancien Régime. On sait par exemple que les régions du Nord-Est de la France ont été particulièrement affectées par la guerre de Trente ans et par celles conduites sous le règne de Louis xiv, certaines paroisses ayant même subi une chute de la population pouvant atteindre ou dépasser les 50 %.

  • 49 Minvielle 2005.

26Dans le Sud-Ouest aquitain, la situation est assez différente et les xviiie et xixe siècles paraissent comme une période finalement assez paisible, sans aucun rapport avec les catastrophes vécues lors des guerres de religion ou au moment de la fronde. En fait, pratiquement aucune surmortalité n’a véritablement pour origine des opérations militaires. Dans cette région, la guerre devient un phénomène assez lointain qui n’affecte pas directement la mortalité, comme on peut le lire dans les registres paroissiaux de Lamothe Landeron, en Gironde, où le curé de la paroisse se plaint de la guerre de succession d’Espagne sans que, pourtant, elle affecte directement ses ouailles : “Il ne s’est rien passé en 1708 d’extraordinaire que des choses de la guerre, comme les années précédentes. Dieu nous donne la paix tant désirée et bonne année pour 1709”. En 1709, il ajoute que “La guerre continue toujours depuis 1701 et abîme le peuple de la France et l’Espagne” puis, en 1710, que, “pour le soutien de cette guerre, qui nous met sans pain, le roi a établi un nouvel impôt, outre la taille, capitation et autres impositions, qu’on nomme le dixième, ce qui cause beaucoup de murmures et espèces de soulèvements parmi le peuple. Dieu y mette sa main et nous préserve des malheurs dont nous sommes menacés pour l’année 1711”49. Ici, le principal fléau n’est plus la guerre elle-même mais la hausse de la pression fiscale à laquelle le gouvernement est contraint pour limiter le déficit du Trésor.

  • 50 Minvielle 2003.

27Cette tranquillité relative connaît toutefois une exception pendant les périodes révolutionnaire et napoléonienne. À Sallespisse, les années 1810-1819 se distinguent par un excédent de cinquante à soixante décès par rapport aux décennies précédentes et une année sur deux a un indice de crise supérieur à 1 (fig. 6). Cette phase difficile est à n’en pas douter la conséquence directe de l’effondrement du Premier Empire qui, lors du reflux des troupes d’Espagne, se traduit par le logement des soldats et par des pillages perpétrés par les Anglais. Une fois la tempête passée, la population semble exsangue, comme le montre la prime de 1200 francs accordée aux Sallespissiens en 1816 pour réparer une partie des pertes subies, que ce soit le bétail décimé, les réserves alimentaires confisquées ou les récoltes ravagées. Ainsi, Bétouret, laboureur, reçoit 15 francs en dédommagement des pertes qu’il a subies (linge, vin, mobilier), et il est dit qu’il a été “ruiné par le théâtre de la guerre dont il n’a pas su se réparer”. Quant à Bordenave, fermier à qui on attribue 8 francs, “on lui enleva presque tout ce qu’il avait50”.

Fig. 6. Évolution décennale du nombre de décès à Sallespisse de 1780 à 1869.

  • 51 Minvielle 2005.

28Après la guerre, le second facteur de crise, et c’est sans doute dans cette région le principal, est la crise de subsistances provoquée par des mauvaises récoltes consécutives à des dérèglements climatiques. Les témoignages de l’époque évoquent souvent ces années de disette dues à la rareté et à la cherté des grains, par exemple dans les registres paroissiaux de Lerm-et-Musset où, en 1709, le curé écrit que “les blés seigles ont été gelés, et pour ce la récolte a été fort petite. Les froments ont été entièrement perdus”. Quelques années plus tard, celui de Lugaignac ajoute que “cette année 1748 a été une des plus rudes qu’on ait guère jamais vu dans la province de Guyenne. L’année précédente avait été très disetteuse en grain, ce qui l’avait rendu très cher, en sorte qu’il se vendit toute l’année entre 12 et 14 francs le boisseau. Ce qui fit que les pauvres souffrirent beaucoup et furent obligés de se défaire d’une grande partie de leurs effets pour pouvoir fournir à leur subsistance. Ils espéraient que l’abondance de la récolte prochaine ferait diminuer le prix des grains, mais le contraire arriva. La récolte de 1748 fut une des plus mauvaises qu’on ait guère vu, et on peut dire que généralement dans la province on ne recueillit pas le tiers des grains qu’on avait accoutumé de recueillir51”.

  • 52 Loupès 2002.

29La plupart du temps, ces crises sont provoquées par des froids rigoureux, comme ceux de 1709 ou de 1766 en Gironde, par les ravages causés par des excès de pluie, en particulier lors des inondations de 1770 dans la vallée de la Garonne, ou par des sécheresses estivales52. En outre, ces périodes difficiles se traduisent toujours par une hausse du prix des grains mais, à partir du xviiie siècle, qui marque la fin du petit âge glaciaire, la famine n’existe plus dans le Sud-Ouest aquitain. Ne subsistent que des disettes. La malnutrition pose davantage de problèmes que la sous-nutrition et, plus que la faim, ce sont surtout des maladies affectant des populations affaiblies qui sont responsables des pics de mortalité.

  • 53 Voir notamment à ce sujet les travaux de Françoise Hildesheimer : Hildesheimer 1990 et 1993. On pe (...)
  • 54 Minvielle 2005.

30En effet, à cette époque, la maladie rôde toujours et, à cause d’une médecine largement impuissante face aux dérèglements du corps, elle triomphe souvent. Jusqu’au xixe siècle, ces maladies qui provoquent la mort sont communément appelées “pestes” même si cette maladie a disparu du Sud-Ouest aquitain dans la seconde moitié du xviie siècle53. Malheureusement, l’historien démographe qui utilise en priorité les registres paroissiaux pour étudier les populations du passé est très mal armé pour scruter ces maladies car les actes de sépulture ou de décès ne disent presque jamais les causes de la mort d’un individu, sauf quand le curé se permet quelques digressions, comme c’est le cas en 1731 à Nérigean : “Cette année 1731 est très critique par les maladies qui règnent beaucoup, lesquelles ont été causées par le long hiver qui a été fort rude et qui n’a fini, pour ainsi dire, qu’au mois de juin. Encore y a-t-il gelé ce mois-là. Ensuite ont succédé des chaleurs terribles, qui ont causé pour le contraire beaucoup de rhumes sur la poitrine, auxquels les vieilles gens qui en sont attaquées ne peuvent guère résister. Tout le monde y passe, grands et petits, vieux et jeunes, mais cependant cela ne dure pas longtemps, au moins pour la jeunesse54”.

  • 55 Minvielle à paraître et Archelaco 1997.
  • 56 Dupaquier 1989, 244-245.
  • 57 Coury 1972 et Guillaume 1972.
  • 58 Maladie que Furetière décrit comme un mal qui provoque aux personnes atteintes des sueurs avec fri (...)
  • 59 Quetel 1986.
  • 60 Aussi appelé mal de saint-Antoine ou mal des ardents, il est provoqué par la consommation de seigl (...)
  • 61 Guillaume 1972.

31Il faut donc recourir à d’autres sources pour étudier ces maladies, par exemple les écrits du for privé dans lesquels les auteurs insistent surtout sur les épidémies de variole qui touchent la région au xviiie siècle. Ainsi, quand Lamontaigne cite la mort de Madame Demons de Saint-Pauly de la petite vérole le 25 juin 1761, il ajoute que “cette maladie courait beaucoup en ce temps-là, et jamais on avait vu à Bordeaux tant de monde en périr”. Il revient même sur le sujet en octobre 1761 en écrivant que “cette maladie, qui courait alors beaucoup, surtout dans les campagnes, y faisait beaucoup de ravages, y emportait beaucoup d’enfants”55. Bien entendu, la variole n’était pas la seule maladie à faire des ravages dans les populations du Sud-Ouest aquitain, mais les sources et les travaux manquent pour décrire la sensibilité de certaines populations au typhus56, à la tuberculose57, à la suette58, à la syphilis59 ou à l’ergotisme60. En revanche, au xixe siècle, nous sommes un peu mieux renseignés sur les épidémies de choléra qui ont touché le Sud-Ouest, comme le reste de la France, dans les années 1830 et 184061.

32Mais, plus que les maladies qui restent nombreuses et mortifères, c’est surtout l’attitude des populations à leur égard qui change. Elles sont de moins en moins perçues comme une fatalité et on cherche à s’en prémunir. En outre, l’amélioration progressive de l’état sanitaire des Aquitains leur donne la possibilité de mieux résister, sans compter que les progrès médicaux, si l’on pense par exemple à l’inoculation, permettent d’éviter un nombre toujours plus grand de décès, même si de grandes inégalités persistent entre les personnes atteintes.

Des populations inégalement atteintes

  • 62 Poussou 1980, 245.

33Le cadre de vie est le premier facteur qui peut influer sur la nature et l’intensité d’une crise. En règle générale, les villes sont habituellement plus touchées que les campagnes à cause de l’entassement de la population et de la saleté. Toutefois, à l’intérieur même d’une grande cité, il peut y avoir des différences notables, comme on peut le voir à Bordeaux lors des crises de 1747-1748 et de 1771-177362 (fig. 7 et 8). Alors que la hausse des prix touche toute la ville, l’augmentation du nombre de sépultures n’affecte pas tous les quartiers car seuls ceux de la périphérie connaissent une perturbation notable de leurs rythmes saisonniers avec une très nette surmortalité automnale en 1747, 1771 et 1772. Cette situation s’explique par la présence de très nombreux marécages aux alentours de la ville ; ils favorisent la prolifération de miasmes en tous genres et entraînent souvent la consommation d’une eau de mauvaise qualité. Mais il faut aussi insister sur le fait que les élites bordelaises résident en majorité dans le centre-ville alors que les faubourgs concentrent plutôt les migrants récents et les populations les plus vulnérables socialement.

La crise de 1747-1748 à Bordeaux

34Autant que du cadre de vie, l’inégalité devant la crise provient aussi de la condition sociale. Ainsi, les couches supérieures des sociétés urbaines sont habituellement peu affectées par les chertés. En outre, pendant les périodes difficiles, elles ont la possibilité de fuir la contagion dans leurs propriétés rurales et ont un accès plus facile aux médecins et aux remèdes qu’ils leur prescrivent. C’est pourquoi à Bordeaux, lors des quatre principales crises de mortalité du xviiie siècle, les indices obtenus sont plus faibles pour les élites que pour l’ensemble de la population de la ville : en 1772, on obtient un indice d’environ 3,5 pour l’ensemble des Bordelais alors qu’il est inférieur d’un point pour les seules élites (fig. 9).

  • 63 Viaud 2001.

35Les élites sont en particulier moins sensibles que les autres catégories de la population aux épidémies. À Bordeaux, on peut dire que ce type d’affections reste assez rare au sommet de la hiérarchie sociale, au moins jusqu’à la fin du xviiie siècle. Chez les notables prédominent plutôt des atteintes neurologiques et neuro-vasculaires, comme l’apoplexie, ou des maladies broncho-pulmonaires qui tuent principalement des adultes ou des personnes âgées (tableau 6). En revanche, il y a peu de maladies digestives ou épidémiques qui sont responsables d’un grand nombre de morts pendant les périodes de crises de mortalité63.

Fig. 7. La crise de 1747-1748 à Bordeaux.

Fig. 8. Évolution mensuelle du nombre des sépultures dans le centre-ville et dans les faubourgs de Bordeaux pendant la crise de 1772-1773.

Fig. 9. Indices de crise de mortalité pour les bordelais et pour les seules élites de la ville au xviiie siècle.

Nombre

 %

Pathologies broncho pulmonaires

24

16,10

Maladies épidémiques ou contagieuses

14

9,39

Dont pourpre

7

Dont petite vérole

6

Dont vérole

1

Autres états infectieux

8

5,37

Troubles neurologiques et neuro-vasculaires

3

22,10

Morts violentes

19

12,80

Suites de couches

14

9,40

Troubles génito-urinaires

11

7,38

Troubles de l’appareil digestif

9

6,04

Hémorragies

4

2,68

Autres

13

8,74

Total

149

100

Tableau 6. Causes des décès d’après Labat de Savignac et l’avocat Donadieu.

  • 64 Morinière 1998.

36Enfin, le dernier facteur d’inégalité devant la mort concerne l’âge qui, même en période de mortalité ordinaire, est à l’origine d’un calendrier saisonnier des décès contrasté. Du milieu du xviiie au milieu du xixe siècles, dans les paroisses du Médoc (fig. 10), les enfants de moins d’un an meurent avant tout à deux moments bien déterminés de l’année : on observe un premier maximum de janvier à mars, soit une corrélation assez forte avec les mois où les naissances sont les plus nombreuses puisque beaucoup de nouveau-nés trépassent dans les jours qui suivent l’accouchement, puis un second pic en septembre lors de la prolifération des affections intestinales de fin d’été. En revanche, pour les enfants âgés de moins de vingt ans, une seule saison particulièrement mortifère est remarquable. Elle se situe d’août à novembre, en grande partie à cause des pathologies digestives qui touchent notamment de jeunes enfants en phase de sevrage. Le calendrier des décès des adultes est quant à lui très différent dans la mesure où la surmortalité est dans ce cas plutôt hivernale, de novembre à mars. Ceux qui ont échappé aux risques de l’enfance semblent alors plus sensibles à des maladies pulmonaires64.

  • 65 Urgon 1999.

37Cette sensibilité différentielle des individus est aussi présente lors des crises de mortalité : à Hasparren, entre 1770 et 1839, il y a des années difficiles qui touchent davantage les plus jeunes que les adultes65 (fig. 11). Au début des années 1770, on dispose d’indices de crise compris entre 4 et 7 pour les moins de vingt ans, alors que ces années passent totalement inaperçues dans la mortalité adulte. La même chose se produit au milieu des années 1780 : quand l’indice des jeunes atteint presque 12, il est négatif pour les personnes âgées de plus de cinquante ans. À l’inverse, d’autres crises touchent en priorité les adultes, notamment dans les années 1790 et 1800, et surtout en 1814 avec un indice de crise de 10. Dans ce cas, ce ne sont pas les épidémies qui sont majoritaiement en cause, mais plutôt les troubles militaires, en particulier le reflux des troupes françaises d’Espagne lors de la fin du Premier Empire. Il faut finalement attendre les années 1830, lors des épisodes de choléra, pour voir l’ensemble de la population atteinte par la crise même si, là encore, ce sont les plus jeunes qui semblent payer le plus lourd tribut à la mort.

Fig. 10. Mouvement saisonnier des décès en fonction de l’âge des défunts dans le Médoc (xviiie-xixe siècles).

Fig. 11. Indices de crise de mortalité à Hasparren selon l’âge au décès de 1770 à 1839.

  • 66 Baulant 1972.

38En définitive, dans le Sud-Ouest aquitain des xviiie et xixe siècles, les crises de mortalité restent bien le quotidien des populations qui les subissent à des intervalles assez courts et réguliers. De manière récurrente, la mort ordinaire redevient extraordinaire mais, en général, ces périodes ne sont plus aussi graves que par le passé. Certes, le recul est encore timide, mais il est bien réel. En outre, ces crises ont des conséquences importantes sur les familles car elles multiplient en très peu de tempsles cellules familiales en “miettes”66, avec leur cortège de veufs et d’orphelins. Mais les périodes difficiles ne durent jamais bien longtemps et, très vite, la vie se remet à triompher de la mort. Après la crise vient toujours le temps de la récupération qui permet de compenser les pertes subies. C’est bien ce qui apparaît à Hasparren lors de la crise de 1814 (fig. 12). Alors que, au premier trimestre, le nombre de décès est multiplié par trois et que les naissances deviennent rares et les mariages inexistants, la situation change radicalement dans les mois qui suivent. Entre janvier et mars 1815, une fois les troubles militaires terminés, on entre dans une phase de sous-mortalité pendant que les mariages et les naissances sont plus nombreux que lors des mois qui ont immédiatement précédé la crise. Les populations du Sud-Ouest aquitain sont donc restées, au moins jusqu’au milieu du xixe siècle, dans un régime démographique rythmé par les variations incessantes de la mortalité, par un mouvement heurté de croissance puis de repli démographique.

Fig. 12. Évolution du nombre d’actes enregistrés à Hasparren entre 1813 et 1815.

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Archelaco, M. C. (1997) : Du parlement à l’Académie, François de Lamontaigne : un chroniqueur sous la Révolution, Bordeaux, TER dactyl.

Bardet, J.-P. (1983) : Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris.

Bardet, J.-P. et J. Duparquier, dir. (1998) : Histoire des populations de l’Europe, II-La révolution démographique (1750-1914), Paris.

Baulant, M. (1972) : “La famille en miettes”, Annales ESC, 4-5, 959-968.

Beauvalet-Boutouyrie, S. (1999) : La démographie de l’époque moderne, Paris - Belin.

Bely, L., dir. (1996) : Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris.

Bigault, V. (2000) : Étude démographique de Neuvic-sur-L’Isle (1770-1866), Bordeaux, TER dactyl.

Bonner, J.-J. (2000) : Étude démographique d’un village du Sud-Ouest de la France. Paroisse de Saint-Denis de Pile de 1750 à 1842. Méthode de reconstitution des familles, Bordeaux, TER dactyl.

Bourdelais, P. (2003) : Les épidémies terrassées, Paris.

Bourdelais, P. et J.-Y. Raulot (1987) : Une peur bleue. Histoire du choléra en France, Paris.

Camus, H. (2002) : Étude des comportements démographiques de la population de Sauternes (1765-1900), Bordeaux, TER dactyl.

Chaunu, P. (1971) : La civilisation de l’Europe des Lumières, Paris.

Coury, C. (1972) : Grandeur et déclin d’une maladie : la tuberculose au cours des âges, Suresnes.

Darmon, P. (1986) : La longue traque de la variole, Paris.

Darrigrand, L. (2000) : Étude démographique d’une ville maritime. Saint-Jean de Luz de 1750 à 1849, Bordeaux, TER dactyl. Delumeau, J. et Y. Lequin, dir. (1987) : Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités, Paris.

Doucet, S. (1999) : Étude des comportements démographiques à Bergerac (1775-1850), Bordeaux, TER dactyl.

Dupaquier, J. (1979) : La population rurale du Bassin parisien à l’époque de Louis xiv, Paris - Lille.

— dir. (1989) : Histoire de la population française, Paris, II.

— (1994) : “Pour une histoire de la prématurité”, Annales de démographie Historique, 188.

Étienne, R. dir. (1990) : Histoire de Bordeaux, Toulouse.

Figeac, M. dir. (2002) : Histoire des Bordelais, tome 1 : La modernité triomphante (1715-1815), Bordeaux.

Fine-Souriac, A. (1978) : “Mortalité infantile et allaitement maternel dans le Sud-Ouest au xixe siècle”, Annales de Démographie Historique, 89-103.

Fresel Losey, M. (1969) : Histoire démographique d’un village en Béarn : Bilhères d’Ossau aux xviiie-xixe siècles, Bordeaux.

Gelis, J. (1984) : L’arbre et le fruit. La naissance dans l’Occident moderne (xvie-xixe siècle), Paris.

Goubert, P. (1968) : Cent mille provinciaux au xviie siècle. Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris.

Guillaume, P. (1972) : La population de Bordeaux au xixe siècle, Paris. — (1986) : Du désespoir au salut : les tuberculeux aux xixe et xxe siècles, Paris.

Henry, L. (1972) : “Fécondité des mariages dans le quart sud-ouest de la France de 1670 à 1829”, Annales ESC, 3, 612-640 et 5, 977-1023.

Henry, L. et A. Blum (1988) : Techniques d’analyse en démographie historique, Paris.

Hildesheimer, F. (1990) : La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste,Paris.

— (1993) : Fléaux et société : de la Grande peste au choléra (xive-xixe siècle), Paris.

Lebrun, F. (1980) : “Les crises démographiques en France aux xviie et xviiie siècles”, Annales ESC, 205-225.

Le Roy Ladurie, E. (1967) : Histoire du climat depuis l’an mil,Paris.

— (2004) : Histoire humaine et comparée du climat en Occident. Canicules et glaciers (xviie xviiie siècles), Paris.

Loupès, P. (2002) : “Le climat bordelais à l’époque moderne”, in : Figeac 2002, 13-53.

Merie Ygorra, A. (2002) : Étude des comportements démographiques de la population de la commune de Saint-Selve de 1750 à 1901, à partir de la reconstitution des familles, Bordeaux, TER dactyl.

Minvielle, S. (1993) : Orthez de 1730 à 1850. Description d’une population contraceptive, Bordeaux, terdactyl.

— (2002) : “Le maintien tardif d’un système traditionnel de régulation de la population : un village béarnais au début du xixe siècle”, Histoire, Economie et Société, 3, 323-340.

— (2003) : Les comportements démographiques des élites bordelaises au xviiie siècle, Bordeaux, thèse dactyl.

— (2005) : “Les ‘malheurs des temps’ en Gironde au xviiie siècle au travers du contenu des registres paroissiaux”, Annales du Midi, 249, 45-73.

— (à paraître) : “Démographes sans le savoir : les comportements démographiques des élites bordelaises du xviiie siècle au travers des sources du for privé”, Colloque Au plus près du secret des cœurs en Sorbonne les 6 et 7 juin 2002.

Morinière, B. (1998) : Médoc des vignes, Médoc des lacs : espace, population et société (xviiie-xixe siècles), thèse dactyl., Bordeaux.

Pariset, F.-G., dir. (1968) : Bordeaux au xviiie siècle, Bordeaux.

Perrenoud, A. (2003) : “La mortalité des enfants après cinq ans aux xviiie et xixe siècles”, Lorsque l’enfant grandit. Entre dépendance et autonomie, Paris, 105-134.

Pontet, J. et S. Minvielle (2006) : “Les comportements démographiques aquitains à la fin de l’époque moderne et au début de l’époque contemporaine : une identité introuvable ?”, Essai sur l’identité aquitaine, Bordeaux.

Poussou, J.-P. (1980) : “Les crises démographiques en milieu urbain : l’exemple de Bordeaux (fin xviie -fin xviiie siècles)”, Annales ESC, 235-252.

— (1983) : Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle, croissance économique et attraction urbaine, Paris.

Quetel, C. (1986) : Le mal de Naples. Histoire de la syphilis, Paris.

Rollet, C. (1994) : “La mortalité des enfants dans le passé”, Annales de Démographie Historique.

Servouze, S. (1999) : Étude en démographie historique de la population de Bègles de 1777 à 1849, Bordeaux, TER dactyl.

Urgon, D. (1999) : La population d’Hasparren entre coutume et modernité, Bordeaux, TER dactyl.

Viaud, J.-F. (2001) : Malades et maladies à Bordeaux à la fin du règne de Louis XIV, TER, Bordeaux.

Notas

1 Dupaquier 1989, 175.

2 “De la famine, de la peste, de la guerre, délivre-nous, Seigneur”. Voir Beauvalet-Boutouyrie 1999, 57.

3 Bely 1996, 375-376, article “crises démographiques” écrit par Jean-Pierre Poussou.

4 Bourdelais 2003, 45.

5 Le Roy Ladurie 1967, ou plus récemment Le Roy Ladurie 2004. Dans le cas bordelais, voir la synthèse présentée par Philippe Loupès dans Figeac 2002, 13-53.

6 Darmon 1986.

7 Guillaume 1986, ou Bourdelais & Raulot 1987.

8 Bardet & Dupaquier 1998, 308-311.

9 Poussou 1983, 40-61.

10 Fresel Losey 1969.

11 Population, numéro spécial de novembre 1975.

12 Poussou 1983.

13 Guillaume 1972.

14 Il s’agit de travaux de maîtrise ou de thèses dirigés par Josette Pontet. On retiendra notamment Bigault 2000 ; Bonner 2000 ; Camus 2002 ; Darrigrand 2000 ; Doucet 1999 ; Merie Ygorra 2002 ; Minvielle 1993 ; Minvielle 2003 ; Moroinière 1998 ; Servouze 1999, ou Urgon 1999.

15 Formulation traditionnellement admise depuis les travaux de Pierre Goubert sur le Beauvaisis : Goubert 1968, 61-64.

16 Mortalité des enfants de moins d’un an.

17 Dupaquier 1989, volume 3, 287.

18 Bigault 2000.

19 Doucet 1999.

20 Fine-Souriac 1978.

21 Bardet 1983, 369, ou Rollet 1994, 14.

22 Doucet 1999.

23 Pontet & Minvielle 2006.

24 Bigault 2000.

25 Doucet 1999.

26 Dupaquier 1994.

27 Quotient de mortalité entre la naissance et le premier anniversaire.

28 Quotient de mortalité entre la naissance et le cinquième anniversaire.

29 Quotient de mortalité entre la naissance et le dixième anniversaire.

30 Quotient de mortalité entre la naissance et le quinzième anniversaire.

31 Perrenoud 2003.

32 Darrigrand 2000.

33 Servouze 1999.

34 Henry 1972.

35 Gelis 1984, 327-351.

36 Pour les formules mathématiques utilisées pour passer des quotients de mortalité aux espérances de vie, voir Henry & Blum 1988, 123.

37 Camus 2002 et Doucet 1999.

38 Dupaquier 1989, 236.

39 Minvielle 1993.

40 Merie Ygorra 2002.

41 Poussou 1983, 596 ; Pariset 1968, 330 : Étienne 1990, ou Figeac 2002, 327.

42 Poussou 1980.

43 Lebrun 1980 et Poussou 1983.

44 Chaunu 1971.

45 Dupaquier 1989, 176-178. Cet indice est établi selon le mode de calcul suivant : I = (D-M)/S. D = nombre de morts de l’année envisagée ; M = moyenne des décès des dix années précédentes ; S = écart-type des décès pendant ces dix mêmes années.

46 Minvielle 2002.

47 Dupaquier 1979.

48 Dupaquier 1989, 240.

49 Minvielle 2005.

50 Minvielle 2003.

51 Minvielle 2005.

52 Loupès 2002.

53 Voir notamment à ce sujet les travaux de Françoise Hildesheimer : Hildesheimer 1990 et 1993. On peut ajouter la synthèse de Delumeau & Lequin 1987.

54 Minvielle 2005.

55 Minvielle à paraître et Archelaco 1997.

56 Dupaquier 1989, 244-245.

57 Coury 1972 et Guillaume 1972.

58 Maladie que Furetière décrit comme un mal qui provoque aux personnes atteintes des sueurs avec frissons, tremblements et palpitations du cœur.

59 Quetel 1986.

60 Aussi appelé mal de saint-Antoine ou mal des ardents, il est provoqué par la consommation de seigle ergoté. L’ergotisme se manifeste notamment par des gangrènes aux extrémités.

61 Guillaume 1972.

62 Poussou 1980, 245.

63 Viaud 2001.

64 Morinière 1998.

65 Urgon 1999.

66 Baulant 1972.

Índice de ilustraciones

Leyenda Tableau 1. Quelques exemples de quotients corrigés de mortalité infantile (pour 1000) dans le Sud-Ouest aquitain aux xviiie et xixe siècles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 43k
Leyenda Tableau 5. Augmentation de l’espérance de vie à Saint-Selve entre 1750 et 1901.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 55k
Leyenda Fig. 1. Mouvement annuel des naissances, mariages et décès à Bordeaux de 1687 à 1821.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 138k
Leyenda Fig. 2. Mouvement annuel des naissances, mariages et des sépultures à Bordeaux de 1687 à 1715.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 117k
Leyenda Fig. 3. Indices de crise de mortalité à Sallespisse de 1750 à 1899.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 123k
Leyenda Fig. 4. Années de crise dans les populations du Sud-Ouest aquitain du milieu du xviiie siècle à la fin du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 59k
Leyenda Fig. 5. Mouvement annuel des décès aux xviiie et xixe siècles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 107k
Leyenda Fig. 6. Évolution décennale du nombre de décès à Sallespisse de 1780 à 1869.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 64k
Leyenda Fig. 7. La crise de 1747-1748 à Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 178k
Leyenda Fig. 8. Évolution mensuelle du nombre des sépultures dans le centre-ville et dans les faubourgs de Bordeaux pendant la crise de 1772-1773.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 138k
Leyenda Fig. 9. Indices de crise de mortalité pour les bordelais et pour les seules élites de la ville au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 142k
Leyenda Fig. 10. Mouvement saisonnier des décès en fonction de l’âge des défunts dans le Médoc (xviiie-xixe siècles).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 90k
Leyenda Fig. 11. Indices de crise de mortalité à Hasparren selon l’âge au décès de 1770 à 1839.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 101k
Leyenda Fig. 12. Évolution du nombre d’actes enregistrés à Hasparren entre 1813 et 1815.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/717/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 127k

© Ausonius Éditions, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540