Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

Première partie. Dynamiques et structures

La disparition du mercenariat en Asie Mineure occidentale au iie siècle a.C. : éléments de réflexion

Karin Sion-Jenkis

Texte intégral

La version définitive de cet article doit beaucoup aux conseils d’Alain Bresson, que nous remercions pour ses encouragements. Les réflexions émises dans cette contribution n’engagent que nous-même.

  • 1 Nous renvoyons à ce propos à quelques études fondamentales, à savoir Gruen 1984, surtout II, 529 s (...)

1Le iie siècle a.C. est une époque charnière pour l'Asie Mineure : il marque la fin de l'hégémonie séleucide et le début de l’engagement de Rome en Anatolie. Celle-ci se révèle très vite comme la nouvelle puissance hégémonique1.

  • 2 Il existe un grand nombre d'ouvrages concernant le mercenariat dans le monde ancien ; nous en cito (...)
  • 3 Les mercenaires au iie s. a.C. sont simplement évoqués par Launey 1987, Griffith 1935 et Grote 191 (...)

2Notre propos est d’essayer de voir comment ce changement de la puissance dominante en Asie Mineure se manifeste sur le plan militaire, et plus précisément en ce qui concerne le mercenariat. Les mercenaires sont généralement considérés comme une composante caractéristique des armées hellénistiques du ive au iiie s. a.C. Ainsi, cette institution a été l’objet de travaux pour ces deux siècles ainsi que pour les périodes antérieures2. En ce qui concerne le iie s. a.C., les sources donnent quelques indices de l’existence continue du mercenariat et cette institution mérite d’être étudiée pour cette période, car elle n’a fait l’objet d’aucune étude jusqu'à présent3. Un tel travail dépasse le cadre de cet article, qui n'a pour but que de présenter quelques réflexions sur le thème du mercenariat au iie s. a.C. en Asie Mineure.

  • 4 Au iie s. a.C., la situation politique en Asie Mineure a subi certains changements dus à l'influen (...)

3Pour bien déterminer le rôle du mercenariat au iie s. a.C. en Asie Mineure, il nous semble utile de se faire une idée sur l'effectif des mercenaires et le but de leur engagement. En outre, il convient de préciser l’influence de Rome sur l'organisation militaire en Anatolie et sur le recrutement des troupes après le traité d'Apamée4.

4Pour aborder ce thème du mercenariat, nous proposons successivement :

  • De porter tout d'abord un regard sur l'armée séleucide qui était avant le traité d'Apamée la plus importante d'Asie Mineure ;
  • D'examiner ensuite ce que sont l'armée de Pergame et celle de Rhodes, “amis” importants du peuple Romain après 188 a.C. ;
  • Enfin, de se poser la question de savoir si les cités grecques d'Asie Mineure, formellement “libres” par le traité d'Apamée, jouent un rôle particulier en ce qui concerne le mercenariat et le recrutement des mercenaires5.

5Pour déterminer le rôle et l'éventuelle importance du mercenariat après cet événement ainsi que l'influence de Rome sur la situation militaire, il convient de donner d'abord un aperçu de la situation avant le traité d'Apamée, afin que les changements qui concernent cette institution militaire puissent être mieux cernés.

1. Le mercenariat en Asie Mineure au iiie s. a.c. : quelques données

1.1. L'armée séleucide sous Antiochos III

  • 6 Cf. Schmitt 1964, 85 sq., Will 1982, II, 26 sq.

6Les grandes campagnes militaires d'Antiochos III nécessitaient un effectif de soldats important. L’anabase de ce roi, qui avait pour but de renforcer l'autorité royale dans les provinces orientales, ses campagnes en Asie Mineure occidentale et en Coelé-Syrie ainsi que son passage en Thrace sont la preuve d'une grande activité militaire6.

  • 7 Pol. 5.79.3-13, Liv. 37.40. Cf. également celui d'Appien, moins précis (Syr., 32 sq.).

7Nous possédons deux sources importantes concernant la composition de l'armée séleucide sous Antiochos III : le récit de Polybe de la bataille de Raphia dans l'extrême sud de la Palestine contre Ptolémée IV et celui de Tite-Live sur la bataille de Magnésie7.

  • 8 A ces 62 000 fantassins s'ajoutent 6 000 cavaliers et 102 éléphants (cf. Pol. 5.79.13). Cf. Launey (...)
  • 9 Cf. Griffith 1935, 144, qui voit également dans les 1000 Thraces des mercenaires. Launey 1987,1, 3 (...)
  • 10 Cf. Pol. 5.79.3-13.
  • 11 Pol. 5.79.11, 5.82.11.
  • 12 Launey 1987, I, 51. Cf. la lettre d'Eumène II à un certain Artémidôros (181/80 a.C.), trouvée sur (...)
  • 13 Cf. l'argumentation convaincante de Segre 1938, 189 sq., surtout p. 194, suivie par Walbank 1957, (...)

8Avant la bataille de Raphia (217 a.C.), l'armée d'Antiochos III comptait 62 000 soldats de l'infanterie, parmi lesquels se trouvaient 5 000 mercenaires recrutés en Grèce centrale, 1 500 Crétois et 1 000 Néocrétois c'est-à-dire environ 12 % de l'ensemble des soldats8. Il semble probable que les Crétois ainsi que les Néocrétois étaient également des mercenaires9. La grande majorité de l'armée, environ 86 %, étaient des Macédoniens et des Orientaux. Les soldats provenant de l'Asie Mineure occidentale semblent être peu nombreux : Polybe ne mentionne que 500 Lydiens ce qui correspond à près de 1 % du total de l'infanterie d'Antiochos III à ce moment10. Parmi les troupes d'Antiochos III présentes avant la bataille de Raphia se trouvaient 1 000 Cardaques11 M. Launey a avancé l’hypothèse qu’il s'agissait de mercenaires, puisque, selon lui, Antiochos III aurait fondé une colonie militaire de Cardaques sur le territoire de Telmessos en Lycie, qui, après la bataille d'Apamée, se retrouva sous l'autorité des rois attalides12. Une telle fondation semble peu probable pour des auxiliaires qui rentraient généralement dans leur pays d'origine une fois leur service terminé13.

  • 14 Cf. Liv. 37.40.
  • 15 Launey 1987, I, 97 sq. Cf. également Griffith 1935, 145.
  • 16 Les chiffres sont empruntés aux statistiques de Launey 1987,1, 98, qui suit les données de Tite Li (...)

9A la bataille de Magnésie, dans l'armée d'Antiochos III se trouvait un certain nombre de mercenaires d’origines diverses14. Il s'agit d'après Launey de 1 500 Crétois, de 1 000 Néocrétois et de 2 700 mercenaires, “auxiliaires mêlés de l'aile gauche”15. S'y ajoute entre autres un contingent considérable de troupes provenant d'Asie Mineure cistaurique, qui ne sont pas des mercenaires, mais des soldats levés par le roi séleucide dans son empire : 2 500 Mysiens, 1 500 Cariens et Ciliciens, 4 000 Pisidiens, Pamphyliens et Lyciens, 1 000 Phrygiens, Lydiens et Syriens, 5 500 Galates et puis un assez grand nombre de soldats issus des régions orientales du royaume séleucide. Sur un total de 56 900 soldats, effectif de l'armée séleucide présente à cette bataille, près de 10 % étaient des mercenaires d'origine hellénique, 25 % représentaient les troupes de l'Asie Mineure cistaurique (environ un quart de la totalité des troupes), mais la grande majorité (60 %) étaient des Orientaux (32 %) et des Macédoniens (28 %)16.

  • 17 Cf. pour la structure de l'armée séleucide. et surtout pour les contingents d'étrangers : Bar-Koch (...)

10A côté de la phalange macédonienne, les mercenaires recrutés surtout en Crète et en Grèce centrale faisaient partie intégrante de l'armée séleucide comme c'était déjà le cas pendant les époques antérieures17. Les mercenaires ne représentaient qu'environ 10 à 12 % de l'ensemble des troupes d’Antiochos III. Leur importance pour le roi séleucide résidait donc surtout dans leur qualité, car ces mercenaires étaient des soldats expérimentés et spécialisés.

1.2. Pergame et Rhodes

1.2.1. L'armée de Pergame

  • 18 FD, III.4, 132-135.
  • 19 IK, 36.1-Tralleis, 33.
  • 20 OGIS, 266. Cette convention entre le roi et ses mercenaires règle les conditions de leur service m (...)

11C'est surtout au iiie siècle que l'armée attalide comportait un assez grand nombre de mercenaires. La liste de mercenaires de la garnison attalide de Lilaia (vers 208 a.C.)18 et celle de Tralles (iiie s. a.C.)19 ainsi que le contrat entre Eumène ier et ses mercenaires de Philétaireia (après 263 a.C.)20 en fournissent la preuve. Cette dernière inscription éclaircit surtout les circonstances et les modalités du service de mercenaires dans l'armée pergaménienne, tandis que les deux premiers textes permettent de cerner la composition de cette armée et surtout l'effectif des mercenaires.

  • 21 On y ajoute des Macédoniens (3 %), des Africains (2 %) et des Siciliens (8 %). Cf. pour ces chiffr (...)

12Le décret de Lilaia en l'honneur des soldats stationnés dans cette cité par son allié Attale ier donne un aperçu de la composition de cette garnison. Environ 40 % des soldats étaient des mercenaires d’origines diverses, dont 33 % provenaient des cités de Thrace, 25 % du Péloponnèse et de la Grèce centrale, 20 % des cités d'Asie Mineure et 6 % des îles, presque exclusivement de la Crète21.

  • 22 Cf. Launey 1987, I, 73 sq.

13La liste de Tralles qui donne 44 noms de soldats – probablement de mercenaires-, permet d'avoir des indices semblables à ceux de Lilaia : 29 % de ces soldats proviennent de la Grèce centrale et du Péloponnèse, 11 % des îles grecques, 11 % des Balkans (notamment des cités de Thrace) et 25 % des cités d'Asie Mineure22.

  • 23 Cf. Liv. 27.33.4-5 et 28.5-7 ; Griffith 1935, 175. Pour les relations entre Attale Ier et les cité (...)
  • 24 Liv. 37.39.10, 37.41.9.
  • 25 Cf. Liv. 38.12.8,38.21.2.

14Les bases principales des rois attalides pour un recrutement de mercenaires à la fin du iiie s. a.C. sont donc la Grèce centrale et le Péloponnèse, les îles grecques, les Balkans et les cités d'Asie Mineure. Aussi dans les troupes pergaméniennes participant aux campagnes romaines se trouvent des soldats de même origine. Leur statut (mercenaires ou auxiliaires) n'est pas toujours précisé par les sources. Pendant la première guerre de Macédoine, les Crétois jouent un rôle assez important dans l'armée attalide puisque ce furent les Crétois qui avertirent Attale Ier à Oponte de l'arrivée de son adversaire Philippe V23. En 190, Eumène envoyait 500 soldats, Tralles et Crétois, auprès des Romains contre Antiochos III24. Dans les troupes qui participèrent à la guerre de Cn. Manlius Vulso contre les Galates (189 a.C.) se trouvaient également des mercenaires ou auxiliaires tralles, crétois, ainsi que des Thraces dans les troupes d'Eumène25.

  • 26 Liv. 37.39.9 ; Appien, Syr., 31 ; cf. également IPergamon, 64. Pour les relations entre les rois a (...)
  • 27 Cf. Hansen 1971, 178 et 225 et déjà Griffith 1935, 179 sq.
  • 28 BMC Phrygia, p. 213 sq., no 22 sq. avec pl. xxvii 1.
  • 29 Cf. Launey 1987, I, 140. 1973, p. 180 sq. rejette l'hypothèse d'une éventuelle fondation dans un c (...)

15Les rois attalides et surtout Eumène II profitaient de liens étroits avec les Achéens. Ainsi, des Achéens participèrent à la bataille de Magnésie parmi les troupes auxiliaires d’Eumène26. Malgré ces indications assez claires concernant le statut de ces Achéens en tant qu'auxiliaires, Hansen suppose qu'il s’agissait de mercenaires en faisant référence aux monnaies de la cité d'Euméneia en Phrygie, une fondation d'Attale II en souvenir de son frère Eumène II. D'après Hansen, il s'agissait d'une colonie de mercenaires achéens27. Les monnaies qui portent la légende eymeneωn axaiωn et qui datent de l'époque sévérienne28, ne prouvent qu'un certain attachement de la population de cette fondation attalide à ses origines sans pour autant éclaircir le statut exact de ses ancêtres. L'idée de voir dans Euméneia une colonie militaire composée de mercenaires d'origine achéenne reste une hypothèse29.

1.2.2. Rhodes

  • 30 Le traité entre Rhodes et Hiérapytna : Syll. 3, 581, le traité entre Rhodes et Olonte : Staatsvert (...)
  • 31 L. 40 sq. Le traité accorde également à Hiérapytna le droit de recruter des mercenaires en “Asie”, (...)
  • 32 Hiérapytna : 1. 18 sq. ; une clause semblable dans le traité avec Olonte : cf. 1. 34 sq.
  • 33 Cf. Kreuter 1992, 81 sq.

16Comme le montre le traité entre Rhodes et les cités crétoises d'Hiérapytna et d'Olonte à la fin du IIIe s. a.C., Rhodes avait déjà organisé à cette époque un soutien militaire sous la forme d'une symmachie, mais avait trouvé également une base de recrutement de mercenaires en Crète30. En ce qui concerne l'engagement de mercenaires par Rhodes, le traité rhodien avec Hiérapytna spécifie les modalités de leur recrutement : la cité d'Hiérapytna doit soutenir un éventuel recrutement de mercenaires de la part de Rhodes31. Cette clause concernant les mercenaires et les modalités de leur recrutement ne semble pas être l'affaire la plus importante pour Rhodes. En revanche, le fait que Rhodes exige que 50 % des soldats envoyés par son allié Hiérapytna soient des citoyens de cette cité est particulièrement remarquable32. Les Rhodiens veulent ainsi éviter que les alliés crétois n'envoient que des mercenaires ou des alliés d’Hiérapytna et d'Olonte. Ceux-ci, moins liés à la politique de ces deux cités, pourraient créer des ennuis à Rhodes et demander des récompenses pour leur service ou se révéler moins fidèles à l'égard des Rhodiens33.

  • 34 IC, I, xvi-Lato, 35,1. 6-8. Cf. Launey 1987, 1, 243 sq. Les troupes étaient de passage ou stationn (...)

17On peut supposer que Rhodes engage des Crétois au iiie s. a.C. surtout en tant qu'auxiliaires. Ces troupes étaient sans doute complétées par des mercenaires, quand les cités crétoises n'avaient pas la possibilité de mettre à la disposition de Rhodes suffisamment de citoyens. Néanmoins, des xénologues rhodiens avaient le droit de recruter des mercenaires dans les cités crétoises alliées. Une telle armée rhodienne, composée d'auxiliaires et de mercenaires – levés cette fois-ci en Grèce – est mentionnée dans une inscription de Lato34.

1.3. Les cités de l'Asie Mineure occidentale

  • 35 Milet, 1.3 (Delphinion), 33 (les listes des noms : no 34) ; 36 et 37 (les listes des noms : no 38) (...)
  • 36 Cf. Milet, 1.3 (Delphinion), 33 g (1. 8 : Φιλάνωρ et Σω[-]) et 38 o (1. 6 :’Eχέβουλος), Launey 198 (...)
  • 37 Milet, I.3 (Delphinion), 39.
  • 38 Cette hypothèse a été adoptée déjà par Rehm dans Milet, 1.3 (Delphinion), 39.
  • 39 Milet, 1.2 (Rathaus), 12. Brulé 1978, 165 associe ce personnage au premier recrutement de mercenai (...)

18C'est surtout pour la cité de Milet que les sources attestent l'engagement de mercenaires. A ce propos, on peut citer les décrets concernant l'attribution des terres et de la citoyenneté milésienne aux Crétois de 234/233 a.C. et de 229/228 a.C.35. Le statut militaire des Crétois (alliés ou mercenaires) n’est pas clair : le deuxième décret (Milet, 1.3 [Delphinion], 37) fait référence à une συμμαχία (1. 3) antérieure, et on est alors tenté de penser plutôt à des troupes alliées. En revanche, les listes mentionnent quelques personnes qui exerçaient des fonctions de xénologues, suivies de Crétois, qui faisaient leur service militaire sous leurs ordres36. Sans doute, une partie de ces Crétois étaient donc des mercenaires au service de Milet. Une autre inscription du Delphinion de Milet contient le décret de la cité concernant l'attribution de la citoyenneté au Crétois Krytôn qui s'est distingué avec ses [τεταγμένοι] en faveur du salut de la cité37. On peut supposer qu’il s'agit ici d'un chef de mercenaires38. Aux décrets en faveur des Crétois, on peut rajouter une inscription en l'honneur du recruteur milésien Lichas39.

  • 40 IPriene, p. 312, no 380. Cf. la paraphrase des deux premiers vers de l'épitaphe dans l'édition : “ (...)

19Ces documents attestant l'engagement de mercenaires crétois par Milet sont de caractère unique. Pour aucune autre cité de l'Asie Mineure occidentale, nous ne possédons des documents semblables. Il semble donc que cette utilisation de mercenaires en grand nombre est un fait exceptionnel. Le mercenariat est attesté néanmoins pour une autre cité : une inscription funéraire pour le Messénien Mélétos donne la preuve de la présence d'un mercenaire à Priène, si l'on suit le commentaire de Rehm40.

20A la fin du iiie s. a.C., ce sont surtout les royaumes puissants comme celui des Séleucides et de Pergame qui font appel aux mercenaires. Rhodes et les cités d'Asie Mineure occidentale avaient également recours à ce type de soldats, mais il semble que Rhodes préférait profiter des alliances avec les cités crétoises plutôt que recruter des mercenaires. En ce qui concerne les cités d'Asie Mineure, les exemples pour un recrutement de mercenaires en grand nombre se limite à celui de Milet.

21En outre, il convient de souligner que le statut exact des soldats levés à l'étranger d'un royaume ou d'une cité ne peut être déterminé avec exactitude dans la majorité des cas. Il serait donc utile de reprendre le dossier du “mercenariat” pour le iiie s. a.C. dans sa totalité pour préciser nos connaissances à ce sujet. Notre propos étant surtout de traiter la question du mercenariat en Asie Mineure au iie s. a.C., nous arrêtons ici notre enquête sur le iiie siècle.

2. La disparition du mercenariat en Asie Mineure au cours du iie s. a.C.

2.1. L'armée séleucide

  • 41 Cf. pour les termes cités, Pol. 21.42.15, Liv. 38.38.10, ainsi qu'Appien, Syr., 39.
  • 42 Gruen 1984,11, 641, n. 144.
  • 43 Cf. Pol. 21.42.10 : oἱ ύπ'αὑτόν ταττόμενοι désigne les sujets d'Antiochos III.
  • 44 L’emplacement exact de cette frontière est controversé dans la recherche moderne : cf. le résumé d (...)
  • 45 Comme pour tous les royaumes hellénistiques, le Crète constituait auparavant une des bases princip (...)

22Le traité d'Apamée interdisait à Antiochos de recruter des mercenaires (ξενολογεῖν) dans les pays qui se trouvaient depuis ce moment-là sub dicione populi Romani41. Il convient d'examiner les régions sous le contrôle romain où Antiochos n'avait plus droit de recruter des mercenaires. D'après Gruen, l'expression de έκ τῆς υπὸ ‘Ρωμαίους ταττομένης “fait probablement référence à l'Italie”42. Il est vrai que Polybe utilise l'expression citée pour désigner le territoire gouverné par une puissance43. Le terme devrait donc correspondre au territoire qui constituait à cette époque l'imperium Romanum, c'est-à-dire à l'Italie et aux provinces romaines. Mais cette interprétation ne donne pas de sens à la clause du traité, car la plupart des mercenaires recrutés auparavant par Antiochos III ne provenait pas de Grèce balkanique, mais, comme le montre la composition de l'armée présente à Magnésie, de la Méditerranée orientale. La clause du traité d'Apamée concernant les mercenaires devait donc concerner un territoire beaucoup plus vaste que l'Empire romain de l’époque, à savoir toute la “zone d'influence romaine” qui englobait, dans la Méditerranée orientale, la Grèce avec les îles et l'Asie Mineure à l'ouest du Taurus, nouvelle frontière imposée par Rome au royaume d'Antiochos44. En ce qui concerne l'Asie Mineure, il s'agit de toutes les régions et cités qui étaient liées avec Rome par des alliances, le royaume d'Eumène II aussi bien que Rhodes et les cités formellement “libres”. Un certain nombre de régions de l'Asie Mineure n'étaient pas sous le contrôle de Rome : les royaumes de Bithynie, du Pont, de Cappadoce ainsi que le pays des Galates. Ces pays pouvaient donc servir de réservoirs de troupes, mais aussi de mercenaires pour le roi séleucide. Pour le recrutement, les cités grecques d'Asie Mineure occidentale en étaient néanmoins exclues. Le traité d'Apamée constituait alors une forte restriction à ce recrutement pour Antiochos surtout si l'on prend en considération le fait que la Crète en était écartée45.

23La clause du traité d'Apamée concernant les mercenaires vise à réduire les forces militaires d'Antiochos III et s'aligne ainsi sur les autres dispositions “militaires” concernant les navires et les éléphants de guerre. En même temps, elle a pour but de réduire le rayonnement politique et les moyens d'Antiochos pour intervenir véritablement en Europe ainsi qu'en Méditerranée, à savoir en Egypte. Elle s'insère ainsi dans le cadre des autres clauses territoriales, surtout de celles qui concernent le recrutement militaire en général (interdiction de se faire livrer des soldats par le roi attalide, retour des soldats des cités qui se trouvaient depuis 188 sous la protection romaine).

  • 46 Séleucos IV, le successeur d'Antiochos III, se servait surtout des moyens diplomatiques pour mener (...)
  • 47 Cf. Pol. 30.25.3 sq.
  • 48 Cf. pour l'engagement de Rome, Liv. 39.26.14, pour le conflit entre Philippe V de Macédoine et Per (...)
  • 49 Cf. Habicht 1989, 328 sq.
  • 50 Cf. Griffith 1935, 147 ; Launey 1987,1, 384. ; Bar-Kochva 1976, 34 ; Walbank 1979, 450.

24Il semble que le roi, ainsi que ses successeurs Séleucos IV et Antiochos IV, aient, grosso modo, respecté cette clause du traité comme les autres du reste46. Au défilé lors des jeux de Daphné, organisés en 166 a.C. par Antiochos IV en concurrence avec les jeux d'Aemilius Paullus en Macédoine, participait un grand nombre de contingents nationaux : 5 000 “Mysiens”, 3 000 Ciliciens, 3 000 Thraces et 1 000 Galates47. Les Ciliciens faisaient vraisemblablement encore partie du royaume séleucide. Il semble peu probable que les Thraces et les Galates aient été recrutés en dehors du royaume séleucide puisque la Thrace était disputée entre Pergame et Philippe V de Macédoine ; le Sénat romain imposa sa décision dans ce conflit, ce qui met en évidence l'influence de Rome dans cette région48. Le pays galate était contrôlé depuis 183 a.C. par Eumène II, fait confirmé par le traité entre Eumène et Pharnace du Pont49. Il s'agit donc de Thraces et de Galates vivant sur le territoire séleucide ou bien de soldats d'origine inconnue, armés à la façon des Thraces et des Galates50.

  • 51 Griffith 1935, 147, cf. aussi p. 167, n. 2. Cette opinion est suivie par Bar-Kochva 1976, 52.
  • 52 A savoir des φρούρια ou des colonies militaires établis par Antiochos III ou ses successeurs : Lau (...)
  • 53 Cette proposition a été émise par Walbank 1979, 449 sq. Cf. Masson par rapport à une enquête sur l (...)
  • 54 Cf. également Magie 1950, II, 974 : “… it is the question in their case wether the term denoted na (...)

25La provenance des “Mysiens” présents lors du défilé est controversée. Griffith pensait qu'il s'agissait des habitants de la Mysie51. Cette hypothèse semble peu probable car la Mysie faisait partie du royaume de Pergame où le recrutement était défendu pour Antiochos IV. Launey supposait que les Mysiens provenaient des garnisons macédoniennes en Syrie52. D'après une autre interprétation, il pouvait s’agir des soldats armés “à la mysienne”53. Il nous semble improbable qu'il se soit agi de mercenaires ou de troupes provenant de l'extérieur du royaume séleucide. Les hypothèses d'un armement “à la mysienne” ou d'une provenance des garnisons (ou colonies) en Syrie sont par contre assez vraisemblables : il doit s'agir de gens provenant du royaume séleucide et non de soldats étrangers54.

  • 55 Cf. 1 Macc. 6.29.

26Le récit de Polybe concernant le défilé de Daphné met surtout en évidence qu'Antiochos IV comptait d'abord sur les hommes levés dans son propre royaume. L'auteur du premier livre des Maccabées évoque en revanche un recrutement de mercenaires par Antiochos IV en 165 a.C, effectué sans doute dans une zone interdite par le traité d'Apamée, car ce court récit évoque des “gens appartenant à d'autres royaumes et aux îles de la mer”55.

  • 56 Cf. pour ces combats au sein de l'empire séleucide, cf. Gruen 1984, II, 663 sq., Habicht 1989, 324 (...)
  • 57 Cf. Zonaras 9.25.6-8 ; 1 Macc. 7.1-4 ; 2 Macc. 14.1-2 ; Appien, Syr., 47.242. Ainsi se révèle le r (...)
  • 58 Suivant le récit de Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.58, Alexandre Balas recrute une grande armée de mer (...)
  • 59 Pol. 33.18.14.
  • 60 Cf. Launey 1987, I, 433. Attale II avait aidé Alexandre Balas dans son combat contre Démétrios ier (...)

27Les décennies suivantes sont caractérisées par les luttes entre les aspirants au trône séleucide56. Il s'agit là non plus d'une seule armée royale, mais de plusieurs armées. Leur recrutement nécessite alors un effectif plus nombreux, et c'est probablement pour cette raison que nous trouvons un nombre de mercenaires assez important. Démétrios ier, après sa fuite de Rome et son retour en Asie, recrutait des mercenaires à Tripolis57. Il évita ainsi de rompre le traité d'Apamée en allant former ses troupes directement sur le territoire du royaume séleucide. Son adversaire Alexandre Balas put compter en revanche sur le soutien de Rome pour recruter des mercenaires en Asie Mineure probablement à Éphèse par l'intermédiaire d'un certain Héracleidès58. Le rôle de ce personnage est bien illustré par Polybe59 : Héracleidès était l'ambassadeur et le représentant d'Alexandre Balas et de Laodice lors de leur séjour à Rome. Il réussit à obtenir l'autorisation de Rome pour le recrutement en faveur d'Alexandre Balas. En rentrant de Rome, il resta à Éphèse pour préparer son entreprise. La lacune dans le texte de Polybe ne permet pas de dire s'il était passé par le cap Ténare comme le pense Launey. Désormais, on peut supposer avec ce même auteur qu'Héracleidès séjourna à Éphèse pour recruter des mercenaires60.

  • 61 D'après Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.86, Démétrios II embarqua avec beaucoup de mercenaires crétois, (...)
  • 62 Ant. Jud., 13.129.
  • 63 Cf. Diod. 33.4a. Diodote Tryphon installa sa base principale d'opération à Korakésion en Cilicie ( (...)

28Alexandre Balas ne parvint pas à conserver le pouvoir : il perdit la bataille contre Démétrios II, qui s'appuya lui aussi sur des mercenaires venant de Crète et d'ailleurs. Démétrios II recruta des mercenaires crétois sous le commandement du Crétois Lasthénès sans avoir apparemment l'autorisation de Rome, violant ainsi le traité d’Apamée61. La position privilégiée de Lasthénès ainsi que des mercenaires provoqua des conflits avec les Macédoniens dans l'armée séleucide, surtout quand après sa victoire sur Alexandre Balas, Démétrios licencia la plupart de ses troupes et réduisit leur solde. D'après Flavius Josèphe, Démétrios ne garda que les mercenaires provenant de Crète et des autres îles62. On peut supposer qu'il les considérait comme des soldats plus fiables et plus efficaces que les autres. Ce comportement provoqua un mécontentement du côté des autres soldats et Diodote Tryphon n'eut pas trop de difficulté à les réunir autour de lui. Son armée comptait également des mercenaires dans ses rangs63.

  • 64 Alexandre Balas : envoi de 30 000 soldats (1 Macc. 10.36 sq., Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.135 sq. ; (...)
  • 65 Cf. Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.250 sq. ; Launey 1987, I, 553.
  • 66 Bar-Kochva 1976, 48.

29Pendant ces combats entre les différents aspirants au trône séleucide, il est souvent question dans les sources d'emploi de Juifs en tant que soldats. Ainsi, Alexandre Balas et plus tard Démétrios II profitaient de contingents considérables de soldats juifs envoyés par Jonathan64. Antiochos VII eut recours aux Juifs, envoyés par Jean Hyrkan pour sa campagne contre les Parthes en 130/129 a.C.65. Le statut exact de ces troupes juives (auxiliaires ou mercenaires) ne peut être déterminé. En ce qui concerne les troupes juives d'Antiochos VII, il s'agissait d'auxiliaires66.

  • 67 Pour des raisons qui peuvent expliquer le déplacement de monnaies dans le royaume séleucide, cf. L (...)

30Les monnaies et leur circulation permettent parfois d'éclaircir des problèmes liés au paiement et au ravitaillement de troupes. On a souligné ainsi que le déplacement de monnaies dans le royaume séleucide peut être expliqué par ces besoins, notamment par le paiement de mercenaires. Ceci reste néanmoins une hypothèse et on peut s'imaginer aussi d'autres raisons qui expliqueraient ce déplacement monétaire, par exemple des échanges commerciaux67.

  • 68 Dans cette étude, nous avons traité surtout de contingents de mercenaires dans l'armée séleucide. (...)

31Il est évident que les mercenaires recrutés parfois avec, mais aussi sans l'autorisation de Rome, jouaient un rôle important dans les opérations militaires qui se déroulèrent à l'époque du déclin du royaume séleucide. Pour les rois séleucides (ou bien pour les aspirants au trône), les troupes de mercenaires68 constituaient toujours un moyen de gagner et de préserver le pouvoir. Ces monarques s'appuyaient à la fois sur les ressources de leur pays, mais aussi sur un réservoir étranger, notamment la Crète. Ceci s'insère dans la politique traditionnelle des rois séleucides : l'armée était toujours composée de la phalange macédonienne, de troupes recrutées dans le royaume et de mercenaires provenant de l'étranger. Cette composition de l'armée provoquait des conflits au sein des troupes, dont la rivalité entre les Macédoniens et les mercenaires sous Démétrios II est un exemple caractéristique pour le iie s. a.C. Tandis que les unités recrutées dans l'Orient du royaume s'intégraient de plus en plus dans la phalange macédonienne, les mercenaires, eux restaient un corps à part, même au iie siècle.

  • 69 Pol. 21.42.1. Paltiel 1979. Cette thèse a été contestée déjà par Gruen 1984, II, 643, n. 156.

32Les sources sont muettes en ce qui concerne une éventuelle réaction de Rome au recrutement illégal de Démétrios II. Ce manque de réaction a alimenté la thèse d'Eliezer Paltiel, pour qui le traité d'Apamée ne concernait, surtout pour des questions relatives à l'armée et à son recrutement, qu’Antiochos III et non ses successeurs. Paltiel suppose quelques erreurs dans les récits des sources antiques, notamment de Polybe qui signale que ce traité fut conclu avec Antiochos III εἰς ἅπαντα τὸν χρόνον69. En écartant d'éventuelles erreurs de sources, nous proposons une hypothèse différente, qui pourrait expliquer les négligences de Rome à l’égard des Séleucides et leurs infractions à certaines clauses du traité d'Apamée.

  • 70 A ce propos, nous renvoyons à l'article de Grainger 1995 qui a montré que la campagne menée par Cn (...)
  • 71 Ainsi s'explique la réaction violente de Rome au “jour d'Eleusis” : ce jour-là, L. Popillius Laena (...)

33Puisqu’il s'agissait à l'époque de Démétrios II uniquement d’un combat au sein du royaume séleucide, qui contribuait donc à affaiblir ce royaume, Rome n'avait aucun intérêt à intervenir. La perspective politique avait donc changé depuis l'époque du traité d'Apamée. A ce moment, il s'agissait d'éliminer le roi séleucide des affaires d'Asie Mineure et notamment des zones où Rome s'était engagée70. Environ 30 ans après, le royaume séleucide n'avait plus de visées expansionnistes sur l'Asie Mineure, car il était prisonnier de ses problèmes internes et la clause du traité concernant le recrutement des mercenaires n'avait donc plus d'importance aux yeux de Rome. En revanche, Rome s'engageait dès qu'elle voyait une expansion trop importante des Séleucides. Ce fut le cas pour la Sixième Guerre de Syrie, car par la prise d'Alexandrie, Antiochos IV aurait été le maître du royaume lagide et aurait pu se substituer aux Ptolémées, alliés traditionnels de Rome71.

  • 72 Pol. 31.2.9-14.
  • 73 36 éléphants de guerre avaient déjà participé au défilé de Daphné en 166 a.C. (cf. Pol. 30.25.11) (...)
  • 74 Cf. Gruen 1984, II, 663 sq. qui signale que Rome n’intervenait guère dans les événements liés au r (...)

34Rome veillait de temps à autre au respect des clauses du traité d'Apamée par les Séleucides. Nous notons ainsi que l'ambassade de Rome sous Cn. Octavius en 163 a.C. donna l'ordre de détruire les navires et tuer les éléphants de guerre à Antioche72. Sans doute, Rome était-elle déjà auparavant au courant de cette violation du traité d'Apamée et n’avaitelle pas jugé bon de réagir73. Il s'agit d'une action isolée de Rome qui ne s'insère pas dans une politique cohérente à l'égard du royaume séleucide. On remarque que, depuis la victoire romaine sur Persée, son engagement se concentrait surtout sur Pergame et Rhodes74. Le royaume des Séleucides était écarté de la politique de la Méditerranée par le traité d'Apamée et, de nouveau, par le “jour d'Eleusis”.

2.2. Pergame et Rhodes

2.2.1. L'armée de Pergame

35L'armée de Pergame au iie s. a.C. était sans doute moins importante que celle d'Antiochos III, mais on y rencontre néanmoins un certain nombre de mercenaires.

  • 75 Par le traité d'Apamée, Rome donnait à Eumène II le territoire au nord du Méandre, appartenant aup (...)

36Le traité d'Apamée avait considérablement agrandi le territoire du royaume d'Eumène II ainsi que son réservoir de recrutement75. Néanmoins, le roi faisait venir des mercenaires et d'autres troupes étrangères.

  • 76 Diod. 29.23 relate l'histoire de la prise de Tlôs, garnison attalide tenue par des mercenaires. Ce (...)
  • 77 Cf. le commentaire de Jal 1976, 197 sq. à propos de Liv. 44.28.7.
  • 78 Syll. 3, 627. Kreuter 1992, 99 sq. signale la difficulté de bien distinguer entre mercenaires et t (...)
  • 79 Cf. le décret honorifique de la cité d'Aptéra pour le roi Attale (OGIS, 270, surtout 11. 12-13). L (...)

37Dans la guerre contre Pharnace Ier du Pont, Eumène se servit de mercenaires. Ses troupes envoyées à l'aide des Romains contre le roi Persée, comportaient des mercenaires ou des auxiliaires, à savoir des Galates, des Crétois et des Cyrtii76. En ce qui concerne ces contingents d’étrangers dans les troupes d'Eumène, Tite-Live n'évoque pas leur statut dans son récit. Il peut s'agir à la fois de mercenaires ou de troupes auxiliaires. Les Galates étaient probablement des mercenaires puisqu'Eumène ne profitait pas d'un traité ou d'un accord amical avec un prince galate en raison de la guerre contre ce peuple77. Un accord aurait été en revanche la condition pour recevoir des troupes auxiliaires. Un tel traité, à savoir la φιλία et συμμαχία, fut conclu entre Eumène II et 31 cités crétoises en 183 a.C.78. On peut également renvoyer à ce propos au fait que le successeur d'Eumène, Attale II, reçut de la cité d’Aptéra le droit de recruter des mercenaires sur son territoire (156 a.C.)79.

  • 80 Pour le problème du statut des Mysoi et des Masdyenoi dans le royaume de Pergame, cf. Kertész 1988 (...)
  • 81 Cf. surtout 1. 12 sq.
  • 82 Pour la récompense des mercenaires par la donation de terres et pour leur intégration successive d (...)

38D'après le décret du peuple de Pergame voté après le décès du roi Attale III (IPergamon, 249 = OGIS, 338), la citoyenneté de Pergame doit être accordée aux Mysoi et aux Masdyenoi, villageois qui servaient dans l'armée de Pergame en tant que troupes auxiliaires avec un statut comparable à celui des citoyens de Pergame80, mais également aux autres soldats qui vivaient aussi bien à Pergame que dans sa “chôra”, c'est-à-dire dans l'ancien royaume81. On peut supposer qu'il s'agissait entre autres de gens que le roi récompensait par des donations de terre82.

  • 83 Ashton 1995, 8 sq. et p. 18 suppose que des drachmes légères d'imitation rhodienne de Dioklès émis (...)

39Le royaume de Pergame faisait appel encore au iie s. a.C. à des mercenaires qui, une foi leur service terminé, étaient intégrés dans le royaume. En ce qui concerne leur recrutement, Eumène II et ses successeurs avaient naturellement plus de liberté que le roi séleucide. On trouve dans l'armée pergaménienne notamment des Galates et des Crétois ; ces derniers pouvaient être aussi bien des mercenaires que des auxiliaires. Le roi ne faisait appel à ces troupes que quand il s'agissait d'établir des armées considérables pour soutenir les Romains pendant leurs campagnes ou pour mener des guerres à son propre compte. Les mercenaires servaient donc à compléter l'armée pergaménienne et ne peuvent être considérés comme en faisant partie intégrante83.

2.2.2. Rhodes

  • 84 Fraser & Bean 1954, 93, évoquent l'hypothèse que les phrourarchoi rhodiens, qui contrôlaient Cnide (...)

40Après le traité d'Apamée, Rhodes avait pu agrandir son territoire en Asie Mineure, ce qui nécessitait une armée de terre beaucoup plus forte que celle qu'elle avait auparavant pour assurer la sécurité de la Pérée rhodienne. Comme on a pu le montrer plus haut, Rhodes avait déjà organisé au iiie s. a.C. un soutien militaire sous la forme de symmachies, mais avait trouvé également une base de recrutement de mercenaires en Crète. On ignore les données exactes sur l'armée rhodienne au iie s. ; il est néanmoins probable que Rhodes utilisait cette base de recrutement encore au iie siècle dans les guerres contre les Lyciens84.

  • 85 Cf. parmi les nombreuses études sur la question : Barrandon & Bresson 1997, surtout p. 146 sq. ; B (...)
  • 86 Cf. Bresson 1993. 146 sq., Ashton 1988a, 29 sq.
  • 87 Cf. Bresson 1993, 156 sq.

41Bien que l'on manque de données exactes concernant l'armée rhodienne, les sources numismatiques permettent d’éclaircir un peu la question de la composition de cette armée au iie. On a ainsi pu avancer l'hypothèse que les monnaies pseudo-rhodiennes en Crète de la fin du iiie et du début du iie s. a.C. étaient des monnaies frappées pour les soldats crétois de Rhodes85. Les monnaies pseudo-rhodiennes en Grèce comme ailleurs sont liées probablement aux troupes mercenaires, entre autres crétoises, mais il ne s'agit pas nécessairement de soldats employés par Rhodes. Il est aussi possible que ces troupes aient été employées par d'autres puissances86. En Asie Mineure, l'apparition des monnaies pseudo-rhodiennes peut être liée à des besoins militaires, à savoir l'approvisionnement des troupes avec des matières premières et le ravitaillement, mais également le paiement des mercenaires87.

42A ce propos, il nous semble important de souligner que le caractère de l'engagement des troupes ne peut être déterminé avec certitude : déjà à la fin du iiie s. a.C., Rhodes pouvait engager des Crétois en tant que mercenaires aussi bien qu'en tant que troupes auxiliaires. Il est donc possible que les troupes payées avec les monnaies pseudo-rhodiennes au iie s. a.C. aient été des troupes auxiliaires aussi bien que des mercenaires.

  • 88 Pour le port libre de Délos, cf. Pol. 30.20.1-7 et 30.31.9-12.

43L'attribution de l' ἀτέλεια à Délos réduisit gravement les moyens économiques de Rhodes, et on peut supposer ainsi que la cité n'avait, depuis ce moment-là, plus les moyens de recruter des mercenaires en quantité importante et encore moins ceux d'entretenir une armée considérable88.

2.3. Les cités “libres” d'Asie Mineure

  • 89 Cf. la liste de Bernhardt 1971, 52 sq.

44Le traité d'Apamée avait donné la liberté (au moins formelle) à un nombre considérable de cités grecques d'Asie Mineure occidentale89. Les différentes initiatives militaires ainsi que les traités de symmachie (qui incluent l'aide d'une cité à une autre), mais aussi l'envoi des contingents auxiliaires auprès des Romains mettent bien en évidence qu'elles possédaient des troupes armées. Ces troupes comprenaient-elles aussi des mercenaires ? Aucune source ne prouve l'utilisation de mercenaires par une cité au iie s. et les travaux comme ceux de Griffith ou de Launey n'abordent pas cette question. Néanmoins, il nous semble utile de proposer quelques réflexions sur ce problème.

  • 90 Parmi ces nombreux accords entre les cités de l'Asie Mineure occidentale, on peut citer la symmach (...)

45Pour des raisons financières, les cités devaient d'abord avoir un grand intérêt à réduire le recours à des troupes importantes. Cette démarche pouvait être obtenue par des traités d'amitié ou de symmachie ou des arrangements qui assuraient l'inviolabilité du territoire d'une cité. Il s'agit-là de traités entre les cités elles-mêmes, mais également d'accords avec des puissances plus considérables comme Rhodes ou le roi de Pergame90. Néanmoins, la présence de troupes pouvait assurer la sécurité des cités.

  • 91 Cf. la contribution de P. Herrmann dans ce volume.

46Les inscriptions n'attestent l'existence du mercenariat à Milet qu'au iiie s. a.C. et ont un caractère plutôt exceptionnel. Ces exemples ne sont donc pas valables pour la cité au iie s. On peut également se demander si Milet avait au iie s. les moyens financiers d'engager des mercenaires. Ceci est notamment valable pour la deuxième moitié de ce siècle91.

  • 92 Cf. l'introduction d'A. Bresson dans ce volume.

47L'Asie Mineure occidentale du iie s. a.C. est caractérisée par de nombreux conflits armés entre les cités grecques92. Ces conflits ne peuvent s'expliquer qu'en supposant que les cités concernées disposaient de troupes armées. Nous en donnons par la suite deux exemples.

  • 93 IK, 28.2-Iasos (Bargylia), 612 = ArkDerg, 2, 1995, 110-115, no 45, cf. AE, 1994, 1706 a-c.

48Le premier se trouve dans une inscription republiée par W. Blümel93. Il s'agit d'un décret en honneur de Poseidonios qui est intervenu auprès du proconsul Manius Aquilius pour obtenir le licenciement des troupes de la cité de Bargylia envoyées au proconsul dans la lutte contre les derniers combattants d'Aristonicos. En outre, l'inscription fait allusion au recrutement de Quintus Caepio, un subordonné du légat Cnaeus Domitius, dans la région, ainsi qu'à Bargylia et une nouvelle intervention de Poseidonios. Les troupes en question sont sans doute des troupes de citoyens de Bargylia. Sinon, les remerciements de la cité à l'égard de Poseidonios seraient difficiles à expliquer.

  • 94 Liv. 38.13.2-4.
  • 95 Pol. 30.5.11 sq.
  • 96 Cf. Pol. 30.5.11 sq. Pour ces événements et pour le statut de la Lycie par rapport à Rhodes, cf. m (...)

49Un autre exemple montre la faiblesse militaire de certaines cités : Alabanda demande à Cn. Manlius Vulso d'expulser un parti de dissidents et de rendre le castellum à la cité94. Plus tard pourtant, Alabanda entretint des troupes, car la cité participa à une guerre à côté de Mylasa contre Rhodes95. La cité de Mylasa, elle aussi, possède suffisamment de ressources militaires pour prendre possession de la cité d'Eurômos. Il en va de même pour Caunos, qui se révolte contre Rhodes96.

  • 97 IPergamon, 268, fr. D/E, II. 12 et 16 = OGIS, 437 III, 1. 67 et 71.

50Ces exemples montrent une certaine force militaire des cités d'Asie Mineure. Souvent, les cités possédaient des troupes de citoyens, un engagement de mercenaires au iie s. n'est pas attesté par les sources. En revanche, le traité entre Éphèse et Sardes vers 98 a.C. prévoit que ni l'une ni l'autre des cités ne fournira des mercenaires contre sa partenaire97. Il semble que les deux cités voulaient, par ces clauses, montrer leur importance et faire preuve de leur autonomie formelle après la création de la première province d'Asie.

  • 98 Dans ce sens déjà Frankel (IPergamon, 268, p. 201 sq.) et Chapot 1967, 147 : “Simple formule de st (...)

51Les paragraphes concernant ces questions militaires ne devaient pas avoir de signification concrète. Rome avait affirmé sa position par la fondation de la province98.

  • 99 Éphèse s'ajoute donc comme base de recrutement de mercenaires au cap Ténare. Pour le cap Ténare, c (...)
  • 100 Cf. Griffith 1935 108 sq. ; Launey 1987, I, 81 sq.
  • 101 Cf. surtout Miles, 75-76, 947-949.
  • 102 En ce qui concerne les modifications possibles ou probables de son original grec par Plaute, cf. L (...)

52Il convient d'évoquer un dernier point concernant les cités d'Asie Mineure et le mercenariat. Nous avons déjà vu que la côte de l'Asie Mineure jouait parfois un rôle en tant que base de recrutement de mercenaires. Ceci est notamment attesté pour la ville d'Éphèse99. Pour les rois séleucides, la côte occidentale de l'Asie Mineure était un lien entre leur royaume et les “centres” de recrutement, à savoir la Grèce, la Crète et les autres îles, les cités d'Asie Mineure elles-mêmes. Il faut noter que les Lagides, dont nous n'avons pas tenu compte, avaient les mêmes centres de recrutement100. Ainsi s'explique la fonction d'Éphèse en tant que “marché de mercenaires”, dont le Miles Gloriosus de Plaute nous donne une image vivante101. Il est important de souligner que le Miles Gloriosus emprunte l'image à un original grec inconnu intitulé probablement ’AΑλαζών de la Nouvelle Comédie. Pyrgopolinice est un recruteur de mercenaires à la solde du roi Séleucos à Éphèse. La comédie plautienne reflète avant tout l'importance d'Éphèse en tant que lieu de recrutement au iiie s.102. Puisque cette cité se retrouvait après le traité d'Apamée sous l'autorité d'Eumène II de Pergame, on ne peut plus lui attribuer le rôle de marché libre de mercenaires. Le recrutement de mercenaires par Héracleidès, qui avait lieu entre autres à Éphèse, met bien en évidence que la cité avait gardé encore au iie s. un peu cette tradition de “marché de mercenaires” sans pour autant atteindre l'importance dans ce domaine des siècles antérieurs. Mais ce recrutement n'était possible qu'avec l'autorisation de Rome, et nous voyons ainsi le rôle restreint que pouvait jouer cette cité encore en tant que “centre” de recrutement de mercenaires.

Conclusions

53Le mercenariat n'a pas cessé d'exister au iie s. a.C., surtout dans les armées royales “tardo-hellénistiques” comme celle des Séleucides et des Attalides. Il en est de même pour celle des Lagides dont nous n'avons pas fait état. En revanche, le nombre de mercenaires recrutés avait sans doute diminué, car Pergame pouvait recourir à l'augmentation de ses propres ressources militaires ; les Séleucides avaient des restrictions dans leur recrutement, mesures imposées par Rome.

  • 103 Cf. les exemples que donne Launey dans son étude (1987), I, 432 (Ioniens), 458 (Cariens).

54Dans les troupes mercenaires du iie s. a.C., on trouve surtout des Galates, des Thraces et des Crétois, de régions qui constituaient déjà au siècle précédent le réservoir pour le recrutement de mercenaires. Les Grecs d'Asie Mineure, qui faisaient auparavant partie des troupes séleucides, sont intégrés après le traité d'Apamée dans les armées de Pergame et de Rhodes. Les cités libres étaient généralement les alliés de l'une des deux puissances et surtout de Rome. Elles livraient alors des contingents de troupes auxiliaires. Cependant, on trouve encore des mercenaires provenant des cités d'Asie Mineure dans l'armée lagide103.

55L'engagement de Rome est significatif aussi en ce qui concerne le lieu du recrutement. Les Séleucides recrutaient au iie s. a.C. la plupart du temps hors de la zone interdite par Rome. Pendant les combats entre les différents successeurs potentiels séleucides, Rome était plus laxiste : l'affaiblissement du royaume correspondait aux intérêts de Rome. Dans ce cadre imposé par la politique romaine, les cités d'Asie Mineure ne pouvaient jouer en somme qu'un rôle marginal. Ephèse, auparavant lieu de recrutement de mercenaires dans la Méditerranée orientale, n'est mentionnée par les sources qu'une seule fois dans ce rôle.

  • 104 En ce qui concerne ce jugement négatif sur le mercenariat dans les sources antiques, cf. Burckhard (...)
  • 105 L'exemple de Bargylia, qui demande le renvoi de ses troupes auxiliaires auprès du proconsul romain (...)

56Les mercenaires sont souvent considérés comme des soldats peu fiables car leur seul intérêt dans le combat était la rémunération pour leur service104. Néanmoins, recruter des mercenaires et les employer pour des campagnes militaires avait pour les souverains certains avantages. D’abord, les mercenaires étaient recrutés par l’employeur ou plus précisément par des recruteurs engagés par lui-même. Il ne s'agit donc pas de troupes “livrées” comme c'était le cas pour les troupes auxiliaires dont la mise à disposition dépendait de la volonté de la puissance alliée105. Ainsi, l'employeur pouvait bien compter sur leur fidélité à condition qu’ils aient été suffisamment payés.

  • 106 Cf. l'exemple évoqué déjà plus haut concernant les mercenaires favorisés par Démétrios II par rapp (...)

57En outre, les mercenaires n'avaient en général pas d'autres motifs dans le combat que la rémunération matérielle par l'employeur tandis qu'autres troupes, comme la phalange macédonienne des Séleucides par exemple, pouvaient avoir des intérêts divers, à savoir l'amélioration ou la préservation de leur statut social dans l'empire et une participation au pouvoir106. Ceci pouvait être un certain risque pour le roi, surtout quand il s'agissait de conflits entre les différents aspirants au trône, ce qui était assez souvent le cas dans le royaume séleucide au cours du iie s. a.C.

  • 107 A ce propos, on note également l'emploi de mercenaires par Mithridate V Evergète pour lequel Doryl (...)

58L'emploi de mercenaires résultait du besoin d'un grand nombre de troupes et nécessitait surtout une certaine prospérité dont ne profitaient pas toutes les puissances de l'Asie Mineure occidentale au iie s. a.C. Ainsi s'explique le fait que nous trouvons peu de renseignements dans les sources, à propos de l'emploi de mercenaires dans les armées royales107. Le royaume de Pergame et surtout celui des Séleucides avaient encore au iie s. a.C. suffisamment de ressources pour engager ces soldats-mercenaires. Les cités possédaient en revanche des armées beaucoup moins importantes, mais aussi des moyens financiers limités. En outre, elles avaient d'autres “armes” politiques pour maintenir leur souveraineté. Ces faits peuvent expliquer le manque de preuve concernant l'existence continue du mercenariat dans les cités d'Asie Mineure occidentale au iie s. a.C.

Notes

1 Nous renvoyons à ce propos à quelques études fondamentales, à savoir Gruen 1984, surtout II, 529 sq. ; Magie 1950, surtout 1, 103 sq. ; Ferrary 1980b ; cf. également la contribution de J.-L. Ferrary dans ce volume.

2 Il existe un grand nombre d'ouvrages concernant le mercenariat dans le monde ancien ; nous en citons ici simplement quelques exemples : Millier 1908 ; Grote 1913 ; Wienicke 1927 ; Parke 1933 ; Griffith 1935 ; Thompson 1984 ; Launey 1987 ; Krasilnikoff 1992 ; McKechnie 1994 ; Bettalli 1995 ; Burckhardt 1995.

3 Les mercenaires au iie s. a.C. sont simplement évoqués par Launey 1987, Griffith 1935 et Grote 1913.

4 Au iie s. a.C., la situation politique en Asie Mineure a subi certains changements dus à l'influence et à l'engagement de Rome. Il faut donc distinguer entre la situation avant le traité d’Apamée, puis celle après ce traité conclu en 188 a.C. et finalement, il faut prendre en compte le changement de l'attitude de Rome à l'égard de Rhodes et de Pergame, ce qui a pour conséquence un dispositif modifié pour les puissances présentes en Anatolie. Après 188 a.C., c'est la victoire de Rome sur Persée en 168 a.C. qui marque une deuxième scission des rapports entre Rome et les puissances de l’Asie Mineure. Habicht 1989, 334 évoque ainsi “the shift in Roman policy after 168”. Surtout à l'égard de Rhodes et de Pergame, Rome adoptait désormais la position d'une puissance dominante et même hégémonique.

5 Nous ne devons pas cacher que des problèmes terminologiques et méthodologiques concernant nos sources rendent cette enquête parfois particulièrement difficile. On ne distingue pas toujours bien les mercenaires des contingents des troupes auxiliaires, engagées généralement sur la base d'une symmachie : il s'agit toujours de ξένοι. Pour ces questions de terminologie, cf. Launey 1987, I, 25 sq. ; Foulon 1995. En ce qui concerne les troupes des cités soumises à un souverain (comme le roi de Pergame, par exemple) ou des troupes des cités alliées à celui-ci. il ne s'agit plus de mercenaires recrutés, mais de contingents auxquels le souverain avait droit. Un critère de distinction peut être le moyen de recrutement : les mercenaires sont recrutés généralement par leur “employeur” ou bien par un personnage affecté à cette tâche. Ils sont payés par leur “employeur” qui s'occupe également d'eux en tant que vétérans. Les troupes auxiliaires sont par contre recrutées dans la majorité des cas par la cité qui les envoie auprès de la puissance alliée. Le transport est ainsi payé - au moins en partie - par cette cité (cf. par exemple le contrat entre Rhodes et Hiérapytna, Syll. 3, 581). Néanmoins il faut tenir compte du fait qu'une cité alliée peut être sollicitée pour s'occuper du recrutement de mercenaires sur son territoire.

6 Cf. Schmitt 1964, 85 sq., Will 1982, II, 26 sq.

7 Pol. 5.79.3-13, Liv. 37.40. Cf. également celui d'Appien, moins précis (Syr., 32 sq.).

8 A ces 62 000 fantassins s'ajoutent 6 000 cavaliers et 102 éléphants (cf. Pol. 5.79.13). Cf. Launey 1987, I, 96 sq. et le tableau p. 98 ; Griffith 1935, 143 sq. Bar-Kochva 1976, 51 compte 12 500 mercenaires parmi les soldats séleucides de Raphia. Dans ce chiffre, l'auteur comptabilise la majorité des orientaux dont le pays n’était pas sous le contrôle ferme des Séleucides. Il nous semble important de souligner que les sources ne donnent aucun indice pour un tel calcul. Le statut de ces soldats ne peut être déterminé avec certitude.

9 Cf. Griffith 1935, 144, qui voit également dans les 1000 Thraces des mercenaires. Launey 1987,1, 379 note 1 pense plutôt aux Thraces vivant dans le royaume séleucide. Cf. aussi Bar-Kochva 1976, 50. Les “Néocrétois” semblent être des Crétois armés d’une autre façon (armement léger avec un bouclier rond) : cf. van Effenterre 1968, 177 sq., surtout p. 179, Launey 1987,1, 284, Griffith 1935, 144 note 1 (reprise d'une hypothèse proposée par Tarn), Walbank 1957, 540 (à propos de Pol. 5.3.1). Polybe (5.53.3) évoque des συμμαχικοί crétois dans l'armée d'Antiochos III contre Molon. Nous ne voyons pas de raison de supposer qu'il s'agissait de mercenaires comme le fait Bar-Kochva 1976, 48. D'après cet auteur, ces “mercenaires” crétois auraient été probablement recrutés à la suite des traités signés par le roi séleucide avec différentes cités crétoises. Ces traités donneraient aux Séleucides le droit de recruter des mercenaires comme c'était le cas des traités entre différentes rois antigonides et plusieurs cités crétoises. Puisque ces traités (Staalsverträge, III, no 498, 501, 502) permettent à la fois le recrutement de mercenaires et la mise à disposition de troupes auxiliaires, il nous semble impossible de préciser le statut de ces soldats dans les armées antigonide et séleucide. Le seul accord entre un roi séleucide et une cité crétoise est celui entre Antiochos II et Lyttos (Schmitt 1969, no 486, 250 a.C., valable également pour les successeurs d'Antiochos II (1. 6). Bien que le texte fragmentaire ne contienne pas de clause militaire, il est possible que le roi séleucide ait utilisé cet accord pour recruter des soldats lyttiens en tant qu’auxiliaires (cf. Launey 1987, I, 253) ou bien en tant que mercenaires (pour le texte de Polybe cf. également Walbank 1957, 582 sq. ; Griffith 1935, 174).

10 Cf. Pol. 5.79.3-13.

11 Pol. 5.79.11, 5.82.11.

12 Launey 1987, I, 51. Cf. la lettre d'Eumène II à un certain Artémidôros (181/80 a.C.), trouvée sur le territoire de Telmessos en Lycie : Segre 1938, 189 sq. Maier, Mauerbauinschriften, no 76. La dénomination de ‘Cardaques’ correspond à une circonscription de recrutement des rois séleucides (cf. Launey 1987, I, 49). Dès l’époque perse en effet, les rois se servaient de Cardaques dans leur armée. D'après P. Briant (1996 1063-1064), il s'agissait d’un corps d’élite. Selon P. Debord, l'installation des Cardaques sur le territoire de Telmessos remonterait à l'époque perse. Nous le remercions de nous avoir communiqué cette précision qui fera l'objet d'une prochaine publication de sa part.

13 Cf. l'argumentation convaincante de Segre 1938, 189 sq., surtout p. 194, suivie par Walbank 1957, 609 (à propos de Pol. 5.79.11) et Launey 1987, I. 486.

14 Cf. Liv. 37.40.

15 Launey 1987, I, 97 sq. Cf. également Griffith 1935, 145.

16 Les chiffres sont empruntés aux statistiques de Launey 1987,1, 98, qui suit les données de Tite Live.

17 Cf. pour la structure de l'armée séleucide. et surtout pour les contingents d'étrangers : Bar-Kochva 1976, 48 sq., Launey 1987,1, 94 sq., Griffith 1935, 165 sq., Grote 1913, 69 sq.

18 FD, III.4, 132-135.

19 IK, 36.1-Tralleis, 33.

20 OGIS, 266. Cette convention entre le roi et ses mercenaires règle les conditions de leur service militaire ainsi que leurs récompenses. Pour cette inscription, cf. Kertész 1988, 129 sq.

21 On y ajoute des Macédoniens (3 %), des Africains (2 %) et des Siciliens (8 %). Cf. pour ces chiffres Launey 1987, I, 71. Nous avons laissé de côté les Mysiens (40 % de l'ensemble des troupes) : il peut s'agir de Mysiens provenant du territoire de Pergame (ainsi Kertész 1988, 130) ou bien de troupes d'origines diverses, armées “à la mysienne” (cf. Masson 1993).

22 Cf. Launey 1987, I, 73 sq.

23 Cf. Liv. 27.33.4-5 et 28.5-7 ; Griffith 1935, 175. Pour les relations entre Attale Ier et les cités crétoises, notamment pour les traités de symmachie avec Lato et Malla, cf. Kreuter 1992, 91 sq.

24 Liv. 37.39.10, 37.41.9.

25 Cf. Liv. 38.12.8,38.21.2.

26 Liv. 37.39.9 ; Appien, Syr., 31 ; cf. également IPergamon, 64. Pour les relations entre les rois attalides et la ligue achéenne, cf. Hansen 1971, 84, 86 et p. 225 et Launey 1987,1, 40.

27 Cf. Hansen 1971, 178 et 225 et déjà Griffith 1935, 179 sq.

28 BMC Phrygia, p. 213 sq., no 22 sq. avec pl. xxvii 1.

29 Cf. Launey 1987, I, 140. 1973, p. 180 sq. rejette l'hypothèse d'une éventuelle fondation dans un contexte militaire, à savoir l'exercice du contrôle sur les katoikiai séleucides et favorise en revanche la théorie d'une fondation à but économique. Cf. aussi l'explication prudente dans BMC Phrygia, p. LXI : “The inscription is… showing that a portion of the population claimed a Achaean ancestry.”

30 Le traité entre Rhodes et Hiérapytna : Syll. 3, 581, le traité entre Rhodes et Olonte : Staatsverträge, III, no 552.

31 L. 40 sq. Le traité accorde également à Hiérapytna le droit de recruter des mercenaires en “Asie”, c'est-à-dire dans les régions sous l'influence rhodienne (1. 82 sq.).

32 Hiérapytna : 1. 18 sq. ; une clause semblable dans le traité avec Olonte : cf. 1. 34 sq.

33 Cf. Kreuter 1992, 81 sq.

34 IC, I, xvi-Lato, 35,1. 6-8. Cf. Launey 1987, 1, 243 sq. Les troupes étaient de passage ou stationnées en Crète vers 197 a.C.

35 Milet, 1.3 (Delphinion), 33 (les listes des noms : no 34) ; 36 et 37 (les listes des noms : no 38) Pour ces nouvelles datations, proposée par M. Wörrle (1988, 444, n. 86 et 437) ainsi que pour une bibliographie récente concernant ces inscriptions, cf. Herrmann dans Milet, VI. 1, p. 160 sq.

36 Cf. Milet, 1.3 (Delphinion), 33 g (1. 8 : Φιλάνωρ et Σω[-]) et 38 o (1. 6 :’Eχέβουλος), Launey 1987,1, 256 et II, 660 sq., Brulé 1978, 165 sq. Les Crétois partent avec leurs parents proches. Les meubles et la vaisselle pour une installation définitive sur le territoire milésien à Myous sont fournis par les Milésiens.

37 Milet, I.3 (Delphinion), 39.

38 Cette hypothèse a été adoptée déjà par Rehm dans Milet, 1.3 (Delphinion), 39.

39 Milet, 1.2 (Rathaus), 12. Brulé 1978, 165 associe ce personnage au premier recrutement de mercenaires crétois par Milet.

40 IPriene, p. 312, no 380. Cf. la paraphrase des deux premiers vers de l'épitaphe dans l'édition : “Meletos kam mit eigenen Waffen aus Messenien nach Priene, um den Prienern im Kampfe (als Söldner) beizustehen, gegen den Tyrannen oder die Galater oder aus anderem Anlasse.”

41 Cf. pour les termes cités, Pol. 21.42.15, Liv. 38.38.10, ainsi qu'Appien, Syr., 39.

42 Gruen 1984,11, 641, n. 144.

43 Cf. Pol. 21.42.10 : oἱ ύπ'αὑτόν ταττόμενοι désigne les sujets d'Antiochos III.

44 L’emplacement exact de cette frontière est controversé dans la recherche moderne : cf. le résumé de la discussion de Gruen 1984, II, 641, n. 145, pour la bibliographie antérieure, cf. Holleaux 1931 et 1932. Il semble que la Cilicie Trachée faisait toujours partie du royaume séleucide, car elle devint au iie s. une véritable base des opérations militaires des différents aspirants au trône séleucide, toujours en guerre entre eux.

45 Comme pour tous les royaumes hellénistiques, le Crète constituait auparavant une des bases principales pour le recrutement de mercenaires des rois séleucides. Cf. Launey 1987,1, 248 sq.

46 Séleucos IV, le successeur d'Antiochos III, se servait surtout des moyens diplomatiques pour mener sa politique en Méditerranée, en particulier à l’égard des cités : renouvellement de la φιλία avec la confédération achéenne (cf. Pol. 22.7.4 et 22.10.13), échange d'ambassadeurs avec Athènes (cf. l'inscription publiée par Pritchett et Merritt 1940, 117-118), mariage entre la fille de Séleucos IV et Persée sur l'initiative de Séleucos avec le concours de Rhodes (Rhodes mit à la disposition de Séleucos des navires pour accompagner la future mariée en Macédoine, car le roi séleucide n'avait pas le droit d'avoir des navires en Méditerranée : cf. Pol. 25.4.7-10 ; Liv. 42.12.3-4 ; Appien, Mac., 11.2). La demande de Pharnace de Bithynie de lui envoyer des troupes fut refusée par Séleucos à cause des clauses du traité d'Apamée qui interdisaient toute initiative militaire (cf. Diod. 29.24 ; Pol., fr. 96). Cf. pour ces démarches politiques de Séleucos IV, Gruen 1984, II, 645 sq. Antiochos IV Epiphane continua l'activité diplomatique de son frère. On peut citer ainsi un certain nombre d'inscriptions dédicatoires d'Antiochos, des inscriptions en l'honneur du roi et de ses fonctionnaires et d'autres commémorant des ambassades. Cf. Gruen 1984, II, 189-190 et 647 ainsi que Mørkholm 1966, 51-63.

47 Cf. Pol. 30.25.3 sq.

48 Cf. pour l'engagement de Rome, Liv. 39.26.14, pour le conflit entre Philippe V de Macédoine et Pergame, Derow 1989, part. 293 sq.

49 Cf. Habicht 1989, 328 sq.

50 Cf. Griffith 1935, 147 ; Launey 1987,1, 384. ; Bar-Kochva 1976, 34 ; Walbank 1979, 450.

51 Griffith 1935, 147, cf. aussi p. 167, n. 2. Cette opinion est suivie par Bar-Kochva 1976, 52.

52 A savoir des φρούρια ou des colonies militaires établis par Antiochos III ou ses successeurs : Launey 1987, I, 443. La plupart des κατοικίαι τῶν Μυσῶν se trouvait depuis 188 sur le territoire pergaménien, mais on peut supposer qu'il y avait d'autres colonies à l'est du Taurus. Cf. Bar-Kochva 1976, 27 sq., part. 31 sq.

53 Cette proposition a été émise par Walbank 1979, 449 sq. Cf. Masson par rapport à une enquête sur les “Mysiens” nommés dans l'inscription de Lilaia (FD, III.4, 132-134) en tant que soldats de l'armée pergaménienne : “… plutôt que de supposer ici des ‘barbares hellénisés’ portant avec leurs pères des noms grecs très variés, parfois rares et caractéristiques d'une région, je suggérerai de voir des contingents de soldats d'origines diverses, mais qualifiés en bloc de ‘Mysiens’ par le port d'un pseudo-ethnique, qui pouvait dénommer un corps spécialisé de cavaliers.” (1993, 164). Il fait référence à Launey 1987, I, 446 qui a signalé que les Mysiens en Egypte aux iiie et iie s. a.C. doivent être considérés comme un corps de cavaliers que leur équipement spécial fait appeler “Mysiens”.

54 Cf. également Magie 1950, II, 974 : “… it is the question in their case wether the term denoted nationality or equipment”.

55 Cf. 1 Macc. 6.29.

56 Cf. pour ces combats au sein de l'empire séleucide, cf. Gruen 1984, II, 663 sq., Habicht 1989, 324-387.

57 Cf. Zonaras 9.25.6-8 ; 1 Macc. 7.1-4 ; 2 Macc. 14.1-2 ; Appien, Syr., 47.242. Ainsi se révèle le rôle de Tripolis en tant que base d'opérations militaires pour l'empire séleucide.

58 Suivant le récit de Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.58, Alexandre Balas recrute une grande armée de mercenaires et de soldats en Syrie pour combattre Démétrios ier. D'après Justin 35.1.9, Alexandre Balas est soutenu par totius ferme Orientis uiribus.

59 Pol. 33.18.14.

60 Cf. Launey 1987, I, 433. Attale II avait aidé Alexandre Balas dans son combat contre Démétrios ier : cf. Diod. 31.32a, Justin 35.1.6-8. Alexandre Balas est également soutenu par d'autres rois, ainsi par Ptolémée Philopator (cf. Pol. 3.5.3 ; Justin 35.1.6-11 ; Appien, Syr., 67 ; Str. 13.4.2 ; 1 Macc. 10.51.58 ; Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.80-83 ; Diod. 32.9c ; Liv., Periochae, 52. Alexandre Balas ne reçoit par contre aucun soutien de Rome sur le plan militaire ou financier (cf. Pol. 33.15.1-2). Cf. Gruen 1976, 91-93.

61 D'après Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.86, Démétrios II embarqua avec beaucoup de mercenaires crétois, recrutés par Lasthénès, en Cilicie. 1 Macc. 10.67 est moins précis en évoquant tout simplement du “pays de ses ancêtres”. Cf. également le récit de Justin 35.2. Si l'embarquement avait lieu en Cilicie, ce fait montre que cette région faisait encore partie du royaume séleucide. Lasthénès devint un personnage assez important à la cour de Démétrios II : d'après 1 Macc. 11.31 sq., le roi l’appelait συγγενής et πατήρ. Diod. 33.4.1 sq. fait part de sa mauvaise influence sur le roi. Pour ce personnage, cf. Kahrstedt 1924.

62 Ant. Jud., 13.129.

63 Cf. Diod. 33.4a. Diodote Tryphon installa sa base principale d'opération à Korakésion en Cilicie (cf. Str. 14.5.2).

64 Alexandre Balas : envoi de 30 000 soldats (1 Macc. 10.36 sq., Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.135 sq. ; Launey 1987,1, 552 ; Bikerman 1938, 71 ; Bar-Kochva 1976, 48 sq.). Démétrios II : 3 000 soldats envoyés par Jonathan (1 Macc. 41-52, Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.135 sq., Diod. 33.4.2-4 ; Launey 1987,I, 553, Bikerman 1938, 71).

65 Cf. Fl. Josèphe, Ant. Jud., 13.250 sq. ; Launey 1987, I, 553.

66 Bar-Kochva 1976, 48.

67 Pour des raisons qui peuvent expliquer le déplacement de monnaies dans le royaume séleucide, cf. Le Rider 1991, 209 sq. Ce même auteur avait expliqué la présence de monnaies cyrénéennes en Crète à la fin du ive s. a.C. par le retour des mercenaires crétois engagés par Thibron pour la guerre contre les Ptolémées. Il a néanmoins évoqué d'autres hypothèses, par exemple des échanges commerciaux (cf. Le Rider 1966, 139 sq.).

68 Dans cette étude, nous avons traité surtout de contingents de mercenaires dans l'armée séleucide. Parfois, il s'agissait aussi d'individus, dont on trouve un exemple dans le récit de Diodore : Andriscos, qui souleva plus tard une insurrection en Macédoine, servit dans l'armée séleucide en tant que mercenaire (31.40a).

69 Pol. 21.42.1. Paltiel 1979. Cette thèse a été contestée déjà par Gruen 1984, II, 643, n. 156.

70 A ce propos, nous renvoyons à l'article de Grainger 1995 qui a montré que la campagne menée par Cn. Manlius Vulso en Asie Mineure en 189 a.C. et considérée longtemps (et déjà par les sources) comme une entreprise de pillage, servait avant tout à détruire les bases militaires des Séleucides en Asie Mineure occidentale pour éviter ainsi une reprise du pouvoir par ces derniers.

71 Ainsi s'explique la réaction violente de Rome au “jour d'Eleusis” : ce jour-là, L. Popillius Laenas, légat de Rome, avait exigé qu'Antiochos restituât dans l'immédiat l'Egypte aux Lagides ce qui signifiait que les conquêtes récentes du roi séleucide, dont la fin aurait été la prise d'Alexandrie, étaient perdues pour Antiochos. Cf. pour cet événement Pol. 29.27.1-10 ; Liv. 45.12.3-8 ; Diod. 31.2 ; Appien, Syr., 66 ; Justin 34.3.1-4.

72 Pol. 31.2.9-14.

73 36 éléphants de guerre avaient déjà participé au défilé de Daphné en 166 a.C. (cf. Pol. 30.25.11) sans que Rome portât plainte contre cette violation du traité d'Apamée. Cf. Mørkholm 1966, 98, n. 41.

74 Cf. Gruen 1984, II, 663 sq. qui signale que Rome n’intervenait guère dans les événements liés au royaume séleucide. Par rapport à l'ambassade de Cn. Octavius, Gruen constate : “The act [de détruire les navires et de tuer les éléphants] came with stunning suddeness – and defies explanation” (op. cit., 664).

75 Par le traité d'Apamée, Rome donnait à Eumène II le territoire au nord du Méandre, appartenant auparavant à Antiochos III. Ceci impliquait notamment les κατοικίαι séleucides. Il semble que les Attalides aient préservé pour ces κατοικίαι de caractère militaire – comme pour les temples – des institutions administratives mises en place par des Séleucides : cf. Allen 1983, 95 sq., part. p. 97.

76 Diod. 29.23 relate l'histoire de la prise de Tlôs, garnison attalide tenue par des mercenaires. Ces mercenaires se rendaient à Léocritos, le général de Pharnace. Pour la guerre contre Persée et les contingents d'Eumène, cf. Liv. 42.57.7 et 58.13 ; 44.13.13 ; 44.28.7 et 14. Hansen 1971, 228 suppose qu'Eumène II avait le droit de recruter des mercenaires dans le Nord de la Médie (d'où venaient probablement les Cyrtii) puisque le roi Artaxias de l'Arménie Majeure, qui régnait également sur cette région, était un des signataires du traité d'Eumène avec Pharnace du Pont en 179 a.C.

77 Cf. le commentaire de Jal 1976, 197 sq. à propos de Liv. 44.28.7.

78 Syll. 3, 627. Kreuter 1992, 99 sq. signale la difficulté de bien distinguer entre mercenaires et troupes auxiliaires.

79 Cf. le décret honorifique de la cité d'Aptéra pour le roi Attale (OGIS, 270, surtout 11. 12-13). La datation de cette inscription n'est pas sûre (Attale Ier ou Attale II). Kreuter 1992, 105 sq. a des arguments convaincants pour dater ce document du gouvernement d'Attale II. Pour le besoin d'Attale II de recruter des troupes pour sa guerre contre Prusias II de Bithynie, cf. Pol. 33.8.12.

80 Pour le problème du statut des Mysoi et des Masdyenoi dans le royaume de Pergame, cf. Kertész 1988, 133.

81 Cf. surtout 1. 12 sq.

82 Pour la récompense des mercenaires par la donation de terres et pour leur intégration successive dans le royaume de Pergame, cf. Kertész 1988, surtout p. 132 sq. Voir aussi Diod. 31.14 qui, à propos du paiement de mercenaires, évoque l'honnêteté d'Eumène II.

83 Ashton 1995, 8 sq. et p. 18 suppose que des drachmes légères d'imitation rhodienne de Dioklès émises vraisemblablement à Haliarte ont pu être ramenées en Asie Mineure par les soldats au service d'Eumène II. Le statut exact de ces soldats (mercenaires ou auxiliaires ou autres) ne peut être déterminé.

84 Fraser & Bean 1954, 93, évoquent l'hypothèse que les phrourarchoi rhodiens, qui contrôlaient Cnide depuis le traité d’Apamée, étaient des chefs mercenaires (mais A. Bresson montrera dans une étude à paraître qu’il s’agissait de Cnidiens et non de Rhodiens).

85 Cf. parmi les nombreuses études sur la question : Barrandon & Bresson 1997, surtout p. 146 sq. ; Bresson 1993, surtout 153 sq. Pour les monnaies pseudo-rhodiennes cf. également Ashton 1995, id. 1992.

86 Cf. Bresson 1993. 146 sq., Ashton 1988a, 29 sq.

87 Cf. Bresson 1993, 156 sq.

88 Pour le port libre de Délos, cf. Pol. 30.20.1-7 et 30.31.9-12.

89 Cf. la liste de Bernhardt 1971, 52 sq.

90 Parmi ces nombreux accords entre les cités de l'Asie Mineure occidentale, on peut citer la symmachie entre Lesbos, Mytilène, Méthymna, Érésos et Antissa (IG, XI.4, 1064), la convention entre Termessos la Grande et Adada en Pisidie (TAM, III, 2) et les traités entre Milet et Magnésie du Méandre (Milet, 1.3 [Delphinion], 148 – pour la nouvelle datation dans les années 185 à 180 a.C., cf. Herrmann dans Milet, VI. I, p. 182) et entre Milet et Héraclée du Latmos (Milet, 1.3 [Delphinion], 150-pour la datation, cf. Herrmann dans Milet, VIT, p. 185 sq.). Nous renvoyons également aux rapports de cette cité avec Rhodes et Pergame. Cf. ici-même P. Herrmann, 109-116.

91 Cf. la contribution de P. Herrmann dans ce volume.

92 Cf. l'introduction d'A. Bresson dans ce volume.

93 IK, 28.2-Iasos (Bargylia), 612 = ArkDerg, 2, 1995, 110-115, no 45, cf. AE, 1994, 1706 a-c.

94 Liv. 38.13.2-4.

95 Pol. 30.5.11 sq.

96 Cf. Pol. 30.5.11 sq. Pour ces événements et pour le statut de la Lycie par rapport à Rhodes, cf. maintenant Bresson 1998 et 1999.

97 IPergamon, 268, fr. D/E, II. 12 et 16 = OGIS, 437 III, 1. 67 et 71.

98 Dans ce sens déjà Frankel (IPergamon, 268, p. 201 sq.) et Chapot 1967, 147 : “Simple formule de style, incontestablement. Cette solennelle convention donnait aux signataires l'illusion de leur importance ; ils se croyaient libres.” Néanmoins, les deux villes se trouvaient dans la situation de cités formellement libres après la création de la première province d'Asie, comme l’affirme déjà Jones 1971, 59. Pour le statut d'Ephèse en tant que civitas libéra, cf. Bernhardt 1971, 106 avec n. 96. La position de Sardes en tant que cité libre n'est pas assurée, cf. Bernhardt, ibid. Si Sardes n'était pas libre, on comprend mal qu’elle ait pu conclure un traité avec Éphèse.

99 Éphèse s'ajoute donc comme base de recrutement de mercenaires au cap Ténare. Pour le cap Ténare, cf. Launey 1987, I, 30, Griffith 1935, 259 sq.

100 Cf. Griffith 1935 108 sq. ; Launey 1987, I, 81 sq.

101 Cf. surtout Miles, 75-76, 947-949.

102 En ce qui concerne les modifications possibles ou probables de son original grec par Plaute, cf. Lefèvre 1984. 46 sq.

103 Cf. les exemples que donne Launey dans son étude (1987), I, 432 (Ioniens), 458 (Cariens).

104 En ce qui concerne ce jugement négatif sur le mercenariat dans les sources antiques, cf. Burckhardt 1995, 128 sq. Polybe partage les perceptions négatives des auteurs antérieurs : cf. notamment 11.13.5-8 (lien entre tyrannie et mercenariat). Pour le jugement négatif porté par Polybe sur les mercenaires, cf. Eckstein 1995, 125-129.

105 L'exemple de Bargylia, qui demande le renvoi de ses troupes auxiliaires auprès du proconsul romain montre bien le risque de s'appuyer sur des troupes auxiliaires.

106 Cf. l'exemple évoqué déjà plus haut concernant les mercenaires favorisés par Démétrios II par rapport aux troupes régulières. Ceci crée des rivalités entre les deux groupes. Cf. Griffith 1935, 169 sq.

107 A ce propos, on note également l'emploi de mercenaires par Mithridate V Evergète pour lequel Dorylaos d'Amisos effectue un recrutement en 121 a.C. en Thrace et en Crète (Str. 10.4.10).

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search