Version classiqueVersion mobile

Les cités d’Asie mineure occidentale au iie siècle a.C

 | 
Alain Bresson
, 
Raymond Descat

La conjoncture du iie siècle a.C.

Alain Bresson

Texte intégral

Le travail d'édition du volume a été effectué par Alain Bresson. Les indices ont été rédigés par Alain Bresson (sources) et Patrice Brun (lieux et noms).

Nos remerciements vont à tous les participants de ce séminaire, en particulier, outre les intervenants, à Richard Ashton (Londres), Charles Crowther (Oxford) et Maurice Sartre (Tours), qui ont beaucoup contribué aux débats auxquels ont donné lieu les communications.

Ils vont aussi à tous ceux qui à divers titres nous ont aidés pendant la mise au point de l'ouvrage. Olivier Henry a composé bénévolement la série des cartes qui illustrent cet ouvrage. Jean-Manuel Roubineau a effectué pour nous plusieurs vérifications bibliographiques à la bibliothèque de l'École française d'Athènes. Notre collègue le Pr. Dr. G. Dobesch, de la Kleinasiatische Kommission de l'Akademie der Wissenschaften de Vienne, a bien voulu nous autoriser à reproduire sur la jaquette de cet ouvrage un dessin tiré des carnets des missions en Turquie de E. Hula et nous lui en sommes très reconnaissants. Nous ne saurions oublier de manifester notre gratitude à William Harris (Université Columbia) pour le résumé anglais et à nos vigilants relecteurs, Patrick Counillon, Pierre Orcival (Université de Bordeaux III) et Michèle Bresson, qui ont bien voulu accepter de relire l'ensemble du manuscrit. La mise en page a été assurée par Nathalie Tran, avec le dévouement et la compétence que tous les Ausoniens lui connaissent.

1Ce n'est naturellement que par commodité que l'on peut évoquer le iie siècle a.C., comme s'il s'agissait d'une époque ayant une cohérence propre. Toute périodisation a sa part d'arbitraire. Il n'en reste pas moins que, même si l'on ne veut pas rester trop prisonnier de la chronologie moderne, le iie siècle avant notre ère possède en Asie Mineure occidentale des caractéristiques tout à fait spécifiques. Ce sont ces spécificités que ce séminaire voudrait essayer de mettre en lumière.

Les difficultés du iiie siècle

  • 1 Dans cette mise en place, nous ne ferons pas de renvoi bibliographique particulier pour des faits q (...)
  • 2 Cf. en dernier lieu Ma 1999, 42, 47, 69-70 et 169-170.

2Pour les cités d'Asie Mineure occidentale, la période du tournant du iiie et du iie siècle avait été particulièrement difficile1. Au iiie siècle, le contrôle de l'Asie Mineure occidentale avait été l'objet des rivalités incessantes entre les grands royaumes issus de la conquête d'Alexandre. Ce serait donner une idée trop simplifiée que d'affirmer seulement que les Ptolémées avaient dominé une grande partie des îles côtières et disposé de relais continentaux, en particulier en Carie et en Lycie, tandis que les Séleucides, après leur victoire sur Lysimaque à Couroupédion en 281, avaient contrôlé l'intérieur des terres. Certes, les conflits répétés entre Lagides et Séleucides avaient été un facteur de trouble presque permanent. Les difficultés persistantes du royaume séleucide à maîtriser durablement l'espace immense qu'il prétendait détenir avaient elles-mêmes été une source de difficultés majeures. En Asie Mineure, les sécessions internes, celle d'Antiochos Hiérax tout d'abord entre 242 et 228-226, celle d'Achaios ensuite entre 220 et 213, ne sont qu'un aspect d'un problème que les Séleucides devaient affronter sous d'autres formes dans la partie orientale de leur empire. En outre, dès le règne de Prolémée IV, la puissance lagide avait commencé à s'affaiblir. Il n'est donc pas étonnant que de nouvelles puissances aient tenté leur chance dans la région : les Attalides, qui il est vrai n'avaient encore remporté que des succès éphémères mais qui avaient du moins définitivement consolidé la base de leur puissance autour de Pergame, et les Antigonides, qui dans le dernier tiers du siècle avaient pu nourrir l'espoir de profiter de circonstances susceptibles de s'offrir à eux en prenant appui sur la tête de pont qu'ils contrôlaient dans l'Ouest de la Carie, sans oublier les puissances mineures comme par exemple celle d'Olympichos, qui avait d'abord eu la haute main sur la Carie occidentale pour le compte des Séleucides puis de Philippe V, mais qui semble aussi avoir largement agi à son propre compte2.

  • 3 SEG, 44, 1994, 949.

3Pour les cités d'Asie Mineure occidentale, cette période paraît avoir été fort difficile. Les guerres avaient été incessantes et nombre de cités avaient changé d'obédience à maintes reprises. Aux guerres entre royaumes s'étaient ajoutées les incursions des Celtes, ces barbares détestés qui pouvaient entraîner avec eux d'autres populations dans leurs raids de pillage, et une recrudescence de la piraterie, particulièrement dans la deuxième moitié du siècle, comme l'atteste une inscription de Priène récemment publiée3. A la fin du iiie siècle, les cités d'Asie Mineure occidentale, et non les moindres, pouvaient donc légitimement se plaindre de la situation qui était la leur et déplorer les dommages infligés à leur territoire ainsi que l'état précaire de leurs finances.

  • 4 Milet, 1.3 (Delphinion), 147 (Migeotte, Emprunt public, 97, à qui nous empruntons cette traduction  (...)
  • 5 Milet, 1.3 (Delphinion), 141 (IK, 29-Kios, p. 177, T3 ; cf. Milet, VI.1, p. 175-176, 1. 10-11 pour (...)
  • 6 Herrmann 1965a, 33-36, no 1 (SEG, 41, 1991, 1003, I.A/B ; Rigsby, Asylia, 281-282, extraits, et Ma (...)

4Ce fut le cas des Milésiens, qui dans un décret de 211/210 lancèrent un emprunt public, et à cette occasion firent référence à la situation de leur cité : “… à cause du mauvais état des revenus publics et des revenus particuliers de chacun, une disette s'étant produite pendant plusieurs années dans le pays”4. Le décret milésien pour Kios montre que les deux cités (Kios et Milet) étaient dans une situation difficile, avec leur territoire souffrant de graves dommages à cause des guerres5. De même, Téos en 203 (sans doute) se plaignait dans des termes analogues d'une situation difficile du fait des guerres et du régime fiscal imposé par Attale Ier6 Seules quelques rares cités restées véritablement indépendantes, comme Rhodes, avaient pu tirer leur épingle du jeu et même atteindre une prospérité inespérée.

5Certes, il ne faudrait pas non plus faire un bilan trop négatif : l'Asie Mineure occidentale ne subit au iiie siècle aucun traumatisme majeur, comme ce qu'avait pu représenter l'échec de la révolte de l'Ionie au début du ve siècle. Cependant, si l'on devait faire un diagnostic économique, toujours fort difficile il est vrai, il semblerait donc que le iiie siècle n'ait pas été particulièrement faste pour les cités d'Asie Mineure occidentale, ce qui d'une certaine façon est paradoxal, eu égard aux extraordinaires possibilités qui s'étaient ouvertes à l'hellénisme avec la conquête orientale d'Alexandre.

Les guerres du début du iie siècle

6Le iie siècle s'ouvrit sur des difficultés encore accrues, avec des guerres dont l'issue scella pour six siècles le destin de ces régions. Dans un premier temps, les Séleucides parvinrent à mettre la main sur la quasi-totalité de l'Asie Mineure occidentale. Les Lagides perdirent définitivement tout point d'appui dans cette zone. Mais, avec l'apparition sur la scène égéenne de la puissance romaine, la vérité des rapports de force ne tarda pas à apparaître. La puissance des Antigonides fut abattue et en 197 le royaume antigonide perdit tout point d'appui en Asie Mineure. A la fin de l'année 190, à Magnésie du Sipyle, ce fut au tour d'Antiochos III d'être écrasé, la conséquence étant que, par la Paix d'Apamée de 188, le royaume séleucide fut rejeté au-delà du Taurus, loin de l'Asie Mineure occidentale.

7Ces guerres mobilisèrent des forces considérables, sans doute les plus importantes qui aient été rassemblées dans la région depuis les guerres des Diadoques à la fin du ive siècle. Localement, elles purent être accompagnées de nouvelles destructions qui vinrent s'ajouter aux difficultés nées de l'instabilité de la fin du iiie siècle. Néanmoins, au-delà des pillages de rigueur, elles ne paraissent pas s'être accompagnées de massacres ou autres formes de destructions massives d'hommes ou de biens. Dans la guerre contre Antiochos III particulièrement, la rapidité de l'effondrement séleucide explique que les cités aient sans doute moins souffert qu'elles n'avaient dû elles-mêmes le craindre, infiniment moins en tout cas, pour prendre une comparaison dans la même période, que les cités grecques d'Italie et de Sicile pendant la Guerre hannibalique. Toutes choses égales donc, les cités grecques d'Asie Mineure occidentale sortaient sans nouveau dommage d'une longue période de difficultés qui avaient culminé avec la guerre contre Philippe V (201-197) et contre Antiochos III (192-189).

Le “Siècle d'or” : 188-133

  • 7 Sur la guerre entre d’une part Milet alliée à Héraclée du Latmos, d'autre part Magnésie du Méandre (...)
  • 8 Pol. 33.6-7.

8S'ouvrit alors, avec la Paix d'Apamée, une période particulièrement faste pour l'Asie Mineure occidentale, comme elle n'en avait pas connu depuis l'archaïsme, et, même, du moins sous certains aspects, plus heureuse encore. La conjoncture était en effet hautement favorable. Le maître mot, c'était celui de paix. Le royaume de Pergame jouait le rôle de tampon contre les belliqueux royaumes de l'intérieur. Jusqu'à 133, donc, quelques opérations locales mises à part (comme la IIe Guerre Crétoise, les guerres locales entre cités de l'embouchure du Méandre7 ou le raid d'Ariarathe de Cappadoce contre Priène c. 155/1548), l'Asie Mineure occidentale fut en paix, ce qui était une situation tout à fait nouvelle. Les facteurs d'équilibre sont aisés à définir. Rome, unique maîtresse du jeu, avait autorisé la création d'une puissance qui contrôlait toute l'Asie Mineure occidentale, le royaume de Pergame (accessoirement Rhodes pour la Carie et la Lycie, mais ces régions lui furent retirées dès 166).

9Les Attalides se devaient cependant de respecter l'indépendance des cités qui auparavant avaient joui de la liberté. Comme le royaume attalide était soigneusement tenu en lisière par Rome, et qu'au demeurant il ne paraît pas avoir eu de velléité de s'emparer des cités libres de la côte, tous les facteurs étaient réunis pour que la paix et l'équilibre puissent régner dans la région. Précisément, les cités libres de la côte n'avaient pas à payer tribut à quiconque, situation qu'elles n'avaient pas connu depuis leur soumission au royaume lydien à l'époque archaïque. Quant au royaume attalide, qui dans sa structure paraît avoir connu des transformations profondes, avec l'amorce de la constitution d'un véritable État territorial, il manifesta lui-même une remarquable stabilité, qui contraste avec l'instabilité séleucide du siècle précédent. La nouvelle unité monétaire, le cistophore, était comme le symbole et l'instrument de cette nouvelle puissance financière, politique et économique du royaume. De la sorte, cités libres comme villes sujettes du royaume attalide purent bénéficier d'une prospérité croissante.

10Même si l'on peut discuter les modalités des échanges (en particulier au plan monétaire), il est clair que les cités côtières pouvaient d'une part exporter leurs propres productions vers des marchés lointains, en particulier la Syrie séleucide, et d'autre part jouer le rôle d'intermédiaires entre l'arrière-pays attalide et le monde extérieur. Certes, à la différence de ce qui s'était produit à l'époque archaïque, ce n'était plus l'ensemble de la Méditerranée qui était ouvert au commerce des Micrasiates, mais seulement la Méditerranée Orientale, et singulièrement le Pont Euxin, l'Orient Séleucide, l'Égypte et la Cyrénaïque. Le reste était désormais sous la coupe de Rome et les échanges avec l'Occident ne paraissent pas avoir été très intenses (on fera une exception pour les produits rhodiens dans la première moitié du siècle, mais même à cette période il est clair qu'il ne s'agissait pour Rhodes que d'un débouché secondaire). La prospérité est amplement attestée par la vigueur et le nombre des émissions monétaires de cette période, du moins jusque dans les années 140. Au plan culturel aussi cette période paraît avoir été particulièrement faste.

  • 9 Cf. Bresson 1999, 116.

11Il est vrai que ce tableau idyllique comporte tout de même quelques zones d'ombre. Rhodes connut alors temporairement des difficultés importantes, du fait de la punition romaine après 168, marquée par la perte de la Carie et de la Lycie et la création du port franc de Délos. Cependant, elle parvint rapidement à retrouver ensuite un nouvel équilibre. Revers de la liberté, la Confédération lycienne paraît avoir connu des périodes de forte instabilité9. Mais les aspects positifs l'emportent très largement sur les aspects négatifs.

L'ère de Rome

12La mort d'Attale III, puis la Guerre d'Aristonicos et la création de la province romaine d'Asie représentent une réorientation brutale de l'histoire de l'Asie Mineure occidentale. Certes, on l'a dit, Rome était déjà maîtresse du jeu dans la région depuis 188. Elle faisait et défaisait les royaumes et les zones de domination selon sa volonté. Ses missions d'inspection informaient le Sénat de la situation réelle en Asie Mineure. Cependant, le retrait des légions après l'expédition de Cn. Manlius Vulso (189-188) put temporairement donner à l'Asie Mineure l'illusion de la liberté.

13Mais la Guerre d'Aristonicos s'accompagna manifestement de ravages de grande ampleur, tout d'abord parce que la victoire romaine dut être chèrement acquise. La brutalité romaine était directement perceptible par tous. En outre, même si tout le royaume de Pergame ne fut pas encore annexé, l'ordre romain pénétrait désormais en profondeur en Asie Mineure occidentale.

14Dans la Guerre d'Aristonicos, Rome joua habilement de la liberté des cités et des antagonismes entre les notables des cités et les populations de la terre royale. Mais une fois l'ordre romain instauré, même si elle était encore formellement respectée, cette liberté fut sans cesse davantage restreinte, ce qui, on l'a vu, n'avait pas été le cas dans la période précédente, car, par la volonté de Rome, les cités côtières étaient alors préservées d'un contrôle direct de Pergame. En tout cas, la rapacité des financiers et hommes d'affaires romains pouvait s'abattre directement sur le territoire provincial et l'on peut imaginer le malaise croissant des populations locales face au nouvel ordre qui leur était imposé, et dont les négociants et financiers italiens désormais installés sur place apparaissaient comme les agents (ces questions sont discutées en détail dans la communication de J.-L. Ferrary).

15Le paradoxe est que cette période est aussi marquée par une insécurité croissante du fait de l'essor d'une piraterie que Rome ne se donnait pas les moyens de réprimer, sans doute parce que ces territoires de marge n'étaient pas au centre de ses préoccupations, et peut-être aussi parce que jusqu'à un certain point elle y trouvait avantage.

  • 10 Cf. sur ce point Campanile 1996.

16Sans doute, la richesse des cités d'Asie Mineure occidentale restait-elle encore enviable, sans quoi la convoitise romaine aurait été sans objet. Mais le mécontentement des populations n'en était sans doute que plus grand. Il explique directement le soutien initial apporté par des régions entières et par de nombreuses cités aux campagnes de Mithridate entre 88 et 84, même si ce soutien ne fut pas universel10. Or, loin d'apporter la libération que certains avaient pu escompter, cette guerre marquée par des destructions et pillages de grande ampleur, ouvrit au contraire une longue période d'instabilité et de troubles, un “Siècle Noir” dont l'Asie Mineure ne sortit qu'après Actium.

17Ainsi, après 188 et avec la liquidation de l'ordre qu'avaient mis en place Alexandre et les Diadoques, s'ouvre pour les cités d'Asie Mineure occidentale un long siècle de paix à l'ombre de Rome. Mais tandis que dans la première période, avec une prospérité qui s'étend jusqu'aux années 140, les cités furent largement bénéficiaires de la situation, après 133 et la mainmise directe de Rome s'ouvrit une période beaucoup moins faste, du fait du système d'exploitation mis en place par Rome. Tel est le cadre général qu'il nous a paru utile de proposer en ouverture de ce volume.

Notes

1 Dans cette mise en place, nous ne ferons pas de renvoi bibliographique particulier pour des faits qui sont bien connus. On trouvera les références utiles dans la synthèse toujours indispensable d’Éd. Will, Histoire politique du monde hellénistique2, I-II, Paris, 1979-1982, ainsi que dans les volumes VII.1, The Hellenistic World, 1984 et VIII, Rome and the Mediterranean, 1989, de la Cambridge Ancient History2. Nous renvoyons cependant occasionnellement ci-après à quelques études parues plus récemment sur un certain nombre de points particuliers.

2 Cf. en dernier lieu Ma 1999, 42, 47, 69-70 et 169-170.

3 SEG, 44, 1994, 949.

4 Milet, 1.3 (Delphinion), 147 (Migeotte, Emprunt public, 97, à qui nous empruntons cette traduction ; cf. Wörrle 1988, 432-437 pour la datation et Milet, VI. 1, p. 180-182), 1. 6-7 : διὰ τὸ πεπονηκέναι τάς τε κοινὰς καὶ τὰς ἰδίας έκάστου προσlόδους γεγενημένης έπί πλείονα ἕτη κατὰ τὴγ χώραν άφυρίας

5 Milet, 1.3 (Delphinion), 141 (IK, 29-Kios, p. 177, T3 ; cf. Milet, VI.1, p. 175-176, 1. 10-11 pour Kios, allusion aux “guerres qui ont frappé (son) territoire” (τοὺς πολέμους τοὺς κατασχόνlτας αὺτῶν τὴγ χώραν) 1. 25-26, situation de Milet : “Nous souffrons nous-mêmes à cause des guerres et de la disette frappant notre territoire” (αὺτοὺς τεθλΐφθαι διὰ τοὺς πολέμους καὶ τὰς ὰφορίας τὰς I κατασχούσας τὴγ χώραν). La date exacte de ce document est difficile à préciser, cf. le commentaire de Th. Corsten, in IK, 29-Kios.

6 Herrmann 1965a, 33-36, no 1 (SEG, 41, 1991, 1003, I.A/B ; Rigsby, Asylia, 281-282, extraits, et Ma 1999, 308-311, no 17), 1. 12-14 : (Antiochos III) “a constaté notre faiblesse, tant publique que privée, à cause des guerres permanentes et de l’importance des impôts que nous avons dû payer” θεωρῶν έξησθενηκότας I ημᾶς κα[] έν τοῖς κοινοῖς καὶ ἐν τοῖς ἰδίοις διά τε τοὺς συνεχείς I πολέμου[ς] καὶ τὸ μέγεθος ὧν έφέρομεν συντάξεων. Pour ce qui est des impôts, il faut il est vrai faire la part de l'hommage rendu au nouveau maître, Antiochos III en l'occurrence.

7 Sur la guerre entre d’une part Milet alliée à Héraclée du Latmos, d'autre part Magnésie du Méandre alliée à Priène, qui se termine par un traité de paix conclu entre c. 184 et 180, voir infra la communication de P. Baker.

8 Pol. 33.6-7.

9 Cf. Bresson 1999, 116.

10 Cf. sur ce point Campanile 1996.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search