Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Les crises de mortalité à l’époque moderne : sources et méthodes

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie

Texte intégral

  • 1 Landry 1934. Voir également : “Les transitions démographiques”, numéro spécial des Annales de Démog (...)

1Avant le xixe siècle, siècle que l’on a coutume de considérer comme celui de la transition démographique, la croissance de la population est irrégulière, marquée par des phases d’accélération et de dépression. Dès 1909 en effet, Adolphe Landry mettait en évidence le concept de transition démographique pour décrire et expliquer les étapes de la croissance, la transition marquant le passage d’un ancien régime démographique, caractérisé par une natalité et une mortalité élevées, à un régime nouveau marqué au contraire par la faiblesse de ces deux paramètres1. Or, jusqu’à la fin du xviiie siècle, quoique dans une moindre mesure par rapport aux deux siècles précédents, les crises de mortalité sont un phénomène récurrent, contribuant régulièrement à freiner, voire à annuler les effets de la croissance démographique. Ces crises sont toujours suivies de phases de récupération plus ou moins rapides et plus ou moins intenses, caractérisées par une augmentation du nombre des mariages et des conceptions comme si en quelque sorte les populations cherchaient à retrouver le niveau qu’elles avaient atteint avant la crise.

  • 2 Beauvalet-Boutouyrie 1999.

2La mortalité reste donc pour le démographe un paramètre essentiel à prendre en compte, un paramètre qui est toutefois l’un des plus difficiles à analyser en raison de la qualité inégale des sources, et notamment de l’enregistrement des décès. Il me semble donc essentiel, avant d’entamer toute analyse de ce phénomène, de bien connaître les outils, autrement dit les sources et les méthodes, qui sont utilisées par l’historien. Je m’attacherai ici à la période moderne, c’est-à-dire aux trois siècles constitutifs de ce que l’on appelle traditionnellement l’Ancien Régime, les xvie, xviie et xviiie siècles2.

Les sources

  • 3 Dupâquier & Dupâquier 1985.
  • 4 Gille 1964 et Le Mée 1967.

3Aujourd’hui, les études de démographie bénéficient de l’existence de deux types de données : les recensements, opérés suivant une plus ou moins longue périodicité, et l’état civil, système laïcisé en France par la loi des 20-25 septembre 1792 et devenu peu après cette date général en Europe. Pour les périodes antérieures, les sources ne sont pas aussi bien définies et surtout ne connaissent pas ce caractère général et régulier. L’historien doit bien souvent constituer lui-même son corpus à partir de documents variés : les registres paroissiaux, des listes, souvent fiscales, et qui vont de la simple énumération jusqu’au dénombrement, des généalogies, des correspondances administratives ou privées qui ressortissent davantage au cas isolé qu’à l’analyse globale3. Il y a donc véritablement une nécessité d’“inventer” les sources, et d’être attentif à tous types de documents, même indirects, pouvant apporter des renseignements sur les comportements des populations anciennes4.

  • 5 Le Mée 1975.
  • 6 Les documents les plus anciens aujourd’hui connus sont : un registre des mariage à Rimini (1232) et (...)

4L’enregistrement ecclésiastique, sous la forme des registres paroissiaux, est la source fondamentale à disposition de l’historien5. Il s’agit du relevé systématique, par les curés des paroisses, des baptêmes, mariages et sépultures sur des feuilles volantes d’abord, puis sur des registres. L’entreprise remonte vraisemblablement au xiiie siècle, suite à une disposition du concile de Latran qui prescrit aux prêtres des paroisses de noter la confession et la communion annuelles, dispositions reprises par les conciles de Salamanque en 1335 et de Tolède en 1339. Toutefois, ces dispositions sont loin d’être partout respectées, et les premières notations conservées sont dues à des initiatives locales. L’Italie possède la documentation la plus ancienne et la plus riches avec des registres de mariage et décès remontant au xiiie siècle6. En ce qui concerne la France, le plus vieux document conservé est celui de Givry, en Saône-et-Loire, où les sépultures sont mentionnées à partir de 1334. Mais cet exemple reste relativement isolé (on a également retrouvé des registres à Cabrières, dans le Vaucluse), et ce n’est guère avant le xvie siècle que l’on commence à avoir des séries régulières.

5L’idée de tenir des registres de façon régulière revient à une initiative locale, celle de Henri le Barbu, évêque de Nantes qui, en 1406, ordonne aux curés de son diocèse d’inscrire les noms des parrains et marraines sur un livre et de le conserver. Cette initiative fait tache d’huile en Bretagne où très vite, les évêques songent à élargir cet enregistrement aux baptêmes, mariages et sépultures. 35 des 90 départements français, dont pour plus du tiers des départements de l’Ouest, possèdent des registres de cette époque, mais c’est véritablement au début du xvie siècle que la pratique se répand, les séries conservées les plus anciennes concernant les paroisses des diocèses d’Angers (1504), de Lisieux (1505), de Sées (1524), de Chartres (1526), de Sens (1534) et du Mans (1535).

6La Réforme va grandement contribuer à la généralisation et à l’amélioration de la qualité de l’enregistrement. En effet, il devient essentiel pour chacune des deux confessions de bien contrôler l’appartenance religieuse des familles. Le concile de Trente, qui s’est tenu en trois sessions de 1545 à 1563, s’est occupé de la réglementation la dernière année, en 1563. On enjoint aux curés de tenir un registre des mariages et baptêmes, mais pas de noter les sépultures. En 1614, le pape Paul V revient sur la question dans son Rituel romain (le rituel est édité en France en 1623) avec l’obligation dans chaque paroisse d’enregistrer les baptêmes, confirmations, mariages et cette fois les sépultures, et de tenir un Liber status animarum, c’est-à-dire des listes nominatives rédigées chaque année à l’occasion de Pâques. Cette dernière disposition, largement suivie en Italie, ne l’a pas été en France. Par contre, dans notre pays, le pouvoir royal est venu appuyer les dispositions ecclésiastiques grâce à la publication de plusieurs textes officiels : l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539, celle de Blois en 1579, le code Michau en 1629, l’ordonnance de Saint-Germain ou Code Louis en 1667. Tous ces textes, qui se répètent, portent comme disposition principale l’enregistrement régulier des baptêmes, mariages et sépultures. Au fil des années, les améliorations portent sur la conservation, notamment le fait de consigner les actes dans des registres et non sur des feuilles volantes, et la nécessité de conserver ces registres en les déposant auprès des greffes des juridictions civiles. La répétition des dispositions indique clairement la difficulté des autorités à faire respecter la législation, et il faut attendre le code Louis, c’est-à-dire les années 1667, pour que l’enregistrement devienne régulier, de bonne qualité et relativement précis.

7L’Ordonnance de Villers-Cotterêts, août 1539

8Art. 50. - Que des sépultures des personnes tenans bénéfices, sera faict registre en forme de preuve, par les chapitres, collèges, monastères et cures, qui fera foi, et pour la preuve du temps de la mort, duquel temps, sera faict mention esdicts registres, et pour servir de jugement des procès où il serait question de prouver ledit temps de la mort, au moins quant à la recréance.

9Art. 51. - Aussi sera faict registre en forme de preuve des baptêmes, qui contiendront le temps et l’heure de la nativité, et par l’extrait dudit registre, se pourra prouver le temps de majorité ou minorité et sera pleine foy à cette fin.

10Art. 52. - Et afin qu’il n’y ait faute auxdits registres, il est ordonné qu’ils seront signés d’un notaire, avec celui desdicts chapitres et couvents, et avec le curé ou vicaire général respectivement, et chacun en son regard, qui seront tenus de faire, sur peine des dommages et intérêts des parties, et de grosses amendes envers nous.

11Art. 53. - Et lesquels chapitres, couvents et cures, seront tenus mettre lesdicts registres par chacun an par devers le greffe du prochain siège du baillif ou séneschal royal, pour y être fidèlement gardés et y avoir recours, quand mestier et besoin sera.

12D’après Isambert, Decrusy, Arnet éd., Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, Paris, 1827, tome xii, p. 600-640.

13L’Ordonnance de Saint-Germain ou Code Louis, avril 1667

14Titre xx. Des faits qui gisent en preuve vocale ou littérale

158. Seront faits par chacun an deux registres pour écrire les baptêmes, mariages et sépultures en chacune paroisse, dont les feuillets seront paraphés et cotés par premier et dernier par le juge royal du lieu où l’église est située : l’un desquels servira de minute et demeurera ès mains du curé ou du vicaire, et l’autre sera porté au greffe du juge royal pour servir de grosse ; lesquels deux registres seront fournis annuellement aux frais de la fabrique avant le dernier décembre de chacune année, pour commencer d’y enregistrer par le curé ou vicaire les baptêmes, mariages et sépultures, depuis le premier janvier ensuivant jusqu’au dernier décembre inclusivement.

169. Dans l’article des baptêmes sera fait mention du jour de la naissance, et seront nommés l’enfant, le père et la mère, le parrain et la marraine ; et aux mariages seront mis les noms et surnoms, âges, qualités et demeures de ceux qui se marient, s’ils sont enfans de famille, en tutelle, curatelle, ou en puissance d’autrui, et y assisteront quatre témoins qui déclareront sur le registre s’ils sont parents, de quel côté et quel degré ; et dans les articles de sépultures sera fait mention du jour du décès.

1710. Les baptêmes, mariages et sépultures seront en un même registre, selon l’ordre des jours, sans laisser aucun blanc ; et aussitôt qu’ils auront été faits, ils seront écrits et signés, savoir : les baptêmes par le père, s’il est présent, et par les parrains et marraines, et les actes de mariage, par les personnes mariées et par quatre de ceux qui y auront assisté ; les sépultures, par deux des plus proches parents ou amis qui auront assisté au convoi ; et si aucun d’eux ne savent signer, ils le déclareront, et seront de ce interpellés par le curé ou vicaire, dont sera fait mention.

1811. Seront tenus les curés ou vicaires, six semaines après chacune année expirée, de porter ou d’envoyer sûrement la grosse et la minute du registre, signé d’eux et certifié véritable au greffe du juge royal qui l’aura coté et paraphé ; et sera tenu le greffier de le recevoir et y faire mention du jour qu’il aura été apporté, et en donnera la décharge, après néanmoins que la grosse aura été collationnée à la minute qui demeurera au curé ou vicaire, et que le greffier aura barré en l’une et en l’autre tous les blancs et feuillets qui resteront, le tout sans frais : laquelle grosse de registre sera gardée par le greffier pour y avoir recours.

19Ordonnance de Louis xiv Roy de France et de Navarre. Donnée à Saint Germain en Laye au mois d’Avril 1667, Paris, 1667, p. 95-104.

20En dehors des registres de catholicité, on dispose de très peu d’informations concernant les membres des autres confessions religieuses. En ce qui concerne les protestants, le synode national de 1559 a prescrit la tenue de registres, mais il s’agit de registres de baptêmes et de mariages, disposition réitérée par un arrêt royal de 1664. Quant aux juifs, aucune prescription religieuse n’a institué de tenue de registres. On dispose seulement de quelques séries isolées pour les régions dans lesquelles ils étaient principalement concentrés : l’Alsace et la Lorraine, le Comtat Venaissin et les régions autour de Bordeaux et de Bayonne.

21Les dénombrements constituent la deuxième grande source de la démographie historique. Ils ne permettent pas de repérer et de mesurer directement les effets des crises, car ils se présentent comme des énumérations de la population, généralement données en feux. Seule la comparaison de listes à une ou quelques années d’intervalle peut renseigner sur une éventuelle baisse de la population et donc témoigner de l’existence d’une crise. Or, d’une part les dénombrements sont rares, et d’autre part ceux qui ont été établis par les contemporains ne sont pas tous parvenus jusqu’à nous. De plus, les documents ne sont pas toujours bien datés, d’autant plus que les contemporains ont eu tendance à recopier des chiffres anciens. Ainsi Saugrain, dans son Dénombrement du Royaume de 1709, reprend des données datant des années 1680, et il fait de même pour le Nouveau Dénombrement de 1720. En 1762-1770, Expilly en conserve encore une grande partie dans son Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules.

Les méthodes

  • 7 Pierre Goubert et Louis Henry sont les premiers à proposer ces méthodes : Goubert 1960. Louis Henry (...)

22C’est seulement au cours de la décennie 1950 que les historiens ont commencé à s’intéresser de manière véritablement scientifique aux registres paroissiaux en mettant au point des techniques spécifiques d’exploitation7. Louis Henry propose plusieurs types d’exploitation, du simple comptage jusqu’au dépouillement sur fiches. Si la méthode du comptage permet de repérer des clochers de mortalité, et partant d’éventuelles crises démographiques, elle ne permet pas de faire des opérations plus compliquées comme de classer les décès par âge ou de croiser les informations, âge et mois de décès par exemple. Le dépouillement sur fiche est donc toujours préférable. Il consiste à recopier et à présenter sous une forme plus commode l’essentiel des renseignements figurant sur chaque acte des registres paroissiaux. Les actes de sépulture sont toujours les moins bien renseignés, et ce d’autant plus qu’ils sont anciens. Au mieux, ils comportent les dates de mort et d’inhumation, l’état civil plus ou moins complet de la personne décédée, son âge, sa paroisse de domicile, éventuellement sa profession, et le nom du ou des témoins présents.

23Transcription d’un acte de sépulture : paroisse de Ligny-en-Barrois, 1787

24Inhumée dans le cimetière de cette Église avec les cérémonies accoutumées le deux octobre mil sept cent quatre vingt sept Margueritte Bonne fille légitime de François Bonne maître cordonnier et de Marie Louise Moreau de cette paroisse agée de deux mois décédée le même jour en présence de son père et de Pierre Paris de cette paroisse qui ont signé avec moi vicaire de Ligny.

25L’observation de l’ensemble des fiches permet d’aboutir à des analyses assez fines, mais celles-ci ne vont pas au-delà de la simple étude de la mortalité. Il faut, pour passer à l’étude de la crise démographique proprement dite, connaître les autres paramètres tels que la nuptialité, la fécondité et les migrations. Pour cela, Louis Henry a mis au point une technique plus élaborée, celle de la reconstitution des familles, appelée aussi parfois “méthode Louis Henry”. C’est une opération longue et souvent ardue qui nécessite le dépouillement exhaustif, sur fiche, de tous les actes de baptêmes, mariages et sépultures d’une paroisse dans le but de constituer des dossiers de personnes mariées et non mariées. Toutes les investigations de type démographique étant alors possibles, on peut envisager l’étude véritable des crises démographiques (fig. 1).

  • 8 La méthode de la répétition des prénoms consiste à observer les prénoms donnés au sein d’une même f (...)

26Si les prescriptions concernant l’enregistrement ont concerné les trois paramètres essentiels de la démographie, baptêmes, mariages et sépultures, il faut bien dire que cette dernière reste le domaine le moins bien connu de la démographie historique. La mortalité infantile pose les plus grands problèmes de mesure en raison du sous enregistrement, voire du non enregistrement des enfants mort-nés, des enfants ondoyés, c’est-à-dire n’ayant pas bénéficié d’un baptême complet à l’église, et des enfants décédés dans les premiers jours suivant leur naissance. Les démographes ont pu établir que ce sous enregistrement représentait entre 15 et 20 % des décès dans le nord de la France et pouvait atteindre jusqu’à 50 % dans le sud. Naturellement, ils ont mis en œuvre des mesures de correction (méthodes de la répétition des prénoms et des intervalles entre les naissances8), mais les mesures restent entachées d’une marge plus ou moins grande d’incertitude. Quant à la mortalité des adultes, elle souffre d’autres difficultés qui ont trait à la mobilité et à l’incapacité des historiens à la prendre totalement en compte. En l’absence de listes de recensement, on ne connaît en effet qu’exceptionnellement la population soumise au risque, et il est donc très difficile de calculer des taux de mortalité fiables. On en est donc le plus souvent réduit à ne proposer que des tendances. Seules les crises démographiques sont plus aisément repérables, mais encore a-t-il fallu imaginer une méthode pour bien les identifier.

Fig. 1. Une fiche de famille : la reconstitution d’une famille de la paroisse Saint-Victor de Verdun au xviiie siècle.

Qu’est-ce qu’une crise démographique ?

27La question de la définition et des origines des crises a donné lieu, dès les années 1960 mais surtout à partir de 1970, à un véritable débat historiographique. La démographie d’Ancien Régime se caractérisant en effet par une grande variabilité des paramètres, et notamment de la mortalité, on ne peut considérer comme crise toute augmentation des décès. La question s’est donc posée de définir des seuils permettant de les repérer et de les classer sur une échelle d’intensité. Il ressort de ces débats que toute augmentation brutale de la mortalité – on parle souvent pour décrire les courbes de clochers de mortalité – ne peut être qualifiée de crise. Il faut que dans le même temps les autres paramètres tels que la nuptialité, la fécondité et les structures sociales ou professionnelles soient également perturbés ; on se trouve alors devant une véritable crise démographique et non seulement en face d’un simple clocher de mortalité, phénomène très fréquent tout au long de la période (fig. 2).

Fig. 2. Les sépultures dans les paroisses Saint-Pierre de Saumur et Saint-Pierre d’Angers de 1700 à 1789 (nombres absolus) : Goubert & Rey 1995.

  • 9 Goubert 1960.
  • 10 Charbonneau & Laroses 1977.

28Dès 1960, Pierre Goubert propose de parler de crises quand le nombre de décès est multiplié par deux, et que, dans le même temps, le nombre des conceptions s’abaisse au moins du tiers9. La question est abordée une nouvelle fois, de manière collective cette fois, en 1975 à l’occasion du colloque de Montebello, au Canada10. Thomas H. Hollingsworth propose de comparer la proportion des morts (q) à l’effectif de la population et à la durée en jours de la crise. Il considère que lorsque l’indice I est supérieur à 20, il y a crises.

  • 11 Lebrun 1977. Voir également Lebrun 1980.

29François Lebrun suggère quant à lui de comparer le taux de mortalité d’une année supposée de crise, à la moyenne d’une période encadrante de référence de onze années, d’affecter un indice 100 à la moyenne de ces années et de considérer qu’il y a crise lorsque l’indice de l’année étudiée dépasse les 20011. Jacques Dupâquier enfin, imagine une autre façon de calculer l’indice I de mortalité, en l’adaptant aux sources dont dispose l’historien, sources qui ne permettent de connaître ni l’effectif initial de population, ni la durée exacte de la crise :

I = (D – M)/S

30D représente le nombre de morts de l’année envisagée, M la moyenne des décès des dix années précédentes et S l’écart-type pendant ces mêmes dix années. Il classe, à partir de cet indice, les crises en fonction de leur gravité :

I = 1 à 2 : crise mineure

I = 2 à 16 : crise de moyenne gravité

I = 16 à 32 : grande crise

I = 32 et plus : catastrophe

31La plupart des historiens s’accordent aujourd’hui à admettre cette dernière proposition pour définir les crises et en mesurer l’intensité.

  • 12 Meuvret 1946.
  • 13 Labrousse 1933.

32Un deuxième débat a porté sur les origines des crises : sont-elles générées par la cherté des blés ou s’expliquent-elles par le déclenchement d’une épidémie ? On retrouve ici deux des trois grands fléaux qui ont rythmé la vie des hommes du passé : la famine, la peste qu’il faut plutôt comprendre au sens large d’épidémie, et auxquelles il faut ajouter la guerre. C’est le sens de la fameuse prière : a fame, a peste, a bello, libera nos Domine (“de la famine, de la ‘ peste’, de la guerre, délivre-nous, Seigneur”). Dès 1946, Jean Meuvret avait constaté qu’il y avait une étroite corrélation entre les hausses du prix du blé et les clochers de mortalité, ce qui avait fait dire quelques années plus tard à Pierre Goubert que “la mercuriale avait secrété la mortalité”12. Cette mise en évidence de la crise de subsistances fait référence aux travaux d’Ernest Labrousse qui, après avoir rappelé la place importante qu’occupaient les céréales dans la production agricole et l’alimentation, a montré que les récoltes n’étaient pas toujours suffisantes pour couvrir les besoins de la population, d’où des périodes de disette assez fréquemment génératrices de hausse de la mortalité13.

33De fait, on a constaté à de nombreuses reprises que l’augmentation des prix du blé avait conduit à la disette, voire à la famine, et donc à la mort. Ainsi, les années 1661-1662, 1693-1694, 1709-1710 ou encore 1740-1741 sont des années de disette qui ont fait sombrer le pays de la crise de subsistances dans la crise démographique. Par contre, il existe de très nombreuses crises de moindre ampleur comme celle de la Fronde (1649-1653) dont la description peut ici nous servir d’exemple (fig. 3). Le déroulement en est classique : en 1648, faisant suite à une série d’années humides et froides, les récoltes sont médiocres et le prix des céréales augmente, le setier de seigle passant de 6 livres en décembre 1648 à 25 livres en juillet 1652. Les effets sur la mortalité sont immédiats, et ils se font d’autant plus sentir que la crise se greffe sur une conjoncture défavorable marquée par la hausse de la pression fiscale et d’incessants mouvements de troupes qui contribuent à diffuser les épidémies.

Fig. 3. Les crises des Frondes au sud de Paris, 1648-1653 (d’après Moriceau 1980). Échantillon de 10 paroisses : Athis - Brétigny (Saint-Piere) - Champlan – Chilly - Epinay-sur-Orge - Evry - Louans - Montlhéry (La Trinité) - Savigny - Soisy-sur-Seine.

  • 14 Baehrel 1961, 292-295 et Chaunu 1962. Voir aussi Chaunu 1966.
  • 15 Chaunu 1962.

34Mais si la crise de subsistances peut être à l’origine de la crise de mortalité, ce n’est pas une constante et la hausse des prix n’est pas le seul paramètre à prendre en compte. René Baehrel et Pierre Chaunu privilégient au contraire l’épidémie comme facteur déterminant de la surmortalité14. Pierre Chaunu écrit notamment que : “Ce n’est pas la faim qui tue, mais les à-côtés de la faim… C’est la maladie qui tue, l’épidémie dont les avenues sont ouvertes par la fatigue, la sous-alimentation accidentelle, l’errance des plus pauvres, les imprudences alimentaires de beaucoup, l’inquiétude, la désespérance…”15. De fait, de nombreux exemples montrent que qu’il peut y avoir des épidémies pures, en dehors des périodes de cherté et de disette, et a contrario que les famines ne déclenchent pas systématiquement des crises. La crise de subsistances n’est que l’un des facteurs déclenchants de la mortalité ; cette dernière résulte rarement d’un facteur unique, mais est la conjonction de deux ou trois qui sont les grands fléaux évoqués précédemment : la famine, la peste et la guerre. Grâce à l’inventivité des historiens et en dépit de sources souvent lacunaires ou peu appropriées à la recherche, des progrès considérables ont pu être réalisés dans la connaissance des populations du passé. Le repérage et l’analyse des crises sont fondamentaux pour expliquer la relative stagnation de la population à l’époque moderne. Ce n’est d’ailleurs que lorsque les effets des crises ont pu être jugulés que la population est véritablement entrée dans l’ère de la croissance et de la transition démographique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baehrel, R. (1961) : Une croissance : la Basse-Provence rurale, fin xvie siècle-1789, Paris.

Beauvalet-Boutouyrie, S. (1999) : La démographie de l’époque moderne, Paris.

Charbonneau, H. et A. Laroses, éd. (1977) : The Great Mortalities : Methodological Studies of Demographic Crises in the Past, Liège.

Chaunu, P. (1962) : c.-r. de la thèse d’André Plaisse, “Le Neubourg, quatre siècles d’histoire normande, xive-xviiie siècles”, Annales ESC, n ° 6, 1152-1168.

— (1966) : La civilisation de l’Europe classique, Paris.

Dupâquier, M et J. (1985) : Histoire de la démographie, Paris.

Gille, B. (1964) : Les sources statistiques de l’histoire de France. Des enquêtes du xviie siècle à 1870, Genève - Paris.

Goubert, J.-M. et R. Rey, éd (1995) : Médecine et santé, Atlas de la Révolution française, n ° 7, “Climat, cherté, mortalité en Anjou, 1700-1789”, 46.

Goubert, P. (1960) : Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, contribution à l’histoire sociale de la France du xviie siècle, Paris.

Labrousse, E. (1933) : Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, I-II, Paris.

Landry, A. (1934) : La révolution démographique, Paris.

Lebrun, F. (1977) : “Les épidémies en Haute-Bretagne à la fin de l’Ancien Régime (1770-1789)”, Annales de Démographie Historique, 181-206.

— (1980) : “Les crises démographiques en France aux xviie et xviiie siècles”, Annales ESC, 205-234.

Le Mée, R. (1967) : Les sources de la démographie historique française dans les archives publiques (xviie et xviiie siècles), Paris.

— (1975) : “La réglementation des registres paroissiaux en France”, Annales de Démographie Historique, 433-472.

Meuvret, J. (1946) : “Les crises de subsistances et la démographie d’Ancien Régime”, Population, 653-650.

Moriceau, J.-M. (1980) : “Les crises démographiques dans le sud de la région parisienne de 1560 à 1670”, Annales de Démographie Historique, 112.

Notes

1 Landry 1934. Voir également : “Les transitions démographiques”, numéro spécial des Annales de Démographie Historique, 1988.

2 Beauvalet-Boutouyrie 1999.

3 Dupâquier & Dupâquier 1985.

4 Gille 1964 et Le Mée 1967.

5 Le Mée 1975.

6 Les documents les plus anciens aujourd’hui connus sont : un registre des mariage à Rimini (1232) et un registre des décès à Cividale dans le Frioul (1281).

7 Pierre Goubert et Louis Henry sont les premiers à proposer ces méthodes : Goubert 1960. Louis Henry a consigné la méthode dans son Manuel de démographie historique, Genève-Paris, Droz, 1967 et dans Techniques d’analyse en démographie historique, Paris, INED, 1980.

8 La méthode de la répétition des prénoms consiste à observer les prénoms donnés au sein d’une même famille. L’usage veut en effet que l’on attribue à un cadet qui vient de naître le prénom de son aîné si celui-ci est décédé ; on peut donc, à partir de la proportion des prénoms répétés, évaluer le sous-enregistrement. Quant à la méthode des intervalles, elle consiste à observer la longueur des intervalles intergénésiques, un intervalle anormalement court, dans une population où l’allaitement des enfants est la règle, pouvant traduire la mort de l’enfant précédent.

9 Goubert 1960.

10 Charbonneau & Laroses 1977.

11 Lebrun 1977. Voir également Lebrun 1980.

12 Meuvret 1946.

13 Labrousse 1933.

14 Baehrel 1961, 292-295 et Chaunu 1962. Voir aussi Chaunu 1966.

15 Chaunu 1962.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Une fiche de famille : la reconstitution d’une famille de la paroisse Saint-Victor de Verdun au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 2. Les sépultures dans les paroisses Saint-Pierre de Saumur et Saint-Pierre d’Angers de 1700 à 1789 (nombres absolus) : Goubert & Rey 1995.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 3. Les crises des Frondes au sud de Paris, 1648-1653 (d’après Moriceau 1980). Échantillon de 10 paroisses : Athis - Brétigny (Saint-Piere) - Champlan – Chilly - Epinay-sur-Orge - Evry - Louans - Montlhéry (La Trinité) - Savigny - Soisy-sur-Seine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteur

Université Jules Verne, Picardie

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540