Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

C) Afrique

Les rapports linguistiques entre une métropole et sa colonie : l’exemple cyrénéen

Catherine Dobias-Lalou

Full text

  • 1 L'exposé de Boardman 1966 a gardé toute sa valeur. A une date antérieure, il a pu y avoir des cont (...)
  • 2 Mon classement (Dobias-Lalou 1970), fondé sur les publications disponibles à cette date, doit être (...)
  • 3 Voir Dobias-Lalou 1987 et 1994/1.

1Des Grecs se sont installés durablement en Libye dans le dernier tiers du viie s. a.C.1. Les plus anciens témoignages épigraphiques proviennent principalement de Cyrène, mais d'autres sites ont fourni des documents. Aucun n'est à coup sûr antérieur au milieu du vie s. a.C.2 ; pendant plusieurs siècles, ils sont évidemment rédigés dans une des variétés de la langue grecque que nous appelons dialectes. Or ce dialecte a résisté à la pression de la koinè pendant un temps exceptionnellement long, non seulement dans l'épigraphie privée, mais aussi dans les inscriptions émanant des cités. On peut considérer que, jusqu’à l'époque des Antonins, le dialecte fait partie des traditions ancestrales au même titre que les autres institutions héritées des origines3. Il m'a donc semblé intéressant d’examiner dans quelle mesure les particularités linguistiques que nous y décelons coïncident avec la représentation que les Cyrénéens pouvaient avoir de leurs origines.

  • 4 Pour l'interprétation historique, voir Chamoux 1953 ; pour les rapports entre mythe et narration, (...)

2La conscience d'une origine précise, mieux connue pour Cyrène que pour bien d'autres colonies, s'est perpétuée dans la région à travers les siècles, comme en témoignent les sources littéraires et épigraphiques. Le long excursus d'Hérodote au livre IV fait de Cyrène une apoikia de Théréens, auxquels des Crétois auraient prêté la main. Mais ce récit est structuré de telle façon qu'il place la fondation dans une double perspective chronologique : nous faisant remonter au temps des premiers Théréens, il retrace leurs origines lacédémoniennes ; descendant de c. 630 au point d'insertion de son logos, en 515, il déroule presque toute l'histoire des Battiades, ce qui le conduit à évoquer les accroissements de population amorcés sous Battos II, dans le premier tiers du vie s., et institutionnalisés par la réforme de Démonax de Mantinée sous Battos III4 : τριφύλους ἐποίησέ σφεας, τῇδε διαθείς· Θηραίων μὲν γὰρ καὶ τῶν περιοίκων μίαν μοῖραν ἐποίησε, ἄλλην δὲ Πελοποννησίων καὶ Κρητῶν, τρίτην δὲ νησιωτέων πάντων, “Il les répartit en trois tribus de la façon suivante : il fit un premier lot des Théréens et des périèques, un second des Péloponnésiens et des Crétois, un troisième de tous les Nésiotes” (4.161).

  • 5 On est en droit de se demander si la structure anaphorique de ce passage, qui dit deux fois la fil (...)

3Le double récit recueilli par Hérodote auprès des Théréens et auprès des Cyrénéens donne le rôle essentiel à Thèra et insiste sur l'ascendance spartiate de son héros fondateur. Ces éléments sont répétés par Callimaque avec une autorité plus grande, puisqu'il parle à la première personne, en enfant du pays5 :

Ὤπολλον, πολλοὶ σε Βοηδρόμιον καλέουσι,
πολλοὶ δὲ Κλάριον. πάντη δέ τοι οὔνομα πουλύ·
αὐτὰρ ἐγὼ Καρνεῖον ἐμοὶ πατρώιον Οὕτω.
Σπάρτη τοι, Καρνεῖε, τόδε πρῶτιστον ἔδεθλον,
δεύτερον αὖ θήρη, τρίτατόν γε μὲν ἄστυ Κυρήνης·
ἐκ μέν σε Σπάρτης ἕκτον γένος Οἰδιπόδαο
ἤγαγε Θηραίην ἐς ἀπόκτισιν ἐκ δέ σε Θήρης
οὖλος Ἀριστοτέλης Ἀσβυστίδι πάρθετο γαίῃ

“Apollon, beaucoup t'appellent Secourable, beaucoup Dieu de Claros, partout tu as bien des noms ; pour ma part, je t'appelle Karneios, c'est la tradition de mes pères. Sparte fut, Karneios, ton premier séjour ; le second fut Thèra, le troisième enfin est la ville de Cyrène ; de Sparte, un descendant d'Œdipe à la sixième génération te conduisit vers l'établissement théréen ; de Thèra, le puissant Aristotélès te confia à la terre des Asbystes” (Hymne, 2. 69-76).

  • 6 Pour l'interprétation de ce témoignage et le moment de cette immigration, voir Chamoux 1953, 124-1 (...)
  • 7 Ainsi, des navigateurs samiens jouèrent un rôle dans le maintien du tout premier établissement sur (...)

4Et d'insister sur le caractère dorien des premiers colons (οἱ...Δωριέες", “ces Doriens”, 88-89), point sur lequel toutes les sources sont unanimes : aux Théréens se sont ajoutées d'autres souches de peuplement essentiellement doriennes. Dès le moment de la fondation, la Crète joue un rôle important. Selon la tradition théréenne, un pêcheur de murex crétois servit de guide à la mission exploratoire (Hérodote, 4.151). Bien plus, d’après le récit cyrénéen, le roi fondateur Battos avait une double ascendance théréenne et crétoise (4.154-5). D'autres Doriens ont probablement répondu à l'invitation de Battos II, notamment des Rhodiens, comme l'enseigne la Chronique de Lindos6. Ils devaient faire partie des Nésiotes, que Démonax rangea dans la troisième tribu. Plus tard, d'autres insulaires de souche ionienne y figuraient probablement, mais nous n'avons aucune précision7.

  • 8 Sur la valeur symbolique du mythe dans cette ode, voir Calame 1996, 99-116.
  • 9 A vrai dire, cette version avait été traitée auparavant par Hésiode dans son Catalogue des femmes (...)

5La Thessalie figure aussi dans certaines traditions sur les origines. Le premier à développer ce thème est pour nous Pindare. Je n'insisterai pas ici sur la 4e Pythique, ni sur la 5e, dont les éléments mythiques sont plus diffus et conformes à la tradition évoquée plus haut sur Battos le Théréen. Arrêtons-nous à la 9e Pythique, qui est l'épinicie cyrénéenne la plus ancienne, composée pour la victoire de Télésicratès en 474, soit une trentaine d'années après la date où s'arrête le récit d'Hérodote. Dans cette ode le poète recourt deux fois au mythe, la première fois (9.1-70) pour célébrer la grandeur de la cité du vainqueur, incarnée dans la nymphe éponyme Cyrène, ensuite (9.103-125) pour évoquer la famille du vainqueur, issue d'une union entre un héros grec et la fille d’un roi libyen8. En dépit de la part de liberté que permet la fiction littéraire, l'évocation du passé devait nécessairement rencontrer un certain assentiment du public réuni pour la célébration de l'athlète victorieux. On ne peut donc pas croire que le poète ait puisé dans un fonds totalement inédit pour les Cyrénéens, lorsqu’il a retracé la fondation, tantôt dans le mythe humain de Battos, tantôt dans le mythe divin de la nymphe chasseresse thessalienne, enlevée par Apollon et transportée sur cette terre d'Afrique devenue son apanage9. Au reste, les mythes que Pindare traite séparément ne sont pas contradictoires et Callimaque en fait la synthèse, lorsqu'il imagine Apollon et Cyrène installés sur la Roche des Myrtes pour assister aux premiers chœurs unissant les Doriens aux blondes Libyennes (Hymne, 2.85-95).

6Ces diverses narrations sont, j'y insiste, des objets littéraires particuliers, tous conditionnés par le point de vue cyrénéen sur la fondation. C'est pourquoi je me limiterai à eux, sans prendre en compte par exemple Apollonios de Rhodes. Des discours de ces trois témoins, Hérodote, qui narre à la troisième personne, Pindare, qui loue à la deuxième personne, et Callimaque, qui se souvient à la première personne, se dégage une vision littéraire des origines de Cyrène qui fait la part belle à Thèra et, plus largement à l'élément dorien, tout en admettant une empreinte grecque de provenance différente et une certaine osmose avec la population indigène.

  • 10 J'ai donné en 1994 un texte révisé et une étude linguistique de cette inscription.
  • 11 Aux 1. 15-16, dont la traduction a malencontreusement disparu dans mon étude de 1994, il est stipu (...)
  • 12 Ainsi se perpétue l'ensemencement grec de labours étrangers symboliquement évoqué par Pindare cf C (...)

7Le témoignage de l'épigraphie va dans le même sens. Je ne reprendrai pas ici le faux débat sur le caractère authentique ou non de la stèle des fondateurs (SEG, 9, 1938, 3). Il me paraît plus utile d'examiner quel sens avaient à la fin du 1er tiers du ive s. a.C. la gravure et l'exposition des trois documents qu'elle porte. Le premier (1. 1-22) est un décret de Cyrène contemporain de la gravure, pris à la suite d'une demande des Théréens (οἱ Θηραῖοι, 1. 2, 4, 12), qui souhaitaient la restauration de leur ancien droit de cité cyrénéen et le renouvellement des serments qui avaient été échangés lors du départ de la mission colonisatrice. Puis, sous le titre Ὅρκια τῶν οἰκιστήρων “Serment des fondateurs, sont regroupés un décret théréen organisant le départ des colons, anachronique dans son contenu institutionnel, mais cohérent dans ses caractéristiques linguistiques (1. 24-40), puis une narration relatant l'ancien échange des serments, où les formules de malédiction sont insérées au style indirect (1. 40-51). On ne peut pas décider si cette dernière partie provient d'une chronique théréenne ou cyrénéenne10. Plus de deux siècles et demi après la fondation de Cyrène, le sentiment que les Théréens établis à Cyrène (πάντας Θηραίος τòς ἐπιδαμέντας ἐγ Κυράναι, 1. 13-14) avaient un droit ancestral à une ἴσα πολιτήια ια automatique trouvait sa source dans une connaissance minutieuse de tous les détails de cet évènement fameux. Ce document complète les indications d'Hérodote sur la réforme de Démonax et nous confirme que la première tribu, assurément la plus prestigieuse, perpétuait dans le corps civique ultérieur, l'association originelle entre ceux que Fr. Chamoux appelle à juste titre les Vieux Théréens et les περίοικοι, dont Flérodote a précisé un peu plus haut (4.159) qu'ils étaient des Libyens qui, privés de leurs terres par l’arrivée des nouveaux immigrants, avaient déclenché les hostilités qui entraînèrent la réforme11. Un siècle après Hérodote, le diagramma du Lagide donne une confirmation juridique aux mariages mixtes qu'évoquent les sources littéraires : seront citoyens les enfants d'un père cyrénéen et d'une mère libyenne, pourvu qu'elle soit originaire d'une zone d'influence bien précise, qui dépasse les limites de la chôra proprement dite (SEG, 9, 1938, 1,1. 2-3) 12.

  • 13 SEG, 18, 1962, 740b, 1. 4 ; 800,1. 4 ; 35. 1985. 1723 : ματρόπολις τᾶς ἑξαπόλιος.
  • 14 Pour le retour aux origines dans le programme politique et édilitaire d'Hadrien, voir Walker 1985 (...)

8Le sentiment des racines se manifeste beaucoup plus tard dans des documents émanant d'Hadrien et d’Antonin entre 134 et 154 p.C. (SEG, 28, 1978, 1566). On reconstitue une grande stèle de marbre à partir de divers morceaux remployés, aujourd'hui fragmentaires. Au début, une lettre d'Hadrien aux Cyrénéens en réponse à une demande qu’ils avaient présentée, semble-t-il, au gouverneur de la province, insiste sur leur γένος Ἀχαιòν καὶ ἀκρειβῶς Δώριον (1. 9-10). Une seconde lettre fait allusion à l’insistance sur l'ἀνάμνησιν τῆς παλαιᾶς ὑμῶν εὐγενείας (1. 16). Cyrène y reçoit le titre de μητρόπολις (I. 19, 21), confirmé par d'autres inscriptions de la seconde moitié du iie s. p.C.13. Colonie de Thèra, Cyrène faisait reconnaître son antériorité sur les autres cités de la région, dont elle était à son tour devenue la métropole. L’empereur respecte cette préséance en distinguant deux entités : [τò] πᾶν [γ]ένος καὶ πολὺ μᾶλλον τὴν Κυρη[ναίων πόλιν] (I. 24). Le document suivant doit être un édit du même empereur, décidant de financer la construction d'un nouveau gymnase pour les éphèbes, afin de redonner courage à cette cité [διὰ] χρησμοὺς τοῦ Ἀπόλλωνος ᾠκισμένην (1. 27-8), à un moment où elle est réduite à un état d’abaissement indigne de sa gloire passée [τῆς δόξης) τῆς παλαιᾶς (1. 28) et d'inciter ses habitants à devenir de nouveaux fondateurs [οὐ μόνον ο] ἰκήτορας ἀλλὰ καὶ οἰκιστὰς γενέσθαι τῆς πατρίδος (1. 29-30). Dans le passage suivant, très endommagé, sont mentionnés à plusieurs reprises Doriens et Laconiens14. Ensuite, deux lettres d’Antonin refusent des privilèges réclamés respectivement par Bérénikè et par Ptolémaïs et réaffirment la prééminence de Cyrène. Dans l'esprit et dans la formulation, tous ces documents, fièrement affichés à Cyrène, montrent la vivacité, au milieu du iie s. p.C., de l'attachement aux origines, du sentiment d'appartenance à une tradition dorienne, de la revendication de primauté par rapport aux autres cités de la région.

  • 15 Ali Mohamed & Reynolds 1996.

9Le gymnase est un lieu symbolique de ces manifestations et il est significatif que l'un des derniers documents dialectaux – n'ayant, à vrai dire, plus qu'un important vernis dialectal – soit une dédicace d'éphèbes des environs de 175 p.C.15. Le dialecte est en effet resté en usage pendant près de huit siècles dans les inscriptions publiques qui ne concernaient pas les relations avec l'extérieur, ainsi que dans une bonne partie de l'épigraphie privée.

  • 16 Voir par exemple mon étude “Éléments du vocabulaire des magistratures à Théra et en Cyrénaïque”, i (...)

10Ce dialecte, tant que les sources étaient perdues, a été couramment classé avec celui de Thèra. L'accroissement des sources épigraphiques cyrénéennes, aujourd'hui plus nombreuses que celles de l'île métropole, a montré qu'une filiation directe ne rendait pas compte de tout. Il faut se garder d'une démarche de reconstruction rectiligne qui ferait dériver tout trait cyrénéen d'un trait théréen supposé antérieur16.

  • 17 Bile 1988, 92-100.

En l'état actuel de nos connaissances, les traits communs au cyrénéen et au théréen sont fort nombreux, mais beaucoup pourraient se retrouver dans l'ensemble des dialectes doriens : conservation de ᾱ, article τοί, ταί au nominatif pluriel, désinence -μες à la 1e personne du pluriel active, suffixe -μες d'infinitif athématique actif. Regardons d'un peu plus près quelques points de phonétique. L'un des critères qui servent traditionnellement à classer les dialectes doriens, la distinction établie par Ahrens en 1843 entre doris seuerior et doris mitior, fait apparaître une nette différence entre nos deux dialectes. A Thèra, il y a, comme en Attique, deux e longs, l’un fermé, l’autre plus ouvert, et deux o longs, l'un plus fermé, l'autre plus ouvert : c'est du dorien “doux”. En Cyrénaïque, la structure est différente : deux e longs, l'un, plus fermé et noté E comme la brève, résulte de la contraction e+e (nominatif pluriel Image), l’autre plus ouvert, associant la longue héritée (οἰκιστήρων) et la longue récente issue d’allongements phonétiques (ἠμι). En revanche, un seul o long (οἰκιστήρων, Πολυβώλω). Le système cyrénéen, qui a perduré après l'adoption de l’alphabet "ionien”, ne trouve son équivalent que de façon éphémère dans le crétois archaïque17. Pour que ce système l'ait emporté en Cyrénaïque sur celui apporté de Thèra, il fallait un facteur favorable. Je pense qu'il existe, comme on le verra plus loin.

  • 18 Lejeune 1933.

11Un autre point bien connu de la phonétique cyrénéenne est le traitement des nasales dans les groupes ns intérieurs recréés au cours de l'histoire du grec par l'apparition d'une nouvelle sifflante forte. La nasale, s’étant palatalisée puis dépalatalisée, produit une mouillure associée à la voyelle précédente, avec laquelle elle constitue une diphtongue en i : παῖσα, γέροισι. Ce traitement est connu dans les inscriptions éoliennes d'Asie, en position intérieure et finale, et par ailleurs dans certains langues littéraires dorisantes, chez Alcman et Pindare notamment. On enseigne que le théréen présente sur ce point le même traitement que l'attique : perte de la nasale avec allongement “compensatoire” (type πᾶσα, γέρουσι). Pour rendre compte de cette divergence, M. Lejeune a posé une chronologie relative selon laquelle les groupes ns auraient été encore intacts au moment du départ des colons, chacun des deux dialectes ayant ensuite traité la nasale à sa façon18. Je propose une autre perspective. Les exemples du traitement intérieur ne sont pas assurés à Thèra pour l'époque ancienne. M. Lejeune a écarté de sa démonstration deux exemples d’époque impériale, qu'il considérait comme des pédantismes littéraires : Παισιφάνεια et βιώσαισα. Je crois plutôt que les deux traitements ont coexisté comme deux variantes sociolinguistiques à Thèra et dans une bonne partie du monde dorien, et que seule l’une des deux a finalement prévalu dans le dialecte cyrénéen, tandis qu'à Thèra les inscriptions sont beaucoup plus tôt influencée par la koinè et présentent en général la variante qui coïncide avec l'usage attique.

  • 19 Sur les questions phonétiques et le dialecte en général, voir maintenant Dobias-Lalou 2000.

12Une autre caractéristique phonétique est la transformation de la liquide l en nasale n avant occlusive dentale sourde ou aspirée : τένται, de τέλεται (après syncope de la voyelle brève), ἔνθηι pour att. ἔλθηι. Ce phénomène n'est pas totalement inconnu, mais on le trouve dans les dialectes arcadien et delphien, ainsi que dans le dorien littéraire. La source de ce trait du cyrénéen reste difficile à déterminer19.

  • 20 Le nom géographique avec ε en SEG, 9, 1938, 72, 1. 3 ; l'anthroponyme Λεβύστρα|τος en SEG, 20, 196 (...)
  • 21 La première forme est une glose sans attribution régionale chez Hésychios. A cause du vocalisme id (...)

13D'autre part, il ne faut pas méconnaître le rôle qu'a pu jouer la langue libyque. Notre très mauvaise connaissance de cette ou ces langue(s), aggravée par le fait que les inscriptions libyques proviennent toutes de régions plus occidentales que la Cyrénaïque, nous empêche de présenter des faits solides et nombreux. Je voudrais seulement signaler un possible flottement entre les vocalismes e et i dans deux mots indigènes empruntés par la langue grecque dans cette région : Λεβύα au lieu du plus fréquent Λιβύα20 et σέλπον à côté de σίλφιον21. Ces flottements pourraient signaler dans la langue d'origine une voyelle correspondant à un i particulièrement ouvert ou à un e particulièrement fermé. Ce trait a pu contribuer à fermer plus nettement la voyelle brève e du dialecte cyrénéen. Ainsi s'expliquerait aussi que le produit de la contraction e + e soit en cyrénéen particulièrement fermé et que le système de voyelles longues se soit organisé comme je l'évoquais plus haut.

  • 22 Voir en ce sens Bacchielli 1985 et 1994.

14C'est donc un tableau assez nuancé qui résulte de l'étude linguistique. Il ne coïncide ni avec la place prépondérante qu'occupe Thèra dans la tradition mythico-historique, ni avec le prestige culturel d'Athènes, manifeste dans la région à partir du ve siècle dans la philosophie, la politique et l'architecture22, tandis que le dialecte a remarquablement résisté à la concurrence de la koinè. Le fonds est exclusivement dorien. principalement théréen, et l'adstrat-substrat libyen a sûrement joué un rôle non négligeable.

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

Ali Mohamed, F. et C. Dobias-Lalou (1995) : “A Funerary Inscription in Archaic Script from Cyrene”, LA. n.s. 1, 55-59.

Ali Mohamed, F. et J. Reynolds (1996) : “Numisius Marcellinus, proconsul of Crete and Cyrene”, in : Bacchielli & Bonanno Aravantinos 1996, 259-264.

Bacchielli, L. (1985) : “Modelli Politici e Modelli Architettonici a Cirene durante il Regime Democratico, in : Barker et al. 1985, 1-14.

— (1994) ; “L’Ostracismo a Cirene”, RFIC, 122, 257-270.

Bacchielli, L. et M. Bonanno Aravantinos, éd. (1996) : Studi miscellanei. 29, Scritti di antichità in memoria di Sandro Stucchi, Rome.

Barker, Gr. J. Lloyd et J. Reynolds, éd. (1985) : Cyrenaica in Antiquity. BAR International Series 236, Oxford.

Bile, M. (1988) : Le dialecte crétois ancien, Paris.

Boardman, J. (1966) : “Evidence for the Dating of Greek Settlements in Cyrenaica”, ABSA, 61, 149-156.

Calame Cl. (1988) : “Mythe, récit épique et histoire : le récit hérodotéen de la fondation de Cyrène”, in : Calame 1988,105-125.

, éd. (1988) : Métamorphoses du mythe en Grèce antique, Genève.

— (1996) : Mythe et histoire dans l'Antiquité grecque. La création symbolique d'une colonie. Lausanne.

Cassio A. C., éd. (1999) : Katà diâlekton, Atti III. Colloquio Dialettologia. Naples (AION) 19, 1997).

Chamoux, Fr. (1953) : Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris.

Dobias-Lalou, C. (1970) : “Pour une chronologie des inscriptions archaïques de Cyrène”, RPh, 56, 228-256.

— (1987) : “Dialecte et koinè dans les inscriptions de Cyrénaïque”, Verbum 10, 29-50.

— (1994/1) : “Langue et politique : à quoi sert le dialecte dans la Cyrénaïque romaine ? ”, Libyan Studies, 25, 245-250.

— (1994/2) : “SEG. IX, 3 : un document composite ou inclassable ?”, Verbum, 243-256.

— (2000) : Dialecte des inscriptions grecques de Cyrène, Karthago, 25, Paris.

Lanzilotta, E. et D. Schilardi, éd. (1996) ; Le Cicladi e il mondo Egeo. Seminario internazionale di studi, Roma, 21 novembre 1992, Rome.

Laronde, A. (1996) : “Les Cyrénéens dans les Cyclades”, in : Lanzilotta & Schilardi 1996, 113-119.

Lejeune, M. (1933) : “Sur les traitements grecs de -ns-”, BSL, 34, 165-172.

Musti, D., éd. (1986) : Le origine dei Greci, Dori e mondo egeo, Rome-Bari.

Spawforth, A. J. et S. Walker (1986) : “The World of the Panhellenion”, JRS, 76, 96-101.

Stucchi, S. (1986) : “Aspetti di precolonizzazione a Cirene”, in : Musti 1986.

Walker, S. (1985) : “The Architecture of Cyrene and the Panhellenion”, in : Barker et al. 1985, 9 7-104.

Notes

1 L'exposé de Boardman 1966 a gardé toute sa valeur. A une date antérieure, il a pu y avoir des contacts, mais parler de “pré-colonisation” comme Stucchi 1986 est excessif à mes yeux. Quoi qu'il en soit, cette éventuelle phase minoenne n'entre pas dans mon propos, car rien ne lui correspond du point de vue linguistique dans notre région.

2 Mon classement (Dobias-Lalou 1970), fondé sur les publications disponibles à cette date, doit être corrigé sur certains points, soit parce que l'autopsie me conduit aujourd'hui à d'autres lectures, soit en raison de découvertes nouvelles, cf notamment Ali Mohamed & Dobias-Lalou 1995.

3 Voir Dobias-Lalou 1987 et 1994/1.

4 Pour l'interprétation historique, voir Chamoux 1953 ; pour les rapports entre mythe et narration, voir Calame 1988 et surtout 1996.

5 On est en droit de se demander si la structure anaphorique de ce passage, qui dit deux fois la filiation Sparte-Thèra-Cyrène, ne constitue pas un savant écho du double récit hérodotéen de la fondation.

6 Pour l'interprétation de ce témoignage et le moment de cette immigration, voir Chamoux 1953, 124-125.

7 Ainsi, des navigateurs samiens jouèrent un rôle dans le maintien du tout premier établissement sur l’îlot de Platéa (Hdt. 4.152). Sur les liens ultérieurs de Cyrène avec les Cyclades, cf. Laronde 1996. Qu’il suffise de dire ici que les destinataires de céréales livrées par Cyrène c. 330 a.C. (SEG, 9, 1938, 2) ne semblent pas avoir entretenu des liens ancestraux particuliers avec Cyrène. J'ajoute qu'à la 1. 15 la mention de Tènos parmi les destinataires de livraisons de céréales est à mon avis un fantôme épigraphique.

8 Sur la valeur symbolique du mythe dans cette ode, voir Calame 1996, 99-116.

9 A vrai dire, cette version avait été traitée auparavant par Hésiode dans son Catalogue des femmes (fr. 215 Merk3elbach-West), ce qui ne rend pas moins nécessaire sa diffusion à Cyrène avant l'ode pindarique.

10 J'ai donné en 1994 un texte révisé et une étude linguistique de cette inscription.

11 Aux 1. 15-16, dont la traduction a malencontreusement disparu dans mon étude de 1994, il est stipulé “qu'ils s'établissent dans une tribu, une phratrie et l’une des neuf hétairies”. Φύλαν n'a pas de déterminant, ce qui pourrait signifier que les Théréens pouvaient choisir leur tribu. En pratique, on peut parier que la première tribu était la plus demandée.

12 Ainsi se perpétue l'ensemencement grec de labours étrangers symboliquement évoqué par Pindare cf Calame 1996,81-82.

13 SEG, 18, 1962, 740b, 1. 4 ; 800,1. 4 ; 35. 1985. 1723 : ματρόπολις τᾶς ἑξαπόλιος.

14 Pour le retour aux origines dans le programme politique et édilitaire d'Hadrien, voir Walker 1985 Spawforth & Walker 1986.

15 Ali Mohamed & Reynolds 1996.

16 Voir par exemple mon étude “Éléments du vocabulaire des magistratures à Théra et en Cyrénaïque”, in : Cassio 1999, 319-329.

17 Bile 1988, 92-100.

18 Lejeune 1933.

19 Sur les questions phonétiques et le dialecte en général, voir maintenant Dobias-Lalou 2000.

20 Le nom géographique avec ε en SEG, 9, 1938, 72, 1. 3 ; l'anthroponyme Λεβύστρα|τος en SEG, 20, 1964, 716, 1. 33 et dans un fragment inédit. Cette variante est aussi passée chez Ibycos, fr. 334 Page.

21 La première forme est une glose sans attribution régionale chez Hésychios. A cause du vocalisme identique en lat. laserpicium (lac serpicium), on peut admettre que le nom est arrivé à Rome directement de sa région de production exclusive, la Cyrénaïque, avec ce vocalisme plus “authentique”. Malheureusement, aucune mention du silphion ne subsiste dans les inscriptions.

22 Voir en ce sens Bacchielli 1985 et 1994.

Author

Université de Dijon.

© Ausonius Éditions, 2001

Terms of use: http://www.openedition.org/6540