Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

C) Afrique

Remarques sur l’origine des éthiopiens dans la littérature antique

Alain Billault

Texte intégral

  • 1 Cf. Jacoby 1958, 277-337.

1Dans l’abondante littérature que les auteurs antiques ont consacrée aux Éthiopiens1, la question de leur origine n’est pas la seule traitée. Elle mérite qu'on l'étudie parce qu'elle offre un bon exemple du cheminement erratique de la volonté de savoir et de l'instabilité des conclusions auxquelles elle parvient lorsqu'elle porte sur un objet lointain et donc propice à la confusion de l’imaginaire et du réel, de la vérité et de la légende. Tôt inscrite dans une polarité entre l’Occident et l'Orient, elle a suivi les variations de l'équilibre entre ces deux pôles. Dans ces variations, l’histoire a joué son rôle, et aussi le mouvement des idées relatives à la naissance de la civilisation et de la sagesse. Parler de l'origine des Éthiopiens, c’est donc aussi évoquer l’évolution des représentations antiques du monde et de sa destinée.

2Le premier texte antique qui parle des Éthiopiens est aussi le plus important. Il se trouve au début de l'Odyssée. Sur l’Olympe, les dieux réunis en assemblée vont décider qu’il est temps pour Ulysse de rentrer à Ithaque. Ils profitent de l’absence de son pire ennemi, Poséidon :

  • 2 Hom. Od., 1.22-27.

“Il était parti chez les Éthiopiens qui vivent au loin, les Éthiopiens qui sont partagés en deux, aux extrémités de l’humanité, les uns au couchant d'Hypérion, les autres à son lever, voulant prendre sa part d'une hécatombe de taureaux et d'agneaux. Il prenait du bon temps attablé au banquet, tandis que les autres étaient rassemblés dans le palais de Zeus Olympien2.”

  • 3 Voir Snowden 1970.
  • 4 Cf. Bérard 1955, 970 n. 7.
  • 5 Cf. Str. 1.2.27-28 ; 2.3.7-8. Strabon défend les vers d’Homère contre les critiques d’Apollodore, (...)
  • 6 Voir Lesky 1959 ; Nadeau 1970.

3Homère ne parle pas de l’origine des Éthiopiens, mais de leur situation géographique. Or ce qu’il en dit ne correspond pas à la géographie réelle de l’Éthiopie. Il mentionne deux populations appartenant au même peuple et habitant aux deux extrémités de la terre. Mais, dans l’Antiquité, l’Éthiopie est le nom d’un seul territoire, celui du Soudan actuel3, qui ne se trouve ni en Afrique occidentale ni en Extrême-Orient. Les Éthiopiens des bouts du monde dont parle Homère doivent donc être un peuple imaginaire sans rapport avec les vrais Éthiopiens. Cependant, cette conclusion, aujourd’hui acceptée par la plupart des commentateurs du texte homérique, a été longtemps repoussée. Depuis l'Antiquité, beaucoup se sont efforcés par tous les moyens de faire correspondre la réalité géographique aux propos du poète. Les interprétations les plus diverses et les plus contradictoires du texte homérique se sont multipliées. L’on a, par exemple, voulu faire du Nil l'axe séparant les Éthiopiens occidentaux et orientaux4. Les uns et les autres habiteraient alors l'Afrique et seraient même voisins, ce que le texte grec exclut. Cette explication rappelle celle de Strabon pour qui les Éthiopiens vivent à l'extrémité sud de l'univers, car l'Éthiopie s’étend de sa frontière septentrionale avec l’Égypte jusqu’à sa frontière méridionale qui jouxte le fleuve Océan. Elle est divisée en deux par le Nil et occupe tout le Sud du monde, du sud-est au sud-ouest5. Une telle interprétation donne une idée des efforts déployés par le rationalisme grec pour faire s'accorder la légende et la réalité6. Ils concernent aussi l’origine des Éthiopiens.

  • 7 Snowden 1970, 103-106.

4Les auteurs antiques traitent, en effet, de ce sujet en l’inscrivant dans le cadre initial établi par Homère, les Éthiopiens constituent un peuple unique scindé en deux et vivant aux deux bouts du monde. Mais lequel de ces deux séjours est-il leur patrie ? Plus les Grecs acquièrent de connaissances sur l’Égypte et sur son peuplement, plus ils considèrent l’Éthiopie comme une réalité africaine7.

  • 8 Hdt. 2.152-154.
  • 9 Hdt. 2.178-179.

5En 663 a.C., Psammétique ier monte sur le trône d’Égypte. Des Ioniens et des Cariens l'ont aidé à le conquérir. Il les récompense en leur donnant des terres pour s’établir8. Des Milésiens fondent Naucratis. Un siècle plus tard, Amasis en fait une ville grecque autonome et permet aux Grecs de pratiquer leurs cultes sur le sol égyptien9. Dès le vie s. a.C., une importante communauté grecque se trouve donc établie dans le pays. Elle est à même de connaître sa géographie, sa population et ses confins. Cette connaissance se répand en Grèce par son intermédiaire et détermine la vision que les Grecs ont des Éthiopiens. Ils les considèrent comme des Africains qui habitent le pays du Nil. Eschyle les chante ainsi dans un fragment d’origine incertaine :

  • 10 Fr. 300 Nauck, Fabula incerta, 1-5.

“Je sais grâce à ma science célébrer la race de la terre d’Éthiopie où le Nil aux sept courants, qui charrie la terre lorsque les vents causent un déluge au moment où une lumière de feu d’où jaillit l'éclat d’une flamme fait fondre la neige sur les montagnes10”.

  • 11 Fr. 228 Nauck, Archélaos, 3-4.

Euripide évoque aussi, dans son Archélaos, le fleuve “qui gonfle ses flots en venant de la terre éthiopienne peuplée de mortels noirs”11.

  • 12 Fr. 192 Nauck, Prométhée délivré, 3-8.
  • 13 Cf. Hdt. 2.22, 29-30, 42, 110 ; 3.17, 20-21, 23, 114.
  • 14 Cf. Hdt. 3.94 ; 7.70.

6C'est en Éthiopie que le Soleil finit sa course et se repose. Dans un fragment du Prométhée délivré, Eschyle décrit “avec son éclat d’airain au bord de l’Océan le lac nourricier de tous les Éthiopiens où le Soleil qui voit tout toujours fait reposer de sa fatigue le corps immortel de ses chevaux dans les eaux chaudes et douces qui s’y déversent”12. Les Éthiopiens habitent donc à l'ouest du monde, du côté où le soleil se couche. Aucun lecteur d'Hérodote ne peut en douter. L'historien parle, en effet, bien plus longuement des Éthiopiens occidentaux13 que de leurs homonymes d’Orient14. Ces derniers vivent au Béloutchistan, entre l'Iran et le Pakistan actuels. Ils portent le même nom que les Éthiopiens d’Afrique parce qu'ils ont, comme eux, la peau noire. Mais ils ne parlent pas la même langue et ont les cheveux raides alors que les Africains ont les cheveux crépus. Si Hérodote reproduit la polarité énoncée par Homère, il y introduit un déséquilibre flagrant en faveur des Éthiopiens d’Afrique. Ce sont, pour lui, les vrais Éthiopiens. Il n’explique pas leur origine. Diodore de Sicile le fera quatre siècles plus tard.

7En consacrant les trois premiers livres de sa Bibliothèque historique aux antiquités barbares, il est conduit à décrire les Éthiopiens et à dire d'où ils viennent en s’appuyant sur les travaux de ses prédécesseurs :

  • 15 Diod. 3.2.1 (trad. Bommelaer 1989).

“Les historiens rapportent que les Éthiopiens furent les premiers de tous les hommes et ils affirment que les preuves en sont évidentes. En effet, que les Éthiopiens ne soient pas venus de l’extérieur et que, originaires du pays, ils méritent leur nom d’autochtones, cela est presque universellement admis ; que les premiers auxquels la Terre a donné la vie doivent être ceux qui habitent les régions du midi, cela est évident pour tous : c’est, en effet, la chaleur du soleil qui a asséché la terre encore humide au moment de la création de l’univers et qui a donné la vie, de sorte qu'il est raisonnable de penser que la région la plus proche du soleil a été la première à porter des créatures animées15”.

8L’origine des Éthiopiens est donc particulièrement remarquable. Ils ont été les premiers habitants de la terre et sont sortis de son sein. Difficile d'imaginer autochthonie plus prestigieuse puisqu’elle est liée à la fois au début du peuplement de la terre et aux réalités physiques qui ont présidé à la naissance de l’univers.

9Diodore les aborde au livre I. Il estime en effet, comme les Stoïciens, que le monde et les êtres qui le peuplent n’existent pas de toute éternité (1.6.3). Il explique leur apparition par l'interaction de certains éléments :

  • 16 Diod. 1.7.3-4 (trad. Vernière, in Bertrac et al. 1993).

“La terre, chauffée par les feux du soleil, prit d’abord de la consistance ; ensuite, comme sa surface fermentait sous l’effet de la chaleur, certaines de ses parties humides se gonflèrent en maints endroits et des pustules apparurent, enveloppées d’une membrane mince... Les parties humides fécondées par la chaleur, ainsi que nous l’avons dit, recevaient aussitôt pendant la nuit la nourriture que leur apportait la brume venue de l’air ambiant ; pendant le jour, elles se solidifiaient sous l’effet de l’ardeur solaire. Finalement, ces germes ayant atteint leur plein développement et leurs membranes s’étant désséchées et déchirées, les espèces animales les plus variées vinrent au jour”16.

  • 17 Ovide décrit un processus analogue dans les Métamorphoses 1.416-421. Cf. Spoerri 1959, 117-131 Cap (...)

10Parmi ces espèces, il y avait les hommes qui naquirent à l’endroit où l’action du soleil sur la terre était la plus intense, c’est-à-dire dans la partie sud du monde, par un phénomène de génération spontanée17. Les Éthiopiens furent donc les premiers hommes. Leur origine est de nature cosmique et ne doit rien à la légende ni à l’histoire. En revanche, l'histoire leur doit beaucoup.

  • 18 Hom., Il., 1.423.
  • 19 Cf. e. g. Hom., Il., 1.423-424 et 23.205-207 ; Hdt. 3.20-24 ; Héliodore Éth.
  • 20 Hés. fr. 150 Merkelbach & West, 17-19.
  • 21 Lycophron, Alex., 535-537.

11En effet, les Éthiopiens, peuple originel de la terre, ont été à l’origine d’éléments essentiels de la civilisation. Diodore leur attribue l’invention du culte des dieux (2.2.2). De là vient qu'ils sont renommés pour leur piété que les dieux récompensent en protégeant leur territoire (3.2.4). Diodore continue ici une tradition ancienne : Homère parle dans l'Iliade des Éthiopiens parfaits”18. Ils sont si renommés pour leur piété et leur vertu19 qu’Hésiode les considère comme fils de Poséidon20 et que Lycophron parle d’un “Zeus éthiopien”21. Diodore assigne une cause historique à leur réputation : leur rôle fondateur en matière cultuelle. Ce rôle, lié à leur apparition originelle sur la terre, explique la protection divine dont ils bénéficient. Diodore ajoute que les Égyptiens qui, selon les Éthiopiens, étaient des colons venus de chez eux, leur ont emprunté nombre de leurs usages (3.3.1 sq.). Les Ethiopiens se trouvent donc à la fois à l’origine de la présence humaine sur la terre, des cultes rendus aux dieux ainsi que de la population et de la civilisation égyptiennes. Un opuscule apocryphe de Lucien, le De astrologia, va dans le même sens : il leur attribue toutes les vertus et l’invention de l’astrologie (§ 3). Ces hommes parfaits méritent l'attention. Diodore décrit leur civilisation (3.4 sq.) et leur apparence physique.

  • 22 Voir Snowden 1970, 1-7.
  • 23 Cf. Hippocr., Airs, eaux, lieux, 13.5 et 24.7 ; Du Régime, 2.37.1.

12Comme de nombreux auteurs22, il relève leur peau noire, leur nez camus et leurs cheveux crépus (3.8.2). Il n’indique pas sur le moment l’origine de ces traits, mais en donne plus tard l’explication en formulant un principe général. Constatant les différences climatiques considérables qui existent entre les pays qu’il décrit et la région où il vit, il conclut : “Comme la différence de climat est grande malgré la médiocrité des distances, il n'y a rien d'étonnant à ce que le régime et les modes de vie, et même les corps humains, soient très différents de ceux de chez nous” (3.34.8). Ce principe a son origine dans la théorie médicale. On le trouve énoncé à plusieurs reprises dans la Collection hippocratique23. Rendant compte du physique des habitants d’un pays par sa nature et par son climat, il permet d’expliquer les traits caractéristiques des Éthiopiens. Aussi beaucoup y ont-ils eu recours pour parler d'eux. Hérodote (2.22) et Pline 2.189) (expliquent par la chaleur la couleur de leur peau. Pour Ovide (Mét., 2.236), elle devint noire lorsque le monde s'embrasa à cause du cataclysme causé par Phaéthon incapable de conduire le char du Soleil. C'est aussi au climat qu’ils doivent leurs cheveux crépus. La démonstration en est souvent faite sous la forme d’un parallèle opéré avec un autre peuple et qui permet de relever les symétries et les différences.

  • 24 Cf. Hippocr., Airs, eaux, lieux, 18.1 ; 19.1 ; 20.2. Ce traité devait comporter un développement r (...)
  • 25 Cf. Posidonios d’après Strabon 2.3.7 ; Pline 6.22 et 70 ; Arrien, Anab., 5.4.4 ; (L'Inde) 6.9.
  • 26 Voir Dihle 1962, 100 sq.

13Cette forme d’exposition se rencontre aussi dans la littérature médicale. On la trouve ainsi dans le traité hippocratique Airs, eaux, lieux où l’auteur établit une symétrie entre les Scythes et les Égyptiens24. Mais ce sont les Indiens et les Éthiopiens que l’on compare pour expliquer que ces derniers ont les cheveux crépus. Strabon (15.1.13-24), après Aristote (Gén. An., 5.3.782b), impute cette réalité à la sécheresse de l’atmosphère dans laquelle ils vivent. Rejetant la thèse de ceux qui pensent que le soleil est plus proche de la terre à l’Occident qu'à l’Orient, il souligne qu’il provoque en Éthiopie une évaporation supérieure à celle qu'on observe en Inde. Aussi les Indiens n'ont-ils pas les cheveux crépus et sont-ils moins noirs que les Éthiopiens. On retrouve le rapprochement entre les deux peuples chez d'autres auteurs qui traitent du même sujet25. Ainsi la polarité établie par Homère prend-elle une forme heuristique. Si les Éthiopiens appartiennent bien à l'ouest du monde, on leur trouve à l’autre bout des homologues qui portent un autre nom, mais leur ressemblent assez pour qu’il soit éclairant de les mettre en rapport. A partir de l’époque hellénistique, ces rapprochements se multiplient26 et, dépassant le stade de la comparaison, conduisent parfois à des assimilations.

  • 27 Cf. Str. 15.1.25 ; Arrien 6.1.2.
  • 28 Voir André 1949, 160 sq.
  • 29 Fr. 12, 8-9, cité par Athénée 11.39.
  • 30 Esch., Suppl., 284-286 (trad. Mazon 1920).
  • 31 Virg., Géorg., 4.293.
  • 32 Martial 7.30.4.
  • 33 Ovide, A.A., 1.53.
  • 34 Voir Snowden 1970, 2-5, et p. 197 sq.

14L’Inde présentait avec l’Éthiopie des points communs. Ils concernaient le physique des habitants, mais aussi la faune terrestre et fluviale. En voyant des crocodiles dans l’Hydaspe et dans l’indus, Alexandre crut d’abord qu’il avait découvert les sources du Nil27. Il comprit ensuite son erreur. Elle s’expliquait par une tradition ancienne qui considérait la Mer Rouge comme une mer fermée bordée au sud par un continent reliant l’Afrique à l'Inde et le Nil comme un fleuve coulant d’Est en Ouest28. Ainsi Polybe écrit-il (3.2.38) que l'Asie et l'Afrique se rejoignent vers l’Éthiopie. Cette tradition était propice à une assimilation de l’Inde et de l’Éthiopie. L’on en trouve des échos chez les poètes. Au vie s. a.C., Mimnerme évoque le voyage du Soleil d’Ouest en Est : endormi sur un lit construit par Héphaïstos, il est transporté sur le lieu de son lever “depuis le pays des Hespérides jusqu’à la terre des Éthiopiens”29. L'Éthiopie se trouve donc à l’Est, à la place de l’Inde. C’est aussi le cas dans les vers des Suppliantes où Eschyle évoque des “Indiennes nomades, qui chevauchent des chameaux sur des selles à dossier à travers les régions qui avoisinent l’Éthiopie”30, à moins qu’il ne faille comprendre que le poète emploie le mot "Indiennes pour le mot “Éthiopiennes”. Car cette substitution est aussi attestée. Pour Virgile, le Nil est "un fleuve qui descend de chez les Indiens hâlés”31. Martial relève parmi les nombreux amants de Célia “même des Indiens noirs venus des eaux de la Mer Rouge32. Ovide écrit que Persée a emporté Andromède de chez les noirs Indiens”33. Dans une épigramme de l'Anthologie Palatine, (11.428) attribuée à tort à Lucien, on lit : ‘‘A quoi bon en vain t’escrimer à frotter le corps d'un Indien ? Cesse ton ouvrage. Tu ne peux dans une nuit ténébreuse faire briller le soleil. Dans cette variation sur un lieu commun ancien qui présente toute tentative pour faire devenir blanc un Éthiopien comme le symbole d’une peine perdue34, c'est le mot Indien qui est employé pour le mot “Éthiopien”. L’on ne saurait expliquer ces textes en parlant de confusion ou de contrainte métrique. Ils assimilent les populations habitant aux deux bouts du monde. Cette assimilation est un nouvel avatar de la polarité énoncée par Homère et elle conduit à poser à nouveau la question de leur origine.

  • 35 Str. 15.3.2.
  • 36 Paus. 10.31.7.
  • 37 Diod. 2.22.

15Si ces populations sont interchangeables, c'est qu'elles constituent le même peuple D'où vient-il ? Une riche tradition le fait naître à l’Ouest, et une autre à l’Est. Selon Strabon35, Suse fut fondée par Tithon, père de Memnon, le héros éthiopien tué par Achille devant Troie. Pour Pausanias36, Memnon quitta Suse et le fleuve Choaspès pour porter secours à Priam. Diodore37 rapporte que certains en faisaient un Assyrien, fils du roi Teutamos et qui construisit un palais à Suse avant de partir pour Troie. Il ajoute que les Ethiopiens frontaliers de l'Égypte contestent cette version des faits. C’est qu’ils avaient la leur qui faisait de Memnon, fils d'Aurore et de Tithon, un roi africain. Elle prévalut dès l'époque classique, mais celle qui lui attribuait une origine asiatique ne disparut pas. Elle ne faisait pas venir d'Orient tous les Éthiopiens. Ce pas fut franchi au iiie s. par Philostrate.

16Il est singulier qu’il en soit l’auteur, lui qui, décrivant dans les Images (806) un tableau qui représente la délivrance d’Andromède par Persée, commence par cette précision : Eh bien ce n'est pas la mer Rouge que nous voyons, nous n’avons pas devant nous des Indiens, mais des Éthiopiens et un Grec en Éthiopie.” A ces deux peuples qu’il distingue, il assigne dans la Vie d’Apollonios de Tyane une origine commune. Le sage pythagoricien parcourt, au premier siècle de notre ère, l’ensemble du monde habité. Son voyage en Inde (1.18-3.50) constitue le couronnement de sa formation spirituelle. Il y rencontre les Gymnosophistes. Leur chef, Iarchas, évoque devant lui le passé de l’Inde :

  • 38 Philostrate, Vit. Apol., 3.20 (trad. Grimal 1958, légèrement modifiée).

“Il fut un temps, continua-t-il, où les Éthiopiens habitaient dans ce pays, car c’était une race indienne ; l’Éthiopie n’existait pas encore, mais les frontières de l'Égypte dépassaient Méroé et les Cataractes, incluant, d’une part, les sources du Nil et, de l'autre, s'étendant jusqu'à ses embouchures. Donc, en ce temps-là, les Éthiopiens habitaient ici, et ils étaient les sujets du roi Gangès, et leur terre suffisait pour les nourrir et les dieux les protégeaient ; mais lorsqu’ils eurent tué leur Roi dont je te parle, les autres Indiens les considérèrent comme impurs, et la terre ne leur permit pas de demeurer sur elle ; elle gâtait les semences qu’ils lui confiaient avant qu’elles ne devinssent des fruits, elle faisait périr avant terme les enfants des femmes et ne donnait aux troupeaux qu'une pauvre nourriture, et partout où ils essayaient de fonder une ville, la terre s'effondrait et l’engloutissait. Bien plus, le fantôme de Gangès les poursuivit sur leur route, jetant le trouble dans leur multitude, et ne les quitta point qu’ils n'eussent offert à la terre en sacrifice expiatoire les meurtriers et ceux qui avaient versé le sang de leurs mains38”.

  • 39 Sur cette évolution, voir Le Glay et al. 1991,402-406.
  • 40 Cf. Diogène Laërce 1.1 : Porphyre, Plot., 3.

17Philostrate reprend donc la tradition qui unissait l'Inde et l'Éthiopie sur un même territoire. Il y ajoute le drame qui a mis fin à cette union, le meurtre d’un Roi qui a contraint à l’exil la race éthiopienne. Les Éthiopiens ont donc eu deux origines, celle qui les a fait naître en Inde et celle qui les en a chassés. A cette seconde origine, ils doivent une condition dégradée. Car les conséquences du meurtre perdurent. Iarchas précise que le fantôme du roi Gangès cessa de poursuivre les Éthiopiens lorsqu'ils eurent sacrifié ses meurtriers. Mais ils continuent en fait à payer les conséquences de leur crime, car ce passé lointain est toujours présent. Iarchas fait l’éloge du roi assassiné et révèle en conclusion qu'il est sa réincarnation (3.21). Cette révélation authentifie son récit et abolit le temps. Il n’a pas oublié le passé qui se poursuit en sa personne et dont les effets se font toujours sentir. Ils concernent les Éthiopiens. Apollonios leur rend plus tard visite (6.1-27). Il rencontre chez eux d’autres Gymnosophistes. Ils le reçoivent mal parce qu'ils ont cru aux calomnies répandues sur son compte, preuve de la pauvreté de leur science, ils s’adonnent à la polémique, à la chicane, et c’est Apollonios qui leur fait la leçon. Seul échappe à sa réprobation leur jeune disciple Nilos. Le père de ce jeune homme était naguère allé en Inde et lui avait dit "que les Indiens étaient les plus sages des hommes et que les Éthiopiens étaient des colons venus de l'Inde, qui pratiquaient une sagesse héritée de leurs pères et gardaient les yeux fixés sur leur première patrie” (6.16). Aussi s’attacha-t-il aux Gymnosophistes de son pays, mais il trouva leur sagesse inférieure à celle des Indiens qu'ils dénigraient au lieu de les imiter. L'expérience d’Apollonios vient confirmer la sienne. Les Gymnosophistes éthiopiens s’avèrent de piètres héritiers de leurs homologues indiens, ils en sont comme la copie dégradée, et le rappel de l’origine indienne des Éthiopiens, en venant confirmer par une autre source les révélations d'Iarchas, souligne leur indignité. Philostrate n’en précise pas la cause, mais fait en sorte que le lecteur se rappelle le meurtre du roi Gangès. L’Éthiopie qu'il dépeint n’est pas le foyer de piété, de vertu et de civilisation évoqué par la tradition classique, mais une terre peuplée de colons contraints à l'exil par un crime et où même les plus sages ne font pas bonne figure. Le royaume de la sagesse et du Bien se trouve en Inde. Philostrate reprend la polarité homérique en y introduisant un déséquilibre inverse à celui qui prévalait avant lui. En exaltant la supériorité spirituelle et morale de l'Inde qu'il oppose à la décadence de l'Éthiopie, il reflète l’évolution des esprits qui, en son temps, se tournent vers l’Orient pour y trouver la vérité39. Certains considèrent même alors que la philosophie n’est pas née en Grèce, mais en Inde, et Plotin suit l’expédition de Gordien contre la Perse dans l’espoir de rencontrer les Gymnosophistes et de s'initier à leur sagesse40. Ainsi commence un nouveau chapitre dans l'histoire de l’origine des Éthiopiens.

  • 41 Cf. Hiéron. Chronic., ed. R. Helm, Eusebius Werke, vol. 7, Berlin, 1956, 38b 1. 21-23. H Gelzer 18 (...)
  • 42 Voir Anfray 1990, 147-153.

18Rares, cependant, sont ceux qui l’écrivent avec Philostrate. L’on trouve seulement dans le Chronicon d’Eusèbe de Césarée cette assertion issue de la Chronique de Sextus Julius Africanus : “Les Éthiopiens quittèrent le fleuve Indus et s’établirent en Égypte.”41 Gardons-nous pourtant de minimiser cette nouvelle généalogie des Éthiopiens qui correspond à une nouvelle carte de la sagesse. Elle donne à l'Asie la suprématie sur l'Afrique. Mais celle-ci aura sa revanche. Après l’avoir cru asiatique au xiie et au xiiie s., c’est en Éthiopie que l’on situera, à partir du xive s., le fabuleux royaume chrétien du prêtre Jean.42

  • 43 Voir Romm 1992.

19Par ses implications géographiques, climatologiques, physiologiques, historiques et philosophiques, la question de l'origine des Éthiopiens dépasse le cadre de la curiosité folklorique et relève de l’histoire des sciences et des mentalités. Inscrite dans un cadre défini par Homère, elle montre aussi l'inlassable curiosité des Anciens pour la présence de l’humanité aux extrémités du monde, aux frontières de l’inconnu43. Les Éthiopiens y faisaient figure d’avant-garde. Aussi ont-ils suscité beaucoup d’hypothèses et de récits dont le relief, l'ingéniosité et la poésie justifient peut-être qu’un historien de la littérature ait cru pouvoir les aborder.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

André, J. (1949) : “Virgile et les Indiens”, REL, 27, 157-163.

Anfray, F. (1990) : Les anciens Éthiopiens. Siècles d’Histoire, Paris.

Bérard, V. et J. (1955) : Homère, L’Odyssée, Paris....

Bertrac, P., Fr. Chamoux et Y. Vernière (1993) : Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, introduction generale et livre I, CUF, Paris.

Bommelaer, B., éd. (1989) : Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre III, CUF, Paris.

Capelle, W. (1955) : “Das Problem der Urzeugung bei Aristoteles und Theophrast und in der Folgezeit, RhM, 98, 150-180.

Dihle, A. (1962) : “Der fruchtbare Osten”, RhM, 105, 97-110.

— (1965) : Umstrittene Daten. Untersuchungen zum Auftreten der Griechen am Roten Meer, Cologne & Opladen.

Gelzer, H. (1880) : Sextus Julius Africanus und die byzantinische Chronographie, Leipzig.

Grimal, P. (1958) : Romans grecs et latins (Philostrate, Vie d'Apollonius de Tyane), coll. La Pléïade, Paris.

Jacoby, F. (1958) : Die Fragmente der griechischen Historiker, C, Leyde.

Jouanna, J., éd. (1996) : Hippocrate, Air, eaux, lieux, Paris.

Le Glay, M., J.-L. Voisin et Y. Le Bohec (1991) : Histoire romaine, Paris.

Lesky, A. (1959) : “Aithiopika”, Hermes, 87, 27-38.

Mazon, P. (1920) : Eschyle, Les Suppliantes, CUF, Paris.

Nadeau, J. Y. (1970) : “Ethiopians”, CQ, n. s. 20. 339-349.

Romm, J. S. (1992) : The Edges of the Earth in Ancient Thought, Princeton.

Snowden, F. M. (1970) : Blacks in Antiquity. Ethiopians in the Greco-Roman Experience, Cambridge-Mass.

Spoerri, W. (1959) : Späthellenistische Berichte über Welt, Kultur und Götter, Basel.

Notes

1 Cf. Jacoby 1958, 277-337.

2 Hom. Od., 1.22-27.

3 Voir Snowden 1970.

4 Cf. Bérard 1955, 970 n. 7.

5 Cf. Str. 1.2.27-28 ; 2.3.7-8. Strabon défend les vers d’Homère contre les critiques d’Apollodore, d'Aristarque et de Cratès (1.2.24-25) et contre l'interprétation de Posidonios qui en corrige le texte (2 3 7-8) Il rapporte aussi (1.2.26) que, pour Éphore (voir FGrHist 70 F 128), les Éthiopiens habitant au couchant d’Hypérion sont les Mauritaniens, mais n’indique pas dans quel pays Éphore situe ceux du Levant.

6 Voir Lesky 1959 ; Nadeau 1970.

7 Snowden 1970, 103-106.

8 Hdt. 2.152-154.

9 Hdt. 2.178-179.

10 Fr. 300 Nauck, Fabula incerta, 1-5.

11 Fr. 228 Nauck, Archélaos, 3-4.

12 Fr. 192 Nauck, Prométhée délivré, 3-8.

13 Cf. Hdt. 2.22, 29-30, 42, 110 ; 3.17, 20-21, 23, 114.

14 Cf. Hdt. 3.94 ; 7.70.

15 Diod. 3.2.1 (trad. Bommelaer 1989).

16 Diod. 1.7.3-4 (trad. Vernière, in Bertrac et al. 1993).

17 Ovide décrit un processus analogue dans les Métamorphoses 1.416-421. Cf. Spoerri 1959, 117-131 Capelle 1955.

18 Hom., Il., 1.423.

19 Cf. e. g. Hom., Il., 1.423-424 et 23.205-207 ; Hdt. 3.20-24 ; Héliodore Éth.

20 Hés. fr. 150 Merkelbach & West, 17-19.

21 Lycophron, Alex., 535-537.

22 Voir Snowden 1970, 1-7.

23 Cf. Hippocr., Airs, eaux, lieux, 13.5 et 24.7 ; Du Régime, 2.37.1.

24 Cf. Hippocr., Airs, eaux, lieux, 18.1 ; 19.1 ; 20.2. Ce traité devait comporter un développement relatif aux Éthiopiens. Il a été perdu avec l’ensemble des chapitres consacrés à l’Égypte et à la Libye. Cette lacune commence en 12.6. Sur l’utilisation de la symétrie comme forme d’exposition, voir Jouanna 1996, 54-71 et notes aux chapitres 18 à 20.

25 Cf. Posidonios d’après Strabon 2.3.7 ; Pline 6.22 et 70 ; Arrien, Anab., 5.4.4 ; (L'Inde) 6.9.

26 Voir Dihle 1962, 100 sq.

27 Cf. Str. 15.1.25 ; Arrien 6.1.2.

28 Voir André 1949, 160 sq.

29 Fr. 12, 8-9, cité par Athénée 11.39.

30 Esch., Suppl., 284-286 (trad. Mazon 1920).

31 Virg., Géorg., 4.293.

32 Martial 7.30.4.

33 Ovide, A.A., 1.53.

34 Voir Snowden 1970, 2-5, et p. 197 sq.

35 Str. 15.3.2.

36 Paus. 10.31.7.

37 Diod. 2.22.

38 Philostrate, Vit. Apol., 3.20 (trad. Grimal 1958, légèrement modifiée).

39 Sur cette évolution, voir Le Glay et al. 1991,402-406.

40 Cf. Diogène Laërce 1.1 : Porphyre, Plot., 3.

41 Cf. Hiéron. Chronic., ed. R. Helm, Eusebius Werke, vol. 7, Berlin, 1956, 38b 1. 21-23. H Gelzer 1880 I, 126.

42 Voir Anfray 1990, 147-153.

43 Voir Romm 1992.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540