Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Italie, Gaule

Les ligures : la construction d'un concept géographique et ses étapes de l'époque archaïque à l'empire romain

Pascal Arnaud

Volltext

  • 1 Ils sont comptés par les opuscules tardifs parmi les gentes quae linguas suas habent, entre les Ra (...)
  • 2 Str. 2.5.28 : “les Alpes abritent dans leurs monts diverses peuplades, toutes celtes, sauf les Lig (...)

1Si l'on se fie à l'impression globale que l'on tirerait de l’ensemble des témoignages anciens concernant les Ligures, ces derniers apparaissent comme un peuple primordial de l’Occident, considéré comme un groupe linguistique spécifique1 clairement désigné comme antérieur à l'arrivée des Gaulois en Narbonnaise2, dont les origines se perdent dans la nuit des temps, et dont l'aire de dispersion dépasse de très loin les limites que lui concède une tradition archéologique et historique récente (entre les Pyrénées et le fleuve Macra en Italie). Qu’on en juge plutôt.

  • 3 Briquel 1987 ; Briquel 1989.
  • 4 Servius, ad Verg. Aen. 1.533 : alii Italiam (...) a rege Ligurum Italo.
  • 5 Caton, ap. Servium, ad Verg. Aen. 11. 715 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 1.10.20.

2En Italie, leur origine se perdait dans la nuit des temps. Certains, comme ceux qui inventent une histoire selon laquelle les Aborigènes seraient des colons des Ligures, qui sont voisins des Ombriens”, et auxquels s'en prenait Denys d’Halicarnasse (Ant. rom., 1.10), finissaient par étendre ce peuplement ligure primordial supposé jusqu’à l'Émilie-Romagne (patrie des Ligures Friniates, vaincus par Flaminius en 187), et de là au Latium3. Un passage de Festus (424.31) les plaçait même dans le Septimontium, d'où ils auraient été chassés avec les Sicules par les Sacrani. Lycophron (Alex., 1356) les étendait pour sa part jusqu'au sud de l'Étrurie avant l'arrivée des Tyrrhéniens, qui les en auraient chassés. Les Ligures apparaissent donc comme les autochtones par excellence de l’Italie centrale et septentrionale, au point que c’est d’un roi ligure que l'Italie elle-même tirerait son nom4, et leur origine, sur laquelle les auteurs anciens avaient eu la sagesse de renoncer à s'interroger, était par eux réputée se perdre dans la nuit des temps5. Pourtant, dès l’époque de la fondation de Rome, les grands ensembles culturels italiques (Étrusque, Latin, Osco-ombrien, Ligure) étaient bien différenciés et fixés, et ne présentaient pas de caractère communs avec les Ligyens de Provence.

  • 6 Sénèque, Ad Helv., 6. Cette opinion fut reprise par Isid., Étym., 14.6.41, qui donne une version a (...)
  • 7 Cité par Denys d’Hal., Ant. rom.., 1.22.4 (= FGrHist 556 F 46).
  • 8 Thc. 6.1.2 ; Avien, Ora mar., 479 mentionne une cité du nom de Sicana sur les bords de l’Èbre. L’h (...)
  • 9 On a parfois fait appel au v. 196 pour placer les Ligures au sud-ouest de l’Espagne (près du Guada (...)
  • 10 Müller 1853, 315, no 221 (= FGrHist 115 F 203) = Stéphane de Byzance, s.v. Ἰψίκουροι. D’après le l (...)

3On les trouvait également, de l’avis d'auteurs anciens, dans l'essentiel de l’Europe méridionale. Dans les îles, d’abord, puisque, pour Sénèque, les Corses étaient des Ligures6, et que Philistos7. partiellement confirmé par Stéphane de Byzance (s.v. Σικελία) faisait des Sicules des Ligures chassés par les Ombriens et les Pélasges et désignés du nom de leur chef Sikélos. On trouve des auteurs pour évoquer leur présence en Espagne. C’est le cas de Thucydide, qui suppose que les Ligures ont chassé les Sicanes de l’Èbre8 et de Plutarque, qui, à partir d’une source républicaine indéterminée, les suppose mêlés aux Ibères de la côte. On laissera de côté un passage discutable de l'Ora maritima d’Aviénus rejeté par toute l’érudition moderne9 qui avait permis d’étendre le territoire des Ligures jusqu’au sud de l’Espagne. Il n'en reste pas moins qu'un second passage du même ouvrage (v. 284) fait venir le fleuve Tartessos (au sud de l’Espagne) d’un Ligustinus lacus ou “lac ligure”. L’assertion, pour être suspecte – car l’adjectif ligustinus est inconnu avant la période romaine – n’en est pas moins confirmée par Stéphane de Byzance, qui mentionne une ville du nom de Ligystinè, située en Ibérie occidentale, près de Tartessos, et dit que ses habitants portaient le nom de Ligyens, la désignation grecque des Ligures. Pour Théopompe10, qui écrivait à l'époque d’Alexandre, les Ipsikouroï, les Arbaxanes (ou Arbazanes) et les Eubioï étaient des Ligures, et les premiers habitants d'une côte européenne dont l'’identité n’est pas autrement spécifiée.

  • 11 Le témoignage de Strabon (4.6.2) est formel sur ce point : “Polybe, ajoute pour sa part à ces deux (...)
  • 12 On trouvera une présentation de l'historiographie de la question et de l'état du savoir dans Roman (...)

4Inversement, sur la définition restreinte des mêmes Ligures, les témoignages s'accordent mal. Polybe les limitait à la future ixe région augustéenne et y ajoutait, le premier11, les Oxybiens et les Déciates, mais dans le cadre d’une vision du monde où Marseille était toute proche des Ligures italiens. Pline y incluait également les Salyens, que Strabon considérait comme des Gaulois, et avec eux l’essentiel des Alpes méridionales. D’autres les limitaient au Rhône... La confusion la plus totale, on le voit, était de mise. De là une expansion territoriale qui a été très diversement appréciée par la science moderne12. Le xixe s. a eu tendance à y reconnaître, sur des bases linguistiques contestables, mais promises à un bel avenir, une souche linguistique autonome située aux origines de l'Europe. Sans nous étendre sur ce propos, rappelons enfin que toute tentative d’inscrire les espaces ainsi décrits dans une aire linguistique ou dans une culture matérielle cohérente est aujourd’hui caduque, au moins dans le cadre d'une vision extensive et primordiale des Ligures.

  • 13 De Beer 1962, sur 451 toponymes recensés, n'en compte que 9 hors des Alpes. Ils sont situés entre (...)

5Aucune approche linguistique n'a permis de mettre en évidence une aire linguistique compatible avec une partie cohérente des espaces désignés dans l'antiquité comme ligures. Les suffixes modernes en -asc ou -osc, réputés caractéristiques de cet ensemble, sont depuis longtemps reconnus indépendants des Ligures. Plus sérieuse, l'étude de la diffusion des toponymes en -incum a montré, quoiqu'on en ait dit, qu’elle est très étroitement limitée à l’Arc alpin13, et ne coïncide donc avec aucun des espaces dans lesquels on tend normalement à inscrire les Ligures. Quant aux hydronymes du type Gard/ Var/ Doria qui sont généralement considérés comme pré-indo-européens, on les retrouve jusque dans la région de Saint-Lô...

6La notion de Celto-ligures, venue caractériser pour l'essentiel les Salyens des Bouches-du-Rhône, du Var, et peut-être des Alpes-Maritimes a rendu plus complexe encore l’appréciation des Ligures, tant et si bien que lorsqu’ils ont à parler des indigènes de ces régions, les historiens utilisent souvent par commodité ce concept emprunté à Strabon, qui lui-même le tirait d'auteurs antérieurs. Or, tant du point de vue de la langue que du point de vue de la culture, nous savons aujourd'hui que ces gens étaient bien, par la langue et par la culture, des Gaulois, ce que Strabon nous disait du reste déjà explicitement (4.6.3).

7Qu'importe. Notre propos ne sera pas dans ces lignes de nous interroger sur la nature du peuplement des régions traditionnellement désignées comme Ligures dans une acception étroite (la ixe région augustéenne et les Alpes-Maritimes) ou dans une acception plus large (des Pyrénées à la Macra), ni a fortiori sur la pertinence de l'acception universaliste du terme. Laissant volontairement de côté le référent historique, nous voudrions nous borner dans ces quelques pages à une perspective sémiotique et considérer les Ligures non comme une donnée ethnique ou ethnologique, mais comme un concept géographique. En nous livrant à une sorte d'analyse stratigraphique de la notion de Ligures, nous voulons tenter de comprendre, au moins dans ses grandes lignes, l'évolution d’une notion qui paraît résulter de la fusion de deux réalités sémantiques originellement distinctes : les Ligyens des Grecs et les Ligures des Latins.

1. Naissance d’un mythe : l’extrême-occident

  • 14 Plut., Paul-Ém., 6.1.

8L'érudition s'est peu intéressée au nom grec qui, le premier, servit à désigner les Ligures. A s'en tenir à la lettre de la tradition, on ne devrait de fait pas parler de Ligures, mais de Ligyes ou de Ligyens. C'est avec beaucoup de raison que Lasserre traduisait ainsi l'ethnique grec par “Ligyen” et non par “Ligure” dans son édition de Strabon. Le mot grec est en effet Λιγύς, auquel correspond le latin Ligus, forme utilisée concurremment avec Ligur. L'adjectif correspondant est, le plus normalement du monde Λιγυστικός, qui a donné naissance au nom de la région : la Ligystique (Λιγυστική). Strabon utilisera également l'adjectif λιγυστινός. Il l’emprunte probablement à Polybe (par ex. 2.16.1, pour désigner les habitants de la côte entre Marseille et Pise), qui l'a lui-même probablement formé sur le latin Ligustinus, utilisé par Tite-Live (44.35) et Pline (10.71) pour parler des habitants de la Ligurie telle que la perçoivent les Latins, à moins que ces auteurs latins ne soient eux-mêmes tributaires de Polybe, ce qui ne peut être formellement exclu. C'est en ce sens restrictrif que Plutarque14 utilise le vocable latin, employé “par certains auteurs”, afin d'établir une distinction claire entre les “Ligures qui habitent les confins des Alpes” et les Ligyens entendus dans leur extension la plus communément admise par les Grecs : des extrémités de l’Italie jusqu’à la côte ibère.

  • 15 ILN, 72 (Cannes, île Ste-Marguerite) : M. Iulius Ligus, procurateur d'Auguste ; on connaît un autr (...)
  • 16 Barruol 1969, 215. Un Gaulois du nom de Ligaunus est mentionné par Silius Italicus (4.206). La cha (...)

9Chez les auteurs latins, le nom le plus répandu est Ligus, plus fréquent que Ligur, mais les formes du radical aux cas obliques et dans les substantifs dérivés, tels que Liguria, montrent bien que ce nom ne dérive pas de la forme grecque. Le génitif est en effet Liguris. Les habitants sont les Ligures (Cicéron, Agr., 2.95 ; Pline, HN, 3.47). Il a souvent été utilisé comme anthroponyme (cognomen), et est d'emploi fréquent en ce sens dans le sud-est de la Gaule15. L'adjectif ligusticus, calqué sur le grec, est conservé par les géographes (Pline, HN, 3.75) lorsqu'ils sont tributaires de sources grecques. On a vu plus haut que l'ethnique Ligustinus est également très attesté. Vairon (R.R., 1.18.6) utilise la forme syncopée Liguscus, qui paraît être un hapax. Une forme Ligurinus est attestée pour désigner l'origine d’une race de chiens (Gratien, Cynég., 510). On ne sait quels rapports entretiennent avec Ligures ou Ligyens les Ligauni associés par Pline (HN, 3.35) aux Oxybiens16.

  • 17 Seul change l'accent, dont l'emplacement nous est connu par le seul témoignage d’Aelien Hérodien, (...)
  • 18 Dans la région concernée elle-même, le cas n’est pas entièrement original : le nom des Oxybioi (pe (...)

10Le nom grec des Ligures est fondamental. Il n’a pourtant pas suscité l’intérêt qu'il mérite. Autant que l'on puisse en juger, ce n'est pas en effet la translittération ou l'homophonie approximative grecque d'un nom effectivement porté par un peuple indigène ou par l'une de ses parties, comme ce fut le cas des Oxybiens, par exemple. Il semble bien qu'en dépit d'une accentuation différente, il se soit agi à l'origine de l’adjectif grec homonyme, dont l'ethnique respecte scrupuleusement la déclinaison17. Cet adjectif, probablement formé à l'origine sur une onomatopée, comme le mot “barbare”, caractérise une voix stridente et peu agréable. Les Ligyens seraient ainsi “les piailleurs ou les braillards”, et se seraient vus affubler d'un sobriquet dont le sens n'était pas très éloigné de celui de “barbares”. La formation de ce mot est en effet sensiblement analogue et se référait également à la perception désagréable de la langue de l'autre. Il est du reste possible que cet adjectif ait été utilisé génériquement au sens de “barbare”. Hérodote (7.72) mentionne en effet, avec cette fois-ci une accentuation conforme à celle de l'adjectif, d'autres Λίγυες à l'autre bout du monde, en Colchide. Il nous renverrait alors moins à une réalité historique qu’à une géographie convenue des confins du monde (qu’étaient alors du point de vue des Grecs les régions qui nous intéressent) d'abord caractérisée par le merveilleux et au sein de laquelle les noms donnés par les Grecs traduisent les qualités particulières d'un peuple18. D'un certain point de vue ils appartiennent à un monde aussi merveilleux et géographiquement flou que celui des Lotophages ou des Anthropophages d'Homère.

  • 19 Hécatée fgt 58 = 66 Nenci 1954
  • 20 Hécatée fgt 57 = 65 Nenci 1954
  • 21 Virg., Géorg., 2. 168 ; Diod. 5.39 ; Str. 3.4.17.

11La plupart des noms des peuples Ligures de la plus ancienne période grecque parvenus jusqu'aux auteurs de l'époque romaine appartiennent du reste à ce monde semi-merveilleux où seuls sont admis les vocables dont la forme ne fait pas injure à une oreille grecque et qui, autant que possible, ont, pour elle, un sens. Les fragments transmis par la tradition préromaine et attribués les uns à Hécatée, les autres à Théopompe, portent des noms aux sonorités bien grecques : les villes ligyennes s'y appellent Ampelos19 (la vigne) ou encore Poinikos20 (“l'expiatoire”). Désignations purement formelles ou homophonies grecques approximatives ? Il est difficile de trancher. Les mêmes contraintes formelles qui conduisaient Polybe à déformer le nom d'un peuple bien réel, les Uxsubii pour en faire les Oxybiens, “ceux qui ont une vie agitée” (ou “une vie difficile”, ce qui constitue un lieu commun de la représentation du Ligure21) ont conduit à nommer selon le même principe d'autres peuples.

  • 22 Avien, Ora mar., 586.

12Les Élisykoi (les “tourne-figues”) de la région de Narbonne22 étaient donnés comme Ligures par Hécatéè, selon un fragment (53 = 61 Nenci) transmis par Stéphane de Byzance. L'émergence de ces peuples à l'intérieur de l'espace ligyen, procède sans doute d'une période où la notion de Ligyens tout en conservant sa valeur générique ancienne, commençait à laisser la place à des distinctions internes susceptibles de s’émanciper bientôt des Ligyens, lorsque ceux-ci finiraient par se réduire à la désignation réductrice d'un peuple placé sur le même plan que les Élisykoï. Hérodote, dans le récit de la bataille d'Himère (7.165), distingue de fait ces derniers aussi bien des Ligures que des Ibères.

  • 23 Hés., Théog., 275 ; 518.
  • 24 Esch., Prom. délivré, fgt 32b Mette = 199 N, cité par Str. 4.1.7

13L'origine du nom des Ligyens remonte probablement au plus ancien hellénisme et à l'époque d'Hésiode, qui attribue systématiquement ces qualités phoniques aux Hesperides, qualifiées à deux reprises23 de Λιγυφώνοι. Or, comme les Ligyens, les Hespérides incarnent l’extrême occident. Le lien entre les Ligyens et les Hespérides restait entier chez Eschyle, lorsque dans son Prométhée délivré, le futur voyage d'Hercule aux Hespérides appelait chez le poète l'évocation des Ligures (ici réduits aux voisins immédiats de Marseille et rapportés à la plaine de la Crau)24.

  • 25 Cf. sur ce point, déjà Lasserre 1966, 278, n. 1 (ad p. 172).
  • 26 Cf. infra n.48. La racine Lig- existe bien chez les indigènes, au moins à époque gauloise. Elle a (...)

14Les Ligyens se trouvaient de fait pourvus par leur seul nom de la qualité par excellence de l’extrême occident le plus mythique, et se voyaient ainsi consacrés dans leur rôle d'incarnation du peuple le plus occidental du monde connu25. Ils procèdent d'un imaginaire géographique mythique antérieur à la naissance de la pensée géographique grecque, a la tin du vie s. Ils étaient certes une réalité, en ce sens que les Grecs ont bien rencontre quelque part des indigènes auxquels ils ont donné le nom de Ligyens26, mais la période archaïque, qui a signé leur découverte, a aussi contribué à conférer à ces hommes du bout du monde une dimension quasi-mythique sans rapport avec un quelconque référent historique.

  • 27 Fgt 55 Rzach, d’après Str. 7.3.7, qui empruntait la citation à Ératosthène (Igt. I B 4). La correc (...)
  • 28 Fgt 54 Rzach = Str. 7.3.9.

15Rien d'étonnant dans ces conditions qu'ils aient pu incarner l'extrême occident dans son ensemble. C'est en ce sens que les comprend le pseudo-Hésiode27 (plutôt qu'Hésiode lui-même) au vie s. a.C. Comme les Éthiopiens, les Celtes, Les Scythes et les Indiens pour Éphore, deux siècles plus tard, ils ont pu incarner idéalement l'un des quatre points cardinaux. Les Ligyens y apparaissent en compagnie des Scythes “frayeurs de cavales” incarnant le nord, et des Éthiopiens, symbolisant l’extrême sud. Les Ligyens n’ont pas plus de réalité que ces deux peuples semi-mythiques dans l’imaginaire géographique archaïque. Ce passage a toutes chances d’être apocryphe, comme l’autre citation d’Hésiode transmise par Strabon dans un passage voisin de celui où il cite le passage précédent28 et qu'il empruntait à une périodos gês, ouvrage apocryphe du vie s. a.C. Il n’en reproduit pas moins fidèlement des conceptions héritées de la période archéïque.

16C'est assez naturellement que cette tradition a induit les auteurs grecs de la fin du vie s. et du ve s., qui aiment à rattacher les peuples existants à de grands groupes, et pour cette raison friands de généalogies, à commencer à rattacher une bonne partie de la Méditerranée occidentale aux Ligyens alors même qu'ils commençaient à identifier, à l'intérieur du générique “Ligyen”, des peuples particuliers, tels que les Élysiques, dont nous avons parlé plus haut. Ils donnaient ainsi naissance à une tradition qui devait faire des ravages parmi les érudits du xixe s.

17Le Ligyen n'a pas plus de réalité que les Éthiopiens – “visages brûlés” – ou que les Hyperboréens chers au primitivisme géographique qui préside à la représentation des eschatiai. Certes, l'extrême occident absolu, était symbolisé moins par les Ligyens que par les Hespérides, dont le nom, comme celui des Hyperboréens, suffisait à indiquer la localisation géographique. Il n'en reste pas moins que les Ligyens, partageant les qualités vocales de l'extrême-occident, rattachaient à un lieu purement mythique un ou des peuples bien réels – les voisins indigènes de Marseille –. La découverte des Ibères, l’arrivée des Celtes, puis les premières mentions de la Bretagne et de la non moins mythique Thulè n'allaient pas permettre aux Ligyens, puis aux Ligures, d'occuper durablement la place que les Hyperboréens, les Éthiopiens ou les Indiens ont conservée dans l’imaginaire jusqu’à la fin de la période romaine. Si le souvenir plus ou moins diffus d'un peuplement ligure de l'Europe antérieur à l’émergence des nouveaux peuples avait encore quelques beaux jours devant lui, la notion de Ligyen devait assez rapidement se trouver confinée à un espace infiniment plus restreint : l’aire massaliète.

2. Les voisins de Marseille et de sa chora

  • 29 Un fragment d’Hécatée (fgt 55 = 66 Nenci), cité par Stéphane de Byzance, situait de la sorte Marse (...)
  • 30 Str. 3.4.19, citant les “anciens auteurs”, parmi lesquels on peut compter au moins Eschyle, cité p (...)

18Peuple tout conventionnel désignant génériquement les barbares de l'extrême occident, les Ligyens ne pouvaient manquer d'entretenir des liens très particuliers avec leur antithèse : la cité grecque de l'extrême occident, à savoir Massalia. Le lien entre Marseille et ses voisins ligures est à ce point indissociable chez les auteurs anciens que non seulement la mention des seconds appelle immanquablement celle de la première, mais encore que l’extension de la Ligystique paraît se confondre avec celle de la puissance massaliote. Strabon (4.6.3) nous livre à cet égard un témoignage fondamental lorsqu’il écrit : “Les anciens auteurs grecs appellent Ligyens les Salyens et pays Ligystique le pays occupé par les Massaliotes”. Voilà bien une phrase merveilleuse qui fait de la “terre des Ligyens le pays occupé par les Marseillais... Ce faisant, le géographe ne reconnaît pas seulement l’équivalence entre la notion de Ligystique et le territoire contrôlé par Marseille ; il attribue cette équivalence à un état ancien du savoir, antérieur à la fois à la découverte de la celticité des Salyens et à l’extension de la notion de Ligyen à l’Italie29. Il est difficile de se faire une idée très détaillée de l'évolution des limites imparties aux Ligures dans le cadre de l'expansion massaliète : une même période, on le verra, nous livre des informations contradictoires, qui peuvent, à chaque fois, être inspirées du passé ou procéder de découpages fondés sur d'autres principes (par exemple la reconnaissance de la réalité ethnologique des Ibères). Pour autant, Marseille et l'expansion massaliète, dans toutes leurs acceptions, paraissent constituer le fil directeur de la diffusion territoriale du concept de Lygiens. Strabon nous apprend que le Rhône était, chez les auteurs anciens, la frontière des Ibères et des Ligyens30. Cette conception est assurée dès le début du ve s. Elle limitait de fait les Ligyens aux Salyens, c'est-à-dire au voisinage immédiat de Marseille et fondait déjà peut-être la distinction entre un golfe massaliotique (le golfe du Lion) et un golfe ligystique (partie occidentale du golfe de Gênes).

19A l'ouest, leur aire de diffusion est tout à fait remarquable. Le Pseudo-Scylax place des Ibères jusqu'à Emporion, première colonie massaliète, puis un mélange d'Ibères et de Ligyens de là au Rhône, et enfin des Ligyens. Ce faisant, il paraît refléter un état secondaire du savoir postérieur à une époque où Ligystique et expansion massaliète se confondaient. La notion de mélange, prenant en compte les Ibères, permettait au compilateur de fondre sans contradiction deux états historiquement distincts du savoir. Les fragments d'Hécatée, si toutefois ils ne sont pas apocryphes, ce qui est loin d'être démontré, placent sans ambage les Ligyens dans cet espace réputé mixte par le Pseudo-Scylax, et ce au moins jusqu'à Narbonne. Il est donc probable que l’assimilation de la Ligystique à l’expansion massaliète constitue l'état normal du savoir à la fin du vie s., ce que pourrait confirmer la mention de Ligyens très au Sud de la péninsule ibérique chez Avien, celle en liaison explicite avec la de Maïnakè. Pour autant, l'émergence de nouvelles conceptions ne l'a pas fait disparaître.

  • 31 Thc. 6.1.2. Avien, Ora mar., 479 mentionne une cité du nom de Sicana sur les bords de l'Èbre homop (...)
  • 32 Avien, Ora mar, 284 ; Stéphane de Byzance, s.v. Λιγυστική.
  • 33 Avien, Ora mar., 427 ; 431 ; Ps-Scymnos de Chios 146-147, qui caractérise bien Maïnakè comme une v (...)

20Il est de fait très significatif à cet égard que leur présence sur les côtes de Catalogne, jusqu’à l’Èbre, soit évoquée par les auteurs grecs dès le ve s. a.C.31 : c’est qu’Emporion marque l'extrémité occidentale de la présence phocéenne pour la période archaïque et classique. Le même raisonnement pourrait devoir être tenu à l'égard de Tartessos, dans les environs de laquelle apparaissent chez plusieurs auteurs des Ligures ou des toponymes qui évoquent leur nom32. Or, précisément, dans les parages de Tartessos était la fondation phocéenne de Maïnakè33.

  • 34 Ps-Skylax 3-4 ; Plut., Paul-Ém. 6.1 ; Ps-Scymnos de Chios 201-216.

21On ne peut manquer dans tous les cas d’être sensible à la cohérence des limites assignées aux Ligyens par le Pseudo-Scylax, par Plutarque et par le Pseudo-Scymnos de Chios34 : Emporion à l’ouest, Antipolis (appelée Antion par le Pseudo-Scylax) à l'est. Or ces deux points sont les limites de l’aire massaliète. Au-delà, d’Antipolis, commencent les Tyrrhéniens pour le Pseudo-Scylax, les Pélasges mêlés aux Tyrrhéniens pour le Pseudo-Scymnos.

  • 35 Lasserre 1966,278, n. I.
  • 36 C'est ce que l'on admet le plus souvent pour la partie du récit qui nous intéresse, les arguments (...)

22Le Pseudo-Scymnos de Chios a décrit l'espace ligyen (201-216), d'après un auteur plus ancien qui pourrait être Éphore35 ou Timée36. Sa description montre bien qu'il confond totalement Ligystique et zone d’influence de Marseille : après les Ibères, ce sont pour lui les Ligyens qui tiennent la côte en même temps que les villes de Marseille. Et la description de commencer avec l’évocation d'Emporion et de Rhodè. Marseille a pour cet auteur été fondée en Ligystique, espace dont la description s’achève avec le nom d'Antipolis, la dernière, à l'époque où écrivait Timée, des fondations de Marseille, Nikaïa n'existant pas encore. Au-delà, là où les sources romaines s'entendent à placer les Ligures, cessait la Ligystique et débutait la sphère d'influence étrusque et un peuplement bien distingué par le Pseudo-Scymnos de Chios des Ligyens : celui des Pélasges, qui, au même titre que les Ligures de Caton, constituaient un peuple primordial de l'Italie.

  • 37 Str. 4.6.2..
  • 38 Derrière le nom des Oxybiens, qui occupaient selon toute vraisemblance le territoire de Fréjus, se (...)

23L'association étroite des possessions de Marseille et du concept de Ligystique était apparue à ce point évidente que l'on peut entendre parler des Ligyens comme d'hoplites et que certains auteurs, malheureusement demeurés anonymes, les considéraient comme grecs37. Elle aboutissait à borner de fait les Ligyens précisément là où plus tard commenceraient les Ligures : au Var. Or, à l'époque à laquelle écrivait Timée, au iiie s. a.C., la totalité de sa Ligystique était gauloise par la langue et par la culture, à la seule exception, possible, mais au demeurant très hypothétique, des Oxybiens et des Déciates, considérés par Polybe comme des Ligures, mais qui paraissent eux aussi bien celtes38. Même dans l’acception étroite qui réduisait les Ligyens à une réalité ethno-politique en les confondant avec les Salyens riverains du “golfe ligystique” comme c'était le cas des auteurs anciens et dans la plupart des passages de Strabon, la Ligystique, les Ligyens, étaient devenus des Gaulois, ce qui ne pouvait manquer de poser des problèmes, à partir du moment où cette situation était prise en compte par la culture collective.

3. La découverte des Gaulois et la mise à jour ethno-géographique

  • 39 Éphore assigne aux quatre points cardinaux quatre peuples : les Celtes à l'ouest, les Scythes au n (...)
  • 40 Arist., Eud., 3.1.1229b ; Nic., 3.10.1115b qui nous apprend que les Gaulois craignent que le ciel n (...)
  • 41 Berger 1903, 236 et 336.

24Dès le ive s., avec Éphore39 et Aristote40, on constate que les Ligyens avaient perdu dans la culture grecque le monopole de l'extrême-occident au profit des Celtes41. Cette situation engendrait une confusion certaine, sous le double effet de deux usages propres à la géographie ancienne.

25Tout d’abord, les données une fois acquises demeurent normalement indéfiniment valides. La notion de péremption des données est étrangère à la géographie antique. Si la culture géographique, suivant des auteurs d'époque archaïque et classique, a placé des Ligyens dans une région déterminée, ceux-ci sont appelés à rester indéfiniment attachés à cette région, quels que soient les changements effectivement survenus.

26Les lieux sont d'autre part normalements désignés chez les géographes anciens, non par des noms abstraits, mais par des noms de peuples : on dira plus facilement “chez les Ligyens ou chez les Ligures” qu'“en Ligystique” ou “en Ligurie”. Et quand on emploierait l'expression ἐν τῇ Λιγυστικῇ, le sens ne cesserait d'être "sur la terre des Ligyens”, et de renvoyer encore et toujours au peuple. Ils inscrivaient ainsi des réalités morphologiques intangibles dans les cadres par nature fluctuants de l'ethnologie et de l'ethnographie. L'existence d'un golfe ligystique et d'une Ligystique présupposait celle de Ligyens. Aussi longtemps que les noms de peuples avaient, dans la description du monde, la seule vocation d'en désigner les parties, cette situation ne posait guère de problèmes. Tous les peuples avaient dans ce contexte une existence largement virtuelle. Cette virtualité était d'autant plus marquée que l'on s'éloignait des parties connues du monde pour les pays semi-merveilleux dont les habitants portaient des noms tout chargés d'exotisme. Ainsi s'explique qu'en dépit de la celticité évidente des “Ligyens” voisins de Marseille, on ait pu continuer à les qualifier de Ligyens.

  • 42 Par ex. Diod. 5.39 : “(les Ligures) disent que souvent, à la guerre, le plus puissant guerrier gau (...)
  • 43 Pline, HN, 3.123, Str. 4.6.6.

27Néanmoins, en dépit de leur rôle dans la désignation de l'espace, les peuples n'en restaient pas moins aux yeux des auteurs anciens et de leurs lecteurs des peuples à part entière. Or le développement de l’intérêt pour l’ethnographie, qui culmine avec Posidonios, ne pouvait manquer de mettre clairement en évidence que les populations voisines de Marseille étaient des Celtes. Les Ligyens, dans leur définition italienne, que l'on verra bientôt, commencent alors à se définir par opposition aux Gaulois42, mais aussi par rapport aux Pélasges et aux Étrusques. C'est une tradition très présente chez les sources latines pour lesquelles les Ligures incarnent une strate antérieure à l'arrivée des Gaulois en Cisalpine. Tite-Live (31.38), distingue ainsi clairement les Gaulois des Ligures, et les Gaulois des Salasses et des Taurini, ces derniers étant par ailleurs normalement considérés par les auteurs anciens comme étant Ligures ou d'origine ligure43.

28C'est ainsi que, dans un passage cité plus haut, après avoir donné la définition des Ligyens et de la Ligystique chez les auteurs anciens. Strabon (4.6.3) est amené à nous dire que "les auteurs postérieurs emploient pour ce peuple le nom de Celto-ligyens et lui attribuent en plus toute la région des plaines jusqu'à Luerio et jusqu'au Rhône” On sait quelle fortune a connu ce terme auprès de l’érudition moderne, mais on ignore à quand, précisément, il remonte. On n’en connaît de fait qu’une acception en dehors de ce passage, chez le Pseudo-Aristote (Mir. aus., 85 – 837a7), dans un texte probablement datable de la seconde moitié du iiie s. a.C., et qui dépend peut-être de Timée.

  • 44 Cette information se comprend dans les limites de l’Italie républicaine. De fait, la limite méridi (...)

29Du moins trouve-t-on chez Plutarque (Paul-Ém., 6.1) une description qui sans employer explicitement le terme de “Celto-ligyens” va dans le même sens que celui-ci Pour lui, en effet, les Ligures “habitent les contins de l’Italie44 et de là en continuant jusqu'aux Alpes, et les parties des Alpes elles-mêmes qui sont fermées par la mer Tyrrhénienne, et les zones qui font face à la Libye, et sont mêlés aux Gaulois et aux Ibères de la côte. On a vu plus haut que la notion de mélange reflétait moins une réalité ethnologique qu'elle ne constituait un moyen de résoudre les contradictions entre deux traditions issues de deux états différents du savoir. Pour la source républicaine de Plutarque, comme pour les auteurs utilisés par Strabon, la réalité géographique établie par la tradition résistait mal à la mise en place d’une perspective ethnologique qui révélait d’autres peuples en lieu et place des anciens... La référence au “mélange” celto-ligure ou ibéro-ligure permettait de concilier une tradition géographique et des données ethnolinguistiques devenues contradictoires, et aboutissait à une situation sans rapport aucun avec les réalités culturelles.

  • 45 Str. 4.6.3 : “la tribu des Salyens habite les Alpes qui dominent la côte, mais aussi certaines par (...)

30Elle aboutissait aussi à une confusion assez radicale. Ainsi, les Salyens peuvent-ils être considérés comme Ligyens, chez les “auteurs anciens”, ou comme Celto-ligyens chez les auteurs plus récents. Ces opinions se trouvent collectées, sans discussion, chez Strabon, avec ou sans mention d’auteur, ce qui ne l’empêche pas d’écrire (4.6.3) que “de tous les Celtes transalpins, les Salyens furent les premiers à tomber sous la domination des Romains après une longue guerre opposant ces derniers à la lois à ce peuple et à celui des Ligyens. C'est donc que l'on était capable de reconnaître en eux ce que l'on sait aujourd'hui qu’ils étaient par la langue et par la culture : des Celtes. Diodore de Sicile n'affirmait pas autre chose lorsqu'il écrivait que “les peuples qui habitent au-dessus de Marseille, dans l'intérieur des terres, le long des Alpes”, c'est-à-dire les Salyens. Oxybiens et Déciates “se nomment Celtes”. Tout autant que les Celto-ligures, les Ibéro-ligures, également appelés celtibères, étaient des Celtes de bon aloi. Il semble bien par ailleurs que les Salyens. de l’avis de l'une des sources de Strabon45, se soient en tait étendus jusqu'à Monaco, l'une des extrémités traditionnelles des Alpes, et que les Oxybiens de Fréjus et Déciates de la région d'Antibes, que Strabon ne connaît que par l'entremise de Polybe, aient été de langue et de culture celtes. Les anthroponymes et théonymes que l'on connaît sur leurs territoires à l'époque romaine sont indubitablement celtes, même si l'on n’y rencontre pas à ce jour les noms les plus spécifiquement gaulois.

  • 46 Barruol 1969, 364-365. Contre l'opinion de Barruol 1969, 44-48 et Roth-Congès 1995, 88-89, nous so (...)
  • 47 Pline, HN, 11.135 explique les origines ethnologiques de cette coiffure et les considère explicite (...)

31D'autres textes montrent bien la difficulté où étaient les auteurs anciens face à ces Ligyens, désignés comme tels par habitude ou par extension abusive, et dont l'expérience montrait que, par la culture et par la langue, ils appartenaient à un autre univers. On ne peut ainsi manquer d'être sensible à la présence, dans les Alpes de la mer, de “Ligures Chevelus”, Ligures Capillati (Pline. HN, 3.47 ; 135 ; 11.135) également connus en grec comme Λιγύες κομητοί chez Dion Cassius (54.24.3). Chez ces deux auteurs, l'expression, également connue de Lucain (Phars., 1.441-443), qui en tire un bon mot, désigne sans la moindre hésitation possible la population de la province des Alpes-Maritimes, mais paraît avoir désigné génériquement les peuples des Alpes méridionales françaises46. Quoi qu'il en soit, ce qualificatif, qui n'est pas antérieur à la conquête et caractérise des peuplades jusque là dépourvues d'identité, ne peut pas ne pas être mis en rapport direct avec le nom de la Gaule Chevelue, ni suggérer une forme d'identité culturelle de ces Ligures chevelus et des habitants de la Gaule Chevelue47.

32On finissait donc par se trouver, dès le ive s., et de façon durable, dans une situation où, des Celtes ayant supplanté les Ligyens sur l'essentiel du territoire que leur reconnaissait l'usage, il n'était plus possible de concilier sans contradiction la tradition ancienne et la situation nouvelle. Strabon (4.1.3.) se trouve ainsi amené à considérer que l'ancienne Ligystique, à savoir “la portion du littoral qu'occupent les Massaliotes et les Salyens”, s'interrompt “au pays des Ligyens, vers l'Italie et ce fleuve”. Que les Celtes aient supplanté les Ligyens dans leur ancien domaine n'est pas très difficile à expliquer. Il est plus délicat de comprendre par quel miracle on peut voir à l'époque de Strabon les Ligyens commencer là où ils étaient réputés s'arrêter.

4. Les Ligures en Italie

  • 48 CIL, 1.1, p. 47-48.

33Aucune source grecque classique ne situait de fait le moindre Ligure en Italie, là où la création de la IXe région augustéenne devait pérenniser leur nom et leur implantation. Au-delà de Monoikos ou d'Antipolis, qui l'une et l’autre ont pu être considérées à des moments variés comme les bornes orientales de la Ligystique. Le Pseudo-Scylax et le Pseudo-Scymnos de Chios s'accordent à faire cesser les Ligures à Antibes. Au-delà de cette cité commencent pour eux les Tyrrhéniens, c'est-à-dire les Étrusques, ou les Pélasges associés aux Tyrrhéniens. De Ligures italiens, il n'est pas question pour ces auteurs, dont l'exposé paraît refléter en l'occurrence un état du savoir datable des ive-iiie s. a.C. Or, dès 236 a.C., les Ligures italiens sont mentionnés explicitement dans leurs limites les plus traditionnelles, à savoir celles de la future ixe région, au nord du fleuve Magra, par les Acta triumphalia Populi Romani, à l’occasion du triomphe de Ligureis de P. Lentulus Caudinus48. L'État républicain adoptait donc, le premier à notre connaissance, une localisation italienne des Ligures, qu'il découvrait sous un nom (Ligures) distinct de celui des Ligyens, et à partir du sud, sans qu’aucune connexion avec les Ligyens de Gaule méridionale fût alors explicitement établie, du moins, une fois encore, dans l'état de notre documentation.

  • 49 Artémidore, ap. Stéphane de Byzance, s.v. Λίγυρες..
  • 50 La racine Lig- a servi à former des noms gaulois tels que Ligaunus (Sil. Ital. 4.206) qui est auss (...)
  • 51 Barruol 1969, 216 expliquait cette particularité par la proximité de la frontière.

34Il y a donc toutes chances pour qu'au départ, ces Ligures italiens soient issus d'une tradition italienne radicalement indépendante de la tradition gréco-massaliote, et ce en dépit des liens étroits qui unissaient depuis l'époque archaïque Rome et la cité phocéenne, réputée sa sœur de sang. Artémidore49, qui écrivait au iie s. a.C., paraît aller dans ce sens, puisqu'il les situe exclusivement en Italie et les désigne en employant non le nom grec de Ligyens, mais celui, latin, de Ligures. Dans le onzième livre de son Épitomè, il les plaçait entre les Etrusques et le fleuve Ligouros, qui devait dès lors en constituer la limite septentrionale. On ne sait quel cas faire de ce témoignage parvenu jusqu'à nous par l'entremise de Stéphane de Byzance. Ce fleuve est en effet inconnu. Il pourrait être un autre nom du Var, hérité de traditions très anciennes, ce fleuve n'étant jamais mentionné avant César dans la littérature ancienne. Il pourrait l'être également d'une infinité d'autres cours d'eau, même mineurs, qu'il faudrait peut-être rechercher très au sud de la ixe. Le fait qu’il s'apparente à d'autres hydronymes celtes tels que Liger (la Loire) donne néanmoins quelque poids au témoignage d'Artémidore50. Pour Artémidore, les Ligures étaient à ce point différents des Ligyens de la tradition antérieure qu’il considérait les Déciates, derniers venus avec les Oxybiens de peuples ligures, comme faisant partie de l'Italie51 alors qu'ils étaient situés sur la rive droite du Var.

  • 52 CIL, 1.1, p. 47 : P. Furius Sp. f, M. n., Philus, Cos, anno DXXX : I de Galleis et Liguribus, IIII (...)

35Les Ligures sont régulièrement mentionnés dans les Acta triumphalia Populi Romani, en 233, 223, 177, 175, 166, 158, 155, 123, 122 et 117 a.C. Les premières mentions sont génériques, et les Ligures sont distingués clairement des Gaulois dès 22352. A partir de 166 a.C., en revanche, la mention des Ligures s'accompagne normalement de précisions relatives à la peuplade concernée au sein de l'ensemble ligure. On est alors en droit de se demander si la désignation de Ligures n'avait pas initialement la vocation de caractériser chez les Romains un peuple bien précis et d’étendue très limitée, situé à l'embouchure du Magra, entre l’Étrurie et le fleuve Ligouros, avant d'être génériquement étendue par métonymie à l'ensemble des peuples non gaulois rencontrés ensuite par Rome sur son chemin victorieux à travers la future neuvième région augustéenne, ce qui imposa la nécessité de préciser l'identité de la peuplade parmi les Ligures. L'idée selon laquelle les Ligures s'étendaient entre le Var, le Macra et les contreforts de la plaine du Pô était dans tous les cas assez ancrée pour fonder le découpage de la neuvième région augustéenne, qui devait fortement contribuer à pérenniser l'idée que les Ligures s'inscrivaient dans cet espace.

36Rien n'indique que la soumission à Rome des Ingauni et des Intemelii en 180 a.C. ait révélé un quelconque lien explicite entre Ligyens et Ligures. A en juger par nos sources, ce n'est qu'en 154 de notre ère, date où les armes d'Opimius vinrent à bout des Oxybiens et des Déciates, qu'un tel lien fut établi entre Ligyens et Ligures. Les Ligures italiens paraissent donc procéder d'une tradition radicalement indépendante de celle des Ligyens des auteurs grecs antérieurs au milieu du iie s. a.C.

37Pour autant, quelles qu'en fussent les raisons et les modalités, le transfert des Ligures en Italie ne conduisit pas à localiser désormais les Ligures dans la seule Italie. Il ne fut ni immédiat, ni unanimement accepté. Les sources du iiie s., ou des sources plus tardives, comme le Pseudo-Scymnos de Chios mais tributaires de celles-ci, restent très attachées à des modèles plus anciens et plus traditionnels. De façon générale, on sait que l'émergence de conceptions nouvelles et de réalités ou toponymes nouveaux ne faisait pas disparaître pour autant les états anciens d'une culture géographique d'abord préoccupée d'un inventaire hors du temps.

5. Le brouillage polybien

  • 53 Str. 4.1.9 : 4.6.2 “De Massalia au Var et aux régions occupées par les Ligyens”.
  • 54 Str. 4.6.3 : “De là [Monœcos] jusqu'à Massalia et un peu plus loin encore est installé le peuple d (...)

38Elle se soucie de ce fait ordinairement peu de la péremption des données. Il n'est pas surprenant dans ces conditions de constater que, loin de privilégier une thèse par rapport aux autres, l'ensemble de la tradition géographique, et l'État romain lui-même, ont tendu, dès la seconde moitié du iie s. a.C., à concilier les deux interprétations grecque et latine des Ligures, qui avaient au moins un point commun : celui de borner également les Ligures et les Ligyens aux Étrusques, même si l'implantation topographique de cette limite variait en réalité considérablement. On a alors abouti à la plus extrême confusion : Strabon ou Pline mélangent sans en être autrement affectés des informations coïncidant avec ces différentes souches. Les contradictions qui en découlent sont flagrantes : ici les Ligyens sont assimilés au territoire de Marseille, y compris dans sa plus grande extension, là ils caractérisent les populations préromaines qui furent ultérieurement regroupées dans la ixe région augustéenne, ailleurs on mélange les deux, le tout sans jamais opérer de distinction entre Ligures et Ligyens. Strabon résume assez bien cette situation complexe. A deux reprises53, il considère que les Ligyens se situent à l’est du Var (ou de Monoïkos – les deux passages sont à cet égard légèrement contradictoires). Il situe donc clairement les Ligyens en Italie exclusivement et les inscrit en gros dans les limites de l'extension de la ixe région. Dans un de ces passages (4.6.2), il associe cette localisation, cohérente avec l’extension des Salyens jusqu'à Monaco54, à une description (sans doute à partir d'un ouvrage historique consacré aux guerres contre ces deux peuples) qui les réduit aux Ingauni d'Albenga et aux Intemelii de Vintimille, c'est-à-dire à la seule partie nord-ouest de l’actuelle province d'Imperia.

39Mais, dans l'autre passage (4.1.9), les Ligures sont dits “confiner à l’Italie’’à l'extrémité des Alpes. Ces “Ligures qui habitent dans les Alpes" ont déjà été évoqués ailleurs (4.1.5) comme des peuples distincts des Salyens et contre lesquels avaient été fondées les apoikiai massaliètes (en l’occurrence. Antipolis et Nikaïa). Ce sont donc les Oxybiens et les Déciates. Ces deux peuples, dont on tend à admettre aujourd'hui avec raison, sur la foi de l’ordre de la description côtière de Pline l’Ancien, que les premiers habitaient le territoire de la future colonie de Forum Iulii, et les seconds le futur territoire du municipe d’Antipolis, sont mentionnés par Strabon (4.6.2) et achèvent de brouiller une situation complexe dont le géographe d'Amasée avait, une fois n’est pas coutume, réussi à démêler l'écheveau, en identifiant deux strates chronologiques différentes qui se caractérisaient par l’usage du même nom pour caractériser deux réalités différentes.

  • 55 Polybe 33.9, dans le récit des événements de 154. L’origine polybienne de leur mention est garanti (...)
  • 56 La forme nous est donnée par une inscription de Vintimille (Mennella 1990, no 16).
  • 57 Cf. aussi Florus 1.19 (2.3) el Quadratus, cité par Stéphane de Byzance, s.v. Όξύβιοι.

40Il s'agit en effet de peuples sans passé que Polybe a, le premier, introduits dans la culture géographique grecque55 et qui ont fait le lien entre les Ligures italiens et les Ligyens du midi de la Gaule. L'historien hellénisait au passage la forme de leur nom, transformant les Uxsubii en Oxybioï. Alors que l’ethnique Uxsubius est épigraphiquement attesté à l’époque julio-claudienne56 et semble caractériser la forme officielle du nom, la forme Oxybios est conservée par toute la littérature historique géographique après Polybe, y compris par les auteurs latins, et même lorsqu'ils se fondent sur des documents officiels, comme Pline l’Ancien57. C'est sans doute là le signe le plus clair de la dépendance de toute la tradition littéraire concernant ce peuple à l'égard de cet auteur.

  • 58 Pol. 2.14.6 et 16.1.2 fait commencer les Alpes à Marseille et place le raccordement de l'Apennin e (...)

41Les raisons qui ont conduit Polybe à réintroduire des Ligures sur la rive droite du Var sont rien moins que claires. Il est certain que la conception très particulière qu'il se faisait de l'emplacement de Massalia favorisait le télescopage des deux traditions, à moins qu'elle n'ait elle-même résulté de ce télescopage58. Ne faisant pas œuvre de géographe dans son exposé historique, il était moins tenu qu’un autre à la cohérence géographique des diverses acceptions de l’ethnonyme “ligyen”. Il est d'autre part probable qu’en en faisant un peuple “ligyen” – entendons “ligure” –, il se bornait sans doute à reprendre à son compte la désignation adoptée par l'état romain et par ses généraux à l’œuvre dans cette région, sans doute sensibles à la communauté culturelle et linguistique de ces peuples avec les Intemelii et les Ingauni. Polybe, en réintroduisant les Ligures sur la rive gauche du Var, brouillait une nouvelle fois les cartes, puisqu'il fusionnait les Ligures de la tradition italienne et les Ligyens de la tradition grecque. Seul Strabon a tenté, avec un succès variable, de mettre un peu d'ordre dans l’extrême confusion que l’on note chez les autres auteurs en tentant de rapporter en partie les informations discordantes de ses sources à des états différents du savoir.

42On ne sait comment Polybe a été amené à classer les Oxybiens et les Déciates au nombre des Ligures. Peut-être, et même sans doute, s'est-il borné à suivre les termes des Acta triumphalia, qui ont opéré la même jonction que Polybe entre les Ligures italiens et les Ligyens voisins de Marseille, aboutissant à une forme de confusion entre les Gaulois qu'ils étaient réellement et les Ligures que l’on se plaisait à y reconnaître. Deux faits ont pu jouer dans cette affaire : l'ethnologie et la tradition. Dans la première moitié du iie s., lorsque Rome réduisit tour à tour les Ingauni et les Intemelii, en 180, puis les Oxybiens et les Déciates, en 154, la culture matérielle de ces peuples paraît être la même que celle que l'on note en Provence orientale. Or Ingaunes et Intemeliens appartenaient à un ensemble de peuples reconnus par la tradition italienne comme Ligures. Oxybiens et Déciates pouvaient donc apparaître sans mal comme appartenant au même peuple. D'autre part, Marseille apparaissait de façon très active dans une opération conduite par Rome à sa demande pressante, les colonies d’Antipolis et de Nikaïa étant assiégées par les Oxybiens et les Déciates. Il n'était pas bien difficile dans ces conditions de rappeler la tradition qui assimilait, depuis Eschyle, les ennemis indigènes de Marseille aux Ligyens.

  • 59 Isid., Étym., 13.16.2 : Deinde (sinus) Gallicus, qui Narbonensem prouinciam adluit. Mox Ligusticus (...)
  • 60 Isid., Étym., 13.16.6 A gentibus Gallicum Ausonium, Dalmatium, Ligusticum.

43Il serait sans aucun doute excessif d’affirmer que la translation des Ligures de Narbonnaise en Italie est due aux structures de la pensée géographique. Celles-ci ont sans doute néanmoins facilité l'identification des Ligures et des Ligyens. La découverte de l’existence de Celtes avait abouti à distinguer deux golfes, dont l'un, centré sur Narbonne, était dit galatique, et donc gaulois (également dit massaliotique, l’actuel golfe du Lion), et l'autre, centré sur Gênes, était dit ligystique et donc ligure (le golfe de Gênes)59. Il s'entendait alors dans ses grandes lignes de l'extension des Salyens, auxquels une tradition réservait l'appellation de Ligures. Cette désignation fournissait néanmoins un moyen commode d’associer des Ligures à l'intégralité de l’espace du golfe ligystique dans les limites physiques du golfe de Gênes. Comme le souligne à propos Isidore de Séville, les golfes étaient en effet supposés tirer leur nom des peuples qui les bordent60.

  • 61 Pline, HN, 3.47 : Igitur ab amne Varo Nicaea a Massiliensibus conditum, fluuius Palo, Alpes populi (...)
  • 62 Florus 1.19 (2.3) : Liguras imis Alpium iugis adhaerentis inter Varum et Magram flumen inplicitosq (...)

44En tout état de cause, Polybe reflète l'évolution de l'imaginaire de la classe politique romaine. Ce serait peut-être faire de l'historien grec un cas exagéré que d'en faire la source de cette évolution du Sénat. Il n'en reste pas moins qu'en 123 et 122 a.C., les triomphes M. Fulvius Flaccus sur les Voconces et les Salyens, deux peuples gaulois, sont salués comme des triomphes sur les Ligures. Pline l’Ancien61 regroupait ainsi, sous la dénomination de Ligures, des peuples transalpins (Sallui, Deciates, Oxubi) dont certains étaient avec raison considérés par Strabon comme des Celtes, et des peuples cisalpins. Il restait ainsi l'héritier de Polybe. L'abréviateur Florus62, dont les scrupules géographiques étaient moins marqués, a été plus confus encore : après avoir inscrit les Ligures dans les limites de la ixe région augustéenne. entre le Var et le Macra, il inclut dans le lot des Ligures vaincus par Rome les Saluui, les Deciates et les Oxubii, énumérés dans le même ordre que chez Pline, sans doute d'après la même source, sans remarquer que ces peuples allaient très loin au-delà des limites fixées par l’auteur. L’Épitomè de Tite-Live (60.2) n'est pas plus clair que les Acta triumphalia quand on y découvre que M. Fulvius Flaccus, envoyé contre les Gaulois Salyens, a été le premier à vaincre les Ligures transalpins... Quant à Julius Obsequens, il parle pour l'année 166 a.C. des Galli Ligures, et pour l'année 125 des Ligures Sallyes. Si l'on savait bien nommer les peuples contre lesquels on avait guerroyé, on ne savait plus dire à quel groupe ethnique ils appartenaient. Il en découlait une situation intenable sur le plan de la cohérence du discours ethnologique, qui a enfin abouti à la colonisation d'une bonne part de l'arc alpin occidental par les Ligures, lorsque la conquête romaine révéla des peuples encore à peu près inconnus.

6. Les Ligures dans les Alpes

  • 63 Str. 4.1.5.
  • 64 Même opinion chez Dion Cassius 54.24.3.
  • 65 Str. 6.6.6.

45Comme si la situation n'était pas assez embrouillée ainsi, les Anciens ont fini par considérer l'essentiel des populations de l'arc alpin occidental comme des Ligures, dont le nom devient synonyme de montagnard. Strabon, qui a peut-être en tête la création de la province des Alpes-Maritimes, distingue, parmi les adversaires de Marseille contre lesquels avaient été fondées les colonies de l'est, “les Salyens”, qui pour lui sont, on l'a vu, des Celtes, et “les Ligures, qui habitent dans les Alpes”63. Pline nous a d'ailleurs transmis comme le nom d'un peuple ligure ce qui n’est en fait qu’une désignation générique, les Ligures Montani, expression que l'on retrouve en grec (ὀρεινοί) sous la plume de Strabon (4.6.4), qui l'utilise pour distinguer les Ligures de la côte, entre le Var et Gênes, de ceux de la montagne, à qui Rome envoie un gouverneur de rang équestre : il parle alors des Alpes Maritimes64 et sans doute également des Alpes Cottiennes qu’il considère par ailleurs comme peuplées de Ligures65. Le géographe d'Amasée (4.6.6) connaît en effet de nombreuses populations ligures dans les Alpes.

  • 66 Barruol 1969, 133, préfère suivre le témoignage de Strabon et considère que “le fond de la populat (...)
  • 67 Liv. 5.34.8 : ipsi (Galli) per Taurinos saltusque Iuliae Alpis transcenderunt, même si, comme on l (...)

46Conformément à l'avis de Pline (HN, 3.47), les Taurini de Turin sont pour lui des Ligures comme le sont les Segovii et Segusini de Cottius (et peut-être les autres cités de ce royaume). Pour Servius, le mont Viso (Vesulus) est une montagne de Ligurie d'où il fait naître le Rhône et le Pô (ad Verg. Aen., 10.709), et le même assigne aux Ligures les extrémités incultes des Alpes (ad Verg. Georg., 2.168). Ce mouvement des Ligures vers les Alpes est d'autant plus curieux qu'il apparaît aussi consensuel que dénué de fondements : l’essentiel des Alpes occidentales en général, et les Alpes Cottiennes en particulier, sont en effet occupées par des populations dont la langue et la culture gauloises ne font aucun doute, comme le montre clairement l'onomastique du royaume66. Ce constat dut d'ailleurs justifier que Pline (HN, 3.135) ait au moins tenté de distinguer entre les populations Ligures, comme les Bagienni et les Montani, et les populations d'origine Ligure, comme les Turi. Mais cette distinction est extrêmement fragile et a sans doute permis bien des extrapolations et des télescopages. Si les Turi ne sont que d'origine ligure en 3.135, dans la liste des communautés ligures de l'intérieur de la ixe région, Pline (HN, 3.47) considère les Turi comme des Ligures à part entière ; de même, les Taurini, “d'ancienne souche ligure” pour Pline sont des Ligures à part entière pour Strabon, peut-être pour la seule raison qu’ils étaient réputés antérieurs à l’arrivée des Gaulois67.

  • 68 Borca 1999.
  • 69 Str. 4.6.2 : “Ils occupent les terrains du bord de mer, et, dans une plus grande mesure, les montag (...)
  • 70 Liv. 28.46.13 = Peter 1967, 249 fgt. 26.
  • 71 Str. 4.6.1 ; Cic., Fam., 11.13.2 Str. 5.1.3, adopte Gênes comme terme des Alpes par simple commodi (...)
  • 72 Liv. 5.35.2. Ces ‘Ligures de gauche” s'entendent probablement par rapport aux mers Supérieure et I (...)
  • 73 Hygin, Fab., 154.5, et le mythe de Cycnus rex Liguriae. Rien n’indique que l'ensemble du mythe pro (...)
  • 74 Pline, HN, 3.124 = Caton, Origines, F 40.
  • 75 Varron, R.R., 3.8 ; Liv. 34.8.

47Il est difficile de dire d'où vient l'idée d’un peuplement ligure des Alpes. Elle est certainement antérieure à la lin du iie s. a.C. En 117 a.C., les Stoeni de la xe région augustéenne sont en effet considérés comme des Ligures par les Acta triumphalia. Cette mention est bien surprenante de la part d'un document officiel si loin des bases historiques des Ligures italiens. La conviction que les Ligures sont des montagnards68, bien présente chez Tite-Live, a pu jouer son rôle dans cette affaire, car la plupart des textes qui nous en parlent en font, d'abord et avant tout, des montagnards69. Les Ligures pourraient avoir fini par incarner idéalement les montagnards alpins : les Montani, que Valerius Antias distinguait apparemment des Ligures70. Il est en revanche difficile de décider si l’idée, exprimée par Strabon, que les Alpes ne commencent pas à Monaco, mais à Vada Sabatorum, près de Gênes, est une cause ou une conséquence de l’extension des Ligures en direction des Alpes. Elle est en tout cas couramment admise au ier s. a.C.71 Cette extension paraît également se fonder sur des traditions plus anciennes, dont un certain nombre a pu être relayé par les Origines de Caton. On apprend ainsi qu’en 386 a.C., les Libuens et les Salluviens s’installèrent sur le fleuve Ticinum (Tessin) près de l’antique nation des Ligures Laeui72. Parmi ces traditions, on peut compter notamment celles qui se rapportent au mythe de Phaeton et à l'Éridan, identifié avec le Pô73. Tous les peuples que Pline caractérise comme étant “d'origine ligure” (Ligurum stirpe), comme les Turi, ou “de vieille souche ligure” (antica Ligurum stirpe), comme les Taurini (HN, 3.123) pourraient se rapporter à cet ensemble de traditions relatives au bassin du Pô. C’est en tout cas avéré pour la ville de Novara, que Caton considérait comme ligure, alors que Pline fait remarquer qu'elle était en réalité Voconce74. L'ancien, réel ou imaginaire, et le contemporain se mélangent ainsi une fois encore de façon systématique. Peut-être la confusion qui entoure la désignation de la chaîne ligure a-t-elle également joué son rôle dans cette affaire : rarement désignée du nom de Ligustini montes75, elle était assimilée par les uns aux Alpes, par les autres à l'Apennin. Pour Strabon (4.6.1-2), l’Apennin commence à Gênes et les Alpes à Vada Sabati (Vado Ligure). Les Alpes commenceraient ainsi aux limites méridionales du territoire d'Albingaunum (Albenga). Strabon en veut pour preuve le nom des cités d'Albium Intemelium (Vintimille) et d'Albingaunum (Albenga). Les Alpes (Alpia) se seraient d'abord appelées Albia, ce que paraît du reste confirmer le nom de la divinité celte Albiorix, vénérée au col du Mont-Genêvre. Albium Intemelium se traduirait pour Strabon “Intemelium alpin”, et Albingaunum, produit par la contraction d'Albium Ingaunum, ce qui fut effectivement le cas, Strabon lui donne un sens analogue. Les Ligures finissent donc par s'identifier aux Alpes au point que le même Strabon en arrive à réduire les Ligures aux deux peuples situés entre Vada et Monoikos, c'est-à-dire entre les deux extrémités des Alpes. Il n’ajoute à cette liste que deux peuples dont il ne doit la mention qu'à Polybe, les Oxybiens et les Déciates.

48Au terme de cette analyse faut-il en finir avec la notion même de Ligures ? Ce n'est pas certain. Nous avons choisi de laisser délibérément de côté les référents historiques, pour tenter une approche résolument littéraire et sémiotique. Les contradictions qu'elle illustre ne sont pas une surprise. Elles sont caractéristiques du genre géographique dans son ensemble. Le postulat méthodologique a certainement conditionné une part du résultat, et il convient de rester prudent. Le fait que le tableau des Ligures soit incohérent ne suffit pas à nier toute réalité du référent. En revanche, l'exercice de stratigraphie littéraire auquel nous avons voulu nous livrer doit inciter à la plus grande prudence pour autant que l'on entende se fonder sur les textes pour parler des Ligures. Tels que les évoquent les auteurs anciens, les Ligures n'ont aucune épaisseur culturelle ou ethnique. Ils finissent par se définir comme un champ sémantique caractérisé par une stratigraphie complexe dont aucune couche ne se réduit jamais à un référent clairement identifiable. L'image des Ligures que l'on peut tirer des textes anciens n'est donc à aucun moment utilisable par l'historien. Elle procède d'un amalgame de traditions qui désignaient originellement des réalités différentes et qu’une tradition parfaitement artificielle a fusionnées.

49Pour autant, les Ligures ne se réduisent pas nécessairement à la virtualité pure que pourraient suggérer ces lignes, à la condition expresse de bien distinguer les Ligures et les Ligyens. En reconnaissant à certains peuples alpins, à une bonne partie de l'Italie du nord-ouest, et à quelques populations de la Côte-d’Azur, la commune désignation de Ligures, les auteurs les plus tardifs et les plus sensibles à l'ethnologie les constituaient comme un groupe distinct des Étrusques et des Gaulois et antérieur à ces derniers. Ce faisant, ils n'étaient peut-être pas très éloignés de ce que nous pouvons savoir de la communauté culturelle et onomastique de ces régions. Ce qu'ignoraient ces auteurs, c'est que ces “Ligures” étaient au moins très fortement celtisés, sans peut-être être tout à fait gaulois, et ce probablement dès l’époque de Halstatt. C’est ce que nous attacherons à démontrer dans de prochains développements sur la base du dossier onomastique.

Literaturverzeichnis

BIBLIOGRAPHIE

Barruol, G. (1969) : Les peuples préromains du midi de la Gaule, Suppléments à la RAN, 1, Paris.

Bats, M. (1988) : La logique d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique”, RAN, 21, 123.

Berger, H. (1880) : Die geographischen Fragmente des Eratosthenes, Leipzig.

— (1903) : Geschichte der Wissenschaftlichen Erdkunde der Griechen, Leipzig.

Berthelot, A. (1933) : “Les Ligures”, RA, 1933.2, 72-120 et p. 245-303.

— (1934) : Festus Avienus : Ora Maritima, Paris.

Borca, F. (1999) : “I Liguri nell’etnografìa antica”. Intemelion, 5, 7-28.

Briquel, D. (1987) : “Le fonti dei popoli del mare”. Cispadana e letteratura antica, Bologne, 1-25.

— (1989) : “Denys témoin de traditions disparues : l’identification des Aborigènes aux Sicules”, MEFR(A), 101, 97-111.

de Beer, G. (1962) : “La génétique au service de la préhistoire”. Antiquités nationales et internationales 3 51-69

Guérard, M. (1857) : Cartulaire de Saint-Victor de Marseille, Collection des Cartulaires de France, 8,1-II, Paris

Laguerre, G. (1975) : Inscriptions antiques de Nice-Cimiez, Paris.

Lamboglia, N., éd. (1952) : Actes du Premier Congrès International d'Études Ligures. Bordigera 1950 Bordighera.

— (1958) : Le problème celto-ligure dans la vallée du Rhône”, Cahiers Rhodaniens, 5,27-32.

Lasserre, F. (1966) : Strabon, Géographie, livres III-IV, CUF, Paris.

Mennella, G. (1990) : Albintimilium, Supplementa Italica, n.s. 10, Rome.

Mommsen, Th. (1894) : Monumenta Germaniae Historica.

Müller, C. et Th. (1853) : Fragmenta Historicorum Graecorum, I, Paris.

Murphy J-P. (1977) : Rufus Fetus Avienus : Ora Maritima. or Description of the Seacoast [from Brittany round to Massilia], Chicago.

Nenci, G. (1954) : Hecataei Milesii fragmenta, Florence.

Pallottino, M. (1952) : “Il problema dei Liguri”, in : Lamboglia 1952, 83-97.

Peter, H. (1967) : Historicorum Romanorum Reliquiae, Stuttgart.

Roman, D. et Y. (1997) : Histoire de la Gaule, Paris.

Rzach, A. (1902) : Hesiodi Carmina, Leipzig.

Schulten, A. (1922) : Avieno : Ora maritima, Fontes Hispaniae Antiquae, 1, Berlin.

Anmerkungen

1 Ils sont comptés par les opuscules tardifs parmi les gentes quae linguas suas habent, entre les Ramani et les Galli, cf. Liber generationis, 1.197 et Chron. Alex., 167 (= MGH, IX.1, P-107).

2 Str. 2.5.28 : “les Alpes abritent dans leurs monts diverses peuplades, toutes celtes, sauf les Ligyens ; ceux-ci sont d’une race différente, tout en ayant un mode de vie très voisin” ; Denys d’Hal., A.nt. rom., 1.10.3, qui rappelle que “leur patrie”, entendons-par là leur origine géographique, est strictement inconnue. Bats 1988, 123, souligne “le caractère non-indoeuropéen, quoiqu’en voie d’européanisation, de la toponymie et de l'onomastique ligures”. Il ne nous appartient pas ici de discuter ce propos. Nous y consacrerons ailleurs d’autres développements.

3 Briquel 1987 ; Briquel 1989.

4 Servius, ad Verg. Aen. 1.533 : alii Italiam (...) a rege Ligurum Italo.

5 Caton, ap. Servium, ad Verg. Aen. 11. 715 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 1.10.20.

6 Sénèque, Ad Helv., 6. Cette opinion fut reprise par Isid., Étym., 14.6.41, qui donne une version amusante du mythe du peuplement insulaire de la corse : Corsicae insulae exordium incolae Ligures dederunt appellantes eam ex nomine ducis. Nam Corsa nomine Ligus mulier, cum taurum ex grege, quem prope litora regebat, transnatare solitum atque per interuallum corpore aucto remeare uideret, cupiens scire incognita sibi pabula, taurum a ceteris disgredientem usque ad insulam nauigio prosecuta est. Cuius regressu insulae fertilitatem cognoscentes Ligures ratibus ibi profecti sunt, eamque nomine mulieris auctoris et ducis appellauerunt. “Les migrants Ligures furent à l’origine de l’île de Corse, et la désignèrent du nom de celle qui les avait guidés. Il était une fois une femme Ligure du nom de Corsa. Il y avait, dans le troupeau qu’elle gardait près du rivage, certain taureau qui avait coutume de traverser à la nage et qu’elle voyait de loin en loin revenir le corps fortifié. Elle voulut connaître ces pâturages inconnus, et, un jour que le taureau s’éloignait du reste du troupeau, elle le suivit sur une embarcation jusqu’à l'île. A son retour, instruits de la fertilité de île, les Ligures s’y transportèrent sur des radeaux et l'appelèrent du nom de la femme qui avait été leur inspiratrice et leur guide”.

7 Cité par Denys d’Hal., Ant. rom.., 1.22.4 (= FGrHist 556 F 46).

8 Thc. 6.1.2 ; Avien, Ora mar., 479 mentionne une cité du nom de Sicana sur les bords de l’Èbre. L’homophonie pourrait avoir fondé sur une interprétation étymologique l’origine ligure des Sicanes.

9 On a parfois fait appel au v. 196 pour placer les Ligures au sud-ouest de l’Espagne (près du Guadania) sur la base d'une texte latin corrigé par un érudit moderne (correction de pernix lucis en pernix Ligus). Cette correction était acceptée par Schulten 1922, condamnée par Berthelot 1934. Murphy 1977, IX, paraît accepter la position de Berthelot, mais édite le texte en conservant la correction Ligus.

10 Müller 1853, 315, no 221 (= FGrHist 115 F 203) = Stéphane de Byzance, s.v. Ἰψίκουροι. D’après le livre 43 de Théopompe, consacré à l'Europe.

11 Le témoignage de Strabon (4.6.2) est formel sur ce point : “Polybe, ajoute pour sa part à ces deux peuples Ligyens celui des Oxybiens et celui des Déciates”.

12 On trouvera une présentation de l'historiographie de la question et de l'état du savoir dans Roman 1997, 229-246. Pour quelques jalons importants dans l'historiographie du sujet, cf. Berthelot 1933, Lamboglia 1952 ; Pallotino 1952 et Lamboglia 1958.

13 De Beer 1962, sur 451 toponymes recensés, n'en compte que 9 hors des Alpes. Ils sont situés entre la Haute-Garonne et le Rhône.

14 Plut., Paul-Ém., 6.1.

15 ILN, 72 (Cannes, île Ste-Marguerite) : M. Iulius Ligus, procurateur d'Auguste ; on connaît un autre Iulius Ligus à Cannes (St-Cassien) ; C. Vibius Ligus à Fréjus (CIL, XII, 306). L. Vippius Li[g]u[s] (CIL, V, 7871) et M. Decimius Lig(us) (Laguerre 1975, 84, no 56) à Cimiez ; Cicéron connaît déjà deux citoyens du nom de Ligur, l'un de la gens Aelia, l'autre de la gens Octauia (Pro Clu., 72 ; Att., 12.23.3).

16 Barruol 1969, 215. Un Gaulois du nom de Ligaunus est mentionné par Silius Italicus (4.206). La charte N du Polyptique de Vuadaldus (Guérard 1857, 1.9), datée de l’an 814 mentionne une colonica in Liga sur le terroir de Seillans (Var).

17 Seul change l'accent, dont l'emplacement nous est connu par le seul témoignage d’Aelien Hérodien, Technici reliquae, 1.236.7 Lento. Si le témoignage de ce grammairien, qui n’est pas toujours sûr, doit être considéré ici comme digne de foi, il a de bonnes chances de refléter le déplacement de l’accent tonique propre au dialecte éolien qui caractérise les Phocéens à l’époque de la migration. L’idée qu’il pourrait s’agir de l’utilisation par les Marseillais de l’adjectif pour désigner leurs voisins en sortirait renforcée.

18 Dans la région concernée elle-même, le cas n’est pas entièrement original : le nom des Oxybioi (peut-être dérivé d’une forme Esubii) s'inscrit dans cette logique.

19 Hécatée fgt 58 = 66 Nenci 1954

20 Hécatée fgt 57 = 65 Nenci 1954

21 Virg., Géorg., 2. 168 ; Diod. 5.39 ; Str. 3.4.17.

22 Avien, Ora mar., 586.

23 Hés., Théog., 275 ; 518.

24 Esch., Prom. délivré, fgt 32b Mette = 199 N, cité par Str. 4.1.7

25 Cf. sur ce point, déjà Lasserre 1966, 278, n. 1 (ad p. 172).

26 Cf. infra n.48. La racine Lig- existe bien chez les indigènes, au moins à époque gauloise. Elle a pu faciliter l’assimilation.

27 Fgt 55 Rzach, d’après Str. 7.3.7, qui empruntait la citation à Ératosthène (Igt. I B 4). La correction de Λιγύς en Λιβύς (Libyen) a été souvent retenue sur la foi d'un papyrus égyptien, cf. Duval 1971, I, 174 ; Roman 1997, 230. Cette correction est moi la version que donnent unanimement les manuscrits de Strabon, d'après Ératosthène. Dans la géographie archaïque, les Éthiopiens incarnent à eux seuls le sud et le con ment africain. Le texte serait infiniment plus satisfaisant et moins anachronique si l’on maintenait la leçon des manuscrits d'Ératosthène. Sur le caractère aberrant de la leçon Λιβύς. cf. Berger 1880 1. Barruol 1969 151 41 et e cohérence énonciative.

28 Fgt 54 Rzach = Str. 7.3.9.

29 Un fragment d’Hécatée (fgt 55 = 66 Nenci), cité par Stéphane de Byzance, situait de la sorte Marseille en Ligystique. Dans les limites transmises par la citation de Stéphane de Byzance, le fragment est d'authenticité extrêmement douteuse, puisqu'il la situe par rapport à la Celtique, toponyme dont l’apparition dans l'univers culturel grec semble sensiblement plus tardive.

30 Str. 3.4.19, citant les “anciens auteurs”, parmi lesquels on peut compter au moins Eschyle, cité par Pline, HN, 37.31, et par Hdt. 1.163. On retrouve une conception analogue chez le Ps-Scymnos de Chios.

31 Thc. 6.1.2. Avien, Ora mar., 479 mentionne une cité du nom de Sicana sur les bords de l'Èbre homophonie pourrait avoir fonde sur une interprétation étymologique l'origine ligure des Sicanes

32 Avien, Ora mar, 284 ; Stéphane de Byzance, s.v. Λιγυστική.

33 Avien, Ora mar., 427 ; 431 ; Ps-Scymnos de Chios 146-147, qui caractérise bien Maïnakè comme une ville Massaliète

34 Ps-Skylax 3-4 ; Plut., Paul-Ém. 6.1 ; Ps-Scymnos de Chios 201-216.

35 Lasserre 1966,278, n. I.

36 C'est ce que l'on admet le plus souvent pour la partie du récit qui nous intéresse, les arguments avancés étant la mention par Polybe 12.28 a.3 des recherches épuisantes de Timée sur les Ligures, ainsi que l'absence de Nikaïa dans la liste des fondations de Marseille, cette cité ayant probablement été fondée après Timée. et la présence de fondations massaliètes postérieures à Éphore.

37 Str. 4.6.2..

38 Derrière le nom des Oxybiens, qui occupaient selon toute vraisemblance le territoire de Fréjus, se cache en fait celui des Uxsubii, nom dont la forme est garantie par une inscription de Vintimille (Mennella, 1990, no 16), et qui ne peut manquer d'évoquer un pagus Uxsubius d'Aquitaine, dont la forme est bien gauloise. Quant aux Déciates, leurs anthroponymes et théonymes sont celtes, du moins d’après ce que l'on peut constater dans l’épigraphie d'époque impériale.

39 Éphore assigne aux quatre points cardinaux quatre peuples : les Celtes à l'ouest, les Scythes au nord, les Indiens à l'est et les Éthiopiens au midi, l’opinion d’Éphore nous est connue grâce à Cosmas Indikopleustès, Top. Chrét 2.79 (116 B-C), qui accompagne la citation d'une carte schématique explicative.

40 Arist., Eud., 3.1.1229b ; Nic., 3.10.1115b qui nous apprend que les Gaulois craignent que le ciel ne leur tombe sur la tête...

41 Berger 1903, 236 et 336.

42 Par ex. Diod. 5.39 : “(les Ligures) disent que souvent, à la guerre, le plus puissant guerrier gaulois a été vaincu en combat singulier par un Ligure tout à fait faible”. Cf. aussi les acta triumphalia, CIL, 1.1, p 47-48 qui des 223 a.C., distinguent clairement les Ligures des Gaulois.

43 Pline, HN, 3.123, Str. 4.6.6.

44 Cette information se comprend dans les limites de l’Italie républicaine. De fait, la limite méridionale traditionnelle de la Ligurie italienne est fixée sur le fleuve Magra.

45 Str. 4.6.3 : “la tribu des Salyens habite les Alpes qui dominent la côte, mais aussi certaines parties de la côte, où ils se mêlent aux Grecs”.

46 Barruol 1969, 364-365. Contre l'opinion de Barruol 1969, 44-48 et Roth-Congès 1995, 88-89, nous sommes néanmoins d'avis de donner également ce sens générique à la mention des Capillati dans une inscription du Queyras (CIL, XII, 80). Dans ce cas, la notion de Capillati désignerait les populations non-gauloises du versant français des Alpes, et le parallèle avec la Gaule Chevelue serait encore plus net.

47 Pline, HN, 11.135 explique les origines ethnologiques de cette coiffure et les considère explicitement comme identiques chez les Capillati et en Gaule Chevelue. Pour une autre interprétation, Barruol 1969, 365 et n. 2 et p. 383. Capillati serait la traduction latine du nom d'une tribu indigène : les Triulatti.

48 CIL, 1.1, p. 47-48.

49 Artémidore, ap. Stéphane de Byzance, s.v. Λίγυρες..

50 La racine Lig- a servi à former des noms gaulois tels que Ligaunus (Sil. Ital. 4.206) qui est aussi le nom d'un peuple, les Ligauni (Pline, HN, 3.35). Elle pourrait avoir désigné les marécages. Cf. Barruol 1969, 215 et n. 6.

51 Barruol 1969, 216 expliquait cette particularité par la proximité de la frontière.

52 CIL, 1.1, p. 47 : P. Furius Sp. f, M. n., Philus, Cos, anno DXXX : I de Galleis et Liguribus, IIII Idus Mart.

53 Str. 4.1.9 : 4.6.2 “De Massalia au Var et aux régions occupées par les Ligyens”.

54 Str. 4.6.3 : “De là [Monœcos] jusqu'à Massalia et un peu plus loin encore est installé le peuple des Salyens, qui habitent les Alpes en arrière du littoral et, mêlés aux Grecs, le littoral lui-même”.

55 Polybe 33.9, dans le récit des événements de 154. L’origine polybienne de leur mention est garantie par Strabon 4.2.6 : “Ainsi les Ligyens se partageant en deux peuples, les Ingaunes et les Intéméliens (...) Polybe pour sa part, ajoute à ces deux peuples ligyens celui des Oxybiens et celui des Dékiètes”.

56 La forme nous est donnée par une inscription de Vintimille (Mennella 1990, no 16).

57 Cf. aussi Florus 1.19 (2.3) el Quadratus, cité par Stéphane de Byzance, s.v. Όξύβιοι.

58 Pol. 2.14.6 et 16.1.2 fait commencer les Alpes à Marseille et place le raccordement de l'Apennin et des Alpes (Monaco) dans l'intérieur de Marseille. Dans le détail, cette description est plus floue qu'aberrante, si l'on admet que Nikaïa ou Monoïkos pouvaient être considérées par les auteurs anciens comme les bornes de la puissance massaliète, et de ce flou naît la possibilité de concilier l’inconciliable : placer les Ligures à la fois dans l'Apennin, et près des Marseillais.

59 Isid., Étym., 13.16.2 : Deinde (sinus) Gallicus, qui Narbonensem prouinciam adluit. Mox Ligusticus, qui iuxta genuam urbem est proximus.

60 Isid., Étym., 13.16.6 A gentibus Gallicum Ausonium, Dalmatium, Ligusticum.

61 Pline, HN, 3.47 : Igitur ab amne Varo Nicaea a Massiliensibus conditum, fluuius Palo, Alpes populique Inalpini multis nominibus, sed maxime Capillati ; oppidum Vediantiorum ciuitatis Cemenilo, portus Herculis Monoeci, Ligustina ora. Ligurum celeberrimi ultra Alpes Sallui, deciates, Oxubi, Citra Veneni, Turri, Soti, Vagienni, Statielli, Binbelli...

62 Florus 1.19 (2.3) : Liguras imis Alpium iugis adhaerentis inter Varum et Magram flumen inplicitosque dumis siluestribus maior aliquanto labor erat inuenire quam uincere. Tuti locis et fuga, durum atque uelox genus, ex occasione latrocinia magis quam bella faciebant. Itaque cum diu multumque eluderent Saluuii, Deciates, Oxubii, Euburiates, Inganni, tandem Fuluius latebras eorum ignibus saepsit, Baebius in plana deduxit, Postumius ita exarmauit ut uix reliquerit ferrum quo terra coleretur.

63 Str. 4.1.5.

64 Même opinion chez Dion Cassius 54.24.3.

65 Str. 6.6.6.

66 Barruol 1969, 133, préfère suivre le témoignage de Strabon et considère que “le fond de la population des vallées cottiennes était ligure de race et de civilisation, ce qui n'exclut pas que des groupes celtiques aient pu se fixer dans tel ou tel canton du royaume avant même sa formation : ce doit être le cas des Caturiges et des Medulli.

67 Liv. 5.34.8 : ipsi (Galli) per Taurinos saltusque Iuliae Alpis transcenderunt, même si, comme on l'a vu à propos des Ligyens, la mention du peuple ne sert en réalité qu’à désigner un espace géographique.

68 Borca 1999.

69 Str. 4.6.2 : “Ils occupent les terrains du bord de mer, et, dans une plus grande mesure, les montagnes” Diod. 5.39 : “Vivant sur des montagnes couvertes de neige, habitués à franchir des escarpements dangereux ils sont d'une vigueur tout en muscles”.

70 Liv. 28.46.13 = Peter 1967, 249 fgt. 26.

71 Str. 4.6.1 ; Cic., Fam., 11.13.2 Str. 5.1.3, adopte Gênes comme terme des Alpes par simple commodité.

72 Liv. 5.35.2. Ces ‘Ligures de gauche” s'entendent probablement par rapport aux mers Supérieure et Inférieure qui, sur une carte imaginaire, plaçaient l'Adriatique en haut et la Tyrrhénienne en bas. Le Pô pourrait avoir fait la séparation entre les Ligures en général et les Ligures de gauche.

73 Hygin, Fab., 154.5, et le mythe de Cycnus rex Liguriae. Rien n’indique que l'ensemble du mythe provienne entièrement d'Hésiode. Proviendrait-il effectivement d'Hésiode pour les détails qui nous intéressent que l'Éridan, fleuve d'occident par excellence s'accomoderait bien d’une allusion aux Ligyens, peuple d’occident par excellence. Si l'Éridan a fini par être identifié systématiquement avec le Pô sous l’empire romain, il désigne indifféremment a l'origine le Pô, le Rhône, le Rhin ou le Danube.

74 Pline, HN, 3.124 = Caton, Origines, F 40.

75 Varron, R.R., 3.8 ; Liv. 34.8.

© Ausonius Éditions, 2001

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540